Version classiqueVersion mobile

Exil, asile : du droit aux pratiques (XVIe -XIXe siècle)

 | 
Gilles Bertrand
, 
Catherine Brice
, 
Mario Infelise

Deuxième partie – Expériences et idées : immunité, asile, tolérance, liberté, accueil

L’accueil des huguenots dans les pays du Refuge à la fin du XVIIe siècle

Yves Krumenacker

Résumé

Les pays du Refuge accueillent les huguenots pour des raisons religieuses, mais aussi économiques. Ils ciblent des métiers précis en accordant des privilèges : exemptions fiscales, dons de terres, liberté par rapport aux corporations, etc. S’ajoutent très souvent le droit de bourgeoisie, la liberté de culte et le traitement des pasteurs. Il y a cependant un durcissement par la suite à cause du trop grand nombre de réfugiés. Les réfugiés choisissent leur destination en fonction des liens antérieurs, familiaux, intellectuels, commerciaux, qu’ils avaient avec certains pays ou grâce aux nouvelles qui leur parviennent par des journaux, des lettres, des affiches, ou par des contacts directs avec des émissaires des différents gouvernements. Mais leur intégration et leur assimilation varient en fonction des conditions d’accueil.

Texte intégral

  • 1 Greengrass 1985 ; Krumenacker 2012 ; Magdelaine 2014.
  • 2 Oberman 2009.

1La décision de Louis XIV de mettre fin au protestantisme en France a provoqué l’exil de dizaines de milliers de réformés. On estime aujourd’hui que, de la révocation de l’édit de Nantes à la fin du xviie siècle, 150 000 à 180 000 huguenots ont pu trouver refuge dans différents pays protestants, malgré l’interdiction qui leur était faite de sortir du royaume1. Peut-être les calvinistes sont-ils particulièrement aptes à affronter l’exil dans la mesure où ils se voient eux-mêmes comme d’éternels réfugiés destinés à refaçonner les sociétés pour la plus grande gloire de Dieu2. Il n’empêche que les expériences de l’exil sont diverses.

  • 3 Monge – Muchnik, 2019.
  • 4 Pour ne pas allonger indéfiniment le sujet, nous ne tiendrons pas compte des colonies anglaises et (...)

2Cet exode massif a suscité une littérature abondante et une véritable « légende dorée » qui masquent une réalité beaucoup plus complexe : très souvent, la solidarité confessionnelle a été stimulée par l’espoir d’attirer des forces vives au service de l’économie locale ou du repeuplement de régions pas encore remises des dévastations de la guerre de Trente Ans, de capter une partie du savoir-faire français, ou au contraire elle s’est heurtée à la xénophobie et à la peur des populations face à la concurrence d’une main-d’œuvre étrangère. Il est donc nécessaire de revisiter la légende, principalement à la lumière des travaux récents sur le Refuge3, et à l’échelle européenne4. C’est le but de cet article.

Des motivations en partie économiques

  • 5 Klingebiel 2006.

3Bien des huguenots, fuyant la France à cause des persécutions, recherchent une terre qui puisse les accueillir ; mais le motif religieux n’est souvent pas le seul qui les pousse à partir ; ce n’est même pas, dans certains cas, la raison principale du départ : la perspective d’obtenir des terres, d’exercer un commerce lucratif, de trouver des débouchés pour des productions artisanales, etc., a également joué un rôle important5. Inversement, les différents États ne se contentent pas d’accueillir des migrants, mais ils veulent plutôt secourir des coreligionnaires, et surtout ils ont pour la plupart des attentes bien particulières. Des critères rigoureux, religieux, mais aussi économiques, sont généralement mis en place. C’est pourquoi l’accueil est loin d’être automatique, mais il est soumis à des conditions bien précises.

  • 6 Articles « Court, Johan et Pieter de La » et « Immigration », dans Secretan – Frijhoff 2018, p. 16 (...)
  • 7 Bots – Bastiaanse 1985, p. 67-68.

4Les mesures prises aux Provinces-Unies sont un bon exemple de l’intrication des questions religieuses et économiques. Elles se greffent en effet sur des mesures plus anciennes, adressées à tous ceux qui voudraient bien s’installer, afin d’attirer des fabricants de textile. Dans les années 1660, à la suite des écrits de Pieter de La Court en faveur d’une immigration économique, de nombreuses municipalités offrent des conditions intéressantes à ceux qui veulent fonder une entreprise et leur promettent le droit de bourgeoisie à un très bas prix, voire gratuitement6. C’est dans le prolongement de cette politique que Groningue en 1681 et Haarlem en janvier 1683 veulent recruter des réfugiés capables d’installer des manufactures en profitant de l’afflux des huguenots. La Frise, pour sa part, cherche à installer des exploitants agricoles sur des terres peu peuplées et ce n’est que dans un second temps qu’une résolution de 1683 affirme « manifester sa charité à l’égard des membres d’une même foi7 ».

  • 8 Texte publié dans Klingebiel 1994, p. 47-52.
  • 9 Yvon 1985, p. 143-144. Texte de l’édit dans Desel – Mogk 1978, p. 42-46.
  • 10 Weiss 1853, t. 1, p. 117.
  • 11 Zuwanderungsland Deutschland 2005, p. 258-259.

5Il en est de même dans le Saint-Empire. Les privilèges de Lunebourg, le 9 août 1684, s’adressent à toutes les « familles et personnes de la religion réformée », mais particulièrement à ceux qui envisagent de créer des manufactures et de s’adonner au commerce8. La Hesse-Cassel par la charte du 18 avril 1685 s’adresse aux manufacturiers étrangers de religion réformée et aux commerçants ; la même année, le 1er août et le 12 décembre, deux autres chartes accordent les mêmes privilèges aux « personnes fort riches en effets et en négoces » et à ceux qui peuvent exercer des « Arts, Ouvrages et Métiers » utiles9. D’autres princes accueillent des réfugiés afin qu’ils cultivent des terres abandonnées depuis la guerre de Trente Ans ; ainsi le margrave de Bade-Durlach distribue-t-il des terres incultes à Neureut, tandis que le duc de Wurtemberg donne aux huguenots puis aux vaudois des terres sur le versant oriental de la Forêt-Noire10. En revanche, le margrave Christian-Ernest de Brandenburg-Bayreuth accorde les 27-28 novembre 1685 des privilèges à tous « les François & autres de la Religion Réformée », malgré l’opposition de son consistoire luthérien11. Le très célèbre édit de Potsdam du 29 octobre 1685 s’adresse aux « Français de la Religion réformée » et rappelle dans son préambule les persécutions subies par les protestants français ; mais l’importance des dispositions économiques contenues dans l’édit montre que le but visé est en grande partie mercantiliste.

  • 12 Yvon 1985, p. 146-147.
  • 13 David 1994.

6Au temps de la Révocation, les États s’ouvrent plus largement à toutes les catégories de réfugiés, sans viser comme auparavant des professions bien déterminées. Mais les immigrés sont plus nombreux que prévu, ce qui peut entraîner des changements de politique. La Hesse-Cassel, qui visait l’établissement d’une élite urbaine, doit accueillir des gens plus modestes à la campagne et leur donne des terres de qualité médiocre, quelquefois désertées depuis le Moyen Âge, à charge pour eux d’entretenir les chemins communaux, de nettoyer les étangs, de livrer du bois, d’aider les gardes forestiers12. En Brandebourg, les réfugiés qui affluent à Berlin sont, pour beaucoup, répartis dans les quarante-huit colonies fondées à la campagne ou près de petites villes entre 1685 et 173113.

