Version classiqueVersion mobile

Forme du savoir, forme de pouvoir

 | 
Jean-Marc Besse

Troisième partie - La matérialité d'une forme

Le monde selon Robert de Vaugondy, d’Anville et Beaurain

Trois formes d’atlas dans la France des Lumières. Identités d’un genre en mutation

Catherine Hofmann

Résumé

Au milieu du XVIIIe siècle, une nouvelle génération de « géographes du roi » accèdent en France à la reconnaissance du public. Trois de ces géographes, Gilles Robert de Vaugondy (1688-1766), Jean-Baptiste d’Anville (1697-1782) et Jean de Beaurain (1696-1771), proposent chacun vers 1750 de nouveaux atlas, très différents par leurs formes et modes de production comme leurs destinataires et usages. Si l’Atlas universel de Robert de Vaugondy (1757) s’affirme comme un succès commercial et définit un nouveau modèle d’atlas « commode, complet, uniforme et suivi » qui fera école dans la seconde partie du siècle, les propositions de d’Anville et de Beaurain méritent aussi toute notre attention. Quoique leurs atlas du monde puissent apparaître comme des formes de contre-modèles à l’« atlas standard », conçu par un géographe-éditeur pour une large clientèle afin de satisfaire un retour sur investissement, ils font écho à une pratique prégnante de l’atlas pendant plus d’un siècle et demi, celle de l’« atlas de choix ». Composé selon l’usage recherché et la dépense consentie ainsi que l’état du stock du géographe ou marchand de cartes, cet atlas met l’acquéreur dans une position centrale, lui conférant pour ainsi dire le rôle d’éditeur de son propre atlas.

Texte intégral

1L’abbé Lenglet du Fresnoy (1675-1756) est une source très prisée des historiens de la cartographie en raison de sa Méthode pour étudier la géographie complétée d’un Catalogue des meilleures cartes qui fut mis à jour d’une édition à l’autre (fig. 1). Dans le discours préliminaire de l’édition de 1741-1742, les noms de trois nouveaux « géographes du roi » apparaissent : Jean-Baptiste d’Anville (1697-1782), Gilles Robert de Vaugondy (1688-1766) et Jean de Beaurain (1696-1771). Ils appartiennent tous trois à la même génération de géographes née à la fin du XVIIe siècle qui commence alors à accéder à la reconnaissance du public ; tous trois vont proposer entre 1744 et 1757 de nouvelles formes d’atlas. Très différents dans leurs conceptions, leurs formes et modes de production, mais aussi leurs destinataires et usages, ils illustrent les hésitations entre plusieurs modèles d’atlas du monde à un moment où se redessine le paysage éditorial de la cartographie française. Si l’Atlas universel des Robert de Vaugondy s’impose rapidement comme le modèle par excellence et inaugure une nouvelle ère dans l’édition des atlas en France, son succès ne doit pas occulter les propositions de d’Anville et de Beaurain, qui font écho à une pratique prégnante de l’atlas pendant plus d’un siècle, celle de l’« atlas de choix » auquel Lenglet du Fresnoy consacre tout un chapitre dans ses diverses éditions.

Fig. 1 – Frontispice, dans Nicolas Lenglet du Fresnoy, Méthode pour enseigner la géographie, 3e édition, Paris, 1741-1742, Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve des Livres rares, G 10534 (© Bibliothèque nationale de France).

Fig. 1 – Frontispice, dans Nicolas Lenglet du Fresnoy, Méthode pour enseigner la géographie, 3e édition, Paris, 1741-1742, Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve des Livres rares, G 10534 (© Bibliothèque nationale de France).

Le paysage éditorial français dans la première moitié du XVIIIe siècle

  • 1 Sur l’édition cartographique parisienne aux XVIIe et XVIIIe siècles, voir les travaux de Mireille (...)

2Avant d’entrer dans l’analyse détaillée de ces trois modèles, une brève présentation du paysage de l’édition cartographique en France dans la première partie du XVIIIe siècle s’avère nécessaire1. Pour le brosser à grands traits, on peut résumer les choses de la manière suivante. Après une première floraison d’atlas sous le règne de Louis XIV, marquée par l’œuvre de grands géographes de cabinet – Nicolas Sanson (1600-1667), puis Guillaume Delisle (1675-1725) - et de grands éditeurs tels Alexis-Hubert Jaillot, Nicolas de Fer et Jean-Baptiste Nolin pour ne citer que les plus importants, le début du règne du Louis XV est marqué par un essoufflement : les héritiers et successeurs se contentent le plus souvent de réimpressions sans mettre à jour l’œuvre des fondateurs, aucun projet éditorial d’envergure ne voit le jour. Vers 1720-1730, une nouvelle génération de « géographes du roi » est cependant en train d’émerger : outre d’Anville, Robert de Vaugondy et Beaurain mentionnés en introduction, s’affirment Philippe Buache (1700-1773), gendre et successeur de Guillaume Delisle, et Joseph-Nicolas Bellin (1703-1772), hydrographe du dépôt des cartes de la Marine. Mais cette génération prometteuse ne dispose pas encore des moyens financiers pour lancer de nouveaux projets ambitieux.

  • 2 Pedley 1981.

3La répartition des géographes et des éditeurs de cartes à Paris a été étudiée par Mary Pedley2. Alors que le commerce de la gravure s’est recentré à la fin du XVIe sur la rue Saint-Jacques et le quartier de l’Université, à partir de 1650 se produit un mouvement de concentration des géographes et des éditeurs de cartes vers le quai de l’Horloge dans l’île de la Cité, phénomène qui perdure tout au long du XVIIIe siècle. Ils se rapprochent ainsi des marchands d’instruments scientifiques et d’une clientèle importante, les gens de robe. Les lieux de vente sont très divers : quelques rares marchands parmi les plus prospères tiennent boutique, tels les héritiers Jaillot qui disposent d’une petite boutique à l’enseigne évocatrice « Aux deux globes » située quai des Augustins (fig. 2). Mais nombreux sont ceux qui se contentent d’un appartement, signalé sur la rue par une enseigne. D’aucuns parmi les plus reconnus, Guillaume Sanson au XVIIe siècle, Jean-Baptiste d’Anville au XVIIIe siècle, se voient attribuer un logement dans la Grande Galerie du Louvre qu’Henri IV avait faite construire pour abriter les meilleurs artisans et artistes du royaume. Vers 1750, Roch-Joseph Julien ouvre un nouveau magasin achalandé avec des cartes venant de toute l’Europe, d’abord installé quai des Augustins, puis à l’hôtel de Soubise dans le Marais, tandis qu’émergent dans la seconde moitié du siècle de nouveaux graveurs-éditeurs qui s’implantent dans le Quartier latin : Georges-Louis Lerouge, Louis-Charles Desnos, Jean Lattré.

