Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les grands officiers dans les territoires angevins - I grandi ufficiali nei territori angioini

 | 
Riccardo Rao

Le personnel et les institutions du gouvernement du royaume de Hongrie

Enikő Csukovits

Texte intégral

La formation de la nouvelle élite des Angevins

  • 1 Sur les personnes et les offices, voir A. Zsoldos, Magyarország világi archontológiája 1000-1301 [ (...)

1En Hongrie, la période angevine commence en 1301, date du premier couronnement de Charles Ier, mais l’arrivée au pouvoir du roi n’entraîna pas immédiatement la naissance de la nouvelle élite de cette dynastie. De ce point de vue, la mort du dernier roi de la dynastie précédente, André III ne met pas fin à la période arpadienne, puisque dans la première décennie du 14e siècle, les offices les plus importants appartiennent aux mêmes personnes que dans les années 12901. En fait, le groupe peu nombreux de fidèles qui accompagnait Charles dans son pays n’a pratiquement pas changé la composition de la cour. À son débarquement en Dalmatie, le jeune prétendant au trône hongrois a été accueilli par les membres de l’ancienne élite et sa suite n’était pas particulièrement nombreuse.

  • 2 In duabus galeis et uno galeono armatis in Apulia pro transitu Karoli de Ungaria carissimi nepotis (...)
  • 3 Sur cette question, voir E. Csukovits, Le innovazioni istituzionali nell’età angioina e i loro par (...)
  • 4 MDEA, I, p. 151-152, 155.

2En 1266, le fondateur de la dynastie angevine de Naples, Charles Ier, est arrivé en Sicile à la tête d’une armée imposante pour s’emparer de son nouveau royaume qu’il avait reçu en fief, tandis que quelques décennies plus tard son arrière-petit-fils a traversé l’Adriatique avec seulement deux galères et un vaisseau de transport ; et, selon la correspondance, il a suffi de transporter 150 chevaux pour la suite2. De plus, les chevaliers napolitains ou français n’ont pas afflué en Hongrie ni à cette date, ni plus tard. C’est une différence considérable entre les règnes angevins siciliens et hongrois, et la situation n’a pas changé dans les années qui ont suivi3. La suite du petit prince comportait bien sûr des Italiens et des Français (comme Nicolaus de Luparia ou Petrus Pititti Passus ; c’est-à-dire Petit Pas), mais ceux-là ne jouaient plus aucun rôle dans la vie de la cour ou du royaume4. Les seuls représentants de l’élite française de Naples en Hongrie étaient les membres de la famille Druget dont leur rôle sera abordé plus tard.

  • 5 Sur l’échec des ambitions royales de Venceslas de Bohême et d’Otton de Bavière voir P. Engel, Gy. (...)
  • 6 Voir principalement P. Engel, Az ország újraegyesítése. I. Károly küzdelmei az oligarchák ellen (1 (...)
  • 7 At ipsi durissimi pacis hostes, bellica arma induti, de montis cuiusdam cacumine in vallem prefata (...)
  • 8 Les principaux témoins de ses participations sont leurs privilèges royaux. Privilèges à Thomas Szé (...)
  • 9 DL 76256, publié dans I. Nagy et al. éd., A zichi és vásonkeői gróf Zichy-család idősb ágának okmá (...)
  • 10 V. Sedlák (éd.), Regesta diplomatica nec non epistolaria Slovaciae I-II, Bratislava, 1980-1987, II (...)
  • 11 DL 50647, publié dans CDH, VIII/1, p. 442-444, analyse dans AOkl, III, n. 318 ; Magyar Országos Le (...)

3La composition de l’élite hongroise n’a pas changé durant les courts règnes des deux adversaires de Charles, Venceslas Přemysl de Bohême et Otton de Wittelsbach, duc de Bavière5. Même les diverses diètes tenues en vue de légitimer le roi angevin n’ont amené qu’un changement symbolique. En revanche, une lutte armée a été menée à partir des années 1310 par Charles d’Anjou, devenu adulte, contre les plus puissants magnats du royaume – une bonne douzaine de barons appelés dans l’historiographie des petits rois ou oligarques – pour la prise de possession de facto des domaines, revenus, droits régaliens qui lui appartenaient de jure. Dans une certaine mesure, la lutte pour le royaume a entraîné la transformation de l’élite hongroise6. Dans l’histoire de ce changement d’élite, deux dates symboliques doivent être signalées. La première date est celle de la bataille de Rozgony (Rozhanovce), livrée le 15 juin 1312 près du petit village de Rozgony, un peu au nord-est de Kassa (Kosice). La chronique hongroise composée au cours du 14e siècle décrit le combat de la façon suivante : « sur le flanc de la montagne une bataille si âpre se déroulait, qui ne fût vue en Hongrie depuis la venue des Tartares »7, et c’était la première véritable mise à l’épreuve de la nouvelle élite qui était en train de se former autour de Charles. Au cours de cette bataille de Rozgony, la famille des Amadé représentante de l’ancienne élite a été combattue par les membres de la future aristocratie de Charles : Thomas Szécsényi8, Dózsa Debreceni9, un ou plusieurs membres des familles nobles des Szécsi10, Kállai, Bátori, Nekcsei et autres11.