  • 14 Lachenicht 2010, p. 111.
  • 15 Ibid., p. 112.
  • 16 Ibid., p. 135.

7Il en va de même en Angleterre où, alors que des réfugiés avaient été largement accueillis sous Edouard VI puis sous Elizabeth et qu’au contraire les Stuarts avaient été méfiants envers l’immigration, l’évêque de Londres Henry Compton se montre sensible aux lettres, pamphlets et pétitions de huguenots à la suite de la dragonnade du Poitou de 1681. L’ambassadeur anglais à la cour de France, Henry Savile, prend des initiatives en faveur des réfugiés et son frère, futur marquis d’Halifax, suggère une déclaration en leur faveur promettant entre autres une naturalisation générale. C’est pourquoi Charles II émet en faveur de tous les fugitifs protestants (pas uniquement français) une déclaration le 28 juillet 1681 où il répond à nombre de demandes, sans favoriser particulièrement un groupe ou une corporation14. Mais, face à l’afflux des réfugiés, dès le 19 mai 1682, le soutien financier est limité à quatre semaines pour tous ceux qui se retrouvent à Londres15. Bien que se méfiant des réfugiés et trouvant les récits des persécutions très exagérés, Jacques II poursuit la même politique que son frère. Guillaume III, avec la Declaration for the Encouraging of French Protestants to transport themselves into this Kingdom, ne s’adresse qu’aux protestants français. Les huguenots bénéficient, la même année, de l’acte de tolérance. En Irlande, l’Act for Encouraging Protestant Strangers, émis en 1662, vise avant tout les marchands, négociants et artisans ainsi que les marins16.

Attirer les huguenots

8Les conditions offertes aux réfugiés sont primordiales. En effet ceux-ci choisissent leur destination, quand ils le peuvent, en fonction des lieux qui leur offriront les meilleures possibilités d’exercer leurs talents, mais aussi une liberté religieuse et politique, des facilités culturelles et linguistiques, etc. Or, à côté d’une aide d’urgence, la possibilité d’une installation plus durable a souvent fait l’objet de débats dans les différents États. C’est par le biais de l’octroi de privilèges qu’un certain nombre d’entre eux ont cherché à attirer des migrants tout en cherchant à aider des coreligionnaires persécutés.

  • 17 Benrath 1968.
  • 18 Guillemenot-Ehrmantraut 2014.

9Dans l’Empire, les privilèges accordés concernent la plupart du temps aussi bien les règles pour l’installation des réfugiés que celles qui concernent l’organisation interne des colonies : liberté de culte, rémunération des pasteurs, possibilité de construire, exemptions d’impôts et de taxes, etc., ces privilèges étant octroyés contre un serment d’allégeance. Le premier sans doute à avoir accordé des privilèges est l’électeur palatin ; soucieux de repeupler ses terres après la guerre de Trente Ans et calviniste convaincu mais tolérant envers les luthériens, Charles-Louis ouvre largement la ville reconstruite de Mannheim aux communautés française, allemande et néerlandaise, ainsi qu’aux mennonites et aux juifs17. Il veut attirer des ouvriers qualifiés en leur offrant par une charte de 1652, renouvelée en 1669 jusqu’en 1682, le droit de bourgeoisie, une exemption de taxes et d’impôts pendant dix ou vingt ans, des terrains à bâtir gratuits, des matériaux de construction peu chers ou gratuits, la liberté de célébrer le culte en français et l’entretien des pasteurs. Ces privilèges sont ensuite renouvelés avec quelques modifications18.

  • 19 Texte publié dans Klingebiel 1994, p. 47-52.
  • 20 Zuwanderungsland Deutschland 2005, p. 253.
  • 21 Yvon 1985, p. 143-144. Texte de l’édit dans Desel – Mogk 1978, p. 42-46.
  • 22 Kiefner 1990, t. 1, p. 132-139.
  • 23 Yardeni 1985b, p. 163.
  • 24 Wilke 1985.

10Vient ensuite le duc de Brunswick-Lunebourg Georges Guillaume avec un édit du 9 août 1684 qui accorde l’égalité des droits, la liberté de conscience et de culte, le traitement du pasteur pendant deux ans, la liberté par rapport aux corporations, une exemption de taxes pendant vingt ans ; le duc s’engage en outre à acheter aux réfugiés les biens nécessaires à sa Cour19. Son frère, le duc Ernest Auguste de Brunswick-Lunebourg-Hanovre, prend un édit analogue le 21 novembre 168520. Dès le 18 avril 1685, le landgrave de Hesse-Cassel avait accordé une « Charte de liberté » permettant aux huguenots de s’installer dans les campagnes et les villes et les autorisant à créer des manufactures dans sept villes, avec dix ans d’exemption d’impôts, exemption de droits de douane, soustraction aux règles corporatives pour les artisans et maîtres d’œuvre ; ils peuvent construire des églises, avoir leurs propres pasteurs et maîtres d’école. Les commerçants sont également visés. Deux autres chartes, le 1er août et le 12 décembre, reprennent à peu près les mêmes dispositions, en les élargissant aux « personnes fort riches en effets et en négoces » et à ceux qui peuvent exercer des « Arts, Ouvrages et Métiers » utiles21. Dans le margraviat de Brandebourg-Bayreuth, le 7 décembre 1685, on accorde également l’égalité des droits et la liberté de conscience et de culte, des prêts pour fonder des manufactures, une exemption de taxes pendant dix ans pour les manufactures, cinq ans pour les autres activités, la mise à disposition gratuite de terrains et de matériaux de construction, ainsi que des privilèges corporatifs et juridiques22. C’est pourquoi de nombreux huguenots s’installent à Erlangen, où il est aussi prévu de donner des maisons aux nécessiteux23. D’autres États, comme la Hesse-Hombourg, accordent le même type de privilèges et fondent de nouvelles villes. De toute cette réglementation, le texte le plus célèbre est l’édit de Potsdam, déjà cité, du 29 octobre 1685 : il accorde un sauf-conduit pour se rendre jusqu’en Brandebourg-Prusse, des exemptions fiscales pour dix ans, la liberté de culte en français et un régime judiciaire d’exception avec un juge-arbitre chargé de régler les problèmes internes à la communauté et un collège de juges français et allemands pour traiter les problèmes entre les deux nations24.

11De manière générale, dans la plupart des cas, les réfugiés sont sous la protection du souverain auquel ils prêtent serment, ce qui est important, car les populations locales, surtout en pays luthérien, sont souvent hostiles à ces nouveaux venus qu’elles accusent de leur faire concurrence. En échange, ils ont permission de s’installer sur les terres (et quelquefois, comme à Friedrichsdorf, il est interdit aux Allemands de s’y installer), de pratiquer leur religion en français, d’avoir des droits particuliers en matière de justice, d’être exemptés d’impôts. C’est dans ces États que les réfugiés obtiennent le plus de privilèges.

  • 25 Weiss 1853, t. 1, p. 115.
  • 26 Ibid., t. 1, p. 116.

