Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Thermalisme en Toscane à la fin du Moyen Âge

 | 
Didier Boisseuil

Troisième partie. L'Âge d'or du thermalisme

Chapitre cinquième. Posséder aux bains, les propriétaires dans les stations thermales

Texte intégral

1En quelques décennies entre la fin du xive siècle et le début du xve siècle, les parcelles et les bâtiments dans les stations changèrent de mains. Une fois établie l’origine de ces nouveaux propriétaires, nous tenterons de préciser de quelle façon ils gérèrent leur patrimoine thermal, comment ils étendirent leur emprise sur les stations.

I – ORIGINE DES NOUVEAUX PROPRIÉTAIRES

  • 1 Pour cette documentation, cf. p. 13.

2Il n’est pas aisé de connaître tous les propriétaires qui possédaient quelques biens dans les sites thermaux dans la mesure où nous ne disposons pas pour le xve siècle, de documents comparables aux « estimi » des années 1317-13201. Toutefois, la plupart de ceux qui détenaient des auberges thermales ont pu être identifiés. Il s’agissait pour l’essentiel de citadins, comme au siècle précédent, mais ils n’appartenaient pas aux mêmes familles.

1) Les propriétaires citadins

  • 2 La plupart de ces vieilles familles de magnats sont en net déclin à cette époque, cf. D. Marrara ( (...)
  • 3 Cf. tableau 14.

3En effet, on constate que les propriétaires dans les principaux sites thermaux siennois n’appartiennent plus aux puissants « casati » (les Tolomei, Bonsignori et Salimbeni...) qui avaient autrefois détenu des bâtiments dans les stations2, mais aux membres des familles citadines les plus en vue (les Pecci, Borghesi, Petroni, Spannochi...3), lesquelles ont dominé économiquement et politiquement la cité et son « contado » au Quattrocento.

  • 4 Cf. tableau 14.
  • 5 Ils figurent parmi ceux qui ont été enregistrés pour plusieurs centaines de livres siennoises dans (...)
  • 6 Il s’agissait d’un des personnages les plus influents de Sienne au milieu du xve siècle. Il fut cr (...)
  • 7 Cf. G. Catoni, G. Piccinni (1987), p. 460-461.
  • 8 Ambrogio di Giovanni Spannochi fut banquier des papes Calixte III et Pie II, cf. U. Morandi (1978) (...)
  • 9 L’auberge en 1466 fait partie des biens de la société fondée par Ambrogio Spannochi et en 1488 ell (...)
  • 10 Cf. G. Catoni, G. Piccinni (1987), p. 460; D. L. Hicks (1986), p. 17. Le 29 avril 1456, le recteur (...)

4C’est tout particulièrement le cas à Bagno di Petriolo où ces nouveaux venus étaient nombreux au xve siècle. La documentation, abondante sur cette station, permet de mieux en connaître certains. En effet, deux projets de réforme successifs du «  Consiglio generale  » pour les auberges de la station en 1437 et 1452 autorisent à dresser un inventaire, probablement complet, des détenteurs de bâtiments d’hébergement dans le « castello » et ses abords4. Or, parmi les citoyens mentionnés figurent quelques-uns des membres de ces familles aristocratiques, qui dans la cité étaient les plus fortunés voire les plus puissants5. Deux d’entre eux tout particulièrement appartenaient à ce petit groupe des vingt-cinq citoyens les plus riches de Sienne, d’après la « Lira » de 1453. Agostino di Niccolò Borghesi était enregistré pour près de 14 000 lires siennoises6 et Bastiano di Tinel-loccio Tinelli, pour 10 000 lires7. Ils côtoyaient en 1452 Giacomo di Ambrogio Spannochi, l’oncle d’Ambrogio di Giovanni Spannochi, l’un des plus grands banquiers siennois du milieu du siècle8. Ce dernier, passé 1465, semble avoir partagé sa demeure avec ses cousins9. Ailleurs de puissants citoyens sont tout aussi présents. À Bagno di Macereto, plusieurs auberges appartenaient au milieu du siècle au banquier siennois Tommaso di Nanni Pecci, l’un des plus riches contribuables de la cité, lequel déclarait en 1453 plus de 15 000 lires de revenus10.

  • 11 Cf. A.S.S. Lira 138, fa 295, 322.
  • 12 Cf. G. Catoni, G. Piccinni (1987), f° 460-461. Mariano di Paolo Bargagli fut en 1419 le recteur de (...)

5Il semble cependant que ces riches Siennois n’aient pas complètement accaparé les bâtisses des stations. Quelques-uns de leurs concitoyens de moindre envergure sociale investirent aussi auprès des sites, tout particulièrement à Bagno di Petriolo, tels les frères Cristofano et Francesco di Giovanni di Gabriello ou Battista di Bartolomeo. Ils étaient aisés comme le prouve leur déclaration auprès de la « Lira », mais moins fortunés toutefois que leurs compatriotes cités précédemment11. C’était probablement aussi le cas de deux autres détenteurs d’hospitia dans la même station : Mariano di Paolo Bargagli, le frère de Nino di Paolo qui, lui, était imposé pour plus de 10 000 lires en 1453 et Giovanni di Tommaso Agazzari12.

  • 13 Après la mort de Giangaleazzo Visconti en 1402, un coup d’État, fomenté par Francesco Salimbeni fu (...)
  • 14 Cf. tableau 14 et dossier 1.
  • 15 Cf. D. Ciampoli (1979), p. 247. Les auberges furent, sans doute, cédées à l’« Opera del Duomo », a (...)

6Ces détenteurs d’hôtelleries appartenaient pour la plupart au « monte dei Nove » c’est-à-dire au groupe des citoyens dont les ancêtres avaient été membres de la Seigneurie à l’époque du gouvernement des Neuf et qui constituait à l’instar de quelques autres « monti » l’une des factions politiques appelées à gouverner. Les membres de ce « monte » détenaient une part importante de la richesse siennoise et jouèrent tout au long du xve siècle, un rôle politique prépondérant dans la cité. Leur installation à Bagno di Petriolo remonte peut-être au début du siècle, au moment où ils réussirent, associés à d’autres « monti », à renverser le gouvernement qui était en partie dirigé par quelques puissants lignages de magnats, les Salimbeni et les Malavolti, soutenus par Giangaleazzo Visconti13. En effet, à la fin du xive siècle, les Malavolti disposaient de quelques biens à Bagno di Petriolo et dans ses alentours, deux auberges dans la station même et une autre à Bagno delle Caldanelle14, mais ils furent contraints de vendre leurs biens à Petriolo et de fuir à San Gimignano15 après le coup de main dévastateur de Donosdeo Malavolti en mai 1404 dans la station. Les membres du « monte dei Nove » se sont peut-être emparés des biens dans la station après leur victoire sur les magnats et tout particulièrement les Malavolti.

