Version classiqueVersion mobile

Rome, archéologie et histoire urbaine : trente ans après l’Urbs (1987)

 | 
Cyril Courrier
, 
Jean-Pierre Guilhembet
, 
Nicolas Laubry
, 
et al.

Troisième partie – Nouvelles approches

La visibilité du travail et des travailleurs dans la Ville

Nicolas Tran

Résumé

Depuis la fin des années 1980 et la publication des actes du colloque L’Urbs. Espace urbain et histoire, les recherches sur les travailleurs (les artisans et les petits commerçants, en particulier) se sont beaucoup développées, dans plusieurs directions complémentaires. Le monde socio-économique de la taberna est de mieux en mieux connu. Mais ces progrès ne doivent pas occulter la diversité des conditions spatiales d’exercice des métiers. Et les travailleurs se déployaient aussi dans la ville dans le cadre d’une sociabilité distincte du travail proprement dit.

Texte intégral

  • 1 Morel 1987.
  • 2 Andreau 1987.
  • 3 Étienne 1987.

1Les gens de métier apparaissent dans plusieurs articles des actes du colloque L’Urbs. Espace urbain et histoire. Ils sont au cœur de la contribution de J.-P. Morel, intitulée « La topographie de l’artisanat et du commerce dans la Rome antique1 ». Cependant, des gens de métier se trouvent aussi dans l’article de J. Andreau sur l’espace de la vie financière, qui souligne la nette distinction entre les lieux où étaient établis les petits banquiers, changeurs et encaisseurs, d’une part, et les points de rencontre des prêteurs d’argent, d’autre part2. Les mensae des premiers relevaient du monde de la taberna. Enfin, l’article de R. Étienne traite de la propriété des grands horrea de la capitale, bien plus que de leur personnel3. Quelques horrearii sont tout de même passés en revue. Le travail et, en particulier, les travailleurs spécialisés sont donc présents dans ce volume, qui rassemble presque toutes les catégories de la société romaine.

  • 4 Joshel 1992. Voir le compte rendu de Carrié 1995.
  • 5 Knapp 2011.

2Durant les trois décennies qui ont suivi la publication de L’Urbs. Espace urbain et histoire, les recherches sur les gens de métier se sont développées dans plusieurs directions complémentaires. Paru en 1992, le livre de S.R. Joshel fut révélateur d’un nouvel engouement pour cette thématique. Il a participé d’un regain d’intérêt pour l’histoire du travail à Rome, même si l’accueil qui lui a été réservé fut mitigé4. Il est vrai que ses prémices peuvent surprendre. L’ouvrage entendait réagir à une historiographie dominante, écrite à la lumière de sources produites essentiellement par et sur l’élite. Les travailleurs, comme les esclaves ou les femmes, seraient des « groupes muets » dont il faudrait « écouter le silence », pour rendre justice à leur contribution à la vie sociale. Des dispositions voisines apparaissent en fait dans de multiples travaux. Près de vingt ans après S.R. Joshel, en 2011, R. Knapp a décrit les individus que d’autres qualifient d’ordinaires ou de subalternes comme les Invisible Romans5.

  • 6 De Robertis 1963.
  • 7 Sen., Epist., 56, 4.
  • 8 Mart., 4, 64, 22.
  • 9 Vincent 2015, p. 135, et 2017, p. 644-645.
  • 10 Bradley 2002 ; Wilson 2003 ; Flohr 2003.
  • 11 M. Flohr 2013a, p. 184 : « the most common hazards are smells, noise, heat, and pollution. » En ou (...)

3Pourtant, la multiplication des travaux sur les travailleurs urbains semble montrer que les gens de métier ne sont pas à ce point invisibles dans les sources, pour la bonne raison qu’ils étaient très visibles, sinon omniprésents, dans les paysages urbains de l’Antiquité. En d’autres termes, leur invisibilité supposée tient beaucoup à la relative rareté des regards portés sur eux ; et à l’écho un peu trop faible de travaux pionniers, comme ceux de F.M. De Robertis notamment6. D’où le choix de centrer ce bilan historiographique sur la présence du travail et des travailleurs dans l’espace romain, et donc sur leur visibilité. Il faudrait d’ailleurs, sous l’influence des développements récents de l’anthropologie historique, ne pas se cantonner à un seul des cinq sens. Les travailleurs contribuaient à façonner le paysage sonore de la Ville. Les descriptions de Sénèque7, se plaignant du bruit des marteaux, et de Martial8, à l’écoute des ahanements des haleurs et du chant du pilote rythmant leur travail, sont célèbres9. Certaines activités produisaient aussi de fortes odeurs. Ainsi, l’ampleur réelle des nuisances olfactives et, plus largement, environnementales causées par les fouleries a suscité des débats dans les années 200010, presque réglés – du moins me semble-t-il – par le livre de M. Flohr11. Le second objectif de ces quelques pages est de souligner que le monde du travail était présent dans l’espace urbain, sous de multiples aspects. Cet univers ne se résumait pas aux tabernae, indépendamment de leur importance et de leur empreinte sur le paysage urbain. Les lieux de travail et la manière dont les travailleurs investissaient la Ville étaient plus divers. D’autant que leur visibilité ne se réduisait pas aux espaces de travail au sens strict.

Le « monde » de la taberna et de ses tenanciers

  • 12 Ellis 2018.
  • 13 Schoevaert 2018.
  • 14 Monteix 2010.
  • 15 Voir les chroniques de fouilles régulières dans les MEFRA, à partir du numéro 113-1 (2001).
  • 16 E.g. Brun 1998. Voir le projet « Building tabernae » de M. Flohr, à l’Université de Leyde.
  • 17 E.g., sur l’Afrique, Wilson 2001 et 2002 ; Amraoui 2017.
  • 18 Tran 2013, p. 331-339.

4Le « monde de la taberna » et de ses tenanciers, pour paraphraser le sous-titre de l’ouvrage de S.J.R. Ellis, a beaucoup intéressé12. Ce thème s’est transformé en un carrefour où se sont rencontrés des archéologues du bâti et des techniques, d’une part, et des historiens des économies et des sociétés urbaines, d’autre part. La première catégorie de chercheurs s’appuie notamment sur les vestiges archéologiques de boutiques. Des sites plus ou moins éloignés de la capitale impériale en fournissent un grand nombre. Ceux d’Ostie ont nourri le livre de J. Schoevaert13. N. Monteix a consacré sa thèse aux boutiques et ateliers d’Herculanum14, tandis que le Centre Jean-Bérard fouillait divers ateliers pompéiens15. Plusieurs études ont porté – ou sont en cours – sur d’autres villes d’Italie16 et au-delà, dans l’Empire17. Une connaissance plus précise de l’organisation matérielle (non seulement des plans, mais aussi des aménagements et de l’ameublement) des tabernae a été atteinte. Un trait saillant tient à la diversité des lieux de travail. Ils présentent des caractéristiques communes, comme un large seuil ouvert sur la rue, une fermeture par des planches, un entresol ou une mezzanine. Cependant, sous la même appellation conventionnelle de taberna se trouvent classées de modestes pièces uniques aussi bien que des locaux plus vastes, comportant notamment une ou plusieurs pièces en guise d’arrière-boutique18.

