Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Thermalisme en Toscane à la fin du Moyen Âge

 | 
Didier Boisseuil

Dossier 1. Les sites thermaux médiévaux

Texte intégral

1Ce dossier rassemble les notices, classées par ordre alphabétique, des sites thermaux étudiés dans le texte. Ces derniers sont désignés à l’aide de leur nom médiéval le plus fréquemment utilisé, car certains sont connus sous différents vocables. Par souci de commodité, nous avons regroupé tous les sites de San Casciano dei Bagni et de Viterbe qui sont nombreux dans le finage – bien qu’ils ne soient pas toujours identifiables – dans deux notices, une pour chacune des deux communes.

2Chaque notice comprend :

    • 1 Regione Toscana-Giunta Regionale. Dipartimento Agricoltura e foreste, di-partimento assetto del ter (...)
    • 2 Cf. A. Bencini, V. Duchi (1988); V. Duchi, F. Prati (1985); V. Duchi, A.A. Minissale, R. Rossi (198 (...)

    une présentation de l’espace thermal, c’est-à-dire – lorsque cela est possible – la situation et les caractéristiques des sources. Les références proposées pour la localisation des implantations thermales correspondent à celle de la série de cartes topographiques régionales éditée par la Région Toscane1. Les données sur la température et la minéralité des eaux thermales, proviennent d’études géologiques relativement récentes2. Nous avons produit ces informations à titre indicatif, car il n’est pas certain que les sources aient présenté au Moyen Âge strictement les mêmes caractéristiques que celles qui s’écoulent actuellement, mais il est vraisemblable cependant que la composition de toutes ces eaux sont proches.

  1. une présentation de la source et des infrastructures thermales au Moyen Âge où sont mentionnés les traits principaux des différents établissements de chacun des sites (date de leur première apparition, de leur éventuelle disparition, mention de leur forme, de leurs propriétaires...)

  2. une présentation des sites thermaux enfin (ampleur de l’habitat, rôle des autorités seigneuriales ou communales dans leur développement).

3Pour réaliser ces notices, nous avons utilisé plusieurs ouvrages qui sont pour la plupart cités soit dans la bibliographie générale, soit dans une rubrique bibliographique placée à la fin de chaque notice (pour les ouvrages rares ou très spécifiques). Nous nous sommes aussi servis de quelques autres documents :

  • d’une part, d’un ensemble de traités médicaux sur les eaux thermales. Une dizaine de médecins au moins, ont rédigé à la fin du Moyen Âge des ouvrages sur les bains. Leurs recueils mentionnent quelques sites et leurs équipements balnéaires, précisent les caractéristiques thérapeutiques des sources. Nous avons fait référence à ces ouvrages pour témoigner de l’importance de certains établissements et de plusieurs stations, mais nous avons volontairement négligé l’étude du discours médical produit par ces auteurs et leurs réflexions sur les sources thermales (analyse de la composition des eaux, propositions curatives), car elle relève d’une enquête à part entière qui n’est pas l’objet de notre propos.

  • 3 L’analyse des manuscrits de ces traités conservés dans les différentes bibliothèques européennes re (...)

4Voici la liste de ces principaux traités, consilia, tous publiés dans le De balneis omnia quae extant apud Graecos, Latinos et Arabas tam medicos quam quoscumque ceterarum artium probatos scriptores : qui vel integris libris, vel quoque alio modo hanc materiam tracteverunt : nuper hinc inde accurate conquista et excerpta atque in unum tandem hoc volumen redacta. In quo aquarum ac thermarum omnium, quae in toto fere orbe terrarum sunt, metallorum item et reliquorum mineralium nature vires atque usus exquisitissime explicantur, Venise, Lucaeantonii Iuntae, 15533.

    • 4 Cf. De balneis (1553), p. 181-182. Il a été publié une première fois en 1503 à Venise, cf. E. Cotur (...)

    de Gentile da Foligno (–, 1348), deux traités dont le premier fut rédigé vers 13404;

    • 5 Cf. De balneis (1553), p. 47 sq. Il fut édité en 1553 et republié bien plus tard par G. M. Nardi, c (...)

    Ugolino da Montecatini (1348-1350, 1429), un ouvrage intitulé Balneorum Italiae proprietatibus, rendu public en 1417 à Città di Castello5.

    • 6 Cf. De balneis (1553), p. 1 sq. Il fut publié une première fois à Ferrare en 1485, cf. E. Coturri ( (...)

    Michele Savonarola (1384, 1461), un traité ayant pour titre De balneis et thermis naturalibus omnibus Italiae, sique totius orbis proprietatibus ea-rum, rédigé vers 14406.

    • 7 Cf. De balneis (1553), p. 145 sq. Il fut publié une première fois à Pescia en 1489, cf. E. Coturri (...)

    Matteo Bendinelli (-, 1528-1530), un ouvrage dont le titre est De balneis Lucensibus Villae et Corsennae, achevé en 1483 et corrigé en 14867.

    • 8 Cf. De balneis (1553), p. 155v-157v; cf. E. Coturri (1958), p. 22.

    Lorenzo Bertolini (-, 1539), epistula cum tractatu de Balneo Corsennae, réalisé en 15048.

Carte 1 – Localisation des stations et des sites thermaux étudiés dans les limites de la région Toscane actuelle.
1 – Bagno a Valiano, 2 – Bagno al Calvello (ou Bagno delle Caldane), 3 – Bagno de Altare (ou Acqua Boria, Acqua del Masso del Mortaione, Acqua Passante), 4 – Bagno della Villa, 5 – Bagno delle Caldanelle, 6 – Bagno di Armaiolo, 7 – Bagno di Corsena (ou Bagno a Corsena, Bagni Caldi), 8 – Bagno di Gavorrano, 9 – Bagno di Macereto, 10 – Bagno di Montalceto, 11 – Bagno di Petriolo, 12 – Bagno di Piscille, 13 – Bagno di Poggio Santa Cecilia, 14 – Bagno di Prata, 15 – Bagno di Putidine, 16 – Bagno di Rapolano, 17 – Bagno di Roccatederighi, 18 – Bagno di Roselle, 19 – Bagno di San Filippo, 20 – Bagno di San Giovanni, 21 – Bagno di Sant’Ansano (ou Acqua Borra), 22 – Bagno di Saturnia, 23 – Bagno di Sellena (ou Bagno di Sant’Agnese), 24 – Bagno Vignoni, 25 – San Casciano dei Bagni (commune thermale), 26 – Stagno (Acqua Santa, Acqua Bogliora), 27 – Viterbe (commune thermale).

    • 9 Cf. De balneis (1553), p. 58 sq.; cf. E. Coturri (1958), p. 8.

    Mengo Bianchelli plus connu sous le nom de Menfo Faventino (1440-1524), un ouvrage De balneis tractatus, rédigé en 15139.

    • 10 Cf. De balneis (1553), p. 262. Médecin à Turin, il n’eut pas une connaissance directe des bains tos (...)

    Bartolomeo Viotti da Clivoli, un traité intitulé De balneorum naturalium viribus publié une première fois en 152410.

    • 11 Cf. De balneis (1553), p. 157 sq.; cf. E. Coturri (1958), p. 29.

    Giorgio di Sigismondo Franciotti (–, 1570), un ouvrage portant le titre Tractatus de Balneo Villensi in agro lucensi posito qui fut édité une première fois en 155211.

5- d’autre part, nous avons utilisé plusieurs ouvrages (manuscrits ou édités) qui traitent parfois directement des eaux thermales ou du territoire toscan :

6Manuscrits

  • 12 B.C.S., cod. L. IX. 21.
  • 13 B.C.S., cod. C. II. 5.
  • 14 A.S.S., mss D 82-85.
  • 15 B.C.S., cod. 3 D. C. VIII.

7F. Cognetti, Trattato dell’Acqua Santa di Chianciano, (xviie)12.
G. Faluschi, Documenti per un dizionario geografico dello stato senese13.
B. Gherardini (1676), Visita fatta nell’anno 1676 alle città, terre, castella, comuni e comunelli dello Stato della città di Siena dall’Illustrissimo signore Bartolomeo Gherardini auditore generale in Siena per l’A.S. di Cosi-mo III de’ Medici granduca VI di Toscana, mediante la qual visita fu fatta dal dicto auditor Gherardini relazione del sito del materiale, del formale, dello spirituale, del politico del militare, del civile e dell’economico e d’ogn’altra qualunque cosa specifica e d’importanza di ciascun luogo del ter-ritorio di Siena14.
A. Pecci (1748), Storia del vescovado di Siena15.

8Livres imprimées

9I. P. Arluni (1539), De balneis commentarius, s.l.
A. Bacci (1571), De Thermis, Venise.
D. Battini (1793), Ricerche intomo alle acque minerali epatiche ed all’a-nalisi chimica de diverse acque mineraili dello stato di Siena, Sienne.
G. Giuli (1833), Storia naturale di tutte l’acque minerali di Toscana, Sienne, vol. 2.
G. Giuli (1834), Storia naturale di tutte l’acque minerali di Toscana, Sienne, vol. 4.
E. Repetti (1833-1846), Dizionario geografico fisico storico della Toscana contenente la descrizione di tutti i luoghi del granducato, ducato di Lucca, Garfagnana e Lunigiana, Florence, 6 vol.
G. Santi (1795), Viaggio al Montamiata, Pise.
NB. Figurent entre guillemets les noms de bain, sans guillemets les noms de site.

1. BAGNO A VALIANO

Situation

10Province : Sienne

Commune : San Giovanni d’Asso

Localité : Bagnacci

Carte topographique régionale : 121 III

Altitude : 303 m

Description du site thermal16

  • 16 Cf. carte 8.

11Les eaux jaillissent à l’Est de Lucignano d’Asso.

La source

12Température 35° C

  • 17 Cf. G. P. Francalanci (1951), p. 402; M. Martini (1971), p. 295.

Ph 6,917

La source et les infrastructures thermales au Moyen Âge

  • 18 Cf. A.S.S. Diplomatico Ospedale, le 10 janvier 1247 (ns).
  • 19 Cf. figures 7 et 8.

13Le bain est attesté depuis le milieu du xiiie siècle18. On ignore tout de sa forme et de son importance. Peut-être s’agissait-il de la piscine creusée à même la roche qui est actuellement visible, dans le lieu-dit Bagnacci19. La source n’apparaît pas dans les traités médicaux du Moyen Âge.

Le site thermal au Moyen Âge

  • 20 C’est un notaire actif à Asciano durant toute la première moitié du XIVe siècle, cf. A. Barlucchi ( (...)
  • 21 Cf. D. Ciampoli, T. Szabô éd. (1992), p. 170.
  • 22 Cf. F. Raffaelli éd. (1996), p. 113.

14Le site paraissait modeste à la fin du xiiie siècle. Le bassin était alors entouré de quelques champs et de moulins, alimentés par les eaux du bain. Il était cependant fréquenté, comme l’atteste la visite en 1323, du notaire Donato di Becco20. A la fin du xiiie siècle, le site était relié à Buonconvento grâce à une route qui passait par Percenna et vraisemblablement le castrum voisin de Lucignano d’Asso21. Au xive et xve siècles, le bain n’est plus mentionné. Il est possible qu’il ait été temporairement abandonné ou qu’il ait été intégré à quelque grand patrimoine foncier. Il n’a cependant pas complètement disparu puisqu’il est cité à la fin du xviie siècle sous le nom de Bagnacci (appellation qu’il a d’ailleurs conservé de nos jours)22.

  • 23 Cf. A.S.S. Ospedale Diplomatico, le 29 avril 1291. Le 7 février 1291 (ns), la somme de 8 s. 4 d. es (...)
  • 24 Cf. A. Giorgi (1993), p. 374.
  • 25 Habent medietatem pro indivise trium molendinorum quorum alias medietas Cecchi domini Stricche posi (...)
  • 26 Cf. A.S.S. Diplomatico Archivio generale, le 20 août 1335, le 20 décembre 1336, le 30 août, 1340, l (...)
  • 27 Cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 130, f° 30v.

15A la fin du xiiie siècle, les droits sur les moulins appartenaient à la « consorteria » des Cacciaconti et à Alessio Tolomei23. En 1318, Fazio Cacciaconti possédait la moitié des installations qu’il vendit à Carlo di Stricca Tolomei24. Une partie du reste était alors aux mains de Niccolô di Giotto Ragnoni et de ses fils25. On ignore qui détenait le bain à cette époque, mais quelques années plus tard, les trois quarts des droits sur les eaux thermales, sur la piscine et les moulins étaient aux mains de Seccha, fille de Sozzo Tolomei et épouse puis veuve de Vanni di Niccolô Ragnoni. Entre 1335 et 1344, elle loua à plusieurs reprises les biens qu’elle contrôlait26. En 1379, domina Qualia, sa fille déclarait toujours posséder les trois quarts des moulins27.

  • 28 Cf. P. Cammarosano, V. Passeri (1984), p. 172; A. Giorgi (1994), p. 678-79.
  • 29 Cf. M. Ginatempo (1988), p. 430-436.

16La commune de Lucignano d’Asso était depuis le début du xiiie siècle, sous domination siennoise. Au début du xive siècle, les Tolomei possédaient des droits seigneuriaux sur le castrum28. La communauté ne fut jamais très importante et au xve siècle, bien que très faiblement peuplée, elle continuait à former une commune29.

2. BAGNO AL CALVELLO OU BAGNO DELLE CALDANE

Situation

17Province : Grosseto

Commune : Grosseto (district de Montepescàli)

Localité : probablement podere Caldanelle

Carte topographique régionale : 128 IV

Altitude : 15 m

La source

  • 30 Cf. G. P. Francalanci (1959), p. 387; M. Martini (1971), p. 281.

18Température : 35° C30

Description du site thermal31

  • 31 Cf. carte 13.

19La source utilisée au Moyen Âge est peut-être celle qui jaillit, au sud de Montepescàli, au pied du Poggio Calvèlla dans la plaine de la Bruna, près de l’actuelle Via Aurelia. Les aménagements du bassin de la Bruna, réalisés aux xve-xvie siècles et par la suite au xxe siècle, ont considérablement modifié l’aspect et l’organisation de la plaine alluviale. Il est dont difficile de savoir si les eaux qui, actuellement s’écoulent au pied du mont, correspondent à celles mentionnées dans la documentation médiévale.

La source et les infrastructures thermales

  • 32 Cf. I. Imberciadori éd. (1938), p. 125; I. Imberciadori (1940), p. 217; G. Prisco (1994), II, p. 29 (...)

20Le bain n’est attesté qu’au xve siècle. Les infrastructures devaient être assez sommaires puisqu’il était interdit en 1427 d’y faire macérer du lin et en 1428 d’y baigner les bêtes – nombreuses dans cette région de transhumance32. La source n’est pas mentionnée par les médecins médiévaux.

Le site thermal au Moyen Âge

  • 33 Cf. R. Cardarelli (1932), p. 149 sq. et P. Cammarosano, V. Passeri (1985), p. 319.
  • 34 Cf. I. Imberciadori (1971), p. 165; M. Ginatempo (1988), p. 191, 440.
  • 35 Cf. P. Cammarosano, V. Passeri (1985), p. 319.

21Au xiiie siècle, le site était tout proche d’un « castellare » installé sur le Poggio Calvèlla, détruit en 1286 et jamais reconstruit par la suite33. Au xve siècle, le site relevait de la commune de Montepescàli, l’une des plus importantes communautés de la Maremme, comptant près de 1 000 habitants à la fin du xve siècle34. Montepescàli avait fait soumission à Sienne au début du xiiie, après avoir été dominée par la puissante famille des Aldobrandeschi. Dès 1291, il semble que les Siennois aient eu une résidence fortifiée dans le castrum. À partir du milieu du xive siècle, l’Hôpital Santa Maria della Scala de Sienne multiplia les acquisitions foncières dans la curia et fonda une grange pour organiser la gestion de ses biens35.

3. BAGNO DE ALTARE OU ACQUA BORLA OU ACQUA DEL MASSO OU ACQUA DEL MORTAIONE OU ACQUA PASSANTE

Situation

22Province : Grosseto

Commune : Civitella Paganico

Localité : -

Carte topographique régionale : 120 II

Altitude : 200 m environ

Description du site thermal36

  • 36 Cf. carte 7.

23La source jaillit actuellement au sommet d’un rocher placé dans le lit mineur de la Farma, à deux kilomètres à peine à l’ouest du site Bagno di Petriolo.

La source

24Température : 27,5° C

  • 37 Cf. G. P. Francalanci (1959), p. 385; M. Martini (1971), p. 281. La source par sa nature est proche (...)

25Composants chimiques : la source est légèrement sulfureuse et laisse un dépôt de travertin37.

Les sources et les infrastructures thermales au Moyen Âge

  • 38 Cf. A.S.S. Estimo 102, f° 281v.
  • 39 Balneum prope Petriolum, quod quodam in monticulo nascitur, Aqua Borla dictum, cf. De balneis (1553 (...)
  • 40 Cf. De Balneis (1553), p. 262.

26La source alimentait un seul bain. En 1317-20, le bassin – ainsi que la parcelle de terre sur laquelle il se trouvait – appartenait à Neri di Giunta et à son fils Ambrogio38. Bien qu’il n’apparaisse plus par la suite dans notre documentation, il était peut-être utilisé au xve siècle. Michele Savonarola, dans son traité, daté du milieu du siècle, évoque très rapidement son existence39. Près d’un siècle plus tard Bartolomeo Viotti da Clivoli, s’inspirant de son illustre prédécesseur, le mentionne à son tour40.

Le site thermal au Moyen Âge

  • 41 Et plus encore le moulin de Petriolo le long de la Farma, un peu plus à l’est, cf. M. E. Cortese (1 (...)
  • 42 Cf. carte 7.
  • 43 Cf. G. Cherubini (1977), p. 291; P. Cammarosanno, V. Passeri (1985), p. 305-306. Pour les détails s (...)
  • 44 Cf. M. Ginatempo (1988), p. 219.

27Le bain n’était entouré d’aucune habitation. Les maisons les plus proches étaient celles de Bagno di Petriolo41, de Iesa, Belagaio, et des castra de Pari, Castiglione della Farma (Castellaccio) et Monteacuto (Monta-gutolo Ardenghesca)42. La source relevait de la curia de cette dernière commune. Monteacuto appartenait aux comtes Ardengheschi, au début du xiiie siècle. Par la suite, elle fit partie des communautés de l’Ardenghesca qui prêtèrent allégeance à Sienne. Au début du xive siècle, la puissante famille des Bonsignori disposait de droits seigneuriaux importants sur le castrum43. Au xve siècle, Monteacuto figurait parmi les « comunelli » du territoire siennois44. Nous ne disposons d’aucune information sur l’histoire du site au xve siècle.

4. BAGNO DELLA VILLA

Situation

28Province : Lucques,

Commune actuelle : Bagni di Lucca,

Carte topographique régionale : 97 III

Localité actuelle : Villa

Altitude : environ 180 m

Description du site thermal

29Le site se trouve à près d’un kilomètre à l’Est de Bagnicaldi et de Ponte a Serraglio.

La source

  • 45 Cf. G. P. Francalanci (1959), p. 378.

30Température 39° C45

La source et les infrastructures thermales au Moyen Âge

  • 46 Cf. M. Burlamacchi (1969), p. 18.
  • 47 Cf. A.S.L. Consiglio Generale 6, f° 23.
  • 48 Cum commissione et auctoritate super reparationibus et omamentis supra-scriptorum balneorum faciend (...)

31Au début du xive siècle, la source était recueillie dans un simple puits et son usage paraissait limité46. Le bain fut véritablement aménagé en 137647. Il fut transformé par la suite, grâce à l’initiative de Domenico Bertini. Ce puissant personnage qui fut secrétaire apostolique de Sixte IV et d’Innocent VIII, comte palatin et protecteur de maints artistes dont Matteo Civitali, accepta la charge de commissaire aux bains le 20 octobre 146948. Il fut responsable de la réalisation d’un nouvel établissement encore actuellement visible.

  • 49 Cf. De balneis (1553), p. 22, 182; Ugolino da Montecatini (1950), p. 40.
  • 50 Cf. De balneis (1553), p. 73v, 145, 155v, 157v.

32Gentile da Foligno, Ugolino de Montecatini ou Michele Savonarola connaissaient la source49, mais ce furent surtout plusieurs médecins originaires de Lucques qui en vantèrent les mérites : Mengo Bianchelli, Lorenzo Bertolini, Matteo Bendinelli et Giorgio Franciotti50. Les deux derniers recommandaient tout particulièrement de boire les eaux de Bagno della Villa.

Le site thermal au Moyen Âge

  • 51 Le contrat de donation a été intégralement publié par M. Burlamacchi (1969), p. 143-147.
  • 52 Cf. Michel de Montaigne (1992), p. 156.

33Le site ne prit vraiment de l’ampleur qu’à l’initiative de Domenico Bertini à partir de 1469. Ce dernier acquit un terrain face au bain, sur lequel il fit construire une église et un bâtiment d’usage public (dont on ignore la nature) et une place. Il céda l’ensemble des ces biens à la République de Lucques en 147451. Il ne conserva que quelques terrains plus éloignés de la source sur lesquels se trouvaient des maisons qu’il possédait. D’autres habitations furent édifiées par la suite et donnèrent de l’ampleur au site qui comprenait, à la fin du xvie siècle, de nombreux bâtiments, et il devint alors le pôle le plus attractif de la station de Bagni di Lucca52.

34Bibliographie (cf. aussi la bibliographie de Bagno di Corsena)

35M. Bandinelli (1489), De balneis Lucensibus, Pescia.
M. Burlamacchi (1969), Le antiche case del bagno alla villa in terra di Lucca, Florence.
G. Fracciotti (1552), Tractatus de balneo Villensi in agro Lucensi posito, Lucques.

5. BAGNO DELLE CALDANELLE

Situation

36Province : Grosseto

Commune : Civitella di Maremma

Localité : proche du podere Greppoli

Carte topographique régionale : 120 II

Altitude : environ 300 m

Description du site53

  • 53 Cf. carte 7.

37Le site thermal se trouve à près d’un kilomètre au sud de Bagno di Petriolo et au nord de Pari, sur les pentes du Poggio La Torretta. La source alimente encore temporairement le fossé delle Caldanelle.

La source

  • 54 Cf. G. P. Francalanci (1959), p. 384; M. Martini (1971), p. 280.

38Température : 40° C54

La source et les infrastructures thermales au Moyen Age

  • 55 Cf. G. Venerosi Pesciolini (1931), p. 116.
  • 56 Cf. De Balneis (1553), p. 23v.
  • 57 Gentile da Foligno, Ugolino da Montecatini et Michele Savonarola, Mengo Bianchelli, cf. De Balneis (...)

39La source fut utilisée dès la fin du xiiie siècle55. Au début du xve siècle d’après Michele Savonarola, le site accueillait deux bains dont l’un était réservé aux femmes et l’autre aux hommes56. Les eaux étaient connues des principaux médecins médiévaux, auteurs de traités sur les bains57. Les infrastructures thermales semblent avoir été délaissées au cours du xvie siècle – comme celles de Bagno di Petriolo, toutes proches – et il ne reste aujourd’hui aucun vestige des bassins. En revanche, la source sert toujours et alimente un établissement thermal privé, construit à proximité du site médiéval.

Le site thermal au Moyen Age

  • 58 Cet établissement produisait une rente annuelle de 80 livres, d’après son testament dressé le 15 ma (...)
  • 59 Cf. document 12, ci-joint, p. 263.
  • 60 Cf. A.S.S., Concistoro 486, f° 29; 515, f° 91v.
  • 61 Cf. carte 7.

40Relevant de la curia de Pari, le site fut tout au cours du Moyen Âge de taille modeste. Il n’abrita qu’une auberge qui appartenait, dans le premier tiers du xxve siècle, à l’évêque de Sienne Donosdeo Malavolti58. Ce dernier obtint de Sienne en 1331, le droit de fortifier le site, à condition de laisser le libre passage aux curistes et de ne pas les taxer59. Quelques années plus tard la commune de Sienne contrôlait l’espace thermal, puisqu’elle collectait différentes gabelles dans le « piano del bagno ». L’auberge était encore présente au xve siècle60. Le site voisinait la station thermale de Bagno di Petriolo et l’important castrum de Pari. Il devait être accessible – bien que rien ne l’atteste – depuis l’axe routier qui reliait Sienne à la Maremme et qui passait par Bagno di Petriolo61.

Document

Document 12. Construction d’une enceinte autour de Bagno delle Caldanelle (1331)

411331, 13 avril. La commune de Sienne accorde à Donosdeo Malavolti, evêque de la cité, la possibilité de construire une enceinte autour du Bagno delle Caldanelle, en lui interdisant toutefois de prélever de quelque manière que ce soit des taxes ou des gabelles, puisque les eaux et le site relèvent de la souveraineté siennoise.

42A.S.S. Capitoli 2, f° 643v-644, édité in M. Ascheri éd. (1984), p. 1728-1729.

43[En marge] Consensus de permictendo murari balnea Caldanellarum.

44In nomine domini Amen. Anno eiusdem domini ab incarnatione millesimo trecentesimo primo, inditione quartadecima, die tertiadecima mensis aprilis.

45Reverendus in Cristo pater dominus Donosdeus Dei gratia Senensis episcopus suo nomine proprio fecit, constituit et ordinavit prudentem virum Niccholaccium condam Petronis civem Senensem, presentem et recipien-tem, suum verum et legiptimum procuratorem et numptium spetialem ad recipiendum et acceptendum, nomine proprio ipsius venerabilis patris domini Donosdei, consensum et consensus prestationem a prudentibus viris dominis Novem gubernatoribus et defensoribus comunis et popoli civitatis Senensis, consentientibus vice et nomine dicti comunis quod ipse venerabilis pater dominus Donosdeus possit et sibi liceat murare et murari facere et muris circomponere balnea que vocantur le Caldanelle, sita in comitatu et iurisdictione Senarum in loco qui dicitur le Caldanelle, prope balneum de Petriuolo, secundum formam et tenorem et cum conditionibus et modis in proxime infrascripto instrumento consensus contenctis, insertis, appositis et declaratis.

46Actum Senis, in logia episcopatus Senensis, coram nobili milite domino Mino condam Cini Ugonis et Icto Duccii familiari suprascripti domini epi-scopi testibus.

47Eadem die post predicta. Cum in comitatu et iurisdictione Senarum, in loco qui dicitur le Caldanelle, prope balneum de Petriuolo, fuerint iam et sunt longissima tempora et etiam sint quedam balnea que vocantur le Caldanelle, quorum balneorum aque utilissime sunt et fuerunt, ut est notorium et manifestum, et quorum usus licet fuerit publicus Senensibus et comi-tatensibus et aliis quibuscumque ad dicta balnea confluentibus, cum non sint dicta balnea muris circumposita, non tantum commodum prebet utenti-bus seu uti volentibus sicut preberet si dicta balnea munita forent, idcirco prudentes viri prior dominorum Novem et ipsi iidem domini Novem guber-natores et defensores comunis et popoli civitatis Senarum, volentes quod predictorum balneorum usus commodiorem se prebeat et quod tam Senenses et comitatenses quam quicumque alii etiam alienigene ad dicta balnea se conferentes seu confluere volentes possint dictis balneis commodius uti et in eis balneari et lavari, secundum proprie voluntatis arbitrium, consenserunt vice et nomine comunis Senensis et consensum prestiterunt prudenti viro Niccholaccio Petronis civi Senensi, procuratori venerabilis in Cristo patris domini Donosdei Dei gratia Senensis episcopi, procuratorio nomine pro eo presenti et recipienti et acceptanti proprio nomine ipsius venerabilis patris domini Donosdei et heredum suorum, quod idem venerabilis pater dominus Donosdeus possit et sibi liceat dicta balnea murare et murari facere et muris circumponere ita quod in eis quilibet possit libere et commode balneari et lavari. Que balnea sint et esse intelligantur in loco et usu publico Senensium et comitatensium et quocumcumque extraneorum ad ipsa balnea confluentium, dum tamen venientibus seu confluentibus ad ipsa balnea pro se, equis, bestiis vel rebus quibuscumque quas ducerent vel deferrent, nulla kabella, nullum pedagium, nullum indicium nullaque exa-ctio quocumque nomine censeatur per aliquam singularem personam impo-natur, petatur vel exigatur vel imponi, peti vel exigi possit predictis vel alicui predictorum vel ministris seu aliquibus prebentibus aliquod ministerium apud dicta balnea vel in eis.