2) Les propriétaires locaux

7Les membres des communautés du « contado » possédaient aussi quelques maisons, mais pas dans tous les sites.

  • 16 C’est ce qui ressort du dépouillement infructueux de plusieurs registres notariés du xve siècle, c (...)
  • 17 C’est par exemple ce que révèlent les progrès du régime de la « mezzadria » à la fin du Moyen Âge (...)
  • 18 Le 15 avril 1405, vostri servitores pauperes homunculi de Petriolo reverenter exponunt quod ipsi i (...)
  • 19 En 1420, ils sont au moins deux à posséder un terrain et une bâtisse à Bagno di Rapolano, cf. infr (...)
  • 20 Le 28 mars 1415, Mateus Ambrosii vocatus el Sappa, aurifex de Senis per se et suos heredes titulo (...)
  • 21 En effet, deux contrats portant sur la même bâtisse évaluée à 50 livres se suivent à 4 années de d (...)

8À Bagno di Petriolo, Bagno di Macereto et Bagno Vignoni, les propriétaires des communautés voisines semblent complètement absents des sites. Leurs noms ne sont jamais mentionnés dans les registres des notaires qui ont travaillé dans ces zones16. Cela signifie vraisembablement qu’en plus d’un siècle, ils furent évincés des sites, puisqu’au début du xive siècle, ils étaient – bien que peu nombreux – encore présents dans ces stations. Cela paraît d’autant plus probable qu’à la même époque les progrès de la propriété citadine étaient nets dans cette partie du territoire siennois17 et que les membres des communautés rurales paraissaient peu nombreux18. À Bagno di Rapolano, les propriétaires locaux possédaient encore quelques parcelles au xve siècle19, mais ils furent amenés à céder leurs biens aux citoyens siennois. En 1415, l’un de ces derniers, Matteo di Ambrogio, détenait une auberge dans la station20 et pendant quelques années, le banquier Bartolo di Andrea Bonsignori était propriétaire de la bâtisse de l’un des habitants de la communauté, que celui-ci lui avait peut-être laissée en gage21.

  • 22 Cf. M. Ascheri (1993), p. 10; M. Ginatempo (1988), p. 28, 182.
  • 23 Dans les communautés importantes comme Radicofani, Sarteano... cf. M. Ginatempo (1989), p. 221.
  • 24 Il reste à faire l’histoire de ces gros castra des marges du territoire siennois, surtout ceux du (...)

9Les propriétaires locaux paraissent avoir été un peu plus nombreux, dans les sites thermaux les plus éloignés de Sienne, à disposer d’une auberge ou d’une quelconque demeure près des sources. À Chianciano, San Casciano ou San Filippo, il s’agissait des habitants du ou des puissants castra voisins, voire des petites villes proches : Radicofani, Campiglia sur le mont Amiata, Chianciano, San Casciano et Chiusi. Dans les zones pour ainsi dire frontières du territoire siennois, ces communautés connaissaient un certain essor et disposaient de quelque autonomie, loin de la tutelle siennoise pesante22. Leurs membres détenaient une bonne partie de la terre et plusieurs encore étaient des commerçants ou des artisans23. Certains s’intéressèrent aux sites et y acquirent quelques bâtiments peu coûteux. Ils comptaient peut-être parmi les habitants les plus riches de la communauté24.

3) Le recul de la propriété publique ou semi-publique

  • 25 Cf. document 20.
  • 26 En raison de la multiplication des donations, des héritages, cf. S. R. Epstein (1986), p. 90.
  • 27 Cf. S. R. Epstein (1986), p. 228-231. On observe un phénomène similaire un peu partout en Europe e (...)
  • 28 Cf. tableau 14. Dès 1380, l’hôpital s’était séparé d’un moulin sur la Farma, à Bagno di Petriolo, (...)
  • 29 L’un d’entre eux était même évêque de Grosseto, Giovanni di Bartolomeo dei Pecci, M. Tuliani (1994 (...)
  • 30 Il se peut même que ce soient ces derniers qui aient incité l’hôpital à se débarrasser de semblabl (...)

10La disparition de la propriété rurale dans les principales stations siennoises s’est accompagnée du recul de la propriété publique ou semi-publique. Dès 1416, Sienne se proposait de vendre toutes les maisons qu’elle venait d’obtenir des Salimbeni à Bagno Vignoni25. La politique des autorités citadines fut suivie par l’Hôpital Santa Maria della Scala qui céda à son tour une partie de son patrimoine. En quelques années, au début du xve siècle, il se sépara de quelques-unes des auberges qu’il était parvenu à conserver dans les sites thermaux. Il s’agissait de biens obtenus au début du xive siècle, grâce aux dons de quelques oblats, ou lors des décennies qui succédèrent à la Peste noire26. L’hôpital vendit plusieurs bâtiments pour faire face à la crise importante qu’il connaissait27. L’auberge de Bagno di Petriolo fut vendue en 1426, puis en 1456 celle de Bagno di Macereto28. Les deux acquéreurs étaient siennois et l’un était membre de la puissante famille Pecci29. Les difficultés de l’établissement avaient ainsi profité aux citoyens aisés30.

  • 31 Le 28 juin 1452, une commission de trois membres gère la restauration des bains et des maisons : S (...)
  • 32 Le 10 juin 1482, Iohannes Galganetti consuluit quod Magnifici Domini una cum officio Sex super int (...)
  • 33 Quelques organismes semi-publics conservaient seuls quelques biens. En 1445, les sages du « Studio (...)
  • 34 Cf. Α. I. Pini (1981), p. 516; A. K. Isaacs (1986), p. 29.

