Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Thermalisme en Toscane à la fin du Moyen Âge

 | 
Didier Boisseuil

Troisième partie. L'Âge d'or du thermalisme

Chapitre deuxième. Le nouveau visage des sites thermaux

Texte intégral

  • 1 F. Melis (1963), p. 44.

1En Toscane, une fois passées les difficultés du xive siècle, le thermalisme prend un nouvel essor. Federico Melis, étudiant les multiples lettres de la correspondance commerciale de Francesco di Marco Datini, le marchand de Prato, notait que le séjour aux bains était devenu une activité prisée des Toscans et des Italiens. Il n’hésitait même pas à parler d’une fréquentation de masse, tant lui paraissaient nombreux, les curistes venus auprès des sources1. Ce renouveau de l’activité thermale et son essor s’est traduit, dans la plupart des sites qui se sont maintenus au Quattrocento, par des changements importants. L’aspect des espaces balnéaires fut profondément modifié. Aussi préciserons-nous d’abord les nouveautés apportées à l’équipement thermal, les évolutions que l’on perçoit dans les formes et les usages du bâti, dans les structures de l’habitat.

I – LES MODIFICATIONS DE L’ÉQUIPEMENT THERMAL

2Les infrastructures thermales connaissent en effet, au xve siècle, de profondes modifications. Les canaux et les conduits des implantations balnéaires sont améliorés ; les bâtiments prennent de l’ampleur, de nouveaux édifices apparaissent ; la spécialisation des installations s’affirme. Bref l’équipement thermal semble plus élaboré et plus complexe qu’au xiiie et au début du xive siècles.

1) Capter et conduire les eaux : une constante préoccupation

  • 2 Le 20 mars 1477, les travaux furent entrepris à Bagno di Macereto car « la vena dell’acqua è guast (...)
  • 3 L’assèchement des sources ne s’est pas fait à la même époque dans les stations: il est mentionné u (...)

3L’exploitation des eaux thermales n’est possible que si l’on sait les canaliser, les contrôler. Or les sources thermales, comme nous l’avons déjà souligné, sont imprévisibles : elles peuvent se tarir soudainement ou bien changer d’emplacement. Leur captage devient alors difficile et nécessite parfois des ouvrages de grande envergure. Plusieurs sources ont ainsi à la fin du Moyen Âge contraint les autorités citadines à multiplier les travaux pour éviter que la clientèle ne désertât les sites ou que l’eau ne perdît ses qualités curatives2. Les réalisations dans le « contado » siennois paraissent les plus nombreuses, mais l’indigence des sources archivistiques et surtout l’absence de données archéologiques ne permettent pas de tracer un tableau précis des réalisations entreprises dans les trois sites où les eaux vinrent à manquer c’est-à-dire à Bagno di Petriolo, Bagno di Macereto et Bagno di San Filippo3. Les quelques documents dont nous disposons cependant suggèrent que les solutions adoptées ont été similaires.

  • 4 La « galezza » apparaît comme une sorte de galerie, voûtée, murée de chaque côté et aplanie au sol (...)
  • 5 Le 30 septembre 1440, « si conviene guastare tucta la galeçça principale del detto bagno che si ch (...)
  • 6 Le 2 septembre 1460, cf. A.S.S. Miscellanea Biccherne 1123.
  • 7 Le 30 septembre 1440, « e poi rifare le dette mura de la detta galaçça di Casciocotto grosse de bu (...)
  • 8 Le 7 juin 1433, il était prévu de facere fieri foveam sive cursum per quem aqua vadat ad ducciam, (...)
  • 9 Le 13 mai 1447, le conduit large d’une trentaine de centimètres était couvert (il s’agissait d’un (...)
  • 10 Le 22 juin 1462, pro duabus lapidibus (...) una pro faciendo unum pontem ad exitum aque, cf. A.S.S (...)
  • 11 Il s’agissait d’un ensemble de canaux larges et profonds d’un mètre, détenus aux xive et xve siècl (...)
  • 12 En 1418, 1427, 1435, 1437, 1440, 1444, 1446, 1447, 1448, 1452, 1454, 1471, 1473 et 1481, cf. A.S.S (...)
  • 13 Le 22 avril 1439, le Conseil général est averti par les officiers de la Gabelle que « molti ciptad (...)

4Lorsque les eaux n’alimentèrent plus les bains de Bagno di Macereto, les autorités siennoises décidèrent en 1440, après quelques années d’hésitation, de détruire le conduit (« galezza ») appelé « Cacciacotto » qui auparavant conduisait le flot de la source jusqu’au bain4, afin de retrouver la faille par où l’eau jaillissait et de la dégager de tous les dépôts qui l’encombraient5. En 1460, les responsables du chantier à Bagno di San Filippo décidèrent de faire creuser un fossé profond de près de deux mètres pour retrouver la veine d’eau thermale6. Toutefois, ces travaux ne suffirent pas, il parut nécessaire de modifier les conduits. À Bagno di Macereto, le conduit « Cacciacotto » fut refait de façon à ce qu’il ne se détériorât plus. Les briques n’avaient pas, semble-t-il, résisté à la chaleur et surtout au caractère corrosif de l’eau thermale. Il fut décidé d’édifier un nouvel aqueduc de pierre et de chaux7. Ce type de conduit vraisemblablement plus solide et plus fiable ne fut pas adopté dans les autres stations. Les « bottini » suffisaient vraisemblablement à l’écoulement des eaux. En revanche, on observe un développement de canaux à ciel ouvert. L’un d’entre eux – celui construit à Bagno di San Filippo – était destiné à conduire les eaux jusqu’au bain. Il fut réalisé dès 1433 et fut régulièrement entretenu par la suite8. D’autres fossés servaient à l’évacuation des eaux thermales usées. En 1447 à Bagno di Macereto, la cité commençait les travaux sur l’égout qui reliait le bain à la Merse9 et en 1462, elle restaurait les conduits qui menaient l’eau aux moulins de Bagno Vignoni et jetait sur le canal une pierre pour former un pont10. Ces fossés, même si l’on ne connaît pas véritablement leur taille, ni leur forme, sont vraisemblablement à rapprocher des nombreux canaux – appelé « gore » –, fréquemment utilisés en Toscane pour conduire les eaux. De semblables canalisations servaient par exemple à alimenter les moulins de Colle val d’Eisa11. Les stations paraissaient plus que jamais au xve siècle parcourues par un ensemble dense de conduits et de chenaux, témoignant du progressif équipement des sites. À ces conduits s’ajoutent les bassins. Les uns comme les autres nécessitaient un entretien régulier et ils furent souvent curés et vidés de façon à faciliter l’écoulement des eaux et à permettre aux baigneurs de profiter des bains sans crainte ou dégoût. Le fossé de Bagno di Macereto qui conduisait l’eau des bains à la Merse fit l’objet de soins fréquents de 1418 à 147112. Les piscines à Bagno Vignoni, Bagno di Macereto ou Bagno di San Filippo furent aussi nettoyées13, mais les tâches essentielles consistèrent à modifier les bains.

2) Couvrir les bassins

  • 14 Le 21 novembre 1443, la nouvelle toiture édifiée au-dessus du bain des hommes à Bagno di Macereto (...)
  • 15 Le 20 mars 1472, il est nécessaire de « rifare el muro del bagno de le donne che è guasto in modo (...)
  • 16 Le Pogge, qui visitait en 1416 les bains de Baden près de Zurich s’étonnait de la liberté avec laq (...)
  • 17 Le 6 octobre 1429, 26 février 1437, 3 avril 1447, cf. A.S.S. Gabella dei contratti 648, f° 17; 658 (...)
  • 18 Le 1er mars 1436 (ns), le 7 juin 1447, le 4 avril 1484 et le 8 mars 1489 (ns), cf. A.S.S. Gabella (...)
  • 19 Le 14 avril 1429, cf. A.S.S. Gabella dei contratti 647, f° 17.
  • 20 Le 17 décembre 1442, « anno veduti che’ tetti d’essi bagni sonno fracidi (...) e parebbe a lloro d (...)
  • 21 Cf. document 16.
  • 22 « Anco nel detto anno fu fatta una bella copertura al bagno del re Pipino », cf. Niccolò di Niccol (...)
  • 23 Cf. B. Angeli, R. Betti, A. Fregoli (1990), p. 57.
  • 24 Le 21 févier 1442, il était prévu de « fare el tecto del dicto bagno (...) el quale tecto è bracci (...)
  • 25 Le 6 octobre 1429, à Bagno di Petriolo, il est prévu de refaire tecta balneorum et logie, cf. A.S. (...)
  • 26 Le rôle et l’importance des « loggie » à Florence, Sienne ou Pise ont été dernièrement mis en vale (...)
  • 27 Cf. figure 1 à 4. R. Stopani, sans toutefois avancer d’arguments, date l’édifice du xiiie siècle, (...)
  • 28 Fontebranda par exemple. Pour les fontaines siennoises, cf. F. Bargagli Petrucci (1992); D. Balest (...)

5Les cités créèrent des infrastructures thermales de plus en plus élaborées. Dans la première moitié du xive siècle, plusieurs piscines avaient été entourées de murs et parfois dotées de toitures. Cet effort d’équipement se poursuivit et s’accentua au cours du siècle suivant, car à la fin du xve siècle, la plupart des bassins étaient désormais fermés et couverts. Il s’agissait de protéger les baigneurs contre les intempéries, le vent, la pluie ou le soleil14, et d’empêcher qu’ils ne fussent importunés par le regard des passants15. Cet effort est donc peut-être à mettre aussi en relation avec le développement d’un sentiment de pudeur16. Les bains du territoire siennois furent les premiers à être restaurés ou équipés de la sorte. Les toits qui existaient déjà sur les bassins de Bagno di Petriolo furent réparés à plusieurs reprises de 1429 à 144717, les toitures du bain de Bagno di Rapolano furent entreprises à partir de 1436 et régulièrement entretenues ensuite18. Les bains de Bagno di Macereto, protégés une première fois en 142919, furent consolidés en 1442 et 148620. Les deux citoyens siennois qui entreprirent en 1412 de rétablir la station de Bagno di Sant’Ansano s’engagèrent à édifier un bâtiment couvert21. En 1466, dans la plaine du Caio près de Viterbe, le « bagno del re Pipino » fut abrité22 et au xvie siècle à Bagno di Sellena, les sources étaient couvertes23. La structure des nouveaux édifices est difficile à percevoir dans la mesure où les détails de construction sont rares. Cependant, il apparaît que certaines de ces réalisations n’étaient pas de taille modeste. En 1442 en effet, la toiture du bain des hommes à Bagno di Macereto ne mesurait pas moins de six mètres sur treize et laisse donc supposer un important bâtiment24. Par ailleurs, plusieurs de ces toits couvraient aussi une « loggia »25. Il s’agissait vraisemblablement d’un portique comme dans les cités, c’est-à-dire d’un espace ouvert sur l’extérieur par une série d’arcades26. Il semble qu’à Bagno di Petriolo, les arches permettaient d’accéder directement aux bassins, si l’on considère les vestiges du bain actuellement visibles27. L’édifice n’est pas sans rappeler certaines fontaines siennoises où les réservoirs sont abrités sous de vastes portiques28. Il se peut que la cité se soit une fois de plus souvenue des bâtiments urbains pour ses réalisations thermales.

