Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’ambassadeur

 | 
Stefano Andretta
, 
Stéphane Péquignot
, 
Jean-Claude Waquet

Ambassades et ambassadeurs dans la législation statutaire italienne (XIIIe-XIVe siècle)

Patrick Gilli

Texte intégral

  • 1 Mediolanenses post destructionem suam duos legatos ad Constantinopolitanum imperatorem miserunt, l (...)

1« Les habitants de Milan, après sa destruction, envoyèrent deux ambassadeurs à l’empereur de Constantinople requérir un don de sa libéralité pour que leur soit restituée leur cité. Mais ces hommes, parce qu’ils étaient consuls de leur cité, avaient juré comme de coutume, au début de leur consulat, qu’ils ne tireraient aucun avantage de leur consulat sans le rendre à la commune. Partis pour Constantinople, ils firent l’exposé de la situation de leur cité. L’empereur exigea qu’on lui prêtât fidélité. Après avoir tenu conseil, ils comprirent qu’à moins de se plier à cette volonté, ils n’en retireraient rien ou fort peu. C’est donc pour l’utilité de leur cité qu’ils lui prêtèrent fidélité, étant sauf l’honneur de leur cité. L’empereur leur donna donc cent livres d’or, et trois jours plus tard, comme ils voulaient repartir, il leur donna à titre de faveur privée douze livres d’or. Enfin revenus, ils remirent les cent livres d’or en question à la commune, et gardèrent les douze livres pour eux ; mais parce qu’ils les avaient obtenues à l’occasion de leur ambassade, la commune exigea qu’elles lui fussent restituées. La question est de savoir s’ils sont tenus d’en faire la restitution1 ».

  • 2 Voir désormais G. Raccagni, The Lombard League, 1167-1225, Oxford, 2010, et des exemples dans P. G (...)

2Ce texte est exemplaire à plus d’un titre des problèmes de la diplomatie communale : tiré d’une quaestio disputata, vraisemblablement tenue par le juriste Placentin, il montre que le statut des ambassadeurs (legati, dans le texte latin) posait très tôt question aux juristes autant qu’aux praticiens de la commune. Nous sommes, en effet, dans la seconde moitié du XIIe siècle et le cas étudié est celui de Milan après la destruction de la ville par Barberousse en 1162, au moment où les Milanais cherchèrent un court instant un soutien byzantin dans leur lutte contre l’empereur germanique. Alors même que le réseau diplomatique se structure à peine (les deux ligues lombardes vont, à cet égard, jouer un rôle essentiel2), les missions internationales ouvrent des sujets nouveaux de discussion au sein des cités. L’exemplarité de la quaestio de Placentin mérite ainsi d’être soulignée : dès le XIIe siècle, l’articulation entre statut public et personne privée lors des déplacements hors de la ville était clairement questionnée. Un ambassadeur est-il tout entier et à tout moment de son office une personne publique et, à ce titre, dépositaire uniquement des biens que son hôte lui remettait ou avait-il aussi droit à un espace privé et à des rétributions personnelles ? On demeure frappé par la précocité de l’interrogation et la clarté des termes utilisés par le juriste. Le balancement entre privé et public est explicitement posé et des éléments de réponse sont apportés : le serment de consul, en lui conférant un statut public, engage totalement celui qui le prête et le rend inapte à recevoir des rétributions personnelles. Assurément, la définition que semblent défendre les Milanais est très extensive puisqu’ils s’opposent même à la distinction faite par l’empereur entre un don à la commune et un don aux particuliers, dans une approche inter-individuelle des liens d’homme à homme caractéristique de sujet à souverain. En mission, il n’y a pas place pour une part d’intérêt personnel. L’émissaire est tout entier défini par son statut de personne publique. Par ailleurs, dans le cas de figure ici évoqué, il y a confusion des rôles entre consul et ambassadeur. Cette situation ne sera pas si coutumière en pleine période communale et le cas évoqué par Placentin porte la trace de la situation des communes à la fin du XIIe siècle, avant qu’une plus grande spécialisation des fonctions ne rende quasiment impossible ce cas de figure de consuls-ambassadeurs.

  • 3 Remarquons toutefois que dans le principal traité du XIIIe siècle sur les statuts urbains, celui d (...)
  • 4 Les travaux de Donald Queller sont ici la référence, notamment D. E. Queller, Newly discovered ear (...)

3Le texte conservé de la disputatio ne contient pas la résolution de la question discutée, mais il est aisé de voir que le sujet a parcouru toute la législation statutaire italienne et plus tard, la réflexion théorique des traités3. Au vrai, une partie essentielle des statuts italiens, y compris vénitiens pour lesquels une focalisation particulière a longtemps donné à accroire qu’ils contenaient des prescriptions originales4, tourne autour de cette question de la rétribution de l’ambassadeur et des risques de corruption qu’elle engendrait.

4Le corpus ici retenu s’est voulu large (une quarantaine de statuts promulgués entre la fin du XIIe siècle et la mi-XVe siècle), sans prétendre en rien à une quelconque exhaustivité ; l’échantillon apparaît cependant tout à fait représentatif des normes les plus classiques et courantes sur l’argument. À dire vrai, la part que revêt l’exercice de la diplomatie dans l’organigramme politique des cités (et dans sa traduction dans les statuts) varie assez fortement. On ne sera pas surpris si la question de la sélection du personnel diplomatique, son contrôle et le coût induit par l’entretien d’un réseau de contacts internationaux a davantage retenu les rédacteurs de statuts (statutarii) des grandes cités que ceux des petites villes subalternes et soumises à l’influence ou au dominium d’une cité plus grande.

5La chronologie de la rédaction des statuts n’est pas indifférente et reflète la place qu’acquiert le dispositif des échanges intercitadins et internationaux dans la péninsule entre les XIIe et XVe siècles, mais quelques invariants structurels caractéristiques de la législation urbaine communale se dégagent assez facilement ; ce sont ces tendances de fond que nous voudrions mettre en évidence, que la commune ait été dans une phase de gouvernement consulaire, podestatal, populaire ou pré-seigneurial.

  • 5 En revanche, la législation statutaire italienne n’a pas d’équivalent dans les coutumes et franchi (...)
  • 6 Encore faut-il dire que la variété des appellations des ambassadeurs dans les statuts italiens est (...)
  • 7 Pour des exemples d’action diplomatique des tribunaux de marchands, voir A. Barlucchi, La mercanzi (...)
  • 8 Item potestas vel consules teneantur dare medietatem omnium officiorum et poderiorum et de ambaxia (...)

6La définition d’une diplomatie communale n’est pas chose aisée, surtout si on tente de l’appréhender en comparaison avec la diplomatie monarchique contemporaine5. Lorsqu’un monarque envoie un ambassadeur (quels que soient le nom et la fonction : ambaxiator, orator, legatus, procurator, missus6), celui-ci est l’émissaire d’une autorité reconnue et bénéficie de la pleine légitimité de son mandant. Rien de vraiment comparable en Italie communale. Si les organismes urbains aspiraient à une représentation publique et l’avaient acquise de haute lutte par la concession des regalia, le problème de l’instance habilitée à projeter à l’extérieur les intérêts de la commune était loin d’être simple. En effet, organisme public, la commune était en même temps écartelée entre des instances également publiques et mal hiérarchisées entre elles : les consuls, les conseils centraux et pléniers (parlamento, arenga, etc.), les podestats, invention strictement communale destinée à incarner la jurisdictio de la commune et à convoquer les conseils, mais aussi les arts des marchands qui interféraient avec la politique de la commune, voire la conditionnaient en grande partie pour certaines cités7, ou les diverses societates du peuple. La cartographie des pouvoirs publics se révélait ainsi étonnamment polycentrique. Dans ces conditions, qui a autorité pour représenter la ville, par quel mandat ? Ainsi, à Alba dans le Piémont, les societates du peuple (fondées sur des bases de quartier) obtiennent en 1222, par force, de se voir attribuer la moitié des offices urbains et des représentations diplomatiques que consuls et podestats doivent leur céder. La procédure est enregistrée dans le Liber iurium de la commune8. On imagine alors cette étrange configuration diplomatique dans laquelle les émissaires de la commune devaient refléter les tensions institutionnelles et se partager les missions (on ne sait trop si les ambassades devaient ainsi être composées de manière bipartite, avec un ambassadeur nommé par les societates et un par les consuls). Par delà ce cas assurément limité, la société urbaine italienne est un feuilletage d’institutions légitimes qui coopèrent, sans se superposer, à la définition d’un espace politique commun. Se pose nécessairement, comme dans le cas d’Albe ci-dessus, la question de la légitimité de l’instance qui mandate à l’étranger, dans un système politique où l’autorité est partagée, voire diluée, du moins aux premiers temps des régimes communaux (XIIe-XIIIe siècle). Que l’on se place à l’époque des podestats (fin XIIe-début XIIIe siècle) ou à celle du régime du peuple, avec le capitaine du peuple (fin XIIIsiècle), on retrouve toujours une pluralité des sources de l’autorité publique, mais aussi des tensions que traduisent ou répercutent les statuts.

  • 9 Voir à ce propos les belles analyses de S. Caprioli, Una città nello specchio delle sue norme. Per (...)
  • 10 Statuto di Arezzo (1327), éd. G. Marri Camerani, Florence, 1946, p. 189. Le texte mérite d’être ci (...)

7Nous voudrions ici examiner une source à la fois extraordinaire et difficile d’approche en raison de ses caractères spécifiques : les statuts urbains. Il convient de rappeler quelques données sommaires sur la nature de ces documents. Dans la plupart des cas (et l’on possède des centaines de statuts dont beaucoup sont encore inédits), les statuts sont des textes ouverts, de nature véritablement alluvionnaire. Ils étaient destinés (du moins en théorie) à être réécrits toutes les années au terme d’une procédure complexe de lecture et d’amendement par les conseils de chacun des articles9. De là, leur aspect composite alternant des prescriptions de nature générale et d’autres ponctuelles ou ad hominem. Bien sûr, l’économie d’ensemble des statuts varie selon la condition des villes elles-mêmes et leur composition socio-professionnelle. En règle générale, il ne faut pas oublier le caractère moins constitutionnel que réglementaire du texte, destiné par conséquent à évoluer, même si évidemment les cités ne sont pas enclines spontanément à modifier leur dispositif administratif et institutionnel et même si, autant qu’elles l’ont pu, elles ont cherché à maintenir l’existant ou à se rattacher à l’ancienneté « qui ne pèche pas » comme dit joliment le statut d’Arezzo de 132710.

  • 11 Voir les textes édités par P.-Y. le Pogam, Les maîtres d’oeuvre au service de la papauté dans la s (...)
  • 12 La paix de Constance de 1183 entre l’empereur et la ligue lombarde reconnaît l’institution de la l (...)
  • 13 Ainsi Pérouse, l’une des villes les plus importantes des états pontificaux confirme-t-elle un acco (...)
  • 14 Voir la façon dont les papes recevaient les ambassadeurs italiens ; jusqu’au plein XVe siècle, cet (...)

8En second lieu, le fonction même de la diplomatie et des ambassadeurs est mal appréhendée par les rédacteurs ou leurs commanditaires ; d’autres sources, plus pertinentes, nous renseigneraient mieux sur les échanges et les négociations, comme les délibérations communales par exemple11. Les statuts, pour leur part, se contentent de définir un cadre normatif a minima sur lequel nous reviendrons ; disons dès à présent que cette fonction n’a pas été considérée comme essentielle dans cet acte d’auto-représentation institutionnelle du régime que constitue la rédaction des statuts. Elle est même extrêmement marginale et ne reflète qu’improprement la capacité et la volonté de la commune d’entretenir un réseau d’échanges diplomatiques extra-urbains. Échanges diplomatiques et non pas seulement relations internationales : cela aussi configure l’originalité des ambassades de l’Italie communale. Où commence la diplomatie ? Les choses sont (assez) simples, lorsque l’on se place dans un régime monarchique : les frontières sont admises ou controversées, mais l’on entrevoit aisément la légitimité des acteurs. Que la Normandie relève du roi de France ou du duc de Normandie, roi d’Angleterre, la question a alimenté la réflexion des légistes de part et d’autre de la Manche, mais que l’on se place du point de vue du droit féodal et de celui de la souveraineté, nul n’aurait contesté aux protagonistes le recours à des agents diplomatiques pour résoudre l’affaire ; plus profondément, même si les frontières administratives pouvaient s’interpénétrer, la défense des intérêts territoriaux des princes apparaissait comme allant de soi. La situation italienne est beaucoup plus incertaine. Ici, les frontières avec l’extérieur commencent dès le franchissement des limites du contado ou du districtus, même si formellement les cités italiennes centro-septentrionales relèvent au XIIIe siècle encore d’une répartition des souverainetés entre l’empereur et le pape12 ; la papauté, de son côté, a cherché à brider la liberté de représentation des villes soumises du Patrimoine de Saint-Pierre, avec des résultats mitigés, mais avec une constance qui est encore attestée en plein milieu du XIVe siècle13. Tout cela pèse sur la capacité des cités à se projeter ex officio, en tant que potestas publica, à l’extérieur, pour ne pas dire à l’étranger. Il en résulte, comme nous le verrons, une extrême sensibilité interne qui affleure dans les statuts quant à savoir qui part et dans quelle condition il pourra représenter la ville. La carence de légitimité institutionnelle de l’organisme communal, en dépit des efforts pour la construction d’une souveraineté urbaine, hypothéquait le dispositif diplomatique14. Dès lors les statuts se ressentent de cette déficience originelle et avancent avec beaucoup de précautions sur le sujet, alors même que d’autres sources nous renseignent sur la vitalité des échanges inter-citadins et internationaux des cités communales.

