Version classiqueVersion mobile

Reliques romaines

 | 
Stéphane Bacciochi
, 
Christophe Duhamelle

Rome et les catacombes : archéologie, institutions, distribution

Marcantonio Boldetti ou l’apologétique souterraine

Pierre-Antoine Fabre et Jean-Marc Ticchi

Texte intégral

1 Marcantonio Boldetti est l’auteur des Osservazioni sopra i cimiteri de’ santi martiri ed antichi cristiani di Roma, aggiuntavi la serie di tutti quelli che in varie parte del mondo si trovano, écrites à la demande de Clément XI. Ces deux volumes in folio, dont le pape assume le coût de la publication, paraissent à Rome en 1720, ornés de nombreuses gravures représentant des inscriptions trouvées dans les catacombes.

  • 1 H. Leclercq, Boldetti (Marco Antonio), dans Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie, I (...)
  • 2 Dizionario biografico degli Italiani, XI, Rome, 1969, p. 247-249.

2Leur auteur, gardien (custode) des sacrées reliques, a fait l’objet d’une sorte de procès historiographique dans lequel Dom Henri Leclercq, premier responsable éditorial du Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie, fait figure de procureur. Ce procès se fonde sur plusieurs pièces dont les principales sont les deux notices biographiques rédigées par Dom Leclercq dans son Dictionnaire sur Boldetti lui-même et sur son ami Giovanni Marangoni1. On y joint la notice de Nicola Parise dans le Dizionario biografico degli Italiani2, d’une part, et surtout la biographie manuscrite de Boldetti qui figure dans le ms A 31 de la Biblioteca Marucelliana de Florence, pièce à décharge qui éclaire la position de Boldetti dans la Rome des XVIIe et XVIIIe siècles.

3Après une présentation globale de la carrière institutionnelle et académique de Boldetti et de son inscription dans la culture catholique romaine de son époque, on tentera d’éclairer par les Osservazioni elles-mêmes certaines difficultés structurelles de l’archéologie chrétienne.

Marcantonio Boldetti, ecclésiastique érudit

Repères biographiques

4Marcantonio Boldetti naît à Rome le 19 novembre 1663, sous le pontificat d’Alexandre VII, d’une famille originaire de Lorraine. Il y meurt le 4 décembre 1749 alors que Benoît XIV occupe la chaire de Pierre. Son corps est enseveli dans la Basilique Sainte-Marie-du-Trastévère.

  • 3 Enrico de Noris (Vérone, 1631 - Rome 1704), ermite de Saint-Augustin, est nommé « primo custode » d (...)
  • 4 Gasparo Carpegna (Rome, 1626-1714). Prélat, auditeur de Rote, consulteur du Saint-Office, nommé dat (...)
  • 5 Sur cette fonction, évidemment centrale pour le propos de ce livre, voir la présentation et la trad (...)
  • 6 Giorgio Spinola, nonce en Espagne (1711), cardinal (1719), secrétaire d’État d’Innocent XIII : G. M (...)

5Son parcours commence par des études au collège Ghislieri de Rome où sa passion pour le latin lui vaut parmi ses condisciples le surnom de Plutarque. Il est ensuite nommé sous Innocent XII Pignatelli, pape de 1691 à 1700, scriptor (bibliothécaire) d’hébreu à la Bibliothèque vaticane sur la recommandation du cardinal Enrico de Noris3. Le jeune savant entre en contact avec le cardinal Francesco Albani, futur pape Clément XI (1700-1721), alors secrétaire des Brefs, qui souhaite l’attacher à son service. Choisi par le cardinal Gasparo Carpegna4 pour assister à la prédication faite aux juifs chaque samedi dans l’Oratoire de la Sainte-Trinité-des-Pélerins, il contribue aux travaux du Saint-Office pour ce qui concerne les matières et les écrits en hébreu. Son activité reliquaire débute lorsqu’il est nommé adjoint d’Alessandro Bonaventura devenu en 1689 custode des sacrées reliques5, fonction qu’il occupe lui-même peu après l’élection du cardinal Albani à la chaire de Pierre. Chanoine de Sainte-Marie-du-Trastévère, il est délégué par le cardinal Giorgio Spinola6 en qualité de coadjuteur de Bernardino Casoli, le « precettore dell’Ospedale di S. Spirito », le plus grand hôpital de Rome à cette époque, situé sur la rive droite du Tibre.

  • 7 Né à Vicence, protonotaire apostolique et chanoine d’Anagni « eruditissimo nella archeologia sacra (...)
  • 8 Elle est la sœur de l’électeur de Bavière Maximilien II, frère de Joseph Clément, archevêque-électe (...)
  • 9 Biblioteca Marucelliana, Florence, ms A 31, fol. 147r.
  • 10 Ibid., fol. 147r et 143r.
  • 11 Ibid., fol. 144.

6La personnalité de Boldetti est, selon Marangoni7 son ami, caractérisée par une honnêteté irréprochable, qui le pousse à refuser les cadeaux qu’on veut lui faire au titre de ses fonctions de custode. Il remet, par exemple, à une œuvre charitable une grande montre en or que lui offre la princesse Violante de Bavière8 après sa visite de la catacombe du cimetière de San Callisto, sur la via Appia9. Son désintéressement le conduit à refuser les instances de Mgr Bonaventura, l’« elemosiniere » de Clément XI qui lui proposait de s’entremettre pour son accession à l’épiscopat. Sa piété profonde s’exprime par la célébration quotidienne de la messe à Santa Maria in Trastevere pendant plus de quarante ans. Il s’y rend tôt le matin, sa petite lanterne (« lanternino ») à la main après un moment d’oraison mentale, même pendant les frimas10. Il n’use presque jamais de l’indult qui le dispense de cette obligation canoniale, servant cette église « jusqu’à son dernier souffle»11. L’auteur de sa biographie manuscrite souligne que Boldetti enrichit la Basilique Santa Maria in Trastevere de nombreuses reliques de martyrs « di nome proprio » et d’inscriptions. Il obtient du cardinal Carpegna pour cette église un grand sarcophage de marbre sculpté et de l’abbesse de Tor de’ Specchi, l’un des couvents huppés de la ville, la construction de la chapelle de sainte Françoise Romaine. Françoise avait, en effet, connu des extases dans la basilique trastévérine où son directeur spirituel était chanoine. L’esprit charitable du custode des reliques se traduit aussi par le paiement de messes pour la maison de Santa Balbina degli Operai, le versement d’aumônes pour de pauvres prêtres et le don de tout le revenu de son canonicat au monastère de la charité d’Anagni où des cisterciennes tiennent une école gratuite pour les filles, monastère dont il fit son légataire universel.

