Version classiqueVersion mobile

Formations et cultures des officiers et de l’entourage des princes dans les territoires angevins (milieu XIIIe-fin XVe siècle)

 | 
Isabelle Mathieu
, 
Jean-Michel Matz

La culture des officiers et de l’entourage des princes

Les caractéristiques de la culture des barons hongrois (XIVe siècle)

Enikő Csukovits

Note de l’auteur

La recherche a été réalisée avec le soutien financier du Fonds national hongrois de la recherche, du développement et de l'Innovation dans le cadre du programme OTKA-NKFIH NN 111049.

Texte intégral

Nobles et barons

  • 1 Ph. Contamine, La noblesse au royaume de France de Philippe le Bel à Louis XII, Paris, 1997, p. 27 (...)
  • 2 Voir par exemple l’opinion de Pierre Choque (en 1502) : « Il sont bons combatans et hardiz et son (...)

1« La noblesse fut-elle une classe cultivée ? » – cette question a été posée par Philippe Contamine dans son ouvrage classique intitulé La noblesse au royaume de France1. Ses réflexions prouvent que cette question reste difficile à résoudre de manière précise même dans une France où les sources médiévales abondent – dans la Hongrie beaucoup plus défavorisée de ce point de vue, ce problème est presque insoluble. Il n’y a aucune bibliothèque nobiliaire préservée, même leurs inventaires sont perdus, il y a très peu de lettres privées, donc très peu de preuves tangibles d’une culture nobiliaire. Les relations des auteurs étrangers de l’époque, ambassadeurs, voyageurs, chroniqueurs, sont assez loin de l’image du noble hongrois assis devant son foyer, lisant son livre et pinçant paisiblement les cordes de son luth. Écrites à divers moments, avec des intentions différentes, ces relations nous décrivent unanimement et exclusivement les nobles hongrois comme des hommes durs et martiaux, braves et aguerris, capables de dormir sans lit, couverts uniquement de leurs capes pendant les trois à quatre mois des campagnes militaires2.

  • 3 P. Engel, The realm of St StephenA history of medieval Hungary, 895-1526, Londres-New York, 2001 (...)
  • 4 Ibid., p. 243.

2Le manque presque total de sources hongroises utilisables et le jugement univoque des relations étrangères doivent être à la racine de la dépréciation de la culture des nobles si répandue dans l’historiographie hongroise. Le chercheur hongrois le plus important pour la période angevine, Pál Engel, soutenait ainsi que la mentalité du noble hongrois était caractérisée par « l’idéal de la simplicité martiale »3. Selon Engel, cette couche témoignait de « peu d’ouverture envers les différentes formes de la culture intellectuelle »4. Or, cette image trop limitée de la culture nobiliaire hongroise est basée, à mon avis, sur une argumentation défaillante sur plusieurs points et doit ainsi être revisitée. Ma présente intervention tentera précisément cette révision à travers l’exemple des plus grands dignitaires issus de la noblesse, les barons du royaume.

  • 5 P. Engel, Struttura sociale e politica dell’Ungheria in epoca angioina, dans E. Csukovits (dir.), (...)

3La noblesse hongroise du XIVe siècle comprenait plusieurs milliers de familles. Ils étaient tous des propriétaires terriens (homo possessionatus), possédant leurs terres libres de toute redevance (possessio). Du point de vue juridique et en ce qui concerne sa mentalité, cette noblesse était homogène. L’élite aulique comprenant les barons dignitaires (barones regni) ne formait pas encore un ordre à part, mais ils possédaient déjà quelques privilèges qui les distinguaient des simples nobles provinciaux. Seuls les barons pouvaient prétendre au titre de magnificus, ils pouvaient entrer librement dans la cour royale, pouvaient participer aux séances du conseil royal, et en cas de guerre, menaient leurs compagnies militaires sous leurs propres bannières. La meilleure preuve de ce prestige est le privilège par lequel le serment d’un baron dans un procès était équivalent au serment de dix nobles. Ils jouissaient d’une situation enviable grâce à leurs dignités, à l’autorité, aux revenus et aux privilèges qui en découlaient. Ainsi n’est-il pas surprenant que beaucoup de jeunes nobles ont rêvé d’entrer au service de la cour des rois Charles Ier puis Louis Ier et de s’élever parmi les barons5.

Prélats et barons

  • 6 Gy. Bónis, A jogtudó értelmiség a Mohács előtti Magyarországon [Les gens de loi en Hongrie avant M (...)
  • 7 I. Bertényi, Az országbírói intézmény története a XIV. században [L’histoire de l’institution du g (...)

4Les mérites nécessaires à cette promotion étaient avant tout militaires : la lutte de Charles Ier pour la domination sur son royaume, les campagnes menées à l’étranger par Louis Ier présentaient de nombreuses occasions pour chacun de montrer sa prouesse et de se faire remarquer par le roi. Or, l’entrée dans la cour devenait possible aussi grâce aux performances intellectuelles. Pendant les premières décennies de la période angevine, les clercs travaillant à la chancellerie et dans les cours royales de justice furent systématiquement remplacés par des laïcs lettrés issus de la petite et de la moyenne noblesse6. Leur savoir provenait d’une des écoles capitulaires, puis de la pratique notariale qu’ils exerçaient. Ils ne fréquentaient pas les universités, mais ils connaissaient bien les lois coutumières du pays et les subtilités de la rédaction des chartes. Ils pouvaient amasser une belle fortune, voire un patrimoine foncier grâce à leur savoir. Leur éventuelle promotion parmi les barons du royaume restait cependant exceptionnelle, comme le montre la carrière atypique de Jacques Szepesi, issu d’une famille aisée de la moyenne noblesse, qui avait débuté comme notaire et s’éleva jusqu’à la dignité de juge de la cour et de trésorier7.

