Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Thermalisme en Toscane à la fin du Moyen Âge

 | 
Didier Boisseuil

Première partie. Les sites thermaux à la fin du XIIIe siècle et au début du XIVe siècle

Chapitre deuxième. La propriété foncière dans les sites thermaux

Texte intégral

1L’originalité des sites thermaux ne tenait pas seulement à leur forme, mais aussi au fait que l’essentiel des parcelles était détenu par de riches propriétaires qui géraient leur bien de façon singulière.

I – DE RICHES ET PUISSANTS PROPRIÉTAIRES

  • 1 Les citoyens siennois étaient, au début du xive siècle, enregistrés fiscalement dans les quartiers (...)
  • 2 Les magnats étaient à Sienne les membres des « casati », écartés du pouvoir en 1277; ils comptaient (...)
  • 3 Les « nobili del contado » constituaient les lignages seigneuriaux qui étaient dans l’aire d’influe (...)
  • 4 C’est-à-dire au début du xive siècle, les membres des communes rurales qui n’avaient pas la citoyen (...)

2Les propriétaires dans les stations étaient souvent riches et puissants. Ils disposaient de biens importants et nombreux dans les sites thermaux. Ils étaient pour la plupart des citoyens siennois1 et plus particulièrement des magnats2, mais les nobles du « contado »3 et les « contadini »4 possédaient aussi quelques terrains auprès des bains.

1) Les magnats et les nobles du « contado »

  • 5 La plupart reconnurent la juridiction siennoise et firent soumission à la cité au cours du xiiie si (...)
  • 6 Cf. O. Redon (1994), p. 9-11.
  • 7 Cf. document 1.
  • 8 Avec un capital de plus de 70 000 livres Benuccio di Benuccio Salimbeni et ses neveux étaient d’apr (...)
  • 9 Cf. F. Salimei (1986), p. 243. Les habitants de la station devaient régulièrement prêter serment au (...)
  • 10 Cf. dossier 2. Pour les Visconti, cf. G. Canestrelli (1915).

3Au début du xive siècle, une partie des sites thermaux siennois était aux mains de seigneurs qui, à cette époque, étaient encore nombreux à l’intérieur de l’espace siennois à disposer de droits plus ou moins importants dans certaines curie, sur certains castra5. Qu’il s’agisse de puissants seigneurs ou de citoyens siennois enrichis, ils entretenaient bien souvent des relations conflictuelles avec la cité, ne reconnaissant pas toujours son autorité. Les Siennois multiplièrent les actions politiques et militaires pour les soumettre ou diminuer leur puissance redoutable6. En 1303-1306, la plupart des maisons de Bagno Vignoni appartenaient à l’un des membres d’un puissant lignage siennois, celui des Salimbeni7. La « consorteria » possédait au début du xive siècle des droits seigneuriaux importants sur plusieurs villages et castra dans le val d’Orcia8 et plus particulièrement sur la forteresse de Tintinnano et sur le site thermal de Vignoni9. De même, les quelques bâtiments installés à Bagno di San Filippo dépendaient, dans la première moitié du xive siècle, des vicomtes de Campiglia, un des puissants lignages du sud du territoire siennois10.

  • 11 Cf. tableau 1 et 2.
  • 12 Cf. A. Giorgi (1993), p. 728.
  • 13 Cf. M. Chiaudano (1930), p. 128; A. Giorgi (1995), p. 690.
  • 14 Cf. A.S.S. Diplomatico Archivio generale, le 22 mars 1318 (ns). Bonsignore est mort vers 1314, il a (...)
  • 15 Il était le petit-fils de Bonifazio, frère d’Orlando, cf. M. Chiaudano (1930), p. 130; A. Giorgi (1 (...)
  • 16 Sur ces personnages, cf. A. Giorgi (1993), p. 644, 652, 667.

4Les magnats et les nobles ne détenaient pas seulement des biens seigneuriaux, mais aussi des parcelles disséminées dans les différentes stations du « contado »11. À Bagno di Petriolo, Guglielmo di Orlando Bonsignori possédait une maison près des bains12. Il était l’un des membres de la « Gran Tavola », l’une des banques italiennes les plus prestigieuses et riches du xiiie siècle qui fit faillite au début du xive siècle13. Sa belle-sœur, Binduccia Gallerani, épouse de Bonsignore disposait à la même époque d’un bâtiment sur le site14. Leur cousin et associé Fazio di Niccolò Bonsignori avait aussi quelques terrains et une demeure à Bagno di Macereto15. Plusieurs autres magnats, comme Guglielmo di Guglielmo Piccolomini, Renaldo di Giliberto Marescotti et Cino Saracini détenaient chacun une maison et des terres dans le « piano del bagno »16. Ces six propriétaires possédaient près de la moitié des parcelles dans les stations de Petriolo et Macereto.

  • 17 Cf. A.S.S. Estimo 102, f° 285-287, 291v; 129, f° 172-178) A Petriolo, Ugo Bonsignori détenait aussi (...)
  • 18 Battaglino di Spinello Forteguerri possédait pour 17 000 livres de biens en 1320 dans le « contado  (...)
  • 19 La compagnie fit faillite au début du xive siècle, cf. R. H. Bautier (1992), p. 109-112. Iacopo éta (...)
  • 20 Cf. A. Giorgi (1995), p. 730. La famille déclarait dans les registres de l’«°Estimo » des biens pou (...)
  • 21 Cf. A.S.S. Estimo 100, f° 58v, 59v.

5Le reste des terres de ces deux curie appartenait à d’autres magnats. À Petriolo, Battaglino di Spinello Forteguerri était propriétaire de plus de 110 hectares de bois, de champs et de prés et à Macereto, Iacopo di Andrea Tolomei disposait de plus de 90 hectares17. Ils faisaient partie de prestigieux lignages18. Les Tolomei, banquiers et commerçants s’étaient enrichis aux foires de Champagne au xiiie siècle19. Les Forteguerri étaient moins puissants que les Tolomei, mais ils avaient plusieurs seigneuries en Maremme dont Batignano20. À Rapolano, la veuve d’Altimano Ranucci possédait aussi quelques terres, mais son domaine paraît avoir été moins étendu21.

2) Les autres citoyens siennois

  • 22 Cf. tableau 1 et 2.
  • 23 Mino et Memmo furent prieurs de la cité en 1307 puis en 1338, cf. W. M. Bowsky (1962), p. 372. Le g (...)
  • 24 A Bagno di Macereto : Cenne di Tuccio, les héritiers de Cecco di Ruffaldo, Minuccio di Stanzuolo, P (...)
  • 25 Cf. tableau 3.

