Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hétérodoxies croisées. Catholicismes pluriels entre France et Italie, XVIe-XVIIe siècles

 | 
Gigliola Fragnito
, 
Alain Tallon

La censure des livres

Érudition gallicane et censure romaine au tournant des XVIe et XVIIe siècles : Papire Masson devant l’Index

Jean-Louis Quantin

Note de l’auteur

Abréviations : ACDF : Archives de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi ; BAV : Bibliotheca Apostolica Vaticana ; BL : British Library ; BNF : Bibliothèque Nationale de France ; BVR : Biblioteca Vallicelliana, Rome ; CPG : Clauis Patrum Graecorum ; CSEL : Corpus Scriptorum Ecclesiasticorum Latinorum ; CUF : Collection des Universités de France ; ILI : J. M. de Bujanda (éd.), Index des livres interdits, 11 vol., Sherbrooke-Genève, 1984-2002 ; PG : Patrologiae Cursus Completus, Series Graeca ; SC : Sources chrétiennes. Sauf précision contraire, tous les documents cités sont aux ACDF, fonds de l’Index. On a écrit Index, en romain, pour désigner la congrégation, Index pour le livre. L’orthographe des citations a été respectée, mais la ponctuation occasionnellement rectifiée ; les abréviations ont été élucidées.

Texte intégral

  • 1 Sur la notion de style, voir l’excellente définition de P. Lake et M. Questier, Introduction dans (...)
  • 2 Outre les études pionnières de Bruno Neveu réunies dans Érudition et religion aux XVIIe et XVIIIe  (...)

1L’érudition était, aux temps modernes, au cœur des relations entre Rome et la France, le style romain et le style gallican de catholicisme1. Sans doute fut-ce particulièrement vrai dans la seconde moitié du XVIIe siècle, alors que, d’un côté, l’érudition gallicane connaissait son apogée et que, de l’autre, s’affirmait un mouvement de retour aux sources, souvent teinté de rigorisme voire de jansénisme, qui tendait à réformer le catholicisme post-tridentin sur le modèle de « l’âge d’or de l’Église », aux IVe et Ve siècles. L’orientation fortement historique de la culture religieuse gallicane suscita alors à Rome, et parfois chez les mêmes hommes, aussi bien l’admiration que l’inquiétude. Assez largement déclassés sur le terrain érudit, agrippés au grand récit romanocentrique autrefois développé par Baronius dans ses Annales, les théologiens curialistes donnèrent souvent l’impression de ne savoir plus que condamner, au Saint-Office et à l’Index, des travaux auxquels ils étaient incapables de répondre2.

  • 3 Voir P. Petitmengin, À propos des éditions patristiques de la Contre-Réforme : le « Saint Augustin (...)

2Si elles s’aggravèrent avec la crise janséniste, à partir de 1640, les inquiétudes de la papauté face à l’érudition gallicane n’étaient pourtant pas nouvelles. Elles sont déjà très apparentes, au tournant du XVIe et du XVIIe siècle, dans le cas de Papire Masson, condamné successivement pour un livre d’histoire (le De Episcopis urbis) et une édition de texte (les Opera d’Agobard). Le dossier – un des tout premiers concernant un gallican que l’on trouve aux archives de l’Index –, est d’autant plus intéressant qu’il est contemporain des grandes ambitions savantes romaines, alors que la papauté avait entrepris de faire de l’Urbs la capitale catholique de la philologie sacrée et que les Annales de Baronius étaient en cours de publication, sur la base de matériaux en partie fournis par l’érudition française3. On ne saurait donc incriminer, à ce stade, une éventuelle incompétence romaine : c’était bien une autre conception de l’histoire ecclésiastique qui était en cause.

Les gallicanismes du De Episcopis urbis

  • 4 P. Ronzy, Les relations de Baronius et de Papire Masson d’après leur correspondance et des documen (...)
  • 5 BNF, Ms. Latin 11416, fol. 89r : Erasmum quem aiunt magnum Germaniae decus esse. Quis nescit Batau (...)
  • 6 La lettre de Baronius à Masson, du 12 février 1602, a été copiée dans BNF, Ms. Latin 11416, fol. 7 (...)

3Les ennuis de Masson avec l’Index commencèrent avec la publication, en 1586, de son De Episcopis urbis. L’intérêt de cet épisode, pour voir « aux prises la Contre-Réforme romaine et le catholicisme gallican du XVIe siècle sur le terrain de la critique historique », avait été relevé en 1923 par Pierre Ronzy, qui avait eu le mérite de retrouver et de publier une censura détaillée, transmise à Masson par Baronius en 16024. Malheureusement, outre des fautes de lecture assez nombreuses, et dont telle ou telle n’étaient pas sans conséquence pour l’interprétation – le censeur était ainsi supposé identifier Érasme à « Satan », alors qu’il l’avait en réalité qualifié de « Batave »5 –, P. Ronzy voulut attribuer le texte à Baronius lui-même, quoique la lettre du cardinal dît clairement le contraire6. Il était de toute manière impossible, tant que les archives de l’Index restaient inaccessibles, d’avoir une vue complète de l’affaire.

  • 7 P. Ronzy, Un humaniste italianisant, cit., p. 343-431 et Notes additionnelles, p. 641-645. Voir au (...)
  • 8 P. Masson, Annalium libri quatuor : quibus res gestae Francorum explicantur, Paris, 1577.
  • 9 Voir les explications de P. Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 270v-272r. Pour les censeurs ro (...)
  • 10 P. Ronzy, Un humaniste italianisant, cit., p. 377-378, me semble exagérer le gallicanisme ecclésio (...)
  • 11 Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 113r-114r.
  • 12 Ibid., fol. 121r : coacti sunt Romae occidentales Episcopi centum uiginti quinque, et unam in domi (...)
  • 13 Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 121r, se borne à résumer ainsi les décrets de Constantinopl (...)
  • 14 Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 339r-340v.
  • 15 Ibid., fol. 344r-345r et fol. 354r-362v.

4P. Ronzy, dans sa thèse non remplacée sur Masson, a consacré au De Episcopis urbis, un chapitre fouillé7. On rappellera juste ici que l’ouvrage, par sa composition comme par son écriture, relève du genre de l’antiquariat, que Masson avait déjà pratiqué, dans le domaine profane, avec ses Annales Francorum de 15778. Il se présente comme une suite chronologique des vies des papes, depuis Pierre jusqu’à Grégoire XIII, qui ne forme pas un récit continu et qui fait une grande place à la reproduction textuelle des sources, en bonne partie inédites. Le titre pourrait indiquer une tendance à minimiser la primauté du pape : il fut certainement interprété en ce sens par les censeurs romains, très susceptibles sur ce point, et à leur suite par P. Ronzy, quoiqu’il ne faille sans doute pas y sous-estimer la part de la coquetterie littéraire9. Le gallicanisme ecclésiologique n’est pourtant guère apparent dans le corps de l’ouvrage10. La vie d’Honorius Ier passe ainsi absolument sous silence le monothélisme11. Masson évoque rapidement cette hérésie dans le pontificat d’Agathon, avec une curieuse bévue, qui doit être un lapsus : le concile occidental tenu à Rome pour préparer le troisième concile de Constantinople aurait « attesté qu’il n’y avait dans le Seigneur qu’une seule volonté et une seule opération »12. L’anathème posthume lancé contre Honorius par le troisième concile de Constantinople est passé sous silence, alors qu’il s’agissait d’une objection déjà classique contre l’infaillibilité du pape13. Il est vrai que Masson ne s’appesantit nulle part sur les questions théologiques. Mais l’histoire qu’il fait du concile de Constance n’a rien sur la supériorité du concile sur le pape (le décret Haec sancta n’est pas cité)14, et les mentions du concile de Bâle, en reproduisant intégralement la bulle In minoribus agentes – où Enea Silvio Piccolomini, devenu le pape Pie II, avait rétracté le conciliarisme de sa jeunesse –, sont hostiles15.

  • 16 Masson, ibid., fol. 184v et 186r, rejette catégoriquement le témoignage du cardinal Beno (Benno), (...)
  • 17 Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 185r : Ea poena tum grauis erat, quia id fulmen iaculari Po (...)
  • 18 Ibid., fol. 185v : Quae uictoria Episcopos urbis Romae monere debet ne uindiciae suae, etsi iustis (...)
  • 19 Ibid., fol. 266v : Episcopos urbis moneo, ne unquam Reges amicos sponte inimicos faciant. non enim (...)
  • 20 Ibid., fol. 419r : id enim a pontificibus fieri debet. nam quemadmodum refluente Oceano repente om (...)
  • 21 P. Ronzy, Un humaniste italianisant, cit., p. 344 n. 3, et 399 n. 2. Pour l’opposition à la bulle, (...)
  • 22 Voir A. Tallon, Diplomatie, Réforme catholique et conscience nationale : la Papauté au miroir de l (...)

5L’orientation et le ton sont en revanche nettement gallicans dans l’ordre politique. Masson condamne avec insistance les interventions des papes au temporel, particulièrement lorsqu’il s’agit de la France, et souligne que le Pontife romain doit être pacifique et favoriser la concorde entre les princes. Dans sa vie de Grégoire VII, du reste favorable à ce pape16, l’excommunication de l’empereur Henri IV en 1076 suscite ce commentaire : « C’était alors une peine grave, car les papes avaient coutume de lancer rarement ces foudres et les excommunications étaient leurs seules armes, mais le plus souvent si fortes que le genre humain ne redoutait rien davantage »17. Mentionnant ensuite la défaite de Rodolphe de Souabe, Masson en tire cette leçon : « Cette victoire [de l’empereur] doit avertir les évêques de la ville de Rome qu’ils ne doivent pas, dans l’intérêt de leur vengeance, même très juste, ordonner aux princes de prendre les armes pour leur destruction mutuelle » : il arrive souvent, en effet, que les méchants l’emportent sur les bons18. Les malheurs de Boniface VIII donnent lieu à un avertissement du même genre19. Grégoire XIII est au contraire loué pour avoir travaillé à établir la paix en Europe, mais l’éloge se double d’une mise en garde : les papes doivent agir ainsi car, s’ils sont privés de l’appui des rois, « ils sont nécessairement en butte au mépris, nus et abandonnés », à la manière d’un rivage dont la mer s’est retirée20. P. Ronzy a fait l’hypothèse très vraisemblable que ces avertissements insistants s’inscrivaient dans la réaction gallicane à la bulle Ab immensa aeterni de Sixte-Quint, du 9 septembre 1585, privant Henri de Navarre de ses États et le déclarant inapte, ainsi que le prince de Condé, à succéder à la couronne de France21. Sur tous ces points, le De Episcopis urbis reflète très précisément l’attitude de la monarchie française vis-à-vis de la papauté – il n’est pas indifférent que l’ouvrage soit dédié à Henri III, comme l’avaient été, neuf ans plus tôt, les Annales Francorum22.

  • 23 Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 385r : Qua in re Leo consulere quidem regibus uisus est, se (...)
  • 24 Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 418v : Senatu Parisiensi clausulam tantum illam [inuitis et (...)

6À ce gallicanisme royal se mêlent des traits qui relèvent plus spécifiquement du gallicanisme parlementaire. Son idéal de concorde entre le pape et le roi n’empêcha pas Masson de déplorer le concordat de 1516 par lequel Léon X avait accordé à François Ier et à ses successeurs de nommer aux bénéfices majeurs : « en quoi Léon a certes paru avoir égard à l’intérêt des rois, mais faire un tort immense à la piété chrétienne. Quoique, en effet, les volontés des rois soient souvent excellentes, l’événement a montré que la discipline ecclésiastique s’est effondrée du fait de cette action »23. Masson relève de même soigneusement, quoique sans commentaire, l’opposition du parlement de Paris, en 1576, à la permission donnée par Grégoire XIII à Henri III d’aliéner des biens ecclésiastiques pour 50 000 écus de revenus « même sans l’accord des propriétaires et malgré leur opposition », en contravention aux canons – la question était d’une brûlante actualité quand Masson écrivait24.

  • 25 Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 287r : hoc scio consuetudinem illam Cisalpinis populis minu (...)
  • 26 Ibid., fol. 287r. Voir Codicis DN. Iustiniani sacratiss. Principis PP. Aug. Repetitae praelectioni (...)
  • 27 Voir Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 406r (sur l’éphémère Marcel II) : moritur deinde Paulu (...)

7Le De Episcopis urbis est en outre imprégné d’un gallicanisme culturel, qui s’exprime occasionnellement par des remarques qu’on pourrait aussi bien qualifier d’anti-italiennes que d’anti-romaines. De l’usage de baiser la croix brodée sur la mule du pape, Masson écrit qu’il est « moins approuvé par les peuples d’en deçà des Alpes que par la nation italienne, qui est faite pour ces complaisances et ces abaissements »25, et il lui oppose, – puisqu’« il est équivalent de porter la croix sur son soulier et de la peindre par terre », – la constitution du Code Justinien contre cette dernière pratique : recourir ainsi aux empereurs pour donner aux papes une leçon de respect pour la religion n’est sans doute pas innocent26. La bizarrerie de la monarchie pontificale, cette gérontocratie élective, inspire à Masson les plaisanteries dont les Français, érudits gallicans comme diplomates royaux, étaient alors coutumiers27. Les mœurs ou les comportements peu édifiants de plusieurs papes sont évoqués sans détour, et Masson paraît prendre plaisir à citer les plaisanteries, histoires drôles ou pasquinades auxquelles ils ont donné lieu.

  • 28 Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 216v-217r. Nombreuses autres références dans P. Ronzy, Un h (...)
  • 29 Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 408r : Hi sunt alii a Iesuinis, [sic] nam hi sibi uidentur (...)
  • 30 P. Ronzy, Un humaniste italianisant, cit., p. 96-100, 116, 388, 427-428, 607-608. Cf. G. Dupont-Fe (...)

8Les ordres religieux, surtout mendiants, sont égratignés à plusieurs reprises : Honorius III, en approuvant les règles de saint Dominique et de saint François, pensait remédier à la corruption des mœurs, mais il causa involontairement un grand dommage à l’Église, puisque le clergé séculier se déchargea sur les mendiants de la prédication et devint oisif28. Masson prend occasion de la fondation des Théatins pour lancer une vive attaque contre les Jésuites : « Les Théatins sont différents des Jésuins, car ceux-ci s’imaginent être les seuls à avoir fait alliance (societatem) avec Jésus, mais le peuple en Italie et en Espagne a l’habitude de les appeler également Théatins » ; les Jésuites « pèchent certainement par excès de sagesse, en ce qu’ils pensent qu’ils commanderont un jour au Ciel lui-même »29. L’attaque est d’autant plus significative que Masson, ancien élève des Jésuites, était entré dans la Compagnie à l’issue de ses études : novice au Collège Romain en 1563, il enseigna dans plusieurs collèges jésuites, en Italie et en France – en dernier lieu à Paris, au collège de Clermont –, avant de quitter la Compagnie en 1569, et apparemment « avec éclat », même si la digression du De Episcopis urbis constitue sa première attaque publiée contre ses anciens confrères. La tradition jésuite le considéra en tout cas comme un apostat30.

  • 31 Comme le fait P. Ronzy, Un humaniste italianisant, cit., p. 385, dont la lecture du De Episcopis u (...)
  • 32 Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 408r-v.
  • 33 Ibid., fol. 410r : quo spectaculo attonitus populus Romanus admonitus est officii, nec rebus nouis (...)
  • 34 A. Tallon, Diplomatie, cit., p. 36-39.
  • 35 Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 415v, 416r (optimus ac sanctissimus pontifex, omnisque uirt (...)

9Il faut cependant isoler ces passages pour pouvoir trouver « parfois à l’œuvre une apparence de satire et de pamphlet »31. Le De Episcopis urbis était loin de s’y réduire. Parmi les papes récents, si le faste « plus royal que pontifical » de Paul IV et surtout son népotisme étaient discrètement blâmés, ses mesures contre les Juifs étaient hautement louées32. Le pontificat de Pie IV était présenté de la manière la plus favorable, en particulier pour l’exécution du cardinal Carlo Carafa : « le peuple romain, frappé par ce spectacle, fut ainsi rappelé à son devoir et n’osa plus ensuite entreprendre de révolutions »33. En vantant ainsi l’absolutisme pontifical, Masson faisait de nouveau écho à la position de la monarchie française34. Pie V, « excellent et très saint pontife, très remarquable exemple de toutes les vertus », et plus encore Grégoire XIII étaient célébrés pour avoir protégé les lettres et fondé des collèges35.

  • 36 Masson, De Episcopis urbis, cit., respectivement fol. 137r-141r et 168v-171r. Voir P. Ronzy, Un hu (...)
  • 37 P. Masson, Annales, cit., p. 212-218. Voir C. Baronius, Annales ecclesiastici, X, Rome, 1602, ad a (...)
  • 38 Baronius, Annales, X, ad ann. 999 [n. III-VIII], p. 926-927. Baronius voyait là la différence entr (...)
  • 39 Ibid., p. 111, ad ann. 853 [n. LXII] : Papyrius Maso in Galliis uir quidem praestans ingenio, et p (...)

10Surtout, écrivant d’après les sources originales, Masson balaya certaines légendes médiévales devenues intolérables pour la papauté post-tridentine, ainsi la papesse Jeanne ou le pacte de Sylvestre II avec le diable36. Dans ce second cas, il est vrai, la défense de la papauté se teintait de gallicanisme : outre que Sylvestre II (Gerbert d’Aurillac) était un pape français, il avait, avant son pontificat, soutenu un vif conflit avec Rome à propos de l’archevêché de Reims. Masson en avait longuement traité dans ses Annales Francorum, notamment d’après les lettres de Gerbert, encore inédites mais dont il avait pu consulter un manuscrit ; Baronius, tout en utilisant son travail, lui reprocha plus tard sa faveur pour Gerbert37. Cette dimension n’était pourtant pas explicite dans le De Episcopis urbis, et Baronius put citer avec approbation ce qui y était dit du pontificat de Sylvestre II : Masson, « qui a tout lu », avait démontré que le prétendu pacte avec le diable était une invention du schismatique Beno, animé par sa haine contre les papes38. Quant à la papesse, Baronius fit un vif éloge de Masson, « un homme remarquable par l’intelligence et la piété », qui avait « fait s’évaporer toute cette fable »39.

  • 40 Voir par exemple Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 265v et 344r-345r. Autres références dans (...)
  • 41 Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 410v : Ioannes Caluinus anno aetatis quinquagesimo tertio G (...)
  • 42 Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 384v (voir infra, n. 140). Ce point a été bien vu par P. Ro (...)

11Masson, enfin, ne nourrissait aucune sympathie pour la Réforme, qu’il condamna sévèrement, quoique moins pour sa doctrine que pour les guerres civiles qu’elle avait déchaînées en France. De nombreuses digressions dénoncent les massacres et profanations perpétrés par les calvinistes40. Tout en reconnaissant les qualités intellectuelles de Calvin – et en s’abstenant de reprendre aucune des légendes répandues par les controversistes les plus violents –, Masson ne l’en qualifie pas moins de « vipère » : « nous devons donc beaucoup à l’année 1564, où du moins ce montre a péri »41. Il est significatif que le jugement porté sur Luther, quoique d’une hostilité sans ambiguïté, soit moins violent dans le ton42.

La première censure romaine du De Episcopis urbis

  • 43 Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. *2r-3r : plurimum gaudii et laetitiae hauriet ex hoc opere. (...)
  • 44 Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 421r : hanc historiam pedibus tuis subiicimus, eamque emend (...)
  • 45 Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 421v : nam sic est apostolica sedes quasi proposita atque a (...)
  • 46 P. Ronzy, Un humaniste italianisant, cit., p. 399-400. 
  • 47 P. Ronzy, ibid., p. 399, n. 2, propose même de reconnaître dans De Episcopis urbis, cit., fol. 160 (...)
  • 48 Voir A. Tallon, Conscience nationale, cit., p. 237-280.
  • 49 Masson mentionne le fait dans ses projets de lettre à Sixte-Quint (voir note suivante). Sur Luigi (...)

12Masson prévoyait-il que son travail serait mal reçu à Rome ? Il n’en laissa rien paraître. Sa principale préoccupation était que le De Episcopis urbis parvînt au pape le plus tôt possible. La dédicace à Henri III le prie de faire transmettre l’ouvrage à Sixte-Quint par son ambassadeur à Rome, et Masson, confiant que le pontife en « tirera un grand contentement et une grande joie », ne craint pas de solliciter une récompense aussi bien du pape que du roi43. La conclusion de l’ouvrage s’adresse directement à Sixte-Quint : « nous déposons cette histoire à tes pieds et nous souhaitons qu’elle soit corrigée par toi, qui conserves et la foi et le siège de Pierre »44. Après avoir redit crûment qu’une récompense serait bienvenue, Masson termine sur une triomphante profession de foi en la perpétuité du « siège apostolique », que « tous les vents de l’iniquité » ne sauraient renverser : « et le pontificat sera comme une eau intarissable qui ne cesse jamais de couler » – image complètement renversée par rapport à celle, rencontrée plus haut, de la papauté condamnée au desséchement, si les eaux royales se retirent d’elle45. Pierre Ronzy a vu dans ces déclarations de l’ironie, et même de l’ironie « poussée un peu loin »46. Mais, outre que Masson, on va le voir, désirait vraiment obtenir le patronage du pape et qu’on voit mal l’intérêt qu’il aurait eu à se moquer de lui47, c’est là une lecture anachronique. Au XVIe siècle, la critique morale de Rome, l’hostilité à l’italianisation de la Curie, la dénonciation de la volonté de puissance des papes n’excluaient nullement une fidélité sincère au Saint-Siège : les gallicans ne critiquaient tant la papauté que parce qu’ils espéraient sa réforme selon l’idéal gallican48. Les leçons prodiguées par Masson aux évêques de Rome n’étaient pas de simples effets rhétoriques à l’intention des lecteurs français : elles visaient bien leurs destinataires ostensibles. En août 1586, à peine le De Episcopis urbis sorti des presses, Masson écrivit en outre au cardinal Luigi d’Este, protecteur de France à Rome, pour le prier d’en transmettre un exemplaire au pape49.

  • 50 G. de Bremond d’Ars, Jean de Vivonne, cit., p. 180-192, 197, 199-200 ; Girolamo Ragazzoni. Corresp (...)
  • 51 G. de Bremond d’Ars, Jean de Vivonne, cit., p. 201.
  • 52 Ibid., p. 245 et 247-248.

13La France et Rome sortaient alors à peine de la crise diplomatique qui s’était ouverte en juillet 1585 quand Sixte-Quint, en représailles au refus de Henri III de recevoir le nouveau nonce, avait expulsé l’ambassadeur de France, Jean de Vivonne. En août 1586, au terme de laborieuses négociations, ce dernier rentrait enfin à Rome50. Un de ses premiers gestes pouvait difficilement être d’aller porter au pape un ouvrage susceptible de prêter à polémique. En septembre, le duc de Luxembourg, envoyé en ambassade extraordinaire pour prêter obédience à Sixte-Quint, offrit à celui-ci, de la part de Henri III, des livres d’heures et des psautiers : présent sans risque, que Sa Sainteté trouva « très agréable »51. Le cardinal d’Este, qui avait joué un rôle décisif dans le règlement de la crise, avait les mêmes motifs d’éviter toute démarche inconsidérée ; il était de surcroît malade – il mourut à la fin de l’année –, et avait dès lors cessé d’assister aux audiences et aux consistoires52.

  • 53 Brouillons d’une lettre de Masson à Sixte-Quint, octobre 1586, publiés par P. Ronzy, Un humaniste (...)
  • 54 Brouillon d’une lettre de Masson à Sixte-Quint, 6 février 1587, publié par P. Ronzy, Un humaniste (...)

14Faute de réponse, Masson, en octobre, s’adressa, ou envisagea de s’adresser, directement à Sixte-Quint. Les actes de la conférence de Carthage entre catholiques et donatistes, en 411, dont l’érudit possédait un manuscrit, devaient, si l’on ose dire, servir d’appât : l’édition de ce texte, qu’il souhaitait dédier au pape, pourrait « dissiper la rage des calvinistes, qui ne sont pas différents des donatistes et les surpassent peut-être en fureur ». Dans une première version de sa lettre – Masson en prépara successivement au moins trois –, il allait jusqu’à déclarer au pape, avec une surprenante naïveté, qu’il accepterait volontiers un poste comme celui de secrétaire apostolique, qu’Innocent VI avait offert en vain à Pétrarque : « l’Italie me verra de nouveau, pour que je serve continuellement le Siège apostolique »53. Il n’est pas sûr que la lettre ait été envoyée : il semble clair, en tout cas, qu’elle ne parvint pas à son destinataire. Masson trouva enfin un intermédiaire l’année suivante, en la personne de Giovanni della Torre, camérier d’honneur du pape, venu en France au début de 1587 pour apporter la barette cardinalice à Philippe de Lenoncourt, évêque d’Auxerre. Della Torre se chargea de rapporter avec lui à Rome une nouvelle mouture de la lettre à Sixte-Quint, – où l’appel au secours du pape, « contre le dénuement qui me menace en ces temps difficiles, à cause de la cherté du blé », était encore plus insistant, – en même temps qu’un exemplaire du De Episcopis urbis54.

  • 55 Gesta collationis Chartagini [sic] habitae Honorii Caesaris iussu inter Catholicos et Donatistas [ (...)
  • 56 Voir V. Frajese, Nascita dell’Indice. La censura ecclesiastica dal Rinascimento alla Controriforma(...)
  • 57 Journal de voyage de Michel de Montaigne, éd. Fr. Rigolot, Paris, 1992, p. 92, 119, 131 ; texte de (...)
  • 58 Pour une vue d’ensemble, voir les notices de P. Prodi, DBI, III, 1961, p. 511-515, et M. T. Fattor (...)
  • 59 Protocolli B, fol. 53r (transcrit dans Diari, I, fol. 27r) : Censuras retulerunt […] Siluius Anton (...)

15Les offres de service de Masson ne séduisirent pas Sixte-Quint. L’édition princeps des Gesta collationis Carthaginensis parut en 1588 avec une dédicace à Élisabeth d’Autriche, veuve du roi Charles IX, retournée à Vienne depuis douze ans mais qui conservait de vastes revenus en France au titre de son douaire, et de laquelle Masson devait espérer quelque gratification : le passage de la lettre à Sixte-Quint sur « la rage des calvinistes, qui ne sont pas différents des donatistes et les surpassent peut-être en fureur », y était remployé tel quel55. Quant au De Episcopis urbis, l’unique résultat des efforts déployés par l’érudit français paraît bien avoir été d’attirer sur lui l’attention de l’Index : rédigé en latin, et compte tenu de son sujet, l’ouvrage aurait sans doute fini par être examiné à Rome, mais il aurait pu y falloir des années. On imaginerait même volontiers que Sixte-Quint envoya lui-même à la congrégation, qu’il venait précisément de recréer, le volume qu’on lui avait offert56. Le cas de Masson évoque à cet égard celui de Montaigne qui avait porté lui-même à Rome, six ans plus tôt, l’exemplaire fraîchement imprimé des Essais qui fut soumis aux « docteurs moines »57. L’examen du De Episcopis urbis fut confié à Silvio Antoniano, consulteur de l’Index et secrétaire du Sacré Collège, une des autorités en matière d’histoire à la Curie – il avait été associé à Baronius pour la révision officielle du Martyrologe Romain sous Grégoire XIII, et continuait de travailler avec lui à la nouvelle édition, avec notes58. Il fit son rapport à la séance du 8 octobre 158759.

