Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Thermalisme en Toscane à la fin du Moyen Âge

 | 
Didier Boisseuil

Première partie. Les sites thermaux à la fin du XIIIe siècle et au début du XIVe siècle

Chapitre troisième. Aspects de la société thermale dans la première moitié du xive siècle

Texte intégral

  • 1 Les minutes sont consignées dans un seul registre, conservé aux Archives d’État de Sienne, A.S.S. N (...)
  • 2 L’expression d’« occupation » sert à désigner les activités principales des habitants des stations, (...)

1Le développement thermal suscita, dans les sites, de nombreuses activités que laissent percevoir les registres de notaire et tout particulièrement celui de ser Domenico di Marchese. Ce dernier, installé à Bagno di Petriolo, rédigea, entre le 30 mai 1302 et le 1er décembre 1303, plus de trois cents actes1. C’est principalement en nous appuyant sur ces documents que nous tenterons de mettre en lumière les occupations de ceux qui résidaient auprès des bains, au début du xive siècle2.

I – LES OCCUPATIONS DANS LES STATION THERMALES

1) Les occupations liées à l’accueil des curistes

  • 3 Pour le terme « stazioniero » ou stationerius, cf. dossier 2, Sienne (1262), dist. III., rub. CCLXI (...)
  • 4 Cf. dossier 2, Sienne (1262), dist. III. rub. CCLXIII ; (1293), § 11 ; Lucques (1331), lib. V, rub. (...)
  • 5 Le matériel de rangement (la maie, le coffre, les récipients divers) était fréquent dans les invent (...)
  • 6 Le 5 juin 1302 à Bagno di Petriolo, Ego Landus olim Compagni titulo locationis (...) et etiam tibi (...)
  • 7 Cf. document 3, p. . A Bagno di Rapolano, le 25 février 1338 (ns), Nos lohannes filius Andreuccii e (...)
  • 8 Cf. M. Tuliani (1994), p. 54-61 et dossier 2, Sienne (1262), dist. III., rub. CCLXXV ; (1293), § 17 (...)
  • 9 Cf. dossier 2, Sienne (1293), § 18 ; (1337-1339), rub. 391.
  • 10 Pour L. Zdekauer, les tabule désignent les pions et le tabolarium l’échiquier, cf. L. Zdekauer (188 (...)
  • 11 Aucun des auteurs précédemment cités n’évoque ces jeux de « calcul », mais il nous semble qu’il soi (...)
  • 12 Les jeux de hasard se jouaient à un ou deux joueurs en présence d’un banquier. Les joueurs jetaient (...)
  • 13 Cf. dossier 2, Sienne (1293), § 19.
  • 14 Cf. I. Taddei (1996), p. 339 ; L. Zdekauer (1892a), p. 114.
  • 15 Cf. dossier 2, Tintinnano (1297), dist. II, rub. XLIX. Les aubergistes de Florence devaient respect (...)

2Dans les « contadi » siennois, lucquois ou viterbois, les propriétaires ou les locataires des maisons, des cabanes et des chambres qui se chargeaient d’accueillir les curistes lors de leur venue dans les sites thermaux étaient dénommés « stazionieri » ou bagnarol3. Ils pouvaient louer aux visiteurs les locaux dont ils disposaient, mais Sienne et Lucques veillaient, dans les stations de leur territoire à la fin du xiiie siècle et au début du xive siècle, à ce que les tarifs ne soient pas excessifs. A Bagno di Petriolo, Bagno di Macereto, Bagno di Rapolano, les « stazionieri » ne pouvaient pas exiger plus de 1 ou 2 sous par nuitée en fonction du nombre de couchages. À Bagno di Corsena, les locataires de « chiusi » étaient soumis aux mêmes contraintes. Dans le territoire siennois, les draps et les couvertures étaient fournis moyennant un supplément4. Sienne souhaitait aussi que les bâtisses fussent confortables, imposant dans chacune des pièces la présence de litières, de tables et de coffres, sous peine d’amendes5. Certains « stazionieri » louaient à la fois le mobilier et les bâtiments6, d’autres étaient contraints d’emprunter à quelque boutiquier les équipements dont ils avaient besoin7. Par ailleurs, ils étaient pour la plupart autorisés à vendre à leur clients du vin et de la nourriture, à condition de respecter les mesures siennoises8. Ils disposaient aussi vraisemblablement de quelques jeux, car Sienne tolérait à Bagno di Petriolo et Bagno di Macereto certaines activités ludiques9. Les jeux de pions ou de tables (ludum tabularum)10 et les jeux de réflexion (calculorum)11 étaient autorisés, mais les jeux de hasard (adzardum) et ceux qui étaient pratiqués dans les tripots (bischazarie) étaient prohibés12. Ces derniers risquaient de troubler l’ordre public en suscitant l’excitation, le blasphème ou d’éventuelles querelles13. Les jeux licites étaient en fait étroitement contrôlés, comme à Sienne, Talamone ou Montalcino14. Tous les « stazionieri » enfin devaient loyalement respecter leurs confrères et ne pas chercher à détourner de façon abusive la clientèle15.

  • 16 Cf. tableau 4.
  • 17 Cf. dossier 2, Sienne (1293), § 15.
  • 18 Cf. C. Béghin (1996), p. 39 ; C. Opitz (1991), p. 306-308.

3Dans la première moitié du xive siècle, ces « stazionieri » furent près d’une dizaine à Bagno di Macereto et Bagno di Rapolano, peut-être davantage à Bagno di Petriolo. Ils travaillaient parfois à deux. Plusieurs couples mariés prirent en location, auprès d’un propriétaire, un même bâtiment, mais aussi, quelquefois, deux associés, deux frères ou deux femmes ensemble16. Ces dernières étaient nombreuses et actives à Bagno di Petriolo. Elles devaient à l’égal des hommes et comme tous les « stazionieri » prêter serment à la cité17. Elles accomplissaient vraisemblablement dans la station des tâches assez similaires à celles qu’elles connaissaient dans les villes où elles étaient nombreuses dans les métiers de l’alimentation et dans le petit commerce de détail18.

  • 19 L’autre moitié avait été cédée à Grazino et Colarino di Cenno, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 6, (...)
  • 20 Cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 6, f° 24v. Juste avant que ces deux gérants ne prennent la moitié (...)

4La plupart des « stazionieri » paraissent s’être installés durablement dans les sites. Ils sont nombreux à Bagno di Petriolo à louer des locaux, parfois les mêmes d’une année sur l’autre. C’était tout particulièrement le cas du citoyen siennois Filippo di Giovanni qui, bien que propriétaire, prenait en location des bâtiments pour les sous-louer par la suite. En effet, le 17 septembre 1303, il obtint pour un loyer élevé, la moitié de la grande maison peinte que Guglielmo di Orlando Bonsignori possédait dans la station19. Il s’empressa de céder par la suite (le 5 octobre), pour plusieurs mois, une pièce de cette maison à Cinello di Dolcetto et une autre (le 30 septembre) à un certain Grazia di Bartalo. Il avait dans le même temps pris le jardin qui jouxtait le bâtiment, ainsi que la maison de Bino di Pellegrino et lui avait loué en échange la maison où il habitait. De semblables transactions lui étaient familières puisque, au printemps précédent, il avait laissé à Grazino et Colarino di Cenno, pour la durée de l’été, peut-être cette même maison qu’il possédait dans le « piano dei bagni »20.

  • 21 Cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 6, f° 34.
  • 22 Buccius spedalerius hospitalis de balneo, cf. A.S.S. Estimo 44, f° 251.
  • 23 C’était fréquent dans le « contado » de Florence, cf. Ch. M. de la Roncière (1976), p. 933.

5Ce petit groupe de « stazionieri » n’était cependant pas le seul à recevoir les curistes. Certains des responsables de l’accueil étaient des clercs comme fra Iacopo di Bartolomeo, le responsable de l’hospice de Bagno di Petriolo21. D’autres étaient des laïcs, comme Buccio, le spedalerius de l’hôpital de Bagno Vignoni22, Fantuccia, la rectrice de celui de Bagno di Macereto ou Puccio di Gherardo, le fondateur de l’hospice San Martino à Bagno di Corsena. Ils avaient probablement été choisis par les propriétaires des établissements23 ; ils ne pouvaient pas accomplir certaines tâches indispensables à la bonne tenue des hôpitaux (comme administrer les sacrements et célébrer la messe) puisqu’ils n’étaient pas ordonnés prêtres. Toutefois, cela ne semble pas avoir perturbé le fonctionnement de ces trois établissements, peut-être parce que l’activité d’accueil dans ces hospices était plus importante que le service de la chapelle.

2) Les boutiquiers

  • 24 Et quia ad balnea moratur unus carnifex ad petitionem comunis Rapolani, et alius non potest ibi car (...)
  • 25 Cf. dossier 2, Sienne (1337-1339) rub. 395, 396, 403.
  • 26 Cf. dossier 2, Sienne (1262), dist. III. rub. CCLXXV ; (1293), § 28, 29 ; (1309), dist. III, rub. C (...)
  • 27 En effet, Tuccio di Bocarino confiait le 13 octobre, à Vitaluccio di Iacobo une pièce dans une mais (...)