  • 8 Gy. Bónis, A jogtudó értelmiség… cit., p. 29-43.
  • 9 E. Mályusz, Egyházi társadalom a középkori Magyarországon [La société ecclésiastique en Hongrie mé (...)

5L’autre voie « intellectuelle », celle des dignités ecclésiastiques, offrait plus de chances d’accéder à l’élite du royaume. Par rapport à la noblesse occidentale, celle de Hongrie avait considérablement moins de membres qui optaient pour une carrière ecclésiastique – en fait, les règles de la succession nobiliaire ne privilégiant pas les premiers-nés, tous les garçons avaient leur part de l’héritage familial. Ainsi, pour les fils cadets des nobles hongrois, l’Église n’était pas une issue de secours, mais une possibilité choisie par ceux qui avaient une affinité pour la carrière intellectuelle et ecclésiastique. Les plus capables bénéficiaient d’une prébende canoniale pour couvrir les frais de leurs études universitaires à l’étranger, et plus tard, leur culture acquise à l’université leur ouvrait l’accès à une carrière ecclésiastique ou même à un poste influent à la cour. À la chapelle du roi Louis, nous trouvons un véritable cercle de juristes, composé de chapelains hautement qualifiés, parlant plusieurs langues, bien versés dans le droit canon, qui servaient le roi comme diplomates8. Les bénéfices ecclésiastiques qu’ils obtenaient au fur et à mesure de leur carrière étaient le fruit de leurs missions non pas ecclésiastiques mais bien profanes, et ils les recevaient grâce à la faveur du roi. Nombre d’entre eux ne se faisaient ordonner prêtre qu’à l’occasion de leur première élévation à la dignité de prélat9.

  • 10 E. Csukovits, Le innovazioni istituzionali nell’età angioina e i loro parallelismi napoletani, dan (...)
  • 11 A. Hegedűs, Vásári IV. Miklós [Nicolas Vásári], dans M. Beke (éd.), Esztergomi érsekek (1001-2003)(...)

6En Hongrie, le conseil royal était décrit comme les « prélats et barons du royaume » (prelati et barones regni), et de fait, le roi gouvernait son royaume avec l’aide commune des prélats et des barons. Ils prenaient ensemble les décisions dans le conseil, luttaient dans les diverses campagnes militaires et s’acquittaient des missions diplomatiques10. Ainsi, dans la préparation diplomatique et matérielle de la campagne napolitaine du roi Louis Ier, mais aussi dans les actions militaires, les prélats confidents du roi avaient-ils bien leur part ; la première place allait au talentueux Nicolas Vásári. Ses connaissances scientifiques lui ont valu les louanges du pape Clément VI ; il a fait plusieurs visites à la curie pontificale, il a accompagné la reine Élisabeth pendant son voyage à Naples, et il a passé plusieurs mois à L’Aquila pour organiser le parti des fidèles italiens du roi Louis en coopération avec un autre confident du roi, le noble laïque Nicolas Kont. Ses dignités ecclésiastiques – l’évêché de Nyitra puis l’archevêché de Gran/Esztergom – lui ont été conférées avant tout pour honorer ses services politiques et il a passé très peu de temps dans ses diocèses. Il a quand même eu l’occasion de commander des manuscrits somptueux depuis l’Italie11.

  • 12 Comme par exemple P. Engel, Struttura sociale… cit., p. 131, E. Fügedi, « Verba volant... ». Közép (...)

7La question se pose de savoir s’il est raisonnable de se conformer au postulat traditionnel qui consiste à exclure les nobles poursuivant une carrière ecclésiastique des études concernant la noblesse, pour les envisager uniquement en tant que membres du clergé12. La réponse devrait être négative. En fait, l’image peu flatteuse que l’historiographie hongroise a dessinée de la culture médiévale de la noblesse du royaume est due en grande partie au fait que la recherche a négligé les membres les plus cultivés de cette élite à cause de leur carrière ecclésiastique. Contrairement à cette conception, je prendrai en compte la culture des prélats à côté de celle des barons laïques dans mon étude.

Écoles, précepteurs, fréquentation des universités

  • 13 Á. Bossányi (éd.), Regesta supplicationum. A pápai kérvénykönyvek magyar vonatkozású okmányai. Avi (...)
  • 14 Gy. Bónis, A jogtudó értelmiség… cit., p. 34. Á. Bossányi (éd.), Regesta supplicationum… cit., I/1 (...)
  • 15 R. Békefi, A népoktatás története Magyarországon 1540-ig [Histoire de l’enseignement élémentaire e (...)

8Les fils de la noblesse désirant faire des études choisissaient les formes de scolarisation qui correspondaient à leurs objectifs et aux capacités de leurs familles. Ceux voulant poursuivre une carrière où l’alphabétisation était nécessaire fréquentaient une école capitulaire : les élèves sortant de ce type d’école pouvaient embrasser le métier de notaire et avaient également la possibilité de poursuivre leurs études dans une université. La plupart des jeunes nobles ont acquis le savoir-faire nécessaire pour leur avancement en tant que page dans le service de quelque baron, les plus fortunés à la cour du roi. Les familles aristocratiques pouvaient engager un précepteur (informator) auprès de leurs enfants. Le précepteur du futur juge de la cour Paul Nagymartoni avait passé vingt ans à l’Université de Bologne comme professeur13. Le fils du palatin Nicolas Zsámboki, Ladislas, futur évêque de Veszprém avait eu comme précepteur Jean Valkói, titulaire de plusieurs bénéfices canoniaux, qui avait lui aussi fréquenté l’université14. Un chanoine était aussi précepteur auprès du fils du voïvode Thomas Szécsényi, nommé Michel, destiné à la carrière ecclésiastique, ou bien auprès du fils du ban Paul Garai, Jean, futur évêque de Veszprém15.