48Actum Senis, in palatio comunis Senensis, in loco qui dicitur consisto-rium, in quo domini Novem gubernatores et defensores dicti comunis convenire et morari consueti sunt pro ipsorum offitio exercendo, coram su-prascripto domino Mino Cini et ser Iohanne Bini notario dominorum Novem testibus.

6. BAGNO DI ARMAIOLO

Situation

49Province : Sienne

Commune : Rapolano Terme

Localité : Bagni Freddi

Carte topographique régionale : 121 IV

Altitude : 290 m

Description du site thermal62

  • 62 Cf. carte 5.
  • 63 Cf. A. Targioni-Tozzetti (1857), p. 7.

50Les eaux jaillissent à mi-chemin entre les castra d’Armaiolo et Rapolano, le long d’un cours d’eau appelé le « borro di Colle » ou « dei Pelacani »63.

La source

51Nous ne disposons d’aucune information sur la source.

Les sources et les infrastructures thermales au Moyen Age

  • 64 En 1318-1320, plusieurs propriétaires d’Armaiolo déclaraient détenir des biens dans la « contrata d (...)
  • 65 Cf. A. Targioni-Tozzetti (1857).

52Le bain, parfois appelé « bagno a lame » est attesté à la fin du xiiie siècle et au début xive siècle64. On ne sait rien de l’importance des infrastructures thermales à la fin du Moyen Âge; la source n’est mentionnée par aucun médecin médiéval. Elle était utilisée au xixe siècle65.

Le site thermal au Moyen Âge

  • 66 Cf. E. Lecchini, D. Mazzini (1983), p. 67.
  • 67 Cf. P. Cammarosano, V. Passeri (1985), p. 364; M. Ginatempo (1988), p. 364.

53Le site thermal était sans doute modeste. Il n’y avait, au début du xive siècle, autour du bassin que des parcelles de terre cultivable et vraisemblablement un moulin66. On ne connaît pas le propriétaire de la source et du bain. Le bassin se trouvait dans le curia d’Armaiolo. La commune d’Armaiolo fit soumission à Sienne au début du xiiie siècle, elle était à la fin du Moyen Âge relativement importante. Dans la seconde moitié du xive siècle, elle accueillait un vicaire et au xvie siècle, elle disposait d’une certaine prospérité, bien qu’attaquée à plusieurs reprises, lors des conflits qui opposaient Sienne à Florence67.

54Bibliographie

55A. Targioni-Tozzetti (1857), Le acque minerali e termali di Armaiolo, Sienne.
A. Lisini (1896), « Armaiolo » in Miscellanea di Storia Senese, IV, p. 150-151.

7. BAGNO DI CORSENA OU BAGNO A CORSENA OU BAGNI CALDI

Situation

56Province : Lucques,

Commune actuelle : Bagni di Lucca,

Carte topographique régionale : 97 III

Localité actuelle : Bagnicaldi

Altitude : environ 200 m

Description du site thermal

57La source jaillit sur la rive droite de la Lima, juste avant que cette rivière ne se jette dans le Serchio, à 500 mètres au nord de Ponte a Serraglio.

La source

  • 68 Cf. G. P. Francalanci (1959), p. 378.

58Température 53° C68

Les sources et les infrastructures thermales au Moyen Âge

  • 69 Cf. A.S.L. Opera Santa Croce, le 3 avril 1291.
  • 70 Le 22 juillet 1440, balnea Corsene, videlicet balneum hominum, balneum mulierum, balneum Rubeum et (...)
  • 71 Cf. Ugolino da Montecatini (1950), p. 40.
  • 72 Matteo Bendinelli affirme à la fin du xve siècle que le « bagno delle doccie » succède au « bagno r (...)
  • 73 Cf. Ugolino da Montecatini (1950), p. 40.
  • 74 Gentile da Foligno, Michele Savonarola, Ugolino da Montecatini, Matteo Bendinelli, Lorenzo Bertolin (...)

59Les eaux de Bagno di Corsena sont mentionnées dès la fin du xiiie siècle. À cette époque, la source approvisionnait au moins trois bassins : celui des hommes, celui des femmes et celui dit de « Gualappino »69. D’autres bains furent par la suite édifiés, car en 1440, on en décomptait quatre sur le site70 ; outre les bassins réservés aux adultes des deux sexes, il y avait aussi un bain pour les pauvres et un certain « bagno rosso  ». Ce dernier était, au début du xve siècle, d’après Ugolino da Montecatini équipé de douches71. Il changea sans doute de nom par la suite, pour devenir le « bagno delle doc-cie »72. À côté de ces établissements, il existait des étuves (« stufe ») alimentées par les vapeurs chaudes de la source73. La plupart des auteurs de traités médicaux sur les eaux thermales mentionnent l’existence des sources74.

Le site thermal au Moyen Âge

  • 75 Au début du xve siècle, « uno albergo terrestro posto al bangno a Corsena allato a la loggia, sotto (...)
  • 76 Le 13 avril 1387, domum muratam et solariatam cum uno solario et cum porticibus, sitam infra claust (...)
  • 77 Cf. Ugolino da Montecatini (1950), p. 37.
  • 78 Cf. dossier 2, Lucques (1469), § 12.

60Outre les infrastructures thermales, le site accueillait de nombreuses bâtisses formant des auberges ou des maisons dont les pièces, étaient louées comme « chiusi » aux curistes75. Ces bâtiments étaient suffisamment proches les uns des autres pour paraître former un cloître76 ou un habitat fortifié77. Toutefois, ce n’est qu’au milieu du xve siècle, qu’il fut prévu d’édifier une véritable enceinte autour du site78.

  • 79 Parmi les membres de cette société figuraient un héritier de Symonis de Villanova et Giulius notari (...)
  • 80 La donation daterait du mois d’avril 1291, le document original n’a pas été retrouvé, cf. A.S.L. Sa (...)
  • 81 Cf. dossier 2, Lucques (1331), lib. V., rub. XXXVIII, § 5.
  • 82 Le 5 mars 1292, cf. A.S.L. Opera Santa Croce, ad annum. Cf. aussi G. Tori éd. (1985), p. 45.
  • 83 Le 30 décembre 1299, cf. A.S.L. Capitoli 1, f° 5.
  • 84 Cf. A. Carina (1866), p. 157-160; F. Ragone (1993), p. 7; G. Tori éd. (1998), p. 583.
  • 85 Cf. A. Carina (1866), p. 159.
  • 86 Officiales et cives electi super balneis Ville et de Corsena (...) pro conservatione, augmentatione (...)

61Bien que les eaux thermales aient jailli dans la curia de Corsena, elles appartenaient à Lucques. Le site aussi relevait pour une large part de la cité qui avait acquis plusieurs terrains dans le «  piano dei bagni  » dans la seconde moitié du xiiie siècle. Toutefois plusieurs parcelles étaient encore, à cette époque, aux mains de quelques puissants propriétaires lucquois, réunis au sein d’une societas balneorum Corsene79. En 1291, ils cédèrent une partie de leurs biens à l’hôpital Saint Martin de Bagno di Corsena, tout juste fondé80, mais conservèrent quelques droits de justice sur le site81. En 1292, la cité de Lucques confia à Iacopo (dit Puccio) di Gherardo, responsable de l’hospice, la gestion des établissements thermaux, avec le titre de recteur ou gouverneur des bains82. En 1299, Puccio remettait à Lucques tous les biens de l’hôpital dont il disposait83. La charge de recteur des bains fut par la suite souvent attribuée aux officiers de l’Hôpital della Misericordia de Lucques, qui déléguaient sur place un de ses représentants84. Ils étaient devenus, à la mort de Puccio, responsables de l’hôpital Saint Martin et de son patrimoine85. En 1452, la gestion des bains et des bâtiments dont disposait la commune de Lucques sur le site fut retirée à l’Hôpital della Misericordia et fut confiée à une commission permanente de trois citoyens86, chargée aussi de l’entretien des infrastructures de Bagno della Villa.

  • 87 S. Bongi éd. (1872-88), IL, p. 364.
  • 88 Montefegatesi, Lucchio, Casoli, Brandellio, Crasciana, Corsena, Controne, Cerbaia, Lugliano, Menabb (...)
  • 89 Cf. M. Bicchierai éd. (1995), p. 150, p. 49; S. Bongi éd. (1872-1888), II, p. 364; A. Carina (1871)

62La commune de Corsena fut soumise à la juridiction de Lucques au xiiie siècle. En 1308, elle relevait du vicariat des terrarum civium et vaïlis Lime. Au début du xive siècle, l’emprise seigneuriale était encore forte dans cette partie du territoire lucquois et plusieurs citoyens possédaient des droits sur les communautés. Quelques-uns étaient réunis dans cette « société des citoyens » qui avait cédé des biens à l’hôpital San Martino à la fin du xiiie siècle et qui disparut dans la première moitié du siècle suivant87. En 1308, le vicariat comprenait 16 communes88. Le vicaire pouvait résider dans plusieurs des villages de la circonscription (Menabbio, Casabasciana, Controne), parfois à Corsena et à partir de 1446, durant l’été dans la station89.

63Durant l’époque moderne, les différents sites thermaux placés sur le territoire de la commune de Corsena furent identifiés sous l’expression de Bagni di Lucca. Réunis, ils donnèrent naissance à une nouvelle station qui figura parmi les plus célèbres d’Europe jusqu’au début du xxe siècle. Elle demeure encore fréquentée de nos jours.

64Bibliographie (cf. aussi la bibliographie de Bagno della Villa)

65M. Blanchello de Faenza (ou Faventino Mengo), De balneis tractatus.
A. Carina (1862), « Degli statuti di Bagni a Corsena e di quelli della vicaria di Valdilima » in Rivista dei comuni italiani, VI, p. 3 sq.
A. Carina (1871), Notizie storiche sul contado lucchese e specialmente sulle valli del Lima e dell’alto Serchio, Lucques.
Discorso sopra l’essenza cosa e effetti delle acque minerali, singolarmente del Monte di Corsena, Gênes, 1680.
J. B. Donati (1590), De acquis Lucensibus, Lucques.

8. BAGNO DI GAVORRANO

Situation

66Province : Grosseto

Commune : Gavorrano

Localité : Bagno

Carte topographique régionale : 127 I

Altitude : 53 m

Description du site thermal90

  • 90 Cf. carte 12.

67Le site se trouve à près d’un kilomètre au nord-ouest de Gavorrano, près du fossé « Rigiolato ».

La source

  • 91 Cf. M. Martini (1971), p. 281.

68Température 35° C91

La source et les infrastructures thermales au Moyen Âge

  • 92 Le bain est mentionné dans un inventaire des droits que la communauté de Gavorrano reconnaissait à (...)

69La source est mentionnée une première fois au milieu du xve siècle92. Les eaux ne sont citées dans aucun traité médical du Moyen Âge.

Le site thermal au Moyen Âge

  • 93 Idem.
  • 94 En 1458, « et disse che Ί bagno è libero del signore e che sta al signore perô lo vendare lo fructo (...)
  • 95 Cf. dossier 2, Gavorrano (1465), Dist. IIII, rub. X.

70Dans la seconde moitié du xve siècle, le site thermal comprenait au moins une auberge et les eaux thermales alimentaient deux moulins93. Le bain et l’auberge appartenaient à la commune de Gavorrano, mais les seigneurs de Gavorrano disposaient de quelques revenus sur le bassin94. En 1465, la communauté avait la maîtrise complète du bain, puisqu’elle l’affermait au plus offrant95.

  • 96 Cf. P. Cammarosano, V. Passeri (1985), p. 319.
  • 97 Cf. O. Redon (1994), p. 150.
  • 98 Cf. M. Ginatempo (1988), p. 305.

71La commune de Gavorrano, l’une des plus importantes de la Maremme siennoise, appartenait au xiiie-xive siècle aux comtes Pannocchieschi, puis aux Malavolti jusqu’en 146596. En 1331, les syndics de la commune firent acte de soumission à Sienne97, mais comme les seigneurs conservaient des droits importants sur la communauté cette dernière n’intégra complètement le territoire siennois qu’à l’extrême fin du Moyen Âge98.

9. BAGNO DI MACERETO

Situation

72Province : Sienne

Commune : Murlo

Localité : Bagno

Carte topographique régionale : 120 II

Altitude : 165 m

Description du site thermal99

  • 99 Cf. carte 7.

73Les eaux thermales jaillissent dans la plaine de la Merse, tout près du cours d’eau, sur la rive gauche de la rivière.

La source

74Température : 48° C

  • 100 Cf. G. P. Francalanci (1959), p. 393; M. Martini (1971), p. 286.

75Ph 6,7100

La source et les infrastructures thermales au Moyen Âge

  • 101 Cf. A.S.S. Ospedale 2293, f° 9.
  • 102 Cf. A.S.S. Concistoro 2462, f° 32v; Consiglio generale 237, f° 120.
  • 103 Cf. A.S.S. Consiglio generale 221, f° 71v.
  • 104 Cf. A.S.S. Bichi Borghesi 19, n° 569.
  • 105 L’assèchement est mentionné une première fois à Bagno di Macereto en 1428, puis régulièrement par l (...)

76Il y avait au début du xve siècle dans la station plusieurs bassins : un premier était réservé aux femmes, un deuxième aux hommes, un troisième – le « bagno de Cornegli »101 – servait aux curistes lorsqu’ils se saignaient, un dernier recueillait une eau plus froide puisqu’il était appelé le « bagno dell’acqua ghiaccia »102. Les eaux thermales étaient menées jusqu’aux bains par un conduit couvert que l’on appelait « Cacciocotto »103 et étaient évacuées jusqu’à la Merse par de larges fossés104. Au milieu du xve siècle, la source s’assécha, malgré les efforts déployés par Sienne pour retrouver la veine d’eau105. Depuis la fin du xiiie siècle, les autorités citadines détenaient les eaux thermales et veillaient à ce que le débit soit constant et abondant.

  • 106 Ceux de Gentile da Foligno, Michele Savonarola, Ugolino da Montecatini et Giorgio Franciotti, cf. D (...)

77La source de Bagno di Macerato était réputée à la fin Moyen Âge; elle est mentionnée dans la plupart des traités médicaux sur les bains106.

Le site thermal au Moyen Âge

  • 107 Cf. cartes 3 et 6; L. Banchi éd. (1871); G. Canestrelli (1915); M. Ginatempo (1988), p. 236, 244.
  • 108 Cf. V. Passeri (1985), p. 48.
  • 109 Il se trouvait à l’emplacement de l’actuel lieu-dit « Palazzaccio », à quelques 500 mètres au Sud-E (...)
  • 110 Cf. P. Cammarosano, V. Passeri (1984), p. 121.
  • 111 Le site et le pont étaient protégés par un barrage refait en 1281, cf. A.S.S. Statuti di Siena 16, (...)

78Le site de Bagno di Macereto connut de la fin du xiiie à la fin du xve siècle, une certaine prospérité. Il se trouvait dans une des zones les plus riches du territoire siennois, à proximité des castra de Monticiano, Tocchi, Montepescini et, plus au nord, du « padule d’Orgia »107. Il accueillait plusieurs maisons dont quelques auberges formant dès le début du xive siècle, un véritable bourg. Il n’était pas contrôlé par la commune de Macereto bien qu’intégré à sa curia. Sienne administrait en fait l’espace thermal, parce qu’elle disposait des bains et parce que la communauté de Macereto était trop faible pour le faire. Cette dernière était, en effet, en perte de vitesse à la fin du Moyen Âge. Attesté dès le xiie siècle108, le Castrum appartenait au début du xive siècle aux Tolomei109. Il devint au cours des xiv-xve siècles, un simple « castellare »110. Aussi, placée le long de la route qui allait de Sienne en Maremme – l’un des axes routiers les plus importants de la république sien-noise, à proximité d’un pont qui enjambait la Merse111 – la station thermale devint-elle l’agglomération la plus peuplée du finage.

  • 112 Cf. G. Giuli (1840), p. 42-43.

79Les importants travaux d’aménagement de la vallée de la Merse, réalisés aux époques moderne et contemporaine ne permettent pas de retrouver les traces du site qui fut sans doute délaissé au xvie siècle, à la suite de la guerre de Sienne. Au début du xixe siècle, les eaux thermales étaient toutefois utilisées et un nouvel édifice thermal fut construit. Il est actuellement abandonné, mais ses restes sont toujours visibles112.

80Bibliographie

81G. Giuli (1840), Lo stato antico e presente dei bagni di Macereto presso Siena, Sienne.

10. BAGNO DI MONTALCETO

Situation

82Province : Sienne

Commune : Asciano

Localité : villa Montalceto (ex Bagni termali)

Carte topographique régionale : 121 IV

Altitude : 306 m

Description du site thermal113

  • 113 Cf carte 5.

83La source jaillit à 500 mètres au sud du Poggio Pinci, à près de 2 kilomètres à l’est d’Asciano.

La source

84Température : 32° C

  • 114 Cf. G. P. Francalanci (1959), p. 378; M. Martini (1971), p. 276.

Ph 6,8114

Les sources et les infrastructures thermales au Moyen Âge

  • 115 Cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 8, f° 26. Pour ces quelques feuillets du registre de ce notaire, (...)
  • 116 Le 5 mai 1458, cf. A.S.S. Gabella dei Contratti 683, f° 23.
  • 117 Cf. document 13, ci-joint.
  • 118 Il était l’héritier de Matteo di Pinoccio. Sa mère Pantasilea était la petite-fille de Matteo et pa (...)
  • 119 Cf. A.S.S. Archivio Sergardi Biringucci L.2, 39 et G. de Caro (1970b), p. 610.

85Les sources furent peut-être utilisées au début du xive siècle. Une esquisse de statut de la commune de Montalceto, réalisée entre 1308 et 1322, par le notaire ser Donato di Becco, mentionne, en effet, la possibilité de se baigner près d’un lieu appelé « Aqua » dans la curia de Montalceto115. Rien ne prouve cependant qu’il s’agit de la même source que celle qui fut utilisée à partir du milieu du xve siècle. Car, ce n’est qu’en 1458, que Sienne autorisait un certain Giovanni di Mariano à percevoir, pour deux ans, une gabelle sur les sangsues vendues auprès du bagnuolum Montalceti curie Asciani116. Les infrastructures étaient sans doute sommaires. Aussi, en 1468, Matteo di Pi-noccio, citoyen siennois s’engagea auprès de la cité à créer autour de la source qui jaillissait sur ses terres – peut-être la même que celle précédemment utilisée –, de véritables établissements pour baigner les curistes117. Les bains ne prirent de l’ampleur qu’au xvie siècle, à l’initiative de Niccolò di Bernardino Borghesi118. En 1563, à l’issue de la guerre de Sienne, il obtint le droit de restaurer les infrastructures119. L’établissement devait comporter deux bassins, un pour les hommes, un pour les femmes. Il correspond peut-être aux salles thermales, toujours visibles, au rez-de-chaussée de l’un des bâtiments de la propriété nommée Villa di Montalceto.

  • 120 Cf. P. Cataneo (1985), p. 393.

86La source n’était pas connue des médecins médiévaux. Elle n’est mentionnée qu’au xvie siècle. Pietro Cataneo dans son traité d’architecture publié un première fois à Venise en 1552, en vante les mérites. Il s’attarde sur la guérison d’un de ses parents soigné dans la station120.

Le site thermal au Moyen Âge

  • 121 Cf. A. Barlucchi (1997a), p. 51, 61, 203, 210. Le castrum de Montalceto appartenait au xiie siècle (...)
  • 122 Le 3 octobre 1318, A.S.S. Consiglio generale 91, f° 109-lllv cit. in A. Barlucchi (1997a), p. 248.
  • 123 Cf. M. Ginatempo (1988), p. 186.
  • 124 Cf. A. Targioni Tozzetti (1835), p. 13.
  • 125 Le bassin et ses dépendances appartenaient en 1774 à Marc’Antonio Borghesi, cf. G. Baldassarri (177 (...)

87Le site se développa à la fin du Moyen Âge et resta modeste; il se limitait probablement au seul établissement thermal. Il se trouvait dans la curia de Montalceto. Bien qu’au début du xive siècle, elle ait compté parmi les communautés importantes de la Scialenga121, la commune de Montalceto connut un rapide déclin au cours du siècle. En 1318, plusieurs maisons du castrum de Montalceto furent détruites par le podestat de Sienne au cours d’une opération de police particulièrement brutale122. Les fortifications tombèrent progressivement en ruine et au début du xve siècle Montalceto comptait parmi les « comunelli » du territoire siennois123. À la fin du xive siècle, les hommes d’Asciano édifièrent à un kilomètre à l’ouest de l’ancien castrum, la tour San Alberto, avec les restes des maisons. Cette dernière fut donnée en 1531 à Niccolò di Bernardino Borghesi124. La famille Borghesi conserva le site jusqu’à la fin de l’époque moderne125.

88Bibliographie

89G. Baldassari (1779), Osservazioni ed esperienze intomo al Bagno di Montalceto, Sienne.
D. Battini (1794), « Analisi dell’acqua minerale di Bagni di Montalceto » in Atti dell’Accademia delle scienze di Siena detta dei Fisiocritici, VII, p. 126.
A. Lisini (1903), « Bagni di Montalceto » in Miscellanea di Storia Senese, VI, p. 150-151.
G. Taddei (1854), Analisi chimica dell’acqua salso-alcalina della Banditella presso Montalcino, Florence.
A. Targioni-Tozzetti (1835), Dei bagni di Montalceto nella provincia superiore senese, Florence.

Document

DOCUMENT 13. Concession de gabelles à Bagno di Montalceto (1468)

90Le 26 juin 1468. Pétition de Matteo di Pinoccio adressée à la Seigneurie. Il demande la possibilité d’exploiter pendant trente ans les gabelles du site balnéaire qu’il compte réaliser à Bagno di Montalceto – excepté celle des sangsues. Il dispose, en effet, sur ses terres, d’une source aux vertus thérapeutiques. Sienne l’autorise à percevoir pour quinze ans seulement l’intégralité de ces levées et l’oblige à construire trois bains : un pour les hommes, un pour les femmes, un autre pour faire les saignées.

91A.S.S. Consiglio generale 232, f° 154.

92Dinanzi da voi Magnifici et Potenti Signori, etc.

93Exponsi per lo vostro minimo figliuolo Mattheo di Pinoccio vostro citta-dino corne lui à sommo desiderio di fare lo honore et utile della Vostra Magnifica Signoria et quello fusse commodo et benefitio di tutti e’ cittadini et altri che avessero bisognio di tale subsidio; et questo è che, avendo una acqua di bagnio nella possessione sua di Montalceto alla quale havendo experimentato che li cittadini con difichultà si conduchano a fare spesa, rimanendo patiente ad ogni publica voluntà, aveva premeditato uno modo assai facile a ritrovare tale acqua et fare li buttini et bagni ne’ quali concorre grave spesa, unde, presa confidentia nelle Vostre Magnifiche Signorie, a quelle de-votamente supplicha che si degnino solemnemente provedere, ordinare et riformare per li vostri oportuni consigli che a esso Mattheo sieno concedute le chabelle di detto bagnio per anni trenta et quella del sanghue li rimangha libera et, quantunque sieno di picholo proficto, pure con questa commodità et speranza di qualche utilità, con la gratia di Dio, si mettarà a fare li bagni et buttini et ritrovare l’acqua a perfectione, per modo che ciaschuno cittadino se ne chiamarà bene contento e satisfacto del lavoro suo; et spera che ciaschuno di sarà tanta la utilità di quella acqua che animerà le Vostre Magnifiche Signorie ad aiutare che si opera in benefitio et utile delli vostri et obtenendo tale gratia, quantunque picciola sia, attesa la spesa grande se la reputarà a dono singulare dalle Vostre Magnificientie Signorie, le quali Idio exalti.

94Anno Domini millesimo CCCCLXVIIII, indictione prima, die XXVI iunii.

95Lecta et approbata fuit supradicta petitio inter Magnificos Dominos, Capitaneum populi et per eos deliberatum quod mictatur ad Consilium populi, cum hac limitatione, videlicet : quod dictus Matheus teneatur in termi-no quinque annorum proxime futurorum, in supradicto loco facere tria balnea : unum pro hominibus, unum pro mulieribus et unum pro extrahendo sanghuinem, cum illa magnitudine quam comportabit caliditas aque illius loci; et cabelle illorum balneorum sint dicti Mathei per tempus quindecim annorum et a die obtente dicte presentis petitionis incipiendo et ut sequitur finiendo; et per alios quindecim annos tunc proxime secuturos, dimidia ipsius cabelle sit ipsius Mathei et alia dimidia sit comunis Senarum, et po-stea remaneat comuni Senarum; et cum hoc quod ad dicta balnea non possit aliquid vendi, de quo solvatur cabella nisi bagnaiuolis qui ibunt ad dicta balnea pro balneando; et solvat debitas cabellas. Et solvit Ghino del Gazarra ca-merario Consistorii s. XXII patet ad eius introitum f° 30. Tassata fuit dicta petitio per tassatores secretos solidorum quadragintaquatuor solvendorum Camerario Montis nomine cabelle.

11. BAGNO DI PETRIOLO

Situation

96Province : Sienne

Commune : Monticiano

Localité : Bagno di Petriolo

Carte topographique régionale : 120 II

Altitude : 161 m

Description actuelle du site thermal126

  • 126 Cf. carte 7.

97Les eaux jaillissent sur la rive gauche de la Farma, au pied des piliers du viaduc de la S 223 qui enjambe la rivière.

La source

  • 127 G. P. Francalanci (1951), p. 392; M. Martini (1971), p. 286.

98Température : 44° C127

Composants chimiques : la source laisse d’importants dépôts de travertin.

Les sources et les infrastructures thermales au Moyen Âge

  • 128 Cf. Direzione del R. Archivio di Stato éd. (1917), p. 14.
  • 129 Cf. dossier 2, Sienne (1262), dist. III, rub. CCLXVIII, CCLXVIIII.
  • 130 Le 13 janvier 1267 (ns), balneum novum de vena que est inter balneum de Petriuolo hominum et balneu (...)
  • 131 Le 22 avril 1295, cf. A.S.S. Consiglio Generale 47, f° 105v; cf. D. Ciampoli, T. Szabo éd. (1992), (...)
  • 132 En 1355 : « uno peçuolo di terra posto nel piano del bagno chene col ragione del detto sangue », cf (...)

99Les eaux thermales sont attestées pour la première fois, dans la documentation siennoise en 1230128. Dans le dernier quart du xiiie siècle, elles alimentaient quatre bassins : le bain des hommes, celui des femmes, le bain dit « Grotta » et un quatrième établissement dont les eaux étaient plus chaudes et qui se trouvait plus haut que les autres, sans doute un peu plus éloigné de la Farma129. Plusieurs autres piscines furent ajoutées par la suite. En 1267, Sienne projetait d’en construire une nouvelle entre celle des hommes et celle des femmes130. Peut-être s’agissait-il de ce « bagno della Ficarella » ou « bagno della Ficatella » qui fut restauré à l’extrême fin du siècle131. Dès cette époque, il existait probablement un «  bagno del sangue  » ou tout au moins un espace réservé dans le « piano dei bagni » à la réalisation des saignées132.

  • 133 Le 24 juin 1439, Quia facta proposita in dicto consilio super quodam recor-do dominorum executorum (...)
  • 134 Le 16 septembre 1411, la gabelle des douches est pour une première fois affermée, cf. A.S.S. Consig (...)
  • 135 Cf. De balneis (1553), p. 22v.
  • 136 Le 23 septembre 1457, cf. L. Zdekauer (1896), p. 254-256.

100Au xve siècle, on constate la présence d’autres infrastructures à côté des précédentes, un « bagno del ferro » dont la source était en partie tarie en 1439133, un « bagno de’ cavalieri » et surtout un établissement pour les douches édifié probablement, à la fin de la première décennie du siècle134. Ces édifices étaient pour la plupart fermés de murs et couverts. Michele Savonarola, au milieu du xve siècle, parmi les sept bains qu’il mentionne à Bagno di Petriolo, n’en présente qu’un seul à ciel ouvert135. La majorité de ces bâtiments étaient placés le long de la Farma et eurent à souffrir, en 1457, d’une crue de la rivière comme le rappelle le médecin Bartolo di Tura Bandi-ni dans une lettre adressée à la Seigneurie136.

  • 137 Cf. figures 1 à 4. R. Stopani sans véritablement avancer d’arguments toutefois, propose de dater l’ (...)

101Les vestiges de l’un de ces édifices thermaux sont actuellement visibles. L’établissement se déploie sur deux niveaux. Le niveau le plus bas est constitué d’une galerie dans laquelle se trouvent trois bassins identiques. De plan rectangulaire, ils sont creusés à même le sol, composés sur leur pourtour de marches qui permettent de descendre ou de s’asseoir dans l’eau. La galerie donne au sud sur une terrasse surplombant la Farma. Trois arches plein cintre reposant sur quatre colonnes massives ouvrent la façade. Au niveau supérieur, se trouve une chapelle donnant de plain-pied avec la route actuelle137.

