Version classiqueVersion mobile

Forme du savoir, forme de pouvoir

 | 
Jean-Marc Besse

Troisième partie - La matérialité d'une forme

Impressions du Nouveau Monde : les atlas d’Alexandre de Humboldt

Marie-Noëlle Bourguet

Résumé

La confiance d’Alexandre de Humboldt dans le rôle des perceptions sensorielles – tout particulièrement de la vision – dans l’élaboration des connaissances explique la place qu’il a accordée dans son œuvre à la dimension graphique et visuelle. À côté des volumes de planches botaniques et zoologiques, trois volumes d’Atlas accompagnent la publication de son Voyage… aux régions équinoxiales (1805-1834), proposant une approche visuelle de l’espace géographique et physique du Nouveau Continent. L’analyse des dispositifs graphiques mobilisés dans ces recueils permet d’explorer les stratégies de Humboldt autour de la vue paysagère, du profil et de la carte, et d’interroger certains de leurs effets cognitifs, fondés sur l’analogie, l’effet d’exactitude, la comparaison.

Texte intégral

  • 1 Humboldt 1824, p. 229.

C’est le grand avantage des méthodes graphiques appliquées aux différents objets de la philosophie naturelle de porter dans l’esprit cette conviction intime qui accompagne toujours les notions que nous recevons immédiatement par les sens1

  • 2 Humboldt 2000, 1, p. 346.

1L’importance accordée aux sens et, spécifiquement, à la vue dans la construction du savoir est chez Alexandre de Humboldt un trait constant, une expérience forgée dès l’enfance. Il raconte dans Cosmos combien la contemplation des cartes et des mappemondes suscitait chez lui la sensation d’une intelligibilité immédiate, fondée sur l’intuition et l’imagination, et évoque « le plaisir naïf que fait éprouver la forme articulée de certains continents et des mers intérieures sur les cartes géographiques2 ». Plus tard, l’enseignement reçu du graveur Daniel Chodowiecki, artiste proche de Lavater, développe son attention aux formes, à la « physionomie » des êtres comme des paysages. Dans ses voyages enfin, cette conception lui fait emplir les marges de ses carnets de dessins et de croquis destinés à saisir d’un trait l’attitude d’un animal, le port d’une plante, le profil d’un volcan ou le méandre d’une rivière. Complémentaires de l’écriture textuelle, analytique et linéaire, le dessin, l’image, la carte sont une forme d’écriture graphique, synthétique et immédiatement accessible aux sens.

  • 3 Humboldt 1805.

2Cette confiance dans le pouvoir et la vertu cognitive de la vision explique le souci qu’a eu le savant d’accorder dans ses publications une large place à la dimension graphique et visuelle : recueils de planches botaniques et zoologiques et volumes d’atlas composés de vues paysagères, de cartes, de plans. Dès le retour de l’expédition au Nouveau Monde (1799-1804), ses premières publications sont emblématiques de la manière dont il a conçu l’articulation entre écriture et graphisme. Esquissé à Guayaquil, en 1803, gravé et publié à Paris en 1805, son Tableau physique des régions équinoxiales du Nouveau Continent présente un profil en coupe du Chimborazo : sur un côté de la montagne, un dessin stylisé suggère l’étagement des formes végétales, depuis la mer jusqu’au niveau des neiges éternelles ; sur l’autre flanc se déploie l’énumération des noms des principales espèces de plantes ; encadrant le dessin, une quinzaine de colonnes de chiffres détaillent l’interaction des facteurs physiques en présence (chaleur, humidité, altitude, géologie, etc.). En une sorte d’idéale fusion du dessin et du texte, la planche gravée se présente à la fois comme une image d’ensemble, immédiatement perceptible, et comme une séquence textuelle comprimée, optimisée, détaillant toutes les forces qui interviennent dans la physionomie et la distribution géographique des plantes (fig. 1). À ce dispositif visuel, l’Essai sur la géographie des plantes, rédigé dès 1805, sert de pendant textuel, sous forme d’une étude détaillée des différentes formations végétales distribuées à la surface de la terre3. Dans l’entreprise éditoriale qu’ouvre pour Humboldt son retour en Europe, l’Essai et le Tableau constituent la première association de ces deux dispositifs : celle-ci a structuré par la suite l’ensemble de l’œuvre, chaque ouvrage majeur ayant, comme en un diptyque, son pendant illustré ou cartographique, chacun étant complémentaire de l’autre et mobilisant des processus cognitifs différents, celui de la vision et celui de l’intellect.

Fig. 1 – Géographie des plantes équinoxiales : tableau physique des Andes et pays voisins dressé d'après des observations et des mesures prises sur les lieux depuis le 10e degré de latitude boréale… / par Alexandre de Humboldt et Aimé Bonpland ; esquissé et rédigé par Humboldt, dessiné par Schönberger et Turpin…, Paris, Langlois, 1805 (© John Carter Brown Library).

Fig. 1 – Géographie des plantes équinoxiales : tableau physique des Andes et pays voisins dressé d'après des observations et des mesures prises sur les lieux depuis le 10e degré de latitude boréale… / par Alexandre de Humboldt et Aimé Bonpland ; esquissé et rédigé par Humboldt, dessiné par Schönberger et Turpin…, Paris, Langlois, 1805 (© John Carter Brown Library).

Humboldt et ses projets d’atlas

  • 4 Annalen 1805, p. 361-368.
  • 5 Il s’agit de gravures que Humboldt a commandées lors de son séjour à Rome en 1805 à des peintres, (...)
  • 6 Fiedler et Leitner 2000, p. 152.
  • 7 Inséré dans la traduction française des Tableaux de la nature (Paris, 1808, 1, p. 213-240), ce pro (...)
  • 8 Humboldt 1811, préface, p. ii. L’« Introduction » se trouve aux p. i-xcii de l’Essai.

3Le terme d’atlas apparaît tôt dans les projets éditoriaux de Humboldt. Dès 1805, un prospectus de la maison d’édition Levrault et Schoell paru dans les Annalen der Physik annonce la préparation de deux volumes : un « atlas géographique », centré sur la topographie, et un « atlas géognostique », consacré à la géologie des Andes et du Mexique4. La suite du prospectus signale aussi l’existence d’une « collection de gravures » – paysages des Andes et dessins d’antiquités –, dont le statut éditorial n’est à cette date pas précisé5. Trois ans plus tard, dans une communication à l’Institut en janvier 1808, Humboldt annonce que la Relation historique de son voyage paraîtra accompagnée de deux atlas : l’atlas « géographique », composé de cartes topographiques et de coupes géologiques, sera associé à un atlas « pittoresque », regroupant des vues paysagères, des scènes, des monuments6. Dans le cours de la même année, un autre prospectus signale de nouveaux remaniements7. La préparation de l’atlas pittoresque est bien avancée (quelques planches sont achevées dès 1810), mais l’ouvrage complet ne paraîtra qu’en 1813. En revanche, une subdivision s’est introduite dans le matériau cartographique, révélatrice de la propension de Humboldt à sortir du cadre préalablement tracé, à se laisser emporter par l’abondance de sa matière, par le souci d’amasser des exemples : « Mes matériaux géographiques et statistiques s’accrurent trop pour en faire entrer les résultats dans la relation historique de mon voyage. » Ainsi Humboldt justifie-t-il l’apparition d’un deuxième atlas géographique qui, centré sur la Nouvelle-Espagne, doit accompagner l’Essai politique sur le royaume de Nouvelle-Espagne qu’il est en train de rédiger. Ces deux ouvrages paraissent en effet la même année, en 1811 : en ouverture de l’Essai, une longue « Introduction géographique, ou analyse raisonnée de l’Atlas… » explique l’objectif de l’auteur et les procédés de construction qu’il a suivis8.

  • 9 Humboldt 1814.
  • 10 « Sur les matériaux qui ont servi pour la construction de l’Atlas géographique et physique ». Le t (...)
  • 11 Humboldt 1836-1839.

4Quant à l’atlas destiné à accompagner la Relation en couvrant géographiquement l’ensemble des régions parcourues par Humboldt et Bonpland, sa préparation s’étendra finalement sur près d’un quart de siècle, de 1814 à 1838 (certaines cartes portent même la date de 1808), avec des livraisons en plusieurs feuilles espacées d’un à deux ans ou même, dans les derniers temps, en cartes isolées9. À sa parution, il est lui aussi accompagné d’un texte explicatif – ou plutôt de deux, successifs et fort différents. Une première livraison de neuf planches, en 1817, est accompagnée d’une analyse détaillée de chaque feuille10. En 1834, lorsque s’achève la parution complète, le texte d’accompagnement est d’une tout autre nature : intitulé Examen critique de l’histoire de la géographie du Nouveau Continent et des progrès de l’astronomie nautique aux 15e et 16e siècles11, il témoigne du tournant qu’a connu entre-temps le projet cartographique et intellectuel de Humboldt. Il manifeste aussi, au passage, la plasticité du genre « atlas », en tant que forme ouverte, accueillante aux variations.