Fig. 2 – Almanach Les nouvelistes du quay des Augustins, Paris, Habert, [1681], détail : au fond à droite, la boutique « Aux deux globes » d’Alexis Hubert Jaillot. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes, Réserve QB-201 (171, 9)-FT 5 (© Bibliothèque nationale de France).

Fig. 2 – Almanach Les nouvelistes du quay des Augustins, Paris, Habert, [1681], détail : au fond à droite, la boutique « Aux deux globes » d’Alexis Hubert Jaillot. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes, Réserve QB-201 (171, 9)-FT 5 (© Bibliothèque nationale de France).
  • 3 Hofmann 2007.
  • 4 Art de l’agrément et non de la nécessité, trouvant sa source dans l’imagination et le génie, la gr (...)

4De fortes contraintes réglementaires s’imposent dans l’édition des cartes, dont l’origine remonte au XVIIe siècle3. Au premier chef, le carcan corporatif. Les cartes étant gravées sur cuivre depuis la fin du XVIe siècle et nécessitant pour leur impression des presses particulières dites de taille-douce, le contrôle de l’édition des cartes est passé au XVIIe siècle aux mains des graveurs et éditeurs d’estampes. Contrairement aux métiers du livre (libraires, imprimeurs et relieurs), la gravure d’estampes – dont les cartes constituent un genre dit mineur- est un métier libre4. Elle n’est donc pas soumise à une discipline collective qui impose à ses membres l’apprentissage, la réalisation du chef-d’œuvre et le paiement de droits pour accéder à la maîtrise. Cette différence réglementaire induit en France une fracture entre le monde de la typographie et celui de la gravure, la librairie s’évertuant à faire reconnaître ses prérogatives en matière d’impression typographique. En 1650, un texte précis met un terme aux tensions en réaffirmant le monopole de la librairie sur la typographie : sous peine de 400 livres parisis d’amende, il est interdit aux graveurs de vendre des images ayant plus de six lignes d’impression ou dont la légende serait imprimée au revers de l’estampe. Cela n’est pas sans conséquence : puisqu’il est interdit aux graveurs d’imprimer typographiquement du texte, les cartes ne seront que rarement accompagnées de commentaires imprimés, car cela suppose une association entre un libraire et un éditeur d’estampes ; la plupart des atlas publiés en France ne sont ainsi composés que de cartes, contrairement à ceux imprimés aux Pays-Bas par exemple, qui associent étroitement cartes et textes.

  • 5 Arrêt du Conseil du roi du 16 décembre 1704 (Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, Ms. fr. (...)

5Seconde contrainte, l’obtention d’un privilège. S’il est obligatoire pour imprimer un livre dès le XVIe siècle, afin de permettre au pouvoir de contrôler les publications, le privilège n’est qu’une facilité donnée au graveur ou marchand d’estampes pour éviter la contrefaçon d’une œuvre. Au début du XVIIIe siècle, cependant, le souci des géographes de protéger leurs travaux (propriété intellectuelle) et l’intérêt du pouvoir à contrôler une production potentiellement sensible (cartes des frontières, plans des places fortes, cartes nautiques) aboutissent à l’obligation d’obtenir un privilège pour toute publication de carte5.

  • 6 Grivel 1986, p. 101-102 et 200 (Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, Collection Delamare, (...)

6Une troisième contrainte pèse sur les modalités de diffusion. Les cartes pouvaient être mises en vente à la feuille, que ce soit en blanc ou enluminées, montées sur toile, sur satin ou sur soie, pourvues de gorges pour être exposées, ou glissées dans un étui pour la commodité du voyageur ou du militaire en campagne. La vente en recueil ou sous forme d’atlas était cependant plus lucrative pour les marchands que celle au détail, aussi certains éditeurs du XVIIe siècle en position de monopole pour la diffusion des cartes éditées par leurs soins, tels les Mariette pour les Sanson, voulurent imposer l’achat de recueils entiers à leur clientèle. Rendu sur la plainte d’officiers militaires, un arrêt du Conseil du roi daté du 7 avril 16686 leur interdit de telles pratiques et leur imposa la vente au détail moyennant une compensation financière (droit de doubler le prix de la carte vendue à la feuille).

  • 7 Pedley 2005, p. 35-70.

7Mais le principal obstacle à la composition et à la publication des cartes reste les coûts de production. Les cartes sont gravées sur des plaques de cuivre. Or le cuivre comme matière première, tout comme le travail de gravure, réalisé dans un atelier spécialisé qui emploie divers graveurs pour transférer sur le cuivre les différents éléments d’une carte (tracés géographiques et paysages, lettrage et symboles pour les lieux, cartouches décoratifs), sont très onéreux. Mary Pedley en donne des estimations7 : une plaque de cuivre in-folio de 16 kg peut coûter 50 livres, la gravure d’une carte standard entre 300 et 500 livres, à quoi s’ajoutent le papier, l’encre, l’impression et le cas échéant la mise en couleurs. Tout cela est à la charge du géographe s’il ne parvient pas à trouver une source de financement extérieure.

  • 8 Sur ce polygraphe averti qui défraya la chronique de son temps, voir Michault 1761.
  • 9 Méthode rédigée sur la base de la Nouvelle Géographie de D. Martineau Du Plessis (1700) ; quatre é (...)

8Pour finir cette présentation du paysage éditorial parisien, quelques précisions terminologiques. La Méthode pour étudier la géographie de l’abbé Lenglet du Fresnoy8, déjà évoquée en introduction, est à ce titre très précieuse9. Cet ouvrage, qui connut quatre éditions entre 1716 et 1768, fait grand cas des sources cartographiques et propose un catalogue détaillé des cartes disponibles qui évolue au fil des éditions tout comme s’enrichit la présentation des principaux géographes-cartographes par pays. Émaillant son Catalogue et sa présentation générale des géographes de commentaires personnels, distribuant éloges et opprobres non sans partialité, il offre néanmoins un aperçu précieux sur le monde de la cartographie parisienne et sur les usages que l’amateur de géographie pouvait faire des cartes sous le règne de Louis XV. Particulièrement importante pour nous ici, la définition de termes couramment employés à l’époque : le « fond de géographie » désigne chez Lenglet l’ensemble des cartes produites par un géographe ou une famille de géographes – tels Sanson ou Delisle –, dont l’exploitation commerciale est source de revenus et de reconnaissance du public ; la « collection » renvoie à une grande quantité de cartes de divers auteurs réunies par un géographe-marchand – tels Beaurain ou Julien –, qui servent à constituer des « atlas de choix » selon les goûts et attentes des amateurs de géographie ; le terme de « recueil » est utilisé pour signaler les riches collections de cartes réunies par des géographes érudits tels que l’abbé Baudrand ou Tralage qui en firent don à des abbayes où elles furent mises à profit par certains géographes pour produire de nouvelles cartes. Lenglet distingue, par ailleurs, les « cartes de cabinet » constituées de quatre à six feuilles, qui sont destinées à être suspendues dans les galeries ou à être placées sur des « stors » pour une leçon de géographie, et d’autre part, les cartes de deux feuilles propres à être reliées en un volume et à constituer ainsi un « atlas de choix ». Sa méthode de géographie donne une sélection commentée des unes et des autres pour aider l’amateur à faire son choix dans une offre pléthorique que reflète le Catalogue des cartes évoqué plus haut.

