Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Périphéries financières angevines. Institutions et pratiques de l’administration de territoires composites (XIIIe-XVe siècle)

 | 
Serena Morelli

Les institutions et leur organisation

L’organisation financière de la Hongrie angevine : institutions et personnes

Boglàrka Weisz

Résumé

Dans la Hongrie des Anjou, deux niveaux de l'administration financière sont à distinguer : le niveau inférieur représenté par le système des chambres et celui de la direction générale, assurée par le magister tavarnocorum regalium et le trésorier (thesaurarius). L'administration des finances fut, au temps des rois angevins, plusieurs fois réorganisée, notamment dans les années 1320, 1350 et finalement dans les années 1370. Tandis que les deux premières réorganisations ne concernèrent que le niveau inférieur, la dernière toucha déjà tous les deux. Les chambres existantes au début de notre époque se spécialisèrent, au cours du XIVe siècle, selon les devoirs à assumer, ainsi furent créés les chambres de monnayage, celles chargées de lever le « gain de la chambre », la chambre de sel de Transylvanie, ainsi que l’office de comes urburarum regalium qui surveillait les mines de métaux précieux. C'est également à l'époque angevine que fut établi l’office de trésorierqui reprit, à la fin de la période, plusieurs tâches du magister tavarnicorum regalium, liées à l'administration financière. Parallèlement se modifia aussi le champ de compétence du magister tavarnicorum regalium, en charge désormais, en premier lieu, de la surveillance des villes, tant sur le plan économique que judiciaire.

Nell'Ungheria angioina si distinguono due livelli d'amministrazione finanziaria: il livello inferiore rappresentato dal sistema delle camere e quello della direzione generale assicurata dal magister tavarnocorum regalium e dal tesoriere (thesaurarius). L'amministrazione finanziaria fu all'epoca angioina più volte riorganizzata, in particolare negli anni 1320, 1350 e poi nel 1370. Mentre le prime due riorganizzazioni riguardarono il livello inferiore, l'ultima riguardò entrambi i livelli. Le camere esistenti all'inizio della nostra epoca si specializzarono nel corso del XIV secolo, secondo i compiti da assumere ; furono così create le camere di coniatura, quelle incaricate di riscuotere il guadagno dalla camera, la camera del sale di Transilvania, così come l'ufficio di comes urburarum regalium,che sorvegliava le miniere di metalli preziosi. Fu in epoca angioina che venne istituito l'ufficio del tesoriere che incorporò, alla fine del periodo, diversi incarichi del magister tavarnicorum regalium legati all'amministrazione finanziaria. Nel contempo si modificarono anche gli ambiti di competenza del magister tavarnicorum regalium, ormai incaricato in primo luogo della sorveglianza delle città, sia sul piano economico che giudiziario.

Texte intégral

1Dans la Hongrie des Anjou, on peut distinguer deux niveaux de l'administration des finances : le système des chambres qui constitue le niveau inférieur et la direction générale assurée par le magister tavarnicorum regalium et le trésorier. Cette gestion financière fut, à l'époque angevine, plusieurs fois transformée, notamment dans les années 1320, puis en 1350 et, enfin, dans les années 1370. Alors que les deux premières réorganisations ne concernèrent que le niveau inférieur, la dernière toucha tous les deux. Dans ce qui suit, je me propose de présenter l'administration financière et les fonctionnaires de celle-ci, en examinant, en particulier, ces réorganisations et leurs conséquences.

  • 1 P. Engel, The Realm of St Stephen. A History of Medieval Hungary, 8951526, London-New York, 2001, (...)
  • 2 Cf. Ibid., p. 48-53 ; B. Weisz, Entrate reali e politica economica nell’età di Carlo I, dans E. Cs (...)
  • 3 B. Weisz, Kamaraispánok az Árpád-korban, [Les comites camerae au temps des Arpads], dans Turul, 83 (...)
  • 4 B. Weisz, A szerémi és pécsi kamarák története a kezdetektől a XIVszázad második feléig, [L'hist (...)
  • 5 B. Weisz, A zágrábi kamara az Árpádok korában, [La chambre de Zagreb au temps des Arpads], dans P. (...)
  • 6 B. Weisz, A szatmári kamara története a 14század közepéig, [L'histoire de la chambre de Szatmár (...)
  • 7 DRH 1301-1457, p. 77 ; cf. P.Engel, Gy. Kristó, A.Kubinyi, Historie de la Hongrie médiévale… cit., (...)
  • 8 Sur le « gain de la chambre », voir, plus généralement, B. Weisz, Entrate reali e politica economi (...)
  • 9 Comme nous ne disposons pas de bail portant sur la chambre d'Esztergom‒Buda, sa compétence territo (...)
  • 10 Sa compétence s’étendait sur les comitats de Baranya, Somogy, Tolna et de Zala. 1342 : DRH 1301‒14 (...)
  • 11 Les comitats de Sirmium, Bács, Valkó et de Bodrog étaient placés sous son autorité. Entre 1332 et (...)
  • 12 Les territoires placés sous son autorité étaient les comitats de Nyitra, Nógrád, Bars, Pozsony, Ho (...)
  • 13 Contrôlait les comitats de Szepes, Abaúj, Sáros, Zemplén, Ung, Borsod, Heves. 1330 : Bálint Hóman, (...)
  • 14 Avait autorité sur les comitats de Fehér, Hunyad, Torda, Kis- et Nagyküküllő, Belső-Szolnok Doboka (...)
  • 15 Aucun bail relatif à la chambre de Szatmár ne nous est resté, il n’est par conséquent possible de (...)
  • 16 La compétence territoriale de Lippa, qui ne peut être déduite que des données indirectes, comprena (...)
  • 17 Fut compétente dans les comitats suivants : Zagreb, Varasd, Körös, Verőce et Pozsega.
  • 18 B. Weisz, Entrate reali e politica economica nell'età di Carlo I… cit., p. 205‒209; cf. M.-M. de C (...)
  • 19 Pour les personnes des magistri tavarnicorum regalium en exercice à l'époque des Anjou, voir P. En (...)
  • 20 Le début de l'année financière tomba aux mois de février et de mars et fut souvent lié à la fête d (...)
  • 21 1336 : DRH 1301-1457, p. 93; 1338 : Ibid., 1301-1457, p. 102.; 1342 : Ibid., 1301-1457, p. 115; 13 (...)
  • 22 Cf. 1338 : Ibid., 1301-1457, p. 96.
  • 23 Cf. 1335 : Ibid., p. 86.
  • 24 Cf. 1336 : Ibid., p. 91.
  • 25 Cf. 1335 : Ibid., p. 86 ; 1336 : Ibid., p. 91.
  • 26 Cf. 1335 : Ibid., p. 86.
  • 27 Cf. 1336 : Ibid., p. 91.
  • 28 1336 : Ibid., p. 92 ; 1338 : Ibid., p. 99 ; 1342 : Ibid., p. 113 ; 1342 : Ibid., p. 117 ; c’est sa (...)
  • 29 1338 : Ibid., p. 98; 1342 : Ibid., p. 113, 117.
  • 30 1336 : Ibid., p. 91-92 ; 1345 : Ibid., p. 119-120 ; 1350 : MNL OL DL, 91 420.
  • 31 1345 : DRH 1301-1457, p. 119.
  • 32 1335 : Ibid., p. 88; 1336 : Ibid., p. 91, 92; 1338 : Ibid., p. 99; 1342 : Ibid., p. 113; 1342 : Ib (...)
  • 33 1335 : Ibid., p. 88; 1336 : Ibid., p. 92; 1338 : Ibid., p. 99‒100; 1342 : Ibid., p. 114; 1342 : Ib (...)

