Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hétérodoxies croisées. Catholicismes pluriels entre France et Italie, XVIe-XVIIe siècles

 | 
Gigliola Fragnito
, 
Alain Tallon

La censure des livres

« Per la conservatione della religione e dello stato ». Les guerres de religion en France aux yeux des historiens italiens (XVIe-XVIIe siècle)

Elena Valeri

Note de l’auteur

Abréviations : ASV : Archivio Segreto Vaticano ; BAV : Biblioteca Apostolica Vaticana ; BA : Biblioteca Angelica, Roma.

Texte intégral

  • 1 P. Sarpi, Lettere ai protestanti, 2 voll., éd. M.D. Busnelli, Bari, 1931, I, p. 89-90, lettre à Je (...)
  • 2 Sur l’attention portée par les historiens de la péninsule à la révolte des Pays-Bas voir A. Cleric (...)
  • 3 O. Tortora, Historia di Francia, apresso Giovan Battista Ciotti, Venezia 1619, p. 1-2. Sur Omero T (...)

1« Mi duole sommamente che sì come io ricevo molto piacere per le lettere de Vostra Signoria, così non possi renderle se non arido contraccambio, essendo noi qui in una quiete, anzi ozio tanto profondo, che non somministra materia alcuna da scrivere »1. Par ces mots, un observateur de l'histoire italienne de l’envergure de Paolo Sarpi représentait la péninsule en 1609. Un demi-siècle s’était alors écoulé depuis la paix de Cateau Cambrésis et l’Italie, qui avait été dans le passé l’objet privilégié de tant d’entreprises historiographiques, semblait ne plus offrir de sujets aux historiens. Le combat opposant la France et l’Espagne qui avait affecté le territoire de la péninsule au cours de la première moitié du XVIe siècle s'était déplacé désormais à l’intérieur de ces mêmes puissances, bien que sous des formes différentes : la révolte pour l’indépendance aux Pays-Bas d’un côté et les guerres de religion en France de l’autre. Cependant, le calme de la péninsule, auquel Sarpi faisait allusion avec sarcasme, n’était pas sans liens avec ce qui se produisait en France. D’un côté, il était dû à l’engagement guerrier déployé par les pays en lutte, mais, d’un autre, il était fortement menacé par les éventuels contrecoups et les extensions du conflit2. Un homme de lettres et ecclésiastique beaucoup moins connu que Sarpi, Omero Tortora de Pesaro, s’apprêtant à écrire dans les premières années du XVIIe son histoire des guerres civiles de France, après avoir lui aussi évoqué la « lunga quiete che goduta habbiamo », s’empressait de rappeler que ce qui s’était produit en France: « se ben si riguarda […], potrà più ragionevolmente chiamarsi causa comune di tutto il cristianesimo che particolare di quel Regno »3. L’intérêt diffus suscité en Italie par l’histoire contemporaine des principaux pays européens doit donc être aussi envisagé comme un effet de cette conscience, au-delà de l'élargissement de perspectives et de sensibilité.

  • 4 Pour ne citer que le cas de la Storia d’Italia de Francesco Guicciardini voir J.M. De Bujanda, Ind (...)
  • 5 E. Cochrane, Historians and Historiography in the Italian Renaissance, Chicago and London, 1981, p (...)
  • 6 B. Croce, Storia dell’età barocca in Italia, Bari, 19675, p. 99-138 ; G. Galasso, Aspetti della st (...)
  • 7 S. Moretti en délinée un tableau soigné, Da una « allegrezza » all’altra, dalla pace di Cateau Cam (...)
  • 8 Alessandro Campiglia, auteur d’un ouvrage intitulé Delle turbolenze della Francia in vita del re H (...)
  • 9 Le phénomène de l’immigration et de l’intégration des italiens dans la France du XVIe siècle a lar (...)

2Malgré, en effet, la pénurie d’événements politico-militaires entre le XVIe et le XVIIe siècle, on enregistra dans la péninsule un remarquable essor de la production historiographique. Alors que certaines des grandes fresques composées par les historiens humanistes et conçues dans la phase trouble des « guerres d’Italie » étaient mises au ban ou soumises à la censure4, on assistait d’un côté à un regain de vigueur des histoires municipales, et d'un autre côté, à la diffusion de formes plus divulgatrices telles que le sommaire et la chronologie universelle5. En même temps s’affirmait une historiographie où l’attention aux événements extérieurs, qu’il s’agisse des guerres de France ou des guerres turques, loin de ne présenter qu’un caractère d’agrément, faisait ressortir les dynamiques politiques, religieuses et culturelles qui s’étaient mises en branle dans les différents états de la péninsule à la suite de ces événements6. Le conflit intérieur qui affligea la France pendant environ quarante ans après la mort prématurée du roi Henri II en 1559 constitua un sujet d'attention particulière pour cette historiographie7, tant parce qu’on avait conscience que le sort de la monarchie française était étroitement lié à la seule possibilité d’endiguer la puissance espagnole en Europe, et par conséquent en Italie8, que parce que de nombreux hommes de lettres, dans la foulée de l'émigration intellectuelle des premières années du XVIe siècle causée par les invasions étrangères en Italie, s’étaient rendus en France à la recherche de la protection économique ou de la promotion sociale devenues de plus en plus incertaines dans la péninsule, et y avaient acquis une connaissance directe des événements et des dynamiques politiques de France9.

  • 10 Ces expressions se retrouvent in « Dispacci da Roma » des ambassadeurs de Venise (à la date du 24 (...)
  • 11 Filippo Sega (1537-1596) se trouvait en France depuis 1589 en tant que vice-légat du cardinal Enri (...)
  • 12 I. Fernández Terricabras, Philippe II et la Contre-Réforme. L’Église espagnole à l’heure du Concil (...)
  • 13 M.A. Visceglia, Il contesto internazionale della incorporazione di Ferrara allo Stato ecclesiastic (...)
  • 14 G. Picot, Histoire des États Généraux, Paris, 1888, t. IV, p. 69-108 ; Procès-verbaux des Etats Gé (...)
  • 15 R. De Maio, La Curia romana nella riconciliazione di Enrico IV... cit., p. 143-187.

3Pour essayer de voir plus clair dans les différentes positions qui s’expriment dans le cadre d’une production caractérisée dans sa majeure partie par l’opposition entre panégyristes d’un côté et polémistes à outrance de l’autre, nous ne nous attarderons que sur certains textes et moments particuliers de la longue histoire des guerres de religion françaises. Nous concentrerons l’analyse en particulier sur un certain nombre d’événements qui se sont vérifiés en 1593, une année décisive pour la solution du combat entre, d’une part, les partisans d’une pacification autour d’un roi français et, d’autre part, ceux en faveur d’une solution centrée sur la conservation et l’unité de la religion catholique dans le règne ; entre les partisans de la « ragione ordinaria di stato» et les défenseurs de la «ragione di stato ecclesiastica »10. Parmi ces derniers, le légat pontifical et cardinal de Plaisance Filippo Sega11, qui s’était déjà distingué par son zèle et son intransigeance dans les années où il avait été nonce en Espagne de 1577 à 158112. Envoyé à Paris dès 1589 en soutien de la mission du cardinal Enrico Caetani, il allait par la suite assumer un rôle central dans le combat qui s’était engagé pour l'élection du nouveau roi de France13. L’an 1593, en effet, inauguré par l’ouverture solennelle des États généraux à Paris le 26 janvier, convoqués pour la première fois dans l'histoire de France non pas par le roi mais par le chef de la Ligue Charles de Lorraine, duc de Mayenne, fut ponctué par les rencontres de préparation aux entretiens de Suresnes entre les délégués catholiques du parti ligueur et ceux du parti royaliste, et marqué par la trêve militaire qui s’ensuivit. Il eut son point d’orgue, à la fin juillet, dans la conversion d’Henri IV au catholicisme à laquelle fit suite, le 8 août, la dernière séance des États généraux14. Ce fut une circonstance décisive pour l’issue finale des guerres civiles qui déchiraient la France depuis plus de trente ans. De nombreux observateurs politiques en suivirent attentivement les péripéties, ainsi que le démontrent les très nombreuses dépêches diplomatiques échangées entre Paris et les capitales européennes les plus importantes. Rome en particulier fut directement impliquée en raison de l’action frénétique in loco du cardinal Sega ainsi que du laborieux débat en Curie à propos de la réconciliation avec l’« hérétique », ainsi qu’on avait pris l’habitude de nommer Henri de Navarre dans les appartements du Vatican15

  • 16 ASV, Segreteria di Stato, Francia 36, f. 145v. La correspondance de Filipo Sega avec Pietro Aldobr (...)
  • 17 J. Boucher, Pellevé, Nicolas, dans A. Jouanna, J. Boucher, D. Biloghi, G. Le Thiec (éd.), Histoire (...)
  • 18 Pierre de L’Estoile rappelle cette cérémonie dans ses Mémoires-Journaux, dans Journal de Henri IV, (...)
  • 19 P. de L’Estoile, Mémoires-Journaux... cit., p. 211. 
  • 20 La Satyre Ménipée ou la vertu du Catholicon, selon l’édition princeps de 1594, avec introduction e (...)
  • 21 La Satyre Ménipée... cit., p. 42.
  • 22 A. d’Aubigné, Histoire Universelle, à Maillé, par Jean Moussat, 1616, p. 274 s., mais voir l’éditi (...)
  • 23 J.A. de Thou, Histoire Universelle, à La Haye, chez Henri Scheurleer, 1740, t. VIII (1591-1596), p (...)
  • 24 Sur la physionomie complexe du parti catholique français pendant les guerres de religion voir R. D (...)

