Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Thermalisme en Toscane à la fin du Moyen Âge

 | 
Didier Boisseuil

Deuxième partie. Le rôle des communes et des cites dans l'essor thermal à la fin du XIIIe siècle et au début du XIVe siècle

Chapitre deuxième. Aménager les stations thermales

Texte intégral

1Les cités ne se contentèrent pas de détenir, contrôler les sites thermaux, elles entreprirent aussi d’importants travaux dans les espaces balnéaires. Nous préciserons successivement la nature des réalisations mises en œuvre (l’établissement d’infrastructures thermales, de bâtiments publics et de chaussées indispensables) avant de définir les moyens matériels, financiers par lesquels elles parvinrent ainsi à modifier l’apparence des stations.

I – RÉALISER ET PROTÉGER LES INFRASTRUCTURES THERMALES

2Les communes, pour équiper les stations, cherchèrent d’abord à maîtriser le cours des eaux thermales, c’est-à-dire à canaliser le flot, à le recueillir et à le retenir dans des piscines. Ces bassins prirent forme progressivement à la fin du xiiie et au début du xive siècle, mais ils demeurèrent fragiles puisqu’ils se trouvaient situés pour la plupart dans des emplacements difficiles, exposés aux crues des rivières. Aussi firent-ils l’objet d’une attention toute particulière de la part des autorités communales – essentiellement siennoises.

1) Édifier des bassins et des conduits

  • 1 Cf. dossier 1.
  • 2 Cf. dossier 2, Sienne (1293), § 7.
  • 3 Cf. D. Balestracci (1984), p. 15-17 ; F. Bargagli Petrucci (1993), p. 19, 33, 43.

3Les bassins étaient nombreux dans la plupart des sites thermaux. Dès le milieu du xiiie siècle, plusieurs infrastructures sont mentionnées près de Viterbe, à Bagno di Petriolo, Bagno di Macereto, Bagno di Corsena1 et lorsque les communes souhaitaient mettre en valeur une source salutaire, elles édifiaient une nouvelle piscine. Les aménagements étaient faits à proximité des sources, mais pas à l’endroit précis où apparaissaient les eaux thermales, d’une part parce que la fontaine était parfois située dans un lieu où il n’était pas possible d’édifier un bâtiment important, d’autre part parce que le flot se déplaçait et que l’emplacement précis de la source était variable. Les eaux étaient amenées de la source jusqu’au bain par des conduits (buctini). À Bagno di Petriolo, ces buctini étaient en réalité de petites tranchées, creusées dans le sol, au fond desquelles se trouvait une rigole (meatus) formée de tuiles semi-cylindriques (conchae) où l’eau s’écoulait régulièrement2. Ces saignées étaient recouvertes de dalles ou de tuiles pour éviter la pollution du flot et son refroidissement par l’air. Il s’agit de techniques semblables à celles qui étaient utilisées à Sienne pour canaliser les eaux des fontaines urbaines, au xiiie siècle. Les « bottini », c’est-à-dire les conduits souterrains qui portaient les eaux jusqu’aux places de la cité étaient réalisés de la même façon3. Le développement thermal a donc profité des pratiques mises au point dans la ville même. Ces canaux étaient étroitement surveillés par les administrateurs publics qui détenaient les clés de tout le réseau.

  • 4 Cf. dossier 1.
  • 5 Cf. dossier 2, Sienne (1262), dist. III. rub. CCLXVIII, CCLXIX, CCLXXI.
  • 6 Cf. document 19.
  • 7 Cf. D. Ciampoli et T. Szabò éd. (1992), p. 169. Le 22 avril 1295, l’un des membres du conseil de l (...)
  • 8 Cet usage était sans doute assez répandu peut-être ailleurs qu’en Toscane, puisqu’à Bath en Anglet (...)
  • 9 Cf. dossier 2, Sienne (1262), dist. III. rub. CCLXXII. Le 5 février 1302, « muro e gradere e altre (...)
  • 10 En 1293, Item statutum et ordinatum est quod apud balneum de Petriuolo fiat et fieri debeat expens (...)
  • 11 Cf. dossier 2, Sienne (1262), dist. III. rub. CCLXVIII-CCLXXIV, CCLXXVI ; Chianciano (1287), rub. (...)
  • 12 Cf. dossier 2, Sienne (1337-1339), rub. 388.

4Ces bassins se trouvaient en plus ou moins grand nombre dans chacune des stations et portaient tous ou presque un nom particulier, lequel permettait de les distinguer en fonction vraisemblablement des qualités thérapeutiques de leurs eaux4. Leur morphologie est difficile à préciser dans la mesure où les sources dont nous disposons sont peu nombreuses et la documentation iconographique ou archéologique inexistante pour ces périodes. Il semble cependant possible d’esquisser le portrait sommaire d’un bassin. Il s’agissait avant tout d’une infrastructure dotée de murs plus ou moins élevés comme le suggèrent certaines dispositions siennoises. La cité prévoyait en effet en 1262 de hausser les parois de tous les bassins à Bagno di Petriolo de parfois plus de deux mètres5. A Bagno Vignoni au milieu du xive siècle, le pourtour du bain était probablement moins élévé puisque la piscine était directement reliée aux maisons du bourg par des ponts qui enjambaient la chaussée6. À Bagno di Petriolo, les murs élevés étaient parfois couverts d’un toit ou percés de fenêtres comme ceux du « bagno della Ficarella » où Sienne avait travaillé en 12907. Les pans de toiture ne couvraient peut-être pas la totalité de la piscine, mais seulement ses bords de façon à abriter les curistes comme à Plombières au milieu du xvie siècle (cf. figure 12)8. L’intérieur de ces bassins n’était pas dépourvu de confort. À Bagno di Petriolo dès 1262, quelques bassins furent dotés de sièges9 et d’autres de lanternes que l’on disposait sur des piliers, pour éclairer la nuit10. Les piscines étaient peut-être pavées comme celles de Bagno di Petriolo et Bagno di Sellena11 et l’eau s’écoulait parfois par des masques ornés de têtes de lion12.

  • 13 Idem. Ce n’était peut-être pas le cas toutefois des sites les plus petits pour lesquels les inform (...)
  • 14 Cf. dossier 2, Sienne (1262), dist. III. rub. CCLXVIII, CCLXXVII.
  • 15 En 1308, à Bagno di Saturnia et à Bagno di Rapolano en 1309, cf. dossier 1.
  • 16 Cf. dossier 2, Sienne (1262), dist. III. rub. CCLXXVII.
  • 17 Les étuves urbaines étaient pour une part des lieux de prostitution, cf. P. Larivaille (1975), p. (...)

