Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les grands officiers dans les territoires angevins - I grandi ufficiali nei territori angioini

 | 
Riccardo Rao

Conclusions. Définir une haute administration au Moyen Âge tardif

Jean-Paul Boyer

Texte intégral

Une entreprise cohérente


L’harmonie musicale provient de sons aigus, moyens et graves.


1Ce fragment d’un sermon du roi Robert de Sicile-Naples, l’un des protagonistes des études qui précèdent, leur conviendrait pour exergue. La cacophonie paraît consubstantielle aux recueils d’actes. Qu’il en aille au contraire mérite des félicitations aux concepteurs du congrès de Bergame de novembre 2013 et du livre qui en résulte : Jean-Luc Bonnaud, Enikő Csukovits, Isabelle Mathieu, Serena Morelli, Thierry Pécout et Riccardo Rao. Le satisfecit s’étend à l’ensemble des contributeurs. Il y a eu encadrement efficace et discipline consentie, quand l’entreprise ressemblait à une gageure.

2L’objet fixé, savoir la haute administration et son personnel sur les terres aux mains des Capétiens dits Angevins, posait incontestablement des bornes solides. Ce nonobstant, l’écueil demeurait du nombre élevé des contributions, soit quatorze, de leur diversité et de leur densité. Les cas particuliers abondent quand le regard se porte de la cour de Sicile-Naples (Serena Morelli et Rosanna Lamboglia), à la Provence (Thierry Pécout et Jean-Luc Bonnaud), à l’Italie centrale et septentrionale (Paolo Grillo, Riccardo Rao et Gabriele Taddei), à la Grèce franque (Isabelle Ortega), à la cour de Hongrie (Enikő Csukovits), pour finir avec des principautés territoriales. Aux domaines des ducs de Duras et des princes de Tarente (Andreas Kiesewetter) s’ajoutent l’Anjou et le Maine, tenus du roi de France, considérés du XIIIe au XVe siècle (Isabelle Mathieu). De surcroît, les offices examinés étaient loin de se situer sur le même pied. Une distance incommensurable séparait un vicaire général, parent du roi de Sicile-Naples, et l’avocat d’Anjou. Dans ces conditions, un panorama conclusif des hommes et des institutions se réduirait à la caricature. Il faut, à sa place, renvoyer aux différents articles. Ils favorisent néanmoins le bilan par leurs choix compatibles et complémentaires.

3S’ils traitent d’administrations de niveaux hétérogènes, ils retiennent pour chacune ses premiers degrés. Ils privilégient les officiers en relation à peu près directe avec le trône. Ils envisagent des tranches chronologiques variables ; mais elles convergent pour éclairer les années entre milieu XIIIe siècle et fin XIVe siècle. La conclusion privilégiera, à son tour, cette période si justifiée. Allant à peu près de Charles Ier (1246-1285) à son arrière-petite-fille, Jeanne Ire (1343-1382), ces limites correspondent pour les Angevins de Naples à la construction du régime puis à sa mise à l’épreuve. Elles permettent d’embrasser son espace entier, avant qu’il n’achève d’éclater. Elles autorisent à étendre le regard jusqu’à la Hongrie angevine, puisqu’elle coïncide en gros avec le XIVe siècle.

  • 1 Biblioteca Angelica (Rome), ms. 151, fol. 134v a (Res publica componitur ex personis superioribus, (...)

4Favorisée par l’unité approximative de temps et d’action, la consonance s’est alors bâtie sur une compréhension partagée des systèmes politiques considérés. La citation de Robert mène, avant tout, à la base de cet accord. Le roi s’inspirait de la présentation du corps politique dans la Cité de Dieu, de saint Augustin, pour énoncer la substance de la « république ». À la façon d’un chœur idéal, elle se composait « de personnes supérieures, moyennes et inférieures ». Le royal prédicateur revendiquait pour la monarchie, au premier chef pour son trône, une transcendance au-dessus de toutes les catégories sociales par la perfection de leur rassemblement1.

5Cette belle expression de souveraineté conforte la thèse qui soutient le livre. Voulue pour ferme principe, elle s’associe aux moyens d’une approche rénovée pour se confronter, dans un dialogue nuancé, aux réalités des hautes administrations angevines, de leurs méthodes d’encadrement aux conditions d’un ralliement au monarque par leur intermédiaire.

Le parti de l’État

6Dans leur dense « avant-propos », les responsables de l’entreprise commune donnent la dimension de leur ambition. Ils visent pour sûr une avancée dans l’histoire des Angevins de Sicile-Provence et de leurs domaines. Le thème s’impose par lui-même. La puissance angevine comptait entre les premières d’Occident et présentait encore une singularité relative, comme dispersée dans l’espace et installée pour le principal sur des terres d’abord étrangères. Mais ces caractères permettent d’en faire aussi, voire surtout, un laboratoire pour l’étude des royautés et principautés d’Occident à la fin du Moyen Âge.

7La monarchie angevine ne gardait son rang qu’en s’appuyant sur un appareil de gouvernement assez robuste. Son extension spatiale menait au brassage des expériences. Son extranéité, par rapport aux légitimités et aux traditions locales, s’ajoutait pour permettre, au total, de saisir comme l’essence de la monarchie entre fin XIIIe et XVe siècle. Cela suppose une sorte de préalable sur sa définition.

8Les contributions ici réunies conviennent, de façon expresse ou tacite, d’associer la question des officiers supérieurs à celle de l’État. Ces serviteurs du prince apparaissent comme des agents au moins potentiels de son avancée, et des indices de ses progrès ou de ses limites et échecs. Ce parti s’exprime dès les premières lignes du préambule collectif. Il se réclame des études sur « l’émergence des États durant la période médiévale », il s’entend entre XIIIe et XVe siècle. Cette déclaration liminaire libère la suite des logomachies, qui occupent encore quelques doctrinaires, sur l’opportunité d’employer le concept d’État pour la fin du Moyen Âge. Elle rattache, du même mouvement, l’ensemble des travaux à un courant historiographique désormais bien tracé.

  • 2 J. Le Goff et P. Nora (éd.), Faire de l’Histoire, 3 vol., Paris, 1974.
  • 3 J. Le Goff, La civilisation de l’Occident médiéval, Paris, 1972 (1re éd. 1964), p. 17 et 129-130.

9La parole « État » n’avait rien de tabou pour les positivistes. L’optique changeait cependant, dans la continuité de l’École des Annales, sous l’effet de l’« Histoire totale »2. Ses théoriciens s’éloignaient de ce qu’ils appelaient « l’histoire bataille ». Ils y englobaient le récit et jusqu’à la diachronie des gouvernements ou des institutions. Selon les courants marxisants et structuralistes qui traversaient l’Histoire totale, les pratiques du pouvoir relevaient facilement de la description ou de l’épiphénomène. Elles se subordonnaient au socio-économique et aux temps longs. Un regard non seulement anthropologique mais ethnographique, porté sur les mondes anciens, intervenait de concert. Dans son livre fondateur, qui introduisait à un « autre » Moyen Âge, Jacques Le Goff déclarait précisément : « Plus encore que la sociologie, l’anthropologie et l’ethnologie me paraissent éclairantes pour l’étude de la civilisation de l’Occident médiéval ». Il poursuivait en exposant sa défiance pour les questions politiques, auxquelles il n’accordait qu’une part réduite. Il parlait, à leur propos, « des historiens volontiers séduits par ces apparences et ces apparitions superficielles »3. Le penchant ethnographique valorisait les structures profondes et durables, mais insistait pourtant sur une distance incommensurable entre le Moyen Âge et le monde actuel. À la vanité du politique s’ajoutait le soupçon d’anachronisme, que le principe étatique subissait le premier.

  • 4 Ainsi R. Telliez, Compte rendu, dans Revue historique, 643, 2007, p. 720-722.

10En fait, Jacques Le Goff ne se privait pas d’employer la parole État. L’absence dans les sources médiévales de ce terme, au sens de système politique, suffisait pour que des épigones anathématisassent jusqu’à son usage lato sensu4. L’ignorance supposée radicale de l’État n’épargnait pas même les derniers siècles du Moyen Âge. Elle se corrélait à des réalités pour sûr évidentes, à savoir aux faiblesses des princes, aux divisions des sociétés et aux solidarités d’ordre privé, ou considérées pour telles, qui soudaient tant bien que mal les populations.

  • 5 J. H. Burns (éd.), Histoire de la pensée politique médiévale, 350-1450, Paris, 1993 (éd. anglaise (...)
  • 6 P. Durrieu, Les Archives angevines de Naples. Études sur les registres du roi Charles Ier, 2 vol., (...)

11Comment oublierait-on pourtant les idéaux continus d’empire et de théocratie pontificale ou la pérennité de l’augustinisme politique ? Comment mépriserait-on ses avatars scolastiques, en symbiose avec les renaissances juridique et aristotélicienne5 ? De là, les termes pullulaient au bas Moyen Âge pour désigner au moins l’aspiration à des régimes qui rassemblassent les hommes sous une autorité qui sublimât tout particularisme. Les expressions dès lors galvaudées de république, de bien commun, de bien public ou de civitas paraissent assez claires. Elles rejoignaient d’autres plus traditionnelles et polysémiques comme imperium, regnum, couronne ou curia. Ce denier mot vaut de s’y arrêter. Il appartenait au lexique de base de la chancellerie angevine. Or, il pouvait correspondre chez elle, selon les historiens de la fin du XIXe siècle, « à notre expression moderne de l’État » en désignant « le principe même du pouvoir central »6.

  • 7 Niccolò Machiavelli, Il principe, cap. 1, 1, éd. G. Inglese, Turin, 1995, p. V-IX et 7.
  • 8 Dante Alighieri, Inferno, cant. XXVII, vs. 54 (Tra tirannia si vive e stato franco), éd. I. Borzi (...)

12La diversité du vocabulaire suggère certes quelque flou dans les représentations d’une autorité de type étatique. Autour de 1500, toutefois, le vocable unificateur d’État triomphait. Machiavel entamait le Prince, daté de 1513/1514, par cette phrase célèbre : « Tutti gli stati, tutti e’ dominii che hanno avuto e hanno imperio sopra gli uomini, sono stati e sono o republiche o principati (tous les États, toutes les dominations qui ont eu et ont pleine autorité sur les hommes, ont été ou sont soit des républiques soit des principats) »7. L’emploi de « stato » levait toute ambiguïté avec des organisations politiques de rang inférieur. Il dégageait ce que l’État avait d’absolu et d’autonome, en remplaçant la civitas aristotélicienne. Il n’en dérivait pas moins. Le sens nouveau donné à « État » n’apparaissait pas d’un coup, par génération spontanée. Son prodrome se perçoit dans l’Antiquité. Il se relève, pour l’époque médiévale, chez Dante8. L’acception s’était donc peu à peu précisée, autant qu’elle résultait d’une maturation des structures de gouvernement.

  • 9 G. Duby, Le dimanche de Bouvines, Paris, 1973 ; J. Berlioz, « Le dimanche de Bouvines » de Georges (...)

13La prise de conscience d’un glissement intellectuel et pratique, entre fin XIIIe siècle et XVe siècle, a beaucoup contribué au retour du politique dans l’historiographie du Moyen Âge tardif et l’a orienté. L’École positiviste considérait un peu vite l’État comme une donnée a priori. En devenant un objet historique, il offre de nouvelles perspectives aux chercheurs, car il se soumet à des évolutions et requiert des interprétations qui dépassent les inventaires. S’ouvrant à des explications d’ensemble, il rencontre en sus les développements de l’histoire totale. Elle ne saurait rien négliger, selon sa propre logique, fût-ce malgré ses réticences. Elle revint donc à la bataille, au sens le plus strict, quand Georges Duby livra en 1973 son essai sur Bouvines9. Au mobile des mentalités, il ramenait la « nouvelle histoire » vers le politique. Elle élargissait bientôt ses curiosités. En conséquence, elle autorisait au moins le débat sur la notion d’État.

  • 10 B. Guenée, L’Occident aux XIVe et XVe siècles. Les États, Paris, 1971 ; J.-P. Genet (éd.), L’État (...)

14Pour s’en tenir à la production française brevitatis causa, la « réhabilitation » de l’État médiéval s’affirmait en réalité dès la parution en 1971 d’un ouvrage resté fameux de Bernard Guenée. Il lançait un double défi. Il remettait au premier plan le politique à l’apogée de l’histoire « économique et sociale ». Il revendiquait le mot sulfureux d’État. Il présentait les XIVe et XVe siècles comme un temps de construction des États en Occident. Par la suite, le renouveau mobilisait en masse avec un double programme de recherche, poursuivi dans les années 1984-1993, que patronnaient le CNRS et la Fondation européenne de la science. Il se consacrait nommément à la « genèse de l’État moderne »10. L’intitulé encourageait sans doute un penchant téléologique. Il voulait seulement interroger sur l’antériorité, aux Temps modernes, de modèles étatiques et sur leurs liens de causalité avec les époques ultérieures. Après tout, l’Histoire n’existe que parce qu’elle dialogue avec nos préoccupations (comme le rappelle au passage l’avant-propos du présent livre).

  • 11 J. Le Goff, Saint Louis, Paris, 1996.
  • 12 E. Cortese, Il diritto nella storia medievale, 2 vol., Rome, 1995-1997 ; E. Conte, Diritto comune  (...)
  • 13 G. Tabacco, Egemonie sociali e strutture del potere nel Medioevo italiano, Turin, 1974 ; Id., Le i (...)

15Les spécialistes du politique et de l’État ne cessent depuis lors de se multiplier. Jacques le Goff les avait d’ailleurs rejoints, touchant à la marge jusqu’à l’événementiel11. Le même engouement a gagné toute la « médiévistique » occidentale. Au vrai, la science italienne n’avait jamais relâché son attention pour les pouvoirs, ni perdu le sens des continuités étatiques. Le dynamisme de l’histoire du droit avait maintenu cette lucidité et continue de l’alimenter12. Mais assurément un nouvel élan a été pris. Il convient de rappeler les noms de Giovanni Tabacco, pour le Piémont, et de Giuseppe Galasso, pour le Mezzogiorno. L’ascendant des deux maîtres sur leurs disciples a conditionné, entre autres, l’historiographie angevine. Ainsi le Professeur Galasso a-t-il ouvert la voie d’une anthropologie politique, qu’il a étendue au royaume de Naples angevin13.

  • 14 L. Sturzo, Politica e morale, dans Id., Morale e politica, éd. C. Dau Novelli, Rome, 2012, p. 80.

16Au total, un modèle s’est élaboré, qui a gagné aujourd’hui un large consentement parmi les historiens. Ils reconnaissent en nombre les caractéristiques d’un État de la fin du Moyen Âge, dans son individualité. Il possédait ses logiques propres et ne tendait pas nécessairement vers l’État moderne, comme s’il fût sa cause finale. Il se confirme néanmoins comme un ancêtre des pouvoirs publics postérieurs, ce qui permet de le classer dans un même genre. Il présentait quelque analogie avec la définition que donnait encore au milieu du siècle dernier Luigi Sturzo, en héritier de l’aristotélo-thomisme : « Il fine dell’attività politica è il vantaggio dello Stato considerato come il bene comune (la fin de l’activité politique est l’avantage de l’État considéré comme le bien commun) »14. Cette phrase introduit non à la contradiction mais à la tension qui traversait les monarchies parvenues à maturité.

17Le prince bénéficiait d’une idéologie qui l’exaltait au-dessus de tout rival terrestre. Simultanément, cependant, il se présentait en agent d’un but supérieur à lui-même, qui préparait jusqu’à un accomplissement dans l’au-delà. Pour résumer l’essentiel, il était garant du bien commun. Sa sublimité et sa nécessité agissaient sur l’opinion, et lui proposaient une clef de lecture de l’action gouvernementale. Le monarque s’appuyait sur un droit reconnu par tous, mais aussi sur une fiscalité publique et sur un appareil bureaucratique. Il en résultait la coagulation de milieux intéressés au gouvernement, à différents niveaux de la société. Le phénomène participait à l’affirmation d’identités à l’échelle des pays.

  • 15 M. Hébert, Parlementer. Assemblées représentatives et échanges politiques en Europe occidentale à (...)
  • 16 R. Rao, Gli Angiò e l’importazione di modelli principeschi nell’Italia nord-occidentale, dans P. G (...)

18Les « nationalités » s’esquissaient, au vrai, parce que le mode d’administration y conduisait par le besoin d’associer. La monarchie demeurait limitée et dialoguait avec ses peuples, du moins avec des élites mais larges. L’importance des assemblées représentatives est désormais bien perçue15. Plus globalement, le prince ne gouvernait qu’en collaboration avec des corps intermédiaires, de la féodalité aux communautés. De la sorte, il ne régnait pas que par la loi mais autant par la grâce, ainsi que Riccardo Rao l’a récemment dit pour le Piémont angevin16. De fait, l’historiographie angevine contribue sensiblement à la reconnaissance et à la connaissance de l’État médiéval.

Les inflexions heuristiques

19L’histoire des États angevins offre, à la base, beaucoup de « matière première ». Le présent ouvrage rappelle opportunément la portée des sources disponibles. Elles ne se limitent pas à entasser des faits positifs. Elles témoignent encore de la nature des gouvernements parce qu’elles les façonnaient ou reflétaient leurs valeurs à dessein. Ces intentions étaient banales pour tous les pouvoirs, mais elles se vérifiaient au plus haut point avec la monarchie de Sicile-Provence.

  • 17 F. Calasso, I glossatori e la teoria della sovranità, Milan, 1951 ; G. Giordanengo, Féodalités et (...)
  • 18 F. Calasso, Andrea d’Isernia, dans Dizionario biografico degli Italiani (DBI), Rome, 1960-, en lig (...)
  • 19 Andrea d’Isernia, Prooemium super Constitutionibus Regni, dans Constitutionum Regni Siciliarum lib (...)
  • 20 Ibid., p. XXV ; d’après Novellae 105, 2, 4, éd. R. Schoell et G. Kroll, Hiledsheim, 1993 (13e éd. (...)
  • 21 J.-P. Boyer, Ecce rex tuus. Le roi et le royaume dans les sermons de Robert de Naples, dans Revue (...)

20Une représentation du roi et du régime s’appuyait, en particulier, sur une production intellectuelle allant des sermons aux traités juridiques. Elle se développait dans une ambiance favorable, d’abord parmi les lettrés et professeurs de la cour que Serena Morelli met en scène dans son article sur « les grands officiers du royaume ». Ce cadre exceptionnel avait des prolongements dans la profondeur des domaines angevins, ainsi que le rappelle Jean-Luc Bonnaud en notant le nombre appréciable des « universitaires » parmi les « juges mages » de Provence. Tous ces hommes répandaient ou recevaient une image de leur maître en souverain et prince « à la romaine »17. Pour donner la couleur, qu’il suffise de citer le fameux aphorisme d’Andrea d’Isernia, professeur de droit civil à Naples puis lieutenant du protonotaire18 : « Le roi est monarque de son royaume »19. Un second extrait du juriste réduira à quia qui douterait toujours d’une conception étatique de la couronne. Ne déclarait-il pas, d’après les Authentiques, que « le prince est loi animée sur terre »20 ? L’aristotélo-thomisme n’avait pas moins de place. On pourrait en revenir au roi Robert qui prêchait, entre autres arguments favorables à l’État, sur les avantages matériels et spirituels du bien commun et de la « communauté politique »21. L’idéologie royale pénétrait encore les écrits de la chancellerie « centrale » et même des bureaux auprès des administrations périphériques.

  • 22 A. Kiesewetter, La cancelleria angioina, dans L’État angevin... cit., p. 361-415 ; S. Palmieri, De (...)

21Si tous ces actes véhiculaient une identité du pouvoir, ils lui donnaient d’abord une dimension concrète. Leur technicité, sous ce rapport, s’épanouissait à la chancellerie royale. Ses méthodes d’enregistrement et sa rigueur en la matière la portaient au niveau du gouvernement pontifical, qui d’ailleurs l’inspirait. Les célèbres « registres angevins » ont longtemps alimenté l’histoire de l’État « siculo-napolitain ». Chacun connaît leur perte en 194322. Plusieurs articles ici réunis laissent constater ce que permettent, malgré tout, les sources de remplacement.

22Les contributions de Thierry Pécout et de Jean-Luc Bonnaud sur l’administration provençale puisent pour le principal, directement ou médiatement, dans les fonds de la chambre des comptes d’Aix (la série B des Archives départementale des Bouches-du-Rhône). L’enquête de Riccardo Rao sur les sénéchaux de Ligurie ou de Piémont apprend l’utilité des anciennes archives communales, éditées ou non, de haute Italie. Tous ces fonds conservent, sous diverses formes, des actes de la cour et d’autres dressés par des rédacteurs provinciaux ou locaux. De ces deux façons, ils convainquent beaucoup d’une efficience de l’administration angevine, en particulier comme un gouvernement de l’écrit (ce qui derechef la rapprochait de la papauté).

  • 23 I registri della Cancelleria angioina ricostruiti dagli archivisti napoletani, éd. R. Filangieri e (...)

23Il ne s’agit pas de nier la valeur inégalable des anciens registres napolitains venus de la chancellerie. La quasi-totalité des travaux ici proposés continuent de leur devoir. Ils le peuvent grâce, entre autres, à la restauration fragmentaire des recueils à partir de rares manuscrits originaux, de microfilms et d’anciennes transcriptions ou analyses. Cette entreprise vient de quelques savants, œuvrant à titre individuel, et des diplomatistes et paléographes dédiés à la restitution méthodique des archives détruites. Ils collectent ce qui demeure de leur substance puis l’éditent dans les fameux « registres reconstruits », publiés à Naples23. Les articles aujourd’hui réunis ont mobilisé, à leur tour, les essais et recherches des siècles précédents, qui ont pu alimenter le gros des reconstitutions. Entre ses principaux mérites, le présent ouvrage a su assimiler cette longue production.

