Version classiqueVersion mobile

Entrepôts et trafics annonaires en Méditerranée

 | 
Brigitte Marin
, 
Catherine Virlouvet

Deuxième partie. Études

Entrepôts céréaliers en Sicile de l’Antiquité à l’époque moderne

Simona Laudani, Sophie Bouffier, Jérôme France, Lucia Arcifa, Valentina Vigiano et Nino Blando

Résumé

Pour la Sicile, le grain a constitué l’un des produits fondamentaux de l’économie et des équilibres commerciaux, et par voie de conséquence, une des clefs des choix politiques de l’île. C’est peut-être la seule production dont l’hégémonie est restée indiscutable et indiscutée à travers le temps, et cela, malgré les diverses vicissitudes qu’elle a connues, et qui sont liées aux conjonctures politiques et commerciales plutôt qu’à des facteurs naturels. L’histoire du blé sicilien porte donc les signes de la longue durée : produit d’exportation dès l’antiquité grecque, il a constitué une source de revenus fiscaux non négligeable à partir de l’Empire romain et il a réussi à marquer le territoire avec ses réseaux, ses greniers et ses entrepôts ; il a inévitablement hiérarchisé les lieux de production, les centres de commercialisation et les ports d’exportation ; il a engendré assez tôt, au moins à partir des dispositions de Frédéric II et pendant toute l’époque moderne, l’organisation d’un système de gestion et de contrôle des flux.

Nous avons donc choisi de consacrer au blé sicilien une réflexion diachronique, de l’époque grecque à l’époque moderne par l’étude des entrepôts de grain, des caricatori, comme on nommait en Sicile à l’époque moderne les lieux où les producteurs portaient leurs céréales en attente de commercialisation. Ces caricatori finirent par assumer, de manière différente et avec des modalités diverses selon les époques, des fonctions complexes du point de vue fiscal, financier et commercial, en marquant par leur présence le territoire et les choix politiques des gouvernements.

Texte intégral

1Parmi les mythes si nombreux qui, depuis toujours, ont construit l’image de la Sicile dans l’imaginaire collectif, celui du grain, qui insiste sur la capacité de l’île à produire et exporter une abondance de céréales depuis un temps aussi ancien que l’Antiquité, est assurément l’un des plus solides. La Sicile-Déméter, la Sicile-grenier de la Méditerranée et de l’Europe, la Sicile riche et féconde, mais en même temps la Sicile de la grande propriété, la Sicile féodale, la Sicile exploitée et pillée sont ainsi devenus des binômes indissociables et durables. Ces associations significatives ont fini par dresser une image partagée dont la valeur évocatrice allait bien au-delà de la connotation économique et commerciale et englobait également les aspects sociaux, politiques et culturels de l’île et de ses habitants. Et peu importait qu’il s’agisse seulement d’une partie de la Sicile, celle des hauts plateaux d’Enna et de la plaine de l’Etna dès l’Antiquité, puis surtout celle de la Sicile centrale et occidentale aux époques médiévale et moderne ; alors que de nombreuses régions de l’île, et en particulier les zones de montagne et la terre du Val Demone, étaient presque totalement privées de céréales. Dans ces régions, il a fallu encourager des productions alternatives (soie, canne à sucre, vin, huile, agrumes) pour pouvoir acheter en quantités suffisantes l’aliment indispensable à la survie des populations, ce blé précieux qui a tant valorisé la totalité du territoire sicilien, même celui qui a toujours eu besoin de l’importer, et où les équilibres agraires, l’organisation de la propriété et les structures de la production ont toujours été très éloignés de ceux qui caractérisaient la grande exploitation céréalière.

2Assurément, comme tous les mythes tenaces, celui de la Sicile céréalière, au-delà des généralisations simplificatrices, a une solide réalité. Le grain constitue l’un des produits fondamentaux de l’économie et des équilibres commerciaux, et par voie de conséquence, une des clefs des choix politiques de l’île. C’est peut-être la seule production dont l’hégémonie est restée indiscutable et indiscutée à travers le temps, et cela, malgré les diverses vicissitudes qu’elle a connues, comme on le constate sans pouvoir toujours l’expliciter, vicissitudes liées aux conjonctures politiques et commerciales plutôt qu’à des facteurs naturels. Et donc l’histoire du blé porte les signes de la longue durée : produit d’exportation dès l’Antiquité grecque, il a constitué une source de revenus fiscaux non négligeable à partir de l’Empire romain et ensuite, sous toutes les dynasties qui se sont succédé à la tête du Royaume, il a réussi à marquer le territoire avec ses réseaux, ses greniers et ses entrepôts. Il a inévitablement hiérarchisé les lieux de production, les centres de commercialisation et les ports d’exportation ; il a engendré assez tôt, au moins à partir des dispositions de Frédéric II et pendant toute l’époque moderne, l’organisation d’un système de gestion et de contrôle des flux. Depuis toujours, c’est l’enjeu que les divers gouvernements mettaient dans la balance pour obtenir consensus et continuité.

  • 1  Simona Laudani a coordonné les différents essais, rédigé l’introduction et la conclusion. Sophie B (...)

3Et c’est précisément pour éviter que la longue durée ne se transforme en fausses pistes indéfinies, où se perdent les si nombreuses différences et ruptures, que nous avons choisi de consacrer au blé sicilien une réflexion diachronique, même si elle apparaît discontinue et lacunaire. Celle-ci cherche à restituer épaisseur et articulation à une reconstruction historique qui doit faire appel nécessairement à des compétences variées pour éviter les simplifications faciles. En suivant un ordre chronologique qui présente quelques défaillances (surtout pour les périodes impériale et byzantine), nous avons mis en parallèle des études sur les périodes grecque, romaine, médiévale et moderne pour éclairer, outre les analogies, les nombreuses différences et discontinuités qui caractérisent une histoire vieille de tant de siècles, dont il nous faut donner une vision plus nuancée et articulée. L’angle d’attaque choisi est, encore une fois, celui que nous offre l’étude des dépôts de grain, des caricatori, comme on nommait en Sicile à l’époque moderne les lieux où les producteurs portaient leurs céréales en attente de commercialisation. Ces caricatori finirent par assumer, de manière différente et avec des modalités diverses selon les époques, des fonctions complexes du point de vue fiscal, financier et commercial, en marquant par leur présence le territoire et les choix politiques des gouvernements1.

4[S. L.]

Les structures de stockage alimentaire dans l’Antiquité grecque2

  • 2  Toutes les dates non précisées s’entendent avant J.-C.
  • 3  Bibliothèque Historique, 5.1-4.
  • 4  En dernier lieu, C. A. Di Stefano (éd.), Demetra. la divinità, i santuari, il culto, la leggenda [ (...)
  • 5  Thucydide, Guerre du Péloponnèse, III.86.
  • 6  Cf. R. Descat, L’approvisionnement en grain dans le monde grec des cités : histoire d’une politiqu (...)

5C’est un lieu commun de dire que la Sicile grecque a produit et exporté de grandes quantités de céréales. L’île était consacrée à Déméter, déesse de l’agriculture et des moissons, et à sa fille Koré-Perséphone dont le rapt par Hadès était localisé par les Anciens dans la plaine d’Enna, au cœur de la Sicile la plus fertile. Au Ier siècle, Diodore de Sicile insiste sur leur importance pour les Siciliens et rapporte les différentes traditions mythiques qui soulignent le lien étroit entre la production céréalière et leur culte3, comme l’a confirmé la découverte de nombreux sanctuaires des deux déesses, en particulier dans le territoire4. À l’époque de Diodore, l’île approvisionne depuis au moins deux siècles l’Italie romaine après avoir ravitaillé le Péloponnèse dès le VIe siècle. Les expéditions athéniennes de 427 et de 415-413 avaient pour objectif, entre autres, de couper le Péloponnèse de ses bases de ravitaillement extérieur, le territoire ennemi étant incapable de subvenir à l’alimentation de toute la population5. De même, si Corinthe envoie Timoléon en Sicile en 344, ce n’est pas tant par philanthropie pour sa colonie que pour rétablir une production lourdement grevée par les guerres gréco-carthaginoises, qui durent depuis la fin du Ve siècle, et relancer des importations de céréales à une époque où la Grèce égéenne semble en manquer6. Le règne de Hiéron II à Syracuse à partir de 276, en instaurant une pacification durable, ouvre une longue ère de rendements céréaliers que vantent les auteurs latins.

  • 7  Ainsi à Acireale-Aciplatani, en dernier lieu, A. Costanzo, Granai di età ellenistica in Sicilia, d (...)
  • 8  Cf. M. Gras, H. Tréziny et H. Broise, Mégara Hyblaea V. La ville archaïque, Rome, 2004 (Collection (...)
  • 9  P. G. Guzzo, Caronda e coloro che si nutrono dallo stesso granaio : ipotesi sulle strutture circol (...)
  • 10  Cicéron, Seconde action contre Verrès, 3.18.47.
  • 11  Hérodote, 7.158.
  • 12  G. Di Stefano, Camarina VIII : l’emporio greco di Contrada Maestro sull’Irminio, dans Bollettino d (...)
  • 13  Diodore de Sicile, 13.54.6.

6Que peut-on dire toutefois des circuits de production et de distribution du grain, des conditions techniques d’exploitation, notamment des structures de stockage qui devaient nécessairement marquer le paysage antique ? Il faut ici distinguer la pratique d’un stockage régulier, qui correspond à des périodes de paix et qui est liée à la subsistance d’une cellule familiale, l’oikos, ou de la communauté, ou qui implique une commercialisation privée des produits ; et des situations d’urgence, liées à la guerre, à la famine, qui ne nécessitent pas des structures destinées à durer. De ce fait, on ne peut assimiler les centres de stockage pour l’autoconsommation, plutôt de caractère privé ; les centres de récolte, où l’on stocke, semble-t-il, les produits du territoire avant de les faire repartir ; et les centres de distribution ou d’exportation des denrées. Les sources littéraires ne parlent guère des premiers ; la documentation archéologique renseigne sur l’existence de silos ou gros contenants, comme les pithoi situés dans certaines pièces de l’exploitation agricole qui peuvent être identifiées comme des celliers. Ces pithoi et silos (siroi en grec) sont attestés en Sicile notamment à Mégara Hyblaea ou dans la campagne7 et peuvent être destinés à l’approvisionnement de la famille exploitante ou alimenter un village ou une petite agglomération. Ainsi dès l’époque archaïque, certaines cités stockent des denrées dans des silos considérés comme publics ; c’est le cas de Mégara Hyblaea8 sur l’agora au moins jusqu’au VIIe siècle. Comme l’a proposé H. Tréziny, on peut envisager, dans un premier temps, une organisation collective des denrées céréalières de la communauté qui donne lieu à un stockage et une distribution publics. En outre, selon une hypothèse récente, les plateformes circulaires en pierres, découvertes en plusieurs endroits des villes de Mégara Hyblaea et de Sélinonte9, et interprétées de manière variée par les archéologues, pourraient être en réalité les fondations de greniers familiaux. Mais à partir du VIIe siècle, ces silos collectifs disparaissent pour faire place à des fosses individuelles attachées à des maisons particulières. En ce qui concerne les centres de récolte, la documentation est presque inexistante. Il ne fait aucun doute que Léontinoi devait en faire office dès l’époque archaïque. La cité offre une situation topographique exceptionnelle qui lui permet d’être au centre de la collecte des céréales de la plaine de Catane, et de les exporter par le fleuve Térias dont la navigabilité est attestée à l’époque grecque. Elle est encore qualifiée de capitale de l’approvisionnement en grain à l’époque romaine par Cicéron10. Pour connaître les centres de distribution ou d’exportation, il faut probablement exploiter le parallèle avec la Sicile moderne et les caricatori. À l’époque grecque, on connaît l’existence d’emporia, lieux d’échange des produits, évoqués en 481 par le tyran Gélon de Syracuse11. Ceux-ci devaient être installés au point de débouché des grandes vallées intérieures sur les mers d’Afrique, Tyrrhénienne et Ionienne, c’est-à-dire aux embouchures des fleuves Irminio (on y connaît un emporion12), Platani, où les sites d’Hérakleia Minoa ou de Borgo Bonsignore pouvaient jouer ce rôle, tout comme le site d’Eknomos à l’embouchure du Salso et le site de Mazara13 (fig. 1). S’ils existent encore à la fin du Ve siècle, on ne sait pas jusqu’à quelle date ces emporia ont perduré. En tout cas, il faut distinguer les cités portuaires telles Syracuse, Camarina, Agrigente, Sélinonte, Himère, qui peuvent contenir des entrepôts, mais dont l’activité économique n’est pas limitée au commerce du grain, et les comptoirs destinés uniquement à la commercialisation et qui n’existent que parce qu’ils sont le centre de rassemblement des denrées de l’arrière-pays.

Fig. 1 – Sites siciliens mentionnés dans le texte.

V. Gemonet, N.Coquet, CCJ.

  • 14  Y. Garlan, Recherches de poliorcétique grecque, Paris, 1974, p. 300-303.

7Dès lors comment reconnaître ces structures ? Les textes nous informent d’abord des termes par lesquels on désignait un entrepôt. Une première observation s’impose : si l’on excepte le mot silo, la Grèce égéenne ne semble pas connaître de terme spécifique avant le IIIe siècle. C’est à cette date qu’apparaissent des noms dérivés de la racine sitos, le grain, essentiellement dans les inscriptions et dans des textes tardifs de lexicographes. Le texte le plus important à ce sujet répond à des exigences militaires et il semble bien que les premiers entrepôts à céréales aient été construits pour préparer une cité à la guerre. Ainsi Philon de Byzance conseille la construction de greniers et indique les techniques de conservation les plus aptes à conserver le grain. Ce texte exceptionnel peut servir de base à l’identification de ces greniers14. Il en préconise deux types : souterrains (il s’agit alors de silos, qui doivent être le plus profonds possible, et doivent être enduits d’argile mêlée de paille) ou surélevés. Ces derniers doivent être de préférence en bois, pourvus de fenêtres d’aération et de dispositifs destinés à écarter les oiseaux et les animaux, et également enduits d’amurque pour les rendre incorruptibles ; mais ils peuvent également être bâtis en pierre.

  • 15  9.45, dans Lexicographi graeci, IX.2. Pollucis Onomasticon, livres VI-X, éd. E. Bethe, Stuttgart, (...)
  • 16  IG XIV. 645 ; R. Dareste, B. Haussoullier et Th. Reinach, Recueil des inscriptions juridiques grec (...)
  • 17  P. Schreiner, Die Byzantinischen Kleinchroniken, Vienne, 1975, III Lokalchroniken, Chronik 45, p.  (...)
  • 18  Polyen, Stratagemata, 5.1.3.
  • 19  Cf. J. France, infra.

8En Occident grec, il semble exister un terme spécifique, inconnu ailleurs et attesté en Sicile dès le Ve siècle, rogos. Ce terme est donné par le lexicologue Pollux15 comme un mot sicilien équivalent de sitobolion (grenier), et aurait été utilisé par Épicharme, le poète sicilien du Ve siècle. Il est cité également par Hésychius (s.v. sitobolion). Dans l’état actuel de nos connaissances, il apparaît pour la première fois dans les Tables d’Héraclées, inscription du IVe siècle qui concerne les contrats de location de terrains de Dionysos dans la ville italiote16 : alors que le fermage est payable chaque année, dans la première décade du mois Panamos, le bail précise que les locataires pourront porter au grenier public (damosios rogos) « les mesures pleines d’orge nette et marchande (kathara et dokima), telle que la produit la terre affermée ». Le terme utilisé pour le grenier public diffère de celui que le même texte emploie pour désigner les granges et hangars. On retrouve le substantif rogos en 847-848 et en 866 dans les Petites Chroniques Byzantines17. Son lien avec l’approvisionnement y est clairement mis en évidence : en 847-848, « les Rogoi furent pris [s.e. par les Sarrasins] et il y eut une grave disette » tandis qu’en 866, les Rogoi furent rendus. Nom propre caractérisant peut-être un lieu ou un bâtiment, les Rogoi sont évoqués en même temps que d’autres toponymes dans une chronique qui témoigne de l’arrivée des Arabes en Sicile. D’après le Dictionnaire étymologique de la langue grecque de Chantraine, on ne s’en explique pas l’étymologie et le rapprochement tenté par certains philologues avec le latin rogus (« bûcher ») manquerait de pertinence. Néanmoins l’intérêt de cette interprétation réside dans le matériau auquel il est fait allusion : le bois, dont on sait que Grande Grèce et Sicile disposaient en abondance (forêts de la Sila, du massif etnéen des Nébrodes et des Madonies). Si l’archéologie du bâti en dur nous fait défaut, il faut peut-être envisager l’existence de bâtiments en bois qui ont l’avantage technique de bénéficier d’une bonne aération. En tout cas, le terme de rogos suggère l’existence de ce type de bâtiment au moins depuis le Ve siècle. Mais il n’est jamais utilisé par les historiens grecs. On connaît également l’existence de sitophylaques, magistrats chargés de la surveillance du grain à Agrigente lorsque Phalaris s’empare du pouvoir dans le courant du VIe siècle, ce qui laisse à penser que la cité avait déjà mis en place un système d’organisation de l’approvisionnement ou du stockage du grain18. Selon Tite-Live, lors du siège de Syracuse par les Romains, en 214, « dans l’île Adranadorus avait, entre autres dispositions, renforcé par des gardes la protection des greniers publics (horrea publica) ; l’endroit entouré d’un mur en pierres de taille et fortifié à la façon d’une citadelle, est pris par les jeunes gens qui avaient reçu la charge de défendre les lieux et ils envoient des messagers dans l’Achradina pour dire que les greniers et le blé sont au pouvoir du sénat » (24, 21, 11-12). Il s’agit assurément des greniers royaux, mis en place à Syracuse comme dans d’autres agglomérations du royaume, à la suite de l’instauration de la loi hiéronienne connue par Cicéron19.