  • 12 En particulier, à propos de Humboldt : Besse 2017 ; Buchholz 2014 ; id. 2020 ; Kraft 2014 ; Lubric (...)

5Du fait de l’histoire éditoriale complexe de ces atlas, qui ont mobilisé un grand nombre de dessinateurs, graveurs et imprimeurs de toute l’Europe ; du fait aussi de la difficulté pour les chercheurs de les appréhender en rapport avec le reste des écrits de Humboldt, leur format imposant souvent de les conserver dans les bibliothèques à part des autres volumes, la part iconographique et graphique de l’œuvre du savant est restée longtemps moins étudiée que sa part textuelle. Le renouveau est venu, au début des années 2000, du développement des visual studies chez les historiens de l’art et les historiens des sciences, et de l’essor chez les spécialistes de Humboldt des études sur la sémiologie de son écriture12. En s’appuyant sur ces travaux récents et sur les problématiques développées au sein du programme de recherche « Les atlas dans les cultures scientifiques modernes et contemporaines », on essaiera ici d’interroger les différents dispositifs graphiques que Humboldt a privilégiés dans la composition de ses atlas « américains » – la carte topographique, le profil, la vue paysagère, la table –, d’analyser le type de visibilité/lisibilité de l’espace ainsi proposé, d’explorer enfin la manière dont ils s’articulent avec l’œuvre écrite.

Vues, coupes et cartes : les stratégies graphiques de Humboldt dans les atlas

  • 13 Humboldt 1813.
  • 14 Barthélemy 1788.
  • 15 Briand 2005.
  • 16 Comparant ses propres gravures aux planches en aquatinte des Daniell, Humboldt observe : « On a se (...)

6Des trois atlas que Humboldt a dédiés au Nouveau Monde, le volume intitulé Vues des Cordillères et monumens des peuples indigènes de l’Amérique est le seul qu’il ait composé uniquement de planches figuratives : une suite de vues paysagères, aquarellées pour certaines, font défiler des panoramas montagneux, des cônes volcaniques, des phénomènes naturels tels que ponts rocheux ou cascades, et alternent avec des images de nature historique ou archéologique, statues, vestiges et ruines monumentales, fragments manuscrits13. C’est le seul aussi où le texte d’accompagnement est partie intégrante de l’atlas, sous forme d’un chapitre, plus ou moins développé, associé à chaque planche. En désignant cet ouvrage comme un « atlas pittoresque », Humboldt l’inscrit dans une tradition éditoriale en place au tournant des XVIIIe et XIXe siècles : celle du Voyage du jeune Anacharsis, dont le récit est accompagné d’un atlas de 31 planches géographiques et archéologiques14 ; celle des publications liées aux grandes expéditions de circumnavigation, qui associent au recueil des cartes hydrographiques et côtières un recueil d’illustrations et de scènes pittoresques15 ; celle enfin des entreprises contemporaines de son propre voyage, comme les dessins qui illustrent le Voyage en Haute- et Basse-Égypte de Dominique Vivant Denon (Paris, 1802), les planches savantes de la Description de l’Égypte (Paris, 1809-1829), et surtout – explicitement évoquées par Humboldt – les vues qui ornent l’Oriental Scenery (Londres, 1795-1808) et A Picturesque Voyage to India (Londres, 1810) des frères Thomas et William Daniell16.

  • 17 Humboldt 1813, p. iii-iv : « Il aurait été utile de ranger les matériaux que renferme cet ouvrage (...)
  • 18 Humboldt 1813, planche n° VII : « Pyramide de Cholula. Dessiné d’après une esquisse de M. de Humbo (...)
  • 19 Humboldt 1813, planche n° V : « Passage du Quindiu dans la Cordillère des Andes. Dessiné d’après u (...)

7Pour ce recueil, Humboldt a d’abord envisagé d’agencer le matériau selon un ordre géographique, comme un itinéraire à travers les paysages et les civilisations andine et mexicaine, un accompagnement visuel de sa Relation. Dessinée dans le coin de plusieurs des planches, la silhouette des deux voyageurs manifeste cette dimension narrative. Mais les contraintes de la fabrication, les « difficultés de réunir et de terminer à la fois un grand nombre de planches gravées en Italie, en Allemagne et en France », n’ont pas permis cet ordonnancement suivi17. Au demeurant, la préoccupation de Humboldt, sur ce point, était peut-être moins d’ordre géographique à proprement parler que physiognomonique : ce qu’il cherchait était de rendre son lecteur sensible, en tournant les pages de l’atlas, aux similitudes morphologiques entre les rudes paysages de la Cordillère ou du Mexique et les arts et monuments des peuples de ces régions. La planche gravée qui met en scène la pyramide de Cholula en offre une illustration : avec son aspect massif et ses pentes aux angles émoussés, le monument s’inscrit dans le paysage montagneux en arrière-plan, au point de se confondre presque avec lui, suggérant une sorte de correspondance entre architecture et environnement, entre nature et civilisation18 (fig. 2). De même, dans la planche intitulée « Passage de la montagne du Quindiu », la présence humaine – des silhouettes d’Indiens cheminant le dos courbé sous leur fardeau humain, dans un paysage de plans montagneux étendus à l’infini – paraît comme écrasée, soumise, ainsi que le souligne le commentaire de Humboldt, à la violence barbare des colonisateurs espagnols, au milieu d’une nature grandiose et indifférente19 (fig. 3).

Fig. 2 – « Pyramide de Cholula. Dessiné d’après une esquisse de M. de Humboldt par Gmelin à Rome. Gravé par Wachsman et Arnold à Berlin », dans Alexandre de Humboldt, Vues des Cordillères et monumens des peuples indigènes de l’Amérique, Paris, [1810-]1813, planche VII (© John Carter Brown Library).

Fig. 2 – « Pyramide de Cholula. Dessiné d’après une esquisse de M. de Humboldt par Gmelin à Rome. Gravé par Wachsman et Arnold à Berlin », dans Alexandre de Humboldt, Vues des Cordillères et monumens des peuples indigènes de l’Amérique, Paris, [1810-]1813, planche VII (© John Carter Brown Library).

Fig. 3 – « Passage du Quindiu dans la Cordillère des Andes. Dessiné d’après une esquisse de M. de Humboldt par Koch à Rome, gravé par Duttenhofer à Stuttgard », dans Alexandre de Humboldt, Vues des Cordillères et monumens des peuples indigènes de l’Amérique, Paris, [1810-]1813, planche V (© John Carter Brown Library).

Fig. 3 – « Passage du Quindiu dans la Cordillère des Andes. Dessiné d’après une esquisse de M. de Humboldt par Koch à Rome, gravé par Duttenhofer à Stuttgard », dans Alexandre de Humboldt, Vues des Cordillères et monumens des peuples indigènes de l’Amérique, Paris, [1810-]1813, planche V (© John Carter Brown Library).
  • 20 Sur la notion de « pays natal » et le débat suscité à l’occasion des confiscations révolutionnaire (...)

8Comme Winckelmann l’avait fait pour la Grèce, en reliant la beauté et la perfection de la statuaire hellène à la douceur des conditions géo-climatiques, Humboldt suggère, par l’alternance des paysages et des ruines, les correspondances secrètes de la vie et de l’art des habitants du Nouveau Monde avec la nature de leur « pays natal20 ».

  • 21 Humboldt 1813, p. iv-v. Au-delà de la conception quasi déterministe de Humboldt sur les liens entr (...)

On ne saurait douter que le climat, la configuration du sol, la physionomie des végétaux, l’aspect d’une nature riante ou sauvage n’influent sur le progrès des arts et sur le style qui distingue leurs productions. […] Isolés dans la région des nuages, sur les plateaux les plus élevés du globe, entourés de volcans dont le cratère est environné de glaces éternelles, [les peuples montagnards] ne paraissent admirer, dans la solitude de ces déserts, que ce qui frappe l’imagination par la grandeur des masses. Les ouvrages qu’ils ont produits portent l’empreinte de la nature sauvage des Cordillères21.

  • 22 Humboldt 1811, Atlas, planches n° 16 : « Volcans de la Puebla vus depuis la ville de Mexico », et (...)
  • 23 Humboldt 1814, planche n° 29 : « Plans et coupe du volcan de Jorullo ».
  • 24 « Sur les matériaux qui ont servi pour la construction de l’Atlas géographique et physique », pros (...)

