Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’écriture et l’espace de la mort. Épigraphie et nécropoles à l'époque préromaine

 | 
Marie-Laurence Haack

L’épigraphie funéraire de la péninsule Ibérique en contexte « indigène »

Coline Ruiz Darasse

Texte intégral

  • 1 Ce fut un honneur de participer à cette rencontre à Rome. Je remercie chaleureusement les organisa (...)
  • 2 Par contexte indigène nous entendons toutes les manifestations qui ne sont pas issues des populati (...)

1Le travail proposé ici1 est une tentative de synthèse rapide sur la question de l’épigraphie funéraire en contexte indigène2 dans la péninsule Ibérique. Il a été axé autour des problématiques suggérées par les organisateurs de la rencontre : le rôle de l’écriture dans l’organisation des nécropoles, les facteurs de mutation des nécropoles perceptibles par le biais des inscriptions, afin de fournir des exemples lors de la discussion.

2Disons-le d’emblée : le phénomène graphique dans le monde funéraire ibérique est sans aucune commune mesure comparable avec ce qui se passe dans le domaine étrusque et italique en général. Si la diversité des cultures présentes dans la Péninsule au second âge du Fer multiplie les modalités du rapport à la mort, la pratique graphique n’est jamais systématique ni même fréquente dans les nécropoles de l’Espagne préromaine.

  • 3 L’écriture ibère a été déchiffrée dans les années 1920 par Don Manuel Gomez Moreno mais la langue (...)
  • 4 La richesse artistique des sites monumentaux les plus imposants et les plus anciens (comme celui d (...)

3L’épigraphie paléo-hispanique est à dater entre le VIe et le Ier siècle av. J.-C., depuis l’apparition des semi-syllabaires ibériques3 jusqu’à leur disparition, conséquence de la romanisation. Ces bornes chronologiques laissent de côté les nécropoles les plus anciennes de la péninsule, où l’écriture n’est pas encore en usage4.

  • 5 Necropolis celtibericas. II Simposio sobre los Celtiberos, celebrado en Daroca (Zaragoza) del 28 al (...)
  • 6 Las necrópolis, J. Blanquez Perez, V. Antona del Val (éd.), Madrid, 1992.
  • 7 Architectures funéraires et mémoire : la gestion des nécropoles en Europe occidentale (Xe-IIIe siè (...)

4Il y a deux manières d’aborder le phénomène funéraire en péninsule Ibérique. Une première est archéologique. Les archéologues établissent des monographies de nécropoles, publiant le matériel de manière exhaustive, qui sont d’excellents repères ponctuels. Plusieurs rencontres ont traité du phénomène funéraire : nous ne mentionnerons que pour mémoire celles sur les nécropoles celtibères5 et ibères6, ou celle inscrivant les nécropoles de la péninsule dans un espace plus large7.

5À partir de ces données, précisons ce qu’on pourrait entendre par « espace de la mort » au second âge du Fer en péninsule Ibérique.

L’organisation des nécropoles

6La péninsule Ibérique est, tout comme la péninsule italienne, marquée par la présence de populations qui parlent et écrivent des langues non-indo-européennes en contact étroit avec des populations celtiques.

7Cette subdivision invite à s’interroger sur les usages funéraires chez les Ibères puis chez les Celtes.

  • 8 Quelques éléments permettent cependant de discerner des principes ordonnateurs (choix entre l’inci (...)
  • 9 Notamment en bois : C. Aranegui, A. Jodin, E. Llobregat, [et al.], La Nécropole ibérique de Cabezo (...)

8Dans le domaine ibérique (non-indo-européen), les pratiques funéraires du second âge du Fer sont caractérisées par l’incinération secondaire parfois signalée par une stèle indiquant l’emplacement de la tombe. Les nécropoles des périodes anciennes situées en Andalousie se présentent sans ordre structurel apparent. Dans une nécropole comme celle de Cabezo Lucero, datée de l’Ibérique ancien et moyen et située dans la province d’Alicante, l’organisation générale de la nécropole n’apparaît pas de prime abord8. Il n’y a aucune stèle – même s’il est possible qu’il en ait existé en matériaux périssables9. Par ailleurs, si signalisation il y a dans une nécropole, par exemple avec un pilier-stèle (Ve-IIIsiècles av. J.-C.), elle reste anépigraphe.

  • 10 A. Lorrio Alvarado, Los Celtíberos, Madrid, 2005, p. 114.
  • 11 A. Lorrio Alvarado, op. cit., p. 118.

