Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’écriture et l’espace de la mort. Épigraphie et nécropoles à l'époque préromaine

 | 
Marie-Laurence Haack

Idéologie et écriture : réflexions sur les mentions de titres et magistratures dans les inscriptions étrusques1

Gilles Van Heems

Texte intégral

  • 1 Les renvois aux corpus épigraphiques de référence se font à l’aide des abréviations suivantes : ET  (...)
  • 2 Sur le décompte, ainsi que plus généralement sur l’épigraphie archaïque, nous nous permettons de re (...)
  • 3 Cfr. L. Agostiniani, Contribution à l’étude de l’épigraphie et de la linguistique étrusques, in Lal (...)
  • 4 Ce chiffre est fondé sur le recensement des inscriptions funéraires produites sur le territoire his (...)

1Le corpus épigraphique étrusque est un corpus résolument à part dans le panorama des peuples de l’Italie préromaine, où il se distingue tant par la précocité de l’apparition de l’écriture – que confirme le riche dossier des inscriptions étrusques du VIIe siècle av. J.-C., comptant quelque 120 inscriptions, grâce auxquelles l’Étrurie fait figure de pionnière dans l’emploi et la diffusion de l’écriture en Italie2 – que, plus généralement, par l’ampleur de son corpus qui, du VIIe siècle à l’aube de notre ère, apparaît comme le premier corpus épigraphique d’Italie, devançant celui des inscriptions latines pour cette même période. Les 10 000 à 11 000 inscriptions étrusques – selon les estimations généralement avancées3 – apparaissent donc comme un trésor inestimable pour l’historien du monde étrusque. L’originalité du corpus étrusque ne s’arrête toutefois pas à sa richesse : comme on l’a maintes fois fait observer, le corpus étrusque est un corpus singulièrement funéraire ; sur le nombre total d’inscriptions étrusques que nous possédons, en effet, près de 6 500 sont funéraires4 ; et cette proportion apparaît plus grande encore si l’on prend en compte tous les textes retrouvés en contexte funéraire (mobilier funéraire inscrit). Or, si cette particularité justifie que l’Étrurie ait la part belle dans un colloque sur la production épigraphique des nécropoles de l’Italie préromaine, elle n’est toutefois pas, aux yeux de beaucoup de savants, sans conséquences pour l’exploitation de ce corpus : ces innombrables inscriptions funéraires étant non seulement brèves, mais généralement dénuées de tout contenu extra-onomastique, l’étruscologue préfère souvent les laisser de côté.

  • 5 W. Deecke, sur ce point comme sur tant d’autres, est le premier à avoir tenté une interprétation de (...)
  • 6 Maggiani, art. cit.

2Nous aimerions revenir sur un dossier bien particulier, qui a d’ailleurs depuis longtemps retenu l’attention des savants5 en raison de son évident intérêt du point de vue de l’histoire politique et institutionnelle du monde étrusque : celui des inscriptions mentionnant au moins un titre de magistrat ou un nom de magistrature. Cet ensemble épigraphique, majoritairement composé d’épitaphes, forme certainement le groupe d’épitaphes à contenu biographique le plus consistant. Notre intention n’est pas de revenir ici sur l’exégèse de ces textes ni de déterminer quelle réalité institutionnelle se cache derrière tel ou tel titre, car nous disposons aujourd’hui de nombreux travaux de qualité menés en ce sens, nous pensons en particulier aux contributions d’A. Maggiani6, qui doivent aujourd’hui servir de base à toute recherche ultérieure sur ces questions, mais de nous interroger sur la fonction de ces textes, selon une double perspective : réfléchir, d’abord, au contexte historique et aux raisons qui ont conduit, à une période et dans un milieu bien particuliers, à insérer dans une inscription – qu’elle soit funéraire ou non – des informations relatives aux sacerdoces et magistratures ; comprendre, ensuite, le statut et la place de ces inscriptions dans le cadre plus global du corpus épigraphique étrusque ; une comparaison avec d’autres traditions épigraphiques d’Italie amènera ainsi à nous repencher sur la complexe histoire du cursus honorum – au sens épigraphique du terme – en Italie.

Présentation du corpus : problèmes et perspectives

Nature du corpus

  • 7 Dans un certain nombre d’inscriptions, le lexème permettant d’inclure le texte dans le corpus est l (...)
  • 8 Comme dans toute société antique, il est difficile – et peu pertinent – d’établir une frontière net (...)
  • 9 Nous n’avons pas pris en compte le graffite récemment retrouvé à Pyrgi et édité par D. Maras dans R (...)
  • 10 Pour le détail du corpus utile, nous renvoyons à G. van Heems, op. cit., p. 452 s. Les principales (...)

3Le corpus utile a été établi sur la base d’un critère lexical : nous avons ainsi retenu toute inscription contenant de façon certaine ou probable7 au moins un substantif ou un verbe désignant un magistrat ou une magistrature civile et/ou religieuse8. Selon cette définition, on peut estimer que 79 inscriptions étrusques9 mentionnent un ou plusieurs éléments de cursus, ce qui, comparé à l’ensemble de la documentation épigraphique étrusque, est fort peu10. Malgré sa maigreur, on soulignera avec intérêt que ce corpus est tout à fait représentatif, du point de vue de sa distribution chronologique, spatiale et « générique », de l’ensemble du corpus étrusque.

  • 11 G. Colonna, Il Cippo di Tragliatella (e questioni connesse), dans StEtr, 71, 2005, p. 83-109. Pour (...)

4Du point de vue chronologique, les inscriptions comprenant des éléments de cursus couvrent grosso modo toute la période de production épigraphique en langue étrusque, puisqu’elles vont de la fin du VIIe siècle ou début du VIe siècle avec l’un des cippes de Rubiera (fin VIIe siècle) et le cippe de Tragliatella, dont G. Colonna a offert récemment une édition exhaustive11 et qu’il date à la première moitié du VIe siècle, à la pleine époque romaine. La surreprésentation des inscriptions récentes, c’est-à-dire des inscriptions postérieures au Ve siècle, est conforme elle aussi à l’état du corpus général : sur les 79 inscriptions mentionnées, on ne compte que quatre ou cinq inscriptions archaïques (outre le cippe de Tragliatella et le cippe de Rubiera, citons la lamelle de Pyrgi (fin du VIe siècle) ainsi que les inscriptions de Bologne RIX, ET Fe 1.2 (milieu du Ve siècle) et 1.11, cette dernière peut-être rédigée déjà en néo-étrusque ; elle date probablement de la fin du Ve siècle).

  • 12 Au moins depuis les travaux de R. Lambrechts (R. Lambrechts, Essai sur les magistratures des républ (...)

5La répartition géographique du corpus n’est pas plus équilibrée et souligne un double déséquilibre (cfr. tableau n. 1) : l’absence surprenante, d’une part, de plusieurs cités étrusques, même parmi celles qui ont fourni un grand nombre d’inscriptions funéraires (on pense à Pérouse ou à la région de Sienne), et l’absence de corrélation, d’autre part, entre le nombre d’inscriptions intégrant des éléments de cursus honorum et l’ampleur du corpus épigraphique d’une cité. C’est même tout le contraire, puisque les cités méridionales, pourtant globalement plus pauvres en inscriptions funéraires que les cités du Nord, ont fourni bien plus d’inscriptions mentionnant des éléments de cursus que les cités septentrionales. Parmi elles – c’est un fait bien connu12 – c’est Tarquinia qui attire l’attention, puisqu’elle fournit à elle seule les deux tiers de tout le corpus (51 inscriptions sur 79), tandis que les autres cités ne dépassent pas les sept témoignages écrits (Caere : 7 inscriptions, et Volsinies : 5).

  • 13 Le support de l’inscription RIX, ET Vn 1.4 est difficile à déterminer, en l’absence de tout context (...)

6Enfin, dernier trait saillant de cet ensemble épigraphique, qui ne nous étonnera pas, compte tenu de ce qui a été déjà dit du corpus étrusque, elles sont, pour leur majeure part, d’origine funéraire : sur les 79 inscriptions que l’on peut rassembler, 71 à 7213 d’entre elles, soit 91 % de ces inscriptions, sont funéraires.

Inscriptions publiques/inscriptions privées

  • 14 G. Cavallo, Testo, libro, lettura, dans G. Cavallo-P. Fedeli-A. Giardina (éd.), Lo spazio letterari (...)

7L’un des apports les plus considérables de ce corpus pourtant numériquement limité est l’éclairage qu’il offre sur le clivage entre public et privé dans la société étrusque. Du point de vue proprement « épigraphique », si l’on se fonde sur la distinction classique entre inscriptions publiques et inscriptions privées, qui semble si opératoire pour les domaines grec et latin, on devra souligner un fait qui peut sembler, au premier abord, étonnant : les mentions épigraphiques de magistratures apparaissent, dans leur écrasante majorité, dans les inscriptions privées ; bien mieux, si l’on fait appel au concept d’épigraphie ostentatoire ou de scrittura esposta, qui a été, à partir de la fin des années 1980, au centre de l’attention des épigraphistes du monde romain14 et qui a permis de résoudre les apories d’une distinction trop simpliste entre inscriptions publiques et inscriptions privées, on constatera que ces inscriptions sont presque toutes des inscriptions sinon invisibles, du moins dotées d’une visibilité restreinte, puisqu’elles sont le plus souvent cachées à l’intérieur des tombes. Même si la question de savoir qui exactement avait accès aux tombes gentilices – question que nous aurons à affronter – est cruciale pour l’appréciation de la réception de ces textes, il semble légitime de penser, au moins dans un premier temps, que ces inscriptions n’avaient pour public direct que les membres de la gens. Il faut en tout cas souligner deux « absences » ou quasi-absences :

  • la rareté des inscriptions sur cippes ou sur un élément extérieur de la tombe, textes que l’on peut classer parmi les « inscriptions ostentatoires » ou « exposées » : nous n’en dénombrons que quatre : RIX, ET Ta 1.259, Vs 1.205, Vc 1.13 (?) et Vn 1.4 ;

  • la quasi-absence des inscriptions publiques ou « semi-publiques » (on pense à des inscriptions honorifiques exposées dans l’espace public, mais exécutées sur des fonds privés) ; en effet, les seuls candidats potentiels à ce titre sont :

      • 15 RIX, ET Cr 4.4, ll. 12-13.

      l’inscription longue de la bilingue de Pyrgi, dont le texte étrusque parle de zilacal seleitala15 ;

    • le cippe de Tragliatella, qui est très probablement une borne publique ;

      • 16 Pour l’édition du texte, voir REE, 55, 1987-88 (E. Benelli) et, dernièrement, E. Benelli, Iscrizion (...)

      l’inscription pariétale de Caere surplombant une route et indiquant sans doute le nom du magistrat qui fit tracer la voie16 ;

      • 17 Sur cet objet et l’inscription, v. M. Pallottino, Presentazione di due iscrizioni etrusche, dans St (...)

      la table de bronze de Tarquinia RIX, ET Ta 8.117 : la qualité de l’écriture, le lieu présumé de la découverte et la typologie de l’objet (comme pour les lamelles de Pyrgi, des trous étaient prévus aux angles de la table pour l’affichage) assurent qu’il s’agit d’un texte public et rendent très probable son caractère officiel.