11À Bagno di Corsena, à la fin du xve siècle, la situation évolua dans le même sens. L’hôpital de la Misericordia de Lucques – qui contrôlait l’hôpital San Martino – perdit vers 1450 le contrôle de tous les « chiusi » et des auberges qu’il administrait jusqu’alors. Toutefois, cet important capital foncier ne fut pas immédiatement vendu. La cité de Lucques récupéra et géra par l’intermédiaire de l’office des bains le patrimoine qu’elle possédait et qu’elle avait un temps confié à l’hôpital31. Ce n’est qu’en 1482, qu’elle décida de se séparer de quelques bâtiments32. Lucques adoptait à son tour la politique menée par Sienne depuis le début du siècle. À la fin du siècle, les deux cités ne semblaient plus détenir directement de biens fonciers dans les sites thermaux – hormis les infrastructures thermales33. Cette attitude s’inscrit probablement dans un mouvement plus vaste qui porte les cités-États dans le nord de l’Italie à vendre une part de leurs biens publics pour améliorer l’état de leurs finances34. Les biens dans les stations étaient désormais acquis aux propriétaires privés qui en tiraient un profit appréciable.

II – UN PATRIMOINE APPRÉCIABLE

1) Les profits tirés du patrimoine thermal

  • 35 Cf. tableau 8.
  • 36 M. Tuliani mentionne deux auberges urbaines cédées pour un loyer de 40 et 42 florins et N. Coulet (...)
  • 37 Quoi qu’il en soit, ces loyers élevés confirment que la location d’une auberge n’était accessible (...)

12Les auberges que détenaient les propriétaires fonciers étaient cédées à des hôteliers. Le loyer qu’ils versaient dans les principaux sites thermaux était d’une quarantaine de florins annuels au cours du xve siècle35. En tenant compte des fluctuations monétaires, ces montants correspondaient à ceux des auberges moyennes, aux tarifs pratiqués dans des villes comme Sienne et Aix à la même époque36. À Bagno di Petriolo et à Bagno di Corsena, là où les hôtelleries étaient les plus nombreuses et les plus variées, le montant des locations différait parfois d’un établissement à l’autre, vraisemblablement en raison de la taille de l’édifice. La grande auberge que l’Hôpital Santa Maria della Scala détenait encore en 1421 était cédée pour près de cent florins annuels et les « chiusi » –auberges de Bagno di Corsena étaient au début du siècle confiées à des responsables pour quelques dizaines de florins seulement. Ces derniers loyers, peu élevés, étaient similaires à ceux des auberges – plus communes, peut-être plus petites – des sites thermaux moins fréquentés comme Bagno di Rapolano ou plus exposés comme San Casciano dei Bagni. Enfin, à la toute fin du xve siècle, le montant des locations à Bagno di Corsena augmenta. Lucques céda ses bâtiments pour soixante et quatre-vingt florins en 1485. Cela est peut-être à mettre en relation avec un agrandissement des locaux, une augmentation du coût de la vie ou la volonté de la part de la cité de profiter de l’expansion de la station thermale37.

2) Le patrimoine thermal : un investissement?

  • 38 Cf. tableau 14.
  • 39 Dans le second quart du xve siècle, une des auberges siennoises, celle de la Mitara, était louée p (...)
  • 40 La plupart de leurs concitoyens auraient tiré leurs revenus exclusivement ou essentiellement de la (...)
  • 41 Seulement 12 familles en 1453 paraissent avoir été véritablement engagées dans des activités comme (...)
  • 42 Cf. M. Tuliani (1994), p. 81-92.
  • 43 En 1477, il laissait à ses héritiers une auberge à l’enseigne de la « Rosa » dans la cité et près (...)

13Si l’on se réfère aux modestes indications dont nous disposons, les hôtelleries thermales n’étaient pas d’un mauvais rapport. Elles coûtaient cher et atteignaient parfois plusieurs centaines de livres38, mais elles rapportaient beaucoup à leurs propriétaires, comme nous l’avons évoqué précédemment, peut-être davantage que les auberges urbaines39. Aussi, étaient-elles vraisemblablement rentables et peut-être constituaient-elles pour certains de ces propriétaires un véritable investissement. Cette hypothèse est soutenue par le fait que les propriétaires de ces établissements étaient non seulement riches, mais aussi entreprenants; ils figuraient parmi les citoyens les plus tournés vers les activités commerciales. Ils disposaient tous d’une fortune foncière rurale plus ou moins étendue, qui constituait une bonne part si ce n’est l’essentiel de leurs revenus, à l’instar des autres Siennois aisés, mais ils avaient conservé ou développé des occupations mercantiles40. Une part réduite des habitants de Sienne – beaucoup moindre qu’à Florence – était engagée dans le commerce ou dans la banque. Les revenus provenant d’investissements financiers ou commerciaux constituaient une modeste partie de la richesse des Siennois. Seuls plusieurs bourgeois aisés s’étaient lancés davantage dans des opérations commerciales41. Or, il est remarquable de constater que ce sont ces quelques citoyens comme les banquiers Tommaso di Nanni Pecci, Ambrogio Spannochi et ses cousins ou même Bartolo di Andrea Bonsignori, Battista di Bartolomeo et les fils de Giovanni di Gabriello qui ont acheté des auberges dans les stations. Bref, il apparaît que ce sont principalement les hommes d’affaires de la cité qui se sont tournés vers les établissements d’accueil dans les stations. Il convient d’ajouter qu’ils n’ont pas porté autant d’intérêt aux auberges urbaines. Les travaux de Maurizio Tuliani suggèrent, en effet, qu’à Sienne les établissements étaient détenus par des propriétaires aisés mais moins fortunés que les détenteurs des hôtelleries dans les stations, quelques bourgeois qui vivaient de leurs rentes ou d’une profession42 comme le médecin Bartolo di Tura Bandini43. Dès lors, il reste à s’interroger sur les raisons du choix de ces hommes d’affaires. Il se peut qu’ils aient été les seuls à pouvoir, à vouloir risquer leurs capitaux dans les stations, dans ces sites beaucoup moins protégés que la ville et donc plus vulnérables, qu’ils aient été véritablement intéressés par des profits élevés et qu’ils aient considéré leurs bâtiments dans les stations comme de véritables investissements.