  • 12 Ibid., fol. 148v.

7Parmi les laïcs qu’il fréquente à Rome, on connaît Malatesta Strinati, patricien de Césène, érudit connu en Italie et « academico » de la reine de Suède12, la religieuse Claudia de Angelis, fondatrice du monastère de cisterciennes d’Anagni précité et le sénateur Buonarotti, antiquaire florentin qui collabore aussi bien avec Boldetti qu’avec Marangoni.

  • 13 G. Fiaschetti, Vita della serva di Dio Suor Claudia De Angelis detta della croce, vergine del terz’ (...)
  • 14 Ibid., p. 138 et 203.

8Il ressort de la biographie de sœur Claudia13 rédigée par son confesseur Giovanni Marangoni et publiée de manière posthume à Rome en 1805 par Giuseppe Fiaschetti, que celle-ci était une mystique visionnaire. Boldetti lui rend visite tandis qu’elle est souffrante, en 1708, de même que les pères « Antonio Franzesi de’ pii operai, Stefano Francesconi de’ chierici Minori, Illomei della Mercede, Dinelli domenicano ». Lors de son ensevelissement, le custode des reliques prend les pieds du cadavre avec le chanoine Binetti, tandis que Marangoni soulève sa tête, pour le déposer dans un cercueil de cyprès14.

  • 15 P.T. Cacciari, Della vita virtù e doni sopranaturali del venerabile servo di Dio, P. Angiolo Carmel (...)
  • 16 Ibid., p. 122, citant le procès apostolique n° 8 (§ 87 à 89 et 136, 137 et 138).
  • 17 Chanoine Raimondo Binetti, cité par P.T. Cacciari, Della vita... cit., p. 199.
  • 18 P.T. Cacciari, Della vita... cit., p. 147.
  • 19 Ibid., p. 148, citant le Process. Apost. dell’amor di Dio, § 12. Le procès apostolique s’est termin (...)
  • 20 Ibid., p. 174, citant le Processo ordinario sommario num. 12, LIII § 27 et le Som. Process. Apost.

9Bien qu’il n’ait de talent ni pour les prédications, ni pour les missions, ses relations placent Marcantonio Boldetti au milieu du monde dévot et du secteur assistanciel romains. Selon Marangoni, il est en relations avec le père Angelo Paoli, carme de San Martino dei Monti (mort en 1720) avec lequel il a une « étroite et familière confiance » (« stretta e familiare confidenza ») et fait des visites à l’hôpital de San Giovanni in Laterano en contribuant à l’hospice de « post-cure » que le religieux ouvre alors pour les malades qui sortent de cet établissement. Ce religieux, dont le charisme principal est l’aide aux miséreux, manifeste notamment sa foi, selon le biographe de son ordre, par la « très grande vénération » dans laquelle il tient les saints martyrs qu’il vénère au cimetière de Saint-Sébastien de bon matin où, ayant gravi le mont qui leur est consacré, aussi souvent qu’il lui est possible, il lit ou se fait lire leurs vies15. Il reçoit de Mgr Boldetti quelques os de martyrs « qu’il serr[e] contre son sein, la tête découverte ». Quand il se rend chez le custode des sacrées reliques, « agenouillé il vén[ère] ces saints os et il envi[e] le destin qu’[o]nt eu les saints martyrs de donner le sang et la vie pour la confession de la sainte foi »16. Le religieux a aussi des extases dans les catacombes où sont ensevelis les corps saints et, selon le témoignage de Boldetti et de Marangoni au procès ordinaire apostolique, visite principalement le cimetière de San Callisto en y entrant avec les mêmes gardiens, les chanoines Boldetti, Binetti17 et Marangoni. Il y passe « bien des heures en prière » de sorte qu’une fois, sortant d’une extase et s’apprêtant à quitter le cimetière à la demande de l’un des gardiens des reliques, il tombe dans une caverne d’où il ressort miraculeusement sain et sauf18. Après cette mésaventure, ses compagnons posent une plaque indiquant que « dans ce lieu fit oraison le P. Angiolo Paoli carmelitano ». Il se rend également avec les trois mêmes accompagnateurs dans les catacombes hors la porte latine, sous la vigne des Eustachi, où l’on recueille aussi les corps des martyrs. Il « rest[e] à [les] regarder avec beaucoup d’attention et de dévotion ». Tandis que l’on scelle les ossements, il parle de l’amour de Dieu en déclarant « Oh ces saints martyrs, oui, ils ont dit vrai, oui, ceux là, ils aimaient vraiment Dieu ! »19. Boldetti eut avec lui une familiarité assez grande. Pour sonder son humilité, il se jeta un jour à ses pieds en présence d’une assistance distinguée et lui dit : « Père Angiolo, vous êtes saint, priez Dieu pour moi ». Le religieux le releva et lui déclara, sans sembler s’émouvoir : « allez au réfectoire servir les infirmes et ne vous soustrayez pas à cette œuvre si agréable à Dieu »20.

  • 21 Piermarcellino Corradini (Sezze 1658-Rome 1743). Juriste, auditeur du cardinal Pamphilj, nommé sous (...)
  • 22 Biblioteca Marucelliana, Florence, ms A 31, fol. 146v.
  • 23 Ibid., fol. 147r-v.
  • 24 Ibid., fol. 148r.

