Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Annexe I. La stèle d’Aesernia (Samnium)

p. 413-419


Texte intégral

Image 10000000000002A9000002E4CE2B683A420FEAEE.jpg

Fig. 5 – Stèle dite d’Aesernia. Paris, musée du Louvre (inv. MA3165).

© RMN-Grand Palais (musée du Louvre)/Hervé Lewandowski.

1Ce monument particulier, généralement daté du Ier s. apr. J.-C.1, a été mis au jour à Isernia (Molise), l’ancienne Aesernia, municipe du Samnium2 ; le lieu exact de la découverte est en revanche inconnu. L’inscription qui y figure détaille les comptes d’un caupo et de son client :

L(ucius) Calidius Eroticus sibi / et Fanniae Voluptati u(iuus) f(ecit). / Copo, computemus. Habes uini s(extarium) unum. Pani[s] / : a(sse) uno. Pulmentar(ium): a(ssibus) duobus. Conuenit. Puell[a] : / a(ssibus) octo. Et hoc conuenit. Faenum / mulo : a(ssibus) duobus. Iste mulus me ad factum / dabit.

« Lucius Calidius Eroticus a fait faire cette inscription de son vivant pour lui-même et pour Fannia Voluptas.
‟Aubergiste, l’addition !
– Tu as un demi-litre de vin. Du pain : un as. Le plat du jour : deux as.
– D’accord.
– La fille : huit as.
– D’accord pour ça aussi.
– Du foin pour ta mule : deux as.
– Cette maudite mule causera ma mort3 !” »

2Le texte est assorti d’un bas-relief qui représente l’aubergiste et son client, aisément reconnaissable à son manteau de voyage caractéristique, en train de compter sur leurs doigts, tandis que la mule du voyageur piaffe d’impatience.

3Cette stèle, qui semble nous donner à voir un caupo dans l’exercice de son activité professionnelle, figure en bonne place dans les études consacrées à l’« intendance du voyage » dans l’Antiquité romaine, où elle est fréquemment convoquée en tant que témoignage direct de la vie d’une auberge italienne au début de l’Empire4, voire des auberges romaines en général5, en raison de son apparente appartenance au domaine des realia. Elle est notamment mise à profit pour illustrer les différents types de service qu’un caupo était susceptible de fournir à ses clients6 : en l’occurrence ici, repas, boisson, prostitution, éventuellement hébergement et fourrage pour la monture du voyageur, rien en somme qui doive nous surprendre si l’on compare ces données avec le reste de la documentation disponible7. Le détail de l’addition soulève en revanche quelques problèmes d’interprétation. Par exemple, le prix du vin n’est pas précisé mais simplement sa quantité : il pourrait toutefois être compris dans celui du pulmentarium, le « plat du jour ». Manque également le prix de la chambre ; peut-être que ce caupo n’avait fourni à son client qu’un service de jour avant que ce dernier ne reprenne la route. Cela ne serait pas impossible, puisque le recours aux établissements d’accueil sans prestation d’hébergement est bien attesté par ailleurs8 ; le prix de la chambre pourrait d’autre part avoir été compris dans celui des prestations de la prostituée9. De fait, au regard de la confrontation possible avec les sources pompéiennes, qui appartiennent selon toute vraisemblance à un contexte géographique et historique proche de celui de l’inscription d’Aesernia10, le coût des services de la puella apparaît anormalement haut. Ainsi, si l’on considère les 45 graffiti pompéiens où sont mentionnés des tarifs de prestations sexuelles stipendiées, le prix moyen s’y élève à 4,43 as, tandis que la plupart des sommes mentionnées tournent autour de deux as11. Par comparaison, la somme de huit as présente dans l’inscription d’Aesernia semble donc très élevée et tranche avec les autres prix du texte, qui apparaissent, pour leur part, assez vraisemblables. Si le prix de la chambre était inclus dans celui de la puella, ce surcoût s’en trouverait sans doute justifié.

4Toutefois, les doutes légitimes que soulèvent la nature et la signification de la pierre et de l’inscription invitent à ne pas pousser trop avant cette lecture réaliste de la stèle d’Aesernia. Sans doute convient-il d’inscrire ce monument dans le champ des représentations associées à l’accueil mercantile plutôt que d’y voir le reflet de pratiques réelles, sans que ces deux dimensions entrent nécessairement en dissonance.