  • 16 Kenezicsi et Druget comme pedagogi puerorum, voir dans Scriptores rerum Hungaricarum tempore ducum (...)
  • 17 Scientia litterarum clarus fuit, in astronomia avidisse laboravit, comme Jean Küküllei l’a écrit.  (...)

9Nous n’avons aucune information sur le programme enseigné par ces précepteurs. Le futur Louis Ier et ses frères ont également eu leurs propres pédagogues, Nicolas Kenezicsi et Nicolas Druget, le fils du palatin, ainsi que Pierre Poháros, tandis que le développement intellectuel du futur roi a été surveillé par un clerc d’origine silésienne, Nicolas qui avait le titre d’informator16. De ses précepteurs, Louis a acquis les bases de la pratique chevaleresque et en même temps les éléments obligatoires de la culture d’un roi : nous savons qu’il était fasciné par l’astrologie et l’histoire, et qu’il parlait couramment plusieurs langues. Par contre, nous ne possédons aucune information sur les étapes, les méthodes ou la durée de son instruction17.

  • 18 A. Pór, Adatok a bolognai és padovai jogegyetemen a XIV. században tanult magyarokról [Recherches (...)
  • 19 A. Pór, Adatok… cit., p. 789, E. Mályusz, Egyházi társadalom… cit., p. 179.

10Dans la Hongrie du XIVe siècle, la fréquentation des universités étrangères n’était possible que pour ceux qui avaient reçu des bénéfices ecclésiastiques pour financer leurs études, et cela est vrai même pour les jeunes issus des familles aristocratiques. Parmi les archevêques de Gran, Nicolas Dorogdi, alors chanoine de Veszprém, a fait des études à Bologne (il y a même été élu recteur des ultramontains) ; Csanád Telegdi a acquis le titre de decretorum doctor en Italie alors qu’il était chanoine de Nagyvárad. Nous pouvons supposer que Nicolas Vásári, déjà mentionné, et Thomas Telegdi ont également fréquenté des écoles italiennes. Le dernier archevêque de Gran de la période angevine, Jean Kanizsai a fait ses études à Padoue dans des circonstances dignes de sa fortune : il a loué une maison, a entretenu toute une petite cour autour de lui et il a même financé le travail de deux copistes, mais la base financière de ses études était quand même fournie par son bénéfice de chanoine de Zagreb18. Ceci montre bien la singularité de l’attitude paternelle de Jacques Szepesi (qui avait lui-même une carrière bien étrange) : quand il a envoyé son fils Jean à Padoue en 1379, le jeune homme s’est inscrit à l’université comme miles, c’est-à-dire en tant que laïc, et son enseignement était donc financé par la famille. Or après la mort de son père en 1380, Jean Szepesi continua ses études en tant que chanoine – c’était apparemment la seule voie possible pour acquérir son titre de docteur en décret19.

Lire et écrire

  • 20 Ibi super Silerem fluvium in quadam clausura subsellia ponere iubebat ad ripam fluminis predicti, (...)
  • 21 Le manuscrit Secretum Secretorum de Louis est conservé aujourd’hui à Oxford (Bodleian Library, ms. (...)

11Selon un chroniqueur italien, au temps de sa première campagne napolitaine, pendant le siège de Trévise en 1356, le roi Louis a passé seul tous les matins une heure dans le jardin d’une ferme pour lire sa correspondance, au bord du fleuve Sile20. C’est pratiquement le seul témoignage contemporain concernant l’alphabétisation de Louis. En fait, nous ne savons que par des conjectures basées sur des allusions indirectes, sans aucune preuve concrète qu’il aurait lu et aimé, dès sa jeunesse, le Secret des secrets, miroir aux princes attribué à Aristote (Secretum secretorum), texte qu’il a fait recopier vers 1360, à l’âge adulte, dans un manuscrit somptueux21. Aucun des rois angevins de Hongrie ne nous a laissé de charte authentifiée de sa propre signature – il est donc possible que, ayant bien appris à lire, Louis n’ait quand même pas su écrire. En tout cas, nous ne savons rien de son éventuelle capacité à écrire, et rien de plus sur celle des aristocrates laïcs de la cour – savaient-ils écrire et, si oui, dans quelles proportions, dans quelle langue et à quel niveau ?

  • 22 Anjoukori okmánytár. Codex diplomaticus Hungaricus Andegavensis, I-VII, Budapest, 1878-1920, II, p (...)
  • 23 La Bible de Demeter Nekcsei est éditée en fac-similé : A Nekcsei-Biblia legszebb lapjai [Les plus (...)