12D’autres territoires d’Empire, surtout les plus attachés à l’orthodoxie luthérienne, se contentent d’une tolérance avec des droits de bourgeoisie moins importants. C’est le cas en Saxe, où les huguenots de Dresde et de Leipzig n’ont qu’un statut de résident avec des droits restreints et pas de droit de culte public ; il faut attendre 1701 pour qu’ils puissent faire appel à un pasteur à Leipzig. Il en est de même à Francfort, où il leur faut même attendre 1787 pour obtenir la liberté du culte25. À Hambourg, le culte n’est autorisé qu’en 176126.

13Les Provinces-Unies présentent une situation proche de celle du Saint-Empire, dans la mesure où la très grande autonomie des villes et des provinces permet une grande diversité dans les mesures adoptées en faveur des réfugiés.

  • 27 Bots 2001, p. 71.
  • 28 Zuwanderungsland Deutschland 2005, p. 84.
  • 29 Ibid., p. 40.
  • 30 Weiss 1853, t. 2, p. 13.
  • 31 Bots 2001, p. 65-66 ; Frijhoff 2003.

14En 1681, dès la nouvelle de la dragonnade de Poitou connue, la ville d’Amsterdam accorde gratuitement le droit de bourgeoisie à qui demanderait asile, le libre exercice des métiers, une exemption d’impôts et de taxes pendant trois ans, des crédits avantageux pour les artisans ; mais ces privilèges sont abolis en 1690 en raison du trop grand afflux de réfugiés27. Groningue fait de même avec des exemptions d’impôts pour dix ans et Leyde offre également le droit de bourgeoisie, l’accès aux guildes et l’exonération des impôts. Le 25 septembre 1681, les États de Hollande accordent aux réfugiés une exonération d’impôts pendant douze ans. Utrecht, trois mois plus tard, accorde aux réfugiés dix ans d’exonérations d’impôts et de taxes28. Les États de Frise et de Gueldre offrent également des avantages aux réfugiés lors du dernier trimestre 168129. Une collecte générale est demandée par le synode wallon en 1681 et de nombreuses villes en organisent dès l’année suivante, puis des loteries sont mises en place. La Hollande décide de faire une collecte le 3 décembre 168230. Les autorités municipales et des compagnies comme la Compagnie des Indes orientales donnent aussi de l’argent31.

  • 32 AMAE-CPH, 143, f° 150-151.
  • 33 Weiss 1853, t. 2, p. 24 ; Zuwanderungsland Deutschland 2005, p. 40.

15Ces mesures sont renouvelées à partir de l’automne 1685 et d’autres sont prises. Le 24 octobre, Middelbourg promet une exemption d’impôt de dix ans, Utrecht promet douze ans le 16 novembre et que les premiers à être accueillis obtiendront le droit de bourgeoisie, Groningue, le 5 février 1686, va jusqu’à quatorze années d’exemptions… Toutes ces mesures sont publiées dans les journaux. La province de Zélande accorde en 1685 une franchise de quinze ans aux réfugiés qui veulent bien s’y installer et ces conditions avantageuses sont connues en France par l’intermédiaire de banquiers qui transfèrent de l’argent depuis la France jusqu’aux Provinces-Unies ou de commandants de navire qui facilitent la fuite des huguenots32. Mais, assez vite, villes et États se rendent compte que les réfugiés sont très nombreux et qu’ils coûtent cher. Dès 1690, Amsterdam révoque les privilèges accordés. Ce n’est qu’en 1709 que le titre de citoyen est donné en Hollande, en Gueldre et en Frise à ceux qui s’y sont installés, en 1710 en Zélande et enfin en 1715 à l’ensemble des Provinces-Unies ; les réfugiés n’ont cependant pas accès aux fonctions et dignités officielles33.

  • 34 Poujol 1902 ; Bots – Posthumus Meyjes 1986.

16En revanche, contrairement à ce qui se passe dans maints territoires d’Empire, les réfugiés aux Provinces-Unies ne forment que peu de nouvelles Églises : une trentaine entre 1682 et 1703, ce qui est peu par rapport à l’afflux des immigrés ; ils s’intègrent plutôt dans les Églises wallonnes, présentes dans le pays depuis le XVIe ou le début du XVIIe siècle et qui disposent de leur propre organisation, avec synodes et classes34.

  • 35 Braun – Lachenicht 2007.
  • 36 Lachenicht 2010, p. 45-104.
  • 37 Ibid., p. 111.
  • 38 Cottret 1985, p. 238.
  • 39 Lachenicht, 2010, p. 115-116.

17En dehors des intérêts propres des États, bien des privilèges sont le fruit de pressions exercées par les Églises françaises déjà présentes dans les pays d’accueil et qui comptent souvent parmi leurs membres des personnes très liées aux différents gouvernements ; on sait que, dans le Saint-Empire, les huguenots discutent avec les gouvernants du contenu des édits accordés35 ; c’est aussi le cas en Angleterre36. Dans ce royaume, par la déclaration du 28 juillet 1681 Charles II accorde gratuitement à ceux qui voudraient s’installer dans son royaume des Letters of Denization permettant d’y séjourner, avec le droit de pratiquer leur religion et d’y exercer leur profession, d’y fréquenter tous les ports ; leur situation fiscale est la même que celle des Anglais et ils sont dispensés de droits de douane à l’importation pour leurs biens ; leurs enfants ont un libre accès aux écoles et aux universités ; les évêques sont invités à organiser des collectes en leur faveur. En revanche, les guildes et les corporations peuvent décider qui elles admettent dans leurs rangs37. Il n’y a donc pas de statut privilégié, mais une égalité de traitement avec les Anglais, ce qui n’est pas le cas pour les autres étrangers et immigrants. Jacques II poursuit cette politique. Après la Révocation, il promulgue un édit en faveur des réfugiés qui s’installeraient en Angleterre et des collectes sont organisées en 1687, mais seulement destinées à ceux qui se conforment à l’Église anglicane. Leurs droits n’augmentent guère sous Guillaume III, mais les huguenots sont davantage attirés par un pays désormais clairement protestant et leur persécution sert d’exemple pour le nouveau régime de ce qu’est capable de faire une dynastie catholique. La déclaration de Guillaume III du 25 avril 1689, qui reste très vague sur la protection accordée aux réfugiés, est envoyée clandestinement en France38. Les Églises françaises ont leurs pasteurs, les cultes ont lieu en français, des écoles peuvent être ouvertes ; mais le financement est assuré par les communautés elles-mêmes. Elles sont divisées entre celles qui se sont « conformées », c’est-à-dire qui ont accepté de se rallier à l’Église anglicane, et les autres qui veulent rester fidèles au modèle genevois et français et qui accueillent la majorité des réfugiés. Charles II avait accepté le particularisme des Églises du Refuge non-conformistes, mais avait exigé que les congrégations créées depuis la Restauration se conforment. Des aides leur sont accordées à partir de Guillaume III par le Royal Bounty prélevé sur la cassette royale. S’ajoutent, à partir de 1696, des aides du Parlement, et des collectes sont périodiquement organisées. Il faudra cependant attendre 1709, sous la pression d’une partie des whigs et de dissenters comme Defoe, pour voir la naturalisation générale de tous les réfugiés, mais à condition qu’ils communient dans une Église anglicane et prêtent le vœu d’allégeance et de suprématie. La politique migratoire se durcit ensuite, car on se plaint de l’afflux des réfugiés français auxquels s’ajoutent désormais ceux du Palatinat39.

