Version classiqueVersion mobile

Les Boutiques d’Ostie du Ier s. av. J.-C. au Ve ap. J.-C

 | 
Julien Schoevaert

Première partie. Physionomie et dynamiques des boutiques d’Ostie

Chapitre 5. Entre les murs des boutiques

Texte intégral

  • 2  Calza 1923b, p. 50 et Calza 1939, p. 227.
  • 3  Girri 1956.

1Dans son seul article consacré aux boutiques d’Ostie, G. Calza propose une description de ces locaux qui résume à lui seul les grandes pistes de recherche qui seront poursuivies durant la plus grande partie du XXe siècle concernant cet objet d’étude2. La boutique est décrite sous sa forme canonique, sans même suggérer la diversité des solutions architecturales observables parmi les vestiges. Cette entreprise de lissage a pour finalité de proposer une description de la vie quotidienne des boutiquiers : dès la première ligne, on apprend que la boutique sert aussi de logement. Cette association entre boutique et lieu de vie devint un postulat très rarement questionné, mais également une problématique majeure au sein des études portant sur les boutiques de la ville. Ainsi, en 1956, G. Girri a proposé une typologie architecturale des boutiques d’Ostie qu’elle n’a utilisé que dans le cadre d’une estimation démographique des boutiquiers, en fin d’ouvrage3.

2Une relecture plus détaillée des boutiques d’Ostie fondée sur les données d’archives jusqu’alors écartées s’impose. Les caractéristiques architecturales des boutiques d’Ostie les distinguent des locaux commerciaux d’autres sites connus. Si les boutiques sont définies comme des espaces d’échanges et de vie, peut-on déceler un mode d’habiter qui leur soit propre ? C’est par un cheminement au cœur des boutiques qu’il est possible de répondre à ces questionnements.

5.1 Au seuil des boutiques

  • 4  Ivanoff, 1859 ; Bouet 1994 ; Monteix 2010, p. 56-60 a abordé spécifiquement la question des seuils (...)

3Les seuils des boutiques ont déjà été abordés précédemment en tant que critère d’identification des locaux, reste à les analyser. Les seuils romains ont été décrits dès le milieu du XIXe siècle par S. Ivanoff, mais ce n’est qu’à la fin du XXe siècle qu’une typologie raisonnée fut élaborée par A. Bouet4. L’étude du fonctionnement du seuil et de ses variétés précédera l’analyse de leur mise en œuvre.

5.1.1 Ouvrir et fermer boutique

  • 5  Bouet 1994, p. 29.
  • 6  Mac Mahon 2003, p. 94 ; Monteix 2010, p. 59.

4Le seuil à rainure longitudinale correspond à un mode de clôture recourant totalement ou partiellement à des planches en bois. Celles-ci sont glissées dans la rainure longitudinale du seuil, à laquelle répond une autre rainure ménagée dans le linteau de la boutique (fig. 8). Dans la plupart des cas, les planches ne se déploient que sur une partie de la baie, la dernière partie étant fermée à l’aide d’un vantail5. Ce dispositif de clôture présente plusieurs avantages. Contrairement aux vantaux mobiles qui, même rabattus vers l’intérieur de la boutique, occupent un grand espace, les planches peuvent être retirées une à une du seuil, être stockées à l’intérieur de la boutique ou déposées contre sa façade, libérant ainsi la totalité de la baie. Ce système permet donc un gain d’espace, ainsi qu’un dégagement complet de la baie, assurant la visibilité de l’intérieur de la boutique depuis la rue6.

  • 7  Spinazzola 1953, p. 190, fig. 221.
  • 8  Spinazzola 1953, p. 769.
  • 9  Monteix 2010, p. 58 : « Chacune des planches constituant la partie démontable de la porte est muni (...)
  • 10  Adam 1989, p. 346 : « les boutiques se distinguent par leur mode de clôture : la marchandise étant (...)

5La fullonica de la via dell’abbondanza de Pompéi constitue un témoignage précieux sur le système de verrouillage des boutiques. En effet, la conservation d’une partie des planches de fermeture a permis aux restaurateurs d’en proposer une restitution (fig. 9). Ce dispositif est fixé aux planches à l’extérieur de la boutique, du côté de la rue7. Deux barres de fer, passées dans des anneaux fixés sur les planches fermant la boutique, sont articulées par une serrure. Cet exemple a fait l’objet de différentes interprétations. Selon V. Spinazzola, ces barres, mues par la serrure s’insèrent dans des montants latéraux en bois8. Cette idée a été critiquée par N. Monteix, pour qui les barres de fer maintiennent les planches et le vantail conjointement à la rainure du seuil et celle du linteau, sans avoir recours aux montants latéraux de la baie9. J.-P. Adam remarque que ce dispositif pouvait être fixé sur les planches de fermeture, à l’intérieur de la boutique10.

  • 11  Il s’agit de trois boutiques situées sur la Via di Diana et d’une boutique de l’îlot V, i, 1.
  • 12  Vaglieri 1911, p. 324 : une boutique située au sud du Piccolo Mercato est pourvu de l’inscription (...)
  • 13  Les traces d’usure ou l’imperfection du travertin constituent les principaux obstacles à cette ana (...)

6Les seuils de boutiques d’Ostie sont constitués de blocs de travertin. L’emploi de blocs de tuf n’est attesté que dans moins d’1 % des cas11. La rareté des emplois de ce matériau et leurs contextes suggèrent qu’il s’agit de remplois. Par ailleurs, notre documentation ne fait état que de deux inscriptions remployées comme seuils de boutique12. Quelques seuils ont subi des dégradations d’origine naturelle ou anthropique rendant leur étude difficile13. Il est parfois difficile de distinguer de simples aspérités de mortaises ou de crapaudines. La largeur des seuils est comprise entre 20 et 80 cm, pour une moyenne de 45,7 tandis que leur hauteur est comprise entre 11 et 40 cm pour une moyenne de 25,5 cm.

Fig. 8 – Restitution du système de clôture d’une boutique (Bouet 1994).

Fig. 9 – Système de clôture restauré d’une boutique de la Via dell’abbondanzza de Pompéi (Adam 1989).

  • 14  Tendance déjà soulignée par Packer 1971, p. 21, pour qui la largeur moyenne des portes de boutique (...)
  • 15  Gering 1999, p. 104.
  • 16  Monteix 2010, p. 59.

7Il a été souligné à plusieurs reprises que les portes de boutiques se caractérisent par une largeur importante14. La longueur du seuil des boutiques est comprise entre 116 et 506 cm, pour une moyenne de 293 cm. Dans leur grande majorité – 88 % – les seuils ont une longueur comprise entre 200 et 400 cm. À la lumière de ces données, il est possible de souligner que les seuils de boutiques sont en général plus larges que les autres types de baies. À titre comparatif, les portes menant vers les arrière-boutiques ont une largeur comprise entre 90 et 140 cm. L’hypothèse d’A. Gering, selon laquelle les portes de boutiques ne pouvaient avoir une longueur inférieure à 130 cm peut être retenue dans la mesure où seul un seuil de type D2 a une longueur inférieure à cette valeur15. Si ces tendances sont clairement établies, il n’en demeure pas moins impossible d’identifier une boutique sur la seule largeur de sa baie16.

8Le système de fermeture de ces seuils repose sur l’association d’une feuillure destinée à accueillir un vantail mobile et d’une rainure longitudinale pour que des planches y soient insérées. La rainure longitudinale est creusée à une distance comprise entre 7 et 16 cm de la face avant du seuil. Elle a une longueur comprise entre 58 et 424 cm, pour une moyenne de 219 cm. Dans la majorité des cas – 76 % –, elle a une longueur comprise entre 150 et 300 cm. Elle occupe en moyenne 75 % de la longueur totale du seuil. La feuillure des seuils de boutiques correspond au vantail, elle est donc pourvue dans la majorité des cas d’une crapaudine et peut disposer d’une gâche. La longueur de la feuillure est comprise entre 19 et 172 cm, pour une moyenne de 72 cm. La majorité – 79 % – de ces feuillures a une longueur comprise entre 60 et 100 cm.

  • 17  Gds 1915, 5-20 février, p. 74, n° inv. 9662 : une clé longue de 14 cm mise au jour dans la Casa di (...)
  • 18  Je dois ces remarques à N. Monteix qui a observé des situations analogues dans les cités du Vésuve

9Dans de rares cas – seulement 12 –, des gâches étaient ménagées dans la maçonnerie des piédroits entre 83 et 134 cm au-dessus du niveau du seuil, afin que puisse y être insérée une tige métallique courant sur toute la longueur des volets, afin d’en assurer la clôture (fig. 10). Ce mécanisme pouvait également s’insérer dans des montants latéraux en bois, comme le proposait V. Spinazzola à propos de Pompéi : certains seuils comprennent des espaces latéraux non creusés. Compris entre 4 et 30 cm de largeur, ces vides permettaient très probablement d’installer un jambage en bois contre la maçonnerie. Enfin, une ou plusieurs gâches pouvaient être creusées dans le seuil afin d’y insérer des éléments verticaux assurant la clôture du vantail et/ou des volets de bois. Si quelques clés ou éléments de serrure ont été mis au jour dans certaines boutiques d’Ostie, ils ne permettent guère d’analyser plus en détail le système de fermeture de ces locaux17. Certains seuils sont pourvus d’une mortaise rectangulaire creusée dans la feuillure, à l’emplacement de la crapaudine. Il s’agit d’une opération visant à la réfection de la porte de la boutique. La mortaise est destinée à accueillir un élément de métal doté d’une crapaudine18. Seul un exemplaire (fig. 11) de cet objet a été inventorié, dans le Caseggiato di Diana (I, iii, 3).

Fig. 10 – Piédroit de la boutique sud-ouest de la Casa dell’Ercole Bambino (II, vi, 3-4). Vue depuis le sud.

Fig. 11 – Seuil à rainure longitudinale d’une boutique du Casegiatto di Diana (I, iii, 3). On observe la réfection réalisée en métal sur la crapaudine. Vues depuis le Nord.

5.1.2 Les seuils des boutiques d’Ostie

  • 19  Bouet a souligné le fait que la diffusion de ces seuils n’était pas uniforme dans la Méditerranée, (...)
  • 20  Bouet 1994, p. 29-39. Cette catégorie correspond au type C de seuil retenu par Hori 1992, p. 74.

10L’étude menée par A. Bouet sur la typologie des seuils du site d’Olbia – tout en utilisant d’autres exemples de Gaule, de Grèce et d’Italie – constitue une référence incontournable en la matière19. Il y distingue quatre grands types de seuils, dont l’un correspond au seuil de boutique : le type D qui regroupe les unités dotées d’un pas étroit et d’une rainure longitudinale. Trois sous-catégories ont été proposées par A. Bouet : le type D1a pour le seuil à rainure longitudinale et porte latérale droite, le type D1b pour le seuil à rainure longitudinale et porte latérale gauche et enfin le type D2 concernant le seuil à rainure longitudinale sans battant20. Cette typologie est opérante pour les boutiques d’Ostie, toutefois quelques cas permettent de l’enrichir et de la nuancer (fig. 12).

5.1.2.1 Les seuils à rainure longitudinale, à pas étroit et porte latérale droite (Bouet D1a) : 541.

11Il s’agit du seuil le plus courant dans les boutiques d’Ostie.

5.1.2.2 Les seuils à rainure longitudinale, à pas étroit et porte latérale gauche (Bouet D1b) : 10.

12Ce type est en tout point semblable au précédent à l’exception de la feuillure qui est située du côté gauche du point de vue d’une personne située à l’extérieur de la boutique. Ceci donne lieu à une configuration différente des équipements ; ainsi, les comptoirs situés dans ces boutiques sont installés du côté droit du seuil, ne gênant pas l’ouverture du vantail.

5.1.2.3 Les seuils à rainure longitudinale sans battant (Bouet D2) : 6.

13Ce type de seuils se caractérise par l’absence de feuillure latérale et de crapaudine. La fermeture est donc assurée intégralement par des planches de bois qui sont engagées dans la rainure grâce à une feuillure ménagée au centre du seuil.

Fig.12 – Typologie des seuils des boutiques d’Ostie.

5.1.2.4 Les seuils à deux vantaux (Bouet C) : 15.

14Ce type de seuils se trouve dans 15 locaux identifiés par ailleurs comme des boutiques. Cette présence s’explique, dans une grande majorité des cas, par des reconversions (fig. 13). Les seuils à rainure longitudinale des boutiques ont été modifiés : le creusement d’une feuillure, de crapaudines et de gâches permet de convertir un seuil de type D en type C.

Fig. 13 – Exemple de seuil à rainure remployé comme seuil à deux vantaux.