  • 12 P. Engel, Az ország újraegyesítése... cit.
  • 13 P. Engel, Az ország újraegyesítése... cit., p. 355; P. Engel, The Realm of St Stephen. A History o (...)

4À la suite de la victoire du roi à Rozgony, les relations entre Charles et les anciens barons ont continué à se détériorer. En 1314, le roi a relevé presque tous les barons de leurs fonctions et les a remplacés par ses hommes de confiance. Il s’est installé dans les régions frontalières du royaume, plus particulièrement à Temesvár (Timisoara) et il n’a pas cessé de mener des campagnes. La lutte a duré jusqu’en 1323, mais à l’issue de cette décennie de guerres il ne restait plus d’adversaires dans le pays : les puissants barons qui avaient empoisonné la vie de Charles étaient morts ou bannis, leurs châteaux tombés entre les mains du roi, leurs provinces n’existaient plus12. L’autre date importante marquant un changement dans la composition de l’élite est l’année 1323 : en effet, Charles a pris deux mesures à la fois pratiques et symboliques. D’une part, il s’est fait faire un grand sceau – sceau de majesté – neuf. À la suite de cette disposition, tous les privilèges royaux scellés de l’ancien sceau ont perdu leur validité, et il ne dépendait plus que de la faveur du roi de les confirmer ou non. Ainsi, l’utilisation de ce nouveau sceau faisait pratiquement tabula rasa en ce qui concerne les propriétés foncières et les pouvoirs du royaume13. D’autre part, il a choisi une nouvelle capitale au cœur du pays où il pouvait désormais se tenir en toute sécurité.

  • 14 E. Spekner, Sedi reali nell’Ungheria dell’età angioina, dans E. Csukovits (dir.), L’Ungheria angio (...)

5Il a décidé de s’installer sur le site pittoresque de Visegrád où il a fortifié et reconstruit le complexe de châteaux hérité des Arpadiens pour le rendre plus confortable. Puis il s’est fait construire un palais sur le terrain situé entre la ville et le château bas. Les membres de la cour achetaient ou construisaient des maisons pour habiter dans la petite ville. En peu de temps, Visegrád a été parsemé de manoirs aristocratiques et de tours d’habitation : la plupart de ses maisons était occupé non pas par des bourgeois, mais par les grands du pays, les hommes de cour. À partir du printemps 1323, le roi a passé une grande partie de son temps à Visegrád. Il partait de là pour s’occuper du gouvernement du pays, pour gérer ses affaires diplomatiques et mener ses guerres. Ses tâches terminées, il retournait là-bas s’y installer. Les organes du gouvernement ont suivi le roi et se sont également installés à Visegrád pour y fonctionner même en l’absence du monarque. Même si le palais de Buda a petit à petit gagné de l’importance sous le règne du successeur de Charles, son fils Louis Ier, la cour a continué de se tenir principalement à Visegrád pendant presque tout le 14e siècle14.

Les piliers du gouvernement : la nouvelle équipe des barons

  • 15 P. Engel, Magyarország világi archontológiája (1301-1437) [Archontologie laïque de la Hongrie], I- (...)

6L’installation de Charles à Visegrád ne signifiait pas seulement l’ameublement de son palais en construction : beaucoup plus important était la réglementation de l’accès à ses salles. L’ancien groupe barional ayant disparu, ses membres ont été remplacés par des nobles qui ne cessaient pas de guerroyer pour la cause du roi dans sa lutte pour la reprise en main du royaume. Il s’agissait dans la plupart des cas d’hommes provenant de familles nobles de longue date mais ayant une fortune restreinte qui étaient menacées ou même insultées gravement par les oligarques. En choisissant la cause de Charles et son service, ils prenaient de sérieux risques pour leur vie, pour leurs biens délaissés et pour leur famille, mais cette prise de risques s’est souvent avérée bénéfique pour eux. Ainsi, cette année 1323 ne marque pas seulement l’apparition d’un nouveau sceau mais également la nouvelle répartition des propriétés foncières, l’inauguration d’une nouvelle capitale et la formation d’une nouvelle équipe de barons15.

  • 16 Nicolaus Drugetti deputatus extitit ad servitia liberorum Karoli Martelli Regis Ungarie, MDEA, I, (...)
  • 17 En 1317: nobis in Regnum Hungarie iure geniture nobis debitum in etate nostra tenera intro euntibu (...)
  • 18 Sur ses offices, voir P. Engel, Arch. I, p. 2, 94, 195.
  • 19 P. Engel, Arch. I, p. 2-3.
  • 20 P. Engel, Honor, vár, ispánság. Tanulmányok az Anjou-királyság kormányzati rendszeréről [Honor, ch (...)