  • 138 Gentile da Foligno, d’Ugolino da Montecatini, de Michele Savonarola, de Mengo Bianchelli, de Giorgi (...)

102Les bains de Bagno di Petriolo étaient au xve siècle, parmi les plus réputés de Toscane. Ils sont cités dans les principaux traités médicaux sur les eaux thermales de la fin du Moyen Âge138. Ils formaient avec les établissements de Bagno di Macereto, Bagno delle Caldanelle et dans une moindre mesure ceux du Bagno de Altare, un ensemble thermal de toute première importance à l’intérieur de la région.

Le site thermal au Moyen Âge

  • 139 Cf. documents 8 et 10.
  • 140 Cf. A.S.S. Consiglio generale 201, f° 84 et supra, p. 158 s.
  • 141 Cf. figure 11.
  • 142 Cf. A.S.S. Casseri et fortezze 11 et supra, p. 158 s.
  • 143 Cf. D. Ciampoli, T. Szabo éd. (1992), p. 95, 111, 124, 175-176, 269.
  • 144 Cf. A.S.S. Statuti di Siena 3, f° 359; 11, f° 178.

103Autour de ces quelques bassins, l’habitat prit de l’ampleur aux xive et xve siècles. De nombreuses maisons furent édifiées au cours de ces deux siècles, pour accueillir des « stazionieri » puis des aubergistes. En 1437 et 1452, on dénombre près d’une dizaine de bâtiments où les curistes pouvaient se loger139. En 1409, quelques cinq ans après la chevauchée de Donosdeo Malavolti qui dévasta la station, Sienne entreprit de murer le bourg des bains140. En 1412, l’enceinte – dont les ruines sont toujours visibles actuellement141 – semblait achevée142, elle comprenait quatre tours et trois portes : la « porta senese » qui donnait sur la voie menant à Sienne (jusqu’à la porte Staloreggi), un des axes privilégiés du « contado » siennois, depuis la fin du xiiie siècle143; la « porta del ponte » ouvrant sur le pont construit – à la fin du xiiie siècle – pour franchir la Farma et pour relier le castrum voisin de Pari puis la Maremme; enfin la « porta della Farma » qui desservait la route remontant la rivière sur sa rive gauche et qui allait à Castiglione della Farma (Castellac-cio)144. Ainsi, la station se trouvait-elle bien desservie, au centre d’une zone qui comprenait : au sud, les castra de Pari et de Monteacuto (Montagutolo dell’Ardenghesca), au nord ceux de Monticiano et Castiglione della Farma, ainsi que plusieurs autres agglomérations de taille plus modeste.

  • 145 Cf. P. Cammarosano, V. Passeri (1984), p. 117.
  • 146 Elle est mentionnée encore en 1257, cf. Direzione del R. Archivio di Stato éd. (1942), p. 25.
  • 147 Cf. M. Ginatempo (1988), p. 173, 222.
  • 148 Cf. supra et P. Cammarosano, V. Passeri (1984), p. 117; O. Redon (1994) p. 106.
  • 149 Cf. supra et M. Ginatempo (1988), p. 523.

104Bien qu’il ait été sur le territoire de la commune de Petriolo, le site thermal était contrôlé à la fin du xiiie siècle par Sienne. La communauté de Petriolo fit soumission à la cité dès 1202145. Il semble que la commune ait rapidement perdu de l’importance146. Au début du xve siècle, elle n’existait plus et Petriolo comptait parmi les quelques « comunelli » du « contado »147. Sienne se servit de la station pour y installer à demeure des officiers de tout premier plan chargés de l’administration du « contado ». En 1332, Bagno di Petriolo devint chef-lieu de district, puis entre 1338 et 1348, chef-lieu de vicariat148. Au milieu du xve siècle, elle accueillit même un podestat149.

  • 150 Cf. M. Ginatempo (1988), p. 173.
  • 151 Cf. A.S.S. Concistoro 1105, f° 79.
  • 152 Cf. G. Venerosi Pesciolini (1931), p. 124.
  • 153 Cf. P. Turrini (1994-1995), p. 78.

105Avant même la guerre de Sienne, la station connut un certain déclin, alors qu’elle était concurrencée par les sites de Bagno di San Filippo et Bagno Vignoni. En 1525, Sienne songea à installer le podestat qui résidait alors sur le site, dans le castrum voisin de Pari150. En 1555, la station était probablement ruinée et les cloches de la chapelle étaient transférées à Bagno di Macereto151. A la fin du xvie siècle, d’après G. Venerosi Pesciolini, les bains auraient été donnés en fief à un certain Vincenzo Cospi152. En 1713, l’Hôpital Santa Maria della Scala, dont les intérêts à Petriolo n’avaient fait que croître au cours de l’époque moderne – il y disposait de la grange « dei Santo » à plus d’un kilomètre au nord des sources – reçut de la communauté de Pari, le site, alors en grande partie abandonné153.

106Bibliographie

107F. Pinelli (1716), Lettera dei bagni di Petriolo, Rome.
G. Venerosi Pesciolini (1931), « I bagni senesi di Petriolo nel Medioevo » dans La Diana, VII, p. 110-135.

12. BAGNO DI PISTILLE

Situation

108Province : Sienne

Commune : Castelnuovo Berardenga

Localité : non identifiée

Carte topographique régionale : 121 IV

Description du site thermal

109Il n’a pas été possible d’identifier avec précision le site thermal.

Source

110Inconnue.

La source, les infrastructures et le site thermaux

  • 154 Quod Balneum de Pistille positum in contrata Plebis de Pacina debeat reac-tari; item, cum Balneum d (...)

111Le bain de Pistille n’est mentionné qu’une seule fois dans la documentation siennoise à la fin du xiiie siècle, lorsque Sienne projetait de le restaurer154. Il n’est cité dans aucun traité médical médiéval.

13. BAGNO DI POGGIO SANTA CECILIA

Situation

112Province : Sienne

Commune : Rapolano Terme

Localité : peut-être dans la zone de Soffione Solforoso

Carte topographique régionale : 121 IV

Altitude : environ 450 m

Description du site thermal155

La source

113Nous ne disposons d’aucune information sur la source.

La source et les infrastructures thermales au Moyen Âge

  • 156 Le 10 décembre 1337, petias terrarum positas in curia Podii Sancte Cecilie in locis infrascriptis, (...)
  • 157 Cf. E. Lecchini, D. Mazzini (1983), p. 67.

114Le bain est attesté au début xive siècle156, puis au début du xvie siècle. À l’époque moderne, les eaux alimentaient un moulin157. On ignore tout de l’utilisation du bassin durant le Moyen Âge; il n’est mentionné par aucun médecin.

Le site thermal au Moyen Âge

  • 158 Cf. M. Ginatempo (1988), p. 459.
  • 159 Cf. P. Cammarosano, V. Passeri (1985), p. 364.

115Le site thermal dépendait peut-être de la communauté de Poggio Santa Cecilia. Cette dernière était à la fin du Moyen Âge de taille moyenne158. La commune fit soumission à Sienne entre la fin du xiie et le début du xiiie siècle, mais les Cacciaconti qui avaient été les seigneurs du castrum, conservèrent cependant des droits sur l’agglomération jusqu’au début du xive siècle. Les Piccolomini leur succédèrent par la suite. Placé sur la frontière siennoise (près des territoires de Florence ou d’Arezzo), le castrum de Poggio Santa Cecilia fut à maintes reprises, détruit et reconstruit, au cours du xiiie siècle et à la fin du Moyen Âge. Au xve siècle, la communauté paraissait diminuée et appauvrie159.

14. BAGNO DI PRATA

Situation

116Province : Grosseto

Commune : Montieri

Localité : source au nord de Boccheggiano

Carte topographique régionale : 120 III

Altitude : environ 660 m

Description du site thermal160

  • 160 Cf. carte 6.

117Nous ne sommes pas parvenus à établir l’emplacement du site thermal avec certitude. La source connue au Moyen Âge correspondait peut-être aux « Acque Calde » qui jaillissent actuellement dans le val de la Merse tout près de la confluence de cette rivière avec le torrent Mersino.

La source

  • 161 Cf. M. Martini (1971), p. 286.

118Température de l’eau : 32° C161

La source et les infrastructures thermales au Moyen Âge

  • 162 Le 29 décembre 1309, Fredi di Gherardo da Prata vend à la commune de Sienne les 10/24e du castrum e (...)

119La source est mentionnée une seule fois en 1309162. Elle n’est jamais citée dans les traités médicaux médiévaux.

Le site thermal au Moyen Âge

  • 163 Cf. A. Giorgi (1993), p. 350, 363.
  • 164 Cf. P. Cammarosano, V. Passeri (1984), p. 93; M. Sica éd. (1994), p. 7-8.
  • 165 Cf. O. Redon (1995), p. 106.
  • 166 Cf. M. Ginatempo (1988), p. 171n.
  • 167 Cf. L. Bonelli Connena (1976), p. 2.
  • 168 Cf. P. Cammarosano, V. Passeri (1984), p. 93.

120Le site thermal relevait de la curia de Prata. La communauté de Prata est attestée dès le xie siècle. Aux xiie et xiiie siècles, le castrum appartenait à une famille seigneuriale, vassale de l’évêque de Massa Marittima. Entre 1293 et 1321, les seigneurs de Prata – dont quelques membres de la famille Tolomei qui, par mariage avaient hérité de droits sur la curia163 cédèrent progressivement leurs droits à la commune de Sienne164. Cette dernière nomma à Prata, entre 1297 et 1306, un recteur pour administrer les biens dont elle disposait165. Plus tard, à la fin du xve siècle, elle y délégua un vicaire166. Dès le milieu du xiiie siècle, quelques magnats siennois avaient cherché à tirer profit des mines d’argent voisines, placées sur le mont Ceriota167. En 1492, les Siennois vendirent à l’hôpital Santa Maria della Scala une grande partie du territoire communal; l’Hôpital fonda une grange à Prata168.

15. BAGNO DI PUTIDINE

Situation

121Province : Siena

Commune : Monticiano

Lcalité : probablement Potatine

Carte topographique régionale : 120 II

Altitude : 175 m

Description du site thermal169

  • 169 Cf. carte 7.

122La source n’a pas été identifiée. Elle n’est mentionnée dans aucun traité, inventaire d’époque moderne ou contemporaine. Elle s’est probablement tarie au Moyen Âge. Elle se trouvait vraisemblablement sur la rive droite de la Merse, au lieu-dit Potatine.

La source, les infrastructures et le site thermal

  • 170 De muro fiendo et aptandum balneum aque bone positum in piano de Puti-dinis prope Serras Petriuoli (...)

123Le bain de Putidine n’est mentionné qu’à la fin du xiiie siècle et au début du xive siècle dans la documentation siennoise170. Sienne souhaitait alors construire un bain pour recueillir une eau qu’elle jugeait salutaire. La source ne semble pas avoir été utilisée par la suite. Elle n’est mentionnée par aucun auteur de traité sur les eaux thermales. Le site se trouvait probablement aux abords de la voie qui depuis Sienne menait jusqu’en Maremme, à mi-chemin entre les deux grandes stations de Bagno di Petriolo et Bagno di Macereto.

16. BAGNO DI RAPOLANO

Situation

124Province : Sienne

Commune : Rapolano Terme

Localité : Bagno San Giovanni

Carte topographique régionale : 121 IV

Altitude : 280 m

Description du site thermal171

  • 171 Cf. carte 5.
  • 172 Le site ne doit pas être confondu avec celui de « Bagno Querciolaia » – situé un peu plus au nord d (...)

125Les eaux connues au Moyen Âge jaillissent actuellement à proximité d’un large puits – appelé la « Puzzola » – d’où sortent des émanations de gaz carbonique et d’un important massif de travertin – nommé la « Monta-gna »172.

La source

126Température 36-40° C. (Il existe en fait actuellement plusieurs sources proches les unes des autres).

  • 173 Cf. G. P. Francalanci (1959), p. 398; M. Martini (1971), p. 292; A. Bencini, V. Duchi, M. Martini ( (...)

Ph. 6,7173.

La source et les infrastructures thermales au Moyen Âge

  • 174 Le 5 décembre 1309, quod domini camerarius et quattuor provisores comunis Senarum possint, teneantu (...)
  • 175 En 1338, plusieurs barbiers disposaient du monopole des saignées dans la station, cf. A.S.S. Notari (...)
  • 176 Le 29 juin 1339, Sienne décide modum et viam inveniendi quomodo aqua de Cavaglonis de balneo Rapola (...)
  • 177 Gentile da Foligno, Ugolino da Montecatini, Michele Savonarola, Giorgio Franciotti, Bartolomeo Viot (...)

127Au début du xive siècle, les eaux thermales alimentaient un seul bassin qui, en 1309, fut divisé en deux pour séparer les femmes des hommes174. Il existait aussi vraisemblablement un bâtiment, un terrain destiné à accueillir les curistes qui se saignaient175. Il n’y avait, sans doute, pas d’autres établissements, puisqu’en 1339, lorsqu’une nouvelle veine d’eau fut découverte, il fut décidé de la diriger vers le bain principal176. La source est mentionnée dans les principaux traités médicaux sur les eaux thermales177.

Le site thermal au Moyen Âge

  • 178 Cf. E. Lecchini, D. Mazzini (1983), p. 21.
  • 179 Cf. tableau 8.
  • 180 Ils fonctionnaient encore à l’époque moderne (cf. figure 10), bien qu’ils aient été détruits en mai (...)

128Le site thermal se trouvait à proximité de la « pieve » de San Vittore, attestée une première fois en 1029178. Au xive siècle, il accueillait une petite bourgade, composée de bâtisses plutôt modestes réunies dans un lotissement. Au xve siècle, l’espace thermal abritait quelques auberges179. Les eaux thermales qui sortaient du bain ou du massif de travertin voisin alimentaient un ensemble de moulins, placés en série le long d’une « gora »180.

  • 181 Cf. A. Barlucchi (1997a), p. 210-211.
  • 182 Cf. partie 2, chapitre 1.
  • 183 Pour l’importance et l’activité de Rapolano, cf. A. Barlucchi (1997a), p. 83, 297.
  • 184 P. Cammarosano, V. Passeri (1984), p. 150.
  • 185 Cf. partie 3, chapitre 1.

129Au début du xive siècle, le site relevait de la commune de Rapolano181, mais Sienne parvint progressivement à contrôler les eaux182. La communauté de Rapolano fut tout au cours du Moyen Âge l’une des plus importantes de la Scialenga183. Elle fit soumission à Sienne au début du xiiie siècle, après avoir été dominée par les comtes Scialenghi. La commune se trouvait sur la frontière siennoise, aux confins des territoires de Florence et d’Arezzo184. Aussi, le site thermal fut-il régulièrement fréquenté par des curistes étrangers. Cette situation qui favorisa son développement, le rendait aussi fragile. La station eut à souffrir des raids menés par des troupes adverses et des représailles exercées par Sienne à l’encontre des citoyens originaires des cités qui lui étaient hostiles185.

130Bibliographie

131E. Buonamici (1858), Delle acque minerali e termali di S. Giacomo a Pelacane presso Rapolano..., Florence.
I. Caifassi (1863), Delle acque minerali e termali di Rapolano nella provincia senese, Sienne.
D. Marzi (1776), Raccolta di quescoli riguardante l’acqua minerale acidula ultimamente scoperta in Rapolano..., Florence.
L. Terucci (1639), Trattato del bagno di Rapolano, Sienne.

17. BAGNO DI ROCCATEDERIGHI

Situation

132Province : Grosseto

Commune : Roccastrada

Localité : peut-être Montioni di Monterotondo

Carte topographique régionale : 120 III

Altitude : environ 300 m

Description du site thermal186

  • 186 Cf. carte 6.

133La source est probablement celle qui jaillit sur les pentes du mont Mur-lo, près du torrent Carsia.

La source

134Qualités de la source inconnues.

La source et les infrastructures thermales

  • 187 Le 17 décembre 1294, Binda di Mino de Rocca Tederighi vend à la commune de Sienne ce qu’il possède (...)

135Le bain n’est attesté qu’une seule fois à la fin du xiiie siècle187. Il n’est pas mentionné dans les traités médicaux médiévaux.

Le site thermal

  • 188 Cf. O. Redon (1994), p. 153; P. Cammarosano, V. Passeri (1984), p. 156.
  • 189 Cf. A. Giorgi (1993), p. 350, 363.
  • 190 Cf. P. Cammarosano, V. Passeri (1984), p. 156.

136Le castrum de Roccatederighi est mentionné au xiie siècle. Entre la fin du xiiie siècle et le début du xive siècle, les seigneurs de Roccatederighi cédèrent progressivement leurs droits à Sienne qui construisit dans le castrum un « cassero »188. Sur le territoire communal, se trouvaient des mines d’argent qui furent exploitées au cours du xive siècle, principalement par la puissante famille Salimbeni189 qui obtint entre 1369 et 1405, des droits importants sur la communauté. Par la suite, la commune passe sous le contrôle direct de la République190.

18. BAGNO DI ROSELLE

Situation

137Province : Grosseto

Commune : Grosseto

Localité : Bagno Roselle

Carte topographique régionale : 128 III

Altitude : 25 m

Description du site thermal191

  • 191 Cf. carte 13.

138Les eaux jaillissent au pied du mont Moscona.

La source

139Température 38,7° C

Ph 7,1

  • 192 Cf. G. P. Francalanci (1959), p. 387; M. Martini (1971), p. 282.

Composants minéraux : les eaux laissent d’importants dépôts de travertin192.

La source et les infrastructures thermales au Moyen Âge

  • 193 Cf. G. Prisco vol. 2 (1994), p. 286.
  • 194 Cf. De balneis (1553), p. 159.

140Le bain est attesté une première fois à la fin du xiiie siècle193, mais seul Giorgio Franciotti, médecin lucquois, le mentionne dans son traité rédigé au début du xvie siècle194.

Le site thermal au Moyen Âge

  • 195 Cf. Archivio di Stato di Grosseto (1988), p. 55.
  • 196 Cf. M. Ginatempo (1988), p. 393.
  • 197 Le 9 novembre 1298, cf. A.S.S. Coventi 162, f° 271v, cité par G. Prisco vol. 2 (1994), p. 286.
  • 198 Cf. Archivio di Stato di Grosseto (1988), p. 55.

141Le site resta tout au cours du Moyen Âge de taille modeste. En 1489-1497, il n’accueillait qu’une auberge qui appartenait à 1 evêque de Grosseto195et vraisemblablement un moulin alimenté par les eaux thermales. En 1525, ce dernier ne fonctionnait plus alors que le site était infesté par la malaria196. Le « piano del bagno » était relié par une voie jusqu’à la ville de Grosseto, la via Balnei de Roselle mentionnée dès 1298197. Au xve siècle, le site relevait de la mense épiscopale de Grosseto198.

  • 199 Cf. P. Cammarosano, V. Passeri (1984), p. 84.
  • 200 Cf. M. Ginatempo (1988).

142Il faisait sans doute partie des biens que l’évêque avait conservés dans la curia de Roselle. Car, la cité de Roselle – qui avait été importante durant l’Antiquité et le Haut Moyen Âge et qui avait dès 591, accueilli un évêque -connut un rapide déclin. En 1138, le siège épiscopal fut transféré à Grosseto et le castrum – qui succéda à l’agglomération antique – demeura en partie aux mains du prélat; au début du xiiie siècle, les comtes Aldobrandeschi partagèrent des droits avec l’évêque sur Roselle. Lequel fit soumission à Sienne pour le castrum en 1228. En 1287 la communauté de Roselle prêta serment à la cité de la Vierge199. Il est probable qu’elle ait disparu par la suite. M. Ginatempo ne mentionne pas le site comme habité à la fin du Moyen Âge200.

143Bibliographie

144Archivio di Stato di Grosseto (1988), Formazione, storia e declino del patrimonio della mensa vescovile di Grosseto, Grosseto.
G. Uccelli (1826), Saggio sulle terme rosellane, Florence.

19. BAGNO DI SAN FILIPPO

Situation

145Province : Sienne

Commune : Castiglione d’Orcia (frazione : Bagni San Filippo)

Carte topographique régionale : 129 I et IV.

Localité : Bagni San Filippo

Altitude : 450 m

Description du site thermal201

  • 201 Cf. carte 10.

146La source jaillit dans le bourg de Bagni San Filippo et près du fossé Bianco. Elle est actuellement captée pour alimenter un établissement thermal et une piscine.

La source

147Température de l’eau : 49° C

  • 202 Cf. G. P. Francalanci (1959), p. 383; M. Martini (1971), p. 278.

Ph : 7,1202

Composants chimiques : l’eau laisse d’abondants dépôts de .travertin et de soufre.

La source et les infrastructures thermales au Moyen Âge

  • 203 Cf. W. Kurze éd. (1982), p. 363.
  • 204 Saint Philippe aurait habité un ermitage près des sources pendant trois mois en 1269, cf. L. de Veg (...)
  • 205 Cf. A.S.S. Gabella dei contratti 641, f° 4.
  • 206 Cf. document 15, ci-joint.
  • 207 Gentile da Foligno, Michele Savonarola, Mengo Faventino, Bartolomeo Clivoli, Giorgio Franciotti, cf (...)
  • 208 Cf. Ugolino da Montecatini (1950), p. 53.

148Les eaux thermales sont attestées dès la fin du xiie siècle203, mais la légende veut que Filippo Benizi soit l’inventeur des sources au milieu du xiiie siècle204. L’équipement thermal des xiie-xive siècles n’est pas connu. En 1425, le site fut doté d’un établissement de douches205, lequel fut modifié par la suite en 1474, de façon à créer une citerne d’eau thermale206. Les qualités thérapeutiques des eaux de Bagno di San Filippo étaient appréciées des médécins médiévaux207; Ugolino da Montecatini vantait tout particulièrement les mérites des douches qui lui semblaient supérieures à celles de Bagno di Petriolo208.

Le site thermal au Moyen Âge

  • 209 Cf. A.S.S. Capitoli 4, f° 39.
  • 210 La « via abbatenga » cf. document 14, ci-joint.

149Le site thermal ne fut jamais de très grande ampleur, malgré les efforts de Sienne, au début xve siècle, pour l’aménager209. À la fin du Quattrocento, il accueillait plusieurs bâtisses. Il était relié à la voie « francigena » qui passait quelques centaines de mètres plus à l’est et se trouvait sur une route qui menait à l’abbaye San Salvatore du mont Amiata210.

  • 211 Cf. W. Kurze éd. (1982), p. 363.
  • 212 Pour cette famille, cf. A. Canestrelli (1915).
  • 213 Cf. document 14, ci-joint. Pour Sozzo di Notto Salimbeni, cf. A. Carniani (1995), p. 286.
  • 214 Cf. A.S.S. Diplomatico Patrimonio dei Resti, San Michele di Santa Fiora, le 14 janvier 1353 (1354 n (...)
  • 215 Cf. A.S.S. Diplomatico Archivio Generale, le 6 novembre 1411. Père de Francesco Sforza, Muzio Atten (...)
  • 216 La cité autorisait Mariano di Arrigo de Santa Fiora à percevoir une gabelle d’un montant de 490 flo (...)
  • 217 Cf. P. Cammarosano, V. Passeri (1985), p. 303; G. Contorni (1988), p. 12-30.

150En 1191, les eaux thermales furent données par un certain Bursia di Traccia à l’abbaye211. Dans la première moitié du xive siècle, elles étaient aux mains des Visconti. Lesquels dominaient la communauté de Campiglia, l’une des plus importantes du val d’Orcia à l’époque. Le site relevait de la curia de cette commune212. En 1347, Nerio di Pepone, vicomte de Campiglia vendit le tiers du bain et des terres qu’il détenait dans le site à Sozzo di Notto Salimbeni213. En 1354, ses héritiers le revendirent aux seigneurs de Campiglia214. En 1411, Credi di Giovanni laissa Campiglia d’Orcia et le bain au condottiere Muzio Attendolo dit Sforza215 qui le céda à Sienne rapidement. En 1413, la cité détenait les droits sur les eaux et autorisait la levée d’une gabelle sur le bain216. En 1429, elle contrôlait directement la commune de Campiglia et en 1463, elle lui confia en partie la gestion du site thermal217.

  • 218 Cf. E. Repetti (1846), t. VI, p. 18.
  • 219 Cf. G. Giuli (1834), p. 26.

151La station fut détruite et abandonnée pendant la guerre de Sienne et le bain ne fut restauré par Côme Ier de Médicis qu’en 1566218. À la fin du xvie siècle, un tremblement de terre détourna les sources et entraina l’assèchement des bains qui ne furent rétablis qu’en 1635 par Ferdinand II de Médicis219.

152Bibliographie

153L. de Vegni (1808), « Descrizione del casale e bagni di San Filippo in Toscana con suoi annessi » in Atti dell’accademia delle scienze di Siena detta de’ Fi-sio-critici, IX, p. 144-159.
G. Giuli (1834), Trattato fisico medico dei Bagni di San Filippo e descrizione dell’arte detta plastica dei Tartari, Sienne.
A. D. Rempicci (1863), Breve cenni intomo alle acque termali e minerali di Bagni di San Filippo, Sienne.

Documents

DOCUMENT 14. Vente de droits seigneuriaux pesant sur le site de Bagno di San Filippo (1347)

154Le 10 juin 1347. Nerio di Pepone, vicomte de Campiglia d’Orcia vend à Sozzo di Notto Salimbeni le tiers des droits qu’il détient sur le site de Bagno di San Filippo, c’est-à-dire sur les terrains compris entre la voie « abatenga », les fossés « Rondenaia » et « Docimella ». Il lui cède le tiers des droits de justice, des gabelles perçues auprès du bain, et des droits concernant l’exploitation des pâturages et des bois.

155A.S.S. Diplomatico Archivio generale, ad annum.