6D’autres personnes habitaient les sites et assistaient les curistes ou les « stazionieri ». Les boutiquiers particulièrement, animaient les principaux sites et plus encore le bourg de Bagno di Petriolo. Quelques bouchers s’installèrent dans les stations au début du xive siècle. Ils sont attestés à Bagno di Rapolano en 1331 où ils détenaient le monopole du commerce de la viande24, mais par la suite la cité parvint à briser ce privilège et tous les « stazionieri » de la station furent autorisés à vendre de la viande, conformément aux normes en vigueur dans les autres stations25. En effet, à Bagno di Petriolo et Bagno di Macereto dès 1262, les « stazionieri » pouvaient commercialiser des animaux abattus26 et quelques bâtiments étaient aménagés pour leur permettre de débiter leurs produits27.

  • 28 Cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 6, f° 5v.
  • 29 Cf. document 2.

7A Bagno di Petriolo, il existait aussi quelques cordonniers qui s’installèrent tardivement dans la station. Le 16 juin 1302, Neri di Giovanni originaire de Petriolo, s’associa à deux artisans Nuccio di Ventura et Meo di Accorso pour ouvrir une boutique28, mais le 4 octobre 1303, seul Meo di Accorso continua à louer une échoppe pour exercer son art et s’engagea auprès de Tino di Tolomeo, par un contrat comparable à ceux des « stazionieri »29.

  • 30 Il disposait de ce type de produit qu’il céda à plusieurs reprises. Le 8 décembre 1302 et le 22 sep (...)
  • 31 Cf. document 4.
  • 32 En 1303, plusieurs clients reconnaissaient lui devoir quelque argent pour un pourpoint ou quelques (...)

8Neri di Giovanni, l’ex-associé des cordonniers était par ailleurs vraisemblablement un boutiquier qui louait les draps, les couvertures et les coussins à quelques « stazionieri »30. Il avait pour collègue ou concurrent Vanni di Maffeo qui s’était engagé le 13 août 1303, pour une durée d’un an, à tenir la boutique que Bino di Pellegrino avait dans la maison de Guido di Arringhiero. Il devait vendre ou louer tout le matériel de couchage qui y était entreposé31. Citoyen siennois, Vanni di Maffeo était aussi tailleur et exerçait dans la station32.

  • 33 Le 13 juin 1303, Nos Iunta olim Pauli, qui vocatur Veteraius et domina Nera uxor eius confitemur et (...)
  • 34 Le 23 mai 1338, le citoyen siennois Chaffara di Spinello louait à Viva di Iacopo, citoyen siennois, (...)
  • 35 18 livres à Bagno di Petriolo, pour Vanne di Maffeo et plus de 6 livres à Bagno di Rapolano pour Vi (...)

9À ces deux boutiquiers, il faut ajouter en un troisième, Giunta di Paolo (dit Vetraio). Le 13 juin 1303, sa femme et lui avaient pris en location deux boutiques dans le « piano dei bagni » qu’un épicier siennois Giovanni di Giovanni possédait dans une maison appartenant à Guglielmo di Orlando Bonsignori. Ces deux drogueries contenaient non seulement de la cire, des chandelles et des filins, mais aussi des sandales, des chapeaux, des mortiers et plusieurs autres marchandises, le tout évalué à 140 livres33. Ailleurs, à Rapolano, de semblables boutiquiers s’étaient probablement installés dans les maisons de quelques propriétaires de la station34. Les rares données dont nous disposons ne permettent pas de déterminer avec précision le montant de ces locations, mais elles sont comparables à celles des stationes c’est-à-dire plus d’une dizaine de livres par an35.

3) Les occupations paramédicales et médicales

  • 36 Elle était recommandée par les médecins au début du xive siècle, comme par exemple Gentile da Folig (...)
  • 37 Cf. dossier 2, Viterbe (1251), sect. IV, rub. 92 ; Sienne (1293), § 30 ; (1337-1339), rub 395.
  • 38 Le 12 avril 1338, Nos Tuccinus quondam Minaccii, Vannes filius Fuccii et Simone filius Venture de R (...)

10À ces nombreuses activités liées à l’accueil des malades s’ajoutaient celles plus proprement liées à la cure. Il était recommandé aux visiteurs de commencer leur séjour par une saignée36. Aussi, Sienne et Viterbe autorisaient-elles certaines personnes à vendre et poser des sangsues, pour un coût qui n’excédait pas un denier la paire37 À Bagno di Rapolano, ce furent des barbiers qui s’associèrent pour effectuer cette tâche38. Peut-être pratiquaient-ils d’autres soins, bien qu’aucun document ne permette de le vérifier. En tout cas, ils semblaient travailler sans l’aide de médecins.

  • 39 Cf. A. Paravicini Bagliani (1994), p. 262.
  • 40 Ils ont été publiés au xvie siècle, cf. De Balneis (1553), p. 181-182.
  • 41 Il fut recruté par la cité en 1322, cf. P. Nardi (1996), p. 171.

11Ces derniers, en effet, étaient rares dans les sites alors qu’ils étaient nombreux dans les villes de Toscane et parfois dans les campagnes comme en Lombardie. Seul l’astronome et médecin de Boniface VIII, Campano de Novare s’était installé auprès des piscines. Dès 1288, il faisait construire une demeure près des bains de Viterbe39. Cette absence de praticiens, dans les stations, ne signifie pas pour autant qu’ils se désintéressaient des sources minérales et chaudes. Dès la première moitié du xive siècle, quelques-uns et des plus prestigieux conseillaient des séjours thermaux. C’est tout particulièrement le cas de Gentile da Foligno qui fut l’auteur au moins de deux traités sur les bains et qui connaissait bien ceux de Toscane40. Il avait enseigné à l’université de Sienne et avait peut-être visité les sites dont il vantait les mérites41.

  • 42 Die VII mensis februarii [1303] Ghazama da Monte Pescini debet dare pro residuo medicine que habuit (...)
  • 43 Cf. G. Cherubini (1977), p. 525. Le port n’est entré dans le domaine siennois qu’à cette époque, lo (...)
  • 44 A.S.S. Notarile antecosimiano 6, f° 49v.

12Il se peut que dans certaines stations, la présence d’apothicaires ait pallié le manque de médecins. À Bagno di Petriolo, les droguistes aidaient peut-être les curistes. En tout cas, ser Domenico di Marchese, le notaire de la station, paraît avoir eu quelques compétences en matière pharmaceutique. Les relevés de sa comptabilité personnelle qui occupent les derniers feuillets de son minutier révèlent, en effet, qu’il commercialisait ou fabriquait quelques remèdes. Ces clients s’endettaient bien souvent auprès de lui pour l’achat de sucre, de pilules, mais surtout de sirops42. Les matières premières provenaient peut-être de Sienne, à moins qu’elles n’aient été directement importées de Talamone, le port que la cité cherchait à développer sur la mer Tyrrhénienne, au sud de Grosseto43. Ces remèdes étaient achetés par des habitants de la région (originaires de Iesa, Gello, Casale...), mais rarement par des personnes de la station. Le notaire servait-il de pharmacien seulement pour les paysans des campagnes environnantes ou bien fournissait-il aussi les curistes ou les « stazionieri » ? Il a pu vendre à ces derniers quelques produits, sans leur faire crédit et par conséquent sans que rien ne transparaisse de ce trafic dans sa comptabilité. En tout cas, cette activité était particulièrement lucrative, car elle lui rapporta près de 24 livres, au cours des 18 mois de son activité à Petriolo44.

II – LES HABITANTS DES STATIONS

1) Un groupe hétérogène

  • 45 Cf. carte 4.
  • 46 Cf. tableau 4.
  • 47 Item quod omnes et singuli Mi homines et persone qui et que morantur et pro tempore morabuntur apud (...)

13Ainsi, les « stazionieri » et les boutiquiers qui habitaient les stations – et notamment à Bagno di Petriolo – formaient un groupe dont la composition paraissait extrêmement hétérogène, sans doute parce qu’ils étaient souvent étrangers à la commune rurale sur laquelle se trouvait le site thermal45. Plusieurs étaient des citoyens siennois. Il y avait quelques riches paysans auxquels Sienne avait accordé la citoyenneté, et qui possédaient l’essentiel de leur patrimoine sur les terrains agricoles près des bains et quelques boutiquiers ou artisans. Les citoyens paraissaient particulièrement nombreux dans la station des bords de la Farma, mais ils n’étaient pas forcément plus nombreux qu’ailleurs dans d’autres communautés rurales du « contado ». Plusieurs habitants étaient originaires de quelques communes voisines et surtout du territoire florentin46. Ils venaient de très loin, attirés peut-être par les profits du thermalisme. Une situation similaire se retrouve dans d’autres sites. À la même époque à Bagno di Corsena, il y avait dans la station plusieurs personnes qui n’étaient pas originaires des communes de Lucques et de Corsena et que la cité cherchait à taxer47.

  • 48 Les quelques « stazionieri » originaires de Petriolo ne figurent pas parmi les confronts des propri (...)
  • 49 Propriétaires et locataires des cabanes et des maisons du lotissement ou du site, cf. tableau 1 et (...)

14Il existait aussi, parmi ceux qui résidaient auprès des bains, des membres des communes rurales sur lesquelles étaient placés les sites. S’ils étaient peu nombreux à Bagno di Petriolo et Bagno di Macereto48, en revanche, à Bagno di Rapolano dans la première moitié du xive siècle, les « stazionieri » et les boutiquiers étaient essentiellement originaires de Rapolano49.

  • 50 Cf. graphique 1.
  • 51 Cf. O. Redon (1987), p. 372-373 ; D. Bizzarri (1916), p. 29.
  • 52 C’est vraisemblablement le cas de Filippo di Giovanni qui était, semble-t-il, présent dans la stati (...)
  • 53 Sur les 23 détenteurs de biens dans la station, 16 possédaient une maison dans le bourg ou le castr (...)
  • 54 Pour la précarité de l’habitat au Moyen Âge, cf. E. Zadora Rio (1995).

