Version classiqueVersion mobile

Les bains de Cefalà (Xe-XIXe siècle)

 | 
Alessandra Bagnera
, 
Annliese Nef

Première partie. L’histoire, le contexte et les structures

1 – Les bains de Cefalà et leur contexte historique et historiographique

Texte intégral

1.1. Les bains de Cefalà et leur contexte historique médiéval : lapport des sources écrites (Annliese Nef)

  • 1 Nous ne suivons pas l’histoire du complexe au-delà du début de l’époque moderne, mais les grands tr (...)
  • 2 On trouvera un récapitulatif des sources écrites disponibles relatives à Cefalà dans Maurici 1998, (...)
  • 3 Pour des considérations sur le rôle de la zone de Cefalà dans l’espace insulaire, on verra l’articl (...)

1Les sources écrites permettant de situer le complexe balnéaire de Cefalà dans un contexte historique précis tout au long du Moyen Âge1 paraissent maigres à première vue. Il faut toutefois distinguer les sources qui documentent l’histoire du territoire qui correspond au toponyme de Cefalà2, lequel peut renvoyer à des réalités qui varient dans le temps et dans l’espace, de celles qui se rapportent explicitement aux bains. Si ces derniers sont eux-mêmes rarement et tardivement mentionnés, l’histoire du territoire qui les entoure est en revanche relativement bien connue3.

2Notons d’emblée que l’édifice thermal en tant que tel n’est jamais évoqué dans les documents médiévaux avant 1389 (cf. infra), contrairement au complexe dont il fait partie. Pour retracer l’évolution du site et de sa réalité matérielle, il convient de prendre en compte trois entités qui, même si elles sont liées, ont connu une histoire distincte : le territoire de Cefalà, dont la définition varie dans le temps ; les établissements qu’il abrite et dont la nature (localité habitée, points fortifiés), changeante, influence son évolution ; enfin, le complexe qui entoure les bains de Cefalà (hôpital ?, fondaco, masseria). Il est probable que longtemps l’édifice thermal lui-même a constitué une quatrième entité régie par des logiques qui lui étaient en partie propres.

1.1.1 Le silence des textes antiques et les ambiguïtés des textes arabes

  • 4 Cf. la section suivante sur ce sujet.
  • 5 Il ne nous semble pas que la référence à un toponyme qui pourrait rappeler Cefalà dans le nom d’un (...)

3Les textes antiques n’évoquent ni Cefalà, ni les bains du même nom. Profitons-en pour tordre le cou à une idée trop souvent reprise au sujet du toponyme de Cefalà. Celui-ci est en général, depuis la période moderne4, rapproché d’une racine grecque : kephalê, qui renverrait à la « tête » d’une source. Or, l’évolution du toponyme qui est rendu par Cifala par la suite, comme son équivalent arabe qui débute par la lettre jim s’oppose à cette lecture. Cette évolution phonétique serait en effet tout à fait inhabituelle dans un contexte sicilien. En revanche, il est une racine arabe j.f.l. dont le sens s’accorde bien avec la nature du site puisqu’elle renvoie aux idées de « vider toute son eau », « rejeter les débris » (pour un torrent). On fera donc plus volontiers l’hypothèse d’un nom de lieu d’origine arabe5.

  • 6 Il s’agit du Kitāb Gharā’ib al-funūn wa-mulah al-‘uyūn, acquis par la Bibliothèque bodléienne d’Oxf (...)
  • 7 Johns 2004.
  • 8 Ou S.f.l.y.h dans Rapoport et Savage-Smith 2014, p. 463.
  • 9 Ibid., p. 441, n° 44.
  • 10 Rapoport-Savage-Smith 2014, p. 2-3.
  • 11 On verra dans Johns 2004 les erreurs introduites par l’auteur anonyme par rapport à Ibn Hawqal.

4Ni le toponyme de Cefalà, ni aucune réalité qui lui serait liée n’est attesté dans les textes de l’époque islamique, à moins d’accueillir l’interprétation en ce sens d’un toponyme qui apparaît uniquement sur une carte contenue dans un traité de cosmographie anonyme composé dans la première moitié du XIe siècle6. La lecture de la partie de ce manuscrit, découvert il y a un peu plus d’une décennie, consacrée à la Sicile, comme celle des toponymes portés sur la carte de l’île qui accompagne le texte, a été établie par Jeremy Johns7. Or, parmi les « montagnes situées au sud de Palerme », figure le Jabal Sh.f.līh8, toponyme jusqu’ici inconnu, que ce dernier a proposé d’identifier comme « la montagne de Cefalà »9, c’est-à-dire l’actuel Monte Chiarastella qui surplombe les bains de Cefalà. La nature de la carte, comme sa datation, ne vont pas sans poser de problème, mais en admettant que sa première réalisation renvoie à la même période que le texte et qu’elle ait été maintenue dans sa forme originelle dans le manuscrit le plus ancien dont nous disposons, daté de la toute fin du XIIe siècle10, ce serait là la première mention de ce nom de lieu. Aucun complexe thermal, ni source, n’est mentionné, ni sur la carte ni dans le texte, alors que l’anonyme, comme Ibn Hawqal son inspirateur premier, et même plus que ce dernier, montre un intérêt particulier pour la question des sources et de la qualité de l’eau. En revanche, si cette forme renvoie bien à Cefalà, alors le toponyme pourrait être d’origine non arabe, probablement antérieure, sans qu’il corresponde pour autant à la forme grecque kephalê évoquée plus haut. Toutefois, les problèmes que posent les toponymes de cette carte qui semblent reprendre un itinéraire, copié et recopié et donc porteur d’erreurs et de déformations multiples11, ne permettent pas d’aller plus loin.

  • 12 Pour la datation de la composition de l’œuvre idrisienne, cf. Idrīsī 1999, p. 17-19 et Nef 2010a.

5Pour retrouver Cefalà dans un texte en arabe, de géographie à nouveau, il faut attendre le Kitāb Nuzhat al-mushtāq fī-khtirāq al-afāq, aussi appelé Livre de Roger, d’al-Idrīsī, dont l’évocation de la localité, postérieure à 115412 ne va pas sans poser un certain nombre de problèmes. Le toponyme est présent dans deux passages distincts.

  • 13 Al-Idrīsī 1970-1976, II, p. 604 et Idrīsī 1999, p. 321-322 : « Cette localité est riante, son distr (...)
  • 14 Sur ce point, cf. Bagnera 2003, p. 66-67.
  • 15 Cf. A. Bagnera, I bagni, dans ce volume.

6Dans le premier, J.f.la est décrite comme : « une localité (balad) riante » entourée d’une « circonscription […] grande » et prospère, où se trouvent « de l’eau et des étangs en abondance»13. Il n’est donc pas fait référence à Cefalà comme à une hamma ou source thermale. Toutefois, contrairement à ce que l’on a parfois avancé concernant cette abondance d’eau comme indice d’un milieu marécageux et paludéen – ce qui s’accorderait mal par ailleurs avec les deux autres termes de la description (la présence d’une activité agricole et d’une population non négligeable)14 – les nouvelles données présentées ici permettent d’imaginer un contexte tout à fait différent, qui sera examiné plus loin15.

  • 16 Al-Idrīsī 1970-1976, II, p. 612 et Idrīsī 1999, p. 329 : « La rivière du Salso coule auprès de là, (...)
  • 17 Pour de semblables erreurs qui tiennent au travail « par fiches » d’al-Idrīsī, cf. ibid., p. 26-27.

7En outre, al-Idrīsī semble faire référence aux bains de Cefalà (J.f.la) à un autre endroit du texte. En effet, commettant une erreur, il mentionne également J.f.la à proximité de Gangi16 et évoque alors une source thermale chaude (hamma). Il semble donc que se soit produit un glissement en raison d’une similitude de toponymes17 ou d’une confusion plus ample. Rien aujourd’hui ne permet d’asseoir l’idée qu’une source thermale, suffisamment importante pour être mentionnée parmi celles qui existaient en Sicile, émergeait au sein du territoire de Gangi, il est donc probable qu’il s’agit bien de Cefalà. Toutefois, l’auteur ne décrit ni ne mentionne, cette fois encore, explicitement aucun édifice qui désignerait sans ambiguïté des bains à proprement parler.

  • 18 Ce point est controversé : Nef 2010a (p. 63-65) doute de cette attribution et voit dans un titre pr (...)
  • 19 Je tiens à remercier Jean-Charles Ducène qui a vérifié pour moi à partir d’une reproduction du manu (...)

8Précisons, par ailleurs, que la carte qui accompagne le texte, et qui, de manière complémentaire, fournit nombre d’éléments absents de ce dernier, ne localise pas J.f.la, ce qui interdit de résoudre la difficulté grâce aux éléments cartographiques. Enfin, le Uns al-Muhāj wa-Rawd al-furāj attribué au même al-Idrīsī18, ne contient rien non plus sur Cefalà19 et ne peut donc nous aider à résoudre cette énigme.

1.1.2 Le XIIe siècle sicilien : un contexte qui éclaire rétrospectivement les usages des eaux thermales durant la période islamique

9Les informations textuelles concernant Cefalà au XIIe siècle sont très dispersées : outre la description de la Sicile par al-Idrīsī, dont on a vu à la fois l’incomplétude et la nécessité de la relire plus attentivement, nous disposons de documents d’archives. Toutefois, avant de s’arrêter à ces derniers, il convient de restituer le contexte d’utilisation des eaux thermales dans l’île à l’époque normande, lequel prolonge en partie celui de la période islamique.

1.1.2.1 Les eaux thermales siciliennes dans les sources arabes du XIIe siècle

  • 20 Au sujet des bains et hammām/s en Sicile, cf. Sciascia, 2007. Rappelons que les seuls hammām/s atte (...)

10Si l’on passe en revue les textes arabes à la recherche du thermalisme en Sicile, la récolte est peu abondante et se concentre essentiellement au XIIe siècle. L’eau y est en effet souvent mentionnée, et ce dès le Xe siècle, mais surtout sous la forme de sources offrant une eau à boire dont la qualité est évaluée. Sont aussi évoqués des bains, mais il s’agit la plupart du temps de hammām/s20.

  • 21 Cf., en dernier lieu, Cressier 2002, p. 41 et Bagnera 2003, p. 37-39.
  • 22 Cf. Nicoud 2007 ; Koetschet 2014 et Denoix 2014.
  • 23 Cressier 2006.

11La distinction lexicale que les textes arabes établissent entre hammām/s, bains qui ne sont pas naturellement chauds et hamma/s qui le sont, a déjà été mise en lumière ailleurs21. Cette différence en recoupe d’autres, d’ordre morphologique et fonctionnel. Ainsi les hammām/s, sont généralement liés à un usage avant tout rituel et hygiénique. Il convient toutefois de garder présent à l’esprit que ces catégories n’ont guère de pertinence pour le Moyen Âge dans la mesure où l’hygiène elle-même est lue dans des termes, sinon thérapeutiques du moins diététiques (et il s’agit ici d’un héritage grec parvenu à travers le filtre arabe)22. En outre, le religieux, sinon le rituel, et l’hygiénique sont des dimensions qui se rejoignent dans la pratique du bain thermal ou hamma23. Ce vocable renvoie spécifiquement à la chaleur naturelle de l’eau et aux vertus curatives qui lui sont attribuées, ce qui explique que les sources thermales soient identifiées par les voyageurs et les géographes qui ne disposent d’aucune connaissance précise sur le sujet grâce à leur température ou en raison d’une pratique déjà établie (l’un n’excluant pas l’autre bien évidemment), même s’ils ne détaillent jamais les propriétés médicales spécifiques d’une eau. Enfin, le terme hamma n’implique pas nécessairement une mise en valeur par la construction d’un bain, il peut aussi désigner une source d’eau chaude non ou peu aménagée, comme nous le verrons.

  • 24 Ibid., p. 51-53.
  • 25 Cf. Nef 2011, p. 179-185.

12Contrairement à ce qu’il en est en al-Andalus24 par exemple, ni les chroniques ni les poésies en arabe n’évoque les hamma/s de Sicile. Les seules eaux chantées par les poètes sont celles mises en valeur lors des aménagements qui agrémentent les résidences des Hauteville et des hauts personnages qui les entourent, et elles n’ont rien de thermal. Le thème fondamental est alors en effet celui du jardin terrestre comme miroir du paradis25.

  • 26 Nous ne revenons pas ici sur les références à Cefalà abordées plus haut.
  • 27 Cet élargissement au XIVe siècle tient au fait qu’al-Himyarī est un auteur qui s’inspire d’al-Idrīs (...)
  • 28 L’expression « eau thermale » est ambigüe en français ; nous l’utilisons dans le sens générique d’« (...)

13Ce sont les ouvrages géographiques qui nous livrent les rares informations dont nous disposons sur ce thème. La liste des eaux minérales siciliennes qui suit26 recense quatre mentions entre le XIe et le XIVe siècle27. Elle dépasse le cadre strict des hamma/s, puisqu’y figurent également des eaux considérées comme thérapeutiques, sans que leur température soit nécessairement en cause28 :

  • ‘Ayn Mu‘āfā (Kitāb Gharā’ib al-funūn, deuxième tiers du XIe siècle)29
  • ‘Ayn al-Shifā30, à Palerme (Ibn Hawqal31, fin Xe siècle ; al-Harawī32, m. 1215)
  • Calathamet (al-Idrīsī33, m. ap. 1165 ; Ibn Jubayr34, m. 1217 ; al-Himyarī, XIIIe-XIVe siècle35, qui reprend le premier), près de Ségeste36
  • Termini (al-Idrīsī37, Ibn Jubayr38 et al-Himyarī39), entre Palerme et Cefalù

14Si Termini et Calathamet sont des sources chaudes, les deux premières mentions soulignent en revanche une utilisation plus large des eaux dans un but thérapeutique ou, éventuellement, de maintien de la santé (diététique). En outre, seule la description de la hamma de Termini renvoie explicitement à un édifice construit, probablement parce qu’il s’agit d’un monument antique.

  • 40 Celle d’al-Muqaddasī est nettement plus brève.
  • 41 Ibn Hawqal 1964a, p. 116 et Ibn Hawqal 1964b, p. 121 : « Il [Abul-Husain Ahmad ibn Hasan ibn Abil-H (...)

15Cette liste appelle un certain nombre de remarques. Tout d’abord, aucune mention certaine n’est antérieure au XIIe siècle et, de fait, tous les textes se réfèrent à cette période, dans la mesure où al-Himyārī reprend des passages d’al-Idrīsī tels quels. Ibn Hawqal, le premier géographe arabe à proposer une description détaillée de la Sicile au Xe siècle40, énumère bien des sources, mais il se limite à leur potabilité et à leur goût et ne s’intéresse jamais à leurs effets thérapeutiques. S’il mentionne la source palermitaine de ‘Ayn al-Shifā et la porte urbaine voisine41, il ne dit mot des vertus éventuelles de la source. Notons, au passage, que la potabilité et les propriétés thérapeutiques d’une source ne s’excluent pas mutuellement puisqu’al-Idrīsī mentionne le goût de l’eau à Calathamet, suggérant ainsi une utilisation alternative, potable, de cette source chaude.

  • 42 Cressier 2002, p. 44-45.
  • 43 Caskey 1999 suggère, même si toutes les affirmations de l’auteur ne peuvent être suivies, que cet i (...)
  • 44 Ce qui ne présume pas de l’éventualité de continuités locales entre Antiquité et Moyen-Âge, mais re (...)

16Bien que le corpus soit réduit, on peut avancer deux hypothèses pour expliquer la chronologie relativement tardive des textes se rapportant à l’utilisation des hamma/s et aux usages thérapeutiques des eaux avant le XIIe siècle. Elle reflète soit un essor de l’intérêt suscité par ces derniers dans le type de sources qui nous sont parvenues, c’est-à-dire géographique pour l’essentiel, soit un développement des pratiques thérapeutiques elles-mêmes, à partir du XIIe siècle. Cette chronologie est proche de celle esquissée par Patrice Cressier pour la péninsule Ibérique42 et vient rappeler que l’intérêt des savants pour les sources thermales est plus précoce en Sicile que n’importe où ailleurs dans la péninsule italienne, sauf peut-être exceptions43, une particularité qui peut être mise en relation avec l’inscription de l’île dans l’espace islamique durant plus deux siècles. De ce point de vue, ce n’est peut-être pas un hasard si seule l’évocation des bains de Termini par les auteurs arabo-musulmans mentionne une continuité monumentale entre l’Antiquité et le Moyen Âge44.

  • 45 Il n’est pas question ici de justifier la proximité des hamma/s et des mosquées, fréquente et qui s (...)
  • 46 Il faut souligner qu’al-Harawī ne cite dans son traité qu’une dizaine de sources, la plupart étant (...)
  • 47 Sur l’association entre hamma/s et pratiques cultuelles en al-Andalus et au Maghreb, cf. Cressier 2 (...)

17Néanmoins, la parcimonie du Guide des lieux de pèlerinage d’al-Harawī, qui ne donne qu’un exemple de source dont la dimension religieuse est évidente pourrait avoir une autre explication. Ne refléterait-elle pas autant, sinon plus, la réticence des autorités religieuses à encadrer des pratiques liées à des usages et croyances considérés, en règle générale, comme peu orthodoxes, et le peu d’entrain des savants à les décrire45, que la faible consistance numérique de ce type de lieux46 ? On peut douter en effet qu’aucune autre source thermale n’ait donné lieu au développement de pratiques religieuses de la part de la population ; la Sicile serait un cas unique dans le monde islamique47.

18Les sources thermales siciliennes décrites au XIIe siècle diffèrent les unes des autres : leur degré d’équipement est varié et une gamme de situations se dégage. L’éventail, peu nourri il est vrai, s’étend en effet de Ségeste, pour laquelle aucun aménagement n’est cité, à ‘Ayn al-Shifā, auprès de laquelle s’élève une mosquée qui suggère un encadrement religieux des pratiques liées à cette source.

  • 48 Vaggioli 2003, en particulier II, p. 1251-1252 et 1265.
  • 49 Ibid. Pour d’autres exemples de ce glissement de hamma à hammām, Ramírez Águila 1997, et spéc. p. 5 (...)

19La liste qui précède s’enrichit peut-être à l’époque normande des bains d’Entella situés au Nord d’Agrigente. En effet, on a proposé d’identifier al-Hammām, situé dans le diocèse de Monreale et mentionné dans le document bilingue arabe-latin qui précise les limites de ce dernier en 1176, avec une source d’eau chaude située au nord de la Rocca d’Entella. Cette source, décrite au XVIe siècle par Tommaso Fazello, a aujourd’hui disparu, mais des vestiges de canalisations pourraient suggérer une continuité avec la période antique48. Ceci amènerait à se méfier davantage encore des toponymes, puisque la source décrite comme chaude au début du XVIe siècle est désignée par le toponyme al-Hammām49.

1.1.2.2 Un usage médicalisé de l’eau et un encadrement religieux de l’accueil des malades ?

  • 50 P. Cressier rappelle ainsi l’évolution importante que constitue de ce point de vue la disparition d (...)
  • 51 Sur cette notion, en liaison avec les eaux thermales, cf. Ramírez Águila 1997.

20Une autre question, liée à la première, est celle du lien éventuel entre structures médicales et sources thermales. Un tel lien n’est pas dépourvu de dimension religieuse, mais celle-ci concerne moins les effets thérapeutiques de l’eau thermale et les éventuels rituels se développant autour des sources50 (dont nous avons vus qu’ils sont quasiment absents des textes) que l’encadrement et la mise en valeur de ce qui apparaît comme un bienfait de Dieu, l’effet de sa baraka51, en vue de le rendre accessible aux malades.

  • 52 Sur la convergence de pratiques médicales structurées dans des complexes architecturaux ad hoc et d (...)

21En effet, si le rôle médical du bain, entre autres fonctions, est une réalité dans toutes les sociétés qui le pratiquent, on peut se demander si cette dimension allait de pair en Sicile avec la mise en place d’institutions ou la construction d’édifices ad hoc à proximité des sources, et avec la présence d’individus détenant un savoir dans ce domaine et dispensant des soins ciblés52. Dans la mesure où les sources thermales siciliennes sont assez peu évoquées au XIIe siècle, on partira des textes qui mentionnent les lieux où étaient délivrés des soins médicaux dans le cadre insulaire, afin de s’interroger sur leurs liens avec les eaux et les pratiques qui leur étaient liées.

22Les mentions ne sont pas très abondantes, mais elles n’ont jamais été exploitées ni interprétées systématiquement. La plus célèbre est sans doute le passage d’Ibn Jubayr qui décrit des hôpitaux situés dans les environs de Palerme au XIIe siècle :

  • 53 Il s’agit d’après la description (Ibn Jubayr 1964, p. 303 ; trad. française Ibn Jubayr 1995, p. 351 (...)
  • 54 Ibn Jubayr 1964, p. 303 ; trad. frse Ibn Jubayr 1995, p. 351. Ce passage est mentionné dans Kedar 1 (...)

Nous avons vu, sur cette route [entre Qaşr Sa‘d53 et Palerme], des couvents (kanā’is) destinés aux malades chrétiens. Dans leurs villes, on trouve des couvents du même genre qui ressemblent aux hôpitaux musulmans (maristānāt al-muslimān). Nous avions déjà vu cela à Acre et à Tyr. Nous admirâmes la sollicitude des chrétiens en cette matière54.

  • 55 Nous indiquons ce mot en latin afin de le différencier d’« hôpital » que nous employons ici dans un (...)
  • 56 Sur ce point existe une abondante bibliographie, nous nous contentons de renvoyer à Agrimi – Crisci (...)
  • 57 Il ne peut être question de revenir sur une bibliographie abondante ; on verra récemment : Ragab 20 (...)

23Les couvents où sont soignés des malades chrétiens, que l’on trouve en ville comme sur les routes principales à proximité de Palerme, pourraient évoquer les xenodochia ou les hospitales55 plus septentrionaux, essentiellement charitables à cette époque et accueillant aussi bien les pauvres que les malades56, mais leur restriction aux malades suggèrent une pratique différente. Renforce encore cette interprétation, le fait que des structures clairement médicales sont ensuite présentées comme une sous-catégorie de ces couvents. En outre, la ressemblance de ceux situés en ville, qui étaient probablement plus importants, avec les hôpitaux arabo-musulmans, où l’on pratiquait la médecine, et avec des structures similaires localisées dans l’Orient latin, est soulignée. Dans le monde islamique, à partir au moins du Xe siècle, fonder un hôpital était conçu comme un acte pieux et de charité visant à permettre à tous d’accéder aux soins médicaux, ce qui favorise cette convergence57. Se pose néanmoins la question de leur genèse : ont-ils été fondés après la conquête menée par les Hauteville ou bien sont-ils le résultat de la réappropriation, de la réinterprétation et de la christianisation de lieux préexistants advenues après cette dernière ?

  • 58 Ainsi de Qaşr . Şa‘d, à une parasange (environ 5,5km) à l’est de Palerme, et de Qaşr Ja‘far, à un m (...)
  • 59 Sur la polyfonctionnalité des ribāţ-s, cf. Cressier 2004 et sur celle des fundūq/s, Constable 2003  (...)
  • 60 Outre, les deux exemples cités qui servent également de lieux de repos pour les voyageurs et sont d (...)
  • 61 Ibn Jubayr décrit la fréquentation intense de la route entre Termini et Palerme, cf. Ibn Jubayr, 19 (...)
  • 62 Nous n’avons pas de preuve pour cette période, mais aux XIIIe-XIVe siècles, et aussi plus tard, les (...)

24Ceux situés sur les axes viaires évoquent des structures similaires aux ribāţ-s58 ou aux fundūq-s, deux types d’établissements qui développaient des fonctions parallèles59 d’accueil des voyageurs, voire des pauvres ou des malades, outre la dimension religieuse que revêtent les ribāţ-s, et qui sont attestés en Sicile aux époques islamique et normande60. Or, comme les couvents décrits par Ibn Jubayr, les bains de Cefalà se situent sur un axe viaire important, à proximité de la capitale61, même si Qaşr Sa‘d est plus proche de Palerme (à environ 5,5 km) que Cefalà, réalité un peu plus rurale, qui est distant de 30 km. Outre le fait que les bains de Cefalà, par leur localisation, remplissent la fonction d’étape « hôtelière » et qu’ils sont dotés de vertus minérales thérapeutiques, nous suggérons qu’ils pourraient néanmoins aussi avoir développé une fonction plus strictement médicale conçue sur le modèle islamique. Précisons que nous entendons par là un usage thérapeutique limité à l’usage des eaux minérales de Cefalà. Il est bien entendu, en outre, que cette fonction n’est pas à envisager exclusivement d’autres, mais qu’elle s’ajoute à l’hospitalité, l’accueil des nécessiteux, etc. La présence d’une source aux vertus médicales reconnues62 pourrait justifier cette distance un peu plus importante à parcourir depuis Palerme afin de recevoir des soins médicaux.

  • 63 Ainsi de l’hôpital S. Maria Maddalena, qui dépend de S. Maria di Valle Giosafat (White 1984, p. 327 (...)
  • 64 Cf. Toomaspoeg 2001 et 2003b.
  • 65 Sur les Teutoniques, voir dorénavant Toomaspoeg 2003a.
  • 66 Bresc-Bresc-Bautier 2013, p. 27.
  • 67 Sans nous étendre sur ce point, nous nous contentons de renvoyer à Bresc-Bautier 1975 et Toomaspoeg (...)

25Cette hypothèse est renforcée par la mention dans les documents siciliens du XIIe siècle d’un certain nombre d’hospitales. Une partie est rattachée à des ordres étroitement liés à l’Orient latin63, dont on a vu la vocation médicale rappelée par Ibn Jubayr, sans que l’on sache s’ils prolongent et christianisent des structures antérieures, mais dont l’essor est relativement tardif. Les Hospitaliers eux-mêmes ne sont attestés de manière certaine dans l’île qu’à partir du troisième tiers du XIIe siècle64. En outre, l’implantation en Sicile de ces ordres, avant la chute de Jérusalem et l’essor des Teutoniques à partir de la fin du XIIe siècle65, concerne surtout l’est de l’île et plus exactement les terres d’implantation des Lombards sous l’autorité des Aleramici66. Messine, port de départ des Croisés vers l’Orient, était en effet au cœur de ce réseau d’établissements, dont l’objectif principal était de procurer des ressources à ceux de la Terre Sainte67.

  • 68 Ainsi un hôpital, fondé par l’archevêque de Palerme, est cité, dans la traduction latine d’un texte (...)
  • 69 Matteo d’Aiello fonda aussi l’hôpital de Tous-les-Saints, connu par deux bulles de 1182 et 1183, ju (...)
  • 70 Ainsi celui, sans nom, mais situé dans le vallon d’al-Qayrūz, auquel Guillaume II et Marguerite fon (...)

26La partie occidentale de l’île, à laquelle se réfère Ibn Jubayr dans le passage cité, considérée comme le cadre de transformations plus profondes à l’époque islamique que la zone orientale, témoigne d’une autre réalité. Ainsi à Palerme, les hospitales connus pour le XIIe siècle, où l’on peut voir le reflet des couvents urbains évoqués par Ibn Jubayr, soit renvoient à un milieu islamisé68, soit sont fondés par des personnages qui connaissaient bien les réalités islamiques et occupaient des fonctions majeures auprès du roi69. La tentation est donc grande d’y voir le maintien et la transformation de structures antérieures ou le fruit d’une inspiration islamique. En outre, dans cette même partie de l’île, au moins deux autres hôpitaux70 associent localisation sur un axe viaire important et présence d’une source dont la nature pourrait être thermale.

  • 71 Des exemples aux notes 63 et 68-70 soulignent le rôle des Teutoniques, et plus largement des ordres (...)
  • 72 Celles évoquées par Ibn Jubayr le sont.
  • 73 Pour les détails, voir la note 69.
  • 74 P. Crone rappelle, dans Crone 2004, que parmi les devoirs du calife figure le fait de fournir un en (...)
  • 75 Que peut renforcer l’intérêt connu de la dynastie des Hauteville pour l’apport de la médecine islam (...)
  • 76 Cf. A. Bagnera, I bagni.
  • 77 Cf. R. Di Liberto, L’edificio.
  • 78 Cf. R. Di Liberto et R. Giunta, Il fregio.

27Ces différents éléments soulèvent à la fois la question de l’encadrement médical insulaire et d’une éventuelle médicalisation des sources minérales siciliennes à l’époque islamique et celle de leur maintien, non sans transformations et christianisation des structures, au XIIe siècle et au-delà71. La distinction régionale évoquée plus haut suggère le développement de deux processus parallèles : la création de structures s’inspirant de celles existant en Terre Sainte, d’une part, et le maintien de pratiques remontant à la période islamique, au sein d’institutions qui furent christianisées sous les Hauteville, d’autre part72. Cela expliquerait non seulement le passage d’Ibn Jubayr, mais aussi la dotation royale en 1169 d’un hôpital sans dédicace religieuse chrétienne ni nom particulier73, qui pourrait renvoyer à une institution née à la période islamique et en voie de christianisation. Si les hôpitaux islamiques n’étaient en effet pas des institutions religieuses comparables à ce qu’ils étaient dans le monde chrétien, leur fondation et leur dotation par les autorités civiles répondaient toujours à la volonté charitable de permettre aux croyants de bénéficier de soins74. Ils pouvaient revêtir une importance certaine, tant architecturale que financière, et abriter des lieux de culte. Leur dimension religieuse était fondamentale. Le contexte que nous venons d’évoquer75, combiné avec les trouvailles archéologiques faites à Cefalà76 et avec l’analyse architecturale de l’édifice thermal77, qui établissent que la source y fut mise en valeur dès l’époque islamique grâce à des travaux d’envergure, suggèrent que ces derniers ont pu prendre place dans le cadre d’un waqf à vocation charitable et thérapeutique. Une telle réalité expliquerait également l’investissement royal de Roger II en ce lieu, où il prit la peine de faire construire un édifice thermal couronné d’une inscription monumentale en arabe qui date cette décision de 1140-114178, ainsi que la qualification d’hospitalis appliquée au complexe au moins à partir du XIIIe siècle, sur laquelle nous reviendrons plus bas.

