Version classiqueVersion mobile

Le pouvoir des bons mots

 | 
Pascal Montlahuc

Première partie. « Faire rire » et politique aux deux derniers siècles de la République : De l’orateur à la cité (milieu IIIe S.-c. 44 a.C.)

« Faire rire » et politique aux deux derniers siècles de la République De l’orateur à la cité (milieu IIIe S.-c. 44 a.C.)

Texte intégral

  • 2  Le corpus réuni ici ne permet pas d’identifier de claire concentration de bons mots avant l’époque (...)
  • 3  44 épisodes sur 186 (25 sur 77 dans le chap. I, 19 sur 109 au chap. II) sont impossibles à dater a (...)

1Cette première partie considère les éléments concrets du « faire rire » politique, telles la dynamique de l’échange, la prise en considération de l’auditoire présent et du type d’humour qu’il impliquait, l’analyse des lieux de son expression ou encore la force de subversion de certains épisodes railleurs. Si l’évolution du rire en lui-même ne peut être appréhendée par une étude chronologique sur un laps de temps aussi bref2 (notamment car nombre d’anecdotes n’offrent pas d’éléments de datation3), les conditions politiques concrètes de son expression peuvent, quant à elles, faire l’objet d’analyses qui viennent compléter et nuancer la thèse d’un « rire de contrôle ». Souligner le décalage entre, d’une part, les préceptes énoncés par l’orateur Cicéron, le rhéteur Quintilien ou le moraliste Plutarque et, de l’autre, le caractère dynamique de l’échange caustique dans la vie publique de l’autre permet ainsi d’esquisser un portrait du « faire rire » politique tardo-républicain et de pointer les faiblesses de toute approche théorique. La volonté d’analyser le caractère adaptable de l’humour en fonction de ses conditions spécifiques conduit à étudier les pratiques humoristico-politiques des procès, du Sénat, des contiones, de la rue, et de la campagne militaire. Ce premier temps de la réflexion, appuyé sur l’analyse de 186 notices (77 pour le chapitre I, 109 pour le chapitre II), vise à discuter du jeu latent entre des plaisanteries, des acteurs et des auditoires en permanente recomposition : les hiérarchies socio-politiques perceptibles par ce prisme ne correspondent pas toujours à celles considérées par le biais d’autres critères et s’avèrent bien plus fuyantes et moins sclérosées qu’on ne l’a souvent écrit.

Notes

2  Le corpus réuni ici ne permet pas d’identifier de claire concentration de bons mots avant l’époque césarienne.

3  44 épisodes sur 186 (25 sur 77 dans le chap. I, 19 sur 109 au chap. II) sont impossibles à dater avec précision.

© Publications de l’École française de Rome, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search