6Les magnats ne détenaient pas, malgré l’ampleur de leurs biens, la totalité des terrains dans les stations et les communes thermales; plusieurs autres citoyens étaient propriétaires de quelques parcelles dans les sites22. Certains étaient membres de lignages importants, sans pour autant appartenir aux « casati » des magnats, comme Tofo di Nero Ranuccini et son frère Ciancho qui possédaient plusieurs casalina sur les bords de la Farma, Guido di Arringhiero (dit Biadetto) ou encore les héritiers de Conte di Ugolino, les seigneurs de Castiglione della Farma. Ils voisinaient avec quelques hommes politiques plus ou moins importants, comme Mino et Memmo, les héritiers de Viva di Viviano di Guglielmo Vignari. Ces derniers, qui avaient siégé dans les principaux conseils de la commune de Sienne, disposaient de deux maisons et d’un jardin à Bagno di Petriolo. Leur père comptait parmi les personnages influents du gouvernement dit des Neuf Gouverneurs et Défenseurs de la République, lors de sa création en 128723. Tous côtoyaient sur les sites quelques-uns de leurs concitoyens moins connus. Ces derniers étaient moins d’une dizaine à Bagno di Macereto et Bagno di Petriolo24 et un seul à Bagno di Rapolano, le notaire, ser Puccio di Gilio25.

  • 26 Cf. A.S.S. Estimo 96, f° 482v-483; 101, f° 87-88v; 124, f° 184-186v, 189v.

7Dans ce petit groupe de citadins, seuls ser Puccio, Minuccio di Stanzuolo et Memmo di Viva di Viviano détenaient quelques terrains en dehors des stations. Ces deux personnages figuraient parmi les plus importants propriétaires des communes où ils possédaient des biens. Ils disposaient l’un comme l’autre de plus d’une trentaine d’hectares de terre dans les finages de Rapolano, Macereto ou Petriolo26.

  • 27 Soit sept à Bagno di Petriolo, presque autant à Bagno di Macereto, et une vingtaine à Bagno di Rapo (...)
  • 28 Plusieurs en effet, ne possédaient que des terrains agricoles mais n’appartenaient pas à la commune (...)

8D’autres citoyens qui n’avaient aucune parcelle dans les sites thermaux, mais qui étaient richement dotés dans le reste de la curia voisinaient avec les précédents. Ils étaient plus d’une trentaine à détenir plusieurs dizaines d’hectares chacun dans le territoire de ces trois communautés27. Certains étaient vraisemblablement de gros paysans, auxquels Sienne avait accordé la citoyenneté28.

  • 29 Les deux communes comprenaient respectivement 840 et 240 hectares. Les finages des communes du terr (...)
  • 30 Les 240 hectares détenus par les citadins devaient représenter une part non négligeable du finage c (...)

9Ainsi, les différents propriétaires citadins (possessionnés ou non dans les sites) détenaient 240 hectares à Rapolano et Petriolo et 200 hectares à Macereto. Ces superficies représentent 28°% de la surface totale de la curia de Rapolano, mais plus de 80°% de celle de Macereto29. Dans cette dernière commune, les citoyens dominaient l’espace rural. C’était aussi probablement le cas à Petriolo, bien qu’il soit difficile de le prouver dans la mesure où les volumes de l’«°Estimo » de cette commune ont disparu30.

  • 31 Les habitants des « Masse » se faisaient baptiser à la cathédrale de Sienne et dépendaient directem (...)
  • 32 Cf. G. Cherubini (1977), p. 279-280. Dans la commune de Castelnuovo dell’Abate, la propriété citadi (...)
  • 33 Cf. G. Pinto (1993), p. 44; A. Giorgi (1993), p. 369.
  • 34 Il est enregistré dans l«°Estimo » comme détenteur du castrum et fortilitiam, cf. A.S.S. Estimo 129 (...)
  • 35 Cf. G. Cherubini (1977), p. 291. Mais aussi dans les communes un peu plus éloignées, toujours dans (...)
  • 36 Battaglino Forteguerri possédait pour sa part un palatium, plusieurs domus et 3 hectares de terres (...)

10S’il est vrai que les citadins possédaient, à cette époque, de nombreuses terres dans le « contado » siennois, leurs biens se concentraient essentiellement aux abords de la cité. Ils détenaient la majeure partie de la superficie foncière (entre 70 et 80°%) par exemple à Tressa, Papaiano et Maggiano, c’est-à-dire dans les zones proches de l’enceinte de la ville appelées « Masse »31, beaucoup moins lorsqu’on s’éloignait de Sienne, comme le suggèrent Giovanni Cherubini et son équipe. À Montarrenti sur la Montagnola (à plus de 15 kilomètres de la cité) ou à San Giovanni d’Asso, au sud d’Asciano (à près de 40 kilomètres des murailles urbaines), ils ne disposaient plus que de 50°% des surfaces communales32. La forte présence citadine à Macereto – et sans doute à Petriolo – a donc de quoi surprendre, mais elle tient au fait que les deux communes se trouvaient dans une partie du territoire siennois où les lignages puissants – particulièrement les magnats – et les riches citoyens siennois détenaient de nombreux droits seigneuriaux sur les castra et où ils cherchaient à conforter l’exercice de leur juridiction par un contrôle direct d’une grande partie des terrains de la curia33. À Macereto, Andrea di Iacopo Tolomei avait sur la communauté des droits importants, que Sienne lui reconnaissait34. Guglielmo di Orlando Bonsignori, les héritiers de Viva di Viviano et ceux de Conte di Ugolino possédaient des droits comparables respectivement à Monteacuto, Pari et Castiglione della Farma35. Ils avaient une part non négligeable des terrains dans les curie qu’ils dominaient et avaient acquis quelques parcelles à Bagno di Petriolo, mais ne s’étaient pas étendus sur le reste du finage que Battaglino Forteguerri contrôlait36.

3) Les « contadini »

  • 37 Cf. tableau 2.
  • 38 Cf. A.S.S. Estimo 31, f° 153-4, 156-8. Ils ont cependant pu détenir quelques biens ailleurs sur d’a (...)
  • 39 Ils ne sont jamais enregistrés comme confronts d’un des propriétaires ayant une parcelle dans la st (...)
  • 40 Cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 6, f° 24.