15L’origine très diversifiée des habitants des stations pose le problème de leur résidence dans les sites. Vivaient-ils continuellement aux bords des sources chaudes ou ne venaient-ils que lors de la saison thermale ? Il n’est pas possible d’affirmer qu’ils délaissaient les bains quelques mois dans l’année, mais il est quand même permis de le supposer. C’est, d’une part, ce que suggère la faible activité de ser Domenico durant les mois d’hiver ou même en plein été50 ; il est possible qu’il ait été moins sollicité pendant les périodes où le bourg des bains était partiellement déserté. C’est, d’autre part, ce qu’implique la forte présence de citoyens siennois à Bagno di Petriolo et à Bagno di Macereto, puisque par leur statut, ils étaient obligés d’habiter une partie de l’année dans la cité51. Ils ne pouvaient donc pas rester tout le temps dans les stations et les laissaient sans doute à la morte saison52. C’est ce que permettent enfin de supposer les biens de certains « stazionieri » de Bagno di Rapolano, les deux tiers d’entre eux possédaient une maison auprès des bains et une autre dans le castrum ou le bourg de Rapolano qu’ils utilisaient peut-être, une fois les curistes partis53. Il est vraisemblable donc que les stations ont constitué des sites d’habitat périodique ou temporaire, plus ou moins régulièrement et longtemps délaissés54.

2) Un groupe organisé et contrôlé

  • 55 Cf. dossier 2, Sienne (1262), dist. III. rub. CCLXIII ; (1293), § 14 ; (1309), dist. Ill, rub. CLVI (...)
  • 56 C’est-à-dire l’officier siennois désigné pour siéger dans la station ; il faisait partie de la fami (...)
  • 57 Le 10 juin 1303, les ambassadeurs de Poggibonsi venus visiter le recteur, furent reçus par le tréso (...)
  • 58 Cf. O. Redon (1982), p. 177-181. Ser Domenico évoque leur existence à Iesa et Renna, deux communes (...)
  • 59 Cf. O. Redon (1982), p. 198.
  • 60 Entre 1292 et 1303, le salaire était versé tous les six mois. Il était d’un montant de trois livres (...)
  • 61 Nous disposons d’une liste incomplète de ces trésoriers pour les années 1292-1303, puisque les volu (...)

16L’existence de ces groupes formés par les habitants des bains – et tout particulièrement à Bagno di Petriolo – était cependant reconnue par la cité. En 1262, en effet, Sienne décida de choisir un trésorier et un messager des bains, parmi les « stazionieri » et, en 1293, elle autorisa ces mêmes « stazionieri » à élire leurs officiers55. Le trésorier devait encaisser toutes les sommes perçues par le recteur des bains56 et rendre régulièrement des comptes à l’institution financière urbaine de la « Biccherna ». En fait, il assistait le recteur, pour six mois57. A l’instar des consuls et des syndics qui représentaient les communautés du « contado » auprès des agents de l’administration siennoise58, il apparaît que le trésorier des bains n’était pas un officier de la commune de Petriolo ou de celle de Macereto et ce pour deux raisons : d’une part, parce qu’il n’était pas payé par ces communes, comme il était d’usage pour les officiers des communautés rurales59, mais au contraire par les officiers de la « Biccherna » qui lui versaient régulièrement un salaire60. D’autre part, parce que la plupart de ces agents étaient des « stazionieri » qui n’appartenaient à aucune des deux communes. Quelques-uns étaient des citoyens siennois et quelques autres étaient originaires des communautés voisines ou d’autres régions de la Toscane61. La nomination d’un semblable agent répondait sans doute aux besoins de Sienne qui cherchait un interlocuteur auprès des habitants du bourg des bains.

  • 62 Cf. dossier 2, Sienne (1293), § 15.
  • 63 Il existait des métiers dans plusieurs des communes rurales du « contado » siennois de plus ou moin (...)

17De même, la cité cherchait à contrôler l’activité des habitants du bourg. Elle multipliait les dispositions visant à codifier, à réglementer les activités des responsables de l’hébergement. Elle imposait les éléments du confort dans les locations, ainsi que le prix de la nuitée. Elle exigeait un serment de la part des « stazionieri »62. Cet ensemble de règles, comprenant l’instauration d’un trésorier, ressemble à la réglementation d’un métier ou d’un art. C’est en définissant les contours de la principale occupation thermale que Sienne a, pour une part, cherché à contrôler ce groupe hétérogène que constituaient les habitants du bourg des bains63. Ce dernier ne paraît avoir eu d’existence et de véritable cohésion que par les exigences collectives et les structures que Sienne lui imposait.

  • 64 Le 29 mai 1341, la délibération porte le titre contra pessimos et voraces staçonerios balneorum. Pl (...)
  • 65 Le 24 février 1341, super materia balneorum et stacçioneriorum et hospitatorum balneorum et maxime (...)
  • 66 Il est vraisemblable que le conflit couvait puisqu’on dispose du témoignage de tensions quelques an (...)

18Toutefois, au milieu du xive siècle il a pris conscience de son importance et a cherché à prendre sa destinée en main. En effet, en 1340 à Bagno di Petriolo, celui des habitants des bains a tenté de constituer une universitas. Dans un texte vigoureux, daté de 1341, le gouvernement des Neuf dénonçait au Conseil de la Cloche les exactions commises par les « stazionieri » envers les curistes. Il s’agissait d’augmentations illicites des prix de l’hébergement ou de la nourriture64. Cette situation était contraire aux directives de la cité qui avait plafonné les prix dans les stations et qui, en période de disette et de famine, restait très attentive aux augmentations brutales de la valeur des denrées essentielles. Les autorités siennoises voulurent sévir, mais elles rencontrèrent une résistance inattendue qui suscita leur colère. Les « stazionieri » avaient, en effet, formé une société, une conjuratio65 dont Sienne ne pouvait tolérer l’existence car elle contestait son autorité même. Les difficultés éprouvées avaient donc favorisé la solidarité et la cohésion des habitants de la station, elles les avaient amenés à défendre en commun leurs intérêts face aux autorités siennoises66. La révolte échoua et Sienne maintint son contrôle sur le site.

  • 67 Le 29 mai 1341, item quod liceat cuilibet persone (...) libere deferre et vendere ad dicta balnea v (...)

19L’année suivante, la cité libéra les commerçants de Bagno di Rapolano du serment qu’ils devaient faire à la commune de Rapolano67. Elle désirait vraisemblablement casser les privilèges d’une communauté bien établie qui protégeait et possédait pour une part le site. De même qu’elle s’était battue contre les « stazionieri » de Bagno di Petriolo, elle souhaitait probablement soumettre ceux de Bagno di Rapolano et ouvrir enfin la station aux citoyens siennois.

III – LES ÉCHANGES DANS LES STATIONS THERMALES : L’EXEMPLE DE BAGNO DI PETRIOLO

20La plupart des habitants des stations avaient donc des occupations liées au thermalisme ; leur présence dans le site suscitait des échanges, des transactions, que le registre de ser Domenico met en lumière et qui témoignent de l’importance du bourg de Bagno di Petriolo.

1) Le marché de Bagno di Petriolo

  • 68 Le 11 février 1249, les membres du conseil de la Cloche et le podestat décident quod dictum mercatu (...)
  • 69 Cf. P. Angelucci Mezzetti (1986), p. 37. Le transfert était peut-être destiné à dynamiser la statio (...)
  • 70 Cf. dossier 2, Sienne (1262), dist. III. rub. CCLXXIX. Pour les marchés dans le « contado » siennoi (...)
  • 71 Cf. dossier 2, Sienne (1309), dist. III. rub. CLXXVII. Le conseil de la Cloche avait nommé dès avri (...)
  • 72 A noter que la station de Bagno di Petriolo n’était pas la seule en Toscane à accueillir un marché. (...)
  • 73 Cf. dossier 2, Sienne (1293), § 23 ; (1309), dist. III. rub. CLXXVI. Les produits de la venaison et (...)
  • 74 Cf. dossier 2, Sienne (1293), § 29. Il s’agissait peut-être d’éviter qu’ils ne monopolisent l’appro (...)
  • 75 Ch. M. de la Roncière souligne que les marchés servaient aux paysans à traiter les affaires (achat (...)

21L’activité thermale entraîna en premier lieu l’installation d’un marché dans la station. En 1249, Sienne décida de déplacer celui de Fercole à Bagno di Petriolo68. Fercole se trouvait dans l’Ardenghesca, au sud de Pari, et avait été intégré au « contado » siennois deux ans auparavant, en 124769. Les autorités siennoises modifièrent assez vite leur projet, puisqu’en 1262, elles envisagèrent le retour du marché à Fercole70, mais cette décision ne fut probablement pas appliquée, car au début du χive siècle, il était toujours dans la station, comme le prouve une disposition statutaire de 130771. Le marché servait à l’approvisionnement des habitants de la station – les « stazionieri » principalement – et des curistes72. À la fin du xiiie siècle, les forains étaient invités à s’y rendre pour y vendre aussi bien le pain, le vin que toutes les denrées comestibles et plus particulièrement les produits de la chasse et de la pêche73. En 1293, les « stazionieri » et les commerçants du bourg pouvaient également commercialiser ces produits, mais il leur fut interdit de vendre des œufs et de la venaison dont le commerce était sans doute réservé aux forains74. Attirés par le marché ou par la présence de plusieurs commerçants, les habitants des environs furent nombreux à fréquenter le bourg des bains et à passer, auprès de ser Domenico, quelques contrats qui témoignent de l’intensité des échanges dans la station75.