  • 29 Cf. dossier 1. L’initiative en revient à Domenico Bertini qui faisait partie de la commission et q (...)
  • 30 L’Hôpital eut la gestion directe des sites au xvie siècle, cf. A. Carina (1866), p. 247. Les esqui (...)
  • 31 Le 28 octobre 1432, refaire le tectum pontis balneorum de Vignone, cf. A.S.S. Gabella dei contratt (...)

6En revanche, les portiques des stations de Lucques paraissent ne pas donner directement accès aux bassins. En effet, dans les deux sites, chacun des bains était précédé d’une « loggia ». Il n’a pas été possible de dater ces galeries, puisqu’aucun document ne les cite précisément, mais il est vraisemblable qu’elles ont été construites dans la seconde moitié du xve siècle. À partir de 1442, Lucques décida d’entreprendre la réfection des bains à Bagno di Corsena et Bagno della Villa, mais il semble que les travaux n’eurent lieu que bien plus tard. En 1469, une commission de citoyens lucquois organisa la restauration des infrastructures dont le bain à Bagno della Villa qui se trouvait dans un piètre état29. Les établissements lucquois ont été dessinés en 1630 dans un terrier de l’Hôpital de la Misericordia de Lucques30. Les portiques semblaient former un passage abrité au-devant de la pièce où se trouvaient les piscines, mais il se peut qu’avant le milieu du xvie siècle, les arcades aient donné accès directement à l’espace où étaient recueillies les eaux. Quoi qu’il en soit, le portique devait assurer un certain confort aux curistes, car il fut utilisé là où même il n’était pas possible d’abriter tout le bassin. Les piscines de Bagno Vignoni étaient trop grandes pour disposer d’un toit, mais le pont qui séparait le bain des hommes de celui des femmes fut couvert dès 1432, vraisemblablement pour abriter les baigneurs31. A ces espaces ouverts ou semi-ouverts s’opposent les nouvelles réalisations entièrement fermées.

3) Apparition de nouveaux bâtiments

  • 32 Le terme désigne en italien un canal, un conduit et c’est au début du xve siècle qu’il en vient au (...)
  • 33 Il suivit un semblable traitement à Bagno di Petriolo en 1460, cf. Enea Silvio Piccolomini (1984), (...)
  • 34 Cf. dossier 1.
  • 35 Cf. C. Pinzi (1894), p. xxvii.
  • 36 Cf. dossier 1.
  • 37 Le 8 août 1425, cf. A.S.S. Gabella dei contratti 641, f° 4.
  • 38 Le 7 juin 1433, cf. A.S.S. Consiglio generale 217, f° 69.
  • 39 Cf. document 15. L’édifice n’est pas sans rappeler les fontaines d’Aix-en-Provence décrites par Ph (...)
  • 40 Le 13 mars 1466, les travaux sont justifiés « come essendo a lloro noto che molta gente al tempo d (...)
  • 41 Cf. L. de Vegni (1808), p. 157. Nous ne sommes pas certain que le bâtiment soit moderne, il corres (...)
  • 42 Gentile da Foligno, ideo est ibi iuxta sudatio, seu stufa, et in aquam ingrediens vehementer sudat (...)

7À ces édifices remaniés de plus en plus élaborés s’ajoutèrent dans le courant du xve siècle de nouvelles réalisations, qui sont à mettre en relation avec l’apparition de nouveaux usages thérapeutiques. C’est tout particulièrement le cas de la douche, la “doccia”32. Cette pratique, recommandée par les médecins, se développa au cours du xve siècle. Il s’agissait, comme le précise le pape Pie II, de laisser l’eau s’écouler en abondance sur la tête et les épaules33. Plusieurs édifices furent aménagés ou réalisés pour permettre aux malades de suivre ce traitement. L’existence d’un bassin ou d’un édifice réservé aux douches est attestée par Ugolino da Montecatini dès le début du xve siècle dans les stations de Bagno di Petriolo, Bagno di Corsena, San Casciano dei Bagni et Bagno di San Filippo34. A Viterbe, la douche fut installée dans le « bagno dello Stoppio » en 1470 seulement35. À Bagno di Corsena, il existait un édifice particulier pour abriter les douches (sans doute le « bagno rosso »)36. Cependant, la plus intéressante de ces bâtisses demeure sans doute la maison des douches de Bagno di San Filippo (domus docciorum balneorum Sancti Filippi) mentionnée une première fois en 142537. Le bâtiment apparaît comme un espace clos – puisqu’il est cité comme domus – sans bassin et vraisemblablement équipé des seuls conduits de douches38. À l’arrière du bâtiment une citerne (« balazza » ou « conserva ») recueillait les eaux pour les redistribuer ensuite – vraisemblablement suivant un débit régulier – à l’intérieur de la maison39. En 1466, une nouvelle pièce fut installée de façon à séparer les hommes des femmes40. La forme de l’édifice ainsi réalisé ne devait pas être très éloignée de celle de la maison des douches que L. de Vegni aperçut en 1808 et qu’il dessina. Il affirme que le bâtiment avait été construit par Ferdinand II de Medicis, en raison de l’inscription fixée sur le mur, mais il se peut que le grand duc n’ait fait que restaurer le monument41. Outre les maisons des douches, quelques autres édifices destinés à des usages thérapeutiques apparurent aussi sur les sites. À Bagno di Corsena, à la fin du xve siècle, des étuves (stufae) furent associées au « bagno caldo ». D’après plusieurs médecins qui visitèrent le site, il s’agissait probablement d’une pièce où les malades se soignaient à l’aide des vapeurs chaudes du bain42.

  • 43 Cf. C. Pinzi (1894), p. 20.
  • 44 « Il palazzo che fe’ fare papa Nicolò V al bagno di Viterbo fu in questo modo. Fu una chiusa di mu (...)
  • 45 Cf. C. Pinzi (1894), 25. L’édifice avait été réalisé d’après les dessins de Bernardo Rossellino, p (...)
  • 46 Niccolò Perotto était le protégé du cardinal Bessarion.
  • 47 En 1466, « messer Niccolò da Sasso Ferrato (...) fe’ fare sopra il bagno delle Donne della Valle d (...)
  • 48 Le 28 février 1494 (ns), « Et intellecta petitione Christofori Pietri domini Ioannis pro balneo fi (...)

8À côté de ces infrastructures modernisées ou bâties à neuf, apparurent dans certains sites des édifices de grande ampleur qui réunissaient dans un même bâtiment les piscines et les pièces d’accueil pour les curistes, bref de véritables « complexes thermaux ». Il semble que la commune de Viterbe ait été la première à réaliser de semblables installations. Dès avant 1434, elle avait fait construire une maison des bains qui abritait au moins le « bagno della Grotta » et le « bagno della Crociata » et quelques chambres43. Toutefois entre 1451 et 1457, la domus devint un véritable palais grâce à des aménagements importants entrepris principalement par le pape Nicolas V, puis aux agrandissements réalisés entre 1462 et 1464. Le nouvel édifice comportait des piscines installées dans les salles du bas, mais aussi à l’étage plusieurs pièces avec cheminée. Le bâtiment long et large de plusieurs dizaines de mètres était doté de tours et de merlons44. Ce luxueux complexe, appelé désormais « bagno del Papa » était avant tout destiné à recevoir le pape, mais aussi les curistes moins réputés45. Les souverains pontifes firent des émules car en 1466, le cardinal de Sassoferrato46 équipa de chambres le « bagno delle donne », dans le val du Caio47. Ce phénomène paraît toutefois limité dans un premier temps au « contado » de Viterbe, il faut attendre l’extrême fin du xve siècle pour que l’un des aubergistes de Bagno Vignoni obtienne le droit de construire dans son auberge un bain et de réaliser de la sorte un modeste complexe thermal48.

  • 49 Cf. dossier 1.
  • 50 Cf. Ph. Braunstein (1986), p. 524.
  • 51 Toutefois il se peut aussi que les découvertes des thermes antiques aient influencé les bâtisseurs (...)

9Ces travaux ont peut-être contribué à l’émergence d’« une architecture thermale » : le prototype de la maison des bains ou des douches avec des salles couvertes, flanquées d’un portique paraît fréquent dans les principaux sites toscans (Bagno di Petriolo, Bagno di San Filippo, Bagno di Corsena...). Certes, il demeure encore des « bagni », des piscines en plein air au xvie siècle – comme à Bagno Vignoni ou dans la curia de San Casciano dei Bagni – et on continua à construire des bassins – comme à Bagno di Montalceto49 –, mais il me semble que lentement le modèle de la domus balnei s’est imposé. Les évolutions thérapeutiques et les normes sociales qui exigeaient de protéger les corps du regard d’autrui50 ont probablement leur part dans cette évolution51. Ainsi, en raison non seulement des mutations de l’équipement thermal, mais aussi du reste du bâti, le paysage de la station a été modifié.

II – L’ÉVOLUTION DES USAGES ET DES FORMES DU BÂTI

10La plupart des bâtiments dans les stations correspondaient à des structures d’hébergement qui se sont transformées au cours des xive et xve siècles.

1) L’apparition des auberges

  • 52 A Sienne, le terme d’hospitium désigne un lieu d’hébergement, une auberge, cf. M. Tuliani (1994), (...)
  • 53 Le 26 avril 1311, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 25, f° 11v. Le 26 janvier 1328 (ns), cf. A.S.S (...)
  • 54 Cf. tableau 8.
  • 55 En 1429, s’installe à Bagno di Saturnia, un habitant de Montemerano, cf. document 18.
  • 56 Des auberges sont attestées dès le xie siècle à Florence, elles sont courantes au xive siècles dan (...)

11Au cours du xive siècle, des auberges appelées aussi hospitia apparurent, signe d’une évolution manifeste des structures d’hébergement52. Leur existence est attestée dès 1311 à Bagno di Petriolo53, mais elles ne parurent vraiment nombreuses qu’à la fin du siècle dans la plupart des sites thermaux54, aussi bien dans les stations les plus anciennement fréquentées comme Bagno di Rapolano ou Bagno di Macereto, Bagno Vignoni, Bagno di Corsena que dans celles qui connurent un nouvel essor au xve siècle, comme Bagno di Saturnia55. Toutefois, ces établissements paraissaient plus nombreux à Bagno di Petriolo et Bagno di Corsena. Les deux stations abritaient chacune près d’une dizaine d’auberges dans la première moitié du xve siècle, alors que les autres sites n’en accueillirent jamais plus de cinq. En fait cette forte concentration incite à penser que les bâtiments des stations abritaient désormais principalement des auberges et cela paraît d’autant plus vraisemblable que dans le territoire siennois les « stazioni » ne sont plus guère mentionnées au xve siècle. Le changement fut donc assez rapide sur les terres des Siennois, mais il fut plus lent et moins complet dans le « contado » lucquois où plusieurs « chiusi » continuèrent à être exploités jusqu’au xvie siècle. Cependant, il semble que plus d’un siècle après son apparition dans les villes de Toscane ou sur les axes routiers florentins et siennois, l’auberge devint la structure d’accueil privilégiée des stations56.

