Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les grands officiers dans les territoires angevins - I grandi ufficiali nei territori angioini

 | 
Riccardo Rao

Europange : les processus de rassemblements politiques. L’exemple de l’Europe angevine (XIIIe-XVe siècle)

Thierry Pécout, Jean-Luc Bonnaud, Enikő Csukovits, Isabelle Mathieu, Serena Morelli et Riccardo Rao

Texte intégral

Introduction

1L’Europe actuelle s’interroge sur les méthodes et les fondements de son processus d’intégration politique, sur la place des États et des régions au sein de ce dernier. Ces problèmes du temps présent questionnent les héritages et les processus séculaires qui ont forgé nos cultures politiques et administratives, pour lesquelles les trois derniers siècles du Moyen Âge constituent une étape déterminante. Ils renvoient ainsi l’historien aux lents mouvements de rassemblement qui ont conduit non seulement à l’émergence des États durant la période médiévale, mais aussi à un mode spécifique de contrôle et de discours politique, ce que Michel Foucault nommait la « gouvernementalité ». Appréhender les rythmes et les méthodes d’élaboration des communautés politiques nécessite une pareille réflexion s’inscrivant dans la longue durée. C’est à ce prix que se mesurent les spécificités de nos institutions politiques actuelles, les tendances profondes les structurant et leurs capacités et limites face aux changements d’échelle. Les XIIIe-XVe siècles consituent un moment privilégié pour observer ces phénomènes, car ils voient la mise en place des organismes, des discours, des méthodes et des corps administratifs qui assurent aux États nationaux et princiers leur premier développement. Nous souhaitons nous attacher plus particulièrement à un type spécifique de construction politique, qui nous paraît un excellent observatoire de ces processus : celle qui évolue à l’échelle régionale, dépassant toute unité culturelle et linguistique possible, et qui pose au souverain et à ses agents de nouveaux enjeux au regard de l’administration des hommes et des choses. Ces constructions politiques et institutionnelles dissociées dans l’espace, qui ne sont ni réductibles à des empires (puisqu’elles reposent sur une affirmation de la notion de souveraineté) ni à des processus de colonisation (qui imposeraient le modèle d’un centre et d’une périphérie) ni seulement à des unions personnelles, n’ont justement pas débouché sur un legs pérenne au regard des États nations qui émergent aux époques modernes et contemporaines. De ce fait, elles ont longtemps été délaissées par les historiographies nationales qui les jugèrent a priori non viables. Pourtant, elles nous paraissent au contraire riches de sens si nous les interrogeons à l’aune de leur capacité de synthèse, d’innovation politique et administrative, ainsi que de leur pragmatisme. Les territoires placés sous la domination des princes des maisons angevines aux XIIIe-XVe siècle constituent un cas d’espèce bien documenté et à l’échelle continentale. Nous proposons dans le cadre de ce projet d’en examiner un aspect significatif, à travers l’émergence d’un milieu et d’une société politique, en questionnant la constitution d’un corps d’administrateurs, les officiers, avec leurs réseaux, leur formation, leurs compétences, dans les divers territoires placés sous domination angevine : Anjou, Maine, Provence, Lorraine, Italie du Sud et Sicile, Piémont, Lombardie, Toscane et Italie centrale, Hongrie, Pologne, Morée, Balkans (voir la carte). Cet ensemble disjoint dans l’espace et discontinu dans la durée interroge les capacités des autorités politiques à rassembler et à administrer, à susciter un discours politique commun. Une base de données prosopographique fournira l’outil de départ de cette réflexion menée à l’échelle internationale.

État de la question

2Ce projet sur les officiers angevins s’inscrit dans une longue tradition d’études angevines de l’École française de Rome, qui a été renouvelée per une féconde réflexion mise en œuvre depuis les années 1990 par diverses équipes et générations de chercheurs. Elle a été jalonnée par des colloques internationaux qui ont réveillé les études dites « angevines », restées en sommeil depuis l’après-guerre du fait du découragement qui saisit les chercheurs à la suite de la destruction en 1943 des registres de l’Archivio di Stato di Napoli.

