Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’ambassadeur

 | 
Stefano Andretta
, 
Stéphane Péquignot
, 
Jean-Claude Waquet

La théorie de la diplomatie dans le Saint Empire Romain

Wolfgang E. J. Weber
Traduction de Stéphane Péquignot

Texte intégral

Principes

  • 1 On renoncera dans cette contribution conçue comme une première (...)

1Dans ce que l’on nomme officiellement, depuis 1500 environ jusqu’à sa fin en 1806, le Saint Empire romain de la nation allemande (Heiliges Römisches Reich Deutscher Nation), le développement de la théorie de la diplomatie, autrement dit de conceptions relatives aux diplomates et à la diplomatie, est le fait d’élites soucieuses de mieux comprendre des problèmes posés par la pratique en ce domaine, et d’être en mesure de les résoudre. Avant d’étudier les formes et les contenus de la théorie de la diplomatie, il est par conséquent nécessaire d’examiner au préalable ces enjeux pratiques et leur évolution historique1.

  • 2 J. Burkhardt, Deutsche (...)

2L’Empire se compose alors d’environ 150 membres immédiats, parmi lesquels figurent approximativement 100 territoires et 50 villes d’Empire. Ces entités se distinguent clairement les unes des autres par leur constitution, leur rang, leur grandeur et leur poids politique. Quelques territoires et villes de taille moyenne, ainsi que de rares territoires plus importants y côtoient un grand nombre de chevaliers, de villes et même de villages d’Empire. Certaines seigneuries sont laïques, d’autres ecclésiastiques. En outre, de nombreux membres de l’Empire disposent d’importantes possessions à l’extérieur, ou y détiennent un rang significatif. Par ce seul fait, les frontières extérieures de l’Empire demeurent en partie incertaines. De surcroît, des limites frontalières univoques et plutôt consolidées coexistent avec des zones frontalières ambiguës. Les successions, les traités, ainsi que les pertes et les agrandissements territoriaux favorisent un mouvement de changement permanent à l’intérieur même de chaque territoire et, plus encore, à l’échelle de l’Empire. De fait, sa cohésion d’ensemble résulte pour partie de pressions exercées depuis l’extérieur, perçues à des moments décisifs comme des menaces pesant sur tous et qui doivent ipso facto être repoussées par un effort commun. Mais, d’autre part, la cohésion de l’Empire est aussi le produit de l’imbrication politico-sociale des fiefs, des parentés et du patronage ; elle est organisée au moyen de coutumes, de droits, d’ordonnances, de comportements et de cérémonies reconnus de tous. L’Empire lui-même ne se développe quasiment pas en un État qui corresponde aux critères du modèle de l’Europe de l’Ouest. Les traits caractéristiques de ce type d’État sont en revanche adoptés par les deux grandes puissances figurant au sein de l’Empire, l’Autriche des Habsbourg et le Brandebourg-Prusse, ainsi que par certaines puissances moyennes, au premier chef la Bavière, la Saxe et le Hanovre. En termes d’intégration, de constitution de système et de fonctions, certaines réalisations significatives ont néanmoins été effectuées au niveau de l’Empire, ce qui permet à la recherche la plus récente d’évoquer un « État impérial » (Reichsstaat), un « État complémentaire d’Empire » (komplementärer Reichs-Staat), un « système de l’Empire » (Reichssystem) caractérisé par la « double étaticité » (Doppelstaatlichkeit), ou bien encore un « État fédéré allemand » (deutscher Bundesstaat)2.

  • 3 Il manque une théorie moderne d’ensemble de la diplomatie dans (...)

3Le caractère singulier de l’Empire est déterminant pour l’histoire de sa diplomatie et, partant, pour celle de la théorie de la diplomatie. Il en résulte tout d’abord la présence, le voisinage, la coexistence et la proximité concurrentielle de nombreuses puissances et détenteurs de souveraineté en principe autorisés ou aptes à réguler leurs relations extérieures de façon complètement ou, du moins, en partie indépendante. Un deuxième effet est la pluralité des positions, des besoins, des intérêts et des possibilités, en fonction desquels chaque entité mène sa propre politique à l’égard de l’extérieur. En troisième lieu, la politique extérieure ou politique étrangère se distingue dans ce contexte par l’oscillation entre une « petite » politique étrangère, c’est-à-dire une politique de voisinage fondamentalement imprégnée de droit et d’économie, et, d’autre part, une authentique, une « grande » politique étrangère, marquée par des considérations stratégiques et par la prise en compte du système des puissances. Quatrièmement, il existe de façon générale une conception spécifique de la politique profondément enracinée. Il s’agit d’une doctrine d’ordre de caractère conservateur, soutenue par des cérémonies et des rituels, fortement imprégnée de droit public et de normes chrétiennes. Entendue comme exclusivement orientée vers le succès, comme une doctrine de consolidation pratique et technique de la puissance de l’État, la pensée moderne du politique ne pénètre dans ce contexte que de manière progressive, d’abord au niveau des membres de l’Empire les plus avancés, ainsi qu’à la faveur de crises et du besoin de les résoudre3.

  • 4 C’est ce qui se dégage d’une analyse des auteurs des textes con (...)

4Les élites œuvrant à l’évolution des perspectives sur la diplomatie et sur la politique extérieure sont en partie composées de nobles, mais il s’agit surtout de bourgeois en formation dans les très nombreuses universités allemandes. Jusqu’au début du XVIIe siècle, ils possèdent souvent une expérience académique acquise à l’étranger, essentiellement en Italie et aux Pays-Bas. Leur matière principale est la science du droit, puis, à partir de 1600 environ, le droit public (jus publicum). Ils ont en outre acquis les connaissances et les compétences fondamentales en philologie, en rhétorique et en histoire enseignées dans les Universités de toute l’Europe durant la première modernité, des rudiments qui constituent une base commune pour la formation académique des élites. Depuis environ 1600 également, l’étude plus ou moins intensive d’une autre discipline, la science du politique (politica), a été intégrée dans le cadre de la faculté des arts. Après leurs études et l’obligatoire peregrinatio academica, les membres de ces élites obtiennent alors des positions de rang élevé dans les organes de conseil et de décision, ainsi que dans les administrations des petites, des moyennes et des grandes puissances. Forts d’une position universitaire, ou même parfois, depuis le début du XVIIe siècle, en tant qu’auteurs libres, ils peuvent aussi participer à l’élaboration de discours théoriques sur la diplomatie4.

5La forme de ces discours et leur spécificité en tant que genre littéraire se transforment au cours du temps. À la fin du Moyen Âge, des principes généraux et mobilisables pour les buts de la diplomatie sont énoncés dans des consilia juridiques ou bien dans les livres d’enseignement de l’ars dictaminis qui indiquent comment s’adresser aux représentants des états les plus élevés d’une façon correcte et correspondant au but recherché. Dans certains textes issus de la pratique, qui revêtent principalement la forme d’actes ou de lettres, à côté d’informations sur des accords, se glissent progressivement des énoncés relatifs aux conditions, aux circonstances et aux buts de leur réalisation. Mais des genres diplomatiques spécifiques n’ont pu apparaître que lorsque la politique extérieure s’est différenciée comme un champ d’action et de réflexion distinct de la politique générale, pour lequel un savoir et des compétences spécifiques sont requis. Cette autonomisation liée au passage de la diplomatie d’une activité politico-juridique exercée de façon occasionnelle à une profession durable commence à s’accomplir dans l’Empire dès 1500 environ. L’une des raisons principales d’une telle évolution tient aux besoins diplomatiques suscités par l’immixion de la nouvelle grande dynastie des Habsbourg dans des intérêts et des conflits européens. Mais il faut attendre que le XVIIe siècle soit bien avancé pour que l’autonomisation et la professionnalisation de la diplomatie s’imposent de manière dominante. Au niveau des moyennes et des petites puissances, ces processus demeurent du reste inachevés jusqu’à la fin de l’Empire.

  • 5 Sur l’époque postérieure à 1648, voir l’analyse systématique de (...)

6Pour ces diverses raisons, avant comme après 1500, tant du point de vue de son contenu que pour ce qui concerne sa forme, le discours allemand sur la diplomatie s’appuie sur des modèles originaires de territoires étrangers plus développés en la matière. Ces modèles sont d’abord ecclésiastiques, en l’occurrence pontificaux, puis italiens, bourguignons et français. Leur réception et leur adaptation à l’horizon de besoins singuliers jouent initialement un rôle déterminant. Une première constellation de textes spécifiquement impériaux apparaît ensuite dans le sillage de la Réforme et de la confessionnalisation, jusqu’en 1600 environ. Ces écrits sont profondément marqués par la recherche de modes d’affirmation et de garanties par des camps confessionnels en pleine formation. Le discours sur la théorie de la diplomatie s’inscrit ensuite dans le mouvement général de scientifisation de la politique, tout en se développant dans le contexte de la paix de Westphalie de 1648 au gré des exigences pratiques d’achèvement de la guerre et de garantie de la paix, puis dans le cadre de la formation interne et externe des puissances jusqu’à 1700 environ. C’est seulement après que se développe une vaste palette de traités. Certains sont foncièrement normatifs, d’autres plus fortement historico-empiriques. Ils sont consacrés aux acteurs de la diplomatie en général et en particulier, aux aspects d’organisation, aux questions juridiques, à des problèmes pratiques – le cérémoniel, la conclusion de la paix en général et dans tous les cas particuliers, etc. Le début du XVIIIe siècle se caractérise alors surtout par des conceptions plus nettement empreintes de droit public et de patriotisme impérial5.

7L’examen des langues employées laisse pour sa part transparaître à la fois une influence académique et l’ouverture du discours à une pratique des affaires diplomatiques dont les principaux acteurs sont majoritairement des nobles. Le latin domine ainsi comme langue scientifique courante, tout particulièrement comme langue du droit et langue de la pratique diplomatique jusqu’à un moment avancé de la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Il faut néanmoins lui ajouter l’allemand, notamment pour la communication à l’intérieur de l’Empire et sur ses marges, ainsi que le français depuis l’émergence de la France comme grande puissance culturelle et politique européenne à l’époque de Louis XIV. La langue française est alors notoirement en passe de devenir une langue d’état pour la noblesse.

Phases de développement

Des débuts tardo-médiévaux à la formation politico-confessionnelle vers 1600

  • 6 C. Zey, C. Märtl (éd.), Aus der Frühzeit europäischer D (...)

8Si on l’entend comme l’ensemble des ambassades échangées par tous les détenteurs de droits publics et porteurs de souveraineté qui ne peuvent poursuivre leurs intérêts extérieurs par un contact direct, autrement dit par des rencontres au sommet, mais doivent au contraire les régler par des intermédiaires, alors il est possible d’observer la diplomatie dans le cadre de l’Empire dès le Moyen Âge central6. C’est cependant seulement à partir des Xe-XIe siècles que certaines pratiques vouées à un bel avenir commencent à être développées par la papauté, alors intégrée dans le système impérial par le biais des seigneuries ecclésiastiques. Plutôt que les déplacements à Rome de représentants de l’Église originaires de l’Empire partis à la recherche de privilèges et d’autres décisions juridiques émises par les plus hautes autorités ecclésiastiques, le phénomène essentiel est ici, à l’inverse, la conception de l’Église d’Empire et son adaptation aux besoins d’une papauté en pleine expansion. Dès le début du XVe siècle, la papauté a dans ce but mis en place un système complexe d’ambassades. Non seulement l’Empire, mais aussi les puissances italiennes montantes issues de l’ensemble impérial se voient contraints d’être représentés de façon permanente à Rome.

9Pour les porteurs laïcs de souveraineté et de droit de l’Empire, la majorité des ambassades est formée de délégations envoyées à Rome par l’empereur ou par l’empereur et des princes, de missions diplomatiques aux formes les plus diverses dépêchées aussi bien à l’intérieur qu’au-delà des frontières de l’Empire, d’ambassadeurs adressés par les villes libres d’Empire et par d’autres puissances à l’empereur, aux diètes et aux princes d’Empire importants, à des partenaires étrangers également. Les alliances régionales, tout particulièrement la Hanse et la Ligue Souabe, développent aussi une activité diplomatique spécifique. Les lettres de nomination, les accréditations, les lettres de protection, les procurations, les instructions, les rapports et, le cas échéant, les alliances conclues demeurent à chaque fois liés à un motif, à un cas particulier, et l’expérience accumulée du fait d’un engagement diplomatique répété n’est alors guère mise par écrit, mais plutôt transmise de façon orale.