5À partir de la fin du xiiie siècle plusieurs piscines furent réalisées pour accueillir les femmes qui venaient se baigner. En près de cinquante ans les principaux sites de Toscane furent ainsi dotés d’un « bagno delle donne »13. Dès 1262, la cité avait construit dans la station de Bagno di Petriolo un semblable édifice et elle projetait d’équiper celle de Bagno Vignoni de la même façon14. Dans le premier tiers du xive siècle, plusieurs autres sites furent munis d’un bassin pour les femmes15. Les communes se contentèrent parfois de dresser un simple mur au milieu du bain principal comme à Bagno Vignoni, Bagno di Rapolano ou Bagno di Saturnia, mais elles édifièrent aussi de véritables bassins indépendants. L’attitude des autorités communales paraissait motivée par des considérations morales : Sienne estimait qu’il était malhonnête de laisser les femmes se baigner dans le même bassin que les hommes16. La cité refusait la promiscuité peut-être parce qu’elle craignait que les bains thermaux ne deviennent à l’instar des bains publics urbains des lieux de prostitution17.

2) Protéger les bassins

  • 18 Cf. dossier 1.
  • 19 Cf. dossier 2, Orvieto (1308), § 5.

6Les communes cherchèrent parfois à isoler et protéger les bains en construisant des enceintes comme à Bagno delle Caldanelle ou Bagno di Sellena. À Bagno di Saturnia, le site était fermé par une palissade18. À l’intérieur de ces enclos les bassins n’étaient peut-être pas murés. Les enceintes étaient pour une part destinées à remplir les mêmes fonctions que les murs des bassins proprement dits, mais il paraît vraisemblable qu’elles avaient aussi une fonction défensive. La palissade de Bagno di Saturnia devait être munie de portes qui étaient surveillées et verrouillées la nuit19.

  • 20 L’eau froide était redoutée dans toutes les stations thermales, comme dans le « piano dei bagni » (...)
  • 21 Cf. dossier 2, Sienne (1293), § 24. Quelques années auparavant, en 1286, les autorités pisanes ava (...)
  • 22 En 1293, il leur fut interdit de construire des bâtiments dans le lit de la Merse ainsi que dans c (...)
  • 23 Cette hypothèse a été développée pour le Rhône au début du xive siècle, cf. J. P. Bravard (1993), (...)
  • 24 Entre 1303 et 1330, l’Ombrone connaît régulièrement des crues dévastatrices, cf. R. Francovich, G. (...)
  • 25 Cf. M. Magny (1995), l’optimum climatique médiéval se serait achevé vers 1300.

7Certains des bains se trouvaient à côté de cours d’eau et il semble qu’ils aient fini par souffrir de cette proximité. En effet, une série de travaux entrepris par Sienne à Bagno di Petriolo et Bagno di Macereto tendent à prouver que la cité redoutait les hautes eaux voire les crues qui pouvaient endommager les infrastructures, envahir les bassins et refroidir ou polluer le flot thermal20. En 1293, les autorités siennoises projetèrent à Bagno di Macereto, de creuser un vaste canal jusqu’au pont de Foiano – c’est-à-dire aux abords des bains – pour absorber le trop plein de la Merse21. Il est vraisemblable que les habitants de la station et les riverains de la Merse avaient empiété sur le lit de la rivière et par là modifié son débit22, mais il se peut aussi que des changements climatiques, des pluies plus nombreuses aient augmenté la taille de ces cours d’eau23. Des crues fréquentes et dévastatrices sont attestées dans le territoire siennois au cours de la première moitié du xive siècle24, comme un peu partout en Europe25.

II – DÉVELOPPER LES SITES THERMAUX

  • 26 Cf. P. Cammarosano (1983).
  • 27 Cf. P. Angelucci (1981).
  • 28 Cf. G. Cherubini (1974).

8La volonté de mettre en valeur des sources thermales en édifiant des bassins s’est accompagnée de l’intention plus ou moins manifeste de développer les sites. Il y eut de la part des cités un véritable effort d’urbanisation destiné à modifier l’aspect de ces espaces particuliers qu’étaient les sites thermaux. Il s’agit d’un processus tout particulièrement visible à Bagno di Petriolo et Bagno di Macereto où Sienne joua un rôle prépondérant. Cependant ces efforts urbanistiques n’étaient pas isolés, ils s’inscrivaient dans le vaste mouvement, qui un peu partout en Europe à cette époque, entraînait les autorités à édifier des bourgs ou des villeneuves. Les gouvernements toscans et surtout celui de Sienne ne furent pas en retrait. La cité de la Vierge pour des raisons militaires autant que politiques avait créé dès le milieu du xiiie siècle aux frontières de son « contado » le castrum de Monteriggioni26 et à la fin de ce même siècle elle avait promu le développement du bourg de Paganico dans la Maremme pour fixer les populations de la région qui, de plus en plus, désertaient leurs terres27. Au début du xive siècle elle poursuivait ses efforts en organisant le lotissement du port de Talamone sur la mer Tyrrhénienne dont elle avait fini par se rendre maîtresse28. Les travaux que Sienne entreprit dans les stations de Petriolo et Macereto s’insèrent donc dans la cadre de cette politique qui vise à créer des bourgs neufs, des espaces urbanisés dans certaines régions du « contado ». Ces réalisations parurent d’autant plus utiles que les deux sites se trouvaient justement sur l’axe qui allait de Sienne à Talamone et qu’ils étaient pour une part destinés à constituer à l’égal de Paganico une halte sûre pour les citadins sur la grande voie de la Maremme.

1) Édifier des bâtiments publics

  • 29 Pour ce personnage, cf. infra.
  • 30 Le 5 décembre 1292, somme versée à Viviano Arrighi et magistro Mino Simonis qui iverunt ad balneum (...)
  • 31 Le recteur était pendant les travaux hébergé par les stationerii, le 27 janvier 1294, 7 £ Gerio Ra (...)
  • 32 Cf. A.S.S. Biccherna 108, f° 152v, 155v, 160, 163v, 176, 177.
  • 33 Cf. O. Redon (1979), p. 626.