  • 60 Supra, n. 4. La censure envoyée par Baronius à Masson était sans doute possible une censure offici (...)
  • 61 Sur cette affaire célèbre, voir T. Tasso, Lettere poetiche, éd. C. Molinari, Parme, 1995, en parti (...)
  • 62 Voir BNF, Ms. Latin 11416, fol. 83r-v, 85r, 87r-v, 88r-v, 89r-v, 76r (P. Ronzy, Les relations, cit (...)
  • 63 BNF, Ms. Latin 11416, fol. 78v et 88v (P. Ronzy, Les relations, cit., p. 279 et 295). Voir Masson,(...)
  • 64 BNF, Ms. Latin 11416, fol. 76r : Caluini ingenium et scribendi grauitatem miratur tametsi sectam n (...)
  • 65 BNF, Ms. Latin 11416, fol. 78v : Impii ergo sumus Christiani, qui affecta ultimo supplicio fratrum (...)

16Cette censura ne se trouve pas dans les archives mais on peut probablement l’identifier à celle que, quinze ans plus tard, Baronius transmit à Masson : elle dut en tout cas lui ressembler beaucoup60. Il s’agit d’une critique minutieuse, tatillonne même, où l’on retrouve « la rigueur » et « l’extrême sévérité » qu’Antoniano, – ancien poète et humaniste converti à la cléricature et aux études sacrées en même temps que toute la culture romaine, – avait montrées, dix ans plus tôt, comme réviseur de la Jérusalem délivrée du Tasse, d’où il aurait voulu retrancher à la fois le merveilleux et l’amour, pour que le poème pût être lu « moins par des gentilshommes que par des religieux et des nonnes »61. Toutes les « élégances » païennes que Masson avait cru pouvoir employer (« les destins », « les dieux », « la fortune », ou encore « mettre au rang des dieux » pour canoniser) étaient épinglées62. Un passage où Jérôme racontait le mariage d’un homme qui avait enterré vingt femmes avec une femme déjà vingt-deux fois veuve, « pouvait être omis, et plus encore l’épigramme de Martial » sur Fabius et Christilla ; « il fallait omettre » la mention qu’Augustin avait eu un fils naturel63. L’éloge rendu à l’intelligence de Calvin et à ses talents littéraires était relevé, même si le censeur notait que Masson n’en approuvait pas pour autant « la secte »64. Un passage qui dénonçait comme contraire au christianisme l’usage d’abandonner aux bêtes les corps des suppliciés était écrit « avec trop d’âpreté, et d’ailleurs cela ne se fait pas partout »65

  • 66 Masson quitta Rome définitivement peu après l’intronisation de Pie V, cui spectaculo egomet adoles (...)
  • 67 Le Tasse à Scipione Gonzaga, 4 oct. 1575, Lettere poetiche, éd. citée, p. 243 (« tanto ammollite d (...)
  • 68 Montaigne, Journal de voyage, éd. citée, p. 119 et 131 ; P. Godman, The saint as censor, cit., p.  (...)
  • 69 Voir G. Fragnito, Torquato Tasso, cit., p. 60 ; P. Prodi, Storia sacra e controriforma, cit., p. 1 (...)
  • 70 Un des censeurs de Montaigne l’accusa ainsi d’avoir loué « Beza et Buccanano per boni poeti » (P.  (...)
  • 71 Montaigne, Journal de voyage, éd. citée, p. 119 ; P. Godman, The saint as censor, cit., p. 342.

17De telles critiques relevaient dès lors de la routine de la censure romaine. La traque de « la fortune » et, en général, de tout ce qui revenait à « mélanger les choses profanes avec les sacrées » était devenue systématique à partir des années 1570 – Masson, qui avait connu Rome sous Pie IV, n’avait pas conscience du changement culturel qui s’était produit66. Le Tasse fit vainement valoir que ces formules étaient « tellement adoucies par l’usage » que plus personne ne les prenait littéralement67. Cette nouvelle intransigeance, qui fut appliquée à Montaigne68, valait aussi pour les ouvrages historiques, au mépris des conventions de l’historiographie humaniste69. Il en allait de même de l’interdiction d’adresser aucun éloge, même purement littéraire, à des hérétiques70. Quant au caractère dangereusement subversif de toute critique des pratiques judiciaires, on se rappellera que les censeurs romains avaient reproché à Montaigne « d’estimer cruauté ce qui est au delà de mort simple »71.

  • 72 Au printemps 1587 : voir St. Bauer, Censorship of Platina’s Lives, cit., p. 113-114.
  • 73 BNF, Ms. Latin 11416, fol. 80r (P. Ronzy, Les relations, cit., p. 281) : totus hic locus castigand (...)
  • 74 Voir St. Bauer, Censorship of Platina’s Lives, cit., p. 95-96, 308, 315-316. Antoniano, en 1584, a (...)
  • 75 P. Ronzy, Les relations, cit., p. 285 (Omittenda uidentur Chalcondylae uerba de sede perforata. Sa (...)
  • 76 P. Ronzy, Les relations, cit., p. 285. Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 139v : Et Pontifices (...)
  • 77 Voir P. Ronzy, Les relations, cit., passim, et comparer St. Bauer, Censorship of Platina’s Lives, (...)
  • 78 BNF, Ms. Latin 11416, fol. 78r : de Christo nimis ieiune loquitur ; P. Ronzy, Les relations, cit., (...)
  • 79 BNF, Ms. Latin 11416, fol. 81r (P. Ronzy, Les relations, cit., p. 283). P. Ronzy, ibid., n. 6, ex (...)
  • 80 BNF, Ms. Latin 11416, fol. 86v (P. Ronzy, Les relations, cit., p. 291) : Omitti potest illa moniti (...)
  • 81 BNF, Ms. Latin 11416, fol. 89r : damnat Leonis factum in Concordatis cum Rege Francisco, et Christ (...)
  • 82 BNF, Ms. Latin 11416, fol. 76r : De clausula Inuitis et contradicentibus possessoribus, quam a Pio (...)
  • 83 BNF, Ms. Latin 11416, fol. 76v (P. Ronzy, Les relations, cit., p. 291) : Sixtum alloquens : Si quo (...)
  • 84 Voir le chapitre éponyme de V. Frajese, Il popolo fanciullo, cit., p. 44-56 ; D. Knox, Disciplina  (...)
  • 85 J. A. de Thou, Papirii Massoni Vita, en tête de P. Masson, Elogiorum pars prima, éd. J. Balesdens, (...)

18Dans l’ordre plus spécifiquement historique, les reproches adressés au De Episcopis urbis peuvent être rapprochées des propositions présentées à l’Index par William Allen, quelques mois plus tôt, pour la correction des Vies de Platina72. Dans le détail, il est vrai, les censures se recoupent très rarement, à l’image des ouvrages eux-mêmes. Pratiquement la seule exception concerne la légende médiévale d’Anastase II, frappé de mort par la volonté divine pour avoir communiqué avec les hérétiques, pour laquelle Masson citait le Décret de Gratien : son censeur ordonna de « corriger tout le passage », comme l’avait fait Allen pour Platina73. On a vu, en revanche, comment Masson avait rejeté la papesse Jeanne et le pacte de Sylvestre II avec le diable : l’une et l’autre histoire figuraient dans Platina, et Allen n’avait pas manqué d’en prescrire l’expurgation74. Le censeur du De Episcopis urbis ne trouva rien à redire à la Vie de Sylvestre II. Il reprit juste, dans la réfutation de la fable de la papesse, des expressions trop libres (« Laïs », « Thaïs », « vile prostituée »), une citation de l’historien byzantin Laonicus Chalcondyle, sur la chaise percée où l’on faisait asseoir le nouveau pape pour vérifier sa virilité, – « il vaudra mieux le réfuter » sans le citer75 –, et surtout un mouvement indigné : « Et les papes voient cette prostituée mise au nombre des évêques et rangée parmi leurs prédécesseurs : et ils supportent pourtant ce très ancien déshonneur de leur siège76 ? » L’orientation générale du censeur de Masson, en revanche, était semblable à celle d’Allen : pour l’un comme l’autre de ces futurs cardinaux – si c’est bien à Antoniano que nous avons affaire –, toutes les critiques morales adressées à la Curie romaine, toutes les mentions des vices des papes devaient être absolument supprimées77. Le revers de cette expurgation était l’accusation d’avoir écrit « trop sèchement », c’est-à-dire trop brièvement peut-être, mais surtout d’une manière pas assez édifiante, de Jésus-Christ dans le cas de Masson, du concile de Nicée dans celui de Platina78. La bévue de Masson faisant professer le monothélisme au concile de Rome sous Agathon était relevée79. Quant au gallicanisme de Masson, le censeur en condamna indifféremment toutes les manifestations, des avertissements aux papes à faire régner la concorde entre les princes80 jusqu’à la critique du concordat81 et au rappel de l’opposition du parlement de Paris aux aliénations inuitis possessoribus82. Même l’envoi à Sixte-Quint était blâmable : non que le censeur trouvât quelque ironie dans ces protestations de soumission au Siège apostolique, mais Masson y sollicitait du pape – en réalité du pape et du roi – une récompense « d’une façon peu respectueuse »83. Ce rappel aux bonnes manières, en conclusion d’une censure qui mêlait le théologique au moral, traduisait sans doute le grand projet post-tridentin de disciplinement des paroles et des gestes, pour fonder une société de déférence84. Il pourrait aussi refléter la différence sociale entre Antoniano, fils comme Masson d’un marchand aisé mais formé tout jeune à la politesse de Cour, grâce aux mécènes princiers qui s’étaient penchés d’eux-mêmes sur l’enfant prodige, et un ancien pédant de collège en quête de patrons, qui, en dernière analyse, publiait pour vivre85.

  • 86 Voir V. Frajese, Nascita dell’Indice, cit., p. 115-119, même si la thèse générale de l’auteur, sel (...)
  • 87 Protocolli B, fol. 55r (transcrit dans Diari, I, fol. 27v) : De Papirio Massonio [tractatum].
  • 88 Lettre en italien du 15 novembre 1587, Protocolli I, fol. 610r, publiée en Appendice, Document 1.  (...)
  • 89 Lettre latine à Sixte-Quint datée du 16 novembre 1587, ibid., fol. 613r, publiée en Appendice, Doc (...)

19Il semble clair que, dans le cas du De Episcopis urbis comme dans celui des Vies de Platina, la congrégation envisageait une expurgation plutôt qu’une prohibition : outre que c’était là la tendance générale dans cette période vis-à-vis des ouvrages « de la seconde classe » (condamnés individuellement, par opposition aux ouvrages d’auteurs hérétiques, dont toute la production était condamnée en bloc) et en particulier pour les ouvrages humanistes, la minutie même de la censure ne se comprendrait guère autrement86. Il fut encore question de Masson à la séance du 15 octobre, sans que le procès-verbal donne plus de précisions87. Averti – ce qui confirme le lien entre l’hommage du De Episcopis urbis à Sixte-Quint et son examen par l’Index –, Della Torre prévint à son tour Masson. Le 15 novembre 1587, celui-ci répondit à son protecteur pour le supplier de représenter à la congrégation « qu’il n’y eut jamais d’homme plus disposé ni plus désireux que moi de corriger les passages où j’aurai fait erreur », pourvu qu’on lui transmît des instructions pour la correction88. Le lendemain, il écrivit à Sixte-Quint pour protester solennellement de sa soumission : « s’il est plus utile à l’Église sainte et apostolique que les livres sur les souverains Pontifes que j’ai publiés [on notera la correction apportée au titre] soient anéantis au lieu de vivre plus longtemps, je souhaite qu’ils soient biffés d’un seul trait et qu’ils périssent au berceau ». Et Masson de promettre de faire toutes les corrections qui lui seraient demandées89.

  • 90 Diari, I, fol. 30r : Lectae litterae Massonii et decretum communi uoto corrigendum librum et anima (...)

20Transmises à l’Index, les deux lettres furent lues à la séance du 7 janvier 1588 : « on décida à l’unanimité qu’il fallait corriger le livre et avertir l’auteur, et le soin de répondre à Masson fut confié au cardinal Ascanio Colonna »90. Tout porte à penser que celui-ci ne s’acquitta jamais de cette tâche. Juste deux semaines plus tard, la congrégation était complètement réorganisée, et reprise en main, par Sixte-Quint. Pour près d’une décennie, le sort du De Episcopis urbis allait se trouver étroitement lié aux péripéties, désormais bien connues, de la publication du nouvel Index librorum prohibitorum romain (le troisième, après ceux de 1559 et 1564), en fonction des rapports de force entre la congrégation de l’Index, le Saint-Office et le pape.

Le long cheminement d’une mise à l’Index

  • 91 J. Esteve, De Osculatione pedum Romani Pontificis ad S.D.N. Sixtum V. P.O.M. Adiecta eiusdem Aucto (...)
  • 92 J. Esteve, De Osculatione pedum, cit., p. 155 : quod profecto de probo uiro non crederem, qui hist (...)
  • 93 Ibid., p. 157 : Haec habui O Papiri uir optime, quem pie et ut uirum probum decet animaduerterem, (...)
  • 94 Voir la reproduction de l’Index de 1590, dans ILI, IX, p. 799-800 et 838 (Papyrii Massonii libri s (...)

21De 1588 à 1590, ce fut la préparation de l’Index de Sixte-Quint. L’attitude romaine à l’égard de Masson dans cette période est sans doute bien exprimée par l’Espagnol José Esteve, qualificateur de l’Index, que Sixte-Quint avait nommé évêque de Viesti, dans le royaume de Naples. Dans un traité Sur le baisement des pieds du pontife romain, dédié à Sixte-Quint et publié à Rome dans les premiers mois de 1588, Esteve apostropha vivement Masson pour ce qu’il avait dit de cette cérémonie dans le De Episcopis urbis, mais en lui marquant des égards et en l’invitant à se corriger lui-même. Masson était un « homme savant et, à ce que je crois, honnête »91, qui avait lui-même déposé son livre aux pieds du pape92. Esteve l’avertissait donc « pour que, dans les autres éditions, tu corriges cela ainsi que d’autres choses, ce que j’espère vraiment que tu feras, pour ne pas paraître t’abandonner toi-même et outrager un si grand travail, fruit de tant de veilles »93. Le De Episcopis urbis fut finalement inscrit dans l’Index de Sixte-Quint, « à moins qu’il ne soit d’abord corrigé d’après les règles » générales voulues par le pape : la vingt et unième de celles-ci prescrivait un gigantesque programme d’expurgation, pour supprimer non seulement toutes les propositions susceptibles de recevoir une note théologique, mais encore toutes « les épithètes élogieuses » attribuées aux hérétiques, toutes les mentions des destins ou de la fortune, « tous les exemples qui blessent les rites, les personnes ou la dignité ecclésiastiques », « les facéties qui dénigrent la réputation d’autrui ». L’Index était imprimé à la mort de Sixte-Quint, en août 1590. On sait qu’il fut alors immédiatement suspendu par le Saint-Office, qui en fit saisir tous les exemplaires imprimés, et qu’il n’eut aucune diffusion94.

  • 95 Voir Diari, I, fol. 43r-46r. P. Godman, The saint as censor, cit., p. 141 et encore p. 148, place (...)
  • 96 Martyrologium Romanum (Anvers, 1589), cit., 1er mai, p. 193, note f (sur saint Sigismond de Bourgo (...)
  • 97 Masson à Baronius, Biblioteca Vallicelliana, Rome, Ms. Q 45, f. 6r, publiée dans Baronius, Epistol (...)

22La préparation du nouvel Index fut ensuite mise en sommeil, tandis que, en un an et demi, ne se succédaient pas moins de quatre conclaves. Par ordre du pape Grégoire XIV, dont le règne de dix mois fut le plus long de ces pontificats éphémères, l’Index en 1591 se consacra exclusivement à la révision de la Vulgate95.  Masson, laissé sans nouvelles, prit alors le parti de s’adresser à Baronius, en qui il pouvait espérer trouver un nouvel intermédiaire à Rome : l’Oratorien avait en effet, dans son édition du Martyrologe Romain, cité avec éloge les Annales Francorum96. Masson s’en autorisa pour lui envoyer, au début de juillet 1591, une lettre de prise de contact, où, après les politesses d’usage (« il est beau d’être loué par un homme renommé comme toi »), il lui glissait : « Si par hasard sont venus entre tes mains six livres De Episcopis urbis, de saint Pierre à Sixte-Quint, réponds-moi, je t’en prie, ce que tu penses de cet ouvrage. Je fais en effet le plus grand cas de ton jugement, et il vaudra tout pour moi »97.

  • 98 Est seul conservé de cette lettre le passage sur les Annales Francorum, transcrit par Martin Bille (...)
  • 99 G. Fragnito, Gli studi sulla censura ecclesiastica, cit., p. 174.
  • 100 Br. Neveu, L’erreur et son juge. Remarques sur les censures doctrinales à l’époque moderne, Naples (...)
  • 101  Masson à Baronius, 5 septembre 1591, dans Baronius, Epistolae et opuscula, cit., I, p. 241 : opus (...)
  • 102 Masson à Baronius, 5 septembre 1591, dans Baronius, Epistolae et opuscula, cit., I, p. 241-242 : N (...)

23Baronius répondit le 4 août, après quelques amabilités sur les Annales Francorum et la gratitude que vouaient à leur auteur tous les savants de Rome, qu’il avait cherché en vain à se procurer le De Episcopis urbis mais qu’il avait « entendu dire par des hommes doctes qu’il y avait certaines choses qui offensaient les oreilles des catholiques »98. On n’hésitera pas à reconnaître dans ces hommes doctes Antoniano, très lié à l’Oratoire romain. La formule de Baronius faisait en outre écho, avec une imprécision sans doute délibérée, à la notion d’offense aux oreilles pieuses, qui inspirait tout le travail d’expurgation des censeurs de l’Index dans cette période99. Il s’agit d’une note théologique, dont le sens est précis : est piarum aurium offensiva « une proposition qui, quoiqu’elle dise le vrai, soit dit ce qu’il convient de taire à cause du respect que l’on doit aux choses saintes, soit le dit d’une manière qui fait tomber celles-ci dans le mépris »100. La majorité des passages relevés par le censeur du De Episcopis urbis rentraient de fait dans cette catégorie. C’était donc bien une censure technique et officielle qu’évoquait Baronius, quoique avec les formes et les codes d’une correspondance entre deux savants. Masson s’y méprit ou feignit de s’y méprendre. Il récrivit en retour qu’il allait envoyer à Baronius par courrier « son ouvrage sur les pontifes romains »101. Il était peiné que certains passages « déplaisent à quelques personnes modérées et savantes, particulièrement si ce sont des Italiens, nation dont j’ai toujours considéré qu’elle l’emportait en jugement sur toutes les autres ». Il ferait les corrections que ces personnes et Baronius estimeraient nécessaires, à l’exemple d’Hippocrate reconnaissant ces erreurs. Cette référence toute profane, assez commune dans la rhétorique humaniste, montre bien qu’il s’agit ici d’un jugement de science, non d’autorité : du pape et de la congrégation de l’Index, il n’était pas question102.

  • 103 Pour une vue générale, voir V. Frajese, Nascita dell’Indice, cit., p. 138-147 (reprenant id., La p (...)
  • 104 Après avoir hésité, la congrégation décida le 18 juillet 1592 de commencer par publier l’Index pro (...)
  • 105 Voir Diari, I, fol. 50r-v, 51r, 53r (29 août, 5 septembre, 12 septembre, 26 septembre 1592). Adden (...)
  • 106 Protocolli K, fol. 100r (votum signé Petrus Morinus) : Parcendum puto Catholicorum authorum existi (...)
  • 107 Protocolli K, fol. 96r (Gonsalvus Pontius : liste d’auteurs à inclure in altero distincto prorsus (...)
  • 108 Le De Episcopis urbis ne figure pas dans l’Index librorum qui olim de mandato Illustrissimae Congr (...)
  • 109 Protocolli K, fol. 211r-v, transcrit dans Diari, I, fol. 56v-57r : Die 10 octobris [1592] Congrega (...)
  • 110 Protocolli I, fol. 606r-v (De Papirii Massoni libris, quos inscripsit de uitis Episcoporum Urbis(...)
  • 111 Protocolli I, fol. 606r-v : 1. Opus hoc imperfectum est […]. 2. Non pauca continet inepta […]. 3. (...)
  • 112 St. Bauer, Censorship of Platina’s Lives, cit., p. 309 : non uitas, sed uitia eorum Platina scrips (...)
  • 113 Ibid., p. 309-310 : Sed nescio an expediat omnia pontificum istorum uitia, ac si falsa essent, exp (...)
  • 114 Voir l’excellent commentaire de St. Bauer, ibid., p. 141-142, qui cite les passages correspondants (...)
  • 115 Protocolli I, fol. 607r : In uita Sergii III. fol. 154 pag. 1. et fol. 157. pag. 1. et 2. refert, (...)
  • 116 Protocolli I, fol. 606r-v : nec recipienda uidetur excusatio eius, quod uidelicet ad historicum pe (...)
  • 117 St. Bauer, Censorship of Platina’s Lives, cit., p. 316-317 : Non uidentur autem esse delenda in Pl (...)
  • 118 Protocolli I, fol. 608r : In uita Nicolai III. Non puduit, inquit, eum agnatorum causa simoniam ex (...)

24L’Index ne reprit ses travaux interrompus qu’en avril 1592, après l’élection de Clément VIII103. Tandis que l’entreprise d’expurgation des livres était relancée, en vue d’un futur Index librorum expurgandorum, la congrégation s’employa à publier sans plus attendre un nouvel Index librorum prohibitorum104. En septembre 1592, les consulteurs chargés de rendre des avis sur « les auteurs ou les livres à ajouter ou à ôter dans l’Index »105, se divisèrent sur le cas de Masson. Pierre Morin le rangeait parmi les auteurs catholiques dont il fallait « épargner la réputation » et qui devaient être réservés pour l’Index expurgatorius, où leurs erreurs seraient énumérées précisément106. Gonzalo Ponce de León et Marcantonio Maffa étaient pour qu’on l’inclût dès à présent, le premier précisant cependant que ce devrait être dans une liste à part d’auteurs catholiques, bien distingués des hérétiques107. La censura faite cinq ans plus tôt par Antoniano avait apparemment été égarée ou perdue108 : elle n’aurait du reste guère permis de trancher le débat puisque, – s’il s’agissait bien, encore une fois, de celle qu’envoya plus tard Baronius à Masson, – elle ne consistait qu’en une longue liste de passages à expurger. Le 10 octobre 1592, un nouvel avis sur le De Episcopis urbis fut donc demandé à Robert Bellarmin, figure-clef de la congrégation dans cette période109. Celui-ci rédigea deux textes, d’une part une censura, dans l’ordre du livre, où étaient relevés trente-trois passages condamnables, d’autre part une synthèse, en sept points110. La censura n’apportait presque rien de nouveau par rapport à celle d’« Antoniano », mais elle était beaucoup plus sélective : les formules païennes, l’épigramme de Martial, la bévue sur le concile de Rome et le monothélisme, la critique du concordat même, tout cela était laissé de côté. C’est qu’il ne s’agissait pas cette fois de préparer l’expurgation du De Episcopis urbis, mais bien d’en motiver la prohibition. La synthèse articulait des reproches généraux non seulement contre l’ouvrage (« il est incomplet », « il contient beaucoup d’inepties ») mais contre son auteur, et ce tant dans l’ordre des mœurs (« il a travaillé avec négligence », « il est assez malveillant ») que dans celui de la foi (« il est suspect de l’erreur de ceux qui nient au Souverain Pontife une puissance coactive sur tous les chrétiens », « il est suspect de même de l’erreur de ceux qui condamnent les ordres de religieux mendiants »)111. L’historiographie récente sur l’Index a fait généralement apparaître Bellarmin comme un modéré. Dans les débats sur la censure de Platina en 1587, où il intervint juste après Allen, il s’écarta sur plusieurs points de celui-ci. À propos des papes de la fin du IXe siècle et du Xe siècle, au temps de la « pornocratie pontificale », Allen avait protesté : « Platina n’a pas écrit les vies mais les vices de ces papes, il faut donc l’expurger »112. Bellarmin avait été beaucoup plus nuancé : « Je ne sais s’il convient d’expurger les vices de ces papes comme s’ils étaient faux, comme le juge le censeur [Allen]. Même si tous ne sont pas vrais, la plupart le sont. Les crimes de Sergius III » et des papes suivants sont racontés par Luitprand. « Or Luitprand a vécu à cette époque, comme il l’indique lui-même dans son œuvre »113. Ce respect de la vérité historique était une stratégie apologétique : pour Bellarmin, les vices individuels de certains papes prouvaient que l’indéfectibilité du Saint-Siège était fondée sur les promesses divines, non sur des vertus humaines114. Dans sa censure de Masson, en revanche, il nota que « dans la Vie de Sergius III, il rapporte et répète trop souvent d’après Luitprand certains vices énormes des Pontifes romains »115. Et Bellarmin balaya l’argument qu’il avait lui-même fait valoir dans le cas de Platina : « son excuse, à savoir qu’il appartient à un historien de raconter fidèlement les événements, ne paraît pas recevable. En effet, comme je l’ai dit plus haut, il ne mérite pas le nom d’historien, puisqu’il n’expose les vies des papes ni complètement ni dans l’ordre »116. De même, sur l’histoire de Benoît IX vendant le siège apostolique à Grégoire VI, qu’Allen aurait voulu supprimer dans Platina, Bellarmin avait objecté qu’elle était attestée par Hermannus Contractus, auteur contemporain et digne de foi : « il ne semble pas que l’on doive supprimer dans Platina des affirmations qui sont vraies et qui se lisent dans des auteurs approuvés »117. Bellarmin n’en reprocha pas moins à Masson ce qu’il avait écrit de la simonie de Nicolas III, « en citant de nombreux vers de Dante », où ce pape est placé dans la troisième bouge du huitième cercle de l’Enfer118.

  • 119 Voir Br. Neveu, L’erreur et son juge, cit., p. 394-396 et 472-473.
  • 120 Protocolli I, fol. 607v : proinde auctorem suspectum reddi eius haeresis, quae negat summis Pontif (...)
  • 121 Ibid. : Titulus, de Episcopis Urbis, hoc tempore non sine causa offendit, cum haereses Lutheranoru (...)
  • 122 Protocolli I, fol. 606r : 4. Citat saepe Erasmum, Melanthonem [sic], Caluinum, Palingenium. et sat (...)
  • 123 Protocolli I, fol. 608v : In uita Pii IIII. fol. 410. pag. 2. laudat Caluinum, cuius uiri, inquit, (...)
  • 124 L’attaque de Masson contre les jésuites est relevée, ibid. D’après la reconstitution chronologique (...)

25La contradiction apparente vient de ce que Bellarmin soumettait le De Episcopis urbis à une lecture inquisitoriale, tournée vers l’hérétique caché, suspect, hypocrite119. Selon la logique caractéristique de cette démarche, l’auteur et le livre s’incriminaient mutuellement. Le soupçon d’hérésie se fondait sur le livre120 mais il était justifié aussi par le contexte (« le titre De Episcopis Urbis choque avec raison à notre époque, alors que fleurissent les hérésies des luthériens, qui soutiennent que les pontifes romains ne sont pas les pontifes de toute l’Église »121) et par la personne même de Masson, chez qui Bellarmin dénonçait une attitude de désobéissance : « Il cite souvent Érasme, Mélanchthon, Calvin, Palingenio, et il indique assez qu’il a lu ces auteurs, quoiqu’ils soient interdits et qu’il ne soit pas vraisemblable qu’il ait la permission de lire des livres de ce genre, puisqu’il n’est pas théologien mais avocat »122 – le reproche supposait évidemment que l’Index romain, quoique non reçu en France, y obligeait au moins au for interne. Bellarmin ne manquait pas non plus de relever que Masson « louait Calvin », sans dire un mot des violentes attaques dont cet éloge était immédiatement suivi123 : procédé qu’on ne pourrait qualifier autrement que de malhonnête, s’il ne traduisait la conviction que Masson, suspect d’hérésie, ne méritait aucun crédit dans ses protestations d’orthodoxie. Il est difficile de ne pas soupçonner ici une animosité, sinon personnelle, du moins de famille religieuse, contre un ancien confrère devenu un ennemi de la Compagnie – Bellarmin et Masson auraient même passé presque une année ensemble au Collège Romain, en 1563124. Quoique le jésuite ne formulât pas de recommandation (de votum proprement dit), sa conclusion implicite était bien que le De Episcopis urbis méritait d’être mis à l’Index.

  • 125 Voir V. Peri, Due protagonisti dell’editio Romana dei concili ecumenici : Pietro Morin ed Antonio (...)
  • 126 G. Fragnito, Bibbia al rogo, cit., p. 145 n. 12 ; V. Frajese, Nascita dell’Indice, cit., p. 107-10 (...)
  • 127 Voir D. Petri Morini de Bodino votum, Protocolli K, fol. 242r-v (copie) : le texte n’est pas daté (...)
  • 128 Voir supra, n. 109. L’écriture du procès-verbal original, Protocolli K, fol. 211r-v, qui n’est eff (...)
  • 129 Protocolli I, fol. 612r-v, publié en Appendice, Document 3. Le titre, de la même écriture, se lit (...)
  • 130 Q. Aurelii Symmachi, VC. P.V. et Cos. Ord. Epistolarum ad diuersos libri decem, éd. Fr. Juret, Par (...)
  • 131 Voir L. Sozzi, La polémique anti-italienne en France au seizième siècle (1971-1972), repris dans R (...)
  • 132 Elle fut publiée en 1643 (avec d’autres pièces anti-romaines) à la suite de La Rome ridicule de Sa (...)
  • 133 ILI, IX, p. 866 et 1032, n° 73 ; Index Librorum prohibitorum et expurgatorum Ill.mi ac Rmi D. D. B (...)
  • 134 ILI, IX, p. 814. Dans leurs vota (supra, n. 106-107), Morin avait cité Juret parmi les auteurs à é (...)

26Masson trouva alors un défenseur en la personne de l’helléniste français Pierre Morin, établi définitivement depuis 1575 à Rome, où il collaborait aux grandes entreprises textuelles, bibliques, patristiques et conciliaires, qu’avait lancées la papauté125. Morin était depuis 1587 consulteur de l’Index, où il fut loin de plaider systématiquement pour l’indulgence : en avril 1587, il s’était prononcé pour l’inclusion d’Érasme parmi les auteurs hérétiques126 ; en 1592-1593, il fut un adversaire acharné de la République de Bodin127. En l’absence du secrétaire de la congrégation, le dominicain Paolo Pico, ce fut lui qui le suppléa à la réunion du 10 octobre 1592, celle même où l’examen du De Episcopis urbis fut confié à Bellarmin128. À la réunion suivante, le 24 octobre, il présenta lui-même un mémoire « pour Papire Masson et François Juret »129. Ce dernier, chanoine de Langres, très lié au milieu des juristes gallicans, avait été mis en cause pour avoir glissé, dans une note à son édition des Lettres de Symmaque, que Rome ne portait plus son nom que « par une usurpation frauduleuse » et n’était « que le cadavre immonde de son ancienne splendeur »130 : thème humaniste classique mais qui pouvait aussi nourrir la plus violente polémique anti-romaine et anti-papale131. Il semble du reste que Juret n’ait fait que citer une invective contre Rome attribuée à Joseph Scaliger, qui fut abondamment diffusée en manuscrit au tournant du XVIe et du XVIIe siècle132. Les Index espagnols, à partir de celui de 1583-1584, ordonnèrent en tout cas la suppression des deux lignes en question133 et Juret fut inscrit dans l’Index de Sixte-Quint134.

  • 135 Iuonis episcopi Carnotensis epistolae. Eiusdem Chronicon de Regibus Francorum, éd. Fr. Juret, Pari (...)
  • 136 Voir V. Peri, Due protagonisti, cit., p. 143-144, d’après la série des lettres de Morin à Fédéric (...)
  • 137 Voir Morin à Fédéric Borromée, juillet 1595, dans Opuscula et epistolae, cit., p. 330 (en corrigea (...)
  • 138 Protocolli B, fol. 211v, transcrit dans Diari, I, fol. 57r : et instante Lelio Peregrino et attest (...)
  • 139  J. Kluyskens, Justus Lipsius (1547-1606) and the Jesuits with four unpublished letters, dans Human (...)

27L’intervention de Morin en faveur des deux érudits gallicans tenait vraisemblablement en partie à un sentiment national, mais elle exprimait surtout une solidarité sociale – le sentiment national ne l’avait pas rendu favorable à Bodin. Masson et Juret, souligne-t-il, sont « de ceux qui recherchent les monuments ecclésiastiques dans les meilleures bibliothèques et qui les mettent au jour pour l’utilité publique » – « Masson, dans les Vies des souverains pontifes, a écrit énormément de choses très rares et qui ne sont pas généralement connues » ; Juret a récemment publié les lettres d’Yves de Chartres135. Des hommes de ce genre doivent être encouragés, « sinon par des louanges et des récompenses, du moins en les traitant avec indulgence et bienveillance ». Morin, dont les lettres de ces années à ses patrons romains quémandent, avec une insistance dont il souffrait lui-même, « les récompenses de [s]es travaux », devait penser à sa propre situation136. Les découvertes des érudits, aussi bien, « montrent que nous sommes les vrais fils et héritiers de l’Église primitive, ce qui constitue le plus solide rempart contre les novateurs et les ennemis de l’Église ». Tel était effectivement l’esprit dans lequel Morin travaillait lui-même sur les Pères grecs137. Son plaidoyer pour Masson et Juret était en même temps une autocélébration de l’érudition. Soulignant qu’une mise à l’Index était infamante pour des auteurs catholiques, Morin en trouvait la preuve dans « ce qu’ont dit ceux qui ont récemment plaidé pour Speroni et pour Juste-Lipse ». L’allusion était transparente à Bellarmin, implicitement accusé de pratiquer le deux poids, deux mesures. À la réunion du 10 octobre 1592, il était intervenu pour que la Politique de Juste Lipse fût retirée de l’Index, afin de laisser l’auteur en donner une nouvelle édition, corrigée selon les indications des censeurs romains138. Lipse, ancien élève des Jésuites, avait été deux ans novice dans la Compagnie mais, à la différence de Masson, en était sorti avec l’accord de ses supérieurs ; il y comptait de nombreux amis, et les jésuites avaient joué un rôle décisif dans son retour au catholicisme, au printemps 1591, puis dans sa toute récente réinstallation à Louvain139.

  • 140 Protocolli I, fol. 615r-616v (de l’écriture de Morin), citant Masson, De Episcopis urbis, cit., fo (...)
  • 141 Ainsi la lettre de Constantin à Arius et ses associés [CPG 2042], que Baronius publia dans Annales(...)
  • 142 Voir Baronius, Annales, III, cit., p. 99, ad ann. 313 [n. XXXIV].
  • 143 Lettre autographe signée, adressée à Pico, Protocolli I, fol. 605r, publiée en Appendice, Document (...)
  • 144 Diari, I, fol. 57v : Die 24 octobris [1592] Congregatio habita apud Illustrissimum Card. Veronense (...)

28Morin joignait à son mémoire, pour contre-balancer la censura de Bellarmin, une série d’extraits du De Episcopis urbis : les attaques de Masson contre Luther et le « poison » de sa secte, l’éloge qu’il faisait du cardinal Hosius pour avoir réfuté Luther et Calvin, les louanges qu’il adressait à Grégoire XIII, la conclusion où il déposait son livre aux pieds de Sixte-Quint140. Pour donner plus de poids à son intervention, Morin avait en outre immédiatement sollicité Baronius, dont il était proche : il lui rendit de précieux services pour ses Annales en lui traduisant des textes grecs tirés des bibliothèques romaines141, et il semble avoir joué un rôle, justement dans cette période, pour le mettre en rapport avec le milieu érudit gallican142. Dès le 10 octobre 1592, Baronius écrivit à Pico pour attester, en enjolivant ou, plus exactement, en théologisant quelque peu les choses, qu’il avait été en correspondance avec Masson et que celui-ci s’était déclaré « prêt à corriger les erreurs qu’il avait commises, en s’en remettant entièrement à la censure de la sainte Église romaine »143. À la séance de l’Index du 24 octobre, après que Bellarmin et Morin eurent pris la parole devant les cardinaux, il fut décidé « qu’il n’y ait aucun tri entre les auteurs mais qu’ils soient tous placés indifféremment dans l’Index avec une clause d’expurgation, et qu’on ajoute parmi eux Masson et Juste Lipse »144.

  • 145 ILI, IX, p. 897 (Papyrii Massonii libri sex, De Vitis Episcoporum Urbis Romae, nisi prius corrigan (...)
  • 146 Ibid., p. 876 et 887.
  • 147 ILI, IX, p. 860 (De Correctione Librorum, § 2).
  • 148 Sur cette suspension et une vue générale des événements jusqu’en 1596, je renvoie une fois pour to (...)
  • 149 Objections de Clément VIII contre l’Index de 1593, Protocolli M, fol. 281r-284v (publiées d’après (...)
  • 150 Protocolli M, fol. 282v : 9° : uiuentium Catholicorum libri multi recensentur. Cui rei attentius p (...)

29Le De Episcopis urbis resta donc inclus dans l’Index imprimé en 1593, « à moins qu’il ne soit d’abord corrigé et rectifié »145. Il en fut de même pour la Politique de Lipse et pour les notes de Juret sur Symmaque146. Les règles de Sixte-Quint avaient été abrogées mais la vingt et unième était reprise pratiquement sans changement dans la nouvelle instruction pour la correction des livres placée en tête du volume147. Ayant reçu un exemplaire de cet Index le 8 juillet 1593, Clément VIII décidait le lendemain de le suspendre148. Dans une liste d’objections, transmises à la congrégation en février 1594, le pape lui reprochait une excessive sévérité, notamment à l’égard de livres dus à des catholiques vivants149. « Outre la flétrissure qui est manifestement imprimée aux auteurs, il y a aussi un risque évident que, sous le coup de l’indignation, ils ne deviennent hérétiques » ; il valait mieux ne pas faire figurer ces auteurs dans les Index (ni prohibitorius ni même expurgatorius) et les avertir de donner une rétractation, « ce qu’ils feront plus facilement et qui sera le meilleur parti pour la foi catholique », ou du moins attendre la publication de l’Index expurgatorius pour y marquer précisément les passages à corriger. Clément VIII donnait comme exemples Juste Lipse, Jean Bodin et Masson150.

  • 151 G. Fragnito, Diplomazia pontificia e censura ecclesiastica durante il regno di Enrico IV, dans Rin (...)
  • 152 Voir dans son votum sur Bodin, Protocolli K, fol. 242r, la manière dont il répond à l’objection qu (...)
  • 153 G. Ponce de León, Scholastica assertio pro disciplina ecclesiastica. Qua demonstratur Henrici Borb (...)
  • 154 Diari, I, fol. 71r (15 janvier et 12 février 1594).
  • 155 Voir quatre lettres de Morin à Antoniano en 1593-1595, publiées dans P. Morin, Opuscula et epistol (...)

30Il a été suggéré avec vraisemblance que, s’agissant de Bodin, l’attitude du pape répondait en partie à des considérations diplomatiques, dans le cadre d’une politique française qui allait aboutir à l’absolution de Henri IV en septembre 1595, malgré le parti espagnol et le Saint-Office151. Il est possible que cette ligne pro-française ait aussi joué dans le cas de Masson, quoique Morin, on l’a vu, eût été extrêmement hostile à Bodin et que, à l’époque où il défendait le De Episcopis urbis, il tînt expressément la Ligue pour « le bon parti »152. En sens inverse, le fait que Ponce de León, partisan de la condamnation alors même qu’il était lui aussi un érudit, traducteur des Pères grecs et associé à l’édition des conciles, eût publié en 1593 un livre sur la « perpétuelle inhabilité » de Henri IV à la couronne de France, pour empêcher une réconciliation entre le Béarnais et la papauté, pourrait être significatif153. Mais il faut surtout relever que Clément VIII s’appuyait étroitement sur le milieu de l’Oratoire romain et que ses plus proches conseillers n’étaient autres que Baronius et Antoniano. Ce fut celui-ci, désormais maître de la chambre pontificale, qui transmit à la congrégation de l’Index le texte des objections pontificales, dont il était le dépositaire154. Baronius était intervenu personnellement en faveur de Masson ; Antoniano avait composé une censura en vue d’une expurgation du De Episcopis urbis et il était lui aussi lié à Morin155. Les objections pontificales étaient en parfaite cohérence avec la position que, depuis 1587 et l’intervention de Della Torre, toute une partie des milieux romains avait adoptée à l’égard de Masson : obtenir de l’érudit français qu’il donnât lui-même une réédition corrigée de son livre.

  • 156 Réponse de la congrégation de l’Index aux objections contre l’Index de 1593, Protocolli M, fol. 24 (...)
  • 157 Protocolli M, fol. 246v-247r : De uiuentium catholicorum libris in utramque partem aliquoties disc (...)
  • 158 Protocolli R, fol. 16r : Ad nonum. Certe parum in fide firmi esse creduntur, qui in Indice ob eoru (...)

31Dans la réponse officielle qu’elle présenta au pape, en mars 1594156, la congrégation de l’Index fit valoir qu’il y avait eu débat sur la question des livres dus à des auteurs catholiques vivants, mais qu’il avait été finalement décidé de les inclure : si les auteurs étaient vraiment catholiques, « ils souffriraient patiemment cette mise à l’épreuve » ; si, par orgueil, ils ne l’acceptaient pas, ils ne supporteraient pas davantage que leurs erreurs fussent corrigées dans l’Index expurgatorius157. Un premier projet de réponse, au ton nettement plus vif, relevait que l’objection supposait bien peu de confiance en la solidité de la foi des auteurs. « Et pourquoi ont-ils négligé de corriger leurs livres eux-mêmes, alors que leurs amis les ont tant de fois avertis de le faire, et bien avant leur mise à l’Index ? Il y a assurément un grand danger pour les fidèles si la lecture de ces livres n’est pas interdite avant la publication de l’Index expurgatoire »158.

  • 159 Diari, I, fol. 83v (3 décembre 1594) : cum reliquis pro noua Indicis impressione necessariis iuxta (...)
  • 160 Ibid., fol. 84r : [Secretarius] cum Cardinali Borromeo pro Indicis reuisione per multos dies libro (...)
  • 161 Ibid., fol. 84v, 85r, 85v. Voir une copie de cette relatio dans Protocolli M, fol. 236r-241v : ell (...)
  • 162 Protocolli M, fol. 239r-v : Papirii Massoni de uitis Episcoporum Urbis Romae. In hoc libro multa d (...)
  • 163 Le procès-verbal de cette réunion est conservé dans Protocolli M, fol. 181r-v. Le texte n’est pas (...)
  • 164 Protocolli M, fol. 181r : Iuretus tollendus ex indice. Itidem Lipsius. Massonus tollatur ex indice(...)
  • 165 Le compte rendu officiel finalement inscrit dans Diari, I, fol. 85r, porte simplement Illustrissim (...)
  • 166 Le procès-verbal ne donne pas de précisions (Diari, I, fol. 85v : Cardinalis Borromeus prosequutus (...)
  • 167 J. Waszink, introduction à J. Lipse, Politica, cit., p. 189-190.
  • 168 Iuonis episcopi Carnotensis epistolae collatione multorum manuscriptorum codicum restitutae, aucta (...)

32Après plusieurs mois passés à réorganiser une nouvelle fois l’entreprise d’expurgation, la congrégation retourna en décembre 1594 à l’impression du nouvel Index prohibitorius, « selon les oppositions autrefois transmises par Sa Sainteté à la congrégation, et dont certaines avaient été acceptées et certaines rejetées par la congrégation »159. Le cardinal Fédéric Borromée fut chargé de réexaminer tous les cas litigieux : Pico et lui passèrent « de nombreuses journées à consulter les livres et les censures »160. Le cardinal fit son rapport dans trois séances successives, les 4 mars, 11 mars et 22 avril 1595161. Du De Episcopis urbis, il observa : « Il y a dans cet ouvrage beaucoup de choses fausses, téméraires et avancées avec impudence sur les Pontifes romains. Bellarmin a fait une expurgation. L’auteur promet pourtant de travailler avec ardeur à la correction de ses livres De uitis Episcoporum etc. Il écrivit une lettre à Sixte-Quint en 1587 »162. Le 11 mars – Morin, qui suppléait à nouveau Pico, n’y fut sans doute pas étranger163 –, la congrégation envisagea de retirer Masson de l’Index en même temps que Lipse et que Juret. Le cardinal Ascanio Colonna se chargea d’écrire à tous trois et ordonna qu’on lui apportât les censures de leurs ouvrages164. La décision fut cependant renvoyée à une « congrégation plénière » – il n’y avait que quatre cardinaux présents165. À la réunion suivante, le 22 avril 1595, où tous étaient là, Lipse et Juret furent effectivement supprimés mais Masson fut conservé166. Lipse fit paraître au début de 1596 l’édition expurgée de sa Politique167 ; Juret ne donna jamais d’édition corrigée de son Symmaque mais les enjeux en étaient limités – il fit son retour dans l’Index en 1611 pour sa seconde édition d’Yves de Chartres, augmentée de notes nettement gallicanes, où Baronius était critiqué168.

  • 169 ILI, IX, p. 968, n° 949 : Papyrii Massonii, libri sex, De uitis Episcoporum Urbis Romae, nisi fuer (...)
  • 170  Relation présentée par la congrégation de l’Index à Clément VIII, 1er mai 1596, publiée par A. E.  (...)
  • 171 ILI, IX, p. 931.

33Le De Episcopis urbis figura donc, comme en 1590 et 1593, dans l’Index de compromis qui vit enfin le jour en 1596, avec une formule modifiée : « sauf dans l’édition corrigée par l’auteur, avec approbation du Maître du Sacré Palais »169. En pratique, comme la congrégation de l’Index le fit valoir à sa sœur aînée et rivale du Saint-Office dans le cas de Bodin – pour lequel la même formule avait été employée –, cette double restriction équivalait à une condamnation pure et simple170. L’effet symbolique, pourtant, n’était pas du tout le même. Preuve en est que le Saint-Office ne se satisfit pas de cette explication et imposa, dans la fameuse Observatio finalement placée en tête de l’Index de 1596, une condamnation pure et simple de la République171.

Après la condamnation

  • 172 Voir la liste des lettres conservées dans Borrelli, Ricerche sul Baronio II cit., p. 120-121. Même (...)
  • 173 Baronius à Lipse, 31 juillet 1593, Iusti Lipsi epistolae. Pars VI : 1593, éd. J. De Landtsheer, Br (...)
  • 174 G. Fragnito, Un archivio conteso, cit., p. 1276-1318.
  • 175 Voir P. Godman, The saint as censor, cit., p. 209-210 ; J. Waszink, introduction à J. Lipse, Polit (...)
  • 176 La seule source sur cette affaire est un extrait d’une lettre de Baronius transcrit, de manière ma (...)
  • 177 Baronius à Masson, 12 février 1602, dans Baronius, Epistolae et opuscula, cit., II, p. 69 (pour le (...)
  • 178 Ibid., p. 69-70 : Quod ubi feceris, spondere audeo, tametsi censura haec priuata, non publica auct (...)
  • 179 Minuta literarum transmittendarum per Congregationem ad Authores superstites, ut propria opera exp (...)
  • 180 Diari, I, fol. 77r (23 juillet 1594) : Decretum quod Authoribus uiuentibus nullatenus per Congrega (...)
  • 181 Diari, I, fol. 159r : D. Sacristae [Angelo Rocca] iniunctum ut recognoscat opera Suidae, et Masson (...)
  • 182 Terranova au nonce en France, 22 novembre 1602, Registrum Litterarum uulgarium et latinarum S. Con (...)
  • 183 Del Bufalo à Terranova, 13 janvier 1603, Epistolae Archiepiscoporum, Episcoporum, Inquisitorum etc (...)

34On ne sait quelles furent les réactions de Masson ni même – dans des années où les communications entre Rome et la France étaient très difficiles –, s’il fut exactement informé des événements. Après leur échange de 1591, la correspondance conservée de Baronius et de Masson s’interrompt pour une décennie172. Dans l’été 1593, Baronius écrivit à Juste Lipse pour l’informer que, « devant mes protestations et celles de très nombreuses autres personnes », Clément VIII avait suspendu l’Index et qu’il faudrait plusieurs mois avant de trouver un accord : « toi donc, cher Juste, mets bien à profit cette occasion favorable »173. On n’a aucune trace d’une telle démarche à l’égard de Masson. Le De Episcopis urbis réapparut pour la dernière fois, et dans les lettres de Baronius et à l’Index, en 1601-1602. Peut-on imaginer qu’il y ait un lien avec le conflit de juridiction qui opposait alors la congrégation et le Maître du Sacré Palais – officiellement chargé d’approuver une édition corrigée qui n’avait toujours pas paru174 ? On notera que, au même moment, l’Index s’occupa à nouveau de la Politique de Lipse175. En 1601, dans des circonstances malheureusement très obscures, il semble que Nicolas Le Fèvre, le principal correspondant et collaborateur français de Baronius, lui ait fourni une attestation « de la piété et de la religion » de Masson, ce qui laisserait penser que celles-ci avaient été mises en cause à Rome176. Baronius avait été créé cardinal en 1596 et était membre de l’Index. Le 12 février 1602, en tout cas, il écrivit à Masson pour lui transmettre, « enfin », la critique du De Episcopis urbis. Affectant d’en prendre ses distances, il convenait que le censeur avait « enfoncé son poinçon » assez profondément et repris bien des affirmations sans gravité ou qui n’étaient que des citations. Mais « dans un ouvrage sur un tel sujet, particulièrement à notre époque, il est presque impossible d’être trop prudent ». Il revenait à Masson de faire un choix parmi toutes ces remarques et de « corriger ce que tu jugeras pouvoir à bon droit offenser les oreilles des gens de bien » – on retrouve cette manière habile d’envelopper rhétoriquement une censure théologique177. Le cardinal assurait finalement l’auteur que, « quoique cette censure ait été rédigée par autorité privée et non publique », une édition corrigée d’après elle serait immédiatement permise par le Saint-Siège178. Il est patent que, là encore, Baronius dissimulait le véritable caractère de son échange avec Masson. En juillet 1594, après la rebuffade reçue de Clément VIII, la congrégation de l’Index avait envisagé un moment de s’adresser directement aux auteurs catholiques vivants – et Masson aurait été du nombre : un projet de lettre rédigé par le cardinal Valier les exhortait à « chanter la palinodie », à l’exemple d’Augustin rédigeant ses Révisions ; ils devaient s’adresser au nonce pour avoir communication des erreurs à corriger dans leurs livres et publier ensuite sous son autorité une édition expurgée179. L’idée avait été abandonnée presque aussitôt et il avait été décidé « que la congrégation n’écrive en aucune manière aux auteurs vivants, mais qu’ils soient seulement avertis par quelqu’un en privé de corriger les erreurs dans leurs livres »180. C’était ce rôle que jouait Baronius et la censure qu’il transmettait était, selon toute vraisemblance, celle que l’Index avait autrefois fait composer pour l’expurgation du De Episcopis urbis et qui, sans les soubresauts de la congrégation, aurait dû être envoyée à l’auteur dès 1588 : celle d’Antoniano. Sept mois plus tard, le 16 septembre 1602, à une réunion de la « classe d’humanités, histoires et médecine » de l’Index – la congrégation venait de mettre en place une division en classes pour poursuivre à nouveau le serpent de mer de l’Index expurgatorius –, plusieurs consulteurs furent chargés d’examiner Masson, « quoique celui-ci ait été autrefois censuré par la congrégation et que la censure ait été transmise à l’auteur. C’est pourquoi il faut écrire au nonce en France pour qu’il voie et qu’il rapporte si l’auteur a effectivement fait imprimer son livre censuré » (expurgé). Il vaut de relever que, en l’absence de Baronius empêché, la réunion était présidée par son collègue, le cardinal Silvio Antoniano181. Le 22 novembre 1602, le cardinal de Terranova, qui assurait alors la correspondance de la congrégation, demanda effectivement au nonce Innocenzo del Bufalo de se renseigner182. La réponse fut décourageante : « Papire Masson confesse qu’il avait autrefois pensé à corriger et faire réimprimer son livre ». Mais il a abandonné ce projet, ayant constaté que, dans la censure reçue de Rome, on lui reproche d’avoir reproduit des lettres qu’il n’a fait que tirer des Variae de Cassiodore, « et que, à son avis, ce qu’on lui reproche n’est pas important ». Le De Episcopis urbis continuait donc à être lu et vendu en France dans l’édition originale183.

  • 184 Voir les procès-verbaux de cette congregatio minor, Diari, I, fol. 161r (20 novembre 1602), 163r ( (...)
  • 185 G. M. Guanzelli da Brisighella, Indicis librorum expurgandorum in studiosorum gratiam confecti tom (...)
  • 186 Voir A. Degert, Le cardinal d’Ossat, évêque de Rennes et de Bayeux (1537-1604). Sa vie, ses négoci (...)

