Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Thermalisme en Toscane à la fin du Moyen Âge

 | 
Didier Boisseuil

Troisième partie. L'Âge d'or du thermalisme

Chapitre premier. Les stations dans la tourmente

Texte intégral

  • 1 Pour la crise, cf. M. Ascheri (1987); G. Cherubini (1974); M. Ginatempo (1987); G. Pinto (1982); M. (...)
  • 2 Pour un aperçu de la complexe situation politique siennoise dans la seconde moitié du xive siècle, (...)

1La Toscane connut, comme le reste de l’Europe, tout au cours du xive siècle et même jusque dans les premières décennies du siècle suivant, de nombreuses difficultés économiques, politiques et sociales associées à ces fléaux redoutables que furent les famines, les épidémies et les guerres1. Les bouleversements qu’ils suscitèrent furent importants pour le thermalisme. Les sources documentaires cependant – plus difficiles à utiliser, car lacunaires, reflétant dans leur complexité parfois les péripéties du siècle2 – ne permettent pas de retracer avec précision, pour chacun des sites, la portée de la crise, tout au plus offrent-elles quelques moyens d’apercevoir la nature des difficultés, leur enchaînement, leurs conséquences immédiates ou durables. Ce sont ces difficultés que nous nous efforcerons de décrire dans un premier chapitre, avant de dresser un modeste bilan de la situation thermale au début du xve siècle. Puis, nous tenterons de mettre en lumière le véritable âge d’or du thermalisme toscan qui s’impose au cours du siècle, en détaillant d’une part, la structure et l’apparence des sites après la reprise, en définissant d’autre part les évolutions de la société thermale, en précisant enfin les formes nouvelles de gestion déployées par les États pour organiser les activités thermales et en tirer profit.

I - LES « CATTIVI TEMPORALI »3

  • 3 L’expression est employée par les autorités siennoises pour désigner les « temps difficiles » que c (...)

2Passé 1 300, les communautés rurales, les officiers siennois, les fermiers des gabelles adressèrent aux autorités citadines des courriers empressés et parfois des suppliques qui témoignent des difficultés que rencontraient les stations. Ils affirmaient que les habitants des sites n’étaient plus en mesure de payer les taxes et de s’acquitter des charges qu’exigeait la cité, car ils étaient appauvris. À travers leurs déclarations, on perçoit les raisons de leur déchéance : les curistes avaient déserté les bains et les populations qui résidaient autour des sources avaient été – pour la plupart – décimées par la guerre, la famine et les épidémies ou contraintes de fuir. Les quelques habitants qui restaient, n’étaient plus en mesure de répondre aux exigences citadines. Il est vrai que si les stations avaient été durement touchées par ces tristes fléaux, elles ne l’avaient pas toutes été également, certaines n’avaient connu qu’une crise passagère, d’autres un déclin durable.

1) Des stations délaissées

  • 4 Le 13 décembre 1319, et etiam per totam Tusciam est notum per longum tempus (...) quod homines et p (...)
  • 5 En 1344, 1358, 1401, cf. A.S.S. Consiglio generale 135, f° 4; 163, f° 39v; Concistoro 2126, f° 26.
  • 6 Le 18 juin 1358, d’après la plainte des collecteurs « Anco si dice che come elli è manifesto a voi (...)
  • 7 Le 21 mars 1401, la commune et les hommes de Rapolano adressent une pétition à Sienne où ils déclar (...)
  • 8 La paix est signée en juin, cf. J. Luchaire (1906), p. XIVII, V. Wainwright (1987), p. 130-133. Sur (...)
  • 9 Le 30 mai 1369, « che per briga che i nobili di Siena ànno fatta a la città e contado, esso Giovann (...)

3À maintes reprises au cours du xive et au début du xve siècle, les autorités siennoises constatèrent l’absence de curistes à Bagno di Petriolo et Bagno di Macereto4. Plusieurs fois durant la même période, la station de Rapolano se vida de ses visiteurs au désespoir des habitants des bains et du castrum5. Les conflits politiques et militaires, qui, depuis le début du xive siècle, opposaient les cités entre elles ou les dressaient contre l’empereur rendaient les chemins peu sûrs et dissuadaient les voyageurs de se rendre aux bains. En 1358, les collecteurs de la gabelle de Bagno di Rapolano accusèrent le conflit entre Sienne et Pérouse d’être responsable de leur manque à gagner6. Il est vrai que la station était particulièrement vulnérable. Placée sur la frontière siennoise, elle accueillait de nombreux curistes étrangers, venus des villes et des « contadi » de Florence, d’Arezzo, de Pérouse. Ces derniers renonçaient à leur séjour, par crainte non seulement des combats, mais aussi des représailles. Ainsi, en 1401, les autorités communales de Rapolano présentèrent la politique anti-florentine du gouvernement siennois comme responsable du déclin de la station7. Toutefois, les guerres extérieures ne furent pas seules responsables des défections, les rivalités entre les différentes factions au sein des communes, entre les gouvernants et leurs opposants ont aussi affecté les sites. Au début de l’année 1369, le soulèvement d’une partie de l’aristocratie siennoise dirigée par les Salimbeni et soutenue par l’empereur, contre le régime des « Riformatori » a suscité des troubles partout dans les campagnes8. Les visiteurs désertèrent Bagno di Petriolo au désespoir des officiers de la gabelle9.

4Les hostilités incessantes ont donc largement contribué à retenir les curistes chez eux; de plus les épidémies et les famines ont dissuadé les malades de se rendre aux bains. C’est tout au moins ce que laissait entendre l’un des fermiers de la gabelle qui, à la fin du xive siècle, demandait aux prieurs d’interrompre ses versements. Il n’avait pu réaliser les encaissements escomptés et reprochait au corps médical, dans une apostrophe destinée à convaincre ses interlocuteurs, d’avoir incité les curistes à renoncer à leur séjour, en raison des pestilences et des disettes :

  • 10 Cf. A.S.S. Concistoro 2140, f° 38.