  • 79 Parmi les bains thermaux cités dans les sources médiévales, on ne conserve aujourd’hui que bien peu (...)
  • 80 Cf. A. Bagnera, p. 145-148.

28On retiendra à ce stade que la présence d’institutions remplissant des fonctions religieuses, charitables, d’accueil des voyageurs, et parfois médicales, le long des routes et à proximité de sources, mais aussi en milieu urbain, caractérisa donc probablement en Sicile tant la période islamique que la période successive, qui s’en inspire de ce point de vue. Il est vrai que rien ne permet d’assurer de manière définitive à ce stade que Cefalà a vu se développer un complexe de cure. Toutefois, ce panorama sur les eaux chaudes insulaires converge avec des structures architecturales impressionnantes79, mais aussi des indices archéologiques non négligeables80, et avec des sources documentaires qui, bien que peu nombreuses, permettent de renforcer cette interprétation.

1.1.2.3 Cefalà dans les documents d’archive d’époque normande

  • 81 Collura 1961, doc. 2, p. 7-18 et Becker 1993, p. 152-155.
  • 82 Collura 1961, doc. 5, p. 21-24 : dans les deux cas, sont évoquées les divisiones Cefale, sans que l (...)
  • 83 Pergamena 110 du chartrier, édition Bresc 1995, doc. 1, p. 89-92. L’acte s’est retrouvé dans ce cha (...)
  • 84 Ibid., p. 90.
  • 85 PA, IGM, f° 259 IV N.O., Ventimiglia di Sicilia.
  • 86 Bresc 1995. Pour une hypothèse quant à l’origine de telles propriétés, cf. l’article de Lucia Arcif (...)

29Le premier document à mentionner Cefalà, après le privilège de fondation de l’évêché d’Agrigente en 109381, confirmé par une bulle pontificale de 1098, qui suggèrent l’existence du toponyme antérieurement à la conquête des Hauteville82, est un acte de vente de 1116 par lequel Philippus christianus filius gayti Phytien achète à Charzalla filius Abdelgani Ellahmi une terre dans le territoire de Cefalà. Il n’est toutefois connu que par une traduction de l’arabe en latin effectuée en 1266 et conservée dans le chartrier de la Magione, siège de l’ordre teutonique à Palerme à partir de la fin du XIIe siècle83. Son éditeur, Henri Bresc, a souligné à juste titre que les références génériques ou banales de la délimitation ne permettent guère de situer la propriété au sein du territoire de Cefalà (hee terre predicte sunt de territorio Chifale et in loco cognito Chifalie84), mais qu’elle était probablement de grande taille en raison de son prix. Toutefois, et sans certitude, on notera que le toponyme Chandac Ellup (« vallon du loup ») pourrait correspondre, plus ou moins exactement étant donnée la labilité des toponymes dans le temps, à l’actuel Vallone del Lupo, situé au N.E. de Bolognetta85. Cet acte apporte peu d’informations précises et encore moins sur les bains, mais il est important en raison des réalités qu’il reflète, et en particulier l’existence d’une propriété arabo-musulmane jusqu’au début du XIIe siècle dans le territoire de Cefalà, comme en général autour de Palerme86. Le vendeur porte une nisba tribale arabe célèbre (al-Lakhmī) et doit faire partie des élites palermitaines en perte de vitesse sous la nouvelle domination, il vend sa terre à un chrétien dont le nom est arabe.

  • 87 White 1984, p. 393.
  • 88 Cf. D’Angelo et alii 1969 et Maurici 1983.
  • 89 Cf. Maurici 1983.

30En 1121, un acte évoque sans s’y arrêter, dans les limites d’une donation foncière qui accompagne celle d’une église, viam castelli cognomento Cephalas87, château localisé par les historiens sur le mont Chiarastella qui surplombe les bains88. On y a situé également le casal de Cefalà89, mais sans élément décisif en ce sens ; seule une enquête archéologique systématique sur le mont Chiarastella pourrait établir ou infirmer ce point.

  • 90 Cf. chapitre de Roberta Giunta infra.
  • 91 Comme il tait l’existence du complexe de Maredolce, autre construction d’époque rogérienne.

31Pour synthétiser ces premières données, ce vaste territoire semble donc au départ articulé entre une localité, qui conjugue un établissement et des exploitations relativement dispersés si l’on en croit al-Idrīsī, et un point fortifié plus ou moins important, et il abrite un complexe thermal que l’analyse épigraphique permet de dater du règne de Roger II90, mais que le géographe passe sous silence91.

  • 92 Cusa 1868, p. 182.
  • 93 Édité dans Collura 1961, p. 299-310.
  • 94 L’accord prit probablement la forme de deux accords successifs. Nous avons conservé l’acte de 1182  (...)

32En 1182, enfin, Cefalà est cité dans le diplôme bilingue qui établit les limites de l’archevêché de Monreale, fondé en 1176, et, dans le cas précis qui nous occupe, celles entre Cefalà, Palerme et Iato. À l’intérieur de l’unité foncière de Rahalmia, qui relève de Monreale, 200 salmes sont situées sur le territoire de Cefalà92. Or, un passage du Libellus de successione pontificum Agrigenti93, annales épiscopales de la première moitié du XIIIe siècle, rappelle que le tenimentum de Cefalà a été rattaché au diocèse d’Agrigente en échange de celui de Bisacquino cédé à Monreale. Il semble donc que l’accord, qui ne nous est pas parvenu mais qui date de 118294, prévoyait qu’une petite partie du territoire de Cefalà relèverait d’une unité placée sous l’autorité de l’archevêché de Monreale.

  • 95 Cf. supra, p. 10.

33Si le XIIe siècle ne voit jamais mentionner un casalis au sujet de Cefalà, le terme balad, cité dans le passage qu’Idrīsī consacre aux bains étant très générique95, les documents disponibles pour le XIIIe siècle ne font que confirmer que Cefalà apparaît surtout comme un toponyme qui désigne une entité territoriale vaste, sans probablement que celle-ci jouisse d’une autonomie administrative ni ne constitue un iqlīm comme le suggère le document de 1242 évoqué ci-dessous. Il ne s’agit donc pas d’une évolution consécutive aux guerres de la minorité de Frédéric II, ni à celles contre les musulmans, mais d’une situation antérieure que ces événements ont pu accentuer.

1.1.3 Un long XIIIe siècle à réinterpréter : la transformation du complexe de Cefalà en hospitalis Saint-Laurent

  • 96 L’original a disparu. Nous ne nous étendons pas sur les difficultés que posent les diplômes frédéri (...)
  • 97 Collura 1961, doc. 66, p. 128-130, spéc. p. 129 : Cephalam, Misiliusufu, Phitaliam et Cutemam casal (...)

34Un premier document de 1202, qui sanctionne la concession par Frédéric II du casal de Miserelle, situé in tenimentis Cephale, aux Teutoniques de Palerme96, confirme cette lecture. Le territoire, vaste, relevant du toponyme Cefalà, abritait une série de lieux habités, mais rien n’atteste qu’un habitat du même nom existait. De ce point de vue, le document de 1244 qui vise à mettre fin à une dispute portant sur les confins des diocèses de Palerme et d’Agrigente, conservé dans le chartrier d’Agrigente, n’est guère plus précis97.

35Trois autres mentions remontant à cette période, correspondant toutes à des documents conservés dans les archives de la cathédrale d’Agrigente, renvoient à deux institutions liées à Cefalà : l’hospitalis Saint-Laurent et l’église Sainte-Marie.

  • 98 Collura 1961, p. 120 et svtes.
  • 99 Ce tenimentum était fort vaste, comme al-Idrīsī le précise dans son œuvre géographique et comme le (...)
  • 100 Certos terminos finium tenimenti hospitalis ecclesie sue Sancti Laurentii, site in tenimento Ciphal (...)
  • 101 Goffredus notarii Michaelis, civis Panormi, imperialis cappelle Panormi clericus, ibid., p. 121.
  • 102 Ad imperialem doanam accedens, supplicavit nobis ut, quia certos terminos finium tenimenti hospital (...)
  • 103 Nous indiquerons ci-dessous pour chaque toponyme le sens des termes arabes.

36En 124298, la dogana royale délimite en effet en arabe et en latin les confins de cet hôpital, sis dans le tenimentum (fahş) de Cefalà99, sur la route qui mène de Palerme à Agrigente100. L’acte est établi à la demande du notaire Geoffroi, fils du notaire Michel, et clerc de la chapelle palatine de Palerme101, qui tient l’hôpital et l’église attenante en bénéfice de la cathédrale d’Agrigente102. La description en arabe reflète le maintien local d’une documentation dans cette langue : le latin ne fait que la traduire et, le plus souvent, la transcrire103. Les boni homines de Vicari sont mobilisés pour l’occasion, ce qui suggère par ailleurs que ce bourg est la référence administrative pour le territoire de Cefalà qui n’est pas qualifié d’iqlīm.

37Le texte latin en est le suivant :

  • 104 « Le vallon connu comme celui des réservoirs (ou des bassins) » : l’expression suggère que cette dé (...)
  • 105 De la racine j.b.r. : « être puissant », « être grand ».
  • 106 « Le ? de la disa » : « dīs » désigne en arabe un type de graminée, les ampelodesmes, originaire du (...)
  • 107 « Qui est appelé Papillon ».
  • 108 L’expression arabe renvoie à une caractéristique du chemin suivi et non à un toponyme.
  • 109 Ibid.

A vallone, qui dicitur Conqui (al-khandaq al-ladhī yu‘raf bi-l-ahwād104), et vadit per medietatem montis Chiperii (jabal J.bārī105) et descendit per sindis (Sh.n.d al-dīs106) usque ad nemus, quod dicitur Farrase (al-latī yūqāl li-hā Farāsha107), et deinde descendit per balatas (ma‘a al-balāţ108) usque ad vallonem Sancti Brancati, et vadit ad viam antiquam, que ducit ad Guduranum, et ascendit per viam viam ad viam publicam, que ducit de Biccaro ad Panormum et ascendit exinde usque ad fines vinee Chichi (Yahyā), et deinde vadit ad montaneam predicti Chiperii et ita concluduntur fines hospitalis predicti109.

  • 110 Collura 1961, p. 122.
  • 111 Lesnes-Maurici 1993, p. 236. Il faut toutefois renoncer à identifier les « balatas » à Balatelle.
  • 112 Cf. Arcifa-Nef 2008.
  • 113 Pour tout ce développement, nous renvoyons à la pl. 6, où les limites de ce tenimentum ont été gros (...)

38La description du domaine utile à l’entretien de l’hôpital Saint-Laurent suit un sens contraire aux aiguilles d’une montre. Les limites reportées dans l’acte permettent de localiser l’hôpital, même grossièrement110, mais elles évoquent avant tout un paysage fait de hauteurs, de vallons humides, où poussent des graminées utilisées dans l’artisanat et de forêts, le tout bien relié à un réseau viaire important. Ferdinando Maurici a avancé que cet hôpital aurait été construit à l’emplacement de l’actuelle contrada San Lorenzo, au sud de Villafrati, et identifie une partie des toponymes du document au sein du territoire environnant cette localité111. Au-delà de la labilité des noms de lieux en général112, surtout dans un espace victime des guerres frédériciennes, il est clair que toute interprétation définitive de ces limites, dont une partie est purement descriptive, est impossible. On peut toutefois tenter de localiser grossièrement l’espace ainsi dessiné113.

  • 114 Comme le relevait déjà F. Maurici.
  • 115 Sur ce point et son importance, cf. l’article de Lucia Arcifa dans ce même volume.

39Si l’on peut identifier le mons Chiperii au toponyme actuel de Cozzo Chipari, au nord des bains de Cefalà en direction de Bolognetta, la localisation du premier point cité dans le document (vallone qui dicitur Conqui) est incertaine, mais renvoie à un vallon où coule de l’eau (vers le Fiume Bagni ?). Après le Cozzo Chipari, la limite suit un lieu difficile à localiser car le premier terme arabe n’a pu être identifié (Sh.n.d ? Dīs), le bois pourrait renvoyer à l’actuel Bosco del Capelliere. Le vallon sancti Brancati pourrait correspondre à l’actuel toponyme Brancato114, même si un glissement est là aussi envisageable, la seule référence certaine renvoyant à Godrano ; enfin les limites s’orientent vers l’est jusqu’à la route (viam publicam) qui menait de Vicari à Palerme (clairement empruntée du sud au nord ici) et suivent un trajet qui est grosso modo celui de l’ex-S.S. 121 (et donc de la route médiévale qui joignait Palerme à Agrigente en passant par Vicari et Castronuovo et sur laquelle se trouvaient précisément les bains de Cefalà)115 jusqu’à la hauteur du Cozzo Chipari, point de départ de la description. Le tracé est donc incertain, excepté pour le confin oriental identifiable à la route qui reliait Vicari et Palerme. Si les quelques points retenus correspondent plus ou moins aux repères médiévaux, les bains de Cefalà étaient compris dans ces limites, mais ils ne sont cités à aucun moment. Or, le document ne fait que repréciser les limites d’un hôpital et d’une église attenante, nous y reviendrons.

  • 116 Édité dans Collura 1961, p. 299-310.
  • 117 Cf. l’introduction à Collura 1961.
  • 118 Quarta prebenda fuit de Cephala et tenimento suo, preter ecclesiam Sancte Marie et hospitale vie Pa (...)
  • 119 Duoedecima prebenda fuit instituta de camera pro auctoritate legis ; sacerdotes dabunt decimam deci (...)
  • 120 Hospitale Cephale, quod habet duo molendina in flumine Misilmini, beneficium. Ecclesia Sancte Marie (...)

40Deux passages du Libellus de successione pontificum Agrigenti116, des annales épiscopales qui compilent des informations antérieures, rédigées au plus tard en 1260117, mentionnent également l’hospitalis de Cefalà. Dans une liste de quatorze prébendes dont bénéficient les chanoines de la cathédrale, il rappelle l’échange par les évêchés de Monreale et d’Agrigente des tenimenta de Cefalà et de Bisacquino en 1182, en précisant qu’en étaient alors exclus l’église S. Maria et l’« hôpital de la route de Palerme » (à n’en pas douter S. Laurentius)118. Dans un second temps, à une date non précisée, à la suite de la constitution de deux prébendes pour deux chanoines supplémentaires, deleta fuit prebenda Cephale119, afin que la cathédrale ne compte pas plus de quatorze chanoines. Par la suite, à une date qui n’est pas donnée, l’hôpital et l’église constituèrent chacun un beneficium120, comme il est précisé dans une section introduite par la mention « Subsequencia fuerunt beneficia ». Notons que, dans ce second passage, le nom de S. Laurentius n’apparaît pas plus que dans le premier, puisqu’il est désigné comme l’« hôpital de Cefalà ».

  • 121 Lesnes-Maurici 1993, p. 236.
  • 122 Cf. Sur ce personnage, cf. en dernier lieu Bresc 2000, p. 79-92 et particulièrement p. 90-91.
  • 123 Cf. note 102.

41L’hôpital Saint-Laurent serait donc situé sur la route qui reliait Agrigente à Palerme (qui correspond plus ou moins, comme on l’a déjà dit, à l’ancienne S.S. 121), et plus précisément sur le tronçon qui mène de la capitale à Vicari, tout comme les bains de Cefalà, ce qui n’est guère surprenant. La localisation qui en a été proposée à l’emplacement de l’actuelle contrada San Lorenzo, à la sortie de Villafrati121, ne va pas en effet sans soulever des difficultés : la présence sur une seule route de bains aux vertus thérapeutiques et à l’architecture imposante et d’un hospitalis situés à quelque 4 kilomètres l’un de l’autre, loin de toute ville notable, ne convainc guère. En outre, surprend l’absence de mention des seuls bains parmi les prébendes épiscopales d’Agrigente comme de Monreale, alors que les autres éléments en sont détaillés. Cette redondance pourrait éventuellement s’expliquer par le statut privé des bains dont l’existence au milieu du XIIIe siècle est assurée, tant architecturalement qu’archéologiquement. Toutefois, leur monumentalité évoque plutôt un contexte curial, celui des Hauteville, disparu avec la fin du XIIe siècle. L’identité du notaire Geoffroi, le bénéficiaire des revenus de l’hôpital Saint Laurent en 1242, ne peut de ce point de vue être négligée : il appartient précisément au milieu palatial dont une partie est encore arabophone sous Frédéric II, tel Oberto de Fallamonaca122, maître de la dogana, qui intervient dans l’établissement de l’acte. Geoffroi officie en effet auprès de la chapelle palatine royale123, un des derniers lieux de la synthèse arabo-latine en Sicile. Autant d’éléments qui cadrent avec ceux avancés plus haut au sujet du lien entre routes/structures hospitalières/sources thermales/héritage ou dimension islamique des complexes considérés.

42De ce document, on peut également conclure qu’en 1242, l’hospitalis existe puisque Geoffroi en est déjà le bénéficiaire et que les notables locaux connaissent ses limites ; il existe même depuis suffisamment longtemps pour que ces limites aient été perdues, probablement en raison des troubles de la première moitié du XIIIe siècle, au cours desquels on peine à imaginer la création d’une telle institution dans la région. Cette opération semble donc motivée par la volonté de reprendre en main cet établissement (désir individuel ou reflet d’une volonté impériale ?).

  • 124 Cf. Bresc 2000.
  • 125 C’est ce que confirment les données archéologiques : cf. A. Bagnera, I bagni, p. 170-172.

43Pour résoudre ces difficultés, on peut avancer l’hypothèse d’une identité entre les bains de Cefalà et l’hôpital du même nom. Les bains de Cefalà ne pourraient-ils pas en effet avoir été une des composantes d’un de ces hôpitaux qui parsemaient au XIIe siècle les routes siciliennes à proximité de Palerme, comme nous le suggérions plus haut ? Après les guerres frédériciennes, le complexe qui entourait l’édifice thermal aurait été l’objet d’attentions renouvelées au milieu du XIIIe siècle. De ce point de vue, l’arrangement qui en faisait le bénéfice d’un membre de la cour, même s’il continuait à relever de la cathédrale d’Agrigente, pourrait refléter une volonté de maintenir les lien le complexe et le milieu curial palermitain qui remontaient au siècle précédent et l’intérêt de ce dernier, et de Frédéric II en particulier, pour l’héritage islamique124 et donc pour ce type d’institution. Il est probable que ce complexe comprenait dès avant le dernier quart du XIVe siècle125, date à laquelle il est explicitement mentionné, un fondaco, conjuguant lieu d’accueil pour les voyageurs de passage et structures permettant d’entreposer des marchandises et d’abriter des animaux, commodités nécessaires sur une route majeure, fréquentée entre autres par des marchands. Que l’ensemble de ces éléments aient probablement été mis en place par le milieu curial s’explique par le maintien de pratiques courantes dans un contexte islamique au sein de ce dernier.

  • 126 Nef 2011, p. 456-458. De ce point de vue, le rôle joué par les évêques à la cour et même au sein du (...)

44Une telle lecture amène à revenir sur l’échange de Bisacquino contre Cefalà en 1182 évoqué plus haut. Deux séries d’éléments sont à tenir en considération pour tenter une hypothèse sur sa signification. Il convient tout d’abord de ne pas oublier que les délimitations des diocèses ont dans un premier temps été utilisées dans la Sicile des Hauteville comme un instrument de la politique du souverain, de même que les concessions aux évêchés comme une manière de conserver les biens dans l’orbite comtale puis royale126, contrastant avec d’éventuelles concessions au bénéfice de grands aristocrates. Le bras de fer entre deux lignes politiques, l’une favorable aux aristocrates latins considérés comme les conseillers du roi, l’autre en faveur du parti des grands administrateurs, de plus en plus alliés aux ecclésiastiques, jusqu’au cœur de la cour palermitaine, est nettement explicité par le Pseudo-Falcand. Cette situation explique que les rapports de force à la cour aient eu des retombées directes en matière de délimitation des évêchés comme de concessions de revenus par le souverain. Or, les années qui suivent l’exil d’Étienne du Perche en 1168 et la majorité de Guillaume II (1171), sont marquées par la victoire de la seconde ligne décrite plus haut et voient le pouvoir exercé à la cour par l’archevêque de Palerme Gauthier, élu à cette fonction au lendemain du départ d’Étienne du Perche et mort en 1190, et par Matteo d’Aiello, vice-chancellier du royaume de 1169 à 1189. Si les deux hommes suivent la même ligne générale jusqu’à la mort de Guillaume II en 1189, leurs ambitions les opposent rapidement.

  • 127 On verra sur ce point précis : Mandalà 2009, p. 204-207 et Delle Donne 2003.

45Ce conflit n’est pas sans conséquences sur la politique ecclésiastique et religieuse des deux protagonistes : là où Matteo soutient la création royale de Monreale, qui affaiblit l’archevêché de Palerme, Gauthier s’y oppose, tout comme son frère, archevêque d’Agrigente et membre du conseil des familiers du roi lui aussi, qui est banni de la cour pour cette raison au moment où est fondé cet immense évêché127. L’échange de 1182 entre Agrigente et Monreale, compréhensible du point de vue d’une meilleure gestion des deux archevêchés, est donc aussi à replacer dans ce contexte et peut être mis en relation avec la situation que décrit le document de 1242 également. On comprendrait mal en effet la concession d’un monument aussi remarquable que le bain de Cefalà, de facture royale, à un ennemi de la couronne. Ceci explique donc que dès l’origine S. Maria de Cefalà, comme l’hôpital dont relevait le complexe balnéaire, semblent avoir eu un statut spécifique. Il est probable qu’ils aient été exclus de fait de la concession puisqu’en 1242, c’est encore Geoffroi, clerc de la chapelle palatine, qui en demande une délimitation à la doana impériale. De deux choses l’une : soit Geoffroi est le premier bénéficiaire de cette concession agrigentine et son identité plaide en faveur d’un contrôle maintenu de la cour depuis 1182, soit il n’est pas le premier, et l’on peut se demander si le bénéficiaire réel n’a pas été dès l’origine de la constitution du bénéfice, à une date que nous ignorons, un prêtre de la chapelle palatine, dans le même but de conserver le complexe dans le cadre curial.

46Deux questions se posent dès lors : en premier lieu, s’est-il agi d’une fondation ex nihilo de l’époque normande ou bien de la reprise de structures préexistantes d’époque islamique ? La documentation écrite ne permet pas de répondre, mais les structures archéologiques, en revanche, fournissent des éléments en faveur de la seconde hypothèse, comme nous le verrons. En second lieu, de quand date sa transformation en hospitalis au XIIe siècle ? Nous avons vu qu’elle est antérieure à 1182, mais rien ne permet de retracer son évolution entre 1140-1141, date de l’inscription qui orne l’édifice des bains, et 1182, même si cette transformation peut dater de la construction de l’édifice thermal. En revanche, sa dédicace à saint Laurent paraît plus tardive, tant le nom est absent des annales épiscopales d’Agrigente.

  • 128 Les Rationes decimarum de Sicile mentionne une église S. Maria de Sifala en 1308, mais la forme de (...)
  • 129 Archivio di Stato di Palermo, abrégé désormais A.S.P., Notai Defunti, Giovanni Traverso, 793, au 16 (...)

47On peut toutefois douter du succès de cette tentative ou plutôt de la pérennité de l’hôpital128. En effet, si la similitude entre le nom donné à l’hôpital de Cefalà et celui de la source Santu Laurenzu citée au XVe siècle dans le territoire de Cefalà129 suggère une certaine continuité de la mémoire toponymique, en revanche l’absence de mention de l’hôpital quand le complexe réémerge comme fondaco doté d’un bain au XIVe siècle pourrait refléter aussi bien le coup porté à la population musulmane par Frédéric II dans le deuxième tiers du XIIIe siècle (et le dépeuplement consécutif de la Sicile centro-occidentale) que le déclin de la tradition islamique de l’hôpital dans l’île, pour les mêmes raisons.

1.1.4. Le contexte renouvelé des bains de Cefalà entre le XIVe et le début XVIe siècle : un fondaco dans un cadre féodal

  • 130 Cf., par exemple, Catalioto 1995.
  • 131 Cf. l’Annexe 3 sur la documentation numismatique.
  • 132 Nous passons sous silence le document invoqué par M. Amari concernant une réinféodation du casal de (...)
  • 133 Pour toute cette période, on se référera à Bresc-D’Angelo 1972 et Maurici 1985.

48Jusqu’à l’extrême fin du XIIIe siècle130, Cefalà n’apparaît plus dans la documentation écrite qui nous est parvenue, tandis que les trouvailles archéologiques, numismatiques131 et céramiques, tout en attestant la fréquentation ponctuelle du site, reflètent son abandon partiel. Le vaste espace désigné par ce toponyme apparaît à la fois périphérique par rapport aux limites des archevêchés de Monreale, d’Agrigente et de Palerme, et important d’un point de vue stratégique. Son contrôle et sa défense ne pouvaient être négligés en raison de sa proximité avec la capitale et de sa position sur une route majeure132. Les troubles de la fin du XIIIe siècle expliquent probablement en partie son entrée au XIVe siècle dans le patrimoine des grandes familles évoluant en Sicile et, surtout, à Palerme. Globalement, ces deux siècles sont caractérisés à la fois par la disparition de la dimension médicale et religieuse du complexe et par une articulation et une distinction majeure des différents éléments auxquels se réfère le toponyme de Cefalà : le territoire/ fief, le nouveau château, les bains-fondaco133.

1.1.4.1 La baronnie, le château de Cefalà et les grandes familles de l’aristocratie sicilienne

  • 134 Sur les Abate et l’histoire de leur patrimoine, on verra Sciascia 1993, p. 109-160. Sur Nicola (I) (...)
  • 135 Longtemps daté de 1296, ce document controversé est désormais considéré comme une élaboration plus (...)
  • 136 Corrao 1991, p. 143-44.
  • 137 A.S.P., Spezzoni notarili, 10N, f° 9 r-v.
  • 138 A.S.P., Notai Defunti, Giovanni Traverso, 793, au 5 février 1460, f° 226 r et v. Pour F. Maurici, l (...)
  • 139 A.S.P., Notai Defunti, Enrico de Citella, I, 79, f° 188v et ACFUP 1993, doc. 64.
  • 140 Sur Nicola (II) Abate, cf. Marrone 2006, p. 20.
  • 141 A.S.P., Protonotaro del Regno, 1, f° 41v.
  • 142 Corrao 1991, p. 158 et Marrone 2006, p. 139- 141.
  • 143 Cf. Sciascia 1993.

49Nicolò Abate134 est cité dans le quaternus feudorum aragonais, daté d’entre 1296 et 1342 et plus récemment de 1335135, comme le feudataire de Cefalà136. Son fils, Riccardo est en 1347 feudataire de la Favarotta, dans le territoire de Cefalà137, dont un document plus tardif fait l’équivalent de Chifala lu vechu138, ainsi que de la baronnie de Cefalà et de son château, en 1349139. Un Nicolò Abate, petit-fils du premier140, attesté comme feudataire de Cefalà en 1362141, vend en 1371 la baronnie à Giovanni Chiaromonte142 afin de constituer la dot d’Ilaria, sa cousine. Il est donc probable que pendant la plus grande partie du XIVe siècle, Cefalà a été placé sous le signe des Abate, dont on connaît les liens avec Trapani, l’Ifrīqiya et l’héritage islamique sicilien143.

  • 144 Starraba 1884.
  • 145 Cosentino 1885, p. 423, et Lesnes-Maurici 1995, p. 237-238.
  • 146 F. Maurici a fait le point sur cette question dans Lesnes-Maurici 1993, p. 237-239. Ce dernier penc (...)

50L’incertitude est plus grande concernant le château de Cefalà dont il est rapporté qu’entre janvier et novembre 1349, il constitua un des refuges des « Catalans » échappés aux exactions dont ils avaient été les victimes à Palerme144. Récupéré par l’université de Palerme et les capitaines de castra voisins, il fut confié en 1357 à Matteo Peroglo, afin qu’il se rembourse des dépenses engagées145. La question est de savoir à quel château l’épisode fait référence : l’ancien qui remonte à la période normande et est localisé sur le Monte Chiarastella ou le nouveau, encore debout aujourd’hui, dont on ignore la date et les circonstances de la construction mais qui pourrait donc remonter plus ou moins à 1349146 ? Doit-on cette édification aux Abate ou aux Chiaromonte, qui achetèrent la terra à ces derniers ? Rien ne permet aujourd’hui de répondre à cette question.

  • 147 Barberi 1888, III, p. 88-89.

51À partir de 1371, s’ouvre la parenthèse chiaromontaine de Cefalà qui dure deux décennies comme nous le verrons plus bas. En 1374, à la mort de Giovanni Chiaromonte sans héritier, ses biens, dont Cefalà, reviennent à Manfredi Chiaromonte, son cousin147.

  • 148 Sur Giovanni (III) Chiaromonte, cf. Marrone 2006, p. 139-141.
  • 149 Cette vente s’explique par les sommes que Federico de Federico, longtemps trésorier de Manfredi Chi (...)
  • 150 L’annulation tient au fait que Giovanni Chiaromonte était mort sans descendants et que le fief aura (...)
  • 151 Barberi 1888, III, p. 89-91 : Tommaso de Olzenelles (1397-1401), Giovanni de Abella (1401- 1404), P (...)
  • 152 Eleonora était la troisième fille de Manfredi Chiaromonte.
  • 153 Lesnes-Maurici 1993, p. 240.
  • 154 Ibid., p. 240-241.
  • 155 Toomaspoeg 2003, p. 381 et suiv.
  • 156 Toomaspoeg 2003, p. 319-320 et passim.
  • 157 Sur la place de cet ensemble à cette période, le plus important pour les revenus des Teutoniques en (...)

