Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Douze compilations pauliniennes de Florus de Lyon : un carrefour des traditions patristiques au IXe siècle

 | 
Pierre Chambert-Protat
, 
Franz Dolveck
, 
Camille Gerzaguet

Les sermons d’Augustin dans la bibliothèque de Florus : perspectives comparatistes avec la Collection de douze Pères

Shari Boodts

Texte intégral

Introduction

  • 1 La rédaction de cet article s’inscrit dans le cadre d’un projet postdoctoral financé par le FWO, l (...)
  • 2 Luc De Coninck, Bertrand Coppieters ’t Wallant et Roland Demeulenaere, « Pour une nouvelle édition (...)
  • 3 Cf. Troyes, BM, 96, f. 1v : In qua expositione, licet nonnulla ex uerbis Apostoli omissa uideantur (...)
  • 4 Cf. Cyril Lambot, « Critique interne et sermons de saint Augustin », dans Studia Patristica, 1 (19 (...)
  • 5 L. De Coninck, B. Coppieters ’t Wallant et R. Demeulenaere, « Pour une nouvelle édition… », p. 316 (...)
  • 6 Souvent, les manuscrits ne contiennent qu’une partie de l’œuvre. Cf. André Wilmart, « Sommaire de (...)
  • 7 Cf. L. De Coninck, B. Coppieters ’t Wallant, R. Demeulenaere, « Pour une nouvelle édition… », p. 3 (...)
  • 8 Pour des informations plus détaillées sur le stemma des témoins manuscrits de l’Expositio, voir L. (...)

1Le présent volume a pour objet d’examiner la Collection de douze Pères en tant que témoin de la transmission des textes patristiques qui en font partie, et comme exemple de la méthode de Florus de Lyon, compilateur et savant extraordinaire1. Il s’agit aussi de voir en quoi elle peut contribuer à l’établissement du texte critique des œuvres sources utilisées dans ce florilège. La présente contribution suivra une voie légèrement différente. Le Père sur lequel nous nous allons concentrer, saint Augustin, ne figure pas dans la Collection, mais forme le sujet d’un autre florilège de Florus, l’Expositio Epistolarum beati Pauli apostoli ex operibus sancti Augustini (désormais Expositio). Cet œuvre, qui commente verset par verset les Épîtres pauliniennes, prend la forme d’une anthologie monumentale composée de 2 2182 extraits de l’œuvre d’Augustin. Comme Florus lui-même l’indique dans le prologue, seuls quelques versets ne font pas partie du commentaire3. Florus a utilisé un large éventail de sources de haute qualité, incluant dans son florilège plus de 70 oeuvres augustiniennes. Ce nombre ne tient pas compte des citations de presque 150 Sermones ad populum différents, plus de 120 Enarrationes in Psalmos, presque 100 Tractatus in Euangelium/Epistulam Iohannis et plus de 50 Epistulae. Cependant, il est particulièrement remarquable que l’Expositio ne contienne que de rares textes apocryphes4. La compilation augustinienne de Florus est conservée dans 76 manuscrits5, un nombre qui témoigne de sa popularité, en particulier à partir du xiie siècle6. Le chef de file de cette transmission est le manuscrit Lyon, BM, 484, Lyon, s. ixmed, archétype de la tradition et autographe partiel7. Comme le manuscrit de Lyon est lacunaire, la reconstitution du texte s’appuie sur plusieurs copies contemporaines, la plus fameuse d’entre elles étant le manuscrit Troyes, BM, 96, copié par Mannon de Saint-Oyen, élève de Florus, au milieu du ixsiècle8.

  • 9 Pour l’identification des manuscrits conservés, voir la série Die handschriftliche Überlieferung d (...)

2La question qui sous-tend nos recherches concerne alors moins la valeur critique et historique de la Collection spécifiquement, mais porte plutôt sur la manière dont Florus a utilisé l’œuvre d’Augustin dans son Expositio. Nous nous concentrerons ici sur une seule entrée de l’œuvre d’Augustin, c’est-à-dire les Sermones ad populum. Ce choix est motivé entre autres par le fait que les sermons d’Augustin étaient beaucoup lus, copiés et utilisés au Moyen Âge, comme l’indiquent les centaines de manuscrits conservés9 et, en outre, par le fait que Florus lui-même représente une partie importante de la transmission directe et indirecte des sermons d’Augustin. Dans son Expositio, nous retrouvons des traces de presque 150 sermons, à côté des autres œuvres homilétiques de l’évêque d’Hippone, les Enarrationes in Psalmos et les Tractatus sur l’Évangile et la première Épître de Jean. Nous utiliserons les Sermones ad populum afin d’analyser des aspects spécifiques du processus des décisions et sélections qu’opère Florus dans l’Expositio.

  • 10 Pour plus d’information voir Shari Boodts, Alicia Eelen et Gert Partoens, « Sermones ad populum », (...)
  • 11 La formation des nouvelles collections médiévales se concentre - comme c’est le cas également pour (...)
  • 12 Ces collections ont été identifiées dans Avg., Sermones I-L (éd. C. Lambot, CCSL 41) ; Pierre-Patr (...)

3Afin d’établir un cadre de référence pour l’analyse propre, nous offrirons premièrement un résumé très bref sur le mode de transmission des sermons d’Augustin jusqu’à nos jours10. Contrairement à une partie substantielle des Enarrationes et des Tractatus, les Sermones ad populum étaient le produit d’une improvisation orale d’Augustin et conservés sous forme de notes par les sténographes qui étaient présents pendant la messe. Les homélies, recueillies en des séries diverses pendant la vie d’Augustin, se trouvaient dans la bibliothèque d’Hippone, mais aussi ailleurs, à Carthage par exemple, où Augustin prêchait régulièrement. Ces séries africaines forment la base de la transmission médiévale des sermons. Bien que la transmission de sermons isolés soit également attestée, la majorité des sermons d’Augustin nous est transmise en tant que partie de telle ou telle collection. Au Moyen Âge, les collections africaines ont été divisées ou fusionnées en de nouvelles combinaisons et dispersées dans toute l’Europe11. La définition exacte d’une collection est un point difficile, mais principalement, nous identifions comme « collection » les séries qui se présentent dans leur forme africaine originelle ou qui ont été augmentées soit par l’ajout d’autres séries africaines, soit par le mélange avec un matériel textuel de provenance autre12. Suivant cette définition une collection peut être transmise dans un seul manuscrit ou dans des centaines de témoins. Dernier élément qui est pertinent : un sermon peut faire partie d’une seule collection ou de plusieurs. 