9L’urbanisation des sites fut marquée par l’édification d’un certain nombre de bâtiments publics. À Bagno di Petriolo, Sienne érigea une maison ou palais communal qui devait accueillir le recteur des bains29. Dès le mois de septembre 1292, la cité entreprit les travaux et en décembre le chantier fut inspecté par le podestat et quelques citoyens en présence des maîtres d’œuvre30. La « Biccherna », la principale institution financière siennoise paya toutes les dépenses31. L’édifice fut coûteux – près de quatre cents livres32 –, mais la cité dotait ainsi la station d’une bâtisse semblable à celles qui apparaissaient alors dans certains castra. Sous l’impulsion des communes, des seigneurs du « contado » ou de la cité, plusieurs palais publics ou maisons communes furent réalisés dans les bourgs fortifiés33. Ils accueillaient les administrateurs communaux, seigneuriaux ou citadins et manifestaient le pouvoir des autorités capables de les édifier. À Bagno di Petriolo, le bâtiment souligne le rôle et le poids de la cité dans la station. Sienne ignora, semble-t-il, complètement la commune de Petriolo, trop peu puissante pour éventuellement protester. Toutefois, au delà des aspects politiques, l’installation de ce palais à Bagno di Petriolo confirmait l’importance de la station comme bourg du territoire siennois. Le fait que Sienne n’ait pas construit à Bagno di Macereto un semblable édifice s’explique peut-être par la présence dans la proximité des bains, d’un castrum qui dépendait des Tolomei. Ces puissants magnats n’auraient peut-être pas toléré la présence d’un palais de la commune de Sienne, susceptible d’accueillir un officier capable de porter atteinte à leur autorité, aussi près de leur domaine. Il suffisait au recteur pour se loger quelques jours de recourir aux services des « stazionieri ».

  • 34 Cf. A.S.S. Biccherna 109, f° 176v.
  • 35 Le 27 février 1344, cf. A.S.S. Consiglio generale 134, f° 18v.
  • 36 Le 28 décembre 1317, cf. A.S.S. Consiglio generale 89, f° 238.
  • 37 Le 20 juin 1327, l’hôpital de Macereto reçut encore vingt-cinq livres, puis le 24 octobre 1345, di (...)

10Sienne réalisa – outre ce bâtiment tout autant symbolique que fonctionnel – quelques édifices cultuels ou charitables à Bagno di Petriolo et Bagno di Macereto. La commune aida régulièrement les recteurs des hôpitaux de ces deux stations. Non seulement elle leur versait des aumônes, mais elle leur paya des cloches, comme celle par exemple de l’hôpital San Iacopo de Bagno di Macereto en 129334 puis en 1344 celle de l’hôpital San Tomaso de Bagno di Petriolo35. Dès 1317, elle contribua à la réfection de l’hospice placé sur les bords de la Merse qui avait été détruit par les hommes du comte de Santa Fiora pas encore soumis36 et participa par la suite aux travaux d’entretien de ce même édifice37. Toutefois, l’attention de la cité se porta surtout sur la chapelle San Niccolò qui se trouvait dans cette même station.

  • 38 Cf. dossier 2, Sienne (1262), dist. III. rub. CCLXX.
  • 39 Le 29 décembre 1306, le « maggior sindaco » dixit quod dicta expensa pro ecclesia non fiat quia pr (...)
  • 40 En avril 1331, Item cum magna quantitas bonorum hominum, tam clericorum quam laicorum de multis et (...)
  • 41 Le 14 février 1343, cf. A.S.S. Capitoli 3, f° 168.
  • 42 Cf. dossier 2, Sienne (1337-1339), rub. 399.
  • 43 Le 11 décembre 1332, dicta ecclesia fuit edificata et constructa per officium dominorum Novem (... (...)
  • 44 Cf. dossier 2, Sienne (1337-1339), rub. 39.
  • 45 Le 3 février 1346, quod tam ad balneum Macereti, quam ad hospitale dicti balneii (sic) de Macereto (...)

11La réalisation de l’édifice cultuel avait été projetée dès 126238 et en 1306, le gouvernement des Neuf suggéra de refaire complètement l’église. Malgré les réserves de l’officier chargé de contrôler la légalité des décisions communales – le « maggior sindaco » – le conseil de la Cloche donna l’autorisation d’effectuer les travaux39. La construction était justifiée par l’affluence des curistes et par l’éloignement de la « pieve »40. Elle fut longue et dispendieuse. Sienne dépensa à plusieurs reprises quelques centaines de livres pour l’église et pour les bâtiments adjacents qui devaient accueillir les desservants41. Ces locaux étaient nécessaires, car la chapelle ne pouvait pas fonctionner sans la présence permanente d’un prêtre. Il lui fallait un logement acceptable42 et de quoi pourvoir à ses besoins. En 1332, la cité avait désigné comme chapelain un certain Pietro, mais sa nomination n’avait pas été acceptée par l’évêque, puisque des conditions de vie décentes ne lui étaient pas assurées43. Les responsables de l’épiscopat réclamaient que la cité assurât le financement régulier de cette cure. Sienne s’engagea enfin à verser annuellement cinquante livres au chapelain de l’église, à la condition qu’il demeurât dans la station44. La cité exerçait donc un véritable patronage sur l’église San Niccolò. Elle possédait les murs, nommait et payait les desservants. Progressivement, la cité agit de même dans d’autres stations. En 1346, elle payait le chapelain de l’église de l’hôpital de Bagno di Macereto45.

2) Améliorer la viabilité et embellir les sites

  • 46 Cf. dossier 2, Sienne (1262), dist. III. rub. CCLXV.
  • 47 Cf. A.S.S. Consiglio generale 21, f° 36.
  • 48 Le 15 juin 1291, cf. A.S.S. Consiglio generale 41, f° 106.
  • 49 Les 21 et 30 juin 1291, cf. A.S.S. Consiglio generale 42, f° 7 et 21.
  • 50 Ces citoyens siennois possédaient en effet une briqueterie dans la villa de Petriolo en 1303, cf. (...)
  • 51 Cf. dossier 2, Sienne (1293), § 9.
  • 52 Cf. D. Ciampoli et T. Szabò éd. (1992), p. 56. Pour des fouilles récentes de pavages médiévaux, cf (...)
  • 53 De semblables travaux n'étaient pas prévus dans les communes rurales à la fin du xiiie ni au début (...)