  • 40 Chamayou 2001, p. 58.
  • 41 Lachenicht 2010, p. 135-136.

18En Irlande l’Act for Encouraging Protestant Strangers and Others to Establish themselves in Ireland de 1662 promet la naturalisation aux immigrants s’ils prêtent serment au roi, une libre installation dans les villes et l’incorporation aux corporations (il est renouvelé en 167440). L’île est cependant une destination peu prisée des huguenots. Aussi en 1682 Ormond propose-t-il au Conseil privé d’organiser une aide aux réfugiés et de faire des collectes pour eux. Mais, après la mort de Charles II, le gouvernement catholique abroge les privilèges de 1662. La situation change encore après la victoire de Guillaume III à la Boyne. L’Act for Encouraging Protestant Strangers and Others to settle and plant in Ireland reprend à peu près les clauses de l’acte de 1662. La loi est durcie d’abord en 1695, quand le Parlement de Dublin décide que les ministres ne pourraient plus être payés par l’Église irlandaise que s’ils avaient été ordonnés par un évêque, puis en 1704, quand l’accès aux offices militaires et civils est réservé à ceux qui communient au moins une fois par an dans une Église anglicane41.

  • 42 Scheurer 1985.
  • 43 Quadroni – Ducommun 1991.
  • 44 Scheurer 1985, p. 58-59.

19La Suisse accueille de très nombreux réfugiés. Mais, trop pauvre, elle ne peut leur procurer qu’une aide provisoire et elle cherche à les faire partir dans d’autres pays européens42. L’aide est fournie par la Bourse française, à Genève, fondée en 1545, qui permet de secourir les huguenots en fuite. D’autres bourses, fondées à la fin du XVIIe siècle, à Morges, Nyon, Rolle, Lausanne, Yverdon, ont la même fonction43. Les véritables lieux d’accueil sont rares. Il faut néanmoins citer Neuchâtel, dont le souverain n’est autre, depuis 1707, que le roi de Prusse, qui accorde gratuitement et sans délai des lettres de naturalité prussienne grâce au rescrit du 31 décembre 1709 valable du 6 janvier 1710 au 23 janvier 1714. Quelques-uns des réfugiés peuvent en plus devenir sujets de la principauté sur décision du Conseil d’État et du roi44.

  • 45 Weiss 1853, t. 2, p. 141-143.
  • 46 Ibid., t. 2, p. 154. Pourchasse 2010.
  • 47 Weiss 1853, t. 2, p. 155-156.
  • 48 Frijhoff 2003.

20D’autres pays, plus inattendus, cherchent également à attirer les huguenots. Au Danemark, l’Église luthérienne s’oppose absolument à l’arrivée de calvinistes. Mais le roi Christian V, en 1681, décide de publier un édit accordant l’asile aux réfugiés avec exemption de droits d’entrée pour les artisans en ce qui concerne leurs meubles et leurs instruments de travail ainsi que d’impôts pendant huit ans, à condition qu’ils élèvent leurs enfants dans la religion luthérienne, exigence levée en 1685 grâce à la reine Charlotte-Amélie, de confession réformée. Un édit plus général est promulgué en 1685, promettant aux gens de qualité les mêmes avantages que ceux qu’ils avaient en France et de donner des maisons, des avances, des privilèges et des immunités à ceux qui voudraient créer des manufactures45. En Suède, Charles XI accorde des privilèges aux marchands et manufacturiers qui s’installent dans le royaume. L’ambassade de Suède à Paris facilite les départs et le roi promet d’aider les industriels qui veulent bien s’installer dans le royaume ; mais la liberté de culte ne sera accordée qu’en 174146. En Russie, à la demande de l’électeur de Brandebourg, un oukase de 1689 promettant des emplois aux militaires permet aux protestants persécutés de se réfugier dans l’empire47. Les huguenots bénéficient ensuite de l’oukaze de 1702 accordant la liberté de culte à tous les étrangers. Partout, cependant, la liberté de culte reste limitée et précaire. C’est pourquoi, à propos de ces pays, mais aussi des destinations traditionnelles du Refuge, on peut se demander si les motivations des émigrés sont toujours purement religieuses ; on sait d’ailleurs que des catholiques tentèrent de bénéficier des avantages accordés par les édits48.

Le choix des destinations

21Comment les protestants décidés à fuir la France se sont-ils déterminés à aller dans une direction plutôt que dans une autre, étant donné la diversité des situations dans les pays d’accueil ? En dehors des facilités géographiques, qui jouent évidemment un grand rôle, un premier facteur est l’existence d’un « premier Refuge » au XVIe siècle, au moment des premières persécutions et des guerres de Religion. Des communautés francophones s’étaient établies à l’étranger, en Angleterre, en Suisse, dans l’Empire, par exemple dans le Palatinat ; dans ce qui va constituer les Provinces-Unies, des Français d’origine côtoient des protestants qui avaient fui les Pays-Bas espagnols au sein de communautés « wallonnes ». Or, cette émigration se poursuit, à un rythme réduit, tout au long du XVIIe siècle. Mais surtout des liens subsistent avec les familles restées en France. Les exemples ne manquent pas, au moment de la Révocation, de liens renoués avec des parents partis plus d’un siècle auparavant.

  • 49 Van der Linden 2015, p. 35-36.
  • 50 Ibid., p. 36-37.
  • 51 Joblin 2012, p. 422-423.

22Il faut souligner l’importance des liens commerciaux. Prenons l’exemple de la Normandie : depuis le XVIe siècle, les rapports entre Rotterdam et les ports normands, Rouen, Le Havre, Honfleur, Dieppe, Caen, Saint-Valéry-sur-Somme, sont nombreux. À partir de 1641, un service hebdomadaire de transport maritime existe entre Rouen et Rotterdam. Les marchands habitués à ce commerce voient très vite la possibilité de s’installer aux Provinces-Unies ; c’est le cas, entre bien d’autres, du marchand dieppois de peignes Jacob Lamy qui part en 1686 à Rotterdam, puis s’établit à Hoorn d’où il commerce avec Dieppe. De leur côté, bien des marins arrivés dans les ports d’Amsterdam ou de Rotterdam se mettent au service de la marine néerlandaise ou de la Compagnie des Indes orientales49. Ces relations régulières permettent de connaître les opportunités offertes par les villes néerlandaises, ce qui explique le grand nombre d’artisans, surtout ceux qui sont très spécialisés (horlogers, ivoiriers sculpteurs, dentelliers, etc.) qui s’installent dans les villes où ils obtiennent des privilèges importants ; David de Caux, marchand de dentelles à Dieppe, peut ainsi en juillet 1685 négocier en juillet 1685 avec le conseil de ville de Rotterdam l’installation d’une boutique et l’exemption de taxes50. Les exemples ne manquent pas pour d’autres régions ; citons simplement le calaisien Isaac Minet qui s’installe à Londres où il avait passé trois ans, entre 1674 et 1677, à apprendre l’anglais et à se former dans les techniques commerciales51.