  • 19 Wallace-Hadrill 2000. L’article décrit p. 203-208 : deux files régulières de boutiques longeant la (...)
  • 20 Pettineau 1996. Le bâtiment C présente une double enfilade de tabernae, où des supports pour mezza (...)
  • 21 Holleran 2012, p. 107, à propos du forum de César et du temple des Dioscures notamment. On peut me (...)
  • 22 Holleran 2012, p. 108-109. Voir aussi Battistin 2015.
  • 23 Morel 1987, p. 134.

5Ces travaux archéologiques, en particulier ceux consacrés aux villes du Vésuve et d’Ostie, retentissent sur notre vision de Rome. La documentation y est plus restreinte, sans être négligeable pour autant. Un article de synthèse d’A. Wallace-Hadrill énumère les séries de tabernae liées à des insulae découvertes dans la Ville19. Le dernier ensemble décrit était inconnu lors du premier colloque sur l’Urbs, puisque sa publication, dans un catalogue d’exposition, s’est faite en 199620. De manière générale, les ressemblances entre les tabernae de Rome et d’Ostie sont très nettes, même si la Ville possède des spécificités, liées à la plus grande irrégularité de son tracé viaire notamment. Dans son livre, C. Holleran a repris cette documentation, en ajoutant aux tabernae des insulae celles attenantes à divers bâtiments publics21. Tout en soulignant le schématisme du plan de marbre et les difficultés à l’interpréter, elle souligne la représentation de nombreuses tabernae sur la Forma Vrbis Romae22. J.-P. Morel évoquait déjà ses « rangées infinies de boutiques »23.

  • 24 Purcell 1994, p. 659.
  • 25 Papi 2002.
  • 26 Morel 1987, p. 139 : « Par ces opérations à la Haussmann, le centre de Rome, désormais réservé aux (...)
  • 27 Andreau 1987, passim.
  • 28 Papi 2002.
  • 29 CIL IX, 4680 ; VI, 712 (cf. aussi XIV, 2886).

6De la reconstitution de ce paysage ressort l’idée que Rome était une ville de boutiques. N. Purcell l’a écrit avec beaucoup de force : « What is most specially characteristic of the Roman city is the shop, the taberna. Rome was a city of shops, its people a nation of shopkeepers24. » Cette omniprésence est observable sur la longue durée et jusqu’au cœur monumental de la Ville, comme l’a souligné E. Papi25. Aussi convient-il de nuancer l’idée vigoureusement émise par J.-P. Morel d’un éloignement progressif de l’artisanat et du commerce vers la périphérie, qui aurait découlé du mépris aristocratique à l’égard d’activités considérées avant tout comme des sources de nuisances26. Malgré un ton abrupt, pointant « des opérations à la Haussmann », J.-P. Morel met lui-même de l’eau dans son vin en évoquant la présence de l’artisanat dans « la périphérie du centre ». En réalité, le phénomène sans doute le plus remarquable correspond à la dispersion des activités artisanales, commerciales et financières, comme le soulignait J. Andreau dès 198727. Cette dispersion allait de pair avec l’existence de zones d’artisanat groupé, ou « clusters » pour les anglophones. Des professionnels exerçant le même métier se trouvaient parfois regroupés dans les mêmes petits quartiers28, à l’image des orfèvres et joailliers de la uia Sacra ou des uestiarii du uicus Tuscus, ou autour d’un même monument, à l’image des negotiatores uinarii a septem Caesaribus29.

  • 30 Hawkins 2016.
  • 31 Marcone 2016.
  • 32 Tran 2013.
  • 33 Pirson 1999.
  • 34 Di Porto 1984 ; Aubert 1994 ; Andreau 2004.
  • 35 Buonopane – Cenerini 2003 ; Holleran 2013.
  • 36 Tran 2017a.
  • 37 Berrendonner 2007 ; Holleran 2017b ; Thomas 2004 (article fondamental sur la location d’esclaves).
  • 38 Tran 2013, p. 324-331. Sur cette question, mais avec un centrage sur Pompéi : Flohr 2007.

7L’une des tendances des dernières décennies a résidé dans la volonté de ne pas s’en tenir à l’étude des structures bâties, mais à mieux comprendre le « monde » de la boutique et de l’atelier. La démarche relève d’une histoire sociale au sens large, à la fois socio-économique et socio-culturelle. Cette historiographie du travail s’est développée sous de multiples formes, par exemple à travers la synthèse ouverte aux théories économiques de C. Hawkins30 ou la somme collective éditée par A. Marcone31. L’ambition de cerner tous les aspects du rapport au travail des gens de métier s’est parfois appuyée sur la notion de statut de travail, forgée par J. Andreau et reprise par plusieurs de ses élèves32. Dans le cas des petits – ou moins petits – entrepreneurs, les différents modes d’exploitation et de gérance étaient au cœur de ces statuts. Des travaux sur le marché locatif33 et surtout sur les institores ou « schiavi managers34 » ont constitué des avancées importantes. Au-delà des maîtres artisans et commerçants, toutes les catégories représentées dans les tabernae et parmi leur main-d’œuvre ont suscité des enquêtes, qu’il s’agisse des femmes35, des apprentis36, ou encore des employés serviles ou libres37. Les tabernae instructae étaient non seulement des espaces équipés en fonction des activités pratiquées, mais aussi des ensembles humains traversés par des relations de pouvoir. Une bonne partie d’entre elles servaient de logements, dans lesquels des individus ou des familles vivaient dans des conditions plus ou moins précaires38.

  • 39 Castrén 2000.
  • 40 Monteix – Tran 2011.
  • 41 Courrier 2014.
  • 42 Veyne 2000.
  • 43 Mayer 2012.
  • 44 Voir la discussion sur les recherches de P. Veyne dans Courrier 2014, p. 299-365 ; et les comptes (...)

8L’exploitation d’une affaire artisanale ou commerciale déterminait des identités sociales, revendiquées sur les épitaphes. Les informations topographiques associées aux noms de métier renvoyaient à des tabernae instructae – nous dirions des entreprises – qui avaient pignon sur rue et avaient fait la réputation du défunt39. C’est en cela que l’affichage d’une identité professionnelle, dans certains cas au moins, s’articulait avec le sentiment et l’expression d’une fierté professionnelle. Celle-ci transparaît sur des inscriptions, par le biais d’épithètes laudatives ou de discours plus construits. Les maîtres artisans étaient fiers de leur savoir technique et de leur excellence personnelle, que les sources littéraires et l’élite civique elle-même étaient enclines à leur reconnaître40. Pour les gens de métier, il s’agissait moins de manifester une fierté de classe que d’affirmer, sur un mode agonistique, une supériorité individuelle, distinctive au sein du monde du travail et de la plèbe urbaine. Quoi qu’on ait dit, ces discours visaient moins à réagir au mépris supposé des élites pour le travail qu’à se distinguer de la masse, des moins qualifiés et des plus pauvres. De ce fait, ces identités professionnelles et leur revendication participaient de la culture d’une partie de la plèbe de Rome41. Que cette catégorie puisse se confondre avec la plebs media de P. Veyne42 ou avec l’hypothétique « Roman middle class » d’E. Mayer43 a soulevé des débats44. Quoi qu’il en soit, même si les tabernarii ont été décrits comme des figures archétypales de la plèbe urbaine, ils n’étaient pas les seuls travailleurs spécialisés à l’œuvre dans la Ville.

