Version classiqueVersion mobile

Formations et cultures des officiers et de l’entourage des princes dans les territoires angevins (milieu XIIIe-fin XVe siècle)

 | 
Isabelle Mathieu
, 
Jean-Michel Matz

Culture et exercice du gouvernement

La place des hommes de loi dans l’appareil administratif provençal sous la seconde maison d’Anjou (1382-1434)

Jean-Luc Bonnaud

Texte intégral

1La place grandissante occupée par les hommes de loi dans les appareils administratifs des États de la fin du Moyen Âge est un lieu commun de l’historiographie. Cette intervention ne vise pas à remettre en question cet acquis de la recherche mais, bien au contraire, à en mesurer l’importance et à en cerner les limites. Pour ce faire, je me baserai sur un espace politique bien délimité, le comté de Provence, sur une période relativement courte, 1382-1434, c’est-à-dire sous les trois premiers souverains de la seconde maison d’Anjou-Provence, Louis Ier († 1384), son fils Louis II († 1417) et enfin Louis III (†1434). Nous entendons par hommes de loi les juristes, mais aussi les notaires, c'est-à-dire non seulement ceux qui peuvent se targuer d’un passage plus ou moins long à l’université et qui sont présentés comme jurisperitus ou mentionnés par leur grade, mais aussi ceux qui sont plus humblement appelés magister.

  • 1 J.-L. Bonnaud, Les juges mages du comté de Provence et de Forcalquier à la fin du Moyen Âge (XIIIe(...)

2Les fonctions judiciaires en premier lieu attirent un très grand nombre de juristes. Les deux offices principaux sont ceux de juge mage et de juge des premières appellations. Sans surprise, ce sont presque tous des hommes de loi, formés au sein de l’université. Sur les quatre juges mages en fonction durant cette période (Leonardo d’Afflitto di Scala, Raymond Bernard Flamenc, Pons Cayssi et Jourdain Bricii)1, nous retrouvons trois docteurs et un licencié. Quant aux trois juges des premières appellations (Pierre Raynaudi, Pons Cayssi, Vitalis de Cabannis), seul le premier apparaît pour l’instant dans les sources sans aucune formation spécifique en matière juridique alors que le deuxième est licencié en droit civil et le dernier docteur dans le même droit.

  • 2 N. Coulet, Le personnel de la Chambre des comptes de Provence sous la seconde maison d’Anjou (1381 (...)
  • 3 Ibid., p. 143.

3Un des organismes où se rencontrent beaucoup d’hommes de loi est la Chambre des comptes, qui est le service administratif probablement le plus pléthorique. Au moins 122 individus ont travaillé durant cette période à la Chambre des comptes à un titre ou un autre. Cependant, l’éventail des compétences des officiers y est très large. Il faut dire que les offices y sont nombreux et fort différents, depuis le simple notaire de la Chambre des comptes jusqu’au maître rational. Au moins une cinquantaine d’officiers travaillant à la Chambre sont des juristes, soit un peu moins de la moitié. Les gradués d’université se retrouvent dans deux fonctions principales, celles de maître rational et d’avocat et procureur fiscal. Sur les 47 maîtres rationaux, 28 au moins sont des juristes soit 60 %. Toutefois, il faut tenir compte du fait que dans les années 1380, beaucoup de nominations effectuées par Marie de Blois avaient selon l’expression de Noël Coulet un « caractère stratégique » visant « plus à récompenser qu’acheter des ralliements à la cause angevine »2. Beaucoup n’ont réellement jamais exercé. Il en résulte qu’un tiers seulement de ces bénéficiaires des nominations par la comtesse sont des gradués. Si l’on enlève les nominations de complaisance, la proportion réelle des juristes est en fait plus proche du chiffre avancé par Noël Coulet pour la période de la seconde maison d’Anjou, soit les deux tiers3. D’autre part, leur qualification juridique est en général élevée : 26 des 28 juristes sont soit docteurs (17), soit licenciés (9).

4Si l’on descend dans la hiérarchie, c’est dans la fonction d’avocat et procureur fiscal que l’on retrouve ensuite le plus de gradués d’université. Sur les 22 officiers recensés, 18 ont certainement un grade universitaire. Cet office ne peut qu’attirer des juristes en raison de l’aspect judiciaire très prononcé de leurs tâches. Ils sont cependant un peu moins qualifiés puisque seulement 3 docteurs sont présents alors qu’il y a 13 licenciés et 6 bacheliers. Enfin, dernier office où se retrouvent des juristes, celui de rational ou archivaire. Ils n’y sont cependant pas très nombreux puisque seulement 2 juristes (sur 18) ont exercé ces offices.

5Les fonctions de maitre rational et de juge mage sont inaccessibles au simple bachelier. La licence est le minimum requis pour accéder à cet office tandis que la fonction de juge mage, plus haut office judiciaire du comté, est presque exclusivement occupée par des docteurs et professeurs. Un seul juge mage ne paraît que comme licencié. Même les fonctions d’avocat et procureur fiscal sont difficilement accessibles aux simples bacheliers. Ils ne sont que 2 pour 9 licenciés et 1 docteur sur 18 personnes ayant occupé cet office. Il ressort de cette brève analyse que tout juriste voulant occuper un office à la cour centrale se doit donc d’obtenir au minimum le grade de licencié. À l’opposé, dans les fonctions de juges locaux, nous n’avons pu retrouver que 2 docteurs et 28 licenciés sur un total de 169 personnes. Les fonctions judiciaires centrales sont donc de façon générale réservées aux licenciés et docteurs en droit, dénotant ainsi le haut niveau de qualification juridique atteint par une bonne partie des officiers de la cour centrale de Provence.

  • 4 M. Fournier, Les statuts et privilèges des universités françaises depuis leur fondation jusqu’en 1 (...)
  • 5 Ibid., p. 340.
  • 6 Voir sa carrière dans N. Coulet, Aix-en-Provence. Espace et relations d’une capitale (milieu XIVe (...)
  • 7 N. Pons, Guillaume Saignet, lecteur de Gilles de Rome, ddans Bibliothèque de l’École des chartes, (...)
  • 8 Archives départementales des Bouches-du-Rhône [désormais AD13], 308 E 37. Il obtint alors la prébe (...)
  • 9 M. Fournier, Les statuts… cit., p. 331.
  • 10 Ibid., p. 334.