  • 52 Lüthy 1959, t. 1, p. 78-85.

23Les liens commerciaux entre Bordeaux et Rouen et les ports de Hollande et Zélande sont souvent le point de départ de la fuite vers ces provinces, comme le montre la correspondance de l’ambassadeur de France à La Haye. D’autre part, de nombreux négociants étaient d’origine étrangère, genevoise, suisse, allemande surtout, et avaient gardé des contacts étroits avec leur famille qu’ils retrouvent dans les années 1680. L’étude de Lüthy sur la banque protestante fourmille d’exemples : ainsi, plusieurs femmes de la famille Tourton, de Lyon, partent à Genève où vit une branche de la famille alliée des Guiguer ; un autre Guiguer, Jean, s’établit à Amsterdam comme banquier dans les années 1670, d’où il peut favoriser l’installation dans cette ville de son petit-neveu Jean-André52.

  • 53 Bots 1999.
  • 54 Bost 2006, p. 155-156.

24Des liens entre protestants français et étrangers existent également grâce aux études. Bien des Français ont fréquenté des universités en Allemagne ou aux Provinces-Unies, et beaucoup d’étrangers avaient étudié dans des académies ou des collèges français. C’est sans doute cette proximité intellectuelle qui explique que la majorité des pasteurs français partis au Refuge gagne les Provinces-Unies (365 sur 6-700), où ils ont évidemment du mal à trouver un emploi53. Le réfugié le plus illustre est sans doute Pierre Bayle, qui s’est rendu à Rotterdam en octobre 1681 grâce à son ancien élève à Sedan, Johannes van Zoelen, qui a convaincu son oncle Adriaan Paets de l’engager à l’École illustre de la ville54.

  • 55 McKee 2013.

25Mais il y a aussi des liens entre les académies de Saumur et de Sedan et les universités de Marbourg et de Herborn, ce qui peut expliquer l’attrait pour la Hesse-Cassel. Avec l’Irlande, le lien peut se faire par le fils du pasteur Charles Drelincourt, Pierre, ancien étudiant de Saumur devenu chapelain du duc d’Ormond ; mais d’autres fils du pasteur Drelincourt sont aussi à l’étranger : Charles, médecin à Leyde, et Antoine, médecin à Orbe (Suisse) ; Charles Drelincourt père a lui-même de nombreux correspondants à l’étranger, dont André Rivet, professeur à Leyde55.

  • 56 AMAE-CPH, 140-157.
  • 57 Van der Linden 2015, p. 37.
  • 58 AMAE-CPH, 152, f° 56-59.
  • 59 Ibid., f° 87-89.
  • 60 Ibid., f° 132-137.
  • 61 AMAE-CPH, 157, fo 15-17.
  • 62 AN, MAR/B/2/66, f° 130 v°.
  • 63 AMAE-CPH, 140-157.

26Ces liens ne sont pas seulement personnels. Il y a une importante circulation de livres, de journaux, de gazettes et, bien que ce soit plus difficile à saisir, de lettres, entre les différents pays du premier Refuge et la France. Il est certain qu’un courrier abondant alimente ces réseaux d’information. La plupart des dépêches envoyées par d’Avaux, ambassadeur de France à La Haye, sur la situation des réfugiés aux Provinces-Unies, font mention de lettres envoyées ou reçues par les huguenots qui s’y sont installés ; certaines personnes, capitaines de navires ou marchands, qui vont régulièrement d’un pays à l’autre, se chargent de rassembler les lettres puis de les distribuer aux destinataires56. Sitôt arrivée aux Provinces-Unies, la veuve Hebert informe la communauté dieppoise du succès de sa fuite57. En avril 1687, un vaisseau quitte Amsterdam pour La Rochelle avec un grand nombre de lettres de réfugiés ; il rentre bien entendu aux Provinces-Unies avec de nombreux huguenots58. En mai, il est question de plus de cent lettres partant en France pour avertir que le maréchal de Schomberg est généralissime des troupes de Brandebourg, chef du Conseil de l’Électeur et gouverneur de la Prusse ducale et qu’on peut s’y établir59. Beaucoup de lettres passent par l’intermédiaire du secrétaire de l’ambassade de Hollande60. Un nommé Guenon, employé à la poste de Rotterdam, a un père en France à qui il envoie des lettres ; il affirme en rassembler plus d’une centaine toutes les semaines61. Seignelay lui-même s’inquiète, en octobre 1688, des lettres envoyées aux marins nouveaux convertis pour qu’ils s’engagent au service des Provinces-Unies62. Tillières, un espion infiltré dans les communautés huguenotes aux Provinces-Unies, mentionne une arrivée constante de lettres de personnes annonçant à des parents leur venue prochaine dans le pays63. Toute cette information permet aux huguenots de choisir leur destination en connaissance de cause.

  • 64 AMAE-CPH, 144, f° 151-152.
  • 65 Bots – Bastiaanse 1985, p. 65-66. Krumenacker 1995, p. 113.
  • 66 Zuwanderungsland Deutschland 2005, p. 257.
  • 67 Ibid., p. 42.

27En décembre 1685, on apprend que des capitaines de vaisseau et des matelots cherchent à savoir comment ils seraient traités en Hollande, Brandebourg, Danemark, Suède et Angleterre64. Les lettres peuvent les renseigner, mais également d’autres moyens de communication. En effet, des journaux, des gazettes, des affiches renseignent ceux qui n’ont pas de relations personnelles avec des réfugiés sur les possibilités offertes par les différents lieux d’accueil. C’est particulièrement le cas aux Provinces-Unies, très actives dans cette propagande. Les gazettes néerlandaises, comme la Gazette de Leyde, publient régulièrement, dès 1681, les avantages offerts par les villes et États. Ces gazettes sont cependant interdites en France et ne peuvent s’y trouver que de manière clandestine. Mais les marchands d’Amsterdam sont invités à faire connaître à leurs correspondants et à leurs relations commerciales les conditions proposées pour s’installer en Hollande. Une fois que les exilés sont réfugiés aux Provinces-Unies, des affiches les renseignent sur les possibilités offertes par les différentes villes et provinces et des personnes les orientent vers d’autres lieux de refuge ; c’est ainsi que Jean Migault apprend, à Rotterdam, qu’il pourrait s’établir plus facilement en Frise65. D’autres États font preuve des mêmes efforts pour faire savoir qu’ils désirent accueillir des étrangers. Ainsi l’édit de Potsdam est-il publié à 4 700 exemplaires à Berlin, Francfort, Halle et Ratisbonne et il est envoyé à l’étranger grâce aux diplomates brandebourgeois ; il est imprimé en allemand, français, anglais et néerlandais et il est republié en Hollande66. L’oukaze russe est traduit en français et distribué sous forme de prospectus en Suisse et aux Provinces-Unies67.

  • 68 Magdelaine 2006, p. 49-50.
  • 69 Weiss 1853, t. 1, p. 68.
  • 70 Klingebiel 2000, p. 46.
  • 71 AMAE-CPH, P/13659, f° 160-161.