E voi signori nostri, el sapete perd che e bagni furono vietati da’ medici per la mortalità e la fame e non volse<ro> che persona vi venisse !10

  • 11 Cf. J. N. Biraben (1985), p. 75.
  • 12 Cf. J. Henderson (1993), p. 13-14.
  • 13 Cf. J. N. Biraben (1985), p. 75.
  • 14 Cf. G. Vigarello (1985), p. 15-20.

5Il est vrai que les médecins considéraient alors à la suite d’Hippocrate et de Galien que ces épidémies – qu’ils ne savaient d’ailleurs pas distinguer les unes des autres – avaient pour cause une mauvaise qualité de l’air11 Ils pensaient que des vapeurs empoisonnées pouvaient s’exhaler des lacs, des marécages et des fractures terrestres, causées par exemple par les tremblements de terre12. À défaut de proposer de véritables remèdes, ils conseillaient de fuir les lieux contaminés ou densément peuplés13 et d’éviter les bains chauds qui ouvraient les pores de la peau par lesquels la maladie était susceptible d’atteindre le baigneur14. On mesure sans peine, à l’exposé de ces considérations, combien les stations thermales pouvaient apparaître comme des lieux redoutables. Il y régnait une constante puanteur sulfureuse. Les curistes vivaient dans la promiscuité et prenaient régulièrement un bain. Lors des épidémies, tous les facteurs dangereux semblaient donc réunis et pouvaient pousser le corps médical à décourager les curistes d’entreprendre un séjour aux bains. Pourtant, aucun des traités médicaux sur les eaux thermales, ni même des consilia sur la peste ne déconseille formellement la fréquentation des stations en cas d’épidémie. Quoi qu’il en soit, poussés ou non par leurs médecins, les visiteurs ont déserté les stations thermales, laissant les habitants des bains faire face seuls aux fléaux qui frappaient les sites.

2) Des stations meurtries et dévastées

  • 15 « Dicono ancho [les fermiers de la gabelle des bains], expongono che per tempi occorsi, essi non àn (...)
  • 16 Le 30 avril 1420, cf. A.S.S. Consiglio generale 209, f° 81v.
  • 17 Le 20 mars 1477, cf. A.S.S. Consiglio generale 237, f° 12.0.
  • 18 Cf. M.S. Mazzi (1988), p. 415. Il est probable qu’elle était en rapport avec la pestilence importan (...)
  • 19 Cf. M. Ginatempo (1988), p. 268, 316. Plusieurs autres épidémies sont bien documentées à Florence e (...)
  • 20 C’est ce que suggère W. M. Bowsky en s’appuyant sur les exemples de Sassoforte et Montemassi en Mar (...)
  • 21 Sur ce point cf. les travaux de E. Carpentier (1962), p. 1065, mais aussi et surtout la préface de (...)

6Plusieurs épidémies sont, en effet, attestées aux xiv-xve siècles dans les stations siennoises, sans que l’on puisse définir avec précision la nature du mal qui s’abattait ainsi sur les sites, en raison du caractère trop allusif des textes. Ainsi, une mortalité et une famine sont-elles signalées à Bagno di Macereto en 1370-137115 et la peste à Bagno di Rapolano en 142016, puis en 1477 à Bagno di Petriolo17. Les stations furent touchées alors que de semblables fléaux frappaient villes et villages voisins. L’épidémie de 1371-1374 est attestée un peu partout en Toscane et Maria Serena Mazzi la présente comme une peste redoutable18. Les pestilences de 1420 et 1470 sont à rapprocher de celles qui touchèrent Sienne à la même époque19. D’autres fléaux atteignirent probablement les stations, mais nous n’en avons pas conservé trace. La peste de 1348, par exemple, n’est jamais mentionnée, cependant il est vraisemblable qu’elle toucha les sites puisqu’elle atteignit Sienne et une grande partie de son territoire au printemps20. Le silence des sources révèle peut-être l’ampleur du désastre ou la frayeur des contemporains qui préféraient taire l’évidence ou l’incompréhensible21. Quoi qu’il en soit, les épidémies, nombreuses ou non, ont moins suscité la colère des contemporains que les troupes qui pillèrent ou ravagèrent les stations. Car les soldats, au contraire des curistes, visitèrent les bains et les habitants des sites eurent, à maintes reprises, l’occasion de déplorer leur séjour.

  • 22 En 1313, « e’ cavalieri dello imperadore si partirono de l’oste a petizione di messer Neri di messe (...)
  • 23 « Cavalchò el chonte Jachomo de’ chonti da Sancta Fiore infino al bagnio a Maciareto (...) corsero (...)
  • 24 Cf. dossier 1.
  • 25 Le 9 mai 1404, l’un des collecteurs de la « Gabella generale » protesta et assura que totus fructus (...)
  • 26 Le 6 juin 1365, balneum Petriuoli (...) fuit conbustum per compagnas Anglicorum, cf. A.S.S. Consigl (...)
  • 27 « E durante el tempo de’ decti due anni advenne che Simonetto da Castello de’ Piero condottieri de (...)
  • 28 Le 20 janvier 1444 (ns), « et de mese de março del decto anno, el primo anno venne in pahese Nicolò (...)
  • 29 Cf. A. Professione (1898), p. 115.
  • 30 Cf. A. Giorgi (1990), p. 345.
  • 31 Cf. L. Banchi (1879), p. 49.
  • 32 La présence de Francesco dit Carmagnole à Bagno di Petriolo en 1429 parut plus pacifique bien que c (...)
  • 33 Les informations manquent pour Bagno di Corsena ou pour Viterbe.