5.1.2.5 Les seuils à double rainure longitudinale et à pas étroit (fig. 14) : 10.

15Très rare à Ostie, ce type de seuils ne semble pas avoir été étudié. Il s’agit de seuils dotés de deux rainures disposées l’une derrière l’autre, espacées d’une dizaine ou d’une vingtaine de centimètres. Le seuil de la boutique du Caseggiato del Ercole Bambino (II, VI, 3-4) est pourvu d’une seconde crapaudine correspondant à la seconde rainure. La fonction de ces seuils demeure très obscure et ne peut donner lieu qu’à des hypothèses. Le plus évident serait d’envisager cette deuxième rainure comme une réfection. La première étant hors d’usage, une seconde serait taillée, en retrait afin d’assurer la clôture du local. Les deux rainures auraient donc fonctionné successivement et non simultanément. Cette hypothèse ne se verrait confirmée que par un état de dégradation avancée des premières rainures des seuils de ce type. Or cette situation n’est attestée que sur deux seuils sur les dix identifiés. Dans les autres cas, le creusement de cette nouvelle rainure pourrait être consécutif à la détérioration de la rainure du linteau qui n’a été conservé dans aucune de ces boutiques. La seconde hypothèse implique l’emploi simultané des deux rainures. Peu vraisemblable, elle suppose la présence de deux séries de planches successives, renforçant la sécurité de la boutique. La présence de deux vantaux – même repliables – disposés l’un derrière l’autre est toutefois très peu probable étant donnée le peu d’utilité d’un tel dispositif.

5.1.2.6 Les seuils à rainure longitudinale et à deux vantaux : 6.

16Tout comme le type précédent, ces seuils n’ont pas été précédemment étudiés. Deux sous-types sont à distinguer (fig. 15).

17Le premier sous-type rassemble les seuils pourvus de deux feuillures disposées côte à côte. Deux explications peuvent être évoquées. Il peut s’agit d’une part d’une modification du seuil accompagnant la réduction de la baie de la boutique. Le creusement de ces secondes feuillures devait coïncider avec la mise en place d’un pan de maçonnerie sur l’emplacement de la feuillure originelle. a seconde explication tient à l’édification d’un escalier indépendant dans une boutique. La feuillure originelle est alors employée comme porte de l’escalier, une seconde feuillure est creusée afin de permettre l’accès à la boutique. L’escalier et la boutique partagent le même seuil qui doit être donc muni de deux feuillures pour former deux portes indépendantes.

Fig. 14 – Exemples de seuils à double rainure longitudinale.

Fig. 15 – Exemples de seuils à rainure longitudinale et à deux vantaux.

18Un second sous-type doit être distingué. Il s’agit des seuils munis de deux feuillures disposées aux deux extrémités de la pierre. L’explication de cette opération peut être trouvée dans le commerce alimentaire du Caseggiato di Annio (III, xiv, 4). Dans cette boutique, un comptoir maçonné a été édifié sur la première feuillure, la rendant inopérante. C’est pourquoi une feuillure a été creusée de l’autre côté du seuil.

  • 21  Ellis 2011, p. 165.
  • 22  Ellis 2011, p. 169-171.

19La plupart de ces types ont coexisté ; on ne peut donc établir de typochronologie. Il apparaît toutefois que les trois derniers types ne correspondent qu’à des états modifiés. Ils ne se rapportent pas à un fonctionnement spécifique, mais plutôt à des modifications portant sur la boutique qu’ils équipent. La mise en œuvre des seuils varie donc d’une boutique à l’autre (tab. 5 et pl. II). En outre, il apparaît que la typologie des seuils d’Ostie diffère de celle attestée à Pompéi. Selon S. Ellis, les seuils de type D1b sont beaucoup plus répandus à Pompéi : ils sont identifiés dans 37 % des cas, alors que nous ne les avons identifié que dans 0,8 % des cas à Ostie21. L’explication fournie par S. Ellis est convaincante : la différence entre les deux villes s’expliquerait par la production plus importante et normalisée de seuils à Ostie lors de la reconstruction de la ville22.

Tab. 5 – Répartition des seuils selon leur type.

Type
seuils à rainure longitudinale, à pas étroit et porte latérale droite (Bouet D1a)

effectif
541

pourcentage
91,7 %

seuils à rainure longitudinale, à pas étroit et porte latérale gauche (Bouet D1b)

10

1,7 %

seuils à rainure longitudinale sans battant (Bouet D2)

6

1,0 %

seuils à deux vantaux (Bouet C)

15

2,5 %

seuils à double rainure longitudinale et à pas étroit

10

1,7 %

seuils à rainure longitudinale et à deux vantaux disposés côte à côte

6

1,0 %

seuils à rainure longitudinale et à deux vantaux opposés

2

0,3 %

Total

590

5.1.3 Deux types de mise en œuvre

20Deux types de mise en œuvre des seuils à rainure longitudinale peuvent être distingués à Ostie :

  • les seuils de dimensions homogènes (d’un ou de plusieurs blocs)

  • les seuils composés de blocs dont la hauteur et la profondeur sont hétérogènes.

21Les seuils constitués de blocs de hauteur et de profondeur homogènes sont les plus répandus (79 %). Au sein de cette catégorie, les seuils monolithiques sont d’une grande rareté, néanmoins, de nombreux seuils sont composés de plusieurs fragments jointifs, attestant leur unité originelle. Il s’agit d’une mise en œuvre employée dès la construction de l’édifice. On retrouve parfois au sein d’une même unité de construction des seuils d’une très grande homogénéité. L’exemple des boutiques situées au sud des Maggazzini Repubblicani (II, ii, 1-2) est à ce titre éloquent. La longueur des quatre seuils en place est comprise entre 275 et 277 cm, leur hauteur varie de 33 à 37 cm, tandis que l’envergure de leur feuillure oscille entre 62 et 69 cm. Les variations de quelques centimètres observables entre chaque seuil découlent d’une mise en œuvre variant d’une boutique à l’autre : le seuil doit avoir des dimensions adaptées à la baie qu’il est destiné à équiper. Or, les dimensions des baies d’une même unité construite ne sont jamais exactement identiques. Ces disparités, si minimes soient-elles, impliquent un travail de taille de chaque seuil à la mesure de la baie à laquelle il est voué. Il faut supposer que des blocs de travertin étaient acheminés sur le chantier et retaillés selon les dimensions des baies de chaque boutique.

22Un autre mode opératoire est plus rarement attesté : il s’agit de seuils à rainure encastrés dans la maçonnerie. C’est le cas des boutiques du Caseggiato del Larario (I, ix, 3) où les piédroits sont édifiés en appui sur les seuils. Cette particularité indique que l’installation de certains seuils relevait du gros œuvre.

23Les seuils à rainure longitudinale composés de plusieurs blocs de hauteur et de profondeur hétérogènes ne se retrouvent que dans 21 % des cas. Des blocs de dimensions variées sont ajustés afin que leurs rainures longitudinales soient correctement alignées et utilisables. Les fragments pouvant être de hauteur variable, ils sont installés sur un lit de mortier d’épaisseur irrégulière pour faire correspondre leur niveau supérieur. Ces seuils n’équipent jamais la totalité des boutiques d’une même unité construite. Ceci indique qu’il ne s’agissait pas d’une mise en œuvre employée dès la construction, mais intervenant plutôt dans un second temps, dans le cadre d’une réfection ou d’une modification du seuil. Ce type de mise en œuvre semble particulièrement lié à des modifications datées de la période tardive : rehaussement de seuil ou empiétement de boutiques.

24Elle n’est employée de manière uniforme qu’au sein des boutiques du théâtre. Des blocs profonds de 70 à 80 cm occupent les côtés latéraux du seuil, tandis que la partie centrale est composée de blocs d’une soixantaine de centimètres de profondeur. Cette homogénéité traduit l’appartenance très probable de ces seuils à l’état originel de la construction. L’emploi de cette technique est à mettre en relation avec la disposition singulière des boutiques du théâtre, du fait de son tracé semi-circulaire. Les blocs latéraux sont de forme trapézoïdale de manière à correspondre à l’orientation des piédroits, tandis que la partie centrale est rectangulaire. Il est probable que cette dernière était préfabriquée, tandis que les blocs latéraux étaient taillés sur place pour être adaptés à la baie. Le cas du théâtre est donc l’exception qui confirme la règle.

25Le seuil à rainure longitudinale semble indissociable des boutiques. Il est attesté dans les boutiques d’Ostie sur une durée de près de cinq siècles : de l’époque tardo-républicaine – dans les Magazzini repubblicani (II, ii, 1), à l’époque tardive – dans la Domus delle Gorgoni (I, xiii, 1), datée du début du IVe siècle. Ce mode de clôture multiséculaire est donc structurellement lié aux boutiques. Si ce dispositif faisant intervenir des volets de bois est omniprésent, une certaine disparité a été observée. Qu’elle relève du mode de clôture ou de la mise en œuvre des seuils, elle ne procède pas de tendances chronologiques, mais plutôt d’adaptations à des situations spécifiques. Seul l’assemblage de blocs de travertin remployés semble propre à la période tardive.

5.2 Dans les boutiques

26Une fois le seuil franchi, la boutique se compose souvent d’une unique pièce constituant l’espace de travail. Si ces pièces se caractérisent par une grande homogénéité, la présence d’autres espaces qui lui sont liés topographiquement donne lieu à des cas de figure plus complexes, permettant d’approcher les spécificités socio-économiques d’Ostie.

5.2.1 Surface et aménagements

  • 23  C’est par exemple le cas des boutiques du Caseggiato delle Trifore (III, iii, 1) situées au croise (...)
  • 24  Girri 1956, p. 40 indique une surface moyenne de 37 m2.
  • 25  Pirson 1999, p. 86.
  • 26  Béal 2010, p. 17-19.

27Dans leur grande majorité, les boutiques sont de plan rectangulaire, généralement moins larges que profondes. Souvent disposées en rangées, les boutiques ont un plan dicté par la forme de l’îlot auquel elles appartiennent. Ainsi, quelques boutiques de forme trapézoïdale ou triangulaire sont attestées. Ces formes atypiques se retrouvent essentiellement aux angles d’édifices donnant sur des croisements de rues non perpendiculaires23. La surface des boutiques d’Ostie est comprise entre 4,7 et 130,5 m2 ; la surface moyenne est de 35,6 m2, tandis que la surface médiane est de 31,3 m2. Ceci correspond à peu près à la surface moyenne de 37 m2 calculée par G. Girri à Ostie24, mais aussi à celle des boutiques de Pompéi qui est de 35 m2, avec des valeurs extrêmes de 10 et de 150 m2 selon F. Pirson25. Les dimensions et la forme des boutiques dépendent en grande partie des édifices auxquels elles appartiennent. Aussi, une grande homogénéité peut être observée au sein d’une même unité construite. Des archéologues ont déjà mis en évidence le caractère modulaire de certaines boutiques en comparant les dimensions de ces pièces au sein d’un même édifice26. Cette uniformité doit toutefois être nuancée. Le mesurage précis des dimensions des boutiques du Caseggiato dell’Ercole Bambino indique que si la profondeur de 6,70 m est commune à toutes les boutiques, leur largeur varie de 4,35 à 5,20 m. De même, les boutiques disposées sous le Portico di Nettuno ont une profondeur fixe d’environ 5,80 m, tandis que leur largeur varie de 3,77 à 5,43 m. Ces variations procèdent de plusieurs facteurs : les dimensions des édifices qui intègrent les boutiques, la fonction porteuse des murs dans la structure du bâti et par là même, la disposition des étages.

  • 27  Rickman 1971.
  • 28  Paschetto 1912, p. 352 ; Girri 1956, p. 4.

28Le traitement du sol et des murs des boutiques procède des exigences techniques liées aux activités qui s’y déroulaient. Le pavement le plus courant est en opus spicatum. Ce type se retrouve également de manière récurrente dans les grands ateliers, et constitue donc le pavement privilégié des lieux de travail27. Les murs sont partiellement revêtus de hautes plinthes de mortier de tuileau. Dans le complexe de Neptune ce revêtement, dont l’épaisseur est comprise entre 3 et 6 cm, atteint 1,70 m de hauteur. Ces surfaces enduites de mortier de tuileau sont souvent surmontées d’un enduit peint dont la décoration va d’un simple monochrome à des motifs plus complexes. Ce traitement est très courant ; il constitue même aux yeux de certains archéologues l’une des caractéristiques principales des boutiques d’Ostie28.

  • 29  Bakker 1999, p. 93.

29Le traitement des murs et des sols semble découler de facteurs variés. Il existe une importante unité des traitements au sein d’une même unité construite. Ainsi les boutiques du complexe de Neptune combinent-elles dans leur majorité un pavement d’opus spicatum et un revêtement de mortier de tuileau, tandis que les boutiques de l’édifice I, xiii, 5 sont toutes pourvues d’une mosaïque de pavement noire. Cette uniformité indique que de véritables programmes de traitement des murs et des sols étaient entrepris dans le cadre des chantiers de construction. Inversement, les éléments décoratifs plus singuliers comme le dallage en marbre, certaines mosaïques et les blocs de basalte n’apparaissent que sporadiquement dans les unités construites. Certains pavements semblent correspondre à des activités bien spécifiques. Ainsi, les dallages de sesquipedales ou de marbre et les mosaïques de pavement se retrouvent avant tout dans les boutiques dotées d’un comptoir maçonné, indiquant leur fonction probable de commerce alimentaire. Le pavement en blocs de basalte constitue, selon J.T. Bakker, une des caractéristiques majeures des boulangeries29. Ce cas de figure se rencontre presque systématiquement dans les grandes boulangeries d’Ostie ; en revanche, aucune boutique disposant d’un tel pavement n’est attestée dans notre documentation.