6Où ont-ils suivi leurs études ? La tâche est difficile car nous devons nous contenter de renseignements épars. Les quelques indices dont nous disposons laissent penser que les officiers d’origine provençale ont étudié dans les universités méridionales. Celle d’Avignon notamment a dû attirer un certain nombre d’entre eux à l’image de trois grands officiers, Hugues Audirini, originaire d’Aix, étudiant en première puis en deuxième année de droit canon en 1393 et 13944, ou Jourdain Bricii, étudiant en droit en 13935, deux officiers qui finirent leur carrière au plus haut échelon de l’appareil administratif, soit à la fonction de juge mage. L’Aixois Louis Guirani, quant à lui, a pris tous ses grades à l’université d’Avignon, dont le doctorat en 1405. Il fut président du Parlement et maître rational6. Le président du conseil et chancelier de Provence Guillaume Saignet apparaît comme bachelier en lois en 1394 sur un rotulus de l’université d’Avignon7, alors que Paul de Cario, futur maître rational, est étudiant en droit civil en 13988. À un échelon inférieur, des juges locaux firent également leurs études à Avignon, à l’instar de Jérôme de Placentinis, étudiant en droit civil en 13939, ou Bernard Staque, du diocèse de Couserans, étudiant clerc en droit canon à Avignon en 1393 et 1394, puis bachelier en décret10.

  • 11 F. Belin, Histoire de l’ancienne université de Provence ou histoire de la fameuse université d’Aix(...)
  • 12 AD13, B 11, fol. 114v.
  • 13 F. Cortez, Les grands officiers royaux de Provence au Moyen Âge. Listes chronologiques du haut per (...)
  • 14 N. Coulet, Aix-en-Provence… cit., p. 563 ; voir l’étude de sa bibliothèque, ibid., p. 567-570
  • 15 Ibid., p. 56 et suivantes.
  • 16 Ibid., p. 983, note 430.
  • 17 Il fut juge de Tarascon en 1428 (AD13, B 2039, fol. 101), juge d’Aix en 1429 (AD13, 309 E 172) et (...)
  • 18 N. Coulet, Aix-en-Provence… cit.,p. 564
  • 19 Ibid., p. 984, note 430.
  • 20 Ibid., p. 985, note 444.
  • 21 AD13, 306 E 262, fol. 4v ; 309 E 171 ; 309 E 172.
  • 22 F. Cortez, Les grands officiers royaux… cit., p. 291 ; AD13, 306 E 262, fol. 9.
  • 23 N. Coulet, Aix-en-Provence… cit., p. 984, note 434.

7D’autres officiers étudièrent dans la nouvelle université d’Aix-en-Provence fondée en 1409. Ainsi, Jean Martini, originaire de Sisteron, passa son examen de licence à Aix les 23, 24 et 29 janvier 141911. Il commença sa carrière deux ans plus tard comme avocat et procureur fiscal, fut par la suite conseiller du roi, maître rational à partir de 143312, et chancelier en 144413. Il devint docteur alors qu’il officiait comme procureur fiscal14, et enseigna à l’université15. Louis Abelhe, du Luc, étudia à Aix16, avant de servir en tant que juge local17. Jacques Boyssoni, de Roquebrune, était étudiant à Aix en 1415, mais il obtint sa licence à Avignon en 143618. D’abord lieutenant du procureur et conseiller du roi, il fut ensuite procureur fiscal du comté en 1425 et professeur à l’université d’Aix19. Bertrand de Bayono20, originaire de Vinon dans la baillie de Barjols, gradué de l’université d’Aix, fut juge d’Aix en 1426, 1430 et 143321, puis procureur fiscal de 1435 à 143722. Certains grands officiers envoyèrent leurs enfants étudier dans cette ville. C’est le cas de l’avocat et procureur fiscal aixois Elzéar Arpilhe, licencié en droit, dont les enfants Antoine et Elzéar étudièrent à Aix et du maître rational Antoine Isnardi, dont le fils Jean étudia également à Aix23. Enfin, notons qu’un nombre non négligeable d’officiers étaient des hommes d’Église, chanoines ou prieurs. Ce fut le cas de six maîtres rationaux, formés soit au droit canon, comme André Botarici ou Honoré Bovet, soit au droit civil, comme Louis Guirani. Cela constitue une nouveauté par rapport au siècle antérieur où les clercs étaient presque totalement absents de la fonction publique.

  • 24 J. Verger, Prosopographie et cursus universitaire, dans N. Bulst, J.-Ph. Genet (éd.), Medieval liv (...)
  • 25 AD13, B 1899, fol. 47v ; B 1900, fol. 26.
  • 26 N. Coulet, Aix-en-Provence… cit., p. 564
  • 27 AD13, B 2038, fol. 2.
  • 28 AD13, 308 E 40, fol. 2 ; B 2018, fol. 275v-277 ; B 1750, fol. 105, 105v ; B 1900, fol. 22v ; B 190 (...)
  • 29 AD13, B 1901, fol. 39.
  • 30 AD13, B 1714, fol. 73.
  • 31 Journal de Jean Le Fèvre, évêque de Chartres, chancelier des rois de Sicile Louis Ier et Louis II (...)
  • 32 É. de Laplane, Histoire de Sisteron tirée de ses archives, 2e éd., Marseille, 1974, p. 544.
  • 33 AD13, B 1962, fol. 136 ; B 1614, fol. 9 ; B 1943 fol. 274v, 280 ; B 1614, fol. 9.
  • 34 AD13, B 8, fol. 317, et B 10, fol. 100v.
  • 35 AD13, B 10, fol. 104.
  • 36 AD13, B 10, fol. 106.
  • 37 AD13, B 10, fol. 104v, 165v.
  • 38 AD13, B 10, fol. 194.
  • 39 AD13, B 10, fol. 64.
  • 40 N. Coulet, Aix-en-Provence… cit., p. 564.
  • 41 AD13, B 10, fol. 260v.
  • 42 AD13, B 2020, fol. 240v.