  • 7 J. Brüning, H.-J. Künast (éd.), Die Bibliothek und der (...)
  • 8 Voir l’article consacré à l’œuvre de de Rosier dans ce volu (...)

10La situation de l’Empire au milieu de l’Europe, ses prétentions européennes et le fait que plusieurs de ses villes jouent alors un rôle de centres européens de communication : tout contribue à ouvrir un peu plus encore aux influences répétées de l’Europe des élites déjà marquées par leur formation académique et intéressées à la réflexion politique. De la sorte, lorsque la formation en Italie de la Pentarchie après la paix de Lodi en 1454, l’invasion française en 1494, ou, bien auparavant, la Guerre de Cent Ans (1337-1453) en France ou bien encore, en 1477, l’échec de l’ascension de la Bourgogne ont favorisé l’intensification de la pratique et des réflexions diplomatiques dans le Sud et l’Ouest de l’Europe, cela n’a pas été ignoré dans l’Empire. Un bon exemple en est fourni par la « plus grande bibliothèque lettrée de son temps au nord des Alpes », celle du scribe et homme politique urbain Konrad Peutinger (1465-1547), également conseiller de l’empereur Maximilien Ier. Amassée dans sa ville d’Augsbourg, la principale métropole de communication entre l’Italie et l’Empire autour de 1500, sa collection comporte de nombreux manuscrits et des incunables d’origine italienne où sont traitées des questions de fond et de détail relatives au droit d’ambassade7. La réception dans l’Empire de l’Ambaxiatorum brevilogus, « l’unique œuvre connue jusqu’à présent de la fin du Moyen Âge français, qui puisse être qualifiée de traité conceptuel consacré à la diplomatie », offre un autre témoignage de cet intérêt. Composée par l’évêque Bernard de Rosier (1400-1475), juriste en droit canon, mais aussi envoyé pontifical et royal ad hoc, l’œuvre puise dans les origines canoniques et ecclésiastiques de la diplomatie tout en tenant compte de son actualisation politique et de ses développements contemporains. Il s’agit à nouveau dans ce texte de déterminer les titres corrects des divers envoyés, d’évaluer les motifs et les buts des ambassades, une priorité expresse étant à cet égard reconnue à la défense de l’Église ainsi qu’au rétablissement et à la préservation de la paix. Il faut, enfin, préciser les formes correctes et adaptées de l’arrivée des ambassadeurs devant les destinataires de leur mission8.

  • 9 Voir G. Mattingly, Renaissance Diplomacy, New York, 1988 [1(...)
  • 10 A. Buck, Das Geschichtsbild der Renaissance im Vespasia (...)

11À la lecture du De officio legati, un traité composé vers 1495 par Ermolao Barbaro, le fils d’un Vénitien diplomate et homme politique, lui-même philosophe, praticien de la politique et diplomate, les hommes de l’Empire peuvent ensuite s’imprégner d’une approche plus séculière, tout à la fois informée sur la théorie politique aristotélicienne et empirico-pragmatique. Cet écrit composé pour l’instruction d’un futur ambassadeur envisage déjà de façon moderne le but de l’échange diplomatique comme une contribution au maintien et à l’accroissement de la souveraineté du mandant. Pour la première fois, Barbaro met en avant le représentant permanent (legatus residens vel perpetuus) comme figure-clef de la diplomatie, et, de façon plus conséquente qu’auparavant, attribue à cet acteur les qualifications correspondant à sa fonction, en les rattachant à la réalisation réussie des visées générales et des buts spécifiques de la diplomatie. À ses yeux, le plus important est du reste encore que l’ambassadeur réunisse un ensemble de pré-requis non spécifiques, qu’il ait une personnalité sympathique, qu’il soit communicatif, maître de sa conversation et doté d’un vaste savoir humaniste9. Il est probable que les membres de l’élite d’Empire intéressés peuvent aussi se procurer des connaissances pertinentes pour les questions politico-diplomatiques dans les collections humanistes comportant des descriptions de vies d’hommes célèbres, notamment dans Le vite di nomini illustri del secolo XV, composées vers 1495 par Vespasiano da Bisticci, mais disponibles alors uniquement sous forme manuscrite. En partant de conceptions modernes de la politique et de la diplomatie comme chez Barbaro, mais avec dans ce cas l’arrière-plan d’une expérience florentine, cet ouvrage traite de thèmes très variés, et envisage même des questions pratiques aussi essentielles que la planification matinale du déroulement d’une journée...10

  • 11 B. Singer, Die Fürstenspiegel in Deutschland im Zeitalt (...)
  • 12 B. Singer, Fürstenspiegel... cit. n. 11, p. 56-57, p. 66-73

12Les miroirs au prince constituent également un genre important d’écrits politiques à certains égards pertinents pour le sujet considéré. Ils semblent être particulièrement appréciés dans l’Empire. Néanmoins, ils se focalisent moins sur les domaines historique, empirique et pratique, que sur l’éthique du souverain, autrement dit sur les exigences normatives du comportement souverain, ce qui, sous le concept de regentes, inclut aussi de façon croissante le comportement des plus proches et des plus puissants membres de l’entourage des souverains. Comme tous les domaines du gouvernement sont ici traités, il est aussi brièvement fait référence aux ambassades. Les explications vont néanmoins rarement au-delà des injonctions à un comportement irréprochable du point de vue de la morale chrétienne lors de la remise d’un mandat à ses propres ambassadeurs ou de la réception de ceux qui viennent de l’étranger. En accordant à l’habileté du souverain un rôle qui reste limité par la morale, l’interprétation reste en accord avec le traitement préconisé pour tous les serviteurs et conseillers, étrangers ou pas. Cela s’explique aussi par le fait que beaucoup de miroirs au prince sont encore écrits par des religieux et sont d’abord destinés aussi bien aux autorités séculières qu’aux autorités spirituelles. Ces écrits tiennent donc compte de la singularité des princes ecclésiastiques d’Empire11. Un groupe de textes plus nettement empreints d’humanisme se caractérise en revanche par une relative mise en retrait de la normativité chrétienne. Ces écrits se limitent à fournir une échelle de mesure morale et éthique qui met l’accent sur la formation en langues et en littérature du souverain, insiste sur sa réputation historique contemporaine et future comme motivation à la souveraineté, et relie parfois le tout à l’élaboration de conceptions aristotéliciennes ou cicéroniennes systématiques de la politique et de la res publica. Mais il existe aussi des exceptions, par exemple des traités plus solidement ancrés dans l’expérience contemporaine, et qui proposent de ce fait des recettes pratiques et habiles plus réalistes. L’on peut citer en exemple les « Douze Conseils » (Zwelff rätte) composés anonymement au début du XVe siècle, le « Miroir au prince » (Fürstenspiegel) de Gert van der Schuren (avant 1448) et le De principatus conservatione (1466) de Petrus Antonius Finariensis, autant d’ouvrages où transparaît la crise d’une époque marquée par les guerres et les faides en tout genre. De nombreux textes se rapportant à Maximilien Ier renforcent cette tendance. L’aggravation de la rivalité entre souverains et l’intensification de la guerre confèrent une importance accrue aux acquisitions de territoires et au souci pour ce que l’on appelle de manière encore indifférenciée « l’amitié » (Freundschaft) entre souverains, à sa formalisation dans des alliances12.

  • 13 Niccolò Machiavelli, Politische Schriften, éd. et introduit (...)
  • 14 H. Angermeier, Die Reichsreform 1410-1555. Die Staatspr (...)

13À l’opposé, Machiavel et Érasme de Rotterdam tirent de ces tendances contemporaines d’autres conséquences en termes de théorie politique et, de façon balbutiante, de théorie de la diplomatie. Développée dans un miroir au prince novateur, Il Principe, la politique de Machiavel est radicalement orientée vers l’obtention pratique et technique du succès. Avant même sa première impression en 1532, l’ouvrage est certainement connu dans les grandes cours et les cercles humanistes de l’Empire grâce à des copies manuscrites. Son message principal se voit confirmé par l’expérience contemporaine : la relation entre les souverains et les puissances est inéluctablement empreinte d’une rivalité réglée de façon récurrente par la guerre, et la préservation du pouvoir de chacun peut être obtenue seulement par la mise en œuvre de tous les moyens efficaces, ainsi que par l’accroissement constant de ses propres forces. Une telle conception ouvre à la pensée politico-diplomatique de nouveaux horizons et des perspectives inédites. Elle paraît de surcroît crédible, parce que son auteur lui-même a fait ses preuves lors de missions diplomatiques, l’une d’entre elles auprès de l’empereur Maximilien Ier13. Dans l’Empire, l’existence d’une menace vitale a jusqu’alors été exclusivement associée aux assauts d’ennemis païens comme les Turcs et d’envahisseurs venus de l’Est, comme les Mongols ou les Tatars, puis les hussites. Désormais, une autre idée se répand toutefois : les conflits à l’intérieur de la Chrétienté latine et dans son centre, l’Empire, peuvent également prendre une tournure radicale. La réforme de l’Empire de 1500 s’incrit pleinement dans ce contexte. Son objet principal est en effet d’imposer une paix publique (Landfrieden) générale, ce qui conduit à envisager la possibilité d’établir des communications durables à l’intérieur de l’Empire et les structures à mettre en place dans ce but. Le problème n’est cependant que partiellement résolu par la mise en place de nouvelles institutions d’alliance (cercles, associations de cercles) et d’un régiment impérial permettant la poursuite des affaires du gouvernement en cas de chute de l’empereur14.

  • 15 O. Herding, Erasmus-Frieden und Krieg, dans A. Buck (éd (...)

14Pour sa part, dans son Institutio principis christiani composé vers 1516 à la cour impériale, Érasme de Rotterdam considère toujours l’ensemble de la diplomatie de façon relativement peu différenciée comme un instrument de maintien de la paix. Il consacre certes un chapitre entier à l’alliance comme moyen principal de la paix, mais, plus nettement encore que dans les miroirs aux princes et les traités de pédagogie princière contemporains, l’obtention, la préservation et l’utilisation de telles alliances dérivent dans son propos de l’éthique souveraine, un accent particulier étant mis sur la fréquentation personnelle entre les souverains eux-mêmes. L’humaniste de Rotterdam a aussi le mérite d’avoir identifié le potentiel conflictuel des dynamiques dynastiques, et d’avoir prévenu de leur danger15.

  • 16 L’édition de base est alors la suivante : Philippe de Commy (...)

15Dans ce contexte, un rôle essentiel revient à la lecture des Mémoires du diplomate Philippe de Commynes, qui a d’abord été au service de Charles le Téméraire, puis des rois de France Louis XI et Charles VIII. Achevé en 1498 dans sa version manuscrite, publié pour la première fois en 1524 avec pour titre Cronique et ystoire faicte et composee par feu messire Philippe de Commines [...] contenant les choses advenues durant le règne du roy Loys XIe, tant en France, Bourgongne, Flandres, Arthois, Angleterre que Espaigne et lieux circonvoisins, ce texte est entre 1545 et 1600 édité partiellement ou dans son intégralité à neuf reprises dans l’Empire, en latin, en allemand et en hollandais. Les traducteurs et les imprimeurs sont tous protestants, et beaucoup d’entre eux possèdent une expérience française. Les souvenirs et les recommandations historiques et pratiques de Commynes sont alors lus comme un manuel de diplomatie, et utilisés ouvertement pour ses recettes utiles à la formation, à l’instauration et à la sauvegarde politico-diplomatique du camp protestant dans le contexte puis à la suite de la guerre de Smalkalde en 1546-1547. Les Mémoires n’examinent pas des questions normatives de façon fouillée, et ne se livrent pas non plus à un cynisme machiavélien du pouvoir. Mais les hommes du temps peuvent y apprendre beaucoup sur la psychologie des souverains, sur la reconnaissance et le calcul, sur l’utilisation de leurs intérêts respectifs et, avant tout, sur le comportement pratique des diplomates dans un grand nombre de situations changeantes de guerre et de paix16.

  • 17 Conrad Braun, De (...)