3Tout d’abord, grâce au soutien de l’École française de Rome et de l’Institut historique italien pour le Moyen Âge, une première phase de recherches au regard du personnel des institutions centrales angevines a pu être menée dans un cadre international, dont le volume inaugural consacré à L’État angevin (1998) constitue une pièce maîtresse. Entre 1998 et 2010, d’autres rencontres ont permis de réfléchir et d’améliorer notre connaissance de la monarchie angevine, de la noblesse, des pratiques de gouvernement, de la diplomatie, de la culture cléricale, des échanges personnels et des réseaux qui ont pu se nouer au sein de son aire d’influence politique. Tous ces travaux ont ainsi permis de mettre en évidence avec précision le profil, l’origine et la formation du personnel politique chargé de représenter l’autorité princière dans les territoires sous domination angevine. Mais ils sont souvent demeurés fractionnés, spécifiques à des aires politiques circonscrites, faute d’un outil et d’une démarche d’ensemble.

4Ainsi, pour les domaines méditerranéens, la Provence a fait l’objet d’une étude approfondie pour le XIVe siècle : J.-L. Bonnaud a pu reconstituer la circulation des officiers locaux durant les règnes de Robert et Jeanne (entre 1309 et 1382), analysé les carrières de ce milieu et les structures de ce type d’office. Il a fourni une première base de données exhaustive, mais sous forme statique (pdf sous cd-rom). Ses travaux se prolongent actuellement jusqu’en 1434. Michel Hébert (Université du Québec à Montréal) et Noël Coulet (université d’Aix-Marseille) ont considéré l’émergence des institutions centrales (Chambre des comptes), en renouvelant une ancienne et féconde tradition historiographique (Busquet). Thierry Pécout (université de Saint-Étienne) a poursuivi en ce sens en considérant le personnel et les méthodes de gouvernement de l’institution centrale (maîtres rationaux, archivaires), tandis que Jean-Paul Boyer (université d’Aix-Marseille) a prolongé ses analyses jusqu’au Regno (Barthélemy de Capoue) dans une perspective d’histoire culturelle. Mais les officiers centraux demeurent mal connus, malgré l’ancien répertoire de Fernand Cortez (1921), qu’il faudra du reste réviser. Il convient en outre de poursuivre les recherches de Mme M.-R. Reynaud sur le personnel central et local de la seconde maison d’Anjou. Enfin, la réflexion sur les offices eux-mêmes, sur leur élaboration et leur structure, notamment le sénéchalat, mériteront une attention particulière, au regard des recherches récentes menées notamment sur les offices au sein de la monarchie pontificale (A. Jamme).

5D’autres recherches se sont davantage intéressées à l’Italie, mais de manière moins systématique (travaux de M-T. Caciorgna, P. Grillo, S. Morelli, S. Pollastri et R. Rao). Pour la région de Rome, où s’exerce une influence angevine indirecte, il n’existe aucune liste dûment établie des officiers. En revanche, différentes études produites dans le cadre du groupe de recherches coordonné par M. Caciorgna ont bien mis en évidence la présence d’officiers angevins à divers niveaux de l’administration communale. Il reste que les modalités de leur intégration dans les gouvernements des villes, leurs liens avec les élites locales n’ont pas encore fait l’objet de recherches détaillées qui permettraient de comprendre les processus à l’œuvre à la charnière des XIIIe-XIVe siècle, moment fondateur de genèse institutionnelle pour la monarchie angevine. De nombreux espaces sous domination angevine demeurent toujours à l’écart. Ainsi faudrait-il engager des travaux sur les officiers et leur mobilité pour la Toscane, l’Anjou et les Balkans. Pour l’espace méditerranéen, une récente étude de G. L. Borghese a mis en évidence la présence d’un personnel régnicole nombreux en ce qui concerne l’espace placé sous domination angevine.

6Plus précisément, pour les domaines de l’Italie centro-septentrionale et de la Provence, l’attention portée aux officiers angevins remonte à un siècle au moins, avec les listes données par Cortez et Bertano qui apparaissent aujourd’hui lacunaires et imprécises. L’intérêt est resté soutenu, comme on le note à propos des grands collaborateurs du prince (voir le Dizionario Biografico degli Italiani), mais il faut attendre ces dernières décennies, avec le réveil des études angevines, pour que les officiers soient à nouveau reconsidérés, au moins partiellement. Les carences de la recherche demeurent cependant nombreuses : la démarche biographique a prévalu sur une prosopographie susceptible de mesurer de manière précise les modalités et les caractéristiques de la circulation des officiers. À l’exception de travaux récents, on s’est surtout intéressé aux officiers centraux, au détriment des officiers locaux (viguiers, bailes, clavaires). Il manque encore des travaux systématiques capables de considérer les spécificités régionales et d’intégrer en une réflexion amplement comparatiste les circuits de la fonction publique dans l’ensemble de l’espace angevin.

