Version classiqueVersion mobile

Cicéron et la Commune

 | 
Carole Mabboux

Conclusion

Texte intégral

1Plusieurs Cicéron coexistent dans la littérature communale, révélés par des présences multiples. Au-delà d’une double dénomination, distinguant habituellement un Tullius auctor et un Cicéron historique, le personnage apparaît sous des jours variants. Tour à tour rhéteur, orateur, sénateur, ami fidèle ou politicien sans scrupule, Cicéron revêt les habits nécessaires aux démonstrations qu’il intègre. Ses attributs changent, tout comme son environnement : aussi bien autorité intemporelle que figure d’une Antiquité dorée ou citoyen communal appliqué, il se distingue par la malléabilité dans sa réception médiévale. Ses fonctions sont nombreuses dans l’imaginaire citadin, entre prescription, exemplarité, altérité et illustration des propos.

Une autorité peu républicaine

2Le XIIIe siècle et le XIVe siècle non pétrarquéen sont bien des « siècles sans Rome » en ce que leurs auteurs n’entendent pas calquer un modèle antique. Il existe un Cicéron spécifiquement communal, actualisé et répondant aux questionnements civiques de ses lecteurs. Celui-ci témoigne des réappropriations possibles des auctoritates hors du champ intellectuel et sans volonté de faire revivre la gloire classique. Le Cicéron communal ne partage pas les caractéristiques du personnage antique. Pour autant, il est réducteur d’envisager la postérité médiévale des classiques sous l’angle de la dichotomie, en faisant se succéder héritage patristique renouvelé par la scolastique et engouement humaniste pour des œuvres depuis longtemps oubliées.

3D’une part, ce découpage chronologique pèche par généralisation des cadres d’étude : il applique des catégories de l’histoire des intellectuels et de l’histoire des modes d’apprentissage à la réception d’un personnage et d’une œuvre en partie modelée par la réputation de l’auteur. Cicéron, au-delà de ses apports rhétoriques au trivium, est connu dans le monde médiéval en tant que personnage éloquent. C’est à ce titre qu’il apparaissait déjà dans des épitaphes et des poèmes au XIIe siècle. Y compris pour des personnes connaissant mal ses textes ou s’y intéressant peu, la faconde de Cicéron est proverbiale et sert d’étalon aux comparaisons élogieuses. Il existe ainsi une vie du personnage au-delà de ses œuvres, que ne prend pas en compte l’histoire des institutions scolaires. D’autre part, la chronologie bipartite pèche par la spécificité de son objet : en prenant en compte le Cicéron scolastique puis humaniste, elle établit l’unicité du personnage. Or plusieurs Cicéron coexistent et se répondent. Enfin, en réduisant Cicéron à son enseignement rhétorique, on occulte un autre moment fort de l’histoire intellectuelle qu’est la diffusion des œuvres éthiques et politiques d’Aristote à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle. Le philosophe grec ne fait pas d’ombre à Cicéron au sein du trivium, où ce dernier apparaît comme le maître incontesté de l’éloquence. Toutefois, l’intérêt porté aux traités aristotéliciens modifie le crédit accordé aux descriptions et aux recommandations sociales données par Cicéron dans le cadre de la cité. La chronologie appliquée à la réception du personnage et de ses textes au bas Moyen Âge doit donc prendre en considération la superposition des figures cicéroniennes, leur interaction et leur intrication.

4Le Cicéron communal est une figure recréée par les lectures médiévales. En ce sens, sa personne s’éloigne parfois de ses textes. Ses présences dans les sources communales sont animées par des intérêts contemporains variés et en évolution, les auteurs faisant de lui et de ses mots des arguments répondant aux questionnements de leur temps, voire de leur destinataire. Outre une référence rhétorique permanente, Cicéron motive ou alimente les considérations morales, civiques et, plus tardivement, esthétiques de nombreux auteurs. On pourrait s’attendre à voir en cette figure de la Rome républicaine un emblème de l’autodétermination communale. Pourtant, ses portraits ne sont pas si tranchés. En parallèle d’une identité rhétorique invariante, Cicéron n’est que tardivement associé aux arguments anti-impériaux. À l’échelle de la péninsule italienne, il n’est pas l’homme d’une faction ; il sert aussi bien les démonstrations guelfes que gibelines. En revanche, son identité d’homo novus en fait un représentant idéal des revendications populaires et, plus largement, d’une dénonciation des avantages politiques des grands lignages. La lecture civique des évocations de Cicéron fait apparaître une auctoritas peu figée et contestable.