  • 20  Cf. Inscriptiones Graecae I3, 78 et, pour la traduction française, P. Brun, Impérialisme et démocr (...)

9Il faut admettre ainsi que les textes ne nous éclairent guère sur la forme donnée à ces greniers. La documentation archéologique ne complète malheureusement pas ces minces informations. Pour l’instant, rares sont les greniers publics avérés en Sicile. Dans le monde grec égéen, aucune étude n’offre de parallèles qui nous aurait permis de les identifier en Sicile : les structures les mieux connues sont les greniers en brique crue d’Eleusis, qui devaient stocker les prémices offerts aux divinités Déméter et Koré20. Mais les vestiges encore visibles sont ceux d’époque romaine et aucune publication de fond n’a été consacrée aux entrepôts d’époque antérieure. Certaines structures ont été interprétées comme des greniers. En Sicile, nous connaissons certains bâtiments présentés comme des greniers publics par leurs fouilleurs mais ces interprétations peuvent être remises en question, d’autant que ces structures de stockage ont tout aussi bien pu contenir du vin, de l’huile, voire d’autres denrées alimentaires.

10Ainsi un bâtiment, mis au jour à Entella et daté des IVe et IIIe siècles, a été identifié comme un entrepôt public en zone élyme, car deux pièces sur cinq renfermaient des pithoi semi-enterrés (fig. 2).

Fig. 2 – Entrepôt d’Entella.

V. Gemonet, CCJ, d’après M. C. Parra, 1995.

  • 21  D’après les estimations proposées par M.-Cl. Amouretti à partir des textes grecs, il fallait de 1  (...)
  • 22  En dernier lieu, M. C. Parra et alii, L’edificio ellenistico nella conca orientale in età ellenist (...)
  • 23  Décret n° 5. G. Nenci (dir.), Materiali e contributi per lo studio degli otto decreti da Entella, (...)
  • 24  D’après A. Jardé, Les céréales dans l’antiquité grecque, Paris, 1925, p. 31-60, un médimne de blé (...)
  • 25  Ce qui suggère soit une modification du régime alimentaire quotidien – M.-Cl. Amouretti ayant bien (...)

11Si l’on cherche à faire une estimation des capacités de stockage des deux pièces, apparemment seules utilisées à cette fonction, et si l’on suppose qu’elles ont pu recevoir une quinzaine de pithoi, d’une contenance moyenne de 3 à 4 hl, le dépôt maximal devait être de 45 à 50 hl, soit 26,3 médimnes au maximum, ou la consommation annuelle de quatre à six personnes si l’on prend une moyenne de quatre médimnes par personne et par an21. Si l’on veut y voir un grenier, comme le proposent les fouilleurs, il s’agit probablement d’une structure privée. Par ailleurs la consécration d’un dépôt de fondation, constitué de statuettes d’offrantes au porcelet ou à la torche, de petites coupes et de vases contenant des charbons de bois de chêne-liège, de céréales mal identifiées (de l’épeautre et du millet semble-t-il)22 incite plutôt à voir dans l’édifice un lieu de culte aux divinités éleusiniennes, comme il en existe fréquemment en Sicile, d’autant que le dépôt est particulièrement abondant pour une consecratio. Les pithoi et amphores doivent avoir en réalité recueilli les prémices des récoltes du territoire d’Entella, comme c’était le cas des greniers d’Eleusis. La cité élyme a par ailleurs livré un décret qui permet d’envisager l’existence de structures de stockage adéquates. En effet, dans les années qui suivent 289, lors d’une situation de pénurie extrême, certains étrangers (communautés et particuliers) font un don de froment et d’orge aux habitants d’Entella23 en échange de quoi la cité leur attribue la proxénie. L’inscription affiche des montants de céréales considérables24 (plus de cent-trente tonnes de blé et près de dix-sept tonnes et demi d’orge). L’originalité ici réside en ce que ces dons de céréales sont constitués essentiellement de froment25. Si l’on fait une moyenne de 1,2 kg par jour, on peut évaluer que les 147,44 tonnes de céréales pouvaient constituer environ 123 000 rations journalières, ou nourrir un peu plus de 1 465 adultes environ pour trois mois, ce qui paraît un chiffre raisonnable pour la population d’une petite agglomération comme Entella. Quand bien même la livraison eût été progressive, il faut se demander dans quelle structure cette énorme quantité de grains a pu être stockée avant la distribution car il est peu probable que les particuliers aient touché immédiatement la part qui leur était réservée, à moins que chacun n’ait disposé de structures telles que le bâtiment mis au jour par M.C. Parra. Il faut alors supposer l’existence de greniers publics dont l’archéologie n’a pas (encore) révélé les traces. Soit ces greniers existaient déjà, soit on les a édifiés dans la hâte et là aussi, on peut envisager le recours à des constructions en bois.

12Deuxième exemple. Dans la vallée du Belice, riche terre à céréales, le centre punique de Monte Adranone a livré deux bâtiments des IVe et IIIe siècles, interprétés comme des entrepôts. L’un, situé sur une terrasse, immédiatement au pied de l’acropole à proximité de la voie qui portait vers la partie basse de la cité, se composait d’un secteur principal à plan quadrangulaire (env. 400 m2), avec une série de pièces ouvrant sur les deux côtés d’un long et étroit couloir de service (fig. 3).

  • 26  E. De Miro, Monte Adranone, dans Kokalos, 22-23, 1976-1977, 2.1, p. 451-455.

13Certaines des pièces ont abrité des réserves alimentaires, comme l’a prouvé la présence de pithoi adossés aux parois, dont les uns portaient un sigle, probable indicateur de contenance. Dans le vestibule, on a recueilli du matériel votif ainsi que des outils d’usage courant. La pièce de stockage contenait au moins cinq gros contenants (ø. 1 à 2 m). La publication n’est pas assez précise pour permettre l’identification des produits stockés et envisager des calculs de contenance. Comme à Entella, les usagers de cet entrepôt ont consacré des objets à des divinités féminines qui semblent avoir conjugué les fonctions de Déméter et Koré-Perséphone. Il en est de même pour le deuxième bâtiment découvert, localisé à l’entrée du site, immédiatement au revers de la fortification. Certaines pièces ont révélé du matériel votif ainsi que des bases circulaires qui prouvent son usage public, voire sacré. Une grande quantité de céréales jonchait les pavements des pièces nord-est, mais les fouilleurs qui n’ont pas publié cet édifice ne savent pas s’il s’agit d’un dépôt postérieur ou contemporain de l’utilisation publique de l’édifice26. En tout cas sa position topographique répond aux exigences que l’on relevait supra : il faut mettre les réserves alimentaires à l’abri tout en facilitant leur déplacement entre le territoire et la ville.

Fig. 3 – Entrepôt de Monte Adranone.

V. Gemonet, CCJ, d’après Kokalos, 22-23, 1976-77.

  • 27  E. Sjöqvist, Excavations at Morgantina (Serra Orlando) 1959. Preliminary Report IV, dans AJA, 64-2 (...)

14À Morgantina enfin, deux édifices, interprétés comme des entrepôts, ont été fouillés immédiatement à l’intérieur des murs, et à proximité de la porte sud qui mène dans le territoire. Situés sur l’agora basse de la ville hellénistique27, ils offrent la même orientation et la même typologie bien qu’ils n’aient pas été conçus dans un ensemble unitaire (fig. 4, bâtiments d et g).

  • 28  Syntaxe mécanique, V.88.29.

15Le bâtiment ouest est plus petit que l’édifice oriental car il est bordé au nord par le sanctuaire de Déméter et Koré. D’une largeur d’un cinquième environ de sa longueur, chacun présente des piliers de soutien extérieurs et intérieurs qui devaient servir de contreforts à une élévation de deux étages, probablement constituée en brique crue et/ou en bois à partir d’une certaine hauteur. On peut supposer que les contreforts intérieurs étaient destinés à supporter un plancher sur lequel était déposé le grain en tas, comme le propose la restitution des fouilleurs américains (fig. 5). Le fait que l’édifice oriental soit adossé à la colline ainsi que certains détails architecturaux suggèrent un remplissage depuis le sommet de la colline par un moyen qui nous échappe aujourd’hui en raison de la disparition de l’élévation. C’est ce que recommande Philon de Byzance à la même époque : « Il faut que ces sortes de constructions aient également des entonnoirs au milieu de leur couverture, afin qu’à volonté on puisse jeter le blé et l’introduire sans peine dans le local inférieur en le faisant couler »28.

  • 29  A. Pinzone, Provincia Sicilia : ricerche di storia della Sicilia romana da Gaio Flaminio a Gregori (...)

16Les deux entrepôts ont fonctionné simultanément pendant une cinquantaine d’années entre la première moitié et la fin du IIIe siècle. Néanmoins l’existence du premier édifice dès la fin du IVe siècle indique que Morgantina était déjà intégrée dans un circuit d’échanges qui rassemblait la production céréalière de la plaine intérieure de la Sicile sans que l’on sache à quelle époque remonte une telle politique. Certains historiens ont affirmé l’existence de taxes sur le grain levées par les tyrans syracusains, taxes qui s’intègrent bien dans la politique d’exploitation de la Sicile orientale par la cité corinthienne, dès Gélon puis avec Denys l’Ancien29. Ce rôle de collecteur se poursuit avec la Lex Hieronica que rappelle Cicéron dans les Verrines. Hiéron II prélevait la dîme des productions céréalières de son royaume. On aurait ainsi stocké cette dîme dans les greniers de Morgantina en attendant qu’elle soit redirigée vers Syracuse ou d’autres ports, comme le suggère la faible distance de la cité aux côtes.

Fig. 4 – Plan de l’agora hellénistique de Morgantina.

M. Bell, 1988.

Fig. 5 – Restitution des greniers de Morgantina.

American School of Classical Studies at Athens.

  • 30  L. Costantini, Analisi paleoetnobotaniche nel comprensorio di Camarina, dans Bollettino d’Arte, 19 (...)
  • 31  Diodore de Sicile, 14.58.1.

17Rares sont donc les structures avérées d’entrepôts publics en Sicile grecque. En réalité, les Siciliotes utilisaient couramment des structures multifonctionnelles comme les portiques, ou les fortifications, voire les demeures particulières, réquisitionnées dans ce but. Il s’agit ici de stockages d’urgence, liés à des situations de guerre comme le montre la découverte de céréales, orge et blé de bonne qualité, dans l’une des tours de la ville de Camarina incendiées par les Carthaginois à la fin du Ve siècle. Conformément à ce que préconisait Philon de Byzance quelques décennies plus tard, les fortifications avaient accueilli les réserves alimentaires destinées à tenir le siège30. À la fin du Ve et au début du IVe siècle, Denys l’Ancien « faisant la tournée des forteresses de l’arrière-pays (phrouria), renforçait leurs défenses et y faisait convoyer du grain ; il fortifia d’autre part très soigneusement les citadelles de Léontinoi et y fit stocker le grain produit dans les plaines »31.

  • 32  G. Di Stefano, I recenti scavi di Camarina, dans Un ponte fra l’Italia e la Grecia [Atti del Simpo (...)

18De même, aux époques classique et hellénistique, voire archaïque, sont attestés des stockages dans des portiques, comme à Camarina, entre l’agora dite du Ponant et celle dite du Levant. La cité, forte de ses bonnes relations avec les indigènes des plateaux hybléens, apparaît comme un port susceptible de concurrencer les centres de la côte méridionale dans le commerce avec l’Afrique, ce qui en a toujours fait un enjeu important entre Géla et Syracuse. Le bâtiment accueillait plusieurs types de denrées, depuis l’huile et le vin jusqu’aux produits de la mer32. On peut supposer également qu’il renfermait des céréales, stockées en sacs ou en vrac.

  • 33  Syntaxe mécanique, V.87.11.
  • 34  34D. Garcia, Les structures de conservation des céréales en Méditerranée nord-occidentale au premi (...)

19Dans l’état actuel de la recherche, on ne connaît donc pas de structures de stockage de grande portée avant la fin de l’époque classique. Si la Sicile a servi de grenier à la Grèce péloponnésienne dès l’époque archaïque, il faut chercher d’autres types de bâtiments, en bois par exemple. Hiérarchisant les modes de stockage du grain, Philon de Byzance préconisait d’abord l’utilisation de silos creusés, puis de constructions aériennes en bois. Il ne conseillait le recours aux édifices en pierre qu’en cas de pénurie de bois33. Il préconisait également des bâtiments aériens, qui offrent une protection plus sûre contre les animaux, mais qui laissent évidemment peu de traces sur le terrain, une fois disparus. On en connaît l’usage dans la péninsule ibérique depuis l’Antiquité34, et encore à l’époque moderne. On change d’échelle avec l’époque hellénistique qui voit la construction d’édifices en maçonnerie, spécifiques au stockage, ainsi à Morgantina, Entella, Monte Adranone, qu’il s’agisse de structures publiques ou privées. Ces trois bâtiments offrent quatre caractéristiques communes. D’abord leur situation topographique les place à proximité immédiate des murailles ou aux limites de l’agglomération urbaine, pour faciliter l’arrivée et le départ des denrées qui nécessitent toujours des moyens encombrants (chariots, animaux de bât notamment) et générateurs d’embouteillages (circulation à double sens). Ils sont adossés à des pentes, ce qui suggère probablement un certain procédé de remplissage (par le haut) et donc un certain mode de stockage (en vrac). En outre les types de structures changent selon les fonctions qu’elles assument. Le recours aux fortins et fortifications montre que l’on n’utilisait pas les mêmes structures en temps de paix et de guerre, en vue d’une commercialisation, d’un stockage à visée autarcique ou de réserves à constituer en vue d’un siège ou d’une opération militaire : là, la nécessité de mettre à disposition des armées le ravitaillement indispensable imposait une grande adaptation au terrain et un usage des matériaux immédiatement présents. Enfin, les structures destinées spécifiquement au stockage sont toutes associées à des divinités féminines, liées à l’agriculture, voire à la culture des céréales, que ce soit à Entella, Monte Adranone, où la consécration religieuse des bâtiments est évidente, ou même à Morgantina, où le sanctuaire de Déméter et Koré-Perséphone jouxte le grenier occidental, semblant veiller sur les deux entrepôts alimentaires. Dans le monde grec, le religieux n’est jamais loin : il faut protéger symboliquement les récoltes, dons des dieux aux hommes pieux. [S. B.]

Le stockage des céréales dans la Sicile romaine

20Sous la domination de Rome, la Sicile reste, on ne s’en étonnera pas, une grande pourvoyeuse de blé. Première province romaine (en 227 av. J.-C.), elle est, dans les derniers siècles de la République comme sous l’Empire, une des principales provinces frumentaires : elle règle ses impôts en blé, constituant tout entière un grenier à blé pour Rome et les cités d’Italie.

  • 35  35Listes des références (essentiellement Tite-Live) et bibliographie dans C. Soraci, Sicilia frume (...)
  • 36  C. Virlouvet, Famines et émeutes à Rome des origines de la République à la mort de Néron, Rome, 19 (...)
  • 37  Qui repose sur une réglementation écrite, la lex Hieronica, que l’on suppose composée pour partie (...)

21La production sicilienne pouvait donc contribuer à satisfaire les besoins grandissants de Rome, au moment où la cité du Latium se trouvait confrontée, d’une part, à la nécessité de nourrir des troupes engagées dans des campagnes toujours plus longues et plus lointaines et, d’autre part, à une croissance démographique urbaine sans précédent. Le grain sicilien est régulièrement mentionné dans les sources, pour le ravitaillement de Rome et des armées romaines tout au long du IIe siècle a. C35. Dépendante de la Sicile, Rome connaît des problèmes d’approvisionnement lorsque l’île subit les aléas du climat ou connaît des troubles politiques36, telle la révolte servile de 135 ou la seconde guerre servile entre 103 et 99. Les besoins grandissants de l’Urbs, l’instauration à partir du tribunat de Caius Gracchus de distributions de blé à prix réduits pour les citoyens y résidant, les troubles civiques traversés par la République dans le premier tiers du Ier siècle, conduisent à un renforcement de la fiscalité qui pèse sur la Sicile. Au système de prélèvement existant, hérité pour l’essentiel du gouvernement de Hiéron de Syracuse37, les Romains ajoutent une seconde dîme et des réquisitions à prix fixé.

  • 38  38Le De frumento constitue le troisième livre de la seconde action des Verrines, le réquisitoire é (...)

22À n’en pas douter, semblable organisation nécessitait de puissantes structures de stockage. Pourtant, nous sommes très peu renseignés sur celles-ci. Nous n’avons aucun témoignage archéologique ou presque, alors que nous connaissons bien la perception du grain sicilien elle-même, par un fameux discours prononcé à la fin des années 70 par Cicéron contre l’ancien gouverneur de l’île, Verrès, accusé entre autres par les Siciliens de concussion dans le système de la perception des redevances sur la production céréalière de l’île38. En dépit du caractère très détaillé et même plutôt technique de ce discours fleuve qui ne comporte pas moins de 228 paragraphes, il faut reconnaître qu’il ne contient pas de données très précises ni très concrètes concernant le stockage des denrées en Sicile.

  • 39  Cf. Tite-Live, Histoire de Rome, 26.32.3, qui dépeint Syracuse comme « le grenier (horreum) et le (...)

23Quelques informations, assez vagues malheureusement, sont en rapport soit avec la collecte et l’expédition des céréales destinées à l’annone de Rome, dans le cadre du prélèvement fiscal opéré par l’État romain sur la production agricole sicilienne39, soit avec les filières et les procédés de détournement élaborés par Verrès sur ce prélèvement lui-même. Il est donc nécessaire de prendre la mesure de ces deux systèmes, l’un légal et l’autre frauduleux, mais qui sont comme enchâssés l’un dans l’autre, pour comprendre le rôle particulier que le stockage y a tenu.