2Après avoir pris possession réelle et entière du royaume de Hongrie suivant plus d'une décennie de lutte1, Charles Ier fit une tentative, en 1323, pour rétablir ses finances2. À ce stade, l’ancien système arpadien des chambres, qui accomplissaient les tâches de gestion et de surveillance de l'économie, fut laissé intact. Au temps des derniers rois Arpad, il y avait au moins six chambres qui fonctionnaient dans le royaume3 : 1. la chambre d'Esztergom-Buda 2. la chambre de Sirmium4 3. la chambre de Zagreb5 4. la chambre de Transylvanie 5. la chambre de Szepes et 6. la chambre de Szatmár.6 En 1323, Charles Ier loua les chambres à cinq personnes7, ce qui signifiait qu'à la seule exception de la chambre de Zagreb, qui appartenait à l'honor du ban de Slavonie, les chambres passèrent sous le contrôle des locataires. Charles Ier leur a confié la frappe de la monnaie ainsi que la perception de l'impôt lié, celle du « gain de la chambre » (lucrum camarae)8 ; très vite, cependant, il se révéla que les conditions n'étaient pas réunies dans chaque chambre, puisqu'il n'y avait pas partout d'atelier monétaire et que certaines d'entre elles ne disposaient pas de la compétence territoriale nécessaire. Pour remédier à ce dernier problème, de nouveaux centres caméraux furent créés dans les années 1320 et un certain nombre de comitats furent rangés sous chacune des chambres. Suivant la réorganisation du système des chambres dans les années 1320, neuf chambres étaient en activité à l'époque de Charles Ier : 1. la chambre d'Esztergom‒Buda9 2. la chambre de Pécs10 3. la chambre de Sirmium11 4. la chambre de Körmöcbánya12 5. la chambre de Szomolnok13 6. la chambre de Transylvanie147. la chambre de Szatmár15 8. la chambre de Lippa16 et 9. la chambre de Zagreb17. Ainsi, hormis les territoires habités par les ethnies privilégiées (notamment les Saxons, les Sicules, les Iazyges et les Coumans), les chambres couvraient l'ensemble du territoire du pays, ce qui leur permit de fonctionner comme des circonscriptions fiscales. Voilà la réforme de Charles Ier en matière du système des chambres18. Les chambres veillaient à la frappe et à la mise en circulation de la nouvelle monnaie, établissaient et percevaient l'impôt appelé « gain de la chambre » (lucrum camarae), surveillaient les mines de métaux précieux et de sel placées sous leur juridiction ainsi que les douanes royales liées à ces dernières. À la tête d'une chambre se trouvait le « kamaraispán » (comes camarae) dont l'activité était contrôlée par le « tárnokmester » (magister tavarnicorum regalium)19. Les chambres furent données à bail et par Charles Ier et par Louis Ier, par un contrat conclu pour une durée d'un an : dans un premier temps, à compter de la date du début de l'année financière (aux environs du 2 février)20 ; à partir de 1336, le souverain tenta plusieurs fois d'imposer le 1er janvier comme date de début du bail21, mais ses efforts restèrent sans résultat. Le souverain détermina quelles pièces de monnaie les comites camarae pouvaient frapper sur le territoire de la chambre ; ainsi, de la monnaie d'or devait être fabriquée par les chambres de Buda22, de Körmöcbánya23 et de Transylvanie24, de même, des grossi par celles de Buda25, de Körmöcbánya26 et de Transylvanie27, alors qu'il peut être démontré qu'on frappait de la petite monnaie dans chaque chambre. Au sein d'une chambre, plusieurs ateliers monétaires pouvaient être en fonction simultanément. Le comes camarae devait disposer de deux coffres (scrinium) dans toutes les villes où il y avait un atelier monétaire sous son autorité. Dans l'un de ces coffres étaient gardés, sous le sceau de l'homme représentant de l'archevêque d'Esztergom et celui de l'homme du magister tavarnicorum regalium, les outils de frappe monétaire, dans l'autre, les lingots de métaux précieux, sous les clés et les sceaux de trois personnes (notamment l'archevêque, le magister tavarnicorum regalium et le comes camarae), et c'est toujours en présence de l'homme de l'archevêque et celui du magister tavarnicorum regalium qu'ils pouvaient être ouverts28. De la même manière, ces deux agents de contrôle devaient être présents lors des opérations de fonte de l'argent et de la frappe des monnaies. Les chambriers (camerarius), eux, devaient utiliser, sur les pièces de monnaie, un signe permettant leur identification29. Pour assurer l'autorité de son maître sur le comes camarae, l'homme du magister tavarnicorum regalium assistait aussi à l'établissement et à la perception du « gain de la chambre »30 ainsi qu'au change de monnaie31. Le comes camarae en tant que juge pouvait seul rendre justice aux officiales, aux servientes et aux monnayeurs ; en cas de carence de sa part, c'est le magister tavarnicorum regalium qui exerçait le pouvoir judiciaire32. Les affaires contentieuses et litigieuses du comes camarae étaient portées devant le roi ou le magister tavarnicorum regalium, tandis que c'est ce dernier qui jugeait les crimes commis contre les officiales de chambre33.

  • 34 Sur la tricesima avec la littérature spécialisée antérieure, voir notamment B. Weisz, Entrate real (...)
  • 35 Mihály Beuldre fut le premier à exercer ces fonctions simultanément, entre 1354 et 1358. Le 7 avri (...)
  • 36 Cf. I.Draskóczy, Só a középkori Magyarországon [Le sel dans la Hongrie médiévale], dans A. Kubinyi (...)

3Ce système des chambres fut une première fois modifié dans les années 1350, quand les mines de sel de Transylvanie furent placées sous une direction unique, avec à sa tête le comes camerarum regalium salifodinarum partis Transilvanae qui, en même temps, dirigeait la chambre de Lippa. Il lui appartenait également de surveiller la perception du droit de douane sur le commerce extérieur du pays, la tricesima34. Dès lors cet impôt (la tricesima), perçu dans plusieurs communes, fut lui aussi administré par une seule personne35. Situé sur le fleuve Maros dans le comitat d'Arad, Lippa fut un centre de transit majeur sur une importante route commerciale du sel. Le contrôle du transport et du commerce du sel étant auparavant l'un des devoirs principaux de cette chambre, il est peu surprenant que le chef de celle-ci, justement, fût devenu l'autorité supérieure des mines de sel de Transylvanie. La décision que le comes camerarum regalium salifodinarum partis Transilvanae surveille la levée de la tricesima semble tout aussi logique, puisqu'il permit de maintenir le commerce extérieur et intérieur du sel sous un contrôle efficace36.

  • 37 Le 22 octobre 1349 : Jacobi dicti Serechen Gallici : MNL OL DL, 69 248 ; le roi napolitain Ladisla (...)
  • 38 F. Pesty, A szörényi bánság és Szörény vármegye története III [Histoire du banat de Severin et du (...)
  • 39 CDCr XVI, p. 45.
  • 40 CD, IX/7, p. 451-452.
  • 41 Sous le règne de Marie, cette fontion fut occupée par Nanni Busculi de Florentia, le 11 avril 1383 (...)
  • 42 Sopron szabad királyi város története I/1… cit., p. 222.
  • 43 CD IX/7, p. 433.
  • 44 Cf. : Kubinyi, A középkori körmöcbányai pénzverés és történeti jelentősége [Frappe de la monnaie à (...)
  • 45 En vertu du droit régalien des mines, l'urbura était une redevance royale en proportion avec la qu (...)
  • 46 Cf. 1401 : CD X/4, p. 799‒800.
  • 47 MNL OL DL, 6304.
  • 48 MNL OL DL, 52 455.
  • 49 Comes camerarum nostrarum auree et argentee […] per regnum nostrum Hungariae : CDCr XVI, p. 45 ; B (...)
  • 50 .Károly, Fejér vármegye története V. [Histoire du comitat de Fejér V.], Székesfehérvár, 1901, p. 6 (...)
  • 51 MNL OL DL 70 611.
  • 52 Zala vármegye történeteOklevéltár I. [Histoire du comitat de Zala. Recueil de documents I.], éd. (...)
  • 53 Zala vármegye története… cit., n.593.
  • 54 CDHA IV, p. 2.
  • 55 MNL OL DL, 44 118.
  • 56 Le 31 mai 1359 : CDP II, p. 107 ; le 2 septembre 1370 : MNL OL DL 5872 ; cf. P. Engel, Archontológ (...)
  • 57 CDP VII, 413.
  • 58 MNL OL DL, 6692.
  • 59 1254 : CD IV/2, p. 231, 1309 : Vetera monumenta historica Hungariam sacram illustrantia maximam pa (...)
  • 60 A. Radvánszky, Das Amt des Kronhüters in Staatrecht und Geschichte Ungarns, dans Ungarn-Jahrbuch, (...)
  • 61 Le 17 juillet 1377 : MNL OL DL 64 096 ; le 24 février 1382 : CD IX/5, p. 567.
  • 62 Cf. le 5 novembre 1367 : Zichy III, p. 340 ; le 3 avril 1371 : MNL OL DL, 39 133.
  • 63 Le 3 avril 1371 : MNL OL DL, 39 133.
  • 64 Cf. I.Hermann, Finanzadministration in der zweiten halfte des 14Jahrhunderts in Ungarn, Budapest (...)
  • 65 En vertu du traité de paix conclu avec Venise le 8 août 1381, les Vénitiens furent obligés de paye (...)
  • 66 1388 : Zichy IV, p. 354-355; 1388 : MNL OL DF, 270 056.
  • 67 1399 : MNL OL DF, 286 215.
  • 68 1390 : MNL OL DL, 7653.