11Au regard des citadins, les « contadini » dans les stations de Petriolo et Macereto apparaissent comme de modestes propriétaires. Ils étaient moins d’une dizaine à Bagno di Macereto et parmi eux se distinguaient quatre contribuables Buccio, Guglielmo, Mino et Neri, vraisemblablement les enfants d’un même Ugolino, lesquels possédaient chacun une maison et un modeste jardin de quelques mètres carrés dans la station37. Ils n’étaient sans doute pas très aisés puisqu’ils ne détenaient pas beaucoup plus d’un hectare dans la curia de Macereto38. Les autres quinze membres de la communauté n’étaient pas plus riches, puisqu’ils ne disposaient parfois que de 3 ou 4 hectares de terres agricoles sur ce même finage. S’il est impossible d’évaluer l’importance des biens des habitants de cette commune, dans la station et dans l’ensemble de la curia, en raison de la perte de l’«°Estimo » de Petriolo, il y a toutefois moyen de connaître leur nom. En regroupant tous les voisins des propriétaires urbains cités dans les « Estimi » de Sienne, on aboutit à une liste de tous ceux – ou tout au moins une large partie de ceux – qui disposaient de terres dans le finage. Ils paraissent plus nombreux qu’à Macereto, mais il semble que peu d’entre eux aient possédé des biens dans la station39. En revanche, quelques années auparavant, en 1302-1303, plusieurs étrangers à la commune détenaient des terrains et des maisons sur le site, comme Dota di Gualtiero, originaire de Pari40.

  • 41 Cf. tableau 1.
  • 42 Chacun de ces propriétaires détenait en moyenne 3,3 hectares de terres et leur patrimoine global ét (...)
  • 43 Ils disposaient de terrains enregistrés dans l’«°Estimo » avec la mention super terrenum comunis, c (...)

12A Bagno di Rapolano, la majeure partie des terrains du « piano dei bagni » était aux mains d’une vingtaine de membres de la commune de Rapolano41. Ces derniers étaient plus aisés que les autres habitants dont la fortune n’était pas très importante et dont le patrimoine modeste était composé essentiellement de terrains agricoles42. Cependant, la plupart de ceux qui détenaient des parcelles dans la station, n’étaient pas propriétaires, ils étaient installés sur des terrains de la commune43.

II – LES COMMUNES ET LES HOPITAUX

1) La propriété communale à Bagno di Rapolano

  • 44 Cf. tableau 3.
  • 45 Nos Nerius olim Forçons et Beccha uxor dicti Neri de Rapolano comitatus senensis (...) vendimus, da (...)

13La commune de Rapolano conservait, en effet, la propriété éminente sur les parcelles du lotissement de Bagno di Rapolano44 et les détenteurs de ces terrains ou cabanes placés dans le « piano dei bagni » étaient contraints de lui verser une redevance annuelle45. Ils pouvaient vendre cependant leur bien que Sienne considérait comme faisant partie de leur patrimoine puisqu’elle l’enregistrait dans l’«°Estimo » comme tel.

2) La propriété hospitalière

  • 46 Il en est de même pour les rares établissements ecclésiastiques des communes thermales et tout part (...)
  • 47 Cf. dossier 2, Sienne (1309), dist. I, rub. LIV; (1337-1339), rub. 41. Sienne effectua des versemen (...)
  • 48 Cf. S.R. Epstein (1986), p. 2; O. Redon (1985), p. 18; A. Vauchez (1978), p. 160.
  • 49 Cf. G. Giuli (1840), p. 23.
  • 50 Cf. A.S.S. Diplomatico Ospedale, le 19 septembre 1335.
  • 51 Cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 24, f° 51; 25, f° 34.
  • 52 Cf.S.R. Epstein (1986), p. 31.
  • 53 Cf. U. Morandi, A. Cairoli (1975), p. 29.

14Les hôpitaux possédaient parfois aussi quelques biens dans les stations, mais ils paraissent faiblement dotés. Ils ne disposaient dans les sites que d’un seul bâtiment, celui réservé à l’accueil des curistes et ne possédaient que peu de terres sur le finage de leur commune46. Ils apparaissent comme de modestes établissements, vivant, pour une part, de l’aumône que Sienne ou quelques citoyens leur accordaient47 et peut-être de l’aide de l’hôpital Santa Maria della Scala qui, dans la première moitié du xive siècle se chargea de leur gestion. La prestigieuse institution caritative siennoise accapara, en effet, au cours du siècle, quelques hôpitaux installés dans les stations thermales, à l’instar d’un grand nombre d’autres disséminés dans le territoire siennois48. En 1320, les responsables de l’établissement siennois louaient l’hôpital San Jacopo à Bagno di Macereto à la rectrice Fantuccia di Duccio, ce qui signifie qu’ils détenaient l’hospice49. L’Hôpital se porta aussi acquéreur ou reçut un grand nombre de terrains dans les sites thermaux au cours de la première moitié du xive siècle. Il acheta plusieurs domus à Bagno di Petriolo et tout particulièrement l’une des bâtisses possédées par Guglielmo di Orlando Bonsignori50. Il s’empara de plusieurs parcelles à Bagno di Rapolano en 1337 et 133851. Il disposait d’une grange dans la commune voisine de Serre di Rapolano52 et souhaitait probablement étendre son domaine sur le finage de Rapolano et plus particulièrement dans la station, où se trouvaient des biens intéressants. L’établissement avait noué des liens très étroits avec les autorités citadines et passait pour une institution prestigieuse de la cité53. Il servait peut-être aussi, les intérêts de la cité qui paraissait peu présente sur ce site.

  • 54 Il s’agissait vraisemblablement d’une puissante association qui réunissait plusieurs nobles lucquoi (...)
  • 55 Comme le prouve cette déclaration de 1430 : l’hôpital détient alors « pesso uno di terra posto nel (...)
  • 56 Cf. A.S.L. Opera Santa Croce, le 29 décembre 1299. L’inventaire des biens de l’hôpital a été une pr (...)
  • 57 Cette protection est précisée dans le statut de 1308, cf. A.S.L. Satuti del Comune di Lucca 1, f° 1 (...)
  • 58 Cf. C. Giambastiani (1996), p. 429-430.
  • 59 Car il est mentionné comme recteur jusqu’en 1330. L’année suivante lui succède Bianco Salvi, cf. A. (...)
  • 60 En 1336, Lucques confie la charge à un convers de l’Hôpital de la Miséricorde : et considerato quod (...)

15La propriété hospitalière est plus marquée encore à Bagno a Corsena. En effet, l’hôpital Saint Martin possédait l’essentiel des terrains et des bâtiments du site. Lors de la fondation de l’établissement en 1291, les capitanei societatis sociorum Balneorum dictorum Corsena54 cédèrent au forgeron Iacopo (dit Puccio) di Gerardo plusieurs parcelles à Bagno di Corsena ainsi que quelques terres à Corsena et dans les communes voisines55. En 1299, ce dernier remettait à Lucques tous les biens de l’hôpital dont il avait la charge56 et obtenait pour l’établissement la protection de la cité57. Lucques reconduisit l’artisan dans ses fonctions et l’autorisa même à désigner son successeur58. À la mort de Puccio, vraisemblablement en 133059, après quelques hésitations, la cité confia la gestion de l’établissement à l’Hôpital San Luca ou della Misericordia de Lucques, la grande institution caritative lucquoise60. Ainsi, en moins d’un demi-siècle, Lucques est parvenue à contrôler l’essentiel des bâtiments de la station par l’intermédiaire de l’hôpital qui lui était lié.

