Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’ambassadeur

 | 
Stefano Andretta
, 
Stéphane Péquignot
, 
Jean-Claude Waquet

Abraham de Wicquefort et ses traités sur l’ambassadeur (1676-1682). Bilan et perspectives de recherche

Sven Externbrink

Texte intégral

  • 1 M. S. Anderson, The Rise of Modern Diplomacy, 1450-1919, Londres-New York, 20012, p. 47. Selon Hei (...)
  • 2 C. Rennert, Abraham de Wicquefort, Halle, 1880 (Diss. Halle).

1Le livre d’Abraham de Wicquefort sur L’Ambassadeur et ses fonctions est encore aujourd’hui sans cesse mentionné et cité lorsqu’il s’agit de traiter l’histoire de la diplomatie moderne et considéré comme étant « the best-known and most widely read work on diplomacy produced anywhere in early modern Europe » (M.S. Anderson)1. Cependant malgré cette notoriété ni la personnalité ni l’œuvre de Wicquefort ne font l’objet de recherches approfondies. À part une thèse allemande datant de 18802, nous ne disposons d’aucune biographie de Wicquefort et la littérature secondaire se limite à seulement quelques articles et éditions, la plupart datant de la fin du XIXe siècle. Partant d’un aperçu de la recherche sur Wicquefort et ses écrits, le but de cette contribution est d’analyser sa vie et surtout ses écrits dans le contexte politique et historique de l’époque. Ainsi, premièrement, avant d’aborder l’étude de ses écrits, nous nous intéresserons à l’expérience professionnelle de Wicquefort à l’origine de ses livres sur la pratique de la négociation. Deuxièmement, pour juger ses écrits sur l’ambassadeur et la négociation, nous comparerons leurs textes pour déterminer tout d’abord dans quelle mesure les Mémoires touchant les Ambassadeurs constituent le fondement de L’Ambassadeur, et ensuite pour définir comment Wicquefort a tenu compte des événements contemporains à sa rédaction. Nous terminerons cette contribution avec quelques remarques sur la vision de l’Europe politique de Wicquefort et sur la place de l’ambassadeur dans le monde de la cour et sur ses devoirs.

L’état de la recherche sur Abraham de Wicquefort et ses écrits

  • 3 F. Kaiser, Abraham van Wicquefort en zijn Proces. Academisch Proefschrift, Université de Leyde, Le (...)
  • 4 F. J. L. Krämer, Lettres de Pierre De Groot, ambassadeur des Provinces-Unies à Abraham de Wicquefo (...)
  • 5 C. F. Haje, De geheime Correspondentie van Abraham de Wicquefort met den franschen Minister de Lio (...)
  • 6 A. Waddington, Abraham de Wicquefort, ministre de Brandebourg en France au temps de Louis XIV, dan (...)
  • 7 Urkunden und Actenstücke zur Geschichte des Kurfürsten Friedrich Wilhelm von Brandenburg. Auswärti (...)

2En 1857, Frederik Kaiser publia sa thèse, appelée alors « Academisch Proefschrift », sur le procès de Wicquefort en 1675 dont l’annexe contient quelques-uns de ses écrits3. En 1894, F. J. L. Krämer édita 174 lettres de Pierre De Groot (ou Grotius) à Wicquefort, mais seulement six réponses de ce dernier4. Le livre de Christian F. Haje (1901) sur la correspondance secrète entre Hugues de Lionne et Wicquefort ne contient que quelques lettres éditées en annexe5. A la même époque, Albert Waddington, historien spécialiste de la Prusse, consacra deux études à Wicquefort et la France du jeune Louis XIV, dont l’édition d’un mémoire apologétique écrit par Wicquefort lors de son emprisonnement à la Bastille et un portrait dans lequel il retrace la vie mouvementée du « ministre prisonnier »6. Enfin, il ne faut pas oublier l’édition partielle soit des extraits soit des sommaires de ses lettres dans le cadre de la grande collection de sources relatives à l’histoire du Grand Électeur de Brandebourg Frédéric Guillaume (1640–1688)7.

  • 8 Abraham de Wicquefort. Chronique discontinue de la Fronde 1648-1652, éd. R. Mandrou, Paris, 1978 ; (...)
  • 9 A. Perrin-Marsol, Abraham de Wicquefort, diplomate érudit au service du duc Auguste de Wolfenbütte (...)
  • 10 P.-F. Burger, Res Angusta Domi. Les Wicquefort et leurs métiers bien délicats entre Paris, Amsterd (...)
  • 11 L. Bély, Wicquefort : L’ambassadeur et ses fonctions, dans Id., L’Art de la paix en Europe. Naissa (...)

3C’est à Robert Mandrou que revient le mérite d’avoir stimulé la recherche sur Wicquefort en publiant en 1978 non seulement des extraits de ses relations sur la Fronde, mais aussi un article dans les Wolfenbütteler Beiträge, dans lequel il analyse le rôle de Wicquefort quant aux relations culturelles franco-allemandes au milieu du XVIIe siècle en s’appuyant pour la première fois sur les manuscrits conservés en Allemagne.8 Mandrou insistait alors sur l’originalité du récit de Wicquefort sur la Fronde : « l’étonnant témoignage d’un étranger sur l’événement le plus complexe du XVIIe siècle français ». Cette perspective de recherche ouverte par Mandrou a été reprise par Alice Perrin-Marsol, auteure d’une thèse sur le fonds français de la bibliothèque de Wolfenbüttel dans laquelle elle étudie les relations de Wicquefort avec le duc de Brunswick et Lunebourg, Auguste le Jeune (1579-1666)9. Depuis la parution de l’article et du livre de Mandrou, les études consacrées à Wicquefort ont pris deux voies différentes : la première s’intéresse en particulier à aux membres de sa famille et à son réseau. Ainsi Pierre-François Burger a reconstitué le réseau de communication de la famille Wicquefort, car outre Abraham, ses frères aussi, notamment Joachim, ont servi comme agents et informateurs pour certains personnages influents de l’Empire et de l’Europe du Nord. Anuschka Tischer a contribué à étendre nos connaissances quant aux relations de cette famille avec la Baltique10. Récemment, Lucien Bély a souligné le côté « vendeur » du diplomate en tant que fournisseur d’informations rémunérées, protégé par le droit des gens11.

4Le renouveau de l’histoire de la diplomatie depuis les années 1980 a incité les historiens à se pencher précisément sur l’étude du traité sur L’Ambassadeur. Charles H. Carter et Maurice Keens-Soper ont ouvert cette seconde piste de recherche en 1981 et en 1997 en présentant leurs essais sur L’Ambassadeur et ses fonctions.

  • 12 C. H. Carter, Wicquefort on the Ambassador and his Functions, dans Studies in History and Politics(...)
  • 13 M. Keens-Soper, Abraham de Wicquefort and Diplomatic History, dans Diplomacy and Statecraft, 8, 19 (...)

5Dans son essai Carter traite trois aspects de ce livre : premièrement les sources de Wicquefort, c’est-à-dire les écrits dont il tire ses nombreux exemples, ainsi que les ouvrages de ses prédécesseurs et les classiques du droit de gens auxquels il se réfère, deuxièmement la question de l’immunité diplomatique et troisièmement les qualités requises selon Wicquefort pour remplir la fonction d’ambassadeur12. D’une manière un peu impressionniste, Maurice Keens-Soper insiste sur les aspects suivants : les liens de L’Ambassadeur avec d’autres écrits sur la diplomatie, Wicquefort et la théorie politique de l’époque, notamment son jugement sur Machiavel, les règles de conduite postulées pour devenir un parfait ambassadeur et enfin sa vision du système des États13.

  • 14 M. Bazzoli, L’ideologia dell’ambasciatore nel tardo Seicento : « L’Ambassadeur et ses fonctions » (...)
  • 15 Ibid., p. 250-251.
  • 16 Ibid., p. 252.

6Pour conclure ce tour d’horizon, il faut encore mentionner deux travaux plus récents de Maurizio Bazzoli et de Heidrun Kugeler. Partant de l’observation que L’ambassadeur est « un vero compendio enciclopedico della realtà diplomatica » du XVIIe siècle, Bazzoli insiste sur plusieurs points14. D’après lui, l’œuvre de Wicquefort reflète la complexité des relations internationales à l’époque de Louis XIV après la signature des traités de Westphalie. Selon Bazzoli, ses écrits reflétaient le point de vue des États petits et moyens qui formaient, avec les « grandes puissances » comme la France, l’Espagne et le Saint Empire, une sorte de système interétatique dont la France devait assurer l’ordre en tant que protecteur des acteurs mineurs15. Le rôle de la diplomatie était essentiel pour l’existence de ce système : elle garantissait la communication entre ses membres (et ce, également pendant la guerre), c’est-à-dire entre les États souverains ou quasi-souverains tels que les princes allemands. Cependant les diplomates ne servaient pas principalement d’agents de la paix. Wicquefort, selon Bazzoli, était « réaliste » en matière de politique et ce réalisme le conduisit à apprécier Machiavel, d’où un certain rapprochement de son livre avec la littérature sur la « raison d’État » de l’époque16. Le livre sur L’Ambassadeur et ses fonctions enseigne comment se préparer pour remplir au mieux le double rôle de messager de la paix et d’honorable espion.

  • 17 H. Kugeler, « Le Parfait Ambassadeur ». The Theory and Practice of Diplomacy in the Century follow (...)
  • 18 Cf. M.S. Anderson, The Rise of Modern Diplomacy… cit. n. 1, p. 103-148.

7Heidrun Kugeler dans sa thèse sur la théorie et la pratique de la diplomatie européenne après 1648 a choisi une approche comparable17. Le point de départ de son étude est la lente genèse d’un système des États en Europe après la guerre de Trente Ans. Le livre de Wicquefort marque un important changement dans le genre littéraire regroupant les écrits sur l’office d’Ambassadeur, né dès le début de la diplomatie « moderne » au Quattrocento, en ce que l’auteur opte pour les modernes : c’est dans la politique et l’histoire des XVe, XVIe et XVIIe siècles qu’il puise ses exemples. La diplomatie, ou dans les termes de l’époque la négociation, devient ainsi une profession qu’on peut étudier et le livre de Wicquefort devait servir de manuel pour l’étudiant en « négociation ». Par contre, l’apparition d’un véritable métier de diplomate ne se fit pas avant la première moitié du XIXe siècle18.

8En conclusion de ce tour d’horizon de la recherche, on peut constater premièrement que nous sommes assez bien informés sur sa vie mouvementée entre Paris, La Haye et Celle, ses multiples contacts avec les petites cours d’Allemagne et que nous connaissons une bonne partie de ses relations. Mais il reste encore un immense travail à faire : une analyse systématique et comparée du contenu de ses relations envoyées à l’Électeur de Brandebourg, aux ducs de Brunswick ainsi qu’à d’autres destinataires des « journals » de Wicquefort. Nous n’avons que peu de connaissances sur sa vie à Paris et son intégration dans la République des lettres de l’époque. Wicquefort a vécu presque vingt ans à Paris, il est donc possible de trouver des traces de sa vie aux fonds des Archives Nationales, peut-être au Minutier central.

  • 19 A. de Wicquefort, Histoire des Provinces-Unies des Païs-Bas, depuis le parfait établissement de ce (...)
  • 20 T. Herbert, Relation du voyage de Perse et des Indes Orientales, traduite de l’Anglois de T. H. av (...)
  • 21 A. de Wicquefort, Discours historique de l’élection de l’empereur et des électeurs de l’empire par (...)
  • 22 A. de Wicquefort, Mémoire sur la guerre faite aux Provinces-Unies en l’année 1672, éd. J. A Wijnne (...)