  • 24 P. Vincenti, Teatro degli uomini illustri che furono Protonotarii nel Regno di Napoli, Naples, 160 (...)
  • 25 C. Tutini, Discorsi de’ Sette Officii o vero de’ Sette Grandi del Regno di Napoli, Parte I, nella (...)

24L’introduction de Riccardo Rao puis les contributions de Serena Morelli et de Rosanna Lamboglia, réciproquement sur les grands officiers de la cour napolitaine et sur ses amiraux, condensent la tradition savante sur les institutions du Royaume. Elles montrent combien, à partir de cette question des grands offices, les investigations sur l’État napolitain furent précoces et persévérantes. Apparaît ainsi en pleine lumière l’entreprise inachevée de l’archiviste napolitain, encore qu’originaire d’Ostuni (Pouilles), Pietro Vincenti. Il livrait dès 1607 un premier Théâtre des hommes illustres, consacré aux protonotaires, avant un second volume sur les Grands amiraux du royaume de Naples24. À sa suite, au cœur du XVIIe siècle, les Discours des sept officiers ou bien des sept grands du royaume de Naples dus à Camillo Tutini ne prennent pas moins de relief, quoique également incomplets (arrêtés au connétable, au maître justicier et au grand amiral)25.

  • 26 P. F. Palumbo, Pietro Vincenti « Archivarius Siclae » e l’erudizione napoletana del primo Seicento(...)

25Riccardo Rao, Serena Morelli et Rosanna Lamboglia établissent le projet de ces auteurs. En transmettant la mémoire de hautes personnalités du passé, ils fondaient la gloire des grandes familles napolitaines. Leurs titres équivalaient d’ailleurs à un programme, et Pietro Vincenti s’en expliquait : « Non sono mancate, né mancano in Napoli liti intorno alla precedenza […], io, per evitar queste gare di precedenza, ho voluto scrivere il Teatro (les conflits sur la préséance n’ont pas manqué ni ne manquent à Naples […] ; pour éviter ces rivalités de préséance, j’ai voulu écrire le Théâtre) »26. Le propos, digne des tabourets de Saint-Simon et à première vue misérable, revendiquait l’éminence d’une nation napolitaine en corps organisé, au temps de la vice-royauté espagnole.

  • 27 A. Musi, Napoli spagnola. La costruzione storiografica, Salerne, 2011 ; Id., La storiografia napol (...)
  • 28 A. Di Costanzo, Historia del Regno di Napoli, L’Aquila, 1581.
  • 29 P. Giannone, Istoria civile del Regno di Napoli, 4 vol., Naples, 1723 ; A. Merlotti, Giannone, Pie (...)

26Il y eut continuité, à l’époque moderne, d’une recherche sur l’identité politique et pour tout dire étatique du royaume napolitain27. Il s’agissait d’une conscience collective. Elle s’affirma au XVIe siècle, quand précisément l’indépendance s’était perdue, dans l’Histoire du royaume de Naples d’Angelo Di Costanzo28. Le mouvement pourrait se suivre jusqu’à Pietro Giannone qui livrait, pendant la brève vice-royauté autrichienne, son Histoire civile du royaume de Naples, au titre encore évocateur. Tout tendu dans la défense des prérogatives du Royaume face à l’Église, il reprochait aux Angevins d’avoir affaibli la monarchie à son profit et à celui des barons29. Cette ancienne historiographie, quels que fussent ses mobiles, ne procédait pas qu’à des reconstructions artificielles. Outre qu’elle apporte des informations, elle donne à réfléchir sur ses interprétations. Au reste, le XVIIIe siècle marquait l’entrée dans une histoire plus rigoureuse.

  • 30 M. Amari, Un periodo delle istorie siciliane del secolo XIII, Palerme, 1842 ; Id., La guerra del V (...)

27La seconde moitié du XIXe siècle ouvrait un temps fort de la science historique. Entraient en jeu les passions qui se confondaient dans le Risorgimento. Un vrai départ était précisément donné par le patriote sicilien puis italien Michele Amari quand il publiait en 1842, sous une première forme, son étude et diatribe centrée sur les Vêpres (1282). Si elle n’examinait pas l’administration angevine en tant que telle, elle en dénonçait violemment les travers30. L’historiographie du Mezzogiorno s’épanouissait après l’Unité. Les « registres angevins » de Naples devenaient pleinement accessibles. Après que l’École française de Rome avait fini de prendre forme (1875), alors que les communications progressaient, les médiévistes étrangers et italiens cumulaient leurs travaux. L’extraordinaire richesse des archives napolitaines les retenait, tandis que l’histoire politique jouissait d’une prépondérance incontestée.

  • 31 G. Yver, Le commerce et les marchands dans l’Italie méridionale au XIIIe et au XIVe siècle, Paris, (...)
  • 32 Entre d’autres titres : C. Minieri Riccio, Cenni storici intorno i grandi uffizii del regno di Sic (...)
  • 33 G. Petraglione, Bibliografia degli scritti di Gennaro Maria Monti, dans Japigia, 15, 1944/1, p. 42 (...)

28L’historiographie de la période angevine demeurait celle de l’autorité monarchique et du pouvoir central. Georges Yver, dans son essai sur l’économie du Mezzogiorno, restait lui-même en symbiose avec ce courant31. Paraissaient les études majeures, auxquelles se réfèrent d’abondance les contributions qui précèdent. Sur le thème de la haute administration, on retiendra parmi d’autres les apports de Camillo Minieri Riccio, Bartolomeo Capasso, Paul Durrieu ou Léon Cadier32. Le mouvement culminait dans l’Entre-deux-guerres, pour se prolonger jusqu’aux années cinquante. Dominaient les innombrables publications de Gennaro Maria Monti, le livre de Romolo Caggese sur Robert, les recherches d’ordre principalement législatif et juridique de Romualdo Trifone et de Francesco Calasso, les travaux d’Émile-Georges Léonard. Ce dernier explorait le règne mal connu de Jeanne Ire, puis composait sa belle synthèse qui continue de faire autorité sur le monde angevin33.

  • 34 À É.-G. Léonard, ajouter N. F. Faraglia, Storia della regina Giovanna II d’Angiò, Lanciano, 1904 ; (...)
  • 35 M. Camera, Annali delle due Sicilie dall’origini e fondazione della monarchia fino a tutto il regn (...)

29Les limites n’échappent pas. Les règnes de Charles Ier et de Charles II ou au mieux de Robert captaient le principal de l’attention, quoique sans la confisquer34. Centrées sur la capitale du Royaume, les publications s’étendaient peu aux périphéries, encore moins à la globalité du monde angevin. Gennaro Maria Monti, Émile-Georges Léonard ou Romolo Caggese représentaient plutôt d’heureuses exceptions par leur largeur de vue. Une anecdote illustre les autismes. Charles Artus (Arthur en ancien français), ce grand personnage de la cour que l’on suppose fils naturel de Robert, devenait « Carlo d’Artois » et « conte d’Artois » sous la plume de certains historiens. Ils ne percevaient pas l’ineptie d’une telle identification, parce que cantonnés dans le Royaume ou dans Naples. Jusqu’à Romolo Caggese tombait dans le piège35. En face, trop de périphéries restaient l’objet d’une érudition provinciale, peu consciente de l’insertion de ces contrées dans l’une des grandes monarchies d’Occident. Elle ne répondait pas à la logique des nations, qui l’emportait au XIXe siècle. Beaucoup de ses terres appartenaient maintenant à des États étrangers à un royaume qui, après 1860, n’avait aucun héritier pour bercer les nostalgies. Somme toute, une forme d’épuisement guettait une historiographie angevine aux horizons étroits. Elle s’essoufflait inéluctablement après l’incendie de 1943 des archives napolitaines et avec le déclin général de l’histoire politique.

  • 36 Quelques titres : A. Cutolo, Re Ladislao d’Angiò Durazzo, Naples, 1969 ; C. De Frede et al., Napol (...)
  • 37 G. Galasso, Il Regno di Napoli... cit.

30L’effacement était relatif. Le rappellent les volumes consacrés à la période angevine de la Storia di Napoli, le colloque italo-hongrois de 1972 sur les Angevins de Naples et de Hongrie et diverses publications, telle la recherche de Joachim Göbbels sur l’organisation militaire au temps de Charles Ier36. Néanmoins, il fallait attendre le cours des années 1990 pour qu’une renaissance s’amplifiât. Le livre monument de Giuseppe Galasso sur la Naples angevine et aragonaise lui donnait un départ37. Les initiatives se sont multipliées à sa suite, au point qu’un bilan même sommaire devient impossible pour une conclusion.

  • 38 Catalogue de l’exposition de Fontevraud : L’Europe des Anjou. Aventure des princes angevins du XII (...)

31L’intérêt a rebondi avec le regain partagé du politique, outre des raisons propres. Une attention plus vive pour la période allant du milieu XIVe siècle au XVe siècle a joué, quoiqu’elle demeure en retrait dans les recherches. Elles sont surtout régénérées par une mobilisation de tout l’espace angevin, Europe centrale et orientale comprise. L’extension suppose évidemment la circulation des savoirs. L’historiographie angevine est désormais soutenue par le dialogue entre érudits. Des colloques le rythment depuis 1995. À leurs côtés, la somptueuse exposition tenue à Fontevraud en juin-septembre 2001, sur « l’Europe des Anjou », suscita un autre grand moment d’échange. Selon l’esprit d’une histoire définie par ses références dynastiques, les mécanismes de l’État restent au centre des préoccupations, pour s’étendre de là à la question générale des pouvoirs. L’élan s’accélère comme jamais avec le congrès de Bergame et ceux qui l’ont déjà suivi, dans le cadre du projet « Europange ». Son titre résume tout : « Les processus de rassemblements politiques : l’exemple de l’Europe angevine »38.

32Ces rencontres aujourd’hui répétées n’ont rien de superfétatoire, en dépit des travaux qui se sont accumulés. Chacune permet au contraire, pour départ, de mesurer les lacunes de l’érudition. Le renouveau de l’histoire angevine demeure trop récent pour avoir donné tous ses fruits, comme le démontrent les auteurs des présentes contributions. Ainsi la période mi-XIIIe-mi-XIVe siècle reste-t-elle privilégiée, parce que mieux documentée et auréolée du prestige en partie controuvé des beaux temps angevins. Le présent volume conserve d’ailleurs cette préférence. Il y a surtout le défi de l’espace élargi, qui s’envisage désormais, et des interactions qu’il suppose. La vision d’ensemble que poursuit maintenant l’histoire angevine ne saurait aboutir qu’après bien des efforts.

33Ses exigences ont suggéré une innovation heuristique, qui donne au projet « Europange » son axe et sa particularité. Il veut obtenir une radiographie aussi complète que possible du corps administratif des domaines angevins, en rassemblant les informations qui survivent sur l’origine, la formation, la carrière et les responsabilités des officiers. L’opération dépend de l’informatique pour assurer la collecte, l’organisation et la diffusion des données. Anne Tchounikine et Maryvonne Miquel expliquent plus haut comment ces éléments se récolteront, se croiseront et se mettront à la disposition des chercheurs. Ce sera un grand pas pour juger de l’encadrement des hommes, de la cohésion des régimes angevins, de leurs variantes spatiales ou temporelles, de la compétence des administrateurs, des rapports entre pouvoir et société. Pour atteindre ces fins, des biographies pour ainsi dire « brutes » exigent cependant leur subordination à une réflexion historique intégrale, à commencer par un dialogue avec les plus classiques études institutionnelles.

34Fort d’une première moisson documentaire, le congrès de Bergame a entamé ce travail d’interprétation par le chapitre de la haute administration comme une évidente nécessité. Ces prolégomènes conditionnent les investigations à venir. Ils dessinent l’armature des monarchies angevines et déterminent à grands traits leur niveau d’unité et d’autorité. Ils supposent toutefois à la base, pour avoir du sens, une catégorie réelle et assez fournie d’officiers supérieurs.

Les officiales majores

  • 39 F. Del Punta, S. Donati et C. Luna, Egidio Romano, dans DBI, en ligne www.treccani.it/biografie.

35La plus heureuse justification de la recherche décidée se trouve dans le De regimine principum (Du gouvernement des princes) que Gilles de Rome rédigeait vers 1280 pour le futur roi de France Philippe IV le Bel39. Le deuxième livre de l’ouvrage se consacrait à ceux qui secondaient le monarque, de sa famille à ses autres auxiliaires. À leur propos, la réflexion s’étendait à l’organisation des services. Elle commandait en réalité la situation de ces hommes :

Quand on confie à beaucoup la même fonction, elle est souvent négligée, car fréquemment tout un chacun de ceux qui servent ne se soucie pas d’une telle tâche, croyant qu’un autre l’accomplit. Partout en effet où il y a multitude, il y a désordre, à moins que cette foule ne soit réduite à une quelconque unité, comme nous le voyons dans l’univers […]. C’est pourquoi, si quelque charge est commise à beaucoup de serviteurs […], il faut leur préposer un « architecte », à qui il appartienne de les presser et de les organiser. Or, cette leçon est surtout nécessaire dans le gouvernement des maisons royales où, à cause de la grandeur des offices, il faut attribuer le même service à beaucoup d’officiers.

36À cette verticalité s’ajoutait la distinction, comme recommandation non contradictoire mais complémentaire : « Dans les maisons des rois et des princes, où il y a quantité d’administrateurs et où les offices suscitent la plus vive préoccupation, il faut absolument les particulariser et séparer (sunt omnino officia particulanda et distinguenda) ». Après les structures venait la qualité convenable aux ministres, soit la « noblesse des mœurs ». Gilles de Rome poursuivait ce point en énonçant un vrai truisme : « Nous pouvons de fait distinguer une double noblesse, l’une selon l’opinion, comme la noblesse de la race, et l’autre selon la vérité, comme la noblesse du caractère ». Il se hâtait de nuancer le propos : « L’on voit en réalité que, pour le principal, les nobles de naissance sont plus nobles de mœurs que les autres ». L’inégalité sociale engageait à la plus grande circonspection dans les promotions d’inférieurs, encore que sans les interdire :

  • 40 Aristote, Rhétorique, livre II, chap. 16, § 4, éd. Bekker, 1391a ; trad. Latine de Guillaume de Mo (...)
  • 41 Gilles de Rome, De regimine principum, lib. II, pars 3, cap. 16 et 18-19, éd. H. Samaritanius, Rom (...)

Cependant parce que, comme il est dit au second livre de la Rhétorique40, les mœurs de ceux naguère enrichis et montant nouvellement à un statut élevé sont en général pires que le genre de vie des autres, il faut avoir bien garde qu’on ne doit pas les élever aussitôt à des charges trop hautes (comme si les chefs des offices se prenaient de vile origine parce qu’on a vu qu’ils s’étaient comportés prudemment et fidèlement dans de petites fonctions), mais par degrés41.

37Cet ultime avertissement souligne que Gilles de Rome poursuivait une longue tradition de conseils aux princes, mais qu’il les appropriait au devenir des monarchies. Tels prétendus avis d’Aristote à Alexandre, extraits du Roman d’Alexandre composé dans les années 1180, illustrent par comparaison la continuité et l’adaptation :

Et en aprés li mostre un bon chastiëment :
Que ja sers de put aire n’ait entor lui sovent,
[…].
Ne ne croie ses sers d’encuser ses barons,
Les povres chevaliers sequere par biaus dons.

  • 42 Alexandre de Paris, Le Roman d’Alexandre, branche I, laisse 15, vs. 343-344, et branche III, laiss (...)

38(Pour finir, il lui donne un conseil judicieux : qu’il ne s’entoure jamais de serfs, de gens mal nés […]. Qu’il ne laisse pas non plus ses serfs accuser ses barons. Qu’il secoure les chevaliers pauvres par de beaux dons)42.

  • 43 Hélinand de Froidmont, De bono regimine principum, cap. 20-21 et 23, PL 212, col. 741-744.

39La société féodale ainsi défendue ne représentait qu’un songe, alors que les princes recouraient selon leur arbitre à qui servait leurs intérêts. Gilles de Rome ne se permettait plus de rêver. Il freinait la dissolution de l’ordre ancien, mais il l’encourageait par ailleurs en approuvant l’essor de structures administratives avec leur personnel de plus en plus technique. En conséquence, un fossé continuait de le séparer des instructions dispensées au début du XIIIe siècle, dans le De bono regimine principum (De la bonne conduite des princes), par Hélinand de Froidmont. Celui-ci envisageait la « discipline des officiers », pour s’enfermer dans un discours édifiant contre la vénalité. Il n’envisageait guère l’organisation interne des services, et n’esquissait les différences de rang qu’à l’arrière-plan. Il ébauchait une définition des offices ; mais il se limitait à une échelle de valeurs morales quand il parlait du cœur de la république (les conseillers), de son ventre (les gens de finance) et de ses intestins (les geôliers)43.

40Gilles de Rome livrait, pour sa part, une ample vision d’un gouvernement rénové au nom de l’efficacité. Il ne se limitait pas à recommander la spécialisation des organes administratifs, donc leur multiplication, ni à concéder en leur sein quelque place aux hommes nouveaux, en raison de leurs capacités. Il admettait pour eux des plans de carrière. En parallèle, chaque office se hiérarchisait. Tout se disposait sur le modèle d’une pyramide qui aboutissait au prince. Bénéficiaire de cette discipline et de cette ferme réduction à l’un, il se distinguait d’autres pouvoirs comme ceux des simples seigneurs.

41Se profile au total une problématique de haute actualité, pour les derniers siècles du Moyen Âge, qui conforte le présent ouvrage. L’affirmation d’une autorité monarchique de type étatique se révélait dans les efforts touchant la hiérarchie administrative, tant pour les offices que pour leurs titulaires. Une telle piste conduit à une conception extensive de la catégorie des officiers supérieurs, comme substrat d’un mode de gouverner, ainsi qu’y invite Gilles de Rome. L’introduction de Riccardo Rao et les contributions de Serena Morelli et de Rosanna Lamboglia remettent justement en discussion une définition étroite de la haute administration du royaume de Sicile-Naples, venue de la tradition.

  • 44 S. Palmieri, La cancelleria del regno di Sicilia... cit., p. 146.

42Les Discours des sept officiers, de Camillo Tutini, ont beaucoup contribué à réduire l’examen aux grands offices de cour et à imposer, pour eux, le sentiment d’un organigramme quasi canonique. Dans sa version la plus ordinaire, il compte le grand justicier, le sénéchal, le connétable, le grand chambrier, le grand amiral, le grand chancelier, le protonotaire et le logothète. Les deux dernières fonctions s’assimilent en fait dans l’historiographie et dans la réalité : « À partir de 1296, Bartolomeo di Capua avait cumulé les deux charges de logothète et de protonotaire, qui demeurèrent depuis lors, jusqu’à la fin du règne de Jeanne II, l’apanage d’un même officier »44.

  • 45 C. Minieri Riccio, Cenni storici intorno i grandi uffizii... cit.
  • 46 P. Durrieu, Les archives angevines... cit., I, p. 39.
  • 47 L. Cadier, Essai sur l’administration... cit., p. 157-308.

43La nomenclature varie toutefois selon les érudits, outre que les postes n’étaient pas toujours pourvus d’un titulaire. Camillo Minieri Riccio finissait par distinguer seize grands offices : connétable, amiral, vice-amiral, maître justicier, vice-maître justicier, logothète, protonotaire, chambrier, chancelier, vice-chancelier, sénéchal, vice-sénéchal, maréchal, vice-maréchal, maître panetier, maître bouteiller45. Paul Durrieu se limitait à une liste plus convenue de huit charges, avec connétable, amiral, maître justicier, protonotaire, chambrier, chancelier, sénéchal et maréchaux46. Il intégrait donc ces derniers parmi les grands officiers. En revanche, il ne citait pas le logothète, parce qu’aucun n’était en fonction pendant le règne de Charles Ier, qui retenait son attention. Léon Cadier proposait également, pour les règnes de Charles Ier et de Charles II, une série de huit offices. Plutôt banale, elle présentait néanmoins ses particularités. Elle incluait connétable, amiral, logothète, protonotaire, chambrier, chancelier, grand sénéchal et maréchaux, mais excluait curieusement le maître justicier. Le tableau dressé à la fin de l’ouvrage s’étendait, lui, aux vice-amiraux et aux vice-chanceliers. Laissant un livre posthume, l’auteur ne léguait pas des conclusions assurées. Son embarras s’augmentait sans doute d’un autre facteur. Il percevait les fluctuations et les vacances des grands offices, dans la pratique47.

  • 48 F. Lot et R. Fawtier, Histoire des institutions françaises au Moyen Âge, II, Institutions royales (...)
  • 49 G. Tessier, Diplomatique royale française, Paris, 1962, p. 206-223.
  • 50 P. Durrieu, Les Archives angevines... cit., I, p. 39 ; L. Cadier, Essai sur l’administration... ci (...)
  • 51 Formularium Curie Caroli secundi, n. 110-112, éd. B. Mazzoleni, dans I registri della cancelleria. (...)