7Le groupe ne comportait pratiquement que des nobles hongrois. Une seule famille de l’ancienne suite de Charles, composée autour du franco-napolitain Philippe Druget et de ses parents est parvenue à la dignité baroniale et a réussi à bâtir une carrière spectaculaire. Un membre de la famille, Nicolas Druget était déjà au service des enfants de Charles Martel (père du roi Charles) vers 129816, tandis que l’autre, Philippe est arrivé en Hongrie dans la suite du jeune Charles, ayant à peu près le même âge que lui. Il est resté fidèle envers son roi « pendant les années adverses et prospères » de son règne, il a lutté dans toutes les campagnes contre les oligarques, il a vaincu beaucoup d’adversaires ce qui lui valut quelques blessures : sa constance et sa loyauté lui ont permis d’accéder à la charge la plus élevée du royaume, celle du palatinat17. C’est une dizaine d’années après son arrivée dans le pays, en 1315, qu’il a été honoré de sa première fonction hongroise, celle de comes de Szepes, à laquelle il a associé quelques années plus tard l’office de comes chargé de la surveillance de l’immense territoire du comitat d’Ujvár, puis en 1323 le titre de palatin (regni Hungarie palatinus / comte palatin)18. Le palatin Philippe a amassé une fortune considérable et a gagné une autorité encore plus grande dans sa nouvelle patrie. Cette autorité lui a permis de rendre le palatinat presque héréditaire dans sa famille : en fait, après sa mort, c’est d’abord son frère Jean (1328-1333), puis le fils aîné de celui-ci, Guillaume (1333-1342) qui ont hérité de cette fonction19. Dans les années 1330, neuf comitats étaient sous leur contrôle, tous situés dans la partie nord-est du pays où, à cet endroit également ils ont reçu plusieurs châteaux royaux en donation. À côté de sept châteaux payés de leur sang sur les champs de bataille, Guillaume a fait construire un huitième château-fort près de la frontière polonaise, le château de Dunajec dont l’emplacement est magnifique20.

  • 21 Continue absque interpollatione latere nostro assistens. […] Se proximos, possessiones et cognatos (...)
  • 22 DL 1820.
  • 23 Sur ses offices, voir P. Engel, Arch. II, p. 222.

8Un autre pilier du gouvernement de Charles était Thomas Szécsényi, issu d’une famille noble de modeste fortune, originaire du comitat de Nógrád. Dans les luttes internes, la famille de Thomas a soutenu Mathieu Csák, le plus important oligarque adversaire du roi, mais Thomas a rallié la cause du roi dès les premières années de son règne : il l’a suivi « avec constance et sans hésitation », « mettant lui-même, ses biens et ses proches en danger d’être attaqué, pillé ou détruit par un changement de fortune inattendu »21. Il a combattu à la bataille de Rozgony où il a été blessé – cela lui a valu l’office de châtelain (castellanus) et la possession du château de Hollókő dans le comitat de Nógrád22. Durant les années 1310, il a reçu plusieurs autres comitats et châtellenies, tandis qu’entre 1321 et 1342, date de la mort de Charles Ier, il a assumé la fonction de voïvode de Transylvanie. Sa carrière n’a pas pris fin là puisque son prestige est resté incontesté à la cour du fils de Charles, le roi Louis Ier : à côté de nombreuses charges de comes, il a été promu grand argentier du roi (magister tavarnicorum) pour quelque temps, puis entre 1349 et sa mort survenue en 1354, il a reçu la charge de grand-justicier, autrement dit il était juge de la cour du roi(iudex curie regis)23.

  • 24 Ses châteaux: Ajnácskő, Baglyaskő, Bene et Hollókő. Voir P. Engel, Arch. I, p. 265, 270, 277, 328.
  • 25 Eodem anno Karulus, filius Karuli, regis Sicilie, factus rex Vngarie, prima sua absque liberis vid (...)
  • 26 Mention de Thomas Szécsényi apparenté à la reine Elisabeth (en 1333) : DF 207146, publié dans AO, (...)

9Ces importantes positions lui ont rapporté en quelques années une fortune considérable ; sous le règne de Charles, il a acquis quatre châteaux ce qui faisaient de lui un des plus grands propriétaires fonciers du pays24. Une relation très étroite, presque amicale, s’est tissé entre lui et son roi : c’est Thomas Szécsényi que le roi Charles, devenu veuf en 1318, a envoyé auprès du roi Jean de Bohême pour demander la main de sa soeur25, tandis que plus tard, après le mariage du roi avec Elisabeth Piast de Pologne, le voïvode Thomas a conclu une alliance matrimoniale avec Anne duchesse d’Auschwitz, parente de la reine ce qui lui a permis de faire partie de la famille par alliance du roi – l’affaire était probablement arrangée par Charles26.

  • 27 Thomas, comme magisterii tavarnicatus domini regis procurator (en 1339) : DL 3234, AO III. 552, pu (...)

10Les nouveaux barons des Angevins ont conservé longtemps leurs fonctions, parfois pendant deux décennies. Le ban Mikcs a, par exemple, gouverné la Slavonie entre 1325 et 1343. Demeter Nekcsei a été grand argentier du roi entre 1316 et 1338 et Paul Nagymartoni a porté le titre de juge de la cour du roi de 1328 à 1349. Ils étaient presque irremplaçables : ainsi, après la mort de Demeter Nekcsei, l’office d’argentier du roi est resté vacant pendant de longues années tandis que les tâches inhérentes à la fonction du défunt étaient assurées par Thomas Szécsényi à titre de procureur27. Lorsque Louis accéda au trône à la mort de son père Charles, survenue en 1342, c’est une deuxième génération de barons – la génération du jeune roi – qui arriva au pouvoir : il s’agit d’une aristocratie élevée dans les meilleures conditions, en partie à la cour royale. Même si ces barons changeaient plus souvent de charges (ils occupaient une même charge pendant moins de temps) que leurs pères, les barons de la génération de Louis ont passé, eux aussi, plusieurs décennies dans différentes fonctions baroniales.