7Pour le royaume de Sicile-Naples, que ce soit pour le répertoire ou la connaissance des sources, ou les enjeux institutionnel, administratif et prosopographique, la recherche a accompli ces dernières vingt années d’importantes avancées dans la connaissance d’une période essentielle pour l’histoire du Mezzogiorno médiéval. Au regard de la documentation, la découverte des fonds de chercheurs (archives Cadier et fonds Sthamer) a donné un nouvel élan, parallèlement à l’acquisition d’archives privées par l’Archivio di Stato di Napoli, à la publication des 50 tomes des Registri ricostruiti della Cancelleria Angioina, et à l’exploitation des fonds monastiques de parchemins édités chez Carlone. Les travaux se sont orientés vers plusieurs directions, parmi lesquelles on note le thème de la continuité (administrative, institutionnelle, culturelle) entre périodes suève et angevine (Centro di Studi Normano-Svevi), celui de l’enracinement des pouvoirs et de la société politique dans le territoire (Pollastri, Vitolo), celui de la géographie administrative du Regno (Morelli, Peduto, Somaini). Les résultats sont déterminants pour le premier âge du royaume angevin, qui démontrent la dynamique de ses structures sociales, économiques et administratives, en dépassant les préjugés historiographqiues qui reléguèrent le Mezzogiorno dans l’immobilisme du monde féodal. Les champs de recherches qui se sont ouverts sont nombreux et demeurent féconds. En premier lieu, reste peu connue le deuxième âge de la monarchie angevine, qui pâtit encore d’une notable réduction des sources connues à ce jour. C’est surtout dans cette direction que le présent programme est suceptible d’obtenir des résultats novateurs, selon un double point de vue. Tout d’abord, la méthode prosopographique et la conception de la première base de données sur les officiers angevins permettra de dépasser les limites documentaires qui affligent l’histoire du royaume de Naples. En second lieu, la mise en évidence des éléments biographiques et des parcours administratifs d’hommes de provenances géographiques, culturelles et sociales hétérogènes, contribuera à réévaluer l’apport du Mezzogiorno aux réseaux de relations tissés entre les pays sous domination angevine, et à la formation d’une commune culture européenne de gouvernement.

8Quant à l’Anjou et ses régions limitrophes, l’historiographie demeure nettement en retrait et tributaire de recherches anciennes. Au XIXe siècle, des juristes, érudits locaux, archivistes (Beautemps-Baupré, Gontard de Launay, d'Espinay, Lecoy de la Marche, Port…) ont produit des travaux (dictionnaire, articles, synthèses, recueils d'actes...) qui permettent d'entrevoir, outre le fonctionnement de différentes institutions administratives, judiciaires, financières ou militaires en Anjou et dans le Maine, le rôle et la place qu'ont pu jouer les officiers de l'entourage des princes angevins. Ces publications, pour utiles qu'elles soint pour le chercheur d'aujourd'hui – elles ont le mérite de montrer qu'il y a des archives et des sources bibliographiques disponibles sur lesquelles travailler et des rapprochements féconds à entreprendre entre toutes ces productions – comportent malheureusement un certain nombre d'erreurs, de lacunes et de limites. À ce jour, on ne dispose pas pour l’Anjou de liste exhaustive des officiers ayant exercé des fonctions en Anjou et dans le Maine et des confusions existent entre les individus dues à l'homonymie particulièrement présente au Moyen Âge. Certes, des notices biographiques existent bien, mais elles sont souvent partielles (par exemple, les individus ne sont pas systématiquement suivis dès lors qu'ils quittent l'Anjou et le Maine) et ne permettent donc pas en l'état de reconstituer des parcours types avec les passages obligés par certaines fonctions, missions, lieux. Pourtant, l'historiographie récente témoigne de l'intérêt que ce dossier continue de susciter auprès de la communauté historienne (M. Le Mené, J.-M. Matz, F. Comte, I. Mathieu...) mais à ce jour on ne peut que déplorer l'absence d'une synthèse générale sur le sujet. Chacun rencontre lesdits officiers dans ses travaux respectifs, débusque les erreurs et approximations anciennes, compile soigneusement des informations les concernant, mais les données restent éclatées entre diverses publications.

