Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Thermalisme en Toscane à la fin du Moyen Âge

 | 
Didier Boisseuil

Troisième partie. L'Âge d'or du thermalisme

Chapitre troisième. La société thermale

Texte intégral

1Les activités qui se déployaient autour des sources évoluèrent alors que les stations grandissaient et étaient rénovées. Les occupations étaient, plus que jamais, tournées vers les besoins des visiteurs. Ces derniers, qu’une documentation plus précise nous permet de mieux connaître, adoptèrent auprès des sources un mode de vie particulier, conférant aux stations, une place plus que jamais singulière au sein des campagnes.

I - LES HABITANTS DES SITES ET LEURS OCCUPATIONS

  • 1 Ils sont encore quelques-uns dans les stations au xve siècle, sans que l’on puisse véritablement c (...)

2Cédant la place aux aubergistes, les « stazionieri » disparurent progressivement des sites. Les hôteliers devinrent les acteurs principaux des stations thermales. Ils cohabitaient avec quelques boutiquiers1, mais aussi avec des médecins et des « baigneurs », tout un personnel paramédical que nous avions vu prendre place dans les sites à la fin du xiiie et au début du xive siècle.

1) Les aubergistes

  • 2 Cf. N. Coulet (1982), p. 185 ; A. Fanfani (1934), p. 259-266.
  • 3 Le 8 décembre 1414, « che niuno albergatore o staçioniere », cf. A.S.S. Consiglio generale 207, f° (...)
  • 4 C’est ce dont s’assuraient en premier lieu les communes du territoire siennois, lorsqu’elles avaie (...)
  • 5 En 1421, « anno detto e chose masarizie le quali sono nel detto abergo chome per l’inventario si c (...)
  • 6 Il était permis à Sienne dès 1293 aux aubergistes de vendre du pain, du vin et de la viande ; cett (...)
  • 7 Cf. A.S.S. Gabella dei contratti 1046, f° 15.
  • 8 Cf. document 18, p.
  • 9 Cf. dossier 2, Lucques (1485), § 1.
  • 10 Cf. N. Coulet (1982), p. 197 ; (1983), p. 128.
  • 11 En 1435, « e più che Ί detto Giovanni deba pigliare per inventario tutte le chose della chiesa e d (...)
  • 12 En 1440, « ancho s’intende in detta aloghagione el ghodinolo cho’ l’orto cho’ questi patti e modi (...)
  • 13 En 1435, « el detto Giovanni die paghare i denari e tenerne buon chonto intendendosi che prima ric (...)
  • 14 En 1435 et 1440, « e più siamo tenuti [les responsables de l’Hôpital] a dare al detto Giovanni l’e (...)
  • 15 « Item s’itende in detta aloghagione tuta la chasa aviamo in Foiano per potere mettare la roba di (...)
  • 16 En 1421 et 1435, l’Hôpital Santa Maria della Scala, à Bagno di Petriolo : « e se achadesse che bis (...)
  • 17 Cf. tableau 8. En 1485, Lucques louait ses auberges à Bagno di Corsena pour cinq ans, cf. A.S.L. C (...)
  • 18 Cf. N. Coulet (1983), p. 129 ; Ch. M. de la Roncière (1976), p. 920 ; M. Tuliani (1994), p. 142.
  • 19 Cf. dossier 2, Lucques (1485), § 6.

3Depuis le xiiie siècle, à Sienne comme dans la plupart des villes européennes, les activités d’accueil des voyageurs, des visiteurs étaient assurées par des albergatores2. Dans les sites thermaux, ils apparaissent un peu plus tardivement – au cours du xive siècle – comme responsables des nouveaux établissements, les auberges, qui remplacent les « stazioni » ou les « chiusi ». Les aubergistes remplacèrent progressivement les « stazionieri » qui furent présents dans plusieurs sites jusqu’au milieu du xve siècle3. Il est bien difficile de définir ce qui distinguait les albergatores des « stazionieri », puisqu’il étaient les uns comme les autres des locataires et leurs tâches paraissaient similaires. Ils disposaient peut-être de locaux plus étendus, devaient entretenir des moyens de couchage suffisants et décents4. Le matériel leur était le plus souvent cédé par le bailleur du local. Ainsi en 1421 et 1435, l’Hôpital Santa Maria della Scala et en 1485 la cité de Lucques louaient leurs auberges à Bagno di Petriolo, Bagno di Macereto et Bagno di Corsena avec un mobilier dont ils faisaient dresser l’inventaire5. Comme partout ailleurs en Toscane, les aubergistes fournissaient aussi à boire et à manger6. En 1371, quelques albergatores de Bagno di Petriolo figuraient déjà parmi les contribuables sollicités par deux fermiers siennois qui collectaient la gabelle du vin dans l’Ardenghesca et la Maremme7. En 1429, l’aubergiste qui s’installa à Bagno di Saturnia réclama la possibilité de commercialiser des aliments8 et en 1485, Lucques souhaitait que ses locataires fournissent de la viande et du vin en suffisance9. Comme il advenait ailleurs, quelques hôteliers étaient dans les stations astreints à certaines exigences particulières et disposaient en contre-partie de quelques avantages10. L’aubergiste de l’Hôpital Santa Maria della Scala à Bagno di Macereto devait faire célébrer la messe, à ses frais, régulièrement et fêter la saint Antoine et la saint Sauveur dans l’église de l’hospice voisin11 Il était contraint d’accepter les oblats venus suivre une cure12 et devait rendre des comptes de son activité au responsable de la grange de Stigliano13. Cette importante institution lui concédait en retour le droit de faire du foin dans plusieurs prés, situés dans la zone marécageuse et d’obtenir toutes les productions d’un « podere » de l’hôpital, probablement pour approvisionner ses écuries et ses cuisines14. Il pouvait utiliser la maison qui était dans le castrum proche de San Lorenzo a Merse pour entreposer le mobilier de l’établissement, en cas de nécessité15. A l’égal de tous les locataires, il ne payait pas de frais d’entretien ou d’aménagement des édifices, lesquels étaient à la charge complète des propriétaires16. Les aubergistes s’engageaient auprès des propriétaires pour des baux de courte durée – de un à cinq ans17 – comme ailleurs en Toscane, en Provence ou en Aquitaine18. On observe cependant quelques disparités entre les sites, il semble que les engagements aient été plus longs à la fin du xve siècle à Bagno di Corsena puisqu’ils s’étalaient sur cinq années ; ceux qui étaient pris auparavant à Bagno di Petriolo n’excédaient pas les trois ans. Un peu partout, les contrats prévoyaient un moratoire des paiements lors des conflits militaires et des épidémies19.

  • 20 Cf. tableau 8.
  • 21 Cf. M. Tuliani (1994), p. 90 et tableau 10.
  • 22 Cf. A.S.S. Gabella dei contratti 683, f° 6v. À Bagno di San Filippo, Agnolo di Giovanni fut.respon (...)
  • 23 Cf. tableau 8.
  • 24 Idem.

4Malgré la brièveté de ces engagements, certains aubergistes restèrent plusieurs années à la tête du même établissement20. Giovanni di Falcone dirigea pendant près de dix ans entre 1436 et 1447, l’hôtellerie de l’Hôpital Santa Maria della Scala à Bagno di Macereto et Naldo di Naldo géra une auberge à Bagno di Petriolo pendant la même période21. Ce dernier prit par la suite, en 1458, la gestion d’un établissement à Serre di Petriolo. Plusieurs de ses collègues agirent de même, ils prolongeaient leur location ou passaient d’une auberge à l’autre22. Certains s’occupaient même de deux hospitia à la fois23. Parmi les hôteliers mentionnés, quelques-uns ont pris en charge plusieurs auberges à la fois, se comportant comme de véritables « entrepreneurs ». En 1437, Agostino di Niccolò tenait deux établissements à Bagno di Petriolo, en 1443 Giovanni di Iacopo deux auberges à Bagno di Corsena et en 1434 et 1435, Pietro Giustini et Giustino di Francesco dirigeaient deux puis trois hôtelleries sur ce même site24.

  • 25 Le statut des taverniers et des aubergistes de Sienne et de son « contado » fut rédigé une premièr (...)
  • 26 Cf. C. Mazzi (1902), p. 357.
  • 27 Cf. N. Coulet (1983), p. 134.

5La continuité et la volonté avec lesquelles cette poignée d’hôteliers avaient pris en charge la gestion des auberges dans les stations ou dans le « contado » incitent à penser qu’il s’agissait de professionnels qui pratiquaient depuis longtemps et régulièrement cette activité. Cependant très peu d’entre eux paraissent avoir été inscrits à l’art des aubergistes siennois, bien que cela demeurât théoriquement indispensable pour exercer cette occupation25. On dispose en effet, des noms des aubergistes qui furent membres du métier à la fin du Moyen Âge, puisque les consuls ont à plusieurs reprises dressé, vers 1350, en 1399, 1428, 1447, 1456 la liste de leurs confrères. Seul Ambrogio di Nero qui fut actif à Sienne en 1366 puis en 1372 à Bagno di Petriolo est mentionné sur une de ces listes, datée du milieu du xive siècle26. Certes, les responsables de l’art ont pu commettre des oublis, mais ces derniers sont trop nombreux et il est donc vraisemblable que les aubergistes n’ont pas pu ou voulu se faire enregistrer. Est-ce à dire que les tâches liées a l’hébergement ne constituaient pas l’essentiel de leurs activités ? Noël Coulet a montré que, bien souvent en Provence, les aubergistes pratiquaient d’autres occupations qui leur fournissaient des revenus complémentaires, parfois indispensables27. Les aubergistes des stations n’estimaient-ils pas inutile de s’inscrire à l’art dans la mesure où ils accomplissaient d’autres travaux rémunérateurs et qu’ils n’étaient pas tous actifs dans les sites durant toute l’année ? Quelles que soient les raisons de leur absence, elles prouvent que les règlements siennois n’étaient pas appliqués à la lettre et que le contrôle de l’activité d’hébergement échappait vraisemblablement, tout au moins dans les stations, à l’art des aubergistes.

  • 28 M. Tuliani ne relève que deux exemples d’association pour tout le territoire siennois, cf. M. Tuli (...)
  • 29 Cf. tableau 10.
  • 30 Agostino était peut-être l’un des parents de Pietro di Francesco de Advocatis qui acheta certains (...)
  • 31 Giovanni Terraldini, cf. tableau 10.
  • 32 Cette pratique était connue dans le territoire siennois. C’était tout au moins le cas à Bagno di M (...)
  • 33 Cf. dossier 2, Lucques (1485), § 2.

6Par ailleurs, certains aubergistes partageaient les risques avec quelques associés. À Bagno di Macereto, l’Hôpital autorisait ses locataires à former une compagnie mais aucun d’eux ne fut tenté de s’y inscrire, comme leurs concitoyens qui boudèrent bien souvent cette pratique28. En revanche, les habitants du territoire lucquois furent davantage intéressés. À Bagno di Corsena, Piero Giustini et Giustino di Francesco formaient vraisemblablement une société et eurent un temps pour associé Manffedi Banbachari29. Trois autres locataires s’étaient engagés ensemble à gérer une hôtellerie, mais cette association était un peu particulière. Elle regroupait, semble-t-il, un citoyen lucquois, membre de la puissante famille Advocatis30 et le vicaire du lieu31 avec celui qui fut peut-être le véritable exploitant, Giovanni, originaire de Montecatini. Ce dernier, sans moyens financiers suffisants pour s’engager seul avait vraisemblablement tenté cette association, plutôt que de sous-louer32. Le vicaire, intéressé aux profits, lui garantissait sans doute une certaine tranquillité voire une certaine impunité. Aussi Lucques jugea-t-elle en 1485, que cette collusion d’intérêts était dommageable aux curistes. Les autorités restreignirent le droit d’association, empêchant surtout les administrateurs publics ou leurs acolytes de s’engager désormais dans de semblables opérations33.

  • 34 Le 13 décembre 1373, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano anticosimiano 135, f°71.
  • 35 Le 18 février 1368 (ns), dans la salle supérieure du palais de la Mercanzia de Monticiano, Memmo d (...)
  • 36 Le 20 novembre 1372, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 133, f° 56.
  • 37 La plupart des produits agricoles que l’Opera del Duomo percevait autour de Bagno di Petriolo au d (...)
  • 38 Nero di Provenzano est cité dans A.S.S. Notarile antecosimiano antecosimiamo 6, f° 2v, 9, 17, 23v, (...)
  • 39 Cf. N. Coulet (1983), p. 135.

7Ces aubergistes comptent vraisemblablement parmi les habitants aisés des campagnes. Il est difficile de connaître leur fortune, mais les quelques indices dont nous disposons laissent imaginer qu’elle n’était pas négligeable. En 1372, Angelo di Vannucio, l’un des quatre aubergistes mentionnés à Bagno di Petriolo était propriétaire d’un « podere » dans la curia de Petriolo34, deux de ses collègues, Cennino et Iacopo di Cristoforo, disposaient de quelques intérêts dans les vignobles voisins35, et leur confrère Ambrogio di Nero di Provenzano détenait pour sa part près de quinze vaches qu’il confia à un habitant de Pari36. Ils étaient largement impliqués dans les activités agricoles du voisinage de la station, sans doute pour approvisionner leur établissement37. Ils se comportaient comme les « stazionieri » les plus aisés des xiiie et xive siècles qui possédaient des biens à la campagne et étaient actifs dans le monde rural. Ils se présentent, en quelque sorte, comme leurs successeurs. L’un d’entre eux d’ailleurs, Ambrogio di Nero di Provenzano, était le fils de l’un des « stazionieri » de Serre di Petriolo, cité par ser Domenico di Marchese en 130338. Cette continuité n’était pas exceptionnelle ; Noël Coulet évoque l’existence en Provence de dynasties d’aubergistes39. Toutefois, il n’est pas certain qu’un semblable phénomène ait duré. En effet, les aubergistes qui sont mentionnés au xve siècle, n’apparaissent pas comme les descendants directs des tout premiers aubergistes de la fin du siècle précédent.

  • 40 Le 4 février 1458, cf. A.S.S. Gabella dei contratti 683, f° 6v, 15v.
  • 41 Le 20 octobre 1413, « El minimo et povaro vostro servo Iachomo di Vannuccio Crescientii chiamato I (...)
  • 42 On ne dispose d’aucune étude précise sur la répartition des fortunes entre les différents citoyens (...)
  • 43 Comme San Casciano dei Bagni, Rapolano, Pari ou Radicofani..., cf. tableau 10.
  • 44 Cf. M. Tuliani (1994), p. 112. Pour l’importance de ces étrangers cf. G. Pinto (1989).
  • 45 L’un d’entre eux était suffisamment riche pour prêter à quelques-uns des habitants du site ou à de (...)
  • 46 Il existait des hôteliers enregistrés pour plus de 2000 livres dans la « Lira » et disposant de mo (...)
  • 47 N. Coulet mentionne une majorité de « gagne-petit » tout en soulignant de fortes disparités social (...)
  • 48 Cf. infra partie 3, chapitre 5.

8Quoi qu’il en soit, ils semblent généralement aisés. Naldo di Naldo, qui était hôtelier à Bagno di Petriolo, possédait plusieurs terrains sur la commune de Pari dont quelques-uns avaient été évalués à une trentaine de livres lorsqu’il les échangea en 1458 avec l’Hôpital Santa Maria della Scala40. Iacopo di Vannucio qui tenait en 1413 une auberge dans cette même station avait été enregistré dans la « Lira », pour une somme de 800 livres41. Il contesta l’estimation d’autant qu’il avait beaucoup perdu, affirmait-il, lors de la chevauchée de Donosdeo Malavolti, mais la déclaration fiscale permet de le situer parmi le groupe des contribuables de la cité ayant une fortune moyenne42. Les quelques autres aubergistes, citoyens comme lui, ne devaient pas être moins aisés, comme par exemple cet habitant de Montemerano qui avait quelques activités commerciales dans la Maremme et qui souhaitait investir à Bagno di Saturnia. Il se peut que les aubergistes originaires des stations ou des castra placés à proximité des sites43 aient été tout aussi riches, faisant partie de ces élites locales qui n’avaient pas pu ou pas souhaité acquérir la citoyenneté, tout comme leurs collègues étrangers venus essentiellement de Toscane, de Cortone ou de Pistoia, et qui étaient nombreux dans le territoire siennois44. Quoi qu’il en soit, les aubergistes de Bagno di Petriolo et peut-être leurs confrères des autres sites45, paraissent moins fortunés que leurs collègues de la ville de Sienne46, mais peut-être davantage que les hôteliers provençaux ou toulousains47 et suffisamment riches en tout cas pour verser des loyers coûteux48.

  • 49 Cf. A. Fanfani (1934).
  • 50 Le 24 septembrel438, « Agnoluccio di Lucha da Cortona abitante al Bagno a Sancto Filippo de’ avere (...)
  • 51 Le 14 novembre 1438, camerarius Biccherne det et solvat Luce Nannis de Caldanellis libras duodecim (...)
  • 52 Cf. Ν. Coulet (1982), p. 204.

9Pour honorer leurs contrats, ils comptaient essentiellement sur leurs gains, dont nous savons peu de choses. Aucun d’entre eux n’a laissé de comptabilité privée, au contraire de Nofro di Giunta à Arezzo49. Toutefois, les quelques remboursements effectués par Sienne auprès d’aubergistes qui avaient hébergé des hôtes illustres permettent de suggérer quelques tarifs. En 1434, à Bagno di San Filippo, Agnolo di Luca louait un lit pour 3 sous 8 deniers par nuit et en 143850, à Bagno delle Caldanelle, Luca di Nanno cédait une chambre avec deux lits pour 2 livres, 1 sou et 9 deniers par nuit51. Il est bien difficile de tirer une conclusion de ces deux mentions. Notons cependant que le premier des deux prix correspond au salaire quotidien d’un manœuvre à la même époque et que par conséquent les tarifs adoptés par cet aubergiste sont plus élevés que ceux que Noël Coulet observe à la même époque à Aix. Il constate en effet qu’une nuit et deux repas à l’auberge la « Couronne » au milieu du siècle équivalent au salaire quotidien d’un moissonneur52.

2) Les activités médicales et paramédicales

  • 53 Pour les curistes, cf. infra.
  • 54 Cf. A.S.S. Concistoro 424, f° 3v.
  • 55 Cf. D. Barduzzi (1914), p. 33.
  • 56 Cf. Κ. Park (1985), p. 94.
  • 57 Le 1er mai 1438, le conseil décide quod magister Pietrus Iohannetti docens conductus in Studio sen (...)

10Malgré leur nombre dans les stations, les aubergistes et « stazionieri » n’étaient pas les seuls habitants à se préoccuper du bien-être des curistes. Nombreux, semble-t-il, sont ceux qui se chargèrent de les soigner. En effet, la présence d’un personnel médical ou paramédical s’affirme dans les sites thermaux pendant le xve siècle. Au cours du siècle, les médecins paraissent avoir plus régulièrement fréquenté les stations. Ils accompagnèrent souvent quelques illustres visiteurs à la demande de ces derniers ou sur requête des cités53. En 1436, Carlo Malatesta obtint de Sienne un sauf-conduit pour que deux médecins pussent venir avec lui à Bagno di San Filippo54. Ugolino da Montecatini se rendit à Bagno di Monte Pisano et Bagno di Corsena pour accompagner le seigneur de Pise, Pietro Gambacorta55. En 1428, Florence expédiait Lorenzo d’Agnolo da Prato auprès de Francesco Carmagnola qui se rendait à Bagno di Petriolo56 et, dix ans plus tard, Sienne dépêchait Pietro Giovanetti de Bologne, qui enseignait alors à l’université, dans cette même station57.

  • 58 Francesco Casini se rendit à Bagno Vignoni avec le cardinal d’Aquilée en 1405, Ugo Benzi aurait ac (...)
  • 59 Dont le titre complet est De balneis omnia quae extant apud Graecos, Latinos, et Arabas, tam medic (...)
  • 60 Le traité d’Ugolino da Montecatini a été réédité en 1950, par M. G. Nardi qui s’appuie sur un manu (...)
  • 61 Ugolino fut l’un des premiers médecins à procéder à une analyse chimique des eaux à l’aide d’alamb (...)

11Plusieurs autres médecins, parmi les plus célèbres de Toscane ou d’Italie, comme Francesco Casini, Ugo Benzi, Bartolo di Tura Bandini visitèrent aussi les quelques sites thermaux de la région58. Quelques-uns furent les auteurs de traités, des consilia qui ont été pour la plupart retranscrits en latin classique et réunis – avec plusieurs autres documents similaires rédigés par des praticiens s’intéressant aux stations du nord de l’Italie, voire de l’Europe – en un unique recueil, par l’humaniste Pier Candido Decembri pour l’éditeur vénitien Tommaso Giunta, en 155359. Deux de ces ouvrages, ceux d’Ugolino da Montecatini et de Michele Savonarola, rédigés respectivement en 1417 et 1448-1449, figurent parmi les traités d’hydrologie les plus précis de la fin du Moyen Âge60. Les deux praticiens, se fondant pour une part sur leur expérience propre ou sur celle de leurs collègues, proposent une description des composantes chimiques des sources et de leurs qualités curatives61.

  • 62 Cf. document 11. Il est l’auteur d’une autre lettre concernant la station. Le 23 septembre 1457, i (...)
  • 63 Cf. dossier 2, Lucques (1469), § 7. Il remplaçait ou soutenait le médecin que l’hôpital San Martin (...)
  • 64 Cf. dossier 2, Lucques (1469), § 8.
  • 65 Idem., rub. 19.
  • 66 Les activités de santé publique et le développement de mesures sanitaires ont été une préoccupatio (...)

12Rares cependant parmi ces médecins, sont ceux qui s’installèrent dans les sites siennois. Seul, semble-t-il, Bartolo di Tura voulut demeurer à Bagno di Petriolo62. En novembre 1474, il demandait à la cité la possibilité d’édifier une pièce, pour son usage personnel, au-dessus du bâtiment qui abritait les douches du bain des femmes. Il arguait de sa santé précaire et de la nécessité d’une cure fréquente pour pouvoir rester, mais il se peut aussi que sa requête n’ait été qu’un prétexte pour exercer son art. À Bagno di Corsena, en revanche, à la même époque, il y avait des médecins régulièrement installés dans le site et appointés par Lucques63. Depuis 1469 en effet, la cité s’engageait à payer un praticien durant la saison thermale64. Elle lui versait un salaire de huit puis dix florins et lui proposait un des « chiusi » de la station pour s’installer65. Il devait renseigner ou secourir les curistes et pouvait éventuellement accepter quelques honoraires supplémentaires offerts par les patients aisés. Il était tiré au sort parmi les médecins lucquois suivant la pratique en vigueur pour confier aux citoyens quelques charges publiques. En recourant aux services d’un semblable personnage, Lucques adoptait des usages que connaissaient les communes – urbaines puis villageoises – du Piémont. Ces dernières payèrent à partir de 1450, des medici conducti per comunitatem de façon de plus en plus régulière66.

  • 67 En 1355, « Bono di Chola abitatore da Bagno a Maciareto s’aloghô da frate Sano del maestro Neri la (...)
  • 68 Le 8 mai 1372, Cecchus quondam Guidarelli habitator Balnei Petriuoli comitatus Senensis conduxit e (...)
  • 69 En 1409, « Giacomo di Lorenço detto Frachasa [che] abita al bagnio a Petriolo de’ dare fiorini ott (...)
  • 70 Cf. dossier 2, Lucques (1454), § 3 ; (1469), § 6.

13Ces praticiens ne furent pas seuls à s’occuper des curistes. Ils ont été assistés, par de nombreux spécialistes dont ceux qui pratiquaient les saignées. Ces derniers sont mentionnés sur les sites siennois dès le début du xive siècle, mais ils sont plus présents encore à la fin du siècle et tout au cours du xve siècle, pour exercer leur activité. Ils furent, en effet, plusieurs à louer un bassin ou des terrains, à quelques propriétaires qui avaient obtenu la « gabella del sangue ». À Bagno di Macereto en 1355, l’hôpital Santa Maria della Scala céda pour un an à Bono di Chele une partie des droits de la levée et le lieu destiné à cet usage, moyennant quinze livres67. En 1372 à Bagno di Petriolo, Cecco di Guidarello disposait de la possibilité d’apposer les sangsues sur les curistes dans les bains qui étaient proches du bassin des hommes et de celui des femmes pour 32 florins68. Par la suite, dans la première moitié du XVe, lacopo di Lorenzo, Giovanni Girolami et Naldo di Naldo obtinrent de l’ » Opera del Duomo » la location d’un des bassins pour faire les saignées69. À la même époque, à Bagno di Corsena, Lucques prévoyait d’affermer ce même droit à un adjudicataire, qui devait s’engager cependant à respecter les instructions des médecins désignés par la cité70. Ainsi, l’occupation qui consistait à faire des saignées était-elle complètement reconnue et admise dans les sites. Elle n’était plus confiée, semble-t-il, à un barbier comme cela avait été le cas, à Bagno di Rapolano, au début du xive siècle. Il s’agissait désormais d’une activité distincte.

  • 71 Idem (1454), § 2 à 4.
  • 72 Le 20 octobre et le 9 novembre, cf. E. Casanova (1931), p. 22.

14À Bagno di Corsena, les barbiers disposaient de nouvelles prérogatives, ils pouvaient non seulement raser les curistes, mais aussi les aider à se doucher71. Cette nouvelle activité – proche de celle des « baigneurs » du xixe siècle – leur permettait d’obtenir des malades quelques deniers, mais les obligeait à nettoyer les locaux où ils officiaient. À Bagno di Petriolo, il existait sans doute aussi de semblables agents puisqu’en 1460, le pape Pie II faisait rémunérer un certain Bindo « che tiene li docci al Bagno a Petriolo »72.

  • 73 Cf. A.S.L. Spedale di San Luca 268, f° 30v, 38v.
  • 74 Il paya son séjour en fournissant au « spetiale » de l’établissement quelques produits, cf. A.S.L. (...)
  • 75 Cf. dossier 2, Lucques (1469), § 17. Il est possible qu’il ait travaillé avec le médecin que la ci (...)

15À côté de ces occupations paramédicales se developpèrent quelques activités pharmaceutiques. À la fin du xive siècle, seul l’hôpital San Martino à Bagno di Corsena semblait disposer d’une vaste pharmacie que tenait un certain Battista et qui renfermait du matériel en abondance (mortiers, balances...)73. Quelques années plus tard, en 1419, un apothicaire s’installait dans l’un des « chiusi » de la station74 et en 1469, Lucques décida d’en fixer un à demeure sur le site. La commune, en effet, se proposait de faire construire à ses frais les locaux pour accueillir gratuitement un pareil spécialiste75. Sienne pour sa part ne déploya pas de semblables efforts.

  • 76 Cf. supra. On peut se demander si, après la création d’une auberge à Bagno di Macereto, il existai (...)
  • 77 Cf. D. Balestracci (1989), p. 43 ; G. Pinto (1981), p. 20 sq.
  • 78 En 1391, l’hôpital abritait huit hommes et trois femmes. Parmi les hommes, outre le recteur et le (...)
  • 79 À Florence, au xve siècle, le réseau hospitalier paraissait organisé, « lo Spedale degli Innocenti (...)

16De la même façon la cité de la Vierge ne favorisa pas les hôpitaux thermaux de son territoire, lesquels paraissent moins vastes, moins élaborés que celui de Bagno a Corsena76. Ce dernier – comparable à quelques établissements urbains77 – abritait une équipe d’une dizaine d’hommes et de femmes, chargée de l’accueil des visiteurs78. En favorisant l’hospice, les autorités lucquoises menaient une politique sans doute à mettre en parallèle avec celles de quelques autres cités, dans le nord et le centre de l’Italie, qui cherchaient à mettre en place des établissements spécialisés dans l’hébergement et le soin de certains malades79.

  • 80 Cf. dossier 1.
  • 81 Le patrimoine de la « casa della Sapienza » était constitué des biens du vieil hôpital della Miser (...)
  • 82 Marco et Ugo Benzi enseignèrent au début du xve siècle, Pietro Lapini en 1429, Pietro Giovannetti, (...)

17À Sienne l’initiative en matière de médecine thermale revenait peut-être à d’autres institutions. Il convient de constater, en effet, que ce sont les instances universitaires et non la cité elle-même qui acceptèrent du pape, en 1448, les biens des chanoines de Sant’Ansano a Dofana et les sources thermales voisines, celles qui se trouvaient les plus proches de Sienne, à quelques kilomètres à peine des murs de la cité80. L’intérêt que les Sages qui gouvernaient l’université portèrent aux bains était lié à des impératifs économiques ou politiques81, mais aussi au fait que parmi les professeurs du « Studio » figuraient quelques-uns de ces médecins qui connaissaient bien les eaux thermales82. Il se peut que tous ces docteurs aient directement influencé ou aient suscité le choix du collège et que par conséquent les préoccupations médicales aient influencé la gestion de ces sources.

II - LA CLIENTÈLE DES SITES THERMAUX : CURISTES ET VISITEURS

  • 83 L’expression revient régulièrement désormais dans les textes siennois pour désigner les curistes ; (...)
  • 84 Cf. tableau 7. Le 15 février 1405, Barzalone di Spedaliere, l’un des compères de Francesco di Marc (...)
  • 85 Le 17 avril 1417, Pro florentinis accedentibus ad balnea. In primis. Quod attenta bona amicitia et (...)
  • 86 Cf. A.S.L. Ospedale di San Luca 288, f° 23, 24.
  • 87 Le site thermal le plus proche de Florence était celui de Montecatini, mais il fut abandonné à par (...)
  • 88 Cf. D. L. Hicks (1986), p. 16.
  • 89 Cf. tableau 7. Pérouse, Poppi, Pise, la Garfagnana et l’Ombrie.

18La documentation du xve siècle, plus abondante que pour les siècles précédents permet de présenter rapidement quelques-unes des caractéritiques des « bagnaiuoli », c’est-à-dire des curistes83. Ils furent nombreux et d’origines très diverses à fréquenter et à animer les sites. Les stations thermales étaient fréquentées non seulement par des citoyens de Sienne et de Lucques, mais aussi par des étrangers. Les responsables des levées fiscales siennoises ont souvent déploré les conflits qui dissuadaient les visiteurs et surtout les curistes étrangers de se déplacer, par crainte d’être attaqués ou de souffrir de représailles. Il semble que les plus nombreux à venir aux bains siennois aient été les Florentins, malgré l’hostilité qui régna bien souvent entre Sienne et Florence84. En 1417, ils obtinrent la possibilité d’être taxés comme des citoyens siennois, signe qu’ils appréciaient les sources du territoire de Sienne et qu’ils étaient suffisamment nombreux à s’y rendre pour faire pression auprès des autorités siennoises85. Ils fréquentaient aussi les bassins de Bagno di Corsena, mais peut-être plus modérément86. Leur présence dans ces deux sites est liée au fait qu’ils ne disposaient pas de beaucoup de sources thermales utilisables et facilement accessibles à l’intérieur de leur « contado » ou des territoires qui leur furent soumis87, qu’ils étaient les plus nombreux et les plus riches des habitants de la Toscane au xve siècle88. Toutefois, ils ne furent pas les seuls à voyager, les stations siennoises ou lucquoises étaient aussi fréquentées par d’autres Toscans89, mais aussi par des visiteurs venus de toute la péninsule, des princes du nord de l’Italie tout particulièrement.

  • 90 Dans son livre de « ricordanze », il écrit pour ce qui concerne son fils : « o che fosse per esser (...)
  • 91 Cf. dossier 2, Sienne (1298), § 6.
  • 92 Cf. Enea Silvio Piccolomini (1984), t. II, p. 695.
  • 93 Cf. P. Medioli Masotti (1981), p. 39.
  • 94 Cf. tableau 7.
  • 95 Comme par exemple, les deux podestats originaires de Lucques, Giovanni Demediis et Giovanni Desbar (...)
  • 96 Ceux qui, à Sienne, appartenaient au « monte dei Gentiluomini », comme Iacopo Tolomei.
  • 97 Les Pitti, Strozzi, Velluti, Castellani, citoyens florentins à Bagno di Petriolo. Sienne a parfait (...)
  • 98 Sienne réglait bien souvent les frais d’hébergement de ces hôtes illustres dans les auberges, comm (...)

19Cette clientèle cosmopolite comprenait des nourrissons, des enfants comme des vieillards. En 1341, Donato Velluti faisait envoyer à Bagno di Macereto son fils aîné Lamberto, âgé de quelques mois90 et les statuts siennois prévoyaient la venue des nourrices avec les nouveaux-nés ou les jeunes enfants dans les stations thermales91. Les personnes âgées ou partiellement impotentes n’étaient pas rares non plus dans ces mêmes sites ; Pie II évoque dans ses Commentaires les douleurs qui l’empêchaient de se mouvoir avant de se rendre à Bagno di Macereto92 et Iacopo Tolomei fréquenta Bagno di San Filippo à la fin de sa vie alors qu’il souffrait de douleurs aux jambes93. Il s’agissait de curistes aisés qui disposaient sans doute de moyens confortables pour voyager et on aurait tort d’imaginer qu’ils étaient peu nombreux. Les décisions des conseils urbains, les lettres privées, les missives diplomatiques révèlent, en effet, que les sites thermaux du territoire siennois furent fréquentés par quelques-uns des membres des familles aristocratiques les plus illustres d’Italie. Comme l’empereur Sigismond de Luxembourg, les princes ne manquèrent pas de séjourner dans les stations, tels les ducs de Calabre, d’Urbino, les marquis de Mantoue et de Ferrare, les seigneurs de Pesaro, Pierre et Laurent de Médicis, Pandolfo Petrucci. Ils précédèrent ou suivirent les papes Nicolas V et Pie II, plusieurs cardinaux et quelques redoutables « condottieri » comme le Carmagnole et le Piccinino94. Les frères, les fils ou les cousins, les épouses ou les mères de ces puissants personnages furent parfois hébergés dans les stations : Alessandro, cousin et Lucia, mère de Francesco Sforza, Alessandro, frère de Luigi Gonzaga et son neveu le cardinal Francesco, Chiara la nièce de ce dernier, les épouses ou les filles des seigneurs de Faenza, de Piombino... Ils côtoyaient quelques membres de familles aristocratiques de moindre renommée, comme les podestats de Sienne, originaires bien souvent de lignages seigneuriaux des villes voisines95, plusieurs nobles de la cité ou des cités proches96 et des hommes d’affaires aux fortunes plus ou moins considérables97. Certains de ces puissants et riches personnages disposaient peut-être de quelques bâtiments dans les stations, mais la plupart étaient vraisemblablement hébergés dans les auberges qu’abritait chacun des sites98.

  • 99 Un apothicaire en 1419, un certain Domenico « maestro di legname » en 1420, cf. A.S.L. Ospedale di (...)
  • 100 Un livre de « Ricordanze » de Niccolò di Galgano, frère dominicain, révèle qu’en 1421 et 1423, lui (...)
  • 101 Le 12 décembre 1357, cf. A.S.S. Consiglio generale 162, f° 31v.
  • 102 Cf. dossier 2, Lucques (1454), § 5.

20Toutefois, cette fréquentation aristocratique – si elle fut importante – ne doit pas faire oublier que les stations étaient aussi visitées par des hôtes moins prestigieux, moins aisés. Quelques artisans originaires de la ville de Lucques (apothicaires, charpentiers...) se rendaient parfois, d’après les livres de comptabilité des « chiusi » de l’hôpital San Martino, à Bagno di Corsena99. De semblables artisans visitaient peut-être les stations siennoises, bien que la documentation extrêmement lacunaire ne les mentionnât pas. En tout cas, dans ces dernières stations, des prêtres, des religieux et des oblats provenant de la cité fréquentaient les sources100. Les pauvres aussi ne manquaient pas d’affluer dans les stations, ils étaient hébergés dans les hôpitaux. En 1357, les habitants de Bagno di Macereto demandèrent à Sienne de nommer un recteur pour desservir l’église de l’hôpital et surtout administrer les derniers sacrements aux indigents qui périssaient dans ses locaux101. À Bagno di Corsena, les plus démunis étaient logés dans l’infirmerie de l’hospice San Martino102. On aurait donc tort de ne considérer que la fréquentation aristocratique, car les plus humbles aussi visitaient les stations, mais on ignore tout de leur provenance, de leur origine.

  • 103 Les comptes sont souvent cancellés avec la mention « non andò », « non lo volse », « non l’ebbe e (...)

21Les seules sources comptables que nous possédons, c’est-à-dire les registres des « chiusi » mentionnent pour plusieurs années dans la première moitié du xve siècle la présence de moins d’une trentaine de visiteurs par an à Bagno di Corsena et suggèrent un taux d’occupation d’à peine deux curistes par « chiuso ». C’est peu, mais on ne saurait fonder une évaluation de la fréquentation sur ces données, car les « chiusi », de l’hôpital n’étaient pas les seuls lieux d’hébergement de la station. Ils n’étaient pas toujours choisis par les visiteurs qui pouvaient être accueillis dans les trois dortoirs et la cinquantaine de lits de l’hospice même, dans une auberge ou chez un hôte généreux possédaient une demeure dans la station103.

  • 104 Le 17 septembre 1439, le 27 septembre 1449, le 13 mai 1453, cf. A.S.S. Concistoro 442, f° 11 ; 523 (...)
  • 105 En janvier 1406, Bonaccorso Pitti évoque son séjour à Bagno di Petriolo en compagnie de son frère (...)
  • 106 Vingt-cinq cavaliers et autant de fantassins pour Braccio Baglioni de Pérouse en l479 à San Cascia (...)
  • 107 Cf. F. Melis (1963a), p. 42-43.

22Les visiteurs venaient en groupe, accompagnés parfois de plusieurs domestiques et de quelques sbires. Les podestats que Sienne autorisait à se rendre aux bains partaient toujours avec deux ou trois familiers et autant de chevaux104 ; les hommes et les dames de la bonne société florentine se faisaient accompagner de leurs amis, de leurs domestiques qui formaient autour d’eux une « brigata » d’une dizaine de personnes105 ; les princes et leurs parents ne se déplaçaient pas sans une escorte plus nombreuse encore106. Les visiteurs des sites n’étaient pas une modeste poignée et Federico Melis a sans doute raison lorsqu’il suggère une fréquentation importante et pas seulement élitiste des bains107.

  • 108 Cf. tableau 7. Dans ses Commentaires, Pie II rapporte qu’il s’y installa à partir du printemps et (...)
  • 109 Cf. tableau 7. Bonnacorso Pitti entreprend son séjour en plein mois de janvier, cf. A. C. Fiorato (...)
  • 110 Cf. tableau 7. Giovanni Sermini dédia ses nouvelles à un parent « e concludendo, sentendo che per (...)

23Par ailleurs, ces visiteurs semblent avoir prolongé leur séjour dans les stations. Ils s’installaient parfois pour plus de deux ou trois semaines. Certes, podestats et curistes disciplinés ne s’attardaient pas, mais les princes et leur entourage demeuraient plus longuement. Pie II resta à Bagno di Macereto, puis à Bagno di Petriolo pendant plus de deux mois en 1460 et Federico di Montefeltre près de six mois à Bagno di Petriolo en 1479108. Dans le même temps le rythme de la saison thermale fut beaucoup moins marqué. Le printemps, plus précisément le mois de mai, demeura par excellence l’époque de la cure, mais les visiteurs n’hésitaient plus à venir à d’autres moments de l’année, en été ou même au milieu de l’hiver109. Une clientèle plus ou moins importante semblait désormais visiter les sites toute l’année ; des habitués aussi qui, d’une année sur l’autre, revenaient prendre les eaux, comme Jean de Médecis qui, de 1443 à 1446 séjourna tous les printemps à Bagno di Petriolo, ou comme les cardinaux de Montferrat et de Bologne qui fréquentèrent quelques années de suite à la fin du siècle respectivement les bains de Vignoni et de Petriolo110. Cette présence durable d’étrangers, plus ou moins aisés contribuait vraisemblablement à donner à la microsociété thermale un aspect particulier, d’autant plus que ces visiteurs affluaient vers les sites pour des raisons de plus en plus nombreuses et variées.

III - LES RAISONS DU SÉJOUR : DE LA CURE AU SÉJOUR POLITIQUE

  • 111 Le 26 avril 1471, le podestat est autorisé à se rendre aux bains, pro sua sanitate recuperanda, cf (...)
  • 112 Le 28 juin 1447, Sienne accorde à un autre podestat, licentia eundi ad balnea pro sua sanitate et (...)
  • 113 Le 30 septembre 1449, la Commune autorise un troisième podestat, eundi ad balnea pro recuperatione (...)
  • 114 C’était le cas de Jean de Médecis qui souffrait d’une sorte de « rognia », G. Pieraccini parle d’u (...)
  • 115 Barzalone di Spedaliere, le correspondant de Francesco di Marco Datini était atteint d’arthrite d’ (...)
  • 116 Cf. infra.
  • 117 L’un des correspondants de ser Lapo Mazzei assurait que les eaux de Porretta « frall’altre cose vi (...)
  • 118 Comme le recommandaient Ugolino da Montecatini et Michele Savonarola, cf. P. Nardi (1950), p. 94.
  • 119 L’idée de recreatio corporis apparaît à la cour pontificale dès la fin du xiiie siècle, le besoin (...)

24La plupart des curistes fréquentaient les stations pour y recouvrer la santé111, pour y soigner ce que les contemporains désignaient le plus souvent sous le terme vague de maladies112. Aussi, n’est-il pas aisé de déterminer quels étaient les maux dont les curistes souffraient, cependant quelques allusions plus précises amènent à penser que les eaux thermales à force de bains et de douches parvenaient à apaiser la goutte113, les maladies de peau (la gale...)114, les rhumatismes ou l’arthrite115, à calmer les plaies infectées ou les catarrhes116. Elles servaient aussi lorsqu’elles étaient ingurgitées à soulager les personnes souffrant de calculs, celles qui avaient l’estomac ou le foie fragile117. Les médecins au xve siècle proposaient des thérapies complexes qui tenaient compte des qualités particulières – réelles ou fictives – de chacune des sources, suggéraient à leurs patients un régime, un emploi du temps astreignant et surtout du repos. Les malades, pour profiter pleinement de la cure, devaient éviter tout labeur118. C’est pourquoi le séjour tenait aussi de la recreatio corporis119.

  • 120 Le temps libre couvre tout un champ d’activités qui ne sont pas du travail ou des obligations soci (...)
  • 121 Tabolaria dua ad ludendum, cf. M. Tuliani (1994), p. 207.
  • 122 Le 1er avril 1404, en respectant les statuts qui autorisaient la vente de la gabelle au plus offra (...)
  • 123 « A quisti di passati se ordinô una giostra in piazza per dare festa al popolo, e quello che era v (...)
  • 124 En 1455, « Chi è dallo stare nel bagno in fuori non s’attende se non è a ballare, chantare e sonar (...)
  • 125 L’absence de participation d’une partie des populations aux festivités constituait l’une des carac (...)
  • 126 Le tournoi à Bagno di San Filippo avait été créé pour amuser le « popolo », alors qu’une impressio (...)
  • 127 « Come cominciammo a usare il bagno, Lorenzo fu fatto signiore del bagno, dove si trova parecchi h (...)
  • 128 G. Ortalli parle alors d’une routine du temps libre : « chiaccherate », « passeggiate »..., cf. G. (...)
  • 129 Cf. Gentile Sermini (1968), p. 73. Si M. Minutelli souligne que Gentile Sermini est incapable de d (...)
  • 130 Cf. Sabatino degli Arienti (1540), p. 1. Cette fois-ci, mais près d’un siècle plus tard, affirme M (...)
  • 131 Cf. supra, p. 163. Le 12 juin 1410, Barzalone di Spedaliere qui était à Bagno di Corsena informe s (...)
  • 132 Elles furent tolérées en 1404, puis chassées en 1469, cf. dossier 2, Viterbe (1469), lib. III, rub (...)

25Déchargés de leurs activités habituelles, les curistes disposaient de temps libre qu’il leur fallait occuper120. Pour fuir le désœuvrement qui aurait pu leur être dommageable, ils étaient à l’affût de divertissements qu’ils pratiquaient – semble-t-il – abondamment dans les sites. Depuis la fin du xiiie siècle, certains jeux de dés étaient tolérés dans les sites de Petriolo et de Macereto tout au moins. Il en était de même un siècle plus tard. L’inventaire d’une des auberges du Bagno di Petriolo, dressé en 1418, révèle l’existence dans les cuisines de l’établissement de quelques échiquiers121. Viterbe au début du xve siècle, affermait les locaux pour les jeux dans le « pian del bagno »122. Toutefois, ces attractions ordinaires étaient parfois relayées par des réjouissances plus singulières, comme des tournois ou des bals. Lors de la visite de Niccolò Piccinino à Bagno di San Filippo, une joute entre cavaliers fut organisée, sur la place de la station123. À Bagno di Petriolo, au cours de la visite de Pierre le Goutteux et de ses enfants, la station résonnait au son des instruments de musique, des chants et des danses124. Il n’est pas certain que tous ces amusements aient été accessibles à l’ensemble des curistes125, mais – même réservés à une minorité – ils ne manquaient pas d’égayer les sites et constituaient un spectacle de choix pour tous les visiteurs126. À Bagno di Petriolo toujours, l’organisation de ces festivités était confiée à un « seigneur des bains ». Ce personnage n’avait plus rien à voir avec le recteur que Sienne désignait pour administrer les sites thermaux au début du xive siècle, il s’agissait d’un des curistes, choisi parmi les plus illustres, pour animer et présider les réjouissances et peut-être même pour participer financièrement aux agapes. Les princes ou leurs parents ne pouvaient refuser cette charge. En 1455, le tout jeune Laurent de Médicis qui accompagnait son père, Pierre le Goutteux, reçut cet honneur127. Ces réjouissances ne suffisaient probablement pas à occuper complètement le temps dont les curistes disposaient et il est vraisemblable qu’ils consacraient une partie des heures de leur journée à bavarder ou à se raconter des histoires128. Gentile Sermini prétendait destiner son recueil à un parent, installé à Bagno di Petriolo, pour lui permettre de se distraire en lisant ses nouvelles129 et à l’inverse, Sabadino degli Arienti affirmait avoir rassemblé les siennes au cours d’un séjour à Porretta130. Les curistes devaient donc se fréquenter souvent ; aussi n’hésitaient-ils pas à venir en groupe, entre amis, se réjouir et retrouver quelques compères131. Le séjour aux bains donnait aussi l’occasion de faire des rencontres, parfois galantes et les stations figuraient quelquefois comme des lieux de luxure ou de débauche. Elles accueillaient d’ailleurs vraisemblablement quelques prostituées, bien que ces dernières ne fussent jamais mentionnées dans les sites, hormis dans le « pian del bagno » de Viterbe où elles avaient été tolérées avant d’être chassées au cours du xve siècle132.

  • 133 Cf. Enea Silvio Piccolomini (1988), t. I, p. 699.
  • 134 Cf. A. Portioli (1869), p. v.
  • 135 Durant les derniers siècles de la République, il était d’usage de fréquenter Baia et ses sources t (...)

26Ces plaisirs, ces divertissements n’étaient pas repoussés par les humanistes, qui trouvaient aussi d’autres agréments à la fréquentation des bains. Il pouvaient s’y consacrer paisiblement aux joies de la tranquillité et de la lecture. Pie II se réjouissait de la douceur de la campagne toscane lors de son séjour, en 1460, à Bagno di Macereto133 et le marquis de Mantoue profitait de son séjour à Bagno di Petriolo l’année suivante pour relire les Géorgiques de Virgile et La cité de Dieu de saint Augustin134. Déchargés quelques temps des affaires de l’État ou des affaires privées, du negotium, ces princes pouvaient s’adonner sans trop de réticences aux plaisirs de l’otium cum dignitate et renouer avec les usages d’un Cicéron ou d’un Pline135. Il est vraisemblable – mais comment le prouver – que ces réminiscences ont contribué, dans les milieux cultivés, au succès du séjour thermal.

  • 136 Le 30 juin 1404, « item per conservatione del presente reggimento e a persecutione e disfacimento (...)
  • 137 C’est tout au moins ce que suggèrent les chroniqueurs dès le xve siècle, cf. A. Giorgi (1995), p. (...)
  • 138 En 1499, « per istabilire il modo e non dare sospetto di tal fatto, essendosi finto Vitellozzo amm (...)

27Pour certains curistes enfin, le séjour aux bains comportait aussi une dimension politique plus ou moins manifeste que Sienne redoutait, tolérait ou encourageait. Quelques visiteurs en effet, animés de sentiments douteux voire hostiles envers la cité ou les cités voisines, séjournaient dans les stations pour comploter et profitaient des sauf-conduits siennois pour traverser le « contado » ou rencontrer en paix leurs associés. En 1404, le gouvernement siennois tout nouvellement installé au pouvoir fut contraint de désigner des agents secrets pour surveiller les « fuorusciti » qui s’infiltraient à Bagno di Sellena et Bagno Vignoni136. En 1428, la cité pensait que le Carmagnole s’était rendu à Bagno di Petriolo pour pouvoir espionner à son aise les défenses du territoire siennois137. En 1499, Pierre de Médicis, Vitellozzo Vitelli, Pandolfo Petrucci et d’autres s’étaient réunis discrètement à San Casciano dei Bagni pour renverser le régime populaire florentin138.

  • 139 Il arriva en mars 1434 et n’était pas reparti le 1er mai, cf. A. Fabretti éd. (1850), p. 380.
  • 140 Pie II s’étend longuement sur ces manœuvres diplomatiques dans ses « Commentaires », cf. E. S. Pic (...)
  • 141 Cf. A. Portioli (1869), p. v ; D. S. Chambers (1992), p. 4.
  • 142 Cf. tableau 7.
  • 143 Cf. tableau 7 et C. Shaw (1988), p. 34.

28Toutefois, tous n’étaient pas animés de semblables intentions. Plusieurs profitaient de leur séjour ou résidaient dans les sites pour mener à bien quelques tractations diplomatiques délicates. En 1435, le Piccinino s’installa près de deux mois à Bagno di San Filippo et reçut de nombreuses ambassades avant d’être appelé comme seigneur à Orvieto139. En 1460, le pape Pie II qui se soignait à Bagno di Macereto recevait de nombreuses délégations pour préparer une croisade contre les Turcs140. Luigi III Gonzaga, qui, à la même époque, suivait une cure à Bagno di Petriolo, multipliait les visites auprès du souverain pontife pour l’assister dans ses tractations et vraisemblablement afin d’obtenir pour son fils Francesco, le chapeau de cardinal141. Ils ne furent pas les seuls à profiter d’un séjour aux bains pour mener à bien des négociations, des conversations diplomatiques, car on constate souvent la présence, au même moment, dans les stations, de plusieurs princes, prélats et hommes influents. En 1438 et 1439, le site de Bagno di Petriolo accueillit au printemps, ensemble ou successivement, plusieurs protagonistes du concile de Florence : le cardinal Orsini, le cardinal de Florence, le cardinal de Venise, le marquis de Ferrare, ainsi que Luigi Gonzaga, le futur marquis de Mantoue142. Le séjour de Laurent de Médicis en 1485 à Bagno di San Filippo était peut-être lié à la présence de Virginio Orsini dans cette même station depuis quelques mois. Le brillant condottiere s’apprêtait à rejoindre l’alliance établie entre Naples, Florence, Milan, Sienne et Lucques143. Les sites thermaux ont donc progressivement acquis une dimension politique.

  • 144 Cette dimension politique des sites thermaux est manifeste pour les quatre stations siennoises de (...)
  • 145 Elle accordait à la plupart d’entre eux des cadeaux, des dons (ensenium), constitués de nourriture (...)
  • 146 Le 30 avril 1438, le cardinal de Florence qui venait d’arriver à Bagno di Petriolo, fut honoré de (...)
  • 147 Le 17 novembre 1407, les officiers de la Balia deliberaverunt concorditer quod dominus cardinalis (...)
  • 148 Comme à Florence, R. C. Trexler souligne qu’à partir de 1420, les Florentins adoptent des rituels (...)

29Il est vrai qu’ils présentaient tous les avantages que recherchaient ceux qui, de plus en plus, prenaient part à des tractations diplomatiques délicates, alors que l’Italie était minée par des conflits politiques interminables. D’une part, ils paraissaient sûrs et discrets. Ils n’étaient pas, comme les villes, prompts aux soulèvements inopinés, peuplés de palais hostiles et de spadassins anonymes. Ils étaient facilement défendables et laissaient la possibilité de fuir aisément en cas d’alerte. D’autre part, ils étaient confortables et capables d’accueillir des délégations nombreuses dans de bonnes conditions. Certains disposaient d’auberges luxueuses, propres à satisfaire les exigences des princes et de leur suite. Sienne se félicitait du rôle que remplissaient ainsi les stations. La cité se donnait ainsi les moyens de rencontrer, d’écouter voire de conseiller quelques-uns des acteurs les plus importants de la politique italienne d’alors. Les visites dans les stations – et plus particulièrement à Bagno di Petriolo – contribuaient à faciliter l’action diplomatique de la cité144. Sienne accueillait bien souvent avec faste ces hôtes illustres. Elle leur remettait des présents somptueux, payait parfois les frais d’hébergement145, n’hésitait pas à accorder à certains d’entre eux, les clés de la station146 et à les exempter de toute gabelle147. Toutes ces pratiques rappellent les usages qui s’étaient établis dans les villes mêmes et que fixait de plus en plus le protocole de ces États naissants148.

30Ainsi, en quelques décennies, les stations s’affirment-elles comme des lieux singuliers des campagnes toscanes, extrêmement animés, peuplés d’habitants aux activités spécifiques, largement tournés vers le thermalisme, visités par d’humbles ou de prestigieux curistes, se transformant parfois en lieu de plaisir ou d’ambassade. Les cités tiraient un profit politique de cette fréquentation, mais il reste à montrer de quelle manière, elles parvinrent à contrôler, à dominer les sites.

Notes

1 Ils sont encore quelques-uns dans les stations au xve siècle, sans que l’on puisse véritablement connaître leur nombre. Allegretto Allegretti, podestat de Bagno di Petriolo dans le premier semestre 1485 adresse, courroucé par les accusations qui sont portées contre lui par les officiers de la Biccherna, une lettre aux prieurs où il justifie les travaux réalisés dans la station ; il rappelle qu’il a vraisemblablement déplu, contrecarrant les intérêts de quelques-uns dans la mesure où « io so’ stato mezano a fare alogare due butige fuor di Petriuolo per fare frabo e calzolaio, e un altro vuol fare la pizicaria e tener d’ogni cosa. E questo per cagione de la detta strada, non voglio lassare al tempo de la bagniatura, che ci viene huomini da bene e signori per tutto, e vedendo passare vetture con grano, sale, lana, chuoia, ciera e ogni mercantia, come sapete non è senza onore de la città vostra » cité in L. Frati (1899), p. 132.

2 Cf. N. Coulet (1982), p. 185 ; A. Fanfani (1934), p. 259-266.

3 Le 8 décembre 1414, « che niuno albergatore o staçioniere », cf. A.S.S. Consiglio generale 207, f° 100v.

4 C’est ce dont s’assuraient en premier lieu les communes du territoire siennois, lorsqu’elles avaient des auberges sur leur territoire, mais aussi les cités de Lucques et Sienne, cf. M. Tuliani (1994), p. 82 ; dossier 2, Lucques (1485), § 1.

5 En 1421, « anno detto e chose masarizie le quali sono nel detto abergo chome per l’inventario si chontiene », cf. A.S.S. Ospedale 2293, f° 284. En 1435, « e ne la detta alloghagione s’intende le maseritie e lette, choltri, chapezali, lenzuole e altre masaritie apartenenti a’ detti abergi chome pare per uno inventario di sua mano e infine poi del tempo cio le debe rendare e fare buono per lo detto inventario », cf. A.S.S. Ospedale 2293, f° 302. Cf. aussi dossier 2, Lucques (1485), § 10.

6 Il était permis à Sienne dès 1293 aux aubergistes de vendre du pain, du vin et de la viande ; cette mesure fut étendue à l’ensemble du territoire siennois à la fin du xive siècle, cf. M. Tuliani (1994), p. 35, 48-50. Le commerce des denrées était permis aux aubergistes à Florence et Volterra, cf. E. Fiumi (1945) ; Ch. M. de la Roncière (1976), p. 920 ; A. Sapori (1955), p. 317. Ils faisaient donc parfois fonction de taverniers, de restaurateurs. G. Prunai rappelle que le métier d’aubergiste était très proche de celui des bouchers, cf. G. Prunai (1934), p. 372. Francesco Sacchetti présente d’ailleurs le « tavernaio » comme un commerçant capable d’abattre et de débiter la viande, cf. Francesco Sacchetti (1993), p. 208, 301, 352.

7 Cf. A.S.S. Gabella dei contratti 1046, f° 15.

8 Cf. document 18, p.

9 Cf. dossier 2, Lucques (1485), § 1.

10 Cf. N. Coulet (1982), p. 197 ; (1983), p. 128.

11 En 1435, « e più che Ί detto Giovanni deba pigliare per inventario tutte le chose della chiesa e della sagrestia e deba fare dire la messa nella detta chiesa almeno una volta la semana e al tempo delle bagniature deba fare dire due o tre messe la semana, chome gli pare ; e più el detto Giovanni facci fare nella detta chiesa la festa di Santo Antonio e la festa di Santo Salvadore e tutte le spese facci il detto Giovanni a fare ufiziare la detta chiesa », cf. A.S.S. Ospedale 2293, f° 302. Il est possible que cette disposition soit à mettre en relation avec les difficultés que rencontrait l’Hôpital à trouver un recteur ; déjà au milieu du xive siècle, les hommes de Bagno di Macereto se plaignaient du manque de desservants, cf. A.S.S. Consiglio generale 162, f° 31v.

12 En 1440, « ancho s’intende in detta aloghagione el ghodinolo cho’ l’orto cho’ questi patti e modi che ogni volta che missere lo Rettore de l’ospedale o veruno de’ frati ο done de l’ospedale andasero al bagnio, che detto Giovanni sia ubrighato di dare la chiave di detto ghodinolo a tali persone vadasero del’ospedale per bagniarssi e debalo dare in detto ghodinolo due lette fornite chome si richiede al bagnio, e none die avere denari nessuno né prezo », cf. A.S.S. Ospedale 2293, f° 310v. Le « ghodolino » était une des pièces que les membres de l’hôpital se réservaient.

13 En 1435, « el detto Giovanni die paghare i denari e tenerne buon chonto intendendosi che prima richiede il granciere di Stigliano », cf. A.S.S. Ospedale 2293, f° 302. Stigliano se trouve au nord de Bagno di Macereto, pour la grange cf. S. R. Epstein (1986), p. 69.

14 En 1435 et 1440, « e più siamo tenuti [les responsables de l’Hôpital] a dare al detto Giovanni l’erbe di due staia di prato nel padule e lui s’el debe fare seghare a sue spese (...) Ancho è ubrighato a chonsalvare le ragioni del fittaiuolo del podere e di richogliare cinque richolte in sudetto podere (...). Item s’itende in detta aloghagione staia due di prato à tenuto per adrietto in detti aberghi posto nel padule da fare fieno », cf. A.S.S. Ospedale 2293, f° 302, 310v.

15 « Item s’itende in detta aloghagione tuta la chasa aviamo in Foiano per potere mettare la roba di detti abergbi si bisogniase », cf. A.S.S. Ospedale 2293, f° 310v.

16 En 1421 et 1435, l’Hôpital Santa Maria della Scala, à Bagno di Petriolo : « e se achadesse che bisogniase fare alchune spese neciesarie nel detto abergo ch’esso ne deba inanzi richiedere l’ospedale e per quello che da l’ospedale gli sarà concieduto, facia fare e paghare e noi gli aconciaremo a le sue ragione » ; à Bagno di Macereto, « e più che ongni achoncime nesciesario che bisognia ne’ detti abergi se debano fare a le spese dell’ospedale », cf. A.S.S. Ospedale 2293, f° 284, 302. En 1399, à Sienne, Dino Marzi, l’un des propriétaires de la ville réglait tous les frais d’entretien de son auberge, cf. M. Tuliani (1994), p. 92, 145.

17 Cf. tableau 8. En 1485, Lucques louait ses auberges à Bagno di Corsena pour cinq ans, cf. A.S.L. Consiglio generale 21, f° 693.

18 Cf. N. Coulet (1983), p. 129 ; Ch. M. de la Roncière (1976), p. 920 ; M. Tuliani (1994), p. 142.

19 Cf. dossier 2, Lucques (1485), § 6.

20 Cf. tableau 8.

21 Cf. M. Tuliani (1994), p. 90 et tableau 10.

22 Cf. A.S.S. Gabella dei contratti 683, f° 6v. À Bagno di San Filippo, Agnolo di Giovanni fut.responsable en 1422 puis 1429, successivement de deux hôtelleries différentes ; à Bagno di Petriolo, Cristoforo di Giovanni agit de même en 1418 et 1437, Iacopo di Lorenzo loua en 1421 l’auberge de l’hôpital et seize ans plus tard celle d’un autre propriétaire. Il est possible d’ajouter à ces quelques noms ceux d’Ambrogio di Nero, présent à Sienne en 1366 et à Bagno di Petriolo avec son fils en 1372, et de Deo di Antonio di Deo, actif dans cette même station en 1449, et qui correspond peut-être à ce Deddo di Antonio di Deddo qui tenait en 1420, une hôtellerie à San Quirico d’Orcia, cf. M. Tuliani (1994), p. 176.

23 Cf. tableau 8.

24 Idem.

25 Le statut des taverniers et des aubergistes de Sienne et de son « contado » fut rédigé une première fois en 1288, puis en 1355, cf. C. Mazzi (1902), p. 336 ; M. Tuliani (1994), p. 176. « Qualunque persona, huomo overo femina, darà mangiare o bere o vendare cosa cotta, salvo che pane, paghi a l’università dell’arte degli albergatori, cioè al chamerlengho per ciascheduna persona XL soldi » cité in C. Mazzi (1902), p. 352.

26 Cf. C. Mazzi (1902), p. 357.

27 Cf. N. Coulet (1983), p. 134.

28 M. Tuliani ne relève que deux exemples d’association pour tout le territoire siennois, cf. M. Tuliani (1994), p. 109.

29 Cf. tableau 10.

30 Agostino était peut-être l’un des parents de Pietro di Francesco de Advocatis qui acheta certains terrains à Giovanni di Domenico à Bagno di Corsena à la fin du xve siècle et qui fut gonfalonier de la République de 1483 à 1488, cf. M. Burlamacchi (1969), p. 24.

31 Giovanni Terraldini, cf. tableau 10.

32 Cette pratique était connue dans le territoire siennois. C’était tout au moins le cas à Bagno di Macereto en 1435, « E più se Giovanni detto vuole pigliare chompagnia, gli sia licito, e se volese apigionare l’abergho grande stia a lui, intedendosi che Ί detto Giovanni sia tenuto e obrighato a l’ospedale come di sopra si chontiene d’osservarle a l’ospedale », cf. A.S.S. Ospedale 2293, f° 302. Cf. aussi N. Coulet (1983), p. 129.

33 Cf. dossier 2, Lucques (1485), § 2.

34 Le 13 décembre 1373, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano anticosimiano 135, f°71.

35 Le 18 février 1368 (ns), dans la salle supérieure du palais de la Mercanzia de Monticiano, Memmo di Giovanni di Memmo Mesnarii et Cristoforo di Giovanni, procurateur de Giovanni père de Memmo vendent et cèdent à Cennino di Cristoforo di Vannuccio de Senis nunc habitator de balneo Petriuoli en son nom et au nom de ses frères Iacopo et Casino, totum vinum quod recolligantur per tempus sex annorum nunc proxime venturum (...) in vinea de Vignali (...) curia Montis Agutoli (...) pro quolibet anno dictorum sex annorum, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 182, f° 49.

36 Le 20 novembre 1372, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 133, f° 56.

37 La plupart des produits agricoles que l’Opera del Duomo percevait autour de Bagno di Petriolo au début du xve siècle, étaient achetés par les aubergistes qui louaient l’établissement que l’Opera possédait dans la station, cf. A.O.M.S. 902, f° 104, 126.

38 Nero di Provenzano est cité dans A.S.S. Notarile antecosimiano antecosimiamo 6, f° 2v, 9, 17, 23v, 44v.

39 Cf. N. Coulet (1983), p. 135.

40 Le 4 février 1458, cf. A.S.S. Gabella dei contratti 683, f° 6v, 15v.

41 Le 20 octobre 1413, « El minimo et povaro vostro servo Iachomo di Vannuccio Crescientii chiamato Iachomo di Bacarino humilemente vi si racomanda favisi manifesto chome quando fu di nuovo facta la lira, non obstante che esso Iachomo fusse stato robbato et toltoli el suo per força da misser Donusdeo, poi fusse facto figura perché stava al bagno et faceva di sé segno d’abergare al Bagno a Petriuolo ; non già per robba che egli avesse, fu allibrato viiie libre », cf. A.S.S. Consiglio generale 206, f° 88v.

42 On ne dispose d’aucune étude précise sur la répartition des fortunes entre les différents citoyens siennois à la fin du xive et au début du xve siècle à Sienne, mais seulement des indications fournies par G. Pinto et M. Ginatempo qui ont travaillé sur les volumes de la « Lira » siennoise de 1453. G. Pinto considère que dans les registres de la « Lira » de 1453 les citoyens enregistrés pour une cote fiscale comprise entre 1°000 et 5°000 livres se comptaient parmi les riches artisans et les petits marchands. Notons qu’à cette époque seulement 30 % des citoyens déclaraient plus de 250 livres, cf. D. L. Hicks (1986), p. 16-18. Dans les campagnes en 1463, à Asciano, San Quirico d’Orcia, Buonconvento, plus des deux tiers des habitants avaient une cote d’impôt inférieure à 25 livres, cf. M. Ginatempo (1984), p. 544. Il nous semble donc que l’on peut considérer que les contribuables qui, en 1413, étaient enregistrés pour moins de 1°000 livres, appartenaient à une catégorie aisée de la population.

43 Comme San Casciano dei Bagni, Rapolano, Pari ou Radicofani..., cf. tableau 10.

44 Cf. M. Tuliani (1994), p. 112. Pour l’importance de ces étrangers cf. G. Pinto (1989).

45 L’un d’entre eux était suffisamment riche pour prêter à quelques-uns des habitants du site ou à des visiteurs, le 28 mai 1444, cf. A.S.S. Consiglio generale 222, f° 163.

46 Il existait des hôteliers enregistrés pour plus de 2000 livres dans la « Lira » et disposant de moyens plus importants, cf. M. Tuliani (1994), p. 110.

47 N. Coulet mentionne une majorité de « gagne-petit » tout en soulignant de fortes disparités sociales entre les différents aubergistes, cf. N. Coulet (1983), p. 122.

48 Cf. infra partie 3, chapitre 5.

49 Cf. A. Fanfani (1934).

50 Le 24 septembrel438, « Agnoluccio di Lucha da Cortona abitante al Bagno a Sancto Filippo de’ avere 1. quatro s. –, sono per pigione di undici di di due letta che prestò al detto Bagno di Sancto Filippo al messer capitano Nicolô Picinino », cf. A.S.S. Camera del Comune 11, f° 460v.

51 Le 14 novembre 1438, camerarius Biccherne det et solvat Luce Nannis de Caldanellis libras duodecim et solidos decem otto et denarios sex pro una camera quam ipse locavit cum duobus lectis fulcitis ad balnea Petriuoli domino Alessandro Sforçie, cf. A.S.S. Concistoro 437, f° 15 et M. Tuliani (1994), p. 148.

52 Cf. Ν. Coulet (1982), p. 204.

53 Pour les curistes, cf. infra.

54 Cf. A.S.S. Concistoro 424, f° 3v.

55 Cf. D. Barduzzi (1914), p. 33.

56 Cf. Κ. Park (1985), p. 94.

57 Le 1er mai 1438, le conseil décide quod magister Pietrus Iohannetti docens conductus in Studio senensi habeat licentiam eundi, standi ad balnea Petriuoli in servitium dicti domini cardinalis, cf. A.S.S. Concistoro 434, f° 2v. Pietro Giovannetti avait enseigné à l’université de Sienne, cf. G. Piccinni (1991), p. 148. Le cardinal alors présent à Bagno di Petriolo est vraisemblablement le cardinal de Florence (cf. infra).

58 Francesco Casini se rendit à Bagno Vignoni avec le cardinal d’Aquilée en 1405, Ugo Benzi aurait accompagné son maître Niccolò d’Este en 1439 dans les stations siennoises, cf. A. Garosi (1935), p. 359 ; (1958), p. 188, 207. Bartolo di Tura avait été à Bagno di Petriolo en 1457, cf. L. Zdekauer (1896), p. 254. Illustrant cette présence médicale aux bains, Franco Sacchetti met en scène, dans l’une de ses nouvelles, deux fameux médecins florentins, Tommaso del Garbo et Dino da Olena venus prendre les eaux à Bagno di Petriolo, cf. Francesco Sacchetti (1970), p. 66-67.

59 Dont le titre complet est De balneis omnia quae extant apud Graecos, Latinos, et Arabas, tam medicos quam quoscunque ceteram artium probatos scriptores : qui vel integris libris, vel quoquo alio modo hanc materiam tractaverunt ; nuper hinc inde accurate conquisita et excerpta, atque in unum tandem hoc volumen redacta ; in quo aquarum ac thermarum omnium quae in toto fere orbe terrarum sunt, metallorum item et reliquorum mineralium nature, vires atque usus aexquisitissime explicantur. L’engouement pour la médecine thermale est postérieur à 1350, cf. L. Daston, K. Park (1998), p. 138.

60 Le traité d’Ugolino da Montecatini a été réédité en 1950, par M. G. Nardi qui s’appuie sur un manuscrit du xve siècle de la bibliothèque de Pavie, cf. Ugolino da Montecatini (1950), p. 21 ; celui de Michele Savonarola n’a toujours pas été réédité, il était dédié à Borso d’Este, cf. T. Pesenti (1984), p. 187.

61 Ugolino fut l’un des premiers médecins à procéder à une analyse chimique des eaux à l’aide d’alambic, cf. S. Torre (1989), p. 31. Pour le développement de ces premières expérimentations, cf. G. Federici Vescovini (1989), p. 277 ; L. Daston, K. Park (1998), p. 141.

62 Cf. document 11. Il est l’auteur d’une autre lettre concernant la station. Le 23 septembre 1457, il rapportait aux prieurs de la République les dégâts causés par une crue de la Farma. Dans son courrier, il rappelle qu’il venait de composer quelques vers à la gloire des eaux sulfureuses. Le poème a disparu, mais la lettre est restée et a été publiée par L. Zdekauer (1896), p. 254-257.

63 Cf. dossier 2, Lucques (1469), § 7. Il remplaçait ou soutenait le médecin que l’hôpital San Martino à Bagno di Corsena employait depuis 1391 au moins. L’hospice mettait à la disposition de ce dernier quelques draps en 1391, cf. A.S.L. Spedale di San Luca 268, f° 38v. À la même époque, des médecins sont présents dans les principaux hôpitaux urbains en Toscane comme dans le reste de l’Italie, cf. C. Mazzi (1986), p. 96.

64 Cf. dossier 2, Lucques (1469), § 8.

65 Idem., rub. 19.

66 Les activités de santé publique et le développement de mesures sanitaires ont été une préoccupation majeure des autorités publiques après la Peste noire en Italie, cf. I. Naso (1990), p. 277-287 ; G. Cosmacini (1992), p. 48.

67 En 1355, « Bono di Chola abitatore da Bagno a Maciareto s’aloghô da frate Sano del maestro Neri la terça parte del sangue ch’abiamo con ragione nel Bagno a Maciareto, e d’uno peçuolo di terra posto nel piano del Bagno che n’è con ragione del detto sangue per pigione di quindici lire l’anno per tempo d’uno anno ; chomincia la detta aloghagione in chalende março anni MCCCLV » ; en 1358, Biagio di Vannuccio, habitant des bains, s’associe à lui pour deux ans, cf. A.S.S. Ospedale 2293, f° 9.

68 Le 8 mai 1372, Cecchus quondam Guidarelli habitator Balnei Petriuoli comitatus Senensis conduxit et se conduxisse confessus fuit a Francischo domini Bartalomei domini Orlandi locante et concedente vice et nomine dicti domini Barta lomei balnea de Petriuolo que vulgariter dicuntur « e’ bagni del saghue » de Balneo Petriuolo predicto et habilitato extraendi sanghuinem in balneo hominum et dominarum, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 133, f° 10v.

69 En 1409, « Giacomo di Lorenço detto Frachasa [che] abita al bagnio a Petriolo de’ dare fiorini ottantaotto, soldi vinti quattro per pigione di tre anni per lo bagnio del sanghue a Petriuolo, tiene da l’uopera per fiorini 28 sanesi l’ano », cf. A.O.M.S., 902, f° 90v. Puis à partir de 1427, Giovanni Girolami pour 115 florins et en 1452, Naldo di Naldo pour 70 florins, cf. A.O.M.S., 902, f° 162v, 279v. Le « bagno del sangue » avait été confié à l’« Opéra » après la rébellion de Donosdeo Malavolti en 1404. A la même époque, à Bagno Vignoni, la gabelle des sangsues fut cédée à Bettino di Ceccho di Bettino, cf. A.S.S. Gabella dei contratti 680, f° 21.

70 Cf. dossier 2, Lucques (1454), § 3 ; (1469), § 6.

71 Idem (1454), § 2 à 4.

72 Le 20 octobre et le 9 novembre, cf. E. Casanova (1931), p. 22.

73 Cf. A.S.L. Spedale di San Luca 268, f° 30v, 38v.

74 Il paya son séjour en fournissant au « spetiale » de l’établissement quelques produits, cf. A.S.L. Ospedale San Luca 288, f° 80.

75 Cf. dossier 2, Lucques (1469), § 17. Il est possible qu’il ait travaillé avec le médecin que la cité venait juste d’installer dans la station. Dès la fin du xive siècle, les associations entre médecins et apothicaires à Lucques n’étaient pas rares, cf. A Chiapelli (1922), p. 123.

76 Cf. supra. On peut se demander si, après la création d’une auberge à Bagno di Macereto, il existait encore un hôpital.

77 Cf. D. Balestracci (1989), p. 43 ; G. Pinto (1981), p. 20 sq.

78 En 1391, l’hôpital abritait huit hommes et trois femmes. Parmi les hommes, outre le recteur et le trésorier, il y avait trois prêtres dont l’un était chapelain et un autre convers chargé de la sacristie. L’un des frères était connu comme maître charpentier, cf. A.S.L. Spedale di San Luca 268, f° 1-46.

79 À Florence, au xve siècle, le réseau hospitalier paraissait organisé, « lo Spedale degli Innocenti » pour les enfants et le « spedale Santa Maria Nuova » pour les malades, cf. L. Sandri (1990), p. 251-253. A Milan passé 1400, la commune créa un officium circa conservationem sanitatis et vers 1450, Francesco Sforza demanda au Filarete de concevoir un hôpital moderne ; à Venise en 1423, la Seigneurie organisa un lazaret, cf. G. Cosmacini (1992), p. 48.

80 Cf. dossier 1.

81 Le patrimoine de la « casa della Sapienza » était constitué des biens du vieil hôpital della Misericordia, cf. G. Catoni (1973), p. 155. De nouvelles acquisitions étaient susceptibles d’accroître ce fond. Les Sages étaient choisis par Sienne qui contrôlait donc l’institution, cf. P. Denley (1991), p. 30.

82 Marco et Ugo Benzi enseignèrent au début du xve siècle, Pietro Lapini en 1429, Pietro Giovannetti, Bartolo di Tura et Francesco Casini par la suite, cf. G. Piccini (1991), p. 146-148 ; G. Minucci, L. Kosuta (1989), p. 17.

83 L’expression revient régulièrement désormais dans les textes siennois pour désigner les curistes ; le 20 juin 1428, « che meglo sia per li bagnaiuoli d’essi bagni, si veramente che ciascheuna persona ciptadina ο del contado e forestieri possa portare ad essi bagni pane, vino, carne e ogni altra vectuagla », cf. A.S.S. Consiglio generale 213, f° 55.

84 Cf. tableau 7. Le 15 février 1405, Barzalone di Spedaliere, l’un des compères de Francesco di Marco Datini lui écrit de Bagno di Petriolo « qui ci sono assai fiorentini e ce tanta gente che non ci si vive ; ma io sto bene e in buon luogo e sono servito bene ; però ce ne sono alcuni che Iddio solo sa come stanno », A.S.P. Datini 1108, cité in F. Melis (1963), p. 42. Notons que c’est l’époque où Sienne fait d’importants travaux pour édifier le « castello ». En 1444 à Rapolano, la commune souhaite installer un marché parce que « molti di quel di Fiorença vengano a’ nostri bagni sença che ci sia alcuno mercato », cf. A.S.S. Concistoro 2130, f° 14.

85 Le 17 avril 1417, Pro florentinis accedentibus ad balnea. In primis. Quod attenta bona amicitia et fratemitate que viget et Deo auctore vigebit et existabit semper inter magnificum comunem Florentie et magnificum comunnem Senarum (...). Fuit in dicto Consilio Populi obtentum, ordinatum et reformatum quod omnes cives fiorentini et eorum subditi et suppositi qui venerint ad se balneandum ad balnea de Petriolo, comitatus Senarum, debeant tractari et tractentur in cabellis dictorum balneorum fiendis prout tractantur originarii cives civitatis Senarum, cf. A.S.S. Consiglio generale 208, f° 8. Pour la fréquentation étrangère dans le « contado » siennois cf. M. Ginatempo (1986).

86 Cf. A.S.L. Ospedale di San Luca 288, f° 23, 24.

87 Le site thermal le plus proche de Florence était celui de Montecatini, mais il fut abandonné à partir de 1430 lorsque les Florentins réalisèrent aux abords des sources un étang pour approvisionner la cité en poissons, rendant le « piano dei bagni » insalubre, cf. N. Graziani (1986), p. 19. Les sites de Bagno di Monte Pisano et Bagno ad Acqua, dans le territoire pisan furent détruits en 1406 par les Florentins et ne furent pas véritablement restaurés avant le milieu du xvie siècle. Les Florentins usèrent principalement des sources de Bagno di Romagna que la cité contrôlait depuis le début du xve siècle et des bains de Bagno della Porretta, placés sur l’autre versant des Apennins, cf. G. Cherubini (1992), p. 130. Le Bagno a Morbo, au sud de Volterra, bien qu’éloigné de Florence et assez peu accessible, fut aussi fréquenté par les Florentins et tout particulièrement par Clarisse Orsini et Laurent de Médicis, avant et après la prise de Volterra en 1472, cf. L. Guerra Cioppoli (1915), p. 6.

88 Cf. D. L. Hicks (1986), p. 16.

89 Cf. tableau 7. Pérouse, Poppi, Pise, la Garfagnana et l’Ombrie.

90 Dans son livre de « ricordanze », il écrit pour ce qui concerne son fils : « o che fosse per esser troppo abbracciato e riscaldato, ο per difetto di latte di balia, o perché l’avesse da natura e allora uscisse fuori, gli venne e usci di dosso una pruzza minuta ch’il consumava ; intanto che la balia sua, che tenea a sé la notte, era piena di carne e freschissima, se n’empié tutta e diventô secca e disfatta. Mandagli al bagno a Macereto ; giovogli uno poco, alla balia assai », cf. I. del Lungo et G. Volpi éd. (1914), p. 310.

91 Cf. dossier 2, Sienne (1298), § 6.

92 Cf. Enea Silvio Piccolomini (1984), t. II, p. 695.

93 Cf. P. Medioli Masotti (1981), p. 39.

94 Cf. tableau 7.

95 Comme par exemple, les deux podestats originaires de Lucques, Giovanni Demediis et Giovanni Desbarris.

96 Ceux qui, à Sienne, appartenaient au « monte dei Gentiluomini », comme Iacopo Tolomei.

97 Les Pitti, Strozzi, Velluti, Castellani, citoyens florentins à Bagno di Petriolo. Sienne a parfaitement conscience de cette fréquentation quand, en décembre 1440, elle se laisse convaincre de faire des travaux à l’église San Niccolò parce que « usando quel bagno tali forestieri et maxime signori et mercatanti et huomini da bene », cf. A.S.S. Consiglio generale 220, f° 191.

98 Sienne réglait bien souvent les frais d’hébergement de ces hôtes illustres dans les auberges, comme en ville ; le 30 juin 1479, et detis et solvatis eidem domino Burghesio libras septuaginta denariorum senensium videlicet l. 700 quas sibi dari et solvi decrevimus pro pensione hospitiorum Petrioli cum lectis, massaritiis et fomimentis retentis pro illustrissimis ducibus Calabrie et Urbini cum eorum comitiva et familia, cf. A.S.S. Balia 14, f° 72.

99 Un apothicaire en 1419, un certain Domenico « maestro di legname » en 1420, cf. A.S.L. Ospedale di San Luca 288, f° 19, 26. Sacchetti met en scène, dans l’une de ses nouvelles, un fourreur qui se rendait à Bagno di Corsena, cf. Francesco Sacchetti (1970), p. 20 sq.

100 Un livre de « Ricordanze » de Niccolò di Galgano, frère dominicain, révèle qu’en 1421 et 1423, lui et plusieurs de ses frères se rendirent aux bains, item dedi ego [Nicolaus Galgani] fratri Christoforo et Matheo qui iverunt [ad balneum Petrioli] cum salma rerum s. 26, cf. A.S.S. Patrimonio resti 2175, f° 48. En 1439, l’hôpital Santa Maria della Scala s’était réservé à Bagno di Macereto un local pour accueillir les responsables de l’établissement, A.S.S. Ospedale 2293, f° 310v. A la fin du xive siècle, l’hôpital sanctionnait même un frère de la grange de Stigliano qui s’était mal comporté lors de son séjour aux bains, cf. S. R. Epstein (1986), p. 69. L’hôpital ne favorisait donc pas le séjour aux bains de ses malades, mais plutôt de son personnel, qui utilisait le « ghodolino ». Une fois cependant, un patient fut – semble-t-il – envoyé aux bains, cf. G. Piccinni (1990), p. 304.

101 Le 12 décembre 1357, cf. A.S.S. Consiglio generale 162, f° 31v.

102 Cf. dossier 2, Lucques (1454), § 5.

103 Les comptes sont souvent cancellés avec la mention « non andò », « non lo volse », « non l’ebbe e prese dalli hostieri », cf. A.S.L. Ospedale di San Luca 288, f° 15, 40 ; 331, f° 117.

104 Le 17 septembre 1439, le 27 septembre 1449, le 13 mai 1453, cf. A.S.S. Concistoro 442, f° 11 ; 523, f° 19v.

105 En janvier 1406, Bonaccorso Pitti évoque son séjour à Bagno di Petriolo en compagnie de son frère et de leurs épouses, cf. A. C. Fiorato (1991), p. 106. En 1444, Ginevra la femme de Francesco di Matteo Castellani partit pour Bagno di Petriolo avec la mère de Giovanni Rucellai, elles furent accompagnées d’au moins quatre personnes puis rejointes par la femme d’Agnolo Acciaiuoli et Giambattista di Francesco Soderini, cf. F. Castellani (1992), p. 91.

106 Vingt-cinq cavaliers et autant de fantassins pour Braccio Baglioni de Pérouse en l479 à San Casciano ; quarante puis soixante cavaliers pour Hector de Faïence en 1451 et 1453 à Bagno di Petriolo ; deux cents hommes et cent cinquante chevaux et mulets pour le marquis de Mantoue en 1454 à Bagno di Petriolo ; trois cents fantassins et soixante lanciers pour le Carmagnole en 1428 à Bagno di Petriolo, cf. A.S.S. Balia 14, f° 23 ; Concistoro 514, f° 7 ; 522, f° 3 ; 527, f° 7 ; O. Malavolti (1599), t. III, p. 18.

107 Cf. F. Melis (1963a), p. 42-43.

108 Cf. tableau 7. Dans ses Commentaires, Pie II rapporte qu’il s’y installa à partir du printemps et resta jusqu’à l’été, cf. Enea Silvio Piccolomini (1984), I, p. 695-699.

109 Cf. tableau 7. Bonnacorso Pitti entreprend son séjour en plein mois de janvier, cf. A. C. Fiorato (1991), p. 106. Ce phénomène est à mettre en relation avec la sédentarisation progressive et mal assurée des habitants des sites et tout particulièrement des aubergistes.