4Une nouvelle réorganisation eut lieu dans la seconde moitié des années 1370 : l'office de tricesimator et la chambre de sel de Transylvanie (à laquelle la chambre de Lippa appartenait toujours) furent séparées et placées sous des autorités indépendantes. Le 13 mars 1373 encore, Jakab Szerecsen, originaire de Padoue37 procéda en qualité de tricesimator de Hongrie et comes camerarum regalium salifodinarum partis Transilvanae38, et même en 1379, Louis Ier le nommait tricesimator per regnum nostrum Hungariae39. Toujours est-il que, en 1382, Louis Ier confia les fonctions de tricesimator du Royaume de Hongrie et de Slavonie, pour les récompenser de leurs services, à Franciscus Bernardi et à János Szerecsen40, qui, après une certaine interruption41, étaient en exercice comme tricesimator en 1389 aussi42, tandis qu'à la tête des chambres de sel de Transylvanie, en 1381, on trouve Andreas Parvus Gallicus43, qui ne fut jamais tricesimator de Hongrie. Deux nouvelles fonctions furent créées, celle du comes lucri camarae, responsable de l'établissement et de la perception du « gain de la chambre »44, ainsi que celle du comes urbarum surveillant l'exploitation des mines de métaux précieux45, donc désormais les chambres anciennes ne fonctionnaient plus que comme chambres monétaires (camara monetariorum)46. C'est sans aucun doute entre 1375 et 1383 que furent établies les circonscriptions fiscales pour la perception du « gain de la chambre » : le 16 octobre 1375, Louis Ier fit expédier un diplôme au comes camarae Szerecsen au sujet du « gain de la chambre » perçu auprès des bourgeois de Bars47, alors que le 1er août 1383 apparaît pour la première fois le terme « comes lucri camarae » dans les actes48. Le premier comes monetariorum connu fut Jakab Szerecsen, mentionné plus haut, qui exerça en 137949. Le changement fut facilité par le fait que les circonscriptions fiscales, dont les frontières coïncidèrent avec celles des anciennes chambres, n'avaient pas à être créées au sens propre du terme ; en réalité, il s'agissait de rendre le monnayage indépendant de l'imposition. La réorganisation toucha alors non plus seulement le niveau inférieur, mais aussi le niveau supérieur de l'administration financière. Le roi Louis Ier a soustrait les peuples de la chambre à l'autorité du magister tavarnicorum regalium, en conséquence de quoi ce dernier perdit le contrôle de l'administration financière au profit du trésorier (thesaurarius) qui en prit donc la direction. Néanmoins, ce n'est pas à ce moment que l’office de trésorier fut créé. Son existence peut être documentée depuis les années 1320 déjà. Entre 1323 et 1377, ce sont presque exclusivement des ecclésiastiques qui l'occupent, et comme, de plus, il n'en est pas fait mention dans les listes des dignitaires, la fonction de trésorier ne peut pas encore être considérée, à cette époque-là, comme une dignité baronniale. En 1323, un certain Mihály, frère du chanoine à Fehérvár fut tesaurarius aule regie50. En 1325, un laïque, Pál Magyar est dit trésorier du roi51figurant de la sorte dans les sources de 134052, et il n'est pas impossible qu'il assumât cette position sans interruption jusque-là, puisque dans les deux chartes royales de 1340 qui nous sont connues concernant sa personne, il est nommé tantôt thesaurarius53, tantôt, simplement, castellanus de Gimes54. Cependant, en 1327, le chanoine-custode de Székesfehérvár János fut, lui aussi, tezaurarius regalis55. À partir de 1359, ce fut Demeter, fils de Péter, le futur évêque de Sirmium (1364‒1368) puis évêque de Transylvanie (1368-1376)56, enfin à partir de 1373, ce fut l'évêque de Vác János Surdis qui exercèrent les fonctions de trésorier57. Les actes et chartes dans lesquels figurent les trésoriers énumérés ne nous renseignent pas vraiment sur leurs devoirs. À partir de la seconde moitié du XIVe siècle cependant, on dispose également de données relatives au trésorier de la reine, et le testament d'Elisabeth, mère de Louis Ier, nous permet de déterminer vaguement en quoi consistaient les tâches d'un tel officier. Le trésorier d'Elisabeth, nommé Mihály Vasvári, était une personne ayant des informations précises sur la vaisselle d'argent et d'autres objets précieux de la reine-mère58. Tout cela laisse penser qu'il avait pour fonction de surveiller les richesses du trésor. On suppose que le trésorier du roi pouvait avoir un rôle similaire, c'est-à-dire qu'il avait la garde du trésor royal, par exemple celle de la couronne, des Saintes reliques saints ou d'autres objets de valeur, où qu'ils soient conservés. La Sainte Couronne, ainsi que les bijoux et accessoires de couronnement furent longtemps gardés à Székesfehérvár par le chanoine-custode de Fehérvár59. Ainsi, il n'est pas étonnant que le thesaurarius qui apparaît dans les actes en 1327 fût le chanoine-custode (custos) de Fehérvár, János. Sous le règne de Charles Ier, ou plutôt sous Louis Ier, la couronne fut transportée à Visegrád60. Faute de données suffisantes, il est malheureusement impossible de déterminer la date exacte du transport, ou encore la personne du gardien suivant de la couronne. Le premier trésorier à être compétent en matière financière, donc capable de prendre la place du magister tavarnicorum regalium dans la gestion des finances, fut Miklós Zámbó qui occupa la fonction de trésorier entre 1377 et 138261. Miklós Zámbó, qui fut précédemment comes camarae à la tête des chambres de Kassa (1367-1372)62 et de Körmöc (1371‒1372)63, savait exactement quels étaient les devoirs et les responsabilités d'un magister tavarnicorum regalium à la tête des chambres et était apte à les remplir64. Le trésorier assumait la gestion des affaires financières65, fiscales66 et celle d'autres revenus royaux67, il avait la garde du trésor royal (domus tavernicalis, domus thesaurarius)68, de façon générale, il supervisait tous les revenus de l’État ; il s'agit donc de l'administrateur des finances royales. Désormais, les souverains continuaient de nommer un magister tavarnicorum regalium, mais pour leur confier des fonctions différentes.

  • 69 Pour la conception antérieure du rôle du magister tavarnicorum regalium, voir E. Boreczky, A királ (...)
  • 70 Anonymi Descriptio Europae Orientalis, éd. et trad. Dragana Kunčer, Belgrade, 2013, p. 51‒64.
  • 71 Le palatinus était l’un des juges suprêmes du royaume, mais sa compétence judiciaire pouvait être (...)
  • 72 Preter hos officiales est palatinus et magister tarnicorum (sic !)Palatinus uocatur ille qui est (...)
  • 73 À titre d'exemple : la liste des villes n'y est pas complète, l'un des sièges du royaume, Székesfe (...)
  • 74 Le banat de Macsó (banatus Machoviensis) laissa traces dans les sources à partir de 1320, le bana (...)
  • 75 Le iudex curiae regis était, à côté du palatinus, l'autre juge suprême du royaume, mais contrairem (...)
  • 76 P. Engel, Archontológia… cit., p. 6.