7En 1313, quelques-uns des partisans de l’empereur Henri VII, hostiles au gouvernement siennois s’attaquèrent à Bagno di Petriolo22. Ils étaient dirigés par Filippo di Niccolô Bonsignori, l’un des magnats de Sienne. Ces derniers ainsi que les seigneurs du « contado » multiplièrent par la suite les chevauchées. Les comtes de Santa Fiora et de Pitigliano cherchèrent à s’emparer en 1315 de Bagno di Macereto23, puis à plusieurs reprises de Bagno di Saturnia qu’ils avaient été contraints de laisser à la cité d’Orvieto24. Donosdeo Malavolti s’attaqua en 1404 au castrum de Pari et au site de Bagno di Petriolo25. Cependant, les habitants des bains redoutaient surtout les compagnies d’aventure, les troupes des puissants et dangereux condottières. Quelques-uns d’entre eux n’hésitaient pas à occuper, piller voire brûler les sites thermaux. En 1364, la redoutable compagnie dirigée par John Hawkwood qui travaillait pour Bernabò Visconti détruisit une partie de Bagno di Petriolo26. Un certain Simonetta da Castello s’empara en 1439 de la station de Saturnia27et cinq ans plus tard Niccolô Piccinino terrorisait celle de Bagno di San Filippo28. De même, il est possible que la présence à Rapolano en 1384, d’Enguerrand de Coucy29, que le séjour à Bagno Vignoni en 1369, du comte d’Asperg de Tubingen30 ou que la venue de Iacopo Piccinino à San Casciano dei Bagni en 145 531 aient eu de fâcheuses conséquences pour les sites, mais nous n’en n’avons pas conservé trace32. Toujours est-il que les stations furent régulièrement attaquées33. Elles furent peut-être même les proies privilégiées des troupes : d’une part, parce qu’elles étaient ou semblaient riches et prospères – l’affluence des curistes, la fortune des propriétaires ou des locataires pouvaient intéresser les pilleurs –; d’autre part, parce qu’elles étaient bien souvent extrêmement vulnérables. Placés au fond des vallées, sans aucune enceinte, les sites balnéaires étaient, en effet, facilement accessibles. Enfin, elles furent victimes des assauts des combattants parce qu’elles constituaient une partie non négligeable du patrimoine de l’ennemi. Bagno di Petriolo et Bagno di Macereto étaient les stations privilégiées des Siennois et il est probable que leurs adversaires cherchèrent à atteindre la cité en s’attaquant à ces deux sites, orgueils des autorités citadines et pour une part symbole de leur pouvoir. Il s’agissait non seulement d’affaiblir, mais aussi de porter un coup douloureux et d’atteindre l’adversaire dans ce qu’il avait de plus précieux.

3) Des stations désertées et abandonnées

  • 34 Le 16 décembre 1378, cf. A.S.S. Consiglio generale 187, 104. Ces événements sont vraisemblableme (...)
  • 35 Le 4 avril 1405, vostri servitores, pauperes et homuncoli de Petriuolo reverenter exponunt quod ips (...)
  • 36 Le 30 novembre 1395, « è manifesto a tutti e’ cittadini, che al Bagno a Macereto e nel decto comune (...)
  • 37 Cf. M. Ginatempo, L. Sandri (1990), p. 109. Pour qualifier le déclin démographique plus précisément (...)
  • 38 Cf. G. Cherubini, R. Francovich (1973), p. 164-173; C. Klapisch Zuber (1973), p. 333.
  • 39 Cf. G. Pinto (1988), p. 252. Les historiens siennois ne précisent pas combien de sites non fortifié (...)
  • 40 Cf. dossier 1. La difficulté à les localiser tient peut-être au fait qu’ils ont disparu de façon as (...)
  • 41 Toutes ces stations se trouvaient loin d’un « castello », d’un habitat groupé (cf. dossier 1) et el (...)
  • 42 Nous y reviendrons, mais il convient de préciser que les sources nécessitaient un véritable entreti (...)
  • 43 Cf. dossier 1. Actuellement, le site s’appelle « podere Bagnacci ».

8Les conséquences de ces attaques, de ces épidémies ne sont pas toujours faciles à déterminer, mais il est certain qu’elles incitèrent les habitants à déguerpir et entraînèrent un dépeuplement plus ou moins durable des sites. Ainsi, en 1378, les hommes de Bagno di Petriolo quittèrent les bains à la suite des combats qui se déroulaient auprès du port de Talamone et qui rendaient les routes peu sûres34. Quelques années plus tard en 1405, ils n’étaient plus qu’une poignée à vivre sur le territoire de la commune de Petriolo35 et à Bagno di Macereto, dès 1395, il ne restait plus un homme en mesure de payer les impôts36. Les informations manquent pour la plupart des autres stations et il n’est pas aisé de savoir si elles connurent le même sort. Il est vraisemblable cependant qu’elles se vidèrent de leurs habitants au moment où la population toscane s’effondra, lorsqu’elle atteignit son plus bas niveau, au début du xve siècle37. Ce déclin entraîna l’abandon définitif de quelques terroirs et la désertion de plusieurs villages38. Au cours des xive et xve siècles, près d’un quart des sites fortifiés du territoire siennois disparurent39 et plusieurs finages furent réduits – tout particulièrement en Maremme. Un certain nombre de stations furent aussi délaissées. Plusieurs d’entre elles, passé 1350, ne sont plus mentionnées dans les sources documentaires dont nous disposons : Bagno di Putidine, Bagno di Pistile et les sites thermaux des castra de Prata, de Rocca Tederighi mais aussi ceux de Bagno a Valiano, de Bagno di Armaiolo et Bagno di Roselle disparaissent de nos archives. Il s’agissait de sites mineurs qu’il n’est pas toujours possible de localiser précisément40. La modestie des infrastructures thermales et des établissements d’accueil, leur situation aux marges des finages, dans des zones mal défendues et peu accessibles, avaient probablement contribué à les disqualifier41. Il se peut que le manque d’entretien des bassins – lorsqu’ils existaient – voire l’assèchement des sources42 aient dissuadé les rares visiteurs qui se seraient aventurés, mais il est possible aussi que certains de ces bains aient été définitivement accaparés par des propriétaires privés et que nous n’ayons plus trace de leur usage public. Il me semble que c’est une hypothèse pour expliquer le silence de la documentation concernant Bagno a Valiano. Le site, associé aux moulins et aux terres voisines, a pu constituer un « podere » détenu par un unique propriétaire qui se réservait l’usage des eaux thermales à son seul profit43. Cependant, il convient de noter que le nombre de ces sites abandonnés reste peu élevé. Les stations connues aux xiiie et xive siècles sont exploitées au xve siècle et la plupart des sites trouvèrent ou retrouvèrent alors la prospérité.

