Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’écriture et l’espace de la mort. Épigraphie et nécropoles à l'époque préromaine

 | 
Marie-Laurence Haack

Beaucoup d’inscriptions, peu d’inscriptions, pas d’inscriptions : les épitaphes péligniennes, marses et vestines à l’époque tardo-républicaine1

Emmanuel Dupraz

Texte intégral

  • 1 Remerciements à Lucie Bailleux et à Claire Le Feuvre pour leur aide bibliographique. Le présent ar (...)
  • 2 Sur la mise en place de la domination romaine et sur le statut d’alliés octroyé aux trois peuples, (...)

1Les Péligniens, les Marses et les Vestins sont trois peuples sabelliques des Abruzzes, qui ont été soumis à la domination romaine à partir du début du IIIe siècle avant notre ère, et définitivement intégrés dans la cité de Rome après la Guerre Sociale2. Nous souhaitons examiner les épitaphes qui sont documentées chez ces trois peuples entre la mise en place de la domination romaine et la fin de la République, c’est-à-dire, selon la définition qui en est donnée par les éditeurs du volume I2 du Corpus inscriptionum latinarum, la mort de César. Notre étude vise à confronter la documentation épigraphique et les contextes archéologiques correspondants, pour établir les pratiques associées à l’écriture d’épitaphes dans les nécropoles des trois peuples, et pour comparer sur ce point les cultures caractéristiques des trois peuples.

  • 3 Pour les nécropoles péligniennes à l’époque tardo-républicaines, connues en particulier grâce aux (...)

2Le cas des Péligniens est bien connu, et nous nous limitons à quelques indications, destinées à permettre une comparaison avec les données vestines et marses. À l’époque tardo-républicaine, les Péligniens possédaient des nécropoles dont plusieurs sont vastes et attestées par de nombreuses données, à Corfinium, à Sulmo, capitales de deux entités politiques, ainsi qu’à Fonte d’Amore sur le territoire de Sulmo3. Les données, malheureusement, proviennent de fouilles anciennes ou de découvertes sporadiques, c’est-à-dire que les contextes ne sont pas documentés avec une grande précision.

  • 4 À l’époque républicaine, il ne semble pas avoir existé de tombes construites en maçonnerie, mais s (...)

3Les vastes nécropoles péligniennes, à l’époque tardo-républicaine, comportent principalement deux types de tombes, toutes deux à inhumation. Les unes sont des tombes à fosse, de types plus ou moins élaborés, apparus dès les époques antérieures. En particulier, une variante plus soignée est représentée par des tombes à caisson où des dalles de calcaire sont disposées latéralement par rapport à la déposition ainsi qu’au-dessus de celle-ci ; en revanche, il ne se trouve pas de dalles sur le fond de la sépulture. Les autres, qui paraissent apparaître à la fin du IIIe siècle avant notre ère, sont des tombes à chambre creusées dans le sol du bassin sédimentaire pélignien4. Un dromos donne accès à la chambre funéraire ; celle-ci comporte le plus souvent un couloir dans le prolongement du dromos et une banquette sur un des côtés du couloir, où est déposé le défunt. Des tombes à deux banquettes et donc à deux dépositions, des tombes où la banquette est au fond de la chambre sont également attestées.

  • 5 Cfr. EMattiocco, art. cit., p175.
  • 6 La présence de lits funéraires avec appliques en os n’est pas documentée de manière certaine avant (...)

4Dans toutes les tombes, qu’il s’agisse de tombes à chambre ou de tombes à fosse, un mobilier funéraire standardisé semble présent : comme le décrit Ezio Mattiocco, « Come elementi pressoché costanti ritroviamo, pur con le dovute varianti, l’olla ad impasto locale contenente altro piccolo vaso potorio a foggia diversa ; la ciotola generalmente a vernice nera con residui di cibo ed il coltello di ferro »5. Outre ce mobilier qui correspond sans doute à une pratique rituelle, il n’est pas fréquent de trouver un mobilier plus riche, même dans les tombes à chambre, qui sont vraisemblablement celles d’une partie au moins des élites6.

  • 7 Cfr. Frvan Wonterghem, op. cit., p119.

5Les nécropoles semblent disposées le long de grands axes de circulation, ce qui est particulièrement net dans le cas de la nécropole sud de Corfinium, telle qu’elle a été fouillée à la fin du XIXe siècle par Antonio de Nino7. À la surface du sol, la tombe est peu monumentale : ce qui est visible, c’est un dromos sans doute rapidement comblé, et une pierre tombale dont nous abordons maintenant l’étude.

  • 8 À propos de ces plinthes et de leur localisation par rapport à la chambre funéraire, cfr. EMatti (...)

6La mise en œuvre d’épitaphes est documentée dès avant la Guerre Sociale : les épitaphes les plus anciennes datent certainement du IIe siècle avant notre ère, voire de la fin du IIIe. Les supports de ces épitaphes sont des plinthes de calcaire, qui étaient disposées au-dessus du dromos d’accès à la chambre funéraire et peut-être étayées par des pilastres de part et d’autre de la porte, elle-même fermée par des tuiles8. Nombre d’entre ces plinthes ont été découvertes tombées dans le dromos ; les contextes archéologiques exacts ne sont pas connus. D’autre part, au lieu de plinthes, les Péligniens employaient parfois des stèles profondément fichées dans le sol, dont l’apparence extérieure, compte tenu de la partie enfoncée, était la même que celle d’une plinthe. Au moins dans le cas de ces stèles fonctionnellement identiques à des plinthes, il n’y avait donc pas de pilastre pour étayer la plinthe. Quoi qu’il en soit, les plinthes ou pierres assimilées émergeaient peu du sol de la nécropole, il ne s’agissait pas de marques monumentales spectaculaires.

  • 9 Il a sans doute existé des plinthes anépigraphes : cfr. EMattiocco, art. cit., p178.

7Les plinthes portent le plus souvent des inscriptions9. Celles-ci se limitent en général à la formule onomastique du défunt. Les défunts sont pour la plupart des ingénus et cela confirme que les tombes à chambre sont celles d’élites sociales. Les plus anciennes de ces plinthes datent d’avant la Guerre Sociale, et peut-être même de la fin du IIIe siècle avant notre ère, par exemple l’inscription (1) :

(1) A. de Nino, Sulmona, in Notizie degli scavi di antichità, 1879, p. 147- CIL IX p. 679 ad m - R.S. Conway, The Italic Dialects, Cambridge, 1897, n° 211 - E. Vetter, Handbuch der italischen Dialekte, 1, Texte mit Erklärung, Glossen, Wörterverzeichnis, Heidelberg, 1953, n° 210 b - CIL I2 3221 - H. Rix, Sabellische Texte - die Texte des Oskischen, Umbrischen und Südpikenischen, Heidelberg, 2002, n° Pg 21 - M. Crawford (éd.), Imagines Italicae - a Corpus of Italic Inscriptions, Londres, 2011, n° SVLMO 18

[-?-]Ḷ. LOVCIES. SA(lauies) uacat
« ? Lucius, fils de Salvius »

  • 10 À ce sujet, cfr.  la notice d’Ade Nino, Sulmona, dans Notizie degli scavi di antichità, 1879, p. (...)
  • 11 Pour l’alphabet latin archaïque, cfr. RCagnat, Cours d’épigraphie latine, Paris, 19144, p1-4 ; (...)

8L’inscription (1) provient du lieu-dit Vicenna sotto l’Aia, environ un kilomètre au nord de la nécropole de Fonte d’Amore. Le contexte archéologique n’est pas connu, l’inscription ayant été découverte fortuitement10. Le support est une plinthe qui mesure 23 cm de hauteur, 76 cm de largeur et 83 cm de profondeur. L’épitaphe peut être datée approximativement grâce à la forme des lettres : la pierre a disparu, mais d’après les autopsies qui en ont été faites, il semble que plusieurs lettres aient eu une forme caractéristique de l’alphabet latin archaïque, -l- à barre oblique ascendante issue du bas de la haste verticale, -o- à cercle ouvert en bas, -s- constitué de trois segments peu arrondis, -a- à barre transversale parallèle à la barre de gauche, -e- formé de deux hastes parallèles. La présence simultanée de tous ces traits sur une inscription funéraire renvoie à un alphabet du IIe siècle avant notre ère au plus tard11.

9À une date semble-t-il plus récente apparaissent en pays pélignien d’autres supports d’épitaphes, des stèles nettement distinctes des plinthes. Il est difficile de déterminer à quel type de tombes ces stèles étaient associées, car la plupart des stèles ont été découvertes fortuitement, sans fouille ni contexte. Néanmoins, la stèle support de l’inscription (2), qui a été retrouvée dans une des nécropoles de Sulmona, semble avoir été associée à une tombe à fosse.

(2) A. de Nino, Sulmona - Nuove scoperte nell’antica necropoli sulmonense, in Notizie degli scavi di antichità, 1890, p. 222-223 - R.S. Conway, The Italic Dialects, Cambridge, 1897, n° 214 - E. Vetter, Handbuch der italischen Dialekte, 1, Texte mit Erklärung, Glossen, Wörterverzeichnis, Heidelberg, 1953, n° 210 a - P. Poccetti, Nuovi documenti italici a complemento del manuale di E. Vetter, Pise, 1979, n° 213 - CIL I2 3219 - H. Rix, Sabellische Texte - die Texte des Oskischen, Umbrischen und Südpikenischen, Heidelberg, 2002, n° Pg 34 - M. Crawford (éd.), op. cit., n° SVLMO 15

uacat PACI(s). Decries uacat
« Pacius Decrius »

10Dans le voisinage de la stèle, si les fouilles d’Antonio de Nino ont été complètes, il se trouvait seulement des tombes à fosse. Le rapport du fouilleur ne permet pas de déterminer à laquelle de ces tombes pouvait être associée la stèle, et de quelle façon. Peut-être les stèles étaient-elles toujours associées à des tombes à fosse, qu’elles signalaient à la surface de manière probablement plus visible que les plinthes ou pierres assimilées ne signalaient les tombes à chambre.

11Dans le cas de (2), la forme des lettres permet de supposer une datation plutôt au IIe siècle avant notre ère qu’au Ier. Le -d- est inversé, la haste étant à droite, ce qui est plus un signe de maladresse qu’un indice pour la datation ; les -e- sont constitués par deux hastes verticales, forme cursive qui, même sur une épitaphe, ne permet guère une datation ; surtout, le -p- comporte non une boucle, mais une barre oblique descendante, ce qui est un signe d’ancienneté ; en revanche l’-a- a la forme classique, attestée à toutes les époques. La stèle support de (2) paraît la plus ancienne de celles qui sont attestées.

12Cette stèle ne saurait être confondue avec une plinthe. Elle mesure 45 cm de hauteur, sachant qu’une cassure endommageait le bas de la pierre et que celle-ci pouvait être bien plus haute originellement, 42 cm de largeur et 16 cm de profondeur. Elle présente un fronton triangulaire, sans décoration, qui la distingue nettement des plinthes et pierres assimilées.

13L’inscription (2) se limite à une formule onomastique, comme une partie des stèles en général. Mais, sur des stèles plus récentes, un formulaire plus complexe est attesté, qui comporte la formule onomastique du défunt, au datif ou au nominatif, la formule onomastique du ou des dédicants, au nominatif, éventuellement des termes de parenté en apposition à l’une ou l’autre formule, et une forme du parfait actif du verbe ponere, parfois abrégée. C’est le cas en (3), pierre retrouvée sans contexte archéologique près de la nécropole sud de Corfinium :

(3) M. Buonocore, Corfinium, in Supplementa Italica - nuova serie, 3, Rome, 1987, n° 73

  • 12 Sur ce formulaire, et plus généralement sur les stèles funéraires du pays pélignien à l’époque rép (...)

14Ce formulaire est attesté uniquement pour des personnes qui appartiennent aux milieux serviles : parmi les formules onomastiques, sur chaque inscription, il y en a au moins une qui est explicitement présentée comme celle d’un esclave ou d’un affranchi, ou qui, comme en (3), peut être considérée comme celle d’un esclave ou d’un affranchi en raison d’une forme onomastique grecque12. D’une manière générale, même les stèles qui n’attestent pas ce formulaire trimembre sont le plus souvent des épitaphes de personnages appartenant à des milieux serviles.

  • 13 Du moins selon MBuonocore, Corfinium, dans Supplementa Italica - nuova serie, 3, Rome, 1987, p(...)
  • 14 Cfr. MBuonocore, art. cit., p193.

15Le support de (3) est une stèle qui mesure 60 cm de hauteur, 30 cm de largeur et 18 cm de profondeur13. La partie inférieure de la stèle est à peine équarrie, étant destinée à être fichée en terre. La stèle a été retrouvée fortuitement, sans contexte archéologique connu. Il n’y a pas de fronton triangulaire. La pierre peut être datée du milieu du Ier siècle avant notre ère environ14.

  • 15 Stèles à fronton triangulaire sans rosette ni creux : CIL IX 3211 = CIL I2 1782 = MBuonocore, ar (...)
  • 16 C’est le cas seulement pour les inscriptions MBuonocore, art. cit., n° 79, R.SConway, op. cit.(...)