4Dans les Registres Journaux du mémorialiste français Pierre de l’Estoile, rédigés dans le feu des événements, ce qui y est consacré à l'année 1593 s’ouvre par le compte rendu de deux imposantes cérémonies religieuses qui impliquèrent la population parisienne et contribuèrent ostensiblement à placer l’assemblée des États généraux, inaugurée quelques jours plus tard, « sotto la particolare protettione della Sede Apostolica », comme le légat lui-même l’assurait dans l’un de ses rapports informatifs plus ou moins quotidiens au cardinal neveu Pietro Aldobrandini16. Le 6 janvier, dans la cathédrale de Notre-Dame, en présence du clergé parisien et des princes de la Ligue, Filippo Sega avait reçu le chapeau de cardinal (arrivé à Paris le 24 octobre) et la croix de la légation des mains du cardinal de Pellevé17, en compagnie duquel il avait défilé dans les rues de la ville dans une atmosphère de grande fête religieuse18. Dans ces mêmes rues, le 17 janvier, s’était déroulée une procession générale guidée par le nouveau cardinal « pour prier Dieu pour les Etats »19 ainsi que par le duc de Mayenne, et qui été composaée de religieux armés « en moult [très] belle ordonnance Catholigue, Apostoligue et Romaine », comme l’on ironisait dans un célèbre pamphlet anonyme rédigé par un groupe de politiques parisiens et publié à Tours au début de 1594 sous le titre de Satyre Ménippée de la vertu du catholicon d’Espagne et de la tenue des Estatz de Paris20. Dans ce même libelle, grotesque parodie des États généraux de 1593, le duc de Mayenne prononçait une oraison surréelle sous l’effet d’une drogue vendue par un charlatan espagnol, une sorte de quintessence « Catholique-Jesuite-Espagnole » connue sous le nom de « Catholicon simple de Rome »21. Le chef de la Ligue était représenté, dans ce pamphlet politique, comme un simple exécutant des dispositions du parti hispano-romain. Mais, même dans certains ouvrages historiques imprimés en France au cours des premières décennies du XVIIe siècle, lorsque les exigences de la lutte politique étaient devenues moins pressantes, la conduite politique de Mayenne était considerée comme inspirée par les préceptes du légat apostolique et de l'ambassadeur ibérique, le duc de Feria. Dans l’Histoire Universelle d’Agrippa d’Aubigné, imprimée entre 1616 et 1620, le duc de Mayenne ne semble pas disposer d’autonomie dans la gestion des événements cruciaux ayant ponctué le déroulement des États généraux de 159322. C’est plutôt l’idée d’une action impétueuse et à la fois concordée avec le légat apostolique et les ministres espagnols qui y est divulguée. Même les Historiae sui temporis de Jacques-Auguste de Thou, publiées pour la première fois en latin à Paris en 1604, représentaient Mayenne comme étant « honteusement » au service des Espagnol. L’auteur, toutefois n’hésitait pas à rappeler la grande expérience du lieutenant et son intime conviction que les Espagnols ne lui étaient pas favorables23. L’ample déploiement de la Ligue, guidée par le duc de Mayenne, bénie par le cardinal de Plaisance et soutenue par les doublons espagnols, apparaît nettement moins solide si l’on parcourt les pages de certains historiens italiens qui se consacrèrent au cours des premières décennies du XVIIe siècle à l'histoire des guerres de religion24

  • 25 G. Benzoni, Davila, Enrico Caterino, dans DBI, vol. XXXIII, 1987, p. 163-171 ; Id., La fortuna, la (...)
  • 26 Cf. D. Frigo, Pubblicistica e storiografia nella cultura veneta del primo Seicento, dans E. Fasano (...)
  • 27 E.C. Davila, Historia delle Guerre Civili di Francia…nella quale si contengono le operationi di qu (...)
  • 28 Ibid.
  • 29 La version reproduite par Davila correspond à une traduction effectuée par l’auteur lui-même (cf.  (...)
  • 30 E.C. Davila, Historia delle Guerre Civili di Francia... cit., p. 829.
  • 31 Pour une analyse juridique, politique et historique de la loi salique en France on renvoie à F. Co (...)
  • 32 E.C. Davila, Historia delle Guerre Civili di Francia... cit., p. 829.
  • 33 Ibid., p. 831.
  • 34 Ibid., p. 831-832.
  • 35 Ibid., p. 839.
  • 36 Ibid.
  • 37 Ibid., p. 840.

5En 1630 furent ainsi imprimés à Venise les 15 livres de l’Historia delle guerre civili di Francia de Enrico Caterino Davila, descendant d’une noble famille chypriote qui s’était réfugié, après la conquête turque de l'île, à Paris puis à Venise en 1599, où il avait parfait la rédaction de l’ouvrage25. En plus de provenir d’un territoire, celui de la Sérénissime, traditionnellement plus ouvert à la dimension européenne que d’autres états de la péninsule26, Davila avait vécu une expérience vicennale singulière en France, d’abord comme page de la reine Catherine de Médicis, puis comme soldat à la suite d’Henri de Navarre dans la dernière phase de la crise de la couronne française, de l’assassinat d’Henri III à l’édit de Nantes, événement qu’il plaçait en conclusion de son Historia. La narration concernant l'année 1593 s’ouvre, dans l'oeuvre de Davila, par une claire référence de l'auteur à l’« universale dispositione degli animi dell’un partito e dell’altro più inclinata allo stabilimento degli affari che al maneggio e all’esecutione dell’armi »27. La « prima novità » - affirmait l’historien - remontait en réalité au mois de décembre de l’année précédente et consistait en la déclaration du duc de Mayenne, publiée seulement le 5 janvier, dans laquelle le chef de la ligue annonçait non seulement son intention de réunir les états de son parti - comme le spécifiait Davila - mais exortait aussi les catholiques qui soutenaient le roi « ad unirsi a un medesimo fine con lui e prendere espediente alla salute e pacificazione del Regno […] per la conservatione della religione e dello stato »28. Dans cette déclaration,29, le duc de Mayenne, bien qu'il ait défendu ses propres raisons ainsi que la cause de son parti, ne s’était pas engagé à élire un nouveau souverain, « ma tenendo le cose in bilancia si lasciò aperta la strada a poter prendere con l’opportunità qualsivoglia deliberatione, che consigliasse il tempo, e che permettesse la qualità degli affari […] altrimente era risoluto o di rimettersi in piena autorità di luogotenente generale del Regno, e seguitare la guerra, se potesse per mezzo degli Stati ridurre le cose a segno, che con poche dependenze forestiere potesse sostenere l’impresa, o vero se questo non gli riuscisse, di poter conseguire più tosto condurre gli stati ad accordarsi col re mediante la conversione sua, che tollerare che il Regno pervenisse in alcuna altra persona, fermo sempre nel suo proposito di non permettere né la unione delle corone [de France et d’Espagne], né la divisione del Regno »30. Davila focalisait ainsi l’attention sur la question cruciale de l'élection du roi, qui par une hétérogenèse des fins avait fait converger dans une apparente harmonie toutes les différentes composantes du parti contraire à Henri de Navarre vers la convocation des États généraux : les Espagnols pour obtenir, en opposition à la loi salique du Règne31, que l’infante Isabelle, fille de Philippe II et d’Élisabeth de Valois, puisse prétendre au trône de France ; le cardinal légat pour conjurer que la couronne du roi christianissime n’allât à un hérétique ; le duc de Mayenne, enfin, pour jouer sa dernière carte en vue d’une toujours plus improbable succession assurée par lui-même et par sa descendance. Davila reproduisait également un écrit, en réponse à la déclaration de Mayenne, publié par le légat apostolique où il était précisé que ni lui ni les ministres espagnols n’avaient été « ben sodisfatti della dichiaratione così ambigua, nella quale pareva che s’aspirasse più all’accomodamento con i Cattolici del contrario partito, che all’elettione di nuovo Re »32. Après avoir fulminé contre l’hérésie, qui « è sempre l’istessa, sempre pernitiosa, maledetta, esecrabile »33, le légat avait donc bien précisé que « il voler sostenere, che li privilegij e libertà della Chiesa Gallicana s’estendono fin là, di permettere, che si riconosca per Re un heretico relapso et escluso dal corpo della Chiesa universale, è un sogno da frenetico che non procede d’altronde, che dalla contagione heretica »34. Pour conjurer tout danger, à l’occasion de la deuxième réunion des États, le légat, en accord avec l’ambassadeur espagnol, avait également demandé aux députés – en vain – le serment solennel de ne jamais reconnaître Henri de Navarre comme roi, même au cas où il se serait converti et aurait démontré vivre catholiquement. L’Historia de Davila s'attache à souligner la stratégie du duc de Mayenne qui joue sa partie « ben sicuro che senza l’assenso e la volontà sua [les Espagnols] non harebbono ottenuto cosa alcuna ». « Del tutto alieno dal contentarli »35 il aurait été au contraire, plus enclin « a praticare non solo i Senatori del medesimo parlamento [de Paris] ma anco quelli i quali per inclinare a favore del Re erano chiamati politici, per potersi al bisogno valere anco dell’opera loro »36. Selon ce récit, le duc de Mayenne « procedeva con tanta arte e tanta dissimulatione per la pratica grande che haveva del negotio e delle persone, che i ministri spagnoli e il legato non si accorgevano di molte cose, se non dopo che erano stabilite e guadagnava più animi con l’arte ch’essi non erano sufficienti a guadagnare con l’oro o con le promesse »37. Toutefois, la correspondance entre Filippo Sega et le cardinal neveu Pietro Aldobrandini révèle la conscience d’un raidissement du duc de Mayenne, bien que le légat fût toujours très soucieux d’en faire retomber la faute sur l’outrecuidance espagnole et de se démarquer, sur le papier du moins, par rapport aux prises de position ibériques, étant données les indications précises provenant de Rome toujours plus orientées vers une différenciation de la stratégie du pape vis-à-vis de celle du roi catholique. 