4Après cette introduction très simplifiée à la transmission directe des Sermones ad populum, nous pouvons alors maintenant nous diriger vers Florus et son Expositio, et développer une étude de cas, illustrant des aspects différents de la méthode de Florus, mettant en lumière en particulier de nouveaux détails concernant ce qui se passe entre le manuscrit source utilisé par Florus et le manuscrit Lyon, BM, 484, notre témoin premier du florilège.

Étude de cas : la Collectio Lugdunensis

5Nous avons une connaissance relativement étendue et approfondie concernant Florus et son utilisation de certaines collections, soit par un rattachement certain de l’Expositio à une branche particulière du stemma de la collection en question, soit, avant même de regarder les variantes textuelles, par le fait que Florus cite une quantité significative de sermons qui font partie de cette collection. Dans quelques cas, nous avons conservé aussi des manuscrits sources annotés par Florus. 

  • 13 Cf. P.-P. Verbraken, Études critiques…, p. 215-216 ; Avg., Sermones LI-LXX (éd. P.-P. Verbraken, L (...)
  • 14 Cf. Caes. Arel., Sermones (éd. G. Morin, CCSL 103-104) ; P.-P. Verbraken, Études critiques…, p. 21 (...)
  • 15 Dans la collection se trouvent deux éléments qui sont formés d’une combinaison de deux textes, n°  (...)
  • 16 Nous précisons que la collection contient 19 sermons authentiques, le De fide et symbolo, 2 textes (...)

6Un de ces manuscrits contient la Collectio Lugdunensis13. Cette collection est identifiée comme collection arlésienne, parce que nous y reconnaissons la main de Césaire d’Arles, qui, au vie siècle, a réuni un grand nombre de sermons augustiniens, formant ainsi de nouvelles collections14. La collection dans son état actuel est constituée de 21/23 pièces15. Elle est préservée dans un seul témoin lacunaire, distribué maintenant en trois manuscrits, dont deux se trouvent à la bibliothèque municipale de Lyon, sous les cotes 788 et 604, et un à Paris, le manuscrit BNF, nal. 1594. L’ensemble date du viie siècle et était déjà incomplet au ixe siècle quand il faisait partie de la bibliothèque de Florus. Dans l’Expositio nous retrouvons 31 fragments empruntés à 14 des 19 sermons authentiques qui figurent dans cette collection, et 8 fragments du De fide et symbolo16. Toutefois, cette observation, évidente à première vue, ne nous donne pas une image complète. Quand nous feuilletons le témoin unique de la Collectio Lugdunensis, qui est un véritable trésor d’annotations de Florus, et que nous le comparons avec l’Expositio, nous arrivons à des observations intéressantes pour notre analyse de la méthode de Florus.

  • 17 Célestin Charlier, « Les manuscrits personnels de Florus de Lyon et son activité littéraire », dan (...)
  • 18 Le manuscrit numérisé peut être consulté sur le site http://florus.bm-lyon.fr/.
  • 19 Le système de ponctuation de Florus est décrit dans L. Holtz, « Le manuscrit Lyon, B.M. 484… », p. (...)
  • 20 C. Charlier, « Les manuscrits personnels … » ; C. Charlier, « La compilation augustinienne … ».
  • 21 L. Holtz, « La minuscule marginale… » ; L. Holtz, « Le manuscrit Lyon, B.M. 484… ».

7Le manuscrit contient des preuves abondantes du système d’annotation de Florus, comme Célestin Charlier l’a décrit en détail dans ses études fondatrices17. Un bel exemple typique se trouve aux ff. 8v-10 du manuscrit Lyon, BM, 60418, où nous trouvons un fragment du sermon 348, constitué de 2 parties, qui trouve sa place dans la section sur Rom. 11, 19-21 de l’Expositio. Un crochet simple ouvre la citation sur la ligne 16 du folio 8v. Pour indiquer la section que le copiste doit supprimer, Florus utilise les crochets accompagnés par deux points (exemple sur le f. 9v, l. 13, où Florus a aussi retracé le texte devenu presque illisible). À l’intérieur du fragment, Florus a appliqué son propre système de ponctuation19. Pour compléter l’ensemble, il a ajouté la référence à l’Épître aux Romains dans la marge (sur le f. 8v). Ce système clair et efficace, qui est familier à tous ceux qui ont travaillé sur les manuscrits sources de Florus, a, à cause des études de Célestin Charlier20 et de Louis Holtz21 en particulier, acquis une réputation d’être sans faille. Cependant, une lecture attentive de la Collectio Lugdunensis dans ce témoin unique révèle de petits problèmes, pas nécessairement des erreurs, mais en tout cas des déviations dans ce système.

8Un premier exemple se trouve au f. 31 de Paris, BNF, nal. 1594, dans le sermon 7422. Dans l’Expositio, le fragment commence avec les mots quomodo ergo tollitur uelamen, dicit ipse Apostolus. Quand nous comparons ce début avec le fragment comme il se présente dans le manuscrit source, cette phrase n’a pas été incluse entre les crochets qui indiquent les limites de la sélection. 

  • 23 Flor., Expos. (éd. P.-I. Fransen, L. De Coninck et al., CCCM 220b), p. 42-43.