156In Dey nomine amen. Anno ab eiusdem Nativitate millesimo trecentesi-mo quadragesimo septimo, indictione XV, domino Clemente papa Vto re-sidenti die decima iunii. Pateat omnibus evidenter quod nobilis vir Nerucius quondam Pepi Vicecomes de Campiglio pro pretio [...] florenorum aurii et octuaginta florenorum aurii ad rectum pondus comunis Senarum quod pretium fuit confessus nobili viro Soçço quondam Nottii domini Bretacho-nis de Salimbenensibus de Senis presenti, danti et solventi [...] sive de suis propriis denariis florenorum habuisse et récépissé non spe future numerationis seu receptionis, iure dominii et quasi dominii et plene proprietatis et possessionis et quasi possessionis ad proprium et in perpetuum dedit, vendidit et tradidit et quasi tradidit, cessit et concessit, trastulit et mandavit eidem Soççi presenti, ementi, stipulanti et recipienti pro se et suis heredibus, tertiam partem pro indiviso terreni in quo est positum balneum de Sancto Philippo et quod dicitur « el bagnio a Santo Philippo » et pars balnei positi in curia, terreno et dictrictu de Campiglio de Monte Amiato, cui ex uno fossa-tus qui dicitur « la Rondenaia » et alio fosatus qui dicitur « Docimella » et ex alio via Abatenga per rectam lineam ut im<m>etit dictus fosatus de « Docimella », et si qui sunt eidem plures aud veriores confines; ac etiam tertiam partem pro indiviso totius iurisdictionis et dominationis dicti terreni balnei et aque et mixti et mery imperii et dominationis; ac etiam tertiam partem pro indiviso cabellarum fationum et eletionum quorumcumque officialum et quarumcumque pensionum, redditum et proventuum dicti balneii et aque et dicti terreni et loci; ac etiam tertiam partem pro indiviso viarum, nemo-rum et pasturarum dicti terreni et loci ; et quod ipse possessor dictam iuridi-tionem exercere pro dicta tertia parte et ea uti frui sine aliqua requisitione dominorum de Campilio predicto, ac etiam quod ipse possit quamcumque executionem facere et fieri facere pro dicta tertia parte tam realem quam personalem prodicta tertia parte de omnibus et singulis malefitiis et delictis que commiterentur in dicto terreno superius declarato, ac etiam tertiam partem omnium et singularum condennat<i>onum que fierent in focturum (sic) occasione alicuius malleficii quod committerentur in dicto terreno superius declarato. Hoc semper dicto et declarato quod si aliqua aqua calida exiret seu apareret in dicto terreno seu iurisditione et terreno de Campiglio predicto, veniet et venire intelligatur in presenti venditione; et vendita sit pro pretio suprascripto prout et sicut vendita est nunc aqua dicti ballney (sic), et dictum balneum pro dicta parte cum omnibus et singulis iuris-ditionibus suprascriptis, ac etiam quod dictus Soççus possit pasturare et pasturari facere bestias suas cuiuscumque conditionis et generis existantes in dicto terreno, curia et districtu de Campiglio et dicit balneii; et quod possit incidere et incidi facere ligniamina et de lignis existentibus et existentia in dicta iurisditione, curia et districtu de Campiglio, ut possunt veri domini dicti castri sine aliqua licentia, parabula et voluntate aliquorum dominorum tam presentium quam focturorum dicti castri de Campiglio ut deincepes (sic) et in perpetuum dictus Soççus et quilibet ius habens et pretendens abeo dictas suprascriptas res, iurisdictionem et bona habeat, teneat et possideat et quasi possideat et possit facere de predictis et quolibet predictorum ut potest quilibet dominus verus rei sue sine dicti Nerucii et suorum heredum lite periuratus vel contraditione; et si plus dicto pretio valent dicte res vendite ti-tulo donationis inter vivos ita et taliter quod aliqua causa ingratitudinis vel offense vel alio modo revocari non possit eidem Soçço stipulanti pro se suisque heredibus dedit et donavit cum omnibus et singulis que dicte res habent et continent intra se, supra seu intra se in integrum; promitens dictus Nerucius dicto Socço presenti, recipienti et stipulanti ut supra dictas res, iura et actiones eidem Soçço vel suis successoribus modo aliquo, iure vel causa non tollere, non contendere et non molestare, nec aliquam exinde vel de causis litem facere vel movere, nec facienti vel moventi consentire, directe vel per obelicum; item promisit et convenit eidem Soçço ut supra recipienti eundem vel eius successores seu heredes non prevenire seu impedire in petendo vel exigendo predicta seu aliquid predictorum seu aliquid vigore suprascripti contractus, seu in utendo vel fruendo predictis vel aliquo predictorum, set dictas res, iura et iurisditionem et omnia suprascripta eidem Soçço presenti, stipulanti et recipienti ut supra promisit in perpetuum de-fendere, autoriçare et disbrigare ab onni (sic) et qualibet persona loco, colle-gio et universitate de iure et de facto si et cotiens expedierit et eumdem Soççum et eius successores et heredes [...] in rebus in dictis omnibus aliis omnibus suis sumptibus et expensis iudicii procuratorum et advocatum et quibuscumque aliis tam in iudicio quam extra; et promisit eidem Soçço, ut supra recipienti et stipulanti, quod si quo tempore aliqua lix seu controver-sia vel causa tam de iure quam de facto minaretur seu fieret eidem Soçço seu heredibus vel successoribus suis per aliquam personam, locum, collegium vel universitatem mota lite, causa vel questione tam iuris quam facti ad iudicem comparere et omne iudicium in se et super se suscipere et in eo stare et ipsum peragere usque ad finem cuiuslibet litis, cause, controversie vel quistionis omnibus suis suntibus et expensis iudicibus procuratoribus et avocatibus et quibuscumque aliis; et ex dicta causa et titulo et pretio supra-scripto, dictus Nerucius dedit, cessit, concessit, trastulit et mandavit eidem Socço presenti et stipulanti et recipienti ut supra, omnia et singula iura et actiones, petitiones et pigniorum obligationes reaies et personales, utiles et directas tacitas et expresas médias, sive mistas, civiles et pretorias et alias at alia que et quas ipse Nerucius vel alter pro eo habet vel habere potest et sibi vel alteri pro eo competenti et competere videntur et possunt quocumque modo iure, ratione vel causa in dictis rebus, iurisdictionibus et possessioni-bus de quibus supra fit mentio, faciens dictum Soççum procuratorem in predictis ut in rem suam et in totum suum ius subcessorem universalem, pone<n>s eundem i<n> llocum suum ut deinceps dictus dominus Soççus et eius subcessores utiliter et directe possint agere, experiri, excipere, replicare, consequire et servare et uti et frui predictis iuribus, rebus et possessionibus supra vendite, ut poterat ipse Nerucius ante dictam iurisditionem et contractum asserens et affirmans eidem Soçço stipulanti ut supra ius suum de predictis in totum vel in partem nemini esse datum, cessum et concessum vel modo aliquo alienatum et eundem Soççum non impedire vel prevenire in petendo vel exigendo seu in finendo (sic) dictis rebus, in totum vel in partem, sub pena et ad penam dupli eius seu de quo ius cessum alteri apparet, et eius de quo impediret vel preveniret Soççum predictum quam penam eidem Soçço, stipulanti ut supra, dare et solvere promisit si et quotiens contrafactum fuerit et data pena soluta promisit vel non nicchilominus on-nia et singula firma perdurent, dans et concedens dictus Neruccius eidem Soçço presenti, recipienti et stipulanti ut supra, plenam licentiam et liberam potestatem accipiendi et intrandi, corporalem tenutam et possessionem et quasi possessionem suprascriptarum rerum cuiuscumque earum sua auto-ritate tantum et ea sua propria autoritate retinere et possidere et quasi; et ea interim se nomine dicti Soççi constituit possidere et predictam venditionem, iurisditionem et contractum et omnia et singula suprascripta et quolibet su-prascriptorum dictus Neruccius promisit convenire eidem Soçço presenti, recipienti et stipulanti ut supra, perpetuo actendere et observare et adim-plere et in aliquo modo non contrafacere vel venire per se vel alium, aliquo modo, iure, occasione vel causa, de iure vel de facto, sub pena et ad penam duppli dicti pretii, quam penam dare et solvere promisit dicto Soçço stipulanti ut supra, si et quotiens contrafactum fuerit; que pena totiens commite-retur et repetita esse investigatur, et cogi possessor in singulis capitulis huius contractus si quotiens contrafactum fuerit, et data pena, soluta commissione vel non nicchilominus omnia et singula firma perduret, obli-gans pro predictis omnibus et singulis observandis et firmis tenendis et adimplendis dicto Socço, recipienti et stipulanti ut supra, se et suos heredes et bona omnia presentia et fuctura, renuptiantes exceptionum non factarum promissionum, confessionum, obligationum et renuptiationum et non habi-ti et non soluti dicti pretii, rei dicto modo non geste, fori privilegio et omni iuris et legum auxilio; cui Neruccio promiserunt, volentes et predicta omnia et singula confitentes precepi ego notarius infrascriptus nomine iuramenti et guarentisie secundum formam statutorum civitatis Senarum quod predicta omnia et singula faciat et riservet dicto Soçço Nocti et suis heredibus et sucessoribus superius continetur et sunt scripta.

157Actum in districtu Campilli apud dictum balneum, in contrata que dici-tur « Carpinecto », presentibus nobili viro Credi quondam Pepi Vicecomiti de Campiglio, Piero Mey de Massa et Bartolello Lelli de commitatu, presenti-bus testibus rogatis.

158Ego Muccius quondam ser Cioncoli de Rondine imperiali autoritate notarius et iudex Ordinarius predictis omnibus rogatus interfui, scripsi et pu-blicavi et signum meum apposui consuetum.

159(ST) Ego Blasius olim Cecchi Landini de Aretio abitator Senis, imperiali autoritate notarius et iudex Ordinarius, totum quod supra continetur scriptum est inveni, vidi et legi in quodam publico et autentico instrumento scripto et publicato per ser Muccium quondam ser Cioncholi suprascriptum esset prout in dicto instrumento continebatur hic fideliter scripsi et exemplavi et hoc sumptum cum dicta originali scriptum una cum ser Biasio Neri de Artio (sic) notario abscultavi et utrunque bene concordare invenimus. Et ideo di licentia et autoritate prudentis viri domini Berardi iudicis assessoris domini potestatis et civitatis Senarum sedentis pro tribunali Senis in palatio prefati comunis ad ius reddendum more solido (sic) mihi in predictis prestitum et concessum pu-blicavi, sub anno domini millesimo trecentesimo quinquagesimo quarto, in-dictione VIIIa, die V mensis ianuarii, coram ser Laurentio Dote, ser Mino Tinelli, ser Ambrogio ser Mini, ser Ranaldo ser Dey, ser Benucio Ture, ser Ventura Ghuccii notarii de Senis testibus presentibus, habitis et vocatis.

DOCUMENT 15. Construction d’une citerne auprès de la maison des douches de Bagno di San Filippo (1474)

160Le 23 décembre 1474. Les Exécuteurs de la « Gabella generale » confient à Martano di Leonardo, Matteo di Bartolomeo et Silvestro di Agnolo, la construction d’une citerne d’eau thermale auprès de la maison des douches de Bagno di San Filippo.

161A.S.S. Gabella dei contratti 754, f° 121.

162Anno Domini MCCCCLXXIIII, indictione VIIIa, die vero XXIIIo decembris.

163Spectatissimi viri, Camerarius et Executores Generalis Cabelle Magnifici comunis Senarum sollenniter convocati et congregati in eorum solita re-sidentia pro negociis eorum officii pertractandis et utiliter expediendis vigore remissionis in eorum officio facte, prout asseruerunt ab opportunis consiliis ad infrascripta faciendum, de qua patere duxerunt manu ser *** notarii pu-blici senensis, vice et nomine comunis Senarum, locaverunt et concesserunt Mariano Leonardi et Mattie Bartholomei de Campilia comitatus Senarum, presentibus et conducentibus pro sese ac etiam pro Silvestro Angeli de dicto loco, pro quo ad cautelam de rato et rati habitione promiserunt et quilibet eorum promisit etc., et pro eorum et cuiuslibet eorum heredibus et successori-bus ad facendum unam galazam, sive conservam aque docciorum balneorum Sancti Filippi prope dicta balnea, retro domum dictorum docciorum vulgari-ter dieta « la casa de’ docci », modis, forma, pactis, pretio, et conditionibus in-frascriptis, de quibus latius mentio fiet inferius vulgari sermone, videlicet :

164In prima che decti Mariano et Mattio ne’ decti nomi debbino havere facta a buona perfectione con pietre, calcina et rena et a uso di buono maestro dieta galazza, o vero conserva per tutto el mese di marzo proximo che verrà 1475.

165Item sieno tenuti et debbino fare dicta galaza, o vero conserva, longha braccia dieci, largha braccia Viii, alta braccia sei, incominciando al pari del terreno per infino a l’imposte della volta tutta murata a buone pietre, calcina et rena et sopra esse imposte sieno tenuti et debbino fare una buona volta sopra tutta decta galaza, o vero conserva, sì che essa galaza sia tutta cuperta d’una buona volta, la quale debbino fare a buone pietre, calcina e rena; la longheza della quale galaza, o vero conserva, faccino e a ffare sieno obligati per quello luogho donde viene l’acqua a’ doccii predecti et la largheza d’essa galaza venghi et venire debbi per la largheza della casa de’ doccii predecti; nella quale volta sieno obligati farvi una cateratta di braccio quadro, tanto che vi si possa entrare et uscire; alla quale cateratta sieno obligati farvi uno uscio di quercia, o vero uno quadro di pietra con una catenella di ferro per poterla levare e porre quando fusse di bisogno.

166Item che decti Mariano et Mattio ne’ decti nomi sieno tenuti et debbino fare mura di mezo braccio atachate et colligate colle mura della casa de’ docci predecti in quello luogho et dove fusse manchamento, le quali mura faccino per forteza del muro della ghalaza, o vero conserva predecta, a buone pietre, calcina et rena.

167Item che decti sieno tenuti et debbino fare uno muro appoggiato alla casa de’ docci, alto quanto sonno e’ docci delli homini, con uno canale per lo quale vada l’acqua a’ docci delle donne.

168Item che e’ decti Mariano et Mattio, in decti nomi sieno tenuti e debbino tutte le pietre, terra e altro ingombrine cavassero ne’ lluoghi dove sonno tenuti fare decti lavori come di sopra, sgombrare et gittare in luoghi che nis-suno d’essi ingombrimi habbi a ricevere alcuna lesione.

169Item che tutte le cose soprascritte s’intendino e intendare si debbino a buona fede, puro et sano intellecto e senza alcuna fraude et a tutte spese de’ decti maestri Mariano e Mattio ne’ decti nomi.

170Item che e’ decti maestri, ne’ nomi come di sopra, habbino et havere debbino di tutto decto lavoro dal Magnifico comune di Siena et per lo decto comune dal camarlengo di Cabella che è al presente, o che per l’avenire fusse, fiorini trenta otto di lire quatro fiorino de’ denari, di decte gabelle in questo modo, cioè : fiorini XVIIII al presente de’ decti denari et il resto per infino alla diecta soma di fiorini 38, cioè fiorini 19 debbino havere dal camarlengo di decta cabella finito tutto decto lavoro in bona perfectione; alla solutione de’ quali sia tenuto decto camarlengo che è al presente, o che per li tempi sarà.

171Que omnia et singula supradicta dicti officiales dicto nomine et conductores prefati dictis nominibus promiserunt sibi ad invicem et intese attendere et observare et contra non facere, vel venire quoquo modo, sub pena et ad penam dupli dicte quantitatis et dupli eius etc., quam penam pars non servans etc., et dicta pena etc., item reficere etc., obligantes ad invicem etc., renun-tiantes ad invicem etc., et iuraverunt etc., cum guarantisa etc., rogantes etc.

172Actum Senis in dicta Generali Cabella et in residentia dictorum Exe-cutorum, coram Andrea Bartholomei de Gallaccinis et Angelo Mei Laurentii custode librorum Cabelle, civibus Senensibus testibus etc.

173Ego Priamus, etc.

20. BAGNO DI SAN GIOVANNI

Situation

174Province : Lucques,

Commune actuelle : Bagni di Lucca,

Carte topographique régionale : 97 III

Localité actuelle : San Giovanni

Altitude : 196 m

Description du site thermal

175Le site se trouve à 50 mètres au sud de Bagnicaldi.

La source

  • 220 Cf. G. P. Francalanci (1959), p. 379.

176Température de l’eau : 41° C220

La source et les infrastructures thermales au Moyen Âge

  • 221 Cf. De balneis (1553), p. 154v.
  • 222 Idem, p. 159v. Cf. aussi E. Coturri (1958), p. 29.

177La source ne semble avoir été utilisée qu’à la fin du Moyen Âge. Matteo Bendinelli cite pour la première fois l’existence du bain en 1486221. Giorgio Franciotti semble l’avoir confondu au milieu du xvie siècle avec le « bagno rosso »222.

Le site thermal au Moyen Âge

178Le site n’était sans doute pas très étendu et il relevait probablement de la commune de Lucques.

21. BAGNO DI SANT’ANSANO OU ACQUA BORRA

Situation

179Province : Sienne

Commune : Castelnuovo Berardengha

Localité : Acqua Borra

Carte topographique régionale : 120 I

Altitude : 200 m

Description du site thermal223

  • 223 Cf. carte 5.

180Le site thermal se trouve actuellement sur la rive gauche du torrent Malena, à quelques mètres des berges, près des lieux-dits Santa Maria a Dòfana, Sant’Ansano a Dòfana et Poggiarone.

La source

181Température : 36-37° C

Ph : 6,9

  • 224 Cf. G. P. Francalanci (1959), p. 381; M. Martini (1971), p. 277.

Composants chimiques : La source laisse d’abondants dépôts de travertin224.

La source et les infrastructures thermales au Moyen Âge

  • 225 Le 9 mai 1181, cf. A. Ghignoli éd. (1994), p. 181.
  • 226 Cf. document 16, ci joint.
  • 227 Le 7 juin 1440 et le 9 novembre 1442, cf. A.S.S. Gabella dei Contratti 663, f° 20v; 668, f° 16.
  • 228 Cf. document 17, ci joint.
  • 229 Cf. A.S.S. Studio 2, f° 3, 28-30.

182Le bain est mentionné une première fois en 1181225. De la fin du xiiie siècle au début du xve siècle, il ne fut pas exploité. Il est vraisemblable que la source était alors tarie, Ce n’est qu’à partir de 1412 que les eaux furent de nouveau mises au jour et utilisées, grâce aux efforts de deux citoyens sien-nois226, Francesco di Gionta et Bartolomeo Turellini qui s’engagèrent en effet à édifier une piscine couverte, aux parois et au sol de briques – probablement comparable à celles qu’il était d’usage de rencontrer à cette époque dans les autres stations du territoire siennois. Ces réalisations ne furent pas durables. Si au milieu du xve siècle, l’établissement fonctionnait puique Sienne percevait une gabelle sur les eaux du bain227, quelques décennies plus tard en 1475, le bassin paraissait abandonné228, endommagé par le courant du torrent Malena. D’importants efforts furent déployés par la suite pour rendre la station de nouveau fréquentable229.

Le site thermal au Moyen Âge

  • 230 Saint Ansano fut l’évangélisateur des Siennois, l’église aurait été édifiée à la fin du VIe siècle (...)
  • 231 Cf. partie 2, chapitre 1 et 4.
  • 232 Cf. P. Cammarosano, V. Passeri (1985), p. 298.
  • 233 Le 25 novembre 1448, le « Concistoro » accepte la décision du pape Nicolas V d’associer le bénéfice (...)
  • 234 Cf. G. Catoni (1973), p. 165.
  • 235 Cf. L. Terucci (1647), p. 7.

183Le terrain sur lequel se trouvaient les veines d’eau thermale, appartenait aux chanoines de l’église de Sant’Ansano a Dòfana – l’un des plus vieux établissements religieux du territoire siennois230 –, mais dès la fin du xiiie siècle et au début du xive siècle, la commune de Sienne affirmait sa souveraineté sur le site231. Il est vrai que depuis le début du siècle, le Castrum de Santa Maria a Dòfana et la villa de Sant’Ansano a Dòfana étaient dans la zone géographique que l’on appelait les « Masse », le territoire directement soumis au régime administratif et fiscal de la cité232. En 1448, le pape Nicolas V confia tous les bénéfices des chanoines à l’hôpital de la Misericordia de Sienne233. Or, depuis 1415, les Sages du « Studio », c’est-à-dire les principaux responsables de l’université de Sienne, disposaient et géraient les biens de l’hôpital234. Ce sont donc eux qui administrèrent le bain et en conservèrent le contrôle jusqu’au xviie siècle235.

  • 236 « Vicino a Siena cinque miglia si trova oltre ai suddetti il bagno dell’Acqua Borra », cf. P. Catan (...)
  • 237 Cf. A. Bacci (1571), p. 294.
  • 238 Cette hypothèse nous paraît la plus plausible, mais il n’est pas impossible toutefois que la source (...)

184Le site a vraisemblablement changé de nom entre la fin du xve et le début du xvie siècle. En 1554, l’architecte Pietro Cataneo mentionne près de Sienne le bain de l’« Acqua Borra »236. Andrea Bacci, en 1571, situe cette aqua Borra in Senensi près du couvent de Sant’Ansano237. Il s’agit donc probablement des sources de Bagno di Sant’Ansano auxquelles on a souhaité donner un nom particulier à la fin du xve siècle ou au début du siècle suivant238.

  • 239 Cf. Sigismondo Tizio (1992), p. ix.
  • 240 Cf. Sigismondo Tizio (1992), p. 79.

185L’expression « Acqua Borra » – bien avant que Pietro Cataneo ne l’emploie – apparaît sous la plume de Sigismondo Tizio, dans son ouvrage Histo-riae Senenses rédigé à partir de 1506239. Alors qu’il évoque les richesses thermales du territoire siennois, Tizio s’attarde longuement sur le « Bagno dell’Acqua Borra » et rapporte quelques vers de Bartolomeo Scala chantant les mérites d’une source bienfaisante portant le nom d’« Acqua Borra »240. L’humaniste florentin dédiait son poème à son ami siennois Niccolò Borghesi.

  • 241 Sigismondo Tizio rentra au service de Niccolò Borghesi en 1482, cf. Sigismondo Tizio (1992), p. IX. (...)
  • 242 Pour sa biographie, cf. G. De Caro (1970a), p. 605-609; il fut à la fois responsable de la chaire d (...)

186Ce dernier, patron de Sigismondo241, était non seulement l’un des hommes politiques les plus influents de sa génération, mais aussi chancelier de la République et professeur à l’université de Sienne242. Il ne nous semble donc pas impossible qu’il ait été à l’origine de la restauration du site de Bagno di Sant’Ansano en 1475 ou qu’il ait suscité indirectement le changement de nom que l’on observe au milieu du xvie siècle.

187Bibliographie

  • 243 L’ouvrage a été réimprimé à Sienne en 1984, par la bibliothèque « Ranuccio Bianchi Biandinelli » de (...)

188G. Baldassari (1763), « Analisi di un’acqua minerale che scaturisce nelle vicinanze di Siena chiamata Acqua Borra » in Atti dell’Accademia delle scienze di Siena detta de’ Fisiocritici, II, p. 44-78.
G. Campani (1849), Analisi chimica dell’Acqua Borra o di Dofana nella Val d’Arbia, Sienne.
C. Scotti (1698), Prema sulla efficacia dell’Acqua Borra, Sienne.
L. Terucci (1647), Trattato dell’Acqua Borra, Sienne243.

Documents

DOCUMENT 16. Invention et exploitation de la source de Bagno di Sant’Ansano (1412)

189Le 22 juin 1412. Pétition de Francesco di Gionta et Bartolomeo Turellini, citoyens siennois adressée à la Seigneurie. Ils demandent d’une part, de pouvoir creuser le terrain appartenant aux chanoines de Sant’Ansano a Dòfana pour retrouver la veine d’eau thermale de Bagno di Sant’Ansano et d’autre part, de pouvoir faire construire dans l’espace thermal un bain pour exploiter la source. Le tout moyennant le versement annuel d’une somme de vingt-cinq livres à la commune de Sienne et l’offrande d’un cierge aux chanoines à la fête de Sant’Ansano.

190A.S.S. Consiglio generale 205, f° 132v-133

191Coram vobis Magnificis et potentibus dominis, dominis prioribus et capitaneo Popoli civitatis Senarum. Vestii minimi servitores magister Francischus Gionte et Bartolomeus Turellini pizicarolus cives vestii, reverenter ex-ponunt quod in quantum placeat dominationi vestre ipsi sunt parati ad rein-veniendum venam aque calide balney Sancti Sani a Dofana prope Senas que dicitur fuisse obturata iam longo tempore; et in quantum eam reinvenire possint, Domino concedente offerunt et petunt pacta et capitula infrascripta, videlicet : quod ipsi teneantur et debeant dictam reinventionem facere suis propriis sumptibus et expensibus, itaque comune vestrum nil expendere in predictis et succedente casu, sicut sperant, dictam aquam et venam suam teneantur et debeant facere unum balneum pulchrum et honorabile prout ipsismet supplicantibus videbitur et placuerit expensis eorum propriis muratum circumcirca, et in fundo de bonis mattonis, et calce, et copertum de super de tegulis vel dociis ita quod bene maneat; et quod teneantur et debeant ipsum balneum postquam factum fuerit manutenere et conservare pro tempore XXV annorum proxime futurorum, ipsorum expensibus propriis et heredum suorum; et quod ipsi teneantur et debeant, a die qua balneum factum fuerit in casu quo dicta vena reperiatur, quolibet anno solvere in comuni vestro vingintiquinque libras denariorum in totum et ad plus cogi vel molestali non possint quoquo modo; et versa vice ipsis liceat et possint capere et fodere per quodlibet terrenum canonice Sancti Sani, in quo omnia predi-cta fieri debeant, prout eis placuerit absque aliqua contraditione et facere buttinos, conductos et foveas, prout voluerint libere et sine aliqua expensa dicti terreni pro ducendo dictam aquam ad locum de quo eis videbitur pro meliori dum tamen fieri debeat super terreno dicte canonice; pro quo responderi debeat in perpetuum pro censu dicte canonice in festo Sancti Sani unus cereus ponderis unius libre; et etiam possint eisque liceat facere super dicto terreno omnia hedificia domorum vel cappannarum vel aliorum receptuum, de quibus eis placuerit expensis eorum, pro receptando venire volentes ad dictum balneum; et quod possint et eis liceat vendere et vendi facere ad dictum balneum panem, vinum, et carnes crudas et coctas, prout eis placuerit sine aliqua contraditione vestri comunis vel alterius persone absque aliquid solvendo in comuni vestro, nisi solum dictas vigintiquinque libras denariorum annuatim, ut dictum est; et quod nulla alia persona preter eos possint in dicto loco aliquid de predictis vendere quoquo modo sine licentia vel consensum eorum; et quod nichil habeant solvere occasione predieta vel ex causa dicti balney in comuni vestro nec alteri persone nec sub nomine alicuius cabelle nec sub alio aliquo colore vel forma; et quod omnes ad dictum balneum accedentes debeant solvere cabellam consuetam solvi ad alia balnea comunis Senarum que pertineat ad dictos supplicantes et eorum sit integraliter pro toto dicto tempore XXV annorum proxime futurorum; et etiam pro perfectione predictorum possint volvere flumen sive aquam Malene et sicut eis placuerit per terrenum dicte canonice itaque dicto balneo nullum impedimentum facere possint et absque aliqua conditione vel costo dicti terreni declarato tamen quod predicta locum habeant et observari debeant in quantum perfectionem habeant infra duos annos proxime futuros; sed ubi non haberent perfectionem quod dieta vena non reinveniretur acta et sufficiens ad predicta neutra dictarum partium sit alteri parti in aliquo obligata, sed quelibet soluta remaneat de predictis; et quia dictum terrenum canonice est ibi pro maiori parte multum sterile et sodum ac meliorabuntur de predictis omnis possessiones dicte canonice sunt contenti responderé dictum censum quolibet anno in festo Sancti Sani quolibet anno dictorum XXV annorum; et quod finitis dictis XXV annis dictum balneum cum omnibus hedificiis, domibus, cappanis et pertinentiis suis libere deveniant et pertineant ad Comune Senarum pleno iure, sine aliqua exceptione vel expensa nisi dicti census sed ipsis durantibus pertineat ad eos et eorum heredes cum omnibus fructibus et emolumentis eius sine aliqua contradictione vestii comunis vel alterius cuiuscumque persone aut dicte canonice cum modis tamen et condictionibus superscriptis; et quod nemo possit aliquod impedimentum facere vel fieri facere aut turbationem vel molestiam unde predicta fieri et exequi non possent sub pena quingentorum florenorum auri pro quolibet contrafaciente et qualibet vice; et quod omnes rectores et officiales comunis Senarum debeant eis dare et prestare fortiam, auxilium et favorem pro executione et observatione omnium predictorum ad omnem ipsorum petitionem et voluntatem quotiens expedient et fuerint requisiti. Scitis Magnifici Domini quante bonitatis et virtutis sit dicta aqua et quantum erit utile et honorabile dictum opus si ad effectum perducatur, non obstantibus in predictis vel aliquo predictorum aliquibus statutis, ordinibus, provisionibus et reformationibus Comunis Senarum. Altissimus conservet et augeat feliciter statum vestrum.

DOCUMENT 17. Restauration de Bagno di Sant’Ansano par l’université de Sienne (1475)

192Le 23 juin 1475. Pétition des « Sages Réformateurs » de l’université de Sienne, adressée à la Seigneurie. Ils souhaitent pouvoir utiliser la somme de 150 florins que l’université doit recevoir du trésorier de la Gabelle des pâturages, pour restaurer Bagno di Sant’Ansano, détruit par les eaux du torrent Ma-lena. La proposition est acceptée par le Conseil général par 115 voix favorables contre 22.

193A.S.S. Consiglio generale 236, f° 127.

194Pro Balneo Sancti Ansani reficiendo provisio et recordum Anno domini MCCCCLXXV indictione VIIIa die vero XXIII junii Dinanzi da voi Magnifici et potenti Signori etc.

195Li fedelissimi servidori di vostra Signoria, Savi reformatori dello Studio della vostra casa della Sapientia con reverentia ricordano et dicano come, veduti molti experimenti da poco tempo in qua che ha facto el bagno di Sancto Sano e uditi quelli si dice e affirmasi per li tempi antiqui, e quali sonno assai e maravigliosi e ora esser abandonato perché el fiume della Malena lo cavalcha e cuopre, indicano che sarebbe optima provisione a ritrovarlo e mettarlo a ordine in modo si potesse per li vostri cittadini e forestieri usare. E quando fusse commodo a li povari e richi havere questo bagno, si può dire nella città e tutto si farà con poca spesa, la quale potra fare la casa della Sapientia e sanza che la vostra Repubblica ci habbi a spendere denari. Quando la vostra Signoria per li suoi oportuni consegli faccia ordinare e provedere che el camarlengo che è al presente de’ Paschi paghi al tempo suo, de’ primi denari de’ Paschi tocharà fiorini cento cinquanta, li quali la Sapientia ha havere da’ Paschi e sonno nelle fedi; e pena al camarlengo de’ Paschi se non li paga. Pagati prima, e’ denari vanno al monte e inmediate senza altra politia o decreto di Concistorio, a la pena di fiorini cento e di essere amonito dalli officii e honori di comune per anni quatro se non observasse e pagasse decti fiorini 150. Notificando a le V.S. che se questo se delibera, essi vostri servidori ritrovaranno dicto bagno e acconciaranno a buona perfectione al tempo loro, se dovessero alle loro spese sborsare tanto, sia tempo di haverli da’ Paschi e voltaranno la Malena in modo che mai offenderà dicto bagno.