30Sauf exception, les boutiques font partie intégrante d’ensembles architecturaux plus vastes. Leur couverture est donc tributaire de leur insertion dans les îlots. Que les boutiques soient pourvues d’un étage ou non, trois types de couvertures sont à distinguer : voûte en berceau, voûte croisée ou simple plancher. Les voûtes constituent une limite maçonnée entre les boutiques et les étages, tandis que l’emploi d’un plancher implique l’existence d’un seul et même volume maçonné comprenant la boutique et les pièces des étages supérieurs.

5.2.2 Les espaces annexes

  • 30  Girri 1956 ; Gassner 1986.
  • 31  Girri 1956.
  • 32  Staccioli 1959.

31La typologie des boutiques d’Ostie ou de Pompéi a souvent été fondée sur la nature des pièces qui en dépendent30. Ainsi G. Girri distingue-t-elle, en 1956 les boutiques simples (type 1), celles pourvues d’un étage (type 2), d’une arrière-boutique (type 3) ou des deux simultanément (type 4)31. Reprise par R. Staccioli qui étudiait les boutiques de Rome par le biais de la Forma Urbis Romae, cette typologie présente l’avantage de pouvoir être établie sur une simple lecture planimétrique32.

32Ces espaces annexes méritent une relecture détaillée. Il s’agit avant tout de déterminer la fonction de ces pièces. Elles sont traditionnellement considérées comme l’habitat des gens des boutiques. Toutefois, la lecture attentive de la tesi di laurea de G. Girri révèle quelques incohérences conduisant à une très forte surévaluation de ces espaces annexes.

5.2.2.1 Les étages

  • 33  Girri 1956, p. 36.
  • 34  Girri 1956, p. 4-5.
  • 35  Girri 1956, p. 10 : « Solo le due taberne rettangolari sulla via di Diana conservano la scala, ma (...)

33Au total, G. Girri a inventorié 187 boutiques dotées d’un étage à Ostie33. Le critère explicitement retenu pour identifier ces boutiques est la présence d’un départ d’escalier maçonné34. Il apparaît toutefois, à la lumière d’une lecture attentive de l’ouvrage, que G. Girri se fonde sur un autre critère qui reste implicite. L’archéologue généralise la présence d’un étage sur la base de l’observation d’un système de support similaire dans une boutique voisine35. L’archéologue italienne a donc tendance à attribuer un étage aux boutiques voisines d’un local doté d’un départ d’escaliers.

34Il est effectivement possible de considérer, à partir de l’observation des vestiges, que certaines boutiques non pourvues d’un départ d’escalier pouvaient être originellement dotées d’un étage. Ce constat nécessite une importante élévation conservée. En se fondant sur cette méthode, il est possible d’ajouter aux boutiques correspondant au premier critère, celles dont l’étage ne peut être accessible que depuis la boutique, malgré l’absence d’un départ d’escalier. Au total, 110 boutiques (8,7 % du total) sont pourvues d’un départ d’escaliers et 76 (6 %) disposent d’un étage probable.

  • 36  Ulrich 1996, p. 145-147.

35Trois types de support des étages des boutiques d’Ostie sont à distinguer36. Il peut s’agir de simples mortaises rectangulaires ménagées dans les murs latéraux de la boutique (fig. 16). Le deuxième type se caractérise par l’emploi de corbeaux de travertin supportant les poutres transversales. Très rare, ce dernier n’a été identifié que dans les boutiques du Caseggiato del Larario (I, IX, 3) (fig. 17). Le dernier type se distingue par le recours à des corniches latérales ou périphériques. Il s’agit du système le plus courant et dont la durée d’utilisation est la plus étendue : ces corniches équipent des boutiques datant du Ier siècle jusqu’au début du IIIe siècle. La répartition spatiale de ces types indique naturellement une grande cohérence dans les systèmes de support au sein de chaque unité construite. Ainsi, dans le Portico di Pio IX (I, v, 2 et I, vi, 1), toutes les boutiques sont pourvues de corniches, de même, toutes les boutiques du Caseggiato del Larario (I, IX, 3) sont équipées de corbeaux.

  • 37  Ulrich 1996, p. 145 et 147.
  • 38  Calza 1915d, p. 326.

36Les deux premiers types de support étaient équipés de deux à trois poutres transversales. Les corniches devaient supporter des solives sur lesquelles était installé le plancher. Il est, par conséquent, très probable que ce troisième type ait eu une capacité de support plus réduite. R. Ulrich a estimé la capacité de support des étages – appartenant au premier type – de deux boutiques situées dans l’îlot I. III. Les mortaises d’un des locaux de la Casa di Diana (I, III, 3-4) auraient une capacité de support de 638 kg par mètre carré, tandis que celles d’une boutique du Caseggiato dei Molini (I, III, 1) ne pourraient supporter que 345 kg au mètre carré37. Il est remarquable que ces deux locaux, caractérisés par un mode de support identique se distinguent par une capacité de support variant du simple au double. Pour les deux premiers types, il semble évident que cette capacité est très largement tributaire de la surface de la pièce, ainsi que du nombre de poutres employées. Néanmoins, les estimations de R. Ulrich doivent être envisagées avec précaution dans la mesure où elles sont uniquement fondées sur une observation de la Casa di Diana, qui fut presque intégralement reconstruite par les soins d’I. Gismondi peu après sa mise au jour38.

Fig. 16 – Étage de la boutique nord-ouest de l’édifice I, xii, 7. On distingue les mortaises de la trémie. Vue depuis le nord.

Fig. 17 – Étage de la boutique nord-ouest du Caseggiato del Larario I, ix, 3. Vue depuis l’ouest.

  • 39  Calza 1914, p. 584 ; Packer 1968, p. 370 ; Packer 1971, p. 29 ; Cosimi 1998, p. 64

37Certaines boutiques sont équipées de départs d’escalier en maçonnerie mesurant entre un mètre et un mètre soixante-dix de hauteur, pourvus de trois à cinq marches, ainsi que d’une surface plane sur laquelle devait reposer une échelle de meunier en bois39.

38Si aucune trace directe de l’échelle de meunier utilisée pour accéder à l’étage ne nous est parvenue, un certain nombre de traces indirectes permettent d’en déterminer le profil, les dimensions et l’inclinaison. Il s’agit d’une part des étages supportés par des corbeaux ou mortaises : dans l’îlot I, XII, 7 ; l’îlot IV, II, 2-4 et I, IX, 3 et d’autre part d’un système à corniche dans le Caseggiato dell’Ercole Bambino II, VI, 3-4.

  • 40  Gds 1919, p. 18, le de 2 mars 1919 et p. 21, le 16 mars 1919.

39Le système de support par mortaises ou corbeaux livre les exemples les plus éloquents. Le cas d’une boutique située en façade du Caseggiato del Larario I, IX, 3 fournit de nombreuses informations relatives à cette échelle de meunier. R. Finelli indique dans ses rapports de fouilles que l’immeuble a subi un incendie mettant un terme à son occupation40. C’est donc sur un mur rubéfié qu’il est possible de voir le profil de l’échelle de meunier se dessiner (fig. 18). Les madriers de cette échelle de meunier mesuraient 33 cm de hauteur, tandis que la largeur de l’échelle devait correspondre à celle du départ d’escalier, soit 77 cm. Seule la disposition des marches nous est totalement inconnue.

40Ce profil en oblique prend naissance sur la partie supérieure du départ d’escalier de la pièce pour rejoindre une mortaise ménagée dans le mur situé à 3,10 mètres de hauteur. Une seconde mortaise se situe exactement en aplomb du départ d’escalier. Ces deux mortaises délimitent la trémie de l’étage, située 10 centimètres au-dessus du niveau supérieur des corbeaux. De ce fait, le niveau supérieur de la trémie devait se situer une trentaine de centimètres – correspondant à la hauteur de la mortaise – au-dessus du niveau du plancher. Les dimensions de la trémie correspondent donc à l’écart entre les deux mortaises – 2,72 m – et à la largeur du départ d’escalier – 77 cm –, formant une ouverture de 2 m2 dans le plancher (pl. III).

41Si les autres cas étudiés ne portent pas les traces du profil de l’escalier, la disposition des mortaises, des corbeaux et les dimensions du départ d’escalier suffisent à dégager quelques points de comparaison.

42La situation est plus difficile à approcher pour le système à corniches. Les boutiques du Caseggiato dell’Ercole Bambino fournissent les informations les plus complètes. Depuis la partie supérieure du départ d’escalier – d’une hauteur d’1,4 m – jusqu’à la corniche située sur le mur opposé – à 3,7 m de hauteur –, un changement de parement permet de deviner le tracé de l’échelle de meunier. Sous ce profil, le mur est paré d’un enduit peint blanc, tandis qu’il est enduit de mortier de tuileau sur sa partie supérieure. Le profil ainsi crée semble aboutir plusieurs dizaines de centimètres au-dessus du niveau des corniches. Aucun élément sur les murs ne permet de restituer la trémie. Il est possible que la trémie ait occupé la totalité du mur de fond : elle aurait alors mesuré 5,10 sur 0,83 mètres (pl. IV).

43Les autres exemples – moins bien conservés – pourvus de corniches ne semblent jamais disposer de mortaises permettant l’installation d’une trémie. Il faut en déduire que les trémies propres à ce type de boutiques occupaient intégralement le mur de fond des locaux et devaient être délimitées par une solive transversale installée en aplomb du départ d’escalier.

44En se fondant sur ces exemples biens conservés, il apparaît que les possibilités architecturales relatives aux échelles de meunier et aux trémies étaient bien plus variées dans le cas du système de support par corbeaux ou mortaises que pour les corniches. Cette différence aboutissait à une économie d’espace plus importante car la trémie pouvait occuper une surface plus réduite.

Fig. 18 – Étage d’une boutique du Caseggiato del larario (I, ix, 3). Un incendie documenté dans les journaux de fouilles a laissé les traces de l’échelle de meunier (a) conduisant à la trémie de l’étage (b). Vue depuis le sud.

5.2.2.2 Aménagement de l’étage

  • 41  Packer 1968, p. 362.

45Peu d’informations sont disponibles concernant la couverture des pièces d’étage. Selon J.E. Packer, la majorité de ces pièces était pourvue d’une voûte en berceau41. Cette configuration est observable à plusieurs endroits de la ville : le Portico di Pio IX (I, V, 1 et VI, 2) la Domus di Giove e Ganimede (I, IV, 2), le Caseggiato del Larario (I, IX, 3), le Caseggiato del Serapide (III, X, 3). L’examen des exemples sélectionnés pour l’étude des escaliers et des trémies permet de déterminer la hauteur de ces étages.

46Le cas du Caseggiato del Larario fournit ici encore les données les plus intéressantes. Nous considérons que l’écart entre le niveau des corbeaux pour le maintien du plancher et les mortaises de la trémie correspond à l’épaisseur du plancher, soit une dizaine de centimètres. Le niveau du plancher de l’étage était donc situé 3,4 m au-dessus du pavement. La hauteur totale de la voûte en berceau assurant la couverture de la boutique étant de 6,2 m, l’étage devait donc être d’une hauteur de 2,8 m, alors que le plan de naissance de la voûte se situe à 1,3 m au-dessus du plancher.

  • 42  Packer 1971, p. 25 : « Mezzanine windows above shop doors were usually under 1.00 in height and be (...)
  • 43  Calza 1923, p. 13-14 : « Piccole finestre sono quelle dell’ammezzato delle botteghe o quelle che s (...)

47Ces pièces supérieures bénéficient d’une source de lumière naturelle fournie par une fenêtre n’excédant pas un mètre de hauteur et 80 centimètres de largeur42. G. Calza indique avoir découvert des fragments de gypse servant probablement de vitrage à ces fenêtres43.

  • 44  Pérouse de Montclos 2004, p. 42.
  • 45  Pérouse de Montclos 2004, p. 41 définit un espace comme « un espace habitable à l’intérieur d’un b (...)
  • 46  Wallace-Hadrill 1994, p. 80 ; Monteix 2010, p. 70-72.

48Au terme de cet examen des caractéristiques architecturales des pièces supérieures des boutiques d’Ostie, il apparaît qu’il ne s’agit ni de mezzanines, ni d’entresols, mais bien d’étages. Les mezzanines se caractérisent par une couverture partielle de la pièce en contrebas, alors que les pièces dont il est question ici se développent sur la totalité de cette surface. L’entresol ou l’étage entresolé se définit, selon M.A. Pérouse de Montclos comme un étage d’une hauteur réduite situé entre le rez-de-chaussée et le premier étage44. Les pièces dont il est question sont donc bien des étages à part entière et ils correspondent donc à des espaces habitables car un homme peut s’y tenir debout et une fenêtre tient lieu de source lumineuse45. Nous choisissons donc de retenir la terminologie « étage de boutique » afin de les distinguer des autres étages. Les configurations observées à Ostie se distinguent des mezzanines qui prédominent dans les cités du Vésuve46.