52Les années qui suivent soumettent la baronnie de Cefalà aux vicissitudes politiques de la période : sa proximité avec Palerme, ses liens avec les plus grandes familles du moment, expliquent que son sort ne puisse laisser le pouvoir royal indifférent. Cefalà est vendu par Manfredi Chiaromonte148 à Federico de Federico, à une date qu’un document connu mais dont un détail a échappé aux commentateurs, permet de préciser, bien plus que ce n’était le cas jusqu’à présent, entre décembre 1389 et mars 1391149. Cette vente est annulée puis reconfirmée en 1393150, avant que le bien ne soit confisqué à Federico de Federico pour rébellion en 1397. Il passe ensuite entre plusieurs mains151 et la baronnie est achetée en 1406 par Giovanni Abbatellis, qui a épousé Eleonora Chiaromonte en 1391152. Autant que par le désir de faire un cadeau à Eleonora et de réintégrer le fief dans la famille Chiaromonte153, cette décision s’explique par le souci des Abbatellis de rehausser par l’acquisition d’un passé glorieux le passé mercantile et banquier de leur famille d’origine lucquoise. De fait, les Abbatellis, de 1406 à 1523, ont été la famille attachée le plus longtemps à Cefalà. Giovanni obtient en outre en 1431, la licentia populandi d’un territoire qui continuait d’être avant tout un espace de production agricole peu peuplé, reflétant ainsi la nouvelle stratégie économique de l’aristocratie sicilienne154. Notons qu’au cours de cette période les Abbatellis apparaissent également proches de la Magione des Teutoniques de Palerme, comme les Chiaromonte l’avaient été avant eux155. L’ordre leur loue le casal de Meselarmet à partir des années 1440 et bénéficie des revenus locatifs des propriétés détenues par la famille dans le quartier palermitain de la Kalsa156. Dans ce contexte, la proximité géographique de la baronnie de Cefalà et du casal de Risalaimi157, tenu par l’ordre, renforce l’idée de cette proximité et de l’existence d’intérêts économiques communs.

  • 158 Ibid., p. 241.
  • 159 Dans un inventaire de 1459, le château de Cefalà est habité par le même Giovanni Abbatellis ; le do (...)

53À la même date, l’acquisition de la bien plus importante baronnie de Cammarata par Giovanni Abbatellis fit passer Cefalà au second rang de ses préoccupations158. Toutefois, l’intérêt renouvelé de l’aristocratie pour les espaces extra-urbains explique sans doute en partie la multiplication des documents qui nous renseignent sur Cefalà au cours du XVe siècle. Il semble en outre que le château ait été au moins épisodiquement fréquenté par la famille des nouveaux feudataires, qui se rendaient probablement également au bain159.

1.1.4.2 Le feudu de Cefalà et sa mise en valeur

  • 160 A.S.P., Spezzoni notarili, 304N, f° 13v-14v, non numéroté.
  • 161 A.S.P., Spezzoni Notarili, 10N, f° 9 r-v.

54La période des Abate témoigne d’un souci de mise en valeur du fief de Cefalà qui se reflète dans les registres du notaire Enrico de Citella. Ainsi en 1344, Bartolomeo Paganello vend dix bœufs relevant de sa masseria sise « in contrata Chifale »160. En 1347, est mentionnée la concession de la Favarotta, tènement de terres situé dans le territoire de Cefalà161. En 1349, enfin, Bernardo de Castrogiovanni, châtelain du château de Cefalà, agissant pour Riccardo Abate, concède en cabellam à Nicolo Mancusio un moulin sis dans le fief de Cefalà pour une durée d’une année. Malheureusement, ce moulin n’est pas plus précisément localisé ni désigné.

  • 162 Sur Marco Iancavaleri, cf. infra, n. 156. Il est documenté en 1388 et 1389, dans le cadre d’un cont (...)

55Manfredi Chiaromonte a, quant à lui, confié la gestion de ses biens de Cefalà à Marco Iancavaleri, citoyen de Palerme, dont la maison jouxtait le palais de Ranieri de Senis et que l’on voit intervenir à deux reprises, dont une en tant que châtelain de Cefalà162.

  • 163 Nous tenons à remercier Henri Bresc qui, avec sa générosité habituelle, a mis à notre disposition s (...)
  • 164 Mention de la « vigna di Chifala » dans un registre de 1459-1460 (A.S.P., notai defunti, Giovanni T (...)
  • 165 Ainsi, en 1422 (Iskinono, A.S.P., Spezzoni notarili, 65N., f° 2 r et v), Tommaso Crispo, chevalier (...)
  • 166 Contrats passés en 1403 et en 1442 : ASP, ND, Giovanni Traverso 783 et A.S.P., Notai Defunti, Bonan (...)
  • 167 Le « fondacu di Chifala » et la vente de cuirs sont mentionnés dans un registre de 1459-1460 (A.S.P (...)
  • 168 H. Bresc et F. d’Angelo rappellent, dans Bresc-D’Angelo 1972, p. 386, n. 1, à propos de la mandra a (...)
  • 169 Sur ce point et sur le rôle de la taverne probablement présente dans le fondaco : Bresc – Bresc-Bau (...)

56Par la suite, la documentation des XVe-début du XVIe siècle163, offre des informations générales sur le contexte du site et la fonction du complexe architectural. Désigné dans les documents comme un fondaco, gîte d’étape sur la route Palerme-Agrigente, comprenant un bain thermal qui n’est jamais mentionné en tant que tel sauf dans le document déjà commenté, il est situé au cœur de terres où l’on cultive de la vigne164 et des céréales165, dans le cadre de massariae166, et où, surtout, sont élevés des moutons dont les cuirs sont ensuite vendus au fondaco167. Le territoire relevant du toponyme de Cefalà apparaît comme un espace agricole mis en valeur de manières variées168, mais surtout dédié à l’activité pastorale, dans la continuité du siècle précédent, au sein duquel le fondaco joue le rôle d’un entrepôt pour les marchandises et de structure stable169, construite en « dur » au sein de domaines agricoles le plus souvent peu peuplés et seulement par le biais d’aménagements non durables mis en place par les paysans.

  • 170 Ainsi en 1347, dans un contrat de cabella (Enrico de Citella, A.S.P., Spezzoni notarili 10N, f° 9 r (...)
  • 171 Ibid.
  • 172 Doc. cité dans la note 109.
  • 173 A.S.P., Notai Defunti, I, Giovanni de Marchisio, appendice 34 : sont cités les sept fiefs suivants  (...)
  • 174 Un ex-mulino Favarotta est localisé au nord-est de Villafrati, mais la diffusion de ce toponyme com (...)
  • 175 À moins que les limites ne demeurent les mêmes et que seul le nom change ; la documentation à notre (...)

57Le feudo que l’on vient de décrire, désigné comme celui de Chifala lu Vechu170, par opposition au château de Cefalà de construction récente, est également appelé entre le milieu du XIVe et le milieu du XVe siècle, comme nous l’avons vu, la Favarocta171 – c’est-à-dire « la source » (de fawwara en arabe), toponyme répandu en Sicile – en 1460. Rappelons enfin qu’un certain Antonio, à qui est donnée l’autorisation d’élever des moutons en 1459 en un lieu non localisable du tènement de Cefalà, les abreuve à l’aqua di Santu Laurenzu172. Ces dénominations que l’on ne retrouve pas par la suite, notamment, lors de la description des feudi qui composent la baronnie qui est dressée le 5 avril 1526, ind. XIV173, renvoient à une source qui pourrait bien être celle des bains174, que nous avons mis en relation avec l’hôpital du même nom. Par la suite, le tout sera compris dans un des feudu qui composent la baronnie de Cefalà : celui de Lo Castello175. Cette évolution sanctionne sans doute la réorganisation de l’espace autour du château.

1.1.4.3 Le fondaco et les bains

  • 176 Acte évoqué à la note 133.
  • 177 Celui-ci est évoqué comme propriétaire de maisons situées près du palais de Ranieri de Senis, famil (...)
  • 178 Cet acte, mis en avant pour la première fois dans D’Angelo et alii 1969, p. 16, a été dans l’ensemb (...)

58La documentation écrite sur les bains est quasi-inexistante pour ces mêmes siècles, mais elle contient néanmoins, et paradoxalement, la première mention claire de ces derniers. Un acte de 1389176 précise en effet qu’un certain Marco de Jancavaleri177, citoyen de Palerme et castellanus castri Cephale, loue, pro parte et nomine magnifici domini Amirati, le fondaco proche des bains à un habitant de Palerme, Martino Lombardo, pour tout le mois d’août178. À la fin du XIVe siècle, le bain de Cefalà est donc clairement intégré au sein d’un ensemble plus vaste qui remplit la fonction de fondaco. Au même titre que les terres ou les moulins de Cefalà, leur gestion est concédée. Situé sur la via publica Panormi, le fondaco mêle utilisation de l’eau thermale, accueil des voyageurs, stockage et vente de produits agricoles reposant sur la mise en valeur du territoire environnant.

  • 179 Nous remercions Elena Pezzini qui a attiré notre attention sur l’oubli du mot « aque » par les hist (...)

59En outre, le contrat de location du fondaco établi par Marco de Jancavalieri exclut camera quae est in exitu aque balneorum prope portam stabuli dicti fondaci179. La localisation de cette pièce dépend du sens que l’on donne à l’expression exitus aquae. Il nous semble qu’elle se réfère, plutôt qu’à l’évacuation de l’eau, au lieu où l’eau qui alimente les bains sourd, du côté sud du complexe donc. Il faudrait donc comprendre qu’est ainsi désignée la partie des bains bénéficiant de l’eau la plus propre et la plus chaude, située aujourd’hui au sud du mur aux trois arcs. En somme, l’usage de la meilleure partie de l’édifice thermal, compris comme une partie intégrante du fondaco, serait ainsi réservé, probablement au feudataire chiaromontain.

  • 180 Cet inventaire (A.S.P., Notai Defunti Giacomo Maniscalco, 342, f° 385r-387v) a été publié dans Bres (...)
  • 181 Bresc – Bresc-Bautier 2014, I, p. 347.

60En 1432, Donna Janna di Mursia, habitante de Palerme et gérante du fundacus castri Chifale, fit rédiger un testament qui offre un instantané en forme d’inventaire du mobilier attaché à ce lieu180. En particulier cinq lits équipés et un matelas supplémentaire sont cités qui donnent une idée du nombre de personnes qu’il pouvait accueillir. Y sont énumérés des objets et un mobilier propres à une structure d’accueil d’un certain niveau, probablement lié à l’activité thermale du lieu et à la fréquentation noble des habitants du château181.

  • 182 Notai Defunti I, 1044, Pietro de Castelli (f° 20v-21r : numérotation recommencée avec les années 14 (...)

61Le 14 juin de la même année, à la suite du décès de Janna, Giovanni Abbatellis, baron de Cefalà, concède la gestion du fundacum vocatum de Chifala pour deux ans à Giovanni de Thoro et Antonia son épouse182. Ce dernier était cité comme garant (fideiussor) dans le testament de Janna de Mursia.

62On peut donc supposer que l’acquisition de la propriété par les Abbatellis a correspondu à une nouvelle mise en valeur des bains, en relation avec leur fréquentation par les propriétaires du château mais surtout en lien avec les activités du fondaco dont les documents attestent la continuité et qui procuraient des profits au feudataire.

  • 183 C’est le moment où Giovanni Abbatellis hérite de son père du même nom, tandis que son aîné hérite d (...)

63Jusqu’au début du XVIe siècle et à l’exécution de Federico Abbatellis pour lèse-majesté en 1523, un châtiment qui s’accompagna de la confiscation de la baronnie, rachetée en 1525 par Francesco Bologna, on peut suivre la trajectoire descendante des barons de Cefalà, membres de branches mineures des Abbatellis à partir de 1453183. En particulier, en 1507, l’état du château est tel que des restaurations doivent être effectuées ; rien en revanche ne filtre sur les bains.

  • 184 Cf. Maurici 1985, p. 41, n. 62.
  • 185 A.S.P., N. D., I, La Roca, 2510, 1519-1520 : Johannes Indulcii doit onze onces à Federico Abbatelli (...)

64Tout au long de cette période les terres et le fondaco continuent d’être concédés en gabelles184. On voit alors apparaître une nouvelle dénomination de ce dernier, désigné comme le Fundacus de li Bagni185, un changement qui entérine une évolution antérieure comme nous l’avons vu.

  • 186 Notai Defunti, 3731, f° 140v-160v. Pour la première fois, on lit l’équivalent suivant : in perpetuu (...)
  • 187 Cf. Lesnes-Maurici 1993, p. 247-248. Pour les évolutions postérieures, cf. la synthèse conclusive à (...)

65Le destin du fief associé au château et aux bains, qui constituait une partie de la baronnie de Cefalà est, à partir de 1571, lié à celui des Scavuzzo186, puis à Nicolo Diana à partir de 1620, dont le neveu reprit le projet de peuplement et mise en valeur de Cefalà en 1684, bien que ce dernier n’ait été réalisé qu’au siècle suivant, et encore avec lenteur187.

1.1.5 Conclusions

66Un premier point qui nous semble définitivement démontré est que l’étude des bains de Cefalà ne peut être menée sans tenir compte des mondes sociaux qui se sont succédé en Sicile et en ont constitué le contexte de mise en valeur.

  • 188 Voir le chapitre d’Alessandra Bagnera dans ce même volume.

67Si l’on se borne à la période documentée par des sources écrites, en débutant avec le XIIe siècle donc, ce contexte est caractérisé par des pratiques thermales et l’existence de structures médicales qui n’ont pas d’équivalent dans le monde latin de l’époque. Elles prolongent au moins en partie des pratiques et des établissements antérieurs (documentés à Cefalà archéologiquement), en les insérant dans des réseaux religieux chrétiens, les faisant ressembler aux hôpitaux fondés par les Latins en Terre Sainte. Notons que ce faisant est maintenue la dimension médicale, tandis que la dimension religieuse évolue. Sous le contrôle du souverain et des nouvelles élites, cette dernière se résume toujours essentiellement à une démarche charitable de prise en charge thérapeutique des malades comme à l’époque islamique, mais elle s’accompagne d’une christianisation du complexe, dont les étapes ne sont pas documentées à Cefalà, mais dont on peut penser qu’elle est affirmée dès 1140-1141, date à laquelle le roi Roger fait construire le bâtiment thermal. Il est impossible en revanche de savoir si le complexe est déjà alors un hospitalis, mais il ne porte probablement pas encore le nom de Saint-Laurent. Nous savons en outre qu’au XIIe siècle un édifice de taille conséquente et construit à l’époque islamique jouxte encore le bâtiment thermal, tout en suivant une orientation distincte (et intentionnelle ?)188, suggérant le maintien d’un complexe architectural articulé réinterprété dans un contexte nouveau.

  • 189 Voir le chapitre de Lucia Arcifa dans ce même volume.
  • 190 Cf. les développements de Rosi di Liberto et Roberta Giunta dans ce même volume.

68Est également documenté le cadre de l’organisation territoriale et de la distribution des revenus dans lequel s’insère Cefalà. Il constitue un enjeu majeur pour la politique souveraine, mais aussi des affrontements entre les lignes politiques qui se font jour à la cour tout au long de la seconde moitié du XIIe siècle au moins. La valeur stratégique de la zone de Cefalà189, tout comme la qualité de l’édifice thermal du même nom190, justifient qu’ils demeurent liés à la cour, comme le suggère la documentation, même si les détails nous échappent, jusqu’au milieu du XIIIe siècle. Cet intérêt des souverains se reflète tant dans leur politique à l’égard des évêchés que dans leur promotion des Teutoniques pour contrôler indirectement la zone concernée. De ce point de vue, si les instruments sont ceux utilisés dans d’autres régions stratégiques, la chronologie correspond elle aussi, plus généralement, à celle de l’effacement progressif de la dimension islamique dans l’espace insulaire.

69De même que les transformations de la première moitié du XIIIe siècle n’apparaissent qu’en négatif, la transition vers l’inféodation, la privatisation croissante et l’évolution de la mise en valeur du territoire se devinent là aussi plus qu’elles ne peuvent être retracées précisément, mais elles sont indéniablement à l’œuvre dès le XIVe siècle. Le statut jusque-là un peu exceptionnel de cette entité rentre donc à partir de cette date progressivement dans ce qui devient la norme de la fin du Moyen Âge sicilien, tandis que les dimensions religieuse et médicale du lieu s’effacent. Se maintient une utilisation du complexe comme lieu d’étape pour les voyageurs, au sein d’un fondaco qui devient un des pôles de l’exploitation d’un feudum, tandis que les bains continuent d’être fréquentés tant pour des raisons curatives que de détente.

1.2. I bagni di Cefalà e la formazione dellarea di strada tra Vicari e Palermo nel Medioevo : una prospettiva territoriale (Lucia Arcifa)

  • 191 Bresc-Bresc 1975, p. 98.

70Lo stretto legame dei bagni di Cefalà con la viabilità dell’area appare una cifra peculiare del monumento, già a partire dalle fonti documentarie di età medievale ; esso contribuisce ad indirizzare le ipotesi relative alla sua funzione : lo sfruttamento delle virtù terapeutiche della sorgente di acqua calda si allarga, in questa prospettiva, a comprendere ulteriori ruoli connessi alle infrastrutture viarie quali assistenza/ospitalità/cura191.

71Il nesso in questione, unitamente alle peculiari dinamiche insediative, che interessano questa parte della vallata del Platani tra età islamica e normanna, invitano pertanto a esplorare più in dettaglio il tema, ampliando la visuale ad un territorio che riveste un ruolo fondamentale per il controllo delle comunicazioni tra est e ovest dell’Isola (pl. 6).

72L’analisi dell’articolazione viaria nel lungo periodo contribuisce, come vedremo, a sottolineare la portata della riorganizzazione altomedievale e delle infrastrutture di cui si dota, definendo un processo che si snoda già a partire dalla media età bizantina e che rappresenta un risultato originale rispetto alla viabilità romana e tardo antica. Nel contempo, la contestualizzazione del monumento, nell’ambito delle divisiones Cephalas, fornisce nuove prospettive di indagine e ulteriori, più cogenti, motivazioni per la sua edificazione ; la ricognizione dei pochi dati a disposizione consente di intravedere, a partire dalla fase islamica, una più stretta e complessa compenetrazione con il territorio circostante, in cui anche lo sfruttamento delle proprietà termali della fonte si inserisce nel quadro di un più ampio utilizzo delle risorse boschive del territorio a ovest di Cefalà, tra Rocca Busambra e Marineo.

1.2.1 La genesi di un territorio : la divisio Cephale

  • 192 Per Agrigento : Pirri 1733, I, p. 695 ; Collura 1961, doc. 2, p. 7-18 e doc. 5, p. 21-24 ; per Maza (...)
  • 193 Cusa 1868, p. 180.
  • 194 Maurici 1981-82, p. 28-29.

73La prima attestazione documentaria della divisio Cephale risale alla fine dell’XI secolo, in concomitanza con la riorganizzazione normanna delle diocesi siciliane. In questo contesto i documenti di istituzione delle diocesi di Agrigento e Mazara citano la divisio quale confine settentrionale della diocesi di Agrigento e confine orientale della diocesi di Mazara192. I riferimenti qui contenuti e le ulteriori indicazioni ricavabili dal documento del 1182, relativo ai limiti dei possedimenti sottoposti alla nuova diocesi di Monreale193, consentono di ricostruire i confini complessivi della divisa compresa tra quelle di Iato a est, Corleone a sud-est, Vicari a sud ; a nord il territorio di Cefalà confinava direttamente con quello di Palermo. Si tratta, come si vede, di una realtà geografica piuttosto ampia che, pur non raggiungendo le estensioni di Jato, Vicari o della stessa Corleone, si estendeva dai boschi intorno a Godrano e Marineo, ad ovest, nei pressi del quale doveva transitare la via Corilionis, limite con la divisa di Jato, fino alle pendici dei monti di Calamigna, ad est, al confine con le divise di Caccamo e Vicari194.

  • 195 Bresc 1995, p. 90.
  • 196 Al-Idrīsī 1880, I, p. 85 ; Idrīsī 1999, p. 321- 322. Sul piano archeologico, si è voluto valorizzar (...)
  • 197 Collura 1961, p. 120 ; cfr. A. Nef, Les bains, p. 20.

74A differenza dei distretti appena citati, che si sviluppano attorno ad una località fortificata di una certa importanza, assumendo almeno da età islamica un ruolo di tipo amministrativo (iqlīm), la circoscrizione di Cefalà sembra rispondere ad altri requisiti ; i pochi documenti noti confermano la mancanza di ulteriori divise / rahā’il al suo interno così come la mancanza di una località abitata di una qualche importanza. Nella trascrizione latina del documento di vendita di un terreno nei pressi di Cefalà, risalente al 1116, la località eponima della divisa è definita semplicemente loco195 e ancora alla metà del XII secolo il termine usato da Idrīsī, balad, non consente di apprezzare la reale consistenza demografica del luogo, la cui realtà insediativa avrà probabilmente mantenuto le caratteristiche di un insediamento sparso e poco accentrato196. Lo stesso riferimento agli uomini di Vicari, che nel 1242 intervengono per dirimere la disputa sui confini dell’ospedale, come è stato giustamente sottolineato da Annliese Nef, suggerirebbe di vedere in Vicari il centro amministrativo di riferimento anche per il territorio di Cefalà197.

  • 198 Di diversa opinione Maurici sulla base della descrizione di al-Idrīsī, cfr. Maurici-Lesnes 1993, p. (...)
  • 199 A questo proposito può essere utile ricordare l’atto di vendita del 1116 (Bresc 1995, p. 89-91) che (...)

75Pur non potendo proiettare tout court questi elementi sull’organizzazione territoriale di età islamica, tuttavia sembra di potere escludere, già in origine, un ruolo di circoscrizione tipo iqlīm per il vasto territorio di Cefalà198. Esso potrebbe, piuttosto, configurarsi come rahal unitario, donato originariamente ad uno dei capi militari della conquista199, che, nel tempo, può avere perso la sua natura di concessione fiscale ed essere considerato come una proprietà ; colpisce, in verità, l’estensione di questo territorio, particolarmente vasta pur nell’incertezza dei suoi limiti effettivi, condizionata forse dalla distesa di boschi che estendendosi tra Marineo, Godrano e la Ficuzza riduceva la produttività dei terreni alla parte più orientale del territorio della divisa Cifale.

  • 200 Le fonti basso medievali ricordano le importanti distese boschive esistenti presso Godrano e Marine (...)
  • 201 Maurici 1981-82, p. 19-21.

76D’altra parte, proprio la consistenza dell’area boschiva, oggi ridotta alla formazione Bosco della Ficuzza e Bosco Cappelliere, ma che, in passato, doveva occupare buona parte dei terreni occidentali200, unitamente alle cospicue risorse idriche tra Godrano e Cefalà ricordate già da Idrīsī, possono suggerire una diversa ipotesi di ricerca circa il regime di proprietà per gran parte di questo territorio : è verosimile, infatti, che l’interesse primario legato allo sfruttamento delle risorse del bosco, in un contesto distante da Palermo e dal suo arsenale poco meno di 30 km, abbia suggerito fin da età islamica il mantenimento del regime pubblico delle terre tout court o il ricorso ad una forma di concessione fiscale, come l’iqţā‘, a beneficio di membri eminenti dell’esercito islamico, volto comunque a finanziare ulteriori attività militari. Non casualmente, del resto, la documentazione sveva permette di accertare che queste importanti risorse sono da età normanna certamente ascritte al demanio forestale e amministrate dalla monarchia almeno fino ad età aragonese201.

77Le questioni legate alla natura di questo territorio e al regime di proprietà in età islamica si intrecciano con quelle, altrettanto complesse e insolute, relative al suo assetto in età tardo antica e bizantina : un tassello indispensabile per valutare più da vicino il grado di innovazione dell’organizzazione territoriale di età islamica.

  • 202 Nef 2011, p. 409 e ss.
  • 203 Sulla Monreale Survey cfr. Johns 1992 ; per la ricognizione della valle dello Jato cfr., da ultimo, (...)
  • 204 Arcifa 2010-11 ; Arcifa 2010.

78L’analisi, con metodo regressivo, della documentazione di XII secolo relativa al territorio ascritto alla diocesi di Monreale evidenzia l’esistenza di unità di grandi superficie durante l’epoca islamica202, per le quali non è chiaro se si tratti di una persistenza di unità fondiarie più antiche o una riconfigurazione ex novo degli spazi rurali. Proprio i dati di recente disponibili dalle ricognizioni all’interno del vasto territorio della diocesi di Monreale mostrano con una certa evidenza una sostanziale cesura tra l’occupazione tardo antica e bizantina e quella islamica documentata a partire dal pieno X secolo203 : allo stato attuale delle conoscenze emerge con forza la crisi dell’insediamento, con particolare riguardo alle fasi di VIII-IX secolo, ancor più se confrontato con il quadro ora noto per la Sicilia centro-meridionale e orientale, dove la ripresa insediativa riscontrabile tra fine VIII e IX secolo sembra attuata all’interno di limiti e contesti territoriali risalenti alle grandi masse tardo antiche204.

  • 205 Nef 2011, p. 383 e ss.
  • 206 Cfr. Facella 2003, p. 448 che propone una derivazione dal gentilizio Cucius. Più incerta secondo l’ (...)

79All’interno di una toponomastica prevalentemente arabizzata nei nomi dei luoghi205 e, in particolare, delle divise, una recente analisi di A. Facella consente di identificare un certo numero di toponimi in – ānum / -āna ascrivibili ai prediali romani tra i quali quello di Cugianah/Cochena rintracciabile nel territorio a sud di Marineo206.

  • 207 Greco-Mammina-Di Salvo 1993, p. 161-184.

80Particolarmente significativo si rivela in questo senso il sito della necropoli di contrada S. Agata, ricadente all’interno della divisa terrarum hospitalis Sancte Agnes menzionata dal Rollo del 1182 ; il sito, identificato con quello della statio di Pirama lungo l’asse viario da Agrigento a Palermo passante per Corleone, mostra una fase di vita concentrata tra V e VI secolo207. È possibile, in questo caso, che la natura del sito e la sua importanza abbia contribuito a fissare i limiti territoriali sui quali si sarà modellata in età medievale anche la divisa S. Agnes ; ma il consistente depauperamento demografico e la complessiva debolezza del quadro insediativo che sembra emergere con chiarezza dai dati di superficie suggerisce, più in generale, un quadro di forte scompaginamento degli assetti territoriali tardo antichi che il processo di islamizzazione delle campagne tra IX e X secolo ricomporrà su nuove basi sociali ed economiche.

  • 208 Cfr. A. Nef, Les bains, p. 9.
  • 209 Cfr. A. Bagnera, in questo volume e E. Pezzini, Le produzioni non identificate.
  • 210 Si vedano in particolare gli scavi condotti sulla Montagnola di Marineo che evidenziano la scarsa c (...)

81Venendo, più nello specifico, alla divisa Cephale, già l’analisi lessicale del toponimo, come ha sottolineato A. Nef, evidenzia la mancanza di elementi riferibili ad un sostrato greco208 ; un’assenza che sembra collimare con la scarsa consistenza archeologica riferibile ad età bizantina evidenziata dalle indagini condotte sul sito209 e, più in generale, evidente dalla letteratura archeologica disponibile per l’area in questione210.

82È possibile, dunque, che la formazione della divisa risponda a interessi specifici per la fase altomedievale, mirante alla valorizzazione delle risorse boschive di questo territorio che, in conseguenza delle nuove dinamiche territoriali, viene a trovarsi al centro di un nodo stradale di grande importanza, disponendosi trasversalmente tra la via Corilionis a ovest e l’itinerario da Palermo a Vicari a est, i due tracciati che raggiungono Palermo aggirando il massiccio di Rocca Busambra rispettivamente da ovest e da est.

83Se la via corleonese rappresenta una diretta discendenza dalla viabilità romana e tardo antica, l’asse viario lungo la valle del Platani è, come vedremo, il risultato di un diverso e più recente processo di valorizzazione di un’area di strada che, conseguentemente al nuovo rango di Palermo, sede emirale, svolge un ruolo di fondamentale importanza nei collegamenti con Agrigento e con il centro dell’isola.

  • 211 Si veda a questo proposito le lucide osservazioni in Bresc-D’Angelo 1972, p. 372.

84I due assi viari, entrambi orientati in senso nord-sud, sono collegati trasversalmente da una serie di strade (la via antiqua di Godrano, la via da Vicari a Prizzi e da Vicari a Corleone), tangenti il territorio di Cefalà, che ne accrescono l’importanza strategica. Esso si ritrova, infatti, a cavallo di un sistema viario che, proprio a partire dalla piena età islamica e, in modo ancor più evidente, in età normanna, assegna all’alta valle del Platani un ruolo strategico, il cui controllo è fondamentale per l’assetto della regione e la sicurezza della stessa capitale211.

1.2.2 Tra Corleone e Vicari : un nodo strategico per il controllo del territorio

  • 212 Collura 1961, p. 120.

85Nella descrizione di Idrīsī, alla metà del XII secolo, Cefalà risulta compresa lungo l’itinerario da Palermo verso l’interno, in direzione di Castrogiovanni, attraverso le tappe di Misilmeri e Vicari. Si tratta di un percorso che tale resterà nei secoli successivi e al quale fa riferimento, ancora nel 1242, il documento che descrive i confini dell’ospedale di S. Lorenzo : la viam publicam que ducit de Biccaro ad Panormum costituisce, infatti, il confine orientale delle terre in dotazione all’ospedale212.

86In età normanna, la disarticolazione complessiva del sistema viario romano non permette più di ricostruire una rete coerente di grandi itineraria : la documentazione medievale evidenzia, piuttosto, la giustapposizione di tronconi viari. È evidente, tuttavia, che la via pubblica da Vicari a Palermo costituisce parte integrante di due grandi itinerari di lunga percorrenza : su di essa infatti confluisce, da sud, l’itinerario da Agrigento verso Palermo che privilegiava in età medievale il tracciato orientale attraverso Castronovo ; da est, invece, si innestavano l’itinerario proveniente da Castrogiovanni e quello dalle Petralie, vale a dire la parte conclusiva di quella che successivamente verrà denominata la via Messina per le montagne, con funzione di importante collegamento tra la costa ionica e Palermo.

  • 213 Pagano 1963. Il primo tratto dell’itinerario postale, inaugurato nel 1838 tra Palermo e Messina seg (...)

87Pur all’interno di un sistema di tracciati permeabili e ancora poco stabili, queste direttrici viarie tenderanno a fissarsi proprio a partire dall’XI secolo e manterranno il loro ruolo fino ad età moderna, come è possibile vedere dall’analisi degli itinerari postali nel lungo periodo213.

