Version classiqueVersion mobile

La vie politique à Marseille sous la domination angevine (1348-1385)

 | 
François Otchakovsky-Laurens

Quatrième partie. Droit et légitimité de l’assemblée

Droit et légitimité de l’assemblée

Texte intégral

  • 1 M. Merleau-Ponty, Humanisme et terreur, Paris, 1947.

Une société n’est pas le temple des valeurs-idoles qui figurent au fronton de ses monuments ou dans ses textes constitutionnels, elle vaut ce que valent en elle les relations de l’homme avec l’homme.
Maurice Merleau-Ponty1

  • 2 On pense ainsi au mois d’août 1351, avec quatre séances en cinq jours entre le 16 et le 20/8/1351 ; (...)
  • 3 Cette question est directement inspirée de celle, « What it worth the trouble becoming a municipal (...)

1Le sens des assemblées ne peut s’évaluer par les seules données quantitatives qui précèdent, pour instructives qu’elles soient. L’existence d’un tel lieu de discussion collective n’est pas une donnée immuable en soi. Elle implique la participation régulière de plusieurs dizaines d’individus, investis par ailleurs dans des activités personnelles, sur le plan professionnel ou social. Ces Marseillais consacrent volontairement une part de leur temps et de leur énergie aux réunions du conseil, parfois fort fréquentes – presque tous les jours dans certaines des périodes les plus agitées2. Quel intérêt les membres de l’assemblée y trouvent-ils, notamment les plus actifs d’entre eux3 ?

2La présence nombreuse de certaines familles les plus établies dans le prestige social et la richesse pourrait laisser penser que la représentation symbolique joue un rôle prédominant, les élites cherchant à monopoliser les positions les plus honorifiques. Mais cela ne suffit pas à expliquer la capacité d’ouverture et de renouvellement du gouvernement consulaire, le caractère relativement large de la société politique qui se constitue, appelée à participer à des degrés divers à son fonctionnement.

3 Davantage qu’un honneur recherché, la participation collective des élites urbaines au bon fonctionnement du conseil relève d’une prise de responsabilités face aux difficultés du temps. Pour préserver les intérêts de tous et l’unité de la communauté, l’assemblée est le lieu où se construit, par la discussion, un point de vue commun.

4Dès lors, ce collectif doit trouver sa place dans l’architecture des pouvoirs et dans l’équilibre de l’autorité régissant la ville et au-delà, les territoires angevins et la Provence. La déstabilisation des pouvoirs de tutelle engendrée par le contexte de crise durable donne l’occasion au conseil de raffermir sa position institutionnelle. Autant d’enjeux politiques qui se posent en termes de droit. Pour agir et mener sa propre politique, indépendante du contrôle des officiers royaux, le conseil de ville doit acquérir une légitimité suffisante. Il lui faut fonder en droit son activité, sa capacité à gouverner la ville. L’assemblée doit construire son institutionnalité.

Notes

1 M. Merleau-Ponty, Humanisme et terreur, Paris, 1947.

2 On pense ainsi au mois d’août 1351, avec quatre séances en cinq jours entre le 16 et le 20/8/1351 ; AMM, BB21 fol. 151-171. Un membre plus éminent tel que Guillaume de Montolieu, jurisperitus, a une activité d’avocat, comme le prouve la suspension de toutes les affaires qu’il plaide le temps de sa participation à une ambassade. Séance du 18/3/1351 ; AMM, BB21 fol. 114-115r.

3 Cette question est directement inspirée de celle, « What it worth the trouble becoming a municipal representative ? », posée par L.M. Duarte, The Portuguese Medieval Parliament : Are We Asking the Right Questions ?, dans e-journal of Portuguese History, 1,2 hiver 2003, p. 1-12.

© Publications de l’École française de Rome, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search