5.2.2.3 Les arrière-boutiques

  • 47  Girri 1956, p. 10 : « Altre cinque rettangolari (tipo III) guardano invece la via dei Molini, ma q (...)
  • 48  Girri 1956, p. 21.

49Au total, G. Girri a identifié 201 locaux commerciaux dotés d’une arrière-boutique à Ostie. J’en ai identifié 67, soit trois fois moins. En effet, l’archéologue italienne a intégré à ce corpus toutes les boutiques dotées d’une ouverture menant vers un autre espace construit. Ainsi, elle y intègre les boutiques bordant l’îlot I, III qui communiquent avec une vaste boulangerie occupant le centre du bloc. Cette dernière tient donc lieu, aux yeux de G. Girri d’arrière-boutique de cinq locaux47. Si ce lien topologique traduit indubitablement une relation spécifique, cette boulangerie mesurant 726 m2 ne peut être considérée comme une arrière-boutique. Il en va de même pour une boutique accessible depuis un appartement qui est alors considéré par G. Girri comme une arrière-boutique48. Ces conclusions révèlent donc, au sein de la démarche de G. Girri une confusion entre les liens topologiques de manière générale et le sous-type plus restreint de l’arrière-boutique. Cet amalgame conduit donc l’archéologue italienne à identifier plus d’arrière-boutiques qu’il n’en existe vraiment.

5.2.2.4 Typologie des arrière-boutiques

50C’est en vue d’une révision de ces chiffres, qu’il est impératif de redéfinir au préalable les types de liens topologiques observables dans les boutiques d’Ostie.

5.2.2.4.1 Les arrière-boutiques simples se définissent comme des pièces uniques accessibles depuis une boutique.

51Ces arrière-salles peuvent être dotées d’un accès propre, comme l’illustre la file de boutiques (I, XIII, 5) édifiée sous le Sévères. Chacune d’entre elles est pourvue d’une arrière-boutique possédant une étroite fenêtre, ainsi qu’une porte équipée d’un seuil à deux vantaux donnant sur une voie. On dénombre 60 boutiques analogues à Ostie.

5.2.2.4.2 Les arrière-boutiques communes à plusieurs boutiques.

52Même s’il s’agit d’un phénomène relativement rare – identifié dans 14 cas –, il arrive que plusieurs boutiques partagent une arrière-salle commune. C’est le cas des quatre boutiques donnant sur le Portico del Monumento Repubblicano (V, XI, 4). Construites lors d’un même programme, ces boutiques trapézoïdales donnent toutes, via des portes étroites d’une soixantaine de centimètres vers une vaste pièce mesurant près de 73 m2 et dont la fonction est inconnue.

5.2.2.4.3 Les pièces incorporées aux boutiques.

  • 49  Gds 1 Novembre 1920, Finelli : « in epoca tarda e per mancanza di abitazioni i mezzanini che in or (...)

53Ces dernières ne sont observables qu’en deux endroits de la ville. Seule une boutique du Portico a tetto spiovente (II, II, 6) a permis d’en observer la planimétrie complète. Des traces de structures semblables ont été décelées dans trois boutiques voisines, ainsi que dans une série de boutiques donnant sur un portique (IV, VIII, 5). Aujourd’hui invisibles, les pièces du Portico a tetto spiovente mesurent entre 10,5 et 12,5 m2, tandis que les pièces du portique IV, VIII, 5 mesurent environ 12 m2. Selon R. Finelli, ces pièces furent édifiées à l’époque tardive en vue de libérer les étages des boutiques, qui furent intégrées aux appartements supérieurs. Leur construction traduit donc, aux yeux de cet archéologue, une crise de l’habitat frappant la ville à l’époque tardive49. La datation retenue est toutefois discutable, la maçonnerie de ces pièces n’étant pas décrites – les murs, nous dit R. Finelli, sont « fatti alla meglio » –, l’archéologue considère que leur édification est contemporaine de celle de l’escalier de la deuxième boutique du portique. Ces arrière-boutiques ont été édifiées de manière à être éclairées par les petites fenêtres ménagées dans le mur de fond.

54De manière générale, la circulation entre la boutique et l’arrière-boutique qui lui est attachée s’opère par le biais d’une porte mesurant entre 90 et 140 cm de largeur. Ces baies sont systématiquement dépourvues de seuil. Toutefois, une minorité d’entre elles sont dotées d’un lit de pose suggérant la présence d’un seuil disparu en travertin ou en bois. L’absence de seuil indique donc une circulation libre entre les deux espaces. Ainsi, les pièces de l’îlot I, XIII, 5 sont toutes pavées d’une mosaïque noire, sans discontinuité au niveau des baies. Les boutiques et leurs arrière-salles forment donc une unité architecturale et topologique.

  • 50  Voir Pirson 1999, p. 85-86 et Monteix 2010.

55G. Girri a élaboré une typologie simplifiée et incomplète des pièces annexes aux boutiques d’Ostie, mais elle a surtout proposé des identifications abusives menant à une importante surévaluation. Aucun élément ne permet de déterminer la fonction précise de ces pièces. Elles pouvaient être employées comme remises, ateliers, logements, ou tout à la fois. Il apparaît que, contrairement aux conclusions de G. Girri, les arrière-boutiques sont très minoritaires (pl. V et tab. 6). Selon G. Girri, 42 % des boutiques étaient dotées d’une pièce annexe. Selon nos calculs, cette proportion serait plus vraisemblablement de 20,5 % : 14,7 % pour les étages et 5, 8 % pour les arrière-boutiques. La proportion est très faible lorsqu’elle est mise en regard des corpus des cités du Vésuve. À Pompéi, F. Pirson indique que 48 % des boutiques possèdent un étage et 31 % ont au moins une arrière-boutique. Les proportions sont encore plus importantes pour Herculanum : 68 % des boutiques ont une mezzanine et 26 % ont une arrière-boutique50.

Tab. 6 – Tableau récapitulatif des espaces liés aux boutiques.

Type

effectif

pourcentage

arrière-boutique simple

31

2,4 %

arrière-boutique ouverte

29

2,3 %

arrière-boutique commune

14

1.1 %

sous-total arrière-boutique

74

5,8 %

étage

110

8,7 %

étage probable

76

6 %

sous-total étage

186

14,7 %

Boutiques liées entre elles

176

13,9 %

Boutiques liées à un logement

27

2,1 %

sous-total espace lié

203

16 %

Total boutiques

1263

5.2.3 Les espaces connexes

56D’autres espaces sont accessibles depuis les boutiques : des relations topologiques peuvent unir une boutique à un logement ou plusieurs boutiques entre elles.

5.2.3.1 D’une boutique à l’autre

57À Ostie, certaines boutiques communiquent entre elles au moyen d’une ou de plusieurs baies aménagées dans les murs latéraux. Ces ensembles de boutiques forment alors des unités architecturales au sein desquelles une circulation est possible. Ces communications ne concernent que des boutiques appartenant à la même unité de construction.

58L’exemple du Caseggiato I, XVI, 1 illustre bien que ces communications pouvaient être prévues dès le projet de construction. Cet ensemble de dix-sept boutiques comporte au moins treize locaux communiquant grâce à une série de baies alignées de part et d’autre du mur axial.

  • 51  Il faut toutefois envisager comme possible l’emploi de seuils en bois.

59Dans la majorité des cas, les baies permettant de circuler d’une boutique à l’autre sont dépourvues de seuil. Les rares cas de seuils conservés correspondent manifestement aux regroupements de pièces opérés a posteriori. En somme, il apparaît que les communications entre différentes boutiques prévues dès la construction n’étaient pas régulées par des seuils51.

60L’absence de seuil fait obstacle à l’étude des éventuelles hiérarchies de circulation entre les boutiques, mais surtout suggère une circulation sans contrainte dans ces complexes, impliquant un lien étroit entre les différentes boutiques regroupées.

  • 52  À ce sujet, voir Dubouloz 2011, p. 574 qui admet que cette situation correspond très probablement (...)

61Au total, 128 baies faisant communiquer quelque 176 boutiques entre elles (soit près de 14 % du corpus des boutiques d’Ostie) furent ménagées dès la construction. La communication entre deux boutiques, formant ainsi une unité architecturale, signale sans doute une unité de propriété52.

  • 53  Bakker 1994, p. 82-83 : « It may be assumed that in interconnected shops the same goods were sold. (...)

62Selon J.T. Bakker, les boutiques reliées devaient être destinées à l’achèvement d’un maillon d’une même activité. Il n’existe à Ostie qu’un cas comparable : une boutique annexée à un commerce alimentaire (II, vi, 5) pour servir de salle de consommation53. Par conséquent, cette hypothèse ne saurait être généralisée – faute de données – à l’ensemble des boutiques communicantes

  • 54  Hermansen 1982, p. 110 : « It can be argued, furthermore, that all these places are guild sites an (...)
  • 55  Hermansen 1982, p. 110 : « [The] tabernae were interconnected as an expression of guild brothers’ (...)
  • 56  Voir par exemple Tran 2006.

63G. Hermansen en étudiant la rangée de boutiques du Caseggiato del Temistocle (V, xi, 1) propose d’y voir un rassemblement de boutiques partageant la même activité, mais surtout l’appartenance à un même collège professionnel54. Il souligne enfin la « fraternité professionnelle » devant unir les boutiquiers qui y travaillaient55. Cette hypothèse doit être rejetée car rien ne permet d’établir que les boutiques du Caseggiato del Temistocle (V, xi, 1) étaient dédiées à la même activité. Par ailleurs, les travaux plus récents ont démontré que les associations professionnelles romaines n’avaient pas pour but premier d’organiser la pratique d’un métier56.

5.2.3.2 De la boutique au logement

64Nous considérons ici l’ensemble des boutiques topologiquement liées à des habitats. Le corpus établi rassemble treize logements – appartements ou maisons – directement accessibles depuis une ou plusieurs boutiques.

  • 57  Nous suivons en cela les conclusions de Etienne 1960, p. 119 : « L’imbrication des tabernae et des (...)

65Il apparaît que la grande majorité de ces boutiques était rattachée à une habitation dès la construction. Les boutiques sont reliées aux espaces secondaires ou aux couloirs, jamais aux pièces les plus grandes, traditionnellement identifiées comme des espaces de réception. L’existence de ce lien topologique ne suffit donc pas pour conclure à des interactions sociales particulières entre les boutiquiers et les habitants de ces logements57.

  • 58  Wallace-Hadrill 1994, p. 105 ; Parkins 1997, p. 105- 106 ; Robinson 2005, p. 92.
  • 59  Parkins 1997, p. 105-106 ; Ling 1997, p. 249.
  • 60  Monteix 2010, p. 358.

66Ce type de relation est interprété dans la plupart des cas comme la preuve que la boutique était détenue par le propriétaire du logement58. En revanche, certains spécialistes vont plus loin en y voyant l’indice que le boutiquier faisait partie de la « familia » du propriétaire59. Cette hypothèse ne porte plus sur la boutique, mais tente de déterminer la nature du lien unissant le boutiquier au propriétaire sur la seule présence ou absence d’une porte. C’est la raison pour laquelle elle doit être rejetée. L’idée de « gestion directe » proposée par N. Monteix est bien plus pertinente puisqu’elle exclut ce genre d’interprétations abusives60.

  • 61  Pirson 1999, p. 85-86.
  • 62  Monteix 2010, p. 375-420.

67Ces relations topologiques sont très rares à Ostie : les boutiques liées à un logement n’excédent pas les 27 unités au même moment, soit un peu plus de 2 % (tab. 6 et pl. VI). Ce pourcentage est dérisoire au regard des situations vésuviennes. F. Pirson a identifié ce type de relation sur 22 % des 270 boutiques qu’il a étudié61. N. Monteix, à Herculanum, en a inventorié au moins 15, représentant 30 % du corpus étudié62. La situation d’Ostie tranche nettement avec ces exemples. Le fossé qui les sépare tiendrait vraisemblablement à l’architecture d’Ostie composée dans une grande proportion d’immeubles collectifs. Ceci traduit une indépendance plus prononcée des boutiques envers les logements à Ostie que dans les cités du Vésuve. Or, ces relations concernent tant les maisons que les appartements et à part presque égale (respectivement 14 et 13 cas). Toute proportion gardée, les maisons étant beaucoup moins nombreuses que les immeubles, elles sont plus étroitement liées à ce type de configuration à Ostie.