16Il en va autrement dans un ouvrage pionnier pour la théorie de la diplomatie, le De Legationibus libri quinque de Konrad Braun, docteur dans les deux droits issu de l’Église romaine catholique, également conseiller et chancelier épiscopal. Son livre paraît en 1546, immédiatement après que la guerre de Smalkalde est remportée par l’empereur resté dans le camp catholique. Comme l’indique le titre, un pas important dans la formalisation est franchi, et l’ambassade est ici envisagée comme une institution. Pour la première fois, l’on spécifie ainsi de façon plus précise qui est habilité à constituer et à dépêcher des légations – non pas des personnes privées (privati), mais seulement des responsables de l’administratio rei publicae –, quelles personnes doivent d’emblée ne pas être employées comme ambassadeurs – les individus mis au ban (ecclésiastique), les serfs, les musulmans, les juifs et autres non-chrétiens, les hérétiques, les profanateurs d’Église, les femmes seulement in magna necessitate –, comment les légations doivent être préparées, effectuées et gérées après avoir été menées à bien, etc. L’ouvrage traite en outre de façon exhaustive des différentes formes de mandats pour les délégations et les envoyés, diverses formes sont distinguées – les envoyés disposant d’un droit de décision sont par exemple nommés ambasciatores [...] vocabulo (ut opinio) ab Italorum lingua ad nostrum usum traducto –, les qualifications des envoyés sont traitées en profondeur et de manière différenciée sous la rubrique de scientia legatorum, et le personnel d’accompagnement est examiné, un bref passage étant consacré aux interprètes. Commynes lui-même est mis à profit de façon explicite. Pour Braun, l’essentiel demeure néanmoins de combattre et de vaincre le protestantisme, comme le prouve non seulement son affirmation du caractère fondamentalement inapproprié et illégitime des hérétiques dans la diplomatie, mais aussi la stricte subordination de tous les diplomates au droit de l’Église. Dans cette même perspective, il souligne de surcroît combien tous les cérémoniels impériaux et diplomatiques sont marqués de l’empreinte ecclésiastique et pontificale, ce qui en exclut par conséquent les hérétiques et les non-chrétiens17.

  • 18 A. Gotthard, Der Augsburger Religionsfrieden, Münster, (...)

17Cependant, malgré leurs efforts pour se renforcer dans les domaines de la diplomatie et de la théorie de la diplomatie, ni les protestants ni les vieux-croyants romains ne parviennent à leur but, la défaite de leur ennemi respectif. Bien au contraire, les partis confessionnels sont contraints de s’entendre lors de la paix de religion d’Augsbourg en 1555. Le règlement du conflit s’avère pénible. Dans une large mesure, il peut être obtenu à la fois grâce à de nouvelles différenciations entre le domaine séculier et le domaine spirituel, et, d’autre part, grâce à des efforts verbaux et formels pour recouvrir des oppositions qui demeurent fondamentales18. Par ailleurs, pour les camps politico-confessionnels, le fait d’envisager les oppositions comme des questions de droit susceptibles de trouver une réponse appropriée, la décentralisation et le report à une période ultérieure de décisions centrales : tout ceci offre l’opportunité bienvenue de continuer à se former, à se renforcer et à adopter de nouveau une position expansive, sous une forme ou une autre.

18Parmi les traités protestants consacrés à la politique et à la théorie du droit envisageant la diplomatie, figure le Regentenbuch composé par le juriste et chancelier comtal Georg Lauterbeck, un partisan de Melanchthon. L’un des plus lus de cette période intermédiaire, il est imprimé onze fois à de nombreux exemplaires entre 1556 et 1629. Sans abandonner la compétition pour la meilleure christianité et la victoire future de la réforme, cet ouvrage destiné aux plus hautes autorités et à leurs fonctionnaires a pour but de permettre la coexistence sans violence du luthéranisme et de l’Église pontificale grâce à la prise en considération du droit en vigueur et à l’exercice d‘une « bonne police » (guter Policey).

  • 19 Georg Lauterbeck, Regentenbuch. Aus vielen trefflichen alte (...)

19Par « politique extérieure » (Außenpolitik), l’auteur entend tout autant la politique de voisinage à l’intérieur de l’Empire que des relations étrangères au sens moderne. Dans son troisième livre, il se rallie ainsi à l’opinion selon laquelle il serait « meilleur que lorsque les grands princes et les seigneurs ont quelque chose à faire ensemble, il ne viennent pas en personne, mais fassent régler la chose par leurs conseillers » (« es besser [...], dass grosse Fürsten und Herrn, wenn sie miteinander zu schaffen haben, nicht selber zusammen komen, sondern durch jre Rethe die sach ausrichten sollen »). C’est là un plaidoyer pour l’objectivation et la juridicisation de toutes les relations étrangères, qui doit permettre d’en évacuer les affects comme la colère suscitée par l’honneur blessé ou par un zèle religieux excessif. Mais il s’agit aussi d’un texte composé en faveur d’une profession, celle des juristes, alors en plein développement. En essayant d’obliger les « princes ou seigneurs » à discuter intensément et à prendre en considération les délibérations formulées dans le cercle de leurs conseillers avant d’agir pour leur politique extérieure, Lauterbeck franchit en outre un pas supplémentaire sur la voie de l’étatisation de ce domaine, car il cherche à en exclure l’arbitraire princier. Il part aussi du principe que la diplomatie formelle est particulièrement recommandée aux puissances qui s’apprêtent à la guerre. De manière attendue, Lauterbeck recourt essentiellement à Commynes pour la pratique de la diplomatie. À l’encontre de l’argumentation romano-catholique contemporaine, portée par exemple par Konrad Braun, il insiste de façon remarquable sur l’immunité de tous les diplomates et sur la fidélité au contrat, même à l’égard d’ennemis n’appartenant pas à la même religion. Par ailleurs, ce philippiste compte sur le rétablissement de l’amour chrétien du prochain pour en revenir à l’unité et à la paix19.

  • 20 Jean Bodin, Lessix livres de la Républìque, Paris, 1576 (...)

20Oscillant entre zèle confessionnel et souci irénique, infléchissant et instrumentalisant le contexte diplomatique dans des directions variées, toutes ces discussions sont à partir de 1562 perturbées par l’expérience des Guerres de religion et du soulèvement néerlandais, lui aussi à forte charge confessionnelle. La tonalité dominante est désormais partout la même : le renforcement de la souveraineté étatique. Objet d’une large réception dans l’Empire, l’œuvre principale de Jean Bodin, composée en 1576, a ainsi sous trois aspects des conséquences immédiates pour la théorie de la diplomatie. Elle libère tout d’abord la souveraineté séculière de l’autorité supérieure du pape ; en second lieu, elle propage l’idée selon laquelle le droit à la diplomatie doit être réservé aux souverains ; enfin, elle pose avec une grande acuité la question du détenteur de la souveraineté dans l’Empire. Comme la plupart des théoriciens catholiques et quelques luthériens tendent à se rejoindre pour concéder la souveraineté à l’empereur, une conséquence possible serait la transformation de l’Empire en monarchie et l’établissement d’une seule diplomatie impériale d’Empire. D’après une interprétation concurrente, la souveraineté reviendrait aux grands états de l’Empire représentés à la diète, ce qui aurait pour effet de transformer l’Empire en une fédération de princes, avec de nombreuses diplomaties princières correspondantes. Nulle décision claire n’est alors prise, et, pour l’essentiel, la situation confuse dans laquelle se trouve la diplomatie persiste. Parmi les parties du discours de droit public dans lesquelles l’exigence d’une doctrine de la souveraineté est traitée en termes de théorie de la diplomatie, les plus importantes sont le droit d’ambassade, le droit des alliances et le Ius belli et pacis20. Avant qu’elles ne prennent véritablement leur essor, l’attention se porte cependant de façon prioritaire sur la doctrine de la raison d’État et sur le machiavélisme mesuré, des théories politiques qui répondent alors de la meilleure manière possible aux besoins de camps politico-confessionnels soucieux de garanties et de consolidation.

  • 21 G. Botero, Della ragione di stato libri dieci, Venise, 1589, (...)
  • 22 Justus Lipsius, Politicorum (...)

21Giovanni Botero, dont l’ouvrage Della ragione di stato libri dieci (1589) est dédié au prince-évêque de Salzbourg, envisage lui aussi essentiellement l’Empire. Il développe l’image idéale du prince contre-réformateur, qui affermit son pouvoir et en transforme l’organisation de façon conséquente, afin de mener l’Église à la victoire sur les hérétiques grâce à l’utilisation décidée de toutes les possibilités offertes par une guerre de religion devenue incontrôlable. L’armée, la guerre, l’économie, l’augmentation de la population et les finances de l’État occupent l’essentiel de l’ouvrage. Le lecteur y est introduit dans les mécanismes de la rivalité entre les puissances. Ainsi, face à l’accroissement du pouvoir d’un voisin, il faut réagir rapidement en concluant des alliances habiles. En examinant la relation du souverain avec ses ministres puis les règles de la prudence – la dissimulation et la ruse sont par exemple requises – Botero mentionne certes les ambassadeurs, mais sans envisager la diplomatie de façon exhaustive21. Le propos développé par Juste Lipse dans son Politicorum sive civilis doctrinae libri sex n’est pas sans similitude. Son ouvrage fonde le lipsianisme, dont l’on ne saurait surestimer l’influence aussi bien sur les territoires protestants, notamment le Brandebourg-Prusse, que sur des territoires romains vieux-croyants comme la Bavière. Certes, ses recettes raffinées de gouvernement concernent elles aussi au premier chef tout ce qui a trait à la consolidation interne de l’État et aux affaires militaires. Cependant, dans sa défense explicite de la tromperie politique, qui lui paraît non seulement inévitable, mais aussi recommandable, Juste Lipse inclut également la politique extérieure. Plus important encore pour la théorie de la diplomatie, cet ancien élève des jésuites caractérise avec force le système des puissances de son temps comme une rivalité dynamique où l’existence de chacun est en jeu. La méfiance, la ruse et l’art de la guerre y sont nécessaires, et leur usage recommandé même lorsque règne la paix, celle-ci apparaissant de la sorte essentiellement comme un temps de préparation à la guerre. La diplomatie n’est finalement plus seulement un instrument indispensable et durable pour gagner la paix, mais aussi un moyen pour préparer une guerre victorieuse, pour garantir la puissance sans le recours à la guerre, pour acquérir constamment du pouvoir. Sa mise en œuvre peut alors se fonder sur le recours à toutes les stratégies et à toutes les tactiques possibles, au premier rang desquelles figurent toujours, d’une part, la dissimulation des véritables conceptions, intérêts et sentiments des praticiens, de l’autre, le fait de se procurer systématiquement des informations, même par la voie de l’espionnage22.

  • 23 Legatus seu de legatione, legatorumque privilegiis, off (...)
  • 24 Voir l’édition (partielle) dans V. E. Hrabar (éd.), De lega (...)
  • 25 Ottaviano Maggi, De legato... cit. n. 23, lib. primus, p. 2 (...)

22Tout en étant sensibles à ces différentes réflexions, les élites de l’Empire se tournent dorénavant vers les traités pratiques de diplomatie produits à l’étranger. L’on connaît ainsi rapidement le De legato libri duo (1566) d’Ottaviano Maggi, le Legatus seu de legatione legatorumque privilegiis, officio ac munere libellus (1579) de François de la Mothe le Vayer, ou bien encore le De legationibus libri tres (1582) d’Alberico Gentili. La demande est telle qu’elle conduit même en 1596 à la publication à Hanau d’un recueil réunissant ces trois ouvrages23. En 1607, lors de sa réimpression, la collection a pour but assigné de servir à l’étude de la science du droit et de la pratique juridico-politique. Les ouvrages modèles proviennent de la bibliothèque de Marquard Freher († 1614), professeur de droit à Heidelberg, humaniste, diplomate et conseiller du prince électeur palatin. L’on y a de surcroît ajouté d’autres textes relatifs à l’histoire et à la constitution de l’Empire24. Ce qui domine donc chez les utilisateurs, c’est une approche politique et de droit public. Dans le Palatinat réformé, plus petit que les puissances romano-catholiques et luthériennes de l’Empire, mais aussi très ambitieux, les penseurs du droit et de la politique se servent donc des conceptions et des pratiques avancées de Venise, de la France et de l’Angleterre, pour soutenir la principauté et, partant, l’ensemble du camp réformé, dans sa revendication à une sécurité, à une indépendance et à une diplomatie autonome reconnues par le droit de l’Empire. Les traités sont alors lus et interprétés en ce sens. Le parfait légat humaniste de Maggi fournit un modèle pour le parfait légat humaniste réformé. Son patriotisme est simplement reporté de Venise vers le Palatinat et l’ensemble du camp réformé. Le postulat d’une dignitas spécifique propre à tous les légats est repris afin de contrecarrer les tentatives des opposants vieux-croyants et luthériens de tenir à l’écart les diplomates du camp réformé qui ne figure pas dans la paix de religion d’Augsbourg. De plus, tels que Maggi les énumère, les devoirs du légat-ambassadeur peuvent être interprétés objectivement dans la perspective d’une puissance étatique, notamment celle d’un État princier25.