12Dans la Hongrie du XIVe siècle, la langue de l’écrit était le latin, dont l’hégémonie n’était concurrencée que par l’allemand dans les villes à majorité allemande, et même dans ce cas, les deux langues étaient utilisées en alternance. Pour toute la période étudiée, nous ne conservons aucun livre ou charte écrit en hongrois ; le peu de monuments linguistiques en hongrois connus sont en fait des mots et des expressions isolés insérés dans des textes latins. Ceci dit, savoir écrire impliquait en même temps une connaissance du latin, ce qui rendait plus difficile l’apprentissage de l’écrit. Les barons et nobles hongrois, s’ils s’envoyaient des lettres, le faisaient en latin – il resterait à savoir si les lettres ont été écrites par eux-mêmes ou plutôt par le soin de scribes. Est conservée une lettre envoyée par le trésorier (magister tavernicorum) Demeter Nekcsei, un des hommes les plus influents du roi Charles Ier, qu’il a adressée à Philippe Druget22. Comme Nekcsei s’est fait confectionner une Bible préservée jusqu’à nos jours, l’historiographie hongroise le considère comme un homme de lettres, mais nous n’avons aucune preuve qui puisse le confirmer. Cette grosse Bible en deux volumes a sans doute été destinée au cloître de l’ordre de Saint-Paul-Premier-Ermite à Csatár qu’il avait choisi comme son lieu de sépulture23, mais sa lettre a pu simplement être écrite par son scribe.

  • 24 Un certain nombre de lettres adressées à Benoît Himfi sont publiées dans L. Thallóczy, Nagy Lajos (...)
  • 25 P. Engel, The Realm of St Stephen… cit., p. 193.
  • 26 J. Szentpéteri (dir.), Magyar kódex. 2. Lovagkor és reneszánsz [Codex hongrois. II. L’âge de la ch (...)
  • 27 Magyar Országos Levéltár, Diplomáciai Levéltár [Collection diplomatique des Archives nationales de (...)

13Nous connaissons beaucoup plus de lettres préservées de l’illustre baron du roi Louis, Benoît Himfi, qui gouverna la Bulgarie entre 1366 et 1369 avec le titre de ban. Pendant cette période, il entretint une correspondance régulière et étendue, entre autres avec son roi24. Pour le moment, il est difficile de décider qui pouvait écrire, rédiger les lettres de cet aristocrate : selon Pál Engel, il s’agit du notaire de ce baron25, tandis qu’un autre chercheur hongrois, Kornél Szovák considère Himfi comme une figure précoce de la culture laïque hongroise, affirmant qu’il « correspondait en latin avec ses connaissances des ordres mendiants ainsi qu’avec ses serfs dans le comté de Temes, et il était également l’ambassadeur du roi Louis à la curie pontificale d’Avignon »26. Il est un fait avéré que les lettres originelles du ban ont été écrites par plusieurs mains27, mais cette circonstance en soi n’exclut pas automatiquement ses capacités propres à lire et à écrire. La grande quantité de lettres qu’il devait manier, les informations confidentielles qu’elles contenaient occasionnellement nous font supposer qu’il pouvait lire tout seul le contenu de ces lettres, mais en vue de la rédaction précise en latin de la réponse, il a probablement recouru aux services d’un notaire expérimenté.

  • 28 DL 48207, la source de fond sur le pèlerinage de Tari, voir H. Delehaye (éd.), Le Pèlerinage de (...)
  • 29 P. Engel, Salgai Miklós [Nicolas Salgai], dans Id., Honor, vár, ispánság. Válogatott tanulmányok, (...)

14Les premiers documents qui prouvent directement que des barons hongrois savaient lire et écrire proviennent seulement du début du XVe siècle. Or ces barons ne peuvent pas être considérés comme typiques ni du point de vue de leur mode de vie, ni du point de vue de leur culture – il s’agit d’un pèlerin qui descendait dans le Purgatoire de saint Patrice en Irlande, Laurent Tari28, ou d’un membre issu d’une des familles les plus illustres du royaume, Nicolas Salgai qui devait finir sa vie à Venise, en exil, et qui mentionne ses lettres d’amour (omnes littere missive de amore) dans son testament rédigé dans la ville italienne29.

Usage de livres

  • 30 P. Engel, Salgai Miklós... cit., p. 421.
  • 31 J.-P. Boudet, La bibliothèque de Clémence de Hongrie : un reflet de la culture d’une reine de Fran (...)
  • 32 DL 6692 ; voir encore Á. Kurcz, Lovagi kultúra… cit., p. 228.

15Nicolas Salgai, mort à Venise en 1438, disposa entre autres de ses livres dans son testament. Il ordonnait que « s’il y a, entre mes livres et papiers, de tels qui puissent être contraires au droit et à l’esprit, qu’on les brûle »30. Nous savons donc que Salgai utilisait des livres (prohibés) pendant son exil, mais nous ne disposons d’aucune source concernant la génération de ses parents et de ses grands-parents au XIVe siècle, s’ils lisaient des livres et si oui, à quel type de littérature ils pouvaient accéder. Qui plus est, nos connaissances se révèlent assez maigres également sur les livres de la cour royale. L’infortunée Clémence de Hongrie († 1328), fille du roi Charles-Martel et de Clémence de Habsbourg devenue reine de France par son mariage avec Louis X le Hutin (1314-1316), possédait une bibliothèque personnelle de quarante-et-un volumes à la fin de sa vie : cette bibliothèque renfermait des œuvres de liturgie et de dévotion, mais également des ouvrages scientifiques, encyclopédiques et littéraires31. Par contre, nous ne connaissons aucun livre qui ait appartenu à son frère, le roi de Hongrie Charles Ier. Rédigé en 1380, le testament de l’épouse de Charles, la reine Élisabeth ne mentionne que deux bréviaires, dont le premier a été légué aux religieuses d’Obuda, très chères à la reine, tandis que l’autre devait revenir à ses dames d’honneur32.