196A latere vero dicte provisionis manu ser Minoccii Iohannis ser Minoccii scriptum erat ut infra videlicet :

197Anno domini MCCCCLXXV indictione VIIIa die XX junii.

198Lecta et approbata fuit dicta provisio inter M. D. Capitaneum Populi spectabiles Vexeliferos magistros et reformatores Studii et per eos delibera-tum quod ponatur ad Consilium Populi prout stat (sic), prefati Magnifici et potentes domini capitaneus populi et vexeliferi (sic) predicti deliberaverunt quod dicta provisio ponatur ad primum consilium Populi.

22. BAGNO DI SATURNIA

Situation

199Province : Grosseto

Commune : Manciano (fraz. Saturnia)

Localité : Bagni di Saturnia

Carte topographique régionale : 136 IV

Altitude : 136 m

Description du site thermal244

  • 244 Cf. carte 14.

200Les eaux jaillisent dans la plaine à l’ouest de Saturnia, à 136 mètres d’altitude.

La source

201Température : 37° C

  • 245 Cf. G. P. Francalanci (1959), p. 389; M. Martini (1971), p. 283.

Ph 6,9245

La source et les infrastructures thermales

  • 246 Cf. A.S.S., Diplomatico Riformagioni, le 5 avril 1188.
  • 247 Cf. dossier 2, Orvieto (1308), § 4.
  • 248 Cf. G. Celata (1991), p. 46.
  • 249 Durant certaines années de 1430 à 1452, cf. A.S.S., Consiglio generale 218, f° 68; Gabella dei Cont (...)
  • 250 Le 29 août 1483, les officiers de la Balia approuvent les décisions suivantes : « In prima che al c (...)

202Les eaux thermales étaient connues depuis l’époque étrusque, mais elles ne sont mentionnées au Moyen Âge qu’à partir de la fin du xiie siècle246. Au début du xive siècle, les bains – il existait alors deux piscines247 – étaient en pleine activité. Ils furent progressivement délaissés par la suite et en 1431, ils étaient fortement endommagés248. Durant les deux décennies qui suivirent, ils durent servir cependant puisqu’une gabelle de l’eau du bain – et parfois même des sangsues – était perçue249. En 1483, ils étaient ruinés et il fut nécessaire de retrouver les veines d’eau, d’édifier de nouveaux établissements pour accueillir les curistes250. Rien ne prouve que les travaux aient été effectués et on ignore l’état des infrastructures à l’extrême fin du xve siècle et au début du siècle suivant.

  • 251 Cf. De balneis (1553), p. 182.

203La source n’est pas mentionnée par la plupart des auteurs de traités sur les eaux thermales. Seul, au début du xive siècle, Gentile da Foligno évoque les qualités des eaux de Saturnia251. Les sources sont encore utilisées de nos jours.

Le site thermal au Moyen Âge

  • 252 Cf. dossier 2, Orvieto (1308), § 5.
  • 253 Cf. document 18, ci joint.
  • 254 Cf. note 261 (la troisième avant).
  • 255 Cf. G. Celata (1991), p. 203.

204Au début du xive siècle, il était prévu d’entourer le site d’une palissade252. Il accueillait peut-être alors quelques bâtiments qu’il fallait protéger, mais cela n’est pas certain car près d’un siècle plus tard, il paraissait désert. En 1429, Domenico d’Antonio del Bellaccio de Montemerano projetait d’édifier près du bain une auberge, parce qu’il n’y avait pas, affirmait-il, de lieu pour héberger les curistes253. En 1483, les autorités siennoises se proposaient, à leur tour, d’en faire édifier254. Un peu à l’extérieur du site se trouvait un moulin (« molino del bagno ») mentionné au xve siècle, vraisemblablement alimenté par les eaux du bain255.

  • 256 Idem, p. 199.
  • 257 Le 15 mai 1307, A.S.O. Riformagioni 75, f° 32.

205Le site était relié au Castrum de Saturnia par une voie nommée « strada del bagno » qui aboutissait à la « porta del bagno » de l’enceinte256. Il était, aussi au xiiie siècle, mis en relation avec la cité d’Orvieto par une route régulièrement surveillée257.

  • 258 Cf. A.S.S. Diplomatico Riformagioni, le 5 avril 1188.
  • 259 Cf. A. Corridori (1980), p. 23.
  • 260 Cf. A.S.S. Ospedale Diplomatico, le 29 avril 1291.
  • 261 Cf. supra et L. Ricetti (1992), p. 154-55.
  • 262 En 1313, Benedetto Caetani, après s’être emparé du site, accorde aux Or-vietains le libre usage des (...)
  • 263 Cf. G. Ciacci (1980), p. 313; A. Corridori (1980), p. 27; P. Cammarosano, V. Passeri (1984), p. 89.
  • 264 Cf. G. Ciacci (1980), p. 315.
  • 265 Cf. note 250.
  • 266 Cf. A. Corridori (1980), p. 30.
  • 267 Cf. G. Cecchini (1962), p. 341. Pour l’importance alors du Castrum, cf. M. Ginatempo (1988), p. 256 (...)
  • 268 Cf. M. Ginatempo (1988), p. 171n.

206L’histoire du site est relativement proche de celle du Castrum voisin de Saturnia. En 1188, les bains relevaient de la mense canoniale de Sovana, d’après une bulle du pape Clément III258. Au début du xiiie siècle vraisemblablement, les chanoines cédèrent les sources d’abord par un bail emphytéotique, puis en pleine propriété aux Aldobrandeschi qui détenaient déjà le Castrum259. À la fin du siècle, Marguerite Aldobrandeschi était propriétaire des bains, mais sa juridiction sur les eaux thermales était contestée par Orvieto et par les trois fils de Ranuccio Cacciaconti260. En 1298-1300, Sienne organisa une expédition à Saturnia, peut-être pour soutenir les Cacciaconti et saccagea les infrastructures thermales. Les bains leur échappèrent cependant et en 1308, Orvieto contrôlait les sources thermales. La cité édicta des réglements sur l’usage des bains et délégua sur place un officier261, mais elle eut du mal à conserver le site, car il lui fut disputé par les différents héritiers des Aldobrandeschi, les Caetani puis les Orsini262. En 1341, Guido di Orso Orsini s’empara du Castrum et des bains de Saturnia263. À la fin du siècle, les membres de la famille Orsini qui avaient le titre de comte palatin de Pitigliano et qui possédaient les bains, durent affronter Sienne. La cité de la Vierge occupa une première fois en 1389, le Castrum et le site qu’elle confia temporairement aux habitants de Montemerano. En 1410, elle conquit définitivement Saturnia264. Elle laissa le Castrum à l’abandon, mais perçut à partir de 1430, une gabelle des eaux des bains265. En 1454, la cité entreprit de refaire les murs du Castrum266 et en 1460, elle le repeupla en faisant appel à des emigrants de Romagne267. En 1462, elle nomma un podestat à la tête de la communauté268 et en 1471, elle concéda à la commune de Saturnia les revenus des bains. À partir de 1483, alors que Sienne projetait de développer le site, le Castrum connaissait un réel déclin.

Document

DOCUMENT 18. Installation d’une auberge à Bagno di Saturnia (1429)

207Avant le 7 août 1429. Pétition de Domenico di Antonio del Bellaccio de Montemerano adressée à la Seigneurie de Sienne et acceptée par le Conseil général. Constatant qu’il n’existe aucun établissement d’accueil auprès des bains de Saturnia, il sollicite l’autorisation d’établir, sur le site, une auberge et de ne pas payer pendant dix ans les gabelles liées à l’exploitation de cet établissement.

208A.S.S. Consiglio generale 214, 48v.

209Dominicus Antonii de Bellaccio faciat hospitium ad balnea Saturnia cum limitatione.

210Dinançi ad voi Magnifici e Potentis (sic) signori Priori e capitano di popolo de la ciptà di Siena. El vostro fedel servidore e minimo ciptadino Domenico d’Antonio del Bellaccio expone riverentemente che sono passati più anni che lui si redusse per habitat<i>o<n>e ferma ne la terra vostra di Montemerano, ne la quale s’è exercitato facendo sue picciole mercantie et traficando continuamente in modo che cum l’aiuto de Dio continuamente è ito di bene in meglo; et essendo molte volte andato quando per necessità, e quando per piacere, a’ bagni vostri di Satornia vicini al detto luogo di Mon-temarano, a 3 migla, à veduto ogni anno di primavera concorrarvi molta gente de diversi paesi; et chiasschuno lagnarsi di non avere luogo dove si possa riposare, però che come è noto quilli bagni sono ad piaçça et ad campo dove non o né case, né cappanna, né terra più presso che Montemerano. Et per questa cagione, vedendo quella acqua essere perfectissima e avere grande corso, non dubita se la S.V. vuole exere gratiosa potrete sença spesa al vostro comune miglorare e bonificare quello luogo ne la forma che avete facto Vignone et Sancto Filippo, cum grande honore de la vostra comunità e cum fructo delle rendite che caverete de le rendite del detto luogo. À la qual cosa piacendovi lui aveva facto pensiero di dare principio e edificarvi uno albergo el quale desse recepto e victuagla a bagnaiuoli; et per tanto supplica a la S.V. che ve dignate per autorità de’ vostri opportuni consigli sollepne-mente e sufficientemente far provedere, ordinare e riformare che acciò che lui possa seguire el detto suo buon proposito e dare questo principio a’ detti bagni, s’intenda essarli donato e conceduto per lo vostro comuno el sito d’esso albergo che vuol fare cum piaçça e orto, secondo che designato e ordinato sarà per li executori di k<a>bella o altri, in cui fusse conmesso sì veramente chel tucto non passi la misuratione di staia due ad sementa fra l’albergo, la piaçça e l’orto. Et che a llui sia licito, facto el detto albergo, poterne vendare e far vendare pane, vino, olio, carne, pescie e altre cose besogneuoli a la vita dell’uomo; cominciando la detta tassa e cabella quando cominciarà a vendare al detto albergo e finito el ficto che al presente tiene el comune di Montemerano. Et che sia pienamente rimesso ne vostri Executori di cabella poterlo taxare per anni X cum quella vostra discretione lo parrà conveniente. Le quale cose, benche sieno honorevoli e utili a la vostra comunità, lui riceverà e così adomanda ad gratia ad dono e ad benefitio singularissimo da la V.M.S. À la quale s’araccomanda quanto più può. Che l’Altissimo vi osservi come desiderate.

211In fine vero dicte petitionis erant deliberationes infrascripte manu ser Antonii Michaelis Antonii notarti Consistorii huius tenoris, videlicet : anno Domini MCCCC° XXVIIII, indictione VII, die Viii augusti, lecta fuit presens petitio inter Magníficos Dominos et Capitaneum Popoli et victum et ob-tentum fuit quod ponatur ordines prout stat et solvat pro cabella camerario Consistorii grossos quatuor argenti quos statim solvit camerario Consistorii ad eius intriotu f° 56. Anno Domini MCCCC° XXVIIII indictione VII, die vero XI augusti, lecta fuit et posita fuit presens petitio inter Magnificos Dominos Vexiliferos magistros et alios Ordines civitatis et victum et obtentum fuit inter eos ponatur ad consilium Populi prout stat in Consilio Populi et Popu-larium civitatis Senarum sollepniter convocato et congregatio in sala magna palatii comunis Senarum, die XVII augusti MCCCC° XXVIIII, indictione VII, facta proposita super dicta propositione misso partito super dicta peti-tione fuit victum, optentum et reformatum quod fiat observetur et exe-cutione mandetur prout in dicta petitione continetur cum hac modifica-tione, limitatione et declaratione et additione, videlicet : quod non possit dicto Domenico consignari per unum versum nisi XX bracchia in terreno pro hedifitio casamenti faciendo et retro dentur ei duo aut tria staria terre ad sementam pro orto e piaçça; quod fiat optentum per centum quinquagin-ta quinque redentes eorum lupinum album pro sic, tribus lupinis nigris redi-tis pro non, non obstantibus.

23. BAGNO DI SELLENA OU BAGNO DI SANT’AGNESE

Situation

212Province : Sienne

Commune : Chianciano-Terme

Carte topographique régionale : 121 II

Localité : i Bagni

Altitude : environ 500 m

La source

  • 269 Cf. M. Martini (1971), p. 279.

213Température : 39° C269

Description du site thermal270

  • 270 Cf. carte 10.

214Le site se trouve à deux kilomètres au sud-ouest de Chianciano. Il forme – avec le site de Stagno (cf. infra) l’agglomération thermale actuelle appelée Chianciano Bagni dans la périphérie de Chianciano-Terme. Les deux implantations sont distantes de 500 mètres.

La source et les infrastructures thermales

  • 271 Cf. E.H. Guitard (1951), p. 44.
  • 272 Cf. D. Battini (1794), p. 156; L. Laquidara, L. Marri Malacrida, F. Van-nozzi (1992), p. 9.
  • 273 Cf. L. Laquidara, L. Marri Malacrida, F. Vannozzi (1992), p. 10.
  • 274 Cf. B. Angeli, R. Betti, A. Fregoli (1990), p. 49-57 et 88-91.

215Les eaux du Bagno di Sellena sont mentionnées dès le milieu du xie siècle271. Il est difficile de connaître l’ampleur des infrastructures thermales à cette époque. En 1317, à la suite de la visite de sainte Agnès, un nouveau bain fut peut-être créé. Abbesse du couvent qu’elle avait fondé à Montepulciano, elle était venue pour se soigner et aurait permis, au cours de son séjour, la découverte d’une source qui s’était tarie quelques temps auparavant272. Le site prit par la suite – sans que l’on puisse préciser à quelle époque – le nom de Sant’Agnese. En 1320, la ou l’une des piscines fut partagée par un mur pour séparer les hommes des femmes273. La source n’est mentionnée dans aucun traité médical médiéval274.

Le site thermal au Moyen Âge

  • 275 Cf. B. Angeli, R. Betti, A. Fregoli (1990), p. 54 et 56.
  • 276 Une maison, le 12 janvier 1495 (ns), A.S.S. Notarile antecosimiano 1168; G. Baldassarri (1756), p. (...)
  • 277 Cf. dossier 2, Chianciano (1287), rub. CCLXXXIII, CCCXXXVII.

216En 1320, la construction d’une enceinte fut entreprise autour du site de Bagno di Sellena qui comprenait à cette époque une maison (attestée en 1304275). Des bâtiments existaient encore à la fin du xve et au début du xvie siècle dans le « piano del bagno »276. Le site était, depuis la fin du xiiie siècle, relié par une voie aux castra de Chianciano et de Montepulciano277.

  • 278 Cf. G. Baldassarri (1756), p. 3.
  • 279 Cf. supra.
  • 280 Le 1er mai 1276, Ranerius de Armaiolo quondam Gualcherini et domina Rubea eius uxor (...) et Nerius (...)
  • 281 Cf. dossier 2, Chianciano (1287).
  • 282 L. Fiumi résume le document conservé dans les archives d’Orvieto qui fut rédigé le 5 juin 1308 et a (...)
  • 283 Cf. A.S.S. Capitoli 274, f° 161.
  • 284 Le 16 octobre 1349, cf. A.S.S. Consiglio generale 145, f° 30.
  • 285 Cf. B. Angeli, R. Betti, A. Fregoli (1990), p. 54-89.

217Au xiie siècle, il appartenait probablement aux comtes Manenti qui possédaient, en 1176, le Castrum de Sellena, tout proche du bain278. Entre 1276 et 1308, les membres de la « consorteria » cédèrent progressivement à la commune de Montepulciano, une partie des droits qu’ils détenaient sur le balneum de Sellena, sur l’aque que vocatur Stagnum (c’est-à-dire l’Acqua Santa279) et le « castellare » de Sellena280. Durant de nombreuses années, les communautés de Montepulciano et de Chianciano s’opposèrent afin de contrôler le site. Chianciano affirmait dès 1287 détenir la souveraineté sur les eaux et les espaces thermaux281. Un arbitrage rendu par Orvieto en 1308282, une sentence prononcée en 1310 par un juge de Perouse283, puis des dispositions siennoises de 1349284 confirmèrent cette domination. Toutefois, le conflit entre les deux communes ne fut apaisé qu’en 1494 au moment où les confins des deux finages furent définitivement établis285.

  • 286 Cf. P. Cammarosano, V. Passeri (1984), p. 53.
  • 287 Cf. S. Moggi (1962), p. 182.

218À la fin du xiie et au début du xiiie siècles, le Castrum de Chianciano était aux mains de la famille des comtes Manenti de Sarteano. Au début du xiiie siècle, la communauté se libéra de leur tutelle et, après avoir été dominée quelques années par Sienne, prêta fidélité à Orvieto en 1235-1237, à l’intérieur du territoire de laquelle, elle disposait d’une large autonomie286. En 1347, alors que le pouvoir d’Orvieto faiblissait, Chianciano fut soumise à l’autorité siennoise287.

219Bibliographie

  • 288 L’ouvrage comporte une vaste bibliographie sur le thermalisme en général et celui de Chianciano.

220G. Baldassari (1756), Relazione delle acque minerali di Chianciano, Sienne.
D. Battini (1794), « Analisi chimica dell’acqua minerale del bagno di S. Agnese di Chianciano » in Atti dell’accademia delle scienze di Siena detta de’ Fisio-critici, VII, p. 155-172.
L. Laqui Dara, L. Marri Malacrida, F. Vannozzi éd. (1992), Chianciano e la sua idrologia, Sienne288.
G. Barzelotti (1813), Acque termali e minerali di Chianciano nel dipartimento dell’Ombrone illustrate co’ lumi dell’odierna chimica e coli’esperienza di tutti i tempi, Sienne.
M. Francucci (1577), Isperienze del Bagno Santo di Sarteano ultimamente successe et raccolte, Montepulciano.
E. Fumi, Guida di Montepulciano e dei bagni di Chianciano, Montepulciano.
P. P. Paglieri (1674), De Thermis Clanceani.
P. Palei (1604), De thermis Clanceani rediviva historia, Sienne.
P. Palei (1676), Storia rediviva delle acque termali di Chianciano trad. ital. G. Appoloni, Florence.
L.A. Paolozzi (1756), Del uso antico delle acque minerali di Chianciano in G. Baldassarri, Delle acque minerali di Chianciano, Sienne.

24. BAGNO VIGNONI

Situation

221Province : Sienne

Commune : San Quirico d’Orcia

Localité : Bagno Vignoni

Carte topographique régionale : 121 III

Altitude : 325 m

Description du site thermal289

  • 289 Cf. carte 9.

222Les eaux jaillissent sur la rive droite de l’Orcia, au nord de la Rocca d’Orcia, à l’est du village de Vignoni.

La source

223Température 53° C

  • 290 Cf. G. P. Francalanci (1959), p. 403; M. Martini (1971), p. 295.

Ph 7,3290

La source et les infrastructures thermales au Moyen Âge

  • 291 Elle est mentionnée une première fois en 1170, A.S.S. Capitoli 2, f° 100. En 1237, l’abbé du monatè (...)
  • 292 Le 28 octobre 1432, refaire le tectum pontis balneorum de Vignone, cf. A.S.S. Gabella dei contratti (...)
  • 293 Cf. document 20, ci-joint.
  • 294 Cf. document 19, ci-joint.
  • 295 Cf. figure 5 et 6.
  • 296 « Nel mezzo di questo borgo vi è un bagno a guisa d’una gran peschiera braccia *** e di larghezza * (...)
  • 297 Cf. G. Giuli parle d’un oratoire, cf. G. Giuli (1833), p. 44.

224La source est mentionnée dès la fin du xiie siècle291. Au xive siècle et au xve siècle, le site ne comprenait qu’un seul grand bassin découvert, divisé en deux; une partie était réservée aux femmes, une autre aux hommes. Les deux bains étaient séparés par un pont qui fut couvert d’un toit avant 1432292et qui accueillait un autel293. Au xive siècle, de chaque côté du bassin des escaliers permettaient d’accéder depuis les maisons voisines jusqu’à l’eau du bain294. La grande piscine actuellement visible à Bagno Vignoni correspond à une partie du bain médiéval295. La partie méridionale du bassin a, sans doute, été détruite au cours de l’époque moderne de façon à permettre la construction de petites pièces pour aménager des douches et des baignoires296. L’actuelle chapelle dédiée à sainte Catherine de Sienne – placée au sud du bassin – se situe probablement à l’emplacement de l’autel médiéval297.

  • 298 Gentile da Foligno, Ugolino da Montecatini, Michele Savonarola, Mengo Bianchelli, Bartolomeo Viotti (...)

225Plusieurs médecins médiévaux vantèrent dans leur traité les mérites de cette source298.

Le site thermal au Moyen Âge

  • 299 Cf. document 1.
  • 300 Cf. document 20, ci joint. Les bâtiments souffrirent peut-être des rivalités entre les deux puissan (...)
  • 301 Au xve siècle, turrim seu fortilitium positum super dicto balneo, cf. A.S.S. Capitoli 4, f=> 169v.
  • 302 Cf. A.S.S. Statuti di Siena 39, f° 45v; Consiglio generale 217, f° 68v; 220, f°20.
  • 303 Cf. A.S.S. Consiglio generale 209, f° 63v.

226Le site thermal était au Moyen Âge relativement important et formait un véritable bourg. Au tout début du xive siècle, une dizaine d’habitations étaient disposées autour du bassin299. En 1416, ces bâtiments paraissaient endommagés et furent restaurés300, certains servirent d’auberges. Le site était en partie défendu aux xive et xve siècles, protégé par une tour placée dans la partie méridionale du « piano del bagno »301. Au début du xve siècle, les eaux thermales alimentaient plusieurs moulins qui se trouvaient sur les pentes des collines menant vers l’Orcia302. La station était reliée par une route aux agglomérations voisines de Rocca di Tintinnano et de San Quirico d’Orcia. La voie « francigena » passait à moins de cinq cents mètres à l’est du site et permettait un accès facile au bain. Elle enjambait l’Orcia sur un pont, tout proche de Bagno Vignoni, lequel fut restauré en 1420303.

  • 304 Roccam Tintinarlo cum districtu suo et balneis, cf. A.S.S. Capitoli 2, f° 100. Le statut de la comm (...)
  • 305 En effet, dans les volumes de l’Estimo, il apparaît que les membres de la « consorteria » des Salim (...)
  • 306 Cf. document 20, ci-joint. En 1494, Sienne est obligé de rappeler que « intendo però la corte del B (...)
  • 307 Cf. M. Ginatempo (1988), p. 128, 552.

227De la fin du xiie siècle au début du xive, le site relevait de la curia de Tintinnano304, mais à partir de 1318 au moins, il constitua un curia à part entière305. Les limites et la légitimité de cette nouvelle circonscription furent régulièrement contestées, durant la fin du Moyen Âge, par les communautés voisines de Rocca di Tintinnano et de Vignoni306. Au debut du xvie siècle, Bagno Vignoni comptait parmi les « comunelli » della Valdorcia307.

  • 308 En 1170, l’empereur Frédéric 1er confirme le fief du cardinal Umfredo et de ses frères Uguiccione, (...)
  • 309 Le 4 juin 1250, cf. G. Cecchini éd. (1934), p. 693, 701.
  • 310 Cf. A.S.S. Capitoli 22, f° 22.
  • 311 Cf. document 1.
  • 312 Cf. document 19, ci-joint.
  • 313 Idem. Son père Agnolo disposait peut-être de quelques gabelles sur les bains en 1316, cf. A.S.S. Pa (...)
  • 314 Cf. A. Carniani (1995), p. 275.
  • 315 Idem, p. 277. Pour Muzio Attendolo, cf. P. Pieri (1962).
  • 316 Cf. A.Carniani (1995), p. 277.
  • 317 Le 28 mai 1416, A.S.S. Capitoli 4, f° 169v.
  • 318 Cf. G. Naldi (1969), p. 14.
  • 319 Cf. document 20, ci-joint.

228Au xiie siècle, le site, avant qu’il ne soit retiré de la curia de Tintinnano, appartenait aux Tignosi308, qui, en 1250, cédèrent à Sienne le castrum avec les bains309. En janvier 1275, la cité remit en gage à Giovanni, Notto, Ciam-polo, Alessandro et Benuccio Salimbeni, la « Rocca » de Tintinnano et sa curia310. En 1303-1305 – alors que le site formait probablement une circonscription autonome –, le plus important représentant de la « consorteria » des Salimbeni – Benuccio di Benuccio – possédait plusieurs maisons et percevait quelques gabelles sur le site311. Une partie de ce patrimoine thermal fut par la suite vendu. Au milieu du siècle, Francesco di Notto Salimbeni laissa plusieurs des bâtiments et quelques parts des gabelles du bain à Enea di Conrado Piccolomini312. Ce dernier revendit l’ensemble de ces biens en 1362 à Giovanni di Agnolo Salimbeni qui était alors le plus influent des membres du « casato »313. En 1405, le site faisait partie de la dot d’Antonia, fille de Niccolò (dit Cocco) Salimbeni, dernier puissant personnage du lignage314. En 1410, il fut remis à Muzio Attendolo dit Sforza qui venait d’épouser Antonia, veuve de son premier mari, Francesco Casali, seigneur de Cortone315. En 1415, Cocco vendit à Sienne pour 5 000 florins, Bagno Vignoni et Ripa316. Au mois de mai 1416, son gendre, le fameux condottiere confirma la vente317. D’après G. Naldi, la cité impécunieuse aurait confié à l’Hôpital Santa Maria della Scala le soin de régler les frais318. Quelques mois plus tard, Sienne chercha à vendre la plupart des habitations du site319.

229Bibliographie

230G. Giuli (1833), Trattato fisico-medico delle acque minerali dei bagni di Vignoni in val d’Orcia ed uso medico delle medesime, Sienne.
T. Grifoni (1705), Osservazioni intorno alle acque del Bagno de Vignoni, Sienne.

Documents

DOCUMENT 19. Vente de quelques maisons de Bagno Vignoni (1362)

231Le 15 février 1362 (ns). Enea di Conrado Piccolomini vend à Giovanni di Agnolo Salimbeni plusieurs maisons qu’il possède dans la curia de Bagno Vignoni, autour du bassin principal. Il lui cède aussi toutes les parts des gabelles qu’il perçoit sur le site. Il avait lui même acheté tous ces biens à Francesco di Notto Salimbeni.

232A.S.S. Diplomatico Archivio generale, ad annum.