  • 26 François de la Mothe Le Vayer, Legatus [...], dans Legatus (...)

23L’exposé plus systématique de Le Vayer offre pour sa part un modèle bienvenu pour qui souhaite justifier, élaborer et mettre en pratique avec succès sa propre diplomatie. Avoir des ambassadeurs fait partie des obligations et du droit de toutes les entités politiques. Ils doivent être considérés comme indispensables pour l’information et le conseil, sans lesquels nul pouvoir ne peut être efficacement exercé. Le choix des ambassadeurs doit être effectué en vertu de qualifications internes et externes, parmi lesquelles le corps a sa part, mais il faut aussi tenir compte de l’opinio vulgus ac Principis, autrement dit de leur renommée, jugée décisive pour être crédible, susciter la confiance et atteindre le succès. Il est désormais nécessaire de distinguer nettement les légats ou diplomates adressés à l’extérieur et les députés, qui sont envoyés par des sujets à leur souverain. Les ambassadeurs résidents (perpetui, ordinarii) comme les envoyés extraordinaires (extraordinarii) dépêchés pour une mission spécifique sont aussi nécessaires les uns que les autres. Leur principale tâche demeure la defensio patriae. Elle ne peut réussir que si les ambassadeurs disposent de compétences politiques adéquates, si on leur reconnaît effectivement des droits spécifiques généraux et d’autres encore, propres à chaque situation26.

24Un an plus tard seulement, en 1597, paraît à Rostock, puis à Lubeck, un autre recueil comportant notamment le De legato et legatione liber de Christoph Varsevicius (Krzysztov Warszewicki), qui a paru pour la première fois à Cracovie en 1595. Les autres parties de cette collection concernent les conseils et le plus haut organe de conseil dans le système politique monarchique. La réunion de ces textes dans un seul volume prouve par elle-même que les débats de la période font de la diplomatie un élément du noyau institutionnel et administratif des États naissants. Également diplomate et conseiller royal, le juriste polonais a du reste une approche plutôt pratique. Deux choses lui paraissent nécessaires pour le gouvernement des nations et des peuples : scientia legum et morum & ingeniorum cognitio exactissima. Tandis que les différentes lois sont faciles à connaître une fois qu’elles ont été mises par écrit, les coutumes et les mentalités demeurent cachées et ne peuvent être saisies qu’après une observatio méthodique. Les ambassadeurs (Legaten) font partie des magistrats à qui revient une telle tâche. Leurs qualifications et leurs devoirs se déduisent également de cette mission, elle-même subordonnée à un but supérieur, l’amicitia & publica populorum tranquillitas. De là une définition compacte :

  • 27 Chr. Varsevicius, De legato et legatione liber, Rostock 159 (...)

25Debet certe legatus homo esse prudens, & multo ante, quam fungatur legatione, in agendis rebus, & cum principibus esse versatus ; nec tamen loquens quam eloquens, nec tamen dicax quam perspicax, cui etiam ipsi in omni vita & actione, verbis & sermone, habitu denique & vestibus ipsis commendata semper sit modestia : non enim peraeque omnia, quae licuerint, decuerint derepente : & quae convenient privato, non conconvient fortasse legato : & secus juveni, secus provectioris aetatis vir, non seni : secus hujus, secus illius nationis homini : secus externo, secus indigenitali27.

  • 28 Chr. Varsevicius, De (...)

26Les legati perpetui et les legati extraordinarii sont donc à nouveau distingués. Une attaque à l’encontre des uns ou des autres doit être interprétée comme un crimen laesae majestatis, une atteinte portée au seigneur même, à punir de façon particulièrement sévère. Dans le même temps, l’on distingue plus nettement la personne privée de l’ambassadeur de sa personne officielle, sa fonction est de plus en plus étatisée. Les ambassadeurs doivent déclarer à leur mandant tous les bénéfices qu’ils reçoivent au cours de leurs activités diplomatiques. Il leur faut mettre toutes leurs forces au service de leur seigneur. Les relations de parenté et les amitiés privées qui pourraient porter tort à ces obligations ne doivent jouer aucun rôle. De même, c’est seulement dans des cas extrêmes que doivent être évités des comportements rendus exigibles par la profession et qui pourraient paraître criticables pour la conscience privée de celui qui les adopte. De tels mendacia, quae dicuntur officiosa sont, en réalité, tout à fait inévitables, car qui nescit simulare, nescire etiam & regnare. Néanmoins, comme les princes en savent toujours plus que les diplomates et, qu’en cas de doute, la responsabilité des problèmes est toujours reportée sur leurs entourages, il s’avère aussi que silere quidem tutior videtur modus veritatis occultandae28.

27Enfin, l’on connaît aussi dans l’Empire le Legatus de Carlo Pasquale, dans sa première édition de Rouen (1598) et dans sa seconde édition (Paris, 1612). Des expériences diplomatiques concrètes ainsi que l’activité du conseil de la Couronne en France laissent également des traces dans ce texte sur lequel on reviendra ensuite, mais il ne suscite pas un grand intérêt avant l’édition d’Amsterdam en 1645.

De la systématisation théorico-politique à l’optimisation pratique (1600-ca. 1700)

28Vers 1600, les élites de l’Empire intéressées par la réflexion politique commencent à ressentir fortement le besoin de penser de façon systématique la politique et un système politique en devenir. C’est la raison pour laquelle, durant le premier tiers du XVIIe siècle, des opera systematica vel compendiosa politica – les Politiques – apparaissent aussi bien dans les universités luthériennes que réformées et, dans une moindre mesure, catholiques. Ces œuvres volumineuses adoptent pour la plupart une construction aristotélicienne classique, en y introduisant fréquemment des éléments de droit public, ainsi que les principaux apports de la pensée machiavélienne mesurée et de la raison d’État. Toutes envisagent ce qui a trait à la diplomatie, le lient de façon plus précise qu’auparavant à la construction de l’État dans son ensemble, puis dégagent les conditions et les tâches spécifiques d’une action diplomatique réussie. Plutôt que sur la prudentia pratique, l’accent est alors mis sur la scientia.

  • 29 H. Schilling, Johannes Althusius und die Konfessionalis (...)

29Les Politiques les plus diffusées sont celles du juriste réformé Johannes Althusius, parue tout d’abord en 1603, puis dans une édition de référence en 1614, mais qui, pour des raisons spécifiques, ne se soucie guère de diplomatie, la Doctrina politica du luthérien Henning Arnisaeus (première édition en 1605, onze autres jusqu’en 1685) et les Politicorum libri decem du jésuite Adam Contzen, publiés entre 1620 et 162929. Le Synopsis politicae doctrinae de Christoph Besold, est pour sa part diffusé dans les deux camps en raison de la conversion de son auteur du luthéranisme au catholicisme. L’ouvrage est édité une première fois en 1620, puis connaît huit rééditions jusqu’en 1659. La diplomatie y est traitée sous la rubrique De conservatione et administratione civitas respectuexteriorum. Fondamentalement, Besold considère encore que toutes les autorités et puissances appartenant à l’Empire ont des relations étrangères. Cette vision transparaît notamment dans le premier chapitre du volume, consacré aux imperantes dans l’Empire ; elle est encore renforcée par les remarques introductives générales qui préludent à l’analyse des relations avec les voisins (vicini).

  • 30 « Alle deutschen Fürsten haben nach dem Recht und Privileg (...)

En vertu du droit et du privilège de libre souveraineté, tous les princes allemands ont le droit, pour toutes les affaires qui concernent leur principauté ou leur liberté commune, de recevoir des envoyés (Gesandte) étrangers ou bien de dépêcher des envoyés (Gesandte) à l’étranger. [...] Ce droit vaut également pour les villes d’Empire30.

  • 31 Ibid., p. 246, p. 242, p. 261-264, sur l’ambasciator, p. 26 (...)

30Cependant, tout en le regrettant profondément pour des raisons chrétiennes et morales, le juriste caractérise aussi fondamentalement ces relations en termes de concurrence. Chacun doit de ce fait observer avec une grande attention le développement de ses voisins. S’ils s’accroissent ou se consolident, par exemple en érigeant des fortifications frontalières d’où peuvent partir des attaques, des mesures de rétorsion appropriées doivent être prises. L’on peut alors conclure des alliances défensives, le cas échéant avec des puissances tierces au statut normatif problématique, mettre en place des zones démilitarisées... ou même fomenter des soulèvements chez les voisins. Besold relève aussi explicitement le danger que les alliances ne dégénèrent en une soumission des plus faibles, comme cela s’est déjà souvent produit dans l’Empire. La sauvegarde et l’entretien des rangs et des honneurs correspondant à chaque puissance constituent un autre domaine d’activité de la diplomatie. Les explications de Besold laissent à cet égard apparaître une réticence à franchir complètement le pas et à délaisser l’ancien modèle des alliances d’amitié et de confiance excluant hétérodoxes et hérétiques pour le nouveau modèle, dans lequel il est possible de nouer des liens avec de telles puissances, puisqu’il s’agit de relations d’intérêt clairement calculées. De même, Besold garde de l’ambassadeur une conception de style ancien, celle d’un acteur qui intervient en relation avec un motif particulier. Comme le révèle la définition incertaine de l’ambasciator, celui-ci n’est pas un professionnel31.

  • 32 Hermann Kirchner, Legatus, Marbourg, 1610, chap. 4, n. 19 ; (...)

31À l’instar des Politiques parues après 1604, l’œuvre de Besold peut à partir de cette date recourir à des traités allemands spéciaux de théorie de la diplomatie d’un nouveau genre. Un professeur d’éloquence et d’histoire de Marbourg, Hermann Kirchner, marque le début de ce mouvement avec un énorme abrégé, le Legatus (1604, autres éditions en 1610 et 1614), qui servira de référence pour les discussions allemandes jusqu’à la fin de l’Empire. En reprenant quasiment toutes les œuvres antérieurement consacrées au sujet pour les intégrer dans la perspective de la Hesse-Cassel, une puissance moyenne appartenant alors au camp réformé, Kirchner traite tous les aspects imaginables : la terminologie relative aux échanges d’ambassades, le droit d’ambassade (reconnu à toutes les villes d’Empire), les types d’envoyés (en distinguant résidents et envoyés extraordinaires), les qualifications personnelles requises (ce qui conduit même à envisager les dispositions psychiques), la grandeur et l’ordonnancement des délégations, les droits, les devoirs, les comportements exigibles en fonction des situations, l’armement, etc. L’idéal de Kirchner est celui d’un vir sapiens qui relie les politicas scientias cum virtutibus. Mais, dans des cas extrêmes, il est aussi possible selon lui d’utiliser un vir illiteratus qui peut aussi devenir un bon ambassadeur. L’appartenance confessionnelle paraît en revanche secondaire à ses yeux32.

  • 33 Francfort, 1617, II. Teil, 1-7 et 7-21.
  • 34 Strasbourg, 1624. Sur l’adoption de la perspective de la ra (...)
  • 35 Johann Wilhelm Neumayr von Ramsla, Von der Neutralitet (...)