28On peut aussi se renseigner directement auprès d’émissaires placés dans les principales villes de refuge pour indiquer si l’on préfère des artisans, des militaires, des paysans, etc., ou un peu tout le monde. À Francfort, principale plaque tournante du Refuge, l’Église réformée, établie depuis 1543, renseigne les quelque 100 000 réfugiés qui y passent ou y repassent entre 1685 et 1705 sur les édits d’accueil promulgués par des princes, des villes ou des États. Certains États y ont même des représentants permanents, comme Christophe Merian pour l’électeur de Brandebourg, qui distribue de l’argent et des passeports, ou Johan Bertram de Mortagne, qui délivre lui aussi de l’argent en tant que représentant des États généraux des Provinces-Unies68. Dès avant la Révocation, le baron de Schwerin, alors en France, incitait les protestants à se rendre en Brandebourg69. On a également à Francfort des agents du landgrave de Hesse-Cassel, des envoyés du margrave de Brandebourg-Bayreuth. Mais Francfort n’est pas la seule ville dans ce cas, on trouve de tels agents à Genève, en Suisse, à La Haye, etc. À Zurich, l’agent du margrave de Brandebourg-Bayreuth, Ducros, réussit à enrôler jusqu’à 1 100 huguenots pour qu’ils s’installent à Erlangen, l’édit de novembre 1685 étant publié en français et largement répandu en Suisse70. Le comte de Roye, qui s’est mis au service du Danemark où il est devenu commandant en chef des troupes, a des émissaires en Hollande qui cherchent à recruter des matelots, assurant que le roi les paiera71.

  • 72 Douen 1894, t. 2, p. 429-441. Pour les Provinces-Unies, AMAE-CPH, 146, f° 227-228 ; pour le Danema (...)
  • 73 Quadroni – Ducommun 1991.

29Le départ peut, dans certains cas, s’organiser même depuis Paris. En effet, les ambassades étrangères (Hollande surtout, mais aussi Suède, Danemark, Angleterre ou Brandebourg) délivrent des passeports puis, à la suite de protestations de la France, elles organisent elles-mêmes des départs clandestins et fournissent des guides aux candidats au Refuge ; des membres de la grande noblesse, comme Schomberg, la comtesse de Roye, la marquise de Péray, etc., font de même72. Ailleurs, en Suisse, les bourses françaises servent aussi de centres d’information73.

  • 74 Zuwanderungsland Deutschland 2005, p. 45-53.

30Les moyens ne manquent donc pas pour les huguenots s’ils veulent connaître les conditions d’accueil promises par différents États ; ce qui ne veut évidemment pas dire que tous ont accès à ces informations ni qu’il n’y ait pas de déconvenues : les exemples de réfugiés errant pendant des mois, voire des années, sur les routes sans pouvoir se fixer sont nombreux74. Mais ceux qui ont le temps et la capacité de préparer leur départ peuvent le faire en connaissance de cause.

  • 75 Yardeni 1985a, 2002, 2014, 2018.
  • 76 Kingdon 1969.
  • 77 Ancillon 1690, p. 352-353.

31Y a-t-il un rapport entre les conditions d’accueil faites aux huguenots et leur intégration au Refuge ? Cette question de l’intégration a été beaucoup travaillée notamment par Myriam Yardeni75. Dans ce phénomène, la psychologie individuelle des réfugiés ainsi que les singularités de chaque pays d’accueil jouent évidemment un rôle essentiel, ce qui fait que chaque cas est particulier. Mais, à trop insister sur les destins individuels, on risque de perdre de vue quelques grandes lignes de force. Or, on constate qu’en Angleterre beaucoup de réfugiés acceptent l’anglicanisme et que, si l’on traverse l’Atlantique, les huguenots deviennent épiscopaliens76 et, inversement, que les communautés présentes en Allemagne conservent bien plus longtemps leur personnalité. C’est ce que constate, pour le Brandebourg, le pasteur Ancillon, qui donne également un élément d’explication : « Ils ont plus de liberté et plus de privilèges qu’ils n’en eussent eu, et que les autres réfugiés n’en ont dans d’autres États protestants. Car il leur est permis d’exercer la discipline des Églises réformées de France, au lieu que les réfugiés en Hollande, en Angleterre ou ailleurs ont été joints et incorporés dans les Églises wallonnes et dans les Églises anciennes, et sont obligés de se conformer à la discipline ecclésiastique de ces Églises, et d’être soumis à leur police77. »

32Comment expliquer ces différences ? En Angleterre, où le pouvoir a toujours cherché à ce que les Églises françaises, tout en conservant leur langue, se « conforment » à l’anglicanisme, et où l’immigration a été socialement très variée, dès le XVIe siècle, avec de nombreux artisans qui cherchent à s’intégrer, le processus est assez rapide. L’intégration économique va de pair avec l’assimilation culturelle liée à l’acceptation de l’anglicanisme, l’anglicisation des noms, l’usage de l’anglais dans la vie quotidienne, etc. L’accès de beaucoup de réfugiés à la citoyenneté fait qu’intégration et assimilation sont déjà très avancées au début du XVIIIe siècle et que la plupart des Églises françaises disparaissent dans les décennies qui suivent.

33En Hollande, où émigrent de nombreux pasteurs et intellectuels, où la langue et la civilisation françaises ont un grand prestige, l’assimilation est beaucoup plus lente. Le culte est semblable à celui des Églises calvinistes du pays, à ceci près qu’il se déroule en français. Un homme comme Bayle peut vivre à Rotterdam sans savoir le néerlandais. Il faut attendre le milieu du xviiie siècle (1743) pour qu’Amsterdam impose l’enseignement du néerlandais aux enfants de pauvres huguenots, signe que, même dans les classes populaires, le français s’était maintenu. Quant à l’intégration économique, elle est en partie un échec : les réfugiés sont si nombreux que beaucoup, surtout parmi les artisans, ne trouvent pas de travail ; une crise économique éclate en 1690, un certain nombre de huguenots quittent le pays. Ceux qui s’intègrent bien sont les négociants, les manufacturiers et tous ceux qui peuvent s’employer dans l’éducation, l’édition, la librairie, le journalisme.

34Dans le Saint-Empire, le statut offert dans les différents États permet aux réfugiés d’être les protégés des princes et, ainsi, de s’intégrer rapidement dans leur nouveau pays. Mais la possibilité pour eux d’avoir leurs propres Églises, leurs écoles, de former leurs pasteurs, ainsi que le prestige de la civilisation française ralentirent le processus d’assimilation. Il ne s’opère que dans la seconde moitié du xviiie siècle pour les classes populaires, plus tardivement encore pour les élites.

  • 78 Étienne François, Du patriote prussien au meilleur des Allemands, dans M. Magdelaine, R. von Thadd (...)

35Dans les trois cas, les huguenots se sont retrouvés dans des États très différents de la France, avec une autre culture, une autre langue, un climat ne permettant souvent pas les mêmes pratiques agricoles que dans leur région d’origine, surtout s’ils venaient du sud de la France ; ils ont dû affronter une société qui n’était pas toujours prête à les accueillir, craignant la concurrence économique de ces nouveaux arrivants, se méfiant de ces Français à l’heure où Louis XIV s’oppose à presque toute l’Europe. Et pourtant l’intégration et l’assimilation varient beaucoup d’un espace à l’autre. L’explication principale tient sans doute aux conditions d’accueil. Mais ces différences ne signifient pas que les huguenots pourraient être de plus mauvais sujets ici que là : en Brandebourg, là où l’assimilation est la plus lente, les réfugiés se prétendent « patriotes prussiens » et les « meilleurs des Allemands78 ».