  • 18 Cfr. M. Cristofani, op. cit., p. 39 s.
  • 19 Voir respectivement, RIX, ET AT 5.1-2 (et H. Broise-V. Jolivet, Musarna 2, les bains hellénistiques(...)

8En revanche, d’autres inscriptions non funéraires mentionnant des magistratures ou des titres – comme la dédicace sur le plomb de Caere18 ou la Table de Cortone – sont très probablement privées. On a certes d’autres textes publics ou semi-publics donnant des noms de personnes que l’on peut considérer avec une bonne marge de probabilité comme des magistrats – pensons aux inscriptions sur la mosaïque des thermes de Musarna, aux cippes de Fiesole et de Tunisie ou à l’inscription peinte sur une amphore de la Castellina del Marangone19 –, mais ces textes ne font jamais mention explicite de la qualité de magistrat de ces personnages.

9Cette rareté d’inscriptions publiques est donc à souligner ; et elle est d’autant plus étonnante que l’on pourrait naïvement s’attendre, surtout si l’on a à l’esprit le modèle romain, à ce que ces titres et magistratures apparaissent avant tout sur des inscriptions publiques rappelant l’action de tel ou tel magistrat ou sur des inscriptions honorifiques commémorant tel grand personnage qui fut à la tête de telle cité, bref à ce que l’emploi du cursus honorum soit lié à une forme de glorification publique – promue par l’État et/ou exposée dans l’espace public – au moyen de l’écriture.

  • 20 PN = prénom, G = gentilice, PT = patronyme, CN = cognomen.
  • 21 Sur cette inscription, v., dernièrement, avec références bibliographiques, M. Pandolfini Angeletti, (...)

10Il est légitime, avant d’explorer plus avant cette voie, de se demander si, sur ce point, le corpus étrusque est représentatif, car deux objections viennent immédiatement à l’esprit. La première a trait à la répartition géographique des recherches archéologiques : pendant longtemps, en effet, les fouilles archéologiques ont privilégié les nécropoles au détriment de l’habitat, qui est l’espace « naturel » de l’épigraphie publique ; il peut apparaître donc inévitable que le corpus épigraphique étrusque compte plus d’épitaphes que d’inscriptions publiques. La seconde objection tient, elle, à l’histoire même du territoire étrusque, qui oblige à inférer la perte nécessaire d’une grande partie de l’épigraphie publique de langue étrusque : avec la romanisation et la latinisation de l’Étrurie, les inscriptions publiques rédigées en étrusque ont dû être détruites et/ou remplacées, dès lors qu’elles n’étaient plus comprises, par des inscriptions en latin. De fait, on dispose d’indices de ces réutilisations d’inscriptions publiques : on peut citer les fragments d’une table de bronze de Chiusi, publiés dans le CIE (n. 3230), qui portent sur une face un texte étrusque et sur une autre un texte latin (sans doute une lex repetundarum). Or le texte étrusque conservé est une suite de noms (formules onomastiques reconductibles à deux types : ‘PN G PT’ et ‘PN G CN’20), et a de bonnes chances d’avoir été une inscription publique ; il serait tentant d’imaginer que la table, d’abord écrite en étrusque, a été réutilisée au cours du Ier siècle pour la lex en latin, même si l’hypothèse inverse – la lex, rédigée à Rome, a été expédiée ensuite à Tarquinia, où elle fut réemployée – est tout aussi envisageable21. On touche là d’ailleurs un autre écueil, cette fois-ci chronologique : dans le monde romain, les textes publics et les inscriptions honorifiques se multiplient à la fin de l’époque républicaine et sous l’empire et ce développement est lié à l’accroissement de la machine administrative : or à cette époque l’Étrurie était en passe de devenir ou était déjà totalement latinophone.

  • 22 T. J. Cornell, The tyranny of the evidence : a discussion of the possible uses of literacy in Etrur (...)

11Il reste toutefois qu’on peut répondre à ces objections que les fouilles sur habitat se sont multipliées sans pour autant que change fondamentalement la proportion entre inscriptions publiques et inscriptions privées et, plus généralement, que la surreprésentation d’inscriptions funéraires, qui n’a pas d’équivalent dans le monde italique, qui présente pourtant des conditions « archéologiques » comparables, ni même dans la Rome royale et alto- ou médio-républicaine, est sans doute un trait essentiel du corpus étrusque. A contrario, la singularité de Véies, qui n’a pas de tradition épigraphique funéraire, alors même que l’usage de l’écriture sur instrumentum est très bien attestée dès l’époque orientalisante, le montre : comme d’autres l’ont fait remarquer22, Véies a un comportement qui la rapproche de Rome et non de ses voisines d’Étrurie méridionale, en ce qui concerne l’emploi de l’écriture.

12Nous essaierons donc de comprendre pourquoi les références à la carrière politique apparaissent d’abord et avant tout dans les épitaphes.

Les inscriptions à cursus honorum : une approche épigraphique

Remarques préalables

  • 23 Tabula Cortonensis, B, ll. 2-3 (selon l’editio princeps Agostiniani-Nicosia 2000).
  • 24 Voir, entre autres, les études déjà citées de R. Lambrechts et A. Maggiani.
  • 25 Nous employons à dessein le terme de formulaire dans la mesure où ces éléments sont récurrents et c (...)
  • 26 En revanche, notre emploi de l’expression cursus honorum ne préjuge pas qu’il fallait suivre un ord (...)

13Avant de nous interroger sur la fonction de ces éléments, il faut au préalable en étudier le fonctionnement. Dans les inscriptions que nous avons, les références aux magistratures occupent deux rôles bien différents : il s’agit soit de marqueurs temporels, apparaissant essentiellement dans des formules de datation par magistrat éponyme (du type zilci. larθal. cuσ́uś. titinal / larisalc. σ́aliniś auleσ̣́la23) soit d’éléments biographiques (dans les épitaphes uniquement). Seul ce dernier emploi peut être en toute rigueur qualifié de cursus honorum, et c’est l’expression, commode, qu’a employée la tradition scientifique24 ; le choix de ce terme, qui peut prêter à discussion, puisqu’à Rome même, on ne peut guère parler de cursus honorum, c’est-à-dire de la nécessité de suivre un ordre hiérarchique strict dans l’exercice des charges, avant la promulgation de la lex Villia Annalis en 180 av. J.-C. Nous l’utiliserons toutefois à la fois par commodité et parce que, quelle que soit la réalité institutionnelle en vigueur dans les cités étrusques, et en particulier à Tarquinia, entre le IVe et le IIe siècles av. J.-C., la volonté affirmée d’insérer dans l’épitaphe un ou plusieurs titres ou noms de magistratures tout en en omettant éventuellement certains, présuppose l’existence d’un formulaire épigraphique25 qu’il est légitime d’appeler cursus honorum, pour la raison nécessaire et suffisante que les différentes magistratures étrusques étaient hiérarchisées les unes par rapport aux autres26. Nous limiterons bien évidemment cette étude des pratiques épigraphiques à Tarquinia et à son territoire, qui est la seule région où s’est développée une telle tradition épigraphique.

Le cursus honorum à Tarquinia

14Si l’on accepte de se fonder sur l’ordre hiérarchique probable entre les magistratures étrusques – nous renvoyons pour cela aux études d’A. Maggiani et à leurs conclusions –, on constate que les éléments de cursus honorum sont, à Tarquinia, de quatre types :

  • le cursus ascendant, qui consiste à présenter les magistratures dans l’ordre d’importance croissant, de la plus modeste à la plus importante.

  • le cursus descendant, qui représente l’exact inverse du précédent.

  • le cursus elliptique, qui limite le rappel de la carrière de son titulaire à la plus haute magistrature exercée.

  • enfin, on peut repérer un cursus mixte : il s’agit d’un cursus ascendant avec anticipation de la charge la plus haute (en l’occurrence, le zilχ).

  • 27 Nous n’avons pas pris en compte dans le calcul les inscriptions ne mentionnant que les charges défi (...)
  • 28 Il s’agit des inscriptions RIX, ET Ta 1.9, 1.35, 1.58, 1.105, 1.183, 1.259, 7.84 ; AT 1.14, 1.61 (? (...)
  • 29 Et en constant renouvellement : I.-X. Adiego a récemment fait justice d’une vieille interprétation (...)
  • 30 RIX, ET Ta 1.34, 1.162, 1.213 ; AT 1.1 et 1.105. Mais cette dernière inscription présente peut-être (...)
  • 31 Pour une étude plus approfondie de la question, avec discussion sur les inscriptions problématiques (...)

15Sur les 24 inscriptions tarquiniennes comportant un cursus complet et parfaitement interprétable, les choix formulaires se répartissent comme suit. Le cursus elliptique27 est de loin le mieux représenté, avec 13 emplois28 (soit 54 % du total). Pour les autres types de cursus, le décompte est plus difficile, en raison même des incertitudes qui demeurent à propos de la hiérarchie relative entre les magistratures étrusques29. Le cursus ascendant est attesté de manière assurée dans 4 ou 5 inscriptions30, soit 17 à 21 % des documents retenus ; le cursus descendant représente 12,5 % des inscriptions à cursus (3 ex.) ; quant au cursus mixte, on peut lui reconnaître, avec une bonne marge de probabilité, quatre emplois : en RIX, ET AT 1.108, où la mention du zilχ est anticipée et placée juste après la formule onomastique (le cursus se poursuit ensuite de manière ascendante) ; en RIX, ET AT 1.171, Ta 1.184 et probablement aussi en RIX, ET AT 1.105, comme on l’a vu. Si l’on doit récapituler, les types de cursus honorum sont, par ordre de préférence à Tarquinia et dans sa région31 :

  • le cursus elliptique, avec 13 ex. (soit 54 % des inscriptions retenues).