6L’ecclésiastique Omero Tortora, auteur à Venise en 1619 d’une Historia di Francia en 22 livres sur les évènements survenus de 1560 à 1601, et dédiée au souverain pontife Paul V, traita aussi de la progressive opposition entre Mayenne et les représentants espagnols à Paris. Cherchant à nuancer le plus possible le rôle joué par le légat en faveur de l’accession de l'infante Isabelle au trône de France, Tortora négligeait de préciser un grand nombre d’éléments, comme par exemple le serment demandé par le cardinal de Plaisance aux députés parisiens, afin qu’ils s’engagent à ne reconnaître en aucun cas Henri de Navarre. Un épisode embarassant pour les hiérarchies ecclésiastiques, auxquelles Tortora s’adressait prioritairement, du moment qu’Henri avait régné avec la bénédiction du pape et que son héritier légitime siégeait sur le trône de France à la date de publication de l’Historia di Francia.

  • 38 A.E. Baldini, Frachetta, Girolamo, dans DBI, vol. IL, 1997, p. 567-573 ; Id., Girolamo Frachetta : (...)
  • 39 S. Moretti, Da una « allegrezza » all’altra, dalla pace di Cateau Cambrésis alla notte di San Bart (...)
  • 40 A.E. Baldini, Frachetta, Girolamo... cit., p. 569.

7Le vicissitudes que dut subir dans de telles circonstances un agent de Mayenne à Rome, Girolamo Frachetta, illustrent à quel point la position de Mayenne était éloignée de celle de Sega et, tout bien considéré, plus proche des dispositions qui parvenaient de Rome au légat mais qui n’étaient pas, pour autant, appliquées.38 Frachetta, qui est l’auteur des Commentari delle cose successe nel Regno di Francia, est favorable à la Ligue catholique et au strict ralliement de celle-ci à Madrid. Il se montre aussi partisan d’une thèse assez répandue dans la péninsule au cours des décennies où les luttes de religion ensanglantaient de nombreux pays européens. Dans ses Commentari, il s’inquiète de « quanto fosse perniciosa in uno Stato la diversità della fede, quai mali apportino le civili discordie che da quelle hanno origine, et come non è Regno così florido, né così concorde, che in breve tempo non possa perdere il suo vigore et dividersi in molte parti »39. Frachetta déploit une intense activité d’informateur dans les mois où se tenaient à Paris les États généraux - globalement une centaine de rapports et discours, dont beaucoup anonymes - activité récompensée par sa nomination à responsable des services postaux français à Rome, en septembre 1593. Considérant l’aversion de Mayenne envers desseins espagnols ruineuse pour la cause de la Ligue, il se décide alors à remettre sa correspondance avec le duc français à l’ambassadeur espagnol à Rome, qui la trasmet promptement à Madrid40. Un an après ces événements, Frachetta, mandaté peut-être à l’origine par Mayenne lui-même, acheva ses Commentari qui vont de 1585, année de la reconstitution de la Ligue, jusqu’à l'entrée d’Henri IV dans Paris en 1594 (dans certaines rédactions jusqu’à 1598). Même si les nombreuses copies manuscrites en attestent une certaine faveur auprès des contemporains, les Commentari restèrent inédits. Les rapports de Frachetta avec la Curie, en effet, s’étaient soudainement détériorés et, en 1604, un mandat d’arrêt à son encontre avait été délivré par le souverain pontife Clément VIII lui-même ; l’obligeant à chercher refuge dans le domaine espagnol du règne de Naples.

  • 41 J. Boucher, Mayenne, Charles de Lorraine, duc de, dans Histoire et Dictionnaire des guerres de rel (...)

8Après l’accession au trône d’Henri IV, Mayenne n’eut pas à subir la foudre de la vindicte royale qui pourtant avait sévi contre de nombreux représentants du parti de la Ligue. Mayenne dut renoncer au gouvernement de la Bourgogne, mais reçut en échange celui de l’Île de France, à l’exception de Paris, en plus d’indemnités financières considérables. Il fut, de surcroît, déclaré innocent d’éventuelles implications dans l’assassinat du roi Henri III. Enfin, en 1599, le roi accorda les rentes de certaines terres dans le duché d’Aiguillon à son fils aîné, déclarant dans le préambule du document de concession vouloir récompenser les services du vieux sujet rebelle41.

  • 42 Lettre de Paolo Sarpi à Francesco Castrino du 25 novembre 1608, dans P. Sarpi, Lettere ai Protesta (...)
  • 43 Sur le terme totatus utilisé par Paolo Sarpi pour la première fois dans sa lettre à Jacques Gillot (...)