Les blés fiscaux et la production sicilienne : quelques données quantitatives

24Cicéron énumère trois sortes de blés fiscaux en Sicile (§ 12) : le frumentum decumanum, le frumentum emptum, et le frumentum aestimatum (ou in cellam). Précisons que le frumentum emptum se répartit lui-même entre deux catégories qui sont, d’après les expressions employées par Cicéron (§ 163 et aussi 227), le frumentum emptum decumanum et le frumentum emptum imperatum. Par ailleurs, il indique dans son réquisitoire un certain nombre de données chiffrées sur le montant de ces différents prélèvements, à partir desquelles on peut essayer de mesurer les quantités qu’ils représentent et, à partir de là, se faire une idée de la production sicilienne globale, ou plus exactement de la production des cités dîmées (ciuitates decumanae), c’est-à-dire de celles qui étaient soumises à la dîme, soit la plupart des cités siciliennes, mais pas toutes (§ 13).

  • 40  Pour la contenance du modius, cf. Fr. Hultsch, Grieschiche und römische Metrologie, Berlin, 1882, (...)

25Le frumentum decumanum, ou « blé dîmé », provient du prélèvement de la dîme, impôt d’un dixième sur la production agricole (il existait aussi des dîmes du vin, de l’huile, et des légumineuses, § 18). Cicéron dit que son montant est équivalent à celui du frumentum emptum (§ 163) soit, d’après les chiffres qu’il donne (voir ci-dessous), 3 millions de modii par an, ce qui, sur la base d’un dixième, permet d’estimer la production sicilienne de blé, pour les citées dîmées, au moins à 30 millions de modii. En considérant que la contenance d’un modius représente 8,75 litres, qu’un hectolitre de blé pèse entre 70 et 80 kg, et en prenant pour base de calcul le seuil inférieur de cette estimation, car elle est sans doute plus proche des réalités antiques, on peut estimer qu’un modius de 8,75 litres devrait peser un peu plus de 6 kg (6,125 exactement). Sur la base de ce chiffre, les 30 millions de modii de la production sicilienne devaient représenter 183 750 tonnes, et le frumentum decumanum un dixième de cette quantité, soit 18 375 tonnes40.

26Le frumentum emptum decumanum, « blé acheté », correspond à ce qu’on appelle aussi la « seconde dîme » : alterae (decumae) nouis institutis propter annonae rationem imperentur (§ 227 : « une seconde dîme est réquisitionnée en vertu de dispositions nouvelles, pour des raisons tenant à l’approvisionnement »). Comme on l’a dit plus haut, elle a été organisée par la loi Terentia Cassia sur la base d’un montant égal à celui de la première dîme. Cicéron ne donne pas explicitement la quantité de blé concernée, mais on peut facilement la déduire du budget affecté par le Sénat à l’achat de ce blé réquisitionné par Rome, à un prix fixé par la loi Terentia Cassia à 3 sesterces le modius, sans que l’on sache si ce prix était fixé une fois pour toutes, ou s’il était révisé chaque année, c’est-à-dire si cette loi était simplement une mesure de circonstance ou si elle mettait en place un système pérenne. Durant le gouvernement de Verrès, ce budget s’est élevé à environ neuf millions de sesterces (§ 163), ce qui, à trois sesterces le modius, représente trois millions de modii.

27Le frumentum emptum imperatum, « blé réquisitionné », est une autre catégorie de blé acheté à un prix fixé, qui venait compléter la première et la deuxième dîme, sans doute encore pour satisfaire aux besoins de l’annone. Cicéron nous apprend que cette réquisition – car c’en était bien une – était chaque année répartie équitablement entre les cités de Sicile (§ 163 et 227). Sous Verrès, le Sénat a provisionné une somme de deux millions huit cent mille sesterces, pour un prix fixé à 3,5 sesterces le modius, ce qui équivaut à l’achat de 800 000 modii, soit 4 900 tonnes, ou 70 000 hectolitres.

  • 41  En France, un train de fret ne peut dépasser 750 m (environ une cinquantaine de wagons) ; le tonna (...)

28Au total, ces trois prélèvements aboutissent à une quantité de six millions huit cent mille modii, soit 41 650 tonnes ou 595 000 hectolitres, pour une production globale de blé estimée, rappelons-le, à trente millions de modii, soit 183 750 tonnes. Pour donner une idée concrète du volume que peuvent représenter ces quantités de céréales, on peut rappeler qu’un train complet de céréales, en France, transporte environ 1 200 tonnes41. La (première) dîme de Sicile (18 375 tonnes) aurait donc tenu dans moins de vingt trains de marchandises français, et il en aurait fallu à peu près le double pour l’ensemble du prélèvement de blé effectué par Rome. Tout ce blé aurait pu entrer sans mal dans deux grands silos de 20 000 tonnes, du type de celui construit il y une dizaine d’années à Nanteuil-le-Haudoin (Oise).

29Pour terminer sur ce point, disons un mot rapide du frumentum in cellam ou aestimatum. C’est le blé du gouverneur, réquisitionné pour sa maison et son personnel (§ 188 et 227). Je le laisse de côté car la quantité n’en est pas connue, et surtout parce que la réquisition de ce blé donnait généralement lieu à une conversion en espèces monétaires, selon la procédure de l’aestimatio (§ 189), et ne nécessitait donc pas un stockage très important.

Perception, transport et stockage

30On peut reconstituer d’après le De frumento les procédures concrètes de perception, de transport et de stockage du blé dîmé. Une fois la récolte faite et le blé battu, vanné et criblé, et alors qu’il était encore sur les aires, le décimateur (decumanus), c’est-à-dire l’adjudicataire de la dîme dans la cité (les dîmes étaient adjugées cité par cité) concluait avec chaque cultivateur une convention privée (pactio) qui entérinait la quantité de blé que ce dernier devait livrer au titre de la dîme (§ 36). Après cela seulement, on pouvait l’enlever de l’aire pour le transporter ad aquam (§ 36-37).

  • 42  Voir le bilan établi par C. Soracci, Sicilia frumentaria… cit., p. 367-372.

31Plusieurs questions se posent ici. Il s’agit d’abord de savoir à qui incombait la charge de ce transport ? Les avis sont partagés, les uns estimant qu’il était à la charge du décimateur, et les autres des cultivateurs contribuables (aratores)42. On peut penser qu’elle était d’une certaine manière partagée, la responsabilité effective vis-à-vis du gouverneur et de Rome incombant au décimateur, mais le grain pouvant matériellement être transporté par le cultivateur ; il est vraisemblable que cela faisait l’objet d’un accord, sans doute intégré à la pactio, selon les termes duquel les cultivateurs apportaient le grain en des points déterminés du territoire de la cité, pour les livrer au décimateur qui prenait le relais, soit par lui-même, soit en faisant appel à un transporteur, pour l’acheminer ad aquam. Dans certains cas, par exemple à proximité d’un port ou d’un embarcadère, il était peut-être demandé aux cultivateurs de livrer directement ad aquam.

  • 43  Cf. J. Carcopino, La loi de Hiéron et les Romains, Paris, 1914, p. 19, n. 1.
  • 44  Scylax, 13.
  • 45  R. J. A. Wilson, Sicily under the Roman Empire : the Archaeology of a Roman Province 36 BC-AD 535, (...)

32Autre question : que signifie ad aquam ? En d’autres termes : où se faisait la livraison, et à quelle étape intervenait le stockage ? On a généralement considéré l’expression ad aquam comme un synonyme de ad mare43. Toutefois, dans la mesure où le texte de l’édit du gouverneur donne l’expression ad aquam et non ad mare (§ 36), il est permis de supposer que la voie d’eau douce n’était pas exclue. On peut prendre l’exemple du fleuve Symaethus (Simeto), navigable par des embarcations à faible tirant d’eau44, et qui permettait peut-être, dans l’Antiquité, aux cités environnantes d’acheminer leur blé jusqu’à Catane. Autre exemple, le Térias (San Leonardo), par lequel la cité de Léontini pouvait avoir un accès à la mer45.

  • 46  J. Carcopino, La loi de Hiéron... cit., n. 16, p. 18, n. 2 ; C. Soracci, Sicilia frumentaria... ci (...)
  • 47  Festus p. 392 L ; voir C. Virlouvet, Les denrées alimentaires dans les archives des Sulpicii de Po (...)

33D’une manière générale, la livraison devait être effectuée dans un lieu pratique pour l’expédition du blé, et en un point facilement accessible. Les habitants de la cité de Calacte, qui se trouve sur le littoral au nord de l’île, ont dû s’en rendre compte à leurs dépens, eux qui ont été obligés par Verrès de livrer leur grain à Amestrate qui se trouve à 15 km dans les terres ! (§ 101). C’était là une mesure vexatoire, dont Cicéron dit bien le caractère exceptionnel. En temps normal, on peut penser que les cités procédaient à un premier stockage de rassemblement et d’attente, pour centraliser le grain avant son expédition ad aquam. Ce stockage devait être effectué sur le territoire de la cité, les cultivateurs venant déposer leur grain dans des entrepôts du genre de ceux que nous voyons apparaître dans le texte aux § 20 et 172, et dont on peut supposer qu’ils étaient municipaux. Il y avait, en effet, des structures de ce genre dans les cités siciliennes à l’époque hellénistique, et l’on ne voit pas pourquoi il n’en irait pas de même à l’époque romaine46, à moins d’envisager l’existence d’entrepôts appartenant directement à Rome. Il est connu en effet que depuis la loi frumentaire de Caius Gracchus, les autorités romaines avaient constitué dans l’empire un réseau de greniers pour stocker les denrées fiscales livrées par les provinces. Cependant, on doit se demander quel statut précis avaient ces entrepôts : s’agissait-il de bâtiments appartenant directement à l’État romain, ou bien celui-ci utilisait-il des structures relevant de cités ou même de personnes privées ? J’aurais tendance pour ma part à pencher pour cette dernière solution, car il me semble que cela aurait été une charge très coûteuse pour l’État romain que d’entretenir toute une série d’entrepôts de ce genre, dans chaque cité dîmée, et sur toute l’étendue de l’île47. Quoiqu’il en soit, le blé ne devait pas demeurer très longtemps dans ces greniers, car il était ensuite vraisemblablement acheminé jusqu’à un port d’exportation important : Syracuse, Catane, Messine, Tyndaris, Lipara, Halèse, Thermae, Palerme, Drépane, Lilybée.

  • 48  Voir L. Migeotte, Les ventes de grain… cit., n. 19, p. 235-237.
  • 49  C. Soracci, Sicilia frumentaria... cit., n. 2, p. 381-382.
  • 50  Ibid., p. 382-386.

34Durant tout ce processus, il y avait des inspections et des contrôles (§ 20)48. Dans un passage du De suppliciis (Verrines, 5.29), Cicéron observe que les gouverneurs faisaient habituellement une tournée de la Sicile après les moissons, au moment où le blé était encore sur les aires, afin de juger de la qualité et de l’abondance de la récolte. Il ajoute aussitôt que Verrès, pour sa part, s’en abstenait, préférant se prélasser à Syracuse au milieu de ses favoris et de ses maîtresses. Toujours d’après Cicéron, on sait aussi qu’il devait incomber au gouverneur de contrôler la qualité et la quantité du blé requis au titre du frumentum emptum (§ 170-173). Là encore, l’avocat stigmatise le comportement de Verrès, qui a détourné cette procédure pour extorquer de l’argent aux cités (voir plus loin le cas d’Halèse). Quoiqu’il en soit, il y avait une procédure de contrôle qui s’exerçait au moment de la livraison, aussi bien pour le blé de la seconde dîme que pour celui de la première, et qui relevait du gouverneur dans la mesure où c’était lui qui avait la responsabilité du blé envoyé à Rome (§ 202)49. Doit-on envisager pour autant que tous les blés faisaient une escale à Syracuse afin que le gouverneur romain puisse exercer ce contrôle ? Sans doute pas, de même qu’il est difficile d’imaginer que le gouverneur ait personnellement passé en revue l’ensemble des blés destinés à Rome, même rassemblés à Syracuse, alors qu’il disposait pour cela des questeurs et d’un personnel important auquel ce travail pouvait être délégué50. L’exemple de Cicéron lui-même, lorsqu’il fut questeur à Lilybée, le montre bien : on le voit verser aux cultivateurs l’argent de la réquisition du frumentum emptum (§ 182), ce qui suppose que ce blé a été livré et qu’il a déjà fait l’objet d’un contrôle, sans doute par le questeur lui-même et/ou ses agents. En fait, c’est vraisemblablement à l’endroit où le blé était acheminé avant d’être expédié ad aquam qu’il était vérifié, par le décimateur et aussi, peut-être, par des agents du gouverneur ; ces derniers intervenaient en tout cas certainement pour un contrôle au moment où le blé, parvenu ad aquam, était en passe d’être envoyé à Rome.

Les exactions de Verrès et le stockage des blés

35Pour essayer de prendre la mesure de l’entreprise de concussion montée par Verrès et ses complices durant les trois années de son gouvernement de Sicile, on peut revenir sur l’exemple du frumentum emptum (la deuxième dîme) et du frumentum imperatum.

36Pour le paiement de ces blés réquisitionnés, Verrès a reçu du Sénat des fonds considérables (§ 163). Selon le tarif fixé par la loi Terentia Cassia, le budget alloué à la deuxième dîme était de 3 sesterces par modius, pour trois millions de modii par an, soit 9 millions. Pour le « blé réquisitionné » (frumentum imperatum) : 3,5 sesterces par modius pour 800 000 modii, soit 2,8 millions de sesterces par an. La somme totale affectée par le Sénat s’élève donc à 11,8 millions de sesterces par an.

37Comme c’était l’usage, cet argent était versé au gouverneur par l’intermédiaire des sociétés de publicains que Rome utilisait pour transférer les fonds (§ 165). En Sicile, il s’agissait de la société qui avait reçu en adjudication la taxe sur les pâturages et les sex publica (§ 167). Or Verrès a exigé de cette société qu’elle verse sur ces sommes un intérêt mensuel de 2 %, ce que Cicéron juge scandaleux. Plus grave, il n’a pas payé, ou très peu, les cités qui fournissaient du blé réquisitionné (§ 170-179 et 180-187), et il a même abusé de son pouvoir pour leur extorquer de l’argent. Le cas de la cité d’Halèse que Cicéron examine en détail est à cet égard tout à fait édifiant (§ 170-176). Chaque année, Verrès devait y réquisitionner 60 000 modii de blé. Or, il a refusé le blé après examen (la probatio), sous prétexte qu’il était de mauvaise qualité, et il a exigé en contrepartie de l’argent : 2,5 sesterces par modius, en prétendant que ce prix était inférieur à celui du marché, ce que dément Cicéron (§ 173- 174). En résumé, et si l’on en croit ce dernier, il a gardé pour lui l’argent du Sénat et il a indûment fait payer des cités. Et quant au blé qu’il devait envoyer à Rome au titre de la seconde dîme, il l’a pris sur les énormes quantités qu’il avait accumulées en réserve grâce aux exactions perpétrées sur le versement de la première dîme pour laquelle il avait, par l’intermédiaire de ses complices (notamment le fameux Apronius auquel il avait affermé les dîmes de plusieurs cités), perçu largement plus que les quantités légales. Cicéron a parfaitement mis en évidence ce système : « Pendant les trois ans de ta propréture, tout le blé de la Sicile, toutes les récoltes du territoire dîmé ont été sous ton contrôle et dans tes entrepôts […] Car au moment où, à la place du blé, tu recevais de l’argent des cités, d’où venait le blé susceptible d’être envoyé à Rome, si tu ne possédais tout ce blé enfermé et caché ? » (§ 178-179). De grandes quantités de blé devaient donc avoir été accumulées à l’intérieur des greniers du gouverneur, sans doute à Syracuse dans les anciens greniers de Hiéron sur l’île d’Ortygie. C’est un stockage qui était certes destiné à approvisionner l’annone de Rome, mais qui s’est trouvé en quelque sorte détourné afin de servir les opérations de concussion montées par Verrès.

38Ainsi, le stockage des céréales apparaît dans le De frumento à travers deux systèmes : celui du prélèvement opéré par le pouvoir romain sur la production sicilienne, à destination de l’approvisionnement de Rome, et celui lié à l’organisation concussionnaire de Verrès, qui vient chevaucher sur le dos du précédent. Cependant, en filigrane de la description de ces systèmes apparaissent des éléments qui renseignent sur les structures de stockage à destination de la consommation urbaine en Sicile même. On perçoit ainsi l’existence d’un réseau d’entrepôts municipaux qui n’étaient probablement pas utilisés uniquement pour le blé de Rome, mais devaient aussi servir à stocker des céréales pour l’approvisionnement – annonaire ? – des cités siciliennes. De la même manière, on devine aussi l’existence de greniers privés, ceux par exemple dont sortaient le frumentum emptum et le frumentum in cellam, et où les cultivateurs, les aratores dont parle Cicéron, stockaient leur grain avant de le vendre sur le marché urbain.

39Pour aucune autre période de l’histoire romaine l’apport de la Sicile à l’approvisionnement en blé du monde antique n’est documenté avec le même luxe de détails que ceux donnés par les Verrines, mais l’île est restée importante pour l’approvisionnement de l’Italie pendant toute la période antique. Dans l’Antiquité tardive, elle devient de fait, dès la fin du IIIe siècle, une région d’Italie et acquiert de nouveau un poids croissant dans la fourniture de céréales aux villes d’Italie, aux côtés de l’Afrique, à partir du moment où le blé égyptien est entièrement destiné aux villes du bassin méditerranéen oriental, avec la fondation de Constantinople comme seconde capitale de l’Empire.

40[J. F.]