III – UNE PROPRIÉTÉ COÛTEUSE, MAIS RENTABLE

1) Un patrimoine immobilier coûteux

  • 61 Entre 150 et 500 livres, cf. tableau 1, 2 et 3.
  • 62 A Castelnuovo dell’Abate, les domus du Castrum valaient en moyenne 45 livres, R. Farinelli, A. Gior (...)
  • 63 Cf. D. Balestracci, G. Piccinni (1977), p. 113.
  • 64 Les cabanes dépassaient souvent les trente livres dans le reste du finage. La modestie des évaluati (...)
  • 65 Le 25 février 1338 (ns), Nos Andreas et Rigolus fratres camales et filii quondam Pieri de Rapolano (...)

16Les bâtiments réunis dans les différents sites thermaux étaient particulièrement coûteux. À Bagno di Macereto, Bagno di Petriolo ou Bagno di Rapolano, les domus étaient estimées par les agents siennois, chacune à plusieurs centaines de livres en 1317-2061. Elles valaient bien plus que les maisons des castra voisins de Macereto et de Rapolano ou que celles de quelques autres castra du « contado »62. Leur prix était davantage comparable à celui des bâtisses urbaines puisque, à Sienne au début du xive siècle, la majeure partie des bâtiments d’habitation avaient une valeur qui variait entre 100 et 400 livres63. A Bagno di Rapolano, les cabanes disposées sur le lotissement communal paraissaient peu coûteuses en 1317-20, moins chères même que les autres bâtiments similaires disséminés dans le reste du finage64. Toutefois, les aménagements effectués par les propriétaires sur ces parcelles ont sans doute porté leurs fruits car, en 1338, l’une de ces cabanes désormais appelée domus était vendue pour un montant de 24 florins soit 80 livres, une somme bien supérieure à l’évaluation proposée 20 ans auparavant65.

  • 66 Cf. A.S.S. Estimo 102, f° 80v. D’autres réévaluations furent effectuées ailleurs dans le « contado  (...)
  • 67 Cf. tableaux 1 et 2.
  • 68 Seules, les propriétés des Ranuccini furent réestimées à la hausse, est-ce à mettre en relation ave (...)
  • 69 Cf. A. Giorgi (1995), p. 719 sq. Il faudrait leur ajouter Guido di Arringhiero qui avait un patrimo (...)
  • 70 937 livres sur 1729 livres pour le premier, 509 livres sur 3°291 livres pour le second cf. tableau (...)
  • 71 Entre 2°% et 100°%, mais pour la moitié d’entre eux plus de 50°%.

17Si Sienne avait faiblement évalué les cabanes à Bagno di Rapolano, elle avait surestimé les bâtiments dans les deux autres stations. En 1321 en effet, une commission fut chargée de proposer une nouvelle estimation de ces domus66. La valeur de quelques-uns de ces édifices fut diminuée, parfois dans de grandes proportions67 et il est difficile de savoir ce qui poussa la cité à reconsidérer les évaluations. Elle a vraiment pu estimer qu’il y avait eu erreur ou bien elle n’a pas pu ou pas voulu résister aux pressions des magnats et des citoyens siennois localement propriétaires68. Même abaissée, la valeur de ces bâtisses thermales restait élevée, mais ces demeures n’occupaient pas une place importante dans le patrimoine de ces citadins. Car, les magnats et une grande partie des citoyens siennois qui détenaient quelques biens dans les sites étaient riches, voire extrêmement riches. Les possessions thermales de Guglielmo di Orlando Bonsignori, de Renaldo di Giliberto Marescotti et des héritiers de Viva di Viviano Vignari ne dépassaient pas pour chacun d’entre eux le millier de livres alors que leur patrimoine personnel était évalué pour chacun à près de 35 000 livres69. Pour les autres citoyens moins fortunés, les bâtiments qu’ils possédaient dans les stations représentaient une part non négligeable de leur biens. Les demeures de Minuccio di Stanzuolo à Bagno di Macereto et de Puccio di Gilio à Bagno di Rapolano constituaient respectivement 54°% et 15°% de leur patrimoine70 et pour les habitants de Bagno di Rapolano souvent plus71. Ces derniers qui n’étaient pas très riches – même s’ils figuraient parmi les « contadini » les plus aisés de la commune – avaient pour certains fondé leur fortune sur leurs biens dans les stations.

2) Un patrimoine rentable

  • 72 L’importance des notaires dans le « contado » siennois est sensible à partir de la fin du xiiie siè (...)
  • 73 Cf . A.S.S. Notarile antecosimiano 6, f° 34.
  • 74 Les deux actes étaient formulés comme suit. Le 17 septembre 1302, le premier : in plano balnei de P (...)
  • 75 Ce n’était pas le cas des contrats de « mezzadria » qui étaient composés d’un acte unique. Ce derni (...)

18Les maisons aux bains représentaient pour tous ces propriétaires un investissement dans la mesure où elles étaient louées aux curistes, mais les détenteurs de bâtiments n’accueillaient pas toujours personnellement les visiteurs. Certes, à Bagno di Rapolano – et peut-être dans une moindre mesure ailleurs –, les nombreux petits propriétaires qui disposaient de quelques cabanes dans la station devaient eux-mêmes offrir leurs services, mais les riches citoyens, les puissants magnats n’agissaient pas de même. Ils confiaient leurs locaux et la tâche de recevoir les visiteurs à quelques personnes, auxquelles ils étaient liés par des engagements particuliers. Plusieurs propriétaires louaient les bâtiments qu’ils possédaient dans les stations. Ils cédaient aux locataires les chambres (camere) ou les maisons (domus). La plupart d’entre eux faisaient rédiger par un notaire un contrat de location72. C’était tout particulièrement le cas de Guglielmo di Orlando Bonsignori. En 1302-1303, fra Iacopo di Bartolo-meo, le recteur de l’hôpital, son homme de confiance dans la station73, faisait appel aux services de ser Domenico di Marchese pour consigner les termes de l’engagement. Ser Domenico rédigeait pour chaque contrat deux actes distincts à la suite. Le premier des deux documents était un acte de location proprement dit qui fixait la durée de l’engagement ainsi que le montant du loyer. Il s’agissait en fait d’une cession momentanée de droits, accompagnée d’une clause financière. Il était suivi d’un second acte, une carta confessionis aut promissionis par laquelle le locataire se reconnaissait débiteur pour sa location (auprès du propriétaire) d’une certaine somme d’argent, qu’il s’engageait à régler dans sa totalité en plusieurs échéances74. Le détenteur du bien ouvrait donc un crédit au locataire, remboursable à termes échus75.