9Si l’on se place dans la perspective italienne, l’axe Rome-Madrid s’avère moins aligné qu’il n’apparaît en France. Il est intéressant de s’attarder sur le discours prononcé par le légat à l'ouverture des États généraux dans sa version parodique de la Satyre Ménipée. Cette oraison imaginaire, en effet, avait été composée par Jacques Gillot, conseiller du Parlement de Paris et chanoine de la Sainte-Chapelle, dans la demeure duquel avait été conçue l’idée du pamphlet avec d’autres représentants du parti politique comme, par exemple, le parlementaire Pierre Pithou. Gillot avait axé le discours du légat, qui était lui aussi étant sous l’effet de la drogue du catholicon, dans un élan de franchise cynique, sur trois motifs principaux : Rome ne souhaitait pas la paix en France parce que cela aurait pu mettre en danger la paix en Italie ; le pape ne se préoccupait de la France qu’en ce qu’il en tirait de l’argent et, enfin, Rome estimait pouvoir dispenser de n’importe quelle loi pour des fins politiques. C’était là une stratégie qui se conjuguait parfaitement dans l’esprit de Gillot avec celle de l’Espagne visant à faire de la France, de la Flandre, du Portugal aussi bien que de l'Italie autant de provinces de l'empire : un dessein d’hégémonie politique sous couvert d’aspiration à l’universalisme catholique. Cette accusation, reprise dans le catholicon d’Espagne, était devenue un thème récurrent dans les pamphlets politiques surtout au lendemain de l'assassinat d’Henri III. Dans les années qui suivirent, elle s’était répandue au-delà des frontières françaises pour s’installer dans la polémique politique et religieuse du début du XVIIe siècle, ainsi que le montre l’utilisation qu’en faisait l’un des protagonistes de ce débat, le frère servite Paolo Sarpi. Dans la correspondance que ce dernier entretint avec les réformés de France et avec les principaux représentants du gallicanisme – au nombre desquels figure justement Jacques Gillot – il n’est pas rare de rencontrer des allusions à la drogue du diacatholicon qui, répandue par les Espagnols et les jésuites, « massime quando è indorata, è di gran virtù » et peut aveugler même les plus perspicaces, selon ce qu’écrivait Paolo Sarpi dans une lettre de 1608 au réformé Francesco Castrino42. Pour combattre l’action conjointe du diacatholicon espagnol et du totatus romain43, ce même Paolo Sarpi avait souhaité, dans les années suivant immédiatement l'Interdit, une initiative politico-militaire, guidée par le roi de France Henri IV, contre la suprématie des Habsbourg d’Espagne et de l’Empire étroitement rattachée à l’Église de Rome. Qu’au moment des États généraux de la Ligue, le cardinal de Plaisance ait pu être considéré par les partisans d’Henri de Navarre comme un garant de cette stratégie était évident ; que ce légat agît dans cette direction en dépit des indications provenant de Rome apparaît tout aussi clair depuis l’Italie. 

  • 44 E.C. Davila, Historia delle Guerre Civili di Francia... cit., p. 841.
  • 45 Sur la biographie et l’oeuvre de Campiglia voir G. Benzoni, Campiglia, Alessandro, dans DBI, vol.  (...)
  • 46 A. Campiglia, Delle turbolenze della Francia in vita del re Henrico il grande libri X... cit., p.  (...)
  • 47 Ibid., p. 550-551.

10Alors que Tortora négligeait complètement cet aspect de l’événement, au point qu’à un moment donné de sa narration le légat apostolique disparaît littéralement, sans prendre congé, de la scène des États généraux, Davila n’hésitait pas à souligner les écarts entre les actions de Sega et les indications provenant de Rome, où par ailleurs – précisait l’historien – le pape avait été aussi informé par l’ambassadeur vénitien Paolo Paruta de tels soupçons qui pointaient sur le fait que le légat se préoccupait davantage de la satisfaction des Espagnols que du salut de l’État et de la religion. Quand Mayenne et d’autres députés des États avaient refusé de prêter le serment demandé par le légat, qui les aurait engagés à ne jamais reconnaître « per superiore il Re di Navarra, ancor ch’egli si convertisse, e montrasse di vivere cattolicamente », Davila rappelait que Mayenne, mettant en évidence l’initiative du cardinal « come a cosa molto diversa dalle pratiche e dall’intentione sua », avait affirmé ne pas vouloir offenser, par une décision « aliena dalla potestà secolare, e tutta propria della giuridizione ecclesiastica », la majesté et la juridiction du Siège apostolique et du pape, « la quale ragione chiuse la bocca al legato »44. Les bons offices de l'ambassadeur Paruta étaient au centre de la reconstitution de ces circonstances produites par un autre historien vénitien, Alessandro Campiglia de Vicence, auteur d’une histoire Delle turbolenze della Francia in vita del re Henrico il grande, publiée à Venise en 1617 avec une dédicace au roi Louis XIII45. Il est intéressant de noter que les motifs invoqués, selon Campiglia, par le prudentissime Paruta afin que le pape prête l’oreille aux propositions que faisaient les Français et qu’il consente à la reconciliation du roi avec le Siège apostolique, étaient l’ « interesse della libertà d’Italia e della Christianità »46. Campiglia, qui dans l’une de ses lettres n’avait pas hésité à se déclarer « servitore sviscerato » de la monarchie française et dont l’œuvre sera suspendue en 1621, soutenait également que le pape Clément VIII ne s’était pas montré favorable au roi de Navarre «non solo per conoscere meglio e discoprire co’l tempo i fini degl’altri principi, ma per farlo maggiormente geloso di sua salute, e cupido della Religione Cattolica e per accelerare la sua conversione »47

  • 48 BA, ms. 1103, f. 17-28 (incomplet) et f. 29-38 (autre exemplaire complet). Le titre n’apparaît dan (...)
  • 49 Ibid., f. 17r-v.
  • 50 Ibid., f. 37r.

11La même conclusion se trouve dans une Expositio ad Summum Pontificem de misera conditione regni Franciae, rédigée très probablement à la veille des États généraux et anonyme, mais certainement expression dans la Curie d’un parti anti-espagnol48. L’auteur se proposait de bien informer le souverain pontife de l’état où se trouvait le royaume de France, doutant que le pape ne soit trompé par de « non vere o corrotte relazioni o circunvenuta da alcuni che sotto zelo di pietà christiana cercano per aventura solamente il proprio interesse; et quasi astuti crocodilli, non piangono ad altro effetto che per devorare, non sia mai stato rappresentato a S. Santità il vero methodo da curar questa malattia »49. L’auteur continuait ensuite en expliquant que la guerre engagée par la Ligue contre Henri III et, conséquemment, son homicide avaient aplani la route d’Henri de Navarre ; que, par ailleurs, le roi d’Espagne fomentait avec son or les dissensions civiles et la haine contre celui-ci dans le seul but de faire disparaître en France la dignité royale et de la soumettre et, enfin, qu’un accord au sein de la maison de Guise sur le nouveau roi à élire, et donc sur le fait que « riducendosi Navarra a vivere da Cattolico, questa sarebbe la vera medicina della Religione et del Regno di Francia », mais également « per tutti coloro che amano la pubblica quiete » était impraticable50.

  • 51 Pour la politique française de Clément VIII avant l’absolution d’Henri IV voir L. von Pastor, Stor (...)
  • 52 A. Borromeo, Clemente VIII, dans Enciclopedia dei papi, Roma, 2000, p. 249-269 : p. 249 ; P. Simon (...)
  • 53 Sur les orientations des ordres religieux romains en ce qui concerne la reconciliation du souverai (...)
  • 54 A. Borromeo, Clemente VIII... cit., p. 251.
  • 55 BAV, Barb. lat. 5825, f. 86r-89v (II partie). Voir aussi l’Istruttione over discorso sopra le cose (...)
  • 56 BAV, Barb. lat. 5825, f. 89v-90r (II partie) : Pietro Aldobrandini à Filippo Sega, Rome, le 16 fév (...)
  • 57 BAV, Barb. lat. 5825, f. 92r (II partie), lettre de Pietro Aldobrandini à Filipo Sega, Rome 29 avr (...)
  • 58 Procès-verbaux des Estats Généraux de 1593... cit., p. 288-90.
  • 59 Le 28 juin 1593 fut convoquée une assemblée générale du Parlement de Paris, au cours de laquelle G (...)

12Clément VIII, comme on le sait, avait pris soin de ne pas adopter une attitude de fermeture totale sur la question de la succession au trône de France, d’autant plus qu’entre temps la position politique et militaire d’Henri se consolidait progressivement51. Le pape Aldobrandini, fils d’un juriste florentin exilé en France à cause de ses positions anti-Médicis52 et dévot à Filippo Neri53, avait montré dès le début de son pontificat qu’il n’adhérait pas passivement à la stratégie politique de Philippe II et qu’il souhaitait pour le moins maintenir une position d’équilibre entre les deux principales puissances catholiques. Cette attitude avait déjà, dans le passé, rendu le cardinal Ippolito Aldobrandini suspect aux yeux des Espagnols eux-mêmes. Ceux-ci s’étaient opposés à sa candidature, proposée par Sixte V, en tant que légat en France au lendemain de l’assassinat d’Henri III54. Les courriers envoyés de Rome à Paris au cours des premiers mois de 1593 multipliaient les avertissements au légat à « non vestirsi mai delle passioni et interessi d’altri », à veiller et à avoir « l’occhio in tutte le parti » et à parler « sempre genericamente che si desidera un Re Cattolico, securo, atto a tranquillare il Regno »55. Des signaux sans équivoque arrivaient surtout au sujet des requêtes de plus en plus pressantes des Espagnols, que Sega signalait régulièrement56. En particulier, il convient de rappeler le refus de Clément VIII d’accéder à la demande du duc de Feria de déclarer « l’incapacità alla Corona di Francia dei Borbonesi, et altri Cattolici tanto ecclesiastici, quanto secolari, che seguiranno Navarra, che fanno professione di Cattolici »57. Cependant, le cardinal de Plaisance, dans son intervention aux États généraux à la fin du mois de juin, avait offert son soutien apertis verbis à la résolution de la délégation espagnole, expliquant que l’accession de l’Infante Isabelle au trône de France et le maintien de la religion catholique dans le royaume n’allaient pas l’une sans l’autre58. La décision des États généraux produisit, à ce moment-là, une accélération des événements, bien que dans un sens opposé à celui espéré par ses promoteurs. Elle eut pour double conséquence d’accentuer l’affrontement entre l’assemblée des États et le Parlement de Paris, qui déclara nulle toute mesure contraire à la loi salique59, et de rendre impérative la conversion au catholicisme d’Henri de Bourbon, qui sera célébrée environ un mois plus tard dans la cathédrale de Saint-Denis. 