68En somme, 456 boutiques – soit 36 % de l’ensemble du corpus – communiquent avec un autre local – toutes natures confondues. Il est possible de dénombrer 260 boutiques pourvues d’annexes (étage ou arrière-boutique) ; 176 boutiques communiquant entre elles et 27 boutiques reliées à un logement plus vaste. Il apparaît donc que les boutiques d’Ostie se distinguent de celles des cités du Vésuve par une plus grande indépendance face aux logements, traduisant très probablement une prééminence de la « gestion indirecte » de locaux commerciaux par leurs propriétaires. Inversement, les relations unissant plusieurs boutiques semblent plus importantes à Ostie que dans les cités du Vésuve. En somme, les boutiques d’Ostie s’éloignent des configurations bien connues dans les cités du Vésuve où les locaux commerciaux rattachés à une maison prédominent. À Ostie, on trouve au contraire, plus de boutiques reliées entre elles, bien que la nature de ces relations reste à déterminer. En revanche, les pièces annexes y sont plus rares.

5.3 Vivait-on en boutique ?

69Les boutiques sont traditionnellement définies comme des espaces de travail et de vie. Leurs étages et arrière-boutiques sont le plus souvent identifiés comme des lieux servant de logement. Il s’agirait donc d’un des éléments centraux d’un mode de travailler et d’habiter propre aux gens des boutiques. Cette identification ne repose en réalité que sur un faisceau d’arguments très réduit.

  • 63  Pour une analyse plus développée, voir Schoevaert 2014. Mau, 1887, p. 219 et Mau, 1900, p. 270.
  • 64  Carcopino 1910, p. 430 : « C’est beaucoup plus probablement une taberna, à la fois magasin, boutiq (...)
  • 65  Calza 1917, p. 65.
  • 66  Girri 1956, p. 42-43.
  • 67  Packer 1971, p. 69 et Meiggs 1973, p. 272-274 ; Gering 2001, p. 202.

70L’identification d’un habitat dans les boutiques romaines repose sur deux biais : l’association de sources textuelles aux vestiges archéologiques d’une part et au recours quasi exclusif à l’« exemple » de Pompéi. A. Mau avait défini la pergula comme un habitat modeste et l’avait associé aux vestiges des boutiques63. En 1910, J. Carcopino avait identifié les entresols des boutiques d’Ostie comme des pergulae et leur avait associé une fonction résidentielle64. Sans les rendre véritablement explicites, G. Calza devait émettre quelques réserves face à cette interprétation. S’il n’a jamais mentionné la fonction résidentielle des boutiques, il l’a considéré en 1917 à titre d’hypothèse dans le cadre d’une estimation démographique de Rome65. Dans son étude publiée en 1956, G. Girri considérait chaque boutique d’Ostie comme un logement66. Si cette idée fut reprise par J.E. Packer, elle a été nuancée par R. Meiggs et par A. Gering pour qui certaines boutiques n’étaient pas habitées67. L’attribution d’une fonction résidentielle aux boutiques repose sur des indices très ténus. Cette question requiert une démarche plus détaillée, fondée autant que possible sur des preuves positives.

5.3.1 L’apport des sources textuelles

71Certaines sources littéraires et juridiques indiquent que les tabernae pouvaient servir d’habitation. Cette idée est l’objet d’un débat historiographique qui s’est cristallisé sur un passage d’Ulpien, le célèbre juriste du IIIe s. ap. J.-C., dont l’interprétation est particulièrement délicate.

  • 68  Ulpien, Dig.50.16.183.
  • 69  Voir le chapitre 1.
  • 70  Mommsen 1870, p. 949, n. 3.
  • 71  Wagner 1982, p. 397-398 ; Aubert 1994, p. 97-98 ; Traina 2000, p. 114.
  • 72  Beseler, « ZSS », LI 1931, p. 64.

72Le juriste définit la taberna comme tout édifice pouvant être habité : « Tabernae appellatio declarat omne utile ad habitandum aedificium, non ex eo quod tabulis cluditur »68. Contrairement à la grande majorité des autres occurrences, ce passage indique que la taberna est un habitat avant tout69. C’est probablement cette incohérence qui a poussé Th. Mommsen, éditeur du Digeste, à insérer une négation inversant le sens de la phrase. Dans une note de l’édition du Digeste de 1870, il propose pour la première fois la correction « omne aedificium non utile ad habitandum »70. La présence d’un point d’interrogation dans cette note traduit le caractère hypothétique de cette restitution. Elle fut néanmoins retenue par certains historiens comme H. Wagner, J.-J. Aubert ou G. Traina71. G. Beseler, quant à lui, a préféré éviter tout problème en supprimant purement et simplement le passage épineux : « Tabernae appellatio declarat non ex eo quod tabulis cluditur »72.

  • 73  Lenel, palingenesia, 1889, vol II, n° 827
  • 74  Il s’agit du passage IX. 4, 11. Cuq 1916, p. 325 : « L’altération du texte est difficile à admettr (...)

73En 1889, O. Lenel reproduit le passage d’Ulpien sans la négation introduite par Th. Mommsen73. Le rejet de cette insertion n’a été justifié que par E. Cuq, puis par M.-A. Ligios qui se sont fondés sur une comparaison avec les Basiliques74.

  • 75  Cuq 1916, p. 324 : « [Ulpien rejette] la signification ordinaire du mot taberna, cabane en bois pe (...)
  • 76  Gassner 1986, p. 3.
  • 77  Calza 1917, p. 65 : « Pur supponendo che ogni taberna fosse un’abitazione e in massima non è certo (...)

74Pour E. Cuq, Ulpien définirait dans ce passage la taberna telle qu’elle n’est pas abordée dans l’édit du préteur. Cette définition négative exclurait donc l’acception de cabane primitive75. En étudiant le sens donné à taberna dans ses autres occurrences, ce spécialiste du droit choisit de ne pas retenir ce passage d’Ulpien. Cette explication a été reprise par V. Gassner76. De même, G. Calza, dans son essai d’évaluation démographique de Rome choisit également de ne pas lui accorder grande valeur. L’archéologue prend des distances face à ce passage qui ne saurait, à ses yeux, décrire une vérité universelle77.

  • 78  Vogt 1950, p. 8.
  • 79  Pirson 1999, p. 19 ; A. Ligios 2001, p. 30.

75L’idée que la taberna désigne en général tout édifice servant d’habitat, ainsi que certaines boutiques et ateliers est soutenue par H. Vogt, à la suite de M. Dureau de la Malle78. Dans les publications récentes, ce passage d’Ulpien est souvent cité pour mettre en évidence que la fonction commerciale des tabernae n’était pas exclusive et pouvait coexister avec une fonction résidentielle79.

  • 80  Ulp. 28 ad ed. Dig. 50. 16. 185.

76La compréhension de ce passage ne peut faire l’économie d’une étude de la façon dont il a été intégré dans le Digeste. Ce passage a été isolé par les compilateurs de la définition de la taberna instructa proposée par Ulpien. Le juriste, après avoir défini le terme taberna, devait exposer le sens plus précis de taberna instructa : « Instructam autem tabernam sic accipiemus, quae et rebus et hominibus ad negotiationem paratis constat »80.

  • 81  Ligios 2001, p. 30-31 : « Si puo ipotizzare che Ulpiano abbia forse iniziato la sua trattazione in (...)
  • 82  Paul 30 ad ed. Dig. 50. 16. 184 : « Inde tabernacula et contubernales dicti sunt ».
  • 83  Cerami, Di Porto, Petrucci 2004, p. 49 soutiennent la même position.
  • 84  Ligios 2001, p. 29, faisant référence à Festus, de sign. Uerb. Lindsay, p. 11 Z12ff.
  • 85  Monteix 2010, p. 42-43 et p. 46-47.
  • 86  Monteix 2010, p. 47, n. 29 note toutefois l’exception de Festus.
  • 87  Monteix 2010, p. 47 : « Cette définition qui nie tout caractère d’habitation à taberna ne saurait (...)
  • 88  Dubouloz 2011, p. 119, n. 31.

77M.A. Ligios restitue la définition originelle d’Ulpien en faisant se succéder les deux passages. Cette articulation permet de nuancer l’acception proposée. En effet, le « autem » du second passage, traduit une nuance dans la définition d’Ulpien qui a été perdue lors de sa compilation81. La taberna peut donc se définir comme un espace habité ou comme le siège d’échanges commerciaux. Cette définition aurait été trahie, aux yeux de l’historienne, par l’insertion entre les deux extraits, d’un passage de Paul relatif à l’étymologie de mots dérivés de taberna82. De ce fait, le passage d’Ulpien est à considérer comme une composante de la définition de taberna instructa et ne saurait faire l’objet d’une généralisation83. M.A. Ligios estime donc qu’au sein de cette définition complexe, la première acception renvoie à des tabernae habitées, au sens de Festus84. Cette position a récemment été critiquée par N. Monteix, qui retient la négation insérée par Th. Mommsen85. La critique adressée à M.A. Ligios concerne son rejet de l’insertion mommsenienne fondé sur des textes postérieurs à Ulpien86. N. Monteix, bien que se rangeant du côté de Th. Mommsen, ne reconnaît pas un caractère général à ce texte, et soutient qu’une taberna pouvait être habitée87. Enfin, J. Dubouloz propose de voir dans la définition d’Ulpien la volonté de distinguer les tabernae, lieu de praepositio, des logements également désignés grâce au même terme88.

  • 89  Homo 1951, p. 557 ; Kleberg 1959, p. 19 ; Gassner 1984, p. 109 ; Stankiewicz 1991, p. 35-44.
  • 90  Isid., Etym 15. 2. 43 ; Cassiod., Psalm., 14, 1 ; Diomedes, ars grammatica, 3, 28.
  • 91  Hor., Odes, 1, 4, 13-14.
  • 92  Monteix 2010, p. 46 : la mention de taberna vise à « accentuer le contraste avec les tours dans le (...)
  • 93  Festus, de sign. Uerb. Lindsay, p. 11 Z12ff : « Adtibernalis, l’habitant d’une taberna permanente  (...)
  • 94  Isid., Etym., 15. 2. 43 ; Cassiod., Psalm., 14, 1 ; Diomedes, ars grammatica, 3, 28 : « secunda sp (...)
  • 95  Cette hypothèse a été proposée par Monteix 2010, p. 46 : « Il est inutile de prendre en considérat (...)

78D’autres passages peuvent indiquer l’emploi des boutiques comme logements. Il est couramment admis que taberna ait désigné, dans un premier temps, des constructions de bois89. Cette interprétation repose sur un faisceau de textes tardifs faisant état de tabernae primitives, servant de résidence à la plèbe ou aux pauvres90. Ces auteurs semblent s’appuyer sur deux œuvres plus anciennes. C’est un passage d’Horace, qui dans ses Odes, laisse entendre le premier que la taberna pourrait s’apparenter à un habitat pour pauvres : « pallida Mors aequo pulsat pede pauperum tabernas / regum que turris »91. Toutefois, ce passage demeure très allusif sur le rôle résidentiel que pouvait avoir la taberna, il s’agit plus vraisemblablement d’une figure de style soulignant l’opposition entre reges et pauperes92. Un passage de Festus est plus explicite : « adtibernalis habitor continuae tabernae, quod genus domicilii anti-quissimum Romanis fuisse testimonio sunt extrae gentes, quae adhuc tabulatis habitant aedificiis »93. L’auteur fait mention de la forme archaïque de la taberna, correspondant à une habitation faite de planches qui ne correspond pas à l’acception de taberna à l’époque de Festus. Les auteurs tardifs comme Isidore de Séville, Cassiodore ou Diomedes94 semblent reprendre les caractéristiques énoncées par Festus, ou évoquées dans les vers d’Horace95.

  • 96  Cic., Att., 14, 9, 1 : « Sed quod quaeris quid arcessierim Chrysippum, tabernae mihi duae corrueru (...)
  • 97  Calza 1917, p. 65, n. 1 ; Monteix 2010, p. 46, n. 25.
  • 98  Morel 1987, p. 134, n. 29.

79Cicéron rapporte l’écroulement de deux de ses boutiques faisant fuir aussi bien les souris que les locataires (inqulini)96. Un débat porte sur la nature du bien loué par ces inquilini : les boutiques ou les appartements situés aux étages97. À propos de ce texte, J.-P. Morel a souligné à juste titre que la mise en location d’une boutique n’implique pas son utilisation comme logement98. Ce texte ne peut donc être évoqué pour soutenir l’emploi des boutiques comme logements.

80Cet examen des sources textuelles ne permet pas de conclure à la destination résidentielle systématique des boutiques. Chacun de ces rares passages pose d’importants problèmes d’interprétation.

5.3.2 Des preuves positives rares

81Inventorier les preuves matérielles attestant le rôle résidentiel des boutiques d’Ostie est une tâche ardue. D’une part, rien ne subsiste des étages des boutiques, excepté le départ d’escalier maçonné y menant et les éventuelles traces du système de support. D’autre part, le contexte de découverte du mobilier des boutiques est très peu documenté, rendant son interprétation difficile. À défaut de preuve positive, il est nécessaire de se tourner vers les indices traditionnellement retenus par les archéologues et les historiens pour être à même d’identifier des logements dans les boutiques. Des indices comme la présence de latrines, d’équipements de cuisine, d’un lit ou encore d’une niche cultuelle peuvent permettre d’identifier un logement.