9Dans le domaine celtibère (indo-européen), le rituel funéraire est également marqué par l’incinération. C’est, en revanche, dans la structuration des premières nécropoles que les Celtibères se distinguent. À Riba de Saelices, par exemple, tranchant avec l’apparente anarchie qui règne dans les nécropoles ibères, des stèles signalent systématiquement les tombes et l’on repère des dalles au sol, si bien que les archéologues ont pu parler de « rues »10. Cependant, ce procédé n’est pas du tout généralisable11.

  • 12 M. Barril et V. Salve, Formas de enterramientos y ritos funerarios en las necrópolis celtibéricas (...)
  • 13 Une plaque de bronze carrée, [MLH IV, K.6.1] considérée comme une tessère d’hospitalité.

10La présence graphique dans les tombes celtibères est très rare. Aucune inscription n’a été retrouvée dans la nécropole de El Altillo (Aguilar de Anguita) qui compte 5000 tombes datant du IVe-IIIe s. av. J.-C.12. À ces dates, en effet, l’écriture n’est pas encore en usage dans le monde celtibère. À Luzaga, une nécropole plus récente et qui compte pourtant plus de 1800 tombes, on ne connaît qu’un seul document épigraphique en écriture et langue celtibères13 pour lequel le contexte n’est pas clairement assuré. La richesse des dépôts funéraires celtibères n’inclut pas la dimension graphique.

11Ainsi, contrairement au monde étrusque, l’association de l’écriture au monde de la mort est loin d’être systématique en péninsule Ibérique.

12Il existe cependant des inscriptions trouvées dans les tombes. Une seconde approche, épigraphique cette fois, est donc nécessaire pour aborder « l’écriture et l’espace de la mort ». Comment interpréter ces inscriptions ? Que doit-on entendre par « épigraphie funéraire » dans le monde paléo-hispanique ?

Une épigraphie funéraire dans la péninsule préromaine ?

13Par épigraphie funéraire, on entend dans un premier temps les inscriptions de tout ordre qui ont été retrouvées dans des tombes. Une inscription « funéraire » peut ainsi être portée sur trois types de supports : la céramique, le plomb et la pierre.

  • 14 Citons par exemple le rhyton d’Ullastret (C.2.8) et l’inscription de La Joncosa (*D.18.1 = M. I. P (...)
  • 15 Voir notamment le graphique de M. I. Panosa, La escritura ibérica en Cataluña y su contexto socioe (...)
  • 16 É. Gailledrat, Grecs et Ibères dans la nécropole d'Ampurias (VIe-IIe s. av. J.-C.), dans MCV, 31.1 (...)

14La céramique représente l’essentiel de la documentation paléo-hispanique à disposition. Les inscriptions sur céramiques sont souvent très courtes, à quelques rares exceptions près14. Les inscriptions paléo-hispaniques sur céramique sont des marques de propriété constituées d’un nom propre et de suffixes d’appartenance qui dessinent une épigraphie d’ordre privé. Celles trouvées dans les tombes ne représentent pas la majorité. Seulement 12,5 % des inscriptions répertoriées en Catalogne à partir des données publiées dans les MLH sont issues d’un contexte funéraire15. Les inscriptions en écriture ibérique sont portées aussi bien sur de la céramique d’importation que sur de la céramique locale. Dans la nécropole d’Ampurias, où Grecs et Ibères ont enterré leurs morts dans des espaces voisins, la céramique a deux usages différents selon l’identité des défunts. Pour les Grecs, elle fait partie du mobilier funéraire. Pour les Ibères, elle sert également d’urne cinéraire16.

  • 17 Le plomb d’Ampurias est une lettre privée dans un cadre économique. E. Sanmarti, Una carta en leng (...)
  • 18 Ils ont été datés par Domingo Fletcher Valls (D. Fletcher Valls, Materiales de la necrópolis ibéri (...)
  • 19 J. de Hoz, Historia lingüística de la Península Ibérica en la Antigüedad, II. El mundo prerromano (...)
  • 20 M. Almagro Basch, Las inscripciones ampuritanas griegas, ibéricas y latinas, (Monografías ampurita (...)
  • 21 J. Untermann, MLH III, 1990, p. 25 : « Der singuläre Gegenstand erlaubt keine sichere Vermutung üb (...)
  • 22 F. Beltrán Lloris, Roma y la epigrafía ibérica sobre piedra del nordeste peninsular, dans Palaeohi (...)

15Rares sont les plombs trouvés en contexte funéraire car ce type de support est surtout connu dans le monde de l’épigraphie ibérique pour des usages privés ou à caractère probablement « économique »17. On peut toutefois mentionner les plombs de la nécropole d’Orleyl, à côté de la Vall d’Uixó (Castellón, F.9.1 à 7) qui sont un cas exceptionnel dans l’épigraphie ibérique18. La présence d’un cratère grec dans la tombe où ont été trouvées les lamelles suggère une possible influence grecque. Il semble qu’on ne puisse pas les rapprocher de pratiques de defixio19 connues pourtant par ailleurs à Ampurias20. Le plomb trouvé dans la nécropole de Las Corts (C.1.5), n’est pas assurément, selon Jürgen Untermann, une inscription funéraire21. Il a été trouvé cloué à une colonne de pierre, ce qui peut aussi bien évoquer une pratique de defixio qu’une pratique d’affichage public22.

16Ces inscriptions sont portées sur des objets personnels qui, dans un second temps, se retrouvent, en tant que mobilier, en contexte funéraire. Elles n’ont pas ainsi de fonction spécifiquement funéraire. C’est la pierre qui constitue le support privilégié des inscriptions paléo-hispaniques considérées comme « funéraires ».

  • 23 Pour un inventaire complet des inscriptions sur pierre en écriture paléo-hispanique, voir I. Simón (...)

17Plusieurs ensembles homogènes de stèles se dessinent en péninsule Ibérique23 .

  • 24 J. Rodríguez Ramos, Las inscripciones sudlusitano-tartesias: su función, lengua y contexto socio-e (...)
  • 25 Voir J. A. Correa, Escritura tartésica, dans Escrituras y lenguas del Mediterráneo en la antigüeda (...)

18Une série d’une vingtaine stèles de la région du sud-ouest du Portugal ont presque toutes été trouvées en réemploi mais appartiennent à la période « tartessienne »24. Leur graphie en écriture dite « du sud-ouest », une variante redondante d’un semi-syllabaire ibère25, ne permet pas encore l’accès à la langue. Cet ensemble est encore très problématique et circonscrit.

  • 26 I. Garcés Estallo, La estela ibérica de El Pilaret de Santa Quitèria (Fraga, Huesca). Una revisión (...)
  • 27 R. Riera Vargas, Estelas ibéricas con lanzas y tropas auxiliares en el nordeste peninsular, dans G (...)
  • 28 On les date entre le IIIe et le IIe siècle av. J.-C.
  • 29 A. Oliver Foix, Las estelas monolíticas ibéricas. Una aproximación a su problemática, dans ETF, Se (...)

19Un groupe assez homogène de stèles provient du Bas-Aragon, entre Caspe et Valderrobles26. Elles sont caractérisées par une iconographie composée de guerriers, de mains coupées et de lances qui s’inscrivent dans une tradition indigène forte, liée à l’héroïsation de l’individu. Elles peuvent également renvoyer à des mouvements militaires27. La chronologie est imprécise par manque de contextes archéologiques28 et les inscriptions sont peu nombreuses29.

  • 30 N. Barrandon, La part de l'influence latine dans les inscriptions funéraires ibériques et celtibér (...)
  • 31 J. De Hoz, La epigrafía ibérica de los noventa, dans REIb, 3, 1998, p. 139 : « La epigrafia sépulc (...)
  • 32 I. Izquierdo et F. Arasa i Gil, Tipología e iconografía de las estelas ibéricas, dans APL, 23, 199 (...)

20Pour les domaines celtibère et ibère confondus, Nathalie Barrandon a dénombré soixante-trois stèles dont moins d’une dizaine en langue et écriture celtibères30. Les stèles écrites en semi-syllabaire dit « levantin » et en langue ibère se concentrent surtout au sud du delta de l’Èbre31 : une trentaine sont inscrites mais pas décorées, et une douzaine sont inscrites et décorées32.

  • 33 J. De Hoz, art.cit. note 21, p. 60 : « En general podemos decir que las estelas sepulcrales ibéric (...)
  • 34 G.7.1, appartenant à la phase ancienne de la nécropole de Corral de Saus (fin Ve-début IVe av. J.- (...)
  • 35 Trois inscriptions seulement sont concernées : C.18.5 et C.18.6 (Tarragone) mais aujourd’hui perdu (...)

21La chronologie de ces stèles est problématique. La plupart des autres inscriptions ont été retrouvées hors contexte ; celles trouvées en remploi sont associées à des contextes urbains et des cités romaines33 et sont toutes attribuables aux IIe-Ier siècles av. J.-C. Pour plus d’une cinquantaine non datées, seules cinq inscriptions sont insérées dans une chronologie préromaine34. Moins d’une dizaine de stèles présentent un double système d’écriture (latin et ibère) et sont dites « bilingues ». Il s’agit d’un phénomène isolé et circonscrit35, qui a permis de progresser dans notre connaissance du lexique funéraire paléo-hispanique et d’identifier une séquence (aretake) constituant un « formulaire funéraire ».

  • 36 J. Adams et S. Swain (éd.), Bilingualism in ancient society, Oxford, 2002, p. 8.

22La formule aretake (sa variante aretaki et d’autres variantes dans les interponctions) semble correspondre sur l’inscription de Tarragone (C.18.6) à la formule latine hic situs est. Un doute concernant cette assimilation directe de aretake à hic situs est vient de l’autre stèle de Tarragone (C.18.5) où il n’y a pas de concordance entre le premier (atinbelauŕ.antalskar en ibère) et le second segment (Fulvia Lintearia en latin) qui devraient pourtant correspondre à une seule et même personne, la défunte. L’existence de ces inscriptions « bilingues » indique cependant une volonté de donner à voir et à lire une information à deux groupes linguistiques distincts36.

  • 37 J. Untermann, art. cit.

23À partir de l’étude des inscriptions paléo-hispaniques sur pierre, quelques hypothèses sémantiques ont été proposées et établies en fonction de la récurrence et de la fréquence de certains éléments37 :

  • l’élément seltar (et sa variante siltar) identifié comme désignant la tombe ou peut-être la stèle elle-même38 ;
  • les termes eban(en)39/teban(en)40 toujours objets de débat. Sur la base de l’inscription « bilingue » (F.11.8) de Sagonte, le terme tebanen pourrait correspondre au terme latin coeravit. Toutefois, il ne s’agit pas à proprement parler d’une inscription funéraire mais plutôt d’une architrave. Javier Velaza a ainsi proposé d’y voir des équivalents de « fils » et « fille »41 avec un préfixe de genre au féminin42. Cependant, si l’on trouve effectivement l’élément eban souvent lié à des noms propres considérés comme masculins, l’élément teban, est bien moins fréquent et ne correspond pas systématiquement à des noms féminins43. La question reste donc ouverte44.
  • 45 M. I. Panosa, op. cit., n. 9, p.182. Il s’agit de : C.10.1 (Santa Perpetua de la Moguda, Barcelone (...)
  • 46 Par exemple : C.9.1 (Arc de Sant Ramon del Call, Barcelone) ; peut-être F.11.28 (Sagonte) ; X.0.77 (...)

24Comme le remarque María Isabel Panosa45, seules cinq inscriptions comportent simultanément les éléments aretake et eban ou au moins un des deux. En somme, la valeur de ce « formulaire » repose sur un contenu sémantique hypothétique et sur une fréquence d’attestation limitée. Les stèles qui ne comportent que le nom du défunt (avec parfois les éléments -ar- et -Mi-, considérés comme des particules indiquant la possession) sont plus nombreuses46.

25Certaines de ces pratiques font penser à une initiative indigène dans l’épigraphie à vocation funéraire, mais le phénomène ne devient clairement perceptible qu’au moment de la présence romaine dans la péninsule et les vestiges dont on dispose restent limités. Cet état de fait nous conduit à nous interroger sur les dynamiques de mutation du domaine indigène dues à une présence étrangère.

Dynamiques de mutation

26Il s’agit du dernier axe de réflexion proposé par les organisateurs de cette rencontre. On constate un essor épigraphique ibère concomitant d’une présence italienne grandissante en Hispanie, à partir du IIe siècle av. J.-C. Or, nous avons pu voir que les pratiques funéraires préromaines antérieures n’étaient pas nécessairement liées à l’écriture. La véritable mutation dans ce domaine est matérialisée par l’utilisation de l’écriture elle-même.

27La question est donc de savoir si la pratique graphique ibérique est influencée par l’implantation latine dans la péninsule ou si elle correspond à une tradition antérieure qui n’est attestée qu’à partir du IIe siècle av. J.-C.

  • 47 N. Barrandon, op. cit., p. 176-186. Ces traits ne concernent pas la forme même des stèles ni leur (...)

28Les parallèles retenus par Nathalie Barrandon dans son travail traitant de l’influence latine sur les pratiques épigraphiques indigènes concernent avant tout des traits formels47 :

  • 48 F. Beltrán Lloris, art. cit., souligne toutefois que l’épigraphie funéraire latine n’est pas très (...)
  • 49 Par exemple : Neitinbeles (CIL II 6144), époux d’une femme également ibère. Cfr. J.M. Abascal Pala (...)