  • 60 BAV, Barb. lat. 5825, f. 137v (I partie).
  • 61 BAV, Barb. lat. 5825, f. 90v (II partie), lettre de Pietro Aldobrandini à Filippo Sega, Rome, le 2 (...)
  • 62 Ibid.
  • 63 Procès-verbaux des Estats Généraux de 1593... cit., p. 344-349. Le 30 mars 1594 le Parlement de Pa (...)
  • 64 ASV, Segreteria di Stato, Francia 36, f. 267v (passage souligné dans le manuscrit).
  • 65 BAV, Barblat. 5825, f. 53v (II partie), lettre de Pietro Aldobrandini à Filippo Sega, Rome, le 2 (...)
  • 66 Recueil des lettres missives de Henri IV, publié par M. Berger de Xivrey, III, (1589-1593), Paris, (...)

13Alors que les États généraux étaient désormais sur le point de s’achever, Filippo Sega écrivait à Pietro Aldobrandini, dans un courrier du 26 juillet, que « l’assemblea non era libera ma sottoposta alla volontà d’altri et all’insolenze di questi Politici delli Magistrati »60. De surcroît, la trêve proclamée par le duc de Mayenne avec Henri de Bourbon persistait, malgré la dénonciation par Sega des violations continuelles de la part de ce dernier. À Rome aussi, au fil des jours, la préoccupation que les États généraux puissent donner naissance à « qualche mostro » grossissait61, et le nombre de recommandations au légat de « cavare da questa convocatione, se non si può tutto il bene necessario, almeno il manco male, il che N.ro S.re rimette alla prudenza sua e le raccomanda questa santa causa con la maggior caldezza che sia possibile […] » augmentait62. Le 8 août se tint la dernière séance des États généraux de la Ligue, au cours de laquelle fut proclamée la réception des décrets du Concile de Trente en présence du légat pontifical, qui conclut les travaux par une bénédiction solennelle63. Mais dès le 11 août Sega se plaignait des « false voci » qui commençaient à se répandre sur son compte : il aurait trompé le souverain pontife, il n’aurait pas « rappresentato il vero » des affaires françaises et, de surcroît, certaines lettres de sa main adressées au roi d’Espagne auraient été interceptées « dalle quali si comprende ch’io sia molto più spagnuolo che ecclesiastico et che havendo creduto per questa via di acquistare il pontificato, ho perduto finalmente in cotesta corte in grosso »64. Malgré les propos rassurants provenant de Rome65, la position du légat pontifical à Paris était désormais définitivement compromise. Dans une lettre du 9 juin, Henri de Navarre recommandait à son délégué en mission à Rome de se faire le porte-parole auprès du souverain pontife de sa décision de se convertir, le priant de bien vouloir remettre, le cas échéant, ses dispositions « à quelques prélats » et non pas au cardinal de Plaisance, puisqu’« il faudroit remonstrer que ses deportemens sont tellement formez au desir des Espagnolz, que ce seroit autant que de me remettre à eux-mesmes. D’en envoyer un aultre non partial, c’est ce que j’avois desiré et dont vous auriés charge de le requerir »66

  • 67 ASV, Segreteria di Stato, Francia, 36, f. 31-42 : « Relatione succinta fatta a Papa Clemente VIII (...)
  • 68 Sur la politique di Clément VIII concernant les événements de France voir B. Barbiche, Clément VII (...)
  • 69 S. Moretti, Da una « allegrezza » all’altra, dalla pace di Cateau Cambrésis alla notte di San Bart (...)

14En mars 1594, quelques jours après l’entrée d’Henri à Paris - au petit matin et « senza nissuno impedimento »67 - le légat quitta spontanément la ville, refusant de négocier avec les partisans de l'« hérétique », et se retira dans la neutre Montargis en attente des instructions du pape. La légation de Filippo Sega en France s’était achevée. Au cours des mois qui suivirent, la politique pontificale envers les affaires de France connut une nouvelle phase68. Avec l’entrée d’Henri à Paris un très long chapitre de l'histoire de France prenait fin. En commentant cet épisode, Girolamo Frachetta, soutien convaincu de la Ligue, affirmait que Henri de Bourbon devenait le nouveau et légitime roi de France et « così – affirmait-il – da qui avanti lo chiameremo, et non più di Navarra »69.

15Si l’on excepte les pourtant nombreux écrits anonymes rédigés au moment même où se produisaient les évènements qui gisent encore dans de nombreuses bibliothèque italiennes, ce n’est qu’à partir de la deuxième décennie du XVIIsiècle, une fois surmontée la crainte d’être impliqués dans la guerre ou d’être broyés par les factions en lutte, que les historiens de la péninsule commencèrent à commenter ces événements.

16Au-delà de la pure apologie ou la polémique stérile, il est intéressant de noter que la quasi-totalité de ces écrits s’accorde sur le principe de l'unité religieuse comme garantie et fondement de la solidité de l’État et de l’harmonie sociale. Sur ce point, les historiens et les essayistes politiques ont maintenu dans l’ensemble une position séparée par rapport au débat qui s’était développé en France, où l’expérience des guerres de religion déboucha sur un certain consensus en faveur de la cohabitation entre confessions différentes, condition nécessaire pour mettre en route le long et laborieux processus qui conduisit en France de la religion d’État à la laïcité d’État.

Notes

1 P. Sarpi, Lettere ai protestanti, 2 voll., éd. M.D. Busnelli, Bari, 1931, I, p. 89-90, lettre à Jerôme Groslot de l’Isle (Venise, 18 août 1609). 

2 Sur l’attention portée par les historiens de la péninsule à la révolte des Pays-Bas voir A. Clerici, Ragion di Stato e politica internazionale. Guido Bentivoglio e altri interpreti italiani della Tregua dei Dodici anni (1609), dans Dimensioni e problemi della ricerca storica, 2/2009, p. 187-223 ; S. Moretti, La trattatistica italiana e la guerra : il conflitto tra la Spagna e le Fiandre (1566-1609), dans Annali dell’Istituto storico italo-germanico in Trento, 20, 1994, p. 129-164 ; S. Mastellone, Il modello politico olandese e la storiografia italiana nella prima metà del Seicento, introduzione a G. Bentivoglio, Relatione delle Province Unite, ristampa anastatica dell’edizione di Bruxelles, 1632, éd. S. Mastellone et E. Haitsma Mulier, Firenze, 1983, p. 5-31. 

3 O. Tortora, Historia di Francia, apresso Giovan Battista Ciotti, Venezia 1619, p. 1-2. Sur Omero Tortora (1550-1624) voir G. Spini, Enrico Caterino Davila e la ‘Storia delle guerre civili in Francia’, in Id., Barocco e Puritani. Studi sulla storia del Seicento in Italia, Spagna e New England, Firenze, 1991, p. 89-117 : 97-98, déjà in P. Vaccari, P.F. Palumbo (dir.), Studi di storia medievale e moderna in onore di Ettore Rota, Roma, 1958, p. 173-204 ; E. Cicogna, Delle iscrizioni veneziane, 6 voll., Venezia, 1824-53, V, p. 539.