Les Robert de Vaugondy : le modèle incontestable de l’Atlas universel (1757)

  • 10 Les Robert de Vaugondy sont sans doute les géographes du roi les mieux connus du XVIIIe siècle grâ (...)

9Fils d’un fabricant de soie, Gilles Robert de Vaugondy (1696-1766)10 exerce la profession de professeur de mathématiques lorsqu’en 1730, à la mort de Pierre Moullart-Sanson, il hérite du fonds géographique des Sanson en même temps que deux autres amis, Jean Frémont, avocat, et Jacques Simon Perrier, chapelain de Saint-Eustache, qui très vite revendit sa part. Dès 1731, avec l’appui financier de Frémont, Gilles Robert s’installe dans l’île de la Cité, sur le quai de l’Horloge, à l’instar des héritiers de Nolin, de Fer ou de la veuve Delisle et de son gendre Philippe Buache, et non loin des Jaillot toujours installés sur le quai des Augustins ; les Vaugondy y demeurent jusqu’à la cession de leur fonds en 1778. Nommé « Géographe ordinaire du Roi » en 1734, Gilles Robert ne se contente pas, à la différence des héritiers Jaillot ou de Fer, de retirer les cuivres hérités des Sanson, il effectue un véritable travail de mise à jour et dès la fin des années 1730 se lance dans des productions originales avec son fils Didier Robert de Vaugondy (1723-1786). Lenglet salue son travail dans son édition de 1742 en termes élogieux :

  • 11 Lenglet du Fresnoy 1742, 1, p. 218. C’est moi qui souligne certains passages par l’italique.

M. Robert Géographe ordinaire du Roi & Successeur de Messieurs Sanson, dont il possède le fond de géographie, est fort supérieur à Messieurs Baillieul & Liebaut. Peu content du grand nombre de Cartes géographiques dont il est possesseur, il cherche à l’augmenter continuellement par les ouvrages qu’il publie de tems en tems. Il nous a donné les quatre Parties du Monde rectifiées avec soin sur les nouvelles observations : il a même publié plusieurs Cartes de la France ancienne, aussi bien que de l’Espagne, avec les noms parallèles de la Géographie moderne. Il y a lieu de tout espérer de lui pour le rétablissement des ouvrages de Messieurs Sanson. Enfin, pour le dire en peu de mots, on doit le regarder avec M. Bourguignon Danville, comme un de nos meilleurs Géographes11.

10D’après Mary Pedley, les Vaugondy sont à la charnière de deux mondes : celui des géographes, qui bénéficiant le plus souvent d’une charge ou d’une pension – à l’instar de Philippe Buache, « Premier Géographe du Roi » et « adjoint-géographe » à l’Académie des Sciences –, contribuent par leurs travaux aux « progrès de la géographie », et celui des éditeurs et marchands de cartes, qui vivent du commerce des cartes et de la diffusion des découvertes géographiques auprès du public. Pour certains contemporains, ces derniers ne sont que des « faiseurs de cartes », voire de simples « ouvriers » (c’est ainsi que Lenglet qualifie avec mépris les graveurs qui ne font que copier des cartes pour les vendre).

  • 12 Observations critiques sur les nouvelles Découvertes de l’Amiral de la Fuente, 1753 ; Carte systém (...)

11En géographes des Lumières, les Vaugondy promeuvent une cartographie précise et rigoureuse, passée au crible de la Raison. Ils participent pleinement aux controverses géographiques du siècle discutées au sein de l’Académie des Sciences12. Leur collaboration est sollicitée par quelques grands auteurs des Lumières. Didier Robert de Vaugondy dresse deux cartes pour l’Histoire naturelle de Buffon (1749), sept cartes pour l’Histoire des Navigations aux Terres Australes de Charles de Brosses (1756), deux cartes pour l’Esprit des lois de Montesquieu (1755) et rédige les articles « Géographie », « Globes » et « Fuseau » pour l’Encyclopédie. Leurs prises de position - notamment contre les pseudo-découvertes de l’Amiral de Fonte - leur valent cependant quelques solides inimitiés parmi leurs confrères géographes (Ph. Buache en particulier), dans un siècle où les disputes scientifiques ne sont pas rares.

12En tant qu’éditeurs de géographie, leurs publications, marquées par le souci de concilier la qualité de l’information et l’esthétique – de faire tout à la fois « bel et utile » – sont nombreuses et variées : atlas et cartes en feuilles, globes de divers formats, traités théoriques et manuels de géographie, guides et plans de Paris. Les globes et atlas fondent leur renommée d’éditeurs et renouvellent une édition cartographique qui, dans ces deux domaines, s’était essoufflée. Trois grands atlas se distinguent de leur production : l’Atlas portatif universel et militaire (1748, 209 cartes), l’Atlas universel (1757, 108 cartes), le Nouvel atlas portatif (1762, 52 cartes).

  • 13 Robert de Vaugondy – prospectus de souscription 1752.
  • 14 « Préface historique dans laquelle on traite de l’origine, des progrès et de l’état actuel de la G (...)
  • 15 L’exemplaire BnF, Cartes et plans, Ge DD 282 est un fort volume relié de veau marbré faisant 57 x (...)
  • 16 Lenglet du Fresnoy 1716, Discours sur l’étude de la géographie, p. cxxxxiv : « Nos cartes, soit gé (...)