  • 76 Cf. tableau 4, une fois seulement huit années.
  • 77 Les contrats de métayage couraient sur des période de trois à six ans, cf. G. Cherubini (1979), p. (...)
  • 78 Cf. infra.
  • 79 Cf. tableau 4.
  • 80 Les redevances agricoles étaient essentiellement payées à la mi-août, cf. chapitre suivant et P. Ca (...)
  • 81 Tout au moins à Bagno di Petriolo, quod si tempore guerre acciderit, promisit vobis [les locataires (...)
  • 82 En analysant les revenus de l’Hôpital Santa Maria della Scala de Sienne pour l’année 1343-1350, Duc (...)

19Tous les contrats rédigés par les différents notaires montrent que les locations étaient accordées pour de courtes périodes. Ces contrats couraient sur quelques mois voire un an76. La durée de ces baux était différente de celle des contrats agricoles qui était plus longue (contrats emphytéotiques, « livelli », baux de « mezzadria », « soccide »77) et proche de celle des prêts financiers78. L’engagement paraissait une opération commerciale à court ou moyen terme, laissant au propriétaire les moyens de tirer le plus de profit de son patrimoine et au locataire la possibilité d’engranger quelques bénéfices rapidement. Les échéances des loyers étaient fixées par des usages, la plupart des versements étaient exigés au printemps (entre le 1er avril et le 1er juin) et en fin d’été (au mois de septembre)79 en dehors des périodes où les principales redevances agricoles étaient perçues80. Tous les six mois, juste avant que ne débute la saison thermale, les locataires devaient acquitter leur loyer et ils étaient parfois autorisés à payer moins que prévu lorsque la guerre ou des épidémies frappaient la station81. Le montant des loyers paraît relativement variable, mais il est possible de suggérer dans la première moitié du xive siècle, un prix moyen, pour les camere, de plus de 5 livres annuelles à Bagno di Petriolo. Dans cette même station, les domus étaient cédées pour près de 60 livres et à Bagno di Macereto et Bagno di Rapolano pour moins de 20 livres. Les différences que l’on observe restent difficilement explicables. Il est probable cependant que les variations soient liées, pour une part, à la qualité, au confort des demeures et des pièces, mais aussi au prestige de la station et à sa fréquentation. Bagno di Petriolo était vraisemblablement le site le plus réputé du « contado ». Les sommes exigées étaient importantes, comparables ou supérieures aux loyers que les propriétaires urbains réclamaient pour les maisons dont ils disposaient dans les quartiers fortunés de la ville82.

  • 83 Cf. document 1.
  • 84 Cf. O. Redon (1982), p. 113 sq., 120.
  • 85 Comme par exemple Cino et Ranuccio di Iacomino qui occupèrent en 1305, la maison que Tuccio di Ranu (...)
  • 86 Cf. O. Redon (1979), t. 2, p. 632; (1982), p. 115.
  • 87 Pas toujours cependant puisque, parmi les quelques personnes qui payaient leur part, il y avait un (...)
  • 88 Cf. document 1. De même, les versements se faisaient régulièrement à la Saint Michel, en septembre (...)

20À Bagno Vignoni, les maisons que les Salimbeni possédaient étaient cédées comme de simples tenures et non pas louées comme dans les autres sites. Les tenanciers payaient annuellement plusieurs livres de monnaie pour la terre dont ils disposaient et donnaient quelques chapons à l’un des membres du « casato »83. Ces versements ne sont pas sans rappeler les cens en argent et en nature que les paysans de la Rocca di Tintinnano, dépendant des Salimbeni, s’engageaient à la même époque à verser à la « consorteria »84. Cependant plus d’un élément suggère qu’il ne s’agissait peut-être plus tout à fait de véritables redevances seigneuriales. La plupart des tenanciers recevaient une parcelle dans la station pour une courte durée, une ou plusieurs années, jamais plus de trois ans et il leur arrivait parfois de ne pas conserver la maison qu’ils avaient obtenue85. Cette pratique est contraire aux usages. En effet, les seigneurs dans l’espace siennois concédaient habituellement les tenures pour de très longues périodes, aux membres d’une même famille et à leurs descendants86. Aussi cette remarque incite-t-elle à penser que le propriétaire de ces maisons ne considérait pas ses biens dans la station tout à fait comme des tenures, mais plutôt comme des locations qu’il réservait peut-être de préférence à ses dépendants87. Le montant des sommes perçues renforce cette impression. Les « pigioni » variaient entre 10 et 45 livres par an, ce qui n’est pas sans rappeler le coût des différentes locations précédemment évoquées88.

21Ainsi, dans chacune des stations la plupart des bâtiments étaient-ils loués à ceux qui se chargeaient d’héberger, d’accueillir les curistes. Ils participaient à l’animation des sites qui paraissait dans les principales stations plutôt intense.

Notes

1 Les citoyens siennois étaient, au début du xive siècle, enregistrés fiscalement dans les quartiers de la cité (et donc dans les volumes de l’«°Estimo » pour la cité) pour tous les biens dont ils disposaient en ville comme dans le « contado ». Ils jouissaient de droits civiques plus étendus que les habitants des campagnes, cf. D. Bizzarri (1916); O. Redon (1987).

2 Les magnats étaient à Sienne les membres des « casati », écartés du pouvoir en 1277; ils comptaient parmi les citoyens les plus puissants et les plus riches de la ville – en raison de leurs activités bancaires et des droits seigneuriaux qu’ils possédaient dans le territoire siennois, cf. D. Marrara (1979), p. 239-242; G. Cherubini (1977), p. 249; A. Giorgi (1993), p. 63-72. D’une façon générale, sur les magnats dans les villes d’Italie, cf. C. Klapisch Zuber (1994).

3 Les « nobili del contado » constituaient les lignages seigneuriaux qui étaient dans l’aire d’influence siennoise et disposaient de terres dans le « contado » ou le territoire siennois, mais il n’avaient pas la citoyenneté, cf. G. Cherubini (1977), p. 292.

4 C’est-à-dire au début du xive siècle, les membres des communes rurales qui n’avaient pas la citoyenneté siennoise, mais qui étaient des « citoyens du contado ». Ils habitaient et travaillaient le plus souvent dans la curia, appartenaient à la communauté villageoise et disposaient de quelques droits civils reconnus par Sienne, cf. O. Redon (1994), p. 92, 150.

5 La plupart reconnurent la juridiction siennoise et firent soumission à la cité au cours du xiiie siècle, cf. O. Redon (1975), p. 115-117.