9Les régions d’Europe centrale et balkanique sont concernées par la domination angevine de manière discontinue, entre la fin du XIIIe siècle et les dernières décennies du XIVe. Le personnel des officiers angevins de Hongrie est relativement bien connu. Après quelques études partielles menées aux XIXe et XXe s. Pál Engel a eu le mérite d’en fournir une base de données presque complète. Dans plusieurs publications, il a analysé la structure de la cour royale, les carrières de membres de l'élite laïque hongroise. Il a découvert une institution de gouvernement ignorée des rois de la dynastie angevine, qui présente des analogies proches du féodalisme : le fief relevant de la fonction accomplie, l'honor. Selon son argumentation, le roi confiait à ses barons non seulement une dignité, mais aussi une grande propriété (une ou plusieurs forteresses, avec leur domaine). Enfin, Engel a publié son grand œuvre, L’archontologie laïque de Hongrie, 1301-1457. Depuis sa mort (2001), les possibilités de recherche sur l'histoire du royaume angevin se sont sensiblement améliorées : la matière archivistique en est totalement accessible en ligne. De plus, la publication des Documenta res Hungaricas tempore regum Andegavensium illustrantia est en cours (depuis 1990, 33 volumes parus). Ces changements positifs permettront à notre programme d’assurer corrections et ajouts à la base de données d'Engel, sans compter son reformatage et son intégration dans un ensemble plus vaste. En ce qui concerne la principauté de Morée, si la thèse d’Isabelle Ortega (Université de Nîmes) a pu éclairer de façon partielle la présence d’officiers angevins parmi la noblesse moréote, son travail n’avait pas pour objet ce groupe social. Il conviendra donc d’approfondir cet aspect et replacer cette principauté au cœur du vaste ensemble territorial angevin. La thèse en cours d’Aude Rapatout sur l’Albanie (La présence angevine dans l'Albanie médiévale, XIIIe-XIVe siècles, sous la direction de M. Balard, Université de Paris I), ou encore celle de Brendan Osswald sur l’Épire (Toulouse 2), montrent l’essor récent des recherches pour l’Europe du Sud-Est angevine.

Europange : méthodologies scientifiques et objectifs

10L’intérêt scientifique et la nouveauté du projet résident dans son ampleur géographique et chronologique. Il entend en effet proposer des raisonnements à l’échelle européenne qui articulent histoire sociale et politique. La monarchie angevine des XIIIe-XVe siècles a imposé son autorité sur un vaste ensemble territorial qui représente un terrain fécond pour analyser les phénomènes de relations et d’échanges culturels, politiques et idéologiques dont la mobilité sociale est le principal vecteur. Seul un examen à l’échelle locale saura mettre en évidence des évolutions, des permanences ou des ruptures dans la carrière des officiers, ainsi que dans l’organisation et le fonctionnement des institutions observées : conseils, chancelleries, Chambres des comptes, cours de justice, cours locales, en particulier. Il s’agit donc de proposer un outil pour une histoire sociale et culturelle de l’État. Par ailleurs, l’intérêt scientifique de ce projet tient aussi à la base de données qui sera élaborée et alimentée. Elle permettra d’assurer la conservation pérenne de données historiques qui pourront être partagées par le plus grand nombre et susciter, dans le futur, de nouveaux questionnements.

11Longtemps délaissée, la circulation des officiers à la fin du Moyen Âge, notamment à travers les relations entre gouvernement central et territoires dominés, est un thème qui, depuis quelques années, retient l’attention de nombreux chercheurs en Europe. De nos jours, cet axe de recherche est un élément important à prendre en compte lorsque l’on s’intéresse à la construction de l’État et à la circulation des pratiques de gouvernement au sein d’un vaste ensemble territorial. Récemment, une importante recherche a ainsi été lancée sur l’Italie centro-septentrionale. Éminemment pionnière, cette dernière a donné lieu à l’ouvrage I podestà dell’Italia communale (2000), dont la méthode comparatiste et l’apport nous inspirent. Il invite à ouvrir de nouveaux pans de notre enquête sur les relations entre le personnel qui est en place dans des territoires éclatés mais sous domination angevine. La finalité étant de déterminer d’éventuels phénomènes de mobilité géographique et sociale des officiers et ce qui a pu conduire à leurs éventuels déplacements, et au-delà à l’émergence d’une culture politique et administrative en leur sein, voire d’une société politique en tant que milieu.