[Quomodo ergo tollitur uelamen, dicit ipse Apostolus :] Cum autem transieris ad Dominum, auferetur uelamen. Iudaeus ergo non transiens ad Dominum, non pertendit aciem mentis in finem : quomodo illo tempore in hac figura, filii Israhel non pertendebant aciem oculorum suorum in finem, id est, in faciem Moysi. Facies enim Moysi splendida figuram habebat ueritatis. Interpositum est uelamen, quia non poterant intendere ad hunc splendorem uultus eius filii Israhel. Quae figura euacuatur. Sic enim dixit Apostolus : quae euacuantur. Quare euacuantur ? Quia ueniente imperatore, imagines tolluntur de medio. Ibi spectatur imago, ubi imperator praesens non est ; ubi autem est ille cuius imago est, imago remouetur. Imagines ergo praeferebantur, antequam ueniret imperator noster Dominus Iesus Christus ; imaginibus sublatis, fulget praesentia imperatoris. Ergo cum transierit quisque ad Dominum, auferetur uelamen. Sonabat enim uox Moysi per uelum, et facies Moysi non apparebat. Sic et modo Iudaeis sonat uox Christi per uocem scripturarum ueterum. Vocem earum audiunt, faciem sonantis non uident. Volunt ergo ut auferatur uelamen ? Transeant ad Dominum23.

  • 24 Fragment 41 dans la section sur II Cor., Ciu. 17, 7 – CCSL 48, p. 569, 7, 77-83 ; 570, 7, 94-97 (F (...)

9Le fragment est parfaitement compréhensible sans la phrase introductive. Elle n’est pas non plus nécessaire pour préciser un lien avec le fragment précédent24, et ni le manuscrit source, ni l’original de l’Expositio ne montrent des signes qui peuvent expliquer cette déviation. 

  • 25 Fragment 173 dans II Cor. – Flor., Expos. (éd. P.-I. Fransen, L. De Coninck et al., CCCM 220b), p. (...)
  • 26 Voir la note précédente pour les indications des folios pour chaque fragment.
  • 27 Flor., Expos. (éd. P.-I. Fransen, L. De Coninck et al., CCCM 220b), p. 481-482.
  • 28 La présence d’un signe de ponctuation assez prononcé, qui pourrait être interprété comme un croche (...)
  • 29 Cf. Flor., Expos. (éd. P.-I. Fransen, L. De Coninck et al., CCCM 220b), p. 472-490. Il s’agit des (...)
  • 30 L. Holtz, « Le manuscrit Lyon, B.M. 484… », p. 281.

10Un deuxième exemple présente une situation parallèle. Du sermon 341, l’Expositio offre 5 fragments, sur II Corinthiens, Éphésiens, Philippiens et Colossiens25. Tous ces fragments ont été empruntés à notre manuscrit de la Collectio Lugdunensis, où le sermon se trouve aux ff. 32-42v de Paris, BNF, nal. 1594. Pour quatre des fragments, la correspondance entre les limites indiquées par les crochets dans le manuscrit source et les limites des citations dans l’Expositio est parfaite26. Un seul fragment se distingue, celui sur Philippiens 2, 6-727. Il commence régulièrement sur le f. 34v avec un crochet dans le texte (l. 4) qui est répété dans la marge, accompagné d’une identification « phil ». Dans l’Expositio, le fragment se clôt avec les mots serui accipiens, ce qui coïncide avec la fin du f. 34v dans le manuscrit. Pourtant, à cet endroit, le crochet indiquant la fin de la sélection fait défaut. Celui-ci n’apparaît que vers les trois quarts du recto suivant (l. 17). Le fait que la fin du fragment dans le florilège coïncide avec la fin du folio dans le manuscrit source nous incite à considérer cette déviation du système florien habituel comme une erreur d’un copiste distrait28. Toutefois, le fragment raccourci présente un argument complet (bien que peu élaboré, comme la majeure partie de l’exégèse suit dans la section éliminée), un contenu en outre très similaire à ce que nous trouvons dans la majorité des 20 fragments déjà dédiés aux versets Phil. 2, 6-7 dans l’Expositio29. Nous pouvons alors nous demander si ce n’est pas Florus lui-même qui, afin d’éviter des redondances, aurait décidé de raccourcir ce fragment. Louis Holtz, dans son étude du manuscrit Lyon, BM, 484, a formulé l’hypothèse selon laquelle la préoccupation, entre autres, d’éviter répétitions et redondances a incité Florus à ne pas retenir certains fragments pendant sa relecture finale du florilège30. Il est possible que la même motivation soit présente dans le fragment en question ; mais il semble plus probable que, dans ce cas-ci, nous avons affaire à une erreur du copiste, et non pas à une décision délibérée de Florus. 

11Cependant, une anomalie plus substantielle se détecte dans le témoin de la Collectio Lugdunensis : elle reflète des actions délibérées dont Florus serait l’instigateur.

  • 31 Vu que le manuscrit est lacunaire et plusieurs folios sont partiellement illisibles, il est possib (...)

12De 10 passages au moins31 qui ont été annotés par Florus selon son système typique (crochets, ponctuation, identification marginale), nous ne trouvons aucune trace dans l’Expositio. Nous les listons dans le tableau suivant l’ordre rencontré dans la Collectio Lugdunensis :