8Beaucoup d’étudiants remplissaient déjà certaines fonctions civiles ou ecclésiastiques et parfois interrompirent leurs études, le temps d’occuper un ou plusieurs offices24. Le futur procureur et conseiller du roi Jacques Boyssoni, étudiant à Aix en 1415, apparaît comme viguier-juge de Forcalquier en 1416 et 1419 avec le grade de bachelier25. Il devint procureur fiscal en 1425 mais n’obtint sa licence qu’en 1436 à Avignon26, pour devenir par la suite la suite professeur à l’université d’Aix. Il lui fallut donc vingt ans pour passer de bachelier à licencié. Ses fonctions de juge local, de conseiller du roi et de procureur fiscal l’obligèrent certainement à suspendre ses études. Autre exemple, Louis Gaufridi, d’Apt, apparaît au début de sa carrière en 1396, comme bachelier en droit civil27. Après avoir occupé plusieurs offices locaux à Tarascon, Aix, Sisteron et Seyne28, il est licencié en décret en 143229. Bérenger Sadoyrani, quant à lui, est bachelier en droit civil alors qu’il officie en 1372 à Arles30, et en 1386 à Apt31, pour finalement en 1387 être licencié en droit civil à Sisteron32. De nombreux officiers obtinrent ainsi un grade supérieur durant leurs fonctions à la cour centrale. Pensons notamment à Hugues Audirini qui est bachelier dans les deux droits entre 1407 et 1421 alors qu’il est successivement juge local33, avocat et procureur fiscal et président de la Chambre des comptes34, pour devenir licencié en droit en 142135, et enfin achever sa carrière comme docteur dans les deux droits l’année suivante36. Nous avons ici un des rares exemples documentés d’un officier ayant passé tous les grades alors qu’il était au service du comte de Provence. André Botarici, licencié en décret alors qu’il était conseiller du roi37, devint docteur quelques mois après sa nomination comme maître rational en 142438. Raoul Rollandi devint docteur dans les deux droits durant son mandat de maître rational39. Jean Martini, de Sisteron, licencié en 141940, enseigne le droit civil dès 142841 et paraît docteur en droit à partir de 143042, durant son office de procureur et avocat fiscal, avant d’être nommé maître rational trois ans plus tard. Il est impossible de suivre dans le détail le cursus universitaire de chaque officier, mais deux parcours paraissent possibles. Certains acquièrent des grades au fur et à mesure que leur carrière avance alors que d’autres entrent dans la fonction publique une fois leur parcours universitaire achevé à l’image des juges mages Leonardo d’Afflitto di Scala, Jourdain Bricii ou Raymond Bernard Flamenc. Ceux-ci sont titulaires d’un doctorat dès leur première apparition au service du comte de Provence.

  • 43 AD13, B 2020, fol. 100 (25 mai 1427).

9Il est possible de penser que dans leur effort pour développer l’université d’Aix, les souverains de la seconde maison d’Anjou aient parfois considéré les offices locaux comme une « prébende » en faveur des étudiants. Nous en avons un indice lorsque les maîtres rationaux écrivent en 1427 au clavaire de Sisteron pour lui ordonner de payer intégralement les gages du juge Jacques Guillelmi, originaire d’Hyères, même s’il dut s’absenter de son office pour aller passer son examen de licence en droit à Aix-en-Provence43. Nous l’avons vu, un certain nombre de juges locaux étaient certainement encore en cours d’études comme le montrent les changements de grade relevés au cours de leur carrière. Certains étudiants en droit civil – qui ne pouvaient pas obtenir de bénéfices ecclésiastiques – interrompaient momentanément leurs études pour occuper un office local leur permettant de les financer. Ces interruptions pouvaient parfois se prolonger fort longtemps comme l’ont montré quelques exemples cités plus haut et se transformer dans certains cas en arrêt définitif des études. Pour l’avancement de leur carrière, l’intérêt de poursuivre un cursus universitaire pouvait s’avérer moins crucial pour des hommes déjà en possession d’un office à la cour centrale.

10Les juristes ne sont cependant pas les plus nombreux à occuper les offices centraux. Ils sont dépassés en nombre par d’autres hommes de loi, les notaires. Ceux-ci sont omniprésents et se retrouvent à presque tous les niveaux de l’appareil administratif central angevin, des simples fonctions de notaire de cour, en passant par ceux de secrétaires ou de conseillers du roi, jusqu’à l’office de maitre rational. Seules les plus hautes fonctions judiciaires et politiques, celles de sénéchal, de juge mage ou des secondes appellations, sont hors de leur portée.

  • 44 Ce sont presque tous des Provençaux. Même s’il s’agit du plus bas office de l’appareil administrat (...)
  • 45 Marcelle-Renée Reynaud en avait repéré 55 pour la même période. M.-R. Reynaud, Le temps des prince (...)
  • 46 Ibid., p. 148
  • 47 Aix-en-Provence, Bibl. Méjanes, ms. 768, fol. 327v.
  • 48 Paris, Archives nationales [désormais AN], KK 243, fol. 2 ; AD13, B 10, fol. 74v. Sur Jean Porcher (...)
  • 49 Cola di Castillione, originaire d’Arezzo, secrétaire du roi en 1432 (AD13, B 774, fol. 58v). Il es (...)
  • 50 AN, KK 243, fol. 2.
  • 51 AD13, B 10, fol. 36v.
  • 52 AD13, B 10, fol. 61v, 129.
  • 53 AD13, B 10, fol. 59, 116v. ; B 1384, fol. 23v. Sur Jean Michel, voir la contribution de Jean-Miche (...)
  • 54 AD13, B 10, fol. 14, 15.
  • 55 AD13, 306 E 44, fol. 114-115.