5Comme on vient de voir, au niveau supérieur de l'administration financière se trouvait, presque tout au long de l'époque angevine, le magister tavarnicorum regalium69. D'après la Descriptio Europae Orientalis, rédigée vers 131070, le magister tavarnicorum regalium était le second plus haut dignitaire du royaume après le palatinus71 : c’est lui qui contrôlait les impôts72. Cependant, les informations de l'ouvrage relatives aux haut-fonctionnaires du royaume hongrois peuvent être jugées tantôt erronées, tantôt incomplètes73. Certes, l'auteur y fait mention des bans (banus), mais en supposant qu'il y eût cinq banats (banatus). Même si on rangeait le voïvode de Transylvanie (vayuoda Transsilvanus) parmi les bans, il est impossible, au début du XIVe siècle, d'en énumérer d'autres que le ban de Slavonie (regni Sclavoniae banus) et le ban de Dalmatie-Croatie (regnorum Dalmatiae et Croatiae banus)74. Par contre, l'auteur ne traite pas du tout la fonction du « országbíró » (iudex curiae regis)75, ce qu'on peut expliquer, peut-être, par l'état anarchique du pays au début du XIVe siècle. Ce n'est qu'à partir de 1311 que nous sont connus les noms des iudices curiae regis76, nous ne savons pas qui remplit l'office entre 1300 et 1311, nous ignorons même si cet office fut rempli ou pas. Il n'empêche que les données des sources hongroises du XIVe siècle ne soutiennent pas l'affirmation de la Descriptio Europae Orientalis, selon laquelle le magister tavarnicorum regalium aurait été le second plus haut dignitaire du Royaume.

  • 77 VMMS, I p. 134.
  • 78 Cette expression : « négligents de rendre justice » doit sans doute s'interpréter comme « négligean (...)

6À côté de son rôle de directeur de l'administration financière, le magister tavarnicorum regalium assumait d'autres fonctions au temps des Angevins. Dans un acte de 1342, Charles Ier nomme le magister tavarnicorum regalium « juge ordinaire » de la ville de Kassa (iudex ipsorum ordinarius)77, ce qui signifie ‒ compte tenu d'un passage du texte intégral de l'acte ‒ qu'à ce moment, le magister tavarnicorum regalium était considéré comme le juge des villes. Ce passage relate notamment que Kassa, « à l'instar des autres pricipales villes royales » (ad instar aliarum capitalium civitatum nostrarum), reçoit le droit d'obtenir justice, tant dans des affaires mineures que majeures, du juge et du jury de la ville, et si ceux-ci sont négligents de rendre justice, ce n'est pas les habitants de Kassa, mais le juge et les membres du jury qu'il faut citer à comparaître devant le roi ou le magister tavarnicorum regalium78. Ces attributions du magister tavarnicorum regalium commencent à se développer dans la seconde moitié du XIIIe siècle, mais ne devinrent définitives qu’à l'époque angevine. La compétence juridique du magister tavarnicorum regalium, telle qu'elle se manifesta dans différentes affaires, peut se déduire, d'une part, des chartes de franchises des villes, d'autre part des actes par lesquels le magister tavarnicorum regalium intervint dans des affaires concrètes.

  • 79 1318 : Ibid., p. 91; 1331 : CDHA II, p. 527; 1338 : VMMS I, p. 128; 1340 : VMMS I, p. 132; 1347 : C (...)
  • 80 1328 : VMMS I, p. 115 ; 1347 : CD IX/1, p. 499‒500 ; les deux sont caractéristiques, dés le temps (...)
  • 81 1339 : CDHA III, p. 553; 1342 : VMMS I, p. 134; 1345 : Ibid., p. 141‒142; 1376 : CD IX/5, p. 99.
  • 82 1328 : VMMS I, p. 115; 1347 : CD IX/1, p. 499-500.
  • 83 1325 : UGDS I, p. 396.
  • 84 VMMS I, p. 141-142.
  • 85 1331 : Si vero villicus eorum propter cause arduitatem ad hoc non sufficeret, tunc ad nostram pres (...)
  • 86 1244 : nisi forte adeo ardua et notoria sit causa, quod nostram audientiam requirat, in quibus cas (...)

7En s'appuyant sur les chartes de franchises de l'époque angevine, on peut établir que le juge élu de la ville était autorisé à rendre son jugement dans toutes affaires de grande ou de moindre importance qui se produisirent à l'intérieur de l'enceinte de la ville79 ; sa juridiction s'étendait, en outre, sur tous les bourgeois de la ville, ce qui implique qu'un bourgeois ne pouvait être assigné que devant le tribunal de son domicile80. Lorsque le tribunal de la ville fut trouvé négligent à agir dans une affaire entre un bourgeois de la ville et un habitant hors de la ville, le juge de la ville et les membres du jury furent tenus de se présenter devant le roi ou le magister tavarnicorum regalium81. Dans de nombreux cas, les chartes de franchises des villes ne mentionnent que le roi comme autorité d'appel82, mais il arrive aussi qu'au lieu du magister tavarnicorum regalium c'est le iudex curiae regis qui apparaît à côté du roi, comme ayant le rôle de cour d'appel83. On doit remarquer que la charte de Kassa, citée plus haut, n'est pas le seul document des années 1340 où l'on reconnaît comme un droit des principales villes royales celui de recourir au jugement du roi et du magister tavarnicorum regalium lorsque le juge s'avère négligent dans une affaire entre un habitant et un non-habitant de la ville. De même, on peut lire dans la charte de franchises accordée à la ville de Podolin par Louis Ier en 1345 que la ville obtient ce privilège « à l'instar des autres principales villes royales » (ad instar aliarum liberarum civitatum nostrarum capitalium)84. En outre, le verdict était rendu par le roi et le magister tavarnicorum regalium lorsque l'importance de la cause l'exigeait85, comme en témoigne, parmi d'autres exemples, une charte de l'époque arpadienne qui, certes, ne fait mention que du roi86. Enfin, on peut constater que le magister tavarnicorum regalium avait aussi d'autres fonctions dans le domaine de la juridiction des villes que celles mentionnées plus haut, si on se réfère aux données des sources autres que les chartes de franchises.

  • 87 Par exemple 1333 : MES III, p. 226 ; 1333 : UB IV, p. 158-159 ; 1344 : MES III, p. 548‒551 ; 1345  (...)
  • 88 Le 26 mai 1316 : CDHA I, p. 395 ; le 2 novembre 1338 : MNL OL DL 57 087.
  • 89 1339 : CDCr X, p. 459; 1339 : CDHA III, p. 552; 1339 : MES III, p. 348; 1340 : CDCR X, p. 557; 134 (...)
  • 90 1339 : CDHA III, p. 602 ; 1340 : MNL OL DL, 87 105 ; 1340 : MES III, p. 366 ; 1341 : CDHA IV, p. 6 (...)
  • 91 1340 : UGDS I, p. 508- 509 ; 1341 : Ibid., p. 515-516.

8Le magister tavarnicorum regalium agissait comme juge dans les affaires entre la ville royale et les autres87. Le principe qu'une ville ou une autorité locale ne peut se faire justice à soi-même semblait d'évidence et il en résulta que, dans leurs propres affaires contentieuses, les villes avaient recours au magister tavarnicorum regalium. Cette compétence juridique du magister tavarnicorum regalium peut être démontrée, en dehors des données fournies par les actes de l'époque, par d'autres moyens, notamment en analysant les événements qui se passèrent après la mort de Demeter Nekcsei, magister tavarnicorum regalium de Charles Ier ; il fut en exercice pendant plus de deux décennies, de 1316 jusqu'à sa mort en avril 133888. Dès lors, Charles Ier ne nomma plus de magister tavarnicorum regalium, qui devait être, cependant, remplacé dans ses fonctions. Le souverain confia donc le devoir, au plus tard au début de 1339, au voïvode de Transylvanie Tamás Szécsényi qui devint procurator officii magistratus tavarnicorum / procurator magistrii tavarnicatus89, ainsi que procurator et iudex magistrii tavarnicatus90, officium gerens magisterii tavarnicatis91, mais pas de magister tavarnicorum regalium. Si on examine de plus près ces différentes appellations qui apparaissent dans les chartes, on constate l'utilisation des expressions procurator magistrii tavarnicatus / procurator officii magistratus tavarnicorum ainsi que celle du officium gerens magisterii tavarnicatis dans les listes des dignitaires ou encore dans les chartes royales qui nous apprennent que lui-même ou une personne soutenue par lui entra en possession d'un domaine. Par contre, dans le cas où le terme iudex apparaît aussi à côté du procurator, Tamás Szécsényi agit comme juge dans une affaire contentieuse entre une ville et un particulier ou un organisme extérieur ; le terme iudex indique donc qu'il est le juge des villes, au lieu même du magister tavarnicorum regalium.