Le stockage à l’époque médiévale

L’exportation des céréales à l’époque normande et souabe

41Pour l’époque médiévale, ce n’est qu’à partir de la période normande tardive que les sources documentaires permettent d’analyser, de façon cohérente, le dispositif lié à l’exportation des céréales et le rôle de l’État, premier marchand de son temps. Grâce à l’introduction d’un système de monopole, non seulement la Couronne participe activement au commerce des céréales qu’elle organise moyennant la concession très ample des tratte, le ius exiturae, mais elle implante aussi un réseau de ports et de caricatori, d’où le blé pouvait être exporté.

  • 51  P. Corrao, L’ufficio del Maestro Portulano in Sicilia fra angioini e aragonesi, dans La società me (...)
  • 52  Les tratte sont les taxes prélevées au moment de l’exportation du grain. Selon Amari, il est possi (...)
  • 53  D. Abulafia, Le due Italie, trad. it., Naples, 1991, p. 145 sq.
  • 54  M. Scaduto, Il monachesimo basiliano nella Sicilia medievale, Rome, 1947, p. 260.

42La législation de Frédéric II consolide les lignes essentielles du contrôle royal sur le commerce des grains siciliens51 ; néanmoins, c’est dans l’organisation de l’administration fiscale normande que l’on discerne les fondements de la politique dirigiste de la période souabe en matière économique. En effet, au XIIe siècle, sous l’impulsion du pouvoir royal, la Sicile se tourne vers un commerce du blé à grande échelle, notamment à l’initiative de la Cour sicilienne qui, depuis 1117, achemine vers l’Ifriqiya ziride d’importantes quantités de blé pour répondre à la pénurie sévissant sur les côtes tunisiennes. La Cour se soucie peu d’administrer directement le commerce et, peu après, le système des tratte52, bien qu’encore rudimentaire, se développe. Ce système élaboré par l’amiral Maion de Bari, lors de l’accord de 115653 entre Gênes et la monarchie normande, prévoit l’institution de ports nantis du privilège de traite (Girgenti, Mazara, Messine), et d’un tarif fixe, une tratta précisément, pour une quantité de blé exporté : environ un tarin d’or par salma. Ce tarif n’est pas indexé sur le cours du blé, mais il fluctue, sous les Normands, entre un sixième et un cinquième du prix du blé, pour se stabiliser à un cinquième sous Frédéric II. Le traitement de faveur inauguré par les Normands, au profit des Génois, des Pisans, des Vénitiens opérant dans un régime de quasi-monopole et supplantant les marchands insulaires locaux dans les échanges avec les pays musulmans et la Méditerranée occidentale pour ravitailler l’Italie centrale et septentrionale, est la véritable nouveauté du XIIe siècle. Par ailleurs, la politique normande laisse une marge de manœuvre déterminante à l’initiative des feudataires laïques et ecclésiastiques qui exploitent la terre toujours plus largement. Entre le XIe et le XIIe siècle, les concessions féodales révèlent un recours sans précédent à l’exemption des droits royaux ; et nombre de grands feudataires agissent en absolue liberté, affranchis de toute charge de type féodal54.

43Entre le XIIe et le XIVe siècle, on assiste à une profonde transformation des modalités d’exportation du blé en Sicile. Des droits fiscaux directement perçus sur l’exportation du blé par la Couronne ou les feudataires, on passe progressivement (à l’époque souabe et angevine) à un contrôle renforcé du pouvoir central grâce à l’introduction du système des tratte, pour arriver à la délégation de la gestion de l’exportation au Mastro Portulano agissant en toute autonomie.

  • 55  J. H. Huillard Breholles, Historia diplomatica Friderici secondi, Paris, 1857, vol. V, I, p. 418-4 (...)
  • 56  P. Corrao, L’Ufficio del Maestro Portulano in Sicilia… cit., p. 419-431.

44L’Ordinatio super portubus de 1239 réglemente l’exportation des céréales effectuée par des particuliers, que l’on subordonne à l’agrément du souverain, la tratta, obtenue après acquittement d’un droit, le ius exiturae. Au même moment, le système de ports domaniaux habilités à l’exportation introduit un contrôle beaucoup plus rigoureux, tandis que sur le plan administratif la supervision est confiée aux soins du bureau central du Mastro Portulano et de ses bureaux périphériques, les vice portulani55. Ce sont ces éléments qui, sur la durée, régissent l’organisation fiscale du commerce sicilien des céréales. La fin du XIIIe siècle et le passage de l’État angevin à l’État aragonais sont, entre autres, marqués par une transformation significative des fonctions et du rôle du Mastro Portulano. En effet, aux alentours des Vêpres siciliennes (31 mars 1282), ce simple officier exécutif, qui recouvre les recettes des tratte, sans pouvoir décisionnel concernant ces dernières ou l’affectation des rentrées fiscales, se hausse d’abord au rang d’officier agissant en toute autonomie en matière de concession des licences d’exportation, de perception du ius exiturae, avec pouvoir discrétionnaire quant au choix du concessionnaire, de la quantité à exporter et de l’impôt, pour devenir en définitive l’arbitre des finances insulaires. L’administration du Mastro Portulano apparaît alors comme le véritable cœur financier du royaume56.

  • 57  Sur le port de Licata, cf. C. Carità, Il porto di Licata, Licata, 1984.

45En 1239, deux nouveaux ports royaux, Trapani et Augusta, sont ouverts par Frédéric II et s’ajoutent aux ports déjà en fonction depuis l’époque normande : Termini, Palerme, Castellammare, Marsala, Mazara, Sciacca, Girgenti, Syracuse, Catane et Cefalù. Dans l’organisation décidée par le souverain, les nouveautés les plus marquantes concernent la côte méridionale de l’île : en concomitance avec le déclin du port d’Agrigente, dans les années 1230, sont créés les ports de Licata et Terranova que Frédéric II compte parmi ses portubus nostris57 auxquels vient s’ajouter celui de Milazzo quelques années plus tard.

  • 58  Cf. H. Bresc, Un monde méditerranéen : économie et société en Sicile (1330- 1450), Rome-Palerme, 1 (...)
  • 59  Ivi, II, p. 884.
  • 60  Ivi, I, p. 541.

46Le réseau des caricatori est complété par une série de ports féodaux dont la pleine activité est retracée dans la documentation des XIVe et XVe siècles parvenue jusqu’à nous ; il s’agit de Vindicari58, Pozzallo, Montechiaro, Siculiana, Roccella, Solanto, Tusa, Pozzallo Brucoli ; il existe aussi d’autres caricatori plus petits à Brucato Caronia, Bonfornello, Murgo, Acquedolci59. Un système qui s’avère, sur la longue durée, vulnérable et sujet à remaniements : citons à titre d’exemple, la disposition de 1326 par laquelle Frédéric III met fin à l’activité des caricatori de Termini et Castellammare, parce que la ville de Palerme voit ses intérêts commerciaux touchés, au moment où elle souhaite s’imposer comme marché unique pour l’exportation des productions de l’arrière-pays palermitain60.

47On peut donc considérer que les dispositions du souverain Hohenstaufen constituent l’assise du système d’exportation en vigueur, et même sur le long terme : en effet, le péage connu sous le nom de ius exiturae, fondement du système des tratte, appartient au jura nova, c’est-à-dire au droit nouveau dans les Constitutions de Frédéric II, comparé au jura vetera dont l’origine remonte à l’époque normande.

48La Couronne souabe ne renonce pas, par ailleurs, à intervenir directement dans le commerce international du blé. La monarchie joue un rôle central dans l’économie du royaume au cours de la première moitié du XIIIe siècle, et poursuit la politique entreprise, dans ce domaine, par les souverains normands, qui, comme nous l’avons souligné, tendaient déjà à exploiter les fonds de la Curie pour le commerce du blé.

  • 61  V. D’Alessandro, Paesaggio agrario, regime della terra e società rurale (secoli XI-XV), dans R. Ro (...)

49La Curia regis dispose, d’une part, du blé produit dans les exploitations agricoles royales et, d’autre part, des parts de production des terres domaniales (versées à hauteur de 1/12e à l’époque souabe) ainsi que de celle du 1/5e prélevé sur les denrées exportées par les particuliers. En exportant du blé en Tunisie grâce à la flotte royale, ou de toute façon sur les marchés jugés les plus favorables (ubicumque melius vendi possunt)61, le souverain a une place de choix parmi les grands marchands du royaume.

Le ravitaillement urbain en blé

  • 62  Cf. la restitution du débat par E. I. Mineo, Sicilia urbana, dans F. Benigno et C. Torrisi (éd.), (...)
  • 63  Dès les XIIIe et XIVe siècles déjà, Messine et Palerme étaient en mesure d’exercer un contrôle étr (...)

50Par bien des côtés, les rouages de l’approvisionnement urbain demeurent obscurs ; pourtant, au moins pour la période médiévale tardive, ils semblent confirmer le rôle central joué désormais par les cités siciliennes62. Ces dernières, en effet, paraissent en mesure de défendre, d’organiser et d’administrer le ravitaillement en blé et plus généralement l’approvisionnement des denrées alimentaires, bien que la relation avec le territoire soumis à leur juridiction ne soit pas toujours sereine63.

  • 64  J. Durliat, De la ville antique à la ville byzantine : le problème des subsistances, Rome, 1990 (C (...)
  • 65  Ivi, p. 153, 433 ; Id, Évêque et administration municipale au VIIe siècle, dans C. Lepelley (éd.), (...)

51L’analyse des sources juridiques relatives au Haut Moyen Âge montre la grande vitalité des institutions liées au ravitaillement des villes encore au cours du VIe siècle. Dans le monde byzantin, la sitonia (ou arca frumentaria) est une charge municipale, financée par les fonds publics, dont la fonction est de pourvoir au ravitaillement de la cité. Son caractère civique se maintient même quand le pouvoir épiscopal grandissant prend le relai dans la gestion de cette charge, au cours du VIe siècle64. Dans le cas sicilien, une lettre du pape Grégoire le Grand permet de saisir concrètement le fonctionnement du sitonicum – autrement dit le grenier public central de l’île auquel s’adressent les villes siciliennes pour leur ravitaillement – placé sous l’autorité du préfet de Sicile qui dispose de nombreux greniers où, dans le cas d’espèce, les greniers de l’Église de Rome doivent reverser à titre fiscal une partie du blé qui leur est remis65.

  • 66  S. Mochi Onory, Vescovi e città (sec. IV-VI), Bologne, 1933, p. 138 ; R. Rizzo, La cristianizzazio (...)
  • 67  Ivi, p. 128.
  • 68  J. Durliat, De la ville antique à la ville byzantine… cit., p. 313-318.

52La gestion subtile des latifundia pour assurer le ravitaillement en grain draine en ville les revenus des propriétés foncières, que l’on canalise vers les évêchés, nouveaux pivots, religieux et non, autour desquels se réorganise la cité. Sous Gélase Ier (492-496) déjà, le quart des revenus ecclésiastiques doit être utilisé, entre autres, à la construction de structures comme des greniers et des magasins, destinés à la concentration et à la conservation des denrées alimentaires66 ; à l’occasion de fêtes particulières, des distributions de blé et de vivres au profit des plus démunis ont lieu à Palerme, et dans les monastères, quotidiennement67. Néanmoins si l’activité d’assistance se poursuit pendant le Haut Moyen Âge, comme l’attestent les sources hagiographiques tardives, il semblerait que les obligations institutionnelles décroissent au cours du VIIe siècle, comme en témoignerait une réduction sensible de la sitonia68 constatée dans les sources juridiques.

  • 69  An Nuwairi, dans M. Amari, Biblioteca arabo-sicula, Turin-Rome, 1880, II, p. 138.
  • 70  Concernant le rescrit d’Al-Mu’izz, voir H. Bresc, Terre e castelli : le fortificazioni nella Sicil (...)

53En revanche, nous savons bien peu de choses concernant l’organisation de la cité islamique. La tentative d’introduire un prélèvement fiscal sur les récoltes – blé et autres fruits de la terre, aux dires d’Amari69 – comme il en existait certainement dans les autres pays musulmans, reste lettre morte ; et le système semble rester fidèle à un prélèvement fixe, coté en fonction de l’étendue du terrain. La nécessité d’un lien plus organique entre la cité et son territoire (entre madina et iqlim) est perceptible à compter de la deuxième moitié du Xe siècle, lorsque la médina, du moins dans la conception du calife Al-Mu’izz, aurait dû devenir le point de référence auquel rattacher la perception des impôts70.

54Parallèlement au commerce à longue distance de et vers l’Égypte et le Proche-Orient, aux mains des marchands juifs et musulmans, le ravitaillement des villes est lié au marché local : à ce dernier contribuent, en partie, les paysans qui vendent en ville leurs productions.

  • 71  P. Chalmeta, Formation, structure et contrôle du marché arabo-musulman, dans Mercati e mercanti ne (...)
  • 72  Ibn Hawqal, dans M. Amari, Biblioteca... cit., I, p. 15.
  • 73  Ibid., p. 161.

55Le marché citadin est animé par une série de figures spécialisées qui se partagent les différents aspects de l’approvisionnement urbain : dans la Palerme visitée par Ibn Hawqal au milieu du Xe siècle, les marchés citadins sont tous installés entre l’Harat al Masgid et l’Harat al Gadidah, dans les nouveaux quartiers construits à l’est de la cité fortifiée byzantine, lors de la grande expansion urbaine que connaît la ville après la conquête de 831. Le suq se présente déjà dans sa « version classique », spécialisé par secteurs de produits71, et seuls les bouchers ont leur marché au cœur de la ville antique, dans la médina proprement dite72. Nous pouvons en déduire que le marchand disposant d’un réseau capillaire d’approvisionnement dans l’arrière-pays est une figure en plein essor ; le lien étroit entre le personnage du marchand et le milieu musulman continuera de caractériser la cité à l’époque normande dans la mesure où, à la fin du XIIe siècle, les marchés de Palerme sont tous encore aux mains des musulmans qui « sont les seuls à exercer le commerce »73. La Palerme d’Al Idrissi et les grandes villes de Catane et de Syracuse sont dotées d’entrepôts mais aussi de khan – grands magasins permettant le stockage des marchandises – dont certains, notamment à Palerme, appartiennent à de grandes familles de négociants. La description et l’énumération minutieuse des marchés que fait Al Idrissi permet de constater l’existence d’un réseau régional de commerces, avec leurs points de ravitaillement où affluent les denrées alimentaires en provenance du territoire environnant, en liaison avec de nombreux ports utilisés pour l’exportation des marchandises : pour certains d’entre-eux, et notamment Syracuse et Calatubo, Al Idrissi souligne leur fonction de terminal où s’effectue le regroupement du blé.

  • 74  H. Bresc, Arabi per lingua, ebrei per religione, Messine, 2001, p. 26.
  • 75  Cf. G. Caracausi, Arabismi medievali di Sicilia, Palerme, 1983, p. 312-315 ; H. Bresc, Un monde mé (...)

56Parallèlement à cette organisation de vente au détail, coexistait une annone publique. L’hypothèse en a été émise lorsqu’a été attestée l’existence, en 1196, à Palerme, d’une Rachaba (de l’arabe rachaba), en d’autres termes d’un grenier collectif situé à proximité des marchés des al-attarin, c’est-à-dire des épices, dans la zone de l’actuel Lattarini74. Jusqu’au XVe siècle, le terme sicilien raba désigne le lieu de stockage du blé citadin administré par les autorités municipales75.

  • 76  G. Caracausi, Arabismi… cit., p. 302-303 ; H. Bresc, Un monde méditerranéen... cit., p. 741-743 ; (...)

57Le cas de la rachaba n’est pas, du reste, isolé. Une série de termes et de vestiges linguistiques, que l’on relève dès l’époque normande, sont le témoignage que la période islamique fixe un certain nombre de principes qui façonnent toute la structure du marché citadin jusqu’à l’époque médiévale tardive. En ce qui concerne la magistrature de l’acatapano, pour laquelle le terme arabe nadaru est encore employé à Alcamo et Corleone, on avance l’hypothèse que ses fonctions peuvent provenir de la figure du nazir avec la signification de capitaine inspecteur76.

  • 77  77H. Bresc, Un monde méditerranéen… cit., p. 547. Situation analogue également à Randazzo où il in (...)
  • 78  F. Titone, Istituzioni... cit., p. 476. Cf. le cas de Palerme en 1450 où ce sont les officiers san (...)
  • 79  H. Bresc, Un monde méditerranéen... cit., II, p. 745.

58À Palerme, la responsabilité du stockage de la raba municipale, le grenier public, incombait aux jurats par le biais des acatapani. Ces derniers avaient la fonction d’établir le prix du blé en fonction de la meta del frumento77, ils imposaient la levée générale finalisée à l’achat78, ils pourvoyaient à l’acquisition forcée auprès des particuliers grâce à l’inquisitio frumenti, le rivelo du blé, c’est-à-dire une enquête rigoureuse permettant d’établir les quantités de froment possédées et entreposées dans la cité ou en dehors79. Dans les années de mauvaises récoltes, les jurats pouvaient interdire l’exportation du blé ou en fixer le prix de vente ; on procédait alors à l’achat et à la distribution aux habitants de la cité, à prix imposés, tout en empêchant l’exportation du blé stocké dans les fosses à grains que les feudataires possédaient sur leurs terres.

  • 80  L. Arcifa, Facere fossa et victualia reponere : la conservazione del grano nella Sicilia medievale(...)

59Les sources écrites rapportent l’existence d’une typologie de magasins construits en élévation que l’on trouvait probablement dans les centres urbains comme dans les campagnes, mais on n’en connaît ni les aspects techniques ni les éventuelles innovations par rapport aux greniers antiques. Par ailleurs, parallèlement aux structures bâties, les fosses à grains, creusées dans la roche ou sous terre, constituent, pour le stockage du blé, une typologie bien plus répandue. Ce système semble intéresser transversalement le monde rural comme le monde urbain ; et ces fosses peuvent être à usage domestique ou de grande capacité, situées sur le territoire des fiefs ou encore construites par la Couronne près des caricatori et éventuellement louées aux exportateurs80.