II - LES STATIONS THERMALES AU XVe SIÈCLE

1) Le renouveau des stations thermales

  • 44 Cf. graphique 3.
  • 45 Idem. Le 30 août 1420, Sienne décidait que les gabelles nouvellement perçues dans les deux stations (...)
  • 46 Le 29 octobre 1418, « Et per simile modo con ciò sia cosa che sieno manchati quelli che avevano a p (...)
  • 47 Cf. graphique 3.
  • 48 Idem.
  • 49 Idem Sienne encaissa des gabelles des bains pour les années 1430, 1434, 1437, 1440, 1449 et 1452, c (...)
  • 50 Cf. G. Pinto (1988a), p. 55; I. V. Imberciadori (1971), p. 162-163.
  • 51 A la fin du xive siècle, les bassins étaient peut-être encore de temps en temps fréquentés, bien qu (...)
  • 52 Cf. G. Cecchini (1962), p. 325; G. Celata (1991), p. 22.

9L’activité thermale reprit au xve siècle, pour connaître un essor sans précédent, favorisant parfois des sites qui avaient été délaissés à la fin du xiiie siècle. Si l’on s’appuie sur la reprise de la perception des gabelles – ce qui reste un indicateur commode de cette activité44, la première station à reprendre vigueur est vraisemblablement celle de Bagno di Petriolo. En 1404, la chevauchée de Donosdeo Malavolti l’avait sans doute affaiblie, mais le passage des troupes ne l’avait pas complètement détruite, car quelques années plus tard en 1404-1407, Sienne prélevait de nouveau des taxes sur le site. De même, dès les années 1420, les visiteurs affluaient à Bagno Vignoni et Bagno di San Filippo45. Sienne ne se préoccupa de Bagno di Macereto qu’en 1418. La cité avait jusqu’alors négligé l’entretien du « piano dei bagni ». Les eaux de la Merse envahissaient la station et il fut nécessaire d’entreprendre quelques travaux pour canaliser la rivière et protéger les sources thermales46. La reprise paraît avoir été plus lente que dans les autres sites puisque les gabelles des bains ne furent à nouveau perçues qu’en 142947. Il en est de même à Bagno di Rapolano où les collecteurs ne semblent avoir mené leurs activités qu a partir de 143048 et c’est à la même époque que des levées paraissent avoir été collectées à Bagno di Saturnia, de façon intermittente toutefois49. Comme le reste de la Maremme devenue inhospitalière en raison de la malaria50, le site avait particulièrement souffert de la récession51. Durant la première moitié du xve siècle, le castrum de Saturnia avait été abandonné et le terroir communal était exploité par la communauté voisine de Montemerano52, mais les bains n’avaient pas été complètement délaissés.

  • 53 Cf. document 16 et 17.
  • 54 Cf. dossier 1.

10Plus au nord, plusieurs sites connurent dans la seconde moitié du xve siècle, une nouvelle fortune. Celui de Bagno di Sant’Ansano existait à la fin du xiiie siècle et au début du xive siècle, mais il était alors inexploité. À cette époque, la cité détenait la souveraineté sur les eaux, mais elle ne percevait encore aucune gabelle sur les bains. En 1412, deux citoyens demandèrent à Sienne l’autorisation d’exploiter les sources, mais leur projet ne semble pas avoir abouti. Ce n’est qu’en 1475, que la station fut véritablement équipée. Les magistrats de la « Sapienza », propriétaires des sources, entreprirent alors d’aménager le site53. Le phénomène est comparable à Montalceto; les sources thermales peut-être exploitées aux xiiie et xive siècles furent probablement délaissées par la suite et ne furent mises à nouveau en valeur que dans la seconde moitié du xve siècle54.

  • 55 Cf. C. Pinzi (1894), p. 20-30. La cité avait été perturbée par les luttes qui opposaient les papes (...)
  • 56 Cf. A. Carina (1866), p. 167, 169, 220.
  • 57 Cf. dossier 1.

11À la même époque, l’activité des sites thermaux reprit aussi au nord de la Toscane et du Latium. Passé 1420, les sources du « piano dei bagni » de Viterbe étaient de nouveau fréquentées55. Vers 1440, les infrastructures à Bagno di Corsena et à Bagno della Villa furent remises en état. A. Carina suggère qu’elles avaient durablement décliné dans les premières décennies du siècle, sous le gouvernement des Guinigi56. Un peu plus tard, en 1483, une nouvelle source à Bagno di San Giovanni, tout près de ces deux sites, fut exploitée57.

2) Géographie du thermalisme dans l’espace siennois

  • 58 Cf. carte 3, 5 à 14.
  • 59 À la fin du xve siècle, les castra de San Casciano et de Chianciano approchaient le millier d’habit (...)
  • 60 Cf. M. Ginatempo (1988), p. 182; (1990), p. 115.
  • 61 Cf. R. Stopani (1988), p. 78.
  • 62 Les « comunelli » étaient des groupes d’habitats qui avaient cessé de « tenere comune », soit par f (...)
  • 63 Bagno di Rapolano était toutefois à proximité d’Asciano qui comptait plus de 1 000 habitants à la f (...)