5.3.2.1 La cuisine et les latrines

  • 99  Riva 1999, p. 117-128.
  • 100  Bedello Tata 1999, p. 209-218. Les mêmes obstacles ont été rencontrés à Sardes ou à Herculanum : M (...)

82De manière générale à Ostie, les dispositifs de cuisine – fours, ustensiles vaisselles – sont très rares. En ce qui concerne les boutiques, de la vaisselle de table ou des équipements de cuisine ont été mis au jour dans des commerces alimentaires d’Ostie. Leur présence est donc liée à cette activité et elle ne peut suffire à identifier un logement. L’inventaire élaboré par S. Riva indique en outre que les rares cuisines attestées sont localisées dans des habitats traditionnels – maisons et appartements99. L’étude du mobilier se heurte aux grandes lacunes des sources archéologiques d’Ostie100.

  • 101  Packer 1968, p. 370-371.
  • 102  Packer 1971, p. 73 et Frier 1980, p. 17.
  • 103  DeLaine 2004.
  • 104  Gering 2001, p. 206.

83Selon F. Pirson, la présence de latrines dans les boutiques pourrait être l’indice d’une fonction résidentielle. Dans les boutiques d’Ostie, on les trouve sous la forme d’une plaque de travertin surmontant une base maçonnée. Cette plaque est parfois partiellement encastrée dans le mur. L’évacuation des toilettes était assurée par une connexion aux égouts. Leur situation privilégiée semble être sous l’escalier menant vers l’entresol (fig. 19). Selon J. Packer, ceci ne se rencontrerait que dans les boutiques les plus tardives101. Nos données ne corroborent pas cette hypothèse : la diffusion de ce type d’emplacement semble avant tout relever de la nature du projet de construction initial. Ainsi, la quasi-totalité des boutiques du Caseggiato dell’Ercole Bambino (II, iv, 3-4) est pourvue de commodités installées derrière les escaliers. Aucune latrine n’a été découverte dans une pièce secondaire de boutique, elles en équipent systématiquement la pièce principale. La présence de latrines dans une boutique ne saurait constituer un indice suffisamment fiable dans la mesure où ces toilettes pouvaient être destinées à la clientèle. Inversement, l’absence de latrines ne suffit pas à rejeter la fonction résidentielle, l’utilisation de pots de chambre pouvant s’y substituer. Ainsi, J.E. Packer indique que les appartements d’Ostie n’étaient que rarement équipés de latrines ou de cuisines102. Au sein des 18 appartements assimilés à des mediana étudiés par J. DeLaine, seuls 8 (44 %) sont pourvus d’une cuisine et de latrines103. Les commodités n’équipaient, selon A. Gering, que les appartements les plus luxueux104. Leur présence ne peut être donc systématiquement utilisée comme indicateur d’une fonction résidentielle.

5.3.2.2 Les niches cultuelles

  • 105  Wallace-Hadrill 1994, p. 110 ; Pirson 1999, p. 53-55.
  • 106  Se référer à l’étude menée par Bakker 1994, p. 91.
  • 107  Bakker 1994, p. 84-87.
  • 108  Bakker 1994, p. 84.
  • 109  Bakker 1994, p. 93. L’archéologue s’est fondé sur les cultes iden-tifiés dans les parties communes (...)
  • 110  Van Andringa 2007, p. 47-72.
  • 111  Monteix 2006, p. 40 ; Van Andringa 2009, p. 289- 304 ; Monteix 2010, p. 352.
  • 112  Bakker, p. 78-95.

84La localisation dans une boutique d’une structure liée à un culte domestique permettrait, selon certains archéologues, d’identifier un lieu de vie (fig. 20)105. Au total, 16 boutiques d’Ostie sont pourvues d’une niche ménagée dans la maçonnerie des murs106. Il est difficile de déterminer s’il s’agissait bien de niches cultuelles, encore moins de laraires107. Selon J.T. Bakker, les niches cultuelles installées dans les boutiques pouvaient servir au culte d’une divinité pour la protection du commerce ou de l’édifice entier108. Si les divinités adorées dans ces niches ne peuvent être identifiées avec certitude, J.T. Bakker a identifié les cultes indirectement associés aux lieux de commerce d’Ostie en général : Dionysos, Fortuna, Hercule, Apis, Isis, Sérapis ou les Lares109. Toutefois, selon W. Van Andringa, des niches similaires découvertes en Campanie pouvaient intervenir dans l’activité de boucherie ; elles permettaient le sacrifice indispensable à la consommation de la viande110. N. Monteix indique de surcroît que les Lares n’étaient pas nécessairement liés à une habitation, mais qu’ils pouvaient être associés à n’importe quel type de territoire ou au déroulement d’une activité artisanale111. À Ostie, ces niches sont toujours situées dans la pièce principale de la boutique, au rez-de-chaussée et jamais à l’étage ou en arrière-boutique112. La présence d’une niche cultuelle, qu’elle soit dédiée aux Lares ou à une autre divinité peut être liée à l’activité de la boutique et non à son utilisation comme habitat.

Fig. 19 – Latrine installée derrière un départ d’escaliers menant à l’étage d’une boutique (Packer 1968, p. 364, pl. 2).

Fig. 20 – Niche aménagée dans le mur oriental d’une boutique de l’édifice I, viii, 5. Vue depuis l’ouest.

5.3.2.3 Mobilier récurrent

  • 113  Pirson 1997, p. 168 et 173 ; Pirson 1999, p. 53-55.

85Un examen du mobilier mis au jour dans les boutiques d’Ostie permettrait éventuellement de mettre en évidence des preuves d’une occupation résidentielle113.

86Le mobilier des boutiques n’est mentionné qu’occasionnellement dans les journaux de fouilles. Leur description ne concerne que certaines boutiques mises au jour durant la période précédant les grandes fouilles de 1938- 1942 et se borne donc à la Regio II et au nord de la Regio I. La description du mobilier d’autres boutiques figure de manière très ponctuelle dans les journaux de 1938-1942 ou dans les rapports d’après-guerre. Durant la première moitié du XXe siècle, les rapports de fouilles ne font état que de certains éléments de mobilier. L’accent y est mis sur le remarquable : les artéfacts inscrits, en marbre ou dont la forme est reconnaissable. Toutefois, certains objets y sont mentionnés de manière récurrente et constituent donc des artéfacts caractéristiques employés dans les boutiques, sans pour autant être rattachés à une activité spécifique.

87Les lampes à huile constituent le type d’artéfact le plus fréquemment cité. Elles sont décrites dans les journaux de fouilles du début du XXe siècle à l’aide de la typologie établie par H. Dressel dans le CIL XV rassemblant 31 formes. Le recours à ce classement daté, sans description physique des lampes, exclut la possibilité de rattacher les lampes à des typologies plus modernes. En l’absence de possibilité de contrôle de ces informations, le choix de leur étude en l’état s’est imposé. Au sein des rapports concernant les boutiques, seules les formes Dressel 16-18 ; 20-22 ; 27-28 et 30-31 sont mentionnées.

  • 114  Gds 1938, p. 75.
  • 115  Gds 1923, p. 39, entrée du 26-31 mars : 1700 pièces sont mises au jour dans une boutique de l’îlot (...)

88Au sein du mobilier des boutiques, les monnaies constituent le second type d’objet le plus cité. Les archéologues n’en ont précisé que très rarement la typologie, la datation ou le contexte précis. Il s’agit systématiquement de monnaies de bronze, dont la somme la plus élevée est de 4975 pièces mises au jour dans une boutique voisine de la Schola del Traiano en 1938114. Le contexte de mise au jour n’est mentionné qu’à deux reprises. Dans deux boutiques, les monnaies sont découvertes éparpillées sur le pavement. Les archéologues ont conclu dans l’un des cas à un abandon soudain, tandis que la présence d’une strate supérieure de débris architecturaux semble indiquer que la boutique était encore occupée au moment de son écroulement115.

  • 116  Gds, 1908, p. 189, n° inv. 891 ; Gds 1909, p. 69, n° inv. 1434 ; Gds 1915, p. 72, n° inv. 9643 ; G (...)
  • 117  Monteix 2010, p. 54-55.

89Un certain nombre de clochettes fut également découvert dans les boutiques. Il s’agit de clochettes de bronze de forme cubique ou rectangulaire pourvues d’anneaux de suspension116. Des objets similaires furent mis au jour dans les boutiques d’Herculanum. Leur fonction selon N. Monteix est probablement apotropaïque ; elles se retrouvent également en contexte domestique et ne constituent donc pas un artéfact propre aux édifices commerciaux117.

90Le mobilier des boutiques d’Ostie n’a fait que rarement l’objet d’un inventaire. Parmi les objets cités de manière récurrente, aucun ne permet de conclure à la fonction résidentielle des boutiques.

91L’examen successif des éléments nécessaires à identifier la fonction résidentielle des boutiques d’Ostie se heurte à plusieurs écueils. Il apparaît en premier lieu que ces éléments sont trop rares pour être en mesure de qualifier toutes les boutiques comme des espaces de vie. Cet inventaire met également en évidence que la première source d’explication de la présence de ces éléments découle de la nature de l’activité ayant lieu dans la boutique. Ils ne peuvent donc mener vers une identification certaine des lieux de vie incorporés aux boutiques.

5.3.3 Vraisemblances et comparaisons

92Face à ce manque cruel de preuves positives, il faut évoquer d’autres arguments permettant de prendre position sur l’emploi des boutiques ou de leurs espaces annexes comme logement.

  • 118  Packer 1971, p. 69, n. 28.

93Le système de fermeture des boutiques pourrait tenir lieu d’indice de sa fonction résidentielle. Ainsi, J.E. Packer retient-il le vantail des boutiques comme la preuve que celles-ci étaient habitées, une fois le commerce fermé118. Une boutique non habitée aurait donc un système de fermeture ne recourant qu’à des planches. Cette hypothèse serait étayée par la découverte de serrures ne pouvant être activées que depuis l’intérieur des boutiques. Toutefois, la localisation précise de ces serrures ne figure pas dans notre documentation. Les données manquent donc pour prendre position sur ce dossier. Il est en revanche certain que les boutiques dont l’unique porte était dotée d’un seuil de type D2 dénué de vantail ne pouvaient être fermées que depuis l’intérieur et étaient donc habitées.

  • 119  Pietrogrande 1976, p. 9-13.

94L’absence d’équipements liés à une activité dans une pièce secondaire permettrait de la définir comme un logement. Il est en effet manifeste à Ostie, que ce soit dans les journaux de fouilles ou parmi les vestiges encore visibles, que ces pièces annexes sont totalement dépourvues d’aménagements propres à une activité artisanale, commerciale ou de stockage. Seul le contre-exemple de la foulerie I, xiii, 3 doit être évoquée119. Cette argumentation qui ne repose pas sur des preuves positives, mais bien sur une déduction, pèse fortement en faveur de la qualification de ces espaces comme logements.

  • 120  Monteix 2010, p. 72.
  • 121  Ellis 2006, p. 296.
  • 122  Ellis 2000, p. 78 et 80.

95L’utilisation d’une boutique comme logement ne requiert pas nécessairement la présence d’une pièce annexe. Ainsi, N. Monteix indique la possibilité d’installer des paillasses dans les boutiques pour y dormir120. Pour S. Ellis, un certain nombre de boutiques – notamment celles dont les vestiges ne comportent aucune trace d’activités artisanales – n’étaient pas le siège d’une activité professionnelle, mais servaient uniquement d’habitations. L’archéologue énonce même, dans un autre article, les avantages que représente la vie en boutique : généralement localisées dans les zones les plus avenantes de la ville, leur situation dans des rues commerçantes offre des possibilités variées de consommation121. Cette hypothèse se heurte à deux écueils. La première est énoncée par S. Ellis lui-même : certaines boutiques pouvaient abriter des activités de services variées comme celles d’un scribe ou d’un notaire qui ne laisseraient que très peu de traces archéologiques122. La seconde tient bien évidemment aux conditions de conservation des vestiges et aux méthodes de fouilles qui peuvent bien souvent expliquer l’absence de traces d’activités artisanales dans les boutiques.

  • 123  Lévy Vroelant 2000, p. 433.
  • 124  Clark 2000, p. 75.
  • 125  Roncayolo 1997, p. 108.

96Les spécialistes d’autres périodes doivent faire face aux mêmes difficultés rencontrées au sujet des boutiques du monde antique123. Ainsi, dans sa typologie des boutiques médiévales de Grande-Bretagne, D. Clark a distingué les locaux dotés de pièces à vivre au même niveau ou à l’étage124. Les études historiques consacrées aux boutiques tendent à souligner que la séparation entre lieu de travail et lieu de vie est moderne. Selon M. Roncayolo, la distinction entre lieu de travail et de vie n’a fait que s’affirmer depuis le XIXe siècle125.