Bibliographie

Archives

AMAE-CPH = Archives du Ministère des Affaires étrangères, Correspondance politique, Hollande.

AN = Archives nationales.

Ouvrages à caractère de source

Ancillon 1690 = C. Ancillon, Histoire de l’établissement des François Réfugiez dans les États de Son Altesse Electorale de Brandebourg, Berlin, 1690.

Desel – Mogk 1978 = J. Desel, W. Mogk (dir.), Hugenotten und Waldenser in Hessen-Kassel, Kassel, 1978.

Kiefner 1990 = T. Kiefner, Die Privilegien der nach Deutschland gekommenen Waldenser, Stuttgart, 1990.

Klingebiel 1994 = T. Klingebiel (dir.), Die Hugenotten in den welfischen Landen. Eine Privilegiensammlung, Bad Karlshafen, 1994.

Krumenacker 1995 = Y. Krumenacker (éd.), Journal de Jean Migault, Paris, 1995.

Études secondaires

Augeron – Poton – Van Ruymbeke 2012 = M. Augeron, D. Poton, B. Van Ruymbeke (dir.), Les Huguenots et l’Atlantique. Fidélités, racines et mémoires, Paris, 2012.

Benrath 1968 = G.A. Benrath, Die konfessionnellen Unionsbestrebungen des Kurfürsten Karl Ludwig von des Pfalz († 1680), dans Zeitschrift für Geschichte des Oberrheins, 116, 1968, p. 187-252.

Bost 2006 = H. Bost, Pierre Bayle, Paris, 2006.

Bots 1999 = H. Bots, Les pasteurs français au refuge des Provinces-Unies. Un groupe socio-professionnel tout particulier, 1680-1710, dans J. Häseler, A. McKenna (dir.), La Vie intellectuelle aux Refuges huguenots, Paris, 1999, p. 9-68.

Bots 2001 = H. Bots, Le Refuge dans les Provinces-Unies, dans E. Birnstiel, C. Bernat (dir.), La Diaspora des Huguenots. Les réfugiés protestants de France et leur dispersion dans le monde (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, 2001, p. 63-74.

Bots – Bastiaanse 1985 = H. Bots, R. Bastiaanse, Le Refuge huguenot et les Provinces-Unies, une esquisse sommaire, dans M. Magdelaine, R. von Thadden (dir.), Le Refuge huguenot, Paris, 1985, p. 63-82.

Bots – Posthumus Meyjes 1986 = H. Bots, G.H.M. Posthumus Meyjes (dir.), La Révocation de l’Édit de Nantes et les Provinces-Unies, 1685. Colloque international du Tricentenaire, Leyde, 1er-3 avril 1985, Amsterdam-Maarssen, 1986.

Braun – Lachenicht 2007 = G. Braun, S. Lachenicht (dir.), Les États allemands et les Huguenots. Politique d’immigration et processus d’intégration, Munich, 2007.

Chamayou 2001 = F. Chamayou, Le Refuge dans les îles britanniques, dans E. Birnstiel, C. Bernat (dir.), La Diaspora des Huguenots. Les réfugiés protestants de France et leur dispersion dans le monde (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, 2001, p. 43-62.

Cottret 1985 = B. Cottret, Terre d’exil. L’Angleterre et ses réfugiés 16e-17e siècles, Paris, 1985.

David 1994 = F. David, Les colonies des réfugiés protestants français en Brandebourg-Prusse, 1685-1809 : institutions, géographie et évolution de leur peuplement, dans Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme français, 140, 1994, p. 111-142.

Douen 1894 = O. Douen, La Révocation de l’Édit de Nantes à Paris, Paris, 1894.

Frijhoff 2003 = W. Frijhoff, Uncertain Brotherhood. The Huguenots in the Dutch Republic, dans B. van Ruymbeke, R.J. Sparks (ed.), Memory and Identity. The Huguenots in France and the Atlantic Diaspora, Columbia, 2003, p. 143-151.

Greengrass 1985 = M. Greengrass, Protestant Exiles and their Assimilation in Early Modern Europe, dans Immigrants and Minorities, IV-3, 1985, p. 68-81.

Guillemenot-Ehrmantraut 2014 = D. Guillemenot-Ehrmantraut, L’immigration des huguenots dans le Palatinat entre 1649 et 1685, dans G. Braun (éd.), Hugenotten und deutsche Territorialstaaten. Immigrationspolitik und Integrationsprozesse. Les États allemands et les huguenots. Politique d’immigration et processus d’intégration, Berlin, 2014, p. 17-34.

Joblin 2012 = A. Joblin, Les protestants calaisiens et la « mer Océane » au XVIIe siècle, dans M. Augeron, D. Poton, B. Van Ruymbeke (dir.), Les Huguenots et l’Atlantique. Fidélités, racines et mémoires, Paris, 2012, p. 415-425.

Kingdon 1969 = R. Kingdon, Pourquoi les réfugiés huguenots aux colonies américaines sont-ils devenus épiscopaliens, dans Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, 115, 1969, p. 487-609.

Klingebiel 2000 = T. Klingebiel, Huguenot Settlements in Central Europe, dans H Lehmann, H Wellenreuther, R. Wilson (ed.), In Search of Peace and Prosperity. New German Settlements in Eighteenth-Century Europe and America, University Park, 2000, p. 39-67.

Klingebiel 2006 = T. Klingebiel, Les huguenots dans l’histoire des migrations à l’époque moderne, dans P. Hoch (dir.), Huguenots. De la Moselle à Berlin, les chemins de l’exil, Metz, 2006, p. 196-206.

Krumenacker 2012 = Y. Krumenacker, La circulation des Huguenots sur les routes du Refuge, dans Revue d’Histoire de l’Église de France, 241, 2012, p. 311-327.

Lachenicht 2010 = S. Lachenicht, Hugenotten in Europa und Nordamerika. Migration und Integration in der Frühen Neuzeit, Francfort, 2010.

Lüthy 1959 = H. Lüthy, La Banque protestante en France de la Révocation de l’Édit de Nantes à la Révolution, Paris, 1959.

Magdelaine 2006 = M. Magdelaine, Francfort-sur-le-Main, ville étape pour des réfugiés du pays messin, dans P. Hoch (dir.), Huguenots. De la Moselle à Berlin, les chemins de l’exil, Metz, 2006, p. 47-60.

Magdelaine 2014 = M. Magdelaine, Le refuge huguenot, exil et accueil, dans Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 121-3, 2014, consulté le 26 février 2019, http://journals.openedition.org/abpo/2848, DOI : 10.4000/abpo.2848.

McKee 2013 = J. McKee, Departure and Exile in the Drelincourt Correspondence, dans J. McKee, R. Vigne (dir.), The Huguenots. France, Exile & Diaspora, Eastbourne, 2013, p. 55-64.

Monge – Muchnik 2019 = M. Monge, N. Muchnik, L’Europe des diasporas : XVIe-XVIIIe siècle, Paris, 2019.

Oberman 2009 = H. Oberman, John Calvin and the Reformation of the Refugees, Genève, 2009.