10L’abbé Emilio Lami di Monterotondo, qui se consacrait au soin des enfants pauvres malades de la teigne et qui avait ouvert pour eux un dispensaire dans le Trastevere (qui deviendra l’hôpital San Gallicano après 1725), reçut également l’aide financière de Boldetti. Le custode soutint du reste indirectement l’œuvre de Lami en favorisant également la construction du grand hôpital de San Gallicano, près de l’église San Crisogono au Trastévère, par le cardinal Pietro Marcellino Corradini21, qui deviendra dataire de Benoît XIII22. Boldetti est enfin choisi pour directeur spirituel par le père Giovanni Battista Leone da Santo Fele, mineur conventuel de la province de Naples, mort au couvent de San Salvatore in Unda où il vivait, « religiosissimo padre », très estimé du pape Clément XI et des cardinaux Paluzzo Altieri et Tommaso Rufo23. De ces relations assidues avec le monde dévot, Boldetti tire le surnom de venerator sanctitatis que lui donne son ami Marangoni24.

  • 25 L. von Pastor, Storia dei papi, Rome, 1933, XV, p. 391, note 2.

11Un sort particulier doit être réservé au chanoine Marangoni lui-même (Vicence, 1673-Rome, 1753), dont Boldetti partage la maison et avec lequel il entreprend, en formant une sorte d’atelier d’écriture, de faire un second ouvrage, postérieur aux Osservazioni, qui sera détruit en 1737 dans l’incendie de leur maison. Tous deux proposent au pape Clément XI de constituer au Vatican une collection épigraphique, comme le rapporte Pastor25.

L’œuvre de Boldetti et ses critiques

  • 26 Giornale de’ letterati d’Italia, 33, 1722, n. 2, p. 504.
  • 27 Novelle letterarie pubblicate in Firenze, 13, 1752, col. 357.
  • 28 F.M. Renazzi, Storia dell’Università degli studi di Roma detta comunemente la Sapienza, IV, Rome, 1 (...)
  • 29 Voir par exemple G.M. Mazzuchelli, Gli scrittori d’Italia, II-3, Brescia, 1762, p. 1449-1451, qui r (...)
  • 30 H. Leclercq, Boldetti… cit., col. 974.

12L’appréciation sur l’œuvre de Boldetti varie avec le temps. Elle est très positive dans le Giornale de’ letterati d’Italia de 1722 qui la considère comme « un livre magnifique »26. De même les Novelle letterarie de Florence (1755) évoquent-elles, en publiant l’inscription de la pierre tombale du prélat, un homme dont elle a parlé « plusieurs fois avec louange »27, tandis qu’une Storia dell’Università di Roma (1806), le range parmi les « lettrés romains les plus dignes d’être mentionnés »28. D’autres travaux des XVIIIe et XIXe siècles ne mettent pas en cause son action29. En revanche, dans sa notice du Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie, Dom Henri Leclercq n’a pas de mots assez sévères pour condamner l’action du custode, considérant que « pendant une trentaine d’années, et de la meilleure foi du monde, Mgr Boldetti pilla les catacombes pour mieux servir la religion »30. Tout en reconnaissant la place « considérable » des Osservazioni dans l’histoire de l’archéologie chrétienne, Dom Leclercq déplore qu’elles soient un livre d’apologétique et non pas un inventaire de recherches. Il est suivi par Nicola Parise, qui porte un jugement tout aussi sévère sur le manque de méthode dans la réalisation des fouilles.

  • 31 H. Leclercq, Marangoni… cit., col. 1730.

13Curieusement, dans la notice consacrée à Marangoni, Leclercq considère que ce dernier avait « plus de méthode et de critique » que Boldetti et qu’il fut même « un des meilleurs archéologues chrétiens du XVIIIe siècle »31. Il souligne que Marangoni prend la défense de Boldetti dans Delle cose gentilesche e profane trasportate ad uso e adornamento delle chiese, publié à Rome en 1744. Cette assymétrie dans le jugement porté sur deux personnages qui ont longuement collaboré à un projet commun conduit à s’interroger sur la division du travail existant entre l’apologétique et la science, ou entre la dévotion et l’étude, et donc à repenser les confins des unes et des autres dans la Rome de la fin du XVIIe et du début du XVIIIe siècles.

Une lecture des Osservazioni

14On s’intéressera d’abord à l’autodéfinition du livre par son auteur comme un ouvrage apologétique mobilisant des instruments d’investigation archéologique. Ce qui ne va pas de soi : une vue rapide pourrait laisser croire tout au contraire à une entreprise apologétique dissimulée sous les atours d’une démonstration savante, conduite par « l’un des meilleurs archéologues chrétiens du XVIIIe siècle ». Mais il n’en est rien. Le protocole de lecture posé par l’adresse « au lecteur » nous conduira à une traversée régressive du livre, appuyée sur deux chapitres essentiels : le chapitre XVIII du livre III et le chapitre XLVI du livre I.

« L’auteur à celui qui lit »32

  • 32 « a chi legge » : la formule n’est pas indifférente. Elle ne désigne pas le lecteur mais, derrière (...)
  • 33 C’est cette histoire, on le voit bien ici inaugurale pour le discours de Boldetti, que tente de rec (...)