  • 126  Nous rejoignons en cela les conclusions de Courrier 2014, p. 145-154.

97Ce dossier, pris dans son ensemble, ne permet pas de conclure à une utilisation systématique des boutiques – elles-mêmes ou des pièces annexes pouvant y être rattachées – comme logement126. Toutefois une telle utilisation doit être envisagée comme tout à fait probable ; il est toutefois difficile de déterminer dans quelles proportions. Aussi, pour la suite du raisonnement sur ces espaces, nous adoptons l’hypothèse de travail que les boutiques dotées d’un espace annexe – dans le cas où ils ne sont pas pourvus d’équipements liés à une activité – devaient être habitées.

5.3.4 Loger en boutique

  • 127  SdO I, Girri 1956, p. 39 ; Maiuri 1958 ; Scobie 1986, p. 401-403 ; voir également Virlouvet 2006 s (...)

98Les boutiques sont traditionnellement considérées comme le type de logement construit le plus modeste, abritant les couches sociales inférieures, mais intégrées. Aussi la boutique est-elle souvent présentée comme la forme résidentielle immédiatement supérieure aux logements des esclaves ou des indigents tels que les ergastules ou les tuguria127. En se fondant sur l’hypothèse de travail selon laquelle les boutiques aient pu servir de logement, il est possible de dégager leurs grandes caractéristiques distinctives en procédant par comparaisons avec d’autres logements connus à Ostie.

  • 128  Gering 2001, p. 202.
  • 129  Hermansen 1982, p. 47.
  • 130  Gering 1999, p. 103.
  • 131  Gering 2001, p. 208.

99A. Gering a dénombré 386 appartements à Ostie128. Dans la hiérarchie qu’il élabore, la quarantaine de mediana occupent la position la plus haute. Mesurant entre 60 et 250 m2, ces appartements tels qu’ils sont définis par G. Hermansen, se caractérisent par la présence d’un couloir reliant deux pièces de grande taille129. A. Gering place ensuite 102 logements pourvus d’un plan dérivé de celui des mediana130. Viennent ensuite les logements dont le plan ne correspond plus à ce modèle et dont les dimensions sont plus réduites (les plus petits logements mesurent 20 mètres carrés)131. Les boutiques ont une surface moyenne de 35,6 m2. Toutefois, cette superficie ne pouvait être entièrement consacrée à la fonction résidentielle, c’est pourquoi les boutiques devaient se situer au bas de l’échelle des logements d’Ostie en termes de superficie.

  • 132  Scobie 1986, p. 401-402.

100On ne peut conclure aux conditions de vie uniformément exécrables que certains historiens ont associé aux boutiques132. Certaines d’entre elles sont par exemple dotées de latrines. Même si leur présence pouvait être liée à l’activité qui s’y déroulait, elles pouvaient être utilisées par les boutiquiers. La présence de lieux de commodités est chose rare dans les logements d’Ostie. Les latrines ne semblent être présentes que dans quelques habitations, comptant parmi les plus luxueuses de la ville.

101Les boutiques sans pièce annexe ne pouvaient être le siège d’une division fonctionnelle des espaces résidentiels. Il en va de même pour les arrière-boutiques ou étages qui devaient cumuler des fonctions résidentielles, de stockage marchand, voire d’artisanat. Cette accumulation de fonctions caractérisant ces lieux constitue une différence fondamentale avec les autres logements d’Ostie dotés de multiples pièces pouvant être utilisées pour des usages spécialisés.

  • 133  Calza 1917, p. 65.
  • 134  Wallace-Hadrill 1994, p. 102.

102Les archéologues se sont essayés à évaluer le nombre de personnes logeant dans une boutique. Ainsi, G. Calza, en 1917 estime que chaque boutique devait abriter une famille composée de cinq individus133. Dans son étude publiée en 1956, G. Girri propose de retenir un foyer de quatre personnes par boutique dotée d’une pièce annexe. Plus récemment, A. Wallace-Hadrill retient une moyenne de 1,4 individu par boutique de Pompéi134.

  • 135  Meiggs 1973, p. 532-534.

103Les estimations démographiques de la ville d’Ostie oscillent entre 25000 et 60000 habitants. Deux méthodes de calcul ont été employées : d’une part il s’agit de la multiplication du nombre d’habitats – appartements, domus et boutiques – par le nombre de résidents estimé pour chacune de ces catégories. Ces méthodes furent employées par G. Calza et par G. Girri. L’autre méthode – employée par R. Meiggs – repose sur la division de la surface de la ville – en considérant deux étages et demi comme élévation moyenne – par un indice de 26 m2 occupés par une personne135. Il obtient alors l’estimation de 36000 habitants, il estime toutefois – de manière intuitive comme il l’indique – que la population totale devait plutôt être comprise entre 50000 et 60000 habitants.

104Selon les estimations traditionnelles, une boutique devait abriter en moyenne 4 personnes. En suivant ce postulat, les 1263 boutiques inventoriées devaient abriter environ 5000 personnes. Ce groupe représenterait donc entre 10 et 20 % de la population totale selon les estimations traditionnelles. En retenant le ratio proposé par A. Wallace-Hadrill, elles abriteraient 1750 personnes, soit entre 3 et 7 % de la population.

105Il apparaît que l’estimation de la population logeant dans une boutique dépend directement de théories relatives à la sociologie du travail. Le chiffre de G. Calza traduit une organisation familiale du travail, tandis que celui d’A. Wallace-Hadrill se rattache à une forme de travail plus individuelle. Tout ceci traduit le caractère artificiel de ces estimations qui reposent sur plusieurs modèles, somme toute, assez fragiles.

106En dernière hypothèse de travail, n’oublions pas qu’Ostie se démarque des autres villes par une très forte présence d’immeubles collectifs. Dans ce cadre, il faut envisager l’hypothèse selon laquelle une majorité des boutiquiers vivait en appartement, auquel cas, les boutiques seraient à retrancher de la liste des lieux de vie utilisées dans les estimations démographiques.

107Les boutiques d’Ostie se détachent sensiblement du modèle connu dans les cités du Vésuve. Une plus grande distanciation entre logement – du propriétaire ? – et boutique est remarquable à Ostie, tandis que les relations unissant plusieurs boutiques y sont plus affirmées. Enfin, les espaces annexes – arrière-boutiques ou étages – sont bien plus rares à Ostie que dans les cités du Vésuve. Ces caractéristiques traduisent des configurations socio-économiques distinctes.

Notes

2  Calza 1923b, p. 50 et Calza 1939, p. 227.

3  Girri 1956.

4  Ivanoff, 1859 ; Bouet 1994 ; Monteix 2010, p. 56-60 a abordé spécifiquement la question des seuils des boutiques d’Herculanum.

5  Bouet 1994, p. 29.

6  Mac Mahon 2003, p. 94 ; Monteix 2010, p. 59.

7  Spinazzola 1953, p. 190, fig. 221.

8  Spinazzola 1953, p. 769.

9  Monteix 2010, p. 58 : « Chacune des planches constituant la partie démontable de la porte est munie d’un anneau en fer. Une fois le vantail mobile refermé, deux barres coudées à l’une de leurs extrémités s’insèrent dans les anneaux, d’abord du côté des planches puis du côté du vantail. Les deux becs de canne s’unissent et sont maintenus assemblés par un cadenas. Ce dernier permet au boutiquier de fermer sa porte une fois à l’intérieur de son local, si celui-ci lui sert également d’habitation ».

10  Adam 1989, p. 346 : « les boutiques se distinguent par leur mode de clôture : la marchandise étant présentée en devanture sur un comptoir occupant toute la largeur de la façade, excepté un passage d’accès, le soir le commerçant devait assurer la protection de ses biens par la mise en place d’une cloison de bois démontable. Cette cloison, dont l’empreinte est conservée dans la cendre à l’entrée de plusieurs boutiques de Pompéi, rue de l’Abondance, était faite d’une série de planches verticales se chevauchant et encastrées au sol dans une rainure creusée dans le seuil. Un battant de porte pivotant dans des crapaudines fermait le passage, et deux longues tiges de fer, passées dans des anneaux fixés intérieurement ou extérieurement dans les planches de la porte, maintenant solidement le tout en place grâce à un blocage fermant la clef » voir la reconstitution proposée par Bouet 1994, p. 36, fig. 46.

11  Il s’agit de trois boutiques situées sur la Via di Diana et d’une boutique de l’îlot V, i, 1.

12  Vaglieri 1911, p. 324 : une boutique située au sud du Piccolo Mercato est pourvu de l’inscription « L Caecil » remployé comme seuil. Gds 1913, 12 Janvier, p. 16 : l’une des boutiques de la Casa del Soffitto dipinto (II, vi, 5-6) est pourvue d’un seuil remployant l’inscription funéraire CIL XIV, 5158.

13  Les traces d’usure ou l’imperfection du travertin constituent les principaux obstacles à cette analyse.

14  Tendance déjà soulignée par Packer 1971, p. 21, pour qui la largeur moyenne des portes de boutiques est de 3 Voir également Allison 2004, p. 112.

15  Gering 1999, p. 104.

16  Monteix 2010, p. 59.

17  Gds 1915, 5-20 février, p. 74, n° inv. 9662 : une clé longue de 14 cm mise au jour dans la Casa di Diana. Gds 1918, 19-24 août, p. 88, n° inv. 12972 et 12973 : clé et éléments de serrure en bronze mis au jour dans le Caseggiato II, ix, 2. Une serrure a été découverte dans les Magazzini Repubblicani (II, ii, 1-2) : Gds 1919, 6 juillet, p. 56 et dans la partie méridionale de l’îlot I, viii : Gds 1920, 17 Janvier.

18  Je dois ces remarques à N. Monteix qui a observé des situations analogues dans les cités du Vésuve.

19  Bouet a souligné le fait que la diffusion de ces seuils n’était pas uniforme dans la Méditerranée, Bouet 1994, p. 35 : ainsi les boutiques de Délos sont indifféremment pourvues de seuil à rainure longitudinale ou à deux vantaux, tandis qu’à Olynthe, les boutiques ne semblent pas avoir de seuil caractéristique.

20  Bouet 1994, p. 29-39. Cette catégorie correspond au type C de seuil retenu par Hori 1992, p. 74.

21  Ellis 2011, p. 165.

22  Ellis 2011, p. 169-171.

23  C’est par exemple le cas des boutiques du Caseggiato delle Trifore (III, iii, 1) situées au croisement du Decumanus et du Cardo degli aurighi.

24  Girri 1956, p. 40 indique une surface moyenne de 37 m2.

25  Pirson 1999, p. 86.

26  Béal 2010, p. 17-19.

27  Rickman 1971.

28  Paschetto 1912, p. 352 ; Girri 1956, p. 4.

29  Bakker 1999, p. 93.

30  Girri 1956 ; Gassner 1986.

31  Girri 1956.

32  Staccioli 1959.

33  Girri 1956, p. 36.

34  Girri 1956, p. 4-5.

35  Girri 1956, p. 10 : « Solo le due taberne rettangolari sulla via di Diana conservano la scala, ma è evidente che tutte avevano un mezzanino, ricavato all’altezza di 3,40 dal suolo, alto a sua volta 3,20, e illuminato da una piccola finestra che si apriva nello spazio rimasto libero tra i pennacchi che sostengono il caratteristico balcone in muratura a sguscio ». Le même critère d’identification est retenu p. 11 ; 12 ; 16 par exemple.

36  Ulrich 1996, p. 145-147.

37  Ulrich 1996, p. 145 et 147.

38  Calza 1915d, p. 326.

39  Calza 1914, p. 584 ; Packer 1968, p. 370 ; Packer 1971, p. 29 ; Cosimi 1998, p. 64

40  Gds 1919, p. 18, le de 2 mars 1919 et p. 21, le 16 mars 1919.

41  Packer 1968, p. 362.

42  Packer 1971, p. 25 : « Mezzanine windows above shop doors were usually under 1.00 in height and between 0.60 and 0.80 in width ».

43  Calza 1923, p. 13-14 : « Piccole finestre sono quelle dell’ammezzato delle botteghe o quelle che servono a dar luce alle rampe delle scale. Traccie evidenti conservate negli intonachi interni permettono di stabilire che i vani di queste finestre erano foderati da cassettoni in legno ai quali erano applicate le chiusure con protezione di lastre di selenite di cui parecchi avanzi furono rinvenuti negli scavi ».

44  Pérouse de Montclos 2004, p. 42.

45  Pérouse de Montclos 2004, p. 41 définit un espace comme « un espace habitable à l’intérieur d’un bâtiment par des divisions horizontales, planchers ou voûtes » ; « l’étage est un espace habitable, c’est-à-dire qu’il a au moins la hauteur d’un homme debout et qu’il reçoit de la lumière ».