9Deuxièmement, en ce qui concerne ses écrits nous n’avons évoqué jusqu’à présent que son livre sur la diplomatie et laissé de côté son imposante Histoire des Provinces-Unies19, ses traductions de récits de voyages20, son livre sur l’élection impériale21 ainsi que ses écrits propagandistes au service des Hollandais22. Une étude d’ensemble de son œuvre qui comprendrait entre autres une statistique des éditions, reste donc encore à écrire.

10En ce qui concerne ses livres sur la fonction d’Ambassadeur, tous les auteurs sont d’accord pour les considérer comme une contribution de la plus grande importance reflétant un moment crucial de la genèse du système des États européens. Mais une recherche systématique s’impose encore, concentrée sur l’analyse détaillée du contenu de ces ouvrages, la « méthode » appliquée par Wicquefort, ses sources et sa vision de la politique de l’époque. De plus, il faut s’interroger sur la particularité de ce livre qui a conduit à faire de Wicquefort la référence obligatoire pour les diplomates européens pendant plus d’un siècle.

Abraham de Wicquefort et le monde de la politique de la deuxième moitié du XVIIe siècle

  • 23 Justement reconnu par M. Keens-Soper, Abraham de Wicquefort and Diplomatic Theory, dans Diplomacy (...)
  • 24 Archives de la Bastille... cit. n. 3, I, p. 176.
  • 25 A. Waddington, Abraham de Wicquefort, Ministre de Brandebourg en France au temps de Louis XIV, dan (...)

11Commençons par un paradoxe : Abraham de Wicquefort, auteur du plus important « manuel » de la négociation et de la diplomatie moderne, n’a en fait jamais occupé un rang élevé dans la hiérarchie diplomatique ; il n’a jamais véritablement négocié sauf pendant un voyage en Allemagne à l’époque du congrès de Munster23. Il a surtout été pourvoyeur d’informations politiques plutôt que négociateur. De ce point de vue, Wicquefort, qui vendait ses informations aux princes de l’Empire (comme par exemple le duc Auguste de Brunswick-Lunebourg), ainsi qu’à d’autres souverains (le roi du Danemark Frédéric III), à des ministres (Hugues de Lionne) et à des diplomates (Williamson, Pomponne), devint un Melchior Grimm avant la lettre. Mais contrairement à Grimm, la politique était au premier plan de ses « gazettes ». En tant qu’informateur, Wicquefort recevait en récompense, outre un salaire, un titre officiel – résident, agent, ministre – qui lui assurait une certaine sécurité telle que l’immunité habituellement accordée aux diplomates. Mais ces titres perdaient toute leur valeur à chaque fois qu’il entrait en conflit avec les autorités, soit avec Mazarin, soit avec le gouvernement néerlandais. Mazarin ne lui reconnaissait en effet aucun titre de résident du Brandebourg, ce qui lui permettait de l’envoyer à la Bastille et de le faire expulser sans difficulté24. Son second séjour en prison eu lieu suite à la chute de son protecteur Jean De Witt qui avait accepté que Wicquefort lui servit de traducteur et de secrétaire tout en continuant son « métier » d’informateur25.

12Si Wicquefort fut beaucoup moins « négociateur » que son « successeur » dans le domaine de la théorie de la négociation, François de Callières, il fréquenta néanmoins les cercles des puissants et put observer de près le processus décisionnel. Esquissons brièvement ces cercles et les personnages qu’il fréquenta à Paris et à La Haye.

13Wicquefort fut témoin des années décisives de la formation de la monarchie « absolue » : en effet il arriva en France au moment où Richelieu assurait de plus en plus sa position au Conseil du roi, il y passa les années de la guerre de Trente Ans, les années de la régence d’Anne d’Autriche et de Mazarin et celles de la Fronde ; il fut finalement forcé de quitter le pays à la veille de la prise du pouvoir par Louis XIV. Il faudrait encore vérifier quels étaient les interlocuteurs de Wicquefort pendant ces années-là. Mais nous pouvons énumérer les noms de certains personnages qu’il dut forcément connaître pour accomplir son travail d’informateur. Il n’a probablement jamais parlé à Richelieu, mais il est bien possible qu’il ait connu Mazarin avant l’arrivée de celui-ci au sommet du pouvoir.

  • 26 J. Delatour, Les Frères Dupuy et leurs Correspondances, dans C. Berkvens-Stevelinck, H. Bots, J. H (...)
  • 27 Les lettres de Guy Patin prouvent que Wicquefort a fréquenté le cercle des Dupuy, cf. J. H. Reveil (...)

14La vie quotidienne des diplomates dans les métropoles n’a jamais été étudiée, mais concernant l’époque de Richelieu nous disposons de quelques indices. Le lieu de rendez-vous préféré des diplomates était le cabinet Dupuy. Rassemblés dans la bibliothèque des frères Jacques et Pierre, les érudits, les diplomates, les philosophes discutaient des nouveaux livres et des nouvelles théories philosophiques, mais aussi des nouveautés politiques. Les Dupuy ont servi Richelieu à titre d’historiens et surtout d’écrivains propagandistes en vue de légitimer la politique du cardinal. C’est certainement par eux que Wicquefort a rencontré Hugo Grotius, ambassadeur de la Suède ou encore le résident du duc de Mantoue, Guistiniano Priandi. Ce dernier collaborait étroitement avec Richelieu et ses « créatures » (le père Joseph, Chavigny etc.) et était un ami de Grotius qu’il informait régulièrement de ses entretiens26. Il est actuellement encore impossible de décrire exactement la nature des relations que Wicquefort a pu entretenir avec Grotius, on sait seulement que trente ans plus tard, son fils, Pierre Grotius (Pierre De Groot) initia une correspondance avec lui. Pour remplir sa tâche d’informateur Wicquefort devait nécessairement fréquenter ces cercles27.

  • 28 Archives de la Bastille… cit. n. 24, p. 174.
  • 29 Ibid., p. 175.

15La correspondance de Mazarin à l’époque de l’arrestation de Wicquefort prouve que ce dernier était à ses yeux trop bien renseigné : « c’est un homme fort méchant et fort dangereux, et dont un plus grand séjour en France ne pourrait être que très préjudiciable au service de S.M. », constatait le cardinal28. Quelques jours plus tard il précisait ses accusations : Wicquefort aurait détourné de l’argent destiné à l’Électeur de la Saxe, et « on ne saurait assez exagérer le mal qu’il nous a causé par les avis qu’il avait envoyés de tous côtés, qui n’avaient d’autre but que le décriement de nos affaires »29.

  • 30 Cf. H. R. Rowen, John De Witt, Grand Pensionary of Holland, 1625-1672, Princeton, 1978, p. 391-399 (...)
  • 31 Cf. F.J.L. Krämer, Lettres de Pierre De Groot… cit. n. 4, p. 134s. Cf. aussi l’éloge de De Groot p (...)

16En Hollande, Wicquefort circula dans des cercles comparables constitués d’érudits et de politiciens. Pour le Grand Pensionnaire De Witt il traduisit et rédigea des écrits propagandistes, ce qui lui permit d’avoir accès à des informations brûlantes et secrètes. La question de savoir dans quelle mesure il utilisa ces informations dans ses correspondances avec les cours d’Allemagne n’a jamais été examinée. Contrairement aux idées politiques du cercle des Dupuy à Paris qui servirent de porte-parole à l’État monarchique et au pouvoir absolu du roi, Wicquefort aurait pu être en contact avec les penseurs les plus hardis de l’époque. En effet, De Witt protégea, encouragea ou au moins toléra les écrits de Pieter de La Court, partisan d’une république démocratique. Bien que De Witt n’approuvât pas les idées radicales et révolutionnaires de Spinoza, il ne le persécuta pas30. Il est peu probable que Wicquefort, dont l’ami Pierre De Groot était aussi lié à La Court31, n’eut aucune connaissance de ces courants politiques.

  • 32 Sur la lutte contre Descartes à l’Université de Leyde, cf. J. I. Israel, Radical Enlightenment… ci (...)
  • 33 F. Kaiser, Abraham van Wicquefort en zijn Proces... cit. n. 3, p. 275, 278.

17Etant donné que Wicquefort était familier de ce milieu regroupant des libertins et des philosophes, il n’est pas étonnant qu’après la chute de De Witt, les nouvelles autorités se heurtèrent à ses activités. Spinoza ne publia rien après 1672, Pierre De Groot ainsi que de La Court furent envoyés en exil et l’étude des œuvres de Descartes fut interdite dans les universités néerlandaises32. Wicquefort, qui avait signé un formulaire dans lequel il s’était engagé à garder le secret sur tous les documents mis sous ses yeux, fut arrêté le 25 mars 1675 et condamné à la prison à perpétuité33.

  • 34 Cf. les commentaires cités par J. Cornette, Chronique du règne de Louis XIV, Paris, 1997, p. 265.

18Avant de conclure cette rapide contextualisation biographique de Wicquefort, regardons brièvement les événements sur lesquels il n’a certes pas influé en tant que négociateur, mais qui forment l’arrière-plan de son livre sur l’ambassadeur. Son séjour à Paris eut lieu, comme cela a été mentionné, à l’époque de la Guerre de Trente Ans, des négociations de Münster et d’Osnabrück, de la guerre franco-espagnole et de la paix des Pyrénées. De loin, Wicquefort observait certainement la révolution d’Angleterre et l’exécution de Charles Ier. Lorsqu’il dut quitter Paris, la France était en train de détrôner l’Espagne de sa place de première puissance en Europe. De retour dans les Provinces-Unies, il fut témoin, entre 1660 et 1675, des années de « gloire » de Louis XIV lors de la guerre de Dévolution et surtout de la guerre de Hollande dont la fin – la paix de Nimègue – marqua l’apogée de l’hégémonie française34.

  • 35 F. Kaiser, Abraham van Wicquefort en zijn Proces... cit. n. 3, p. 268.
  • 36 Cf. L. Bély, Les relations internationales en Europe (XVIIe-XVIIIe siècles), Paris, 1992, p. 336-3 (...)

19Du point de vue de la diplomatie européenne, à compter de la guerre de Trente Ans et jusqu’à la paix de Nimègue, Wicquefort assista à une intensification des interactions entre les acteurs politiques jusqu’alors inconnue au Nord des Alpes. La dynamique des interactions diplomatiques et les réseaux qui s’étaient établis en Italie au XVe siècle et qui ne cessaient de s’intensifier depuis, s’étendirent au cours du XVIIe siècle au reste de l’Europe. Cette évolution vers un système des États dominé par une Europe tournée vers l’Atlantique, contemporaine à l’affaiblissement de l’économie méditerranéenne, devint nettement visible à partir des congrès de paix, d’abord de Westphalie (1648), puis des Pyrénées (1659), d’Oliva (1660), de Breda (1667), d’Aix-la-Chapelle (1668) et de Nimègue (1675-1678)35. Parallèlement à ces sommets, cette époque marque le début d’une négociation ou diplomatie permanente entre les cours d’Europe ainsi que le point de départ d’une circulation d’informations ininterrompue, entretenue par des ambassadeurs, des envoyés, des agents et des résidents dont le nombre exact n’a jamais pu être déterminé36.