11En premier lieu, ils monopolisent toutes les fonctions d’écriture, comme celle de secrétaire du roi, office qui leur permet d’approcher le roi, ainsi que celles de notaire auprès des différents grands officiers. Nous n’avons pu retrouver pour l’instant que 25 notaires de cour opérant à la cour centrale d’Aix-en-Provence44, mais surtout 69 secrétaires du roi45. Les juristes sont ici peu nombreux (6 % selon mes calculs, 10 % selon ceux de Marcelle-Renée Reynaud)46. Les notaires provençaux en constituent l’immense majorité, mais ils ne sont cependant pas seuls dans cet office. Les accompagnent d’assez nombreux hommes du Nord, clercs ou laïcs, issus majoritairement du royaume de France à l’instar de Jacques de Villechartre47, clerc et notaire originaire du Mans, ou de Jean Porcher48, originaire de Meaux, chanoine de Rouen puis d’Angers. Une des principales différences avec la période précédente est la présence d’au moins une quinzaine de secrétaires venant du royaume de France, des apanages ou hors apanage, dont la majorité sont des clercs. Les notaires italiens sont par contre rares (un seul)49. Deux traditions notariales se rencontrent donc, d’autant plus que ces hommes accompagnent le souverain ou les grands officiers dans leurs déplacements. Ainsi, des notaires du Sud peuvent se retrouver en Anjou ou ailleurs dans le royaume de France et des clercs du Nord en Provence, voire en Italie, au gré des déplacements du roi ou de la reine. Par exemple, le secrétaire et conseiller Jean Porcher, originaire de Meaux dans le royaume de France, est à Angers en 141850, puis en Italie la même année51, et enfin en Provence de 1419 à 142352. Jean Michel, natif de Beauvais, secrétaire également, voyage entre Angers, l’Italie, et la Provence entre 1419 et 142553, alors qu’à l’opposé l’Aixois Pons de Rosseto se retrouve à Angers en 141754. Certains même, des hommes du Nord essentiellement, s’installent en Provence à l’instar du normand Philipin de Vieta, trésorier de Provence pendant de longues années ou du Saumurois Andrinet de Brézé, secrétaire du roi et clavaire de Marseille entre 1411 et 1428, toujours présent à Aix en 143855. Il serait pertinent d’étudier les impacts de ces contacts entre notaires du Nord et du Sud. Seule, pour l’instant, l’apparition timide du français dans les actes peut être notée. Cette croissance de l’utilisation du français se remarque à partir du règne de Louis III, mais surtout, par la suite, sous le roi René. Mais à part la langue, apportent-ils avec eux d’autres pratiques notariales ? La question mérite d’être posée et exigerait des études plus approfondies.

  • 56 L. Verdon, Les notaires, officiers du comte de Provence aux XIIIe et XIVe siècles, dans Rives nord (...)
  • 57 AD13, B 1527, fol. 87.
  • 58 AD13, B 10, fol. 28v.
  • 59 AD13, B 9, fol. 275v.
  • 60 AD13, B 1808 fol. 304-304v.
  • 61 Journal de Jean Le Fèvre… cit., p. 8, 89.
  • 62 Ibid., p. 438; F. Cortez, Les grands officiers royaux… cit., p. 263.

12Leurs fonctions consistant en la « rédaction et l’authentification des actes de la pratique »56, ils sont omniprésents auprès de toutes les instances. Aussi, côtoyant régulièrement les souverains et les grands officiers du comté, ils peuvent être amenés à faire de belles carrières. Au moins six maîtres rationaux furent des notaires. Jean Magistri, par exemple, notaire originaire des Saintes-Maries, secrétaire de Marie de Blois, devint trésorier de Provence en 138657, accéda au conseil58, pour finir maître rational en 141559. Il parvint également à placer son neveu et homonyme secrétaire du sénéchal60. Également, Arnoul la Caille, notaire, originaire de Senlis, prévôt de Saint-Sauveur d’Aix, secrétaire de Louis Ier puis secrétaire et conseiller de Marie de Blois61, termina sa carrière comme maître rational entre 1387 et 139262.

  • 63 C. Denjean, Notaires et cour de justice en Catalogne, dans L. Fagnon, A. Mailloux, L. Verdon (dir. (...)
  • 64 M. Fournier, Les statuts… cit., p. 354.
  • 65 AD13, B 1618, fol. 166v.
  • 66 AD13, B 1387, fol. 1, 19.
  • 67 AD13, B 1387, fol. 1 ; B 9, fol. 89.
  • 68 AD13, B 10, fol. 59 ; B 1384, fol. 23v.

13Quelles sont leurs compétences en matière juridique ? Il est difficile de le déterminer car il n’y a pas de système de grade pour leur formation. La majorité a appris son métier par apprentissage dans une étude de notaires, mais il n’est certainement pas impossible que certains parmi eux aient fréquenté les bancs de l’université63. Parmi les nombreux étudiants qui n’obtinrent jamais de grade en droit, il est fort probable que beaucoup se tournèrent vers le notariat après quelques années passées dans un studium. Ils ont donc certaines compétences juridiques à l’image de Pierre Gavaudani, du diocèse d’Aix, clerc étudiant en droit civil inscrit sur le rotulus de l’université d’Avigon en 139364, qui est probablement le clavaire d’Aix du même nom en fonction en 144065. Jean Baudusse, quant à lui, secrétaire du roi entre 1424 et 142566, et Jean Johannis, également secrétaire du roi entre 1424 et 143867, sont maîtres ès arts tout en étant présentés comme notaire. Certains même ont obtenu des grades à l’instar de Jean Michel, bachelier en droit et notaire, secrétaire du roi entre 1419 et 142568.

  • 69 AD13, 306 E 92, fol. 155.
  • 70 Par exemple, le notaire Michel Matharoni est lieutenant du juge d’Aix en 1428 (AD13, 309 E 147). C (...)