  • 92 1375 : CD IX/5, p. 35.
  • 93 Par exemple 1320 : CD VIII/2, p. 278-279 ; 1343 : MES III, p. 500-501 ; 1344 : Ibid., p. 550-551 ; (...)
  • 94 1383 : MNL OL DL, 6998.
  • 95 Pour l'activité de Jakab Szepesi comme iudex curiae regis, voir notamment : I. Bertényi, A magyar (...)
  • 96 P. Engel, Archontológia... cit., p. 38.
  • 97 Alors que la charge de magister tavarnicorum regalium est encore dite vacante le 2 novembre 1378 ( (...)
  • 98 MNL OL DL, 89 456.
  • 99 János Zsámboki peut être démontré comme étant magister tavarnicorum regalium entre le 18 janvier 1 (...)
  • 100 Par exemple Ibid., p. 212, 213, 291-292.
  • 101 Par exemple CD IX/7, p. 409-411.
  • 102 Insuper omnes et singuli cives civitatum, quas de novo creavimus, quibuscunque aliarum civitatum c (...)
  • 103 1328 : Insuper volumus et admittimus, út quandocumque inter nostros cives lis in sentencia aliqua (...)
  • 104 1382 : Monumenta Hungariae Judaica VIII, éd. Sándor Scheiber, Budapest, 1965, p. 33-34.
  • 105 1380 : MNL OL DF, 230 605.
  • 106 Sopron szabad királyi város története I/1… cit., p. 234 ; 1397 : MNL OL DF, 249 880 ; 1414 : CD X/ (...)

9Chacun était tenu de respecter le verdict du magister tavarnicorum regalium, seul le roi pouvait l'annuler92 ; par ailleurs, le roi pouvait prendre une décision seul dans les affaires des villes, sans avoir pris l'avis du magister tavarnicorum regalium. En temps normal, le magister tavarnicorum regalium rendait son verdict avec d'autres barons, si bien qu'en l'absence d'un nombre suffisant de juges associés dans son entourage, il préférait remettre la cause à plus tard93. Parmi les juges associés, il y avait des grands seigneurs tant ecclésiastiques que séculiers. Toutefois, le dernier magister tavarnicorum regalium de Louis Ier, Miklós Zámbó invita déjà, outre les dignitaires ecclésiastiques et laïques, des juges citadins à participer aux jugements94. C’est surtout en raison de leur connaissance du droit des villes que ces juges citadins apparurent à la cour du magister tavarnicorum regalium, en rapport avec le changement dans la compétence juridictionnelle de celui-là. Il n’est pas impossible cependant que derrière cette innovation, c'est-à-dire la participation judiciaire des autorités municipales, se cache un changement dans la pratique juridictionnelle du magister tavarnicorum regalium concernant les villes. C'est que, dans les années 1370, le iudex curiae regis Jakab Szepesi fut nommé juge des villes royales (iudex universarum civitatum regalium) par Louis Ier95. Selon une interprétation très largement admise dans la littérature spécialisée, Jakab Szepesi devint juge des villes dans une période où, entre 1376 et 1378, la fonction du magister tavarnicorum regalium ne fut pas remplie96, donc il ne fit que le remplacer dans son rôle de juge. Le principal argument à l’appui de cette conception est que Jakab Szepesi cesse de figurer comme juge des villes au moment où Louis Ier nomme, en 1378, un nouveau magister tavarnicorum regalium97. Le problème est que Jakab Szepesi était déjà juge des villes en 1375 (iudex universarum civitatum regalium)98, tandis que János Zsámboki était magister tavarnicorum regalium99, par conséquent on doit expliquer sa nomination par une autre raison que la vacance de la fonction de magister tavarnicorum regalium. Il convient avant tout de souligner qu'on peut observer une différence significative entre la pratique judiciaire de Jakab Szepesi relative aux villes et celle des précédents magistri tavarnicorum regalium. Ces derniers rendirent la justice dans deux cas seulement : 1. lorsque le juge se montra négligent, 2. lorsque la ville avait un contentieux avec une autre ville, un non-habitant de la ville ou un corps ecclésiastique. Dans les deux cas, ce sont le juge et le jury de la ville qui participaient au procès qui se déroulait devant le magister tavarnicorum regalium. Les affaires de Jakab Szepesi en tant que « juge de toutes les villes royales » sont, en revanche, des procès où les bourgeois de la ville se présentaient personnellement auprès de son tribunal100, et même, il arrivait qu'il agît dans une affaire entre les bourgeois d'une même commune101. Ceci est une différence importante, puisque, de cette manière, la juridiction de la ville pouvait être laissée de côté, ce qui était en plus contraire aux privilèges des villes. Cela signifie qu'au lieu de reprendre simplement la fonction de juge des villes exercée par le magister tavarnicorum regalium, Jakab Szepesi, en tant que juge de toutes les villes, pouvait rendre un jugement dans n'importe quelle affaire d'un bourgeois d'une n'importe quelle ville, même en première instance, en ne tenant aucun compte des coutumes de la ville donnée. Cela ne veut pas dire pour autant que les tribunaux citadins ne fonctionnèrent pas à l'époque, mais plutôt qu'une nouvelle instance judiciaire venait d'être créée et que celle-ci était en mesure de convoquer les bourgeois des villes personnellement, à l'exclusion du tribunal citadin. C’est pour combler une lacune que cette fonction fut créée et non pas pour restreindre la compétence du magister tavarnicorum regalium. Rien ne porte à croire qu’il existât une possibilité d’appel pour les bourgeois contre les décisions du tribunal de leur propre ville. Les chartes de franchises insistent sur le fait qu’aucun haut dignitaire n’a le droit d’exercer la justice sur les habitants de la ville, ce qui implique aussi que même une personne extérieure ne pouvait appeler en cause, devant le magister tavarnicorum regalium ou le roi, que le juge et les membres du jury seuls. Les bourgeois avaient, bien sûr, la possibilité de recourir au roi, mais cela avait seulement pour effet de compliquer davantage leur vie. La loi de 1405 déclare déjà qu’un bourgeois qui n’est pas satisfait de la décision rendue par son propre tribunal, peut porter l’affaire devant le magister tavarnicorum regalium ou le tribunal de la ville dont sa ville reconnaît le droit102. Pour ce dernier point, on trouve déjà un exemple au temps des Angevins : les bourgeois de Kőszeg pouvaient faire appel des décisions du juge et du jury de Kőszeg à la ville de Sopron103, alors que les bourgeois hors de la ville mécontents du jugement pouvaient recourir au roi ou au magister tavarnicorum regalium. Il s'ensuit que l'ordonnance de 1405, du moins la possibilité d'appel à une autre ville, ne fut que la mise par écrit d'une pratique existante qui n'était pas une nouveauté. Ce qui reste à savoir, c'est si l'appel au magister tavarnicorum regalium est une nouvelle ordonnance, ou bien il s'agit de ce que l'exercice de juge des villes de Jakab Szepesi ayant pris fin, cette tâche fut reprise par le magister tavarnicorum regalium. En 1378, Tamás Szentgyörgyi est nommé par le roi Louis Ier au poste de magister tavarnicorum regalium ; parallèlement, le iudex curiae regis Jakab Szepesi cesse de porter le titre de « juge des villes ». Tamás Szentgyörgyi, en tant que magister tavarnicorum regalium, intervient déjà dans des affaires citadines jusqu'alors ne relevant pas de la compétence de son office. Ainsi, par exemple, il fait saisir l’héritage des bourgeois pour couvrir les dettes du défunt104. En plus, dans le titre du nouveau magister tavarnicorum regalium Tamás Szentgyörgyi apparaît aussi de temps en temps, lorsqu'il agit dans une affaire urbaine, l'appellation « juge des villes » (iudex universarum civitatum liberarum in regno Hungariae)105. Tout cela porte à croire qu'au tournant des années 1370‒1380 s'étendit le pouvoir judiciare que le magister tavarnicorum regalium exerçait sur les villes, et c’est ce qui permit que les bourgeois des villes fassent appel de la décision de leur tribunal auprès du magister tavarnicorum regalium, ou puissent lui faire juger leur cause déjà en première instance, en sautant le tribunal ordinaire. Le rapport du magister tavarnicorum regalium avec les villes royales fut en lien étroit avec son activité de direction de l’économie. L’essor et la richesse des villes allaient de pair avec le renforcement du royaume, puisque les villes assuraient d’importants revenus à l’État, il suffit de penser aux impôts des villes ou encore à la recette provenant du commerce extérieur, la tricesima. Le roi avait donc intérêt à prendre les villes sous sa protection et confia cette tâche au magister tavarnicorum regalium. Au-delà de rendre la justice, il était du devoir du magister tavarnicorum regalium, ainsi que des gens nommés par lui, de prendre part à l’imposition et la perception des charges fiscales des villes106, ce qui fait qu'une partie de l’administration des finances resta sous sa direction.