2) Les transactions dans la station

  • 76 Il s’agissait d’associations de courte durée (entre un et trois ans) qui unissaient pour l’achat de (...)
  • 77 Les mesures étaient exprimées en setier de Fercole (« staio ») dont on ignore l’importance, mais el (...)
  • 78 Les mêmes mesures étaient utilisées à Pari, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 6, f° 6.
  • 79 Cf. dossier 2, Sienne (1293), § 27 et 28.
  • 80 Les mesures florentines n’ont supplanté les mesures locales, dans le « contado » florentin que lors (...)

22Il s’agissait de transactions agricoles ou des prêts qui représentaient un tiers des actes rédigés par le notaire pendant les années 1302-1303. Quelques contrats passés devant ser Domenico étaient des collatici ou soccide76. Ils concernaient des bêtes de labour dont la valeur n’excédait pas vingt livres, mais aussi des porcs à engraisser. Toutefois, une grande partie des actes rédigés par le notaire portaient sur des prêts de grains. Les quantités empruntées dépassaient rarement la vingtaine de setiers, soit moins de cinq cents litres77. Ces prêts étaient probablement destinés à compléter les semences ou à assurer la soudure. Ils étaient, en effet, contractés au début de l’hiver ou au printemps – de mars à juillet – et remboursés au milieu de l’été – à la Sainte Marie d’août, lorsque les moissons étaient finies. Le marché de Bagno di Petriolo avait adopté les normes du marché de Fercole, puisque les volumes de grains enregistrés par ser Domenico étaient exprimés en mesures de Fercole ou de l’Ardenghesca78. Sienne obligeait habituellement les communautés rurales et les habitants des bains à adopter ses propres poids et mesures tout particulièrement pour le commerce du vin et de la viande au détail79, mais elle paraissait moins stricte pour le commerce des grains, peut-être parce qu’elle ne souhaitait pas perturber les usages agricoles80.

  • 81 C’était une pratique courante du notariat de province, cf. Ch. M. de la Roncière (1976), p. 990 ; O (...)
  • 82 C’était le cas pour d’autres notaires du territoire siennois à la même époque, O. Redon (1973), p. (...)
  • 83 Cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 6, f° 49v.

23Ser Domenico rédigea aussi près d’une vingtaine d’actes concernant des crédits financiers et accorda parfois lui-même quelques prêts à ses clients81. Les créanciers n’avançaient pas des sommes importantes, puisque leur crédit n’excédait pas les cinquante livres et était le plus souvent inférieur à dix livres. Par ailleurs, les débiteurs ne s’engageaient pas pour de très longues durées, un an tout au plus, d’ordinaire quelques mois voire quelques jours, mais payèrent-ils vraiment à temps ? Il est permis d’en douter car la plupart des actes rédigés par le notaire ne furent pas cancellés82 : il est possible qu’ils aient jugé inutile de faire enregistrer leur paiement, qu’ils aient rechigné à la dépense. Les débiteurs de ser Domenico pour leur part, avaient rapidement remboursé toutes leurs dettes83.

24La plupart des ventes qu’enregistra le notaire, portaient sur des terrains agricoles de la curia de Petriolo, dont le prix n’excédait pas les quelques dizaines de livres. Les maisons et les jardins du bourg des bains n’étaient pas négociés sur le site, mais probablement à Sienne puisque la majorité des propriétaires étaient des citoyens qui ne faisaient pas appel à ser Domenico et ils avaient recours à ses confrères installés en ville.

3) Les acteurs des échanges

  • 84 Ils possédaient respectivement 39, 33 et 2 hectares.
  • 85 Carduccio di Federigo disposait d’un podere et il l’avait probablement laissé en métayage, comme il (...)
  • 86 Il s’agit peut-être du meunier d’Ugo Bonsignori. L’autre meunier de Petriolo, celui de Mino Rossi, (...)
  • 87 Dota di Gualtiero était le plus gros vendeur de la station et il était certainement un des gros pro (...)
  • 88 A Bagno di Petriolo, Thinus Talomei de Serravalle prope balneum de Petriolo constitue avec Meo olim (...)
  • 89 L’un d’entre eux était de Bibbiano, peut-être Bibbiano Guiglieschi sur l’Ombrone. Etaient-ils des m (...)

25Ces transactions intéressaient une bonne partie des habitants de la station et quelques-uns avaient la mainmise sur ces opérations. Il convient de distinguer d’une part, ceux qui étaient propriétaires dans la curia : Carduccio di Federigo, Nero et Deo di Bartolomeo, Bino di Pellegrino84. Ils échangeaient ou vendaient des terrains, accordaient des prêts financiers et proposaient surtout des bêtes qu’ils remettaient sans doute aux locataires ou aux métayers à qui ils confiaient leurs terres85. D’autre part, il y avait les boutiquiers et les artisans de Bagno di Petriolo, Sozzo di Cavasoldo, Vanni di Maffeo, les deux tailleurs de la station et Neri di Giovanni, le commerçant en matériel de couchage, qui cédaient du grain et parfois de l’argent, tout comme maître Ristoro di Bencivenne, forgeron et le meunier, Vanni di Dietisalvi86. Enfin, quatre autres personnages jouèrent un rôle important dans les échanges, Tino di Tolomeo de Serravalle près de Bagno di Petriolo, Dota di Gualtiero, originaire de Pari, le castrum voisin de la station, mais aussi Cenne di Viva et Naccio di Viva. Les deux premiers trafiquaient probablement sur les grains, car ils disposaient de grosses quantités87 et s’étaient en 1301 associés88. Les deux derniers cédaient surtout du bétail, mais n’étaient probablement pas originaires de la commune89.

  • 90 Cf. carte 4.
  • 91 Le manque d’argent dans les communautés rurales était fréquent dans les communautés du territoire s (...)
  • 92 Il était le métayer de Carduccio di Federigo, cf. supra. Il vendit plusieurs terres sur la commune (...)
  • 93 Vanni di Maffeo, Vannuccio di Giunta et donna Necchina di Nero n’étaient pas de gros débiteurs.
  • 94 Cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 6, f° 49v.
  • 95 Habui de predictis denariis a dicto lunta, in primis pro pane, 12 denarios, item habui, die XXIII m (...)

26Leurs clients provenaient pour la plupart des communautés voisines de la station, celles qui se trouvaient au sud et à l’ouest des bains, le long de la Farma ou de la route de Grosseto, dans la partie septentrionale de cette région du « contado » siennois que l’on appelle l’Ardenghesca90. Ils furent nombreux – près d’une cinquantaine – à emprunter quelques setiers de grains ou quelques livres siennoises. Certains n’hésitaient pas à s’endetter auprès de plusieurs créanciers différents, comme Gianni di Piero qui contracta trois emprunts entre la fin du printemps 1302 et celui de 1303 auprès de différentes personnes. Ces emprunteurs figuraient probablement, pour la plupart, parmi les paysans de la région, désireux de trouver à Bagno di Petriolo les grains pour la soudure, la semence et quelque argent pour payer leurs redevances91. Quelques-uns étaient peut-être les dépendants de gros propriétaires fonciers, comme Gianni di Orlando92. Les rares « stazionieri » qui firent appel au notaire s’endettaient peu93. En revanche, les boutiquiers et les personnes les plus actives de la station empruntaient de plus ou moins grosses sommes. Giunta di Paolo avait demandé à ser Domenico, à plusieurs reprises, une vingtaine de sous94. Il s’empressait de rembourser ses dettes en laissant au notaire les produits dont ce dernier avait besoin pour confectionner ses médicaments ou quelques objets du magasin95. La majorité de ces prêteurs ou de ces vendeurs appartenaient au groupe des habitants de la station les plus actifs et constituaient sans doute une petite élite locale.

  • 96 Cf. O. Redon (1973), p. 1995. A Monticiano à la fin du xiiie siècle, près de 8 notaires se sont suc (...)
  • 97 Le lundi 5 février 1302 (ns), « Item XXX libre a Cardino Froderighi, operaio del muro e de le grade (...)
  • 98 Cf. document 5.

27En effet, on dénombre près d’une dizaine d’individus qui multipliaient les prêts d’argent ou de grain, les locations de bâtiments et possédaient des terrains dans la curia de Petriolo ou dans celles des communautés proches. Certes, cette appréciation est essentiellement fondée sur les contrats qu’ils réalisaient devant ser Domenico di Marchese et il se peut qu’ils n’aient jamais constitué que le petit groupe des clients habituels ou privilégiés du notaire. Il existait peut-être un autre praticien dans la station dont la clientèle était formée des quelques autres habitants sur lesquels nous savons si peu. Les notaires étaient, en effet, nombreux dans le territoire siennois à cette époque96, mais on peut remarquer que les quelques personnes qui usèrent régulièrement des services de ser Domenico di Marchese étaient aussi les interlocuteurs privilégiés des autorités publiques. En 1302, Carduccio di Federigo surveillait pour Sienne les travaux de réfection des bains97 et en 1303, Naccio di Ventura avait été choisi par le fermier de la gabelle pour percevoir lesdites gabelles dans la station98. Ils occupèrent pour la plupart la charge de trésorier. Les principaux clients du notaire formaient donc une petite élite locale qui vivait du développement thermal, mais vraisemblablement aussi du marché et de l’attrait du bourg.