233In Christi Nomine, amen. Anno eiusdem ab incarnatione millesimo trecentesimo sexagesimo primo indictione quintadecima die quintadecima mensis februarii. Actum Senis, coram domino Petro domini Salomonis, domino Iohanne domini Nerii de Pagliarensibus, domino Bernardo de Baratis de Parma, Nicchola Vannuccii, Bartalo Buoristori et Niccholao Naddi Dote de Senis, testibus rogatis. Nobilis vir Eneas quondam Corradi de Piccholominibus de Senis, presenti, volenti et consententi Niccholao Vannuccii Io-hannis Grassi de popolo Sancti Desiderii de Senis, infrascripta omnia et singula, in presentia mangnifici militis domini Lodovici domini Galassi de Piis de Mutina, honorabilis conservatoris civitatis Senarum, iure dominii et piene proprietatis et possessionis vendidit, dedit et tradidit nobili viro Iohanni quondam Angelini de Salimbenibus de Senis presenti, ementi et recipienti pro se et suis heredibus, res, possessiones et bona sita in infrascriptis locis et vocabulis et intra infrascriptos confínes, videlicet : in primis omnes domos positas apud balneum de Vignone que sunt a capite dicti balney de Vignone, quibus retro est ecclesie Sancti Iohannis et ante via; item unam domum, sive hospitium, positum apud dictum balneum, cui ex tribus via et ex alio heredum Benuccii domini Soççii cum ponte super via inter dictam domum et balneum cum duabus scalis per quas itur in balneum de Vignone; item unam domum cum cantina et orto positam in plano balnei, cui ante via, ex uno fossatus et ex alio heredum domini Benuccii ; item unam domum que dicitur stalla, cui ante et ex uno latere via, et de suptus Iohannis Angelini; item unam domum, sive hospitium, positam in dicto loco, cum ponte super via, cum scalis per quas ingreditur balneum de Vignone et retro est via et ante, suptus pontem, est via et ex duobus lateribus Iohannis Angelini; item unam domum positam in dicto loco, cui ex duobus via, videlicet ex uno latere et ante et retro est Iohannis Angelini et ecclesie Sancti Iohannis predicti; Item unum casalinum cum orto positum in plano balnei, cui retro et ex alio latere est Iohnanis Angelini et ante est et ex alio heredum domini Bambi; item unum casalinum in dicto loco positum, cui ex uno Iohannis Angelini et ex tribus partibus via; item unam petiam terre positam in contrata Balney supradicti iuxta sive prope godinolum, cui ex duobus est via, ex alio ecclesie Sancti Iohannis; item unam petiam terre, sive champum, positam suptus hospitale Misericordie de Senis, cui ex uno fossatus et ex duobus est via, ex alio Andree Baronis et ex alio heredum Vannis Ranuccii, et omnes alias possessiones, domus et terras ipsius Enee positas in contrata Balnei et quas habet, tenet et possidet citra flumen Urcie versus Castrum Vignonis, Castrum Ripe et Castrum Sancti Quirici in Osenna infra suos confines, et si-qui sunt dictis rebus, terris et possessionibus vel alicui pluries vel veriores confines; item omnia et singula iura et actiones, petitiones, usus seu requisitiones spectantes et pertinentes ad ipsum Eneam, quocumque modo apud balneum existentes et existentia, de sedecim partibus septem partes cabella-rum collectarum et in posterum colligendarum et quomodo colliguntur et in futurum colligentur, et spetialiter de cabellis, sicut sunt cabelle carnium macellandarum, cabelle sanguinis, cornellorum et copparum, cabella barattarie, cabelle aquarum balnei; que cabelle de presenti inponuntur et colliguntur et quocumque alio nomine appelarentur vel colligerentur in posterum vel qualitercumque et quocumque iure vel causa vel sub quocumque titulo extorqueretur vel exigerentur; quas res dictus Eneas emit a Francisco voca-tus Reame quondam domini Notti de Salimbenibus de Senis, prout latius de ipsa emptione constare dicitur publico instrumento manu Uliverii Singnorucci, notarii; item vendidit, tradidit et quasi tradidit eidem Iohanni ut supra recipienti omnia et singula iura et actiones que et quas ipse Eneas habet et habere potest et sibi competunt et competere videntur et possunt quocumque modo in Balneo de Vignone et eius curia et districtu, ratione et occasione meri et misti imperii et iurisdictionis et gladii potestatis qui et que exercentur et exerceri possunt in dicto Balneo et eodem curia et districtu quocumque et qualitercumque per septem partibus, dumtaxat dicti balnei et eius curie et districtus de sedecim partibus balnei de Vignone et pro rata, videlicet quatenus tangit dictas septem partes; que iura dictus Eneas emit a Niccholao Iohannis, prout latius de dicta emptione apparet ex publico instrumento manu ser Iacobi Manni notarii, cum omnibus iuribus et pertinentibus dictarum rerum et cuiusque ipsarum et omnibus et singulis, que dicte res et possessiones, bona et iura, vel aliqua earum, habent super se, in se, intra seu infra se omnique iure et actione, usu, seu requisitione dictis rebus venditis aut dicti venditori pro eis, vel ex eis, sive ipsarum occasione, modo aliquo pertinentibus et spectantibus, pro pretio et nomine pretii duorum milium septuagintaquinque florenorum de auro, quod pretium dictus Eneas venditor fuit confessus dicto Iohanni Angelini sed ab eo habuisse et recepisse integre et bene numeratum non spe receptionis future. Et illud quod dicte res vendite valent plus dicto pretio, prefatus Eneas venditor faciens instrumentum donationis in presentia et cum licentia, auctoritate et decreto magnifici militis domini Lodovici de Piis honorabilis conservatoris civitatis Senarum pro tribunali sedentis Senis, in palatio seu residentie more solito presentis et autoriçantis et eius licentiam, auctoritatem et decretum in hac et pro hac donatione cum debita insinuatione prestantis et interponentis eidem Enee, ut presens donatio debitum et iuridicum sortiatur effectuum eidem Iohanni Angelini presenti et recipienti, dedit et donavit titulo donationis inter vivos, pure, mere, libere et simpliciter, ita quod aliqua ingratitudine vel offensa aut alio modo revocari non possit, ad habendum, tenendum et possidendum; et quicquid dicto Iohanni et suis heredibus placuerit, deinceps iure proprio et in perpetuum faciendum, sine alicuius contradictione vel lite; promictens idem Eneas pro se et suos heredes prefato Iohanni emptori, pro se et suis heredibus, super infrascriptas res, possessiones, bona et iura vendita et donata, vel aliqua earum, seu aliquid ex eis de cetero non tollere, non contendere et non molestare et nullam de eis vel pro eis, sive earum, vel alicuius ipsarum occasione in perpetuum, litem, petitionem, questionem vel brigam, seu controversiam, de iure vel de facto, facere, vel movere; et facienti vel moventi minime consentire, set ipsas res, possessiones, bona et iura qualibet earum dicto Iohanni et suis heredibus et successoribus semper legiptime defendere, autoriççare et disbrigare ab omni persona, loco, collegio et universitate statim pro predictis rebus venditis, vel aliqua earum, aut alicuius ipsarum occasione, mota lite, causa, questione vel briga, seu controversia et se ipsi, brige, cause, questioni et contraversie opponere et subbicere et in iudicio comparere et personaliter assistere et adesse et causa instruere ipsamque litem, brigam, causam, questionem, controversiam et iudicium; et omnis ipsorum, si quotiens fieret vel moveretur predicta occasione in se et super se recipere, suscipere, pagare et prosequi usque ad finem cuiuslibet litis et omnibus suis propriis expensis, iudicibus, avocatis, procuratoribus et scripturis et aliis quibuscumque, hoc tamen acto expresse dicto et declarato et pacto, modo et condictione appositis per dictos contrahentes in principio, medio et fine huius contractus, et ante, et post et semper in contrahendo; et salvo et reservato quod dictus Eneas venditor ad defensam vel pro defensa aut evictione dictarum rerum vel alicuius earum non teneatur nec obligus sit, nec esse intelligatur ipse vel sui heredes aut bona, nisi pro dato et facto tantum, et obligatione ipsius Enee nec teneantur ad refectionem dapnorum et interesse vel expensarum, nec ad aliquid aliud de vel pro contentis in presenti contractu et instrumento, nisi pro dato et facto et obligatione dumtaxat ipsius Enee et non aliter, vel alio quovis modo; et ex dicta causa et titulo et pro dicto pretio dictus Eneas dedit, cessit, trastulit et mandavit dicto Iohanni Angelini recipienti pro se et suis heredibus omnia et singula iura et actiones, reales et personales, utiles et directas, tacitas et expressas, sive mixtas, et omnes alias que et quas ipse habet et habere potest et que sibi vel alii pro eo competunt vel competere videntur et possunt, quocumque modo, iure vel causa in supradictis rebus venditis et qualibet, vel aliqua earum aut ipsarum occasione adversus et contra omnem et quamlibet personam, locum et universitatem et maxime adversus et contra quos-cumque auctores dictarum rerum et contra quoscumque qui promiserint aut se obligaverint ad defensam rerum predictarum, vel alicuius earum; et dictum Iohannem ut in rem suam propriam, procuratorem fecit et totius sui iuris de predictis constituit subcessorem ut modo possit dictus Iohannes et sui heredes pro predictis omnibus et eorum vigore, actionibus utilibus et di-rectis agere, petere, exigere, excipere, replicare, causari et se tueri, et omnia et singula facere et exercere plenarie, que ipse idem Eneas, ante dictum contractum et venditionem, facere potuisset, asserens dicto Iohanni ius suum de predictis in totum, vel in partem nulli alii fore datum, cessum, mandatum, concessum, vel quovis modo alienatum seu remissum; et si contrafactum fuerit, promixit dicto Iohanni ipsum Iohannem et eius heredes et bona exinde pentitur conservare indepnes; et eidem Iohanni Angelini, ut dictum est recipienti, prefatus Eneas dedit et concessit plenam licen-tiam et liberam potestatem intrandi et accipiendi tenutam et corporalem possessionem et consequendi possessionem dictarum rerum, bonorum et iurium sua propria auctoritate; quas res et bona dictus Eneas se dicti emptoris nomine possidere constituit donee ipse Iohannes ipsarum rerum possessionem aceperit corporalem; et nicchilominus ipse Eneas fecit et constituit ser Domenicum Corradini et Pietrum ser Iacobi et quemlibet eorum in solidum, ita quod non sit melior conditio occupantis, set quod unus eorum inceperit, aliter prosequi valeat et finire suos procuratores et numptios spetiales ad dandum et tradendum dicto Iohanni, vel alii pro eo tenutam et corporalem possessionem dictarum rerum et bonorum, et ipsum vel alium pro eo in dictas res et bona vendita inducendum et immictendum; quibus procuratoribus et cuilibet eorum in solidum dedit et concessit, in predictis et circa ea, plenum, liberum et generale mandatum et liberam administrationem, promictens dicto Iohanni se perpetuo firmum et ratum habere et tenere totum quicquid dicti procuratores vel aliter eorum, de predictis duxerit faciendum; que omnia et singula dictus Eneas venditor solempni stipulatione promixit dicto Iohanni emptori stipulanti pro se et suis heredibus actendere et observare et firma et rata perpetuo habere et tenere et contra non facere, vel venire, de iure, vel de facto, in iudicio vel ex aliqua ratione vel causa, sub pena et ad penam dupli dicti pretii; quam penam dicto Iohanni stipulanti dare et solvere promixit pro singulis capitulis supradictis, si et quotiens commissa fuerit, et pena commissa soluta vel non, predicta servare cum integra refe-ctione omnium dampnorum, interesse et expensarum litis et extra, pro quibus omnibus et singulis obervandis et firmis tenendis, dictus Eneas obligavit se et suos heredes et bona omnia, presentía et futura, pingnori dicto Iohanni recipienti pro se et suis heredibus; et renuntiavit exceptioni non facte dicta-rum venditionum, confessionum, donationum, cessionum, promissionum et obligationum, et non habiti et non recepti dicti pretii, et non numerate pecunie, condictioni sive causa, fori privilegio, rei dicto modo non geste, omni-que alii iuris et legum auxilio et favori; cui Enee venditori, presenti, volenti et predicta confitenti, precepi ego notarius infrascriptus nomine sacramenti et guarentisie, quod hoc instrumentum et omnia suprascripta observet per singula dicto Iohanni et suis heredibus, prout promixit et superius continetur.

234(S.T.) Ego Franciescus, imperiali dignitate iudex Ordinarius et notarius publicus, filius ohm ser Mini Ture notarii de Senis, predictis omnibus interfui eaque rogatus scripsi et imbreviavi et exinde summenda et hic supra scri-benda ser Meschiato ser Ciardi, notario de Scrofiano, scribere commisi et mandavi et propria manu publicavi ad plenariam fidem et robur omnium predictorum, de quibus etiam ser Matheus Petri notarius fuit rogatus publicum conficere instrumentum et cetera.

DOCUMENT 20. Commission pour évaluer les biens de Sienne à Bagno Vignoni (1416)

235Le 29 juin 1416. Pétition des Exécuteurs de la Gabelle adressée à la Seigneurie. Chargés par la cité de vendre les biens qu’elle vient d’acquérir dans la curia de Bagno Vignoni et conscients de la difficulté qu’ils ont à évaluer et entretenir le patrimoine qui leur a été confié, les Exécuteurs demandent la nomination d’une commission ad hoc de trois citoyens pour s’occuper de la station et de sa vente. La proposition est acceptée par le Conseil général par 220 voix favorables, contre 40.

236A.S.S. Consiglio generale 207, f° 195.

237Con ciò sia chosa che i bagni di Vignone sieno nuovamente venuti nelle mani del comune di Siena, con ogni loro ragione et appartenentia, e’ quali per le molte mutationi de’ signori e possessori d’essi sono molto guasti e gli aberghi e case che v’erano di facte, che poche ve ne sonno in piè, e quelle stanno male come sa chi v’è stato; et hora nuovamente per li XXIIII de la balia sia stato proveduto che per li Executori di cabella si vendino tutte le case, casalini e piaçe d’essi bagni, e vigne, e gualchiere, e terre, e possessioni che a’ detti bagni apartengano a più vantaggio e utile di comune che fare potranno, riservate le ragioni d’ogni allogagione o contracti facti per lo comune di Siena per lo passato a qualunque persona; et già e’ detti Executori abbino facto bandire le dette chose per venderle con ogni debita sollecitudine, ma nel vero pur si conoscha che male si possa per loro provedere a la detta materia, essendo tanto in fine del loro offitio; et ancho si possa mal procedere alle dette vendite se non è chi vegha coll’ochio e abbi conseglio delle valute sì che i fatti del comune vadino bene e sieno bene governati; et ancho sieno più chose di bisogno a’ detti bagni che pur vendere le dette chose, però che bisogna provedere delle cabelle come si paghino nel detto luogho, le quali vogliono essere poste con grande discreptione et ch’è di pollame, strami, fru-cta, orti, uova e altre cose minute non si paghi alchuna cabella, né di cose o fiaschi di vino donati come già s’è incominciato a fare a’ bagni a Petriuolo e del pregio delle letta; et ancho bisogna provedervi de gli ordini e statuti da observarsi, però che ne se ne truova alchuno acciò che vi si stia e viva con grande ordine e honestà; et ancho di farvi alchuno trameço ne detti bagni per le donne che vi stieno con più honestà non si fa al presente, e d’allargare i bagni di sotto al ponte a la misura di quelli di sopra un peço in giù; et per che i confini de detti bagni e sua corte si dichi<a>raranno come sta la verità e vuole ragione, con ciò sia chosa che già sia nato alchuno scandolo di levare bestie col comune e huomini della Rocha per cagione de gli errori d’essi confini; et sia di bisogno provedere la pieve di quello luogho si rachonci e s’officii e si governi bene del suo medesimo che v’è il modo a farlo e ancho aconciare l’altare che è in sul ponte che trameça i detti bagni, che è quasi guasto, e di ritrovare il fondo murato d’essi bagni che v’è crescuito su, presso a un braccio, la crosta dell’alume e vetriolo d’essi bagni che sarà agevole chosa a fare; et ancho a quella torre che vi son di bisogno alchune chose per honore e bene di comune e più altre cose agevoli vi sonno da fare, le quagli chose non si possono bene fare se non si commette in persone che vadino là e veghino e tochino e abbino conseglio cogli uomini del paese e con maestri intendenti di quello sta di bisogno, e poi faccino chome a lloro parrà; et però se pare e piace al presente Conseglio generale della campana del comune di Siena e a’ conseglieri d’esso Consiglio generale di provedere, ordinare, statuire et solenemente ordinare per autorità del presente Consiglio generale della campana del comune di Siena e’ conseglieri d’esso che sia liberamente rimesso ne’ nostri Magnifici Signori, misser lo capitano di popolo e gonfalonieri maestri, che eleghino tre savi e discreti cittadini popolari, uno per monte chome tocha, e’ quali abbino piena autorità e balia di provedere e far fare tutte le predette cose come a lloro parrà, e che vadino là e prendino ogni conseglio bisognevole si che utilemente si proceda in tutte le dette parti, e tutto quello faranno nelle predette cose vaglia e tengha come fusse facto nel conseglio generale; et intendansi avere pieno mandato dal chomune di Siena di potere fare tutte le predette chose con effecto; el chui officio duri due anni proximi avenire. Sì veramente non si possa spendarvi niuno denaio di comune se non solamente di quelli delle rendite e fructo d’essi bagni e cose et pertinentie sue, cioè de’ detti due anni solamente e delle vendite faranno che saranno sufficienti a fare diventare e’ decti bagni i più belli che sieno in questo paese e sarà picholissima spesa; et ancho inteso che tutte le spese si faranno, vadino e passino per le mani del camarlengo di cabella sì che i detti tre non possino tochare denaio ne abbino altro camarlengo da lloro, ma sieno operarii e proveditori come detto è; et che faccino bandire in Siena e a’ bagni tutte le dette chose da vendere octi (sic) dì continui prima che vendano nulla e poi vendano a chi più ne dà, se lo parrà giusto preço; et che’ detti tre non abbino salario per detta cagione, se non quando alchuno di loro andasse là con licentia e deliberatione de’ nostri magnifici signori che per li tempi saranno, nel quale caso abbino quello salario si dà a quelli vanno per lo contado; et inteso che del vendere le cabelle e rendite d’essi bagni i detti tre non si possino impacciare ma pertengha agli Executori di cabella che per li tempi saranno di vendarle e concedarle come meglio potaranno fare a utile di comune sicondo la forma degli statuti del comune di Siena. Nel nomine di Dio si consegli.

25. SAN CASCIANO DEI BAGNI (COMMUNE THERMALE)

Situation

238Province : Sienne

Commune : San Casciano dei Bagni

Carte topographique régionale : 129 I

239Une vingtaine de sources jaillissent actuellement sur le territoire de la commune de San Casciano dei Bagni. Plusieurs d’entre elles ont été utilisées au Moyen Âge, donnant naissance à des sites thermaux. Neuf bains (pas toujours les mêmes) sont mentionnés dans la documentation médiévale ou moderne. Quelques-uns seulement ont pu être identifiés, nous les présentons ci-dessous, les autres seront simplement cités.

Description des sites thermaux et des sources320

Bagno della Terra ou Bagno Grande

240Localité : Piano

241Altitude : environ 520 m

  • 321 Cf. M. Martini (1971), p. 293.

242Température de l’eau : 42° C321

243Le site thermal se trouve au pied du village fortifié de San Casciano, à 200 mètres à l’ouest de l’agglomération.

Bagno della Galdagna ou Bagno della Caldaia ou Bagno Bossolo ou Bagno della Candagna

244Altitude : environ 530 m

  • 322 Idem.

245Température de l’eau : 38° C322

246Le site se trouve lui aussi au pied du village, au sud du précédent, à 200 mètres de l’agglomération, les eaux du bain se versent dans le fossé « del Bagno Bossolo »,

Bagno della Candagna cocta ou Bagno della Caldagna ou Bagno della Doccia

247Altitude : environ 510 m

  • 323 Idem.

248Température de l’eau : 42° C323

249Le site thermal se trouve à un kilomètre au sud du village, le long de la route qui mène jusqu’au Bagno di Santa Maria, puis au-delà à Acquapendente. Les eaux du bain se déversent dans le fossé « del bagno ».

Bagno di Santa Maria

250Localité : Bagni Termali

251Altitude : environ 530 m

  • 324 Cf. M. Martini (1971), p. 293.

252Température de l’eau : 40° C324

253Le site se trouve à l’emplacement actuel des établissements thermaux, construits à l’époque moderne, à proximité de l’église Santa Maria, à moins de deux kilomètres au sud du village, sur la route qui mène à Acquapendente.

Bagno della Ficoncella ou Bagno della Figatella ou Bagno della Sicuntella ou Bagno della Sicarella

254Localité : Bagni Termali

255Altitude : 530 mètres

  • 325 Idem.

256Température de l’eau : 40° C325

  • 326 Cf. A. Tailetti (1930), p. 6.

257Le site se trouvait à proximité du Bagno di Santa Maria. Les sources de ces deux bains ont été réunies dans le nouvel établissement thermal édifié au xviie siècle par les Médicis326.

Bagno a Loto

258Localité : Podere Bagneloto

259Altitude : environ 504 m

  • 327 Cf. M. Martini (1971), p. 293.

260Température de l’eau : 41° C327

261Le site se trouve à deux kilomètres au sud du village de San Casciano, le long de la route qui mène à Acquapendente, au delà du Bagno di Santa Maria.

  • 328 Dont la température de l’eau est de 35-40° C, cf. idem.
  • 329 Il se pourrait que ce soit le même bain que le Bagno della Grotta, cf. A. Schiavetti (1585), p. 10.
  • 330 Dont la température de l’eau est de 40° C, cf. M. Martini (1971), p. 293.
  • 331 Dont la température de l’eau est de 37° C, cf. idem.

262Plusieurs autres bains n’ont pu être localisés, mais certaines sources sont encore connues des géologues : le Bagno della Grotta328, le Bagno del Busso329, Bagno di San Giorgio330, Bagno dei Fraticelli331, Bagno Pojus.

Les sources et les infrastructures thermales

  • 332 Le 23 août 1517, cf. A.S.S., Notarile antecosimiano 1211, f° 83; cf. aussi C. Goracci (1968-69), p. (...)
  • 333 Cf. A. Schiavetti (1585), p. 12.
  • 334 Cf. Ugolino da Montecatini (1950), p. 54; De balneis (1553), p. 25.
  • 335 Outre Ludovico Pasini, d’autres médecins mentionnent le site : Gentile da Foligno, Mengo Bianchelli (...)

263On sait peu de choses sur les infrastructures thermales médiévales. Au début du xvie siècle, des travaux d’aménagement furent entrepris sur les bains de Bagno Grande et Bagno della Candagna332. À la fin du siècle, le bain de Bagno di Santa Maria était divisé en deux pour séparer les femmes des hommes333. L’une des sources, celle du Bagno della Doccia ou Bagno della Candagna cocta servait pour faire des douches. Sa réputation était bien établie au début du xve siècle, Ugolino da Montecatini et Michele Savonarola en vantèrent les mérites334. Plusieurs autres médécins mentionnèrent dans leurs ouvrages les eaux de San Casciano, mais le plus précis est, sans conteste, Ludovico Pasini qui visita les sites le 23 juillet 1533, à la demande du duc d’Urbin335.

Les sites thermaux au Moyen Âge

  • 336 C’est ainsi par exemple que les nomme Mengo Bianchelli ou Bartolomeo Viotti da Clivoli, cf. De Baln (...)
  • 337 Cf. C. Goracci (1969), p. 252.

264Parfois connus sous l’expression de bains d’Orvieto (balnea Urbis veteris)336, les sites thermaux de San Casciano n’étaient pas, à la fin du Moyen Âge, de grande ampleur, bien que la commune thermale fût alors renommée. Le plus important – celui de Bagno Grande – accueillait, au début du xvie siècle, une auberge et celui de Bagno di San Giorgio, unum casalinum, sive aream337. Les curistes devaient principalement résider dans le Castrum.

  • 338 Le 24 avril 1485, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano antecosimiano 784, f° 21; cf. aussi C. Goracci (...)
  • 339 Cf. M. Ginatempo (1988), p. 440.

265La plupart des sites relevaient au xve siècle, de la communauté de San Casciano, en effet cette dernière détenait et affermait les gabelles des eaux des bains338. Elle était l’une des plus importantes du territoire siennois. Eloignée de toute grande agglomération, elle comptait près de 1 000 habitants, au milieu du xve siècle339.

  • 340 Cf. W. Kurze éd. (1982) p. 32, 50.
  • 341 Cf. W. Kurze éd. (1982) p. 147, 215, 237, 239.
  • 342 Le 21 novembre 1236, Pepo vicomte de Campiglia fait soumission à Sienne, cf. G. Cecchini éd. (1934) (...)
  • 343 Cf. P. Cammarosano, V. Passeri (1985), p. 364.

266L’agglomération thermale était probablement très ancienne. En 995, le marquis Ugo de Toscane donnait à l’abbaye San Salvatore du mont Amiata, la curtís in loco qui dicitur « Bagno ». Cette donation fut confirmée en 1002 par Otton III, puis en 1014340. Le monastère reçut progressivement, au cours du xie siècle, tout un ensemble de terres dans la curia341. Les moines ne conservèrent pas leur bien, car au début du xiie siècle, la communauté de San Casciano dépendait des vicomtes de Campiglia. Par la suite, les cités de Sienne et d’Orvieto cherchèrent à contrôler le Castrum. En 1236, les vicomtes firent allégeance à Sienne pour la possession de San Casciano dei Bagni ainsi que pour d’autres castra342. Dès lors, la communauté fut progressivement intégrée à la zone d’influence siennoise. Les habitants de San Casciano firent soumission à la cité régulièrement à partir de 1386 (en 1412, 1443, 1467)343.

267Bibliographie

  • 344 Cf. A. Muzi (1946), « Di un antico opuscolo sulle acque di San Casciano de’ Bagni, nota bibliografi (...)

268A. Bastiani, Analisi delle acque minerali di San Casciano di Bagni e dell’uso di esse nella medicina, Florence, 1770.
G. F. Bastiani, Di Bagni di San Casciano, opera medica, San Casciano dei Bagni, 1733.
A. Cardi,
Considerazioni intorno al bagno della Ficoncella di San Casciano e quelle dell’Acqua Santa di Sarteano per l’uso dei dolori nefritici, Rome, 1626.
M. Ghezzi, Di bagni di San Casciano, Ronciglione, 1617.
V. Manni, De balneis S. Cassiani tractatus, Sienne, 1617.
G. Nenci (1763), « Methodus utendi acquis S. Cassiani in Senese dictione » in Atti dell’Accademia delle scienze di Siena detta dei Fisiocritici, II, p. 100.
O. Nerucci (1763), « Analisi delle acque termale di S. Casciano » in Atti dell’Accademia delle scienze di Siena detta dei Fisiocritici, II, p. 79-99.
Relazione su San Casciano de’ Bagni e comune di origine ignota; appunti dedotti da antiche memorie dal 1014 in avanti, éd. G. Manciati, Sarteano, 1907.
A. Schiavetti, Breve raggionamento sopra l’acque et bagni di San Casciano con gli ordini da osservarsi nel bevere et nel bagnarsi in dette acque; et di nuovo aggiuntovi nel fine alcune antichità ritrovate in quest’anno 1585, Orvieto, 1588. Nouvelles éditions en 1604, 1618, 1640, 1656344.

269A. Tailletti, Terre senesi. San Casciano dei Bagni, Sienne, 1930.

26. STAGNO, ACQUA SANTA OU ACQUA BOGLIORA

Situation

270Province : Sienne

271Commune : Chianciano-Terme

272Carte topographique régionale : 121 II

273Localité : Stabilimento Acqua Santa

274Altitude : environ 475 m

La source

  • 345 Cf. M. Martini (1971), p. 279.

275Température : 32,4° C345

Description du site thermal346

  • 346 Cf. carte 10.

276Le site se trouve à deux kilomètres au sud-ouest de Chianciano. Il forme – avec le site de Bagno di Sellena (cf. supra) – l’agglomération thermale actuelle appelée Chianciano Bagni dans la périphérie de Chianciano Terme. Les deux sites sont distants de 500 mètres.

La source et les infrastructures thermales

  • 347 Cf. G. Baldassari (1756), p. 11.
  • 348 Cf. D. Battini (1794), p. 156; G. Barzellotti (1813), p. 9.

277La source était connue à la fin du xiiie siècle, sous l’expression de ague que vocatur Stagnum347. Par la suite elle fut dénommée Acqua Santa. Les eaux alimentaient sans doute un bassin rudimentaire que D. Battini décrivit à la fin du xviiie siècle. Il était alors abandonné et paraissait avoir été divisé en deux et n’avoir jamais été couvert348. La source n’est mentionnée dans aucun traité médical médiéval.

Le site thermal au Moyen Âge

278L’ampleur du site pour l’époque médiévale reste mal connue. Son histoire est comparable à celle du site de Bagno di Sellena (cf. supra).

279Bilbliographie (cf. aussi celle de Bagno di Sellena)

280D. Battini (1794), « Analisi dell’acqua acidula di Chianciano detta l’Acqua Santa » in Atti dell’accademia delle scienze di Siena detta de’ Fisio-critici, VII, p. 172-192.

27. VITERBE (COMMUNE THERMALE)

Situation

281Province : Viterbe

282Commune : Viterbe

283Plusieurs sources thermales jaillissaient au nord-ouest de la cité de Vi-terbe dans le val du Caio, dans le « piano di Viterbo », à proximité d’un volcan éteint appelé Bullicame. Elles alimentaient au Moyen Âge un très grand nombre de bains.

Description des sources et des sites thermaux

Bagno Busseta

  • 349 Il se trouvait sur la route qui mène à Tuscania au-delà de l’ancien ermitage « della Croce » , cf. (...)

284Localité : Casale Bussete (au sud de l’aéroport actuel)349

285Altitude : environ 300 m

  • 350 Cf. P. L. Tarraca (1975), p. 106-133.