La structure de la cour hongroise

  • 28 Sur les cours d’Europe, voir en premier lieu M. Gaude-Ferragu, B. Laurioux, J. Paviot (dir.), La C (...)
  • 29 E. Csukovits, Le innovazioni istituzionali... cit., p. 78-86.

11La structure de la cour n’est pas façonnée par les Angevins. En effet, ces derniers ont hérité de leurs prédécesseurs Arpadiens d’une cour bien organisée. Mais il est vrai qu’ils ont introduit d’importants changements en raison de leurs besoins. La cour hongroise – tout comme les autres cours européennes28 – désignait en fait deux institutions distinctes : d’une part l’aula, c’est-à-dire le palais englobant toutes les personnes vivant dans l’entourage du roi, et d’autre part la curia regis, la cour proprement dite qui comprenait les organes de gouvernement nécessaires pour assurer le fonctionnement quotidien de la direction du pays dans le domaine de la justice, des finances et de la prise de décisions – tel le conseil du roi ou les différentes cours de justice suprêmes29.

  • 30 Regni Hungarie palatinus, vayvoda Transsilvanus, iudex curie regis, regni Sclavonie etc. banus, ma (...)
  • 31 P. Engel, Arch. I, p. 48.
  • 32 Ibid., p. 54.

12À la tête de cette double cour se trouvaient les plus importants dignitaires de la couronne à savoir les barons du royaume (barones regni) déjà mentionnés, dont le titre était magnificus vir dominus. La hiérarchie des différents offices s’est progressivement mise en place au cours des siècles de la dynastie arpadienne. Les modifications effectuées sous les Angevins ont visé simplement à figer cette hiérarchie et rétrécir le cercle des principaux dignitaires de la couronne. Selon l’ordre établi et fixé une fois pour toutes dans les années 1350, les barons laïcs du royaume se suivaient selon le rang des différentes dignités de la manière suivante : palatin, voïvode de Transylvanie, juge de la cour, bans de Slavonie, de Dalmatie et Croatie, de Macsó et de Szörény, grand argentier du roi, grand maréchal, grand panetier, grand échanson et grand huissier30. Parmi ces offices, seul celui de grand huissier date de la période angevine : il apparaît parmi les dignités vers 1350, sous le règne de Louis le Grand31. Quant à la reine, elle avait également sa propre cour et une équipe de barons, mais il est clairement visible que les barons du roi et ceux de la reine étaient recrutés au sein du même groupe – par exemple le titre d’argentier de la reine appartenait, dans les années 1320, à Thomas Szécsényi et à Philippe Druget32.

  • 33 E. Csukovits, Le innovazioni istituzionali... cit., p. 78-86.
  • 34 E. Fügedi, A 15. századi magyar arisztokrácia mobilitása [La mobilité de l’aristocratie hongroise (...)
  • 35 E. Csukovits, Z. Kordé, L’organisation judiciaire en Hongrie sous les rois angevins, dans J.-P. Bo (...)

13Entre la cour de Hongrie et le modèle de presque toutes les cours européennes, notamment celui de la cour de France, il y avait plusieurs différences (organisation, hiérarchie des dignités, répartition des tâches)33. En fait, le corps des barons hongrois s’articulait essentiellement en 4 groupes. Son chef, le palatin avait des attributions presque royales et il précédait de loin tous les autres barons. Chez l’une partie des offices baroniales, la fonction judiciaire était prépondérante, un groupe à part était constitué des offices de la cour, tandis qu’un autre comprenait les officiers des unités territoriales privilégiées du pays comme le voïvode de Transylvanie et les bans34. Dans le royaume de Hongrie, l’organisation judiciaire était particulièrement fragmentée : à la fin du XIVe siècle, il existait au moins quatre organes judiciaires centraux autonomes, sachant que le voïvode et les bans avaient aussi des prérogatives en matière de justice35.

Les barons et le nouveau système de gouvernement des Angevins

  • 36 P. Engel, Nagy Lajos bárói [Les barons de Louis le Grand], dans Történelmi Szemle, 28, 1985, p. 39 (...)
  • 37 MDEA, III, p. 130, 134 ; CDH, IX/5, p. 149.
  • 38 P. Engel, Zsigmond bárói: rövid életrajzok [Les barons de Sigismond : des biographies courtes], da (...)