15Marcantonio Boldetti condense la finalité de son entreprise dès la première proposition de son envoi : les « dépouilles innombrables de tant de champions de la foi » sont l’un des plus « inestimables » avantages dont la Vierge a honoré Rome. Tout ici annonce la vocation reliquaire des corps saints des catacombes : ils sont innombrables, non pas seulement de fait, en ce sens que les réticules des galeries souterraines de Rome ne seront jamais sûrement explorés dans leurs derniers retranchements, mais parce qu’en droit, le morcellement des corps dans leur distribution – telle que Boldetti en connaît l’histoire33, depuis près de 150 ans et comme on va le voir depuis bien plus loin encore, lorsqu’il écrit cet envoi au lecteur en 1720 – est infini ; au point de devoir redoubler l’incalculable : « les dépouilles innombrables de tant de champions de la foi » : c’est chaque dépouille qui devient innombrable dans son infini morcellement en tant de fragments efficaces. De plus, l’efficacité de cette armée d’ossements est garantie par « notre majestueuse Reine », mère de toutes les intercessions, Rome, « e » par elle, devenant elle-même ville-intercession pour la catholicité universelle.

  • 34 Voir en particulier M. Ghilardi, Subterranea Civitas. Quattro studi sulle catacombe romane dal medi (...)
  • 35 Voir note 41.

16Ainsi, en peu de mots, Boldetti installe-t-il une destination en fonction de laquelle tout ce qui suivra entrera dans l’ordre des médiations. L’ostentation apologétique du livre s’impose d’emblée. Comment le savoir, l’érudition, l’antiquisme, dans leur propre légitimité se fraieront-ils leur voie ? Boldetti ne tarde pas à nous éclairer : le trésor de ces corps saints (de ces corps qui sont à eux-mêmes leur propre trésor, ce ne sont pas des héros païens inhumés avec leur or, ils sont leur or, comme corps chrétiens) a été, « comme de l’or », « enseveli sous les terres […] des premiers fidèles », pour deux raisons : la première est pour les protéger « de la fureur des Gentils » ; la seconde – plus judicieuse encore – est pour que leur découverte répétée (« di tempo in tempo ») ravive la foi des chrétiens. Non seulement cette hypothèse suppose un plan divin de très longue durée, dans lequel la redécouverte des années 1570 n’est qu’un épisode (ce que les recherches récentes ont par ailleurs bien établi, pour la Rome médiévale en particulier34, mais on peut également se reporter aux explorations du jeune Jérôme, dès les années 36035), mais il intègre aussi les Osservazioni, qui témoignent, comme et après d’autres écrits, de cette découverte continuée. Aussi est-ce tout naturellement que Boldetti peut conclure son envoi par les deux traits suivants : d’une part, il précise que son entreprise a mobilisé une communauté de personnes « aussi érudites que pieuses » ; d’autre part, il renverse la perspective tracée au départ en indiquant que son ouvrage sera d’abord consacré à l’examen des preuves du martyre des corps des catacombes (au premier rang desquelles, nous y reviendrons, le signe de la palme), puis aux inscriptions relevées sur les tombes, enfin au culte des reliques de ces corps, dont la sainteté aura été démontrée par les arguments précédents. Mais, nous l’avons vu, ce culte a été immédiatement posé comme la destination de ces corps. Ce retournement final enveloppe donc l’un dans l’autre « l’érudition » et la « piété ».

17La structure du livre déploie ce retournement en vouant de fait, comme annoncé, une première partie aux preuves du martyre chrétien, une seconde aux inscriptions souterraines, une troisième aux cultes reliquaires, la seule surprise – qui n’est pas secondaire – étant que les reliques y sont attribuées, non pas seulement à des martyrs confirmés, mais à des saints martyrs, la sainteté se trouvant analytiquement déduite de la confirmation du martyre.

18Nous choisissons cependant d’épouser la logique fondatrice de l’entreprise, du livre III au livre I, parce qu’elle fait apparaître deux obsessions dominantes de l’ouvrage : la transgression et la consolation, le vol et la palme.

Livre III, chapitre XVIII

19Le chapitre s’intitule : « Si les reliques sacrées peuvent être furtivement saisies [furtivamente togliete] par dévotion ou pour tout autre motif ». Boldetti rappelle les positions « communes » des « théologiens » : le vol des reliques est un sacrilège, jusque dans le cas où la dévotion conduirait à les placer « en un lieu de plus grande décence ». La seule exception concernerait des restes « de très peu de matière », si on ne soustrait que ces restes-là, tout demeurant sinon dans le même lieu, et sauf défense expresse d’un pape. Or, second développement, les papes ont trois fois – en 1613, en 1624 et en 1672 – déclaré l’excommunication pour le vol de reliques, fussent-elles les plus minimes. Boldetti retient cependant deux cas spécifiques – qui occupent cinq des dix colonnes du chapitre – dans lesquels la prise furtive est reconnue licite. Premier cas : quand la Révélation divine manifeste la volonté « du Très-Haut et des saints eux-mêmes » d’être transportés. Boldetti prend l’exemple de la « translation furtive » des corps de Marcelin et Pierre martyrs, racontée par Baronio dans ses Annales, corps « qui approuvent leur translation par de nombreux miracles dans le cours de leur voyage ». Ce cas court-circuite l’épreuve difficile de la reconnaissance (nous y reviendrons) puisque le saint se désigne lui-même, il se présente dans toute l’efficacité de sa grâce ; il se présente même au point que nous sommes ici face à une sorte de fantastique résurrection par laquelle le saint n’est plus un corps, il est son corps, il l’anime – il pousse à son terme la tentation capitale de la relique, qui tend à sa résurrection, qui l’annonce, qui la devance (dans les grands agencements d’ossements redressés en charpente de corps, vêtus, parés, armés comme au jour du Jugement). C’est dans ce même mouvement que nous « observerons » avec Boldetti comment les aventuriers des catacombes sont eux aussi captés par cette renaissance, mais aussi et d’abord par leur exposition à l’effroi de mourir. D’où le deuxième cas,

quand les reliques sont dans les lieux et au pouvoir des infidèles et des hérétiques, sans qu’on leur rende aucun culte et avec le risque de les voir méprisées et égarées [disperse] ; les chrétiens, plus solidaires des sacrées reliques des martyrs que de leur propre vie, s’exposant à tous les dangers pour soustraire furtivement ces corps et les déposer dans leurs cimetières.