12Cette renaissance du thermalisme épousa les traits nouveaux de l’occupation de l’espace dans le territoire siennois58. Les stations qui s’étaient maintenues se situaient désormais dans les zones densément peuplées du « contado » de Sienne ou près des villes et des bourgades importantes. La majorité des centres attractifs de la fin du Quattrocento – Bagno di San Filippo, Bagno Vignoni, Bagno di Sellena, San Casciano dei Bagni – s’épanouissaient à côté de gros castra comme Chianciano, Montepulciano, Montalcino, qui figuraient alors parmi les agglomérations les plus habitées et les plus dynamiques de l’espace siennois59, dans des zones où dominait un habitat ample et concentré – le sud du val d’Orcia, les abords du mont Amiata, du val de la Chiana, les confins du Patrimoine de saint Pierre60. Ils se trouvaient aussi sur la « via francigena » ou dans sa proximité presque immédiate. Cet axe de communication essentiel pour l’Italie et la Chrétienté connut au xve siècle un regain d’activité61, en partie dû à la présence plus régulière des papes à Rome. La situation fut quelque peu différente pour les stations de Bagno di Petriolo et Bagno di Macereto. Elles se situaient dans une zone du « contado » siennois – le val de la Merse – où s’affirmait un habitat moins dense que dans les régions précédentes et où les « comunelli » étaient nombreuses62. Elles restaient cependant proches de castra importants comme celui de Monticiano et surtout près d’un axe routier de première envergure – la voie qui menait de Sienne à Grosseto, c’est-à-dire à la mer et à la Maremme. Il en est de même pour les stations de Bagno di Rapolano et Bagno di Montalceto, situées dans des parties moins peuplées du territoire siennois – le val d’Arbia, le haut val d’Ombrone63 – aux abords de la route de Pérouse et d’Arezzo, soit à proximité d’un des grands axes de circulation toscans. La station de Bagno di Sant’Ansano, installée elle aussi sur cette voie, bénéficiait pour sa part de la proximité de la ville. Seule à l’écart, la station de Bagno di Saturnia végétait dans la Maremme vidée de ses hommes, rongée par la malaria et loin de tout axe routier.

  • 64 Cf. infra.
  • 65 Le 16 avril 1395, Les exécuteurs de la « Gabella generale » adressèrent aux prieurs à Sienne la let (...)
  • 66 Le 24 juin 1398, les travaux furent de nouveau entrepris et tous les ans des sommes importantes fur (...)
  • 67 Le 7 juin 1433 et le 6 août 1434, cf. A.S.S. Consiglio generale 217, f° 52v; 218, f° 68v. Le 18 déc (...)
  • 68 Le 28 novembre 1447, cf. A.S.S. Biccherna 760, f° 16.
  • 69 Cf. P. Galluzzi (1991), p. 475.
  • 70 Le 30 août 1420, « item avuto rispetto che mediante la gratia di Dio la corte si redurrà a la città (...)
  • 71 Les proviseurs de la Biccherna rappelaient qu’ils ont « con buona diligentia operato che maestro Be (...)

13Le dynamisme de ces stations fut assuré, comme au début du siècle précédent, par un entretien régulier du réseau routier qui les desservait et plus particulièrement des ponts64. Sienne se préoccupa en effet, tout au cours du xve siècle, d’effectuer des travaux sur les voies qui menaient aux bains ou qui en étaient proches. Elle restaura en premier lieu l’ouvrage qui enjambait la Farma. Dès 1395, constatant que l’édifice, mal entretenu, avait été détruit par les crues répétées, la cité décida sa reconstruction65, mais les travaux ne commencèrent qu’en 1398, après les troubles, et s’achevèrent en 140166. À partir de 1433 il fut nécessaire de renforcer les fondations et les abords de l’ouvrage, probablement abîmés par les affouillements de la rivière. Un important chantier débuta l’année suivante, mais fut endommagé par une crue au mois d’octobre 1435 et les travaux durent être repris67. Les ouvrages qui traversaient la Merse à Bagno di Macereto et l’Orcia à Bagno Vignoni furent eux aussi remaniés à plusieurs reprises. Le premier fut restauré en 144768 et complètement refait en 1485-148769. Le second fut reconstruit d’abord en 142070 – pour faciliter le passage des pèlerins dont on espérait la venue après le retour du pape à Rome – puis en 146171. Il est difficile de savoir si les travaux accomplis dans les stations étaient exceptionnels ou bien au contraire courants, dans la mesure où il n’existe pas, pour le territoire siennois et toscan, d’étude sur l’entretien et le développement du réseau routier au xve siècle, mais ce qui est certain en revanche, c’est que les réalisations étaient nombreuses et qu’elles ont joué un rôle important dans l’essor du thermalisme.

Notes

1 Pour la crise, cf. M. Ascheri (1987); G. Cherubini (1974); M. Ginatempo (1987); G. Pinto (1982); M. Tangheroni (1988).

2 Pour un aperçu de la complexe situation politique siennoise dans la seconde moitié du xive siècle, cf. S. Moscadelli (1995). Pour l’esquisse de l’impact de ces bouleversements sur la documentation archivistique citadine, cf. G. Cecchini (1952), p. xv-xxiv.

3 L’expression est employée par les autorités siennoises pour désigner les « temps difficiles » que connaissent les campagnes aux xiv-xve siècles, cf. M. Ginatempo (1987), p. 438.

4 Le 13 décembre 1319, et etiam per totam Tusciam est notum per longum tempus (...) quod homines et persone cessaverint et cessant venire ad dicta balnea, cf. A.S.S. Consiglio generale 92, f° 165. De même, en 1383, 1412 et 1428, cf. A.S.S. Consiglio generale 193, f° 54; 205, f° 86; 213, f° 45.

5 En 1344, 1358, 1401, cf. A.S.S. Consiglio generale 135, f° 4; 163, f° 39v; Concistoro 2126, f° 26.

6 Le 18 juin 1358, d’après la plainte des collecteurs « Anco si dice che come elli è manifesto a voi Signori, che per la briga che’l Comune di Siena ebbe col Comuno di Perogia (...), ne ànno colto alcuno denaio », cf. A.S.S. Consiglio generale 163, f° 39v.