9Dans le fond, l’éventail des statuts, dans la longue chronologie que nous avons survolée – du XIIe au début du XIVe siècle –, autorise trois questions principales : quels sont les principes fondateurs de cette diplomatie communale, par delà les singularités locales ? Quelle organisation administrative et quelle procédure de sélection du personnel sont mises en œuvre pour y parvenir ? Comment fonctionne la diplomatie communale ? Il importe ici de garder à l’esprit que si les statuts ne disent pas tout de la pratique, ils disent l’essentiel de l’esprit des institutions, et qu’ils forment une parure idéologique ou, mieux encore, un miroir dans lequel la cité se donne à voir. C’est donc bien à travers cette approche idéologique que nous allons aborder la documentation statutaire, la considérant plus comme un message auto-contrôlé et destiné à décrire le devoir-être que comme un témoignage de la diplomatie vécue.

Les principes de la diplomatie communale

10Si l’on passe outre les cas d’espèce, la quasi-totalité des rédactions statutaires consultées révèle des constantes assez frappantes qui forment comme la matrice partagée par tous les régimes communaux. Le premier constat concerne la place des capitula consacrés à l’action diplomatique ou à l’intervention des ambassadeurs. Même si nous n’avons pas établi de données quantitatives rigoureuses, on peut affirmer sans crainte d’être contredit que les chapitres consacrés à l’action diplomatique lato sensu représentent moins de 1% à 2% de la masse documentaire. C’est dire la faible importance statutaire de la question, ce qui ne signifie pas évidemment que les responsables urbains se désintéressaient du sort de leur cité dans l’économie des pouvoirs régionaux ou supra-nationaux ; cette sous-documentation traduit surtout la difficulté à conceptualiser, dans l’organigramme des pouvoirs citadins, la fonction d’ambassade et le statut d’ambassadeur.

  • 15 C’est le cas des statuts de Pérouse de 1342 : Statuti di Perugia dell anno MCCCXLII, éd. G. degli (...)
  • 16 Par exemple, les statuts de Bologne de 1335 : Lo statuto del Comune di Bologna dell’anno 1335, éd. (...)
  • 17 Gli statuti del comune di Treviso (sec. XIII-XIV), éd. B. Betto, Rome, 1984.
  • 18 officiales intellegimus electos ad apolitias et habentes fudum a comuni Pistorii. […] Et non intel (...)
  • 19 Symptomatiquement, au milieu du XVe siècle encore, le civiliste Martino Garati da Lodi, reprenant (...)
  • 20 Ces statuts padouans sont un bel exemple du caractère alluvionnaire et cumulatif de ces documents. (...)
  • 21 Potestate domino Iacopino Rubeo (1267). Officialis aliquis ordinarius non possit nec debeat mitti (...)
  • 22 Non possit aliquis, qui sit in aliquo officio comunis Tervisi pro quo habeat salarium, ire in amba (...)

11En second lieu, il faut signaler l’extrême dispersion d’une ville à l’autre de la localisation de ces chapitres sur les ambassadeurs dans l’économie générale de la rédaction statutaire. Rarement intégrés dans les chapitres sur les officiers en tant que tels15, les capitula spécifiques peuvent être ventilés dans les chapitres sur les finances de la commune16, dans ceux consacrés aux prérogatives du podestat ou du capitaine du peuple17. C’est du reste souvent à travers les autres officiers qu’apparaissent les mentions des ambassades. Les ambassadeurs urbains et communaux ont rarement été considérés comme des officiers de plein exercice. À Pistoia, les rédacteurs du statut du podestat les excluent explicitement de cette qualité, considérant que c’est la nature de la désignation à l’office qui crée l’officier ; n’étant pas élus par les règles électorales normales, ils ne peuvent être considérés comme des officiers18. À ce titre, la différence est considérable entre les ambassadeurs communaux et les légats pontificaux dont la tradition en droit canon fait des officiers19. En règle générale, la question est abordée soit par le biais du coût induit par les ambassades et en ce cas, elle est traitée dans les chapitres relatifs aux dépenses de la commune, soit par le biais de la désignation du personnel et des officiers et alors la question est traitée parmi les prérogatives des conseils ou des podestats et capitaines. Les statuts de Padoue (compilés avant 127620) précisent même qu’aucun officier en charge ne peut être envoyé comme ambassadeur, déterminant ainsi une incompatibilité entre les deux fonctions et même une différence de nature entre ces activités21. La même interdiction est stipulée dans les statuts de Trévise du XIIIe siècle (datation précise incertaine), qui précisent en outre que le podestat peut, avec l’accord du conseil des Anciens et des consuls, participer à une mission22. Cette situation des ambassadeurs aux frontières des institutions, perceptible par le flottement quant à la localisation textuelle des chapitres qui leur sont consacrés, d’une ville à l’autre, voire à l’intérieur d’une même ville, d’une rédaction à l’autre, se retrouve également dans la définition des missions qui leur reviennent.

  • 23 Statuti inediti della città di Pisa dal XII al XIV secolo, éd. F. Bonaini, I, Florence, 1854, p. 7 (...)
  • 24 Pour l’exemple, voir Statuti della repubblica fiorentina, éd. R. Caggese, II, Statuti del podestà (...)
  • 25 Ici il s’agit de reformationes (décisions politiques et législatives du conseil) et non de statut. (...)
  • 26 Item tenorem laudabilis constitutionis generalis per dominum nostrum dominum legatum prefatum edit (...)
  • 27 Nulli persone liceat mictere aliquam ambaxiatam vel alicui ire, esse vel stare pro alterius ambaxi (...)

12C’est peu dire que les missions à l’extérieur (entendons simplement au delà du districtus communal) sont un objet difficile à appréhender pour les autorités communales et, à coup sûr, à surveiller de près. On peut dire que se dégage de ces statuts une peur obsessionnelle du dévoiement et de la confusion des intérêts publics et privés. C’est dans cette veine de surveillance tatillonne que s’inscrivent la plupart des chapitres sur l’argument. S’il est en effet un point commun à toutes les communes, c’est bien la volonté de contrôler leurs émissaires. Mais là encore, il faut rendre compte de l’ambiguïté qui prévalait. La fluidité de l’organisation institutionnelle, le caractère fortement marchand et commercial des relations des cités entre elles rendaient facile le passage des intérêts privés aux intérêts publics et réciproquement. C’est la raison pour laquelle dans de nombreux statuts, l’ouverture des chapitres sur les ambassades se focalise sur qui peut envoyer un ambassadeur et à quel titre. Le bref de la commune de Pise de 1286 contient les prescriptions que les nouveaux capitaine et podestat entrant en fonction devaient prêter et qui constituaient comme leur agenda institutionnel ; il précise que les podestats et capitaines ne pourront envoyer d’ambassadeurs au nom de la commune sans en référer aux autorités supérieures (conseils) ; si des ambassadeurs leur sont demandés pour des affaires personnelles, ils ne pourront être envoyés qu’aux frais des requérants23. Ce point est essentiel et sans cesse rapporté dans les textes normatifs24. Il appartient aux autorités communales (nous verrons que leur définition varie et que le périmètre d’intervention des diverses sources de légitimité n’est pas le même d’une cité à l’autre) de définir ce qui relève de l’ambassade publique, donc devant être défrayé par le budget de la commune, et ce qui relève de la mission privée, et qui à ce titre ne peut prétendre à un quelconque défraiement public. On entrevoit tout ce qu’il pouvait se cacher comme négociations derrière ce type de distinction. En fait, et implicitement, les statuts déterminent trois niveaux d’intervention, sans que l’on sache précisément comment se fait le départ entre eux : l’ambassade publique à la charge de la commune, l’ambassade privée à la charge des citoyens, mais munie d’un document officiel, et enfin le refus de l’ambassade sollicitée par un citoyen privé (requise souvent pour des raisons commerciales). Citons à titre d’exemple ce cas d’un citoyen de Modène, Aimerico de Pulinago, qui demande au conseil l’envoi de deux ambassadeurs auprès du légat pontifical pour que ce dernier intercède auprès du marquis d’Este qui avait retenu son fils prisonnier ; le vote du conseil, convoqué par le podestat, se fait en faveur de la prise en charge des frais par la commune25. Mais combien d’autres cas semblables se terminaient par un refus de prise en charge de l’ambassade ? La détermination de ce qui était de l’ordre de l’intérêt public ou pas était un enjeu politique, familial autant qu’économique. Le coût des ambassades, sur lequel nous reviendrons, pesait très lourd et obligeait à des choix derrière lesquels apparaissaient les réseaux d’influence et de pouvoir des familles locales. C’est du reste un moyen de contrôler la vie publique. Il est très symptomatique que dans les statuts de Forli, réformés comme beaucoup d’autres par le cardinal-légat Gilles Albornoz en 1359, on explique ainsi les raisons de la restriction de l’envoi d’ambassadeurs par une volonté de réduire les dépenses inconsidérées des officiers ; on rappelle aussi l’impérieuse obligation de faire payer les citoyens qui veulent des ambassades pour des affaires privées. Évidemment, dans ce cas particulier, il est facile de supposer que l’exigence de bonne gestion et de prudente économie des ressources communales (et ne commune Forlivii vexetur inanibus et inutilibus expensis maxime contra missionem ambaxiatorum, volentes indempnitati ipsius comunis quantum cum Deo possumus obviare) soit aussi un moyen pour l’autorité pontificale et légatine de brider l’autonomie urbaine en limitant sa capacité à participer aux réseaux diplomatiques régionaux. Il est vrai que le cardinal Albornoz réduisit également à deux le nombre d’ambassadeurs autorisés à se rendre en cour de Rome26. Dans plusieurs statuts, on précise explicitement que les podestats ou capitaines ont pouvoir pour empêcher l’envoi d’ambassade privée. L’une des inquiétudes sous-jacentes est de voir la diplomatie officielle parasitée par la diplomatie informelle de citoyens qui prennent des initiatives sans en référer aux autorités communales. C’est ainsi que le Bref de la commune de Pise de 1287 fixe des règles très nettes en la matière. Il est interdit à quiconque d’envoyer des ambassades privées dans des cités ou des lieux dans lesquels se trouvent au même moment des envoyés publics de la commune. Il faut attendre le retour à Pise de ces derniers pour que les ambassades privées puissent prendre place. La peine qui menace les contrevenants est laissée à l’arbitrium du capitaine et du podestat, selon la nature du défi et des personnes engagées. Pour donner plus de poids à cette interdiction, le texte ajoute que les deux magistrats forestieri sont autorisés à procéder aussi bien d’office (donc par la procédure inquisitoire) que par dénonciation (par la procédure accusatoire27). Il s’agit là d’un des documents les plus éclairants sur l’inquiétude qui tenaillait les dirigeants des villes qui pouvaient se trouver déstabilisés par une diplomatie parallèle ; le risque est d’autant plus grand que le régime communal reposait sur la rotation des charges sur des périodes très rapprochées et donc sur une réelle fluidité du personnel politique, quand bien même des procédures de contrôle des institutions fonctionnaient. Une cité n’était pas à l’abri d’une initiative familiale ou privée orthogonale à la stratégie officielle du moment. Ce n’est donc pas pour rien que les statuts insistent à l’unisson sur ce contrôle a priori de l’envoi des ambassades.