32Avant le déclenchement de la guerre de Trente Ans, une autre compilation, apparemment constituée de sources diplomatiques, vient fournir des connaissances éclairant d’un point de vue pratique les spécificités des différents pays et pouvoirs. Il s’agit du Politische Schatzkammer oder Form zu regieren. Das ist : Außerlesene schöne Discurs Relationes, Instructiones keyßerlicher, königlicher Ambassiatoren und Bottschaffter […] Durch vieler hoher Potentaten, Ambassiatores und Legaten ihren Herrn in Heimlichkeit referiert, und itzo in Truck gegeben durch Nicolaum Bellum. Dans la partie consacrée à l’Empire, prétendument extraite d’un rapport vénitien, des plaintes sont émises au sujet de ses multiples divisions et de la difficulté à y trouver le bon interlocuteur pour des questions diplomatiques33. En 1624, en plein milieu au conflit, Besold, toujours dans sa phase luthérienne, et le conseiller du prince de Saxe Johann Wilhelm Neumayr von Ramsla publient des traités de théorie de la diplomatie dont le but est de mettre fin à la guerre. Les Spicilegia politico-iuridica de legatis, de sessionis praecedentia, ac item de pacis iure deque arcanis rerumpublicarum sont une contribution académique et systématique, qui vise d’une part à préciser et à optimiser l’instrumentarium diplomatique en tenant compte de la raison d’État et des réflexions consacrées à l’exercice avisé du pouvoir, de l’autre, à rendre la paix possible grâce à des procédures et à des conditions claires34. Neumayr von Ramsla formule en revanche des souhaits dont la teneur est plutôt morale et oecuménique pour les chrétiens : réduire la cruauté de la guerre, s’engager dans des alliances uniquement avec des partenaires acceptables, mieux éviter la neutralité, c’est-à-dire se rallier aux défenseurs de la bonne cause, etc. Pour la diplomatie, une telle approche signifie aussi un renouvellement en termes normatifs susceptible d’être mis à profit par la prudence souveraine contre un ennemi reconnu comme mauvais35.

  • 36 Carolus Paschalius, Legatus, Amsterdam, 1645 ; voir l’aperç (...)
  • 37 Séville, 1620 ; Paris, 1635 et Paris, 1652, éditions ultéri (...)

33Actif en France, chargé de missions diplomatiques en Pologne, en Angleterre et en Suisse, le juriste italien Carlo Pasquale fournit en revanche de nouveau aux théoriciens allemands de la politique la possibilité de se familiariser avec une appréciation de la diplomatie fondée sur le système européen des puissances. Dans son Legatus, fort de plus de 500 pages dans l’édition de 1645, les développements systématiques laissent transparaître plus clairement qu’auparavant certains problèmes : l’identification ou la distinction de la dynastie régnante et de l’État, le changement de pratique diplomatique entre le temps de la paix et celui de la guerre, les difficultés linguistiques rencontrées au cours des échanges diplomatiques, l’écart qui se creuse entre la diplomatie politique, celle de l’honneur, et le besoin constant d’améliorer les affaires diplomatiques en les adaptant aux conditions changeantes du système des pouvoirs36. Juan Antonio de Vera y Figueroa, confident du roi d’Espagne Philippe III, adopte lui aussi la perspective d’une grande puissance européenne dans son ouvrage dialogique, El Enbaxador. Publié pour la première fois en espagnol en 1620, édité en traduction française en 1635 et en 1652 sous le titre Le parfait ambassadeur, l’ouvrage rencontre un écho important, mais développe l’image idéale d’un diplomate aristocrate pur-sang qui ne correspond guère aux diverses situations de l’Empire37.

  • 38 Cologne, 1624. Voir aussi Id., Thesaurus politicus oder (...)

34Le Tractatus de legato (1624) du chanoine de Liège Joannes a Chokier emmène pour sa part de nouveau les lecteurs vers l’horizon allemand. Dédié au prince électeur de Cologne originaire de la maison Wittelsbach, ce traité déploie un panorama systématique de la diplomatie dans ses dimensions habituelles. Le droit d’ambassade y dérive évidemment de la souveraineté (ici nommée auctoritas), les représentants permanents et les envoyés extraordinaires y sont naturellement distingués, les cupides voient leur compétence à être ambassadeurs contestée, les langues et l’interprétariat sont traités plus en profondeur, des développements sont consacrés à la libertas loquendi de l’ambassadeur, et le danger de disputes internes dans les trop grandes délégations fait l’objet d’une mise en garde. Enfin, en confiant également à l’ambassadeur des affaires de l’Église, en nommant explicitement des princes ecclésiastiques comme destinataires des ambassades et en manifestant une réserve évidente à l’égard du personnel diplomatique non catholique, la contribution de Chokier au débat défend à nouveau une approche spécifique du problème, celle de l’Église catholique romaine38.

  • 39 Frederik de Marselaer, Legatus libri duo, Anvers, 1644, (...)

35Finalement, peu avant la paix de Westphalie, le discours allemand sur la théorie de la diplomatie en vient avec les Legatus libri duo de Frédéric de Marselaer à adopter une perspective hispano-néerlandaise plus nettement européenne. En se référant explicitement à la Belgique, ce recueil effectué sous forme de Dissertatio fait de la tranquillité et de la paix dans la stabilité les principaux buts du pouvoir et des qualités supérieures propres à la chrétienté. La diplomatie peut contribuer de manière décisive à les atteindre. Dans ce texte, les ambassadeurs (Legaten) forment aussi un groupe particulier parmi celui plus vaste des ministres les plus importants. Le concept et la chose tirent également leur origine de l’Antiquité, tandis que la définition Legatus […] is est, qui publice lectus, publice etiam missus, negotium publicum auctoritate peregre agit sert à éclairer l’étatisation accomplie d’une diplomatie, qui ne doit plus s’occuper de mariages dynastiques et d’affaires de parenté que dans la mesure où le bonheur et le malheur des États en dépendent39.

  • 40 Frederik de Marselaer, Legatus... cit. n. 39, p. 10-108, p. (...)

36Dans le même temps, la différenciation interne accrue de la diplomatie apparaît mieux, la distinction d’offices et de rôles spéciaux est plus clairement formulée. Il s’ensuit cependant une énumération exhaustive des caractéristiques sociales, des qualités de caractère et des qualités corporelles (...) du diplomate qui demeure dans l’ensemble conventionnelle. L’envoyé (Gesandte) doit être religieux, ou du moins se montrer tel : de atheo aut in religione vacillante, firma integritati opinio non sit. Encore et toujours, il lui faut de préférence être originaire du pays qu’il doit représenter, ou dont il doit représenter le souverain ; même appropriée, sa rétribution ne suscite et ne garantit pas en effet à elle seule la fidélité et le dévouement requis pour représenter en permanence et de la meilleure manière possible la splendeur (splendor) de son propre souverain. L’ambassadeur de Marselaer doit du reste également être capable de simuler et de dissimuler, car le monde a été tellement abaissé par les ambitions, la cupidité, les mensonges et l’immoralité, que même l’homme irréprochable est forcé de recourir à de tels moyens pour s’imposer et garantir sa sécurité. Tout en parsemant son ouvrage de références humanistes récurrentes au monde antique, l’auteur s’inscrit directement dans son temps en énumérant des cours importantes qu’un ambassadeur doit impérativement visiter : dans l’ordre, la curie à Rome, Prague, Madrid, Paris, Londres, Venise et Constantinople, autrement dit la cour du sultan40.

37Tandis que tous ces traités, allemands ou pas, peuvent être considérés rétrospectivement d’un point de vue historique comme des contributions à la réussite finale de la paix de Westphalie, les textes prennent en considération avec une intensité variable les expériences effectuées dans le contexte de la conclusion de cette paix qui a fait date. Ils poursuivent pour l’essentiel deux objectifs : tout d’abord, l’approfondissement de l’ancrage et de la systématisation de la diplomatie avec le droit public, en second lieu, l’amélioration de sa fonctionnalité politique et de son efficacité.

  • 41 Heinrich Michaelis (Praes.), Sylvester Bekker (Aut. & Resp. (...)

38Dans leur De legatis (1654), une dissertatio juridico-politique effectuée à Greifswald, en se fondant avant tout sur Kirchner, mais en mentionnant aussi Braun, Pasquale, Marselaer et d’autres encore, Heinrich Michaelis et Sylvester Bekker exposent systématiquement en termes académiques et de façon exhaustive tout ce qui a trait aux ambassades de l’Empire : les différents droits d’ambassade des membres de l’Empire ; les types d’ambassade, notamment celles avec un mandat limité et celles avec un mandat libre ; les charges des ambassadeurs dans la guerre et dans la paix ; les moyens d’une activité diplomatique réussie, parmi lesquels figurent également les qualifications personnelles de l’envoyé ; la question de la participation des femmes ; les écrits diplomatiques ; les droits d’exception diplomatiques, depuis peu fixés dans le droit des peuples, en premier lieu grâce à Hugo Grotius, etc. Le prologue explicite clairement l’objectif principal de l’ouvrage : il s’agit, grâce à une diplomatie habile et irréprochable en termes juridiques, d’empêcher le plus possible la discorde et la guerre toujours menaçantes41.

  • 42 Voir V. Hrabar, De legatorum (...)
  • 43 Iéna, 1665, [non paginé], Sectio I, II, IV et IX. Pour une (...)

39Il n’est pas possible dans cet article d’examiner toutes les nombreuses thèses académiques juridiques et juridico-politiques qui suivent cette tendance42. Ces écrits sont avant tout un témoignage de la juridicisation croissante du discours. Présentée à Iéna en 1665 par Ernst Friedrich Schröter et Ernst Joachim Vahle, la Dissertatio juridica-politica de ambasciatoribus eorumque juribus est la première à traiter explicitement de l’ambassador dans ce cadre, et elle s’inscrit dans ce même courant. Les prolégomènes font ainsi clairement le constat que tout ce qui a trait aux ambassades dépend du jus gentium et ne doit pas être effectué libidine principis. L’ambassador est défini comme un mandatarius principis exerçant un munus publicum personale [...] quod subit persona idonea apud extraneos in rebuspublicis ad salutem reipubl. pro principe tractus. Ce rôle ou cet office a été introduit, parce qu’il est devenu dangereux de faire se rencontrer deux principes jaloux de leur dignité respective et de leur prééminence. Les princes sont cependant hodie [...] consanguinitate & necessitudine conjuncti, autrement dit ils ont constamment affaire les uns avec les autres, et le problème est donc devenu structurel. Dans le même temps, les qualifications requises de l’ambassador et du legatus sont plus nettement qu’auparavant déplacées par les auteurs du domaine des virtutes à celui des requisita idonea – autrement dit des compétences professionnelles. Ils résolvent la problématique confessionnelle en déclarant qu’il relève du droit du prince de ne pas recevoir ou de rejeter formellement le legatus haereticus et tous les envoyés de puissances étrangères qui sont à ses yeux suspects de porter préjudice à sa dignité ou même seulement de prendre leur tâche trop à la légère – non frivola sit tota negotia43.

  • 44 Voir par exemple Johann Paul Felwinger (Praes.), Hermann Fr (...)

40Ces textes ne reflètent pas ou guère le fait que la formation académique des futurs ambassadeurs a perdu en importance de façon significative avec leur instruction pratique et leur installation dans les cours. Ils mettent plutôt de façon accrue l’accent sur un autre postulat : le légat doit non seulement être d’origine noble pour pouvoir se comporter de façon appropriée, avoir du succès et représenter dignement son souverain, mais aussi impressionner par sa richesse et son mode de vie luxueux – l’aristocratisation de la politique au temps de l’absolutisme trouve ici une traduction manifeste44.

  • 45 « Religion hebet keinen Friedens-Vertrag oder Gesandtschaft (...)
  • 46 Candorins Vollkommener teutsche Gesandte... cit. n. 45, (...)