  • 214 Bresc-D’Angelo 1972.
  • 215 Arcifa 2013.
  • 216 Su Castronovo cfr., da ultimo, Maurici 2000, p. 761 il quale ritiene, sulla base di un atto di dona (...)

88L’importanza dell’area, alla quale in qualche modo afferisce anche il comprensorio di Cefalà, è già stata evidenziata da H. Bresc e F. D’Angelo in uno studio del 1972 che sottolineava il ruolo strategico della regione a sud di Termini per il controllo dell’alto Platani214 : si tratta di uno snodo di vitale importanza per i collegamenti tra Palermo e Agrigento e soprattutto tra Palermo e l’interno dell’Isola, verso Polizzi e Enna, la cui importanza, nella geografia militare della Sicilia medievale si accresce dalla tarda età islamica. All’iniziale ruolo di frontiera interna che la Valle del Platani sembra assumere nel corso della prima fase del conflitto tra islamici e bizantini215, si sostituirà, con il proseguire della conquista, il compito di garantire in via primaria le comunicazione tra il palermitano e la Sicilia centrale e orientale. È in virtù di questo nuovo assetto geo-politico che Vicari e Castronovo diventano nodi stradali di primaria importanza mantenuti in età normanna, non casualmente, all’interno del demanio reale216.

  • 217 Collura 1961, p. 299-310 ; A. Nef, Les bains, p. 19 e nota 94.
  • 218 Arcifa 1995 ; Toomaspoeg 2003, p. 75 e p. 87- 101 per un’analisi in dettaglio dei possedimenti dell (...)

89La valenza strategica di questi territori emerge nuovamente alla fine del XII secolo in connessione con i primi attacchi contro i musulmani culminati nella decisione di concentrare la popolazione nella vasta area a sud dei monti di Palermo, che verrà assegnata appunto al controllo del vescovo di Monreale. È in questo contesto che la riorganizzazione dei limiti diocesani comporterà il passaggio di Cefalà alla diocesi di Agrigento in cambio di Corleone, Bisacquino e Battalaro, ceduti alla costituenda diocesi di Monreale217 ; ma, soprattutto, tra la fine del XII e gli inizi del XIII secolo si assisterà ad una decisa cesura nelle dinamiche insediative di questo territorio legata principalmente allo stanziamento teutonico il cui programma di acquisizioni, non a caso, privilegerà l’area a nord di Corleone, attorno alla Busambra, alla Margana, a Risalaimi218. Il ruolo militare acquisito dall’Ordine e il peculiare rapporto con la Corona avvalorano l’idea che lo stanziamento dei Teutonici, nel corso dei primi decenni del XIII secolo, possa essere considerato come un ulteriore presidio militare per fronteggiare l’instabilità di questi territori attraverso un programma di acquisizione di beni e territori incentrato appunto sul quadrilatero tra Corleone, Vicari, Polizzi e Castronovo, lungo punti fondamentali del sistema di comunicazioni da e per Palermo.

90A partire dalla Margana si accentua la tensione al presidio dell’area alle spalle di Palermo sia lungo il tracciato orientale (da Castronovo a Vicari e Misilmeri), che lungo la corleonese, a ovest della Busambra ; più ad est, invece, la significativa concentrazione di beni tra Castronovo e Polizzi nonché l’allineamento dei casali di Gurfa e Garbincauli mostrano un preciso interesse al controllo degli assi viari che consentono il collegamento da Palermo verso la parte orientale con particolare riguardo all’area di Vallelunga dove si incontrano la trasversale dalle Petralie verso Castronovo e l’asse viario che procede per Vicari.

1.2.3 L’alta valle del Platani tra IX e X secolo : un territorio conteso

  • 219 Arcifa 2013.

91Questo quadro viario che nella documentazione medievale risulta ormai stabilizzato non è il risultato di una eredità della viabilità classica, ma nasce piuttosto dalle profonde ‘rivoluzioni’ che l’area subisce in età altomedievale. Le complesse vicende della conquista dell’Isola da parte islamica, con la formazione di aree -il Val Demone in particolare- sulle quali si concentra la resistenza bizantina, determinano un contrasto prolungato per quasi un secolo e mezzo all’interno del quale l’alta valle del Platani svolge un ruolo di ‘frontiera’ che determina una sostanziale cesura nelle dinamiche insediative rispetto al paesaggio tardo antico219.

92Sarà solo tra la piena età islamica e la prima età normanna che l’asse viario Palermo – Vicari entrerà a far parte delle tratte a lunga percorrenza, strutturandosi in modo formale ; esso raccoglierà su di sé l’eredità della strada romana Palermo – Termini, spostando l’asse lungo il tracciato interno nord-ovest/sud-est.

93Per chiarire la genesi di questo profondo cambiamento e verificare il ruolo che può avere rivestito anche il sito di Cefalà, a partire da una certa data, è necessario proiettare questa microarea territoriale all’interno di un contesto più ampio, tra la valle del Platani da una parte e le propaggini delle Madonie dall’altro, coinvolgendo, nell’analisi due assi viari di lunga percorrenza, la Palermo-Agrigento ad ovest e la Palermo-Messina ad est, e le rispettive variazioni tra età romana e medievale.

  • 220 Sul miliario da ultimo cfr. Prag 2006 ; Uggeri 2004, p. 106-119.
  • 221 Greco-Mammina-Di Salvo 1993, p. 163.
  • 222 Cusa 1868, p. 197.
  • 223 Gregori Magni, Registrum Epistolarum IX, 23.
  • 224 La strada costituisce uno dei limiti orientali della magna divisa Jati : Cusa 1868, p. 180 ; un ult (...)
  • 225 Sul processo di immigrazione lombarda a Corleone nel Medioevo, cfr. Bresc 1994 b.

94La ricostruzione dell’itinerario romano tra Palermo e Agrigento si impernia, per la sua parte più settentrionale, sul ritrovamento del miliario di Cozzo Zuccarone, a poco distanza da Corleone, importante riprova archeologica per la ricostruzione del tracciato occidentale ‘corleonese’ che aggira ad ovest il Massiccio di Rocca Busambra, attraverso Corleone, Pizzo Nicolosi e l’insediamento di S. Agata fino ad Altofonte220. Si tratta di un itinerario di lunga durata la cui vitalità in età tardo antica e bizantina è supportata dalla scoperta della necropoli di contrada sant’Agata, riferibile ad un vicino insediamento nel quale si è voluto identificare la statio di Pirama, citata dall’Itinerarium Antonini221. L’ipotesi di identificare il sito con quello del casale S. Agnes, menzionato nel Rollo del 1182222, ricadente all’interno della divisa dell’omonimo hospitale e riconducibile probabilmente alla fondazione di età gregoriana223, testimonia tangibilmente il ruolo duraturo che quest’asse viario mantiene ancora in età bizantina. Gli esiti medievali di questo tracciato, peraltro, sono evidenti ancora nelle indicazioni fornite dallo stesso documento del 1182 nel quale si indica chiaramente il percorso della via che da Corlione ducit ad Panormum224 ; l’itinerario corleonese, infatti, conserva in età medievale, un ruolo importante per i collegamenti tra Palermo e Corleone225 e, seppur secondariamente, anche nei collegamenti da e per Agrigento.

  • 226 L’importanza dei due centri è strettamente collegata ai rispettivi innesti della viabilità provenie (...)
  • 227 Confine del tenimento dell’ospedale di S. Lorenzo a Cefalà : doc. del 1242 in Cusa 1868, II, p. 603 (...)
  • 228 Limite della donazione alla chiesa di S. Sofia presso Vicari : doc. del 1131 in White 1984, p. 396- (...)
  • 229 Confine orientale del tenimento della Margana : A.S.P., Tabulario della Magione, perg. 78 (1258) e  (...)
  • 230 La strada di Palermo è citata tra i confini del casale di Rahl al-Sha’rānī donato nel 1172 dall’amm (...)

95D’altro canto, come si diceva, è possibile, almeno da età normanna, verificare la duplicazione dei tracciati con un itinerario ‘orientale’, che si affianca a quello corleonese ; nel lungo periodo, esso finisce per attirare lungo la valle del Platani l’asse portante delle comunicazioni tra Agrigento e Palermo, imperniandosi, nel tratto intermedio, sui due centri di Vicari e Castronovo226. La documentazione medievale fa più volte riferimento a questo tracciato come via publica que ducit de Biccaro ad Panormum227, via publica que vadit Panormo228, via que ducit de Castronovo ad Panormum229. Il segmento più settentrionale tra Misilmeri e Palermo viene, invece, indicato come ὁδόϛ Μενζελλημέρη o ὁδόϛ Πανόρμου230.

  • 231 Confine meridionale della divisa di Bufurere : Cusa 1868, I, p. 183 ; dovrebbe trattarsi del tracci (...)
  • 232 Citata tra i confini meridionali del tenimento della Margana nel documento del 1258 con il quale si (...)
  • 233 Si tratta della strada che da Cefalà giungeva alla Busambra attraverso Godrano, citata quale confin (...)
  • 234 L’hospitale Flace nei pressi di Prizzi e l’hospitale ecclesie S. Laurentii in tenimento Chifale in (...)

96A riprova della interconnessione dei due tracciati, il documento del 1182, nell’individuare i limiti dei territori assegnati al vescovado di Monreale, evidenzia l’esistenza di una serie di ‘trasversali’ secondarie che assumono la funzione di raccordo tra le due strade : tali sono la via ducentem a Corilione in Biccarum231 ; la viam Perizii et Biccari232 ; la via antiqua que ducit ad Guduranum233. Tali citazioni descrivono un sistema a pettine tra Corleone e Vicari, tra Prizzi e Vicari, tra la Busambra e Cefalà che mostra la completa interazione tra i due tracciati principali e che si mostra in età medievale sufficientemente attrezzato con la presenza di una serie di ospedali che garantiscono luoghi di sosta e di accoglienza ai viaggiatori, tra cui l’ospedale di Filaga presso Prizzi e quello di S. Lorenzo che sorgerà a Cefalà, entrambi riconducibili alla chiesa agrigentina234.

97Se le fonti di età normanna attestano ampiamente, come si vede, l’esistenza di questo itinerario orientale, i dati storici e archeologici non chiariscono, al momento, in modo esaustivo la sua genesi e le motivazioni alla base della sua progressiva affermazione.

  • 235 Il sito di casale S. Pietro mostra, in particolare, il suo ruolo di central place di lungo periodo (...)
  • 236 Vassallo 2009 ; Vassallo 2010 ; Vassallo et alii 2015 ; Carver-Molinari 2015.
  • 237 Arcifa 2013, p. 170.
  • 238 Asa Eger 2015, p. 255.

98Uno degli snodi più importanti lungo questo tracciato è rappresentato da Castronovo e dal suo comprensorio, che mostra una realtà archeologica di grande rilevanza, almeno fino al V secolo, verosimilmente in connessione con la presenza della statio di Petrina, citata dall’Itinerarium Antonini, lungo l’itinerario Palermo-Agrigento, la cui ubicazione per quanto imprecisa ricade all’interno di questo areale235. In questo contesto si inserisce tra la fine dell’VII e la prima metà dell’VIII secolo la costruzione del Kassar236 : l’imponente cinta difensiva che circonda il vastissimo altopiano sopra l’odierno abitato di Castronovo segna il profilarsi di una nuova strategia militare dell’impero bizantino, agli inizi dell’età tematica, che identifica un sito baricentrico nei collegamenti tra la parte orientale e occidentale dell’Isola nonché nei collegamenti tra nord e sud, tra Palermo e Agrigento237 ; la sua posizione lungo l’itinerario da Agrigento presidia il territorio in corrispondenza della biforcazione tra la variante corleonese, a ovest della Busambra, e il tracciato a est attraverso la piana di Vicari. Le caratteristiche complessive del sito (la vicinanza con l’asse viario, la presenza di ampi spazi vuoti con edifici costruiti in prossimità del circuito difensivo) richiamano da vicino quelle degli aplekta, insediamenti fortificati per l’alloggiamento e il rifornimento delle truppe238.

  • 239 Da ultimo, cfr. Belvedere-Burgio-Cucco 2014. Il segnale più evidente può cogliersi nei risultati de (...)

99Se, dunque, la costruzione del Kassar potrebbe, già nel corso dell’VIII secolo, avere incentivato una più ampia rifunzionalizzazione del tracciato orientale da Castronovo a Palermo, tuttavia è interessante osservare che le indagini di superficie mostrano per questa fase uno scarso spessore archeologico. I dati a disposizione sembrano, piuttosto, indicare una certa cesura insediativa in età medio-bizantina che riguarda, in modo ampio, l’alta valle del Platani e il vasto comprensorio tra il fiume Torto e il San Leonardo ; le prospezioni disponibili cominciano a evidenziare un contesto territoriale largamente depotenziato sul piano demografico ed economico, tale fino alla ripresa insediativa della piena età islamica239.

  • 240 Arcifa 2010 ; Arcifa 2013.

100Questi dati diventano ancora più eloquenti se confrontati con le ricostruzioni proposte per le aree centromeridionali e sud orientali dell’Isola dove gli indicatori archeologici per la fine dell’VIII/inizi IX secolo consentono di verificare una rioccupazione di siti, frutto di una politica dirigista dell’impero bizantino, con un duplice intento strategico e di rivitalizzazione economica di quei territori più strettamente riconnessi alla capitale Siracusa240. È interessante sottolineare che le attestazioni fin qui note si fermano sostanzialmente alla sponda orientale della vallata del Platani lungo una direttrice che fronteggia a est l’area di Castronovo e che si imposta sui siti di Colmitella (Racalmuto), Rocca Amorella (Milena) e sul territorio di Mussomeli (castello e case Buda), fino al sito di Gangi sulle Madonie.

  • 241 In aggiunta alle indicazioni fornite dalle ricognizioni nelle Valli del fiume Torto e dell’Imera se (...)

101In questo contesto, il vuoto documentario, tra fine VIII e IX secolo, che invece sembra caratterizzare l’alta valle del Platani e i territori ricadenti all’interno del bacino del Torto concorrono a definire il ruolo di frontiera interna rivestito da questi territori compresi tra le propaggini delle Madonie a nord-est e le propaggini dei Monti Sicani a ovest241. La stessa evidenza archeologica di Cefalà, allo stato attuale negativa per la fase medio-bizantina, sembra potersi inquadrare all’interno di queste dinamiche più ampie.

  • 242 Si veda la ricostruzione di questa parte del tracciato proposta in Uggeri 2004, p. 235-238.

102La contrapposizione si prolunga ancora nel corso del IX e X secolo, quando, a fronte del consolidamento della conquista islamica nei territori occidentali e centro meridionali, le truppe bizantine sono ancora saldamente impegnate nella tenuta della vasta area montuosa del Val Demone. Appare verosimile, in questo contesto, il declassamento della viabilità di ascendenza romana e specificatamente di quella parte del tracciato della Catania – Termini passante lungo la valle dell’Imera e del Torto, il cui declino sembra già evidente da età bizantina242.

103Contestualmente, l’allentamento dei legami tra le due parti dell’Isola, innesca una riorganizzazione degli itinerari nell’area nord orientale, secondo nuove direttrici preferenziali, le cui dinamiche di ampia scala devono essere tenute in conto per le ricadute sul comprensorio oggetto del nostro studio.

  • 243 Prigent 2010.
  • 244 Arcifa 2011.
  • 245 Al-Muqaddasī 1881, p. 672.

104Il contributo di V. Prigent sulla politica siciliana di Romano I Lecapeno243 fornisce un quadro convincente per inquadrare cronologicamente la formazione del sistema viario del Val Demone che risponde all’esigenza di una rapida e coerente comunicazione tra i territori rimasti in mano all’impero bizantino. Le numerose citazioni di vie regie sui Nebrodi, presenti nella documentazione della cancelleria normanna, consentono così di ricostruire l’esistenza di una sorta di anello interno, incentrato su un asse trasversale lungo la dorsale montuosa interna dei Nebrodi e delle Madonie, sulla viabilità costiera di età romana e su una serie di trasversali interne nord-sud che collegavano i porti sul Tirreno con l’interno244. Il progredire della conquista islamica restringerà, infatti, l’agibilità dei territori rimasti in mano bizantina e incrementerà la necessità di comunicazioni che mettano in relazione la costa tirrenica e quella ionica, funzionali alla tenuta di questa area, compresa tra Taormina e Termini Imerese, indicata dalle fonti arabe, della seconda metà del X secolo, come il paese dei Rūm-s245. La valorizzazione della viabilità trasversale lungo la dorsale interna, costituisce la necessaria premessa per la nascita della via Messina per le montagne, forse già nel corso dell’XI secolo, una volta integrata nel sistema delle comunicazioni di lunga percorrenza : vera spina dorsale dei collegamenti trasversali dell’Isola in età medievale.

  • 246 Nef-Prigent 2013.
  • 247 Soprattutto dopo la repressione della rivolta nell’860 : cfr. Nef-Prigent 2013, p. 18.

105Se, dunque, la persistente presenza bizantina nel val Demone incrementa la formazione di una viabilità ‘autonoma’ all’interno di quei territori, il prosieguo del processo di islamizzazione ingenera la necessità di collegamenti tra la capitale emirale e quelle aree che, a partire dalla nuova politica fatimide, sono inscritte in modo stabile all’interno del processo di espansione territoriale. A partire dagli inizi del X secolo, come è noto, le operazioni militari disegnano una precisa strategia di conquista che include programmaticamente i territori orientali246 e che rafforza l’importanza delle direttrici viarie da ovest verso sud-est, potendo contare su una tappa essenziale a metà percorso quale Castrogiovanni247. È in questo contesto che, nel corso del X secolo, devono essere trovate le ragioni per lo sviluppo dell’itinerario tra Palermo e Enna, lungo l’area di strada che sarà poi chiaramente indicata da Idrīsī, attraverso Misilmeri e Vicari.

1.2.4 Da Palermo a Vicari : un’area di strada tra X e XII secolo

106Sarà, dunque, con l’avanzare del processo di islamizzazione che si determineranno le condizioni per un superamento del ruolo di ‘frontiera’ di questi territori e per lo sviluppo di una nuova viabilità in cui si delinea il ruolo centrale dell’alta valle del Platani punto di cerniera tra i diversi itinerari da Palermo verso sud (Agrigento) e verso il centro dell’isola (Enna) ; anche il crollo dei ponti lungo l’antica via Valeria avrà certamente contribuito allo sviluppo di un itinerario interno, le cui precondizioni sono comunque strettamente legate alla promozione di Palermo a capitale.

107L’inquadramento cronologico di questo processo evidenzia notevoli incertezze dovute alla mancanza di indagini specifiche e al ritardo nella costruzione di fossili guida utili a focalizzare con maggiore puntualità un arco di tempo, tra X e prima metà XI secolo, che allo stato attuale appare ampiamente indistinto.

  • 248 Ibn Jubayr 1880, I, p. 154-155.
  • 249 Cressier 2004, p. 209.

108Solo parzialmente, i dati documentari restituiscono elementi utili alla ricostruzione generale. La testimonianza tardiva di Ibn Jubayr (XII secolo) relativa ai due insediamenti di Qaşr Ja’far e di Qaşr Sa’d, distanti dalla capitale rispettivamente 1,5 e 5,5 km, attesta l’esistenza di un tipo di istituzione risalente ad epoca islamica e strettamente congruente con il nuovo carattere assunto da questa area di strada ; i due insediamenti mostrano, infatti, caratteri assimilabili a quelli di un ribāţ : spazi fortificati dotati di moschea, sedi di pellegrinaggio per la presenza di sepolture venerate ma anche luoghi di accoglienza per i viaggiatori248. Nella valutazione di questi siti, accanto ai caratteri che emergono con più evidenza dalla descrizione del viaggiatore arabo – la polifunzionalità e la vicinanza alla capitale – va tenuta in conto la loro posizione lungo uno spazio geografico che nel tempo modifica fortemente i suoi connotati : da area di frontiera interna – nel corso dei lunghi decenni di contrapposizione tra forze arabo-musulmane e bizantine – ad asse commerciale che può avere attirato la realizzazione di strutture che rispondono ad esigenze interconnesse quali islamizzazione e commercio249.

  • 250 Goffredo Malaterra 1927-28, lib. II cap. XLI.
  • 251 Cfr. infra nota 263.
  • 252 Il termine manzil in arabo comprende infatti in sé i due significati di grande proprietà e stazione (...)
  • 253 Fazello 1560, I, lib. VIII, p. 192 : … fluvii ostium ubi etiam parvarum cimbarum est statio cui Sar (...)
  • 254 Il toponimo è costruito sul vocabolo baqqār, equivalente al latino mandra, proprietà dedicata all’a (...)
  • 255 Cronaca di Cambridge 1880, I, p. 287.
  • 256 Si veda l’articolato inquadramento territoriale condotto da Francesca Spatafora all’interno dell’an (...)
  • 257 Le proposte di revisione cronologica per la classe delle invetriate consentono di anticipare di alm (...)
  • 258 Di Leonardo 2009, p. 646, p. 648 note 19, 40.

109Ancora le fonti documentarie relative alla conquista normanna consentono di verificare indirettamente il processo di islamizzazione del territorio, promosso in età islamica lungo questa direttrice : Misilmeri, Vicari e Castronovo sono infatti realtà insediative al centro di episodi bellici tra il 1068 e il 1077 che ne attestano la valenza strategica. La breve citazione di Malaterra per Misilmeri250 non consente di valutare la natura dell’insediamento, che ancora nel 1131 è definito semplicemente loco251, tuttavia il toponimo (manzil al-amīr) lascerebbe intravedere una realtà di grande interesse : una grande proprietà fondiaria direttamente connessa al demanio sulla quale proprio in ragione della sua peculiare posizione topografica potrebbe essersi sviluppata una stazione di posta252. I documenti successivi di età normanna infatti illustrano bene la rilevanza del sito che controlla il punto di snodo in cui la publica magna via qua ducit ad Thermas (evidentemente il tratto finale della romana via Valeria) si innesta sulla strada per Palermo, proveniente da Vicari. La portata del fiume di Misilmeri, parzialmente navigabile fino all’altezza di Portella di mare (che mantiene ancora nella prima età moderna le caratteristiche di piccolo porto fluviale)253, obbligava all’attraversamento in un tratto più a monte, in prossimità appunto del sito di Misilmeri, dove, i documenti di età normanna attestano la presenza del ponte omonimo. All’importanza strategica dei luoghi si unisce una notevole concentrazione di risorse economiche derivanti dallo sfruttamento dell’energia idrica del fiume (l’odierno Eleuterio) e dalla presenza dell’area boschiva di Bagheria, vocata all’allevamento254. La menzione dei mulini di Marineo nel 937255 sembra attestare una colonizzazione abbastanza precoce di quest’area, alla cui valutazione concorrono i dati materiali disponibili. L’archeologia documenta, infatti, una prevalente occupazione delle alture che sovrintendono al controllo delle aree sensibili lungo il corso del fiume Eleuterio, secondo modalità che riprendono quelle di età arcaica256 : è il caso della Montagnola di Marineo, sul medio corso dell’Eleuterio, almeno a partire dalla prima metà del X secolo257, e di Pizzo Cannita a controllo forse del porto fluviale, sopra menzionato, dove scavi condotti alla fine dell’Ottocento dal Mingazzini segnalano presenza di ceramiche ‘cosiddette arabo-normanne’258.

  • 259 Cfr. A. Bagnera, I bagni, p. 161-165. Gli scarsi dati editi su Monte Chiarastella non consentono di (...)

110È in questo contesto che sembra inquadrarsi anche la prima fase di occupazione del sito di Cefalà, connessa alla utilizzazione delle sue risorse geotermiche, documentata dai livelli di prima metà X secolo e a cui seguirà una fase architettonicamente più strutturata nel corso della seconda metà del X259.

111La ricostruzione delle fasi di espansione islamica lungo quest’area di strada è resa ulteriormente incerta dalla mancanza di dati per i siti di Vicari e Castronovo, la cui rilevanza strategica indurrebbe, a priori, a ipotizzarne una occupazione precoce.

  • 260 Cfr. supra nota 250.
  • 261 Canzonieri 2007, p. 129.
  • 262 Maurici 2000 ; Canzonieri-Vassallo 2007, p. 44-56.

112Nel primo caso, il riferimento di Malaterra sembra indicare la preesistenza di una qualche struttura difensiva già nel 1077 quando il conte Ruggero vi si rifugia per attaccare Castronovo260 ; lo scavo, d’altra parte, ha evidenziato una struttura muraria legata in pietra antecedente alla fase normanna e attribuita piuttosto ad un fortilizio bizantino261. Per quel che riguarda il Kassar, allo stato attuale della ricerca, non ci sono elementi che confermino l’occupazione della grande fortezza bizantina dopo la sua presa avvenuta tra l’839-40. È stato piuttosto ipotizzato che, dopo l’abbandono, una presenza islamica si sia concentrata nell’area sottostante e nel vicino colle di San Vitale, anche se mancano livelli riferibili chiaramente a fasi islamiche262.

113Come si vede, le indicazioni archeologiche, sovente puntiformi, costringono ad una ricostruzione ancora limitata dei processi pur se all’interno di un range cronologico che si appunta nel corso del X secolo. È comunque attraverso la documentazione di età normanna che è possibile individuare con più chiarezza il processo di progressiva integrazione dei diversi tronconi stradali, all’interno di una rete viaria coerente che fa perno proprio sui siti di Misilmeri, Vicari e Castronovo. Il passaggio tra età islamica e normanna non cambia, infatti, la gerarchia dei luoghi lungo quest’area di strada ma, anzi, promuove ulteriormente questi centri, ora fortificati, terminali di tracciati che si innestano sull’itinerario principale : a Misilmeri giunge infatti l’itinerario costiero da Termini, mentre su Vicari e Castronovo si innestano gli itinerari provenienti dalle Madonie e da Enna.

  • 263 Cfr. Cusa 1868, I, p. 13-15, donazione di Ruggero a S. Michele di Campogrosso relativa ad alcuni ca (...)
  • 264 Al-Idrīsī 1880, I, p. 83 : « fortalizio ragguardevole e valido castello ».
  • 265 Cfr. Cusa 1868, I, p. 14 : nella descrizione dei confini relativi alle terre donate a S. Michele di (...)
  • 266 Ibid.
  • 267 In particolare il casale di Rahl al-Sha’rānī sito nei pressi di Misilmeri donato da Giorgio nel 114 (...)
  • 268 Il canneto di Misilmeri, al quale fa riferimento il documento del 1134 il ‘vallone dei giunchi’ det (...)
  • 269 Sulle vicende costruttive della chiesa : Zorić 1989a.
  • 270 Cusa 1868, I, p. 14.
  • 271 Gli studi di V. Zorić ipotizzano una prima fondazione della chiesa intitolata a S. Maria nel period (...)

114La documentazione di età ruggeriana permette di verificare il ruolo crescente del sito di Misilmeri : ancora semplice loco nel diploma del 1134263, è indicato come castello in Idrīsī264. L’attestazione di terre appartenenti al demanio, site in prossimità del fiume265, la menzione della foresta regia della Bacharia266, gli stessi possedimenti di Giorgio d’Antiochia, donati a S. Maria dell’Ammiraglio267, mostrano un territorio solidamente in mano alla monarchia o a personaggi legati alla cerchia della corte, che potrebbe avere incamerato, già in età comitale, l’originario manzil al-amīr. La concentrazione di risorse legate allo sfruttamento del bosco e dell’incolto268 e la sua felice posizione rispetto ad un nodo viario di grande rilevanza danno conto dell’importanza di Misilmeri ; la sua rilevanza si accresce in quegli anni contestualmente al ruolo assegnato da Ruggero a Cefalù, eletta a sede vescovile e prescelta come mausoleo della famiglia reale269. L’itinerario costiero ricalcava l’antica strada romana per Termini, citata nella donazione del 1134 in cui si attesta per la prima volta l’esistenza del ponte detto di Misilmeri, che consentiva l’attraversamento del fiume in corrispondenza del restringimento del suo alveo270 ; la sua costruzione, come si vede, si inserisce coerentemente all’interno di un programma più vasto volto a organizzare la viabilità di lunga percorrenza, al quale concorre anche la rifondazione monastica di S. Michele di Campogrosso271.

  • 272 Al-Idrīsī 1880, p. 85 ; Canzonieri 2007, p. 129.
  • 273 Documento del 1136 relativo alla donazione da parte di Ruggero del chorion detto ράχαλ ἐξάμες alla (...)
  • 274 Canzonieri 2007, p. 129.
  • 275 Riassume i dati disponibili Maurici 2000, p. 761, secondo il quale, dopo la conquista Castronuovo p (...)

115Contestualmente emerge, sul piano documentario e archeologico, il nuovo ruolo di Vicari il cui aspetto fortificato è espressamente citato da Idrīsī alla metà del XII secolo272, ma che già nel 1136 appare iscritta al demanio273 : alla fase normanna sembra datarsi la torre a pianta rettangolare messa in luce nella parte centrale dell’altura274. Anche nel caso di Castronovo, lo scavo all’interno del colle di San Vitale ha evidenziato un livello pavimentale databile ad età normanna che potrebbe essere relativo alla costruzione del primo impianto fortificato subito dopo la conquista275.

  • 276 Cfr. il privilegio di Ruggero I, noto attraverso una copia su pergamena del XII secolo, in greco (p (...)
  • 277 Attuale Monte Sampieri a est di Valledolmo, vicino Monte Campanaro.
  • 278 Spata 1862, p. 423-428.
  • 279 La Mantia 1917, p. 513.

116L’importanza dei due siti è dettata dalla posizione lungo quest’area di strada e ancor più dalla possibilità di controllo di due importanti itinerari che compaiono nella documentazione coeva. Nel 1096 tra i confini della diocesi di Messina si cita la magna via francigena di Castronovo276 ; i riferimenti alle sorgenti del fiume Torto, prima, e al Monte San Pietro277, immediatamente dopo, permettono di ubicare agevolmente il tratto della via francigena in prossimità di Vallelunga. In questa stessa area, nel 1132, la concessione in favore del vescovado di Cefalù del loco qui dicitur Mutata cita il quadrivium unde procedit via que ducit Petraliam et Castronovum et Biccarum et Panormi278. Lo stesso quadrivio è ulteriormente citato nel 1290 in occasione della ricognizione dei confini del casale di Kharsa (oggi contrada Garsia), anch’esso di proprietà della chiesa di Cefalù e ubicato nella stessa area, i cui limiti nord orientali giungono fino alla portam Vallis longe ubi est crux viarum que venit de Caltabuturo et vadit ad Cameratam279.