12Au vrai, reconsidérer l’individu comme acteur de l’histoire est une voie dans laquelle les historiens se sont beaucoup investis depuis une vingtaine d’années. Leurs travaux ont montré que la prosopographie est la méthode la plus appropriée pour cerner les contours sociologiques d’un groupe déterminé à travers les trajectoires individuelles de ses membres. À la lumière de cette technique d’analyse, qui consiste à compter pour tenter de dessiner un « portrait » le plus fin possible de notre groupe d’officiers, nous reconstituerons leurs carrières, les réseaux qu’ils partagent et les éventuelles stratégies professionnelles qui ont été les leurs. Cette entreprise de biographie collective permettra de définir ce qu’un groupe a en commun, sachant que l’intérêt majeur d’une telle méthode tient à la double approche qu’elle combine, quantitative et qualitative.

13Compte tenu de la masse d’informations à traiter, une collaboration avec des informaticiens spécialistes de la conception des bases de données en sciences humaines et sociales et de la mise en ligne des résultats via un portail internet s’avérait nécessaire. Pour l’équipe du Liris (Institut national des sciences appliquées, Lyon), l’intérêt de ce projet est de fournir un cadre applicatif intéressant pour des recherches en cours qui portent sur la modélisation multidimensionnelles de données hétérogènes et l’analyse de données spatio-temporelles. Par ailleurs, nous entendons diffuser différents supports (cartes et SIG, iconographie, études sur le bâti sur les lieux de pouvoir, ressources matérielles…) dont l’élaboration nécessitera de collaborer avec des géographes et des historiens de l’art et du bâti (archéologues) : cette ambition constituera une ramification possible de ce projet, destiné à établir les outils et les méthodes qui la porteront. Seule l’interdisciplinarité permettra de rendre compte du patrimoine des officiers, des chantiers architecturaux qu’ils ont soutenus mais également de leurs goûts en matière d’art au sens le plus large du terme (littérature, musique, peinture, art funéraire …). À terme, nous envisagerons également une réflexion sur la géographie administrative des États dont nous proposons seulement une première étape dans le cadre du présent programme, autour d’un outil (SIG) et d’une publication thématique concernant offices et structures territoriales.

14Ce projet offre en définitive un double intérêt pour l’ensemble de la communauté scientifique. En premier lieu, une telle base de données constitue un instrument interactif qui, au fur et à mesure de son alimentation, permet de livrer des informations à l’ensemble de la communauté scientifique. L’impact scientifique le plus important concernera la mise en commun des études portant sur un espace angevin dispersé, examiné jusqu’ici sans perspective globale. La base de données permettra pour la première fois de reconstituer les contours de populations éclatées et de révéler en son sein des réseaux insoupçonnés. Elle pourra également venir en aide aux chercheurs qui s’occupent des officiers au dehors de l’espace angevin : par exemple, les travaux portant sur les officiers du duché de Savoie ou ceux sur la Sicile à la fin du Moyen Âge. En second lieu, la conception d’une telle base de données comme préalable et outil de ces recherches, dans un contexte multilinguistique et à partir d’une documentation latine, pose des défis spécifiques à l’équipe du LIRIS et à son expertise technique. Pour les chercheurs du LIRIS, l'enjeu est d'étudier comment modéliser les données pour faciliter leur analyse en ligne, avec des données de différents types (numériques, documentaires, spatio-temporelles). La problématique de recherche est la modélisation multidimensionnelle et le requêtage de données prosopographiques, avec une analyse des relations spatiales, temporelles à différents grains : 1) une approche de type SOLAP pourrait certainement faire émerger des relations intéressantes dans les données ; 2) l'association de données documentaires nécessite de résoudre des problèmes liés à l'interrogation et la représentation des données ; 3) l'analyse conjointe de relations entre individus, à la fois spatiale, temporelle ou familiale, et le constitution de réseaux est un thème de recherche nouveau.