14Ce sont eux qui rédigent les lettres royales, les nombreux actes publics et ils sont souvent chargés de mener des enquêtes comme en témoignent les actes de la pratique. Cela les oblige non seulement à maîtriser l’art de la rédaction de l’écrit authentique mais aussi à avoir certaines connaissances en droit. Même si juristes et notaires sont séparés par les grades, ils partagent un savoir juridique commun. De plus, ils sont souvent liés par des liens matrimoniaux, à l’instar du notaire Marcon Arnaudi qui marie sa fille Marguerite au licencié en droit civil Jean Bermundi69, et sont parfois issus des mêmes familles comme chez les de Rosseto où trois notaires et un juriste œuvrent à l’époque pour le comte de Provence. La possession ou non d’un grade détermine en grande partie, mais pas toujours, les offices que chacun occupe. Si les plus hautes fonctions judiciaires sont hors de portée des notaires, en revanche, les offices comptables et de rédaction leur sont ouverts. Nous les retrouvons ainsi nombreux dans les fonctions de rational, archivaire ou trésorier où ils sont très largement majoritaires et où très peu de gradués officient – sur les vingt-cinq rationaux et archivaires, une vingtaine sont assurément des notaires de formation – et même certaines fonctions judiciaires leur sont accessibles. Nous avons vu en effet qu’un certain nombre de maîtres rationaux étaient des notaires. Or, cet office est aussi un office judiciaire puisque le rôle de ces officiers est de contrôler et surtout de juger les comptes. D’autre part, il n’est pas rare que lorsqu’un juge local doive s’absenter, il nomme pour le remplacer des notaires de formation, ces derniers tenant alors des parlements de justice70.

  • 71 C. Denjean, Notaires et cours de justice en Catalogne… cit., p. 175.
  • 72 AD13, B 2039, fol. 1bis.

15Ces notaires semblent avoir fait le choix d’une carrière au sein de la fonction publique aux dépends de celle de notaire au sein d’une étude, laissant ainsi libre cours chez ces hommes au développement d’une culture du service de l’État71. Un indice de cette spécialisation est le fait que parmi tous les notaires d’Aix dont les registres nous ont été conservés, un seul, Jacques Spitalerii, fut officier du comte de Provence et encore n’occupa-t-il que le seul poste de clavaire de Sisteron72, alors que d’autres comme les membres des familles Arnaudi, de Rosseto, Bernardi ou Bruni passèrent une grande partie de leur carrière au service de l’État angevin.

  • 73 AD13, B 5, fol. 254 ; B 8, fol. 312.
  • 74 Entre 1369 et 1410. AD13, B 5, fol. 26 ; 308 E 52, fol. 107v.
  • 75 Journal de Jean Le Fèvre… cit., p. 444
  • 76 Archives départementales du Var [désormais AD83], BB 1, fol. 92.
  • 77 Baile-capitaine de Brignoles de 1386 à 1390 (Journal de Jean Le Fèvre, p. 265 ; AD83, BB 1, fol. 9 (...)
  • 78 AD13, B 1605, fol. 122v ; B 1611, fol. 20.
  • 79 En 1366 (AD13, B 1523, fol. 12, 23v).
  • 80 En 1367 (AD13, B 1524, fol. 112).
  • 81 Journal de Jean Le Fèvre… cit., p. 121 ; AD13, B 1527, fol. 87.
  • 82 AD13, B 10, fol, 231v ; B 11, fol. 25.

16Cette présence importante des hommes de loi au sein de l’État provençal doit cependant être nuancée. La plus haute fonction de commandement, soit celle de sénéchal ou de gouverneur, n’est pas occupée par des hommes de loi. Que ce soit Foulques d’Agout, Georges de Marle, Jean de Tussey, Pierre d’Acigné, Tristan de La Jaille ou Pierre de Beauvau, aucun ne semble être passé par l’université. Même dans des fonctions techniques comme celles de maître rational se glissent quelques membres de la noblesse traditionnelle, à l’instar du chevalier Jean Drogoli, originaire de Brignoles et seigneur de Saint-Julien, maître rational entre 1394 et 141573. Nous pouvons aussi prendre l’exemple des deux Vincenti, Rostaing74 et son fils Raymond,75 tous les deux maîtres rationaux. Ces nominations ne sont pas seulement honorifiques. Jean Drogoli, par exemple, après avoir été syndic de Brignoles76 ainsi que baile, viguier, châtelain ou capitaine de plusieurs circonscriptions77, est très présent dans les affaires du comté durant sa carrière de maître rational, où nous le voyons assister régulièrement aux réunions du conseil. Rostaing Vincenti, alors qu’il occupait l’office militaire de châtelain d’Aix entre 1367 et 139478, fut en même temps trésorier de Provence79, office comptable, procureur fiscal80, office judiciaire, puis maître rational, tout en siégeant lui aussi régulièrement au conseil du roi. L’office de trésorier de Provence est également parfois occupé par des nobles de vieille souche comme le damoiseau avignonnais François Francisci, seigneur de Fontienne et Graveson, trésorier en 1385 et 138681, ou le damoiseau normand Philippin de Vieta, seigneur de Condet, entre 1415 et 142982.

  • 83 M.-R. Reynaud, Le temps des princes… cit., p. 135.
  • 84 Ibid., p. 136.
  • 85 J.-L. Bonnaud, Le gouvernement du comté de Provence durant le séjour de Louis III en Italie (1423- (...)
  • 86 M.-R. Reynaud, Le temps des princes… cit., p. 117.
  • 87 AD13, B 773, fol. 62.
  • 88 L. Stouff, Arles à la fin du Moyen Âge, Aix-en-Provence, 1986, p. 712.
  • 89 AD13, B 10, fol. 61v.
  • 90 Aix-en-Provence, Bibl. Méjanes, ms. 768, fol. 3v.
  • 91 AD13, B 10, fol. 141v. Sur ce personnage, voir N. Coulet, Autour du registre de chancellerie de Lo (...)
  • 92 N. Coulet, Autour du registre… cit., p. 256.