  • 33 I. Heullant-Donat, Une affaire d'hommes et de livres. Louis de Hongrie et la dispersion de la bibl (...)
  • 34 J. de Thurocz, Chronica Hungarorum… cit., p. 182.
  • 35 Selon l’autobiographie de Giovanni Conversini da Ravenna, le roi aurait donné des livres à son méd (...)
  • 36 Édité en fac-similé : F. Levárdy, Magyar Anjou Legendárium [Légendier des Anjou-Hongrie], Budapest (...)
  • 37 La Chronique enluminée en fac-similé : Képes Krónika, Chronicon Pictum, I-II, Budapest, 1964.

16La bibliothèque du roi Louis a laissé des traces matérielles et écrites préservées jusqu’à nos jours, mais il serait tout de même exagéré de dire que nous connaissons bien ses fonds. Nous savons qu’il a fait emmener en Hongrie la bibliothèque du roi Robert le Sage pendant la campagne de Naples – il serait réconfortant de penser qu’il ne s’agissait pas que d’un simple acte de pillage33. Jean de Küküllő, le biographe de Louis affirme que le roi « brillait de la science des lettres » (scientia litterarum clarus fuit)34, ce qui nous laisse supposer qu’il a probablement utilisé ses butins de guerre manuscrits. Malheureusement, nous ne savons rien de cette bibliothèque – ni de son emplacement ni de son usage à l’époque angevine, ni même de son sort ultérieur35. La plupart des chercheurs hongrois supposent qu’un atelier de copistes et d’enlumineurs devait fonctionner auprès du roi Louis, mais il est presque certain que les célèbres manuscrits de luxe des Angevins de Hongrie ont été confectionnés en Italie, plus précisément à Bologne, selon l’avis unanime des historiens de l’art. Le premier propriétaire du Légendier des Anjou-Hongrie était probablement le frère de Louis, le prince André ; le manuscrit est peut-être rentré en Hongrie avec la bibliothèque du roi Robert le Sage, puis est reparti pour la Pologne, sans doute dans les bagages de la princesse Hedwige, destinée au trône polonais36. À côté des deux volumes connus liés à la cour de Louis (le pseudo-aristotélicien Secret des secrets et la Chronique enluminée comprenant une histoire de la Hongrie)37, d’autres manuscrits devaient être confectionnés pour le roi : il est difficile d’imaginer ces volumes fastueux comme des monuments isolés de la culture livresque de la cour du XIVe siècle.

  • 38 E. Marosi, M. Tóth, L. Varga, Művészet I. Lajos király korában [L’art à l’époque du roi Louis Ier] (...)
  • 39 E. Bartoniek, Codices latini medii aevi, Budapestini, 1940, Cod. lat. 405 ; K. Körmendy, Az Acepha (...)

17Les quelques livres conservés qui peuvent être liés aux représentants de l’élite angevine sont également des ouvrages de luxe, qui n’étaient pas destinés à un usage quotidien : la Bible de Demeter Nekcsei, tout comme les deux manuscrits commandés par Nicolas Vásàri en Italie, mais dont il n’a probablement pas pris possession, sont tous des manuscrits de luxe38. Il n’y a qu’un seul volume conservé provenant de la Hongrie du XIVe siècle qui contienne des textes contemporains recopiés simplement pour susciter l’attention du lecteur. C’est le codex Acephalus, un volume sans décoration renfermant divers textes : la Chronique des Hongrois (Chronicon Hungarorum) jusqu’à l’accession au trône du roi Louis, la Gesta Alexandri Magni, le voyage en Asie orientale d’Odoric de Pordenone, des notices astrologiques et mathématiques, des explications de rêves, un recueil de synonymes et l’ordo du couronnement impérial allemand – nous ne savons pas qui a pu le commander, mais il devait appartenir à la cour, il était probablement à un des membres hautement qualifiés de la chapelle royale39. La seule existence du codex Acephalus prouve que, déjà à cette époque, il devait y avoir en Hongrie une certaine demande sociale, mais elle se limitait apparemment à un cercle particulièrement restreint.

Voyages

  • 40 Ph. Contamine, La noblesse… cit., p. 185-187.

18Pour terminer mon exposé, je voudrais mentionner brièvement un élément important de cette culture aristocratique que la recherche historique a presque totalement négligé. Comme il est bien notoire, plusieurs auteurs français des XIVe-XVe siècles affirment que la meilleure méthode pour un jeune noble d’acquérir sagesse et vertus était de voyager, et ils envisagent tous les types de voyage, depuis les campagnes militaires jusqu’aux pèlerinages de dévotion à quelque sanctuaire40.

  • 41 K. Szovák, Meritorum apud Dominicum fructus cumulatorum. (Megjegyzések a 14. századi főúri valláso (...)

19Dans la Hongrie des Anjou, et particulièrement à la cour du roi Louis, toute une gamme de possibilités s’est ouverte aux jeunes nobles pour connaître le monde. Les campagnes militaires que Louis a entamées dans toutes les directions, tout comme ses relations internationales étendues ont obligé l’élite angevine à passer plusieurs mois par an dans des missions diplomatiques ou militaires à l’étranger, parcourant et découvrant le continent depuis l’Italie du Sud jusqu’aux confins de la Lithuanie, depuis Avignon jusqu’à la Bulgarie. Pour prendre l’exemple de Benoît Himfi, déjà mentionné, ce noble est allé deux fois en Avignon pour représenter les intérêts de son roi, il a deux fois participé aux campagnes militaires contre Venise, il a assuré le gouvernement de la Bulgarie pendant quelques années comme ban, et il est même allé en Terre sainte en pèlerinage41.