44Ces constatations rejoignent les hésitations, dans le catalogage des grands officiers de cour, pour convaincre de révoquer en doute leur archétype ou d’en estomper les contours. Riccardo Rao, Serena Morelli et Rosanna Lamboglia en décortiquent l’origine, quand ils remontent à l’érudition napolitaine d’époque moderne et à ses soucis de préséance. Ils dictaient a posteriori sa limpidité supposée à l’architecture des grands offices du Moyen Âge. Cette « standardisation » trouvait incontestablement un mobile supplémentaire chez Paul Durrieu et Léon Cadier, comme historiens français. Il s’agissait de l’ombre portée par les grands officiers de la monarchie capétienne, selon un schème que consacrerait la synthèse définitive de Ferdinand Lot et Robert Fawtier48. Les diplômes royaux « classiques », jusqu’aux derniers d’entre eux (1330), ont assuré une grande fermeté au modèle, en énumérant dapifer, bouteiller, chambrier, connétable et chancelier49. Or, si Charles Ier récupérait en partie les institutions normandes et souabes, il introduisait concurremment des usages de la cour de France50. Son influence se percevait dans la position du chancelier ou du sénéchal. Les offices de chambrier, de connétable mais encore de maréchal s’établissaient « à la manière du royaume de France »51. Le fait paraît avoir joué pour convaincre Paul Durrieu et Léon Cadier de ranger les maréchaux parmi les grands officiers.

  • 52 L. Cadier, Essai sur l’administration... cit., n. 9-12, p. 295-298 ; Formularium Curie... cit., n. (...)
  • 53 Cronaca di Partenope, A, § 73 et 75, B, § 93-94, éd. S. Kelly, The Cronaca di Partenope. An Introd (...)

45Il existait assurément de grands offices à la cour de Sicile-Naples, dans le plein sens du terme. Ainsi Charles II avait-il, selon le moment, un « grand chambrier du royaume de Sicile » ou un « comte chambrier »52. La Chronique de Parthénope parlait de « grands offices », pensant à l’évidence à ceux de la cour, sans toutefois les recenser53. Les pages de Serena Morelli apprennent à reconnaître ces grands officiers mais à les considérer désormais comme une réalité fluide, qu’il s’agît de l’extension donnée à la catégorie, des responsabilités théoriques ou effectives, des charges ou dignités assumées ou vacantes. Cette mobilité put contribuer à la maigre influence de Naples, relevée par Enikő Csukovits, sur les institutions curiales en Hongrie angevine. Elle trouve des arguments supplémentaires dans le formulaire de chancellerie compilé vers 1306-1307. Il regroupait les actes modèles concernant les principaux auxiliaires du monarque. La liste se commente seule :

  • Sénéchal.

  • Maréchal.

  • Maîtres rationaux.

  • Chancelier.

  • Chambrier, comte chambrier ou grand chambrier, selon les documents.

  • Connétable.

  • Procureurs du fisc.

  • Panetier.

  • Protonotaire.

  • Amiral.

  • 54 Formularium Curie... cit, n. 103-132, p. 157-201.

46Au milieu des actes concernant les officiers, trois autres s’introduisaient qui touchaient les hommages, en distinguant ceux au bénéfice du roi ou des barons54. S’il y avait un indéniable désordre, une autre logique se dessinait que celle des grands offices. Comme le souligne encore Serena Morelli, ils finissaient de décliner entre XIVe et XVe siècle dans leur rôle concret, pour se contracter sur leur dimension honorifique. Tel était déjà, remarque Rosanna Lamboglia, le destin de l’amirauté de Sicile quand elle passait en 1305 à un courtisan comme Sergio Siginulfo. Dans la marche du gouvernement, le relais effectif de l’autorité royale et son degré ne se calquaient plus ipso facto sur la gloire attachée à un titre antique et vénérable. Et ils primaient auprès du monarque.

  • 55 Ibid., n. 119, p. 171 ; S. Palmieri, La cancelleria del regno di Sicilia... cit., p. 16 (note 9).
  • 56 R. Trifone, La legislazione angioina... cit., n. 12, p. 12.
  • 57 Ibid., n. 39, p. 41.

47Cette priorité se devinait, entre beaucoup d’exemples, dans les statuts publiés en 1294 pour le sénéchal. Ils exemptaient de sa justice criminelle « les personnes […] aux côtés du roi, qui sont de son conseil secret, et les chambellans royaux »55. Une liste de 1267, d’officiers privilégiés par un droit de gîte défendu aux autres, nommait « nos conseillers, les officiers de notre hôtel (officiales officii nostri), ainsi que le maître justicier et les juges de notre grande cour, les protonotaires, les maîtres rationaux et les notaires »56. La polymorphie du pouvoir central présentait sans doute une part d’archaïsme. Elle affirmait, bien davantage, comme une émancipation du roi. De la sorte, il parlait volontiers de responsabilités exercées globalement par « notre grande cour »57. En son sein, il laissait vaquer des charges prestigieuses, qu’ambitionnait son entourage, s’il n’en voyait pas l’utilité ou les estimait encombrantes. Il élisait et multipliait à son gré les agents qui le secondaient.

  • 58 Saba Malaspina, Rerum Sicularum Historia, lib. IV, cap. 2, éd. W. Koller et A. Nietschke, Die Chro (...)

48Dans sa fameuse chronique, Saba Malaspina ne récitait déjà aucune liste de grands offices quand il évoquait, après la conquête de Charles Ier, la réorganisation du Royaume confiée à Giozzolino Della Marra. Le triste individu imposait des majores prepositi. Le vague de leur appellation traduisait l’arbitraire du trône dans l’organisation du gouvernement central. Aux ordres de ces « officiers majeurs », Giozzolino Della Marra établissait dans les provinces une foule de cadres intermédiaires. Le chroniqueur les nommait cette fois par des titres venus de l’époque souabe. Mais il n’entendait que dénoncer avec quelle efficacité ils relayaient le despotisme qui descendait d’en haut, pour pressurer le pays58.

  • 59 R. Trifone, La legislazione angioina... cit., n. 59 et 107, p. 103 et 186.

49L’autoritarisme relatif, qui se constatait à la grande cour, se répercutait dans les territoires. Partout apparaissaient des personnages dotés d’une délégation de pouvoir qui les plaçait au-dessus d’auxiliaires. Le cas extrême était celui des vicaires généraux, ces lieutenants du roi. Pour s’en tenir au gros de l’administration, le monarque distinguait ceux qu’il appelait « nos officiers majeurs (majores officiales nostros) ». Dans tel acte de 1283, il mentionnait pour le Royaume les « justiciers, maîtres procureurs et autres officiers majeurs dans les provinces »59. L’appellation d’officier majeur, souvent reprise, exprimait le principe universel d’une ordonnance voulue claire et par étapes de la représentation du monarque. Le cas provençal illustre remarquablement le modèle.

  • 60 J.-P. Boyer, « Cis donta l’orguel de Marseille » : une identité entre commune et municipalité (mi- (...)
  • 61 Id., René et Marseille : les serments de 1437, dans J.-M. Matz et N.-Y. Tonnerre (éd.), René d’Anj (...)
  • 62 F. Cortez, Les grands officiers royaux de Provence au Moyen Âge, Paris-Aix-en-Provence, 1921, p. 1 (...)
  • 63 J.-P. Boyer, « Cis donta l’orguel de Marseille »... cit., n. 4, p. 277.
  • 64 N. Coulet, Aix-en-Provence. Espace et relations d’une capitale, milieu XIVe s.-milieu XVe s., I, A (...)
  • 65 Ch. Giraud, Essai sur l’histoire du droit français au Moyen Âge, II, Paris, 1846, p. 26 et 41 ; Th (...)

50Comme le disait un document de 1350, « le sénéchal […] et les autres officiers majeurs (officiales majores) de Provence » menaient ce territoire60. Un autre texte de 1399, un peu tardif mais éloquent, détaillait de la sorte les assistants du sénéchal : « le seigneur juge majeur de Provence, les maîtres rationaux, les avocats et procureurs fiscaux, le juge des premiers appels et les autres officiers majeurs de Provence »61. Notons que le « juge mage », selon une tradition historiographique invétérée, se nommait en réalité le major judex62. Le groupe dirigeant formait, pour conclure, la major curia regia Provincie, « la cour royale majeure de Provence », comme les Marseillais la désignaient en 133263. Un texte de 1439 prouvait, par l’emploi de la langue vernaculaire, la pénétration du concept. Il évoquait les cors majors du pays, savoir conseil royal, tribunaux des premiers et seconds appels, contrôle comptable avec ses archives64. L’on trouvait au-dessous, à la tête des vigueries et des bailliages qui divisaient la contrée, des « viguiers (vicarii) » ou des « baillis majeurs (bajuli majores) ». Ceux-ci se distinguaient des « petits baillis (bajuli minuti) », responsables de simples localités65. De fait, viguiers ou baillis majeurs avaient des subalternes proches ou dispersés sur le territoire commis à leurs soins, tels lesdits petits baillis.

  • 66 Ch. Giraud, Essai sur l’histoire du droit... cit., p. 26.
  • 67 Ibid., p. 27 ; F. Cortez, Les grands officiers... cit., p. 116.
  • 68 J.-P. Boyer, Hommes et communautés du haut pays niçois médiéval. La Vésubie (XIIIe-XVe siècle), Ni (...)

51La notion d’officiales inferiores (« officiers inférieurs ») fournissait un contrepoint à celle d’officiales majores66. Elle traduisait pareillement le principe de sujétion qui traversait l’administration, tandis que des titres spécifiques qualifiaient les subordonnés d’un officier particulier comme « sous-bailli » ou « lieutenant du sénéchal »67. À tous les niveaux, cependant, les représentants du monarque s’appelaient « officiers royaux », bien qu’ils résidassent dans les comtés de Provence et de Forcalquier68. Ce trait finit de souligner la solidarité, du moins théorique, d’une longue chaîne de commandement qui descendait depuis le monarque.

  • 69 S. Morelli, Per conservare la pace. I Giustizieri nel regno di Sicilia da Carlo I a Carlo II d’Ang (...)

52Ce canevas concret ou idéal légitime le choix du livre ici conclu de ne pas s’arrêter à une liste consacrée mais chimérique de « grands officiers » de cour, pour proposer un tableau allant du centre aux provinces et aux régions sous protectorat. À son ambitieux inventaire ne manqueraient guère, pour les principales composantes, que les justiciers du Royaume, s’ils n’avaient bénéficié d’un récent essai de Serena Morelli69.

53Cette prise de conscience d’un maillage administratif relativement systématique et organisé se heurte, cependant, à de singuliers contrastes. Ils semblent s’opposer à l’hypothèse aux origines de l’enquête et aux acquis qui viennent de la valider. Ils étendent l’amorphie qui a mis en cause l’entité des grands officiers de la tradition historiographique, comme corps constitué.

Polyvalence et pleins pouvoirs

54Longtemps, des érudits aussi avertis qu’un Romualdo Trifone, quand ils abordaient la question des offices, dépassaient peu une énumération de devoirs théoriques, à partir de sources juridiques. Ils n’enregistraient guère d’évolutions qu’à travers elles, ce qui accentuait un sentiment de stabilité. Cette approche ne se limitait pas aux « grands offices » centraux, où les charges devenaient en réalité de parade. Elle s’étendait à la représentation globale de l’administration. Elle lui conférait jusqu’à une modernité assez anachronique, résultat paradoxal d’une démarche positiviste, historiciste par définition.

55Ces travers, manifestes jusqu’au milieu du XXe siècle, ont été assez remarqués dans la contribution de Serena Morelli et dans l’introduction de Riccardo Rao. Qu’il suffise de reprendre les recommandations de ce dernier : « Il faut au contraire aujourd’hui récupérer la dimension pragmatique et fragmentaire [des institutions] », en tenant compte de leur aptitude à se mouler « sur la variation des années et des contextes locaux au-delà des analogies dans la désignation des offices ». Les contributions ici rassemblées répondent à cette exigence.

  • 70 D. Clément, Juges et diplomates de la cour angevine de Naples, dans J.-P. Boyer, A. Mailloux et L. (...)

56Elles appuient sur l’antinomie, dans la monarchie de Sicile-Provence, entre la réalité d’une pyramide d’officiers, voire sa netteté, et les indéterminations qui demeuraient dans le gouvernement. À ce propos, l’habitude d’agir dans l’improvisation ou avec souplesse a déjà été souvent remarquée. Les personnages de quelque élévation se députaient aux affaires les plus diverses, sans rapport criant avec leur poste officiel. Ils se détachaient, en particulier, pour remplir des missions diplomatiques ou pour exercer la justice retenue du roi. Ces procédés étaient si généraux qu’ils dispensent de preuves multiples, mais ils restaient à la périphérie des offices70. Il apparaît désormais que ces errements s’appariaient au flou qui affectait les emplois administratifs, dans leur exercice ou dans leur nature.

57Riccardo Rao revient sur ce trait, dans son enquête sur « les sénéchaux et grands officiers en Piémont et Lombardie ». Il se résume quand il parle, pour cette contrée, de « basse définition institutionnelle » du sénéchalat. Une constatation identique se retrouve chez nombre de contributeurs. Les baux de Morée étaient, pour résumer Isabelle Ortega, presque des hommes-orchestres. Thierry Pécout avertit combien le sénéchalat et l’administration centrale de Provence s’avéraient mal structurés aux premiers temps du gouvernement de Charles Ier. À suivre Jean-Luc Bonnaud, l’activité des juges majeurs de Provence se caractérisait tout au long par l’imprécision et l’instabilité. Ces incertitudes se dénonçaient dans la collaboration et le partage des tâches avec les sénéchaux et même dans les compétences proprement juridictionnelles, qui évoluaient. Gabriele Taddei démontre, de son côté, que Charles Ier ne parvint pas à imposer sur la Toscane de véritable administration « supra-citadine ». Son ébauche ne tint qu’un rôle évanescent, malgré le premier Angevin. Elle disparut à peu près au temps de ses successeurs, hors une tentative avortée de Gautier de Brienne (1342-1343).

58Elle se replia presque, plus exactement, sur les questions militaires comme sur son ultime domaine. Comme le rappelle Paolo Grillo, en analysant les luttes conduites par Robert, la militarisation de l’encadrement angevin concernait alors toute l’Italie du Centre et du Nord. Elle perdurait plutôt sur ces territoires instables comme sur la totalité des marches, telle la Morée, tout en reprenant vigueur après les Vêpres. Elle s’étendait sans doute à ce moment un peu partout. De manière générale, la prépondérance des armes ne s’estompait que quand et où la monarchie se stabilisait, et les obligations en matière de sécurité ou de guerre primaient pour nombre d’officiers. Il en alla ainsi, avant la parfaite pacification de la Provence, pour ses premiers sénéchaux. Dans la durée, eux et leurs successeurs eurent souvent à intervenir en haute Italie. À compter de Jeanne Ire, les guerres civiles et étrangères, qui se multiplièrent, entraînèrent un retour à la dimension militaire de la haute administration, qui resterait à mesurer.

  • 71 S. Morelli, Per conservare la pace... cit.

59Les fréquentes priorités guerrières ou policières favorisaient la souplesse des fonctions. Quand l’urgence d’intervenir prévalait, elle couvrait le reste. On comprend qu’elle prît le pas sur quelque définition imaginable d’un office et laissât une médiocre place à la gestion ordinaire des sujets. En outre, davantage dans les premiers temps angevins, capitaines de guerre et principaux officiers appartenaient en grande part au même milieu féodal. Ils passaient de l’armée à l’administration et vice-versa. Le profil de cette aristocratie a déjà été bien dégagé à propos des justiciers de Charles Ier, avant une évolution partielle du recrutement sous Charles II puis Robert71. Au total, de tels nobles conservaient dans tous leurs postes une culture chevaleresque, peu faite aux subtilités bureaucratiques. Ils ne se trouvaient guère enclins à soutenir des rouages administratifs complexes.

  • 72 F. Cortez, Les grands officiers... cit., p. 157.
  • 73 Arch. dép. des Bouches-du-Rhône, B 195, fol. 140r, en tête du registre (Quaternus continens substa (...)

60Ils se voyaient d’ailleurs retenus par les disponibilités en personnel. Il suffit, pour s’en convaincre, de revenir à l’exposé de Jean-Luc Bonnaud sur les juges majeurs de Provence. Ils associaient plusieurs degrés de juridiction. Le titre, apparu au début XIVe siècle pour devenir habituel, de « juge majeur et des seconds appels » synthétisait cette réalité72. Autant qu’ils étaient magistrats, ces hommes servaient de chanceliers au sénéchal. Ils assuraient son secrétariat général jusqu’à l’archivage. Le juge Francesco di Barba résumait cette obligation en 1343, quand il transmettait sa documentation à son successeur. Les juges majeurs enregistraient les lettres du sénéchal, préservaient et inventoriaient les procès et autres écritures de sa cour et les courriers du monarque73. Dans tout ceci, une logique juridique se percevait encore. Disant le droit, les juges majeurs garantissaient l’authenticité des écritures. Mais ils ne s’arrêtaient pas là. Principaux auxiliaires du sénéchal, ils en étaient plutôt des factotums.

61Un facteur exogène facilitait les cumuls. Des institutions sous tutelle dispensaient les agents du monarque de se multiplier et de se spécialiser à l’excès, ou les freinaient sur cette pente. Elles faisaient écran dans la conduite directe des hommes. L’administration angevine reposait dans toute l’Italie du Centre et du Nord sur l’intermédiaire de seigneurs, de princes territoriaux ou de communes. Celles-ci continuaient de régler leurs affaires, et souvent tout à leur gré. Le vrai moyen d’agir n’était pas de les chapeauter par quelque dispositif régional, mais de s’immiscer dans leur fonctionnement. Il ne restait donc qu’une coordination très générale, voire très vague, aux sénéchaux de haute Italie ou aux vicaires généraux de Toscane.

  • 74 R. Trifone, La legislazione angioina... cit., n. 160 b et 162, p. 239 et 242.
  • 75 M. J. Clear, Piety and Patronage in the Mediterranean: Sancia of Majorca (1286-1345) Queen of Sici (...)

62Dans l’espace strictement angevin, les formes de « self-government » ne manquaient pas. Ce trait commun aux monarchies médiévales était intrinsèque au régime, même s’il s’accentuait aux temps de décadence. Andreas Kiesewetter expose dans le présent recueil comment les branches cadettes de la dynastie, les Duras et surtout les Tarente, gouvernaient dès la première moitié du XIVe siècle leurs domaines dans une large liberté, qui enflait par la suite. Si elle outrepassait ce qui était d’abord permis, elle partait des facultés laissées aux frères de Robert sur leurs apanages. La situation juridique de leurs biens approchait de celle des territoires que Robert confiait à son épouse Sancia, au titre de sa dot et de son douaire, ou que tenait l’héritier du trône (soit Charles, comme duc de Calabre, puis sa fille Jeanne, comme duchesse de Calabre). Le roi plaçait sur le même pied ces différents ensembles, comme pareillement hors de son patrimoine (demanium)74. Le mode d’administration des possessions de Charles de Calabre puis de Jeanne mériterait de nouvelles investigations. Pour sûr, Sancia dirigeait ses vastes terres avec une belle latitude, grâce à ses propres officiers75.

  • 76 R. Moscati, Ricerche e documenti sulla feudalità napoletana nel periodo angioino, dans Archivio st (...)
  • 77 G. Vitolo, L’Italia delle altre città. Un’immagine del Mezzogiorno medievale, Naples, 2014 ; N. Co (...)
  • 78 M. Hébert, Guerre, finance et administration : les états de Provence de novembre 1359, dans Le Moy (...)

63Outre ces cas extrêmes, les vassaux préservaient des prérogatives. Elles augmentaient avec Robert avant d’enfler à partir de Jeanne Ire, spécialement dans le Royaume76. Les communautés d’habitants connaissaient un destin proche, tant dans le Royaume qu’en Provence. Elles avaient toujours maintenu des franchises, qui augmentaient depuis le début du XIVe siècle et surtout avec les crises. Ces libertés s’épanouissaient en tous lieux, y compris les plus petits villages de Provence77. Dans cette région, les assemblées d’états devenaient elles-mêmes des acteurs administratifs ou politiques, avec pour protagonistes les communautés, à compter du milieu du XIVe siècle78.

  • 79 J.-L. Bonnaud, Le gouvernement du comté de Provence durant le séjour de Louis III en Italie, dans (...)
  • 80 M. Hébert, Tarascon au XIVe siècle. Histoire d’une communauté urbaine provençale, Aix-en-Provence, (...)

64Les autonomies bénéficiaient des étendues qui séparaient les provinces de la cour royale, d’autant qu’elle se sédentarisait beaucoup à compter de Charles II. De toute façon, il fallait déléguer quand une lettre mettait au minimum presque un mois pour aller du Royaume en Provence mais à l’ordinaire bien davantage, comme il a été établi pour le règne de Louis III de la seconde maison d’Anjou79. La monarchie trouvait un remède à l’éloignement dans les émancipations. Rien de plus significatif que les privilèges municipaux concédés par Jeanne Ire à Tarascon, en 1368, quand Louis d’Anjou-Valois et Bertrand du Guesclin menaçaient la ville. La concession se présentait comme une récompense pour ceux qui ne craignaient pas de résister aux ennemis « pour notre république, en défense de notre patrimoine personnel »80. L’éloge signifiait, en filigrane, que le gouvernement central s’en remettait à ses sujets pour réagir à la vitesse exigée par les événements.

65Devant le handicap des distances, le roi ne se résolvait pas qu’à subroger, pour ainsi dire, ses représentants aux dépens de leurs attributions. Il leur laissait à rebours une marge de manœuvre importante. Elle enflait pour qui le remplaçait quand il s’éloignait de sa capitale, comme pour qui gouvernait les territoires les plus excentriques. Il ne s’agissait pas que de situations de fait. L’imprécision des offices supérieurs s’inscrivait pour partie dans leur conception, qui les faisait bénéficier de délégations étendues de l’autorité monarchique.