17L’instance où se prennent les décisions politiques importantes est le conseil, organisme qu’il est difficile d’étudier avec la méthode prosopographique tant sa composition est mouvante. Ces conseillers sont loin d’être tous des hommes de loi. Sur les 114 conseillers que nous avons pu retrouver, 44 sont des juristes, une trentaine portent le titre de chevalier ou de damoiseau tandis que les clercs et les notaires sont aussi en nombre non négligeable, retrouvant ainsi les mêmes proportions que Marcelle-Renée Reynaud a remarquées sur une population plus importante83. Ces chiffres n’ont en fait qu’une faible valeur car ils ne tiennent pas compte de la présence véritable de chacun au conseil ainsi que de son poids réel dans les prises de décision. Il faudrait mener ici une étude plus détaillée qui dépasserait le cadre de ce colloque. Cependant, Marcelle-Renée Raynaud a constaté la présence assidue de féodaux issus de l’hôtel dans les conseils des différents souverains angevins84. D’autre part, une étude antérieure que nous avons menée il y a quelques années a montré également que certains grands féodaux, membres de l’hôtel, assistaient régulièrement aux conseils tenus par Louis III à l’instar de deux membres de grandes familles provençales, les chevaliers Guillaume de Villeneuve et Élion de Glandevès85. À ces féodaux, il faudrait aussi ajouter des hommes issus de la marchandise mais qui surent pratiquer le métier des armes à l’instar d’Antoine Hermenterii, fils de marchand et seigneur marseillais, capitaine d’armes en 141886, ainsi que châtelain et seigneur d’Orgon, que ses fonctions de secrétaire du roi Louis II87 amenèrent à être tout d’abord viguier d’Arles88, puis à accéder au conseil en 142089, avant de devenir maître d’hôtel90, chambellan de Louis III91, et enfin justicier de Calabre en 142392.

18Il est bien difficile d’apprécier la culture et la formation intellectuelle de cette noblesse traditionnelle. Aucun instrument de mesure ne nous permet véritablement de l’évaluer. Bien sûr, nombre d’entre eux sont originaires des villes, la noblesse urbaine étant nombreuse en Provence. Elle fréquentait régulièrement les milieux des hommes de loi et de la marchandise, à laquelle elle participait de temps à autre elle-même, y nouant parfois des liens matrimoniaux, et donc devait partager certains éléments de leur culture. Il est fort probable que ces hommes avaient une certaine familiarité avec l’écrit, au moins en provençal pour les hommes du comté, en français pour les autres, et parfois en latin pour les plus hauts dignitaires comme les sénéchaux et chanceliers.

  • 93 Th. Pécout, « Noblesse provençale et pouvoir comtal : l’exemple du pays de Riez (Alpes-de-Haute-Pr (...)
  • 94 J.-L. Bonnaud, Le pouvoir comtal en Provence au miroir de l’enquête de Leopardo da Foligno contre (...)
  • 95 N. Coulet, Aix-en-Provence… cit., p. 548.
  • 96 L. Bidet, « La noblesse et les princes d’Anjou : la famille de Beauvau », dans N. Coulet et J.-M. (...)
  • 97 AD13, B 10, fol. 213v, 216v, 249. L. Stouff, Arles… cit., p. 712.

19Selon Thierry Pécout, la noblesse provençale a intériorisé « une nouvelle forme de régulation des conflits : la justice du prince »93 . Certains procès, notamment ceux menés contre Bermond de La Voulte et Guillaume de Vaumeilh montrent que dès la première moitié du XIVe siècle, des petits nobles de haute-Provence savaient très bien utiliser les documents notariés pour défendre leurs causes94. D’autre part, les offices de commandement locaux (viguiers, bailes) sont dans les mains de la noblesse traditionnelle. À ce titre, ce sont eux qui président les conseils municipaux. Les lettres royales ou celles émanant des officiers de la cour centrale leur sont en premier lieu présentées. Si ce qui concerne la justice et les comptes leur échappe, il n’en reste pas moins que leurs fonctions les entraînent à avoir un contact régulier avec l’écrit et à travailler fréquemment avec des juristes et des notaires. Il est impossible de connaître leur niveau de litteracy, mais il est probable qu’un certain nombre d’entre eux avaient au moins suivi un enseignement élémentaire, aux mains de précepteurs privés comme ce fut le cas du noble Bertrand Berengari d’Aix, dont la mère Huguette de Sault engage un précepteur pour l’initier aux rudiments de la grammaire95, ou dans les écoles de grammaire qui se sont mises en place avec le soutien des universités à partir de la seconde moitié du XIVe siècle. Certains membres de cette noblesse traditionnelle, sans être passés par l’université, ont pu acquérir un haut niveau de culture, comme ce fut le cas des membres de la famille de Beauvau, dont l’un, Louis, fut le traducteur d’il Filostrato de Boccace sous le titre du Roman de Troyle et de Criseida96. Pensons également au célèbre Antoine de La Salle, conseiller du roi et viguier d’Arles97, auteur de la Salade (pour l’instruction du duc Jean de Calabre, fils aîné du roi René) et du roman intitulé Petit Jehan de Saintré.

 

20Une certaine spécialisation des offices centraux peut donc s’observer. En premier lieu, il va de soi, en cette fin de Moyen Âge, que les offices à vocation judiciaire sont occupés par des juristes, en grand nombre, et en général hautement qualifiés au sein de l’appareil administratif central. Les fonctions comptables et de rédaction sont quant à elles surtout le fait des notaires tandis que les fonctions politiques et de conseil sont partagées entre la noblesse traditionnelle et les hommes de loi.

21Ce schéma mérite toutefois de nombreuses nuances et il serait erroné d’opposer de façon trop tranchée juristes, notaires et féodaux non seulement en fonction des offices occupés mais aussi des compétences de chacun. Juristes et notaires partageaient le même goût envers le droit et des notaires purent arriver à occuper des postes de responsabilité importants car leur rôle de secrétaire du roi, leur permettant d’approcher le souverain, leur ouvrit parfois la porte du conseil royal et certains postes de responsabilité comme ceux de maître rational. Quant à la noblesse traditionnelle, lui était réservée la plus haute fonction politique, celle de sénéchal ou de gouverneur, et elle partageait avec juristes et notaires les fonctions de conseil. Des membres de cette noblesse purent, même sans être passés par l’université, occuper des offices à caractère technique, voire juridique, comme celui de maître rational.