III – LES PROPRIÉTAIRES, MAÎTRES DES SITES THERMAUX

14Forts de leur patrimoine, certains propriétaires ont cherché à préserver leurs revenus et à étendre leur contrôle sur les sites. En quelques décennies, ils ont obtenu de la cité l’autonomie qu’ils recherchaient et les moyens d’assurer leur mainmise sur les stations.

1) Le refus des impositions siennoises

  • 44 Les décisions siennoises datent de septembre 1437. Francesco Borghesi, témoin de Iacopo, affirmavi (...)

15Pour maintenir les profits du patrimoine qu’ils possédaient dans certains sites, les propriétaires ont refusé les impositions siennoises, c’est tout particulièrement le cas à Bagno di Petriolo où ils étaient les plus puissants. Lorsque Sienne voulut, en 1437, imposer une licence sur les auberges de la station, les propriétaires protestèrent. La nouvelle taxation grevait les profits de l’exploitation. Près d’un mois après la proclamation des mesures siennoises, Iacopo di Ambrogio Spannochi, dont l’auberge avait été imposée pour près de 200 livres, n’hésitait pas à fermer son établissement44. Il refusait probablement d’ouvrir parce que l’hôtellerie ne lui paraissait plus suffisamment lucrative voire rentable, il estimait que cette fermeture était le seul moyen de s’opposer à la cité ou de la faire fléchir. En 1452, quand Sienne chercha de nouveau à imposer des licences d’exploitation, les détenteurs d’auberges refusèrent une nouvelle fois les décisions citadines et rien ne prouve qu’à la fin du Moyen Âge la cité soit parvenue à ses fins. Il me semble qu’au cours du xve siècle, les propriétaires d’auberges cherchèrent à préserver leurs intérêts économiques à tout prix et qu’ils contestèrent régulièrement les mesures fiscales qui pouvaient nuire à leurs profits.

  • 45 L’Hôpital Santa Maria della Scala qui était propriétaire à Bagno di Macereto, savait qu’il devait (...)

16Il en fut de même pour les travaux d’entretien des sites. Sienne avait voulu se décharger auprès des propriétaires d’auberges de quelques tâches coûteuses et astreignantes, comme le curage du fossé des bains ou le nettoyage des établissements à Bagno di Macereto, Bagno di San Filippo et Bagno Vignoni45. Au cours du xve siècle, elle dut renoncer à ces dispositions. Ainsi, les fermiers des gabelles furent contraints d’assurer bien souvent l’entretien des bâtiments. Alors qu’au début du xive siècle, la cité avait pu imposer de semblables corvées aux communautés rurales et aux habitants des stations, près d’un siècle plus tard elle était contrainte le plus souvent à financer seule ces réalisations en faisant appel à ses agents. En quelques décennies, les propriétaires d’auberges de Bagno di Petriolo réussirent à dissuader la cité de taxer leurs activités et refusèrent de financer l’entretien des bains. L’autorité publique reculait, battue en brèche par les riches et puissants propriétaires du site qui, dans le même temps, accomplissaient pour le compte de Sienne des tâches de plus en plus importantes dans la station, ce qui leur permettait de renforcer leur contrôle sur le « piano dei bagni ».

2) Le contrôle des sites

  • 46 Cf. A.S.S. Consiglio generale 235, f° 28; Gabella dei contratti 647, f° 17. Le père du premier éta (...)
  • 47 Cf. tableau 12 et 14.
  • 48 Au sens où l’entend A. Molho, c’est-à-dire une forme de protection sur des personnes ou des lieux, (...)

17Certains de ces propriétaires accomplissaient, en effet, quelques fonctions pour la cité dans les stations. À Bagno di Petriolo, plusieurs d’entre eux furent nommés « operai » comme Pietro di Tommaso Pecci ou Paolo di Minuccio Bargagli46 ou commissaires chargés d’accueillir les curistes illustres, comme Agostino di Niccolô Borghesi ou son fils Borghese et Giovanni di Tommaso Agazzari47. Ils connaissaient la station, donc ils étaient susceptibles de réaliser de façon satisfaisante les travaux nécessaires. Membres influents des gouvernements siennois, ils étaient les plus qualifiés pour recevoir, probablement dans leurs demeures, les hôtes de la République. Ces missions, ces charges publiques contribuaient à leur honneur, à leur prestige, mais elles les ont aussi probablement aidés à maintenir ou accroître leurs revenus. Ils étaient intéressés au bon fonctionnement des stations, à la venue de curistes illustres dans leurs établissements. Le service de l’État leur permettait de veiller au mieux sur leurs intérêts privés et il confortait probablement leur position dans les sites. Laquelle leur permettait de pratiquer une forme de patronage sur la station48. Propriétaires, ils devenaient aussi protecteurs privilégiés des bains.

  • 49 Dans le second semestre 1362, le « camerlingo del bagno » verse encore 24 livres et 8 s. à la « Bi (...)
  • 50 Ils n’étaient pas à cette époque inscrits à un métier.
  • 51 Les métayers étaient liés par des liens étroits et exclusifs à leur propriétaire et étaient exclus (...)

18L’apparition de ces nouveaux propriétaires et des aubergistes dans les sites marque le déclin des structures sociales qui avaient jusqu’alors assuré la cohésion du groupe des habitants des stations. À Bagno di Petriolo, le trésorier des bains, la communauté des bains dont nous avions soupçonné l’existence en 1340, ne sont plus mentionnés après 138849. Les aubergistes et les quelques autres commerçants de la station ne disposaient plus d’une institution susceptible de les représenter50. Ils dépendaient directement de leur propriétaires et des officiers siennois – c’est-à-dire parfois des mêmes personnes ! – à l’instar des métayers qui, dans les campagnes travaillaient de plus en plus nombreux pour des propriétaires citadins51.

3) La concession des eaux thermales

  • 52 Le 28 février 1494, cf. A.S.S. Balia 39, f° 111v.
  • 53 Cf. G. Chironi (1993), p. 379.
  • 54 Cf. L. Bonelli Connena (1975-76), p. 405-406; Ph. Jones (1979), p. 121.
  • 55 Nous employons ici le terme de « privatisation » pour « rifeudalizzazione » utilisé entre autres p (...)
  • 56 Dans le territoire siennois, en effet, les gabelles des bains faisaient toujours l’objet d’adjudic (...)
  • 57 Le 26 mai 1466, les prieurs in perpetuum locaverunt et ex causa locationis habere concesserunt in (...)