  • 42 L.L. Hammerich (éd.), Visiones Georgii : Visiones quas in Purgatorio Sancti Patricii vidit Georgiu (...)
  • 43 L.L. Hammerich (éd.), Visiones Georgii… cit., p. 86-91.

20Cette élite mobile, expérimentée, dont les membres passent souvent de longues années à la tête de territoires étrangers pour y maintenir l’autorité de leur roi est représentée de manière emblématique par Georges, fils de Grissaphan, qui est une figure majeure, mais en réalité mal connue de la Hongrie médiévale. Sa notoriété est due à sa descente aux enfers réalisée en 1353 en Irlande, mais sa personne reste inconnue à cause de la forme erronée du nom hongrois utilisée par la source étrangère : nous ne pouvons pas l’identifier42. Issu d’une famille aristocratique, il participe aux campagnes napolitaines de Louis et le roi le nomme capitaine des territoires des Pouilles « où il avait sous son pouvoir beaucoup de villes et de châteaux, comme une ville côtière nommée Troie, et comme il est bien notoire, plusieurs châteaux comme Canosse et plusieurs autres. Dans sa fonction, il rendait justice, mais d’une manière trop sévère : il était trop zélé à persécuter et punir ses ennemis. Dans cette persécution, lui et ses complices ont commis beaucoup de dommages et de maux innombrables par des déprédations et par le meurtre injuste d’au moins trois cent cinquante innocents » – c’est ainsi qu’il présente sa vie dans le récit rédigé d’après son témoignage. Une nuit, « après un avertissement de Dieu, il s’est mis à examiner ses péchés », puis, pour expier ses fautes, il s’est rendu en pèlerinage à Rome puis à Compostelle, et finalement il s’est décidé à visiter la terre de saint Patrice « à la fin du monde, c’est-à-dire en Irlande »43. Le chevalier, de très bonne condition physique, âgé de vingt-quatre ans ne se ménageait pas : à pied, il traversait la Navarre, la Gascogne, la France et l’Angleterre pour arriver sans dommage en Irlande. Il est descendu dans le Purgatoire de saint Patrice, et les visions dont il faisait là l’expérience ont apaisé son âme perturbée.

21Le voyage en Irlande de Georges, fils de Grissaphan est le plus célèbre pèlerinage hongrois du Moyen Âge. Il doit sa notoriété aux visions très détaillées de Georges, qui ont été mises par écrit. Les visions reflètent les connaissances et les mentalités de la culture européenne de l’époque ; le texte (rédigé par un moine augustinien anonyme), bien qu’assez long, ne contient ni allusion à quelque fait hongrois, ni attitude qui puisse être qualifiée comme spécifiquement hongroise. L’analyse plus profonde des visions pourrait sans aucun doute jeter une lumière nouvelle sur les confessions de Georges, qui est le monument le plus excitant de la littérature visionnaire de la fin du Moyen Âge.

22Le chevalier Georges n’est peut-être pas un exemple parfait pour connaître à travers lui la culture générale de l’aristocratie hongroise, mais son cas nous avertit : il n’est pas légitime de nous attacher encore, sans preuves effectives, à la thèse de l’inculture de l’élite nobiliaire de l’époque angevine, si nous voyons que ses membres nous ont légué des monuments intellectuels tellement importants. Comme notre bref survol le montre bien, les renseignements disponibles sur la culture de l’élite hongroise du XIVe siècle restent fragmentaires dans tous les domaines. Qu’il s’agisse de la fréquentation des écoles ou des universités, de l’alphabétisation, de l’usage des livres ou même des voyages mentionnés en dernier lieu, nos recherches ont abouti à des faits clairsemés, parfois seulement à des allusions. Aujourd’hui, il est impossible de dire si cette pénurie de renseignements est due à la destruction des sources concernant la Hongrie médiévale, ou bien au fait que la culture, au XIVe siècle, restait confinée dans un milieu social extrêmement étroit. Malgré tout, le peu d’informations que nous possédons pour le moment indique clairement que l’élite hongroise de la période angevine, surtout si nous considérons également ses membres ayant eu une carrière ecclésiastique, est bien loin de l’image d’inculture traditionnellement acceptée.

Notes

1 Ph. Contamine, La noblesse au royaume de France de Philippe le Bel à Louis XII, Paris, 1997, p. 274.

2 Voir par exemple l’opinion de Pierre Choque (en 1502) : « Il sont bons combatans et hardiz et son acconstumez de coucher troys quatre moys hors sans lict, fors le cabanque ung chacun porte, soit prince ou baron », A. Le Roux de Lincy, Discours des cérémonies du mariage d’Anne de Foix, de la maison de France, avec Ladislas VI, roi de Bohême, précédé du discours du voyage de cette reine dans la seigneurie de Venise, le tout mis en écrit du commandant d’Anne, reine de France, duchesse de Bretagne, par Pierre Choque, dit Bretagne, l’un de ses rois d’armes (mai 1502), dans Bibliothèque de l'École des chartes, 22, 1861, p. 436. (http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bec_0373-6237_1861_num_22_1_461942). Sur cette question, voir E. Csukovits, Magyarországról és a magyarokról. Nyugat-Európa magyar-képe a középkorban [De la Hongrie et des Hongrois. L’image de la Hongrie dans l’Occident médiéval], Budapest, 2015 (Magyar történelmi emlékek. Értekezések), p. 213-222.