12La réalisation, la gestion de tous ces bâtiments dans les stations, si elles demeurent exemplaires, n’étaient qu’une partie des travaux importants entrepris par les cités dans les stations. Les communes en effet déployèrent des efforts considérables pour améliorer la viabilité dans les sites thermaux et à leurs abords. Rendre l’espace public accessible était une des fonctions de la police balnéaire, mais lutter contre les empiètements abusifs ne suffisait pas, il fallait rendre les voies praticables. En 1262, la cité décida de paver la voie principale du bourg de Bagno di Petriolo46, puis en 1277 elle décida d’étendre le chantier ; elle désigna une commission chargée d’établir la liste des travaux qu’il convenait d’entreprendre47. Toutefois, ils ne furent pas immédiatement effectués, car les briques livrées n’étaient pas suffisamment cuites48. La cité décida donc de construire un four auprès de la station et autorisa la réalisation de briques plus étroites et plus fines, non conformes aux dispositions statutaires générales49. La briqueterie appartenait vraisemblablement aux citoyens siennois Neri et Deo di Bartolomeo lesquels possédaient quelques biens dans la curia50. En 1293, la cité rappelait la nécessité de daller l’ensemble de la station de Petriolo51. À cette époque, le pavage des chaussées n’était pas une opération fréquente dans le « contado » siennois. T. Szabò remarque que Sienne n’entreprit ce genre de réalisations que dans de rares circonstances52. Les réalisations accomplies dans la station pouvaient donc paraître exceptionnelles et soulignaient le caractère particulier du site53.

  • 54 Cf. D. Ciampoli et T. Szabò éd. (1992), p. 176. L'entretien de cette chaussée était toujours prévu (...)
  • 55 Cf. D. Ciampoli et T. Szabò éd. (1992), p. 112, 170. La localisation du site de Bagno di Sorra n'a (...)
  • 56 Idem, p. 169°; A.S.S. Statuti di Siena 3, f° 79; 23°: 160v.
  • 57 Le 25 novembre 1334, cf. A.S.S. Consiglio generale 116, f° 57.
  • 58 Cf. T. Szabò (1992), p. 55.

13Dans le même temps, la cité chercha à étendre le réseau routier autour des stations afin de désenclaver les sites thermaux. Dès 1262, elle se préoccupa de la route qui allait de Sienne jusqu’à Bagno di Macereto et Bagno di Petriolo, laquelle figurait parmi les axes principaux du « contado » siennois54. Elle ne négligea pas non plus les autres bains puisqu’elle ordonna la création de nouvelles voies pour accéder aux stations les plus reculées. En 1290, elle prit des mesures pour réaliser la route qui menait à Bagno a Valiano, et elle décida d’une chaussée pour accéder à Bagno di Sorra55. Toutefois, ses efforts se concentrèrent – semble-t-il – sur Bagno di Petriolo autour duquel elle développa tout un réseau routier. En 1274, 1290 et 1327, elle restaura des voies qui reliaient Bagno di Petriolo à plusieurs localités voisines (dont Castiglione della Farma et Rosia)56. En 1334 enfin, la voie qui partait de l’hôpital et se rendait au pied de la colline de Serre di Petriolo fut réalisée57. Le travail consistait essentiellement à aplanir les chaussées, à les redresser, à les couvrir de gravier, parfois de pierre, à les élargir aux mêmes dimensions que partout ailleurs dans le territoire siennois58.

  • 59 Cf. dossier 2, Sienne (1262), dist. III. rub. LXXVI, CCLXXIV, CCLXXVI.
  • 60 En 1274, De consilio fiendo de ponte fiendo super Farmam, cf. A.S.S. Statuti di Siena 3, f° 100.
  • 61 Le 15 février 1285, cf. A.S.S. Consiglio generale 29, f° 43.
  • 62 Les décisions se succédèrent sans effet, semble-t-il, le 22 avril 1295 puis le 13 février 1296, cf (...)
  • 63 Le 10 septembre 1297 enfin, le conseil aborda les problèmes techniques et décida la poursuite de l (...)
  • 64 Cf. G. Venerosi Pesciolini (1931), p. 115.

14Sienne se souciait aussi de l’édification et de l’entretien des ponts dans les stations. Cette tâche s’imposait sur les grands axes routiers du « contado » et devint une priorité dans la seconde moitié du xiiie siècle. En 1262, la cité souhaitait entreprendre la réalisation ou l’amélioration de plusieurs édifices aux abords de quelques sites, sur la Farma à Bagno di Petriolo et sur l’Orcia à Bagno Vignoni59. Toutefois, tous ces ouvrages ne furent pas immédiatemment réalisés. En 1274, la cité réunissait un conseil pour décider de la construction de l’ouvrage sur la Farma60. Dix ans plus tard, un nouveau conseil était réuni pour définir le projet61, mais le chantier paraît n’avoir débuté qu’en 1297 après deux nouvelles années de discussions62. Un pont d’une largeur de seize bras soit plus de huit mètres fut programmé63. Installé au centre de la station, l’ouvrage faisait concurrence à l’autre pont, placé en aval sur la rivière, sur la route de la Maremme, celle qui menait au castrum de Pari. Le nouvel édifice permettait d’orienter le trafic routier, de désenclaver la station, mais il donnait aussi à ceux qui désiraient franchir la Farma le moyen de ne plus traverser la plaine déserte de la basse vallée. Ils pouvaient trouver à Bagno di Petriolo un lieu de refuge, de repos avant de grimper sur la colline et de rejoindre Pari64.

  • 65 Cf. dossier 2, Sienne (1309), dist. III, rub. CLXIX.
  • 66 Le 19 février 1336, ils touchèrent près de cent florins cf. A.S.S. Consiglio generale 118, f° 16.

15À ces travaux d’édilité s’ajouta, dans la première moitié du xive siècle, la création de points d’eau dans les stations, afin d’approvisionner les sites thermaux en eau potable. À Bagno di Petriolo, la construction d’une fontaine fut décidée en 130965. La vasque de Bagno di Macereto fut réalisée plus tardivement, après 1330, mais Sienne y porta un grand intérêt. Elle indemnisa généreusement les propriétaires du terrain où la source jaillissait66. Elle fit canaliser et porter les eaux jusque sur une place aménagée au milieu du bourg, à côté des bassins. Les eaux pénétraient dans une colonne de marbre percée en son milieu, puis retombaient élégamment.

  • 67 Cf. dossier 2, Sienne (1337-1339), rub. 407.
  • 68 Le 27 février 1339, Pro tabula balnei. Item quod pro honore, conservatione et augmento civitatis e (...)
  • 69 Pour l’embellissement de la cité, cf. G. Piccinni (1983), p. 224.
  • 70 Dès 1302, Duccio avait réalisé un tableau d’autel – aujourd’hui disparu – pour la chapelle du « pa (...)
  • 71 Cf. C. Frugoni (1979) ; E. Guidoni (1971), 83 ; N. Rubinstein (1997).
  • 72 Cf. D. Arasse (1985).

