Version classiqueVersion mobile

La vie politique à Marseille sous la domination angevine (1348-1385)

 | 
François Otchakovsky-Laurens

Préface

Laure Verdon

Texte intégral

1Le domaine de l’histoire politique médiévale s’est vu profondément bouleversé ces dernières années par l’affirmation d’un champ d’étude, en passe de se constituer en nouvelle discipline, celui que l’on peut voir se structurer autour de la notion d’archéologie de l’écrit. Venant renouveler de fond en comble notre compréhension de la production des actes dits « normatifs », aussi bien dans leur matérialité que dans la manière dont ceux-ci ont été pensés, conservés et transmis, c’est à une nouvelle appréhension des processus de gouvernement que nous assistons de la sorte, qui s’attache à donner à voir l’articulation entre trace écrite, prise de décision politique et lien social, en un mot qui met en exergue la « fabrique » du document comme élément-clé de la procédure politique, notamment dans le cadre des formes revêtues par le gouvernement collectif urbain.

2Le livre que l’on s’apprête à lire participe pleinement de ce renouveau historiographique ; mieux, il en démontre l’absolue pertinence à l’échelle de cette ville méditerranéenne qu’est Marseille, dont la richesse des archives n’a rien à envier aux grandes communes italiennes.

3Le choix de s’attacher à un type de sources particulier – les registres de délibérations communales produits par le conseil et les assemblées délibérantes de la cité phocéenne dans la seconde moitié du XIVe siècle – tient en grande partie à un pari historiographique décliné en trois points : celui d’appliquer un questionnement d’histoire politique à un ensemble documentaire a priori pauvre en réponses potentielles ; celui d’articuler du point de vue heuristique deux méthodologies qui ne sont pas si fréquemment conjuguées – la fabrique du document d’une part et la construction de l’autorité de l’autre – ; celui enfin d’oser envisager l’histoire politique de Marseille au bas Moyen Âge sous un autre angle que celui des modes, plus ou moins réussies, d’imposition d’une autorité souveraine qui réduit à la seule recherche du temps nostalgique d’un passé communal révolu les velléités de résistance – ou de reconquête – de l’autonomie urbaine. En cela, le choix des registres de délibérations communales est apparu « embrayeur de questions » – pour paraphraser Georges Duby – et leur analyse s’est écartée de la monographie qui, de toute façon, aurait été un choix déraisonnable au regard de l’ampleur du corpus.

4 Mais il y a plus. La révision d’une position historiographique longtemps dominante, celle d’une histoire téléologique et désespérément conflictuelle de la ville de Marseille en éternelle opposition au pouvoir souverain, se double ici d’une attention précise portée au contexte, volontairement restreint, qui transforme le cas spécifique marseillais en un véritable laboratoire d’analyse.

5Au cœur de la démarche adoptée se trouve la notion de « crise », qui a d’abord servi à l’auteur à délimiter un corpus plus précis parmi la masse documentaire disponible, mais qui sert aussi, et surtout, de point d’articulation à une démonstration historiographique. La crise, telle que F. Otchakovsky-Laurens l’envisage et la met en œuvre dans son ouvrage, est une crise politique ; en ce sens déjà elle n’est pas simple échantillonnage issu de la documentation mais résulte bien de la méthode qu’il a construite d’administration de la preuve. La proposition qu’il fait de qualifier cette période – deux en réalité : 1348-51 et 1381-85 – de temps « d’incertitude hiérarchique » dit bien la dimension symbolique et sensible du ressenti collectif qui accompagne cette situation. La crise certes engendre une perte d’intelligibilité du monde et de ses modes de perception ordinaires, une incertitude sur l’avenir et sur les moyens d’agir, selon l’analyse établie par les sociologues notamment, mais elle recèle aussi, et c’est la manière dont un historien peut user de ce concept, un potentiel créatif en termes politiques ; la crise – entendue comme la rupture d’une situation politique établie – ouvre le champ des possibles, sur le plan individuel mais aussi collectif, la crise permet fondamentalement un élargissement du champ politique et c’est bien là le cœur de la démonstration et la pertinence du choix chronologique qui redonne toute son importance à « l’événement ».

6Dès lors, la construction de l’autorité du conseil est rendue possible par ce contexte, dans trois domaines essentiellement :

7La production documentaire tout d’abord, qui est envisagée comme un véritable système documentaire pensé par les autorités municipales, un système que F. Otchakovsky-Laurens reconstitue patiemment, démarche précieuse complétée par les pages pénétrantes et pertinentes qu’il consacre à la reconsidération de l’organisation, des phases de rédaction et des fonctions des Statuts de la ville.

8Les mécanismes du pouvoir révélés par cet élargissement du champ politique à la faveur de la crise constituent le deuxième domaine revisité. Il faut s’attacher ici notamment à ce que l’auteur écrit à propos de la participation aux affaires publiques des « non-conseillers », des témoins des actes ou encore à sa très intéressante interrogation sur la participation des officiers royaux, tantôt à l’intérieur ou en dehors de l’assemblée. Ces pratiques politiques partagées constituent une société politique aux contours fluctuants, le contexte de crise servant ici encore de révélateur et permettant de comprendre les procédures d’élection, de mandat ou encore la place que certains individus peuvent vouloir prendre à un moment donné.

9La méthode de gouvernement élaborée, expérimentée par le conseil de Marseille repose avant tout sur la fabrique du collectif, du commun – plus que sur celle du consensus – qui recherche l’unanimité, plutôt que la majorité, atteinte par le débat, la discussion publique. Par là, F. Otchakovsky-Laurens s’interroge indirectement sur la pertinence de concepts tels que l’efficacité ou la rationalité – au sens actuel du terme – dès lors qu’ils sont appliqués à une organisation politique médiévale, et montre notamment que la maîtrise du temps, par l’usage des mesures dilatoires, – une question particulièrement cruciale en période de crise – se constitue en un véritable outil performatif de gouvernement. L’institutionnalisation du conseil lui confère également la maîtrise de l’élaboration de la norme que vient habiller, sur le plan idéologique, un discours légitimant de poursuite du bien commun et renforcer, par une inscription dans le territoire même de la ville, la délimitation d’un espace civique, que l’on peut pleinement qualifier de public au terme du processus.

10On l’aura compris, ce livre est un livre important, fort d’une proposition historiographique d’une remarquable finesse, qui renouvelle totalement notre vision du gouvernement collectif de la Marseille médiévale et, au-delà, du contexte urbain d’un grand port méditerranéen de la fin du Moyen Âge où se joue et s’invente une nouvelle forme de gouvernement du commun.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search