Diversité des lieux de travail et des modes d’investissement de la Ville

  • 45 Holleran 2017a.

9La taberna ne doit pas occulter l’existence d’autres cadres techniques, économiques, sociaux et topographiques du travail urbain. Comme l’a souligné C. Holleran : « Commercial activity does not always require a particular architectural space or structure in which to take place, meaning that relying on the taberna alone gives only a partial picture of urban commercial activity45. »

  • 46 Plin., Nat., 33, 118-119.
  • 47 Musco et al. 2008 ; Voir aussi la notice en ligne : A. Caspio, S. Musco, « Impianto della fullonic (...)
  • 48 Flohr 2013a, p. 211.
  • 49 Flohr 2013a, p. 215 : la foulerie de l’Oppius représentée sur la FVR se trouvait dans une modeste (...)
  • 50 On pourrait faire le même constat pour d’autres activités comme la construction, qui a tendu à pri (...)

10Parmi les structures architecturales différentes des tabernae figurent de vastes bâtiments que J.-P. Morel a décrit comme des « manufactures » dans son article de 1987. C’est ainsi qu’il définissait des ateliers de potiers, implantés en périphérie de la Ville, ou encore la fabrique de minium évoquée par Pline l’Ancien46. Il faut désormais leur adjoindre le vaste établissement de Casal Bertone. Malheureusement, il n’est connu que par de brefs articles, relevant du signalement préalable à une véritable publication, qui se fait attendre47. Cette foulerie qualifiée d’industrielle48 couvrait environ 1 000 m2 et abritait une centaine de cuves. Compte tenu de sa localisation sur la uia Collatina, à l’arrivée des routes de l’Apennin central, ses travailleurs devaient se charger de la finition d’étoffes venant de cette région. Toute proportion gardée, ce gigantisme hors norme rappelle le décalage perçu entre les grandes fouleries d’Ostie et les établissements beaucoup plus modestes également attestés dans le port de Rome, dans la capitale elle-même49 et dans les villes du Vésuve. La coexistence de structures de tailles très différentes était caractéristique de l’économie de Rome et de ses environs immédiats : il faut en faire le constat de manière apaisée, si l’on juge utile de dépasser, au moins pour partie, l’opposition un peu sclérosante entre « primitivisme » et « modernisme ». En outre, l’existence de ces grandes fouleries, comme celles des grandes boulangeries d’Ostie, permet de se départir d’une vision trop restrictive de l’artisanat comme un ensemble d’activités impliquant nécessairement une haute maîtrise technique. Au contraire, ces grands établissements employaient une main-d’œuvre peu qualifiée, effectuant des tâches simples et répétitives50.

  • 51 Parmi la bibliographie récente sur les macella de Rome, voir Chillet – Bertrand 2016.
  • 52 Déjà souligné par Andreau 1987, p. 166. Sénèque (Epist., 95, 42) évoque une vente aux enchères de (...)
  • 53 CIL VI, 9183.
  • 54 CIL VI, 9181-9182 : argentarii fori Vinari.
  • 55 CIL VI, 9189-9190 : coactores de porto Vinario.
  • 56 Voir l’arc des argentiers du forum Boarium à l’époque de Septime Sévère.
  • 57 Garcia Morcillo 2005.
  • 58 Petron., 29, 3.
  • 59 Chioffi 2010, qui prend pour point de départ CIL VI, 22355a. Dans la même zone du cliuus Capitolin (...)
  • 60 CIL VI, 396 (a. 60), 397 (a. 63), 398 (a. 86) ; CIL VI, 351.

11Certains commerçants exerçaient aussi dans des complexes architecturaux différents des files de tabernae ouvertes sur la rue. Les marchands de viande et de poisson œuvraient dans les macella de la capitale, en tant que locataires d’emplacements de vente notamment51. Néanmoins, leur pratique ne se réduisait pas à un petit commerce de détail, comme l’atteste l’organisation de ventes aux enchères, au macellum Liuiae et au macellum Magnum52. À l’image de L. Calpurnius Daphnus, argentarius macelli Magni, des banquiers faisaient crédit aux acheteurs en ces occasions, tandis que des praecones donnaient de la voix53. Dans des lieux de vente de vin (forum Vinarium54 et portus Vinarius55) ou de bestiaux (forum Boarium56) se jouaient également de telles scènes, caractéristiques de la vie commerciale romaine57. Enfin, les marchands d’esclaves œuvraient aussi dans des espaces spécialisés. Ces uenalicia n’ont pas laissé de traces archéologiques repérables dans la topographie de la Ville et Pétrone n’y fait qu’une très rapide allusion58. Toutefois, un petit dossier épigraphique tend à signaler l’existence d’un uenalicium sur les pentes du Capitole ou à proximité immédiate59. Trois des inscriptions concernées sont dédiées à la fois au Genius uenalicii et à I(uppiter) O(ptimus) M(aximus), et une autre encore au Genius uenalicii et à Isis Frugifer, qu’il faut probablement identifier à Isis Capitolina60.

  • 61 Marin – Virlouvet 2016 ; Chankowski – Lafon – Virlouvet 2018.
  • 62 Virlouvet 2006, p. 51-54.
  • 63 Dubouloz 2008.

12En ce qui concerne les horrea et leur très hypothétique relation avec le commerce de détail, notre vision est désormais plus claire qu’en 1987, grâce aux travaux réalisés et dirigés par C. Virlouvet61. Dans la plupart des cas, les artisans et les petits commerçants qui évoquent des entrepôts pour localiser leur activité doivent se référer aux environs de ces bâtiments et non à leur aménagement intérieur62. Néanmoins, les entrepôts constituaient des lieux de travail, non seulement pour le personnel de gestion et de manutention, mais aussi pour les marchands qui y louaient des emplacements. Le stockage était une dimension incontournable de leur métier, sur les plans non seulement logistique, mais aussi commercial et financier. Les horrea étaient des lieux de transactions, qui répondaient à des règles spécifiques63. Et les tablettes des Sulpicii découvertes à Pouzzoles font connaître des pratiques d’emprunt sur gages auxquelles se livraient les marchands.

  • 64 Holleran 2012, p. 194-231 ; Tran 2013, p. 288-296.
  • 65 Holleran 2016.
  • 66 Dig., 9, 2, 11, pr. (Ulp., Ad. ed., 18).
  • 67 Voir Dig., 14, 3, 5, 4 (Ulp., Ad ed., 28) ; Ov., Ars, 1, 419-420. Colin 2000.

13En outre, toute une partie du monde du travail met à mal une vision trop restrictive du lieu de travail, limité aux travailleurs strictement sédentaires. Plusieurs travaux de synthèse ont ainsi cherché à placer les tabernarii dans un éventail socio-professionnel plus large64. Les marchands installés dans la rue, derrière leurs étals, et les marchands ambulants qui allaient bruyamment à la rencontre de leurs clients faisaient partie du paysage. Les conditions de logement obligeaient une large frange de la population à se nourrir de plats cuisinés, souvent achetés dans la rue65. D’autres travailleurs manuels, tel le barbier d’un cas d’école conservé au Digeste66 ou quelque ravaudeur, s’installaient aussi dans l’espace public. En outre, les rues étaient parcourues par des colporteurs qui vendaient leurs produits à domicile. Certains étaient les préposés de marchands plus installés, d’autres se fournissaient auprès d’eux67.