  • 81 P. Durrieu, Les Archives angevines... cit., I, p. 138-141 ; G. M. Monti, La dominazione angioina i (...)
  • 82 R. Caggese, Roberto d’Angiò... cit., passim.
  • 83 C. Minieri Riccio, Genealogia di Carlo II d’Angiò re di Napoli, dans Archivio storico per le provi (...)

66Le procédé culminait avec les « lieutenants » du roi, ses « capitaines et vicaires généraux », « capitaines généraux » ou « vicaires généraux »81. Ce dernier titre était le plus habituel. Aussi le présent livre attire-t-il spécialement l’attention sur lui. Andreas Kiesewetter souligne que les vicaires généraux s’employaient en nombre. Les principaux appartenaient d’ordinaire à la parenté du roi, comme son fils ou son épouse, ce qui correspondait à leurs éminentes responsabilités. Des héritiers du trône, en particulier, exerçaient la quasi-intégralité de l’autorité monarchique, ainsi Charles de Calabre dans le Royaume au temps de Robert82. Cependant, les capitaines généraux que Charles II plaçait auprès de Charles-Martel, alors son vicaire dans le Royaume, se trouvaient à peu près dans la même position, puisqu’ils avalisaient toute décision du jeune prince. Or, si Robert d’Artois, nommé en 1289, était un Capétien, il en allait autrement pour Jean de Montfort, promu en129183. Dépassant la famille royale, le choix de représentants investis de pleins pouvoirs entrait dans la marche presque usuelle du gouvernement.

  • 84 R. Trifone, La legislazione angioina... cit., n. 162-163 et 202, p. 242-244 et 296-297 ; É.-G. Léo (...)
  • 85 C. Minieri Riccio, Genealogia di Carlo II... cit., dans Archivio storico per le province napoletan (...)

67Sous ses diverses formes, la fortune de la méthode ne se démentait ni dans l’espace ni dans le temps. Thierry Pécout rappelle la venue répétée en Provence de vicaires généraux, avec pour premier exemple Charles de Salerne, futur Charles II, en 1277-1282. D’autres se rencontraient en Piémont-Lombardie, comme le relève Riccardo Rao. Ils apparaissaient jusqu’en Toscane avec Charles Ier, ainsi que l’indique Gabriele Taddei. Si le modèle s’employait pour gouverner des pays entiers, il s’appliquait également à des unités plus petites au sein du Mezzogiorno. Là, des capitaines généraux, qui ne se bornaient pas à des fonctions militaires mais exerçaient la justice, ou des vicaires généraux prenaient la direction d’une ou de plusieurs circonscriptions84. Ainsi Robert députait-il, avec le titre de « vicaire général », l’amiral Goffredo di Marzano comte de Squillace à la tête des deux justitiariatus (grands bailliages) qui se partageaient la Calabre actuelle85.

  • 86 A. Cutolo, Re Ladislao... cit., p. 157 et 168-175 (notes 53 et 58) ; S. Palmieri, La cancelleria d (...)
  • 87 V.-L. Bourrilly et R. Busquet, Le Moyen Âge... cit., p. 615-617 ; N. Coulet, 1380-1382. L’ultime p (...)

68L’envoi de suppléants du monarque, depuis le centre, s’intensifiait avec les Duras. Les « vice-gérants » se généralisaient avec Ladislas. Ces sortes de vice-rois supervisaient à l’habitude plusieurs provinces, par-dessus les justiciers86. Il vaudrait de comparer avec la Provence du XVe siècle, sous la maison d’Anjou-Valois, avec la présence de « vice-rois » ou de « lieutenants généraux », en parallèle à un « effacement du pouvoir du sénéchal »87. Dans les époques difficiles, qui marquaient la seconde moitié des temps angevins, les monarques cherchaient des personnages sûrs, qu’ils favorisaient de grands commandements. Ils feraient contrepoids aux forces centrifuges. La nécessité n’empêchait pas qu’ils perpétuaient les modes de gouvernement anciens et sommaires, qui pénétraient le système administratif.

  • 88 E. Cortese, Nicolaus de Ursone de Salerno. Un’opera ignota sulle lettere arbitrarie angioine nella (...)

69À un niveau inférieur, des officiers ou des envoyés recevaient par moments des pouvoirs d’exception, qui augmentaient beaucoup leur liberté d’action. C’était l’effet, à partir de Charles II, des lettres d’arbitraire (de arbitrio). Elles autorisaient contre les délinquants une justice expéditive, sans les contraintes trop tatillonnes du droit. Robert accordait de semblables privilèges, en 1331, aux enquêteurs qu’il envoyait en Provence contre officiers défaillants et usurpateurs du domaine. Ces dérogations s’adressaient normalement à des administrateurs de terrain, comme les justiciers. Elles continuaient, à bien considérer, la logique de leur charge88.

70Selon l’ordinaire, chaque périphérie dépendait d’un représentant direct du monarque, qui le substituait largement. Il détenait toujours une grande part de son autorité, quoiqu’édulcorée par rapport aux vicaires généraux. En tout cas, comme le relève Isabelle Ortega, les baux de Morée se trouvaient en capacité de changer tous leurs auxiliaires. De fait, ils remplaçaient presque le roi selon leurs lettres de nomination. La lecture de ces actes inquiétait à l’occasion des barons préoccupés de prérogatives exorbitantes. D’un autre côté, cette réaction illustrait la nécessité de déléguer beaucoup pour s’imposer non seulement à distance mais à des sociétés jalouses de leurs particularismes.

  • 89 R. Trifone, La legislazione angioina... cit., n. 45, p. 50-58 ; Formularium Curie... cit., n. 30-3 (...)

71Les justiciers du Royaume encore étaient explicitement chargés d’une administration d’ensemble de leur district, même après que les Vêpres conduisaient à les corseter. Selon les statuts remis à leur promotion, leur mission était axée sur le fisc, la justice et la paix. Ce vaste programme ne s’arrêtait pas à des bornes précises : « De même, accomplis prudemment et fidèlement toutes les choses et chacune regardant l’office du justitiariatus qui, en outre, ne sont pas formulées dans la présente suite de capitules »89. C’était institutionnaliser l’indéfini !

  • 90 Ch. Giraud, Essai sur l’histoire du droit... cit., p. 25-28 ; J.-P. Boyer, Construire l’État en Pr (...)
  • 91 F. Guichard, Essai historique sur le cominalat dans la ville de Digne, II, Digne, 1846, n. 83, p.  (...)
  • 92 Arch. dép. des Bouches-du-Rhône, B 7, fol. 4r-5v (Ipse dominus senescallus qui ponitur per excelle (...)

72Une condition comparable revenait aux sénéchaux de Provence et de Forcalquier. Charles Ier leur destinait, vers 1266, des prescriptions ponctuelles. Pour le reste, il se satisfaisait qu’ils fussent « spécialement » bons. Il ne circonscrivait pas leur mission90. Eux-mêmes plus tard, tel Filippo di Sangineto en 1333, déclaraient volontiers agir : regia qua fungimur auctoritate, « selon l’autorité royale que nous exerçons »91. De semblables formules se passaient de glose. En 1379, l’enquête du maître rational Véran d’Esclapon et de son adjoint, le rational Hugues Bernard, résumait les prérogatives reconnues du sénéchalat. Son « pouvoir considérable et très étendu » approchait toujours d’une vice-royauté, sur l’ensemble des comtés de Provence et de Forcalquier et des terres adjacentes. Certes, les officiers supérieurs de la contrée dépendaient du souverain (alors Jeanne Ire) pour leur promotion ou pour leur correction. Le sénéchal choisissait et punissait tous les autres. Il recevait tous les hommages. Il exerçait « toute manière de juridiction […] dans tous les cas civils et criminels », jusqu’au droit de grâce. Dans son rapport, Véran d’Esclapon partait en fait de cette juridiction plénière pour en déduire les autres attributions du sénéchal92.

  • 93 J. Krynen, L’État de justice. France, XIIIe-XXe siècle, I, L’idéologie de la magistrature ancienne(...)

73La justice constituait, par excellence, la vertu et le devoir d’un roi93. Ses agents directs la relayaient donc, avec ce qu’elle avait d’illimité et d’englobant, comme les lettres d’arbitraire viennent de le remémorer. Cette considération idéologique s’ajoutait aux contraintes pratiques pour prévenir les distinctions trop strictes dans les charges. Elle favorisait l’amalgame qui soudait les échelons des offices depuis leur sommet. Ainsi le juge majeur de Provence prolongeait-il la juridiction du sénéchal comme son organe. La rédaction des actes dénonçait au moins une interdépendance, comme l’enseignait Véran d’Esclapon :

  • 94 Arch. dép. des Bouches-du-Rhône, B 7, fol. 5r (Litere que fiunt et conceduntur patentes per ipsum (...)

Les lettres qui sont faites et concédées patentes à quiconque par ce seigneur sénéchal, tant en matière de justice que de grâce […], sont établies, le doivent et ont eu coutume de l’être au nom de ce sénéchal, et elles sont souscrites et doivent l’être par le sieur juge majeur ou par son lieutenant […]. Elles sont ensuite rapportées et doivent l’être dans le registre que tient ce seigneur juge majeur94.

  • 95 F. Guichard, Essai historique sur le cominalat... cit., n. 50, p. 136-137 ; F. Varitille, La ville (...)

74De cet adjoint, qui lui était si intimement lié, le sénéchal faisait nécessairement un second en toute occasion, d’autant que chacune de ses propres interventions renvoyait peu ou prou à l’exercice du juste ou de vertus associées. Ainsi Tommaso di Marzano, comte de Squillace, proclamait-il en 1313 dans une lettre souscrite par le juge majeur Nicola di Gioia et adressée au bailli et au juge de Digne, en réponse aux plaintes de cette ville : « Nous voulons et vous ordonnons expressément de ne pas souffrir que ces hommes soient indûment tracassés en ce qui précède contre ce qui est accoutumé et obligé »95. De façon générale, les officiers subordonnés ne pouvaient se réclamer d’un domaine réservé alors que l’impératif de justice, incarné par leurs supérieurs, les surplombait. Placés dans cette sujétion, ils ne se spécialisaient à leur tour que médiocrement. Outre que par nécessité, ils se trouvaient aisément requis d’assister leurs chefs dans les tâches diverses qui les assaillaient. Ces dirigeants trouvaient là une extension supplémentaire de leurs facultés.

75Sous toutes ses formes, la concentration du pouvoir aux mains d’officiers « majeurs », mais jusqu’à des niveaux plutôt subalternes, donnait une importance cruciale au crédit propre dont ces hommes jouissaient auprès de leurs responsables ou du monarque. La proposition s’inversait encore. Pour reprendre une formule d’Andreas Kiesewetter dans le présent livre, à propos des services centraux de la monarchie, « ce fut toujours la personne qui conférait prestige à la charge et non l’inverse ». La confiance reléguait la technicité au second plan et ouvrait la porte à la diversification des missions, au gré des circonstances.

76Si la fluidité des fonctions atteignait par là sa plénitude, elle culminait dans son ambivalence. Répondant aux contraintes du temps, elle contribuait à l’agrégation relative du réseau administratif, car elle permettait à l’autorité du souverain de se faire relayer en toute situation, passagère ou structurelle. La priorité de la relation de fidélité ramenait simultanément à la dimension rudimentaire des institutions. Qui mieux est, elle paraissait la condenser.

La pérennité du lien personnel

  • 96 Biblioteca Nazionale di Napoli, cod. lat., VII. E. 2, fol. 191r-v (Servus [qui] cognovit voluntate (...)

77Au temps de Robert, le protonotaire et logothète Bartolomeo di Capua avertissait, dans un sermon, les nobles du Royaume de son zèle pour répondre aux attentes du souverain. Pour ce, il dressait un parallèle avec la servitude, en partant d’un verset de Luc (12, 47) : « L’esclave, qui a connu le désir de son maître et n’a pas pris de dispositions ni accompli sa volonté, sera battu de nombreux coups »96. Le personnage ne parlait pas exactement en tant que grand officier. Il s’exprimait comme principal ministre du roi et, en la circonstance, comme adjoint au vicaire général, Charles de Calabre. Robert avait laissé son fils à la tête du Royaume, pour commander lui-même une expédition contre la Sicile insulaire. La gravité du moment et la position de l’orateur l’invitaient à exalter outre mesure son dévouement. Mais il dégageait ainsi la quintessence du rapport entre le prince et ses auxiliaires, comme lien personnel.

  • 97 I. Walter et M. Piccialuti, Bartolomeo da Capua, dans DBI, en ligne www.treccani.it/biografie.
  • 98 C. Minieri Riccio, Cenni storici intorno i grandi uffizii... cit., p. 135-148.

78Sa leçon inculquait un précepte de conduite, qui s’étendait aux officiers et aux vassaux. Ces derniers participaient au service de la couronne. Le même Bartolomeo di Capua, dans son œuvre de romaniste, établissait de fait des rapprochements entre feudataires et officiers97. En retour, l’exemple vassalique accentuait son influence sur l’administration supérieure alors que nombre d’officiers majeurs venaient de la féodalité et que le roi distribuait des fiefs à ceux qu’il distinguait. Issu du patriciat capouan et fils d’avocat fiscal, mais comblé par son employeur, Bartolomeo di Capua en personne intégrait le baronnage98.

  • 99 J.-P.Boyer, Aux origines du pays. Le roi Robert et les hommages de 1331 en Provence, dans R. Cleye (...)

79Des vassaux ou officiers aux « officiers-vassaux », l’encadrement des territoires angevins se voulait d’abord aux mains de fidèles. Ce principe rejoignait une représentation globale, qui le confortait, du rapport avec les sujets ou amis. Le monarque les appelait devoti (« dévoués »), dilecti (« aimés ») ou simplement fideles (« fidèles »), et le serment de fidélité ou la vassalité s’étendaient aux communautés d’habitants99. Il n’y avait pas pour autant confusion générale. Le testament de Robert, au 16 janvier 1343, insistait sur la solidarité singulière de ses administrateurs et domestiques avec lui :

  • 100 J. C. Lünig, Codex Italiae diplomaticus, II, Leipzig, 1726, n. II/82, col. 105 et 107 ; collationn (...)

De même, [le roi] a établi et commandé que tous et chacun de ses officiers et familiers, de quelque condition et statut, devaient demeurer et être, selon leur grade, au service des susdites seigneuries, le seigneur duc [André époux de Jeanne] et la dame duchesse [future Jeanne Ire] et dame Marie [sœur de Jeanne], de la façon et comme ils avaient été au service de ce même roi, et qu’ils devaient être placés avant tous les autres et n’importe qui et se préférer à eux […]. De même, il a décidé et voulu qu’il fallait construire, compléter et doter l’hospice de Sant’Elisabetta […], au point que l’on puisse tout le temps recevoir là cent de ses familiers100.

  • 101 P. Vitolo, La chiesa della Regina. L’Incoronata di Napoli, Giovanna I d’Angiò e Roberto di Oderisi (...)

80Le texte laissait filtrer un idéal moral et religieux, dans l’étroite relation entre le monarque et ses serviteurs, en même temps qu’il en révélait les conséquences. Fondées sur une sujétion spécifique à Robert, les carrières se voyaient menacées par son décès. Du reste, son projet d’hospice avorta101. En privilégiant la sociologie et la prosopographie du personnel, les contributions ici rassemblées vérifient ce rôle d’une appartenance à la familia du roi ou d’une proximité avec lui. Elles attestent combien fidélité et familiarité, loin de s’arrêter à une poignée de vicaires généraux de sang royal, représentaient une structure portante de l’administration.

  • 102 C. Minieri Riccio, Saggio di codice diplomatico formato sulle antiche scritture dell’Archivio di S (...)
  • 103 M. Caravale, Della Mara, Ruggero, dans DBI, en ligne www.treccani.it/biografie.

81Les dernières volontés de Robert visaient par priorité les hommes de sa cour, comme il ressort avec la fondation d’un hôpital prévue à Naples. Le principe de fidélité se manifestait avec le plus d’évidence à proximité du roi, matérielle ou symbolique, sans se borner aux liens créés par les offices (catégorie en fait difficile à cerner). Pour cas extrême d’un rapport de familiarité, il faudrait s’arrêter sur ces hauts seigneurs que Charles Ier ou Charles II disaient leurs « parents de sang » (consanguinei), sans nécessité d’un cousinage flagrant ou réel102. Un Ruggero Della Marra, étranger à l’ancienne noblesse, se voyait lui-même gratifié par Charles II de la flatteuse formule : « notre aimé, familier et zélé parent »103.

  • 104 C. Minieri Riccio, Cenni storici intorno i grandi uffizii... cit., p. 41 et 51 ; L. Cadier, Essai (...)
  • 105 V.-L. Bourrilly et R. Busquet, Le Moyen Âge... cit., p. 605 ; A. de Boüard, Actes et lettres de Ch (...)

82Parmi les auxiliaires, les grands officiers de la cour représentaient cependant par excellence, en pratique ou en apparence, un premier cercle autour du trône, ainsi que Rosanna Lamboglia le vérifie dans le présent livre pour l’amiral du Royaume. Ses fonctions théoriques étaient spécifiées depuis l’époque souabe. Charles Ier le choisissait néanmoins parmi les plus intimes des Français de sa suite, encore que sans aptitude expresse aux affaires maritimes. Certes, le tableau se nuance. Des vice-amiraux appartenaient depuis le départ au monde de la mer, comme il est patent pour un Niccolò Galiani de Barletta, en 1269, ou pour un Gérard de Marseille, promu en 1281104. Des amiraux particuliers aux flottes provençales venaient des élites niçoises ou marseillaises, fort avant les Vêpres105. Les guerres, qu’elles entraînaient, encourageaient à nommer amiraux du Royaume quelques experts, des Génois ou le redoutable Ruggero di Lauria. Sa désignation répondait également, toutefois, à des préoccupations politiques d’alliance avec l’Aragon et de réconciliation avec une partie de l’aristocratie régnicole, que tentait l’opposition aux Angevins. La préférence pour les techniciens, en conclusion, n’apparaissait qu’au second plan ou tenait de l’intermède.

  • 106 L. Cadier, Essai sur l’administration... cit., p. 213-218, 225-227, 253-254, 258-259, 264-265 et 2 (...)

83Le caractère honorifique de l’amirauté ne s’affirmait-il pas dès le début du XIVe siècle, selon une pente suivie par l’ensemble des grands offices centraux ? Leur tendance à devenir des dignités ne laissait pas que plus de liberté d’action au roi. Ils ne manifestaient que mieux, comme distinctions, une bienveillance spéciale envers leurs bénéficiaires. Sous l’effet d’une évolution en partie de surface, ils se concentraient sur une vocation qui remontait aux origines. Elle s’exprimait dans des obligations domestiques, d’ordre symbolique, qui s’imposaient au chambrier, au sénéchal ou aux maréchaux. Elles s’exigeaient avec le plus d’insistance sur les débuts du régime106. L’ordonnance de 1293 pour le grand sénéchalat conservait cependant une disposition éloquente :

  • 107 C. Minieri Riccio, Cenni storici intorno i grandi uffizii... cit., p. 195 et 202 ; Formularium Cur (...)

Lors des fêtes de la Toussaint, de Noël, de l’Épiphanie, de la Résurrection du Seigneur, de Pentecôte et de l’Assomption de la Sainte Vierge et quand le seigneur roi portera la couronne ou organisera quelque grande festivité, le sénéchal le servira pour l’écuelle107.

  • 108 C. Minieri Riccio, Saggio di codice diplomatico... cit., IV (Supplemento/2), Naples, 1883, n. 45, (...)
  • 109 Ch. Perrat, Actes du roi Robert d’Anjou relatifs à la Provence extraits des registres détruits des (...)
  • 110 A. M. Voci, La cappella di corte dei primi sovrani angioini di Napoli, dans Archivio storico per l (...)
  • 111 S. Palmieri, La cancelleria del regno di Sicilia... cit., p. 80-96.
  • 112 J. C. Lünig, Codex Italiae diplomaticus... cit., n. II/82, col. 1103 ; É.-G. Léonard, Histoire de (...)

84Au reste, Bartolomeo di Capua se voyait appelé « logothète et protonotaire du royaume de Sicile, notre domestique (domesticus), conseiller et familier »108. L’intégration à la maison royale ouvrait à d’importantes fonctions ou missions, à la façon dont le panetier de Robert, Jacques Gantelme, participait en 1314 à l’ambassade qui recevrait les serments de Frédéric de Sicile et d’aucuns de ses nobles109. Le procédé s’étendait, du moins sur un mode mineur, aux membres de la chapelle. Un Pierre de Morières se trouvait de la sorte chapelain, trésorier, conseiller et secrétaire de Robert110. Un gouvernement de l’écrit par la familia s’institutionnalisait, en concurrence avec la chancellerie. Les lettres closes s’écrivaient en-dehors d’elle et dans l’entourage immédiat du monarque, sous Charles II. Puis, les « secrétaires » (secretarii) du roi, en charge principalement de ses lettres secrètes, connaissaient un succès remarquable à partir de Robert111. Il en dotait encore son fils, parce que son vicaire, et son épouse Sancia, car elle l’assistait112.

  • 113 P. Durrieu, Les Archives angevines... cit., I, p. 137.
  • 114 A. Kiesewetter, Bonifacio VIII e gli Angioini, dans Bonifacio VIII, Spolète, 2003, p. 177.
  • 115 P. Durrieu, Les Archives angevines... cit., I, p. 40.
  • 116 F. Cortez, Les grands officiers... cit., passim.