4 Pour ne citer que le cas de la Storia d’Italia de Francesco Guicciardini voir J.M. De Bujanda, Index des livres interdits, IX, Genève, 1994, ad indicem, et P. Guicciardini, La censura nella Storia guicciardinianaLoci duo e Paralipomena, dans La Biliofilia, LV, 1953, p. 134-156 e LVI, 1954, p. 31-46. Sur la censure romaine des ouvrages historiques écrites en France à cheval sur le XVIe et le XVIIsiècle voir E. Bonora, La « censura inavvertita ». Censura romana e opere di storia tra l’Italia e la Francia nel primo Seicento, dans Rivista Storia Italiana, 125, 2013, 1, p. 41-75. Plus généralement, sur la question de la censure, aussi bien ecclésiastique que civile, des ouvrages historiques voir les considérations, relatives à Florence sous les Médicis, de C. Callard, Le Prince et la République. Histoire, pouvoir et société dans la Florence des Médicis au XVIIe siècle, Paris, 2007, p. 47-89.

5 E. Cochrane, Historians and Historiography in the Italian Renaissance, Chicago and London, 1981, p. 215-382 (IV, The revival of municipal history ; V, From municipal history to world history) ; G. Benzoni, La storiografia e l’erudizione storico-antiquaria. Gli storici municipali, dans Storia della cultura veneta, IV, Il Seicento, Vicenza, 1984, t. 2, p. 67-93. 

6 B. Croce, Storia dell’età barocca in Italia, Bari, 19675, p. 99-138 ; G. Galasso, Aspetti della storiografia italiana tra Rinascimento e età barocca, in Id., Dalla « libertà d’Italia » alle « preponderanze straniere », Napoli, 1997, p. 374-396 : 380-381.

7 S. Moretti en délinée un tableau soigné, Da una « allegrezza » all’altra, dalla pace di Cateau Cambrésis alla notte di San Bartolomeo. Le guerre civili in Francia nella trattatistica italiana, dans Annali dell’Istituto storico italo-germanico in Trento , 21, 1995, p. 229-66.

8 Alessandro Campiglia, auteur d’un ouvrage intitulé Delle turbolenze della Francia in vita del re Henrico il grande libri X (apresso Giorgio Valentini, Venezia, 1617) dans sa dédicace à Louis XIII écrit à propos de l’assassinat d’Henri IV : « Quando in Italia, sei anni sono, venne la novella, che sua Maestà in luogo d’essere partita da Parigi coll’esercito, per conservare a tutta l’Europa la libertà, era stata uccisa da quella Tigre inhumana di quel Barbaro Assassino, l’Italia Madre de’ belli Ingegni, e Altrice d’huomini grandi lagrimò dirottamente » (f. 2r-v). Sur la portée européenne des événements français du XVIsiècle est centrée la récente synthèse de C. Vivanti, Le guerre di religione nel Cinquecento, Roma-Bari, 2007.

9 Le phénomène de l’immigration et de l’intégration des italiens dans la France du XVIe siècle a largement fait l’objet de recherches minutieuses, je me limite à rappeler les travaux de J.F. Dubost, La France italienne, XVe et XVIIe siècle, Paris, 1997 ; H. Heller, Anti-Italianis in Sixteenth-Century France, Toronto, 2003 ; A.M. Battista, Politica e morale nella Francia dell’età moderna, Genova, 1998 ; G. Procacci, Machiavelli nella cultura europea dell’età moderna, Roma-Bari, 1995 ; pour une reconnaissance générale du phénomène je prends la liberté de renvoyer à E. Valeri, La diffusione europea dell’Umanesimo italiano, dans S. Luzzatto et G. Pedullà (dir.), Atlante della lettretura italiana, I, Dalle origini al Rinascimento, procuré par A. de Vincentiis, Torino, 2010, p. 616-620. 

10 Ces expressions se retrouvent in « Dispacci da Roma » des ambassadeurs de Venise (à la date du 24 octobre 1592) rapportant un discours de Clément VIII et sont citées dans R. De Maio, La Curia romana nella riconciliazione di Enrico IV, dans Id., Riforme e miti nella Chiesa del Cinquecento, Napoli, 1973, p. 160. Cf. A.E. Baldini, Botero e la Francia, dans Id. (procuré par), Botero e la ‘ragion di Stato’, Atti del convegno in memoria di Luigi Firpo (Torino 8-10 marzo 1990), Firenze, 1992, p. 335-359 ; D. Quaglioni, La prima recezione della ‘Ragion di Stato’ in Francia. Il ‘De Repubblica’ di Pierre Grégoire (1591), ibid., p. 395-403.

11 Filippo Sega (1537-1596) se trouvait en France depuis 1589 en tant que vice-légat du cardinal Enrico Caetani. Après le départ de ce dernier, il fut confirmé dans ses fonctions par le pape Grégoire XIV, puis il fut nommé par Innocent IX nonce en France le 6 dicembre 1591 et ensuite, le 15 avril 1592, par Clément VIII légat a latere. Sur les données biographiques de Sega, évêque de Plaisance (1578) et plus tard cardinal (1591), nonce en Espagne (1577-1581) et auprès de l’empire (1586-1587), voir Die Hauptinstruktionen Clemen’s VIII. für die Nuntien und Legaten an den europäischen Fürstenhöfen, 1592-1602, dans Auftrag des Deutschen Historischen Instituts in Rom, bearbeitet von K. Jaitner, 2, Tübingen, 1984, I, p. CCXLVI-CCXLVIII, 52, et B. Barbiche, Les légats ‘a latere’ en France et leurs facultés aux XVIe et XVIIe siècles, dans Archivum Historiae Pontificiae, 23, 1985, p. 162-163. Pour une bibliographie détaillée sur les nonces en France nous renvoyons à Kurie und Politik. Stand und Perspektiven der Nuntiaturberichtsforschung, herausgegeben von A. Koller, Tübingen, 1998, p. 424-425 ; 460-464. De la légation de Filippo Sega s’est occupée A.-C. Tizon-Germe, La représentation pontificale en France au début du règne d’Henri IV (1589-1594). Cadre politique, moyens humains et financiers, dans Bibliothèque de l’École des Chartes, 151, 1993, p. 37-85 ; Ead., Juridiction spirituelle et action pastorale des légats et nonces en France pendant la Ligue (1589-1594), dans Archivum Historiae Pontificiae, 30, 1992, p. 159-230.

12 I. Fernández Terricabras, Philippe II et la Contre-Réforme. L’Église espagnole à l’heure du Concile de Trente, Paris, 2001, p. 496-498 et ad indicem.

13 M.A. Visceglia, Il contesto internazionale della incorporazione di Ferrara allo Stato ecclesiastico (1597-1598), dans Schifanoia, 38-39, 2010, p. 113-130.

14 G. Picot, Histoire des États Généraux, Paris, 1888, t. IV, p. 69-108 ; Procès-verbaux des Etats Généraux de 1593, recueillis et publiés par A. Bernard, Paris, 1842 ; Ch. Labitte, Une assemblée parlamentaire en 1593. Procès-verbaux des États Généraux de 1593, publiés par M. Auguste Bernard, dans Revue des deux mondes, s. IV, 1842, 32, p. 260-285 ; R.J. Knecht, The rise and fall of Renaissance France 1483-1610, Oxford, 1996, p. 439-470.

15 R. De Maio, La Curia romana nella riconciliazione di Enrico IV... cit., p. 143-187.

16 ASV, Segreteria di Stato, Francia 36, f. 145v. La correspondance de Filipo Sega avec Pietro Aldobrandini est conservée en grande partie in BA, ms. 1103 et ms. 1104 ; ASV, Segreteria di Stato, Francia 36, 37, 287 ; Borghese I, 232-234, f. 1-283 (comme dans les f. 1-320v del Barb. lat. 5825), III, 78 ; BAV, Barb. lat. 5825, f. 1-320v, deuxième numérotation après f. 369, f. 1-117r ; Barb. lat. 5826 ; Ottobonlat. 3211, 3212, 3217. Cf. Die Hauptinstruktionen Clemen’s VIII... cit., p. 52 ; L. von Pastor, Storia dei papi dalla fine del Medio Evo, XI, Clemente VIII (1592-1605), Rome, 1958, note 5, p. 47-48. Sur Pietro Aldobrandini, devenu cardinal le 17 septembre 1593, voir E. Fasano Guarini, Aldobrandini, Pietro, dans DBI, vol. II, Roma, 1960, p. 107-112 ; et les articles dans Schifanoia, 38-39/2010, parte II, Dagli Estensi al governo pontificio. La legazione di Pietro Aldobrandini, p. 111-282.

17 J. Boucher, Pellevé, Nicolas, dans A. Jouanna, J. Boucher, D. Biloghi, G. Le Thiec (éd.), Histoire et Dictionnaire des guerres de religion, Paris, 1998, p. 1195-1197.