16En face de cette fontaine, sur un mur proche du bain des femmes, la cité fit peindre une madone entourée des deux saints, Philippe et Jacques67, auxquels était dédié l’hôpital de la station. Quelques années plus tard en 1339, elle fit réaliser par Francesco di Segna un tableau peint qu’elle plaça sous la loge du palais communal à Bagno di Petriolo68. Ces ouvrages contribuaient à l’embellissement des stations à l’égal de la cité69, ils évoquent aussi les œuvres que Sienne faisait réaliser en ce début du xive siècle dans la cité même : la Maestà de Duccio di Buoninsegna peinte pour la cathédrale en 130870, l’allégorie du « bon gouvernement et de ses effets » entreprise par Ambrogio Lorenzetti vers 1337 dans une des pièces du palais71 ou même la fresque de la chapelle de la Vierge sur le Campo, réalisée après 1350. Ces œuvres invoquaient la protection de la Vierge – particulièrement chère aux Siennois – ou présentaient les conséquences de la sage politique des Neuf Gouverneurs et Défenseurs de la République, mais elles illustraient aussi le prestige de la commune et de ses dirigeants72. Les réalisations picturales dans les stations n’avaient-elles pas la même signification ?

III – FINANCER LES TRAVAUX

  • 73 Cf. T. Szabò (1975), p. 182 ; (1990), p. 158.

17Les ouvrages entrepris par Sienne dans les stations ont contribué à affirmer sa présence dans le « contado », à l’instar de tous les autres travaux édilitaires qu’elle avait entrepris. En effet, la cité obligeait les populations rurales à financer ou à réaliser d’éventuels travaux publics73, et les chantiers entrepris dans les stations permirent à Sienne de renforcer ses exigences.

1) L’engagement citadin

  • 74 Cf. tableau 5.
  • 75 Cf. T. Szabò (1990), p. 86.

18Il convient néanmoins de souligner en premier lieu que la cité assumait parfois les dépenses occasionnées par les réalisations thermales et qu’elle ne sollicitait pas systématiquement les habitants du « contado »74. En réalité, elle se proposa de payer quelques travaux, mais seulement à la toute fin du xiiie siècle et au début du xive siècle c’est-à-dire au moment où ses intérêts pour les stations devinrent plus manifestes. Encore s’agissait-il de tâches bien précises : l’aménagement de quelques bassins, la construction de la fontaine à Bagno di Macereto, du pont et de la chapelle à Bagno di Petriolo. Pour ce qui concerne l’édifice qui enjambait la Farma, il était sur un des grands axes de circulation du réseau routier siennois. Depuis la fin du xiiie siècle, la cité avait décidé de financer largement tous les ponts sur ce type de voie75. Elle exécutait donc le chantier de Bagno di Petriolo, conformément aux dispositions statutaires. En contribuant directement au financement des autres ouvrages, Sienne cherchait probablement à affirmer qu’elle détenait les infrastructures thermales. Cependant, dans le second tiers du xive siècle, la cité ne paya plus que la moitié voire le tiers des dépenses. D’importantes charges financières pesaient désormais plus lourdement sur les habitants du « contado ».

2) Les contributions des habitants du « contado »

  • 76 Cf. dossier 2, Sienne (1262), dist. III. rub. CCXXIII, CCLXIV.
  • 77 Cf. T. Szabò (1975), p. 169.
  • 78 Le 25 novembre 1334, les frais devaient être acquittés par illos qui habent domos in piano dicti b (...)
  • 79 Ce fut vraisemblablement le cas au moins une fois puisqu’en 1262, Sienne prévoyait de faire les si (...)
  • 80 Cf. dossier 2, Sienne (1337-1339), rub. 405 et T. Szabò (1990), p. 87.
  • 81 Cf. tableau 5.
  • 82 Cf. dossier 2, Sienne (1262), dist. III. rub. CCLXVI ; Sienne (1337-1339), rub. 406.

19Les « contadini » avaient, dès l’origine, payé une partie des travaux balnéaires projetés par la cité, comme en témoigne le statut de 126276. Sienne ne leur avait apporté un réel soutien que lorsqu’elle avait jugé souhaitable de donner plus d’ampleur – et peut-être de rapidité – aux chantiers. Tous les « contadini » n’étaient pas également concernés par ces tâches ; ils étaient impliqués en fonction de l’intérêt qu’ils étaient censés tirer des travaux77. Les premiers sollicités furent les détenteurs de maisons dans les stations : ill[i] qui habent domos apud balneum. Les intentions de la cité paraissent bien difficiles à cerner, car la formule utilisée peut à la fois désigner les propriétaires et les locataires de ces bâtisses – les « stazionieri ». Il semble cependant que ces derniers aient été les véritables contribuables, car en 1334 et 1338, les membres du Conseil précisèrent que le montant de la contribution versée devait être calculé en fonction du rendement des maisons78. Or, seuls les revenus des « stazionieri » pouvaient être connus, puisque Sienne avait fixé le prix de chacune des pièces louées et avait enregistré le nombre des stationes ainsi que celui des curistes. Les propriétaires ne payaient donc rien ? Il est étrange que la cité n’ait pas utilisé l’expression « stazionieri » pour désigner ceux qu’elle comptait taxer. Il est donc vraisemblable que les propriétaires n’étaient pas toujours épargnés et qu’ils étaient parfois amenés à verser leur contribution79. Les sommes recueillies auprès des détenteurs des maisons de Bagno di Petriolo servirent d’abord à réaliser le pavage des chaussées dans la station et comme à Sienne même, le paiement des travaux incombait aux riverains80. Elles servirent aussi à l’édification et à la restauration des bassins81. Toutefois elles n’apparaissaient vraisemblablement pas suffisantes car la cité obligeait aussi les « stazionieri » à participer directement à la réalisation des travaux et surtout à leur entretien. Dès 1262 et constamment par la suite, Sienne exigea d’eux une part du travail : le plus souvent le curage des piscines et des conduits que les eaux sulfureuses encrassaient82.

  • 83 Cf. tableau 5.
  • 84 Cf. T. Szabò (1984), p. 806.