  • 99 Ego Landus quondam Compagni de Petriuolo districtus senensis (...) ob redemptionem peccatorum meoru (...)
  • 100 Cf. O. Redon (1985), p. 19-20. Pour les oblats au Moyen Âge, voir C. de Miramon (1999).
  • 101 Cf. S.R. Epstein (1986), p. 15. Carduccio di Federigo devint même procurateur de l’Hôpital, fratri (...)
  • 102 Cf. A.S.S. Diplomatico Archivio generale, le 9 avril 1337.
  • 103 Cf. tableau 4.
  • 104 Cf. A.S.S. Diplomatico Archivio generale, le 10 avril 1322 ; le 1 mars 1331. C’était la belle-sœur (...)
  • 105 Cf. tableau 4.
  • 106 Cf. A.S.S. Diplomatico Archivio generale, le 4 avril 1337.
  • 107 C’était le cas de plusieurs autres « contadini » : de Bartolomeo di Piero à Vignoni à la fin du xii (...)

28Cependant, leur fortune paraissait précaire, car riches ou aisés, plusieurs des « stazionieri » de Bagno di Petriolo choisirent de se faire oblat. Dans les premières décennies du xive siècle, Lando di Compagno puis Carduccio di Federigo99 se donnèrent à l’Hôpital Santa Maria della Scala de Sienne. Ils accomplissaient non seulement un acte de piété, mais ils cherchaient aussi probablement à protéger leur bien. Ils redoutaient peut-être de voir disparaître leur fortune, engloutie par une fiscalité excessive et préféraient remettre leur patrimoine à l’établissement siennois. Les frères convers de l’Hôpital n’étaient pas imposables et ils pouvaient, le plus souvent en toute tranquillité, continuer à jouir de leur capital et parfois même le transmettre à leurs héritiers100. Cette évasion fiscale même si elle était réprouvée, était tolérée par la cité. Tonsurés, les oblats devenaient les hommes de l’Hôpital auquel ils devaient obéissance et service101. D’autres habitants de la station suivirent l’exemple de Lando et de Carduccio. Nino di Giunta et sa femme Ugolina se donnèrent en 1337, à l’hospice Santa Maria de Castiglione della Farma102. Ils avaient très régulièrement loué des domus et des camere à Bagno di Petriolo103 et figuraient souvent comme les procurateurs de donna Binduccia, fille de Ciampolo Gallerani et veuve de Bonsignore di Orlando Bonsignori104. En 1331, ils s’étaient engagés pour près de mille livres à tenir cinq ans l’une des maisons du bourg105, mais ils paraissent avoir échoué car le 4 avril 1337, ils reconnaissaient avoir près de cent livres de dettes106. Est-ce pour cette raison qu’ils devinrent convers ? Quoi qu’il en soit, quelques-uns des habitants les plus actifs ou les plus riches du bourg avaient décidé de confier leur destin et leur richesse à des établissements hospitaliers, à l’instar de quelques autres gros paysans des campagnes siennoises107. C’est peut-être parce que les revenus des activités thermales, pas plus que ceux de la terre ne permettaient de conserver une certaine aisance et que la crise comme ailleurs frappait les plus riches des stations.

  • 108 Cf. G. Cherubini (1992) ; F. Redi (1988).

29À l’extrême fin du xiiie et au début du xive siècles, les sites thermaux paraissent nombreux dans les territoires de Sienne, Lucques et Viterbe, en raison des multiples sources minérales et chaudes qui jaillissaient – et jaillissent encore pour la plupart – dans cette partie de l’Italie. Une poignée d’entre-eux se singularisaient cependant par l’étendue de leur habitat (formant jusqu’à de véritables bourgs) et par les populations qui s’y trouvaient. Proches peut-être de quelques autres stations toscanes comme celle de Bagno di Monte Pisano, Bagno ad Acqua ou Bagno di Romagna qui, à la même époque prenaient de l’ampleur108, ils abritaient, en effet, durant la saison thermale, outre les visiteurs venus aux bains, quelques habitants (les « stazionieri » ou bagnaroli, les boutiquiers) qui se chargeaient de les héberger, de les nourrir et peut-être même de les aider à se soigner. Ces quelques hommes et femmes se montraient actifs tout particulièrement à Bagno di Petriolo. Ils tiraient profit du développement thermal, mais étaient aussi largement impliqués dans l’économie rurale. Ils possédaient des terres, commercialisaient des denrées agricoles, prêtaient aux campagnards voisins, formaient un petit groupe – presque une communauté à Bagno di Petriolo – que Sienne cherchait à encadrer, à contrôler. Il reste difficile, toutefois, de savoir si leurs occupations thermales – vraisemblablement temporaires – leur fournissaient l’essentiel de leur revenus. Ce qui est certain en revanche, c’est que pour la plupart, leur installation restait précaire. Cela tenait pour une part de ce qu’ils étaient, à Bagno di Petriolo – comme à Bagno di Macereto ou Bagno a Corsena – étrangers à la commune sur laquelle le site se trouvait. En effet, on comptait parmi eux des citoyens siennois ou des « contadini » des localités plus ou moins proches des bains. Ils ne possédaient pas les demeures où ils logeaient leurs hôtes, ils les louaient à de gros propriétaires urbains, souvent des magnats, parfois à des hôpitaux. Aussi, bien que certains aient été sans doute aisés, leur situation paraissait fragile et se dégrada lorsqu’au début du xive siècle, les difficultés économiques et sociales s’accumulèrent. Ailleurs, cette évolution est moins perceptible. Il est vrai que les « stazionieri », à Bagno di Rapolano comme à Bagno Vignoni, faisaient partie des communautés qui accueillaient sur leur finage le village thermal ; ils dépendaient d’une commune, parfois d’un seigneur (à Bagno Vignoni) et ne subissaient pas – ou moins lourdement – la tutelle siennoise. Ils détenaient voire possédaient (à Bagno di Rapolano) une part importante des maisons de la station. Leur situation paraît moins fragile que celle de leur confrères, peut-être leur permit-elle de mieux tirer profit du thermalisme. En tout cas, les grands propriétaires qui tenaient entre leurs mains les édifices disséminés à Bagno di Petriolo, Bagno di Macereto ou même Bagno Vignoni bénéficièrent bien plus sûrement du développement thermal. En effet, les loyers que percevaient les magnats siennois constituaient des revenus appréciables, comparables à ceux qu’ils pouvaient espérer pour des bâtiments similaires placés en ville. Cet intérêt que portèrent les citadins aux ressources thermales rejoint celui des cités. Ces dernières en effet, comme nous allons le voir s’impliquèrent largement dans le développement thermal.

Notes

1 Les minutes sont consignées dans un seul registre, conservé aux Archives d’État de Sienne, A.S.S. Notarile antecosimiano 6. Les Archives possèdent par ailleurs, de lui deux expéditions originales rédigées à Bagno di Petriolo, A.S.S. Diplomatico Archivio generale, le 20 février 1301, le 18 juin 1302. Nous ne savons pratiquement rien d’autre de ses activités, à d’autres époques de sa vie. Il était peut-être originaire de Montepescini, puisqu’il possédait des biens dans cette curia, mais il n’est pas mentionné dans les « tavole » de cette commune, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 6, f° 50.

2 L’expression d’« occupation » sert à désigner les activités principales des habitants des stations, celles que l’on peut identifier à la lecture des documents conservés ; pour cette terminologie, cf. S. Stella (1993), p. 156sq.

3 Pour le terme « stazioniero » ou stationerius, cf. dossier 2, Sienne (1262), dist. III., rub. CCLXIII ; (1293), § 11 sq. ; (1309), dist. III., rub. CLVIII. L’expression est employée à la même époque, à la fin du xiiie et au début du xive siècle, par le poète Folgore da San Gimignano, cf. Folgore da San Gimignano (1991), p. 120. Les termes de bagnens ou bagnarolus étaient en usage à Bagno Vignoni et dans les sites thermaux de Viterbe, cf. dossier 2, Tintinnano (1297), dist. II, rub. XXVI ; Viterbe (1251), sect. IV, rub 92.

4 Cf. dossier 2, Sienne (1262), dist. III. rub. CCLXIII ; (1293), § 11 ; Lucques (1331), lib. V, rub. XXXVIIII, § 10.

5 Le matériel de rangement (la maie, le coffre, les récipients divers) était fréquent dans les inventaires paysans au xiiie siècle, en revanche, les ustensiles de cuisine et le couchage étaient peu nombreux, cf. G. Piccinni (1976), p. 395-396. Ils paraissent plus importants à Bagno di Petriolo, vraisemblablement en raison des exigences de l’accueil. Les matelas, paillasses, draps, couvertures et coussins de couleurs soulignent l’activité commerciale de ces maisons aux bains. Cf. aussi M. Tuliani (1994), p. 44-46.

6 Le 5 juin 1302 à Bagno di Petriolo, Ego Landus olim Compagni titulo locationis (...) et etiam tibi do et loco cum predicta domo (...) VIII cultrices pennarum et VIII fiscones, VIII pulvinaria, II cultres, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 6, f° 2v.