20En lisant le traité de Wicquefort il faut donc tenir compte à la fois des milieux intellectuels dans lesquels il a circulé, ainsi que de la politique internationale et de l’évolution de la diplomatie européenne. Les Mémoires touchant les Ambassadeurs et les Ministres publics et L’Ambassadeur et ses fonctions sont l’œuvre d’un marginal de la diplomatie de l’époque, qui, revêtu de la simple qualité de « résident », ne jouit au moment de son arrestation d’aucune reconnaissance de sa fonction diplomatique.

Des « Mémoires touchant les Ambassadeurs » à « L’Ambassadeur et ses fonctions » : la genèse d’un classique de la théorie de la négociation

  • 37 V. E. Hrabar, De Legatorum jure tractatuum catalogus completus ab anno MDCXXV usque ad annum MDCC, (...)
  • 38 Cf. G. W. Leibniz, Allgemeiner politischer und historischer Briefwechsel, III, Berlin 1970 (réimpr (...)
  • 39 Cf. par exemple l’édition de 1730 cit. n. 1.

21Le livre de Wicquefort, qui parut pour la première fois en 1676 sous le titre Mémoires touchant les Ambassadeurs et les Ministres publics, chez l’éditeur fictif « Pierre Marteau », de façon anonyme avec les seules initiales « L. M. P. » (c’est-à-dire « le ministre prisonnier »), semble avoir été dès le début un succès. On compte en effet trois éditions en 1676, quatre réimpressions en 1677 et une en 1679, cette dernière annoncée comme « dernière édition revûe & corrigée », publiée en deux parties. Les Mémoires sont regroupés dans un petit livre in-12 de 600 pages, tandis que L’Ambassadeur et ses fonctions est constitué de deux volumes d’environ 1400 pages. Ce dernier ouvrage est paru selon la bibliographie de Hrabar pour la première fois en 168137, alors même que la correspondance de Leibniz fait allusion à un « livre de Mr Wicquefort de l’Ambassadeur » imprimé au printemps ou pendant l’été 168038. Quoi qu’il en soit, malgré son étendue, les réimpressions se succédèrent, augmentées d’autres traités de Wicquefort ou de commentaires d’autres auteurs39.

  • 40 J’ai compté huit éditions des Mémoires jusqu’en 1680.

22Étant donné que les Mémoires touchant les Ambassadeurs (édition de 167640) constituent un texte sans aucun sommaire ou structure visible (aucune partition en chapitres, aucun index), il est indispensable d’établir la systématique et la méthode qui sont identiques dans les Mémoires et dans L’Ambassadeur et ses fonctions. Bien sûr il faut aussi dégager les idées principales de Wicquefort sur la diplomatie des années 1670.

  • 41 L’Ambassadeur, I, p. 2.

23Dans sa préface adressée au duc de Brunswick, Wicquefort justifie la parution de L’Ambassadeur et ses fonctions par « la confusion, qui défigure les Mémoires qui ont esté publiés sur le même sujet »41. Wicquefort affirme avoir déjà eu l’intention de publier un livre sur la diplomatie avant son incarcération et son procès, un projet qui put enfin voir le jour grâce à la protection du duc, même si la première version offerte au public était encore imparfaite.

  • 42 Mémoires, p. 5.
  • 43 « Une nouvelle politique a voulu soustenir […] que la justice du lieu de la résidence des Ministre (...)
  • 44 Mémoires, p. 8-11.

24Tournons-nous donc vers les Mémoires. Au moment de la parution du livre en 1676, Wicquefort était en prison et nous ne savons pas dans quelle mesure il eut la possibilité de travailler avec ses papiers personnels rassemblés jusque là. Wicquefort avait « dessein de mettre sur le papier quelques pensées touchant les Ambassadeurs et les Ambassades » et avait pour ce faire, déjà préparé un « recueil des Mémoires »42 lorsque son procès empêcha un travail systématique. En fait, à première vue, la simple lecture du titre et de l’avis au lecteur43 donne l’impression qu’il s’agit en fait d’un plaidoyer pour sa propre cause. L’argument le plus fort pour l’affaire du « ministre prisonnier », une déclaration des Provinces-Unies touchant l’inviolabilité des ambassadeurs et des envoyés, se trouve inséré dans la définition de l’ambassadeur élaborée par Wicquefort44. D’après lui il n’existe aucune raison valable de douter de sa qualité de ministre, par conséquent son incarcération est une grande injustice. Par delà les allusions répétées quant à l’injustice de son sort, cet ouvrage laisse apparaître une organisation systématique et une structure caractéristique de son auteur,

25La méthode utilisée par Wicquefort est la suivante : il développe des définitions ou des axiomes qui ensuite seront prouvés et appuyés par des exemples inspirés de l’histoire récente. Cette procédure est identique dans L’Ambassadeur, mais dans le cadre d’un plan qui divise le livre en 47 chapitres, partant du chapitre 1er « De l’Ambassadeur en général » jusqu’au dernier intitulé « De quelques Ambassadeurs Illustres de notre temps ».

  • 45 Cf. M. Bazzoli, L’ideologia dell’ambasciatore… cit. n. 14, p. 255.
  • 46 Mémoires, p. 415. Cf. ibid., p. 26.
  • 47 Mémoires, p. 578-579. Il s’agit d’un épisode de l’histoire du roi David, 2. Samuel, 10, où les Amm (...)

26Il faut insister sur le fait que Wicquefort a fondé sa vision de l’ambassadeur et de la diplomatie de l’époque sur l’histoire récente45. « Il n’y a guères plus de deux cens ans » constate-t-il, « que les Princes font résider leurs Ministres plusieurs années de suite, & qu’ils entretiennent un commerce continuel dans les Cours étrangers [sic], tant pour la conservation de la bonne correspondance entre les Princes, ou pour y tenir des espions, qui observent leurs actions »46. Par conséquent, Wicquefort n’utilise que des exemples tirés de la deuxième moitié du XVe, du XVIe et du XVIIe siècle, mais avec une exception importante. Il cite un extrait de l’histoire du roi David pour démontrer la sacralité de l’immunité des ambassadeurs et pour menacer ses persécuteurs qu’un jour ils seront punis : « le caractère de l’Ambassadeur & de Ministre […] n’a jamais esté impunement violé, quand les Princes ont eu assez de cœur ou de puissance, pour se ressentir de l’outrage qu’on leur faisoit en la personne de leur Ministre »47.

  • 48 L’Ambassadeur, I, p. 2. Pareille attitude chez J. Hotman, cf. V. E. Hrabar, De Legatis et Legation (...)
  • 49 Cf. E. M. McClure, Sunspots and the Sun King. Sovereignity and Mediation in Seventeenth-Century Fr (...)

27L’antiquité n’existe plus chez Wicquefort comme point de repère ou encore comme modèle : « j’ay jugé qu’il estoit inutile de tirer de l’histoire ancienne, des exemples qui ne pourroient point servir à l’usage moderne […] il n’y a rien dans l’antiquité dont je puisse enfler un ouvrage, qui ne traitte [sic] que de ce qui se pratique aujourd’huy »48. Ainsi il se distingue de la pratique de Juan Antonio de Vera et d’autres auteurs (Paschalius, Germonius, Bragaccia, Carafa) qui non seulement se servaient de l’antiquité pour trouver des exemples, mais s’inscrivaient aussi dans la tradition humaniste comme de Vera qui a élaboré son traité sous forme d’un dialogue49.

  • 50 Mémoires, p. 420 : « Il n’y a rien de si solide que le récit naïf de Philippe de Commines ». Dans (...)

28Par contre, lorsque Wicquefort présente son catalogue des auteurs qu’un négociateur doit connaître, il évoque bien sûr le « génie » de Thucydide, Salluste, César ou Tacite, historiens de la politique de l’antiquité, mais considère cependant que le plus important est de connaître l’histoire de l’Europe au cours des deux derniers siècles. Par conséquent, le premier livre d’histoire auquel il fait référence et qu’il cite souvent dans ses Mémoires ainsi que dans L’Ambassadeur, ce sont les Mémoires de Philippe de Commynes50.

  • 51 Mémoires, p. 421.
  • 52 L’Ambassadeur, I, p. 83.

29Wicquefort n’hésite pas à conseiller la lecture de Machiavel, car « L’Esprit de Nicolas Machiavel paroit en tout [sic] ses Ouvrages, mais son Histoire de Florence est une production de son jugement »51. Dans L’Ambassadeur, il se prononce explicitement pour l’étude de Machiavel qui peut être « d’un grand secours à l’Ambassadeur ». Wicquefort « ne prétend pas faire l’apologie de ce Politique Florentin », concède qu’il n’est pas « orthodoxe », et insiste « qu’il y [en] a [des passages] qui peuvent souffrir une explication plus favorable, que celle que le Pédantisme leur donne ordinairement »52.

  • 53 Mémoires, p. 421-422, sur Buchanan, p. 421 : « l’on peut dire avec verité, que Tite-Live n’a pas s (...)
  • 54 Mémoires, p. 421 : « Ceux qui prennent pour objet l’Histoire générale, ou une Chronique n’ont pas (...)

30Parmi les autres historiens dont Wicquefort conseille la lecture, on trouve aussi Paolo Sarpi, historien du concile de Trente, Sleidan pour son histoire de la Réforme et George Buchanan pour son histoire de l’Écosse, qui selon lui surpasse l’histoire romaine de Tite-Live.53 Bref, Wicquefort préfère comme livres d’histoire les études de cas qui peuvent servir en même temps d’instruction pour l’ambassadeur.54

  • 55 Mémoires, p. 416.
  • 56 Mémoires, p. 417-419. Cf. son éloge des Lettres d’Ossat : « L’on voit dans les lettres de ce Minis (...)

31Bien sûr, il conseille aussi la lecture des collections regroupant des lettres et des relations rédigées par les négociateurs, car « c’est dans une négociation difficile et épineuse, où l’esprit se dénoue le plus & où l’on connoit mieux la force de celuy de l’Ambassadeur ou du Ministre. ».55 Dans la liste des négociations et des mémoires publiés qu’il dresse, il retient surtout d’Ossat, suivi des lettres du président Jeannin, de Paul de Foix (secrétaire d’Ossat) et celles de Walsingham56.

  • 57 M. Bazzoli, L’ideologia dell’ambasciatore… cit. n. 14, p. 255, critique le manque d’ordre.

32Du fait des nombreuses références historiques que renferment les Mémoires de Wicquefort, le lecteur a quelque difficulté à suivre le fil rouge des idées développées par leur auteur57. Le livre peut être divisé en deux parties d’ampleur assez égale : la première partie se consacre principalement à la définition des fonctions et des tâches de l’ambassadeur ainsi qu’à sa position à l’égard du droit des gens, tandis que la seconde partie du livre traite du cérémonial diplomatique. En conclusion l’auteur revient à son sujet initial, soit la question de la protection des ambassadeurs par le droit de gens. Ainsi, bien loin de la « confusion » dont parle Wicquefort dans la préface de L’Ambassadeur, ce livre révèle en fait une certaine architecture.

  • 58 Mémoires, p. 6s. L’Ambassadeur, II, p. 1.
  • 59 Mémoires, p. 8 : « Au lieu de faire une définition pertinente du mot d’Ambassadeur je diray, que j (...)
  • 60 Ibid., p. 129.