14Pendant toute l’époque médiévale, c’est sous la dynastie angevine que les barons hongrois ont cultivé des relations étroites avec la cour. En effet, ces derniers passaient une bonne partie de leur temps à proximité du roi, et il en allait de même pour ceux qui avaient un office qui les mettait à la tête d’une province lointaine du pays, comme la Transylvanie ou la Slavonie. Leur présence peut être expliquée par des raisons d’ordre officiel, social et humain. Tout d’abord, les plus importantes tâches inhérentes à leur office étaient fortement liées à la cour, sauf en temps de campagnes militaires. En fait, les barons et les prélats du royaume (prelati et barones regni) constituaient le conseil du roi, et c’est eux qui prenaient part comme juges associés au travail des cours suprêmes36. Comme toutes les questions importantes étaient traitées et résolues au sein du conseil, qu’il s’agisse, entre autres, de la donation de terres, de privilèges ou d’offices, les barons devaient être présents au moment des prises de décisions, les absents risquant d’être désavantagés par rapport à leurs rivaux. Un seule exemple, tiré de la vie de l’un des barons les plus puissants, suffit pour illustrer cet état de fait : Étienne Lackfi voïvode de Transylvanie et son neveu ont participé à un pèlerinage en Terre Sainte en 1376 de sorte qu’ils se sont absentés durant une longue période37. Pendant cet espace de temps, leurs adversaires, les membres de la famille Garai ont réussi si bien à les écarter du pouvoir, que les Lackfi ont dû attendre la mort du roi Louis en 1382 pour recevoir de nouveau quelque fonction importante38.

  • 39 R. Horváth, I castelli e i loro signori nell’Ungheria dell’epoca degli Angiò, dans E. Csukovits (d (...)
  • 40 P. Engel, Királyi hatalom és arisztokrácia viszonya a Zsigmond-korban (1387-1437) [La relation ent (...)
  • 41 E. Fügedi, Castle and Society in Medieval Hungary (1000-1437), translated by J.M. Bak, Budapest, 1 (...)

15D’autre part, la majeure partie des barons n’avait pas les moyens de se retirer chez eux et de vivre de manière conforme à leur rang. Cette élite angevine comprenait généralement des hommes nouveaux, des homini novi: au début de leur carrière, ils ne possédaient que des terres de taille mineure, leur domaine nobilier ne dépassait pas quelques villages. Leurs mérites leur rapportant beaucoup, ils ont réussi à accroître la taille de leurs possessions originelles, mais cette fortune ne valait presque rien comparée aux immenses fortunes baroniales de la fin de la période Arpadienne, et elle ne s’élevait qu’à une fraction insignifiante des possessions que leurs propres petits-fils, arrière-petits-fils ou même arrières-arrières-petits-fils pouvaient acquérir jusqu’au milieu du 15e siècle. Ainsi, Thomas Szécsényi possédait quatre châteaux (avec leurs domaines) et il était considéré comme l’un des plus riches barons de l’époque angevine. À la génération précédente, Matthieu Csák avait une fortune dix fois plus grande39, tandis que deux générations plus tard les héritiers de Szécsényi avaient au moins six ou sept châtellenies40. Bien évidemment, les châteaux récemment acquis de l’élite angevine n’étaient pas encore des résidences aristocratiques luxueuses41, les nouveaux barons jouissaient du confort dans leurs nouveaux hôtels construits à Visegrád, à proximité de la cour.

16Ceci dit, les barons de l’époque angevine même s’ils ne pouvaient pas se considérer comme de grands propriétaires, ils n’avaient aucune raison de se plaindre. Les rois angevins avaient d’autres moyens de s’assurer leur fidélité via la distribution de revenus et l’octroi d’une influence dignes de leurs hautes positions dans le gouvernement du royaume ; tout cela leur a permis de maintenir les barons dans une étroite dépendance envers le pouvoir royal.

  • 42 P. Engel, The Realm of St Stephen... cit., p. 149-150.
  • 43 C’est Pál Engel qui a aperçu cette institution : P. Engel, A honor (A magyarországi feudális birto (...)
  • 44 Dictum comitatum tanquam regium nostrum honorem sibi cum omnibus iuribus suis conferendo vobis in (...)
  • 45 P. Engel, Honor, vár, ispánság... cit., p. 128-131.

17En fait, la plus grande partie des châteaux et domaines acquis au cours des luttes de la reconquête du royaume, c’est-à-dire quelques 160-170 châteaux restaient dans la main du roi42. Le nouveau système de gouvernement des Angevins utilisait ces châteaux comme la base de son pouvoir, et il travaillait selon un principe tout à fait simple. Les hommes nouveaux qui étaient investis d’un office important recevaient également comme honor, une propriété rattachée à leur charge (pro honore, selon le langage des sources de l’époque), le titre de comes dans quelques comitats tout comme des châteaux royaux du même territoire43. La plus ancienne ordonnance faisant état de telles dispositions date de 1328 : son texte informe les habitants du comitat d’Ung que Jean Druget a reçu la charge de comes dans le comitat, qu’il pouvait y exercer le pouvoir de comes, et devait accomplir les tâches qui en découlaient44. Le nouveau propriétaire de l’honor avait le droit de couvrir ses dépenses occasionnées au cours de l’exercice de sa fonction grâce aux revenus des châtellenies, mais il devait en même temps y assurer le pouvoir du roi. Les propriétés pro honore pouvaient très bien être des agrégats occasionnels de circonscriptions juridiques, composées de quelques châteaux, mais aussi des organismes en train de se stabiliser atteignant parfois la taille des anciennes provinces. Les honors de la famille Druget comprenaient sept comitats situés dans la partie nord-est de la Hongrie : les membres de cette famille détenaient des fonctions de comes dans sept comitats auxquelles ils ont associé la possession de toutes les châtellenies du territoire en question – il s’agissait de douze châteaux45.