19Dans les dernières années du xve siècle, quelques-uns de ces propriétaires dans les sites tentèrent d’obtenir le contrôle des eaux thermales. Le phénomène fut très progressif dans le territoire siennois. En 1494, Sienne autorisait l’un des propriétaires d’auberge de Bagno Vignoni à construire dans son établissement un bassin privé, alimenté par les eaux du bain principal52. Elle concédait ainsi l’exploitation des sources thermales dans la station. Cela correspond à une politique qui prend de l’ampleur à la fin du siècle et au début du siècle suivant. En 1490, Pandolfo Petrucci et ses associés étaient parvenus à obtenir de la commune la possibilité d’utiliser un certain nombre de cours d’eau et de forêts du « contado », de façon à y créer des établissements sidérurgiques53. Un peu plus tard, plusieurs citoyens se virent confier les impositions versées par certaines communautés et l’administration perpétuelle de quelques agglomérations du territoire siennois comme Monticiano ou Montieri54. C’est donc un véritable phénomène de « privatisation »55 qui prend essor, mais qui concerna modestement le thermalisme siennois56. Dans le « piano dei bagni » de Viterbe, en revanche, le phénomène est bien plus important et précoce. Dès la seconde moitié du xve siècle, la cité, en effet, concéda à perpétuité plusieurs bains à deux citoyens57. Quant à Lucques, elle semble avoir conservé la gestion directe des eaux à Bagno di Corsena et Bagno della Villa au début du xvie siècle.

  • 58 Cf. G. Signorelli (1938), p. 27.
  • 59 Le 24 décembre 1550, cf. A.S.S. Concistoro 1105, f° 79.
  • 60 Le 18 novembre 1713, les modestes bains de Petriolo furent concédés par la commune de Pari à l’Hôp (...)
  • 61 Cf. Michel de Montaigne (1992), p. 159.

20Si les propriétaires privés ont tiré quelques revenus de l’essor du thermalisme, s’ils ont, par le biais du patronage qu’il exerçait sur les sites, obtenu progressivement le contrôle des bains, il n’est pas certain qu’il aient longtemps profité de leurs acquis. Les conflits qui s’accentuèrent en Italie au début du xvie siècle et tout particulièrement la guerre de Sienne dans le deuxième quart du siècle ralentirent durablement l’activité thermale et entraînèrent le déclin irrémédiable de certains sites. En 1527, les troupes du connétable de Bourbon saccageaient les bains de Viterbe58. En 1550, Bagno di Petriolo était abandonné et la cloche du palais du recteur était cédée aux Augustins59. La station la plus prestigieuse du territoire siennois végéta par la suite et ne connut plus le succès qu’elle avait acquis à la fin du Moyen Âge60. Ainsi s’interrompaient brutalement les fastes de l’activité thermale dans la partie méridionale de la Toscane. Seuls, les sites lucquois parvinrent à conserver une certaine prospérité. À la fin du siècle, les curistes avisés, comme Michel de Montaigne en 1581, se précipitaient à Bagno di Corsena et Bagno della Villa61. Les agréables stations des bords de la Lima, épargnées par les affres de la guerre, réunies pour former la prestigieuse station de Bagni di Lucca, connurent en effet, tout au cours de l’époque moderne, au contraire des sites siennois, un succès européen incontestable.

Notes

1 Pour cette documentation, cf. p. 13.

2 La plupart de ces vieilles familles de magnats sont en net déclin à cette époque, cf. D. Marrara (1979); G. Catoni, G. Piccinni (1987), p. 456. Les Salimbeni connaissent leurs derniers feux au début du xve siècle, cf. A. Carniani (1995). Les Tolomei et les Bonsignori ont des rôles secondaires après avoir fait faillite, cf. R. Mucciarelli (1995); D. E. English (1988), p. 55-100; A. K. Isaacs (1983), p. 89-90. Seuls les Piccolomini réussirent à se maintenir.

3 Cf. tableau 14.

4 Cf. tableau 14.

5 Ils figurent parmi ceux qui ont été enregistrés pour plusieurs centaines de livres siennoises dans les volumes de la « Lira » en 1453, cf. G. Catoni, G. Piccinni (1987), p. 459-460. Sur l’importance de riches et puissantes familles dans la vie économique et politique siennoise cf. G. Pinto (1897), p. 277; M. Ascheri (1989); (1993).

6 Il s’agissait d’un des personnages les plus influents de Sienne au milieu du xve siècle. Il fut créé comte palatin par l’empereur Sigismond. En 1432, il fut capitaine du Peuple et en 1462, ambassadeur auprès du pape Pie II, cf. G. De Caro (1970a), p. 580.

7 Cf. G. Catoni, G. Piccinni (1987), p. 460-461.

8 Ambrogio di Giovanni Spannochi fut banquier des papes Calixte III et Pie II, cf. U. Morandi (1978), p. 108; G. Pinto (1987), p. 277.

9 L’auberge en 1466 fait partie des biens de la société fondée par Ambrogio Spannochi et en 1488 elle est aux mains des héritiers de ce dernier, cf. U. Morandi (1978), p. 108-112.

10 Cf. G. Catoni, G. Piccinni (1987), p. 460; D. L. Hicks (1986), p. 17. Le 29 avril 1456, le recteur de Santa Maria della Scala concède à Tommaso di Nanni dei Pecci « tutti gli aberghi del decto bagnio e’ quali furono di messere Pauolo di Benvenuto et etiamdio quel nuovo abergo murato per lo spedale con certo podere et le ragioni che lo spedale à nell’abergo che tiene a vita Mariano e madonna Orsina donna fu di Simone Petroni, con ogni loro ragioni et pertinentie et con le massa-ritie et lecta apartenenti a’ decti aberghi (...) excepto la capella col pellegrinaio et la cucina et stanze a piano con l’orto contigua con tre lecta le quali cose rimang-hino a lo Spedale et non s’intendino venire in questa vendita et concessione », cf. A.S.S. Ospedale 24, f° 64.