33Wicquefort insiste sur la distance qui sépare son livre des écrits antérieurs sur l’ambassadeur. Il ne comprend pas son livre comme une contribution au genre relatif au « parfait ambassadeur », qui ne sont à son avis que des « traittés [sic] formels […] remplis de lieux communs […] sur des qualités, qui ne sont particulieres à l’ambassadeur, mais sont nécessaires à tous ceux, qui sont dans les emplois publics […] et mesme à tous ceux que l’on appelle dans le monde honneste gens »58. L’ambassadeur est pour Wicquefort un agent des souverains envoyé à l’étranger et protégé par le droit de gens59. Peu importe le titre dont ils sont revêtus – les règles du droit de gens s’appliquent à « tous ceux qui comme Ministres publics, font des affaires d’un Prince ou d’un Estat dans une Cour estrangère ». Pour Wicquefort, la règle principale ou « une maxime universellement receue » du droit de gens concernant les ambassadeurs est leur exemption « de la jurisdiction du lieu de sa résidence »60. Ses déductions dans les Mémoires sont en grande partie des variations sur ce thème qui servent (en passant) surtout à démontrer qu’il a été injustement emprisonné.

34Mais il ne faut pas réduire les Mémoires à la seule fonction qu’ils ont remplie dans le conflit de Wicquefort avec les autorités néerlandaises. Le livre contient sa vision de la diplomatie moderne qu’il présente d’une manière exhaustive dans L’ambassadeur et ses fonctions.

  • 61 Ibid., p. 11.
  • 62 Ibid., p. 15.
  • 63 Ibid., p. 20. Cf. ci-dessous p. 18. Cf. L’Ambassadeur, 2, p. 1s : « un parfait ambassadeur, […] do (...)
  • 64 L’Ambassadeur, I, p. 83. Cf. ci-dessous p. 427.
  • 65 Mémoires, p. 21. Aussi p. 143.

35Bien qu’il prétende ne pas écrire un traité sur L’ambassadeur parfait, Wicquefort esquisse tout de même son image du négociateur idéal. Ce dernier doit faire preuve d’un savoir politique fondé sur un bon équilibre entre « naissance, estude, expérience ». La naissance ne fait pas le négociateur : « Les plus grandes Maisons ne produisent pas toujours les grands hommes » constate Wicquefort61. Les nobles sont bons pour les ambassades solennelles, mais le vrai négociateur est souvent revêtu d’un rang inférieur. L’étude, concède Wicquefort, « est une grande aide » pour former un bon négociateur, mais il avertit du danger inhérent d’une trop grande passion pour les livres, qui peut mener à contracter « quelque chose, qui tienne du pédant », « une qualité incompatible avec celle de Ministre »62. Le seul savoir indispensable pour le diplomate est celui nécessaire « pour se rendre plus honnestes gens, & pour faire servir les lettres à la profession des armes »63. On retrouve ici la tradition de l’idéal du courtisan selon Castiglione que Wicquefort mentionne explicitement dans L’Ambassadeur et ses fonctions64. Mais ce qui compte surtout c’est l’expérience, par conséquent il ne faut choisir que des « personnes, que l’âge & les affaires en ont rendu capables »65.

  • 66 Ibid., p. 17-19. D’Ossat : ibid., p. 32, sur les lettres : p. 417 ; Francis Walsingham : ibid., p. (...)
  • 67 A. d’Ossat, Lettres De l’illustrissime et reverendissime Cardinal D’Ossat, […] au Roy Henry Le Gra (...)
  • 68 Cf. C. G. Jöcher (éd.), Allgemeines Gelehrten-Lexicon : darinne die Gelehrten aller Stände sowohl (...)

36Wicquefort ne manque pas de nommer ceux qui incarnent cet idéal : au XVIe siècle le cardinal d’Ossat et l’anglais Walsingham, au XVIIe siècle son contemporain le maréchal d’Estrades66. On n’est pas surpris de constater que les lettres de leurs négociations aient été éditées67. En ce qui concerne d’Estrades, Wicquefort n’avait pas besoin d’attendre la publication de ses relations (pour la première fois en 1709), il semble en effet qu’il ait fait sa connaissance lors de sa mission en Hollande entre 1663 et 166868.

  • 69 Cf. Mémoires, p. 3, 74-76 ; L’Ambassadeur, I, p. 3, 11.
  • 70 Cf. Mémoires, p. 98-100 ; L’Ambassadeur, I, p. 13.
  • 71 Cf. Mémoires, p. 70, une remarque sur la question de savoir si la Catalogne en rébellion dans les (...)
  • 72 Abraham de Wicquefort et le duc August… cit. n. 8 ; A. Perrin-Marsol, Abraham de Wicquefort, diplo (...)
  • 73 Cf. Mémoires, p. 552-554, 579-580 ; L’Ambassadeur, I, p. 35-36.

37Comparons maintenant les deux livres : dès les premières pages on remarque que dans L’Ambassadeur et ses fonctions Wicquefort reprend le texte des Mémoires et l’intègre à un texte plus vaste. On y retrouve des phrases littéralement importées69, parfois des phrases remaniées70, parfois de brefs paragraphes développés sur plusieurs pages71. Le nombre d’exemples historiques a également beaucoup augmenté. Wicquefort s’est peut-être servi du fonds de la bibliothèque du duc de Wolfenbüttel pour lequel il avait jadis acheté des livres72. On constate aussi un changement dans la structure de l’ouvrage : la question de savoir si les usurpateurs ou les régents peuvent envoyer aussi des ambassadeurs, traitée à la fin des Mémoires, est désormais évoquée dans le troisième chapitre de L’Ambassadeur, fondé en partie sur les mêmes exemples historiques73.

  • 74 Cf. sur le congrès de Nimègue et la querelle des ambassadeurs : R. Pillorget, La France et les Éta (...)

38Mais Wicquefort tient compte aussi des débats les plus récents. Dans la préface des Mémoires il faisait appel aux envoyés assemblés à Nimègue, alors que deux années après la fin des négociations, il se prononçait sur la question de la souveraineté des princes allemands et de leur droit d’envoyer des ambassadeurs. Au congrès de Nimègue, les diplomates anglais, français et suédois refusèrent de donner aux envoyés allemands au service soit des Électeurs soit d’autres princes, le titre d’ambassadeur ainsi que le traitement correspondant, conséquence encore plus dramatique. De plus, les Électeurs ne voulaient pas non plus accorder le titre d’ambassadeur aux envoyés des « simples » princes d’Empire. Ainsi commença une lutte de pamphlets : les partisans des Électeurs réclamaient leur droit d’ambassade auprès des têtes couronnées mais le refusaient aux princes, et ces derniers insistaient sur ce droit, se heurtant ainsi à leur résistance74.

  • 75 L’Ambassadeur, I, p. 40.
  • 76 Ibid., I, p. 9.
  • 77 Ibid., I, p. 40. Sur le droit d’alliance des Reichsstände acquis lors de la paix de Westphalie en (...)
  • 78 L’Ambassadeur, I, p. 46. Le fait que les princes paient des subsides à l’Empereur, qu’ils aient le (...)

39Dans le quatrième chapitre du premier volume de L’Ambassadeur, intitulé « Les Princes d’Allemagne sont en droit de se faire représenter par des ambassadeurs », Wicquefort fait allusion à ce problème. Il le discute de sa manière habituelle, en conjuguant de nombreux exemples historiques avec une argumentation juridique et historique. Comme le titre de ce chapitre le montre déjà, il soutient les prétentions des princes allemands, qu’ils soient électeurs ou simples princes, puisque selon lui il n’y a pas de différence entre eux, l’important étant le « droit de séance aux Diètes »75. Son principal argument est sa notion de souveraineté. Etant donné que pour Wicquefort « il n’y a point de plus illustre marque de la Souveraineté que le Droit d’envoyer & de recevoir des Ambassadeurs »76, il examine si les princes allemands jouissent ou non de cette qualité. Sa réponse est positive. Dénier le droit d’ambassade aux princes allemands revient en effet à « leur contester le droit de Souveraineté ». Or, d’après lui, cette souveraineté des princes serait établie grâce à la France depuis les traités de Westphalie77. Comme le droit de faire la guerre et de conclure des alliances, le droit d’ambassade provient de la souveraineté. Les liens féodaux entre l’empereur et les princes allemands ne la bornent pas. L’empereur étant considéré comme « le Chef & non le Souverain de l’Empire », ainsi les princes ne sont pas ses sujets bien qu’il ait essayé de les traiter comme tels78.

  • 79 Ibid., I, p. 41 : « Le Duc de Savoye, qui est le premier Prince d’Italie se fait tant d’honneur du (...)

40Le second argument avancé par Wicquefort concerne la pratique de la diplomatie française qui consiste à accorder d’un côté aux princes italiens le titre d’ambassadeur, et de l’autre de le refuser aux Allemands, bien que la France l’ait accordé aux représentants des Électeurs et princes pendant le congrès de Westphalie. D’après Wicquefort, les princes italiens n’avaient aucun droit à cette préférence parce que les principautés et les dynasties allemandes étaient beaucoup plus anciennes que les italiennes. Par ailleurs, cette différence de traitement de la part des français n’avait aucune justification à ses yeux à en juger par l’attitude du duc de Savoie, qui se disait « le premier Prince d’Italie », mais insistait en même temps sur son appartenance au Saint Empire en qualité de vicaire d’Empire, titre lui permettant d’envoyer des députés à la diète79.

  • 80 Ibid., I, p. 41 : « on ne connoissoit pas encore les familles de Gonzague, de Médicis & de Farnèse (...)
  • 81 Ibid., I, p. 42 : « Le païs qui s’estend entre ces deux grandes rivières, l’Elbe & le Weser, depui (...)
  • 82 H. Duchhardt, Studien zur Friedensvermittlung… cit. n. 74, p. 52, P. O. Höynck, Frankreich und sei (...)

41L’auteur de ce chapitre ne se perçoit plus comme le « ministre prisonnier », mais comme le conseiller du duc de Brunswick et par conséquent Wicquefort adopte la position de cette maison. Les allusions faites à ce sujet sont fréquentes : il renvoie aux empereurs issus de la maison de Brunswick au Moyen Âge80, il décrit le duché de Brunswick comme possédant une suprématie régionale dans le Nord de l’Allemagne et le présente comme un des principaux alliés de la France pendant la guerre de Trente Ans81. Wicquefort défend ainsi les prétentions du duc de Brunswick qui était à l’origine de la querelle relative au rang des princes allemands au congrès de Nimègue82.

  • 83 Sur les différents lignages de la maison de Brunswick et leurs politiques cf. M. Hollenbeck, Und w (...)
  • 84 G. W. Leibniz, Politische Schriften, II, Berlin, 19842 (Sämtliche Schriften und Briefe, Vierte Rei (...)
  • 85 M. Stolleis, Geschichte des öffentlichen Rechts in Deutschland. I. Reichspubli-zistik und Policeyw (...)
  • 86 Les prétentions des Électeurs contre les princes allemands étaient défendues notamment dans les de (...)

42L’argumentation de Wicquefort reprend, semble-t-il, les idées d’un autre écrivain au service de la maison de Brunswick : Gottfried Wilhelm Leibniz, conseiller du duc Jean-Frédéric d’Hanovre83. Leibniz contribua au débat avec deux traités. En 1677, il publia sous le pseudonyme de Cesarinus Fürstenerius un long traité intitulé De Jure Suprematus ac Legationis Principum Germaniae ainsi qu’un abrégé français de ce livre sous forme de dialogue, Entretien de Philarète et d’Eugène sur la question […] touchant le droit d’ambassade des Électeurs et princes de l’empire.84 Le De Jure Suprematus surtout est considéré comme une des contributions majeures à la théorie constitutionnelle du Saint Empire et a suscité de nombreuses réactions85. Le dialogue connaît aussi un certain succès, surtout au congrès de Nimègue, et les partisans de la primauté des Électeurs n’ont pas tardé à répondre86.