22Même si le droit prend beaucoup de place en cette fin de Moyen Âge, la culture juridique n’est pas la seule à être appréciée par les souverains. L’aspect multiforme de l’action politique et administrative requiert la présence autour du souverain d’hommes experts en écriture, en comptabilité, en diplomatie, dans les manœuvres militaires ou dans l’art de la persuasion, qualités qui ne sont pas l’apanage des hommes de loi. Enfin, d’autres critères tels que l’affinité entre individus ou la confiance intervenaient dans le choix des officiers et conseillers.

Notes

1 J.-L. Bonnaud, Les juges mages du comté de Provence et de Forcalquier à la fin du Moyen Âge (XIIIe-XVe siècle), dans R. Rao (dir.), Les grands officiers dans les territoires angevins – I grandi ufficiali nei territori angioini, Rome, 2016 (Collection de l’École française de Rome, 518/1), également disponible en ligne : https://books.openedition.org/efr/3039.

2 N. Coulet, Le personnel de la Chambre des comptes de Provence sous la seconde maison d’Anjou (1381-1481), dans Ph. Contamine, O. Mattéoni (dir.), La France des principautés. Les Chambres des comptes (XIVe-XVe siècles). Actes du colloque des archives départementales de l’Allier, Moulins, 1995, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière, 1998, p. 142-143.

3 Ibid., p. 143.

4 M. Fournier, Les statuts et privilèges des universités françaises depuis leur fondation jusqu’en 1789, II, Paris, 1891, p. 338, 355

5 Ibid., p. 340.

6 Voir sa carrière dans N. Coulet, Aix-en-Provence. Espace et relations d’une capitale (milieu XIVe s.-milieu XVe s.), Aix-en-Provence, 1988, p. 563.

7 N. Pons, Guillaume Saignet, lecteur de Gilles de Rome, ddans Bibliothèque de l’École des chartes, 163, 2005, p. 437.

8 Archives départementales des Bouches-du-Rhône [désormais AD13], 308 E 37. Il obtint alors la prébende d’un canonicat à Rognes.

9 M. Fournier, Les statuts… cit., p. 331.

10 Ibid., p. 334.

11 F. Belin, Histoire de l’ancienne université de Provence ou histoire de la fameuse université d’Aix, Aix-en-Provence, 1892, p. 177.

12 AD13, B 11, fol. 114v.

13 F. Cortez, Les grands officiers royaux de Provence au Moyen Âge. Listes chronologiques du haut personnel administratif, judiciaire et financier, Aix-en-Provence, 1921 (Publications de la Société d’Études Provençales, 5), p. 284.

14 N. Coulet, Aix-en-Provence… cit., p. 563 ; voir l’étude de sa bibliothèque, ibid., p. 567-570

15 Ibid., p. 56 et suivantes.

16 Ibid., p. 983, note 430.

17 Il fut juge de Tarascon en 1428 (AD13, B 2039, fol. 101), juge d’Aix en 1429 (AD13, 309 E 172) et à nouveau juge de Tarascon en 1433 (AD13, B 2029, fol. 93).

18 N. Coulet, Aix-en-Provence… cit.,p. 564

19 Ibid., p. 984, note 430.

20 Ibid., p. 985, note 444.

21 AD13, 306 E 262, fol. 4v ; 309 E 171 ; 309 E 172.

22 F. Cortez, Les grands officiers royaux… cit., p. 291 ; AD13, 306 E 262, fol. 9.

23 N. Coulet, Aix-en-Provence… cit., p. 984, note 434.

24 J. Verger, Prosopographie et cursus universitaire, dans N. Bulst, J.-Ph. Genet (éd.), Medieval lives and the historian. Studies in medieval prosopography, Kalamazoo, 1986, p. 317, 322.

25 AD13, B 1899, fol. 47v ; B 1900, fol. 26.

26 N. Coulet, Aix-en-Provence… cit., p. 564

27 AD13, B 2038, fol. 2.

28 AD13, 308 E 40, fol. 2 ; B 2018, fol. 275v-277 ; B 1750, fol. 105, 105v ; B 1900, fol. 22v ; B 1901, fol. 77, 77v.

29 AD13, B 1901, fol. 39.

30 AD13, B 1714, fol. 73.

31 Journal de Jean Le Fèvre, évêque de Chartres, chancelier des rois de Sicile Louis Ier et Louis II d’Anjou, éd. H. Moranvillé, Paris, 1887, p. 227.

32 É. de Laplane, Histoire de Sisteron tirée de ses archives, 2e éd., Marseille, 1974, p. 544.

33 AD13, B 1962, fol. 136 ; B 1614, fol. 9 ; B 1943 fol. 274v, 280 ; B 1614, fol. 9.

34 AD13, B 8, fol. 317, et B 10, fol. 100v.

35 AD13, B 10, fol. 104.

36 AD13, B 10, fol. 106.

37 AD13, B 10, fol. 104v, 165v.

38 AD13, B 10, fol. 194.

39 AD13, B 10, fol. 64.

40 N. Coulet, Aix-en-Provence… cit., p. 564.

41 AD13, B 10, fol. 260v.

42 AD13, B 2020, fol. 240v.

43 AD13, B 2020, fol. 100 (25 mai 1427).

44 Ce sont presque tous des Provençaux. Même s’il s’agit du plus bas office de l’appareil administratif central, ce n’est pas forcément le point de départ d’une carrière administrative. Ces offices étaient souvent attribués à des officiers déjà en place en complément de revenu.

45 Marcelle-Renée Reynaud en avait repéré 55 pour la même période. M.-R. Reynaud, Le temps des princes. Louis II et Louis III d’Anjou-Provence (1384-1434), Lyon, 2000.

46 Ibid., p. 148

47 Aix-en-Provence, Bibl. Méjanes, ms. 768, fol. 327v.

48 Paris, Archives nationales [désormais AN], KK 243, fol. 2 ; AD13, B 10, fol. 74v. Sur Jean Porcher, voir la contribution de Jean-Michel Matz dans le présent volume.