20Les chrétiens s’éprouvent ; les martyrs approuvent : de l’un à l’autre de ces deux cas se trame une permutation des positions qui était au centre de la recherche des preuves dans le livre I, auquel nous allons venir maintenant : bien au-delà de la situation de guerre dans laquelle se situe le cas cité (et qui mobilise en réalité l’argument aristotélicien de la légitimité des captures dans une guerre juste, pourtant réfuté quelques pages plus haut par les « théologiens » [p. 740]), c’est dans la plongée aux catacombes (et sans doute, dans une guerre permanente des chrétiens contre eux-mêmes, contre l’oubli d’eux-mêmes) que la preuve prend la forme d’une épreuve, sur la voie d’une double reconnaissance, celle des reliques et celle de leurs excavateurs.

Livre I, chapitre XLVI

21Le chapitre XLV a rappelé le décret de la Congrégation sacrée sur les indulgences et les reliques, promulgué en 1668 par Clément IX, par lequel on déclare que la palme découverte dans les sépulcres de nos cimetières est l’un des signes très certains des martyrs, décret confirmé en 1669 par le même pape après une série d’objections soulevées par Raffaele Fabretti (prédécesseur de Boldetti à la custode des reliques), Papebroch, bollandiste, et Mabillon (que nous retrouverons). Au début du chapitre XLVI, Boldetti justifie le décret de 1668 par l’usage intensif que l’on en fait pour reconnaître des martyrs à leur seule palme, puis, probablement inquiet de la limite logique de cette démonstration, souligne que « dans des temps antérieurs déjà la palme était reconnue comme un signe très certain du martyr ». L’exemple qu’il en donne mérite l’attention, puisque c’est celui de Carlo Bascapè (1550-1615), collaborateur constant et biographe de Carlo Borromeo, évêque de Novare, personnage de premier plan dans la Réforme catholique de l’Italie du nord, spécialement actif sur le terrain des entreprises dévotionnelles : Bascapè écrit dans son Novaria Sacra (1612) que sous le règne de Clément VIII (1592-1605) de nombreux corps avaient été extraits des catacombes de Rome et « furtivement transférés » à Novare. La palme est ici, beaucoup plus explicitement que dans le développement précédent sur le décret, une arme contre le vol.

  • 36 Massimiliano Ghilardi a récemment publié une transcription complète de ce document : M. Ghilardi, O (...)

22C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre l’espace considérable qu’accorde Boldetti dans ce chapitre à la publication de l’interrogatoire, le 23 novembre 1628, de trois jésuites, Uberto Fornari, Nicolò Bianchi et Giorgio Brustonio36. Le mobile réel de cet interrogatoire est difficile à déterminer : les trois ecclésiastiques sont âgés en 1628 (ils sont nés en 1559, 1562 et 1569, et entrés dans la Compagnie en 1576, 1584 et 1586) et leurs extractions (des catacombes de Priscilla, situées sous la vigne du collège romain) remontent à une époque où elles étaient secrètes sur ordre direct du pape, la concession d’extraction donnée à la Compagnie de Jésus n’étant elle-même que temporaire depuis la fin des années 1580 et semblant ne pas durer au-delà du pontificat de Clément VIII : la date de 1628 apparaît comme une opération de contrôle des usages des jésuites entre 1589 (première autorisation sous Sixte V) et 1625. Le mobile de Boldetti est plus manifeste : la légitimité incertaine des excavateurs jésuites va porter à son point d’incandescence le rapport du danger, de l’épreuve, de l’affrontement du monde des morts d’une part, et de la grâce reçue du corps saint réveillé à son aura, d’autre part.

23À la première question portant sur son implication dans l’excavation des corps des catacombes, le premier témoin (et le principal dans l’interrogatoire), Uberto Fornari, répond par un long développement sur l’étroite imbrication des papes concernés et des généraux de la Compagnie de Jésus qui leur furent contemporains dans la décision de faire

creuser [cavare] au cimetière de Priscilla les corps ou reliques des saints qui s’y trouvaient, l’ordre étant donné de le faire secrètement […] et nous allâmes au dit cimetière de Priscilla et là nous fîmes creuser de nombreux corps de saints, dont une partie, selon les ordres des dits pontifes fut distribuée à divers princes et dans diverses provinces, et dont une autre partie se trouve aujourd’hui dans nos églises [p. 242].

24L’imbrication des papes et des généraux suspend de fait chacune des deux instances, rivales dans le secret dont l’une et l’autre s’entourent et qui en neutralise les pouvoirs puisque ceux-ci ne sont pas publiquement reconnus. Aussi, dans l’obscure opération qui soude les trois jésuites – que Fornari désigne comme des « zappatori », ou laboureurs, bref comme des sans-grade –, les hiérarchies sont suspendues. Première épreuve : dans la nuit tous les chats sont gris et comme on va le voir, le cardinal Cesare Baronio lui-même se défait de ses dignités. La deuxième épreuve est l’exposition des trois « laboureurs », attentivement retranscrite par Boldetti, aux difficultés de la descente : portes scellées, entrées colmatées de terre, échelles. Mais vient ensuite l’essentiel : de quels signes les sépultures devaient-elles être porteuses ? Fornari les énumère : la palme, la colombe palme au bec, le vase de sang, les instruments du supplice (présents ou représentés ? On ne nous le dit pas – ils sont dans la « caisse », mais qu’en conclure ? – et cela n’est pas indifférent : ces signes sont-ils des choses ou les signes de ces choses ? Les corps sont-ils signifiés comme corps saints par d’autres choses ou seulement par des signes ? Quel est le degré de leur abstraction dans le geste de leur reconnaissance, c’est-à-dire de la métamorphose de ces restes du passé en promesses d’avenir ? Dans cette ambigüité, quelque chose d’essentiel se joue, nous y reviendrons pour finir), les inscriptions au nom des martyrs (où le passage s’accomplit dans l’acte décisif de la nomination, du baptême). Mais il se trouve que, par une autre opération, cette fois-ci purement textuelle, coup de force dont les conséquences seront considérables, Boldetti donne « la palme » en lettres majuscules : « PALME ». Puis, sur le sujet des inscriptions, troisième et ultime épreuve : elles ont été attestées par des hommes de discernement, au premier rang desquels Fornari cite « le cardinal Baronio, de bonne mémoire, qui, pour entrer dans le cimetière, dut abandonner l’habit de cardinal et se revêtir seulement de toile blanche ». Petite abdication, par laquelle seule peut advenir le premier mouvement (dignoscere) de la reconnaissance (cognoscere). Descente au sépulcre. Obscurité, discernement progressif. Conversion du regard. Mais il en coûte l’habit.