41C’est dans cette phase qu’est imprimé en 1679 à Francfort-sur-le-Main un traité allemand largement diffusé à l’époque, le Candorins Vollkommener teutsche Gesandte. Dédié au plus haut représentant de l’Empire, anonyme mais probablement dû au chevalier Konrad von Hoevel, ce texte adopte une tout autre perspective. Son objectif est « en effet » d’exposer comment, « pour son propre honneur et sa renommée éternelle », l’ambassadeur « [doit] se comporter le plus convenablement possible dans les événements habituels qui se produisent avant, pendant et après les tâches qu’il a la charge d’exécuter » (« wie nemlich [der Gesandte] in denen vor, bey, und nach der ihme auffgefürdeten Verrichtungen vorzufallen gewöhnlichen Begebenheiten gebührligst zu sein selbst eigener Ehre und unsterblichem Rum sich zu verhalten »). Il s’agit donc d’une directive concernant la carrière de tous les diplomates, qui sont du reste encore des « hommes politiques » (Politici) au sens général. L’auteur met en avant son expérience diplomatique personnelle, acquise notamment lors de discussions avec d’éminents représentants étrangers. Il souligne cependant que sa contribution, allemande, est effectuée en faveur des ambassadeurs ou de tous les détenteurs de hautes fonctions politiques allemands. Toutes les définitions, les descriptions des problèmes et les propositions sont par conséquent développées dans des perspectives allemandes. La palette des pouvoirs possédant le droit d’ambassade est large ; il est même envisagé que des ambassadeurs puissent être envoyés ou reçus par les détenteurs de souveraineté dont la capacité à disposer d’un tel droit en tant que membres de l’Empire est contestée, mais qui règnent souverainement sur des territoires étrangers. Pour l’énumération des types d’envoyés, préférence est donnée aux caractérisations allemandes, suivies des terminologies latines et, surtout, françaises. Tout ce qui a trait aux ambassades religieuses et spirituelles est également pris en considération. Le caractère exhaustif des analyses révèle la connaissance de toute la bibliographie concernant le sujet ainsi qu’un lien étroit avec la guerre de Trente Ans, la paix de Westphalie et la configuration des pouvoirs depuis lors en vigueur à l’intérieur et à l’extérieur de l’Empire. L’auteur a pour idéal un « homme-d’État-et-du-monde-juriste-chrétien-et-courageux », qui appartient naturellement à la noblesse. Il ne fait pas de distinctions confessionnelles : « la religion n’abolit pas un traité de paix ou une ambassade », comme vient de le prouver dernièrement la paix de Westphalie45. Le refus d’un homme politique machiavélien et diabolique demeure cependant plutôt de l’ordre de la déclaration d’intention. L’ambassadeur allemand doit également faire preuve d’habileté politique le moment venu ; « l’art de simuler et de dissimuler » a une « grande utilité », notamment en cas de « nécessité » (Noht). L’auteur s’exprime alors avec virulence contre les hommes formés dans les livres et à l’école, les concurrents de la noblesse ; la pratique et l’expérience dans les « tâches du monde » (Welt-Verrichtungen) sont en effet indispensables. Naturellement, l’adaptation aux circonstances ne doit pas conduire à reprendre complètement la « manière française » (Fräntzischen Art) dans le vêtement, l’habitus, la langue, etc. L’enjeu est plutôt de combiner les qualifications politico-professionnelles avec les meilleures vertus allemandes. Un tel alliage constitue pour le véritable homme politique un fondement solide lui permettant d’accroître sa splendeur conformément à ses voeux, et d’acquérir une « renommée » (Rum) durable46.

  • 47 Voir l’article sur Wicquefort dans ce volume ; M. Keens-Sop (...)

42Par la suite, comme dans le reste de l’Europe où l’œuvre fait date, L’ambassadeur et ses fonctions du néerlandais Abraham de Wicquefort connaît une réception importante dans l’Empire. En témoigne la publication d’une traduction en allemand dès 1682, une année seulement après la parution de l’original français. Ainsi se répandent les nouvelles perspectives d’un homme qui a exercé des charges diplomatiques de première importance – en France d’abord, aux Pays-Bas ensuite –, et qui a également assisté au congrès de paix de Westphalie. La situation présente retient toute l’attention de Wicquefort : l’existence, de fait, d’une diplomatie déjà établie et différenciée pour toutes les puissances européennes déterminantes (et seulement pour elles), le rôle décisif de l’ambassadeur résident dans ce système, la concentration des tâches diplomatiques d’une part sur la défense des intérêts de Realpolitik et, de l’autre, sur la représentation cérémonielle de la souveraineté et de l’État, le passage à la diplomatie des congrès et, finalement, le formatage et la canalisation croissante de la diplomatie dans et par le droit des peuples. En conséquence, Wicquefort rejette les traités qui ont précédé le sien en raison de leur trop-plein de références antiques, ou bien pour leur caractère excessivement formel et académique. Il souligne en outre l’éminente importance d’une adaptation adroite et patiente aux circonstances changeantes – à l’encontre du catalogue habituel et figé des qualifications ou des vertus – et de la recherche conséquente du succès, mettant ainsi de nouveau l’expérience au premier plan. Finalement, il fait entrer la diplomatie de façon nouvelle dans le contexte général de la guerre et de la paix, et souligne l’importance d’une fréquentation diplomatique durable pour la préservation de relations durablement stables à l’intérieur du système européen des pouvoirs47.

  • 48 Caspar Thurmann. Bibliotheca statistica (1701), éd. et intr (...)

43Parmi les ouvrages sur lesquels se forge dans le domaine diplomatique l’horizon de connaissance des élites de l’Empire vers 1700, figure également un livre représentatif du juriste Caspar Thurmann, la Bibliotheca statistica s. autores praecipui, qui de ratione status, et quae eo pertinent, in genere & in specie, de statistis, seu status aliisque ministris aulicis, et consiliariis, nec non de ambasciatoribus, residentibus, et mediatoribus pacis […] scripserunt (1701). L’ensemble des ouvrages consacrés à la diplomatie forme environ un cinquième de toute la bibliographie. Le premier chapitre du livre à s’y référer a pour titre « Ambasciatores, Ambassadeurs ». Ici aussi, l’ambassadeur résident est devenu une figure centrale, et les deux variantes du concept reflètent le passage de la phase latine à l’hégémonie française. Le chapitre traite pour une part de questions de droit : le droit d’ambassade en général et de façon spéciale (en envisageant également les cas d’exception contemporains, Venise, l’Empire ottoman et le Portugal), les titres, les cérémonies, les préséances, le droit de quartier. Il fournit d’autre part des documents et de la bibliographie sur des questions pratiques et des processus concrets, en l’occurrence les négociations de paix et les activités diplomatiques développées dans ce cadre. Le deuxième chapitre concernant le sujet est consacré aux Mediatores Pacis, Friedens-Mediatores (« médiateurs de paix »), avec, sous le titre, un proverbe biblique approprié. La paix jouit ainsi du même rang que la diplomatie. Les divers groupes de médiateurs sont envisagés de façon très différenciée – même les clercs et les femmes y figurent –, les motifs de la médiation sont examinés, les textes sur les formes de la médiation compilés. De façon typique pour l’Empire, le dernier paragraphe du chapitre est consacré au Christ comme médiateur entre Dieu et les hommes, une stylisation de l’ensemble de la diplomatie en termes christiques et symboliques alors très fréquente. De fait, Thurmann a tenu compte de presque toutes les contributions relatives à la théorie de la diplomatie lues et parues jusqu’alors dans l’Empire : il ne lui manque que quelques thèses48.

44Entre le Jus publicum et la « prudentia étatique allemande » (Teutscher Staatsklugheit) : le XVIIIe siècle

45Deux événements majeurs marquent la réflexion politique dans l’Empire durant les premières décennies du XVIIIe siècle : en 1701-1714, la vaine tentative des Wittelsbach de Bavière, une puissance moyenne, d’atteindre le niveau de la royauté en reprenant le trône espagnol – ils souhaitent ainsi suivre le modèle de la Saxe, dont la dynastie acquiert la Couronne polonaise en 1697 – ; d’autre part, en 1701, l’élévation réussie des Hohenzollern de Prusse à la dignité royale. Tout ceci a certainement stimulé la théorie de la diplomatie, notamment les réflexions sur le cérémoniel et l’ordonnancement des envoyés selon leur rang lors des manifestations curiales et des congrès diplomatiques.

  • 49 Friedrich Wilhelm von Winterfeld, Teutsche und Ceremoni (...)

46Dans son Teutsche und Ceremonial-Politica paru entre 1700 et 1702, le noble poméranien Friedrich Wilhem von Winterfeld, tout en visant un usage pratique, s’efforce d’embrasser la problématique dans une synthèse descriptive historique comportant plusieurs strates, d’établir une systématique de science politique. L’auteur élargit ce faisant significativement le champ d’observation en accordant une place importante aux différentes formes de politesse exigées. Pour sa part, le conseiller et secrétaire du Brandebourg-Prusse Zacharias Zwantzig déploie la problématique à rebours d’une science formelle, recherchant bien plutôt une science pratique pour l’ordre des rangs, rangs dont doivent user correctement les « puissants et les grands » (Potenzen und Grandes) eux-mêmes, ainsi que « leurs ministres plenipotentiaires » (dero Bevollmächtigten Ministri) ou les « négociants » (Negotianten), et ceci dans « le monde » (der Welt) entier, tout particulièrement dans l’Empire. La division de cette œuvre reproduit pour cette raison plus ou moins l’ensemble du système des États. Fondée de la sorte comme sous-discipline de la théorie de la diplomatie, la science du cérémonial transmet ainsi de multiples apports à ses lecteurs, au premier chef les ambassadeurs eux-mêmes : des connaissances historico-empiriques sur la pratique du cérémonial, des assertions sur la justification, les exigences et les limites du cérémoniel et ses différentes formes, enfin, de façon liée, des considérations politico-juridiques de base, qui intègrent même ensuite des éléments des Lumières, notamment des arguments rationalistes et critiques à l’égard de la monarchie49.

  • 50 Justini Presbeutae Discursus de jure legationis statuum (...)
  • 51 Heinrich Henniges, Meditationum ad instrumentum pacis caesa (...)

47Le Discursus de iure legationis statuum imperii a au contraire pour but de corriger et de compléter l’œuvre de Wicquefort50. Composé par Heinrich Henniges, ambassadeur prussien à la diète d’Empire de Ratisbonne en 1701, mais publié sous pseudonyme et avec un lieu d’édition fictif, l’ouvrage décrit les relations entretenues par l’Empire dans une perspetive conséquente de droit public et de droit des gens. Les classes de rang et les groupes de fonctions des légats sont ainsi exposés et analysés en détails. L’ambassador figure de nouveau au sommet ; il est désormais mis au même niveau que les ministres d’État. Nonobstant l’orientation vers le droit, une tendance nette apparaît : réserver le plein droit d’ambassade aux princes ou aux princes électeurs, en proportion de leurs capacités effectives de puissance. Dans le même temps, Henniges cherche à conférer à ceux qui disposent de façon justifiée du pouvoir illimité de dépêcher des ambassades de vastes possibilités d’en faire usage. Il tient compte alors des expériences de la paix de Westphalie, comme en témoigne son commentaire influent paru à ce sujet entre 1706 et 1712, qui constitue pour l’essentiel une compilation glosée de tous les traités importants51.

  • 52 Friedrich Seuberlich (Praes.), Johann Friedrich Moses (Resp (...)
  • 53 Présenté sous la présidence de Christian H. Breuning von Ca (...)

48Différents écrits universitaires, allemands ou pas, traitent ensuite de questions plus spécifiques dans le contexte du droit des peuples et, de plus en plus, du droit naturel et de « l’étaticité du pouvoir » (Machtstaatlichkeit), notamment dans l’Empire. L’attention se porte plus particulièrement sur la façon de traiter un ambassadeur qui s’est rendu coupable d’un délit et sur les écrits diplomatiques. Le traitement du légat pontifical soulève aussi un intérêt nouveau, car la papauté pose à l’évidence problème dans un système de pouvoirs de plus en plus nettement élaboré selon la puissance politico-militaire de ses membres.52 D’autres écrits, par exemple la thèse Quaestio juris gentium : num mandatarius gentis pacis causa missus ipso jure sit legatus, envisagent pour leur part le but ultime de la diplomatie, le rétablissement de la paix, et étudient son articulation avec le droit diplomatique53.

49Une nouvelle constellation spécifique se met en place à partir du début du XVIIIe siècle avec, d’une part, de nouvelles tendances scientifiques et intellectuelles, et, de l’autre, un renforcement des politiques d’intérêts dynastiques, qui culmine en 1749 avec l’élection soutenue par la France d’un Wittelsbach comme empereur au lieu d’un Habsbourg, puis avec la guerre de succession d’Autriche et la guerre de Sept Ans suite au renversement des alliances (1756). Ce nouveau contexte influe naturellement sur la théorie de la diplomatie. Dans un mélange de revendications formulées en termes de droit naturel et de droit des peuples, d’éléments tirés des Lumières et de dynamique des moyens de communication à l’œuvre au sein d’un système impérial multipolaire, la science du droit public devient une forme de journalisme patriote plaidant en faveur de l’Empire. Dans ce contexte discursif, le juriste et conseiller Johann Jakob Moser développe alors une nouvelle conception de la constitution et de la politique, fondée historiquement, mais orientée de façon pragmatique, consacrée à la prospérité et à l’amélioration de l’efficacité d’un Empire désormais clairement envisagé comme un cas à part.