20Cependant, les « stazionieri » ne furent pas les seuls à contribuer à l’aménagement des sites. Ils partagèrent bien souvent cette tâche avec les autres habitants de la « contrata »83. Il s’agissait de la plus petite circonscription administrative du territoire siennois, une entité correspondant au populus, une subdivision de la « pieve ». Elle regroupait les habitants d’une partie du territoire à des fins fiscales ou pour des travaux publics surtout sur les chaussées84. Les « contrate » de Petriolo, de Macereto étaient donc naturellement impliquées dans la construction ou la restauration des édifices de la station puisqu’elles l’étaient pour toutes les installations de leur territoire, mais il n’est pas possible de savoir si les réalisations thermales représentaient l’essentiel des tâches qui leur incombaient.

  • 85 Cf. T. Szabò (1975), p. 163 ; (1984), p. 805.
  • 86 Cf. carte 5.
  • 87 Le 25 novembre 1334, reliquum vero residuum tertium satisfiat et persolvatur ab infrascriptis comu (...)
  • 88 Cf. dossier 2, Sienne (1309), dist. III, rub. CCXX.
  • 89 Cf. dossier 2, Sienne (1262), dist. III. rub. CCLXXVII.
  • 90 Cf. D. Ciampoli et T. Szabò éd. (1992), p. 251.

21Enfin, dès la fin du xiiie siècle certaines dépenses destinées aux réalisations balnéaires furent plus régulièrement assumées par les habitants des communautés proches des stations85. Elles étaient regroupées suivant les circonstances pour effectuer l’entretien d’une portion de route ou de pont. Nombreuses furent celles qui contribuèrent au pavage des chaussées de Bagno di Petriolo et à la construction de voies autour de la station86. Elles formaient un groupe cohérent de tous les centres habités situés près des bains. À partir du deuxième tiers du xive siècle, la liste de ces contribuables semble bien établie et les modalités de leur contribution financière furent fixées87. Cela est à mettre en rapport avec les efforts de cohésion, de rationalisation administrative dont fait preuve la cité à cette époque. Sienne adopta un semblable système pour les autres stations, car elle requit l’aide de toutes les communautés qui étaient voisines de Bagno di Putidine88, Bagno Vignoni89 et Bagno di Pistile90 lorsqu’elle entreprit des réfections dans ces trois stations. Les dispositions prises par la cité pour l’entretien des stations contribuaient à renforcer le pouvoir de la ville sur les communautés du « contado ». Elles favorisaient, au sein du territoire siennois, l’émergence d’une zone géographique aux contours plus ou moins précis qui constituait une esquisse de circonscription fiscale ou administrative, laquelle fut réalisée dans la première moitié du xive siècle, quand Sienne confia à ses agents le contrôle de certains sites.

Notes

1 Cf. dossier 1.

2 Cf. dossier 2, Sienne (1293), § 7.

3 Cf. D. Balestracci (1984), p. 15-17 ; F. Bargagli Petrucci (1993), p. 19, 33, 43.

4 Cf. dossier 1.

5 Cf. dossier 2, Sienne (1262), dist. III. rub. CCLXVIII, CCLXIX, CCLXXI.

6 Cf. document 19.

7 Cf. D. Ciampoli et T. Szabò éd. (1992), p. 169. Le 22 avril 1295, l’un des membres du conseil de la commune de Sienne suggère quod murus « dalle Ficarelle » qui est versus domos balneorum extrahatur retro per quactuor brachios et quod fiant [les operarii] ibi tettoria et fenestre et unum sedium, cf. A.S.S. Consiglio generale 47, f° 105v. Ce travail fut accompli au début du xive siècle, car l’article est cancellé dans le statut réalisé en 1303, cf. A.S.S. Statuti di Siena 11, f° 185.

8 Cet usage était sans doute assez répandu peut-être ailleurs qu’en Toscane, puisqu’à Bath en Angleterre au xiie siècle, le « bain du roi » fut aussi entouré d’un mur élevé qui s’appuyait sur les restes d’un édifice antique, cf. B. Cunliffe (1986), p. 72.

9 Cf. dossier 2, Sienne (1262), dist. III. rub. CCLXXII. Le 5 février 1302, « muro e gradere e altre uopare dal bagno a Petriuolo », cf. A.S.S Biccherna 116, f° 263.

10 En 1293, Item statutum et ordinatum est quod apud balneum de Petriuolo fiat et fieri debeat expensis Comunis Senensis super muro balneorum in quibus balneantur homines vel in alio loco, in quo melius videbitur conveniri, unam moram altitudinis quactuor bracchiorum et super ipsa mora ponatur una lanterna vitrea sive de osse que de nocte a principio noctis usque ad diem ardere debeat ; ita quod faciat lumen dictis balneis hominum et mulierum ad hoc ut homines et mulieres possint videre pannos suos et se ipsos ad invicem. Et si dicta lanterna non redderet lumen in balneis mulierum fiat alia similis lanterna et mora in tali loco quod reddat lumen balneis mulierum. Et staççonerii dicti balnei eorum expensis debeant furnire oleo dictas lanternas et eas apprehendere omni sero. Et predicte lanterne dicto modo ardere debeant a kalendis octobris usque ad medium mensem maii. Et miles potestatis qui erit et dominabitur dictis balneis predicta fieri facere teneatur et cogere dictos staççonerios predicta facere et eis penas super predictis imponere si non servarent predicta sicut sibi videbitur conveniri, cf. A.S.S. Statuti di Siena 5, f° 197v. Le 5 décembre 1295, pro attone et pro rame et pro suo labore pro lanternis balnei de Petriolo, cf. A.S.S. Biccherna 112, f° 130v.

11 Cf. dossier 2, Sienne (1262), dist. III. rub. CCLXVIII-CCLXXIV, CCLXXVI ; Chianciano (1287), rub. CXLVI.

12 Cf. dossier 2, Sienne (1337-1339), rub. 388.

13 Idem. Ce n’était peut-être pas le cas toutefois des sites les plus petits pour lesquels les informations restent lacunaires (Bagno a Valiano...).

14 Cf. dossier 2, Sienne (1262), dist. III. rub. CCLXVIII, CCLXXVII.

15 En 1308, à Bagno di Saturnia et à Bagno di Rapolano en 1309, cf. dossier 1.

16 Cf. dossier 2, Sienne (1262), dist. III. rub. CCLXXVII.

17 Les étuves urbaines étaient pour une part des lieux de prostitution, cf. P. Larivaille (1975), p. 137 ; M. S. Mazzi (1988), p. 128 ; J. Rossiaud (1988), p. 204-206. D’une façon générale, les bains publics étaient considérés comme des lieux joyeux, festifs et licencieux, cf. Ph. Braunstein (1986), p. 523.