13Orné d’un magnifique frontispice (fig. 3), l’Atlas universel, lancé par un appel à souscription en 175213 et achevé de paraître par livraisons en 1757, concrétise leurs conceptions sur les caractéristiques graphiques et les objectifs auxquels doit répondre un atlas « commode, complet, uniforme et suivi ». Dans sa préface, dans la section intitulée « L’Entreprise du nouvel atlas14 », Didier Robert explique la signification de ces termes : « commode » veut dire qu’il doit être maniable et pouvoir s’intégrer facilement comme in-folio sur les étagères d’une bibliothèque (d’où le choix de cartes imprimées en une seule feuille)15, contrairement aux atlas de Jaillot, qui sont difficiles à manipuler en raison de leur poids et de leur taille. « Complet » signifie que l’atlas doit contenir un nombre suffisant de cartes générales et particulières, historiques et modernes, pour couvrir tous les aspects de la géographie. L’Atlas universel est ainsi composé de 103 cartes : 12 cartes de géographie ancienne et 91 cartes de géographie moderne (fig. 4), auxquelles peuvent s’adjoindre 5 cartes des routes de poste européennes. « Uniforme et suivi » renvoient aux choix graphiques (utilisation des mêmes symboles d’une carte à l’autre et même style de gravure), mais aussi aux échelles qui doivent être constantes pour une même typologie de cartes (carte des continents, des pays, des provinces), le but étant de faciliter au maximum l’appropriation de l’atlas par son lecteur, que la diversité des échelles peut rendre confus. L’Atlas universel répond sur ce point parfaitement aux attentes d’un Lenglet du Fresnoy qui en forme le vœu dès la première édition de sa Méthode pour étudier la Géographie16. Enfin, les cartes doivent être gravées distinctement, avec une nomenclature parfaitement homogène, et si possible ornées de beaux cartouches.

Fig. 3 – Frontispice, dans Gilles et Didier Robert de Vaugondy, Atlas Universel, 1re édition, Paris, Antoine Boudet, 1757, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans, Ge DD 282 (© Bibliothèque nationale de France).

Fig. 3 – Frontispice, dans Gilles et Didier Robert de Vaugondy, Atlas Universel, 1re édition, Paris, Antoine Boudet, 1757, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans, Ge DD 282 (© Bibliothèque nationale de France).

Fig. 4 – L’Empire de Chine, dans Gilles et Didier Robert de Vaugondy, Atlas Universel, 1re édition, Paris, Antoine Boudet, 1757, 48 x 53 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans, Ge DD 282, pl. 81 (© Bibliothèque nationale de France).

Fig. 4 – L’Empire de Chine, dans Gilles et Didier Robert de Vaugondy, Atlas Universel, 1re édition, Paris, Antoine Boudet, 1757, 48 x 53 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans, Ge DD 282, pl. 81 (© Bibliothèque nationale de France).
  • 17 Akerman 1995.

14Si l’on ajoute que ce recueil est également pourvu d’une introduction indiquant les sources des cartes et d’une table des matières, on peut dire que l’Atlas universel par son uniformité de composition, des principes graphiques au format des cartes, selon les choix fixés par son éditeur, constitue une forme d’atlas moderne idéal, conforme aux standards fixés par les historiens de la cartographie17.

  • 18 Pedley 1979.

15La liste des souscripteurs, insérée dans les volumes de l’Atlas, permet d’avoir une idée de la diffusion de ce nouvel atlas18. Sur 1 100 volumes vendus par souscription, 601 ont été fournis sur grand papier (56 x 78 cm) pour 120 livres et 717 sur petit papier (51 x 67 cm) pour 96 livres. Les libraires, passant généralement commande de plusieurs volumes, représentent presque la moitié des souscripteurs, principalement pour les volumes imprimés sur petit papier ; la plupart sont situés hors de Paris voire à l’étranger. Des noms illustres issus de l’aristocratie se détachent : la marquise de Pompadour, le comte de Maillebois, le Maréchal de Belle-Isle. Le groupe social le mieux représenté (12 % du total) est celui qui possède des charges et des offices royaux : secrétaires du roi, avocats, fermiers généraux, etc., une catégorie sociale pour laquelle se constituer une bibliothèque est une marque de distinction sociale et d’accès aux classes supérieures de la société.

16Pour financer leurs diverses entreprises éditoriales, les Vaugondy se sont associés à des libraires-imprimeurs entreprenants, Laurent Durand et Antoine Boudet, éditeurs respectivement du premier et du deuxième atlas. Sans faire fortune pour autant, ils se sont attiré par là même de vives critiques de leurs confrères géographes (Ph. Buache et les héritiers Jaillot notamment), qui assurant bien souvent à leurs propres frais la gravure, l’impression et la diffusion de leurs travaux cartographiques, considéraient cette concurrence comme déloyale.

17Du fait de son homogénéité, son format maniable et le soin apporté à la gravure et aux ornements, l’Atlas universel des Vaugondy définit cependant un nouveau modèle d’atlas qui relance la production après 1760 et ouvre la voie à de nouveaux éditeurs tels Georges-Louis Lerouge, Louis-Charles Desnos ou Jean Lattré qui mettent sur le marché une variété de nouveaux atlas, administratifs, routiers, scolaires, historiques, etc.

Le « corps de géographie » de Jean-Baptiste d’Anville

  • 19 Haguet – Hofmann 2018.

18Géographe du roi à 22 ans, membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-lettres en 1754, « premier géographe du roi » et membre de l’Académie des Sciences en 1771, Jean-Baptiste Bourguignon d’Anville (1697-1782) est une figure majeure de la cartographie des Lumières à laquelle a été consacrée une récente monographie collective19. Il émerge dans les ouvrages de Lenglet du Fresnoy à partir de 1729 comme un géographe prometteur, mais sa carrière ne prend un vrai tournant que dans les années 1740. Jusque-là, il s’est fait surtout connaître par des travaux de commande, notamment les cartes dressées pour la Description de la Chine du Père du Halde qui sont vivement saluées par Lenglet dans son édition de 1742 de la Méthode pour étudier la géographie. Ce dernier lui recommande néanmoins de travailler désormais pour lui et de se constituer « un fond de Géographie qui, pour un marchand, ne vaut pas moins qu’une terre » :

  • 20 Lenglet du Fresnoy 1742, t. 1, p. 213.

