Version classiqueVersion mobile

Middle Ages without borders: a conversation on medievalism

 | 
Tommaso di Carpegna Falconieri
, 
Pierre Savy
, 
Lila Yawn

c) Accessible Middle Ages

2) Le Moyen Âge tactile : exemple au musée de Cluny d’une médiation adaptée au public déficient visuel

Muriel Molinier et Patrick Fraysse

Texte intégral

1Aujourd’hui, dans les musées et les monuments, le Moyen Âge est présenté à travers un discours de médiation à des visiteurs pour la plupart dépourvus de connaissances sur cette période historique. Une tendance à solliciter les cinq sens invite à voir mais aussi entendre, goûter, sentir ou toucher le patrimoine et l’histoire. Ces médiations sensorielles permettent de contourner un discours scientifique souvent trop complexe à vulgariser en quelques minutes dans une visite guidée ou un atelier. Or le public déficient visuel et les dispositifs qui leurs sont dédiés ne s’inscrivent pas nécessairement dans cette logique du détour. En effet, cette médiation avant d’être originale, sensible ou ludique, est avant tout une adaptation d’un discours scientifique à une déficience. À Paris, en 2017, la Cité des sciences et de l’industrie a initié une Saison médiévale intermusées à destination du public déficient visuel, autour de son exposition Quoi de neuf au Moyen Âge ? Nous avons observé les visites et ateliers adaptés proposés, dont ceux du musée de Cluny, musée national du Moyen Âge.

2Le Moyen Âge est une période de l’histoire qui bénéficie d’un traitement scientifique spécifique, la médiévistique, mais également d’une réception dans le présent de signes de médiévalité que l’on peut qualifier de médiévalisme. Les musées et les monuments qui conservent des traces de la période médiévale utilisent ces deux approches, histoire d’un Moyen Âge scientifique et archéologique, et interprétation de Moyen Âge(s) idéalisé(s) à destination de publics le plus souvent ignorants de ces catégories. Ces récits médiatiques sont mis en concurrence dans l’espace public, faisant circuler tout à la fois des faits historiques et des stéréotypes simplificateurs.

3À cela, il est nécessaire d’ajouter les besoins informationnels de publics en situation de handicap dont la compensation est rendue obligatoire en France dans tous les établissements recevant du public, depuis la loi Handicap du 11 février 2005. Les musées se doivent donc de proposer une médiation adaptée au public déficient visuel. De part la spécificité des problématiques visuelles, la date de survenue de la déficience mais aussi des préférences personnelles, les personnes privilégient certains types d’informations (à toucher, à lire, à entendre, à ressentir) par ailleurs complémentaires, et adoptent différents modes de lectures [transcriptions sonores, caractères agrandis ou loupe (malvoyance), braille (cécité)…]. Si le public déficient visuel ne peut s’appréhender de façon globale, il n’y a pas non plus d’uniformité dans le rapport au toucher, que ce soit pour explorer ou être guidé, voire manipulé par un médiateur.

4Au musée de Cluny, une partie de la médiation adaptée se présente sous la forme de lutrins tactiles (réalisés par Accès Culture), des bornes proposant des reproductions de certaines œuvres exposées. Les plus anciens consistent en une mise en fort relief d’œuvres initialement en 2D (tapisseries, vitrail). Il s’agit alors d’un résumé très schématique et monochromatique des œuvres, texturé, légendé en braille et complété d’un enregistrement sonore à activer. Certains lutrins tactiles sont sous clés, donc non disponibles en autonomie et réservés aux visites dédiées. Un lutrin tactile récent propose non plus une mise en relief mais une reproduction de sculptures de Notre-Dame de Paris.

Lutrin tactile au musée de Cluny © Muriel Molinier, 2017

Lutrin tactile au musée de Cluny © Muriel Molinier, 2017

5Tous les lutrins tactiles sont « réservés aux non-voyants » et seules des informations en braille sont écrites sur le dispositif. Paradoxalement, cela exclut de nombreux publics déficients visuels (en plus du public voyant) : les non braillistes (88%) dont les malvoyants, ainsi que d’éventuels accompagnateurs qui doivent chercher les informations ailleurs.

6Les premiers résultats de cette étude au musée de Cluny font apparaître un isolement de la médiation pour un seul public, pourtant intégrée dans le parcours de visite de chaque visiteur. Cependant, le discours médiateur semble doublement adapté, d’abord dans une simplification du discours scientifique puis dans la prise en compte de la privation de la vue. Il faut donc décrire l’histoire et le patrimoine avec des mots (ici les transposer avec des points) et innover pour faire toucher des doigts des formes médiévales ou des signes de médiévalité. Les dispositifs de médiation semblent réduire le Moyen Âge à quelques formes simples que le discours du guide ou du médiateur peut réintégrer dans une complexité archéologique et une profondeur historique.

Bibliographie

7Ferré 2010
Fraysse 2017
Molinier 2017

Table des illustrations

Titre Lutrin tactile au musée de Cluny © Muriel Molinier, 2017
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/28427/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 198k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search