  • 68 DeLaine 1997 et 2000.
  • 69 Tran 2017b. Voir aussi Bernard 2017.
  • 70 Holleran 2017b, p. 92.
  • 71 Suet., Claud., 22.
  • 72 Suet., Vesp., 18.
  • 73 Freu 2009.

14D’un point de vue quantitatif, les travailleurs les plus visibles dans les espaces ouverts de la Ville de Rome appartenaient au secteur de la construction. La capitale impériale abritait en permanence de multiples chantiers de travaux publics et d’innombrables chantiers privés. En conséquence, J. DeLaine a pu estimer que, toutes spécialités confondues, ce secteur devait employer entre 4 à 6 % de la population totale, soit entre 40 et 60 000 personnes si la Ville avait compté un million d’habitants68. Ledit secteur se fondait majoritairement sur un tissu de petites entreprises amenées à collaborer entre elles, en fonction des formes et des fluctuations – conjoncturelles et saisonnières – de la demande69. Le recours fréquent à une main-d’œuvre d’appoint, de salariés dont on louait le travail, apportait un autre élément de souplesse. Or l’emploi de journaliers requérait une organisation spécifique et devait avoir une empreinte sur le paysage urbain70. Suétone raconte que Claude, alors qu’il devait faire réciter des prières propitiatoires depuis les Rostres du Forum, après le passage d’un oiseau de mauvais augure, fit écarter une foule de manœuvres et d’esclaves71. Cette operariorum seruorumque turba regroupait sans doute, au moins en grande partie, des ouvriers en quête d’une embauche. De même, la plebicula que Vespasien entendit préserver, quand un mechanicus lui proposa de transporter d’énormes colonnes à moindre frais, était sans doute en bonne partie composée de journaliers72. Du reste, le secteur de la construction n’était probablement pas le seul à recourir à une main-d’œuvre de ce type. Une partie des portefaix, de l’emporium notamment, devaient travailler sous le même statut73.

Visibilité du travail ou visibilité des travailleurs ?

  • 74 Par ailleurs, la participation de certaines catégories professionnelles à des fêtes du culte civiq (...)
  • 75 Ausbüttel 1982 ; Royden 1988.
  • 76 Perry 2006 ; Tran 2006 ; Liu 2009 ; Dondin-Payre – Tran 2012.
  • 77 Liu 2013.
  • 78 Bollmann 1998. Voir aussi Bollmann 1997.

15Enfin, la visibilité des travailleurs ne se réduisait pas à celle de leur travail, dans le sens où certains pans de leur sociabilité marquaient le paysage urbain, mais ne relevaient pas directement du champ de l’économie. Il s’agissait de pratiques communautaires, cultuelles et festives, souvent organisées dans un cadre associatif74. Aussi les collèges professionnels d’Italie et d’Occident ont-ils inspiré de nombreuses recherches durant les dernières décennies, dès les années 198075 et surtout dans les années 200076. Encore une fois, ce courant historiographique ne s’est pas cantonné à la Ville, malgré la synthèse de J. Liu77, mais il en a modifié la compréhension. L’ouvrage de B. Bollmann en donne l’illustration pour la topographie et l’aménagement des lieux de réunion des collèges78.

  • 79 CIL VI, 33885.
  • 80 CIL VI, 9404.
  • 81 Goffaux 2011.

16Les associations les plus puissantes rivalisaient entre elles pour disposer du siège le plus soigné, car il en allait de leur respectabilité et de celle de leurs membres. Néanmoins, tous les lieux de réunion ne prenaient pas la forme de bâtiments occupés de manière pérenne et exclusive. En outre, la terminologie propre aux maisons d’association s’avère délicate à manier. Historiens et archéologues utilisent volontiers l’appellation conventionnelle de schola. Les ivoiriers et ébénistes du Trastevere fréquentaient une schola, comme ils le rappelèrent sous Hadrien, dans leur règlement79. De même, un collège de cordonniers était établi in scola sub theatro Aug(usto) Pompeian(o)80. Néanmoins, toutes les scholae ne se valaient pas et ne renvoyaient pas forcément aux mêmes réalités architecturales. B. Goffaux a ainsi souligné les ambiguïtés de ce terme81. Il désignait le plus souvent une salle de réunion, sans préjuger de l’ensemble architectural où celle-ci prenait place. En somme, les grandes maisons d’association connues à Ostie ne doivent pas induire en erreur. À Rome comme ailleurs, elles ne représentaient qu’un modèle parmi d’autres de lieux de réunion. Ce modèle se fondait sur une dissociation nette entre les espaces du travail et de la vie associative.

  • 82 Tran 2007.

17Dans d’autres cas, les deux dimensions pouvaient s’imbriquer, au point d’entrer en tension. Un célèbre dossier épigraphique, que les historiens nomment « le procès des foulons », a été réexaminé dans cette perspective82. Le litige paraît lié à l’empiétement de l’activité professionnelle des foulons, sur un espace public qu’ils occupaient gratuitement en qualité de cultores de Fons. La défense des fontani consista à faire valoir leur qualité de collège autorisé desservant un sanctuaire de quartier. Néanmoins, pour la partie adverse (le fisc ou l’adjudicataire d’une taxe), ils étaient avant tout des fullones, dont les activités devaient déborder indûment de leurs fullonicae. Au total, le compte rendu des audiences souligne à quel point les différentes facettes de l’identité sociale des fullones / fontani modelaient, dans leur complémentarité, le paysage d’un petit quartier de Rome.

  • 83 Tran 2008 ; Van Haeperen 2010 ; Tran 2018.
  • 84 AE 1915, 97 (EDR072736).
  • 85 CIL VI, 8826 (a. 102).
  • 86 De Cristofaro – Di Mento – Rossi 2017. AE 1946, 91 (EDR073564).

18Les sacella aménagés au sein d’entrepôts de Rome révèlent aussi l’imbrication du travail et des activités cultuelles83. Ces lieux de culte devaient renforcer la cohésion de communautés de travail composées de professionnels indépendants les uns des autres, mais qui avaient intérêt à se connaître et à collaborer. Telle était sans doute la situation des negotiatores des horrea Agrippiana qui reçurent, de trois des leurs, une statue du Génie de ces entrepôts84. La vie associative permettait aussi de renforcer les liens entre les usagers des lieux de stockage et leur personnel de gestion. Ainsi, le collegium Liberi Patris et Mercuri negotiantium cellarum uinariarum Nouae et Arruntianae Caesaris nostri délivra l’immunité, c’est-à-dire une exemption de cotisation, à l’esclave impérial Cinnamus85. Il devait exercer sa fonction de dispensator dans le bâtiment abritant les cellae uinariae. Les negotiantes n’eurent pas à se plaindre de leur geste, puisque Cinnamus leur fit un don ob immunitatem et il est vraisemblable que les liens noués avec lui furent utiles à leur pratique professionnelle. Récemment, la fouille d’un vaste complexe, juste au sud de l’actuelle Porta Portese et dont plusieurs salles contenaient des cuves de tannage, a été mise en relation avec une dédicace à Jupiter Siluanus, au Numen de la domus diuina et au Genius coriarior(um) confectorum86. Ce monument devait se trouver dans un sacellum aménagé à l’intérieur ou à proximité immédiate d’une tannerie importante. Ses inventeurs proposent de l’identifier aux Coraria Septimiana, placés dans la même zone du Trastevere par les Régionnaires.