  • 280 Al-Idrīsī 1880, I, p. 112 : da Palermo a Vicari, attraverso Misilmeri ; da Vicari a Petralia, Sperl (...)

117Queste indicazioni convergenti consentono di identificare la magna via francigena con uno dei due assi viari che si incrociavano all’altezza di Mutata in prossimità della Portella di Vallelunga, comprovando, in altri termini, l’esistenza già da età normanna di un collegamento coerente tra l’area delle Madonie e la vallata del Platani in direzione nord-ovest, verso Vicari e Palermo, e in direzione ovest, verso Castronovo. Più precisamente, la via francigena Castrinovi evidenzia la connessione tra il ‘sistema viario’ bizantino del Val Demone e la viabilità nord-sud Palermo-Agrigento, che darà poi origine all’itinerario della via Messina per le Montagne, già attestato in Idrīsī280. Da questo punto di vista, l’appellativo di francigena, ancor più che interpretazioni connesse al pellegrinaggio, mi sembra che possa ulteriormente confermare il ruolo dei normanni (Franchi) nella promozione di questo tracciato.

  • 281 Perseguito in prima istanza attraverso una frenetica attività edilizia in ambito urbano, simbolo e (...)
  • 282 Zorić 1989b, p. 579-586 ; Di Liberto 2013, p. 159-161. I risultati delle recenti indagini archeolog (...)

118Come si vede, dunque, l’età ruggeriana ci consegna un ampio e coerente progetto di valorizzazione dell’alta valle del Platani e degli itinerari che da essa si diramano, che risponde alla necessità di garantire il controllo di un’area di strada strategica, saldamente ascritta al demanio, promuovendo un migliore coordinamento tra i diversi tronconi viari sia costieri che interni. Concorrono alla realizzazione di questo programma281 una serie di impegnativi cantieri architettonici che si dispiegano lungo questi assi, in un arco di tempo piuttosto ravvicinato, tra gli anni Trenta e Quaranta del XI secolo : il complesso della Favara o Maredolce282, la chiesa di S. Michele di Campogrosso, la cattedrale di Cefalù, il ponte sul fiume Misilmeri.

119A questa stessa temperie appartiene anche la realizzazione di Cefalà : il sito, dal quale si diparte l’itinerario est-ovest per Corleone, attraverso il bosco della Busambra, viene a trovarsi all’interno di un nuovo interesse topografico che certamente avrà avuto un peso notevole nel promuovere un rinnovato utilizzo dei bagni al quale non sembra estranea l’idea di una riappropriazione anche simbolica del sito e delle sue risorse idriche.

1.2.5 I boschi della Busambra e la formazione del parco vecchio in età normanna

  • 283 Cfr. in questo volume R. Giunta, L’iscrizione.

120La monumentalizzazione dell’edificio termale sembra così inserirsi in modo coerente in un programma più vasto, alla cui logica non è estranea la riappropriazione di luoghi rilevanti in età islamica. Pur in mancanza di precise testimonianze documentarie, la presenza della fascia epigrafica sull’edificio e i nuovi elementi desunti dalla revisione del suo contenuto283 indicano con una certa evidenza lo stretto legame con l’ambiente di corte, invitando a ricercare ulteriori possibili significati che si aggiungono alla valenza utilitaristica dell’edificio e al suo pur stretto rapporto con l’asse viario. La committenza regale indicata dalla nuova proposta interpretativa del dato epigrafico potrebbe a mio giudizio suggerire un utilizzo iniziale in prevalenza legato alla corte, al sovrano e ai funzionari di alto rango del suo seguito. Da questo punto di vista, una più ampia contestualizzazione dell’edificio all’interno di questo comprensorio e delle sue peculiarità sembra suggerire nuovi spunti di approfondimento.

  • 284 Collura 1961, p. 121.
  • 285 Al-Idrīsī 1880, I, p. 84-89 ; al-Idrīsī 1999, p. 321-324 : « tra al-Khazān e Cefalà una mezza giorn (...)
  • 286 Scarpulla 1995, p. 72.

121Come si diceva, uno dei confini delle terre in dotazione all’ospedale, ubicato a Cefalà, nel Duecento è costituito dalla via antiqua di Godrano, limite settentrionale del tenimento hospitalis ecclesie Sancti Laurentii284. Godrano (al-Ghudrān, ‘gli stagni’) e il suo ambiente umido ai piedi della Busambra è espressamente citato anche da Idrīsī, il quale sottolinea l’abbondanza di acqua e di stagni all’interno del comprensorio di Cefalà ; la sua descrizione mostra una articolata conoscenza del quadrilatero compreso tra al-Khazān, Marineo, Cefalà, Vicari, Khāsū ; località tutte poste a breve distanza tra di loro che nella descrizione di Idrīsī risultano ben collegate, con distanze percorribili in mezza giornata di cammino285. La via antiqua di Godrano collegava, in sostanza, Cefalà all’area dei laghetti ancora oggi presenti ai margini dell’attuale « Riserva Naturale Orientata di Rocca Busambra, Bosco della Ficuzza, Bosco del Cappelliere e Gorgo del Drago ». Si tratta, ancor oggi, di una notevole riserva boschiva che, con i suoi 7400 ettari, rappresenta la foresta più estesa della Sicilia occidentale, diventata alla fine del Settecento riserva di caccia di Ferdinando I di Borbone, al quale si deve anche la costruzione della Casina di Caccia alla Ficuzza, ai piedi del massiccio montuoso della Busambra286 ; una vasta area di grande interesse paesaggistico e faunistico legata anche alla compresenza di ambienti diversificati : le aree umide dei laghetti, il bosco con essenze tipiche della macchia mediterranea (querce, lecci, cerri) nonché le pareti nude e scoscese della Busambra ancora oggi particolarmente adatte alla nidificazione di rapaci (aquila, falco). Il massiccio sfruttamento del bosco da età moderna in poi ha certamente ridotto l’estensione della riserva boschiva che i documenti medievali fanno ritenere ben più ampia ; ma, per quanto impoveriti, i boschi della Ficuzza e del Cappelliere documentano oggi la straordinaria varietà del paesaggio e le sue prerogative che lo rendono un ambiente particolarmente favorevole per la caccia.

  • 287 Di particolare interesse è l’indicazione del nemus, quod dicitur Farrase citato tra i confini dell’ (...)
  • 288 Cronaca di Cambridge 1880, I, p. 286.
  • 289 Cfr., supra, nota 257.

122La fitta toponomastica araba attestata dalle fonti di età normanna porta a credere che già in età islamica le notevoli risorse di quest’area possano essere state oggetto di attenzione da parte dell’emirato aghlabide e ancor più del califfato fatimide287. Del resto, già nel 937 la menzione dei mulini di Marineo, nel corso degli scontri tra agrigentini e palermitani, attesta lo sfruttamento delle risorse idriche del fiume di Misilmeri288 ; sul piano archeologico, pochi ma significativi frammenti di ceramica invetriata consentono di datare entro la metà del X la rioccupazione islamica della Montagnola di Marineo289. L’occupazione del sito che domina la media valle del fiume di Misilmeri, oggi Eleuterio, non può essere evidentemente un dato isolato anche se, allo stato attuale, i dati archeologici non consentono una più puntuale valutazione dei tempi e dei modi in cui si attua il processo di islamizzazione nell’area e di sfruttamento delle risorse.

  • 290 Scarpulla 1995, p. 43 e ss.

123Numerosi sono i siti per i quali risulta documentata solo una generica fase insediativa di età arabo-normanna, sia lungo la vallata del Parco, affluente del fiume di Misilmeri e via naturale di penetrazione per i territori di S. Cristina Gela e di Jato (Rocca dei Fiori, Giarre), sia lungo il corso dello Scanzano (corrispondente al tratto a monte del fiume di Misilmeri), (Quadaredda, Bifarera, Alpe Ramosa), dai piedi della Busambra fino ai piedi della Montagnola di Marineo290. La documentazione archeologica oggi disponibile, per quanto non si presti a valutazione di dettaglio, sembra proporre, in quest’area, l’esistenza di un certo iato tra la fase tardo romana e bizantina, documentata dalla presenza di tegole con decorazione a pettine (la cui datazione non oltrepassa la fine del VII secolo/ inizi VIII) e la rioccupazione nella piena età islamica.

  • 291 Così Amari (al-Idrīsī 1880, p. 84, nota 2) sulla base della descrizione di Idrīsī relativa alla sor (...)
  • 292 Così Nef e Bresc in al-Idrīsī 1999, p. 321.
  • 293 Scarpulla 1995, p. 62 che annota la presenza di materiale ceramico riferibile ad età islamica.

124In questo contesto dovrebbe inquadrarsi anche il sito fortificato di al-Khazān, citato da Idrīsī, distante da Cefalà 10 miglia, una mezza giornata di cammino. La dettagliata descrizione dell’idrografia dei luoghi suggerisce, pur con una certa approssimazione, di ubicare la fortezza nei pressi del Bosco della Ficuzza291, su uno dei pianori di Rocca Busambra292 o ad Alpe Ramosa293.

125La natura del sito e la sua ubicazione nei pressi dell’area boschiva renderebbe di grande interesse una più approfondita disamina della citazione edrisiana, anche ai fini di comprendere se e in che termini possa essersi realizzato in età islamica un utilizzo delle risorse boschive non solamente in termini di sfruttamento economico ma collegato a uno stile di vita conformato agli esempi più aulici del mondo islamico.

  • 294 Hassen 2008, p. 10. Tra le specie attestate all’interno della Riserva Naturale Orientata « Bosco de (...)
  • 295 Hassen 2008, p. 10.
  • 296 Nef 2010b, p. 143.

126Al di là delle forti incertezze che riguardano le dinamiche insediative in questa fase, vale comunque la pena di ricordare il preciso interesse dell’emirato aghlabide e poi del califfato fatimide per lo sfruttamento del bosco in collegamento con le esigenze crescenti della cantieristica navale, sia in direzione di una esportazione del legname verso l’Africa che per la fornitura agli arsenali isolani294. È verosimile pensare che lo stato islamico possa avere gestito lo sfruttamento di questa risorsa direttamente o attraverso concessioni ai veterani della conquista, prevedendo clausole particolari per l’estrazione del legno295 ; il testo di al-Dawūdī contiene in questo senso un preciso riferimento all’imposizione del taglio del legno per costruire navi destinate al jihād296.

  • 297 Il termine non indicava esclusivamente una realtà boschiva ma vari luoghi, come ad esempio i cannet (...)
  • 298 Ai forestarii spettava il controllo sui confini delle aree boschive e più in generale dei territori (...)

127Per quel che riguarda l’età normanna possiamo invece accertare con più contezza che l’ampia distesa boschiva attorno a Godrano, le cui propaggini dovevano arrivare fin quasi a Marineo, rientrava tra i possedimenti del demanio, nell’ambito di una gestione delle aree boschive o meglio delle foreste297 sottoposte direttamente al sovrano e tutelate attraverso la creazione di figure specifiche dell’amministrazione, i forestarii298.

  • 299 Huillard-Bréholles 1859-1860, VI, I, p. 111.
  • 300 Cusa 1868, I, p. 180. Il riferimento, immediatamente seguente, alla divisa Chefala consente di escl (...)
  • 301 Scarpulla 1995, p. 45.
  • 302 Romualdo Salernitano, VII, 1, p. 232. Sulle connotazioni architettoniche e sui rimandi simbolici de (...)

128Il documento del 1243 nel quale Federico II concede l’uso per far legno dei boschi apud Goderanum, praeterquam in planum et apud Parcum Veterum costituisce infatti la riprova documentaria della demanialità di queste aree e consente, nel contempo, di individuare l’esistenze di due aree specifiche il piano e il parco vecchio nelle quali è fatto espresso divieto di applicarvi tali concessioni299. La presenza di un parco nel territorio limitrofo a Godrano trova un ulteriore riferimento nell’indicazione fornita dal Rollo di Monreale (1182) di un murum parci, confine delle divise di Jato e Palermo sul lato orientale300 ; l’odierna località Parco Vecchio lungo il corso del fiume Parco, pochi km ad ovest rispetto a Marineo sembra, con buona approssimazione, corrispondere alle indicazioni topografiche ricavabili dalle fonti. L’attenta descrizione di A. Scarpulla registra ancora nel 1995 la presenza di « spesse mura, costruite in pietra a secco e in certi punti alti circa un metro sul lato del bosco Manca e più a nord sul Monte Marcione e Cozzo Sovarelli, il cui corso si può seguire per centinaia di metri »301. Non è ovviamente questa la sede per entrare nel dettaglio dei problemi topografici dell’area, ma è bene sottolineare che l’attestazione documentaria del Parco vecchio -la cui declinazione aggettivale mira, verosimilmente, a differenziare questo dalla più recente realizzazione nei pressi di Altofonte- conferma l’esistenza di una importante estensione di terra boschiva, recintata, volta a creare una riserva per la caccia signorile secondo una precisa consuetudine che le fonti normanne ricordano, descrivendo il modello del parco ad usum venandi302.

129Lo straordinario ambiente a nord della Busambra e i suoi boschi sembrano costituire, dunque, una importante riserva per l’economia normanna, utilizzata dalla corte precocemente rispetto alla costituzione degli altri parchi ben noti, sorti poi nelle vicinanze della capitale.

130L’esistenza di una vasta area boschiva, adibita alle attività di caccia praticate dalla corte, mi pare che possa introdurre, nella valutazione dei bagni di Cefalà, un ulteriore e peculiare punto di vista per giustificare la monumentalizzazione di un edificio che mantiene ancora oggi delle prerogative di altissima qualità architettonica, connesse ad una committenza regia quale indica la fascia epigrafica. La valorizzazione monumentale della fonte di acqua calda di Cefalà sembra dunque poter rientrare in prima istanza nell’ambito di un programma più vasto di valorizzazione delle risorse naturali di quest’area, peraltro ben collegate tra loro, come mostrano le indicazioni di Idrīsī, e non distante dalla stessa capitale.

  • 303 303L’attestazione di preesistenze islamiche nei siti rioccupati in età normanna con architettura di (...)
  • 304 Bagnera 2013, p. 79-80. Sul tema dei parchi di caccia nel mondo islamico, cfr. Capel 2012 ; la loro (...)

131La presenza di strutture architettoniche connesse alla fase di seconda metà X-inizi XI secolo potrebbe suggerire che il programma edificatorio implicasse, così come in altre situazioni analoghe303, anche un significato più profondo di appropriazione da parte dei sovrani normanni di luoghi e spazi altrettanto significativi per gli emiri kalbiti304.

  • 305 Bresc 1994, p. 252 : il modello di riferimento dei giardini regi normanni rimanda ad una tradizione (...)

132Anche se fisicamente distanziati, la stretta compenetrazione che qui ipotizziamo tra edificio termale e contesto naturale circostante, così fortemente connotato dalle sue risorse naturali, sembra preludere all’idea di un parco reale, per quanto dilatato nello spazio. Da questo punto di vista, volendo applicare a questo insieme le prerogative dei giardini regi di età normanna – luoghi di esaltazione e di manifestazione della regalità – anche la fascia epigrafica presente a Cefalà sembra anticipare la funzione e il ruolo che assumerà nei monumenti seriori, sottolineando la proiezione dei luoghi in un contesto di realtà sovrannaturali305.

1.2.6 Il XIII secolo : un nuovo ordine territoriale

  • 306 Nef 2011, p. 631 ; per l’analisi in dettaglio della documentazione relativa al Rollo, ivi p. 388.
  • 307 Documento del 1182, Pirro 1733, I, p. 702. Ancora nel 1240, il Libellus de successione pontificum A (...)
  • 308 Collura 1961, doc. 66, p. 129 ; A. Nef, Les bains, p. 20 e nota 97.

133È alla fine del XII secolo che i profondi rivolgimenti sociali ed economici e la crescente instabilità politica dopo il 1189, anno della morte di Guglielmo II, investono i territori alle spalle di Cefalà, innescando nuove dinamiche insediative che coinvolgono anche la divisa di Cefalà. Essa si trova infatti proprio ai margini orientali del nuovo arcivescovado di Monreale creato alla fine degli anni ’70, per inquadrare e controllare la popolazione musulmana rifugiatasi nella vasta area alle spalle di Palermo, dopo i moti anti-musulmani scoppiati nel 1161306. Nell’ambito della riorganizzazione dei confini, il vescovo di Agrigento otterrà la concessione delle decime di Cefalà, in cambio della perdita di Corleone, Bisacquino, Battelaro, ceduti al nascente vescovado di Monreale307. Le ulteriore controversie con la diocesi di Palermo innescatesi a seguito di tale riorganizzazione verranno poi affrontati nel 1244 con l’assegnazione ad Agrigento dei casali di Cefalà, Mezzoiuso, Capofelice di Fitalia e Guddemi308.

  • 309 Collura 1961, p. 120.
  • 310 Il Libellus attesta per il 1240 l’esistenza dell’ospedale di Commicii, tra Sambuca e Giuliana, lung (...)
  • 311 Maurici 2000, p. 761.

134È in questo contesto totalmente modificato, anche sul piano delle partizioni territoriali diocesane, che, per la prima volta, viene citato l’ospedale di Cefalà, prebenda del vescovado agrigentino309. La presenza della struttura, un ospedale di strada, evidenzia i nuovi interessi del vescovado che si proiettano ora su questo territorio. La variazione dei confini settentrionali della diocesi contribuisce verosimilmente ad orientare la politica territoriale del vescovado e i suoi interessi che privilegiano ora l’asse viario più orientale a scapito della viabilità occidentale. L’ospedale di Cefalà, del resto, si inquadra all’interno di una organica rete di ospedali di strada, citati, a vario titolo, nel Libellus de successione pontificum Agrigenti sviluppatasi lungo le grandi arterie maggiormente interessate dai traffici del vescovo di Agrigento310. La cessione di un importante territorio quale quello di Corleone, punto di forza dell’itinerario occidentale Palermo-Agrigento, è possibile che abbia accresciuto il peso del tracciato più orientale, lungo la vallata del Platani ; la presenza dell’ospedale di strada a Cefalà sembra, in questo senso, rappresentare una spia fedele di questo modificazione e dell’impegno del vescovado allo sviluppo delle infrastrutture viarie lungo quest’asse, contestualmente allo sviluppo del ruolo di S. Pietro di Castronovo311.

135I documenti della metà del XIII secolo, oltre che importanti riferimenti per inquadrare la proiezione territoriale di Agrigento lungo quest’area di strada ci consegnano un ulteriore tema di ricerca relativo al nuovo assetto proprietario dell’edificio termale. Tenendo ferma l’ipotesi di Annliese Nef sulla coincidenza tra struttura ospedaliera ed il sito termale, la costituzione del beneficio sul complesso ospedale/bagni introduce un evidente segno di novità nel documentare una nuova configurazione giuridica per il bene e l’avvio di un processo, conseguente, che nel tempo porterà alla privatizzazione dei bagni.

136Pur non escludendo, già in età normanna, un uso semi-privato dell’edificio, esso sembra, come si è appena detto, strettamente progettato ad uso della corte, di Ruggero e del suo entourage, nell’ambito di una più ampia valorizzazione delle risorse territoriali circostanti. Oltre un secolo dopo accertiamo l’esistenza di un ente giuridico legato al vescovado di Agrigento che percepisce un reddito dall’uso pubblico dei bagni, nel contesto di una importante infrastruttura viaria.

137Il tentativo di rintracciare le modalità e i tempi di questa profonda cesura impone una riflessione che tenga in conto le successive realizzazioni di parchi e giardini regi nella seconda metà del XII secolo.

  • 312 Cfr. R. Giunta, L’iscrizione.
  • 313 La presenza di affreschi quattrocenteschi provenienti dalla Masseria di Parco vecchio è citata da S (...)
  • 314 Bresc 1994 ; Di Liberto 2013, p. 156-165.

138L’edificio, che il dato epigrafico colloca nel 1140/41312, potrebbe essere stato progettato, come abbiamo sopra ipotizzato, contestualmente all’ideazione del Parco nei pressi di Godrano, che, stando alla denominazione di parcum veterem (utilizzata nelle disposizioni di Federico II), sembrerebbe la prima e più antica realizzazione di una delle manifestazioni più caratteristiche del concetto di regalità dei sovrani normanni. L’apparente mancanza di resti architettonici nell’area del parco vecchio ascrivibili a questa fase313 suggerisce una concezione semplificata del recinto di caccia. Alla creazione ancora in età ruggeriana del palazzo del Parco presso Altofonte e della Favara seguirà poi la realizzazione, ben più imponente, del grande giardino del Genoardo, prossimo a Palermo, nel cui interno verranno costruiti i due padiglioni di Zisa e Cuba314 ; essi rappresentano gli sviluppi monumentali della concezione originaria nell’ambito di una scelta topografica che valorizza maggiormente l’area prossima alla capitale, con la possibilità di captazione delle sorgenti esistenti.

139È verosimile pensare che le realizzazioni guglielmine, congiuntamente alla peculiare temperie determinatasi alla fine del XII secolo e alla diffusa insicurezza del territorio, abbiano nel corso dei decenni implicato un utilizzo sempre più sporadico della più distante area del Parco Vecchio, affievolendo contestualmente anche l’utilizzo originario del monumento ad uso delle corte.

140Si creano, in questo contesto, le condizioni per una sostanziale cesura nella storia del sito e dell’utilizzo dei bagni che conseguono, in qualche modo, ai profondi mutamenti dell’assetto territoriale e sociale segnalato dallo stanziamento teutonico alle spalle di quest’area.

  • 315 Bresc 1995.

141Agli inizi del XIII secolo la presenza capillare dell’ordine cavalleresco rappresenta, come si diceva, una delle possibili soluzioni al controllo della popolazione islamica di questi territori. La posizione della Margana lungo la strada tra Vicari e Corleone, l’acquisizione del feudo di Haiarzeneti nei pressi della Busambra o di quello di Risalaimi nei pressi di Marineo documentano lo stanziamento ai margini dell’enclave islamica, a presidio di strade e di risorse economiche importanti come le aree boschive attorno alla Busambra ; un processo di acquisizione che ancora nei secoli successivi riguarderà anche appezzamenti di terreno prossimi a Cefalà, come dimostra il documento del 1266 pertinente a terre in loco cognito Chifalie conservato tra i documenti dell’archivio della Magione315.

  • 316 Collura 1961, p. 303, 305.

142Ad una data non precisata, ma in un contesto cronologico non troppo distante dalla creazione del vescovado di Monreale, potremmo collocare, dunque, l’alienazione di questo bene da parte della corte, nell’ambito delle compensazioni territoriali seguite alla ridefinizione dei confini diocesani. All’erezione della prebenda di Cephala et tenimento suo – che escludeva in un prima momento ecclesiam Sancte Marie et hospitale vie Panormi – seguirà, in un momento non ben precisato, la creazione dei due beneficia relativi appunto all’hospitale Cephale e alla chiesa di Sancte Marie de Cephala316. Alla data del 1242 le disposizioni di Federico II riguardano in modo puntuale la salvaguardia delle risorse boschive apud parcum veterem et planum nell’ambito del diritto di ligna incidere concesso agli abitanti di Palermo, senza danno alcuno delle imperialium venationum et solatiorum nostrorum. Un riferimento generico che non sembra includere i bagni di Cefalà già posseduti in beneficium, a quell’epoca, dal vescovado di Agrigento.

  • 317 Collura 1961, p. 122.
  • 318 Collura 1961, p. 120.

143Nello stesso anno infatti la dogana reale delimita i confini del tenimentum dell’ospedale di S. Lorenzo, su richiesta del notaio Goffredus, quam tenet et possidet in beneficium ab Ecclesia Agrigentina317. Una possibile donazione potrebbe, dunque, essere alla base della nuova dimensione giuridica del bene eretto in beneficium attorno ai bagni/ospedale, fonte di reddito per il beneficiario318.

  • 319 A. Nef, Les bains, p. 20, 22-24.

144Come sottolineato da Annliese Nef319 è, d’altra parte, interessante notare che alla metà del XIII secolo il beneficiario è il notaio Goffredo esponente di rango del milieu ecclesiastico vicino alla corte, essendo Goffredo clerico della cappella palatina a Palermo ; si tratta di una spia interessante dello specifico interesse della corte a mantenere il bene ancora all’interno del proprio entourage e che dunque, indirettamente, avvalora ulteriormente l’ipotesi di una sua iniziale appartenenza ai beni della corona.

145Il nuovo contesto politico e sociale delineatosi tra XII e XIII secolo sembra dunque alla base della nuova dimensione dell’edificio, che perderà poi precocemente la sua natura di beneficio ecclesiastico a favore di un’acquisizione feudale sulla quale proiettano i propri interessi gli esponenti palermitani del potere baronale.

1.3 Le complexe thermal de Cefalà et ses vertus médicales dans lhistoriographie de la fin du moyen âge à lépoque contemporaine (Annliese Nef)

  • 320 Sur cet aspect, on verra le chapitre d’Alessandra Bagnera dans ce même volume.

146Deux grandes dimensions des bains de Cefalà sont explicitement abordées par l’historiographie moderne et contemporaine : thermale et médicale d’une part et artistique et islamique320, d’autre part. Elles se succèdent nettement dans le temps comme nous le verrons et la première, la plus précoce, est surtout le fait d’auteurs siciliens, tandis que l’intérêt pour l’islamicité des bains est mieux partagée.

  • 321 De très rares mentions font exception pour les XIVe-XVe siècles : Bresc 1981, spéc. p. 348, n. 24. (...)

147On a vu qu’avant le milieu du XVe siècle rien ou quasiment n’est rapporté sur les vertus des eaux de Cefalà321. Les textes traitant de Cefalà partagent ainsi les deux spécificités qui caractérisent ceux relatifs aux sources thermales siciliennes plus généralement, si on les rapporte à l’évolution advenue dans la péninsule italienne : ils sont précoces (on a vu que le XIIe siècle est bien loti proportionnellement) et, à la fin du Moyen Âge, ils sont rares et de nature non médicale, y compris quand les notations rapportées ont trait à leurs vertus curatives.

148Les choses changent avec le début de l’époque moderne : les mentions de sources se multiplient, dans des textes cataloguant les beautés insulaires ou les merveilles à forte dimension religieuse (la plupart des auteurs sont des religieux), qui visent à faire l’histoire de l’île. Si les détails sur les vertus des eaux augmentent, les précisions médicales sont toutefois réduites au minimum.

149On partira d’un cadre général sur les eaux thermales siciliennes à la fin du Moyen Âge, avant de s’intéresser plus spécifiquement à Cefalà. Même si on aura recours à certains textes édités datant de la fin de la période médiévale, l’enquête n’a pas été étendue systématiquement aux documents conservés dans les archives siciliennes pour les XIVe et XVe siècles.

1.3.1 Les eaux thermales siciliennes dans les textes savants de la fin du Moyen Âge

  • 322 Ainsi par exemple dans l’ouvrage, d’un genre différent, de Pietro da Eboli (Pietro da Eboli 1962 et (...)
  • 323 On rappellera simplement le De balneis siculis attribué à GianGiacomo Adria (v. 1485-1560) et qui n (...)
  • 324 Park 1999.

150Entre le XIIe et le XVe siècle, le silence des textes savants (si l’on exclut la compilation d’al-Himyarī) est complet. La Sicile est sortie de l’espace islamique, certes, mais les sources thermales insulaires n’apparaissent pas dans les traités médicaux italiens plus tardifs consacrés au sujet322, si l’on excepte des mentions générales. Cette absence reflète la méconnaissance de l’île par les lettrés non siciliens, mais aussi le fait que ces derniers ne peuvent s’appuyer sur des textes locaux dont ils compileraient les informations. Or, plus qu’un manque d’intérêt insulaire pour cet argument, l’absence de traités siciliens323 sur la question reflète plus généralement le fait qu’il n’existe pas de littérature médicale régionale, probablement parce que font défaut les structures universitaires présentes ailleurs. Le genre de la description des eaux thermales, qui prend son essor au milieu du XIVe siècle, se limite en effet à l’Italie du Centre-Nord ; la Sicile fait donc figure de parent pauvre, y compris comparée au reste de l’Italie méridionale324.

  • 325 Bologne, 1493.
  • 326 F° 29, recto
  • 327 Ibid.
  • 328 Ibid.
  • 329 Pour les citations, nous renvoyons à Bagnera-Nef 2007, p. 271-272, notes 34, 35 et 36.

151Les eaux thermales insulaires ne sortent de l’ombre que grâce à deux auteurs. Michel Savonarole a composé un traité médical sur le sujet, le De balneis et thermis naturalibus omnibus Italiae sicque totius orbis proprietatibusque earum (1448)325, qui prétend à l’exhaustivité, bien que sa moisson sicilienne demeure limitée. Il y mentionne quelques bains par leur nom : ceux de Sciacca qu’il décrit abondamment en utilisant une source non identifiée et en mêlant éléments religieux (très rares dans ce traité), description mythique inspirée des bains de Pouzzoles et informations sur la séparation des hommes, des femmes et des animaux326 ; ceux de Calathamet et leurs aménagements327, et enfin ceux de Termini, en passant328. Tous sont rangés dans la catégorie des bains sulfureux329. Cette compilation reflète la minceur de la littérature antérieure sur le sujet et s’inspire essentiellement de sources antiques.

  • 330 Pour la portée et la nouveauté de son œuvre : Allegro 2003.
  • 331 La première édition date de 1558, mais elle est corrigée en 1560 et 1568 par l’auteur.
  • 332 Cf. Fazello 1990, I, p. 103 et citation dans Bagnera-Nef 2007, p. 273, note 39.
  • 333 Un chapitre est consacré aux bains de la ville de Sciacca. Il s’agit de sources essentiellement sul (...)
  • 334 La source de Calathameth est décrite, ibid., I, p. 346. Bagnera-Nef 2007, p. 273, note 41.
  • 335 La mention des bains de Cefalà est rapide : « Questo fiume (Fiume di Ponte Rotto) ha il suo princip (...)
  • 336 Ibid., p. 317.

152Le véritable changement intervient avec Tommaso Fazello (1498-1570). Cet érudit sicilien est l’auteur d’une monographie régionale qui vise à relater l’histoire de l’île et à en présenter les lieux et monuments dignes d’intérêt. Il ne s’agit donc pas d’un traité sur les eaux thermales. Rédigé au cours de la première moitié du XVIe siècle330, son De rebus Siculis decades duae, une somme sur la Sicile qui combine la compilation de textes antiques et l’autopsie331, s’articule en deux parties, l’une topographique, l’autre historique. Il évoque ainsi quelques bains, de manière plus sûre que ce n’était le cas jusque-là. Il les répartit dans plusieurs chapitres : les premiers relèvent des « merveilles de la Sicile »332 et sont cités parmi des sources aux effets extraordinaires mais non curatifs, tandis que d’autres sont mentionnés au gré du parcours systématique de l’île que retrace l’auteur : Sciacca333, Ségeste334 et Cefalà335. La description gagne en précision, même si une place est encore faite au légendaire, aux informations provenant d’auteurs classiques et aux traditions religieuses locales. Ainsi les sources voisines de Sciacca sont qualifiées de « merveilles de la nature » et leurs propriétés sont expliquées en faisant appel à Aristote, Avicenne et Albert le Grand336.

  • 337 « In territorio di Palermo, di Sciacca, di Eloro e in parecchi altri ci sono oggi sorgenti alle qua (...)
  • 338 Bresc 1981, p. 348, n. 24.

153Le nom de « Buyuto » (bevuto ou buhutum dans la documentation d’archives) que Tommaso Fazello donne à plusieurs sources et qu’il fait dériver du « sarrazin » est intéressant337. Le terme dérive en effet peut-être de baht (« pur »), qui peut aussi bien qualifier l’eau338 que renvoyer à son effet « purifiant », mais qui est associé avant tout ici à un effet lié à son ingestion. Sans que l’on puisse aller beaucoup plus loin, l’utilisation d’un terme générique suggère qu’un certain nombre de sources curatives étaient connues pour leurs vertus et avaient donné naissance à un vocable régional. Cette particularité lexicale renvoie à la distinction entre sources dont l’effet curatif est lié à l’immersion et celles dont les vertus médicales se manifestent par l’ingestion. En al-Andalus, seules les premières sont désignées comme des hamma/s, même si les sources thérapeutiques où l’on boit surtout sont mentionnées par les géographes. En Sicile, la distinction pourrait donc avoir été rendue durablement par deux vocables distincts.

1.3.2 Les vertus médicales des eaux de Cefalà dans la littérature sicilienne moderne et contemporaine

  • 339 Arezzo 1537, p. VII : a Panormo haud longe fundus (hodie feudum a fide dictum) cui Cifala nomen ost (...)

154Le premier Sicilien à évoquer Cefalà de ce point de vue n’est toutefois pas Tommaso Fazello, mais Claudio Mario Arezzo (fin XVe siècle ?-ap. 1575), polygraphe syracusain, chroniqueur impérial et auteur du bref (une quarantaine de pages) De Situ Siciliae Insulae, paru en 1537 à Palerme et qui connut un certain succès. Ce texte, qui s’inspire largement des auteurs antiques et dont la partie la plus originale concerne les ressources hydrographiques, évoque, à la suite de plusieurs localités du Palermitain, l’eau de Cefalà pour ses vertus curatives339.

  • 340 Ainsi Athanasius Kircher ne les nomme pas dans son Mundus subterraneus in XII libros digestus, Amst (...)
  • 341 Cimarelli 1655.
  • 342 Ibid. chap. 15, f° 133 et 134 : « Il fonte caldo dal solfo derivante, il calor di esso, e la virtù (...)

155Les bains de Cefalà ne sont toutefois quasiment pas connus hors de la Sicile pour leurs qualités médicales340. On trouve néanmoins une mention relativement développée des bains de Cefalà dans les Risoluzioni filosofiche341 de Vincenzo Maria Cimarelli (1585-1662), un inquisiteur dominicain originaire des Marches. Il est probable que son appartenance à l’ordre dominicain, point commun avec Tommaso Fazello, porta à sa connaissance l’ouvrage de ce dernier dont il explicite en quelque sorte la mention de Cefalà342, même si ce développement paraît plus théorique que basé sur des informations de première main.

  • 343 Dans son ouvrage posthume intitulé Vitae sanctorum siculorum : Gaetani 1657, II, p. 184-199.
  • 344 P. 196, col. 1 et 2, chap. 23 Quod S. Angelus mundavit 7 leprosos et sanavit archiepiscopum panormi (...)

156Le jésuite syracusain Ottavio Gaetani (1566-1620), qui consacra toute son activité à l’histoire de la première église sicilienne, rapporte quant à lui des informations sur Cefalà tirées de la Vita Sancti Angeli martyris scriptore Enoch patriarcha Hierololymit.343. Un des épisodes de cette hagiographie relate un miracle advenu aux Bains de Cefalà dans la première moitié du XIIIe siècle344. Sept lépreux voulaient en effet accéder aux bains (Balnea Ciphalii) pour se soigner, mais s’en virent refuser l’accès par le gardien. Le saint les invita alors à se repentir de leurs péchés plutôt que d’espérer dans les vertus de la source, mais il les lava tout de même avec l’eau d’une source proche (quos Angelus proximi fontis aqua, propriis manibus lavat). Faut-il entendre « proche des Bains » mais extérieure à ceux-ci ? Il est donc clair qu’à cette époque les bains de Cefalà jouissaient d’une certaine renommée ; en outre, les modalités d’accès à l’eau pourraient avoir été alors variées.

  • 345 Chap. XXIX : Siculorum animis sacris baptismatis aqua lustratis, Thermae etiam Siculae, pulsis daem (...)
  • 346 Gaetani 1707, p. 209.

157Les infatigables recherches de l’auteur ont donné naissance à un autre ouvrage publié bien après sa mort, l’Isagoge ad historiam sacram siculam, paru en 1707 à Palerme. Il y consacre un chapitre à combattre les superstitions liées aux sources thermales en en expliquant le fonctionnement et en en retraçant l’histoire depuis l’Antiquité345. Il cite, en passant, Cefalà, entre les bains d’Entella et Syracuse, mais l’allusion est fort rapide (imaque valle sub collem, cui Cephala nomen, ultra Panormum, ad meridiem346).

  • 347 Maja s. d., p. 180.
  • 348 Maja s. d., p. 207.

158En 1681 ou 1682, Francesco Ambrogio Maja consacre dans sa Sicilia passeggiata un chapitre aux « fonti grandi, belli e meravigliosi dell’isola di Sicilia », dans lequel il cite les bains du « castello di Cifola », sans précision sur l’eau347. Il les cite à nouveau dans le chapitre intitulé « D’alcune cose meravigliose e notabili dell’isola Sicilia », comme la cinquième merveille insulaire. Après avoir cité les bains de Termini et de Sciacca, l’auteur ajoute dans une présentation pour le moins « synthétique »« cosi ancora sono l’acque Segestane (o, per dire più chiaro, di Cefalà), bagni di S. Angelo martire carmelitano con un casale di poche case chiamato Villafrate », précisant plus loin qu’elles sont peu salées. Il ajoute un élément semi-légendaire selon lequel : « qui solo riferisco quello che si lagnano gli popoli, che havendo S. Angelo fatto le sedie nel bagno con l’iscritioni dell’infermità che in dette sedie si doveano guarire, gli medici di quel tempo le guastarono per havere gl’infermi bisogno d’essi e non sanare per lo miraculo del Santo Martire348 ».

  • 349 Massa 1709, p. 140.
  • 350 Sous les cotes XI C3 1-2 et XI C4 1-2.
  • 351 XI C4 1, f° 71 v.

159Jésuite comme Ottavio Gaetani et curateur de l’Isagoge, Andrea Massa (1653-1708) est l’auteur d’un ouvrage posthume paru peu après cette date, bien qu’il ait vécu quasiment un siècle plus tard, La Sicilia in prospettiva (Palerme, 1709). Les deux volumes dont il avait préparé l’édition sont organisés par sections classées alphabétiquement. La première partie, intitulée Il Mongibello e gli altri monti, caverne, promontorii, liti, porti, seni, golfi, fiumi e torrenti della Sicilia, consacre quelques lignes à Cefalà : « Colle al dire di Fazello di nome moresco, o più tosto di origine greca per somigliare la testa che in quell’idioma si dice kephalis. Su questo colle sta edificata la terra Cefalà, e nelle sue radici nascono bagni salutari349 ». La deuxième partie est consacrée à Città, castella, terre e luoghi esistenti e non esistenti in Sicilia, la topografia littorale, li scogli, isole e penisole intorno ad essa et reprend, au sujet de Cefalà, grosso modo la même notice avec quelques références historiques en plus et la mention des bains en moins (p. 204- 205). Dans les matériaux manuscrits inédits qui auraient dû confluer dans un troisième volume annoncé sous le titre Le prerogative naturali, artificiali, politiche, profane e sacre della Sicilia et qui sont conservés à la Biblioteca Regionale di Palermo350, on trouve quantité de notations sur les vertus curatives des eaux siciliennes. Le passage sur Cefalà est fort bref et se contente de rappeler les textes antérieurs qui l’évoquent : Fazello et l’hagiographie de Sant’Angelo351.

  • 352 Ibid., p. 249-279.
  • 353 Cefalà est traité aux p. 258-259.
  • 354 Cf. dans ce volume, A. Nef, Les bains de Cefalà.

160Antonino Mongitore (1663-1743), chanoine de la cathédrale de Palerme et polygraphe de grande réputation, intitula le livre 5 de son Della Sicilia ricercata nelle cose più memorabili (Palerme, 1743), « Delle cose memorabili nell’Acque di Sicilia » et le chapitre 14 « De’ bagni ed acque minerali di Sicilia », lesquels sont décrits tour à tour en suivant l’ordre alphabétique352. Il opère entre ces eaux une distinction entre « bagni naturali » et « bagni artificiali », Cefalà relevant des premiers353. S’appuyant sur les dires d’un certain Rosario Salpestra, pas autrement identifié, l’auteur avance quelques détails supplémentaires, dont deux sont importants, même s’ils sont tardifs, parce qu’on peut supposer qu’ils remontent dans le temps. La première information concerne moins les maladies soignées par l’eau de Cefalà, dont la plupart sont connues – maladies de peau, telles la gale et la lèpre ; les ulcères – ou apparaissent tardivement – douleurs articulaires – que les modalités de la cure. L’immersion va de pair avec l’existence de bains, mais l’informateur d’Antonino Mongitore précise que l’eau se boit et que son ingestion a guéri de très nombreuses personnes. Il ajoute également, ce qui renvoie à la polyfonctionnalité de ce type de sources telle qu’elle apparaît dès la plus haute époque354, que l’eau étant bonne au goût, on la laisse par ailleurs refroidir pour la boire et éventuellement couper le vin avec.

161La deuxième information de taille concerne l’agencement de l’espace interne dans cette première moitié du XVIIIe siècle :

Son questi bagni ripartiti in due luoghi distinti, un per gli uomini, altro per le donne, sotto una volta di fabbrica ben massiccia. Il vuoto del primo è lungo canne 5.2, lungo [err. pour largo] canne 2.7, alto palmi 7. Il secondo lungo e largo canne 2, alto palmi 4 e mezzo.

  • 355 Une canna mesure environ 2 m, tandis qu’un palmo mesure environ 0,26 m.
  • 356 Cf., dans ce volume, A. Bagnera, I bagni et R. Di Liberto, L’edificio.

162Deux vasques sont donc décrites même si la modalité de séparation entre les deux espaces, qui répond à une distinction entre les sexes, n’est pas précisée. La première, réservée aux hommes, mesure 10,40 m × 5,40 m355 et a une profondeur de 1,80 m environ ; la seconde, réservée aux femmes, mesure 4 m × 4 m et se voit attribuer une profondeur de 1,20 m environ. Cette répartition reflète probablement le fait que les hommes fréquentaient en plus grand nombre les bains, mais pose également la question de la localisation dans l’espace de ces deux vasques. Ce passage suggère en effet, si on le met en relation avec le plan des bains et ses évolutions dans le temps356, que l’aménagement le plus proche de la source, et donc le plus chaud, était réservé aux femmes, tandis que la vasque unique de l’autre côté du mur aux trois arcs était encore en usage et ne fut divisée en trois qu’après cette date.

  • 357 Lesnes-Maurici 1993, p. 247-248.

163La longue notice d’Antonino Mongitore se termine enfin sur une dernière mention importante pour l’histoire du complexe monumental. Il affirme en effet que l’actuel propriétaire, le duc de Cefalà, désire restaurer « le fabbriche dell’antichissimo edificio, avanzo di una vecchia, e sontuosa magnificenza ». On peut s’interroger sur les conséquences de cette volonté dans l’évolution de l’édifice thermal, qui est clairement contemporaine de la fondation de Cefalà Diana, advenue en 1748357.

  • 358 Villabianca 1754, II, p. 171-172 pour les bains ; pour l’histoire de la baronnie de Cefalà, p. 171- (...)
  • 359 Il l’attribue d’ailleurs à Mongitore.
  • 360 Demeure toutefois une incertitude, dans la mesure où pour appuyer ses dires, l’auteur renvoie au pa (...)

164En 1754, dans son Della Sicilia Nobile358, le marquis de Villabianca (1720-1802), érudit plaermitain, reprend dans ces grandes lignes cette description359 en y ajoutant des éléments venant des différentes sources passées ici en revue et de documents désormais connus. Enfin, selon lui, le duc de Cefalà aurait à cette date effectué les travaux qu’il envisageait360.

  • 361 Traduit et complété par G. di Marzo en 1855-1856.

165Le célèbre bénédictin catanais Vito Maria Amico (1697-1762), quant à lui, décrit les bains dans ce qui est connu grâce à la traduction de Gioacchino di Marzo comme son Dizionario topografico della Sicilia361. À l’entrée ‘Bagni di Cefalà’, après avoir repris la mention des trois sources, il précise qu’elles se mêlent :

  • 362 Ibid., I, p. 123.

in una casa a volte, efficacissimi per esperimento, alla cura delle malatie cutanee principalmente ; non mandano queste acque alcun odore di zolfo, ne se ne ha sapore alcuno, conservate per alcune ore raffreddano, divengono buone a beversi e purgano il ventre. Il bagno si ha tre sedi, ed in giro delle nicchie a produre il sudore (volgarmente sudatoi), cui attacansi delle commode stanze da poco costruite ; non si ha menzione presso gli Antichi dell’uso di queste acque, pure una iscrizione in grandi punici caratteri del tempo dei Sarraceni, dai quali dicesi fabbricato il castello di Cefalà, posta nell’estremità di esso, creduta oggi illeggibile, dichiarava essere state quelle acque copiose. Per alquanto tempo svanirono, poi sgorgaron di nuovo. Nella sommità della rupe e nella roccia, dicono essere un sotteraneo con bagno, dove ai nostri tempi nessuno ha penetrato362.

166Au-delà de la dimension finale fantastique, l’auteur mentionne lui aussi l’ingestion de l’eau et, pour la première fois, l’inscription. Enfin, sa mention de travaux permet d’attribuer la tripartition des vasques au duc de Cefalà et de la dater entre 1743, moment où ils sont annoncés par Antonino Mongitore, et 1757, date de parution du texte de Vito Amico.

  • 363 Palerme, 1790 ; rééd. dans Gregorio 1873, p. 662-840.
  • 364 Ibid., p. 662.
  • 365 Ibid., p. 662-663.
  • 366 Ibid., p. 737-738.
  • 367 Ibid., p. 737.

167La description suivante est celle de Rosario Gregorio (1753-1809), le premier auteur dont le témoignage autoptique est assuré. Laissant ici de côté ses observations sur l’inscription qui motivèrent essentiellement son déplacement, arrêtons-nous sur les considérations qu’il consacre au contexte de ces bains et à leur agencement. Dans ses Discorsi intorno alla Sicilia363, il mentionne dès l’introduction générale (« Soggetti geografici », 1. Breve storia della Sicilia) les eaux thermales qui sont une des caractéristiques de la Sicile (« Le acque, che la inaffiano, sono assai salubri, e massimamente le minerali »364), et cite Ali, Sciacca, Sélinunte, Termini, Thermae Imerenses et Castello a mare (Aquas Egestanas, sic)365. Il consacre ensuite, dans la partie dédiée à la « Storia », le chapitre XI à « [L’]uso in Sicilia dei pubblici bagni »366, d’où il ressort que la pratique des bains fut introduite dans l’Antiquité, se poursuivit sous les Sarrazins, et que l’intérêt des souverains pour celle-ci se maintint jusqu’aux Aragonais. Dans le passage où il précise le contexte islamique, il distingue une motivation qui tient aux prescriptions légales et aux ablutions367, d’autres usages. C’est à cette occasion qu’il traite de Cefalà et le passage mérite d’être cité en entier :

Ma ciò non ostante, havvi ancora de’ monumenti, onde è chiaro, che dagli Arabi siciliani furono adoperati i bagni per altri usi, ed oltra le pratiche di religione. Et primieramente egli è indubitato, che il conte Ruggieri trattò assai duramente i Saraceni : la qual cosa volendo annunziare uno storico arabo, scrive, che il conte ad essi non permise nè forni, nè mulini, nè bagni : oltracciò si veggon tuttora simiglianti magnifici edifizii, che all’anzidetta epoca debbono riferirsi. Tali sono i bagni detti di Cefalù (sic) non molto della vicina popolazione discosti. Nell’alto delle muraglie, e intorno a tutto l’edifizio, havvi incisa una iscrizione cufica, i cui caratteri, avvegnachè siano in grande parte logori e sconci, hanno pure elegantissime forme. E merita a questo luogo di essere particolarmente osservato, che la struttura della stanza principale del bagno è assai simigliante a quella, che dei bagni distaccati dalle palestre descrisse Vitruvio. Nel mezzo di essa havvi come una peschiera, che riceve l’acqua da diversi tubi, e in essa si scende per alcuni scalini, ed è attorniata da un ordine di balaustri, dietro i quali è una specie di corridore, che gli antichi chiamavano scuola, ove si aspettavan coloro, che prima eran discesi nel bagno. La coperta della stanza è fabbricata a volta, e il lume viene dall’alto. Nell’accennata iscrizione si legge chiaramente una parola, la quale non altrimenti suona nel nostro linguaggio che due bagni. E veramente negli anzidetti edifizii descritti da Vitruvio vi erano due stanze da bagno, una per gli uomini, e l’altra per le donne.

168Cette description combine une observation autoptique et une projection à partir de Vitruve. On pourrait penser que les deux bains renvoient à une disposition des lieux semblable à celle décrite par Antonino Mongitore quelques décennies plus tôt et qu’ils reflètent une division sexuelle des vasques. Toutefois, les fouilles archéologiques attestent que la démultiplication des arrivées d’eau, que mentionne aussi le texte, est tardive et postérieure à la tripartition de la piscine principale. Le passage final n’est donc que l’évocation d’une situation antérieure reconstituée par l’auteur.

  • 368 Gally Knight 1840, pl. V. Ce volume contient les tables qui n’ont pas été publiées en même temps qu (...)
  • 369 Gally Knight 1838. Il précise en effet qu’à la suite d’un début d’épidémie de choléra dans le royau (...)

169La tripartition des vasques est représentée pour la première fois par Henry Gally Knight en 1840368 et l’auteur, dont le témoignage est certes indirect mais détaillé369, souligne lui-même son caractère relativement récent. Après avoir précisé qu’un étage s’élève au-dessus de l’inscription, il ajoute :

  • 370 Ibid., p. 324.
  • 371 Ibid., p. 324-325.

There are now three doors of entrance but none of these are ancient. What appears to have been the only original door is now walled up. It consists of a plain pointed arch, constructed of large, thin, bricks370.
Internally, you find a spacious hall, covered with a stone vault of a considerable span, which is here and there perforated with circular apertures, to admit light and air. Three baths surrounded by a broad pavement, occupy the largest portion of the floor. The upper end is separated from the body of the hall by three pointed arches, supported by pillars with capitals. Within this space is a larger bath, which appears to have been used for plunging. The mineral stream, first conducted into the largest of the baths, successively flows into the three others, and is there carried away by subterraneaous channels371.

170Enfin, il faut également prendre en compte une note ajoutée au dictionnaire d’Amico en 1855 par Gioacchino di Marzo :

  • 372 Amico 1855, p. 123.

Non molti anni fa una frana ne rovinò in parte le fabbriche, che ora vennero rifatte con più di decenza nel luogo della sorgente, ed in modo che le acque senza far cammino sorgono della cavità della rocca dentro la prima vasca. Sono limpide, trasparenti, senza colore, e gli abitanti della contrada dopo che raffreddano servonsene anche a cucinare372.

  • 373 Cf. infra A. Bagnera, I bagni, p. 162 et suivantes et R. Di Liberto, L’edificio, p. 184 et suivante (...)

171Dans la mesure où les installations situées au niveau de la source apparaissent comme les plus anciennes373, on peut se demander si ce ne sont pas des ajouts postérieurs qui ont été ainsi détruits au milieu du XIXe siècle.

1.3.3 Conclusions

  • 374 Cette tendance est durable, même si la qualification en est changeante, de la baraka inhérente à la (...)
  • 375 Bresc 1981, p. 348 : Termini, Cefalà, Sciacca, Calathamet et Bagheria.
  • 376 Ainsi de San Giovanni à Sambuca, San Pietro à Butera et Sant’Angelo à Vizzini qui désignent des sou (...)

172La dimension religieuse des descriptions de sources thermales siciliennes établies à l’époque islamique, puis par la suite, puisque Michel Savonarole et Tommaso Fazello reprennent cet aspect, n’est pas négligeable374. La présence dans les textes hagiographiques des XIVe-XVe siècles de quelques sources dont la mention est récurrente375 va dans ce sens, tout comme l’existence d’hagiotoponymes désignant des sources thermales à partir du XIIe siècle, mais leur nombre demeure limité376. Plus nette apparaît la médicalisation théorique manquée des eaux siciliennes comparées à la situation péninsulaire : prédominent en Sicile la pratique quotidienne, les dimensions mythique, religieuse ainsi que l’héritage d’un passé qui n’est pas toujours bien identifié et qui, s’il est, chez Tommaso Fazello, arabe, ne le redeviendra ensuite qu’avec l’éclosion de l’étude de la Sicile musulmane. Tout se passe donc comme si, après la continuité des pratiques maintenue jusqu’au XIIIe siècle, une évolution radicale avait marqué les deux derniers siècles du Moyen Âge, marquant une sorte d’oubli du passé islamique.

173Au sein de ce panorama, la mention de Cefalà comme une des sources dignes d’être notées par Tommaso Fazello souligne donc sa célébrité, sans que néanmoins une raison particulière expliquant cette dernière n’apparaisse avant le XVIIIe siècle. Ses vertus curatives ne sont en effet pas très différentes de celles d’autres sources citées plus tardivement mais probablement exploitées dès une période plus haute. En revanche, l’édifice thermal n’est mentionné qu’à partir de cette date, comme s’il avait fait la notoriété du lieu, sans pour autant être jamais décrit avant une date relativement récente.

174Enfin, une lecture attentive des sources suggère que l’histoire du complexe thermal lui-même diffère de ce que l’on a pu penser jusqu’ici et que, notamment, les modifications les plus importantes de l’intérieur de l’édifice thermal datent de la première moitié du XVIIIe siècle.

Notes

1 Nous ne suivons pas l’histoire du complexe au-delà du début de l’époque moderne, mais les grands traits de l’évolution du complexe entre le XVIe siècle et le XIXe siècle sont retracés dans la synthèse conclusive de l’ouvrage.

2 On trouvera un récapitulatif des sources écrites disponibles relatives à Cefalà dans Maurici 1998, p. 75-76. D’autres publications du même auteur qui les recensent et les commentent seront citées au cours du texte.

3 Pour des considérations sur le rôle de la zone de Cefalà dans l’espace insulaire, on verra l’article de Lucia Arcifa dans ce même volume.

4 Cf. la section suivante sur ce sujet.

5 Il ne nous semble pas que la référence à un toponyme qui pourrait rappeler Cefalà dans le nom d’un témoin (Paneditos tes Kefales) dans un acte grec de 1148 (Cusa 1868, p. 482) suffise à modifier cette lecture. En effet, rien ne dit qu’il s’agit bien d’un toponyme et pas d’un surnom, ni qu’il ne s’agit pas d’un autre toponyme.

6 Il s’agit du Kitāb Gharā’ib al-funūn wa-mulah al-‘uyūn, acquis par la Bibliothèque bodléienne d’Oxford. Conservé sous la cote Ms Arab c. 90, il a été édité dans Rapoport et Savage-Smith 2014.

7 Johns 2004.

8 Ou S.f.l.y.h dans Rapoport et Savage-Smith 2014, p. 463.

9 Ibid., p. 441, n° 44.

10 Rapoport-Savage-Smith 2014, p. 2-3.

11 On verra dans Johns 2004 les erreurs introduites par l’auteur anonyme par rapport à Ibn Hawqal.

12 Pour la datation de la composition de l’œuvre idrisienne, cf. Idrīsī 1999, p. 17-19 et Nef 2010a.

13 Al-Idrīsī 1970-1976, II, p. 604 et Idrīsī 1999, p. 321-322 : « Cette localité est riante, son district est étendu, sa circonscription est grande et couverte de domaines agricoles et de centres d’exploitation. On y trouve de l’eau et des étangs en abondance, ses champs cultivés sont vastes, ses limites sont éloignées les unes des autres ».

14 Sur ce point, cf. Bagnera 2003, p. 66-67.

15 Cf. A. Bagnera, I bagni, dans ce volume.

16 Al-Idrīsī 1970-1976, II, p. 612 et Idrīsī 1999, p. 329 : « La rivière du Salso coule auprès de là, à l’orient. Elle prend sa source dans un lieu appelé Sha‘rā Nizār, qui surplombe J.f.la à un mille et demi. Elle dirige ensuite son cours vers le midi, passe en face de J.f.la, à un mille ; atteint les Bains (al-hamma), puis le domaine agricole nommé Hurraia (H.rāqa), qu’elle laisse à droite à la distance d’un jet de pierre et qui est à six milles des Bains (al-hamma) ». Cette double mention a entraîné une erreur dans la traduction du texte que nous avons donnée avec Henri Bresc, ibid., p. 321-324 : lire Cefalà au lieu de Gangi.

17 Pour de semblables erreurs qui tiennent au travail « par fiches » d’al-Idrīsī, cf. ibid., p. 26-27.

18 Ce point est controversé : Nef 2010a (p. 63-65) doute de cette attribution et voit dans un titre proche celui d’un recueil de poésies du même al-Idrīsī ; la plupart des commentateurs continuent de penser que le Uns al-Muhāj, appelé aussi « Petit Idrisi », est une version revue en profondeur par son auteur du Kitāb al-Nuzhat. Cf., en dernier lieu, Ducène 2010.

19 Je tiens à remercier Jean-Charles Ducène qui a vérifié pour moi à partir d’une reproduction du manuscrit à sa disposition l’absence de cette mention.

20 Au sujet des bains et hammām/s en Sicile, cf. Sciascia, 2007. Rappelons que les seuls hammām/s attestés archéologiquement en Sicile sont ceux de la Zisa à Palerme, d’Entella, de Maredolce, mais qui est documenté tardivement (Barbera-Boschiero-Latini, 2015, p. 107).

21 Cf., en dernier lieu, Cressier 2002, p. 41 et Bagnera 2003, p. 37-39.

22 Cf. Nicoud 2007 ; Koetschet 2014 et Denoix 2014.

23 Cressier 2006.

24 Ibid., p. 51-53.

25 Cf. Nef 2011, p. 179-185.

26 Nous ne revenons pas ici sur les références à Cefalà abordées plus haut.

27 Cet élargissement au XIVe siècle tient au fait qu’al-Himyarī est un auteur qui s’inspire d’al-Idrīsī.

28 L’expression « eau thermale » est ambigüe en français ; nous l’utilisons dans le sens générique d’« eau aux vertus curatives », de manière à dresser un tableau aussi complet que possible.

29 Il s’agit d’un toponyme présent sur la carte et situé à proximité de grottes du même nom : le nom de la source signifie « qui guérit » ou « qui a été guéri » ; l’origine peut en être variée, mais il pourrait s’agir de la fossilisation d’un terme renvoyant aux vertus de l’eau. La proximité de grottes, également représentées sur la carte, renforce cette hypothèse, sans pour autant l’asseoir définitivement.

30 « La Source de la Santé ».

31 Le géographe ne souligne pas les vertus de la source, cf. infra, mais le nom-même de cette dernière suggère que dès le Xe siècle, elle était peut-être utilisée pour ses qualités curatives.

32 Al-Harawī 1957, p. 126 : « En Sicile, alors que j’étais venu, malade, dans la mosquée de ‘Ayn al-Shifā (« Source de la Santé »), source que l’on visite, et y avais recouvré la santé par la grâce de Dieu, je rencontrai […] » ; texte arabe : al-Harawī 1953, p. 55.

33 Al-Idrīsī 1970-1976, II, p. 602 et Idrīsī 1999, p. 320 : « Le nom de « Hāmma » (« bain thermal »), a été donné à cette forteresse parce qu’une source d’eau chaude jaillit d’une grotte voisine où l’on vient se baigner. La température de cette eau est modérée et sa saveur douce (‘adhb) et agréable (raţb). Non loin de là coulent des ruisseaux et des cours d’eau qui font tourner des moulins ».

34 Ibn Jubayr 1964, p. 307-308, trad. frse Ibn Jubayr 1995, p. 355 : « Tout près de là, nous passâmes près de la forteresse Hisn al-hamma (« Forteresse de la Source chaude »), qui est une localité importante pourvue de nombreux sources thermales. Dieu a fait jaillir cette eau des sources et l’a fait couler en ruisseaux dont la température est si élevée qu’elle est presque insupportable. Nous passâmes près de l’une de ces sources qui se trouvait sur notre chemin. Nous descendîmes de nos montures et nous nous délassâmes en nous y baignant ».