60[L. A.]

L’époque moderne81

  • 81  Abréviations utilisées : ASCP = Archivio storico del Comune di Palermo ; ASP = Archivio di Stato d (...)
  • 82  Selon H. Bresc, la crise du milieu du XIVe siècle avait réduit à 300 000 habitants la population d (...)

61L’usage de ces fosses constitue précisément l’un des éléments de longue durée dans le paysage céréalier sicilien. Il se perpétue presque sans changement pendant toute la période moderne, si ce n’est qu’il est réglementé de manière toujours plus stricte pour parvenir à une meilleure conservation des céréales. En effet, les catastrophes de la grande famine (1315-1317) et de la peste noire du milieu du XIVe siècle qui ont décimé la population, ont eu de graves répercutions sur le commerce des grains82. Aussi, la reprise démographique ouvre-t-elle de nouveaux théâtres d’activités et impose-t-elle des mesures aptes à répondre aux nouvelles exigences d’un marché qui retrouve sa vitalité.

  • 83  S. R. Epstein, Potere e mercanti… cit.

62C’est ainsi qu’au cours du XVe siècle, parallèlement à la suppression des impôts sur le commerce maritime infra regno – afin de stimuler les échanges et de protéger les producteurs – sont prises des dispositions pour assurer la qualité des céréales conservées dans les fosses à grains et les entrepôts, et contre les abus et les appropriations illicites, ou encore qui abolissent les droits de douane et les entraves à la circulation des grains à l’intérieur de la Sicile83. Ces dispositions finirent par mettre en évidence le rôle des caricatori, non seulement comme points d’aboutissement du commerce extérieur, mais également en tant que lieux de regroupement et d’approvisionnement des marchés intérieurs. Elles soulignèrent aussi le rôle du Mastro Portulano en tant que responsable de leur application et régulateur du niveau des tratte.

  • 84  M. Aymard, Le blé de Sicile, année 1500, dans G. Motta (éd.), Studi dedicati a Carmelo Trasselli, (...)

63C’est précisément à partir des dernières décennies du XVe siècle, en se centrant sur la question du blé, que Fernand Braudel fait commercer le long XVIe siècle sicilien. Un siècle qui va se poursuivre jusque dans les années 1620 et qui va s’affirmer dans toute l’Europe comme l’âge du blé, doré, précieux, recherché et riche comme l’or : « quel meilleur indicateur du réveil de l’économie méditerranéenne, et de ses limites ? – écrit Maurice Aymard – Un demi-siècle, soixante années tout au plus, d’une croissance rapide, spectaculaire, qui vient buter sur des maxima infranchissables »84.

  • 85  A. Giuffrida, La finanza pubblica nella Sicilia del ‘500, Caltanissetta-Rome, 1999, p. 324.
  • 86  Ibid.
  • 87  E. Grendi, Genova alla metà del Cinquecento : una politica del grano ?, dans Quaderni Storici, n. (...)
  • 88  A. Giuffrida, La finanza pubblica… cit., p. 341-344.
  • 89  Ivi, p. 325.
  • 90  G. Pagano de Divitiis, Grano del Nord e carestie in Italia tra fine Cinquecento e inizio Seicento, (...)
  • 91  M. Aymard, La transizione dal feudalesimo al capitalismo, dans Storia d’Italia, Annali I, Turin, 1 (...)

64Antonino Giuffrida relève trois cycles concernant le commerce du blé au XVIe siècle (graphique). Le premier, d’environ cinquante ans (1500-1552), est positif. En 1500 déjà, la quantité de blé exportée est de 294 619 salme et trois ans plus tard 155 027. Au cours de l’année 1509, les exportations baissent à 60 658 et l’année suivante à 35 752 pour atteindre un nouveau pic en 1511 de 230 826 salme. Dans les années 1520 « iniziava per le esportazioni del grano siciliano un periodo molto favorevole, infatti, dai caricatori s’imbarcano sulle navi d’ogni nazionalità ciascun anno 200-300 mila salme di frumento »85. Le deuxième cycle est à l’opposé : avec les années 1550, c’est une phase de récession qui commence. Ce n’est que dans les années 1570 que se manifestent les signes d’une reprise, mais la moyenne des exportations est réduite de moitié par rapport à la phase précédente. « Una riduzione delle esportazioni verso l’estero che non deve essere assunta come indice di una crisi di produzione »86, mais qui trouve sa clé de lecture tant dans les difficultés de trouver des marchés étrangers pour le blé sicilien, que dans la nécessité de consacrer une partie de plus en plus importante à la consommation intérieure d’une population en croissance. La portée réelle de la concurrence faite par le blé de Turquie, pendant cette période, a été exagérée. Comme le démontrent les recherches de Edoardo Grendi, les Génois ont recours aux fournisseurs turcs uniquement lorsque la récolte sicilienne est insuffisante, et donc l’exportation contingentée87. Les doléances du parlement sicilien concernant l’imposition excessive des exportations et, partant, la préférence des marchands accordée au marché turc ne sont donc que des prétextes. Même avec une taxation lourde dont l’incidence peut aller au-delà de la valeur du blé lui-même88, les Génois préfèrent se ravitailler en Sicile où les coûts de transaction sont nettement plus bas : ils peuvent payer par lettres de change et bénéficier de frais d’assurance modiques, alors qu’en Turquie le règlement s’effectue en or. Le troisième cycle démarre en 1590 et s’achève au milieu du siècle suivant avec une « crisi, molto più grave rispetto a quella degli anni ‘60, l’esportazione del grano crolla a livelli sempre più bassi che ricordano quelli del secolo XIV »89. Des navires du Nord chargés de céréales commencent à affluer à Gênes pour remplacer les denrées qui ne leur arrivent plus de Sicile. « Nel periodo 1590-93 giungevano complessivamente 330 imbarcazioni nordiche a Genova e 227 a Livorno, in maggioranza con cereali, per un ammontare di oltre 550 mercantili »90. La dualité italienne esquissée par Aymard, fondée sur la complémentarité entre un nord urbanisé, à haute densité démographique, exportateur de produits manufacturés, et un sud peu urbanisé, fournisseur de matières premières et de produits alimentaires, à faible densité démographique, commence à se lézarder91.

  • 92  Cf. O. Cancila, La terra di Cerere, Caltanissetta-Rome, 2001.

65Au siècle suivant, les exportations accusent une baisse sensible et en 1674-1675, elles n’atteignent qu’un peu plus de 10 000 salme de blé qui remontent à 23 000 au cours de la décennie 1683-1693 et s’élèvent à 54 000 dans la dernière décennie du siècle92. Un fléchissement qui se poursuit jusqu’aux années 1720, mais qui ne semble pas uniquement devoir être attribué à une crise de la production, mais plutôt à une baisse de la demande étrangère. La Sicile des villages de nouvelle fondation réussit, en effet, à produire de bonnes récoltes de blé qui nourrit une population qui n’augmente pas encore alors que dans les caricatori les marchandises restent invendues faute de demande du marché international.

Exportations du blé de Sicile de 1500 à 1607.

D’après les données de A. Giuffrida, La finanza pubblica nella Sicilia del ‘500... cit., p. 322-323.

  • 93  F. Braudel, Civilisation matérielle et Capitalisme (XVe-XVIIIe siècle), 1, Les structures du quoti (...)

66La reprise intervient au cours du XVIIIe siècle. La croissance démographique qui concerne toute l’Europe de cette époque va remettre au cœur de la politique des gouvernements des grandes cités le problème de l’approvisionnement, et donc l’importance de s’assurer la disponibilité de grosses quantités de blé ; « la trinité : blé, farine, pain, remplit l’histoire de l’Europe. Elle est la préoccupation majeure des villes, des États, des marchands, des hommes pour qui vivre c’est ‘mordre dans son pain’ »93. La Sicile, elle aussi impliquée dans ce processus d’expansion démographique, non seulement réussit à nourrir sa population, mais retrouve son rôle antique, celui de grenier de la Méditerranée. Entre 1720 et 1823, presque 10 millions de salme de blé ont été exportés de Sicile. La crise des premières décennies du XVIIIe siècle est très vite surmontée et dès 1722-1723, on exporte 125 096 salme.

67Le passage de la domination autrichienne à la domination des Bourbons conduit à une intensification du commerce et les exportations atteignent 188 846 salme en 1737-1738. Mais c’est avec le début des années 1750 que le taux d’exportation retrouve les valeurs du XVIe siècle : en 1751-1752, 302 984 salme de blé sortent de Sicile ; dix ans plus tard, en 1764-1765, les exportations atteignent 365 755 et l’année suivante 440 267 salme. La crise de 1766 se répercute sur les exportations qui chutent à 8 730 salme. Mais la récolte de 1768 permet déjà un nouveau départ avec 184 217 salme. Trois ans plus tard, la quantité de blé destinée au commerce extérieur atteint les 271 178 salme pour redescendre à 43 701 en 1771-1772 et remonter à 122 640 en 1773. De 1776 à 1780, les taux dépassent de nouveau le seuil des 150 000 salme pour atteindre les 300 000 en 1781-1782.

68À la veille de la Révolution française, les exportations frôlent les 300 000 salme de blé. Au cours des trois ans qui suivent, les quantités de blé pour le marché extérieur chutent au point le plus bas du siècle (3100) en 1792-1793, pour rebondir l’année d’après, à un de ses niveaux les plus élevés : 405 769 salme. Après ce point culminant, les quantités se réduisent : 1796-1797 a été la dernière année à atteindre les 162 435 salme ; par la suite, les taux plafonnent autour de 100 000 salme. Au cours des deux décennies successives, l’onde de choc de la Révolution française et son « blocus » stabilisent les exportations à une moyenne annuelle de 40 000 salme qui ne dépasseront pas les 71 392 de 1818-1819.

  • 94  À propos des rapports commerciaux entre la Sicile et l’Angleterre, cf. deux recherches exhaustives (...)

69La fin de la Sicile du blé coïncide avec l’occupation anglaise, le blocus des exportations vers la Méditerranée napoléonienne, la constitution libérale « anglaise » de 1812 et la réforme administrative « française » de 1817. Pendant les dix ans que dure leur occupation, les Anglais ont encouragé l’avènement d’une nouvelle bourgeoisie de marchands et de financiers qui, une fois coupés les liens avec la France et Marseille, ont orienté l’économie de l’île vers de nouveaux produits, comme le vin et le soufre ; ces nouveaux marchés vont aussi déterminer et conditionner la vie économique et politique de la Sicile bien après l’unité nationale94. Le blé perd rapidement la première place dans les exportations siciliennes et dans les ports arrivent des chargements de blé étranger et national (national signifiant dans ce cas précis venant de Naples). On assiste à une inversion des routes séculaires qui avaient été jusque-là unidirectionnelles : de Palerme à Naples ou à Gênes alors sous la souveraineté du Piémont-Sardaigne. Ainsi déclinait toute une économie-monde.

Les caricatori et le Maestro portulano

  • 95  Idea del governo del reyno de Sicilia, rapport présenté en 1611 par Pietro Celestre au duc d’Osuna (...)
  • 96  Ivi, p. 37 sq.
  • 97  Ivi.

70La préoccupation primordiale pour tous les gouvernements des Temps modernes, « no aviendo en Sicilia negocio de màs consideraciòn que trigos »95, est de garantir un bon « govierno frumentario », en mesure de réguler l’ouverture et la clôture de la « trata », en d’autres termes, des licences d’exportation du blé. Il faut éviter, en effet, que les villes du Royaume ne subissent une pénurie de blé due à une trop grande libéralité en matière de tratte, ou au contraire, qu’une prudence exagérée ne conduisît à une offre intérieure excessive du produit, qui aurait avili les prix au détriment des producteurs de blé. Pour ce faire, il était indispensable d’instaurer un mécanisme institutionnalisé de flux d’informations sur les quantités et les prix des récoltes, les « riveli », qui provenaient de toute la Sicile au Tribunale del reale Patrimonio, aux fins d’établir la quantité de blé à soumettre au système des tratte. À ce stade, entrait en jeu l’institution garante du rapport d’échange entre marchands et consommateurs : le Maestro portulano qui, sur décision du vice-roi, concédait les licences « de sacar trigos, assì para dentro del Reyno como para fuera dél »96. Il garantissait le paiement des tratte et contrôlait « de no llevar los trigos sino a los lugares para donde están destinados, o a otros de vassallos, amigos y confederados de Su Magestad, y esta fiança de no llevar los trigos a lugares prohibidos a dan también los que los sacan por concessiòn real, francos de tratas ». Tout l’argent encaissé « entra todo en la tabla de Palermo, por quenta de la Regia Corte ». Pour garantir ce marché, le Maestro portulano avait la haute « jurisdición civil y criminal, mero y misto imperio sobre todos los officiales y ministros suyos y de los cargadores y sobra todas las personas que delinquen en materia de trigos »97.

  • 98  Jusqu’à la fin du XVIe siècle, les personnages principaux des caricatori étaient les vice portulan (...)

71Les tratte, d’un côté, et les caricatori de l’autre, représentaient donc les deux domaines que le Maestro portulano devait gérer et faire interagir, de façon que le marché du blé pût exister. Le terme caricatori « se dizen en Sicilia algunos lugares a la marina adonde se deposita el trigo debaxo de fee pùblica, y dellos se secan por mar para diversos lugares de dentro y fuera del Reyno ». Ceux-ci dépendaient, en fait, en dernier ressort du contrôle du Maestro portulano, qu’ils fussent soumis au contrôle direct et à l’administration royale, ou qu’ils dépendissent pour leur administration des autorités locales, féodales ou domaniales98.

  • 99  A. Baviera Albanese (éd.), Los Avertimientos del doctor Fortunato sobre el govierno de Sicilia, Pa (...)
  • 100  A. Crivella, Trattato di Sicilia (1593) [introduction d’A. Baviera Albanese], Caltanissetta-Rome, (...)
  • 101  Ibidem, p. 57.

72Les rentrées fiscales pour la Couronne furent exceptionnelles. En 1591, dans une « Relatione summaria dell’introito et essito del Real Patrimonio », en appendice des avertimentos concernant le gouvernement de la Sicile adressés à Olivares par Francesco Fortunato, Maestro Razionale giurisperito del Tribunale del Patrimonio99, les revenus de l’administration du Maestro portulano sont estimés à 120 000 onze par rapport à l’ensemble des recettes qui se montent à un peu plus de 325 455 onze. Montant qui, quelques années plus tard (1593), fera dire à Alphonse Crivella, jeune fonctionnaire napolitain chargé d’une mission extraordinaire de révision des comptes de la Sicile pour la période de 1559 à 1579, dans son Trattato di Sicilia, que le Maestro portulano était « lo maggiore offitio che sia in Regno » à la tête de « la maggior industria che è il negotio frumentario » au point de porter « similmente titolo di Consiliario et quando va nel Tribunale predetto [il Tribunale del Real Patrimonio] siede appresso il Conservatore et così anco in Palazzo avanti sua eccellenza [il viceré] »100. Le blé était transporté dans les caricatori, raconte Crivella, et là « misurato et risposto se ne fanno introito li Magazzinieri alli loro conti tamquam banchi et ne fanno responsale seu ricevuta alli padroni con la dichiarazione sudetta ». Une fois toutes ces opérations complétées, toutes ces informations prises en considération et ces licences concédées, « l’esattione del che sta a peso del Maestro portulano, però il denaro non va in suo potere ma alli banchi, in credito della Regia Corte per conto a parte dell’officio predetto »101.

  • 102  Lettre du 28 mai 1765, dans G. Pagano De Vitis, V. Giura (éd.), L’Italia del secondo Settecento ne (...)

73L’analogie entre le banquier et le Maestro portulano va faire florès. Pour Broggia, au milieu du XVIIIe siècle encore, la Policy du grain sicilien est l’exemple à suivre102, tandis que Sestini soulignait, dans ses Riflessioni, la « comodità » du système des gire et des fonctions bancaires dont les caricatori étaient à l’origine :

  • 103  ASP., Miscellanea archivistica II, b. 5414, fasc. 8. Du même auteur, Lettere scritte dalla Sicilia (...)

la facilità nell’esperizione de’ medesimi grani, che si prattica per mezzo de’ biglietti volgarmente detti gire, con le quali ciaschedun creditore di grani, che tiene il libro aperto nel Caricadore il suo conto d’avere, può d’avere, può vendere i suoi grani, pignorarli, prestarli, darli a godere o a rinovare, espressando nelle sue gire la casuale del passaggio delli medesimi al nuovo conto, e così minora, o estingue affatto il suo credito, passando la somma girata al credito altrui, a cui si gira, o estinguendosi la somma girata dal fondo del Banco, senza restar altro credito investito di tal somma, se si estrae esportazione per regno o per fuori regno. In guisa che il conto di ciascheduno immittente, allora si salda o si estingue quando in una o più partite gira l’intiera somma immessa, e si vestono del titolo di credito in sua vece quelle Persone, alle quali sono stati girati li grani medesimi, acceto il caso dell’estrazione, nel quale non resta tal somma all’avere d’alcuno particolare, ma va a riferirsi al conto del dare ed avere del fondo del Caricadore, e questo ne resta altrettanto minorato, e se tutti i Particolari immitteti girassero i lor grani, per doversi estraere o mediatamente, o immediatamente si estinguerebbe il credito di ciascheduno, e nel tempo stesso il fondo del Caricatore103.

  • 104  Cf. ASP, MP Visite, Consulte, Istruzioni, busta. n. 1302-1320.