  • 87 Les idées principales sont exposées une première fois dans Hawkins 2013. Voir aussi Verboven 2011.
  • 88 Broekaert 2011.
  • 89 Liu 2017.

19Si la vie associative se déroulait en marge du travail, elle n’en avait pas moins un impact majeur sur la vie économique. Les historiens ont beaucoup insisté sur ce point depuis quinze ans, sous l’influence des New Institutional Economics (la fameuse NIE). De ce point de vue, la thèse de C. Hawkins a commencé à être discutée juste après sa soutenance en 2006, même si elle n’est devenue un livre qu’en 201687. Pour paraphraser le titre d’un article de W. Broekaert, quels avantages économiques y avait-il à appartenir à un collège professionnel88 ? Pour utiliser les concepts de l’économiste R. Coase, les associations professionnelles abaissaient les coûts de transaction, dans le sens où elles réduisaient les efforts, le temps et les difficultés inhérents à la mise en relation des acteurs économiques. Elles constituaient des réseaux facilitant la diffusion de l’information et la construction de la confiance. Cette organisation avait l’avantage de la souplesse, par rapport à une éventuelle organisation en entreprises de grande taille. La faiblesse des coûts de transaction au sein du réseau rendait rédhibitoires les coûts d’intégration, que le développement de grandes « firmes » aurait causé. L’une des raisons expliquant le succès de telles théories tient à ce qu’elles ont semblé dépasser l’opposition entre « modernisme » et « primitivisme ». La rareté des grandes entreprises à Rome ne serait pas un signe de sous-développement, mais le révélateur d’une économie dont les traits originaux étaient conciliables avec un certain niveau de performance. Toutefois, une trop grande insistance sur l’efficacité permise par les institutions a pu paraître trop optimiste, si bien que le retour de balancier n’a pas tardé. Ainsi, J. Liu a souligné que les collèges professionnels, en tant qu’associations fermées opposant strictement « insiders » et « outsiders », créaient leurs propres rigidités89. En outre, il serait naïf d’imaginer les collèges comme le théâtre d’une parfaite amitié d’affaires entre pairs, œuvrant à la prospérité générale. Très hiérarchisés, ces collèges étaient dominés par des élites restreintes, qui se préoccupaient en priorité de leurs intérêts économiques particuliers. Les débats de fond du passé ne sont donc pas totalement éteints, en dépit des pétitions de principe. Néanmoins, pour ce qui concerne les collèges professionnels et leur empreinte dans l’espace urbain, l’orientation récente de la recherche a permis de mieux arrimer au fonctionnement de l’économie des phénomènes qui en semblaient en marge.

  • 90 Mart., 7, 61, 1.

20En somme, considérer les formes d’activités les plus diverses permet sans doute de percevoir le déploiement des travailleurs dans la ville de manière plus dynamique. Une telle démarche rend en effet possible une meilleure appréhension de l’articulation entre les activités pratiquées à l’intérieur, d’une part, et à l’extérieur, d’autre part. Ces deux environnements étaient moins opposés que complémentaires. Aucun n’était strictement cloisonné. Ainsi, la question de l’empiètement des tabernarii sur les rues, signalé par des vers fameux de Martial, est souvent rappelée90. Et les activités majoritairement de rue ou d’extérieur devaient aussi recourir à des locaux, pour stocker des équipements ou des marchandises notamment. De même, l’examen des lieux de réunion des associations professionnelles conduit à s’interroger sur l’articulation entre des espaces dont la vocation était différente, mais complémentaire. La richesse de la vie sociale des habitants de Rome contribuait à la complexité foisonnante et bigarrée de l’espace urbain.

Bibliographie

Amraoui 2017 = T. Amraoui, L’artisanat dans les cités antiques de l’Algérie (Ier siècle avant notre ère-VIIe siècle après notre ère), Oxford, 2017.

Andreau 1987 = J. Andreau, L’espace de la vie financière à Rome, dans L’Urbs 1987, p. 157-174.

Andreau 2004 = J. Andreau, Les esclaves « hommes d’affaires » et la gestion des ateliers et commerces, dans Andreau – France – Pittia 2004, p. 111-126.

Andreau – France – Pittia 2004 = J. Andreau, J. France, S. Pittia (dir.), Mentalités et choix économiques des Romains, Bordeaux, 2004.

Aubert 1994 = J.-J. Aubert, Business Managers in Ancient Rome. A Social and Economic Study of Institores. 200 BC-AD 250, Leyde-New York-Cologne, 1994.

Ausbüttel 1982 = F.M. Ausbüttel, Untersuchungen zu den Vereinen im Westen des römischen Reiches, Kallmünz, 1982.

Battistin 2015 = F. Battistin, Abitare nella Roma dei Severi. Studio delle tipologie abitative dai frammenti della Forma Urbis marmorea, dans ArchClass, 66, 2015, p. 547-574.

Bernard 2017 = S.G. Bernard, Workers in the Roman Imperial building industry, dans C. Laes, K. Verboven (dir.), Works, labor and professions in the Roman world, Leyde, 2017, p. 246-261.

Berrendonner 2007 = C. Berrendonner, Mercennarius dans les sources littéraires, dans J. Andreau, V. Chankowski (dir.), Vocabulaire et expressions de l’économie dans le monde antique, Bordeaux, 2007, p. 211-231.

Bertrand – Chillet 2016 = E. Bertrand, C. Chillet, Le macellum Liviae à Rome : vrai ou faux monument augustéen ?, dans MEFRA, 128-2, 2016, p. 469-485.

Bodel 2005 = J. Bodel, Caueat emptor: towards a study of Roman slaves-traders, dans JRA, 18-1, 2005, p. 181-195.

Bollmann 1997 = B. Bollmann, La distribuzione delle scholae delle corporazioni a Roma, dans C. Virlouvet (dir.), La Rome impériale. Démographie et logistique, Rome, 1997, p. 209-225.

Bollmann 1998 = B. Bollmann, Römische Vereinshäuser. Untersuchungen zu den Scholae der römischen Berufs-, Kult- und Augustalen-Kollegien in Italien, Mayence, 1998. 

Bradley 2002 = M. Bradley, It all comes out in the wash: looking harder at the Roman fullonica, dans JRA, 15-1, 2002, p. 20-44.

Broekaert 2011 = W. Broekaert, Partners in business. Roman merchants and the potential advantages of being a corporatus, dans AncSoc, 41, 2011, p. 221-256.

Brun 1998 = J.-P. Brun, Une parfumerie romaine sur le forum de Paestum, dans MEFRA, 110-1, 1998, p. 419-472.

Buonopane – Cenerini 2003 = A. Buonopane, F. Cenerini (dir.), Donna e lavoro nella documentazione epigrafica, Faenza, 2003. 