85L’appartenance à l’hôtel des auxiliaires du monarque était au vrai massive, qu’ils résidassent ou non à ses côtés. Cette qualité s’étendait à qui exerçait de hautes fonctions ou se voyait honoré. Il en allait ainsi avec la condition de clerc de l’hôtel, dont Robert et Jeanne Ire décoraient Pétrarque113. Si cette faveur dépasse l’histoire administrative, elle reste instructive. L’attribut de « familier » adressait pareillement à l’hôtel. Charles Ier l’accordait déjà plus de mille fois114. La qualification se décernait ipso facto aux « conseillers ». La confusion des genres mérite réflexion. Le titre curial de conseiller, par la confiance qu’il supposait, impliquait une agrégation à l’hôtel. Dès Charles Ier, le double prédicat de « conseiller et familier » se rencontrait du centre aux périphéries, à l’avantage de grands officiers115. Il connaissait une prodigieuse inflation avec Charles II puis Robert116. Il débordait des cadres administratifs ordinaires, pour s’appliquer à divers hommes de confiance et chargés de mission, dont nombre d’ecclésiastiques.

  • 117 Th. Pécout, Fréjus, ses évêques et les comtes angevins autour de 1300 : l’épiscopat de Jacques Duè (...)

86L’assurance inspirée par les religieux et les clercs véritables, sans confusion avec le petit personnel des bureaux, était une autre caractéristique du réseau des fidélités sur lequel le monarque s’appuyait. Il ne s’arrêtait pas aux chapelains en fonction près de lui. Beaucoup d’hommes d’Église intervenaient de la cour à tout l’espace angevin. Ils occupaient jusqu’à des offices supérieurs, sans se borner à la direction de la chancellerie. Outre que familier et conseiller du roi, Jacques Duèze, le futur Jean XXII, passait d’adjoint au chancelier à chancelier de Sicile, mais devenait encore rational de Provence. Il recevait en sus diverses missions. Étant évêque de Fréjus de 1300 à 1310, il apportait son concours au gouvernement de la Provence117. Dans ses participations ponctuelles ou officieuses au pouvoir, il incarnait le rôle que jouait largement le clergé dans les affaires de la monarchie et dans le contrôle discret des administrations territoriales. Le procédé s’inscrivait dans la durée. Il partait des débuts de Charles Ier, comme Thierry Pécout l’établit dans sa présente contribution. Le nouveau comte installait en Provence jusqu’à un « système duel », de 1249 à 1277. Des pontifes de sa connaissance flanquaient le sénéchal, dont l’archevêque d’Aix, Philippe, puis l’évêque de Sisteron, Alain de Luzarches. Ces prélats redoublaient le lien de fidélité, qui unissait la tête du pays à son prince, et surveillaient.

  • 118 A. de Boüard, Actes et lettres de Charles Ier... cit., n. 733, 936 et 978, p. 207, 288-289 et 303.
  • 119 J.-P. Boyer, Construire l’État en Provence... cit., p. 1-26 ; Th. Pécout, Le personnel des enquête (...)
  • 120 Id., Leopardo da Foligno, archiprêtre de Bénévent, chanoine de Naples et chapelain du roi Robert, (...)

87Alain de Luzarches appartenait aux équipes qui recevaient mandat d’informer sur le sénéchal (1274) puis sur les officiers (1276), cette fois à l’exclusion du sénéchal et de sa familia118. Des ecclésiastiques s’employaient volontiers pour les grandes enquêtes de la cour. Ils apparaissaient comme ses envoyés même quand ils intervenaient là où ils résidaient, mais a fortiori s’ils survenaient de l’extérieur119. Il en allait ainsi pour Niccolò di Acerno, évêque de Bisignano, et Leopardo di Foligno, archiprêtre de Bénévent, les « dévoués conseillers, familiers et fidèles » que Robert désignait en 1331 pour dépister en Provence les usurpations aux dépens du domaine et les excès des officiers120.

  • 121 Id., La déambulation comme mode de gouvernement. L’enquête princière générale en Provence angevine (...)
  • 122 R. Busquet, Études sur l’ancienne Provence, Paris, 1939, p. 43-46.
  • 123 Th. Pécout, Les deux séjours du roi Robert en Provence (1309-1310 et 1319-1324), dans Th. Pécout e (...)

88L’opération, à laquelle le sénéchal était explicitement associé, ne toucha pas la haute administration. Dirigée en pratique par le seul Leopardo di Foligno et peu spécialisée, sa pénétration put en souffrir. Elle manifesta néanmoins comme une descente du souverain auprès de ses sujets et officiers, d’autant qu’elle se faisait polymorphe. À des degrés divers, cette sorte d’incarnation de l’autorité suprême s’avérait commune aux enquêtes menées à travers les terres angevines, quels que fussent leurs acteurs et le programme annoncé121. Il conviendrait d’en rapprocher les descentes en Provence de maîtres rationaux de la grande cour. Décidées par Charles Ier vers 1277, elles provoquaient la disparition de maîtres rationaux particuliers à la contrée, et elles se répétaient jusques autour de 1300122. Ces différentes inspections se substituaient ou s’ajoutaient aux venues du souverain ou de ses parents, qui demeuraient somme toute discontinues. Elles ne pouvaient satisfaire à l’entretien des solidarités avec le trône, malgré les efforts déployés dont des séjours prolongés123.

89Le dessein capital d’entretenir un maillage de proches du roi, qui le secondassent ou le relayassent, s’exprimait de toutes les manières. À cette fin, le soin de la haute administration des territoires ne se relâcha pas. Plusieurs des articles ici proposés découvrent cette préoccupation continue. Une gestion du personnel assez constante et uniforme ressort, en particulier, d’une confrontation entre les articles de Thierry Pécout et de Jean-Luc Bonnaud sur la Provence, de Paolo Grillo et de Riccardo Rao sur l’Italie du Nord et du Centre et d’Isabelle Ortega sur la principauté d’Achaïe. Au premier chef, ils mettent en relief une circulation de grands officiers. Plutôt rapide, elle évitait des enracinements locaux et accompagnait des échanges entre centre et périphéries.

  • 124 F. Cortez, Les grands officiers... cit., p. 159-160 ; S. Palmieri, La cancelleria del regno di Sic (...)
  • 125 F. Cortez, Les grands officiers... cit., p. 165-168 ; G. M. Monti, L’età angioina... cit., p. 82 ; (...)

90Le régnicole Nicola di Gioia offre une illustration parfaite de ces mouvements. Avant de séjourner en Provence de 1312 à 1314 comme juge majeur, il enseignait le droit civil, certainement à Naples, ce qui représentait une première charge publique. De retour dans la capitale, il professait derechef, et devenait surtout lieutenant du protonotaire, à savoir de Bartolomeo di Capua124. Le curriculum de Francesco di Barba de Pise, entre 1320 et 1348, fut aussi démonstratif. Le personnage ne se limita pas à deux séjours en Provence, comme juge majeur. Il débuta comme professeur de droit civil à Naples. Il y aurait enseigné à plusieurs moments. Là, il devint également juge des appels et juge de la cour de la vicaria. Il porta encore le titre de maître rational125.

91Ces deux exemples conduisent à un autre grand apport des travaux cités. Ils établissent définitivement les étapes d’une « naturalisation » de la haute administration angevine. Après la profusion de Français avec Charles Ier, la place des Provençaux et surtout des Italiens s’étendait. Avec encore quelques nuances sous Charles II, cette présence devenait vite massive pour les Italiens. Or, l’évolution résultait, entre autres, de l’implantation des monarques dans leurs états, alors que demeurait leur préférence pour un milieu de proches. Cette inclination joua sans doute dans le choix des Angevins de Hongrie, relevé plus haut par Enikő Csukovits, de s’appuyer sur une classe dirigeante indigène, du moment que Carobert ne survint pas entouré d’une masse de conquérants étrangers.

  • 126 Th. Pécout, Domaine et réforme : une enquête générale en Provence (1331-1334), dans Id. (éd.), L’e (...)
  • 127 L. Cadier, Essai sur l’administration... cit., p. 250-252 ; E. Albe, Autour de Jean XXII. Jean XXI (...)
  • 128 J.-P. Boyer, Le droit civil... cit.

92Le critère de la proximité s’imposait au point de descendre la chaîne administrative. En renouvelant ses officiers, chaque nouveau bail de Morée continuait ainsi la logique de sa propre attache avec le trône et en renforçait l’efficacité. Au bout du compte, des équipes entières se constituaient sur la base de solidarités. Thierry Pécout remémore ici, selon de précédentes recherches, le groupe qui se cristallisait autour de Charles de Calabre. Ce parti s’affirmait à la tête de la Provence, et survivait à la mort de son patron (1328)126. Les mécanismes de cohésion se révèlent encore entre les clercs et juristes savants du Sud de la France, passés au service de Charles II, avec pour chef de file Pierre de Ferrières, chancelier de Sicile entre 1296 et 1308127. D’autres officiers se rapprochaient également par la culture et par les carrières, avec pour centre de gravité le studium napolitain de droit, comme il apparaît pour Bartolomeo di Capua et son milieu128.

  • 129 G. Vitale, Élite burocratica e famiglia. Dinamiche nobiliari e processi di costruzione statale nel (...)

93Fidélités, subordinations et interdépendances personnelles imprégnaient donc le tissu administratif, mais triomphaient encore dans la durée. Le système se continuait malgré l’évolution du corps des officiers, qui a précédemment affleuré avec Bartolomeo di Capua ou Ruggero Della Marra. De fait, signale Serena Morelli, les fonctions bureaucratiques servaient de tremplin à toute une classe gouvernementale issue du patriciat urbain. Or, aux temps angevins et aragonais, elle s’assimilait l’idéologie de service du roi comme vertu privée ou familiale, et elle s’efforçait de rejoindre la noblesse féodale129. Avec son étendue, la pérennité d’une fusion entre familiers ou fidèles et officiers invite à ne pas taxer exclusivement d’archaïsme une telle combinaison.

Fidèles et « fonctionnaires »

94Dans un parallèle entre l’ordonnance d’une royauté et la taxonomie des anges, Thomas d’Aquin introduit à la pleine intelligence de la fidélité, comme elle devenait pour les officiers de la monarchie de Provence-Naples :

  • 130 Thomas d’Aquin, Scriptum super libros Sententiarum, Commentum in secundum librum Sententiarum, dis (...)

Certains des ministres qui se trouvent sous un roi travaillent immédiatement auprès de sa personne, comme les valets de chambre, les conseillers et les aides. Et cela répond à la première hiérarchie [des anges] eu égard à Dieu. Certains, en vérité, tiennent des offices pour le gouvernement en commun du royaume, et ne sont pas députés à telle ou telle province, comme les seigneurs de la cour royale, les chefs de l’armée, les juges de la cour et autres du genre. Et les anges de la seconde hiérarchie leur sont semblables. Certains, au vrai, sont préposés à la direction de quelque partie du royaume, comme les prévôts, les baillis et les officiers mineurs de ce type. Et les ordres de la troisième hiérarchie [angélique] leur sont pareils130.

95Le Docteur commun reprenait l’idéal du lien d’homme à homme, exalté par la vassalité. Cependant, les domestiques l’emportaient sur de grands seigneurs et de puissants officiers, parce qu’intimes du roi. L’ancien système servait, selon un schéma dionysien, la figure d’un souverain dont toute autorité rayonnait. L’argumentation reflétait la conception contemporaine du prince, qui s’affirmait.

96À son tour, la monarchie de Provence-Naples adaptait les formules héritées de la royauté féodale aux ambitions d’un État médiéval. Il suffit de renvoyer à l’étendue des fidélités autour du monarque, à son emprise immédiate sur celles d’importance, à sa volonté de les entretenir et de les contrôler, donc aux efforts de centralisation. L’influx depuis et vers le haut s’est manifesté au mieux dans la pratique des enquêtes générales, au croisement entre la vieille nécessité de visiter les sujets et la capacité de gouverner à distance. Il y avait une combinaison entre modes traditionnels et novateurs de régner. Après tout, leurs objectifs se rejoignaient largement.

  • 131 G. Giordanengo, Féodalités... cit., n. 2, p. 269.

97L’économie des fidélités ramenait vers le trône. Elle demeurait, avec le temps, le soutien d’un régime administratif et centralisé, qui la dépassait en réalisant sa fin. Au reste, elle s’effaçait si peu qu’elle reprenait de l’importance avec les crises politiques. En attendant, une consultation de conseillers du roi exprimait, en 1341, l’articulation entre le passé et, pour ainsi dire, le temps de l’étatisme. Elle exposait que les sénéchaux et les officiers de Provence en tête de la juridiction du pays l’exerçaient « parce que membres et parties de la grande cour » royale131. La définition théorisait les hautes responsabilités laissées à ces hommes, parce qu’assimilés aux collaborateurs attenants au roi ; mais cette position signifiait autant leur sujétion permanente. Elle leur imposait des bornes et les plaçait en simples relais d’une concentration de l’autorité, dans le domaine crucial de la justice.

  • 132 A. de Boüard, Actes et lettres de Charles Ier... cit., n. 1004, p. 317.
  • 133 Arch. dép. des Bouches-du-Rhône, 1 H 1143, fol. 74v-76v (document aimablement communiqué par Gérar (...)

98L’argumentation permettait en effet à Robert de repousser certaines protestations de la noblesse de Provence contre une réduction d’autonomie des tribunaux du pays. Charles Ier permettait déjà, en 1276, que remontassent jusqu’à lui les appels du juge majeur de Provence pour les questions qui concernaient la cour, au contraire des affaires ordinaires132. Il esquissait un principe qui s’affirmait avec son petit-fils. Celui-ci voulait qu’en son absence, hors les peines pécuniaires et sauf autorisation, les sentences des causes concernant directement ou indirectement la cour, en fait le fisc, ne se prononçassent pas dans la contrée. C’était sur ce point qu’il refusait de céder. Sa disposition lui gardait le dernier mot dans ces procès ; mais elle revenait à les remettre, le plus souvent, à l’examen ultime de magistrats napolitains133.

  • 134 A. Kiesewetter, Das Itinerar König Karls II. von Anjou (1271-1309), dans Archiv für Diplomatik, Sc (...)
  • 135 F. Guichard, Essai historique sur le cominalat... cit., n. 115/1, 128 et 130/1-2, p. 334, 386 et 3 (...)

99Elle traduisait, plus largement, le progrès des moyens de gouvernement, avec pour premier facteur une sédentarité de la tête et jusqu’aux membres. Cette stabilité permettait la régularité nécessaire des communications et des juridictions. Au sommet, Charles Ier avait commencé à faire de Naples un point d’appui de la monarchie et la ville devenait vraie capitale des États de Sicile-Provence à partir de Charles II134. L’enracinement se recherchait au long de la pyramide administrative. Il s’esquissait même lors des tentatives d’administration supra-communale en Toscane, comme l’a noté plus haut Gabriele Taddei. La Provence offrait un cas exemplaire. Son sénéchal et son juge majeur demeuraient en pratique assez mobiles135. L’enquête de 1379 livrait nonobstant, et pour le règne chancelant de Jeanne Ire, l’image d’une région gravitant comme jamais autour de sa métropole :

  • 136 Arch. dép. des Bouches-du-Rhône, B 7, fol. 4r (Est sciendum quod in civitate Aquensi, tanquam in l (...)

Il faut savoir que dans la cité d’Aix, comme en un lieu notable, insigne et surtout convenable et approprié aux susdits comtés [de Provence et de Forcalquier], on tient, il y a et il y eut depuis les temps passés le siège ordinaire des seigneurs sénéchaux, du juge majeur, des maîtres rationaux, du juge d’appel, des procureurs fiscaux, du président de la chambre des comptes, du trésorier, des rationaux, et des archivistes. Près d’eux affluent, se portent et ont eu coutume de converger et de se tenir tous les hommes, de toute condition, toute dignité et tout rang des susdits comtés, qui ont à traiter et à faire avec les susdits ou l’un d’eux, pour les questions regardant et concernant l’office de n’importe lequel. De même, il faut savoir que, dans ladite cité d’Aix, sa majesté la reine possède un palais remarquable, honorable et ample, bien et assez magnifiquement garni de salles, de chambres et d’autres logis, dans lequel demeure effectivement et a toujours eu l’habitude de résider le seigneur sénéchal avec sa suite entière136.

  • 137 Ibid. ; M.-J. Bry, Les vigueries de Provence [...], Paris, 1910, n. 5, p. 388 (l’éditeur a omis le (...)

100Après l’apologie d’un pouvoir ancré dans son palais urbain au cœur du pays, l’enquête poursuivait par la liste de vingt-neuf vigueries ou bailliages qui divisaient la Provence et où le sénéchal nommait les officiers. Presque toutes ces circonscriptions se désignaient par un chef-lieu. L’inventaire finissait de donner le sentiment d’une administration ferme sur ses bases et articulée137. Cette clarté assurait de l’autorité du sénéchal sur tous, mais cernait aussi ses compétences.

101Dans Aix, il trouvait désormais à ses côtés des services bien individualisés. Ne parlerait-on pas, au XVe siècle, de différentes « cours majeures », encore que la première fût le « conseil du roi » présidé par le gouverneur du pays (sénéchal ou son équivalent) ? Les offices qui s’élevaient appartenaient aux gens des bureaux et aux juristes. Ils portaient une culture politique et des moyens d’action propres, qui favorisaient les spécifications.

  • 138 M. Prou (éd.), Les registres d’Honorius IV, Paris, 1888, n. 96-98, col. 72-91 ; R. Trifone, La leg (...)

102Ce qui se constatait en Provence sur la fin du règne de Jeanne Ire, malgré l’anémie des administrations, ne pouvait que refléter un mouvement de fond. Les réformes consenties après les Vêpres ne l’avaient guère inversé, ni même ralenti sensiblement. Le monarque et le pape avaient remédié à des abus mais sans bloquer la machine administrative, qui avait dès lors tant avancé138. Elle continuait par la suite sur sa lancée. La croissance des tribunaux et des bureaux, que les articles ici rassemblés s’entendent à mettre en relief, ne suivait pas seulement la pente. Ces services et leur personnel de scribes, de notaires ou de légistes entretenaient l’essor. Ils induisaient une division des tâches entre écriture et exécution, la possibilité de définir les attributions et donc de les répartir, enfin une capacité accrue d’entretenir des relations entre offices et à distance. En bref, ils contribuaient beaucoup à la réorganisation du tissu administratif, du centre aux périphéries.

  • 139 R. Trifone, La legislazione angioina... cit., passim ; G. Giordanengo, Arma legesque colo... cit., (...)
  • 140 S. Morelli, Per conservare la pace... cit., p. 319-320.

103Assurément, la confusion des tâches chez les officiers supérieurs n’avait jamais été que partielle, comme l’enseignent les nombreuses dispositions édictées par Charles Ier. Mais les statuts s’accumulaient pendant les règnes de Charles II puis de Robert139. Le présent livre fait mesurer ce procès, par priorité, pour les grands offices régionaux. Thierry Pécout constate que, aux environs de 1300, le sénéchalat de Provence s’était déjà sensiblement codifié. À travers la pratique, Riccardo Rao relève un effort de précision spatiale et fonctionnelle dans l’action des sénéchaux de haute Italie, au temps de Robert, bien que l’instabilité politique ne favorisât pas cette évolution. Sous le même Robert, Paolo Grillo signale jusqu’en Toscane une distinction assez nette entre l’office de vicaire de la région et celui de capitaine générale des troupes, malgré la priorité du militaire. Pour les justiciers du Royaume, un fléchissement de leurs compétences au XIVe siècle, sous l’effet des libertés municipales mais également de la latitude laissée à différents offices, a été noté par ailleurs140.

  • 141 Voir également E. Csukovits, Le innovazioni istituzionali nell’età angioina e i loro parallelismi (...)

104Toutes les monarchies connaissaient, à la vérité, des évolutions voisines. Enikő Csukovits le rappelle avec les Angevins de Hongrie. S’ils devaient finalement peu à Naples, la maturation de leurs institutions était assez comparable. Ils allaient en effet du pas des autres princes, selon une occidentalisation des institutions qui continuait la politique des Árpáds141. Le cas des provinces d’Anjou et de Maine n’est pas moins instructif. Elles appartenaient moins d’un demi-siècle aux premiers Capétiens de Sicile-Naples (1246-1290). Or, comme l’enseigne Isabelle Mathieu, leur administration poursuivait sa dynamique des Plantagenêt aux Valois. Charles Ier et Charles II n’en marquaient qu’une étape. En somme, le courant était irrésistible, en dépit des aléas.

  • 142 G. T. Colesanti et al., Presentazione, dans G. T. Colesanti (éd.), « Il re comminciò a conoscere c (...)

105Le progrès avait ses revers ou ses périls. De très hauts seigneurs empruntaient, pour leurs terres, au modèle monarchique. Selon l’analyse d’Andreas Kiesewetter centrée sur les années 1305-1380, ce mimétisme se vérifiait en particulier pour les Duras et en premier lieu pour les Anjou-Tarente puis pour Jacques de Baux. Il leur succédait, en effet, à la tête de la principauté de Tarente. Celle-ci ne profitait pas que de son énormité et de l’ascendance royale de ses maîtres, y compris Jacques de Baux par sa mère. Les recettes de la monarchie inspiraient ladite principauté et lui servaient de moteur pour se transformer en quasi-État dans l’État. Elle avait jusqu’à ses grands officiers de cour, copiés sur les institutions centrales. Cette réussite témoignait pourtant, à sa façon, du prestige d’un encadrement du pays imposé par la couronne. Les princes de Tarente tentaient, dans la suscription de leurs actes, de s’attribuer même la formule de dévotion « par la grâce de Dieu ». Ils ne se permettaient toutefois cette expression de souveraineté qu’en se prévalant, lorsqu’ils le pouvaient, du titre d’empereur de Constantinople. Cette limite témoignait à son tour d’une résistance, même pendant le règne désastreux de Jeanne Ire, de la construction étatique142.