  • le cursus ascendant, avec plutôt 4 ex., en excluant RIX, ET AT 1.105 (= 17 % des inscriptions retenues).

  • le cursus mixte, avec 4 ex., en y incluant RIX, ET AT 1.105 et 1.171 (= 17 %).

  • le cursus descendant, avec 3 ex. (12,5 %).

16En l’état, toutefois, une telle étude reste peu utile : il faut la compléter en affinant au mieux les questions chronologiques, bien qu’il soit difficile d’être précis à partir d’un si petit corpus et d’inscriptions qu’il est souvent impossible de dater avec exactitude. On constatera toutefois que quelques données intéressantes peuvent être mises en évidence.

  • 32 Sur la datation, v., dernièrement, M. Morandi, Prosopographia Etrusca I, 1. Etruria meridionale, Ro (...)
  • 33 Dans le cas contraire, les attestations datables de manière satisfaisante de ce formulaire descende (...)

17La première certitude chronologique est un terminus post quem : les premières tombes à faire apparaître des éléments de cursus dans les épitaphes ne sont pas antérieures à la seconde moitié du IVe siècle (tombe des Partunu, du troisième quart du IVe siècle, et tombe des Boucliers, dont la partie la plus ancienne remonte au deuxième quart du IVe). Or les inscriptions de ces tombes comportant un cursus (RIX, ET Ta 1.9, datable aux environs de 320, et Ta 1.58, sans doute un peu antérieure, autour de 35032) comportent uniquement le formulaire elliptique. Encore plus ancienne semble être l’épitaphe de larθceisini(e)s (RIX, ET Ta 1.170), sans doute antérieure au milieu du IVe siècle. Le cursus mixte, en revanche, apparaît nettement plus tard : sa première attestation, s’il s’agit bien d’un cursus mixte33, est fournie par l’inscription RIX, ET AT 1.171 de la tombe des χurχle à Norchia, datant des années 300-275. Les cursus ascendant et descendant, enfin, sont encore plus récents, puisque le premier fait son apparition autour de 220-200 (RIX, ET Ta 1.162, tombe des Anina) et le second seulement à partir du IIe siècle (RIX, ET AT 1.96 et 1.121, tombe des Aleθna).

  • 34 Pour la chronologie des dépositions nous nous référons à l’étude d’A. Emiliozzi (A. Emiliozzi, Per (...)
  • 35 Sur la datation de ce couvercle, v. E. Colonna Di Paolo-G. Colonna, Norchia, 2 volumes, Rome, 1978, (...)
  • 36 D’autant qu’on ne sait pas si l’inscription provient de la tombe I ou II (cfr. A. Emiliozzi, art. c (...)
  • 37 Il est probable qu’elle ait été rédigée au milieu, voire au cours du troisième quart du IIe siècle (...)

18Cette antériorité du cursus elliptique par rapport aux autres types de cursus et, plus généralement, la chronologie relative que nous proposons, s’avère confirmée par l’étude des inscriptions de la tombe des Aleθna de Musarna34, qui offre sept épitaphes à cursus, employant trois formulaires différents. Or on constate que les textes accompagnant les dépositions les plus anciennes, à savoir RIX, ET AT 1.100 (ca. 275-250 av. J.-C.) et 1.109 (ca. 250-225), comportent un cursus elliptique ; dans le même ensemble, le cursus mixte confirme son apparition plus tardive, puisque la seule inscription recourant à ce formulaire date des années 225-200 (cfr. RIX, ET AT 1.108). Le cursus ascendant n’est pas employé dans les inscriptions de cette tombe, mais l’inscription de la tombe des Anina mentionnée ci-dessus confirme que ce formulaire connaît son développement dans le même quart de siècle. Quant au cursus descendant, il fait figure d’innovation relativement tardive ; des deux inscriptions de la tombe des Aleθna qui emploient ce formulaire, seule RIX, ET AT 1.96 est bien datable et doit remonter au troisième quart du IIe siècle35 ; l’inscription RIX, ET AT 1.121 est difficile à dater en raison des incertitudes concernant sa provenance ; on peut proposer, à partir de la base généalogique, qui est toutefois sujette à caution36, une datation approximative qui remonte au plus tôt aux années 200-175 (mais l’inscription est sans doute plus tardive37).

  • 38 Et bien avant, si l’on élargit les perspectives : c’est déjà le formulaire que l’on trouve sur l’un (...)

19Bien entendu, sur un aussi petit nombre d’inscriptions, alors que, de surcroît, notre connaissance des magistratures étrusques est peu sûre, les conclusions sont nécessairement fragiles. Les données tirées des inscriptions bien datables, en particulier celles de la tombe des Aleθna, laissent toutefois entendre que le formulaire elliptique est le plus ancien (même s’il apparaît à Musarna à une époque où l’innovation consistant à ajouter le reste du cursus dans l’ordre croissant est attestée), puisqu’il est employé à Tarquinia dès le IVe siècle38. Le formulaire mixte est, quant à lui, à comprendre comme une innovation à partir du formulaire elliptique : il s’explique en effet comme un formulaire elliptique auquel on ajoute le reste du cursus du défunt selon l’ordre institutionnel, et il apparaît sans doute dans la seconde moitié du IIIe siècle. La datation concordante des deux autres formulaires (IIIe siècle avancé pour le cursus croissant et milieu du IIe pour le cursus décroissant) se concilie bien également avec l’idée qu’il s’agit d’innovations apportées aux formulaires existants. Le cursus ascendant tire de toute évidence son origine du cursus mixte, dont il constitue une variante en quelque sorte normalisée (sans l’anticipation de zilχ) ; et au milieu de formulaires où les charges sont présentées dans l’ordre croissant, le cursus descendant peut lui-même se comprendre comme une inversion du cursus ascendant, dont il doit être issu. Enfin, les éléments de datation présentés ci-dessus sont en outre susceptibles d’expliquer à la fois le succès du cursus elliptique, que révèlent son ancienneté et la relative stabilité des modèles épigraphiques, et la rareté du cursus décroissant, né bien plus tard que le premier.

20Tarquinia fait donc montre d’une véritable tradition épigraphique en matière de cursus honorum, bien articulée dans le temps, et reconductible aux milieux aristocratiques du centre urbain de la seconde moitié du IVe siècle (les Ceisinie, les Velχa, les Partunu faisant figure de pionniers). Le motif en est évidemment idéologique, et c’est ce qui explique que le premier type de formulaire rencontré ait fait l’objet aux IIIe et IIe siècles de constants remaniements de la part de familles pour qui l’épitaphe était signe extérieur de puissance. L’indépendance de la tradition tarquinienne est assurée, s’il en était besoin, par la quasi-absence de cursus honorum dans les autres villes d’Étrurie, et par la situation toute différente que l’on rencontre à Rome à la même époque. Cette dernière mérite d’ailleurs qu’on en dise quelques mots.

  • 39 Cette absence de cursus honorum est liée à la disparition volontaire des épitaphes, qu’on explique (...)
  • 40 Le fameux tombeau situé sur la via Appia peu après la porte Capène connaît une utilisation prolongé (...)

21La coutume d’ajouter des éléments de cursus honorum dans une épitaphe n’est pas antérieure, à Rome, aux premiers témoignages étrusques, bien au contraire. Ainsi la mention du cursus du défunt ne semble pas tellement développée avant le courant des IIIe et IIe siècles39, période pour laquelle on dispose d’un groupe d’inscriptions exceptionnel, les épitaphes des Scipions40. Il s’agit de textes extrêmement travaillés et riches – et en cela très différents des inscriptions funéraires contemporaines –, souvent en vers, et donnant, après le nom du défunt, de riches détails sur sa vie, ses qualités et ses exploits. Toutefois l’exploitation de ces textes n’est pas aisée : l’écart chronologique entre la date de la mort du défunt et la rédaction des épitaphes, quoique malaisé à déterminer précisément, est dans certains cas très grand, ce qui rend peu utiles les données généalogiques et prosopographiques pour dater les inscriptions. En outre, le caractère monumental et extrêmement élaboré de ces textes en fait des exceptions épigraphiques nullement représentatives des usages épigraphiques romains. Certaines contraintes formelles, comme la versification, sont de nature à directement modifier l’ordre standard des magistratures, et altérer par là même notre jugement sur l’emploi des formulaires de cursus. Mais ces textes nous donnent toutefois un aperçu intéressant des usages adoptés par l’une des gentes les plus puissantes de la Rome des IIIe-IIe siècles, période qui correspond à celle de l’emploi le plus large des cursus honorum dans l’épigraphie de Tarquinia. La chronologie relative que l’on pourra établir entre les épitaphes des Scipions nous permettra en outre de comparer certains usages romains – mieux vaudrait dire ceux des Scipions – aux usages tarquiniens.

  • 41 Cette partie de l’éloge a donc de bonnes chances d’être de peu postérieure à la mort de son titulai (...)
  • 42 V. A. Ernout, Recueil de textes latins archaïques, Paris, 1957, p. 17.
  • 43 On sait par les fastes que ce Scipion a exercé le consulat en 259 et la censure en 258 ; l’ordre du (...)
  • 44 Cfr. A. Degrassi, ad tit. ILLRP 309, p. 179 ; plus récemment, voir R. Wachter, loc. cit.
  • 45 Bien plus récente : elle n’est pas antérieure à 200 av. J.-C. (cfr. F. Coarelli, op. cit., p. 17).
  • 46 En réalité, le titulus peint devait être plus étendu et contenir un cursus, puisqu’on remarque des (...)

22Quatre inscriptions présentent des cursus assez longs (ILLRP 309, 310, 313 et 316) pour servir à notre comparaison. L’inscription ILLRP 310 se divise en deux parties distinctes : la première ligne, L. Cornelio L. f. Scipio aidiles cosol cesor, est un texte rédigé en prose et peint au minium sur le sarcophage, et est sans doute l’un des textes les plus anciens de tout l’ensemble41 ; le reste de l’épitaphe est un carmen en vers saturniens, gravé sur le devant du sarcophage, et est de toute évidence plus récent (comme le suggèrent, l. 4 : consol censor aidilis hic fuet a[puduos], la fermeture ‑es > ‑is et la graphie savante ‑ns‑). Il semble par conséquent que la séquence aidiles cosol cesor reflète l’usage épigraphique de la fin du IIIe siècle, tandis que l’ordre consol censor aidilis n’a aucune valeur probante, à cause des contraintes métriques42. Dans ces conditions, on peut conclure que le cursus ascendant43 est le formulaire adopté dans le plus ancien cursus des elogia. L’inscription ILLRP 309, qui appartient pourtant au père du précédent (cos. 298), est, de l’avis unanime44, nettement plus récente, en particulier dans sa seconde partie45, elle aussi en saturniens, qui contient le cursus46 (consol censor aidilis), dont l’ordre doit aussi s’expliquer par des impératifs métriques.