286Température : 39° C350

« bagno della Grotta »

287Localité : Bagni

288Altitude : 260 m

  • 351 Cf. P. L. Tarraca (1975), p. 106-133.

289Température : 43,4° C351

« bagno della Crociata »

290Localité : Bagni

291Altitude : 260 m

  • 352 Cf. P. L. Tarraca (1975), p. 106-133.

292Température : 56° C352

293Bagno Naviso

Localité : Bagnaccio (au nord de l’aéroport, sur la voie Cassia)353.

  • 353 D’après C. Pinzi (1894), p. xix. Le bain se trouvait sur la route qui mène à Sienne, six kilomètres (...)

294Altitude : 310 m

  • 354 Cf. P. L. Tarraca (1975), p. 106-133.

295Température : 65-66° C354

296Plusieurs autres sites ou bains existaient au Moyen Âge, mais nous n’avons pu les localiser : Bagno del re Pipino, Bagno del Prato, Bagno Asinelio, Bagno Paganelli, Bagno dello Stoppio, Bagno di Santa Maria in Silice.

Les sources et les infrastructures thermales

  • 355 Cf. C. Pinzi (1894), p. v, viii-ix.
  • 356 Cf. Niccolò della Tuccia (1872), p. 14-15.
  • 357 Idem, p. 592.

297Les eaux thermales de Viterbe étaient connues à l’époque étrusque et leur utilisation suscita pendant la période romaine, la construction dans la plaine de Viterbe, auprès du Bullicame, de nombreux et somptueux bâtiments pour les curistes (thermes, etc.)355. Les bains médiévaux semblent distincts des bains antiques. Car, d’après le chroniqueur viterbois Niccolò della Tuccia, plusieurs des sources du planus balnei auraient étaient découvertes ou utilisées seulement au xiiie siècle. La source qui alimentait le « bagno della Crociata » ne serait apparue qu’en 1217356 et celle du « bagno della Grotta » n’est mentionnée la première fois que dans un document de 1236357. Dans les deux siècles qui suivirent, d’autres infrastructures furent construites ou des édifices antiques remployés dans la plaine de Viterbe (à Bagno del re Pipino, Bagno del prato, Bagno Asinelio, Bagno Paganelli, Bagno dello Stoppio).

  • 358 Cf. G. Signorelli (1938), p. 120; C. R. Mack (1992), p. 45.
  • 359 Cf. Niccolò della Tuccia (1872), p. 99.

298Dans la première moitié du xve siècle, le « bagno della Grotta » et le « bagno della Crociata » furent réunis pour former le « bagno del Papa » qui était en fait un véritable complexe thermal unissant les chambres aux piscines358. Il ne fut pas le seul à être modifié : en 1476, Battista Perone installa des douches dans le bain de Bagno dello Stoppio359.

  • 360 Cf. Ugolino da Montecatini (1950), p. 66. Mengo Bianchelli, Giorgio Fran-ciotti, Ludovico Pasini, c (...)

299Les bains de Viterbe étaient connus des médecins médiévaux, dont Ugolino da Montecatini360.

Les sites thermaux au Moyen Âge

  • 361 Elle est mentionnée dans un document de 788, C. Pinzi (1893), p. 93.
  • 362 Cf. C. Pinzi (1893), p. 90-99; (1894), p. xiv.

300À partir du viiie siècle et plus sûrement après l’an mil, aux abords des vestiges des bains antiques et du pont Camillario placé sur la voie Cassia à l’extrémité de la vallée, apparut un bourg et fut édifiée une chapelle dédiée à San Valentino et San Ilario, deux martyrs locaux enterrés dans une grotte toute proche. Cette église connue sous le vocable de San Valentino in Silice dépendait de l’abbaye de Farfa361. L’agglomération fut détruite en 1137 par les habitants de Viterbe et ces derniers édifièrent une nouvelle chapelle nommée Santa Maria in Silice. En 1188 un certain Maccabée de Viterbe créa un hôpital aux abords de l’église362. Le « bagno della Grotta » et le « bagno della Crociata » prirent essor autour de l’édifice religieux, mais aucun autre bâtiment ne semble avoir été installé et le planus balnei resta probablement inhabité tout au long de la fin du Moyen Âge. Les autres sites thermaux répartis dans la plaine de Viterbe n’étaient probablement pas davantage bâtis.

  • 363 Cf. C. Buzzi éd. (1993), p. 192.
  • 364 En 1268, cf. Carbonetti-Venditelli éd. (1990), p. 99. Le chapitre conserva le moulin proche des bai (...)
  • 365 Cf. B. Barbini (1975), p. 45. En 1293 puis 1294, la commune de Viterbe acheta à plusieurs reprises (...)
  • 366 Le 27 juin 1441, les agents de la commune locaverunt (...) dicto Antonio (...) domum balnei Grittor (...)
  • 367 Le 26 mai 1466, les prieurs cèdent in perpetuum locaverunt et ex causa locationis habere concesseru (...)

301Le « bagno della Grotta » appartenait au début du xiiie siècle aux chanoines de la cathédrale San Lorenzo363, puis en 1268, à la commune de Viterbe364. À l’extrême fin du xiiie siècle, la cité s’empara de la plupart des bains qui existaitent autour du Bullicame365. Au milieu du xve siècle, Viterbe louait ces infrastructures thermales366 et dans la seconde moitié du siècle, elle en céda plusieurs par le moyen de baux emphytéotiques367.

302Bibliographie

303U. Congedo (1917), Vita e costumi a Viterbo nel secolo xv, Livourne.
F. Cristofori (1889), Delle terme viterbesi, memorie e documenti, Sienne.
A. Gargana (1933), Viterbo e le sue terme, Viterbe.
G. Martelli (1777), Delle acque Caje de’ bagni di Viterbo, opera fisica-medica, Rome.
C. Pinzi (1893), Gli ospizi medioevali e l’ospedale-grande di Viterbo, memorie storiche, Viterbe.
C. Pinzi (1894), Quasi duemila anni di memorie sulle terme viterbesi, Viterbe.
C. Pinzi (1911), I principali monumenti di Viterbo, Viterbe.
C. Pinzi (1887-1913), Storia della città di Viterbo, Viterbe.
A. Scriattoli (1919-1920), Viterbo nei suoi monumenti, Rome.
G. Signorelli (1938), Viterbo nella storia della Chiesa, Viterbe. 2 t.

Notes

1 Regione Toscana-Giunta Regionale. Dipartimento Agricoltura e foreste, di-partimento assetto del territorio. Les cartes sont à l’échelle 1/25000; la première édition date de 1985.

2 Cf. A. Bencini, V. Duchi (1988); V. Duchi, F. Prati (1985); V. Duchi, A.A. Minissale, R. Rossi (1986); V. Duchi, A. A. Minissale, F. Prati (1987); V. Duchi, A. A. Minissale, S. Ortino, L. Romani (1991); V. Duchi, A. Minissale, M. Manganelli (1991); V. Duchi, A. Minissale, M. Paolieri, F. Prati, A. Valori (1992); G. P. Francalanci (1951); M. Martini (1971). ».

3 L’analyse des manuscrits de ces traités conservés dans les différentes bibliothèques européennes reste à faire, de même qu’une étude approfondie de la composition de l’ouvrage publiée par Lucantonio Giunta.

4 Cf. De balneis (1553), p. 181-182. Il a été publié une première fois en 1503 à Venise, cf. E. Coturri (1958), p. 7.

5 Cf. De balneis (1553), p. 47 sq. Il fut édité en 1553 et republié bien plus tard par G. M. Nardi, cf. Ugolino da Montecatini (1950). Cf. aussi E. Coturri (1958), p. 7.

6 Cf. De balneis (1553), p. 1 sq. Il fut publié une première fois à Ferrare en 1485, cf. E. Coturri (1958), p. 8.

7 Cf. De balneis (1553), p. 145 sq. Il fut publié une première fois à Pescia en 1489, cf. E. Coturri (1958), p. 17.

8 Cf. De balneis (1553), p. 155v-157v; cf. E. Coturri (1958), p. 22.

9 Cf. De balneis (1553), p. 58 sq.; cf. E. Coturri (1958), p. 8.

10 Cf. De balneis (1553), p. 262. Médecin à Turin, il n’eut pas une connaissance directe des bains toscans, d’après E. Coturri, cf. E. Coturri (1958), p. 27.

11 Cf. De balneis (1553), p. 157 sq.; cf. E. Coturri (1958), p. 29.

12 B.C.S., cod. L. IX. 21.

13 B.C.S., cod. C. II. 5.

14 A.S.S., mss D 82-85.

15 B.C.S., cod. 3 D. C. VIII.

16 Cf. carte 8.

17 Cf. G. P. Francalanci (1951), p. 402; M. Martini (1971), p. 295.

18 Cf. A.S.S. Diplomatico Ospedale, le 10 janvier 1247 (ns).

19 Cf. figures 7 et 8.

20 C’est un notaire actif à Asciano durant toute la première moitié du XIVe siècle, cf. A. Barlucchi (1997a), p. 210.

21 Cf. D. Ciampoli, T. Szabô éd. (1992), p. 170.

22 Cf. F. Raffaelli éd. (1996), p. 113.

23 Cf. A.S.S. Ospedale Diplomatico, le 29 avril 1291. Le 7 février 1291 (ns), la somme de 8 s. 4 d. est payée par « Alessio di domino Renaldo Talomei per chabela de le sue parti de le molina dal bagnuolo a Valiano », cf. A.S.S. Gabella dei Contratti 12, f° 30.

24 Cf. A. Giorgi (1993), p. 374.

25 Habent medietatem pro indivise trium molendinorum quorum alias medietas Cecchi domini Stricche positorum in curia Licignani ad Assum in vocabulario balnei Vagliani quibus est heredum Soççi. La moitié pour 250 livres (notice can-cellée), cf. A.S.S. Estimo 114, f° 77.

26 Cf. A.S.S. Diplomatico Archivio generale, le 20 août 1335, le 20 décembre 1336, le 30 août, 1340, le 21 août 1344. Cf. aussi A. Giorgi (1994), p. 424.

27 Cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 130, f° 30v.

28 Cf. P. Cammarosano, V. Passeri (1984), p. 172; A. Giorgi (1994), p. 678-79.

29 Cf. M. Ginatempo (1988), p. 430-436.

30 Cf. G. P. Francalanci (1959), p. 387; M. Martini (1971), p. 281.

31 Cf. carte 13.

32 Cf. I. Imberciadori éd. (1938), p. 125; I. Imberciadori (1940), p. 217; G. Prisco (1994), II, p. 290-296.

33 Cf. R. Cardarelli (1932), p. 149 sq. et P. Cammarosano, V. Passeri (1985), p. 319.

34 Cf. I. Imberciadori (1971), p. 165; M. Ginatempo (1988), p. 191, 440.

35 Cf. P. Cammarosano, V. Passeri (1985), p. 319.

36 Cf. carte 7.

37 Cf. G. P. Francalanci (1959), p. 385; M. Martini (1971), p. 281. La source par sa nature est proche de celles de Bagno di Petriolo.

38 Cf. A.S.S. Estimo 102, f° 281v.

39 Balneum prope Petriolum, quod quodam in monticulo nascitur, Aqua Borla dictum, cf. De balneis (1553), p. 23v.

40 Cf. De Balneis (1553), p. 262.

41 Et plus encore le moulin de Petriolo le long de la Farma, un peu plus à l’est, cf. M. E. Cortese (1997), p. 259-260.

42 Cf. carte 7.

43 Cf. G. Cherubini (1977), p. 291; P. Cammarosanno, V. Passeri (1985), p. 305-306. Pour les détails sur cette curia, cf. V. Passeri, L. Neri (1994), p. 19.

44 Cf. M. Ginatempo (1988), p. 219.

45 Cf. G. P. Francalanci (1959), p. 378.

46 Cf. M. Burlamacchi (1969), p. 18.

47 Cf. A.S.L. Consiglio Generale 6, f° 23.

48 Cum commissione et auctoritate super reparationibus et omamentis supra-scriptorum balneorum faciendis, cf. A.S.L. Consiglio generale 19, f° 49, cit. M. Burlamacchi (1969), p. 21.

49 Cf. De balneis (1553), p. 22, 182; Ugolino da Montecatini (1950), p. 40.

50 Cf. De balneis (1553), p. 73v, 145, 155v, 157v.

51 Le contrat de donation a été intégralement publié par M. Burlamacchi (1969), p. 143-147.

52 Cf. Michel de Montaigne (1992), p. 156.

53 Cf. carte 7.

54 Cf. G. P. Francalanci (1959), p. 384; M. Martini (1971), p. 280.

55 Cf. G. Venerosi Pesciolini (1931), p. 116.

56 Cf. De Balneis (1553), p. 23v.

57 Gentile da Foligno, Ugolino da Montecatini et Michele Savonarola, Mengo Bianchelli, cf. De Balneis (1553), p. 23v, 76, 182; Ugolino da Montecatini (1950), p. 52.

58 Cet établissement produisait une rente annuelle de 80 livres, d’après son testament dressé le 15 mai 1339, que nous avons conservé grâce à une copie dressée au xviiie siècle, cf. B.C.S., cod. Β VI 13, f° 177.

59 Cf. document 12, ci-joint, p. 263.

60 Cf. A.S.S., Concistoro 486, f° 29; 515, f° 91v.

61 Cf. carte 7.

62 Cf. carte 5.

63 Cf. A. Targioni-Tozzetti (1857), p. 7.

64 En 1318-1320, plusieurs propriétaires d’Armaiolo déclaraient détenir des biens dans la « contrata del bagno », cf. A.S.S., Estimo 10, f° 516, 517, 550, 585, 592, 606, 647; Gabella dei contratti 33, f° 17.

65 Cf. A. Targioni-Tozzetti (1857).

66 Cf. E. Lecchini, D. Mazzini (1983), p. 67.

67 Cf. P. Cammarosano, V. Passeri (1985), p. 364; M. Ginatempo (1988), p. 364.

68 Cf. G. P. Francalanci (1959), p. 378.

69 Cf. A.S.L. Opera Santa Croce, le 3 avril 1291.

70 Le 22 juillet 1440, balnea Corsene, videlicet balneum hominum, balneum mulierum, balneum Rubeum et balneum pauperum ac etiam stufam, cf. A.S.L. Spedale di San Luca 51, f° 18v.

71 Cf. Ugolino da Montecatini (1950), p. 40.

72 Matteo Bendinelli affirme à la fin du xve siècle que le « bagno delle doccie » succède au « bagno rosso », cf. De Balneis (1553), p. 154v. Il se trouvait un peu à l’écart du site, sur le pente de la colline qui mène à l’actuelle établissement Villa Demidoff.

73 Cf. Ugolino da Montecatini (1950), p. 40.

74 Gentile da Foligno, Michele Savonarola, Ugolino da Montecatini, Matteo Bendinelli, Lorenzo Bertolini, Mengo Bianchelli, Giorgio Franciotti, cf. De balneis (1553), p. 22, 58, 182, 145v, 155v, 157v; Ugolino da Montecatini (1950), p. 40.

75 Au début du xve siècle, « uno albergo terrestro posto al bangno a Corsena allato a la loggia, sotto la casa grande di portichi, in su la via da andare al bangnio; item uno chiuso in nel cantone allo intrare del bangnio », A.S.L. Spedale di San Luca 331, f° 128. Cf. aussi tableau 8.

76 Le 13 avril 1387, domum muratam et solariatam cum uno solario et cum porticibus, sitam infra claustra balnei Corsene noviter constructa, que est iuxtam portam claustrorum dicti balnei per quam itur de Luca ad balneum predictum, cf. A.S.L. Spedale San Luca 44, f- 128v.

77 Cf. Ugolino da Montecatini (1950), p. 37.

78 Cf. dossier 2, Lucques (1469), § 12.

79 Parmi les membres de cette société figuraient un héritier de Symonis de Villanova et Giulius notarius quondam Castrachanis. Ils appartenaient aux familles nobles de la cité, cf. P. Paradisi éd. (1989), p. 19.

80 La donation daterait du mois d’avril 1291, le document original n’a pas été retrouvé, cf. A.S.L. San Luca 320, II, f° 13.

81 Cf. dossier 2, Lucques (1331), lib. V., rub. XXXVIII, § 5.

82 Le 5 mars 1292, cf. A.S.L. Opera Santa Croce, ad annum. Cf. aussi G. Tori éd. (1985), p. 45.

83 Le 30 décembre 1299, cf. A.S.L. Capitoli 1, f° 5.

84 Cf. A. Carina (1866), p. 157-160; F. Ragone (1993), p. 7; G. Tori éd. (1998), p. 583.

85 Cf. A. Carina (1866), p. 159.

86 Officiales et cives electi super balneis Ville et de Corsena (...) pro conservatione, augmentatione et reparatione dictorum balneorum, clusorum et locorum, cf. A.S.L. Consiglio generale 17, f° 401. La commission aurait été instituée une première fois le 28 juin 1452, mais les normes qui définissent précisément ses compétences ont été présentées au Conseil des Anciens le 23 mars 1454, cf. A.S.L. Consiglio generale 17, f° 593.

87 S. Bongi éd. (1872-88), IL, p. 364.

88 Montefegatesi, Lucchio, Casoli, Brandellio, Crasciana, Corsena, Controne, Cerbaia, Lugliano, Menabbio, Vico Pancelloro, Cociglia, Palleggio, Limano, Li-gnano, Casabasciana, cf. A. Carina (1871), p. 57-58.

89 Cf. M. Bicchierai éd. (1995), p. 150, p. 49; S. Bongi éd. (1872-1888), II, p. 364; A. Carina (1871).

90 Cf. carte 12.

91 Cf. M. Martini (1971), p. 281.

92 Le bain est mentionné dans un inventaire des droits que la communauté de Gavorrano reconnaissait à son seigneur en 1458, cf. B.C.S. mss C. IV. 11., f° 25. Toutefois, il est probable que la source était plus anciennement connue puisque, d’après R. Cardarelli, il s’agirait des aquae calidae ad Vetulonios citées par Pline, cf. R. Cardarelli (1932), p. 167.

93 Idem.

94 En 1458, « et disse che Ί bagno è libero del signore e che sta al signore perô lo vendare lo fructo el dritto del bagno chome piacce a llui », cf. B.C.S. mss C. IV. IL, f° 25v.

95 Cf. dossier 2, Gavorrano (1465), Dist. IIII, rub. X.

96 Cf. P. Cammarosano, V. Passeri (1985), p. 319.

97 Cf. O. Redon (1994), p. 150.

98 Cf. M. Ginatempo (1988), p. 305.

99 Cf. carte 7.

100 Cf. G. P. Francalanci (1959), p. 393; M. Martini (1971), p. 286.

101 Cf. A.S.S. Ospedale 2293, f° 9.

102 Cf. A.S.S. Concistoro 2462, f° 32v; Consiglio generale 237, f° 120.

103 Cf. A.S.S. Consiglio generale 221, f° 71v.

104 Cf. A.S.S. Bichi Borghesi 19, n° 569.

105 L’assèchement est mentionné une première fois à Bagno di Macereto en 1428, puis régulièrement par la suite en 1439, 1440, 1442, cf. A.S.S. Consiglio generale 220, f° 59v, f° 91, f° 190v; 221, f° 71v. Le 20 mars 1477, les travaux sont entrepris car « la vena dell’acqua è guasta in modo che perde buona parte di sua substantia », cf. A.S.S. Consiglio generale 237, f° 120

106 Ceux de Gentile da Foligno, Michele Savonarola, Ugolino da Montecatini et Giorgio Franciotti, cf. De balneis (1553), p. 76, 159, 182, 262; Ugolino da Montecatini (1950), p. 52.

107 Cf. cartes 3 et 6; L. Banchi éd. (1871); G. Canestrelli (1915); M. Ginatempo (1988), p. 236, 244.

108 Cf. V. Passeri (1985), p. 48.

109 Il se trouvait à l’emplacement de l’actuel lieu-dit « Palazzaccio », à quelques 500 mètres au Sud-Est de la station, cf. Idem, p. 47-48.

110 Cf. P. Cammarosano, V. Passeri (1984), p. 121.

111 Le site et le pont étaient protégés par un barrage refait en 1281, cf. A.S.S. Statuti di Siena 16, f° 171v.

112 Cf. G. Giuli (1840), p. 42-43.

113 Cf carte 5.

114 Cf. G. P. Francalanci (1959), p. 378; M. Martini (1971), p. 276.

115 Cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 8, f° 26. Pour ces quelques feuillets du registre de ce notaire, cf. A. Barlucchi (1997a), p. 137.

116 Le 5 mai 1458, cf. A.S.S. Gabella dei Contratti 683, f° 23.

117 Cf. document 13, ci-joint.

118 Il était l’héritier de Matteo di Pinoccio. Sa mère Pantasilea était la petite-fille de Matteo et par un testament – daté du 12 janvier 1479 – elle avait hérité avec ses deux sœurs des biens de leur père Pinoccio di Matteo, cf. A.S.S. Archivio Sergardi Biringucci L. 1, 12 et U. Morandi (1965), p. 64, 66, doc. 12 et 20. Le testament ne précise pas la nature des biens cédés. Niccolô di Bernardino était le petit-fils de l’illustre légiste Niccolô di Bartolomeo Borghesi.

119 Cf. A.S.S. Archivio Sergardi Biringucci L.2, 39 et G. de Caro (1970b), p. 610.

120 Cf. P. Cataneo (1985), p. 393.

121 Cf. A. Barlucchi (1997a), p. 51, 61, 203, 210. Le castrum de Montalceto appartenait au xiie siècle à la famille Baroti puis il fut occupé par les Scialenghi, hostiles à Sienne. En 1234, l’empereur Frédéric Il remit la terre de Montalceto aux Cacciaconti, cf. P. Cammarosano, V. Passeri (1984), p. 21.

122 Le 3 octobre 1318, A.S.S. Consiglio generale 91, f° 109-lllv cit. in A. Barlucchi (1997a), p. 248.

123 Cf. M. Ginatempo (1988), p. 186.

124 Cf. A. Targioni Tozzetti (1835), p. 13.

125 Le bassin et ses dépendances appartenaient en 1774 à Marc’Antonio Borghesi, cf. G. Baldassarri (1779), p. 3.

126 Cf. carte 7.

127 G. P. Francalanci (1951), p. 392; M. Martini (1971), p. 286.

128 Cf. Direzione del R. Archivio di Stato éd. (1917), p. 14.

129 Cf. dossier 2, Sienne (1262), dist. III, rub. CCLXVIII, CCLXVIIII.

130 Le 13 janvier 1267 (ns), balneum novum de vena que est inter balneum de Petriuolo hominum et balneum de mulieribus, cf. A.S.S. Consiglio Generale 11, f° 16v.

131 Le 22 avril 1295, cf. A.S.S. Consiglio Generale 47, f° 105v; cf. D. Ciampoli, T. Szabo éd. (1992), p. 169.

132 En 1355 : « uno peçuolo di terra posto nel piano del bagno chene col ragione del detto sangue », cf. A.S.S., Ospedale 2293, f° 9. En 1405, le « bagno del sanghe » entre dans le patrimoine de l’Opera del Duomo, cf. A.O.M.S. 902, f° 14. Au milieu du xve siècle, Michele Savonarola le décrivait de la sorte : balneum de comettis, in colore tepidum sive remissum, sic dictum : quoniam in eo ponuntur ventosae sive cometa abinque igne, cuius aqua in flument cadit, cf. De Balneis (1553), p. 22v.

133 Le 24 juin 1439, Quia facta proposita in dicto consilio super quodam recor-do dominorum executorum cabelle in effectu continente qualiter aqua balneorum ad Petriolum et maxime balnei del ferro iam perdita in circha medietatem, A.S.S. Consiglio generale 220, f° 55v.

134 Le 16 septembre 1411, la gabelle des douches est pour une première fois affermée, cf. A.S.S. Consiglio generale 205, f° 41. Ugolino da Montecatini les mentionne dans son traité rédigé en 1417, cf. Ugolino da Montecatini (1950), p. 51.

135 Cf. De balneis (1553), p. 22v.

136 Le 23 septembre 1457, cf. L. Zdekauer (1896), p. 254-256.

137 Cf. figures 1 à 4. R. Stopani sans véritablement avancer d’arguments toutefois, propose de dater l’édifice du xiiie siècle, cf. R. Stopani (1995), p. 39.

138 Gentile da Foligno, d’Ugolino da Montecatini, de Michele Savonarola, de Mengo Bianchelli, de Giorgio Franciotti, cf. De balneis (1553), p. 22v, 76,157, 181-182; Ugolino da Montecatini (1950), p. 51.

139 Cf. documents 8 et 10.

140 Cf. A.S.S. Consiglio generale 201, f° 84 et supra, p. 158 s.

141 Cf. figure 11.

142 Cf. A.S.S. Casseri et fortezze 11 et supra, p. 158 s.

143 Cf. D. Ciampoli, T. Szabo éd. (1992), p. 95, 111, 124, 175-176, 269.

144 Cf. A.S.S. Statuti di Siena 3, f° 359; 11, f° 178.

145 Cf. P. Cammarosano, V. Passeri (1984), p. 117.

146 Elle est mentionnée encore en 1257, cf. Direzione del R. Archivio di Stato éd. (1942), p. 25.

147 Cf. M. Ginatempo (1988), p. 173, 222.

148 Cf. supra et P. Cammarosano, V. Passeri (1984), p. 117; O. Redon (1994) p. 106.

149 Cf. supra et M. Ginatempo (1988), p. 523.

150 Cf. M. Ginatempo (1988), p. 173.

151 Cf. A.S.S. Concistoro 1105, f° 79.

152 Cf. G. Venerosi Pesciolini (1931), p. 124.

153 Cf. P. Turrini (1994-1995), p. 78.

154 Quod Balneum de Pistille positum in contrata Plebis de Pacina debeat reac-tari; item, cum Balneum de Pistille positum in contrata Plebis de Pacina sit occupatum et dissipatum et fuerit actenus utilissimum balneum, statutum et ordinatum est quod dictum balneum debeat reactari expensis Comunis Plebis de Pacina, de Or-giale, Valcortese, Guistrigona, Sancto Justo Berardengho, Sancto Quirico, Cerro-grosso, Sancto Vito et de Sextano; in quo opere expendantur XXV lib. den. sen. per unum bonum operarium, eligendum per Camerarium et iiii Provisores Comunis Senensis, per totum mensem iulii proxime venturi, quod si non facerent, condemp-netur quilibet eorum in C sol. den. sen., cf. D. Ciampoli, T. Szabo éd. (1992), p. 251 et A.S.S. Statuti di Siena 5, f° 197.

155 Cf. carte 4.

156 Le 10 décembre 1337, petias terrarum positas in curia Podii Sancte Cecilie in locis infrascriptis, in primis unam petiam terre in loco dicto Valle del bagno, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano antecosimiano 45, f° 43.

157 Cf. E. Lecchini, D. Mazzini (1983), p. 67.

158 Cf. M. Ginatempo (1988), p. 459.

159 Cf. P. Cammarosano, V. Passeri (1985), p. 364.

160 Cf. carte 6.

161 Cf. M. Martini (1971), p. 286.

162 Le 29 décembre 1309, Fredi di Gherardo da Prata vend à la commune de Sienne les 10/24e du castrum et la curia de Prata cum suis pertinentiis et sulftna-rum et balneorum et molendinorum et acquarum et cursum acquarum et viarum et fontium et pontium, ainsi que les mines de d’argent et de cuivre, cf. M. Ascheri éd. (1984), p. 1668.

163 Cf. A. Giorgi (1993), p. 350, 363.

164 Cf. P. Cammarosano, V. Passeri (1984), p. 93; M. Sica éd. (1994), p. 7-8.

165 Cf. O. Redon (1995), p. 106.

166 Cf. M. Ginatempo (1988), p. 171n.

167 Cf. L. Bonelli Connena (1976), p. 2.

168 Cf. P. Cammarosano, V. Passeri (1984), p. 93.

169 Cf. carte 7.

170 De muro fiendo et aptandum balneum aque bone positum in piano de Puti-dinis prope Serras Petriuoli et Putidinis. Item statutum et ordinatum est quod in piano de Putidinis ubi est quedam aqua bona hominibus habentibus inflationes in corpore et gottas et dolores fiat et fieri debeat quoddam balneum et muratum et aptatum, ita quod homines, qui ibunt ad dictam [a]quam possint ibi se commode bal-neare. Et muretur et aptetur quin melius et commodius fieri potest per unum bonum opararium eligendum per Dominos Viarios per totum mensem aprilis et maii, expensis hominum de Foiano, de Tocchi, de Montepiscino, de Yesa, de Petriuolo, [de Vallerano], de Gonfienti, de Coppiano. Et miles Potestatis, qui ex forma constituti ad Balneum de Petriuolo stare debet predicta dicto operario fieri facere teneatur, cf. D. Ciampoli, T. Szabô (1992), p. 186-187 et A.S.S. Statuti di Siena 5, f° 164.

171 Cf. carte 5.

172 Le site ne doit pas être confondu avec celui de « Bagno Querciolaia » – situé un peu plus au nord de l’actuel village de Rapolano-Terme – qui avait été fréquenté à l’époque étrusque, mais qui ne fut pas utilisé aux XIII-XVe siècles, cf. E. Lecchini, D. Mazzini (1983), p. 113.

173 Cf. G. P. Francalanci (1959), p. 398; M. Martini (1971), p. 292; A. Bencini, V. Duchi, M. Martini (1976), p. 229.

174 Le 5 décembre 1309, quod domini camerarius et quattuor provisores comunis Senarum possint, teneantur et debeant de pecunia et avere comunis Senarum dare et solvere operario electo, sive eligendo per dominos Novem, quinquaginta li-bras denariorum senensium qui debeant expendi, solvi et converti per ipsum opera-rium in opere balnei Rapolani ad hoc ut homines sint separati a mulieribus videlicet in quodam muro fiendo in dicto balneo, cf. A.S.S. Consiglio generale 75, f° 143.

175 En 1338, plusieurs barbiers disposaient du monopole des saignées dans la station, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano antecosimiano 45, f° 68v.

176 Le 29 juin 1339, Sienne décide modum et viam inveniendi quomodo aqua de Cavaglonis de balneo Rapolani, que nuper apparuit in dicto loco prope dictum balneum, conducatur in balneum de Rapolano, cf. A.S.S. Consiglio generale 124, f° 73.

177 Gentile da Foligno, Ugolino da Montecatini, Michele Savonarola, Giorgio Franciotti, Bartolomeo Viotti da Clivoli, cf. De balneis (1553), p. 22v, 159, 182, 262; Ugolino da Montecatini (1950), p. 52.

178 Cf. E. Lecchini, D. Mazzini (1983), p. 21.

179 Cf. tableau 8.

180 Ils fonctionnaient encore à l’époque moderne (cf. figure 10), bien qu’ils aient été détruits en mai 1554, cf. E. Lecchini, D. Mazzini (1983), p. 67.

181 Cf. A. Barlucchi (1997a), p. 210-211.

182 Cf. partie 2, chapitre 1.

183 Pour l’importance et l’activité de Rapolano, cf. A. Barlucchi (1997a), p. 83, 297.

184 P. Cammarosano, V. Passeri (1984), p. 150.

185 Cf. partie 3, chapitre 1.

186 Cf. carte 6.

187 Le 17 décembre 1294, Binda di Mino de Rocca Tederighi vend à la commune de Sienne ce qu’il possède à Rocca Tederighi cum viis, pontibus, fontibus, aquis et aquarum decursibus et balneis et balneorum usibus et molendinis, cf. M. Ascheri éd. (1984), p. 1504.

188 Cf. O. Redon (1994), p. 153; P. Cammarosano, V. Passeri (1984), p. 156.

189 Cf. A. Giorgi (1993), p. 350, 363.

190 Cf. P. Cammarosano, V. Passeri (1984), p. 156.

191 Cf. carte 13.

192 Cf. G. P. Francalanci (1959), p. 387; M. Martini (1971), p. 282.

193 Cf. G. Prisco vol. 2 (1994), p. 286.

194 Cf. De balneis (1553), p. 159.

195 Cf. Archivio di Stato di Grosseto (1988), p. 55.

196 Cf. M. Ginatempo (1988), p. 393.

197 Le 9 novembre 1298, cf. A.S.S. Coventi 162, f° 271v, cité par G. Prisco vol. 2 (1994), p. 286.

198 Cf. Archivio di Stato di Grosseto (1988), p. 55.

199 Cf. P. Cammarosano, V. Passeri (1984), p. 84.

200 Cf. M. Ginatempo (1988).

201 Cf. carte 10.

202 Cf. G. P. Francalanci (1959), p. 383; M. Martini (1971), p. 278.

203 Cf. W. Kurze éd. (1982), p. 363.

204 Saint Philippe aurait habité un ermitage près des sources pendant trois mois en 1269, cf. L. de Vegni (1808), p. 148.

205 Cf. A.S.S. Gabella dei contratti 641, f° 4.

206 Cf. document 15, ci-joint.

207 Gentile da Foligno, Michele Savonarola, Mengo Faventino, Bartolomeo Clivoli, Giorgio Franciotti, cf. De balneis (1553), p. 23, 76, 159, 182r, 262.

208 Cf. Ugolino da Montecatini (1950), p. 53.

209 Cf. A.S.S. Capitoli 4, f° 39.

210 La « via abbatenga » cf. document 14, ci-joint.

211 Cf. W. Kurze éd. (1982), p. 363.

212 Pour cette famille, cf. A. Canestrelli (1915).

213 Cf. document 14, ci-joint. Pour Sozzo di Notto Salimbeni, cf. A. Carniani (1995), p. 286.

214 Cf. A.S.S. Diplomatico Patrimonio dei Resti, San Michele di Santa Fiora, le 14 janvier 1353 (1354 ns).

215 Cf. A.S.S. Diplomatico Archivio Generale, le 6 novembre 1411. Père de Francesco Sforza, Muzio Attendolo avait épousé en première noce, Antonia dei Salimbeni, veuve du seigneur de Cortone, qui lui avait permis d’obtenir le contrôle de la cité de Chiusi, cf. P. Pieri (1962), p. 543-545.

216 La cité autorisait Mariano di Arrigo de Santa Fiora à percevoir une gabelle d’un montant de 490 florins sur le bain pendant dix ans, en paiement de la dot de sa sœur décédée, Francesca épouse de Filippo di Poncino, un des membres de la « consorteria » des vicomtes de Campiglia, cf. A.S.S. Diplomatico Archivio Generale, le 20 octobre 1413. Cf. aussi A. Canestrelli (1915), p. 332.

217 Cf. P. Cammarosano, V. Passeri (1985), p. 303; G. Contorni (1988), p. 12-30.

218 Cf. E. Repetti (1846), t. VI, p. 18.

219 Cf. G. Giuli (1834), p. 26.

220 Cf. G. P. Francalanci (1959), p. 379.

221 Cf. De balneis (1553), p. 154v.

222 Idem, p. 159v. Cf. aussi E. Coturri (1958), p. 29.

223 Cf. carte 5.

224 Cf. G. P. Francalanci (1959), p. 381; M. Martini (1971), p. 277.

225 Le 9 mai 1181, cf. A. Ghignoli éd. (1994), p. 181.

226 Cf. document 16, ci joint.

227 Le 7 juin 1440 et le 9 novembre 1442, cf. A.S.S. Gabella dei Contratti 663, f° 20v; 668, f° 16.

228 Cf. document 17, ci joint.

229 Cf. A.S.S. Studio 2, f° 3, 28-30.

230 Saint Ansano fut l’évangélisateur des Siennois, l’église aurait été édifiée à la fin du VIe siècle et aurait accueilli jusqu’en 1107, les reliques du saint, cf. F. Scorza Barcelona (1991), p. 18-19. Elle était contrôlée aux xive-xve siècles, par la puissante famille des Salimbeni, cf. P. Cammarosano, V. Passeri (1985), p. 298.

231 Cf. partie 2, chapitre 1 et 4.

232 Cf. P. Cammarosano, V. Passeri (1985), p. 298.

233 Le 25 novembre 1448, le « Concistoro » accepte la décision du pape Nicolas V d’associer le bénéfice de l’église de Sant’Ansano a Dòfana à l’église Santa Maria della Misericordia, A.S.S. Concistoro 497, f° 17v.

234 Cf. G. Catoni (1973), p. 165.

235 Cf. L. Terucci (1647), p. 7.

236 « Vicino a Siena cinque miglia si trova oltre ai suddetti il bagno dell’Acqua Borra », cf. P. Cataneo (1985), p. 393.

237 Cf. A. Bacci (1571), p. 294.

238 Cette hypothèse nous paraît la plus plausible, mais il n’est pas impossible toutefois que la source de Bagno di Sant’Ansano se soit une nouvelle fois tarie, à la fin du xve ou au début du xvie siècle, et que l’on ait décidé de construire un peu plus loin, un autre bain appelé désormais Bagno dell’Acqua Borra. Cependant, rien, jusqu’à présent dans la documentation siennoise, ne témoigne du délabrement ou de l’abandon de Bagno di Sant’Ansano – alors que pour d’autres sites, le déclin est attesté par les sources documentaires, cf. par exemple le cas de Bagno di Petriolo.

239 Cf. Sigismondo Tizio (1992), p. ix.

240 Cf. Sigismondo Tizio (1992), p. 79.

241 Sigismondo Tizio rentra au service de Niccolò Borghesi en 1482, cf. Sigismondo Tizio (1992), p. IX. Il fut assassiné en 1500 sur ordre de Pandolfo Petrucci.

242 Pour sa biographie, cf. G. De Caro (1970a), p. 605-609; il fut à la fois responsable de la chaire de rhétorique de l’université et chancelier de la République, cf. P. Denley (1991), p. 33; G. Chironi (1996), p. 1173 sq.

243 L’ouvrage a été réimprimé à Sienne en 1984, par la bibliothèque « Ranuccio Bianchi Biandinelli » de Castelnuovo Berardengha, coll. Quaderni, 3.

244 Cf. carte 14.

245 Cf. G. P. Francalanci (1959), p. 389; M. Martini (1971), p. 283.

246 Cf. A.S.S., Diplomatico Riformagioni, le 5 avril 1188.

247 Cf. dossier 2, Orvieto (1308), § 4.

248 Cf. G. Celata (1991), p. 46.

249 Durant certaines années de 1430 à 1452, cf. A.S.S., Consiglio generale 218, f° 68; Gabella dei Contratti 650, f° 7; 655, f° 5; 657, f° 16v; 658, f° 26; 669, f° 12; 679, f° 27.

250 Le 29 août 1483, les officiers de la Balia approuvent les décisions suivantes : « In prima che al comune et huomini di Saturnia lo sia dato el bagno et le cabelle del bagno loro franche per tempo d’anni 40 proximi a venire con queste conditione che infra el tempo di X anni debbino haver fatti al decto bagno tanti aberghi che comodamente possino riceptare chi vi verrà al manco per vinti letta; et debbino ritrovare l’aqua et operare non si mescoli con l’aqua ghiaccia et ordinare el bagno degli uomini di per se da quello dele donne, siché in ciaschuno comodamente et honestamente si possi stare; et se infra el decto tempo non ha-ranno facto quanto di suprascripta la gratia sia nulla; intendosi pero che non possino far pagare cabella alchuna a alchuno cittadino che a detti bagni andasse et non possino fare alchuno cosa che vengha in manchamento o preiudicio de li molini vi sonno atorno », cf. A.S.S., Balia 30, f° 22v.

251 Cf. De balneis (1553), p. 182.

252 Cf. dossier 2, Orvieto (1308), § 5.

253 Cf. document 18, ci joint.

254 Cf. note 261 (la troisième avant).

255 Cf. G. Celata (1991), p. 203.

256 Idem, p. 199.

257 Le 15 mai 1307, A.S.O. Riformagioni 75, f° 32.

258 Cf. A.S.S. Diplomatico Riformagioni, le 5 avril 1188.

259 Cf. A. Corridori (1980), p. 23.

260 Cf. A.S.S. Ospedale Diplomatico, le 29 avril 1291.

261 Cf. supra et L. Ricetti (1992), p. 154-55.

262 En 1313, Benedetto Caetani, après s’être emparé du site, accorde aux Or-vietains le libre usage des bains de Saturnia, cf. L. Fumi éd. (1884), p. 407-409.

263 Cf. G. Ciacci (1980), p. 313; A. Corridori (1980), p. 27; P. Cammarosano, V. Passeri (1984), p. 89.

264 Cf. G. Ciacci (1980), p. 315.

265 Cf. note 250.

266 Cf. A. Corridori (1980), p. 30.

267 Cf. G. Cecchini (1962), p. 341. Pour l’importance alors du Castrum, cf. M. Ginatempo (1988), p. 256-257.

268 Cf. M. Ginatempo (1988), p. 171n.

269 Cf. M. Martini (1971), p. 279.

270 Cf. carte 10.

271 Cf. E.H. Guitard (1951), p. 44.

272 Cf. D. Battini (1794), p. 156; L. Laquidara, L. Marri Malacrida, F. Van-nozzi (1992), p. 9.

273 Cf. L. Laquidara, L. Marri Malacrida, F. Vannozzi (1992), p. 10.

274 Cf. B. Angeli, R. Betti, A. Fregoli (1990), p. 49-57 et 88-91.

275 Cf. B. Angeli, R. Betti, A. Fregoli (1990), p. 54 et 56.

276 Une maison, le 12 janvier 1495 (ns), A.S.S. Notarile antecosimiano 1168; G. Baldassarri (1756), p. 28.

277 Cf. dossier 2, Chianciano (1287), rub. CCLXXXIII, CCCXXXVII.

278 Cf. G. Baldassarri (1756), p. 3.

279 Cf. supra.

280 Le 1er mai 1276, Ranerius de Armaiolo quondam Gualcherini et domina Rubea eius uxor (...) et Nerius olim domini Griffolini vendirent à la commune de Montepulciano les 2/15e du Bagno di Sellena, pro indiviso totius balnei quod vulgariter vocatur balneum de Sellena et resedii eius et iuris et terre circumcirca undique ad dictum balneum pertinentis (...) aque que vocatur Stagno; le 18 mars 1279, Bernadinuccius olim Palmerii Guidi Bernardi cède les 4/15e de la curia et du Stagno conservant les droits sur Bagno di Sellena; le 8 juillet 1291, dominus Mo-nachus, iudex, filius olim domini Monaci de Chastro plebis, 1/18e du totius balnei quod vulgariter vocatur balneum de Sellena (...) aque vocatur stagno; le 25 avril 1308, Alessander quondam domini Griffolini confie la part des droits qu’il possède sur (l/15e), c’est-à-dire les droits stagni etiam acque ispsius stagni à Montepulica-no, cf. A.S.S. Capitoli 274, f° 139, 140v, 142v, 144v.

281 Cf. dossier 2, Chianciano (1287).

282 L. Fiumi résume le document conservé dans les archives d’Orvieto qui fut rédigé le 5 juin 1308 et assure que le territoire de la commune de Chianciano comprenait : « il poggio di Sellena e Petriolo coi loro distretti, riservato al comune di Montepulciano la proprietà dell’acqua del bagno di Sellena, rimanendo la giurisdizione al comune di Chianciano », cf. L. Fumi éd. (1884), p. 406.

283 Cf. A.S.S. Capitoli 274, f° 161.

284 Le 16 octobre 1349, cf. A.S.S. Consiglio generale 145, f° 30.

285 Cf. B. Angeli, R. Betti, A. Fregoli (1990), p. 54-89.

286 Cf. P. Cammarosano, V. Passeri (1984), p. 53.

287 Cf. S. Moggi (1962), p. 182.

288 L’ouvrage comporte une vaste bibliographie sur le thermalisme en général et celui de Chianciano.

289 Cf. carte 9.

290 Cf. G. P. Francalanci (1959), p. 403; M. Martini (1971), p. 295.

291 Elle est mentionnée une première fois en 1170, A.S.S. Capitoli 2, f° 100. En 1237, l’abbé du monatère Sainte Marie de Follinica se réservait le droit de la fréquenter, A.S.S., Diplomatico Ospedale, le 27 février 1237.

292 Le 28 octobre 1432, refaire le tectum pontis balneorum de Vignone, cf. A.S.S. Gabella dei contratti 652, f° 14v. Le 6 mai 1454, actari faciat loggiam existentem inter balnea Vineonis, videlicet balneum hominum et balneum mulierum, cf. A.S.S. Gabella dei contratti 680, f° 13. Le 20 mars 1477 (ns) « el tecto el quale è sopra el ponte del bagno a Vignone ha grande bisogno di coprirne perché per l’essere stato scuperto in più parti, minaccia ruina », cf. A.S.S. Consiglio generale 237, f° 120. Il semble que la « loggia » ou le pont correspondait au même édifice et succédait au mur qui, un temps, avait séparé les deux bassins.

293 Cf. document 20, ci-joint.

294 Cf. document 19, ci-joint.

295 Cf. figure 5 et 6.

296 « Nel mezzo di questo borgo vi è un bagno a guisa d’una gran peschiera braccia *** e di larghezza *** circondato come si è detto d’ogni intorno da case, parte abitate da pigionali, parte non abitate et alcune rovinate. Vi sono sei stanzette attaccate al bagno grande che chiamano bagnoli nelle quali entra l’aqua del bagno (...) verso il fine di questo bagno vi è un ponte coperto largo braccia tre, nel mezzo di esso una cappellina dedicata a santa Caterina di Siena », cf. B. Ghe-rardini (1676), t. 2, p. 117. Un morceau de la grande vasque servait, au début du XIXe siècle, de jardin, cf. G. Giuli (1833), p. 44-47.

297 Cf. G. Giuli parle d’un oratoire, cf. G. Giuli (1833), p. 44.

298 Gentile da Foligno, Ugolino da Montecatini, Michele Savonarola, Mengo Bianchelli, Bartolomeo Viotti da Clivoli, cf. De balneis (1553), p. 23v, 76, 182, 262; Ugolino da Montecatini (1950), p. 52.

299 Cf. document 1.

300 Cf. document 20, ci joint. Les bâtiments souffrirent peut-être des rivalités entre les deux puissantes familles siennoises des Salimbeni et des Tolomei. Le site aurait été à plusieurs reprises attaqué au cours du xive siècle, cf. A. Verdiani Bandi (1973), p. 75, 76 et 80-81.

301 Au xve siècle, turrim seu fortilitium positum super dicto balneo, cf. A.S.S. Capitoli 4, f=> 169v.

302 Cf. A.S.S. Statuti di Siena 39, f° 45v; Consiglio generale 217, f° 68v; 220, f°20.

303 Cf. A.S.S. Consiglio generale 209, f° 63v.

304 Roccam Tintinarlo cum districtu suo et balneis, cf. A.S.S. Capitoli 2, f° 100. Le statut de la commune de la Rocca di Tintinnano de 1297 rappelle que le site était contrôlé, à cette époque, par la commune castrale, cf. dossier 2, Rocca di Tintinnano (1297).

305 En effet, dans les volumes de l’Estimo, il apparaît que les membres de la « consorteria » des Salimbeni habent balneum (...) de Vignane cum domibus et pertinents suis de façon distincte de la Rocca di Tintinnano, cf. A.S.S. Estimo 132, f° 123.

306 Cf. document 20, ci-joint. En 1494, Sienne est obligé de rappeler que « intendo però la corte del Bagno non essere corte di Vignoni ne etiam della Roccha a Tentenano ma rimanere nelle ragioni sue et del Magnifico Comune di Siena », cf. A.S.S. Capitoli 5, f° 391v.

307 Cf. M. Ginatempo (1988), p. 128, 552.

308 En 1170, l’empereur Frédéric 1er confirme le fief du cardinal Umfredo et de ses frères Uguiccione, Pepo et Rolando sur la Rocca et le bain, cf. A.S.S. Capitoli 2, f° 100, cf. aussi P. Cammarosano, V. Passeri (1984), 174. La Rocca di Tintinnano reste célèbre pour sa charte de franchise et son statut du xiiie siècle, cf. L. Zdekauer (1896), p. 327 sq.

309 Le 4 juin 1250, cf. G. Cecchini éd. (1934), p. 693, 701.

310 Cf. A.S.S. Capitoli 22, f° 22.

311 Cf. document 1.

312 Cf. document 19, ci-joint.

313 Idem. Son père Agnolo disposait peut-être de quelques gabelles sur les bains en 1316, cf. A.S.S. Particulari Famiglie Senesi 161, f° 184v. Pour Giovanni di Agnolo, cf. A. Carniani (1995), p. 223.

314 Cf. A. Carniani (1995), p. 275.

315 Idem, p. 277. Pour Muzio Attendolo, cf. P. Pieri (1962).

316 Cf. A.Carniani (1995), p. 277.

317 Le 28 mai 1416, A.S.S. Capitoli 4, f° 169v.

318 Cf. G. Naldi (1969), p. 14.

319 Cf. document 20, ci-joint.

320 Cf. carte 11.

321 Cf. M. Martini (1971), p. 293.

322 Idem.

323 Idem.

324 Cf. M. Martini (1971), p. 293.

325 Idem.

326 Cf. A. Tailetti (1930), p. 6.

327 Cf. M. Martini (1971), p. 293.

328 Dont la température de l’eau est de 35-40° C, cf. idem.

329 Il se pourrait que ce soit le même bain que le Bagno della Grotta, cf. A. Schiavetti (1585), p. 10.

330 Dont la température de l’eau est de 40° C, cf. M. Martini (1971), p. 293.

331 Dont la température de l’eau est de 37° C, cf. idem.

332 Le 23 août 1517, cf. A.S.S., Notarile antecosimiano 1211, f° 83; cf. aussi C. Goracci (1968-69), p. 196-199. On ne peut savoir sur lequel des deux sites portant ce nom, les travaux furent effectués.

333 Cf. A. Schiavetti (1585), p. 12.

334 Cf. Ugolino da Montecatini (1950), p. 54; De balneis (1553), p. 25.

335 Outre Ludovico Pasini, d’autres médecins mentionnent le site : Gentile da Foligno, Mengo Bianchelli et Giorgio Franciotti, cf. De balneis (1553), p. 76, 157v, 182v, 197.

336 C’est ainsi par exemple que les nomme Mengo Bianchelli ou Bartolomeo Viotti da Clivoli, cf. De Balneis (1553), p. 77.

337 Cf. C. Goracci (1969), p. 252.

338 Le 24 avril 1485, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano antecosimiano 784, f° 21; cf. aussi C. Goracci (1968-69), p. 251-263.

339 Cf. M. Ginatempo (1988), p. 440.

340 Cf. W. Kurze éd. (1982) p. 32, 50.

341 Cf. W. Kurze éd. (1982) p. 147, 215, 237, 239.

342 Le 21 novembre 1236, Pepo vicomte de Campiglia fait soumission à Sienne, cf. G. Cecchini éd. (1934), p. 459.

343 Cf. P. Cammarosano, V. Passeri (1985), p. 364.

344 Cf. A. Muzi (1946), « Di un antico opuscolo sulle acque di San Casciano de’ Bagni, nota bibliografica » in Bollettino Istituto Storico Artistico Orvietano, II, p. 13-15.

345 Cf. M. Martini (1971), p. 279.

346 Cf. carte 10.

347 Cf. G. Baldassari (1756), p. 11.

348 Cf. D. Battini (1794), p. 156; G. Barzellotti (1813), p. 9.

349 Il se trouvait sur la route qui mène à Tuscania au-delà de l’ancien ermitage « della Croce » , cf. A. Scriattoli (1919-1920), p. 427.

350 Cf. P. L. Tarraca (1975), p. 106-133.

351 Cf. P. L. Tarraca (1975), p. 106-133.

352 Cf. P. L. Tarraca (1975), p. 106-133.

353 D’après C. Pinzi (1894), p. xix. Le bain se trouvait sur la route qui mène à Sienne, six kilomètres au-delà des murs. A. Scriattoli l’associait aux aquae Passe-ris de la table de Peutinger, cf. A. Scriattoli (1919-1920), p. 425.

354 Cf. P. L. Tarraca (1975), p. 106-133.

355 Cf. C. Pinzi (1894), p. v, viii-ix.

356 Cf. Niccolò della Tuccia (1872), p. 14-15.

357 Idem, p. 592.

358 Cf. G. Signorelli (1938), p. 120; C. R. Mack (1992), p. 45.

359 Cf. Niccolò della Tuccia (1872), p. 99.

360 Cf. Ugolino da Montecatini (1950), p. 66. Mengo Bianchelli, Giorgio Fran-ciotti, Ludovico Pasini, cf. De Balneis (1553), p. 78, 159, 201.

361 Elle est mentionnée dans un document de 788, C. Pinzi (1893), p. 93.

362 Cf. C. Pinzi (1893), p. 90-99; (1894), p. xiv.

363 Cf. C. Buzzi éd. (1993), p. 192.

364 En 1268, cf. Carbonetti-Venditelli éd. (1990), p. 99. Le chapitre conserva le moulin proche des bains, cf. C. Buzzi éd. (1993), p. 61-64; 190-194.

365 Cf. B. Barbini (1975), p. 45. En 1293 puis 1294, la commune de Viterbe acheta à plusieurs reprises domos balnei, ortos, piscinas, plateas, casatenos, alveos et cursus acquarum positos in plano balnei, cf. B.C.V. Margarita 2, f° 100-104; Margarita 3, f° 61, 116.

366 Le 27 juin 1441, les agents de la commune locaverunt (...) dicto Antonio (...) domum balnei Grittorum ipsum balneum Grittorum, balneum Crucciatorum et balneum Colunne (...), pro annis duobus (...). Et nunc licentiam dederunt, concesserunt dicto Antonio intrandi in tenuta in corporalem possessionem dicte domus et balneorum; et ipse Antonius (...) possit et debeat (...) apponare coppas et sibi solvere, prout est consuetum, aut alius melius potent, cum volentibus eas convenire et vendere ac vendi faceré vinum et quecumque comestibilia atque hospitari et hospitalitatem dare remanentibus, cf. B.C.V. Riforme 8, f° 149v. Cf. aussi B.C.V. Riforme 5, f° 114v; Liber instrumentorum 27, f° 7v, 9, 26, 34v, 62, 87, 122.

367 Le 26 mai 1466, les prieurs cèdent in perpetuum locaverunt et ex causa locationis habere concesserunt in emphiteosim perpetuum sive ad livellum perpetuum, ita quod cursu temporis finiri non possit de gente in gentem generoso militi domino Francischo Perrotto de Sasso Ferrato et pro eo Andrée Bartholomei de Roccha (...) quoddam balneum dicti comunis quod vulgariter dicitur « el bagno del prato » (...) et alios, si qui forent plures vel veriores, antiqui vel moderni cum accessi-bus et egressibus suis usque in viam publicam (...) et quolibet anno in perpetuum dare, reddere et respondere cum effectu pro pensione et reditu sive censu dicte rei locate dictis locatoribus et successoribus suis unum pars gallinarum in festo nativita-tis beati Iohannis Battiste de mense iunii, cf. B.C.V. Liber instrumentarium 29, f° 45. Le 30 juin 1467, les prieurs concesserunt prefato Iacobo magistri Oddonis de Viterbio (...) in perpetuum (...) predicta quatuor balnea Asinelle, Paganelli, Re Pipini et Scoppi sic vulgariter nominata (...) ad habendeum, tenendum (...) pro perpetuo cum omnibus et singulis accessibus, egressibus suis usque in vias publicas et vicinales et cum omnibus et singulis iuribus et iurisditionibus, pertinentiis suis universalibus ad dicta balnea eorum vel alterius eorum cursus aquarum, cf. B.C.V. Liber instrumentarium 29, f° 54.

Table des illustrations

Légende Carte 1 – Localisation des stations et des sites thermaux étudiés dans les limites de la région Toscane actuelle.1 – Bagno a Valiano, 2 – Bagno al Calvello (ou Bagno delle Caldane), 3 – Bagno de Altare (ou Acqua Boria, Acqua del Masso del Mortaione, Acqua Passante), 4 – Bagno della Villa, 5 – Bagno delle Caldanelle, 6 – Bagno di Armaiolo, 7 – Bagno di Corsena (ou Bagno a Corsena, Bagni Caldi), 8 – Bagno di Gavorrano, 9 – Bagno di Macereto, 10 – Bagno di Montalceto, 11 – Bagno di Petriolo, 12 – Bagno di Piscille, 13 – Bagno di Poggio Santa Cecilia, 14 – Bagno di Prata, 15 – Bagno di Putidine, 16 – Bagno di Rapolano, 17 – Bagno di Roccatederighi, 18 – Bagno di Roselle, 19 – Bagno di San Filippo, 20 – Bagno di San Giovanni, 21 – Bagno di Sant’Ansano (ou Acqua Borra), 22 – Bagno di Saturnia, 23 – Bagno di Sellena (ou Bagno di Sant’Agnese), 24 – Bagno Vignoni, 25 – San Casciano dei Bagni (commune thermale), 26 – Stagno (Acqua Santa, Acqua Bogliora), 27 – Viterbe (commune thermale).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/310/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 887k

© Publications de l’École française de Rome, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540