49 Cola di Castillione, originaire d’Arezzo, secrétaire du roi en 1432 (AD13, B 774, fol. 58v). Il est plus tard trésorier du comté de Provence en 1446 (AD13, B 1915, fol. 94v).

50 AN, KK 243, fol. 2.

51 AD13, B 10, fol. 36v.

52 AD13, B 10, fol. 61v, 129.

53 AD13, B 10, fol. 59, 116v. ; B 1384, fol. 23v. Sur Jean Michel, voir la contribution de Jean-Michel Matz dans le présent volume.

54 AD13, B 10, fol. 14, 15.

55 AD13, 306 E 44, fol. 114-115.

56 L. Verdon, Les notaires, officiers du comte de Provence aux XIIIe et XIVe siècles, dans Rives nord-méditerranéennes, 28, 2007, p. 3.

57 AD13, B 1527, fol. 87.

58 AD13, B 10, fol. 28v.

59 AD13, B 9, fol. 275v.

60 AD13, B 1808 fol. 304-304v.

61 Journal de Jean Le Fèvre… cit., p. 8, 89.

62 Ibid., p. 438; F. Cortez, Les grands officiers royaux… cit., p. 263.

63 C. Denjean, Notaires et cour de justice en Catalogne, dans L. Fagnon, A. Mailloux, L. Verdon (dir.), Le notaire entre métier et espace public en Europe (VIIIe-XVIIIe siècle), Aix-en-Provence, 2008, p. 176.

64 M. Fournier, Les statuts… cit., p. 354.

65 AD13, B 1618, fol. 166v.

66 AD13, B 1387, fol. 1, 19.

67 AD13, B 1387, fol. 1 ; B 9, fol. 89.

68 AD13, B 10, fol. 59 ; B 1384, fol. 23v.

69 AD13, 306 E 92, fol. 155.

70 Par exemple, le notaire Michel Matharoni est lieutenant du juge d’Aix en 1428 (AD13, 309 E 147). C’est le cas également d’André Lumbardi, lieutenant du juge de Tarascon en 1420 et 1425 (AD13, 309 E 148).

71 C. Denjean, Notaires et cours de justice en Catalogne… cit., p. 175.

72 AD13, B 2039, fol. 1bis.

73 AD13, B 5, fol. 254 ; B 8, fol. 312.

74 Entre 1369 et 1410. AD13, B 5, fol. 26 ; 308 E 52, fol. 107v.

75 Journal de Jean Le Fèvre… cit., p. 444

76 Archives départementales du Var [désormais AD83], BB 1, fol. 92.

77 Baile-capitaine de Brignoles de 1386 à 1390 (Journal de Jean Le Fèvre, p. 265 ; AD83, BB 1, fol. 91). Viguier de Draguignan de 1388 à 1390 (AD13, B 1869, fol. 97). Châtelain de brignoles en 1386 et 1394 (Journal de Jean Le Fèvre… cit., p. 265 ; AD13, B 1794, fol. 387). Viguier de Marseille en 1406 (AD13, B 1943, fol. 256, 199)

78 AD13, B 1605, fol. 122v ; B 1611, fol. 20.

79 En 1366 (AD13, B 1523, fol. 12, 23v).

80 En 1367 (AD13, B 1524, fol. 112).

81 Journal de Jean Le Fèvre… cit., p. 121 ; AD13, B 1527, fol. 87.

82 AD13, B 10, fol, 231v ; B 11, fol. 25.

83 M.-R. Reynaud, Le temps des princes… cit., p. 135.

84 Ibid., p. 136.

85 J.-L. Bonnaud, Le gouvernement du comté de Provence durant le séjour de Louis III en Italie (1423-1434), dans J.-P. Boyer, A. Mailloux, L. Verdon (dir.), Identités angevines. Entre Provence et Naples, XIIIe-XVe siècle, Aix-en-Provence, 2016, p. 43-53.

86 M.-R. Reynaud, Le temps des princes… cit., p. 117.

87 AD13, B 773, fol. 62.

88 L. Stouff, Arles à la fin du Moyen Âge, Aix-en-Provence, 1986, p. 712.

89 AD13, B 10, fol. 61v.

90 Aix-en-Provence, Bibl. Méjanes, ms. 768, fol. 3v.

91 AD13, B 10, fol. 141v. Sur ce personnage, voir N. Coulet, Autour du registre de chancellerie de Louis III. L’entourage cisalpin de Louis III en Calabre, dans J.-M. Martin et R. Alaggio (dir), Quei maledetti Normanni. Studi offerti a Errico Cuozzo per i suoi settant’anni da colleghi, allievi, amici, Ariano Irpino, 2016, p. 254-257.

92 N. Coulet, Autour du registre… cit., p. 256.

93 Th. Pécout, « Noblesse provençale et pouvoir comtal : l’exemple du pays de Riez (Alpes-de-Haute-Provence), XIIe-XIVe siècles », dans Rives nord-méditerranéennes, 7, 2001, p. 8.

94 J.-L. Bonnaud, Le pouvoir comtal en Provence au miroir de l’enquête de Leopardo da Foligno contre Guillaume de Vaumeilh, dans Th. Pécout (dir.), Quand gouverner c’est enquêter. Les pratiques de l’enquête princière (Occident, XIIIe-XIVe siècles). Actes du colloque d’Aix-en-Provence et Marseille, 2009, Paris, 2010, p. 385-396.

95 N. Coulet, Aix-en-Provence… cit., p. 548.

96 L. Bidet, « La noblesse et les princes d’Anjou : la famille de Beauvau », dans N. Coulet et J.-M. Matz (dir.), La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge. Actes du colloque d’Angers, 1998, Rome, 2000 (Collection de l’École française de Rome, 275), p. 486.

97 AD13, B 10, fol. 213v, 216v, 249. L. Stouff, Arles… cit., p. 712.

© Publications de l’École française de Rome, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search