Cicéron communal et Cicéron seigneurial

  • 1 Jacob Burckhardt, notamment, liait l’essor artistique de l’Italie du XIVe siècle à la diffusion de (...)
  • 2 L’autodétermination communale a été interrogée par l’insertion des cités au sein de réseaux d’alli (...)

5La pluralité des portraits de Cicéron a pu être lue à travers l’évolution politique du monde communal aux XIIIe et XIVe siècle, qui voit naître et se développer États territoriaux et seigneuries, en même temps qu’a lieu une profonde évolution culturelle. L’histoire intellectuelle a ainsi longtemps lié l’émergence de l’humanisme au mécénat d’un prince armé évoquant les empereurs du passé1. Dans cette interprétation fondée sur une dépendance de l’artiste au pouvoir politique, Cicéron a fait figure d’étalon en tant que référence littéraire clé du mouvement humaniste. Au fil de l’étude, nous avons constaté, de nombreuses fois, le caractère inédit des volgarizzamenti du De inventione produits à Florence dans les années 1260 – généralement unifiés dans l’historiographie sous la plume de Brunetto Latini. La démarcation entre une référence à Cicéron réservée aux litterati et une diffusion en langue vernaculaire, interprétée par les historiens comme destinée aux personnes ne connaissant pas le latin – voire plus largement à un public affilié aux idéaux du Popolo – double une dichotomie historiographique. Le XIIIe siècle serait marqué par un Cicéron de rhéteurs, témoignant d’un âge podestatal où la communication serait au cœur des intérêts civiques et, pour cela, enseignée au plus grand nombre. Cette figure dictaminale serait supplantée au XIVe siècle par un Cicéron politicien, marquant l’entrée dans un âge de divisions des sociétés communales, évoluant vers la violence et vers la subordination autoritaire des pouvoirs. De ce fait, le paradigme humaniste a été anticipé, en histoire culturelle, aux années 1260, période à laquelle plusieurs textes florentins font de Cicéron le conseiller des citoyens, en leur offrant des recommandations à la fois morales et rhétoriques. Pourtant, l’histoire des communes a remis en question le modèle d’opposition entre XIIIe siècle et XIVe siècle, en tempérant la soumission des civitates podestatales à une délibération locale2 et en envisageant la mutation vers le pouvoir seigneurial et vers les États territoriaux sur un temps long, anticipant au Duecento les premières réalisations autocratiques ou oligarchiques.

6Il convient de remettre en contexte la spécificité florentine des années 1260. Deux éléments plaident en faveur de son originalité. Tout d’abord, les textes associant explicitement Cicéron à la pratique politique sont minoritaires au sein de la production littéraire communale. L’étude des historiographes communaux ne m’a, par exemple, presque jamais permis d’intégrer ce genre didactique au corpus, faute d’expressions caractéristiques de l’influence cicéronienne. Y compris dans les œuvres à vocation rhétorique, la figure de Cicéron est rare, à l’inverse de ses mots. Le corpus de cette étude témoigne de l’inégalité spatiale tant de la production didactique que de l’intérêt porté à Cicéron. En effet, la Toscane, l’Émilie-Romagne et la Vénétie actuelles sont fortement représentées, à l’inverse des terres pontificales, de la Lombardie et de la Ligurie. Cette carte des réceptions calque les lieux de concentration des grands studia. Néanmoins, si l’on restreint l’étude aux interprétations du personnage cicéronien en tant que figure incarnée, Florence polarise l’attention. Cette surreprésentation est explicable par les spécificités de l’historiographie florentine et des mythes qui l’entourent, faisant de la Commune une héritière de la Rome républicaine. La nature des textes associés à Florence est spécifique, puisque s’y concentrent les premiers volgarizzamenti des œuvres cicéroniennes. La transposition des mots latins en toscan manifeste une démarche pédagogique alors inédite mais d’interprétation difficile, en termes didactiques et politiques. La destination populaire d’un tel enseignement, plusieurs fois proposée par l’historiographie, n’apparaît pas pertinente. On ne peut nier, à l’inverse, la vocation partisane de plusieurs de ces volgarizzamenti, plaçant le De inventione sous la tutelle toscane guelfe ou gibeline.