Tableau 1

Manuscrit Sermon Note marginale Référence biblique Limites de l’extrait
1 Paris, BNF, nal. 1594, f. 1v s. 212, §1 (PL 38, col. 1058) philipp. Phil. 2, 6-7 qui cum in forma dei esset […] aequalitas natura sit sui
2 Paris, BNF, nal. 1594, ff. 21-22 s. 38, § 3-5 (Avg., Sermones (éd. C. Lambot, CCSL 41), p. 477-479, l. 43-76) cor.ii. II Cor. 5, 6 propter illa bona quae […] ne in illa frangaris
3 Lyon, BM, 604, ff. 45-46 s. 2, § 1-9 + s. 9, § 3-21 (s. 9, § 8) (Avg., Sermones (éd. C. Lambot, CCSL 41), p. 122-123, l. 295-313) eph Eph. 4, 22-24 (Eph. 4, 25) uetus homo aut non facit […] cantare quam cum onere
4 Lyon, BM, 604, ff. 58-65v s. 170, § 1-9 (Sh. Boodts, « A New Critical Edition… », p. 210-222, l. 8-230) phil’ Phil. 3, 6.9.13-15 audiuimus apostolicam lectionem […] meruit indulgentiam (Π’ dans la marge, f. 58v) ; hac impletor legis (pas de signe spécial dans la marge, f. 58v) […] superabundaret gratia (Π’ γ, f. 59) ; quare ergo te dixisti (Π’ γ, de nouveau phil’. dans la marge, f. 62) […] oculis latoris legis (Π’, f. 62v) ; quare ergo ista damna (Π’, f. 62v) […] ista stercora (Π’, f. 62) ; quicquid faciebant (γ, f. 62) […] qualis erit uidentium (Π’, f. 65) ; secundum hanc uitam (exh., f. 65) […] non sitiet in aeternum (Π’, f. 65v, fin du fragment)
5 Lyon, BM, 604, f. 72 s. 142, § 8-9 (G. Partoens, « A More Original Version of S. 142 of Saint Augustine », dans Augustiniana, 60 (2010), p. 119-144, p. 133, l. 68-76) eph cf. Eph. 1, 13-14 (?) credere antequam […] domus tuae et reliqua
6 Lyon, BM, 604, f. 73 s. 142, § 8 (PL 38, col. 783) cor.i. I Cor. 13, 4 non aemulatur non inflatur […] si non inflatur non aemulatur
7 Lyon, BM, 604, ff. 73-73v s. 142, § 9 (PL 38, col. 783) item’ I Cor. 13, 1-3 iam quilibet habeat […] sequere ut discas quoniam mitis sum et humilis corde (F. dans la marge)
8 Lyon, BM, 604, ff. 73v-74 s. 142, § 10 (PL 38, col. 784) phil. Phil. 3, 12-13 exhortor ergo […] ut mereamur perfectionem
9 Lyon, BM, 604, ff. 83-84 s. 361, § 16 (PL 39, col. 1608) philipp. - distinguit apostolus […] iterum sumendi eam
10 Lyon, BM, 604, ff. 84v-85 s. 361, § 17-18 (PL 39, col. 1609) rom. cf. Rom. 8, 3 mortalitas de peccato […] sed non peccati caro (f. 85) ; nullo modo ergo resurrectio (f. 85) […] resurrectionem promisit (f. 85)

13Dans cette liste d’extraits finalement écartés, il y a même un extrait très complexe, qui consiste en une combinaison de multiples fragments : l’extrait du sermon 170 (n° 4). Le fait que ces fragments soient assez nombreux et qu’ils se trouvent dans un manuscrit qui est, par ailleurs, intensément exploité dans le florilège rend presque nulle la possibilité que l’omission de ces fragments soit accidentelle. Il semble incontestable que Florus lui-même est responsable de l’omission de ces fragments. Il devrait alors être possible de formuler des hypothèses identifiant les causes motivant la suppression de ces passages dans la sélection finale de l’Expositio. À titre d’illustration, nous examinerons donc de plus près 3 fragments, où se constatent des causes d’élimination différentes.

14Une première cause d’élimination, à laquelle nous avons déjà rapidement fait allusion, se décèle dans le premier fragment dans la liste : dans le premier paragraphe du sermo 212, un fragment de quelques lignes a été signalé pour la péricope sur Phil. 2, 6.

  • 32 Paris, BNF, nal. 1594, f. 1v (PL 38, col. 1058).

Qui cum in forma Dei esset, non rapinam arbitratus est esse aequalis Deo (Phil. 2, 6)Rapina quippe, usurpatio est alieni : cum illa aequalitas natura sit sui (sui] om. PL)32.

  • 33 Cf. Flor., Expos. (éd. P.-I. Fransen, L. De Coninck et al., CCCM 220b), p. 472-490. Il s’agit des (...)

15Nous avons déjà mentionné que ce verset biblique et le suivant ont été largement commentés dans l’Expositio, avec 20 extraits33. Le passage emprunté au sermo 212 offre une exégèse minimale du verset : on ne peut pas associer le mot rapina avec le Christ sous une forme divine, parce qu’il n’a pas pris cette forme mais qu’il a toujours été l’égal de Dieu ; c’est la forme humaine qui lui était à l’origine étrangère. La plupart des 20 passages sur Phil. 2, 6-7 dans l’Expositio présentent cette exégèse de façon élaborée et à plusieurs reprises - elle a été employée plusieurs fois par Augustin comme argument contre les hérésies qui nient l’unité du Christ et du Père. Le bref extrait du sermo 212 a été écarté de ce rassemblement impressionnant.

16Comme deuxième cause d’élimination, on peut supposer l’oubli des raisons ayant motivé la sélection d’un fragment en rapport avec la péricope biblique indiquée dans la marge, ou une réévaluation de la légitimité de ces raisons. Dans notre liste des passages supprimés, il y a un extrait qui pourrait entrer dans cette catégorie. Un fragment du sermo 142, qui est accompagné par l’identification eph ne contient pas de référence littérale à l’épître en question.

  • 34 Lyon, BM, 604, f. 72 (G. Partoens, « A More Original Version… », p. 133).

Credere antequam uideas, meritum est futurae uisionis. Exercetur ergo capacitas tua dilatione bonorum, ut aucto desiderio sis idoneus capere quod promittit et quod desideras. Nam aliquid iam dedit : dedit enim pignus Spiritum suum. Quid est : « pignus dedit » ? Tamquam dicens : « Ecce quia dabo aliquid, inde nunc do quod te erigat, quod inflammet caritatem, quod rapiat ad satietatem gustatum ». Gustate et uidete quam suauis est Dominus (Ps. 33, 9). Vnde gustastis, inde satiabimini. Inebriabuntur, inquit, ab ubertate domus tuae et reliqua (Ps. 35, 9-10)34.