18 Cf. dossier 1.

19 Cf. dossier 2, Orvieto (1308), § 5.

20 L’eau froide était redoutée dans toutes les stations thermales, comme dans le « piano dei bagni » de Viterbe en 1469, cf. dossier 2, Viterbe (1469), lib. IV, rub. 104.

21 Cf. dossier 2, Sienne (1293), § 24. Quelques années auparavant, en 1286, les autorités pisanes avaient agi de même pour endiguer la rivière qui risquait de détruire les bains au pied du mont Pisano, cf. F. Redi (1988), p. 15. De même en 1297, Sienne entreprit de creuser des fossés dans le val d’Asso pour isoler la plaine cultivée, cf. D. Bizzarri (1917), p. 149.

22 En 1293, il leur fut interdit de construire des bâtiments dans le lit de la Merse ainsi que dans celui de la Farma, cf. dossier 2, Sienne (1293), rub. 22.

23 Cette hypothèse a été développée pour le Rhône au début du xive siècle, cf. J. P. Bravard (1993), p. 98-99. Il suggère que les pratiques agricoles et pastorales de l’optimum climatique combinées avec les effets du « petit âge glaciaire » ont pu provoquer une recrudescence de l’activité torrentielle des cours d’eau alpins.

24 Entre 1303 et 1330, l’Ombrone connaît régulièrement des crues dévastatrices, cf. R. Francovich, G. Cherubini (1973), p. 165 ; G. Piccinni (1993), p. 475.

25 Cf. M. Magny (1995), l’optimum climatique médiéval se serait achevé vers 1300.

26 Cf. P. Cammarosano (1983).

27 Cf. P. Angelucci (1981).

28 Cf. G. Cherubini (1974).

29 Pour ce personnage, cf. infra.

30 Le 5 décembre 1292, somme versée à Viviano Arrighi et magistro Mino Simonis qui iverunt ad balneum de Petriolo cum domino potestate ad providendum cum aliis sapientibus qui erant ad desingnandum palatium et domum qui ibi fieri debet pro comuni Senensi, cf. A.S.S. Biccherna 108, f° 177.

31 Le recteur était pendant les travaux hébergé par les stationerii, le 27 janvier 1294, 7 £ Gerio Ranerii stacçonerio balnei de Petriuolo pro pensione quactuor camerarum in quibus stetit miles potestatis, rector dicti balnei, pro viginti duobus diebus et noctibus ut patet per appodissam dominorum Novem, cf. A.S.S. Biccherna 110, f° 103v.

32 Cf. A.S.S. Biccherna 108, f° 152v, 155v, 160, 163v, 176, 177.

33 Cf. O. Redon (1979), p. 626.

34 Cf. A.S.S. Biccherna 109, f° 176v.

35 Le 27 février 1344, cf. A.S.S. Consiglio generale 134, f° 18v.

36 Le 28 décembre 1317, cf. A.S.S. Consiglio generale 89, f° 238.

37 Le 20 juin 1327, l’hôpital de Macereto reçut encore vingt-cinq livres, puis le 24 octobre 1345, dicti domini camerarius et quattuor provisores teneantur solvere dicto rectori, [fratri Nicolay rectori ecclesie et hospitalis Sanctorum Iacobi et Philipi de Macereto] pro faciendo fieri unum porticum ante ipsum hospitalem decem denarios, cf. A.S.S. Consiglio generale 104, f° 130 ; 137, f° 39.

38 Cf. dossier 2, Sienne (1262), dist. III. rub. CCLXX.

39 Le 29 décembre 1306, le « maggior sindaco » dixit quod dicta expensa pro ecclesia non fiat quia proposita est contra formam statuti Senensis, mais le conseil décida d’engager les travaux par 214 voix contre 3, cf. A.S.S. Consiglio generale 69, f° 141. Pour cet office, cf. W. M. Bowsky (1986), p. 81.

40 En avril 1331, Item cum magna quantitas bonorum hominum, tam clericorum quam laicorum de multis et diversis partibus saepe apud balneum de Petriuolo comitatus Senensis causa balneandi conveniant, ex quibus aliqui aliquando in ecclesia desiderent recreare ad consolationem ipsorum, cf. A.S.S. Statuti di Siena 23, f° 292. La chapelle devait servir pour célébrer les offices et administrer les sacrements, cf. A.S.S. Consiglio generale 112, f° 83v ; 113, f° 8.

41 Le 14 février 1343, cf. A.S.S. Capitoli 3, f° 168.

42 Cf. dossier 2, Sienne (1337-1339), rub. 399.

43 Le 11 décembre 1332, dicta ecclesia fuit edificata et constructa per officium dominorum Novem (...) de pecunia dicti Comunis sine aliqua dote et aliis necessariis ad divina ministeria celebrandum, cf. A.S.S. Consiglio generale 112, f° 83. En janvier 1333, il est décidé que domini camerarius et quattuor provisores dicti Comunis, tam presentes quam qui fuerint (...), plene et libere possint, teneantur et debeant de pecunia Comunis Senarum dare et solvere (...) dicto presbitero Petro et cuilibet alii presbitero suo subcessori in dictam ecclesiam (...) pro quolibet anno (...) quinquaginta libras denariorum senensium, cf. A.S.S. Consiglio generale 113, f°8.

44 Cf. dossier 2, Sienne (1337-1339), rub. 39.

45 Le 3 février 1346, quod tam ad balneum Macereti, quam ad hospitale dicti balneii (sic) de Macereto vadunt (...) multi homines et persone de diversis partibus ut notum est, (...) et maxime pauperes moriuntur, qui apud ecclesiam hospitalis predicti sepulture traduntur (...) et ibi non est sacerdos qui resideat apud hospitalem predictum et eius ecclesiam (...) suplicatur vobis (...) providere et ordinare (...) quod in ecclesia dicti hospitalis stet continue unus sacerdos, cf. A.S.S. Consiglio generale 138, f° 10v ; Sienne accepta et décida de verser annuellement 40 livres au chapelain.

46 Cf. dossier 2, Sienne (1262), dist. III. rub. CCLXV.

47 Cf. A.S.S. Consiglio generale 21, f° 36.

48 Le 15 juin 1291, cf. A.S.S. Consiglio generale 41, f° 106.

49 Les 21 et 30 juin 1291, cf. A.S.S. Consiglio generale 42, f° 7 et 21.

50 Ces citoyens siennois possédaient en effet une briqueterie dans la villa de Petriolo en 1303, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 6, f° 29v.