Un autre Geographe paroît dans le monde depuis environ vingt ans : c’est M. Bourguignon Danville, il a du goût et beaucoup de talens pour cette Science. Il s’est enfin livré au travail, & y a très-bien réussi. Il a trouvé de grandes lumières dans le Recueil des Cartes, que M. l’Abbé Baudran a legué aux Peres Benedictins de S. Germain des Prez, aussi bien que dans celui que M. du Tralage a donné à l’Abbaye de S. Victor […] Nous espérons beaucoup de lui, depuis que nous avons vû le soin & la propreté avec lesquels il a dessiné, & fait graver les Cartes de l’Empire de la Chine. Nous avons encore de lui le Royaume d’Arragon en 2 feuilles, l’Isle de S. Domingue avec quelques morceaux détachés, insérés dans la description de cette isle, aussi bien que l’Ethiopie & le Diocèse de Lizieux. Il paroit que livré aux sçavans qui le prient de dresser quelques Cartes particulieres, il travaillera peu pour se faire un fond de Géographie. Rien cependant ne lui seroit plus utile & feroit plaisir au public. Il a quelques observations qui lui sont particulières, mais il faut les mettre au jour. Elles sont infructueuses & pour lui & pour les autres, tant qu’elles demeureront dans son Cabinet. Il a travaillé pour l’Histoire Romaine de Rollin. Mais c’est là toujours être en second, ce n’est pas être en chef ; au lieu que s’il travailloit pour lui-même, il se feroit un fond de Géographie, qui pour un marchand ne vaut pas moins qu’une terre. On peut dire même qu’il a une érudition qui ne se trouve pas dans les autres Geographes […]20.

  • 21 Pedley 2018.

19De fait, c’est vers 1740, comme en témoigne un mémoire manuscrit intitulé « Projet de Géographie » découvert en 2011 dans les archives départementales de l’Orne par Lucile Haguet et analysé par M. Pedley21, qu’il se propose avec l’aide financière de son mécène, le duc d’Orléans, d’entreprendre la constitution d’un « nouveau corps de géographie ».

  • 22 Haguet 2018.
  • 23 Par l’éditeur Laporte dès 1782 et plus tard, en 1818-1819, par Ambroise Tardieu pour accompagner l (...)

20Avant d’analyser ce mémoire en détail, peut-on déceler dans la longue carrière et la riche production de d’Anville un réel intérêt pour la constitution d’un atlas ? On sait qu’il a consacré de nombreux efforts et moyens financiers à la constitution d’une collection de cartes à la manière des recueils constitués par Baudrand et Tralage auxquels il eut accès au début de sa carrière22. Mais il faut noter qu’à l’exception de l’atlas réalisé pour le Description de la Chine du Père du Halde, d’Anville n’est connu que pour des cartes isolées complétées le cas échéant de mémoires justificatifs, pour des cartes associées à des mémoires présentés au sein des Académies ou encore pour des séries de cartes conçues pour illustrer des ouvrages tels la Description historique et géographique de la France de l’abbé de Longuerue (1719-1722) ou les manuels d’histoire ancienne de Charles Rollin et son continuateur Jean-Baptiste Louis Crevier parus dans les années 1730-1750. Ces cartes de géographie ancienne ont parfois été rassemblées dans un volume distinct dès les années 1730, mais sans page de titre spécifique. Elles seront publiées séparément en France23 sous le titre d’« Atlas de géographie ancienne » juste après la mort de d’Anville, mais aussi à l’étranger (Grande-Bretagne et Allemagne notamment). Le nom de d’Anville fut aussi associé à un projet d’Atlas ecclésiastique, qu’on ne connaît que par un prospectus de souscription, mais d’Anville ne semble pas avoir été à l’origine de ce projet resté sans suite.

  • 24 Atlas d’Anville – Barrère 1769.

21Dans la section « Cartes pour former un atlas de choix » de l’édition de 1768 de la Méthode de Lenglet (t. 1, p. 201-207), on compte de nombreuses cartes de Sanson, Robert de Vaugondy, Delisle et Buache, mais seulement deux cartes de d’Anville en deux feuilles : sa carte de l’Aragon (1719) et celle d’Italie (1744), ainsi que les cartes de la Description de la Chine en une feuille. Cette liste est suivie d’une note qui indique qu’un sort à part était réservé aux cartes de d’Anville. On peut lire en effet cette remarque entre crochets : « [On doit encore avoir le Recueil de toutes les Cartes de M. d’Anville, qui sont travaillées avec beaucoup d’exactitude ; mais il faut qu’il soit à part, à cause de la grandeur de leur format] ». Pure coïncidence ou effet de cette recommandation, l’imprimeur du collège d’Angers, Louis-Charles Barrère, propose en 1769 un grand atlas in-folio de géographie ancienne et moderne composé de 92 cartes toutes dressées par Jean-Baptiste d’Anville, classées dans un ordre strictement géographique, dont il subsiste quelques exemplaires24.

Le « projet de géographie » de d’Anville (vers 1740)

  • 25 Anville 1740. Ce « projet de géographie » inédit recoupe pour l’essentiel le « nouveau corps de ca (...)

22Le « Mémoire sur un projet de géographie » va nous permettre d’éclairer la problématique de l’atlas chez d’Anville sous un jour nouveau. Ce manuscrit de huit pages non signé, mais de la main de d’Anville, est daté des années 174025. C’est une sorte de « business plan » ou plan d’affaire prévisionnel, qui s’efforce de démontrer la rentabilité d’un projet de publication portant sur 16 cartes de deux feuilles chacune, échelonnée sur huit ans. Ce mémoire était sans doute destiné à Étienne de Silhouette, chancelier du duc d’Orléans, lui-même mécène de d’Anville depuis les années 1720, et conçu pour justifier les dépenses de gravure de cartes qui apparaissent dans les comptes de la Maison d’Orléans à partir de 1749.

23Dans ce mémoire, d’Anville commence par souligner la rentabilité du commerce des cartes, en citant deux cas de réussite qui lui semblent exemplaires : celui d’Alexis-Hubert Jaillot et celui de Guillaume Delisle. Le premier s’est appuyé sur le travail des Sanson pour publier de beaux et forts volumes d’atlas dans les années 1680-1690, toujours diffusés par ses héritiers au XVIIIe siècle ; le second a produit lui-même pendant vingt-cinq ans de nombreuses cartes diffusées à la feuille ou sous la forme de recueil, débitées aussi après sa mort en 1726 par sa veuve et son gendre Philippe Buache. Selon d’Anville, deux raisons fondamentales expliquent la rentabilité commerciale des cartes : elles doivent être renouvelées régulièrement en raison du progrès continuel des connaissances, mais aussi en raison de l’usure matérielle des cuivres qui servent à leur impression.

24La nécessité d’écouler un grand nombre de copies avant d’avoir un retour sur investissement compte tenu des coûts de production élevés amène ensuite d’Anville à choisir des sujets « qui intéressent le plus grand nombre et qui sont le plus faciles à écouler ». Il définit ainsi un corpus de 16 cartes : une mappemonde, les cartes de continents, celles des principaux États d’Europe, quelques cartes générales de géographie ancienne et une carte des environs de Paris (fig. 5). Il n’exclut pas de compléter éventuellement ce premier corpus par les principales provinces de France et les grands théâtres de guerre.