  • 87 G. W. Leibniz, Politische Schriften… cit. n. 84, II, p. 324-325.
  • 88 Il y a de nombreuses références aux Mémoires de Wicquefort dans le De Jure Suprematu. On a même re (...)

43Mais nous n’insisterons pas ici sur le détail des réflexions de Leibniz, ce qui frappe en l’occurrence c’est la forte influence réciproque ayant existé entre les deux auteurs. Leibniz puise dans les Mémoires touchant les ambassadeurs de Wicquefort de nombreux exemples et il semble que Wicquefort ait utilisé ou au moins connu les écrits de Leibniz car, comme ce dernier, il insiste sur le droit d’ambassade comme marque essentielle de la souveraineté et revendique aussi l’égalité de traitement entre les princes italiens et allemands87. Leibniz suivait de près la genèse de l’Ambassadeur et ses fonctions et avait acheté un exemplaire des Mémoires pour la bibliothèque du duc de Brunswick88.

  • 89 M. Bazzoli, L’ideologia dell’ambasciatore… cit. n. 14, p. 251-253.
  • 90 L’Ambassadeur, I, p. 44, analyse de la stratégie de Richelieu : « la France, croyant pouvoir mieux (...)
  • 91 Ibid., I, p. 42-43.
  • 92 Ibid., I, p. 40, Wicquefort attribue aux États de l’Empire la souveraineté par une « sanction prag (...)
  • 93 Ibid., I, p. 44. Wicquefort ne cache pas que les anciens alliés allemands de la France sont mainte (...)

44C’est sur la base de ce chapitre que se dégagent les principaux traits de la vision du système international de Wicquefort, décrite par Maurizio Bazzoli89. Il n’est pas surprenant pour un Néerlandais ayant vécu pendant la Guerre de Trente Ans que sa perception de la politique internationale soit dominée par l’antagonisme franco-espagnol et qu’il ne manifeste que peu de sympathie pour les Habsbourgs d’Espagne90. Dans ce cadre conflictuel, les États mineurs de l’Italie et de l’Allemagne servent d’auxiliaires aux grandes puissances et Wicquefort les juge en fonction des exigences à remplir dans le cadre de ce rôle91. Le congrès de paix de Münster marque, selon Wicquefort, un tournant surtout en ce qui concerne le droit d’ambassade des princes allemands92. Par contre, il ne cache pas que la configuration du système des États européens a changé. Il parle de la « fierté » de Louis XIV, qui « a porté la gloire de la couronne au dela des prétentions & des espérances des Rois ses Prédécesseurs » et annonce ainsi le basculement de la suprématie espagnole au profit de la prédominance française93.

  • 94 Cité d’après W. Barner, Barockrhetorik. Untersuchungen zu ihren geschichtlichen Grundlagen, Tübing (...)
  • 95 L’Ambassadeur, II, p. 1. Sur la cour comme parfaite image du theatrum mundi, cf. W. Barner, Barock (...)

45Concluons par une remarque sur le second volume de L’Ambassadeur qui s’ouvre par une « réflexion sur la place de l’ambassadeur » dans le monde de la cour. Il me semble qu’il se rallie ici au courant moraliste très répandu à cette époque qui regardait le monde comme une scène de théâtre : « All the worlds a stage / And all the men and women merely players » avait écrit Shakespeare (As you like it) et le contemporain de Wicquefort, Jean Rotrou, constatait : « le monde périssable et sa gloire frivole / Est une comédie où j’ignorais mon rôle »94. Ainsi Wicquefort exige du diplomate d’être « un peu comédien » dans « le commerce du monde », car « il n’y a pas un personage plus Comique que l’Ambassadeur » et « point de théâtre plus illustre que la Cour »95.

  • 96 L’Ambassadeur, II, p. 1-2.
  • 97 Cf. W. Barner, Barockrhetorik… cit. n. 94, p. 139, 179.
  • 98 L’Ambassadeur, I, p. 83.

46Mais contrairement à la critique inhérente des auteurs, Wicquefort atténue l’aspect moraliste d’une identification entre négociation diplomatique et comédie humaine en insistant sur le fait qu’un « parfait » ambassadeur doit savoir changer de rôle selon les circonstances. Savoir agir comme négociateur et savoir agir comme « honneste » et « galant » homme caractérisent l’ambassadeur présent à la cour : « un parfait Ambassadeur […] doit estre parfaitement galant homme, c’est-à-dire un homme fait à la mode de la cour »96. Or, il faut considérer que le sens du mot « galant » n’avait rien à voir avec la galanterie d’un Casanova. Au milieu du XVIIe siècle l’adjectif « galant » signifiait aussi « politique »97. Par conséquent, Wicquefort recommande la lecture du Cortegiano di Baldassare Castiglione : « l’Ambassadeur devant estre non seulement habile, mais aussi honneste homme, ou du moins en faire la figure ; il est impossible qu’il le soit ou qu’il le fasse ; s’il ne se forme sur les règles de civilité & d’honnesteté, que ce galant homme [Castiglione] donne dans son livre »98. C’est-à-dire que l’ambassadeur doit être un politicus et qu’il devrait savoir se comporter dans la société de la cour pour mieux remplir sa mission, par exemple, pour satisfaire la « soif d’information » (L. Bély) des souverains.

  • 99 Ibid., II, p. 5.

47Wicquefort distingue deux « objets » d’une ambassade, « ou la négociation », ou « une cérémonie », « où l’Ambassadeur ne fait que representer la personne du Prince ». C’est dans ce contexte qu’il faut savoir jouer un rôle comme « un personage muet fait dans la comédie »99.

  • 100 Ibid., II, p. 9, 11.

48Par contre, pour l’ambassadeur destiné à la négociation, une de ses « principales fonctions […] est de faire l’espion ». Wicquefort s’efforce de faire la différence entre l’espionnage d’un ambassadeur qui est d’une certaine façon « honorable », et la conspiration. Il présente des exemples où les ambassadeurs sont devenus acteurs dans la vie de la cour où ils résidaient ; pour reprendre l’imaginaire de Wicquefort, ils devenaient « aussi les premiers ressorts des machines, qui y firent de si estranges changements de théâtre », où « au lieu de faire le mestier d’espion » ils faisaient « celui de traistre »100.

  • 101 Ibid., II, p. 12.
  • 102 Ibid., II, p. 12s. : L’ambassadeur « doit s’appliquer principalement à estudier le génie du Prince (...)

49Mais « faire l’espion » est aussi nécessaire pour l’ambassadeur s’il ne veut pas être trompé par la cour, comme – c’est son exemple – le représentant des Provinces-Unies à Londres avant la guerre de 1672. L’honorable espionnage consiste de profiter des intrigues d’une cour, « car il n’y a point de Cours où il n’y ait de mécontents »101. L’ambassadeur doit ménager ces personnages avec soin pour éviter d’en devenir les instruments au service de leurs objectifs personnels. L’espionnage fait donc partie du travail quotidien d’observation du négociateur et l’étude du milieu où il réside fait partie des dépêches102.

Conclusion

50En conclusion résumons donc brièvement nos réflexions sur les écrits de Wicquefort. En ce qui concerne l’actuel état de la recherche, nous nous trouvons toujours au point de départ : nous disposons de quelques éditions de sources, datant surtout du XIXe siècle, ainsi que de quelques études offrant un premier aperçu de la pensée et du monde de Wicquefort, mais rien de plus. Il n’existe ni édition moderne, critique ou commentée, ni biographie détaillée.

51Il reste donc beaucoup de travail à faire :

  • une bibliographie complète des éditions des œuvres de Wicquefort,
  • une édition commentée de ses relations dispersées dans diverses archives à travers l’Europe, notamment à Wolfenbüttel et à Berlin103,
  • une biographie de ce « Grimm avant la lettre », basée sur une recherche à partir des sources dans les archives de Berlin, La Haye, Paris, Wolfenbüttel et autres fonds jusqu’à présent non utilisés,
  • et une étude approfondie de son œuvre et surtout de ses écrits sur la diplomatie : il faut comparer l’ambassadeur de Wicquefort avec les ambassadeurs de Vera, Hotman, etc., pour mieux comprendre les raisons pour lesquelles les deux mille pages de Wicquefort sont devenues la référence de la diplomatie moderne (et non le traité beaucoup plus bref de Hotman).

52Nous avons essayé de resituer Wicquefort dans le contexte de son époque. Il a vécu et a été témoin d’un moment décisif dans l’évolution des relations internationales à l’époque moderne : de la crise fondamentale de la première moitié du XVIIe siècle à l’établissement d’un certain ordre entre les états en 1648, ainsi que de l’évolution ultérieure de cet ordre – la prépondérance espagnole remplacée par celle de la France, l’apogée du pouvoir de Louis XIV à Nimègue qui marqua également le début de la remise en cause de sa puissance. Et enfin, il fut témoin de l’établissement d’un système d’États fondé sur la notion de balance du pouvoir. L’Ambassadeur reflète ce développement et nous y retrouvons les premiers signes de la résistance naissante contre l’ambition du Roi Soleil.

53Les Mémoires et L’Ambassadeur fournissent une sorte de commentaires de ces événements. Ils marquent le début du basculement de la diplomatie du monde méditerranéen à la diplomatie du système des États, qui s’exprime aussi dans les écrits sur les ambassadeurs et la négociation. Les livres de référence ne sont plus de Vera et Le Tasse, mais Wicquefort et plus tard de Callières.

  • 104 D. Ménager, Diplomatie et théologie à la Renaissance, Paris, 2001, p. 9, E. McClure, Sunspots and (...)

54Ce succès s’explique en ce que les Mémoires ne constituent pas une simple autodéfense ou un simple plaidoyer de Wicquefort, né de son conflit avec les autorités néerlandaises. En effet, leur lecture montre aussi l’approche systématique adoptée par Wicquefort qui traite les principales questions du « commerce entre les États ». Cette constante réflexion sur la pratique diplomatique distingue le livre de Wicquefort des autres écrits sur la théorie politique et la raison d’état rédigés à son époque. L’Ambassadeur décrit par Wicquefort est l’incarnation de la pratique du « commerce entre les États » fondée sur la raison d’État et sur l’intérêt politique. Ainsi l’ambassadeur perd tout caractère utopique ou idéalisé de « messager de la paix » dont il était revêtu par Le Tasse ou Vera.104

  • 105 M. Bazzoli, Ragion di Stato e interessi degli stati. La trattatistica sull’ambasciatore dal XV a X (...)

55En ce qui concerne le genre constitué par les traités sur la diplomatie et la position de Wicquefort dans la tradition qui commence – selon Hrabar et Bazzoli – avec Rosier et Barbaro, il me semble que chez Wicquefort on assiste à l’établissement définitif d’un « genere di riconoscibile omogeneità » (Bazzoli)105 qui distingue ses traités d’autres traités politiques de l’époque moderne. La synthèse des genres – de la théorie politique moderne, de la littérature sur l’honnête homme et de la cour, tradition inaugurée par Castiglione – constitue à mon avis l’originalité et la « riconoscibile omogeneità » de ses écrits. On y retrouve une discussion sur des questions relatives au droit des gens, des réflexions politiques, des manuels du comportement, ainsi que des mémoires historiques. Tous ces auteurs ont en commun de prétendre que leurs œuvres doivent servir à la pratique.

56Peut-être les livres de Wicquefort marquent-ils un tournant dans l’évolution de ce genre. Ils constituent une summa de l’histoire des règles et de la pratique de la négociation de la fin du XVe siècle jusqu’à la paix de Nimègue. De plus, Wicquefort insiste sur la modernité des relations entre les États européens et s’abstient de toute référence à l’antiquité comme modèle. Ainsi on pourrait penser qu’il s’agit d’une contribution à la Querelle des Anciens et Modernes. C’est cette référence permanente au présent ou à l’histoire récente qui explique le succès du livre de Wicquefort ainsi que sa prompte traduction en allemand, en anglais et les nombreuses rééditions jusqu’au milieu du XVIIIe siècle.

  • 106 Cf. n. 1.

57Ainsi une œuvre de circonstance, la défense du « ministre prisonnier », est devenu au fil des années le « best-known and most widely read work on diplomacy produced anywhere in early modern Europe »106.

Notes

1 M. S. Anderson, The Rise of Modern Diplomacy, 1450-1919, Londres-New York, 20012, p. 47. Selon Heinz Schilling, les livres de Wicquefort et plus tard ceux de Callières remplacèrent tous les traités antérieurs sur l’ambassadeur, H. Schilling, Konfessionalisierung und Staatsinteressen. Internationale Beziehungen 1559-1660, Paderborn, 2007 (Handbuch der Geschichte der Internationalen Beziehungen, 2), p. 132 ; Heinz Duchhardt qualifie le livre de Wicquefort comme « Standardwerk » (livre de référence), H. Duchhardt, Balance of Power und Pentarchie. Internationale Beziehungen 1700-1785, Paderborn, 1997 (Handbuch der Geschichte der Internationalen Beziehungen, 4), p. 28. Abréviations utilisées : Mémoires = Mémoires touchant les ambassadeurs, cités d’après l’édition de 1676 : Mémoires touchant les Ambassadeurs et les Ministres publics, par L. M. P., Cologne, Chez Pierre Du Marteau, 1676. L’édition de L’Ambassadeur et ses fonctions utilisée est celle de 1730 : L’Ambassadeur = L’Ambassadeur et ses fonctions par Abraham de Wicquefort ; Conseiller aux Conseils d’Estat & Privé du Duc de Brunswic & Lunebourg & Zell &.c Nouvelle Édition, augmenté des Pièces suivantes. Mémoires des Wicquefort Touchant Les Ambassadeurs et les Ministres Publics, Réflexions sur ces mémoires, Discours du même Wicquefort De l’Élection de l’Empereur, et des Électeurs de l’Empire. Traité du juge compétent des ambassadeurs ; Traduit du Latin de Mr. De Bynkershoek ; Président du Haut Conseil de Hollandes, &c. Par Jean Barbeyrac, Professeur en Droit Public & Privé à Groningue. Seconde Édition revue & augmentée dans les Notes du Traducteur, Amsterdam, Chez les Janssons à Waesberge, 1730, 2 vol. (I, 457 p. ; II, 219, 22, 56, 267, 230 p. [le vol. II contient le livre II de L’Ambassadeur, les Mémoires de Galardi sur Wicquefort, le Discours sur l’élection impériale de Wicquefort et une édition « critique » des Mémoires touchant les Ambassadeurs et Ministres publics].

2 C. Rennert, Abraham de Wicquefort, Halle, 1880 (Diss. Halle).

3 F. Kaiser, Abraham van Wicquefort en zijn Proces. Academisch Proefschrift, Université de Leyde, Leyde, 1857, p. 267-282. Pour le conflit avec Mazarin et le séjour de Wicquefort à la Bastille en 1659, cf. le choix de lettres dans Archives de la Bastille. I. Règne de Louis XIV (1659-1661), éd. F. Ravaisson, Paris, 1866, p. 173-180.

4 F. J. L. Krämer, Lettres de Pierre De Groot, ambassadeur des Provinces-Unies à Abraham de Wicquefort, résident des Ducs de Brunswick (1668-1674), La Haye, 1894.

5 C. F. Haje, De geheime Correspondentie van Abraham de Wicquefort met den franschen Minister de Lionne, La Haye, 1901.

6 A. Waddington, Abraham de Wicquefort, ministre de Brandebourg en France au temps de Louis XIV, dans Séances et travaux de l’Académie des Sciences morales et politiques, n.s., 158, 1902, p. 510-537 ; Id., Un mémoire d’Abraham de Wicquefort en 1659, dans Bijdragen en mededeelingen van het historisch genootschap, 24, 1903, p. 1-58.

7 Urkunden und Actenstücke zur Geschichte des Kurfürsten Friedrich Wilhelm von Brandenburg. Auswärtige Acten, I, éd. E. Simson, Berlin, 1865.

8 Abraham de Wicquefort. Chronique discontinue de la Fronde 1648-1652, éd. R. Mandrou, Paris, 1978 ; Id., Abraham de Wicquefort et le duc August (1646-1653). Sur les relations intellectuelles entre France et l’Allemagne, un siècle avant les Lumières, dans Wolfenbütteler Beiträge, 3, 1978, p. 191-234.

9 A. Perrin-Marsol, Abraham de Wicquefort, diplomate érudit au service du duc Auguste de Wolfenbüttel (1648-1653), dans Francia, 35, 2008, p. 187-208. Je remercie A. Perrin-Marsol d’avoir mis son article à ma disposition avant sa parution.

10 P.-F. Burger, Res Angusta Domi. Les Wicquefort et leurs métiers bien délicats entre Paris, Amsterdam et Pärnu, dans Francia, 27, 2000, 2, p. 25-58. Cf. aussi A. Tischer, West-Ost-Kommunikation im 17. Jahrhundert in ihrem Kontext. Joachim von Wicquefort als Korrespondent und Agent Herzog Jakobs von Kurland, dans Jahrbuch für Europäische Geschichte, 5, 2004, p. 143-160 ; C. M. Schulten, Joachim de Wicquefort et Jean Tileman Stella. Fragment d’une correspondance, dans LIAS, 1, 1974, p. 129-155.

11 L. Bély, Wicquefort : L’ambassadeur et ses fonctions, dans Id., L’Art de la paix en Europe. Naissance de la diplomatie moderne XVIe-XVIIIe siècle, Paris, 2007, p. 313-320.

12 C. H. Carter, Wicquefort on the Ambassador and his Functions, dans Studies in History and Politics, 2, 1981, p. 37-59.

13 M. Keens-Soper, Abraham de Wicquefort and Diplomatic History, dans Diplomacy and Statecraft, 8, 1997, p. 16-30, aussi sous le titre : Wicquefort, dans G. R. Berridge, M. Keens-Soper, Thomas G. Otte (éd.), Diplomatic Theory from Machiavelli to Kissinger, Basingstoke-New York, 2001, p. 88-105.

14 M. Bazzoli, L’ideologia dell’ambasciatore nel tardo Seicento : « L’Ambassadeur et ses fonctions » di Abraham de Wicquefort, dans Id., Stagione e teorie della società internazionale, Milan, 2005 (Il Filarete. Università degli Studi di Milano. Pubblicazioni della Facoltà di Lettere e Filosofia, 232), p. 249.

15 Ibid., p. 250-251.

16 Ibid., p. 252.

17 H. Kugeler, « Le Parfait Ambassadeur ». The Theory and Practice of Diplomacy in the Century following the Peace of Westphalia, Ph. Diss., Oxford, 2006 ; Id. « Le parfait ambassadeur ». Zur Theorie der Diplomatie im Jahrhundert nach dem Westfälischen Frieden, dans H. Kugeler, C. Sepp, G. Wolf (éd.), Internationale Beziehungen in der Frühen Neuzeit. Ansätze und Perspektiven, Münster, 2006, p. 180-211.

18 Cf. M.S. Anderson, The Rise of Modern Diplomacy… cit. n. 1, p. 103-148.

19 A. de Wicquefort, Histoire des Provinces-Unies des Païs-Bas, depuis le parfait établissement de cet état par la paix de Munster, éd. E. Lenting, C. A. Chais van Buren, Amsterdam, 1861-1874, 4 vol. 

20 T. Herbert, Relation du voyage de Perse et des Indes Orientales, traduite de l’Anglois de T. H. avec les révolutions arrivées au royaume de Siam l’an mil six cens quarante-sept. Traduites du Flamand de J. Van Vliet [par M. de Wicquefort], Paris 1663 ; Relation du voyage de Moscovie, Tartarie, et de Perse, fait à l’occasion d’une ambassade, envoyée au Grand-Duc de Moscovie, [et] du Roy de Perse, par le Duc de Holstein : Depuis l’an 1633. jusques en l’an 1639. Traduite de l’Alleman du Sieur Olearius, Secrétaire de la dite Ambassade. Par L[e]. R [ésident]. D[e]. B[randebourg] [Abraham de Wicquefort], Paris, 1656.

21 A. de Wicquefort, Discours historique de l’élection de l’empereur et des électeurs de l’empire par le résident de Brandebourg, Paris, 1658.

22 A. de Wicquefort, Mémoire sur la guerre faite aux Provinces-Unies en l’année 1672, éd. J. A Wijnne, dans Bijdragen en Mededeelingen van het Historisch Genootschap gevestigd te Utrecht, 11, 1888, p. 70-344. [A. de Wicquefort], Advis fidelle aux veritables Hollandois. Touchant ce qui s’est passé dans les villages de Bodegrave & Swammerdam, & les cruautés inoüies, que les François y ont exercées. Avec un memoire de la dernière marche de l’Armée du Roy de France en Brabant & en Flandre, La Haye, 1673.

23 Justement reconnu par M. Keens-Soper, Abraham de Wicquefort and Diplomatic Theory, dans Diplomacy and Statecraft, 8, 1997, p. 16. Ce fait échappe à tous les autres auteurs d’études sur Wicquefort.

24 Archives de la Bastille... cit. n. 3, I, p. 176.

25 A. Waddington, Abraham de Wicquefort, Ministre de Brandebourg en France au temps de Louis XIV, dans Séances et travaux de l’Académie des sciences, morales et politique, n.s., 158, 1908, p. 535.

26 J. Delatour, Les Frères Dupuy et leurs Correspondances, dans C. Berkvens-Stevelinck, H. Bots, J. Häseler (éd.), Les grands intermédiaires culturels de la République des Lettres. Études des réseaux de correspondances du XVIIe au XVIIIe siècle, Paris, 2005, p. 61-101 ; K. Garber, À propos de la politisation de l’humanisme tardif européen, dans C. Lauvergnat-Gagnière (éd.), Le Juste et l’injuste à la Renaissance et à l’âge classique, Saint-Étienne, 1986, p. 157-166 ; K. Garber, Paris, die Hauptstadt des europäischen Späthumanismus. Jacques Auguste de Thou und das Cabinet Dupuy, dans S. Neumeister, C. Wiedemann (éd.), Res publica litteraria. Die Institution der Gelehrsamkeit in der frühen Neuzeit, Wiesbaden, 1987 (Wolfenbütteler Arbeiten zur Barockforschung, 14), I, p. 71-92 ; sur Priandi : S. Externbrink, Das Selbstporträt eines Diplomaten im 17. Jahrhundert. Giustiniano Priandis Memorandum für Desmarets de Saint-Sorlin aus dem Jahre 1644, dans S. Externbrink, J. Ulbert (éd.), Formen internationaler Beziehungen in der Frühen Neuzeit. Frankreich und das Alte Reich im europäischen Staatensystem. Festschrift Klaus Malettke, Berlin, 2001, p. 227-244. Wicquefort mentionne Priandi dans L’Ambassadeur, I, p. 382.

27 Les lettres de Guy Patin prouvent que Wicquefort a fréquenté le cercle des Dupuy, cf. J. H. Reveille (éd.), Lettres de Gui Patin, Paris, 1846, I, p. 249-250, II, p. 176. Wicquefort a aussi assisté aux séances de l’Académie française, cf. pour l’indication de cette référence, A. Perrin-Mersol, Abraham de Wicquefort… cit. n. 9, p. 187, n. 2.

28 Archives de la Bastille… cit. n. 24, p. 174.

29 Ibid., p. 175.

30 Cf. H. R. Rowen, John De Witt, Grand Pensionary of Holland, 1625-1672, Princeton, 1978, p. 391-399 ; pour le contexte relatif à l’histoire des idées cf. J. I. Israel, Radical Enlightenment. Philosophy and the Making of Modernity 1650-1750, Oxford, 20022, p. 258-277.

31 Cf. F.J.L. Krämer, Lettres de Pierre De Groot… cit. n. 4, p. 134s. Cf. aussi l’éloge de De Groot par Wicquefort dans L’Ambassadeur, II, p. 216-217.

32 Sur la lutte contre Descartes à l’Université de Leyde, cf. J. I. Israel, Radical Enlightenment… cit. n. 30, p. 28s. Il semble que Wicquefort connaissait les œuvres de Descartes, cf. sa remarque sur Chanut, l’ambassadeur français à la cour de Suède : « Il estoit un des plus savants hommes de son temps, & un des premiers disciples de Descartes », L’Ambassadeur, II, p. 215.

33 F. Kaiser, Abraham van Wicquefort en zijn Proces... cit. n. 3, p. 275, 278.

34 Cf. les commentaires cités par J. Cornette, Chronique du règne de Louis XIV, Paris, 1997, p. 265.

35 F. Kaiser, Abraham van Wicquefort en zijn Proces... cit. n. 3, p. 268.

36 Cf. L. Bély, Les relations internationales en Europe (XVIIe-XVIIIe siècles), Paris, 1992, p. 336-352. W. J. Roosen, The Age of Louis XIV. The Rise of Modern Diplomacy, Cambridge (Mass.), 1976. Une étude quantitative du développement de la diplomatie moderne serait à souhaiter.

37 V. E. Hrabar, De Legatorum jure tractatuum catalogus completus ab anno MDCXXV usque ad annum MDCC, Tartu, 1918, p. 182-186.

38 Cf. G. W. Leibniz, Allgemeiner politischer und historischer Briefwechsel, III, Berlin 1970 (réimpression de l’éd. de 1938) (Sämtliche Schriften und Briefe, Erste Reihe), p. 369, extrait des lettres de Christian Philipp à Leibniz, 27 mars/6 avril 1680 ; ibid., p. 371, du 3/13 avril 1680 : « Le traité de l’Ambassadeur de Mr Wicquefort est achevé, et nous le verrons après la foire de Leipzig » ; p. 427, du 28 août/7 septembre : « Le traité de l’Ambassadeur de Mr Wicquefort est achevé et imprimé ».

39 Cf. par exemple l’édition de 1730 cit. n. 1.

40 J’ai compté huit éditions des Mémoires jusqu’en 1680.

41 L’Ambassadeur, I, p. 2.

42 Mémoires, p. 5.

43 « Une nouvelle politique a voulu soustenir […] que la justice du lieu de la résidence des Ministres Publics pouvoit étendre sa Jurisdiction sur les personnes, Privilegiées & Sacrées, de ceux qui y sont nés : nonobstant mesmes que le Souverain du mesme lieu l’eust cedé à ses alliés, pour y recevoir les Ambassadeurs, Résidents & Agents des Princes […] & pour les y faire jouir des droits & des avantages inséparables de leur qualité & de leur caractère. Ce Paradoxe ayant obligé un Ministre Public à confronter ces nouvelles Maximes avec ce qui a esté de tout temps pratiqué par les Souverains, qui ont eu quelque respect pour le droit des gens, il a trouvé des exemples si directement opposés à cette Politique moderne, qu’il a cru les pouvoir produire à l’occasio[n] de l’assemblée, dont l’ouverture se va faire à Nimmègue », Mémoires, p. A 2s.

44 Mémoires, p. 8-11.

45 Cf. M. Bazzoli, L’ideologia dell’ambasciatore… cit. n. 14, p. 255.

46 Mémoires, p. 415. Cf. ibid., p. 26.

47 Mémoires, p. 578-579. Il s’agit d’un épisode de l’histoire du roi David, 2. Samuel, 10, où les Ammonites ne respectaient pas l’immunité des envoyés du roi David.

48 L’Ambassadeur, I, p. 2. Pareille attitude chez J. Hotman, cf. V. E. Hrabar, De Legatis et Legationibus… cit. n. 37, p. 153.

49 Cf. E. M. McClure, Sunspots and the Sun King. Sovereignity and Mediation in Seventeenth-Century France, Urbana, Chicago, 2006, p. 112, 129. On trouve d’autres exemples de la pratique consistant à puiser dans l’antiquité chez C. Paschalius, Legatus, Rouen, 1598, A. Germonius, De legatus Principum, Rome, 1627, G. Bragaccia, L’Ambasciatore, Padoue, 1626, C. M. Carafa, Opere politiche cristiane, cioè l’ambasciatore politico cristiano, Venise, 1670, cf. D. Frigo, Ambasciatori, ambasciate e immunità diplomatiche nelle letteratura politica italiana (secc. XVI-XVIII), dans MEFRIM, 119-1, 2007, p. 37-38.

50 Mémoires, p. 420 : « Il n’y a rien de si solide que le récit naïf de Philippe de Commines ». Dans L’Ambassadeur, Wicquefort n’hésite pas à préférer Commynes à Tacite : « Que nos politiques donnent la première reputation à Tacite, s’ils veulent ; mais j’ose dire, que si on en veut juger équitablement, Philippe de Comines, Seigneur d’Argenton, ne luy cède en quoi ce soit : estant sans comparaison plus fidelle & plus judicieux en ce qu’il escrit des Maistres qu’il a servis, & et des actions aussi bien que des négociations, où il a eu bonne part, & dont il a pu avoir une très-parfaite connoissance. Il n’y a point de livre, où il y ait tant à profiter, pour les Princes & pour les Ministres, que dans les Mémoires de Comines. Son désinteressement paroist partout : il fait justice à tout le monde ; & il n’y a point d’accident remarquable, dont il ne rapporte la première cause à la providence de celui, qui tient le cœur des Rois en sa main, qui est le Dieu des batailles, & qui dispose seul des Couronnes & et des Monarchies ». L’Ambassadeur, I, p. 81.

51 Mémoires, p. 421.

52 L’Ambassadeur, I, p. 83.

53 Mémoires, p. 421-422, sur Buchanan, p. 421 : « l’on peut dire avec verité, que Tite-Live n’a pas si bien réussi en son Histoire Romaine que Buchanan en celle d’Escosse ».

54 Mémoires, p. 421 : « Ceux qui prennent pour objet l’Histoire générale, ou une Chronique n’ont pas tant de peine à réussir, que ceux qui s’attachent à une matière moins étendue, mais qui s’enferment dans le récit de ce qui s’est passé dans un certain païs, dans une certaine suite d’années, ou d’une seule matière, qu’ils épuisent, & en font un ouvrage achevé ». Bien sûr, Wicquefort pense à son Histoire des Provinces-Unies.

55 Mémoires, p. 416.

56 Mémoires, p. 417-419. Cf. son éloge des Lettres d’Ossat : « L’on voit dans les lettres de ce Ministre une suite d’affaires sans interruption, une application également forte partout sans prendre le change, une fermeté inébranlable, un zèle sans exemple, une fidélité incorruptible, une sagacité à pénétrer jusques au fonds des sentiments de ceux avec qui il avoit à traiter, & le jugement le plus net & le plus éclairé, qui se trouva jamais en aucun Ministre » (417) ; sur Walsingham : « Je ne crois pas faire tort à Dossat & à Jeannin, en joignant à eux François Walsingham » (419).

57 M. Bazzoli, L’ideologia dell’ambasciatore… cit. n. 14, p. 255, critique le manque d’ordre.

58 Mémoires, p. 6s. L’Ambassadeur, II, p. 1.

59 Mémoires, p. 8 : « Au lieu de faire une définition pertinente du mot d’Ambassadeur je diray, que j’y comprens tous les Ministres, que les Princes Souverains envoyent à des Cours estrangères, pour y faire leurs affaires, en vertu de leurs lettres de créance, sous la foy publique, establie par le droit des gens ».

60 Ibid., p. 129.

61 Ibid., p. 11.

62 Ibid., p. 15.

63 Ibid., p. 20. Cf. ci-dessous p. 18. Cf. L’Ambassadeur, 2, p. 1s : « un parfait ambassadeur, […] doit estre parfaitement galant homme, c'est-à-dire un homme fait à la mode de la cour ».

64 L’Ambassadeur, I, p. 83. Cf. ci-dessous p. 427.

65 Mémoires, p. 21. Aussi p. 143.

66 Ibid., p. 17-19. D’Ossat : ibid., p. 32, sur les lettres : p. 417 ; Francis Walsingham : ibid., p. 18, 557s ; d’Estrades : ibid., p. 19, 416.

67 A. d’Ossat, Lettres De l’illustrissime et reverendissime Cardinal D’Ossat, […] au Roy Henry Le Grand, et à Monsieur De Villeroy […], Paris, 1627 ; D. Digges, The Compleat Ambassador, or, Two treaties of the intended marriage of Qu. Elizabeth of glorious memory, comprised in letters of negotiation of Sir Francis Walsingham, her resident in France […], Londres, 1655 ; G. d’Estrades, Lettres, mémoires et négociations de M. le Cte d'Estrades, ambassadeur de Sa Majesté très chrétienne […], Bruxelles, 1709, 5 vol. Cf. aussi L’Ambassadeur, I, p. 81-84.

68 Cf. C. G. Jöcher (éd.), Allgemeines Gelehrten-Lexicon : darinne die Gelehrten aller Stände sowohl männ- als weiblichen Geschlechts, welche vom Anfange der Welt bis auf ietzige Zeit gelebt, und sich der gelehrten Welt bekannt gemacht, nach ihrer Geburt, Leben, merckwürdigen Geschichten, Absterben und Schrifften aus den glaubwürdigsten Scribenten in alphabetischer Ordnung beschrieben werden, Leipzig 1750-1751, IV, col. 1943, sv Wicquefort : « Der Graf von Estrades gebrauchte ihn [Wicquefort] bey dem Don Estevan de Gamarra, und setzte so viel Vertrauen auf ihn, dass er sich auch in einem Schreiben an den Herrn de Lionne auf des Wicqueforts Briefe bezog ». Cf. le portrait de d’Estrades peint par Wicquefort, L’Ambassadeur, II, p. 209-210.

69 Cf. Mémoires, p. 3, 74-76 ; L’Ambassadeur, I, p. 3, 11.

70 Cf. Mémoires, p. 98-100 ; L’Ambassadeur, I, p. 13.

71 Cf. Mémoires, p. 70, une remarque sur la question de savoir si la Catalogne en rébellion dans les années 1640 aurait pu envoyer des ambassadeurs, est reprise assez littéralement dans L’Ambassadeur, p. 19, mais Wicquefort y ajoute une « digression » (p. 19-21) sur l’histoire du titre d’« ambassadeur » dans le royaume d’Aragon au XVe siècle.

72 Abraham de Wicquefort et le duc August… cit. n. 8 ; A. Perrin-Marsol, Abraham de Wicquefort, diplomate érudit… cit. n. 9, et Id., Das französische Gedächtnis einer deutschen Bibliothek : Wolfenbüttel, « kulturelle Konstruktion » des Herzogs August d. J. zu Braunschweig und Wolfenbüttel, dans E. Dewes, S. Duhem (éd.), So nah - so fern. Kulturelles Gedächtnis und interkulturelle Rezeption im europäischen Kontext, Berlin, 2007 (Vice Versa. Schriftenreihe des Frankreichzentrums der Universität des Saarlands, 1), p. 67-88.

73 Cf. Mémoires, p. 552-554, 579-580 ; L’Ambassadeur, I, p. 35-36.

74 Cf. sur le congrès de Nimègue et la querelle des ambassadeurs : R. Pillorget, La France et les États allemands au congrès de Nimègue (1678-1679), dans The Peace of Nijmegen 1676-1678/79, Amsterdam, 1980, p. 225-236, K. O. v. Aretin, Das Alte Reich. 1648-1806, Stuttgart, 1993-1997, I, p. 265-271, L. Bély, Les Relations internationales en Europe XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, 20074, p. 261-263, K. Malettke, Les Relations entre la France et le Saint-Empire au XVIIe siècle, Paris, 2001, p. 347-365, P. O. Höynck, Frankreich und seine Gegner auf dem Nymwegener Friedenskongreß, Bonn, 1960 (Bonner historische Forschungen, 16), p. 49-50, H. Duchhardt, Studien zur Friedensvermittlung in der frühen Neuzeit, Wiesbaden, 1979, p. 48-55.

75 L’Ambassadeur, I, p. 40.

76 Ibid., I, p. 9.

77 Ibid., I, p. 40. Sur le droit d’alliance des Reichsstände acquis lors de la paix de Westphalie en 1648, cf. K. Malettke, Les relations… cit. n. 74, p. 30-31.

78 L’Ambassadeur, I, p. 46. Le fait que les princes paient des subsides à l’Empereur, qu’ils aient le droit d’appellation au « Reichskammergericht » et au « Reichshofrat », ainsi que la collaboration des États (« Landstände ») au recouvrement des impôts, ne constituent pas une limite à leur souveraineté. Selon Wicquefort, la constitution des Provinces-Unies connaît des règles pareilles, « sans préjudice de leur Souveraineté ». Ibid. p. 47.

79 Ibid., I, p. 41 : « Le Duc de Savoye, qui est le premier Prince d’Italie se fait tant d’honneur du Vicariat de l’Empire, qu’il se l’est fait confirmer par le troisième article de la capitulation de l’Empereur régnant, & il fait gloire d’estre du nombre de ses Princes. En l’an 1544, Charles, Duc de Savoye, envoya ses Ambassadeurs à la Diète de Spire ».

80 Ibid., I, p. 41 : « on ne connoissoit pas encore les familles de Gonzague, de Médicis & de Farnèse, lorsque les Maisons de Bavière & et de Brunsüic donnoient des Empereurs à l’Allemagne ». Ibid. p. 42.

81 Ibid., I, p. 42 : « Le païs qui s’estend entre ces deux grandes rivières, l’Elbe & le Weser, depuis Magdebourg jusques à l’Océan presques, ne peut-il pas estre mis en comparaison avec les plus grandes Provinces d’Italie, tant pour le nombre & pour la qualité des villes, que pour l’importance de ses places fortes ; quand mesme on n’y joindroit point les Comtés de Hoye & et de Diephold de deçà de delà le Weser ? J’ose dire, que deux des plus grandes puissances d’Italie, sans en excepter mesme celles du Pape & de la République de Venise, ne sçauroient faire ensemble ce que le païs de Brunsüic & Lunebourg fit seul en l’an 1645 […] Le Duc de Lunebourg […] a seul plus fait pour les Alliés en Allemagne, que la France n’auroit pu espérer de tous les Princes d’Italie ensemble ».

82 H. Duchhardt, Studien zur Friedensvermittlung… cit. n. 74, p. 52, P. O. Höynck, Frankreich und seine Gegner… cit. n. 74, p. 49.

83 Sur les différents lignages de la maison de Brunswick et leurs politiques cf. M. Hollenbeck, Und wo Bleibt Europa ? Kategorien politischen Handelns mindermächtiger Reichsstände am Beispiel der Braunschweiger Frankreichpolitik nach dem Westfälischen Frieden, dans S. Externbrink, J. Ulbert (éd.), Formen internationaler Beziehungen in der Frühen Neuzeit. Frankreich und das Alte Reich im europäischen Staatensystem, Berlin, 2001, p. 368. Sur la politique de la maison de Brunswick à cette époque : G. Schnath, Geschichte Hannovers im Zeitalter der neunten Kur und der englischen Sukzession 1674-1714, I, Hildesheim, Leipzig, 1938 (Veröffentlichungen der Historischen Kommission für Hannover, Oldenburg, Braunschweig, Schaumburg-Lippe und Bremen, 18), p. 104-117.

84 G. W. Leibniz, Politische Schriften, II, Berlin, 19842 (Sämtliche Schriften und Briefe, Vierte Reihe), p. 3-270, 278-338.

85 M. Stolleis, Geschichte des öffentlichen Rechts in Deutschland. I. Reichspubli-zistik und Policeywissenschaft 1600-1800, Munich, 1988, p. 190-191, 236-237.

86 Les prétentions des Électeurs contre les princes allemands étaient défendues notamment dans les deux traités suivants : Dënouement de la Question qu’il y a touchant le Cérémoniel Entre les Ambassadeurs de la France & ceux de Brandebourg, qui se trouvent présentement au Traitté de Paix à Nimwegen, Aix-la-Chapelle, 1677 ; Lettre d’Un Désintéressé à un sien Amy, touchant le titre d’ambassadeur, avec lequel les Princes d’Allemagne désirent d’envoyer leur Ministres au Congrès de Nimwegen, Aix-la-Chapelle, 1677. Le commentaire de Wicquefort sur le dernier : L’Ambasadeur, I, p. 50. Cf. aussi V. E. Hrabar, De Legatorum jure tractatuum catalogus… cit. n. 37, p. 131-153. L’histoire de l’édition de De Jure Suprematu est expliquée dans Leibniz, Politische Schriften… cit. n. 84, II, p. 6-8 ; sur le succès de l’Entretien, ibid. p. 282-283, 288.

87 G. W. Leibniz, Politische Schriften… cit. n. 84, II, p. 324-325.

88 Il y a de nombreuses références aux Mémoires de Wicquefort dans le De Jure Suprematu. On a même retrouvé parmi les papiers de Leibniz des extraits du livre de Wicquefort, rédigés de sa main même, cf. Leibniz, Sämt Schr., IV, 2, p. 10, 146. L’achat des Mémoires pour la bibliothèque ducale : Leibniz, Briefwechsel, I, 2, p. 33. Leibniz était informé sur les circonstances de la libération de Wicquefort ; cf. ibid. p. 436, 445, Leibniz à Christian Philipp, 14/24 mars 1679 : « On m’a dit qve Mons. Vicqvefort s’est sauué par le moyen de la fille du Geolier qvi s’est sauué avec luy : et je le veux croire. Car au reste je ne croy pas qu’on se soit mis en peine à Zelle de le faire évader ».

89 M. Bazzoli, L’ideologia dell’ambasciatore… cit. n. 14, p. 251-253.

90 L’Ambassadeur, I, p. 44, analyse de la stratégie de Richelieu : « la France, croyant pouvoir mieux réussir le dessein qu’elle avoit, non de modérer, mais d’abattre la puissance d’Espagne, en l’attaquant dans le Duché de Milan, ou au Roiaume de Naples, elle a plus considéré les Princes d’Italie, qui y pouvoient contribuer ou contenir, que ceux d’Allemagne, dont l’amitié ne luy estoit pas si utile, ou moins pas si nécessaire. C’est à quoy ont fort aidé les conseils des Ministres, qui pour faire canoniser leurs propres sentiments, ont agy contre les véritables maximes, & ont meprisé les anciens amis, pour en faire de nouveaux, plus capables de seconder l’intention de ceux, qui vouloient élever la grandeur de la Monarchie de France, sur les ruines de celle d’Espagne ».

91 Ibid., I, p. 42-43.

92 Ibid., I, p. 40, Wicquefort attribue aux États de l’Empire la souveraineté par une « sanction pragmatique », p. 48, 50. Cf. aussi ibid., II, p. 147-158, chap. 13, « Des traittés de Munster et d’Osnabrug ».

93 Ibid., I, p. 44. Wicquefort ne cache pas que les anciens alliés allemands de la France sont maintenant entrés dans le camp des Habsbourg, ibid. p. 43.

94 Cité d’après W. Barner, Barockrhetorik. Untersuchungen zu ihren geschichtlichen Grundlagen, Tübingen, 20022, p. 87.

95 L’Ambassadeur, II, p. 1. Sur la cour comme parfaite image du theatrum mundi, cf. W. Barner, Barockrhetorik… cit. n. 94, p. 117-124. Cet aspect de l’image de la cour comme théâtre échappe à Ellen McClure qui concentre son analyse de ce passage sur les qualités d’acteur en tant qu’acteur de théâtre, cf. E. McClure, Sunspots and the Sun King… cit. n. 49, p. 118-127.

96 L’Ambassadeur, II, p. 1-2.

97 Cf. W. Barner, Barockrhetorik… cit. n. 94, p. 139, 179.

98 L’Ambassadeur, I, p. 83.

99 Ibid., II, p. 5.

100 Ibid., II, p. 9, 11.

101 Ibid., II, p. 12.

102 Ibid., II, p. 12s. : L’ambassadeur « doit s’appliquer principalement à estudier le génie du Prince, & l’humeur des Ministres avec lesquels il a à négocier. Car comme leurs intentions sont impénétrables, on ne peut juger, non plus que de leurs actions, que par le caractère de leur personne. C’est lui qui produit les unes, & qui fait connoistre les autres fort naturellement. Il n’y a presque point de lettre, dans les négociations du Cardinal Dossat, où on ne trouve quelques traits de l’idée qu’il donne de Clément VIII & du Cardinal Aldobrandin, son premier ministre ».

103 Nous disposons maintenant de ce cette édition : C. Boutin (éd.), Les « Gazettes parisiennes » d’Abraham Wicquefort pendant la Fronde (1648-1652). Cinq années d'information sur la vie politique, les relations internationales et la société nobiliaire française, 2 vols, Paris, 2010. P. Mauran (éd.), Les « Gazettes parisiennes » d’Abraham Wicquefort de l’année 1653. Suivies de l’État de la France en 1654, Paris, 2014.

104 D. Ménager, Diplomatie et théologie à la Renaissance, Paris, 2001, p. 9, E. McClure, Sunspots and the Sunking… cit. n. 49, p. 112.

105 M. Bazzoli, Ragion di Stato e interessi degli stati. La trattatistica sull’ambasciatore dal XV a XVII secolo, dans Nuova Rivista Storica, 86, 2002, p. 289.

106 Cf. n. 1.

Auteur

Université de Heidelberg - sven.externbrink@zegk.uni-heidelberg.de

© Publications de l’École française de Rome, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540