  • 46 Ibid., p. 126-128, 137-138.

18D’autres confidents du roi Charles ont reçu des honors également importants. L’honor du voïvode Thomas Szécsényi englobait tous les châteaux royaux de la Transylvanie. De la même manière, l’autorité du ban Mikcs s’étendait aux châteaux royaux de la Slavonie et celle du ban de Macsó aux comitats de la partie méridionale de la Hongrie. Plusieurs châteaux qui avaient fait partie de l’immense province de Matthieu Csák se trouvaient désormais dans l’honor des juges de la cour46. Les propriétés pro honore reflétaient la hiérarchie des dignités baroniales : les plus grands barons détenaient des domaines s’étendant à des provinces entières, les barons moins influents ne recevaient que quelques châteaux. Le système des honors n’obligeait pas les barons à s’installer en province ; les domaines étaient administrés par leurs familiers tandis qu’ils continuaient à vivre près de la cour.

Conclusion

19L’élite des Arpads a été remplacée dans les années 1320 par une nouvelle équipe baroniale dont les membres devaient leur ascension à leurs vertus guerrières déployées dans les campagnes de Charles Ier. Presque tous les membres de cette nouvelle élite proviennent de familles hongroises d’origine noble mais sans importantes ressources financières. La suite napolitaine de Charles n’a permis qu’à une seule famille, celle des Druget, de faire carrière au sein du royaume. Ces hommes devaient leur carrière et leur fortune récente à leur engagement et à leur fidélité envers la dynastie, tandis que la plus grande partie de leurs revenus était issue de leur honor, propriété rattachée à leur charge, et non pas à leurs biens personnels.

  • 47 P. Engel, The Realm of St Stephen... cit., p. 200.

20La force du gouvernement angevin a reposé sur le grand nombre de châteaux royaux possédés. Comme la plupart des châteaux restait entre les mains du roi, les barons n’avaient la possibilité que d’en tirer profit pendant la période de leurs fonctions : de fait, les rapports de force restaient favorables à la dynastie. Or, aussitôt après la mort du roi Louis, un changement radical a affecté la structure des propriétés foncières du royaume ; au bout d’une quinzaine d’années, l’effectif des domaines royaux est tombé à la moitié, les châteaux ont été aliénés et sont devenus propriétés privées. La reine Marie puis son époux, Sigismond de Luxembourg n’étaient plus en mesure de contenir la pression exercée par les groupes rivaux gravitant dans l’entourage du souverain, lesquels demandaient des donations de terres toujours plus importantes en échange de leur soutien47. À la fin du 14e siècle, le royaume s’est couvert de nouveau d’immenses domaines privés, tandis que leurs propriétaires sont apparus sur le terrain politique comme des acteurs politiques adversaires du pouvoir royal. L’aristocratie angevine fidèle au roi, forte de ses offices, a vite été remplacée par une aristocratie formée de grands propriétaires fonciers et notamment des petits-fils de cette nouvelle aristocratie angevine qui se sont enrichis au fil du temps.

Notes

1 Sur les personnes et les offices, voir A. Zsoldos, Magyarország világi archontológiája 1000-1301 [Archontologie laïque de la Hongrie], Budapest, 2011.

2 In duabus galeis et uno galeono armatis in Apulia pro transitu Karoli de Ungaria carissimi nepotis nostri: MDEA, I, p. 148-149 ; de naulizandis centum quinquaginta equis, Ibidem, p. 150.

3 Sur cette question, voir E. Csukovits, Le innovazioni istituzionali nell’età angioina e i loro parallelismi napoletani, dans Ead. (dir.), L’Ungheria angioina, Roma, 2013 (Bibliotheca Academiae Hungariae – Roma, Studia, 3) p. 59-119.

4 MDEA, I, p. 151-152, 155.

5 Sur l’échec des ambitions royales de Venceslas de Bohême et d’Otton de Bavière voir P. Engel, Gy. Kristó, A. Kubinyi, Histoire de la Hongrie médiévale, Tome 2, Des Angevins aux Habsbourgs, Rennes, 2008, p. 23-26.

6 Voir principalement P. Engel, Az ország újraegyesítése. I. Károly küzdelmei az oligarchák ellen (1310-1323) [La réunification de la Hongrie. Les luttes de Charles Ier contre les oligarques], dans E. Csukovits (éd.), Honor, vár, ispánság. Válogatott tanulmányok, Budapest, 2003, p. 320-408 ; Gy. Kristó, Károly király főúri elitje (1301–1309) [L’élite baroniale du roi Charles Ier], dans Századok, 133, 1999, p. 47-48 ; A. Zsoldos, Province e oligarchi. La crisi del potere reale ungherese fra il XIII e il XIV secolo, dans E. Csukovits (dir.), L’Ungheria angioina... cit., p. 23-58.

7 At ipsi durissimi pacis hostes, bellica arma induti, de montis cuiusdam cacumine in vallem prefatam protius certaturi obviam regi descendebant […] prelium durissimum est commissum, quale a tempore Tartarorum in Hungaria non contigit celebrari, Scriptores rerum Hungaricarum tempore ducum regumque stirpis Arpadinae gestarum, ed. Emericus Szentpétery, I-II, Budapest, 1937-1938, I, p. 488.