11 Cf. A.S.S. Lira 138, fa 295, 322.

12 Cf. G. Catoni, G. Piccinni (1987), f° 460-461. Mariano di Paolo Bargagli fut en 1419 le recteur de l’œuvre de la cathédrale. Giovanni di Tommaso avait été proviseur de la « Biccherna » en 1439 et exécuteur de la « Gabella generale » en 1445, cf. A.S.S. ms A 30-11, f° 71v; ms A 62, f° 10.

13 Après la mort de Giangaleazzo Visconti en 1402, un coup d’État, fomenté par Francesco Salimbeni fut découvert et les familles nobiliaires des Salimbeni et des Malavolti furent écartées des affaires, G. Catoni, G. Piccinni (1987), p. 452; D. Ciampoli (1979), p. 246; S. Favale (1936), p. 343.

14 Cf. tableau 14 et dossier 1.

15 Cf. D. Ciampoli (1979), p. 247. Les auberges furent, sans doute, cédées à l’« Opera del Duomo », ainsi que le « bagno del sangue » que les Malavolti possédaient aussi à Bagno di Petriolo, cf. A.O.M.S. 902.

16 C’est ce qui ressort du dépouillement infructueux de plusieurs registres notariés du xve siècle, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 282, 287, 390, 581, 638, 863, 868, 1207.

17 C’est par exemple ce que révèlent les progrès du régime de la « mezzadria » à la fin du Moyen Âge dans les zones de colline du territoire siennois et les régions plus ou moins proches de la cité; les parties méridionales et orientales du « contado », la Maremme, le mont Amiata, les Monts Métallifères n’ont pas connu la « mezzadria », cf. G. Piccinni (1992), p. 118; G. Cherubini (1979), p. 135. Sur la variété des formes de contrat de métayage cf. G. Pinto (1988a), p. 684; G. Pinto, P. Pirillo (1987), p. 21. Il est même possible que les paysans aient complètement déserté le bourg, puisqu’à cette époque le nombre de « poderi », d’habitats isolés progresse dans les campagnes, cf. G. Piccinni (1992), p. 117. Toutefois, cette hypothèse mérite d’être discutée. la dispersion de l’habitat en association avec le développement du métayage ne paraît pas systématique dans les campagnes italiennes, cf. R. Comba (1994), p. 165 et sq.

18 Le 15 avril 1405, vostri servitores pauperes homunculi de Petriolo reverenter exponunt quod ipsi in totum remanserunt et sunt quatuor familie et in totum sep-tem homines qui oportet sustinere pondus comunis Serrarum et Petrioli, cf. A.S.S. Concistoro 2126, f° 50. En 1430, les hommes de Serre di Petriolo demandèrent un dégrèvement fiscal parce qu’ils étaient peu nombreux, puis le 10 janvier 1431, cf. A.S.S. Consiglio generale 215, f° 53, Concistoro 2128, f° 22. La commune de Petriolo devient d’ailleurs au cours du XVe siècle un « communello », cf. M. Ginatempo (1988), p. 185.

19 En 1420, ils sont au moins deux à posséder un terrain et une bâtisse à Bagno di Rapolano, cf. infra, note 21.

20 Le 28 mars 1415, Mateus Ambrosii vocatus el Sappa, aurifex de Senis per se et suos heredes titulo locationis ad pensionem dedit et locavit Renaldo Angeli de Rapolano comitatus senensis pro se ipso (...) et suis heredibus unum hospitium situm in curia Rapolani in loco decto el Bagno, cf. A.S.S Notarile antecosimiano 283, f°73.

21 En effet, deux contrats portant sur la même bâtisse évaluée à 50 livres se suivent à 4 années de distance mettant en jeu deux protagonistes puis leurs héritiers, cf. tableau 14. Le 18 novembre 1420, Andreuccius Buonsignoris de Senis (...) per se et suos heredes dedit, vendidit et tradidit (...) Antonio Bartoli Peccie de Rapolano comitatus Senarum presenti et recipienti (...) vice et nomine domine Margarite filie Chechi Neri et uxoris dicti Antonii et eius heredum unum hospitium situm apud balnea de Rapolano predicto, cui ex uno est lacobi ser Angeli Simonis de Senis, ex alio est Angeli Iohannis Honesti de Rapolano et ante strata publica (...); pro pretio et nomine pretii quinquaginta florenorum auri ad libras quatuor sol. V., cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 285, f° 98.

22 Cf. M. Ascheri (1993), p. 10; M. Ginatempo (1988), p. 28, 182.

23 Dans les communautés importantes comme Radicofani, Sarteano... cf. M. Ginatempo (1989), p. 221.

24 Il reste à faire l’histoire de ces gros castra des marges du territoire siennois, surtout ceux du val di Chiana. Il faudrait disposer de quelques études proso-pographiques pour certains de leurs habitants.

25 Cf. document 20.

26 En raison de la multiplication des donations, des héritages, cf. S. R. Epstein (1986), p. 90.

27 Cf. S. R. Epstein (1986), p. 228-231. On observe un phénomène similaire un peu partout en Europe entre 1350 et 1430, au moment où les hôpitaux s’appauvrissent en raison de la dépréciation de la rente foncière alors qu’ils sont de plus en plus sollicités par de nombreux pauvres, cf. A. Vauchez (1978), p. 155.

28 Cf. tableau 14. Dès 1380, l’hôpital s’était séparé d’un moulin sur la Farma, à Bagno di Petriolo, cf. S. R. Epstein (1986), p. 89.

29 L’un d’entre eux était même évêque de Grosseto, Giovanni di Bartolomeo dei Pecci, M. Tuliani (1994), p. 99.

30 Il se peut même que ce soient ces derniers qui aient incité l’hôpital à se débarrasser de semblables biens. Depuis le début du siècle, une réforme avait consolidé la tutelle de la cité sur l’établissement. Le recteur à partir de 1404 fut nommé par les prieurs et l’hôpital était devenu une sorte d’établissement financier, capable de fournir aux gouvernants des liquidités, de remplir les fonctions de banque de dépôt pour les citoyens, cf. S. R. Epstein (1986), p. 235-243; U. Morandi, A. Cairoli (1975), p. 30. Les membres du « monte dei Nove », et plus particulièrement les Pecci, qui firent partie du gouvernement alors en place ou qui le soutenaient, n’ont-ils pas sollicité la possibilité d’acquérir les auberges qui les intéressaient ?

31 Le 28 juin 1452, une commission de trois membres gère la restauration des bains et des maisons : Silvester Macthei ***, ser Thomeus Pieri, ser Michael Iohannis Pieri, Lazarius de Franchis qui sont les conseillers élus en la matière pour cette année proposent que leur soit accordée une « balìa » pour trois ans reparandi et re-parare faciendi balnea predicta, clusos et domos ac etiam concedendi de solo et domibus dicti balnei ad edificationes et mansiones faciendas cuiuscumque, prout et quomodo eis videbitur, cf. A.S.L. Consiglio generale 17, f° 401. cf. dossier 2, Lucques (1454), § 1.

32 Le 10 juin 1482, Iohannes Galganetti consuluit quod Magnifici Domini una cum officio Sex super introitibus, habeant plenam facultatem et potestatem vendendi clusos balneorum Corsene cum incantu sicut venduntur cetera bona immobilia Lucensis comunis (...) reservatis tamen Lucensi Comuni hospitiis Pantere et Falconetti et hospitio quod modo construitur; que tria hospitia vendi nequeant, sine expressa licentia presentis consilii. Et sic obtentum fuit solemniter, cf. A.S.L. Consiglio generale 21, f° 360.

33 Quelques organismes semi-publics conservaient seuls quelques biens. En 1445, les sages du « Studio » et de la Misericordia déclaraient détenir « lo spedale di Bagno a Vignoni con tre pezzi di terra che so’ della dicta Casa » et quelques bâtiments à Bagno di Sant’Ansano, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 694, f° 1, cité in G. Minucci, L. Kosuta (1989), p. 80. Pour sa part, l’hôpital Santa Maria della Scala ne détenait plus que des moulins, plusieurs à Bagno di Rapolano, vraisemblablement en raison de l’activité agricole de la grange voisine de Serre di Rapolano, cf. S. R. Epstein (1986), p. 143, 189.

34 Cf. Α. I. Pini (1981), p. 516; A. K. Isaacs (1986), p. 29.

35 Cf. tableau 8.

36 M. Tuliani mentionne deux auberges urbaines cédées pour un loyer de 40 et 42 florins et N. Coulet affirme qu’à Aix les auberges de taille moyenne se louaient pour 50 florins environ, cf. M. Tuliani (1994), p. 108; N. Coulet (1982), p. 196.

37 Quoi qu’il en soit, ces loyers élevés confirment que la location d’une auberge n’était accessible qu’à une frange aisée de la population, capable de disposer des biens nécessaires pour garantir son investissement auprès du propriétaire en cas de coup dur, cf. partie 3, chapitre 3.

38 Cf. tableau 14.

39 Dans le second quart du xve siècle, une des auberges siennoises, celle de la Mitara, était louée par an pour plus de 20 florins alors que celle de l’hôpital Santa Maria della Scala à Bagno di Macereto l’était pour plus de 40 florins. Bien sûr cet unique exemple n’est pas très probant et on ignore tout de la taille des deux établissements, mais il nous semble que l’écart entre les deux tarifs est suffisamment important pour être significatif, cf. M. Tuliani (1994), p. 90-91.

40 La plupart de leurs concitoyens auraient tiré leurs revenus exclusivement ou essentiellement de la rente foncière. Cette idée a été à maintes reprises développée par les historiens siennois, à la suite des suggestions de Ph. Jones, mais ce point de vue a été dernièrement nuancé par Mario Ascheri qui affirme que la documentation fiscale – seule étudiée jusqu’alors – ne peut être considérée comme sûre, cf. M. Ascheri (1993), p. 10-11; G. Catoni, G. Piccinni (1987); D. L. Hicks (1986); Ph. Jones (1978), p. 230 et sq.; G. Pinto (1987).

41 Seulement 12 familles en 1453 paraissent avoir été véritablement engagées dans des activités commerciales et bancaires importantes, mais leurs investissements dans cette activité étaient inférieurs à 1 000 florins, soit moins de 20 % de leurs capitaux. Leurs concitoyens mobilisaient des sommes bien moindres encore. À la même époque, quelques autres villes de Toscane paraissent plus dynamiques. Les revenus des familles aisées de Sienne provenaient pour près des deux tiers des ressources de la terre et pour 10% des intérêts de la dette publique, mais il convient d’ajouter que ces fortunes étaient bien moins importantes que celles des riches citoyens florentins, cf. D. L. Hicks (1986), p. 23-29; G. Pinto (1990), p. 82; (1993), p. 39.

42 Cf. M. Tuliani (1994), p. 81-92.

43 En 1477, il laissait à ses héritiers une auberge à l’enseigne de la « Rosa » dans la cité et près de 600 livres de crédit auprès d’une banque, cf. C. Mazzi (1894), p. 29. Il nous semble que ces propriétaires urbains sont à rapprocher de ceux que Noël Coulet rencontre en Provence, conseillers des princes, notaires et parfois marchands qui avaient investi dans l’hôtellerie mais qui n’avaient probablement pas l’envergure des banquiers siennois, cf. N. Coulet (1983), p. 125.

44 Les décisions siennoises datent de septembre 1437. Francesco Borghesi, témoin de Iacopo, affirmavit quod hospitium dicti Iacopi, positum ad Petriolum, clausum fuit de mense novembris 1437 post medium dicti mensis, cf. A.S.S. Concistoro 2462, f° 100v, cité dans M. Tuliani (1994), p. 89. Maurizio Tuliani suggère que cette fermeture était due aux difficultés économiques du moment, il semble que le choix de ce propriétaire était plutôt lié aux dispositions siennoises du mois précédent.