18 Pierre de L’Estoile rappelle cette cérémonie dans ses Mémoires-Journaux, dans Journal de Henri IV, t. I, 1589-1600, Paris, 1948, p. 209. Sur cette source très particulière voir en dernier F. Greffe-J. Lothe, La vie, les livres et les lectures de Pierre de L’Estoile. Nouvelles recherches, Paris, 2004, mais aussi C.-G. Dubois, La conception de l’histoire en France au XVIe siècle (1560-1610), Paris, 1977, p. 195-219. Le neveu de Sega, Girolamo Agucchi, rédigea un compte rendu enthousiaste de cette journée dans une lettre à Pietro Aldobrandini, Paris 7 janvier 1593 (ASV, Borghese III, 78, f. 31r-v). 

19 P. de L’Estoile, Mémoires-Journaux... cit., p. 211. 

20 La Satyre Ménipée ou la vertu du Catholicon, selon l’édition princeps de 1594, avec introduction et éclaircissements par Ch. Read, Paris, 1878 ; la citation se trouve à p. 46, l’italique est dans le texte. Sur ce célèbre pamphlet, qui a connu de multiples éditions et a fait l’objet de nombreuses études, je me limite à rappeler les apports réunis in Études sur la Satyre Ménipée, réunies par F. Lestringant et D. Ménager, Genève, 1987 ; A.M. Brenot, Le corps pour royaume. Un language politique de la fin du XVIe siècle et début du XVIIe, dans Histoire, économie et société, 10, 1991, p. 441-466 ; en particulier sur la représentation de Sega dans la Satyre Ménipée je renvoie à mon «Una congiura letteraria». La fine delle guerre di religione in Francia tra satira e politica, dans Roma moderna e contemporanea, 11, 2003, 1/2, p. 79-118 (Congiure e complotti, numero monografico a cura di M. Caffiero e M.A. Visceglia). 

21 La Satyre Ménipée... cit., p. 42.

22 A. d’Aubigné, Histoire Universelle, à Maillé, par Jean Moussat, 1616, p. 274 s., mais voir l’édition critique de A. Thierry, Genève, 1981-1999 ; pour les notices biographiques on renvoie à M. Lazard, Agripa d’Aubigné, Paris, 1998, et à l’article de J. Boucher dans Histoire et Dictionnaire des guerres de religion... cit., p. 681-683.

23 J.A. de Thou, Histoire Universelle, à La Haye, chez Henri Scheurleer, 1740, t. VIII (1591-1596), p. 225 : « Presque toutes les personnes sensées, qui étoient alors à Paris désaprouvoient cette Assemblée, comme faite à contre-tems ; on prévoyoit qu’elle n’autoit aucun effet ; que les Espagnols et leurs partisans agissoient imprudemment, et perdoient leurs peines. Hors de Paris, on s’en moquoit hautement ; et l’on étoit indigné de voir, que le Duc de Mayenne, malgré son expérience, se laissât emporter jusqu’à ce point par l’esprit de faction, et servît honteusement la passion des Espagnols, qu’il sçavoit être ses ennemis secrets ». Sur l’activité historiographique de de Thou voir en dernier I. De Smet, Thuanus. The making of Jacques-Auguste de Thou (1553-1617), Genève, 2006 ; cf. aussi les toujours stimulantes considérations de C. Vivanti, Lotta politica e pace religiosa in Francia fra Cinque e Seicento, Torino, 1963, p. 292-324, reproposé à l’attention des chercheurs dans sa récente traduction française, Guerre civile et paix religieuse dans la France d’Henry IV, Paris, 2006.

24 Sur la physionomie complexe du parti catholique français pendant les guerres de religion voir R. Descimon, Qui étaient les Seize ? Étude sociale de deux cent ving-cinq cadres laïcs de la ligue radicale parisienne (1585-1594), Paris, 1983 ; J.-M. Constant, La Ligue, Paris, 1996. 

25 G. Benzoni, Davila, Enrico Caterino, dans DBI, vol. XXXIII, 1987, p. 163-171 ; Id., La fortuna, la vita, l'opera di Enrico Caterino Davila, dans Studi veneziani, 16, 1974, p. 279-442 ; G. Spini, Enrico Caterino Davila e la ‘Storia delle guerre civili in Francia’... cit ; L. Gambino, Enrico Caterino Davila storico e politico, Milano, 1984.

26 Cf. D. Frigo, Pubblicistica e storiografia nella cultura veneta del primo Seicento, dans E. Fasano Guarini-M. Rosa (éd.), L’informazione politica in Italia (secoli XVI-XVIII), Atti del seminario organizzato presso la Scuola Normale Superiore (Pisa, 23-24 juin 1997), Pisa, 2001, p. 83-136.

27 E.C. Davila, Historia delle Guerre Civili di Francia…nella quale si contengono le operationi di quattro re Francesco II, Carlo IX, Henrico III et Henrico IIII, Venetia, appresso Tomaso Baglioni, 1630, p. 821.

28 Ibid.

29 La version reproduite par Davila correspond à une traduction effectuée par l’auteur lui-même (cf. L. Gambino, Enrico Caterino Davila storico e politico... cit., p. 88).

30 E.C. Davila, Historia delle Guerre Civili di Francia... cit., p. 829.

31 Pour une analyse juridique, politique et historique de la loi salique en France on renvoie à F. Cosandey, La Reine de France. Symbole et pouvoir, XVe-XVIIIe siècle, Paris, 2000 ; É. Viennot, La France, les femmes et le pouvoir. L’invention de la loi salique (Ve-XVIe siècle), Paris, 2006.

32 E.C. Davila, Historia delle Guerre Civili di Francia... cit., p. 829.

33 Ibid., p. 831.

34 Ibid., p. 831-832.

35 Ibid., p. 839.

36 Ibid.

37 Ibid., p. 840.

38 A.E. Baldini, Frachetta, Girolamo, dans DBI, vol. IL, 1997, p. 567-573 ; Id., Girolamo Frachetta : vicissitudini e percorsi culturali di un pensatore politico nell'Italia della Controriforma, dans Annali di storia moderna e contemporanea, 2/1996, p. 241-244 ; Id., Le guerre di religione francesi nella trattatistica italiana della ragion di Stato : Botero e Frachetta, dans Il Pensiero politico, 22, 1989, 2, p. 301-324.

39 S. Moretti, Da una « allegrezza » all’altra, dalla pace di Cateau Cambrésis alla notte di San Bartolomeo... cit., p. 249, note 58. Les Commentari delle cose successe nel Regno di Francia de Girolamo Frachetta ne furent jamais publiés et sont conservés manuscrits en plusieurs exemplaires. Les citations sont tirées de BAV, Urb. lat. 816, parte I, f. 166r-260v.

40 A.E. Baldini, Frachetta, Girolamo... cit., p. 569.

41 J. Boucher, Mayenne, Charles de Lorraine, duc de, dans Histoire et Dictionnaire des guerres de religion... cit., p. 1088-1092 ; J.-M. Constant, La Ligue... cit., ad indicem.

42 Lettre de Paolo Sarpi à Francesco Castrino du 25 novembre 1608, dans P. Sarpi, Lettere ai Protestanti... cit., II, p. 12. Sur la réalité composite et bigarrée du gallicanisme voir A. Tallon, Conscience nationale et sentiment religieux en France au XVIe siècle. Essai sur la vision gallicane du monde, Paris, 2002.

43 Sur le terme totatus utilisé par Paolo Sarpi pour la première fois dans sa lettre à Jacques Gillot du 15 septembre 1609, cf. V. Buffon, Chiesa di Cristo e Chiesa romana nelle opere e nelle lettere di fra Paolo Sarpi, Louvain, 1941, p. 61-63 et 97-148 ; P. Sarpi, Lettere ai Gallicani, édition critique procurée par B. Ulianich, Wiesbaden, 1961, p. XCI et CXLIII.

44 E.C. Davila, Historia delle Guerre Civili di Francia... cit., p. 841.

45 Sur la biographie et l’oeuvre de Campiglia voir G. Benzoni, Campiglia, Alessandro, dans DBI, vol. XVII, 1974, p. 537-539 ; S. Moretti, La trattatistica italiana e la guerra : il conflitto tra la Spagna e le Fiandre (1566-1609)... cit., en particulier p. 242-249 ; G. Spini, Enrico Caterino Davila e la ‘Storia delle guerre civili in Francia’... cit., p. 91-97.