51 Cf. dossier 2, Sienne (1293), § 9.

52 Cf. D. Ciampoli et T. Szabò éd. (1992), p. 56. Pour des fouilles récentes de pavages médiévaux, cf. E. Abela (1997).

53 De semblables travaux n'étaient pas prévus dans les communes rurales à la fin du xiiie ni au début du xive siècle, ni à Chianciano, ni à Monteacuto, cf. L. Banchi éd. (1863); L. Fumi éd. (1874).

54 Cf. D. Ciampoli et T. Szabò éd. (1992), p. 176. L'entretien de cette chaussée était toujours prévu en 1338, A.S.S. Consiglio generale 122, f° 52v-53v.

55 Cf. D. Ciampoli et T. Szabò éd. (1992), p. 112, 170. La localisation du site de Bagno di Sorra n'a pu être établie.

56 Idem, p. 169°; A.S.S. Statuti di Siena 3, f° 79; 23°: 160v.

57 Le 25 novembre 1334, cf. A.S.S. Consiglio generale 116, f° 57.

58 Cf. T. Szabò (1992), p. 55.

59 Cf. dossier 2, Sienne (1262), dist. III. rub. LXXVI, CCLXXIV, CCLXXVI.

60 En 1274, De consilio fiendo de ponte fiendo super Farmam, cf. A.S.S. Statuti di Siena 3, f° 100.

61 Le 15 février 1285, cf. A.S.S. Consiglio generale 29, f° 43.

62 Les décisions se succédèrent sans effet, semble-t-il, le 22 avril 1295 puis le 13 février 1296, cf. A.S.S. Consiglio generale 47, f° 105; 49, f° 49v.

63 Le 10 septembre 1297 enfin, le conseil aborda les problèmes techniques et décida la poursuite de l'ouvrage, quod dictus pons sit et esse debeat amplitudinis sedecim brachiorum sicut designatum et ordinatum est per operarios et magistros, cf. A.S.S. Consiglio generale 52, f° 55v. Cette décision fut renouvelée le 2 octobre, cf. A.S.S. Consiglio generale 52, f° 82v. Les dépenses pour le pont de Bagno di Petriolo furent de 300 livres en septembre 1308, puis de 550 livres en octobre et novembre 1309, cf. A.S.S. Consiglio generale 73, f° 117; 75, f° 104v, 107, 138v.

64 Cf. G. Venerosi Pesciolini (1931), p. 115.

65 Cf. dossier 2, Sienne (1309), dist. III, rub. CLXIX.

66 Le 19 février 1336, ils touchèrent près de cent florins cf. A.S.S. Consiglio generale 118, f° 16.

67 Cf. dossier 2, Sienne (1337-1339), rub. 407.

68 Le 27 février 1339, Pro tabula balnei. Item quod pro honore, conservatione et augmento civitatis et comitatus Senensis detis et solvatis tredecim libras denariorum Bono Campiglie convertendas per eum in pictura tabule que pingitur per Franciscum Segnie, et poni debet sub logia palatii Comunis Senarum ad balnea de Petriolo, cf. A.S.S. Concistoro 1, f° 73. Francesco di Segna appartenait à une famille célèbre de peintres et d’enlumineurs siennois. Son père Segna di Bonaventura – qui était le neveu de Duccio di Buoninsegna – était un artiste renommé au début du xive siècle. Le frère de Francesco, Niccolò – lui aussi peintre – fut régulièrement employé par la cité. Francesco travailla en Ombrie (Assise, San Sepolcro...), ainsi qu’à Sienne, l’une de ses œuvres, le « massacre des Saints Innocents » est actuellement exposée dans l’église Santa Maria dei Servi de Sienne, cf. C. De Benedictis (1979), p. 10, 83.

69 Pour l’embellissement de la cité, cf. G. Piccinni (1983), p. 224.

70 Dès 1302, Duccio avait réalisé un tableau d’autel – aujourd’hui disparu – pour la chapelle du « palazzo pubblico » de Sienne, cf. E. Carli (1971), p. 10 ; B. Cole (1980), p. 40.

71 Cf. C. Frugoni (1979) ; E. Guidoni (1971), 83 ; N. Rubinstein (1997).

72 Cf. D. Arasse (1985).

73 Cf. T. Szabò (1975), p. 182 ; (1990), p. 158.

74 Cf. tableau 5.

75 Cf. T. Szabò (1990), p. 86.

76 Cf. dossier 2, Sienne (1262), dist. III. rub. CCXXIII, CCLXIV.

77 Cf. T. Szabò (1975), p. 169.

78 Le 25 novembre 1334, les frais devaient être acquittés par illos qui habent domos in piano dicti balnei distribuendum inter eos secundum ratam pensionis que percipiuntur vel perciperentur de dictis domibus, cf. A.S.S. Consiglio generale 116, f° 57-57v ; et en 1338, cf. A.S.S. Consiglio generale 122, f° 52v-53v.

79 Ce fut vraisemblablement le cas au moins une fois puisqu’en 1262, Sienne prévoyait de faire les sièges du bassin à Bagno di Macereto et fiant expensis dominorum balnei et staçoneriorum, cf. dossier 2, Sienne (1262), dist. III. rub. CCLXXII.

80 Cf. dossier 2, Sienne (1337-1339), rub. 405 et T. Szabò (1990), p. 87.

81 Cf. tableau 5.

82 Cf. dossier 2, Sienne (1262), dist. III. rub. CCLXVI ; Sienne (1337-1339), rub. 406.

83 Cf. tableau 5.

84 Cf. T. Szabò (1984), p. 806.

85 Cf. T. Szabò (1975), p. 163 ; (1984), p. 805.

86 Cf. carte 5.

87 Le 25 novembre 1334, reliquum vero residuum tertium satisfiat et persolvatur ab infrascriptis comunitatibus distribuendum ad solutionem inter eos secundum ratam taxationum (sic) earum etiam habita in hiis consideratione commoditatis dicte vie ad comunitates predictas, cf. A.S.S. Consiglio generale 116, f° 57 ; en 1337, cf. A.S.S. Consiglio generale 122, f° 52v-53v.

88 Cf. dossier 2, Sienne (1309), dist. III, rub. CCXX.

89 Cf. dossier 2, Sienne (1262), dist. III. rub. CCLXXVII.

90 Cf. D. Ciampoli et T. Szabò éd. (1992), p. 251.

© Publications de l’École française de Rome, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540