110 Cf. tableau 7. Giovanni Sermini dédia ses nouvelles à un parent « e concludendo, sentendo che per la tua sanità ogni anno al bagno ritorni », cf. M. Minutelli (1990), p. 19.

111 Le 26 avril 1471, le podestat est autorisé à se rendre aux bains, pro sua sanitate recuperanda, cf. A.S.S. Consiglio generale 233, f° 275v.

112 Le 28 juin 1447, Sienne accorde à un autre podestat, licentia eundi ad balnea pro sua sanitate et infirmitate curando, cf. A.S.S. Consiglio generale 224, f° 37.

113 Le 30 septembre 1449, la Commune autorise un troisième podestat, eundi ad balnea pro recuperatione suarum sanitatum ex infirmitate guttarum, cf. A.S.S. Consiglio generale 224, f° 258v. Les séjours de Pierre de Médicis étaient motivés par l’affection dont il souffrait et qui lui valut le surnom de goutteux. C’était aussi le cas de Pie II.

114 C’était le cas de Jean de Médecis qui souffrait d’une sorte de « rognia », G. Pieraccini parle d’une affection cutanée avec prurit, cf. G. Pieraccini (1925), p. 82. Pour les maladies de la peau au Moyen Âge, cf. entre autres M. S. Mazzi (1981).

115 Barzalone di Spedaliere, le correspondant de Francesco di Marco Datini était atteint d’arthrite d’après F. Melis (1963a), p. 41.

116 Cf. infra.

117 L’un des correspondants de ser Lapo Mazzei assurait que les eaux de Porretta « frall’altre cose vidono in lei grande frutto nell’orinare, e nettare di pietra, franco e di renella per tre anni (...) loderai e lodo questo bagno per Francesco [di Marco Datini] », cf. L. Mazzei (1880), t. II, p. 125. Michel de Montaigne un siècle plus tard visitait Bagno della Villa pour la même raison, cf. Michel de Montaigne (1992), p. 157.

118 Comme le recommandaient Ugolino da Montecatini et Michele Savonarola, cf. P. Nardi (1950), p. 94.

119 L’idée de recreatio corporis apparaît à la cour pontificale dès la fin du xiiie siècle, le besoin pour le pape de trouver du repos, d’épargner son corps fatigué, de fuir la Ville insalubre l’été, cf. A. Paravicini Bagliani (1994), p. 263.

120 Le temps libre couvre tout un champ d’activités qui ne sont pas du travail ou des obligations sociales et qui ne se résument pas aux seuls loisirs, cf. G. Ortalli (1995), p. 31.

121 Tabolaria dua ad ludendum, cf. M. Tuliani (1994), p. 207.

122 Le 1er avril 1404, en respectant les statuts qui autorisaient la vente de la gabelle au plus offrant, ser Iacopo de Urbe, conservator gabelle, en présence des prieurs vendit gabellam et ius gabelle baraptarum cum postribulo meretricium in piano balnei (...). avec comme réglement : in primis quod liceat omnibus civibus et forensibus ludere libere et impuniter ad ludum taxillorum quoquomodo et qualitercumque voluerint ludere in predictis locis et a ludentibus ibidem precipere, habere et exigere comodum, utilitatem et salarium, prout est consuetum in talibus in preteritum, cf. A.C.V. Riforme 1, f° 124.

123 « A quisti di passati se ordinô una giostra in piazza per dare festa al popolo, e quello che era vencetore, che aveva lo onore della giostra, glie se donava quel palio che el comune de Monte Falcone avea donato al comune de Peroscia », cf. A. Fabretti éd. (1850), p. 380. À noter qu’à Baden en 1414, plusieurs jeux aussi étaient réalisés dans un pré aux abords des bains, cf. Ph. Braunstein (1986), p. 597.

124 En 1455, « Chi è dallo stare nel bagno in fuori non s’attende se non è a ballare, chantare e sonare », G. Pieracini (1925), p. 82.

125 L’absence de participation d’une partie des populations aux festivités constituait l’une des caractéristiques de ces fêtes de la Renaissance, cf. J. Jacquot (1975), p. 14.

126 Le tournoi à Bagno di San Filippo avait été créé pour amuser le « popolo », alors qu’une impressionnante escorte résidait dans la station, cf. note supra. Au cours de son séjour à Bagno di Corsena en 1581, Michel de Montaigne organisa lui-même un bal dans la station pour toute la bonne société qui s’y trouvait, cf. Michel de Montaigne (1992), p. 171-172. La mère de sainte Catherine de Sienne, consciente de l’attrait et de l’agrément des stations thermales, n’hésita pas à emmener sa fille à Bagno Vignoni, « questa petizione [prendre l’habit] molto spiaceva alla madre, unde per impedirla et anco per interrompere l’altre sue austerità penitenziali, volse che questa virgine andasse con seco al bagno ; e cosi la constrinse di fare », cf. F. Grottanelli (1868), p. 22.

127 « Come cominciammo a usare il bagno, Lorenzo fu fatto signiore del bagno, dove si trova parecchi huomini da bene et altre giente assai (...) Se la Biancha et la Nannina [filles de Pierre] ci fussano state non poteva manchare che una di loro non fusse stata la madrina del bagno delle donne, e Dio il sa quante belle grillante arebbono avute e quante torte di marzapane arebono mangiato, perocchè Lorenzo che è il Signore n’à sempre mai a sciolvere e a desinare e a meranda », cf. G. Pieraccini (1925), p. 82. Sabadino degli Arienti situe l’action de son recueil de nouvelles « Porretane » dans la station de Porretta où le comte Andrea di Bentivoglio en 1475 aurait séjourné « questo conte Andrea suo figliuolo, essendo adunque a questi nostri bagni (...), insieme con la sua compagnia de’ venusti giochi, suoni et canti et balli », cf. Sabadino degli Arienti (1540), p. 2.

128 G. Ortalli parle alors d’une routine du temps libre : « chiaccherate », « passeggiate »..., cf. G. Ortalli (1995), p. 34.

129 Cf. Gentile Sermini (1968), p. 73. Si M. Minutelli souligne que Gentile Sermini est incapable de donner un véritable cadre à ce qui n’est qu’un « zibaldone » inachevé, il souligne que le choix des bains est une concession – entre les possibles – faite au cliché d’une littérature ludique et qu’il est d’autant plus plausible que la relaxatio animarum est indispensable pour qui se rend aux bains, cf. M. Minutelli (1990), p. 19.

130 Cf. Sabatino degli Arienti (1540), p. 1. Cette fois-ci, mais près d’un siècle plus tard, affirme M. Minutelli, le lieu de la station sert vraiment d’unité au recueil, cf. M. Minutelli (1990), p. 20.

131 Cf. supra, p. 163. Le 12 juin 1410, Barzalone di Spedaliere qui était à Bagno di Corsena informe son ami Francesco Datini de l’accueil que lui réserva l’un des associés de son père, membre de la famille Guinigi qu’il a rencontré aux bains, cf. F. Melis (1962), p. 41.

132 Elles furent tolérées en 1404, puis chassées en 1469, cf. dossier 2, Viterbe (1469), lib. III, rub. 57. Giovanni Sercambi, dans l’une de ses nouvelles, met en scène deux prostituées en route pour Bagno di Corsena, Giovanni Sercambi (1972), II, p. 234.

133 Cf. Enea Silvio Piccolomini (1988), t. I, p. 699.

134 Cf. A. Portioli (1869), p. v.

135 Durant les derniers siècles de la République, il était d’usage de fréquenter Baia et ses sources thermales pour se reposer, cf. C. Russo Mailler (1976), p. 316.

136 Le 30 juin 1404, « item per conservatione del presente reggimento e a persecutione e disfacimento di tutti e’ suoi ribegli e nimici, et veduto quanto disonestamente si portano e’ detti ribegli e nimici del Comune in praticare e venire tutto di da Montepulciano a’ bagni di Chianciano e di Vignone e in su l’altre frontiere e confini del contado di Siena, per honore di Comune providdero e ordinaro che nostri Magnifici Signori, Capitano di Popolo e Gonfalonieri Maestri debbino fare electione di tre popolari sani e valenti, e’ quali sieno in perpetuo secreti, e’ quali abbino quella balia, potestà e commissione che altra volta fu conceduta in simile caso a perseguitare e disfare tutti e’ detti ribegli e nimici del Comune, presenti e futuri, de’ quali sarà dichiarato per li detti Signori, Capitano e Gonfalonieri che ora sono, e per li tempi saranno », cf. A.S.S. Statuto dello Stato 38, f° 18v-19.

137 C’est tout au moins ce que suggèrent les chroniqueurs dès le xve siècle, cf. A. Giorgi (1995), p. 288.

138 En 1499, « per istabilire il modo e non dare sospetto di tal fatto, essendosi finto Vitellozzo ammalato ando in quel di Siena ai bagni di San Casciano ove occultamente si ritrovarono Pierantonio Lambardi (...) Pandolfo Petrucci, Piero de’ Medici ed esso Vitellozzo », cf. G. Rondinelli éd. (1755), p. 114.

139 Il arriva en mars 1434 et n’était pas reparti le 1er mai, cf. A. Fabretti éd. (1850), p. 380.

140 Pie II s’étend longuement sur ces manœuvres diplomatiques dans ses « Commentaires », cf. E. S. Piccolomini (1984), t. 2, p. 1953-1995.

141 Cf. A. Portioli (1869), p. v ; D. S. Chambers (1992), p. 4.

142 Cf. tableau 7.

143 Cf. tableau 7 et C. Shaw (1988), p. 34.

144 Cette dimension politique des sites thermaux est manifeste pour les quatre stations siennoises de Bagno di Petriolo, Bagno di Macereto, Bagno Vignoni et Bagno di San Filippo. Elle semble beaucoup moins marquée à Bagno di Corsena. La station fut délaissée par les hôtes illustres qui étaient accueillis par Lucques.

145 Elle accordait à la plupart d’entre eux des cadeaux, des dons (ensenium), constitués de nourriture principalement, comme le 29 mai 1436, ensenium de confectionibus blado, vino et cera, cf. A.S.S. Concistoro 422, f° 30. Des cadeaux furent offerts en 1405, 1429, 1435, 1436, 1438, 1443, 1479, A.S.S Consiglio generale 201, f° 63 ; 381, f° 7 ; Concistoro 415, f° 3 ; 416, f° 10 ; 422, f° 24 ; 433, f° 31, 35 ; 463, f° 23 ; Balia 14, f° 72. Ces dépenses correspondent à celles que Florence effectuait à la même époque pour recevoir ces mêmes hôtes, comme on l’aperçoit dans le « libro cerimoniale » de la République de Florence, cf. R. C. Trexler (1978), p. 62.

146 Le 30 avril 1438, le cardinal de Florence qui venait d’arriver à Bagno di Petriolo, fut honoré de la sorte, A.S.S. Concistoro 433, f° 52v.

147 Le 17 novembre 1407, les officiers de la Balia deliberaverunt concorditer quod dominus cardinalis Aquilegensis qui ivit ad balnea Petriuoli non solvat aliquodpro cabella, cf. A.S.S. Concistoro 251, f° 12. Le 16 février 1452, « item che venendo nella città vostra alcuno signore o prelato o ambasciadore o altri huomini degni (...) vostri Magnifici Signori possino dare licençia di passo senza pagamento di cabella come lo parrà conveniente per honore del vostro Comune senza alcuna contradictione de’ detti compratori. Et non possino per questo domandare compensatione o ristoro alcuno. (...) Et simile ambasciadori nell’andare et tornare per cosa di loro uso o di loro famiglia non paghino alcuna cabella et simile non paghi chi va a’ bagni per cose che portasse per suo uso cioè massaritie e panni », cf. A.S.S. Statuti di Siena 40, f° 120.

148 Comme à Florence, R. C. Trexler souligne qu’à partir de 1420, les Florentins adoptent des rituels de plus en plus élaborés, inspirés de la cour de Bourgogne, qui témoignent de la magnificence de la République. Les visites princières à partir de cette époque constituent des événements autour desquels les Florentins affirment leur cohésion et la puissance de leur État, cf. R. C. Trexler (1978), p. 10-11. Il en est de même à Sienne.

© Publications de l’École française de Rome, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540