Poujol 1902 = D. Poujol, Histoire et influence des Églises wallonnes aux Pays-Bas, Paris, 1902.

Pourchasse 2010 = P. Pourchasse, Les huguenots et l’élite négociante scandinave au XVIIIe siècle, dans Histoire, Économie et Société, 2010, p. 81-92.

Quadroni – Ducommun 1991 = D. Quadroni, M.-J. Ducommun, Le Refuge protestant dans le Pays de Vaud (fin XVIIe-début XVIIIe siècle), aspects d'une migration, Genève, 1991.

Scheurer 1985 = R. Scheurer, Passage, accueil et intégration des réfugiés huguenots en Suisse, dans M. Magdelaine, R. von Thadden (dir.), Le Refuge huguenot, Paris, 1985, p. 45-62.

Secretan – Frijhoff 2018 = C. Secretan, W. Frijhoff (dir.), Dictionnaire des Pays-Bas au Siècle d’or, Paris, 2018.

Van der Linden 2015 = D. Van der Linden, Experiencing Exile. Huguenot Refugees in the Dutch Republic, 1680-1700, Farnham, 2015.

Weiss 1853 = C. Weiss, Histoire des réfugiés protestants de France, Paris, 1853.

Wilke 1985 = J. Wilke, Statut et pratiques judiciaires des huguenots en Brandebourg-Prusse (1685-1809), dans M. Magdelaine, R. von Thadden (dir.), Le Refuge huguenot, Paris, 1985, p. 111-126.

Yardeni 1985a = M. Yardeni, Le Refuge protestant, Paris, 1985.

Yardeni 1985b = M. Yardeni, Refuge et intégration, le cas d’Erlangen, dans M. Magdelaine, R. von Thadden (dir.), Le Refuge huguenot, Paris, 1985, p. 161-176.

Yardeni 2002 = M. Yardeni, Le Refuge huguenot : assimilation et culture, Paris, 2002.

Yardeni 2014 = M. Yardeni, Assimilation et intégration dans le refuge huguenot (fin XVIIe-XVIIIe siècles) : Nouvelles possibilités, nouvelles méthodologies, dans Diasporas, 23-24, 2014, p. 116-131.

Yardeni 2018 = M. Yardeni, Minorités et mentalités religieuses en Europe moderne. L’exemple des huguenots, Paris, 2018.

Yvon 1985 = C. Yvon, Le Refuge à la campagne. L’exemple de la Hesse, dans M. Magdelaine, R. von Thadden (dir.), Le Refuge huguenot, Paris, 1985, p. 143-157.

Zuwanderungsland Deutschland 2005 = Zuwanderungsland Deutschland. Die Hugenotten, Berlin, 2005.

Notes

1 Greengrass 1985 ; Krumenacker 2012 ; Magdelaine 2014.

2 Oberman 2009.

3 Monge – Muchnik, 2019.

4 Pour ne pas allonger indéfiniment le sujet, nous ne tiendrons pas compte des colonies anglaises et néerlandaises, qui posent des problèmes particuliers. Une synthèse à leur sujet existe dans Augeron – Poton – Van Ruymbeke 2012.

5 Klingebiel 2006.

6 Articles « Court, Johan et Pieter de La » et « Immigration », dans Secretan – Frijhoff 2018, p. 169-171 et 373-377.

7 Bots – Bastiaanse 1985, p. 67-68.

8 Texte publié dans Klingebiel 1994, p. 47-52.

9 Yvon 1985, p. 143-144. Texte de l’édit dans Desel – Mogk 1978, p. 42-46.

10 Weiss 1853, t. 1, p. 117.

11 Zuwanderungsland Deutschland 2005, p. 258-259.

12 Yvon 1985, p. 146-147.

13 David 1994.

14 Lachenicht 2010, p. 111.

15 Ibid., p. 112.

16 Ibid., p. 135.

17 Benrath 1968.

18 Guillemenot-Ehrmantraut 2014.

19 Texte publié dans Klingebiel 1994, p. 47-52.

20 Zuwanderungsland Deutschland 2005, p. 253.

21 Yvon 1985, p. 143-144. Texte de l’édit dans Desel – Mogk 1978, p. 42-46.

22 Kiefner 1990, t. 1, p. 132-139.

23 Yardeni 1985b, p. 163.

24 Wilke 1985.

25 Weiss 1853, t. 1, p. 115.

26 Ibid., t. 1, p. 116.

27 Bots 2001, p. 71.

28 Zuwanderungsland Deutschland 2005, p. 84.

29 Ibid., p. 40.

30 Weiss 1853, t. 2, p. 13.

31 Bots 2001, p. 65-66 ; Frijhoff 2003.

32 AMAE-CPH, 143, f° 150-151.

33 Weiss 1853, t. 2, p. 24 ; Zuwanderungsland Deutschland 2005, p. 40.

34 Poujol 1902 ; Bots – Posthumus Meyjes 1986.

35 Braun – Lachenicht 2007.

36 Lachenicht 2010, p. 45-104.

37 Ibid., p. 111.

38 Cottret 1985, p. 238.

39 Lachenicht, 2010, p. 115-116.

40 Chamayou 2001, p. 58.

41 Lachenicht 2010, p. 135-136.

42 Scheurer 1985.

43 Quadroni – Ducommun 1991.

44 Scheurer 1985, p. 58-59.

45 Weiss 1853, t. 2, p. 141-143.

46 Ibid., t. 2, p. 154. Pourchasse 2010.

47 Weiss 1853, t. 2, p. 155-156.

48 Frijhoff 2003.

49 Van der Linden 2015, p. 35-36.

50 Ibid., p. 36-37.

51 Joblin 2012, p. 422-423.

52 Lüthy 1959, t. 1, p. 78-85.

53 Bots 1999.

54 Bost 2006, p. 155-156.

55 McKee 2013.

56 AMAE-CPH, 140-157.

57 Van der Linden 2015, p. 37.

58 AMAE-CPH, 152, f° 56-59.

59 Ibid., f° 87-89.

60 Ibid., f° 132-137.

61 AMAE-CPH, 157, fo 15-17.

62 AN, MAR/B/2/66, f° 130 v°.

63 AMAE-CPH, 140-157.

64 AMAE-CPH, 144, f° 151-152.

65 Bots – Bastiaanse 1985, p. 65-66. Krumenacker 1995, p. 113.

66 Zuwanderungsland Deutschland 2005, p. 257.

67 Ibid., p. 42.

68 Magdelaine 2006, p. 49-50.

69 Weiss 1853, t. 1, p. 68.

70 Klingebiel 2000, p. 46.

71 AMAE-CPH, P/13659, f° 160-161.

72 Douen 1894, t. 2, p. 429-441. Pour les Provinces-Unies, AMAE-CPH, 146, f° 227-228 ; pour le Danemark, AMAE-CPH, 147, f° 304.

73 Quadroni – Ducommun 1991.

74 Zuwanderungsland Deutschland 2005, p. 45-53.

75 Yardeni 1985a, 2002, 2014, 2018.

76 Kingdon 1969.

77 Ancillon 1690, p. 352-353.

78 Étienne François, Du patriote prussien au meilleur des Allemands, dans M. Magdelaine, R. von Thadden (dir.), Le Refuge huguenot, op. cit., p. 229-244.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search