35 Les difficultés concernant l’identification de l’auteur et le fait de savoir si plusieurs auteurs successifs ont contribué à la rédaction de l’ouvrage sont abordées dans l’article de l’Encyclopédie de l’Islam consacré à al-Himyarī.

36 Sur Calathamet dans le cadre d’un panorama plus large, cf. désormais Bresc – Bresc-Bautier 2013.

37 Al-Idrīsī 1970-1976, II, p. 592 et Idrīsī 1999, p. 309 : « A l’orient de Palerme, et à une journée de distance, on trouve la forteresse de Termini […]. On y trouve aussi un bourg fortifié récent et deux très beaux bains, voisins l’un de l’autre et surmontés d’une construction antique ».

38 Ibn Jubayr 1964, p. 302, trad. frse Ibn Jubayr 1995, p. 349 : « Dans la partie basse de la ville jaillit une source chaude (hamma) qui dispense les habitants d’avoir un bain (hammām) ».

39 Al-Himyarī 1975, p. 149 ; reprend al-Idrīsī.

40 Celle d’al-Muqaddasī est nettement plus brève.

41 Ibn Hawqal 1964a, p. 116 et Ibn Hawqal 1964b, p. 121 : « Il [Abul-Husain Ahmad ibn Hasan ibn Abil-Husain] la [la porte de Ain Shifa] construisit au-dessus d’une crête dominant un cours d’eau et une source appelée Ain Shifa, et c’est d’après celle-ci que cette porte a reçu sa dénomination actuelle ». Cet émir kalbite a régné de 954 à 969, mais la date de la construction de la mosquée mentionnée par al-Harawī ne peut être précisée ultérieurement.

42 Cressier 2002, p. 44-45.

43 Caskey 1999 suggère, même si toutes les affirmations de l’auteur ne peuvent être suivies, que cet intérêt est antérieur au XIIe siècle dans la région d’Amalfi et Ravello. Il n’assume néanmoins aucune dimension médicale (Nicoud 2002).

44 Ce qui ne présume pas de l’éventualité de continuités locales entre Antiquité et Moyen-Âge, mais reflète à tout le moins la conscience qu’en ont les auteurs.

45 Il n’est pas question ici de justifier la proximité des hamma/s et des mosquées, fréquente et qui s’explique en bonne partie par l’utilisation de l’eau naturellement chaude y compris pour les ablutions rituelles, mais de rendre raison de la parcimonie d’al-Harawī concernant l’usage religieux des eaux chaudes thérapeutiques. Sur ce point l’enquête reste à mener, cf. Cressier 2002, p. 54 et cf. Ramírez Águila 1997, p. 545-554.

46 Il faut souligner qu’al-Harawī ne cite dans son traité qu’une dizaine de sources, la plupart étant liées à des épisodes bibliques ou coraniques. Seules deux sont curatives (et chaudes), dont une seulement est entourée d’un sanctuaire, le bain de Tibériade ; cf. al-Harawī 1957, p. 53.

47 Sur l’association entre hamma/s et pratiques cultuelles en al-Andalus et au Maghreb, cf. Cressier 2006, p. 196-198.

48 Vaggioli 2003, en particulier II, p. 1251-1252 et 1265.

49 Ibid. Pour d’autres exemples de ce glissement de hamma à hammām, Ramírez Águila 1997, et spéc. p. 547, à propos du Maroc.

50 P. Cressier rappelle ainsi l’évolution importante que constitue de ce point de vue la disparition des cultes antiques rendus aux divinités liées à l’eau (Cressier 2006, p. 179 et p. 196).

51 Sur cette notion, en liaison avec les eaux thermales, cf. Ramírez Águila 1997.

52 Sur la convergence de pratiques médicales structurées dans des complexes architecturaux ad hoc et de pratiques liées au plaisir du bain et sur leur continuité de la période antique jusqu’au XIe siècle au moins, on verra l’étude d’Estée Dvorjetski sur la région de la vallée du Jourdain : Dvorjetski 2007.

53 Il s’agit d’après la description (Ibn Jubayr 1964, p. 303 ; trad. française Ibn Jubayr 1995, p. 351), comme pour Qaşr Ja‘far (cf. note 49), d’un véritable ribāţ, espace fortifié, côtier, doté d’une mosquée, où sont enterrés de pieux personnages et qui inclut une source d’eau.

54 Ibn Jubayr 1964, p. 303 ; trad. frse Ibn Jubayr 1995, p. 351. Ce passage est mentionné dans Kedar 1998, p. 11, mais à propos de Tyr et Acre.

55 Nous indiquons ce mot en latin afin de le différencier d’« hôpital » que nous employons ici dans un sens plus strictement médical.

56 Sur ce point existe une abondante bibliographie, nous nous contentons de renvoyer à Agrimi – Crisciani 1995.

57 Il ne peut être question de revenir sur une bibliographie abondante ; on verra récemment : Ragab 2015, qui synthétise la bibliographie et les débats sur le sujet.

58 Ainsi de Qaşr . Şa‘d, à une parasange (environ 5,5km) à l’est de Palerme, et de Qaşr Ja‘far, à un mille (environ 1,5km) de ce dernier en direction de la capitale (Ibn Jubayr 1964, p. 303 ; trad. frse Ibn Jubayr 1995, p. 351). Notons que la mention des couvents chrétiens est étroitement liée à l’évocation de ces deux lieux.

59 Sur la polyfonctionnalité des ribāţ-s, cf. Cressier 2004 et sur celle des fundūq/s, Constable 2003 ; l’auteur souligne que dans les fundūq/s, on accueille en Orient également les voyageurs pauvres et, parfois, les malades pauvres pour les soigner (Constable 2003, p. 83-85).

60 Outre, les deux exemples cités qui servent également de lieux de repos pour les voyageurs et sont dotés d’une source, on rappellera l’évocation par Ibn Hawqal deux siècles plus tôt d’une île aux multiples ribāţ/s, décrits de manière très critique comme des lieux de débauche, mais ce faisant aussi comme des espaces offrant hospitalité et nourriture, cf. Ibn Hawqal 1964a, p. 115 et Ibn Hawqal 1964b, p. 120.

61 Ibn Jubayr décrit la fréquentation intense de la route entre Termini et Palerme, cf. Ibn Jubayr, 1964, p. 303.

62 Nous n’avons pas de preuve pour cette période, mais aux XIIIe-XIVe siècles, et aussi plus tard, les bains de Cefalà sont cités à la fois comme lieu d’immersion et comme emplacement d’une source dont on boit l’eau, entre autres pour ses vertus curatives. Cf. A. Nef, Le complexe, p. 54-56.

63 Ainsi de l’hôpital S. Maria Maddalena, qui dépend de S. Maria di Valle Giosafat (White 1984, p. 327), et de Saint Jean-Baptiste de Messine, rattaché aux Hospitaliers de l’Ordre Saint-Jean de Jérusalem. Il est difficile de suivre les premiers temps de ce développement en raison du grand nombre de faux qui parsèment les chartriers de ces ordres : Bresc-Bresc-Bautier 2013, p. 26-30 et Toomaspoeg 2001 ; pour une carte de leur implantation en Sicile, Bresc-Bresc-Bautier 2013, p. 26.

64 Cf. Toomaspoeg 2001 et 2003b.

65 Sur les Teutoniques, voir dorénavant Toomaspoeg 2003a.

66 Bresc-Bresc-Bautier 2013, p. 27.

67 Sans nous étendre sur ce point, nous nous contentons de renvoyer à Bresc-Bautier 1975 et Toomaspoeg 2003b.

68 Ainsi un hôpital, fondé par l’archevêque de Palerme, est cité, dans la traduction latine d’un texte grec qui date de 1174, comme occupant antérieur du site qui va devenir celui de la Magione des Teutoniques (Toomaspoeg 2003a, p. 26), au sein d’un quartier marqué par la présence de chrétiens de culture islamique.

69 Matteo d’Aiello fonda aussi l’hôpital de Tous-les-Saints, connu par deux bulles de 1182 et 1183, juste à l’extérieur de la Porte Sainte Agathe du Cassaro (Girgensohn 1975, p. 247), que l’on a parfois rattaché aux Hospitaliers, à tort (Toomapoeg 2001, p. 321). Or, ce personnage, au sommet de l’administration royale pendant des décennies, était un très bon connaisseur de la culture islamique et de la langue arabe (cf. Nef 2011, p. 606-607). En outre, cet hôpital, devenu par la suite l’hôpital de S. Giovanni dei Gerosolimitani (ou San Giovanni alla Guilla), était situé à proximité, ou avait comme annexe, le balneum de Guidda. Je remercie E. Pezzini de m’avoir rappelé ce dernier élément.

70 Ainsi celui, sans nom, mais situé dans le vallon d’al-Qayrūz, auquel Guillaume II et Marguerite font une donation en 1169, aurait été localisé, assez logiquement, sur la route entre Palerme et Termini (Johns 2002, p. 311, doc. 38). Il se voit offrir le casal de ‘Ayn al-Layān (« la source d’al-Layân », terme qui renvoie à l’idée de douceur, mais aussi de ce qui est émolient, astringent, etc. : une source aux vertus curatives ?). Le second est celui de Sainte Agnès, dans le territoire de l’archevêché de Monreale décrit en latin et en arabe en 1182 (Cusa 1868, p. 197 et 235) : Divisa terrarum hospitalis Sancte Agnes. Incipit a fonte magno qui vocatur fons Santagni, …). L’hôpital, situé sur la route qui va de Corleone à Palerme, localisé près de l’actuel Santa Agata, est donc à proximité d’une source importante qui porte le même nom que ce dernier… Notons enfin que, sans prendre ici position sur la question de l’identification du lieu de villégiature normand de Maredolce avec Qaşr Ja‘far, le premier est confié en 1328 aux chevaliers Teutoniques et est transformé en hôpital où « soleano dare gli bagni e le stufe agli ammalati », comme l’écrit Francesco Ambrogio Maja vers 1681 (Maja s.d., p. 151 ; pour un dessin tardif, cf. Barbera – Boschiero – Latini 2015, p. 107). Je remercie Adalgisa De Simone d’avoir attiré mon attention sur ce passage. On constate donc que les sources localisées à proximité de routes importantes, y compris au sein d’un lieu de villégiature, sont parfois mises à profit médicalement.

71 Des exemples aux notes 63 et 68-70 soulignent le rôle des Teutoniques, et plus largement des ordres liés à la Terre Sainte, dans la mise en valeur des lieux caractérisés par leur passé normand et leur dimension islamique (ils gérèrent également S. Giovanni dei Lebbrosi).

72 Celles évoquées par Ibn Jubayr le sont.

73 Pour les détails, voir la note 69.

74 P. Crone rappelle, dans Crone 2004, que parmi les devoirs du calife figure le fait de fournir un encadrement hospitalier à ses sujets et de veiller à leur santé (p. 309-312) ; cf. EI2, au terme bimaristan. Sur la gratuité de l’accès aux structures de mises en valeur des eaux thermales et leur possible statut de waqf en al-Andalus et au Maghreb, cf. Cressier 2002, p. 48 et 2006, p. 196.

75 Que peut renforcer l’intérêt connu de la dynastie des Hauteville pour l’apport de la médecine islamique, ainsi que le confirme le rôle prêté à Robert Guiscard dans les traductions réalisées par Constantin l’Africain. Cf. Micheau 2000, p. 402.

76 Cf. A. Bagnera, I bagni.

77 Cf. R. Di Liberto, L’edificio.

78 Cf. R. Di Liberto et R. Giunta, Il fregio.

79 Parmi les bains thermaux cités dans les sources médiévales, on ne conserve aujourd’hui que bien peu de structures du seul « Bagno delle Donne » à Termini Imerese, qui présentait des éléments communs avec les bains de Cefalà. Cf. Bagnera 2003, n. 10.

80 Cf. A. Bagnera, p. 145-148.

81 Collura 1961, doc. 2, p. 7-18 et Becker 1993, p. 152-155.

82 Collura 1961, doc. 5, p. 21-24 : dans les deux cas, sont évoquées les divisiones Cefale, sans que le toponyme soit autrement qualifié.

83 Pergamena 110 du chartrier, édition Bresc 1995, doc. 1, p. 89-92. L’acte s’est retrouvé dans ce chartrier parce que la Magione, siège de l’ordre teutonique en Sicile, s’est installée sur un lieu de culte antérieur qui s’était lui-même développé dans un milieu chrétien et arabophone (cf., sur ce point, Mandalà 2009, p. 207- 211 et note 68, supra) et avait probablement acquis ou reçu cette terre en donation. Rappelons, en outre, que la Magione est dotée à partir du XIIIe siècle de terres situées sur le territoire de Cefalà par le souverain : il s’agit du casal de Miserella ou Risalaimi. Nous verrons plus loin que les relations entre l’ordre et la famille des Abbatellis, barons de Cefalà, étaient également étroites.

84 Ibid., p. 90.

85 PA, IGM, f° 259 IV N.O., Ventimiglia di Sicilia.

86 Bresc 1995. Pour une hypothèse quant à l’origine de telles propriétés, cf. l’article de Lucia Arcifa dans ce même volume.

87 White 1984, p. 393.

88 Cf. D’Angelo et alii 1969 et Maurici 1983.

89 Cf. Maurici 1983.

90 Cf. chapitre de Roberta Giunta infra.

91 Comme il tait l’existence du complexe de Maredolce, autre construction d’époque rogérienne.

92 Cusa 1868, p. 182.

93 Édité dans Collura 1961, p. 299-310.

94 L’accord prit probablement la forme de deux accords successifs. Nous avons conservé l’acte de 1182 par lequel Bartolomeus, évêque d’Agrigente, concède les châteaux de Corleone, Battallaro et Bisacquino à celui de Monreale.

95 Cf. supra, p. 10.

96 L’original a disparu. Nous ne nous étendons pas sur les difficultés que posent les diplômes frédériciens en faveur de l’Ordre teutonique, cf. Toomaspoeg 2003, p. 36 et svtes.

97 Collura 1961, doc. 66, p. 128-130, spéc. p. 129 : Cephalam, Misiliusufu, Phitaliam et Cutemam casalia cum pertinenciis eorum Agrigentina diocesis comprehendit . On peut se demander en effet si le terme « casal » renvoie à chacun des toponymes ou bien s’il s’agit d’un collectif peu précis, sans même évoquer la question du sens du terme casal : cf. Nef 2011, p. 408 et suivantes.

98 Collura 1961, p. 120 et svtes.

99 Ce tenimentum était fort vaste, comme al-Idrīsī le précise dans son œuvre géographique et comme le rappelle F. Maurici dans Lesnes-Maurici 1993, p. 235-236.

100 Certos terminos finium tenimenti hospitalis ecclesie sue Sancti Laurentii, site in tenimento Ciphale, Collura 1961, p. 121.

101 Goffredus notarii Michaelis, civis Panormi, imperialis cappelle Panormi clericus, ibid., p. 121.

102 Ad imperialem doanam accedens, supplicavit nobis ut, quia certos terminos finium tenimenti hospitalis ecclesie sue Sancti Laurentii, site in tenimento Chiphale quam tenet et possidet in beneficium ab Ecclesia Agrigentina, ignorat…

103 Nous indiquerons ci-dessous pour chaque toponyme le sens des termes arabes.

104 « Le vallon connu comme celui des réservoirs (ou des bassins) » : l’expression suggère que cette désignation renvoie à une réalité ainsi décrite indirectement.

105 De la racine j.b.r. : « être puissant », « être grand ».

106 « Le ? de la disa » : « dīs » désigne en arabe un type de graminée, les ampelodesmes, originaire du sud de la Méditerranée, mais que l’on retrouve en Sicile sous le nom sicilien de disa, et qui peut être utilisé pour fabriquer des objets, notamment des cordes (Bresc – Bresc-Bautier 2013). La consultation du document et la présence de points diacritiques suscrits, laisse à penser que le mot était prononcé dīsh localement. Cette végétation caractérise aujourd’hui encore le Monte Chiarastella, cf. le texte de M. Sarà infra.

107 « Qui est appelé Papillon ».

108 L’expression arabe renvoie à une caractéristique du chemin suivi et non à un toponyme.

109 Ibid.

110 Collura 1961, p. 122.

111 Lesnes-Maurici 1993, p. 236. Il faut toutefois renoncer à identifier les « balatas » à Balatelle.

112 Cf. Arcifa-Nef 2008.

113 Pour tout ce développement, nous renvoyons à la pl. 6, où les limites de ce tenimentum ont été grossièrement positionnées.

114 Comme le relevait déjà F. Maurici.

115 Sur ce point et son importance, cf. l’article de Lucia Arcifa dans ce même volume.

116 Édité dans Collura 1961, p. 299-310.

117 Cf. l’introduction à Collura 1961.

118 Quarta prebenda fuit de Cephala et tenimento suo, preter ecclesiam Sancte Marie et hospitale vie Panormi ; Cifala vero commutata fuit ad opus episcopi pro mensa clericorum pro quingentis tarenis de Busagino, scilicet de excambio Montis Regalis (p. 303).

119 Duoedecima prebenda fuit instituta de camera pro auctoritate legis ; sacerdotes dabunt decimam decime. Postea fuit instituta alia prebenda de quatuor baronibus Sacce ; de tarenis excambi Montis Regalis facte sunt prebende, et deleta fuit prebenda Cephale et remanserunt quatuordecim. Quatuordecim canonicos debet habere Ecclesia Agrigentina et non amplius (p. 304).

120 Hospitale Cephale, quod habet duo molendina in flumine Misilmini, beneficium. Ecclesia Sancte Marie de Cephala, cum villanis, terris et bestiis, beneficium (p. 305).

121 Lesnes-Maurici 1993, p. 236.

122 Cf. Sur ce personnage, cf. en dernier lieu Bresc 2000, p. 79-92 et particulièrement p. 90-91.

123 Cf. note 102.

124 Cf. Bresc 2000.

125 C’est ce que confirment les données archéologiques : cf. A. Bagnera, I bagni, p. 170-172.

126 Nef 2011, p. 456-458. De ce point de vue, le rôle joué par les évêques à la cour et même au sein du conseil des familiares du souverain, ne laisse guère de doute.

127 On verra sur ce point précis : Mandalà 2009, p. 204-207 et Delle Donne 2003.

128 Les Rationes decimarum de Sicile mentionne une église S. Maria de Sifala en 1308, mais la forme de ce nom fait douter de l’identité de cette dernière avec l’église du XIIIe siècle (Rationes decimarum, 1944, p. 104).

129 Archivio di Stato di Palermo, abrégé désormais A.S.P., Notai Defunti, Giovanni Traverso, 793, au 16 octobre 1459.

130 Cf., par exemple, Catalioto 1995.

131 Cf. l’Annexe 3 sur la documentation numismatique.

132 Nous passons sous silence le document invoqué par M. Amari concernant une réinféodation du casal de Chifala par Charles II d’Anjou en 1299 car le document est aujourd’hui perdu et la mesure dut être assez virtuelle. Cf. Maurici 1983, p. 78.

133 Pour toute cette période, on se référera à Bresc-D’Angelo 1972 et Maurici 1985.

134 Sur les Abate et l’histoire de leur patrimoine, on verra Sciascia 1993, p. 109-160. Sur Nicola (I) Abate, cf. Marrone 2006, p. 17-19.

135 Longtemps daté de 1296, ce document controversé est désormais considéré comme une élaboration plus tardive, cf. Corrao 1991, p. 42 (avec la bibliographie relative à la question). On verra désormais le travail d’Antonino Marrone qui confronte les données des manuscrits de ce quaternus aux informations disponibles par ailleurs dans Marrone 2006 et le date de 1335, p. 7.

136 Corrao 1991, p. 143-44.

137 A.S.P., Spezzoni notarili, 10N, f° 9 r-v.

138 A.S.P., Notai Defunti, Giovanni Traverso, 793, au 5 février 1460, f° 226 r et v. Pour F. Maurici, le feudu de Cefalà (« Chifala lu vechu ») est situé sur le Mont Chiarastella.

139 A.S.P., Notai Defunti, Enrico de Citella, I, 79, f° 188v et ACFUP 1993, doc. 64.

140 Sur Nicola (II) Abate, cf. Marrone 2006, p. 20.

141 A.S.P., Protonotaro del Regno, 1, f° 41v.

142 Corrao 1991, p. 158 et Marrone 2006, p. 139- 141.

143 Cf. Sciascia 1993.

144 Starraba 1884.

145 Cosentino 1885, p. 423, et Lesnes-Maurici 1995, p. 237-238.

146 F. Maurici a fait le point sur cette question dans Lesnes-Maurici 1993, p. 237-239. Ce dernier penche en faveur du château actuel en raison de la datation antérieure de la céramique présente sur le Monte Chiarastella.

147 Barberi 1888, III, p. 88-89.

148 Sur Giovanni (III) Chiaromonte, cf. Marrone 2006, p. 139-141.

149 Cette vente s’explique par les sommes que Federico de Federico, longtemps trésorier de Manfredi Chiaromonte, avait procurées au cours du temps à ce dernier dont les difficultés financières étaient constantes (Sardina 2003, p. 153). Sur Federico de Federico, cf. Marrone 2006, p. 178-179. Jusqu’à présent, on pouvait dater cette vente après 1374, date à laquelle Manfredi hérite de Cefalà, et avant 1391, date d’un document bien connu qui évoque cette vente (A.S.P., Real Cancelleria, 19, f° 45v-48r). Or, un acte du 29 décembre 1389 (A.S.P., Spezzoni notarili, 114N, f° 143), par lequel, Marco de Iancavaleri, le châtelain de Cefalà loue le fondaco de Cefalà à Martino Lombardo, précise que ce dernier le fait pro parte et nomine magnifici domini amirati, cette expression ne peut désigner que Manfredi Chiaromonte, amiral du royaume de Sicile, de 1364 à sa mort en mars 1391. Cette vente a donc eu lieu entre le début de 1390 et mars 1391.

150 L’annulation tient au fait que Giovanni Chiaromonte était mort sans descendants et que le fief aurait dû retourner au souverain et non passer à Manfredi ; mais le souverain, après avoir confié Cefalà à Riccardo Abate, accepte de le redonner à Federico de Federico, Barberi, III, p. 89 ; cf. Marrone 2006, p. 178.

151 Barberi 1888, III, p. 89-91 : Tommaso de Olzenelles (1397-1401), Giovanni de Abella (1401- 1404), Pietro Raimondo de Falgar (1404-1406) : ce dernier vend Cefalà à Giovanni Abbatellis ; cf. Lesnes-Maurici 1993, p. 239-240 et Maurici 1985, p. 15.

152 Eleonora était la troisième fille de Manfredi Chiaromonte.

153 Lesnes-Maurici 1993, p. 240.

154 Ibid., p. 240-241.

155 Toomaspoeg 2003, p. 381 et suiv.

156 Toomaspoeg 2003, p. 319-320 et passim.

157 Sur la place de cet ensemble à cette période, le plus important pour les revenus des Teutoniques en Sicile, cf. Toomaspoeg 2003, p. 330-332.

158 Ibid., p. 241.

159 Dans un inventaire de 1459, le château de Cefalà est habité par le même Giovanni Abbatellis ; le document évoque ensuite le bain et le fondaco : cf. D’Angelo et alii 1969, p. 17, n. 7.

160 A.S.P., Spezzoni notarili, 304N, f° 13v-14v, non numéroté.

161 A.S.P., Spezzoni Notarili, 10N, f° 9 r-v.

162 Sur Marco Iancavaleri, cf. infra, n. 156. Il est documenté en 1388 et 1389, dans le cadre d’un contrat de masseria et de la location du fundacus (ASP, Spezzoni notarili, 112 N, f° 45 r et v et 114N, f° 143).

163 Nous tenons à remercier Henri Bresc qui, avec sa générosité habituelle, a mis à notre disposition son fichier documentaire pour la partie touchant au XVe siècle. Pour le début du XVIe siècle, cf. Maurici 1985, p. 41.

164 Mention de la « vigna di Chifala » dans un registre de 1459-1460 (A.S.P., notai defunti, Giovanni Traverso, 793), au 16 octobre 1459. Acte évoqué par Maurici 1983, p. 75.

165 Ainsi, en 1422 (Iskinono, A.S.P., Spezzoni notarili, 65N., f° 2 r et v), Tommaso Crispo, chevalier palermitain et seigneur de l’Alia est à la tête d’une masseria « de frumento et ordeo » de 5 charrues et 28 bœufs dans le fief de Cefalà.

166 Contrats passés en 1403 et en 1442 : ASP, ND, Giovanni Traverso 783 et A.S.P., Notai Defunti, Bonanno 418.

167 Le « fondacu di Chifala » et la vente de cuirs sont mentionnés dans un registre de 1459-1460 (A.S.P., Notai Defunti, Giovanni Traverso, 793), au 3 décembre 1459.

168 H. Bresc et F. d’Angelo rappellent, dans Bresc-D’Angelo 1972, p. 386, n. 1, à propos de la mandra aux XIVe-XVe siècles en Sicile, que 41 contrats sont connus dans les campagnes de Cefalà, entendues au sens large (4 passés par des individus originaires des Madonies, 30 par des Palermitains et 7 par des individus habitant des villages proches).

169 Sur ce point et sur le rôle de la taverne probablement présente dans le fondaco : Bresc – Bresc-Bautier 2014, I, p. 292.

170 Ainsi en 1347, dans un contrat de cabella (Enrico de Citella, A.S.P., Spezzoni notarili 10N, f° 9 r et v) et dans le cadre d’une vente d’herbages au 5 février 1460 dans un registre de 1459-1460 (A.S.P., Notai Defunti, Giovanni Traverso, 793, f° 226 r et v).

171 Ibid.

172 Doc. cité dans la note 109.

173 A.S.P., Notai Defunti, I, Giovanni de Marchisio, appendice 34 : sont cités les sept fiefs suivants : Corrioli, Menduli, Suvarita, Molinazzo, Casacca, Toretta, Castello.

174 Un ex-mulino Favarotta est localisé au nord-est de Villafrati, mais la diffusion de ce toponyme comme les glissements toujours possibles de nom ne rendent pas cet élément déterminant.

175 À moins que les limites ne demeurent les mêmes et que seul le nom change ; la documentation à notre disposition ne permet pas de trancher.

176 Acte évoqué à la note 133.

177 Celui-ci est évoqué comme propriétaire de maisons situées près du palais de Ranieri de Senis, famille philo-Chiaramontaine, localisé près de la Magione (cf. Sardina 2003, p. 170, note 311). Ce personnage semble donc faire partie de la nébuleuse pro-Chiaromonte, comme Federico de Federico, fidèle de la famille, (ibid., p. 150-156 et Mineo 2001, p. 182), raison probable pour laquelle il se retrouve châtelain de Cefalà.

178 Cet acte, mis en avant pour la première fois dans D’Angelo et alii 1969, p. 16, a été dans l’ensemble mal traité.

179 Nous remercions Elena Pezzini qui a attiré notre attention sur l’oubli du mot « aque » par les historiens qui ont mentionné ce contrat dans le passé. Ce point a été mentionné une première fois (sans possibilité de vérification sur pièce, le registre étant en restauration), dans Bagnera 2003, p. 70. La consultation du volume concerné, après restauration, ne laisse aucun doute sur le sujet.

180 Cet inventaire (A.S.P., Notai Defunti Giacomo Maniscalco, 342, f° 385r-387v) a été publié dans Bresc – Bresc-Bautier 2014, III, p. 876-878. Notons que d’autres biens sont penes magnifici domini Johannes de Abbatellis (f° 386 v) dans une grande caisse : entre autres, une cultra, des draps, deux toges (f° 387r).

181 Bresc – Bresc-Bautier 2014, I, p. 347.

182 Notai Defunti I, 1044, Pietro de Castelli (f° 20v-21r : numérotation recommencée avec les années 1432-1433).

183 C’est le moment où Giovanni Abbatellis hérite de son père du même nom, tandis que son aîné hérite de Cammarata (A.S.P., Protonotaro, processi d’investitura, busta 1486, fasc. 358, doc. 1 ; 2 janvier 1466). Par la suite, lui-même et ses descendants disparaissent : un certain Federico Abbatellis récupère Cefalà en 1466. Il meurt en 1490 dans une situation économique précaire. Cf. Maurici 1985, p. 33.

184 Cf. Maurici 1985, p. 41, n. 62.

185 A.S.P., N. D., I, La Roca, 2510, 1519-1520 : Johannes Indulcii doit onze onces à Federico Abbatellis, baron de Cefalà, pour la location du fondaco.

186 Notai Defunti, 3731, f° 140v-160v. Pour la première fois, on lit l’équivalent suivant : in perpetuum titulum baronnie Cefale et feudum vocatur Lo Castello seu Cefala cum castro, fundaco et balneis (f° 140v).

187 Cf. Lesnes-Maurici 1993, p. 247-248. Pour les évolutions postérieures, cf. la synthèse conclusive à la fin de l’ouvrage.

188 Voir le chapitre d’Alessandra Bagnera dans ce même volume.

189 Voir le chapitre de Lucia Arcifa dans ce même volume.

190 Cf. les développements de Rosi di Liberto et Roberta Giunta dans ce même volume.

191 Bresc-Bresc 1975, p. 98.

192 Per Agrigento : Pirri 1733, I, p. 695 ; Collura 1961, doc. 2, p. 7-18 e doc. 5, p. 21-24 ; per Mazara : Pirri 1733, II, p. 842.

193 Cusa 1868, p. 180.

194 Maurici 1981-82, p. 28-29.

195 Bresc 1995, p. 90.

196 Al-Idrīsī 1880, I, p. 85 ; Idrīsī 1999, p. 321- 322. Sul piano archeologico, si è voluto valorizzare i resti archeologici presenti su Monte Chiarastella, interpretando l’insediamento ivi attestato come casale/castello al centro del territorio : Maurici 1985, p. 26.

197 Collura 1961, p. 120 ; cfr. A. Nef, Les bains, p. 20.

198 Di diversa opinione Maurici sulla base della descrizione di al-Idrīsī, cfr. Maurici-Lesnes 1993, p. 234.

199 A questo proposito può essere utile ricordare l’atto di vendita del 1116 (Bresc 1995, p. 89-91) che attesta in territorio Chiphale l’esistenza di una proprietà privata di grandi dimensioni dal valore di 350 tarì d’oro, ancora in mano ad esponenti della nobiltà arabo-musulmana (Lakhmī), la cui origine, più che rimandare ad una donazione di età comitale, sembra confermare, secondo H. Bresc, l’esistenza di una proprietà piena di carattere ereditario, risalente dunque ad età islamica.

