Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les grands officiers dans les territoires angevins - I grandi ufficiali nei territori angioini

 | 
Riccardo Rao

Les officiers angevins au regard des nobles moréotes (XIIIe-XIVe siècles)

Isabelle Ortega

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cf. généalogie annexe.
  • 2 Plusieurs auteurs se sont penchés sur les ressorts de cette bataille, ses protagonistes, ses enjeu (...)

1La principauté de Morée constitue l’une des facettes des ambitions orientales de Charles d’Anjou, en cela elle a toute sa place dans un groupe de réflexion sur l’espace angevin. Toutefois il convient en introduction de revenir sur le contexte historique de cette principauté qui est pour beaucoup méconnue. Au lendemain de la IVe croisade des conquérants, Bourguignons et Champenois pour la plupart, vont conquérir en 1204-1205 ce qui va devenir la principauté de Morée ou principauté d’Achaïe, du nom de la province ecclésiastique correspondante. La famille qui prend la tête de cet État en formation est celle des Villehardouin et au XIIIe siècle cette principauté connaît son apogée sous le prince Guillaume de Villehardouin (1246-1278). Par le biais de différents hommages, le prince est le suzerain d’une vaste Grèce latine, comprenant les îles ioniennes, le duché de l’Archipel (Cyclades actuelle), le duché d’Athènes, et plusieurs seigneuries en Béotie ou encore en Étolie. Or il n’a pas de fils1 et sa principauté est grandement menacée par les Grecs qui ont repris pied dans le Péloponnèse depuis la défaite latine de Pélagonia en 12592. Ne pouvant plus compter sur l’Empire latin de Constantinople, tombé en 1261 entre les mains de Michel Paléologue, le prince fait le choix de se rapprocher de la puissance montante en Italie, Charles d’Anjou.

  • 3 Le Livre de la conqueste de la princée de l’Amorée, Chronique de Morée (1204-1305), J. Longnon (éd (...)
  • 4 The Chronicle of Morea, J. Schmitt (éd.), Londres, 1904; Chronique de Morée, R. Bouchet (éd.), Par (...)
  • 5 D. Jacoby, Quelques considérations sur la « Chronique de Morée »... cit., n. 3, p. 151-152, 155-15 (...)
  • 6 Cronaca di Morea, dans Chroniques gréco-romanes inédites ou peu connues, C. Hopf (éd.), Berlin, 18 (...)
  • 7 Libro de los fechos et conquistas del principado de la Morea, A. Morel-Fatio (éd.), Genève, 1885 ; (...)
  • 8  La rédaction serait postérieure à 1377 et antérieure à 1393 ; l’auteur est certainement un habitan (...)

2L’objet de ce travail, préliminaire à l’ANR Europange, est d’examiner, exclusivement, le témoignage des sources narratives sur les officiers angevins, car elles nous livrent un témoignage affûté sur la vie politique dans la principauté. Pour cerner le sujet proposé, nous pouvons compter sur la Chronique de Morée et ses quatre versions complémentaires. La version française, rédigée dans la première moitié du XIVe siècle est une source majeure pour les années 1095-12923. Sans jamais renoncer à son parti pris, le chroniqueur dresse un tableau de la principauté en demi-teintes. La variante grecque de la Chronique de Morée couvre la même période et repose sur plusieurs manuscrits de la fin du XIVe siècle4. Dans l’ensemble, cette version plus étendue que les autres est, semble-t-il, une traduction d’un modèle original rédigé dans une autre langue5. L’auteur de la chronique est sans doute un Grec de Morée, jetant un regard réprobateur sur les « autres Grecs » résidant hors de la péninsule, ceux contre lesquels se battent les Francs. La variante italienne6 de la Chronique de Morée, elle, semble grandement inspirée de la traduction grecque et son intérêt réside dans les détails qu’elle peut apporter. La version hispanique7 de la Chronique de Morée, enfin, est une œuvre de compilation de la fin du XIVe siècle relatant l’histoire de la principauté durant les années 1200-13778. Le récit, plus condensé, contient des détails inexistants dans les autres chroniques, notamment sur la vie quotidienne des seigneurs latins ou sur les années 1320, uniquement traitées dans cette version.

3Finalement toutes ces sources renferment des renseignements sur les officiers angevins qui apparaissent dès les dernières années du règne de Guillaume de Villehardouin et y sont mentionnés tout au long du XIVe siècle. Les officiers qui y figurent sont le plus souvent les baux, car le titre est le plus prestigieux, symbole de pouvoir, mais ils ne sont pas les seuls. En effet, au fil des sources nous pouvons trouver la trace d’autres officiers qui, bien que moins importants, sont pourtant indispensables au bon fonctionnement de l’administration angevine.

4Ainsi, dans quelle mesure ces officiers répondent-ils aux attentes de la noblesse locale ? Ils témoignent certes de la détermination angevine à mettre en place une monarchie administrative suppléant leur absence, pour autant ils sont en charge sur le sol moréote de très nombreuses missions relevant de différents domaines et dans le portrait qui en est fait dans ces sources narratives, ces officiers sont dépeints de façon contrastée.

La mise en place d’une monarchie administrative

  • 9 J. Longnon, Le rattachement de la principauté de Morée au royaume de Sicile en 1267, dans Journal (...)
  • 10 J. Longnon, L’Empire latin de Constantinople et la principauté de Morée, Paris, 1949, p. 241.

5Dès la signature des traités de Viterbe (1267), la principauté de Morée lie son destin à celui de la monarchie angevine. Isabelle de Villehardouin, princesse héritière, est mariée à Philippe d’Anjou, fils aîné de Charles9. Guillaume continue sa vie durant à tenir ses terres et, à sa mort, cette terre doit revenir à Isabelle et à son mari, Philippe. Toutefois, si celui-ci meurt sans enfant, la principauté revient au roi Charles. En échange, les Angevins s’engagent à envoyer une aide militaire pour soutenir la lutte des Villehardouin contre les Grecs.10

  • 11 Il meurt en 1271 (cf. généalogie annexe).

6Guillaume de Villehardouin, sur les dernières années de sa vie, voit non seulement son gendre mourir assez rapidement11, mais aussi la principauté échapper à sa lignée, puisque ce décès scelle la remise de la principauté à la dynastie angevine. La décennie 1270 marque ainsi le rapprochement de la principauté et du royaume angevin.

7C’est dans ce contexte de rapprochement que les baux font leur apparition dans la principauté. Tantôt choisis dans noblesse italienne, tantôt parmi les barons moréotes, les baux prennent place et usent de leurs pouvoirs à la mort du prince Villehardouin et lors de l’absence des princes en titre. La Chronique de Morée explicite la décision de Charles d’Anjou à l’annonce du décès du prince, Guillaume de Villehardouin, en 1278 :

  • 12 Le Livre de la conqueste... cit., n.3, §537.

Et quant li rois sot celle novelle, si en fut moult dolens [triste]. Lors ot son conseil comment il devoit ordiner le pays de la Morée. Et son conseil lui donna d’envoier .j. sien bail et de sa gent pour savoir gouverner a point le pays, en tel manière que la gent dou pays se tenissent apayé [en paix]12.

  • 13 Les deux hommes étaient parents par alliance (cf. généalogie annexe).
  • 14 Le prince de Morée consulte très souvent ses vassaux que ce soit pour les choix militaires, les dé (...)

8D’après ce passage, la peine engendrée par l’annonce du décès passée13, le souverain tient conseil, comme tout homme influent14. Il lui est recommandé par ses proches de choisir un bail pour régner à distance. Et c’est ce à quoi va s’employer Charles puis ses successeurs, en envoyant très régulièrement de nouveaux officiers en Morée.

Tab.1 - Baux angevins en Morée pour le XIIIe siècle.

  • 15 La Chronique de Morée confond Galeran d’Ivry avec Hugues de Sully (A. Bon, La Morée franque. Reche (...)
Noms des baux Origines Dates de fonction
Galeran d’Ivry15 Royaume angevin 1278-1280
Philippe de Gonesse Royaume angevin 1280-1282
Guy de Dramelay,baron de Chalandritsa Morée 1282-1285
Guillaume de la Roque, seigneur de Livadia et duc d’Athènes Morée 1285-1287
Nicolas II de Saint-Omer,co-seigneur de Thèbes Morée 1287-1289
Guy de Charpigny,Baron de Vostitsa Morée 1289
Règne d’Isabelle de Villehardouin et de ses époux : Florent de Hainaut (1289-1297), Philippe de Savoie (1301-1307).
  • 16 Les Vêpres siciliennes. Le complot de Jean de Procida, J. Malherbe-Galy, J.-L. Nardone (éd.), Toul (...)
  • 17 Les mariages successifs d’Isabelle ne vont pas sans quelques réticences parfois de la part du pouv (...)

9Beaucoup parmi eux sont de grands seigneurs moréotes, car le roi place sa confiance dans les grands barons, qui sont les pairs du Prince, notamment après l’épisode des Vêpres16. Sont présentés des officiers de 1278, mort de Guillaume de Villehardouin, à 1289, arrivée d’Isabelle de Villehardouin et de Florent de Hainaut en Morée. Il n’y a pas de baux angevins durant le règne de Florent de Hainaut et de Philippe de Savoie (1289-1307) puisque ces princes résident en Morée, et ont obtenu l’approbation des Angevins17.

  • 18 A. Bon, La Morée franque... cit., n. 15, p. 256.

10Au-delà du règne de Philippe de Savoie, il en est de même pour tout le XIVe siècle. Mais si les baux sont connus avec certitude pour le XIIIsiècle, il en est autrement pour le XIVe siècle où de nombreuses confusions apparaissent, surtout à la fin de ce siècle : Jacques de Baux (mort en 1383) semblant être le dernier angevin à avoir délégué ses pouvoirs à un bail régulier18.

  • 19 I. Ortega, Les lignages nobiliaires... cit., n. 14, p. 80-99.
  • 20 Le Livre de la conqueste... cit., n. 3, § 540-542 ; A. Parmeggiani, Le funzioni amministrative del (...)

11Ainsi, en l’espace de quelques années, au gouvernement de « princes chevaliers »19 succède celui d’une monarchie administrative centralisée. Malgré un intérêt évident dans les sources angevines pour la principauté, la gestion se fait désormais par officiers interposés, de plus en plus souvent non originaires de la principauté, très souvent renouvelés, donc étrangers aux coutumes moréotes, ce qui ne va pas sans poser quelques problèmes20. Les mesures à prendre requièrent l’approbation des autorités de l’autre côté de l’Adriatique d’où la lenteur administrative, car le pouvoir lointain qui se met en place s’exerce à distance, parfois maladroitement.


  • 21 Chronique de Morée... cit., n. 4, p. 274 : « Une fois que le prince eut reçu ces hommages, il remp (...)

12Or, si les baux sont le plus souvent mentionnés, ils ne sont pas les seuls à représenter le pouvoir angevin. Le problème des sources narratives est malheureusement qu’elles ne contiennent que des mentions éparses pour les autres fonctions. Cependant, il est bien rappelé qu’à chaque passation de pouvoir le nouveau prince, ou son bail, change tous les officiers21 :

  • 22 Chronique de Morée... cit., n. 4, p. 256. Dans la version grecque, on peut trouver la mention de : (...)

[Le bail] reçut dès lors le bailliage et commença à exercer sa charge en nommant de nouveaux officiers. Il changea le protovestiaire, le trésorier, les gouverneurs des places fortes et tous les châtelains. Il répartit les arbalétriers dans les divers châteaux et organisa les corvées dans tout le pays22.

  • 23 C’est un dérivé du titre byzantin, que l’on retrouve également dans l’Empire latin de Constantinop (...)
  • 24 Beniamin de Kalamata a été protovestiaire avant de devenir chancelier et il a laissé sa place à un (...)
  • 25 David Jacoby remarque l’ascension du lignage Koutrulis dont Stephanus est protovestiaire en 1366, (...)
  • 26 Le trésorier du prince est mentionné dans la Chronique de Morée (Le Livre de la conqueste... cit., (...)

13Sont donc renouvelés par le bail, lors de son accession à la charge, toute une série d’officiers. Le protovestiaire, nommé prothofficier dans la version française, est l’équivalent du chambellan en Occident23. Au XIIIe siècle, la charge semble revenir à des nobles latins de rang modeste, tandis qu’elle est exercée par des archontes grecs au XIVe siècle24. Quel que soit le statut de celui qui détient cette charge, il doit à la fois comprendre le grec, le latin et avoir des rudiments de gestion administrative car détenir cet office est un gage d’ascension sociale, et certains d’entre eux sont mêmes adoubés25. Un autre officier très important est le trésorier, présent à la cour princière, mais aussi à un niveau subalterne dans les châtellenies26. Sa charge connaît une évolution similaire : les quelques noms connus sont de consonance latine au XIIIe siècle, alors qu’au XIVe siècle apparaissent des noms grecs. Le pourvoyeur de châteaux, quant à lui, est chargé de leur inspection, renforçant ainsi la centralisation du pouvoir princier.

14Sont également mentionnés, d’autres officiers tels que le maréchal ou le connétable bien que dans les sources narratives ils n’apparaissent qu’au détour d’un paragraphe, pour relever par exemple un épisode hors du commun :

  • 27 Libro de los fechos... cit., n. 7, § 723.

Et quelque temps après, la reine Jeanne de Naples envoya pour bail en Morée messire Centurione Zaccaria, grand connétable, qui se trouvait alors à Naples. Et au bout d’un an et demi, ledit messire Centurione étant tombé malade, madame la reine envoya des commissions et des ordres en Morée et fit bail messire Paul Foscari, archevêque de Patras et fit messire Jean Misito, grand maréchal de ladite principauté27.

15En cette fin du XIVe siècle, les relations entre la principauté et la cour de Naples sont très suivies, de nombreux échanges en attestent durant le règne de la reine Jeanne. Dans le passage ci-dessus, le choix du bail porte sur un membre du clergé moréote, secondé par un seigneur laïque en tant que maréchal. Bien que le maréchal, ou encore le connétable soient des officiers qui existaient avant la mainmise des Angevins, désormais le recrutement dépend exclusivement du choix du roi et il se fait dans le milieu nobiliaire, que ce soit parmi les prélats ou les grands seigneurs laïques. La désignation de l’archevêque de Patras n’est pas anodine, en effet il ne s’agit ni plus ni moins de la reconnaissance du pouvoir exercé en des temps troublés par le primat de Morée.

  • 28 « τόν λογοθέτη » (The Chronicle... cit., n. 4, v. 7533);
  • 29 « qui adonc estoit son maistre conseillier et l’omme ou il plus se fioit » (Le Livre de la conques (...)

16Enfin, il existe un autre officier d’importance à la cour princière : le logothète28, ou chancelier. Son influence est plus importante qu’en Occident, car il représente l’homme de confiance du prince et outre sa responsabilité de la chancellerie, son conseil est sollicité tant dans le domaine politique que judiciaire29.

17On voit bien ici les limites des sources narratives dont la précision, notamment pour la connaissance des titulaires de ces offices, est aléatoire. Pour autant, cette étude des textes narratifs peut être considérée comme une première approche de ce sujet et surtout, si la précision chronologique et onomastique fait souvent défaut, nous obtenons tout de même une vision d’ensemble des devoirs des baux.

Des officiers aux multiples tâches

18En effet, les baux doivent remplir de nombreuses missions dans différents domaines relevant de la gestion d’un État, et parmi les champs de compétences les plus importants, se trouvent les décisions politiques. Car c’est la raison d’être des officiers envoyés dans la principauté : gérer à distance la politique de cette principauté.

  • 30 Libro de los fechos... cit., n. 7, §713.

Et quelque temps après, la reine envoya pour bail en Morée, messire Francesco de Sansaverino, qui emmena avec lui cinquante lances d’hommes francs et cinquante arbalétriers et brigands. Et ledit bail, arrivé à Clarentza, manda tous les prélats, nobles hommes et chevaliers de la terre, et quand tous furent réunis à Clarentza, ils reçurent le serment comme elle devait le faire, et ensuite ces seigneurs firent le serment du bail. Et ensuite ils firent l’hommage et le serment qu’ils devaient faire30.

  • 31 M. Aurell, Le chevalier lettré. Savoir et conduite de l’aristocratie aux XIIe et XIIIe siècles, Pa (...)
  • 32 I. Ortega, Les lignages nobiliaires... cit., n. 14, p. 87-88,
  • 33 G. Recoura (éd.), Les Assises de Romanie, Paris, 1930, art. 68.

19Il est rappelé à plusieurs reprises l’importance du serment prêté nécessairement par les grands seigneurs moréotes au prince, notamment dans ce passage témoignant du règne de la reine Jeanne31. Comme le prince ne se déplace plus en Morée, le bail est chargé de recueillir en son nom l’hommage des vassaux. Si malheureusement nous ne trouvons pas de description détaillée de cette cérémonie, les Assises de Romanie précisent toutefois son importance32. Il est vrai que cet hommage assure au roi angevin la fidélité des vassaux moréotes, conformément au texte de lois33.

20Chargé de l’autorité, en somme de l’exécutif, le bail doit en outre adouber les futurs chevaliers :

  • 34 Libro de los fechos... cit., n. 7, § 719-720

Et certains hommes qui étaient avec messire Francesco voulurent être chevaliers […]. Et après avoir fait ces nouveaux chevaliers, le bail, voyant que les Grecs descendaient des montagnes dans la plaine, lui de même avec ses gens descendit du château dans la plaine, et il pouvait avoir en sa compagnie environ trois cents lances et six cents piétons34.


  • 35 M. Aurell, Le chevalier lettré… cit., p. 295-299.
  • 36 Ce fut le cas dans la principauté au passage de Baudouin II, l’empereur latin déchu de Constantino (...)

21À l’instar des royaumes occidentaux, l’adoubement est toujours une cérémonie majeure, marquant l’entrée des jeunes chevaliers dans la société féodo-vassalique. En Occident, l’emprise du clergé sur cette cérémonie est de plus en plus importante, mais cela n’est pas mentionné en Morée35, par contre l’adoubement d’un souverain est recherché car il témoigne d’un plus grand prestige toutefois, en l’absence de ce dernier, le bail représente la plus haute autorité36.

22Un autre aspect régalien est évoqué dans la Chronique de Morée : le domaine militaire. Ainsi, il est toujours fait mention d’hommes en armes accompagnant le pouvoir du bail nouvellement arrivé. En effet, dans une principauté où le manque d’hommes est criant, de nouveaux effectifs sont toujours les bienvenus et les baux sont en charge des opérations militaires, en lieu et place du prince :

  • 37 Libro de los fechos... cit., n. 7, § 561.

Et le roi Robert, ayant appris que don Ferrant de Majorque avait l’intention d’aller avec des gens d’armes en Morée, envoya des lettres au bail pour qu’il fortifiât bien Clarentza et défendit la terre jusqu’à tant qu’on lui envoyât un secours. Et le bail, ayant reçu les lettres, manda à son secours tous les barons et chevaliers qu’il put avoir […] 37.

  • 38 Ferrand de Majorque a épousé la nièce d’Isabelle de Villehardouin (Cf. généalogie annexe).

23Les difficultés sont décuplées avec la distance, car le temps de recevoir les instructions, un décalage se créé. Dans ce passage, il s’agit de mettre en état de défense la principauté afin de parer une attaque d’un prétendant à la couronne. En effet, le mariage des descendantes Villehardouin au XIVe siècle multiplie le nombre des prétendants et la principauté doit essuyer plusieurs attaques d’envergure38. Le bail agit toujours avec un temps de réflexion, pour autant le domaine militaire est un champ d’action important, car les défaites du bail sont celles du roi, d’où la nécessité de surveiller, même à distance, ce qui se fait dans la principauté.

24Un autre champ d’action important est représenté par le domaine judiciaire. En effet, comme tout souverain, le bail rend la justice, règle les litiges, notamment successoraux, au nom du roi angevin. À la fin XIIIe siècle, la Chronique de Morée relate le cas d’un Geoffroy de Briel venu d’Occident, cousin et homonyme du seigneur de Karytaina, qui veut récupérer son fief :

  • 39 Le Livre de la conqueste... cit., n. 3, §560. La version grecque complète la version française : « (...)

Lors vint monseignor Goffroy en la Morée. Et quant il fu par devant monseignor Nicole le Bail, si lui presenta les lettres que il portoit de part le roy. Et puis que messire Nicole ot receu les lettres du roy, si fist amasser tous les vaillans hommes dou pays et tint .j. parlement sur la demande de monseignor de Caraintaine. Si fu moult debatue et examinée sur celle chose entre les barons clercs et lays [civils] qui au conseil estoient 39.

  • 40 I. Ortega, Les lignages nobiliaires... cit., n. 14, p. 582.

25En dépit du soutien royal, l’affaire apparaît complexe. En effet, suite à la félonie de son parent, la succession ne peut se faire qu’en ligne directe40. Toutefois, afin de ne pas se priver d’un combattant déterminé, le roi angevin souhaite le retenir dans la principauté, mais le baronnage moréote est embarrassé. Une sentence est finalement rendue :

  • 41 Le Livre de la conqueste... cit., n. 3, §582.

Donc se monseignor le roy mandant et commandant au bail de vous faire droit et raison selon les usages et les coustumes dou pays, li baux si le commist sur la congnissance des hommes liges dou pays 41.

  • 42 I. Ortega, Les lignages nobiliaires... cit., n. 14, p. 582.

26Le bail rend la justice en soutenant la décision royale et en tenant compte des Assises de Romanie, recueil de lois en vigueur en Morée, d’après le chroniqueur. En fait un fief de compensation est attribué au chevalier nouvellement arrivé, et il s’installe dans la principauté pour y fonder un foyer42.

27Un autre litige successoral a retenu l’attention de la version aragonaise de la Chronique de Morée au début du XIVe siècle, le cas de la succession au duché d’Athènes :

  • 43 Libro de los fechos... cit., n. 7, § 543.

[…] Que si le bail et les seigneurs du conseil avaient donné juste sentence, ils pussent vivre avec honneur en ce monde, et que s’ils avaient donné injuste sentence, ils moururent sans héritiers de leur corps43.

  • 44 I. Ortega, Les lignages nobiliaires... cit., n. 14, p. 499-500.

28Dans ce cas, l’imprécation est délivrée par Échive d’Ibelin, déboutée de la succession du duché d’Athènes par l’un de ses cousins, Gautier de Brienne, mieux armé que la veuve pour défendre cette terre, d’après le bail et les nobles qui composent le conseil44. L’héritière, ainsi éconduite, mentionne la toute-puissance du bail qui a choisi un prétendant masculin à cette succession.

29Assurer la justice, maintenir la paix, partir en guerre ou encore prendre des décisions politiques ne sont pas des missions faciles à remplir, car elles ne font pas l’unanimité. Pour autant, relevant du droit régalien, le bail se doit de les mener à bien. Cette exposition et cette prédominance le fait apparaître dans les sources narratives, mais le portrait qui en est dressé est ambivalent.

L’estime relative des sources narratives

30La description des officiers apparaissant dans les sources susmentionnées est le plus souvent laudative. Avec le recul, ces chroniques, rédigées au XIVe siècle dans le milieu aulique, dressent un témoignage élogieux des officiers angevins.

  • 45 « ’Ενταῦτα κράζει ὁ πρίγκιπας τόν λογοθέτη ἐκείνον, μισίρ Λινάρδον τὸ ὄνομα, ἀπό τήν Πούλιαν ἦτον  (...)
  • 46 I. Ortega, L’inventaire de la bibliothèque de Léonard de Véroli. Témoignage des influences occiden (...)
  • 47 Le Livre de la Conqueste... cit., n. 3, § 516-517.

31Si la majorité d’entre eux ne sont pas nommés et connus, certains sortent de l’ombre, à l’instar du logothète Leonardo di Véroli, originaire des Pouilles45, qui est un proche de Guillaume de Villehardouin et dont l’avis est pris en considération par Charles d’Anjou46. Que ce soit dans la version grecque ou française de la Chronique de Morée, le logothète ou chancelier fait preuve d’une sagesse reconnue par tous et ses conseils avisés sont écoutés, notamment lors des procès47.

  • 48 « μπαΐλος και καπετάνος » ( The Chronicle of Morea, op. cit, n. 4, v. 6544).
  • 49 Le Livre de la conqueste, cit., n.3, §468.

32Du vivant du prince Guillaume de Villehardouin, la Chronique de Morée rend également compte de la relation de confiance qui s’est établie entre Galeran D’Ivry, envoyé par le roi angevin en Morée et le prince. Ce dernier prend conseil auprès de cet émissaire, qualifié de bail et de capitaine48, notamment dans le domaine stratégique49, et le prince choisit même de l’honorer :

  • 50 Ibid., n. 3, §472.

[ …] l’ordina et l’estably que il feust baux et gouverneur de la princée pour le roy, et de par le roy et de part le prince. Et de ce lui dist la commission et revesti de son gant de l’office dou bailliage50.

  • 51 Chronique de Morée, op.cit., n. 4, p. 222.
  • 52 Cronaca di Morea... cit., n. 4, p. 453.

33Le chroniqueur enjolive ainsi ce rapprochement, accordant une reconnaissance conjointe du bailliage de Galeran d’Ivry par le roi de Naples et le prince de Morée. De plus, dans les autres versions, Galeran est dit « prévoyant », « avisé »51 et son avis est expressément demandé dans les négociations52.

  • 53 Ce personnage est qualifié de « baron de grant bonté » par les autres versions (Le Livre de la con (...)
  • 54 Le chroniqueur confond là Galeran d’Ivry et Rousseau de Sully, qui fut vicaire général du roi en A (...)

34
Pourtant l’arrivée de certains grands seigneurs étrangers, voulant gouverner à la place du prince, ne va pas sans provoquer un certain nombre de tensions. Il suffit pour cela que le bail en question ne veuille pas appliquer les coutumes en cours dans la principauté. C’est le cas dans la version grecque de la Chronique de Morée, où est décrite l’arrivée de Rousseau de Sully, nouvellement promu bail de la principauté53. C’est l’une des confusions du chroniqueur qui rédige son œuvre plusieurs siècles après les événements54, mais cette description a pour mérite d’appréhender les rapports de force qui se mettent en place lors de l’arrivée d’un bail :

  • 55 Chronique de Morée... cit., n. 4, p. 254 ; The Chronicle of Morea... cit., n. 4, v. 7836-7832 ; Le (...)

Il quitta Naples avec ses troupes et parvint à Clarentsa à la fin du mois de mai. Dès son arrivée, il fit annoncer aux prélats du pays, ainsi qu’à tous les bannerets et à tous les chevaliers, qu’il avait emporté avec lui des lettres du roi. Il leur écrivit aussi de sa part pour leur dire de venir à Clarentsa pour prendre connaissance des instructions qu’il leur apportait au nom du roi. Dès qu’ils reçurent ce message, tous accoururent et, une fois rassemblés, petits et grands, ils ouvrirent les lettres et lurent les instructions qu’elles contenaient. Ils apprirent que le roi avait enjoint à tous, en Morée, d’accepter ce Rousseau de Sully comme bailli. Il intimait à tous ceux qui étaient ses hommes liges et qui lui devaient l’hommage de se comporter à l’égard de Rousseau, pour tout ce qui concernait leurs fiefs, comme s’il était le roi en personne55.

  • 56 Les Assises... cit., n. 33, art. 1.

35Ce passage décrit plus en détail les premières mesures d’un nouveau bail en fonction. L’assemblée féodale convoquée pour la lecture de la décision royale n’est pas exceptionnelle, mais les barons moréotes émettent quelques réserves quant au fait de considérer le bail comme le roi, c’est-à-dire comme le prince de Morée en personne. En effet, il est bien spécifié dans les Assises de Romanie que « Messire le prince d’Achaïe, l’actuel comme le futur, doit faire […] le serment en la main de ses barons, hommes liges et fidèles […] »56. Les seigneurs moréotes ne sont pas habitués à une telle délégation de pouvoir, ils sont déterminés à conserver leurs coutumes :

  • 57 Chronique de Morée... cit., n. 4, p. 255.

Voilà pourquoi les liges de Morée vous prient de ne pas vous offusquer de ce qu’ils vous disent, car ils préféreraient mourir et être déshérités plutôt que de se voir retirer leurs usages57.

36Ce passage de la chronique nous décrit des seigneurs moréotes fiers de leurs coutumes, déterminés surtout à les défendre. Le consensus qui va être trouvé est le suivant : le bail prête serment de respecter les coutumes moréotes et, ensuite seulement, les liges prêtent eux-mêmes serment de fidélité. Les Assises de Romanie insistent certes sur la présence du prince, mais les seigneurs moréotes vont apprendre à prêter un serment de fidélité à un officier, non plus au prince lui-même. Ce n’est que le début d’une longue liste de baux, car les princes angevins ne se déplacent plus que rarement dans cette principauté jugée périphérique.

Conclusion

37Finalement, cette principauté qui peut sembler en marge de l’espace angevin, permet d’envisager le versant oriental des ambitions angevines en complétant ainsi les recherches d’Enikő Csukovits pour la Hongrie et d’Aude Rapatout pour l’Albanie. Mais ce n’est que le début d’une plus longue recherche, car un travail plus approfondi doit maintenant être entrepris afin d’envisager dans le détail la mise en place de ces officiers.

38Les sources narratives peuvent être peu précises, confuses parfois, pour autant elles révèlent quelques précieux détails et surtout l’état d’esprit de cette noblesse vis-à-vis de ces officiers débarqués, au sens propre du terme, sur les côtes moréotes.

39Mis à part quelques accrochages, qui sont réglés rapidement, le point de vue livré par les chroniqueurs au XIVe siècle est le plus souvent élogieux. Étant donné que les différentes versions de la chronique ont été rédigées probablement dans des cours nobiliaires, on peut donc penser que ces officiers remplissent en grande partie les espoirs nobiliaires.

40Si la Chronique de Morée ne présente qu’une version arrangée de la réalité, avec ses confusions et ses contradictions, il n’en reste pas moins qu’on obtient un tableau de ces officiers angevins au regard des nobles moréotes qui vient compléter fort à propos les témoignages des autres sources, à commencer par les sources angevines que la base de données de l’ANR Europange permettra d’étudier de façon plus exhaustive.

Fig. 1 - Dynastie des Villehardouin

Fig. 1 - Dynastie des Villehardouin

Notes

1 Cf. généalogie annexe.

2 Plusieurs auteurs se sont penchés sur les ressorts de cette bataille, ses protagonistes, ses enjeux et les répercussions politiques qu’elle a pu générer pour la principauté de Morée (D. J. Geneakoplos, Greco-latin relations on the eve of the byzantine restoration : the battle of Pelagonia, 1259, dans Dumbarton Oaks Papers, 7, 1953, p. 99-141 ; D. M. Nicol, The date of the battle of Pelagonia, dans Byzantinische Zeitschrift, 49, 1956, p. 68-71).

3 Le Livre de la conqueste de la princée de l’Amorée, Chronique de Morée (1204-1305), J. Longnon (éd.), Paris, 1911 ; D. Jacoby, Quelques considérations sur la « Chronique de Morée », dans Journal des Savants, 1968, p. 135-136 ; T. Shawcross, The Chronicle of Morea. Historiography in crusader Greece, New York, 2009, p. 37-38.

4 The Chronicle of Morea, J. Schmitt (éd.), Londres, 1904; Chronique de Morée, R. Bouchet (éd.), Paris, 2005. T. Shawcross, The Chronicle of Morea... cit., n. 3, p. 35-36.

5 D. Jacoby, Quelques considérations sur la « Chronique de Morée »... cit., n. 3, p. 151-152, 155-156.

6 Cronaca di Morea, dans Chroniques gréco-romanes inédites ou peu connues, C. Hopf (éd.), Berlin, 1873 ; T. Shawcross, The Chronicle of Morea... cit., n. 3, p. 36-37.

7 Libro de los fechos et conquistas del principado de la Morea, A. Morel-Fatio (éd.), Genève, 1885 ; T. Shawcross, The Chronicle of Morea... cit., n. 3, p. 38-39.

8  La rédaction serait postérieure à 1377 et antérieure à 1393 ; l’auteur est certainement un habitant de la Morée, peut-être membre de la cour d’Érard le Maure, seigneur d’Arkadia (D. Jacoby, Quelques considérations sur la « Chronique de Morée »... cit., n. 3, p. 162-163).

9 J. Longnon, Le rattachement de la principauté de Morée au royaume de Sicile en 1267, dans Journal des savants, 1942, p. 134-145. Cf. généalogie annexe.

10 J. Longnon, L’Empire latin de Constantinople et la principauté de Morée, Paris, 1949, p. 241.

11 Il meurt en 1271 (cf. généalogie annexe).

12 Le Livre de la conqueste... cit., n.3, §537.

13 Les deux hommes étaient parents par alliance (cf. généalogie annexe).

14 Le prince de Morée consulte très souvent ses vassaux que ce soit pour les choix militaires, les décisions politiques ou les stratégies matrimoniales (I. Ortega, Les lignages nobiliaires dans la Morée latine (XIIIe-XVe siècles). Permanences et mutations, Turnhout, 2012, p. 92-93).

15 La Chronique de Morée confond Galeran d’Ivry avec Hugues de Sully (A. Bon, La Morée franque. Recherches historiques, topographiques et archéologiques sur la principauté de Morée, Paris, 1969, p. 153-155).

16 Les Vêpres siciliennes. Le complot de Jean de Procida, J. Malherbe-Galy, J.-L. Nardone (éd.), Toulouse, 2012, p. 7-25.

17 Les mariages successifs d’Isabelle ne vont pas sans quelques réticences parfois de la part du pouvoir angevin (I. Ortega, Les lignages nobiliaires... cit., n. 14, p. 233-234 ; A. Bon, La Morée franque... cit., n. 15, p. 173).

18 A. Bon, La Morée franque... cit., n. 15, p. 256.

19 I. Ortega, Les lignages nobiliaires... cit., n. 14, p. 80-99.

20 Le Livre de la conqueste... cit., n. 3, § 540-542 ; A. Parmeggiani, Le funzioni amministrative del principato di Acaia, dans Byzantinistica. Rivista di studi bizantina e slavi, I, 1999, p. 96.

21 Chronique de Morée... cit., n. 4, p. 274 : « Une fois que le prince eut reçu ces hommages, il remplaça tous ceux qui exerçaient un office, en premier lieu les châtelains et les sergents, par des hommes à lui. Il nomma aussi un protovestiaire, un trésorier, un gouverneur des châteaux et des officiers à toutes les autres charges »

22 Chronique de Morée... cit., n. 4, p. 256. Dans la version grecque, on peut trouver la mention de : « καστελλάνους, σιργέντες, πρωτοβιστιάρην, τριζουριέρην, προβουέρην των καστρών » (Chronicle of Morea... cit., n. 4, v. 8653-8657).

23 C’est un dérivé du titre byzantin, que l’on retrouve également dans l’Empire latin de Constantinople (Le Livre de la conqueste... cit., n. 3, §526, 752).

24 Beniamin de Kalamata a été protovestiaire avant de devenir chancelier et il a laissé sa place à un Grec, Vasylopoulos (Le Livre de la conqueste... cit., n. 3, § 829 ; A. Parmeggiani, Le funzioni amministrative del principato di Acaia... cit., n. 20, p. 102-103).

25 David Jacoby remarque l’ascension du lignage Koutrulis dont Stephanus est protovestiaire en 1366, Nicolas son fils apparaît en tant que chevalier en 1387, et Jean son petit-fils est dit écuyer en 1405. (D. Jacoby, Les archontes grecs et la féodalité en Morée franque, dans Travaux et Mémoires, II, 1965-1967, p. 421-481 ; repris dans Id., Société et démographie à Byzance et en Romanie latine (VR), Londres, 1975, p. 474).

26 Le trésorier du prince est mentionné dans la Chronique de Morée (Le Livre de la conqueste... cit., n. 3, § 742).

27 Libro de los fechos... cit., n. 7, § 723.

28 « τόν λογοθέτη » (The Chronicle... cit., n. 4, v. 7533);

29 « qui adonc estoit son maistre conseillier et l’omme ou il plus se fioit » (Le Livre de la conqueste... cit., n. 3, §517).

30 Libro de los fechos... cit., n. 7, §713.

31 M. Aurell, Le chevalier lettré. Savoir et conduite de l’aristocratie aux XIIe et XIIIe siècles, Paris, 2011, p. 291-292.

32 I. Ortega, Les lignages nobiliaires... cit., n. 14, p. 87-88,

33 G. Recoura (éd.), Les Assises de Romanie, Paris, 1930, art. 68.

34 Libro de los fechos... cit., n. 7, § 719-720

35 M. Aurell, Le chevalier lettré… cit., p. 295-299.

36 Ce fut le cas dans la principauté au passage de Baudouin II, l’empereur latin déchu de Constantinople (Marin Sanudo Torsello, Istoria tês Rômanias, Papadopoulou E. (éd.), Athènes, 2000, p. 105).

37 Libro de los fechos... cit., n. 7, § 561.

38 Ferrand de Majorque a épousé la nièce d’Isabelle de Villehardouin (Cf. généalogie annexe).

39 Le Livre de la conqueste... cit., n. 3, §560. La version grecque complète la version française : « Celui-ci, après avoir entendu et vu les documents, fit écrire au bailli de Morée, le vieux messire Nicolas de Saint-Omer, lui demandant de réunir en haute cour les seigneurs liges, les prélats et les prud’hommes de toute la principauté afin d’examiner les témoignages que ce messire Geoffroy avait apportés de France et, s’ils trouvaient qu’il était dans son droit de réclamer le château de Caryténa et ses environs, de lui en accorder la jouissance et de l’investir » (Chronique de Morée, cit., n. 4, p. 261).

40 I. Ortega, Les lignages nobiliaires... cit., n. 14, p. 582.

41 Le Livre de la conqueste... cit., n. 3, §582.

42 I. Ortega, Les lignages nobiliaires... cit., n. 14, p. 582.

43 Libro de los fechos... cit., n. 7, § 543.

44 I. Ortega, Les lignages nobiliaires... cit., n. 14, p. 499-500.

45 « ’Ενταῦτα κράζει ὁ πρίγκιπας τόν λογοθέτη ἐκείνον, μισίρ Λινάρδον τὸ ὄνομα, ἀπό τήν Πούλιαν ἦτον » The Chronicle of Morea... cit., n. 4, v. 7533-7535).

46 I. Ortega, L’inventaire de la bibliothèque de Léonard de Véroli. Témoignage des influences occidentales et orientales dans la principauté de Morée à la fin du XIIIe siècle, dans L’autorité de l’écrit au Moyen Âge (Orient-Occident), XXXIXe Congrès de la SHMESP (Le Caire, 30 avril-5 mai 2008), Paris, 2009, p. 196-201.

47 Le Livre de la Conqueste... cit., n. 3, § 516-517.

48 « μπαΐλος και καπετάνος » ( The Chronicle of Morea, op. cit, n. 4, v. 6544).

49 Le Livre de la conqueste, cit., n.3, §468.

50 Ibid., n. 3, §472.

51 Chronique de Morée, op.cit., n. 4, p. 222.

52 Cronaca di Morea... cit., n. 4, p. 453.

53 Ce personnage est qualifié de « baron de grant bonté » par les autres versions (Le Livre de la conqueste... cit., n. 3, § 538; Cronaca di Morea... cit., n. 6, p. 452).

54 Le chroniqueur confond là Galeran d’Ivry et Rousseau de Sully, qui fut vicaire général du roi en Albanie (A. Bon, La Morée franque... cit., n. 15, p. 154).

55 Chronique de Morée... cit., n. 4, p. 254 ; The Chronicle of Morea... cit., n. 4, v. 7836-7832 ; Le Livre de la Conqueste... cit., n. 3, § 539.

56 Les Assises... cit., n. 33, art. 1.

57 Chronique de Morée... cit., n. 4, p. 255.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Dynastie des Villehardouin
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/3051/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 255k

Auteur

Université de Nîmes - CEMM, Centre d’études médiévales de Montpellier - EA 4583 - isabelle.ortega@cegetel.net

© Publications de l’École française de Rome, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540