Fig. 5 – Liste des cartes constituant le « nouveau corps de géographie » projeté par Jean-Baptiste d’Anville, dans Mémoire sur un projet de géographie, vers 1740, p. 3, Alençon, Archives départementales de l’Orne, Fonds de la Société historique et archéologique de l’Orne, Manuscrits Danville, 252J224/85 (© Alençon, Archives départementales de l’Orne).

Fig. 5 – Liste des cartes constituant le « nouveau corps de géographie » projeté par Jean-Baptiste d’Anville, dans Mémoire sur un projet de géographie, vers 1740, p. 3, Alençon, Archives départementales de l’Orne, Fonds de la Société historique et archéologique de l’Orne, Manuscrits Danville, 252J224/85 (© Alençon, Archives départementales de l’Orne).
  • 26 L’Atlas Nouveau des Jaillot mesure en moyenne H 64 x L 50 cm, soit 8 cm de plus en hauteur et en l (...)
  • 27 Cf. introduction à l’Atlas Universel (1757) au chapitre VI : « On connait les talens de M. d’Anvil (...)

25Dans les paragraphes suivants, le projet se fait plus précis : d’Anville expose ses choix graphiques et le public dont il ambitionne de satisfaire les attentes. Il argumente ainsi longuement pour que chacune des cartes soit composée de deux feuilles, et ce pour deux raisons : d’une part, ce format permet au géographe d’exposer le détail de son travail et de montrer ainsi son originalité, ce qui le distingue de ses confrères ; d’autre part, il présente l’avantage pour le public de trouver « dans un petit nombre de cartes plus de géographie que dans un gros atlas ». Notons ici que c’est la seule fois dans le mémoire que le terme « atlas » est utilisé par d’Anville, qui l’emploie dans un sens péjoratif sans doute en référence aux grands atlas des héritiers Jaillot26. Selon lui, grâce à ce dispositif de cartes en deux feuilles – qui sera vivement critiqué quelques années plus tard par les Robert de Vaugondy27 – et malgré le petit nombre de cartes annoncé, « il n’y a point d’histoire tant particulière que générale ni de relation ou de voyage qu’on ne soit en état de lire commodément, puisque toute la géographie s’y trouvera renfermée dans un détail suffisant, et en même temps pour tous les temps ». À l’exception du gentilhomme de campagne qui cherche son village sur une carte ou du guerrier qui veut reconnaître un terrain, « tout le monde aura de quoi se satisfaire dans le plan de géographie que je donne à concevoir », conclut-il. Le public visé est donc instruit, amateur de livres d’histoire et de relations de voyage, plutôt sédentaire, en quelque sorte à son image.

  • 28 Ce bénéfice attendu est surestimé d’après M. Pedley parce que toutes les planches n’obtiendront pa (...)

26La fin du mémoire s’attache à décrire les coûts de production (cuivre, gravure, papier, impression, enluminure) et les bénéfices attendus, estimés à 114 000 livres, soit 4 000 à 6 000 livres par an selon le nombre d’exemplaires de cartes vendus (une moyenne de 4 000 exemplaires par planche) et la durée de l’amortissement considéré (débit des cartes en vingt ou trente ans)28. Dans cette estimation des coûts, le travail du géographe n’est pas pris en compte : le temps nécessaire à la compilation des cartes explique néanmoins la durée prévue pour la production du corpus, à savoir huit années.

Les catalogues de cartes géographiques de d’Anville : un atlas « à la carte »

  • 29 Haguet 2011 et L’Archive du mardi 27# d’autres listes de prix en Angleterre publiée sur le blog «  (...)
  • 30 Voir notamment deux listes figurant dans des recueils de cartes de d’Anville : 1. un atlas conserv (...)

27À partir de 1772, soit une trentaine d’années plus tard, des listes des « cartes géographiques de M. d’Anville » commencent à être diffusées, sans doute à l’instigation de son secrétaire Joseph de Manne. Comme l’a bien montré Lucile Haguet29, ces listes peuvent cumuler plusieurs fonctions. Pour d’Anville, elles servent de catalogue de vente : elles indiquent son adresse aux Galeries du Louvre et le prix de chaque carte ; pour l’acquéreur, elles peuvent servir de facture, voire de table des matières, s’il décide de réunir les cartes en atlas. En effet, ces listes ont la particularité d’être imprimées en longueur sur une ½ feuille d’atlas30 (fig. 6). Les œuvres de d’Anville y sont présentées dans l’ordre suivant : cartes de géographie moderne, géographie ancienne et du Moyen Âge, puis la liste des ouvrages imprimés de d’Anville.

Fig. 6 – Cartes géographiques de Mr. d’Anville premier géographe du roi, [Paris], [1777], Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans, Ge D-10710 (© Bibliothèque nationale de France). Liste gravée sur une ½ feuille d’atlas, 42 x 17 cm.

Fig. 6 – Cartes géographiques de Mr. d’Anville premier géographe du roi, [Paris], [1777], Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans, Ge D-10710 (© Bibliothèque nationale de France). Liste gravée sur une ½ feuille d’atlas, 42 x 17 cm.
  • 31 Les deux plus anciennes listes, à savoir celle de l’atlas GE BB-1835 (datée de 1772-1775) et celle (...)

28À l’exception des cartes prévues pour trois ensembles de pays européens – Allemagne/Pays-Bas, Espagne/Portugal et îles Britanniques –, toutes les cartes du « projet de géographie » décrit précédemment ont été réalisées à la date de 1775, et plusieurs de ces cartes ne comprennent pas deux, mais trois, voire six feuilles, notamment l’Europe (fig. 7) et l’Asie qui ont été subdivisées en trois parties composées chacune de deux feuilles. Si l’on fait l’hypothèse que la carte générale de l’Europe en six feuilles s’est substituée aux cartes des pays européens manquants, on peut considérer que les listes des « cartes géographiques de M. d’Anville » donnent une image du « corps de géographie » projeté par d’Anville en 174431. Mais la réalisation du projet a pris trente ans (1743, Italie-1774, France) au lieu des huit années prévues initialement.

Fig. 7 – Jean-Baptiste d’Anville, Première partie de la carte d’Europe comportant la France, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne et les Isles Britanniques, publiée sous les auspices de monseigneur Louis Philippe d’Orléans, Paris, 1754, 2 feuilles assemblées, 82,5 x 100 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans, collection d’Anville, Ge DD-2987 (167 B) (© Bibliothèque nationale de France).