De ces dépositions – note Boldetti à la suite de cet interrogatoire – il ressort clairement que la palme a été reconnue comme un signe spécifique du martyre par les trois pontifes Clément VIII, Paul V et Grégoire XV par l’ordre desquels on fit ces extractions du dit cimetière et que les corps sacrés contresignés par elle ont été par les mêmes distribués à la vénération publique.

Le signe de la palme

  • 37 Voir la contribution d’É. Rebillard dans ce volume.

25Il faut insister pour conclure sur trois enjeux majeurs du signe de la palme dans la première archéologie chrétienne, trois enjeux dont il est difficile de précisément dater la perte d’influence puisque, comme Éric Rebillard le remarque dans sa propre contribution sur l’archéologie contemporaine des sous-sols romains37, ce signe reste une donnée constante de la construction de l’interprétation.

26Premier enjeu : celui d’une mise en signes. C’est l’aiguillon de la transformation cérémonielle d’une violence, d’un viol de sépulture. Transformation par laquelle la matérialité des corps – il faut imaginer des ossements, des lambeaux de tissus peut-être, un chaos de poussières, le tout dans la pénombre sépulcrale des étroites coursives du cimetière – s’abstrait dans les figures les plus infimes, dans les traits les plus fins, les plus subtils : lisérés d’une feuille de pierre. Or les explorateurs sont immédiatement en quête de ces signes, la substitution est fulgurante. Ils ne recherchent pas des corps, mais les signes par lesquels ces corps sont des corps saints. Le développement du discours de l’archéologie chrétienne sur les différentes formes de ces palmes – le Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie en offre jusqu’au XXe siècle de luxuriants exemples – ne doit pas masquer le fait de cette transsubstantiation inversée par laquelle un corps devient le signe qui témoigne de lui ; et il faut y insister d’autant plus que la controverse, interne à l’histoire de la cérémonie de la reconnaissance des corps saints, entre le privilège du vase de sang et celui de l’inscription de la palme, tourne dans les Osservazioni à l’avantage de la palme, le plus séparé des signes du corps saint : non pas le sang, fragment métonymique du corps – relique princeps – comme preuve de sa sainteté, mais un signe conventionnel par excellence. On retrouverait ici par une toute autre voie, doublement négative, l’exceptionnalité du signe eucharistique. Contrairement à celui-ci, la palme n’est pas une chose-signe, et cette non-chose-signe n’est pas un corps. C’est une cérémonie inquiète.

  • 38 Le décret de 1668, présenté plus haut.
  • 39 P. Aringhi, Roma subterranea novissima, Rome, 1651 (l’ouvrage signalé par Boldetti est une traducti (...)
  • 40 On remarquera cependant que Boldetti, un peu plus haut, n’a cité que la palme.

27Deuxième enjeu : celui – le terme vient de revenir – de la reconnaissance. On le retrouve cinq fois dans le court chapitre XLVI des Osservazioni, dans deux rôles différents. Premièrement, dans une définition cognitive : « en vertu du décret de la Sainte Congrégation38, on reconnaissait [si ricognosceva] la palme, même seule, trouvée aux sépulcres des cimetières comme le signe spécifique du martyre » (p. 240) ; « en vigueur de la seule palme, furent reconnus [ricognosciuti] pour Martyrs tous ceux qui l’étaient en effet » (p. 241) ; « le même auteur39 raconte l’extraction faite dans divers cimetières, de nombreux corps de saints martyrs trouvés soit avec le seul vase de sang, soit avec la seule palme, soit avec l’un et l’autre contresignés, et tous étaient indifféremment et sans la moindre distinction40 reconnus [conosciuti] pour martyrs » (p. 241) ; « on avait envoyé des Pères très intelligents pour qu’ils reconnaissent [conoscessero] les inscriptions et qu’on ne creuse pas sauf là où elles étaient vraies et indubitables » (p. 242-243) : si ces pères doivent être aussi « intelligents », c’est bien pour, non pas connaître des inscriptions qu’ils auraient ignorées, mais reconnaître des inscriptions que, dans leur grande culture, leur mémoire et leur discernement, il auront su identifier comme inscriptions « anciennes ». Deuxièmement, dans une définition éthique : « Au temps du Père Claudio Acquaviva, je me souviens qu’on a imprimé des livres […] qui contenaient de nombreux miracles faits par Dieu, en reconnaissance [in ricognoscimento] des dites reliques » (p. 243). Or ces deux champs de signification du mot (dans ses diverses déclinaisons : « ricognoscere », « cognoscere », « ricognoscimento ») entretiennent entre eux une étroite solidarité. C’est parce que le corps est reconnu, au sens d’une adoption qui le baptise selon le signe qui lui est donné (la palme, et/ou le vase de sang, etc.), sans même évoquer ici le nom qui lui sera reconnu ou donné (propre ou de baptême) que ce même corps devient par Dieu (ou Dieu par lui) reconnaissant.