  • 54 Johann Jakob Moser, Neues teutsches Staatsrecht, 1, Stu (...)
  • 55 François de Callières, De la manière de négocier avec l (...)

50« L’Allemagne sera gouvernée en allemand » (« Teutschland wird auf teutsch regiert »), raison pour laquelle la diplomatie doit aussi prendre en considération cette manière allemande particulière de gouverner. Cela signifie que les droits et les devoirs d’ambassade de l’empereur « eu égard aux états de l’Empire et aux autres [membres] immédiats, et d’eux à son encontre » doivent être distingués de ceux de l’empereur et des autres membres de l’Empire « eu égard aux États étrangers ». Tous doivent être décrits en tenant compte de leurs spécificités juridiques et historiques, selon la tradition de l’Empire. La première partie de l’ouvrage consacrée au Teutsche Nachbarliche Staatsrecht se fixe ainsi pour objectif d’« aider à maintenir la tranquillité générale et la sécurité, et [de] préserver un bon voisinage » (« die allgemeine Ruhe und Sicherheit erhalten zu helffen und gute Nachbarschafft zu halten »). Mais la politique extérieure au sens propre ne laisse guère transpirer des rivalités virulentes, telles qu’elles caractérisent alors pourtant l’ensemble du système européen des États. Là encore, de façon typiquement impériale, l’horizon de réflexion demeure marqué par le droit public, conservateur et défensif ; le développement de l’État se situe dans la croissance économique interne et dans la réforme politico-administrative, nullement en une quelconque expansion territoriale. Pour obtenir la compréhension, le compromis et la paix, l’on a besoin – et cela suffit – d’avoir à sa disposition une communication orale appropriée, de connaître les points forts et les défauts de celle-ci54. Bien entendu, les membres de l’Empire agissant dans le système européen des puissances ne se satisfont pas de ces perspectives et de ces avantages. Aspirant à s’extraire de l’Empire tout en y formant un champ propre, leurs élites lient de plus en plus leurs réflexions sur la théorie de la diplomatie aux productions textuelles des puissances dirigeantes, la France au premier chef. Aussi l’ouvrage de François de Callières, De la manière de négocier avec les souverains (1716), figure-t-il en au moins un exemplaire dans presque toutes les bibliothèques allemandes comportant des fonds anciens55. Dans l’Empire également, la théorie diplomatique s’éloigne durant cette phase de la perspective de l’acteur pour passer à celle du système, ce qui se traduit par la préférence donnée aux analyses dogmatiques du droit des peuples, aux utopies de paix, aux théories de l’équilibre ou de la balance des pouvoirs.

Notes

1 On renoncera dans cette contribution conçue comme une première approche à fournir une bibliographie exhaustive.

2 J. Burkhardt, Deutsche Geschichte in der Frühen Neuzeit, Munich, 2009 ; M. Neumann, R. Pröve, Die Faszination des Staates und die historische Praxis. Zur Beschreibung von Herrschaftsbeziehungen jenseits teleologischer und dualistischer Begriffsbildungen, dans Id. (éd.), Herrschaft in der Frühen Neuzeit. Umrisse eines dynamisch-kommunikativen Prozesses, Münster, 2004, p. 11-49.

3 Il manque une théorie moderne d’ensemble de la diplomatie dans l’Empire qui prenne en considération la pluralité et la complexité des relations en son sein. À défaut, l’on dispose surtout d’un nombre considérable d’études isolées sur des diplomates, sur des processus diplomatiques et sur des extraits d’histoire diplomatique, ainsi que sur quelques traités de théorie de la diplomatie. Le synopsis proposé ici foule de la sorte pour une large part une terre vierge. Pour ce qui concerne la conception et la théorie singulières de la politique dans l’Empire, voir de façon synthétique W. Weber, Potestas et Potentia Imperii. Bemerkungen zum Bild des Reiches in der deutschen Politikwissenschaft des 17. Jahrhunderts, dans R. A. Müller (éd.), Bilder des Reiches. Tagung in Kooperation mit der Schwäbischen Forschungsgemeinschaft und der Professur für Geschichte der Frühen Neuzeit der Katholischen Universität Eichstätt im Schwäbischen Bildungszentrum Kloster Irsee vom 20. März bis 23. März 1994, Sigmaringen, 1997, p. 97-122.

4 C’est ce qui se dégage d’une analyse des auteurs des textes concernés effectuée selon la méthode de la biographie collective.

5 Sur l’époque postérieure à 1648, voir l’analyse systématique de H. Kugeler, Le parfait Ambassadeur. The theory of the peace in the century following the peace of Westphalia, PhD, Oxford, 2006, sous presse, et, pour l’heure, Ead., Le parfait Ambassadeur. Zur Theorie der Diplomatie im Jahrhundert nach dem Westfälischen Frieden, dans Ead., C. Sepp, G. Wolff (éd.), Internationale Beziehungen in der Frühen Neuzeit. Ansätze und Perspektiven, Münster, 2006, p. 180-211.

6 C. Zey, C. Märtl (éd.), Aus der Frühzeit europäischer Diplomatie. Zum geistlichen und weltlichen Gesandtschaftswesen vom 12. bis zum 15. Jahrhundert, Zurich, 2008 ; S. Dünnebeil, C. Ottner (éd.), Außenpolitisches Handeln im ausgehenden Mittelalter. Akteure und Ziele, Vienne et al., 2007.

7 J. Brüning, H.-J. Künast (éd.), Die Bibliothek und der handschriftliche Nachlaß Konrad Peutingers. II.Die autographen Kataloge Peutingers. Der juristische Bibliotheksteil, Tübingen, 2005 (la citation est extraite du prologue, p. 5). Bientôt remis à l’imprimeur, le tome III, qui porte sur la part d’héritage des villes d’Empire, dressera la liste d’un grand nombre de documents pertinents à cet égard. Sur la biographie de ce juriste et homme politique, qui est en outre actif dans le domaine diplomatique durant les années tempétueuses de la Réforme, voir en première approche P. Geffcken, et alii, Peutinger, dans Augsburger Stadtlexikon online : www.stadtlexikon-augsburg.de/index.php?id=114&tx_ttnews[tt_news]=4991&tx_ttnews[backPid]=129&cHash=8fc3d46dca [consulté le 5 décembre 2013].

8 Voir l’article consacré à l’œuvre de de Rosier dans ce volume ; ainsi que M. Kintzinger, Voyages et Messageries. Diplomatie in Frankreich zwischen Familiarität und Funktion, dans Cl. Märtl, Cl. Zey (éd.), Aus der Frühzeit... cit. n. 6, p. 191-229, ici p. 209s.

9 Voir G. Mattingly, Renaissance Diplomacy, New York, 1988 [1re édition 1955], p. 94-96, passim.

10 A. Buck, Das Geschichtsbild der Renaissance im Vespasiano da Bisticcis Lebensbeschreibungen, dans Id., T. Klaniczay, S. K. Németh (éd.), Geschichtsbewusstsein und Geschichtsschreibung in der Renaissance. Arbeitsgespräch in Eger, 6. bis 10. April 1987, Leyde, 1989, p. 7-18, ici p. 15s.

11 B. Singer, Die Fürstenspiegel in Deutschland im Zeitalter des Humanismus und der Reformation. Bibliographische Grundlagen und ausgewählte Interpretationen, Munich, 1981, p. 56-82 ; voir aussi l’article consacré aux miroirs au prince dans ce volume.

12 B. Singer, Fürstenspiegel... cit. n. 11, p. 56-57, p. 66-73.

13 Niccolò Machiavelli, Politische Schriften, éd. et introduit par H. Münkler, Francfort-sur-le-Main, 1990, p. 51-271, p. 358-369 ; C. Zwierlein, Machiavellismus und italienisch-deutscher Kulturtransfer im 16./17. Jahrhundert, dans Id., A. Meyer (éd.), Machiavellismus in Deutschland. Chiffre von Kontingenz, Herrschaft und Empirismus in der Neuzeit, Munich, 2010, p. 23-59 ; G. R. Berridge, Machiavelli, dans Id., H. M. A. Keens-Soper, T. G. Otte (éd.), Diplomatic theory from Machiavelli to Kissinger, Basingstoke, Hampshire, 2001, p. 7-32.

14 H. Angermeier, Die Reichsreform 1410-1555. Die Staatsproblematik in Deutschland zwischen Mittelalter und Gegenwart, Munich, 1984.

15 O. Herding, Erasmus-Frieden und Krieg, dans A. Buck (éd.), Erasmus und Europa. Vorträge gehalten anläßlich eines internationalen Arbeitsgesprächs des Wolfenbütteler Arbeitskreises für Renaissanceforschung über Erasmus und Europa vom 3.-5 November 1986, Wiesbaden, 1988, p. 13-32.

16 L’édition de base est alors la suivante : Philippe de Commynes, De rebus gestis Ludovici eius nominis undecimi, Galliarum regis & Caroli, Burgundiae ducis […], éd. Johannes Sleidan, Augsbourg, 1545. Je remercie le Dr. German Penzholz pour le rassemblement des éditions publiées dans le domaine de l’Empire ; il publiera bientôt un article à ce sujet. Voir également J. Dufournet, Philippe de Commynes. Un historien à l’aube des temps modernes, Bruxelles, 1994 ; T. Nicklas, Um Macht und Einheit des Reiches. Konzeption und Wirklichkeit der Politik bei Lazarus von Schwendi (1522-1583), Husum, 1995 (réception de Machiavel et de Commynes par l’un des plus importants diplomates, militaires et conseillers politiques des empereurs Charles Quint et Maximilien II).

17 Conrad Braun, De legationibus libri quinque: cunctis in republ. versantibus aut quolibet magistratu fungentibus perutiles & lectu jucundi, Mayence, 1548, p. 13, p. 35-37, p. 42-44, p. 55-57 et p. 191 (citations p. 36, p. 33 et p. 42) ; M. B. Rößner, Konrad Braun ca. 1495-1563. Ein katholischer Jurist, Politiker, Kontroverstheologe und Kirchenreformer im konfessionellen Zeitalter, Münster, 1991, notamment p. 230-233 ; voir l’article consacré à l’œuvre de Braun dans ce volume. Conrad Braun, De caeremoniis libri sex, Mayence, 1548, aborde les effets de la réforme au niveau de l’Empire par le fait que les princes qui en sont partisans se refusent à participer à des cérémonies de la diète d’Empire qu’ils perçoivent comme papistes.

18 A. Gotthard, Der Augsburger Religionsfrieden, Münster, 2004.

19 Georg Lauterbeck, Regentenbuch. Aus vielen trefflichen alten und newen Historien mit sonderm fleis zusammen gezogen. Allen Regenten und Oberkeiten zu anrichtung und besserung erbarer und guter Policey christlich und nötig zu wissen, Leipzig, 1556, lib. III, chap. 13 et 14 ; M. Philipp, Das ‚Regentenbuch‘ des Mansfelder Kanzlers Georg Lauterbeck. Ein Beitrag zur politischen Ideengeschichte im Konfessionellen Zeitalter, Augsbourg, 1996, p. 198, p. 202-204.

20 Jean Bodin, Lessix livres de la Républìque, Paris, 1576. Entre 1586 et 1641 paraissent dans l’Empire neuf éditions, essentiellement en latin. Voir M. Stolleis, Geschichte des Öffentlichen Rechts in Deutschland. I. 1600-1800, Munich, 1998, p. 174-186, passim.

21 G. Botero, Della ragione di stato libri dieci, Venise, 1589, première traduction allemande en 1596. Voir W. E. J. Weber, Politica christiana. Der Beitrag Salzburgs zur europäischen politischen Ideengeschichte der Frühen Neuzeit, dans G. Ammerer, I. Hannesschläger, J. P. Niederkorn, W. Wüst (éd.), Höfe und Residenzen geistlicher Fürsten. Strukturen, Regionen und Salzburgs Beispiel in Mittelalter und Neuzeit. Ergebnisse der internationalen und interdisziplinären Tagung in der Salzburger Residenz, 19.-22. Februar 2009, Ostfildern, 2010, p. 27-37 ; A. E. Baldini (éd.), Botero e la ‚Ragion di Stato‘. Atti del convegno in memoria di Luigi Firpo (Torino 8-10 marzo 1990), Florence, 1992.

