Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rome et la Révolution française

 | 
Gérard Pelletier

Première partie. Au cœur d’une citadelle assiégée? Pie VI, son pontificat et la curie romaine de 1789 à 1797

Chapitre I. Un Romagnol sur le trône de saint Pierre

Texte intégral

  • 1 Voir plus loin la citation de sa première encyclique, Inscrutabilae Divinae Sapientiae, p. 40.

1Le 14 juillet 1789, des Parisiens donnaient l’assaut à la vieille prison de la Bastille. Ce jour-là, sur les bords du Tibre, le siège épiscopal de Pierre était occupé par un homme de 71 ans et demi, qui pouvait estimer connaître un pontificat tourmenté. Il s’était déjà déclaré sans illusion sur son temps1, mais il ne se doutait probablement pas qu’il allait rencontrer des circonstances encore plus dramatiques. Il nous faut d’abord présenter la personnalité de celui qui présidait l’Église universelle, cet acteur placé par la Providence à la première place devant ces événements français, et bientôt européens.

  • 2 M. Caffiero, « Pie VI », in Dictionnaire historique de la papauté, sous la direction de Ph. Levill (...)
  • 3 L. von Pastor, PIUS VI (1775-1799), Storia dei papi dalla fine del Medioevo XVI.3, Rome, 1934.
  • 4 J. Gendry, Pie VI, sa vie, son pontificat (1717-1799), d’après les archives vaticanes et de nombre (...)
  • 5 « Papa fastoso, prottetore delle arti, principe del secolo, riformatore ». G. Filippone, Le relazi (...)
  • 6 Dans les premières biographies, retenons : P. Baldassari, Relazioni delle avversità e patimenti de (...)
  • 7 Bourgoing, Jean-François, Baron de : Né à Nevers le 20 novembre 1745, carrière militaire, puis sec (...)
  • 8 (A. Barruel), Histoire civile, politique et religieuse de Pie VI, écrite sur des mémoires authenti (...)

2Reprendre les données d’ensemble paraît nécessaire : la contribution la plus récente est la notice biographique de Marina Caffiero dans le Dictionnaire historique de la papauté2 ; la dernière grande biographie est le volume de l’Histoire des papes de Ludwig von Pastor3, paru en 1934 ; au début du siècle, le chanoine français Jules Gendry avait produit deux volumes d’une pieuse biographie4, travail honorable à relire non sans quelque esprit critique. Mais les productions de l’historiographie italienne contemporaine sur les réformes économiques, et la confrontation avec les sources permettent de tenter de dessiner un portrait de Pie VI plus rigoureux, encore que puissent y résister certaines contradictions du personnage ; comme le note Giustino Filippone, Pie VI est pris entre deux types de papauté, entre deux siècles, avec un pontificat lui-même divisible en deux : « un pape fastueux, protecteur des arts, prince du siècle, réformateur », puis, dans un second temps, un homme martyr de l’histoire5. Nous avons analysé méthodiquement la première génération des biographies du pape, rédigées de son vivant ou dans les années suivant immédiatement sa mort6. (On retiendra en particulier les biographies du baron Jean-François Bourgoing7, esprit des Lumières qui ne manque pas d’égratigner le pape et l’Église, qui écrit d’ailleurs sur l’ordre du Directoire et, dans une toute autre orientation, celle attribuée à l’ex-jésuite Augustin Barruel8. Pie VI n’est pas un pape récupérable, ni compréhensible au premier abord. Il reste, dans l’histoire, un pape de l’ancien régime, celui qui n’a rien compris aux événements révolutionnaires. Mais nous ne sommes pas juges, et Pie VI souffre encore de jugements trop rapides. Il faut d’abord suivre la vie d’un homme pour prendre les vraies mesures de sa position en 1789.

DE CÉSÈNE À ROME : LE PARCOURS D’UN PROVINCIAL

  • 9 P. Bellettani, « La città del papa », in Storia di Cesena, III : La dominazione pontificia (Secoli (...)
  • 10 J. Gendry, op. cit., vol. I, p. xvii.
  • 11 A. Barruel écrit « Ses parents étaient pauvres, mais d’une ancienne noblesse », op. cit., p. 11.
  • 12 J. Gendry, op. cit., p. xviii.

3Giovanni Angelo Onofrio Melchiore Natale Antonio Braschi naît un jour de Noël, le 25 décembre 1717 à Césène9, en Romagne. Il est le premier d’une famille qui comptera huit naissances, quatre garçons puis quatre filles. Ses parents sont le comte Marco Aurelio Braschi et Anna Teresa di Conti Bandi di Cesena, qui s’étaient mariés avec une dispense pour parenté du second degré10. Il importe toujours de repérer de quelle famille disposera un pape : de ses frères et sœurs, deux garçons moururent en bas âge, le troisième se maria mais mourut en 1764 sans postérité. Une des sœurs se fit religieuse, et seule la dernière, Giulia Francesca, mariée au comte Girolamo Onesti, procurera au futur pape deux neveux, les neveux comptant toujours dans la vie d’un pape. Appartenant à la petite noblesse du patriciat citadin, les Braschi sont attestés à Césène au début du xviie siècle : noblesse donc peu ancienne a priori11. Le chanoine Gendry, à la recherche de racines médiévales valorisantes, éprouve le besoin de trouver des origines suédoises aux Braschi, en utilisant pour preuve l’héraldique12.

  • 13 L. von Pastor, op. cit., p. 19.
  • 14 Né le 17 juillet 1700, auditeur du cardinal Ruffo, puis évêque d’Imola ; créé cardinal par Pie VI (...)
  • 15 Né à Naples en 1663, vice-légat de Ravenne, puis inquisiteur de Malte, nonce à Florence ; créé car (...)

4Au départ, il ne fut pas question de vocation religieuse pour le jeune Giovanni : Pastor, d’après Moroni, affirme même qu’il pensa au mariage13. Comme fils primogenito, il devait hériter de la fortune familiale. Il fait des études classiques, puis du droit, chez les jésuites, et obtient en 1735 sa licence in utroque jure. On ne repère pas dans sa biographie d’entrée retentissante en Curie, ni d’accès à la voie royale des prélatures par le doctorat de droit à Rome, parcours ordinaire pour les jeunes membres de l’aristocratie des États pontificaux. C’est par sa famille qu’il avance dans la vie, en commençant comme secrétaire de son oncle maternel Giovanni Carlo Bandi14, sous la protection duquel il poursuit ses études à l’université de Fer-rare. Son oncle était auditeur (c’est-à-dire premier conseiller juridique) du légat pontifical de la province de Ferrare, Tommaso Ruffo15. Braschi débute donc par un emploi dans une curie provinciale.

  • 16 M. Rosa, « Benoît XIV », in DHP, p. 214-219 ; DHGE VIII (1935), p. 164-167 (J. Carreyre).
  • 17 E. Garms-Cornides, « Storia, politica e apologia in Benedetto XIV : alle radici della reazione cat (...)
  • 18 Voir les indications données sur cette charge et l’analyse du cursus honorum dans la Curie : Ph. B (...)
  • 19 Ibid., p. 235.
  • 20 Ph. Boutry, « Clément XIII », in DHP, p. 392-394 ; DHGE XII (1953), p. 1381-1410 (R. Mols).
  • 21 Voir notice dans la prosopographie des cardinaux, en annexe.
  • 22 J. Gendry, op. cit., p. 17. « Les plus exaltés parmi les partisans ou les ennemis des jésuites l’a (...)

5Or, en 1740, à la mort de Clément XII, le cardinal Ruffo se rend à Rome pour le conclave et emmène avec lui Bandi et Braschi. Le nouvel élu, Benoît XIV16, nomme Ruffo doyen du Sacré Collège, et donc évêque des diocèses suburbicaires d’Ostie et Velletri. Tandis que son oncle devenait évêque d’Imola, Braschi, à 23 ans, le remplace comme auditeur du cardinal et prend plus particulièrement en charge l’administration du diocèse. En 1744, Velletri connaît les horreurs de la guerre, alors qu’Autrichiens et Espagnols se livrent bataille lors de la conquête du royaume de Naples par Don Carlos de Bourbon. Braschi se montre fin négociateur et continue les pourparlers dans des conflits de juridiction opposant Rome et Naples. Cela lui vaut de devenir camérier secret du pape. A la mort de Ruffo, en 1753, tout n’est pas perdu ; Benoît XIV prend Braschi comme secrétaire particulier : il travaille donc au service de ce « pape des Lumières », de ce fin canoniste, dans une Rome qui cherche à fonder théologiquement sa primauté17. Il y ajoute une charge de chanoine de Saint-Pierre (source de revenus importante), et enfin devient référendaire des deux Signatures (les tribunaux de la Signature de grâce et de la Signature de justice étaient deux instances d’appel de la Curie romaine). La charge de référendaire était la voie d’accès au cardinalat la plus efficace18, la voie royale des prélatures romaines ; mais relevons que Pie VI sera le seul pape avant Léon XIII à être passé par cette prélature19. Nous sommes alors en 1758 : Braschi a 41 ans quand il arrive au point où les jeunes Romains commencent leur carrière ecclésiastique, mais il a mené au fond une belle ascension par le système du clientélisme romain. De fait, il oriente là définitivement sa vie, puisqu’il reçoit alors les ordres mineurs, puis le sacerdoce. Cette même année, Clément XIII Rezzonico20 succède à Benoît XIV. Braschi allait-il encore monter ? Il commence par être auditeur du cardinal-neveu Carlo Rezzonico (1724-1799)21, camerlingue, et donc chargé des finances du Saint-Siège. Il doit le servir dans les congrégations qui se succèdent pour traiter de la question jésuite : les Bourbons font pression sur le pape pour obtenir la suppression totale de la Compagnie, déjà interdite dans plusieurs royaumes. Braschi est, comme beaucoup de curialistes, ancien élève des pères. La Curie et le pape essayent de les défendre, contre les ambassadeurs et les cardinaux des Couronnes. Braschi est, semble-t-il, assez habile pour ne jamais dévoiler sa pensée profonde : les deux partis s’en réclament, et il reçoit le surnom de « fourbe romagnol »22.

  • 23 J. Favier, « Chambre Apostolique », in DHP, p. 326-331.
  • 24 « A denti per mortificare e buon nazo per sentire », Ag. Barruel, op. cit., p. 16.

6L’étape cruciale de son ascension est, à partir de 1766, la charge de trésorier de la Révérende Chambre Apostolique23, véritable ministère des finances. Nommé en pleine disette, il tente d’assainir les finances et de donner un nouveau souffle à l’économie du pays. Cette expérience, même si les résultats en furent médiocres, oriente aussi son pontificat. Il y gagne en tout cas une réputation de probité et d’incorruptibilité, veillant aux manœuvres de ses subordonnés. Barruel rapporte qu’on lui attribuait « des dents pour mortifier et un bon nez pour sentir »24.

  • 25 Ph. Boutry, « Clément XIV », in DHP, p. 394-397 ; M. Rosa, « Clémento XIV », in Enciclopedia dei P (...)
  • 26 A. Barruel, op. cit., p. 16.
  • 27 L. von Pastor, op. cit., p. 19.

7Depuis 1769, le franciscain Ganganelli est sur le trône de Pierre sous le nom de Clément XIV25. Barruel rapporte que Braschi était pour une réforme des Jésuites, non pour leur suppression26. Fut-il encombrant pour le nouveau pape ? Celui-ci, seul face à l’Europe, tend toujours plus à gouverner en solitaire. Le 26 avril 1773, Giovanni Angelo Braschi reçoit le chapeau de cardinal, avec le titre de Sant’ Onofrio. Et, dans le même temps, il est écarté des affaires, recevant la charge de protecteur de l’abbaye bénédictine de Subiaco ; il s’y retire, se consacrant à l’administration et aux travaux de ce lieu fondateur du monachisme, où il rencontre le bénédictin Barnabeo Chiaramonti, qui lui succédera un jour. Pastor écrit que Braschi devait la pourpre aux Couronnes et que Clément XIV ne l’aimait pas27. En tous cas, le séjour de Subiaco lui permet d’être absent de Rome au moment où la tempête se déchaîne, autour de la promulgation du bref Dominus ac Redemptor, du 21 juillet 1773, portant suppression de la Compagnie de Jésus. En ces temps troublés, il peut ainsi rester innocent...

UN CONCLAVE DE QUATRE MOIS

  • 28 P. Retat, « La mort de Clément XIV », in Papes et papauté au xviiie siècle, Ph. Koeppel (dir), Par (...)
  • 29 C’est le plus long conclave des temps modernes après celui pour l’élection de Pie IV en 1559, qui (...)
  • 30 J. Gendry, op. cit., p. 63.
  • 31 Voir la liste des cardinaux conclavistes dans HC VI (1958), p. 28.
  • 32 J. gendry, op. cit., p. 68.
  • 33 Il conclave dell’anno 1774. Ibid., p. 70-71.

8Rumeurs d’assassinat28, débats autour de la suppression ou du rétablissement de la Compagnie, mécontentement des cardinaux tenus à l’écart du gouvernement de l’Église, on devine dans quelles circonstances dramatiques se déroule le conclave chargé de donner un successeur à Clément XIV. Il allait de fait durer 4 mois et 9 jours29 ! Il s’ouvre le 5 octobre 177430. Il comptera en tout 44 cardinaux, dont 16 créés par les Couronnes31. Mais tous ne sont pas là à l’ouverture : le cardinal de Bernis, ambassadeur de France, impose d’attendre les cardinaux des Couronnes qui doivent venir de chez eux. Le Sacré Collège est classiquement partagé entre ces cardinaux des Couronnes, dit politicanti, et le parti romain, les zelanti, qui veulent avant tout le rétablissement des Jésuites. Braschi en fait partie, sans être un chef de file. Les cardinaux sont des créatures des trois derniers papes, sans qu’un groupe soit numériquement plus puisssant qu’un autre. Un élément important de ces conclaves est l’exclusive que les souverains catholiques peuvent porter sur tel ou tel candidat. Charles III d’Espagne, relayé par son ministre, le comte de Floridabianca, porte ainsi cette fois-ci l’exclusive sur 12 candidats32 ! Vienne et Lisbonne ne se privent pas non plus d’intervenir. Dans Rome, l’ambiance est houleuse, avec des troubles populaires autour d’un scandale dans la gestion des farines, et la publication d’une pièce de théâtre mettant en cause des cardinaux33.

  • 34 Vincenzo Malvezzi : Né le 22 février 1715 à Bologne, et donc protégé de Benoît XIV, il vient à Rom (...)
  • 35 Voir sa notice biographique dans la prosopographie des cardinaux.
  • 36 Idem.
  • 37 Lazzaro Opizio Pallavicini, né à Gènes le 30 octobre 1719, nonce à Naples puis à Madrid, créé card (...)
  • 38 Antonio Eugenio Visconti. Né à Milan le 28 décembre 1713, décédé le 3 mars 1788. Il fut nonce en P (...)
  • 39 Bernardino Giraud, né à Rome le 14 juillet 1721, nonce en France de 1767 à 1773, il manœuvra toujo (...)
  • 40 Voir notice dans la prosopographie des cardinaux.
  • 41 Idem.
  • 42 G. Filippone, op. cit., p.5.

9Comment résumer le jeu des candidatures ? Autant qu’il est possible de le savoir, disons que Malvezzi34, Negroni35 et Zelada36 étaient trop liés aux Couronnes pour passer ; l’Espagne voulait voir l’élection de Pallavicini37. Braschi compta quelques voix dans les premiers jours, puis à la fin de décembre, mais le ministre espagnol, le comte de Floridabianca, s’opposa à lui, et le Portugal mit l’exclusive. Vienne voulait Visconti38 mais n’obtenait pas de majorité. Devant une situation bloquée et des scrutins interminables, Giraud39 et de Bernis négocient avec les zelanti Albani40 et Rezzonico41, et obtiennent la levée de l’exclusive sur Braschi par le Portugal, le 10 février 1775. Le ralliement de l’Espagne, par le biais du cardinal de Zelada, est lui aussi décisif42. Dans sa correspondance avec la cour de France, le cardinal de Bernis se présente comme l’électeur de Braschi. Dès le 4 janvier, il écrit au ministre Vergennes :

  • 43 AE, Correspondance politique, Rome, 871, f. 12v.