  • 47 ILLRP 313.
  • 48 ILLRP 316.

23Pour trouver d’autres types de cursus, il faut attendre le milieu du IIe siècle : ainsi l’épitaphe de L. Scipion47 (q. 167 et mort autour de 160), rédigée en prose, présente un cursus descendant, quaist(or) tr(ibunus) mil(itum), tout comme celle de Scipion Hispanus48 (pr. en 139), dont le cursus est particulièrement développé : pr(aitor) aid(ilis) cur(ulis) q(uaistor) tr(ibunus) mil(itum) II, Xuirsl(itibus) iudik(andis) Xuirsacr(is) fac(iundis).

  • 49 Cfr. CIL I2, 695 (= ILLRP 339), Ser. Sulpicius Ser. f. / Galba cos / Ped. quadr. XXX, rédigée sur l (...)
  • 50 L’inscription C. Cenucio(s) Clousino(s) prai(tor) de l’inscription pariétale souterraine découverte (...)

24Bien entendu, il faut se garder de généraliser à partir de ces cas très particuliers ; le cursus « elliptique », qui nous semble si « naturel », existe aussi bien entendu à Rome, dans les inscriptions dédicatoires ou dans les inscriptions funéraires moins travaillées que les elogia des Scipions49. Mais les mentions de cursus restent rares à l’époque républicaine50, et doivent s’expliquer, à notre avis, par une influence de modèles étrangers – en particulier grecs d’Italie, mais aussi étrusques.

Idéologie et écriture : de la cité des morts au monde des vivants

Brève histoire du cursus honorum en Italie

  • 51 Sur la découverte des cippes et cette nécropole, nous renvoyons au catalogue de G. Ambrosetti, R. M (...)
  • 52 Les motifs décoratifs semblent suggérer une influence orientale (Syrie) directe (cfr. G. Bagnasco G (...)
  • 53 C’est ainsi qu’est généralement analysée la formule onomastique : De Simone, op. cit., p. 11. On no (...)
  • 54 Dans le monde hellénophone d’Italie, les mentions de magistratures, même dans des documents publics (...)
  • 55 Nous renvoyons à la discussion proposée dans van Heems, op. cit., p. 518.
  • 56 Sur ce milieu socio-culturel de cette Étrurie des principes orientalisants, voir l’excellente synth (...)
  • 57 On fera d’ailleurs remarquer que l’arme que porte fièrement le défunt représenté sur cette stèle en (...)
  • 58 Le cippe est certes décoré, mais il s’agit de motifs historiés végétaux et d’une frise animalière, (...)
  • 59 Bien que l’exacte fonction des cippes de Rubiera ne soit pas claire, il est certain qu’ils avaient (...)
  • 60 Sur toutes ces questions, voir encore van Heems, op. cit., p. 518-520.

25Quoique l’intégration d’éléments biographiques dans une épitaphe puisse nous paraître, à nous modernes, habitués aux longs elogia latins, parfaitement normale, il faut bien comprendre qu’il s’agit d’une invention qui ne va pas de soi. Adjoindre au nom du défunt le ou les titres qui étaient les siens dans sa cité est une innovation épigraphique, promise à un immense succès dans l’Italie romaine, mais qui est d’origine étrusque. Si l’on veut parcourir rapidement l’histoire du cursus honorum, il faudra commencer par s’arrêter à Rubiera, où se fait la toute première mention d’un titre de magistrat sur l’un des deux cippes découverts au milieu des années 1980, hors contexte, mais à proximité d’une nécropole51. Appartenant en plein à l’orientalisant tardif52 (fin VIIe-déb. VIe), ils sont contemporains du cippe de Tragliatella, où apparaît également un nom de magistrature, mais dans un tout autre contexte (épigraphie publique). Bien que le texte de Rubiera pose certains problèmes – le ou l’un des titulaire(s) du cippe, kuvei puleisnai, semble être une femme53 –, il s’agit là, il convient de le souligner avec force, de l’acte de naissance du cursushonorum en Italie, tous peuples confondus54. Nous ne nous prononcerons pas sur la question de savoir si c’est bien dans ce milieu émilien ou plutôt en Étrurie méridionale et à Caere en particulier qu’il faut placer le « berceau » où a été élaborée cette invention épigraphique55. Il reste que le contexte idéologique et social dans lequel est apparu le cursushonorum (ou plutôt son prototype) est clair : celui de principes avides d’afficher leur pouvoir et leur richesse, pour justifier leur position dans la hiérarchie sociale56. Et en définitive, les cursus honorum de la Tarquinia hellénistico-romaine sont la prolongation et l’aboutissement le plus raffiné, du point de vue épigraphique, des modes archaïques d’exaltation idéologique de la classe aristocratique. Dès les époques orientalisante et archaïque – et cela restera un « invariant » de l’histoire sociale étrusque – c’est la sépulture qui devient l’un des vecteurs privilégiés de l’affirmation idéologique de cette classe, certainement en raison de sa complexité formelle et de sa forte charge symbolique. Une étape fondamentale dans cette histoire est l’apparition d’une représentation figurée du défunt sur les stèles funéraires, qui a pour double fonction d’offrir une image idéalisée du défunt et de servir ensuite de base au culte des ancêtres. C’est dans ce contexte que doit se comprendre également une étape ultérieure et fondamentale : l’invention de l’épitaphe (dont l’un des tout premiers exemples, sinon le tout premier, conjoint significativement représentation du défunt et inscription funéraire, la stèle d’Auvile Feluske à Vetulonia, RIX, ET Vn 1.1)57, ainsi que l’introduction d’éléments de cursushonorum à Rubiera. Or l’exemple de Rubiera est très significatif : sur ce monument, l’inscription remplace totalement l’image du défunt58, comme si l’épitaphe59 était conçue comme une représentation (non figurée) du défunt, bref comme un élément à fonction identitaire (identité individuelle du défunt, inséparable, bien entendu, de l’identité collective qu’est celle de la gens60). La Tarquinia hellénistique est, cela va sans dire, héritière de toute cette tradition, qu’elle a elle-même cultivée à l’époque archaïque ; et dans cette cité cette idéologie s’exprime naturellement de manière privilégiée dans les tombes à chambre peintes, sépulture typique des familles aristocratiques, qui peuvent exhiber la splendeur de leur gens non seulement au moyen d’un programme décoratif choisi pour l’occasion, mais aussi, raffinement ultime, par le truchement des inscriptions qui recouvrent les murs de la tombe et les sarcophages. C’est dans ce contexte-là que le genre épigraphique du cursus honorum qui, par la mention de la magistrature la plus éminente ou par l’accumulation de toutes les charges revêtues, révèle le statut de son titulaire, atteint sa forme la plus aboutie.

Espace public et ambitions privées

  • 61 A. Zaccaria Ruggiu, Spazio privato e spazio pubblico nella città romana, Rome, 1995 (Coll. EFR, 21 (...)
  • 62 Pol., VI, 53.

26Nous ferons, en guise de conclusion, un ultime retour sur le trait le plus saillant de ce corpus, son caractère funéraire. Nous avions souligné dès le début de notre propos combien ce trait pouvait sembler paradoxal : les titres politiques étant par nature liés à la res publica, on s’attendrait à ce qu’ils soient d’abord affichés dans l’espace public et non sur des épitaphes cachées à l’intérieur des tombes, comme c’est presque exclusivement le cas à Tarquinia. Il convient toutefois de nuancer : il est certain que notre représentation moderne des espaces public et privé n’est certainement pas superposable à celle qu’en avaient les Anciens, pour lesquels la frontière entre les deux devait être nettement moins imperméable61. Il faut en particulier ne pas perdre de vue que les funérailles des membres de l’aristocratie étrusque devaient impliquer un nombre de personnes extérieures à la gens considérable, en raison des liens de type clientélaire qui peuvent unir les familles en vue au reste de la population. La fameuse description que dresse Polybe des funérailles des membres de l’aristocratie romaine à l’époque tardo-républicaine62 nous montre combien une telle cérémonie était à la limite du public et du privé : nous nous bornerons à souligner un point de la description de Polybe, le fait que l’éloge funèbre du défunt était prononcé devant la totalité du peuple (πέριξ δὲ παντὸς τοῦ δήμου στάντος) ; Polybe poursuit d’ailleurs ainsi :

  • 63 « Le résultat est que, ces faits étant ainsi rappelés à la mémoire du peuple et mis sous ses yeux – (...)

Δι’ὧν συμβαίνει τοὺς πολλοὺς ἀναμιμνησκομένους καὶ λαμβάνοντας ὑπὸ τὴν ὄψιν τὰ γεγονότα, μὴ μόνον τοὺς κεκοινωνηκότας τῶν ἔργων ἀλλὰ καὶ τοὺς ἐκτός, ἐπὶ τοσοῦτον γίνεσθαι συμπαθεῖς ὥστε μὴ τῶν κηδευόντων ἴδιον ἀλλὰ κοινὸν τοῦ δήμου φαίνεσθαι τὸ σύμπτωμα63.

  • 64 Cfr. G. Colonna, Strutture teatriformi in Etruria, dans J.-P. Thuillier (éd.), Spectacles sportifs (...)
  • 65 La tombe de la Cuccumella (VIe siècle), à Vulci, en est un exemple particulièrement clair. Mais de (...)
  • 66 On peut citer encore certains cippes et reliefs archaïques de Chiusi ou des fresques de Tarquinia, (...)
  • 67 Le tombeau des Scipions est de ce point de vue pleinement comparable aux tombes aristocratiques tar (...)