74C’étaient les règles, mais en pratique les choses en allaient différemment. Les dossiers du Maestro portulano débordent de requêtes, de visites, de consultations et de règlementations sur tous les caricatori, notamment ceux relevant de la Couronne. Chacune de ces enquêtes soulignait « des abus » et « des étonnements » auxquels il fallait remédier en revenant aux caractères originaux de l’institution et en imposant de nouvelles règles précises de comptabilité. Restructuration des magasins ; nettoyage et consolidation des fosses à grains ; interdiction de louer des édifices à des particuliers en privilégiant leur « incorporation » ; cartographie des côtes pour éviter « des exportations furtives » ; plus grande rigueur dans la sélection des semences ; tenue des livres comptables avec exactitude et sans surcharges ou « ratures » ; contrôles assortis de peines plus sévères pouvant aller « jusqu’au gibet », en passant d’un caricatore à l’autre de la côte méditerranéenne ; abolition de la vénalité des charges des officiers des caricatori et même de celle du Maestro portulano lui-même, que les réformateurs invoquaient de temps à autre pour « tenere a freno l’ingordigia e gli abusi »104.

75Interface entre producteurs et acheteurs, entre centre et périphérie, entre marché intérieur et marché international, lieux de formation des prix et des rapports entre campagnes et centres urbains, garants de la qualité et de la quantité du blé tant vis-à-vis du gouvernement que des marchands, à la fois banques et docks qui vivaient sur la confiance et le risque, institutions économiques et politiques, ressources essentielles tant dans les périodes d’abondance que dans les périodes de pénurie, à l’écart de la spéculation palermitaine, mais absorbés par la régulation du système de crédit agricole, les caricatori avaient de multiples fonctions autour desquelles se greffaient une série complexe d’intérêts qui étaient souvent en conflit, comme l’illustrent les conflits d’intérêts entre les élites locales (et au sein même de celles-ci) et le pouvoir royal.

Palerme

  • 105  Sur le pactisme aragonais, voir P. Corrao, Centri e periferie nelle monarchie meridionali del tard (...)
  • 106  F. Benigno, Ancora lo « stato moderno » in alcune recenti sintesi storiografiche, dans Storica, 23 (...)

76Les vicissitudes relatives à la création en 1636 de l’un des plus grands caricatori insulaires, celui de Palerme, apparaissent comme emblématiques de ce que le marché du blé sicilien et les rouages qui présidaient à sa gestion étaient partie intégrante des dynamiques politiques complexes du Royaume. La continuelle redéfinition des relations entre élites locales et gouvernement central constitue en effet le cadre de référence au sein duquel doit être interprété le conflit institutionnel qui sert de toile de fond à toute la question105. En effet, du discours des protagonistes, il apparaît combien serait réductrice une lecture des conflits institutionnels qui ne tiendrait pas compte de l’enchevêtrement existant entre intérêts privés et gouvernement de la cosa pubblica106, qui rend encore plus complexe le système présidé par le Maestro portulano articulé, comme nous l’avons précisé ci-dessus, autour des caricatori.

  • 107  Nous renvoyons, à ce propos, à V. Vigiano, Il Caricatore di Palermo (XVI-XVII secolo), dans MEFRIM(...)

77Le conflit institutionnel auquel nous faisons allusion ici se manifeste autour des années 1620, après la tentative de la Cour du vice-roi d’abroger les prérogatives de l’Amministrazione delle vettovaglie, institution municipale qui s’occupe du ravitaillement des habitants de la Città felice et qui constitue une sorte d’appendice de la Giurazia, dotée de compétences annonaires spécifiques. En effet, c’est le Préteur qui, en qualité de Maestro portulano de la ville, s’occupe du ravitaillement, en acquérant sur le marché insulaire la quantité de blé nécessaire aux besoins des cives et habitatores Panhormi107. Mais la gestion des « provisions » alimentaires comporte une énorme augmentation des charges pesant sur le budget municipal, dont les conséquences sur la fiscalité citadine sont évidentes.

  • 108  ASCP, Lettere e biglietti, n. 1019/3, f. 91r-92v.

78D’où la mise en œuvre de la réforme qui vise à dessaisir la Giurazia palermitaine de la gestion unitaire de l’annone citadine : l’Amministrazione delle vettovaglie devait se limiter à assurer à la population palermitaine la quantité minimale de denrées alimentaires utilisables en cas de pénurie. Pour le reste, la population urbaine se serait ravitaillée à sa guise sur le marché céréalier. Il en aurait dérivé une augmentation du volume du commerce du blé dans le royaume tout entier, accompagné naturellement d’un accroissement des recettes sur les licences d’exportation au départ de la Sicile (tratte), au bénéfice de la Couronne108.

  • 109  ASCP, Provviste, n. 684-69, f. 377r sq. ; BCP, ms Qq D 56, Attorno alla amministrazione di vettova (...)

79Les adversaires de la suppression de l’Amministrazione delle vettovaglie soutenaient par ailleurs qu’une gestion unitaire des approvisionnements alimentaires de la Felice était indispensable : en laissant la ville sans « provisions », il y aurait eu trop de risques et seuls les marchands en auraient tiré profit109. En effet, si une disette était survenue, le froment serait arrivé à Palerme par voie maritime, exclusivement de Castellammare et de Termini, caricatori exposés pendant l’hiver au péril des vents et des tempêtes, tandis que le blé arrivant via terre, de Corleone et de l’arrière-pays palermitain, aurait été en revanche insuffisant pour satisfaire les besoins de la population.

  • 110  BCP, ms. H 14 bis, Documenti spettanti all’antico Caricatore della nostra città di Palermo, f. 58r (...)
  • 111  G. Giarrizzo, La Sicilia dal Cinquecento all’Unità d’Italia, dans V. D’Alessandro, G. Giarrizzo, L (...)

80Le débat se déplaça sur la manière de faciliter le mécanisme des approvisionnements laissé à la responsabilité de l’Amministrazione delle vettovaglie, mais, à ce stade, le problème du caricatore de Palerme éclata. Palerme possédait, en effet, des magasins et des fosses à grains pour le stockage et la conservation du blé acheté par la ville, qui avaient été construits et agrandis dès 1549 aux frais de cette communauté, mais elle n’avait pas de lieu de stockage pour l’exportation110. L’institution d’un caricatore à Palerme avait été maintes fois sollicitée, mais en vain : les intérêts des groupes d’opérateurs de Castellammare et de Termini étaient bien trop puissants ; leurs caricatori auraient inévitablement vu diminuer les quantités de froment, si un lieu consacré au stockage et à l’exportation de blé avait été créé à Palerme. La Palerme du début du XVIIe siècle bénéficiait, du reste, d’un port nouveau, vaste et bien aménagé111, ce qui était un atout pour le commerce dans l’hypothèse où aurait été également institué le caricatore urbain. Même les recettes fiscales de la Cour royale s’en seraient trouvées accrues.

  • 112  BCP, ms Qq D 56, Attorno alla amministrazione... cit., f. 51r. Dans ce cadre, l’institution d’un c (...)

81La proposition palermitaine s’inscrivait, de surcroît, dans le cadre d’une réforme plus vaste du système d’entrepôts des céréales siciliennes destinées à l’exportation sur lequel d’aucuns spéculaient : de nouveaux caricatori auraient dû s’ajouter aux anciens non seulement à Palerme mais aussi à Syracuse et à Trapani là où il existait « des ports très sûrs »112.

  • 113  Ibid., f. 286r.

82À partir de 1630, le dessein du gouvernement central de réorganiser le marché céréalier sicilien et l’ambition de l’élite palermitaine d’avoir un champ d’action plus large en matière de commerce céréalier urbain, semblaient converger vers l’idée de doter la Città Felice de structures appropriées au stockage des céréales à exporter. Pourtant, une nouvelle controverse éclata du fait de l’ambigüité affichée par la Cour du vice-roi dans la façon de mener l’opération : à qui auraient été dévolues les compétences de gestion sur les nouvelles structures ? Le Sénat de Palerme se déclara prêt à faire peser les coûts sur le budget municipal, à la seule condition que ne soient édifiés que « alcuni magaseni nel molo per la comodità del calato di formenti in detto caricatore »113. Le gouvernement du vice-roi, après s’être assuré de l’achèvement des nouveaux locaux, entendait, en revanche, s’en approprier pour contrôler directement le caricatore de Palerme dont la juridiction serait passée au Maestro portulano du royaume. Le caricatore de la Felice, finalement idoine au volume d’affaires frumentaires qui intéressaient la ville, serait ainsi passé sous l’autorité royale.

  • 114  Ibid., f. 285r.
  • 115  Ibid., f. 286r. Ce n’était pas un hasard du reste que la charge de Maestro portulano de la ville a (...)

83À ce point, le Sénat préféra surseoir à l’exécution des ordres du vice-roi, tant il était clair à tous que le nouveau caricatore aurait anéanti les privilèges de l’administration citadine en matière d’approvisionnement frumentaire114. Les modalités adoptées pour porter à bien la création du caricatore de Palerme étaient préjudiciables à la ville puisqu’il s’avérait que le Maestro portulano « per l’interesse della giurisdizione che pretendeva o acquistare o ampliare » commençait à « ingerirsi nelle cose toccanti al governo di questa città » d’autant que « non è ragione di buon governo dare in poter d’altri li propri formenti che giornalmente si smaltiscono et si convertono in pane per il vitto di popoli »115.

84La documentation semble accréditer l’existence d’un conflit que nous qualifierons d’institutionnel : d’un côté, le gouvernement central, désireux de « moderniser » l’organisation du marché du blé sicilien en uniformisant sa structure, de l’autre, une élite locale qui défend le particularisme de ses privilèges juridictionnels. Toutefois, en creusant, les choses revêtent un tout autre aspect.

  • 116  L. Salamone, L’archivio del Maestro portulano del regno di Sicilia, dans Archivio storico messines (...)
  • 117  BCP, ms Qq D 56, Attorno alla amministrazione… cit., f. 53v.

85C’est Orazio Giancardo, le Maestro portulano, qui détenait les rênes de toute l’opération, qui changea la donne116. Placé depuis 1623 au sommet du système institutionnel qui garantissait à la Couronne le contrôle de la production de blé en Sicile, en lui permettant de tirer profit des licences pour les exportations vers l’étranger, Giancardo avait tout intérêt à mettre un terme au circuit commercial gravitant autour des caricatori de la Sicile occidentale, et à en créer un autre, qu’il aurait géré avec son groupe, à Palerme. Giancardo invita donc le Préteur à entreprendre la construction de quelques nouveaux magasins à proximité des quais de la ville. L’élite de la Felice se rangea contre ce projet, notamment ceux d’entre elle qui n’avaient pas avantage à voir changer la configuration acquise jusqu’alors par le marché céréalier de la Sicile occidentale : l’institution du caricatore royal à Palerme aurait lésé les producteurs tout en ne favorisant que certains marchands. Sans compter, aux dires des administrateurs de la Felice, les problèmes ultérieurs que la conservation des céréales aurait posés – conservation qui s’avérait difficile dans les fosses à grains « che modernamente si erano esperimentati in città »117.

  • 118  Sur ce thème, voir F. Benigno, La questione della capitale : lotta politica e rappresentanza degli (...)

86Mais le préjudice majeur aurait été au détriment de l’autonomie décisionnelle du Sénat palermitain : le Maestro portulano allait hériter du contrôle des rouages de l’approvisionnement frumentaire de la ville, que les agents de l’Amministrazione delle vettovaglie avaient jusqu’alors géré en toute autonomie. Une ville qui, depuis des décennies, tentait d’obtenir du gouvernement central la reconnaissance du statut de capitale, ne pouvait confier son annone à des mécanismes complexes et articulés118. En outre, en cas de grave disette, l’existence du caricatore aurait empêché le Sénat de recourir à la réquisition du blé des particuliers pour ravitailler la ville, car ces récoltes auraient été déposées dans le caricatore et par conséquent auraient échappé à la juridiction du pouvoir sénatorial.

  • 119  M. Cutelli, Vindiciae siculae nobilitatis, dans V. Vigiano, Mario Cutelli e l’idea di nobiltà nell (...)
  • 120  ASP, Notaio F. Comito, Minute, 911, f. 993r, 9 novembre XI indizione 1612.
  • 121  Déjà en 1625, deux ans seulement après être devenu Maestro portulano, Orazio Giancardo figurait pa (...)

87Pour défendre leurs thèses, les représentants de l’élite palermitaine n’avaient pas pris la juste mesure de l’extraordinaire habileté de leur adversaire, qui provenait d’une famille d’argentiers d’origine obscure119. Grâce à la fréquentation de quelques courtisans et surtout d’Emanuele Filiberto de Savoie, Orazio Giancardo connut une rapide ascension sociale : après avoir été, pendant quelques années, le fermier de toutes les gabelles de la Regia Secrezia et de la Douane de la ville de Palerme120, il se trouvait en possession d’importantes disponibilités financières121, qui lui avaient permis d’acheter la charge de Maestro portulano en 1623. Toutefois, sa nomination n’avait pas recueilli les faveurs des protagonistes du marché céréalier sicilien : malgré la facilité avec laquelle Giancardo réussissait à tisser des relations personnelles à son avantage, son origine sociale en faisait une sorte de corps étranger au cercle des producteurs et des marchands de blé de cette époque, et une cible facile pour ceux qui souhaitaient le discréditer.

  • 122  Les fraudes coutumières et les abus ignominieux qui se vérifiaient dans les lieux de regroupement, (...)

88Cependant, toutes les manœuvres – et les calomnies opportunément ciblées – de l’élite palermitaine n’aboutirent pas et, en 1636, le caricatore de Palerme fut institué et confié à Giancardo. Pendant des mois, la pression des milieux de la Cour du vice-roi pour restructurer le marché des grains de la Sicile occidentale, en créant un nouveau centre de regroupement en mesure de bouleverser les équilibres internes du secteur avec l’insertion de nouveaux opérateurs, avait été telle que l’issue était inévitable. Et Giancardo avait été lui-même très astucieux en soulevant les vieux problèmes restés en suspend et la question de la transparence insuffisante avec laquelle, d’ordinaire, les trafics frumentaires étaient gérés par les caricatori siciliens122, car l’institution du caricatore de Palerme réglait le délicat problème des limitations imposées aux exportations des caricatori voisins, de Castellammare et de Termini.

  • 123  B. Genzardi, Il Comune di Palermo sotto il dominio spagnolo, Palerme, 1891, p. 125.

89La défaite éclatante de l’élite palermitaine face aux représentants du gouvernement central de l’île ne fut toutefois pas définitive. Les grosses difficultés financières de la Cour des Habsbourg, après la guerre de Trente Ans, obligèrent le vice-roi Don Juan d’Autriche à rendre la pleine juridiction sur le caricatore aux représentants de l’élite de la Felice, qui retrouvèrent ainsi, moyennant une somme d’argent considérable123, le contrôle global sur l’annone de la ville.

  • 124  S. Laudani, Pane, politica e consenso nella Palermo del ‘700, dans B. Marin et C. Virlouvet (éd.), (...)

90La question du caricatore de Palerme se pose de nouveau, un siècle plus tard, lorsqu’en 1786, le vice-roi Caracciolo décide de soustraire le caricatore à la gestion de l’élite palermitaine, dans le cadre d’une vaste stratégie réformatrice et antinobiliaire, et de la replacer sous le contrôle direct du pouvoir royal124. Une mesure qui ralluma les polémiques mais surtout qui arrivait trop tard : peu après, tout allait changer ; le système qui, pendant des siècles, avait régi le marché frumentaire et le ravitaillement des villes allait être complètement démantelé.

  • 125  ASP., MA II, b. 84, cc. 194 sq.

91De retour sur le trône des Deux-Siciles après la défaite napoléonienne, les Bourbons réorganisèrent toute l’administration du secteur productif et annonaire sur de nouvelles bases. Le 21 juin 1819, dans le cadre d’une vaste remise en ordre du système des douanes, Ferdinand 1er promulga deux décrets qui mettaient fin à l’administration du Maestro Portulano et au système qui, des siècles durant, avait tourné autour des caricatori « considerando che la proibizione di non potersi estrarre i frumenti o altri cereali dai luoghi dove esistono i Regj Caricatoi, se non quando vi concorra la condizione di essere stati riposti nei Caricatoi medesimi sia di ostacolo alla libertà di commercio, e per conseguenza di sommo pregiudizio per l’agricoltura »125.

92Le commerce du blé du royaume était, de cette manière, libéralisé, contre le paiement de droits d’exportation, le « droit dit vulgairement tratta », que les marchands étaient tenus de verser à la banque publique du Direttore Generale dei dazj indiretti à Palerme ou à Messine, qui « rilascerà senza alcun ritardo la corrispondente licenza per eseguirsi l’estrazione ». Licence qui ne pouvait être refusée qu’en cas « d’extrême nécessité », par le ministre des Finances autorisé dans ces cas précis à « sospendere provvisoriamente le estrazioni dei grani ».

  • 126  ASP., MA II, b. 84, cc. 194 sq.

93Le stockage et le regroupement du blé était également dérégulé et à cette fin, on pouvait utiliser indifféremment les magasins privés ou les ex-caricatori, royaux ou non, « considerati sotto l’aspetto soltanto di pubblico banco frumentario », en offrant « il vantaggio di un pubblico deposito » sans qu’il n’y ait aucun « d’impedimento al commercio »126 .

  • 127  Ibid.

94En réalité, les vice portulani avaient encore la fonction de délivrer les licences d’exportation ; quant au blé provenant de l’étranger, il devait faire escale dans les ex-caricatori et être soumis à un impôt égal à celui qui pesait sur les blés siciliens. Seuls les « legni coverti della nostra bandiera nazionale », c’est-à-dire provenant également de la partie continentale du Royaume, pouvaient jouir d’un abattement de 50 % sur l’imposition, « essendo unica la bandiera, ed unica la legge di navigazione mercantile in tutta l’estensione del nostro Regno »127.

95[S. L., A. B., V. V.]