35La classe d’humanités, histoires et médecine continua à se réunir jusqu’en 1604, presque toujours sans Baronius qui, « très occupé à ses Annales ecclésiastiques », rejeta tout le travail, d’abord sur Antoniano, puis, après la mort de celui-ci, en août 1603, sur le cardinal Arnaud d’Ossat, son nouveau « collègue pour la censure des livres d’humanités » : le nom de Masson n’apparaît jamais dans les procès-verbaux184. Le De Episcopis urbis ne figure pas dans le volume d’expurgations qui fut finalement compilé par le Maître du Sacré Palais et publié en 1607, unique et ultime résultat de tant d’efforts185. L’incapacité romaine, à la différence de l’Inquisition espagnole, à organiser l’expurgation des livres est bien sûr un phénomène général, mais tout se passa, dans ce cas particulier, comme si l’on avait décidé d’enterrer l’affaire. Au moins chez d’Ossat, un des principaux agents de la diplomatie française à Rome, ancien négociateur de l’absolution de Henri IV, des considérations politiques durent tenir leur part186.

  • 187 De Thou, Papirii Massoni Vita, cit., fol. e7v-e8r : quod iudicium Papirius tanquam beneuoli amici (...)
  • 188 Voir Tacite, Annales, 4, 35 (éd. P. Wuilleumier, Paris, 1975, p. 35) : suum cuique decus posterita (...)
  • 189 P. Ronzy, Un humaniste italianisant, cit., p. 406-407, 554-555, 557. 
  • 190 Masson, De Episcopis urbis, cit. (BL, cote 4855.d.27). Note sur la page de titre : Papirius Masso (...)
  • 191 Voir par exemple Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 159v, 217r, 258r, 390r, 397r,
  • 192 Voir par exemple ibid., fol. 220r : Iusti ecclesia devient diui Iusti ecclesia ; in oppido Germani(...)
  • 193 Ibid., fol. 408r (Jésuites).
  • 194 Ibid., par exemple fol. 266v (voir supra, n. 19).
  • 195 Ibid., par exemple fol. 43r-v (Jérôme et Martial) et 81v (le Décret de Gratien sur Anastase II). V (...)
  • 196 Ibid., fol. 410v : Cuius uiri sectam nunquam non exosam habebit Gallia tot caedibus, tanto sanguin (...)
  • 197 Ibid., fol. 385v (rogné à la reliure) : factum autem Leonis <in> huius modi concordatis cum Christiani</in> (...)
  • 198 Comme il fit dans son édition de Dungal, en tête de laquelle il publia deux lettres de Baronius, d (...)

36De Thou, à qui Masson avait communiqué la lettre de Baronius de février 1602 et la censure qui y était jointe, expliqua plus tard que Masson avait « compris ce jugement comme le conseil d’un ami bienveillant », l’avait soumis à ses autres amis, et s’en était finalement remis à la postérité « qui, avec un jugement incorruptible, paierait un jour à ce qui avait été bien dit ou mal dit l’honneur ou l’infamie qui leur étaient dus »187. Cette fière formule, où tout lecteur du temps reconnaissait le discours prêté par Tacite à Cremutius Cordus, accusé de lèse-majesté pour ses Annales sous Tibère – la plus grande figure antique de l’historien défiant la tyrannie –, exprime à l’évidence les propres sentiments de de Thou devant la mise à l’Index de son Histoire188. Au XXe siècle, P. Ronzy a tranché qu’il était tout simplement « impossible » pour Masson d’accepter les corrections demandées par Rome, puisqu’elles eussent impliqué de trahir « sa conscience d’historien »189. Il faudrait dès lors considérer que les solennelles promesses de soumission faites d’avance par Masson avaient une valeur, comme disent les linguistes, perlocutoire : elles valaient profession de catholicité, visaient à convaincre Rome qu’il était enfant de l’Église romaine, mais n’étaient pas destinées à être prises littéralement. Il semble pourtant bien que Masson ait dit vrai au nonce et qu’il ait, un moment, envisagé de s’exécuter. Un exemplaire du De Episcopis urbis, aujourd’hui conservé à la British Library, porte sur la page de titre cette mention : « Papire Masson a corrigé son présent ouvrage conformément à la censure du cardinal Baronius et à l’esprit de la cour de Rome »190. Tous les passages incriminés dans la censura d’Antoniano y sont corrigés en marge. Le titre De Episcopis urbis devient De summis pontificibus, superi et fata sont remplacés par Deus, secta, pour parler des ordres religieux, par ordo191 : pour faire bonne mesure, Masson fit même quelques corrections supplémentaires du même genre, qui avaient été oubliées par la censure192. L’attaque contre les « Jésuins » (corrigés en Jésuites)193, les avertissements aux papes194, les nombreuses citations blâmées par Antoniano, tout cela est marqué d’un signe de suppression195. La mention élogieuse des talents de Calvin disparaît au profit d’une attaque redoublée contre sa secte « qui sera à jamais odieuse à la France, souillée de tant de meurtres et de tant de sang par l’hérésie de cette secte impie qui s’est répandue chez elle »196. Le seul point sur lequel Masson tint bon était, de manière remarquable, le Concordat : « Je n’ai pas osé condamner l’action de Léon dans ce concordat avec le roi très chrétien, quoique j’aie proposé, peut-être trop fortement, mon avis. L’événement fait juger des actions »197. La lettre de Baronius de février 1602 est en outre copiée parmi les préliminaires, à la suite de la dédicace à Henri III : faut-il penser que Masson pensait l’inclure dans la nouvelle édition, à titre de caution d’orthodoxie198 ? Ou simplement que cet exemplaire corrigé était destiné à être soumis à ses amis, conformément au témoignage de de Thou, et qu’il voulut leur donner tout le dossier ? Que l’édition ainsi préparée n’ait jamais paru, pourrait ainsi être, dans une certaine mesure, une décision collective du milieu érudit gallican.

  • 199 Diari, I, fol. 175r : Agobardi episcopi Lugdunensis de Imaginibus liber, nuper a Massonio illustra (...)
  • 200 Pour un possible parallèle, voir le cas de Thomas Dempster, étudié par I. Herklotz, Antiquarische (...)
  • 201 Voir de Thou à Christophe Dupuy, 12 février 1606, dans J. A. de Thou, Historiae sui temporis, cit. (...)

37Trois ans après que Baronius lui eut promis l’approbation romaine pour son De Episcopis urbis expurgé, Masson fut à nouveau condamné, pour son édition d’Agobard de Lyon. L’affaire demande une étude à part, mais il faut au moins relever qu’elle illustre à nouveau et une certaine inconscience de Masson et l’ambiguïté de la position de Baronius. Sitôt son livre sorti des presses, Masson se hâta d’en envoyer un exemplaire au cardinal, qui l’en remercia chaleureusement le 8 août 1605. Le 26 août, au cours d’une réunion de l’Index à laquelle participaient Baronius mais aussi Bellarmin, un des traités d’Agobard dont Masson donnait l’édition princeps, Sur les images, fut prohibé comme « rempli de diverses hérésies »199. Cette promptitude reflète-t-elle seulement la nervosité romaine face à ce qu’on pourrait appeler une iconophobie érudite gallicane, ou la congrégation ne saisit-elle pas l’occasion de faire payer à l’éditeur l’inexécution de ses promesses quant au De Episcopis urbis200 ? L’indignation que causa à Masson cette nouvelle condamnation dut en tout cas dissiper définitivement ses velléités de soumission201.


  • 202 Pour citer la conclusion de l’étude très superficielle de J. M. de Bujanda, La censure ecclésiasti (...)
  • 203 De Thou à Christophe Dupuy, 12 février 1606, dans J. A. de Thou, Historiae sui temporis, cit., VII (...)

38De l’envoi à Sixte-Quint du De Episcopis urbis jusqu’à la condamnation d’Agobard, il s’écoula près de vingt ans. Il serait aisé, mais d’un intérêt limité, de faire rentrer les difficultés de Masson avec les autorités romaines dans un grand récit, soit pour y reconnaître, dans la ligne de la vieille historiographie libérale, « la manifestation d’un ordre dogmatique qui, par sa nature même, ne peut pas faire place à une recherche historique libre et indépendante »202, soit pour rattacher Masson au « catholicisme antiromain » voire, tant qu’à faire, à « l’antiromanisme catholique ». Le premier schéma serait, à tout prendre, le plus défendable. Non seulement « la liberté de l’histoire » est un principe invoqué en propres termes par Masson203, mais il apparaît plausible, pour qui considère les choses dans une longue durée et de haut, que le conflit entre l’érudition gallicane et l’autorité romaine ait été une des sources de la distinction moderne entre l’ordre du dogme et celui de l’histoire. On peut considérer, en ce sens, par un légitime anachronisme, qu’il se jouait bien, dans les échanges entre Masson et ses censeurs, quelque chose comme ce que nous appelons aujourd’hui l’indépendance de la recherche. Et il est vrai que, même à s’en tenir à un strict point de vue historique, la position de Masson, qui publiait des textes, et celle des censeurs, qui les supprimaient, n’étaient pas équivalentes. Une interprétation aussi générale ne rend pourtant guère compte de ce qui se passa effectivement. Si les condamnations de Masson peuvent rétrospectivement apparaître fatales, on ne saurait oublier que ce fut dans l’un et l’autre cas, pour le De Episcopis urbis comme pour l’Agobard, l’érudit français qui se jeta, si l’on ose dire, dans la gueule de la censure en envoyant ses livres à Rome. En outre, dans le cas du De Episcopis urbis au moins, l’inscription de l’ouvrage à l’Index fut loin d’aller de soi et suscita, dans les milieux romains eux-mêmes, beaucoup d’hésitations et même d’oppositions.

  • 204 P. Ronzy, Un humaniste italianisant, cit., p. 564.

39On ne saurait donc mobiliser ici la catégorie de « catholicisme antiromain » – désormais en vogue, grâce à une promotion acharnée, même chez les historiens modernistes, quoique son enracinement patent dans la polémique confessionnelle et l’apologétique des XIXe et XXe siècles eût dû la leur rendre suspecte. Le De Episcopis urbis comporte des traits anticurialistes et, si l’on y tient, antiromains : seule une lecture unilatérale peut accoler cette étiquette à l’ouvrage tout entier. Masson était si loin d’être antiromain qu’il ambitionnait d’entrer au service de la papauté, et précisément à la faveur de son livre : pareil projet suppose une grande ignorance de ce qu’était alors la papauté, mais il prouve que l’intention de Masson n’était en aucune façon d’écrire un livre contre Rome. On le comprit du reste bien à Rome où, si l’on excepte peut-être Bellarmin, les censeurs ne considérèrent et ne traitèrent jamais l’auteur du De Episcopis urbis comme un ennemi. Clément VIII, dont l’opinion en fait d’antiromanisme doit quand même compter pour quelque chose, le rangea expressément parmi les auteurs catholiques auxquels il convenait d’épargner la honte d’une mise à l’Index. Sauf à faire de Masson un hypocrite complet, ce qui est bien peu vraisemblable, et en supposant même qu’il n’ait jamais sérieusement envisagé d’expurger son livre, ses engagements répétés à le faire valent au minimum profession de fidélité au Siège romain. Si la censure du De Episcopis urbis se laisse malaisément réduire au schématisme whig du dogme contre la liberté, elle rentre plus mal encore dans l’opposition mécanique de deux blocs, de quelque vocabulaire qu’on l’habille – P. Ronzy opposait pour sa part « les gallicans » et « les catholiques non gallicans »204.

  • 205 Un cas particulièrement net est celui de Bona (J.-L. Quantin, Protecteur et censeur, cit.).
  • 206 Br. Neveu, L’erreur et son juge, cit., p. 166. Voir encore p. 452 sur « la “notion large” de l’hér (...)
  • 207 Les mêmes procédés avaient été employés vis-à-vis de Montaigne, cette fois dans le cadre d’une con (...)
  • 208 J. de Launoy, Censura responsionis qua Fr. Norbertus Caillocius sese mendaciis atque erroribus nou (...)

40Aux XVIe et XVIIe siècles, l’affrontement bien réel, sur le terrain érudit, entre tenants des thèses romaines et champions des libertés gallicanes se déploya dans une série de micro-conflits, où il était mêlé à d’autres enjeux et inséré dans des combinaisons complexes de solidarités, d’affinités et d’oppositions. L’Index et le Saint-Office, aussi bien, ne fonctionnèrent jamais en vase clos, ni par rapport au champ théologique catholique ni par rapport à la République des Lettres. Il n’était pas rare que les censeurs fussent engagés dans des correspondances savantes, des échanges de services ou des controverses avec les auteurs mêmes dont ils examinaient les livres205. Le sort de Masson à l’Index fut fortement influencé par la protection initiale de Della Torre, l’animosité de Bellarmin contre un jésuite « apostat », la sympathie de Morin pour un compatriote engagé dans des études voisines. Sur le De Episcopis urbis en lui-même, le milieu curialiste semble avoir été unanime. La censure d’Antoniano transmise par Baronius, la critique publique d’Esteve, la censure de Bellarmin se recoupent. La divergence portait sur la personne de Masson. Il a été justement souligné, à propos des censures théologiques aux temps modernes, que « le pragmatisme romain est en général moins sensible aux idées et systèmes qu’aux dispositions et attitudes qui trahissent l'indépendance ou l'insubordination »206. Bellarmin, lisant le De Episcopis urbis avec un a priori hostile, y voit se trahir l’hétérodoxie profonde de l’auteur : à ses yeux, les affirmations de Masson sur la puissance du pape ou sur le clergé régulier font système et le rendent suspect d’hérésie. D’autres y relèvent un catalogue, long mais discontinu, d’erreurs et surtout d’ « offenses aux oreilles pieuses », comme autant de scories qu’il suffirait de corriger une à une et qui ne mettent pas en cause la catholicité de l’auteur. Ils entendent donc « épargner » ce dernier : nullement le disculper mais l’amener à censurer lui-même son propre travail, en faisant sienne la norme romaine. Cette indulgence ambiguë commande une manière bien particulière de s’adresser à l’auteur, sur le mode de la correspondance lettrée, en dissimulant le plus possible la violence symbolique de l’échange : les blâmes sont recouverts d’éloges, les commandements sont présentés comme des conseils, le censeur affecte de s’excuser de la censure qu’il transmet207. Le danger était évidemment que l’auteur refusât de comprendre et traitât la censure comme un conseil d’ami : en faisant effectivement ainsi et en ne donnant jamais d’édition expurgée de son livre, Masson adoptait la position qu’allaient suivre, tout au long du XVIIe siècle, à peu près tous les érudits gallicans. Contrainte dès lors, si l’on ose dire, d’abattre son jeu, Rome n’avait plus d’autre option que de frapper à découvert, au risque d’exaspérer les auteurs et d’amoindrir l’impact des mises à l’Index au rythme de leur multiplication. La condamnation du De Episcopis urbis présente des spécificités qui interdisent d’y voir seulement un élément d’une série. Elle n’en doit pas moins, avec celle d’Agobard qui la redoubla, être placée aux origines du discrédit de l’Index parmi les érudits gallicans, en une progressive perte d’autorité qui finit par faire, selon le mot de Jean de Launoy, de « l’Index des livres à interdire à la Curie, l’Index des livres à lire dans l’[ancienne] Église romaine et dans l’Église gallicane »208.

Annexes

Document 1

Lettre de Papire Masson à Giovanni della Torre, 15 novembre 1587

Protocolli I, fol. 610r (copie)


Illustrissimo et Eccellentissimo Signore mio osservandissimo,

Per le lettere che Vestra Eccellentia Illustrissima è piacciuto scrivermi hò imparato duo cose, L’una che secondo la richiesta ch’io glie n’havevo fatta, La s’è degnata di presentar’ a Nostro Signore in mio nome i miei sei libri de Episcopis Urbis. Delqual favore non posso ne potrò mai ringratiarla secondo che la cosa merita : L’altra che i miei libri sudetti sendo stati veduti et assaminati da persone dotte, come dalli Illustrissimi Signori Cardinali della Congregazione dell’Indice, ci hanno trovato molte cose che meritano esser corrette, et erano intorno a esse per corrigerle senza il rispetto di Vestra Eccellentia Illustrissima la quale supplico humilissamente (poiché in favore delle buone lettere li piace accettar questa fatica) di farli intendere che mai huomo non fu più pronto ne desideroso di emendare quei luoghi, dove haverò errato quanto che son’io (si come hò già promesso sommettendoli a i piedi di Nostro Signore) pure che diano a Vestra Eccellentia Illustrissima la regola et forma secondo che gli pare che detti libri habbino d’essere corretti. Alla quale ci ubidirò molti volontieri quando sopra di ciò haverò ricevuto i suoi commandamenti, restando in questo mentre affettionatissimo servitore di Vestra Eccellentia Illustrissima alla quale prego dal Signor Iddio ogni suo maggior contento. Di Parigi li XV di Novembre 1587.

Di Vestra Eccellentia Illustrissima

Humilissimo e devotissimo servitore

Papirio Massone

Document 2

Lettre de Papire Masson à Sixte-Quint, 16 novembre 1587 (signature autographe)

Protocolli I, fol. 613r 


Beatissime Pater, si utilius est sanctae et Apostolicae Ecclesiae, libros de summis Pontificibus a me editos extingui, potius quam diutius uiuere, opto ut litura una deleantur, et in cunis pereant. Id factum equidem non improbabo, qui tanti habeo libris illis carere, ne propter eos saepius reprehendar, Hoc [sic] enim uerecunda cogitatio eius qui notas praesertim Apostolicas pertimescit, non est uituperanda. Pacianus Barcinonensis ecclesiae episcopus, olim dicebat, nullus artifex opera sua contemnit, nec uilia esse putat quae fecit209, ego contra sentio, et ita adducor ut credam, a praestantissimo quoque minus aestimari sua, quam quae alius fecerit. Itaque libros meos, ut reprobos nummos, malo ipse damnare, quam illos turpi pertinacia, aduersus aequissimos censores pertinacissime tueri. Magnorum enim uirorum magni sunt lapsus, et is demum foeliciter cecidisse existimatur, qui statim ab aliquo erigi potuit. Itaque per salubrem Christi memoriam, sanctitatem tuam supplex oro, ut si quid aduersus pietatem minus pie a me scriptum est, notam apponi iubeas ad malum uersum, et cupientem emendare humaniter doceas, tempestiue enim corrigetur id opus, quod natalem diem bis celebrare nondum potest. Bene vale sanctissime Pater. Lutetiae Parisiorum XVI Calen. Decemb. 1587.

Sanctitati tuae addictissimus

Papirius Massonus.

Document 3

Pierre Morin, Pro Papyrio Massono et Francisco Iureto. Die 24 Octobris

Protocolli I, fol. 612r-v (autographe)


Papyrius Massonus in uitis Summorum Pontificum quamplurima scripsit recondita admodum, nec peruagata. Is enim in eorum est numero, qui monumenta Ecclesiastica inuestigant in optimis bibliothecis, eaque, communi utilitati seruientes, in lucem edunt : qui sane, pro eo ut eis gratia habeatur, dolore afficiendi non sunt : in eorumque scripta, satius est, leniori censura animaduerti.

In his quoque est Franciscus Iuretus, qui proxime Iuonis Carnotensis Episcopi diuulgauit epistolas, easque annotationibus illustrauit. Is si in Notationibus ad Symmachi epistolas ea posuit, quibus ueteris Romae monumenta auersa ac situ horrida esse intelligitur, siue ea desiderat siue, quod est uerisimilius, de iis non laborat, quid causae est, cur in eius scripta seuerius inquiratur, hominis sentientis cum Ecclesia Catholica, et ab omnibus haeresibus abhorrentis ? Nec huiusmodi hominum debilitanda industria est : sed potius si non laude et praemiis, at certe indulgentia et humanitate incitanda est : uel ob eam caussam, quod, quae diuulgant, contra haereticos aperte faciunt, ostenduntque, primitiuae Ecclesiae ueros nos filios ac haeredes esse : quod aduersus nouatores et hostes ecclesiae firmissimum est propugnaculum.

De Papyrio Massono dixerat mihi Reuerendus Caesar Baronius, uideri sibi, literarum ab eo ad se missarum, habendam esse rationem. Quas literas, cum peterem ab eo, ut ederet, non habere se respondit, sed, quae in iis essent, libenter chirographo suo testificari.

Atque hanc prohibitorii Indicis notam bonos Catholicosque uiros deprecari, perspicuum est ex eorum oratione, qui proxime pro Sperone proque Lipsio dixerunt. 

Document 4

Baronius au secrétaire de l’Index, Paolo Pico

Protocolli I, fol. 605r (autographe)


Adi 10 di Ottobre 1592.

Io Cesare Baronio fo fede come scrivendomi da Leone Papirio Massone congratulandosi meco delle miei Annali, con l’instessa mi domandò, che mi pareva della sua fatiga fatta in scriver la vita de Romani Pontefici. Io gli risposi, che il libro mai l’havevo possuto havere, ancorche cercato l’havesse ; ma che havevo udito dire da huomini dotti, che vi erano alcune cose che offendevano le orecchie de cattolici. Alla qual lettera mi respose, che mi regratiava del’avertimento datogli, et che era apparacchiato ad emendare in quanto errato havesse [remettendosi tutto alla censura della S. Rom. Chiesa210]. Doppo questo non è passato altro fra noi. del che tutto su fo certa fede con la presente scritta e sottoscrivo di propria mano.

Io Cesare Baronio affermo quanto di sopra et sottoscrivo.

Notes

1 Sur la notion de style, voir l’excellente définition de P. Lake et M. Questier, Introduction dans eid. (éd), Conformity and Orthodoxy in the English Church, c. 1560-1660, Woodbridge, 2000, p. xviii : « By this [a style of divinity or piety] we mean a synthesis of positions, opinions and modes of affect, constructed by a variety of contemporary groups always in polemical struggle the one with the other ». Sur le gallicanisme comme style de catholicisme, on se permet de renvoyer à J.-L. Quantin, Le catholicisme classique et les Pères de l'Église. Un retour aux sources (1669-1713), Paris, 1999, p. 16-17.

2 Outre les études pionnières de Bruno Neveu réunies dans Érudition et religion aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1994, voir J.-L. Quantin, Protecteur et censeur : Giovanni Bona et la culture religieuse gallicane, dans Rivista di Storia e Letteratura religiosa, 46, 2010, p. 533-577 ; La menace des faits : érudition moderne et condamnations romaines, dans Ph. Levillain (éd.), « Rome, l’unique objet de mon ressentiment ». Regards critiques sur la papauté, Rome, 2011 (Collection de l’École française de Rome, 453), p. 137-163. La question de l’influence française sur le milieu réformateur romain vient d’être reprise à fond dans l’importante thèse de Fr. Bustaffa, Michelangelo Ricci (1619-1682). Biografia di un cardinale innocenziano, Università degli Studi della Repubblica di San Marino, 2011.

3 Voir P. Petitmengin, À propos des éditions patristiques de la Contre-Réforme : le « Saint Augustin » de la Typographie Vaticane, dans Recherches Augustiniennes, 4, 1966, p. 199-251 ; id., Les éditions patristiques de la Contre-Réforme romaine, dans Mariarosa Cortesi (éd.), I Padri sotto il torchio. Le edizioni dell’antichità christiana nei secoli XV-XVI. Atti del Convegno di Studi Certosa del Galluzzo Firenze, 25-26 giugno 1999, Florence, 2002, p. 3-31 ; J.-L. Quantin, Baronius et les sources d’au-delà des monts : la contribution française aux Annales, dans L. Gulia (éd.), Baronio e le sue fonti. Atti del Convegno internazionale di studi, Sora 10-13 ottobre 2007, Sora, 2009 (Fonti e Studi Baroniani, 4), p. 51-101.

4 P. Ronzy, Les relations de Baronius et de Papire Masson d’après leur correspondance et des documents inédits (1591-1607), dans Annales de l’Université de Grenoble, 34, 1923, p. 265-306 : la censura est publiée p. 277-299, d’après BNF, Ms. Latin 11416, fol. 75r-89v. P. Ronzy, p. 275, n. 3, a relevé que le manuscrit était une copie ; M. Borrelli, Ricerche sul Baronio II, dans Studi secenteschi, 8, 1967, p. 120, a précisé qu’elle lui semblait de la main de Masson. L’écriture est effectivement identique à celle de la seconde moitié (livres IV, V et VI) du supplément inédit de Masson au De Episcopis urbis, BNF, Ms. Latin 5148, qui donne l’impression d’un autographe (P. Ronzy, Bibliographie critique des œuvres imprimées et manuscrites de Papire Masson (1544-1611), Paris, 1924, p. 137, donne le manuscrit tout entier pour autographe mais il me semble indiscutable que les deux parties sont de deux mains différentes : voir infra, n. 6). Masson pourrait avoir fait cette copie pour la soumettre à ses amis (voir infra, n. 186).

5 BNF, Ms. Latin 11416, fol. 89r : Erasmum quem aiunt magnum Germaniae decus esse. Quis nescit Batauum fuisse ? P. Ronzy, Les relations, cit., p. 297, lit : Quis nescit Satanam fuisse ? et commente en note : « L’identification que Baronius établit d’Érasme à Satan ne laisse pas de surprendre sous la plume de Baronius ». Certains écarts viennent de ce que Ronzy a corrigé ou complété les citations du censeur d’après l’original du De Episcopis urbis, mais d’autres sont clairement des fautes de lecture.

6 La lettre de Baronius à Masson, du 12 février 1602, a été copiée dans BNF, Ms. Latin 11416, fol. 76v-77r, d’une autre main, à la suite de la censure, sur des feuillets restés blancs (le bifolium correspondant a ensuite été relié en tête mais il contient bien la fin de la censure, fol. 76r-v). L’écriture est celle du copiste de la première moitié (livres I, II et III) du supplément au De Episcopis urbis, BNF, Ms. Latin 5148 : pourrait-il s’agir de Jean Masson, frère de Papire, qui lui servait d’amanuensis (P. Masson, Libri sex, de Episcopis urbis, qui Romanam Ecclesiam rexerunt, rebusque gestis eorum, Paris, 1586, fol. 220r ; P. Ronzy, Un humaniste italianisant, cit., p. 328-329, 344, 581-582, 587-588) ? Une autre copie, sur un feuillet rajouté, figure dans BVR, Ms. Q 44, fol. 25bis r-v : c’est la source de l’édition dans C. Baronius, Epistolae et opuscula, éd. R. Alberici, 3 vol., Rome, 1759-1770, II, p. 69-70. La lettre est également copiée dans l’exemplaire de Londres du De Episcopis urbis, sur lequel voir infra, n. 190. Baronius prend ses distances du texte qu’il transmet (infra, n. 177) mais P. Ronzy, Les relations, cit., p. 277, n. 1, voit là des « précautions oratoires ». Alberici, dans son édition de Baronius, Epistolae et opuscula, cit., II, p. 69 notes a et b, avait déjà supposé que l’animaduersio était de Baronius lui-même, mais sur la base d’une chronologie erronée (infra, n. 97). La censura est attribuée à Baronius dans BNF, Ms. Latin 11416, sur la page de titre, fol. 75r (Censura Caesaris Baronii Cardinalis in Libros de Episcopis Urbis Papirii Massoni), et en tête du texte fol. 78r (Correctiones Baronii in librum de Episcopis Urbis), mais il s’agit d’ajouts par des mains plus récentes et cela peut s’entendre de la transmission qu’il en avait faite (voir aussi la note dans l’exemplaire de Londres, infra, n. 190). P. Ronzy, Les relations, cit., p. 300 n. 1, et plus longuement dans sa thèse, Un humaniste italianisant. Papire Masson (1544-1611), Paris, 1924, p. 645-648, attribuait en outre à Baronius des annotations sur le supplément au De Episcopis urbis, BNF, Ms. Latin 5148. Comme l’a noté M. Borrelli, Ricerche sul Baronio II, cit., p. 121, cette attribution est sans fondement.

7 P. Ronzy, Un humaniste italianisant, cit., p. 343-431 et Notes additionnelles, p. 641-645. Voir aussi, p. 57-64 sur les sources, en particulier épigraphiques, recueillies par Masson à Rome, et pour une analyse du contenu de l’ouvrage, la thèse complémentaire de P. Ronzy, Bibliographie, cit., p. 81-94. Le travail de P. Ronzy, interrompu par la Première Guerre mondiale et mené à bien après celle-ci, reste très utile. 

8 P. Masson, Annalium libri quatuor : quibus res gestae Francorum explicantur, Paris, 1577.

9 Voir les explications de P. Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 270v-272r. Pour les censeurs romains, voir infra, n. 121, et comparer les reproches faits à Sigonius (P. Prodi, Storia sacra e controriforma. Nota sulle censure al commento di Carlo Sigonio a Sulpicio Severo, dans Annali dell’Istituto storico-germanico in Trento, 3, 1977, p. 94-95 et 101). P. Ronzy, Un humaniste italianisant, cit., p. 377, a vu là « une intention marquée de diminuer le prestige de la papauté ». Mais il soupçonne aussi, p. 392, « quelque mystérieuse signification religieuse et quelque relent d’hétérodoxie dans le terme de Seruator qu’il [Masson] affecte d’employer de préférence à Saluator quand il s’agit de l’appliquer au Christ » (voir déjà p. 174). C’était pourtant là un trait de purisme des plus répandus, qu’Érasme avait fait entrer dans sa parodie de Credo cicéronien (Dialogus Ciceronianus [1528], éd. P. Mesnard, dans Opera omnia Desiderii Erasmi Roterodami, t. I/2, Amsterdam, 1971, p. 641). Il est bien connu que Dominus seruator faillit même être employé dans le décret du concile de Trente sur le sacrement de l’Ordre, en 1562, sans plusieurs évêques, dont le cardinal de Lorraine, qui intervinrent pour qu’on y rétablît Dominus saluator (Concilium Tridentinum. Diariorum, actorum, epistularum, tractatuum noua collectio. Edidit Societas Goerresiana, VI, Fribourg en Br., 1965, p. 39, 105, 124, 149, 173, 207). Voir encore les plaintes de Baronius dans Martyrologium Romanum ad nouam Kalendarii rationem, et Ecclesiasticae historiae ueritatem restitutum. Gregorii XIII Pont. Max. iussu editum. Accesserunt notationes atque Tractatio de Martyrologio Romano. Auctore Caesare Baronio, Secunda editio ab ipso auctore emendata et compluribus aucta, Anvers, 1589, 9 novembre, p. 495-496.

10 P. Ronzy, Un humaniste italianisant, cit., p. 377-378, me semble exagérer le gallicanisme ecclésiologique du De Episcopis urbis. Ayant cru (Les relations, cit., p. 283 n. 6) que le censeur romain avait relevé une affirmation de « la fameuse doctrine gallicane de la supériorité du concile sur le pape », il a attribué catégoriquement cette doctrine à Masson (Un humaniste italianisant, cit., p. 377) : mais il s’agit d’un contresens (voir infra, n. 79). Quant à l’affaire de Hincmar de Laon (Les relations, cit., p. 285 n. 3 ; Un humaniste italianisant, cit., p. 378), elle concernait la légitimité des appellations au pape du jugement d’un concile national, qui est une autre question.

11 Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 113r-114r.

12 Ibid., fol. 121r : coacti sunt Romae occidentales Episcopi centum uiginti quinque, et unam in domino uoluntatem atque operationem esse testati sunt : quarum rerum acta extant. Hoc sapienti Bedae etiam debemus. Bède dit évidemment tout le contraire : Quo in tempore idem Papa Agatho cum synodum congregaret Romae centum uigintiquinque episcoporum, aduersus eos qui unam in Domino Saluatore uoluntatem atque operationem dogmatizabant, […] placuit hoc inter cetera eiusdem synodi gestis inseri (Tertius tomus operum Venerabilis Bedae, historica, uitas aliquot Sanctorum, ac collectanea quaedam complectens, Bâle, [1563], col. 186-187 [= Ecclesiastical History of the English people, V, 19, éd. B. Colgrave and R. A. B. Mynors, Oxford, 1991, p. 522-524]). On notera que Masson ne paraît pas avoir consulté les lettres mêmes du concile de Rome, insérées dans les actes de Constantinople III et dès lors aisément accessibles dans les collections conciliaires. Voir par exemple l’édition de Laurentius Surius, Tomus Secundus Conciliorum omnium, tum generalium tum prouincialium atque particularium, quae iam inde ab Apostolorum Temporibus usque in praesens habita sunt, Cologne, 1567, p. 908-926 [CPG 9417-9418].

13 Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 121r, se borne à résumer ainsi les décrets de Constantinople III : Ea synodo decretum duas uoluntates et duas actiones in Christo credendas, qui aliter sentirent anathemate notatis. Le monothélisme d’Honorius est longuement traité, en revanche, dans le supplément, BNF, Ms. Latin 5148, fol. 47v-48r (passage partiellement publié par P. Ronzy, Un humaniste italianisant, cit., Notes additionnelles, p. 646). Sur ce supplément resté inédit, voir ibid., p. 407-425 ; une première version était prête pour l’impression en 1591, d’après la lettre de Masson à Baronius du 5 septembre 1591, dans Baronius, Epistolae et opuscula, cit., I, p. 241. 

14 Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 339r-340v.

15 Ibid., fol. 344r-345r et fol. 354r-362v.

16 Masson, ibid., fol. 184v et 186r, rejette catégoriquement le témoignage du cardinal Beno (Benno), très utilisé par les protestants, comme inspiré par la haine et ne méritant aucun crédit. Sur l’image de Grégoire VII au XVIe siècle, voir P. Golinelli, L’incontro di Canossa (1077) negli Annales Baroniani e nella storiografia confessionale, dans L. Gulia (éd.), Baronio e le sue fonti, cit., p. 243-264. 

17 Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 185r : Ea poena tum grauis erat, quia id fulmen iaculari Pontifices raro consueuerant, solaque eorum arma excommunicationes erant, sed ita ualida plerumque ut genus mortalium nihil formidabilius putaret (Masson date l’excommunication de 1079). 

18 Ibid., fol. 185v : Quae uictoria Episcopos urbis Romae monere debet ne uindiciae suae, etsi iustissimae causa principes in mutuam perniciem arma sumere iubeant.

19 Ibid., fol. 266v : Episcopos urbis moneo, ne unquam Reges amicos sponte inimicos faciant. non enim putent pontifices frenos se a Deo datos Regibus ut eos pro arbitrio cohibeant uelut equos intractatos et nouos : admoneant et precentur, precesque eorum syncerae instar imperii erunt ; minari, terrefacere, arma ciere Episcopos non decet, summaque concordia inter principes suprema Pontificum potestas existimanda est.

20 Ibid., fol. 419r : id enim a pontificibus fieri debet. nam quemadmodum refluente Oceano repente omnem aquam recedere uidemus ac alueum littusque suum nudum ac fere cinericium relinquere, ita a pontifice, si Reges ac Caesares aliquo impetu se aut sua retrahant, necesse sit ipsos nudos atque desertos in litore contemni.

21 P. Ronzy, Un humaniste italianisant, cit., p. 344 n. 3, et 399 n. 2. Pour l’opposition à la bulle, voir par exemple S. Daubresse, Le Parlement de Paris ou la voix de la raison (1559-1589), Genève, 2005, p. 231-233. L’achevé d’imprimer du De Episcopis urbis est du 21 juillet 1586.

22 Voir A. Tallon, Diplomatie, Réforme catholique et conscience nationale : la Papauté au miroir de la monarchie française pendant les guerres de religion, dans Annuaire-Bulletin de la Société de l’Histoire de France, 1999, p. 21-51. 

23 Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 385r : Qua in re Leo consulere quidem regibus uisus est, sed christianae pietati ingens detrimentum inferre. etsi enim regum uoluntates optimae sane saepe sunt, euentus tamen docuit disciplinam ecclesiasticam hoc facto concidisse. Voir A. Tallon, Conscience nationale et sentiment religieux en France au XVIe siècle, Paris, 2002, p. 110-122, « Le concordat, péché originel de la monarchie absolue ». 

24 Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 418v : Senatu Parisiensi clausulam tantum illam [inuitis et contradicentibus possessoribus] non probante. Voir S. Daubresse, Le Parlement de Paris, cit., p. 235-237, et, pour les nouvelles exigences de Henri III en 1585-1586, Girolamo Ragazzoni évêque de Bergame, nonce en France. Correspondance de sa Nonciature, 1583-1586, éd. P. Blet, p. 94-115.

25 Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 287r : hoc scio consuetudinem illam Cisalpinis populis minus probari quam Italicae genti ad huius generis obsequia et demissiones natae. On notera que Masson emploie une formule très proche à propos des Juifs : nationem natam seruituti (fol. 408v).

26 Ibid., fol. 287r. Voir Codicis DN. Iustiniani sacratiss. Principis PP. Aug. Repetitae praelectionis Libri XII. Commentariis Dionys. Gothofredi I.C. illustrati, Lyon, 1583, col. 78 [= Codex Iustinianus I, 8, 1, éd. P. Krüger, Berlin, 1877, p. 89]‬‬‬‬‬‬‬‬‬.

27 Voir Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 406r (sur l’éphémère Marcel II) : moritur deinde Paulus [III], moritur Iulius [III]. ô Cardinales quam uehementer uos Episcoporum urbis uarietas, mutatioque delectat, et quam magno odio est uobis longaeui uita pontificis. Comparer A. Tallon, Diplomatie, cit., p. 33-35 ; id., Les Conclaves dans l’historiographie de la Contre-Réforme, dans M. Firpo (éd.), Nunc alia tempora, alii mores. Storici e storia in età postridentina. Atti del Convegno internazionale Torino, 24-27 settembre 2003, Florence, 2005, p. 25-46. 

28 Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 216v-217r. Nombreuses autres références dans P. Ronzy, Un humaniste italianisant, cit., p. 88 n. 3. Voir aussi p. 254-255.

29 Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 408r : Hi sunt alii a Iesuinis, [sic] nam hi sibi uidentur soli societatem contraxisse cum Iesu, uulgus tamen eos quoque Theatinos in Italia Hispaniaque uocare solet, […] in eo sane nimium sapientes [cf. Ecclésiaste 7, 17] quod se putant caelo uel ipsi quandoque imperaturos. Sur ce nom de Théatins donnés aux Jésuites, voir A. D. Wright, Catholicism and Spanish Society under the reign of Philip II, 1555-1598, and Philip III, 1598-1621, Lewiston-Queenston-Lampeter, 1991, p. 54, 56, 164.

30 P. Ronzy, Un humaniste italianisant, cit., p. 96-100, 116, 388, 427-428, 607-608. Cf. G. Dupont-Ferrier, Du Collège de Clermont au lycée Louis-le-Grand (1563-1920), 3 vol., Paris 1921-1925, III, p. 54, n° 413bis. Pour la rancune gardée à Masson par ses anciens confrères, voir aussi A. Lynn Martin, The Jesuit Mind. The mentality of an elite in early modern France, Ithaca, NY, 1988, p. 120.

31 Comme le fait P. Ronzy, Un humaniste italianisant, cit., p. 385, dont la lecture du De Episcopis urbis a été visiblement influencée par la censure romaine qu’il avait découverte.

32 Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 408r-v.

33 Ibid., fol. 410r : quo spectaculo attonitus populus Romanus admonitus est officii, nec rebus nouis studere postmodum est ausus.

34 A. Tallon, Diplomatie, cit., p. 36-39.

35 Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 415v, 416r (optimus ac sanctissimus pontifex, omnisque uirtutis praestantissimum exemplar), 417v, 420v (sur la correction du droit canon et la réforme du calendrier).

36 Masson, De Episcopis urbis, cit., respectivement fol. 137r-141r et 168v-171r. Voir P. Ronzy, Un humaniste italianisant, cit., p. 354-358. Masson n’est pas mentionné par A. Boureau, La papesse Jeanne, Paris, 1988 ; quelques remarques sur ce point dans St. Zen, Baronio storico. Controriforma e crisi del metodo umanistico, Naples, 1994, p. 215-216, qui insiste sur la dimension « misogyne » des arguments de Masson.

37 P. Masson, Annales, cit., p. 212-218. Voir C. Baronius, Annales ecclesiastici, X, Rome, 1602, ad ann. 995 [n. I], p. 893 : qui eam ex ipsis [scriptis Gerberti] historiam texuit Papirius Masso, ipsique immerito fauet. Baronius, p. 881-882, ad ann. 992 [n. XXXIX-XL], avait auparavant reproduit d’après Masson la lettre de Gerbert à l’empereur Otton. Sur Masson, Baronius et les lettres de Gerbert, voir J.-L. Quantin, Baronius et les sources d’au-delà des monts, cit., p. 91-95. – Je cite toujours Baronius d’après les éditions originales de chaque volume mais j’ajoute entre crochets la numérotation des paragraphes (des « nombres ») dans l’édition de référence (Lucques, 1738–1759).

38 Baronius, Annales, X, ad ann. 999 [n. III-VIII], p. 926-927. Baronius voyait là la différence entre cette fable et celle de la papesse, qu’il mettait par ailleurs sur le même plan, nisi quod illam [de Ioanne Papissa] leuitas excogitauit ; istam autem (ut audisti) nequitia (p. 927). 

39 Ibid., p. 111, ad ann. 853 [n. LXII] : Papyrius Maso in Galliis uir quidem praestans ingenio, et pietate, in uolumine suo, quod scripsit de Urbis Episcopis, ut uentus fumum, euanescere totam in auras fabulam fecit

40 Voir par exemple Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 265v et 344r-345r. Autres références dans P. Ronzy, Un humaniste italianisant, cit., p. 394.

41 Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 410v : Ioannes Caluinus anno aetatis quinquagesimo tertio Geneuae extinctus est, uiperae similis, ad quam securos somnos capere Gallia non poterat, Hieronymi [ep. 117, 3 ; CSEL 55, 426] enim uerbis uti liceat. […] Cuius uiri non quidem sectam, sed excellentis ingenii uires scribendique grauitatem mirari necesse est ; quamquam pudet fateri hoc monstrum in Gallia natum […]. Multum ergo debemus anno millesimo quingentesimo sexagesimo quarto, quo quidem portentum illud extinctum est. Pour l’attitude de Masson vis-à-vis de Calvin, voir P. Ronzy, Un humaniste italianisant, cit., p. 51, 115-118, 132-134, 313-317, 635-639 ; I. Backus, Life Writing in Reformation Europe. Lives of Reformers by Friends, Disciples and Foes, Aldershot, 2008, p. 169-186 ; ead., Un chapitre oublié de la réception de Calvin en France. La Vita Caluini de Jean-Papire Masson (1583) : Introduction, édition critique et traduction, dans Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, 155/1, janvier-mars 2009 [Jean Calvin et la France], p. 181-207.

42 Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 384v (voir infra, n. 140). Ce point a été bien vu par P. Ronzy, Un humaniste italianisant, cit., p. 393.

43 Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. *2r-3r : plurimum gaudii et laetitiae hauriet ex hoc opere. La dédicace est traduite intégralement par P. Ronzy, Un humaniste italianisant, cit., p. 398-399.

44 Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 421r : hanc historiam pedibus tuis subiicimus, eamque emendari cupimus ab te qui Petri et fidem et sedem tenes. Traduction partielle de cette conclusion dans P. Ronzy, Un humaniste italianisant, cit., p. 400. 

45 Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 421v : nam sic est apostolica sedes quasi proposita atque aedita in altum, ut ab omnibus uentis nequitiae circumflari, a nullo tamen aut opprimi aut euerti possit eritque pontificatus ueluti aqua perennis quae perpetuo fluit.

46 P. Ronzy, Un humaniste italianisant, cit., p. 399-400. 

47 P. Ronzy, ibid., p. 399, n. 2, propose même de reconnaître dans De Episcopis urbis, cit., fol. 160v (ab electoribus Pontificum siue casu, siue industria neminem unquam ad summum sacerdotium uocatum esse, qui uel luscus, uel claudus, uel gibberosus esset, uel qui minimam deformitatis notam haberet), « une allusion malicieuse à ce que l’on racontait de l’élection de Sixte-Quint », rejetant son bâton une fois élu : mais, outre que cette légende semble une invention postérieure, dont on ne trouve pas trace dans les correspondances du temps (voir J. A. von Hübner, Sixte-Quint, 3 vol., Paris, 1870, I, p. 249-250 n. 1 ; G. de Bremond d’Ars, Le Père de Madame de Rambouillet. Jean de Vivonne, sa vie et ses ambassades près de Philippe II et à la Cour de Rome d’après des documents inédits, Paris, 1884, p. 167 n. 1 ; L. von Pastor, Geschichte der Päpste seit dem Ausgang des Mittelalters, X, Fribourg en Br., 1926, p. 39), l’interprétation est bien forcée. Il est vrai que le passage est relevé par le censeur romain (P. Ronzy, Les relations, cit., p. 287) mais ne serait-ce pas parce qu’il le jugeait peu respectueux pour les papes en général, ou peut-être pour les conclaves ? Signalons qu’il s’agit d’un très rares passages non corrigés dans l’exemplaire de Londres (voir infra). Pour un autre passage supposément insultant pour Sixte-Quint, voir infra, n. 76.

48 Voir A. Tallon, Conscience nationale, cit., p. 237-280.

49 Masson mentionne le fait dans ses projets de lettre à Sixte-Quint (voir note suivante). Sur Luigi d’Este, voir P. Portone, DBI, XLIII, 1993, p. 383-390, s.v.

50 G. de Bremond d’Ars, Jean de Vivonne, cit., p. 180-192, 197, 199-200 ; Girolamo Ragazzoni. Correspondance de sa Nonciature, éd. citée, « Introduction », p. 73-90, 102-103, 126.

51 G. de Bremond d’Ars, Jean de Vivonne, cit., p. 201.

52 Ibid., p. 245 et 247-248.

53 Brouillons d’une lettre de Masson à Sixte-Quint, octobre 1586, publiés par P. Ronzy, Un humaniste italianisant, cit., Pièce IV, p. 654 et 655 : ut spero liber ille excutiet rabiem Caluinianorum qui non sunt dissimiles Donatistis ac furore superiores fortasse. […] et si uis quod Petrarcha offerente Innocentio sexto recusauit id mihi cisalpino homini munus tribuere, iterum me uidebit Italia, ut Apostolicae sedi perpetuo inseruiam. Sur ces différents brouillons et leurs variantes, voir ibid., p. 133 n. 1, et p. 401-402 ; sur le désir de longue date de Masson de retourner en Italie et d’y trouver un patron, ibid., p. 146-147. Sur Innocent VI et Pétrarque, voir Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 293v-294r, d’après la lettre de Pétrarque au cardinal de Talleyrand (Seniles, I, 4 ; Pétrarque, Lettres de la vieillesse, éd. E. Nota, I, Paris, 2002, p. 40-47) : Masson n’omet pas de relever qu’Innocent VI avait d’abord cru faussement que Pétrarque pratiquait la magie.

54 Brouillon d’une lettre de Masson à Sixte-Quint, 6 février 1587, publié par P. Ronzy, Un humaniste italianisant, cit., Pièce V, p. 655 : per Ioannem Turrianum cubicularium tuum ; aduersus inopiam quae his difficillimis temporibus propter annonae caritatem me uexatura breui uidetur. P. Ronzy, ibid., p. 402-403, n’avait pu identifier le personnage mais il s’agit certainement de Giovanni della Torre, nommé en 1589 évêque de Veglia, puis nonce en Suisse de 1595 à 1606, sur lequel on verra Die Hauptinstruktionen Clemens’ VIII. für die Nuntien und Legaten an den europäischen Fürstenhöfen, 1592-1605, éd. Kl. Jaitner, 2 vol., Tübingen, 1984, I, p. CCLIX-CCLXI ; S. Andretta, DBI, XXXVII, 1989, p. 567-570, s.v. Sa mission en France est attestée par une lettre du cardinal Girolamo Rusticucci au nonce Frangipani, Rome, 30 décembre 1586 : « N.S. ha destinato il Conte Giovanni dalla Torre, suo Camerier secretario [sic], che fu Nipote del Cardinale della Torre buona memoria a portare la baretta al Sig. Cardinale de Lenoncourt, et domani dovrà partire, havendo già basciato i piedi a N.S. presa licenza » (Correspondance du nonce en France Fabio Mirto Frangipani (1568-1572 et 1586-1587), nonce extraordinaire en 1574, 1575-1576 et 1578, éd. A. Lynn Martin, Rome, 1984, p. 353, sans aucune note sur ce point).

55 Gesta collationis Chartagini [sic] habitae Honorii Caesaris iussu inter Catholicos et Donatistas […]. Opus non solum Theologis, sed etiam Iurisconsultis ualde utile, éd. P. Masson, Paris, 1588, fol. †††1r : rabiem eorum [Caluinistarum], qui non sunt dissimiles Donatistis et Circuncellionibus, ac furore fortasse superiores. Sur l’ouvrage, les indications de P. Ronzy, Bibliographie critique, cit., p. 110-111, sont à corriger par J.-L. Quantin, Baronius et les sources d’au-delà des monts, cit., p. 85-86 n. 103. Masson, fol. †††1v, justifie sa dédicace par ses origines foréziennes, le Forez faisant partie du douaire d’Élisabeth. L’hypothèse de P. Ronzy, Un humaniste italianisant, cit., p. 509, selon laquelle il s’agissait de se concilier les ligueurs, n’est guère convaincante ; sur les rapports anciens de Masson avec la reine, voir ibid., p. 119-122. Pour compléter la notice moins que minimale de Roman d’Amat, Dictionnaire de biographie française, XII, 1970, col. 1203, il y a malheureusement peu à tirer de L. de Beauriez, Élisabeth d’Autriche (femme de Charles IX) et son temps. Une reine catholique au siècle de la Réforme, Paris, 1884. Sur le douaire d’Élisabeth et ses largesses, par l’intermédiaire d’Ogier de Busbecq, voir J. A. de Thou, Historiae sui temporis, Londres, 1733, III, l. LX, § XV, p. 409 ; V, l. CIV, § VII, p. 179 ; voir aussi Brantôme, Second volume des Dames, dans Recueil des Dames, poésies et tombeaux, éd. É. Vaucheret, Paris, 1991 (Bibliothèque de la Pléiade), p. 503.

56 Voir V. Frajese, Nascita dell’Indice. La censura ecclesiastica dal Rinascimento alla Controriforma, Brescia, 2006, p. 107-120 : « La piccola primavera del 1587 » (qui reprend, avec quelques additions, la partie homonyme de id., La politica dell’Indice dal Tridentino al Clementino (1571-1596), dans Archivio italiano per la storia della pietà, 11, 1998, p. 282-296). Sur la difficile circulation des livres entre Rome et Paris dans cette période, voir J.-L. Quantin, Baronius et les sources d’au-delà des monts, cit., p. 85-86 et 100-101 ; infra, n. 97.

57 Journal de voyage de Michel de Montaigne, éd. Fr. Rigolot, Paris, 1992, p. 92, 119, 131 ; texte des censures publié par P. Godman, The saint as censor. Robert Bellarmine between Inquisition and Index, Leyde, 2000, p. 339-342. Voir J.-R. Armogathe et V. Carraud, Les Essais de Montaigne dans les archives du Saint-Office, dans J.-L. Quantin et J.-Cl. Waquet (éd.), Papes, princes et savants dans l’Europe moderne. Mélanges à la mémoire de Bruno Neveu, Genève, 2007, p. 79-96 ; Ph. Desan, Apologie de Sebond ou justification de Montaigne ?, dans id. (éd.), Dieu à nostre commerce et société. Montaigne et la théologie, Genève, 2008, p. 192-196. Ce rapprochement m’a été suggéré par Peter Mack, lors du séminaire que j’ai donné à l’Institut Warburg de Londres, le 13 janvier 2012, « French scholars and Roman censorship, 16th-18th cent. ».

58 Pour une vue d’ensemble, voir les notices de P. Prodi, DBI, III, 1961, p. 511-515, et M. T. Fattori, dans A. Prosperi, avec V. Lavenia et J. Tedeschi, dir., Dizionario dell’Inquisizione, 4 vol., Pise, 2010, I, p. 70-71, et le petit livre de V. Frajese, Il popolo fanciullo. Silvio Antoniano e il sistema disciplinare della controriforma, Milan, 1987. Antoniano apparaît comme consulteur, dans la congrégation renouvelée par Sixte-Quint, le 14 juillet 1587 (G. Fragnito, La Bibbia al rogo. La censura ecclesiastica e i volgarizzamenti della Scrittura (1471-1605), Bologne, 1997, p. 145-146 n. 12), mais avait déjà été consulteur de la congrégation en 1581 (E. Patrizi, Silvio Antoniano. Un umanista ed educatore nell’età del Rinnovamento cattolico (1540-1603), nouvelle édition, 3 vol., Macerata, 2010, I, p. 127). En 1584, il avait été un des éditeurs envisagés pour l’Histoire ecclésiastique d’Onofrio Panvinio (St. Bauer, The Censorship and Fortuna of Platina’s Lives of the Popes in the sixteenth century, Turnhout, 2006, p. 111-112). Il est traditionnellement considéré comme un des membres de la commission établie par Grégoire XIII en 1580 pour réviser le Martyrologe Romain (voir par exemple Benoît XIV, De Seruorum Dei beatificatione et Beatorum canonizatione liber quartus, editio 3a [Opera, IV], Rome, 1749, Pars 2a, c. XVII, p. 709, suivi sur ce point par H. Laemmer, De Martyrologio Romano. Parergon historico-criticum, Ratisbonne, 1878, p. 15). Le rôle exact qu’il joua à ce stade demeure obscur (Martyrologium Romanum. Editio princeps (1584), éd. M. Sodi et R. Fusco, Cité du Vatican, 2005, p. XXXIII) mais il fut certainement un des collaborateurs de Baronius pour l’édition plantinienne de 1589 (infra, n. 96) : voir Baronius à Antonio Talpa, 9 juillet 1588, dans Baronius, Epistolae et opuscula, cit., III, p. 31.

59 Protocolli B, fol. 53r (transcrit dans Diari, I, fol. 27r) : Censuras retulerunt […] Siluius Antonianus in Papirium Massonium. La date à laquelle cette censura avait été confiée à Antoniano n’apparaît nulle part. Sur le rapport entre les Protocolli originaux et le Diario, compilé ultérieurement et très sommaire pour ces années, voir G. Fragnito, Bibbia al rogo, cit., p. 112 n. 2, 119 n. 19, 157 n. 51 ; St. Bauer, Censorship of Platina’s Lives, cit., p. 114, n. 30. 

60 Supra, n. 4. La censure envoyée par Baronius à Masson était sans doute possible une censure officielle de l’Index (voir infra, n. 181) ; or les archives de la congrégation ne font état que de deux censures du De Episcopis urbis, celle d’Antoniano et celle de Bellarmin, laquelle est tout à fait différente de celle que transmit Baronius. La difficulté est que la censure d’Antoniano semble avoir déjà manqué dans les archives en 1592 (infra, n. 108) : mais Baronius, très proche d’Antoniano, pouvait aisément en obtenir un exemplaire de l’auteur. Si elle avait été définitivement perdue, on comprendrait mal que la congrégation se fût adressée à un troisième censeur au lieu d’envoyer la censura de Bellarmin. On observera que celle d’Allen sur Platina a elle aussi disparu des archives (St. Bauer, Censorship of Platina’s Lives, cit., p. 113 n. 28, et 250).

61 Sur cette affaire célèbre, voir T. Tasso, Lettere poetiche, éd. C. Molinari, Parme, 1995, en particulier les lettres du Tasse à Scipione Gonzaga, 11 février 1576, p. 309-311 (« il rigore »), et 5 mars 1576, p. 322-323 (« la soverchia severità ») ; du Tasse à Antoniano, 30 mars 1576, p. 342-362 ; du Tasse à Scipione Gonzaga, 24 avril 1576, p. 426-427 (« non tanto da cavalieri quanto da religiosi e de monache ») ; A. Quondam, « Sta notte mi sono svegliato con questo verso in bocca ». Tasso, Controriforma e classicismo, dans G. Venturi (éd.), Torquato Tasso e la cultura estense, 3 vol., Florence, 1999, II, p. 561-590.

62 Voir BNF, Ms. Latin 11416, fol. 83r-v, 85r, 87r-v, 88r-v, 89r-v, 76r (P. Ronzy, Les relations, cit., p. 287, 288, 290, 292, 293, 294, 295, 297, 298, 299) : superi et fata christianis delictis irata, caelites, fortuna, in fatis erat, permittentibus superis, relatio inter diuos

63 BNF, Ms. Latin 11416, fol. 78v et 88v (P. Ronzy, Les relations, cit., p. 279 et 295). Voir Masson, De Episcopis urbis, cit., respectivement fol. 43r-v (citant Jérôme, ep. 123, 9 [CSEL 56/1, 82-83] et Martial, Epigrammes, 8, 43 [éd. D. R. Shackleton Bailey, Stuttgart, 1990, p. 259]) et 352r.

64 BNF, Ms. Latin 11416, fol. 76r : Caluini ingenium et scribendi grauitatem miratur tametsi sectam non probat (P. Ronzy, Les relations, cit., p. 299 lit facta au lieu de sectam). Voir supra, n. 41.

65 BNF, Ms. Latin 11416, fol. 78v : Impii ergo sumus Christiani, qui affecta ultimo supplicio fratrum corpora feris dilaniandis exponimus [= Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 29r]. Nimis acerbe et tamen id ubique non fit (P. Ronzy, Les relations, cit., p. 279, lit sit).

66 Masson quitta Rome définitivement peu après l’intronisation de Pie V, cui spectaculo egomet adolescens interfui (De Episcopis urbis, cit., fol. 413r). Voir P. Ronzy, Un humaniste italianisant, cit., p. 76.

67 Le Tasse à Scipione Gonzaga, 4 oct. 1575, Lettere poetiche, éd. citée, p. 243 (« tanto ammollite dall’uso »). « Mescolare le cose profane con le sacre » est un reproche fait plus tard au Tasse par Fédéric Borromée (R. Ferro, L’esercizio della scrittura nel pensiero di Federico Borromeo, dans Studia Borromaica, 16, 2002, p. 221) : le parallèle avec Silvio Antoniano a été noté par E. Patrizi, Silvio Antoniano, cit., I, p. 209, n. 14. Voir G. Fragnito, Torquato Tasso, Paolo Costabili e la revisione della « Gerusalemme Liberata », dans Schifanoia, 22/23, 2002, p. 57-63.

68 Montaigne, Journal de voyage, éd. citée, p. 119 et 131 ; P. Godman, The saint as censor, cit., p. 341.

69 Voir G. Fragnito, Torquato Tasso, cit., p. 60 ; P. Prodi, Storia sacra e controriforma, cit., p. 101. 

70 Un des censeurs de Montaigne l’accusa ainsi d’avoir loué « Beza et Buccanano per boni poeti » (P. Godman, The saint as censor, cit., p. 339).

71 Montaigne, Journal de voyage, éd. citée, p. 119 ; P. Godman, The saint as censor, cit., p. 342.

72 Au printemps 1587 : voir St. Bauer, Censorship of Platina’s Lives, cit., p. 113-114.

73 BNF, Ms. Latin 11416, fol. 80r (P. Ronzy, Les relations, cit., p. 281) : totus hic locus castigandus ; Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 81v, citant Decretum Gratiani, D. 19, c. 9 (Corpus Iuris Canonici, éd. E. Friedberg, 2 vol., Leipzig, 1879-1881, I, col. 64). Comparer St. Bauer, Censorship of Platina’s Lives, cit., p. 294, avec les notes.

74 Voir St. Bauer, Censorship of Platina’s Lives, cit., p. 95-96, 308, 315-316. Antoniano, en 1584, avait spécialement relevé les erreurs de Platina sur ces deux questions (ibid., p. 111)

75 P. Ronzy, Les relations, cit., p. 285 (Omittenda uidentur Chalcondylae uerba de sede perforata. Satius fuerit refellere) ; Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 140v-141r, citant (dans la traduction latine alors seule disponible) Laonicus Chalcondyle, Historiae de Origine ac rebus Gestis Turcorum, l. VI, dans Nicephori Gregorae, Romanae, hoc est Byzantinae historiae Libri XI, éd. H. Wolf, Bâle, 1562, col. 410-411 [= PG 159, 299-302]. Masson ne cite du reste le passage que comme fabulam e fabula. L’Histoire de Chalcondyle faisait partie des ouvrages que les jésuites du Collège Romain, en décembre 1592, désignèrent comme à expurger en priorité. Voir le votum de Bellarmin, Protocolli K, fol. 134r, en réponse à l’ordre de la congrégation du 12 décembre 1592 (Diari, I, fol. 62v) : il est cosigné par Juan Azor et Pedro Parra, collègues de Bellarmin au Collège Romain et membres depuis septembre de la « troisième classe » d’expurgateurs qu’il présidait (Diari, I, fol. 53v ; P. Godman, The saint as censor, cit., p. 274-275, a publié le texte correctement mais en supprimant les signatures d’Azor et Parra). En 1602, l’Index entreprit finalement une expurgation de Chalcondyle (infra, n. 181).

76 P. Ronzy, Les relations, cit., p. 285. Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 139v : Et Pontifices quidem meretricem illam in Episcoporum numero collocatam, et inter antecessores suos positam uident : et tamen ferunt antiquissimum illud sedis suae opprobrium ? Masson, il est vrai, ajoute immédiatement : Atque utinam Gregorius decimustertius hanc historiam legere potuisset. credo enim illum uirum, qui summa pietate in Deum fuit, tantum dedecus passurum non fuisse. P. Ronzy, Un humaniste italianisant, cit., p. 399 n. 2, a voulu voir là une flèche de plus contre le pape régnant (« Masson regrette que Grégoire XIII n’ait pu lire son histoire, ce qui n’est pas très flatteur pour Sixte-Quint »). Mais il s’agit clairement pour Masson d’excuser les papes, tout en relevant sa propre contribution : Grégoire XIII aurait déjà mis fin au scandale (comme, sous-entend Masson, Sixte-Quint va à présent le faire) s’il avait pu connaître la démonstration décisive du De Episcopis urbis.

77 Voir P. Ronzy, Les relations, cit., passim, et comparer St. Bauer, Censorship of Platina’s Lives, cit., p. 143-149. On retrouve la même attitude dans le cas de Sigonius (P. Prodi, Storia sacra e controriforma, cit., p. 87).

78 BNF, Ms. Latin 11416, fol. 78r : de Christo nimis ieiune loquitur ; P. Ronzy, Les relations, cit., p. 278, lit strenue. Comparer St. Bauer, Censorship of Platina’s Lives, cit., p. 284 (De Concilio Nicaeno ieiune nimis scribit) et aussi le reproche fait à Sigonius par Sirleto (P. Prodi, Storia sacra e controriforma, cit., p. 88-89 n. 38). 

79 BNF, Ms. Latin 11416, fol. 81r (P. Ronzy, Les relations, cit., p. 283). P. Ronzy, ibid., n. 6, explique que le censeur visait « la fameuse doctrine gallicane de la supériorité du concile sur le pape » : il s’agit évidemment d’un contresens (voir supra, n. 12).

80 BNF, Ms. Latin 11416, fol. 86v (P. Ronzy, Les relations, cit., p. 291) : Omitti potest illa monitio ad Episcopos Urbis [dans la Vie de Boniface VIII : voir supra, n. 19]. Le passage parallèle dans la Vie de Grégoire XIII n’est en revanche pas relevé.

81 BNF, Ms. Latin 11416, fol. 89r : damnat Leonis factum in Concordatis cum Rege Francisco, et Christianae pietati damnum ingens intulisse ait ; P. Ronzy, Les relations, cit., p. 296, lit Augustissimo au lieu de cum Rege

82 BNF, Ms. Latin 11416, fol. 76r : De clausula Inuitis et contradicentibus possessoribus, quam a Pio et Gregorio usurpatam ait, a Senatu Parisiensi non probatam. Hoc debuit omitti (P. Ronzy, Les relations, cit., p. 299, lit uoluit). Voir supra, n. 24.

83 BNF, Ms. Latin 11416, fol. 76v (P. Ronzy, Les relations, cit., p. 291) : Sixtum alloquens : Si quod munus accepero agam gratias, sin minus non desinam solem aspicere. Parum reuerenter. Voir Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 421r : Si quod munus aut a sanctitate tua, aut a Christianissimo Rege Francorum accepero, agam utrisque uestrum gratias quantas potero : sin minus non desinam solem aspicere, et quantum in me erit prodesse Reipubl. et pietati Christianae.

84 Voir le chapitre éponyme de V. Frajese, Il popolo fanciullo, cit., p. 44-56 ; D. Knox, Disciplina : le origini monastiche e clericale del buon comportamento nell’Europa cattolica del Cinquecento e del primo Seicento, dans P. Prodi, avec C. Penuti (éd.), Disciplina dell'anima, disciplina del corpo e disciplina della società tra medioevo ed età moderna, Bologne, 1994, p. 63-99 (sur Antoniano, p. 86-87) ; O. Niccoli, Creanza e disciplina : buone materie per i fanciulli nell’Italia della controriforma, ibid., p. 929-963 (p. 960-962).

85 J. A. de Thou, Papirii Massoni Vita, en tête de P. Masson, Elogiorum pars prima, éd. J. Balesdens, Paris, 1638, fol. e6v, ennoblit sans doute les choses quand il assure que Masson opera sua principibus ac summae dignitatis uiris ad decus potius quam spe praemii nuncupare consueuisset, tout en notant significativement qu’il était ainsi supra conditionem liberalis. P. Ronzy, Un humaniste italianisant, cit., reste assez vague sur ces questions. Voir surtout p. 157-158 sur la pension de six cents livres que, selon François Hotman, Henri III aurait accordée à Masson pour écrire les Annales Francorum. Une bonne partie des publications de Masson (éloges et écrits de circonstance) sont clairement d’ordre alimentaire (voir par exemple ibid., p. 121-122) et il servit d’écrivain à gages, vers 1585, à Don António, prieur de Crato, prétendant malheureux au trône de Portugal (ibid., p. 325-326). Suppliant Antoniano de l’aider à obtenir du pape la rétribution de ses services (voir infra, n. 136), l’érudit Pierre Morin soulignait la différence de leurs parcours : Haec expedi ueteri amiculo, dedito a prima aetate studiis ignobilis otî : cum tu nobile et cum dignitate coniunctum otium sequereris : quem adolescentem memini Ferrariae olim splendidam domum habuisse, ac celebre auditorium apud forum, […] cum audirem dici, multas te Liuii historias Cardinali Ferrariensi memoriter recitauisse, ipsumque Cardinalem, ac eos qui adessent in summam admirationem adduxisse (Morin à Silvio Antoniano, 1595, dans P. Morin, Opuscula et epistolae, éd. J. Quétif, Paris, 1675, p. 369). On se rappelle les mises en garde de B. Castiglione, Il Libro del Cortegiano, éd. A. Quondam et N. Longo, [Milan], 1999, l. 2, c. 18, p. 146, contre les demandes aux princes. 

86 Voir V. Frajese, Nascita dell’Indice, cit., p. 115-119, même si la thèse générale de l’auteur, selon laquelle livre « de la seconde classe » était synonyme de livre expurgeable, n’est pas recevable (voir par exemple id., Permessi di lettura, dans A. Prosperi, dir., Dizionario dell’Inquisizione, cit., III, p. 1194, et contra, G. Fragnito, Gli studi sulla censura ecclesiastica nella prima età moderna : bilanci e prospettive, dans L. Gulia, I. Herklotz et St. Zen (éd.), Società, cultura e vita religiosa in età moderna. Studi in onore di Romeo De Maio, Sora, 2009, p. 174 n. 55). L’activité d’Antoniano à l’Index porta en outre essentiellement sur l’expurgation des livres (G. Fragnito, La Bibbia al rogo, cit., p. 176, n. 18). Il n’était pas membre de l’Index quand il examina la Gerusalemme liberata, et sa révision relevait de la censure préventive, mais il s’agissait bien de mettre l’ouvrage en état de paraître (cf. A. Quondam, Tasso, cit., p. 567-568). Voir en outre la lettre de Masson à Della Torre, Appendice, Document 1, qui dit expressément que l’Index se préparait à corriger son livre.

87 Protocolli B, fol. 55r (transcrit dans Diari, I, fol. 27v) : De Papirio Massonio [tractatum].

88 Lettre en italien du 15 novembre 1587, Protocolli I, fol. 610r, publiée en Appendice, Document 1. L’adresse n’est pas conservée mais le destinataire ne saurait être que Della Torre.

89 Lettre latine à Sixte-Quint datée du 16 novembre 1587, ibid., fol. 613r, publiée en Appendice, Document 2.

90 Diari, I, fol. 30r : Lectae litterae Massonii et decretum communi uoto corrigendum librum et animaduertendum authorem et Cardinali Ascanio commissa responsio ad Massonium. L’original dans Protocolli B, fol. 70r, a seulement : De Papirio Massonio. quod corrigatur liber, et animaduertatur author, avec cette note en haut de la page : Lettere di Massonio.

91 J. Esteve, De Osculatione pedum Romani Pontificis ad S.D.N. Sixtum V. P.O.M. Adiecta eiusdem Auctoris disputatione de Coronatione, et Leuatione, seu Portatione Papae. Omnia nunc ex repetita praelectione, multis ex partibus locupletata et aucta, et ab Haereticorum calumniis, pluribus argumentis, Patrum testimoniis, et traditione defensa, Rome, 1588 : uirum doctum, ac ut arbitror probum. La dédicace à Sixte-Quint est datée de Rome, 15 mars 1588. La première édition, dédiée à Grégoire XIII, avait paru à Venise en 1578. Tout le chapitre XVIII de cette édition augmentée, p. 144-158, est une réponse à Masson. Sur Esteve, voir la notice de Catholic Church and modern science. Documents from the Archives of the Roman Congregations of the Holy Office and the Index. Volume I. Sixteenth-century documents, éd. U. Baldini et L. Spruit, Rome, 2009, IV, p. 2847, et surtout V. Peri, Il numero dei concili ecumenici nella tradizione cattolica moderna, dans Aevum, 37, 1963, p. 461-463.

92 J. Esteve, De Osculatione pedum, cit., p. 155 : quod profecto de probo uiro non crederem, qui historiam hanc Romani Pontificis pedibus subiicit, postulans illam ab eo qui Petri fidem et sedem tenet, emendari. Voir supra, n. 44.

93 Ibid., p. 157 : Haec habui O Papiri uir optime, quem pie et ut uirum probum decet animaduerterem, ut in aliis editionibus haec et alia emendares, quod te profecto spero facturum, ne tibi deesse, tantumque opus tot uigiliis elaboratum, uiolare uidearis.

94 Voir la reproduction de l’Index de 1590, dans ILI, IX, p. 799-800 et 838 (Papyrii Massonii libri sex, De uitis Episcoporum urbis Romae, nisi prius ex superioribus regulis corrigantur). Pour l’histoire de la congrégation, V. Frajese, Nascita dell’Indice, cit., p. 120-137 (reprenant id., La politica dell’Indice, cit., p. 297-312).

95 Voir Diari, I, fol. 43r-46r. P. Godman, The saint as censor, cit., p. 141 et encore p. 148, place toutes ces réunions de 1591 en 1592.

96 Martyrologium Romanum (Anvers, 1589), cit., 1er mai, p. 193, note f (sur saint Sigismond de Bourgogne) : Papirius Maso [sic], qui etsi breuius, diligentius tamen caeteris (mea sententia) res Francor. conscripsit ; 25 août, p. 377, note c (sur saint Louis) : Papirius Masson. qui ea quae a caeteris erant praetermissa, summa industria collegit. Voir P. Masson, Annales, cit., respectivement p. 26 et 315-347. Baronius recommande les Annales de Masson dans son Ordo qui seruandus proponitur in historia Ecclesiastica peruestiganda, dont la forme définitive est postérieure à 1586 (St. Zen, Baronio storico, cit., Appendice I, p. 352). Pour l’usage qu’il en fit de fait dans les Annales ecclesiastici, voir J.-L. Quantin, Baronius et les sources d’au-delà des monts, cit., p. 65.

97 Masson à Baronius, Biblioteca Vallicelliana, Rome, Ms. Q 45, f. 6r, publiée dans Baronius, Epistolae et opuscula, cit., II, p. 68-69 : Ac si forte in manus tuas inciderunt libri sex de Episcopis urbis a Diuo Petro ad Sixtum Quintum, rescribe obsecro quid de illo opere sentias. Nam iudicium tuum plurimi faciam, eritque mihi instar omnium. La lettre est simplement datée ineunte Iulio. Alberici, ibid., p. 69, note b, l’a placée en 1601 parce qu’il croyait que la lettre de Baronius du 12 février 1602 (voir infra, n. 177), qu’il publiait à la suite, était une réponse à celle-ci. Mais P. Ronzy, Les relations, cit., p. 266 n. 4, et 267 n. 2 (suivi par M. Borrelli, Ricerche sul Baronio II, cit., p. 121), a justement relevé que la véritable réponse de Baronius était une lettre perdue du 4 août 1591, à laquelle Masson répondit à son tour le 5 septembre (voir infra, n. 98 et 101). St. Zen, Baronio storico, cit., p. 65 n. 73, et 108 n. 61, qui renvoie pourtant à Ronzy, conserve la datation d’Alberici. La lettre de Baronius à Pico (appendice, document 4), confirme définitivement la chronologie de Ronzy.

98 Est seul conservé de cette lettre le passage sur les Annales Francorum, transcrit par Martin Billet de Fanières, un érudit du début du XVIIIe siècle, Ex epistola Caesaris Baronii nondum cardinalis data Romae pridie Non. Aug. 1591, parmi une série de testimonia sur Masson, BNF, Ms. Français 24519, fol. 310r (autre copie, faite sur la précédente, parmi les papiers de l’abbé Drouyn, Ms. Français 22861, fol. 53r), et publié par P. Ronzy, Les relations, cit., p. 269. Ce qui concerne le De Episcopis urbis est connu par la réponse de Masson et par la lettre de Baronius à Pico, qui concordent entièrement sur ce point.

99 G. Fragnito, Gli studi sulla censura ecclesiastica, cit., p. 174.

100 Br. Neveu, L’erreur et son juge. Remarques sur les censures doctrinales à l’époque moderne, Naples, 1993, p. 303-304, citant la définition des Salmanticenses.

101  Masson à Baronius, 5 septembre 1591, dans Baronius, Epistolae et opuscula, cit., I, p. 241 : opus meum de Romanis Pontificibus. St. Zen, Baronio storico, cit., p. 37 et p. 65, n. 73, s’est imaginé qu’il s’agissait d’un livre différent du De Episcopis urbis.

102 Masson à Baronius, 5 septembre 1591, dans Baronius, Epistolae et opuscula, cit., I, p. 241-242 : Nam quaedam in eo [opere] esse, quae modestis, et eruditis aliquot uiris displiceant, moleste fero ; praesertim si sunt Itali, quam gentem iudicio ualere prae caeteris semper existimaui : correcturus quicquid, et iis, et tibi uidebitur, more scilicet magnorum uirorum, qui, et si sua emendant, nihil tamen laudis et gloriae sibi detrahunt ; quod Hippocrati claro admodum auctori accidisse, Celsus [De medicina, VIII, 4, 3-4 ; éd. I. Mazzini, Pise-Rome, 1999, p. 248] ait, quem simplex ueri erroris confessio nobiliorem apud omnes reddidit. Ce supposé aveu d’Hippocrate est également rapporté par Plutarque et par Quintilien (voir J. Jouanna, Hippocrate, Paris, 1992, p. 495). Pierre Morin s’y réfère à propos de son travail sur les conciles grecs : voir Morin à Fédéric Borromée, 1594, dans P. Morin, Opuscula et epistolae, cit., p. 326 (futuris est évidemment une coquille pour suturis). L’équivalent religieux était évidemment Augustin rédigeant ses Retractationes et ce fut celles-ci que l’Index donna en modèle aux auteurs dans son projet de lettre de 1594 (infra, n. 179).

103 Pour une vue générale, voir V. Frajese, Nascita dell’Indice, cit., p. 138-147 (reprenant id., La politica dell’Indice, cit., p. 312-320).

104 Après avoir hésité, la congrégation décida le 18 juillet 1592 de commencer par publier l’Index prohibitorius (Diari, I, fol. 46v et 47r).

105 Voir Diari, I, fol. 50r-v, 51r, 53r (29 août, 5 septembre, 12 septembre, 26 septembre 1592). Addendi uel demendi s’entend par rapport à l’Index de 1564.

106 Protocolli K, fol. 100r (votum signé Petrus Morinus) : Parcendum puto Catholicorum authorum existimationi, ut […] Papyrii Massoni. […] Laeditur enim horum existimatio, si ante diuulgetur eos errasse, quam errata in publicum edantur. Nam interea nonnulli peius de iis existimabunt, quam meriti sint. Ac nihil omnino damni fit, si horum errata in expurgatorium indicem conferantur. quod faciendum arbitror. Il s’agissait donc de faire profiter Masson du principe posé par la congrégation le 5 septembre 1592 : Decretum quod piis ac doctis scriptoribus de Christiana Republica bene meritis inter scribendum in aliquo offendentibus honor deferatur ut in Indice non reponantur (Diari, I, fol. 50r). Sur Morin, voir infra.

107 Protocolli K, fol. 96r (Gonsalvus Pontius : liste d’auteurs à inclure in altero distincto prorsus Indice) et 106r (votum Domini Abbatis Maffe). L’idée de diviser omnes indices Prohibitorium et Expurgatorium, ne ullo modo Catholici misceantur cum haereticis, avait été avancée par Alfonso Chacón, et Ponce de León s’y était rallié, ibid., fol. 97r. Sur Marcantonio Maffa, notice dans Catholic Church and modern science, éd. U. Baldini et L. Spruit, cit., IV, p. 2882 ; sur Ponce de León, voir infra, n. 153.

108 Le De Episcopis urbis ne figure pas dans l’Index librorum qui olim de mandato Illustrissimae Congregationis Indicis expurgati, seu correcti sunt, et quorum censurae apud Secretarium Congregationis asseruantur, quas tamen fere omnes recognoscere, et reuidere oportet, Protocolli K, fol. 188r-190r. Le texte est très probablement celui qui avait été demandé à Pico à la réunion de l’Index du 27 avril 1592, quand la congrégation reprit ses travaux (Diari, I, fol. 46v : Commissum fuit Secretario ut in sequenti Congregatione singulis Cardinalibus traderet […] notam authorum et librorum quorum expurgatio est, et quorum potissimum expurgatio desideratur). Il est suivi, de la même écriture, fol. 190v-191r, de Nota Librorum expurgandorum, seu corrigendorum quam Illustrissimae Congregationi tradidit R. Dominus Petrus Gallesinius Prothonotarius, où figure le De Episcopis urbis, fol. 191r : Gallesini, d’après les ouvrages de référence, étant mort en 1590 ou autour de cette date, il pourrait s’agir d’une ancienne liste retrouvée dans les archives. Autres copies, où les deux textes sont associés de la même manière, fol. 196r-199r et 202r-205r. Le De Episcopis urbis est également inclus dans une liste d’Alfonso Chacón, Libri praeter contentos in indice Pii IV, qui utiliter expurgari possent, ibid., fol. 151v, qui pourrait dater de 1592. Masson est marqué en revanche comme déjà expurgé (avec la mention « R. » pour désigner une expurgation faite à Rome) dans une liste ultérieure, fol. 243r-246r : Papirius Massonius R. (245v) – autres copies, de la même main, dans Protocolli R, fol. 7r-10r, et Protocolli Z, fol. 540r-544r : il s’agit de la liste lue par Pico à la séance de l’Index du 6 mars 1593 (voir Diari, I, fol. 64r ; G. Fragnito, Aspetti e problemi della censura espurgatoria, dans L’Inquisizione e gli storici: un cantiere aperto. Tavola rotonda nell’ambito della conferenza annuale della ricerca (Roma, 24-25 giugno 1999), Rome, 2000, p. 176 n. 58). Le Commentariolum uniuersorum quae in Archiuio sacrae Congregationis Indicis asseruantur apud secretarium, BAV, Ms. Vat. lat. 6861 (sur lequel on verra G. Fragnito, Un archivio conteso : le « carte » dell’Indice tra Congregazione e maestro del Sacro Palazzo, dans Rivista Storica Italiana, 119, 2007, p. 1309 n. 119), fol. 56v, donne en plus la référence dans les Protocolli tels qu’ils étaient alors classés : Papirius Massonius Romana [censura]. I. 581. Cette censura romaine doit être celle de Bellarmin. Voir encore infra, n. 162, le témoignage de Fédéric Borromée. 

109 Protocolli K, fol. 211r-v, transcrit dans Diari, I, fol. 56v-57r : Die 10 octobris [1592] Congregatio habita apud Illustrissimum Cardinalem Veronensem ubi interfuerunt omnes una cum Magistro Sacri Palatii et Belarminio, et ex legitima causa cum licentia absente Secretario, Petrus Morinus ex eiusdem Secretarii Commissione uices gessit. […] commissum eidem Bellarminio ut censuram in Massonium sequenti Congregationi referat.

110 Protocolli I, fol. 606r-v (De Papirii Massoni libris, quos inscripsit de uitis Episcoporum Urbis) et 607r-609v (De Papirii Massoni libris, quos de uitis Pontificum Maximorum scripsit). Les deux textes, non signés, sont autographes. Ils ont été publiés, avec sa négligence ordinaire, par P. Godman, The saint as censor, cit., p. 279-283. Celui-ci affirme étrangement, p. 163, que Bellarmin examina « an incomplete version », apparemment parce que Bellarmin écrit au début de son rapport : Opus hoc imperfectum est. Mais il s’agit évidemment d’un reproche fait à l’ouvrage : Non enim continet integras historias de uita, et rebus gestis Pontificum, sed solum fragmenta quaedam hinc inde decerpta (Protocolli I, fol. 606r). La censura de Bellarmin couvre du reste l’ensemble du De Episcopis urbis.

111 Protocolli I, fol. 606r-v : 1. Opus hoc imperfectum est […]. 2. Non pauca continet inepta […]. 3. Auctor operis negligenter in hoc opere uersatus est […]. 5. Auctor est satis maledicus […]. 6. Suspectus est erroris illorum, qui negant summo Pontifici potestatem coactiuam in omnes christianos […]. 7. Suspectus est item erroris illorum, qui damnant ordines religiosorum mendicantium […]. Le quatrième reproche général concerne la citation d’auteurs interdits (infra, n. 122).

112 St. Bauer, Censorship of Platina’s Lives, cit., p. 309 : non uitas, sed uitia eorum Platina scripsit, ideo purgandus.

113 Ibid., p. 309-310 : Sed nescio an expediat omnia pontificum istorum uitia, ac si falsa essent, expungere, ut censor iudicat. Pleraque enim uera sunt, etsi non omnia. Narrantur enim scelera Sergii III qui Formosum exhumauit etc. a Liuthprando […]. Vixit autem Liuthprandus illo ipso tempore, ut ipse in suo opere indicat

114 Voir l’excellent commentaire de St. Bauer, ibid., p. 141-142, qui cite les passages correspondants des Controverses.

115 Protocolli I, fol. 607r : In uita Sergii III. fol. 154 pag. 1. et fol. 157. pag. 1. et 2. refert, et repetit saepius ex Luitprando enormia quaedam uitia Romanorum Pontificum. Comparer la censure d’« Antoniano », BNF, Ms. Latin 11416, fol. 82v-83r ; P. Ronzy, Les relations, cit., p. 286.

116 Protocolli I, fol. 606r-v : nec recipienda uidetur excusatio eius, quod uidelicet ad historicum pertineat fideliter res narrare. nam, ut supra dixi, non meretur ipse nomen historici, cum nec integre, nec ordine uitas Pontificum describat. Voir Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 158v : Hactenus Luitprandus, cuius testimonio non utor, nisi quia ueram narrationem rerum praeteritarum omittere turpe esset historiam scribenti. 

117 St. Bauer, Censorship of Platina’s Lives, cit., p. 316-317 : Non uidentur autem esse delenda in Platina, quae uera sunt et in probatis auctoribus leguntur

118 Protocolli I, fol. 608r : In uita Nicolai III. Non puduit, inquit, eum agnatorum causa simoniam exercere, etc. et probat adductis multis uersibus Dantis. Le passage avait été relevé par « Antoniano » (BNF, Ms. Latin 11416, fol. 86r ; P. Ronzy, Les relations, cit., p. 290). Voir Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 252r-253r, citant Dante, Inferno, chant XIX, v. 69-105 [Opere, edizione nazionale, a cura della Società Dantesca Italiana, VII/2, Vérone, 1966, p. 321-325] : on notera que Masson a eu soin de découper sa citation juste avant le passage le plus fortement anti-romain (et, dans le contexte du XVIe siècle, celui qui évoquait le plus la polémique protestante), où la Rome papale est identifiée à la prostituée de l’Apocalypse (v. 106-111). Masson, fol. 253r, ajoute que plerique historiarum scriptores aiunt res sacras eum uendidisse, mais ne donne pas de références.

119 Voir Br. Neveu, L’erreur et son juge, cit., p. 394-396 et 472-473.

120 Protocolli I, fol. 607v : proinde auctorem suspectum reddi eius haeresis, quae negat summis Pontificibus coactiuam potestatem, et iurisdictionem in omnes christianos, et praesertim in Reges

121 Ibid. : Titulus, de Episcopis Urbis, hoc tempore non sine causa offendit, cum haereses Lutheranorum uigeant, quae Romanos Pontifices totius Ecclesiae Pontifices non esse contendunt. « Antoniano » avait lui aussi noté : Titulus ipse offendit, mais sans faire le lien avec les protestants (BNF, Ms. Latin 11416, fol. 78r ; P. Ronzy, Les relations, cit., p. 277).

122 Protocolli I, fol. 606r : 4. Citat saepe Erasmum, Melanthonem [sic], Caluinum, Palingenium. et satis indicat, se hos autores legere, cum tamen prohibiti sint, et non sit uerisimile eum habere facultatem libros eiusmodi legendi, cum non sit Theologus, sed causidicus. Masson avait été reçu avocat au Parlement en 1576 mais n’exerça pratiquement jamais (P. Ronzy, Un humaniste italianisant, cit., p. 222-224 et 514). Sur les licences de lecture des livres interdits, alors effectivement limitées aux théologiens et aux canonistes, voir G. Fragnito, Gli studi sulla censura ecclesiastica, cit., p. 171.

123 Protocolli I, fol. 608v : In uita Pii IIII. fol. 410. pag. 2. laudat Caluinum, cuius uiri, inquit, non quidem sectam, sed excellentis ingenii uires scribendique grauitatem mirari necesse est. La citation est exacte mais, coupée de ce qui précède et de ce qui suit (voir supra, n. 41), donne une tout autre impression que dans son contexte.

124 L’attaque de Masson contre les jésuites est relevée, ibid. D’après la reconstitution chronologique de P. Ronzy, Un humaniste italianisant, cit., p. 44-46, Masson serait arrivé au Collège Romain au plus tard dans les premiers jours de 1563 et y serait resté jusqu’en octobre, où il aurait été envoyé à Naples, tandis que Bellarmin (au Collège Romain d’octobre 1560 à octobre 1563) partait de son côté pour Florence. Voir X.-M. Le Bachelet, Bellarmin avant son cardinalat, 1542-1598. Correspondance et documents, Paris, 1911, p. 44-45. On peut imaginer que Bellarmin recueillit des informations sur Masson (par exemple qu’il était avocat) lors de son séjour en France pour accompagner la légation du cardinal Caetani, en 1590. Masson prononça une harangue lors de l’entrée de Caetani à Paris (P. Ronzy, Un humaniste italianisant, cit., p. 514-516). Sur les rapports entre la suite du légat et le milieu érudit gallican, voir A. Loisel, Vie de M. Pierre Pithou, Sieur de Savoye, Advocat en Parlement, dans Divers opuscules tirez des Memoires de M. Antoine Loisel, Advocat en Parlement, éd. Cl. Joly, Paris 1652, p. 270. 

125 Voir V. Peri, Due protagonisti dell’editio Romana dei concili ecumenici : Pietro Morin ed Antonio d’Aquino, dans Mélanges Eugène Tisserant, VII, Cité du Vatican, 1964, p. 131-232, surtout 131-170 ; P. Petitmengin, À propos des éditions patristiques de la Contre-Réforme : le « Saint Augustin » de la Typographie Vaticane, dans Recherches Augustiniennes, IV, 1966, p. 213-214 et 216-217.

126 G. Fragnito, Bibbia al rogo, cit., p. 145 n. 12 ; V. Frajese, Nascita dell’Indice, cit., p. 107-108 n. 44, et 113 (sur Érasme : Morin avait été cette fois d’accord avec Maffa). Le procès-verbal de la séance du 15 février 1587 (Protocolli B, fol. 4r, transcrit dans Diari, I, fol. 16v), où Morin prêta serment comme consulteur, est désormais publié dans Catholic Church and modern science, éd. U. Baldini et L. Spruit, cit., I, p. 342-344. Lorsque l’Index recommença à fonctionner normalement, en avril 1592, il était le seul consulteur présent, Diari, I, fol. 46r. 

127 Voir D. Petri Morini de Bodino votum, Protocolli K, fol. 242r-v (copie) : le texte n’est pas daté mais il doit dater de la fin de 1592 ou du début de 1593 puisque Morin, avant de revenir à la charge, rappelle ses efforts infructueux pour faire condamner la République absolument (et non seulement donec corrigatur), cum apud Illustrissimum et Reuerendissimum Dominum Cardinalem Alanum de conficiendo Romano Indice prauorum librorum conuentus haberetur. Allen avait été chargé le 14 novembre 1592 de veiller à l’impression de l’Index et son travail fut approuvé, quibusdam immutatis, lors des réunions du 5 décembre 1592 et du 6 février 1593 (Diari, I, fol. 59r, 62r, 63r).

128 Voir supra, n. 109. L’écriture du procès-verbal original, Protocolli K, fol. 211r-v, qui n’est effectivement pas celle du secrétaire de l’Index, Paolo Pico, est celle du votum signé Petrus Morinus dans le même volume (supra, n. 106). Les deux dernières mentions, rajoutées à la fin, sur Lipse et Masson, sont cependant de la main de Pico. Signalons que l’exemplaire du De Episcopis urbis à la BVR, coté P.V.55, porte sur la page de titre l’inscription Petrus Morinus.

129 Protocolli I, fol. 612r-v, publié en Appendice, Document 3. Le titre, de la même écriture, se lit au verso du bifolium, fol. 617v (selon une procédure usuelle, plusieurs documents ont été mis les uns dans les autres pour former un cahier et ont ensuite été reliés tels quels) : Pro Papyrio Massono et Francisco Iureto. Die 24 Octobris. Le texte n’est pas signé mais l’écriture est celle de Morin, et la position défendue est identique à celle de son votum signé (voir note précédente).

130 Q. Aurelii Symmachi, VC. P.V. et Cos. Ord. Epistolarum ad diuersos libri decem, éd. Fr. Juret, Paris, 1580, Notae, paginées à part, p. 15 : Nunc uero nominis sui decoctrix iacet, et est nihil aliud quam suae uenustatis pristinae spurcum cadauer. Je prends decoctor au sens juridique, comme dans Codex Iustinianus X, 31, 40 (decoctor pecuniae publicae). Sur Juret, voir Ph. Papillon, Bibliothèque des auteurs de Bourgogne, 2 vol., Dijon, 1742, I, p. 355-361 ; La bibliothèque de François Juret (1553-1626), Inventaire établi par F. Regnèr, avec la collab. de J.-P. Oddos, Troyes, 1986 (Aux origines de la bibliothèque Bouhier, 2) ; R. Zuber, Tombeaux pour des Pithou : frontières confessionnelles et unité religieuse (1590-1600), dans M.-M. Fragonard et P.-E. Leroy (éd.), Les Pithou, les lettres et la paix du royaume. Actes du Colloque de Troyes (13-15 avril 1998), Paris, 2003, p. 164-165. Son édition de Symmaque avait été revue par Pierre Pithou : voir J.-P. Callu, En marge de vieux livres : les manuscrits perdus de Symmaque, dans Revue d’Histoire des Textes, 6, 1976, p. 205-206 ; id., Deux interpolations au Livre Ier des Lettres de Symmaque, dans Antiquité tardive et humanisme. De Tertullien à Beatus Rhenanus, Turnhout, 2005, p. 181-182.

131 Voir L. Sozzi, La polémique anti-italienne en France au seizième siècle (1971-1972), repris dans Rome n’est plus Rome. La polémique anti-italienne et autres essais sur la Renaissance, Paris, 2002, p. 69-70 et 74 ; G. Labrot, L’image de Rome. Une arme pour la Contre-Réforme, 1534-1677, Seyssel, 1987, p. 41-47. 

132 Elle fut publiée en 1643 (avec d’autres pièces anti-romaines) à la suite de La Rome ridicule de Saint-Amant. Voir In Romam, Iosephi Scaligeri scazon, dans Saint-Amant, Œuvres, éd. J. Bailbé et J. Lagny, 5 vol., Paris, 1967-1979, III, p. 78-79 : Spurcum Cadauer pristinae Venustatis, […] Tui Pudoris, Nominisque decoctrix. Sur la diffusion du texte, on trouvera de riches références dans E. H. Barker, Parriana : or Notices of the Rev. Samuel Parr, LL.D., II, Londres, 1827, p. 201-204 (consultable sur Google Books).

133 ILI, IX, p. 866 et 1032, n° 73 ; Index Librorum prohibitorum et expurgatorum Ill.mi ac Rmi D. D. Bernardi de Sandoval et Roxas […] auctoritate et iussu editus, Madrid, 1612, Index Librorum expurgatorum, paginé à part, p. 341 (seule correction demandée dans l’ouvrage). Voir aussi Fr. Moya del Baño, Un nuevo y desconocido libro de la biblioteca de Quevedo : Q. Aurelii Symmachi Epistolarum ad diuersos libri decem, dans Amica verba in honorem prof. Antonio Roldán Pérez, Murcie, 2005, p. 699-701. 

134 ILI, IX, p. 814. Dans leurs vota (supra, n. 106-107), Morin avait cité Juret parmi les auteurs à épargner tandis que Maffa l’avait inclus dans la seconde classe de l’Index ; Gonsalvus Pontius paraît avoir hésité : Franciscus Iuretus est rayé dans sa liste d’auteurs à ajouter, et sa liste d’auteurs à ôter porte : qui nullo modo. Franciscus Iuretus. Franciscus Victoria. Robertus Bellarminus (Protocolli K, respectivement fol. 100r, 105r, 96r-v). 

135 Iuonis episcopi Carnotensis epistolae. Eiusdem Chronicon de Regibus Francorum, éd. Fr. Juret, Paris, 1585. 

136 Voir V. Peri, Due protagonisti, cit., p. 143-144, d’après la série des lettres de Morin à Fédéric Borromée en 1593-1594, publiées dans P. Morin, Opuscula et epistolae, cit., et ce qu’en dit Morin lui-même, Ad Nicolaum Proust Descarneaux, nepotem suum. De uita et scriptis suis, ibid., p. 7-8 : Ad Borromaeum, praetermittendae [Epistolae] quibus laborum peto premia […]. Sed cum facultatem mihi deesse uiderem uoluntati nauandi parem, coactus sum petere, quae satius erat non petenti ultro dari. Mais le thème revient dans d’autres correspondances : voir par exemple Morin au cardinal Giovanni Evangelista Pallotta, 20 octobre 1593, ibid., p. 357 : laborum meorum praemia in haec usque tempora dilata esse ; Morin à Silvio Antoniano, 1593, ibid., p. 372 : Interest reipub. ait Aristot. industriam non esse ἀχορήγητον, sed ei praeberi idoneos sumptus

137 Voir Morin à Fédéric Borromée, juillet 1595, dans Opuscula et epistolae, cit., p. 330 (en corrigeant le texte d’après la conjecture de V. Peri, Due protagonisti, cit., p. 139, n. 39) ; Morin à Silvio Antoniano, 1593, dans Opuscula et epistolae, cit., p. 372.

138 Protocolli B, fol. 211v, transcrit dans Diari, I, fol. 57r : et instante Lelio Peregrino et attestante Patre Belarminio decretum quod Iustus Lipsius deleatur ab Indice. Sur la préparation de l’édition expurgée des Politica et le rôle de Bellarmin, voir Juste Lipse, Politica. Six books of politics or political instruction, éd. J. Waszink, Assen, 2004, introduction, p. 120-124 et 173-190 (qui aurait néanmoins gagné à connaître la bibliographie italienne sur l’histoire de l’Index) ; la censura de Laelius Peregrinus (Lelio Pellegrini) est publiée en appendice, p. 712-714. Le cas de Speroni avait été discuté à la même réunion. Voir Protocolli B, fol. 211v, transcrit dans Diari, I, fol. 57r : Lectum memoriale pro Dialogis Speronis et decretum quod censura tradatur Magistro Sacri Palatii. Il s’agit de la supplique présentée par son petit-fils Ingolfo Conti, Protocolli I, fol. 503r. Les Dialogues de Sperone Speroni avaient été interdits pour la première fois par un décret du Maître du Sacré Palais de 1574 (U. Rozzo, La letteratura italiana negli ‘Indici’ del Cinquecento, Udine, 2005, p. 52-53). Pour la suite de l’affaire, voir Diari, I, fol. 67v (11 avril 1593) ; Agostino Valier à l’Inquisiteur de Venise, 11 avril 1593, Epistolae Archiepiscoporum, Episcoporum, Inquisitorum etc., 6 [Index, III/6], fol. 230r ; Protocolli M, fol. 45r et 46r.

139  J. Kluyskens, Justus Lipsius (1547-1606) and the Jesuits with four unpublished letters, dans Humanistica Lovaniensia, 23, 1974, p. 244-270 ; J. De Landtsheer, Le retour de Juste Lipse de Leyden à Louvain selon la correspondance (1591-1594), dans Chr. Mouchel (éd.), Juste Lipse (1547-1606) en son temps. Actes du colloque de Strasbourg, 1994, Paris, 1996, p. 347-368 ; J. Waszink, introduction à J. Lipse, Politica, cit., p. 15-17 et 23.  

140 Protocolli I, fol. 615r-616v (de l’écriture de Morin), citant Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 384v (Secta enim illa dici non potest quam noxia fuerit segeti Christianae, et quam late per Europam uirus suum semenque diffuderit), 418r, 419r-v, 420r-v, 421r-v.

141 Ainsi la lettre de Constantin à Arius et ses associés [CPG 2042], que Baronius publia dans Annales ecclesiastici, III, Rome, 1592, ad ann. 319 [n. VI-XXI], p. 192-196 (quam Latinitate donauit R.P. Petrus Morinus, uir cum aliarum disciplinarum, tum Graecarum facultatum peritia clarus, mihi uero (quod magni facio) amicitia et usu rerum Ecclesiasticarum coniunctissimus). J.-L. Quantin, Baronius et les sources d’au-delà des monts, cit., p. 59-60 n. 21.

142 Voir Baronius, Annales, III, cit., p. 99, ad ann. 313 [n. XXXIV].

143 Lettre autographe signée, adressée à Pico, Protocolli I, fol. 605r, publiée en Appendice, Document 4.

144 Diari, I, fol. 57v : Die 24 octobris [1592] Congregatio habita apud Illustrissimum Card. Veronensem ubi interfuerunt omnes cum Magistro Sacri Palatii et Belarminio et Morino. […] Decretum quod nullus authorum habeatur delectus sed omnes indifferenter reponantur in Indice cum nota repurgationis inter quos adnumerentur Massonius et Iustus Lipsius.

145 ILI, IX, p. 897 (Papyrii Massonii libri sex, De Vitis Episcoporum Urbis Romae, nisi prius corrigantur, et emendentur).

146 Ibid., p. 876 et 887.

147 ILI, IX, p. 860 (De Correctione Librorum, § 2).

148 Sur cette suspension et une vue générale des événements jusqu’en 1596, je renvoie une fois pour toutes à V. Frajese, Nascita dell’Indice, cit., p. 147-175 (reprenant pour l’essentiel id., La politica dell’Indice, cit., p. 320-345) et G. Fragnito, Proibito capire. La Chiesa e il volgare nella prima età moderna, Bologne, 2005, p. 45-72.

149 Objections de Clément VIII contre l’Index de 1593, Protocolli M, fol. 281r-284v (publiées d’après ce manuscrit, avec un grand nombre d’erreurs, par V. Frajese, La politica dell’Indice, cit., p. 346-349). On en trouve plusieurs autres copies, Protocolli M, fol. 263r-264v, et encore 265r-267v ; Protocolli P, fol. 49r-51r ; Protocolli R, fol. 11r-13v. Le texte n’a pas de titre : dans les procès-verbaux de l’Index, il est indifféremment désigné comme obiectiones aduersus Indicem et oppositiones contra Indicem (Index, Diari, I, fol. 71r-72v). 

150 Protocolli M, fol. 282v : 9° : uiuentium Catholicorum libri multi recensentur. Cui rei attentius prospiciendum est : nam praeter notam quae auctoribus plane inuritur, subest etiam euidens periculum ne indignati haeretici efficiantur. Hoc loco sunt Iustus Lipsius, Papirius Massonius, Ioannes Bodinus, Iulius Scaliger, et alii, unde uel erunt hic et etiam in expurgatorio Indice expungendi, et admonendi Auctores ad edendas retractiones [sic] quod facilius ipsi praestabunt, et erit catholicae fidei consultius, uel hic expungantur et in expurgatorio annotentur loca emendatione digna (les deux autres copies dans Protocolli M, qui sont manifestement inférieures, ont indignitati au lieu de indignati ; dans Protocolli P, indignitati a été corrigé en indignati ; Protocolli R a bien indignati : cette dernière leçon est clairement la bonne). Jules César Scaliger était effectivement catholique, même si sa position religieuse exacte a été discutée (voir A. Ch. Fiorato, Jules-César Scaliger, bien ou mal sentant, dans J. Cubelier de Beynac et M. Magnien (éd.), Acta Scaligeriana. Actes du colloque international organisé pour le cinquième centenaire de la naissance de Jules-César Scaliger, Agen, 1986, p. 13-33) mais il était mort en 1558 : il s’agit très probablement d’une confusion avec son fils Joseph (bien vivant mais protestant). 

151 G. Fragnito, Diplomazia pontificia e censura ecclesiastica durante il regno di Enrico IV, dans Rinascimento, 2e s., 42, 2002, p. 160-165 ; ead., Proibito capire, cit., p. 66-72.

152 Voir dans son votum sur Bodin, Protocolli K, fol. 242r, la manière dont il répond à l’objection que Bodin réside à Laon, ciuitate Catholicarum partium : audiui eum in illam urbem casu incidisse, non sponte, et consulto uenisse. Nec de homine nunc queritur : cuius existimationem subleuare debet eius urbis laus, quae bonarum est partium. At ipsemet ne Ciuitatis in qua uiuit laudem imminuat utque, quod ibi fortasse audit, uere Catholicus habeatur damnare librum suum debet

153 G. Ponce de León, Scholastica assertio pro disciplina ecclesiastica. Qua demonstratur Henrici Borbonii Biarnensis ad Galliae Regnum perpetua inhabilitas, Rome, 1593. Voir J. A. de Thou, Historiae sui temporis, cit., V, l. CVII, § XII, p. 298-303. Sur Ponce de León, brève notice dans Catholic Church and modern science, éd. U. Baldini et L. Spruit, cit., IV, p. 2914. Sur ses travaux érudits, voir É. Legrand, Bibliographie hispano-grecque, 3 vol., New York, 1915-1917, II, n° 341, 347, 354 ; l’introduction de M. Jugie à Théophane de Nicée, Sermo in sanctissimam Deiparam, Rome, 1935, p. VII-VIII ; V. Peri, Il numero dei concili ecumenici, cit., p. 463-464 ; J. López Rueda, Helenistas españoles del siglo XVI, Madrid, 1973, p. 366-367.

154 Diari, I, fol. 71r (15 janvier et 12 février 1594).

155 Voir quatre lettres de Morin à Antoniano en 1593-1595, publiées dans P. Morin, Opuscula et epistolae, cit., p. 365-376. Sur le milieu de la Vallicella et la place que, sans être oratorien, y tenait Antoniano, voir V. Frajese, Nascita dell’Indice, cit., p. 147-150 ; id., Tendenze dell’ambiente oratoriano durante il pontificato di Clemente VIII. Prime considerazioni e linee di ricerca, dans Roma moderna e contemporanea, 3, 1995, p. 57-80.

156 Réponse de la congrégation de l’Index aux objections contre l’Index de 1593, Protocolli M, fol. 242r-251r (publiée d’après ce manuscrit, de manière très fautive, par V. Frajese, La politica dell’Indice, cit., p. 349-356). Autres copies, Protocolli K, fol. 253r-261r ; Protocolli P, fol. 53r-56v ; Protocolli U, fol. 33r-39v (cette copie est la seule à avoir un titre : Responsio S. Congregationis DD. Cardinalium ad quaedam capita in Indice librorum prohibitorum notata. 26 Febr. 1594). Ce document, rédigé par le cardinal Allen, faisait la synthèse des réponses apportées par les cardinaux à la réunion du 26 février 1594 ; approuvé à la réunion du 12 mars (un samedi, jour des réunions de l’Index), il fut présenté au pape par le Maître du Sacré Palais, au nom de la congrégation de l’Index, à la réunion du Saint-Office du 17 mars (Index, Diari, I, fol. 72r-v) : il s’agissait d’un jeudi, feria quinta, jour normal de réunion du Saint-Office coram Sanctissimo (voir le procès-verbal, S.O., Decreta, 1594, fol. 218v-219v, où la question de l’Index n’est pas mentionnée). V. Frajese, La politica dell’Indice, cit., p. 349, et encore Nascita dell’Indice, cit., p. 158, donne à tort la date bizarre du 27 mars. 

157 Protocolli M, fol. 246v-247r : De uiuentium catholicorum libris in utramque partem aliquoties disceptatum est, tandem iustis ut nobis uidebatur rationibus, itum est in eam sententiam ut adscriberentur, cum speremus fore ut, si uere catholici ac conuersi sint, ac frumentum et non palea existant, hanc cribrationem libenter patiantur, […] aut si id ex superbia non ferant, nec errata in Indice Censorio castigari aequo animo laturos existimauimus.

158 Protocolli R, fol. 16r : Ad nonum. Certe parum in fide firmi esse creduntur, qui in Indice ob eorum contra fidem aut bonos mores perperam scripta notabunt [sic], ad haereticorum partes transfugere posse suspicantur. Et quare neglexerunt ipsi libros suos corrigere totiens ab amicis, et multo antequam in Indice ponerentur admoniti ? Profecto periculosum ualde est Christifidelibus si horum librorum lectio non prohibeatur antequam Index expurgatorius emitatur. Il s’agit de la mise au net de réponses portées en marge d’un exemplaire des objections pontificales, fol. 12r.

159 Diari, I, fol. 83v (3 décembre 1594) : cum reliquis pro noua Indicis impressione necessariis iuxta oppositiones olim a Sanctissimo Congregationi transmissas, et per Congregationem quaedam probata, et quaedam reiecta fuere. Ce fut dans l’intervalle que la congrégation envisagea d’écrire directement aux auteurs pour leur faire expurger leurs livres (infra, n. 179).

160 Ibid., fol. 84r : [Secretarius] cum Cardinali Borromeo pro Indicis reuisione per multos dies libros, et Censuras reuoluendo fuit.

161 Ibid., fol. 84v, 85r, 85v. Voir une copie de cette relatio dans Protocolli M, fol. 236r-241v : elle n’est ni datée ni signée mais le contenu de la première partie (lettres A à C), fol. 236r-237v, correspond très exactement aux livres discutés à la réunion de l’Index du 4 mars 1595, Diari, I, fol. 84v (pour la réunion du 11 mars, voir infra, n. 163). Les décisions prises sont notées en marge, de la même écriture. Une autre copie, où sont portées de même les décisions, Protocolli P, fol. 22r-25v, est la source de l’édition partielle (limitée aux auteurs « scientifiques ») dans Catholic Church and modern science, éd. U. Baldini et L. Spruit, cit., I, p. 267-270. Cette seconde copie étant immédiatement suivie dans le registre P, fol. 26r-27r, d’une copie d’un avis De correctione librorum, signé du Maître du Sacré Palais, Bartolomé de Miranda, les éditeurs (ou leurs collaborateurs…) ont cru avoir affaire à un document unique : ils ont attribué l’ensemble à Miranda et même découpé sa signature pour la coller à la fin de leur édition du texte de Borromée (p. 270), avec une datation imprécise « post 1593, ante 1596 ». Mais le votum de Miranda (dont on trouve l’original, Protocolli M, fol. 233r-v, suivi du billet autographe d’envoi de Miranda à Pico, fol. 234r) n’a rien à voir : il fut composé entre le 19 juin, quand, conformément à la décision du 16 mai, le manuscrit de l’Index lui fut transmis pour un ultime examen, sous le contrôle du cardinal Francisco Toledo (Diari, I, fol. 85v-86r), et le 1er juillet 1595, quand l’Index fut définitivement approuvé pour être présenté officiellement au Pape au consistoire du 3 juillet (ibid., fol. 86r : Magister S. Palatii uerbo et scripto retulit quae sibi animaduersione digna uidebantur pro noui Indicis correcti impressione, quorum quaedam approbata fuerunt ab Illustrissimo Card. Toleto atque, ex unanimi omnium sententia quibusdam rursus immutatis, decretum quod in proximo consistorio Sanctissimo Domino Nostro ab omnibus Cardinalibus Congregationis Index per tantum temporis et toties a multis examinatus et correctus offerretur approbandus ut eodem Sanctissimo annuente imprimi posset).

162 Protocolli M, fol. 239r-v : Papirii Massoni de uitis Episcoporum Urbis Romae. In hoc libro multa de Romanis Pontificibus falsa, temeraria atque impudenter prolata etc. Belarminus confecit expurgationem, uerum auctor pollicetur operam suam summa animi alacritate in emendatione librorum de uitis Episcoporum etc. Scripsit Epistolam ad Sixtum V. anno 1587. Ces précisions laissent penser que le dossier Masson dans les archives de l’Index était dès lors constitué tel qu’il se présente aujourd’hui.

163 Le procès-verbal de cette réunion est conservé dans Protocolli M, fol. 181r-v. Le texte n’est pas daté mais il est de l’écriture de Morin (il est désigné dans la table du volume comme Petrus Morinus de uariis libris, mais il s’agit clairement d’un compte rendu). Outre que le contenu correspond parfaitement à la relatio de Borromée, Protocolli M, fol. 238r-239v, la seule réunion depuis octobre 1592 où Morin fit à nouveau fonction de secrétaire fut celle du 11 mars 1595 (Diari, I, fol. 85r-v : D. Petrus Morinus Congregationis Typographiae Secretarius uices suppleuit F. Pauli Picci Secretarii tunc infirmi). Morin était intervenu une seconde fois en faveur de Juret à la réunion de l’Index du 4 décembre 1593 (Diari, I, fol. 70r).

164 Protocolli M, fol. 181r : Iuretus tollendus ex indice. Itidem Lipsius. Massonus tollatur ex indice [ces trois mots sont écrits au-dessus de la ligne, pour remplacer un texte plus long rayé et illisible, le papier étant rongé]. Ad [hos] tres se scripturum esse Illustrissimus D. Cardinalis Ascanius Columna dixit : et afferantur ad eum censurae.

165 Le compte rendu officiel finalement inscrit dans Diari, I, fol. 85r, porte simplement Illustrissimus D. Cardinalis Borromeus prosequutus est suam relationem sed nihil est determinatum totumque negotium ad plenam Congregationem est remissum ut absoluta relatione Cardinalis Borromei determinari possit quid tum circa Instructionem tum circa Librorum et Auctorum prohibitionem uel permissionem agendum sit, sans nommer aucun auteur en particulier. Étaient présents les cardinaux Agostino Valier, Fédéric Borromée, Ascanio Colonna, et Terranova (Simon Tagliavia d’Aragon), lequel venait juste d’être nommé, propter decessum ab Urbe Cardinalis Asculani (Girolamo Bernieri). Marcantonio Colonna était malade et Toledo porté comme absent. Allen était mort le 16 octobre 1594.

166 Le procès-verbal ne donne pas de précisions (Diari, I, fol. 85v : Cardinalis Borromeus prosequutus est suam relationem, quam etiam in scripto tradidit, et quibusdam deletis, mutatis, et additis per Congregationem approbata fuit correctio Indicis), mais voir les annotations en marge de la relatio de Borromée, Protocolli M, fol. 238v-239r : pour Juret, auferatur ab Indice ; pour Lipse, deleatur ab Indice ; pour Masson, retineatur in Indice. Cette réunion du 22 avril 1595 était la première depuis le 11 mars.

167 J. Waszink, introduction à J. Lipse, Politica, cit., p. 189-190.

168 Iuonis episcopi Carnotensis epistolae collatione multorum manuscriptorum codicum restitutae, auctae et emendatae. In illas obseruationum liber non antea editus. Eiusdem Iuonis Chronicon de Regibus Francorum, Editio secunda, Paris, 1610. Sur la condamnation de l’ouvrage, après trois censurae successives, voir Diari, II, fol. 26r (8 janvier 1611), 26v (12 février 1611), 28v (23 juillet 1611) ; Protocolli S, fol. 268r-273v.

169 ILI, IX, p. 968, n° 949 : Papyrii Massonii, libri sex, De uitis Episcoporum Urbis Romae, nisi fuerit [sic] ex correctis, ab auctore, cum approbatione Magistri Sacri Palatii. La clause avait été introduite pour Juste Lipse dans un ultime repentir de l’Index de 1593 (ibid., p. 420-421). Le manuscrit de l’Index de 1596 approuvé pour l’impression par le cardinal Toledo (Index, XVI), qui témoigne d’hésitations de dernière minute, en particulier sur Bodin (voir fol. 52v et G. Fragnito, Proibito capire, cit., p. 70 n. 111), n’a aucune correction en ce qui concerne Masson, fol. 70r : Papyrii Massonii Libri sex de uitis Episcoporum Urbis Romae nisi fuerint ex correctis ab auctore, cum approbatione Magistri Sacri Palatii (le tilde de fuerint a été oublié dans l’imprimé).

170  Relation présentée par la congrégation de l’Index à Clément VIII, 1er mai 1596, publiée par A. E. Baldini, Jean Bodin e l’Indice dei libri proibiti, dans Cr. Stango (éd.), Censura ecclesiastica e cultura politica in Italia tra Cinquecento e Seicento. VI giornata Luigi Firpo, Atti del Convegno 5 marzo 1999, Florence, 2001, Appendice, n° 2, p. 96-97 : duplici clausula limitatur [Index], quod liber sit correctus ab auctore et a Magistro Sacri Palatii approbatus, quod perinde est, ac si sub aliis uerbis omnino prohibeatur. A. E. Baldini attribue le texte au secrétaire Pico, mais G. Fragnito, Proibito capire, cit., p. 50 n. 53, y voit plutôt l’œuvre du cardinal Agostino Valier.

171 ILI, IX, p. 931.

172 Voir la liste des lettres conservées dans Borrelli, Ricerche sul Baronio II cit., p. 120-121. Même entre Baronius et Nicolas Le Fèvre, le plus important de ses correspondants français, la correspondance conservée s’interrompt entre 1592 et 1596 (ibid., p. 158-159) et cette lacune tient au moins en partie à une interruption effective. Voir Le Fèvre à Baronius, 29 septembre 1596 (après que Baronius eut pris l’initiative de renouer le contact), dans Baronius, Epistolae et opuscula, cit., III, p. 187 : mihi, qui Lutetiae permansi quandiu in armis stetit, urbem Rege Christianissimo potito, nec dum cum Summo Pontifice bene conuenienti, Romam scribere tutum non fuisse. Cette raison valait a fortiori dans le cas de Masson, qui s’était davantage compromis avec la Ligue. 

173 Baronius à Lipse, 31 juillet 1593, Iusti Lipsi epistolae. Pars VI : 1593, éd. J. De Landtsheer, Bruxelles, 1994, p. 250 : Bene accidit his diebus ut, reclamante me et aliis quamplurimis a Sanctissimo Domino Nostro Index uetitorum librorum iam cusus ipse ne uendatur uetitus sit, quod multa in eo reperta sint emendatione digna ; complures credo uoluentur menses, antequam discrepantium sententiae in unum conueniant. Tu uero, mi Iuste, opportuna hac bene utere occasione. Il s’agit d’une réponse à la lettre du 30 mai 1593 (ibid., p. 190-191), par laquelle Lipse avait pris l’initiative d’engager une correspondance.

174 G. Fragnito, Un archivio conteso, cit., p. 1276-1318.

175 Voir P. Godman, The saint as censor, cit., p. 209-210 ; J. Waszink, introduction à J. Lipse, Politica, cit., p. 123. 

176 La seule source sur cette affaire est un extrait d’une lettre de Baronius transcrit, de manière malheureusement inintelligible, par Billet de Fanières, dans son recueil de testimonia sur Masson, BNF, Ms. Français 24519, fol. 311v (copie par Drouyn, Ms. Français 22861, fol. 53v), et publié par P. Ronzy, Les relations, cit., p. 273 : Testimonium pietatis et relligionis quod Papirio Massonio habuit occasionem dedisti periucundum sane fuit. 1601. Romae pridie idus Novembris. P. Ronzy propose de corriger en Testimonium pietatis et religionis quod <a> Papirio Massonio habui <et cui> occasionem dedisti periucundum sane fuit, et de comprendre que ce témoignage de piété était le fait de solliciter une censure du De Episcopis urbis, que Baronius lui aurait finalement envoyée le 12 février 1602 (interprétation reprise dans P. Ronzy, Un humaniste italianisant, cit., p. 405 et 645). Mais, outre que la phrase ainsi reconstituée n’est guère latine, on est très loin de la transcription de Billet de Fanières. Si l’on suppose que celui-ci a simplement eu du mal à déchiffrer l’écriture, effectivement très difficile, de Baronius, le plus économique paraît être de corriger en Testimonium pietatis et relligionis quod Papirio Massonio habita occasione dedisti periucundum sane fuit. Il s’agit certainement, en tout cas, d’un témoignage rendu par Le Fèvre à Masson : voir Baronius à Masson, 12 février 1602, dans Baronius, Epistolae et opuscula, cit., II, p. 70, lui promettant sa protection tum ingenii et doctrinae tuae merito, tum Fabri nostri […] commendatione. Sur les rapports de Baronius et de Le Fèvre, voir J.-L. Quantin, Baronius et les sources d’au-delà des monts, cit., p. 84-100. 

177 Baronius à Masson, 12 février 1602, dans Baronius, Epistolae et opuscula, cit., II, p. 69 (pour les différentes copies manuscrites de cette lettre, dont l’original a disparu, voir supra, n. 6) : in qua [animaduersione] uides stylum a censore altius impressum, multaque confixa uel leuia et parum reprehendenda, uel non tam tua quam aliorum quos laudas. Sed hoc ille nimirum spectauit, in huius argumenti opere, hoc praesertim seculo, cautionem nimis esse uix posse […]. Tibi uero difficile non erit ex his multis ea seligere et castigare, quibus bonorum aures offendi iure posse senties.

178 Ibid., p. 69-70 : Quod ubi feceris, spondere audeo, tametsi censura haec priuata, non publica auctoritate perscripta sit, nihil morae futurum quominus libri tui a Sede Apostolica permittantur.

179 Minuta literarum transmittendarum per Congregationem ad Authores superstites, ut propria opera expurgent ipsi, ut Papirius Massonius, Iustus Lipsius, Franciscus Iuretus, Ioannes Bodinus, Ioannes Baptista Porta, Protocolli M, fol. 222r-v : Ideo exemplo Diui Thomae, qui opusculum Concordantiarum, et D. Augustini qui libros retractationum fecerunt, sic etiam Tu carissime Frater quam primum ex te ipso palidoniam [sic] cane, et quae expurganda erunt a Nuntio Apostolicae Sedis, cui modum expurgationis transmisimus, cognosces, ex cuius approbatione et auctoritate publicare poteris, et impressioni mandare opus tuum cum censura ab omnibus approbandum et laudandum. Une autre version, qui me paraît la première, est conservée, ibid., 221r-v (palinodiam aequo animo cane) ; suivent des minutes de lettres aux universités (fol. 225r-v et 226r-v) et aux nonces (227r-v). Le texte a été publié, avec des fautes de transcription véritablement étonnantes qui le rendent entièrement inintelligible, dans Catholic Church and modern science, éd. U. Baldini et L. Spruit, cit., I, p. 276-278. Les éditeurs, qui attribuent ce texte au secrétaire Pico, le datent avant 1596 et après le décret du 23 juillet 1594 par lequel la congrégation décida de ne pas écrire directement aux auteurs (voir note suivante). Il est évident qu’il doit au contraire être antérieur à cette décision et qu’il faut le placer entre le 27 mars (réponse de l’Index à Clément VIII) et le 23 juillet 1594. Mais sa date exacte est clairement fournie par le procès-verbal de la réunion du 2 juillet 1594 : Commissum Illustrissimo D. Card. Veronensi ut minutam litterarum per Congregationem mittendarum ab Authores, Inquisitores, Uniuersitates, ordinarios et Nuntios conficiat quae in sequenti Congregatione approbabitur (Diari, I, fol. 76v … publié dans Catholic Church and modern science, éd. U. Baldini et L. Spruit, cit., I, p. 368).

180 Diari, I, fol. 77r (23 juillet 1594) : Decretum quod Authoribus uiuentibus nullatenus per Congregationem scribatur, sed priuatim solum ab aliquo admoneantur, ut errores corrigant in suis libris. La congrégation ne s’étant réunie ni le 9 ni le 16 juillet, il s’agit donc bien de la séance où les minutes de Valier furent examinées. On notera que le projet d’écrire aux auteurs apparaît pour la première et dernière fois le 2 juillet : dans les réunions précédentes, il n’avait été question, selon le procès-verbal, que de lettres aux nonces, aux évêques, aux inquisiteurs et aux universités (Diari, I, fol. 74v et 75r, 11 et 18 juin 1594).

181 Diari, I, fol. 159r : D. Sacristae [Angelo Rocca] iniunctum ut recognoscat opera Suidae, et Massonii […]. Item Ugonio [Pompeo Ugonio] Massonius et Chrispinus. Item D. Sponde Calcondila et Suidas. […] Item Candido [Giacomo Candido] Massonius quamuis olim fuerit censuratus per Congregationem et Autori transmissa Censura. Ideo scribendum Nuntio Galliarum, ut uideat et referat, an effetualiter librum Auctor censuratum impresserit. Pour l’organisation en classes, voir ibid., fol. 154v-155r (2 août 1602). Sur les avatars et l’échec final du projet d’Index expurgatorius romain, voir G. Fragnito, Aspetti e problemi della censura espurgatoria, cit., p. 161-178 ; ead., « In questo vasto mare de libri prohibiti et sospesi tra tanti scogli di varietà et controversie » : la censura ecclesiastica tra la fine del Cinquecento e i primi del Seicento, dans Cr. Stango (éd.), Censura ecclesiastica, cit., p. 1-35 ; E. Rebellato, Il miraggio dell’espurgazione. L’Indice di Guanzelli del 1607, dans Società e Storia, 31, 2008, p. 715-742.

182 Terranova au nonce en France, 22 novembre 1602, Registrum Litterarum uulgarium et latinarum S. Congregationis Indicis. Ab anno 1582 usque 1602 [Index, V/1], fol. 176r : « Et perche alcuni anni sono fù prohibito il libro di Papirio Massonio de Episcopis Urbis, et à sua instanza li fù mandata da Roma la censura per ristamparlo correto, V.S. potrà informarsi se ha esseguito, et darne aviso del tutto ». Cette correspondance ne concernant que l’Index et non la Secrétairerie d’État, on ne trouve aucune mention de Masson dans Correspondance du nonce en France Innocenzo del Bufalo évêque de Camerino (1601-1604), éd. B. Barbiche, Rome-Paris, 1964.

183 Del Bufalo à Terranova, 13 janvier 1603, Epistolae Archiepiscoporum, Episcoporum, Inquisitorum etc., 7 [Index, III/7], fol. 427r : « Papirio Massonio confessa che hebbe pensiero già di corregere, et far’ ristampare il suo libro de Episcopis Urbis, mà havendo visto, che cosi dice egli medesimo, che nella Censura, vien tassato in alcune epistole, di cosa, ch’egli ha cavato da Cassiodoro, et che non è cosa di rilievo, secondo il suo giuditio, quello di che vien censurato, che non pensa più ne a correggerlo, ne a ristamparlo, et quà si legge, et si vende nella sua prima impressione ». Les lettres sont celles d’Athalaric, sur la simonie dans les élections pontificales : voir Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 87v-89v, et la censure, BNF, Ms. Latin 11416, fol. 80r (P. Ronzy, Les relations, cit., p. 282).

184 Voir les procès-verbaux de cette congregatio minor, Diari, I, fol. 161r (20 novembre 1602), 163r (14 janvier 1603 : D. Cardinalis Baronius propter multas occupationes legittime impeditus totum hoc negotium remisit ad D. Cardinalem Antonianum), 163r-v (13 mars 1603), 165v (12 juin 1603), 166r (17 juillet 1603), 169v (4 février 1604 : cui [Baronio] pro Censura librorum humanarum disciplinarum datus fuerat Collega Cardinalis Dossat in locum demortui Cardinalis Antoniani suffectus […]. Cardinalis Baronius excusauit se ueluti occupatissimum in Annalibus ecclesiasticis et totum negotium suae classis ex ordine Sanctissimi reiecit in Cardinalem Dossat), 169v (13 février 1604). En réponse à la lettre de Del Bufalo, Terranova avait par ailleurs suggéré de confier l’expurgation de Masson à une commission de docteurs de Sorbonne, que le nonce, sur instructions de l’Index, cherchait alors à mettre en place en France même, mais le projet n’eut aucune exécution : voir Terranova à del Bufalo, 19 mars 1603, Registrum Litterarum omnium S. Congregationis Indicis. Ab anno 1603 usque 1616 [Index, VI/1], fol. 2v, et sur le projet, G. Fragnito, Diplomazia, cit., p. 151-159.

185 G. M. Guanzelli da Brisighella, Indicis librorum expurgandorum in studiosorum gratiam confecti tomus primus, Rome, 1607. 

186 Voir A. Degert, Le cardinal d’Ossat, évêque de Rennes et de Bayeux (1537-1604). Sa vie, ses négociations à Rome, Paris, 1894 ; B. Barbiche, L’influence française à la cour pontificale sous le règne de Henri IV, dans Mélanges d’archéologie et d’histoire [de l’École française de Rome], 77, 1965, p. 277-299. 

187 De Thou, Papirii Massoni Vita, cit., fol. e7v-e8r : quod iudicium Papirius tanquam beneuoli amici consilium interpretabatur, et aliis amicis discutiendum proponebat, de cetero posteritati, quae recte secusque dictis decus aut infamiam incorrupto iudicio olim repensura esset, integrum negotium relinquebat. La Vie de Masson par de Thou dut être rédigée vers 1612 (P. Ronzy, Un humaniste italianisant, cit., p. 612 et 621).

188 Voir Tacite, Annales, 4, 35 (éd. P. Wuilleumier, Paris, 1975, p. 35) : suum cuique decus posteritas rependit.

189 P. Ronzy, Un humaniste italianisant, cit., p. 406-407, 554-555, 557. 

190 Masson, De Episcopis urbis, cit. (BL, cote 4855.d.27). Note sur la page de titre : Papirius Masso hoc suum opus emendauit secundum censuram Cardinalis Baronii et mentem curiae Romanae. Cet exemplaire avait été signalé par M. Borrelli, Ricerche sul Baronio II, cit., p. 120. L’écriture ne me paraît pas celle de Masson mais il faudrait vérifier si elle peut être celle de son amanuensis.

191 Voir par exemple Masson, De Episcopis urbis, cit., fol. 159v, 217r, 258r, 390r, 397r,

192 Voir par exemple ibid., fol. 220r : Iusti ecclesia devient diui Iusti ecclesia ; in oppido Germani devient in oppido diui Germani.

193 Ibid., fol. 408r (Jésuites).

194 Ibid., par exemple fol. 266v (voir supra, n. 19).

195 Ibid., par exemple fol. 43r-v (Jérôme et Martial) et 81v (le Décret de Gratien sur Anastase II). Voir respectivement supra, n. 63 et 73.

196 Ibid., fol. 410v : Cuius uiri sectam nunquam non exosam habebit Gallia tot caedibus, tanto sanguine foedata ex grassata in ea impiae illius sectae haeresi (au lieu de Cuius uiri non quidem sectam, sed excellentis ingenii uires scribendique grauitatem mirari necesse est). 

197 Ibid., fol. 385v (rogné à la reliure) : factum autem Leonis <in> huius modi concordatis cum Christianissimo rege damnare non aus<i> licet liberius forte quid sentiam pr<op>onam exitus acta probat. Voir supra, n. 23.

198 Comme il fit dans son édition de Dungal, en tête de laquelle il publia deux lettres de Baronius, du 8 août 1605 et du 5 novembre 1606, qui l’encouragaient à cette publication : Dugali liber responsionum aduersus Claudii Taurinensis Episcopi sententias, ad Hludouivum Imper. eiusque filium Lotharium Augustum, éd. P. Masson, Paris, 1608, p. 6-7.

199 Diari, I, fol. 175r : Agobardi episcopi Lugdunensis de Imaginibus liber, nuper a Massonio illustratus et impressus ; et […] cum sint diuersis Haeresibus respersi omnino prohibeantur. Voir J.-L. Quantin, Baronius et les sources d’au-delà des monts, cit., p. 65-66. 

200 Pour un possible parallèle, voir le cas de Thomas Dempster, étudié par I. Herklotz, Antiquarische Werke auf dem Index der verbotenen Bücher. Leone Battista Alberti, Lilio Gregorio Giraldi, Thomas Dempster, dans Studi in onore di Romeo De Maio, cit., p. 330-338.

201 Voir de Thou à Christophe Dupuy, 12 février 1606, dans J. A. de Thou, Historiae sui temporis, cit., VII, section I, p. 13. Dupuy avait annoncé la condamnation d’Agobard dans sa lettre du 20 septembre 1605, De Thou and the Index. Letters from Christophe Dupuy (1603-1607), éd. A. Soman, Genève, 1972, p. 50.

202 Pour citer la conclusion de l’étude très superficielle de J. M. de Bujanda, La censure ecclésiastique sur les œuvres historiques, dans M. Firpo (éd.), Nunc alia tempora, cit., p. 265-277, où Masson, et les gallicans en général, ne sont du reste pas mentionnés.

203 De Thou à Christophe Dupuy, 12 février 1606, dans J. A. de Thou, Historiae sui temporis, cit., VII, p. 13 ; De Thou, Papirii Massoni Vita, cit., fol. e7r-v.

204 P. Ronzy, Un humaniste italianisant, cit., p. 564.

205 Un cas particulièrement net est celui de Bona (J.-L. Quantin, Protecteur et censeur, cit.).

206 Br. Neveu, L’erreur et son juge, cit., p. 166. Voir encore p. 452 sur « la “notion large” de l’hérésie qui fait entrer en ligne de compte des éléments concrets, des considérations de personnes et de circonstances, dispositions intimes d’un auteur, habitus moral et conduite ecclésiastique, présomption d’une résistance de la volonté chez les assertores », et les références données supra, n. 119. Les défauts formels de L’erreur et son juge doivent porter une part de responsabilité dans les contresens, mais on demeure étonné par la thèse que V. Frajese, Nascita dell’Indice, cit., p. 326-327 n. 23, a prétendu attribuer à Bruno Neveu, en se gardant de donner aucune référence précise à l’intérieur d’un livre de 750 pages (« si sostiene l’esistenza di un metodo di censura dottrinale che si applicherebbe al significato del testo escludendo rigorosamente la valutazione della volontà dell’autore e dunque ogni giudizio sulla persona »). L’article qu’attaque en même temps V. Frajese (Br. Neveu, Juge suprême et docteur infaillible : le pontificat romain de la bulle In Eminenti (1643) à la bulle Auctorem Fidei (1794), dans Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge-Temps modernes, 93, 1981, p. 215-275, repris dans Érudition et religion, cit., p. 385-450) ne dit rien de tel non plus. Il est faux, enfin, que cette supposée thèse de Br. Neveu ait été critiquée par Fr. Beretta, la polémique en question (à laquelle on peut par ailleurs regretter que Br. Neveu se soit laissé associer) ne portant absolument pas sur cette question : voir Br. Neveu et P.-N. Mayaud, L’affaire Galilée et la tentation inflationniste. À propos des notions d’hérésie et de magistère impliquées dans l’affaire, dans Gregorianum, 83, 2002, p. 287-311 ; Fr. Beretta, L'affaire Galilée et l’impasse apologétique. Réponse à une censure, dans Gregorianum, 84, 2003, p. 169-192.

207 Les mêmes procédés avaient été employés vis-à-vis de Montaigne, cette fois dans le cadre d’une conversation (J.-R. Armogathe et V. Carraud, Les Essais de Montaigne, cit., p. 82-83).

208 J. de Launoy, Censura responsionis qua Fr. Norbertus Caillocius sese mendaciis atque erroribus nouis irretiuit, Paris, 1663, p. 50 : Haec omnia in Curia spectant ad Indicem librorum prohibendorum, sed in Romana et Gallicana Ecclesia ad Indicem librorum legendorum

209 Citation de mémoire de Pacien de Barcelone, Contre le traité des Novatiens (Lettre III), 26, 3 (SC 410, 266-268). 

210 Le passage entre crochets, qui ne correspond à rien dans la lettre de Masson (supra, n. 102), est une addition faite en marge par Baronius.

Auteur

École pratique des Hautes Études - jean-louis.quantin@ephe.sorbonne.fr

© Publications de l’École française de Rome, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540