  • 28 Additum est huic capitulo : quod aliqui ambaxatores pro comuni Regii expensis comunis dari non deb (...)
  • 29 Potestas et capitaneus teneantur mittere expensis communis Perusii ambasciatores pro rehabendo et (...)

13Lorsque l’on examine les missions prioritaires qui sont assignées aux ambassades communales jusqu’au XIVe siècle, il est souvent question de rachat des prisonniers. Il était donc capital que les autorités urbaines fixassent les règles du jeu, au moins par des principes. À ce titre, le financement public ou pas des ambassades missionnées pour négocier le rachat des captifs a donné lieu à des traitements différenciés. D’une manière générale, cette mission est jugée essentielle ; dans des cités mineures, dépourvues de rayonnement international, elle constitue même une grande partie de l’activité ordinaire de la vie « diplomatique » et donne lieu à des décisions ambiguës. Ainsi la cité de Reggio Emilia, dans une additio de 1266 à ses statuts du XIIIe siècle précise-t-elle que le rachat des prisonniers pouvait être financé publiquement, mais qu’il était aussi possible que l’affaire soit réglée de façon privée, voire sans lettre officielle28 : c’était laisser la porte ouverte à toutes les options possibles ! Quant à Pérouse, elle conditionne l’action diplomatique au statut social des prisonniers ; seuls les allivrés, autrement dit ceux qui paient des impôts à la commune, peuvent espérer une action en leur faveur, en cas de détention29. Toutefois, une fois admise la qualité de citoyen assujetti à la libra, les autorités administratives (ici capitaines et podestats) doivent concéder aux requérants les lettres publiques, à défaut d’ambassadeurs stricto sensu qui ne peuvent être envoyés qu’avec l’assentiment du conseil.

  • 30 Et aliquis ambaxiator pro se vel pro aliquo alio, ultra ambaxiatam sibi commissam, aliquid impetra (...)
  • 31 Quia non est decens vel honestum quod aliquis ex nostris ambaxiatoribus provisoribus et aliis qui (...)

14Si les statuts prévoient la possibilité d’ambassades financées par les privés (pourvues ou non d’une lettre publique), ils se montrent en revanche sourcilleux sur le non-mélange des genres. Nous avions déjà vu le soin que portaient certaines cités, comme Pise, à ne pas polluer les missions officielles par des missions parallèles, il en va de même dans le contrôle des ambassadeurs officiels. Le risque était grand, dans ces cités marchandes, dont l’essentiel de la vie « diplomatique » (au moins jusqu’au XIVe siècle) tenait à la régulation des conflits inter-citadins, que les ambassades se transforment en représentations commerciales pour soi ou pour ses alliés. Contre ce dévoiement réagit le bref de la commune de Pise de 1286 déjà cité. Interdiction est faite à l’ambassadeur de se transformer en agent de ses propres intérêts ou de ceux d’un tiers. Toute initiative doit être approuvée par le conseil des Anciens. Si l’on peut douter de la capacité (et de la volonté ?) de contrôle d’une telle disposition, elle n’en demeure pas moins indicative de l’effort constant des élites dirigeantes pour s’assurer de la conformité de leurs émissaires à leurs objectifs30. Venise ajoute même une considération plus idéologique pour interdire la commixtion des intérêts publics et privés : se livrer à des activités commerciales tout en étant en mission diplomatique, c’était dégrader l’honneur de la commune. La peine encourue était alors très lourde31.

  • 32 La plupart des études disponibles sur l’argument portent sur le XVe siècle : P. M. Dover, The Econ (...)

15À ce risque de détournement des intérêts publics fait écho l’impressionnante concordance des statuts en vue de brider les débordements financiers de l’activité diplomatique. Il s’agit d’un secteur mal connu32. Aucune étude n’a permis de mesurer le poids du réseau d’échanges dans les finances locales, mais à en juger par la constance des prescriptions à ce sujet, il devait s’agir d’un domaine aussi sensible que celui de la qualification aux fonctions d’ambassadeur. Nous allons ainsi les traiter ensemble.

Organisation et administration de la diplomatie

  • 33 Possint [Priores et Vexillifer iusticie] mictere nuncios et exploratores pro explorandis condition (...)

16La sélection du personnel diplomatique apparaît comme une priorité dans les statuts, mais les variations sont grandes d’une ville à l’autre. Nul doute qu’il devait s’agir d’une procédure qui focalisait les attentions et les intérêts. Les prescriptions qui régissent le choix de ce personnel relèvent des techniques d’élection et/ou de sélection classiques dans le monde communal. Le seul point de convergence de tous les statuts concerne la citoyenneté des ambassadeurs : tous doivent être membres de la communauté urbaine et y payer les impôts, critère essentiel de la citoyenneté. Déterminer à qui revient la sélection des ambassadeurs n’est pas chose simple, puisqu’il s’agit à la fois de respecter les rapports de force locaux et leur expression institutionnelle polycentrique, tout en assurant un minimum d’efficacité et de réactivité, en particulier dans les affaires délicates qui nécessitaient parfois le recours au secret. À cet égard, les statuts du podestat de 1322-1325 révèlent les difficultés et les lignes sinusoïdales que tracent les rédacteurs pour définir les autorités en mesure de missionner des ambassadeurs : commençant par reconnaître à l’exécutif (les prieurs et le gonfalonier de justice) le droit d’envoyer qui bon leur semble en ambassade, le statut restreint ensuite cette liberté en précisant que l’exécutif doit obtenir l’aval du conseil des Douze-Bonshommes pour les missions les plus importantes, à savoir celles vers le pape et l’empereur ; toutefois, prenant acte que cet iter délibératif pouvait entraîner des retards, le statut admet qu’en cas de situation spéciale, l’exécutif pourrait s’abstraire de l’autorisation préalable du collège des Douze33.

  • 34 Qui ambaxiatores debeant eligi per dominos potestatem et octo, de quibus debeant esse in concordia (...)
  • 35 Statuimus quod potestas nullum possit mittere ambaxatorem in districtum vel extra districtum seu n (...)
  • 36 Et quod ad voluntatem Antianorum ambaxiatores et nuntii ab eis eligi et micti possint, etiam cum m (...)
  • 37 Lo statuto del Comune di Bologna dell’anno 1335... cit. n. 16, p. 375.
  • 38 De ambasciatorum electione potestas et capitaneus et consules se nullatenus intromittant; set eos (...)
  • 39 Si vero contigerit ipsum rectorem dirigere ambaxiatores ad aliquas partes, si vult ut eorum electi (...)
  • 40 Archivio di Stato di Firenze, Consulte e Pratiche, 10 mai 1369 : fiat reformatio in comuni quod co (...)

17Les solutions préconisées par les cités renvoient aux situations institutionnelles locales et aux fragiles équilibres politico-administratifs de chaque commune. Le statut d’Arezzo précise que les ambassadeurs sont désignés à la fois par le podestat et le conseil des Huit (l’exécutif urbain), à condition toutefois qu’il y ait une concorde entre eux34. En revanche, le statut de Trévise interdit aux podestats de se mêler de la désignation des représentants de la commune, du moins sans l’accord du conseil des Anciens ; le même paragraphe ajoute, du reste, que les membres de la curie des consuls et du conseil des Anciens ne peuvent s’auto-désigner comme missionnaires35. Se lit évidemment ici la crainte obsédante de l’accaparement des fonctions électives par des familles qui capteraient à leur profit les charges et les honneurs urbains. Dans certains cas, une précision plus grande est apportée à la désignation de ces émissaires. Le bref consulaire pisan de 1286 explicite le périmètre de compétences des différentes autorités institutionnelles avec un rare luxe de précisions, déterminant selon les lieux de l’ambassade la nature des institutions appelées à donner leur avis et à choisir les envoyés. En règle générale, les Anciens ont la main sur ces désignations, mais ils peuvent s’appuyer sur une commission de sages pour rédiger le mandat et la lettre d’ambassade. En revanche, pour les missions dans les colonies pisanes (Romanie, Outremer, Espagne, Sardaigne), la procédure est plus complexe et implique un plus grand nombre d’acteurs : le conseil des capitaines, le sénat, les conseils de la crédence et des Anciens (mineur et majeur), les Douze du peuple, les trois consuls des marchés, les capitaines et prieurs des sept arts. Tout est explicitement fait pour ne pas laisser la main aux seuls Anciens36. C’est dire qu’ici la désignation de ce personnel qui relève moins des « affaires étrangères » que de la gestion politique des comptoirs marchands de la ville implique tout le dispositif administratif communal. À Bologne, une législation constante au XIIIe siècle et encore au XIVe ménage un consensus entre les Anciens, les capitaines du peuple et les consuls, à l’exclusion du podestat37. Dans le fond, ce qui se dessine ici c’est une distinction entre les fonctions politiques assumées par les instances élues (y compris le capitaine qui représente les intérêts du peuple, quand bien même serait-il un étranger élu ad tempus) et les fonctions plus strictement administratives confinées au seul podestat. Ailleurs ce sont les rivalités de classes qui percolent à travers les normes statutaires. Ainsi à Pérouse, les statuts de 1276 précisent que la désignation des ambassadeurs relève des compétences exclusives des conseils, à l’exclusion des podestats et capitaines et consuls (bref, tout l’exécutif urbain), mais rappellent qu’il faut que la composition de l’ambassade intègre à la fois des membres élus parmi les pedites et les milites38. Quoi qu’il en soit, le podestat est rarement décisionnaire dans la procédure de désignation. Si cette faculté lui est concédée, elle est toujours assortie de l’assentiment préalable des conseillers élus. C’est bien la différence entre les fonctions de gestion courante et celles d’orientation politique qui est en jeu dans la sélection du personnel diplomatique. Aussi importante qu’ait été l’invention du podestat dans la régulation des conflits intra-urbains italiens, la diplomatie demeurait le « domaine réservé » des conseils ou d’une partie d’entre eux. À ce titre, elle a concouru à fixer les rôles dans l’espace politique urbain en distinguant le politique, seul niveau apte à déterminer le jeu diplomatique, de l’administratif qui reste en deçà de celui-ci. Symptomatiquement, la littérature podestarile tenait un discours sensiblement différent, en suggérant, comme le faisait Jean de Viterbe dans le De regimine civitatum, que le choix des ambassadeurs obéissait plus souvent à des considérations familiales et politiciennes qu’aux exigences de défense de l’intérêt collectif dont le podestat était le garant39. Mais par delà la différence de point de vue (normatif d’un côté, éthique de l’autre), c’était bien la même réalité qui était désignée, celle d’un contrôle de la diplomatie et de son personnel par les seuls conseillers urbains. De ce fait, la légitimité même de l’action diplomatique pouvait être discutée et remise en question, lorsqu’elle paraissait trop liée à des intérêts de classe. C’est ainsi qu’à Florence en 1369, au moment où de vives tensions entre groupes sociaux se font sentir et lorsque les coûts de la fidélité de la cité au guelfisme (soutenue par l’élite marchande qui a partie liée avec la papauté et ses alliés)40 font discussion, deux représentants du camp des Ricci opposés à la stratégie guelfe font approuver une provision interdisant à la cité de passer des accords diplomatiques avec des partenaires plus puissants que Florence, coupant ainsi à la racine les réseaux internationaux de la ville. Certes cette provision n’a pas été suivie d’effets, mais elle est en soi indicative des craintes que l’action internationale suscitait chez une partie des citoyens, notamment ceux dont les intérêts n’apparaissaient pas liés au grand commerce international. Evidemment, de telles tensions n’affleurent pas dans les statuts, mais elles expliquent certainement la prudence sur les modalités de fonctionnement de la représentation et les formes de sélection des envoyés.

  • 41 Item quod nulla ambaxiata deliberetur in consilio, vel extra consilium civitatis predicte, ad expe (...)

18En matière de sélection du personnel diplomatique, rares sont en revanche les villes qui s’en remettent au tirage au sort aveugle. C’est le cas de la cité de l’Aquila qui interdit même au trésorier de rémunérer un ambassadeur qui n’aurait pas été élu selon cette procédure41. Cette procédure s’explique par le refus de professionnaliser, au moins dans l’ordre de la norme, ce personnel. Mais nous allons voir qu’entre cette ligne de principe cohérente avec le paradigme communal d’interchangeabilité des officiers et la nécessité de disposer de compétences affirmées en la matière, les communes ont été amenées à trouver un moyen terme.

  • 42 C’est une question particulièrement importante, même dans la réflexion théorique sur l’ambassadeur (...)
  • 43 Voir en particulier le statut du podestat de Florence de 1325 particulièrement disert sur le sujet (...)
  • 44 Cum maxima quantitas peccunie nostri comunis expendatur continue in ambaxiatis que mittuntur extra (...)
  • 45 Item dicimus quod si equus alicuius ambasciatoris euntis pro facto communis a communi Perusii more (...)
  • 46 Ambaxatores quoque et notarii et alii omnes teneantur resignare comuni infra quatuor dies postquam (...)
  • 47 Il s’agit d’une prescription très largement répandue que l’on retrouve presque partout.
  • 48 Pour donner une couleur plus personnelle à cette affirmation des risques des départs fréquents en (...)
  • 49 Et quod domini anciani et consules et dominus potestas, et quilibet per se, libere possint et vall (...)
  • 50 Item statuimus quod quelibet spia teneatur et debeat ire ad locum ad quem jussus fuerit ire per po (...)

19Une fois sélectionnés, les ambassadeurs avaient des obligations que les statuts décrivaient avec soin. Laissons de côté les questions pécuniaires dont nous avons déjà dit l’importance aux yeux des rédacteurs de statuts ; pas un document qui ne limite le montant de l’indemnité per diem des envoyés, le nombre de journées autorisées à résider hors de la commune, le lieu à partir duquel les per diem sont comptabilisés (le déclenchement de l’indemnité étant déterminé par le franchissement des limites du districtus42). Le nombre de chevaux est souvent déterminé par la qualité des ambassadeurs, mais aussi par celui de la puissante destinataire43. Le coût de la diplomatie est tel que les villes précisent le nombre des envoyés possibles, comme le fit Venise en 1371 qui, au nom des risques encourus par les finances publiques, décide de limiter et de normaliser l’accompagnement des ambassadeurs44. Un soin scrupuleux est apporté à l’évaluation des chevaux pour s’assurer qu’en cas de dommage, ils seront remboursés à leur juste valeur. Les statuts de Pérouse insistent par exemple sur l’obligation pour ceux qui auraient loué des chevaux aux ambassadeurs de les récupérer, une fois vérifié le bon état des animaux et leur correspondance avec ce qui avait été enregistré avant le départ45. La défiance est telle que certaines communes prévoient même la restitution des per diem qui n’auraient pas été utilisées par les ambassadeurs46. L’environnement matériel de la mission est toujours traité avec vigilance, preuve qu’il s’agissait d’un point essentiel dans l’acceptation à partir loin de ses affaires. C’est qu’en effet, deux risques affleurent implicitement dans les textes, que les statuts tentent de pallier : d’une part, le risque de refus de la mission par les « élus » et d’autre part, et en sens inverse, la professionnalisation. Sur le premier, les formes de réaction publique au refus d’ambassade varient de la répression pure et simple à la compréhension. En règle générale, les communes acceptent mal le refus. Elles prévoient cependant des cas de légitime désistement, voire d’impossibilité : nul ne peut être désigné pour une mission deux fois dans la même année47. Deux raisons sous-tendent cette interdiction : ne pas pénaliser les citoyens qui auraient déjà dû laisser leurs affaires dans l’année pour ce service public48 ; mais également, éviter la professionnalisation en créant des compétences expertes en la matière. En revanche, le refus doit être motivé : les statuts de Bologne de 1335 prévoient le recours à un certificat médical pour motiver le refus de départ49. Plus rares, les prescriptions sévères de Vérone qui prévoient que les espions (associés ici aux ambassadeurs) qui refuseraient de partir à l’endroit désigné seraient emprisonnés une journée ; en cas de nouveau refus, la sanction serait autrement lourde : le récalcitrant devait être battu en public, marqué au front et déchu de sa citoyenneté50.

  • 51 Et quod redibunt ad patriam quam citius poterunt et circa predicta vel aliquod predictorum nullam (...)
  • 52 Sur ces statuts exceptionnels, voir L. Tanzini, Gli statuti fiorentini del 1409-1415. Problemi di (...)
  • 53 Procédure lourde qui contraignait le gonfalonier de justice à initier une procédure ex officio. De (...)
  • 54 Ibid.
  • 55 Omnes et singuli electi […] tamquam ambaxiatores communis Florentiae habeant devetum ab omni et qu (...)
  • 56 Il suffit de parcourir les volumes des commissions données à Rinaldo degli Albizzi à la fin du XIV(...)
  • 57 Si autem aliquis unam ambasciatam habuerit et fecerit pro communi, aliam eo anno facere minime com (...)

20Les critères de qualification des ambassadeurs sont assez vaguement précisés. À Trévise, on se contente de rappeler qu’ils doivent être providi et discreti. Ce qui frappe malgré tout, plus que la recherche des personnes idoines, c’est la défiance envers ce personnel que les autorités cherchent à brider. Ainsi les statuts du podestat de Florence de 1325 indiquent-ils les formes de fraudes possibles : résidence hors de Florence au-delà de la commission donnée, non-respect des consignes51. Florence est d’ailleurs la cité dont les statuts tardifs de 1415 contiennent les plus longues réglementations de l’activité diplomatique et les indications les plus détaillées sur le contrôle de ce mal nécessaire qu’est la diplomatie52. Rappelons que les ambassadeurs florentins étaient dans ces statuts de 1415, à l’instar des autres officiers urbains, soumis à la possibilité de dénonciation anonyme (tamburagione)53. Le risque qui est clairement dénoncé est celui du détournement de la mission à des fins personnelles ou familiales, particulièrement dans le cas des missions auprès des personnages éminents de l’Europe (pape, empereur, roi) ; la sanction est alors lourde : quiconque se sera rendu coupable d’un tel crime sera privé de tout office, une punition de trois mille livres lui sera infligée ; la peine à subir sera transmise aux héritiers jusqu’à la quatrième génération et les biens familiaux détruits54. Ces statuts florentins tardifs reflètent l’affaiblissement des traditions communales et les dangers que l’on entrevoyait dans le développement d’une diplomatie de large rayon d’action portée par une alliance familiale suffisamment puissante pour orienter à son seul profit les ressources de la politique étrangère. Symptomatiquement, alors que les statuts communaux des XIIIe et XIVe siècles cherchaient à punir les citoyens réticents à partir en mission, les statuts florentins de 1415, tout en rappelant l’obligation de service, mettaient l’accent au contraire sur l’interdiction de partir plusieurs fois comme ambassadeur sans avoir respecté le délai de latence obligatoire55. Les temps changeaient et l’on voyait des citoyens revenir sans cesse dans les missions à l’extérieur56. Il est vrai que cette amorce de professionnalisation d’un personnel diplomatique, jamais assumée comme telle dans la législation statutaire italienne, pointait pourtant in nuce ici ou là dans telle ou telle formule ambiguë. Ainsi les statuts de Pérouse de 1279 rappellent-ils l’interdiction de partir deux fois par an, en l’assortissant de cette restriction de taille : cela ne concerne pas les ambassades auprès du pape, de l’empereur ou d’un roi, ni les missions secrètes57. C’est qu’en réalité, les communes savaient l’importance de l’activité diplomatique en dépit de son coût. Il fallait pour cela réfléchir à la meilleure façon de valoriser la ville et ses relations ; il fallait aussi cadrer la manière d’engager les négociations.

Les conditions d’une diplomatie communale efficace

  • 58 Ordinamus pro utilitate et venustate platee et mercati comunis, quod tende apotecarum mercatorum p (...)
  • 59 insuper quod quilibet dictorum hosteriorum teneatur habere et tenere in sua hostaria duas cameras (...)
  • 60 Ambaxator quilibet seu nuncius alicuius civitatis seu alicuis loci veniens paduam pro requirendis (...)

21Contrôler les dépenses, surveiller les missionnaires, leur imposer un strict délai de déplacement : les prescriptions urbaines sur le sujet apparaissent comme en négatif et révèlent surtout une défiance. Pour autant, ici ou là, émergent des considérations qui abordent d’une part la diplomatie réelle, et d’autre part, les moyens à mettre en œuvre pour qu’elle soit efficace. Significativement, la question intéresse alors aussi bien les missions sortantes que les missions entrantes. C’est ainsi que les statuts du podestat de Pistoia de 1296 fixent les conditions de fonctionnement des boutiques de draps dans la ville, en interdisant que les commerçants n’empiètent abusivement sur la rue et n’étalent leurs marchandises, chose indécente au regard des ambassadeurs qui traverseraient la commune58. Venise est également sensible à l’argument du bon accueil à fournir aux ambassadeurs. Dans une provision de 1318, le Sénat impose que les hôteliers gardent en réserve deux chambres d’apparat bien équipées pour accueillir les hôtes de marque de la commune59. Mais la bonne réception des missionnaires étrangers suppose également leur contrôle précoce. Les statuts de Padoue de 1270 imposent des délais stricts pour que les ambassadeurs présentent leurs lettres de créance aux autorités communales ; à défaut de cette présentation dans les délais, l’ambassade ne serait pas reçue. Quant aux hôteliers ou aux hôtes qui accueilleraient ces ambassadeurs, ils sont eux aussi tenus d’en faire la déclaration60.

  • 61 Gli statuti del comune di Bologna degli anni 1352, 1357, 1376, 1389, libri I-III, éd. V. Braidi, B (...)

22Plus occasionnellement, les statuts éclairent les conditions réelles de la négociation. Quelques principes caractérisent transversalement ces documents réglementaires dont on pouvait difficilement attendre qu’ils ouvrent sur l’arrière-cuisine de la diplomatie. Rares sont les mentions, comme celles du statut bolonais de 1376, autorisant explicitement les Anciens de la commune à désigner en leur sein trois d’entre eux pour négocier secrètement avec les ambassadeurs venus dans la cité. Mais même en ce cas, interdiction était faite de signer quoi que ce soit sans l’accord du collège plénier61.

  • 62 Et nos potestates et capitanei teneamur predicere dictis ambaxiatoribus et legatis et nuntiis ante (...)
  • 63 Firmamus quod quando ambaxatores, undecumque fuerint, suam dixerint et retraxerint ambaxatam, pote (...)
  • 64 Convenit autem potestati et rectori alicuius civitatis advenientes ambaxiatores cuiuslibet civitat (...)

23En règle générale, interdiction est faite aux ambassadeurs de s’éloigner du mandat contenu dans la lettre d’ambassade qui leur a été remise avant leur départ. À l’instar de ce que préconise le bref de la commune de Pise de 1287, les autorités doivent s’assurer que leurs émissaires ne diront pas un mot de plus que ce qui leur a été signifié par écrit62. Se lit encore et toujours cette défiance instinctive des communes à l’égard de leurs propres concitoyens susceptibles a priori de défendre d’abord des intérêts personnels plutôt que collectifs. Tout aussi significatif, le paragraphe du statut de Trévise rappelant les modalités d’accueil et de réception des ambassadeurs par le podestat. Chargé de faire bonne figure (il saluera curialiter), il est cependant interdit de prise de parole publique avant d’avoir délibéré avec le conseil sur le contenu à mettre en avant dans la réponse ; il est cantonné à des paroles de bienvenue ou de circonstances63. C’est un des rares passages dans la littérature statutaire à contenir ce genre de notations très suggestives. À cet égard, cette prescription normative se rapproche des documents de la littérature podestarile, notamment le De regimine civitatum de Jean de Viterbe (1235) déjà cité, qui rapporte plusieurs types de discours d’accueil des ambassadeurs par le podestat. Toutefois, alors que la législation trévisane réduit à quia le podestat, le traité de Jean de Viterbe donne un plus beau rôle à ce dernier, laissant accroire qu’il peut diriger la manœuvre et le déroulé de l’ambassade64. Toujours cet écart entre l’idéal-type et la sèche notation réglementaire !

  • 65 Voir les trois exemples fameux des XIIe et XIIIe siècles : Otton de Freising, Jean de Salisbury et (...)

24On demeure plutôt surpris, au final, des faibles indications sur les techniques de la négociation ; bien sûr, la législation statutaire n’était pas le lieu idoine à l’explicitation des façons de négocier. Mais la surprise est d’autant plus marquée que les sources contemporaines rapportaient avec une délectation non feinte le goût des ambassadeurs italiens pour la parole abondante65. L’insistance des statuts à la brider autant que possible en limitant l’action des émissaires au suivi scrupuleux des lettres de mission n’est-elle pas le pendant « répressif » à cette tendance oratoire constitutive de la diplomatie communale ?

  • 66 À cet égard, la situation des communes italiennes n’est pas sans évoquer celle des cités de l’empi (...)
  • 67 Il est frappant qu’une ville comme Florence qui a pourtant promulgué des ordonnances anti-magnatic (...)
  • 68 À titre comparatif, à la fin du XIVe siècle, Gino di Neri Capponi, un des chefs de file des conser (...)
  • 69 Voir les travaux de Riccardo Fubini, notamment R. Fubini, L’istituzione diplomatica e la figura de (...)
  • 70 Quod infrascripte persone, si expedierit, defendantur cum vexillo communis justicie. Item statuimu (...)

25Il faudra longtemps pour que la diplomatie communale sorte de cette zone d’ombre dans l’organigramme politique des cités. En réalité, aussi longtemps que le pouvoir demeure polycentrique et que l’autorité est largement partagée et déconcentrée66, le personnel diplomatique est considéré comme un risque par le surcroît de prestige qu’il retire inévitablement de sa compétence et de son entregent67 et comme une charge plus que comme une ressource. La « dignification » progressive du métier d’ambassadeur, corollaire de l’émergence d’une classe de gouvernement qui confisque les fonctions de commandement et modifie l’assiette des pouvoirs urbains à son profit, signifiera le crépuscule des traditions communales. Alors devenir ambassadeur sera un élément important du cursus honorum des citoyens68 et les techniques de négociation, notamment la maîtrise oratoire, réapparaîtront au centre des préoccupations et des discours à la gloire de la diplomatie69. On pourra alors rappeler, ce que les statuts des XIIIe et XIVe siècles omettaient de préciser, qu’attenter aux ambassadeurs était un crime de lèse-majesté et que la résolution du crime requérait toutes les énergies de la cité70.

Notes

1 Mediolanenses post destructionem suam duos legatos ad Constantinopolitanum imperatorem miserunt, liberalitatis sue munus ad sue civitatis restitutionem per eosdem postulantes. Illi vero, cum essent consules civitatis, sicut mos erat, in initio sui consulatus iuraverunt quod nichil causa consulatus acquirerent, quod non referrent ad commune. Profecti Contantinopolim, negotium civitatis esposuerunt. Imperator exegit fieri fidelitatem sibi. Illi, habito super hoc consilio, perceperunt quod, nisi voluntati eius obsequerentur, parum vel nichil reportarent. Pro utilitate itaque civitatis fecerunt ei fidelitatem, salvo honore sue civitatis. Dedit ergo eis ad restituendam civitatem C. libras auri, et post III dies, dum vellent reverti, dedit eis munere privato XII libras auri. Tandem regressi, C. libras auri predictas Communi tradiderunt, et XII. retinerunt, sed, quia occasione legationis eas adepti sunt, exigit Commune ut sibi restituantur. Queritur si teneantur restituere (texte latin dans A. Belloni, Le questioni civilistiche del secolo XII. Da Bulgaro a Pillio da Medicina e Azzone, Francfort-sur-le-Main, 1989, p. 18 ; traduction française dans J.-L. Gaulin, A. Jamme, V. Rouchon-Mouilleron (dir.), Villes d’Italie. Textes et documents des XIIe, XIIIe, XIVe siècles, Lyon, 2005, p. 50).

2 Voir désormais G. Raccagni, The Lombard League, 1167-1225, Oxford, 2010, et des exemples dans P. Gilli, J. Théry, Le gouvernement pontifical et l’Italie des villes au temps de la théocratie, fin XIIe-mi-XIVe siècle (sources latines réunies, présentées et traduites par), Montpellier, 2010 ; R. Bordone, I comuni italiani nella prima Lega Lombarda : confronto di modelli istituzionali in un’ esperienza politico-diplomatica, dans H. Maurer (éd.), Kommunale Bündnisse Oberitaliens und Oberdeutschlands im Vergleich, Sigmaringen, 1987, p. 45-62 ; E. Voltmer, Formen und Möglichkeiten städtischer Bündnispolitik in Oberitalien nach dem Konstanzer Frieden : Der sogenannte Zweite Lombardenbund, ibid., p. 97-116.

3 Remarquons toutefois que dans le principal traité du XIIIe siècle sur les statuts urbains, celui d’Alberto de Gandino, la question des ambassadeurs n’est jamais évoquée (Alberto de Gandino, Quaestiones statutorum, éd. E. Solmio [Bibliotheca iuridica medii aevi, 3], Bologne, 1901), ce qui ne laisse pas de surprendre au regard de la variété des cas que soulève son auteur, pourtant un praticien confirmé. Pour la prise en compte de ce sujet dans le premier traité théorique italien sur les ambassades, voir P. Gilli, La fonction d’ambassadeurs dans les traités juridiques italiens du XVe siècle : l’impossible représentation, dans MEFRM, 121-1, 2009, p. 173-187.

4 Les travaux de Donald Queller sont ici la référence, notamment D. E. Queller, Newly discovered early venetian legislation on ambassadors, dans Id., F. R. Swietek, Two studies on venetian government, Genève, 1977, p. 9-98, et son pionnier Early venetian legislation on ambassadors, Genève, 1966.

5 En revanche, la législation statutaire italienne n’a pas d’équivalent dans les coutumes et franchises urbaines françaises ; pour un exemple de diplomatie urbaine, voir P. Marquez, Urban diplomacy : Toulouse and its neighbours in the twelth and thirteenth centuries, dans Viator, 33, 2002, p. 87-99.

6 Encore faut-il dire que la variété des appellations des ambassadeurs dans les statuts italiens est moindre que celle que l’on peut trouver dans les actes de la pratique de ces mêmes cités ; des mots comme histrionus, syndicus, cursor, qui apparaissent dans les comptes-rendus d’assemblée ou les lettres, ne sont pas utilisés dans les statuts ; sur le lexique de la diplomatie, voir A. Cirier, Diplomazia e retorica comunale : la comunicazione attraverso lo spionaggio politico nell’Italie medievale (secc. XII-XIII), dans R. Castano, F. Latella, T. Sorrenti (éd.), Comunicazione e propaganda nei secoli XII e XIII, Rome, 2007, p. 199-217.

7 Pour des exemples d’action diplomatique des tribunaux de marchands, voir A. Barlucchi, La mercanzia ad Arezzo nel primo Trecento. Statuti e riforme (1341-1347), Rome, 2008, p. 45, et A. Astorri, La mercanzia a Firenze nella prima metà del Trecento. Il potere dei grandi mercanti, Florence, 1998, p. 152, p. 163, et p. 178.

8 Item potestas vel consules teneantur dare medietatem omnium officiorum et poderiorum et de ambaxiatis illis de societatibus comunis Albe et hoc non possit removeri seu mutari conscilio vel alio modo (Il ‘Rigestum comunis Albe’, éd. F. Gabotto, F. Eusebio, I, Pinerolo, 1903, doc. 234, p. 359). Voir E. Artifoni, I podestà itineranti e l’area comunale piemontese. Nota su uno scambio ineguale, dans J.-C. Maire Vigueur (éd.), I podestà dell’Italia communale. I. Reclutamento e circolazione degli ufficiali forestieri (fine XII sec.-metà XIV sec.), Rome, 2000, p. 42-43.

9 Voir à ce propos les belles analyses de S. Caprioli, Una città nello specchio delle sue norme. Perugia milleduecentosettantanove, dans Congresso storico internazionale : Società e istituzioni dell’Italia comunale : l’esempio di Perugia (secoli XII-XIV). Perugia, 6-9 novembre 1985, Pérouse, 1988, p. 367-445 (réédité en appendice dans Statuto del comune di Perugia del 1279, éd. S. Caprioli, A. Bartoli Langeli, 2, Pérouse, 1996), et plus récemment, G. Milani, Legge ed eccezione nei comuni di Popolo del XIII secolo (Bologna, Perugia, Pisa), dans Quaderni storici, 131, 2009, p. 377-398 (surtout p. 377-381), mais aussi, pour tout ce que les statuts préfèrent taire, P. Caroni, Statutum et silentium. Viaggio nell’entourage silenzioso del diritto statutario, dans Dal dedalo statutario. Atti dell’incontro di studio dedicato agli statuti. Centro seminariale Monte Verità, 11-13 novembre 1993, Archivio Storico Ticinese, XXXII/118, 1995, p. 129-160.

10 Statuto di Arezzo (1327), éd. G. Marri Camerani, Florence, 1946, p. 189. Le texte mérite d’être cité en entier car il évoque aussi l’usage contraignant que l’on devait faire des statuts même perdus : Cum nichil peccaverit antiquitas, que future legis inscia pristinam secuta est observationem et in preteritis casibus antiquorum statutorum voluminibus egeamus que ut plurimum in forma publica non appareat, statutum est quod voluminibus statutorum et cuilibet ex eis stetur et ei tanquam statuto vero communis Aretii plena fides adhibeatur […] Et si statutum alicuius anni non reperitur et reperitur statutum precedentis annis et statutum sequentis anni post statutum, quod deberet medio anno reperiri, ordinatum est quod in medio tempore illa et eadem intelligantur viguisse statuta, que vigebant et viguerunt in statutis annorum precedentis in illa rubrica maxime et capitulo que et quod in volumine statuti medii temporis non reperirentur esse conscripta et scripta essent in statutis sequentis et precedentis annorum statuta dicti medii temporis. Même perdu, le texte fait autorité, en se fondant sur ce qui précède et ce qui suit.

11 Voir les textes édités par P.-Y. le Pogam, Les maîtres d’oeuvre au service de la papauté dans la seconde moitié du XIIIe siècle, Rome, 2004.

12 La paix de Constance de 1183 entre l’empereur et la ligue lombarde reconnaît l’institution de la ligue et le droit pour les cités y adhérant de continuer à se réunir (art. 18), justifiant ainsi l’exercice de l’un des regalia les plus importants : l’envoi d’ambassadeurs.

13 Ainsi Pérouse, l’une des villes les plus importantes des états pontificaux confirme-t-elle un accord en 1210 avec Innocent III l’engageant pro defensione Sancti Petri… usque ad urbem Romanam ; plus grave, le 20 novembre 1232, Grégoire IX publiait une bulle dans laquelle il affirmait qu’il n’était pas permis à Pérouse de tisser une alliance hors du Patrimoine : precipiendo mandamus, quatinus nullam societatem, nulla federa nullaque juramenta cum his, qui de patrimonio non existunt, sous peine de censure ecclésiastique (Monumenta Germaniae Historica. Epistolae saeculi XIII e registis pontificum romanorum selectae, I, éd. C. Rodenberg, Munich, 1883, n. 493) ; c’est le moment où le pape vient de signer une paix avec Frédéric II et ne veut pas voir de cités s’engager dans des alliances ostensiblement anti-impériales ; la même lettre est d’ailleurs envoyée « au podestat et au peuple de Todi ». Pour Pérouse, voir S. Angelini, La diplomazia communale a Perugia nei secoli XIII e XIV, Florence, 1965, p. 15.

14 Voir la façon dont les papes recevaient les ambassadeurs italiens ; jusqu’au plein XVe siècle, cette absence de légitimité se fera sentir. Les biographes de l’ambassadeur et humaniste florentin Gianozzo Mannetti insistent sur le saut qualitatif que son éloquence rhétorique aurait permis à Florence : désormais, et à la suite de son éblouissant discours à l’adresse du pape Nicolas V qui aurait ébahi tous les ambassadeurs présents, les émissaires de la ville allaient être accueillis dans la salle du Perroquet, à l’instar des autres ambassadeurs et non plus dans l’antichambre du pape comme cela se faisait pour le personnel diplomatique urbain. Voir P. Gilli, De l’importance d’être hors-norme : la pratique diplomatique de Gianozzo Manetti d’après son biographe Naldo Naldi, dans R. M. Dessì (éd.), Prêcher la paix et discipliner la société : Italie, France, Angleterre (XIIIe-XVe siècle),Turnhout, 2005, p. 413-430.

15 C’est le cas des statuts de Pérouse de 1342 : Statuti di Perugia dell anno MCCCXLII, éd. G. degli Azzi, I, Rome, 1913, p. 203-206.

16 Par exemple, les statuts de Bologne de 1335 : Lo statuto del Comune di Bologna dell’anno 1335, éd. A. L. Trombetti Budriesi, Rome, 2008 (les trois premiers livres sont consacrés aux officiers ; le quatrième au salaire des officiers, et c’est ici qu’est intégré le passage sur les ambassadeurs, p. 375). La fixation de la rétribution des ambassadeurs voisine avec celle des professeurs du Studium et celle des aumônes publiques ; le statut de Viterbe de 1469 ne s’intéresse à la question que dans le dernier livre traitant de extraordinariis dans lequel sont associés des chapitres importants sur le prieur et le gonfalonier du peuple et des chapitres plus anecdotiques sur les lépreux aux bains ou la régulation de la boucherie, par exemple. Le chapitre sur les ambassadeurs vient après le serment des prieurs du peuple. C’était déjà le cas dans les statuts de 1251 de cette même ville ; le court chapitre sur les ambassadeurs était situé dans le 3e section, celle des extraordinaria (voir I. Ciampi, Cronache e statui della città di Viterbo, Florence, 1872, p. 547).

17 Gli statuti del comune di Treviso (sec. XIII-XIV), éd. B. Betto, Rome, 1984.

18 officiales intellegimus electos ad apolitias et habentes fudum a comuni Pistorii. […] Et non intelligemus officium : pedites et custodes castrorum, qui custodiunt castra, turres sive portas alicuius castri pro comuni, et acatores qui stant cum potestate terrarum pro comuni Pistorii, et custodes noctis et ambaxiatores comunis et tractatores constituti et eorum notarios (Statuti pistoiesi del secolo XIII. Studi e testi, éd. R. Nelli, G. Pinto, III, Statutum potestatis comunis Pistorii (1296), Pistoia, 2002, p. 30). La définition des officiers est ici destinée à fixer les termes durant lesquels les citoyens impliqués dans tel ou tel office seraient inéligibles, prescription classique dans les communes pour éviter la professionnalisation et l’accaparement de certaines responsabilités par les mêmes personnes ou les mêmes familles.

19 Symptomatiquement, au milieu du XVe siècle encore, le civiliste Martino Garati da Lodi, reprenant la question des ambassadeurs écrira : legatio dicitur officium, sed vidi dubitari in statuto loquenti de officiali (voir P. Gilli, La fonction d’ambassadeurs... cit. n. 3, ici p. 181), témoignant de cette ambiguïté des statuts communaux à leur égard.

20 Ces statuts padouans sont un bel exemple du caractère alluvionnaire et cumulatif de ces documents. Les têtes de chapitres commencent tous par statutum vetus conditum ante millesimum ducentesimum trigesimum tertium, puis le texte se poursuit par les additions, podestat par podestat, lorsque ces derniers ont ajouté un paragraphe à la tradition antérieure. Le manuscrit s’arrête en 1276. Dans le cas d’espèce, on voit s’étoffer la réglementation de la commune sur son « personnel diplomatique » (Statuti del comune di Padova dal secolo XII al’anno 1285, éd. A. Gloria, Padoue, 1872, p. 99-101) : ce sont quinze adjonctions apportées par quatre podestats différents qui sont intégrées, entre 1267 et 1275, traitant pour la plupart de questions pécuniaires relatives aux ambassades.

21 Potestate domino Iacopino Rubeo (1267). Officialis aliquis ordinarius non possit nec debeat mitti in aliquam ambaxiaram toto tempore sui officii, exceptis notaris sigilli qui possint ire cum potestate et eius familia (ibid., p. 99).

22 Non possit aliquis, qui sit in aliquo officio comunis Tervisi pro quo habeat salarium, ire in ambaxiatam durante officio suo; liceat tamen procuratoribus comunis Tervisii et eorum notariis, dominis maleficiorum et eorum notariis, iuratis justicie et eorum notariis per districtum ire, et non extra. Et si potestas in aliquam ambaxiatam, ei liceat secum ducere, si voluerit, unum de suis notariis, si placuerit curie consulum et ancianorum, et non aliter (Gli statuti del comune di Treviso... cit. n. 17, p. 170).

23 Statuti inediti della città di Pisa dal XII al XIV secolo, éd. F. Bonaini, I, Florence, 1854, p. 75 : (Breve Pisani comunis anno 1286) Ambaxiatori alicui, seu ambaxiatoribus, nuntio vel legato, non dabimus nec dari permictemus aliquod consilium civitatis pisane, sine consensu et voluntate nostra et Antianorum, vel priorum eorum. Nec consilium dari possit alicui ambaxiatori, nisi primo negotio ei commisso nobis et Antianis exposito […] Ambaxiatores si quis a nobis potestatibus et capitaneis petierit pro suo facto proprio, ictendo ad aliquas partes, ipsos sibi dabimus, si consilio, vel nobis et Antianis placuerit, ad expensas proprias mictentis tantum.

24 Pour l’exemple, voir Statuti della repubblica fiorentina, éd. R. Caggese, II, Statuti del podestà del anno 1325, Florence, 1999 [nouvelle édition par G. Pinto, F. Salvestrini, A. Zorzi], p. 57 : (De ambaxiatoribus) Ad honorem Communis Florentie ambaxiatores non dentur alicui persone vel personis speciali vel specialibus nec pro eis mictantur expensis Commuis, sed expensis illorum; ou encore les statuts de Padoue : Potestate domino Rolandino de Canoxa (1269). Quilibet qui petierit ambaxatores pro comuni padue sibi dari, ad eius petitionem si videbuntur concedendi non aliter concedantur, nisi suis propriis expensis (Statuti del comune di Padova dal secolo XII al’anno 1285... cit. n. 20, p. 100).

25 Ici il s’agit de reformationes (décisions politiques et législatives du conseil) et non de statut. Le texte présente très clairement l’iter de la prise de décision : le podestat convoque le conseil, soumet les petitiones du jour (coram vobis potestati, capitaneo et defensoribus populi Mutine), puis vient le vote sur chacune d’entre elles, introduit dans le texte par in reformatione cuius consilii, facto partito cum fabis albis et negris, placuit… Dans le cas du prêtre Amorino, fils d’Aimerico, la décision a été favorable à la prise en charge par la cité : [28 mai 1306] In reformatione cuius consilii, facto partito per dictum vicarium cum fabis albis et nigris, placuit ponentibus fabas albas, qui fuerunt ducenti quatuor, quod dicta prima posta presbiteri Amorini sit firma, valeat et teneat et habeat plenum robur et executioni mandetur. Fabe nigre in contrarium osite fuerunt treginta quinque. Approbata per examinatores (Respublica Mutinensis (1306-1307), éd. E. P. Vicini, Milan, 1, 1929, p. 194). C’est donc au terme d’un vote que se décide la prise en charge publique ou pas des frais d’ambassade.

26 Item tenorem laudabilis constitutionis generalis per dominum nostrum dominum legatum prefatum edite imitantes, et ne commune Forlivii vexetur inanibus et inutilibus expensis maxime contra missionem ambaxiatorum, volentes indempnitati ipsius comunis quantum cum Deo possumus obviare, statuimus quod si pro necessitate vel utilitate dicti comunis exigente sint aliqui ambaxiatores ad dominum nostrum dominum legatum mittendi, non possint micti nisi duo ambaxiatores principales : qui si fuerint millites (sic), possint secum ducere expensis et sallario comunis très equos tantum per quemlibet, si vero doctores vel iudices vel alii cives honorabiles, duos equos tantum per quemlibet. Qui ambaxiatores non possint recipere a dicto comuni ultra octo anchonitanos grossos pro quolibet equo quem duxerint, pro qualibet die quas extra dictam civitatem occasione dicte ambaxierie steterint sine fraude. Insuper pretextu avaricie a suis gerendis officiis advocentur et ne per ipsos ambaxiate fictitie et inutiles procurentur, statuimus quod nullus potestas, capitaneus, judex vel quivis alius officialis civitatis predicte possit ire vel mitti extra dictam civitatem vel comitatum pro aliqua ambaxiata sine expressa et speciali licentia dominorum legati vel rectoris predictorum et tunc ultra dictum sallarium reccipere (sic) non valeant ullo modo. Statuentes etiam quod per predictos potestatem, capitaneum et antianos vel comune predictum nullus ambaxiator mittatur pro negotiis alicuius singularis persone dicte civitatis vel comitatus vel aliunde expensis dicti comunis, sed tantum expensis et sallario illius ad cuius petitionem vel in cuius servicio mitteretur (Statuto di Forli del anno MCCCLIX, con le modificazioni del MCCCLXXIII, éd. E. Rinaldi, Rome, 1913, p. 57).

27 Nulli persone liceat mictere aliquam ambaxiatam vel alicui ire, esse vel stare pro alterius ambaxiata neque literas mictere vel portare aut nuntium destinare ad aliquem dominum rectorem seu civitatem vel universitatem vel locum ad quem seu quam comune Pisanum habet suos legatos seu ambaxiatores vel nuntios seu destinavit vel destinare decrevit seu providit, nisi primo inde reversis legatis seu ambaxiatoribus vel nuntiis Pisani comunis. Et mictentem ambaxiatorem seu legatum unum vel plures et quemlibet euntem vel stantem contra predicta condempnare teneamur et punire arbitrio secundum qualitatem negotii et personarum. Et teneamur super predictis procedere per inquisitionem vel denunciationem aut per officium quandocumque nobis dictum aut denuntiatum fuerit tacite vel expresse aut ex publica fama contra quemlibet contrafacientem, tenendo semper accusantem vel denunciantem in credentia (I brevi del comune e del popolo di Pisa del anno 1287, éd. A. Ghignoli, Rome, 1998, p. 54).

28 Additum est huic capitulo : quod aliqui ambaxatores pro comuni Regii expensis comunis dari non debeant alicui persona singulari vel universitati civitatis vel districtus Regii, nisi pro homine capto, salvo eo quod dari unicuique pro comuni, si eos voluerint, suis propriis expensis, et hoc sine tenore. Sub millesimo ducentesimo sexagesimo sexto (Consuetudini e statuti Reggiani del secolo XIII, éd. A. Cerlini, I, Milan, 1933, p. 227).

29 Potestas et capitaneus teneantur mittere expensis communis Perusii ambasciatores pro rehabendo et recuperando aliquem civem vel comitatensem Perusii, captum vel detentum, quod absit; et ad recuperandum ipsum. Et dent et prebeant operam et sollicitudinem opportunam pro posse. Et si ille Perusinus, qui esset captus vel detentus, non restituetur, potestas, et capitaneus teneantur de rebus et personis hominum illius terre, in qua captus vel detentus esse aliquis perusinus, detinere ac detineri facere, ita quod avere pro avere et persona pro persona faciant detineri. Et de his intelligantur qui adlibraverunt in civitate vel comitatu vel districtu Perusii; et non in aliis, quorum libra non appareret in libris communis Persuii assignata (Statuto del comune di Perugia del 1279... cit. n. 9, 1, p. 91, §70).

30 Et aliquis ambaxiator pro se vel pro aliquo alio, ultra ambaxiatam sibi commissam, aliquid impetrare vel aliquam rem non audeat ad suam utilitatem vel alterius, nec suam vel alterius ambaxiatam portare ultra ambaxiatam sibi commissam, nec ambaxiatam sibi commissam propalare absque licentia Antianorum (Statuti inediti della città di Pisa dal XII al XIV secolo... cit. n. 23, p. 75).

31 Quia non est decens vel honestum quod aliquis ex nostris ambaxiatoribus provisoribus et aliis qui mittuntur extra pro factis communis faciat de mercationibus, cum hoc sit in minus honoris nostri dominii, et pro honore nostro faciat providere superinde. Vadit pars quod decetero aliquis ambaxator, provisor, tractator, aut sindicus vel nuncius qui mittetur extra ad aliquas partes per nostrum dominium non possit, nec debeat ullo modo vel forma per se vel alios sub eius nomine facere nec fieri facere de mercationibus in locis ad quos ibunt sub pena perdendi totum id, in quo fuerit contrafactum, de qua pena non possit alicui contrafacienti fieri gratia, donum, remissio, vel recompensatio sub pena ducatorum centum pro quolibet consiliario, capite, sapiente vel alio ponente vel consentiente partem in contrariam (D. E. Queller, Early Venetian... cit. n. 4, p. 78 [provision de 1396]).

32 La plupart des études disponibles sur l’argument portent sur le XVe siècle : P. M. Dover, The Economic predicament of Italian Renaissance ambassadors, dans Journal of Early Modern History, 12, 2008, p. 137-167 et Id., The resident ambassador and the transformation of intelligence gathering in Renaissance Italy, dans E. O’Halpin, R. Armstrong, J. Ohlmeyer (éd.), Intelligence, Statecraft and International Power, Dublin, 2006, p. 17-34 ; une exception, le travail de S. Parent, Pratiques diplomatiques et écritures comptables. Notes sur le livre d’un nonce apostolique : le dominicain Foulque de Sisteron, dans Les relations diplomatiques au Moyen Âge. Formes et enjeux, Paris, 2011, p. 111-118. L’auteur prépare une édition de ce manuscrit qui contient toutes les dépenses d’ambassade pendant quatre années. Voir aussi S. Parent, Dans les abysses de l’infidélité. Les procès politiques contre les ennemis de l’Eglise en Italie au temps de Jean XXII (1316-1334), Rome, 2014, p. 502-524, avec plusieurs tableaux sur les coûts des missions d’ambassades pontificales dans les Marches.

33 Possint [Priores et Vexillifer iusticie] mictere nuncios et exploratores pro explorandis conditionibus prout et quando voluerint, ac etiam ordinare vel mictere ambaxiatores quotiens et quando et ubi eis videbitur pro bono et pacifico statu civitatis et populi Florentie et artium et artificum ipsius, ac etiam licteras destinare quando et quo et quotiens eis videbitur convenire. Salvo quod nullas licteras vel ambaxiatas vel ambaxatiorem seu ambaxiatores ex eorum parte vel communis et populi Florentie destinare vel eligere pro eundo possint ad summum pontificem vel ad aliquem cardinalem summi pontificis vel ad regem, nisi prehabita deliberatione duodecim bonorum virorum et obtento partito a secretum scrutinium inter eosdem Priores et Vexilliferum iusticie XIIcim ad fabas nigras et albas, exceptis licteris et ambaxiatis, que forent super factis vel de factis Communis florentie, in quibus nil contineatur vel sit de alicuius negociis specialis seu specialium personarum, quas destinare valeant absque deliberatione premissa (Statuti della Repubblica fiorentina, I, Statuto del capitano del popolo degli anni 1322-25, cit. n. 24, p. 72). On chercherait en vain dans les statuts des informations sur la gestion de cette diplomatie secrète pourtant part non négligeable de l’activité réelle : voir M. Jucker, Trust and mistrust in letters : late medieval diplomacy and its communication practices, dans P. Schulte, M. Mostert, I. van Renswoude (éd.), Strategies of writing. Studies on text and trust in the Middle Ages, Turnhout, 2008, p. 213-236 et Id., Secrets and politics : methodological and communicational aspects of late medieval diplomacy, dans Micrologus, 14 (Il segreto/The Secret), 2006, p. 275-309.

34 Qui ambaxiatores debeant eligi per dominos potestatem et octo, de quibus debeant esse in concordia due partes (Statuti di Arezzo [1327]... cit. n. 10, p. 57).

35 Statuimus quod potestas nullum possit mittere ambaxatorem in districtum vel extra districtum seu nuntium alium, nisi de voluntate curie sue consulum et ancianorum; nec possint illi de curia consulum et ancianorum de se ipsis aliquos eligere pro ambaxiatoribus (Statuti di Treviso... cit. n. 17, p. 171).

36 Et quod ad voluntatem Antianorum ambaxiatores et nuntii ab eis eligi et micti possint, etiam cum mandato et ambaxiata a sapientibus viris componendis, et ab Antianis approbandis. Ita videlicet, quod Antiani populi Pisani, cum suprascriptis potestatibus et capitaneis, possint eligere omnes ambaxiatores, sindicos et nuntios pro comuni pisano ad quascumque partes; dummodo antiani primo habeant bailiam et potestatem generalem vel specialem de predictis, consilio de auctoritatem habente; exceptis ambaxiatoribus et nuntiis ituris ad partes Garbi, Romanie, Ultramare, Spanie et Sardinie : qui excepti eligantur secundum modum et formam inveniendos a consilio capitaneorum militum, senatus, credentie et Antianorum pisani populi, et eorum consilii minoris et majoris, et duodecim populi, consulum trium mercationum, capitaneorum et priorum septem artium, ita quod electio ipsa, vel electorum congragatio, fiat ante separationem consilii; dummodo ipsa electio non possit conmicti Antianis pisani populi, nec electoribus ab eis eligendis. Et hoc capitulum sit precisum, et precise servetur (Statuti inediti della città di Pisa... cit. n. 23, I, l. 75 [bref des consuls de 1286]).

37 Lo statuto del Comune di Bologna dell’anno 1335... cit. n. 16, p. 375.

38 De ambasciatorum electione potestas et capitaneus et consules se nullatenus intromittant; set eos eligere debeant consilium spéciale, nisi potestati et capitaneo et consulibus datum esset de facienda electione ambasciatorum a maiori consilio civitatis. Et quando ambasciatores eligentur, de militibus et pedibus eligantur (Statuto del comune di Perugia del 1279... cit. n. 8, p. 420). Une précision identique est apportée dans les statuts de Padoue  : Item ambaxatores Padue debeant eligi de iudicibus militibus et popularibus, si ambaxata fuerit de ultro duos ambaxatores (Statuti del comune di Padova ... cit. n. 20, p. 99).

39 Si vero contigerit ipsum rectorem dirigere ambaxiatores ad aliquas partes, si vult ut eorum electio sine sua invidia seu sine suspitione procedat, faciat eos eligi in consilio sicut fiunt alie electiones. Verumtamen in ambaxiatoribus destinandis ad imperatorem vel ad dominum papam seu ad alia loca nobiliora, non ita servandum est propter amicitiam et parentelam, quas potius considerant electores quam iusiurandum vel utilitatem comunis. Eligunt enim consanguineos vel amicos ignorantes forsitan huiusmodi ambaxariam honorifice portare, vel non convenientes ad id quod intenditur vel optatur; quod grave posset esse comuni illius civitatis et valde reprehensibile. Ergo quia tunc interest reipublice tales dirigere, per quos ipsa civitas de sapientia et discretione possit merito commendari, ipse rector per se, habito consilio cum suis, eligere debet de maioribus et sapientioribus illius civitatis, non ex una parte tantum, sed comuniter, quorum eloquentia et sapientia et moribus ambaxiaria eis iniuncta honorifice portetur, et potestas et civitas cum consilio de sapientia et prudentia possit merito commendari (Johannes Viterbiensis, Liber de regimine civitatum, éd. G. Salvemini [Bibliotheca juridica Medii Aevi, éd. A. Gaudenzi, III], Bologne, 1901, p. 262).

40 Archivio di Stato di Firenze, Consulte e Pratiche, 10 mai 1369 : fiat reformatio in comuni quod comune Florentie deinceps non possit facere ligam cum aliquo domino vel comuni maiori comunis Florentie. L’épisode est rapporté par G. A. Brucker, Florentine politics and society 1343-1378, Princeton, 1962, p. 242-243.

41 Item quod nulla ambaxiata deliberetur in consilio, vel extra consilium civitatis predicte, ad expensas civitatis eiusdem, nisi fiat de ea prius partitum ad bussulas et palluctas; et si aliter fieret, camerarius non teneatur nec debeat aliquid solvere pro ambaxiata predicta (Statuta civitatis Aquile, éd. A. Clementi, Rome, 1977, p. 190).

42 C’est une question particulièrement importante, même dans la réflexion théorique sur l’ambassadeur telle qu’elle se développera à partir du XVe siècle : voir P. Gilli, La fonction d’ambassadeurs dans les traités juridiques italiens... cit. n. 3.

43 Voir en particulier le statut du podestat de Florence de 1325 particulièrement disert sur le sujet : Statuti della Repubblica fiorentina, II, Statuto del podestà dell’anno 1325... cit. n. 24, p. 57 ; cf. P. Gilli, De l’importance d’être hors-norme... cit. n. 13.

44 Cum maxima quantitas peccunie nostri comunis expendatur continue in ambaxiatis que mittuntur extra Venetiis, et utile sit in hoc dare regulam et ordinem pro allevatione nostri comunis, Vadit pars [= on met aux votes] quod decetero non possit extra Venetiis mitti in aliquam partem ad expensas nostri comunis ultra unum ambaxiatorem pro qualibet ambaxiata, qui non possit aliquo modo ducere secum ultra quatuor famulos, unum notarius curie cum uno famulo, et duos famulos a stabulo, si ibit cum equis, de numero autem predicte infra et de expensis fiendis per quemlibet ambaxiatorem,possit provideri per illud consilium in quo capietur de mittendo ambaxiatam, prout utilis apparebit. Verum ad creationem regis, pape et imperatori possint mitti usque tres ambaxiatores, et ad coronationem regis duo tamen, non habendo vel ducendo, propterea, ultra dictum numerum quatuor famulorum et duorum a stabulo (D. E. Queller, Early Venetian... cit. n. 4, p. 74).

45 Item dicimus quod si equus alicuius ambasciatoris euntis pro facto communis a communi Perusii moreretur vel magagnaretur, ei secundum quod valuerit a communi Perusii debeat emendari, dummodo antequam vadat in ambasciatam scribantur pilus et colore qui et signa et magagne; et cum redierit, eodem modo. Item dicimus quod potestas et capitaneus compellant illos, qui equos prestiterint ad vecturam, eos recipere, nisi forent magagnati. Et si non receperint, et aliquid petere voluerint causa vecture, a die restitutionis ultra nullatenus audiantur. Et si aliquis eos vel eorum aliquem audiret, et compelleret conductorem ad solvendum aliquid locatori ex forma alicuius instrumenti seu confessionis inde facte, et ille conductor aliquod damnum pateretur, restituatur conductor a communi Perusi de omni eo quod solverit locatori et de omni damno quod inde aliquatenus pateretur (Statuto del comune di Perugia del 1279... cit. n. 8, p. 420). Les statuts de Vérone de 1276 précisent aussi que la commune prend à sa charge le cheval, mais pas la voiture (Gli statuti veronesi del 1276 colle correzione e le aggiunte fino al 1323, éd. G. Sandri, Venise, 1940, p. 140).

46 Ambaxatores quoque et notarii et alii omnes teneantur resignare comuni infra quatuor dies postquam reversi fuerint residuum denariorum quos (sic) superhabundaverit ultra quod concessum est (Statuti del comune di Padova... cit. n. 20, p. 99).

47 Il s’agit d’une prescription très largement répandue que l’on retrouve presque partout.

48 Pour donner une couleur plus personnelle à cette affirmation des risques des départs fréquents en ambassades, voir ce qu’en dit le chroniqueur Donato Velluti : Ebbi ambasciate di mio onore, le quali me fecieno assai danno alla borsa e sviamento di mia arte. E se non che mi convenia, a principii de Priorati, aoperate con preghiere di non essere mandato di fuori per ambasciadore, quasi del continuo saria stato in ambasciatà, dans La cronica domestica di Messer Donato Velluti, scritta fra il 1367 e il 1370, con le addizioni di Paolo Velluti, scritte fra il 1555 e il 1560, I. del Lungo (éd.), Florence, 1914, p. 189. Le récit du chroniqueur témoigne de ce qu’il y avait avec le ciel des accommodements et que l’on pouvait faire valoir auprès de l’exécutif les difficultés à partir trop souvent en missions qui risquaient de mettre à mal les affaires et l’entreprise.

49 Et quod domini anciani et consules et dominus potestas, et quilibet per se, libere possint et valleant tales ambaxiatores elligendos cogere et conpellere ad eundum in tali ambaxiata ad quem elligentur, omni exceptione remota, salvo quod in caxu evidentis infirmitatis, per duos medicos domino potestati vel domino capitane fide facta, retendis de predictis cambio et gabella (Lo statuto del Comune di Bologna dell’anno 1335... cit. n. 16, p. 375). Voir aussi le vote du Sénat vénitien du 7 septembre 1315 qui renforce la législation contre les récalcitrants (D. E. Queller, F. R. Swietek, Two studies... cit. n. 4, p. 15-16).

50 Item statuimus quod quelibet spia teneatur et debeat ire ad locum ad quem jussus fuerit ire per potestatem et ancianos qui tempore fuerint et illud quod ei iniunctum fideliter exercere et complere, quod si contra fecerit, pro prima vice, stet ad catenam per unum diem et restituat precium quod inde habuerit, pro secunda autem vice, verberetur per civitatem et bulletur in fronte et masillis et post modum expelletur de civitate et districtu Verone (Gli statuti veronesi... cit. n. 41, p. 487).