Fig. 7 – Jean-Baptiste d’Anville, Première partie de la carte d’Europe comportant la France, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne et les Isles Britanniques, publiée sous les auspices de monseigneur Louis Philippe d’Orléans, Paris, 1754, 2 feuilles assemblées, 82,5 x 100 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans, collection d’Anville, Ge DD-2987 (167 B) (© Bibliothèque nationale de France).
  • 32 BnF, Cartes et plans, Ge FF pièce 7195.

29La dernière liste de ce type recensée, intitulée « Catalogue des cartes géographiques de d’Anville », renvoie à l’adresse de son secrétaire : « Mr de Manne rue neuve des Petits Champs, maison de la Bibliothèque nationale »32. Elle peut être datée de 1802 puisqu’elle signale la publication de la Notice des ouvrages de d’Anville éditée cette année-là et annonce la publication par souscription de l’édition complète des œuvres de d’Anville qui paraîtra partiellement en 1834. Cette dernière liste comporte une note importante à la suite d’une première série de cartes : « Nota. L’ATLAS de D’ANVILLE se compose de la réunion des Cartes ci-dessus détaillées. Pour les personnes qui demanderont la Collection entière, le prix ne sera que de 120 francs au lieu de 147 fr 50 ce[ntime]s qu’elle coûteroit, en prenant chaque carte séparément ».

  • 33 Voir note supra sur les listes de cartes de D’Anville.

30Plusieurs remarques s’imposent ici. C’est la première fois que le terme d’atlas apparaît sur ces listes de cartes de d’Anville et c’est la première fois qu’un prix réduit est proposé pour l’acquisition de l’ensemble. Cet atlas n’inclut pas la totalité de la production cartographique de d’Anville : il comprend les cartes générales de géographie moderne (21 cartes en 46,5 feuilles), celles de géographie ancienne (9 cartes en 10 feuilles) et de géographie du Moyen Âge (1 carte en 1 feuille), soit un total de 31 cartes en 57,5 feuilles. À deux cartes près, qui sont en supplément (Phénicie-Damas et Cours de l’Euphrate et du Tigre), il s’agit de la même liste de cartes que celles données du vivant de D’Anville33.

  • 34 Le département des Cartes et Plans de la BnF comprend un atlas qui réunit l’ensemble de cette coll (...)

31Ni les cartes insérées dans ses mémoires d’académicien ni celles incluses dans des ouvrages d’autres auteurs n’en font partie. Au nombre de 41 cartes, celles-ci sont qualifiées d’« Assortiment » et proposées en vente à l’unité ou l’ensemble pour un prix réduit (64 fr au lieu de 72). En fin de liste, les deux ensembles « Atlas » et « Assortiment » sont dénommés « Collection ci-dessus détaillée au nombre de 101 feuilles » et proposées pour 184 fr au lieu de 21934.

  • 35 Phénomène très frappant dans le volume Ge BB 1835 dont le format (H 74,5 x L 46 cm) est pourtant p (...)

32Ainsi il semble bien que, de son vivant, d’Anville a toujours laissé ses lecteurs libres de choisir dans son fonds les cartes qu’ils souhaitaient acquérir, mais aussi de décider de les relier ou non dans un volume. De fait, la taille des cartes comprenant deux, voire trois feuilles de formats souvent différents, ne facilitait pas leur montage dans un volume : il fallait obligatoirement en replier des morceaux importants et créer ainsi des rabats35. Les ranger dans un portefeuille, en les conservant mobiles, au lieu de les relier dans un volume, pouvaient être d’un usage bien plus pratique : l’utilisateur pouvait ainsi les manipuler à sa guise, en rapprochant par exemple les feuilles de régions voisines.

  • 36 Voir Pacha – Miran 1996, p. 46-48.
  • 37 Par exemple : Atlas Delisle – Buache 1789.

33Ce n’est qu’après sa mort, et encore vingt ans plus tard, que son secrétaire Joseph de Manne, héritier de son fonds de géographie, offrira une incitation financière pour composer un atlas complet, voire une collection complète des œuvres cartographiques de d’Anville. On constate un phénomène similaire pour les atlas réunissant les cartes de Guillaume Delisle et de son gendre Philippe Buache : c’est après le rachat de ce fonds de géographie par Jean-Claude Dezauche36 en 1780 que l’on voit apparaître des atlas éditorialisés réunissant des cartes de ces deux auteurs, avec des pages de titre et des tables imprimées37.

34Tout grand géographe qu’il fût, il semble bien que d’Anville ait fortement répugné à donner une forme déterminée à son « corps de géographie », laissant le choix au lecteur de le constituer, ou non, en atlas…

Jean de Beaurain, des atlas entre collection de cartes et « atlas de choix »

35Quoique bien représenté dans les catalogues des bibliothèques par ses productions cartographiques, Jean de Beaurain reste assez mal connu des historiens. Il est signalé dans la Méthode pour étudier la géographie de Lenglet du Fresnoy dès 1742 dans des termes qui mettent l’accent sur la collection de cartes qu’il est en train de réunir, Lenglet lui exprimant même sa gratitude pour les conseils délivrés pour l’établissement de son « Catalogue des meilleures cartes » :

  • 38 Lenglet du Fresnoy 1742, 1, p. 219.

Avant de quitter ce qui regarde la France, je ne sçaurois me dispenser de marquer qu’il y ait peu de particuliers qui ait un plus grand Recueil de Géographie que M. de Beaurain, Géographe ordinaire du Roi. Formé par Messieurs Sanson, il s’est fait une étude particulière de cette Science. Il a peu donné au Public jusques à présent ; mais il est en état & par ses soins & par l’amas considérable de Cartes manuscrites & imprimées, qu’il rassemble depuis long-tems, d’enrichir la géographie de morceaux précieux. Son occupation a été de former un assemblage de cartes topographiques dont il a un très grand nombre. C’est le moyen le plus sûr que l’on ait pour parvenir à des Cartes Générales, qui soient exactes. Il ne travaille pas seulement en négociant, mais encore en homme qui a des lumières acquises, qu’il se fait même un plaisir de communiquer ; & je lui dois la justice d’avouer qu’il ne m’a pas été d’une médiocre utilité pour former le Catalogue qui est dans ce volume38.

36Dans l’édition de 1768, en revanche, la liste des cartes et plans imprimés par Beaurain est très conséquente : elle remplit 4,5 pages (tome 1, p. 568 à 572) quand la production de d’Anville tient sur une page et demie, avec, il est vrai, de nombreux plans de villes et de batailles et peu d’œuvres de synthèse.

  • 39 Éléments provenant d’un dossier réuni au département des Cartes et plans de la BnF dans le cadre d (...)
  • 40 Beaurain 1736.
  • 41 Beaurain 1755.