17On pourrait associer l’expression pignus Spiritus suum à Eph. 1, 13-14 (In quo et uos, cum audissetis uerbum ueritatis (Euangelium salutis uestrae), in quo et credentes signati estis Spiritu promissionis sancto, qui est pignus haereditatis nostrae, in redemptionem adquisitionis, in laudem gloriae ipsius). Nous pouvons avancer ici plusieurs hypothèses : Florus, en relisant ce fragment, a décidé que le lien avec l’Épître aux Éphésiens était trop faible, ou, deuxième possibilité, il a oublié les raisons ayant motivé l’addition de ‘eph’ dans la marge. Troisième possibilité : si nous acceptons l’hypothèse que Florus ajoute dans un premier temps les identifications marginales pour tous les livres de la Bible auxquels il s’intéresse, il est possible de postuler du même coup que Florus a pu faire à cet endroit une erreur et que cet extrait aurait dû être identifié en marge avec ioh. Le passage est, en effet, immédiatement précédé par une référence à Ioh. 20, 29 (Dixit ei Iesus : Quia uidisti me Thoma, credidisti : beati qui non uiderunt, et crediderunt [citation selon la Vulgate]). Plusieurs identifications marginales sous forme de ioh se rencontrent dans les marges de notre manuscrit et quelques passages sont même abondamment annotés, comme pour préparer un commentaire à l’évangile de Jean qui ne nous a pas été conservé, et dans lequel ce fragment aurait pu peut-être fonctionner. Bien que les trois possibilités soient des hypothèses légitimes, nous préférons la première : Florus, en relisant ce fragment et ne trouvant pas immédiatement de liens évidents ou assez convaincants avec l’épître aux Éphésiens, a simplement décidé de supprimer ce passage. 

  • 35 Paris, nal., 1594, ff. 21-22 (Avg., Sermones [éd. C. Lambot, CCSL 41], p. 477-479).

18Le dernier exemple offre un cas similaire. Il s’agit d’un passage emprunté au sermon 38 et destiné à la péricope sur II Cor. 5, 6-735.

[…] propter illa bona, quae non dabit deus nisi bonis, et propter mala (propter mala] propter illa mala Lambot), quae non dabit deus nisi malis, quia in fine apparebunt utraque, credi sibi uult deus. Quae enim merces fidei, aut quod omnino uel nomen fidei, si modo uis uidere quod teneas ? Non debes ergo uidere quod credas, sed ut (ut] om. Lambot) credere dum (dum] quod Lambot) uideas ; credere quamdiu non uides, ne cum uideris erubescas. Ergo credimus dum tempus est fidei, antequam sit tempus speciei. Sic enim dicit apostolus : Quamdiu sumus in hoc corpore, peregrinamur a domino. Per fidem enim ambulamus (II Cor. 5, 6-7). Ergo per fidem ambulamus (ambulamus] om. Lambot), quamdiu credimus quod non uidemus. Tenebimus autem (autem] om. Lambot) speciem, cum uiderimus (uiderimus] uidebimus Lambot) facie ad faciem, sicuti est (I Cor. 13, 12 ; I Ioh. 3, 2). Tempus fidei et tempus speciei Iohannes etiam apostolus distinguit in epistula sua dicens : Dilectissimi, nunc filii dei sumus, et nondum apparuit quod erimusScimus quoniam (quoniam] inquit quia Lambot) cum apparuerit, similes ei erimus, quoniam uidebimus eum sicuti est (I Ioh. 3, 2). Laboriosum est fidei tempus. Quis negat ? Laboriosum est, sed hoc est opus cuius (cuius] cui Lambot) illa merces est. Noli piger esse in opere, cuius mercedem desideras. Si quem (quem] om. Lambot) enim et tu ipse mercennarium conduxisses, non ante mercedem numerares quam in opere exerceres. Diceres ei : ‘Fac, et accipe’. Non tibi diceret : ‘Da, et facio’. Sic ergo et deus. Tu non fallis mercennarium tuum timens deum, et te ipse deus fallit, qui iussit (iussit] iubet Lambot) ne fallas mercennarium ? Tamen (tamen] et praem. Lambot) tu quod promiseris potes et (et] om. Lambot) non dare. Et si non est in corde tuo dolus falsitatis, est tamen (tamen] certe Lambot) in fragilitate humana inopia difficultatis. Quid de deo timeamus (timeamus] timemus Lambot), qui nec fallere potest quia ueritas est, et abundat omnibus qui fecit omnia ? Credamus ergo deo, fratres. Hoc est primum praceptum (praceptum] praeceptum Lambot), hoc est initium religionis et uiae nostrae, fixum habere cor in fide, et figendo cor in fide uiuere bene, abstinere ab omnibus (omnibus] bonis Lambot) seductoriis, sustinere mala temporalia, et quamdiu illa blandiuntur et illa minantur, aduersum utrumque in hoc (in hoc] inconcussum Lambot) habere cor, ne in illa defluas, ne in illa frangaris.

19Dans ce fragment, toutefois, un autre verset biblique occupe une place de choix. Il fait, en effet, mention de II Cor. 5, 6-7 (Audentes igitur semper, scientes quoniam dum sumus in corpore, peregrinamur a Domino : [per fidem enim ambulamus]), mais dans le contexte d’une exégèse portant sur I Ioh. 3, 2 (Charissimi, nunc filii Dei sumus : et nondum apparuit quid erimus. Scimus quoniam cum apparuerit, similes ei erimus : quoniam uidebimus eum sicuti est. Augustin utilise I Ioh. 3, 2 pour inciter son auditoire à avoir la foi, sans essayer de la vérifier dès à présent. Nous ne pouvons pas encore voir, dit-il, dans le temps de la foi, ce que nous deviendrons et recevrons, parce que – et c’est là qu’il insère le verset de II Corinthiens – « alors que nous sommes dans le corps, nous sommes absents du Seigneur » (II Cor. 5, 6). Le passage se termine par Augustin exhortant ses auditeurs à avoir la foi dans la promesse de Dieu. Il y a plusieurs références à la première épître de Jean, tandis que II Corinthiens semble être secondaire dans l’élaboration de l’argument. Bien que le fragment puisse servir comme commentaire sur II Cor. 5, 6-7, il est aisé de comprendre pourquoi Florus aurait décidé que le fragment n’avait pas sa place dans son florilège. 