  • 107 Ibid., p. 571.
  • 108 Traduit du hongrois par Boglárka Illyés.

10La réorganisation majeure qui se déroula dans les dernières années du règne de Louis Ier n'épargna pas non plus le système de l'administration financière. Ayant perdu son rôle directeur, le magister tavarnicorum regalium rendit sa place au trésorier. Un rôle important à cet égard fut probablement joué par le iudex curiae regis Jakab Szepesi, ainsi que le trésorier Miklós Zámbó qui fut le premier expert financier parmi les trésoriers. Issu d'une famille de la petite noblesse transdanubienne, Miklós Zámbó débute au service de la reine-mère Elisabeth comme page, poursuit ensuite sa carrière en tant que « kamaraispán » (comes camarae) aux chambres de Kassa et de Körmöc, avant de devenir trésorier. Encore du vivant de Louis Ier, au printemps de 1382, il est nommé magister tavarnicorum regalium107, alors que la fonction de trésorier reste entre les mains des professionnels financiers. Sous le règne de Louis Ier, l'administration financière se voit réorganisée tant au niveau supérieur qu'inférieur. Elle devient plus efficace et plus contrôlable suivant la réforme du système des chambres, grâce au placement de la frappe monétaire, du « gain de la chambre », ainsi qu'à celui de l'exploitation du sel et des métaux précieux sous l'autorité des unités administratives indépendantes. Dès lors que les tâches de contrôle des villes et des finances qui incombaient seules au magister tavarnicorum regalium dépassaient déjà ses capacités, la délégation d'une partie de ses fonctions au trésorier fut une décision raisonnable108.

Notes

1 P. Engel, The Realm of St Stephen. A History of Medieval Hungary, 8951526, London-New York, 2001, p. 128-133; P. Engel, Gy. Kristó, A. Kubinyi, Historie de la Hongrie médiévale, Tome 2, Des Angevins aux Habsbourgs, Rennes, 2008, p. 19-32.

2 Cf. Ibid., p. 48-53 ; B. Weisz, Entrate reali e politica economica nell’età di Carlo I, dans E. Csukovits (dir.), L’Ungheria angioina, Roma, 2013, p. 205-236.

3 B. Weisz, Kamaraispánok az Árpád-korban, [Les comites camerae au temps des Arpads], dans Turul, 83, 2010, p. 79-87 ; dans la littérature spécialisée antérieure, on avait tenu compte, au temps des Arpads, des chambres d’Esztergom, de Sirmium, de Buda, de Zagreb et d’une chambre diocésaine appelée Csanád, cf. B. Hóman, Gli Angioini di Napoli in Ungheria 1290-1430, Roma, 1938, p. 119 ; P. Engel, The Realm of St Stephen… cit., p. 153-154.

4 B. Weisz, A szerémi és pécsi kamarák története a kezdetektől a XIVszázad második feléig, [L'histoire des chambres de Sirmium et de Pécs des origines jusqu'à la seconde moitié du XIVe siècle], dans Acta Historica 130, 2009, p. 33-54.

5 B. Weisz, A zágrábi kamara az Árpádok korában, [La chambre de Zagreb au temps des Arpads], dans P.G. Tóth, P. Szabó (dir.), Középkortörténeti tanulmányok 6, Szeged, 2010, p. 327-334.

6 B. Weisz, A szatmári kamara története a 14század közepéig, [L'histoire de la chambre de Szatmár jusqu'au milieu du 14e siècle], dans S.Szabó, N.C. Tóth (dir.), Az ecsedi Báthoriak a XV-XVIszázadban, Nyírbátor, 2012, (Báthori István Múzeum Kiadványai 34.), p. 73-92.

7 DRH 1301-1457, p. 77 ; cf. P.Engel, Gy. Kristó, A.Kubinyi, Historie de la Hongrie médiévale… cit., p. 49.

8 Sur le « gain de la chambre », voir, plus généralement, B. Weisz, Entrate reali e politica economica nell'età di Carlo I… cit. p. 215-219.

9 Comme nous ne disposons pas de bail portant sur la chambre d'Esztergom‒Buda, sa compétence territoriale, à l’époque angevine, peut être déterminée à partir de celle des chambres voisines (de Körmöc et de Pécs), d’après cela, elle s’étendait sur les comitats de Moson, Győr, la partie sud du Danube de Komárom, la partie transdanubienne de Pest, ainsi que sur les comitats d’Esztergom, Pilis, Sopron, Vas, Veszprém et de Fejér.

10 Sa compétence s’étendait sur les comitats de Baranya, Somogy, Tolna et de Zala. 1342 : DRH 1301‒1457, p. 107.

11 Les comitats de Sirmium, Bács, Valkó et de Bodrog étaient placés sous son autorité. Entre 1332 et 1341, les chambres de Pécs et de Sirmium furent unifiées en une seule, appelée désormais chambre de Pécs-Sirmium. 1342 : DRH 1301-1457, p. 107 ; 1345 : DRH 1301-1457, p. 118-119.

12 Les territoires placés sous son autorité étaient les comitats de Nyitra, Nógrád, Bars, Pozsony, Hont, Trencsény et de Zólyom, ainsi que les parties de Pest et de Komárom situées sur la rive gauche du Danube (côté Pozsony et Vác). 1335 : DRH 1301-1457, p. 86 ; 1338 : DRH 1301-1457, p. 96 ; 1342 : DRH 1301-1457, p. 116.

13 Contrôlait les comitats de Szepes, Abaúj, Sáros, Zemplén, Ung, Borsod, Heves. 1330 : Bálint Hóman, A Magyar Királyság pénzügyei és gazdaságpolitikája Károly Róbert korában, [Les finances publiques et la politique économique du royaume de Hongrie au temps de Charles Ier], Budapest, 1921, p. 258 ; 1338 : DRH 1301-1457, p. 96.

14 Avait autorité sur les comitats de Fehér, Hunyad, Torda, Kis- et Nagyküküllő, Belső-Szolnok Doboka et de Kolozs. 1336 : DRH 1301-1457, p. 90.

15 Aucun bail relatif à la chambre de Szatmár ne nous est resté, il n’est par conséquent possible de déduire sa compétence territoriale qu’à l’aide des données indirectes ; d’après cela, elle s’étendait sur les comitats de Bihar, Szabolcs, Szatmár, Külső-Szolnok (le futur Külső- et Közép-Szolnok), Kraszna, Bereg, Máramaros, Ugocsa et de Békés. Pour plus d’informations, voir B. Weisz, A szatmári kamara… cit., p. 81-84.

16 La compétence territoriale de Lippa, qui ne peut être déduite que des données indirectes, comprenait les comitats suivants : Temes, Csanád, Arad, Krassó, Keve, Zaránd et Csongrád. Pour plus d’informations, voir B. Weisz, A szatmári kamara… cit., p. 83-84. 

17 Fut compétente dans les comitats suivants : Zagreb, Varasd, Körös, Verőce et Pozsega.

18 B. Weisz, Entrate reali e politica economica nell'età di Carlo I… cit., p. 205‒209; cf. M.-M. de Cevins, L’Europe centrale au Moyen Âge, Rennes, 2013, p. 172-173.

19 Pour les personnes des magistri tavarnicorum regalium en exercice à l'époque des Anjou, voir P. Engel, Magyarország világi archontológiája 1301-1457I. [Archontologie laïque de la Hongrie 1301-1457. I.], Budapest, 1996, p. 36‒38.

20 Le début de l'année financière tomba aux mois de février et de mars et fut souvent lié à la fête de la Chandeleur (le 2 février), ce qui est attesté, à l’époque de Charles Ier, par les baux de chambres, à celle de Sigismond, par les commissions en rapport avec l’établissement et la perception du « gain de la chambre » .