28Troisième enjeu : il fonde les deux précédents et révèle peut-être une dimension trop peu aperçue de la collecte des corps saints des catacombes. C’est la hantise de l’erreur de jugement, que l’on trouve à l’œuvre lorsque Boldetti note : « on ne creuse que là où les inscriptions sont vraies et indubitables ». Mais cette assurance de l’inscription est loin d’arbitrer aussi sereinement. La palme ou le vase doivent être cherchés, ils ne s’offrent pas toujours à l’explorateur prudent avant que celui-ci n’ait tenté la découverte. Nous sommes bien au-delà de la critique, en surface (à la surface des villes, des pages, des disputes), de l’authenticité des corps saints : le doute est ici au cœur même de l’authentification, dans son risque. L’inauthenticité, ce ne sera pas la mâchoire d’âne en dent de saint Pierre ou l’os de chien en doigt de Jean-Baptiste ; ce sera la sépulture violée sans rémission ; ce sera le risque du péché mortel.

  • 41 Citons Jérôme rappelé par Mabillon dans sa Lettre d’Eusèbe à Théophile sur le culte des saints inco (...)

29Ceci peut nous aider à entendre deux choses : d’une part, la teinte d’horreur41 sacrée qui colore les récits de ces expéditions. Horreur sacrée : transgression et transcendance. Nous en avons donné plusieurs exemples ci-dessus. Il faut imaginer une fois encore le cardinal Baronio, défait de ses atours ecclésiastiques, vêtu d’un linceul, exposé à l’épreuve de la mort, bravant l’horreur d’une plongée dans le monde de la nuit pour en revenir, tel Orphée, des corps martyrs dans ses mains, rétabli à une pourpre triomphale ; passé par la mort pour une promesse de vie, non pas seulement pour ces corps saints qui retrouveront la lumière des autels, mais pour lui-même, Baronio, sauvé d’entre les pécheurs. Comment comprendre cette horreur sacrée de la descente aux Limbes des morts méconnus, non encore « reconnus », sans prendre la mesure de ce pari ? C’est le second aspect, qui peut être considéré comme le moteur du « palmisme » de Boldetti : le coup de force sur la suffisance de la palme dans la décision du corps saint enveloppe un pari sur la grâce immédiatement émanante de ce corps s’il est saint. Si la palme est suffisante, sa grâce est immédiatement efficace. Aussi la recherche, la découverte et l’extraction des martyrs sont-elles portées par le pari d’une conversion, par laquelle le risque pris sera compensé, non seulement par l’amnistie de celui qui n’est plus un profanateur de sépultures, mais par le bénéfice infini d’une grâce aussi inépuisable que soudaine.

Notes

1 H. Leclercq, Boldetti (Marco Antonio), dans Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie, II-1, Paris, 1910, col. 974-976 ; Id., Marangoni (Jean), dans ibid., X-2, Paris, 1932, col. 1730-1735.

2 Dizionario biografico degli Italiani, XI, Rome, 1969, p. 247-249.

3 Enrico de Noris (Vérone, 1631 - Rome 1704), ermite de Saint-Augustin, est nommé « primo custode » de la Bibliothèque vaticane en 1692 et cardinal en 1695 par Innocent XII, voir sa biographie par G. Razzerio, 1708 et par F. Bianchini dans G.M. Crescimbeni (dir.), Vite degli arcadi illustri, I, Rome, 1708, p. 199-222. Il a publié, outre une Storia dell’eresia pelagiana, des travaux archéologiques qui lui valent de devenir membre de l’académie fondée par Christine de Suède, laquelle préfigure l’académie des Arcades, voir G. Moroni, Dizionario di erudizione storico-ecclesiastica, XLVIII, Venise, 1848, p. 103-105 et la notice sur Bianchini dans Dizionario biografico... cit., X, 1968, p. 190-192.

4 Gasparo Carpegna (Rome, 1626-1714). Prélat, auditeur de Rote, consulteur du Saint-Office, nommé dataire par Clément X, cardinal en 1670, vicaire de Rome et préfet de la Congrégation des Évêques. Il constitua un musée dont parle Buonarotti qui fut son auditeur, il fut également membre de l’Arcadie : J. Montereius, Rariorum maximi moduli numismata selecta ex biblioteca Em. Card. Carpignae commentaries illustrate, Amsterdam, 1685 ; G. Moroni, Dizionario di erudizione… cit., X, 1841, p. 101-102.

5 Sur cette fonction, évidemment centrale pour le propos de ce livre, voir la présentation et la traduction dans le présent volume du chapitre consacré par N.A. Cuggiò dans les premières années du XVIIIe siècle au custode du vicariat romain.

6 Giorgio Spinola, nonce en Espagne (1711), cardinal (1719), secrétaire d’État d’Innocent XIII : G. Moroni, Dizionario di erudizione… cit., LXVIII, 1844, p. 297-298.

7 Né à Vicence, protonotaire apostolique et chanoine d’Anagni « eruditissimo nella archeologia sacra e delle cose romane » : G. Moroni, Dizionario di erudizione… cit., XLVII, 1847, p. 224. Il a écrit : G. Marangoni, Il divoto pellegrino guidato ed istruito nella visita delle quattro basiliche di Roma per il giubileo dell’anno santo 1750 con le memorie più singolari che in esso s’incontrano, Rome, 1749.

8 Elle est la sœur de l’électeur de Bavière Maximilien II, frère de Joseph Clément, archevêque-électeur de Cologne. En 1713, la marquise de Trazegnies, en charge à la cour en exil à Rome de Thérèse-Cunégonde Sobieska, épouse de l’électeur Maximilien (éphémère souverain d’une partie des Pays-Bas du sud), reçoit d’un abbé bénédictin qui les a lui-même obtenus du custode Boldetti, les crânes des saints catacombaires Donat et Victoire qui seront reconnus et approuvés par l’archevêque de Malines en 1765 : voir la contribution d’Annick Delfosse dans le présent volume.