  • 143 Ch. Perrat, Actes du roi Robert... cit., p. 127-128, n. 7-11, p. 138-139 et passim.
  • 144 N. Coulet, Aix, capitale de la Provence angevine, dans L’État angevin... cit., p. 323-325 et 328-3 (...)
  • 145 Ch. Perrat, Actes du roi Robert... cit., n. 61-62, p. 149.

106La montée des administrations régionales ne devait pas non plus miner l’emprise du souverain ; mais hors les temps de crise il en allait au contraire. L’autorité du monarque ne reposait plus sur une poignée de fidélités, comme celle du sénéchal de Provence, ou sur les visites d’envoyés de la cour. La différentiation des fonctions supérieures diversifiait les canaux avec Naples. La formation juridique des agents, par l’idéologie monarchique qu’elle véhiculait, pouvait densifier les échanges. La maîtrise d’une administration par le droit et par l’écrit régularisait, en tout cas, les relations avec le trône. L’essor des offices multipliait les occasions d’intervenir. D’après l’exemple provençal, le monarque désignait même nombre de subalternes, aux dépens des prérogatives du sénéchal143. A fortiori, il ne renonçait pas à la nomination des officiers supérieurs. Il y avait davantage, comme l’enseigne la formation de la chambre des comptes d’Aix, entre fin XIIIe siècle et début du XIVe siècle. Cet organe contribuait beaucoup à l’efficacité de l’administration régionale dans la conduite du pays mais encore à son autogestion, surtout lorsqu’il reçut à compter de 1302 un puis des maîtres rationaux, qui résidaient dorénavant sur place144. En s’insérant ou plutôt en revenant dans le gouvernement de la Provence, ils augmentaient cependant le nombre de grands officiers sous la direction immédiate de la cour. Or, comme il apparaît en 1315, ils n’étaient pas que nommés par lettres royales. Celles-ci leur étaient conférées « par les maîtres rationaux » de Naples145. En clair, ils ne relevaient pas d’une autorité centrale aux formes indécises, mais d’un département spécialisé en son sein. Le regard du monarque se faisait plus perçant tandis qu’il s’affirmait comme corps politique.

  • 146 A. de Boüard, Documents en français des archives angevines de Naples, I, Les mandements aux Trésor (...)
  • 147 S. Palmieri, La cancelleria del regno di Sicilia... cit., p. 74-75.
  • 148 R. Delle Donne, Burocrazia e fisco a Napoli tra XV e XVI secolo, Florence, 2012.
  • 149 G. M. Monti, Le origini della Gran Corte della Vicaria... cit.

107L’administration des périphéries suivait grandement les impulsions du centre, où se relevaient des faits parallèles mais sur une autre échelle et aux conséquences plus incisives. Serena Morelli le rappelle dans sa présente contribution. Depuis Charles Ier, qui perfectionnait l’héritage souabe, le jugement des comptes par les maîtres rationaux et la gestion des caisses bénéficiaient de dispositions techniques et centralisatrices à l’avant-garde du gouvernement monarchique. Les deux fonctions, au départ, se subordonnaient étroitement au chambrier. L’argent se confiait à la garde d’un Templier ou d’Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem. Cependant, Charles Ier le rassemblait bientôt dans le Castel dell’Ovo de Naples. Puis, le trésor s’érigeait dans ce château « en institution indépendante de la chambre », en 1277146. Les maîtres rationaux affirmaient plus vite encore leur spécificité. À partir de 1269, ils disposaient de registres de chancellerie propres, distincts de ceux du chancelier mais surtout de la chambre147. La division du travail continuait vers le bas. Sous le règne de Robert prenait forme un « office de l’audience sommaire des comptes des officiers ». Il assurait, sous la conduite de rationaux, les vérifications comptables. Les maîtres rationaux se limitaient à prononcer les arrêts définitifs. L’office de l’audience sommaire évoluait par la suite en camera summarie, qui devenait pleinement indépendante au XVe siècle148. Cette croissance d’une bureaucratie complexe s’exprimait également dans la création d’une deuxième cour suprême de justice, aux côtés de celle du maître justicier, à partir de 1304. Devenue curia vicarie (cour du vicariat), quand elle se subordonnait à Charles de Calabre vicaire de Robert, elle se perpétuait sous ce nom. Elle se substituait en 1324-1327 et 1336-1345 à la cour du maître justicier ; mais la simplification était provisoire. Les deux institutions ne fusionnaient définitivement qu’en 1420149.

  • 150 R. Delle Donne, Burocrazia e fisco... cit., p. 62-63.

108La parcellisation du travail s’accompagnait cependant, au XIVe siècle, d’un phénomène plus subtil. Il se profilait quand l’office de l’audience sommaire laissait aux maîtres rationaux leur fonction la plus haute, comme juges, et les libérait d’obligations fastidieuses. Cette redéfinition sanctionnait leur éminence et leur permettait d’accomplir les multiples missions qui leur échoyaient en sus. Leur élévation correspondait d’ailleurs à leur recrutement dans l’élite napolitaine des « seggi », qu’ils représentaient auprès du trône150. En somme, leur dimension politique s’accentuait. Leur devenir s’accordait à celui des grands offices vidés de leurs tâches concrètes. Il renvoyait aux officiers chez qui la polyvalence primait, à proportion de leur proximité du roi. Il s’ajoutait au cas des secrétaires pour confirmer un renouveau du modèle de la familiarité. Une distinction s’ébauchait, à bien regarder, entre le personnel de gouvernement et les administrateurs.

  • 151 Ch. Giraud, Essai sur l’histoire du droit... cit., p. 79.

109La discipline professionnelle, qui s’élaborait, valait d’abord pour ces derniers. Ainsi Robert interdisait-il aux clercs, en 1310, les offices monarchiques sur ses terres de Provence, à l’évidence pour tenir tous ses agents sous son étroite juridiction151. Il usait pourtant d’abondance des ecclésiastiques pour gouverner, car il appelait alors qui bon lui semblait. La souplesse dans la conduite supérieure du pays se combinait à la rigueur dans la marche ordinaire des offices, et ne contredisait pas l’émergence d’une administration « moderne ». Cette discrimination, du gouvernemental et de l’administratif, se jouait d’abord à la grande cour, mais s’étendait dans les territoires, comme il est apparu avec le repli du sénéchal de Provence sur ses devoirs les plus hauts. C’était un facteur de plus pour enfler le réseau d’hommes et de services qui assistaient le monarque.

  • 152 Ibid., p. 73 ; B. Capasso, Gli archivii... cit., p. 20-24 (note 7) ; L. Cadier, Essai sur l’admini (...)

110Il n’y a pas de doute que l’administration angevine devenait un instrument aussi pesant que diversifié, eu égard à son temps. Les contributions qui précèdent nourrissent cette conviction. Elles montrent de tous côtés des officiers du roi, même quand elles parlent de personnels réduits comme en Italie du Nord et du Centre, mais qui chapeautaient les administrations communales. Les informations numériques, qu’apportera la base de données Europange, préciseront l’intuition. En attendant, le dossier se compléterait opportunément avec les mesures de réduction des postes ou des gages, qui se répétaient depuis Charles II152. Jeanne Ire se voyait accusée de dissiper à l’avantage de ses amis, mais le problème principal résidait ailleurs. Les monarques ou leurs sujets s’inquiétaient du nombre d’officiers budgétivores. Cette hostilité, qui n’avait pas nécessité de diminution drastique des offices à l’heure des Vêpres, demeurait limitée. L’appareil administratif ne manquait pas d’attrait pour une partie de la société angevine.

Vers une assimilation


Il profita aux hommes du Royaume en leur donnant des comtés, des baronnies et des honneurs. Et il fit également du bien à la cité de Naples, en général et en particulier. Et il y créa des cardinaux, amiraux, comtes, barons et grands officiers.


  • 153 Cronaca di Partenope... cit., A, § 73 et 75, p. 273 et 277-279.

111Bartolomeo Caracciolo Carafa, membre de l’aristocratie napolitaine et maître rational, célébrait en ces termes vers le milieu du XIVe siècle, dans la Chronique de Parthénope, les mérites de Charles II. Il se répétait presque à propos de Robert : « Il anoblit le Royaume en faisant les suivants comtes et officiers ». La liste annoncée et dressée plus bas se limitait à énumérer dix-neuf personnages élevés à la dignité comtale153. Il demeure que le chroniqueur rapprochait l’investiture de grands fiefs et la promotion aux principales charges administratives. Celles-ci intégraient les élites autant qu’elles servaient à gouverner. Elles portaient à un degré inédit la réalité étatique, comme agrégation renforcée autour du prince.

112La naturalisation des officiers supérieurs revêt à ce point toute sa signification. Du même mouvement qu’elle répondait au nouveau champ des fidélités, selon l’ancrage de la dynastie angevine sur ses terres, elle en fondait les conditions. Elle générait ou régénérait les classes de pouvoir qui se liaient au trône. Il y avait des raisons pratiques à l’emploi d’autochtones ou, plus généralement, de sujets et d’alliés guelfes ; mais ils n’en devenaient pas moins des parties prenantes de la monarchie. Les articles qui précèdent laissent mesurer l’étendue de l’assimilation. Ils invitent à l’examiner à partir de Charles Ier. S’il privilégiait ses compagnons d’aventure et les Français pour le premier cercle de ses auxiliaires, sa préférence n’avait jamais rien d’exclusif. Aux degrés qui suivaient, dans la hiérarchie des offices, il recrutait d’abondance sur ses terres ou dans les espaces sous son ascendant. Le phénomène d’association était massif, avant de se faire systématique du bas en haut de l’échelle administrative.

113Il s’intensifiait, dans les états angevins proprement dits, avec le tournant des Vêpres. Thierry Pécout le souligne pour les sénéchaux de Provence. Après ceux venus de France, un chevalier provençal apparaissait en 1283. La volonté du souverain de revigorer l’empathie avec l’aristocratie indigène apparaissait assez. Il y avait, à cet égard, un antécédent sur ce que rapporte Enikő Csukovits pour la Hongrie angevine, puis une pleine concordance avec elle. Carobert ne brisait-il pas la puissance des anciens barons en s’associant cependant la noblesse du pays et en comptant peu sur l’immigration de fidèles ? La seule exception notable était celle de la famille franco-napolitaine des Druget.

  • 154 R. Rao, Signori di Popolo. Signoria cittadina e società comunale nell’Italia nord-occidentale, 127 (...)

114Collaboration et consentement étaient une constante dans l’Italie communale, où l’incertitude de la domination angevine les imposait spécialement. Les analyses de Gabriele Taddei pour la Toscane et de Riccardo Rao pour la haute Italie concordent sur ces pratiques. Le monarque angevin maintenait un personnel local dans les villes entre ses mains. Pour celles plus largement en son pouvoir ou sous son ascendant, il s’appuyait sur partis et familles en place. Afin d’affermir son emprise, il favorisait ainsi en Piémont les « seigneurs du peuple », selon la formule proposée par Riccardo Rao dans un précédent ouvrage154. Au reste, si le roi appelait pour podestats des étrangers, dans les grandes cités dont il avait la seigneurie, ils venaient de régions d’Italie centrale et septentrionale de même culture politique. Sous ce rapport, les usages du podestariato n’étaient pas enfreints.

  • 155 F. P. Tocco, Niccolò Acciaiuoli. Vita e politica in Italia alla metà del XIV secolo, Rome, 2001.

115Les amorces d’administration régionale se trouvaient certes au pouvoir d’officiers proprement allogènes, tels Provençaux et régnicoles. En échange, les élites de l’Italie communale trouvaient depuis le départ l’occasion de brillantes réussites au service de la couronne. Encore que sur le tard, quand se désagrégeait le système guelfe centré sur les Angevins, la personnalité de Niccolò Acciaiuoli († 1365) offre l’exemple le plus fameux. Cet homme d’affaires florentin devenait principal ministre du second époux de Jeanne Ire, Louis de Tarente, et grand sénéchal du Royaume. Il joignait la plus haute féodalité155.

116Le cas de l’Italie communale entrait dans la mécanique du brassage des officiers, que la monarchie pratiquait entre ses diverses dominations, et du large recrutement qui s’en trouvait encouragé. Celui-ci se manifestait sur le plan spatial comme social. Si la grande noblesse trouvait dans l’administration un moyen pour garder son rang, l’élévation par les offices se rencontrait également partout. L’observation pourrait s’étendre jusqu’à la Hongrie angevine, où c’était la petite et moyenne noblesse qui accédait au pouvoir, pour atteindre à son tour jusqu’au baronnage. Quant à la monarchie de Sicile-Naples, il n’y a pas à revenir sur la promotion du patriciat urbain, par le biais des bureaux ; mais ce mouvement était assurément massif. Le cas particulier des juges majeurs de Provence en relevait. À suivre Jean-Luc Bonnaud, la charge confortait l’appartenance à la noblesse, voire y donnait accès pour d’aucuns. Le service du roi, en permettant des promotions, attirait davantage.

  • 156 G. Vitale, Élite burocratica... cit., p. 71-79 et passim.
  • 157 G. Vitolo, L’Italia delle altre città... cit., p. 149-186.

117En conséquence, les élites urbaines se dépensaient pour assurer à leurs membres des débouchés dans l’administration. Cet appétit est bien connu pour Naples156. La capitale s’efforçait même de se réserver de grandes charges, comme il a été vu pour les maîtres rationaux. Cependant, l’élan était général ainsi que l’enseigne un récent livre de Giovanni Vitolo sur les villes du Royaume157. L’auteur insiste sur la période aragonaise, quand l’appétence pour les offices s’étalait ; mais la tension la précédait. Le notaire Domenico di Gravina y introduit dans la chronique qu’il rédigeait vers 1349-1350.

  • 158 Domenico di Gravina, Chronicon de rebus in Apulia gestis, éd. A. Sorbelli, Città di Castello, 1903 (...)

118Il décrivait par ces quelques mots la situation du Mezzogiorno après la mort en juillet 1345 de la reine Sancia, veuve de Robert : « Tous les conseillers furent transformés en loups pour les brebis de ce Royaume, et la cité de Naples le dévorait complétement : là, son trésor entier périssait »158. Partisan de Louis Ier de Hongrie, le chroniqueur dénonçait le mauvais gouvernement de Jeanne Ire, qui culminait avec l’assassinat de son époux André. Derrière l’intention polémique, une société politique se dessinait, appelée à un long avenir. La centralisation monarchique profitait à la capitale. Les hommes de talent ou les ambitieux convergeaient vers elle. Sa position dominante indisposait d’autant plus, cependant, que la quête des offices s’étendait.

  • 159 L. Rostan, Cartulaire de Saint-Maximin, Paris, 1862, n. 21, p. 21.
  • 160 Ch. Giraud, Essai sur l’histoire du droit... cit., p. 76.
  • 161 N. Coulet, Aix-en-Provence... cit., p. 61-62.
  • 162 J.-P. Papon, Histoire générale de Provence, III, Paris, 1784, n. 43, p. LIX-LX ; M. Hébert, Regest (...)
  • 163 N. Coulet, Aix-en-Provence... cit., p. 60-67.

119Les aspirations et les rivalités ne se réduisaient pas au Royaume, mais se confirmaient ailleurs. En 1297 déjà, Charles II promettait à Saint-Maximin de nommer des hommes de la localité pour officiers en Provence, s’ils s’en révélaient capables, ce jusqu’au rang de viguier159. Le privilège trahissait un souhait des communautés du pays. Puis, en 1310, Robert statuait, en s’adressant aux Provençaux, que les officiers du Royaume et des comtés de Provence, de Forcalquier et de Piémont se choisiraient parmi les habitants de ces contrées. Il se réservait cependant de décider autrement de sa « certaine science »160. Il ne répondait, de toute façon, qu’en partie aux attentes, qui visaient des recrutements sur base régionale. Avec Jeanne Ire, les Provençaux affirmaient vite leur impatience. Ils protestaient contre Louis de Tarente, qui les aurait défavorisés161. Bientôt, les états d’Aix de février 1348 profitaient de la présence de la reine, qui arrivait en mauvaise posture. Elle avait fui le Royaume devant l’invasion hongroise. Ils extorquaient à Jeanne l’indigénat pour les officiers des comtés de Provence et de Forcalquier. Elle s’y engageait par serment162. Elle reniait l’année même sa parole, préférant un Napolitain pour sénéchal. Le parjure entraînait une série de conflits autour de ce poste. Les « guerres des sénéchaux », encore que limitées à des escarmouches, ne s’apaisaient totalement qu’en 1352163.

  • 164 J.-P. Boyer, René et Marseille... cit., p. 67 ; Id., « Cis donta l’orguel de Marseille »... cit., (...)

120De fait, les choix de la reine trouvaient des soutiens, spécialement de Marseille qui inaugurait de longues frictions avec Aix. La Provence même ne constituait pas un bloc, eu égard à la question des offices. En pratique, la noblesse et les Aixois avaient arraché le privilège de 1348. Le syndrome napolitain se reproduisait, avec une capitale régionale qui irritait pour ses avantages. Ses élites se voyaient favorisées dans la répartition des charges administratives. S’ajoutaient les profits générés par la présence de la cour. Marseille en sollicitait vainement le transfert jusqu’à elle, à défaut de s’arroger les offices164.

  • 165 É.-G. Léonard, Histoire de Jeanne Ire... cit., I, p. 24-33.

121Ces compétitions trahissaient une demi-réussite ou un demi-échec. Une politique de recrutement assez ouverte rendait envisageable que se développât un milieu soudé d’officiers supérieurs et de vassaux, à travers les espaces sous l’autorité de la monarchie angevine de Naples. Il s’amorça. Il s’illustra par des migrations, à la façon dont en 1363 le juge majeur de Provence Louis de Taggia (de Tabia) se présentait comme Aixois, quand son patronyme révélait une origine ligure. À un autre niveau, les Baux pouvaient se regarder comme régnicoles ou comme Napolitains, autant que Provençaux. Au vrai, il était inéluctable que l’installation de la dynastie angevine en Italie s’accompagnât du transfert de grandes familles ; mais l’on sait que les lignages français ou provençaux perdurèrent peu dans le Mezzogiorno165. Or, une fusion aboutie des élites eût pallié le morcellement des territoires et des populations puis favorisé l’émergence d’une « nation ».

122L’État angevin ne parvint pas à ce niveau. Faute d’osmose, il fédéra du moins les classes dirigeantes, qui le reconnaissaient et ambitionnaient de rejoindre son administration. Elle s’insérait dans le corps des sociétés, mais héritait de leurs tensions quelque complication supplémentaire.

Une étape stimulante

123Oppositions ou dialectiques ne manquaient pas dans la marche des monarchies angevines. Elles se comportaient comme des organismes vivants, en réaction constante à des milieux eux-mêmes mouvants. Il n’y a donc nul paradoxe à ce que les contributions rassemblées, malgré leur eurythmie, maintiennent ou suscitent quelques ambiguïtés. Les résultats obtenus sont une prise de conscience de cette complexité, partant une invitation à poursuivre la dynamique du programme Europange. Le tableau de la haute administration offre déjà, néanmoins, des assurances qui guideront la suite de l’enquête.

124Il en corrobore l’à-propos pour l’histoire de l’Europe occidentale. Il engage, d’abord, à ne plus réduire les premiers Angevins de Naples à des héritiers plutôt médiocres des pouvoirs forts qui les auraient précédés, aux temps normands ou souabes. Ils se confirment en tout cas, de Charles Ier à Robert, comme des bâtisseurs de premier plan du modèle monarchique propre au Moyen Âge tardif. Ils laissèrent d’ailleurs une empreinte profonde dans les espaces dominés, marquant jusqu’à l’histoire des communes italiennes.

125Leur importance dépassa les résultats effectifs, car ils ouvraient la voie parmi les protagonistes à des formes d’État plus avancées. L’affirmation heurtera quand l’on traque aujourd’hui le péché de téléologie ou le platonisme dans tout discours sur les gouvernements médiévaux. La monarchie de Naples-Provence apprend, néanmoins, combien des projets délibérés guidaient les princes. Or, la culture romano-canonique orientait les aspirations vers des conceptions qui retrouveraient une pleine actualité aux Temps modernes. Et s’il paraît désormais difficile de parler d’un modèle angevin groupant les deux royautés de Naples et de Hongrie, celles-ci partageaient pourtant le sens de la majesté. Elles ne s’en réclamaient évidemment pas seules ; mais dans ce registre les Angevins incitent mieux que beaucoup d’autres pouvoirs à mesurer comment, dans une certaine mesure, l’idée précédait l’expérience.

126La doctrine ne mûrissait cependant que dans un dialogue avec la pratique. Ainsi, dans les états de Naples-Provence, le droit avançait-il pour cadre de la société alors que l’emprise du gouvernement progressait. Malgré les faiblesses, les deux royautés angevines construisaient une autorité bien concrète. Le présent livre apporte en la matière des acquis majeurs, permis par l’effort consenti dans le domaine prosopographique. Il précise, par ce recours, comment la monarchie de Sicile-Naples maintenait un minimum d’unité des pays administrés et une centralisation par les échanges de personnels et leur circulation rapide. Cette pratique avait pour contrepartie d’amples recrutements au travers des espaces concernés. Les rois angevins, de Provence-Naples ou de Hongrie, s’attachaient des élites par de vraies perspectives de carrière. Ils surent entraîner dans leur sillage de solides portions des classes supérieures, traditionnelles ou émergentes : petite aristocratie de Hongrie, noblesse urbaine et patriciat d’Italie ou de Provence. Une règle d’or de ces régimes fut donc de rester ou plutôt de devenir l’affaire de beaucoup. Sous un angle un peu différent, les monarques se trouvaient partagés entre le désir d’imposer et la nécessité de négocier.