7 Cf. document 3, p. . A Bagno di Rapolano, le 25 février 1338 (ns), Nos lohannes filius Andreuccii emancipatus a dicto Andreuccio patre meo, Neruccius quondam Dati cives senenses qui moramur in Rapolano comitatus senensis confitemur tibi Andree quondam Mini civi senensi et nunc moranti in dicto Rapolano presenti, recipienti et stipulanti pro te ipso et Tondo quondam dicti Mini fratri tuo camali nos conduxisse a te pro te et dicto Tondo ad pensionem et nos habuisse et recipisse quinque lectos fomitos, videlicet : V paria linteaminum, tria materitia, duas cultrices de pennis, V cappeççales, quinque cultres, hinc ad unum annum proxime venturum, pro pensione et nomine pensionis cuiuslibet mensis dicti temporis triginta soldorum denariorum senensium, pretii valoris et extimationis sexaginta librarum denarorium senensium, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 45, f° 61v. Pour les boutiquiers, cf. infra.

8 Cf. M. Tuliani (1994), p. 54-61 et dossier 2, Sienne (1262), dist. III., rub. CCLXXV ; (1293), § 17,18 ; Sienne (1337-1339), rub. 402. Le fait que les « stazionieri » ont été aussi des taverniers, est attesté par une enquête des officiers siennois réalisée en 1294, laquelle révèle qu’ils ne détenaient pas de mesures satisfaisantes, cf. A.S.S. Diplomatico Riformagioni, le 15 novembre 1294.

9 Cf. dossier 2, Sienne (1293), § 18 ; (1337-1339), rub. 391.

10 Pour L. Zdekauer, les tabule désignent les pions et le tabolarium l’échiquier, cf. L. Zdekauer (1886), p. 10 ; J.M. Mehl suggère que les tabule sont les tabliers puisqu’il traduit l’expression ludere ad tabulas par jouer aux tables, cf. J.M. Mehl (1990), p. 141. Quoi qu’il en soit, ces jeux s’opposent aux jeux de hasard dans la mesure où ils se pratiquaient sur des échiquiers et le jet de dé permettait seulement de faire avancer les pions. J.M. Mehl les considère comme les ancêtres du tric-trac, du backgammon. Cf. aussi G. Ortalli éd. (1993) ; I. Taddei (1996).

11 Aucun des auteurs précédemment cités n’évoque ces jeux de « calcul », mais il nous semble qu’il soit possible de les rapprocher de ce jeu d’esprit (« ingegno ») qu’évoque L. Zdekauer, (1892a), p. 98. Parmi ceux-ci se trouvent peut-être les échecs.

12 Les jeux de hasard se jouaient à un ou deux joueurs en présence d’un banquier. Les joueurs jetaient les dés et lançaient les paris ; le banquier encaissait les sommes lorsque personne n’avait gagné, ou payait le vainqueur, cf. L. Zdekauer (1886), p. 7 ; J.M. Mehl (1990), p. 92-94. Les jeux de hasard étaient autorisés à Sienne sur le Campo, confinés dans des « barattieri » – c’est-à-dire des tripots ou des maisons publiques de jeux – que la cité surveillait et taxait, cf. I. Taddei (1996), p. 339 sq. ; L. Zdekauer (1886), p. 42 ; (1892a), p. 99.

13 Cf. dossier 2, Sienne (1293), § 19.

14 Cf. I. Taddei (1996), p. 339 ; L. Zdekauer (1892a), p. 114.

15 Cf. dossier 2, Tintinnano (1297), dist. II, rub. XLIX. Les aubergistes de Florence devaient respecter le même réglement, cf. A. Sapori (1955), p. 319.

16 Cf. tableau 4.

17 Cf. dossier 2, Sienne (1293), § 15.

18 Cf. C. Béghin (1996), p. 39 ; C. Opitz (1991), p. 306-308.

19 L’autre moitié avait été cédée à Grazino et Colarino di Cenno, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 6, f° 34v.

20 Cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 6, f° 24v. Juste avant que ces deux gérants ne prennent la moitié de la maison de Guglielmo.

21 Cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 6, f° 34.

22 Buccius spedalerius hospitalis de balneo, cf. A.S.S. Estimo 44, f° 251.

23 C’était fréquent dans le « contado » de Florence, cf. Ch. M. de la Roncière (1976), p. 933.

24 Et quia ad balnea moratur unus carnifex ad petitionem comunis Rapolani, et alius non potest ibi carnes macellare, cf. A.S.S. Statuti di Siena 23, f° 292. Le 31 juin 1338, Ceccharello di Attaviano de Rapolano et Viva di Iacopo, citoyens siennois constituaient une societas ad faciendum carnes apud balneum Rapolani, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 45, f° 91v.

25 Cf. dossier 2, Sienne (1337-1339) rub. 395, 396, 403.

26 Cf. dossier 2, Sienne (1262), dist. III. rub. CCLXXV ; (1293), § 28, 29 ; (1309), dist. III, rub. CLXVL

27 En effet, Tuccio di Bocarino confiait le 13 octobre, à Vitaluccio di Iacobo une pièce dans une maison en face du bain de Bagno di Petriolo, dotée d’un étal pour disposer les morceaux, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 6, f° 42.

28 Cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 6, f° 5v.

29 Cf. document 2.

30 Il disposait de ce type de produit qu’il céda à plusieurs reprises. Le 8 décembre 1302 et le 22 septembre 1303, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 6, f° 17v, 36v ; cf. aussi note.

31 Cf. document 4.

32 En 1303, plusieurs clients reconnaissaient lui devoir quelque argent pour un pourpoint ou quelques mètres de tissu, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 6, f° 7, 20v. Quelques années plus tard, il s’était éloigné de la station pour s’installer à Pari et continuer son activité. En 1310, il cédait à son ex-collègue Neri di Giovanni plusieurs draps et coussins, Nos Vannes Maffei (...) qui moror apud castrum de Pari et Nella uxor dicti Vannis (...) conducimus et nos condussisse confitemur a te Nerio quondam Iohannis de Villa de Petriuolo res infrascriptas videlicet : unam cultricem et unum capeçalem de pennis et unum par lenteaminum et unam cultram que res sunt de comuni extimatione et valons sex librarum denariorum senensium ad pensionem hinc ad kalendas setembris proximas Venturas pro pensione et mercede sex solidorum denariorum senensium pro quolibet mense hinc ad dictum tempus, cf. A.S.S. Diplomatico Archivio generale : le 3 juin 1310.

33 Le 13 juin 1303, Nos Iunta olim Pauli, qui vocatur Veteraius et domina Nera uxor eius confitemur et facimus nos principales debitores et pagatores tibi Charducio Federighi in centum quadraginta libris denariorum senensium minutorum ; quos denarios integre dare debere confitemur pro pretio rerum infrascriptarum silicet : unum mortarium metalli cum pillolis, candelas cereas (...)°; et etiam eius locationem duarum apotecarum positarum in piano balnei, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 6, f° 26. Carduccio n’était qu’un intermédiaire comme le prouve un acte du 2 octobre 1303, Appareat manifestum quod Vanucius olim Marcutii de Pari habens ad pensionem quandam domum et apotecham positam in piano balnei de Petriolo a Guillielmo domini Orlandi Bonsegnoris (...) prefata apotecha quamvis ipse Charducius habuit et tenuit sive habebat et tenebat pro Iohanne olim Iohannis spetiale cive Senensi, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 6, f° 38.

34 Le 23 mai 1338, le citoyen siennois Chaffara di Spinello louait à Viva di Iacopo, citoyen siennois, unam apotecham positam in domo heredum ser Pieri apud balneum Rapolani, pour un loyer de deux florins, payables aux calendes de juillet, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 45, f° 76-76v.

35 18 livres à Bagno di Petriolo, pour Vanne di Maffeo et plus de 6 livres à Bagno di Rapolano pour Viva di Iacopo, cf. notes précédentes.

36 Elle était recommandée par les médecins au début du xive siècle, comme par exemple Gentile da Foligno, cf. De balneis (1553), p. 181-182.

37 Cf. dossier 2, Viterbe (1251), sect. IV, rub. 92 ; Sienne (1293), § 30 ; (1337-1339), rub 395.

38 Le 12 avril 1338, Nos Tuccinus quondam Minaccii, Vannes filius Fuccii et Simone filius Venture de Rapolano (...) promictimus tibi Iohanni quondam Pieri de Senis (...) ad dictum balneum ire, stare, morari ad ponendum comellos et coppas omnibus petentibus et volentibus, et personis sibi volentibus ponere cornellos sive coppas bene servire quando gens erit ad dictum balneum, ibi continue stare ad predictum faciendum et exercendum, prout de necessitate fuerit et expediverit, salvo quod quando gens non fuerit ad ipsum balneum non teneamur ibi stare, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 45, f° 68v-69. Le 29 mars, Giovanni di Piero s’était engagé auprès de Pacinello di Bino de Rapolano sindacus de la commune, pour trois ans à partir du 1 mars à stare in Castro Rapolani duobus diebus in quolibet ebdomada, videlicet die sabati et die mercurii continue ad radendum et tollendum barbam et dentes et sanguinem extraendum hominibus et personis de Rapolano et omnibus conferentibus per dictum tempus, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 45, f° 67v-68. Cf. aussi A. Barlucchi (1997a), p. 190, 239.

39 Cf. A. Paravicini Bagliani (1994), p. 262.

40 Ils ont été publiés au xvie siècle, cf. De Balneis (1553), p. 181-182.

41 Il fut recruté par la cité en 1322, cf. P. Nardi (1996), p. 171.

42 Die VII mensis februarii [1303] Ghazama da Monte Pescini debet dare pro residuo medicine que habuit, videlicet tres siroppi et pasticini et zuchari albi, restat 3 solidi ; Presbiter Perus rector ecclesie de Fercole debet mihi pro medicamento sue persone 30 solidos, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 6, f° 48, 49v. Le sucre était souvent donné aux malades, car on considérait qu’il pouvait purifier le corps. L’Hôpital Santa Maria della Scala en utilisait une importante quantité, mais son prix était très élevé, car il était importé (de Chypre parfois), cf. D. Balestracci (1975), p. 133-134.