7 Le 21 mars 1401, la commune et les hommes de Rapolano adressent une pétition à Sienne où ils déclarent que ad balneum veniebant et venire consueverant homines de civitate et districtu Aretii, et maxime homines de terra Montis Sancti Savini, terre Foyani et Castilionis Aretini, cui homines propter ipsorum advenctum ad dictum balneum dabant magnam utilitatem hominibus et personis de dicta terra Rapolani in emendo panem, vinum et cames et alia necessaria, dum stabant causa balneandi, nunc vero ut novit dominatio vestra propter represalias vigentes inter Comune Senarum et Comune Florentie, dicti homines de dictis locis aretinis in totum abstinent se ad dictum balneum venire ob dictam causam represaliarum, cf. A.S.S. Concistoro 2126, f° 26. Les communes de Monte San Savino, Castiglion-Fiorentino et Foiano se trouvaient dans le « contado » dArezzo à moins d’une trentaine de kilomètres de Rapolano. Ces territoires relevaient de Florence depuis 1385. Le conflit entre Sienne et Florence durait depuis que la cité de la Vierge luttait contre les visées expansionnistes florentines et plus encore depuis qu’elle s’était alliée à Gian Galeazzo Visconti en 1389, cf. S. Favale (1936), p. 323 sq., T. Terzani (1960-1961), p. 3-4.

8 La paix est signée en juin, cf. J. Luchaire (1906), p. XIVII, V. Wainwright (1987), p. 130-133. Sur l’arrivée au pouvoir des « Riformatori », cf. S. Moscadelli (1995), p. 274.

9 Le 30 mai 1369, « che per briga che i nobili di Siena ànno fatta a la città e contado, esso Giovanni [le collecteur] non à potuto usare, né fruttare la detta gabella », cf. A.S.S. Consiglio generale 179, f° 31 et 37.

10 Cf. A.S.S. Concistoro 2140, f° 38.

11 Cf. J. N. Biraben (1985), p. 75.

12 Cf. J. Henderson (1993), p. 13-14.

13 Cf. J. N. Biraben (1985), p. 75.

14 Cf. G. Vigarello (1985), p. 15-20.

15 « Dicono ancho [les fermiers de la gabelle des bains], expongono che per tempi occorsi, essi non ànno potuto cogliare, né fruttare la detta kabella per le mortalità et fame et brighe che infra questi due anni sonno stati », cf. A.S.S. Concistoro 2140, f° 38. Le document n’est pas daté mais les deux fermiers Giovanni di Gianni dit Quattrino et Pietro di Nero avaient été choisis par la cité pour les années 1369-1371, cf. A.S.S. Consiglio generale 179, f° 37.

16 Le 30 avril 1420, cf. A.S.S. Consiglio generale 209, f° 81v.

17 Le 20 mars 1477, cf. A.S.S. Consiglio generale 237, f° 12.0.

18 Cf. M.S. Mazzi (1988), p. 415. Il est probable qu’elle était en rapport avec la pestilence importante de 1374-75 attestée à Florence et ailleurs en Italie, cf. E. Carpentier (1962), p. 1077; D. Herlihy, C. Klapisch (1978), p. 191. Pour la famine de 1370-71, cf. V. Wainwright (1987), p. 134.

19 Cf. M. Ginatempo (1988), p. 268, 316. Plusieurs autres épidémies sont bien documentées à Florence en 1417-18, 1423-24, 1463-65 et 1476-1479, cf. L. Del Panta (1977), p. 306-307; D. Herlihy, C. Klapisch (1978), p. 191; M.E. Mazzi (1984), p. 96.

20 C’est ce que suggère W. M. Bowsky en s’appuyant sur les exemples de Sassoforte et Montemassi en Maremme, cf. W. M. Bowsky (1964), p. 14, 23.

21 Sur ce point cf. les travaux de E. Carpentier (1962), p. 1065, mais aussi et surtout la préface de G. Didi-Huberman à l’ouvrage de M. Meiss (1994), p. xx-xxii. Georges Didi-Huberman souligne combien le mutisme des textes et des images ne cesse de surprendre et d’interroger encore de nos jours les historiens et les historiens de l’art, mais que face à l’indescriptible ou l’indicible, il semble bien que le choix du silence se soit imposé.

22 En 1313, « e’ cavalieri dello imperadore si partirono de l’oste a petizione di messer Neri di messer Rufredi degli Incontri di Siena e due suoi fratelli e nipoti a pitizione di messer Filippo di messer Niccolò Buonsignori e de’ suoi e de’ signori di Sticciano e quelli di Sassoforte e andarno nella Marema di Siena e robarono e arseno le Serre e le case del Bagno a Petriuolo e Pari et Montauto e Civitella el Sasso, Paganico e Campagnatico, e feceno le comandamenta dello imperadore a petizione e richiesta di messer Ranieri e di messer Filippo e di Bindino da Sticciano; e fu arso el palagio del comuno di Piano e di Petriuolo del Bagno », cf. A. Lisini, F. Iacometti éd. (1931a), p. 244. Filippo était le fils de Niccolô di Bonifazio. Ce dernier était l’un des nobles siennois les plus fastueux de la fin du xiiie siècle, fidèle de l’empereur Henri VII – de 1298 à sa mort en 1313 à Buonconvento –, il était membre de la brigata spendereccia, cf. O. Redon, L. Bertolini (1993), p. 44-45. Niccolò était aussi le cousin germain de Guglielmo di Orlando Bonsignori propriétaire de quelques maisons dans la station au tout début du xive siècle. Il est surprenant que Filippo se fut ainsi attaqué à un site où l’un des membres de son « casato » était possessionné. A-t-il épargné les biens de son cousin ? Filippo ne profitait-il pas de la situation pour régler une vengeance familiale ? Pour le conflit entre Sienne et l’empereur, cf. W. Bowsky (1960); S. Moggi (1962), p. 70. Le 22 janvier 1314, Filippo di Niccolò dut faire acte de soumission à Sienne, cf. A. Lisini, F. Iacometti éd. (1931a), p. 166.

23 « Cavalchò el chonte Jachomo de’ chonti da Sancta Fiore infino al bagnio a Maciareto (...) corsero e tenero grande danno e ucisero », cf. A. Lisini, F. Iacometti éd. (1931), p. 170.

