Version classiqueVersion mobile

Le cardinal Franz Ehrle (1845-1934)

 | 
Andreas Sohn
, 
Jacques Verger

Eröffnungsansprachen / ouverture

Avant-propos

Cardinal Walter Kasper

Texte intégral

1 Monsieur le Professeur Sohn,
Monsieur le Professeur Verger,
Mesdames, Messieurs !

2C’est un grand honneur pour moi et en même temps, à titre personnel, une grande joie que de pouvoir, avec Winfried Kretschmann, ministre-président du Land de Bade-Wurttemberg, donner notre patronage à ce colloque. Celui-ci est consacré à l’un des plus illustres enfants de mon propre pays, le cardinal Franz Ehrle, qui est né à Isny, dans l’Allgäu souabe, il y a 170 ans, le 17 octobre 1845, et est décédé il y a eu 80 ans l’année dernière. Il fut un Allgäuer « con grinta », comment on dirait en italien, un homme à poigne, ferme quand c’était nécessaire, avec clarté et distinction et en même temps avec beaucoup de dévouement à sa tâche au service de la science et de l’Église.

3Ce n’est pas à moi qu’il revient de rendre hommage aux travaux et aux résultats remarquables obtenus dans les domaines de la science et de l’organisation de la science par le cardinal Franz Ehrle. Tout cela lui a permis de se révéler à la fois comme un chercheur qui ouvrait des voies nouvelles à l’histoire médiévale de l’Église et de la vie intellectuelle, notamment de la scolastique, et comme l’éminent réorganisateur et modernisateur de la Bibliothèque vaticane et des Archives du Vatican. Sans aucun doute, Franz Ehrle a été un grand savant d’importance européenne, connu et estimé bien au-delà de Rome.

4Par sa personne et par son œuvre, il a mis clairement en lumière l’importance fondamentale de la science historique pour l’Église et la théologie. L’Église est, indépendamment de son origine divine, un acteur majeur de l’histoire. Elle est le peuple de Dieu en pèlerinage. Si l’on veut la comprendre, on doit savoir que les institutions ecclésiales et les expressions de la foi chrétienne ont pris forme et contenu dans l’histoire et comment et pourquoi elles l’ont fait.

5Sans la connaissance de l’histoire, la théologie et, avec elle, l’Église serait comme borgnes. Seul celui qui connaît d’où il vient, sait où il est et dans quelle direction il doit aller. Pour cela, les Archives du Vatican sont comme la mémoire, bien informée et mise en ordre, de l’Église et dans une large mesure de l’Europe, ce qui nous peut protéger de la maladie de l’amnésie, de la dilution de la mémoire et par suite de la perte des repères.

6Aussi me paraît-il important, spécialement pour nous qui nous trouvons aujourd’hui, comme cela a déjà souvent été le cas, à un carrefour de l’histoire de l’Église, d’évoquer le souvenir d’un grand historien de notre passé.

7Nous sommes comme des nains sur les épaules de géants. Ce n’est que sur leurs épaules que nous pouvons embrasser du regard ce qui a évolué, qui est essentiel et ce qui s’inscrit aujourd’hui dans l’histoire.

8C’est pourquoi je salue et remercie tous ceux qui ont parfaitement préparé ce colloque, les professeurs Andreas Sohn et Jacques Verger, ainsi que le Römisches Institut der Görres-Gesellschaft et l’École française de Rome. Je remercie tous ceux qui enrichiront ce colloque de leurs contributions. Plein d’impatience, je souhaite à ce colloque et à vous tous plein succès, avec la bénédiction de Dieu.

© Publications de l’École française de Rome, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search