3 P. Engel, The realm of St StephenA history of medieval Hungary, 895-1526, Londres-New York, 2001, p. 352.

4 Ibid., p. 243.

5 P. Engel, Struttura sociale e politica dell’Ungheria in epoca angioina, dans E. Csukovits (dir.), L’Ungheria angioina, Rome, 2013 (Bibliotheca Academiae Hungariae – Roma, Studia, 3), p. 121-138.

6 Gy. Bónis, A jogtudó értelmiség a Mohács előtti Magyarországon [Les gens de loi en Hongrie avant Mohács (1526)], Budapest, 1971, p. 29-92.

7 I. Bertényi, Az országbírói intézmény története a XIV. században [L’histoire de l’institution du grand-justicier au XIVe siėcle], Budapest, 1976, p. 137-174.

8 Gy. Bónis, A jogtudó értelmiség… cit., p. 29-43.

9 E. Mályusz, Egyházi társadalom a középkori Magyarországon [La société ecclésiastique en Hongrie médiévale], Budapest, 1971, p. 196.

10 E. Csukovits, Le innovazioni istituzionali nell’età angioina e i loro parallelismi napoletani, dans Ead. (dir.), L’Ungheria angioina… cit., p. 94-97.

11 A. Hegedűs, Vásári IV. Miklós [Nicolas Vásári], dans M. Beke (éd.), Esztergomi érsekek (1001-2003), Budapest, 2003, p. 171-175.

12 Comme par exemple P. Engel, Struttura sociale… cit., p. 131, E. Fügedi, « Verba volant... ». Középkori nemességünk szóbelisége és az írás [« Verba volant… ». La culture orale de la noblesse hongroise et l’écrit], dans É.H. Balázs, E. Fügedi, F. Maksay (éd.), Társadalom- és művelődéstörténeti tanulmányok. Mályusz Elemér emlékkönyv, Budapest, 1984, p. 125-126.

13 Á. Bossányi (éd.), Regesta supplicationum. A pápai kérvénykönyvek magyar vonatkozású okmányai. Avignoni korszak [Les documents concernant la Hongrie dans les registres de la Pénitencerie apostolique. Période avignonnaise], Budapest, 1916-18, I, p. 92 ; Á. Kurcz, Lovagi kultúra Magyarországon a 13-14. században [La culture chevaleresque en Hongrie aux XIIIe et XIVe siècles], Budapest, 1988, p. 222.

14 Gy. Bónis, A jogtudó értelmiség… cit., p. 34. Á. Bossányi (éd.), Regesta supplicationum… cit., I/1, p. 224.

15 R. Békefi, A népoktatás története Magyarországon 1540-ig [Histoire de l’enseignement élémentaire en Hongrie jusqu’en 1540], Budapest, 1906, p. 192 ; Á. Kurcz, Lovagi kultúra… cit., p. 222.

16 Kenezicsi et Druget comme pedagogi puerorum, voir dans Scriptores rerum Hungaricarum tempore ducum regumque stirpis Arpadinae gestarum, éd. E. Szentpétery, I-II, Budapest, 1937-1938, I, p. 494 ; T. Almási et al. (éd.), Anjou-kori Oklevéltár. Documenta res Hungaricas tempore regum Andegavensium illustranti, Budapest-Szeged, 1990-, XXIII, n° 725 ; A. Pór, Neszmélyi Miklós, Nagy Lajos király tanítója [Miklós Neszmélyi, précepteur du roi Louis le Grand], dans Katolikus Szemle, 21, 1907, p. 467-485 ; T. Fedeles, G. Sarbak, J. Sümegi (éd.), A pécsi egyházmegye története I. A középkor évszázadai (1009-1543) [L’histoire du diocėse de Pécs. I. Les siėcles du Moyen Âge], Pécs, 2009, I, p. 96-101.

17 Scientia litterarum clarus fuit, in astronomia avidisse laboravit, comme Jean Küküllei l’a écrit. Voir son texte dans J. de Thurocz, Chronica Hungarorum, I, éd. E. Galántai et J. Kristó, Budapest, 1985, p. 182 ; sur ses connaissances de la langue allemande, voir aussi la cronique de Jean Küküllei : Quos precipue Theutonicos idiomatis eorum conscius multum diligebat, ibid., p. 176 ; sa connaissance de la langue italienne est mentionnée dans une nouvelle florentine, selon laquelle Louis a passé plusieurs heures à converser avec deux Florentins niais qui le prenaient pour un clerc : voir T. Kardos, Az Albertiek édenkertje [Le paradis des Alberti], dans Minerva, 15, 1936, p. 3-14.

18 A. Pór, Adatok a bolognai és padovai jogegyetemen a XIV. században tanult magyarokról [Recherches sur les étudiants hongrois des universités des juristes de Bologne et de Padoue au XIVe siècle], dans Századok, 31, 1897, p. 779.

19 A. Pór, Adatok… cit., p. 789, E. Mályusz, Egyházi társadalom… cit., p. 179.

20 Ibi super Silerem fluvium in quadam clausura subsellia ponere iubebat ad ripam fluminis predicti, ut se ventre mundaret et a longe manentibus cunctis inter gerendum quascunque literas secum portaverat, legebat, ubi non minus quam per horam manere consueverat : B. Pagnin (éd.), Guillelmi de Cortusiis Chronica de novitatibus Padue et Lombardie, Bologna, 1941-1975 (Rerum Italicarum scriptores, XII/5), p. 142 ; A. Pór, Nagy Lajos, 1326-1382 [Louis le Grand, 1326-1382], Budapest, 1892 (Magyar történeti életrajzok), p. 307.