24 Cf. dossier 1.

25 Le 9 mai 1404, l’un des collecteurs de la « Gabella generale » protesta et assura que totus fructus dicte cabelle perditus est a die XV mensis februarii preteriti citra, qua die, dominus Donusdeus de Malavoltis prorupit guerram, cf. A.S.S. Consiglio generale 201, f° 84. Il s’agissait des destructions dues au soulèvement de Francesco Salimbeni et de ses amis (dont les Malavolti) qui soutenaient le parti florentin contre le gouvernement siennois, allié au duc de Milan. La paix entre les deux partis fut signée en avril 1404, cf. T. Terzani (1960-1961), p. 9. Le 24 avril Donosdeo Malavolti fut assassiné.

26 Le 6 juin 1365, balneum Petriuoli (...) fuit conbustum per compagnas Anglicorum, cf. A.S.S. Consiglio generale 172, f° 57v. Sur cette compagnie, cf. A. Giorgi (1990), p. 262 et d’une façon générale pour les compagnies dans le territoire siennois, cf. W. Caferro (1994).

27 « E durante el tempo de’ decti due anni advenne che Simonetto da Castello de’ Piero condottieri de gente d’arme fece una cavalcata, come è noto, nel contado nostro predetto, cioè del mese d’aprile proximo passato 1439. Et lui cum la gente che aveva allogio al detto bagno et quelle poche cose che ve trovarono tolsero e robarono », cf. A.S.S. Consiglio generale 220, f° 135. En revanche en 1477, les habitants de Saturnia repoussaient victorieusement les troupes du comte Carlo da Montone, allié des Florentins, cf. G. Cecchini (1962), p. 337.

28 Le 20 janvier 1444 (ns), « et de mese de março del decto anno, el primo anno venne in pahese Nicolò Piccinino (...) et de le sue genti huomini d’arme e (...) vennero al detto bagno faccendo vista de bagnarse et prisero pensiero de piglare [...] e Matteio d’Antonio mercanti da Scanzano, e’ quali vennero per vedere loro pecore fidate nela contea de Campiglia », cf. A.S.S. Consiglio generale 222, f° 102v.

29 Cf. A. Professione (1898), p. 115.

30 Cf. A. Giorgi (1990), p. 345.

31 Cf. L. Banchi (1879), p. 49.

32 La présence de Francesco dit Carmagnole à Bagno di Petriolo en 1429 parut plus pacifique bien que ce dernier eût profité de son séjour au bain pour informer les Florentins des qualités du système défensif siennois, cf. A. Giorgi (1995), p. 288. Ce même Carmagnole, « condottiere » des Vénitiens avait longtemps séjourné auprès des bains d’Abano, près de Padoue en 1427 avant d’attaquer les Milanais, cf. J. R. Hale, M. Mallet (1984), p. 24.

33 Les informations manquent pour Bagno di Corsena ou pour Viterbe.

34 Le 16 décembre 1378, cf. A.S.S. Consiglio generale 187, 104. Ces événements sont vraisemblablement à mettre en rapport avec une des nombreuses rébellions nobiliaires qui se produisirent sous le gouvernement des « Riformatori » et les conséquences de la guerre des Huit Saints qui opposait Florence au souverain pontife, cf. A. Giorgi (1995), p. 285.

35 Le 4 avril 1405, vostri servitores, pauperes et homuncoli de Petriuolo reverenter exponunt quod ipsi in totum remanserunt et sunt quatuor familie et in totum septem homines quos opportet sustinere pondus Comunis Serrarum et Petrioli prout scripti sunt ad debitum in libris comunis Senarum. Et sciatis quod ipsi nichil habent unde vivere possint et propter guerram domini Donusdei de Malavoltis fuerunt omnes destructi quod omnia bona ipsorum fuerunt capta in predationibus, cf. A.S.S. Consiglio generale 202, f° 4v ou A.S.S. Concistoro 2126, f° 50.

36 Le 30 novembre 1395, « è manifesto a tutti e’ cittadini, che al Bagno a Macereto e nel decto comune non è rimasto neuno huomo », cf. A.S.S. Consiglio generale 197, f° 164.

37 Cf. M. Ginatempo, L. Sandri (1990), p. 109. Pour qualifier le déclin démographique plus précisément dans le territoire siennois, cf. les travaux de Maria Ginatempo (1988); (1990). Elle affirme que les vingt premières années du xve siècle furent les plus difficiles, cf. (1988), p. 358.

38 Cf. G. Cherubini, R. Francovich (1973), p. 164-173; C. Klapisch Zuber (1973), p. 333.

39 Cf. G. Pinto (1988), p. 252. Les historiens siennois ne précisent pas combien de sites non fortifiés disparurent à la même époque dans le « contado » siennois. Toutefois, Giuliano Pinto suggère que plutôt que de disparaître complétement, certains se transformèrent en « poderi », cf. aussi R. Comba (1994), p. 768.

40 Cf. dossier 1. La difficulté à les localiser tient peut-être au fait qu’ils ont disparu de façon assez précoce, au xive siècle.

41 Toutes ces stations se trouvaient loin d’un « castello », d’un habitat groupé (cf. dossier 1) et elles furent les parties les plus vulnérables des finages, les premières abandonnées, cf. C. Klapisch Zuber (1981), p. 154.

42 Nous y reviendrons, mais il convient de préciser que les sources nécessitaient un véritable entretien pour éviter que les dépôts sulfureux ne vinssent empêcher l’écoulement. Il est possible que l’absence de population pour nettoyer les bains et la source ait provoqué un tarissement complet ou relatif. Dans certaines parties du territoire toscan (la Maremme tout particulièrement) les friches gagnèrent et plusieurs cours d’eau ne furent plus entretenus, cf. G. Cherubini et R. Francovich (1973), p. 170.