6 Cf. O. Redon (1994), p. 9-11.

7 Cf. document 1.

8 Avec un capital de plus de 70 000 livres Benuccio di Benuccio Salimbeni et ses neveux étaient d’après l’«°Estimo » de 1317-20, les contribuables siennois les plus riches, cf. A. Carniani (1995), p. 144. Les Salimbeni possédaient la plupart de leurs castra en indivision, cf. A. Giorgi (1993), p. 134.

9 Cf. F. Salimei (1986), p. 243. Les habitants de la station devaient régulièrement prêter serment aux représentants de la « consorteria » des Salimbeni, cf. dossier 2, Tintinnano (1297), dist. II, rub. XXXVI.

10 Cf. dossier 2. Pour les Visconti, cf. G. Canestrelli (1915).

11 Cf. tableau 1 et 2.

12 Cf. A. Giorgi (1993), p. 728.

13 Cf. M. Chiaudano (1930), p. 128; A. Giorgi (1995), p. 690.

14 Cf. A.S.S. Diplomatico Archivio generale, le 22 mars 1318 (ns). Bonsignore est mort vers 1314, il avait vécu toute sa vie en communauté de biens et d’affaires avec son frère, Guglielmo, qui le représentait parfois dans des opérations qui les intéressaient l’un et l’autre, cf. M. Chiaudano (1930), p. 129.

15 Il était le petit-fils de Bonifazio, frère d’Orlando, cf. M. Chiaudano (1930), p. 130; A. Giorgi (1995), p. 690. Il avait acheté ces deux maisons en 1305 à l’abbaye de San Galgano et au chapitre de la cathédrale de Sienne, cf. A.S.S. Diplo matico Opera Metropolitana, le 2 juin 1305. Le 4 décembre 1324, il céda l’une de ces maisons à ses voisins, Naddo di Stricca Mariscotti et Rosso di Guido pour 600 livres, unam domum et unam loggiam et unum ortum qui est post dictas domum et loggiam, et unam plateam que est ante dictam domum, longitudinis versus balneum quinque bracchiorum ad cannam senensem (...) in piano balnei de Maciereto, cf. A.S.S. Bichi Borghesi 19, ad annum.

16 Sur ces personnages, cf. A. Giorgi (1993), p. 644, 652, 667.

17 Cf. A.S.S. Estimo 102, f° 285-287, 291v; 129, f° 172-178) A Petriolo, Ugo Bonsignori détenait aussi un moulin, cf. A.S.S. Estimo 129, f° 237, 293. Sur ce dernier personnage, cf. A. Giorgi (1993), p. 426.

18 Battaglino di Spinello Forteguerri possédait pour 17 000 livres de biens en 1320 dans le « contado » siennois et Iacopo di Andrea Tolomei pour plus de 7°500 livres, cf. A. Giorgi (1993), p. 637, 794, 826.

19 La compagnie fit faillite au début du xive siècle, cf. R. H. Bautier (1992), p. 109-112. Iacopo était peut-être le père de Matteo et Francesco qui fréquentaient encore les foires de Champagne en 1311, cf. G. Bigwood (1929), p. 1115.

20 Cf. A. Giorgi (1995), p. 730. La famille déclarait dans les registres de l’«°Estimo » des biens pour un montant de près de 60°000 livres. Elle faisait partie des familles qui, par leur fortune, étaient juste au-dessous des six familles siennoises les plus riches (à savoir les Tolomei, Salimbeni, Piccolomini, Gallerani, Malavolti, Bonsignori), cf. A. Giorgi (1993), p. 719 sq.

21 Cf. A.S.S. Estimo 100, f° 58v, 59v.

22 Cf. tableau 1 et 2.

23 Mino et Memmo furent prieurs de la cité en 1307 puis en 1338, cf. W. M. Bowsky (1962), p. 372. Le gouvernement dit des Neuf Gouverneurs et Défenseurs de la République était composé de riches marchands de la cité, ceux-là mêmes qui avaient éloigné les magnats du pouvoir en 1287. Ce régime fut l’un des plus stables de l’histoire siennoise et disparut en 1355, W. M. Bowsky (1976).

24 A Bagno di Macereto : Cenne di Tuccio, les héritiers de Cecco di Ruffaldo, Minuccio di Stanzuolo, Puccio di Tancredo; à Bagno di Petriolo : les héritiers de Cione, originaires de Querceto et Neri di Giunta, cf. tableaux 1 et 2.

25 Cf. tableau 3.

26 Cf. A.S.S. Estimo 96, f° 482v-483; 101, f° 87-88v; 124, f° 184-186v, 189v.

27 Soit sept à Bagno di Petriolo, presque autant à Bagno di Macereto, et une vingtaine à Bagno di Rapolano. Dans cette dernière station, ils représentaient 7°% des propriétaires.

28 Plusieurs en effet, ne possédaient que des terrains agricoles mais n’appartenaient pas à la commune, comme Carduccio di Federigo qui fut présent à Bagno di Petriolo dès 1302-1303 (cf. infra). Sienne avait pris l’habitude d’accorder la citoyenneté siennoise aux paysans aisés, cf. D. Bizzarri (1916), p. 29; O. Redon (1987), p. 372.

29 Les deux communes comprenaient respectivement 840 et 240 hectares. Les finages des communes du territoire siennois étaient de tailles extrêmement variées, mais celui de Macereto comptait parmi les plus réduits, cf. G. Cherubini (1977), p. 264-266.

30 Les 240 hectares détenus par les citadins devaient représenter une part non négligeable du finage communal, car la plupart des curie de cette région étaient modestes, cf. A. Barlucchi (1997), p. 128.

31 Les habitants des « Masse » se faisaient baptiser à la cathédrale de Sienne et dépendaient directement de l’administration citadine, cf. G. Cherubini (1977), p. 265-68. Les « Masse » correspondaient au territoire pléban de la cathédrale (entre 7 et 8 kilomètres).

32 Cf. G. Cherubini (1977), p. 279-280. Dans la commune de Castelnuovo dell’Abate, la propriété citadine s’étendait seulement sur le quart de la superficie communale, cf. R. Farinelli, A. Giorgi (1990), p. 217.

33 Cf. G. Pinto (1993), p. 44; A. Giorgi (1993), p. 369.

34 Il est enregistré dans l«°Estimo » comme détenteur du castrum et fortilitiam, cf. A.S.S. Estimo 129, f° 176v. Les droits que possédaient les seigneurs variaient d’un castrum à l’autre, cf. G. Cherubini (1977), p. 289 sq.

35 Cf. G. Cherubini (1977), p. 291. Mais aussi dans les communes un peu plus éloignées, toujours dans cette zone : Monteantico, Casanovola..., cf. A. Giorgi (1993), p. 352.

36 Battaglino Forteguerri possédait pour sa part un palatium, plusieurs domus et 3 hectares de terres à Serre di Petriolo, cf. A.S.S. Estimo 129, f° 175v.