8 Les principaux témoins de ses participations sont leurs privilèges royaux. Privilèges à Thomas Szécsényi, en 1313 : Magyar Országos Levéltár, Diplomáciai Levéltár [Collection diplomatique des Archives nationales de Hongrie], [désormais DL] 1820, publié dans G. Fejér éd., Codex diplomaticus Hungariae ecclesiasticus ac civilis [désormais CDH], I-XI, Budae, 1829-1844, VIII/1. p. 489-491, analyse dans T. Almási, L. Blazovich, L. Géczi, T. Kőfalvi, G. Kristó, F. Makk, F. Piti, F. Sebők, I. Tóth et al. (éd.), Anjou-kori Oklevéltár. Documenta res Hungaricas tempore regum Andegavensium illustranti, Budapest-Szeged, 1990 [désormais AOkl], III, n. 486 ; DL 40344, publié dans I. Nagy, G. Tasnádi N. (éd.), Anjoukori okmánytár. Codex diplomaticus Hungaricus Andegavensis, I-VII, Budapest, 1878-1920 [désormais AO], I, p. 289-291, analyse dans AOkl, III, n. 487.

9 DL 76256, publié dans I. Nagy et al. éd., A zichi és vásonkeői gróf Zichy-család idősb ágának okmánytára. Codex diplomaticus domus senioris comitum Zichy de Zich et Vásonkeő, I-XII, Pest-Budapest, 1871-1931, I, p. 171-174, analyse dans AOkl, V, n. 607.

10 V. Sedlák (éd.), Regesta diplomatica nec non epistolaria Slovaciae I-II, Bratislava, 1980-1987, II, p. 123-124, analyse dans AOkl, IV, n. 605.

11 DL 50647, publié dans CDH, VIII/1, p. 442-444, analyse dans AOkl, III, n. 318 ; Magyar Országos Levéltár, Diplomatikai Fényképgyűjtemény [Collection de documents photographiques des Archives nationales de Hongrie], [désormais DF] 243724, publié dans CDH, VIII/5, p. 156-164, analyse dans AOkl, X, n. 194 ; DL 1805, publié dans AO, I, p. 261-262, analyse dans AOkl, III, n. 331.

12 P. Engel, Az ország újraegyesítése... cit.

13 P. Engel, Az ország újraegyesítése... cit., p. 355; P. Engel, The Realm of St Stephen. A History of Medieval Hungary, 895-1526, Londres-New York, 2001, p. 133.

14 E. Spekner, Sedi reali nell’Ungheria dell’età angioina, dans E. Csukovits (dir.), L’Ungheria angioina... cit., p. 248-254 ; O. Mészáros, Spatial Representation of the ourt Nobility’s Urban Possessions in the ’Residence-town’ Visegrád in the Angevin Period, dans Z. Kordé et I. Petrovics (dir.), La diplomatie des États angevins aux XIIIe et XIVe siècles, Rome-Szeged, 2010, p. 199-208.

15 P. Engel, Magyarország világi archontológiája (1301-1437) [Archontologie laïque de la Hongrie], I-II, Budapest, 1996 (História könyvtár. Kronológiák, adattárak 5.) [désormais P. Engel, Arch.]; P. Engel, Magyarország világi archontológiája 1301-1457 / Középkori magyar genealógia [Archontologie laïque de la Hongrie 1301-1437/ Généalogie hongroise du Moyen Âge], CD-ROM, Budapest, 2001 (Magyar Középkori Adattár).

16 Nicolaus Drugetti deputatus extitit ad servitia liberorum Karoli Martelli Regis Ungarie, MDEA, I, p. 132 ; les données précédentes par exemple voir RCA, XIII (1275-1277), n. 26, p. 6 ; n. 48, p. 187 ; voir encore D. Hardi, Drugeti. Povest o usponu i padu porodice pratilaca anžujskih kraljeva, Novi Sada, 2012.

17 En 1317: nobis in Regnum Hungarie iure geniture nobis debitum in etate nostra tenera intro euntibus, pene etatis nostre annos habens, nobis adherente studuit, et usque in viriles annos nobiscum in adversis et prosperis multorum temporum labores subportavit et pertulit, MOL DL 1904, publié dans AO, I, p. 445-448, analyse dans AOkl, IV, n. 624.

18 Sur ses offices, voir P. Engel, Arch. I, p. 2, 94, 195.

19 P. Engel, Arch. I, p. 2-3.

20 P. Engel, Honor, vár, ispánság. Tanulmányok az Anjou-királyság kormányzati rendszeréről [Honor, château, comitat. Études sur le gouvernement du royaume des Anjou], dans Idem, Honor, vár, ispánság... cit., p. 128-131 ; P. Engel, A nemesi társadalom a középkori Ung megyében [La société nobiliaire dans le comitat d’Ung], Budapest, 1998, p. 42-44.

21 Continue absque interpollatione latere nostro assistens. […] Se proximos, possessiones et cognatos suos pro fidelitate regie nostre corone et nobis debita invasioni, perditioni, destructioni et inopinatis fortune casibus pro nobis exponere non expavit, DL 1820, analyse dans AOkl, III, n. 486.