15La finalité de ce programme de recherche consiste ainsi à mettre en évidence, dans l’ensemble des terres angevines, l’émergence d’un corps d’administrateurs de la chose publique, en partant de l’analyse et de la mise en relation de cursus individuels. Des questionnements pluriels sous-tendent ce fil conducteur général : origines sociales, alliances, formation (théorique et pratique) et culture personnelle, compétences, carrière, déplacements, intégration dans des réseaux (professionnels, intellectuels, familiaux, affectifs…), participation à la vie politique.

16Pour mener à bien cette étude, une stratégie à l’international s’impose, fondée sur la fédération, dans un cadre dûment établi, de chercheurs des différentes zones géographiques concernées par cette étude : Canada, France, Italie et Hongrie en constituent les pivots. La réflexion qui a déjà été engagée autour des officiers angevins n’aurait pas pu voir le jour sans le soutien matériel et financier apporté par nos institutions de rattachement respectives. Un projet d’une telle envergure ne se limite pas à éclairer l’Europe d’hier. Il vise à la mettre en regard avec l’Europe d’aujourd’hui, afin d’appréhender certains aspects relatifs au fonctionnement et à l’organisation des institutions (place des réseaux de personnes et genèse d’une société politique en leur sein ou à leur marge) tout en éclairant le profil sociologique des individus parties prenantes de cet environnement spécifique.

17Enfin, afin d’éviter une superposition des recherches et les partis pris historiographiques propres à aux écoles italienne, hongroise et française, nous entendons créer, grâce aux vastes dépouillements qui ont déjà été menés dans les archives et qui donnent un premier matériau plus ou moins élaboré (sous forme de fichiers textes et de deux bases provisoires et partielles) à enrichir encore, une base de données globale sur les officiers angevins en Europe. Elle permettra de mettre en évidence les carrières des individus ainsi que leur mobilité, dans chaque espace soumis à l’influence angevine et entre ces espaces. Par ailleurs, l’élaboration d’un outil technologique performant offrira une mise à jour des données et la possibilité d’intégrer les nouveaux officiers qui seront rencontrés au gré des dépouillements archivistiques et documentaires. Un tel instrument doit en outre être conçu pour recevoir la collaboration de tous les chercheurs qui souhaiteront partager leurs données sur les officiers angevins.


Précédentes publications de la Collection de l’École française de Rome et des Sources et documents d’histoire du Moyen Âge sur les territoires angevins

18CEF 245. L'État angevin. Pouvoir, culture et société entre XIIIe et XIVe siècle. Actes du colloque international (Rome-Naples, 7-11 novembre 1995), 1998.

19CEF 275. N. Coulet, J.-M. Matz, (dir.), La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge, 2000.

20CEF 349. M.-M. de Cevins, J.-M. Matz, (dir.) Formation intellectuelle et culture du clergé dans les territoires angevins (vers 1246- vers 1480), 2005.

21CEF 354. J.-P. Boyer, A. Mailloux, L. Verdon (dir.), La justice temporelle dans les territoires angevins aux XIIIe et XIVe siècles : théories et pratiques, 2005.

22CEF 411. G. L. Borghese, Carlo I d’Angiò e il Mediterraneo : politica, diplomazia e commercio internazionale prima dei Vespri, 2008.

23SDHMA 9. S. Morelli, S. (éd.), Le carte di Léon Cadier alla Bibliothèque nationale de France : contributo alla ricostruzione della Cancelleria angioina, 2005.


L’Europe angevine (XIIIe-XVe siècle). Élaboration : Andrea Azzini, Centro Studi sul Territorio, Università degli Studi di Bergamo.

L’Europe angevine (XIIIe-XVe siècle). Élaboration : Andrea Azzini, Centro Studi sul Territorio, Università degli Studi di Bergamo.

Table des illustrations

Titre L’Europe angevine (XIIIe-XVe siècle). Élaboration : Andrea Azzini, Centro Studi sul Territorio, Università degli Studi di Bergamo.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/3027/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M

Auteurs

Université Jean Monnet, Saint-Étienne, UMR LEM-CERCOR - thierry.pecout@univ-st-etienne.fr

Université de Moncton - jean-luc.bonnaud@umoncton.ca

Institut d'Histoire de l’Académie des Sciences, Budapest - csukovitseniko@gmail.com

Université d’Angers - isabelle.mathieu@univ-angers.fr

Seconda Università di Napoli - serenami@libero.it

Università degli Studi di Bergamo - riccardo.rao@unibg.it

© Publications de l’École française de Rome, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540