« Plus j’y réfléchis, plus l’élection du cardinal Braschi auroit ouvert une issue naturelle pour sortir du conclave ; mais l’opposition de l’ambassadeur de l’empereur et du ministre du Portugal, la crainte qu’une créature de Clément Treize n’adoptat ses maximes, ont mis des obstacles au choix d’un sujet capable de bien gouverner et qui auroit eu en moi une véritable confiance »43.

  • 44 Ibid., f. 87. Courrier du 25 janvier 1775.
  • 45 J.-F. Bourgoing, op. cit., p. 25 ; Ph. Boutry, op. cit., p. 245. : classe le pontificat de Pie VI (...)
  • 46 AE, Correspondance politique, Rome, 871, f. 133.
  • 47 G. Angelelli, Canto per la esaltazione al pontificato della santità di nostro signore Papa Pio VI, (...)
  • 48 Ce choix du prénom Pie, et non de Benoît ou de Clément, est à interpréter comme une réaction, puis (...)
  • 49 AE, Correspondance politique, Rome, 871, f. 131.

10Bernis peut ainsi présenter Braschi comme l’homme qui permet de sortir des blocages engendrés par les « maximes » défendues avec force par les « pro-jésuites ultramontains » ou par les hommes des Couronnes. Braschi a le mérite de ne pas paraître fanatique44. Il a certainement, d’une façon ou d’une autre, promis de ne pas rétablir les Jésuites. Comme l’écrira Bourgoing, Braschi pouvait apparaître pour les Couronnes comme le plus conciliant des zelanti45. Il est élu par un dernier vote de principe à l’unanimité moins sa voix, le 15 février. Bernis annonce un pontificat « éclairé, pacifique, mais ami de la règle et de l’ordre »46. Le 22 février, l’élu est ordonné évêque (il ne l’était toujours pas) et couronné à Saint-Pierre. Le dimanche suivant, le 26 février, il ouvre solennellement la porte sainte de la basilique vaticane, inaugurant ainsi, en retard, l’année sainte jubilaire de 177547. Ce geste l’inscrit d’entrée de jeu dans une logique zelante, tout comme le choix de son prénom ; il choisit le prénom de Pie en l’honneur de Pie V : le dernier pape canonisé, l’artisan infatigable de la mise en œuvre des décisions du concile de Trente, le réformateur zélé appliqué à la croisade contre les Turcs, et l’ex-Inquisiteur dominicain48. Le jour de l’élection, de Bernis écrit au roi de France : « Il a une tête bien faite, de la fermeté dans l’esprit, d’excellentes intentions, et désire beaucoup de mériter la bienveillance et la fermeté des souverains catholiques »49. Mais il ajoute avec prudence :

  • 50 Ibid., f. 134v.

« Dieu seul connoît le fond des cœurs, et les hommes ne peuvent juger que sur les apparences. Le règne du nouveau pape fera connoître si avant son élection on avoit vu son visage, ou son masque »50.

  • 51 G. Filippone, op. cit., p.9.
  • 52 De Bernis s’était installé au palais De Carolis, sur le Corso, aujourd’hui immeuble de la Banca di (...)
  • 53 Archives Vaticanes, Fonds Appendice Epoca Napoleonica : Francia, XXIII, 12. Ou AE, Correspondance (...)
  • 54 Comme élément de cette ambiguïté entretenue de Pie VI, relevons que le chroniqueur A. Verri écriva (...)

11Ses premières nominations sont des récompenses de conclave : Pallavicini demeure à la secrétairerie d’État pour plaire aux Couronnes51, Negroni reçoit la daterie, Zelada, le Saint-Office. Quant à l’ambassadeur de France, de Bernis, qui reçoit toute l’Europe dans son palais du Corso52, il conservera toujours ses entrées auprès du pape, qui n’oubliera jamais qu’il lui devait la tiare. La correspondance de l’ambassadeur53 témoigne des ambiguïtés de l’élection : pendant plusieurs mois, il glose sur la neutralité du nouvel élu par rapport aux Jésuites. Il attendra pour se rassurer sur le maintien du général en prison et sur le non-rétablissement de la Compagnie54. Nous verrons plus loin ce qu’il en sera de l’attitude de Pie VI à l’égard des Jésuites.

  • 55 Sur les fêtes durant le pontificat de Pie VI : M. Gori-Sassoli, « Pio VI (1775-1799) », in Corpus (...)
  • 56 Voir Cl. Langlois, T. Tackett, M. Vovelle, Atlas de la Révolution française, tome 9, Religion, p. (...)

12Les débuts du pontificat se déroulent dans l’euphorie de l’année sainte, qui voit, d’après les statistiques des hospices, la venue de 130 000 pèlerins à Rome55. Le nombre des Français reçu à l’hospice de Saint-Louis est faible et montre pour une part les conséquences de l’esprit des Lumières56. Le Souverain Pontife n’est pas inconscient de cette situation. Pour clore le jubilé et en étendre les grâces au monde catholique durant l’année 1776, Pie VI rédige sa première encyclique, Inscrutabile divinae sapientiae, promulguée le jour de Noël 1775 : un véritable pamphlet contre la philosophie, qui ruine la religion et les trônes, qui s’infiltre partout, et face à laquelle il ne faut pas se taire, tout en se préparant au martyre. Le nouveau souverain pontife fut-il prophète cette année-là ? On peut juger du ton de l’encyclique, à garder en mémoire quand surviendra la Révolution :

  • 57 Traduction communiquée à la cour de France par le cardinal de Bernis. AE, Correspondance politique (...)

« Qui ne seroit point effrayé de l’état actuel du peuple chrétien, parmi lequel cette charité divine qui fait que nous sommes en Dieu et Dieu en nous, se trouve si étrangement refroidie tandis que d’un autre côté les crimes et les iniquités se fortifient de jour en jour ? De qui l’esprit ne seroit-il point accablé par cette très importante considération, que nous nous chargeons de garder et de défendre l’Église, Épouse de Jésus-Christ dans un tems où l’on dresse tant d’embûches à la religion orthodoxe, où l’on affronte avec autant d’impudence la règle salutaire des saints canons, et où enfin des hommes turbulens jet-tés dans une sorte de fureur par un goût désordonné pour les nouveautés, n’hésitent point d’attaquer les fondements même de la nature rationelle, et font tous leurs efforts pour les détruire s’il étoit possible ? <...> Mais ces faux sages couvrent cette perversité si horrible de leurs dogmes de paroles et de maximes si belles et si séduisantes que les foibles d’entre’eux, comme ils le font pour la plupart, attirés, pour ainsi dire, par un appas trompeur et embarassés dans ces funestes pièges, ou bien abandonnent entièrement la foi, ou la laissent s’affoiblir en eux à un point extrême en même tems que, courant après une science qui leur paroit admirable, ils ouvrent les yeux aux rayons d’une lumière plus funeste que les ténèbres mêmes. <...> Quelle corruption n’en résulte t’il pas pour les cœurs, quelle lien dans les pensées et dans les discours et quelle présomption et arrogance dans toutes les actions ! Et après s’être envelloppés de ces ténèbres et avoir arraché tout sentiment de religion de leurs cœurs, ces philosophes pervers entreprennent ensuite de rompre tous les liens dont les hommes sont unis entre eux, et avec leurs souverains, et qui les contiennent dans le devoir. Ils fatiguent les oreilles du peuple à force de leur crier que l’homme est né libre, et ils soutiennent qu’il ne doit reconnoitre l’empire de personne, que par conséquens la société civile n’est autre chose qu’un assemblage d’hommes imbéciles dont la stupidité se prosterne devant les Prêtres qui les trompent, et devant les Rois qui les oppriment, de manière que l’union du sacerdoce avec l’empire ne forme qu’une conspiration horrible contre la liberté qui est l’appanage naturel de chaque homme. Qui ne voit pas que touts ces délires et tous les autres de même nature envelloppés de mille artifices deviennent d’autant plus préjudiciables au repos et à la tranquilité publique, qu’on diffère la punition due à ces impiétés, et que les âmes rachetées par le sang de Jésus-Christ souffrent un préjudice d’autant plus grave que les discours pernicieux de ces hommes étendent de plus en plus leurs ravages, qu’ils s’ouvrent une entrée dans les académies publiques, dans les maison des Grands, dans les cours des Rois, et, ce qu’on ne peut dire qu’avec horreur, jusque dans le sanctuaire même »57.

  • 58 « Pie VI et la première coalition », in Revue Historique LXXI (1903), p. 6.

13L’historien Louis Madelin porte ce jugement : « Je ne sais si, dans la longue lignée des papes modernes, il en fut un qui fut moins apte à comprendre la Révolution »58. Cette première encyclique peut être interprétée en ce sens. Mais elle est aussi le résultat d’un regard réaliste sur la société d’alors. La faiblesse du moment résidera surtout dans le manque d’une véritable rencontre entre la foi et la nouvelle rationalité des Lumières.

  • 59 B. Toppan, op. cit., p. 385.

14Pie VI déclare dans son premier consistoire vouloir restaurer l’image bafouée de l’Église. Il prend aussi quelques mesures de remise en ordre de la Cité, réprimandant le gouverneur de Rome, Potentioni, et démettant le préfet de l’annone, Bischi, à cause des troubles survenus durant le conclave. Rome avait recu un pape administrateur qui entendait ouvrir son pontificat par des impulsions nouvelles, profitant du calme revenu après l’affaire de la Compagnie et de l’attentisme des cours européennes59.

LE PONTIFICAT DE PIE VI, DE 1775 À 1789 : QUELQUES GÉNÉRALITÉS

Son caractère

  • 60 Sur les portraits de Pie VI : O. Michel, « Deux portraits de Pie VI, vicissitudes d’une image offi (...)
  • 61 « Le Saint-Père, la figure d’homme la plus belle et la plus vénérable... », Goethe, Voyages en Ita (...)

15A qui ressemble le nouveau pape60 ? Il est grand, svelte, et ses contemporains n’hésitent pas à parler de sa beauté physique, de la noblesse de son port61. Il a de longs cheveux blancs bouclés (les papes ne portaient pas de perruques), des yeux noirs. Il fit toujours plus jeune que son âge et en 1796 encore, le diplomate français François Cacault sera frappé par la beauté et la grandeur du personnage. Il est conscient de cette beauté et sait en jouer dans la pompe des cérémonies pontificales. Sa santé est-elle bonne ? Elle connaît deux alarmes, en novembre 1778 et en mars 1779, au point de faire courir des bruits de conclave. Durant les dix dernières années de son pontificat, qui nous intéressent particulièrement, il connaîtra des attaques de fièvre, et il finira presque paralysé. Mais il meurt à 82 ans, ce qui est fort honorable pour son temps.

16Il dort cinq heures par nuit, alterne dans sa journée le travail personnel, les visites, avec l’après-midi les audiences de cardinaux. Il descend volontiers prier à Saint-Pierre, sort dans Rome. Il réside l’hiver au Vatican, et l’été au Quirinal. Il ne se rendit jamais à Castel Gandolfo, ni dans d’autres résidences d’été. Sa seule sortie annuelle est la visite des marais Pontins, en mai.

  • 62 Voir notice dans la prosopographie des cardinaux.
  • 63 « Non, Pie VI ne fut ni pervers, ni vicieux. Il eu plusieurs défauts graves que l’œil le moins cla (...)
  • 64 Ibid., p. 122.
  • 65 A savoir : Pallavicini de 1775 à 1785, quatre mois de vacance (ce qui est révélateur des hésitatio (...)
  • 66 Qui de fait furent créés cardinaux dès le début du pontificat, en 1775 et 1777.
  • 67 Op. cit., p. 123. Ajoutons un trait particulier rapporté par Stendhal dans une chronique sur Léon (...)
  • 68 Idem.
  • 69 François II à d’Alembert, Ibid., p. 47.

17Sur le plan des mœurs, il semble avoir été irréprochable ; pas d’amitiés féminines embarrassantes. Le seul défaut qu’on lui impute tient en un mot qui tendait pourtant à disparaître en ce xviiie siècle finissant de la Curie romaine, mais que Pie VI remit au goût du jour : le népotisme. Avoir créé son neveu Romualdo62 cardinal en 1786 passe encore pour une habitude romaine (Il est bien le dernier « cardinal-neveu » de l’histoire de la papauté). Mais l’avancement rapide de la richesse de Luigi, la construction d’un palais place Navone, la mainmise sur les terres asséchées des marais Pontins, contribuent à ternir l’image du souverain pontife. Luigi devient duc de Nemi et épouse en 1781 Costanza Falconnieri, de la famille romaine la plus proche du pape. Ce népotisme semble avoir été commandé par une certaine âpreté au gain : si rien de scandaleux ne peut être prouvé, il se trouve que des héritages curieux arrivent entre les mains du pape (affaires des donations Autoreni et Lepri). Bourgoing lui reproche d’être un peu trop ambitieux63 et, quelques pages plus loin, d’avoir été trop ignorant en politique64. Sait-il accorder sa confiance ? Cela n’apparaît pas à travers les circonstances que nous évoquerons. Il se méfie manifestement de son personnel diplomatique, et Bourgoing porte encore ce jugement qui nous semble correspondre à la réalité : « Des cinq cardinaux65 qu’il a eu successivement pour secrétaire d’État, il n’en est pas un qui puisse se flatter d’avoir eu sa confiance entière. Il l’accordait, mais seulement à certains égards, à deux autres cardinaux, Gerdyl et Antonelli66, et les consultait uniquement dans les objets pour lesquels il croyait avoir besoin de leurs talents »67 ; et de Bernis écrit de lui en 1779 : « Je le surveille sans cesse comme un enfant d’un excellent naturel, mais trop vif, et qui serait capable de se jeter par la fenêtre si on n’y prenait garde »68. Un homme donc pas forcément prêt à affronter la période historique qui allait être celle de son pontificat, un homme trop vieux dans un monde trop jeune ? Retenons encore cette appréciation de l’empereur François II rapportée par Bourgoing : « Ce qui me fâche seulement, c’est que tant de bien ne se soit pas opéré sous les papes qui ont mérité d’être humiliés, et que cela atteigne précisément l’honnête Braschi, celui qui a défriché les marais Pontins69 ».

18Pour revenir à des éléments concrets, que mettre en lumière au sujet de ce pontificat ? Nous traiterons dans la partie suivante ce qui en forme l’essentiel, à savoir les relations avec les États. Mais donnons d’abord quelques éléments divers à partir desquels on peut s’efforcer d’évaluer un pontificat de l’époque moderne.

Les grandes réalisations

  • 70 Voir J. C. Grenier, « Musées du Vatican », in DHP, op. cit., p. 1155.
  • 71 G. Luciani, « La politique papale en matière de conservation des antiques et les voyageurs françai (...)

19Et tout d’abord les travaux ! En presque vingt-cinq ans de pontificat, Pie VI eut le temps de faire graver son nom sur bien des monuments de Rome. Citons d’abord, dans les actuels musées du Vatican, le musée Pio-Clémentino, commencé par son prédécesseur, mais qui est vraiment l’œuvre culturelle de Braschi. Il a à cœur durant tout son pontificat de faire mener des fouilles dans la Ville, et d’entasser des antiquités dans les longues galeries situées entre le palais apostolique et le Belvédère, lui-même remodelé par l’architecte Simonetti70. Pie VI n’hésite pas à sortir dans Rome pour visiter les chantiers, se tenir au courant des découvertes71. Il aime y guider lui-même ses hôtes ; il fait dresser l’inventaire du musée en 6 volumes, parus en 1792. Les Français n’auront qu’à se servir dans ce trésor après la campagne d’Italie...

  • 72 P. Galeotti (dir.), « La sagrestia della basilica Vaticana », in Roma sacra VII (2001), n° 23-24.

20Sa seconde grande œuvre est la sacristie de la basilique Saint-Pierre, construite par l’architecte Carlo Marchianni dès le début du pontificat, bâtiment destiné également à abriter les chanoines. La construction n’est pas originale artistiquement, mais à la mesure du décorum liturgique d’alors. « Tu m’as fait riche à défaut de me faire belle » disait-on dans Rome72.

  • 73 C. Brancadoro, Pio Sesto in Subiaco... Rome, 1789 ; S. Andreotti, Pio VI e Subiaco. Atti ufficiali (...)
  • 74 B. Toppan, op. cit., p. 407.
  • 75 J. F. Bourgoing, op. cit., p. 144.

21Au titre des travaux divers, notons le monument devant le palais du Quirinal, quelques obélisques remis en place, la restauration de la cathédrale de Subiaco73, des travaux dans le port d’Ancône. Mais Pie VI peut surtout se vanter d’avoir fait ce dont tout ses prédécesseurs avaient parlé sans jamais le réaliser : l’assèchement des marais Pontins, cette zone insalubre entre Rome et le Tibre, source de maladies et d’autres inconvénients. Avec le concours d’ingénieurs des Pays-Bas, et en engloutissant des sommes considérables (au total, 1.600.000 écus romains en 1798), les travaux aboutissent à l’assèchement définitif de 14 000 hectares74. Cela vaut au pape le surnom de « il secatore », sous-entendant qu’il assèche les marais, mais aussi les fortunes romaines, à cause des impôts75.

Un pape réformateur et un administrateur éclairé ?

  • 76 Pour une synthèse : M. Caravale ; A. Caracciolo, Lo Stato Pontificio da Martino V a Pio IX, Torino (...)
  • 77 Voir notice dans la prosopographie des cardinaux.

22Pie VI voulut être un pape réformateur76. Ses États comptent un certain nombre de penseurs ouverts aux progrès du siècle des Lumières, qui influencent jusqu’à la Curie romaine. L’agriculture souffre d’une sous-production chronique ; l’artisanat et la petite industrie ne se développent guère ; les nombreuses douanes internes empêchent la circulation des biens et des denrées. Déjà, comme trésorier de la Chambre Apostolique, Braschi avait présenté à Clément XIII un projet de réforme économique. Elu pape, il n’eut qu’à le ressortir pour le mettre en œuvre. Après avoir fait ouvrir des mines et des manufactures dès le début de son pontificat, il publie le 27 juillet 1776 un motu proprio encourageant l’agriculture et le commerce. Visant à rétablir l’équilibre financier, la réforme comporte trois axes : abolition des taxes d’octroi à l’intérieur des Etats, établissement d’un cadastre général, institution de services douaniers aux frontières. Pour mettre en œuvre les réformes, Pie VI institue une congrégation particulière, nomme trésorier général Giugliemo Pallotta, et confie la réalisation du cadastre au chevalier Giovanni-Cristiano De Miller. Un motu proprio du 9 avril 1777 institue un impôt foncier pour tous, sans distinction de privilèges, même ecclésiastiques. Mais le cadastre fut établi selon les déclarations des propriétaires, et non par relevé rigoureux ! En 1785, pour avancer les réformes, Pie VI nomme trésorier Fabrizio Ruffo77. Un édit du 30 avril 1786 ordonne la libre circulation des marchandises et institue des douanes sur les importations.

  • 78 « Tutti i cardinali, i prelati, i ministri camerali erano contrari alla riforma per ambizione, odi (...)
  • 79 Par exemple : Motu proprio Il desiderio del maggior bene, du 4 décembre 1789, Bullarii n° 780, p. (...)

23Mais la réforme agraire, déjà timide, est bloquée par les grands propriétaires ; et le trésorier ainsi que le pape deviennent impopulaires ; tout le monde fait de l’obstruction78. Même l’élaboration d’un cadastre rencontre de fortes oppositions dans la province de Bologne. Les inégalités entre les différentes provinces demeurent grandes. Les années de la Révolution voient encore la publication de motu proprio réformateurs79, concernant certaines manufactures, ou bien encore des réformes pour simplifier la justice. Mais après 1790 l’économie sombre dans le marasme. Les caisses sont vides ; on se méfie des monnaies en papier tirées par la Chambre Apostolique. Le renvoi de Ruffo en 1794 et son remplacement par Della Porta marque l’échec final des tentatives. Notons que cet ensemble de décisions tend à renforcer la centralisation du pouvoir. Les esprits ne paraissent pas prêts ; il règne un climat d’immobilisme dans les différentes couches de la société. Les mouvements populaires montreront une grande méfiance envers toute nouveauté, et envers ce qui peut venir de France. Notons que, sur le fond, l’absence de prise en compte d’une classe moyenne face aux grands privilégiés du régime rend caduques les projets de réformes. Celles-ci furent bloquées par ceux-la-mêmes qui auraient dû en être les acteurs.

  • 80 Sur cette question : M. Rosa, « La Santa Sede e gli Ebrei nel Settecento », in Storia d’Italia, An (...)
  • 81 A. Milano, « L’editto sopra gli Ebrei di Pio VI e le mene ricattatorie di un letterato », in Rasse (...)
  • 82 E. Sereni, « L’assedio del ghetto di Roma nel 1793 nelle memorie di un contemporaneo », in Rassegn (...)
  • 83 Rome, P. Giunchi, 1794, 700 p.

24Le parcours des différents jugements portés sur Pie VI nous amène à considérer son attitude vis-à-vis de la communauté juive de Rome80. Celle-ci est notoirement hostile et répressive, dès l’édit du 5 avril 1775 Fra le pastorali sollicitudine81. Les thèmes antijudaïques sont à la mode, par antimodernisme, et par souci de reconstruire une Église forte. Pie VI resserre donc les règles du ghetto, il encourage les baptêmes, impose de nouveau le sermon du samedi avant d’aller à la synagogue. On poursuit des livres sur le judaïsme, on laisse circuler des opuscules sur les meurtres rituels. Dans les procès politiques, de 1792 à 1797, on retrouve un certain nombre de juifs accusés d’être philo-Français. En 1793, le ghetto sera assiégé par la population lors des émeutes suivant la mort de Basseville82. Le fait le plus notoire est la publication en 1794 d’un livre de Rovira Bonnet : L’armata de’ forti, ovvero Memorie spettanti ag’infedeli Ebrei che siano...83. C’est un recueil de textes des conciles ou des papes sur la conversion des juifs. Il y est question en plus des forces qui essayent de renverser la société, dont l’Assemblée Nationale de France qui a libéralisé la situation des juifs et renversé l’Église catholique : il est donc normal de réagir et de les persécuter. Pie VI calma les esprits lors des révoltes, mais l’état d’esprit antijudaïque fut bien entretenu officiellement.

Les béatifications

  • 84 L. von Pastor, op. cit, p. 262. Sur les causes françaises : E. Suire, « La sainteté à l’époque mod (...)
  • 85 Voici la liste des béatifiés, avec la date de la béatification par Pie VI :
    Bonaventure de Potenza, (...)
  • 86 J. Flory, Pie VI, Paris, 1942, p. 51.
  • 87 Y.-M. Hilaire (dir.), Benoît Labre, errance et sainteté, histoire d’un culte 1783-1983, Paris, 198 (...)
  • 88 M. Caffiero, « Una santità controrivoluzionaria ?... », p. 332-333.

25Il est souvent révélateur de considérer les canonisations prononcés par un pape durant son pontificat84. Pour Pie VI, nous ne rencontrons aucune canonisation : c’est sans doute la conséquence des nouvelles règles très strictes édictées par Benoît XIV. Mais nous trouvons quelques béatifications : vingt au total85, dont cinq femmes. Huit béatifiés sont de famille franciscaine, deux minimes, un trinitaire... Il faut donc être d’un ordre apostolique mendiant pour devenir bienheureux sous Pie VI. A trois exceptions près, ces personnages appartiennent au xviie ou au xviiie siècle. Parmi les plus connus, citons Léonard de Port-Maurice, missionnaire franciscain mort en 1751, béatifié le 19 juillet 1796, et Marie de l’Incarnation (Madame Acarie), carmélite, proche du cardinal de Bérulle, morte en 1618 et béatifiée le 5 juin 1791. Pie VI ne manque pas de confier particulièrement la France à son intercession. Pie VI avait rencontré Léonard de Port-Maurice en 1740, et une légende rapporte que le futur saint avait prédit au jeune prélat qu’il deviendrait pape86. Il fut en tout cas un prédicateur anti-janséniste, qui œuvra entre autres à Pistoie... Le contraste est donc grand entre la philosophie de Voltaire et Rousseau et les modèles que le pape exalte : on oppose la pauvreté évangélique à la nouvelle bourgeoisie « éclairée » par la philosophie. Pie VI approuve également 14 reconnaissances de culte. Si on cherche par ailleurs de quels saints il fut le contemporain, citons seulement saint Paul de la Croix (1694-1775), fondateur des Passionistes, auquel il rendit visite sur son lit de mort après son élection ; saint Alphonse de Liguori (1696-1787), fondateur des Rédemptoristes ; et saint Benoît-Joseph Labre (1748-1783). Ce dernier, mort à Rome en 1783, sera l’objet d’une controverse : ce saint clochard, qui après bien des pélerinages s’était fixé à Rome sous une arche du Colisée à partir de 1777, favorisait-il la piété des Jésuites ou bien celle des jansénistes87 ? La piété populaire qui entoura le personnage contraignit la Congrégation des Rites à ouvrir la cause de béatification et à le déclarer vénérable dès 1792, en plein dans les grandes peurs de Rome. Certains jansénistes le retenaient comme un contestataire de l’Église établie, d’autres (comme l’abbé Amaduzzi) lui reprochaient son oisiveté et sa dévotion mal réglée88. Mais la Curie le retiendra surtout comme un contestataire du siècle de la philosophie, le plaçant comme un couronnement du type de béatification voulu par Pie VI. Il attendra cependant 1860 pour être béatifié par Pie IX, puis canonisé en 1881.

UN PAPE AU CŒUR DE NOMBREUX CONFLITS

  • 89 Ce courant de pensée proprement italien entendait limiter les interventions du Saint-Siège dans le (...)
  • 90 E. Preclin, Les jansénistes du XVIIIe et la Constitution civile du clergé. Le développement du ric (...)

26La deuxième moitié du xviiie siècle voit la convergence dans un réformisme actif de différents courants, issus du jansénisme, du juridictionnalisme89 et de la philosophie des Lumières. Cette soif de réforme touche quelques esprits haut placés dans la société, évêques ou souverains, mais ne touche guère le peuple, fortement attaché à la piété baroque mise en place alors depuis plus d’un siècle. L’action des Jésuites et de la réévangélisation de l’Europe après la Réforme portent leurs fruits, en particulier sur les terres de l’Empire ou en Italie, sans parler des royaumes gouvernés par les Bourbons. Ces réactions face à la société traditionnelle ne sont pas en soi antichrétiennes : il ne faut pas prendre le cas de la politique du marquis de Pombal au Portugal pour une généralité. On entend sincèrement purifier l’Église de l’intérieur, sur le plan des pratiques de certaines dévotions (par exemple celle du Sacré-Cœur ou de l’Immaculée-Conception), du culte (on demande la liturgie en langue vernaculaire), des pèlerinages, et de la vie religieuse. Et dans le même mouvement, on souhaite restituer une plus grande autonomie aux Églises locales, dressant une sorte de résistance à un gouvernement romain jugé trop envahissant. Le « second jansénisme », comme l’appelle l’historiographie contemporaine, avait aussi des tendances richéristes90.

  • 91 B. Toppan, op. cit., p. 66 sv.

27A Rome, un cercle janséniste a influencé le clergé et la Curie dans la première moitié du siècle, autour du groupe de l’Archetto, conduit par Giovanni Bottari, vers 173091. Il voulait renouveler l’Église par l’élévation du niveau intellectuel du clergé. Cette influence cesse vers 1770 après les poursuites menées par Clément XIII. Mais les tenants de ce parti « jansénisant » et réformateur sont déçus par la politique de Clément XIV, jugée trop timide. Pietro Tamburini, que nous retrouverons bientôt, fut directement formé par Bottari. Il publie en 1784 un traité de la « Vera idea della Santa Sede », dans lequel il soutient que le souverain a le droit et le devoir de réformer les abus dans l’Église.

28Tout semble aller mieux pour Braschi du côté de l’Espagne, du Portugal ou de la France. Après la suppression des Jésuites, Avignon a été rendu au Saint-Siège. Les deux seules difficultés entre Versailles et Rome seront la commission des réguliers, et le procès du cardinal de Rohan pour le scandale du collier de la reine (Rome supportant mal qu’un cardinal soit jugé par un Parlement). Mais d’autres États seront durant tout le pontificat une grande source d’angoisse... Il nous faut passer en revue ces conflits théologicopolitiques pour mieux évaluer l’état d’esprit du pape quand surviendra la Révolution.

La théologie de Fébronius

  • 92 Trèves, le 27 janvier 1701 – Orval, le 2 septembre 1790. Bibliographie : R. Aubert, « Von Hontheim (...)
  • 93 Il y eut plusieurs versions françaises : par J. Remocle Lissoire, De l’état de l’Église et de la p (...)
  • 94 J. Mercier, « Van Espen », in DTC XV (1950), p. 2530-2531 ; J. Leclerc, in Catholicisme IV (1956), (...)
  • 95 U. Dell’Orto, La nunziatura a Vienna di Giuseppe Garampi, 1776-1785, Cité du Vatican, 1995, p. 215 (...)
  • 96 Né le 1er mars 1740 à Villé (Bas-Rhin), ordonné prêtre en 1765, professeur de philosophie puis pri (...)
  • 97 L. von Pastor, op. cit., p. 371 sv.
  • 98 H. S. Gerdil, Animadversiones in commentarium a Justino Febronio in suam retractationem editum, in (...)

29Au départ de plusieurs crises de cette fin de siècle se situe la théologie de Nicolas von Hontheim92, plus connu sous le pseudonyme de Fébronius par lequel il signa en 1763 son « De statu praesanti Ecclesiae et legitima potestate Romani Pontificis »93. Pasteur consciencieux et zélé, disciple du théologien condamné de Louvain, Zeger-Bernard Van Espen (1646-1728)94, il entend parvenir à une réunion des Églises, et lutte en conséquence contre ce qu’il estime être les abus de pouvoir de la primauté romaine. Comme les jansénistes d’alors, il est aussi séduit par un désir de retour à la pureté de l’Église primitive. En liant l’existence des États à celle des Églises nationales, il souhaite limiter les interventions de la Curie romaine et rendre aux évêques de plus larges pouvoirs de juridiction : on comprend sa proximité avec le juridictionalisme italien. A ses yeux, le pouvoir ecclésiastique réside secundum originem et virtutem dans la totalité des fidèles, le pape n’ayant une primauté que secundum usum. Le pouvoir doctrinal ne revient à l’Église qu’en tant que collectivité, d’où la compétence illimitée des évêques et la nécessité de conciles fréquents. Le pape doit donc renoncer à ses droits usurpés depuis les fausses Décrétales. Aux princes temporels revient la gestion des « affaires extérieures » de la religion. Or Hontheim était évêque auxiliaire de Trèves, et Rome tenta différentes manœuvres pour obtenir sa rétractation. Son traité est mis à l’index dès 1764. En 1777, l’auteur publie un « Febronius abbreviatus », et le nonce à Vienne, Giuseppe Garampi, doit suivre l’affaire95. La Sorbonne, défavorable, refusait de se prononcer face à des évêques étrangers. Ayant alors un conseiller de tendance romaine, François-Joseph Beck96, l’électeur de Trèves fait pression sur son auxiliaire, qui promet une rétractation97. Celle-ci est enfin publiée le 1er novembre 1778, et Pie VI la cite en consistoire le 25 décembre. Mais en 1781, Fébronius publie chez son éditeur habituel, sans imprimatur, un commentaire de sa rétractation qui reprend des points de la théologie gallicane et des quatre articles de l’assemblée du clergé de France de 1682. Ce texte suscite de nouvelles études romaines, entre autres du cardinal Gerdil98, que nous retrouverons plus loin. Hontheim mourut fidèle à ses principes personnels. Si nous ne sommes pas en présence d’un grand théologien, retenons qu’il contribua de façon décisive à secouer les fondations de la structure hiérarchique de l’Église rhénane. Le fébronianisme devait jouer en Europe centrale le rôle du jansénisme en France et en Italie. Son influence se rencontre dans les deux situations que nous allons à présent analyser brièvement.