22 Justus Lipsius, Politicorum sive civilis doctrinae libri sex, Leyde, 1589, lib. IV, chap. XIV et lib. V, chap. XII et XIV. Plus de 70 éditions sont publiées avant le début du XVIIIe siècle. Voir G. Oestreich, Antiker Geist und moderner Staat bei Justus Lipsius (1547-1606). Der Neustoizismus als politische Bewegung, Göttingen, 1989. Sur la stylisation du légat comme « espion honorable » (ehrenvollen Spion), voir H. Kugeler, „Ehrenhafte Spione“. Geheimnis, Verstellung und Offenheit in der Diplomatie des 17. Jahrhunderts, dans C. Benthien, S. Martus (éd.), Die Kunst der Aufrichtigkeit im 17. Jahrhundert, Tübingen, 2006, p. 127-148.

23 Legatus seu de legatione, legatorumque privilegiis, officio ac munere libellus. Ad titulos de legatione & legatis in II &c. Franc. Le Vayer I.C. et in suprema curia parisiensi advocato, autore. Accessere eiusdem argumenti. Octaviani Magii de legato libri II. & Alberici Gentilis de legationibus libri III. omnia nunc primum in Germania in lucem edita, Hanau, 1596.

24 Voir l’édition (partielle) dans V. E. Hrabar (éd.), De legatis et legationibus tractatus varii, Dorpat, 1905, p. 96-103, p. 113-116, p. 123-126 ; Ottaviano Maggi, De legato […], dans Legatus seu de legatione... cit. n. 23 ; D. Biow, Doctors, ambassadors, secretaries. Humanism and professions in Renaissance Italy, Chicago-Londres, 2002, p. 122-127 ; voir l’article consacré dans ce volume à l’œuvre de Maggi.

25 Ottaviano Maggi, De legato... cit. n. 23, lib. primus, p. 25-26, lib. secundus, p. 53-54 (où il est notamment relevé que les ambassadeurs doivent avoir des connaissances militaires).

26 François de la Mothe Le Vayer, Legatus [...], dans Legatus seu de legatione... cit. n. 23, p. 36s., p. 73s. (citations).

27 Chr. Varsevicius, De legato et legatione liber, Rostock 1597, [3]s., [27]s. (citations) ; voir aussi le sommaire de l’édition de 1646 dans V. Hrabar, De legatis... cit. n. 24, p. 133-139.

28 Chr. Varsevicius, De legato... cit. n. 27, [53]s. ; N. Davies, God’s playground. A history of Poland, I, Oxford, 2005, p. 296s.

29 H. Schilling, Johannes Althusius und die Konfessionalisierung der Außenpolitik- oder: Warum gibt es in der Politica keine Theorie der internationalen Beziehungen?, dans F. S. Carney, H. Schilling, D. Wyduckel (éd.), Jurisprudenz, Politische Theorie und Politische Theologie. Beiträge des Herborner Symposions zum 400. Jahrestag der Politica des Johannes Althusius, Berlin, 2004, p. 47-69 ; W. Weber, Prudentia gubernatoria. Studien zur Herrschaftslehre in der deutschen politischen Wissenschaft des 17. Jahrhunderts, Tübingen, 1992, p. 113-119.

30 « Alle deutschen Fürsten haben nach dem Recht und Privileg freier Herrschaft das Recht, in Angelegenheiten, die ihr Fürstentum – oder auch die gemeinsame Freiheit – betreffen, auswärtige Gesandte zu empfangen oder Gesandte ins Ausland zu schicken. […] Dieses Recht erstreckt sich auf die Reichsstädte ». Voir Christoph Besold, Synopse der Politik [d’après l’édition de 1637], éd. L. Boehm, Francfort-sur-le-Main, 2000, p. 119-127, p. 236-241.

31 Ibid., p. 246, p. 242, p. 261-264, sur l’ambasciator, p. 261 (le concept serait soi-disant « tiré d’une ancien mot allemand » [nach einem alten deutschen Wort]) et p. 262s., où le terme est aussi employé pour des envoyés des états de l’Empire auprès de l’empereur.

32 Hermann Kirchner, Legatus, Marbourg, 1610, chap. 4, n. 19 ; R. Kohlndorfer-Fries, Diplomatie und Gelehrtenrepublik. Die Kontakte des französischen Gesandten Jacques Bongars (1554-1612), Tübingen, 2009, p. 39-41 ; H. Th. Gräf, Konfession und internationales System. Die Außenpolitik Hessen-Kassels im konfessionellen Zeitalter, Darmstadt, 1993.

33 Francfort, 1617, II. Teil, 1-7 et 7-21.

34 Strasbourg, 1624. Sur l’adoption de la perspective de la raison d’État et de la prudence souveraine, voir notamment p. 119-127. À la collection est adjoint un traité consacré à ce qui doit être compris sous le terme de territoire, à ses frontières, tout particulièrement dans l’Empire. Le volume est réimprimé en 1641.

35 Johann Wilhelm Neumayr von Ramsla, Von der Neutralitet und Assistentz […] in Kriegs-Zeiten, Erfurt, 1620 ; Id., Von Bundtnissen und Ligen in Krigeszeiten, Iéna, 1624. Il ne contient pas d’exposé exhaustif ou systématique sur la diplomatie. Dans la bibliographie, voir désormais A. Gotthard, Topoi des vormodernen Neutralitätsdiskurses, dans Id., A. Jakob, T. Nicklas (éd.), Studien zur politischen Kultur Alteuropas. Festschrift für Helmut Neuhaus zum 65. Geburtstag, Berlin, 2009, p. 179-206.

36 Carolus Paschalius, Legatus, Amsterdam, 1645 ; voir l’aperçu du chapitre dans V. Hrabar, De legatis... cit. n. 24, p. 140-147.

37 Séville, 1620 ; Paris, 1635 et Paris, 1652, éditions ultérieures à Leyde en 1709 et, en italien, en 1654. Voir l’aperçu sur les éditions et les chapitres dans V. Hrabar, De legatis... cit. n. 24, p. 230-239 ; H. Kugeler, Le parfait Ambassadeur... cit. n. 5, p. 195, passim.

38 Cologne, 1624. Voir aussi Id., Thesaurus politicus oder Schatzkammer politischer Aphorismorum oder Lehrsprüche, Nuremberg, 1624 et, en latin, Liège, 1643, avec également des exposés exhaustifs consacrés à la diplomatie.

39 Frederik de Marselaer, Legatus libri duo, Anvers, 1644, p. 3-10, p. 6 pour la citation, p. 464-475. Cette édition, la plus diffusée dans l’Empire, est précédée par deux autres, parues dans la même ville en 1618 et en 1626, et suivie par une édition à Vienne en 1663, une autre de nouveau à Anvers en 1666. Une présentation moderne fait défaut.

40 Frederik de Marselaer, Legatus... cit. n. 39, p. 10-108, p. 117 pour la citation, p. 226-230, p. 160-186. Que le légat doive être chrétien pour être loyal et capable conduit à un autre postulat : dans un pays hôte de confession déviante, il faut au moins procurer à l’ambassadeur qui s’y trouve la possibilité de se rendre à l’office divin. Voir désormais à ce sujet B. J. Kaplan, Diplomacy and domestic devotion. Embassy chapels and the toleration of religious dissent in Early Modern Europe, dans Journal of Early Modern History, 6 (4), 2002, p. 314-361.

41 Heinrich Michaelis (Praes.), Sylvester Bekker (Aut. & Resp.), Dissertatio juridico-politica de legatis, Greifswald, 1654, [non paginé], LIX Thesen.

42 Voir V. Hrabar, De legatorum jure tractatum catalogus completus, Dorpat, 1913.

43 Iéna, 1665, [non paginé], Sectio I, II, IV et IX. Pour une compilation nettement moins indépendante, voir Caspar Cunrad Retheln, Dissertatio juridico-politica de ambasciatoribus sive legatis et eorum in jure immunitatibus, Mersebourg, 1685.

44 Voir par exemple Johann Paul Felwinger (Praes.), Hermann Friedrich von Witzendorff (Resp.), Dissertatio politica de legatis, Altdorf, 1670, p. 28.

45 « Religion hebet keinen Friedens-Vertrag oder Gesandtschaft auf » ([Hoevel] Candorins Vollkommener teutsche Gesandte, Francfort-sur-le-Main, 1679, p. 3, p. 6-8, p. 43, p. 73 pour la citation, p. 113) ; H. Kugeler, Le parfait Ambassadeur... cit. n. 5, p. 209, n. 101, passim.

46 Candorins Vollkommener teutsche Gesandte... cit. n. 45, p. 75s., p. 105 pour la citation, p. 142, p. 76s. et p. 86 (pour la citation).

47 Voir l’article sur Wicquefort dans ce volume ; M. Keens-Soper, Wicquefort, dans G. R. Berridge, Diplomatic theory... cit. n. 13, p. 88-105 ; voir aussi les interprétations de H. Kugeler, Le parfait Ambassadeur... cit. n. 5, passim.

48 Caspar Thurmann. Bibliotheca statistica (1701), éd. et introduit par W. E. J. Weber, Munich, 2000.

49 Friedrich Wilhelm von Winterfeld, Teutsche und Ceremonial-Politica, Francfort et Leipzig, 1700 ; Zacharias Zwantzig, Theatrum praecedentiae, Berlin, 1706, deuxième édition, Francfort, 1709 ; M. Vec, Zeremonialwissenschaft im Fürstenstaat. Studien zur juristischen und politischen Theorie absolutistischer Herrschaftsrepräsentation, Francfort-sur-le-Main, 1998, notamment p. 24-42 (les citations sont extraites du titre de Zwantzig et de Vec, p. 40).

50 Justini Presbeutae Discursus de jure legationis statuum imperii, Eleutheropolis, 1701 ; S. Friedrich, Drehscheibe, Regensburg. Das Informations- und Kommunikationssystem des Immerwährenden Reichstags um 1700, Berlin, 2007, p. 277-229, passim.

51 Heinrich Henniges, Meditationum ad instrumentum pacis caesareo-suecicum [...] collectio, s.l., 1706-1712, 3 tomes ; voir S. Friedrich, Drehscheibe... cit. n. 50, p. 229.

52 Friedrich Seuberlich (Praes.), Johann Friedrich Moses (Resp.), Disputatio politica sistens quaestionem illustrem utrum legati delinquentes sint puniendi, Königsberg, 1702 ; Caspar Matthäus Müller (Praes.), Albert Heinsius (Resp.), Disputatio inauguralis iuridica de foro legati delinquentis, Rostock, 1704 ; Johannes Wilhelm Marckart (Praes.), Eberhard Johannes Arnhelm Ammon (Resp.), De legato delinquenti, Hardewij, 1755 ; Georg Hein (Praes.), Johannes Victorinus Gregorovius (Resp.), Dissertatio politica sistens legatum religiosum, Königsberg, 1704.

53 Présenté sous la présidence de Christian H. Breuning von Cajetan August Jahn, Leipzig, 1773.

54 Johann Jakob Moser, Neues teutsches Staatsrecht, 1, Stuttgart, 1766, p. 550, p. 388 (citations) ; Ibid., 19 : Teutsches nachbarliches Staatsrecht, Stuttgart, 1773 ; Ibid., 20 : Teutsches auswärtiges Staatsrecht, Stuttgart, 1772 ; Id., Abhandlungen von der Teutschen Staatsklugheit und deren Lehre, dans Wöchentliche Franckfurterische Abhandlungen, 2 parties, Francfort-sur-le-Main, 1756, p. 489-504 et p. 516-520 ; Friedrich Carl Moser, Abhandlungen von den europäischen Hof- und Staatssprachen, Francfort-sur-le-Main, 1750, voir G. Braun, Frédéric-Charles Moser et les langues de la diplomatie européenne (1648-1750), dans Revue d’histoire diplomatique, 113, 1999, p. 261-278.

55 François de Callières, De la manière de négocier avec les souverains, Amsterdam, 1716, éditions ultérieures en 1750 et en 1757 ; M. Keens-Soper, Callières, dans G. R. Berridge, Diplomatic theory... cit. n. 13, p. 106-124. Voir l’article sur Callières dans ce volume.

Auteur

Université d’Augsbourg, Institut für Europäische Kulturgeschichte - wolfgang.weber@iek.uni-augsburg.de

Stéphane Péquignot (Traducteur)

© Publications de l’École française de Rome, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540