Carrié 1995 = J.-M. Carrié, [compte rendu de Joshel 1992], dans Annales HSS, 50-5, 1995, p. 1107-1110.

Castrén 2000 = P. Castrén, Vici et insulae: the homes and adresses of the Romans, dans Arctos, 34, 2000, p. 7-19.

Chankowski Lafon – Virlouvet 2018 = V. Chankowski, X. Lafon, C. Virlouvet (dir.), Entrepôts et circuits de distribution en Méditerranée antique, Athènes, 2018.

Chioffi 2010 = L. Chioffi, Congressus in venalicio: spazi urbani e mercato degli schiavi a Capua e a Roma, MEFRA, 122-2, 2010, p. 503-524.

Colin 2000 = X. Colin, Commerçants itinérants et marchands sédentaires dans l’Occident romain, dans E. Lo Cascio (dir.), Mercati permanenti e mercati periodici nel mondo romano, Bari, 2000, p. 149-160.

Courrier 2014 = C. Courrier, La plèbe de Rome et sa culture (fin du IIe siècle av. J.-C.-fin du Ier siècle ap. J.-C.), Rome, 2014.

De Cristofaro – Di Mento – Rossi 2017 = A. de Cristofaro, M. Di Mento, D. Rossi, Coraria Septimiana e Campus Iudeorum: novità dai recenti scavi fuori Porta Portese, dans Thiasos, 6, 2017, p. 3-39. 

De Robertis 1963 = F.M. De Robertis, Lavoro e lavoratori nel mondo romano, Bari, 1963.

DeLaine 1997 = J. DeLaine, The Baths of Caracalla. A study in the design, construction, and economics of large-scale building projects in Imperial Rome, Portsmouth, 1997. 

DeLaine 2000 = J. DeLaine, Bricks and mortar: exploring the economics of building techniques at Rome and Ostia, dans D.J. Mattingly, J. Salmon (dir.), Economies beyond agriculture in the Classical world, Londres-New York, 2000, p. 230-268.

Di Porto 1984 = A. Di Porto, Impresa collettiva e schiavo «manager» in Roma antica: II sec. a.C.-II sec. d.C., Milan, 1984.

Dondin-Payre – Tran 2012 = M. Dondin-Payre, N. Tran (dir.), Collegia. Le phénomène associatif dans l’Occident romain, Bordeaux, 2012.

Dubouloz 2008 = J. Dubouloz, Propriété et exploitation des entrepôts à Rome et en Italie (Ier-IIIe siècles), dans MEFRA, 120-2, 2008, p. 277-294.

Ellis 2018 = S.J.R. Ellis, The retail revolution. The socio-economic world of the taberna, Oxford, 2018.

Étienne 1987 = R. Étienne, Extra portam Trigeminam : espace politique et espace économique à l’Emporium de Rome, dans L’Urbs 1987, p. 235-249.

Flohr 2003 = M. Flohr, Fullones and Roman society. A reconsideration, dans JRA, 16-2, 2003, p. 447-450.

Flohr 2007 = M. Flohr, Nec quicquam ingenuum habere potest officina? Spatial contexts of urban production at Pompeii, AD 79, dans BABesch, 82-1, 2007, p. 129-148.

Flohr 2013a = M. Flohr, The world of the fullo: work, economy, and society in Roman Italy, Oxford, 2013.

Flohr 2013b = M. Flohr, [compte rendu de Mayer 2012], dans JRS, 103, 2013, p. 308-309.

Freu 2009 = C. Freu, Dockers et portefaix du monde romain : réflexions à partir de CTh XIV, 22, 1 concernant le corpus des saccarii du Portus Romanus, dans J.-J. Aubert, P. Blanchard (dir.), Droit, religion et société dans le Code Théodosien, Genève, 2009, p. 303-326.

García Morcillo 2005 = M. García Morcillo, Las ventas por subasta en el mundo romano: la esfera privada, Barcelone, 2005.

Goffaux 2011 = B. Goffaux, Schola : vocabulaire et architecture collégiale sous le Haut-Empire en Occident, dans REA, 113-1, 2011, p. 47-67.

Hawkins 2013 = C. Hawkins, Manufacturing, dans W. Scheidel (dir.), The Cambridge Companion to the Roman economy, Cambridge, 2013, p. 175-194.

Hawkins 2016 = C. Hawkins, Roman Artisans and the urban economy, Cambridge, 2016.

Holleran 2012 = C. Holleran, Shopping in Ancient Rome. The retail trade in the Late Republic and the Principate, Oxford, 2012.

Holleran 2013 = C. Holleran, Women and retail in Roman Italy, dans E. Hemelrijk, G. Woolf (dir.), Women and the Roman City in the Latin West, Leyde-Boston, 2013, p. 313-330.

Holleran 2016 = C. Holleran, Representations of food hawkers in Ancient Rome, dans M. Calaresu, D. van den Heuvel (dir.), Food hawkers: selling in the street from Antiquity to the Present, Londres, 2016, p. 19-42.

Holleran 2017a = C. Holleran, Finding commerce: the taberna and the identification of Roman commercial space, dans PBSR, 85, 2017, p. 143-170.

Holleran 2017b = C. Holleran, Getting a job: finding work in the City of Rome, dans C. Laes, K. Verboven (dir.), Works, labor and professions in the Roman world, Leyde, 2017, p. 87-103. 

Joshel 1992 = S.R. Joshel, Work, identity and legal status at Rome. A study of the occupational inscriptions, Oklahoma, 1992.

Knapp 2011 = R. Knapp, Invisible Romans, Cambridge, 2011.

Liu 2009 = J. Liu, Collegia Centonariorum. The guilds of textile dealers in the Roman West, Leyde-Boston, 2009.

Liu 2013 = J. Liu, Professional associations, dans P. Erdkamp (dir.), The Cambridge Companion to Ancient Rome, Cambridge, 2013, p. 352-368.

Liu 2017 = J. Liu, Group membership, trust networks, and social capital: a critical analysis, dans C. Laes, K. Verboven (dir.), Works, labor and professions in the Roman world, Leyde, 2017, p. 203-226.

L’Urbs 1987 = L’Urbs : espace urbain et histoire (Ier siècle av. J.-C.-IIIe siècle ap. J.-C.), Rome, 1987.

Marcone 2016 = A. Marcone (dir.), Storia del lavoro in Italia. L’età romana. Liberi, semiliberi e schiavi in una società premoderna, Rome, 2016.

Marin – Virlouvet 2016 = B. Marin, C. Virlouvet (dir.), Entrepôts et trafics annonaires en Méditerranée, Rome, 2016.

Mayer 2012 = E. Mayer, The ancient middle classes. Urban life and aesthetics in the Roman Empire, 100 BCE-250 CE, Cambridge, 2012.

Monteix – Tran 2011 = N. Monteix, N. Tran (dir.), Les savoirs professionnels des gens de métier. Études sur le monde du travail dans les sociétés urbaines de l’empire romain, Naples, 2011.

Monteix 2010 = N. Monteix, Les lieux de métier : boutiques et ateliers d’Herculanum, Rome, 2010.