27Οr, sur ce point, les aristocraties étrusques ne devaient pas se comporter autrement. Bien plus, on a des témoignages certains de ce que les funérailles aristocratiques étaient en Étrurie, dès l’époque orientalisante, l’occasion de rassembler le « peuple tout entier », pour reprendre l’expression de Polybe, autour de ces familles. Les meilleurs exemples en sont donnés par les tombes aristocratiques des époques orientalisante et archaïque, aussi bien par leur structure architectonique que par la documentation figurée qu’elles ont pu fournir. Les recherches de G. Colonna64, en particulier, ont montré qu’il fallait reconnaître dans l’organisation de certaines tombes aristocratiques des époques orientalisante et archaïque65 la « scène » où se déroulaient les principales manifestations des funérailles des membres de ces familles. L’étruscologue a en particulier souligné l’existence de structures de type théâtral (rangées de gradins et vastes espaces dégagés à proximité de la tombe) qui laissent entendre que des jeux étaient organisés à l’occasion des funérailles de ces grands personnages, sur le modèle de celles que recevaient les héros homériques66. Nous ne savons pas si ces funérailles étrusques investissaient, comme à Rome, la partie de l’espace public qui sert de siège symbolique du pouvoir et de participation à la vie publique (le forum) ou si tout avait lieu entre la demeure du défunt et le tombeau, conçu d’ailleurs comme sa nouvelle demeure, c’est-à-dire autour de la pompa funebris. Mais il faut s’interroger sur la place et la fonction des inscriptions mentionnant des éléments de cursus dans ces cérémonies. Sont-elles conçues comme des rappels de l’éventuel éloge funèbre prononcé par les proches ou sont-elles autonomes ? Surtout, le sarcophage – qui reste le support le mieux représenté – et l’épitaphe qu’il porte étaient-ils présentés au public ou restaient-ils confinés dans les murs du tombeau ? Enfin, puisqu’un nombre substantiel d’inscriptions contenant des titres ou des magistratures se trouve peint sur les murs du tombeau, à qui ce dernier était-il accessible ? Certainement aux membres de la gens, possiblement élargie aux époux des membres féminins de la gens ; s’il est impossible de savoir si les clients de la gens y avaient accès, il est en revanche plus que probable que le reste du peuple n’entrait pas dans la tombe. Celle-ci s’ouvrait donc régulièrement, à l’occasion des funérailles, mais aussi lors des fêtes données en l’honneur des morts, aux membres de la gens, et dans ce cadre, les inscriptions funéraires devenaient le centre de l’attention de véritables « spectateurs » ; elles jouent de fait un rôle précis dans ce qui apparaît bel et bien comme une mise en scène organisée à l’intérieur du tombeau, et doivent se comprendre, à l’instar des gisants sculptés sur les couvercles des sarcophages ou des décorations pariétales et architecturales, comme un des nombreux éléments d’auto-exaltation de la gens, visant moins à impressionner le reste de la population, qui n’avait sans doute pas accès à l’intérieur de la tombe, que les membres de la famille, selon un processus attesté à Rome également67. Les inscriptions qui nous occupent ne sont donc certes pas publiques, mais elles n’en ont pas moins une certaine visibilité – elles sont, pour reprendre le terme consacré par l’usage, une écriture exposée –, visibilité peut-être d’ailleurs d’autant plus grande qu’elles n’étaient ni constamment exposées, ni exposées aux yeux de tout le corps civique.

  • 68 La seule mention « extérieure » d’éléments de cursus honorum à Tarquinia, en l’absence de cippes fu (...)
  • 69 En ce sens, il faut sans doute nuancer les propos, avec lesquels nous sommes toutefois globalement (...)
  • 70 Très récemment, A. Maggiani s’est appuyé sur les peintures de la tombe des Boucliers pour essayer d (...)

28On nous permettra une dernière remarque : il nous semble que le fait que l’aristocratie de Tarquinia cantonne presque exclusivement ces éléments de cursus à l’intérieur du tombeau68 a moins à nous apprendre sur sa volonté de glorification de son statut social que, plus profondément, sur le caractère éminemment archaïque de la mentalité – et de l’organisation politique – de la société tarquinienne. Car après tout ce n’est pas parce qu’une inscription est peinte sur les murs d’une tombe gentilice qu’elle est, encore une fois, invisible69 : au contraire, il s’agit paradoxalement d’un emplacement particulièrement ostensible, vers où convergent tous les proches du défunts, les membres de sa gens « élargie »70, voire peut-être tout ou partie des clients de la famille, lors des funérailles d’un membre de l’aristocratie locale. Quant aux « spectateurs » de la pompa qui n’avaient pas directement accès à l’intérieur du tombeau – le δῆμος de Polybe –, ils avaient moyen de connaître le contenu de l’épitaphe par la description que des témoins pouvaient en faire, et par l’audition de l’éloge funèbre du défunt, dont l’elogium, si bien représenté à Tarquinia et dans quelques cités d’Étrurie méridionale, a des chances d’être le prolongement « écrit » et destiné à durer. Le sens de cette réticence à afficher des cursus honorum en public est donc, à notre avis, des plus clairs : les familles aristocratiques tarquiniennes entendent assimiler le monde public au monde privé et, par voie de conséquence, à s’approprier et s’arroger le pouvoir civil, qu’ils s’obstinent admirablement à présenter comme un apanage de leur classe ; afficher au contraire sa carrière sur l’espace public serait accepter la subordination de la famille aristocratique à une res publica, c’est-à-dire, étymologiquement, à une chose commune à l’ensemble du populus, bref, cela reviendrait pour ces élites sociales à avouer publiquement la défaite de l’oligarchie.

  • 71 Il est probable que les mouvements sociaux entre patriciens et plébéiens, dont un des effets princi (...)
  • 72 Les alliances matrimoniales entre familles de même niveau social de cités différentes offrent à la (...)
  • 73 Rappelons que seules deux épitaphes de son corpus mentionnent des éléments de cursus, alors que l’o (...)
  • 74 Nous nous permettons de renvoyer à G. van Heems, Épigraphie funéraire et société : le cas de Caeré (...)

29L’emploi propre à Tarquinia du cursus honorum nous révèle donc une aristocratie campée sur ses positions farouchement élitistes et oligarchiques – ce que confirment maints autres aspects de la culture matérielle de l’Étrurie méridionale de cette période. Nous conclurons ces quelques réflexions par une dernière comparaison : à côté de l’image qui se dégage de la société tarquinienne, on jugera la société romaine nettement moins archaïque, puisqu’il s’y développe très tôt un espace public qui échappe à la mainmise d’un seul groupe social71. Quant au reste de l’Étrurie, quoique les exemples épigraphiques soient largement moins nombreux, il est fort à parier qu’il se comportait de la même façon que Tarquinia : les inscriptions à éléments de cursus de Volsinies ou de Vulci sont d’ailleurs typologiquement très proches de celles de Tarquinia, et émanent d’un milieu socio-culturel en tout point comparable72. Il faut rester toutefois attentif aux divergences régionales : Caere, qui a fourni la quasi-totalité des inscriptions publiques mentionnant des titres de magistrats ou des noms de magistratures, alors que les cursus honorum sont quasi inexistants dans son corpus funéraire73, fait figure d’exception remarquable. Là aussi, la « modernité » de Caere, telle que nous la laisse entrevoir son épigraphie, doit être un des nombreux effets sinon de l’influence directe de Rome, qui s’observe dès le IVe siècle dans l’épigraphie de langue étrusque74, du moins, en raison de la chronologie des attestations, des nombreuses et excellentes relations, bref, de l’affinité qu’ont ces deux cités, dès les époques les plus hautes.

Tableau 1

Notes

1 Les renvois aux corpus épigraphiques de référence se font à l’aide des abréviations suivantes : ET : H. Rix (éd.), Etruskische Texte, 2 volumes, Tubingen, 1991. IGG : L. Dubois, Inscriptions grecques dialectales de Grande Grèce I, colonies eubéennes, colonies ioniennes, emporia, Genève, 1995. ILLRP : A. Degrassi, Inscriptiones Latinae liberae rei publicae, 2 volumes, Florence, 1957-1963. LF : G. Giacomelli, La Lingua falisca, Florence, 1963. ST : H. Rix (éd.), Sabellische Texte. Die Texte des Oskischen, Umbrischen und Südpikenischen, Heidelberg, 2002. TT : M. Pandolfini Angeletti,Le iscrizioni, dans L. Cavagnaro Vanoni, Tombe tarquiniesi di età ellenistica : catalogo di ventisei tombe a camera scoperte dalla Fondazione Lerici in località Calvario, Rome, 1996, p. 371-381.

2 Sur le décompte, ainsi que plus généralement sur l’épigraphie archaïque, nous nous permettons de renvoyer à G. Van Heems, La naissance des traditions épigraphiques funéraires dans l’Étrurie archaïque : le cas de Crocifisso del Tufo, in M.-L. Haack (éd.), Écritures, cultures, sociétés dans les nécropoles d’Italie ancienne (Table-ronde, Paris, 14-15 décembre 2007), Bordeaux, 2009, p. 15 s.

3 Cfr. L. Agostiniani, Contribution à l’étude de l’épigraphie et de la linguistique étrusques, in Lalies, 49, 1992, p. 37-38. La variation entre les chiffres avancés dépend essentiellement du statut que l’on réserve aux marques alphabétiques sur instrumentum, fort nombreuses, mais très brèves et ne constituant pas de « textes ».

4 Ce chiffre est fondé sur le recensement des inscriptions funéraires produites sur le territoire historique de l’Étrurie (entre Arno, Tibre et mer Tyrrhénienne), et qui comprend un peu plus de 6 300 inscriptions (pour le chiffre exact et les critères retenus, v. G. van Heems, Les inscriptions funéraires étrusques. Élaboration, fixation, diffusion des formulaires dans la production épigraphique funéraire de langue étrusque, Thèse de Doctorat, Lyon, 2006) ; nous entendons par inscriptions funéraires principalement les épitaphes, mais aussi toute inscription ayant pour support un élément direct de la sépulture (sont donc exclus tous les textes portant sur des objets contenus dans la tombe, mais n’ayant pas vocation à recueillir le corps du défunt). À ce chiffre, il convient d’ajouter toutes les inscriptions funéraires produites hors d’Étrurie (surtout dans les zones d’expansion coloniale : plaine Padane, Campanie, Aléria, mais aussi dans quelques zones de contacts importants : pays falisque).

5 W. Deecke, sur ce point comme sur tant d’autres, est le premier à avoir tenté une interprétation de ces inscriptions (W. Deecke, Etruskische Forschungen VII, Die etruskischen Beamten- und Priester-Titel, dans W. Deecke-C. Pauli, Etruskische Forschungen und Studien VI, Stuttgart, 1884) ; depuis cette date, les propositions herméneutiques n’ont cessé de s’accumuler (on trouvera un bon état de la question dans A. Maggiani, Appunti sulle magistrature etrusche, dans StEtr, 62, 1996, p. 95-138).

6 Maggiani, art. cit.

7 Dans un certain nombre d’inscriptions, le lexème permettant d’inclure le texte dans le corpus est le fruit d’une conjecture ; en général, toutefois, ces conjectures sont confirmées par la présence dans la même inscription d’un autre terme du même champ sémantique (en RIX, ET Ta 1.25 on peut restituer [zil] avec une bonne marge de certitude grâce à la présence de tenu juxtaposé à ce lexème) ou par des relectures plus récentes (Cfr. inscr. TT 1, deuxième ligne : [---]ncẹzi[l---], relue par M. Morandi [---] tence [:] zi[l]cti [---] dans REE, 63, 1997, n. 41).

8 Comme dans toute société antique, il est difficile – et peu pertinent – d’établir une frontière nette entre « religieux » et « politique ». C’est ce qui nous conduit à inclure dans le corpus une inscription comme l’elogium de Laris Pulena (RIX, ET Ta 1.17).

9 Nous n’avons pas pris en compte le graffite récemment retrouvé à Pyrgi et édité par D. Maras dans REE, 69, 2003, n. 30, p. 322-323. On lit en effet, gravé après cuisson sur le fond d’une œnochoé attique à vernis noir du milieu du Ve siècle, le mot ]zịlc-[. L’éditeur n’exclut pas qu’on puisse y reconnaître le fameux titre de magistrature étrusque – qui de prime abord pourrait étonner sur un tel support –, si l’on fait l’hypothèse qu’il s’agit d’une formule de datation par magistrat éponyme ; l’éditeur pense même qu’il pourrait s’agir d’une dédicace « officielle », ce qui nous paraît peu probable, vu la position de l’inscription, totalement invisible quand le vase est posé. Comme le mot est isolé et que l’inscription apporte de toute façon peu de renseignements sur la magistrature en question, il nous semble plus prudent de ne pas en tenir compte. C’est pour un semblable motif que nous avons par ailleurs exclu l’inscription funéraire RIX, ET Cl 1.1130 : il s’agit d’une tuile sépulcrale portant les épitaphes d’un couple d’époux. Or celle du mari a un formulaire extraordinaire, ve : σ́e(iante) [:] verpe / lθ : t : zi, et pourrait contenir, si zi est l’abréviation de zilaθ, un cursus honorum. Toutefois, en raison de l’incertitude de cette lecture, il est plus prudent d’écarter ce texte du dossier des inscriptions à cursus. Quant à l’inscription RIX, ET Ta 1.16, inscrite sur un sarcophage du IIIe siècle de la tombe des Partunu, elle ne forme qu’un seul et même texte avec RIX, ET Ta 1.213 (cfr. M. Morandi, dans REE, 63, 1997, n. 47, p. 424 s.) ; aussi n’avons-nous comptabilisé qu’une seule occurrence de magistrature ([zi]laθ : le ‑i‑ est encore partiellement lisible).

10 Pour le détail du corpus utile, nous renvoyons à G. van Heems, op. cit., p. 452 s. Les principales modifications apportées au corpus rassemblé par A. Maggiani (qui comptait 72 inscriptions) sont les suivantes : 1) ajout des rares nouveautés (notamment la Table de Cortone et le poids en bronze de Caere [M. Cristofani, Due testi dell’Italia preromana, Rome, 1996]) ou de textes connus mais différemment interprétés (comme RIX, ET Ta 1.17) ou encore mal lus (nous avons ainsi gardé la vieille leçon de RIX, ET Cr 1.4, de la tombe de l’Alcôve, avec mulaθv, corrigé en ṇulaθe dans les ET) ; 2) exclusion de l’inscription RIX, ET Cr 5.4 (n. 4 selon la numérotation de A. Maggiani), dans la mesure où tamera n’est – jusqu’à preuve du contraire – pas un nom de magistrature et où, de surcroît, la forme verbale φurθce, même si elle est étymologiquement liée au subst. purθ (ce qui reste à prouver), n’a sans doute pas ici une valeur politico-institutionnelle.

11 G. Colonna, Il Cippo di Tragliatella (e questioni connesse), dans StEtr, 71, 2005, p. 83-109. Pour la datation du cippe, v. en particulier la p. 104.

12 Au moins depuis les travaux de R. Lambrechts (R. Lambrechts, Essai sur les magistratures des républiques étrusques, Bruxelles-Rome, 1959).

13 Le support de l’inscription RIX, ET Vn 1.4 est difficile à déterminer, en l’absence de tout contexte : H. Rix en fait un cippe funéraire, mais R. Lambrechts, qui a observé le texte, n’exclut pas qu’il puisse s’agir d’une pierre monumentale destinée à être exposée en public (cfr. R. Lambrechts, op. cit., n. 39, p. 82-83 ; conclusion reprise par G. Colonna, dans G. Colonna, Epigrafi etrusche e latine a confronto, dans Atti dell’XI congresso internazionale di epigrafia greca e latina (Rome, 1997), I, Rome, 1999, p. 446). Nous avons malgré tout considéré le texte comme funéraire.

14 G. Cavallo, Testo, libro, lettura, dans G. Cavallo-P. Fedeli-A. Giardina (éd.), Lo spazio letterario di Roma antica 2. La circolazione del testo, Roma, 1989, p. 307-341; G. Susini, Le scritture esposte, dans G. Cavallo-P. Fedeli-A. Giardina (éd.), op. cit., p. 271-305; M. Corbier, L’écriture dans l’espace public romain, dans L’Vrbs. Espace urbain et histoire (Ier siècle avant J.-C.-IIIe siècle après J.-C.), Actes du colloque international (Rome, 1985, réimpr. 2015), Rome, 1987 (Coll. EFR, 98), p. 27-60; M. Corbier, L’écriture en quête de lecteurs, dans J. H. Humphrey (éd.), Literacy in the Roman world, Journal of Roman Archaeology, suppl. 3, 1991, p. 99-118.

15 RIX, ET Cr 4.4, ll. 12-13.

16 Pour l’édition du texte, voir REE, 55, 1987-88 (E. Benelli) et, dernièrement, E. Benelli, Iscrizioni etrusche. Leggerle e capirle, Ancona, 2007, n. 111, p. 236-237, pour une importante correction de lecture.

17 Sur cet objet et l’inscription, v. M. Pallottino, Presentazione di due iscrizioni etrusche, dans StEtr, 51, 1983, p. 611-614.

18 Cfr. M. Cristofani, op. cit., p. 39 s.

19 Voir respectivement, RIX, ET AT 5.1-2 (et H. Broise-V. Jolivet, Musarna 2, les bains hellénistiques, Rome, 2004 (Coll. EFR, 344), p. 87-89), RIX, ET Fs 8.1-5, Af 8.1-8 et G. Colonna, Anfora vinaria con iscrizione etrusca dalla Castellina del Marangone, dans ArchCl, 47, 1995, p. 261-266 (qui interprète le texte onomastique comme une formule de datation éponymique employée pour dater le vin contenu dans l’amphore).

20 PN = prénom, G = gentilice, PT = patronyme, CN = cognomen.

21 Sur cette inscription, v., dernièrement, avec références bibliographiques, M. Pandolfini Angeletti, Le tavole di bronzo in Etruria, dans La Tabula Cortonensis e il suo contesto storico-archeologico, Actes de la rencontre (Rome, 2001), Rome, 2002, p. 57-60.

22 T. J. Cornell, The tyranny of the evidence : a discussion of the possible uses of literacy in Etruria and Latium in the archaic age, dans Literacy in the Roman world, Journal of Roman archaeology, suppl. 3, 1991, p. 12-16.

23 Tabula Cortonensis, B, ll. 2-3 (selon l’editio princeps Agostiniani-Nicosia 2000).

24 Voir, entre autres, les études déjà citées de R. Lambrechts et A. Maggiani.

25 Nous employons à dessein le terme de formulaire dans la mesure où ces éléments sont récurrents et codifiés.

26 En revanche, notre emploi de l’expression cursus honorum ne préjuge pas qu’il fallait suivre un ordre précis et ascendant dans l’exercice de ces magistratures.

27 Nous n’avons pas pris en compte dans le calcul les inscriptions ne mentionnant que les charges définies par A. Maggiani comme « propédeutiques », car il ne s’agit pas d’un cursus à proprement parler. De même, nous avons exclu l’inscription RIX, ET AT 1.32, qui ne mentionne que le titre maru paχaθuras caθsc, attendu qu’il s’agit du premier échelon du cursus honorum, que le défunt n’a pas dû poursuivre.

28 Il s’agit des inscriptions RIX, ET Ta 1.9, 1.35, 1.58, 1.105, 1.183, 1.259, 7.84 ; AT 1.14, 1.61 (?), 1.100, 1.109 et 1.185. On peut y adjoindre l’inscription ET Ta 1.170 à la condition que la séquence meθlum nurφzi canθce ne fasse pas référence à une magistrature, ce qui n’est pas assuré.

29 Et en constant renouvellement : I.-X. Adiego a récemment fait justice d’une vieille interprétation de cepen, qui voulait y voir au moins depuis Cortsen (cfr. S. P. Cortsen, Die etruskische Standes- und Beamtentitel, durch die Inschriften beleuchtet, Copenhague, 1925, p. 128), sur un rapprochement assez problématique avec sab. cupencus, un titre sacerdotal (« prêtre ») ; il a parfaitement montré qu’on avait certainement affaire à un déterminant du nom – le savant propose de manière convaincante d’y voir un quantifiant totalisant « tout » (v. I.-X. Adiego, Etrusco marunuχva cepen, dans StEtr, 72, 2006, p. 199-214). Il va sans dire qu’une telle acquisition est de nature à modifier profondément notre approche du cursushonorum étrusque, puisque l’un des objectifs de la recherche a été, pendant longtemps, d’essayer de déterminer à quel « degré » du cursus il fallait placer le pseudo-titre de cepen (v., par ex., A. Maggiani, art. cit., p. 111 et p. 116-117).

30 RIX, ET Ta 1.34, 1.162, 1.213 ; AT 1.1 et 1.105. Mais cette dernière inscription présente peut-être plutôt un cursus mixte (cfr. immédiatement infra).

31 Pour une étude plus approfondie de la question, avec discussion sur les inscriptions problématiques, nous nous permettons de renvoyer à G. van Heems, op. cit., p. 506 s.

32 Sur la datation, v., dernièrement, M. Morandi, Prosopographia Etrusca I, 1. Etruria meridionale, Rome, 2004, p. 181, n° 9.

33 Dans le cas contraire, les attestations datables de manière satisfaisante de ce formulaire descendent au troisième quart du IIIe siècle (tombe des Aleθna).

34 Pour la chronologie des dépositions nous nous référons à l’étude d’A. Emiliozzi (A. Emiliozzi, Per gli Alethna di Musarna, dans Miscellanea etrusco-italica I, Rome, 1993, p. 109-146), qui tient compte des études précédentes. Pour la bibliographie, v. en outre C. et Ö. Wikander, Etruscan inscriptions from the collections of Olof August Danielsson. Addenda to CIE II, I, 4, Stockholm, 2003, p. 101 s.

35 Sur la datation de ce couvercle, v. E. Colonna Di Paolo-G. Colonna, Norchia, 2 volumes, Rome, 1978, p. 386.

36 D’autant qu’on ne sait pas si l’inscription provient de la tombe I ou II (cfr. A. Emiliozzi, art. cit. p. 118 et 131).

37 Il est probable qu’elle ait été rédigée au milieu, voire au cours du troisième quart du IIe siècle (cfr. A. Emiliozzi, art. cit., p. 138).

38 Et bien avant, si l’on élargit les perspectives : c’est déjà le formulaire que l’on trouve sur l’un des deux cippes de Rubiera (même si à une époque si haute, et dans une communauté si réduite, on peut raisonnablement douter de l’existence d’un groupe de magistratures organisées et hiérarchisées ; on ne peut donc parler, au sens strict, pour cette inscription, de cursus honorum). Il est certain qu’il s’agit du formulaire le plus économique à mettre en place et en même temps le plus « naturel ». Mais on note que la Tarquinia hellénistique préfère généralement une forme verbale au simple titre.

39 Cette absence de cursus honorum est liée à la disparition volontaire des épitaphes, qu’on explique plus généralement par la volonté de faire disparaître les signes extérieurs de richesse dans les sépultures romaines à partir de l’époque tardo-archaïque (l’épitaphe étant de toute évidence conçue comme un élément somptuaire ou, du moins, un raffinement caractéristique des classes les plus hautes ; sur l’appauvrissement du mobilier funéraire dans le Latium des premiers temps de la République, v. G. Colonna, Nome gentilizio e società, in StEtr, 45, 1977, p. 175-192 (= G. Colonna, Italia ante Romanum imperium. Scritti di antichità etrusche, italiche e romane (1958-1998), Pise-Rome, 2005, p. 1805-1818). Ainsi la production épigraphique latine se fait-elle presque exclusivement publique – comme en une sorte de contre-pied de la tradition étrusque –, au point qu’on n’a pas, pour cette période, d’épitaphes. Il faut donc en juger que c’est à cette époque que Rome se « libère » du modèle culturel étrusque (très net en épigraphie) et qu’elle devient très sensible à l’influence grecque venue du Sud de la Péninsule (cfr. G. Colonna, Epigrafi etrusche e latine a confronto, dans Atti dell’XI congresso internazionale di epigrafia greca e latina (Rome, 1997), I, Rome, 1999, p. 442-443). Pour trouver une tradition épigraphique funéraire de quelque consistance dans le monde latinophone, il faut quitter Rome et se rendre à Préneste, cité qui nous a livré un groupe important de cippes funéraires inscrits ou anépigraphes des IVe-IIe siècles appartenant à la classe dirigeante de la cité (sur ce point, cfr. F. Coarelli, Praeneste in età repubblicana. Società e Politica, dans La Necropoli di Praeneste. Periodo orientalizzante e medio repubblicano, Actes du 2o Convegno di studi archeologici (Palestrina, 1990), Palestrina, 1992, p. 253-267; sur ce groupe d’inscriptions, on dispose aujourd’hui d’un commode recueil : A. Franchi De Bellis, I Cippi prenestini, Urbino, 1997). Or, malgré la consistance de cet ensemble épigraphique et l’homogénéité sociale du groupe de personnes auquel il renvoie, on ne trouve dans les épitaphes aucune référence aux charges publiques occupées par les défunts. On lit certes, dans une des inscriptions éditées par A. Franchi De Bellis (A. Franchi De Bellis, op. cit., n. 90, 6 et tab. XXII), rédigée sur la base d’une statue (les cippes à forme de pigne étaient parfois remplacés par des bustes, généralement féminins, mais parfois aussi, comme dans ce cas, masculins ; on date généralement ce type de monument des IIIe-IIe siècles av. J.-C.), à la deuxième ligne, après la formule onomastique (Q. Orc̣[), le mot rex, qui pourrait indiquer que le défunt avait été rexsacrorum (ou sacerdoce équivalent). En outre l’emploi comme support d’une base de statue au lieu des traditionnels cippes suggère que le défunt était d’un statut social particulièrement élevé (cfr. A. Franchi De Bellis, op. cit., p. 150). Mais, compte tenu de la diffusion du cognomen dans la Préneste tardo-républicaine et de l’absence d’autres mentions de sacerdoces ou de magistratures, il nous semble plus vraisemblable que Rex soit ici le cognomen du défunt (c’est d’ailleurs, semble-t-il, l’opinion de l’éditrice). Il s’agit du reste d’un cognomen bien représenté dans le monde romain dès l’époque républicaine (cfr. I. Kajanto, The Latin Cognomina, Helsinki-Helsingfors, 1965, p. 82-83 et p. 316). On peut par conséquent en conclure que la Préneste républicaine, où s’était pourtant développée une importante tradition épigraphique funéraire, ignorait l’emploi du cursus honorum dans ses épitaphes (qui ne se limitent pas au seul matériel onomastique : certaines inscriptions adjoignent à la formule onomastique des formules de salut, cfr. A. Franchi De Bellis, op. cit., nn. 32, 10 et 41,1).

40 Le fameux tombeau situé sur la via Appia peu après la porte Capène connaît une utilisation prolongée (du IIIe à la fin du Ier siècle : sur la datation de la construction du tombeau au début du IIIe, et non au IVe, comme on l’admet généralement, v. F. Coarelli, Il Sepolcro degli Scipioni a Roma, Rome, 1988, p. 26-27) ; sur ce monument, et la chronologie des dépositions, qui nous intéresse directement ici, v. F. Coarelli, Il sepolcro degli Scipioni, dans DArch, 6, 1972, p. 36-106, en part. p. 38-62 ; F. Coarelli, op. cit., en part. p. 14 s., et p. 26 s.

41 Cette partie de l’éloge a donc de bonnes chances d’être de peu postérieure à la mort de son titulaire, advenue en 230 (cfr. F. Coarelli, op. cit., p. 19) ; sur le problème posé par la datation de ces sarcophages et, surtout, de leurs inscriptions, fort débattue, v. R. Wachter, Altlateinische Inschriften, Berne-Francfort-New York-Paris, 1987, p. 301-342.

42 V. A. Ernout, Recueil de textes latins archaïques, Paris, 1957, p. 17.

43 On sait par les fastes que ce Scipion a exercé le consulat en 259 et la censure en 258 ; l’ordre du texte respecte donc bien l’ordre chronologique de la carrière du défunt.

44 Cfr. A. Degrassi, ad tit. ILLRP 309, p. 179 ; plus récemment, voir R. Wachter, loc. cit.

45 Bien plus récente : elle n’est pas antérieure à 200 av. J.-C. (cfr. F. Coarelli, op. cit., p. 17).

46 En réalité, le titulus peint devait être plus étendu et contenir un cursus, puisqu’on remarque des traces d’une inscription effacée par la seconde partie du texte, et en particulier la séquence ]eso[, que l’on pourrait fort bien compléter en [c]eso[r] (cfr. A. Ernout, op. cit., p. 13).

47 ILLRP 313.

48 ILLRP 316.

49 Cfr. CIL I2, 695 (= ILLRP 339), Ser. Sulpicius Ser. f. / Galba cos / Ped. quadr. XXX, rédigée sur la façade d’un tombeau de tuf au bas de l’Aventin (fin IIe-début Ier ; cos. 108).

50 L’inscription C. Cenucio(s) Clousino(s) prai(tor) de l’inscription pariétale souterraine découverte en 1983 et remontant à la première moitié du IIIe siècle, si le magistrat est bien le C. Genucius Clepsina de la tradition (cos. 276 et 270 av. J.-C.), constitue un intéressant exemple d’emploi d’un titre en contexte sans doute public (même si le caractère public de l’inscription n’est pas assuré) dans la Caere romaine : c’est peut-être même à Caere que les Romains auraient pu entrer en contact avec la tradition épigraphique du cursus honorum, bien développée dans le reste de l’Étrurie méridionale (même si elle est assez rare dans le corpus funéraire cérétain). Sur l’inscription de C. Cenucios Clousinos, nous renvoyons à M. Cristofani, G. Genucius Clevsina pretore a Caere, dans Archeologia nella Tuscia II, Rome, 1986, p. 24-26 ; M. Torelli, C. Genucio(s) Clousino(s) prai(fectos) : la fondazione della praefectura Caeritum, dans C. Bruun (éd.), The Roman Middle Republic : Politics, Religion, and Historiography c. 400-133 B.C., Rome, 2000, p. 141-176.

51 Sur la découverte des cippes et cette nécropole, nous renvoyons au catalogue de G. Ambrosetti, R. Macellari-L. Malnati (éd.), Rubiera. « Principi » etruschi in Val di Secchia, Catalogue de l’exposition (Reggio Emilia, 1989), Reggio Emilia, 1989, en part. p. 27-28 (L. Malnati, R. Maccellari), p. 51-55 (R. Maccellari) et p. 59-67 (G. Bermond Montanari). Pour le texte, v. en outre G. Bermond Montanari, dans REE 54, 1984, p. 239-244 (editio princeps) ; C. De Simone, Le iscrizioni etrusche sui cippi di Rubiera, Reggio Emilia, 1992 et G. Bagnasco Gianni, Oggetti iscritti di epoca orientalizzante, Firenze, 1996 (Biblioteca di Studi Etruschi, 30), n. 291 ; il est référencé au n. RIX, ET Pa 1.2 dans le recueil de H. Rix.

52 Les motifs décoratifs semblent suggérer une influence orientale (Syrie) directe (cfr. G. Bagnasco Gianni, Iscrizioni etrusche esposte : il caso dei cippi di Rubiera, dans A. Sartori (éd.), Parole per sempre ? L’interpretazione delle epigrafie, le interpretazioni dell’epigrafia, Actes de la rencontre (octobre 2002), Acme, 56, 1, 2003, p. 54-55) : on peut se demander dans quelle mesure l’« invention » du cursus ne peut refléter une influence orientale, suggestion malheureusement difficile à vérifier en raison de l’isolement de ces cippes.

53 C’est ainsi qu’est généralement analysée la formule onomastique : De Simone, op. cit., p. 11. On notera toutefois qu’on ne peut guère comprendre la formule zilaθ misalalati amake autrement que « a été zilaθ à Misala ou de Misala » : il faut donc conclure soit que le titre de zilaθ pouvait être donné à une femme – ce qui est, nous l’avouons, difficile à admettre – soit, plus simplement, qu’il renvoie à un second personnage, mentionné dans la lacune, et qui doit être différent de kuvei puleisnai (De Simone, op. cit., p. 13) ; si cette hypothèse est possible, elle soulève toutefois quelques difficultés épigraphiques (passées en revue par De Simone, ibid.).

54 Dans le monde hellénophone d’Italie, les mentions de magistratures, même dans des documents publics ou juridiques (donations), n’apparaissent pas avant le Ve siècle avancé. En contexte funéraire, la plus ancienne inscription grecque contenant un élément qui peut s’apparenter à un titre de magistrat, mais qui n’en est pas un, est la fameuse loi sépulcrale de Cumes (IGG 19), οὐ θέμις ἐν/τοῦθα κεῖσθ/αι ἰ μὲ τὸν βε/βαχχευμέ/νον, remontant au début du Ve siècle, interdisant la sépulture aux non-initiés du culte de Bakkhos (sur l’interprétation de ce terme et les sectes orphiques en Grande Grèce, v. R. Turcan, Bacchoi ou Bacchants? De la dissidence des vivants à la ségrégation des morts, in L’association dionysiaque dans les sociétés anciennes, Table ronde, Rome 24-25 mai 1984, Rome, 1986, p. 227-244). Mais il est certain que ce texte n’a rien à voir avec un cursus honorum, puisque βεβαχχευμένος ne qualifie pas un défunt particulier, mais désigne la qualité requise pour être admis dans le tombeau. Les Falisques ne sont pas plus précoces : l’inscription LF 86 (= CIE 8214) mentionne un rex (certainement au sens sacerdotal du terme), mais elle n’est pas antérieure à la deuxième moitié du IVe (voire IIIe siècle), et les mentions de titres dans les épitaphes ne se généralisent que bien plus tard (IIe et Ier siècles). On peut enfin signaler un certain nombre de stèles sud-picéniennes (fin VIe-fin Ve siècle), dont l’inscription précise que le monument a été élevé à l’initiative et au nom des chefs de la communauté locale (cfrST Sp AP 2, TE 5 et TE 6). Mais il ne s’agit là pas davantage de cursus honorum.

55 Nous renvoyons à la discussion proposée dans van Heems, op. cit., p. 518.

56 Sur ce milieu socio-culturel de cette Étrurie des principes orientalisants, voir l’excellente synthèse proposée par G. Sassatelli, Il principe e la pratica della scrittura, in Principi etruschi tra Mediterraneo ed Europa, Cat. della Mostra (Bologna, 1 ottobre 2000-1 aprile 2001), Venise, 2000, p. 307-317.

57 On fera d’ailleurs remarquer que l’arme que porte fièrement le défunt représenté sur cette stèle en hoplite est une hache bipenne, c’est-à-dire précisément l’un des symboles du pouvoir du magistrat étrusque (et avant lui certainement du roi), et qui servira à représenter, à Rome, lorsqu’aura été importé ce decorum, l’imperium et son ius uitae necisque. Outre la précocité ou le rôle actif de Vetulonia dans l’élaboration des insignia potestatis qu’utiliseront aussi les Romains, on soulignera ici que cette arme signale le défunt moins comme guerrier (au fait, soit dit en passant, des plus récentes inventions grecques en matière d’armement défensif), que comme « chef » militaire et sans doute aussi politique. En d’autres termes, la stèle de Vetulonia porte une sorte de cursus honorum « figuré ».

58 Le cippe est certes décoré, mais il s’agit de motifs historiés végétaux et d’une frise animalière, bref d’une décoration symbolique et non d’une représentation du défunt.

59 Bien que l’exacte fonction des cippes de Rubiera ne soit pas claire, il est certain qu’ils avaient au moins la fonction d’indiquer la présence d’une tombe – ce qui n’exclut évidemment pas des fonctions « secondaires », mais tout aussi, sinon plus, importantes, telles que celle de mettre en avant l’autorité du personnage qui devait jouir d’un statut éminent dans la communauté.

60 Sur toutes ces questions, voir encore van Heems, op. cit., p. 518-520.

61 A. Zaccaria Ruggiu, Spazio privato e spazio pubblico nella città romana, Rome, 1995 (Coll. EFR, 210), p. 40 s.

62 Pol., VI, 53.

63 « Le résultat est que, ces faits étant ainsi rappelés à la mémoire du peuple et mis sous ses yeux – non de ceux-là seuls qui y ont participé effectivement, mais aussi de ceux qui n’y ont pas été associés –, tous éprouvent une émotion telle, que le deuil cesse de paraître limité à la famille et devient celui du peuple tout entier » (trad. R. Weil, CUF).

64 Cfr. G. Colonna, Strutture teatriformi in Etruria, dans J.-P. Thuillier (éd.), Spectacles sportifs et scéniques dans le monde étrusco-italique, Actes de la Table ronde (Rome, 1991), Rome, 1993 (Coll. EFR, 172), p. 321-347.

65 La tombe de la Cuccumella (VIe siècle), à Vulci, en est un exemple particulièrement clair. Mais de telles structures sont documentées jusqu’au IIIe siècle av. J.-C.

66 On peut citer encore certains cippes et reliefs archaïques de Chiusi ou des fresques de Tarquinia, qui nous assurent que les cérémonies funéraires s’accompagnaient de manifestations sportives et scéniques : cfr. G. van Heems, ibid.

67 Le tombeau des Scipions est de ce point de vue pleinement comparable aux tombes aristocratiques tarquiniennes.

68 La seule mention « extérieure » d’éléments de cursus honorum à Tarquinia, en l’absence de cippes funéraires mentionnant un élément de cursus, se trouve sur la table RIX, ET Ta 8.1, qui est de toute évidence un document public. Or dans ce texte la mention de magistratures consiste simplement en une formule de datation patronymique, et elle n’a donc en aucune manière de fonction « idéologique ».

69 En ce sens, il faut sans doute nuancer les propos, avec lesquels nous sommes toutefois globalement d’accord, de G. Colonna (G. Colonna, Epigrafi etrusche e latine a confronto, dans Atti dell’XI congresso internazionale di epigrafia greca e latina (Rome, 1997), I, Rome, 1999, p. 447) : « È per noi difficile comprendere il diverso comportamento dell’epigrafia etrusca nei confronti dei titoli magistratuali, esaltati nel privato della sfera funeraria, taciuti nelle iscrizioni pubbliche. Questa idiosincrasia, ignota all’epigrafia latina, rispecchia probabilmente il condizionamento di una società oligarchica, rimasta pervasa fino alla fine dei suoi giorni dal terrore patrizio dell’adfectatio regni, senza conoscere il sostanziale rinnovamento che si ebbe a Roma nel corso del IV secolo a.C. ». Il faut sans doute inverser la perspective, car c’est le monde romain qui se montre innovant et qui, en définitive, doit susciter l’étonnement.

70 Très récemment, A. Maggiani s’est appuyé sur les peintures de la tombe des Boucliers pour essayer de discerner quelles personnes de la famille participaient aux cérémonies funèbres ; cfr. A. Maggiani, Simmetrie architettoniche, dissimetrie rappresentative. Osservando le pitture della Tomba degli Scudi di Tarquinia, dans F. Gilotta (éd.), Pittura parietale, pittura vascolare. Ricerche in corso tra Etruria e Campania, Actes de la journée d’étude (Santa Maria Capua Vetere, 2003), 2005, p. 128-129, en part. : « Concludendo, il grandioso ciclo pittorico della Tomba degli Scudi intende rappresentare due eventi distinti : il primo è certamente quello della inaugurazione della tomba di famiglia da parte di Larth Velcha, verosimilmente in occasione della morte (ma l’evento potrebbe anche essere successivo) del padre Velthur, che viene esaltato come un dio o un eroe in quanto fondatore della stirpe : la scena festiva avviene alla presenza di tutti i membri della gens (verosimilmente tutti vivi), ed è aperta alla partecipazione delle donne sposate a membri della famiglia, ma non anche agli uomini eventualmente imparentati ai Velcha ». Ses observations, conduites à partir des personnages peints sur les fresques dont on a conservé les noms, part toutefois d’un présupposé contestable, à savoir que le peintre a voulu représenter toutes les personnes présentes lors des funérailles ; pour des raisons de place et de hiérarchie, l’artiste a dû probablement « choisir » – suivant vraisemblablement en cela les « ordres » du commanditaire, sans doute larθ velχa – les personnages qui devaient figurer sur les fresques, qui sont, comme on peut s’y attendre dans une tombe gentilice, les membres de la famille. C’est à notre avis pour cette raison que les maris des filles de la famille ne sont pas représentés : ces personnes n’auront pas à être, le moment venu, déposées dans la tombe des Boucliers, qui n’accueille que les velχa (et leurs épouses éventuelles).

71 Il est probable que les mouvements sociaux entre patriciens et plébéiens, dont un des effets principaux est, significativement, la constitution d’un corps écrit de lois affiché sur la place publique, aient été l’un des facteurs principaux expliquant l’émergence d’un véritable espace public.

72 Les alliances matrimoniales entre familles de même niveau social de cités différentes offrent à la fois une illustration de cette homogénéité sociale et une explication possible de la manière dont les formules de cursushonorum ont pu circuler en Étrurie méridionale.

73 Rappelons que seules deux épitaphes de son corpus mentionnent des éléments de cursus, alors que l’on dispose de cinq inscriptions publiques comprenant ces mêmes éléments.

74 Nous nous permettons de renvoyer à G. van Heems, Épigraphie funéraire et société : le cas de Caeré (IVe-IIe siècle av. J.-C.), dans Vita Latina, sous presse.

Auteur

Université de Lyon II - gvheems@gmail.com

© Publications de l’École française de Rome, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540