7Malgré ces deux points plaidant pour une individualisation de la Florence des années 1260, les évocations de Cicéron sont alimentées à la fois par une importante continuité des traditions rhétoriques communales et par la concomitance d’autres événements culturels. L’interprétation politique des textes antiques dans les années 1260 a bénéficié d’une mutation du regard porté par les lettrés sur les considérations civiques. Les modes d’interprétation des textes antiques semblent réorientés vers une dimension sociale des savoirs en parallèle d’une plus grande diffusion des traités aristotéliciens. Ces derniers invitent le lecteur à valoriser les applications collectives de la discipline morale. Dans le cas des volgarizzamenti du De inventione, on voit s’additionner ces intérêts nouveaux à un engouement ancien pour les normes du discours. Ainsi, il devient plus courant d’établir un lien entre le Cicéron rhéteur et le Cicéron protecteur de la Commune mise à mal par Catilina. Les deux figures étaient déjà présentes dans les écrits communaux antérieurs, mais elles étaient rarement associées.

8Le lexique et les normes comportementales de Cicéron sont présents chez les dictatores de la première moitié du XIIIe siècle, mais le personnage historique importe alors peu. Les recommandations du Liber de arte loquendi et tacendi d’Albertano da Brescia constituent un préalable dont on retrouve de nombreuses mentions dans les traités de Brunetto Latini. L’introduction de la Rhetorica vetus, présentant un rhéteur inquiet des applications de la parole dans la cité, offre aux dictatores de faire évoluer la tutelle d’une parole maîtrisée de Salomon vers Cicéron – parfois en les combinant. Entre-t-on pour autant dans l’humanisme avec la Rettorica ?

9L’intérêt de Brunetto Latini pour Cicéron n’est en rien caractéristique des idéaux stylistiques humanistes, d’un intérêt philologique ou d’un attrait antiquisant. Le notaire s’inscrit dans la continuité des référents rhétoriques présentant Cicéron en enseignant et leur adjoint la tradition historiographique faisant du personnage un protecteur de l’intérêt commun. Établir dans les années 1260 une préfiguration florentine aux expressions civiques du début du XVe siècle revient à considérer que le Cicéron de Brunetto Latini est le même que celui de Coluccio Salutati. Or cette identité n’est en rien une évidence. Le civisme cicéronien est lu dans les années 1260 comme dépendant tout entier du contrôle de la parole. Il établit l’insertion sociale de l’individu dans la cité comme un invariant. Le civisme est alors proche de la civilité, étant une discipline de soi visant la moindre affectation du Bien commun. C’est, en outre, un civisme autocentré : il s’exprime à l’intérieur de la Commune d’appartenance. L’auctoritas de Cicéron est au cœur de la démonstration : il convient d’en appliquer les préceptes, lesquels ont une valeur indiscutable et universelle. Le civisme cicéronien des premières années du XVe siècle s’éloigne de la civilité pour décrire une norme active de la citoyenneté. Cette dernière doit être justifiée par l’individu, à qui il revient de démontrer son utilité pour la collectivité. Cette définition intègre les questionnements nés de la biographie cicéronienne et des invitations à l’otium littéraire de Pétrarque. De discipline de soi au sein d’une collectivité considérée évidente, le civisme devient démarche d’adhésion. Il manifeste l’intégration de l’individu au sein d’un groupe cohérent se fixant des objectifs communs. L’évolution du civisme répond à la mutation des structures institutionnelles de l’Italie communale, ajoutant à la conflictualité intracitadine des années 1260 une violence affichée contre les cités concurrentes et, parmi elles, en particulier, contre celles qui ont adopté un régime seigneurial. L’exemple cicéronien devient un argument en faveur d’une institution spécifique, la Commune, présumée délégataire de la République romaine, contre les formes individuelles de pouvoir. De force prescriptrice, Cicéron se mue en exemple à la fin de notre période. Bien que Brunetto Latini et Coluccio Salutati donnent chacun une interprétation civique de la figure cicéronienne, la proximité des démonstrations est restreinte. D’un propos à l’autre, tant Cicéron que la citoyenneté diffèrent. L’humanisme civique ne peut trouver de racine évidente dans la Florence des années 1260, laquelle manifeste une interprétation du comportement individuel proche de recommandations dictaminales de la première moitié du siècle. La construction d’une citoyenneté florentine calquée sur l’investissement cicéronien au début du XVe siècle n’est rendue possible que par l’évolution du contexte institutionnel de la péninsule italienne, par la redécouverte de la biographie de Cicéron et, en préalable, par une valorisation aristotélicienne de l’appartenance politique de l’individu.

Discours commun, parole d’un groupe

10L’étude d’un Cicéron médiéval, à la fois figure morale et tutelle rhétorique, offre une voie d’entrée vers les normes du discours urbain et vers ses contenus : les présences de la figure morale déterminent les règles du comportement ; les absences de la tutelle rhétorique manifestent l’originalité des pratiques communales et une prise de conscience de l’altérité antique. La sélectivité apportée aux textes de Cicéron montre un monde communal présentant au moins jusqu’à la fin du XIIIe siècle le gouvernant comme acteur politique principal. Les normes du discours s’adressent au podestat, instigateur du Bien commun, avant de toucher les citoyens, qui se doivent de ne pas entraver sa tâche. La norme civique communale passe ainsi longtemps par une acceptation des normes gouvernementales. En cela, elle ne se différencie guère d’autres modèles institutionnels, dont le modèle princier. Dans le même temps, l’utilisation des mots de Cicéron révèle une particularité communale dans l’établissement du discours : la pratique politique est présentée comme une capacité argumentative. De ce fait, les notions d’autorité et d’obéissance sont peu évoquées dans les textes communaux. Pour toute coercition, l’individu doit se conformer à une décision ayant emporté l’avis majoritaire. Cette sélection pourrait paraître évidente dans le cadre d’un pouvoir délibératif. Pourtant, elle n’est pas neutre.

11L’intérêt de la figure cicéronienne est, en effet, d’éclairer à la fois le discours et ses producteurs, lesquels mettent généralement les expressions de Cicéron en scène comme équivalent antique de leur propre faconde. À travers le rhéteur romain, ce sont les voix de la Commune qui s’expriment et font valoir leur statut. Il est intéressant de noter que les notaires, qui mobilisent le plus souvent Cicéron, sont rarement possesseurs des manuscrits de ses œuvres. Cicéron fonctionne comme une tutelle utilitaire : il symbolise le pouvoir et la responsabilité de celui qui parle au nom de la collectivité et qui éduque cette dernière à la parole. Il est peu lu hors du cadre scolaire mais renvoie à un ensemble de représentations évocatrices pour les hommes de plume. Par les mots censés décrire la Commune, ce sont aussi les auteurs communaux qui se dessinent. Ils se présentent en censeurs des bonnes conduites politiques. La figure cicéronienne sert à légitimer une position sociale dont elle a en partie modelé les expressions. Pointé comme auctoritas ou comme personnage historique, Cicéron a la fonction de personnage conceptuel chez les dictatores et les moralistes. Il est un attribut immatériel, à la pensée individualisée, par lequel le discours communal projette ses potentialités. Tant que la parole convaincra, les institutions fonctionneront, la communauté restera unie et ses ennemis seront tenus en échec par leurs apories. L’irrégularité de la présence cicéronienne hors des textes composés par les plumes communales manifeste à la fois l’identité professionnelle du personnage et les limites de sa représentativité. Le discours communal et son importance ont-ils valu au-delà du groupe à son origine ? Bien que connus des élites, Cicéron n’a vraisemblablement pas été considéré comme représentatif par l’ensemble des hommes de pouvoir. Que devient-il sous les plumes courtoises décrivant les condottieri ? Où est-il alors que les élites financières s’expriment ? Cicéron, dictator puis homme d’une éloquence civique, renvoie à un corps social et professionnel spécifique, tendant à faire de la parole l’horizon idéologique de la communauté dans son ensemble.

12L’identification de Cicéron à un mode d’écriture et à un groupe social se dissipe durant la première moitié du XIVe siècle. Toujours figure d’éloquence, il ne quitte pas la réflexion politique lorsque les modèles de discours quittent le champ dictaminal. D’une norme du discours, il devient un des penseurs de la chose publique relayés par les traités politiques. Au-delà des comportements citadins, ce sont les buts affectés à la Commune que Cicéron est invité à valider. Sa figure morale peut alors être investie dans la conception de la communauté, s’écartant de l’individu pour définir la société. Se maintenant en figure d’éloquence, il modèle ou légitime en amont le discours urbain, en lui confiant lexique, concepts et exemples. Toutefois, dans ce nouveau rôle civique, Cicéron perd son rôle d’auctoritas, intégrant un panthéon plus large des penseurs illustres, bientôt mué en illustre écrivain.

Notes

1 Jacob Burckhardt, notamment, liait l’essor artistique de l’Italie du XIVe siècle à la diffusion de la seigneurie. Cf. Burckhardt 1860 ; Crouzet-Pavan – Maire Vigueur 2015.

2 L’autodétermination communale a été interrogée par l’insertion des cités au sein de réseaux d’alliances à l’échelle régionale, voire de la péninsule italienne, lesquelles impliquent des prises de position collectives.

© Publications de l’École française de Rome, 2022

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search