21 Le manuscrit Secretum Secretorum de Louis est conservé aujourd’hui à Oxford (Bodleian Library, ms. Hertford College 2), voir L’Europe des Anjou. Aventure des princes angevins du XIIIe au XVe siėcle (catalogue de l’exposition de Fontevraud, 2001), Paris, 2001, p. 187-188, 340.

22 Anjoukori okmánytár. Codex diplomaticus Hungaricus Andegavensis, I-VII, Budapest, 1878-1920, II, p. 67.

23 La Bible de Demeter Nekcsei est éditée en fac-similé : A Nekcsei-Biblia legszebb lapjai [Les plus belles feuilles de la Bible Nekcsei], Budapest-Washington, 1988.

24 Un certain nombre de lettres adressées à Benoît Himfi sont publiées dans L. Thallóczy, Nagy Lajos és a bulgár bánság [Louis le Grand et le banat de Bulgarie], dans Századok, 34, 1900, p. 603-615.

25 P. Engel, The Realm of St Stephen… cit., p. 193.

26 J. Szentpéteri (dir.), Magyar kódex. 2. Lovagkor és reneszánsz [Codex hongrois. II. L’âge de la chevalerie et la Renaissance], Budapest, 1999, p. 137-138.

27 Magyar Országos Levéltár, Diplomáciai Levéltár [Collection diplomatique des Archives nationales de Hongrie, désormais DL], 42026, 47889, 68262, 68568.

28 DL 48207, la source de fond sur le pèlerinage de Tari, voir H. Delehaye (éd.), Le Pèlerinage de Laurent de Pasztho au Purgatoire de S. Patrice, dans Analecta Bollandiana, 27, 1908, p. 35-60.

29 P. Engel, Salgai Miklós [Nicolas Salgai], dans Id., Honor, vár, ispánság. Válogatott tanulmányok, éd. E. Csukovits, Budapest, 2003, p. 422.

30 P. Engel, Salgai Miklós... cit., p. 421.

31 J.-P. Boudet, La bibliothèque de Clémence de Hongrie : un reflet de la culture d’une reine de France ?, dans M. Gaude-Ferragu, B. Laurioux, J. Paviot (dir.), La cour du prince. Cour de France, cours d’Europe, XIIe-XVe siècle, Paris, 2011 (Études d’histoire médiévale, 13), p. 499-514.

32 DL 6692 ; voir encore Á. Kurcz, Lovagi kultúra… cit., p. 228.

33 I. Heullant-Donat, Une affaire d'hommes et de livres. Louis de Hongrie et la dispersion de la bibliothèque de Robert d'Anjou, dans N. Coulet et J.-M. Matz (dir.), La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge. Actes du colloque d’Angers, 1998 , Rome, 2000 (Collection de l'École française de Rome, 275), p. 689-708.

34 J. de Thurocz, Chronica Hungarorum… cit., p. 182.

35 Selon l’autobiographie de Giovanni Conversini da Ravenna, le roi aurait donné des livres à son médecin, le pėre de Giovanni Conversini. Les circonstances de l’expedition des manuscrits vers la Hongrie sont inextriclables : voir I. Heullant-Donat, Une affaire d'hommes… cit., p. 695-699.

36 Édité en fac-similé : F. Levárdy, Magyar Anjou Legendárium [Légendier des Anjou-Hongrie], Budapest, 1973.

37 La Chronique enluminée en fac-similé : Képes Krónika, Chronicon Pictum, I-II, Budapest, 1964.

38 E. Marosi, M. Tóth, L. Varga, Művészet I. Lajos király korában [L’art à l’époque du roi Louis Ier], Budapest, 1982, p. 133-134.

39 E. Bartoniek, Codices latini medii aevi, Budapestini, 1940, Cod. lat. 405 ; K. Körmendy, Az Acephalus kódex esztergomi vonatkozásai [Les rapports du codex Acephalus à Esztergom], dans Magyar Könyvszemle, 115, 1999, 1, p. 65-69.

40 Ph. Contamine, La noblesse… cit., p. 185-187.

41 K. Szovák, Meritorum apud Dominicum fructus cumulatorum. (Megjegyzések a 14. századi főúri vallásossághoz) [Notes sur la dévotion aristocratique du XIVe siècle], dans P. Tusor (éd.), R. Várkonyi Ágnes emlékkönyv születésének 70. évfordulója ünnepére, Budapest, 1998, p. 79-87 ; M.-M. de Cevins, Koldulórendi konfraternitások a középkori Magyarországon (1270 k.-1530 k.) [Les confraternités mendiantes en Hongrie médiévale], Pécs, 2015, p. 192-197.

42 L.L. Hammerich (éd.), Visiones Georgii : Visiones quas in Purgatorio Sancti Patricii vidit Georgius Miles de Ungaria, A.D. MCCCLIII., Copenhagen, 1931 ; J. Richard, Les relations de pèlerinages au Moyen Âge et les motivations de leurs auteurs, dans Wallfahrt kennt keine Grenzen. Themen zu einer Ausstellung des Bayerischen Nationalmuseums und des Adalbert Stifter Vereins, München-Zürich, 1984, p. 143-153 ; B. Weitemeier (éd.), Visiones Georgii – Untersuchung mit synoptischer Edition der Übersetzung und Redaktion C, Berlin, 2006. 

43 L.L. Hammerich (éd.), Visiones Georgii… cit., p. 86-91.

© Publications de l’École française de Rome, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search