46  Wallace-Hadrill 1994, p. 80 ; Monteix 2010, p. 70-72.

47  Girri 1956, p. 10 : « Altre cinque rettangolari (tipo III) guardano invece la via dei Molini, ma quasi tutte ebbero l’ingresso ristretto o chiuso. Comunicavano tra di loro, e inoltre una porta aperta nella parete di fondo metteva alcune in relazione con una vasta area retrostante, nella quale si trovano la macine e i forni ».

48  Girri 1956, p. 21.

49  Gds 1 Novembre 1920, Finelli : « in epoca tarda e per mancanza di abitazioni i mezzanini che in origine erano in comunicazioni colle taberne furono isolati e ad essi si accedeva per la scala creata nella porta della seconda taberna rendendoli indipendenti dalle taberne e le stanzette create nei fondi delle taberne, come spazio, facevano le veci di questi ».

50  Voir Pirson 1999, p. 85-86 et Monteix 2010.

51  Il faut toutefois envisager comme possible l’emploi de seuils en bois.

52  À ce sujet, voir Dubouloz 2011, p. 574 qui admet que cette situation correspond très probablement à un lien de propriété, mais qui nuance la portée des interprétations qu’elle peut susciter.

53  Bakker 1994, p. 82-83 : « It may be assumed that in interconnected shops the same goods were sold. Perhaps they were run by the same shopkeeper as well. The doors may have been installed for the convenience of the shopkeeper, or in order to facilitate the circulation of the customers ».

54  Hermansen 1982, p. 110 : « It can be argued, furthermore, that all these places are guild sites and that a taberna arrangment of this sort is guild style ».

55  Hermansen 1982, p. 110 : « [The] tabernae were interconnected as an expression of guild brothers’ status » ; « In the Caseggiato del Temistocle, privacy and individual ownership do not exist ».

56  Voir par exemple Tran 2006.

57  Nous suivons en cela les conclusions de Etienne 1960, p. 119 : « L’imbrication des tabernae et des domus ne permet de conclure ni à un mélange social, ni à une cohabitation ».

58  Wallace-Hadrill 1994, p. 105 ; Parkins 1997, p. 105- 106 ; Robinson 2005, p. 92.

59  Parkins 1997, p. 105-106 ; Ling 1997, p. 249.

60  Monteix 2010, p. 358.

61  Pirson 1999, p. 85-86.

62  Monteix 2010, p. 375-420.

63  Pour une analyse plus développée, voir Schoevaert 2014. Mau, 1887, p. 219 et Mau, 1900, p. 270.

64  Carcopino 1910, p. 430 : « C’est beaucoup plus probablement une taberna, à la fois magasin, boutique et demeure » et 432 : « La pergula, coutumière dans les tabernae de Pompéi, me paraît avoir été aussi inséparable des docks d’Ostie. Elle y a surement joué le même rôle d’habitation à bon-marché pour le peuple des petites gens ».

65  Calza 1917, p. 65.

66  Girri 1956, p. 42-43.

67  Packer 1971, p. 69 et Meiggs 1973, p. 272-274 ; Gering 2001, p. 202.

68  Ulpien, Dig.50.16.183.

69  Voir le chapitre 1.

70  Mommsen 1870, p. 949, n. 3.

71  Wagner 1982, p. 397-398 ; Aubert 1994, p. 97-98 ; Traina 2000, p. 114.

72  Beseler, « ZSS », LI 1931, p. 64.

73  Lenel, palingenesia, 1889, vol II, n° 827

74  Il s’agit du passage IX. 4, 11. Cuq 1916, p. 325 : « L’altération du texte est difficile à admettre en présence de la traduction qui en est donnée aux Basiliques ». M.-A. Ligios 2001, p. 29.

75  Cuq 1916, p. 324 : « [Ulpien rejette] la signification ordinaire du mot taberna, cabane en bois permanente. Ce fut, dit le grammairien Festus, le plus ancien genre d’habitation des Romains ; on peut le prouver par l’exemple des nations étrangères qui vivent encore dans des maisons faites de planches. Mais Ulpien devait ajouter que cette acception n’était pas celle de l’Edit. Les compilateurs du Digeste ont omis cette remarque qui n’avait pas d’intérêt à l’endroit où ils ont placé la phrase d’Ulpien ».

76  Gassner 1986, p. 3.

77  Calza 1917, p. 65 : « Pur supponendo che ogni taberna fosse un’abitazione e in massima non è certo sostenibile » ; n. 1 : « Non bisogna infatti prendere troppo alla lettera la definizione di Ulpiano ».

78  Vogt 1950, p. 8.

79  Pirson 1999, p. 19 ; A. Ligios 2001, p. 30.

80  Ulp. 28 ad ed. Dig. 50. 16. 185.

81  Ligios 2001, p. 30-31 : « Si puo ipotizzare che Ulpiano abbia forse iniziato la sua trattazione in merito alla taberna quale sede di praepositio institoria, rilevando come con tale termine si designasse sia un luogo di abitazione sia un locale destinato all’esercizio delle negotiationes, enunciando, magari in relazione all’indicazione del secondo significato, la definizione di « taberna instructa » di cui in D 50. 16. 185. L’« autem » posto tra « instructam » e « tabernam », d’altronde, sembra fare rinvio a un precedente assunto, verosimilmente un’altra definizione, che potrebbe essere proprio quella di « taberna » nel nuovo significato acquisito dal termine ».

82  Paul 30 ad ed. Dig. 50. 16. 184 : « Inde tabernacula et contubernales dicti sunt ».

83  Cerami, Di Porto, Petrucci 2004, p. 49 soutiennent la même position.

84  Ligios 2001, p. 29, faisant référence à Festus, de sign. Uerb. Lindsay, p. 11 Z12ff.

85  Monteix 2010, p. 42-43 et p. 46-47.

86  Monteix 2010, p. 47, n. 29 note toutefois l’exception de Festus.

87  Monteix 2010, p. 47 : « Cette définition qui nie tout caractère d’habitation à taberna ne saurait être généralisée : Ulpien entend ici préciser la nature juridique d’un lieu et non pas son usage ».

88  Dubouloz 2011, p. 119, n. 31.

89  Homo 1951, p. 557 ; Kleberg 1959, p. 19 ; Gassner 1984, p. 109 ; Stankiewicz 1991, p. 35-44.

90  Isid., Etym 15. 2. 43 ; Cassiod., Psalm., 14, 1 ; Diomedes, ars grammatica, 3, 28.

91  Hor., Odes, 1, 4, 13-14.

92  Monteix 2010, p. 46 : la mention de taberna vise à « accentuer le contraste avec les tours dans lesquelles les rois sont censés vivre. Si le sens général reste que la mort frappe les riches et pauvres, il est délicat d’inférer de ce texte que la taberna a pu servir de logement ».

93  Festus, de sign. Uerb. Lindsay, p. 11 Z12ff : « Adtibernalis, l’habitant d’une taberna permanente : ce fut le plus ancien genre d’habitation des Romains ; on peut le prouver par l’exemple des nations étrangères, qui vivent encore dans des maisons faites avec des planches. » (Trad. Savagner, 1846).

94  Isid., Etym., 15. 2. 43 ; Cassiod., Psalm., 14, 1 ; Diomedes, ars grammatica, 3, 28 : « secunda species <est> togatarum quae tabernariae dicuntur et humilitate personarum et argumentorum similitudine comoediis pares, in quibus non magistratus reges ve sed humiles homines et privatae domus inducuntur, quae quidem olim quod tabulis tegerentur, communiter tabernae vocabantur ».

95  Cette hypothèse a été proposée par Monteix 2010, p. 46 : « Il est inutile de prendre en considération les passages de Cassiodore ou d’Isidore de Séville qui utilisent très vraisemblablement ces vers d’Horace pour affirmer que les Anciens vivaient dans des tabernae ».

96  Cic., Att., 14, 9, 1 : « Sed quod quaeris quid arcessierim Chrysippum, tabernae mihi duae corruerunt reliquaeque rimas agunt ; itaque non solum inquilini sed mures etiam migraverunt. » [ « Tu me demandes il est vrai pourquoi j’ai fait venir Chrysippe : c’est que deux de mes boutiques se sont effondrées et les autres ont des fissures, si bien que les locataires et même les souris ont émigré. » (Trad. Constans 1934, CUF)]. Sur les inquilini, voir Dubouloz 2011, p. 188- 197.

97  Calza 1917, p. 65, n. 1 ; Monteix 2010, p. 46, n. 25.

98  Morel 1987, p. 134, n. 29.

99  Riva 1999, p. 117-128.

100  Bedello Tata 1999, p. 209-218. Les mêmes obstacles ont été rencontrés à Sardes ou à Herculanum : Monteix 2010, p. 72. Crawford 1990, p. 24 : « Other finds, especially some fine redware sherds and glassware fragments, may indicate that part of W 11 also served as a residence. A bronze suspension device […] seems associated with the residential finds ».

101  Packer 1968, p. 370-371.

102  Packer 1971, p. 73 et Frier 1980, p. 17.

103  DeLaine 2004.

104  Gering 2001, p. 206.

105  Wallace-Hadrill 1994, p. 110 ; Pirson 1999, p. 53-55.

106  Se référer à l’étude menée par Bakker 1994, p. 91.

107  Bakker 1994, p. 84-87.

108  Bakker 1994, p. 84.

109  Bakker 1994, p. 93. L’archéologue s’est fondé sur les cultes iden-tifiés dans les parties communes des édifices intégrant des boutiques.

110  Van Andringa 2007, p. 47-72.

111  Monteix 2006, p. 40 ; Van Andringa 2009, p. 289- 304 ; Monteix 2010, p. 352.

112  Bakker, p. 78-95.

113  Pirson 1997, p. 168 et 173 ; Pirson 1999, p. 53-55.

114  Gds 1938, p. 75.

115  Gds 1923, p. 39, entrée du 26-31 mars : 1700 pièces sont mises au jour dans une boutique de l’îlot I, xi, 4.

116  Gds, 1908, p. 189, n° inv. 891 ; Gds 1909, p. 69, n° inv. 1434 ; Gds 1915, p. 72, n° inv. 9643 ; Gds 1920, entrée du 17 Octobre, n° inv. non communiqué.

117  Monteix 2010, p. 54-55.

118  Packer 1971, p. 69, n. 28.

119  Pietrogrande 1976, p. 9-13.

120  Monteix 2010, p. 72.

121  Ellis 2006, p. 296.

122  Ellis 2000, p. 78 et 80.

123  Lévy Vroelant 2000, p. 433.

124  Clark 2000, p. 75.

125  Roncayolo 1997, p. 108.

126  Nous rejoignons en cela les conclusions de Courrier 2014, p. 145-154.

127  SdO I, Girri 1956, p. 39 ; Maiuri 1958 ; Scobie 1986, p. 401-403 ; voir également Virlouvet 2006 sur les ergastules.

128  Gering 2001, p. 202.

129  Hermansen 1982, p. 47.

130  Gering 1999, p. 103.

131  Gering 2001, p. 208.

132  Scobie 1986, p. 401-402.

133  Calza 1917, p. 65.

134  Wallace-Hadrill 1994, p. 102.

135  Meiggs 1973, p. 532-534.

Table des illustrations

Légende Fig. 8 – Restitution du système de clôture d’une boutique (Bouet 1994).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/33825/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Fig. 9 – Système de clôture restauré d’une boutique de la Via dell’abbondanzza de Pompéi (Adam 1989).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/33825/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Fig. 10 – Piédroit de la boutique sud-ouest de la Casa dell’Ercole Bambino (II, vi, 3-4). Vue depuis le sud.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/33825/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Fig. 11 – Seuil à rainure longitudinale d’une boutique du Casegiatto di Diana (I, iii, 3). On observe la réfection réalisée en métal sur la crapaudine. Vues depuis le Nord.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/33825/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Fig.12 – Typologie des seuils des boutiques d’Ostie.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/33825/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Fig. 13 – Exemple de seuil à rainure remployé comme seuil à deux vantaux.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/33825/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 7,8k
Légende Fig. 14 – Exemples de seuils à double rainure longitudinale.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/33825/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Fig. 15 – Exemples de seuils à rainure longitudinale et à deux vantaux.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/33825/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende Fig. 16 – Étage de la boutique nord-ouest de l’édifice I, xii, 7. On distingue les mortaises de la trémie. Vue depuis le nord.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/33825/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Fig. 17 – Étage de la boutique nord-ouest du Caseggiato del Larario I, ix, 3. Vue depuis l’ouest.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/33825/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Fig. 18 – Étage d’une boutique du Caseggiato del larario (I, ix, 3). Un incendie documenté dans les journaux de fouilles a laissé les traces de l’échelle de meunier (a) conduisant à la trémie de l’étage (b). Vue depuis le sud.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/33825/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Fig. 19 – Latrine installée derrière un départ d’escaliers menant à l’étage d’une boutique (Packer 1968, p. 364, pl. 2).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/33825/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Fig. 20 – Niche aménagée dans le mur oriental d’une boutique de l’édifice I, viii, 5. Vue depuis l’ouest.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/33825/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 61k

© Publications de l’École française de Rome, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search