Pie VI et Joseph II

  • 99 J. Berenger, « Joséphisme », in DHP, p. 970-973. (voir sa bonne bibliographie de langue allemande) (...)
  • 100 Sur les évolutions personnelles de l’archevêque Migazzi, entre sa formation à Rome, son jeu à Vien (...)

30Durant les dix années de son règne personnel, de 1780 à 1790, l’empereur Joseph II poursuit une politique religieuse précise, avec méthode et régularité. Nous sommes en présence d’un « despote éclairé » qui se veut bon catholique : sa conception des rapports entre l’Église et l’État a gardé le nom de joséphisme99. Les jugements et les appréciations sur son œuvre ont divergé, les uns y voyant un « Reformkatholizismus », tentative rationnelle de réformer l’Église romaine dans la suite des réformes tridentines, d’autres y voyant un « Staatskirchensystem », pratique absolutiste visant à constituer une Église impériale autonome. Déjà sous la régence de Marie-Thérèse, des jansénistes avaient pu influencer la cour impériale ; l’archevêque de Vienne Migazzi100 fut dans un premier temps partenaire des réformes, et les Jésuites perdirent leur influence et leur place prépondérante dans l’éducation. Le Collegium Germanicum de Rome formait lui-même des clercs acquis aux idées nouvelles. Remarquons alors la convergence de vues du fébronianisme, des aspirations nationalistes, et du désir janséniste d’épurer l’Église issue de la réforme catholique. On voulait, au titre des Lumières, ôter de l’Église tout ce qui semblait rester du féodalisme. Joseph II voulait de même unifier la législation et l’administration de l’Empire.

31Avec l’aide de ses ministres Kaunitz et Cobenzl, et du rapporteur des affaires ecclésiastiques Franz-Joseph Heinke, Joseph II applique un programme méthodique : fermeture des couvents (car la vie religieuse contemplative est inutile à la société) ; remplacement des collèges jésuites par des séminaires généraux, où l’on enseignait Quesnel et d’autres jansénistes ; séparation plus grande entre les évêques et le siège de Rome, en faisant prêter un serment à l’empereur, en attribuant aux évêques les pouvoirs de dispenses réservés au pape, en supprimant la bulle Unigenitus dans l’empire, en imposant le placet royal aux lettres épiscopales. Sans oublier des réformes liturgiques (on surnomma Joseph II « le roi sacristain ») et une politique d’abolition des confréries et des Tiers-ordres.

  • 101 Voir la notice biographique dans la prosopographie des cardinaux.

32La prédication est étroitement surveillée, le clergé réformé en profondeur. Les biens des couvents ne sont pas confisqués par l’État, mais versés dans les « fonds de religion » qui financent les créations de diocèses et de paroisses : douze diocèses et plus de 1500 paroisses sont érigés en Autriche, Moravie et Hongrie, pour assurer une meilleure catéchisation du peuple : Joseph II opère ici ce que la réforme catholique n’était pas parvenue à mettre pleinement en œuvre. Enfin, la liberté religieuse est accordée aux Réformés et aux Orthodoxes par un édit du 13 octobre 1781, contre l’avis de Migazzi et du nonce Garampi. La situation des Juifs est améliorée en 1782. Ajoutons que ces réformes sont appliquées avec une relative violence qui mécontente le peuple et le clergé, attaché à sa piété traditionnelle. L’ouverture d’un séminaire général à Louvain en 1787 sera le motif du déclenchement de la révolte du Brabant. Dès 1781, le cardinal de Franckenberg101, archevêque de Malines, s’était opposé à la politique impériale, avec tout l’épiscopat belge.

  • 102 Pour une mise au point récente sur ce voyage à Vienne : U. Dell’Orto, op. cit., p. 305-388.
  • 103 De Bernis écrit « Toute l’Europe regarde comme une fable la nouvelle de votre voyage ». Cité par A (...)
  • 104 U. Dell’Orto, op. cit., p. 319.
  • 105 A. F. Bauer, Geschichte der Reise des Papstes Pius VI von Rom nach Wien Vienne, 1782-1784, 3 vol.  (...)

33Devant les développements de cette politique religieuse, Pie VI consulte des cardinaux sur la politique de l’empereur ; Antonelli, Colonna et Gerdil lui conseillent d’être ferme sur les questions de doctrines, et plus accomodant sur les affaires de nominations épiscopales ; le cardinal-doyen Albani lui propose une tentative de conversion personnelle de Joseph II par l’envoi d’un légat102. Mais Pie VI forme le projet de se rendre à Vienne pour parler directement avec l’empereur et rencontrer les évêques. Ce projet ne soulève pas l’enthousiasme de la Curie ni du milieu diplomatique, qui jugent hasardeuse cette nouvelle rencontre du sacerdoce et de l’Empire : on reproche au pape de ridiculiser le Saint-Siège103, et l’empereur déclare à l’avance qu’il ne changera rien à sa politique. Joseph II se serait bien passé de cet accueil, mais il ne pouvait refuser aux yeux du peuple et des pays européens104. Pie VI tient ferme sur sa résolution : il réunit un consistoire le 25 février 1782, et prend la route de Vienne où il arrive le 22 mars105. Contrairement aux prévisions, il est logé au palais impérial, prisonnier de son hôte qui l’écoute avec respect, sans rien lui concéder. Les ministres se révèlent encore plus distants. Un canoniste, Eybel, publie une brochure défavorable à l’autorité pontificale. Du moins, Pie VI impressionne-t-il les foules : le peuple de Vienne est témoin des liturgies pontificales à l’occasion de la semaine sainte. Un consistoire est tenu pour créer deux cardinaux. Sans doute ce voyage révèle-t-il au pape qu’il peut compter et jouer sur le soutien des peuples, idée qui guidera une part de son action durant la période révolutionnaire. Le voyage lui révélait également qu’il pouvait compter sur le soutien de l’épiscopat.

  • 106 J. Gendry, op. cit., p. 286-87 ; U. Dell’Orto, op. cit., p. 360.

34Lors de son départ, peu de choses ont bougé106 : Pie VI a obtenu le maintien de la bulle Unigenitus et consenti quelques pouvoirs de dispense aux évêques. Il rentre à Rome en septembre, en passant par Munich, et par Augsbourg, haut-lieu du luthéranisme, où il est fort bien reçu. Le pape n’était pas rentré à Rome que Joseph II prétendit nommer aux évêchés.

  • 107 Ibid., p. 413 sv.

35Dès le mois d’août, Joseph II a encore fermé des couvents et déclaré agir selon sa conscience. Il rend au pape sa visite en venant à Rome l’hiver 1783-84107. Il semble qu’il pensa un moment séparer « son » Église de Rome, mais de Bernis et Azara (l’ambassadeur d’Espagne auprès du pape) l’en dissuadèrent. De toutes façons, par crainte d’un schisme, Pie VI cède à Joseph II le droit des nominations aux bénéfices dans les duchés de Milan et de Mantoue. Il y eut encore l’affaire de l’archevêque de Milan, nommé sans l’assentiment du pape. Les révolutionnaires français pourront plus tard se prévaloir des droits obtenus par l’empereur pour démontrer l’acceptabilité de leurs réformes...

La crise des nonciatures

  • 108 L von Pastor, op. cit., p. 396.
  • 109 E. Feller, Geschichte der Emser Congresses, Leipzig, 1840.
  • 110 Ibid., p. 411.
  • 111 J. F. Bourgoing, op. cit. p. 345.
  • 112 Ibid., p. 362.

36C’est encore dans le contexte des idées fébroniennes que se déroule cette autre crise entre la papauté et une partie de l’Empire, connue sous le nom de « crise des nonciatures ». Le duc de Bavière Charles-Théodore, lui aussi réformateur soucieux d’une Église liée au pouvoir, compte soustraire l’Église de son État aux juridictions des archevêques de Salzbourg (Jérôme Colloredo), Mayence (Frédéric-Charles-Joseph von Erthal) et Trèves (Clément-Wenceslas de Saxe), tous trois princes-évêques de principautés électorales. Un nonce siégeait à Cologne pour ces Etats. Rome pensa donc installer un nonce à Munich, ce qui est accompli le 15 février 1785 avec l’envoi du nonce Cesare Zoglio. Cette décision soulève aussitôt une tempête de la part des trois prélats, auxquels s’adjoint l’évêque de Cologne, car les nonciatures avaient des tribunaux indépendants108. Les archevêques en profitent pour se réunir à Ems (ville thermale)109 le 24 juillet 1786, et signent le 25 août la « punctuatio », programme d’inspiration anti-curialiste en 23 articles, qui réclame pour les évêques le droit de recevoir ou non les brefs pontificaux, ainsi que d’exercer des droits réservés au pape, limite les décisions des congrégations romaines, institue un seul tribunal d’appel par diocèse. Soumis à Joseph II, le texte ne reçoit pas son approbation, car les évêques suffragants font pression dans un sens contraire (préférant être soumis à Rome plutôt qu’aux archevêques), et l’empereur reste prudent110 ; mais il accepte de supprimer les tribunaux des nonciatures111. Les nonces de Cologne et de Munich doivent livrer des batailles de procédure au cas par cas. L’affaire est portée devant la diète impériale en août 1788. On évoque même la possibilité d’un concile national112.

  • 113 P. Stella, « Quo primum tempore... », in Rivista di Storia della Chiesa in Italia XLV (1991), p. 3
  • 114 Edition altera, Rome, 1790. Nous analyserons théologiquement ce texte dans notre troisième partie.
  • 115 P. Blet, « Garampi et la Constitution civile du clergé », in Miscellanea in onore di Mons. M. Gius (...)

37La réponse du pape se fait attendre trois ans, selon le procédé habituel des congrégations particulières. Durant l’automne 1789, les cardinaux Albani, Antonelli, Campanelli, Gerdil et Zelada travaillent à une réponse pontificale113. C’est le 14 novembre 1789 que Pie VI signe la « Responsio ad metropolitanos Moguntinum, Trevirensem, Coloniensem, Salisburgensem super nuntiaturis apostoliis »114. Le père Blet115 l’attribue au cardinal G. Garampi, ancien nonce à Vienne. Le Saint-Siège apporte une réponse question par question, et consacre la moitié du document à prouver le droit du pape d’envoyer des nonces où il le souhaite. Le chapitre VIII rappelle les condamnations de Richer et de Fébronius. Clément-Wenceslas se réconcilie avec Rome en février 1790. L’affaire ne se règlera véritablement que par la disparition des principautés électorales en 1803.

Avec le grand duché de Toscane : le synode de Pistoie

  • 116 I. Biagianti et R. G. Salvadori, « Il riformismo leopoldino in Toscana », in Il secolo dei lumi e (...)
  • 117 J. Carreyre, « Pistoie, synode de », in DTC XII (1936), p. 2134-2230 ; R. Darricau, in Catholicism (...)
  • 118 P. Corsini et D. Montanari (a cura di), Pietro Tamburini e il giansenismo lombardo, Atti del Conve (...)
  • 119 Atti e decreti del concilio diocesano di Pistoia dell’anno 1786, éd. P. Stella, Florence, 1986, p. (...)

38Léopold, frère de Joseph II et grand-duc de Toscane depuis 1763, décide de mener une politique religieuse inspirée du joséphisme116. En 1780, il publie une lettre circulaire sur la police extérieure de l’Église, et mène une campagne de sécularisation des couvents. Il fait nommer à l’évêché de Pistoie et Prato Scipione de Ricci (1741-1810), prélat acquis à sa pensée, et les deux hommes font traduire et publier des ouvrages condamnés de jansénistes et de gallicans : entre autres, les Réflexions morales de Quesnel et le Catéchisme de Mesenguy. Il proteste contre la dévotion au Sacré-Cœur, supprime les confréries, fait publier une traduction de la Bible de Sacy. Le 2 août 1785, une lettre de Léopold demande aux évêques de réunir des synodes diocésains avec leurs curés, tous les deux ans, pour réformer les abus dans l’Église. Une autre lettre demande la préparation d’un concile national. C’est dans ce cadre que Ricci convoque le 31 juillet 1786, pour le 18 septembre, un synode à Pistoie117. Il parvient à rassembler 234 membres, dont 171 curés du diocèse. L’évêque rappelle leur institution divine pour justifier le rôle qu’ils allaient tenir. L’initiative est soutenue par l’église schismatique d’Utrecht. Du 18 au 28 septembre, l’assemblée travaille à la rédaction d’un ensemble de décrets sur la foi, l’Église, la grâce, les sacrements, la prière, les clercs et les conférences ecclésiastiques. Le travail de rédaction se fait en deux congrégations, composées chacune de vingt-quatre curés, et de théologiens extérieurs au diocèse, « importés » par Ricci : entre autres, le fameux Pietro Tamburini (1732-1827)118, ainsi que Vincenzo Palmieri. Les conseils de quelques jansénisants français sont aussi utilisés : Augustin Clément du Tremblay (1718-1804), Gabriel Dupac de Bellegarde (1717-1789) et Gabriel-Nicolas Maultrot (1714-1803). Dans le discours d’ouverture119, le prieur Bartoli parle du retour à la théologie de Saint Augustin, l’Église subissant depuis deux siècles les attaques des disciples turbulents et ambitieux de Pélage ; il poursuit sur le retour aux pleins pouvoirs sur la foi des curés et des évêques par rapport aux usurpations du siège romain : cela fixe bien le cadre des idées réformatrices du synode. Le résultat final consiste en un ensemble de décrets et d’articles de réformes, ainsi que six « mémoires au grand-duc » qui résument les décisions et en demandent la mise en exécution par le souverain. Ils portent sur les fiançailles et les empêchements au mariage, la réforme des serments, la réforme des fêtes, la nouvelle délimitation des paroisses, la réforme des réguliers, et la convocation d’un concile national.

39Bien qu’ils ne soient pas publiés immédiatement, les actes du synode entraînent la convocation d’une autre assemblée synodale, tenue à Florence du 23 avril au 5 juin 1787, en vue de préparer un concile national. Ricci, soutenu par deux collègues, se trouve mis en minorité face aux quatorze autres évêques sur la plupart des points de réforme, en particulier sur les rapports avec le Saint-Siège. Le grand-duc en fut fort mécontent !

  • 120 A Prato, Ricci voulut enlever de la cathédrale la relique de la ceinture de la Vierge vénérée là d (...)

40A la mort de Joseph II, le 20 février 1790, Léopold devient empereur, laissant la Toscane à son fils Ferdinand III. Par suite des émeutes subies en 1787 et en 1790, car les réformes étaient au fond très impopulaires, Ricci démissionne le 3 juin 1791, et il se rétractera par la suite, malgré ses contacts avec l’Église constitutionnelle120.

  • 121 DTC XII, p. 2146.
  • 122 Atti e decreti del concilio diocesano di Pistoia dell’anno 1786, éd. P. Stella, Florence, 1986.

41Nous ne reprendrons pas ici tous les enjeux purement théologiques sur la grâce et les sacrements soulevés dans le synode. Jean Carreyre fait remarquer dans son article du Dictionnaire de Théologie Catholique121 que le synode nous offre comme une synthèse du jansénisme, si difficile par ailleurs à définir ; mais on parlerait plutôt aujourd’hui d’une synthèse du second jansénisme. Le synode reprend de fait des thèses de Baïus, Jansénius ou Quesnel condamnées par Rome. Les actes ont été réédités en 1986 pour son deuxième centenaire sous la direction de Pietro Stella, et nous utiliserons cette édition122. Parce qu’ils sont en rapport direct avec notre sujet en raison des parallèles avec la Constitution civile du clergé, nous examinerons ce qu’affirment les décrets et les mémoires sur l’Église, le sacrement de l’ordre, les changements à apporter à la carte des paroisses, et la nécessité de convoquer un concile national.

42Selon les actes du synode, l’Église peut ainsi connaître dans son histoire des périodes d’obscurcissement, où la saine doctrine semble étouffée par les erreurs, à cause de l’endormissement des mauvais pasteurs. Mais elle ne peut faillir dans sa foi, car le corps ecclésial entier en est juge, fidèles, prêtres et évêques, sous la garde du « chef ministériel », le pape (notion, nous l’avons vu, toute fébronienne). Le synode reprend et cite les quatre articles de 1682, ce qui ne peut manquer de faire réagir Rome.

  • 123 Ibid., p. 165.

43Sur le sacrement de l’ordre, les Actes précisent d’abord que le seul objectif est la nécessité et l’utilité pour l’Église d’avoir des prêtres123 ; jadis, on n’ordonnait que selon les critères de la sainteté des candidats. Il vaudrait mieux avoir de bonnes équipes de fidèles formés, plutôt que des mauvais prêtres en surnombre. Il est par ailleurs nécessaire de changer le système bénéficial parce qu’il donne lieu à trop d’abus : il serait plus juste que l’évêque ait en charge la rétribution des clercs selon le poste et le nombre de fidèles dont ils s’occupent. L’évêque devrait veiller à examiner ses prêtres.

  • 124 Ibid., p. 234.

44Pour rediviser les territoires paroissiaux, il faut faire appel aux évêques et au souverain : eux seuls pourront trancher d’autorité une question qui tournerait à la foire d’empoigne si on laissait les prêtres et les fidèles s’arranger124.

  • 125 Ibid., p. 240.
  • 126 Livre 6, ch. 7 et 13.

45Quant à convoquer un concile national, nous pouvons détailler les arguments que nous retrouverons en partie utilisés en France125 : c’est le meilleur moyen de traiter les différends qui opposent des Églises locales ; il permet de remédier aux abus presque « canonisés » par des pratiques séculaires. Le mémoire expose ensuite que les décisions du synode de Pistoie en sortiraient affermies ; elles auraient plus de poids vis-à-vis de l’Église universelle, comme exemple de réforme, et les blocages éventuels seraient mieux contrés ; l’unité de l’Église en serait renforcée. Sur le principe théologique en lui-même, l’échange entre les nombreux ecclésiastiques permet de laisser jaillir la Vérité. Un tel concile achèverait l’œuvre « lumineuse » du souverain. Or, il revient à celui-ci de veiller à ce que les sujets soient de fidèles chrétiens. Il revient au souverain, comme évêque de l’extérieur, de convoquer une telle assemblée. Appelant l’histoire à la rescousse, le mémoire établit que ce droit avait été exercé jadis par les rois de France : on en trouve la preuve dans le traité de Pierre de Marca sur les conciles126. Les rois d’Espagne ont la même revendication.

46Ajoutons qu’un mémoire au grand-duc demande également une réforme des serments, car le grand nombre de serments exigés dans la vie de la société chrétienne lui parait abusif et contraire à l’Évangile.

47Le parallèle entre le synode de Pistoie et les réformes religieuses de l’Assemblée Nationale Constituante étant très fructueux, nous aurons à revenir sur ses conséquences. Mais pour l’heure, reprenons notre parcours des adversités encourues par Pie VI.

Avec la cour de Naples

  • 127 Voir J. F. Bourgoing, op. cit., tome II, p. 55 et suivantes.

48Depuis le ministère de Tanucci à la cour de Naples, des mesures réformatrices sont aussi poursuivies par les souverains locaux. Ferdinand IV propose ainsi un archevêque jansénisant pour le siège de Naples. Là encore, on réduit le nombre d’évêchés, on ferme des couvents. Les nominations d’évêques furent si problématiques vers 1782-83 qu’il fallut une congrégation cardinalice particulière127. Selon sa coutume, quand les relations se gâtent, Naples menace d’occuper les deux enclaves des États pontificaux, Bénévent et Ponte-Corvo.

  • 128 O. Michel, « Chinea », in DHP, p. 355-356.
  • 129 J. F. Bourgoing, op. cit., tome II, p. 98.

49La grande affaire fut que, depuis la conquête par Charles d’Anjou en 1265, les souverains des Deux-Siciles présentaient au pape, en remerciement de son aide, un tribut, sous la forme d’une haquenée blanche chargée d’une offrande128. Après avoir longtemps menacé d’abandonner cet hommage, le roi passe aux actes en 1788. Pie VI fit rédiger de volumineux mémoires sur les droits du Saint-Siège. Pas de haquenée non plus en 1789. C’est la Révolution française qui met fin au conflit : par peur de la marine française, les deux États doivent se rapprocher. Rome consent à l’abandon de la vieille coutume humiliante, remplacée par un tribut versé à chaque avènement d’un nouveau roi. Pour les nominations épiscopales, le pape choisirait parmi trois candidats présentés par le roi129. Le pape n’apparaît donc pas plus en sécurité au sud de son État qu’il ne l’est du côté nord.

Avec Catherine II de Russie

  • 130 M. Dimitriev, « Les partages de la Pologne », in Histoire du Christianisme, vol. 10, p. 203-210.
  • 131 C. Bossard, Recueil de pièces authentiques, concernant l’érection faite par le pape de la ville de (...)
  • 132 J. Gendry, op. cit., p. 331.

50On connaît la forte personnalité de l’impératrice de toutes les Russies : Pie VI devait lui aussi en faire les frais. Après le partage de la Pologne en 1772130, il vint à l’impératrice l’idée d’ériger un unique évêché catholique pour toute la partie russe de l’ancien royaume, avec un siège épiscopal à Mohilew131. Ce siège devait avoir juridiction tant sur les latins que sur les gréco-catholiques ruthènes. Elle nomme même Mgr Siestrzencewicks à ce poste. Mise devant le fait accompli, Rome se trouve par ailleurs gênée par la question du maintien de la Compagnie de Jésus dans l’empire : Catherine II, par un oukaze du 10 mai 1774, a laissé à la Compagnie le rôle essentiel qu’elle tenait dans l’enseignement en Pologne et la gratifie ainsi pour avoir aidé au ralliement de la noblesse à sa cause. Elle lui permet de se perpétuer et de recevoir des novices par une congrégation générale tenue à Polotsk. Le 6 septembre 1785, les Jésuites de Russie se donnent même un général. Rome se défie par ailleurs de l’évêque de Mohilew, d’origine luthérienne, et sur la conversion duquel on nourrit quelques doutes. L’affaire dépend de la congrégation de la Propaganda Fide132. Le nonce Garampi demande dans un premier temps aux évêques de Pologne de céder à Siestrzencewicks leur juridiction pour ne pas laisser les catholiques sans situation canonique. Le 9 août 1778, après une mission de Rome sur place, l’évêque nommé reçoit une juridiction ordinaire. Entre temps, il a, avec parfaite duplicité, accueilli des Jésuites « au nom du pape ». Malgré des protestations de Pie VI, Catherine II le nomme de son propre chef archevêque et lui donne un Jésuite comme coadjuteur ! En automne 1783, le nonce Archetti se rend en Russie pour négocier, tandis que Catherine II menace d’interdire le catholicisme si Rome ne se plie pas à ses volontés. Le nonce à Varsovie capitule, et l’impératrice lui obtient le chapeau de cardinal en remerciement !

51Cette affaire crée un précédent supplémentaire vis-à-vis des problèmes à venir en France sur le remaniement des diocèses : Rome s’est pliée aux menaces d’une souveraine schismatique sur une question de juridiction épiscopale.

  • 133 M. Inglot, op. cit.
  • 134 Ibid., p. 61-63.
  • 135 Ibid., p. 130-131.
  • 136 Ibid., p. 126.
  • 137 Ibid., p. 166-179.

52Ce parcours du pontificat de Pie VI peut se conclure provisoirement sur l’évocation de sa politique discrète à l’égard de la Compagnie de Jésus. Nous l’avons vu, Braschi ne peut avoit été élu au conclave de 1774 qu’en ayant plus ou moins promis qu’il maintiendrait la suppression des Jésuites. Or il fut capable sur ce point d’une relative liberté d’action qui parachève la présentation de la figure contrastée de ce pontife. On connait mieux, par une étude rigoureuse des archives de la Compagnie133, le jeu de Pie VI. En 1775, le vice-provincial des Jésuites de Russie, le père Czerniewicz, gardien du Status quo des 145 jésuites de cette province, demanda à Rome l’approbation de leur existence et le droit d’agréger de nouveaux religieux. Le secrétaire des Mémoriaux, le cardinal Rezzonico, répondit que Pie VI avait lu la lettre, et que, pour sa part, il lui souhaitait du bien et confirmait ses mérites134. Donc Rome n’avait pas repoussé la demande, à défaut de donner une réponse positive, sachant que l’extinction des Jésuites de Russie était demandée par les ambassadeurs. Pie VI se garde donc discrètement une liberté de manœuvre. Il va plus loin en 1783 : le 12 mars, Pie VI approuve vivae vocis oraculo le maintien des religieux en Russie Blanche135, dans le cadre de la mission du jésuite Benislawski, envoyé par Catherine II auprès du pape pour négocier au sujet du siège de Mohilew. Or « l’oracle de vive voix » a un statut d’authenticité dans le droit pontifical, et les religieux de Russie pouvaient donc s’estimer dans la pleine communion de l’Église en réorganisant la province. On sait par d’autres témoignages que le pape attendait d’être un peu plus libre pour rétablir la Compagnie, dont il traitait la suppression de « mystère d’iniquité »136. Une nouvelle tentative de reconnaissance officielle sera mise en œuvre en 1799, mais le premier bref officiel viendra avec Pie VII en 1801. La tentative avortée, mais bien réelle, d’un rétablissement des Jésuites dans les Etats de Parme en 1793137 achève de présenter cette liberté d’esprit de Pie VI. Mais la Révolution française renvoyait vers l’Église les souverains d’Europe et ouvrait de nouvelles perspectives au Saint-Siège. Sauf que la Providence réservait pour l’heure d’autres issues au successeur de Pierre.

53Cette longue énumération de conflits permet d’entrevoir ce que pouvait être l’état d’esprit du souverain pontife le 14 juillet 1789. Il porte les marques psychologiques de quatorze années de combat entre une grandeur et une autorité romaine, plus ou moins idéalisées, ou tout au moins en volonté d’affermissement, et des réalités politiques et théologiques difficiles. Aussi percevra-t-il la Révolution française comme un ultime combat, le résultat logique d’un siècle de remise en question des ordres établis.

54Mais si cet homme peut se sentir isolé face à l’Europe, il n’en gouverne pas moins avec un conseil permanent à travers le collège cardinalice : il nous faut maintenant traiter de cette Curie romaine, alors tant décriée en Europe.

Notes

1 Voir plus loin la citation de sa première encyclique, Inscrutabilae Divinae Sapientiae, p. 40.

2 M. Caffiero, « Pie VI », in Dictionnaire historique de la papauté, sous la direction de Ph. Levillain, Paris, 1994, (Désormais noté DHP) p. 1330-1334. M. Caffiero, « Pie VI », in Enciclopedia dei Papi, Vol. III, p. 492-509, I.E.I., 2000. On peut ajouter les notices biographiques : G. Bourgin, « Pie VI », in Dictionnaire de Théologie Catholique, vol. XII, 1935, p. 1653-1669. (Désormais noté DTC) ; L. Trenard, « Pie VI », in Catholicisme vol. XI, 1988, p. 258-261 ; J. Suratteau, « Pie VI », in Dictionnaire historique de la Révolution française, sous la direction de A. Soboul Paris, Presse Universitaire de France, 1989, p. 843-844 ; V. E. Giuntella, « Pio VI », in Enciclopedia Cattolica vol. IX, 1952, p. 1500-1504. (Désormais noté En Catt) ; G. Moroni, « Pio VI », in Dizionario di erudizione storico-ecclesiastica, vol. LIII, 1852, p. 86-115. (Désormais cité : Moroni) ; R. Ritzler – Hierarchia Catholica Medii et Recentioris Aevi, vol. VI, 1956, p. 28-30. (Désormais cité HC).

3 L. von Pastor, PIUS VI (1775-1799), Storia dei papi dalla fine del Medioevo XVI.3, Rome, 1934.

4 J. Gendry, Pie VI, sa vie, son pontificat (1717-1799), d’après les archives vaticanes et de nombreux documents inédits, Paris, 1906, 2 volumes.

5 « Papa fastoso, prottetore delle arti, principe del secolo, riformatore ». G. Filippone, Le relazioni tra lo Stato Pontificio e la Francia rivoluzionaria, Storia diplomatica del trattato di Tolentino, Milan, 1967, vol. II, p. 1.

6 Dans les premières biographies, retenons : P. Baldassari, Relazioni delle avversità e patimenti del Glorioso papa Pio VI, nelle ultimi tre anni del suo pontificato, Modene, 1840-43 ; (Ag. Barruel), Histoire civile, politique et religieuse de Pie VI, écrite sur des mémoires authentiques par un français catholique romain, Paris, 1801, Avignon, s.d., avec l’oraison funèbre de Mgr. Brancadoro ; F. Becattini, Storia di Pio VI, Venise, A. Zatta, 1801-02, 2 vol. ; Blanchard, Précis historique de la vie et du pontificat de Pie VI, Londres, 1800 ; J.-F. Bourgoing, Mémoires historiques et philosophiques sur Pie VI et son pontificat, jusqu’à sa retraite en Toscane : où l’on trouve des détails curieux sur sa vie privée, sur ses querelles avec les diverses puissances de l’Europe, sur les causes qui ont amené le renversement du Trone pontifical, et sur la Révolution de Rome, tirés des sources les plus authentiques, Paris, 1799, 2 vol. ; J.-F. Bourgoing, Mémoires historiques et philosophiques sur Pie VI et son pontificat, jusqu’à sa mort, Paris, 1802, 2 vol. ; Compendio ed elogio storico della vita di Pio VI, Venise, 1799 ; G.-B. Ferrari, Vita Pii VI cum appendice, Padoue, 1802 ; Viaggio del peregrino apostolico il sommo pontefice Pio sesto da Roma a Valenza..., Rome, 1799 ; I.-F. Keppler, Geschichte des Papstes Pius VI, Vienne, 1782 ; G. Merck, La captivité et la mort de Pie VI, Londres, 1814 ; Parentalia Pii VI p.o.m., Venise, 1799 ; I. Pezzi, Geschichte Papst Pius VI, Vienne, 1799 ; Storia imparziale del papato di Pio VI Braschi regnante, dalla sua assunzione al trono del Vaticano si-no alla conchiusion della pace colla Reppublica Francese, Milano, Anno VI della Reppublica francese e I della Cisalpina ; G. B. Tavanti, Fasti del S.P. Pio VI con note critiche, documenti autentici e rami allegorici, Florence, 1804, 3 vol. ; Vita e fasti di Pio VI sommo Pontefice, Milano, 1800 ; P.-P. Wolf, Geschichte der römischkatholischen Kirche unter Pius VI, Zurich et Leipzig, 1793-1806, 7 vol.
Dans les générations suivantes : I. Bertrand, Sauret, Clerc – Jacquier, Le pontificat de Pie VI et l’athéisme révolutionnaire, Paris, 1879, 2 vol. ; P. Cadevoni, Gli ultimi patimenti del sommo pontefice Pio VI, Modène, 1899 ; G. De Novaes, Elementi della storia de’ Sommi Pontifici da San Pietro sino al felicimente regnante Pio Papa VII ed alla Santità Sua dedecati per l’uso de’ giovanni studiosi, raccolti dal canico Giuseppe De Novaes patrizio portoghesen terza editione corretta ed ampliata, tomo XVII, Rome, 1822 ; C. Durozoir, Eloge historique et religieux de Pie VI, avec l’histoire religieuse de l’Europe sous son pontificat, Paris, 1825 ; A.-G. Epailly, Angelo Braschi, ou le pape Pie VI prisonnier du Directoire, Genève, 1862 ; A. Granel, Le martyr de Valence, Toulouse, 1919 ; J. Lacouture, Histoire de l’enlèvement et de la captivité de Pie VI, Paris, 1839 ; T. de la Rive, L’esilio e la morte di Pio VI ; discorso di commemorazione con la traduzione a fronto scritta dell’autore stesso, Rome, 1899 ; C. Pellegrini, L’esilio e la morte di Pio VI, Monza, 1899 ; H. Reynaud, Pie VI à Valence, Grenoble, 1899 ; E. Rolchi », Il pontificato di Pio VI e di Paolo II », in Capitolium 47 (1972), p. 61-72 ; I. Spada, La Rivoluzione francese e il Papa, Bologne, 1989 ; G. Tononi, Il prigioniero apostolico Pio VI nei ducati parmensi (1-18 april 1799), Parme, 1896 ; B. Toppan, Pouvoir et culture à Rome à l’époque des Lumières (1740-1798), Thèse de doctorat de l’université de Lille-III, 1987 ; A. Torrigiani, I nove Pii Sommi Pontefici, Studii storici, Florence, 1869 ; P.-E. Visconti, Biografia di Pio Sesto Pontefice Massimo, Rome, 1836 ; La voce della verita. Centenario di Pio VI, 29 agosto 1799 – 29 agosto 1899, Rome, 1899.
Voir la bibliographie générale en IV.1 pour compléter encore.

7 Bourgoing, Jean-François, Baron de : Né à Nevers le 20 novembre 1745, carrière militaire, puis secrétaire de Montmorin, chargé d’affaires en Espagne de 1777 à 1785. Ministre de France à Hambourg en 1788. Envoyé en Espagne en 1792 pour peser contre la coalition, il négocia ensuite pour la France le traité de Bâle en 1795. Ambassadeur de Bonaparte à Stockolm, puis ministre en Saxe en 1807, il mourut en Allemagne le 20 juillet 1811. Il publia la correspondance entre Voltaire et de Bernis. Dictionnaire de Biographie Française, vol. VI, 1951, p. 1501-1502 (M. Prevost). (Désormais noté DBF).

8 (A. Barruel), Histoire civile, politique et religieuse de Pie VI, écrite sur des mémoires authentiques par un français catholique romain, Paris, 1801, Avignon, s.d., avec l’oraison funèbre de Mgr. Brancadoro. Cet ouvrage publié anonymement est attribué à Barruel par F. Beccatini, dans la Storia della vita di Pio VI, Venise, 1802, t. IV, li. XIV, p. 209 (Voir Barbier, Dictionnaire des ouvrages anonymes, 1874, Tome II, p. 645). Mais aucun des biographes de Barruel n’en fait mention. Barruel peut-il avoir rédigé cette œuvre durant son séjour à Londres ? La datation et le ton de l’ouvrage rendent cela envisageable. Voir sur Barruel : P. Bianchini Religione e politica in Augustin Barruel (1741-1820), tesi di Laurea, Université de Turin, 1996, 2 vol. ; M. Riquet, Augustin de Barruel, un jésuite face aux jacobins francs-maçons 1741-1820, Paris, 1989 ; R. Daeschler, « Barruel Augustin », in Dictionnaire d’Histoire et de Géographie Ecclésiastique vol. VI, 1932, p. 937. (Désormais noté : DHGE) ; DBF V (1951), p. 627-628 (M. Prevost) ; J.-J. Dussault, Notice sur la vie et les œuvres d’Augustin de Barruel, Paris, 1825.

9 P. Bellettani, « La città del papa », in Storia di Cesena, III : La dominazione pontificia (Secoli xvi-xvi-xviii), a cura di A. Prosperi, Rimini, 1989, p. 387-399.

10 J. Gendry, op. cit., vol. I, p. xvii.

11 A. Barruel écrit « Ses parents étaient pauvres, mais d’une ancienne noblesse », op. cit., p. 11.

12 J. Gendry, op. cit., p. xviii.

13 L. von Pastor, op. cit., p. 19.

14 Né le 17 juillet 1700, auditeur du cardinal Ruffo, puis évêque d’Imola ; créé cardinal par Pie VI le 29 mai 1775, décédé à Imola le 23 mars 1784. Moroni IV (1840), p. 85-86 ; DHGE VI (1932), p. 484 (E. van Cauwenbergh) ; HC VI (1956), p. 31.

15 Né à Naples en 1663, vice-légat de Ravenne, puis inquisiteur de Malte, nonce à Florence ; créé cardinal le 17 mai 1706, légat à Ferrare, puis à Bologne, puis encore à Ferrare. Evêque d’Ostie et Velletri en 1740, mort le 16 février 1753. Moroni LIX (1852), p. 215-216 ; HC V (1952), p. 24 ; En Catt X (1953), p. 1433-1434. (V.-E. Giuntella).

16 M. Rosa, « Benoît XIV », in DHP, p. 214-219 ; DHGE VIII (1935), p. 164-167 (J. Carreyre).

17 E. Garms-Cornides, « Storia, politica e apologia in Benedetto XIV : alle radici della reazione cattolica », in Ph. Koeppel (dir.), Papes et papauté au xviiie siècle, Paris, 1999, p. 144-161.

18 Voir les indications données sur cette charge et l’analyse du cursus honorum dans la Curie : Ph. Boutry, La restauration de Rome. Sacralité d’une ville, tradition des croyances et recompositions de la Curie à l’âge de Léon XII et de Grégoire XVI (1814-1846), Thèse pour le doctorat d’Etat présentée sous la direction de J.-M. Mayeur, Paris-IV-Sorbonne, 1993, p. 229 sv. D’autres éléments, même si l’étude porte sur une période ultérieure, dans : Ph. Boutry, « Les silencieuses mutations de la prélature romaine (1814-1846) », in Roma fra la restaurazione e l’elezione di Pio IX, amministrazione, economia, società e cultura, a cura di A. L. Bonella, A. Pompeo, M. I. Venzo, Rome, 1997, p. 33-54.

19 Ibid., p. 235.

20 Ph. Boutry, « Clément XIII », in DHP, p. 392-394 ; DHGE XII (1953), p. 1381-1410 (R. Mols).

21 Voir notice dans la prosopographie des cardinaux, en annexe.

22 J. Gendry, op. cit., p. 17. « Les plus exaltés parmi les partisans ou les ennemis des jésuites l’appelaient le fourbe romagnol, et taxaient son silence d’ambition et de duplicité ».

23 J. Favier, « Chambre Apostolique », in DHP, p. 326-331.

24 « A denti per mortificare e buon nazo per sentire », Ag. Barruel, op. cit., p. 16.

25 Ph. Boutry, « Clément XIV », in DHP, p. 394-397 ; M. Rosa, « Clémento XIV », in Enciclopedia dei Papi, vol. III, p. 475-492, 2000 ; M. Rosa, « Clémento XIV papa », in Dizionario Biografico degli Italiani vol. XXVI, 1982, p. 343-362 (Désormais noté DBI) ; DHGE XII (1953), p. 1411-1423 (E. Preclin) ; A. Theiner, Histoire du pontificat de Clément XIV, Paris, 1852, 2 vol.

26 A. Barruel, op. cit., p. 16.

27 L. von Pastor, op. cit., p. 19.

28 P. Retat, « La mort de Clément XIV », in Papes et papauté au xviiie siècle, Ph. Koeppel (dir), Paris, 1999, p. 261-283.

29 C’est le plus long conclave des temps modernes après celui pour l’élection de Pie IV en 1559, qui dura cinq mois. Voir Ph. Levillain, « Conclave (après le concile de Trente) », in DHP, p. 440 ; E. Petrucelli, Histoire diplomatique des conclaves, vol. IV, Paris, 1866 ; L. Dollot, « Conclaves et diplomatie française au XVIII° », in Revue d’Histoire Diplomatique LXXV (1961), p. 124-135.

30 J. Gendry, op. cit., p. 63.

31 Voir la liste des cardinaux conclavistes dans HC VI (1958), p. 28.

32 J. gendry, op. cit., p. 68.

33 Il conclave dell’anno 1774. Ibid., p. 70-71.

34 Vincenzo Malvezzi : Né le 22 février 1715 à Bologne, et donc protégé de Benoît XIV, il vient à Rome en 1740. Créé cardinal le 26 novembre 1753, archevêque de Bologne en 1754. Prodataire de Clément XIV ; décédé le 3 décembre 1775. Il était un adversaire des Jésuites. Moroni XLII (1847), p. 94-95 ; HC VI (1956), p. 17.

35 Voir sa notice biographique dans la prosopographie des cardinaux.

36 Idem.

37 Lazzaro Opizio Pallavicini, né à Gènes le 30 octobre 1719, nonce à Naples puis à Madrid, créé cardinal le 26 septembre 1766, légat à Bologne. Secrétaire d’Etat de Clément XIV, puis de Pie VI, de 1769 à 1785. Décédé le 23 février 1785 à Rome. Moroni LI (1851), p. 52-53 ; HC VI (1956), p. 24.

38 Antonio Eugenio Visconti. Né à Milan le 28 décembre 1713, décédé le 3 mars 1788. Il fut nonce en Pologne en 1760, puis à Vienne en 1766. Créé cardinal le 17 juin 1771. Moroni CI (1860), p. 72-74 ; HC VI (1956), p. 27.

39 Bernardino Giraud, né à Rome le 14 juillet 1721, nonce en France de 1767 à 1773, il manœuvra toujours entre ses sympathies pour les Jésuites et ses devoirs diplomatiques. Créé cardinal in petto le 17 juin 1771, évêque de Ferrare de 1773 à 1777. Il tomba en disgrâce pour son opposition au voyage de Pie VI à Vienne. Décédé à Rome le 3 mai 1782. Moroni XXXI (1845), p. 81-83 ; En Catt VI (1951), p. 651 (M. De Camillis) ; HC VI (1956), p. 27-28 ; DHGE XX (1984), p. 1486 (V. E. Giuntella).

40 Voir notice dans la prosopographie des cardinaux.

41 Idem.

42 G. Filippone, op. cit., p.5.

43 AE, Correspondance politique, Rome, 871, f. 12v.

44 Ibid., f. 87. Courrier du 25 janvier 1775.

45 J.-F. Bourgoing, op. cit., p. 25 ; Ph. Boutry, op. cit., p. 245. : classe le pontificat de Pie VI entre zelanti et politicanti.... E. Petrucelli, affirme que Bernis demanda à Braschi le 14 février la confirmation de Dominus ac Redemptor, le silence sur In Cœna Domini, l’abandon des droits sur le Duché de Parme, et la nomination de Pallavicini à la Secrétairerie d’Etat. Quelles sont les sources del’auteur ? Il cite Bourgoing à plusieurs reprises. op. cit., vol. IV, p. 237.

46 AE, Correspondance politique, Rome, 871, f. 133.

47 G. Angelelli, Canto per la esaltazione al pontificato della santità di nostro signore Papa Pio VI, Rome, per Generoso Salomoni, 1775 ; Relazione dell’esaltazione al pontificato della santità di N. Signore Papa Pio VI, e sua pubblicazione seguita la mattina delli 15 Febraro 1775, Roma, Cracas, 1775 ; Relazione di tutte le ceremonie fatte per la consecrazione in vescovo e solenne coronazione della santità di nostro signore Papa Pio VI, il di 22 Febraro 1775, ricorrendo in tal giorno la memoria della catedra di S. Pietro in Antiochia, Roma, Cracas, 1775 ; A. De Giorgi-Bertola, Per l’avenimento felicissimo al trono del sommo pontefice regnante Pio VI. Canto, Siena, 1775 ; Ragguaglio della solenne funzione, e ceremonie usate dal regnante Sommo Pontefice Papa Pio VI nell’apertura della porta santa di S. Pietro in Vaticano e dagli eminentissimi legati nell’aprire le porte sante di S. Paolo, di S. Giovanni in Laterano, e di S. Maria Maggiore, Roma, Cracas, 1775.

48 Ce choix du prénom Pie, et non de Benoît ou de Clément, est à interpréter comme une réaction, puisque Braschi ne rend ainsi pas hommage à ses prédécesseurs directs. Un mot de Grégoire à Ricci, en 1797, priant Dieu de donner à Pie VI « les talents et les qualités » de Benoît XIV et de Clément XIV renforce cette idée. Braschi n’entend pas contenter les courants réformateurs. Voir M. Vaussard, Correspondance Scipione de’ Ricci – Henri Grégoire, Paris, 1963, p. 35.

49 AE, Correspondance politique, Rome, 871, f. 131.

50 Ibid., f. 134v.

51 G. Filippone, op. cit., p.9.

52 De Bernis s’était installé au palais De Carolis, sur le Corso, aujourd’hui immeuble de la Banca di Roma.

53 Archives Vaticanes, Fonds Appendice Epoca Napoleonica : Francia, XXIII, 12. Ou AE, Correspondance politique, Rome, vol. 871-875.

54 Comme élément de cette ambiguïté entretenue de Pie VI, relevons que le chroniqueur A. Verri écrivait, lors de l’élection, que le nouveau pape était un défenseur des Jésuites. Voir F. Novati, Carteggio di P. e A. Verri, 1766-1797, Milan, Milesi e Giuffrè, vol. VII, p. 116.

55 Sur les fêtes durant le pontificat de Pie VI : M. Gori-Sassoli, « Pio VI (1775-1799) », in Corpus delle feste a Roma, II, il Settecento e l’Ottocento, a cura di M. Fagiolo, Rome, 1997, p. 211-256. On peut remarquer que le nombre de triduum, d’octaves et de quarante-heures est supérieur à la moyenne des pontificats d’alors.
Sur l’année sainte 1775 : J. Wicki, « Das neunzehnte heilige jahr 1775 », in Archivum Historiae Pontificiae 18 (1980), p. 297-352.

56 Voir Cl. Langlois, T. Tackett, M. Vovelle, Atlas de la Révolution française, tome 9, Religion, p. 25. Cf. Ph. Boutry, D. Julia, « Les pélerins français accueillis à l’hopital Saint-Louis-des-Français au xviiie siècle », in Pélerins et pélerinages dans l’Europe moderne, Rome, 1993 ; C. Dumoulin, Histoire des Jubilés, 1300-2000, Paris, 2000, p. 197-202.

57 Traduction communiquée à la cour de France par le cardinal de Bernis. AE, Correspondance politique, Rome, 874, f. 381-396. Bullarii Romani Continuatio... vol. VI, 1847, p. 181-186, n° LXXII (Désormais noté : Bullarii).
« Quem non terreret praesens christiani populi status, in quo divina illa charitas, qua in Deo manemus, et Deus in nobis, plurimum refrigescit ; scelera autem, ac iniquitates magis in dies invalescunt ? Cujus non obrueret animum gravissima illa consideratio, quod Ecclesiam Christi sponsam custodiendam, ac tuendam suscipimus eo tempore, quo orthodoxae religioni tot struuntur insidiae ; quo salutaris sacrorum canonum norma tam imprudenter contemnitur ; quo de nique turbulenti homines immani quadam novitatum prurigine furentes, vel ipsa rationalis naturae adgredi non dubitant fundamenta, atque item conantur, si fieri posset, subvertere ? <...> Atque equidem eo usque deveniunt, ut impiissime effingant, aut non esse Deum, aut otiosum esse et desidem, nihil Nostra curantem, nihil hominibus revelantem ; ut proinde mirandum non sit, si quidquid sanctum, atque divinum est, blaterent esse inventum, atque excogitatum ab imperitorum hominum mentibus, inani futurorum metu perculsis, et vana immortalitatis spe illectis. Sed fraudulenti isti sapientes tantam dogmatum perversitatem iis verborum, ac sententiarum lenociniis emolliunt, et occultant, ut infirmiores, qui plurimi sunt, quasi quadam esca capti, miserandum in modum irretiti, aut fidem prorsus abjuciant, aut certe labefactari magnopere sinant, dum quasi praeclaram aliquam scientiam consectantes aperiunt oculos ad falsam eam lucem hauriendam ipsis tenebris deteriorem. <...> Quanta hinc moribus corruptio, quanta in cogitando loquendoque licentia ; quanta in omni actione arrogantia, et temeritas ! Et vero his offusis tenebris, atque evulsa e cordibus religione, id praeterea adgregiuntur perditissimi hi philosophi, ut quibus homines vinculis inter se, atque cum dominantibus conjunguntur, et in officio continentur, ea omnia dissolvant ; liberum hominem nasci ad nauseam usque clamitant, regeruntque, nec cujusquam obnoxium imperio ; societatem propterea multitudinem esse hominum ineptorum, quorum se prosternat stupiditas coram sacerdotibus, a quibus decipiantur, coram regibus, a quibus opprimantur, adeo ut concordia inter sacerdotium, et imperium nihil sit aliud, quam immanis conspiratio contra insitam ho-mini libertatem. Quotus autem quisque non videt hujusmodi deliramenta, atque horum similia multis simulationum invulcris contecta, tanto majorem quieti, et tranquilitati publicae adferre perniciem, quanto tardius auctorum coercetur impietas ; animabus vero Christi sanguine redemptis eo esse graviori detrimento, quo, ut cancer, sermo eorum latius serpit, atque se intrudit in publicas academias, in magnatum domos, in aulas regum, et, quod horrendum dictu prope est, etiam in sanctuarium se insinuat ? »

58 « Pie VI et la première coalition », in Revue Historique LXXI (1903), p. 6.