Morel 1987 = J.-P. Morel, La topographie de l’artisanat et du commerce dans la Rome antique, dans L’Urbs 1987, p. 127-155.

Mouritsen 2012 = H. Mouritsen, [compte rendu de Mayer 2012], dans BMCR, 2012.09.40 : http://bmcr.brynmawr.edu/2012/2012-09-40.html.

Musco et al. 2008 = S. Musco, P. Catalano, A. Caspio, W. Pantano, K. Killgrove, Le complexe archéologique de Casal Bertone, dans Dossiers d’archéologie, 330, 2008, p. 32-39.

Papi 2002 = E. Papi, La turba inpia: artigiani e commercianti del Foro Romano e dintorni (I sec. a.C.-64 d.C.), dans JRA, 15-1, 2002, p. 45-62.

Perry 2006 = J.S. Perry, The Roman «collegia». The modern evolution of an ancient concept, Leyde-Boston, 2006.

Pettineau 1996 = B. Pettineau, Le insulae. Aspetti di un quartiere di Roma antica, dans Antiche stanze: un quartiere di Roma imperiale nella zona di Termini, Rome, 1996, p. 179-190.

Pirson 1999 = F. Pirson, Mietwohnungen in Pompeji und Herkulaneum: Untersuchungen zur Architektur, zum Wohnen und zur Sozial- und Wirtschaftsgeschichte der Vesuvstädte, Munich, 1999.

Purcell 1994 = N. Purcell, The City of Rome and the plebs urbana in the Late Republic, dans J.A. Crook, A. Lintott, E. Rawson (dir.), The Cambridge Ancient History. 2nd ed. IX : The Last Age of the Roman Republic, 146-43 B.C., Cambridge, 1994, p. 644-688.

Royden 1988 = H.L. Royden, The magistrates of the Roman professional collegia in Italy from the first to the third Century A.D., Pise, 1988.

Schoevaert 2018 = J. Schoevaert, Les boutiques d’Ostie : l’économie urbaine au quotidien (Ier s. av. J.-C.-Ve s. ap. J.-C.), Rome, 2018.

Thomas 2004 = Y. Thomas, Le droit comme matrice des catégories économiques à Rome, dans Andreau – France – Pittia 2004, p. 201-225.

Tran 2006 = N. Tran, Les membres des associations romaines. Le rang social des collegiati en Italie et en Gaules sous le Haut-Empire, Rome, 2006.

Tran 2007 = N. Tran, Le « procès des foulons ». L’occupation litigieuse d’un espace vicinal par des artisans romains, dans MEFRA, 119-2, 2007, p. 597-611.

Tran 2008 = N. Tran, Les collèges d’horrearii et de mensores à Rome et à Ostie, sous le Haut-Empire, dans MEFRA, 120-2, 2008, p. 295-306.

Tran 2011 = N. Tran, Les identités religieuses des artisans et commerçants romains, dans Thesaurus Cultus et Rituum Antiquorum (ThesCRA), VI, Stages and circumstances of life (work, hunting, travel), Los Angeles, 2011, p. 356-360.

Tran 2012 = N. Tran, Les activités cultuelles des associations romaines, dans Thesaurus Cultus et Rituum Antiquorum (ThesCRA), VIII, Private space and public space, polarities in religious life, Los Angeles, 2012, p. 81-85.

Tran 2013 = N. Tran, Dominus tabernae. Le statut de travail des artisans et des commerçants de l’Occident romain (Ier siècle av. J.-C.-IIIe siècle ap. J.-C.), Rome, 2013.

Tran 2017a = N. Tran, Ars et Doctrina: the socioeconomic identity of Roman skilled workers (Ist c. B.C.-IIIrd c. A.D.), dans C. Laes, K. Verboven (dir.), Works, labor and professions in the Roman world, Leyde, 2017, p. 246-261.

Tran 2017b = N. Tran, Entreprises de construction, vie associative et organisation du travail dans la Rome impériale et à Ostie, dans AC, 86, 2017, p. 115-127.

Tran 2018 = N. Tran, Les entrepôts dans le métier de négociant romain : associations professionnelles et réseaux commerciaux, dans Chankowski – Lafon – Virlouvet, p. 124-136.

Van Haeperen 2010 = F. Van Haeperen, Vie religieuse et horrea. Exemples de Rome et d’Ostie, dans ARG, 12, 2010, p. 243-259.

Verboven 2011 = K. Verboven, Introduction. Professional collegia: guilds or social clubs, dans AncSoc, 41, 2011, p. 187-195.

Veyne 2000 = P. Veyne, La « plèbe moyenne » sous le Haut-Empire, dans Annales HSS, 55-6, 2000, p. 1169-1199.

Vincent 2015 = A. Vincent, Les silences de Sénèque, dans Pallas, 98, 2015, p. 131-143. 

Vincent 2017 = A. Vincent, Une histoire de silences, dans Annales HSS, 72-3, 2017, p. 633-658.

Virlouvet 2006 = C. Virlouvet, Encore à propos des horrea Galbana de Rome : entrepôts ou ergastules, dans CCG, 17, 2006, p. 23-60.

Wallace-Hadrill 2000 = A. Wallace-Hadrill, Case e abitanti a Roma, dans E. Lo Cascio (dir.), Roma imperiale. Una metropoli antica, Rome, 2000, p. 173-220.

Wilson 2001 = A.I. Wilson, Timgad and textile production, dans D.J. Mattingly, J. Salmon (dir.), Economies beyond agriculture in the Roman world, Londres, 2001, p. 271-296.

Wilson 2002 = A.I. Wilson, Urban production in the Roman world: the view from North Africa, dans PBSR, 70, 2002, p. 231-273.

Wilson 2003 = A. Wilson, The archaeology of the Roman fullonica, dans JRA, 16-2, 2003, p. 442-446.

Notes

1 Morel 1987.

2 Andreau 1987.

3 Étienne 1987.

4 Joshel 1992. Voir le compte rendu de Carrié 1995.

5 Knapp 2011.

6 De Robertis 1963.

7 Sen., Epist., 56, 4.

8 Mart., 4, 64, 22.

9 Vincent 2015, p. 135, et 2017, p. 644-645.

10 Bradley 2002 ; Wilson 2003 ; Flohr 2003.

11 M. Flohr 2013a, p. 184 : « the most common hazards are smells, noise, heat, and pollution. » En outre, les fouleries rejetaient des eaux usées (cf. Dig. 31, 3, pr.) ce qui devait produire de la saleté et de la boue. La question du niveau des nuisances causées par ces ateliers a été débattue. Selon M. Flohr (contra M. Bradley), on a pris trop au pied de la lettre l’association proverbiale des foulons à l’utilisation de l’urine, en tenant trop peu compte des exagérations littéraires. L’usage de produits chimiques et de matériaux organiques par les tanneurs et les teinturiers devait aussi causer des nuisances olfactives. Sur un cas d’école de producteur de fromage, établi à Minturnes, incommodant son voisinage en faisant s’échapper de la fumée de son officine : Dig., 8, 5, 8, 5. Voir aussi l’article d’A. Vincent dans ce volume.