127Quelle que soit l’interprétation, une politique des larges ententes affermissait les trônes ou le fragilisait, selon le moment. Elle imposait ses contraintes ou ses limites, que les articles qui précèdent évoquent encore, surtout pour la dynastie de Sicile-Provence. Elle devait s’accommoder des traditions féodales et plus globalement des aspirations centrifuges. De surcroît, le service du prince se percevait difficilement comme une abstraction dépassant sa personne. Privilèges et fidélités personnelles demeuraient des ciments de la vie publique.

128Dans ce contexte, l’étude de l’administration ne saurait s’arrêter, sous peine d’anachronisme, à une fonction publique ante litteram. Les conseillers, les familiers, voire les vassaux ou les communautés d’habitants doivent trouver place, au moins à l’arrière-plan, dans le champ de réflexion.

Notes

1 Biblioteca Angelica (Rome), ms. 151, fol. 134v a (Res publica componitur ex personis superioribus, mediis et inferioribus, sicut armonia musica resultat ex sonis vel vocibus acutis, mediis et gravibus) ; J. B. Schneyer, Repertorium der lateinischen Sermones des Mittelalters für die Zeit von 1150-1350, V, Münster Westfalen, 1974, p. 205, n. 108 ; d’après Augustin, De civitate Dei, lib. II, cap. 21, éd. B. Dombart et A. Kalb, I, Turnhout, 1955 (CCSL, 47), p. 53, l. 14-24.

2 J. Le Goff et P. Nora (éd.), Faire de l’Histoire, 3 vol., Paris, 1974.

3 J. Le Goff, La civilisation de l’Occident médiéval, Paris, 1972 (1re éd. 1964), p. 17 et 129-130.

4 Ainsi R. Telliez, Compte rendu, dans Revue historique, 643, 2007, p. 720-722.

5 J. H. Burns (éd.), Histoire de la pensée politique médiévale, 350-1450, Paris, 1993 (éd. anglaise 1988).

6 P. Durrieu, Les Archives angevines de Naples. Études sur les registres du roi Charles Ier, 2 vol., Paris, 1886-1887, I, p. 37 ; L. Cadier, Essai sur l’administration du royaume de Sicile sous Charles Ier et Charles II d’Anjou, Paris, 1891, p. 161.

7 Niccolò Machiavelli, Il principe, cap. 1, 1, éd. G. Inglese, Turin, 1995, p. V-IX et 7.

8 Dante Alighieri, Inferno, cant. XXVII, vs. 54 (Tra tirannia si vive e stato franco), éd. I. Borzi et al., Dante Alighieri. Tutte le opere, Rome, 2007, p. 188 ; M. Cortelazzo et P. Zolli, Stato, dans Id., Dizionario etimologico della lingua italiana, V, Bologne, 1988, p. 1268-1269 ; A. Duro et al., Stato2, § 7 a, dans Vocabolario Treccani, 2015, en ligne treccani.it/vocabolario.

9 G. Duby, Le dimanche de Bouvines, Paris, 1973 ; J. Berlioz, « Le dimanche de Bouvines » de Georges Duby, dans L’Histoire, 258, 2001, p. 114.

10 B. Guenée, L’Occident aux XIVe et XVe siècles. Les États, Paris, 1971 ; J.-P. Genet (éd.), L’État moderne : genèse. Bilans et perspectives, Paris, 1990 ; Id., La genèse de l’État moderne. Les enjeux d’un programme de recherche, dans Actes de la recherche en sciences sociales, 118, 1997, p. 3-18 ; P. Boucheron, « L’Occident aux XIVe et XVe siècles. Les États » de Bernard Guenée, dans L’Histoire, 360, 2011, p. 96.

11 J. Le Goff, Saint Louis, Paris, 1996.

12 E. Cortese, Il diritto nella storia medievale, 2 vol., Rome, 1995-1997 ; E. Conte, Diritto comune : storia e storiografia di un sistema dinamico, Bologne, 2009.

13 G. Tabacco, Egemonie sociali e strutture del potere nel Medioevo italiano, Turin, 1974 ; Id., Le ideologie politiche nel Medioevo, Turin, 2000 ; G. Galasso, L’altra Europa. Per un’antropologia storica del Mezzogiorno d’Italia, Naples, 2009 (3e éd. revue et complétée, 1re éd. 1982) ; Id., Il Regno di Napoli. Il Mezzogiorno angioino e aragonese, Turin, 1992 (Storia d’Italia diretta da Giuseppe Galasso, 15/1).

14 L. Sturzo, Politica e morale, dans Id., Morale e politica, éd. C. Dau Novelli, Rome, 2012, p. 80.

15 M. Hébert, Parlementer. Assemblées représentatives et échanges politiques en Europe occidentale à la fin du Moyen Âge, Paris, 2014.

16 R. Rao, Gli Angiò e l’importazione di modelli principeschi nell’Italia nord-occidentale, dans P. Grillo (éd.), Signorie italiane e modelli monarchici, Rome, 2013, p. 101-123.

17 F. Calasso, I glossatori e la teoria della sovranità, Milan, 1951 ; G. Giordanengo, Féodalités et droits savants dans le Midi médiéval, Gower House-Brookfield, 1992, art. 7 (1re éd. 1975) ; Id., Arma legesque colo. L’État et le droit en Provence (1246-1343), dans L’État angevin. Pouvoir, culture et société entre XIIIe et XIVe siècle, Rome, 1998 (CEFR, 245), p. 35-80 ; J.-P. Boyer, Le droit civil entre studium et cour de Naples. Barthélemy de Capoue et son cercle, dans J.-P. Boyer, A. Mailloux et L. Verdon (éd.), La justice temporelle dans les territoires angevins aux XIIIe et XIVe siècles, Rome, 2005 (CEFR, 354), p. 47-82.

18 F. Calasso, Andrea d’Isernia, dans Dizionario biografico degli Italiani (DBI), Rome, 1960-, en ligne www.treccani.it/biografie.

19 Andrea d’Isernia, Prooemium super Constitutionibus Regni, dans Constitutionum Regni Siciliarum libri III cum commentariis veterum jurisconsultorum, éd. A. Cervone, I, Naples, 1773, p. XXVI.

20 Ibid., p. XXV ; d’après Novellae 105, 2, 4, éd. R. Schoell et G. Kroll, Hiledsheim, 1993 (13e éd. 1963), p. 507.

21 J.-P. Boyer, Ecce rex tuus. Le roi et le royaume dans les sermons de Robert de Naples, dans Revue Mabillon, 67, 1995, p. 101-136.

22 A. Kiesewetter, La cancelleria angioina, dans L’État angevin... cit., p. 361-415 ; S. Palmieri, Degli archivi napolitani. Storia e tradizione, Naples-Bologne, 2002, p. 1-292 et 321-353 ; Id., La cancelleria del regno di Sicilia in età angioina, Naples, 2006 (Quaderni dell’Accademia Pontaniana, 48).

23 I registri della Cancelleria angioina ricostruiti dagli archivisti napoletani, éd. R. Filangieri et al., Naples, 1950-2010 (Testi e documenti di storia napoletana pubblicati dall’Accademia pontaniana, I serie, 1-50) ; S. Palmieri, Degli archvi napolitani... cit., p. 355-636 ; S. Morelli, Le carte di Léon Cadier alla Bibliothèque nationale de France. Contributo alla ricostruzione della Cancelleria angioina, Rome, 2005 (Sources et documents d’histoire du Moyen Âge publiés par l’École française de Rome, 9).

24 P. Vincenti, Teatro degli uomini illustri che furono Protonotarii nel Regno di Napoli, Naples, 1607 ; Id., Teatro degli uomini illustri che furono Grand’Ammiragli nel Regno di Napoli, Naples, 1628.

25 C. Tutini, Discorsi de’ Sette Officii o vero de’ Sette Grandi del Regno di Napoli, Parte I, nella quale si tratta del Contestabile, del Maestro Giustitieri e dell’Ammirante, Rome, 1666 ; Id., Degli Ammiranti del Regno di Napoli, Rome, 1666.

26 P. F. Palumbo, Pietro Vincenti « Archivarius Siclae » e l’erudizione napoletana del primo Seicento, dans Studi Salentini, 57-58, 1980-1981, p. 34.

27 A. Musi, Napoli spagnola. La costruzione storiografica, Salerne, 2011 ; Id., La storiografia napoletana tra Umanesimo e Barocco, dans Enciclopedia italiana. Il contributo italiano alla storia del pensiero. Storia e politica, Rome, 2013, p. 162-164.

28 A. Di Costanzo, Historia del Regno di Napoli, L’Aquila, 1581.

29 P. Giannone, Istoria civile del Regno di Napoli, 4 vol., Naples, 1723 ; A. Merlotti, Giannone, Pietro, dans DBI, en ligne www.treccani.it/biografie.

30 M. Amari, Un periodo delle istorie siciliane del secolo XIII, Palerme, 1842 ; Id., La guerra del Vespro siciliano, 2 vol., Paris, 1843, 3 vol., Milan, 1886 (pour l’édition « aboutie ») ; F. Gabrielli et R. Romeo, Amari, Michele Benedetto Gaetano, dans DBI, en ligne www.treccani.it/biografie.

31 G. Yver, Le commerce et les marchands dans l’Italie méridionale au XIIIe et au XIVe siècle, Paris, 1902.

32 Entre d’autres titres : C. Minieri Riccio, Cenni storici intorno i grandi uffizii del regno di Sicilia durante il regno di Carlo I. d’Angiò, Naples, 1872 ; B. Capasso, Gli archivi e gli studi paleografici e diplomatici nelle province napoletane fino al 1818, Naples, 1885 ; P. Durrieu, Les Archives angevines... cit. ; L. Cadier, Essai sur l’administration... cit.

33 G. Petraglione, Bibliografia degli scritti di Gennaro Maria Monti, dans Japigia, 15, 1944/1, p. 42-58 ; A. Kiesewetter, Gennaro Maria Monti (1936-1943), dans C. D’Angela et I. Sisto (éd.), Atti della Giornata di Studio per il Settantesimo anniversario dell’istituzione della Società di Storia Patria per la Puglia, 1935-2005, p. 21-45 ; R. Caggese, Roberto d’Angiò e i suoi tempi, 2 vol., Florence, 1922-1930 ; R. Trifone, La legislazione angioina, Naples, 1921 ; F. Calasso, I glossatori... cit. ; É.-G. Léonard, Histoire de Jeanne Ière reine de Naples, comtesse de Provence (1343-1382), 3 vol., Monaco-Paris, 1932-1936 ; Id., Les Angevins de Naples, Paris, 1954.

34 À É.-G. Léonard, ajouter N. F. Faraglia, Storia della regina Giovanna II d’Angiò, Lanciano, 1904 ; Id., Storia della lota tra Alfonso V d’Aragona e Renato d’Angiò, Lanciano, 1908.

35 M. Camera, Annali delle due Sicilie dall’origini e fondazione della monarchia fino a tutto il regno dell’augusto sovrano Carlo III. Borbone, II, Naples, 1860, p. 499 ; R. Caggese, Roberto d’Angiò... cit., I, p. 239-240, 246, 338, 463 et 652, et II, p. 246 (sur Charles Artus et sa famille, voir É.-G. Léonard, Histoire de Jeanne Ire... cit., I, p. 88, 214-216 et passim).

36 Quelques titres : A. Cutolo, Re Ladislao d’Angiò Durazzo, Naples, 1969 ; C. De Frede et al., Napoli angioina, Naples, 1969 (Storia di Napoli, 3) ; F. Sabatini, La cultura a Napoli nell’età angioina, Naples, 1974 (Storia di Napoli, 4/2), et s. l., 1975 ; Gli angioini di Napoli e di Ungheria, Rome, 1974 ; J. Göbbels, Das Militärwesen im Königreich Sizilien zur Zeit Karls I. von Anjou (1265-1285), Stuttgart, 1984 ; I. Bonnot (éd.), Marseille et ses rois de Naples. La diagonale angevine, Aix-en-Provence, 1988.

37 G. Galasso, Il Regno di Napoli... cit.

38 Catalogue de l’exposition de Fontevraud : L’Europe des Anjou. Aventure des princes angevins du XIIIe au XVe siècle, Paris, 2001. Actes issus des congrès axés sur le politique, en sus du présent volume : L’État angevin... cit., actes du colloque de Rome-Naples de novembre 1995 ; N. Coulet et J.-M. Matz (éd.), La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge, Rome, 2000 (CEFR, 275), actes du colloque d’Angers-Saumur de juin 1998 ; N.-Y. Tonnerre et É. Verry (éd.), Les princes angevins du XIIIe au XIVe siècle. Un destin européen, Rennes, 2003, actes du colloque de Fontevraud de juin 2001 ; J.-P. Boyer, A. Mailloux et L. Verdon (éd.), La justice temporelle... cit., actes du colloque d’Aix-en-Provence de février 2002 ; G. Musca (éd.), Le eredità normanno-sveve nell’età angoina. Persistenze e mutamenti nel Mezzogiorno, Bari, 2004, actes du colloque de Bari, d’octobre 2002 ; R. Comba (éd.), Gli Angiò nell’Italia nord-occidentale, Milan, 2006, actes du colloque d’Alba de septembre 2005 ; Z. Kordé et I. Petrovics (éd.), La diplomatie des États angevins aux XIIIe et XIVe siècles, Rome-Szeged, 2010, actes du colloque de Szeged-Visegrád de septembre 2007 ; J.-P. Boyer et Th. Pécout (éd.), La Provence et Fréjus sous la première maison d’Anjou (1246-1382), Aix-en-Provence, 2010, actes du colloque de Fréjus d’octobre 2008 ; J.-M. Matz et N.-Y. Tonnerre (éd.), René d’Anjou (1409-1480). Pouvoirs et gouvernement, Rennes, 2011, actes du colloque d’Angers de novembre 2009 ; J.-P. Boyer, A. Mailloux et L. Verdon (éd.), Identités angevines. Entre Provence et Naples, XIIIe-XVe siècle, Aix-en-Provence, 2016, actes du colloque d’Aix-en-Provence d’octobre 2011 ; S. Morelli (éd.), Periferie finanziarie angioine, en préparation, actes du colloque de Santa Maria Capua Vetere-Naples de novembre 2014 ; J.-M. Matz et I. Mathieu (éd.), Parcours universitaires et formation intellectuelle des officiers angevins, en préparation, actes du colloque d’Angers de novembre 2015. Actes de congrès traitant de thèmes rejoignant le politique : M.-M. de Cevins et J.-M. Matz (éd.), Formation intellectuelle et culture du clergé dans les territoires angevins (milieu du XIIIe-fin du XVe siècle), Rome, 2005 (CEFR, 349), actes du colloque d’Angers de novembre 2002 ; F. Aceto, S. D’Ovidio et E. Scirocco (éd.), La chiesa e il convento di Santa Chiara, Battipaglia, 2014, actes du colloque de Naples d’avril 2011.

39 F. Del Punta, S. Donati et C. Luna, Egidio Romano, dans DBI, en ligne www.treccani.it/biografie.

40 Aristote, Rhétorique, livre II, chap. 16, § 4, éd. Bekker, 1391a ; trad. Latine de Guillaume de Moerbeke, éd. B. Schneider, Leydes, 1978 (AL, XXXI/1-2), p. 251 (Differunt autem hiis qui nuper possederunt et hiis qui ab antiquo mores in eo quod omnia magis et pejora mala habeant nuper ditati).

41 Gilles de Rome, De regimine principum, lib. II, pars 3, cap. 16 et 18-19, éd. H. Samaritanius, Rome, 1607 (reprint 1967), p. 387-388, 391-392 et 396.

42 Alexandre de Paris, Le Roman d’Alexandre, branche I, laisse 15, vs. 343-344, et branche III, laisse 2, vs. 21-22, éd. E. C. Armstrong et al., trad. L. Harf-Lancner, Paris, 1994, p. 92-93 et 294-295.

43 Hélinand de Froidmont, De bono regimine principum, cap. 20-21 et 23, PL 212, col. 741-744.

44 S. Palmieri, La cancelleria del regno di Sicilia... cit., p. 146.

45 C. Minieri Riccio, Cenni storici intorno i grandi uffizii... cit.

46 P. Durrieu, Les archives angevines... cit., I, p. 39.

47 L. Cadier, Essai sur l’administration... cit., p. 157-308.

48 F. Lot et R. Fawtier, Histoire des institutions françaises au Moyen Âge, II, Institutions royales (Les droits du Roi exercés par le Roi), Paris, 1958, p. 51-65.

49 G. Tessier, Diplomatique royale française, Paris, 1962, p. 206-223.

50 P. Durrieu, Les Archives angevines... cit., I, p. 39 ; L. Cadier, Essai sur l’administration... cit., p. 169, 214, 233, 253 et 269 ; A. Kiesewetter, La cancelleria angioina... cit., p. 381-385.

51 Formularium Curie Caroli secundi, n. 110-112, éd. B. Mazzoleni, dans I registri della cancelleria... cit., XXXI, p. 171.

52 L. Cadier, Essai sur l’administration... cit., n. 9-12, p. 295-298 ; Formularium Curie... cit., n. 125 et 130-132, p. 184-186 et 197-201.

53 Cronaca di Partenope, A, § 73 et 75, B, § 93-94, éd. S. Kelly, The Cronaca di Partenope. An Introduction to and Critical Edition of the First Vernacular History of Naples (c. 1350), p. 273 et 277-278.

54 Formularium Curie... cit, n. 103-132, p. 157-201.

55 Ibid., n. 119, p. 171 ; S. Palmieri, La cancelleria del regno di Sicilia... cit., p. 16 (note 9).

56 R. Trifone, La legislazione angioina... cit., n. 12, p. 12.

57 Ibid., n. 39, p. 41.

58 Saba Malaspina, Rerum Sicularum Historia, lib. IV, cap. 2, éd. W. Koller et A. Nietschke, Die Chronik des Saba Malaspina, Hanovre, 1999 (MGH, SS, 35), p. 179-180 ; S. Palmieri, La cancelleria del regno di Sicilia... cit., p. 38-39.

59 R. Trifone, La legislazione angioina... cit., n. 59 et 107, p. 103 et 186.

60 J.-P. Boyer, « Cis donta l’orguel de Marseille » : une identité entre commune et municipalité (mi-XIIIe-mi-XIVe siècle), dans P. Gilli et E. Salvatori (éd.), Les identités urbaines au Moyen Âge. Regards sur les villes du Midi français, Turnhout, 2014 (Urban History, 32), n. 6, p. 278.

61 Id., René et Marseille : les serments de 1437, dans J.-M. Matz et N.-Y. Tonnerre (éd.), René d’Anjou... cit., p. 62 (note 59).

62 F. Cortez, Les grands officiers royaux de Provence au Moyen Âge, Paris-Aix-en-Provence, 1921, p. 124-198.

63 J.-P. Boyer, « Cis donta l’orguel de Marseille »... cit., n. 4, p. 277.

64 N. Coulet, Aix-en-Provence. Espace et relations d’une capitale, milieu XIVe s.-milieu XVe s., I, Aix-en-Provence, 1988, p. 17 ; M. Hébert, Regeste des états de Provence, 1347-1480, Paris, 2007 (Collection des documents inédits sur l’histoire de France, série in 8°, 37), p. 357, § 45a.

65 Ch. Giraud, Essai sur l’histoire du droit français au Moyen Âge, II, Paris, 1846, p. 26 et 41 ; Th. Pécout (éd.), L’enquête générale de Leopardo da Foligno en Provence orientale (avril-juin 1333), Paris, 2008 (Collection des documents inédits sur l’histoire de France, série in 8°, 45), p. 548-549 et 580-581.

66 Ch. Giraud, Essai sur l’histoire du droit... cit., p. 26.

67 Ibid., p. 27 ; F. Cortez, Les grands officiers... cit., p. 116.

68 J.-P. Boyer, Hommes et communautés du haut pays niçois médiéval. La Vésubie (XIIIe-XVe siècle), Nice, 1990, p. 315-332.

69 S. Morelli, Per conservare la pace. I Giustizieri nel regno di Sicilia da Carlo I a Carlo II d’Angiò, Naples, 2012.

70 D. Clément, Juges et diplomates de la cour angevine de Naples, dans J.-P. Boyer, A. Mailloux et L. Verdon (éd.), La justice temporelle... cit., p. 95-105.

71 S. Morelli, Per conservare la pace... cit.

72 F. Cortez, Les grands officiers... cit., p. 157.

73 Arch. dép. des Bouches-du-Rhône, B 195, fol. 140r, en tête du registre (Quaternus continens substancialem mencionem de literis regiis tam sub magno quam sub parvo regio sigillo directis viro magnifico domino Philippo de Sangineto militi regio comitatuum Provincie et Forc[alquerii] senescallo, infra tempus quo dominus Franciscus de Barba juris civilis professor ac in comitatibus ipsis major et secundarum appellationum judex officia ipsa exercuit apud eumdem dominum Philippum a die scilicet [silicet ms.] vicesima mensis novembris Ve indictionis primo preterite currentibus annis Domini millesimo CCC° XXX° VI° [millesimo CCC° XXX° VII° ms.] et usque per totum nonum diem mensis aprilis anno Domini millesimo CCCXLIII undecime indictionis cujus crastino ab eisdem officiis destitit, assignatus nobili et egregio viro domino Guillelmo de Berrutis, juris civilis professori suo in eisdem officiis sucessori, una cum literis originalibus quas penes se habebat idem dominus Franciscus, continens etiam substancialem mencionem tam de registris literarum curie ejusdem domini senescalli quam de processibus et scripturis aliis tangentibus negocia curie ac etiam quaternorum, quos et quas dictus dominus Franciscus etiam assignavit predicto suo in dictis officiis successori).