43 Cf. G. Cherubini (1977), p. 525. Le port n’est entré dans le domaine siennois qu’à cette époque, lorsqu’en 1303, l’abbé du monastère de San Salvatore du Mont Amiata le vendit à la cité, cf. L. Banchi (1869), p. 73-76. Il était toutefois fréquenté depuis longtemps par des marchands siennois et florentins, cf. Y. Renouard (1969).

44 A.S.S. Notarile antecosimiano 6, f° 49v.

45 Cf. carte 4.

46 Cf. tableau 4.

47 Item quod omnes et singuli Mi homines et persone qui et que morantur et pro tempore morabuntur apud Balneum Corsene in domibus Lucani comunis, qui et que non sunt extimati in civitate Lucana neque in comuni de Corsena, quod ipsi et quilibet eorum debeant extimari in civitate Lucana per dominum Gulielmum monacum de Guamo camerarium lucani comunis et eorum extimatio sit et esse debeat in Camera Lucani Comunis et sic, ut dictum est, extimari debeat per dictum dominum Gulielmum Camerarium et per Mas personas quas secum habere voluerit pro ut sibi placuerit et videbitur, secundum eorum qualitates et facultates et possessiones et bona et pro illo extimo lucano solvere debeant quando homines lucane civitatis et burgorum et subburgorum solvunt et solvent, cf. A.S.L. Diplomatico Opera Santa Croce, le 29 février 1304, cf. C. Giambastiani (1996), p. 440.

48 Les quelques « stazionieri » originaires de Petriolo ne figurent pas parmi les confronts des propriétaires urbains de cette commune, enregistrés en 1317-20. Ils ne possédaient donc rien dans le site.

49 Propriétaires et locataires des cabanes et des maisons du lotissement ou du site, cf. tableau 1 et 4.

50 Cf. graphique 1.

51 Cf. O. Redon (1987), p. 372-373 ; D. Bizzarri (1916), p. 29.

52 C’est vraisemblablement le cas de Filippo di Giovanni qui était, semble-t-il, présent dans la station seulement de mai à octobre, ou du tailleur Vanni di Maffeo, actif de mars à octobre.

53 Sur les 23 détenteurs de biens dans la station, 16 possédaient une maison dans le bourg ou le castrum de Rapolano.

54 Pour la précarité de l’habitat au Moyen Âge, cf. E. Zadora Rio (1995).

55 Cf. dossier 2, Sienne (1262), dist. III. rub. CCLXIII ; (1293), § 14 ; (1309), dist. Ill, rub. CLVIII, (1337-1339), rub. 387.

56 C’est-à-dire l’officier siennois désigné pour siéger dans la station ; il faisait partie de la familia du podestat. Pour le recteur des bains, cf. infra.

57 Le 10 juin 1303, les ambassadeurs de Poggibonsi venus visiter le recteur, furent reçus par le trésorier qui faisait alors office de vicaire, appareat manifestum quod Nucius Mellanini de Podiobonçii in piano balnei de Petriolo se personaliter representavit coram Nerio Iohannis, vicario domini Franceschi potestatis balnei Petrioli et Macereti in sua absentia, cf. A.S.S., Notarile antecosimiano 6, f° 3v.

58 Cf. O. Redon (1982), p. 177-181. Ser Domenico évoque leur existence à Iesa et Renna, deux communes proches de Bagno di Petriolo, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 6, f° 9v et 43.

59 Cf. O. Redon (1982), p. 198.

60 Entre 1292 et 1303, le salaire était versé tous les six mois. Il était d’un montant de trois livres ; le 31 décembre 1293, item III libre dicta die Guccio Compagni qui fuit camerarium de balneo de Petriolo, pro suo salario sex mensium, cf. A.S.S. Biccherna 109, f° 170.

61 Nous disposons d’une liste incomplète de ces trésoriers pour les années 1292-1303, puisque les volumes de la « Biccherna », où sont consignés les salaires de ces agents, sont lacunaires. Parmi les trésoriers de Bagno di Petriolo figurent le citoyen siennois Filippo di Giovanni (1er semestre 1294) et Dota di Gualtiero de Pari (1er semestre 1302). Les autres officiers étaient originaires de Petriolo, comme Neri di Giovanni (2e semestre 1298), Neri di Provenzano (1er semestre 1303) et les deux personnages moins connus que sont Guccio di Compagno (2e semestre 1293) et Tuccio di Giovanni (1er semestre 1295, 2e semestre 1302). Parmi, les messagers se trouvait Lapuccio di Gherardino qui, lui, était florentin (2e semestre 1298, 1er semestre 1302), cf. A.S.S. Biccherna 109, f° 170 ; 110, f° 153 ; 111, f° 123 ; 114, f° 211 ; 116, f° 353 ; 117, f° 349v ; 118, f° 271. Les trésoriers de Bagno di Macereto étaient Gianni di Giovanni (1er semestre 1294), Iacopo di Simone (1er semestre 1295), Ghezzo di Barnaccio (2e semestre 1298), Tura di Ugolino (1er semesre 1302) Martino di Ugolino (2e semestre 1302) et Cino di Martino (1er semestre 1303), cf. A.S.S., Biccherna 110, f° 153 ; 111, f° 131v ; 114, f° 211 ; 116, f° 354v ; 117, f° 350v.

62 Cf. dossier 2, Sienne (1293), § 15.

63 Il existait des métiers dans plusieurs des communes rurales du « contado » siennois de plus ou moins grande importance, comme Abbadia San Salvatore, Tintinnano, Monticello, Radicondoli cf. O. Redon (1982). Ernesto Sestan évoque l’existence incertaine de métiers pour organiser le travail dans le centre minier de Montieri, cf. E. Sestan (1989), p. 231. Il n’y avait pas un véritable métier des « stazionieri » à Bagno di Petriolo, mais Sienne cherchait à contrôler le groupe des habitants de la station en lui imposant des normes qui sont comparables à celles que l’on peut rencontrer dans les métiers urbains.

64 Le 29 mai 1341, la délibération porte le titre contra pessimos et voraces staçonerios balneorum. Plusieurs citoyens siennois ont rapporté qu’il y avait certas pravas ordinationes et illicitas extorsiones stacçioneriorum balneorum de Petriuolo et Maciareto, cf. A.S.S. Consiglio generale 128, f° 94v.

65 Le 24 février 1341, super materia balneorum et stacçioneriorum et hospitatorum balneorum et maxime balneorum de Petriolo occasione ligatarum societatum iuratarum et sectatarum que actenus facte sunt (...) per dictos stacçonerios et hospitatores contra honorem comunis Senarum et in grave dampnum eius pro se balneando ad balnea supradicta, cf. A.S.S. Consiglio generale 128, f° 37v.

66 Il est vraisemblable que le conflit couvait puisqu’on dispose du témoignage de tensions quelques années auparavant. Dès 1335, l’un des membres les plus en vue de la communauté, Nino di Giunta est amené à servir d’intermédiaire dans un conflit qui oppose quelques « stazionieri » au recteur de la station, cf. A.S.S., Diplomatico Archivio generale, le 7 juin 1335 ; le 9 juin 1336.

67 Le 29 mai 1341, item quod liceat cuilibet persone (...) libere deferre et vendere ad dicta balnea vinum in barlectis (...) et panem, pullos, ova, caseum, aves silvestres et alia animalia silvestra, prout sit et potest ad balnea Petrioli et Maciareti (...) et liceat cuilibet persone stare, morari apud dicta balnea Rapolani pro vendendo vinum et alias res in domibus (...) libere sine aliqua fideiussione danda velprestanda comuni de Rapolano, cf. A.S.S. Consiglio generale 128, f° 94v.

68 Le 11 février 1249, les membres du conseil de la Cloche et le podestat décident quod dictum mercatum [de Fercole] redire debeat et fiat et sit iuxta balneum de Petriolo, cf. A.S.S. Consiglio generale 1, f° 15. La même année, six livres furent versées aux ambassadeurs de la commune pour leur voyage à Bagno di Petriolo pro mercato reducendo ibi secundum formam capituli constituti, cf. Direzione del R. Archivio di Stato éd. (1933), p. 67. Deux ans plus tard, l’affaire n’était toujours pas achevée puisque trois personnes furent envoyées dans la station positis ad ordinandum mercatum de Ardenghescha ad balneum de Petriolo, cf. Direzione del R. Archivio di Stato éd. (1935), p. 131.

69 Cf. P. Angelucci Mezzetti (1986), p. 37. Le transfert était peut-être destiné à dynamiser la station ou à protéger le marché, mais aussi à le soustraire au pouvoir des comtes Ardengheschi, certes soumis à Sienne, mais il n’était pas encore totalement pacifié.

70 Cf. dossier 2, Sienne (1262), dist. III. rub. CCLXXIX. Pour les marchés dans le « contado » siennois cf. D. Bizzarri (1923), p. 203-205.

71 Cf. dossier 2, Sienne (1309), dist. III. rub. CLXXVII. Le conseil de la Cloche avait nommé dès avril 1295, une commission pour l’organisation de ce marché, cf. A.S.S. Consiglio generale 47, f° 105.