22 DL 1820.

23 Sur ses offices, voir P. Engel, Arch. II, p. 222.

24 Ses châteaux: Ajnácskő, Baglyaskő, Bene et Hollókő. Voir P. Engel, Arch. I, p. 265, 270, 277, 328.

25 Eodem anno Karulus, filius Karuli, regis Sicilie, factus rex Vngarie, prima sua absque liberis viduatus uxore Thomam ac Symonem comites Vngarie cum Stephano interprete et cum decencia familie misit ad Johannem, regem Boemie, petens, ut unam de suis sororibus velit pro coniuge sibi dare, P. von Zittau, Chronicon Aulae regiae, dans Fontes rerum austriacarum, Scriptores, VIII, 1875, (Lib. II. cap. V.). La source principale d’identification du personnage de Thomas comes est la donation de Charles Ier (écrite en 1324) : DL 2240, publié dans Von Franz Zimmermann et al. (éd.), Urkundenbuch zur Geschichte der Deutschen in Siebenbürgen, Bd. 1-7, I-VII, Hermannstadt, 1892-1991, I, p. 383-385, analyse dans AOkl. VIII, n. 174.

26 Mention de Thomas Szécsényi apparenté à la reine Elisabeth (en 1333) : DF 207146, publié dans AO, III, p. 53, analyse dans AOkl, XVII, n. 502 ; sur sa femme, voir le diplôme de Louis le Grand écrit en 1354: DL 4454, AO, VI, p. 234-237.

27 Thomas, comme magisterii tavarnicatus domini regis procurator (en 1339) : DL 3234, AO III. 552, publié dans AOkl, XXIII, n. 279.

28 Sur les cours d’Europe, voir en premier lieu M. Gaude-Ferragu, B. Laurioux, J. Paviot (dir.), La Cour du Prince. Cour de France, cours d’Europe, XIIe-XVe siècle, Paris, 2011 (Études d’histoire médiévale, 13).

29 E. Csukovits, Le innovazioni istituzionali... cit., p. 78-86.

30 Regni Hungarie palatinus, vayvoda Transsilvanus, iudex curie regis, regni Sclavonie etc. banus, magister tavarnicorum, magister agazonum, magister dapiferorum, magister pincernarum, magister ianitorum.

31 P. Engel, Arch. I, p. 48.

32 Ibid., p. 54.

33 E. Csukovits, Le innovazioni istituzionali... cit., p. 78-86.

34 E. Fügedi, A 15. századi magyar arisztokrácia mobilitása [La mobilité de l’aristocratie hongroise du XVe siėcle], Budapest, 1970, p. 18-20.

35 E. Csukovits, Z. Kordé, L’organisation judiciaire en Hongrie sous les rois angevins, dans J.-P. Boyer, A. Mailloux et L. Verdon (dir.), La justice temporelle dans les territoires angevins aux XIIIe et XIVe siècles. Théories et pratiques, Rome, 2005 (CEFR, 354), p. 127-139.

36 P. Engel, Nagy Lajos bárói [Les barons de Louis le Grand], dans Történelmi Szemle, 28, 1985, p. 393-413.

37 MDEA, III, p. 130, 134 ; CDH, IX/5, p. 149.

38 P. Engel, Zsigmond bárói: rövid életrajzok [Les barons de Sigismond : des biographies courtes], dans Művészet Zsigmond király korában 1387-1437, Budapest, 1987, p. 427.

39 R. Horváth, I castelli e i loro signori nell’Ungheria dell’epoca degli Angiò, dans E. Csukovits (dir.), L’Ungheria angioina... cit., p. 184.

40 P. Engel, Királyi hatalom és arisztokrácia viszonya a Zsigmond-korban (1387-1437) [La relation entre le pouvoir royal et l’aristocratie à l’époque de Sigismond], Budapest, 1977, p. 214.

41 E. Fügedi, Castle and Society in Medieval Hungary (1000-1437), translated by J.M. Bak, Budapest, 1986 ; E. Fügedi, Castels and Castellans in Angevin Hungary, dans S. B. Vardy, G. Gnorschmid, L.S. Domonkos (éd.), Louis the Great King of Hungary and Poland, New York, 1986, p. 49-65.

42 P. Engel, The Realm of St Stephen... cit., p. 149-150.

43 C’est Pál Engel qui a aperçu cette institution : P. Engel, A honor (A magyarországi feudális birtokformák kérdéséhez) [L’honor (Avis sur la question des formes des propriétés féodales en Hongrie)], dans Idem, Honor, vár, ispánság... cit., p. 73-100 ; P. Engel, Honor, vár, ispánság... cit., ibidem, p. 101-161. Dans ce paragraphe, j’utilise les arguments développés dans ces deux articles.

44 Dictum comitatum tanquam regium nostrum honorem sibi cum omnibus iuribus suis conferendo vobis in iudicem et vice nostre persone in precessorem commiserimus et duxerimus statuendum, DL 31214, AOkl, XII, n. 442.

45 P. Engel, Honor, vár, ispánság... cit., p. 128-131.

46 Ibid., p. 126-128, 137-138.

47 P. Engel, The Realm of St Stephen... cit., p. 200.

Auteur

Institut d'Histoire de l’Académie des Sciences, Budapest - csukovitseniko@gmail.com

© Publications de l’École française de Rome, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter