Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’ambassadeur

 | 
Stefano Andretta
, 
Stéphane Péquignot
, 
Jean-Claude Waquet

Les ambassades henriciennes : un âge d’or de la négociation. Les premières éditions imprimées de la correspondance des ambassadeurs de France sous Henri IV

Sylvio Hermann De Franceschi

Texte intégral

  • 1 Pour de premiers éléments d’une histoire de la négociation, voir L. Bély, Espions et ambassadeurs (...)

1Théoriciens, historiens et analystes des relations diplomatiques ont longtemps cherché à savoir si des nations étaient plus aptes que d’autres à la pratique difficile des négociations politiques1. Opposant les Allemands aux Français, plus expérimentés dans l’art délicat de la conversation, Mme de Staël (1766-1817) estimait, dans son De l’Allemagne (1813), que les compatriotes de Vergennes et de Talleyrand étaient naturellement doués pour la diplomatie et la maîtrise de ses arcanes :

  • 2 Mme De Staël, De l’Allemagne, éd. S. Balayé, Paris, 1999 (1968), I, 1re partie, c. xi, p. 105.

Les Français sont les plus habiles diplomates de l’Europe, et ces hommes qu’on accuse d’indiscrétion et d’impertinence savent mieux que personne cacher un secret et captiver ceux dont ils ont besoin. Ils ne déplaisent jamais que quand ils le veulent, c’est-à-dire quand leur vanité croit trouver mieux son compte dans le dédain que dans l’obligeance2.

2À en croire la veuve du baron Erik-Magnus de Staël-Hostein (1749-1802), naguère ambassadeur du roi Gustave III de Suède à la cour de Versailles, aucun royaume, aucun État ne pouvait se vanter en Europe de produire des diplomates plus ingénieux ni plus astucieux que les Français :

  • 3 Ibid., p. 105.

L’esprit de conversation a singulièrement développé dans les Français l’esprit plus sérieux des négociations politiques. Il n’est point d’ambassadeur étranger qui pût lutter contre eux en ce genre, à moins que, mettant absolument de côté toute prétention à la finesse, il n’allât droit en affaires comme celui qui se battrait sans savoir l’escrime3.

3Le temps était désormais très loin où la péninsule italienne passait pour l’institutrice incontestée de ses voisins européens en matières de pratiques de la négociation diplomatique.

  • 4 G. Bonnot de Mably, Collection complète des œuvres. V. Principes des négociations pour servir d’in (...)

4Non que la tradition sur quoi les négociateurs français s’appuyaient n’eût été en son temps fécondée par l’exemple italien. Dans ses Principes de négociations rédigés à la fin du xviiie siècle, l’abbé Gabriel Bonnot de Mably (1709-1785), à la fois juriste et philosophe éclairé, revenait sur un art français de négocier dont il décrivait les principales composantes au chapitre xx de son ouvrage, intitulé Des devoirs des ambassadeurs4. Mably affirmait que la France pouvait se glorifier de deux négociateurs célèbres : les cardinaux Arnaud d’Ossat (1537-1604) et Jules Mazarin (1602-1661). Les deux hommes incarnaient deux traditions très différentes de la négociation qui pourtant avaient toutes deux contribué à asseoir la prépondérance française en Europe. D’après Mably, le cardinal d’Ossat s’est surtout illustré pour mener les tractations qui lui incombaient avec franchise et droiture :

  • 5 Ibid., p. 225.

Il négocioit avec la plus grande vérité : la bonne foi servoit de base à sa politique et, ne cherchant que dans la nature même des affaires dont il étoit chargé les moyens de les faire réussir, rien de ce qui leur étoit favorable n’échappoit à sa pénétration. Ses raisons étoient toujours aussi solides qu’elles pouvoient l’être, et tout son art consistoit à les ramener sans cesse sous les yeux de son adversaire, mais sans affectation, et de la manière la plus propre à le frapper5.

5En regard du cardinal d’Ossat, posé en modèle d’une éthique rationnelle de la négociation française, l’abbé de Mably décrit les pratiques d’une curie romaine dans les méandres de laquelle d’Ossat a dû naviguer lorsqu’il lui a fallu défendre la cause du roi Henri IV et de son absolution entre 1594 et 1595 :

  • 6 Ibid., p. 225-226.

Quoique d’Ossat négociât dans un pays où l’on se pique de subtilité et où l’on aime à faire prendre le change à un négociateur en l’embarrassant dans de longs détours, il demeuroit immobile dans le poste avantageux qu’il avoit d’abord occupé. Opposant la vérité à la ruse et la patience aux longueurs naturelles ou affectées d’une cour qui craint de se décider, il contraignoit son adversaire à revenir à lui6.

6Nul mieux que l’abbé de Mably n’a sans doute caractérisé une approche de la négociation apparemment typiquement française – à l’opposé du cardinal d’Ossat, son collègue Mazarin préférait les subterfuges italiens, au risque néanmoins de ne pas l’emporter sur son adversaire :

  • 7 Ibid., p. 229.

Mazarin devoit le commencement de sa fortune à l’intrigue. Formé à la plus profonde dissimulation dans un pays où elle est le premier mobile de tout, il en fit plus d’usage que jamais en gouvernant une nation trop inconsidérée et trop impatiente pour n’être pas la dupe d’un homme qui s’appliqueroit sans relâche à la tromper7.

7Pour Mably, du cardinal d’Ossat à Mazarin, il y avait incontestablement eu une évolution, et condamnable, dans les principes qui présidaient à la pratique négociatrice française :

  • 8 Ibid., p. 230.

Mazarin avoit contracté l’habitude de ne marcher que par des voies détournées et d’affecter de ne point s’embarrasser de la chose qu’il désiroit le plus. D’Ossat vouloit réussir en développant ce fonds de raison qu’on trouve dans les hommes même les moins raisonnables. Il vouloit que son adversaire fût honteux de lui résister et qu’il crût qu’il ne cédoit qu’à la justice et à la raison en lui accordant ce qu’il demandoit8.

  • 9 Ibid., p. 230.

8Une diplomatie raisonnable, et efficace parce que fondée en raison – tel avait été le legs imprescriptible du cardinal d’Ossat à la tradition diplomatique du gouvernement français. À partir du ministériat de Mazarin, en revanche, les négociateurs du roi de France s’adonnent aux tortueuses délices de la dissimulation italienne : « Mazarin, au contraire, étoit en quelque sorte plus flatté de duper le ministre avec lequel il négocioit que d’obtenir ce qu’il s’étoit proposé, et vraisemblablement, il auroit été fâché qu’à la fin d’une négociation, on ne se fût pas aperçu de ses finesses9. » De Mazarin, donc, la responsabilité d’avoir rompu avec une pratique finalement de courte durée, à peine un demi-siècle, puisqu’elle avait été inaugurée par le cardinal d’Ossat à la fin du xvie siècle et qu’elle avait été enterrée après la mort du cardinal de Richelieu. Rupture durable, ainsi qu’en témoigne Mme de Staël au début du xixe siècle : l’idéal du diplomate n’est certainement pas un esprit raisonnable, mais un dupeur habile et un expert manipulateur.

  • 10 Sur la diplomatie révolutionnaire et ses idéaux, voir M. Belissa, Fraternité universelle et intérê (...)

9Hantés par l’idée de vertu et les impératifs philanthropiques, soucieux de remédier aux plus criants défauts d’une monarchie singulièrement vieillie, les auteurs des Lumières, puis les politiques révolutionnaires à leur suite, ont stigmatisé une diplomatie royale française en définitive peu différente de ses homologues romaine, vénitienne ou espagnole sous le rapport de l’immoralité et de la dissimulation – le nouveau régime issu des événements de 1789 a prétendu développer une diplomatie vertueuse, raisonnable et publique, soit dépourvue de duplicité hypocrite10. À l’égard de quoi les recommandations de l’abbé de Mably ont apparemment été entendues, lui qui écrivait dans ses Principes de négociations :

  • 11 G. Bonnot de Mably, Principes des négociations…, cit. n. 4, p. 230-231.

La manière du cardinal Mazarin peut d’abord réussir, mais dès qu’un ambassadeur a la réputation d’être fin et rusé, il devient par là incapable de négocier dans toutes les négociations où il ne s’agit pas simplement de traîner les affaires en longueur et d’empêcher qu’on ne termine rien11.

  • 12 G. de Réal de Curban, La science du gouvernement, ouvrage de morale, de droit et de politique qui (...)
  • 13 Ibid., VIII, Examen des principaux ouvrages composés sur des matières de gouvernement, p. 115.

10Les nouveaux impératifs de transparence, de franchise et de vérité imposés par les auteurs des Lumières aux relations diplomatiques ont sans nul doute contribué à raviver l’intérêt pour les négociations du cardinal d’Ossat et, plus généralement, pour l’art de négocier pratiqué par les ambassadeurs d’Henri IV au tournant des xvie et xviie siècles. Dans sa Science du gouvernement (1761-1765), vaste encyclopédie politique publiée à titre posthume, le publiciste Gaspard de Réal de Curban (1682-1752) insistait sur la nécessité de s’éduquer à la lecture de correspondances dont le legs paraissait avoir été quelque peu oublié, même si leur mémoire s’était parfaitement maintenue12. Le tome viii de la Science du gouvernement présente un examen des principaux ouvrages consacrés à la pratique de la politique – la diplomatie n’en était qu’une branche, mais essentielle. Parmi les correspondances diplomatiques des ambassadeurs henriciens, Réal de Curban n’a pas grande estime pour celle du cardinal Jacques Davy Du Perron (1556-1618), envoyé à Rome avec Arnaud d’Ossat pour obtenir du pape Clément VIII l’absolution du souverain français et dont les Ambassades et négociations avaient été publiées deux fois en 1623 avant d’être rééditées pour la troisième fois en 1629 et pour la quatrième en 1633. À quelques exceptions, précise Réal de Curban, dont l’instruction donnée par Henri IV à Du Perron et à d’Ossat le 9 mai 1595, « il n’y a rien dans ce gros volume qui doive attirer l’attention d’un Politique »13. D’après Réal de Curban, les Ambassades et négociations de Du Perron ne se signalaient par aucun intérêt particulier – il convenait bien plus de lire celles du cardinal d’Ossat :

  • 14 Ibid., VIII, p. 115.

Il faut moins regarder cet ouvrage comme les négociations de Du Perron et d’Ossat pour la réconciliation de Henri IV au Saint-Siège que comme un recueil de lettres où l’on trouve quelques morceaux qui ont rapport à ces négociations et qui doivent être lus avec les lettres de d’Ossat14.

  • 15 Sur Philippe Canaye de Fresnes, voir P. Roman d’Amat, Philippe Canaye de Fresnes, dans Dictionnair (...)

11Des Lettres et ambassades, publiées pour la première fois en trois gros volumes en 1635-1636 – puis rééditées à Paris en 1643, en 1644 et en 1645 –, de l’ambassadeur de France à Venise Philippe Canaye de Fresnes (1551-1610)15, célèbre pour avoir représenté Henri IV dans la cité lagunaire au temps de la crise de l’Interdit (1606-1607), Réal de Curban n’est guère plus appréciateur – il reconnaît quand même que le tome iii, qui narre les événements vénitiens de 1606-1607, est très instructif :

  • 16 G. de Réal de Curban, La science du gouvernement…, cit. n. 12, VIII, p. 148.

Les deux premiers volumes ne renferment rien de fort intéressant, mais le troisième est curieux, parce qu’il comprend les négociations faites au sujet du différend de Paul V avec les Vénitiens et quelques autres particularités. Si l’on excepte ce différend de Rome et de Venise, il y a peu de choses dans tout cet ouvrage qui dussent voir le jour16.

  • 17 Ibid., VIII, p. 135.

12Les plus grandes louanges étaient en revanche décernées à deux diplomates. Le premier, Pierre Jeannin (1540-1623), président au Parlement de Dijon puis surintendant des finances, avait représenté Henri IV auprès des Provinces-Unies et avait largement contribué à la signature en 1609 de la Trêve de Douze Ans entre l’Espagne et ses anciennes possessions révoltées. Ses Négociations avaient été imprimées à Paris une première fois en 1656, puis en 1659, et une troisième fois en 1695 à Amsterdam. Du président Jeannin, Réal de Curban retient l’honnêteté et la droiture inaltérable : « Ce négociateur, homme d’une probité reconnue et d’un jugement droit, avoit des vues solides et une constance inébranlable à les suivre17. » De surcroît, il semble que les principes politiques dont sa correspondance est remplie aient directement inspiré l’action du cardinal de Richelieu, qui avouait franchement une filiation si prestigieuse :

  • 18 Ibid., VIII, p. 135.

La lecture de ses lettres est fort propre à former le jugement ; il a des grandes vues, du sçavoir et de la destérité. Le cardinal de Richelieu disoit qu’il ne trouvoit nulle part de plus solides instructions que dans les négociations de Jeannin. Les mémoires de ce négociateur avoient été en effet la lecture la plus ordinaire de Richelieu dans le tems de sa retraite à Avignon, et il n’est point de mémoires de négociations qui doivent céder à ceux de Jeannin, si l’on en excepte ceux de d’Ossat18.

13Aux Lettres du cardinal d’Ossat, publiées en 1624, puis rééditées en 1627, en 1641 et en 1643, avant l’édition commentée qu’en proposait en 1697 Abraham-Nicolas Amelot de La Houssaye (1634-1706), un historien polygraphe dont le travail a été réimprimé en 1698, en 1708, en 1714 et enfin en 1732, Réal de Curban réservait ses plus grands compliments. Après avoir noté que l’édition de 1624 était fautive et que les erreurs en avaient été rectifiées dans la seconde édition de 1627, Réal de Curban délivrait un vibrant éloge des commentaires d’Amelot de La Houssaye :

  • 19 Ibid., VIII, p. 117.

On ne sçauroit se former du recueil dont La Houssaye est l’éditeur une opinion trop avantageuse, et l’on doit dire des lettres de d’Ossat à tous les négociateurs ce qu’Horace a dit des œuvres d’Homère à tous les écrivains de son tems : Qu’ils doivent les lire nuit et jour19.

14De d’Ossat, Réal de Curban affirme qu’il est un modèle du parfait négociateur, un exemple aussi de réelle vertu et de politique intégrité :

  • 20 Ibid., VIII, p. 117-118.

D’Ossat est un de ces hommes d’État dont les ouvrages doivent passer à la postérité pour servir de modèle à leurs successeurs. Ses lettres doivent être le bréviaire des ministres publics ; ils ne sçauroient trop se remplir de la lecture d’un recueil de lettres où paroissent avec éclat la profondeur du génie, l’expérience, la capacité, et tout ensemble la sincérité et la bonne foi de celui qui les écrit20.

15Diplomate accompli, doué d’une scrupuleuse conscience et d’un jugement infaillible, d’Ossat était parvenu à allier franchise et succès, réussite et morale :

  • 21 Ibid., VIII, p. 118.

Cet habile et religieux négociateur, instruit des grands principes et uniquement préoccupé du bonheur de sa patrie, avoit un sens si droit et une application si assidue aux affaires qu’on ne trouve pas que, dans la multitude des affaires générales qui ont passé par ses mains, il lui soit arrivé de faire une fausse démarche21.

  • 22 Mémoires concernant la négociation de la paix traitée à Vervins l’an 1598, Paris, 1667.
  • 23 Lettres, mémoires et négociations de Messieurs de Bellièvre et de Sillery, contenant un journal co (...)
  • 24 G. de Réal de Curban, La science du gouvernement…, cit. n. 12, VIII, p. 127.

16De surcroît, les lettres de d’Ossat constituaient un modèle de style et de composition dont les diplomates devaient s’inspirer – le prélat savait susciter l’intérêt de son lecteur par le goût du détail pittoresque, le souci de s’appuyer sur des sentences et des maximes politiques, la multiplication enfin de propos judicieux. Outre d’Ossat et Jeannin, mais à un moindre degré, Réal de Curban retenait aussi Nicolas Brulart de Sillery (1544-1624) et Pomponne de Bellièvre (1529-1607), les deux négociateurs français de la paix de Vervins entre la France et l’Espagne en 1598, parmi les plus compétents ambassadeurs henriciens – en 1667, leurs négociations avaient été proposées au public une première fois à Paris22, avant d’être rééditées en 1696, en 1700 et en 1705, et enfin en 1725 à La Haye23. Dans les actes de la légation de Bellièvre et de Sillery, Réal de Curban avait trouvé l’exemple d’une situation où un ambassadeur doit déguiser la vérité à son maître pour pouvoir poursuivre sa négociation – les deux diplomates en avaient d’ailleurs été félicités par Henri IV, et Réal de Curban remarquait : « Ce fut la conduite qu’ils avoient tenu qui fit dire à ce prince que les gens de robe sont plus propres à négocier les grandes affaires que les gens d’épée, qui n’ont pas ordinairement toute la patience nécessaire pour surmonter les difficultés24. » Du traité de Vervins, Réal de Curban soulignait le rôle crucial dans le long processus qui devait engendrer la prépondérance française en Europe :

  • 25 Ibid., VIII, p. 127.

La paix de Vervins fut comme l’équilibre de la puissance des deux couronnes de France et d’Espagne. Depuis le commencement du règne de Charles Quint jusqu’au traité de Vervins, toutes les négociations nous avoient été désavantageuses, et les François pouvoient compter leurs pertes par le nombre des traités qu’ils avoient faits avec les Espagnols25.

17D’où le mérite que s’étaient acquis Brulart de Sillery et Pomponne de Bellièvre : ils avaient redressé une situation presque séculaire en persistant dans leur négociation alors même qu’ils étaient confrontés à des contraintes dont ils savaient qu’elles étaient inacceptables pour leur souverain.

  • 26 Dictionnaire universel des sciences morale, économique, politique et diplomatique, ou Bibliothèque (...)
  • 27 Ibid., XXVI, p. 90.
  • 28 Ibid., XXVI, p. 342.
  • 29 Ibid., XXVI, p. 342.
  • 30 Sur Wicquefort, voir L. Bély, L’art de la paix en Europe…, cit. n.1, « Wicquefort : l’ambassadeur (...)
  • 31 Dictionnaire universel…, cit. n. 26, XXI, p. 621.
  • 32 Ibid., XXI, p. 621.

18Chez les auteurs influencés par la prégnance des théories que développaient les philosophes des Lumières, il y a eu manifestement la volonté d’un retour aux sources en même temps que l’expression d’une nostalgie à l’égard d’un âge dont la pratique de négociation diplomatique avait été oubliée lors du ministériat de Mazarin et reniée au cours du moment louis-quatorzien. Les ambassades henriciennes figurent en bonne place dans le Dictionnaire universel des sciences morale, économique, politique et diplomatique (1777-1778)26, ample compilation encyclopédique réalisée, sur le modèle du grand œuvre de Diderot et de d’Alembert, par Jean-Baptiste-René Robinet (1735-1820), Jean-Louis Castilhon (1720-1793), Claude-Louis de Sacy (1746-1794) et François-René de Pommereul (1745-1823). Les compliments n’étaient pas ménagés à d’Ossat, qualifié de « célèbre négociateur françois » : « Ses dépêches ne sont pas moins nécessaires à un ambassadeur qui prétend réussir en son emploi que la Bible et le cours de droit le sont aux théologiens et aux jurisconsultes qui veulent réussir en leur profession27. » Plus généreux que Réal de Curban, les auteurs du Dictionnaire universel vantent les mérites du cardinal Du Perron, « un des plus brillans et des plus forts génies de son siècle »28 – comme d’Ossat, Du Perron était tenu pour « célèbre négociateur ». Le Dictionnaire universel lui reconnaît une longue suite de succès diplomatiques : « Excellent négociateur, il réussit dans toutes les commissions dont il fut chargé, et réunit le double avantage de remplir les intentions du roi son maître et de plaire aux puissances vers lesquelles il fut envoyé29. » Associé à d’Ossat, Du Perron a pu négocier l’absolution d’Henri IV ; en étroite collaboration avec le cardinal François de Joyeuse (1562-1615), il a permis à une médiation française de réconcilier le Saint-Siège et la Sérénissime au temps de la crise de l’Interdit. De Du Perron, le Dictionnaire universel retient notamment le fait qu’il est habilement parvenu à arracher au pape Paul V l’abandon de la cause des jésuites en 1607. Autre « célèbre négociateur françois », le troisième d’une triade henricienne désormais fameuse, le président Jeannin – le Dictionnaire universel n’a pas de termes assez forts pour en glorifier la mémoire et se borne à recopier les propos que lui consacrait Abraham de Wicquefort (1606-1682) dans L’ambassadeur et ses fonctions (1681)30 : « Il y a des hommes dont on n’a point d’honneur à parler, parce qu’on n’en sauroit rien dire qui ne soit infiniment au-dessous de leur mérite. Pierre Jeannin est du nombre de ces grands hommes31. » À lire la correspondance de Jeannin, était-il expliqué, on voit que le roi et ses ministres se fient aux avis de l’ambassadeur bien plus qu’ils ne prennent la peine de lui donner des instructions. La conclusion houleuse de la Trêve de Douze Ans avait été son fait d’armes le plus éclatant : « On ne peut nier que ce ne soit une espèce de miracle et qu’il ne mérite qu’on le mette au rang des plus grands et des plus illustres ambassadeurs qui aient jamais été32. » Du cardinal d’Ossat ou du président Jeannin, le Dictionnaire universel ne savait dire lequel des deux avait été meilleur négociateur :

  • 33 Ibid., XXI, p. 621.

Je ferois volontiers un juste parallèle entre le cardinal d’Ossat et le président Jeannin, mais comme je trouve en tous les deux des qualités également grandes, un profond savoir, un esprit extrêmement éclairé, un jugement net et solide, un zèle prudent et désintéressé, une fidélité incomparable, avec une adresse et une application que l’on ne voit point ailleurs, j’avoue que je ne pourrois rien dire de l’un que la justice ne doive aussi à l’autre33.

19La correspondance diplomatique des deux hommes constituait désormais le bréviaire du parfait ambassadeur, le fondement imposant d’une tradition à laquelle il importait de revenir.

  • 34 [M.-G.-Ch. Thiroux d’Arconville], Vie du cardinal d’Ossat, Paris, 1771, I, p. iii.
  • 35 Ibid., I, p. v.
  • 36 Ibid., I, p. v.

20Près de deux siècles après son temps, la diplomatie henricienne sert de référence à des auteurs qui, sous l’influence des Lumières, bâtissent un nouveau modèle de diplomate vertueux et moral. Publiée en 1771, la Vie du cardinal d’Ossat rédigée par Marie-Geneviève-Charlotte Thiroux d’Arconville (1720-1805), une femme de lettres passionnée de chimie et amie de Turgot et de Malesherbes, participe d’un mouvement indéniablement envahissant. De d’Ossat, la présidente Thiroux d’Arconville évoquait « l’esprit de discussion et de discernement qui lui étoit naturel », mais aussi « la droiture de son cœur »34 – à l’en croire, « on peut dire du cardinal d’Ossat qu’il fut l’homme le plus vertueux de son siècle et qui sçut le mieux allier la politique la plus raffinée avec la probité la plus scrupuleuse »35. Au crépuscule du règne de Louis XV, dont les contemporains ont surtout retenu la duplicité diplomatique, le besoin s’affirme de revenir au cardinal d’Ossat : « Il doit être le modèle de tous ceux qui veulent courir la même carrière, et aucun exemple ne peut être plus propre à former un homme d’État accompli36. » D’après Mme Thiroux d’Arconville, Wicquefort avait puisé chez d’Ossat les principes de négociation qu’il avait établis dans L’ambassadeur et ses fonctions. Exemplaire, la carrière ; enviable, la réussite ; glorieuse, la mémoire – d’Ossat le vertueux entamait un seconde vie au siècle des Lumières ; il s’était fait mythe et souvenir nostalgique :

  • 37 Ibid., I, p. vii.

Un homme d’un mérite aussi rare et d’une vertu aussi solide méritoit sans doute qu’on transmît à la postérité l’histoire d’une vie si propre à intéresser, non seulement par la carrière brillante qu’il a parcourue, mais par la nature même des importantes négociations dont il a été chargé. Le détail de ces négociations en instruisant de faits dont on ne voit souvent que les résultats dans l’histoire peuvent servir de modèle à ceux qui se destinent à cet emploi37.

  • 38 Ibid., I, p. xvi.

21En concevant le projet de narrer l’existence du fameux diplomate, Mme Thiroux d’Arconville avait réfléchi à la portée historiographique de son ouvrage ; adoptant un récit strictement chronologique et minutieux, elle n’entendait certes pas satisfaire « l’esprit des lecteurs que les détails fatiguent autant qu’ils les ennuyent et qui pensent que l’histoire d’un négociateur doit être une narration vive et piquante qui ne fasse pour ainsi dire qu’effleurer les faits pour arriver plus promptement aux résultats »38. Ici, clairement formulée, l’idée qu’une histoire de négociations a ses exigences propres et qui n’ont pas été suffisamment respectées auparavant. Du reste, à travers les péripéties des ambassades du cardinal d’Ossat, il s’agissait aussi de proposer un manuel du parfait diplomate, ainsi qu’en témoignent les réflexions sentencieuses qui émaillent le texte de Mme Thiroux d’Arconville. Au négociateur, est-il déclaré, il faut patience et endurance :

  • 39 Ibid., I, p. 146.

Il n’y a aucune affaire, de quelque genre qu’elle soit, qui n’exige un degré de maturité pour pouvoir se conclure. Aussi les habiles négociateurs ne se rebutent pas des premiers refus ; ils ne désespèrent jamais d’amener ceux avec lesquels ils traitent à leur accorder ce qu’ils demandent quand le temps et les circonstances auront mis les choses au point nécessaire pour leur faire obtenir ce qu’ils ont en vain poursuivi depuis longtemps39.

  • 40 Ibid., I, p. 147.

22La contradiction offre un répit qu’il convient d’employer à bon escient pour préparer sa résolution ; aucun moyen n’est à écarter, même le plus frivole. La patience, encore une fois, est la clef du succès – qui ne sait pas attendre ne sait pas négocier : « Rien n’est indifférent en fait de politique pour ceux qui ont du tact et qui sçavent en faire usage. Un mouvement d’impatience peut rompre quelquefois un chaînon d’où dépendoit tout le succès d’une affaire40. » Nécessairement patient, le négociateur doit être expérimenté. Seule l’expérience avait permis à d’Ossat de démêler les intentions de la curie romaine :

  • 41 Ibid., I, p. 177.

Les subtilités de la cour de Rome ne se peuvent comprendre, à moins que d’avoir pratiqué longtemps ceux qui la composent, et on doit se défier même des faveurs qu’on en reçoit, car ce sont souvent des pièges dont les personnes les plus instruites et qui ont l’esprit le plus pénétrant ne s’aperçoivent que lorsqu’il n’est plus temps de les éviter41.

  • 42 Ibid., I, p. 183.
  • 43 Ibid., I, p. 183.

23Les vertus du cardinal d’Ossat avaient éclaté lors de l’affaire de l’absolution du roi Henri IV – depuis la fulmination par Sixte Quint de la Bulle Ab immensa Æterni le 9 septembre 1585, le roi de Navarre était considéré par le Saint-Siège comme privé de ses droits au trône de France. Les lois fondamentales du royaume prévoyaient pourtant expressément que le pontife romain ne pût intervenir dans la succession royale, mais d’Ossat savait également que le pape ne pouvait renoncer facilement à des prétentions appuyées sur une longue tradition ecclésiologique. Le cardinal a alors suggéré que Clément VIII fît écrire, à la fin de l’acte d’absolution, que la bulle de 1585 – dont le texte ne devait alors pas être rapporté in extenso – ne pût en rien préjudicier désormais à Henri IV non plus que si elle n’eût jamais été faite. En cas de refus du souverain pontife, l’ambassadeur avait souligné le fait que la possibilité demeurait assurément que parlements et gens du Roi tinssent pour partiellement fautive la bulle absolutoire et voulussent la déférer aux prochains États Généraux : « Par ce moyen, Clément VIII n’auroit point se plaindre du roi, puisque ce ne seroit pas lui, mais ses propres sujets qui refuseroient de se soumettre aux volontés du pape comme étant contraires aux lois du royaume42. » Le subterfuge était séduisant, mais le cardinal d’Ossat concluait quand même en sa défaveur après l’avoir évoqué : « Sa candeur ne lui permettoit pas d’adopter aucune supercherie, quelqu’innocente qu’elle pût être et quelqu’utilité qu’on en pût retirer. Aussi ne proposa-t-il cet expédient au roi que comme un parti qu’on ne devoit prendre qu’à la dernière extrémité43. » Rétif à la dissimulation et à l’hypocrisie, le cardinal d’Ossat était digne serviteur d’un digne maître, lui aussi partisan de sincérité et de bonne foi – face à eux la curie romaine faisait figure de repaire dépravé de l’immoralité politique :

  • 44 Ibid., I, p. 186.

Le caractère captieux et formaliste de cette cour exigeoit qu’Henri IV ne se livrât pas à elle avec cette franchise et cette candeur qui lui étaient naturelles ainsi qu’à M. d’Ossat, qualités qui devoient nécessairement leur faire regarder avec une espèce de mépris les subtilités et les chicanes qui faisoient l’âme de la politique du Sacré Collège44.

24Apparemment imbue des thèses des penseurs éclairés, Mme Thiroux d’Arconville en épousait la cause antiromaine et les appels à une moralisation des relations diplomatiques.

  • 45 Cité dans Ch. Jourdain, La philosophie de saint Thomas, Paris, 1858, II, p. 311, n. 1.

25Désormais canonisée pour son efficacité politique et la pureté morale de ses intentions, la triade henricienne, et surtout le cardinal d’Ossat et le président Jeannin, était l’institutrice de qui voulait devenir négociateur. Les correspondances diplomatiques des grands ambassadeurs d’Henri IV étaient devenues de véritables manuels de pratique de la négociation. Le 3 mars 1838, prononçant à l’Académie des sciences morales et politiques l’éloge de Charles-Frédéric Reinhard (1761-1837), éphémère ministre des relations extérieures en 1799 et qu’il avait précédé avant de lui succéder à nouveau après le 18 Brumaire, Talleyrand, qui, en matière de négociations, n’avait de leçon à recevoir de personne, vantait les mérites des études théologiques pour former les diplomates – il citait pêle-mêle les noms du cardinal chancelier Duprat, du cardinal Melchior de Polignac, mais aussi du cardinal Arnaud d’Ossat, dont le recueil de lettres « est encore prescrit aujourd’hui aux jeunes gens qui se destinent à la carrière politique »45. Glorifiant les acquis de la scolastique thomiste dans sa célèbre synthèse sur La philosophie de saint Thomas (1858), l’historien Charles Jourdain (1817-1886) mentionnait avec complaisance les propos testamentaires – la séance du 3 mars 1838 avait été la dernière apparition publique de Talleyrand – du défunt évêque défroqué d’Autun pour vendre à son public les délicates austérités de la théologie de l’Aquinate :

  • 46 Ibid., II, p. 311.

Il y a quelques années, dans une réunion académique, le prince de Talleyrand n’hésitait pas à déclarer que c’étaient les finesses de l’étude de la théologie qui avaient le plus contribué à développer chez tant d’hommes d’État illustres, sortis des rangs du clergé, les qualités éminentes qu’ils avaient su tourner à la gloire de leur pays46.

26Quant au président Jeannin, ses dépêches étaient, semble-t-il, le bréviaire politique de Louis XVI, qui n’en a, il faut l’admettre, guère fait profit mais qui en poursuivait obstinément la lecture jusque dans sa prison, si l’on en croit un nouvel éditeur des Négociations en 1819, qui dédiait son travail à la duchesse douairière d’Orléans :

  • 47 Négociations diplomatiques et politiques du président Jeannin, ambassadeur et ministre de France s (...)

Le roi martyr Louis XVI, pendant sa vie et sa prison, s’occupant de l’éducation de son fils Mgr le Dauphin, lui mettait sous les yeux les travaux politiques et privés du président Jeannin, dont les vertus, le dévouement, les talents, la modestie et le désintéressement, devaient servir de modèle aux ministres futurs47.

  • 48 Sur Callières, voir L. Bély, L’art de la paix en Europe…, cit. n.1, « Le roi mon maître : le servi (...)
  • 49 Fr. de Callières, De la manière de négocier avec les souverains, de l’utilité des négociations, du (...)
  • 50 Ibid., éd. citée, p. 199.

27Pour leur part, les auteurs de traités de l’ambassadeur avaient déjà recommandé la lecture des dépêches de la triade henricienne au tournant des xviie et xviiie siècles. Dans son fameux traité De la manière de négocier avec les souverains (1716), François de Callières (1645-1717) conseille la lecture des lettres de d’Ossat48 : « On peut dire de ces lettres à tous les négociateurs ce qu’Horace a dit aux poètes de son temps des œuvres d’Homère : qu’ils doivent les avoir dans les mains le jour et la nuit s’ils veulent se perfectionner dans leur art49. » La sentence a été reprise par Réal de Curban. Le président Jeannin, « homme d’un grand sens et d’un jugement solide », n’était pas oublié : « La lecture de ses lettres est fort propre à former le jugement de celui qui les lira avec l’attention nécessaire50. » En revanche, Du Perron et Canaye de Fresnes n’étaient pas mentionnés. Autre auteur important, Wicquefort, dont les Mémoires touchant les ambassadeurs et les ministres publics (1676) louent haut et fort les mérites de d’Ossat :

  • 51 A. de Wicquefort, Mémoires touchant les ambassadeurs et les ministres publics (1676), dans Id., L’ (...)

L’on voit dans les lettres de ce ministre une suite d’affaire sans interruption, une application également forte partout, sans prendre le change, une fermeté inébranlable, un zèle sans exemple, une fidélité incorruptible, une sagacité à pénétrer jusques au fond des sentimens de ceux avec qui il avoit à traiter, et le jugement le plus net et le plus éclairé qui se trouva jamais en aucun ministre51.

28D’après Wicquefort, un seul homme avait égalé d’Ossat dans l’art de négocier : Pierre Jeannin, le promoteur immortel de la Trêve de Douze Ans, qui

  • 52 Ibid., p. 160-161.

avoit à combattre des difficultés invincibles que les intérêts différents et opposés faisoient naître tous les jours, tant entre les parties qu’entre les factions qui commençoient à se former en Hollande, tellement qu’une prudence moins adroite que celle du Président n’auroit jamais pû guérir les jalousies qui traversoient continuellement sa négotiation52.

29Le président Jeannin avait peut-être même surpassé d’Ossat par sa très haute capacité à maîtriser des tractations d’une rare complexité : « La justesse de ses raisonnements, la force de ses discours et sa dextérité à manier une des plus importantes et des plus fascheuses affaires qui puissent donner de la peine à un habile homme est presque sans exemple. » Certes, Jeannin n’a eu qu’un traité à négocier, mais il lui a fallu deux années entières pour en venir à bout, et le texte signé a servi ensuite de modèle au traité de Münster. Pour Wicquefort, d’Ossat et Jeannin étaient l’alpha et l’oméga de la négociation – auprès d’eux, Du Perron et Canaye de Fresnes faisaient pâle figure :

  • 53 Ibid., p. 161.

Les négociations de ces deux grands ministres [d’Ossat et Jeannin] sont imprimées, et j’ose dire que ce sont presque les seules qui méritent de l’être. Ceux qui ont publié l’ambassade du cardinal Du Perron n’ont pas fait beaucoup d’honneur à sa mémoire et ne la devoient pas produire après celle du cardinal d’Ossat. Celle de M. du Frène-Canaye est pitoyable53.

30Dans son célèbre ouvrage intitulé L’ambassadeur et ses fonctions (1681), Wicquefort reconduisait impavidement ses appréciations. D’Ossat est derechef élevé au pinacle, de même que Jeannin – et l’on a vu que le Dictionnaire universel de Robinet avait puisé chez Wicquefort l’essentiel de ses compliments. Canaye de Fresnes n’était pas davantage épargné que dans les Mémoires de 1676 :

  • 54 Id., L’ambassadeur et ses fonctions, Cologne, 1690, II, l. ii, p. 215.

Ceux qui ont publié, après son décès, les dépesches qu’il a faites pendant son ambassade de Venise n’ont pas fait grand honneur à sa mémoire. Il faut croire qu’il avoit du mérite, puisque le roy Henry IV l’avoit employé en Allemagne et en Angleterre, mais comme il se trouva depuis dans un lieu où il n’y avoit rien à négocier, il ne faut pas s’estonner du peu de matière qui se trouve en ses lettres. Mais comme je viens de dire, on se seroit bien passé de les donner au public et de faire trois gros volumes de ce qui se pourroit dire en dix ou douze feuilles54.

  • 55 Ibid., II, l. ii, p. 214-215.

31Il faut sans doute chercher le motif du mépris explicite de Wicquefort à l’égard de la correspondance de Canaye de Fresnes dans les contraintes qui pèsent sur les ambassadeurs étrangers à Venise : leur interlocuteur est le plus souvent collectif, puisqu’il s’agit du Collège, une émanation du Sénat, et de fait, le rôle de l’ambassadeur comme négociateur est finalement réduit. Il est également vrai qu’au moment de l’Interdit vénitien, la partie essentielle de la négociation a été l’œuvre médiatrice du cardinal François de Joyeuse – Wicquefort n’en est pas moins injuste avec Canaye de Fresnes, dont les patients efforts ont contribué au succès de la médiation française. À Joyeuse, Wicquefort prodiguait de grands compliments : « On voit une partie des particularités de sa négociation dans les lettres de M. de Fresne Canaye, qui font connoître que c’estoit un grand homme et un très adroit et très habile ambassadeur55. » Autrement dit, les dépêches de Canaye de Fresnes n’étaient intéressantes que parce qu’elles permettaient de voir les détails de la négociation du cardinal de Joyeuse. Le jugement était sévère, et sans doute exagéré – il témoignait quand même en négatif de ce qui intéressait les modernes théoriciens du métier d’ambassadeur dans les actes des légations des grands diplomates de l’âge classique.

  • 56 Lettres de l’Illustrissime et Révérendissime cardinal d’Ossat, évesque de Bayeux, au roy Henry le (...)

32Si l’on se reporte aux premières éditions imprimées des dépêches diplomatiques de la triade henricienne, on voit combien elles ont consolidé une canonisation qu’elles reflétaient. La préface aux Lettres de l’Illustrissime et Révérendissime cardinal d’Ossat s’extasie en 1627 devant les talents de l’illustre prélat, qui rejoint la communauté de la République des Lettres : « Ceux qui ont donné leur jugement des grands hommes de ce siècle ont dit qu’ils ne cognoissoient rien qui se pust comparer à la parfaicte sagesse de Monsieur le cardinal d’Ossat et à la dextérité admirable qu’il avoit au maniement des affaires56. » À la correspondance de d’Ossat, le mérite était reconnu d’être à la fois un bréviaire de la parfaite négociation et le parangon d’une perfection de style et de composition :

  • 57 Ibid., p. 5-6.

Elle doit servir à l’advenir comme d’un parfaict modelle sur lequel tous les ministres des princes de toute qualité se devront former, soit pour la façon de traicter les affaires de vive voix ou de les faire entendre par escrit tels qu’ils sont, ce qui se trouve en peu d’hommes qui ont eu de l’employ57.

33D’autre part, la correspondance de d’Ossat présentait d’innombrables exemples de la dépêche diplomatique par excellence et où l’art du légat devait se manifester avec sa plus éclatante splendeur – la lettre au prince, avec ses formes, ses civilités, ses codes, mais aussi au principal ministre :

  • 58 Ibid., p. 6.

L’on a tousjours fait grand estat pour l’instruction à la prudence civile de cette sorte de lettres des grands hommes traictans les affaires des grands princes, estant certain que de toutes leurs actions il n’y en a point de plus sérieuses, ny qui soient plus remarquées que les lettres qu’ils escrivent aux Roys et Princes qui les envoyent ou à leurs principaux ministres58.

  • 59 Les ambassades et négotiations de l’Illustrissime et Révérendissime cardinal Du Perron, archevesqu (...)
  • 60 Du Perron à Henri IV, Rome, 5 avril 1607, bnf, Français 18002, fol. 92r-99v.
  • 61 Dictionnaire universel…, cit. n. 26, XXVI, p. 353.

34Le volume présentait la longue série des dépêches expédiées à Henri IV ou à son secrétaire d’État des affaires étrangères, Nicolas de Neufville de Villeroy (1542-1617), par le cardinal d’Ossat au cours de ses différentes missions, et notamment lors de la négociation de l’absolution du roi de France. Par rapport aux Lettres de l’Illustrissime et Révérendissime cardinal d’Ossat, les Ambassades et négotiations de l’Illustrissime et Révérendissime cardinal Du Perron, éditées par César de Ligny, le secrétaire du défunt prélat, étaient décevantes59 – l’ouvrage ne comprenait pas que des dépêches d’État, et il ne les proposait pas toutes. Dédiée à Pierre Brulart de Puisieux (1583-1640), fils de Brulart de Sillery et gendre de Villeroy, à qui il avait succédé comme secrétaire d’État des affaires étrangères, la compilation avait été maladroitement faite, ce qui explique l’avis négatif rendu par Wicquefort un demi-siècle plus tard. Le fil des négociations n’avait pas été respecté et, en particulier, l’ouvrage ne comportait pas la longue et fameuse dépêche envoyée le 5 avril 1607 par Du Perron à Henri IV et par laquelle le cardinal annonçait au roi qu’il était parvenu à rallier Paul V aux vues du cardinal de Joyeuse et à lui faire abandonner la cause des jésuites pour permettre sa réconciliation avec la Sérénissime60. Oubli que d’autres vecteurs, manuscrits ou imprimés, ont manifestement réparé, puisque la missive du 5 avril 1607 est citée par le Dictionnaire universel de Robinet61. La pièce avait dû suffire à assurer à Du Perron l’immortalité d’un négociateur hors de pair, et l’on peut être surpris que Wicquefort se soit montré si retenu, alors que par ailleurs perdurait la réputation, sans nul doute justement acquise, du glorieux cardinal. Au demeurant, dans L’ambassadeur et ses fonctions, Wicquefort persistait :

  • 62 A. de Wicquefort, L’ambassadeur et ses fonctions, cit. n. 54, I, l. i, p. 82.

Pour les négociations, on les peut lire toutes, mais il y en a que l’ambassadeur ne doit jamais perdre de veuë, ni devant ni pendant l’ambassade. Celles du cardinal d’Ossat et du président Jeannin sont seules capables de l’instruire et d’en faire un ministre accomply. J’ose dire qu’il n’y a pas une seule lettre où il n’y ait quelque chose dont le plus habile ministre ne puisse faire son profit. Je voudrois en pouvoir dire autant de la négociation du cardinal Du Perron et que d’Ossat n’eust pas eu tant de modestie quand il escrit à M. de Villeroy qu’il avoit beaucoup appris de l’autre, non seulement pour la piété, mais aussi pour les affaires d’Estat62.

35Au sein de la triade henricienne, d’Ossat et Jeannin prédominaient nettement ; ils étaient les fondateurs de la tradition moderne de la diplomatie française.

  • 63 Lettres et ambassades de Messire Philippe Canaye seigneur de Fresne, conseiller du Roy en son Cons (...)

36Il peut paraître étonnant que les théoriciens de la pratique du négociateur et du métier d’ambassadeur n’aient pas accordé davantage d’importance à la correspondance diplomatique de Philippe Canaye de Fresnes63, dont les trois gros volumes in-folio ont paru en 1635 et en 1636 à Paris. L’ouvrage était beaucoup plus copieux que les lettres de d’Ossat, de Jeannin ou de Du Perron, également beaucoup mieux présenté. Publié alors que la France entrait en guerre ouverte contre la puissance espagnole, il avait probablement une visée apologétique en montrant combien la politique henricienne avait affaibli le pouvoir habsbourgeois. Les avertissements dispensés au lecteur par l’imprimeur, au début du tome ii, insistaient sur les qualités de Canaye de Fresnes comme négociateur :

  • 64 Ibid., II, p. i.

Souvent les conjonctures obligeans à changer de méthode d’agir, vous connoistrez dans ce volume que ce parfait homme d’Estat et fidèle serviteur de son Roy s’est presque surpassé soy-mesme, tant il a eu d’addresse et de précautions en la négotiation de quantité de choses très importantes qu’il a terminées sur la fin de son ambassade64.

37Aux lecteurs qui pouvaient s’étonner de voir publier plusieurs lettres sur le même sujet à diverses personnes – la correspondance de Canaye de Fresnes est la première à avoir été éditée aussi complètement que possible, et les nombreuses redondances d’une missive à l’autre ont peut-être été l’un des éléments qui expliquent le jugement sévère de Wicquefort –, l’éditeur rappelait

  • 65 Ibid., II, p. i-ii.

qu’un ministre, pour bien servir le Roy, doit avoir des correspondances et les entretenir, et qu’il est souvent obligé de changer de stile et de manière d’escrire, taisant aux uns quelque chose qu’il fait sçavoir aux autres pour des raisons qu’il cognoist, de sorte qu’une lettre contient tousjours quelques particularitéz qui ne sont pas dans les autres, quoyque de mesme affaire65.

  • 66 Ibid., II, p. ii.

38Loin de ne proposer que les lettres à Henri IV ou à Villeroy, les Lettres et ambassades de Canaye de Fresnes présentaient également de nombreuses dépêches au cardinal de Joyeuse, à Louis Le Fèvre de Caumartin, ambassadeur de France auprès des cantons suisses, à Antoine Lefebvre de La Boderie, son homologue auprès de Jacques Ier d’Angleterre, à Jean de Gontaut-Biron de Salagnac, ambassadeur de France à Constantinople, ou encore à François d’Alincourt, le représentant d’Henri IV en cour de Rome et le propre fils de Villeroy. À en croire l’imprimeur, les dépêches publiées « ne peuvent toutes estre que très utiles à ceux qui sont dans les employs et à ceux mesmes que la seule curiosité porte à voir ce genre de livres »66 – l’incise montre que le lectorat des correspondances diplomatiques imprimées est double : d’une part, les hommes du métier ou qui aspirent à le devenir ; d’autre part, un public friand de révélations sur des événements qui ne sont pas si éloignés qu’ils aient perdu leur actualité. Le troisième volume des Lettres et ambassades de Canaye de Fresnes était entièrement consacré à l’Interdit vénitien (1606-1607). L’imprimeur mettait en valeur l’insigne intérêt diplomatique de la crise :

  • 67 Ibid., III, p. i.

Jamais dispute ne fut plus ardemment eschauffée, jamais cause ne fut plus adroitement contestée, jamais affaire ne fut plus subtilement embroüillée, jamais pacification ne fut si accortement mesnagée. La matière faisoit affectionner les prétentions réciproquement, le droit des parties estoit favorable esgalement, la force et les moyens se trouvoient de part et d’autre respectivement, et la prudence et l’animosité se rencontroient de chaque costé concurremment67.

39Le monde entier avait tourné ses yeux vers Venise en 1606 et avait attendu impatiemment l’issue du conflit entre le Saint-Siège et la Sérénissime – quant à Canaye de Fresnes, « l’ange de cette réconciliation », il

  • 68 Ibid., III, p. i-ii.

apporta tant de prudence parmy le flegme des Vénitiens, tant de patience parmy l’ardeur des Italiens, tant de conscience pour le bien de la religion, tant de prévoyance contre les intrigues des Espagnols, tant de courage pour l’intérest des couronnes souveraines et tant de justice pour la conservation du droict des parties que, dans le fonds de l’accommodement, le Saint-Siège y trouva son compte, le Sénat de Venise son contentement, le François de la gloire, ses alliéz de l’assistance, tout le monde de la satisfaction ; l’Espagnol seul y trouva de la confusion68.

40Négociateur expert, Canaye de Fresnes l’avait été en son temps, et aussi efficace apparemment que le cardinal d’Ossat ou, après lui, le président Jeannin – l’éditeur des lettres de l’ambassadeur de France à Venise ne révoquait vraiment pas en doute le rôle actif du diplomate lors du conflit de l’Interdit :

  • 69 Ibid., III, p. ii.

Ce grand homme en tous ses emplois s’estoit monstré excellent et rare ; en cestuy-cy il parut tout à fait admirable, et dans la diversité de ce constraste de deux ans, il prit si bien son temps et son advantage qu’il sceut temporiser avec le Vénitien, dissimuler avec l’Espagnol, s’intéresser avec le Saint-Siège, souffrir et pâtir avec le François, et s’accommoder avec un chacun69.

41Canaye de Fresnes devenait à son tour un modèle d’habileté et de dextérité négociatrices ; comme d’Ossat, il était subtilement parvenu à ménager les intérêts contradictoires des parties en présence.

  • 70 Les négotiations de Monsieur le président Jeannin, Paris, 1656, p. i.
  • 71 Ibid., p. iii.
  • 72 Ibid., p. viii.

42La publication imprimée des grandes ambassades henriciennes a répondu au besoin de proposer, au temps de l’affrontement franco-espagnol en Europe, un modèle de diplomatie qui fût profondément différent de l’hispanique ; en même temps, elle s’insérait dans un vaste mouvement de réflexion autour de la fonction ministérielle. Publiées en 1656, les Négotiations de Monsieur le président Jeannin sont dédiées au surintendant des finances Nicolas Fouquet, dont la puissance paraît alors indestructible – la dédicace déclare de Pierre Jeannin : « Ce grand homme peut et doit servir de modelle d’un parfait ministre au temps où nous sommes70. » Suivait un éloge du président Jeannin, « si grand et si admirable que c’est assez du récit de sa vie et de ses héroïques actions pour faire voir qu’il est au-dessus de toute loüange »71 – il y avait manifestement le souci de faire du diplomate, à l’instar des personnages des grands romans de l’âge baroque ou des saints catholiques posttridentins, le promoteur de vertus « héroïques ». Vertueux, le président Jeannin l’avait été, lui qui avait été le lointain prédécesseur de Fouquet à la surintendance des finances « sans y rien profiter, ce qui est une des plus rares preuves de la force de son esprit, en un endroit où on a grande peine à se bien tenir et où il eut tant de fermeté qu’il y eut tousjours les mains aussi innocentes que la pensée »72. Héroïque, donc, et impassible – le président Jeannin, dont on sait qu’il avait été en rapport avec Juste Lipse et qu’il avait pris la défense de Pierre Charron contre ses détracteurs, était l’incarnation discrète d’un modèle néo-stoïcien du négociateur, du diplomate et de l’homme d’État. Après avoir appris la mort de son fils, il avait rempli aussi impavidement que d’habitude ses obligations :

  • 73 Ibid., p. viii.

Le jour qu’on luy en dit la nouvelle, il ne laissa pas de présider au Conseil, et la douleur qui ne paroissoit point sur son visage se répandit dans le cœur de tous ses amis. Il n’estoit pas pourtant insensible à cet accident, puisqu’il estoit père, mais il ne recevoit pas les foibles atteintes des passions dont il estoit le maistre73.

43Évoquant la constance – vertu stoïcienne par excellence – du président Jeannin, l’éditeur des Négociations concluait en décrivant une existence entièrement consacrée à la domination de soi :

  • 74 Ibid., p. viii.

Nous devons admirer le Président Jeannin victorieux de la fortune, et quand elle a esté prospère, qui est aussi une tentation, et quand elle a esté adverse, qui est la dernière touche de cette belle âme destinée pour le ciel après avoir fait tant de grandes choses sur la terre74.

44Dans les Négociations du président Jeannin, les commentateurs ont par ailleurs trouvé plusieurs leçons à tirer. D’abord, les instructions données aux diplomates ne doivent pas exagérément contraindre leurs actions – celles qui avaient été délivrées par Henri IV le 22 avril 1607 à Jeannin et à Paul Choart de Buzenval, qui devait décéder à La Haye le 31 août suivant, étaient exemplaires :

  • 75 Instructions à Jeannin et à Buzenval, Fontainebleau, 22 avril 1607, ibid., p. 9.

Sa Majesté a ordonné le présent mémoire estre dressé et leur estre délivré pour leur servir de témoignage de ses intentions et commandemens, et non pour leur prescrire aucune loy réglée en ce qu’ils auront à exécuter. Car Sadite Majesté entend et juge ainsi qu’il est nécessaire qu’ils se conduisent selon l’information et connoissance qu’ils prendront et volonté en laquelle ils trouveront le général desdites Provinces et ceux qui les gouvernent, de quoy Sadite Majesté veut doncques se remettre de tout à leur prudence et loyauté75.

  • 76 A. de Wicquefort, L’ambassadeur et ses fonctions, cit. n. 54, I, l. i, p. 139.

45Chez Jeannin, Wicquefort trouvait clairement exprimé le caractère inamissible de la fidélité de l’ambassadeur76 – les dépêches que lui envoyaient Henri IV et Sully montraient d’ailleurs en quelle estime le roi et son ministre tenaient la loyauté et la prudence du négociateur. Était naturellement citée la lettre de Jeannin à Sully du 21 octobre 1608 :

  • 77 Jeannin à Sully, La Haye, 21 octobre 1608, Les négociations du président Jeannin, Nouvelle collect (...)

J’ai toujours désiré que le roi fût informé au vrai de l’état des affaires de ce pays, et l’ai fait aussi du passé fidèlement et sans rien déguiser, mais non peut-être au goût de ceux qui, étant d’avis contraire à la poursuite que je faisois au nom de Sa Majesté, ont recherché de moi une dissimulation et apparence de devoir au lieu des vrais effets d’un homme de bien qui n’est content de soi-même s’il ne fait sérieusement et à bon escient ce qui lui est commandé77.

  • 78 A. de Wicquefort, L’ambassadeur et ses fonctions, cit. n. 54, I, l. i, p. 368.
  • 79 Villeroy à Jeannin, Paris, 23 avril 1607, Les négociations du président Jeannin…, cit. n. 77, p. 4 (...)

46L’exemple de Jeannin revient encore chez Wicquefort à propos des légations composées de plusieurs ambassadeurs. Jeannin avait été envoyé en Hollande en compagnie d’Élie de La Place de Russy et de Paul Choart de Buzenval, et Wicquefort vante la parfaite harmonie qui régnait entre les trois hommes, « pas tant à cause de la supériorité que le Président, qui estoit l’un des plus confidents ministres du Roy, avoit sur les deux autres, que principalement parce qu’avec ses lumières extraordinaires, il avoit une modestie et une douceur qui ne se peut exprimer »78. Au reste, précisait Wicquefort, la lettre de Villeroy au président Jeannin du 23 avril 1607 témoignait éloquemment de la confiance dont jouissait l’ambassadeur : « Le Roy entend que vous tiriez de vous-même la principale instruction de ce que vous aurez à faire en ce voyage79. » La gloire du président Jeannin avait été de réussir une négociation particulièrement ardue avec une conscience apaisée et la plus large latitude d’action possible.

47Les grandes ambassades henriciennes ont été parmi les premières légations françaises à être objet de publications. Au moment où s’affirmait la prépondérance de la France en Europe, les contemporains ont éprouvé le besoin de retracer la genèse du processus qu’ils voyaient s’accomplir. En 1667, les négociations de Pomponne de Bellièvre et de Brulart de Sillery pour aboutir à la signature de la Paix de Vervins étaient imprimées. Dédié à Monsieur, frère de Louis XIV, l’ouvrage comprend une préface qui déclare :

  • 80 Mémoire historique concernant la négociation de la paix traitée à Vervins l’an 1598 entre Henry IV (...)

Ce traité fut l’ouvrage de la valeur et de la prudence de Henry le Grand, vostre ayeul. Ce prince le plus brave et le plus sage qui fut au monde disoit que c’estoit une action barbare et contraire à la nature de faire la guerre par d’autres motifs que celuy d’obtenir la paix, et qu’un bon Roy devoit estre plus sensible à la gloire d’asseurer le repos de ses sujets qu’à celle de vaincre ses ennemis80.

  • 81 J.-Cl. Waquet, Arnaud d’Ossat, ou l’art de négocier, dans Negociar en la edad media / Négocier au (...)