Conclusion

  • 36 L. Holtz, « Le manuscrit Lyon, B.M. 484… », p. 278-279.
  • 37 L. Holtz, « Le manuscrit Lyon, B.M. 484… », p. 281.

20Tout ce que nous avons observé jusqu’à présent pointe vers la conclusion suivante : si nous trouvons dans le manuscrit source de la Collectio Lugdunensis des fragments annotés qui n’ont pas été inclus de façon délibérée dans la version finale du florilège, il faut en conclure que l’étape de rédaction intermédiaire – entre les manuscrits sources et le florilège – est encore plus complexe qu’on n’a pu le penser. Dans son étude de Lyon, BM, 484, Louis Holtz, a jugé improbable que chaque fragment de l’Expositio ait été copié sur des bouts de parchemin et organisé dans un sorte de fichier avant d’être recopié dans Lyon, BM, 484. Il a, au contraire, proposé que l’étape intermédiaire ait pris la forme de 14 listes ou dossiers concis, un pour chaque épître paulinienne, dans lesquels étaient indiqués pour chaque manuscrit source les incipits des fragments annotés là-dedans ou un mot-clé, autrement dit des informations de nature à permettre à Florus d’organiser les fragments dans un grand plan pour le florilège (non pas sans procéder de temps en temps à des vérifications dans les manuscrits sources)36. Louis Holtz écrit37 :

Et, de plus, il est démontré que l’auteur pour certains versets [nous soulignons] a dû choisir et donc renoncer à introduire tel extrait pourtant préalablement retenu, au motif que son contenu était presque répétitif de tel autre19

21Dans la note 19, Louis Holtz renvoie à 7 fragments que Florus a supprimés de l’Expositio pendant sa correction finale de Lyon, BM, 484. En réalité – si notre analyse du témoin unique de la Collectio Lugdunensis est une indication fiable ; il faudrait naturellement des recherches plus approfondies avant d’extrapoler les résultats de notre enquête – Florus a effectué une tâche de rédaction et de sélection, massive en même temps que prudente, après sa première étape d’annotation et avant l’achèvement de Lyon, BM, 484, une tâche qui va bien au-delà des 7 fragments éliminés de Lyon, BM, 484, qu’évoque Louis Holtz. Des 19 sermons qui figurent dans la Collectio Lugdunensis, Florus a retenu 31 extraits, tout en en éliminant 10, c’est-à-dire 1 sur 4 dans ce cas spécifique. En outre, pour qu’il soit dans la position de décider d’inclure ou d’exclure des fragments sur la base des critères que nous avons proposés, il est nécessaire que Florus ait eu accès à tous les fragments sur une péricope particulière en même temps, presque du même coup d’œil. Ce scénario reste possible dans le cadre de l’hypothèse de Louis Holtz, mais en même temps il est fort probable que Florus, afin d’accomplir cette tâche, ait eu besoin d’informations plus détaillées qu’un incipit ou qu’un mot-clé dans ses dossiers préparatoires. Cela implique que le travail accompli par Florus en préparant seulement l’un de ses multiples florilèges est encore plus impressionnant que nous le pensions. Florus n’a pas seulement rassemblé un corpus gigantesque de fragments : il a aussi réussi à faire des comparaisons entre des fragments encore plus nombreux et à faire une sélection raisonnée. Beaucoup de questions sur le stade intermédiaire de la construction de la compilation augustinienne de Florus restent encore en suspens, et cette petite étude de cas a été révélée une nouvelle couche de complexité.

Notes

1 La rédaction de cet article s’inscrit dans le cadre d’un projet postdoctoral financé par le FWO, le Fonds de la Recherche scientifique de Flandre. Je remercie Gert Partoens et Luc De Coninck pour leurs remarques sur la version orale de cette contribution, ainsi que Camille Gerzaguet pour la correction du texte français.

2 Luc De Coninck, Bertrand Coppieters ’t Wallant et Roland Demeulenaere, « Pour une nouvelle édition de la compilation augustinienne de Florus sur l’Apôtre », dans Revue bénédictine, 119 (2009), p. 316-335, à la p. 316.

3 Cf. Troyes, BM, 96, f. 1v : In qua expositione, licet nonnulla ex uerbis Apostoli omissa uideantur, tamen Deo auxiliante et per doctorem mirabilem mirabiliter agente quaecumque difficiliora, profundiora uel excellentiora ibi inueniuntur, tam diligenter paene omnia et praeclare tractata sunt, ut diuina gratia adspirante pio et prudenti ac studioso lectori sufficere possint ad instructionem doctrinae, ad exercitationem ingenii et ad ea quae intermissa sunt, facilius inuestiganda atque, in quantum Dominus adiuuerit, penetranda. Voir aussi Célestin Charlier, « Florus de Lyon », dans Dictionnaire de spiritualité, t. V, Paris, 1962, col. 514-526, col. 523.

4 Cf. Cyril Lambot, « Critique interne et sermons de saint Augustin », dans Studia Patristica, 1 (1957), p. 112-127 [réimpr. dans Revue bénédictine, 79 (1969), p. 134-147], p. 113 : « Moins encore que l’antiquité, le moyen âge était capable de distinguer le vrai du faux. La presque totalité des lecteurs ne se doutait même pas qu’un sermon muni du nom de saint Augustin pût lui être totalement étranger. Un Florus de Lyon est une exception. Je ne vois pas qu’il ait inséré dans son Florilège augustinien sur les Épîtres de saint Paul un seul extrait qui ne fût authentique, et pourtant il puisait dans des sources qui n’étaient pas toutes sans mélange », et Paul-Irénée Fransen, « Le florilège augustinien de Florus de Lyon », dans Saint Augustin et la Bible, Actes du colloque de l’université Paul-Verlaine, Metz, 7-8 avril 2005, éd. Gérard Nauroy et Marie-Anne Vannier, Berne, 2008 (Recherches en littérature et spiritualité, 15), p. 313-324, à la p. 319 : « Sans qu’aucune œuvre apocryphe vienne contaminer les choix opérés. » Ce jugement n’est pas entièrement correct. Trois œuvres apocryphes ont été identifiées : Altercatio cum Pascentio (que Florus cite sur base de la Collectio ex opusculis s. Augustini in Epistulas Pauli apostoli de Bède le Vénérable), fragments 568 et 40 dans les sections sur I Cor. 16, 22-24 et Phil. 2, 6-7 (PL 33, col. 1160 ; ibid., col. 1159-1160 ; voir aussi l’édition H. Müller, D. Weber et Cl. Weidmann [Österreichische Akademie der Wissenschaften, Philosophisch-historische Klasse, Sitzungsberichte 779], dont le deuxième fragment est édité dans Flor, Exp. [éd. P.-I. Fransen, L. De Coninck et al., CCCM 220b], p. 486-487) ; Contra Felicianum arianum de unitate Trinitatis liber, fragment 26 dans la section sur I Cor. 1, 17 (PL 42, col. 1158) ; et le Sermo 180 de Césaire d’Arles (que Florus connaissait aussi par Bède), fragments 70, 71, et 75 dans les sections sur Eph. 4, 25 et 27 (éd. G. Morin, CCSL 104, p. 730 [3-6.7-10] – 731 [5-8] ; p. 731 [11-13] ; p. 731 [14-19.21-28]).