  • 57 La « casa de portichi » qui comprenait plusieurs étages loués comme « chiusi » devint en 1443 une (...)
  • 58 Cf. M. Tuliani (1993), p. 202-207.
  • 59 Cf. tableau 8.
  • 60 Cf. N. Coulet (1983), p. 123 97; M. Tuliani (1994), p. 136; Ph. Wolff (1960).
  • 61 Cf. A. Fanfani (1934), p. 268.
  • 62 Il semble que contrairement à ce que précise Philippe Wolff pour Toulouse, les auberges thermales (...)
  • 63 Noël Coulet note que certaines auberges en Provence sont les seuls bâtiments encore exploités dans (...)
  • 64 Le 18 novembre 1426, cf. A.S.S. Gabella dei contratti 642, f° 8.
  • 65 Le 17 octobre 1447, « Iacomo d’Ambruogio Spannochi fa fare certo edificio allato al palazo del Com (...)
  • 66 Le 28 mars 1415, Mateus Ambrosii vocatus el Sappa, aurifex de Senis, per se et suos heredes titulo (...)
  • 67 Cf. M. Tuliani (1994), p. 202-207. En 1435, une des auberges de Bagno di Macereto, « e ne la detta (...)

12L’auberge fut avant tout un local géré par un aubergiste, c’est-à-dire un locataire ou un propriétaire qui se chargeait de l’accueil. Il pouvait s’agir donc d’une modeste pièce ou maison administrée par un responsable. C’est le cas à Bagno di Corsena, au début du xve siècle, où l’on observe que certains « chiusi » sont devenus des auberges sitôt qu’ils sont tombés aux mains de gérants57. Toutefois, les auberges apparurent aussi comme des structures d’accueil plus grandes et plus spacieuses que les « stazioni » ou les « chiusi ». Elles furent avant tout dotées de davantage de lits voire de pièces. À Bagno di Petriolo, l’établissement loué par plusieurs propriétaires à Cristoforo di Giovanni comprenait plus de trente lits et une dizaine de chambres équipées58. Cet établissement était peut-être exceptionnel par sa taille, mais des auberges plus modestes comme celles mentionnées à Bagno di Rapolano et Bagno di Corsena disposaient de cinq à dix lits, bien plus donc que les « stazioni » ou les « chiusi »59. Il semble que ces capacités soient comparables voire supérieures à celle des hôtelleries urbaines. À Aix-en-Provence au début du xve siècle, deux auberges seulement possèdaient une vingtaine de lits et la majorité n’avait qu’une dizaine de couchages ; à Toulouse un seul établissement dépassait à la même époque les quinze lits et à Sienne quelques prestigieuses demeures60. A Arezzo, l’aubergiste Nofro di Giunta installé près des portes de la ville ne possédait, en 1384-88, que quatre litières61. Ces auberges thermales qui paraissent assez vastes62 occupaient vraisemblablement une superficie foncière importante et elles étaient peut-être constituées de plusieurs « stazioni » réunies sous la direction d’un même responsable. Il n’est pas impossible que l’apparition des auberges soit pour une part liée au désir de réorganiser, de contrôler le bâti laissé libre après la Peste noire par les morts ou les fuyards63. Cependant, les auberges étaient aussi constituées de bâtiments neufs et non pas seulement rénovés. En 1426, Sienne autorise Andrea del Massaio à tailler des arbres pour construire un nouvel hospitium à Bagno di San Filippo64. Quelques années plus tard en 1447, Iacopo d’Ambrogio Spannochi fit construire un édifice neuf à Bagno di Petriolo65. À l’instar de la demeure pontificale à Viterbe et des établissements urbains, les auberges thermales paraissent confortables voire luxueuses. La modeste auberge de Bagno di Rapolano fut tout aussi bien équipée avec ses lits et ses litières que l’hôtellerie arétine qui, à la fin du xive siècle, se trouvait près de la porte de la ville66. Quant à l’imposante auberge de Bagno di Petriolo déjà mentionnée, elle disposait dans chaque chambre de literies complètes, de tables et de bancs67.

2) Le développement des « chiusi »

  • 68 Cf. le tableau 8. En 1391, l’un des « chiusi » associé directement à l’hôpital San Martino et qui (...)
  • 69 Cf. tableau 8. Dans la comptabilité de l’hôpital lucquois, en tête de chaque compte était dessiné (...)
  • 70 Cf. tableau 8 et dossier 2, Lucques (1469), § 18.
  • 71 En 1430, lors d’un inventaire des biens de l’hôpital, le terrain sur lequel se trouve l’hospice es (...)
  • 72 Cf. tableau 8. Il n’a pas été possible de savoir où précisément se trouvaient les vingt « chiusi » (...)
  • 73 La maison existait depuis 1521 au moins, cf. M. Burlamacchi (1969), p. 65.

13À Bagno di Corsena, les commodités des auberges ne semblaient pas supérieures à celles des « chiusi ». Ces derniers disposaient de lits – en moindre quantité toutefois –, de paillasses et de tables et donc d’un équipement comparable à celui des hôtelleries voisines68. Le nombre de ces « chiusi » approchait la vingtaine dès le début du xve siècle. Chacun d’entre eux portait jusqu’au milieu du siècle un nom – il y avait ainsi celui de la rose, celui du chapeau et celui de la lune69... –, mais à partir de 1469, ils furent désignés par des numéros70. Ces « chiusi » étaient vraisemblablement de maisonnettes près du bain ou des bâtiments de la station71, ils pouvaient être aussi l’une des pièces d’une bâtisse plus importante. Au début du xve siècle, trois de ces locations se trouvaient dans une grande maison, placée à l’entrée du site72. Cette demeure ressemblait peut-être à celle qui existait au début du xvie siècle à Bagno della Villa et que nous connaissons par un dessin de 1540. Un vaste édifice à deux étages avec des fenêtres biforées73.

3) Le maintien des structures hospitalières

  • 74 En 1435, l’Hôpital Santa Maria della Scala loue l’auberge à Bagno di Macereto, mais « none intende (...)
  • 75 Les textes de la fin du xiiie siècle mentionnent une domus pauperum. L’inventaire se trouve aux Ar (...)
  • 76 Cf. D. Balestracci (1995), p. 250. L’établissement disposait de plus de lits que l’hôpital Santa F (...)

14Dans le territoire siennois, les hôpitaux ne se développèrent pas vraiment et conservèrent une envergure modeste. L’hôpital San Tomaso qui se trouvait à Bagno di Petriolo paraît n’avoir eu que peu d’importance dans la station et n’a laissé pratiquement aucune trace de son activité. Au milieu du xve siècle, l’hospice de Bagno di Macereto – détenu par l’hôpital Santa Maria della Scala depuis le début du xive – était réduit à bien peu de chose : la chapelle, un « pelligrinaio » et une petite maison74. En revanche, l’hôpital San Martino à Bagno di Corsena paraît ample au xive siècle. Grâce à un inventaire réalisé en 1391 par la Misericordia de Lucques, responsable de l’institution, il est possible de dresser un rapide portrait de cet établissement pour la fin du xive siècle75. L’hospice comprenait plusieurs bâtiments dont certains étaient dotés d’un étage. Il abritait les neuf cellules et les chambres des frères, mais aussi les cuisines et les magasins. Les malades, hommes et femmes, étaient accueillis dans deux vastes pièces (peregrinagia) formant une ou plusieurs ailes de l’établissement. Ces dortoirs accueillaient respectivement vingt-trois et vingt-sept lits, munis de draps, de couvertures et de coussins. Près d’une dizaine d’autres pièces complétaient les locaux de l’établissement. Leur nombre suggère que l’hospice était comparable par sa taille à quelques établissements urbains76.

4) L’apparition de véritables demeures privées

  • 77 Cf. Ugolino da Montecatini (1950), p. 43.
  • 78 Le 28 décembre 1447, Domini Quatuor prefati attento quod magnifïca domina donna Elisabeth relicta (...)
  • 79 Cf. Ch. M. de la Roncière (1985), p. 193 sq.
  • 80 Les membres de la Curie romaine à partir du début du xive siècle pratiquaient la villégiature, cf. (...)

15Voisinant les hôpitaux et les auberges, les demeures privées furent de plus en plus fréquentes sur les sites. Jusqu’au milieu du xve siècle, les plus puissants seigneurs ou marchands n’avaient pas cherché à installer une de leurs résidences aux bains. Ils possédaient des bâtisses dans les sites, pour les louer mais non pas pour y séjourner. Par la suite, plusieurs aristocrates ou riches et puissants citoyens détenaient des demeures dans les stations ou exprimaient le désir d’en avoir une. Ugolino da Montecatini rapporte que Pietro Gambacorta, le tyran de Pise possédait au début du xve siècle un palais dans la station de Bagno di Monte Pisano, assez éloigné des bassins toutefois77. En 1447, Elisabetta veuve de Giovanni da Varano, seigneur de Camerino, sollicita de Sienne l’autorisation de surélever sa demeure à Bagno di Petriolo78. Elle cherchait un espace agréable et commode. Malgré leur confort, les auberges ne convenaient probablement pas à ces puissants. Peut-être souhaitaient-ils disposer dans les stations d’un espace qui leur soit particulier, réservé ? Cette démarche fait écho aux pratiques qui, dans les villes mêmes, les poussèrent à s’isoler toujours davantage, à édifier des lieux privés79. Peu à peu la clientèle aristocratique chercha à se soustraire aux nuisances de la proximité. Dans le même temps, elle élisait véritablement la station comme un lieu de villégiature80. L’achat, la réalisation d’une demeure soulignent la volonté d’une installation durable dans les sites – même si elle ne signifiait pas une présence constante ou fréquente.

III – LES NOUVELLES STRUCTURES DE L’HABITAT THERMAL

16La modification du bâti dans les sites telle que nous venons de la percevoir s’est accompagnée d’une évolution des structures de l’habitat. Les sites finissent par se fortifier et le bâti tend à se densifier. Des distinctions s’établissent plus nettement entre les stations et les quelques sites où demeure un habitat isolé, intercalaire.

1) Fortification de l’habitat thermal

  • 81 En 1416 à Bagno Vignoni, turrim seu fortilitiam positum super dicto balneo, cf. A.S.S. Capitoli 4, (...)
  • 82 Cf. G. Cherubini (1992), p. 125; F. Redi (1990), p. 270.
  • 83 Cf. L. Guerra Cioppoli (1915), p. 6.
  • 84 Cf. les travaux de I. Moretti (1995); V. Passeri (1977-78); C. Perogalli (1976); G. Pinto (1984); (...)
  • 85 Cf. P. Pirillo (1993), p. 92. Comme par exemple le port de Talamone dont les travaux de fortificat (...)
  • 86 Pour le territoire siennois, il convient d’évoquer le « cassera » de Monticiano qui date de 1361 e (...)
  • 87 Les granges, les salines par exemple, cf. G. Pinto (1988), p. 253.

17Quelques stations disposaient à la fin du xive siècle – outre celles qui en avaient été dotées au début du siècle – d’un système défensif rudimentaire et probablement inefficace. Les textes mentionnent l’existence d’une tour à Bagno Vignoni81, mais cette protection avait peut-être été bâtie dans la seconde moitié du siècle, et elle n’autorise pas à parler d’un habitat fortifié pour ce site. Il faut attendre le début du siècle suivant pour que des travaux d’envergure mettent en défense les bains. Sienne et Lucques n’ont pas voulu laisser à la merci des troupes les sites thermaux dont elles étaient maîtresses, elles ont en effet mis en défense respectivement les sites de Bagno di Petriolo et Bagno di Corsena au cours du xve siècle. Les travaux des deux cités n’étaient pas originaux. D’autres stations – en dehors de l’espace qui nous concerne – furent équipées ou étaient d’ores et déjà dotées de murailles. À cette époque, Bagno di Monte Pisano, Bagno ad Acqua et Bagno di Romagna possédaient une enceinte82 et le site de Bagno a Morbo était entouré de murs lors de la venue de Laurent de Medicis et Clarisse Orsini vers 147083. Toutes ces réalisations faisaient partie des travaux de fortifications que les communes souveraines entreprirent pour défendre les sites importants de leur « contado ». Plusieurs études témoignent de l’ampleur de ces réalisations84. La plupart des bourgs neufs édifiés en Toscane étaient entourés d’une enceinte85, quelques castra plus anciens furent flanqués de « casseri », c’est-à-dire d’une citadelle86, et plusieurs sites mineurs furent fortifiés87.

  • 88 Non est murata sed est fortiter situata, cf. Ugolino da Montecatini (1950), p. 97.
  • 89 « Sia tenuto dicto officio spendere ogni anno almanco ducati cento in murare e ridurre in fortezza (...)

18La protection des stations s’inscrit donc dans ce vaste effort de défense du « contado », mais le fait que certains sites thermaux aient été fortifiés, signale l’importance que les autorités communales leur accordaient. En effet, les travaux se révélaient extrêmement coûteux et d’autant plus difficiles à réaliser que les finances publiques étaient limitées. Le choix des édiles prouve donc que Bagno di Petriolo et Bagno di Corsena figuraient parmi les sites remarquables des deux « contadi » et il est vraisemblable qu’au-delà du souci de défendre les curistes et les habitants, la prospérité réelle ou escomptée du site justifiait l’entreprise citadine. Toutefois, il faut convenir que Sienne et Lucques ne firent pas preuve du même empressement. Les Lucquois agirent tardivement, peut-être parce que la station, très resserrée, donnait l’apparence d’être fortifiée, comme le suggèrent les propos d’Ugolino da Montecatini88. Ils n’entreprirent l’ouvrage qu’en 1469. À cette date en effet, le conseil des Anciens décrétait de dépenser annuellement une somme de cent florins pour édifier les murs89. On ignore tout de l’aspect des ces défenses et il n’est même pas certain qu’elles aient été achevées. L’absence de documentation et de trace de fortification ne permet pas de proposer de conclusion.

  • 90 Nous disposons tout particulièrement du compte de construction du trésorier chargé de l’édificatio (...)
  • 91 Le 6 mai 1401, le conseil autorise les officiers de la « Gabella generale » à surélever le bâtimen (...)
  • 92 Le 9 mai 1404, A.S.S. Consiglio generale 201, f° 99.
  • 93 Cf. I. Moretti (1980), p. 21.
  • 94 « Nel Consiglio generale convocato victa e ottenuta fu la infrascritta proposta, cioè con cio sia (...)
  • 95 Cet office de contrôle fut institué en 1363 pour succéder aux « Riveditori » dont la tâche consist (...)
  • 96 A.S.S. Regolatori 6, f° 197-204.
  • 97 La révision du compte du trésorier porte sur cette période, mais il n’est pas certain qu’il ait ét (...)

19En revanche, les Siennois entreprirent leurs travaux précocement, peut-être parce que la station de Petriolo était plus vulnérable. Ils nous ont laissé une abondante documentation qui permet d’évoquer l’allure de ce « castello » de Bagno di Petriolo90. Dès 1401, Sienne avait entrepris la restauration d’une tour qui servait vraisemblablement à défendre le pont91, mais elle s’était avérée insuffisante pour protéger les bains lors de la chevauchée de Donosdeo Malavolti. Les exactions commises par le chef de ce puissant « casato » en rébellion contre la cité ont vraisemblablement incité les autorités à fortifier le site, car le 9 mai 1404 – quelques jours après la venue des troupes –le Conseil Général décida l’érection d’un « castello » ou « terra »92. Italo Moretti suggère que le terme de « terra » désigne un programme bien précis de développement urbanistique93 et de fait les autorités siennoises déléguèrent une commission de six membres pour mettre au point la réalisation des murailles94. Le projet une fois lancé, les autorités y portèrent moins d’intérêt et il est donc difficile de savoir à quelle époque l’ouvrage fut réellement commencé. En revanche, grâce à la comptabilité de l’institution financière de contrôle, celle des « Regolatori »95, on peut situer la fin du chantier : les officiers de cette chambre clôturèrent le compte du trésorier chargé des dépenses de construction – Antonio di Lorenzo Chigi – le 10 mai 141396. Les travaux durèrent donc moins de dix ans et furent particulièrement intenses entre 1409 et 141297.

  • 98 Cf. figure 11. A.S.S. Catasto Leopoldino: Monticiano, section H dite de Petriolo, f° 11, plan dres (...)
  • 99 Les enceintes à forme rectangulaire étaient fréquentes à cette époque, comme à San Giovanni Valdar (...)
  • 100 Les textes médiévaux ne mentionnent aucune de ces précisions et les renseignements viennent de l’o (...)
  • 101 Cette disposition rappelle celle de Staggia où la courtine était scandée de tours tous les 40 ou 5 (...)
  • 102 Cf. A.S.S. Casseri e fortezze 11, f° 41v. Le terme de « porta senese » revient fréquemment dans le (...)
  • 103 Le bois des portes avait été taillé au mois de janvier 1410, dans les forêts près de Bagno di Petr (...)
  • 104 Cf. entre autres I. Moretti (1980), p. 56.

20Les restes du « castello » sont actuellement visibles sur le site de Bagno di Petriolo, mais ils ne permettent pas de connaître avec précision l’importance de l’édifice. En revanche le cadastre moderne de la commune de Monticiano réalisé en 1821 propose un plan de la « terra »98. L’enceinte était de forme trapézoïdale et n’est pas sans rappeler les fortifications de certaines villes ou bourgs neufs99. Les courtines rectilignes, hautes de près d’une dizaine de mètres et constituées de moellons si l’on en juge par l’état des ruines, étaient légèrement talutées, bordées par un fossé ou par la Farma100. Quatre tours étaient intégrées à l’enceinte, trois aux angles du « castello », une quatrième sur le mur ouest. Elles étaient distantes d’une cinquantaine de mètres, leur base était rectangulaire et elles étaient ouvertes vers l’intérieur101. La tour de l’angle nord-est était plus importante que les autres et abritait quelques logements. Les portes étaient au nombre de trois, la première à l’est, la « porta senese », était dotée d’un porche et de merlons, la deuxième – la « porta del ponte » – donnait accès au pont et la troisième – la « porta del bagno » qui jouxtait le bassin des hommes – permettait de se diriger vers Castiglione della Farma en longeant la rivière102. Elles fermaient à l’aide de vantaux de bois munis de ferrures103. Ce système défensif rappelle celui des autres « terre nuove » et sites fortifiés des territoires florentin et siennois104. Il devint assez rapidement caduque lorsque les progrès de l’artillerie bouleversèrent les pratiques défensives. Il est vraisemblable que le « castello » de Bagno di Petriolo était devenu inutile une cinquantaine d’années après son achèvement. Peut-être finit-il par servir seulement à protéger les bains des brigands et des compagnies mal équipées. Malgré tout, l’enceinte conservait une valeur symbolique, le site paraissait plus sûr et protégé par Sienne. Il signalait l’emprise de la cité sur la station.

2) Regroupement, densification et organisation de l’habitat thermal

  • 105 Cf. documents 8 et 10.
  • 106 Le 13 mai 1404, cf. A.S.S. Statuti 38, f° 15; Concistoro 232, f° 17. En janvier 1447, les prieurs (...)
  • 107 En 1447, ils occupaient le rez-de-chaussée du palais, mais en 1475 un bâtiment spécifique fut édif (...)
  • 108 Le 17 octobre 1447, « Iacomo d’Ambruogio Spannochi fa fare certo edificio a llato al palazo del Co (...)
  • 109 Au milieu du siècle le « castello » est plein et les habitants des ville voisines qui cherchaient (...)
  • 110 Comme par exemple les deux petites maisons appartenant à l’Hôpital Santa Maria della Scala en 1421 (...)
  • 111 Cf. A.S.S. Concistoro 515, f° 91v.
  • 112 Cf. tableau 8 et dossier 1.
  • 113 Le 13 avril 1387, domum muratam et solariatam cum uno solario et cum porticibus, sitam infra claus (...)
  • 114 Cf. dossier 1.
  • 115 Cf. tableau 8. Le déclin relatif de Bagno di Macereto est d’autant plus étonnant que le val di Mer (...)
  • 116 Cf. document 20.

21À Bagno di Petriolo, au xve siècle, les auberges et les demeures privées s’entassaient à l’intérieur de l’enceinte105. Elle se pressaient autour des infrastructures thermales, des places et du palais du podestat, qui fut reconstruit en 1404 et rénové par la suite106, et aussi de la bâtisse réservée aux collecteurs de la gabelle107. La densité était telle que Sienne était contrainte de lutter contre les empiétements abusifs des propriétaires sur les espaces publics. En 1447 et 1449, deux propriétaires d’auberge avaient construit sur la chaussée et la place pour agrandir leur édifice108. Au milieu du siècle, l’enceinte était trop étroite, comme celle du « castello » voisin de Pari109. Plusieurs maisons se trouvaient hors des murs110 et quelques habitats isolés assez proches de la station profitaient de l’essor du site comme l’auberge qui se trouvait à Serre di Petriolo111, mais aussi l’hôtellerie plus ou moins fortifiée – associée aux bains – de Bagno delle Caldanelle112. À Bagno di Corsena, l’habitat paraissait aussi fortement groupé. Les bâtiments – qui constituaient au moins une vingtaine de « chiusi » et une dizaine d’auberges – se côtoyaient les uns les autres et formaient ce que les textes nomment un « chiostro », une sorte de cloître fermé par une grande maison dotée d’un porche113. Autour de ce noyau, demeuraient quelques édifices isolés dont le « bagno rosso »114. Les autres vieux villages thermaux siennois perduraient, mais ils paraissaient plus lâches, moins actifs. À Bagno di Macereto et Bagno Vignoni, il ne restait plus au xve siècle que quelques maisons qui abritaient parfois des auberges115. En 1416, après le long conflit qui avait opposé Sienne aux Salimbeni, les bâtiments étaient délabrés116.

  • 117 Le 18 août 1429, elle autorise Agnolo di Giovanni de Cortone à s’installer, A.S.S. Gabella dei con (...)
  • 118 Le 27 octobre 1433, « Item, per bonificatione de’ bangni a Santo Filippo, che qualunche cittadino (...)
  • 119 Le 27 Juin 1429, cf. A.S.S. Gabella dei contratti 647, f° 26v.
  • 120 Le 29 novembre 1442, quod sit in Executores Cabelle predictos posse conservare indempnem dictum Ma (...)