12 Ellis 2018.

13 Schoevaert 2018.

14 Monteix 2010.

15 Voir les chroniques de fouilles régulières dans les MEFRA, à partir du numéro 113-1 (2001).

16 E.g. Brun 1998. Voir le projet « Building tabernae » de M. Flohr, à l’Université de Leyde.

17 E.g., sur l’Afrique, Wilson 2001 et 2002 ; Amraoui 2017.

18 Tran 2013, p. 331-339.

19 Wallace-Hadrill 2000. L’article décrit p. 203-208 : deux files régulières de boutiques longeant la uia Lata, sur le Champ de Mars, à l’emplacement actuel de la Galleria Colonna et juste en face ; quelques centaines de mètres plus à l’est, trois immeubles découverts dans les années 1960 sur la via dei Maroniti et la via in Arcione, dont l’un comporte six boutiques ouvertes sur la rue ; l’insula adjacente à la scalatina di Santa Maria in Aracoeli où des tabernae à mezzanine sont conservées ; des structures de même type découvertes dans l’église Saints Jean et Paul, sur la pente du cliuus Scauri ; dans le secteur de Termini, les vestiges de cinq insulae du début du IIe siècle munies de boutiques et d’une petite foulerie.

20 Pettineau 1996. Le bâtiment C présente une double enfilade de tabernae, où des supports pour mezzanines en bois, semblables à ceux connus à Ostie, ont été découverts. De même, le rez-de-chaussée du bâtiment D comporte cinq boutiques à mezzanine.

21 Holleran 2012, p. 107, à propos du forum de César et du temple des Dioscures notamment. On peut mettre les boutiques attenantes à des temples en relation avec des désignations professionnelles, comme celle d’un numularius in aede [Hercul]is Oliuar(i) (AE 2013, 216, de Gaète). Voir aussi la contribution de G.L. Gregori et S. Orlandi dans ce volume.

22 Holleran 2012, p. 108-109. Voir aussi Battistin 2015.

23 Morel 1987, p. 134.

24 Purcell 1994, p. 659.

25 Papi 2002.

26 Morel 1987, p. 139 : « Par ces opérations à la Haussmann, le centre de Rome, désormais réservé aux fonctions de représentation et aux cultes, aux affaires judiciaires et à la politique ou ce qui en tient lieu, se trouve débarrassé des activités commerciales et artisanales, à quelques exceptions près, du reste beaucoup plus apparentes que réelles. »

27 Andreau 1987, passim.

28 Papi 2002.

29 CIL IX, 4680 ; VI, 712 (cf. aussi XIV, 2886).

30 Hawkins 2016.

31 Marcone 2016.

32 Tran 2013.

33 Pirson 1999.

34 Di Porto 1984 ; Aubert 1994 ; Andreau 2004.

35 Buonopane – Cenerini 2003 ; Holleran 2013.

36 Tran 2017a.

37 Berrendonner 2007 ; Holleran 2017b ; Thomas 2004 (article fondamental sur la location d’esclaves).

38 Tran 2013, p. 324-331. Sur cette question, mais avec un centrage sur Pompéi : Flohr 2007.

39 Castrén 2000.

40 Monteix – Tran 2011.

41 Courrier 2014.

42 Veyne 2000.

43 Mayer 2012.

44 Voir la discussion sur les recherches de P. Veyne dans Courrier 2014, p. 299-365 ; et les comptes rendus de Mayer 2012, proposés par Mouritsen 2012 et Flohr 2013b.

45 Holleran 2017a.

46 Plin., Nat., 33, 118-119.

47 Musco et al. 2008 ; Voir aussi la notice en ligne : A. Caspio, S. Musco, « Impianto della fullonica di Casal Bertone [Tiburtina] », sur le site www.entrepots-anr.efa.gr.

48 Flohr 2013a, p. 211.

49 Flohr 2013a, p. 215 : la foulerie de l’Oppius représentée sur la FVR se trouvait dans une modeste taberna.

50 On pourrait faire le même constat pour d’autres activités comme la construction, qui a tendu à privilégier la brique par rapport à la taille de pierre sous le Haut-Empire, ou le transport fluvial de pondéreux par halage.

51 Parmi la bibliographie récente sur les macella de Rome, voir Chillet – Bertrand 2016.

52 Déjà souligné par Andreau 1987, p. 166. Sénèque (Epist., 95, 42) évoque une vente aux enchères de poissons de luxe à l’époque de Tibère.

53 CIL VI, 9183.

54 CIL VI, 9181-9182 : argentarii fori Vinari.

55 CIL VI, 9189-9190 : coactores de porto Vinario.

56 Voir l’arc des argentiers du forum Boarium à l’époque de Septime Sévère.

57 Garcia Morcillo 2005.

58 Petron., 29, 3.

59 Chioffi 2010, qui prend pour point de départ CIL VI, 22355a. Dans la même zone du cliuus Capitolinus, d’où provient CIL VI, 399, la Forma Vrbis signale la présence d’un Graecostadium, mot qui a été interprété comme une déformation tardive de statarion Graecorum : l’expression initiale aurait renvoyé à un marché aux esclaves grecs. Voir aussi Bodel 2005.

60 CIL VI, 396 (a. 60), 397 (a. 63), 398 (a. 86) ; CIL VI, 351.

61 Marin – Virlouvet 2016 ; Chankowski – Lafon – Virlouvet 2018.

62 Virlouvet 2006, p. 51-54.

63 Dubouloz 2008.

64 Holleran 2012, p. 194-231 ; Tran 2013, p. 288-296.

65 Holleran 2016.

66 Dig., 9, 2, 11, pr. (Ulp., Ad. ed., 18).

67 Voir Dig., 14, 3, 5, 4 (Ulp., Ad ed., 28) ; Ov., Ars, 1, 419-420. Colin 2000.

68 DeLaine 1997 et 2000.

69 Tran 2017b. Voir aussi Bernard 2017.

70 Holleran 2017b, p. 92.

71 Suet., Claud., 22.

72 Suet., Vesp., 18.

73 Freu 2009.

74 Par ailleurs, la participation de certaines catégories professionnelles à des fêtes du culte civique contribuait à la visibilité des travailleurs. Par exemple, divers artisans participaient à la procession des Quinquatries, célébrées entre le 19 et le 23 de chaque mois de mars (Ov., Fast., 3, 809-849), et les pêcheurs participaient aux ludi piscatorii (Fest. 210 L). À ce sujet, voir Tran 2011 et 2012.

75 Ausbüttel 1982 ; Royden 1988.

76 Perry 2006 ; Tran 2006 ; Liu 2009 ; Dondin-Payre – Tran 2012.

77 Liu 2013.

78 Bollmann 1998. Voir aussi Bollmann 1997.

79 CIL VI, 33885.

80 CIL VI, 9404.

81 Goffaux 2011.

82 Tran 2007.

83 Tran 2008 ; Van Haeperen 2010 ; Tran 2018.

84 AE 1915, 97 (EDR072736).

85 CIL VI, 8826 (a. 102).

86 De Cristofaro – Di Mento – Rossi 2017. AE 1946, 91 (EDR073564).

87 Les idées principales sont exposées une première fois dans Hawkins 2013. Voir aussi Verboven 2011.

88 Broekaert 2011.

89 Liu 2017.

90 Mart., 7, 61, 1.

© Publications de l’École française de Rome, 2022

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search