9Omniprésent dans l’Atlas pittoresque, le procédé de la « vue », frontale et lointaine, n’apparaît que furtivement dans les deux autres atlas du Voyage, comme pour servir de rappel. Dans l’Atlas de [] la Nouvelle-Espagne, deux vues pittoresques représentant les volcans de la Puebla et le pic d’Orizaba figurent comme compléments à la carte topographique de la vallée, destinés à « faire mieux sentir la beauté du site de la ville de Mexico22 ». Dans l’Atlas […] du Nouveau Continent, ce rapprochement entre carte et paysage est obtenu par un montage qui juxtapose sur une même feuille trois genres graphiques différents : ainsi on trouve au haut de la planche consacrée au volcan Jorullo ou, suivant le nom actuel, El Jorullo, une vue de l’aspect tourmenté du volcan (« Le terrain soulevé vu de l’ouest ») ; au centre, un plan en projection horizontale, où le dénivelé du volcan et l’étendue de ses projections sont signifiés par la densité et l’orientation des hachures ; au bas, une coupe transversale qui souligne l’épaisseur de la base de la montagne23 (fig. 4). La vue pittoresque du volcan a été introduite, explique-t-il, « à l’usage de ceux qui ne possèdent pas les Vues des Cordillères » : manière de souligner à la fois la continuité de l’œuvre, d’un volume à l’autre, et la complémentarité des procédés visuels mobilisés autour d’un même objet24.

Fig. 4 – « Plans et coupe du volcan de Jorullo, esquissé sur les lieux par A. de Humboldt », dans Alexandre de Humboldt, Atlas géographique et physique des régions équinoxiales du Nouveau Continent, Paris, [1814]-1834 [1838], planche XXIX (© David Rumsey).

Fig. 4 – « Plans et coupe du volcan de Jorullo, esquissé sur les lieux par A. de Humboldt », dans Alexandre de Humboldt, Atlas géographique et physique des régions équinoxiales du Nouveau Continent, Paris, [1814]-1834 [1838], planche XXIX (© David Rumsey).

10Dans les deux atlas dédiés, l’un à la Nouvelle-Espagne, l’autre à l’ensemble du Nouveau Continent, les termes « géographique et physique » qui les qualifient explicitent l’objectif de Humboldt. Pour l’ancien ingénieur des mines, que sa passion pour la « physique de la terre » a rendu voyageur, il s’agit de donner à voir la topographie générale de l’espace américain – situation, étendue, relief, réseau hydrographique, etc. – ainsi que certains de ses traits structurels – composition et superposition des roches, mines, climat. Là où les Vues des Cordillères s’adressent à la sensation et à l’imagination pour suggérer des rapports formels entre environnement naturel et état culturel, les atlas cartographiques déploient d’autres mises en scène pour identifier et faire percevoir la spécificité de l’espace américain.

  • 25 L’atlas compte 20 planches ; il paraît à Paris, chez Schoell, en 1811, conjointement avec l’Essai (...)
  • 26 Humboldt 1811, Atlas, planche n° X.
  • 27 Humboldt 1817, p. 2. Ce travail, ajoute-t-il, est « un de ceux auxquels je me suis livré avec le p (...)
  • 28 Pour l’ensemble des régions qu’il a parcourues au Nouveau Monde, Humboldt se flatte d’avoir déterm (...)
  • 29 Sur cette question du traitement des données, Schäffner 2008.
  • 30 Humboldt 1811, planche n° I, « Carte générale du royaume de la Nouvelle-Espagne ».

11L’Atlas géographique et physique de la Nouvelle-Espagne (dit aussi « atlas mexicain25 ») s’ouvre par trois cartes, d’échelles différentes : une « carte générale du royaume » ; puis, élargissant l’horizon, une « carte du Mexique et des pays limitrophes » ; une dernière enfin, ramenant le regard au plus près, centrée sur la « vallée de Mexico ». L’ambition déclarée de Humboldt est ici une recherche de l’exactitude. Jugeant que l’Amérique, trop peu sillonnée par les topographes et les militaires, continue d’accueillir dans ses cartes mythes, erreurs et imprécisions – ce qu’illustre de façon suggestive son « Esquisse d’une carte qui présente les fausses positions attribuées aux ports de Vera Cruz et d’Acapulco, et à la capitale de Mexico » (fig. 5)26 –, il rêve « d’offrir aux géographes un grand nombre de résultats propres à rectifier la carte générale de l’Amérique27 ». Cet objectif l’a conduit à accorder au cours de son voyage une grande importance aux mesures astronomiques et géodésiques : sa carte de Nouvelle-Espagne s’articule, ainsi, à un canevas de 74 points astronomiquement déterminés, dont 33, principalement situés dans la région centrale, sont le résultat de ses propres relevés28. De fait, les astérisques (*) qui signalent ces points permettent de restituer sur la carte, sans qu’il soit matériellement tracé, l’itinéraire suivi par le voyageur. Quant aux autres points, destinés à situer l’emplacement de villes, villages et cours d’eau, ils résultent de valeurs moyennes, calculées à partir de la compilation et du croisement de données diverses, souvent hétérogènes (relevés faits par Humboldt lui-même, à cheval ou en canot ; informations collectées auprès des voyageurs, des missionnaires, des portefaix ; informations fournies par des cartes anciennes, imprimées ou manuscrites), qui ont été raccordées du mieux possible à la grille des points astronomiques29. Aux marges de la feuille enfin, à mesure qu’on s’éloigne des centres du pouvoir colonial, les points astronomiquement déterminés sont rares et la connaissance de l’espace géographique devient plus incertaine, sinon conjecturale : la carte se fait plus loquace, emplissant les blancs de commentaires hypothétiques, juxtaposés au tracé mal assuré d’un lac, d’une rivière ou d’une montagne. On lit par exemple dans le coin nord-ouest de la carte générale de Nouvelle-Espagne, à côté d’un lac au contour incomplet, le lac Timpanogos : « Ce lac, dont les limites ne sont que très imparfaitement connues par les journaux de route du père Escalante, serait-il identique avec le lac de Teguajo des bords duquel, d’après quelques historiens, les Aztèques passèrent au Rio Gila30 ? » En entremêlant dans ses cartes faits connus et hypothèses, géographie et histoire, Humboldt assume et met visuellement en scène le caractère provisoire du savoir géographique qu’il s’applique à construire.

Fig. 5 – « Carte des fausses positions de Mexico, Acapulco, Vera Cruz et du pic d’Orizaba », dans Alexandre de Humboldt, Essai politique sur le royaume de Nouvelle-Espagne, avec un Atlas géographique et physique…, Paris, 1811, Atlas, planche X (© David Rumsey).

Fig. 5 – « Carte des fausses positions de Mexico, Acapulco, Vera Cruz et du pic d’Orizaba », dans Alexandre de Humboldt, Essai politique sur le royaume de Nouvelle-Espagne, avec un Atlas géographique et physique…, Paris, 1811, Atlas, planche X (© David Rumsey).
  • 31 « Introduction géographique ou Analyse raisonnée de l’Atlas de la Nouvelle-Espagne », dans Humbold (...)
  • 32 Ibid., p. 140.
  • 33 Ibid., p. 142.

12Faire voir l’espace américain, c’est aussi vouloir montrer les caractères généraux de son sol, ses inégalités, son relief, sa structure. Les textes explicatifs qui accompagnent les atlas témoignent de la façon dont Humboldt a réfléchi aux procédés graphiques à sa disposition et posé la question de leur lisibilité. Lui-même a délaissé dans ses cartes l’ancienne méthode des cartographes, celle « des signes qui annoncent vaguement “que le terrain est montueux” » en représentant des montagnes en profil, pour adopter la technique des hachures, dirigées suivant la ligne de plus grande pente. Ce procédé, introduit dans la cartographie militaire depuis le XVIIIe siècle, renforce le rendu visuel et permet une appréhension plus intuitive de l’aspect du relief. Mais la méthode a aussi ses limites, reconnaît Humboldt, parce qu’elle « force le dessinateur à dire plus qu’il ne sait […] sur la constitution géologique d’une vaste étendue de terrain31 ». Elle l’oblige en outre à couvrir de larges surfaces de la feuille, rendant ainsi difficile l’inscription des toponymes. Au bout du compte, par rapport à son propos – faire connaître l’aspect général du pays –, c’est le principe même de la carte topographique, construite à partir de projections horizontales sur une feuille plane, que Humboldt met en cause : « Les projections horizontales que l’on désigne communément par le nom de cartes géographiques ne font connaître que très imparfaitement les inégalités du sol et la physionomie du pays32. » Or la question de la représentation du relief lui paraît cruciale, dans la mesure où il voit dans la configuration du sol et notamment dans les grandes variations d’altitude un caractère essentiel de la géographie physique du Nouveau Continent. Tandis que les différences altimétriques sont en Europe, dans les régions de plaine, trop peu sensibles pour avoir un lourd impact sur le climat et la vie des peuples, il en va tout différemment en Amérique : « La température de l’atmosphère, son état de sécheresse ou d’humidité, le genre de culture auquel s’adonnent les habitans, tout enfin dépend de l’énorme élévation des plaines qui s’étendent sur le dos des Cordillères33. »

  • 34 « Tableau physique de la pente orientale du plateau de la Nouvelle-Espagne », dans Humboldt 1811, (...)
  • 35 Humboldt 1825, t. 1, p. 147.

13Ces considérations ont conduit Humboldt à rechercher « des moyens que les géographes [n’ont] pas encore tentés », et qu’il met en œuvre dans plusieurs planches de l’atlas mexicain, notamment les feuilles XII à XIV : ce sont des coupes, ou « profils », qu’il appelle ainsi pour les distinguer des « tableaux physiques ». Humboldt n’invente pas ces procédés : il transfère à la représentation du relief andin une technique familière aux ingénieurs des mines et des ponts et chaussées, celle du « profil » ou projection verticale. Et il l’adapte à la réalité physique qu’il veut figurer. Ainsi dans le « Tableau physique de la pente orientale du plateau de la Nouvelle-Espagne » (fig. 6), au lieu de tailler uniformément à travers la Cordillère, la coupe procède en plusieurs sections, orientées de manière à suivre partout la ligne de crête et maximiser la représentation des hauteurs et le contraste des dénivellations34. Toujours dans un souci de lisibilité, il joue sur les échelles, exagérant l’axe des ordonnées – celui des hauteurs – par rapport aux distances indiquées en abscisse : « Il résulte de cette inégalité des échelles que mes cartes physiques […] n’offrent pas la véritable pente du sol, mais que ces pentes, d’après la nature des projections employées, paroissent plus rapides dans les dessins qu’elles ne le sont dans la nature35. » Pour suggérer visuellement la présence massive de la Cordillère dans le paysage, il recourt même à une sorte de subterfuge graphique : en arrière-plan du dessin, il a esquissé la silhouette de plusieurs sommets volcaniques, sans représenter leur base qui, si elle devait être rapportée à l’échelle des distances, se réduirait au trait d’une « maigre colonne » !

Fig. 6 – « Tableau physique de la pente orientale du plateau de la Nouvelle-Espagne », dans Alexandre de Humboldt, Essai politique sur le royaume de Nouvelle-Espagne, avec un Atlas géographique et physique…, Paris, 1811, Atlas, planche XII (© David Rumsey).

Fig. 6 – « Tableau physique de la pente orientale du plateau de la Nouvelle-Espagne », dans Alexandre de Humboldt, Essai politique sur le royaume de Nouvelle-Espagne, avec un Atlas géographique et physique…, Paris, 1811, Atlas, planche XII (© David Rumsey).

14Enfin, son intérêt pour la minéralogie et pour la constitution géologique de la terre oblige Humboldt à pousser plus loin la réflexion sur les échelles et le conduit à arbitrer entre les différents éléments représentés dans ses cartes ou ses coupes :

  • 36 Ibid., p. 149.

Il est très difficile, pour ne pas dire impossible, de dresser une coupe géologique d’un pays étendu, si cette coupe doit être assujettie à une échelle de hauteur. Une couche de gypse intéresse souvent le géologue […] Or comment tracer le profil des provinces entières, si la grandeur de l’échelle doit être telle que l’on puisse distinguer des masses si considérables36 ?

  • 37 Ibid., p. 149-150, et « Tableau physique de la pente occidentale du plateau de la Nouvelle Espagne (...)
  • 38 « Tableau géognostique des formations de roches entre la ville de Mexico, Moran et Totonilco », da (...)
  • 39 Cité par Beck 1958.
  • 40 Dans cette carte, Humboldt borne à dix-huit le nombre des signes graphiques et ne mobilise aucune (...)

15À propos des hauts plateaux de Nouvelle-Espagne, dont les profils en coupe sont construits à petite échelle afin de figurer l’immensité des distances, il souligne l’impossibilité de rendre perceptibles à cette échelle la superposition et l’épaisseur des strates géologiques qui en composent le sol : « Comment indiquer dans une vallée étroite, par exemple celle du Papagayo, sur l’espace d’un ou deux millimètres de largeur que la vallée occupe dans le dessin, les différentes formations qui reposent les unes sur les autres37 ? » (fig. 7). Il faut donc choisir l’échelle de chaque carte en fonction de ce que l’on veut faire voir. La planche intitulée « Esquisse géognostique des formations entre la vallée de Mexico, Moran et Totonilco » (dans l’Atlas… du Nouveau Continent) illustre les choix de graphisme et d’échelle qu’il a dû faire afin de permettre la visualisation de la configuration stratigraphique et géologique d’une région donnée38 (fig. 8). Commencée à Mexico en 1803, cette carte est la seule qui subsiste des recherches qu’il avait entreprises à l’école des Mines de Mexico pour forger une « pasigraphie », c’est-à-dire un système de notation et de représentation propre aux sciences de la terre – science des mines, physique de la terre, géognosie –, une langue universelle dont l’écriture « figurative », « graphique ou imitative », serait faite de signes et d’idéogrammes convenus, immédiatement compréhensibles, indiquant au premier coup d’œil « tout ce que le Géognoste désire savoir39 ». Tardive – car elle n’est achevée qu’en 1833, longtemps après le retour de Humboldt en Europe et postérieurement même au voyage en Asie –, cette carte est aussi celle où il a poussé le plus loin sa recherche d’un langage formel et visuel susceptible de convenir à toutes les situations et capable de « parler plus vivement aux yeux », en jouant de figurés variés – lignes, rayures, points, ronds – selon la nature des roches. « J’ai conçu l’idée de figurer des pays entiers comme on représente une mine », explique-t-il, recourant une fois de plus à l’idée d’un transfert de pratique d’un domaine du savoir à un autre40. À la recherche d’un horizon comparatif avec l’Ancien Monde, il rêve d’une langue schématisée et formelle, qui permettrait de faire le lien, d’une rive à l’autre de l’Atlantique, avec la géognosie européenne.

Fig. 7 – « Tableau physique de la pente occidentale du plateau de la Nouvelle-Espagne », dans Alexandre de Humboldt, Essai politique sur le royaume de Nouvelle-Espagne, avec un Atlas géographique et physique…, Paris, 1811, Atlas, planche XIII (© David Rumsey).

Fig. 7 – « Tableau physique de la pente occidentale du plateau de la Nouvelle-Espagne », dans Alexandre de Humboldt, Essai politique sur le royaume de Nouvelle-Espagne, avec un Atlas géographique et physique…, Paris, 1811, Atlas, planche XIII (© David Rumsey).

16Au total, l’atlas de la Nouvelle-Espagne, dit « atlas mexicain », comme celui du Nouveau Continent donnent à voir comment Humboldt a procédé pour donner de la consistance à l’ensemble hétérogène des données dont il disposait, croisant ses observations, relevés et calculs personnels avec une masse d’informations (enquêtes administratives, récits de voyage, cartes manuscrites, etc.). Ses cartes manifestent comment il a mobilisé une variété d’échelles, de types de cartes et de procédés graphiques pour générer de la visibilité, c’est-à-dire rendre perceptible au lecteur européen la singulière configuration géographique du Nouveau Continent.

Fig. 8 – « Tableau géognostique des formations de roches entre la ville de Mexico, Moran et Totonilco », dans Alexandre de Humboldt, Atlas géographique et physique des régions équinoxiales du Nouveau Continent, Paris, [1814]-1834 [1838], planche 7 (© David Rumsey).

Fig. 8 – « Tableau géognostique des formations de roches entre la ville de Mexico, Moran et Totonilco », dans Alexandre de Humboldt, Atlas géographique et physique des régions équinoxiales du Nouveau Continent, Paris, [1814]-1834 [1838], planche 7 (© David Rumsey).

La commensurabilité à l’échelle du monde

17Au-delà de la diversité d’objets et de moyens que reflètent les trois atlas, pittoresque pour l’un, géographique et physique pour les deux autres, une constante néanmoins les traverse tous, comme un trait structurant l’ensemble : l’ambition de créer entre le Nouveau Monde et l’Ancien de la comparaison et, mieux, de la commensurabilité, en inscrivant les planches qui les composent dans un cadre de références qui déborde l’espace du continent américain pour être pensé à l’échelle du globe, dans un va-et-vient entre Europe et Amérique. C’est dans l’Atlas du Nouveau Continent, le plus tardif et le plus complexe dans sa composition, que ce choix est surtout visible et explicite.

  • 41 Humboldt 1814, planche n° 1 : « Limite inférieure des neiges perpétuelles à différentes latitudes  (...)
  • 42 Ibid., planche n° 9. Sur ce procédé de mise en page du monde, sur une feuille : Besse et Palsky 20 (...)

18Dès la première planche, datée de 1808, cette perspective comparative et globale est clairement affichée (fig. 9)41. Sous l’intitulé « Limite inférieure des neiges perpétuelles à différentes latitudes », cette planche n’est pas une carte géographique à strictement parler – à la manière de celles qui ouvrent l’atlas mexicain –, mais le dessin en coupe de quatre profils montagneux, correspondant à des régions du globe situées sous des latitudes différentes : Chimborazo pour la zone équatoriale ; Popocatepetl pour la zone tropicale ; mont Blanc et mont Perdu pour la zone tempérée ; Suède et Norvège pour la zone polaire. Sur chacune de ces silhouettes est indiquée la limite des neiges éternelles. Leur juxtaposition montre au premier regard comment, dans le jeu combiné de l’altitude et de la latitude, une même loi physique s’applique à la terre entière, de l’équateur jusqu’aux pôles. Ce geste d’élargissement comparatif se retrouve, d’une autre manière, sur la planche suivante, intitulée « Tableau physique des îles Canaries. Géographie des plantes du pic de Ténériffe » : construit selon le même principe que la coupe du Chimborazo de 1803, le profil du pic de Teide offre un aperçu de la physionomie du paysage sur le flanc droit du volcan ainsi que l’énumération des noms de plantes présentes sur ses pentes. Par-delà les mers, et d’un continent à l’autre, les terres émergées relèvent d’une même approche, d’une même écriture graphique, parce qu’elles sont soumises aux mêmes lois physiques. Il arrive même que cet horizon comparatif soit intégré dans un unique dessin : ainsi, dans la planche qui évoque sa tentative d’ascension du Chimborazo, le 23 juin 1802, Humboldt a mêlé le long de l’axe des ordonnées, qui figure l’altitude, le nom des volcans de la Cordillère – Chimborazo et autres – et ceux de plusieurs montagnes et volcans d’Europe et même d’Asie – Himalaya, Vésuve, col du Grand-Saint-Bernard, Etna, pic Nethou42.

Fig. 9 – « Limite inférieure des neiges perpétuelles à différentes latitudes », dans Alexandre de Humboldt, Atlas géographique et physique des régions équinoxiales du Nouveau Continent, Paris, [1814]-1834 [1838], planche 1 (© David Rumsey).

Fig. 9 – « Limite inférieure des neiges perpétuelles à différentes latitudes », dans Alexandre de Humboldt, Atlas géographique et physique des régions équinoxiales du Nouveau Continent, Paris, [1814]-1834 [1838], planche 1 (© David Rumsey).

19L’Atlas… du Nouveau Continent offre un autre exemple encore de la façon dont Humboldt mobilise les possibilités du dessin cartographique pour fonder sa démarche comparative, celui de la planche n° 13, intitulée « Exemple de bifurcations et de deltas d’affluens », où il s’essaie à une analyse d’hydrographie comparée. Parue en 1814, cette feuille juxtapose plusieurs dessins de cours d’eau qui, tous, présentent un même caractère : la déviation et captation d’une partie du réseau hydrographique d’une rivière par une autre. L’étude centrale provient de son expérience personnelle : sa découverte, lors de l’exploration du cours de l’Orénoque, du fait qu’une partie de ses eaux étaient captées, via le canal du Casiquiare, par le Rio Negro et rejoignaient ainsi le réseau de l’Amazone. À l’appui de cette découverte, qui mettait à bas nombre de théories et mythes géographiques, notamment le système de Buache, Humboldt a convoqué pour comparaison d’autres exemples : des cas qui ne proviennent pas d’Amérique ni de son observation personnelle, mais d’exemples pris en Europe, comme celui de la Sorgue ou celui de l’Arno, étudié par l’ingénieur des ponts et chaussées Prony au cours d’une mission en Italie en 1806. Mise au service d’une réflexion comparée sur les conditions géographiques favorables à ce type de bifurcation, sur la morphologie des reliefs et sur la nature géologique des sols dans lesquels peut se produire le phénomène, la planche d’atlas permet à Humboldt de juxtaposer plusieurs exemples et de mettre en évidence leurs caractères communs (fig. 10). Les dessins servent de support à une analyse géographique comparée, ainsi qu’il l’explique dans sa Relation historique… du Voyage aux régions équinoxiales :

  • 43 Humboldt 1819, p. 479.

J’ai réuni sur une même planche de mon atlas plusieurs exemples de ces ramifications à contrecourant, de ces mouvements apparents à contre-pente, de ces bifurcations de rivières dont la connoissance intéresse les ingénieurs géographes. Cette planche leur rappellera qu’il ne faut pas regarder comme chimérique tout ce qui dévie du type que nous nous sommes formé d’après des observations recueillies dans une partie trop limitée de notre globe43.

Fig. 10 – « Exemple de bifurcations et de delta d’affluens », dans Alexandre de Humboldt, Atlas géographique et physique des régions équinoxiales du Nouveau Continent, Paris, [1814] - 1834 [1838], planche 13 (© David Rumsey).

Fig. 10 – « Exemple de bifurcations et de delta d’affluens », dans Alexandre de Humboldt, Atlas géographique et physique des régions équinoxiales du Nouveau Continent, Paris, [1814] - 1834 [1838], planche 13 (© David Rumsey).

20La géographie que pratique Humboldt et qu’il met en scène dans ses atlas ne se veut pas seulement une science locale et descriptive : traitant de phénomènes physiques, régis par les lois de la nature, elle est aussi une science visant à l’universalité.

21Elle est enfin une science qui permet d’inscrire l’espace dans le temps de l’histoire : c’est sur le discours géo-historique de Humboldt qu’il faut pour finir insister, en une dernière traversée de ses atlas. Dans la plupart des cartes topographiques qui les composent, l’histoire est présente, quand ce ne serait que par les vides, blancs ou trop-pleins bavards, qui rappellent l’histoire longue et alors inachevée de la conquête et de la connaissance du sous-continent. Mais elle l’est aussi de manière prospective, dans quelques planches qui projettent l’espace américain vers l’avenir, en percevant ses possibles développements.

  • 44 Humboldt 1811, Atlas, planche n° IV : « Carte qui présente neuf points sur lesquels on a projeté d (...)
  • 45 Ibid., planche n° XIX : « Esquisse d’une carte qui présente les diverses routes par lesquelles les (...)
  • 46 Humboldt 1814, planche n° 30.

22Deux planches de l’« atlas mexicain » sont particulièrement intéressantes à cet égard. La première est une planche composée de plusieurs vignettes, illustrant neuf emplacements susceptibles d’offrir la possibilité d’une communication entre l’océan Pacifique et l’Atlantique, par quoi seraient facilités la circulation et le commerce international d’une extrémité du monde à l’autre : carte anticipatrice puisque parmi les points retenus par Humboldt figure, déjà, l’isthme de Panama44. La seconde, bien connue, montre le trajet des routes et des flux de la circulation des métaux, or et argent, à partir de l’Amérique vers le reste du monde, Asie et surtout Europe45 (fig. 11). Humboldt n’y représente pas l’Amérique seulement comme un bassin de ressources – ce que font les cartes topographiques sur lesquelles se trouve son repérage des richesses minières du Nouveau Continent, par exemple la carte intitulée « Esquisse géologique des environs de Guanaxuato46 ». La perspective ici est plus dynamique, qui est de dessiner la circulation des richesses à l’échelle du monde et d’interroger leur avenir. En donnant à voir comment ce processus part de l’Amérique et suit un mouvement d’ouest en est – un mouvement « opposé à ceux de l’océan, de l’atmosphère et la civilisation de notre espèce », observe-t-il –, Humboldt souligne ce qu’il a d’inouï, de radicalement nouveau. En plaçant l’Amérique au centre du monde à venir, en reléguant l’Europe à la périphérie de la carte, il introduit la perspective d’un renversement de l’histoire et, en somme, l’inaugure.

Fig. 11 – « Esquisse d’une carte qui présente les diverses routes par lesquelles les richesses métalliques refluent d’un continent à l'autre », dans Alexandre de Humboldt, Essai politique sur le royaume de Nouvelle-Espagne, avec un Atlas géographique et physique…, Paris, 1811, Atlas, planche XIX (© David Rumsey).

Fig. 11 – « Esquisse d’une carte qui présente les diverses routes par lesquelles les richesses métalliques refluent d’un continent à l'autre », dans Alexandre de Humboldt, Essai politique sur le royaume de Nouvelle-Espagne, avec un Atlas géographique et physique…, Paris, 1811, Atlas, planche XIX (© David Rumsey).
  • 47 Ibid., planche n° 39.
  • 48 Ottmar Ette (dans Humboldt 2009) a récemment tenté de pallier ce manque et de prolonger l’entrepri (...)

23L’Atlas du Nouveau Continent n’offre pas de planche anticipatrice de ce type. Au contraire, pourrait-on même penser en feuilletant ses planches, et surtout les dernières que Humboldt a ajoutées au début des années 1830. À ce moment, la découverte de la mappemonde de Juan de la Cosa (1500), conservée dans la bibliothèque du baron Walckenauer, a transformé l’intérêt que Humboldt porte à la géographie et aux cartes du Nouveau Monde, en le faisant se tourner vers l’histoire et la philologie, vers la genèse de la découverte : de là son choix d’ajouter à la fin de l’atlas plusieurs transcriptions de cartes anciennes des années 1500, notamment une édition de Ptolémée datée de Rome, 1508, où apparaît le premier tracé du continent – sans qu’un nom lui soit attribué encore47. C’est pour comprendre ces cartes, interpréter les espaces qui y sont esquissés, suivre l’attribution des toponymes, qu’il entreprend la rédaction de l’Examen critique de l’histoire de la géographie du Nouveau Continent, qui paraît entre 1834 et 1838 (avec une préface datée de novembre 1833). Menée sur un plan historique, philologique, technique, c’est une analyse profuse et érudite des connaissances géographiques et astronomiques, et aussi des erreurs – dont il montre combien elles ont pu être productrices de savoir – qui ont rendu pensables et possibles les voyages de découverte de la fin du XVe siècle. Humboldt tente aussi d’interroger les savoirs que ces voyages ont permis d’élaborer, à partir des débats sur l’identification des lieux abordés, sur le nom attribué au Nouveau Monde, sur le rôle réel d’Amerigo Vespucci, etc. Convaincu que son expérience, sa familiarité avec les lieux, les habitants et leurs langues peuvent lui donner une meilleure capacité de compréhension et d’expertise, Humboldt aborde ces questions historiques en voyageur, mobilisant tout le savoir qu’il a accumulé sur le Nouveau Continent. De proche en proche, l’Examen critique s’attache à retracer le savoir cartographique que l’Europe a construit sur le Nouveau Monde, saisi aux premiers temps de la globalisation. Cependant, à part les quelques cartes qui évoquent à la fin de l’atlas les tout premiers moments de la découverte (la carte de Juan de la Cosa, les deux éditions de Ptolémée), l’analyse que poursuit Humboldt sur des centaines de pages ne renvoie dans l’atlas à aucun support visuel : faute de temps sans doute, faute d’argent surtout, il n’a pas été alors en capacité de réunir ni de reproduire le matériel cartographique que mobilisait son commentaire et sur lequel s’appuyait son analyse48. Reste qu’avec ces quelques cartes historiques, incluses à la fin de l’Atlas… du Nouveau Continent pour illustrer le passé de l’Amérique, et faisant écho à celles qui dans l’atlas mexicain ouvrent vers l’avenir en montrant l’inscription de l’Amérique dans un espace mondialisé, Humboldt boucle véritablement son projet d’une sorte de géohistoire. L’histoire que racontent les planches de ses atlas est l’histoire multiséculaire d’un espace autant que l’histoire de sa représentation.

Conclusion

24Au terme d’une déambulation qui a mis en relief la diversité des opérations graphiques et des stratégies visuelles mobilisées par Alexandre de Humboldt dans ses trois atlas américains – des vues, des coupes, des cartes –, il convient de faire retour sur ces procédés afin d’interroger leur effet sensoriel et cognitif dans le cadre global de la forme « atlas » elle-même.

25Un premier élément de réflexion se rapporte à l’ambition de précision et d’exactitude qui a été une préoccupation majeure de Humboldt dans toute son entreprise scientifique et, particulièrement, dans sa volonté de construire une représentation physique et géographique du Nouveau Monde. Or – on l’a vu à propos de l’élaboration des cartes topographiques – Humboldt a souvent dû reconnaître l’hétérogénéité des données dont il disposait, puisées à toutes sortes de sources, incomplètes, imprécises, sinon inexactes. Face à cette situation, qu’ont dû affronter aussi nombre d’auteurs d’atlas, il ne se borne pas à une opération d’homogénéisation de son matériau : en multipliant les croisements et recoupements, en circulant d’un dispositif visuel à un autre et jonglant avec les échelles, en allant même jusqu’à modéliser visuellement les erreurs des cartes anciennes, il se sert de l’erreur même pour produire au regard un effet d’exactitude. Historicisées, visualisées, l’imprécision et l’erreur concourent à renforcer en retour l’effort de précision et de vérité de la représentation.

26Un deuxième élément omniprésent, véritable fil rouge des stratégies visuelles à l’œuvre dans les trois atlas, est celui de la commensurabilité et, plus généralement, de la comparaison. Que ce soit pour mettre en rapport les caractères des civilisations amérindiennes avec la physionomie de leur environnement naturel, pour comparer le cours des fleuves américains et européens ou pour montrer l’étagement de la végétation sous différentes latitudes, dans tous les cas il s’agit d’inciter au rapprochement, à la comparaison, et cette invitation se fait par le procédé graphique de la juxtaposition de vues, de schémas ou de coupes. C’est au seul regard du lecteur, passant d’une planche ou d’une vignette à l’autre, d’opérer sur le plan cognitif, en prenant en charge l’activité même de la comparaison.

27Montrer, comparer : ce double mouvement donne aux atlas américains de Humboldt leur dynamique, faite du jeu des opérations graphiques et des dispositifs visuels qui s’y trouvent mis en œuvre. Pour celui qui les feuillette, ses atlas proposent un essai de mise en forme, visant à faire voir et à comprendre le monde, ici l’espace américain, à l’échelle de la feuille ou de la suite de feuilles.

Bibliographie

Ouvrages et articles à caractère de source

Annalen 1805 = Annalen der Physik, dir. par L. Wilhelm, 20, n° 3, 1805, p. 361-368.

Barthélemy 1788 = Abbé J.-J. Barthélemy, Voyage du jeune Anacharsis en Grèce…, Paris, De Bure l’aîné, 5 vol. dont un de planches.

Humboldt 1805 = A. de Humboldt et A. Bonpland, Essai sur la géographie des plantes, accompagné d’un tableau physique des régions équinoxiales fondé sur des mesures exécutées, depuis le 10e degré de latitude boréale jusqu’au 10e degré de latitude australe, pendant les années 1799, 1800, 1801, 1802 et 1803, Paris, Levrault et Schoell, an XIII (1805).

Humboldt 1808 = A. de Humboldt, Voyage dans l’intérieur de l’Amérique dans les années 1799 à 1803, par MM. de Humboldt et Bonpland, 10 vol. in 4°, avec trois atlas et 4 vol. in fol., Paris, chez F. Schoell, rue des Fossés-St-Germain-l’Auxerrois, n° 29, prospectus inséré dans Tableaux de la nature, ou Considérations sur les déserts, sur la physionomie les végétaux et sur les cataractes de l’Orénoque, traduit de l’allemand par J.-B.-B. Eyriès, 2 t. en 1 vol., t. 1, Paris, F. Schoell, 1808, p. 213-240.

Humboldt 1811 = A. de Humboldt, Essai politique sur le royaume de Nouvelle-Espagne, avec un Atlas géographique et physique…, Paris, F. Schoell, 1811, 2 vol. in-4° et 1 vol. in-fol. (20 planches d’atlas).

Humboldt 1813 = A. de Humboldt, Vues des Cordillères et monumens des peuples indigènes de l’Amérique, Paris, F. Schoell, [1810-]1813, 2 vol. dont un de planches (69 pl.).

Humboldt 1814 = A. de Humboldt, Atlas géographique et physique des régions équinoxiales du Nouveau Continent, Paris, F. Schoell, [1814]-1834 [1838], 39 planches.

Humboldt 1814-1825 = A. de Humboldt, Relation historique du Voyage aux régions équinoxiales du nouveau continent, Paris, F. Schoell, 1814-1825, 3 vol.

Humboldt 1817 = A. de Humboldt, Sur les matériaux qui ont servi pour la construction de l’Atlas géographique et physique, prospectus inséré à la fin du 4e tome de l’édition in-8° du Voyage aux régions équinoxiales du nouveau continent, Paris, Librairie grecque, latine et allemande, 1817, avec une pagination distincte (p. 1-38).

Humboldt 1824 = A. de Humboldt, De quelques phénomènes physiques et géologiques, qui opposent les Cordillères des Andes de Quito et la partie occidentale de l’Himalaya, dans Annales de sciences naturelles, 4, 1824 [1825].

Humboldt 1825-1827 = A. de Humboldt, Essai politique sur le royaume de Nouvelle-Espagne, 2e édition, Paris, A.-A. (et J.) Renouard, 1825-1827, 4 vol. in-8°.

Humboldt 1836-1839 = A. de Humboldt, Examen critique de l’histoire de la géographie du Nouveau Continent et des progrès de l’astronomie nautique aux 15e et 16e siècles, Paris, 1836-1839, 5 vol. in-8°.

Humboldt 2000 = A. de Humboldt, Cosmos. Essai d’une description physique de la nature [trad. fr. 1846-1851], Paris, 2000, 2 vol.

Humboldt 2009 = A. von Humboldt, Geographischer und physischer Atlas der Äquinoktial-Gegenden des neuen Kontinents – Unsichtbarer Atlas, éd. O. Ette, Francfort-sur-le-Main, 2009.

Quatremère de Quincy 1996 = A. C. Quatremère de Quincy, Lettres à Miranda sur le déplacement des monuments de l’art de l’Italie [1796], intr. et notes par Édouard Pommier, Paris, 1996.

Études secondaires

Beck 1958 = H. Beck, Alexander von Humboldts “Essai de Pasigraphie”, Mexico 1803/04, dans Forschungen und Fortschritte, n° 32 (2), 1958, p. 33-39.

Besse 2017 = J.-M. Besse, Alexandre de Humboldt et l’idée du panorama : entre cartographie et paysage, dans O. Ette, J. Drews (dir.), Landschaften und Kartographien der Humboldt’schen Wissenschaft, Hildesheim, 2017, p. 263-280.

Besse et Palsky 2014 = J.-M. Besse, G. Palsky, Le monde sur une feuille. Les tableaux comparatifs de montagnes et de fleuves dans les atlas du XIXe siècle, Lyon, 2014.

Bourguet 2017 = M.-N. Bourguet, Le monde dans un carnet. Alexander von Humboldt en Italie, Paris, 2017.

Briand 2005 = C. Briand, L’illustration du livre de voyage maritime au XVIIIe siècle (le fonds ancien de la B. M. de Brest), dans Le livre maritime au siècle des Lumières : édition et diffusion des connaissances maritimes, 1750-1850, textes réunis par A. Charon, T. Claerr et F. Moureau, Paris, 2004, p. 219-248.

Buchholz 2014 = A. Buchholz, Alexander von Humboldts Ansichten des ‘‘Weltbaues’’. Ausgewählte Handzeichnungen aus seinen Tagebüchern, dans Umreißen. Registrieren, Fehlgehen und Erfinden im Zeichnen, dir. par M. Fliescher, L. M. Stahl et E. Vogmann, Berlin, 2014, p. 99-114.

Buchholz 2020 = A. Buchholz, Zwischen Karten : Alexander von Humboldts Atlas géographique et physique des régions équinoxiales du Nouveau Continent, Berlin, 2020.

Fiedler – Leitner 2000 = H. Fiedler, U. Leitner, Alexander von Humboldts Schriften : Bibliographie der selbständig erschienenen Werke, Berlin, 2000.

Gayet 2011 = M. Gayet, Alexandre de Humboldt et la pasigraphie en géologie, dans Cahiers François Viète, série II, 5, 2011, p. 33-43.

Kraft 2014 = T. Kraft, Figuren des Wissens bei Alexander von Humboldt. Essai, Tableau und Atlas in Amerikanischen Reisewerk, Berlin-Boston, 2014.

Lubrich 2017 = O. Lubrich, Entre art et science : dessins et méthodes de visualisation dans l’œuvre viatique d’Alexandre von Humboldt, dans Épistémocritique, 2017, p. 111-143.

Péaud 2015 = L. Péaud, « Voir le monde ». Les images dans l’œuvre d’Alexander von Humboldt, dans Information géographique, 4, 2015, p. 13-36.

Schäffner 2008 = W. Schäffner, El procesamiento de datos de Alexander von Humboldt, dans REDES (Revista de estudios sociales de la ciencia) 14, n° 28 (2008), p. 127‑145.

Notes

1 Humboldt 1824, p. 229.

2 Humboldt 2000, 1, p. 346.

3 Humboldt 1805.

4 Annalen 1805, p. 361-368.

5 Il s’agit de gravures que Humboldt a commandées lors de son séjour à Rome en 1805 à des peintres, dessinateurs et graveurs, allemands et italiens, à partir des esquisses rapportées de son voyage ; voir Bourguet 2017, p. 153-173. Il a réservé le terme atlas à des recueils de cartes géographiques, à l’exclusion des recueils de planches botaniques ou zoologiques. Leur format in-folio rapproche cependant ces divers volumes qui « exigent un format plus grand pour le développement des figures », tandis que les volumes de texte paraissent au format in-4°.

6 Fiedler et Leitner 2000, p. 152.

7 Inséré dans la traduction française des Tableaux de la nature (Paris, 1808, 1, p. 213-240), ce prospectus est intitulé : « Voyage dans l’intérieur de l’Amérique dans les années 1799 à 1803, par MM. de Humboldt et Bonpland, 10 vol. in 4°, avec trois atlas et 4 vol. in fol., Paris, chez F. Schoell, rue des Fossés-St-Germain-l’Auxerrois, n° 29 ».

8 Humboldt 1811, préface, p. ii. L’« Introduction » se trouve aux p. i-xcii de l’Essai.

9 Humboldt 1814.

10 « Sur les matériaux qui ont servi pour la construction de l’Atlas géographique et physique ». Le texte est inséré à la fin du 4e tome de l’édition in-8° du Voyage aux régions équinoxiales… (Paris, 1817), avec une pagination distincte (p. 1-38).

11 Humboldt 1836-1839.

12 En particulier, à propos de Humboldt : Besse 2017 ; Buchholz 2014 ; id. 2020 ; Kraft 2014 ; Lubrich 2017 ; Péaud 2015 ; Schäffner 2008.

13 Humboldt 1813.

14 Barthélemy 1788.

15 Briand 2005.

16 Comparant ses propres gravures aux planches en aquatinte des Daniell, Humboldt observe : « On a senti combien il est difficile de [leur] donner cette vigueur de ton que nous admirons dans les Scènes orientales de M. Daniel[l] » (Humboldt 1813, p. v).

17 Humboldt 1813, p. iii-iv : « Il aurait été utile de ranger les matériaux que renferme cet ouvrage d’après un ordre géographique. » La table des matières pallie quelque peu ce défaut d’ordre, en présentant l’ensemble des planches reclassé selon un ordre thématique et géographique : « Monuments A) mexicains B) péruviens C) de Muisca ; Sites A) plateau du Mexique B) montagnes de l’Amérique méridionale » (Kraft 2014, p. 165-166).

18 Humboldt 1813, planche n° VII : « Pyramide de Cholula. Dessiné d’après une esquisse de M. de Humboldt par Gmelin à Rome. Gravé par Wachsman et Arnold à Berlin ». Voir aussi la planche n° VIII : « Masse détachée de la pyramide de Cholula. Dessiné par Turpin à Paris d‘après une esquisse de M. de Humboldt. Gravé par Pietro Parboni à Rome ».

19 Humboldt 1813, planche n° V : « Passage du Quindiu dans la Cordillère des Andes. Dessiné d’après une esquisse de M. de Humboldt par Koch à Rome, gravé par Duttenhofer à Stuttgard ».

20 Sur la notion de « pays natal » et le débat suscité à l’occasion des confiscations révolutionnaires par la question du rapport entre contexte géographique et production artistique, voir : Quatremère de Quincy 1996.

21 Humboldt 1813, p. iv-v. Au-delà de la conception quasi déterministe de Humboldt sur les liens entre environnement géographique et productions culturelles, il est difficile de distinguer lorsqu’on feuillette l’atlas ce qui, dans le style des planches, doit être attribué à Humboldt en personne, dessinant sur les lieux et « d’après nature », et ce qui est de la main des divers artistes, peintres ou graveurs qui, faute d’avoir été eux-mêmes sur les lieux, ont dû travailler en imagination pour reproduire la forme des reliefs ou l’aspect de la végétation, à partir des esquisses du voyageur et, sans doute, de ses commentaires. Lucide sur les difficultés liées aux conditions de production de son atlas, fabriqué à plusieurs mains et à distance, Humboldt a soin, lors de sa parution, de revendiquer sa part de responsabilité : « Ceux qui s’occupent de la partie pratique des arts savent combien il est difficile de surveiller le grand nombre des planches qui composent un Atlas pittoresque » (ibid., p. v). Cette conscience des contraintes matérielles et des risques de perte d’expressivité liés au processus technique lui-même le conduit plus tard à accueillir avec faveur des innovations comme la lithographie et la photographie, susceptibles d’apporter plus de souplesse et de vérité à la reproduction des paysages et de leur physionomie. Et surtout à encourager de jeunes artistes à faire eux-mêmes le voyage du Nouveau Monde pour aller observer et peindre sur le vif la nature des tropiques, au lieu de s’en remettre au témoignage ou aux esquisses d’autres voyageurs. Sur ce thème, Bourguet 2017, p. 153-173.

22 Humboldt 1811, Atlas, planches n° 16 : « Volcans de la Puebla vus depuis la ville de Mexico », et n° 17 : « Pic d’Orizaba, vu depuis la forêt de Xalapa ».

23 Humboldt 1814, planche n° 29 : « Plans et coupe du volcan de Jorullo ».

24 « Sur les matériaux qui ont servi pour la construction de l’Atlas géographique et physique », prospectus inséré à la fin du volume 4 du Voyage aux régions équinoxiales, Paris, t. 4, 1817 (Humboldt 1817), p. 37. La vue de Jorullo est reprise d’une planche de l’Atlas pittoresque (planche n° 43).

25 L’atlas compte 20 planches ; il paraît à Paris, chez Schoell, en 1811, conjointement avec l’Essai politique sur la Nouvelle-Espagne dont il est le pendant. Un prospectus, inséré au verso du faux-titre du quatrième tome de la 2e édition de l’Essai politique (1827), précise que l’atlas a été conçu « pour l’usage de l’Essai politique ».

26 Humboldt 1811, Atlas, planche n° X.

27 Humboldt 1817, p. 2. Ce travail, ajoute-t-il, est « un de ceux auxquels je me suis livré avec le plus d’assiduité pendant le cours de mon voyage et depuis mon retour en Europe ».

28 Pour l’ensemble des régions qu’il a parcourues au Nouveau Monde, Humboldt se flatte d’avoir déterminé astronomiquement la position de 235 points qui, à son retour, ont été vérifiés et recalculés par l’astronome Oltmanns : « Nous nous flattons que les cartes de cet Atlas offrent un certain nombre de points fixes, qui contiendront entre de justes limites les levées partielles » (Humboldt 1817, p. 9).

29 Sur cette question du traitement des données, Schäffner 2008.

30 Humboldt 1811, planche n° I, « Carte générale du royaume de la Nouvelle-Espagne ».

31 « Introduction géographique ou Analyse raisonnée de l’Atlas de la Nouvelle-Espagne », dans Humboldt 1825, 1, p. 99.

32 Ibid., p. 140.

33 Ibid., p. 142.

34 « Tableau physique de la pente orientale du plateau de la Nouvelle-Espagne », dans Humboldt 1811, Atlas, planche n° XII. Voir aussi : Humboldt 1825, t. 1, p. 143 : « Comme les endroits dont il importe de faire connaître la hauteur absolue se trouvent rarement sur la même ligne, la coupe est composée de plusieurs plans qui diffèrent dans leur direction. »

35 Humboldt 1825, t. 1, p. 147.

36 Ibid., p. 149.

37 Ibid., p. 149-150, et « Tableau physique de la pente occidentale du plateau de la Nouvelle Espagne (Chemin de Mexico à Acapulco). Dressé d’après des mesures barométriques prises en 1803 par M. de Humboldt », dans Humboldt 1811, Atlas, planche n° XIII.

38 « Tableau géognostique des formations de roches entre la ville de Mexico, Moran et Totonilco », dans Humboldt 1814, planche n° 7.

39 Cité par Beck 1958.

40 Dans cette carte, Humboldt borne à dix-huit le nombre des signes graphiques et ne mobilise aucune forme de pasigraphie algorithmique ou algébrique, où les signes visuels sont remplacés par des lettres. Sur ses recherches pour créer un langage graphique en géologie : Gayet 2011.

41 Humboldt 1814, planche n° 1 : « Limite inférieure des neiges perpétuelles à différentes latitudes ».

42 Ibid., planche n° 9. Sur ce procédé de mise en page du monde, sur une feuille : Besse et Palsky 2014.

43 Humboldt 1819, p. 479.

44 Humboldt 1811, Atlas, planche n° IV : « Carte qui présente neuf points sur lesquels on a projeté des communications entre la mer du Sud et Atlantique ».

45 Ibid., planche n° XIX : « Esquisse d’une carte qui présente les diverses routes par lesquelles les richesses métalliques refluent d’un continent à l’autre ».

46 Humboldt 1814, planche n° 30.

47 Ibid., planche n° 39.

48 Ottmar Ette (dans Humboldt 2009) a récemment tenté de pallier ce manque et de prolonger l’entreprise inachevée de Humboldt, en composant un recueil dans lequel la série des cartes publiées dans l’Atlas… du Nouveau Continent se trouve complétée par un « atlas invisible », compilation de toutes les cartes citées par Humboldt dans son Essai, mais absentes de l’Atlas.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Géographie des plantes équinoxiales : tableau physique des Andes et pays voisins dressé d'après des observations et des mesures prises sur les lieux depuis le 10e degré de latitude boréale… / par Alexandre de Humboldt et Aimé Bonpland ; esquissé et rédigé par Humboldt, dessiné par Schönberger et Turpin…, Paris, Langlois, 1805 (© John Carter Brown Library).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/27192/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Fig. 2 – « Pyramide de Cholula. Dessiné d’après une esquisse de M. de Humboldt par Gmelin à Rome. Gravé par Wachsman et Arnold à Berlin », dans Alexandre de Humboldt, Vues des Cordillères et monumens des peuples indigènes de l’Amérique, Paris, [1810-]1813, planche VII (© John Carter Brown Library).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/27192/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 840k
Titre Fig. 3 – « Passage du Quindiu dans la Cordillère des Andes. Dessiné d’après une esquisse de M. de Humboldt par Koch à Rome, gravé par Duttenhofer à Stuttgard », dans Alexandre de Humboldt, Vues des Cordillères et monumens des peuples indigènes de l’Amérique, Paris, [1810-]1813, planche V (© John Carter Brown Library).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/27192/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 4 – « Plans et coupe du volcan de Jorullo, esquissé sur les lieux par A. de Humboldt », dans Alexandre de Humboldt, Atlas géographique et physique des régions équinoxiales du Nouveau Continent, Paris, [1814]-1834 [1838], planche XXIX (© David Rumsey).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/27192/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Titre Fig. 5 – « Carte des fausses positions de Mexico, Acapulco, Vera Cruz et du pic d’Orizaba », dans Alexandre de Humboldt, Essai politique sur le royaume de Nouvelle-Espagne, avec un Atlas géographique et physique…, Paris, 1811, Atlas, planche X (© David Rumsey).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/27192/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 645k
Titre Fig. 6 – « Tableau physique de la pente orientale du plateau de la Nouvelle-Espagne », dans Alexandre de Humboldt, Essai politique sur le royaume de Nouvelle-Espagne, avec un Atlas géographique et physique…, Paris, 1811, Atlas, planche XII (© David Rumsey).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/27192/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 602k
Titre Fig. 7 – « Tableau physique de la pente occidentale du plateau de la Nouvelle-Espagne », dans Alexandre de Humboldt, Essai politique sur le royaume de Nouvelle-Espagne, avec un Atlas géographique et physique…, Paris, 1811, Atlas, planche XIII (© David Rumsey).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/27192/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 555k
Titre Fig. 8 – « Tableau géognostique des formations de roches entre la ville de Mexico, Moran et Totonilco », dans Alexandre de Humboldt, Atlas géographique et physique des régions équinoxiales du Nouveau Continent, Paris, [1814]-1834 [1838], planche 7 (© David Rumsey).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/27192/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 577k
Titre Fig. 9 – « Limite inférieure des neiges perpétuelles à différentes latitudes », dans Alexandre de Humboldt, Atlas géographique et physique des régions équinoxiales du Nouveau Continent, Paris, [1814]-1834 [1838], planche 1 (© David Rumsey).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/27192/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Fig. 10 – « Exemple de bifurcations et de delta d’affluens », dans Alexandre de Humboldt, Atlas géographique et physique des régions équinoxiales du Nouveau Continent, Paris, [1814] - 1834 [1838], planche 13 (© David Rumsey).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/27192/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 469k
Titre Fig. 11 – « Esquisse d’une carte qui présente les diverses routes par lesquelles les richesses métalliques refluent d’un continent à l'autre », dans Alexandre de Humboldt, Essai politique sur le royaume de Nouvelle-Espagne, avec un Atlas géographique et physique…, Paris, 1811, Atlas, planche XIX (© David Rumsey).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/27192/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 532k

© Publications de l’École française de Rome, 2022

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search