45 L’Hôpital Santa Maria della Scala qui était propriétaire à Bagno di Macereto, savait qu’il devait s’acquitter de cette tâche; en 1435, un contrat précise « che se ochorisse ve<n>ture spese delle fosse del bangnio, siano tenuti di pagharle l’ospedale », cf. A.S.S. Ospedale 2293, f° 302. De même Sienne chercha une seule fois à faire payer ses contribuables pour des travaux d’équipement, le 13 mars 1466, à Bagno di San Filippo, Executores Gabelle possint facere fieri doccios (...) et non possint expendere ultra fiorini 250 de quibus solvat Comune Senarum medietatem et reliquam medietatem teneantur solvere domini hospitiorum existentium apud dicta balnea, cf. A.S.S. Consiglio generale 230, f° 108. Pour les autres chantiers importants, Sienne finança seule les travaux, tout particulièrement pour la réalisation du « castello » de Bagno di Petriolo, le 28 avril 1405, cf. A.S.S. Statuti di Siena 38, f° 30v. La cité sollicita aussi à deux reprises les habitants des communautés rurales voisines des sites. Pour le fossé de Bagno di Macereto, les communautés qui contribuaient, furent en 1427 et 1435 : Foiano a Merse, Tocchi, Recen-za, Brenna, Orgia, Macereto, San Casciano delle donne, cf. A.S.S. Gabella dei contratti 643, f° 8v; 659, f° 7v.

46 Cf. A.S.S. Consiglio generale 235, f° 28; Gabella dei contratti 647, f° 17. Le père du premier était propriétaire à Bagno di Macereto en 1456, le second possédait en 1437 une auberge à Bagno di Petriolo.

47 Cf. tableau 12 et 14.

48 Au sens où l’entend A. Molho, c’est-à-dire une forme de protection sur des personnes ou des lieux, cf. W. J. Connell (1991); A. Molho (1994), p. 254. A la même époque, les grandes familles aristocratiques florentines acceptaient de surveiller certains chantiers, car cela leur permettait de renforcer leur patronage sur un quartier, cf. A. Molho (1979), p. 28.

49 Dans le second semestre 1362, le « camerlingo del bagno » verse encore 24 livres et 8 s. à la « Biccherna », A.S.S. Regolatori 2, f° 27v. Dans le premier semestre 1388, les « Regolatori » inspectent les comptes du trésorier des bains, « Qui è la ragione di Iacopo di Cristofano camerlingo stato per lo comune di Siena degli stacçonierii dal bagno a Petriolo », cf. A.S.S. Regolatori 4, f° 173v.

50 Ils n’étaient pas à cette époque inscrits à un métier.

51 Les métayers étaient liés par des liens étroits et exclusifs à leur propriétaire et étaient exclus des communautés rurales traditionnelles, cf. G. Cherubini (1979), p. 140; C. Klapisch Zuber (1981), p. 160-164; G. Pinto (1987), p. 207 sq. Au début du xvie siècle, il ne reste une organisation communale dans le territoire siennois, que là où demeurent des petits propriétaires et des terrains non encore absorbés dans les « poderi », cf. G. Piccinni (1992), p. 36. Une semblable dépendance des aubergistes et des habitants des sites à l’égard de leurs propriétaires favorisaient le développement des formes de clientélisme et de patronage.

52 Le 28 février 1494, cf. A.S.S. Balia 39, f° 111v.

53 Cf. G. Chironi (1993), p. 379.

54 Cf. L. Bonelli Connena (1975-76), p. 405-406; Ph. Jones (1979), p. 121.

55 Nous employons ici le terme de « privatisation » pour « rifeudalizzazione » utilisé entre autres par L. Bonelli Connena (1975-76). Elle désigne par cette expression le phénomène qui amène les grands propriétaires fonciers siennois ou italiens à s’emparer des droits et des revenus publics sur certains villages, certaines terres comme en Maremme, à se comporter comme des seigneurs. Le système s’est accentué au moment du gouvernement de Pandolfo Petrucci au début du XVIe siècle, les populations rurales furent spoliées de leurs droits, plusieurs vicariats furent cédés à de puissantes familles, les petites communautés étaient désormais intégrées aux latifundia seigneuriaux, cf. M. Ascheri (1993), p. xxxii; D. L. Hicks (1960), p. 182; Α. I. Pini (1981), p. 516.

56 Dans le territoire siennois, en effet, les gabelles des bains faisaient toujours l’objet d’adjudications. Les taxes furent affermées régulièrement jusque vers 1520, mais il est possible aussi que certains des fermiers aient été des prête-noms, que les puissants citoyens aient détenu les revenus des bains. Il se peut aussi que les lacunes documentaires, passée cette date, cachent une appropriation privée de ces revenus. La nomination d’Alessandro Borghesi, l’ami de Pandolfo Petrucci comme podestat de Bagno di Petriolo en 1520, est peut-être le signe de cette « privatisation » nouvelle (cf. tableau 11).

57 Le 26 mai 1466, les prieurs in perpetuum locaverunt et ex causa locationis habere concesserunt in emphiteosim perpetuant sive ad livellum perpetuum, ita quod cursu temporis finiri non possit de gente in gentem, generoso militi domino Francischo Perrotto de Sasso Ferrato et pro eo Andree Bartholomei de Roccha (...) quoddam balneum dicti Comunis quod vulgariter dicitur « el bagno del prato » (...) et altos, si qui forent plures vel veriores, antiqui vel modemi, cum accessibus et egressibus suis usque in viam publicam; le 30 juin 1467, les prieurs concesserunt prefato lacobo magistri Oddonis de Viterbio (...) in perpetuum (...) predicta quatuor balnea Asinelle, Paganelli, Re Pipini et Scoppi sic vulgariter nominata (...) ad habendum, tenendum (...) pro perpetuo, cum omnibus et singulis accessibus, egressibus suis usque in vias publicas et vicinales et cum omnibus et singulis iuribus et iurisditionibus, pertinentiis suis universalibus ad dicta balnea eorum vel alterius eorum cursus aquarum, cf. B.C.V. Liber instrumentarium 29, f° 54, f° 45.

58 Cf. G. Signorelli (1938), p. 27.

59 Le 24 décembre 1550, cf. A.S.S. Concistoro 1105, f° 79.

60 Le 18 novembre 1713, les modestes bains de Petriolo furent concédés par la commune de Pari à l’Hôpital Santa Maria della Scala, cf. A.S.S. Balia 1077, f° 28v; G. Cecchini (1959), p. 409.

61 Cf. Michel de Montaigne (1992), p. 159.

© Publications de l’École française de Rome, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540