37 Cf. tableau 2.

38 Cf. A.S.S. Estimo 31, f° 153-4, 156-8. Ils ont cependant pu détenir quelques biens ailleurs sur d’autres communes voisines.

39 Ils ne sont jamais enregistrés comme confronts d’un des propriétaires ayant une parcelle dans la station. Quelques-uns sont de vieux habitants de la commune, comme Lando di Guglielmo et Corsino di Dota présents dès 1302-1303 (cf. chapitre suivant) ou Lando di Compagno qui fut en 1278 l’un des cives silvestres de Petriolo (A.S.S. Biccherna 75, f° 33), c’est-à-dire un des « contadini » auxquels Sienne reconnaissait quelques droits civiques et qu’elle taxait d’un « da-zio », cf. O. Redon (1987), p. 372.

40 Cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 6, f° 24.

41 Cf. tableau 1.

42 Chacun de ces propriétaires détenait en moyenne 3,3 hectares de terres et leur patrimoine global était estimé à 387 livres; en revanche, la superficie moyenne détenue par les habitants de la commune ne dépassait pas 2,1 hectares pour une valeur n’excédant pas 185 livres.

43 Ils disposaient de terrains enregistrés dans l’«°Estimo » avec la mention super terrenum comunis, cf. infra pour l’explication de cet usage.

44 Cf. tableau 3.

45 Nos Nerius olim Forçons et Beccha uxor dicti Neri de Rapolano comitatus senensis (...) vendimus, damus et tradimus tibi ser Tomagio filio olim Salvi populi Sancti Martini de Senis, unum hedifitium positum in curia dicti Rapolani in loco dicto piano balnei, super platea comunis Rapolani cum servitudine que debetur dicto comuni de Rapolano pro dicto hedifitio, videlicet : solvitur dicto comuni de Rapolano pro pensione dicte platee una libra denariorum pro quolibet anno, cf. A.S.S. Diplomatico Archivio generale, le 26 juin 1333.

46 Il en est de même pour les rares établissements ecclésiastiques des communes thermales et tout particulièrement de la chapelle San Niccolò, laquelle ne possédait, semble-t-il, aucun bien sur la commune de Petriolo, hormis l’église.

47 Cf. dossier 2, Sienne (1309), dist. I, rub. LIV; (1337-1339), rub. 41. Sienne effectua des versements bien avant, dès la fin du xiiie siècle, le 31 décembre 1293, cf. A.S.S. Biccherna 109, f° 176v-177. En 1345, la cité versait 50 deniers à l’hôpital de Bagno Vignoni, cf. A.S.S. Consiglio generale 137, f° 39. L’hôpital de Bagno di Macereto bénéficia à plusieurs reprises de dons privés tout particulièrement de Teodora, fille de Cristoforo Tolomei qui versa trois livres et qui à l’hôpital du matériel de couchage, cf. A.S.S. Tolomei, le 20 mai 1295. Nella femme de Iacobo di Andrea Tolomei céda en 1311 dix sous à l’hôpital, cf. A.S.S. Tolomei, le 12 décembre 1311.

48 Cf. S.R. Epstein (1986), p. 2; O. Redon (1985), p. 18; A. Vauchez (1978), p. 160.

49 Cf. G. Giuli (1840), p. 23.

50 Cf. A.S.S. Diplomatico Ospedale, le 19 septembre 1335.

51 Cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 24, f° 51; 25, f° 34.

52 Cf.S.R. Epstein (1986), p. 31.

53 Cf. U. Morandi, A. Cairoli (1975), p. 29.

54 Il s’agissait vraisemblablement d’une puissante association qui réunissait plusieurs nobles lucquois dont Donato di Simone Villanova et Gilio Castracani, cf. C. Giambastiani (1996), p. 415-419 ; P. Paradisi éd. (1989), p. 19.

55 Comme le prouve cette déclaration de 1430 : l’hôpital détient alors « pesso uno di terra posto nel comune di Corsena, in luogo dove è l’ospidale apresso al bagno caldo degli omini (...); e tucto il terreno ched è di là dalla detta via et capanne del Comune di Luccha mediante (...), le quali capanne sono chiuxi tre (...); la quale terra pervenne a Iacomo, chiamato Puccio ferraro, cittadino di Lucca che fu figlio di Gherardo da Galicano di Garfagnana, procuratore, actore, curatore et amministratore de’ poveri della città di Lucca et miserabili persone, fondatore del detto spedale et chiexa del bagno per dattione a lluy facta da messer Donato da Villa Nuova et Gilio Castracani, notario et citadino di Lucca, capitani della Compagnia de’ compagni del bagno a Corsena, per remedio et salute delle anime loro et de’ lloro compagni; carta per mano di ser Salliente Tadditioni sotto l’anno 1291 a tersa none d’aprile », cf. A.S.L. Ospedale di San Luca 320-11, f° 13. Le document original dont il est fait mention (A.S.L. Opera Santa Croce, le 3 avril 1291) demeure en mauvais état. Il a été en partie publié par C. Giambastiani, grâce à la transcription d’un antiquaire lucquois, cf. C. Giambastiani (1996), p. 408.

56 Cf. A.S.L. Opera Santa Croce, le 29 décembre 1299. L’inventaire des biens de l’hôpital a été une première fois sommairement réalisé en 1326, A.S.L. San Luca 320, f° 185 sq.

57 Cette protection est précisée dans le statut de 1308, cf. A.S.L. Satuti del Comune di Lucca 1, f° 11 et C. Giambastiani (1996), p. 443.

58 Cf. C. Giambastiani (1996), p. 429-430.

59 Car il est mentionné comme recteur jusqu’en 1330. L’année suivante lui succède Bianco Salvi, cf. A.S.L. San Luca 320, f° 185.

60 En 1336, Lucques confie la charge à un convers de l’Hôpital de la Miséricorde : et considerato quod Puccius olim rector et gubemator dicti balnei et domorum eius et hospitalarius olim hospital Sancte Marie Forisportam est defunctus, propter cuius mortem, balneum et domus dicti balnei, quasi destructa sunt, non substituto bono redore. Et sic homines, pauperes, infirmi non possunt in dicto balnea gubemari, et etiam euntes ad dictum balneum non possunt habere domos comodas per ipsorum habitatione, providemus et ordinamus Vannes quondam Filippi Baractelle conversus hospitalis Misericordie sit rector et gubernator dicti balnei et domorum dicti balnei, loco dicti quondam Puccii, cf. A.S.L., Statuti di Lucca 4, p. 183. Sur l’Hôpital San Luca et son importance à Lucques, cf. F. Ragone (1993). Il s’agissait d’un établissement comparable à l’Hôpital Santa Maria della Scala de Sienne, pour son rôle dans la vie de la cité.