46 A. Campiglia, Delle turbolenze della Francia in vita del re Henrico il grande libri X... cit., p. 552.

47 Ibid., p. 550-551.

48 BA, ms. 1103, f. 17-28 (incomplet) et f. 29-38 (autre exemplaire complet). Le titre n’apparaît dans aucune des deux versions du texte, mais dans le Catalogus codicum manuscriptorum praeter graecos et orientales in Bibliotheca Angelica…, Romae, 1893, p. 460.

49 Ibid., f. 17r-v.

50 Ibid., f. 37r.

51 Pour la politique française de Clément VIII avant l’absolution d’Henri IV voir L. von Pastor, Storia dei papi... cit., XI, p. 45 s. ; A. Borromeo, Il cardinale Cesare Baronio e la Corona spagnola, in Baronio storico e la Controriforma, Atti del convegno internazionale di studi, (Sora, 6-10 ottobre 1979), procuré par R. De Maio, A. Mazzacane, L. Gulia, Sora, 1982, p. 59-166 ; Id., Istruzioni generali e corrispondenza ordinaria dei nunzi : obiettivi prioritari e risultati concreti della politica spagnola di Clemente VIII, dans Das Papsttum, die Christenheit und die Staaten Europas 1592-1605. Forschungen zu den Hauptinstruktionen Clemens’ VIII, herausgegeben von G. Lutz, Tübingen, 1994, p. 119-204, avec annexe p. 205-233 ; H. de l’Epinois, La Ligue et les papes, Paris, 1886, p. 524 s. ; P. Richard, La papauté et la Ligue française : Pierre d’Epinac, archevêque de Lion (1573-1599), Paris, 1901, p. 434 s. ; plus en général sur le rapport entre la France e le pape cf. O. Poncet, La France et le pouvoir pontifical (1591-1661) : l’esprit des institutions, Rome, 2011.

52 A. Borromeo, Clemente VIII, dans Enciclopedia dei papi, Roma, 2000, p. 249-269 : p. 249 ; P. Simoncelli, Fuoriuscitismo repubblicano fiorentino 1530-54, Milano, 2006, ad vocem Aldobrandini, Silvestro.

53 Sur les orientations des ordres religieux romains en ce qui concerne la reconciliation du souverain pontife et d’Henri IV voir M. Gotor, I beati del papa. Santità, Inquisizione e obbedienza in età moderna, Florence, 2002, p. 4-9 et p. 141-144.

54 A. Borromeo, Clemente VIII... cit., p. 251.

55 BAV, Barb. lat. 5825, f. 86r-89v (II partie). Voir aussi l’Istruttione over discorso sopra le cose di Francia, dans A. Borromeo, Istruzioni generali e corrispondenza dei nunzi : obiettivi prioritari e risultati concreti della politica spagnola di Clemente VIII, dans Das Papsttum, die Christenheit und die Staaten Europas 1592-1605. Forschungen zu den Hauptinstruktionen Clemens’ VIII... cit., p. 119-204, avec annexe p. 205-233 et p. 220-226.

56 BAV, Barb. lat. 5825, f. 89v-90r (II partie) : Pietro Aldobrandini à Filippo Sega, Rome, le 16 février 1593 : « Nel resto, come si è scritto sempre a V.S. Ill.ma, il Papa desidera ch’ella stia unita con il Duca di Feria et altri Ministri Cattolici presuponendosi però, che per quella parte si camini con buon fine, et a por veramente fine alli travagli di quel Regno, che quando fosse altrimente, non intende Sua Santità di vestirsi delle passioni di alcuno. E se V.S. Ill.ma usarà, come spera, buona diligenza quando parlarà con il duca di Feria, caverà facilmente qual sia l’ultima risolutione del Re, la quale saputa, potrà ella facilmente conoscere il fine qual sia, et essendo buono, se è riuscibile, o no, e secondo quello governarsi avvertendo ancora che sempre, indebolirà grandemente la forza degl’officij, ch’ella potesse fare a beneficio della stessa parte, e quanto più in aparenza massimamente mostrarà la neutralità della Sede Apostolica nelle passioni delli pretendenti, e che solo il fine di questa santa sede è la conservatione della Religione, la quale non può stare con il permettere un Re heretico, e la conservatione di quel Regno, tanto più saranno di autorità gli officij, che procederanno da lei ».

57 BAV, Barb. lat. 5825, f. 92r (II partie), lettre de Pietro Aldobrandini à Filipo Sega, Rome 29 avril 1593.

58 Procès-verbaux des Estats Généraux de 1593... cit., p. 288-90.

59 Le 28 juin 1593 fut convoquée une assemblée générale du Parlement de Paris, au cours de laquelle Guillaume Du Vair prononça sa Suasion de l’Arrest pour la manutention de la Loy salique.

60 BAV, Barb. lat. 5825, f. 137v (I partie).

61 BAV, Barb. lat. 5825, f. 90v (II partie), lettre de Pietro Aldobrandini à Filippo Sega, Rome, le 27 mars 1593.

62 Ibid.

63 Procès-verbaux des Estats Généraux de 1593... cit., p. 344-349. Le 30 mars 1594 le Parlement de Paris jugea nuls tous les actes et les décrets de la Ligue y compris ceux ratifiés par les États Généraux de 1593. 

64 ASV, Segreteria di Stato, Francia 36, f. 267v (passage souligné dans le manuscrit).

65 BAV, Barblat. 5825, f. 53v (II partie), lettre de Pietro Aldobrandini à Filippo Sega, Rome, le 26 septembre 1593 : « Circa quel che è stato riferito a V.S. Ill.ma delle voci sparse qui contro di lei, ella ha da sapere, che non sono pervenute a notitia di Sua Santità non essendo ella solita di dar orecchie facilmente a detrattori, ma di poner mente alla verità del fatto, e di quello contentarsi ».

66 Recueil des lettres missives de Henri IV, publié par M. Berger de Xivrey, III, (1589-1593), Paris, 1846, p. 791. Voir aussi le passage tiré de cette même lettre du 9 juin 1593 : « La proposition des points susdicts [la décision de se convertir] a esté plausiblement receve à Paris, quasy generallement, tan en l’assemblée que parmy les habitans, à quoy a grandement aydé la poursuicte que les Espagnols ont faicte en mesme temps de leurs pretentions pour avoir la couronne, faisans voir à un chacun leur insatiable ambition, qui les a rendus communement autant odieux, comme ils pensoient estre bien voulus. Mais c’est à ce coup qu’ils ont deployé leurs plus grands artifices, n’espargnans les grandes promesses et esperances de toutes façons à leurs partisans, ny argent pour aiguiser les langues venales des maulvais prescheurs, à faire detester et rejetter toute sorte d’accord, comme contraire à leur dessein ; en quoy l’on recongnoist les plus mauvais offices estre procedez du cardinal de Plaisance, qui du tout joinct aux praticques et intentions du roy d’Espagne, en est venu sy avant que de faire mesme protestation que eux de s’en aller, s’ils entroient seulement en traicté de la trefve avec moy ; et finalement ne pouvans directement destourner le desir commun, que les principales villes et la noblesse du dict party ont du repos, chacun jugeant la perte inevitable de l’Estat, s’ils prennent autre resolution que de se reconcilier avec moy, en me faisant catholique » (p. 789). 

67 ASV, Segreteria di Stato, Francia, 36, f. 31-42 : « Relatione succinta fatta a Papa Clemente VIII dal Card.le di Piacenza legato in Francia di quanto passò nella sua legatione », f. 40r (voir aussi la copie in Barb. lat. 5826, f. 31r-56v). 

68 Sur la politique di Clément VIII concernant les événements de France voir B. Barbiche, Clément VIII et la France (1592-1605). Principes et réalités dans les instructions générales et les correspondances diplomatiques du Saint-Siège, in Das Papsttum, die Christenheit und die Staaten Europas 1592-1605. Forschungen zu den Hauptinstruktionen Clemens’ VIII... cit., p. 99-118 ; sur les rapports entre Henri IV et la papauté après la reconciliation je renvoie à A. Tallon, Henry IV and the Papacy after the League, dans A. Forrestal, E. Nelson (éd.), Politics and Religion in Early Bourbon France, Basingstoke, 2009, p. 21-41 ; plus en général sur le nouveau cadre européen au lendemain de 1598 voir A. Tallon, L’Europe au XVIe siècle. États et relations internationales, Paris, 2010.

69 S. Moretti, Da una « allegrezza » all’altra, dalla pace di Cateau Cambrésis alla notte di San Bartolomeo... cit., p. 264. 

Auteur

« Sapienza » Università di Roma - elenavaleri@gmail.com - elena.valeri@uniroma1.it

© Publications de l’École française de Rome, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540