5La nature de ce document singulier, stèle funéraire ou enseigne, apparaît en effet impossible à établir, tant sa forme plastique et le début de l’inscription, un formulaire funéraire classique, contrastent avec la teneur du dialogue qui lui fait suite12. S’il s’agit réellement d’une inscription funéraire, son sens véritable paraît bien incertain. Les épitaphes romaines, quand elles s’affranchissent du formulaire simple, tendent à faire l’éloge du dédicataire, en rappelant le souvenir de sa vie passée, tout en s’adressant aux vivants13. Cela doit être le cas ici : mais l’identité du personnage commémoré, la teneur du message délivré et, en conséquence, le réalisme des informations que le monument pourrait receler posent problème. On pourrait d’abord proposer de voir en L. Calidius Eroticus le client représenté en manteau de voyage sur le bas-relief. Cette interprétation s’accorderait avec un phénomène bien établi au sein de la culture romaine, dans le domaine funéraire et plus largement dans le registre philosophico-religieux : l’assimilation de la vie à un trajet à parcourir et plus précisément à une auberge où l’homo uiator ne ferait que passer14. Le réalisme de l’inscription d’Aesernia s’en trouverait dès lors sujet à caution, dans la mesure où les différentes prestations mentionnées pourraient servir à rappeler de manière symbolique le souvenir des plaisirs de la vie que le défunt, dans son voyage vers l’au-delà, a dû quitter. Dans ce cas, cette inscription pourrait être par exemple rapprochée de l’épitaphe d’un Tib. Claudius Secundus à Rome :

Balnea, uina, Venus / corrumpunt corpora nostra / sed uitam faciunt / b(alnea), u(ina), V(enus)15.

6Néanmoins, l’éloge funéraire du défunt ferait dans ce cas preuve d’un certain goût pour l’humour noir, sans équivalent ailleurs, si le iste mulus me ad factum dabit de l’inscription doit être effectivement compris comme « cette maudite mule causera ma mort16 ». On pourrait également faire de L. Calidius Eroticus le caupo du dialogue ; il serait alors plus probable que la scène ait à voir avec les pratiques commerciales d’un établissement réel. Toutefois, lorsque les aubergistes romains mentionnent leur profession dans des inscriptions et surtout dans des inscriptions funéraires, ils ont tendance à mettre l’accent sur leur probité et sur leur hospitalité ; or c’est plutôt l’impression inverse qui se dégage de ce document, puisque le dialogue se clôt sur les protestations du client quant au prix du foin qu’il juge excessif17.

7Une autre hypothèse interprétative a été avancée par H. Bannert18. Selon cet auteur, serait en fait reproduit, dans cette inscription métrique et le bas-relief qui l’accompagne, un extrait de comédie, plus précisément de mime ou d’atellane, deux genres qui s’étaient spécialisés dans la représentation satirique et grotesque du petit peuple et de la vie quotidienne. Il pourrait également s’agir d’un passage de comedia togata, genre qui connaît une grande vogue au Ier s. av. J.-C. et qui n’a jamais véritablement disparu par la suite ; ce genre s’était spécialisé dans la représentation de la vie quotidienne de Rome, tant et si bien qu’on utilisait parfois le nom de tabernaria, « comédie des boutiques », pour le désigner19. À la différence de ce qu’il en était pour l’atellane, plus directement liée à la Grèce, les personnages y étaient vêtus à la romaine ; ils n’étaient pas excessivement grimés et ne portaient sans doute pas de masques, ici absents du bas-relief20. On comprendrait alors mieux la construction du texte, qui ressemble fort, effectivement, à un échange comique, avec des effets d’attentes, de reprises et de ruptures propres à déclencher le rire. Les deux premiers prix sont normaux, le troisième prix est exagéré mais le voyageur ne bronche pas – l’obscénité de la mention de la prostituée étant également très représentative de la comédie populaire romaine21. Le retour à un prix normal voit par contre réagir à contretemps le client, qui, contre toute attente, s’en prend à sa mule plutôt qu’à l’aubergiste. Nous voyons ainsi se dessiner une saynète qui n’est pas si différente de ce que nous connaissons des comédies grecques ou romaines22. Toujours selon H. Bannert, L. Calidius Eroticus serait en réalité un comédien, mime ou histrion et ce passage aurait constitué en quelque sorte son morceau de bravoure, qui lui aurait conféré une certaine notoriété, au moins à l’échelle de la région23. On aurait dans ce cas affaire à un véritable éloge funèbre, assez original il est vrai. Cette hypothèse a le mérite d’expliquer l’étrangeté de la stèle ; on peut toutefois lui opposer le fait que le caractère théâtral de la scène représentée n’est pas vraiment visible, contrairement à ce que l’on trouve ailleurs dans des bas-reliefs de représentations scéniques24. En s’appuyant sur les conclusions de l’auteur, on pourrait enfin proposer que L. Calidius Eroticus ait réellement exercé le métier de caupo et qu’il ait choisi de faire représenter sur sa tombe un passage d’une comédie célèbre, ou du moins suffisamment connue pour qu’il la juge emblématique de sa profession. Ni le texte, ni le bas-relief, directement ou par le biais de la confrontation avec d’autres sources, ne permettent toutefois de trancher avec certitude.

