Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Douze compilations pauliniennes de Florus de Lyon : un carrefour des traditions patristiques au IXe siècle

 | 
Pierre Chambert-Protat
, 
Franz Dolveck
, 
Camille Gerzaguet

Les traités d’Ambroise sur les patriarches : à la recherche de l’exemplaire florien de la « tétralogie »

Camille Gerzaguet

Texte intégral

1La compilation ambrosienne sur l’Apôtre, formée de quatre cent onze extraits, est quantitativement la plus importante de la Collection de douze Pères. Que Florus ait autant puisé dans les œuvres de l’évêque de Milan s’explique sans nul doute par l’abondance et la richesse de l’exégèse ambrosienne sur Paul. En effet, ayant adopté comme règle d’exégèse le verset de la deuxième Épître aux Corinthiens, « la lettre tue, l’esprit vivifie », Ambroise trouvait dans les Épîtres les plus claires explications du mystère et considérait Paul, « maître de vie spirituelle », comme l’imitateur parfait du Christ. La compilation de Florus n’est cependant pas exhaustive : elle ne cite pas toutes les exégèses ambrosiennes de Paul, pas plus qu’elle n’emprunte à toutes les œuvres de l’évêque. Parmi celles que Florus a retenues figurent plusieurs traités exégétiques sur l’Ancien Testament, et en particulier le De bono mortis, De fuga saeculi et le De Iacob et uita beata.

  • 1 Voir les éditions récentes de trois de ces œuvres :1o) Lama El Horr, Le De bono mortis de saint Am (...)
  • 2 Camille Gerzaguet, « Ambroise, Cassiodore et la série dite de patriarchis », dans Revue d’études a (...)
  • 3 Lama El Horr parle d’une « grande famille germanique » : « La tradition… », p. 82.
  • 4 Sur ce corpus, qui remonte à une édition milanaise des œuvres d’Ambroise sur les patriarches, cf. (...)

2Ces trois traités, auxquels il faut joindre le De Isaac uel anima, sont systématiquement transmis ensemble dans la tradition manuscrite la plus ancienne, qui est d’époque carolingienne, dans l’ordre Isaac – Bon. mort. – Fuga – Iacob1. En réalité, ce regroupement est bien plus ancien : présent dans chacune des deux familles qui composent la tradition, et en conséquence présent dans l’archétype, il relève d’un dessein éditorial dont Ambroise est probablement l’auteur. Ces œuvres forment, en effet, un ensemble cohérent qui interroge le rapport à Dieu et au monde, en traitant chacune d’une question spécifique – la relation de l’âme à Dieu, le problème de la mort, le détachement vis-à-vis du monde terrestre, et la recherche du bonheur – si bien que l’on est tenté d’appeler cet ensemble la « tétralogie2 ». Dans chacune des deux familles, cette « tétralogie » figure au sein de corpus ambrosiens plus étendus. Les descendants du subarchétype α forment ce que les éditeurs d’Ambroise appellent la « famille française », dont les plus anciens représentants (qui sont aussi les principaux témoins de la famille) comportent le corpus suivant : [De Isaac / De bono mortis / De fuga saeculi / De Iacob et uita beata (II)] + De paradiso / De obitu Valentiniani / Epistula ad Vercellenses (= Epist. extra coll. 14/M 63). Les descendants du subarchétype β, qui constituent la famille dite « germano-italienne3 », présentent un corpus à l’origine ancienne, connu de Cassiodore4 : De Abraham (I) + [De Isaac / De bono mortis / De fuga saeculi / De Iacob et uita beata (II)] + De Ioseph / De benedictionibus patriarcharum (= De patriarchis). Si Florus est à peu près contemporain des plus anciens témoins de la famille α (Saint-Omer, BM, 72, Saint-Bertin, s. ixin ; Paris, BNF, lat. 1913, Saint-Germain d’Auxerre, s. ix1), il est antérieur aux principaux représentants de la famille β (Lucques, Bibl. Capit., 14, Milan, s. ix3/4 ; Karlsruhe, Badische Landesbibl., Augiensis CCXIII, Italie du Nord, s. ix4/4 ; Cité du Vatican, Bibl. Vat., Vat. lat. 5759, Bobbio, ca. 1000 ; Karlsruhe, Badische Landesbibl., Augiensis CXXX, Reichenau, ss. ixex-xin).

  • 5 Camille Gerzaguet, « La Collectio ambrosienne de Florus de Lyon : sources d’une compilation et enj (...)
  • 6 Flor., ex Ambr. in Apost. 404 et 405.
  • 7 Flor., ex Ambr. 405 ; voir C. Gerzaguet, « La Collectio… », p. 537-543.
  • 8 Voir ibid., p. 539-543.

3Des recherches antérieures sur le De fuga saeculi d’Ambroise m’avaient conduite à supposer que Florus avait eu à sa disposition deux exemplaires de cette œuvre, appartenant chacun à l’une des deux familles de la tradition5. En effet, bien qu’il ait principalement puisé ses excerpta dans un manuscrit appartenant à la famille germano-italienne (β), Florus a eu recours, de façon plus ponctuelle, à un manuscrit de l’autre famille (α), comme le révèlent quelques passages de la compilation6. L’utilisation de ce second exemplaire lui a permis de combler une lacune longue de plusieurs mots affectant tous les témoins issus de β (remontant donc à ce subarchétype), et lui a aussi servi à produire sur quelques lignes une sorte de mini-édition combinant des leçons empruntées aux deux branches7. Malheureusement, les erreurs de ces extraits du De fuga ne sont pas suffisamment déterminantes pour classer avec précision l’exemplaire germano-italien de Florus au sein de sa famille. En revanche, sur la base de variantes spécifiques partagées par Florus et un manuscrit de Cîteaux daté du xiie siècle, Dijon, BM, 125, il est possible de situer son témoin appartenant à la famille française. Ce second exemplaire était très proche du manuscrit Paris, BNF, lat. 1913, de cette famille8.

4Outre le De fuga saeculi, Florus a emprunté à deux autres œuvres de la « tétralogie », le De Iacob et uita beata et le De bono mortis (mais on ne relève aucun passage du De Isaac). À l’origine de la présente recherche se trouvait l’hypothèse, fondée sur la transmission conjointe de ces traités, de la découverte des mêmes éléments pour le De Iacob et le De bono mortis, à savoir le recours à un exemplaire appartenant à la famille germano-italienne, sinon unique, du moins principal, et, à l’occasion, un travail éditorial visant à corriger les erreurs ou les lacunes de cet exemplaire par la collation d’un second manuscrit issu de l’autre branche. Cette hypothèse de départ s’est vue infirmée dans une certaine mesure, tandis que la recherche présentée dans les pages qui suivent a livré d’autres éléments de réflexion.

Le De uita beata : une version ancienne du texte germano-italien

Choix des extraits : le sermon sur l’Épître aux Romains

5Dix extraits du De Iacob figurent sous le titre De uita beata dans les sections de l’Épître aux Romains, de la première Épître aux Corinthiens et de la première Épître aux Thessaloniciens.

1. Flor., ex Ambr. 18 (t. II, p. 15-16) = Ambr., Iac. 1, 5, 19 (SC 534, p. 376, l. 9) – 1, 6, 22 (p. 380, l. 5) sur Rom. 5, 20

2. Flor., ex Ambr. 23 (t. II, p. 19-20) = Ambr., Iac. 1, 5, 17 (p. 374, l. 13) – 1, 5, 19 (p. 376, l. 9) sur Rom. 6, 6

3. Flor., ex Ambr. 28 (t. II, p. 22-23) = Ambr., Iac. 1, 3, 10 (p. 362, l. 2) – 1, 3, 11 (p. 364, l. 9) sur Rom. 6, 13

4. Flor., ex Ambr. 32 (t. II, p. 25-27) = Ambr., Iac. 1, 4, 13 (p. 368, l. 1) – 1, 5, 17 (p. 374, l. 13) sur Rom. 7, 7

5. Flor., ex Ambr. 35 (t. II, p. 27-28) = Ambr., Iac. 1, 6, 22 (p. 380, l. 5) – 1, 6, 23 (p. 382, l. 19) sur Rom. 8, 15

6. Flor., ex Ambr. 39 (t. II, p. 30) = Ambr., Iac. 1, 6, 23 (p. 382, l. 19) – 1, 6, 24 (p. 382, l. 12) sur Rom. 8, 18

7. Flor., ex Ambr. 46 (t. II, p. 39-41) = Ambr., Iac. 1, 6, 25 (p. 384, l. 1) – 1, 7, 28 (p. 388, l. 21) sur Rom. 8, 32

8. Flor., ex Ambr. 130 (t. II, p. 95-96) = Ambr., Iac. 1, 3, 11 (p. 364, l. 9) – 1, 4, 13 (p. 368, l. 28) sur I Cor. 7, 22

9. Flor., ex Ambr. 146 (t. II, p. 105) = Ambr., Iac. 1, 8, 34 (p. 396, l. 4-9) sur I Cor. 8, 8

10. Flor., ex Ambr. 324 (t. II, p. 227) = Ambr., Iac. 1, 7, 31 (p. 392, l. 1-12) sur I Thess. 4, 13

  • 9 Gérard Nauroy, « L’Épître aux Romains dans le De Iacob et uita beata d’Ambroise de Milan : entre j (...)