61 Entre 150 et 500 livres, cf. tableau 1, 2 et 3.

62 A Castelnuovo dell’Abate, les domus du Castrum valaient en moyenne 45 livres, R. Farinelli, A. Giorgi (1990), p. 224.

63 Cf. D. Balestracci, G. Piccinni (1977), p. 113.

64 Les cabanes dépassaient souvent les trente livres dans le reste du finage. La modestie des évaluations à Bagno di Rapolano était peut-être due au fait que les bâtiments étaient à cette époque trop récents voire inachevés pour être fortement taxés. Notons toutefois que les cabanes à Serre di Petriolo coûtaient 1 à 8 livres, cf. E. Lecchini, S. Rossolini (1993), p. 198.

65 Le 25 février 1338 (ns), Nos Andreas et Rigolus fratres camales et filii quondam Pieri de Rapolano comitatus senensis pro pretio et nomine pretii vigintiquatuor florenorum auri quod habuisse et recepisse confitemur (...) a te domina Cuccia uxore Contri, moranti apud balneum Rapolani (...), et tuis heredibus vendimus, damus et tradimus tibi dicte domine Cuccie (...) quandam nostram domum positam apud balneum Rapolani super terrenum comunis Rapolani, cui ex duobus comunis Rapolani, ex uno Ghini Bricchantis et ex uno Ugolini Uggerii, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 45, f° 62. Peut-être s’agit-il des héritiers de Pietro di Rigolo mentionnés en 1317-1320, (cf. tableau 3). En 1338, le florin valait plus de 63 deniers, cf. C. M. Cipolla (1949), p. 188.

66 Cf. A.S.S. Estimo 102, f° 80v. D’autres réévaluations furent effectuées ailleurs dans le « contado », mais elles ne furent pas fréquentes.

67 Cf. tableaux 1 et 2.

68 Seules, les propriétés des Ranuccini furent réestimées à la hausse, est-ce à mettre en relation avec le fait qu’ils avaient rencontrés l’hostilité de la cité ? En 1337, ils furent déclarés magnats, cf. M. Ascheri, D. Ciampoli éd. (1986), p. 74.

69 Cf. A. Giorgi (1995), p. 719 sq. Il faudrait leur ajouter Guido di Arringhiero qui avait un patrimoine évalué à 21°000 livres.

70 937 livres sur 1729 livres pour le premier, 509 livres sur 3°291 livres pour le second cf. tableau 2.

71 Entre 2°% et 100°%, mais pour la moitié d’entre eux plus de 50°%.

72 L’importance des notaires dans le « contado » siennois est sensible à partir de la fin du xiiie siècle, cf. O. Redon (1973), p. 88.

73 Cf . A.S.S. Notarile antecosimiano 6, f° 34.

74 Les deux actes étaient formulés comme suit. Le 17 septembre 1302, le premier : in plano balnei de Petriolo, coram Vanne Tomaxi et Vanne Mafei testibus. Ego Fillippus olim Iohannis civis sanensis titulo locationis do et loco tibi Bino olim Pelligrini unam domum in qua habito sive habitabam, positam in piano balnei de Petriolo hinc ad kalendas ianuarii proxime venturas, pro pensione et mercede trium mensium XV librarum denariorum senensium minutorum...; le second : in piano balnei de Petriolo, coram Vanne Tomaxii et Vanne Mafei testibus. Ego Binus olim Pelligrini, domina Christiana uxor eius, de licentia et voluntate et parabola dicti Bini viri mei et Nucius Venture qui dicitur Prete, pro nobis ipsis, quilibet in solidum constituimus debitores tibi Filippo Iohannis in XLV libris denariorum senensium minutorum, quos integre dari et debere confitemur pro pensione et mercede unius domus posite in piano balnei, quam a te conduximus, ut apparet manu Domenichi notarii; et dictos denarios bene numeratos tibi et tuis heredibus vel cui volueris dare, solvere et pagare in proximis kalendis iannuarii dictas XLV libras, promictemus..., cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 6, f° 11. Sur la caria confessionis aut promissionis, cf. entre autre D. Bizzarri (1934), p. XL.

75 Ce n’était pas le cas des contrats de « mezzadria » qui étaient composés d’un acte unique. Ce dernier consignait les engagements des deux protagonistes; toutefois, la rédaction de deux documents n’était pas impossible, le 17 janvier 1310 pour la location d’un « podere » à Cuna, deux actes furent réalisés par le notaire, cf. G. Pinto, P. Pirillo (1987), p. 149.

76 Cf. tableau 4, une fois seulement huit années.

77 Les contrats de métayage couraient sur des période de trois à six ans, cf. G. Cherubini (1979), p. 132; G. Pinto, P. Pirillo (1987), p. 8. Seuls les jardins dans les stations étaient loués pour de semblables durées, cf. tableau 4.

78 Cf. infra.

79 Cf. tableau 4.

80 Les redevances agricoles étaient essentiellement payées à la mi-août, cf. chapitre suivant et P. Cammarosano (1979), p. 167.

81 Tout au moins à Bagno di Petriolo, quod si tempore guerre acciderit, promisit vobis [les locataires] scomputare ut pro rata temporis causa guerre si balneum non possit uti vel stationarii cessarentur a dicto balneo etc., cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 6, f° 34v, 39.

82 En analysant les revenus de l’Hôpital Santa Maria della Scala de Sienne pour l’année 1343-1350, Duccio Balestracci note que les maisons que l’Hôpital louait, rapportaient rarement plus de 10 livres par an, sauf dans les quartiers les plus aisés de la ville (jusqu’à 25 livres par an). La plupart des locations n’excédaient pas 3 livres par an, cf. D. Balestracci (1975-76), p. 149-154. Le prix, particulièrement peu élevé, de ces locations, était peut-être dû à la chute du cours des loyers à cette époque, mais il se peut aussi que l’Hôpital ait pratiqué des aumônes déguisées en réduisant pour quelques-uns de ses locataires le montant de leurs versements. Cependant, malgré ces restrictions, les tarifs dans les stations semblent plus importants que dans la ville.

83 Cf. document 1.

84 Cf. O. Redon (1982), p. 113 sq., 120.

85 Comme par exemple Cino et Ranuccio di Iacomino qui occupèrent en 1305, la maison que Tuccio di Ranuccio avait occupée l’année précédente. Cf. document 1.

86 Cf. O. Redon (1979), t. 2, p. 632; (1982), p. 115.

87 Pas toujours cependant puisque, parmi les quelques personnes qui payaient leur part, il y avait un homme de Torrenieri.

88 Cf. document 1. De même, les versements se faisaient régulièrement à la Saint Michel, en septembre comme à Bagno di Petriolo.

© Publications de l’École française de Rome, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540