74 R. Trifone, La legislazione angioina... cit., n. 160 b et 162, p. 239 et 242.

75 M. J. Clear, Piety and Patronage in the Mediterranean: Sancia of Majorca (1286-1345) Queen of Sicily, Provence and Jerusalem, PhD, University of Sussex, 2000, p. 56-67, 274 et 278-280.

76 R. Moscati, Ricerche e documenti sulla feudalità napoletana nel periodo angioino, dans Archivio storico per le province napoletane, n. s., 20, 1934, p. 224-256 ; ibid., 22, 1936, p. 1-14 ; G. Galasso, Il Regno di Napoli... cit., p. 357-406 et passim ; V.-L. Bourrilly et R. Busquet, Le Moyen Âge (1113-1482), dans P. Masson (éd.), Les Bouches-du-Rhône. Encyclopédie départementale, II, Paris-Marseille, 1924, p. 403 et 621 ; J.-P. Boyer, La domanialité entre Provence et Mezzogiorno sous la première dynastie angevine, dans Th. Pécout (éd.), Quand gouverner c’est enquêter. Les pratiques politiques de l’enquête princière (Occident, XIIIe-XIVe siècle), Paris, 2010, p. 211-237.

77 G. Vitolo, L’Italia delle altre città. Un’immagine del Mezzogiorno medievale, Naples, 2014 ; N. Coulet, Aix-en-Provence... cit., p. 42-107 ; J.-P. Boyer, Communautés villageoises et État angevin. Une approche au travers de quelques exemples de haute Provence orientale (XIIIe-XIVe siècle), dans Genèse de l’État moderne en Méditerranée. Approches historique et anthropologique des pratiques et des représentations, Rome, 1993 (CEFR, 168), p. 243-265.

78 M. Hébert, Guerre, finance et administration : les états de Provence de novembre 1359, dans Le Moyen Âge, 83, 1977, p. 103-130 ; Id., Regeste des états... cit.

79 J.-L. Bonnaud, Le gouvernement du comté de Provence durant le séjour de Louis III en Italie, dans J.-P. Boyer, A. Mailloux et L. Verdon (éd.), Identités angevines... cit., p. 49-50.

80 M. Hébert, Tarascon au XIVe siècle. Histoire d’une communauté urbaine provençale, Aix-en-Provence, 1979, n. 5, p. 258-259.

81 P. Durrieu, Les Archives angevines... cit., I, p. 138-141 ; G. M. Monti, La dominazione angioina in Piemonte, Turin, 1930, n. 15 et 23, p. 347, 374 et 397-399.

82 R. Caggese, Roberto d’Angiò... cit., passim.

83 C. Minieri Riccio, Genealogia di Carlo II d’Angiò re di Napoli, dans Archivio storico per le province napoletane, 7, 1882, p. 18-19 et 21 ; A. Kiesewetter, Die Anfänge der Regierung König Karls II. von Anjou (1278-1295), Husum, 1999, p. 399-404.

84 R. Trifone, La legislazione angioina... cit., n. 162-163 et 202, p. 242-244 et 296-297 ; É.-G. Léonard, Histoire de Jeanne Ire... cit., III, p. 297.

85 C. Minieri Riccio, Genealogia di Carlo II... cit., dans Archivio storico per le province napoletane, 8, 1883, p. 392.

86 A. Cutolo, Re Ladislao... cit., p. 157 et 168-175 (notes 53 et 58) ; S. Palmieri, La cancelleria del regno di Sicilia... cit., p. 192-195.

87 V.-L. Bourrilly et R. Busquet, Le Moyen Âge... cit., p. 615-617 ; N. Coulet, 1380-1382. L’ultime principauté de Provence ou la seconde maison d’Anjou, dans M. Aurell, J.-P. Boyer et N. Coulet, La Provence au Moyen Âge, Aix-en-Provence, 2005, p. 320.

88 E. Cortese, Nicolaus de Ursone de Salerno. Un’opera ignota sulle lettere arbitrarie angioine nella tradizione dei trattati sulla tortura, dans Per Francesco Calasso. Studi degli allievi, Rome, 1978, p. 191-284 ; J.-P. Boyer, À propos de l’affaire Pierre Pascalis : le commissaire et l’avocat, dans Th. Pécout (éd.), L’enquête générale de Leopardo da Foligno en Provence : réformation et vérification (1332-1334), Paris, 2015 (Collection des documents inédits sur l’histoire de France, série in 8°, 72), p. 164-191.

89 R. Trifone, La legislazione angioina... cit., n. 45, p. 50-58 ; Formularium Curie... cit., n. 30-31, p. 41-49 ; S. Morelli, Per conservare la pace... cit., p. 62-146.

90 Ch. Giraud, Essai sur l’histoire du droit... cit., p. 25-28 ; J.-P. Boyer, Construire l’État en Provence. Les enquêtes administratives (mi-XIIIe siècle-mi-XIVe siècle), dans Des principautés aux régions dans l’espace européen, Lyon, 1994, 3/2, p. 4-6.

91 F. Guichard, Essai historique sur le cominalat dans la ville de Digne, II, Digne, 1846, n. 83, p. 223-227 ; F. Varitille, La ville de Digne à la fin du Moyen Âge : politique et société, Master, Paris I, 2012, n. 42, p. 73-74.

92 Arch. dép. des Bouches-du-Rhône, B 7, fol. 4r-5v (Ipse dominus senescallus qui ponitur per excellenciam reginalem, ex officio sibi atributo, potest et habet exercere omnimodam jurisdictionem per se vel alium cui duxerit comittendum in omnibus casibus civilibus et criminalibus ; acque propterea habet largam et latissimam potestatem, merum et mixtum imperium et gladii potestatem animadvertendi et exercendi, tam super juribus regalium et imperialium quam quibuscumque aliis, in facinorosos [farcinorosos ms.] homines in comitatibus supradictis [Provincie et Forcalquerii] et terris adjacentibus, creando et ponendo officiales quoscumque minores et particulares ; potestatemque habet componendi de causis criminalibus et per compositiones causas terminandi vel etiam remittendi per graciam dulcis misericordie temperatam [...]. Ipse dominus senescallus una cum majore judice, juxta formam super hoc editi statuti, habet et potest punire officiales minores et particulares qui ordinantur et statuntur per ipsum in comitatibus ipsis [...], cum punitio et correctio aliorum majorum officialium qui ordinantur et ponuntur per excellenciam reginalem ad ipsam majestatem reginalem inmediate pertinet et spectat ex pleno jure [...]. Habet et potest recipere, ex officio sibi commisso, prelatorum, baronum, nobilium, vassalorum et aliarum universitatum cognitiones homagiorum).

93 J. Krynen, L’État de justice. France, XIIIe-XXe siècle, I, L’idéologie de la magistrature ancienne, Paris, 2009.

94 Arch. dép. des Bouches-du-Rhône, B 7, fol. 5r (Litere que fiunt et conceduntur patentes per ipsum dominum senescallum quibuscumque, tam super facto justicie quam super facto gracie [...], fiunt et fieri debent et consueverunt sub nomine ipsius senescalli et signantur et signari debent per dominum majorem judicem vel ejus locumtenentem [...]. Deinde regestrantur et regestrari debent in regestro quod tenetur per ipsum majorem judicem).

95 F. Guichard, Essai historique sur le cominalat... cit., n. 50, p. 136-137 ; F. Varitille, La ville de Digne... cit., n. 52, p. 95-96 (juge majeur Nicolaus de Joha, soit di Gioia, ce nom étant celui de plusieurs localités du Mezzogiorno : G. M. Monti, L’età angioina, dans Storia della Università di Napoli, Naples, 1924, p. 81 et 101 ; S. Palmieri, La cancelleria del regno di Sicilia... cit., p. 156-158).

96 Biblioteca Nazionale di Napoli, cod. lat., VII. E. 2, fol. 191r-v (Servus [qui] cognovit voluntatem domini sui et [non] preparavit et non fecit voluntatem ejus plagis [ajout au texte biblique] vapulabitur [sic] multis) ; J. B. Schneyer, Repertorium... cit., I, Münster Westfalen, 1969, p. 420, n. 13.

97 I. Walter et M. Piccialuti, Bartolomeo da Capua, dans DBI, en ligne www.treccani.it/biografie.

98 C. Minieri Riccio, Cenni storici intorno i grandi uffizii... cit., p. 135-148.

99 J.-P.Boyer, Aux origines du pays. Le roi Robert et les hommages de 1331 en Provence, dans R. Cleyet-Michaud et al. (éd.), 1388. La Dédition de Nice à la Savoie, Paris, 1990, p. 215-227.

100 J. C. Lünig, Codex Italiae diplomaticus, II, Leipzig, 1726, n. II/82, col. 105 et 107 ; collationné avec Arch. dép. des Bouches-du-Rhône, B 528 (Item statuit et mandavit quod omnes et singuli officiales et familiares sui, cujuscumque condicionis et status, remanere debeant et esse secundum gradum cujuslibet in serviciis prefatorum dominorum domini ducis et domine ducisse ac domine Marie, eo modo et sicut fuerant in serviciis ejusdem domini regis, et ipsi omnibus et quibuscumque aliis premitti debeant et preferri [...]. Item statuit et voluit quod construi, compleri et dotari debeat hospitale Sancte Helisabet [...], ita quod ibi possint semper recipi centum ex famliaribus suis).

101 P. Vitolo, La chiesa della Regina. L’Incoronata di Napoli, Giovanna I d’Angiò e Roberto di Oderisio, Rome, 2008, p. 36-37.

102 C. Minieri Riccio, Saggio di codice diplomatico formato sulle antiche scritture dell’Archivio di Stato di Napoli, I, Naples, 1878, n. 209, p. 211 ; P. Durrieu, Les Archives angevines... cit. , II, p. 222, et tableau 7, p. 230.

103 M. Caravale, Della Mara, Ruggero, dans DBI, en ligne www.treccani.it/biografie.

104 C. Minieri Riccio, Cenni storici intorno i grandi uffizii... cit., p. 41 et 51 ; L. Cadier, Essai sur l’administration... cit., p. 179.

105 V.-L. Bourrilly et R. Busquet, Le Moyen Âge... cit., p. 605 ; A. de Boüard, Actes et lettres de Charles Ier d’Anjou roi de Sicile concernant la France (1257-1284), Paris, 1926, n. 12, 370, 761, 770, 794, 1120, 1136 et 1139, p. 5, 98, 215-216, 219, 227, 364, et 372-373 ; G. Lesage, Marseille angevine, Paris, 1950, p. 106.

106 L. Cadier, Essai sur l’administration... cit., p. 213-218, 225-227, 253-254, 258-259, 264-265 et 271.

107 C. Minieri Riccio, Cenni storici intorno i grandi uffizii... cit., p. 195 et 202 ; Formularium Curie... cit., n. 119, p. 174.

108 C. Minieri Riccio, Saggio di codice diplomatico... cit., IV (Supplemento/2), Naples, 1883, n. 45, p. 52.

109 Ch. Perrat, Actes du roi Robert d’Anjou relatifs à la Provence extraits des registres détruits des archives de Naples (1314-1316), dans Bulletin philologique et historique, 1946-1947, Paris, 1950, n. 16, p. 140.

110 A. M. Voci, La cappella di corte dei primi sovrani angioini di Napoli, dans Archivio storico per le province napoletane, 113, 1995, p. 69-126.

111 S. Palmieri, La cancelleria del regno di Sicilia... cit., p. 80-96.

112 J. C. Lünig, Codex Italiae diplomaticus... cit., n. II/82, col. 1103 ; É.-G. Léonard, Histoire de Jeanne Ire... cit., I, p. 213.

113 P. Durrieu, Les Archives angevines... cit., I, p. 137.

114 A. Kiesewetter, Bonifacio VIII e gli Angioini, dans Bonifacio VIII, Spolète, 2003, p. 177.

115 P. Durrieu, Les Archives angevines... cit., I, p. 40.

116 F. Cortez, Les grands officiers... cit., passim.

117 Th. Pécout, Fréjus, ses évêques et les comtes angevins autour de 1300 : l’épiscopat de Jacques Duèze, dans J.-P. Boyer et Th. Pécout (éd.), La Provence et Fréjus... cit., p. 93-120.

118 A. de Boüard, Actes et lettres de Charles Ier... cit., n. 733, 936 et 978, p. 207, 288-289 et 303.

119 J.-P. Boyer, Construire l’État en Provence... cit., p. 1-26 ; Th. Pécout, Le personnel des enquêteurs en Provence angevine : hommes et réseaux, 1251-1365, dans Id. (éd.), Quand gouverner c’est enquêter... cit., p. 329-355.

120 Id., Leopardo da Foligno, archiprêtre de Bénévent, chanoine de Naples et chapelain du roi Robert, et sa mission en Provence (1332-1334), dans Bollettino storico della città di Foligno, 29-30, 2005-2006, p. 63-70 ; Id. (éd.), L’enquête générale de Leopardo da Foligno dans la viguerie de Tarascon (janvier-février 1332), Paris, 2010 (Collection des documents inédits sur l’histoire de France, série in 8°, 51), p. 4-6.

121 Id., La déambulation comme mode de gouvernement. L’enquête princière générale en Provence angevine, XIIIe-XIVe siècle, dans Des sociétés en mouvement. Migrations et mobilité au Moyen Âge, Paris, 2010, p. 295-314.

122 R. Busquet, Études sur l’ancienne Provence, Paris, 1939, p. 43-46.

123 Th. Pécout, Les deux séjours du roi Robert en Provence (1309-1310 et 1319-1324), dans Th. Pécout et N. Coulet (éd.), Hommage à Jean-Paul Boyer, Provence historique, 64, 2014, p. 277-311.

124 F. Cortez, Les grands officiers... cit., p. 159-160 ; S. Palmieri, La cancelleria del regno di Sicilia... cit., p. 156-158.

125 F. Cortez, Les grands officiers... cit., p. 165-168 ; G. M. Monti, L’età angioina... cit., p. 82 ; Id., Le origini della Gran Corte della Vicaria e le codificazioni dei suoi riti, Bari, 1929, p. 103 ; É.-G. Léonard, Histoire de Jeanne Ire... cit., I, p. 252, 365 (note 1), 367, 381 (note 3) et 722.

126 Th. Pécout, Domaine et réforme : une enquête générale en Provence (1331-1334), dans Id. (éd.), L’enquête générale de Lépopard da Foligno en Provence orientale... cit., p. XL-XLII, XLVIII e LVI-LVIII ; Id., Le personnel des enquêteurs... cit., p. 348-349.

127 L. Cadier, Essai sur l’administration... cit., p. 250-252 ; E. Albe, Autour de Jean XXII. Jean XXII et les familles du Quercy, dans Annales de Saint-Louis des Français, 6, 1901, p. 25-396 ; Th. Pécout, Fréjus... cit., p. 95-103.

128 J.-P. Boyer, Le droit civil... cit.

129 G. Vitale, Élite burocratica e famiglia. Dinamiche nobiliari e processi di costruzione statale nella Napoli angioino-aragonese, Naples, 2003.

130 Thomas d’Aquin, Scriptum super libros Sententiarum, Commentum in secundum librum Sententiarum, dist. IX, qu. 1, art. 3, solutio, éd. P. Mandonnet, Paris, 1929, p. 235.

131 G. Giordanengo, Féodalités... cit., n. 2, p. 269.

132 A. de Boüard, Actes et lettres de Charles Ier... cit., n. 1004, p. 317.

133 Arch. dép. des Bouches-du-Rhône, 1 H 1143, fol. 74v-76v (document aimablement communiqué par Gérard Giordanengo, que je remercie vivement) ; G. Giordanengo, Féodalités... cit., p. 264, et n. 2, p. 267-273 ; J.-P. Boyer, La domanialité... cit., p. 226-227.

134 A. Kiesewetter, Das Itinerar König Karls II. von Anjou (1271-1309), dans Archiv für Diplomatik, Schriftgeschichte und Wapperkunde, 43, 1997, p. 95-98 ; S. Palmieri, La cancelleria del regno di Sicilia... cit., p. 14-15 (note 7), 23 et 49-50.

135 F. Guichard, Essai historique sur le cominalat... cit., n. 115/1, 128 et 130/1-2, p. 334, 386 et 391-392 (exemples).

136 Arch. dép. des Bouches-du-Rhône, B 7, fol. 4r (Est sciendum quod in civitate Aquensi, tanquam in loco notabili et insigni et quasi magis congruo loco de dictis comitatibus et competenti, tenetur et est et fuit a retroactis temporibus citra sedes ordinaria dominorum senescallorum, majoris judicis, magistrorum rationalium, judicis appelationum, procuratorum fiscalium, presidentis camere rationum, thesaurarii, rationalium et archivariorum, ad quos confluunt, adeunt, confluere et adherere consueverunt omnes homines cujuscumque conditionis, dignitatis et gradus comitatuum predictorum habentes agere et facere cum eisdem vel altero eorumdem de causis ad officium cujuslibet ipsorum spectantibus et pertinentibus. Item est sciendum quod in dicta civitate Aquensi habet reginalis majestas palatium notabile, honorabile et latum, aulis, cameris et aliis domibus bene et sufficienter speciose munitum, in quo quidem palacio moratur et consuevit semper stare dominus senescallus cum ejus familia tota).

137 Ibid. ; M.-J. Bry, Les vigueries de Provence [...], Paris, 1910, n. 5, p. 388 (l’éditeur a omis le bailliage de la Valle Stura di Demonte).

138 M. Prou (éd.), Les registres d’Honorius IV, Paris, 1888, n. 96-98, col. 72-91 ; R. Trifone, La legislazione angioina... cit., n. 58-59, p. 76-105 ; A. Kiesewetter, Die Anfänge der Regierung König Karls II.... cit., p. 101-122, et n. 24/1, p. 557-578.

139 R. Trifone, La legislazione angioina... cit., passim ; G. Giordanengo, Arma legesque colo... cit., p. 35-80.

140 S. Morelli, Per conservare la pace... cit., p. 319-320.

141 Voir également E. Csukovits, Le innovazioni istituzionali nell’età angioina e i loro parallelismi napoletani, dans Id. (éd.), L’Ungheria angioina, Rome, 2013, p. 59-119.

142 G. T. Colesanti et al., Presentazione, dans G. T. Colesanti (éd.), « Il re comminciò a conoscere che il pincipe era un’altro re ». Il principato di Taranto e il contesto mediterraneo (secc. XII-XV), Rome, 2014, p. VIII-XI ; A. Kiesewetter, Princeps est imperator in principatu suo. Intitulatio e datatio nei diplomi dei principi angioini di Taranto (1294-1373), ibid., p. 65-102.

143 Ch. Perrat, Actes du roi Robert... cit., p. 127-128, n. 7-11, p. 138-139 et passim.

144 N. Coulet, Aix, capitale de la Provence angevine, dans L’État angevin... cit., p. 323-325 et 328-330.

145 Ch. Perrat, Actes du roi Robert... cit., n. 61-62, p. 149.

146 A. de Boüard, Documents en français des archives angevines de Naples, I, Les mandements aux Trésoriers, et II, Les comptes des Trésoriers, Paris, 1933-1935.

147 S. Palmieri, La cancelleria del regno di Sicilia... cit., p. 74-75.

148 R. Delle Donne, Burocrazia e fisco a Napoli tra XV e XVI secolo, Florence, 2012.

149 G. M. Monti, Le origini della Gran Corte della Vicaria... cit.

150 R. Delle Donne, Burocrazia e fisco... cit., p. 62-63.

151 Ch. Giraud, Essai sur l’histoire du droit... cit., p. 79.

152 Ibid., p. 73 ; B. Capasso, Gli archivii... cit., p. 20-24 (note 7) ; L. Cadier, Essai sur l’administration... cit., p. 201 (note 4) et 248-249 ; É.-G. Léonard, Histoire de Jeanne Ire... cit., I, p. 367-368, et II, p. 340, 350 et 380-381 ; R. Busquet, Études sur l’ancienne Provence... cit., p. 85-86 ; M. Hébert, Regeste des états... cit., p. 117, § 28, p. 363-364, § 65a, et p. 400, § 8.

153 Cronaca di Partenope... cit., A, § 73 et 75, p. 273 et 277-279.

154 R. Rao, Signori di Popolo. Signoria cittadina e società comunale nell’Italia nord-occidentale, 1275-1350, Milan, 2011.

155 F. P. Tocco, Niccolò Acciaiuoli. Vita e politica in Italia alla metà del XIV secolo, Rome, 2001.

156 G. Vitale, Élite burocratica... cit., p. 71-79 et passim.

157 G. Vitolo, L’Italia delle altre città... cit., p. 149-186.

158 Domenico di Gravina, Chronicon de rebus in Apulia gestis, éd. A. Sorbelli, Città di Castello, 1903 (RIS, nuova ed., 12/3), p. 9, l. 3-4.

159 L. Rostan, Cartulaire de Saint-Maximin, Paris, 1862, n. 21, p. 21.

160 Ch. Giraud, Essai sur l’histoire du droit... cit., p. 76.

161 N. Coulet, Aix-en-Provence... cit., p. 61-62.

162 J.-P. Papon, Histoire générale de Provence, III, Paris, 1784, n. 43, p. LIX-LX ; M. Hébert, Regeste des états... cit., p. 5-6.

163 N. Coulet, Aix-en-Provence... cit., p. 60-67.

164 J.-P. Boyer, René et Marseille... cit., p. 67 ; Id., « Cis donta l’orguel de Marseille »... cit., p. 273 et 277.

165 É.-G. Léonard, Histoire de Jeanne Ire... cit., I, p. 24-33.

Auteur

Université d’Aix-Marseille - jean-paul.boyer@univ-amu.fr

© Publications de l’École française de Rome, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter