Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Governare e riformare l’impero al momento della sua divisione : Oriente, Occidente, Illirico

 | 
Umberto Roberto
, 
Laura Mecella

Parte Prima - Il governo dell’impero nel V secolo

Rhétorique et politique au Ve siècle : éloge de la réforme, éloge de la restauration ou éloge de la réaction ?

Sylvain Destephen

Texte intégral

  • 1 MacCormack 1981, p. 3 : « These panegyrics were a sophisticated and delicate means of political co (...)

1Le panégyrique se situe à mi-chemin entre l’ordonnancement idéal de la réalité et le récit de circonstance. Stéréotypée mais dénuée de valeur réglementaire, personnelle mais de portée générale, publique sans être dans tous les cas officielle, la littérature de l’éloge occupe une place singulière parmi les sources de l’Antiquité tardive. Si elle n’est pas toujours le produit d’une autorité compétente, elle exprime à l’envi la reconnaissance d’un pouvoir établi. Comme l’acclamation, le panégyrique établit un « rituel de communication » avec les institutions et leurs représentants. L’acclamation entend, par son aspect populaire et spontané, manifester une opinion collective, voire publique. Le panégyrique, par essence sophistiqué et lettré, exprime le jugement des cercles du pouvoir, sinon des élites1.

  • 2 Voir Patillon 1997 ; Heath 2004; Patillon 2008; enfin, la synthèse de Pernot 1993, p. 339-345.

2À l’échelle de l’Empire ou d’une communauté civique, l’avènement d’un empereur ou la désignation de son héritier, la proclamation d’une victoire militaire ou la nouvelle d’une auguste naissance, la visite d’un officiel ou d’un notable, l’entrée en fonction d’un magistrat impérial ou d’un fonctionnaire municipal, le déroulement d’une réjouissance civique ou d’une festivité religieuse, enfin l’organisation d’un concours et la célébration de son vainqueur constituent autant d’occasions de solenniser un événement par sa commémoration verbale. Occasionnel, éphémère, spécifique mais formel, l’éloge suit des règles de composition qui se rigidifient, sous l’influence de manuels d’exercices oratoires préliminaires, suivant le processus de codification et de récapitulation du savoir caractéristique de l’Antiquité tardive. Une typologie des discours assortie de considérations générales est établie par le théoricien Aphthonios d’Antioche (fin du IVe siècle), dans la lignée d’Hermogène de Tarse (IIe siècle) et de Ménandre de Laodicée (IIIe siècle)2.

  • 3 Une belle étude a été consacrée au panégyriste Claudien, bien que représentant d’un genre littérai (...)
  • 4 Outre l’étude pionnière de Dagron 1968, citons entre autres publications, par ordre chronologique, (...)

3Cette catégorisation traduit le formalisme d’une production discursive considérable dont une part infime a survécu. Les raisons de la disparition presque totale des éloges prononcés au Bas-Empire résident surtout dans les aléas de la transmission des textes antiques, mais force est de reconnaître que les textes préservés de la destruction par les lecteurs anciens et les copistes médiévaux traduisent le souci de rassembler des collections de modèles oratoires dont la valeur circonstancielle s’efface devant la qualité technique. L’intérêt didactique et non documentaire qui, dès la fin de l’Antiquité, détermine la transmission des panégyriques anciens, explique leur intérêt aux yeux des philologues plutôt que des historiens3. Sans surprise, les discours tardifs ont suscité de nombreuses analyses littéraires et de rares commentaires historiques. Ces derniers se multiplient seulement depuis une vingtaine d’années, en particulier dans le monde universitaire anglo-saxon4.

  • 5 Dans le recueil des poèmes de Sidoine Apollinaire, les panégyriques d’Avitus, de Majorien et d’Ant (...)
  • 6 Du côté latin, outre Sidoine Apollinaire, il faut mentionner Symmaque, Pacatus, Claudien, Mérobaud (...)

4La sélection des œuvres rhétoriques grecques et latines, opérée durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge, est sévère dans la mesure où, de la vaste littérature oratoire du Ve siècle, ne subsistent, intacts, que trois panégyriques impériaux, ceux adressés par Sidoine Apollinaire à Avitus, Majorien et Anthémius5. Pour disposer d’un corpus suffisant de discours officiels prononcés et conservés, il faut déplacer des bornes chronologiques devenues trop étroites et envisager un « grand Ve siècle », allant de la disparition des constantinides et l’avènement de la dynastie valentiniano-théodosienne, en 363-379, à la mort de l’empereur Anastase, en 518. Par-delà ces années et ces règnes, la période trouve son unité dans la coexistence, quelquefois conflictuelle, de principes successoraux distincts : une conception patrimoniale de l’État favorable à une succession dynastique et un principe méritocratique légitimant a posteriori les ascensions rapides, violentes ou inopinées. L’élargissement du champ d’étude permet de disposer d’environ trente discours officiels adressés à une douzaine de souverains d’Orient et d’Occident (Jovien, Valentinien Ier, Valens, Gratien, Théodose Ier, Honorius, Arcadius, Avitus, Majorien, Anthémius, Anastase), mais aussi à de hauts magistrats, en particulier des consuls de Rome et des gouverneurs d’Achaïe et d’Asie6.

  • 7 Voir ainsi Aphth., Prog. VIII, 3 (p. 1323-10 Patillon) ; de même Men. Rh., Rhet. II, 3756-37623(...)
  • 8 Aphth., Prog. VIII, 1 (p. 1311-2 Patillon) : Ἐγκώμιόν ἐστι λόγος ἐκθετικὸς τῶν προσόντων καλῶν. Ma (...)
  • 9 Il convient ici de citer Pernot 1993, p. 611 : « Même mandaté, l’orateur garde une part de liberté (...)
  • 10 Claud. Mam., Grat. act. II, 6 (p. 18 Galletier) : Ac licet, maxime imperator, publico iudicio et n (...)

5Prononcés pour des hommes de pouvoir, les panégyriques et les discours de circonstance constituent une littérature politique qui loue leurs vertus privées (ascendance, éducation, beauté, force morales et physiques) et leurs réussites publiques (carrière, compétences, victoires, décisions)7. Comme le rhéteur Aphthonios le rappelle, « l’éloge est un discours qui expose les qualités existantes »8. De cette définition simple, voire simpliste, découlent deux principes tout aussi évidents : le panégyriste glorifie son destinataire et défend la véracité de ses propos. Devant un auditoire prestigieux et choisi (la cour, le sénat, la cité), qu’il représente à l’occasion comme le ferait un porte-parole, l’orateur, par sa liberté de ton, prétend honorer le détenteur ou le représentant du pouvoir9. Le 1er janvier 362, pour remercier l’empereur Julien de lui avoir accordé le consulat, l’orateur Mamertin se présente devant le Sénat de Rome comme le représentant de l’opinion publique. Le 1er janvier 370, à l’occasion du troisième consulat de Valentinien Ier, Symmaque se rend à Trèves pour délivrer à l’empereur un panégyrique dans lequel il associe étroitement le règne au rétablissement de la liberté d’expression dans tous les prétoires. Le 1er janvier 383, par ses félicitations adressées à l’empereur Théodose Ier pour avoir conclu une paix avec les Goths, l’orateur Thémistios déclare s’exprimer au nom du Sénat de Constantinople. Mieux, dans un éloge de l’été 389, le rhéteur Pacatus compte parmi les qualités du même souverain celle de ne recevoir aucune louange forcée10.

  • 11 On note cette formule de Quint., Inst. III, 7, 6 : Proprium laudis est res amplificare et ornare. (...)

6Il importe peu de distinguer le vrai du faux, de dégager l’essentiel du superflu, de séparer l’information historique de l’amplification rhétorique. Non seulement le panégyrique dresse toujours un compte rendu élogieux d’une action politique, mais magnifie encore son auteur au nom de principes élevés établis par les philosophes comme la clémence, le courage, la piété et surtout la justice11.

  • 12 Dans ces circonstances, il n’est guère étonnant de ne trouver aucune dimension politique dans Clov (...)

7L’invocation répétée de ces valeurs justifie l’étude des éloges pour comprendre les fondements idéologiques du Bas-Empire, en particulier le sens attribué ou non au concept, presque anachronique, de réforme12. Nous verrons que l’exaltation systématique du pouvoir impérial contraint les auteurs à s’adapter aux circonstances, mais l’incertitude politique les encourage à mépriser l’innovation. Mieux, en ouvrant le catalogue des vertus du souverain idéalisé par les orateurs, nous montrerons que le conservatisme est érigé en principe de gouvernement. Les élites romaines seraient-elles, par tradition, hostiles au changement ? Au nom de la justice, qualité première du bon prince, les orateurs accordent finalement une valeur positive à la réforme, mais pour rétablir l’ordre.

Éloges de circonstance et flétrissure de la réforme

  • 13 Les auteurs de panégyriques seraient les « ouvriers d’une entreprise de légitimation à tout prix » (...)

8Dans une vision caricaturale de l’histoire politique du Ve siècle, les usurpations se mêlent aux assassinats, les défaites militaires aux invasions. En réalité, l’instabilité politique frappe le sommet de l’État de manière épisodique et devient manifeste, en Occident seulement, après la mort de Valentinien III en 455. Une dizaine d’empereurs se succèdent jusqu’à la destitution, devenue fameuse, de l’obscur Romulus Augustule en 476. Certes, depuis la disparition prématurée de Julien, en 363, le choix de l’empereur se fait soit par désignation du candidat des officiers supérieurs ou des hauts magistrats (Jovien, Valentinien Ier, Avitus, Majorien), soit par transmission ou partage familial du pouvoir (Valens, Gratien, Honorius, Arcadius). Les deux possibilités peuvent se combiner par association dynastique d’un empereur (Théodose Ier, Anthémius, Anastase). Chantre de la louange et de la gloire, l’orateur salue chaque avènement, mais s’adapte aux événements. La diversité des modes d’accession au trône lui impose de démontrer, en toute circonstance, la légitimité du souverain13.

  • 14 Lib., Or. LIX, 10 (vol. 4, p. 21312-16 Förster): Πόθεν οὖν ἄρξασθαι καλόν ; ἦ δῆλον ὡς ἐκ τῆς αἰτί (...)

9Un premier cas de flexibilité, rhétorique et politique, est fourni par Libanios. En 348 ou au début de 349, dans le panégyrique de Constance II et Constant, le rhéteur d’Antioche cite opportunément Platon pour reconnaître la valeur innée des deux frères au vu de leur lignage distingué. En revanche, dans son discours adressé en 362 à l’empereur Julien, Libanios oppose, de manière étonnante, l’incompétence des princes nés dans la pourpre à l’expérience de Julien. Enfin, dans son éloge funèbre de l’empereur en 365, le rhéteur reconnaît la valeur de bien des souverains disparus, mais souligne les origines médiocres de nombre d’entre eux14.

  • 15 Them., Or. XV, 190 a (p. 2755-7 Schenkl - Downey): ἀνδρὶ τηλικῷδε καὶ ὁμιλήσαντι ἤδη πρὸς τοσούτου (...)
  • 16 Them., Or. V, 63 d (p. 932-6 Schenkl - Downey): Οὕτω καὶ οἱ πατέρες τῆς σῆς βασιλείας τοὺς προγόνο (...)
  • 17 Ibid., VI, 76 b-c (p. 11310-14/15-19) : Ἔστι μὲν οὖν καὶ καθ᾿ αὑτὸ ἀγαπητὸν τοῖς ὑπηκόοις ἡ τῶν βα (...)
  • 18 Them., Or. VIII, 115 c-d (p. 17325-27 Schenkl - Downey): Καὶ πολλοὶ τῶν εὐπατριδῶν τὰ σκῆπτρα ἐκ τ (...)
  • 19 Them., Or. IX, 124 b-c (p. 1885-7 Schenkl - Downey): οἱ μὲν ἀρετῆς ἆθλον ἐκαρπώσαντο τὴν βασιλείαν (...)
  • 20 Ibid., XIV, 182 b (p. 26223-2634): Καὶ σοφῶς Γρατιανὸς καὶ πολιᾶς, οὐ νεότητος ἐπαξίως, ὅτι μὴ τὸν (...)
  • 21 Them., Or. XVI, 204 d (p. 29413-16 Schenkl - Downey): Ἀλλ᾿ ἔχων ἐν ὀφθαλμοῖς υἱὸν ἀγαπητόν, ἤδη πα (...)

10Cette remarquable souplesse politique modèle les discours de Thémistios. Orateur et membre du Sénat de Constantinople, il est au service quasi-continu d’empereurs, jeunes ou plus âgés, de Constance II à Théodose Ier, à l’exception de Julien sans doute15. En janvier ou février 364, l’orateur loue l’intérêt de Jovien pour la philosophie afin de tracer un parallèle flatteur entre l’empereur, sans carrière ni lignage remarquables, et ses prédécesseurs les plus célèbres des Ier-IIe siècles comme Auguste ou Marc Aurèle16. Durant l’hiver 364-365, pour célébrer l’entente durable entre Valens et Valentinien Ier, Thémistios érige la fraternité des souverains en idéal de gouvernement et de bienfaisance. Suivant une conception presque « ductile » de l’amour, l’union des deux frères s’étend à leur famille et, de proche en proche, à tous leurs sujets17. Mieux, pour justifier la soudaine élévation de Valentinien Ier au trône impérial par désignation de l’État major, l’orateur juge nécessaire, en mars 368, de remettre en cause la transmission héréditaire de l’autorité suprême. Il rend le système dynastique responsable, en l’espace de trois générations, d’une inéluctable dérive autoritaire du sommet de l’État, allusion évidente à la dynastie constantinienne18. Mais, dès janvier 369, dans un éloge adressé à Valentinien le Jeune, fils unique de Valens tout juste promu au consulat à l’âge de deux ans, Thémistios attribue une égale légitimité à la désignation méritocratique du meilleur candidat et à la succession au sein d’une famille régnante19. Dix ans plus tard, envoyé à Thessalonique en ambassade au nom du Sénat auprès de Théodose Ier, associé au pouvoir par Gratien, l’orateur loue ce dernier d’avoir privilégié la valeur personnelle aux liens du sang20. Ondoyant et onctueux avec les souverains, Thémistios adopte une nouvelle posture au début de janvier 383. Il congratule Théodose Ier pour la paix avec les Goths, conclue par l’intermédiaire de son maître des milices de Thrace, Saturninus. L’orateur félicite à cette occasion l’empereur d’avoir honoré du consulat son général méritant plutôt que son fils prometteur, Arcadius21.

  • 22 Claud., IV Cons. Hon., v. 124-125 (p. 154 Birt = vol. 2, p. 14 Charlet): Omnibus acceptis ultro te (...)
  • 23 Id., Cons. Mall. Theod., v. 256-257 (p. 185 Birt): Nec dilata tuis Augusto iudice merces / officii (...)
  • 24 Claud., Cons. Stil. II, v. 123-124 (p. 207 Birt): Euehis et meritum, non, quae cunabula, quaeris / (...)
  • 25 Id., VI Cons. Hon., v. 417-419 (p. 250 Birt): Hic illi mansere uiri, quos mutua uirtus / legit et (...)

11Un troisième et dernier exemple de malléabilité politique et rhétorique est fourni, au tournant des IVe-Ve siècles, par le poète et panégyriste Claudien, au service de la cour de Milan et du Sénat romain. Fluctuant au gré des événements, il défend l’un ou l’autre principe de désignation du souverain ou de l’homme fort du régime. En 398, à l’occasion de son quatrième consulat, le poète exhorte l’empereur porphyrogénète Honorius à favoriser la morale plutôt que la parenté22. En 399, Claudien loue Honorius d’élever au consulat les meilleurs membres du Sénat de Rome comme Fl. Mallius Theodorus, alors que les fastes consulaires de Constantinople seraient au même moment souillés par la désignation de l’eunuque Eutrope dont le nom est passé sous silence23. En 400, dans son panégyrique du consulat de Stilicon, son protecteur, Claudien érige la méritocratie en principe de gouvernement opposé à la préséance du lignage24. Mais en 404, pour le sixième consulat de l’empereur Honorius, le poète s’adapte aux événements. Dans une longue prosopopée de la ville de Rome, il tire argument de la tradition d’adoption de son successeur par le souverain régnant pour vanter la méritocratie associée à l’hérédité25.

  • 26 Sur ces principes, leur évolution et leur interprétation, voir Straub 1964, p. 64-69 ; Dagron 1968 (...)
  • 27 Il s’agit du mos maiorum romain et de la πάτριος πολιτεία grecque. Pour le conservatisme socio-pol (...)
  • 28 Une belle illustration de cette idée est fournie, en 348-349, dans le panégyrique de Constance II (...)

12En toute circonstance cette casuistique de l’éloge permet de proclamer et, si nécessaire, de rétablir la normalité politique : chaque avènement impérial se justifie par l’un des principes établis d’accession au trône26. Dès lors, nulle élévation ou désignation n’est surprenante ni singulière, chacune est légitime, car inscrite dans des traditions, sanctionnées par les élites, de transmission et d’exercice du pouvoir27. Idéalisées par les orateurs, la succession et l’action des empereurs ne paraissent entraîner aucune innovation institutionnelle, mais confortent la pérennité de l’État romain au profit des élites. En d’autres termes, l’avènement du souverain idéal ne provoque ni un changement politique ni un bouleversement social, et ne marque pas de rupture avec ses dignes prédécesseurs28.

  • 29 Voir Malosse 2006, p. 174.
  • 30 Jul., Or. I, 34 b (p. 5019-22 Bidez): καὶ ὡς τοὺς καλοὺς ἐκείνους ἐτίθει νόμους, τὴν ἡμίσειαν εἰσφ (...)
  • 31 Lib., Or. XVIII, 33 (vol. 2, p. 25014-17 Förster): Μαγνεντίῳ Κωνστάντιος πολεμῶν ἀφελομένῳ μὲν ἀλλ (...)
  • 32 Sym., Or. I, 14 (éd. et trad. Callu, p. 7): prouincias luxu superiorum deditas ueteris ignauiae pu (...)

13À l’inverse, l’instabilité politique caractérise et stigmatise le tyran, l’usurpateur, le rebelle29. Par exemple, le premier panégyrique de Constance II, envoyé en 356 à Constantinople par son cousin le César Julien, évoque le rétablissement de la paix en 353, après la mort de l’usurpateur Magnence. Alors que celui-ci aurait décrété la confiscation, sous peine de mort, de la moitié des biens des citoyens, la victoire de Constance II établit une politique paternaliste de restauration de la fortune des riches et de préservation de l’aristocratie30. De manière surprenante, en 365, dans l’éloge funèbre de l’empereur Julien composé sans être toutefois prononcé par Libanios, Magnence est certes présenté comme un usurpateur, mais le rhéteur, aveuglé par sa détestation de Constance II, lui reconnaît le mérite d’avoir gouverné dans le plus strict respect des lois au point de pousser le mauvais empereur, privé de tout soutien, à recourir aux Germains31. À mots couverts Constance II plutôt que Julien serait également visé par Symmaque, qui remercie Valentinien Ier d’avoir rétabli la sécurité dans les provinces gauloises et rhénanes « abandonnées par la mollesse de [s]es prédécesseurs »32. Par cette révision du passé, Libanios et Symmaque écornent la légitimité de Constance II et justifient, à rebours, l’un la révolte en 360 de Julien contre Constance II, l’autre le changement de dynastie en 364.

  • 33 Them., Or. VII, 91 c (p. 13810-14 Schenkl - Downey) : ἄντικρυς τὰ Πλάτωνος τοῦ θεσπεσίου καὶ ἅ φησ (...)
  • 34 Pacat., Pan. Theod. XXVI, 2 (p. 93 Galletier) : Hic aurum matronarum manibus extractum, illic rapt (...)
  • 35 Pacat., Pan. Theod. XXV, 2 (p. 92 Galletier) : Vidimus redactas in numerum dignitates et exutos tr (...)
  • 36 Procop. Gaz., Pan. 5 (p. 818-19 Chauvot = p. 24435-2451 Ventrella) : ξένον δέ τι πρᾶγμα καὶ παρὰ φ (...)
  • 37 Procop. Gaz., Pan. 5 (p. 826-29 Chauvot = p. 2456-8 Ventrella): Αὕτη τῆς ἡμετέρας εὐδαιμονίας ἀρχὴ (...)

14Moins inattendu, dans les discours de Thémistios, le soulèvement contre l’empereur Valens, mené de septembre 365 à mai 366 par le comte Procope, cousin de Julien, est assimilé à une remise en cause de l’ordre établi. La révolte politique, la contestation armée sont caricaturées en une révolution sociale (ἐπανάστασις) projetant l’annulation des dettes et la réforme agraire. Ce cliché dépréciatif réduit Procope à un démagogue et ses partisans à des marginaux, des déclassés. L’échec de l’usurpation marque le rétablissement des élites politiques, militaires et civiles33. En 389, le nouveau consul Pacatus félicite l’empereur Théodose Ier de sa victoire sur l’usurpateur Maxime, coupable en particulier d’avoir confisqué leurs richesses aux enfants et aux mères des familles distinguées34. Pour les panégyristes Pacatus et Claudien, la sagesse impose au bon prince, Théodose Ier ou son fils Honorius, de conserver la hiérarchie des distinctions par le refus de multiplier les dignités, le maintien au pouvoir du personnel administratif compétent, enfin par la protection des nantis35. Pour convaincre son auditoire de la valeur d’Anastase et de la médiocrité de son prédécesseur Zénon, le panégyriste Procope de Gaza trace, sans doute en 502, un parallèle entre l’action des deux souverains. Tandis que le règne de Zénon trouble l’ordre social par la remise en cause des élites et l’insécurité des personnes fortunées, l’avènement d’Anastase rétablit la prospérité des notables municipaux. En 503 ou plutôt 513, le panégyriste Priscien de Césarée, dans un autre éloge adressé à Anastase, vante aussi la sécurité retrouvée des puissants36. Selon la phraséologie de Procope de Gaza, la transformation devient synonyme de bouleversement et la conservation synonyme de développement ; le changement (μεταβολή) est bienvenu s’il entraîne une restauration (κατάστασις)37.

  • 38 Claud., Cons. Stil. I, v. 244-245 (p. 198 Birt) : Res auidi concire nouas odioque furentes / pacis (...)
  • 39 Mer., Pan. II, v. 90 (p. 14 Vollmer) : [maioru]m mores et pectora prisca fugabo ; ibid., v. 106-10 (...)

15En revanche, la volonté de renouvellement discrédite l’action des dirigeants, qu’ils soient romains ou non. Aux chefs francs Marcomer et Sunnon qui, profitant de la guerre civile entre Maxime et Théodose Ier, pillent la Germanie en 388 et menacent la frontière sur le Rhin, Claudien reproche moins l’opportunisme politique ou l’agressivité personnelle que leur commune passion du changement38. Le panégyrique d’Aetius, prononcé par Mérobaude à Rome le 1er janvier 446, déroule la prosopopée d’une Furie qui, par haine de la tradition ancestrale et de l’esprit ancien, déplore la défaite des Huns et des Vandales devant un consul aimé du peuple, des sénateurs et des puissants39.

  • 40 Voir Daly 1975, en particulier p. 31-32, où l’auteur montre comment l’absolutisme politique du Bas (...)
  • 41 Them., Or. X, 130 d-131 a (p. 19821-24 Schenkl - Downey) : Οὐ γὰρ οὕτως ἀνήκοός εἰμι Πλάτωνος τοῦ (...)

16Les exemples de Marcomer et Sunnon, des Huns et des Vandales, soulèvent le problème, récurrent dans les panégyriques et les discours du Bas-Empire, des relations entre Romains et barbares. La présence croissante et pressante des Germains aux confins puis au sein de l’État romain et de son armée contraint les orateurs à la même souplesse rhétorique, aux mêmes circonlocutions pour justifier l’action, cette fois diplomatique et militaire, des souverains. Au service du pouvoir, invoquant l’autorité de Platon et multipliant les exemples mythiques et les citations homériques, Thémistios érige l’amour du genre humain (φιλανθρωπία) et la prévoyance (πρόνοια) en principes dictant à Valens sa politique, intérieure et extérieure40. Par la promotion opportune d’un idéal monarchique humaniste et clairvoyant, le rhéteur souhaite réduire la portée historique du traité établi à l’été 369 entre Valens et le roi goth Athanaric, et limiter les conséquences militaires de l’accueil de populations germaniques sur le sol romain. À l’inverse des généraux de la République expansionniste qui portent les noms de populations massacrées, de régions pillées ou de cités détruites, le souverain pacificateur, bienfaiteur et justicier, à l’imitation des dieux et des héros, accorde sa protection aux peuples étrangers et assure leur salut. L’action diplomatique controversée de l’empereur Valens perd son originalité politique et reçoit une valeur éthique41.

  • 42 Them., Or. XV, 190 d (p. 2762-3 Schenkl - Downey) : Τοιγαροῦν ὧν τοῖς ὅπλοις οὐκ ἐκρατήσαμεν, τούτ (...)
  • 43 Them., Or. XVI, 211 a (p. 30121-23 Schenkl - Downey) : λόγου γὰρ καὶ φιλανθρωπίας αἱ νῖκαι τοιαῦτα (...)

17Quelques années plus tard, le problème de la présence barbare se repose avec acuité après le désastre d’Andrinople, en 378. Malgré les efforts déployés par le nouvel empereur, Théodose Ier, le territoire romain n’est pas libéré de la présence ennemie. Dès 381, tandis que la guerre dans les Balkans se prolonge, indécise sinon défavorable aux Romains, Thémistios met son talent oratoire au service du souverain. Il prépare les élites dirigeantes à l’éventualité d’une paix négociée avec les Goths au moment où l’un de leurs rois, Athanaric, déchu mais rallié à l’Empire, fait son entrée solennelle dans la capitale orientale en janvier 381. Comme sous Valens, Thémistios constelle son discours de références culturelles plutôt qu’historiques pour justifier, sur le plan moral, et normaliser, sur le plan politique, la paix de Théodose Ier avec les barbares. La confiance et la mansuétude, la justice et la modération animent le souverain et déterminent son action imitée de modèles philosophiques et littéraires42. Après des échecs militaires répétés, Théodose Ier se résout à ouvrir des négociations avec les Goths par l’intermédiaire de Saturninus, qui conclut une paix durable en octobre 382. Thémistios ne détaille pas les clauses d’un traité présenté comme une victoire de l’intelligence et de la clémence, de l’humanité et de la bonté de l’empereur. Si rien n’est dit des subsides versés aux Goths ni de leur autonomie au sein de l’Empire, en revanche l’orateur présente leur installation au sud du Danube comme un repeuplement et une mise en valeur de la Thrace. Signe de leur intégration future sur le modèle des Galates, Thémistios annonce l’octroi de charges militaires et publiques bientôt accordées aux Goths, qui prendront désormais part à la défense de l’Empire comme autrefois Massinissa à celle de la République43.

  • 44 Sur ce traité, voir Pavan 1964, p. 5-6 ; Demougeot 1974, p. 154-157 ; Demougeot 1979, p. 151-153 ; (...)

18Faute d’informations précises, la portée exacte du traité conclu en 382 fait toujours débat entre historiens. Certains défendent son caractère novateur et le considèrent comme un tournant pour l’Empire romain, contraint de reconnaître un nouvel équilibre des forces qui lui est défavorable. D’autres rappellent la tradition d’accueil de populations étrangères, mais vaincues et soumises, ce qui n’est pas le cas des Goths44. La question se pose en des termes sensiblement équivalents pour les auteurs anciens, mais elle revêt une actualité particulière dans le contexte de germanisation de l’appareil d’État : le traité de 382 constitue-t-il ou non un bouleversement diplomatique, une révolution politique ?

  • 45 Sur le contexte aulique des éloges, voir MacCormack 1976, p. 41-45 ; MacCormack 1981, p. 6-10 ; L’ (...)
  • 46 Syn. Cyr., Regn. 15 (PG 66, col. 1097 A-B = ibid., 21, 3, p. 129 Lamoureux) : ὁ δὲ τῷ πολέμῳ νικῶν (...)
  • 47 Ibid. 14 (PG 66, col. 1092 D-1093 A = ibid., 19, 7, p. 125 Lamoureux) : Πρὶν οὖν εἰς τοῦτο ἤκειν ἐ (...)
  • 48 Claud., Cons. Stil. I, v. 148-150 (p. 194 Birt) : Nulli barbariae motus ; nil turbida rupto / ordi (...)

19En 399 et 400, deux orateurs, Synésios de Cyrène et Claudien, offrent chacun leur réponse lors de discours prononcés devant les cours de Constantinople et de Milan45. Entraîné par sa diatribe contre les Goths établis dans l’Empire comme fédérés et promus à des fonctions dirigeantes, Synésios ravale Théodose Ier, victime de sa magnanimité, du rang de vainqueur à celui de vaincu. À ses yeux, loin de rétablir une paix durable, le traité conclu par l’empereur, en offrant aux Goths une alliance, des droits, des dignités et des terres, crée un précédent détestable qui appelle une réaction populaire et patriotique46. Synésios critique le caractère novateur et pernicieux de cette politique germanique pour convaincre Arcadius de revenir à une politique sinon d’asservissement, du moins d’exclusion des Goths des postes de commandement. Il réclame une purge de l’armée romaine et la sujétion des peuples barbares à l’autorité impériale47. Héraut en janvier 400 de l’élévation du général vandale Stilichon au consulat, Claudien évoque, de manière indirecte, les conséquences de la paix de Théodose Ier, père du jeune Honorius qui écoute le panégyrique. Loin de constituer une mesure pragmatique susceptible d’assurer une tranquillité au mieux provisoire, le traité de 382 instaure une paix durable, puisque l’ordre rétabli par Théodose Ier est légué à ses successeurs et respecté des barbares. Une fois encore, l’action du bon empereur ne constitue ni un début ni une fin, mais perpétue une tradition étatique garantie par la loi et l’autorité48.

Les vertus du prince et l’éloge de la restauration

20En matière de règles successorales comme de politique étrangère, les panégyristes et les orateurs soutiennent l’avènement et l’action des empereurs par des principes moraux immuables dont ils vantent l’application rigoureuse. Qu’importe la réalité déformée, la vérité gauchie ou les faits travestis, l’éloge d’un homme de pouvoir, empereur, consul ou gouverneur, associe valeur démonstrative et dimension moralisatrice. Œuvre de commande, le panégyrique se double d’un discours de recommandation.

  • 49 Une belle métaphore picturale est présente dans le panégyrique de Gratien par Sym., Or. III, 5 (p. (...)
  • 50 Original par son paganisme militant peu consensuel, Libanios reconnaît l’existence d’améliorations (...)
  • 51 Aphth., Prog. VIII, 12 (éd. et trad. Patillon, p. 1369-11) : [σοφία] νομοθετεῖ μὲν γὰρ ἐν εἰρήνης (...)

21Des vertus colorent tous les portraits du bon prince. Certaines servent de fond uniforme à son règne, lui donnent une tonalité générale, d’autres soulignent ses moments de gloire et rehaussent sa personnalité49. À plusieurs reprises, les orateurs énumèrent les principes moraux qui régissent l’existence et le gouvernement de l’empereur. Suivant un lieu commun de la pensée antique, la conduite de l’homme privé explique l’action de l’homme public, la stabilité extérieure reflète l’équilibre intérieur, la commune prospérité dépend de la valeur personnelle du monarque. S’il est inutile et illusoire de prétendre ici rassembler et classer les mérites attribués comme les qualités vantées, les orateurs évoquent la moralité de l’individu manifestée par sa continence, sa modestie, sa frugalité, voire sa simplicité, et soulignent la bonté du souverain exprimée par son affabilité, sa magnanimité, sa clémence et surtout son humanité50. Destiné à chanter les louanges d’un homme d’État, l’éloge insiste davantage sur ses vertus publiques, presque administratives. L’une d’elles possède une signification particulière dans la construction du souverain idéal, connu ou souhaité, présent ou futur. Confrontés à un avenir incertain, plongés dans un contexte troublé par la récurrence des guerres et des usurpations, les orateurs érigent la sagesse en principe primordial de commandement. Le rhéteur Aphthonios le rappelle dans son traité d’éloquence : « En temps de paix, en effet, [la sagesse] institue les lois et mène toute les formes de l’activité des jours tranquilles ; dans les guerres elle amène les victoires »51.

  • 52 Lib., Or. LIX, 166 (vol. 4, p. 2931-7 Förster) : Τοσαύτης οὖν ἀρετῆς ἐν μέσῳ προκειμένης τί χρὴ μέ (...)
  • 53 Jul., Or. I, 10 c (p. 2151-52 Bidez) : ἀνδρεία, δικαιοσύνη, σωφροσύνη et φρόνησις ; ibid., III, 79 (...)
  • 54 Claud. Mam., Grat. act. XXI, 4 (p. 34 Galletier) : Adhibeto tantum tibi gratuitas et paratu facill (...)
  • 55 Them., Or. IX, 126 c-d (p. 19112-14 Schenkl - Downey) : Ὃν δὲ χρὴ καλεῖσθαι σωτῆρα, ὃν βουλαῖον, ὃ (...)
  • 56 Auson., Grat. act. V, 20 (p. 2220-22 Schenkl) : Auguste iuuenis, caeli tibi et humani <generis> rector hoc </generis> (...)
  • 57 Anth. Pal. XV, 9, v. 5-6 (p. 127 Buffière) : ἐς πινυτὴν δ᾿ Ὀδυσῆι δαΐφρονι πᾶν σε ἐίσκω, / ἀλλὰ κα (...)
  • 58 Him., Or. XII, 23 (p. 9687-88 Colonna) : ἄκρος σοφίαν, δεινὸς εἰπεῖν, ἀνάλωτος φιλίᾳ, γενναῖος ἐν (...)
  • 59 Claud., Epith. Hon., v. 314-315 (p. 138 Birt = vol. 2, p. 79 Charlet) : Quod semper dissilit (diss (...)
  • 60 Syn. Cyr., Regn. 3 (PG 66, col. 1064 C = ibid., 7, 5, p. 95 Lamoureux) : Κόσμος μὲν οὖν βασιλέως ἀ (...)
  • 61 Procop. Gaz., Pan. 10 (p. 1314-15 Chauvot = p. 2526-7 Ventrella) : οἷα πατὴρ ἀγαθὸς σωφρονεῖν μόνο (...)

22Nombre de discours, grecs et latins, scandent cette vertu, véritable axiome des hommes de pouvoir du Bas-Empire. La sagesse politique se décline en règles de gouvernement. À Constance II et Constant, outre la noblesse de leur naissance et leur éducation, Libanios attribue les vertus de justice, de prudence, de courage, d’humanité et de sagesse52. Dans ses deux panégyriques, suivant une énumération platonicienne ou aristotélicienne des vertus cardinales, Julien loue chez Constance II le courage, la justice, la tempérance et la prudence, deux vertus qui fondent la sagesse53. En Julien, Mamertin reconnaît la justice, le courage, la tempérance et la sagesse54. À la fin de son exhortation pour Valentinien le Jeune, Thémistios espère que le très jeune fils de Valens aura de Zeus non seulement les titres de sauveur, de conseiller et de protecteur de la cité, mais encore les vertus de prudence et de sagesse55. En 379, Ausone reconnaît la sage réflexion de Gratien lors des réunions du conseil impérial. De manière paradoxale, il espère au début de son discours que Dieu accordera au jeune empereur une sagesse dépassant celle d’Ulysse56. Cette comparaison est également présente dans le bref éloge versifié adressé à l’empereur Théodose II par son favori, le poète Cyrus de Panopolis, consul en 44157. Lors du passage à Athènes, en 382, de Nicomaque Flavien Junior, proconsul d’Asie, Himérios évoque la sagesse, l’éloquence, l’incorruptibilité, le courage, la distinction et l’honnêteté58. En 398, à l’occasion des noces d’Honorius avec Marie, fille de Stilicon, le poète Claudien voit en la personne du jeune souverain l’association harmonieuse de vertus jugées inconciliables : la force et l’intelligence, le courage et la sagesse59. Synésios de Cyrène estime même que la prudente sagesse constitue la vertu royale par excellence60. Procope de Gaza et Priscien de Césarée louent en l’empereur Anastase la sagesse admirable, à la fois modèle de vertu pour ses sujets et principe de restauration de l’État61. Dans tous ces textes, la sagesse et les vertus qui lui font cortège encouragent le temps de la réflexion, l’équilibre pondéré, le principe de précaution, l’instinct de préservation.

  • 62 À Théodose Ier, par exemple, se destine cette formule de Them., Or. XVII, 214 a (p. 30617-18 Schen (...)
  • 63 Ainsi toutes les réformes ou plutôt les entreprises de restauration portées au crédit de Julien (c (...)
  • 64 Voir à ce sujet Chausson 2003, p. 117.
  • 65 Jul., Or. II, 124 c (p. 9829-31 Bidez) : τὴν ἐμπειρίαν, δι᾿ ἣν ὁ πρεσβύτης ἔχει τι λέξαι τῶν νέων (...)

23Conservatrices, la société antique et ses élites valorisent et idéalisent le passé. Il n’est guère surprenant que les éloges rappellent sans cesse à l’empereur, au consul, au gouverneur, le souvenir exemplaire de son père, de ses aïeux, de ses prédécesseurs62. Placée dans une perspective historique rétrograde, l’autorité politique est légitimée par ses origines. Dans ces conditions, l’ambition d’un projet vise au rétablissement d’un état antérieur, la validité d’une mesure réside dans l’ancienneté de son modèle, l’efficacité d’une solution dépend de sa fidélité à un précédent63. Le traditionalisme de la classe dirigeante s’exprime, dans les panégyriques et les discours, sous forme de conseils de modération et d’exemples à suivre donnés à l’homme d’État accompli ou en devenir. L’enthousiasme du compliment de circonstance se double ici d’un appel répété à l’imitation des anciens et des ancêtres64. En 356, dans le panégyrique de l’impératrice Eusébie, la bienveillante épouse de Constance II, le César Julien cite deux vers d’Euripide louant l’expérience pour placer la sagesse de l’homme âgé au-dessus de celle des hommes jeunes65.

  • 66 Lib., Or. LIX, 46 (vol. 4, p. 23022-2312 Förster) : τῷ μὲν χρόνῳ τῆς ἡλικίας εἰς παῖδας τελοῦντες (...)
  • 67 Them., Or. I, 17 a (p. 2317-20 Schenkl - Downey) : βασιλεὺς δὲ ἅτε νῷ κυβερνώμενος γαληνιάζειν ἀνα (...)
  • 68 Them., Or. XIII, 170 c-d (p. 24425-2452) : Ἡ δὲ σὴ νεότης τῷ Κύρου γήρᾳ συναριθμηθήσεται καὶ τῇ Μά (...)
  • 69 Sym., Or. I, 3 (p. 2 Callu) : cum familiae uestrae natura permitteret ut cautela patris in puero n (...)
  • 70 Ibid., III, 2 (p. 24) : Salue noui saeculi spes parta et in gremio rei publicae nutricis adolesce, (...)
  • 71 Auson., Grat. act. V, 20 (p. 2220-22 Schenkl) : Auguste iuuenis, caeli tibi et humani <generis> rector hoc </generis> (...)
  • 72 Anth. Pal. XV, 9, v. 6-8 (p. 127 Buffière) : Πυλίου δὲ γέροντος / ἶσον ἀποστάζεις, βασιλεῦ, μελιηδ (...)
  • 73 Claud., Cons. Prob. et Olybr., v. 154-155 (p. 9 Birt = p. 72 Taegert = vol. 1, p. 15-16 Charlet) : (...)
  • 74 Sur ce motif littéraire, davantage étudié pour le Haut-Empire que le Bas-Empire, voir Carp 1980 ; (...)
  • 75 À propos de la rencontre entre Constance III et le jeune Avitus, on lit cette remarque de Sidon., (...)
  • 76 Claud., Epith. Hon., v. 325-327 (p. 138 Birt = vol. 2, p. 80 Charlet) : Canities festina uenit. Cu (...)
  • 77 Syn. Cyr., Calv. 23 (PG 66, col. 1205 B) : ἂν δὲ φιλόσοφον ἐπαγγείλῃς ἢ ζάκορον, μέλλει τις ἑστάνα (...)
  • 78 Id., Regn. 3 (PG 66, col. 1064 b-c = ibid., 7, 3, p. 95 Lamoureux) : Καὶ ἐγὼ τοῦτο τῶν σοφῶν Αἰγυπ (...)
  • 79 Emblématique, bien qu’adressé à un magistrat, ce conseil de Claud., Cons. Mall. Theod., v. 336-337 (...)

24Or, le hasard des successions dynastiques et des disparitions prématurées élève sur les trônes de Trèves, Milan et Constantinople des adolescents, voire des enfants, comme Gratien (16 ans) en 375 ou Arcadius (17 ans) et Honorius (10 ans) en 395. Le même problème se pose déjà à Libanios, pour des cas certes moins extrêmes. Dans son panégyrique adressé peut-être en 348 ou 349 à Constance II et Constant, alors âgés de 31 et 28 ans, l’orateur reconnaît la jeunesse des co-empereurs dont l’acuité intellectuelle rivalise toutefois avec celle des générations précédentes66. Une idée voisine est exprimée par Thémistios dans son discours adressé à Constance II. Par la force de son esprit, le souverain maîtrise le bouillonnement de sa jeunesse et se comporte en père responsable, comme il convient à un empereur plus qu’à un jeune homme67. Une maturité surprenante et une vieillesse précoce sont attribuées par Thémistios à Gratien et par Himérios au proconsul Nicomaque Flavien Junior68. En 368, devant la cour de Trèves, Symmaque justifie la désignation de Gratien comme Auguste à l’âge de 9 ans – sans doute un record – au nom de la valeur de ses ancêtres et de l’accumulation dans sa famille, sur plusieurs générations, de modèles à imiter69. En 369 ou 370, le même orateur, de nouveau envoyé à Trèves, juge inutile de préciser l’âge de Gratien, et préfère annoncer la promesse d’un avenir rassurant et ses prédispositions aux antiques vertus70. Certes, Ausone constate en janvier 379 que Gratien est un jeune empereur, âgé de presque 20 ans, mais il éclipse déjà les modèles anciens par son éloquence, la maturité de sa réflexion, sa sobriété de vieillard au point dépasser, un jour, la longévité de Nestor71. Cyrus de Panopolis, dans une épigramme composée en l’honneur de Théodose II, souligne à la fois la jeunesse relative du souverain et sa voix bien plus mélodieuse que celle du vieux Nestor72. Devenus consuls dans leur jeunesse, en 395 et 399, Anicius Olybrius et Anicius Probinus (premier cas de consulat assumé par des frères) comme Fl. Mallius Theodorus sont dotés, selon les mots de Claudien, d’une « âme de vieillard », d’un « esprit mûr »73. Miroir du jeune souverain ou magistrat inexpérimenté, le panégyrique renvoie l’image, désormais rassurante, d’un homme sans âge, doté d’une sagesse vénérable et d’une autorité éprouvée74. Les incertitudes que font peser sur la direction de l’État romain la jeunesse de son chef ou de son représentant sont surmontées par sa maturité précoce, son esprit vieilli, ses propos d’un autre temps75. Une compétence hors du commun est même révélée par une canitie prématurée, comme celle d’Honorius, âgé de seulement 13 ans et demi lors de son mariage en 39876. Pour Synésios de Cyrène, la calvitie devient même, non sans autodérision, la marque distinctive du sage77. De manière plus sérieuse, au jeune Arcadius, Synésios offre le modèle du dieu Hermès, représenté en Égypte sous les traits d’un jeune homme robuste aux côtés d’un vieil homme réfléchi78. De manière exceptionnelle et paradoxale, l’avenir est convoqué par la rhétorique de l’éloge, mais pour exorciser le présent et, en quelque sorte, anticiper le passé79.

  • 80 Sym., Or. I, 2 (p. 2 Callu) : Vicisti experientiam singulorum, qui habes omnium.
  • 81 Pacat., Pan. Theod. VII, 5 (éd. et trad. Galletier, p. 74-75) : et ceteris quae innumera congrueba (...)
  • 82 Sidon., Pan. Avit., v. 597-598 (p. 217 Luetjohann = p. 77 Loyen) : En princeps faciet iuuenescere (...)
  • 83 Sidon., Pan. Anth., v. 99-100 (p. 176 Luetjohann = p. 8 Loyen) : Iam tu ad plectra ueni, tritus cu (...)

25Des empereurs, consuls ou gouverneurs peuvent se prévaloir d’accéder au pouvoir et de l’exercer en pleine force de l’âge, comme Valentinien Ier, âgé de 42 ou 43 ans en 364, Théodose Ier, âgé de 32 ans en 379, Avitus, âgé de peut-être 60 ans en 455, ou Anthémius, âgé de presque 50 ans en 467. Dans son premier panégyrique de Valentinien Ier, Symmaque souligne la remarquable expérience du souverain80. Pacatus estime que Théodose Ier atteint « l’âge qui, seul chez l’homme, marque le plein développement et possède les privilèges des deux autres, la vigueur de la jeunesse et la maturité de la vieillesse »81. Plus original, Sidoine Apollinaire oppose le rajeunissement de Rome, que permettra la vieillesse d’Avitus, à la décrépitude de l’Empire, provoquée par des empereurs enfants82. Dépourvu d’une formule aussi frappante, le panégyrique que l’orateur compose pour l’empereur Anthémius évoque cependant l’homme d’expérience, blanchi sous le harnois83.

  • 84 De manière assez paradoxale, l’avènement de Julien équivaut, dans son éloge funèbre, à une résurre (...)

26Rappel pédagogique des vertus ancestrales, évocation magnifiée des générations précédentes, éloge convenu de la vieillesse, les discours officiels proclament tous la valeur intrinsèque du conservatisme, non de l’immobilisme. Si la succession légitime des empereurs s’accompagne d’une transmission paisible de l’autorité et d’un exercice régulier du pouvoir, les orateurs ne passent sous silence aucune intervention personnelle du souverain dans la conduite des affaires de l’État. La réconfortante linéarité institutionnelle ou dynastique que leurs propos invoquent sans cesse, au prix d’une distorsion de la réalité et de ses cautions historiques, se double d’une conception cyclique de l’évolution de l’Empire84. Certes, les deux ou trois modèles successoraux connus (méritocratie, hérédité, association) permettent de légitimer tous les détenteurs durables du pouvoir suprême, mais seuls les principes moraux qui gouvernent les souverains permettent de corriger l’action de prédécesseurs dévoyés et, par conséquent, responsables d’une décadence. Si la vertu l’exige, le destinataire du panégyrique ou de la gratiarum actio doit redresser la situation trouvée à son entrée en fonction : chaque règne rétablit les traditions ancestrales, la réforme revêtant l’aspect d’une restauration morale.

  • 85 Plin., Pan. XLVI, 6 (p. 46 Durry) : Castigauerunt uitia sua ipsi qui castigari merebantur, iidemqu (...)
  • 86 Claud. Mam., Grat. act. IV, 3 (p. 19 Galletier) : Sed emendatio morum iudicorumque correctio et di (...)
  • 87 Pacat., Pan. Theod. XIII, 2 (p. 80 Galletier) : impendia palatina minuendo nec solum abundantem re (...)

27Déjà, dans le panégyrique de Trajan, discours prononcé en l’an 100 qui servit de prototype latin à une collection d’éloges impériaux composés aux IIIe-IVe siècles, Pline le Jeune loue le souci du souverain d’exhorter la société romaine et ses élites à se bien conduire. Ces efforts sont illustrés par l’interdiction des pantomimes, spectacles licencieux autrefois autorisés par les princes pervers des dynasties précédentes. Le terme emendatio, généralement traduit en français par la vague notion de réforme, subit une inflexion morale et acquiert le sens précis de correction, teintée de résipiscence, ou d’amendement personnel85. Sans surprise, deux siècles et demi après le discours de Pline le Jeune qu’il prend pour modèle, dans son panégyrique adressé à l’empereur Julien en 362, le rhéteur Mamertin associe, à son tour, l’emendatio au rétablissement des valeurs morales86. De même en 389, Pacatus emploie précisément le verbe emendare pour transcrire en termes moraux la lutte de Théodose Ier contre le luxe insensé des services palatins et le train de vie fastueux des courtisans87. Le dévoiement des vertus traditionnelles, provoqué par les mauvais princes, nécessite leur restauration par les bons princes. Les vices dénoncés soulignent, en creux, les qualités inhérentes du souverain et les principes qui dictent son action.

  • 88 Claud. Mam., Grat. act. XVIII, 6 (p. 31 Galletier) : Denique omnes in emendo uidemus repensandi fi (...)
  • 89 Sym., Or. I, 23 (p. 10 Callu) : Possum dicere fugato ambitu uirtuti redditas dignitates nec iam ad (...)
  • 90 Them., Or. VIII, 116 d-117 a (p. 17511-1761 Schenkl - Downey) : Ἆρ᾿ οὖν ταξιάρχους μὲν καὶ λοχαγοὺ (...)
  • 91 Them., Or. XIII, 175 c (p. 25116-20 Schenkl - Downey) : Οἰμωγὴ δὲ ἐξελήλαται τῶν ἀρχείων καὶ τὰ βα (...)
  • 92 Auson., Grat. act. II, 3 (p. 2014-15 Schenkl) : palatium, quod tu, cum terribile acceperis, amabil (...)
  • 93 Them., Or. XV, 190 c (p. 27519-24 Schenkl - Downey) : Εἰσφοιτᾷ δὲ εἰς τὰ βασίλεια πατάσσων οὐδεὶς (...)
  • 94 Claud., III Cons. Hon., v. 186-188 (p. 148 Birt = vol. 1, p. 46 Charlet) : Cumque suo demens expel (...)
  • 95 Id., In Eutr., I, v. 414-416 (p. 89 Birt) : Pridem tolerare fatemur / hoc genus, Arsacio postquam (...)

28La nature incertaine des torts corrigés traduit et trahit souvent un cliché et ne laisse présumer ni redressement particulier ni changement réel dans la conduite de l’État. De manière convenue, le panégyriste Mamertin déplore la corruption de l’administration impériale sous le règne de Constance II pour louer sa moralisation sous Julien88. En février 368, Symmaque se rend à la cour de Trèves, sur la Moselle, et complimente Valentinien Ier d’avoir chassé la brigue et la corruption, et rétabli la vertu et la moralité comme conditions d’obtention des dignités et des magistratures89. Un mois plus tard, à Marcianopolis, sur le Danube, le rhéteur Thémistios attribue à l’empereur Valens le soin d’avoir expulsé les commandants militaires incompétents, destitué les hauts fonctionnaires corrompus, proscrit la mise à l’encan des magistratures, sélectionné les nouveaux magistrats sur des critères de justice et d’expérience90. En 376, Thémistios félicite en son absence Gratien, qui a succédé à son père Valentinien Ier l’année précédente, d’avoir débarrassé le palais impérial des crimes et des tortures, l’administration fiscale des abus et des extorsions de taxes impayées91. En 379, le nouveau consul Ausone remercie Gratien d’avoir rendu agréable un palais naguère sinistre et, pour la première fois dans l’histoire de l’Empire, annulé tous les arriérés d’impôt92. En 381, Thémistios salue avec retard l’avènement de Théodose Ier et lui reconnaît le mérite d’avoir favorisé dans le palais de Constantinople un climat de confiance et de sûreté, et non plus de crainte ni de terreur93. Vingt ans plus tard, le poète Claudien vante l’intégrité restaurée de l’administration qu’Honorius a pourtant héritée de son père Théodose Ier94, et dénonce le faste oriental décadent et le règne de la terreur à la cour de Constantinople sous le jeune Arcadius, autre successeur de Théodose Ier95. De règne en règne, la répétition d’une même politique et l’application des mêmes décisions montrent que la restructuration administrative constitue un lieu commun rhétorique.

  • 96 Par exemple, on lit dans le panégyrique de Constance II et Constant par Lib., Or. LIX, 156 (vol. 4 (...)
  • 97 Claud. Mam., Grat. act. X, 3 (p. 25 Galletier) : Maximum tibi praebet parsimonia tua, Auguste, uec (...)
  • 98 Sym., Or. II, 31 (p. 23 Callu) : Moderatum est quod penditur, quia simul sumitis, amplissimum quod (...)
  • 99 Them., Or. VIII, 112 d-113 a (p. 1704-10 Schenkl - Downey) : Ὁ γὰρ κύκλος εἰς ἑαυτὸν οὗτος περίεισ (...)
  • 100 Pacat., Pan. Theod. XXVII, 5 (p. 94 Galletier) : quicquid in ciues manat a principe redundet in pr (...)
  • 101 Auson., Grat. act. VIII, 39 (p. 2414-16 Schenkl) : tu, inquam, Gratiane, qui hoc non singulis fact (...)
  • 102 Claud., In Ruf. I, v. 215-216 (p. 26 Birt = vol. 1, p. 69 Charlet) : Viuitur exiguo melius ; natur (...)
  • 103 Syn. Cyr., Regn. 13 (PG 66, col. 1089 C = ibid., 17, 9, p. 121 Lamoureux) : βασιλείας ἐξοριστέον ε (...)
  • 104 Anth. Pal. XV, 9, v. 1-4 (p. 126 Buffière) : Πάντα μὲν Αἰακίδαο φέρεις ἀριδείκετα ἔργα / νόσφι λοχ (...)
  • 105 Procop. Gaz., Pan. 17 (p. 1812-14 Chauvot = p. 2589-11 Ventrella) : Οὐ γὰρ ἀρκεῖν ἡγήσω μέχρι τῆς (...)

29La générosité remarquable du nouveau souverain ne s’accompagne pas davantage d’une réforme sociale particulière et n’entraîne pas une quelconque hausse des dépenses publiques. Elle participe simplement de la tradition ancienne de bienfaisance impériale, de munificence officielle (liberalitas, φιλοτιμία)96. De même, les vertus de simplicité, de modestie et de frugalité du prince n’augurent ni une réduction des dépenses ni une baisse des impôts, au mieux elles reflètent son gouvernement sage et son caractère tempéré. Mamertin vante le gouvernement économe de Julien97. De son côté, Symmaque complimente Valentinien Ier et son fils Gratien pour leur semblable modération fiscale et l’ampleur de leur libéralité déployée dans un esprit d’émulation98. Thémistios considère que, sous Valens, la fiscalité impériale, selon un cercle vertueux, reverse aux contribuables ce qu’elle leur enlève, dans la mesure où sa modération constitue une forme de générosité99. Pacatus répète cette idée durant le règne de Théodose Ier100, tandis qu’Ausone, jouant sur le nom que l’empereur a reçu de son grand-père, rend grâce à Gratien pour ses gracieusetés innombrables101. Selon le contexte, qu’il dénonce Rufin en 396-397 ou loue Stilicon en 400, Claudien incite chacun à suivre le principe naturel d’une vie modeste (par réaction aux abus « orientaux ») – en des termes qui rappellent le traité anonyme du De rebus bellicis – ou remercie le nouveau consul de ses largesses inespérées102. Dans son discours Sur la royauté, Synésios de Cyrène invite Arcadius à exclure du pouvoir l’orgueil et la magnificence, et à faire de la générosité imitée de Dieu une caractéristique de ce même pouvoir103. Dans la personne de son fils, Théodose II, le poète et consul Cyrus de Panopolis vante la pudeur et la sobriété, mais aussi la noblesse du lignage104. Il n’est guère étonnant que Procope de Gaza et Priscien de Césarée vantent tous deux en Anastase la bienfaisance et la prodigalité105.

  • 106 Lib., Or. LIX, 15 (vol. 4, p. 2168-11 Förster) : καταλαμβανούσης δὲ δαπανημάτων ἀνάγκης ἤρκει κηρύ (...)

30De manière générale, et idéale, le bon prince restaure les finances de son État, car il dépense les deniers publics avec discernement sinon prudence, allège la pression financière ou plutôt limite la hausse des impôts, lutte contre la prévarication des représentants de son autorité plus qu’il ne réprime les abus des agents de son fisc. L’héritage rhétorique d’un empereur économe et juste est néanmoins grevé par les propos de Libanios, Julien et Thémistios : les deux premiers reconnaissent qu’un principe de réalité ou une situation urgente peuvent exiger une hausse des dépenses et donc des recettes, tandis que le dernier rappelle la tendance des souverains à augmenter peu à peu les impôts pour rendre leur hausse imperceptible106.

  • 107 Pour la hausse de l’annone, voir ibid., XVIII, 222 a (p. 32011-13) : οὑκ ἐκτείνει μόνον, ἀλλὰ καὶ (...)
  • 108 E.g. Constance II est congratulé pour l’embellissement de Constantinople par Them., Or. IV, 60 c-d (...)

31Les seules mesures précises dont les panégyriques et les discours se font l’écho amplifié complètent le portrait d’un souverain paternaliste, soucieux du bien-être matériel de son peuple. Il s’agit de l’augmentation, décidée en 384 par Théodose Ier, des quantités de blé annonaire distribuées à la population de Constantinople et, en 498, de l’abolition par Anastase de la taxe professionnelle du chrysargyre prélevée dans un Empire réduit à sa moitié orientale107. Le primat absolu accordé à la morale publique explique la faible attention portée aux problèmes socio-économiques, hormis les manifestations attendues de la bienfaisance impériale que sont l’édilité publique ou les travaux de restauration108.

  • 109 L’orateur se fait le « porte-parole des valeurs d’une communauté » selon L’Huillier 1992, p. 111.
  • 110 Claud. Mam., Grat. act. XV, 1 (p. 28 Galletier) : Cis pauculos dies in nouum ac florentem statum r (...)
  • 111 Sur les principes de τάξις et d’οἰκονομία, c’est-à-dire d’ordre sacralisé et d’accommodement raiso (...)
  • 112 Jul., Ep. 89, 453 b (p. 15318-21 Bidez) : φεύγω τὴν καινοτομίαν ἐν ἅπασι μέν, ὡς ἔπος εἰπεῖν, ἰδίᾳ (...)

32Après l’examen des panégyriques impériaux et des discours officiels subsistant du « grand Ve siècle », il apparaît que les orateurs défendent, sans surprise aucune, les principes politiques (reconnaissance de règles successorales), le patrimoine culturel (référence aux auteurs et penseurs anciens), les valeurs morales (retour aux antiques vertus) et les préoccupations sociales (conservation de l’ordre établi) qui caractérisent les élites au pouvoir109. Reconnaissance oratoire publique et amplifiée d’une autorité, d’un talent ou d’une qualité, le panégyrique de l’Antiquité tardive perpétue une longue tradition d’éloges qui conditionne sa forme comme son propos. L’idéalisation du passé et l’exaltation du précédent encouragent le maintien à la fois de règles de composition et de principes institutionnels confirmés par le bon usage et sanctionnés par le temps immémorial. Pour cette raison, le formalisme du panégyrique traduit, sur le plan littéraire, le conservatisme de ses idées. Malgré une remarquable capacité à circonstancier leurs discours selon les événements de nature dynastique, militaire ou diplomatique, les orateurs ne manquent jamais de louer le maintien d’un équilibre, la répétition d’une politique. Des souverains justes et bons, inspirés d’exemples du passé, mènent la société et l’État à leur perpétuation. Le passé en tête, la vertu à la bouche, la tradition chevillée au corps, les panégyristes énumèrent et répètent les mêmes qualités, publiques et privées, pour souligner la moralité et la compétence du gouvernant. Engagés dans la réitération de modèles ancestraux, les rhéteurs et les poètes légitiment le gouvernement par attachement à une conception cyclique de l’histoire. Menacé de décadence par l’immoralité de mauvais souverains et l’impéritie de leur administration, l’Empire recouvre sa vertu et sa grandeur dans le perpétuel rétablissement de ses fondements tant moraux que politiques. L’avènement de l’empereur louangé se mue en restauration, son programme ambitionne un redressement, son action concrétise un retour. Soumis à l’attraction d’un passé magnifié, le progrès renoue avec une prospérité passée, le présent devient la parousie d’un bonheur illimité, le retour d’un âge d’or110. Dans ces œuvres de commande et de recommandation qui mêlent la flatterie à la démonstration et au conseil, l’innovation constitue, au mieux, la reconnaissance d’un principe de réalité, préalable à un rétablissement durable après une adaptation transitoire aux circonstances111. Alors que l’empereur Julien proclame son refus de changer quoi que ce soit, le poète Claudien écrit, dans son panégyrique pour le consulat de Stilicon, qu’« il est plus grand de conserver que de rechercher l’innovation ». Un demi-siècle plus tard, alors que la situation politique de l’Empire romain d’Occident s’est beaucoup dégradée, Sidoine Apollinaire affirme, presque pour se rassurer, que la nature n’innove jamais112.

  • 113 Burdeau 1964, p. 53.
  • 114 Lib., Ep. LIX, 162 (vol. 4, p. 2917-13 Förster) : Ἀπὸ τῆς αὐτῆς δὴ γνώμης καὶ τὴν τῶν ἀμφισβητημάτ (...)
  • 115 Jul., Or. III, 88 d (p. 16528-29 Bidez) : φύλαξ δὲ ὢν ἀγαθὸς τῶν νόμων, ἀμείνων ἔσται δημιουργός, (...)
  • 116 Sur cette notion centrale, voir Dagron 1968, p. 128-134 ; Aalders 1969, p. 319-320 sur l’infériori (...)
  • 117 Them., Or. I, 15 b (p. 2110-14 Schenkl - Downey) : Ὁ δὲ φιλάνθρωπος βασιλεὺς τῷ μὲν γράμματι συγγι (...)
  • 118 Claud., IV Cons. Hon., v. 505-507 (p. 169 Birt = vol. 2, p. 39 Charlet) : Firmatur senium iuris pr (...)
  • 119 Sidon., Pan. Avit., v. 558-559 (p. 217 Luetjohann = p. 76 Loyen) : Petimus, conscende tribunal, / (...)
  • 120 Procop. Gaz., Pan. 23 (p. 2112-14 Chauvot= p. 26210-12 Ventrella) : Οὐ μόνον γὰρ ἡμῖν τὰ βέλτιστα (...)

33Dans ce contexte, quel sens les orateurs peuvent-ils donner à l’idée de réforme ? Par leur incapacité à concevoir la politique ou l’économie sinon en termes éthiques, la réforme de l’État se résume à sa moralisation, car « la morale offre les lois auxquelles doit se soumettre l’empereur »113. En ce sens, les éloges confient une mission de redressement au souverain dont la capacité réformatrice se limite à abroger les mauvaises lois afin d’assurer la stabilité publique. Pour Libanios et Julien, attachés à la primauté de la loi, le souverain demeure le gardien du droit : si Libanios félicite Constance II et Constant de déléguer la justice aux magistrats et de respecter le droit114, Julien considère Constance II comme le gardien de lois susceptibles d’être révisées115. Mieux, Thémistios assimile le souverain à une loi vivante (νόμος ἔμψυχος) dont la bonté s’inspire de la providence divine116. À l’instar de Julien, il voit dans la clémence « légiférante » du prince le nécessaire correctif à des lois devenues coercitives117. Claudien sait gré à Honorius, arbitre des lois, de confirmer le droit ancien, mais aussi de réformer (emendare) les lois obsolètes et d’en promulguer de nouvelles118. Restaurateur espéré comme Avitus ou ordonnateur par nature comme Majorien, pour Sidoine Apollinaire le souverain détient, par essence, un pouvoir législatif119. Parlant d’une même voix en deux langues, Procope de Gaza et Priscien de Césarée érigent Anastase en juge et législateur qui assure le bonheur des hommes et le renouveau de l’Empire120.

  • 121 Lib., Or. XII, 101 (vol. 2, p. 4422-453 Förster) : Μεταβάλλει γέ τοι τὴν τύχην αὐτοῖς ἀνὴρ ἀφ᾿ αὑτ (...)

34Si la notion moderne de réforme revêt un quelconque sens positif pour les élites gréco-romaines de l’Antiquité tardive, c’est quand elle amende la loi, rétablit la justice, assure la sécurité. Malgré leur éloignement chronologique et géographique, pour des notables lettrés comme Libanios, Claudien ou Sidoine Apollinaire, le souverain doit restaurer la liberté, mais une liberté synonyme d’ordre121.

Bibliographie

Aalders 1969 = G. J. D. Aalders, Νόμος ἔμψυχος, dans P. Steinmetz (éd.), Politeia und Res publica. Beiträge zum Verständnis von Politik, Recht und Staat in der Antike dem Andenken Rudolf Starks gewidmet, Wiesbaden, 1969 (Palingenesia, 4), p. 315-329.

Ahrweiler 1975 = H. Ahrweiler, L’idéologie politique de l’Empire byzantin, Paris, 1975.

Blockley 1972 = R. C. Blockley, The Panegyric of Claudius Mamertinus on the Emperor Julian, dans American Journal of Philology, 93, 1972, p. 437-450.

Born 1934 = L. K. Born, The Perfect Prince according to the Latin Panegyrists, dans American Journal of Philology, 55, 1934, p. 20-35.

Brandt 2003 = H. Brandt, Die Rede περὶ βασιλείας des Synesios von Kyrene. Ein ungewöhnlicher Fürstenspiegel, dans F. Chausson, É. Wolff (éd.), Consuetudinis amor. Fragments d’histoire romaine (IIe-VIe siècles) offerts à Jean-Pierre Callu, Rome, 2003, p. 57-70.

Burdeau 1964 = F. Burdeau, L’empereur d’après les panégyriques latins, dans Aspects de l’Empire romain, Paris, 1964, p. 1-60.

Callu 1987 = J.‑P. Callu, Un « miroir des princes » : le « basilikos » libanien de 348, dans Gerión, 5, 1987, p. 133-152.

Cameron 1970 = A. Cameron, Claudian. Poetry and Propaganda at the Court of Honorius, Oxford, 1970.

Cameron 1974 = A. Cameron, The Date of Priscian’s De laude Anastasii, dans Greek, Roman and Byzantine Studies, 15, 1974, p. 313-316.

Cameron - Long 1993 = A. Cameron, J. Long, Barbarians and Politics at the Court of Arcadius, Berkeley, 1993.

Carp 1980 = T. C. Carp, Puer senex in Roman and Medieval Thought, dans Latomus, 39, 1980, p. 736-739.

Cecconi 2005 = G. A. Cecconi, Conscience de la crise, groupements de pression, idéologie du beneficium : l’État impérial tardif pouvait-il se réformer ?, dans Antiquité Tardive, 13, 2005, p. 281-304.

Cesa 1994 = M. Cesa, Impero tardoantico e barbari. La crisi militare da Adrianopoli al 418, Côme, 1994 (Biblioteca di Athenaeum, 23).

Chausson 2003 = F. Chausson, La généalogie du prince dans la pratique de l’éloge impérial aux IIIe-VIe siècles, dans I. Cogitore, F. Goyet (éd.), L’éloge du prince, de l’Antiquité aux temps des Lumières, Grenoble, 2003, p. 105-123.

Clover 1971 = F. M. Clover, Flavius Merobaudes. A Translation and Historical Commentary, Philadelphie, 1971 (Transactions of the American Philosophical Association, 61, 1).

Clover - Humphreys 1989 = F. M. Clover, R. S. Humphreys (éd.), Tradition and Innovation in Late Antiquity, Madison, 1989.

Curta 1995 = F. Curta, Atticism, Homer, Neoplatonism, and Fürstenspiegel. Julian’s Second Panegyric on Constantius, dans Greek, Roman and Byzantine Studies, 36, 1995, p. 177-211.

Dagron 1968 = G. Dagron, L’Empire romain d’Orient au IVe siècle et les traditions politiques de l’hellénisme : le témoignage de Thémistios, dans Travaux et Mémoires, 3, 1968, p. 1-242.

Daly 1975 = L. J. Daly, Themistius’ Concept of Philanthropia, dans Byzantion, 45, 1975, p. 22-40.

Del Chicca 1985 = F. Del Chicca, La struttura del panegirico latino tardoimperiale in prosa : teoria e prassi, dans Annali della Facoltà di Lettere e Filosofia di Cagliari, 43, 1985, p. 78-113.

Del Chicca 1991 = F. Del Chicca, Panegiristi e barbari. Tra convenzionalità e originalità di notazioni, dans Romanobarbarica, 11, 1991, p. 109-128.

Delmaire 1989 = R. Delmaire, Largesses sacrées et res privata. L’aerarium impérial et son administration du IVe au VIe siècle, Paris, 1989 (Collection de l’École française de Rome, 121).

Demougeot 1974 = É. Demougeot, Modalités d’établissement des fédérés barbares de Gratien à Théodose, dans Mélanges d’histoire ancienne offerts à William Seston, Paris, 1974, p. 143-160.

Demougeot 1979 = É. Demougeot, La formation de l’Europe et les invasions barbares, II, De l’avènement de Dioclétien (284) à l’occupation germanique de l’Empire romain d’Occident (début du VIe siècle), Paris, 1979.

Durliat 1990 = J. Durliat, De la ville antique à la ville byzantine. Le problème des subsistances, Rome, 1990 (Collection de l’École française de Rome, 136).

Dvornik 1966 = F. Dvornik, Early Christian and Byzantine Political Philosophy, II, Washington, 1966.

Elsner - Brenk 1996 = J. Elsner, B. Brenk (éd.), Innovation in der Spätantike. Kolloquium Basel 6. und 7. Mai 1994, Wiesbaden, 1996. 

Errington 1996 = R. M. Errington Theodosius and the Goths, dans Chiron, 26, 1996, p. 1-27.

Giardina 1996 = A. Giardina, Anonimo, le cose della guerra, Vérone, 19962.

Guipponi-Gineste 2010 = M.-F. Guipponi-Gineste, Claudien, poète du monde à la cour d’Occident, Paris, 2010.

Haack 2003 = M.‑L. Haack, Puer senex, dans B. Bakhouche (éd.), L’Ancienneté chez les Anciens, II, Mythologie et religion, Montpellier, 2003, p. 371-384.

Haarer 2006 = K. Haarer, Anastasius I. Politics and Empire in the Late Roman World, Cambridge, 2006.

Hadot 1972 = P. Hadot, Fürstenspiegel, dans Reallexikon für Antike und Christentum, 8, 1972, col. 555-632.

Hägg - Rousseau 2000 = T. Hägg, P. Rousseau (éd.), Greek Biography and Panegyric in Late Antiquity, Berkeley - Los Angeles, 2000 (The Transformation of the Classical Heritage, 31).

Hagl 1997 = W. Hagl, Arcadius Apis Imperator. Synesios von Kyrene und sein Beitrag zum Herrscherideal der Spätantike, Stuttgart, 1997.

Halsall 2007 = G. Halsall, Barbarian Migrations and the Roman West, 376-568, Cambridge, 2007.

Heath 2004 = M. Heath, Menander. A Rhetor in Context, Oxford, 2004. 

Heather 1991 = P. J. Heather, Goths and Romans, 332-489, Oxford, 1991.

Heather 2010 = P. Heather, Liar in Winter : Themistius and Theodosius, dans S. McGill, C. Sogno, E. Watts (éd.), From the Tetrarchs to the Theodosians. Later Roman History and Culture, 284-450 CE, Cambridge, 2010 (Yale Classical Studies, 34), p. 185-213.

Heather - Moncur 2001 = P. Heather, D. Moncur, Politics, Philosophy, and Empire in the Fourth Century. Select Orations of Themistius, Liverpool, 2001.

Heil 2000 = A. Heil, Puer senex - senex puer. Zu Boethius, Philosophiae Consolatio 1 m. 1, dans Mnemosyne, 53, 2000, p. 465-468.

Heitsch 1961 = E. Heitsch, Griechischen Dichterfragmente der römischen Kaiserzeit, Göttingen, 1961.

Hunger 1964 = E. Hunger, Prooimion. Elemente der byzantinischen Kaiseridee in den Arengen der Urkunden, Vienne, 1964 (Wiener byzantinistische Studien, 1).

Jeffreys 2003 = E. Jeffreys (éd.), Rhetoric in Byzantium, Aldershot, 2003 (Society for the Promotion of Byzantine Studies, 11).

Kennedy 1983 = G. A. Kennedy, Greek Rhetoric under Christian Emperors, Princeton, 1983.

Kolb 2001 = F. Kolb, Herrscherideologie in der Spätantike, Berlin, 2001.

Ladner 1959 = G. B. Ladner, The Idea of Reform. Its Impact on Christian Thought and Action in the Age of the Fathers, Cambridge (Mass.), 1959.

Lagacherie 2006 = O. Lagacherie, Libanios, rhétorique et politique. À propos des discours 50 et 45 : le principe de réalité, dans E. Amato (éd.), Approches de la Troisième sophistique. Hommages à Jacques Schamp, Bruxelles, 2006 (Collection Latomus, 296), p. 460-468.

Lassandro 2000 = D. Lassandro, Sacratissimus imperator. L’immagine del princeps nell’oratoria tardoantica, Bari, 2000, p. 51-58.

Leppin 2003 = H. Leppin, Theodosius der Große, Darmstadt, 2003.

L’Huillier 1992 = M.‑C. L’Huillier, L’empire des mots. Orateurs gaulois et orateurs romains, 3e et 4e siècles, Paris, 1992 (Annales littéraires de l’Université de Besançon, 464).

Lippold 1968 = A. Lippold, Herrscherideal und Traditionsverbundenheit im Panegyricus des Pacatus, dans Historia, 17, 1968, p. 228-250.

MacCormack 1976 = S. MacCormack, Latin Prose Panegyrics : Tradition and Discontinuity in the Later Roman Empire, dans Revue des Études Augustiniennes, 22, 1976, p. 29-77.

MacCormack 1981 = S. MacCormack, Art and Ceremony in Late Antiquity, Berkeley, 1981.

Malosse 2001 = P.-L. Malosse, Enquête sur la date du discours 59 de Libanios, dans Antiquité Tardive, 9, 2001, p. 297-306.

Malosse 2006 = P.-L. Malosse, Sophistiques et tyrannies, dans E. Amato (éd.), Approches de la Troisième sophistique. Hommages à Jacques Schamp, Bruxelles, 2006 (Collection Latomus, 296), p. 157-178.

Patillon 1997 = M. Patillon, Hermogène, l’art rhétorique. Exercices préparatoires, états de cause, invention, Paris, 1997.

Patillon 2008 = M. Patillon, Corpus rhetoricum, I, Anonyme, Préambule à la rhétorique. Aphthonios, Progymnasmata. Pseudo-Hermogène, Progymnasmata, Paris, 2008 (Collection des Universités de France, Série grecque, 460).

Pavan 1964 = M. Pavan, La politica gotica di Teodosio nella pubblicistica del suo tempo, Rome, 1964.

Penella 2000 = R. J. Penella, The Rhetoric of Praise in the Private Orations of Themistius, dans Hägg - Rousseau 2000, p. 194-208.

Pernot 1986 = L. Pernot, Les topoi de l’éloge chez Ménandros le Rhéteur, dans Revue des Études Grecques, 99, 1986, p. 33-54.

Pernot 1993 = L. Pernot, La rhétorique de l’éloge dans le monde gréco-romain, II, Paris, 1993 (Collection des études augustiniennes. Série Antiquité, 138).

Portmann 1988 = W. Portmann, Geschichte in der spätantiken Panegyrik, Francfort, 1988.

Previale 1949 = L. Previale, Teoria e prassi del panegirico bizantino, dans Emérita, 17, 1949, p. 72-105.

Ramelli 2006 = I. Ramelli, L’inedito Πρὸς βασιλέα di Temistio, dans Byzantinische Zeitschrift, 99, 2006, p. 1-67.

Rees 2002 = R. Rees, Layers of Loyality in Latin Panegyric, AD 289-307, Oxford - New York, 2002.

Roberto 1997 = U. Roberto, Βασιλεὺς φιλάνθρωπος. Temistio sulla politica gotica dell’imperatore Valente, dans Annali dell’Istituto italiano per gli studi storici, 14, 1997, p. 137-203.

Schamp - O’Meara 2006 = J. Schamp, D. O’Meara, Miroirs de prince de l’Empire romain au IVe siècle, Fribourg, 2006 (Vestigia, 33).

Scourfield 2007 = J. H. D. Scourfield (éd.), Texts and Culture in Late Antiquity. Inheritance, Authority, and Change, Swansea, 2007.

Seager 1983 = R. Seager, Some Imperial Virtues in the Latin Prose Panegyrics, dans Papers of the Liverpool Latin Seminar, 4, 1983, p. 129-165.

Squilloni 1990 = A. Squilloni, Il significato etico-politico dell’immagine re-legge animata. Il νόμος ἔμψυχος nei trattati neopitagorici Περὶ βασιλείας, dans Civiltà classica e cristiana, 11, 1990, p. 75-94.

Stickler 2002 = T. Stickler, Aetius. Gestaltungsspielräume eines Heermeisters im ausgehenden Weströmischen Reich, Munich, 2002.

Straub 1943 = J. Straub, Die Wirkung der Niederlage bei Adrianopel auf die Diskussion über das Germanenproblem in der spätrömischen Literatur, dans Philologus, 95, 1943, p. 255-286.

Straub 1964 = J. Straub, Vom Herrscherideal in der Spätantike, Stuttgart, 1939 (réimpr. Darmstadt, 1964).

Straub 1972 = J. Straub, Regeneratio Imperii. Aufsätze über Roms Kaisertum und Reich im Spiegel der heidnischen und christlichen Publizistik, Darmstadt, 1972.

Tantillo 1997 = I. Tantillo, La prima orazione di Giuliano a Costanzo. Introduzione, traduzione e commento, Rome, 1997.

Tougher 1998 = S. Tougher, In Praise of an Empress : Julian’s Speech of Thanks to Eusebia, dans Whitby 1998, p. 105-124.

Vanderspoel 1995 = J. Vanderspoel, Themistius and the Imperial Court. Oratory, Civic Duty and Paideia, from Constantius to Theodosius, Ann Harbor, 1995.

Viljamaa 1968 = T. Viljamaa, Studies in Greek Encomiastic Poetry of the Early Byzantine Period, Helsinki, 1968.

Watson 1998 = L. Watson, Representing the Past, Redefining the Future : Sidonius Apollinaris’ Panegyrics of Avitus and Anthemius, dans Whitby 1998, p. 177-198

Weber 2010 = A. Weber, Eine Kaiserin von Gewicht ? Julians Rede auf Eusebia zwischen Geschlechtsspezifik, höfischer Repräsentation und Matronage, dans A. Kolb (éd.), Augustae. Machtbewusste Frauen am römischen Kaiserhof ? Herrschaftstrukturen und Herrschaftspraxis II. Akten der Tagung in Zürich 18.-20. 9. 2008, Berlin, 2010, p. 253-275.

Wheeler 2007 = S. Wheeler, More Roman than the Romans of Rome. Virgilian (self-)fashioning in Claudian’s Panegyric for the Consuls Olybrius and Probinus, dans Scourfield 2007, p. 97-133.

Whitby 1994 = M. Whitby, Images for Emperors in Late Antiquity : a Search for New Constantine, dans P. Magdalino (éd.), New Constantines. The Rhythm of Imperial Renewal in Byzantium, 4th-13th Centuries, Aldershot, 1994, p. 83-93.

Whitby 1998 = M. Whitby (éd.), The Propaganda of Power. The Role of Panegyric in Late Antiquity, Leyde, 1998 (Mnemosyne. Supplementum, 183).

Wiemer 1995 = H.-U. Wiemer, Libanios und Julian. Studien zum Verhältnis von Rhetorik und Politik im vierten Jahrhundert n. Chr., Munich, 1995 (Vestigia, 46).

Wiemer 2004 = H.‑U. Wiemer, Akklamationen im spätrömischen Reich. Zur Typologie und Funktion eines Kommunikationsrituals, dans Archiv für Kulturgeschichte, 86, 2004, p. 27-73.

Wolfram 2005 = H. Wolfram, Die Goten und ihre Geschichte, Munich, 20052.

Zarini 2007 = V. Zarini, Le prince au miroir des panégyriques versifiés dans la latinité tardive, dans F. Lachaud, L. Scordia (éd.), Le Prince au miroir de la littérature politique de l’Antiquité aux Lumières, Rouen, 2007, p. 45-68.

Notes

1 MacCormack 1981, p. 3 : « These panegyrics were a sophisticated and delicate means of political communication almost unprecedented in the ancien world » ; Pernot 1993, p. 621 : « Avant d’être un genre oratoire, l’éloge et la célébration constituent donc, plus largement, un phénomène politique et social ». En dernière lecture, Wiemer 2004, p. 59-61.

2 Voir Patillon 1997 ; Heath 2004; Patillon 2008; enfin, la synthèse de Pernot 1993, p. 339-345.

3 Une belle étude a été consacrée au panégyriste Claudien, bien que représentant d’un genre littéraire jugé décoratif, faux, détaché des réalités, sans influence politique, mais non dépourvu d’intérêt historique : Cameron 1970, p. 37, 41-42, 187, 296 et 380-381 ; voir également la récente publication de Guipponi-Gineste 2010.

4 Outre l’étude pionnière de Dagron 1968, citons entre autres publications, par ordre chronologique, Kennedy 1983 ; L’Huillier 1992 ; Vanderspoel 1995 ; Wiemer 1995 ; Whitby 1998 ; Hägg - Rousseau 2000 ; Rees 2002 ; Jeffreys 2003 ; Scourfield 2007.

5 Dans le recueil des poèmes de Sidoine Apollinaire, les panégyriques d’Avitus, de Majorien et d’Anthémius portent les numéros 7, 5 et 2.

6 Du côté latin, outre Sidoine Apollinaire, il faut mentionner Symmaque, Pacatus, Claudien, Mérobaude et Priscien de Césarée. Voir la présentation succincte de Born 1934. La production grecque conservée est plus importante en volume, mais provient également d’une poignée d’orateurs : Thémistios, Himérios, Procope de Gaza et, occupant une position marginale, Synésios de Cyrène. Voici les éditions que nous avons utilisées en classant les auteurs par ordre chronologique, d’abord pour les auteurs latins : É. Galletier, Panégyriques latins, III, XI-XII. Discours de remerciement à Julien par Claude Mamertin (362), Panégyrique de Théodose par Pacatus (389), Paris, 1955, réimpr. 2003 (Collection des Universités de France, Série latine, 147) ; J.-P. Callu, Symmaque, V, Discours - rapports, Paris, 2009 (Collection des Universités de France, Série latine, 394) ; T. Birt, Claudii Claudiani carmina, Berlin, 1892, réimpr. Munich, 1995 (Monumenta Germaniae Historica, Auctores Antiquissimi X) ; W. Taegert, Claudius Claudianus. Panegyricus dictus Olybrio et Probino consulibus, Munich, 1988 ; J.-L. Charlet, Claudien. Œuvres, II, Poèmes politiques, 395-398, 2 vol., Paris, 2000 (Collection des Universités de France, Série latine, 358) ; F. Vollmer, Fl. Merobaudis reliquiae, Blossii Aemilii Dracontii carmina, Eugenii Toletani episcopi carmina et epistulae, Berlin, 1905 (Monumenta Germaniae Historica, Auctores Antiquissimi XIV) ; C. Luetjohann, Apollinaris Sidonii epistulae et carmina, Berlin, 1887 (Monumenta Germaniae Historica, Auctores Antiquissimi VIII) ; A. Loyen, Sidoine Apollinaire, I, Poèmes, Paris, 1960 (Collection des Universités de France, Série latine, 161) ; A. Chauvot, Panégyriques de l’empereur Anastase Ier. Procope de Gaza, Priscien de Césarée, Bonn, 1986 (Antiquitas, 1, Abhandlungen zur alten Geschichte, 35) ; puis pour les auteurs grecs : H. Schenkl, G. Downey, A. F. Norman, Themistii orationes quae supersunt, 3 vol., Leipzig, 1965-1974 (Bibliotheca Teubneriana) ; A. Colonna, Himerii declamationes et orationes cum deperditarum fragmentis, Rome, 1951 ; J. Lamoureux, N. Aujoulat, Synésios de Cyrène, V, Opuscules, 2, Discours sur la royauté, Paris, 2008 (Collection des Universités de France, Série grecque, 464) ; G. Ventrella, Panegirico per l’imperatore Anastasio, dans E. Amato (éd.), Rose di Gaza. Gli scritti retorico-sofistici e le epistole di Procopio di Gaza, Alessandria, 2010 (Hellenica, 35), p. 240-287. Quant aux éloges de souverains germaniques des Ve-VIe siècles, prononcés par Dracontius, Florentius, Ennode de Pavie ou Venance Fortunat, nous les avons laissés de côté. En revanche, nous avons fait usage des panégyriques impériaux de Libanios et de Julien et des gratiarum actiones de Mamertin et d’Ausone d’après les éditions de R. Förster, Libanii Opera. Orationes, 4 vol., Leipzig, 1903-1908, réimpr. Hildesheim, 1963 et 1998 (Bibliotheca Teubneriana), J. Bidez, L’empereur Julien. Œuvres complètes, I, 1, Discours de Julien César (I-V), Paris, 1932, réimpr. 2003 (Collection des Universités de France, Série grecque, 71), É. Galletier, op. cit. supra, et C. Schenkl, D. Magni Ausonii Opuscula, Berlin, 1883 (Monumenta Germaniae Historica, Auctores Antiquissimi V 2).

7 Voir ainsi Aphth., Prog. VIII, 3 (p. 1323-10 Patillon) ; de même Men. Rh., Rhet. II, 3756-37623 (éd. et trad. D. A. Russell et N. G. Wilson, Oxford, 1981, p. 88-92).

8 Aphth., Prog. VIII, 1 (p. 1311-2 Patillon) : Ἐγκώμιόν ἐστι λόγος ἐκθετικὸς τῶν προσόντων καλῶν. Mais, en réalité, le panégyriste « félicite[rait] de préférence les empereurs pour les qualités qui leur manquent manifestement le plus », comme le note Dagron 1968, p. 84, n. 2.

9 Il convient ici de citer Pernot 1993, p. 611 : « Même mandaté, l’orateur garde une part de liberté – dans la décision d’accepter le mandat et dans la composition du discours lui-même –, et il n’hésite pas à le proclamer. »

10 Claud. Mam., Grat. act. II, 6 (p. 18 Galletier) : Ac licet, maxime imperator, publico iudicio et nomine agere tibi gratias debeam ; Sym., Or. II, 29 (p. 22 Callu) : Sonet aput te libertas forensis eloquii quam dudum exulem tribunalibus reddisti ! ; Them., Or. XVI, 200 c-d (p. 28923-2903 Schenkl - Downey): Τὴν γὰρ ἡμετέραν φωνὴν τῆς γερουσίας φωνὴν νομιστέον. Οὐ γὰρ ἐπ᾿ ἄλλῳ τῷ προΐσταται ἡμῶν ἢ ἐπὶ τοῖς λόγοις · ὥστε τὰ μὲν ῥήματα ἴσως ἐμαυτοῦ φθέγγομαι, ἡ γνώμη δὲ κοινὴ καὶ τῶν ἀκουόντων ἐστιν, ἣν μίαν ἔχοντες ἅπαντες εἰσεληλύθαμεν ; Pacat., Pan. Theod. II, 4 (p. 70 Galletier) : neminem magis laudari imperatorem decet quam quem minus necesse est. La littérature oratoire tardive a été comparée à une presse d’État dans une société dépourvue de journaux, mais non d’esprit critique ni d’ironie : Kennedy 1983, p. 24-25.

11 On note cette formule de Quint., Inst. III, 7, 6 : Proprium laudis est res amplificare et ornare. Nous devons cette citation à L’Huillier 1983, p. 99 ; cf. Del Chicca 1985, p. 81-82. Nous remercions l’auteur de nous avoir communiqué cette publication.

12 Dans ces circonstances, il n’est guère étonnant de ne trouver aucune dimension politique dans Clover - Humphreys 1989, ni dans Elsner - Brenk 1996 ; le premier ouvrage traite d’histoire culturelle, le second d’histoire de l’art.

13 Les auteurs de panégyriques seraient les « ouvriers d’une entreprise de légitimation à tout prix » selon la belle formule de Burdeau 1964, p. 5.

14 Lib., Or. LIX, 10 (vol. 4, p. 21312-16 Förster): Πόθεν οὖν ἄρξασθαι καλόν ; ἦ δῆλον ὡς ἐκ τῆς αἰτίας ἣ καὶ τούτους ἀγαθοὺς ἀπειργάσατο. Λεγέσθω δὴ τὸ τοῦ Πλάτωνος ἐπ᾿ αὐτοῖς μᾶλλον τούτοις ἢ ᾿κείνοις πρέπον εἰς οὓς εἴρηται, ὅτι ἀγαθοὶ δ᾿ ἐγένοντο διὰ τὸ φύναι ἐξ ἀγαθῶν (citation du pastiche pourtant ironique de Plat., Menex., 237 a) ; ibid., XIII, 7 (vol. 2, p. 6512-15): Τῶν γε μὴν εὐθὺς ἐν ἁλουργίσι τραφέντων ὁ τὰ πρῶτα μετασχὼν ἰδιώτου τάξεως ἐμπειρότερος εἰς ἀρχήν, ἐξ ἀγορᾶς ἔχων τὴν μάθησιν ὧν διοικήσειν ἔμελλεν ; ibid., XVIII, 7 (vol. 2, p. 23911-12): Ἐγένοντο μὲν οὖν οὐκ ὀλίγοι βασιλεῖς γνώμῃ μὲν οὐ κακοί, γένει δὲ οὐ λαμπροί. Pour le panégyrique de Constance II et Constant, nous suivons la datation proposée, certes de manière hypothétique mais séduisante, par Malosse 2001, p. 305 ; sur le principe héréditaire justifié par la vertu personnelle, voir également Callu 1987, p. 142-144.

15 Them., Or. XV, 190 a (p. 2755-7 Schenkl - Downey): ἀνδρὶ τηλικῷδε καὶ ὁμιλήσαντι ἤδη πρὸς τοσούτους αὐτοκράτορας νέους τε καὶ πρεσβυτέρους. Sur les relations entre l’orateur et l’empereur Julien, en particulier leurs différends philosophiques et politiques, voir Vanderspoel 1995, p. 121-125 ; de propos plus général, Previale 1949, p. 83-85.

16 Them., Or. V, 63 d (p. 932-6 Schenkl - Downey): Οὕτω καὶ οἱ πατέρες τῆς σῆς βασιλείας τοὺς προγόνους ταύτης τῆς τέχνης προῆγον, τὸν Ἄρειον ἐκεῖνον ὁ Σεβαστός, ὁ Τιβέριος τὸν Θρασύλον, Τραϊανὸς ὁ μέγας Δίωνα τὸν χρυσοῦν τὴν γλῶτταν, τὸν Ἐπίκτητον τὼ δύο Ἀντωνίνω.

17 Ibid., VI, 76 b-c (p. 11310-14/15-19) : Ἔστι μὲν οὖν καὶ καθ᾿ αὑτὸ ἀγαπητὸν τοῖς ὑπηκόοις ἡ τῶν βασιλέων φιλαδελφία, καὶ τὸ κυβερνᾶσθαι πλείοσιν ἐκ μιᾶς γνώμης τιμιώτερον εἰς ῥᾳστώνην ὁμοῦ καὶ ἀσφάλειαν. (…) Ἀλλ᾿ οὐ τοῦτό ἐστι τὸ μέγιστον ὧν κερδανοῦμεν, ἀλλ᾿ ὅτι σημεῖόν ἐστι φιλαδελφία φιλανθρωπίας, καὶ ὥσπερ ἀρχὴ καὶ στοιχεῖον τῆς πρὸς ἅπαντας ἀνθρώπους εὐνοίας ἡ πρὸς τοὺς συγγόνους καὶ ὁμοσπόρους. Dans un autre discours, Thémistios prétend que Valentinien fut élu par un vote libre et unanime : ibid., IX, 124 d-125 a. Sur les circonstances de ce double avènement et sa présentation par Thémistios comme une désignation divine, voir Schamp - O’Meara 2006, p. 181-185.

18 Them., Or. VIII, 115 c-d (p. 17325-27 Schenkl - Downey): Καὶ πολλοὶ τῶν εὐπατριδῶν τὰ σκῆπτρα ἐκ τριγονίας διαδεξάμενοι ποθεινοὺς ἐποίησαν τοὺς βαρβάρους τοῖς ὑπηκόοις ; cf. ibid., VI, 72 c (p. 11021-23): τοσαύτη γένους πολυανδρία ἔρωτι μοναρχίας ἐξανάλωται ὑφ᾿ ἑαυτῆς. Voir aussi le bref commentaire de Whitby 1994, p. 87-88 ; ainsi que celui de Roberto 1997, p. 172-173. Un siècle après Thémistios, le même reproche est adressé à la dynastie valentiniano-théodosienne par Sidon., Pan. Avit., v. 540-543 (p. 216 Luetjohann = p. 75 Loyen): portauimus umbram / imperii, generis contenti ferre uetusti / et uitia ac solitam uestiri murice gentem / more magis quam iure pati.

19 Them., Or. IX, 124 b-c (p. 1885-7 Schenkl - Downey): οἱ μὲν ἀρετῆς ἆθλον ἐκαρπώσαντο τὴν βασιλείαν, σοὶ δὲ ἡ τοῦ γένους δίδωσι διαδοχή.

20 Ibid., XIV, 182 b (p. 26223-2634): Καὶ σοφῶς Γρατιανὸς καὶ πολιᾶς, οὐ νεότητος ἐπαξίως, ὅτι μὴ τὸν οἰκειότατον ἄριστον, ἀλλὰ τὸν ἄριστον ὑπέλαβεν οἰκειότατον. Καὶ καλῶς ἑαυτοῦ πεποίηται ψῆφον, ἣν προλαβὼν ὁ καιρὸς ἐπεψηφίζετο. Cf. Pacat., Pan. Theod. XII, 1 (p. 79 Galletier): Alios empta legionum suffragia, alios uacans aula, alios adfinitas regia imposuere rei publicae : te nec ambitus nec occasio nec propinquitas principem creauerunt ; ibid., XXXI, 2 (p. 97): te principem in medio rei publicae sinu, omnium suffragio militum, consensu prouinciarum, ipsius denique ambitu imperatoris optatum.

21 Them., Or. XVI, 204 d (p. 29413-16 Schenkl - Downey): Ἀλλ᾿ ἔχων ἐν ὀφθαλμοῖς υἱὸν ἀγαπητόν, ἤδη παῖδα, ἤδη μειράκιον, ἤδη φθεγγόμενον ὁλοκλήρως, τάχα οἷόν τε καὶ δημηγορῆσαι. Ὢ τῆς καρτερίας · ἡττήθης μᾶλλον τῆς ἀρετῆς ἢ τῆς φύσεως.

22 Claud., IV Cons. Hon., v. 124-125 (p. 154 Birt = vol. 2, p. 14 Charlet): Omnibus acceptis ultro te regia solum / protulit et patrio felix adolescis in ostro ; ibid., v. 219-220 (p. 158 Birt = vol. 2, p. 20 Charlet): Altera Romanae longe rectoribus aulae / condicio. Virtute decet, non sanguine niti ; ibid., v. 379-380 (p. 164 Birt = vol. 2, p. 31 Charlet) : Nostro nec debes regna fauori, / quae tibi iam natura dedit.

23 Id., Cons. Mall. Theod., v. 256-257 (p. 185 Birt): Nec dilata tuis Augusto iudice merces / officiis ; ibid., v. 266-269 (p. 186): Non hic uiolata curulis, / turpia non Latios incestant nomina fastos ; / fortibus haec concessa uiris solisque gerenda / Patribus et Romae numquam latura pudorem. Bref commentaire de Cameron 1970, p. 126-127.

24 Claud., Cons. Stil. II, v. 123-124 (p. 207 Birt): Euehis et meritum, non, quae cunabula, quaeris / et qualis, non, unde satus.

25 Id., VI Cons. Hon., v. 417-419 (p. 250 Birt): Hic illi mansere uiri, quos mutua uirtus / legit et in nomen Romanis rebus adoptans / iudicio pulchram seriem, non sanguine duxit. Sur la place de Rome personnifiée, voir Cameron 1970, p. 365-366 ; à propos de l’adaptation du poète aux circonstances des avènements impériaux : Cameron 1970, p. 377-379 et 431.

26 Sur ces principes, leur évolution et leur interprétation, voir Straub 1964, p. 64-69 ; Dagron 1968, p. 123-124 et 137-138 ; Kolb 2001, p. 25-27, 59-61 et surtout 91-102. L’auteur montre l’éloignement entre les deux moitiés de l’Empire au Ve siècle dans le mode de désignation des empereurs, l’Orient accordant un rôle déterminant aux civils (Sénat et magistrats), l’Occident aux militaires.

27 Il s’agit du mos maiorum romain et de la πάτριος πολιτεία grecque. Pour le conservatisme socio-politique induit par ces concepts fondamentaux des Anciens, voir Giardina 1996, p. xxx.

28 Une belle illustration de cette idée est fournie, en 348-349, dans le panégyrique de Constance II et Constant, par l’idéalisation « fiscale » du règne de leur grand-père, Constance Chlore, d’après Lib., Or. LIX, 15 (vol. 4, p. 2164-8 Förster): ὁ δὲ πάντα ἄριστος ἐκεῖνος πάντως που συγγενόμενος Δημοσθένει καὶ τὸν νόμον ἐκεῖθεν λαβὼν ταμιεῖα μὲν ἀσφαλῆ τὰς τῶν κεκτημένων οἰκίας ἐνόμισεν, οὐδαμοῦ γὰρ ἂν ἐν καλλίονι σωθῆναι.

29 Voir Malosse 2006, p. 174.

30 Jul., Or. I, 34 b (p. 5019-22 Bidez): καὶ ὡς τοὺς καλοὺς ἐκείνους ἐτίθει νόμους, τὴν ἡμίσειαν εἰσφέρειν, θάνατον ἀπειλῶν τοῖς ἀπειθοῦσι, μηνυτὰς δὲ εἶναι τὸν βουλόμενον τῶν οἰκετῶν ; ibid., I, 44 b (p. 624-638): Τούτους οὖν [ὅτι] πάντας ὑπερβαλλόμενος ἀρετῇ, τοῖς πλουτοῦσι μὲν τὸ πλουτεῖν ἀσφαλέστερον ἢ πατὴρ τοῖς αὑτοῦ παισὶ κατέστησας, εὐγενείας δὲ τῆς τῶν ὑπηκόων προνοεῖς καθάπερ ἁπάσης πόλεως οἰκιστὴς καὶ νομοθέτης. Voir le commentaire détaillé de Tantillo 1997, p. 338-342.

31 Lib., Or. XVIII, 33 (vol. 2, p. 25014-17 Förster): Μαγνεντίῳ Κωνστάντιος πολεμῶν ἀφελομένῳ μὲν ἀλλοτρίαν ἀρχήν, ἄρχοντι δὲ αὐτῷ μετὰ φυλακῆς τῶν νόμων πάντ᾿ ᾤετο δεῖν κινεῖν ἐπὶ τῷ τὸν ἄνδρα ἑλεῖν.

32 Sym., Or. I, 14 (éd. et trad. Callu, p. 7): prouincias luxu superiorum deditas ueteris ignauiae pudore defendens. Voir aussi ibid., p. 47, n. 7.

33 Them., Or. VII, 91 c (p. 13810-14 Schenkl - Downey) : ἄντικρυς τὰ Πλάτωνος τοῦ θεσπεσίου καὶ ἅ φησιν ἐκεῖνος προδεικνύναι τοὺς τυράννους ἐν τοῖς προοιμίοις, χρεῶν ἀποκοπάς, γῆς ἀναδασμούς, τὴν ἐπὶ Κρόνου καὶ Ῥέας εὐδαιμονίαν, πικρὰ δελεάσματα τοῖς ὑπὸ τούτων ἁλισκομένοις ; ibid., VIII, 111 a (p. 16710-14) : οὐδ᾿ ὁτιοῦν εὑρίσκων ἀξίως τοσαύτης καινουργίας μετηλλαγμένον, ἀλλὰ καὶ ταξιάρχους τοὺς αὐτοὺς καὶ στρατηγοὺς καὶ λοχαγοὺς καὶ δορυφόρους καὶ στρατιώτας καὶ τὸ πλήρωμα τῆς γερουσίας, δικαιότατα δὴ τοῦτο ἀποσεσωσμένον.

34 Pacat., Pan. Theod. XXVI, 2 (p. 93 Galletier) : Hic aurum matronarum manibus extractum, illic raptae pupillorum ceruicibus bullae, istic dominorum cruore perfusum appendebatur argentum.

35 Pacat., Pan. Theod. XXV, 2 (p. 92 Galletier) : Vidimus redactas in numerum dignitates et exutos trabeis consulares et senes fortunarum superstites et infantum sub ipso sectore ludentium flendam securitatem ; ibid., XX, 1 (p. 86) : Pari benignitate cum plures adficere honoribus uelles quam honorum loca admitterent et angustior esset materia uoluntate nec mentem tuam quamuis diffusum caperet imperium, quem nondum aliquo prouexisti gradu tamen dignatione solatus es ; Claud., In Ruf. I, v. 299-300 (p. 29 Birt = vol. 1, p. 74 Charlet) : ditem spoliat, tu reddis egenti ; / eruit, instauras ; accendit proelia, uincis ; Id., IV Cons. Hon., v. 488-490 (p. 168 Birt = vol. 2, p. 38 Charlet) : Vt fortes in Marte uiros animisque paratos, / sic iustos in pace legis longumque tueris / electos, crebris nec succedentibus urges ; Id., Cons. Stil. II, v. 119-120 (p. 207 Birt) : Denique non diues sub te pro rure paterno / uel Laribus pallet. En revanche, le renouvellement fréquent du personnel administratif est porté au crédit de Constance II et de Constant dans leur panégyrique prononcé par Lib., Or. LIX, 164. Le même orateur illustre le retour de la prospérité en Gaule, sous l’action du César Julien, par la restauration des élites municipales : ibid., XVIII, 80.

36 Procop. Gaz., Pan. 5 (p. 818-19 Chauvot = p. 24435-2451 Ventrella) : ξένον δέ τι πρᾶγμα καὶ παρὰ φύσιν ὑπῆρχεν · ὁ γὰρ πλοῦτος τοὺς κεκτημένους ἐλύπει ; Prisc., Anast., v. 133 (p. 62 Chauvot) : Gaudes nunc proceres securos fidere uita. En guise de compliments introductifs au règne de cet empereur, on lit ces mots d’Evagr. Schol., Hist. eccl. III, 30 (p. 1251-3 Bidez - Parmentier): Οὗτος ὁ Ἀναστάσιος, εἰρηναῖός τις ὤν, οὐδὲν καινουργεῖσθαι παντελῶς ἠβούλετο, διαφερόντως περὶ τὴν ἐκκλησιαστικὴν κατάστασιν. Voir aussi Cecconi 2005, p. 291 et n. 55. Pour la datation haute de l’éloge de Priscien, voir Cameron 1974 ; pour une datation basse plus argumentée, voir A. Chauvot, Panégyriques, cit., p. 98-117.

37 Procop. Gaz., Pan. 5 (p. 826-29 Chauvot = p. 2456-8 Ventrella): Αὕτη τῆς ἡμετέρας εὐδαιμονίας ἀρχὴ καὶ κατάστασις πρώτη, τοῦτο πᾶσαν ἤγειρε πόλιν ταῖς εὐπραγίαις, ἐντεῦθεν ἀκμάζει τὰ καθ᾿ ἡμᾶς καὶ μεταβέβληται. Cf. Lyd., Mag. II, 19, 9 (p. 7512-14 Wünsch) : Κενόδοξος γὰρ ὢν ὁ Δομιτιανὸς τοῖς νεωτερισμοῖς ἔχαιρεν · ἴδιον δὲ τυράννων ἀνατρέπειν τὰ πάλαι καθεστηκότα.

38 Claud., Cons. Stil. I, v. 244-245 (p. 198 Birt) : Res auidi concire nouas odioque furentes / pacis et ingenio scelerumque cupidine fratres.

39 Mer., Pan. II, v. 90 (p. 14 Vollmer) : [maioru]m mores et pectora prisca fugabo ; ibid., v. 106-107, p. 15 : Aëtium coniunctus amor populique patrumque et procerum mens omnis habet. Voir aussi l’analyse détaillée de Clover 1971, p. 55-56. Plus récent, Stickler 2002, p. 117.

40 Voir Daly 1975, en particulier p. 31-32, où l’auteur montre comment l’absolutisme politique du Bas-Empire encourage Thémistios à circonscrire la φιλανθρωπία à la seule personne du souverain ; dans le même sens, voir Roberto 1997, p. 189-195 ; plus bref, Penella 2000, p. 200. Sur cette notion dans la législation romaine tardive et byzantine, voir les exemples réunis par Hunger 1964, p. 149-153.

41 Them., Or. X, 130 d-131 a (p. 19821-24 Schenkl - Downey) : Οὐ γὰρ οὕτως ἀνήκοός εἰμι Πλάτωνος τοῦ θεσπεσίου ὥστε τὰ αὐτοῦ μὴ μανθάνειν, ὅτι κολοβὸς καὶ βασιλεὺς καὶ νομοθέτης, ὃς πολεμεῖν μὲν ἱκανός, εἰρήνην δ᾿ ἄγειν οὐχ οἷός τε ; ibid., X, 132 c (p. 2018-9) : φιλάνθρωπος δὲ ἁπλῶς, καὶ βασιλεὺς ὃς μηδένα ἀνθρώπων ὅλως ἀλλότριον τῆς ἑαυτοῦ προνοίας ποιεῖται ; ibid., X, 140 b (p. 2138-10) : Εἰ δὲ ἐξ ὧν ἀπώλλυον οὗτοι τὰς ἐπικλήσεις ἐκομίζοντο δικαίως, πολλῷ σὺ δικαιότερον ἂν ἐξ ὧν περιεποίησας ὀνομάζοιο. Voir à ce sujet le commentaire de Straub 1943, p. 263-268. Cet article est repris dans Straub 1972, p. 195-219.

42 Them., Or. XV, 190 d (p. 2762-3 Schenkl - Downey) : Τοιγαροῦν ὧν τοῖς ὅπλοις οὐκ ἐκρατήσαμεν, τούτους τῇ σῇ πίστει προσηγαγόμεθα αὐτοκλήτους ; ibid., XV, 193 d-194 a (p. 27922-25) : καὶ πᾶσαι ἔσονταί σοι ἐκεῖθεν αἱ ἐπωνυμίαι, ὁ σωτήρ, ὁ πολιεύς, ὁ ξένιος, ὁ ἱκέσιος, τοῦ Γερμανικοῦ ὑψηλότερα ὀνόματα καὶ τοῦ Σαρματικοῦ ; ibid., XIX, 229 b (p. 33315-19) : Οὐδεὶς γὰρ ἐν ταῖς ἐπικλήσεσι τοῦ θεοῦ τὸν νικητὴν ἢ τὸν θριαμβευτὴν ἀνακαλεῖται ἢ τὸν Γερμανικὸν ἢ τὸν Σκυθικόν, ἀλλὰ τὸν φιλάνθρωπον καὶ τὸν εὐσεβῆ καὶ τὸν σωτῆρα. Ταύτης ἀνθεκτέον σοι τῆς ἀρετῆς. Sur l’adaptation de Thémistios à la nouvelle situation diplomatique, voir Heather - Moncur 2001 p. 211-213 et 216-218 ; Heather 2010, p. 203-208.

43 Them., Or. XVI, 211 a (p. 30121-23 Schenkl - Downey) : λόγου γὰρ καὶ φιλανθρωπίας αἱ νῖκαι τοιαῦται, οὐκ ἀνελεῖν, ἀλλὰ βελτίους ποιῆσαι τοὺς λελυπηκότας ; ibid., 211 a-b (p. 30127-3021) : Πότερον οὖν βέλτιον νεκρῶν ἐμπλῆσαι τὴν Θρᾴκην ἢ γεωργῶν ; Καὶ τάφων ἀποδεῖξαι μεστὴν ἢ ἀνθρώπων ; Καὶ βαδίζειν δι᾿ ἀγρίας ἢ δι᾿ εἰργασμένης ; Καὶ ἀριθμεῖν τοὺς πεφονευμένους ἢ τοῦς ἀροῦντας ; ibid., XVI, 211 d (p. 30225-26) : ληψόμεθα δ᾿ οὖν οὐκ εἰς μακρὰν ὁμοσπόνδους, ὁμοτραπέζους, ὁμοῦ στρατευομένους, ὁμοῦ λειτουργοῦντας. Sur la manipulation des événements et de l’histoire, voir aussi Straub 1943, p. 271-272, et surtout Portmann 1988, p. 187-188 ; de manière plus large, sur l’image des barbares dans les panégyriques latins du IVe siècle, voir la mise au point de Del Chicca 1991.

44 Sur ce traité, voir Pavan 1964, p. 5-6 ; Demougeot 1974, p. 154-157 ; Demougeot 1979, p. 151-153 ; Heather 1991, p. 158-165 ; Cesa 1994 p. 39-43 ; Errington 1996, p. 19-21 ; Heather - Moncur 2001, p. 257-264 ; Leppin 2003, p. 49-52 ; Wolfram 2005, p. 52-54 ; pour une position hypercritique, peu argumentée et rejetant l’existence même du traité de 382, voir Halsall 2007, p. 181-185.

45 Sur le contexte aulique des éloges, voir MacCormack 1976, p. 41-45 ; MacCormack 1981, p. 6-10 ; L’Huillier 1992, p. 111-113 et 305-315. Il est à noter que la franchise du discours de Synésios rendrait sa déclamation et sa publication improbables selon Brandt 2003, p. 63-69.

46 Syn. Cyr., Regn. 15 (PG 66, col. 1097 A-B = ibid., 21, 3, p. 129 Lamoureux) : ὁ δὲ τῷ πολέμῳ νικῶν ἐλέῳ παρὰ πλεῖστον ἡττᾶτο καὶ ἀνίστη τῆς ἱκετείας καὶ συμμάχους ἐποίει καὶ πολιτείας ἠξίου καὶ μετεδίδου γερῶν καὶ γῆς τι ἐδάσατο τοῖς παλαμναίοις Ῥωμαϊκῆς, ἀνὴρ τῷ μεγαλόφρονι καὶ γενναίῳ τῆς φύσεως ἐπὶ τὸ πρᾶον χρησάμενος ; ibid. 15 (PG 66, col. 1097 B = ibid., 21, 4, p. 129 Lamoureux) : Καί τινες ἐκφοιτῶσιν ἱπποτοξόται ξένοι παρὰ τοὺς ῥᾳδίους ἀνθρώπους, φιλοφροσύνην αἰτοῦντες παράδειγμα ἐκείνους τοὺς χείρους ποιούμενοι · καὶ προβαίνειν ἔοικεν τὸ κακὸν εἰς τὴν καλουμένην ὑπὸ τῶν πολλῶν πειθανάγκην.

47 Ibid. 14 (PG 66, col. 1092 D-1093 A = ibid., 19, 7, p. 125 Lamoureux) : Πρὶν οὖν εἰς τοῦτο ἤκειν ἐφ᾿ ὃ πρόεισιν, ἤδη ἀνακτητέον ἡμῖν τὰ Ῥωμαίων φρονήματα καὶ συνεθιστέον αὐτουργεῖν τὰς νίκας, μηδὲ κοινωνίας ἀνεχομένους, ἀλλ᾿ ἀπαξιοῦντας ἐν ἁπάσῃ τάξει τὸ βάρβαρον. Sur cet aspect du discours, voir Hagl 1997 p. 92-95.

48 Claud., Cons. Stil. I, v. 148-150 (p. 194 Birt) : Nulli barbariae motus ; nil turbida rupto / ordine temptauit nouitas, tantoque remoto / principe mutatas orbis non sensit habenas ; ibid., v. 162-163 (p. 195) : In quo tam uario uocum generumque tumultu / tana quies iurisque metus seruator honesti. Voir aussi Cameron 1970, p. 72-73 et 369-372.

49 Une belle métaphore picturale est présente dans le panégyrique de Gratien par Sym., Or. III, 5 (p. 25 Callu) : Digna tabula saeculis, digna pictura temporibus quibus magis utile uidemus eligi quam uolentes ! Une autre, qui a valeur de méthode biographique, est déjà développée par Plut., Cim. 2, 3-4.

50 Original par son paganisme militant peu consensuel, Libanios reconnaît l’existence d’améliorations techniques de l’armée sous Constance II et Julien, mais analyse leur défaite ou leur victoire en termes de vertu et de piété : voir Lib., Or. XII, 79 ; ibid., XVIII, 167-168 et 206.

51 Aphth., Prog. VIII, 12 (éd. et trad. Patillon, p. 1369-11) : [σοφία] νομοθετεῖ μὲν γὰρ ἐν εἰρήνης καιρῷ καὶ παντοδαποῖς ἡσυχίας εἴδεσι κέχρηται, τοῖς δὲ πολέμοις εἰσηγεῖται τὰς νίκας.

52 Lib., Or. LIX, 166 (vol. 4, p. 2931-7 Förster) : Τοσαύτης οὖν ἀρετῆς ἐν μέσῳ προκειμένης τί χρὴ μέγιστον τῶν ἁπάντων νομίσαι ; πότερον τὴν εὐγένειαν ἢ τὴν τροφήν ; καὶ πότερον τὴν δικαιοσύνην ἢ τὴν τῶν τρόπων σωφροσύνην ; καὶ πότερον τὴν πρὸς τοὺς πολεμίους ἀνδρίαν ἢ τὴν πρὸς ἀλλήλους συμφωνίαν ; καὶ πότερον τὴν πρὸς ἕκαστον φιλανθρωπίαν ἢ τὴν ἁπανταχοῦ σύνεσιν ;

53 Jul., Or. I, 10 c (p. 2151-52 Bidez) : ἀνδρεία, δικαιοσύνη, σωφροσύνη et φρόνησις ; ibid., III, 79 b (p. 15336-37) : ἀνδρεία, σωφροσύνη, φρόνησις et δικαιοσύνη ; ibid., III, 100 c (p. 17921-25) : δίκη, σωφροσύνη, ἀνδρεία et φρόνησις. Pour l’importance de ces vertus cardinales dans la pensée néoplatonicienne et l’œuvre de Julien, voir Curta 1995, p. 204-206. Les vertus du bon roi sont indiquées par Plat., Rep. IV, 428 a (σοφία, ἀνδρεία, σωφροσύνη, δικαιοσύνη), et Arist., Rh. I, 1366 b (δικαιοσύνη, ἀνδρεία, σωφροσύνη, μεγαλοπρέπεια, μεγαλοψυχία, ἐλευθεριότης, πραότης, φρόνησις, σοφία). Pour leur usage dans les panégyriques, voir Pernot 1986, p. 36-37 ; Pernot 1993, I, p. 166-172.

54 Claud. Mam., Grat. act. XXI, 4 (p. 34 Galletier) : Adhibeto tantum tibi gratuitas et paratu facillimas comites, iustitiam, fortitudinem, temperantiam atque prudentiam.

55 Them., Or. IX, 126 c-d (p. 19112-14 Schenkl - Downey) : Ὃν δὲ χρὴ καλεῖσθαι σωτῆρα, ὃν βουλαῖον, ὃν πολιοῦχον, τὰς τοῦ Διὸς ἐπωνυμίας, τὴν τοῦ Διὸς αὐτῷ κτητέον σωφροσύνην καὶ φιλοσοφίαν.

56 Auson., Grat. act. V, 20 (p. 2220-22 Schenkl) : Auguste iuuenis, caeli tibi et humani <generis> rector hoc tribuat, ut praelatus antiquis, quos etiam elegantia sententiae istius antecessisti, uincas propria singulorum : in Menelao regiam dignationem, in Vlixe prudentiam, in Nestore senectutem ; ibid., XIV, 67 (p. 2718-20) : In illa uero sede, ut ex more loquimur, consistorii, ut ego sentio, sacrarii tui, nullus umquam superiorum aut dicenda pensius cogitauit aut consultius cogitata disposuit aut disposita maturius expediuit. Cinq superlatifs, fortissimus, liberalissimus, indulgentissimus, consultissimus et piissimus, qualifient ailleurs cet empereur : ibid., II, 7 (p. 203-10).

57 Anth. Pal. XV, 9, v. 5-6 (p. 127 Buffière) : ἐς πινυτὴν δ᾿ Ὀδυσῆι δαΐφρονι πᾶν σε ἐίσκω, / ἀλλὰ κακῶν ἀπάνευθε δόλων.

58 Him., Or. XII, 23 (p. 9687-88 Colonna) : ἄκρος σοφίαν, δεινὸς εἰπεῖν, ἀνάλωτος φιλίᾳ, γενναῖος ἐν φόβοις, ὑψηλὸς ἰδιώτης, ἄρχων ἐπιεικής.

59 Claud., Epith. Hon., v. 314-315 (p. 138 Birt = vol. 2, p. 79 Charlet) : Quod semper dissilit (dissidet), in te / conuenit, ingenio robur, prudentia forti. Voir aussi le commentaire de Guipponi-Gineste 2010, p. 182.

60 Syn. Cyr., Regn. 3 (PG 66, col. 1064 C = ibid., 7, 5, p. 95 Lamoureux) : Κόσμος μὲν οὖν βασιλέως ἀρεταὶ πᾶσαι · φρόνησις δὲ ἁπασῶν βασιλικωτέρα.

61 Procop. Gaz., Pan. 10 (p. 1314-15 Chauvot = p. 2526-7 Ventrella) : οἷα πατὴρ ἀγαθὸς σωφρονεῖν μόνον παιδεύσας ; Prisc., Anast., v. 137-139 (p. 62 Chauvot) : Perdita res populi fuerat sub tempore diro, / restituit tamen hanc domini prudentia mira, / perficiens firmum quod cepit debile regnum. Ajoutons également un éloge fragmentaire, sans doute adressé à cet empereur, mais faussement attribué au poète Pamprépios (cf. Viljamaa 1968, p. 56) et connu par le P. Vindob. 29788 : Heitsch 1961, p. 110, fr. XXXV, 1, recto, v. 15-16 : τοῖος ἐὼν βασιλεύς τ᾿ ἀγαθὸς κρατε[ρὸς] / [σ]ῇσι σαοφροσύνῃσι τεὴν παρακάτθ[εο].

62 À Théodose Ier, par exemple, se destine cette formule de Them., Or. XVII, 214 a (p. 30617-18 Schenkl - Downey) : Καὶ ἤνεγκεν ὁ καθ᾿ ἡμᾶς χρόνος βασιλείαν αἰσθανομένην τῶν τοῖς παλαιοῖς δεδογμένων ; de même, Claud., Cons. Stil. III, v. 112 (p. 224 Birt) : Et patrias iterum clemens exerceat artes. Plus original, car adressé à une femme certes de pouvoir, ce compliment de Claud., Laus Seren., v. 140 (p. 324 Birt) : Prisca puellares reuerentia transilit annos.

63 Ainsi toutes les réformes ou plutôt les entreprises de restauration portées au crédit de Julien (cursus publicus, administration provinciale, fiscalité civique, curies, paganisme) sont présentées comme la correction d’abus ou de dérèglements antérieurs chez Lib., Or. XIII, 42-43 et 45 ; ibid., XVII, 9 ; ibid., XVIII, 142-148. Pour le discours XIII, voir le commentaire de Wiemer 1995, p. 101-110.

64 Voir à ce sujet Chausson 2003, p. 117.

65 Jul., Or. II, 124 c (p. 9829-31 Bidez) : τὴν ἐμπειρίαν, δι᾿ ἣν ὁ πρεσβύτης ἔχει τι λέξαι τῶν νέων σοφώτερον. Cf. Eur., Phoen., v. 529-530 : ἀλλ᾿ ἡμπειρία ἔχει τι λέξαι τῶν νέων σοφώτερον. Sur ce discours, qui flatte autant sa destinataire que son époux et son auteur, voir Tougher 1998 ; Weber 2010, p. 269-270.

66 Lib., Or. LIX, 46 (vol. 4, p. 23022-2312 Förster) : τῷ μὲν χρόνῳ τῆς ἡλικίας εἰς παῖδας τελοῦντες ἔτι, τῷ δὲ τῆς συνέσεως ὀξυτέρῳ τοῖς πρεσβυτέροις ἁμιλλώμενοι.

67 Them., Or. I, 17 a (p. 2317-20 Schenkl - Downey) : βασιλεὺς δὲ ἅτε νῷ κυβερνώμενος γαληνιάζειν ἀναγκάζει τὸν κλύδωνα τῆς ἡλικίας, καὶ ἐπ᾿ αὐτοῦ μόνου τὸ « πατὴρ ὣς ἤπιος ἦεν » ἁρμόττει μὲν διὰ τὴν ἀρετήν, οὐχ ἁρμόττει δὲ διὰ τὸν χρόνον. La citation provient d’Il., XXIV, v. 770.

68 Them., Or. XIII, 170 c-d (p. 24425-2452) : Ἡ δὲ σὴ νεότης τῷ Κύρου γήρᾳ συναριθμηθήσεται καὶ τῇ Μάρκου ἀκμῇ ἡ σὴ ἐφηβία ; Him., Or. XII, 24 (p. 9693-94 Colonna) : Πρεσβύτης τις ἦν, σεμνὸς ἰδεῖν, ἀρχαῖος τὸν βίον, τὸν λόγον ὅμοιος.

69 Sym., Or. I, 3 (p. 2 Callu) : cum familiae uestrae natura permitteret ut cautela patris in puero nil timeret, cur tardaret aetas quem tot exempla generis adserebant ?

70 Ibid., III, 2 (p. 24) : Salue noui saeculi spes parta et in gremio rei publicae nutricis adolesce, laetitia praesentium, securitas posterorum ; ibid., III, 3 (p. 24) : Errat quisquis ideo censet aetatem. Pro senibus puer dimicas, pro liberis nostris aequaeuus insudas ; ibid., III, 7 (p. 25-26) : Agnosco in te non adumbrata uestigiis sed expressa ueterum signa uirtutum.

71 Auson., Grat. act. V, 20 (p. 2220-22 Schenkl) : Auguste iuuenis, caeli tibi et humani <generis> rector hoc tribuat, ut praelatus antiquis, quos etiam elegantia sententiae istius antecessisti, uincas propria singulorum : in Menelao regiam dignationem, in Vlixe prudentiam, in Nestore senectutem ; ibid., XIV, 66 (p. 2714) : In uino cuius senis mensa frugalior ? ; ibid., XIV, 67 (p. 2718-20) : In illa uero sede, ut ex more loquimur, consistorii, ut ego sentio, sacrarii tui, nullus umquam superiorum aut dicenda pensius cogitauit aut consultius cogitata disposuit aut disposita maturius expediuit.

72 Anth. Pal. XV, 9, v. 6-8 (p. 127 Buffière) : Πυλίου δὲ γέροντος / ἶσον ἀποστάζεις, βασιλεῦ, μελιηδέα φωνήν, / πρὶν χρόνον ἀθρήσεις τριτάτην ψαύοντα γενέθλην.

73 Claud., Cons. Prob. et Olybr., v. 154-155 (p. 9 Birt = p. 72 Taegert = vol. 1, p. 15-16 Charlet) : Sed grauibus curis animum sortita senilem / ignea longaeuo frenatur corde iuuentus ; Id., Panégyrique du consulat de Mallius Theodorus, v. 18-20 (p. 177 Birt) : Traxit iter primaeque senes cessere iuuentae. / Iam tum canities animi, iam dulce loquendi / pondus et attonitas sermo qui duceret aures. À propos du premier texte, voir en guise d’introduction Wheeler 2007 ; une bibliographie est également fournie par Guipponi-Gineste 2010, p. 141, n. 35.

74 Sur ce motif littéraire, davantage étudié pour le Haut-Empire que le Bas-Empire, voir Carp 1980 ; Taegert, Claudius Claudianus, cit. n. 6, p. 177 ; Heil 2000 avec la mention de plusieurs exemples bibliques. Malgré son titre, le thème littéraire n’est pas abordé dans l’article consacré au prophète étrusque Tagès par Haack 2003. À propos du panégyrique considéré comme miroir du prince au Bas-Empire, voir Hadot 1972, col. 603-607 ; L’Huillier 1992, p. 132-139.

75 À propos de la rencontre entre Constance III et le jeune Avitus, on lit cette remarque de Sidon., Pan. Avit., v. 212-214 (p. 208 Luetjohann = p. 62 Loyen) : indole defixus tanta et miratus in annis / paruis grande bonum uel in ore precantis ephebi / uerba senis ; de même, au sujet de Procopius, le père d’Anthémius, Id., Panégyrique d’Anthémius, v. 76-77 (p. 176 Luetjohann = p. 7 Loyen) : Stupuit primis se Parthus in annis / consilium non ferre senis.

76 Claud., Epith. Hon., v. 325-327 (p. 138 Birt = vol. 2, p. 80 Charlet) : Canities festina uenit. Cum sorte remota / contingat senio grauitas uiresque iuuentae, / utraque te cingit propriis insignibus aetas.

77 Syn. Cyr., Calv. 23 (PG 66, col. 1205 B) : ἂν δὲ φιλόσοφον ἐπαγγείλῃς ἢ ζάκορον, μέλλει τις ἑστάναι φαλακρὸς ὑπόσεμνος ἐν τῷ πίνακι. Τουτὶ γάρ ἐστι τοὐπίσημον τοῦ νομίσματος.

78 Id., Regn. 3 (PG 66, col. 1064 b-c = ibid., 7, 3, p. 95 Lamoureux) : Καὶ ἐγὼ τοῦτο τῶν σοφῶν Αἰγυπτίων ἐθαύμασα · τὸν Ἑρμῆν, Αἰγύπτιοι διπλῆν ποιοῦσι τὴν ἰδέαν τοῦ δαίμονος, νέον ἱστάντες παρὰ πρεσβύτῃ, ἀξιοῦντες, εἴπερ τις αὐτῶν μέλλοι καλῶς ἐφορεύσειν, ἔννουν τε εἶναι καὶ ἄλκιμον, ὡς ἀτελὲς εἰς ὠφέλειαν θάτερον παρὰ θάτερον.

79 Emblématique, bien qu’adressé à un magistrat, ce conseil de Claud., Cons. Mall. Theod., v. 336-337 (p. 188 Birt) : Accipiat patris exemplum tribuatque nepoti / filius et coeptis ne desit fascibus heres. De même, Sidon., Epith. Rur. et Hiber. (= carmen 11), v. 132-133 (p. 230 Luetjohann = p. 102 Loyen) : Sint nati sintque nepotes ; / cernat et in proauo sibimet quod pronepos optet.

80 Sym., Or. I, 2 (p. 2 Callu) : Vicisti experientiam singulorum, qui habes omnium.

81 Pacat., Pan. Theod. VII, 5 (éd. et trad. Galletier, p. 74-75) : et ceteris quae innumera congruebant anni quoque suum iunxere suffragium, qui soli in homine perfecti bono duarum potiuntur aetatum, uirtute iuuenum et maturitate seniorum. À noter que l’édition ici retenue indique par erreur iunenum. Voir également le commentaire de Lippold 1968, p. 232-234.

82 Sidon., Pan. Avit., v. 597-598 (p. 217 Luetjohann = p. 77 Loyen) : En princeps faciet iuuenescere maior, / quam pueri fecere senem. Voir aussi Watson 1998, p. 184-185.

83 Sidon., Pan. Anth., v. 99-100 (p. 176 Luetjohann = p. 8 Loyen) : Iam tu ad plectra ueni, tritus cui casside crinis / ad diadema uenit.

84 De manière assez paradoxale, l’avènement de Julien équivaut, dans son éloge funèbre, à une résurrection de l’Empire selon Lib., Or. XVIII, 281 (vol. 2, p. 35913-14 Förster) : Οὐ τὴν οἰκουμένην ὥσπερ λειποψυχοῦσαν ἔρρωσεν ; Un exemple plus remarquable encore de cette conception « anthropique » de l’État romain est fourni par Claud., Cons. Stil. II, v. 201-205 (p. 210 Birt) : Te sospite fas est / uexatum laceri corpus iuuenescere regni. / Sub tot principibus quaecumque amisimus olim, / te reddis. Solo poterit Stilichone medente / crescere Romanum uulnus tectura cicatrix.

85 Plin., Pan. XLVI, 6 (p. 46 Durry) : Castigauerunt uitia sua ipsi qui castigari merebantur, iidemque emendatores qui emendandi fuerunt ; ibid., LIII, 1 (p. 53) : Omnia, patres conscripti, quae de aliis principibus a me aut dicuntur aut dicta sunt eo pertinent ut ostendam quam longa consuetudine corruptos deprauatosque mores principatus parens noster reformet et corrigat ; ibid., LXVI, 2 (p. 67) : Inluxerat primus consulatus tui dies, quo tu curiam ingressus nunc singulos, nunc uniuersos adhortatus es resumere libertatem, capessere quasi communicus imperii curas, inuigilare publicis utilitatibus et insurgere. Il est à noter que, quatre siècles plus tard, l’interdiction des pantomimes est réitérée par l’empereur Anastase d’après Procop. Gaz., Pan. 16 (p. 1721-189 Chauvot = p. 2581-7 Ventrella).

86 Claud. Mam., Grat. act. IV, 3 (p. 19 Galletier) : Sed emendatio morum iudicorumque correctio et difficile luctamen et periculi plenum negotium fuit.

87 Pacat., Pan. Theod. XIII, 2 (p. 80 Galletier) : impendia palatina minuendo nec solum abundantem reiciendo sumptum, sed uix necessarium usurpando dimensum, quod natura difficillimum est emendasti uolentes.

88 Claud. Mam., Grat. act. XVIII, 6 (p. 31 Galletier) : Denique omnes in emendo uidemus repensandi fiducia magno erectoque animo aurum argentumque depromere ; ibid., XXI, 4 (p. 34) : Adhibeto tantum tibi gratuitas et paratu facillimas comites, iustitiam, fortitudinem, temperantiam atque prudentiam. Sur le caractère conformiste de ces propos, voir le commentaire de Seager 1983, p. 156-157 ; également L’Huillier 1992, p. 316-317 ; Lassandro 2000, p. 51-58.

89 Sym., Or. I, 23 (p. 10 Callu) : Possum dicere fugato ambitu uirtuti redditas dignitates nec iam ad honorum infulas opibus uiam patere sed moribus. Cf. Amm. Marc. XXX, 9, 3.

90 Them., Or. VIII, 116 d-117 a (p. 17511-1761 Schenkl - Downey) : Ἆρ᾿ οὖν ταξιάρχους μὲν καὶ λοχαγοὺς ἐξετάξεις καὶ ἡ ξυνωρίς σοι τῶν στρατηγῶν ἐστιν ἐκκεκαθαρμένη, τοὺς δὲ εἰρηνικοὺς ἄρχοντας τούτους περιορᾷς καὶ λαθεῖν ἔνεστι δώρων ἁλόντα, ἢ προσεισπράξαντα τοῖς ὡρισμένοις, ἢ παρανόμως γνόντα, ἢ παροινήσαντα ἄλλως εἰς τοὺς ὑπηκόους ; (…) Τοιγαροῦν σπάνιν ἐποίησας τῶν σπουδαρχούντων, καὶ οὐ πρόκειται νῦν ἀρχῶν ἀγορά, οὐδὲ προκηρύττονται αἱ τῶν ἐθνῶν ἐπιτροπεῖαι, ὥσπερ τὰ ὤνια, ἀλλὰ τὸ ἀρχαῖον τίμημα ἐπανελήλυθε δικαιοσύνῃ καὶ ἐμπειρίᾳ. Voir aussi le commentaire de Cecconi 2005, p. 289.

91 Them., Or. XIII, 175 c (p. 25116-20 Schenkl - Downey) : Οἰμωγὴ δὲ ἐξελήλαται τῶν ἀρχείων καὶ τὰ βασανιστήρια δὲ πλέω εὐρῶτος. Λογισταὶ δὲ ἀλιτήριοι καὶ παλαμναίοι πρακτῆρες ἐξώρων ἐλλειμμάτων καὶ ἐξιτήλων φρούδοι καὶ ἀνώνυμοι ἤδη, καὶ πῦρ ἅπαντα αὐτῶν τὰ ζώπυρα ἐπενείματο.

92 Auson., Grat. act. II, 3 (p. 2014-15 Schenkl) : palatium, quod tu, cum terribile acceperis, amabile praestitisti ; ibid., XVI, 73 (p. 287-8) : Vel illud unum cuius modi est de condonatis residuis tributorum : quod tu quam cumulata bonitate fecisti !

93 Them., Or. XV, 190 c (p. 27519-24 Schenkl - Downey) : Εἰσφοιτᾷ δὲ εἰς τὰ βασίλεια πατάσσων οὐδεὶς τὴν καρδίαν οὐδὲ τοὺς ὀδόντας ἀράσσων οὐδὲ χλωρὸς ὑπὸ δέους, ἀλλ᾿ εὐέλπιδι τῇ γνώμῃ καὶ ἀνεστηκυίᾳ ὥσπερ εἰς τὰ ἄσυλα τῶν ἱερῶν · οὕτω σοι ἵλεω μὲν τὰ ὄμματα, ἀθόρυβος δὲ ἡ φωνή, γαλήνη δὲ ἐπικέχυται παντὶ τῷ προσώπῳ.

94 Claud., III Cons. Hon., v. 186-188 (p. 148 Birt = vol. 1, p. 46 Charlet) : Cumque suo demens expellitur Ambitus auro. / Non (Nec) dominantur opes nec corrumpentia sensus / dona ualent : emitur sola uirtute potestas.

95 Id., In Eutr., I, v. 414-416 (p. 89 Birt) : Pridem tolerare fatemur / hoc genus, Arsacio postquam se regia fastu / sustulit et nostros corrupit Parthia mores ; ibid., II, v. 462-463 (p. 113) : Iam uaga pallentem densis terroribus aulam / fama quatit. Voir également le commentaire de Zarini 2007, p. 51-52.

96 Par exemple, on lit dans le panégyrique de Constance II et Constant par Lib., Or. LIX, 156 (vol. 4, p. 28812-16 Förster) : Νῦν δέ γε πολὺς μὲν ἐκ βασιλέων πλοῦτος εἰς τοὺς ὑπηκόους μεταρρεῖ, πανταχοῦ δὲ τὸ βέβαιον τῇ φιλοτιμίᾳ συνέζευκται καὶ τοῖς λαμβάνουσιν οὐ μείζων ἡδονὴ τοῦ λαβεῖν ἢ τοῦ μετ᾿ ἀσφαλείας ἔχειν ; dans le second panégyrique de Constance II, on lit cette formule de Jul., Or. III, 86 c-d (p. 16227-29 Bidez) : πολλοὺς μὲν εὖ ποιεῖν δύνασθαι, χαρίζεσθαι δὲ ἅπασιν ὅτου ἂν τύχωσιν ἐνδεεῖς ὄντες ; ou ces formules de Them., Or. XXXIV, 17 (p. 22416-18 Schenkl - Downey - Norman) : Τί δ᾿ ἂν καινότερον χρυσοῦ τὴν αὐτὴν ὁδὸν ἐκ τῶν ταμιείων ἐπανιόντος πρὸς τὸν ἀδίκως εἰσπεπραγμένον ; ibid. (p. 22420-22) : Τὸ δὲ καὶ τοῖς χρήσασθαι δεηθεῖσι δοῦναι δωρεὰν καὶ πλείονός γε δοῦναι δωρεὰν ἢ ὅσῳ χρῆσθαι ᾔτησε.

97 Claud. Mam., Grat. act. X, 3 (p. 25 Galletier) : Maximum tibi praebet parsimonia tua, Auguste, uectigal. Sur la frugalité personnelle et la libéralité publique de Julien, voir Blockley 1972, p. 442-445.

98 Sym., Or. II, 31 (p. 23 Callu) : Moderatum est quod penditur, quia simul sumitis, amplissimum quod geritur, quia certatim ambo praestatis.

99 Them., Or. VIII, 112 d-113 a (p. 1704-10 Schenkl - Downey) : Ὁ γὰρ κύκλος εἰς ἑαυτὸν οὗτος περίεισι (…) τοὺς βασιλέας ὁρῶμεν εἰς οὓς προΐενται, παρ᾿ ἐκείνων καὶ ἐρανίζοντας. Τὸ τοίνυν κεφάλαιον τοῦ λόγου τοῦτό ἐστιν, ὅτι ὅσῳπερ ἂν ἐλάττω προσάγηται βασιλεύς, τοσούτῳ πλείω δωρεῖται.

100 Pacat., Pan. Theod. XXVII, 5 (p. 94 Galletier) : quicquid in ciues manat a principe redundet in principem, et rei et famae bene consulit munificus imperator.

101 Auson., Grat. act. VIII, 39 (p. 2414-16 Schenkl) : tu, inquam, Gratiane, qui hoc non singulis factis, sed perpetua grate agendi benignitate meruisti, cui, nisi ab auo deductum esset, ab omnibus adderetur ; ibid. XVI, 72 (p. 285-7) : Neque uero unum aliquod bonum uno die praestas, sed indulgentias singulares per singula horarum momenta multiplicas.

102 Claud., In Ruf. I, v. 215-216 (p. 26 Birt = vol. 1, p. 69 Charlet) : Viuitur exiguo melius ; natura beatis / omnibus esse dedit, si quis cognouerit uti ; Id., Cons. Stil. II, v. 152-153 (p. 208 Birt) : Anteuenis tempus non expectantibus ultro / munificus. Cf. De rebus bellicis, II, 8 (p. 1221-1425 Giardina) : Denique paulisper felicium temporum reuolue memoriam, et antiquae paupertatis famosa regna considera quas agros colere et abstinere opibus norant, qua haec honoris laude per omne aeuum frugalitas incorrupta commendent.

103 Syn. Cyr., Regn. 13 (PG 66, col. 1089 C = ibid., 17, 9, p. 121 Lamoureux) : βασιλείας ἐξοριστέον εἶναι τῦφον καὶ πολυτέλειαν, ὡς οὐ μετὸν αὐτῇ τῶν ἀλλοτρίων ; ibid., 20 (PG 66, col. 1104 A = ibid., 26, 1, p. 135 Lamoureux) : Χαρακτῆρα βασιλείας εὐεργεσίαν ἐτίθεμεν · τὸν δωρητικὸν πάλιν, τὸν ἀγαθόν, τὸν ἵλεων, τὰς ὁμωνυμίας ἀναπεμπάζομεν τοῦ θεοῦ. Non sans raison, les avis donnés par Synésios à Arcadius passent pour convenus et vagues : Cameron - Long 1993, p. 119 et 137-139.

104 Anth. Pal. XV, 9, v. 1-4 (p. 126 Buffière) : Πάντα μὲν Αἰακίδαο φέρεις ἀριδείκετα ἔργα / νόσφι λοχαίου ἔρωτος · ὀιστεύεις δ᾿ ἅτε Τεῦκρος, / ἀλλ᾿ οὔ τοι νόθον ἦμαρ · ἔχεις δ᾿ ἐρικυδέα μορφὴν / τὴν Ἀγαμεμνονέην, ἀλλ᾿ οὐ φρένας οἶνος ὀρίνει.

105 Procop. Gaz., Pan. 17 (p. 1812-14 Chauvot = p. 2589-11 Ventrella) : Οὐ γὰρ ἀρκεῖν ἡγήσω μέχρι τῆς κοινῆς χρείας τὴν φιλανθρωπίαν ἐκτείνειν, ἀλλ᾿ ὥσπερ εὐεργετεῖν ἀεὶ ποθῶν ἐπισκοπεῖς τοὺς εὖ παθεῖν δεομένους ; Prisc., Anast., v. 155 (p. 62 Chauvot) : Diuitias temnit, quo prodest omnibus unus.

106 Lib., Or. LIX, 15 (vol. 4, p. 2168-11 Förster) : καταλαμβανούσης δὲ δαπανημάτων ἀνάγκης ἤρκει κηρύξαι τὴν χρείαν καὶ πάντα ἦν χρημάτων μεστὰ ἑκόντων διδόντων τοῖς πέλας ; Jul., Or. I, 21 d (p. 3516-18 Bidez) : ἐμμένων δὲ οἶμαι τοῖς ἀρχαίοις, πλὴν εἴ που πρὸς βραχὺ καὶ πρὸς εὔκαιρον ἐχρῆν αἰθέσθαι δαπανηροτέρων τῶν λειτουργημάτων ; Them., Or. VIII, 113 c (p. 1711-4 Schenkl - Downey) : εὖ καὶ πάνυ σοφῶς ἐννοήσας ὅτι τὸ μὲν αὔξειν τὰ δυσχερῆ κατὰ μικρὸν αἱρετώτερον · οὕτως γὰρ ἂν κλέπτοι τὴν αἴσθησιν ἡ τῆς δυσχερείας προσθήκη.

107 Pour la hausse de l’annone, voir ibid., XVIII, 222 a (p. 32011-13) : οὑκ ἐκτείνει μόνον, ἀλλὰ καὶ ἐπαύξει τὸ σιτηρέσιον, ὅτε ἀγαπητὸν ἦν μὴ ἐλαττῶσαι ; pour l’abolition du chrysargyre, voir Procop. Gaz., Pan. 13-14 (p. 1515-1720 Chauvot = p. 25417-25627 Ventrella) ; cf. Prisc., Anast., v. 152-153 (p. 62 Chauvot) : Quae pater et dominus terrae deleuit in aeuum / argenti releuans atque auri pondere mundum. Pour la première mesure, voir l’ouvrage classique de Durliat 1990, p. 254-255 et n. 195 ; pour la seconde mesure, voir les récentes mises au point de Haarer 2006, p. 194-197 ; Meier 2009, p. 121-124.

108 E.g. Constance II est congratulé pour l’embellissement de Constantinople par Them., Or. IV, 60 c-d (p. 86 Schenkl - Downey) ; Valens est loué pour son aqueduc et ses travaux en Thrace : ibid., XI, 151 c-152 d (p. 227) ; ibid., XIII, 168 a-c (p. 241) ; Théodose Ier pour l’expansion urbaine de la capitale orientale : ibid., XVIII, 222 b-223 a (p. 320-322) ; son fils cadet pour la restauration des remparts de Rome : Claud., VI Cons. Hon., v. 531-536 (p. 254 Birt) ; d’innombrables travaux de réfection ou de construction à Hiérapolis de Syrie, Constantinople, Alexandrie et ailleurs sont portés au crédit d’Anastase : Procop. Gaz., Pan. 7 et 18-21 (p. 1030-114 et 1820-2025 Chauvot = p. 24625-24829 et 25816-26031 Ventrella) ; Prisc., Anast., v. 184-192 et 266-269 (p. 63-64 et 66 Chauvot). Sur ce programme monumental, voir Haarer 2006, p. 230-245 ; de manière plus large, sur l’idéologie des largesses impériales au Bas-Empire : Delmaire 1989, p. 531-533.

109 L’orateur se fait le « porte-parole des valeurs d’une communauté » selon L’Huillier 1992, p. 111.

110 Claud. Mam., Grat. act. XV, 1 (p. 28 Galletier) : Cis pauculos dies in nouum ac florentem statum re publica restituta, sacra mens ad honorum fastigia et magistratuum ornamenta respexit ; Sym., Or. III, 9 (p. 27 Callu) : Et uere, si fas est praesagio futura conicere, iamdudum aureum saeculum currunt fusa Parcarum ; Them., Or. XIV, 180 c-d (p. 2609-13 Schenkl - Downey) : Ἡβᾶν δὲ αὖθις ὑπέλαβον, ἡνίκα ἐπυθόμεν ἐν γράμμασι παρὰ τοῦ κρατίστου τῶν ἡμετέρων ζακόρων ὄψεσθαι τὴν χρυσῆν γενεὰν ἐπανήκουσαν, ὄψεσθαι ἡμᾶς βασιλείαν ὁλόκληρον καὶ ἀρτίπουν, λάμπουσαν τοῖς κάλλεσιν ἀμφοτέροις, τῆς τε ψυχῆς καὶ τοῦ σώματος ; Claud., Cons. Hon., v. 182-184 (p. 147-148 Birt = vol. 1, p. 46 Charlet) : Natorum per regna uenis, qui mente serena / maturoque regunt iunctas moderamine gentes, / saecula qui rursus formant meliore metallo ; Id., In Ruf. I, v. 51-52 (p. 20 Birt = vol. 1, p. 59 Charlet) : En aurea nascitur aetas, / en proles antiqua redit ; ibid., I, v. 372 (p. 32 Birt = vol. 1, p. 79 Charlet) : Iamque aderit laeto promissus Honorius aeuo ; Id., Cons. Stil. II, v. 333-335 (p. 214-215 Birt) : tincta simul repetito murice fila / contulimus pensis et eodem neuimus auro, / aurea quo Lachesis sub te mihi saecula texit ; ibid., II, v. 449-450 (p. 219) : Eximia regione domus, contingere terris / difficilis, rutili stabat grex aureus anni ; ibid., II, v. 474-476 (p. 219) : Aureus et nomen praetendit consulis Annus : / inque nouos iterum reuoluto cardine cursus / scribunt aethereis Stilichonem sidera fastis ; Sidon., Pan. Avit., v. 600-602 (p. 218 Luetjohann = p. 77 Loyen) : Felix tempus neuere sorores / imperiis, Auguste, tuis et consulis anno / fulua uolubilibus duxerunt saecula pensis ; Id., Pan. Anth., v. 102-104 (p. 176 Luetjohann = p. 8 Loyen) : Cunabula uestra / imperii fulsere notis et praescia tellus / aurea conuerso promisit saecula fetu ; Procop. Gaz., Pan. 23 (p. 2110-12 Chauvot = p. 2629-10 Ventrella) : Ἀλλὰ γὰρ ἡμῖν τὸ χρυσοῦν ἐκεῖνο γένος τὸ μέχρι λόγων ᾀδόμενον μόλις ἀπέδειξε τοῖς ἔργοις ὁ χρόνος.

111 Sur les principes de τάξις et d’οἰκονομία, c’est-à-dire d’ordre sacralisé et d’accommodement raisonnable, voir Ahrweiler 1975, p. 134-136 et 142.

112 Jul., Ep. 89, 453 b (p. 15318-21 Bidez) : φεύγω τὴν καινοτομίαν ἐν ἅπασι μέν, ὡς ἔπος εἰπεῖν, ἰδίᾳ δὲ ἐν τοῖς πρὸς τοὺς θεούς, οἰόμενος χρῆναι τοὺς πατρίους ἐξ ἀρχῆς φυλάττεσθαι νόμους, οὓς ὅτι μὲν ἔδοσαν οἱ θεοί, φανερόν. Nous devons cette référence à Dvornik 1966, p. 665-666. Il faut mettre cette critique de l’innovation en parallèle avec la dénonciation, par le même Julien, de l’héritage politique de Constantin d’après le témoignage d’Amm. Marc., XXI, 10, 8 (t. 3, p. 66 Fontaine) : Tunc et memoriam Constantini, ut nouatoris turbatorisque priscarum legum et moris antiquitus recepti, uexauit. Voir également Claud., Cons. Stil. II, v. 326-327 (p. 214 Birt) : Plus est seruasse repertum, / quam quaesisse nouum ; Sidon., Pan. Anth., v. 12 (p. 174 Luetjohann = p. 4 Loyen) : nil natura nouat. Sur cet attachement au passé, voir Watson 1998, p. 194. Il faut citer, en écho à ces textes, mais en relation avec la question de l’itération du baptême et de l’ordination, la formule du pape Étienne Ier transmise par Cypr., Ep. LXXIV, 2 (p. 280 Bayard) : Nihil innouetur nisi quod traditum est. Nous devons cette référence à Ladner 1959, p. 139, cf. p. 298 et 304-306.

113 Burdeau 1964, p. 53.

114 Lib., Ep. LIX, 162 (vol. 4, p. 2917-13 Förster) : Ἀπὸ τῆς αὐτῆς δὴ γνώμης καὶ τὴν τῶν ἀμφισβητημάτων διάγνωσιν εἰς τοὺς ὑπάρχους ἀπώσαντο. Σκοπούμενοι γὰρ εὕρισκον νόμων μὲν ἰσχὺν ἡττωμένην βασιλικῆς ἐξουσίας, ψυχὴν δὲ βασιλέως εἴκουσαν ὄψει δακρύων. Ἔδεισαν οὖν μὴ πρὸς τὰς ἀντιβολήσεις καὶ τοὺς ὀδυρμοὺς ἐπικλασθέντες φιλανθρωπότερα πλέον ἢ νομιμώτερα κρίνωσι. Sur la primauté de la loi, voir aussi Lagacherie 2006, p. 460-468.

115 Jul., Or. III, 88 d (p. 16528-29 Bidez) : φύλαξ δὲ ὢν ἀγαθὸς τῶν νόμων, ἀμείνων ἔσται δημιουργός, εἴ ποτε καιρὸς καὶ τύχη καλοίη ; ibid., III, 89 c (p. 16611-12): Νομοθετῶν δὲ ὑπὲρ τῶν τοιούτων, ὕβριν μέν καὶ χαλεπότητα καὶ πικρίαν τῶν τιμωριῶν ἀφαιρήσει ; ibid., III, 100 c (p. 17921-22) : τὴν δίκην μὲν ἐπὶ τὸ κρεῖττον καὶ πρᾳότερον μετατιθείς.

116 Sur cette notion centrale, voir Dagron 1968, p. 128-134 ; Aalders 1969, p. 319-320 sur l’infériorité de la loi écrite et la supériorité du souverain, deux leitmotive de la pensée politique de Thémistios ; Chauvot, Panégyriques de l’empereur Anastase Ier, cit. n. 6, p. 187 et 195. À propos des origines philosophiques de ce concept, voir Squilloni 1990. Enfin, sur cette notion dans la législation byzantine, voir les exemples réunis par Hunger 1964, p. 118-122.

117 Them., Or. I, 15 b (p. 2110-14 Schenkl - Downey) : Ὁ δὲ φιλάνθρωπος βασιλεὺς τῷ μὲν γράμματι συγγινώσκει τῆς πρὸς τὸ ἀκριβὲς ἀσθενείας, προστίθησι δὲ καὶ αὐτὸς ὁπόσον ἐκείνῳ ἀδυνατεῖ, ἅτε, οἶμαι, καὶ αὐτὸς νόμος ὢν καὶ ὑπεράνω τῶν νόμων ; ibid., V, 64 b-c (p. 9319-943) : Ἀλλὰ βούλει γνῶναι τὴν παρὰ φιλοσοφίας συντέλειαν ; Νόμον ἔμψυχον εἶναί φησι τὸν βασιλέα, νόμον θεῖον ἄνωθεν ἥκοντα ἐν χρόνῳ τοῦ δι᾿ αἰῶνος χρηστοῦ, ἀπορροὴν ἐκείνης τῆς φύσεως, πρόνοιαν ἐγγυτέρω τῆς γῆς, ἁπανταχοῦ πρὸς ἐκεῖνον ὁρῶντα, πανταχοῦ πρὸς τὴν μίμησιν τετα<γ>μένον ; ibid., XVI, 212 d (p. 3043-4) : αὐτὸς νόμος ἔμψυχος εἶ καὶ ὑπεράνω τῶν γεγραμμένων ; ibid., XIX, 227 d-228 a (p. 3316-11) : γινώσκων ὅτι ἄλλη μὲν δικαστοῦ, ἄλλη δὲ βασιλέως ἀρετή, καὶ τῷ μὲν προσήκει ἕπεσθαι τοῖς νόμοις, τῷ δὲ ἐπανορθοῦν καὶ τοὺς νόμους καὶ τὸ ἀπηνὲς αὐτῶν καὶ ἀμείλικτον παραδεικνύναι, ἅτε νόμῳ ἐμψύχῳ ὄντι καὶ οὐκ ἐν γράμμασιν ἀμεταθέτοις καὶ ἀσαλεύτοις. Voir aussi l’exorde du discours À l’empereur, adressé à Théodose Ier en 383-385, éditée par Amato - Ramelli 2006, en particulier p. 9 : εἰ ὁ θεός ἐστιν ὁ τιμῶν καὶ τιμωρίων κατ᾿ ἀξίαν ἑκάστῳ νέμων, ἔχει δὲ ταῦτα καὶ βασιλεύς. Ce passage suscite un bref commentaire des éditeurs (ibid., p. 20-21).

118 Claud., IV Cons. Hon., v. 505-507 (p. 169 Birt = vol. 2, p. 39 Charlet) : Firmatur senium iuris priscamque resumunt / canitiem leges emendanturque uetustae / accenduntque nouae ; Id., Epith. Hon., v. 332-334 (p. 138 Birt = vol. 2, p. 80 Charlet) : Ipse metus te noster amat, iustissime legum / arbiter, egregiae pacis fidissime custos, / optime ductorum, fortunatissime patrum ; Id., Cons. Stil. III, v. 112 (p. 224 Birt) : Et patrias iterum clemens exerceat artes.

119 Sidon., Pan. Avit., v. 558-559 (p. 217 Luetjohann = p. 76 Loyen) : Petimus, conscende tribunal, / erige collapsos ; Id., Pan. Major., v. 527 (p. 200 Luetjohann = p. 48 Loyen) : Quod iubet hic, lex rebus erit.

120 Procop. Gaz., Pan. 23 (p. 2112-14 Chauvot = p. 26210-12 Ventrella) : Οὐ μόνον γὰρ ἡμῖν τὰ βέλτιστα διὰ τῶν νόμων νομοθετεῖς, ἀλλὰ καὶ τὸν σὸν βίον νόμον ἔμψυχον καὶ παράδειγμα πρὸς σωφροσύνην τοῖς ἀρχομένοις ἀπέδειξας ; Prisc., Anast., v. 180-182 (p. 63 Chauvot) : Auspiciis gaude, princeps, felicibus aulae, / cui Deus omniparens renouandum credidit orbem / iustitiamque iubet descendere rursus ab axe.

121 Lib., Or. XII, 101 (vol. 2, p. 4422-453 Förster) : Μεταβάλλει γέ τοι τὴν τύχην αὐτοῖς ἀνὴρ ἀφ᾿ αὑτοῦ τῆς ἐλευθερίας ἀρξόμενος καὶ οὐκ ἐάσας ἐνδυναστεῦσαι τῇ ψυχῇ τὴν δεσποτείαν τῶν ἡδονῶν (la fin de cette formule serait empruntée à Joh. Chrys., Comparatio regis et monachi, 1, PG 47, col. 388, d’après Wiemer 1995, p. 159, n. 43) ; Claud., Cons. Stil. III, v. 114-115 (p. 224 Birt) : Numquam libertas gratior extat / quam sub rege pio ; Sidon., Pan. Avit., v. 570-571 (p. 217 Luetjohann = p. 76 Loyen) : Haec est sententia cunctis : / si dominus fis, liber ero.

Auteur

Université de Paris X-Nanterre - sdesteph@u-paris10.fr

© Publications de l’École française de Rome, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540