16Une partie des stèles, par exemple (3), n’ont pas de fronton triangulaire. D’autres, comme la stèle (2), ont un fronton triangulaire, parfois creusé et délimité par une corniche, parfois non, parfois dépourvu de décoration, parfois au contraire décoré d’une rosette15. Ces stèles à fronton triangulaire décoré ou non nous semblent pouvoir être datées du milieu du Ier siècle avant notre ère ou du moins du Ier siècle avant notre ère, sauf (2) qui est plus ancienne. Elles peuvent être mises en œuvre soit pour des ingénus16, soit plus souvent pour des esclaves ou affranchis.

  • 17 Cfr. M.RCopersino et VD’Ercole (éd.), op. cit., en premier lieu.
  • 18 Cfr. M.RCopersino et VD’Ercole (éd.), op. cit., p365-373, article auquel nous renvoyons pour (...)

17En pays vestin, des fouilles récentes ont mis au jour de vastes nécropoles, documentées entre l’âge du Fer et l’époque tardo-républicaine, voire le Haut-Empire. Il s’agit de la nécropole de Fossa, près de la ville antique d’Aveia, fouillée à partir de 1992, et de celle de Bazzano, près de la ville médiévale et moderne de L’Aquila, fouillée à partir de 1992 également. Des données précises et nombreuses ont ainsi été collectées. Pour les tombes d’époque tardo-républicaine de la nécropole de Fossa, un rapport très riche et très complet a été publié en 200317 ; pour celles de Bazzano, où la fouille n’est pas achevée, de brèves notices peuvent être trouvées à titre préliminaire dans ce même rapport de fouille18. Grâce à ces données, il est à présent possible de proposer des remarques synthétiques sur les nécropoles vestines. Les remarques qui suivent reposent sur les données des deux nécropoles.

  • 19 Sur les types architecturaux à Fossa, cfr. M.RCopersino, art. cit., p307-308 en particulier.
  • 20 Sur ce point, qui indiquerait le désir de marquer une continuité ethnique et gentilice, cfr. M.R(...)

18Les deux nécropoles, entre la mise en place de la domination romaine et la fin de la République, documentent tout d’abord des tombes à fosse, qui sont plus ou moins élaborées19. En effet, il existe des tombes à fosse dans les deux sites depuis l’âge du Fer, mais, vers la fin du IIIsiècle avant notre ère, parmi les fosses, il en est qui sont en réalité de vastes cavités, comparables pour la taille aux tombes à chambre péligniennes qui apparaissent à la même époque, et qui sont construites sous la forme de caissons de bois. Un peu plus tard, au début du IIe siècle avant notre ère, en pays vestin comme en pays pélignien, apparaissent des tombes à chambre proprement dites. Chez les Vestins, ces tombes ne sont pas creusées dans le sol, mais construites en maçonnerie ou en gros blocs, puis, peut-être, recouvertes d’un tumulus de terre qui leur donnait l’apparence monumentale des tombes à tumulus attestées entre les IXe et VIe siècles avant notre ère dans les mêmes nécropoles20. L’entrée est fermée par des dalles verticales. Les nécropoles comportent donc dès lors trois types de tombes, à fosse, à fosse avec caisson de bois, et à chambre ; au Ier siècle avant notre ère, à Fossa, les tombes à chambre sont encore utilisées pour des dépositions nouvelles, mais les constructions nouvelles se font très rares, pour tous les types de tombes, du moins dans la partie fouillée de la nécropole.

  • 21 Pour le mobilier funéraire de la nécropole de Fossa, cfr. EBenelli et ClRizzitelli, Il Costume (...)
  • 22 Cfr. EBenelli et CRizzitelli, art. cit., p328.

19Le mobilier funéraire21 retrouvé dans les tombes à fosse avec ou sans caisson, aussi bien que celui qu’ont fourni les tombes à chambre, comporte avant tout des éléments standardisés, sans doute liés à une pratique rituelle. À partir de la fin du IIIe siècle avant notre ère, dans les tombes masculines, « Tipica (...) è la presenza del gruppo di tre utensili da banchetto (kreagra, spiedo e coltello) e della coppia di pissidi in ceramica a vernice nera », alors que dans les tombes féminines la pyxide peut être unique. Il se trouve aussi une grande quantité de céramique à vernis noir22. Les ustensiles de banquet sont des miniatures, ils sont parfois fabriqués en plomb, c’est-à-dire qu’ils ont un usage purement rituel, ou du moins symbolique. Ainsi, il existe un mobilier funéraire standardisé, mais bien plus abondant que chez les Péligniens, très différent de ce qu’il est chez ceux-ci ; ce mobilier indique un symbolisme lié à la notion de banquet. Les objets étaient disposés sans place fixe dans la tombe. Les tombes des élites, tombes à fosse avec caisson, tombes à chambre, possèdent un mobilier encore plus riche, qui comporte des éléments divers en plus du mobilier standard.

  • 23 Cfr. M.RCopersino, art. cit., p307-319, notamment p316-318.

20Dans les tombes à chambre et aussi, à Bazzano, dans des tombes à fosse et caisson, se trouvent, à partir de la seconde moitié du IIe siècle avant notre ère à Bazzano, à partir de la première moitié du Ier siècle avant notre ère à Fossa, des lits funéraires en os23. Il est possible que l’usage de ces lits dans les sépultures, bien documenté dans le reste des Abruzzes à partir du milieu du Ier siècle avant notre ère, se soit diffusé en Italie centrale précisément à partir du pays vestin.

  • 24 Sur ce point, cfr. M.RCopersino, art. cit., p308 et cfr. le plan de la phase tardo-républicain (...)
  • 25 Cfr. M.RCopersino, art. cit., p308, ainsi que les remarques de SCosentino, VD’Ercole et G. (...)
  • 26 Autre marque d’un sentiment de continuité ethnique et gentilice avec les premiers temps de la nécr (...)

21Les deux nécropoles sont vastes et organisées, semble-t-il, autour d’un réseau d’axes de circulation. Cela est très probable à Fossa, où six des huit tombes à fosse retrouvées sont alignées sur deux files, même si la chaussée n’a pas été retrouvée, et où l’axe de ces deux files croise à angle droit la droite formée par les deux autres tombes à chambre ; par surcroît, le croisement des deux axes est marqué par un monument, quatre stèles cylindriques24. Il semble aussi que les tombes à chambre s’organisent dans l’espace de la nécropole en fonction des parentés25 et aussi en fonction de la disposition des tombes à tumulus des IXe à VIe siècle avant notre ère26.

22Ces vastes nécropoles sont tout à fait comparables à celles du pays pélignien pour la taille et les caractéristiques principales des tombes et de l’organisation d’ensemble, mais elles présentent des traits qui les distinguent nettement des nécropoles péligniennes. Les tombes à chambre sont peut-être monumentales et spectaculaires, si elles émergent du sol sous un tumulus, ce qui n'est cependant absolument pas certain. Elles comportent un mobilier funéraire nettement plus riche que les tombes à fosse, surtout sans caisson, elles mettent en œuvre très tôt des lits funéraires en os. Même le mobilier funéraire standard renvoie à une pratique aristocratique, le banquet. Au contraire, en pays pélignien, à la surface du sol, les plinthes sont d’une grande discrétion ; le mobilier funéraire standard ne renvoie pas à la pratique du banquet.

  • 27 Selon la numérotation de M.RCopersino et VD’Ercole (dir.), op. cit. Étude de la tombe 469, fou (...)

23La place de l’écriture, elle aussi, distingue très nettement les nécropoles vestines des nécropoles péligniennes contemporaines. En effet, une seule épitaphe a été retrouvée à Fossa, et aucune à Bazzano, du moins dans l’état présent de la fouille et compte tenu de ce que ni l’une ni l’autre nécropole n’ont été fouillées encore en totalité27.

  • 28 Cfr. SCosentino, VD’Ercole et GMieli, op. cit., p28 avec photographie de la stèle lors de (...)

24L’épitaphe se trouve gravée sur une stèle, dont les dimensions ne sont pas précisées par les éditeurs. Il s’agit d’un bloc de pierre bien équarri en forme de tronc de pyramide un peu plus large à la base qu’au sommet ; « la base doveva essere in origine inserita, ad incastro, in un blocco di fondazione, rinvenuto nelle immediate prossimità »28. Près du sommet, qui ne présente pas de fronton, se trouve un cartouche creusé sur l’une des faces, qui forme le champ épigraphique. Le texte est (4) :

(4) C. Letta, Le Iscrizioni della tomba 469, in M.R. Copersino et V. D’Ercole (éd.), La Necropoli di Fossa, 4, L’Età ellenistico-romana, Pescara, 2003, p. 320-321:

TE(?). POMP(onius)
POM(ponis). F(ilius)
« (?) Pomponius, fils de Pompo. »

  • 29 Cfr. les hypothèses proposées par CLetta, art. cit., p320-321.

25L’épitaphe comporte donc seulement la formule onomastique du défunt, dont le prénom ne paraît pas pouvoir être restitué avec certitude29.

  • 30 Ce point est souligné par EBenelli et ClRizzitelli, art. cit., p329.

26Cette épitaphe est liée à une tombe à fosse avec caisson, qui n’est pas très grande30, la tombe 469. Le lien entre la stèle et la tombe est rendu certain par la découverte dans le mobilier funéraire de la tombe d’une coupe en céramique à vernir noir et d’un plat en céramique à vernis noir qui présentaient tous deux trois lettres gravées, TEP, c’est-à-dire l’abréviation du prénom et celle du gentilice du défunt, attestés aussi sur l’épitaphe. Il s’agit respectivement des objets 7 et 10 du mobilier funéraire. La tombe 469 est une tombe masculine, le défunt est mort entre soixante-trois et soixante-neuf ans.

  • 31 Cf. E. Dupraz, op. cit., p. 459-464. Ont été considérées comme pouvant remonter à l’époque républi (...)

27La visée communicative de l’épitaphe apparaît difficile à reconstituer. Le mobilier funéraire de la tombe - plus que la forme des lettres qui pourrait permettre une datation plus récente - permet de dater de la fin du IIe siècle avant notre ère la sépulture et l’épitaphe. Non seulement aucune autre épitaphe n’est attestée dans les nécropoles de Fossa et de Bazzano, mais même aucune autre épitaphe n’a été découverte en pays vestin qui doive être datée de manière certaine à l’époque républicaine, ni, en tout état de cause, à une époque antérieure à la Guerre Sociale31.

  • 32 Pour la tombe 430 et la coupe à vernis noir concernée, qui porte le numéro 16 dans le mobilier fun (...)
  • 33 Cfr. respectivement VD’Ercole, 66. Poggio Picenze (L’Aquila), dans StEtr, 58, 1992, p643 et M. (...)

28Cette épitaphe doit être interprétée comme une idiosyncrasie, qui s’explique par la mise en valeur d’un goût personnel du défunt. Il s’agit peut-être aussi d’une stratégie individuelle d’affirmation de ses vertus. En effet, la tombe 469 atteste nettement une volonté d’indiquer la maîtrise de l’écriture. Le mobilier funéraire comporte tout d’abord deux éléments de vaisselle porteurs de lettres gravées renvoyant au nom du défunt. En ceci, la tombe 469 n’est pas entièrement singulière : d’autres sépultures vestines de l’époque tardo-républicaine ont livré des éléments de vaisselle avec des lettres gravées. Mais ces éléments sont peu nombreux. En dehors des objets 7 et 10 de la tombe 469, la nécropole de Fossa semble avoir livré seulement un objet gravé, une coupe à vernis noir provenant de la tombe 430, qui porte la marque O.P, difficile à développer32. La coupe date d’entre le milieu du IIe siècle avant notre ère et la fin du Ier siècle avant notre ère ; la tombe a connu deux phases d’utilisation, la première vers le milieu du Ier siècle avant notre ère, la seconde à l’époque augustéenne. Il est donc difficile de dater l’objet, sa gravure et sa déposition. La tombe 430 est une tombe à chambre. Outre la nécropole de Fossa, des éléments de mobilier funéraire avec lettres gravées sont attestés par ailleurs en pays vestin à date tardo-républicaine, un bol en céramique à vernis noir de Poggio Picenze et cinq éléments de vaisselle en céramique à vernis noir retrouvés à Capestrano33. Ainsi, l’écriture sur vaisselle n’est pas inconnue dans les tombes vestines à l’époque tardo-républicaine, mais elle est rare, et il nous paraît significatif qu’elle soit documentée précisément dans le mobilier funéraire de l’unique tombe de Fossa qui atteste une épitaphe.

  • 34 À Bazzano, des aiguilles à cheveux sont attestées dans des tombes masculinesM.RCopersino et V. (...)

29Encore plus significative nous paraît la présence, toujours dans le mobilier funéraire de la tombe 469, d’un stylet d’écriture. Il s’agit là d’un élément unique parmi les tombes tardo-républicaines de Fossa34. La conjonction des trois éléments, présence d’un stylet d’écriture, présence d’une épitaphe, présence de lettres gravées sur des éléments du mobilier funéraire à une date plus ancienne que dans la tombe 430, nous paraissent renvoyer, s’agissant d’un défunt âgé de sexe masculin, au souci d’affirmer la maîtrise de l’écriture comme élément de prestige, alors même que cette maîtrise n’était sans doute pas exceptionnelle dans la société vestine où des inscriptions de genres divers sont attestées depuis le IIIe siècle avant notre ère. Il est difficile de déterminer les motivations individuelles qui ont entraîné ce goût et cette ostentation.

  • 35 Cfr. EBenelli et ClRizzitelli, art. cit., p329, ainsi que la description de la tombe par Cl. (...)

30La tombe 469 présente une dernière caractéristique qui la distingue parmi toutes les sépultures tardo-républicaines de la nécropole de Fossa : elle comportait des ossements d’animal de petite taille, non identifié, près du fémur droit du défunt35. Enrico Benelli et Claudia Rizzitelli les analysent comme les restes d’un animal sacrifié au moment des funérailles. Cette analyse est probable. Le sacrifice en question, quoi qu’il en soit, n’était pas un élément du rituel funéraire standardisé qui paraît attesté dans la nécropole de Fossa à l’époque de la mort du défunt. Ici encore une motivation spécifique au défunt se manifeste.

  • 36 Ainsi, une lampe en céramique à vernis noir était présente dans le mobilier funéraireIl s’agit l (...)

31La tombe 469 est une tombe à fosse avec caisson, petite, ce n’est pas une tombe à chambre, contrairement à la tombe 430 et aux tombes les plus riches de la nécropole. Le défunt ne comptait probablement pas parmi les notables les plus en vue de la cité. En même temps, elle présente un mobilier funéraire qui la rattache aux tombes des élites36 et le défunt appartenait certainement à une famille aisée.

32L’étude de la tombe 469 et de son mobilier funéraire fait apparaître des éléments exceptionnels ; la mise en œuvre d’une épitaphe fait partie de ces éléments. Les épitaphes n’avaient aucun statut conventionnel dans les nécropoles vestines à l’époque républicaine. Quoique les pratiques funéraires vestines semblent avoir comporté une ostentation et une monumentalisation plus grandes que celles des Péligniens à la même époque, l’écriture, a priori concevable comme moyen d’ostentation funéraire, n’a pas été mise en œuvre par les élites sociales vestines à l’époque tardo-républicaine.

33Le cas des Marses, comme celui des Vestins, peut être étudié par comparaison avec les données du pays pélignien. Mais les données sont beaucoup moins nombreuses, et leur interprétation pose des difficultés.

34Tout d’abord, plusieurs épitaphes, retrouvées sans contexte, ont été datées de l’époque tardo-républicaine. L’une d’entre elles, (5), date nettement d’une époque ancienne :

(5) CIL IX 3817 - CIL I2 3210b - S. D’Amato et C. Letta (1975) n° 189

ELOGIV. VE
V L P
CAESIA V(ibi) L(iberta)
« Épitaphe (?) (...) Caesia, affranchie de Vibius. »

35La pierre est une stèle en calcaire, haute de 90,5 cm, large de 78 cm à la base, de 59 cm au sommet, et profonde de 8,5 à 10 cm. Elle est sculptée et comporte le motif d’une porte à deux battants, chacun d’eux comportant un anneau comme heurtoir. Au-dessus de la porte est un fronton creusé qui a davantage la forme d’un demi-cercle que celle d’un triangle ; sur le fronton figure un motif en bas-relief qui peut être identifié à une demi-lune. Les lignes 1 et 2 de l’inscription sont au-dessus de la demi-lune, elles sont gravées à moitié sur le fronton creusé, à moitié sur la corniche qui surplombe ce fronton. La ligne 3 figure sur la corniche qui surplombe le motif de porte, entre le fronton en creux et le motif de porte. La pierre a été retrouvée sur le territoire des Marses, sans précisions ni sur le lieu de la découverte ni sur le contexte archéologique.

  • 37 Pour la datation de la stèle, cfr. SD’Amato et CLetta, Epigrafia della regione dei Marsi, Mila (...)

36Cette stèle peut être datée du IIe siècle avant notre ère, voire de la première moitié de ce siècle37, en raison de l’alphabet employé, qui comporte plusieurs formes caractéristiques de l’alphabet latin archaïque, -s-, -c- et -g- anguleux, -a- à barre intermédiaire oblique parallèle à la barre de gauche, -e- constitué de deux hastes parallèles, -l- comportant un trait oblique descendant à partir du milieu de la haste. La lecture du texte, au demeurant, est difficile ; nous suivons le texte procuré par Sandro D’Amato et Cesare Letta.

  • 38 Sur les stèles marses à motif de porta Ditis, cfr. la brève synthèse proposée par SD’Amato et C. (...)
  • 39 À ce sujet, cfr. SD’Amato et CLetta, op. cit., p272. Cfr. toutefois aussi l’interprétation d (...)

37Cette stèle appartient à un type bien documenté en pays marse, à l’époque tardo-républicaine et aussi jusque dans le courant du Ier siècle de notre ère, les stèles à motif de porta Ditis38. Il s’agit de stèles funéraires comportant le motif d’une porte qui peut être identifiée à celle des Enfers39.

  • 40 Cfr. SD’Amato et CLetta, op. cit., p269.
  • 41 Ibid.

38Sandro D’Amato et Cesare Letta en proposent une classification en plusieurs types. Dans le type I, la porta Ditis est encadrée par deux pilastres et surmontée d’un fronton triangulaire, en sorte que la stèle a l’apparence d’un bâtiment. Dans le type II, la porta Ditis n’est pas encadrée par des pilastres, mais les battants de la porte sont nettement identifiables sous un fronton le plus souvent triangulaire. Dans le type III, la stèle comporte un rectangle surmonté d’un triangle, sans apparence de battants ; néanmoins, le motif de la porte demeure manifeste dans l’opposition du rectangle et du fronton triangulaire. Les trois types comportent plusieurs sous-types ; nous nous limitons ici à indiquer les deux sous-types du type III : la stèle peut comporter une « cornice a fascia rilevata liscia lungo il contorno e alla base del triangolo »40, sous-type a, ou bien « nessuna cornice o rilievo » 41, sous-type b. La stèle (5) appartient au type II.

  • 42 Le recensement de SGelichi, art. cit., p117-130, indique de nombreuses stèles sans inscription (...)

39Elle pose plusieurs difficultés. La première concerne l’analyse du texte. Les stèles à porta Ditis comportent toutes, semble-t-il, une inscription, le plus souvent gravée entre le fronton et le motif de la porte proprement dit42. Le plus souvent l’inscription se limite à la formule onomastique du défunt. Mais la stèle (5), qui paraît la plus ancienne connue, comporte un texte plus long qu’une simple formule onomastique. Sandro D’Amato et Cesare Letta développent comme suit :

E(pius) LOGIV(s). VE(tus ?)
V(ibi) L(ibertus) P(osuit)
CAESIA V(ibi) L(iberta)

  • 43 Cfr. OSalomies, Die römischen Vornamen - Studien zur römischen Namengebung, Helsinki, 1987, p7 (...)

40Ce formulaire trimembre serait identique à celui qui est attesté en pays pélignien dans des milieux serviles, mais à date bien plus récente. D’autre part, l’intercalation d’un cognomen entre le gentilice et l’indication d’affranchissement est inhabituelle. La présence d’une interponction entre gentilice et cognomen, alors qu’il ne semble pas s’en trouver dans le reste du texte, n’est pas aisément explicable. Enfin, l’abréviation E pour le prénom Epius n’est pas attestée par ailleurs, ni en latin ni, semble-t-il, en osque43.

41Il nous semble que seule la ligne 3 de l’inscription est interprétable de manière certaine : il s’agit de la formule onomastique d’une affranchie, Caesia, affranchie de Vibius. Quant à la ligne 1, peut-être une explication pour la présence d’une interponction après ELOGIV, et nulle part ailleurs, est-elle de considérer qu’ELOGIV est une forme du substantif latin elogium, peut-être au sens d’« épitaphe ». Pour une raison que nous ne pouvons pas reconstituer, cette forme indiquerait la visée communicative de l’ensemble de l’inscription, à savoir une épitaphe. Il s’agit là d’une simple hypothèse. Dans les épitaphes plus récentes, le formulaire aurait été simplifié jusqu’à se limiter à la formule onomastique du défunt.

42L’inscription (5) pose aussi un problème chronologique. En effet, elle atteste de manière certaine que l’emploi de stèles à porta Ditis en pays marse est ancien et remonte approximativement à la même époque où les épitaphes apparaissent sur les plinthes du pays pélignien. Cependant, très peu de stèles à porta Ditis sont attestées en pays marse avant les derniers temps de la République, voire l’époque triumvirale ou augustéenne.

  • 44 Par ailleurs, C. Letta, Marsi, dans Epigrafia - actes du colloque international d’épigraphie latin (...)

43En effet, six autres épitaphes du pays marse, seulement, ont pu être datées de l’époque républicaine44. La première est (6) :

(6) CIL IX 3862 - CIL I2 1765 - S. D’Amato et C. Letta (1975) p. 352

SEQ(unda). FRENSEDIA. P(ubli). F(ilia)
« Secunda Frensedia, fille de Publius »

44Le texte est gravé sur une pierre perdue, le type archéologique du support est inconnu, c’est-à-dire qu’il n’est pas certain qu’il s’agisse d’une stèle à porta Ditis. Le contexte archéologique est inconnu lui aussi. L’inscription, qui provient du territoire de Trasacco, se limite à une formule onomastique. Elle a sans été datée de la période républicaine parce qu’elle était gravée « litteris uetustis », ce qui ne permet guère d’exclure une datation triumvirale ou augustéenne. La présence d’un prénom féminin, élément étranger au sous-système linguistique de l’onomastique latine, ne permet pas d’exclure une datation récente, faute de certitudes sur l’évolution de l’onomastique féminine du pays marse, en marse ni en latin. La défunte est une ingénue.

45Une autre inscription, (7), a été retrouvée près de Marruvium, gravée sur un fragment de sarcophage, haut de 36 cm, large de 80, épais de 3,2 :

(7) CIL I2 3210 - S. D’Amato et C. Letta (1975) n° 37

  • 45 Un autre type de support pour des épitaphes apparaît en pays marse à la fin du Ier siècle avant no (...)

46Cette inscription peut être datée du Ier siècle avant notre ère, en raison de la grande aperture des -p- ; toutefois, selon nous, une datation triumvirale ou même augustéenne n’est pas exclue par un tel indice. L’inscription n’est pas une stèle à porta Ditis et illustre l’apparition, à la fin de la période républicaine ou peut-être dans les décennies suivantes, de nouveaux types d’épitaphes en pays marse45. Il s’agit de l’épitaphe d’un ingénu.

47Enfin, parmi les épitaphes attribuées à la période tardo-républicaine, il y a quatre stèles à porta Ditis, (8), (9), (10) et (11) :

(8) CIL IX 6413 - CIL I2 1769 - S. D’Amato et C. Letta (1975) p. 354 - S. Gelichi, Stele con rappresentazione di porta in area marsa, in Quaderni ticinesi, 8, 1979, n° 18

  • 46 Cfr. SGelichi, art. cit., p129 pour l’inscription (8) et SD’Amato et CLetta, op. cit., p(...)

48La pierre, disparue, a été retrouvée à Pescina en relation avec une tombe à chambre ; c’est un point sur lequel nous revenons plus loin. La notice du CIL IX indique que l’inscription se trouvait au-dessous d’une tête de Méduse et au-dessus de la représentation de deux battants, comportant chacun un panneau supérieur et un panneau inférieur. Les panneaux inférieurs portaient eux-mêmes la représentation de deux heurtoirs en forme d’anneaux. Il s’agit là, de manière certaine, de la description d’une stèle à porta Ditis de type I ou II ; il est très courant dans ces deux types que les deux battants soient subdivisés en deux panneaux, l’un ou l’autre, le plus souvent celui du bas, comportant un anneau-heurtoir46. La datation à l’époque tardo-républicaine, s’agissant d’une pierre et d’un contexte archéologique disparus, n’est pas certaine : il est fort possible que la sépulture date des décennies postérieures à la fin de la République. L’inscription est l’épitaphe d’un personnage que son cognomen grec permet d’identifier comme une affranchie, par un personnage qui, portant le même gentilice et un cognomen grec, est sans doute un co-affranchi.

  • 47 À propos du site, cfr. GGrossi, Topografia antica del territorio del parco nazionale d’Abruzzo ( (...)

49L’inscription (9), quant à elle, provient de San Sebastiano di Bisegna, à l’est du pays marse47.

(9) CIL IX 3824 - CIL I2 1771 - S. D’Amato et C. Letta (1975) n° 107

PETICIA. P(ubli). L(iberta). CHITERIS
GEMELLVS. FILIVS. FEC(it)
« Peticia, affranchie de Publius, Chiteris. Gemellus, son fils, a fait. »

  • 48 Cfr. SD’Amato et CLetta, op. cit., p271-272.

50Le contexte archéologique n’est pas connu, mais la pierre est conservée. Il s’agit d’une stèle de 90 cm de hauteur, 69 cm de largeur et 18 cm de profondeur, dont la forme est celle d’un triangle au-dessus d’un rectangle ; toute la surface est creusée, sauf une corniche plate tout le long du pourtour. Le champ épigraphique se trouve en haut de la portion rectangulaire. À l’intérieur du fronton triangulaire est sculptée une rosette. En dessous du champ épigraphique figurent les représentations de sandales, d’un miroir et d’une ciste. Sandro D’Amato et Cesare Letta ne considèrent pas qu’il s’agisse d’une stèle à porta Ditis, sans doute en raison de l’absence de corniche entre le fronton et la partie rectangulaire et surtout de la présence des ornements qui figurent sous le champ épigraphique et qui ne permettent pas de considérer que la stèle représente une porte, même sous la forme simplifiée du type III. Néanmoins, la forme de la stèle est celle d’une stèle de type IIIa, sauf qu’il n’y a pas de corniche entre fronton et partie rectangulaire. La décoration du fronton, la rosette, est couramment attestée sur les stèles à porta Ditis du pays marse, rarement seule, il est vrai48. Aussi, nous considérons que le support de (9) a une forme dérivée de celle des stèles à porta Ditis, avec perte de la motivation comme représentation de porte, d’où la présence des ornements qui se trouvent sous le champ épigraphique. L’inscription a des chances de dater de la période républicaine, car elle présente des -e- cursifs constitués de deux barres parallèles, ce qui, sur une épitaphe, est une marque possible d’ancienneté. Une datation plus récente, cependant, n’est pas exclue. Il s’agit de l’épitaphe d’une affranchie.

  • 49 À propos du site, cfr. GGrossi, art. cit., p128.

51L’inscription (10) provient de Bisegna, à l’est du pays marse49 ; le contexte archéologique n’est pas connu mais la pierre est conservée en partie.

(10) CIL IX 3827 - CIL I2 1772 - S. D’Amato et C. Letta (1975) n° 108

52Le fragment conservé - le reste de l’inscription est connu par des transcriptions anciennes - mesure 38 cm de hauteur et 35 cm de largeur. Il prouve que le support est une stèle à porta Ditis de type I. Le tympan comportait une rosette centrale et un bucrane latéral, sans doute symétrique d’un deuxième. La porte était encadrée par des pilastres dont il subsiste le sommet de celui de droite. La première ligne de l’inscription figure sur l’architrave, la seconde sur la corniche de la porte. L’inscription peut dater de la première moitié du Ier siècle avant notre ère, en raison de la forme des lettres employées : les hastes de l’-n- sont inclinées, le -p- non seulement est ouvert, mais présente deux barres rectilignes à angle droit en lieu et place de boucle. La conjonction de ces deux formes issues de l’alphabet latin archaïque date l’inscription plutôt de la première moitié du Ier siècle avant notre ère que de la deuxième. L’inscription est l’épitaphe d’un couple d’affranchis.

53Enfin, l’inscription (11) provient d’Aschi Alto, toujours dans l’est du pays marse. La localisation exacte et le contexte archéologique sont inconnus ; la pierre est conservée. Il s’agit d’une stèle de type I, qui mesure 123 cm de hauteur, 85 cm de largeur et entre 16 et 22,5 cm de profondeur.

(11) S. D’Amato et C. Letta (1975) n° 105

  • 50 Le prénom masculin Herius est bien attesté en latin, comme emprunt à l’osque : cfr. OSalomies, o (...)
  • 51 Sur ce lexème dont le signifié pouvait être « prince », cfr. AMarinetti, Atta/us : Appius ; lat. (...)
  • 52 Sur ces variations, cfr. FrVan Wonterghem, Antiche genti peligne, Sulmona, 1975, p13-15 et E(...)

54L’interprétation linguistique n’est pas entièrement certaine : si la lecture est correcte, Heria peut être interprété soit comme un prénom féminin50, soit comme un gentilice féminin, et Appia, corrélativement, soit comme un gentilice, soit comme un cognomen. Sandro D’Amato et Cesare Letta choisissent la seconde solution ; la première ne nous paraît pas pouvoir être exclue, même si Appius n’est pas un gentilice connu par ailleurs : il peut s’agir d’une forme issue du lexème sabellique *appayo- attesté en sud-picénien51 et employée comme gentilice, de même qu’il existe dans les Abruzzes des formes Accaeus, Accaus et Accius employées comme gentilice à partir d’une même base qui était sans doute *akkayo-52. Quoi qu’il en soit, l’inscription contient deux formules onomastiques, dont une est celle d’une affranchie, l’autre, d’une ingénue. L’épitaphe est difficile à dater avec certitude, mais elle peut remonter aux dernières décennies de la République, en raison de la forme des -p-, à boucle très ouverte, voire rectangulaire. Sandro D’Amato et Cesare Letta, cependant, n’excluent pas une datation plus récente.

55Une inscription d’Alba Fucens, (12), doit être ajoutée à cette liste : en effet, il s’agit d’une stèle qui comporte le motif de la porta Ditis et les personnages mentionnés indiquent explicitement qu’ils sont originaires du pays marse.

(12) CIL IX 3906 - CIL I2 1814 - M. Buonocore, Monumenti funerari romani con decorazione ad Alba Fucens, dans MEFRA, 94-2, 1982, n° 15.

  • 53 En dernier lieu, cfr. l’argumentation de SD’Amato et CLetta, op. cit., p270 note 2.

56Nous adoptons l’hypothèse selon laquelle epointe est une transcription maladroite d’une forme grecque, par exemple ἐποιοῦντο53. La stèle, dont seule la partie supérieure est conservée, mesure 58 cm de hauteur, 67 cm de largeur et 31 cm de profondeur. Il s’agit d’une stèle du type I de la classification de Sandro D’Amato et Cesare Letta, où la porte est encadrée par des pilastres et par la représentation d’ouvriers du bâtiment ; il n’y a pas de tympan, car la partie qui se trouve au-dessus de l’architrave a la forme d’un parallélépipède rectangle, en l’occurrence très usé ; les quatre faces sont polies. L’inscription date du milieu du Ier siècle avant notre ère, selon Marco Buonocore, qui tire cette conclusion de la forme des lettres, sans précisions, du type du monument, sans précisions non plus, et de la présence d’une finale de nominatif masculin pluriel thématique -eis. Selon nous, les lettres n’ont rien de particulièrement archaïque ; les stèles à porta Ditis peuvent se rencontrer après la fin de la République ; mais le trait morphologique semble en effet exclure une datation postérieure à la fin de la République. Les personnages indiquent eux-mêmes qu’ils sont originaires de Supinum, la moderne Trasacco, un habitat marse situé sur la rive sud du lac Fucin ; ces ingénus sont certainement des patrons d’une entreprise de bâtiment, qui, d’une part, indiquent qu’ils ont fabriqué la stèle à partir de leur talent, et, d’autre part, ont représenté des ouvriers en bâtiments sur les côtés de la stèle, de part et d’autre de la porta Ditis.

  • 54 Immédiatement après la fin de la République, en 43 avant notre ère, a été gravée une épitaphe d’un (...)
  • 55 Ce qui n’est pas le cas à date plus récente. Cfr. infra.

57Ainsi, après l’inscription (5), les stèles à porta Ditis ne sont pas attestées avant plusieurs décennies : c’est seulement dans la première moitié du Ier siècle avant notre ère au plus tôt, et peut-être seulement à partir du milieu du siècle, que d’autres exemplaires sont attestés. En même temps, de nouveaux types d’épitaphes apparaissent, comme en (7)54. Il nous paraît significatif que toutes les épitaphes gravées sur des stèles à porta Ditis à date républicaine ou potentiellement républicaine renvoient à un milieu d’affranchis55, ou, dans le cas de l’exemplaire particulièrement travaillé qui provient de la voisine Alba Fucens, d’artisans enrichis, ingénus, mais sans doute étrangers aux élites locales proprement dites. Ce ne sont pas les grandes familles marses, à l’époque républicaine du moins, qui font dresser des stèles à porta Ditis. D’autre part, géographiquement, les cinq stèles à porta Ditis ne présentent aucune concentration sur un même site ou dans une même collectivité locale. Les provenances, Pescina, San Sebastiano di Bisegna, Bisegna, Aschi Alto, Alba Fucens - où la stèle atteste sans doute que l’emploi de ce type de stèle était courant à Supinum dont proviennent les défunts - sont au contraire réparties sur l’ensemble du territoire marse.

  • 56 Pour le bilan des données et pour cette hypothèse, cfr. M.RCopersino et VD’Ercole (éd.), La Ne (...)
  • 57 Cfr. ACampanelli, La Nascita della città in Abruzzo : tradizioni, insediamenti e nuovi modelli ( (...)
  • 58 Cfr. M.RCopersino et VD’Ercole (éd.), op. cit., p344.

58Une difficulté supplémentaire apparaît lorsqu’il s’agit d’évaluer le contexte archéologique dans lequel étaient dressées les stèles à porta Ditis à l’époque républicaine. En effet, en dehors du fait que la stèle (8) était associée à une tombe à chambre, le contexte archéologique n’est pas connu. Plus généralement, les nécropoles marses de l’époque tardo-républicaine sont très mal documentées. Ce fait peut tenir à une faible concentration en vastes nécropoles à cette époque56. La faible concentration des habitats et des nécropoles à l’époque tardo-républicaine n’explique pourtant pas tout. Ainsi, Marruvium possède un urbanisme régulier dès la fin du IIe siècle avant notre ère au plus tard57. Il a certainement existé au moins une nécropole dès cette époque. Celle-ci n’a pas été retrouvée, sinon que des découvertes sporadiques comme (7) ont chance d’y renvoyer. De même, à Luco dei Marsi, autre futur centre de municipe, la découverte sporadique de tombes réparties sur deux sites au sud de l’habitat doit renvoyer à une ou deux nécropoles d’époque tardo-républicaine58. Il semble que le hasard des découvertes et des fouilles doive être pris en compte comme un deuxième facteur d’explication à la rareté des données sur les pratiques funéraires marses à l’époque tardo-républicaine.

59Les tombes datables entre la mise en place de la domination romaine et la fin de la République sont donc fort peu nombreuses, et elles ne permettent guère de conclusions, ni sur les pratiques funéraires en pays marse à cette époque, ni a fortiori sur l’emploi des stèles à porta Ditis, pourtant déjà attesté.

  • 59 Pour les données de cette nécropole, cfr. les rapports de CLetta, Scavi nella zona di Amplero (C (...)
  • 60 Pour les données de cette nécropole, cfr. GGrossi et GMessineo, art. cit., p368-386.

60En revanche, deux nécropoles attestées à date plus récente, entre les dernières décennies du Ier siècle avant notre ère et le milieu du Ier siècle de notre ère, permettent des hypothèses, car des stèles à porta Ditis ont été retrouvées en place. Il s’agit de la nécropole du Cantone, près de Collelongo59, et, un peu plus au nord, sur la rive sud du lac Fucin, de la nécropole d’Arciprete60.

  • 61 Pour ce qui est de la nécropole du Cantone, liste chez SD’Amato et CLetta, op. cit., et chez S(...)
  • 62 Exceptions : peut-être CIL IX 3788, à cause du cognomen grec, et SD’Amato et CLetta, op. cit., (...)

61Ces nécropoles, surtout celle du Cantone, ont livré un grand nombre de stèles à porta Ditis61. Cela explique pourquoi les stèles attestées apparaissent géographiquement concentrées du côté sud du lac Fucin, toutes époques confondues. Cette répartition renvoie à la présence de deux nécropoles découvertes et explorées dans cette région. Elle n’est certainement pas originaire : au contraire, les stèles à porta Ditis d’époque républicaine, qui renvoient à autant de découvertes isolées, ne font apparaître aucune concentration géographique. Les stèles à porta Ditis attestées après la fin de la République sont surtout des épitaphes d’ingénus62.

62Dans la nécropole du Cantone, trente tombes ont été fouillées, et un nombre voisin a été pillé par des fouilleurs clandestins. Les tombes peuvent être datées entre les dernières décennies du Ier siècle avant notre ère et le milieu du Ier siècle de notre ère. La nécropole se trouve le long d’un axe routier qui relie l’habitat de San Castro à Arciprete et à la rive sud du lac Fucin. Deux types principaux sont attestés, des tombes à loculi creusées, qui peuvent présenter ou non un caisson fait de dalles, et dont le toit peut être formé par des dalles ou par une voûte, et des tombes à chambre, destinées à des dépositions multiples. Les tombes à loculi, dans la pente où se trouve la nécropole, peuvent être considérées comme l’équivalent fonctionnel des tombes à fosse les plus élaborées qui ont été découvertes dans les nécropoles tardo-républicaines vestines et péligniennes. Les tombes à chambre, comme celles du pays vestin, sont construites en maçonnerie. Des traces d’enduit peint y ont été découvertes. Des banquettes étaient présentes dans beaucoup de tombes, comme dans les tombes à chambre péligniennes, ainsi que des niches destinées au mobilier et des rigoles, sans doute utilisées pour les offrandes liquides.

  • 63 À propos de ces lits funéraires, cfr. aussi CLetta, Due Letti funerari in osso dal centro italic (...)

63Les mobiliers funéraires sont pauvres le plus souvent. La présence d’une olpè et d’une olla contenant de la nourriture correspond à un rituel standardisé, difficile à reconstituer dans le détail ; des éléments de vaisselle contenant des traces de nourriture, retrouvés près du toit de plusieurs tombes, peuvent renvoyer à un festin funéraire. Mais il existe des éléments plus riches dans plusieurs mobiliers. Ainsi, des lanternes ont été retrouvées dans trois tombes, comme dans les tombes vestines les plus riches. Et la tombe 14, la plus riche de la nécropole, se trouvait au fond d’un dromos et comportait une rigole depuis l’extérieur ainsi que les éléments de deux lits funéraires en os63 et un mobilier funéraire abondant.

64Les tombes de la nécropole d’Arciprete, elles aussi, ont été retrouvées le long d’une route. Deux sites sont attestés, d’une part une pente le long de la route qui fait le tour du lac Fucin, pour les tombes n° 1, n° 2 et n° 6, d’autre part un terrain plat le long de la route qui mène à l’habitat de San Castro, pour les autres tombes. Ce sont des tombes à chambre pourvue d’une voûte en berceau, avec ou sans dromos, ou bien des tombes à fosse, simplement creusées ou pourvues d’un parement à sec ou en maçonnerie ; des caissons de bois comparables à ceux du pays vestin sont attestés. Comme au Cantone, des éléments de mobilier funéraire ont été déposés au-dessus de la tombe, peut-être liés à un repas funèbre. Le mobilier funéraire, qui permet la datation, est malheureusement très incomplet, car des fouilles clandestines ont précédé les fouilles officielles.

65Ces tombes permettent peut-être des hypothèses sur ce que pouvaient être les tombes des époques antérieures, celles de la première moitié du Ier siècle avant notre ère, voire celles du IIe siècle avant notre ère. Elles attestent des pratiques funéraires dans l’ensemble voisines de celles qui sont documentées chez les Péligniens et chez les Vestins, à savoir une opposition entre des tombes à fosse, plus ou moins élaborées elles-mêmes, et des tombes à chambre probablement caractéristiques des élites sociales, ainsi qu'un mobilier funéraire largement standardisé. Les nécropoles se trouvent le long d’axes de circulation. Il existe aussi des différences entre les trois peuples. Par exemple, les mobiliers funéraires ne comportent pas les mêmes éléments chez les trois peuples, et il paraît plus important chez les Vestins. Une différence importante nous paraît concerner la monumentalité des tombes à chambre. Chez les Vestins, ces tombes sont construites en maçonnerie, puis peut-être recouvertes par un tumulus. Chez les Péligniens, elles sont simplement creusées et discrètement mises en évidence par une plinthe au-dessus du dromos. Chez les Marses, elles sont construites en maçonnerie, comme chez les Vestins, et, autant peut-être que chez les Vestins, mais différemment, elles sont mises en scène de manière spectaculaire pour les passants.

66En effet, les tombes marses, les tombes à chambre et une partie au moins des tombes à loculus ou fosse, sont nettement visibles depuis la route : c’est à cela que servent notamment les stèles à porta Ditis.

  • 64 À propos de la tombe 28, cfr. Scavi nella zona di Amplero (Collelongo) - relazione preliminare 197 (...)
  • 65 Cela plaide plutôt pour une interprétation du motif de la porta Ditis comme renvoyant bel et bien (...)
  • 66 Cfr. les observations de S. Gelichi, art. cit., p. 126 et note 20, outre les références indiquées (...)
  • 67 Cfr. S. Gelichi, art. cit., p. 125-126.

67Dans plusieurs cas, tant à la nécropole du Cantone qu’à celle d’Arciprete, des stèles à porta Ditis ont été retrouvées in situ, en relation précise avec une tombe. Au Cantone, la tombe n° 28 était en relation avec une stèle de type II, n° 194 dans le corpus de Sandro D’Amato et Cesare Letta, retrouvée tombée en avant, mais toute proche de sa position originelle. Il s’agissait d’une tombe à loculus comportant un caisson à parois en maçonnerie et un toit en dalles64. La stèle à porta Ditis mesure 105 cm de haut, 74 cm de large à la base, 68,5 cm de large au sommet, et 18 à 32 cm de profondeur. Elle se trouvait encastrée dans un petit muret parallèle à la pente, devant les tombes proprement dites ; ce muret s’appuyait sur la face avant des murs de la tombe, mais il n’atteignait pas la profondeur du plan de déposition du loculus : la base du muret se trouvait 20 cm au-dessus de celui-ci. La stèle elle-même était encastrée au-dessus d’une portion de muret qui atteignait environ 20 cm de haut. La base de la stèle se trouvait donc environ 40 cm au-dessus du plan de déposition. Ainsi, la porta Ditis ne correspondait pas au loculus, il s’agissait d’un élément symbolique65. Les parois latérales de la stèle, au-dessus de la partie encastrée dans le muret, sont brutes : dans ce contexte de monumentalisation, ce fait indique probablement que les flancs et le sommet des stèles n’étaient pas visibles. En effet, la pente du terrain parvenait jusqu’au sommet de la stèle ; seule la face avant, avec sa base encastrée dans le muret, apparaissait au regard des passants. La tombe 28 semble une des tombes les plus anciennes de la nécropole, datant de la seconde moitié du Ier siècle avant notre ère66. C’est la tombe d’une défunte d’environ trente-cinq ans dont l’épitaphe est INSTACIA. N(umeri). F(ilia). A côté de la tombe 28, du côté gauche pour les passants, une autre tombe, la n° 28a, a été pillée par des fouilleurs clandestins, c’est-à-dire que le mobilier funéraire a disparu et que la datation n’est donc pas possible67. Le type architectural de la tombe est le même ; une stèle à porta Ditis de type II était encastrée dans le même muret que celui de la tombe n° 28, dont l’épitaphe est L(ucius). BRVTTIVS. C(ai). F(ilius) ; les deux tombes étaient en relation étroite, puisque le mur latéral de l’une et de l’autre sont côte à côte. Lucius Bruttius pouvait donc être l’époux d’Instacia, et la tombe, dater de la même époque.

  • 68 Plan de la nécropole chez MPaoletti, L’Insediamento di Amplero e la Vallelonga, dans UIrti, G. (...)

68Ces découvertes permettent donc des hypothèses précises sur l’apparence de la nécropole aux yeux des passants, et sur la monumentalité que les Marses de San Castro ont voulu donner à leurs tombes, à partir de la seconde moitié du Ier siècle avant notre ère. La découverte, non pas in situ, mais du moins sur le site de la nécropole, de nombreuses autres stèles à porta Ditis, garantit que la reconstruction vaut pour l’ensemble de la nécropole du Cantone. La nécropole comportait des tombes réparties des deux côtés du vallon où elle se trouvait ; ces tombes étaient elles-mêmes, au moins du côté droit pour qui se rendait vers le lac Fucin, réparties sur deux files le long de la pente68. Les tombes devaient apparaître sous la forme de façades à porta Ditis, alignées en files, et reliées les unes aux autres, au moins pour partie, par des murets en opus incertum ; murets et stèles apparaissaient sur la pente du terrain. Il ne paraît pas y avoir eu de distinction entre tombes à loculus et tombes à chambre, c’est-à-dire que l’apparence monumentale communiquée par les stèles à porta Ditis était indépendante de la monumentalité de la sépulture proprement dite.

69Les trouvailles de la nécropole d’Arciprete permettent des conclusions très voisines. Aucune stèle n’a été retrouvée en place. L’apparence des tombes à chambre paraît plus monumentale que celle des tombes du Cantone. La tombe n° 2, en particulier, conserve une partie de sa façade, qui comportait un arc au-dessus de l’entrée, et un bref dromos. La tombe n° 1, où l’entrée de la chambre est légèrement décentrée par rapport à la façade, comportait un mur de façade avec une base de pilastre, lequel pouvait servir à encadrer une stèle à porta Ditis. Dans celle-ci, les pilastres se seraient trouvés non pas sculptés sur la stèle, mais construits de part et d’autre de celle-ci. Ces deux tombes se trouvent le long de la route qui fait le tour du lac, c’est-à-dire au bas d’une pente ; un muret semble avoir relié les tombes les unes aux autres, au bas de la pente. Une troisième tombe à chambre, le long de la route qui mène à San Castro, c’est-à-dire en terrain plat, la tombe n° 11, comportait une épaisse dalle et un élément de mur devant l’entrée proprement dite, encore une fois légèrement décentrée par rapport à cette façade ; les données ne permettent guère de reconstituer l’apparence de cette tombe située en terrain plat. Il est difficile de reconstituer l’apparence des tombes à loculus, toutes situées en terrain plat le long de la route qui mène à San Castro, sauf la tombe n° 6 qui est alignée avec les tombes n° 1 et n° 2 : peut-être n’étaient-elles pas signalées en surface. La tombe n° 6, en tout cas, était derrière le muret, sans que rien ne la signale. Ainsi, peut-être une différenciation sociale s’exprime-t-elle à Arciprete avec des tombes d’apparence et de structure plus monumentales, les tombes à chambre, et des tombes moins spectaculaires à tout point de vue, les tombes à fosse. Les stèles à porta Ditis retrouvées hors contexte dans les alentours peuvent avoir été liées à des tombes à chambre. En raison de fouilles clandestines avant les fouilles officielles, il n’est guère possible d’évaluer le mobilier funéraire des tombes les unes par rapport aux autres.

70Les tombes marses paraissent ainsi, du moins à partir de la seconde moitié du Ier siècle avant notre ère, avoir été conçues comme monumentales au sens où elles étaient nettement signalées à l’attention des passants par les stèles à porta Ditis. À Arciprete, cela paraît valoir pour les tombes à chambre des élites, dont l’apparence était particulièrement spectaculaire ; au Cantone, au moins dans le secteur documenté, un plus grand égalitarisme est attesté.

  • 69 Contrairement aux conclusions que CLetta, Dodici anni di ricerche dell’università di Pisa (dipar (...)

71Les épitaphes, en ce qui les concerne, font partie de la stèle monumentale, elles en sont un constituant qui paraît obligatoire. Les données des stèles à porta Ditis plus anciennes ne permettent pas d’étendre ce schéma à l’époque tardo-républicaine sans restrictions : elles paraissent indiquer que ce ne sont pas les élites sociales qui ont établi la pratique des stèles à porta Ditis, mais plutôt des affranchis69. Il y a là une difficulté.

72Le type des stèles à porta Ditis, par ailleurs, nous paraît attesté aussi en pays pélignien à la fin de la période républicaine : les stèles péligniennes à fronton triangulaire, en particulier les stèles avec rosette sculptée sur un fronton creusé, peuvent être considérées comme des stèles à porta Ditis du type III b, c’est-à-dire sans corniche pour délimiter la base rectangulaire ni le fronton triangulaire. Un point important nous paraît la présence fréquente de la rosette, élément iconographique bien attesté sur les stèles à porta Ditis du pays marse, le plus souvent parmi d’autres éléments iconographiques, il est vrai. Un autre point important est selon nous le formulaire trimembre attesté sur (8), et, avec changement du lexème verbal, sur (9), qui est caractéristique du pays pélignien à la même époque, sur des stèles à fronton triangulaire ou non, et qui est attesté uniquement pour des esclaves ou des affranchis ; la rareté des épitaphes marses ne permet pas d’affirmer si le formulaire est apparu chez les Marses ou chez les Péligniens, car elle peut expliquer pourquoi il est peu attesté en pays marse.

73Les données marses, compliquées par les données des stèles de type III b péligniennes, dont le contexte archéologique n’est pas du tout connu, ne permettent donc pas une synthèse sur les tombes d’époque tardo-républicaine, leur apparence monumentale et les milieux sociaux qui en étaient les commanditaires. Il semble cependant que les milieux serviles, ou des milieux d’artisans comme les défunts de (12), aient joué un rôle important dans l’apparition du type des stèles à porta Ditis. Des relations existaient avec le pays pélignien, où ces stèles, sous la variante III b, sont adoptées dès avant la fin de la République. En pays pélignien, il n’est guère possible de savoir dans quel contexte et avec quelle apparence étaient employées ces stèles. Il semble, d’autre part, qu’au moins à partir du milieu du Ier siècle avant notre ère, les élites sociales ingénues marses aient adopté pour leurs tombes à chambre le type des stèles à porta Ditis. Ceci peut renvoyer à la progressive intégration des descendants d’affranchis parmi les ingénus et les élites. Faute de documentation, il est impossible de savoir s’il a existé des tombes à chambre sans stèle, pour les élites sociales marses, avant que celles-ci adoptent le type des stèles à porta Ditis.

74Si ces hypothèses sont correctes, cela peut indiquer que les épitaphes, et les stèles à porta Ditis en général, ne jouaient aucun rôle dans les sépultures marses avant la fin de la République, du moins chez les ingénus, pas plus que chez les Vestins. Il est probable que l’opposition entre tombes à chambre et tombes à loculus soit apparue dès les deux derniers siècles de la République, comme chez les Péligniens et chez les Vestins s’opposent tombes à chambre et tombes à fosse. Mais quelle monumentalité caractérisait les unes et les autres avant la fin de la République, il est impossible de le déterminer, sinon que des milieux le plus souvent serviles adoptaient le type spectaculaire des stèles à porta Ditis. À l’époque républicaine, quoi qu’il en soit, il semble bien, en l’état très lacunaire de la documentation, que les épitaphes n’aient pas été régulièrement intégrées dans les pratiques funéraires marses, hormis le cas d’esclaves, affranchis et personnages subalternes enrichis.

75Au total, les sépultures attestées à l’époque tardo-républicaine chez les Péligniens, les Vestins, et, pour autant qu’il soit possible d’en juger, les Marses, comportaient des traits communs importants, notamment l’opposition entre tombes à chambre et tombes à fosse, elles-mêmes plus ou moins élaborées, la présence d’un mobilier funéraire standard dans les deux types de tombe, différent chez les trois peuples, il est vrai, et l’apparition, plus précoce chez les Vestins, plus tardive chez les deux autres peuples, de lits funéraires en os dans les tombes à chambre. L’opposition entre élites sociales et autres milieux apparaît au moins en partie dans l’opposition des deux types de tombes, mais les mobiliers standards, qui renvoient à des rituels malaisés à reconstituer, unissent tous les milieux.

  • 70 Dans la nécropole sud de Corfinium, c’est ce fait qui explique leur préservation, après un rapide (...)

76Les tombes à chambre étaient cependant d’une monumentalité inégale selon les peuples. Les tombes péligniennes, signalées à la surface par une plinthe qui ne dépassait guère le niveau du sol70, se distinguaient des tombes vestines, peuple où les tombes à chambre avaient peut-être l’apparence d’imposants tumulus ; quant à l’apparence des tombes marses, elle est impossible à reconstituer, hormis le cas de tombes d’affranchis sans doute enrichis, qui employaient des stèles à porta Ditis pour signaler leur sépulture, celle-ci se trouvant sans doute sous une pente et la stèle au bas de celle-ci. Par ailleurs, il est possible de considérer que le soin apporté aux tombes à chambre vestines et sans doute marses, c’est-à-dire le choix de murs maçonnés, relève aussi d’un désir de monumentalité, qui s’oppose au simple creusement dans la roche sédimentaire attesté en pays pélignien.

  • 71 Il s’agit des inscriptions R.SConway, op. cit., n° 216 = EVetter, op. cit., n° 213 = HRix, S (...)

77La place des inscriptions chez les trois peuples apparaît encore plus variable. Chez les Péligniens, elle est devenue très tôt un élément courant, quoique nullement nécessaire. Des épitaphes sont employées sur des plinthes qui signalent en surface les tombes à chambre souterraines, dès le IIe siècle avant notre ère au moins ; il existe cependant des plinthes anépigraphes. Il semble que les tombes à fosse, dès la fin du IIe siècle avant notre ère, aient pu d’une façon ou d’une autre être soulignées par des stèles, dont plusieurs attestent une forme dérivée du type des stèles marses à porta Ditis. Cependant, les plinthes sont des éléments peu spectaculaires, qui renvoient à la simplicité de construction des tombes à chambre péligniennes. Il ne s’agit pas d’un élément d’ostentation, le nom des défunts n’est pas affiché spectaculairement. Deux plinthes au moins ont livré non pas seulement une formule onomastique, mais un poème épigraphique daté du Ier siècle avant notre ère71. Ces deux plinthes posent un problème pragmatique : elles n’étaient pas aisément lisibles, ni même visibles, compte tenu de la végétation, alors que l’une d’entre elles fait explicitement appel à la foule des passants.

78La situation chez les Vestins apparaît exactement inverse. Les tombes des élites sont spectaculaires, si du moins il est vrai qu’elles apparaissent comme des tumuli le long des allées des nécropoles, édifiées en plaine. Mais elles ne comportent pas d’épitaphes. La monumentalité spectaculaire hypothétique ne s’accompagne pas de la mise en valeur écrite de la formule onomastique, et cela n’est pas une marque de conservatisme, puisque les sépultures vestines sont capables d’innovation au sein de la culture funéraire régionale, étant apparemment les plus anciennes à adopter le type des lits funéraires en os. L’écriture n’a pas de place dans les pratiques funéraires, pas même comme élément facultatif, contrairement aux nombreuses épitaphes péligniennes.

79Le cas des Marses est le plus difficile à analyser, faute de documentation. Les élites sociales avaient certainement à l’époque tardo-républicaine des tombes à chambre, dont l’apparence n’est pas déterminable. Mais, comme les Vestins, ils ne pratiquaient pas l’affichage du nom des défunts. Seuls des affranchis ou des artisans enrichis employaient déjà des épitaphes : ce sont ces milieux qui paraissent avoir établi, peut-être pour signaler de simples tombes à loculus, le type spectaculaire des stèles à porta Ditis placées en correspondance de la tombe au bas d’une pente. Cette ostentation, refusée apparemment par les élites, signalait précisément leur intégration dans le corps civique, qui, récente, nécessitait une mise en valeur. Il semble que ce soit plus tard, après la fin de la République, que les ingénus, et les élites sociales elles-mêmes, aient repris ce type de monumentalisation.

80Dans les Abruzzes, où est attestée une culture funéraire régionale spécifique, il n’y a pas de place pour la mise en valeur écrite ostentatoire du nom du défunt avant la fin de la République ; même chez les Péligniens, l’épitaphe est un élément facultatif et surtout discret.

Notes

1 Remerciements à Lucie Bailleux et à Claire Le Feuvre pour leur aide bibliographique. Le présent article, rédigé en 2009, n'a pu subir dans la suite du processus d'édition que des modifications extrêmement limitées.

2 Sur la mise en place de la domination romaine et sur le statut d’alliés octroyé aux trois peuples, nous suivons MHumbert, Municipium et ciuitas sine suffragio - l’organisation de la conquête jusqu’à la Guerre Sociale, Rome, 1978, p226-233 et 346-354, FrVan Wonterghem, Superaequum Corfinium Sulmo, Florence, 1984, p23-27, FrVan Wonterghem, Superaequum nel periodo romano, Castelvecchio Subequo, 1984, p8-9, CLetta, Un Lago e il suo popolo, dans ACampanelli (éd.), Il Tesoro del lago - l’archeologia del Fucino e la collezione Torlonia, Pescara, 2001, p140 = CLetta, Un Lago e il suo popolo, dans ACampanelli (éd.), La Collezione Torlonia di antichità del Fucino, Pescara, 2003, p30 et E. Dupraz, Les Vestins à l'époque tardo-républicaine - du nord-osque au latin, Mont-saint-Aignan, 2010, p. 19-34Une partie des Vestins, les Cismontani, reçoivent non pas le statut d’alliés, mais la ciuitas sine suffragio, puis, à une date inconnue mais antérieure à 188 avant notre ère, la ciuitas optimo iure.

3 Pour les nécropoles péligniennes à l’époque tardo-républicaines, connues en particulier grâce aux fouilles effectuées à la fin du XIXe siècle par Antonio de Nino, mais aussi par des découvertes plus récentes, en particulier à Corfinium et à Fonte d’Amore, cfr. les bilans de FrVan Wonterghem, Superaequum Corfinium Sulmo, Florence, 1984, p36-44, p133, p139-157, p170, p236-238, p254-256, p282-287, p311-312, p314-317 et p322-323, et de M.RCopersino et VD’Ercole (dir.), La Necropoli di Fossa, 4, L’Età ellenistico-romana, Pescara, 2003, p345-351, avec bibliographie antérieureIl n’existe malheureusement pas de fouille récente et vaste qui ait fait l’objet d’une publication exhaustivePour une synthèse sur les tombes péligniennes à l’époque tardo-républicaine, cfr. encore maintenant l’étude d’EMattiocco, Antiche sepolture peligne, dans Abruzzo, 7, 1, 1969, p171-181 et figures 1 à 7.

4 À l’époque républicaine, il ne semble pas avoir existé de tombes construites en maçonnerie, mais seulement des tombes creuséesÀ ce sujet, cfr. M.RCopersino et VD’Ercole (éd.), La Necropoli di Fossa, 4, L’Età ellenistico-romana, Pescara, 2003, p347, et auparavant FrVan Wonterghem, op. cit., p139-140 : l’unique tombe à chambre en maçonnerie retrouvée à Corfinium paraît postérieure à la fin de la République.

5 Cfr. EMattiocco, art. cit., p175.

6 La présence de lits funéraires avec appliques en os n’est pas documentée de manière certaine avant la fin de la République, mais elle est bien attestée dans la seconde moitié du Ier siècle avant notre ère : cfr. M.RCopersino et VD’Ercole (éd.), op. cit., p350, M.RCopersino, IV2 I Letti funerari in osso : analisi e confronti, dans M.-RCopersino et VD’Ercole (éd.), op. cit., p316-318 et CLetta, Due Letti funerari in osso dal centro italico-romano della Valle d’Amplero (Abruzzo), Rome, 1984, p93, p101-102 et p108D’autre part, la pratique de l’incinération s’introduit à Corfinium, probablement peu après la fin de la République : cfr. les observations de FrVan Wonterghem, op. cit., p140-144 et p151-153.

7 Cfr. Frvan Wonterghem, op. cit., p119.

8 À propos de ces plinthes et de leur localisation par rapport à la chambre funéraire, cfr. EMattiocco, art. cit., p178, Frvan Wonterghem, op. cit., p145-146 et M.RCopersino et VD’Ercole (éd.), op. cit., p347-348.

9 Il a sans doute existé des plinthes anépigraphes : cfr. EMattiocco, art. cit., p178.

10 À ce sujet, cfr.  la notice d’Ade Nino, Sulmona, dans Notizie degli scavi di antichità, 1879, p147, et le bilan de Frvan Wonterghem, op. cit., p240.

11 Pour l’alphabet latin archaïque, cfr. RCagnat, Cours d’épigraphie latine, Paris, 19144, p1-4 ; chacune des lettres de cet alphabet, en particulier les -a- et -e- cursifs, peut être attestée à date bien plus récente que le milieu du IIe siècle avant notre ère, en particulier dans des genres épigraphiques non solennels.

12 Sur ce formulaire, et plus généralement sur les stèles funéraires du pays pélignien à l’époque républicaine, nous nous permettons de renvoyer à EDupraz, Le Bilinguisme chez les Péligniens, dans MCébeillac-Gervasoni et LLamoine (éd.), Les Élites et leurs facettes - les élites locales dans le monde hellénistique et romain, Clermont-Ferrand-Rome, 2003, p503-516, dont les conclusions, qui portent sur le territoire de Corfinium, valent aussi pour l’ensemble du pays pélignien.

13 Du moins selon MBuonocore, Corfinium, dans Supplementa Italica - nuova serie, 3, Rome, 1987, p192La photographie nous paraît indiquer que la hauteur est nettement plus de deux fois supérieure à la largeur.

14 Cfr. MBuonocore, art. cit., p193.

15 Stèles à fronton triangulaire sans rosette ni creux : CIL IX 3211 = CIL I2 1782 = MBuonocore, art. cit., p122 et n° 78, MBuonocore, Sulmo, dans Supplementa Italica - nuova serie, 4, Rome, 1988, n° 79, R.SConway, The Italic dialects, Cambridge, 1897,  207 = CIL I2 1773 = EVetter, Handbuch der italischen Dialekte, 1, Texte mit Erklärung, Glossen, Wörterverzeichnis, Heidelberg, 1953, n° 205 = HRix, Sabellische Texte - die Texte des Oskischen, Umbrischen und Südpikenischen, Heidelberg, 2002, n° Pg 16 = M. Crawford (éd.), ImaginesItalicae - a Corpus of Italic Inscriptions, Londres, 2011, n° SVLMO 8, (2), CIL I2 3213a = HRix, op. cit., n° Pg 15 = M. Crawford (éd.), op. cit., n° SVLMO 4Stèles à fronton triangulaire creusé avec rosette : CIL IX 3210 = CIL I2 1780 = MBuonocore, Corfinium, dans Supplementa Italica - nuova serie, 3, Rome, 1987, p122, CIL IX 3212 = CIL I2 1781 = MBuonocore, Corfinium, dans Supplementa Italica - nuova serie, 3, Rome, 1987, p122, CIL IX 6412 = MBuonocore, art. cit., n° 63, CIL I2 3217 = MBuonocore, Sulmo, dans Supplementa Italica - nuova serie, 4, Rome, 1988, n° 53, et probablement CIL IX 3329 = CIL I2 1800 = MBuonocore, Superaequum, dans Supplementa Italica - nuova serie, 5, Rome, 1989, p104, MBuonocore, Corfinium, dans Supplementa Italica - nuova serie, 3, Rome, 1987, n° 29 et MBuonocore, Sulmo, dans Supplementa Italica - nuova serie, 4, Rome, 1988, n° 68Il existe aussi une stèle à fronton creusé et délimité par une corniche plate située au même niveau que le plan du champ épigraphique, mais non décoré : MBuonocore, Sulmo, dans Supplementa Italica - nuova serie, 4, Rome, 1988, n° 65Les datations, faute de contexte archéologique, sont difficiles, puisqu’elles reposent principalement sur la forme des lettres et aussi sur des graphies susceptibles d’être anciennes comme la notation -ei- pour [ī]Néanmoins, l’existence de ce type de stèles dès avant la seconde moitié du Ier siècle avant notre ère n’est pas douteuse.

16 C’est le cas seulement pour les inscriptions MBuonocore, art. cit., n° 79, R.SConway, op. cit., n° 207 = CIL I2 1773 = EVetter, op. cit., n° 205 = HRix, op. cit., n° Pg 16 = M. Crawford (éd.), op. cit., n° SVLMO 8, (2), CIL I2 3213a = HRix, op. cit., n° Pg 15 = M. Crawford (éd.), op. cit., n° SVLMO 4 et MBuonocore, art. cit., n° 65.

17 Cfr. M.RCopersino et VD’Ercole (éd.), op. cit., en premier lieu.

18 Cfr. M.RCopersino et VD’Ercole (éd.), op. cit., p365-373, article auquel nous renvoyons pour toutes les données disponibles à propos de la nécropole de Bazzano.

19 Sur les types architecturaux à Fossa, cfr. M.RCopersino, art. cit., p307-308 en particulier.

20 Sur ce point, qui indiquerait le désir de marquer une continuité ethnique et gentilice, cfr. M.RCopersino, Le Strutture architettoniche delle tombe a camera della necropoli di Fossa, dans M.-RCopersino et VD’Ercole (éd.), La Necropoli di Fossa, 2, I Corredi orientalizzanti e arcaici, Pescara, 2004, p247-250Toutefois l’hypothèse que les tombes à chambre étaient recouvertes de tumuli et avaient donc une apparence monumentale spectaculaire est contestée : nous remercions Gianluca Tagliamonte pour cette précisionSur les premières phases de la nécropole de Fossa, cfr. SCosentino, VD’Ercole et GMieli, La Necropoli di Fossa, 1, Le Testimonianze più antiche, Pescara, 2001 et EBenelli et VD’Ercole (éd.), La Necropoli di Fossa, 2, I Corredi orientalizzanti e arcaici, Pescara, 2004.

21 Pour le mobilier funéraire de la nécropole de Fossa, cfr. EBenelli et ClRizzitelli, Il Costume funerario, dans M.-RCopersino et VD’Ercole (éd.), La Necropoli di Fossa, 4, L’Età ellenistico-romana, Pescara, 2003, p307-319 et M.RCopersino, I Letti funerari in osso : analisi e confronti, dans M.-RCopersino et VD’Ercole (éd.), La Necropoli di Fossa, 4, L’Età ellenistico-romana, Pescara, 2003, p308-311.

22 Cfr. EBenelli et CRizzitelli, art. cit., p328.

23 Cfr. M.RCopersino, art. cit., p307-319, notamment p316-318.

24 Sur ce point, cfr. M.RCopersino, art. cit., p308 et cfr. le plan de la phase tardo-républicaine de la nécropole chez MRCopersino et VD’Ercole, op. cit., p326, ainsi que les remarques plus anciennes de SCosentino, VD’Ercole et GMieli, op. cit., p21-22 et p28.

25 Cfr. M.RCopersino, art. cit., p308, ainsi que les remarques de SCosentino, VD’Ercole et GMieli, op. cit., p28.

26 Autre marque d’un sentiment de continuité ethnique et gentilice avec les premiers temps de la nécropole.

27 Selon la numérotation de M.RCopersino et VD’Ercole (dir.), op. cit. Étude de la tombe 469, fouillée en 1999, et du mobilier funéraire qu’elle contenait, par ClRizzitelli, Le Tombe a fossa, dans M.RCopersino et VD’Ercole (éd.), op. cit., p125-128Étude de l’épitaphe par CLetta, art. cit., p320-321Remarques sur le site originel du support chez SCosentino, VD’Ercole et GMieli, op. cit., p28.

28 Cfr. SCosentino, VD’Ercole et GMieli, op. cit., p28 avec photographie de la stèle lors de la découverte, p25.

29 Cfr. les hypothèses proposées par CLetta, art. cit., p320-321.

30 Ce point est souligné par EBenelli et ClRizzitelli, art. cit., p329.

31 Cf. E. Dupraz, op. cit., p. 459-464. Ont été considérées comme pouvant remonter à l’époque républicaine les épitaphes suivantes : - MBuonocore et EMattiocco, Riscoperte ed inediti epigrafici dai territori dei Peligni e dei Vestini, dans Miscellanea greca e romana, 17, 1992, p194 et p195 n° 37L’inscription est datée par les éditeurs « sul finire dell’età repubblicana-inizio dell’Impero », sans critères explicitesRien n’oblige à la considérer comme républicaine- CIL IX 3635 = CIL I2 1812La pierre paraît perdueLa datation à l’époque républicaine est due à la forme des lettres, que les éditeurs qualifient d’antiquis et bonis. Une telle description n’exclut pas une datation à l’époque triumvirale ou augustéenne- CIL I 3636 = CIL I2 ad 1812La pierre paraît perdueContemporaine de la précédente- CIL IX 3639 = CIL I2 1813Pas de critère de datation expliciteLe formulaire peut renvoyer à l’époque triumvirale ou augustéenneLa forme des lettres n’impose pas de datation- CIL IX 3618 = CIL I2 1808Pas de critère de datation expliciteLe texte se limite à une formule onomastique, qui peut avoir été gravée à l’époque triumvirale ou augustéenneLa forme des lettres n’impose pas de datation- CIL IX 3621 = CIL I2 1809L’inscription est contemporaine de l’inscription CIL I2 1259, de Rome : cfr. ADegrassi, Epigraphica III, dans Scritti vari di antichità, 3, Venise, 1967, p149, qui date sans précisions les deux inscriptions des dernières décennies de la RépubliqueL’une et l’autre comportent des archaïsmes linguistiques, qui peuvent renvoyer à une datation dans les dernières décennies de la RépubliqueD’autre part, la présence de prénoms féminins dans l’épitaphe vestine plaide aussi pour une datation haute, s’agissant d’un élément linguistique étranger au système de la langue latineCependant, l’inscription de Rome, épitaphe du frère du défunt de l’inscription vestine, peut être plus ancienne de plusieurs décennies que cette dernière ; les archaïsmes linguistiques peuvent être un trait de pédantisme destiné à témoigner d’une bonne maîtrise de la langue latine ; la date où est sorti d’usage le sous-système linguistique des prénoms féminins vestins est inconnueLa forme des lettres n’impose pas de datation- CIL IX 3628 = CIL I2 1810La pierre paraît perduePas de critère de datation expliciteLe texte se limite à deux formules onomastiques, qui peuvent avoir été gravées à l’époque triumvirale ou augustéenne- CIL IX 3629 = CIL I2 1811La pierre paraît perduePas de critère de datation expliciteLe formulaire peut avoir été gravé à l’époque triumvirale ou augustéenne- CIL IX 3457 = CIL I2 3267Pas de critère de datation expliciteLe texte, tel qu’il est attesté, se limite à une formule onomastiqueLa forme des lettres n’impose pas de datationL’appartenance de l’inscription au genre de l’épitaphe n’est pas certaine, puisque le texte est lacunaireLa datation peut être triumvirale ou augustéenne.- CIL I2 3271Pas de critère de datation expliciteLa forme des lettres n’impose pas de datationMais le support comporte un portrait en bas-relief du défunt, d’un type qui ne se diffuse pas avant l’époque césarienne en-dehors de Rome. Cfr. FRebecchi, Problemi di ritrattistica e di iconografia romana - (I sec. a. C. - II d. C.) - le regioni del versante adriatico, dans Abruzzo, 19, 1981, p67-87 et figures 1 à 10.- CIL I2 3258Pas de critère de datation expliciteLa forme des lettres n’impose pas de datationL’auteur de la notice lui-même commente : « potest esse etiam aetatis Augusti ».

32 Pour la tombe 430 et la coupe à vernis noir concernée, qui porte le numéro 16 dans le mobilier funéraire, cfr. M.RCopersino et ClRizzitelli, Le Tombe a camera, dans M.RCopersino et VD’Ercole (dir.), La Necropoli di Fossa, 4, L’Età ellenistico-romana, Pescara, 2003, p220-234D’autres objets du mobilier funéraire de cette tombe portent des lettres gravées, la petite coupe en céramique sigillée italique n° 17 et le plat en céramique sigillé italique n° 18Mais les supports eux-mêmes sont de date augustéenne et ne rentrent donc pas dans le cadre chronologique de notre étude.

33 Cfr. respectivement VD’Ercole, 66. Poggio Picenze (L’Aquila), dans StEtr, 58, 1992, p643 et M.RCopersino et VD’Ercole (dir.), op. cit., p373, pour l’objet de Poggio Picenze, découvert dans une tombe de type inconnu pendant des travaux, et M.RCopersino et VD’Ercole (dir.), op. cit., p363-364 pour les objets de Capestrano, qui proviennent tous, semble-t-il, de tombes à chambre.

34 À Bazzano, des aiguilles à cheveux sont attestées dans des tombes masculinesM.RCopersino et VD’Ercole (dir.), op. cit., p371 émettent l’hypothèse qu’elles servaient de stylet d’écritureCette hypothèse nous paraît arbitraireEn tout cas, à Fossa, il existe bel et bien un stylet d’écriture dans une tombe masculine, et dans une seule, la tombe 469.

35 Cfr. EBenelli et ClRizzitelli, art. cit., p329, ainsi que la description de la tombe par ClRizzitelli, art. cit., p125.

36 Ainsi, une lampe en céramique à vernis noir était présente dans le mobilier funéraireIl s’agit là d’un des éléments caractéristiques des tombes à caisson et des tombes à chambre : cfr. M.RCopersino, art. cit., p307.

37 Pour la datation de la stèle, cfr. SD’Amato et CLetta, Epigrafia della regione dei Marsi, Milan, 1975, p328 et SGelichi, Stele con rappresentazione di porta in area marsa, dans Quaderni ticinesi, 8, 1979, p120 et note 6.

38 Sur les stèles marses à motif de porta Ditis, cfr. la brève synthèse proposée par SD’Amato et CLetta, op. cit., p. 267-273, l’inventaire des matériels connus effectué par SGelichi, art. cit., et le bilan récent de GPacifico, Le Iscrizioni funerarie : tipologia dei supporti, dans ACampanelli (éd.), Il Tesoro del lago - l’archeologia del Fucino e la collezione Torlonia, Pescara, 2001, p166-171.

39 À ce sujet, cfr. SD’Amato et CLetta, op. cit., p272. Cfr. toutefois aussi l’interprétation donnée par GGrossi et GMessineo, La Necropoli di Arciprete, dans UIrti, GGrossi et VPagani (éd.), Il Fucino e le aree limitrofe nell’antichità - atti del convegno di archeologia, Avezzano, 10-11 novembre 1989, s.l., s.n., 1991, p370, qui font observer, à partir de fouilles portant sur des données postérieures à la fin de la République, que la stèle en forme de porte signale la présence d’une tombe dont l’architecture est celle d’une maisonAinsi, la porte peut signaler une maison du mort, outre le symbolisme renvoyant à la porte des EnfersSur ce point, cfr. aussi note 65.

40 Cfr. SD’Amato et CLetta, op. cit., p269.

41 Ibid.

42 Le recensement de SGelichi, art. cit., p117-130, indique de nombreuses stèles sans inscription, mais chacune de celles-ci est endommagée, soit brisée, soit usée, c’est-à-dire qu’il n’est plus possible de s’assurer de la présence ou de l’absence d’inscription.

43 Cfr. OSalomies, Die römischen Vornamen - Studien zur römischen Namengebung, Helsinki, 1987, p70, HRix, Sabellische Texte - die Texte des Oskischen, Umbrischen und Südpikenischen, Heidelberg, 2002, p139 et M. Crawford (éd.), Imagines Italicae - a Corpus of Italic Inscriptions, Londres, 2011, p. 1603 ; la forme peut-être abrégée par e dans l’inscription HRix, op. cit., n° Po 77 = M. Crawford (éd.), op. cit., n° POMPEI 68, un graffito qui se limite à cette lettre, n’est pas nécessairement un prénom, non plus que celle qui semble ainsi abrégée sur l'inscription M. Crawford (éd.), op. cit., n° VENAFRVM 3.

44 Par ailleurs, C. Letta, Marsi, dans Epigrafia - actes du colloque international d’épigraphie latine en mémoire de Attilio Degrassi pour le centenaire de sa naissance, organisé par le Comité promoteur des Rencontres franco-italiennes sur l’épigraphie du monde romain dans le cadre de la convention entre l’Université de Roma-La Sapienza et l’École française de Rome, sous le patronage de l’Association internationale d’épigraphie grecque et latine et avec le concours des universités de Vienne, Trieste, Padoue et de la Commission pour les Inscriptiones Italiae auprès de l’Unione accademica nazionale, Rome, 1991, p. 388-396, a publié sous les n° 126 et 127 deux fragments d'inscriptions retrouvés ensemble au même endroit, Aielli Alto, malheureusement sans contexte archéologique connu. Ces fragments, qui semblent dater du IIe siècle avant notre ère en raison de la forme des lettres, sont jointifs : la forme des lettres semble comparable dans les deux textes, et les brisures que présentent la première en bas à droite, la seconde en haut à gauche, paraissent coïncider ; les dimensions des n° 126 et 127 et des lettres ne s’opposent pas à cette analyse. Cette hypothèse d’une inscription unique, qui n’est pas émise par C. Letta, est en revanche partagée par A. La Regina, La lex Saufeia e una sentenza del II secolo a.C. nella Marsica, dans J.-C. Balty (éd.), Belgica et Italica : Joseph Mertens, une vie pour l'archéologie - Alba in excelso locata saxo... obscura incultis Herdonia ab agris - atti del Convegno in memoria di Joseph Mertens, Academia Belgica, 4-6 dicembre 2008, Bruxelles, 2012, p. 99-106. Le texte est malaisé à lire et ininterprétable, plus encore que celui de (5) ; en raison des brisures, la forme originelle du support est indéterminable ; très incertaines nous paraissent la lecture et l'interprétation d’A. La Regina. Il peut éventuellement s’agir d’une épitaphe, comme pour l’autre texte difficile qu'est (5), mais il faut convenir que cette hypothèse ne présente pas la moindre garantie.

45 Un autre type de support pour des épitaphes apparaît en pays marse à la fin du Ier siècle avant notre ère, celui des stèles cylindriques couronnées par une calotte présentant souvent un motif de serpentSur ce type de support, attesté surtout dans le voisinage de Marruvium, capitale d’un des municipes marses, cfr. GPacifico, art. cit., p166-171 et aussi les bilans proposés par IValdiserri Paoletti, Cippi funerari cilindrici dal territorio di Marruvium, dans Atti della accademia nazionale dei Lincei - rendiconti - classe di scienze morali, storiche e filologiche, 8, 35, 1980, p193-216 et tables 1 à 4 et E. Dupraz, Étudier le sentiment d'identité des Marses, dans MEFRA, 126-2, 2014, § 53-71 (en ligne : http://mefra.revues.org/2517).

46 Cfr. SGelichi, art. cit., p129 pour l’inscription (8) et SD’Amato et CLetta, op. cit., p271-272 pour les battants, panneaux et heurtoirs.

47 À propos du site, cfr. GGrossi, Topografia antica del territorio del parco nazionale d’Abruzzo (III sec. a.C. - VI sec. d.C.), dans Il Territorio del parco nazionale d’Abruzzo nell’antichità - atti del 1° convegno nazionale di archeologia - Villetta Barrea, 1/2/3 maggio 1987, Civitella Alfedena, 1988, p126.

48 Cfr. SD’Amato et CLetta, op. cit., p271-272.

49 À propos du site, cfr. GGrossi, art. cit., p128.

50 Le prénom masculin Herius est bien attesté en latin, comme emprunt à l’osque : cfr. OSalomies, op. cit., p71-75L’existence d’un sous-système linguistique de prénoms féminins est attestée en pays marse par l’inscription (6) ; elle est aussi attestée en pays vestin, par l’inscription CIL IX 3621 = CIL I2 1809 - cf. E. Dupraz, Les Vestins à l'époque tardo-républicaine - du nord-osque au latin, Mont-saint-Aignan, 2010, p. 227-235 - et surtout en pays pélignien : cfr. PPoccetti, Bemerkungen zu den paelignischen Personennamen, dans Beiträge zur Namenforschung, 17, 1982, p330-334.

51 Sur ce lexème dont le signifié pouvait être « prince », cfr. AMarinetti, Atta/us : Appius ; lat. atta, sabino *appa e sudpiceno apaio-. Sabini a Roma e ‘Safini’ nelle iscrizioni sudpicene, dans Res publica litterarum - studies in the classical tradition, 5, 1, 1982, p169-181 et EDupraz, Un Fragment d’Appius Claudius Caecus (Blänsdorf 3) et la tradition poétique sud-picénienne, dans Lalies, 25, 2005, p263-264.

52 Sur ces variations, cfr. FrVan Wonterghem, Antiche genti peligne, Sulmona, 1975, p13-15 et EDupraz, Hypothèses sur les origines du système gentilice en pays nord-osque, dans PPoccetti (éd.), L’Onomastica dell’Italia antica - aspetti linguistici, storici, culturali, tipologici e classificatori, Rome, 2009, p319-339.

53 En dernier lieu, cfr. l’argumentation de SD’Amato et CLetta, op. cit., p270 note 2.

54 Immédiatement après la fin de la République, en 43 avant notre ère, a été gravée une épitaphe d’un type également nouveau, CIL IX 3771 et 3772 = SD’Amato et CLetta, op. cit., n° 91 : l’inscription est rupestre, gravée au-dessus de l’ouverture rectangulaire d’une tombe à chambreIl s’agit sans doute de la tombe d’un notable, puisque l’auteur de l’inscription a pris la peine d’indiquer la date consulaire et que la tombe est une tombe à chambre, type probablement réservé à une élite socialeÀ ce sujet, cfr. infra.

55 Ce qui n’est pas le cas à date plus récente. Cfr. infra.

56 Pour le bilan des données et pour cette hypothèse, cfr. M.RCopersino et VD’Ercole (éd.), La Necropoli di Fossa, 4, L’Età ellenistico-romana, Pescara, 2003, p342-344.

57 Cfr. ACampanelli, La Nascita della città in Abruzzo : tradizioni, insediamenti e nuovi modelli (IV-I sec. a. C.), dans NChristie (éd.), Settlement and economy in Italy - 1500 BC - AD 1500, Oxford, 1995, p493-494, AStaffa, Città antiche d’Abruzzo. Dalle origini alla crisi tardoromana, dans Bullettino della commissione archeologica comunale di Roma, 98, 1997, p168-169 et ACampanelli, Marruvium, dans ACampanelli (éd.), Il Tesoro del lago - l’archeologia del Fucino e la collezione Torlonia, Pescara, 2001, p214.

58 Cfr. M.RCopersino et VD’Ercole (éd.), op. cit., p344.

59 Pour les données de cette nécropole, cfr. les rapports de CLetta, Scavi nella zona di Amplero (Collelongo) - relazione preliminare 1969-1971, dans Studi classici e orientali, 24, 1975, p49-67 et tables 1 à 5, Scavi nella zona di Amplero (Collelongo) - relazione preliminare 1975, dans Studi classici e orientali, 25, 1976, p119-147 et tables 1 à 6, et CLetta, Gli Scavi dell’università di Pisa presso Collelongo (L’Aquila), dans Un Decennio di ricerche archeologiche, 2, Rome, 1978, p527-542, le bref bilan de CLetta, Dodici anni di ricerche dell’università di Pisa (dipartimento di scienze dell’antichità) in Abruzzo, dans Atti del I° convegno regionale dei beni culturali ed ambientali d’Abruzzo, Chieti, 1981, p33-40, les données collectées par SGelichi, art. cit., ainsi que les synthèses plus récentes de MPaoletti, L’Insediamento di Amplero (Collelongo e Ortucchio) dall’età romana al tardoantico : sintesi delle ricerche, dans Il Territorio del parco nazionale d’Abruzzo nell’antichità - atti del 1° convegno nazionale di archeologia - Villetta Barrea, 1/2/3 maggio 1987, Civitella Alfedena, 1988, p209-235 et de MPaoletti, L’Insediamento di Amplero e la Vallelonga, dans UIrti, GGrossi et VPagani (éd.), Il Fucino e le aree limitrofe nell’antichità - atti del convegno di archeologia, Avezzano, 10-11 novembre 1989, sl., sn., 1991, p299- 321.

60 Pour les données de cette nécropole, cfr. GGrossi et GMessineo, art. cit., p368-386.

61 Pour ce qui est de la nécropole du Cantone, liste chez SD’Amato et CLetta, op. cit., et chez SGelichi, art. cit.: il s’agit des stèles n° 154, 155, 156, 157, 158, 159, 160, 161, 162, 163, 194, dans le catalogue de SD’Amato et CLetta, op. cit., et des stèles n° 6, 7, 8, 9, 10, 11 chez SGelichi, art. cit. En outre, les alentours immédiats de la nécropole ont livré, réemployées dans des structures modernes, les stèles 3, 4 et 5 du catalogue de SGelichiQuant à la nécropole d’Arciprete, elle a livré la stèle n° 121 du catalogue de SD’Amato et CLetta, op. cit., et les stèles n° 23 et 24 du catalogue de SGelichiListe des autres stèles à porta Ditis connues : SD’Amato et CLetta, op. cit., n° 97, n° 101, n° 114, n° 115, n° 127, n° 138, n° 147, n° 164, n° 167, SGelichi, art. cit., n° 1, n° 2, n° 12, n° 13, n° 14, n° 15, CIL IX 3758, CIL IX 3788, CIL IX 3821, CIL IX 3822, CIL IX 3829 et CIL IX 3324.

62 Exceptions : peut-être CIL IX 3788, à cause du cognomen grec, et SD’Amato et CLetta, op. cit., n° 167, quoique le texte soit fragmentaire.

63 À propos de ces lits funéraires, cfr. aussi CLetta, Due Letti funerari in osso dal centro italico-romano della Valle d’Amplero (Abruzzo), Rome, 1984 et la synthèse de M.RCopersino, IV2 I Letti funerari in osso : analisi e confronti, dans M.-RCopersino et VD’Ercole (éd.), op. cit., p307-319.

64 À propos de la tombe 28, cfr. Scavi nella zona di Amplero (Collelongo) - relazione preliminare 1975, dans Studi classici e orientali, 25, 1976, p. 137-138 et C. LettGli Scavi dell’università di Pisa presso Collelongo (L’Aquila), dans Un Decennio di ricerche archeologichea, 2, Rome, 1978, p. 536-539.

65 Cela plaide plutôt pour une interprétation du motif de la porta Ditis comme renvoyant bel et bien à l’entrée des Enfers, et non comme renvoyant à une conception de la tombe comme maison du mort, porte comprise. À ce sujet, cfr. note 39.

66 Cfr. les observations de S. Gelichi, art. cit., p. 126 et note 20, outre les références indiquées à la note 63.

67 Cfr. S. Gelichi, art. cit., p. 125-126.

68 Plan de la nécropole chez MPaoletti, L’Insediamento di Amplero e la Vallelonga, dans UIrti, GGrossi et VPagani (éd.), Il Fucino e le aree limitrofe nell’antichità - atti del convegno di archeologia, Avezzano, 10-11 novembre 1989, sl., sn., 1991, p316, figure 13.

69 Contrairement aux conclusions que CLetta, Dodici anni di ricerche dell’università di Pisa (dipartimento di scienze dell’antichità) in Abruzzo, dans Atti del I° Convegno regionale dei beni culturali ed ambientali d’Abruzzo, Chieti, 1981, p39 tire de son rapide bilan des stèles à porta Ditis marses, qui ne prend pas en compte les différentes phases chronologiques.

70 Dans la nécropole sud de Corfinium, c’est ce fait qui explique leur préservation, après un rapide enfouissement : cfr. Frvan Wonterghem, Superaequum Corfinium Sulmo, Florence, 1984, p143 et p154.

71 Il s’agit des inscriptions R.SConway, op. cit., n° 216 = EVetter, op. cit., n° 213 = HRix, Sabellische Texte - die Texte des Oskischen, Umbrischen und Südpikenischen, Heidelberg, 2002, n° Pg 9 = M. Crawford (éd.), op. cit., n° CORFINIVM 6 et CIL IX p678 = RSConway, op. cit., n° 218 = EVetter, op. cit., n° 214 = CIL I2 3230 = HRix, op. cit., n° Pg 10 = M. Crawford (éd.), op. cit., n° CORFINIVM 11La première présente une formule osque héritée PVVSECIC / LEXE, « vous qui avez lu ceci », à propos de laquelle cfr. EDupraz, De la Poésie sud-picénienne à la poésie nord-osque, dans DPetit et G.-JPinault (éd.), La Langue poétique indo-européenne - actes du colloque de travail de la Société des Etudes Indo-Européennes (Indogermanische Gesellschaft / Society for Indo-European Studies) - Paris, 22-24 octobre 2003, Louvain et Paris, 2006, p66-67Cette formule est problématique pragmatiquement, puisque la plinthe mesure une trentaine de centimètres de haut, émergeait donc à peine du sol, et contraignait le passant à entrer dans la nécropole pour la lire.

Auteur

Université libre de Bruxelles - Emmanuel.Dupraz@ulb.ac.be

© Publications de l’École française de Rome, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540