8Avant de conclure, il reste à rendre compte de la seconde interprétation qui a pu être avancée pour ce monument, celle d’une enseigne qui parodierait sous une forme humoristique le libellé des inscriptions funéraires. Cette hypothèse aurait pour elle le nom des personnages mentionnés, L. Calidius Eroticus et Fannia Voluptas : la double référence aux plaisirs du corps et de la boisson25, dont il est question dans l’addition, semble effectivement trop belle pour être véritable26, ce qui pousse I. Di Stefano Manzella et G.G. Fagan à se prononcer en faveur de cette lecture commerciale27. Ces différents gentilices et cognomina sont toutefois bien attestés en Italie au Ier s. apr. J.-C. ; une inscription d’Aesernia voit d’ailleurs un M. Calidius Balbinus, quattuoruir iure dicundo et tribun militaire, commémoré par son fils Lucius (CIL, IX, 2645), tandis que, toujours à Aesernia, CIL, IX, 2686 évoque une Fannia Lea, elle-même sans doute affranchie. D’autre part, si l’on trouve bien au sein de la documentation quelques inscriptions à caractère publicitaire qui, dans leur libellé et leur aspect formel, se rapprocheraient effectivement d’inscriptions funéraires, la référence n’est jamais poussée aussi loin que la stèle d’Aesernia. Le monument s’en trouverait de nouveau renvoyé au rang d’énigmatique unicum28.

9Par conséquent, aucune interprétation ne prévaut pour ce monument tout à fait unique en son genre. Si le détail de l’inscription et du bas-relief peut être corroboré par le reste de la documentation disponible, la lecture réaliste de l’ensemble doit être au moins mise en doute, contrairement à l’approche généralement adoptée à son sujet.

Notes de bas de page

1  Flobert 1980, p. 123-124 ; T. Kleberg propose de le dater plus largement de l’époque impériale (1957, p. 118 = 1934, p. 41).

2  Sur l’ensemble du monument, voir Fröhner 1873-1875 ; Marquardt 1892- 1893, 2, p. 102-103 ; Maiuri 1950, p. 285 ; Kleberg 1957 passim, particulièrement p. 69-70 et p. 118-119 = 1934, p. 87-88 et p. 41 ; Viti 1970 ; Diebner 1979, 1, p. 174-175 et 2, pl. 38, fig. 62 ; Flobert 1980 ; Di Stefano Manzella 1992, p. 16-18 ; Bannert 2005 ; Le Guennec 2011 ; Fagan 2017. Pour une description précise de la pierre, voir Diebner 1979, 1, p. 174 ; Flobert 1980, p. 122.