29l’influence latine se reconnaît dans l’utilisation du marbre et de la plaque comme support (plutôt que la pierre locale et la stèle pour les inscriptions ibériques), l’utilisation d’abréviations, des lettres capitales réglées sans avoir recours à des lignes de guidage, de ponctuations triangulaires. N. Barrandon note la latinisation du tracé de certains caractères comme le N et le E. Cela concerne cependant moins d’un sixième des inscriptions funéraires ibériques et celtibériques conservées. Par la suite, après les quelques imitations et tentatives locales difficilement datables, les inscriptions funéraires seront strictement latines48, ne mentionnant ici et là que quelques noms indigènes49. N. Barrandon conclut donc à une influence modérée de la présence italienne sur l’épigraphie ibérique, et rejoint sur ce point Javier De Hoz pour penser que le phénomène d’épigraphie funéraire existait avant la présence romaine.

  • 50 F. Beltrán Lloris, art. cit., p. 24.
  • 51 Tradition qui aurait selon lui provoqué une plus grande homogénéité dans les manifestations épigra (...)
  • 52 F. Beltrán Lloris, art. cit., p. 25.

30F. Beltrán Lloris, en revanche, considère que les vestiges dont on dispose sont la marque d’une adaptation du nouveau langage écrit monumental des Latins aux possibilités plus limitées des communautés ibériques locales50. Les inscriptions à caractère funéraire paléo-hispaniques seraient donc selon lui une réponse locale aux modèles latins mais pas le résultat d’une tradition antérieure51. Il souligne cependant que ce point de vue ne permet pas de rendre compte de l’ensemble des cas de figures répertoriés52.

31Au terme de ce trop rapide parcours de la question de l’épigraphie funéraire dans la péninsule Ibérique préromaine, nous pouvons affirmer que la situation dans l’Espagne préromaine contraste totalement avec celle de la péninsule italienne :

  • il n’existe pas d’organisation épigraphique des nécropoles ;
  • malgré une chronologie qui reste imprécise, l’écriture n’apparaît que de manière ponctuelle dans le domaine funéraire dans la péninsule et pas avant le IIe siècle av. J.-C. et la présence romaine ;
  • la définition même d’épigraphie funéraire ibérique est à questionner : bien des inscriptions en écriture levantine ne sont souvent que des marques d’ordre privé retrouvées dans un second temps dans les tombes. Quant aux inscriptions sur pierre, à l’exception des inscriptions du Sud-Ouest, elles restent un phénomène restreint et non généralisable au reste de l’épigraphie paléo-hispanique.

32Enfin, malgré quelques traces de pratiques graphiques indigènes antérieures dans le domaine funéraire, faut-il comprendre que c’est par l’utilisation de l’écriture que l’influence latine se fait sentir ? Si certaines inscriptions peuvent nous le faire penser, il reste cependant encore à comprendre le sens des textes inscrits en écritures paléo-hispaniques : elles nous éclaireront sans doute sur des pratiques funéraires ibères dont nous ignorons encore beaucoup d’aspects.

Notes

1 Ce fut un honneur de participer à cette rencontre à Rome. Je remercie chaleureusement les organisateurs du colloque et tout spécialement Mme Marie-Laurence Haack.

2 Par contexte indigène nous entendons toutes les manifestations qui ne sont pas issues des populations qui ont abordé la péninsule Ibérique de manière colonisatrice, que ce soient les Phéniciens, les Grecs ou les Latins.

3 L’écriture ibère a été déchiffrée dans les années 1920 par Don Manuel Gomez Moreno mais la langue ainsi notée reste à ce jour encore incomprise. Toutes les références indiquées renvoient au corpus d’inscriptions publié par J. Untermann : Monumenta Linguarum Hispanicarum (= MLH), Band II, Die Inschriften in iberischer Schrift aus Südfrankreich, Wiesbaden, 1980, pour le sud de la Gaule ; Band III, Die Iberischen Inschriften aus Spanien, Wiesbaden, 1990, pour les inscriptions ibères et Band IV : Die tartessischen, keltiberischen und lusitanischen Inschriften, Wiesbaden, 1997, pour les inscriptions celtibères, celles du Sud-Ouest et celles du domaine lusitanien.

4 La richesse artistique des sites monumentaux les plus imposants et les plus anciens (comme celui de Pozo Moro daté autour de 500 av. J.-C.) ne va pas de pair avec une présence graphique. Certaines, comme la nécropole phénico-punique de Puig dels Molins à Ibiza, ne sont pas à comprendre comme « indigènes ».

5 Necropolis celtibericas. II Simposio sobre los Celtiberos, celebrado en Daroca (Zaragoza) del 28 al 30 de abril de 1988, F. Burillo Mozota (éd.), Saragosse, 1990.

6 Las necrópolis, J. Blanquez Perez, V. Antona del Val (éd.), Madrid, 1992.

7 Architectures funéraires et mémoire : la gestion des nécropoles en Europe occidentale (Xe-IIIe siècles av. J.-C.), colloque organisé par St. Adroit et R. Graells à la Casa de Velázquez, 13-14 mars 2014 dont la publication est en cours.

8 Quelques éléments permettent cependant de discerner des principes ordonnateurs (choix entre l’incinération in situ, l’utilisation d’une urne cinéraire ou la disposition directe sur le sol) : P. Rouillard [et al.], Du nouveau sur la civilisation ibérique : les fouilles de Cabezo Lucero (Alicante), dans Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et des belles lettres, 1990, avril-juin, p. 540. C’est la seule nécropole avec Ensérune où la présence de la stèle anépigraphe revêt une certaine systématicité : F. Beltrán Lloris, Roma y la epigrafía ibérica sobre piedra del nordeste peninsular, dans Palaeohispánica, 12, 2012, p. 22.

9 Notamment en bois : C. Aranegui, A. Jodin, E. Llobregat, [et al.], La Nécropole ibérique de Cabezo Lucero : Guardamar del Segura, Alicante, Madrid, Alicante, 1993 (Collection de la Casa de Velázquez) 41), p. 39-40.

10 A. Lorrio Alvarado, Los Celtíberos, Madrid, 2005, p. 114.

11 A. Lorrio Alvarado, op. cit., p. 118.

12 M. Barril et V. Salve, Formas de enterramientos y ritos funerarios en las necrópolis celtibéricas de Aguilar de Anguita (Guadalajara) : El Altillo y La Carretera Vieja, dans Kalathos, 18-19, 1999-2000, p. 153-200.

13 Une plaque de bronze carrée, [MLH IV, K.6.1] considérée comme une tessère d’hospitalité.

14 Citons par exemple le rhyton d’Ullastret (C.2.8) et l’inscription de La Joncosa (*D.18.1 = M. I. Panosa, Inscripción ibérica procedente de la Joncosa (Jorba, Anoia), dans Palaeohispánica, 2, 2002, p. 333-353 et J. Ferrer i Jané, Nova lectura de la inscripció ibèrica de la Joncosa (Jorba, Barcelona), dans Veleia, 23, 2006, p. 129-170) qui ne proviennent toutefois pas de contextes funéraires.

15 Voir notamment le graphique de M. I. Panosa, La escritura ibérica en Cataluña y su contexto socioeconómico (siglos V-I a. C.), Vitoria, 1999 (Anejos de Veleia. Series Minor, 13), p. 206.

16 É. Gailledrat, Grecs et Ibères dans la nécropole d'Ampurias (VIe-IIe s. av. J.-C.), dans MCV, 31.1, 1995, p. 47 : « [à Ampurias], plus généralement, la céramique non tournée reste jusqu’au IIe siècle la catégorie la mieux représentée dans ces tombes ibères ».

17 Le plomb d’Ampurias est une lettre privée dans un cadre économique. E. Sanmarti, Una carta en lengua ibérica, escrita sobre plomo, procedente de Emporión, dans RAN, 21, 1988, p. 95-113. Le célèbre plomb gréco-ibère de Pech Maho est le compte-rendu d’une transaction (editio princeps : M. Lejeune, J. Pouilloux, Y. Solier, Étrusque et ionien sur un plomb de Pech Maho (Aude), dans RAN, 21, 1988, p. 19-59).

18 Ils ont été datés par Domingo Fletcher Valls (D. Fletcher Valls, Materiales de la necrópolis ibérica de Orleyl, dans SIP 33, 1981, p. 61) à la transition entre le IVe et le IIIe siècle av. J.-C. Javier De Hoz a proposé une interprétation leur attribuant la même fonction sacrée que celle des lamelles orphiques à cause de leur disposition dans la tombe, sans que l’on puisse vérifier avec certitude cette hypothèse. Pourtant, les lamelles orphiques sont habituellement plutôt des lamelles d’or et non de plomb. J. De Hoz, Escrituras en contacto : ibérica y latina, dans F. Beltrán Lloris (éd.), Roma y el nacimiento de la cultura epigráfica en Occidente : actas del coloquio, Roma y las primeras culturas epigráficas del Occidente Mediterráneo, siglos II a.E.-I d.E., Zaragoza, 4 a 6 de noviembre de 1992, Madrid, 1995, p. 57-84.

19 J. de Hoz, Historia lingüística de la Península Ibérica en la Antigüedad, II. El mundo prerromano y la indoeuropeización, Madrid, 2011, (Manuales y Anjeos de Emérita, LI), p. 421.

20 M. Almagro Basch, Las inscripciones ampuritanas griegas, ibéricas y latinas, (Monografías ampuritanas II), Barcelona, 1953, p. 31-36.

21 J. Untermann, MLH III, 1990, p. 25 : « Der singuläre Gegenstand erlaubt keine sichere Vermutung über den Inhalt. » Il se fonde notamment sur le fait qu’aucun terme relevant du « formulaire funéraire » n’apparaît dans ce texte.

22 F. Beltrán Lloris, Roma y la epigrafía ibérica sobre piedra del nordeste peninsular, dans Palaeohispánica, 12, 2012, p. 18.

23 Pour un inventaire complet des inscriptions sur pierre en écriture paléo-hispanique, voir I. Simón Cornago, Los soportes de la epigrafía paleohispánica: inscripciones sobre piedra, bronce y cerámica, Zaragoza-Sevilla, 2013. Toutes les inscriptions sur pierre ne sont pas nécessairement de type funéraire : elles peuvent être également d’ordre public.

24 J. Rodríguez Ramos, Las inscripciones sudlusitano-tartesias: su función, lengua y contexto socio-económico, dans Complutum, 13, 2002, p. 85-96.

25 Voir J. A. Correa, Escritura tartésica, dans Escrituras y lenguas del Mediterráneo en la antigüedad, G. Carrasco Serrano et J. C. Oliva Mompean (éd.), Cuenca, 2005, p. 290 et surtout désormais J. De Hoz, Historia lingüística de la Península Ibérica en la Antigüedad, I. Preliminares y mundo meridional prerromano, Madrid, 2011, (Manuales y Anjeos de Emérita, L), p. 371 et suivantes.

26 I. Garcés Estallo, La estela ibérica de El Pilaret de Santa Quitèria (Fraga, Huesca). Una revisión a los cien años de su descubrimiento, dans Kalathos, 15, 1996, p. 35-56.

27 R. Riera Vargas, Estelas ibéricas con lanzas y tropas auxiliares en el nordeste peninsular, dans Gladius, 33, 2013, p. 39-56.

28 On les date entre le IIIe et le IIe siècle av. J.-C.

29 A. Oliver Foix, Las estelas monolíticas ibéricas. Una aproximación a su problemática, dans ETF, Sene I, Prehistoria y Arqueología, 9, 1996, p. 233. Voir également F. Marco Simón, Nuevas estelas ibéricas de Alcañiz (Teruel), dans Pyrenae, 12, 1976, p. 73-90.

30 N. Barrandon, La part de l'influence latine dans les inscriptions funéraires ibériques et celtibériques, dans MCV, Nouvelle Série 33.1, 2003, p. 199-237. Ce travail se retrouve amélioré dans la publication de sa thèse, De la pacification à l’intégration des Hispaniques (133-27 a.C.), Bordeaux, 2011, (Scripta Antiqua 35), p. 176-186.

31 J. De Hoz, La epigrafía ibérica de los noventa, dans REIb, 3, 1998, p. 139 : « La epigrafia sépulcral se da escasamente en el entorno ampuritano y en Layetania, y se concentra en el sur de Edetania en Sagunto y sus proximidades, y al sur de la desembocadura del Ebro, de donde parece penetrar hacia el curso bajo del Guadalope y la confluyencia de Cinca y Segre, es decir en territorio de ilercaones e ilergetes ». Voir I. Simón Cornago, op. cit., et, spécifiquement pour le nord-est de la péninsule, F. Beltrán Lloris, art. cit.

32 I. Izquierdo et F. Arasa i Gil, Tipología e iconografía de las estelas ibéricas, dans APL, 23, 1999, p. 259-301.

33 J. De Hoz, art.cit. note 21, p. 60 : « En general podemos decir que las estelas sepulcrales ibéricas son piezas carentes de contexto arqueológico y por ahora imposibles de datar por sus rasgos propios ; las escasas excepciones, aparte del fragmento de Corral de Saus, corresponden a época romana ». Dans le domaine celtibère, la seule stèle trouvée dans le cadre d’une nécropole (K.8.1, Torrellas, nécropole de la ville de Turiaso), une trouvaille fortuite, reste sans contexte archéologique précis. Les stèles de Trébago (K.10.1), Uxama (K.23.1) et Iuliobriga (K.26.1) ont été également trouvées hors contexte.

34 G.7.1, appartenant à la phase ancienne de la nécropole de Corral de Saus (fin Ve-début IVe av. J.-C.) et G.12.1 (La Alcudia de Elche, datée [difficilement] entre le Ve et le IIIe av. J.-C.) ont été trouvées dans des contextes de nécropoles, mais sont fragmentaires. Deux autres proviennent du Sud de la France : (B.7.1, Pech Maho) et la stèle du musée de Cruzy (Ensérune), toutes deux attribuables au IIIe av. J.-C. Mentionnons enfin, la stèle d’Ullastret datée des IVe-IIIe siècles av. J.-C. (S. Casas [et al.], Noves aportacions al coneixement de l'ampliació nord de l'oppidum del Puig de Sant Andreu (Ullastret, Baix Empordà) : estudi d'una inscripció sobre pedra trobada en aquesta zona, dans Cypsela 14, 2002, p. 246.). Voir pour le nord-est de la péninsule, F. Beltrán Lloris, art. cit.

35 Trois inscriptions seulement sont concernées : C.18.5 et C.18.6 (Tarragone) mais aujourd’hui perdues ; F.11.25 (Sagonte), jugée par Nathalie Barrandon comme étant « de caractère funéraire incertain ». Comme on le constate, le phénomène est surtout restreint à la ville de Tarraco qui reste un cas singulier dans l’épigraphie ibère.

36 J. Adams et S. Swain (éd.), Bilingualism in ancient society, Oxford, 2002, p. 8.

37 J. Untermann, art. cit.

38 Ce « terme » apparaît à 6 reprises : E.10.1 (Cretas, Teruel) ; E.13.1 (Caspe, Saragosse) ; E.14.1 (Mas de Barberán, Teruel) ; F.5.1 (Cabanes, Castellón) ; F.14.1 (Sinarcas, Valence).

39 On le trouve sur les stèles suivantes : C.10.1 (Santa Perpetua de la Moguda, Barcelone) ; C.27.1 (Civit, Tarragone) ; D.10.1 (Fraga, Huesca) ; E.8.1 (La Iglesuela del Cid, Teruel) ; F.11.3 ; F.11.5 ; F.11.6 ; (Sagunto, Valence) ; X.0.40 (Camí del Molí, Terrateig) ; X.0.78 (Badalona, Barcelone).

40 On ne trouve ce terme que sur la stèle F.11.1 (Sagunto, Valence). Rappelons qu’il est toujours impossible, à l’heure actuelle, de déterminer avec précision les caractéristiques de formation des noms féminins.

41 J. Velaza, Iberisch eban – teban, dans ZPE, 104, 1994, p. 142-150.

42 Le préfixe en -t existe dans les langues de l’Afrique du Nord pour former le féminin, notamment en berbère. Voir J. Velaza, art. cit, n. 31, p. 143.

43 C’est le cas pour F.11.1 : aiunibaiser teban.

44 J. Rodríguez Ramos, El término (t)eban(en) en la lengua íbera : « coeravit » VS « filius », dans Arse, 35, 2001, p. 59-85.

45 M. I. Panosa, op. cit., n. 9, p.182. Il s’agit de : C.10.1 (Santa Perpetua de la Moguda, Barcelone) ; C.27.1 (Civit, Tarragone) ; X.0.78 (Badalona, Barcelone) et des deux inscriptions perdues de Tarragone : C.18.5 et C.18.6.

46 Par exemple : C.9.1 (Arc de Sant Ramon del Call, Barcelone) ; peut-être F.11.28 (Sagonte) ; X.0.77 et X.0.78 (Badalona) ; E.8.1 et E.8.2 (Iglesuela del Cid, Teruel) ; E.9.1 (Benassal, Castellón).

47 N. Barrandon, op. cit., p. 176-186. Ces traits ne concernent pas la forme même des stèles ni leur décor mais bien la nature même de l’inscription, sa formulation (avec ou sans abréviation) et sa graphie.

48 F. Beltrán Lloris, art. cit., souligne toutefois que l’épigraphie funéraire latine n’est pas très fréquente dans le domaine hispanique du Nord-Est avant la fin du Ier siècle av. J.-C. Par la suite, la progression de la romanisation de la population jusque dans le domaine privé et intime sera rapide : une ou deux générations à peine. B. Díaz Ariño a dressé l’inventaire de l’épigraphie latine d’époque républicaine en péninsule Ibérique : B. Díaz Ariño, Epigrafía latina republicana de Hispania, (ELRH), Barcelone, 2008.

49 Par exemple : Neitinbeles (CIL II 6144), époux d’une femme également ibère. Cfr. J.M. Abascal Palazon, Los nombres personales en las inscripciones latinas de Hispania, Murcia, Madrid, 1994, p. 437.

50 F. Beltrán Lloris, art. cit., p. 24.

51 Tradition qui aurait selon lui provoqué une plus grande homogénéité dans les manifestations épigraphiques. F. Beltrán Lloris, art. cit., p. 25.

52 F. Beltrán Lloris, art. cit., p. 25.

Auteur

Ausonius - UMR 5607 - coline.ruiz-darasse@u-bordeaux-montaigne.fr

© Publications de l’École française de Rome, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540