22Ailleurs, à Bagno di San Filippo et à Bagno della Villa, si l’habitat était là encore peu dense, il semblait plus neuf et favorisé par les autorités citadines. Dès qu’elle fut en possession du site, Sienne organisa l’aménagement de Bagno di San Filippo. Elle incitait les citoyens siennois ou étrangers et les habitants des communautés voisines dont celle de Campiglia, à venir s’installer près des sources117. Elle leur accordait des dégrèvements fiscaux et leur permettait d’utiliser les matériaux des environs, tout particulièrement le bois118. Elle se chargea probablement de l’installation des nouveaux arrivants, car elle dut, en 1429, se défendre contre un certain Perella qui s’était approprié une partie de la place qui voisinait les bains119. Par ailleurs elle accomplit elle-même quelques travaux, en 1442, elle fit édifier, sous le même toit120, des pièces pour accueillir les fermiers ainsi que le magasin d’un boucher. Ainsi, la station apparaît-elle pour une part comme l’œuvre de la cité.

  • 121 Cf. dossier 1.
  • 122 Le 24 octobre 1469, Domenico Bertini fut responsable des travaux du bain. Il s’agissait d’un perso (...)
  • 123 Idem, p. 22-23.
  • 124 Idem, p. 24.
  • 125 Entre autres la maison d’un certain Giovanni di Domenico. Michel de Montaigne note dans son Journa (...)
  • 126 Cf. M. Burlamacchi (1969), p. 23.
  • 127 Cf. C. R. Mack (1987).
  • 128 Pour le succès de Bagno della Villa, cf. les propos de Michel de Montaigne in Essais, livre II, ch (...)

23Toutefois, la création la plus spectaculaire concerne la station de Bagno della Villa. Le modeste bassin construit en 1376 fut agrandi en 1469-1474 à l’initiative de Lucques121, mais l’un des responsables de son édification, Domenico Bertini, se chargea de son propre chef d’aménager les abords de l’établissement122. Ce riche et puissant personnage fit réaliser, à ses frais, une place, une chapelle, une maison et des « chiusi »123. Il interdisait de modifier les proportions de l’esplanade et d’y construire de nouvelles maisons124. La plupart des édifices privés s’installèrent autour de ce centre125. Les travaux organisaient et lançaient la station. En 1474, les bâtiments édifiés par ce généreux mécène furent confiés à Lucques126. Ainsi, la genèse des stations de Petriolo et Corsena n’est-elle pas sans évoquer, toute proportion gardée, certaines tentatives urbanistiques du Quattrocento, comme celles de Pie II à Pienza127 ou de quelques grands princes. Il s’agit d’initatives à la fois privées et publiques qui assurèrent le succès de ces deux sites lesquels comptèrent par la suite, à l’époque moderne, parmi les plus illustres d’Italie128.

  • 129 Cf. supra, note 795.
  • 130 Cf. document 20.
  • 131 Cf. A. Carina (1866), p. 170.
  • 132 Cf. tableau 9.
  • 133 . Cf. O. Redon (1990), p. 10 sq.
  • 134 Idem.

24Dans ce petit groupe de stations désormais modernisées, la présence des édifices religieux s’est maintenue, voire renforcée. Malgré les vicissitudes du site, l’église San Filippo de Bagno di Macereto continua à être entretenue par l’Hôpital Santa Maria della Scala129. Dans la première moitié du xve siècle, à Bagno Vignoni un oratoire fut restauré sur le pont qui traversait le bain130 et à Bagno della Villa, un certain Matteo Lena construisit une église dédiée à sainte Marie131. À Bagno di San Filippo, le vieux sanctuaire servait encore à la fin du siècle. Enfin à Bagno di Petriolo, Sienne assura tout au cours du Quattrocento l’entretien de la chapelle San Niccolò. La cité désignait et rétribuait le prêtre qui desservait l’autel. Elle choisit souvent pour cette tâche un frère de l’ordre des Augustins132. Les ermites augustiniens avaient largement participé, au xiiie siècle, à la mise en valeur des espaces boisés au sud-ouest de Sienne, de la Selva del Lago à la Maremme133. Ils s’étaient installés dans plusieurs ermitages – dont l’un des plus austères dédié à Saint Antoine se trouvait relativement proche de Bagni di Petriolo. Puis dans la seconde moitié du siècle, délaissant peu à peu les solitudes de la forêt et les pratiques contemplatives, à l’instar de leurs confrères des ordres mendiants, ils s’installèrent à Sienne et dans quelques cités, castra ou villeneuves de la zone : à Massa Marittima, Monticiano134. Ils entretenaient des liens étroits avec Sienne et renforçaient l’influence citadine dans cette partie du « contado ». La présence des Augustins à Bagno di Petriolo confirme l’emprise de Sienne sur la station.

3) Présence d’un habitat isolé

  • 135 Cf. document 18.
  • 136 Le 12 janvier 1495, Giovanni di Cioso de Chianciano laisse à Carlo di Cioso di Angelo eius nepote (...)
  • 137 Maria Ginatempo a précisé qu’au cours du xve siècle, dans les parties méridionales du territoire s (...)
  • 138 Des bâtiments sont attestés à Bagno di Nabisi, cf. Niccolò di Niccola della Tuccia (1872), p. 90.
  • 139 Cf. document 13 et 16.
  • 140 C. Klapisch Zuber (1981), p. 150 sq.; R. Comba (1985), p. 384.

25En dehors de ces stations parfaitement équipées, quelques bassins étaient proches encore d’habitats isolés. L’usage des bains en plein champ était révolu, les sites abritaient toujours une bâtisse, même si elle restait médiocre. En 1429, Domenico di Antonio del Bellacio, constatant que le « piano del bagno » de Bagno di Saturnia était désert, se proposait d’y édifier une auberge135. À Bagno di Sellena et sur plusieurs des sites de San Casciano dei Bagni, il y avait aussi quelques bâtiments autour du bain136. Les habitats isolés n’étaient pas fréquents dans les régions méridionales de la Toscane où dominaient les grands « castelli »137, aussi ces quelques constructions présentes sur les sites témoignent-elles de la volonté, de la nécessité d’équiper même modestement l’espace thermal. Il en était de même dans le Latium, les habitants de Viterbe et les papes cherchèrent à mettre à la disposition des visiteurs, tout près des sources mêmes, quelques lieux de séjour138. Plus au nord du territoire siennois, là où l’habitat dispersé était répandu, quelques entrepreneurs se chargèrent, à la fin du xve siècle, de mettre en valeur les sites de Bagno di Montalceto et de Bagno di Sant’Ansano. Ils prévoyaient l’édification de quelques bâtiments139 qu’ils installèrent à proximité de fermes dans cette région où les « poderi » étaient nombreux140. Ainsi, même les sites les plus simples étaient désormais dotés de structures d’accueil.

Notes

1 F. Melis (1963), p. 44.

2 Le 20 mars 1477, les travaux furent entrepris à Bagno di Macereto car « la vena dell’acqua è guasta in modo che perde buona parte di sua substantia », cf. A.S.S. Consiglio generale 237, f° 120. La « substance » des eaux thermales désignait probablement leurs composantes minérales auxquelles étaient attribuées les vertus curatives.

3 L’assèchement des sources ne s’est pas fait à la même époque dans les stations: il est mentionné une première fois à Bagno di Macereto en 1428, puis régulièrement par la suite en 1439, 1440, 1442, cf. A.S.S. Consiglio generale 220, f° 59v, f° 91, f° 190v; 221, f° 71v. L’eau manqua à Bagno di Petriolo en 1439 seulement, mais à plusieurs reprises à Bagno di San Filippo en 1460 et 1476, cf. A.S.S. Consiglio generale 220, f° 55v; 228, f° 280; 236, f° 249v. Il nous semble – sans toutefois pouvoir en fournir la preuve – que les problèmes d’approvisionnement à Bagno di Macereto avaient contribué à affaiblir la station et peut-être à susciter son déclin. Ce manque d’eau quasi concomitant dans deux des sites suggère des difficultés d’approvisionnement des bassins aquifères.

4 La « galezza » apparaît comme une sorte de galerie, voûtée, murée de chaque côté et aplanie au sol et qui diffère à mon sens du « bottino » par le fait qu’elle est complètement maçonnée et non pas creusée dans le sol et recouverte de dalles. En 1442, les ouvriers devaient « disfare Cacciacotto cioè la volta e le mura da lato e la piana socto », cf. A.S.S. Concistoro 2462, f° 32v.

5 Le 30 septembre 1440, « si conviene guastare tucta la galeçça principale del detto bagno che si chiama Casciacotto et rifarlo tucto intorno perfino a le fondamenta et ritrovare et aprire la vena che escie d’una crepatura di sasso », cf. A.S.S. Consiglio generale 220, f° 190v. Le 21 février 1442, « Item sieno tenuti (...) di cercare et andare dietro ala vena quanto sia possibile, et far venire l’acqua se vi sarà in abondanza », cf. A.S.S. Concistoro 2462, f° 32v. Entre 1428 et 1440, les Siennois avaient cru que le conduit seul, fracturé et devenu poreux était la cause de l’absence de l’eau: « l’acqua è deviata imperochè Ί botino che se chiama Cacia-cotto è tucto francto e rotto e l’acqua trapela e non va per lo corso suo », cf. A.S.S. Consiglio generale 213, f° 59v.

6 Le 2 septembre 1460, cf. A.S.S. Miscellanea Biccherne 1123.

7 Le 30 septembre 1440, « e poi rifare le dette mura de la detta galaçça di Casciocotto grosse de buone pietre conce et buona calcina e calcestruçço, et cosi faccendo sarà perfettamente acconcia », cf. A.S.S. Consiglio generale 220, f° 190v. Le 17 décembre 1442, « sarebbe necessario ad rifare la dicta galaçça ad pietre conce et ad buona calcina pero che ad mactoni non sostiene, perô che per caldeçça et altra natura d’essa acqua s’infracidano », cf. A.S.S. Consiglio generale 221, f° 71v.

8 Le 7 juin 1433, il était prévu de facere fieri foveam sive cursum per quem aqua vadat ad ducciam, cf. A.S.S. Consiglio generale 217, f° 69. Pour la douche cf. infra. Le canal fut restauré par la suite en 1447 et 1462, cf. A.S.S. Gabella 671, f° 27; 674, f° 21v.

9 Le 13 mai 1447, le conduit large d’une trentaine de centimètres était couvert (il s’agissait d’un « bottino »), puisqu’il s’agissait de fieri facere buctinum per quem exit aqua de dicto balneo unius medii bracchii ut ipsa aqua defluat in foveam que mictit in flumine Merse; et similiter fieri facial dictam foveam unius mediii bracchii a dicto flumine, cf. A.S.S. Gabella 674, f° 19. Le fossé fut repris en 1473, cf. A.S.S. Consiglio generale 235, f° 31v. Il ne faut pas confondre ce canal avec celui édifié par la commune de Sienne au début du xive siècle pour détourner les eaux de la Merse.

10 Le 22 juin 1462, pro duabus lapidibus (...) una pro faciendo unum pontem ad exitum aque, cf. A.S.S. Gabella 751, f° 51v.