3  CIL, IX, 2689 = ILS, 7478 (AE, 1983, 329 f ; AE, 2005, 433) ; restitution d’après Flobert 1980.

4  Voir Kleberg 1957, p. 69-70 et p. 137, n. 112 et 113 = 1934, p. 87-88 : « L’importante ville fortifiée d’Aesernia dominait les deux voies de communication principales de Campanie et de Bénévent. C’est de là que provient la fameuse inscription funéraire CIL IX 2689 avec son relief et le dialogue entre un voyageur sur le point de quitter l’auberge et la (sic) copo. Cela nous donne le droit de supposer l’existence d’une auberge dans la ville, supposition dont la légitimité ne fait pas de doute. » Voir également Flobert 1980, p. 128.

5  Voir par exemple Casson 1974, p. 207 ; Chevallier 1988, p. 77.

6  Voir Marquardt 1892-1893, 2, p. 102-103 et n. 9 : « Mais l’antiquité nous a légué un type de compte d’hôtellerie des débuts de l’Empire, dans le fameux relief d’Aesernia, qui représente un homme en costume de voyage, tenant en bride un mulet et comptant avec son hôtesse ; au-dessus est gravé pour l’éternité leur vulgaire dialogue. » Kleberg 1957, p. 90 et p. 140, n. 44 : « La fameuse inscription d’Aesernia CIL IX 2689 avec son dialogue entre l’hôtesse et le voyageur quittant l’auberge ne laisse pas subsister le moindre doute : en plus du vin, du pain, du logis, du fourrage pour l’âne, la note mentionne aussi puella. » Voir également, Kleberg 1934, p. 112 ; Casson 1974, p. 207 : « A relief found in a town in southeast Italy amusingly summarizes the range of services an ancient inn provided. » Mrożek 1975, p. 26 : « Ce texte montre ce que pouvait coûter un repas dans une auberge. » Flobert 1980, p. 128 : « Il n’est pas sûr que la mémoire de L. Calidius Eroticus, hôtelier complaisant, expert à procurer “bon vin, bon giste et belle chambriere” mérite tant de sollicitude ; reconnaissons au moins que le sculpteur du cru n’avait pas flatté son portrait. » André – Baslez 1993, p. 466 ; McGinn 2004, p. 17 ; Bannert 2005, p. 203 avec références complémentaires. G.G. Fagan (2017), à la suite d’A. Maiuri (1950, p. 285) ou de A. Viti (1970), voit même dans la pierre une publicité pour une auberge (cf. infra).

7  Cf. chap. I.

8  Cf. Apul., met., 1, 4, 6 et sans doute Hor., sat., 1, 5, 71-76. On évoquera également le cas des popinae qui ne fournissaient pas d’hébergement mais qui n’en étaient pas moins fréquentées par les voyageurs de passage (cf. Suet., Vit., 13, 6).

9  C’est, entre autres, l’hypothèse défendue par T.A.J. McGinn (2004, p. 17), qui reconnaît toutefois le caractère parodique de la pierre.

10  Voir par exemple la grille de prix proposée par L. Breglia (1950).

11  McGinn 2004, p. 42 ; Guzzo – Scarano Ussani 2006, p. 67. Des prestations allant de 8 à 32 as sont attestées à Pompéi, mais à une fréquence bien inférieure à celle des prix compris entre 0, 25 et 7 as.

12  Le plupart des historiens se prononcent en faveur de l’interprétation funéraire. Cf. Diebner 1979, 1, p. 175 : « Meines Erachtens läßt die Formulierung “vivus fecit” keinen Zweifel daran, dass es sich um ein Grabrelief handelt. » Voir également Flobert 1980, p. 122 ; Bannert 2005, p. 211. En faveur de la seconde hypothèse, voir Maiuri 1950, p. 285 ; Viti 1970 ; Di Stefano Manzella 1992, p. 16-18 (qui n’exclut toutefois pas l’interprétation funéraire de la pierre) ; et plus récemment G.G. Fagan (2017), selon qui la pierre était suffisamment fine pour avoir été fixée en guise d’enseigne dans un mur ou un linteau.

13  Voir Storoni-Mazzolani 1991 ; cf. par exemple CIL, VI, 10731 (CLE, 647) ; CIL, VI, 22215 (CLE, 801) ; CIL, XI, 4010 (CLE, 120).

14  Sur ce motif, cf. chap. IV.

15  « Les bains, le vin, Vénus, corrompent nos corps ; mais ce sont les bains, le vin et Vénus qui font la vie » (CIL, VI, 15258 = ILS, 8157 ; CLE, 1499).

16  Sur cette expression et son interprétation, voir Flobert 1980, p. 126-127.

17  Ce monument rappellerait l’inscription RE1, où il est question des tromperies commerciales de l’institor tabernas Vitalis ; mais dans ce cas, il s’agit d’implorer le pardon des victimes du défunt et non de tourner ces dernières en dérision !

18  Bannert 2005.

19  Dumont – François-Garelli 1998.

20  Ibid., p. 174. Voir Reddé 1978, p. 54 sur les rapports entre le développement de l’atellane et du mime à partir du Ier s. av. J.-C. et celui du goût pour la représentation iconographique des métiers et de la vie quotidienne.

21  Dumont – François-Garelli 1998, p. 175 et 182.

22  Cf. le rapprochement opéré par W. Fröhner (1873-1875, 1, p. 88-91) avec une comédie de Philémon, le Πιττοκοπούμενος (fr. 63+64 Kock = fr. 66+67 P.C.G. Kassel-Austin). Voir également McGinn 2004, p. 44-45 ; Bannert 2005, p. 206.

23  Eroticus n’est pas forcément un pseudonyme, même si les acteurs pouvaient être amenés à dissimuler leur identité sous des noms de scène pour échapper à la réputation d’infamie associée aux métiers du théâtre (cf. Cic., Att., 10, 16, 5 au sujet de la mime Volumnia, qui se faisait appeler Cytheris). On connaît ainsi à Rome un L. Scribonius Eros, qui fut à la tête d’une troupe de mimes (CIL, VI, 4649).

24  Cf., par exemple, un relief du monument de P. Numitorius Hilarus datant du Ier s. av. J.-C., aujourd’hui exposé au Palazzo Massimo alle Terme de Rome (inv. 34355 bis), qui représente une scène de l’Astyanax d’Accius. La frons scaenae est très visible en arrière-plan (Beacham 1991, p. 123).

25  Calidius faisant écho au terme calidum, qui désigne le vin tiède coupé d’eau qu’affectionnaient les consommateurs (cf. Plaut., Curc., 293). Selon I. Di Stefano Manzella (1992, p. 18), le gentilice Fannia serait une allusion à la lex Fannia cibaria, loi somptuaire de 161 av. J.-C. dont le nom était devenu proverbial à Rome.

26  Voir Diebner 1979, 1, p. 175 ; Flobert 1980, p. 124.

27  Di Stefano Manzella 1992, p. 18 ; Fagan 2017.

28  Le seul parallèle possible est constitué par CIL, VI, 9556, enseigne vantant les mérites d’un marbrier-graveur du Champ de Mars, qui s’ouvre par une invocation aux Dieux Mânes (Di Stefano Manzella 1992, p. 16) ; mais ici, le choix du formulaire funéraire paraît déterminé par la profession exercée par le commanditaire de l’inscription (qui dans ce cas précis devait en être également l’auteur), qu’il s’agisse d’un trait d’humour ou plus sûrement d’une manière pour lui de faire montre de ses talents de gravure. On mentionnera également l’inscription CIL, XII, 5732 = ILN, 2-A, 53 (CLE, 121), qui pourrait chercher à parodier les appels aux passants des épitaphes romaines. En revanche, le rapprochement établi par G.G. Fagan entre la stèle d’Aesernia et un monument romain conservé au Pergamonmuseum (inv. SK 890), sur lequel sont figurées, en compagnie d’une quatrième femme, les trois Grâces enlacées, flanquées de l’inscription Ad sorores IIII (CIL, VI, 10036, 1) et qui a été lui aussi interprété tantôt comme une dédicace funéraire, tantôt comme une enseigne de bordel, ne paraît guère recevable, tant pour la lettre du texte que pour la forme respective de ces deux monuments : ce parallèle paraît avant tout suscité par l’assimilation fréquente au sein de la littérature secondaire entre accueil mercantile et prostitution. Voir dans le même sens Trillmilch 1983, p. 312-317 et p. 346-349, qui se prononce pour sa part pour un remploi commercial de ce qui était bien à l’origine une stèle funéraire.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.