Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les grands officiers dans les territoires angevins - I grandi ufficiali nei territori angioini

 | 
Riccardo Rao

La base de données Europange : un outil de travail collaboratif

Anne Tchounikine et Maryvonne Miquel

Note de l’auteur

Cette recherche s’effectue dans le cadre du projet EUROPANGE ANR-13-BSH3-0011 du programme blanc SHS 3 : Cultures, arts, civilisation de l'Agence Nationale de la Recherche.

Texte intégral

Introduction

1Le projet EUROPANGE, soutenu par l’Agence Nationale pour la Recherche, a pour objectif d’appréhender les rythmes et les méthodes d’élaboration de communautés politiques en s’appuyant sur l’étude des carrières des officiers angevins au XIIIe-XVe siècles. Il s’agit, à partir des parcours personnels de chaque individu, de réfléchir à la constitution d’un corps de spécialistes de la chose publique avec leurs réseaux, leur formation, leurs compétences, à l’échelle d’un vaste territoire disjoint dans l’espace et dans le temps constituant l’ensemble des terres angevines : Anjou, Maine, Provence, Lorraine, Italie du Sud et Sicile, Piémont, Lombardie et Italie communale, Hongrie, Pologne, Morée, Balkans. Ce projet a été pensé sur la base d’une collaboration étroite entre des chercheurs historiens et des chercheurs informaticiens.

2La méthode proposée repose sur la mise en commun de la masse d’information recueillie sur l’ensemble des officiers et l’analyse de leur trajectoire professionnelle et de leurs interconnexions. Cette solution passe par la constitution d’une base de données prosopographiques permettant de recueillir et de mettre en relation des données provenant de différentes sources, de différents utilisateurs (la communauté de chercheurs et de doctorants), tout en proposant un enrichissement automatique et incrémental des données.

3Les informations ainsi collectées et enrichies seront diffusées au sein d’un portail internet qui offrira :

  • pour le grand public : un dictionnaire de notices biographiques des officiers,
  • pour la communauté des chercheurs : une interface graphique et un ensemble d’outils permettant d’effectuer d’une part des comptages et analyses de distribution statistiques et d’autre part des analyses spatiales, temporelles et des analyses de réseaux grâce à des outils de visualisation innovants.

4Dans cet article, nous montrons comment l’outil informatique contribue à l’enrichissement du savoir sur l’objet d’étude, ici l’officier angevin, par la mise en commun des données et un travail collaboratif de la communauté de chercheurs historiens, et par des processus automatiques de traitement des données saisies.

Présentation générale de la Base de Données et exigences pour les informations collectées

5La base de données EUROPANGE est centrée officier : c’est donc la table OFFICIER qui constitue le cœur du modèle. Tout autour s’organisent les tables contenant les informations descriptives d’un officier, informations qui pourront par la suite être utilisées comme dimensions d’analyse. Ces informations portent sur l’identité de l’officier, sa formation, sa carrière professionnelle et les liens personnels qu’il entretient avec d’autres individus : cet ensemble constitue la « fiche » d’un officier.

6Les besoins en analyse vont guider la nature et la forme des informations à collecter. Nous décrivons ci-après leurs spécificités.

Des informations datées et spatialisées

7Pour permettre des analyses spatiales et temporelles, par exemple l’étude chronologique des carrières et la mobilité géographique des officiers, il est nécessaire que l’information soit autant que possible datée et spatialisée. Ainsi la datation de tous les évènements liés à la vie et à la carrière d’un officier, lorsqu’elle est connue, est prévue : naissance, décès, dates de nomination, entrées en charge, sorties en charge, attestations d’exercice etc. De la même façon, la dimension spatiale est captée par l’acquisition des lieux d’action : origine, naissance, décès, sépulture, lieu d’exercice des charges… Ces saisies, souvent incomplètes, et de qualité et de précision variables, devront être traitées. Nous verrons dans la suite de cet article comment l’outil informatique permettra d’enrichir ces données grâce à des procédures spécifiques.

Des informations normalisées ou contextualisées

8Pour permettre de faire émerger des modèles de groupe via l’étude de parcours individuels, les informations recueillies doivent être comparables. Or l’étendue du champ d’étude, dans l’espace et dans le temps, ne permet pas de disposer simplement de référentiels uniques. L’information devra donc être normalisée lorsque cela est possible et contextualisée sinon. Nous avons introduit plusieurs nomenclatures, pouvant être enrichies au cours de la saisie, qui formalisent l’organisation de l’information et font émerger quand cela est possible un consensus. Ces nomenclatures sont structurées sous forme de liste, ou d’arborescence. Ainsi, par exemple, les chercheurs ont pu organiser de façon commune la liste des labels des fonctions, prédicats et titres universitaires des officiers angevins. Par contre, pour conserver la richesse et la diversité des données initiales, il a été décidé de constituer une arborescence du référentiel des charges pour chaque espace politique. L’identification de nœuds communs au sein de ces arborescences permettra le regroupement et la fusion des données au moment des analyses.

Des informations étendues à l’entourage

9Enfin le type d’analyses visées inclura le calcul et la visualisation des réseaux sociaux constitués par les officiers. La base permettra donc de saisir les liens de personne à personne. Pour permettre d’étendre l’analyse aux entourages professionnels, familiaux et hiérarchiques des officiers, il est nécessaire de compléter la base avec des données portant sur des individus non officier, souverains, membres du clergé, ou autres personnages d’intérêt. La nature des liens possibles fait, comme celle des charges, l’objet d’une nomenclature arborescente.

Apports de la Base de Données et principaux défis

10La base de données permet la persistance, la structuration et la restitution des informations connues sur les officiers angevins. Cette mise en commun sera incrémentale. L’application développée autour de la base de données intègre des outils pour le travail collaboratif et des outils pour l’enrichissement automatique des données.

Le travail collaboratif

11Comme nous l’avons mentionné, les données collectées seront publiées dans un portail web. Pour que la base de données devienne un réel outil de collaboration entre les chercheurs, la saisie a été orientée multi utilisateurs. L’interface de saisie est une interface web donnant l’accès en écriture à tout utilisateur agréé en tant que rédacteur. Ainsi, chaque fiche officier est-elle le fruit de la collaboration de plusieurs rédacteurs participant à la mise en commun de leurs connaissances.

12La rédaction partagée d’une fiche rend indispensable la gestion de la traçabilité de l’information, aussi un marquage sur l’origine de chaque saisie est effectué. Ce marquage identifie le rédacteur et les références de la source bibliographique utilisée, source manuscrite, ouvrage ou article de recherche. En plus de son origine, chaque information peut être qualifiée : information sûre ou information déduite, source de première ou de deuxième main.

Enrichissement automatique

13La mise en place d’un processus de recueil de données collaboratif est une première étape pour enrichir les informations sur chaque officier angevin répertorié par l’ajout d’informations issues de différentes sources bibliographiques et de différents chercheurs. L’application informatique va également contribuer à enrichir les données saisies grâce à des calculs, du recoupement ou de la fusion d’information.

14Un premier type d’enrichissement concerne la gestion des dates. En préalable, pour qu’un traitement automatique soit possible, il est indispensable que les dates saisies soient interprétables. Nous avons donc défini une grammaire pour l’écriture des dates que nous exprimons sous forme d’expressions régulières et que nous contrôlons à la saisie. Cette grammaire permet d’exprimer des dates éventuellement incomplètes (jour mois année avec des unités manquantes) et de les qualifier par des préfixes (ante, cerca, post) pour constituer des dates isolées, des périodes, des intervalles ou des alternatives (vel). Nous utilisons ensuite une procédure basée sur la conversion de ces dates en estampilles temporelles pour pouvoir leur appliquer des comparaisons temporelles (relations d’Allen : avant, pendant etc) et les ordonner chronologiquement. Ce traitement va nous permettre par exemple de reconstituer la trajectoire professionnelle d’un officier en ordonnant les différents événements qui la constitue (première et dernière mentions, entrée en charge, prise de fonction, attestation d’exercice etc.).

15L’identification des liens entre personnes est utilisée pour enrichir les données. Ainsi notre nomenclature de liens permet-elle de définir des liens réciproques qui pourront être suggérés au rédacteur lors de sa saisie. Ces liens réciproques peuvent porter sur des liens de nature familiale (enfant/parent), mais aussi juridique (dominus/vassalus) ou hiérarchique (a nommé/ a été nommé par). Ces liens permettront de construire des graphes orientés sur lesquels des indicateurs (degrés de centralité, prestige, proximité etc.) pourront être calculés.

16La dimension spatiale est également exploitée. Chaque lieu, quel que soit son niveau de détail, de la localité à l’espace politique, est géo-référencé dans la nomenclature des lieux. Ces coordonnées sont utilisées lors de la visualisation de la fiche officier pour cartographier certains événements de la vie de l’officier (origine ou naissance, lieux d’exercice des charges). Lors de la phase d’analyse, nous pourrons utiliser cette géo-localisation pour effectuer des analyses spatiales plus poussées, par exemple des calculs sur les zones d’influence, les itinéraires ou couvertures spatiales.

17Finalement, de nouvelles connaissances vont émerger du rapprochement entre individus. Ce rapprochement peut conduire à la fusion de deux fiches d’officier, lorsque l’analyse des données fait apparaitre des similarités dans le parcours de carrière ou les éléments biographiques, suggérant qu’il s’agit du même individu. En effet, l’interface autorise la saisie d’information présentant des variantes (par exemple plusieurs types de noms, patronymique, historiographique etc. avec plusieurs graphies possibles), des informations incomplètes ou imprécises (les dates, les lieux), des informations contextualisées (les charges par espace politique). Toutes ces possibilités vont pouvoir être exploitées afin de calculer des mesures de similarité entre fiches et permettront de détecter d’éventuels doublons et d’opérer à des suggestions de fusion ou de correction d’information.

Conclusion

18L’originalité et la richesse du projet Europange sont liées à l’étendue du territoire concerné, composé de plusieurs espaces politiques, à l’étendue de la période d’étude et à la contribution d’une communauté de chercheurs spécialistes de l’étude des territoires angevins au Moyen Âge. Pour ce projet, l’informatique est un outil de travail privilégié pour la valorisation des données. La constitution d’une base de données a nécessité de trouver des solutions pour s’adapter à la nature des données hétérogènes et pouvoir les représenter sous un même modèle. La mise en place d’une application web de recueil des informations et les outils associés contribuent à enrichir la connaissance de la communauté de chercheurs. Nous sommes actuellement en phase de peuplement de la base de données et nous prévoyons de développer de nouveaux outils d’analyse pour mettre en évidence de nouvelles connaissances.

Auteurs

LIRIS-CNRS UMR 5205, INSA-Université de Lyon - anne.tchounikine@insa-lyon.fr

LIRIS-CNRS UMR 5205, INSA-Université de Lyon - maryvonne.miquel@insa-lyon.fr

© Publications de l’École française de Rome, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540