43 Cf. dossier 1. Actuellement, le site s’appelle « podere Bagnacci ».

44 Cf. graphique 3.

45 Idem. Le 30 août 1420, Sienne décidait que les gabelles nouvellement perçues dans les deux stations – signe du retour des curistes – devaient servir à l’édification d’un pont sur l’Orcia, cf. A.S.S. Consiglio generale 209, f° 63v.

46 Le 29 octobre 1418, « Et per simile modo con ciò sia cosa che sieno manchati quelli che avevano a provedere all’acqua del bagno a Macereto, abbino a provedere e’ decti Nove cittadini insieme col Viaio di Città come le terre che megliorano del decto bagno, sieno quegli che abbino a mantenere la decta acqua, acciò che la Mersa non possa per niuno modo fare danno al decto bagno », cf. A.S.S. Consiglio generale 208, f° 119.

47 Cf. graphique 3.

48 Idem.

49 Idem Sienne encaissa des gabelles des bains pour les années 1430, 1434, 1437, 1440, 1449 et 1452, cf. Gabella dei contratti 650, f° 7; 655, f° 5; 658, f° 26; 657, f° 16v; 663, f° 21v; 669, f° 12; 679, f° 27..

50 Cf. G. Pinto (1988a), p. 55; I. V. Imberciadori (1971), p. 162-163.

51 A la fin du xive siècle, les bassins étaient peut-être encore de temps en temps fréquentés, bien que les rares maisons du site fussent inoccupées, ils étaient toujours l’enjeu de querelles entre les différents héritiers des Aldobrandeschi, cf. I. Corridori (1980).

52 Cf. G. Cecchini (1962), p. 325; G. Celata (1991), p. 22.

53 Cf. document 16 et 17.

54 Cf. dossier 1.

55 Cf. C. Pinzi (1894), p. 20-30. La cité avait été perturbée par les luttes qui opposaient les papes à l’époque du Grand Schisme, cf. J. C. Maire Vigueur (1987), p. 191.

56 Cf. A. Carina (1866), p. 167, 169, 220.

57 Cf. dossier 1.

58 Cf. carte 3, 5 à 14.

59 À la fin du xve siècle, les castra de San Casciano et de Chianciano approchaient le millier d’habitants et celui de Montalcino dépassait les 1°400 âmes, cf. M. Ginatempo (1989), p. 223-224.

60 Cf. M. Ginatempo (1988), p. 182; (1990), p. 115.

61 Cf. R. Stopani (1988), p. 78.

62 Les « comunelli » étaient des groupes d’habitats qui avaient cessé de « tenere comune », soit par faillite, soit parce qu’il n’y avait plus de biens communaux à gérer, soit parce qu’il n’y avait plus guère de biens privés à taxer. Il s’agissait de petits centres habités qui avaient abandonné tout type de vie publique locale (comme tenir des écritures publiques, rédiger des statuts, etc.) et qui étaient administrés par les officiers de la communauté la plus voisine, cf. M. Ginatempo (1988), p. 173, 178, 222.

63 Bagno di Rapolano était toutefois à proximité d’Asciano qui comptait plus de 1 000 habitants à la fin du xve siècle, cf. M. Ginatempo (1989), p. 223.

64 Cf. infra.

65 Le 16 avril 1395, Les exécuteurs de la « Gabella generale » adressèrent aux prieurs à Sienne la lettre suivante : « dicesi per parte de vostri servidori Executori de la vostra Generale Cabella, a bonificamento et honore de la Città haviamo pensato di fare rifare el ponte del bagno a Petriuolo (...) <ché> moite volte occorre che per le grandi piene del fiume sopra Ί quale era el decto ponte, el messo sta due o tre dì che non può passare, di che ne potrebbe seguire una volta sifacto danno che serebbe irremediabile. Et apresso stando le cose in questi termini si potrebbe meglio rimediare con vinti soldi, che a tempo non si farà con un fiorino », cf. A.S.S. Consiglio generale 197, f° 135.

66 Le 24 juin 1398, les travaux furent de nouveau entrepris et tous les ans des sommes importantes furent versées au responsable du chantier, cf. A.S.S. Consiglio generale 198, f° 84v; 199, f° 7v, 71v, 119v, 170v.

67 Le 7 juin 1433 et le 6 août 1434, cf. A.S.S. Consiglio generale 217, f° 52v; 218, f° 68v. Le 18 décembre 1435, « a di XVIII d’octobre venne di sopra al detto bagno una grande fortuna d’acqua che tanta piena per lo fiume che rempi e’ bagni et i piani di sopra », cf. A.S.S. Consiglio generale 218, f° 231.

68 Le 28 novembre 1447, cf. A.S.S. Biccherna 760, f° 16.

69 Cf. P. Galluzzi (1991), p. 475.

70 Le 30 août 1420, « item avuto rispetto che mediante la gratia di Dio la corte si redurrà a la città di Roma, per la quai cagione infiniti forestieri di più parti del mondo e pelligrini vorranno andare a la detta corte e passare per lo nostro terreno e con ciò sia cosa che manifestamente si vegga che nel fiume dell’Orcia nel tempo del verno, per lo mal passo e per la grosseça del fiume, sieno periti molti pelligrini e christiani, providero e ordinaro per riparo de le cose predette e per bene e utile de’ comuni e per bonificamento de le terre de la Roccha e di Castiglione che sopra a esso fiume si dee fare uno ponte di legname o di pietra cioè da la sponda verso il Bagnio a Vignone a la sponda verso la Roccha », cf. A.S.S. Consiglio generale 209, f° 63v.

71 Les proviseurs de la Biccherna rappelaient qu’ils ont « con buona diligentia operato che maestro Bernardo, quale à facto el palaço del Sancto Padre in Corsigniano perché è huomo intendintissimo, vegga il ponte a Orcia presso al Bagno a Vignone, el quale è ruinato et da lui ànno avuto uno disegnio di rifarlo in volte di pietre et calcina, rifondare le coscie et fare le stecchaie in modo sufficiente », cf. A.S.S. Consiglio generale 229, f° 37.

© Publications de l’École française de Rome, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540