48Paroles qui sonnaient comme un avertissement au moment où éclatait la guerre de Dévolution – et pourtant, le livre pouvait aussi se lire comme une analyse des causes de la supériorité française sur l’Espagne. Il semble que pour le public auquel étaient destinées les éditions des ambassades henriciennes, quatre événements aient joué un rôle primordial dans l’histoire diplomatique française, quatre événements dont les lecteurs croyaient, sans doute à juste titre, voir se réaliser devant eux les grandes virtualités : l’absolution d’Henri IV, la paix de Vervins, l’Interdit vénitien, et la Trêve de Douze ans. Quatre victoires de la diplomatie henricienne à quoi restaient immarcesciblement attachés les noms des cardinaux d’Ossat et Du Perron, de Pomponne de Bellièvre et de Brulart de Sillery, du cardinal de Joyeuse et de Philippe Canaye de Fresnes, de Paul Choart de Buzenval et du président Jeannin. Pour les lecteurs qui vivaient au temps des ministériats de Richelieu et de Mazarin, les ambassades d’Henri IV ont indiscutablement représenté un âge d’or de la négociation ; d’en éditer les actes permettait de faire l’anamnèse d’une prépondérance française en gestation en revenant aux origines du Grand Dessein, celui que le roi Henri IV avait formé d’une alliance protestante contre la puissance habsbourgeoise et dont Sully avait codifié les principes dans ses Œconomies royales. À la duplicité espagnole était opposé un art français de la négociation, fait de raison, de franchise et de sincérité, et dont le cardinal d’Ossat, ainsi que l’a montré Jean-Claude Waquet81, était l’inventeur et le représentant le plus éminent. Était mise en valeur l’héroïcité d’ambassadeurs qui avaient fondé la tradition diplomatique française et dont les dépêches constituaient une véritable archéologie des négociations modernes. Jeannin et d’Ossat étaient particulièrement distingués alors que Du Perron et Canaye de Fresnes faisaient les frais d’une condescendance partagée – le fait s’explique sans doute plus par des critères de jugement relatifs aux belles-lettres que par une mésestime des résultats diplomatiques obtenus par les deux ambassadeurs. Non que leurs lettres fussent d’un style inférieur à celui des dépêches de d’Ossat ou de Jeannin, mais la correspondance imprimée de Du Perron était lacunaire et disparate ; quant à celle de Canaye de Fresnes, intégralement publiée, elle souffrait de multiples redondances. Dans les éditions des missives de d’Ossat et de Jeannin, les contemporains ont au contraire admiré l’unité de négociation et une élégance éditoriale qui, sans respecter la réalité de la correspondance diplomatique, faisait grâce au lecteur du redoublement incessant des dépêches. Indiscutée sur le plan pratique, la suprématie des références à d’Ossat et au président Jeannin se fondait peut-être aussi sur une approche esthétique de ce que devait être la publication d’une négociation. Chez d’Ossat, Fénelon (1651-1715) trouvait la perfection historiographique – la célèbre Lettre à l’Académie note sentencieusement :

  • 82 Fénelon, Lettre à l’Académie, dans Id., Œuvres, éd. J. Le Brun, II, Paris, 1997, p. 1180.

Une circonstance bien choisie, un mot bien rapporté, un geste qui a rapport au génie, ou à l’humeur d’un homme, est un trait original et précieux dans l’histoire. Il vous met devant les yeux cet homme tout entier. C’est ce que Plutarque et Suétone ont fait parfaitement. C’est ce qu’on trouve avec plaisir dans le cardinal d’Ossat. Vous croyez voir Clément VIII qui lui parle tantôt à cœur ouvert, et tantôt avec réserve82.

  • 83 [A. Pecquet], Discours sur l’art de négocier, Paris, 1737, p. xlv.
  • 84 Ibid., p. xlvi-xlvii.
  • 85 Journal de Trévoux, décembre 1737, art. cxxi, p. 2167-2200.

49Le souvenir glorieux de la triade henricienne, à laquelle on joignait parfois Canaye de Fresnes, s’est maintenu au long du xviiie siècle et même jusqu’au xixe siècle. Dans son Discours sur l’art de négocier (1737), qui devait beaucoup à Callières, le premier commis des affaires étrangères Antoine Pecquet (1704-1762) se montrait indulgent à l’égard de Canaye de Fresnes : « Le recueil de ses ambassades est curieux et instructif par le grand nombre d’événemens qui traversèrent ses négociations. Le stile en est trop diffus ; on ne peut le proposer à cet égard comme un modèle, mais il y a, du reste, beaucoup d’utilité à lire ce recueil83. » Les ambassades du président Jeannin étaient beaucoup plus instructives ; de même celles du cardinal d’Ossat. De Du Perron, il était apparemment difficile de penser le plus grand bien : « Les ambassades du cardinal Du Perron n’indiquent pas un homme très profond, ni dont les idées fussent assés digérées et assés concises. Cependant on fera bien de le lire84. » Dans L’esprit des journalistes de Trévoux (1771), compilation abrégée du Journal de Trévoux, l’organe périodique de la Compagnie de Jésus dans son combat contre les jansénistes, Pons-Augustin Alletz (1703-1785), agronome éclairé et polygraphe, reprenait l’article que les Trévoltiens avaient consacré en décembre 1737 au Discours sur l’art de négocier de Pecquet85. Les publicistes jésuites écrivaient notamment :

  • 86 [P.-A. Alletz], L’esprit des journalistes de Trévoux, ou Morceaux précieux de littérature répandus (...)

Entre autres livres sur cette matière, on peut lire le recueil des ambassades de M. du Frêne Canaye, les ambassades du président Jeannin et du cardinal Du Perron et les lettres du cardinal d’Ossat, car on y reconnoît l’homme sage, profond, mesuré, instruit des grands principes, et occupé du bonheur de sa patrie et des succès de son maître86.

  • 87 Lord Chesterfield, Letters to his Son, Londres, 1827, I, lettre xci, 20 juillet 1747 [a. s.], p. 2 (...)

50Dans ses célèbres Letters to his Son, Philip Dormer Stanhope (1694-1773), comte de Chesterfield, recommandait encore la lecture des dépêches de d’Ossat87. La critique littéraire du xixe siècle, toujours imprégnée de l’encyclopédisme des Lumières, continue patiemment à citer la triade henricienne. Dans son Histoire abrégée de la littérature française depuis son origine jusqu’au xviie siècle (1841), le normalien Auguste-Alexis-Floréal Baron (1794-1862), professeur à l’Université de Liège, citait très favorablement les trois grands négociateurs d’Henri IV :

  • 88 A.-A.-Fl. Baron, Histoire abrégée de la littérature française depuis son origine jusqu’au xviie si (...)

Ce que les diplomates mettront encore mieux à profit, ce sont les écrits des cardinaux d’Ossat et Du Perron et ceux du président Jeannin. Traiter l’histoire politique avec loyauté, gravité, modération, voilà leur caractère commun ; ensuite chacun d’eux a ses traits distinctifs. Dans Du Perron, c’est le nombre et la netteté du style ; dans d’Ossat, c’est la précision, la finesse et en même temps la naïveté88.

  • 89 J. Demogeot, Tableau de la littérature française au XVIIe siècle avant Corneille et Descartes, Par (...)
  • 90 Ibid., p. 130-131.

51Dans son Tableau de la littérature française au xviie siècle avant Corneille et Descartes publié en 1859, Jacques Demogeot (1808-1894), professeur d’éloquence française, place au premier rang des négociateurs Arnaud d’Ossat, « doux et sage vieillard mûri au grand soleil de la diplomatie romaine, mélange heureux de bonhomie et de finesse, Gaulois et Italien tout à la fois », et dont la correspondance « offre la même espèce d’intérêt qu’un jeu savant d’où dépendrait la fortune de deux habiles adversaires et que l’un d’eux prendrait la peine de vous expliquer avec une complaisance et une clarté parfaite »89. Après avoir évoqué Du Perron, Demogeot concluait par une vibrante péroraison consacrée au président Jeannin : « Nous allons retrouver un autre d’Ossat, non moins habile que celui que nous connaissons déjà, et employé à de plus éclatantes affaires90. » Jeannin et d’Ossat – au panthéon nombreux de la diplomatie française, leurs noms rayonnaient d’un prestige intact pour illustrer la naissance virtuose d’un art français de la négociation.

Notes

1 Pour de premiers éléments d’une histoire de la négociation, voir L. Bély, Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV, Paris, 1990, en particulier « L’idée du parfait négociateur », p. 291-321, et « L’écriture de la volonté politique », p. 481-505, Id., L’art de la paix en Europe. Naissance de la diplomatie moderne, xvie-xviiie siècle, Paris, 2007, notamment « Les formes nouvelles de la négociation », p. 321-343, et « La négociation comme art suprême », p. 583-602, et J.-M. Moeglin, Heurs et malheurs de la négociation du Moyen Âge à l’époque moderne, dans M. T. Ferrer Mallol, J.-M. Moeglin, S. Péquignot, M. Sánchez Martínez (éd.), Negociar en la edad media / Négocier au Moyen Âge. Actes du Colloque tenu à Barcelone du 14 au 16 octobre 2004, Barcelone, 2005, p. 5-26.

2 Mme De Staël, De l’Allemagne, éd. S. Balayé, Paris, 1999 (1968), I, 1re partie, c. xi, p. 105.

3 Ibid., p. 105.

4 G. Bonnot de Mably, Collection complète des œuvres. V. Principes des négociations pour servir d’introduction au droit public de l’Europe fondé sur les traités, Paris, an iii (1794-1795), rééd. M. Belissa, Paris, 2001.

5 Ibid., p. 225.

6 Ibid., p. 225-226.

7 Ibid., p. 229.

8 Ibid., p. 230.

9 Ibid., p. 230.

10 Sur la diplomatie révolutionnaire et ses idéaux, voir M. Belissa, Fraternité universelle et intérêt national (1713-1795). Les cosmopolitiques du droit des gens, Paris, 1998, Id., La diplomatie et les traités dans la pensée des Lumières : négociation universelle ou école du mensonge, dans Revue d’histoire diplomatique, 113, 1999, p. 291-317, et Id., Peace Treaties, Bonne Foi and European Civility in the Enlightenment, dans R. Lesaffer (éd.), Peace Treaties and International Law in History, Cambridge, 2004, p. 241-253.

11 G. Bonnot de Mably, Principes des négociations…, cit. n. 4, p. 230-231.

12 G. de Réal de Curban, La science du gouvernement, ouvrage de morale, de droit et de politique qui contient les principes du commandement et de l’obéissance, où l’on réduit toutes les matières de gouvernement en un corps unique dans chacune de ses parties et où l’on explique les droits et les devoirs des souverains, ceux des sujets, ceux de tous les hommes, en quelque situation qu’ils se trouvent, Paris, Amsterdam, Aix-la-Chapelle, 1761-1765, 8 vol. 