Conclusion

96Les nouvelles exigences du marché, l’orientation différente des politiques économiques des gouvernements, la nécessité de garantir le développement commercial napolitain, du moins à l’intérieur du royaume des Deux-Siciles, amenèrent progressivement le démantèlement d’un système qui, des siècles durant, quoiqu’avec de profondes différences selon les périodes, et de grandes mutations, avait présidé à la conservation et à la distribution de la plus importante des productions insulaires. Même après la libéralisation du commerce du grain, le souvenir des fonctions anciennes se conserva dans la continuité lexicale (vice portulano, caricatori, tratta).

97Un système dont les origines remontent partiellement à l’Antiquité et dont l’histoire, comme nous avons eu l’occasion de le voir dans cette reconstitution en pointillé, n’a jamais suivi un parcours progressif et linéaire, mais a été marquée par des périodes de crise, suivies de réorganisation, de réformes et de retours en arrière. Et ce, déjà à partir de la période gréco-archaïque, pour laquelle la recherche doit tenir compte, d’une part, du poids des mythes et des cultes qui témoignent de l’importance de cette denrée pour les populations émigrées du Péloponnèse dès le VIIIe siècle avant notre ère et, d’autre part, de la difficulté de retrouver parmi les rares vestiges de l’époque archaïque, les lieux, les pratiques, les manières de conserver et de distribuer ce bien si précieux. En effet, s’il est nécessaire de distinguer, dès cette époque, les pratiques de stockage liées à la consommation familiale et communautaire en temps de paix et les pratiques d’urgence dues à la guerre ou à la disette, les traces archéologiques de la Sicile grecque et romaine nous offrent bien peu d’exemples de greniers publics pour le stockage du blé. D’où l’hypothèse d’édifices multifonctionnels, comme les portiques ou les fortifications, où l’on pouvait épisodiquement stocker le blé avant la période classique. Ce sont surtout les sources littéraires et les inscriptions qui témoignent de grandes concentrations de blé, requérant des lieux adéquats pour sa conservation, en attendant qu’elles soient consommées ou exportées. Quoiqu’il en soit, les rares sources littéraires et matérielles à notre disposition montrent la continuité de certaines pratiques. En témoignent la double typologie des dépôts souterrains (les fosses à grain) et des entrepôts en surface, en bois ou en pierre ; la situation de ces derniers à proximité des murailles, des fortifications ou des lieux stratégiques voisins des fleuves ou de la mer ; la pratique, au moins à partir des lois de Hiéron, de taxer la production céréalière par prélèvement de dîmes. Et c’est cette dernière exigence qui modèle, déjà à l’époque romaine, comme le décrit l’extraordinaire témoignage de Cicéron, une organisation administrative et commerciale complexe, permettant de faire arriver à Rome une partie importante de la production frumentaire insulaire, laquelle avait besoin de structures de stockage, d’un système rodé de prélèvement du blé sur pied dans les champs, de fonctionnaires et d’intermédiaires.

98De même, pour la période byzantine et arabe, ce sont surtout les sources écrites qui nous donnent des indications sur les modes d’approvisionnement des villes et sur l’usage des fosses à grains ou des magasins pour la conservation du blé. Un approvisionnement qui répondait à la nécessité de constituer des réserves pour les périodes de pénurie et qui annonce la réglementation de Frédéric II, fondée sur le contrôle royal du commerce des céréales siciliennes et sur une structure administrative complexe créée autour des tratte, les permis d’exportation liés à la levée du jus exiturae, et aux caricatori, les lieux où le blé était centralisé dans l’attente d’être commercialisé. Un système qui se maintint jusqu’à l’époque moderne, en modifiant parfois certaines de ses caractéristiques (gestion privée ou publique des caricatori, niveau des tratte, fonctions et nombre des fonctionnaires) mais qui conserva dans le temps un rôle régulateur du commerce et du prélèvement fiscal.

99C’est l’étude de ce système complexe, en particulier celui de la période moderne, où les sources écrites sont les plus nombreuses et les découvertes matérielles les plus importantes, qui nous a permis d’approfondir et de vérifier certaines hypothèses, pour la période antique, notamment les recherches relatives à la typologie et à la localisation des dépôts de blé, aux modes de conservation des denrées, au fonctionnement des structures annonaires, au poids et à l’importance de la question fiscale dans la structuration du système entier sans négliger évidemment l’importance politique et sociale de l’administration d’une ressource fondamentale comme le blé, autour duquel, pendant des siècles, se sont organisés des stratégies, des alliances, des conflits et des intérêts publics comme privés.

100[S. L.]

Notes

1  Simona Laudani a coordonné les différents essais, rédigé l’introduction et la conclusion. Sophie Bouffier est l’auteur de la partie consacrée à la période grecque (p. 229-242) et des traductions de l’introduction et de la conclusion, Jérôme France de la partie romaine (p. 242-251). La partie médiévale est due à Lucia Arcifa (p. 251-258) et la partie moderne à Nino Blando (p. 258-266) et Valentina Vigiano (p. 266-273).

2  Toutes les dates non précisées s’entendent avant J.-C.

3  Bibliothèque Historique, 5.1-4.

4  En dernier lieu, C. A. Di Stefano (éd.), Demetra. la divinità, i santuari, il culto, la leggenda [Atti del I congresso internazionale, Enna, 1-4 luglio 2004], Pise-Rome, 2008 ; V. Hinz, Der Kult von Demeter und Kore auf Sizilien und in der Magna Graecia, Wiesbaden, 1998.

5  Thucydide, Guerre du Péloponnèse, III.86.

6  Cf. R. Descat, L’approvisionnement en grain dans le monde grec des cités : histoire d’une politique, dans B. Marin et C. Virlouvet (éd.), Nourrir les cités de Méditerranée. Antiquité-Temps Modernes, Paris, 2003, p. 589-612.

7  Ainsi à Acireale-Aciplatani, en dernier lieu, A. Costanzo, Granai di età ellenistica in Sicilia, dans Aitna, Quaderni di topografia antica, 2 [Atti delle Giornate di studio sugli insediamenti rurali in Sicilia organizzate dal CE. SI. TA. e dal CE.U.TA (Caltagirone, 29/30 giugno 1992)], 1996, p. 67-70. Huit fosses, d’une capacité totale de 246.16 hl, pouvaient nourrir une trentaine de personnes par an avec une consommation individuelle de 4/5 médimnes (note 21). On a proposé que le bâtiment ait appartenu à une communauté ou à un riche particulier qui commercialisait alors sa production.

8  Cf. M. Gras, H. Tréziny et H. Broise, Mégara Hyblaea V. La ville archaïque, Rome, 2004 (Collection de l’École française de Rome, 1/5), p. 497-502 ; 524-26.

9  P. G. Guzzo, Caronda e coloro che si nutrono dallo stesso granaio : ipotesi sulle strutture circolari di Megara Hyblea, Selinunte e Himera, dans Mitteilungen des Deutschen Archaeologischen Institut, Roemische Abteilung, 119, 2013, p. 33-42.

10  Cicéron, Seconde action contre Verrès, 3.18.47.

11  Hérodote, 7.158.

12  G. Di Stefano, Camarina VIII : l’emporio greco di Contrada Maestro sull’Irminio, dans Bollettino d’Arte, 44-45, juillet-octobre 1987, p. 127-140.

13  Diodore de Sicile, 13.54.6.

14  Y. Garlan, Recherches de poliorcétique grecque, Paris, 1974, p. 300-303.

15  9.45, dans Lexicographi graeci, IX.2. Pollucis Onomasticon, livres VI-X, éd. E. Bethe, Stuttgart, 1967.

16  IG XIV. 645 ; R. Dareste, B. Haussoullier et Th. Reinach, Recueil des inscriptions juridiques grecques, Paris, 1891-1904, p. 193-234, l.102 ; A. Uguzzoni, Le tavole greche di Eraclea, Rome, 1969.

17  P. Schreiner, Die Byzantinischen Kleinchroniken, Vienne, 1975, III Lokalchroniken, Chronik 45, p. 332-333. Merci à Vivien Prigent de m’avoir indiqué ce témoignage qui renforce l’hypothèse d’une réalité spécifiquement sicilienne.

18  Polyen, Stratagemata, 5.1.3.

19  Cf. J. France, infra.

20  Cf. Inscriptiones Graecae I3, 78 et, pour la traduction française, P. Brun, Impérialisme et démocratie à Athènes : inscriptions d’époque classique, Paris, 2005, n° 127, p. 243-245.

21  D’après les estimations proposées par M.-Cl. Amouretti à partir des textes grecs, il fallait de 1 à 2 l par jour, soit 770 g à 1,4 kg de céréales par homme et par jour : cf. Le pain et l’huile dans la Grèce antique, Paris, 1986, p. 288-289. La quantité totale à l’année serait donc estimée de 3,6 hl à 7,3 hl, soit près de deux à quatre médimnes par personne.

22  En dernier lieu, M. C. Parra et alii, L’edificio ellenistico nella conca orientale in età ellenistica, dans G. Nenci, Entella 1, Pise, 1995, p. 9-76 ; M. C. Parra, Un deposito votivo ad Entella nel IV sec. A.C., dans Seconde giornate internazionali di studi sull’area elima, Gibellina, 22-27 ott. 1994, Pise-Gibellina, 1997, p. 1203-1214.

23  Décret n° 5. G. Nenci (dir.), Materiali e contributi per lo studio degli otto decreti da Entella, Pise, 1982 (Annuario della Scuola Normale Superiore di Pisa), p. 771-1104 et en particulier, texte p. 778-779.

24  D’après A. Jardé, Les céréales dans l’antiquité grecque, Paris, 1925, p. 31-60, un médimne de blé équivaut en moyenne à 78 kg de blé et 64 kg d’orge.

25  Ce qui suggère soit une modification du régime alimentaire quotidien – M.-Cl. Amouretti ayant bien montré que la céréale principale du monde grec est l’orge –, soit une spécificité des habitudes alimentaires du monde sicilien. Cf. S. Collin Bouffier, La cuisine des Grecs d’Occident : symbole d’une vie de tryphè ?, dans Pallas, 52 (« Paysage et alimentation dans le monde grec antique : les innovations du premier Millénaire avant J.-C., Toulouse »), 2000, p. 195-208.

26  E. De Miro, Monte Adranone, dans Kokalos, 22-23, 1976-1977, 2.1, p. 451-455.

27  E. Sjöqvist, Excavations at Morgantina (Serra Orlando) 1959. Preliminary Report IV, dans AJA, 64-2, April 1960, p. 125-136 ; M. Bell, Recenti scavi nell’agorà di Morgantina, dans Kokalos, 30-31, 1984-1985, II.1, p. 501-520 ; M. Bell, III, Excavations at Morgantina, 1980-1985 : Preliminary Report XII, dans AJA, 92-3, July 1988, p. 313-342 ; P. W. Deussen, The Granaries of Morgantina and the Lex Hieronica, dans Le ravitaillement en blé de Rome et des centres urbains des débuts de la République jusqu’au Haut-Empire, Naples-Rome, 1994, p. 231-235.

28  Syntaxe mécanique, V.88.29.

29  A. Pinzone, Provincia Sicilia : ricerche di storia della Sicilia romana da Gaio Flaminio a Gregorio Magno, Catane, 1999, p. 1-37 ; G. Manganaro, La Syrakosion dekate, Camarina e Morgantina nel 424 a. C, dans Zeitschrift für Papyrology und Epigraphik, 128, 1999, p. 115-123.

30  L. Costantini, Analisi paleoetnobotaniche nel comprensorio di Camarina, dans Bollettino d’Arte, 1983, p. 49-56.

31  Diodore de Sicile, 14.58.1.

32  G. Di Stefano, I recenti scavi di Camarina, dans Un ponte fra l’Italia e la Grecia [Atti del Simposio in onore di A. Di Vita], Padoue, 2000, p. 194-212.

33  Syntaxe mécanique, V.87.11.

34  34D. Garcia, Les structures de conservation des céréales en Méditerranée nord-occidentale au premier millénaire avant J.-C : innovations techniques et rôle économique, dans D. Garcia et D. Meeks (éd.), Techniques et économies antiques et médiévales : le temps de l’innovation [Actes du colloque d’Aix-en-Provence (mai 1996)], Paris, 1997, p. 88-95.

35  35Listes des références (essentiellement Tite-Live) et bibliographie dans C. Soraci, Sicilia frumentaria : contributi allo studio della Sicilia in epoca repubblicana, dans Quaderni Catanesi di studi antichi e medievali, n. s. anno II, janvier-décembre 2003, p. 289-401, voir p. 306, n. 37. Pour un aperçu de l’évolution de la situation économique et sociale en Sicile romaine, voir notamment E. Gabba, La Sicilia Romana, dans M. Crawford (éd.), L’Impero romano e le strutture economiche e sociali delle province, Côme, 1986 (Bibliotheca di Athenaeum, 4), p. 71-85.

36  C. Virlouvet, Famines et émeutes à Rome des origines de la République à la mort de Néron, Rome, 1985 (Collection de l’École française de Rome, 87), p. 14 et 109-110 ; Ead., Les lois frumentaires d’époque républicaine, dans Le ravitaillement en blé de Rome et des centres urbains des débuts de la République jusqu’au Haut-Empire, Naples-Rome, 1994 (Collection de l’École française de Rome, 196 / Collection du Centre Jean Bérard, 11), p. 11-29, voir p. 15 ; P. Garnsey, Famine et approvisionnement dans le monde gréco-romain, tr. fr. d’après l’édition anglaise de 1988, Paris, 1996, p. 255-257.

37  Qui repose sur une réglementation écrite, la lex Hieronica, que l’on suppose composée pour partie d’emprunts à un modèle lagide, le Papyrus des revenus de Ptolémée Philadelphe, 264-263 a.C.

38  38Le De frumento constitue le troisième livre de la seconde action des Verrines, le réquisitoire écrit par Cicéron contre Caius Verrès et les abus de son administration dans la province de Sicile. Les renvois au texte du De frumento sont indiqués par la seule mention du paragraphe (par exemple § 12). Les traductions sont celles (provisoires) du groupe de travail engagé dans une nouvelle traduction et édition de ce texte.

39  Cf. Tite-Live, Histoire de Rome, 26.32.3, qui dépeint Syracuse comme « le grenier (horreum) et le trésor (aerarium) du peuple romain ».

40  Pour la contenance du modius, cf. Fr. Hultsch, Grieschiche und römische Metrologie, Berlin, 1882, p. 703 ; pour l’équivalence entre un médimne et six modii, cf. § 116. On rappellera d’autre part que la production de blé tendre en France en 2005 a été de 34 886 000 tonnes, et le total des céréales de 63 675 000 tonnes (source : Association générale des producteurs de blé).

41  En France, un train de fret ne peut dépasser 750 m (environ une cinquantaine de wagons) ; le tonnage brut (tare des wagons plus tonnage utile) est de 1 800 tonnes au maximum, ce qui, pour un train de céréales, donne un tonnage utile (poids des marchandises transportées) d’environ 1 200 tonnes ou un peu plus (source : Lettre de l’observatoire régional des transports (Aquitaine), 55, novembre 2003, p. 2).

42  Voir le bilan établi par C. Soracci, Sicilia frumentaria… cit., p. 367-372.

43  Cf. J. Carcopino, La loi de Hiéron et les Romains, Paris, 1914, p. 19, n. 1.

44  Scylax, 13.

45  R. J. A. Wilson, Sicily under the Roman Empire : the Archaeology of a Roman Province 36 BC-AD 535, Warminster, 1990, p. 11 ; d’une manière générale, il ne considère pas que le transport fluvial ait eu beaucoup d’importance dans l’Antiquité en Sicile.

46  J. Carcopino, La loi de Hiéron... cit., n. 16, p. 18, n. 2 ; C. Soracci, Sicilia frumentaria... cit., n. 2, p. 372, n. 345. Voir les références données par L. Migeotte, Les ventes de grain public dans les cités grecques aux périodes classique et hellénistique, dans La Mémoire perdue : recherches sur l’administration romaine, Rome, 1998 (Collection de l’École française de Rome, 243), p. 229-246, p. 236 ; Polyen, 5.1.3 : le tyran d’Agrigente, Phalaris, assiège des Sicanes ; il réussit à corrompre leurs sitophylaques qui enlèvent les toits des bâtiments (oikèmata) où le blé est stocké, afin qu’il pourrisse sous la pluie ; Tite-Live, Histoire de Rome, 24.21.11 (214 a.C.) : Adranodôros fait protéger les horrea publica de Syracuse. Le texte des Tables de Tauromenion (IG, XIV, 422-430) laisse aussi deviner l’existence d’entrepôts municipaux, cf. J. Carcopino, La loi de Hiéron… cit., n. 16, p. 28, qui donne les références et la bibliographie sur ce document, auxquelles on ajoutera Bull. ép., 1966, 514 et SEG, 38, 973. Signalons d’autre part qu’à Morgantina, la localisation des entrepôts sur l’agora laisse supposer qu’ils étaient publics. On ne saurait cependant négliger la possibilité que des particuliers aient loué des entrepôts ou des espaces de stockage à des cités. Mais on n’en a pas la trace.

47  Festus p. 392 L ; voir C. Virlouvet, Les denrées alimentaires dans les archives des Sulpicii de Pouzzoles, dans Cahiers Glotz, XI, 2000, p. 131-149, voir p. 135, n. 13.

48  Voir L. Migeotte, Les ventes de grain… cit., n. 19, p. 235-237.

49  C. Soracci, Sicilia frumentaria... cit., n. 2, p. 381-382.

50  Ibid., p. 382-386.

51  P. Corrao, L’ufficio del Maestro Portulano in Sicilia fra angioini e aragonesi, dans La società mediterranea all’epoca del Vespro [Atti dell’XI Congresso di Storia della Corona d’Aragona (Palermo-Trapani-Erice 1982)], Palerme, 1983, p. 419.