200 Le fonti basso medievali ricordano le importanti distese boschive esistenti presso Godrano e Marineo, oltre che il bosco di Chasace, sito nel feudo omonimo e quello di Ferrase, prossimo a Cefalà. Cfr. Maurici 1981-82, p. 19.

201 Maurici 1981-82, p. 19-21.

202 Nef 2011, p. 409 e ss.

203 Sulla Monreale Survey cfr. Johns 1992 ; per la ricognizione della valle dello Jato cfr., da ultimo, Alfano-Sacco 2014. Analoga valutazione può essere riproposta per i territori di Contessa Entellina (Corretti-Facella-Mangiaracina 2014, p. 344-345), di Calatafimi (Molinari 2014, p. 335) e dei Monti di Trapani (Rotolo-Civantos 2014, p. 319).

204 Arcifa 2010-11 ; Arcifa 2010.

205 Nef 2011, p. 383 e ss.

206 Cfr. Facella 2003, p. 448 che propone una derivazione dal gentilizio Cucius. Più incerta secondo l’autore la derivazione prediale del toponimo Scanzano incluso da Alessio tra i prediali di derivazione romana : ibid., p. 445.

207 Greco-Mammina-Di Salvo 1993, p. 161-184.

208 Cfr. A. Nef, Les bains, p. 9.

209 Cfr. A. Bagnera, in questo volume e E. Pezzini, Le produzioni non identificate.

210 Si vedano in particolare gli scavi condotti sulla Montagnola di Marineo che evidenziano la scarsa consistenza della fase bizantina. La rioccupazione del sito dopo la fase tardo ellenistica sembra datare piuttosto alla piena età islamica : cfr. Spatafora 1997, p. 135 ; Denaro 1997, p. 211. Alla presenza di tegole pettinate ascrivibili al VI-VII secolo su Monte Chiarastella accenna F. Maurici sulla base di ricognizioni di superficie : Maurici-Lesnes 1993, p. 233.

211 Si veda a questo proposito le lucide osservazioni in Bresc-D’Angelo 1972, p. 372.

212 Collura 1961, p. 120.

213 Pagano 1963. Il primo tratto dell’itinerario postale, inaugurato nel 1838 tra Palermo e Messina seguiva quello della Via Messina per le Montagne, lungo le stazioni di Palermo, Misilmeri, Villafrati, fondaco di Vicari, Manganaro, Fondaco Gualfo, Vallelunga.

214 Bresc-D’Angelo 1972.

215 Arcifa 2013.

216 Su Castronovo cfr., da ultimo, Maurici 2000, p. 761 il quale ritiene, sulla base di un atto di donazione del 1094, che Castronovo fosse stata donata dal Gran Conte a Ruggero Barnaville.

217 Collura 1961, p. 299-310 ; A. Nef, Les bains, p. 19 e nota 94.

218 Arcifa 1995 ; Toomaspoeg 2003, p. 75 e p. 87- 101 per un’analisi in dettaglio dei possedimenti dell’ordine nella Sicilia centro-occidentale prima del 1291.

219 Arcifa 2013.

220 Sul miliario da ultimo cfr. Prag 2006 ; Uggeri 2004, p. 106-119.

221 Greco-Mammina-Di Salvo 1993, p. 163.

222 Cusa 1868, p. 197.

223 Gregori Magni, Registrum Epistolarum IX, 23.

224 La strada costituisce uno dei limiti orientali della magna divisa Jati : Cusa 1868, p. 180 ; un ulteriore segmento di questa strada va individuato nella citazione della publica via que ducit a panormo ad briacam (Cusa 1868, p. 195) che fa riferimento al tratto tra Prizzi e Corleone in prossimità di Portella Imbriaca.

225 Sul processo di immigrazione lombarda a Corleone nel Medioevo, cfr. Bresc 1994 b.

226 L’importanza dei due centri è strettamente collegata ai rispettivi innesti della viabilità proveniente da Enna e della via francigena Castronovi proveniente dalle Petralie (cfr. infra).

227 Confine del tenimento dell’ospedale di S. Lorenzo a Cefalà : doc. del 1242 in Cusa 1868, II, p. 603 ; Collura 1961, p. 122.

228 Limite della donazione alla chiesa di S. Sofia presso Vicari : doc. del 1131 in White 1984, p. 396-397.

229 Confine orientale del tenimento della Margana : A.S.P., Tabulario della Magione, perg. 78 (1258) e 173 (1286), trascrizione dall’arabo al latino della concessione di Guglielmo II con il quale si donano alla chiesa di S. Giovanni Battista i casali della Margana e di Haiarzeneti.

230 La strada di Palermo è citata tra i confini del casale di Rahl al-Sha’rānī donato nel 1172 dall’ammiraglio Giorgio d’Antiochia a S. Maria dell’Ammiraglio di Palermo : Cusa 1868, I, p. 81 ; Garofalo 1835, p. 28-32 ; viene citata come strada di Misilmeri nel 1179 tra i confini di un terreno sito nel territorio di Palermo : Cusa 1868, II, p. 668.

231 Confine meridionale della divisa di Bufurere : Cusa 1868, I, p. 183 ; dovrebbe trattarsi del tracciato che passa a sud della Busambra e procede verso est attraverso le contrade Marosa e Giardinello, passando ai piedi di Pizzo di Casa (dove si localizza il casale di Khāsū), oltrepassando la Portella Guddemi, per giungere a Campofelice di Fitalia e quindi a Vicari.

232 Citata tra i confini meridionali del tenimento della Margana nel documento del 1258 con il quale si trascrive l’originale privilegio di Guglielmo II : A.S.P. Tabulario della Magione, perg. 78. Lo stesso tracciato è citato nella donazione del 1136 di Ruggero ad Adelina, quale confine del casale di ράχαλ ἐξάμες, sito nel territorio di Vicari : Cusa 1868, I, p. 116. Il tracciato va ricercato nella strada di Pizzo Calandrella o nella parallela trazzera che passa ai piedi della Margana.

233 Si tratta della strada che da Cefalà giungeva alla Busambra attraverso Godrano, citata quale confine dell’ospedale di S. Lorenzo nel 1242. Cusa 1868, II, p. 603 ; Collura 1961, p. 122.

234 L’hospitale Flace nei pressi di Prizzi e l’hospitale ecclesie S. Laurentii in tenimento Chifale in via Panormi sono attestati rispettivamente nel 1250 ca. e nel 1242 : Collura 1961, p. 304, 120-126. Cfr. A. Nef, Les bains, p. 20-21.

235 Il sito di casale S. Pietro mostra, in particolare, il suo ruolo di central place di lungo periodo con una serie di realtà romane, fattoria, ville rustiche che prolungano la loro vita anche fino al VII secolo come a S. Luca o con la nascita di nuovi insediamenti tra VI-VII come a Ministalla : Castrorao Barba-Vassallo-Mukai c.d.s.

236 Vassallo 2009 ; Vassallo 2010 ; Vassallo et alii 2015 ; Carver-Molinari 2015.

237 Arcifa 2013, p. 170.

238 Asa Eger 2015, p. 255.

239 Da ultimo, cfr. Belvedere-Burgio-Cucco 2014. Il segnale più evidente può cogliersi nei risultati delle prospezioni sull’entroterra di Termini che segnalano la decadenza dei siti tardo antichi già a partire dal VI-VII secolo. Il calo drammatico del’insediamento in quest’area per il secoli VIII-IX è ben evidente (ibid., p. 372) con l’esclusione di alcuni siti tra cui quello di Burgitabis che restituisce materiali di VIII secolo ; le UT 18 e 23 sul versante occidentale dell’Imera settentrionale e la UT 196 ad est dell’Imera.

240 Arcifa 2010 ; Arcifa 2013.

241 In aggiunta alle indicazioni fornite dalle ricognizioni nelle Valli del fiume Torto e dell’Imera settentrionale (Belvedere-Burgio-Cucco 2014) si vedano anche le considerazioni espresse da S. Vassallo in relazione alle indagini di superficie svolte dalla Soprintendenza BB. CC. AA. di Palermo nei territori dell’alta Valle del Torto e del San Leonardo, i cui risultati sono discussi in Vassallo 2007. Particolarmente significativa la ricognizione condotta sull’intero territorio comunale di Lercara Friddi, per il quale si sottolinea la totale assenza di dati per l’età altomedievale fino alla nascita del grande villaggio di Rocche di Caruso databile tra XI e XIII secolo : Giordano-Valentino-Vassallo 2007, p. 91. Analoghe considerazioni sono espresse per il territorio di Baucina, oggetto di ricognizione sistematica per la redazione della Carta archeologica, dove si riscontra una « cesura drastica del popolamento delle campagne nei secoli che vanno dall’VIII al X » : cfr. Bordonaro 2011, p. 96.

242 Si veda la ricostruzione di questa parte del tracciato proposta in Uggeri 2004, p. 235-238.

243 Prigent 2010.

244 Arcifa 2011.

245 Al-Muqaddasī 1881, p. 672.

246 Nef-Prigent 2013.

247 Soprattutto dopo la repressione della rivolta nell’860 : cfr. Nef-Prigent 2013, p. 18.

248 Ibn Jubayr 1880, I, p. 154-155.

249 Cressier 2004, p. 209.

250 Goffredo Malaterra 1927-28, lib. II cap. XLI.

251 Cfr. infra nota 263.

252 Il termine manzil in arabo comprende infatti in sé i due significati di grande proprietà e stazione di posta : cfr. Nef 2011, p. 408.

253 Fazello 1560, I, lib. VIII, p. 192 : … fluvii ostium ubi etiam parvarum cimbarum est statio cui Sarracenice Misilimir adhuc nomen remansit e Filoteo degli Omodei 1876, p. 179.

254 Il toponimo è costruito sul vocabolo baqqār, equivalente al latino mandra, proprietà dedicata all’allevamento : cfr. Nef 2011, p. 422.

255 Cronaca di Cambridge 1880, I, p. 287.

256 Si veda l’articolato inquadramento territoriale condotto da Francesca Spatafora all’interno dell’analisi delle fasi arcaiche documentate lungo il corso dell’Eleuterio : Spatafora 2000, p. 895-897.

257 Le proposte di revisione cronologica per la classe delle invetriate consentono di anticipare di almeno un cinquantennio le datazioni avanzate per i frammenti di coppe a carena alta ritrovati sul sito : cfr., in particolare, la coppa in Denaro, 1997, p. 211, fig. 1.5 ricondotta ora nell’ambito di produzioni della prima metà del X secolo sulla base dei contesti precoci di Castello-San Pietro (PA) (Bagnera 2012, p. 28, fig. 7). Per una rilettura di questi contesti si veda : Arcifa-Bagnera 2014 ; Arcifa-Bagnera 2018.

258 Di Leonardo 2009, p. 646, p. 648 note 19, 40.

259 Cfr. A. Bagnera, I bagni, p. 161-165. Gli scarsi dati editi su Monte Chiarastella non consentono di chiarire eventuali corrispondenze tra lo sfruttamento della sorgente di Cefalà e la fase insediativa riscontrata sull’altura. Per una sommaria presentazione dei materiali cfr. D’Angelo-Filangeri-Trasselli 1969, p. 11-17 ; Maurici 1983, p. 71-72.

260 Cfr. supra nota 250.

261 Canzonieri 2007, p. 129.

262 Maurici 2000 ; Canzonieri-Vassallo 2007, p. 44-56.

263 Cfr. Cusa 1868, I, p. 13-15, donazione di Ruggero a S. Michele di Campogrosso relativa ad alcuni campi siti : εις τόπον λεγόμενον μισηλμέρι.

264 Al-Idrīsī 1880, I, p. 83 : « fortalizio ragguardevole e valido castello ».

265 Cfr. Cusa 1868, I, p. 14 : nella descrizione dei confini relativi alle terre donate a S. Michele di Campogrosso si indicano τα χωραφια τῆς ἡμετέρας κόρτης.

266 Ibid.

267 In particolare il casale di Rahl al-Sha’rānī sito nei pressi di Misilmeri donato da Giorgio nel 1143, con l’autorizzazione e la conferma di re Ruggero : cfr. Cusa 1868, I, p. 68-70 ; Johns 2002, p. 109- 110, 306. Si noti che questo documento riporta una formula attestata nell’iscrizione di Cefalà : cfr. R. Giunta, L’iscrizione, p. 281-282. Nel 1172 si procede ad una verifica dei confini del casale : Cusa 1868, I, p. 80-83. Sulla figura di Giorgio d’Antiochia e sul suo ruolo nell’ambito della costruzione del regno e della sua proiezione internazionale, cfr. i diversi contributi in Re-Rognoni 2009.

268 Il canneto di Misilmeri, al quale fa riferimento il documento del 1134 il ‘vallone dei giunchi’ detto χάνδεκ ἐξάμαρ è ancora oggetto di cura da parte di Federico II (cfr. Bresc 1994a, p. 241) ; nel 1336 appartiene invece al barone di Misilmeri Giovanni di Caltagirone che ne ricava un canone per l’affitto (cfr. Bresc 1972, p. 58).

269 Sulle vicende costruttive della chiesa : Zorić 1989a.

270 Cusa 1868, I, p. 14.

271 Gli studi di V. Zorić ipotizzano una prima fondazione della chiesa intitolata a S. Maria nel periodo della contea e una « ricostruzione ruggeriana dedicata a San Michele Arcangelo, databile o al periodo immediatamente precedente l’inizio dei lavori sulla cattedrale di Cefalù (prima del 1131) o al periodo della stasi dei lavori sulla stessa ed il successivo cambio delle maestranze addette alla costruzione (1144-1146) » ; lo studio dei marchi di lapicidi condotto da Zorić ha consentito, infatti, di evidenziare la stretta compenetrazione tra i cantieri di Cefalù e di S. Michele dove si susseguono nel tempo gli stessi gruppi di maestranze : Zorić 1989b. Sulle vicende del feudo di San Michele e della Milicia : Brancato-Brancato-Scammacca 2011, in particolare alle p. 15-38.

272 Al-Idrīsī 1880, p. 85 ; Canzonieri 2007, p. 129.

273 Documento del 1136 relativo alla donazione da parte di Ruggero del chorion detto ράχαλ ἐξάμες alla nutrice Adelina, sito nel territorio della nostra chora di Vicari : Cusa 1868, I, p. 115.

274 Canzonieri 2007, p. 129.

275 Riassume i dati disponibili Maurici 2000, p. 761, secondo il quale, dopo la conquista Castronuovo potrebbe esser stata concessa dal Gran Conte al marito di una sua nipote, Ruggero Barnaville.

276 Cfr. il privilegio di Ruggero I, noto attraverso una copia su pergamena del XII secolo, in greco (pubblicato da Cusa 1868, I, p. 289-291 e ora disponibile nella edizione critica di Becker 2013, p. 208-211) e la trascrizione in latino fatta redigere da Costanza nel 1198 (Kölzer 1990).

277 Attuale Monte Sampieri a est di Valledolmo, vicino Monte Campanaro.

278 Spata 1862, p. 423-428.

279 La Mantia 1917, p. 513.

280 Al-Idrīsī 1880, I, p. 112 : da Palermo a Vicari, attraverso Misilmeri ; da Vicari a Petralia, Sperlinga, Nicosia, Cerami, Troina, Randazzo, Castiglione, Taormina, Messina. Alla fine del Settecento il tracciato borbonico ricalcherà questo itinerario nella sua parte iniziale fino a Vallelunga.

281 Perseguito in prima istanza attraverso una frenetica attività edilizia in ambito urbano, simbolo e manifestazione concreta della regalità normanna : da ultimo Di Liberto 2013.

282 Zorić 1989b, p. 579-586 ; Di Liberto 2013, p. 159-161. I risultati delle recenti indagini archeologiche che hanno messo in evidenza una importante fase di età islamica in Canzonieri-Vassallo 2014.

283 Cfr. in questo volume R. Giunta, L’iscrizione.

284 Collura 1961, p. 121.

285 Al-Idrīsī 1880, I, p. 84-89 ; al-Idrīsī 1999, p. 321-324 : « tra al-Khazān e Cefalà una mezza giornata circa 10 miglia ; tra Q.jāna e Cefalà nove miglia ; tra Q.jāna e Marineo un miglio e mezzo ; tra Cefalà e Khāsū due miglia franche ; tra Khāsū e Vicari due miglia franche ».

286 Scarpulla 1995, p. 72.

287 Di particolare interesse è l’indicazione del nemus, quod dicitur Farrase citato tra i confini dell’ospedale nel 1242 (Collura 1961, p. 120), trascrizione dell’arabo al-latī yūqāl li-hā Farāsha (« Qui est appelé Papillon ») : cfr. A. Nef, Les bains, p. 21 nota 107. La sua citazione, nell’ambito di una descrizione dei confini in senso antiorario, dopo il riferimento a Mons Chiperii (l’attuale Cozzo Chipari) e prima della viam antiquam, que ducit ad Guduranum consente a mio parere di proporre una identificazione con quella parte di Bosco oggi definita del Cappelliere, le cui propaggini nord-orientali distano oggi 4-5 km dai Bagni di Cefalà.

288 Cronaca di Cambridge 1880, I, p. 286.

289 Cfr., supra, nota 257.

290 Scarpulla 1995, p. 43 e ss.

291 Così Amari (al-Idrīsī 1880, p. 84, nota 2) sulla base della descrizione di Idrīsī relativa alla sorgente dello Scanzano il cui nome, secondo l’autore, deriverebbe appunto dalla denominazione della fortezza.

292 Così Nef e Bresc in al-Idrīsī 1999, p. 321.

293 Scarpulla 1995, p. 62 che annota la presenza di materiale ceramico riferibile ad età islamica.

294 Hassen 2008, p. 10. Tra le specie attestate all’interno della Riserva Naturale Orientata « Bosco della Ficuzza, Rocca Busambra, Bosco del Cappelliere, Gorgo del Drago » (quercus suber, quercus ilex, quercus cerris), di particolare interesse ai nostri fini, è la presenza del cerro, specie endemica della Sicilia, esclusiva della catena dei Nebrodi e del bosco della Ficuzza (Sala-Giardina-La Mantia 2011) ; proprio le analisi condotte sui relitti navali, portati in luce nel corso dei recenti scavi di Yenikapi, nel porto di Teodosio a Istabul, mostrano una prevalenza di quercus cerris utilizzato per la costruzione delle imbarcazioni tra VIII e X/XI secolo (Ingram-Jones 2010, p. 14, tav. 1). Per Palermo si vedano ora i risultati delle analisi sui reperti lignei ritrovati a Piazza Marina, databili attraverso analisi radiocarboniche tra X e XI secolo, e attribuibili ad una attività cantieristica navale sita in un’area tradizionalmente identificata con l’arsenale della città ; i campioni analizzati sono stati attribuiti alle specie di quercus suber, quercus robur, fagus sylvatica e ulmus : cfr. Spatafora et alii 2012, p. 27-31.

295 Hassen 2008, p. 10.

296 Nef 2010b, p. 143.

297 Il termine non indicava esclusivamente una realtà boschiva ma vari luoghi, come ad esempio i canneti, difesi e protetti dal potere pubblico regio o signorile : Von Falkenhausen 1980, p. 73-82.

298 Ai forestarii spettava il controllo sui confini delle aree boschive e più in generale dei territori sottoposti direttamente al sovrano : Corrao 1989, p. 142 con bibliografia.

299 Huillard-Bréholles 1859-1860, VI, I, p. 111.

300 Cusa 1868, I, p. 180. Il riferimento, immediatamente seguente, alla divisa Chefala consente di escludere qualsiasi riferimento al Parco normanno presso Altofonte.

301 Scarpulla 1995, p. 45.

302 Romualdo Salernitano, VII, 1, p. 232. Sulle connotazioni architettoniche e sui rimandi simbolici dei giardini normanni, cfr. Calò Mariani 1992, p. 343-372.

303 303L’attestazione di preesistenze islamiche nei siti rioccupati in età normanna con architettura di prestigio è attestata nei casi di Maredolce (Vassallo, Canzonieri 2014), Cuba soprana (Ardizzone 1997-98).

304 Bagnera 2013, p. 79-80. Sul tema dei parchi di caccia nel mondo islamico, cfr. Capel 2012 ; la loro importanza, come elemento ricreativo di prestigio all’interno delle città palatine, è sottolineata da Cressier 2012, p. 130, in riferimento all’analisi dei resti faunistici di . Sabra al-Mansūriyya, che fanno supporre l’esistenza di un parco all’interno della cinta muraria.

305 Bresc 1994, p. 252 : il modello di riferimento dei giardini regi normanni rimanda ad una tradizione costruttiva dell’aristocrazia musulmani, e ne coglie ampiamente i rimandi al concetto di paradiso terrestre.

306 Nef 2011, p. 631 ; per l’analisi in dettaglio della documentazione relativa al Rollo, ivi p. 388.

307 Documento del 1182, Pirro 1733, I, p. 702. Ancora nel 1240, il Libellus de successione pontificum Agrigenti elenca i territori di Cefalà e Hasum quali prebende della diocesi di Agrigento, con diritto di esigere decime sulle risorse del territorio : cfr. Collura 1961, p. 299-310 ; A. Nef, Les bains, p. 19.

308 Collura 1961, doc. 66, p. 129 ; A. Nef, Les bains, p. 20 e nota 97.

309 Collura 1961, p. 120.

310 Il Libellus attesta per il 1240 l’esistenza dell’ospedale di Commicii, tra Sambuca e Giuliana, lungo l’asse Corleone – Sciacca di cui la chiesa agrigentina aveva il beneficium (cfr. Collura 1961, p. 304) ; l’ospedale di S. Giorgio de Trocculi presso Caltabellotta ceduto in seguito all’Archimandritato di Messina (Collura 1961, p. 305) ; a sud-est di Prizzi, in contrada Filaca era ubicato l’ospedale di Flace beneficio anch’esso della chiesa agrigentina all’epoca di redazione del Libellus ; al 1252 risale invece la fondazione dell’ospedale di S. Leonardo, presso l’odierna Palma di Montechiaro tra Licata e Agrigento, voluta dal vescovo Rainaldo (Collura 1961, p. 148-150). Cfr. la carta a cura di G. Schirò in Bonacasa Carra et alii 2007, p. 1962, fig. 2.

311 Maurici 2000, p. 761.

312 Cfr. R. Giunta, L’iscrizione.

313 La presenza di affreschi quattrocenteschi provenienti dalla Masseria di Parco vecchio è citata da Scarpulla 1995, p. 45.

314 Bresc 1994 ; Di Liberto 2013, p. 156-165.

315 Bresc 1995.

316 Collura 1961, p. 303, 305.

317 Collura 1961, p. 122.

318 Collura 1961, p. 120.

319 A. Nef, Les bains, p. 20, 22-24.

320 Sur cet aspect, on verra le chapitre d’Alessandra Bagnera dans ce même volume.

321 De très rares mentions font exception pour les XIVe-XVe siècles : Bresc 1981, spéc. p. 348, n. 24. L’auteur renvoie à la vie de Sant’Angelo carmélite (1185-1255) dans laquelle les eaux de Cefalà apparaissent utilisées contre la lèpre, le soufre ayant réellement un effet sur cette maladie. Cf. infra.

322 Ainsi par exemple dans l’ouvrage, d’un genre différent, de Pietro da Eboli (Pietro da Eboli 1962 et Pierre d’Éboli 2012) qui traite de l’Italie méridionale, mais aussi Nicoud 2007.

323 On rappellera simplement le De balneis siculis attribué à GianGiacomo Adria (v. 1485-1560) et qui ne nous est pas parvenu, cf. Dizionario biografico degli Italiani, à ce nom. Toutefois, on ignore la tonalité de l’œuvre.

324 Park 1999.

325 Bologne, 1493.

326 F° 29, recto

327 Ibid.

328 Ibid.

329 Pour les citations, nous renvoyons à Bagnera-Nef 2007, p. 271-272, notes 34, 35 et 36.

330 Pour la portée et la nouveauté de son œuvre : Allegro 2003.

331 La première édition date de 1558, mais elle est corrigée en 1560 et 1568 par l’auteur.

332 Cf. Fazello 1990, I, p. 103 et citation dans Bagnera-Nef 2007, p. 273, note 39.

333 Un chapitre est consacré aux bains de la ville de Sciacca. Il s’agit de sources essentiellement sulfureuses : ibid., I, p. 316-317. Bagnera-Nef 2007, p. 273, note 40. L’auteur décrit ensuite le bain de S. Calogero, décrit par Michel Savonarole, auquel il renvoie (p. 318).

334 La source de Calathameth est décrite, ibid., I, p. 346. Bagnera-Nef 2007, p. 273, note 41.

335 La mention des bains de Cefalà est rapide : « Questo fiume (Fiume di Ponte Rotto) ha il suo principio ai bagni di Cefalà, dove sgorgano, a breve distanza tra di loro, tre sorgenti di natura diversa, una calda, una fredda e una tiepida, che, subito raccolte entro una stanza a volta, si mescolano e fanno dei bagni di allume » ; ibid., I, p. 404-405.

336 Ibid., p. 317.

337 « In territorio di Palermo, di Sciacca, di Eloro e in parecchi altri ci sono oggi sorgenti alle quali è rimasto il nome saraceno di Buyuto. Le acque di queste sorgenti sono adatte per regolare lo stomaco e purgarlo », Ibid., I, p. 103.

338 Bresc 1981, p. 348, n. 24.

339 Arezzo 1537, p. VII : a Panormo haud longe fundus (hodie feudum a fide dictum) cui Cifala nomen ostenditur : aquae ubi calidae aegrotis admodum salubres.

340 Ainsi Athanasius Kircher ne les nomme pas dans son Mundus subterraneus in XII libros digestus, Amsterdam, 1664-1678, alors même qu’il fait l’inventaire des sources thermales siciliennes (p. 268 et suivantes) ; le marquis de Villabianca (cf. infra) a identifié comme les bains de Cefalà, ceux auxquels il fait allusion ainsi : Sunt et in panormitana diocesi aquae natura sulphurosae et ferventissimae, usu in balneis, nec minus in sudationibus fama celebres (p. 269).

341 Cimarelli 1655.

342 Ibid. chap. 15, f° 133 et 134 : « Il fonte caldo dal solfo derivante, il calor di esso, e la virtù di sanare seco si porta, come dal vetriolo il tiepido, e d’all’argento vivo il terzo, che s’esperimenta freddo ; tepido di natura essendo il vetriolo, si come l’argento vivo ghiaccio, e nella Grotta le acque mischiandosi di tutti li mentovati minerali la virtù in lor uniscono e negl’infermi participandola, sani perciò essi divengono », cité et traduit dans Mongitore 1743, p. 258-259, à propos de Cefalà.

343 Dans son ouvrage posthume intitulé Vitae sanctorum siculorum : Gaetani 1657, II, p. 184-199.

344 P. 196, col. 1 et 2, chap. 23 Quod S. Angelus mundavit 7 leprosos et sanavit archiepiscopum panormitanum ab incurabili infirmitate.

345 Chap. XXIX : Siculorum animis sacris baptismatis aqua lustratis, Thermae etiam Siculae, pulsis daemonibus, expiatae, redditaeque corporibus salutares.

346 Gaetani 1707, p. 209.

347 Maja s. d., p. 180.

348 Maja s. d., p. 207.

349 Massa 1709, p. 140.

350 Sous les cotes XI C3 1-2 et XI C4 1-2.

351 XI C4 1, f° 71 v.

352 Ibid., p. 249-279.

353 Cefalà est traité aux p. 258-259.

354 Cf. dans ce volume, A. Nef, Les bains de Cefalà.

355 Une canna mesure environ 2 m, tandis qu’un palmo mesure environ 0,26 m.

356 Cf., dans ce volume, A. Bagnera, I bagni et R. Di Liberto, L’edificio.

357 Lesnes-Maurici 1993, p. 247-248.

358 Villabianca 1754, II, p. 171-172 pour les bains ; pour l’histoire de la baronnie de Cefalà, p. 171-177.

359 Il l’attribue d’ailleurs à Mongitore.

360 Demeure toutefois une incertitude, dans la mesure où pour appuyer ses dires, l’auteur renvoie au passage de Mongitore précité.

361 Traduit et complété par G. di Marzo en 1855-1856.

362 Ibid., I, p. 123.

363 Palerme, 1790 ; rééd. dans Gregorio 1873, p. 662-840.

364 Ibid., p. 662.

365 Ibid., p. 662-663.

366 Ibid., p. 737-738.

367 Ibid., p. 737.

368 Gally Knight 1840, pl. V. Ce volume contient les tables qui n’ont pas été publiées en même temps que le texte (cf. note suivante). Cf., sur ce point, R. Di Liberto, p. 205-210.

369 Gally Knight 1838. Il précise en effet qu’à la suite d’un début d’épidémie de choléra dans le royaume de Naples, il préféra renoncer à son expédition et quitter la région tant qu’il le pouvait. Il se repose donc sur des informations fournies par un certain Musumeci (p. 323).

370 Ibid., p. 324.

371 Ibid., p. 324-325.

372 Amico 1855, p. 123.

373 Cf. infra A. Bagnera, I bagni, p. 162 et suivantes et R. Di Liberto, L’edificio, p. 184 et suivantes.

374 Cette tendance est durable, même si la qualification en est changeante, de la baraka inhérente à la ‘Ayn al-Shifâ à la « sainte force de la nature » qui tente de concilier religion et explication naturelle, chez Tommaso Fazello.

375 Bresc 1981, p. 348 : Termini, Cefalà, Sciacca, Calathamet et Bagheria.

376 Ainsi de San Giovanni à Sambuca, San Pietro à Butera et Sant’Angelo à Vizzini qui désignent des sources, et d’autres hagiotoponymes plus particulièrement des sources thermales : S. Calogero à Sciacca, Santa Venera à Castroreale et Aci, Sainte Marguerite à Calathamet et S. Vito sur la plage de Mazara, auprès d’une source laxative. Cf. Bresc 2008 et spéc. p. 19.

© Publications de l’École française de Rome, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search