21 1336 : DRH 1301-1457, p. 93; 1338 : Ibid., 1301-1457, p. 102.; 1342 : Ibid., 1301-1457, p. 115; 1342 : Ibid., 1301-1457, p. 117.

22 Cf. 1338 : Ibid., 1301-1457, p. 96.

23 Cf. 1335 : Ibid., p. 86.

24 Cf. 1336 : Ibid., p. 91.

25 Cf. 1335 : Ibid., p. 86 ; 1336 : Ibid., p. 91.

26 Cf. 1335 : Ibid., p. 86.

27 Cf. 1336 : Ibid., p. 91.

28 1336 : Ibid., p. 92 ; 1338 : Ibid., p. 99 ; 1342 : Ibid., p. 113 ; 1342 : Ibid., p. 117 ; c’est sans doute à ces coffres que fait référence, dans le bail de chambre de 1335, la mention relative au lieu de conservation : « dans le lieu habituel » (in locis consuetis) 1335 : Ibid., p. 89.

29 1338 : Ibid., p. 98; 1342 : Ibid., p. 113, 117.

30 1336 : Ibid., p. 91-92 ; 1345 : Ibid., p. 119-120 ; 1350 : MNL OL DL, 91 420.

31 1345 : DRH 1301-1457, p. 119.

32 1335 : Ibid., p. 88; 1336 : Ibid., p. 91, 92; 1338 : Ibid., p. 99; 1342 : Ibid., p. 113; 1342 : Ibid., p. 117; 1345 : Ibid., p. 122.

33 1335 : Ibid., p. 88; 1336 : Ibid., p. 92; 1338 : Ibid., p. 99‒100; 1342 : Ibid., p. 114; 1342 : Ibid., p. 117; 1345 : Ibid., p. 122.

34 Sur la tricesima avec la littérature spécialisée antérieure, voir notamment B. Weisz, Entrate reali e politica economica nell'età di Carlo I… cit., p. 227-230.

35 Mihály Beuldre fut le premier à exercer ces fonctions simultanément, entre 1354 et 1358. Le 7 avril 1354 : Sopron szabad királyi város története I/1Oklevelek 1162-től 1406-ig, [Histoire de la ville royale libre de Sopron I/1. Actes de 1162 à 1406, éd.  J. Házi, Sopron, 1921, p. 102 ; le 7 décembre 1357 : MNL OL DL, 51 778.

36 Cf. I.Draskóczy, Só a középkori Magyarországon [Le sel dans la Hongrie médiévale], dans A. Kubinyi, J. Laszlovszky, P. Szabó (dir.), Gazdaság és gazdálkodás a középkori Magyarországon : gazdaságtörténet, anyagi kultúra, régészet, Budapest, 2008, p. 150.

37 Le 22 octobre 1349 : Jacobi dicti Serechen Gallici : MNL OL DL, 69 248 ; le roi napolitain Ladislas Ier le nomme, dans une charte du 11 juillet 1393, maître Sarrasin de Padoue (magister Saraceni de Padua), CDCr, XVII. p. 525-526.

38 F. Pesty, A szörényi bánság és Szörény vármegye története III [Histoire du banat de Severin et du comitat de Severin III], Budapest, 1878, p. 6.

39 CDCr XVI, p. 45.

40 CD, IX/7, p. 451-452.

41 Sous le règne de Marie, cette fontion fut occupée par Nanni Busculi de Florentia, le 11 avril 1383 : MNL OL DF, 201 879, le 9 juin 1384 : Monumenta Diplomatica civitatis Budapest III, Ad edendum praeparavit L. Bernardus Kumorivitz, Budapest, 1987, n. 21. p. 9. Cf. Z.P. Pach, A harmincadvám eredete [Origine du trentième], Budapest, 1990, p. 265‒266.

42 Sopron szabad királyi város története I/1… cit., p. 222.

43 CD IX/7, p. 433.

44 Cf. : Kubinyi, A középkori körmöcbányai pénzverés és történeti jelentősége [Frappe de la monnaie à Körmöcbánya au moyen âge et son importance historique], dans Emlékezés a 650 éves KörmöcbányáraA Magyar Numizmatikai Társulat ünnepi ülése a Magyar Tudományos Akadémián 1978október 26-án Körmöcbánya várossá nyilvánításának 650évfordulója alkalmából p. 13‒15.

45 En vertu du droit régalien des mines, l'urbura était une redevance royale en proportion avec la quantité du métal extrait : un huitième de l’argent (et d’autres métaux), un dixième de l’or devaient être offerts au trésor royal. 1255 : Item de aurifodina solvent decimam, de argento vero et de aliis omnibus metallis octavam partem solvere teneaturCodex diplomaticus et epistolaris Slovaciae II, Ad edendum praeparavit Richard Marsina, Bratislavae, 1987, p. 341 ; pour plus d’informations sur l'urbura avec la littérature antérieure, voir B. Weisz, Entrate reali e politica economica nell'età di Carlo I… cit., p. 221‒224.

46 Cf. 1401 : CD X/4, p. 799‒800.

47 MNL OL DL, 6304.

48 MNL OL DL, 52 455.

49 Comes camerarum nostrarum auree et argentee […] per regnum nostrum Hungariae : CDCr XVI, p. 45 ; Bartolomeus di Ghuido Baldi, d'origine florentine, qui est nommé « maestro della moneta di Buda per lo Ré » dans une source de 1376 (Cronica di Buonaccorso Pitti, Florence, 1720, p. 18), ne fut très certainement que monnayeur. Cf. L. Huszár, A budai pénzverés története a középkorban [Histoire du monnayage à Buda au Moyen Age], Budapest, 1958, p. 50.

50 .Károly, Fejér vármegye története V. [Histoire du comitat de Fejér V.], Székesfehérvár, 1901, p. 627.

51 MNL OL DL 70 611.

52 Zala vármegye történeteOklevéltár I. [Histoire du comitat de Zala. Recueil de documents I.], éd. I. Nagy, D. Véghely, G. Nagy, Budapest, 1886, No. 593.

53 Zala vármegye története… cit., n.593.

54 CDHA IV, p. 2.

55 MNL OL DL, 44 118.

56 Le 31 mai 1359 : CDP II, p. 107 ; le 2 septembre 1370 : MNL OL DL 5872 ; cf. P. Engel, Archontológia… cit., p. 70, 74.

57 CDP VII, 413.

58 MNL OL DL, 6692.

59 1254 : CD IV/2, p. 231, 1309 : Vetera monumenta historica Hungariam sacram illustrantia maximam partem nondum edita ex tabulariis Vaticanis deprompta, collecta ac serie chronologica disposita I., éd. Augustino Theiner, Romae, 1859, p. 821-822; 1309 : Monumenta Vaticana históriam regni Hungariae illustrantia I/2, Budapest, 2000, p. 274; 1329 : MNL OL DL 7345.

60 A. Radvánszky, Das Amt des Kronhüters in Staatrecht und Geschichte Ungarns, dans Ungarn-Jahrbuch, 4, 1972, 27-45

61 Le 17 juillet 1377 : MNL OL DL 64 096 ; le 24 février 1382 : CD IX/5, p. 567.

62 Cf. le 5 novembre 1367 : Zichy III, p. 340 ; le 3 avril 1371 : MNL OL DL, 39 133.

63 Le 3 avril 1371 : MNL OL DL, 39 133.

64 Cf. I.Hermann, Finanzadministration in der zweiten halfte des 14Jahrhunderts in Ungarn, Budapest, 1987, p. 4-9.

65 En vertu du traité de paix conclu avec Venise le 8 août 1381, les Vénitiens furent obligés de payer un tribut annuel de 7000 florins d'or au royaume de Hongrie, ce qui fut remis au trésorier. Magyar Diplomácziai Emlékek az Anjou korból III [Actes diplomatiques hongrois de l'époque des Anjou III], éd. Gusztáv Wenzel, Budapest, 1876, p. 437, MNL OL DL, 39 370.

66 1388 : Zichy IV, p. 354-355; 1388 : MNL OL DF, 270 056.

67 1399 : MNL OL DF, 286 215.

68 1390 : MNL OL DL, 7653.

69 Pour la conception antérieure du rôle du magister tavarnicorum regalium, voir E. Boreczky, A királyi tárnokmester hivatala 1405-ig, Budapest, 1904.