51 Et quod redibunt ad patriam quam citius poterunt et circa predicta vel aliquod predictorum nullam fraudem vel dolum commictant. Et si contigat quod ipsi omnia et singula favta non observarerint, vel longiorem moram quam conveniat traxerint in eundo vel redeundo, condemnentur in libris ducentis pro quolibet (Statuti della Repubblica fiorentina, II, Statuto del podestà dell’anno 1325... cit. n. 24, p. 58).

52 Sur ces statuts exceptionnels, voir L. Tanzini, Gli statuti fiorentini del 1409-1415. Problemi di politica e diritto, dans Reti Medievali Rivista, III/2 (Iuglio-dicembre), 2002/2. En ligne : www.retimedievali.it ; et Id., Statuti e legislazione a Firenze dal 1355 al 1415 : lo statuto cittadino del 1409, Florence, 2004.

53 Procédure lourde qui contraignait le gonfalonier de justice à initier une procédure ex officio. De plus, les délateurs n’étaient pas soumis à payer une caution comme dans une procédure accusatoire. Voir Statuta populi et communis Florentiae collecta, castigata et praeposita anno salutis MCCCCXV, II, 2, Fribourg, 1778, p. 713.

54 Ibid.

55 Omnes et singuli electi […] tamquam ambaxiatores communis Florentiae habeant devetum ab omni et qualibet ambaxiata communis predicti per tempus et terminum unius anni proxime secuturum incipiendi a die quo redierit de dicta prima ambaxiata. Et contra praedicta nullus directe, vel per obliquum possit eligi, seu mitti, vel ire pro ambaxiatore dicti communis, seu facere, vel etiam acceptare aliquam ambaxiatam communis praedicti, vel pro eo sub poena quingentarum L. (ibid., p. 710). Évidemment, le texte prévoyait ensuite la possibilité de contourner le devetum par le biais d’un vote de l’exécutif urbain (prieurs, gonfaloniers et conseil des Douze). C’était clairement se réserver la possibilité de spécialiser un personnel diplomatique sous couvert de respecter la rotation des charges caractéristique de l’époque communale.

56 Il suffit de parcourir les volumes des commissions données à Rinaldo degli Albizzi à la fin du XIVe siècle et au début du XVe siècle pour constater la constante réitération de missions par les mêmes personnes liées au Reggimento : C. Guasti (éd.), Commissioni di Rinaldo degli Albizzi per il Comune di Firenze dal 1399 al 1433, Florence, 3 vol., 1867-1873.

57 Si autem aliquis unam ambasciatam habuerit et fecerit pro communi, aliam eo anno facere minime compellatur ; nec etiam habere debeat ullo modo, nisi missus fuerit ad curiam domini Pape, ad civitatem Romanam, vel ad curiam imperatoris, vel ad curiam regis. Si vero aliquis ambasciator esset missus ad aliquam ambasciatam secretam, tunc possit iterum remitti pluribus vicibus sine pena, eo quod dictum est superius non obstante (Statuto del comune di Perugia del 1279... cit. n. 8, p. 420).

58 Ordinamus pro utilitate et venustate platee et mercati comunis, quod tende apotecarum mercatorum pannorum, tam de francia quam de ritallio et omnes alie tende, que tenentur ante apothecas, positas in mercato comunis et iusta plateam comunis, tenantur et debeant morari, sicut morantur in aliis civitatibus, videlicet justa hostium apotece et sicut hostium apotece trahiit et non, sicut consueverunt, morari extra hostium sub taulitiis cum sit turpe et indecens et res castellana et impediant viam subtus taulitiis et videatur pro forensibus et ambaxiatis quando veniunt Pistorium (Statuti pistoiesi del secolo XIII... cit. n. 18, III, p. 193).

59 insuper quod quilibet dictorum hosteriorum teneatur habere et tenere in sua hostaria duas cameras honorifique paratas cum quatuor lettis honorifique et decenter furnitis pro qualibet camera ad hoc ut ambaxatores, clerici et alie solempne persone venientes Venetias possint in ipsis hospitari decenter (D. E. Queller, Early venetian... cit. n. 4, p. 64).

60 Ambaxator quilibet seu nuncius alicuius civitatis seu alicuis loci veniens paduam pro requirendis consciliis maiore vel minore seu ancianis, ipsa die sequenti qua iunxerint in civitate Padue debeant se presentare potestati et ancianis comunis Padue vel maiori parti eorum et eis sue ambaxate seu petitionis formam exponere et conscilia super sua ppeticione vel ambaxata postulare. Quod si non fecerint vel facere omiserint ulterius non audiantur, nec eis concedatur conscilium super sua ambaxata usque ad mensem. Et hospites ad quorum domus seu hospicia descenderint, ipsa die vel sequenti teneantur potestati vel anzianis aut maiori parti eorum denunciare adventum ipsorum ambaxatorum et ipsis ambaxatoribus notificare et declarare huius statuti formam et tenorem in banno solidorum sexaginta (Statuti del comune di Padova... cit. n. 20, p. 99).

61 Gli statuti del comune di Bologna degli anni 1352, 1357, 1376, 1389, libri I-III, éd. V. Braidi, Bologne, 2002, p. 345.

62 Et nos potestates et capitanei teneamur predicere dictis ambaxiatoribus et legatis et nuntiis ante dictum consilium quod nichil dicant ultra in dicto consilio quam primo dixerint eis (I brevi del comune di Pisa... cit. n. 27, p. 54). Le bref pisan de 1313 réitère l’interdiction : hoc addito quod ambaxiatores qui pro tempore fuerint pro comuni pisano, non possint dicere vel proponere aliquid, ultra quam eis fuerit impositum in ambaxiata eis commissa ad penam averis et personarum (Statuti inediti della città di Pisa... cit. n. 23, p. 22). Une disposition identique dans les statuts d’Arezzo de 1327.

63 Firmamus quod quando ambaxatores, undecumque fuerint, suam dixerint et retraxerint ambaxatam, potestas incontinenti ad principale factum non respondeat, sed solum salutationi et verba dicat recomendationis loci unde ambaxatores mittuntur et personarum ipsorum. Et curialiter dicat, sicut videbitur convenire, quod possint stare et recedere ; et quod ipse, habito consilio hominum civitatis Tervisii et consilii eius, respondebit prout consilio melius videbitur faciendum (Gli statuti del comune di Treviso... cit. n. 17, p. 170).

64 Convenit autem potestati et rectori alicuius civitatis advenientes ambaxiatores cuiuslibet civitatis facie ylari recipere ; et auditis petitionibus eorum, primitus, si fieri poterit, deliberare utrum ei sit inde faciendum generale consilium an non, cum ipsi postulant consilium civitatis ; et si causa exigit consilium faciat consilium convocari ; et auditis propositionibus eorundem ambaxiatorum in consilio, deliberet cum consiliariis quod eis sit faciendum sive respondedum, ipsis ambaxiatoribus interim dum deliberent existentibus extra consilium in aliquo loco convenienti (Johannes Viterbiensis, Liber de regimine civitatum... cit. n. 39, p. 261).

65 Voir les trois exemples fameux des XIIe et XIIIe siècles : Otton de Freising, Jean de Salisbury et Salimbene de Adam. Réaction de Frédéric Barberousse à une délégation d’ambassadeurs du sénat de Rome en 1155 qui demandent à l’empereur de respecter les coutumes de Rome : Ad haec rex tam superbo quam inusitato orationis tenore justa indignatione inflammatus cursum verborum illorum de suae rei publicae ac imperii justicia more Italico longa continuatione periodorumque circuitibus sermonem producturis interrupit (Ottonis episcopi Frisingensis et Rahewini, Gesta Frederici I. imperatoris, éd. G. Waitz, B. von Simson [Monumenta Germaniae Historica Scriptores rerum germanicarum in usum scholarum, 46], 1912, p. 136). Ioannis Saresberiensis, Policraticus I-IV, éd. K. S. B. Keats Rohan, Turnhout, 1993, p. 188 : memini me audisse Romanum pontificem solitum deridere Lumbardos, dicentem eos pilleum omnibus colloquentibus facere, eo quod in exordio benevolentiam captent et eorum cum quibus agitur capita quodam commendationis demulceant oleo. Salimbene de Adam, Cronica, II, a. 1250-1287, éd. G. Scalia, II, Turnhout, 1999, p. 541 : Iste imperator truphatorie concionabatur aliquando coram domesticis suis in palatio suo, loquendo sicut faciunt Cremonenses ambaxatores, qui mittentur ad ipsum a concivibus suis quia primo laudat unus alium, multipliciter commendando quomodo est nobilis iste, sapiens, dives et potens. Et post mutuam commendationem dicebant facta sua. Sur cette tradition, voir E. Artifoni, I podestà professionali e la fondazione retorica della politica communale, dans Quaderni storici, 63, 1986, p. 687-720, surtout p. 706-707.

66 À cet égard, la situation des communes italiennes n’est pas sans évoquer celle des cités de l’empire romain qui cherchaient elles aussi à se doter d’une capacité de représentation à l’extérieur tout en ménageant les autorités régionales ; la délicate articulation entre pouvoir local et pouvoir supra-urbain et princier caractéristique du monde romain étant dans l’Italie médiévale rendue plus complexe encore par les rivalités internes aux cités qui avaient donné lieu à une stratification institutionnelle qui diluait les centres de décisions entre instances multiples : sur le monde romain, voir W. Eck, Diplomacy as part of the administrative process in the Roman Empire, dans C. Eilers (éd.), Diplomats and diplomacy in the roman world, Leyde, 2009, p. 193-208.

67 Il est frappant qu’une ville comme Florence qui a pourtant promulgué des ordonnances anti-magnatices très virulentes accepte la sélection des magnats comme ambassadeurs, même si c’était sous condition : voir C. Bertazzo, I magnati e il diritto nei comuni italiani del XIII secolo, Pise, 2009, p. 94-96.

68 À titre comparatif, à la fin du XIVe siècle, Gino di Neri Capponi, un des chefs de file des conservateurs florentins favorables à un certain isolationnisme de la commune, conseillait à son fils de ne pas trop aller à l’étranger, s’il voulait faire une belle carrière dans la cité : Ricordi di Gino di Neri Capponi, dans L. A. Muratori (éd.), Rerum Italicarum Scriptores, XVIII, Milan, 1732, p. 150 : « Chi vuole grande stato dentro della città, non vada troppo fuori, se non fosse già in gran fatto ».

69 Voir les travaux de Riccardo Fubini, notamment R. Fubini, L’istituzione diplomatica e la figura dell’ambasciatore nel XV secolo (in riferimento prevalente a Firenze), dans F. Salvestrini (éd.), L’Italia alla fine del Medioevo : i caratteri originali nel quadro europeo. Atti dei convegni, Centro di studi sulla civiltà del tardo Medioevo, San Miniato, ottobre 2002, I, Florence, 2006, p. 333-354, ou Id., Diplomacy and governement in Italian city-states of the fifteenth-century (Florence and Venice), dans D. Frigo (éd.), Politics and diplomacy in Early Modern Italy. The structure of diplomatic practice, 1450-1800, Cambridge, 2000, p. 25-48.

70 Quod infrascripte persone, si expedierit, defendantur cum vexillo communis justicie. Item statuimus et ordinamus quod, si potestas vel priores de populo presentes vel futuri vel eorum cancellarius vel alius officialis ratione sui officii, rector vel ambasiator […] fuerit in persona cum sanguinis effusione vel alias vituperose vel enormiter per aliquem nobilem vel summissam personam aut contra rebelles procedentes vel volentes procedere super homicidio vel vulneribus, quod tunc domini priores de populo tunc presidentes teneantur et debeant statim vexillum populi sive justicie foras extrahere in capite scalarum palatii vel alio loco ubi eis visum fuerit portare et ponere et vocare ibidem confalonerios gubernatorum et eorum sequacium deputatorum per tempora ad vindictam contra excedentes et inobedientes […] statim procedere et ipsum vexillum non remittere, donec vindicta ipsa facta fuerit. Et interim omnes apotece sint clause et nullum ius reddatur (Lo statuto del comune di Viterbo del 1469, éd. C. Buzzi, Rome, 2004, p. 304).

Auteur

Université Paul-Valéry Montpellier, EMM (EA 4583) - patrick.gilli@univ-montp3.fr

© Publications de l’École française de Rome, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540