Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Douze compilations pauliniennes de Florus de Lyon : un carrefour des traditions patristiques au IXe siècle

 | 
Pierre Chambert-Protat
, 
Franz Dolveck
, 
Camille Gerzaguet

Préface

Louis Holtz

Texte intégral

1Tous les participants à ce colloque tenu à l’École française de Rome ont d'abord en commun d’exprimer par le présent ouvrage leur reconnaissance au Père P.-I. Fransen et aux professeurs B. Coppieters ’t Wallant et R. Demeunelaere pour l’édition princeps tant attendue qu’ils ont procurée de la Collectio ex dictis XII Patrum de Florus de Lyon. Les études qu’on va lire en sont comme le prolongement de la part d’une jeune équipe œuvrant à son tour, et passionnément, pour donner au diacre lyonnais la place éminente qui lui revient parmi les savants de l’époque carolingienne. Car, si la bibliothèque capitulaire de Lyon jouissait sous Louis le Pieux et ses successeurs d'une grande réputation, c’était aussi bien par sa richesse en livres anciens que par l’ample culture de celui qui la dirigeait.

2Cette culture reposait sur la lecture approfondie des Pères de l’Église, une lecture dont les Épîtres de saint Paul sont un des principaux fils conducteurs. L’objectif du diacre lyonnais est fondamentalement, pour chacun des « douze » Pères, celui sur lequel reposent ses autres florilèges pauliniens : donner à lire Épître par Épître selon la succession traditionnelle du corpus et dans l’ordre des versets les passages inspirés par l’Apôtre. Mais dans la présentation de ses florilèges pauliniens la méthode de Florus a varié. Les florilèges augustinien, hiéronymien et grégorien sont lemmatisés : le lecteur sait immédiatement à quel verset renvoie le texte. Il n’en est pas de même dans les douze florilèges rassemblés ici car, ce qui est privilégié dans la présentation, c’est l’origine de l’extrait. Le rapport entre l’extrait et le verset paulinien est en conséquence moins direct. Cet ouvrage permet en tout cas de bien mesurer la variété de la culture patristique de Florus, une culture qui embrasse largement l’ensemble de l’héritage antique, en faisant sa part aux Pères grecs.

3D’où proviennent les extraits ? Nous sommes loin d’avoir conservé tous les manuscrits sources dans lesquels Florus a puisé. Lorsque nous ne les avons plus, le texte retenu par lui relève de la tradition indirecte de l'auteur. Il est même des cas où les extraits floriens sont tout ce qui nous reste d’une œuvre dont aucun manuscrit ne survit. Ce terrain était jusqu’ici insuffisamment exploré par les éditeurs de chacun des Pères en cause.

4Outre qu’il restait des questions à poser, voire à élucider, sur l’histoire de cette collection aux multiples visages, la finalité principale du colloque était donc d’étudier comment chaque extrait retenu par Florus se situe par rapport au stemma codicum de l'auteur et de l'œuvre en cause, tel que l’établit la tradition directe, ce qui aboutit parfois à modifier ou à compléter ce stemma, mais parfois, à l’inverse, le texte de Florus édité.

5Il fallait pour mener à bien cette enquête avoir une bonne connaissance de la tradition manuscrite de chacun des auteurs et être initié à la technicité de l’ecdotique. De la part des huit contributeurs, avoir abordé avec brio ce domaine complexe est de bon augure pour leurs travaux futurs.

Auteur

Institut de recherche et d’histoire des textes – louis.holtz@irht.cnrs.fr

© Publications de l’École française de Rome, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540