70 Anonymi Descriptio Europae Orientalis, éd. et trad. Dragana Kunčer, Belgrade, 2013, p. 51‒64.

71 Le palatinus était l’un des juges suprêmes du royaume, mais sa compétence judiciaire pouvait être limitée par différents facteurs comme l'exemption royale ou la compétence territoriale d'un fonctionnaire à la tête d'une région. Jusqu'au milieu du XIVe siècle, ce n'est pas au siège royal, mais en province que le palatinus rendait la justice à la place du souverain, en convoquant souvent, pour un ou plusieurs des comtés (comitatus), une congregatio generalis palatinalis, qui avait surtout des fonctions de cour de justice. Pour plus d’informations sur la fonction de palatinus, voir T. Szőcs, A nádori intézmény korai története 10001342 [Histoire du début de l'institution du palatin 1000-1342], Budapest, 2014.

72 Preter hos officiales est palatinus et magister tarnicorum (sic !)Palatinus uocatur ille qui est iusticiarius in toto regnoSecundus a rege magister tarnicorum uocatur ille qui est super tributa : Anonymi Descriptio Europae Orientalis… cit. p. 141.

73 À titre d'exemple : la liste des villes n'y est pas complète, l'un des sièges du royaume, Székesfehérvár, ne figurant pas dans l'énumération malgré le fait que le nom de la ville apparaît ailleurs dans l'ouvrage, donc l'auteur devait le connaître, Anonymi Descriptio Europae Orientalis… cit., p. 138‒139, 134.

74 Le banat de Macsó (banatus Machoviensis) laissa traces dans les sources à partir de 1320, le banat de Severin, quant à lui, à partir de 1335 : P. Engel, Archontológia… cit., 27, 32.

75 Le iudex curiae regis était, à côté du palatinus, l'autre juge suprême du royaume, mais contrairement au palatinus, il rendait justice à la cour royale. Les compétences du iudex curiae regis étaient limitées par les mêmes facteurs que celles du palatinus. Pour plus d’informations sur le iudex curiae regis, voir : I. Bertényi, Zur Gerichtstätigkeit des Palatinus und des Landesrichters (Judex Curiae Regis) in Ungarn im XIV. Jahrhundert, dans Annales Universitatis Scientiarum Budapestiensis de Rolando Eötvös nominataeSectio Historica, 7, 1965, p. 29-42. I. Bertényi, Az országbírói intézmény története a XIV. században [Histoire de l’institution de judec curiae regiae au XIVe siècle], Budapest, 1976.

76 P. Engel, Archontológia… cit., p. 6.

77 VMMS, I p. 134.

78 Cette expression : « négligents de rendre justice » doit sans doute s'interpréter comme « négligeants de juger une affaire entre un habitant de Kassa et un non-habitant de Kassa » : VMMS I, p. 134.

79 1318 : Ibid., p. 91; 1331 : CDHA II, p. 527; 1338 : VMMS I, p. 128; 1340 : VMMS I, p. 132; 1347 : CD IX/1, p. 499; 1376 : CD IX/5, p. 97; 1380 : Ibid., p. 390-391.

80 1328 : VMMS I, p. 115 ; 1347 : CD IX/1, p. 499‒500 ; les deux sont caractéristiques, dés le temps des Arpads, des privilèges urbains, sur cela, voir E. Fügedi, Középkori magyar városprivilégiumok [Les privilèges des villes hongroises au moyen âge], dans Tanulmányok Budapest Múltjából XIV, 1961, p. 62-63.

81 1339 : CDHA III, p. 553; 1342 : VMMS I, p. 134; 1345 : Ibid., p. 141‒142; 1376 : CD IX/5, p. 99.

82 1328 : VMMS I, p. 115; 1347 : CD IX/1, p. 499-500.

83 1325 : UGDS I, p. 396.

84 VMMS I, p. 141-142.

85 1331 : Si vero villicus eorum propter cause arduitatem ad hoc non sufficeret, tunc ad nostram presenciam, vel prout expedit magistri tavarnicorum nostrorum, dicte cause evocentur iudicandi, VMMS I, p. 119.

86 1244 : nisi forte adeo ardua et notoria sit causa, quod nostram audientiam requirat, in quibus casibus ad nostri iudicii examen causa debeat deferri, CD IV/1, p. 330.

87 Par exemple 1333 : MES III, p. 226 ; 1333 : UB IV, p. 158-159 ; 1344 : MES III, p. 548‒551 ; 1345 : CDCr XI, p. 186-187 ; 1345 : MNL OL DL, 84 688 ; 1356 : MNL OL DF, 226 968.

88 Le 26 mai 1316 : CDHA I, p. 395 ; le 2 novembre 1338 : MNL OL DL 57 087.

89 1339 : CDCr X, p. 459; 1339 : CDHA III, p. 552; 1339 : MES III, p. 348; 1340 : CDCR X, p. 557; 1340 : Zichy I, p. 595; 1340 : MNL OL DL, 90 912; 1341 : CDP I, p. 184.

90 1339 : CDHA III, p. 602 ; 1340 : MNL OL DL, 87 105 ; 1340 : MES III, p. 366 ; 1341 : CDHA IV, p. 69 ; 1341 : MNL OL DL, 3365 ; 1341 : Ibid., 49 246 ; 1341 : MES III, p. 403- 404 ; 1342 : Ibid., p. 459 ; 1342 : MNL OL DL, 3470.

91 1340 : UGDS I, p. 508- 509 ; 1341 : Ibid., p. 515-516.

92 1375 : CD IX/5, p. 35.

93 Par exemple 1320 : CD VIII/2, p. 278-279 ; 1343 : MES III, p. 500-501 ; 1344 : Ibid., p. 550-551 ; 1361 : CD IX/7, p. 509.

94 1383 : MNL OL DL, 6998.

95 Pour l'activité de Jakab Szepesi comme iudex curiae regis, voir notamment : I. Bertényi, A magyar királyi kúriai bíráskodás történetéhez a XIV. században [Pour l'histoire de la juridiction de la cour royale en Hongrie au 14e siècle], Budapest, 1963.

96 P. Engel, Archontológia... cit., p. 38.

97 Alors que la charge de magister tavarnicorum regalium est encore dite vacante le 2 novembre 1378 (MNL OL DL, 67 286), Tamás Szentgyörgyi figure comme tel dans les actes dés le 26 décembre 1378 (MNL OL DF, 238 954).

98 MNL OL DL, 89 456.

99 János Zsámboki peut être démontré comme étant magister tavarnicorum regalium entre le 18 janvier 1373 et le 8 mars 1376 : MNL OL DL, 5992 ; CD IX/5, p. 100.

100 Par exemple Ibid., p. 212, 213, 291-292.

101 Par exemple CD IX/7, p. 409-411.

102 Insuper omnes et singuli cives civitatum, quas de novo creavimus, quibuscunque aliarum civitatum constituimus libertatem, si de iudicatu et sententia iudicum et iuratorum suorum noluerint contentariad illam civitatem, cuius libertate funguntur, aut ad magistrum tauarnicorum nostrorum valeant appellare : DRH 1301-1457, p. 200 ; cf. P.Engel, Gy. Kristó, A.Kubinyi, Historie de la Hongrie médiévale…cit., p. 173-174.

103 1328 : Insuper volumus et admittimus, út quandocumque inter nostros cives lis in sentencia aliqua in ordine iudicii oriatur, si duodecim iurati inter se pro eadem sentencia non valeant concordare, extunc ipsa sentencia deferri debet in Sopronium et cives ibidem eam decernere poterunt secundum quod iuris fueritet expediens ac honestum : UB IV, 35-36.

104 1382 : Monumenta Hungariae Judaica VIII, éd. Sándor Scheiber, Budapest, 1965, p. 33-34.

105 1380 : MNL OL DF, 230 605.

106 Sopron szabad királyi város története I/1… cit., p. 234 ; 1397 : MNL OL DF, 249 880 ; 1414 : CD X/5, p. 549.

107 Ibid., p. 571.

108 Traduit du hongrois par Boglárka Illyés.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/3547/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M

Auteur

Groupe de Recherche en Histoire Économique de la Hongrie médiévale « Lendület », Centre de Recherche en Sciences Humaines de l’Académie Hongroise des Sciences, Budapest, weisz.boglarka@btk.mta.hu

© Publications de l’École française de Rome, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540