59 B. Toppan, op. cit., p. 385.

60 Sur les portraits de Pie VI : O. Michel, « Deux portraits de Pie VI, vicissitudes d’une image officielle », in Carlo Marchianni, architettura, decorazione e scenografia contemporanea (studi sul Settecento romano), Rome, 1988, p. 135-144. On possède un portrait de Pie VI assis de G. D. della Porta, au musée de Ver-sailles, et une copie de D. Cunego à la Bibliothèque Nationale. Un autre portrait, debout, est au museo di Roma. Une grande statue de Pie VI orne l’escalier de la sacristie de Saint-Pierre ; sa statue, en prière, de Canova, se trouve dans les « grottes vaticanes ».

61 « Le Saint-Père, la figure d’homme la plus belle et la plus vénérable... », Goethe, Voyages en Italie, Paris, Aubier, 1961, p. 256-257. Stendhal, en 1824, soit trop longtemps après, porte un jugement plus mitigé : « Pie VI était fort bel homme, autant qu’on peut être bel homme avec des traits qui, bien que réguliers, manquent de dignité d’expression ». Stendhal, Paris-Londres, Chroniques, Edition établie par R. Denier, Paris, 1997, p. 210.

62 Voir notice dans la prosopographie des cardinaux.

63 « Non, Pie VI ne fut ni pervers, ni vicieux. Il eu plusieurs défauts graves que l’œil le moins clairvoyant pouvoit saisir, et des travers qui contrastoient d’une manière choquante avec la gravité du rôle qu’il avoit à remplir. Personne ne lui a refusé quelques qualités brillantes, de l’agrémens et de l’étendue dans l’esprit, des formes nobles à la fois et prévenantes, une élocution facile et fleurie, des lumières, autant qu’on pouvoit en attendre d’un prêtre imbu des principes de son état ; un goût assez éclairé pour les arts. Impatient, irascible, obstiné, susceptible de préventions, il n’a été, cependant, ni haineux avec persévérance, ni malfaisant avec réflexion. On citoit peu de traits de sa sensibilité ; on peut en citer de sa bonté. Dans des circonstances moins difficiles, et avec des moyens proportionnés à ses vues, il eût peut-être passé pour un souverain sage. Mais s’il eut par-dessus tout un amour excessif de la gloire, qui fut la source principale de ses fautes et de ses revers ; cet amour de la gloire, qui, lorsqu’il n’est pas joint à une âme forte, dégénère souvent en vanité puérile. Il eût voulu illustrer son pontificat de toutes les manières, et attacher son nom à toutes les entreprises d’éclat. Son amour-propre, toujours à découvert, lui attira de fréquentes mortifications. Issu d’une famille à peine noble, il se targua, dès son début, de l’illustration de sa race ». J.-F. Bourgoing, op. cit., p. 90-91.

64 Ibid., p. 122.

65 A savoir : Pallavicini de 1775 à 1785, quatre mois de vacance (ce qui est révélateur des hésitations de Pie VI), Boncompagni-Ludovisi de 1785 à septembre 1789, de Zelada de 1789 à août 1796, Busca de 1796 à avril 1797, Giuseppe Doria-Pamphili de 1797 à 1799. Voir les jugements de G. Filippone, op. cit., p. 9-17.

66 Qui de fait furent créés cardinaux dès le début du pontificat, en 1775 et 1777.

67 Op. cit., p. 123. Ajoutons un trait particulier rapporté par Stendhal dans une chronique sur Léon XII Della Genga : Pie VI, en 1783, travailla secrètement sur les églises d’Allemagne avec le jeune Della Genga, en cachant cela à toute la Curie. Mais Consalvi perça le secret... Stendhal, op. cit., p. 210-211.

68 Idem.

69 François II à d’Alembert, Ibid., p. 47.

70 Voir J. C. Grenier, « Musées du Vatican », in DHP, op. cit., p. 1155.

71 G. Luciani, « La politique papale en matière de conservation des antiques et les voyageurs français au xviiie siècle », in Papes et papauté au xviiie siècle, Ph. Koeppel (dir), Paris, 1999, p. 9-25.

72 P. Galeotti (dir.), « La sagrestia della basilica Vaticana », in Roma sacra VII (2001), n° 23-24.

73 C. Brancadoro, Pio Sesto in Subiaco... Rome, 1789 ; S. Andreotti, Pio VI e Subiaco. Atti ufficiali del Convegno per le celebrazioni bicentenarie della elevazione al soglio pontificio di Pio VI. Subiaco, 27-28 settembre 1975. Subiaco, 1976.

74 B. Toppan, op. cit., p. 407.

75 J. F. Bourgoing, op. cit., p. 144.

76 Pour une synthèse : M. Caravale ; A. Caracciolo, Lo Stato Pontificio da Martino V a Pio IX, Torino, 1978, p. 503-516 ; B. Toppan, op. cit., p. 383-409 ; D. Carpanetto G. Ricuperati, L’Italia del Settecento. Crisi. Trasformazioni. Lumi, Rome Bari, 1986. ; F. Venturi, « Elementi e tentativi di riforme nello Stato Pontificio del Settencento », in Rivista Storica Italiana LXXV (1963)/IV p. 778-817. R. Ciasca, « Un papa riformatore e bonificatore della fine del secolo xviii (Pio VI) », in Economia e Storia 3 (1956), p. 260-280 ; R. Ciasca, « La riforma agraria di Pio VI ed i suoi riflessi nel presente », in Vita e pensiero, 49 (1932), p. 294-309 ; L. Dal Pane, « La riforma doganale di Pio VI », Studi in memoria di B. Sforza, Rome, 1940, p. 219-258 ; L. Dal Pane, Lo Stato Pontificio e il movimento riformatore del Settecento, Milan, 1959 ; A. Canaletti Gaudenti, La politica agraria e annonaria dello Stato pontificio da Benedetto XIV a Pio VII, Rome, 1947 ; C. Gamba, « Intervento statale a favore delle industrie sotto il pontificato di Pio VI », in Appolinaris 51 (1978), p. 265-290 ; N. La Marca, Liberalismo economico nello Stato Pontificio, Roma, 1984 ; E. Lodolini, Mano d’opera e salari nella bonifica pontina di Pio VI, Rome, 1952 ; V. Marcelli, « Un inedito sul piano economico di Pio VI per Bologna », in Atti e Memorie della deputazione di Storia Patria per la Romagna, 9 (1957-58), p. 91-131 ; G. L. Masetti Zannini, « Il trattato inedito di agricoltora di un segretario di Pio VI », in Rivista di Storia agricola 11 (1971) p. 59-77 ; G. Natali, « Voci di riformatori nella stato pontificio nel secolo xviii », in Atti e Memorie della Deputazione di Storia Patria per le Marche, 1927 ; E. Piscitelli, « La industria e il commercio al tempo di Pio VI », in Studi Romani 4 (1956), p. 442-457 ; E. Piscitelli, La riforma di Pio VI e gli scrittori economici romani, Milan, 1958 ; E. Piscitelli, « La società economica agraria al tempo di Pio VI », in Studi Romani 4 (1956), p. 558-569 ; L. Savi, « Economisti romani e riforme di Pio VI », in Economia e Storia 6 (1959), p. 81-84. – J. Revel, « Le grain de Rome et la crise de l’Annone dans la seconde moitié du XVIIIe », in Mélanges de l’Ecole Française de Rome/Moyen-Age-Temps modernes LXXXIV (1972), p. 201-281.

77 Voir notice dans la prosopographie des cardinaux.

78 « Tutti i cardinali, i prelati, i ministri camerali erano contrari alla riforma per ambizione, odiosità al pontificato, e a Ruffo » : propos du comte Marco Fantuzzi rapportés par L. Dal Pane, Lo Stato Pontificio e il movimento riformatore del Settecento, p. 293-294.

79 Par exemple : Motu proprio Il desiderio del maggior bene, du 4 décembre 1789, Bullarii n° 780, p. 2134 ; Motu proprio Come l’amministrazione, du 19 juin 1790, Bullarii n° 809, p. 2182 ; Edit Intenta la Santità du 7 décembre 1792, Bullarii n° 865, p. 2408.

80 Sur cette question : M. Rosa, « La Santa Sede e gli Ebrei nel Settecento », in Storia d’Italia, Annali 11-2, Turin, 1997, p. 1069-1090 ; M. Caffiero, « Tra Chiesa e Stato, Gli Ebrei italiani dall’età dei Lumi agli anni della Rivoluzione », in Ibid., p. 1091-1134 ; M. Caffiero, « Le insidie de’ perfidi giudei, Antiebraismo e reconquista cattolica alla fine del Settecento », in Rivista Storica Italiana 105 (1993), p. 555-581 ; D. Menozzi, « Il dibattito sulla tolleranza nella Chiesa Italiana della seconda metà del Settecento », in La tolérance civile, actes du colloque de Mons, sous la direction de R. Crahay, Bruxelles, 1982, p. 161-174 ; M. Rosa, « Tra tolleranza e repressione : Roma e gli Ebrei nel Settecento », in Italia judaica III. Gli Ebrei in Italia dalla segregazione alla prima emancipazione, atti del III convegno internazionale, Tel Aviv, 15-20 giugno 1986, Rome, 1989, p. 81-98 ; R. De Felice, « Gli Ebrei nella Repubblica romana del 1798-99 », in Rassegna Storica del Risorgimento XL (1953), p. 327-356.

81 A. Milano, « L’editto sopra gli Ebrei di Pio VI e le mene ricattatorie di un letterato », in Rassegna mensile di Israel 19 (1953), p. 118-126.

82 E. Sereni, « L’assedio del ghetto di Roma nel 1793 nelle memorie di un contemporaneo », in Rassegna mensile di Israel 10 (1935), p. 100-125.

83 Rome, P. Giunchi, 1794, 700 p.

84 L. von Pastor, op. cit, p. 262. Sur les causes françaises : E. Suire, « La sainteté à l’époque moderne. Panorama des causes françaises (XVIe-XVIIIe) », in Mélanges de l’Ecole Française de Rome, Italie et Méditerranée 110 (1998)-2, p. 921-942.

85 Voici la liste des béatifiés, avec la date de la béatification par Pie VI :
Bonaventure de Potenza, franciscain conventuel, mort en 1711, le 26 novembre 1775
Sébastien de Jésus Sillero, le 19 juin 1776
Michel des Saints Argemir, trinitaire, mort en 1625, le 2 mai 1779
Marie-Anne de Jésus de Guevarra, morte en 1624, le 25 mai 1783
Laurent de Brindisi, capucin, mort en 1619, le 1er juin 1783
Jeanne-Marie Bonomi, bénédictine, morte en 1670, le 9 juin 1783
Pacifique de San Severino Divini, franciscain réformé, mort en 1721, le 13 août 1786
Nicolas Factor, franciscain, mort en 1582, le 27 août 1786
Thomas de Cori, franciscain, mort en 1729, le 3 septembre 1786
Gaspard de Bono, minime, mort en 1604, le 10 septembre 1786
Nicolas Saggio, dit des Lombards, minime, mort en 1709, le 17 septembre 1786
Sébastien d’Apparizio, mort en 1600, le 17 mai 1789
Jean-Joseph de la Croix Calosinto, franciscain, mort en 1734, le 24 mai 1789
André Hibernon, le 22 mai 1791
Marie de l’Incarnation Avrillot, carmélite, morte en 1618, le 5 juin 1791
Catherine Thomàs, morte en 1574, le 12 août 1792
Bartholomée de Bragance, le 11 septembre 1793
Bernard d’Offida, capucin, mort en 1694, le 25 mai 1795
Léonard de Port-Maurice Casanova, franciscain, mort en 1751, le 19 juin 1796
Jean de Ribera, évêque, mort en 1611, le 18 septembre 1796
D’après DHP, p. 193-194 ; Pastor L, Storia dei papi, vol. XVI/3, Rome, 1934, p. 262.

86 J. Flory, Pie VI, Paris, 1942, p. 51.

87 Y.-M. Hilaire (dir.), Benoît Labre, errance et sainteté, histoire d’un culte 1783-1983, Paris, 1984 ; M. Caffiero, « Santi, miracoli e conversioni a Roma nell’età rivoluzionaria », in Ricerche per la Storia Religiosa di Roma IX (1993), p. 155-186 ; M. Caffiero, La politica della santità, nascità di un culto nell’età dei lumi, Rome-Bari, 1996 ; M. Caffiero, « Una santità controrivoluzionaria ? Il caso di Benedetto-Giuseppe Labre », in La Rivoluzione nello Stato della Chiesa, 1789-1799, a cura di L. Fiorani, p. 329-351 ; M. Caffiero, « Le modèle de l’ermite pélerin : le cas Benoît Labre », in Rendre ses vœux, les identités pélerines dans l’Europe moderne (XVIe-xviiie siècles), Paris, 2000, p. 315-335.

88 M. Caffiero, « Una santità controrivoluzionaria ?... », p. 332-333.

89 Ce courant de pensée proprement italien entendait limiter les interventions du Saint-Siège dans les différents Etats de la péninsule dans le domaine des juridictions ecclésiastiques. Voir M. Rosa, « Juridictionnalisme », in DHP, p. 986-987 ; G. Leclerc, « L’influence du juridictionnalisme, de l’illuminisme et du séparatisme sur le système des sources du droit canon », in III Congresso internacional de derecho canonico, Pampelune, 1971, p. 379-442 ; A. C. Jemolo, Stato e Chiesa negli scrittori politici italiani del Seicento e del Settecento, Naples, 1972 (2e édition par F. Margiotta Broglio) ; G. Catalina-F. Martino, Potestà civile e autorità spirituale in Italia nei secoli della riforma e della controriforma, Milan, 1984.

90 E. Preclin, Les jansénistes du XVIIIe et la Constitution civile du clergé. Le développement du richérisme, sa propagation dans le bas-clergé, 1713-1791, Paris, 1928 ; M. Vaussard, Jansénisme et Gallicanisme aux origines religieuses du Risorgimento, Paris, 1959, p. 15-18 ; C. Maire, De la cause de Dieu à la cause de la Nation, le jansénisme au XVIIIe, Paris, 1998 ; M. Cottret, Ed. Richer, la politique et le sacré. Sur l’Etat baroque, Paris, 1985. Les thèses sur le jansénisme du xviiie siècle de ces différents auteurs ne sont pas toutes identiques et présentent de nombreuses nuances. Nous y reviendrons dans notre troisième partie.

91 B. Toppan, op. cit., p. 66 sv.

92 Trèves, le 27 janvier 1701 – Orval, le 2 septembre 1790. Bibliographie : R. Aubert, « Von Hontheim », in DHGE XXIV (1993), p. 1066-1069 ; J. Leclerc, « Fébronianisme », in Catholicisme IV (1956), p. 1129-1130 ; Y. Congar, « Von Hontheim », in Catholicisme V (1962), p. 993 ; T. Ortolan, « Von Hontheim », in DTC V (1913), p. 2115-2124 ; E. Preclin-E. Jarry, Les luttes politiques et doctrinales aux xvii et xviii siècle, vol. 2. (Fliche et Martin, tome 19), Paris, 1956, p. 769-777 ; M. Sygut, Natura e origine della potestà dei vescovi nel concilio di Trento e nella dottrina successiva (1545-1869), Rome, 1998, p. 261-267.
P. Frowein et E. Janson, « J. N. von Hontheim – J. Febronius – Zum Werk und seinen Gegnern », in Archiv für mittelrheinische Kirchengeschichte XXVIII (1976), p. 129-153 ; L. Just, « Zur Entstehungsgeschichte des Febronius », in Jahrbuch für das Bistum Mainz V (1950), p. 369-382 ; L. Just, « Hontheim. Ein Gedenkblatt zum 250 Geburtstag », in Archiv für mittelrheinische Kirchengeschichte IV (1952), p. 204-216 ; L. Just, Der Widerruf des Febronius in der Korrespondenz des Abbé Franz-Heinrich Beck mit dem Wiener Nuntius G. Garampi, Wiesbaden, 1960 ; L. Just, « Justini Febronii Epistola ad Thomam Mamachium », in Quellen und Forschungen aus Italienischen Archiven und Bibliotheken XXIII (1930), p. 242-266 ; J. Kuntziger, Fébronius et le fébronianisme, Bruxelles, 1890.

93 Il y eut plusieurs versions françaises : par J. Remocle Lissoire, De l’état de l’Église et de la puissance légitime du pontife romain, Wurzburg, 1766. Traité du gouvernement de l’Église et de la puissance du pape par rapport à ce gouvernement, Paris, 1766.

94 J. Mercier, « Van Espen », in DTC XV (1950), p. 2530-2531 ; J. Leclerc, in Catholicisme IV (1956), p. 445.

95 U. Dell’Orto, La nunziatura a Vienna di Giuseppe Garampi, 1776-1785, Cité du Vatican, 1995, p. 215-225.

96 Né le 1er mars 1740 à Villé (Bas-Rhin), ordonné prêtre en 1765, professeur de philosophie puis principal du collège de Metz, il entre en 1773 au service de Clément-Wenceslas de Saxe, prince électeur et archevêque de Trèves. Il rédige des lettres pastorales de son évêque hostile au joséphisme, prononce le discours devant Pie VI lors de son passage à Augsbourg, au retour de Vienne. A la suite d’une publication de la correspondance entre l’empereur et l’électeur faite par ses ennemis, il est remercié en décembre 1782 et se retire en Alsace. Il devient chanoine de la cathédrale de Strasbourg. En 1791, il est l’artisan du transfert du chapitre à Offembourg en Bade. Il redevient conseiller du prince électeur en 1794, ouvre en 1796 un séminaire pour les ecclésiastiques français émigrés. Il se retire en 1801 à Ribeauvillé, où il mourra en 1828. DHGE VII (1934), p. 378-379 (G. Allemang). Cet homme était en correspondance ordinaire avec le cardinal Garampi à Rome ; nous le retrouverons plus loin dans notre étude. Voir ASV, Fondo Garampi, 274 ; D. Vanysacker, Cardinal Giuseppe Garampi (1725-1792), an enlightened ultramontane, Bruxelles-Rome, 1995.

97 L. von Pastor, op. cit., p. 371 sv.

98 H. S. Gerdil, Animadversiones in commentarium a Justino Febronio in suam retractationem editum, in Opere edite ed inedite..., vol. XIII.

99 J. Berenger, « Joséphisme », in DHP, p. 970-973. (voir sa bonne bibliographie de langue allemande) ; J. Leclerc, « Joséphisme », in Catholicisme VI (1967), p. 1028-1031 ; G. Mollat, in Dictionnaire de Droit Canonique VI (1957), p. 187-191 ; G. Mollat, in DTC VIII (1925), p. 1543-1547 ; F. Fejtö, Un Habsbourg révolutionnaire : Joseph II. Portrait d’un despote éclairé, Paris, 1953 ; L. Delplace, L’histoire de Joseph II et de la révolution brabançonne, Bruges, 1890 ; J. Gendry, « Les débuts du joséphisme. Démélés entre Pie VI et Joseph II », in Revue des Questions Historiques LV (1894), p. 454-509 ; C. Michaud, « Le Joséphisme dans la monarchie des Habsbourg 1740-1792 », in Histoire du Christianisme, vol. 10, 1998, p. 32-41 ; E. Préclin et E. Jarry, Les luttes politiques et doctrinales aux xvii et xviii siècle, vol. 2. (Fliche et Martin, tome 19), Paris, 1956, p. 781-788.
L. Bodi, Tauwetter in Wien. Zur Prosa der Österreichischen Aufklärung, 1781-1795, Francfort-sur-le-Main, 1977 ; E. Bradler-Rottmann, Die Reformen Kaiser Joseph II, Göppingen, 1976 ; K. Gutkas, Kaiser Joseph II. Eine Biographie, Vienne, 1989 ; P. Hersche, Der Spätjansenismus in Österreich, Vienne, 1967 ; E. Kovàcs, Ultramontanismus und Staatskirchentum im Theresianisch-Josephinischen Staat, Vienne, 1975 ; E. Kovàcs, Katholische Aufklärung und Josephinismus, Vienne, 1979 ; F. Maass, Der Josephinismus. Quellen zur seiner Geschichte in Österreich, 1760-1850, Vienne, 1951-1961, 5 vol. ; R. G. Plaschka, G. Klingenstein, Österreich in Europa der Aufklärung, Kontinuität und Zäsur in Europa zur Zeit Maria Theresias und Josephs II, Vienne, 1985, 2 vol. ; H. Reinalter, Der Josephinismus, Franc-fort-sur-le-Main, 1993 ; H. Rieser, Das Geist des Josephinismus und seine Fortleben, Vienne, Herder, 1963 ; E. Ritter, Kaiser Joseph II und seine kirchlichen Reformen, Regensburg, 1867 ; Rösch, « Das Kirchenrecht im Zeitalter der Aufklärung (Febronionismus und Josephismus) », in Archiv für katholisches Kirchenrecht LXXXIV (1904), p. 46-82 ; 244-262 ; 495-526 ; LXXXV (1905), p. 29-63 ; H. Schlitter, Pius VI und Josef II, Vienne, 1894 ; E. Garms-Cornides, « Giuseppismo e riformismo cattolico : problemi sempre aperti nella storiografia austriaca », in Quaderni Storici V (1970), p. 759-772 ; E. Passerin d’Entreves, « Le premesse del riformismo di Maria-Teresa e di Giuseppe II nel corpo ecclesiastico in Austria e in Lombardia », in Economia, istituzioni, cultura in Lombardia nell’età di Maria-Teresa, a cura di A. de Maddalena ; F. Valsecchi, « Dispotismo illuminato », in Questioni di storia del Risorgimento e dell’unità d’Italia, a cura di E. Rota, Milan, 1951, p. 29-74 ; F. Valsecchi, « Dispotismo illuminato », in Nuove questioni di storia del Risorgimento e dell’unità d’Italia, Milan, 1961, vol. I p. 189-240 ; P. Vismara Chiappa, « La questione del catechismo nella Lombardia austriaca durante la seconda metà del xviii secolo », in Rivista di Storia della Chiesa in Italia XXXII (1978), p. 460-503.

100 Sur les évolutions personnelles de l’archevêque Migazzi, entre sa formation à Rome, son jeu à Vienne et son évolution « romaine » après le cardinalat : U. Dell’Orto, op. cit., p. 18-23.

101 Voir la notice biographique dans la prosopographie des cardinaux.

102 Pour une mise au point récente sur ce voyage à Vienne : U. Dell’Orto, op. cit., p. 305-388.

103 De Bernis écrit « Toute l’Europe regarde comme une fable la nouvelle de votre voyage ». Cité par A. Barruel, op. cit., p. 89. ou encore : « Tout le monde regarde ce que vous allez faire comme une fausse démarche qui, sans aucun avantage pour le Saint-Siège, va compromettre la dignité pontificale. A Rome même, on la tourne déjà en ridicule, et vous connaissez combien cette arme est puissante pour attaquer la religion et ses ministres. Ceux qui vous entourent n’osent vous contrarier. Ils connaissent peu l’esprit des cours et l’esprit du siècle. De grâce, Très Saint Père, suspendez l’exécution de votre projet jusqu’à ce que vous connaissiez l’opinion des cours de France et d’Espagne, et des autres, dont le suffrage doit être de quelque poids pour vous ». Cité par Bourgoing, op. cit., p. 242-243.

104 U. Dell’Orto, op. cit., p. 319.

105 A. F. Bauer, Geschichte der Reise des Papstes Pius VI von Rom nach Wien Vienne, 1782-1784, 3 vol. ; G. Dini, Diario pieno e distinto del viaggio fatto a Vienna dal sommo pontefice Pio papa sesto. Rome, 1782 ; Itinerario ossia giornale del viaggio di p. Pio VI da Roma a Vienna seguito il 27 febbraio 1782, Rome, Cracas, 1782 ; E. Kovacs, « Pius VI bei Joseph II, zu Gast », in Archivum Historiae Pontificiae 17 (1979), p. 241-289 ; E. Kovacs, « Der Besuch Papst Pius VI in Wien im Spiegel josephinischer Broschüren », in Archivum Historiae Pontificiae 20 (1982), p. 163-217 ; G. Soranzo, Peregrinus apostolicus, lo spirito pubblico e il viaggio di Pio VI a Vienna, Milan, 1937.

106 J. Gendry, op. cit., p. 286-87 ; U. Dell’Orto, op. cit., p. 360.

107 Ibid., p. 413 sv.

108 L von Pastor, op. cit., p. 396.

109 E. Feller, Geschichte der Emser Congresses, Leipzig, 1840.

110 Ibid., p. 411.

111 J. F. Bourgoing, op. cit. p. 345.

112 Ibid., p. 362.

113 P. Stella, « Quo primum tempore... », in Rivista di Storia della Chiesa in Italia XLV (1991), p. 3.

114 Edition altera, Rome, 1790. Nous analyserons théologiquement ce texte dans notre troisième partie.

115 P. Blet, « Garampi et la Constitution civile du clergé », in Miscellanea in onore di Mons. M. Giusti, 1978, p. 148. Le nonce Bartolomeo Pacca, dans ses mémoires, attribue la Responsio à Garampi et à son théologien Zaccaria, expliquant que le texte fut publié trop rapidement pour contrer les évêques qui voulaient réunir un synode. Memorie storiche sul suo soggiorno in Germania dal 1786 al 1794 in qualità di Nunzio apostolico, Rome, 1832, p. 117.

116 I. Biagianti et R. G. Salvadori, « Il riformismo leopoldino in Toscana », in Il secolo dei lumi e delle riforme, Storia della società italiana vol. 12, Milan, 1989, p. 97-172 ; F. Diaz, « La philosophie e il riformismo leopoldino », in Rassegna Storica Toscana XI (1965), p. 222-223 ; C. Fantappie, Riforme ecclesiastiche e resistenze sociali : la sperimentazione istituzionale nella diocesi di Prato alla fine dell’antico regime, Bologne, 1986 ; S. Landri, « Censure et culture politique en Italie au xviiie siècle. Le cas du grand-duché de Toscane », in Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine 45 (1998), p. 117-133 ; E. Passerin d’Entreves, L’assolutismo illuminato in Italia : le riforme di Pietro Leopoldo in Toscana e la sua eredità politica, Pise, 1958 ; M. Rosa, « Giurisdizionalismo e riforma religiosa nella politica ecclesiastica leopoldina », in Rassegna storica toscana XI (1965) p. 257-300 ; M. Rosa, « Le catholicisme éclaté des Italies », in Histoire du Christianisme, vol. 10, p. 41-48.

117 J. Carreyre, « Pistoie, synode de », in DTC XII (1936), p. 2134-2230 ; R. Darricau, in Catholicisme XI (1988), p. 459-461.
F. Bluche, Le despotisme éclairé, Paris, 1968, p. 235-249 ; C.-A. Bolton Church reform in the 18th century Italy. The synod of Pistoia 1786, La Haye, 1969 ; C. Fantappie, « Per une rilettura del sinodo di Pistoia del 1786 », in Cristianesimo nella Storia IX (1988), p. 541-562 ; F. Litt, la question des rapports entre la nature et la grâce de Baïus au synode de Pistoie. Doctrines théologiques et documents ecclésiastiques, Fontaine l’évêque, 1934 ; B. Matteucci, Scipione de Ricci, Saggio storico-teologico sul giansenismo italiano, Brescia, 1941 ; E. Passerin d’Entreves, « Corrispondenze francesi relative al sinodo di Pistoia del 1786 », in Rivista di Storia della Chiesa in Italia VII (1953), p. 377-410 et VIII (1954), p. 49-92 ; E. Passerin d’Entreves, « Il fallimento dell’offensiva riformista di Scipione de’ Ricci secondo nuovi documenti (1781-1788) », in Rivista di Storia della Chiesa in Italia IX (1955), p. 99-131 ; N. Rodolico, Gli amici e i tempi di Scipione de’ Ricci, saggio sul giansenismo italiano, Florence, 1920 ; « Il sinodo di Pistoia del 1786 », Atti del convegno internazionale per il secondo centenario. Pistoia-Prato, 25-27 settembre 1986, a cura di C. Lamioni, Rome, 1991 ; P. Stella, Il giansenismo inItalia, II/1 : Roma, Rome, 1995 ; P. Stella, « L’oscuramento della verità nella Chiesa dal Sinodo di Pistoia alla Bolla Auctorem Fidei », in Salesianum XLIII/4, 1981, p. 731-756 ; A. Wandruszka, « Ems und Pistoia », in Festgabe für M. Braubach, Münster Westfalen, 1965, p. 627-634.

118 P. Corsini et D. Montanari (a cura di), Pietro Tamburini e il giansenismo lombardo, Atti del Convegno internazionale in occasione del 250° della nascita (Brescia, 25-26 maggio 1989), Brescia, 1993.

119 Atti e decreti del concilio diocesano di Pistoia dell’anno 1786, éd. P. Stella, Florence, 1986, p. 28-40. « Sono quasi due secoli, dacchè per artifizio di uomini turbulenti e ambiziosi di novità ci troviamo, dirò cosi, continuamente alle prese coi disgraziati avanzi dei tante volte confitti e debellati seguaci di Pelagio e di Celestio ». p. 28.

120 A Prato, Ricci voulut enlever de la cathédrale la relique de la ceinture de la Vierge vénérée là depuis fort longtemps. Le peuple se révolta. Voir C. Fantappie, Alle radice del fallimento ricciano. Il tumulto di Prato del 20-21 maggio 1787, Prato, 1980.

121 DTC XII, p. 2146.

122 Atti e decreti del concilio diocesano di Pistoia dell’anno 1786, éd. P. Stella, Florence, 1986.

123 Ibid., p. 165.

124 Ibid., p. 234.

125 Ibid., p. 240.

126 Livre 6, ch. 7 et 13.

127 Voir J. F. Bourgoing, op. cit., tome II, p. 55 et suivantes.

128 O. Michel, « Chinea », in DHP, p. 355-356.

129 J. F. Bourgoing, op. cit., tome II, p. 98.

130 M. Dimitriev, « Les partages de la Pologne », in Histoire du Christianisme, vol. 10, p. 203-210.

131 C. Bossard, Recueil de pièces authentiques, concernant l’érection faite par le pape de la ville de Mohilow, dans la Russie blanche, en archevêché du rit latin, publiées par... suivies de notes, et d’une histoire abrégée de l’établissement et des progrès de la religion catholique en Russie. Paris, 1792 ; A. A. Brumanis, Aux origines de la hiérarchie latine en Russie. Mgr Stanislas Siestrzencewicks-Bohusz, premier archevêque de Mohilew (1731-1826), Louvain, 1968 ; D. Beauvois, « Les jésuites dans l’empire russe 1772-1820 », in Dix-huitième siècle VIII (1976), p. 257-272 ; M. Inglot, La Compagnia di Gesù nell’impero russo (1772-1820) e la sua parte nella restaurazione generale della Compagnia, Rome, 1997. Sur Catherine II : I. de Madariaga, Caterina di Russia, Turin, 1988 ; H. Carrère d’Encausse, Catherine II, Paris, 2002.

132 J. Gendry, op. cit., p. 331.

133 M. Inglot, op. cit.

134 Ibid., p. 61-63.

135 Ibid., p. 130-131.

136 Ibid., p. 126.

137 Ibid., p. 166-179.

© Publications de l’École française de Rome, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540