5 L. De Coninck, B. Coppieters ’t Wallant et R. Demeulenaere, « Pour une nouvelle édition… », p. 316. Cet article offre la bibliographie la plus récente sur l’Expositio de Florus. La liste complète des témoins se trouve dans Johannes Heil, Kompilation oder Konstruktion ? Die Juden in den Pauluskommentaren des 9. Jahrhunderts, Hannover, 1998 (Forschungen zur Geschichte der Juden, A, 6), p. 403-405.

6 Souvent, les manuscrits ne contiennent qu’une partie de l’œuvre. Cf. André Wilmart, « Sommaire de l’Exposition de Florus sur les Épîtres », dans Revue bénédictine, 38 (1926), p. 205-216, à la p. 206: « La distribution Rom. – I Cor., II Cor. – Hebr. est fort répandue ; mais cette autre n’est point rare : Rom. – I Cor. – II Cor., Gal. – Hebr. » (avec des notes sur quelques manuscrits et leurs divisions). P.-I. Fransen, « Le florilège augustinien… », 2008, p. 317 propose une autre division : Romains, I Corinthiens, II Corinthiens jusqu’aux Hébreux. Cette division est probablement fondée sur la description de Sankt Gallen, Stiftbibl., 279-281 donnée dans Célestin Charlier, « La compilation augustinienne de Florus sur l’Apôtre : sources et authenticité », dans Revue bénédictine, 57 (1947), p. 132-186, à la p. 136, n. 1. Cette description, par contre, est trompeuse, car elle n’explique pas que la division originale du manuscrit était en 4 volumes, dont un, qui contenait Gal – Col, est perdu. Cf. Flor., Expos. (éd. P.-I. Fransen, L. De Coninck et al., CCCM 220b), p. xxvii, n. 88. Je remercie L. De Coninck d’avoir attiré mon attention sur ce fait.

7 Cf. L. De Coninck, B. Coppieters ’t Wallant, R. Demeulenaere, « Pour une nouvelle édition… », p. 329 et 335. Une version numérisée du manuscrit, de qualité supérieure, est accessible sur http://florus.bm-lyon.fr/. On trouve davantage d’information sur le manuscrit sur ce site internet, ainsi que (entre autres) dans Flor., Expos. (éd. cit.), p. vii-xxxii ; L. De Coninck, B. Coppieters ’t Wallant, R. Demeulenaere, « Pour une nouvelle édition… » ; Louis Holtz, « La minuscule marginale et interlinéaire de Florus de Lyon », dans Gli autografi medievali : problemi paleografici e filologici, éd. Paolo Chiesa et Lucia Pinelli, Spolète, 1994 (Quaderni du cultura mediolatina, 5), p. 149-166 ; Louis Holtz, « Le manuscrit Lyon, B.M. 484 (414) et la méthode de travail de Florus », dans Revue bénédictine, 119 (2009), p. 270-315.

8 Pour des informations plus détaillées sur le stemma des témoins manuscrits de l’Expositio, voir L. De Coninck, B. Coppieters ’t Wallant, R. Demeulenaere, « Pour une nouvelle édition… » et Gert Partoens et Shari Boodts, « The Critical Edition of Florus of Lyon’s Expositio epistolarum beati Pauli apostoli : State of the Art and New Results », dans Commentaries, Catenae and Biblical Tradition, Papers from the Ninth Birmingham Colloquium on the Textual Criticism of the New Testament, in association with the COMPAUL project, éd. Hugh A. G. Houston, Piscataway (New Jersey), 2016 (Texts and Studies, 13), p. 253-276.

9 Pour l’identification des manuscrits conservés, voir la série Die handschriftliche Überlieferung der Werke des heiligen Augustinus, Vienne, 1969-…

10 Pour plus d’information voir Shari Boodts, Alicia Eelen et Gert Partoens, « Sermones ad populum », dans The Oxford Guide to the Historical Reception of Augustine, éd. Karla Pollmann et Willemien Otten, Oxford, 2013, p. 323-330. Cet article est la base du résumé présenté ici.

11 La formation des nouvelles collections médiévales se concentre - comme c’est le cas également pour d’autres traditions - surtout en deux périodes, la fin du viiie, début du ixe siècle et la fin du xie et le xiie siècle. Ce n’est que dans le courant cette seconde période que s’observe la tendance consistant à rassembler toute l’œuvre homilétique d’Augustin dans de grandes compilations médiévales qui réunissent plusieurs collections.

12 Ces collections ont été identifiées dans Avg., Sermones I-L (éd. C. Lambot, CCSL 41) ; Pierre-Patrick Verbraken, Études critiques sur les sermons authentiques de saint Augustin, La Haye – Steenbrugge, 1976 (Instrumenta Patristica et Mediaevalia, 12) ; Avg., Sermones LI-LXX (éd. P.-P. Verbraken, L. De Coninck et al., CCSL 41aa).