52  Les tratte sont les taxes prélevées au moment de l’exportation du grain. Selon Amari, il est possible d’en fixer l’institution à partir de l’accord entre Roger II et le ziride Hassan à l’occasion de la disette de 1141-1142 ; M. Amari, Storia del Musulmani di Sicilia, III, Florence, 1868, p. 188-189, 402-403.

53  D. Abulafia, Le due Italie, trad. it., Naples, 1991, p. 145 sq.

54  M. Scaduto, Il monachesimo basiliano nella Sicilia medievale, Rome, 1947, p. 260.

55  J. H. Huillard Breholles, Historia diplomatica Friderici secondi, Paris, 1857, vol. V, I, p. 418-424.

56  P. Corrao, L’Ufficio del Maestro Portulano in Sicilia… cit., p. 419-431.

57  Sur le port de Licata, cf. C. Carità, Il porto di Licata, Licata, 1984.

58  Cf. H. Bresc, Un monde méditerranéen : économie et société en Sicile (1330- 1450), Rome-Palerme, 1986 (BEFAR, 262), p. 539.

59  Ivi, II, p. 884.

60  Ivi, I, p. 541.

61  V. D’Alessandro, Paesaggio agrario, regime della terra e società rurale (secoli XI-XV), dans R. Romeo (éd.), Storia della Sicilia, III, Naples, 1980, p. 411-447 ; publié à nouveau dans V. D’Alessandro, Terra nobili e borghesi nella Sicilia medievale, Palerme, 1994, p. 31.

62  Cf. la restitution du débat par E. I. Mineo, Sicilia urbana, dans F. Benigno et C. Torrisi (éd.), Rappresentazioni e immagini della Sicilia tra storia e storiografia [Convegno di Studi (Enna 20-22 dicembre 2002)], Caltanissetta, 2003, p. 19-41 ; Id., Come leggere le comunità locali nella Sicilia del tardo medioevo : alcune note sulla prima metà del Quattrocento, dans MEFRM, 115/1, 2003, p. 597-610.

63  Dès les XIIIe et XIVe siècles déjà, Messine et Palerme étaient en mesure d’exercer un contrôle étroit sur le districtus, suivies dans la deuxième moitié du XIVe siècle par presque toutes les autres grandes villes siciliennes ; voir à ce sujet, S. R. Epstein, Potere e mercati in Sicilia, secoli XIII-XVI, trad. it., Turin, 1996, p. 118 sq.

64  J. Durliat, De la ville antique à la ville byzantine : le problème des subsistances, Rome, 1990 (Collection de l’École française de Rome, 136), p. 304-317.

65  Ivi, p. 153, 433 ; Id, Évêque et administration municipale au VIIe siècle, dans C. Lepelley (éd.), La fin de la cité antique et le début de la cité médiévale : de la fin du IIIe siècle à l’avènement de Charlemagne [Actes du Colloque tenu à l’Université de Paris X-Nanterre (1-3 avril 1993)], Bari, 1996, p. 282.

66  S. Mochi Onory, Vescovi e città (sec. IV-VI), Bologne, 1933, p. 138 ; R. Rizzo, La cristianizzazione della Sicilia attraverso il « Registrum Epistolarum » di Gregorio Magno, dans R. M. Bonacasa Carra (éd.), Bizantino - Sicula IV [Atti del I Congresso internazionale di archeologia della Sicilia bizantina (Corleone 1998)], Palerme, 2002, p. 141.

67  Ivi, p. 128.

68  J. Durliat, De la ville antique à la ville byzantine… cit., p. 313-318.

69  An Nuwairi, dans M. Amari, Biblioteca arabo-sicula, Turin-Rome, 1880, II, p. 138.

70  Concernant le rescrit d’Al-Mu’izz, voir H. Bresc, Terre e castelli : le fortificazioni nella Sicilia araba e normanna, dans R. Comba et A. Settia (éd.), Castelli. Storia e archeologia, Turin, 1984, p. 75.

71  P. Chalmeta, Formation, structure et contrôle du marché arabo-musulman, dans Mercati e mercanti nell’altomedioevo : l’area eurasiatica e l’area mediterranea [Atti della XL Settimana di studio del Centro italiano di studi sull’altomedioevo, (Spoleto, 23-29 aprile 1992)], Spolète, 1993, p. 667-713.

72  Ibn Hawqal, dans M. Amari, Biblioteca... cit., I, p. 15.

73  Ibid., p. 161.

74  H. Bresc, Arabi per lingua, ebrei per religione, Messine, 2001, p. 26.

75  Cf. G. Caracausi, Arabismi medievali di Sicilia, Palerme, 1983, p. 312-315 ; H. Bresc, Un monde méditerranéen… cit., II, p. 745.

76  G. Caracausi, Arabismi… cit., p. 302-303 ; H. Bresc, Un monde méditerranéen... cit., p. 741-743 ; H. Bresc, Un marché rural : Corleone en Sicile (1375 1420), dans Anuario de Estudios medievales, 24, 1994, p. 376.

77  77H. Bresc, Un monde méditerranéen… cit., p. 547. Situation analogue également à Randazzo où il incombe aux jurats d’imposer les destinations et d’établir les prix par l’intermédiaire des acatapani : cf. F. Titone, Istituzioni e società urbane in Sicilia 1392-1409, dans Società e Storia, 105, 2004, p. 476 ; C. A. Garufi, La giurisdizione annonaria nei secoli XIII-XIV : l’acatapania e le mete, dans Archivio storico siciliano, 1897, p. 128-164.

78  F. Titone, Istituzioni... cit., p. 476. Cf. le cas de Palerme en 1450 où ce sont les officiers sans l’accord du conseil des jurats qui procèdent à l’achat de 5 000 salme de froment : cf. F. Titone, Il tumulto popolare del 1450, conflitto politico e società urbana a Palermo, dans Archivio storico italiano, CLXIII, 2005, p. 66.

79  H. Bresc, Un monde méditerranéen... cit., II, p. 745.

80  L. Arcifa, Facere fossa et victualia reponere : la conservazione del grano nella Sicilia medievale, dans MEFRM, 120/1, 2008, p. 39-54.

81  Abréviations utilisées : ASCP = Archivio storico del Comune di Palermo ; ASP = Archivio di Stato di Palermo ; BCP = Biblioteca comunale di Palermo. Pour plus de détails, voir dans le dossier « Entrepôts et trafics annonaires » des MEFRIM, 120/2, 2008, les articles de S. Laudani, I. Fazio, V. Vigiano et A. Blando.

82  Selon H. Bresc, la crise du milieu du XIVe siècle avait réduit à 300 000 habitants la population du royaume, et au début du XVIe siècle encore, la Sicile dépassait à peine les 500 000 habitants. H. Bresc, Un monde méditerranéen... cit.

83  S. R. Epstein, Potere e mercanti… cit.

84  M. Aymard, Le blé de Sicile, année 1500, dans G. Motta (éd.), Studi dedicati a Carmelo Trasselli, Cosenza, 1983, p. 79.

85  A. Giuffrida, La finanza pubblica nella Sicilia del ‘500, Caltanissetta-Rome, 1999, p. 324.

86  Ibid.

87  E. Grendi, Genova alla metà del Cinquecento : una politica del grano ?, dans Quaderni Storici, n. 13, 1970, p. 123.

88  A. Giuffrida, La finanza pubblica… cit., p. 341-344.

89  Ivi, p. 325.

90  G. Pagano de Divitiis, Grano del Nord e carestie in Italia tra fine Cinquecento e inizio Seicento, dans Miscellanea di studi storici, IX, 1992-94, Cosenza, 1994, p. 150. La flotte est surtout composée de Hollandais et gens de la Ligue hanséatique. L’Angleterre a un rôle marginal qui changera radicalement au cours du siècle suivant. Cf. Id., Mercanti inglesi nell’Italia del Seicento, Venise, 1990.

91  M. Aymard, La transizione dal feudalesimo al capitalismo, dans Storia d’Italia, Annali I, Turin, 1978, p. 1131-1192 ; Id., La fragilità di un economia avanzata, l’Italia e le trasformazioni dell’economia europea, dans R. Romano (éd.), Storia dell’economia italiana, II, L’età moderna : verso la crisi, Turin, 1991, p. 80-86.

92  Cf. O. Cancila, La terra di Cerere, Caltanissetta-Rome, 2001.

93  F. Braudel, Civilisation matérielle et Capitalisme (XVe-XVIIIe siècle), 1, Les structures du quotidien : le possible et l’impossible, Paris, 19803, p. 118. Cf. aussi A. Blando, Istituzioni e mercati nella Sicilia del grano, Palerme, 2003, p. 27.

94  À propos des rapports commerciaux entre la Sicile et l’Angleterre, cf. deux recherches exhaustives : R. Battaglia, Sicilia e Gran Bretagna : le relazioni commerciali dalla restaurazione all’Unità, Milan, 1983 ; M. D’Angelo, Mercanti inglesi in Sicilia, 1806-1815, Milan, 1988.

95  Idea del governo del reyno de Sicilia, rapport présenté en 1611 par Pietro Celestre au duc d’Osuna, repris dans V. Sciuti Russi, Il governo della Sicilia in due relazioni di primo Seicento, Naples, 1984, p. 29.

96  Ivi, p. 37 sq.

97  Ivi.

98  Jusqu’à la fin du XVIe siècle, les personnages principaux des caricatori étaient les vice portulani et les magasiniers. Ces derniers jouaient le rôle d’intermédiaires, de médiateurs et d’arbitres des transactions des caricatori, et d’administrateurs ayant les pleins pouvoirs concernant les crescimonie, autrement dit le surplus du blé conservé dans les fosses à grains et dans les entrepôts, dû à l’augmentation naturelle de son volume dans le temps et qui était utilisé pour couvrir les frais du caricatore (rétributions et améliorations). À cause des scandales et des faillites que ce système engendrait, le rôle du magasinier fut revu à la baisse en 1601 et l’on renforça les fonctions de direction et de contrôle du Tribunale del Real Patrimonio et du Maestro portulano. Cf. S. Laudani, Dai magazzinieri ai contrascrittori : il sistema dei « caricatori » nella Sicilia d’età moderna tra mutamenti e continuità, dans MEFRIM, 120/2, 2008, p. 477-490.

99  A. Baviera Albanese (éd.), Los Avertimientos del doctor Fortunato sobre el govierno de Sicilia, Palerme, 1976.

100  A. Crivella, Trattato di Sicilia (1593) [introduction d’A. Baviera Albanese], Caltanissetta-Rome, 1971, p. 139 ; maintenant dans A. Baviera Albanese, Scritti minori, Messine, 1992.

101  Ibidem, p. 57.

102  Lettre du 28 mai 1765, dans G. Pagano De Vitis, V. Giura (éd.), L’Italia del secondo Settecento nelle relazioni segrete di W. Hamilton, H. Mann e J. Murray, Naples, 1997, p. 129.

103  ASP., Miscellanea archivistica II, b. 5414, fasc. 8. Du même auteur, Lettere scritte dalla Sicilia e dalla Turchia a diversi suoi amici in Toscana, I, Florence, 1779. Notamment, Lettre XIII « Al Sig. Dott. Xaverio Manetti, Medico del Collegio Fiorentino, Professore di Botanica nel Giardino dei Semplici di Firenze, e segretario perpetuo della Reale Accademia dei Georgofili », Sopra i Grani della Sicilia, Catania 24 novembre 1775, p. 225-226.

104  Cf. ASP, MP Visite, Consulte, Istruzioni, busta. n. 1302-1320.

105  Sur le pactisme aragonais, voir P. Corrao, Centri e periferie nelle monarchie meridionali del tardo medioevo : note sul caso siciliano, dans G. Chittolini, A. Molho, P. Schiera (éd.), Origini dello Stato. Processi di formazione statale in Italia fra medioevo ed età moderna, Bologne, 1994, p. 187-206. Cf. aussi F. Benigno, C. Torrisi (éd.), Élites e potere in Sicilia dal medioevo ad oggi, Rome, 1995.

106  F. Benigno, Ancora lo « stato moderno » in alcune recenti sintesi storiografiche, dans Storica, 23, 2002, p. 119-145.

107  Nous renvoyons, à ce propos, à V. Vigiano, Il Caricatore di Palermo (XVI-XVII secolo), dans MEFRIM, 120/2, 2008, p. 491-501, en particulier « Le compravendite di frumenti per la Città Felice nel XVI secolo e la questione dei caricatori “riservati” ».

108  ASCP, Lettere e biglietti, n. 1019/3, f. 91r-92v.

109  ASCP, Provviste, n. 684-69, f. 377r sq. ; BCP, ms Qq D 56, Attorno alla amministrazione di vettovaglie della città di Palermo et al Caricatore di fromenti, f. 48v.

110  BCP, ms. H 14 bis, Documenti spettanti all’antico Caricatore della nostra città di Palermo, f. 58r sq.

111  G. Giarrizzo, La Sicilia dal Cinquecento all’Unità d’Italia, dans V. D’Alessandro, G. Giarrizzo, La Sicilia dal vespro all’Unità d’Italia, Turin, 1989, p. 208-209, et G. Cardamone et M. Giuffrè, La città e il mare : il sistema portuale di Palermo, dans G. Simoncini (éd.), Sopra i porti di mare, III, Sicilia e Malta, Florence, 1997, p. 171-172.

112  BCP, ms Qq D 56, Attorno alla amministrazione... cit., f. 51r. Dans ce cadre, l’institution d’un caricatore à Palerme devenait d’autant plus souhaitable : « poiché tra l’altre cose che rendono meraviglia in questo Regno una è che i carricatori, i quali dovrebbono essere nei luoghi più comodi del Regno, tutti dall’antichità di veggono instituiti in spiagge, e luoghi pericolosi di carricare, ch’essendo Palermo sicurissimo porto nel quale si potrebbe carricare in ogni tempo, sarrebbe di gran facilità al comertio », ibidem, f. 50v.

113  Ibid., f. 286r.

114  Ibid., f. 285r.

115  Ibid., f. 286r. Ce n’était pas un hasard du reste que la charge de Maestro portulano de la ville ait toujours été associée à celle du Préteur.

116  L. Salamone, L’archivio del Maestro portulano del regno di Sicilia, dans Archivio storico messinese, 63, 1993, p. 86-87.

117  BCP, ms Qq D 56, Attorno alla amministrazione… cit., f. 53v.

118  Sur ce thème, voir F. Benigno, La questione della capitale : lotta politica e rappresentanza degli interessi nella Sicilia del Seicento, dans Società e storia, 47, 1990, p. 27-59, et V. Vigiano, L’esercizio della politica : la città di Palermo nel Cinquecento, Rome, 2004, p. 61 sq.

119  M. Cutelli, Vindiciae siculae nobilitatis, dans V. Vigiano, Mario Cutelli e l’idea di nobiltà nella Sicilia spagnola, Caltanissetta-Rome, 2007, p. 88.

120  ASP, Notaio F. Comito, Minute, 911, f. 993r, 9 novembre XI indizione 1612.

121  Déjà en 1625, deux ans seulement après être devenu Maestro portulano, Orazio Giancardo figurait parmi les plus importants acquéreurs d’œuvres d’art et d’objets en tout genre ayant appartenu au défunt vice-roi Emanuele Filiberto de Savoie (ASP, Notaio P. Graffeo, Registri, vol. 1544, f. 845r et s, 11 juin VIII indizione 1625). À ce propos, voir V. Abbate, Contesti e momenti del primo caravaggismo a Palermo, Palerme, 2002, p. 77.

122  Les fraudes coutumières et les abus ignominieux qui se vérifiaient dans les lieux de regroupement, de stockage et d’exportation des céréales au départ de la Sicile sont manifestes dans la documentation judiciaire des Archives du Maestro portulano de Palerme, qui raconte, entre autres, des cas de parentés dissimulées (délits d’initiés) entre des opérateurs du marché et des officiers préposés au contrôle, comme les fonctionnaires responsables des Livres comptables des caricatori. Cf. ASP, Maestro Portolano, Acta criminalia, 1634-36, Sciacca, n. 499, f. 98r sq. Habile et sans scrupule, le Maestro portulano resta en charge jusqu’en 1652 et eut à ce titre la direction du caricatore royal de Palerme.

123  B. Genzardi, Il Comune di Palermo sotto il dominio spagnolo, Palerme, 1891, p. 125.

124  S. Laudani, Pane, politica e consenso nella Palermo del ‘700, dans B. Marin et C. Virlouvet (éd.), Nourrir les cités de Méditerranée. Antiquité-Temps modernes, Paris, 2003, p. 431.

125  ASP., MA II, b. 84, cc. 194 sq.

126  ASP., MA II, b. 84, cc. 194 sq.

127  Ibid.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Sites siciliens mentionnés dans le texte.
Crédits V. Gemonet, N.Coquet, CCJ.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/32840/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 2 – Entrepôt d’Entella.
Crédits V. Gemonet, CCJ, d’après M. C. Parra, 1995.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/32840/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Fig. 3 – Entrepôt de Monte Adranone.
Crédits V. Gemonet, CCJ, d’après Kokalos, 22-23, 1976-77.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/32840/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 4 – Plan de l’agora hellénistique de Morgantina.
Crédits M. Bell, 1988.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/32840/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Fig. 5 – Restitution des greniers de Morgantina.
Crédits American School of Classical Studies at Athens.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/32840/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende Exportations du blé de Sicile de 1500 à 1607.
Crédits D’après les données de A. Giuffrida, La finanza pubblica nella Sicilia del ‘500... cit., p. 322-323.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/32840/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 28k

Auteurs

Università degli studi di Catania, Facoltà di Lingue e letterature straniere, Catane, Italie

Università degli studi di Palermo, Dipartimento di Scienze politiche e delle relazioni internazionali, Palerme, Italie

© Publications de l’École française de Rome, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search