11 Il s’agissait d’un ensemble de canaux larges et profonds d’un mètre, détenus aux xive et xve siècles par la commune de Colle et qui alimentaient les moulins à papier de quelques propriétaires, cf. P. Roselli, B. Forti, A. Ragoni (1984), p. 15-20.

12 En 1418, 1427, 1435, 1437, 1440, 1444, 1446, 1447, 1448, 1452, 1454, 1471, 1473 et 1481, cf. A.S.S. Consiglio generale 208, f° 19; 223, f° 144; 224, f° 147; Gabella dei contratti 643, f° 8; 653, f° 116; 659, f° 7; 658, f° 35; 665, f° 13; 674, f° 21v; 679, f° 13; 680, f° 11.

13 Le 22 avril 1439, le Conseil général est averti par les officiers de la Gabelle que « molti ciptadini e forestieri sieno stati dinançi al nostro offitio et dicano come ne’ bagni vostri de Vignone non si puo più usare perché so’ tucti repieni de bructura et di fango », cf. A.S.S. Consiglio generale 220, f° 28v. Le 17 février 1447, à Bagno di San Filippo, evacuandum et emuniendum foveam, cf. A.S.S. Gabella dei contratti 674, f° 8. Le 4 mars 1452, teneantur nitidas et mundatas dictas balneas, cf. A.S.S. Gabella dei contratti 679, f° 13.

14 Le 21 novembre 1443, la nouvelle toiture édifiée au-dessus du bain des hommes à Bagno di Macereto paraît insuffisante car « chi sarà nel bagno ad bagnarsi ricevarà molta acqua et assai vento e sole et non vi si potrà bagnare né stare per alcuno modo. Et credendosi reportare la sanità, per cagione d’esso tetto gli sarà assai più nocivo che non bagnarsi », cf. A.S.S. Consiglio generale 222, f° 80.

15 Le 20 mars 1472, il est nécessaire de « rifare el muro del bagno de le donne che è guasto in modo che le donne possono essere vedute da chi volesse », cf. A.S.S. Consiglio generale 235, f° 31v.

16 Le Pogge, qui visitait en 1416 les bains de Baden près de Zurich s’étonnait de la liberté avec laquelle les hommes et femmes nus se côtoyaient, sans concupiscence excessive dans les bains, cf. Ph. Braunstein (1986), p. 596. Ce n’était probablement pas le cas en Toscane et les murs des bains servaient peut-être à isoler les curistes.

17 Le 6 octobre 1429, 26 février 1437, 3 avril 1447, cf. A.S.S. Gabella dei contratti 648, f° 17; 658, f° 11; 674, f° 13v.

18 Le 1er mars 1436 (ns), le 7 juin 1447, le 4 avril 1484 et le 8 mars 1489 (ns), cf. A.S.S. Gabella dei contratti 657, f° 9; 680, f° 22; Consiglio generale 239, f° 191v; 240, f° 200.

19 Le 14 avril 1429, cf. A.S.S. Gabella dei contratti 647, f° 17.

20 Le 17 décembre 1442, « anno veduti che’ tetti d’essi bagni sonno fracidi (...) e parebbe a lloro de rifargli in tanto che dove gettano ell’acqua ne’ bagni quando piove », cf. A.S.S. Consiglio generale 221, f° 71v. Le 5 avril 1486, cf. A.S.S. Consiglio generale 241, f° 82.

21 Cf. document 16.

22 « Anco nel detto anno fu fatta una bella copertura al bagno del re Pipino », cf. Niccolò di Niccola della Tuccia (1872), p. 91.

23 Cf. B. Angeli, R. Betti, A. Fregoli (1990), p. 57.

24 Le 21 févier 1442, il était prévu de « fare el tecto del dicto bagno (...) el quale tecto è braccia undici largo et longo braccia vintidue », cf. A.S.S. Concistoro 2462, f° 32v. Cette même toiture est désignée comme étant celle du bain des hommes en 1443, cf. A.S.S. Consiglio generale 222, f° 80.

25 Le 6 octobre 1429, à Bagno di Petriolo, il est prévu de refaire tecta balneorum et logie, cf. A.S.S. Gabella dei contratti 648, f° 17. Le 4 avril 1484, « el bagno a Rapolano ha bisogno d’acconcimi perché certi tetti e loggia sonno minati », cf. A.S.S. Consiglio generale 239, f° 191v.

26 Le rôle et l’importance des « loggie » à Florence, Sienne ou Pise ont été dernièrement mis en valeur par D. Balestracci (1995), p. 262.

27 Cf. figure 1 à 4. R. Stopani, sans toutefois avancer d’arguments, date l’édifice du xiiie siècle, cf. R. Stopani (1995), p. 39. Cependant, à défaut d’une étude architecturale voire archéologique, on peut seulement affirmer que le bâtiment est antérieur à 1429.

28 Fontebranda par exemple. Pour les fontaines siennoises, cf. F. Bargagli Petrucci (1992); D. Balestracci (1984).

29 Cf. dossier 1. L’initiative en revient à Domenico Bertini qui faisait partie de la commission et qui édifia le nouvel établissement à ses frais, cf. M. Burlamacchi (1969), p. 21, 143sq. Le bain n’avait, semble-t-il, pas été remanié depuis les travaux effectués en 1376.

30 L’Hôpital eut la gestion directe des sites au xvie siècle, cf. A. Carina (1866), p. 247. Les esquisses extraites de ce terrier (« martilogio ») ont été publiées par M. Burlamacchi (1969), mais contrairement à ce qu’il affirme, elles ne datent pas de 1553, mais de 1630, cf. A.S.L., Beni e fabbriche pubbliche 1, f° 181v-185v.

31 Le 28 octobre 1432, refaire le tectum pontis balneorum de Vignone, cf. A.S.S. Gabella dei contratti 652, f° 14v. Le 6 mai 1454, il est prévu de faire loggiam existentem inter balnea Vineonis, videlicet balneum hominum et balneum mulierum, cf. A.S.S. Gabella dei contratti 680, f° 13. Il semble que la « loggia » ou le pont désignait le même édifice et succédait au mur qui, un temps, avait séparé les deux bassins.

32 Le terme désigne en italien un canal, un conduit et c’est au début du xve siècle qu’il en vient aussi à définir une pratique thérapeutique.

33 Il suivit un semblable traitement à Bagno di Petriolo en 1460, cf. Enea Silvio Piccolomini (1984), t. II, p. 703.

34 Cf. dossier 1.

35 Cf. C. Pinzi (1894), p. xxvii.

36 Cf. dossier 1.

37 Le 8 août 1425, cf. A.S.S. Gabella dei contratti 641, f° 4.

38 Le 7 juin 1433, cf. A.S.S. Consiglio generale 217, f° 69.

39 Cf. document 15. L’édifice n’est pas sans rappeler les fontaines d’Aix-en-Provence décrites par Ph. Bernardi ou les citernes que Filarete mentionne dans son traité d’architecture, cf. Ph. Bernardi (1995), p. 387; Filarete (1972), t. II, p. 635.

40 Le 13 mars 1466, les travaux sont justifiés « come essendo a lloro noto che molta gente al tempo de la bagnatura concorre a li bagni vostri de Sancto Philippo et che a’ decti bagni solamente in uno luogo sonno docci et bisogna che insieme si doccino li homini e donne et spesse volte, vi si fa questione per la moltitudine de le persone et che in uno altro luogo molto commodo vi sarebbe da fare dieci altri docci; a la qual cosa essendo da voltare l’occhio per honore de la V. M. S., atteso che non solo cittadi<ni> et subditi vostri, ma forestieri de lontane parti usano venire a li detti bagni », cf. A.S.S. Consiglio generale 230, f° 108.

41 Cf. L. de Vegni (1808), p. 157. Nous ne sommes pas certain que le bâtiment soit moderne, il correspond trop au chantier décrit au Moyen Âge.

42 Gentile da Foligno, ideo est ibi iuxta sudatio, seu stufa, et in aquam ingrediens vehementer sudat, et ab humiditatibus exsiccatur et d’après Michele Savonarola, apud autem balneum hoc sudatorium est, quod ingrediuntur patientes, cf. De Balneis (1553), p. 22, 182. Pour une approche ancienne des stufe médiévales, cf. A. Corradi (1889).

43 Cf. C. Pinzi (1894), p. 20.

44 « Il palazzo che fe’ fare papa Nicolò V al bagno di Viterbo fu in questo modo. Fu una chiusa di muro novo longo 35 passi e largo 24 con dui torrioni in dui canti nel fossato del Caldano che esce da Viterbo. Sopra era la volta, e merlato d’intorno. Sotto detta volta una sala con quattro camere, e sotto detta sala un’altra saletta con sei camere; innanzi la quale era una volta quadra e per ogni canto erano 24 passi. Sotto detta volta era tirato il bagno della Crucciata in quattro peschiere e nel fondo di detto palazzo erano tre stanze, la prima sotto la saletta dove stava il bagno della Grotta. Era alto detto palazzo 118 scalini. La volta più bassa era al paro del terreno e ogni stanza avava il camino, ornata di belle finestre », cf. Niccolò di Niccola della Tuccia (1872), p. 235. Pour une tentative de restitution du plan de ce « bagno del Papa », cf. C. R. Mack (1992).

45 Cf. C. Pinzi (1894), 25. L’édifice avait été réalisé d’après les dessins de Bernardo Rossellino, par le lombard Stefano Beltrami. Il s’agissait d’une « dimora adatta e salutare per gl’infermi » mais aussi d’un édifice qui avait l’aspect « di una reggia allestita ad uso di principi », cf. G. Signorelli (1938), p. 120. L’édifice fut achevé par Pie II. Le Filarete dans son traité d’architecture présente un établissement thermal qui, bien qu’il ne soit pas celui de Viterbe, montre des similitudes avec le « bagno del papa ». Il évoque un bâtiment pour « stare al coperto » avec piscines et chambres, cf. Antonio Averlino dit Filarete (1972), II, p. 635.

46 Niccolò Perotto était le protégé du cardinal Bessarion.

47 En 1466, « messer Niccolò da Sasso Ferrato (...) fe’ fare sopra il bagno delle Donne della Valle del Cajo certi bagni belli con camere belle », cf. Niccolò di Niccola della Tuccia (1872), p. 90-91.

48 Le 28 février 1494 (ns), « Et intellecta petitione Christofori Pietri domini Ioannis pro balneo fiendo in suo hospitio Balnei Avinionis, deliberaverunt ipsam petitionem approbare et confirmare et ipsam approbaverunt et firmaverunt et quod fiat et exequatur in omnibus et per omnia, prout in ea continetur cuius tenor talis est: Dinanzi da voi etc. Christofano di Pietro di messer Giovanni Christofani expongo come, essendomi stato comandato per le Vostre Si<g>norie che io debi rifare certi casalini al Bagno di Vignone et per obedire Vostra Signoria, ho dato opera et principio di fare tale lavoro; et credo che per tutto aprile proximo harô finito et sarà una casa assai commoda, donde mi è stato recordato da molti vostri cittadini che io vogli fare in uno de’ miei alberghi uno bagnuolo lo quale sarà utilissimo maxime a li tempi fuore di stagione; et che l’altro bagno non si puo usare ο per troppi caldi o freddi, però supplica a le Vostre Signorie dicto Christofano, che lo piaccia concedermi gratia che io possa fare ne la mia hostaria uno bagnuolo di braccia sei in circa, per ogni verso potendo piglare l’aqua ad bastanza del bagno grande appresso al ponte di mezo a braccia quatro, che sarà aqua a una comune canna di botte et non darà al bagno grande alcuno detrimento; et questo non obstante alcuna concessione facta di trabochi maxime a ser Federigo di Fuccino da Sancto Quirico », cf. A.S.S. Balia 39, f° 111v.

49 Cf. dossier 1.

50 Cf. Ph. Braunstein (1986), p. 524.

51 Toutefois il se peut aussi que les découvertes des thermes antiques aient influencé les bâtisseurs. Francesco di Giorgio Martini et Giuliano da Sangallo ont réalisé, dans leurs albums, plusieurs dessins de thermae antiques dont quelques-unes de Pouzzoles. Pour sa part, Antonio da Sangallo le Jeune a reproduit les thermes de Trajan à Civitavecchia et Lorenzo Donati, originaire de Sienne, les établissements antiques de Viterbe, cf. O. Vasori (1980), p. 12 sq. Francesco di Giorgio fut le premier artiste archéologue d’après G. Scaglia (1986), p. 161 sq.

52 A Sienne, le terme d’hospitium désigne un lieu d’hébergement, une auberge, cf. M. Tuliani (1994), p. 22.

53 Le 26 avril 1311, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 25, f° 11v. Le 26 janvier 1328 (ns), cf. A.S.S. Misericordia 10, f° 81-82.

54 Cf. tableau 8.

55 En 1429, s’installe à Bagno di Saturnia, un habitant de Montemerano, cf. document 18.

56 Des auberges sont attestées dès le xie siècle à Florence, elles sont courantes au xive siècles dans les villes et au début du xive siècle dans le « contado » florentin et siennois, cf. A. Fanfani (1934), p. 259, 266; Ch. M. de la Roncière (1976), p. 866; M. Tuliani (1994), p. 85.

57 La « casa de portichi » qui comprenait plusieurs étages loués comme « chiusi » devint en 1443 une auberge lorque le bâtiment fut loué à Giovanni di Iacopo, cf. A.S.L. Ospedale di San Luca 331, f° 71 et 155. Certains bâtiments demeuraient indéterminés comme en 1434, « uno chiuso o vero albergo posto al bangno a Corsena », cf. A.S.L. Ospedale di San Luca 331, f° 129.

58 Cf. M. Tuliani (1993), p. 202-207.

59 Cf. tableau 8.

60 Cf. N. Coulet (1983), p. 123 97; M. Tuliani (1994), p. 136; Ph. Wolff (1960).

61 Cf. A. Fanfani (1934), p. 268.

62 Il semble que contrairement à ce que précise Philippe Wolff pour Toulouse, les auberges thermales dépassent par leur taille la moyenne des édifices habités, cf. Ph. Wolff (1960), p. 48.

63 Noël Coulet note que certaines auberges en Provence sont les seuls bâtiments encore exploités dans quelques villages désertés au xive siècle, cf. N. Coulet (1983), p. 121. Philippe Wolff souligne que c’est à la suite d’un incendie en 1463 que les parcelles furent regroupées, cf. Ph. Wolff (1960), p. 48.

64 Le 18 novembre 1426, cf. A.S.S. Gabella dei contratti 642, f° 8.

65 Le 17 octobre 1447, « Iacomo d’Ambruogio Spannochi fa fare certo edificio allato al palazo del Comune nostro, et nova habitatione », cf. A.S.S. Biccherna 760, f° 13v.

66 Le 28 mars 1415, Mateus Ambrosii vocatus el Sappa, aurifex de Senis, per se et suos heredes titulo locationis ad pensionem dedit et locavit Renaldo Angeli de Rapolano (...) unum hospitium situm in curia Rapolani in loco decto el Bagno (...); item unum tectum fulcitum; item duodecim lettieras, pro tempore trium annorum, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 283, f° 73. L’auberge que détenait Nofro di Giunta disposait de litières, couvertures, édredons, draps..., cf. A. Fanfani (1934), p. 268.

67 Cf. M. Tuliani (1994), p. 202-207. En 1435, une des auberges de Bagno di Macereto, « e ne la detta alloghagione s’intende le maseritie e lette, choltri, chapezali, lenzuole e altre masaritie apartenenti a detti abergi chome pare per uno inventario », cf. A.S.S. Ospedale 2293, f° 302.

68 Cf. le tableau 8. En 1391, l’un des « chiusi » associé directement à l’hôpital San Martino et qui accueille le recteur de l’établissement dispose d’un équipement remarquable, « una lectiera con du<e> capessali alti infine al solaio, una coltrice con farsa bianca a liste larghe et spesse, una coltrice con farsa bianca vergata quasi nuova con verghe strecte, uno piumaccio con farsa bianca quasi nuovo, uno piumaccio con farsa lina vergata uzata, pare, come tovagliuolo, uno paio di lensuola al dicto lecto, grossecte quasi come nuove, uno copertoio a fascie azzuro et vermiglio assai buono di panno lino, uno copertoio a fascie gialle et vermiglie assai buono di pano lino, due paia di lensuola assai buone sono in una cassecta, una tovaglia corta di braccia III o quasi, due tovagliuole comunali, due cassecte comunali in che ν e uno ramino, uno gractacacio, V pentre di più facte, tre testi da corte, un tegame, un tegame lungo da rosti, una catena da fuocho, uno paiuolo, uno paio di molli, due altre catene da fuocho, una scatola piccola, quactro lucerne, una ascia; una taulla, uno paio di trespidi, due banche », cf. A.S.L. Spedale di San Luca 268, f° 45v. Ce confort permettait de transformer à la demande les « chiusi » en auberge.

69 Cf. tableau 8. Dans la comptabilité de l’hôpital lucquois, en tête de chaque compte était dessiné le symbole de ces chambres, cf. dossier 2, Lucques (1454), § 1. Ces noms ne sont pas sans rappeler ceux des auberges du territoire siennois ou d’ailleurs, cf. M. Tuliani (1994), p. 178; Ph. Wolff (1960), p. 191.

70 Cf. tableau 8 et dossier 2, Lucques (1469), § 18.

71 En 1430, lors d’un inventaire des biens de l’hôpital, le terrain sur lequel se trouve l’hospice est décrit, il comporte plusieurs « capanne »: « le quali capanne sono chiuxi tre », cf. A.S.L. Spedale di San Luca 320, f° 13.

72 Cf. tableau 8. Il n’a pas été possible de savoir où précisément se trouvaient les vingt « chiusi » cités dans les bâtiments mentionnés dans la documentation.

73 La maison existait depuis 1521 au moins, cf. M. Burlamacchi (1969), p. 65.

74 En 1435, l’Hôpital Santa Maria della Scala loue l’auberge à Bagno di Macereto, mais « none intendendo in detta aloghagione la chiesa né l’ospedale né una chasa ch’è dietro a l’abergo cho’ l’orto che si chiama « Buon Riposo », cf. A.S.S. Ospedale 2293, 302. Le 29 avril 1456, le recteur de Santa Maria della Scala cède tous les biens de l’Hôpital, excepté « la capella col pellegrinaio et la cucina et stanze a piano con l’orto contigua con tre lecta, le quali cose rimanghino a lo Spedale et non s’intendino venire in questa vendita et concessione », cf. A.S.S. Ospedale 24, f° 64.

75 Les textes de la fin du xiiie siècle mentionnent une domus pauperum. L’inventaire se trouve aux Archives de Lucques, A.S.L. Spedale di San Luca 268, f° 165v. On ignore tout de la taille et de l’importance de l’hospice fondé par Iacopo di Gerardo à la fin du xiiie siècle, mais il est vraisemblable qu’il était moins étendu que l’établissement tel qu’il nous apparaît près d’un siècle plus tard.

76 Cf. D. Balestracci (1995), p. 250. L’établissement disposait de plus de lits que l’hôpital Santa Fina à San Gimignano qui, au début du xive siècle, contenait des lits fournis de matelas, de draps, d’oreillers et de couvertures de plumes, dix-sept pour les hommes et onze pour les femmes, cf G. Pinto (1981), p. 30. Il était moins imposant toutefois que l’hôpital Santa Maria della Scala à Sienne qui possédait 130 lits pour l’accueil des seuls hommes, cf. G. Piccinni (1990), p. 300-303.

77 Cf. Ugolino da Montecatini (1950), p. 43.

78 Le 28 décembre 1447, Domini Quatuor prefati attento quod magnifïca domina donna Elisabeth relicta domini Iohannis domini de Camerino amica et benivola comunitati Senarum, habet in Castro balnei de Petriuolo quoddam casamen tum in loco detto in sul bagno del ferro, cui ex uno domus olim Nicolai Piccinini mediante via et ex alio flumen Farme, ex alio pons Farme (...), quod casamentum est adeo parvum quod ipsa domina veniens ad balnea non haberet comodum suum; et intellecto quod ipsa magnifica domina intendit dictum casamentum sive domum crescere et ampliare ut comodius possit eo uti et ipsum habitare, intelligentes quod propter elevationem et ampliftcationem dicte domus nemini fit preiudicium sive damnum, ymmo ex ea sequitur honor Comunis Senarum, comodum dicte magnifice domine et benignitas ac integratio amoris inter Magnificum Comune Senarum et ipsam magnificam dominam, unanimiter et concorditer deliberaverunt concedere et concesserunt licentiam eidem magnifice domine attandi et extollendi dictam domum sive casamentum sex brachiis et faciendi unum palcum ubi nunc est tectum et in dicto palco faciendi ballatorium versus Farmam exportatum extra murum tribus brachiis et similiter faciendi ballatorium ex parte anteriori latitudinis trium brachiorum et hoc omni meliori modo etc., cf. A.S.S. Biccherna 760, f° 20v.

79 Cf. Ch. M. de la Roncière (1985), p. 193 sq.

80 Les membres de la Curie romaine à partir du début du xive siècle pratiquaient la villégiature, cf. A. Paravicini Bagliani (1994), p. 270.

81 En 1416 à Bagno Vignoni, turrim seu fortilitiam positum super dicto balneo, cf. A.S.S. Capitoli 4, f° 169v.

82 Cf. G. Cherubini (1992), p. 125; F. Redi (1990), p. 270.

83 Cf. L. Guerra Cioppoli (1915), p. 6.

84 Cf. les travaux de I. Moretti (1995); V. Passeri (1977-78); C. Perogalli (1976); G. Pinto (1984); F. Redi (1990).

85 Cf. P. Pirillo (1993), p. 92. Comme par exemple le port de Talamone dont les travaux de fortification débutèrent vers 1357 ou dans le territoire florentin la « terra » de San Giovanni Valdarno (début du xive siècle), cf. G. Cherubini (1977a); R. Francovich (1993); I. Moretti (1980).

86 Pour le territoire siennois, il convient d’évoquer le « cassera » de Monticiano qui date de 1361 et celui de Fighine dont la construction s’étale de 1446 à 1447, cf. C. Perogalli (1976), p. 28; G. Venerosi Pesciolini (1927), p. 30-34, 70-76. Il faudrait ajouter à ces quelques mentions tous les travaux réalisés à la fin du xve siècle, par les architectes siennois, Francesco di Giorgio et Giuliano da Sangallo à Orbetello, Talamone, Sarteano, Colle val d’Eisa..., cf. L. Masi (1992), p. 26; C. Perogalli (1976), p. 8-9.

87 Les granges, les salines par exemple, cf. G. Pinto (1988), p. 253.

88 Non est murata sed est fortiter situata, cf. Ugolino da Montecatini (1950), p. 97.

89 « Sia tenuto dicto officio spendere ogni anno almanco ducati cento in murare e ridurre in fortezza dicti bagni », cf. A.S.L. Consiglio generale 19, f° 490.

90 Nous disposons tout particulièrement du compte de construction du trésorier chargé de l’édification du « castello », cf. A.S.S. Casseri e fortezze 11.

91 Le 6 mai 1401, le conseil autorise les officiers de la « Gabella generale » à surélever le bâtiment, cf. A.S.S. Consiglio generale 200, f° 4.

92 Le 9 mai 1404, A.S.S. Consiglio generale 201, f° 99.

93 Cf. I. Moretti (1980), p. 21.

94 « Nel Consiglio generale convocato victa e ottenuta fu la infrascritta proposta, cioè con cio sia cosa che nuovamente sia stato proveduto e riformato nel Generale Consiglio che i bagni a Petriuolo si fortifichino e facciasi ine uno castello per lo Comune di Siena, quanto più tosto si puo per lo quale già sieno electi sei prudenti cittadini per la constructione e expeditione de la detta opera », cf. A.S.S. Statuti di Siena 38, f° 22v.

95 Cet office de contrôle fut institué en 1363 pour succéder aux « Riveditori » dont la tâche consistait à auditionner les comptes des différents trésoriers de la ville, à détecter les erreurs ou les fraudes. Ils devaient à leur tour rendre par la suite des comptes au gouvernement, cf. G. Catoni (1975), p. 54-56; S. Moscadelli (1982), p. 73.

96 A.S.S. Regolatori 6, f° 197-204.

97 La révision du compte du trésorier porte sur cette période, mais il n’est pas certain qu’il ait été le seul officier comptable. Il est possible qu’il ait eu des prédécesseurs et par conséquent que les travaux aient duré plus de deux ans et demi. Il n’est pas possible de savoir si ces délais sont courts ou longs dans la mesure où on ignore bien souvent la longueur des autres chantiers.

98 Cf. figure 11. A.S.S. Catasto Leopoldino: Monticiano, section H dite de Petriolo, f° 11, plan dressé par Lorenzo Amidei en 1821.

99 Les enceintes à forme rectangulaire étaient fréquentes à cette époque, comme à San Giovanni Valdarno ou les fortifications dans la région milanaise, cf. G. Contamine (1992), p. 226; C. Perogalli (1976), p. 7. Le relief très accentué du site a peut-être empêché la réalisation d’un édifice plus régulier. Le rétrécissement de la muraille au nord, dans la partie la plus élevée du bourg tenait à la difficulté de construire des murs plus amples sur le terrain en pente, mais il se peut aussi que ce soit un parti pris délibéré des bâtisseurs. Le plan des murs de Staggia près de Monteriggioni édifiés fin xive-début xve siècle était aussi complexe, cf. C. Perogalli (1976), p. 24.

100 Les textes médiévaux ne mentionnent aucune de ces précisions et les renseignements viennent de l’observation des ruines.

101 Cette disposition rappelle celle de Staggia où la courtine était scandée de tours tous les 40 ou 50 mètres et les tours évidées étaient destinées à empêcher qu’elles ne servent éventuellement de refuge à l’adversaire une fois qu’il aurait pénétré dans la place, cf. I. Moretti (1995), p. 107; C. Perogalli (1976), p. 24.

102 Cf. A.S.S. Casseri e fortezze 11, f° 41v. Le terme de « porta senese » revient fréquemment dans les sites fortifiés pour désigner le porche ouvrant sur la route de la cité, cf. C. Perogalli (1976), p. 23.

103 Le bois des portes avait été taillé au mois de janvier 1410, dans les forêts près de Bagno di Petriolo. Le 11 janvier, deux maîtres charpentiers avaient été rétribués pour leurs travaux et du vin leur avait été offert à leur retour dans la station; en mars Iacopo da Bagnaia fut payé « per veture de legniame de le porti el quale recchò dal bosco », cf. A.S.S. Casseri e fortezze 11, f° 40r, 41v. Un an plus tard en mars 1411, le trésorier accueille les « maestri legniami che venisero a fare porti »; les travaux sont achevés en avril puis reprennent pour les vantaux et les ferrures au premier semestre 1411, date à laquelle, le trésorier paye certains maîtres « per fare e bracciuoli de le ventose », plusieurs milliers de livres de « ferra da merli per le ventose », cf. A.S.S. Casseri e fortezze 11, f° 41, 44v.

104 Cf. entre autres I. Moretti (1980), p. 56.

105 Cf. documents 8 et 10.

106 Le 13 mai 1404, cf. A.S.S. Statuti 38, f° 15; Concistoro 232, f° 17. En janvier 1447, les prieurs envisagent des travaux de réfection sur le palais, cf. A.S.S. Concistoro 486, f° 7v; Gabella dei contratti 647, f° 8.

107 En 1447, ils occupaient le rez-de-chaussée du palais, mais en 1475 un bâtiment spécifique fut édifié, cf. A.S.S. Concistoro 486, f° 7v; Consiglio generale 236, f° 139v.

108 Le 17 octobre 1447, « Iacomo d’Ambruogio Spannochi fa fare certo edificio a llato al palazo del Comune nostro et habitatione, nel quale edificio occupa una grande parte de la piazza d’esso nostro comune », cf. A.S.S. Biccherna 760, f° 13v. Le 12 janvier 1449, Marianus Pauli Minucci de Barghaliis noviter edifïcavit seu edificari fecit unum hospitium in Castro balneorum de Petriuolo; et in edificatione predicta dicatur et affirmetur occupasse stratam et viam comunis, cf. A.S.S. Concistoro 498, f° 10.

109 Au milieu du siècle le « castello » est plein et les habitants des ville voisines qui cherchaient à y acquérir une demeure ne trouvaient rien, cf. M. Ginatempo (1988), p. 368, 370.

110 Comme par exemple les deux petites maisons appartenant à l’Hôpital Santa Maria della Scala en 1421, cf. A.S.S. Ospedale 2293, f° 284.

111 Cf. A.S.S. Concistoro 515, f° 91v.

112 Cf. tableau 8 et dossier 1.

113 Le 13 avril 1387, domum muratam et solariatam cum uno solario et cum porticibus, sitam infra claustra balnei Corsene noviter constructam, que est iuxta portam claustrorum dicti balnei per quam itur de Luca ad balneum predictum, cf. A.S.L. Spedale San Luca 44, f° 128v. Au début du xve siècle, « uno albergo terrestre posto al bangno a Corsena a llato a la loggia, sotto la casa grande di portichi, in su la via da andare al bangnio; item uno chiuso in nel cantone allo intrare del bangnio », cf. A.S.L. Spedale di San Luca 331, f° 128.

114 Cf. dossier 1.

115 Cf. tableau 8. Le déclin relatif de Bagno di Macereto est d’autant plus étonnant que le val di Merse apparaît au xvie siècle comme l’une des zones les plus peuplées du territoire, cf. M. Ginatempo (1988), p. 478.

116 Cf. document 20.

117 Le 18 août 1429, elle autorise Agnolo di Giovanni de Cortone à s’installer, A.S.S. Gabella dei contratti 648, f° 8v.

118 Le 27 octobre 1433, « Item, per bonificatione de’ bangni a Santo Filippo, che qualunche cittadino o contadino di Siena ο del detto luogo di Campiglia volesse fare casa o albergo ad detto bangnio, gli sia licito et possa per li detti edificii tagliare lengniame nella corte di Campiglia non tagliando però lengniame domestico né castangni. Et possino fare fornaci di calcina et gesso et cannegli et mattoni per li detti lavorii sença pagamento di cabella, che qualunche venisse a’ bangni possa fare d’erba silvatica per loro bestie non toccando vie, prati, né luoghi domestichi », cf. A.S.S. Capitoli 5, f° 39-39v.

119 Le 27 Juin 1429, cf. A.S.S. Gabella dei contratti 647, f° 26v.

120 Le 29 novembre 1442, quod sit in Executores Cabelle predictos posse conservare indempnem dictum Matteum Petrini occasione inferioris habitationis dicti palatii spectanctis ad emptionem dictarum cabellarum, cf. A.S.S. Gabella dei contratti 668, f° 21. Le 23 mars 1444, quod domus Comunis que ibi de novo reficitur, reficiatur cum stantia Potestatis, Cabellarii et cum macellario, cf. A.S.S. Gabella dei contratti 669, f° 10.

121 Cf. dossier 1.

122 Le 24 octobre 1469, Domenico Bertini fut responsable des travaux du bain. Il s’agissait d’un personnage important, puisqu’il était alors secrétaire apostolique. En 1473-74, il fut nommé gouverneur d’Orvieto, puis comte palatin, cf. M. Burlamacchi (1969), p. 19-21.

123 Idem, p. 22-23.

124 Idem, p. 24.

125 Entre autres la maison d’un certain Giovanni di Domenico. Michel de Montaigne note dans son Journal de voyage que le site comprenait une vingtaine ou trentaine de maisons à la fin du xvie siècle, cf. Michel de Montaigne (1992), p. 156.

126 Cf. M. Burlamacchi (1969), p. 23.

127 Cf. C. R. Mack (1987).

128 Pour le succès de Bagno della Villa, cf. les propos de Michel de Montaigne in Essais, livre II, chapitre 37.

129 Cf. supra, note 795.

130 Cf. document 20.

131 Cf. A. Carina (1866), p. 170.

132 Cf. tableau 9.

133 . Cf. O. Redon (1990), p. 10 sq.

134 Idem.

135 Cf. document 18.

136 Le 12 janvier 1495, Giovanni di Cioso de Chianciano laisse à Carlo di Cioso di Angelo eius nepote domum unam positam in curia Clanciani in locho detto el Bagno et ortum situm iuxta dictam domum, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 1168. Il existait, dans la seconde moitié du xve siècle, un hospitium, sans doute à Bagno Grande, près de la source la plus importante de San Casciano, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 487, f° 106. De même, un casalinum près du Bagno San Giorgio, cf. C. Goracci (1969), p. 252.

137 Maria Ginatempo a précisé qu’au cours du xve siècle, dans les parties méridionales du territoire siennois dominaient des formes d’habitat groupé et fortifié, cf. M. Ginatempo (1988), p. 182 sq; (1990), p. 115.

138 Des bâtiments sont attestés à Bagno di Nabisi, cf. Niccolò di Niccola della Tuccia (1872), p. 90.

139 Cf. document 13 et 16.

140 C. Klapisch Zuber (1981), p. 150 sq.; R. Comba (1985), p. 384.

© Publications de l’École française de Rome, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540