6La neuvième péricope (Flor., ex Ambr. 146) est une erreur. L’extrait consiste en un très bref passage où Ambroise s’inspire de près du traité de Plotin, Sur le bonheur (Enn. 1, 4), sur la félicité du sage au milieu des vicissitudes, alors qu’on attend, en cet endroit de la compilation, une exégèse de I Cor. 8, 8 (esca autem nos non commendat Deo neque si non manducauerimus deficiemus neque si manducauerimus abundauimus). La phrase s’arrête d’ailleurs avant la fin, comme si le copiste s’était rendu compte de l’erreur, sans toutefois que la construction grammaticale en soit affectée. Les huit premiers extraits, qui ne posent pas de problème de pertinence, constituent, quant à eux, un emprunt continu au De Iacob courant sur plusieurs pages : Flor., ex Ambr. 28, 130, 32, 23, 18, 35, 39 et 46 = Ambr., Iac. 1, 3, 10 (p. 362, l. 2) – 1, 7, 28 (p. 388, l. 21). L’unité de cet emprunt tient à la nature et au contenu du texte. En effet, cette partie du De Iacob, qui suit immédiatement le prologue, était vraisemblablement à l’origine un sermon. Ce sermon expliquait, dans un ordre recomposé, les versets sur la liberté et la servitude du chapitre 5 de l’Épître aux Romains9 ; Florus a donc fragmenté le texte en fonction des versets commentés et redistribué les exégèses suivant les lemmes bibliques correspondants.

Étude des variantes textuelles

  • 10 Voir supra n. 1. Le texte cité par Florus représente quatorze pages de texte dans cette édition.
  • 11 J’ai précisé entre parenthèses L (Lucques, Bibl. Capit., 14) à côté du sigle δ, car ce manuscrit, (...)

7Ces huit extraits offrent un échantillon suffisant pour comparer les variantes textuelles de Florus avec la tradition manuscrite examinée par Gérard Nauroy10. Dans cette édition, quatorze manuscrits ont été collationnés et situés dans le stemma suivant11.

  • 12 Ne sont donnés que les sigles des principaux manuscrits à l’exclusion des descripti, Florus ne s’a (...)

8Pour des raisons de clarté, la liste intégrale des variantes a été reportée en annexe : ne sont commentées ici que celles qui permettent d’avancer des hypothèses ou de proposer des conclusions. Florus partage plusieurs erreurs propres à la famille germano-italienne et aucune de la famille française12 :

Flor., ex Ambr. 18, l. 19, p. 16 : peccatis uacuus AP] peccati u. Flo CFLV (construction de uacuus)

Flor., ex Ambr. 32, l. 8, p. 25 : sub AP] om. Flo CFLV (omission par haplographie)

Flor., ex Ambr. 46, l. 60, p. 41 : et gratiam si AP] etiamsi Flo CFLV (la leçon de AP et gratiam si est la lectio difficilior. Voir Ambr., Iac., éd. G. Nauroy (SC 534), p. 388, l. 17-21 et note critique correspondante, p. 254 : Habet ergo in se remunerationem suam qui sequitur Iesum et in suo affectu praemium et gratiam. Si dura sustineat, beatus tamen est suis moribus, beatus ipsis periculis, sicut Dominus definiuit dicens : ‘Beati qui persecutionem patiuntur propter iustitiam’ (Matth. 5, 10). Contra ce qui se lit chez Florus et les principaux témoins appartenant à la famille germano-italienne CFLV : Habet ergo in se remunerationem suam qui sequitur Iesum et in suo affectu praemium. Etiamsi dura sustineat, beatus tamen est suis moribus, beatus ipsis periculis, sicut Dominus definiuit dicens : ‘Beati qui persecutionem patiuntur propter iustitiam.’

Flor., ex Ambr. 130, l. 25, p. 95 : et AP] om. Flo CFLV

9Ces erreurs incitent donc à classer le manuscrit de Florus du côté du subarchétype β, comme c’était déjà le cas de son exemplaire principal du De fuga saeculi. En revanche, l’absence de toute erreur ou variante caractéristique de l’autre subarchétype laisse penser que Florus n’a utilisé qu’un seul manuscrit pour le De Iacob. Cependant, si ce manuscrit appartient à la tradition textuelle germano-italienne, il faut noter que, pour ce qui est de la portion de texte qu’il cite, Florus ne partage pas les deux lacunes communes à tous les descendants du subarchétype β :

Flor., ex Ambr. 32, l. 5-8, p. 25 : esse peccatum et hac occasione cognitionis peccati aera cumulatum sunt quia peccatum AP Flo] om. CFLV

Flor., ex Ambr. 46, l. 5-7, p. 39 : obtulit filium. Et filius mortis acerbitatem sentire non potuit : quod in patre fuit, nihil sibi reliquit AP Flo] om. CFLV

10Ces deux lacunes ont été provoquées par des sauts du même au même. Que Florus présente un texte intact là où deux lacunes affectent les descendants du subarchétype β est plus problématique au regard de la tradition manuscrite actuellement connue pour le De Iacob. Trois hypothèses peuvent être formulées : soit Florus disposait d’un exemplaire offrant un état du texte antérieur à ces altérations, soit il a utilisé un manuscrit qui comportait en marge les addenda nécessaires, soit il a collationné son exemplaire germano-italien fautif avec un témoin de l’autre famille. La troisième hypothèse est sans doute la plus faible car, comme signalé supra, les extraits floriens ne portent aucunement la marque d’une contamination avec l’autre famille.

11Au sein de cette famille germano-italienne, Florus partage une lacune avec V et une autre avec L chacune causée par un saut du même au même :

Flor., ex Ambr. 32, l. 30, p. 26 : etiamsi intemperanti non bonum est. Ergo bonum mandatum AP CFL] om. Flo V

Flor., ex Ambr. 46, l. 22, p. 40 : et quos iustificaret AP CFV] om. Flo L

12Ces erreurs étant susceptibles de s’être produites indépendamment dans le modèle de Florus et dans V et L, elles ne sont pas déterminantes. En dehors de ces erreurs, Florus ne partage pas avec les deux sous-ensembles, C d’une part, et FLV d’autre part (ancêtre γ), de fautes autres que celles mentionnées plus haut et communes à tous ces témoins. En revanche, deux autres variantes présentes chez Florus retiennent l’attention.

  • 13 À corriger en legi pour l’intelligence de la phrase.

Flor., ex Ambr. 23, l. 22-26, p. 19-20 : Sic quod erat impossibile legis13 solutum est, si in spiritu ambulemus ; sic passiones sepelimus, si crucem huius corporis non resoluamus, si cyrographum peccati, quod deletum est in Christi cruce, non rescribamus, si ueteris hominis amictum, quem exuimus, non induamus.

13Si on compare le texte de Florus aux manuscrits, on constate qu’il partage avec ceux du subarchétype β la variante sic (premier mot), là où ceux de l’autre famille donnent si (correction erronée), et qu’il comporte un si après solutum est, absent de tous les témoins, à l’exception de Cpc. Florus offre donc un texte plus satisfaisant que tous les manuscrits (du moins ante correctionem) car il propose deux fois la structure parallèle sic… si… Il n’est cependant pas possible de conclure à l’utilisation d’un modèle antérieur au subarchétype β qui donnerait en cet endroit une leçon meilleure, car le témoin C post correctionem présente le même texte par l’ajout d’un si identique. Florus, ou son modèle, aurait donc pu également retrouver la bonne leçon ex ingenio, c’est-à-dire rétablir un si omis.

Flor., ex Ambr. 28, l. 4, p. 23 : Nichil est, quod in alios deriuemus

  • 14 Cf. Ambr., Iac. (éd. G. Nauroy, SC 534), p. 362, et la conjecture quid proposée par l’éditeur (arg (...)
  • 15 À distinguer des omissions volontaires (incises, coordinations, etc.) dont Florus est coutumier.

14Les mots nichil est sont absents des manuscrits ; dans AP et C se lit quod, et dans FLV, quo. Quod est la leçon de l’archétype et quo une tentative de correction de l’ancêtre γ de LFV. En effet, quod seul n’est pas satisfaisant14. Un lecteur de V a proposé une correction, non est quod, en s’inspirant de la phrase précédente (Non est quod cuiquam nostram adscribamus aerumnam nisi nostrae uoluntati). Le texte de Florus, qui offre une leçon de sens équivalent, pourrait également avoir été corrigé par conjecture. Ces deux passages, où Florus donne un texte meilleur que les manuscrits, sont donc sans doute le fruit de corrections, soit de Florus lui-même, soit d’un copiste attentif au texte. Il reste enfin à souligner que les extraits de Florus comportent des erreurs propres (omissions involontaires15, fautes grammaticales manifestes), sans que l’on puisse déterminer la localisation de la faute car il faut, en réalité, tenir compte d’au minimum trois niveaux d’erreurs potentiels : celles de l’exemplaire-source de Florus, celles de Florus ou de ses collaborateurs, et celles du copiste du manuscrit de la Grande Chartreuse.


15Le texte de Florus ne suggère donc pas l’utilisation, conjointe ou même successive, de deux exemplaires appartenant aux deux branches de la tradition manuscrite, comme c’était le cas du De fuga saeculi. L’exemplaire du De Iacob utilisé par Florus est unique et relève de la famille germano-italienne. Cet exemplaire possède certaines des erreurs communes aux principaux témoins CLFV et reconductibles à leur subarchétype β, sans partager d’erreur qui inciterait à l’inscrire dans l’une ou l’autre des filiations de ce subarchétype, C d’une part, l’ancêtre γ d’autre part. Cependant, le texte de Florus est exempt de deux lacunes qui affectent tous les témoins aujourd’hui connus de la famille germano-italienne. Si Florus possédait un manuscrit altéré mais corrigé, soit par des addenda opportuns déjà présent, soit par Florus lui-même par collation avec un manuscrit de l’autre famille (hypothèse très peu probable, au vu de l’absence de signe de contamination), son exemplaire peut descendre de β en possédant un poids stemmatique égal à C et à γ.

16En revanche, si Florus avait à sa disposition un texte intact, son manuscrit descend bien de β (au vu des erreurs qu’il partage avec ces témoins), mais indépendamment de l’ancêtre qui serait commun à CLFV et dans lequel figuraient ces deux lacunes. Il faudrait donc supposer pour ceux-ci une descendance à partir d’un βʹ. En ce cas, la tradition germano-italienne du De Iacob comprendrait, d’une part, l’exemplaire de Florus, d’autre part, les témoins CFLV.

  • 16 Cassiod., Inst. 1, 5, 4 et 1, 6, 6.

17Quelle que soit l’hypothèse retenue, l’exemplaire de Florus appartenait à une ramification du subarchétype β distincte des deux dont témoignent les manuscrits actuels et aujourd’hui a priori éteinte. Cependant, la seconde hypothèse – celle du modèle exempt des lacunes – appelle des réflexions complémentaires qui concernent la place du subarchétype β dans le stemma. D’après mes recherches sur l’ancêtre de la tradition germano-italienne, le subarchétype β circulait en Italie du Nord entre le ve et le viie siècle, sans qu’il soit possible de le situer chronologiquement avec précision. Il dépend lui-même d’une édition des œuvres d’Ambroise sur les patriarches, composée à Milan, peut-être peu après la mort d’Ambroise, à partir du noyau de la « tétralogie » grossi par trois autres traités (soit sept œuvres au total, cf. supra, § 2). Cassiodore possédait cette édition à Vivarium et donne un titre, liber patriarcharum, proche de celui qui se rencontre dans les témoins L et C (respectivement liber de patriarchis et libri de patriarchis)16. Cependant, le subarchétype β n’est pas cette édition. En effet, le manuscrit de Cassiodore comprenait comme traité liminaire le De Abraham sous sa forme intégrale, c’est-à-dire avec ses deux livres. Or, le second livre a disparu dans le subarchétype β ; cet ancêtre offrait donc une version dégradée de l’édition milanaise. Le subarchétype β, tel qu’il est situé sur le stemma de Gérard Nauroy, comportait, par conséquent, deux altérations de type différent, l’une ayant trait à la composition du manuscrit, l’autre au texte du De Iacob, avec les erreurs partagées par tous les témoins (et par Florus), auxquelles s’ajoutent les deux lacunes dont Florus ne porte pas la trace. C’est cet ensemble d’ « erreurs » que représente le subarchétype β. Or, à raisonner strictement, la perte du livre I du De Abraham dans ce subarchétype et l’absence des lacunes chez Florus sont deux problèmes indépendants. Comme Florus ne cite aucun des livres du De Abraham, il est impossible de savoir si son exemplaire ressemblait, du point de vue de sa composition, à celui de Cassiodore ou au subarchétype β altéré par la disparition de Abraham I. Aussi ne peut-on exclure la possibilité que les erreurs partagées par l’exemplaire de Florus et ledit subarchétype β, représenté par CLFV, se soient produites, en réalité, en amont de ce dernier (soit avant l’altération du De Abraham). L’exemplaire de Florus serait, dans ce cas, plus proche de l’édition complète sur les patriarches ; les deux lacunes dont Florus est exempt et qui affectent les manuscrits seraient alors des erreurs postérieures, reconductibles à ce subarchétype dit β dans l’édition Nauroy, dans lequel faisait aussi défaut le livre I du De Abraham. En termes de stemma, il faudrait donc distinguer en toute rigueur un subarchétype β ayant les erreurs partagées par Florus et CLFV, et un descendant de ce subarchétype, nommé βʹ, caractérisé par les deux lacunes et l’absence du livre I du De Abraham. Ce que j’appelle désormais β sur le stemma ci-après serait un subarchétype très proche de l’édition milanaise sur les patriarches (Patr) – il pourrait même être l’édition milanaise mais aucune preuve ne peut en être apportée – et le subarchétype βʹ représente très exactement ce qui est β sur le stemma de G. Nauroy. Le manuscrit de Florus descendant de β devait être d’une antiquité remarquable.

Le De bono mortis ou liber IV de officiis

18Le recours à un exemplaire issu d’un subarchétype β ancien se vérifie-t-il aussi dans le De bono mortis ? Cela pourrait corroborer l’hypothèse d’un manuscrit contenant au moins la tétralogie, si ce n’est tout le corpus sur les patriarches, dans la bibliothèque de Florus. Toutefois, le titre – ou plutôt les titres – sous lesquels le De bono mortis se trouve cité dans la compilation suggère une transmission différente. En effet, sur les dix extraits De bono mortis retenus par Florus, neuf sont rangés sous le titre liber IV de officiis et un sous la dénomination apocryphe Expositio Cantici canticorum.

1. Flor., ex Ambr. 10 (t. II, p. 11-12), (liber de officiis IV) = Ambr., Bon. mort. 29-30 (éd. L. El Horr, p. 162-164) sur Rom. 2, 3

2. Flor., ex Ambr. 20 (t. II, p. 17), (liber de officiis IV) = Ambr., Bon. mort. 3 (p. 102-104) sur Rom. 6, 4

3. Flor., ex Ambr. 99 (t. II, p. 74), (In expositione Cantici canticorum) = Ambr., Bon. mort. 20 (p. 144-146) sur I Cor. 3, 1-2

4. Flor., ex Ambr. 176 (t. II, p. 124), (liber de officiis IV) = Ambr., Bon. mort. 49 (p. 202-204) sur I Cor. 13, 13

5. Flor., ex Ambr. 201 (t. II, p. 144), (liber de officiis IV) = Ambr., Bon. mort. 9-10 (p. 114-120), sur II Cor. 4, 10

6. Flor., ex Ambr. 264 (t. II, p. 180-181), (liber de officiis IV) = Ambr., Bon. mort. 22-24 (p. 148-152), sur Eph. 6, 12

7. Flor., ex Ambr. 269 (t. II, p. 190-191), (liber de officiis IV) = Ambr., Bon. mort. 7 (p. 110-112), sur Phil. 1, 21

8. Flor., ex Ambr. 313 (t. II, p. 220), (liber de officiis IV) = Ambr., Bon. mort. 10-11 (p. 120-122), sur Col 2, 21

9. Flor., ex Ambr. 318 (t. II, p. 223-224), (liber de officiis IV) = Ambr., Bon. mort. 56-57 (p. 220-222), sur Col 3, 5

10. Flor., ex Ambr. 364 (t. II, p. 253-254), (liber de officiis IV) = Ambr., Bon. mort. 55 (p. 216) sur Philem. 15

  • 17 Hypothèse développée dans la thèse qu’il prépare actuellement pour le doctorat de l’École pratique (...)

19Ces deux titres, liber IV de officiis et Expositio Cantici canticorum, posent problème : le De officiis d’Ambroise ne comprend que trois livres (et rien n’autorise à supposer qu’il en ait un jour compté un quatrième), et Ambroise n’a pas consacré de commentaire sous forme de livre au Cantique des cantiques. Cette Expositio Cantici canticorum serait, selon l’hypothèse de Pierre Chambert-Protat, un florilège composé par Florus lui-même à partir des œuvres d’Ambroise qui se serait trouvé interpolé plus tardivement dans la compilation originale17. Je reviendrai plus loin sur les questions soulevées par ces titres.

Étude des variantes textuelles

  • 18 Cf. note 1.
  • 19 Voir infra § 24 le manuscrit G, daté du xe siècle par L. El Horr alors qu’il s’agit d’un exemplair (...)

20Le De bono mortis a fait l’objet d’une édition critique en 2006, procurée par Lama El Horr18. Même si les datations des manuscrits examinés sont parfois à réviser19, le stemma et l’apparat offrent une base de travail utile pour l’étude des variantes textuelles. Sur le stemma proposé par Lama El Horr, la branche de la tradition manuscrite à laquelle appartiennent les exemplaires du De fuga saeculi et du De Iacob et uita beata que Florus avait en sa possession correspond au subarchétype θ (sont indiqués entre parenthèses les sigles utilisés dans les éditions du De Iacob et du De fuga saeculi pour les manuscrits correspondants).

  • 20 Le témoin G est lacunaire sur les vingt-sept premiers paragraphes du De bono mortis.

21Comme l’indiquent les erreurs ci-dessous, le manuscrit du De bono mortis utilisé par Florus n’appartient pas à la tradition issue de θ (dont relevaient ses exemplaires du De fuga et du De Iacob), mais à celle du subarchétype ψ (= BCDESQ + G20). Ce subarchétype, ou plutôt les témoins qui en dépendent, transmettent le De bono mortis en dehors de la tétralogie (et partant, en dehors de tout corpus ambrosien).

Flor., ex Ambr. 99, l. 6, p. 74 : cibos epuletur deus quibusue AP WXY] cybos epuletur de quibus uere delectetur Flo BCDESQ

Flor., ex Ambr. 176, l. 21, p. 124 : non possit AP WXY] non potest Flo BacCDESQ

Flor., ex Ambr. 264, l. 8, p. 180 : post possessionis om. ut Flo BCDES

Flor., ex Ambr. 264, l. 34, p. 181 : ante uoluptatem om. dum Flo BCDESQ

Flor., ex Ambr. 269, l. 16, p. 191 : post carne om. magis Flo BCDESQ

Flor., ex Ambr. 269, l. 16-17, p. 191 : post necessarium1 om. propter uos. Aliud melius, aliud necessarium Flo BCDESQ

22D’autres erreurs suggèrent que l’exemplaire florien du De bono mortis descendait plus précisément de l’ancêtre ξ (= CDES + G).

Flor., ex Ambr. 10, l. 13, p. 12 : o om. Flo P CDESG

Flor., ex Ambr. 99, l. 15, p. 74 : hoc cibo Flo ZCDacES hos cibos Bac hoc cibos Bpc : hos cibos cett.

Flor., ex Ambr. 264, l. 3, p. 180 : recta AP BWX] recte Flo CDESZY

Flor., ex Ambr. 264, l. 6, p. 180 : offundunt AP Y] offerunt Flo WpcZFCDES offendunt WacXacBQac ostendunt XpcRacQpc : cett.

L’exemplaire de Florus était sans doute proche des manuscrits S et G, comme le suggèrent les deux variantes suivantes :

Flor., ex Ambr. 364, l. 8, p. 253 : in Christum Ihesum AP BQCDEWXY] in Christo Ihesu Flo SG

Flor., ex Ambr. 264, l. 9, p. 180 : eius AP WXY] cuius Flo Sac et ius BCDacE ut eius DpcSpc

  • 21 Voir la description récente donnée par Michael Kautz : http://www.e-codices.unifr.ch/en/descriptio (...)
  • 22 Il s’agit de Flor., ex Ambr. 176, 318 et 364.
  • 23 J’ai cependant quelques réserves concernant cette partie du stemma, notamment sur le rapport de de (...)

23Le témoin G est de peu postérieur à Florus : c’est un livre ayant appartenu à Grimald, abbé de Saint-Gall entre 841 et 87521. Il faut donc réviser la datation de Lama El Horr qui le situait au xe siècle. Dans la mesure où les erreurs de Florus ne se retrouvent pas dans G pour le texte qu’ils ont en commun22, il faut en conclure que G ne dépend pas de l’exemplaire de Florus, mais qu’ils dérivent tous deux de manière indépendante du même modèle, à savoir ξ23. Le témoin S ne descend pas non plus de l’exemplaire de Florus. La seconde erreur citée ci-dessus est une tentative de correction que Florus partage avec le témoin Sac (G étant lacunaire) ; elle porte sur la faute et ius héritée du subarchétype ψ. Je suppose donc un ancêtre qui aurait proposé la correction (fautive) cuius. D’autres variantes données dans l’apparat de L. El Horr confirment cette hypothèse d’un ancêtre commun à S et à Florus (et G) mais distinct de ξ, et que je note donc ξʹ. Cependant, Florus ne partage pas toutes les erreurs ou variantes communes à GS. Par conséquent, il faut supposer pour ces deux témoins un autre modèle distinct de ξʹ, qui est noté x sur le stemma que je propose.

  • 24 Il figure dans l’inventaire daté de la seconde moitié du ixe siècle, cf. Mittelalterliche Biblioth (...)
  • 25 Bernhard Bischoff, Katalog der festländischen Handschriften des neunten Jahrhunderts (mit Ausnahme (...)
  • 26 Maurits Gysseling, « Altdeutsches in Nordfranzösischen Bibliotheken », dans Scriptorium, 2 (1948), (...)
  • 27 Mittelalterliche Bibliothekskataloge…, p. 265, l. 33.
  • 28 Mittelalterliche Bibliothekskataloge…, p. 85, l. 36-p. 86, l. 1. et p. 86 l. 7-8. L’inventaire men (...)
  • 29 Pour citer ces manuscrits dans l’ordre des sections de la compilation : Saint-Gall, Stiftsbibl., 2 (...)
  • 30 Voir la liste des canonici de la cathédrale Saint-Étienne de Lyon donnée dans le manuscrit Zürich, (...)
  • 31 Mittelalterliche Bibliothekskataloge…, p. 74, l. 28.
  • 32 Sur ce problème d’attribution, voir Flavio G. Nuvolone, « Il Sermo pastoralis pseudo-ambrosiano e (...)
  • 33 Sur cette préface et les finalités de cette édition qui corrige les propos millénaristes de l’édit (...)
  • 34 Mittelalterliche Bibliothekskataloge…, p. 84, l. 12-13.
  • 35 Voir, sans souci d’exhaustivité, les manuscrits Augienses CXXV et CCXVI, qui transmettent tous deu (...)

24D’où provient ξ, ancêtre commun de CDEGS ? Le témoin G (Saint-Gall, Stiftsbibl., 187, s. ix3/4) est, comme signalé supra, un livre donné par Grimald à Saint-Gall ; S (Salzbourg, Stiftsbibl. St. Peter, a. VII. 31, s. xi) a été copié à Salzbourg. Le manuscrit C (Karlsruhe, Badische Landesbibl., Augiensis CCXXXVI, s. ix), descendant de l’ancêtre ε, lui-même descendant de ξ, a été copié à Reichenau24. Le témoin D (Cambrai, BM, 204, ss. ixex-xin), originaire, selon Bernhard Bischoff, d’un centre influencé par « l’école franco-saxonne25 », a probablement été copié en Allemagne pour arriver, par la suite, dans le chapitre cathédral de Cambrai avec l’un des évêques allemands, Bérenger, Engram ou Tetdon26. Au vu du lieu de copie de G et de C (en y ajoutant D), il est probable que ξ provienne de la région du lac de Constance. Que Florus se soit procuré un exemplaire à Reichenau ou à Saint-Gall n’a rien d’impossible. La circulation de livres, au moins dans le sens inverse, c’est-à-dire Lyon → lac de Constance, est, en tout cas, attestée. Ainsi, le Contra Iudaeos d’Amolon de Lyon, successeur d’Agobard, est mentionné dans le catalogue de Reichenau daté de la deuxième moitié du ixe siècle27, et une copie de la compilation augustinienne de Florus sur l’Apôtre, qui figure dans le catalogue des livres d’Harmut, successeur de Grimald, fut tirée à Saint-Gall28. La compilation, presque intégrale (manquent les sections de l’Épître aux Galates, de l’Épître aux Éphésiens, de l’Épître aux Philippiens et de l’Épître aux Colossiens), est aujourd’hui répartie dans trois manuscrits29. Enfin, Lyon faisait partie de la confraternité de Reichenau à l’époque de Florus et d’Agobard30. Le De bono mortis est, du reste, bien représenté dans la région du lac de Constance. Aux témoins conservés, c’est-à-dire aux deux manuscrits de Reichenau, Augiensis CXXX et Augiensis CCXXXVI (respectivement X et C sur le stemma de L. El Horr), identifiables sans peine dans l’inventaire carolingien, et à G, le livre personnel de Grimald de Saint-Gall, il faut encore ajouter dans les différentes listes de livres de cette abbaye un exemplaire du De bono mortis, si ce n’est deux31. Un manuscrit, mentionné dans un inventaire daté du milieu du ixe siècle, contenait le De bono mortis, suivi du Liber pastoralis (couramment attribué à Ambroise32) et de l’édition hiéronymienne du Commentaire sur l’Apocalypse de Victorin de Poetovio, accompagnée de sa préface à Anatolius33 ; dans la liste des livres acquis sous l’abbatiat de Grimald par l’intermédiaire d’Harmut figure également un De bono mortis associé à un Commentaire sur l’Apocalypse sous le nom de Jérôme34. Il pourrait s’agir du même manuscrit, mentionné à la fois dans l’inventaire du milieu du ixe siècle et dans la liste des livres acquis par Grimald (Grimald devint abbé de Saint-Gall en 841), mais l’absence de mention du Liber pastoralis (si on écarte la possibilité d’une omission), qui devrait suivre le De bono mortis dans le manuscrit tel qu’il est décrit dans l’inventaire du milieu du ixe siècle, suggère aussi bien que les textes d’Ambroise et Jérôme puissent être des copies distinctes, dépendant l’une de l’autre ou d’un antigraphe tiers. Au total, il y avait donc au moins cinq copies du De bono mortis dans la région du lac de Constance. Les trois d’entre elles qui sont conservées (X, C et G), et dont les datations sont de peu postérieures à Florus, n’entretiennent pas de rapport de parenté étroit avec le manuscrit que Florus a utilisé. Si celui-ci s’est bien procuré un exemplaire provenant de cette région, il resterait – par élimination – comme possibilité l’antigraphe des deux manuscrits de Grimald dont la trace se réduit aujourd’hui aux inventaires. Le fait que le De bono mortis se trouvait, dans ces livres, isolé de ses corpus ambrosiens habituels pourrait, de plus, correspondre à la physionomie d’exemplaires issus du subarchétype ψ. Pourquoi Florus s’est-il procuré un exemplaire du De bono mortis dans la région du lac de Constance ? Qu’il s’agisse de Reichenau ou de Saint-Gall, ces deux abbayes possédaient de nombreux manuscrits ambrosiens, provenant d’Italie du Nord ou copiés à partir d’antigraphes originaires de cette même région35. Si Florus a tiré copie d’un de leurs manuscrits, c’est peut-être parce qu’il comptait atteindre de cette manière une tradition du De bono mortis du Νord de l’Italie qu’il ne pouvait récupérer par une source issue géographiquement de cette région.

Le problème du titre liber de officiis IIII

  • 36 Le manuscrit de la Grande Chartreuse donne systématiquement liber officiis IIII, et une main conte (...)
  • 37 Ambr., Bon. mort. 1 : quoniam de anima superiore libro sermonem aliquem contexuimus, faciliorem ui (...)

25Le titre faux donné dans la compilation, liber de officiis IIII36, renseigne-t-il sur la physionomie du manuscrit de Florus ? Autrement dit, le De bono mortis venait-il à la suite des trois livres du De officiis ? L’incipit du De bono mortis indique expressément qu’il est la suite d’un livre précédent ayant pour sujet l’âme37. Le livre en question ne peut être que le De Isaac uel anima, soit la première œuvre de la tétralogie, suivi effectivement du De bono mortis. Si l’on suppose que l’erreur concerne le manuscrit utilisé par Florus, soit le manuscrit-source de Florus comportait déjà l’erreur de titre, soit le titre du De bono mortis manquait et Florus l’aurait reconstitué en se fondant sur l’incipit. La seconde hypothèse est très faible : en dehors d’une interprétation limitée à l’incipit, rien n’autorise à faire du De bono mortis la suite du De officiis. Le premier est une méditation spirituelle sur la mort et sa relation avec l’âme, tandis que le second est un traité de discipline morale adressé par Ambroise à ses clercs. Ce sont donc deux œuvres de contenu et d’intention très différents. L’enquête sur les manuscrits n’a rien révélé de probant. En effet, après dépouillement et sauf erreur de ma part, aucun témoin aujourd’hui conservé du De bono mortis ne contient ce dernier à la suite du De officiis, et l’enquête dans les inventaires et catalogues anciens n’a rien donné non plus. Le titre liber de officiis IIII est peut-être moins la faute d’une source qu’une erreur de classement, née à un stade intermédiaire du travail de Florus, à situer entre la préparation des extraits et la rédaction du florilège.

Le manuscrit de Florus et Bourg-en-Bresse, Médiathèque Roger et Élizabeth Vailland, 53

26Le texte du subarchétype ξ est globalement d’une qualité inférieure à celui de β (ou θ selon l’édition El Horr). En effet, les extraits du De bono mortis sont plus fautifs que ceux du De Iacob ou du De fuga saeculi. Certaines erreurs retiennent plus particulièrement l’attention.

Flor., ex Ambr. 10, l. 10-11, p. 12 : cum grauiores poenas intra se luant codd.] cum grauior eos paena intra se laniet Flo

27Une mauvaise lecture et une segmentation fautive de la leçon originale, grauiores, a entraîné le passage du pluriel poenas au singulier, ainsi que la correction du verbe en conséquence. Cependant, le verbe (luant), pourtant d’un emploi classique dans l’expression poenas luere, a aussi été corrigé en laniet, sans aucun doute parce que la leçon originale n’était plus compréhensible. Il reste que cette correction fautive n’est pas absurde, puisqu’elle se traduit par « alors qu’un châtiment plus sévère les déchire à l’intérieur », tandis que la leçon originale se comprend ainsi : « alors que ce sont des châtiments plus sévères qu’ils subissent à l’intérieur. »

28Une deuxième série d’erreurs requiert d’être remise dans son contexte :

Ambr., Bon. mort. 22 (éd. El Horr), p. 148 : Sed sunt principatus aerii et potestates mundi, qui nos uel de muro deicere animae, uel inpedire recta gradientes, uel ad altiora tendentes quaerunt deponere atque ad terrena reuocare.

Flor., ex Ambr. 264, l. 2-4, p. 180 : Sunt principatus aerii et potestates mundi, qui nos uelut de muro deicere in ima uel impedire recte gradientes uel ad altiora tendentes quaerunt deponere atque ad terrena reuocare.

  • 38 L. El Horr, Le De bono mortis…, p. 149.

29La leçon originale recta est un accusatif d’objet interne qui ne pose pas problème dans la langue d’Ambroise, mais qui a fait l’objet d’une correction normalisante en l’adverbe recte chez Florus comme dans les témoins YZCDES. La structure de la proposition relative est, quant à elle, claire : qui … uel deicere … uel impedire … uel deponere atque reuocare quaerunt. La variante uelut donnée par Florus (et par ZF CDES) est donc une erreur. La leçon florienne in ima, contre le consensus des manuscrits qui donnent anima, est elle aussi une erreur. Le texte de Florus se traduit ainsi : « Il y a les principautés de l’air et les puissances du monde qui cherchent à nous jeter, pour ainsi dire, du rempart vers les profondeurs […] » ; l’édition El Horr propose : « Mais il y a les principautés de l’air et les puissances du monde, qui cherchent à nous précipiter du haut du mur de l’âme […]38. » La leçon in ima, même si elle beaucoup moins satisfaisante que la leçon originale, est une conjecture intelligente.

30Une troisième erreur, quelques lignes plus bas que le précédent passage cité, mérite encore d’être signalée :

Ambr., Bon. mort. 22 (éd. El Horr), p. 148 : Iniciunt etiam honoris adpetentiam potestates mundi, ut te extollas sicut Adam et, dum uis adaequare Deum similitudine potestatis, diuina praecepta despicias et quae habebas incipias amittere.

Flor., ex Ambr. 264, l. 14, p. 180 : Iniciunt etiam honoris appetentiam potestates mundi, ut te extollas sicut Adam et, dum uis adaequare Deum, similitudine prostratus, diuina praecepta despicias et quae habebas incipias amittere.

31Florus est le seul à donner la variante prostratus, contre les manuscrits, unanimes sur potestatis. La ponctuation de l’édition Fransen ne facilite pas la compréhension de ce passage, à traduire par : « Les puissances du monde te poussent à désirer la gloire, si bien que tu t’exaltes comme Adam et que, cependant que tu veux égaler Dieu, terrassé par la ressemblance, tu méprises les commandements divins et te mets à perdre ce que tu possédais. » Cette phrase se comprendrait mieux si on plaçait la virgule entre similitudine et prostratus : « Les puissances du monde te poussent à désirer la gloire, si bien que tu t’exaltes comme Adam et que, cependant que tu veux égaler Dieu en lui ressemblant (similitudine), c’est face contre terre/jeté au sol (prostratus) que tu méprises les commandements divins et que tu te mets à perdre ce que tu possédais. » Autrement dit, prostratus, « face contre terre », qui renvoie à la chute d’Adam, s’oppose à extollas, « tu t’élèves », « tu t’exaltes », « tu te pousses du col », pour garder l’image. En effet, parce qu’il a voulu atteindre l’égalité avec Dieu par un moyen qui n’était pas celui de la vertu et de l’obéissance aux préceptes (cf. diuina praecepta despicias qui est une allusion à la recommandation de Dieu dans Gen. 3, 3), Adam est déchu, écrasé, prostratus. Si la leçon originale similitudine potestatis est une allusion indirecte à la séduction du serpent et à Gen. 3, 5 sur la connaissance divine, la conjecture prostratus est loin d’être absurde et manifeste même une certaine recherche. Les deux variantes signalées plus haut pour le De Iacob, comme celles, ici, du De bono mortis, sont donc des corrections intelligentes qui pourraient être imputées à Florus.


  • 39 Cf. n. 19.
  • 40 Pour une description codicologique rapide de ce manuscrit : s. xiimed. Parchemin. 103 ff. ; 225 × (...)
  • 41 Au vu des variantes qu’il contient, ce manuscrit fait partie, sans doute aucun, des descendants de (...)
  • 42 Il semble, en effet, qu’ils se résument à ce manuscrit. Il est signalé dans Joseph Brossard, Histo (...)

32Les variantes in ima et prostratus sont suffisamment particularisantes pour tenter d’identifier d’autres manuscrits qui les partageraient avec Florus. Dans ceux examinés par L. El Horr (qui a collationné l’ensemble des témoins jusqu’au début du xiie siècle, à l’exception du manuscrit carolingien de Fleury signalé supra39), aucun ne possède ces variantes. En revanche, un manuscrit daté du milieu du xiie siècle, actuellement Bourg-en-Bresse, Médiathèque Roger et Élizabeth Vailland, 53, partage ces variantes avec Florus40. Il partage même toutes les variantes considérées jusqu’ici comme propres à celui-ci par comparaison avec la base fournie par l’édition El Horr, ce qui en fait un descendant de l’exemplaire de Florus41. Ce manuscrit a appartenu à l’abbaye cistercienne de Chézery, dans le pays de Gex, fille de Fontenay fondée en 1140, sur les livres de laquelle les renseignements sont quasi nuls42. Bien qu’il date du milieu du xiie siècle, ce manuscrit présente un bon état du texte, sans trop d’altérations, par rapport à ses cousins carolingiens descendant du même subarchétype, ce qui laisse penser que les intermédiaires entre l’exemplaire de Florus et le manuscrit de Chézery n’ont pas été nombreux. Or, l’abbaye Notre-Dame de Chézery, située dans la vallée de la Valserine, se trouvait sur la route menant à Saint-Claude, et donc à l’abbaye de Saint-Oyen, distante d’une quarantaine de kilomètres ; l’antigraphe pourrait être l’un des manuscrits floriens que Mannon avait emportés de Lyon pour son abbaye.

Quelques conclusions et quelques hypothèses

  • 43 Il s’agit des manuscrits Reims, BM, 379 et Paris, BNF, lat. 14848.

33Les extraits du De Iacob confirment ce que la première étude consacrée à ceux du De fuga saeculi avait mis en lumière : Florus s’est servi d’un manuscrit issu du subarchétype β (et dans le cas du De Iacob, de ce seul manuscrit), c’est-à-dire appartenant à la tradition germano-italienne. Il faut noter que les premiers manuscrits relevant de ce subarchétype, et copiés en France, sont plus tardifs (provenant de Saint-Thierry au Mont-d’Or et de Saint-Victor, ils datent de la première moitié du xiie siècle43). L’exemplaire de Florus, qui contenait le De fuga et le De Iacob n’a pas, semble-t-il, fait souche. Ce manuscrit reflétait un état du texte supérieur à celui du subarchétype β de l’édition de G. Nauroy reconstitué par les témoins CFLV et descend d’un ancêtre encore antérieur à celui-ci. L’excellence du texte donné, conjugué à l’appartenance à une branche aujourd’hui a priori éteinte, pourrait suggérer le recours à un manuscrit particulièrement ancien. Cependant, ce manuscrit ne devait pas contenir le De bono mortis, dans la mesure où les variantes des extraits floriens indiquent une filiation historique différente de celle du De fuga et du De Iacob. L’exemplaire du De bono mortis, descendant d’un subarchétype sans doute un peu plus tardif, provenait de la région du lac de Constance, alors qu’il est plausible que le manuscrit qui contenait le De fuga et le De Iacob, au vu de son état textuel, ait été copié en Italie du Nord. Par conséquent, Florus ne possédait probablement pas un manuscrit avec la tétralogie complète, mais un premier manuscrit avec ce qui en forme seulement le second diptyque, à savoir le De fuga et le De Iacob, et un second où le De bono mortis était transmis hors de son corpus habituel. Si le premier de ces deux manuscrits qui ne donnait que le De fuga et le De Iacob était d’un âge vénérable, peut-être s’agissait-il d’une relique tardo-antique, réduite à ce simple vestige.

Annexes

Variantes textuelles du De Iacob et uita beata

Nota : pour les sigles des manuscrits, cf. supra, figure 1
1. Flor., ex Ambr. 18 (t. II, p. 15-16) = Ambr., Iac. 1, 5, 19 (SC 534, p. 376, l. 9) – 1, 6, 22 (p. 380, l. 5) sur Rom. 5, 20
l. 11 om. os Flo
l. 14 iniquitates Flo BT impietates cett. (cit. Ps. 31, 5)
l. 18-19 non gloriabor Flo g. n. codd.
l. 19 peccati Flo CGEFLV peccatis cett.
2. Flor., ex Ambr. 23 (t. II, p. 19-20) = Ambr., Iac. 1, 5, 17 (p. 374, l. 13) – 1, 5, 19 (p. 376, l. 9) sur Rom. 6, 6
l. 4-5 baptizamur Flo CGEF baptizati sumus cett.
l. 11 Christo Flo in C. A CGEFLV om. PQSBTD
l. 13 surgens Flo APT V resurgens QSDCFLGE (cit. Rom. 6, 4b)
l. 21 sic Flo CGEFLVD si APQSBTR
l. 22 legis Flo legi codd.
l. 22 post solutum est add. si Flo CpcGE
3. Flor., ex Ambr. 28 (t. II, p. 22-23) = Ambr., Iac. 1, 3, 10 (p. 362, l. 2) – 1, 3, 11 (p. 364, l. 9) sur Rom. 6, 13
l. 2 inferuntur Flo QR inseruntur cett.
l. 4 nichil est quod Flo quod APQSBT CGE quo FLVA2
l. 5 legit Flo CGEVpc elegit APQSBT FVac
l. 11 eum1Flo egenum codd.
l. 25 exhibetis Flo APFLV exhibuistis C A2 (cit. Rom. 6, 16)
l. 26 obaeditis Flo oboeditis PQ -distis A CFV (cit. Rom. 6, 16)
4. Flor., ex Ambr. 32 (t. II, p. 25-27) = Ambr., Iac. 1, 4, 13 (p. 368, l. 1) – 1, 5, 17 (p. 374, l. 13) sur Rom. 7, 7
l. 8 sub om. Flo CFLV del. A2
l. 15 om. mihi Flo ante mors
l. 30 etiamsi intemperanti non bonum est. Ergo bonum mandatum om. Flo V 
l. 36 post mihi add. tamen Flo CFLV
l. 44 post qui add. et Flo
l. 49 post lex add. dei Flo
l. 52 nec et Flo licet codd.
l. 62 ut ad exordia sermonis huius reuertamur om. Flo
l. 66 dederet Flo dedit codd.
l. 70 teneas Flo teneamus codd.
5. Flor., ex Ambr. 35 (t. II, p. 27-28) = Ambr., Iac. 1, 6, 22 (p. 380, l. 5) – 1, 6, 23 (p. 382, l. 19) sur Rom. 8, 15
l. 3 mercedem Flo LA2 PF mercem A CV
l. 3 seruat Flo seruauit LA2R reseruat cett.
l. 9 conseruationem Flo conuersationem codd.
l. 10 sepeliare Flo consepeliare codd.
6. Flor., ex Ambr. 39 (t. II, p. 30) = Ambr., Iac. 1, 6, 23 (p. 382, l. 19) – 1, 6, 24 (p. 382, l. 12) sur Rom. 8, 18
l. 2 inquit om. Flo
l. 8 post tibi add. non Flo
l. 8 post communis add. est Flo QSGE
7. Flor., ex Ambr. 46 (t. II, p. 39-41) = Ambr., Iac. 1, 6, 25 (p. 384, l. 1) – 1, 7, 28 (p. 388, l. 21) sur Rom. 8, 32
l. 6 post et add. si Flo
l. 17 cum Flo in codd.
l. 20 tam Flo CFLV tantum AP
l. 22 et quos iustificaret om. Flo LRac
l. 26 ipse om. Flo QS
l. 27 separare Flo relegare codd.
l. 37 etiam om. Flo
l. 37 post acerba scrip. non Flo
l. 40 cludent Flo concludent AP CFV concludunt LA2 Rpc
l. 41 transiuit Flo transit codd.
l. 50 delectet Flo delectat codd.
l. 60 etiamsi Flo CFLVRac et gratiam si AP
8. Flor., ex Ambr. 130 (t. II, p. 95-96) = Ambr., Iac. 1, 3, 11 (p. 364, l. 9) – 1, 4, 13 (p. 368, l. 28) sur I Cor. 7, 22
l. 4 esse Flo AP C est FV
l. 7 constringant Flo -gunt codd.
l. 13 secura libertas est Flo l. s. codd.
l. 14 sciunt Flo sciuit codd.
l. 25 om. et Flo CFLV
l. 27 seruitutem Flo libertinitatem A CFV libertatem Ppc
l. 29 rectior Flo tectior codd.
l. 30 tui om. Flo
9. Flor., ex Ambr. 146 (t. II, p. 105) = Ambr., Iac. 1, 8, 34 (p. 396, l. 4-9) sur I Cor. 8, 8
uideri huiusmodi Flo AP V h. u. CF
10. Flor., ex Ambr. 324 (t. II, p. 227) = Ambr., Iac. 1, 7, 31 (p. 392, l. 1-12) sur I Thess. 4, 13
l. 8 praesentiae Flo GE praestantiae codd.
l. 11 post non add. est Flo Cpc

Variantes textuelles du De bono mortis

Nota : pour les sigles des manuscrits, cf. supra, figure 5.
1. Flor., ex Ambr. 10 (t. II, p. 11-12) = Ambr., Bon. mort. 29-30 (éd. El Horr, p. 162-164)
l. 10-11 cum grauior eos paena intra se laniet Flo cum grauiores poenas intra se luant codd. praeter Nac leuant E luceant
l. 13 o om. Flo PJK CDEGS
2. Flor., ex Ambr. 20 (t. II, p. 17) = Ambr., Bon. mort. 3 (p. 102-104)
l. 3 peccauerit Flo J BCDES : peccat cett. (cit. de Ez 18, 4)
l. 5 in morte Flo AacPJK LMNU RBCDESQ : in mortem cett. (cit. Rom 6, 4)
l. 8 quia is Flo : qua is codd.
l. 14 sancti uiri et uere sapientes Flo : sancti uiri sapientes uiri BCacSac
3. Flor., ex Ambr. 99 (t. II, p. 74) = Ambr., Bon. mort.,20 (p. 144-146)
l. 6 cybos epuletur, de quibus uere delectetur Flo BCDESQ : c. e. deus quibusue cett.
l. 6 post delectetur om. murra enim sepultura est mortuorum, mortua autem peccata sunt, quae uitae suauitatem habere non possunt. perfunduntur autem diuini sermonis unguentis et fortiore cibo uerbi uelut pane et suauiore sermone uelut melle curantur quaedam uulnera delictorum Flo
l. 9 post insolentiam om. et Flo BCDES
l. 14 sermo om. Flo
l. 14 et sicut uinum Flo : s. u. e. codd.
l. 15 hoc cibo Flo WZF CDacES hos cibos Bac hoc cibos Bpc
l. 16 epulandum Flo : -dos AacPJKDac LMacNU WXYZFR -do ApcDpc -dois B -dis Mpc
4. Flor., ex Ambr. 176 (t. II, p. 124), (liber de officiis IV) = Ambr., Bon. mort. 49 (p. 202-204)
l. 10 post uidemus om. inquit Flo
l. 20 iustificatus Flo : iustificabitur YRU -tur cett.
l. 21 non potest Flo BacξQ : non possit cett.
5. Flor., ex Ambr. 201 (t. II, p. 144), (liber de officiis IV) = Ambr., Bon. mort. 9-10 (p. 114-120)
l. 3 contagionibus WpcQ : cogitationibus Flo cett.
l. 5 flammam Flo : -as cett.
l. 17 in corporis morte Flo Y BCDEQ : in corpore mortis cett.
l. 23 et Flo : ut codd.
l. 26 dissolue Flo ApcWpcR : sed solue cett. sed om. JKZFLNTU (cit. Is 58, 6)
l. 31 ableuat Flo P WZFXY BSacQ MN ele- RU ae- Spc all- cett.
l. 36 inter Flo ApcK WXYZFR BCDES : intra cett.
l. 36 solebat AR : soleat Flo cett.
6. Flor., ex Ambr. 264 (t. II, p. 180-181), (liber de officiis IV) = Ambr., Bon. mort. 22-24 (p. 148-152)
l. 2 uelut Flo ZF BCDES : uel cett.
l. 3 in ima Flo : animae cett.
l. 3 recte Flo YZ CDES : recta cett.
l. 6 offerunt Flo WpcZFCDES offendunt WacXacBQac ostendunt XpcRacQpc : offundunt cett.
l. 7 tu Flo PpcJKWZFSpc : tunc cett.
l. 9 post possessionis om. ut BCDES
l. 9 cuius Flo Sac et eius BCDacE ut eius DpcSpceius cett.
l. 10 ueste nuptiali Flo : uestem nuptialem codd.
l. 14 prostratus Flo : potestatis codd.
l. 27 quo Flo : quam ApcXS qua cett.
l. 30 post Ihesu om. et Flo DESac
l. 34 ante uoluptatem om. dum Flo BCDESQ
7. Flor., ex Ambr. 269 (t. II, p. 190-191), (liber de officiis IV) = Ambr., Bon. mort. 7 (p. 110-112)
l. 2 post Christus add. est Flo ApcJYRCDE
l. 16 post carne om. magis Flo BCDESQ
l. 16-17 post necessarium1 om. propter uos. Aliud melius, aliud necessarium Flo BCDESQ
8. Flor. ex Ambr. 313 (t. II, p. 220), (liber de officiis IV) = Ambr., Bon. mort. 10-11 (p. 120-122)
l. 3 post fallitur add. nisi Flo
l. 19 om. corpus1Flo Yac
9. Flor., ex Ambr. 318 (t. II, p. 223-224), (liber de officiis IV) = Ambr., Bon. mort. 56-57 (p. 220-222)
l. 2 autem iustus om. Flo iustus om. LR
10. Flor., ex Ambr. 364 (t. II, p. 253-254), (liber de officiis IV) = Ambr., Bon. mort. 55 (p. 216)
l. 8 in Christo Ihesu Flo GS : in Christum Ihesum cett.
l. 11 fletus est Flo G LMNU : e. f. cett.

Notes

1 Voir les éditions récentes de trois de ces œuvres :1o) Lama El Horr, Le De bono mortis de saint Ambroise : texte latin, traduction et commentaire, th. de doct., dir. François Dolbeau et Vincent Zarini, Paris-IV, 2006, dactyl. (non publiée ; la discussion stemmatique a cependant fait l’objet de la publication suivante : Lama El Horr, « La tradition du De bono mortis de saint Ambroise », dans Lire et éditer aujourd’hui Ambroise de Milan : Actes du colloque de l’Université de Metz (20-21 mai 2005), éd. Gérard Nauroy, Berne, 2007 (Recherches en littérature et en spiritualité, 13), p. 75-106 ; 2oAmbr., Iac., éd. G. Nauroy (SC 534) ; voir aussi Gérard Nauroy, « Vers un nouveau texte critique du De Iacob et uita beata d’Ambroise de Milan » dans Lire et éditer…, p. 37-74 ; 3°) Ambr., Fug. saec., éd. C. Gerzaguet, 2016 (SC 576) ; voir aussi Camille Gerzaguet, « Le De fuga saeculi d’Ambroise de Milan : transmission, diffusion et circulation de la tradition manuscrite (ixe-xiie) », dans Segno e testo, 12 (2014), p. 83-151.

2 Camille Gerzaguet, « Ambroise, Cassiodore et la série dite de patriarchis », dans Revue d’études augustiniennes, 59/2 (2013), p. 275-298, ici p. 292-297.

3 Lama El Horr parle d’une « grande famille germanique » : « La tradition… », p. 82.

4 Sur ce corpus, qui remonte à une édition milanaise des œuvres d’Ambroise sur les patriarches, cf. infra § 17.

5 Camille Gerzaguet, « La Collectio ambrosienne de Florus de Lyon : sources d’une compilation et enjeux d’une méthode de travail », dans Mélanges de l’École française de Rome – Moyen Âge, 123/2 (2011), p. 531-543.

6 Flor., ex Ambr. in Apost. 404 et 405.

7 Flor., ex Ambr. 405 ; voir C. Gerzaguet, « La Collectio… », p. 537-543.

8 Voir ibid., p. 539-543.

9 Gérard Nauroy, « L’Épître aux Romains dans le De Iacob et uita beata d’Ambroise de Milan : entre judaïsme hellénisé et néoplatonisme », dans Justice et Grâce dans les commentaires de l’Épître aux Romains : Actes de la deuxième Journée d’exégèse médiévale et moderne, Université de Metz (22 mars 2006), éd. Annie Noblesse-Rocher, Strasbourg, 2008 (Travaux de la Faculté de théologie protestante, 10), p. 45-75, spéc. p. 49-58.

10 Voir supra n. 1. Le texte cité par Florus représente quatorze pages de texte dans cette édition.

11 J’ai précisé entre parenthèses L (Lucques, Bibl. Capit., 14) à côté du sigle δ, car ce manuscrit, inconnu de Gérard Nauroy, correspond précisément à ce nœud de la tradition. Sur ce manuscrit, voir C. Gerzaguet, « Le De fuga saeculi… », p. 122-123 ; voir sa description récente dans Gabriela Pomaro, I manoscritti medievali della Biblioteca Capitolare Feliniana di Lucca, Florence, 2015, p. 45.

12 Ne sont donnés que les sigles des principaux manuscrits à l’exclusion des descripti, Florus ne s’accordant jamais avec ces derniers, sauf en de rares cas non significatifs. Pour ces variantes, voir l’annexe.

13 À corriger en legi pour l’intelligence de la phrase.

14 Cf. Ambr., Iac. (éd. G. Nauroy, SC 534), p. 362, et la conjecture quid proposée par l’éditeur (argumentée dans une note critique p. 240) : Non est quod cuiquam nostram adscribamus aerumnam nisi nostrae uoluntati. Nemo tenetur ad culpam, nisi uoluntate propria deflexerit. Non habent crimen quae inseruntur reluctantibus, uoluntaria tantum commissa sequitur delictorum inuidia : quid in alios deriuemus ?

15 À distinguer des omissions volontaires (incises, coordinations, etc.) dont Florus est coutumier.

16 Cassiod., Inst. 1, 5, 4 et 1, 6, 6.

17 Hypothèse développée dans la thèse qu’il prépare actuellement pour le doctorat de l’École pratique des hautes études, section des Sciences historiques et philologiques, et de l’Université Lumière Lyon-II : Florus de Lyon, lecteur des Pères : documentation et travaux patristiques dans l’Église de Lyon au IXe siècle, sous la direction d’Anne-Marie Turcan-Verkerk et la co-direction de Paul Mattei.

18 Cf. note 1.

19 Voir infra § 24 le manuscrit G, daté du xe siècle par L. El Horr alors qu’il s’agit d’un exemplaire carolingien ayant appartenu à Grimald de Saint-Gall ; elle date aussi erronément du xiie siècle le manuscrit Orléans, BM, 149, alors qu’il a été copié dans le troisième quart du ixe siècle (cf. L. El Horr, Le De bono mortis…, p. 286), voir infra n. 23.

20 Le témoin G est lacunaire sur les vingt-sept premiers paragraphes du De bono mortis.

21 Voir la description récente donnée par Michael Kautz : http://www.e-codices.unifr.ch/en/description/csg/0187/Kautz ; Mittelalterliche Bibliothekskataloge Deutschlands und der Schweiz, t. I : Die Bistümer Konstanz und Chur, éd. Paul Lehmann, Munich, 1918, p. 89, l. 3-5.

22 Il s’agit de Flor., ex Ambr. 176, 318 et 364.

23 J’ai cependant quelques réserves concernant cette partie du stemma, notamment sur le rapport de descendance entre ε et ξ. En effet, Lama El Horr n’a pas tenu compte d’un manuscrit de Fleury, aujourd’hui conservé à Orléans (Orléans, BM, 149). D’après la collation que j’en ai effectué, il viendrait se placer entre ε et ξ. Ce manuscrit de Fleury n’est pas l’exemplaire de Florus, et il n’entretient pas de rapport plus étroit avec celui-ci.

24 Il figure dans l’inventaire daté de la seconde moitié du ixe siècle, cf. Mittelalterliche Bibliothekskataloge…, p. 264, l. 22-23.

25 Bernhard Bischoff, Katalog der festländischen Handschriften des neunten Jahrhunderts (mit Ausnahme der wisigotischen), 3 t., Wiesbaden, 1998-2014, t. I, p. 145.

26 Maurits Gysseling, « Altdeutsches in Nordfranzösischen Bibliotheken », dans Scriptorium, 2 (1948), p. 59-62.

27 Mittelalterliche Bibliothekskataloge…, p. 265, l. 33.

28 Mittelalterliche Bibliothekskataloge…, p. 85, l. 36-p. 86, l. 1. et p. 86 l. 7-8. L’inventaire mentionne deux entrées distinctes : Collectanea Flori presbyteri de uoluminibus sancti Augustini in epistolam Pauli ad Romanos in uolumine I et Collectanea Flori in epistolam ad Corinthios IIam et ad Haebreos. Cf. note suivante, la première entrée correspond sans doute à l’actuel Saint-Gall, Stiftsbibl., 279.

29 Pour citer ces manuscrits dans l’ordre des sections de la compilation : Saint-Gall, Stiftsbibl., 279 (Épître aux Romains) ; Saint-Gall, Stiftsbibl., 281 (première Épître aux Corinthiens, deuxième Épître aux Corinthiens) ; Saint-Gall, Stiftsbibl., 280 (première Épître aux Thessaloniciens, deuxième Épître aux Thessaloniciens, première Épître à Timothée, deuxième Épître à Timothée, Épître aux Hébreux).

30 Voir la liste des canonici de la cathédrale Saint-Étienne de Lyon donnée dans le manuscrit Zürich, Zentralbibl., Rh. hist. 27, spéc. f. 60v (MGH, Libri Mem,. n. s., 1, fac-simile, p. 94).

31 Mittelalterliche Bibliothekskataloge…, p. 74, l. 28.

32 Sur ce problème d’attribution, voir Flavio G. Nuvolone, « Il Sermo pastoralis pseudo-ambrosiano e il Sermo Girberti philosophi papae urbis Romae qui cogminatus est Silvester de informatione episcoporum : riflessioni », dans Gerberto : scienza, storia e mito, Atti del Gerberti Symposium (Bobbio, 25-27 luglio 1983), éd. Michele Tosi, Bobbio, 1985, p. 379-565.

33 Sur cette préface et les finalités de cette édition qui corrige les propos millénaristes de l’édition originale, voir M. Dulaey, « Jérôme ‘éditeur’ du Commentaire sur l’Apocalypse de Victorin de Poetovio », dans Revue des études augustiniennes, 37 (1991), p. 199-236.

34 Mittelalterliche Bibliothekskataloge…, p. 84, l. 12-13.

35 Voir, sans souci d’exhaustivité, les manuscrits Augienses CXXV et CCXVI, qui transmettent tous deux l’Hexameron d’Ambroise, suivant une édition milanaise, cf. Mirella Ferrari, « Recensiones milanesi tardo-antiche, carolinge, basso-medioevali di opere di Sant’Ambrogio », dans Ambrosius episcopus : Atti del congresso internazionale di studi ambrosiani nel XVI centenario della elevazione di sant’Ambrogio alla cattedra episcopale, Milano 2-7 dicembre 1974, éd. Giuseppe Lazzati, 2 t., Milan, 1976, t. II, p. 35-102, à la p. 70-71 ; le manuscrit Augiensis CCXIII (le témoin C des éditions Nauroy et Gerzaguet, W de l’édition El Horr, cf. supra § 2), a été copié en Italie du Nord (mais pas à Milan).

36 Le manuscrit de la Grande Chartreuse donne systématiquement liber officiis IIII, et une main contemporaine de la main principale a suppléé le de manquant. Cette erreur n’est pas signalée dans l’édition Fransen. Après vérification dans le manuscrit de Vitry sur suggestion de Pierre Chambert-Protat, ce manuscrit donne soit ex ł off. IIII (f. 26a ; f. 32va ; f. 36va), soit ex libro officiorum IIII (f. 18b ; f. 21a), soit ex libro officiorum quarto (f. 27va), soit exp. off. IIII (f. 3b ; f. 4b). Signalons une erreur au f. 32a : ex libro off. III.

37 Ambr., Bon. mort. 1 : quoniam de anima superiore libro sermonem aliquem contexuimus, faciliorem uiam putamus de bono mortis conficere aliquid.

38 L. El Horr, Le De bono mortis…, p. 149.

39 Cf. n. 19.

40 Pour une description codicologique rapide de ce manuscrit : s. xiimed. Parchemin. 103 ff. ; 225 × 125 mm (just. 170 × 100 mm) ; à longues lignes ; réglure à la pointe sèche. — Composition : Abs. de feuillet de garde ; 18~128 numérotés de a à o, 137 (6+1), le f. 102 a été ajouté. — Décoration : Première initiale légèrement ornée. Autres initiales peintes en rouge. — Reliure : xiie s. Nerfs apparents. Ais de chêne. — Ff. 1-11 : Ambroise, De mysteriis (CPL 155) ; ff. 11-34 : Ambroise, De sacramentis (CPL 154) ; ff. 34-56 : Ambroise, De bono mortis (CPL 129) ; ff. 56-68v : Ambroise, Expositio in psalmum 61 [De obitu Gratiani] (CPL 140) ; ff. 69-79 : Cyprien, De mortalitate (attr. à Ambroise) (CPL 44) ; ff. 79v-84 : Vita sancti Alexii (BHL 286) ; ff. 84-86v : Vita sanctae Eufrasiae (BHL 2718 ?) ; ff. 87-94 : Passio sanctorum Cypriani episcopi et Iustinae uirginis (BHL 2051) ; ff. 94-101v : <Vie de sainte Euphrosyne> (BHL 2723) ; ff. 101v-103 : cinq notices relatives aux biens de l’abbaye de Chézery. — Ex-libris : « Liber sancte Marie de Chisiriacho » (f. 103, xiie s.).

41 Au vu des variantes qu’il contient, ce manuscrit fait partie, sans doute aucun, des descendants de ξ, et les variantes qui suivent sont celles qu’il partage spécifiquement avec Florus : f. 34v, l. 23 qua] quia ; f. 42v, l. 20 epulandum] epulando ; f. 43, l. 10 animae] in ima ; f. 43, l. 19 uestem nuptialem] ueste nuptiali ; f. 43v potestatis] prostratus ; f. 45v grauiores poenas intra se luant] grauior pena eos intra se laniet ; f. 52v, l. 3 inquit] om. ; f. 52v, l. 13 iustificatur] -tus.

42 Il semble, en effet, qu’ils se résument à ce manuscrit. Il est signalé dans Joseph Brossard, Histoire politique et religieuse du pays de Gex et lieux circonvoisins : depuis César jusqu’à nos jours, Bourg-en-Bresse, 1851, p. 531-536. Une description sommaire en fut donnée dans Jules Vuy, Mémoires de l’Institut national génevois, t. XII, années 1867–1868 (1869), p. 3-9, qui s’attache à commenter les cinq notices, qu’il appelle « chartes », des ff. 101v-103.

43 Il s’agit des manuscrits Reims, BM, 379 et Paris, BNF, lat. 14848.

Table des illustrations

Titre Figure 1.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/3095/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 693k
Titre Figure 2
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/3095/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 3
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/3095/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Figure 4
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/3095/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 5
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/3095/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 6
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/3095/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre Figure 7.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/3095/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 178k

Auteur

Fondation Thiers/CNRS – École française de Rome – camille.gerzaguet@gmail.com

© Publications de l’École française de Rome, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540