13 Ibid., VIII, Examen des principaux ouvrages composés sur des matières de gouvernement, p. 115.

14 Ibid., VIII, p. 115.

15 Sur Philippe Canaye de Fresnes, voir P. Roman d’Amat, Philippe Canaye de Fresnes, dans Dictionnaire de biographie française, VII, fasc. xli, Paris, 1955, col. 1025-1026, Th. Wanegffelen, Ni Rome ni Genève. Des fidèles entre deux chaires en France au xvie siècle, Paris, 1997, « Le choix de Philippe Canaye, sieur de Fresnes : confessionnel ou religieux ? », p. 446-450, et surtout G. Cozzi, Paolo Sarpi tra il cattolico Philippe Canaye de Fresnes e il calvinista Isaac Casaubon, dans Bollettino dell’Istituto di Storia della Società e dello Stato veneziano, 1, 1959, p. 27-154, repris dans Id., Paolo Sarpi tra Venezia e l’Europa, Turin, 1979, p. 3-133. Consulter également S. De Franceschi, La diplomatie henricienne et les ambitions françaises de suprématie temporelle sur la république chrétienne. L’idée de Chrétienté dans la correspondance diplomatique de Philippe Canaye de Fresnes, ambassadeur de France à Venise pendant l’Interdit (1606-1607), dans Histoire, Économie et Société. Époques moderne et contemporaine, 23, 2004, p. 551-585, et Id., Les valeurs de l’honnête négociation. Prudence et imprudences diplomatiques au temps de l’Interdit vénitien (1606-1607), dans Revue d’histoire diplomatique, 122, 2008, p. 193-221.

16 G. de Réal de Curban, La science du gouvernement…, cit. n. 12, VIII, p. 148.

17 Ibid., VIII, p. 135.

18 Ibid., VIII, p. 135.

19 Ibid., VIII, p. 117.

20 Ibid., VIII, p. 117-118.

21 Ibid., VIII, p. 118.

22 Mémoires concernant la négociation de la paix traitée à Vervins l’an 1598, Paris, 1667.

23 Lettres, mémoires et négociations de Messieurs de Bellièvre et de Sillery, contenant un journal concernant la négociation de la paix traitée à Vervins l’an 1598 entre Henri IV, roi de France, Philippe II, roi d’Espagne, et Charles-Emmanuel, duc de Savoye, La Haye, 1725, 2 vol. 

24 G. de Réal de Curban, La science du gouvernement…, cit. n. 12, VIII, p. 127.

25 Ibid., VIII, p. 127.

26 Dictionnaire universel des sciences morale, économique, politique et diplomatique, ou Bibliothèque de l’homme d’État et du citoyen, éd. J.-B.-R. Robinet, Londres [Neuchâtel], 1777-1778, 30 vol. 

27 Ibid., XXVI, p. 90.

28 Ibid., XXVI, p. 342.

29 Ibid., XXVI, p. 342.

30 Sur Wicquefort, voir L. Bély, L’art de la paix en Europe…, cit. n.1, « Wicquefort : l’ambassadeur et ses fonctions », p. 313-320.

31 Dictionnaire universel…, cit. n. 26, XXI, p. 621.

32 Ibid., XXI, p. 621.

33 Ibid., XXI, p. 621.

34 [M.-G.-Ch. Thiroux d’Arconville], Vie du cardinal d’Ossat, Paris, 1771, I, p. iii.

35 Ibid., I, p. v.

36 Ibid., I, p. v.

37 Ibid., I, p. vii.

38 Ibid., I, p. xvi.

39 Ibid., I, p. 146.

40 Ibid., I, p. 147.

41 Ibid., I, p. 177.

42 Ibid., I, p. 183.

43 Ibid., I, p. 183.

44 Ibid., I, p. 186.

45 Cité dans Ch. Jourdain, La philosophie de saint Thomas, Paris, 1858, II, p. 311, n. 1.

46 Ibid., II, p. 311.

47 Négociations diplomatiques et politiques du président Jeannin, ambassadeur et ministre de France sous François Ier, Henri IV et Louis XIII inclusivement. Nouvelle édition, I, Paris, 1819, p. 4.

48 Sur Callières, voir L. Bély, L’art de la paix en Europe…, cit. n.1, « Le roi mon maître : le service du roi à l’étranger vu à travers l’œuvre de François de Callières », p. 557-579.

49 Fr. de Callières, De la manière de négocier avec les souverains, de l’utilité des négociations, du choix des ambassadeurs et des envoyéz, et des qualitéz nécessaires pour réüssir dans ces emplois, Amsterdam, 1716, repris dans J.-Cl. Waquet, François de Callières. L’art de négocier en France sous Louis XIV, Paris, 2005, p. 189-265 [p. 198].

50 Ibid., éd. citée, p. 199.

51 A. de Wicquefort, Mémoires touchant les ambassadeurs et les ministres publics (1676), dans Id., L’ambassadeur et ses fonctions, Amsterdam, 1730, II, p. 160.

52 Ibid., p. 160-161.

53 Ibid., p. 161.

54 Id., L’ambassadeur et ses fonctions, Cologne, 1690, II, l. ii, p. 215.

55 Ibid., II, l. ii, p. 214-215.

56 Lettres de l’Illustrissime et Révérendissime cardinal d’Ossat, évesque de Bayeux, au roy Henry le Grand et à Monsieur de Villeroy, depuis l’année MDXCIV jusques à l’année MDCIIII, Paris, 1627, p. 5.

57 Ibid., p. 5-6.

58 Ibid., p. 6.

59 Les ambassades et négotiations de l’Illustrissime et Révérendissime cardinal Du Perron, archevesque de Sens, primat des Gaules et de Germanie, et grand aumosnier de France, avec les plus belles et éloquentes lettres, tant d’Estat et de doctrine que familières qu’il a escrites sur toutes sortes de sujets, aux roys, princes, princesses, ducs, républiques, grands seigneurs et autres de diverses qualitéz et celles qui luy ont esté addressées de leur part, éd. C. de Ligny, 3e édition, Paris, 1633.

60 Du Perron à Henri IV, Rome, 5 avril 1607, bnf, Français 18002, fol. 92r-99v.

61 Dictionnaire universel…, cit. n. 26, XXVI, p. 353.

62 A. de Wicquefort, L’ambassadeur et ses fonctions, cit. n. 54, I, l. i, p. 82.

63 Lettres et ambassades de Messire Philippe Canaye seigneur de Fresne, conseiller du Roy en son Conseil d’Estat, Paris, 1635-1636, 3 vol. 

64 Ibid., II, p. i.

65 Ibid., II, p. i-ii.

66 Ibid., II, p. ii.

67 Ibid., III, p. i.

68 Ibid., III, p. i-ii.

69 Ibid., III, p. ii.

70 Les négotiations de Monsieur le président Jeannin, Paris, 1656, p. i.

71 Ibid., p. iii.

72 Ibid., p. viii.

73 Ibid., p. viii.

74 Ibid., p. viii.

75 Instructions à Jeannin et à Buzenval, Fontainebleau, 22 avril 1607, ibid., p. 9.

76 A. de Wicquefort, L’ambassadeur et ses fonctions, cit. n. 54, I, l. i, p. 139.

77 Jeannin à Sully, La Haye, 21 octobre 1608, Les négociations du président Jeannin, Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France, Paris, 1837, p. 458.

78 A. de Wicquefort, L’ambassadeur et ses fonctions, cit. n. 54, I, l. i, p. 368.

79 Villeroy à Jeannin, Paris, 23 avril 1607, Les négociations du président Jeannin…, cit. n. 77, p. 44.

80 Mémoire historique concernant la négociation de la paix traitée à Vervins l’an 1598 entre Henry IV, roy de France et de Navarre, par Messieurs de Bellièvre et de Sillery, Philippe II, roy d’Espagne, par les sieurs Richardot, Taxis et Verreyken, et Charles-Emmanuel, duc de Savoye, par le sieur marquis de Lullin, Paris, 1667, I, p. ii-iii.

81 J.-Cl. Waquet, Arnaud d’Ossat, ou l’art de négocier, dans Negociar en la edad media / Négocier au Moyen Âge, cit. n. 1, p. 389-407.

82 Fénelon, Lettre à l’Académie, dans Id., Œuvres, éd. J. Le Brun, II, Paris, 1997, p. 1180.

83 [A. Pecquet], Discours sur l’art de négocier, Paris, 1737, p. xlv.

84 Ibid., p. xlvi-xlvii.

85 Journal de Trévoux, décembre 1737, art. cxxi, p. 2167-2200.

86 [P.-A. Alletz], L’esprit des journalistes de Trévoux, ou Morceaux précieux de littérature répandus dans les Mémoires pour l’histoire des sciences et des beaux-arts, depuis leur origine en 1701 jusqu’en 1762, contenant ce qu’il y a de plus neuf et de plus curieux, soit pour les ouvrages dont ces littérateurs ont rendu compte, soit pour les réflexions judicieuses qui servent de préliminaires à leurs analyses, Paris, 1771, I, p. 404.

87 Lord Chesterfield, Letters to his Son, Londres, 1827, I, lettre xci, 20 juillet 1747 [a. s.], p. 211-212 : « À propos of letter-writing, the best models that you can form yourself upon are Cicero, cardinal d’Ossat, Madame Sévigné, and comte Bussy Rabutin. The simplicity and clearness of cardinal d’Ossat’s letters show how letters of business ought to be written : no affected turns, no attempt at wit, obscure or perplex his matter, which is always plainly and clearly stated, as business always should be. »

88 A.-A.-Fl. Baron, Histoire abrégée de la littérature française depuis son origine jusqu’au xviie siècle, Bruxelles, 1851 [1841], p. 507.

89 J. Demogeot, Tableau de la littérature française au XVIIe siècle avant Corneille et Descartes, Paris, 1859, p. 103.

90 Ibid., p. 130-131.

Auteur

École Pratique des Hautes Études - sylvio.de-franceschi@laposte.net

© Publications de l’École française de Rome, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540