72 A noter que la station de Bagno di Petriolo n’était pas la seule en Toscane à accueillir un marché. Il en existait un aussi à Bagno ad Acqua dans le territoire pisan au début du xive siècle, cf. C. Minati (1877), p. 242, 245.

73 Cf. dossier 2, Sienne (1293), § 23 ; (1309), dist. III. rub. CLXXVI. Les produits de la venaison et plus particulièrement les volatiles (« uccellagione ») comptaient parmi les aliments des aristocrates et de leur entourage. Sienne craignait peut-être que ces nourritures ne vinssent à manquer dans la station et que ce manque ne fît fuir la clientèle aisée qui fréquentait les bains.

74 Cf. dossier 2, Sienne (1293), § 29. Il s’agissait peut-être d’éviter qu’ils ne monopolisent l’approvisionnement de ces denrées destinées aux curistes. Des normes, semble-t-il, similaires concernant les commerçants qui opéraient sur le marché de Sienne, furent établies au début du xive siècle par la cité. Ces derniers ne devaient pas acheter aux forains qui venaient le samedi vendre leurs produits à la ville, des fruits, des œufs, des volailles, du fromage et de la venaison, pour les revendre ensuite, cf. M. Tuliani (1998), p. 78.

75 Ch. M. de la Roncière souligne que les marchés servaient aux paysans à traiter les affaires (achat de bêtes, soccide...) et que certains marchés – tout particulièrement ceux de la montagne – avaient une importance sans commune mesure avec le lieu où ils se trouvaient, cf. Ch. M. de la Roncière (1976), p. 967-988.

76 Il s’agissait d’associations de courte durée (entre un et trois ans) qui unissaient pour l’achat de bœufs (qui servaient sur les exploitations agricoles) ou de porcs, un investisseur à un paysan, cf. P. Toubert (1960), p. 480 sq. Ce dernier qui ne payait que la moitié du prix de la bête s’engageait à rembourser son associé progressivement par des versements de blé ou d’argent. Ce type de contrat, bien connu dans le territoire siennois, permettait aux citadins de tirer profit à moindre coût du travail des exploitants agricoles, mais il favorisait aussi la mise en valeur des surfaces agraires et le développement des exploitations. C’est pourquoi il furent souvent utilisés par les propriétaires urbains pour soutenir leurs métayers.

77 Les mesures étaient exprimées en setier de Fercole (« staio ») dont on ignore l’importance, mais elles ne devaient pas être de beaucoup différentes de celles de Sienne.

78 Les mêmes mesures étaient utilisées à Pari, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 6, f° 6.

79 Cf. dossier 2, Sienne (1293), § 27 et 28.

80 Les mesures florentines n’ont supplanté les mesures locales, dans le « contado » florentin que lorsque les lois du marché se sont progressivement imposées, cf. Ch. M. de la Roncière (1976), p. 1004.

81 C’était une pratique courante du notariat de province, cf. Ch. M. de la Roncière (1976), p. 990 ; O. Redon (1973), p. 98. La plupart de ses débiteurs avaient été ses clients en achetant à crédit des médicaments, mais d’autres, moins nombreux lui avaient emprunté de l’argent.

82 C’était le cas pour d’autres notaires du territoire siennois à la même époque, O. Redon (1973), p. 102.

83 Cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 6, f° 49v.

84 Ils possédaient respectivement 39, 33 et 2 hectares.

85 Carduccio di Federigo disposait d’un podere et il l’avait probablement laissé en métayage, comme il était d’usage. Le 12 juin 1302, in piano balnei (...) Ego Carduccius olim Frederighi (...) absolvo te Iohannem Orlandi (...) de omni et super omni labore quod fecisti in podere meo, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 6, f° 9v. Bino di Pellegrino était aussi négociant en grains en 1315, il formait à cette époque une société avec un citoyen siennois, cf. A.S.S. Diplomatico Ospedale, le 21 août 1315.

86 Il s’agit peut-être du meunier d’Ugo Bonsignori. L’autre meunier de Petriolo, celui de Mino Rossi, l’un des magnats, devait à son maître annuellement plus d’une dizaine de muids de blé, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 6, f° 8, 12v, 29v, 37. Son moulin se trouvait sur la Farma, près de la « pieve » dans le lieu-dit nommé Valentino, probablement en aval de la station, A.S.S. Estimo 131, f° 82.

87 Dota di Gualtiero était le plus gros vendeur de la station et il était certainement un des gros propriétaires de Pari, même si cela n’est pas vérifiable, puisque l’« Estimo » de cette commune n’a pas été conservé aux archives de Sienne, cf. V. Passeri, L. Neri (1994), p. 26.

88 A Bagno di Petriolo, Thinus Talomei de Serravalle prope balneum de Petriolo constitue avec Meo olim Ugonis de Senis une société pour l’achat et la vente de grains, une societas de tenendo et vendendo bladum, cf. A.S.S., Diplomatico Archivio generale, le 24 octobre 1301. La localité de Serravalle n’a pu être identifiée. La présence de marchands de blé était commune dans les campagnes toscanes, cf. Ch. M. de la Roncière (1976), p. 1111 ; O. Redon (1973), p. 117.

89 L’un d’entre eux était de Bibbiano, peut-être Bibbiano Guiglieschi sur l’Ombrone. Etaient-ils des marchands de bétail ?

90 Cf. carte 4.

91 Le manque d’argent dans les communautés rurales était fréquent dans les communautés du territoire siennois au début et milieu du xiiie siècle, cf. O. Redon (1973), p. 90n, 104-115.

92 Il était le métayer de Carduccio di Federigo, cf. supra. Il vendit plusieurs terres sur la commune de Petriolo.

93 Vanni di Maffeo, Vannuccio di Giunta et donna Necchina di Nero n’étaient pas de gros débiteurs.

94 Cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 6, f° 49v.

95 Habui de predictis denariis a dicto lunta, in primis pro pane, 12 denarios, item habui, die XXIII mensis iunii, 5 s, item habui unum schagiolem pro filia mea 3 s., (...) item habui unum borsellinum (...) 4 den., item habui pulvis çuchari 21. 8 s., item pro una libra pulvis çuchari rimansit dare 3 s., item habui unum parium de funis 15 d., item habui unam cartam peccorinam 2 s., item habui XII candele (sic) di cera 12 den., item habui due candele grosse (sic) de cera 4 den., cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 6, f° 48.

96 Cf. O. Redon (1973), p. 1995. A Monticiano à la fin du xiiie siècle, près de 8 notaires se sont succédé ou côtoyés dans le castrum, O. Redon (1995), p. 671.

97 Le lundi 5 février 1302 (ns), « Item XXX libre a Cardino Froderighi, operaio del muro e de le gradere e d’altre uopare dal Bagno a Petriuolo, per fare compire ne le dette uopare, ed avemone puliça da’ Nove » ; le mardi 27 février, « Item XVI libre XVIIII soldi VI denari a Carduccio Froderighi, oparaio che fuit del muro e de le gradare fate al Bagnio a Petriuolo, i quali aveva spesi de’ suoi propi ne le dette uopare, oltre a denari ch’aveva avuti dal comune di Siena, ed avemone puliça da Nove (...) ; item VI libre al detto Carduccio per suo salario di tutto Ί tempo che stette per operario a le dette uopare, ed avemone puliça da’ Nove », cf. A.S.S. Biccherna 116, f° 263 et 273v.

98 Cf. document 5.

99 Ego Landus quondam Compagni de Petriuolo districtus senensis (...) ob redemptionem peccatorum meorum et pro salute anime mee offero et do (...) omnia bona mea mobilia et immobilia presentia et futura (...) domino Restauro rectori hospitalis Sancte Marie de Senis (...) pro dicto hospitali, cf. A.S.S. Diplomatico Ospedale, le 21 mars 1302 (ns). Carduccio di Federigo est qualifié, pour sa part, de frater dans les « tavole » de 1317-1320, ce qui veut dire qu’il est devenu oblat ou convers de l’hôpital siennois Santa Maria della Scala, cf. O. Redon (1985), p. 19, 27-33.

100 Cf. O. Redon (1985), p. 19-20. Pour les oblats au Moyen Âge, voir C. de Miramon (1999).

101 Cf. S.R. Epstein (1986), p. 15. Carduccio di Federigo devint même procurateur de l’Hôpital, fratri Carduccio Federigi sindico et procuratori ospitalis Sancte Marie de Senis, cf. A.S.S. Diplomatico Ospedale, le 19 septembre 1335.

102 Cf. A.S.S. Diplomatico Archivio generale, le 9 avril 1337.

103 Cf. tableau 4.

104 Cf. A.S.S. Diplomatico Archivio generale, le 10 avril 1322 ; le 1 mars 1331. C’était la belle-sœur de Guglielmo, cf. M. Chiaudano (1930), p. 129.

105 Cf. tableau 4.

106 Cf. A.S.S. Diplomatico Archivio generale, le 4 avril 1337.

107 C’était le cas de plusieurs autres « contadini » : de Bartolomeo di Piero à Vignoni à la fin du xiiie siècle et des héritiers de Fedino di Ventura de Monticiano dont l’un des fils Meuccio déclarait à Sienne en 1318, un patrimoine de 942 livres, mais qui choisirent de devenir oblats, cf. O. Redon (1985), p. 32 ; (1995), p. 673.

108 Cf. G. Cherubini (1992) ; F. Redi (1988).

© Publications de l’École française de Rome, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540