9 Biblioteca Marucelliana, Florence, ms A 31, fol. 147r.

10 Ibid., fol. 147r et 143r.

11 Ibid., fol. 144.

12 Ibid., fol. 148v.

13 G. Fiaschetti, Vita della serva di Dio Suor Claudia De Angelis detta della croce, vergine del terz’ordine di San Domenico e fondatrice del monastero della carità di Anagni scritta dall’ultimo suo direttore, il P. Giovanni Marangoni vicentino, prete dell’oratorio in San Girolamo della Carità in Roma, compendiata e pubblicata dal sacerdote Don Giuseppe Fiaschetti chierico ceroferario della cappella pontificia, ed estensore nella Segreteria dei Brevi apostolici, Rome, 1805.

14 Ibid., p. 138 et 203.

15 P.T. Cacciari, Della vita virtù e doni sopranaturali del venerabile servo di Dio, P. Angiolo Carmelitano dell’antica osservanza. Libri III con un appendice de’ miracoli opera cavata da’ processi ordinarj ed apostolici, già della Santa Sede approvati […], Rome, 1756, p. 122.

16 Ibid., p. 122, citant le procès apostolique n° 8 (§ 87 à 89 et 136, 137 et 138).

17 Chanoine Raimondo Binetti, cité par P.T. Cacciari, Della vita... cit., p. 199.

18 P.T. Cacciari, Della vita... cit., p. 147.

19 Ibid., p. 148, citant le Process. Apost. dell’amor di Dio, § 12. Le procès apostolique s’est terminé en septembre 1753, le procès de la congrégation des Rites étant approuvé par un décret de Benoît XIV promulgué le 22 janvier 1755.

20 Ibid., p. 174, citant le Processo ordinario sommario num. 12, LIII § 27 et le Som. Process. Apost.

21 Piermarcellino Corradini (Sezze 1658-Rome 1743). Juriste, auditeur du cardinal Pamphilj, nommé sous dataire et chanoine du Latran par Innocent XII en 1699, évêque titulaire d’Athènes, cardinal (1712), préfet de la Congrégation du Concile (1718), il persuade Benoît XIII de créer l’hôpital San Gallicano : G. Moroni, Dizionario di erudizione… cit., XVII, 1842, p. 250-251.

22 Biblioteca Marucelliana, Florence, ms A 31, fol. 146v.

23 Ibid., fol. 147r-v.

24 Ibid., fol. 148r.

25 L. von Pastor, Storia dei papi, Rome, 1933, XV, p. 391, note 2.

26 Giornale de’ letterati d’Italia, 33, 1722, n. 2, p. 504.

27 Novelle letterarie pubblicate in Firenze, 13, 1752, col. 357.

28 F.M. Renazzi, Storia dell’Università degli studi di Roma detta comunemente la Sapienza, IV, Rome, 1806, rééd. anastatique, Bologne, 1971, dont c’est le titre du § XIII du chapitre VI.

29 Voir par exemple G.M. Mazzuchelli, Gli scrittori d’Italia, II-3, Brescia, 1762, p. 1449-1451, qui rappelle que les Osservazioni ont été saluées par le comte P. Desbassayns de Richemont, Les nouvelles études sur les catacombes romaines, histoire – peintures – symboles. Précédées d’une lettre par M. le chevalier De Rossi, Paris, 1870, p. 51-53.

30 H. Leclercq, Boldetti… cit., col. 974.

31 H. Leclercq, Marangoni… cit., col. 1730.

32 « a chi legge » : la formule n’est pas indifférente. Elle ne désigne pas le lecteur mais, derrière ou sous le lecteur, l’homme, « celui qui ». Elle éveille l’écho du tolle lege (« prends et lis ») des Confessions d’Augustin, par lequel s’ouvre le chemin de la conversion. Elle inscrit donc immédiatement l’horizon d’une lecture dans ses effets, dans son efficacité : une lecture apologétique et non pas une lecture savante, celle qui s’adresse, et ne s’adresse qu’au lecteur.

33 C’est cette histoire, on le voit bien ici inaugurale pour le discours de Boldetti, que tente de reconstituer l’ensemble du présent volume.

34 Voir en particulier M. Ghilardi, Subterranea Civitas. Quattro studi sulle catacombe romane dal medioevo all’eta moderna, Rome, 2003 ; I.T. Oryshkevich, The history of the Roman catacombs from the age of Constantine to the Renaissance, PhD, Columbia University, 2003.

35 Voir note 41.

36 Massimiliano Ghilardi a récemment publié une transcription complète de ce document : M. Ghilardi, Oratoriani e Gesuiti alla ‘conquista’ della Roma sotterranea nella prima età moderna, dans Archivio italiano per la storia della Pieta, 22, 2009, p. 183-231, en particulier p. 226-231.

37 Voir la contribution d’É. Rebillard dans ce volume.

38 Le décret de 1668, présenté plus haut.

39 P. Aringhi, Roma subterranea novissima, Rome, 1651 (l’ouvrage signalé par Boldetti est une traduction latine augmentée de celui de Bosio).

40 On remarquera cependant que Boldetti, un peu plus haut, n’a cité que la palme.

41 Citons Jérôme rappelé par Mabillon dans sa Lettre d’Eusèbe à Théophile sur le culte des saints inconnus : « Ce saint docteur dit [Commentaire d’Ezéchiel, 12.40] que dans sa jeunesse, lorsqu’il était à Rome pour y étudier les belles lettres, il avait coutume avec d’autres jeunes gens de même âge et de même sentiments que lui de visiter tous les dimanches les tombeaux des apôtres et des martyrs, et de descendre souvent dans ces caves profondes, dont les murs à droite et à gauche sont remplis de corps enterrés et où tout est si obscur qu’il semble que cette prophétie s’accomplisse : “Qu’ils descendent tous vivants en enfer” ; l’horreur de ces ténèbres est rarement modérée par la lumière du ciel […] l’on pourrait s’appliquer ce mot de Virgile : “l’horreur aussi bien que le silence y jettent l’épouvante de toutes parts” » (Mabillon, Œuvres choisies, Paris, 2007, p. 734-735).

© Publications de l’École française de Rome, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search