13 Cf. P.-P. Verbraken, Études critiques…, p. 215-216 ; Avg., Sermones LI-LXX (éd. P.-P. Verbraken, L. De Coninck et al., CCSL 41aa), p. xxxii-xxxiii ; Shari Boodts, « A New Critical Edition of Augustine’s Sermo 170 : With a Tentative Analysis of the Stemmatic Position of the De lapsu mundi Collection », dans Sacris Erudiri, 50 (2011), p. 185-225.

14 Cf. Caes. Arel., Sermones (éd. G. Morin, CCSL 103-104) ; P.-P. Verbraken, Études critiques…, p. 210-218 ; William Klingshirn, Caesarius of Arles : The Making of a Christian Community in Late Antique Gaul, Cambridge, 1994 (Cambridge Studies in Medieval Life and Thought, 4, 22) ; Augustinus Dominicus Klaassen, Tien preken van Caesarius van Arles (470–542) vertaald en toegelicht : een onderzoek naar de invloed van Augustinus in de prediking van Caesarius van Arles, Schiedam, 1996 ; Avg., Sermones LI-LXX (éd. P.-P. Verbraken, L. De Coninck et al., CCSL 41aa), p. xxix-xxxiv.

15 Dans la collection se trouvent deux éléments qui sont formés d’une combinaison de deux textes, n° 6 (s. 60, § 1-6 + s. 389, § 4-6) et n° 16 (s. 2, § 1-9 + s. 9, § 3-21). Selon la méthode d’identification retenue, la collection compte alors 21 ou 23 textes. Cf. P.-P. Verbraken, Études critiques…, p. 216.

16 Nous précisons que la collection contient 19 sermons authentiques, le De fide et symbolo, 2 textes pseudo-augustiniens et le De exodo de Jérome.

17 Célestin Charlier, « Les manuscrits personnels de Florus de Lyon et son activité littéraire », dans Mélanges Emmanuel Podechard : études de sciences religieuses offertes pour son éméritat au doyen honoraire de la faculté de théologie de Lyon, Lyon, 1945, p. 71-84 [réimpr. dans Revue bénédictine, 119 (2009), p. 252-267] ; C. Charlier, « La compilation augustinienne… ».

18 Le manuscrit numérisé peut être consulté sur le site http://florus.bm-lyon.fr/.

19 Le système de ponctuation de Florus est décrit dans L. Holtz, « Le manuscrit Lyon, B.M. 484… », p. 303-308 ; voir aussi Flor., Expos. (éd. P.-I. Fransen, L. De Coninck et al., CCCM 220b), p. xii-xiv.

20 C. Charlier, « Les manuscrits personnels … » ; C. Charlier, « La compilation augustinienne … ».

21 L. Holtz, « La minuscule marginale… » ; L. Holtz, « Le manuscrit Lyon, B.M. 484… ».

22 Le manuscrit numérisé peut être consulté sur http://gallica.bnf.fr/

23 Flor., Expos. (éd. P.-I. Fransen, L. De Coninck et al., CCCM 220b), p. 42-43.

24 Fragment 41 dans la section sur II Cor., Ciu. 17, 7 – CCSL 48, p. 569, 7, 77-83 ; 570, 7, 94-97 (Flor., Expos. [éd. P.-I. Fransen, L. De Coninck et al., CCCM 220b], p. 42).

25 Fragment 173 dans II Cor. – Flor., Expos. (éd. P.-I. Fransen, L. De Coninck et al., CCCM 220b), p. 147-148 (Paris, BNF, nal. 1594, ff. 35-36 ; Lyon, BM, 484, f. 28v) ; fragments 107 et 115 dans Eph. – Flor., Expos. (éd. P.-I. Fransen, L. De Coninck et al., CCCM 220b), p. 422 et 428-429 (Paris, BNF, nal. 1594, ff. 42-42v et 41-42 ; Lyon, BM, 484, f. 86v et 88-88v) ; fragment 36 dans Phil. – Flor., Expos. (éd. P.-I. Fransen, L. De Coninck et al., CCCM 220b), p. 481-482 (Paris, BNF, nal. 1594, f. 34; Lyon, BM, 484, ff. 102-102v) ; fragment 12 dans Col. – ce fragment final fait partie d’une section de l’Expositio qui n’a pas encore été éditée, voir PL 39, col. 1499 (l. 3) – 1500 (l. 16) [Totus Christus…regis magni] (Paris, BNF, nal. 1594, ff. 40-41 ; Lyon, BM, 484, f. 118v).

26 Voir la note précédente pour les indications des folios pour chaque fragment.

27 Flor., Expos. (éd. P.-I. Fransen, L. De Coninck et al., CCCM 220b), p. 481-482.

28 La présence d’un signe de ponctuation assez prononcé, qui pourrait être interprété comme un crochet, renforce peut-être encore cette impression.

29 Cf. Flor., Expos. (éd. P.-I. Fransen, L. De Coninck et al., CCCM 220b), p. 472-490. Il s’agit des fragments 23 jusqu’à 42.

30 L. Holtz, « Le manuscrit Lyon, B.M. 484… », p. 281.

31 Vu que le manuscrit est lacunaire et plusieurs folios sont partiellement illisibles, il est possible que d’autres fragments encore, marqués dans le manuscrit, soient désormais perdus.

32 Paris, BNF, nal. 1594, f. 1v (PL 38, col. 1058).

33 Cf. Flor., Expos. (éd. P.-I. Fransen, L. De Coninck et al., CCCM 220b), p. 472-490. Il s’agit des fragments 23 jusqu’à 42.

34 Lyon, BM, 604, f. 72 (G. Partoens, « A More Original Version… », p. 133).

35 Paris, nal., 1594, ff. 21-22 (Avg., Sermones [éd. C. Lambot, CCSL 41], p. 477-479).

36 L. Holtz, « Le manuscrit Lyon, B.M. 484… », p. 278-279.

37 L. Holtz, « Le manuscrit Lyon, B.M. 484… », p. 281.

Auteur

Katholieke Universiteit Leuven – shari.boodts@kuleuven.be

© Publications de l’École française de Rome, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540