37Quelques éléments issus de sources archivistiques, de journaux d’annonces et de ses travaux39 permettent de compléter cet aperçu et de cerner davantage sa place dans le monde de la cartographie parisienne. Né à Aix-en-Essart en Artois en 1696, Jean de Beaurain est venu à Paris vers l’âge de dix ans et a été formé par Pierre Moullart-Sanson, neveu de Guillaume Sanson. Pourvu d’un brevet de géographe du roi en 1722 à 26 ans, il épouse l’année suivante Marie-Madeleine Voisin, fille de Jacques Voisin, bourgeois de Paris, dont il aura un fils, Jean-Baptiste Jacques, qui fera également une carrière de géographe du roi. Beaurain père se fait connaître du roi en 1724 par la publication d’un Calendrier perpétuel et se voit confier l’instruction géographique du grand Dauphin quelques années plus tard, comme l’atteste un atlas assemblé pour l’éducation de ce dernier en 173640. Il est surtout connu pour avoir publié en 1756 l’Histoire militaire de Flandre41 illustrée de 134 planches cartographiques, ouvrage qui donne la relation des campagnes du Maréchal de Luxembourg de 1690 à 1694 et lui vaut une pension annuelle du roi de 1 000 livres ainsi que les éloges du Prince de Ligne dans le catalogue de sa bibliothèque militaire. En 1771, son inventaire après décès le qualifie de « chevalier de l’ordre de St Jean de Latran, géographe ordinaire du Roy et cy-devant pour l’instruction de feu Monseigneur le Dauphin ». Il habita successivement rue Froidmanteau, paroisse Saint-Germain l’Auxerrois (1723), quai des Augustins (proche de la rue Pavée), paroisse Saint-André des Arts (1749) et rue des Postes, paroisse Saint-Médard (1771).

  • 42 Beaurain fils 1774 et Beaurain fils 1782

38Géographe du roi en 1765, son fils Jean-Baptiste Jacques de Beaurain (1728-après 1785), inspiré par le succès de son père, s’investit dans des projets similaires : le récit des campagnes des deux autres grands maréchaux de Louis XIV, celle conduite par le prince de Condé en 1674, qu’il fait paraître exactement un siècle plus tard en 1774, et celles du Maréchal de Turenne (1672-1675) publiées en 178242. Il bénéficie comme son père de l’accès à des sources inédites mises à sa disposition par le prince de Condé et le duc de Bouillon, ainsi que de la collaboration d’officiers militaires. Beaurain fils a recours également aux cartes de son cabinet personnel et aux nombreux livres qui ont traité du sujet. Les trois ouvrages ont été publiés sous privilège du roi et après recours à la souscription. Ces histoires militaires, tout comme les nombreuses cartes publiées par les Beaurain en lien avec l’actualité militaire internationale, montrent des géographes proches de la cour et de la noblesse d’épée, mais aussi du monde de la finance comme l’atteste un atlas en 16 volumes réuni pour le compte d’un fermier général, Marie Joseph Savalette de Buchelay.

  • 43 Atlas en 3 volumes in-folio constitué en 1748 et comprenant 299 cartes sur le monde entier en vent (...)

39En effet, Jean de Beaurain, au milieu du siècle, semble s’être fait une spécialité de composer à la demande des atlas du monde en plusieurs volumes comprenant des cartes de différents auteurs français (Sanson, Jaillot, Nolin, Delisle, Robert de Vaugondy, Dheulland, Lerouge, etc.), mais aussi étrangers (Homann, Moll, etc.). Formés d’un nombre très variable de volumes et de cartes (de 299 à plus de 1 200), ces atlas portent sur le frontispice de chaque volume la formule « Suivant la collection du Sr de Beaurain… », mention sur laquelle nous reviendrons. Outre l’ensemble en 16 volumes réuni pour Savalette de Buchelay, on connaît trois autres atlas d’environ 300 cartes, reliés en trois ou cinq volumes43.

  • 44 Les 16 volumes sont entièrement accessibles dans la bibliothèque numérique Gallica à partir de la (...)

40Arrêtons-nous sur l’exemplaire en 16 volumes conservés à la Bibliothèque nationale de France, qui été décrit et étudié par Emmanuel Pavy44. Daté de 1749, il couvre le monde en privilégiant les royaumes d’Europe, traités du nord au sud ; un seul volume, le quatorzième est consacré au reste du monde (Asie, Afrique et Amérique) ; les deux derniers sont dédiés à la géographie ancienne. Le nombre de planches est très variable, allant de 22 pour le tome X à 229 pour le tome XI. Les tomes VII, VIII et IX traitent de la France ; les tomes X et XI, qui concernent aussi la France, correspondent aux septième et huitième volumes de l’Atlas Maior de Joan Blaeu dans leur édition française (1663). De même, dans le tome II, les planches 48 à 75 sont issues de l’Atlas russien publié par l’Académie impériale des Sciences de Saint-Pétersbourg en 1745.

41Chaque volume est composé de façon identique. La reliure est en plein veau fauve marbré. La page de titre est un réemploi de frontispices d’atlas ou de diverses estampes sur lesquels Beaurain a forgé un titre décrivant la zone géographique couverte par le volume. Ainsi, la page de titre du tome I orné d’un Hercule au globe est un réemploi du frontispice de l’Atlas nouveau de Guillaume Sanson édité par Alexis-Hubert Jaillot en 1680 (fig. 8). Chaque volume est pourvu d’une table des cartes retranscrite sur plusieurs feuilles dans un encadrement gravé. Outre la mention de l’auteur, du titre de la planche et de sa place dans le volume, Beaurain a ajouté quelques commentaires au regard de certains titres pour attirer l’attention du lecteur sur l’intérêt particulier du document, en termes d’ancienneté ou de rareté.

Fig. 8 – Frontispice du 1er volume de l’atlas en 16 volumes composé par Jean de Beaurain pour Marie Joseph Savalette de Buchelay en 1749, in-folio (57 x 45 cm), Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans, Ge BB-565 (1) (© Bibliothèque nationale de France).

Fig. 8 – Frontispice du 1er volume de l’atlas en 16 volumes composé par Jean de Beaurain pour Marie Joseph Savalette de Buchelay en 1749, in-folio (57 x 45 cm), Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans, Ge BB-565 (1) (© Bibliothèque nationale de France).

42Les volumes de cet atlas comprennent divers types de documents cartographiques : planches d’atlas, cartes topographiques, cartes de diocèse, plans de ville, et même un fac-similé de carte portulan. Ils sont tous imprimés à l’exception d’un beau plan manuscrit de Bayonne. On y trouve aussi des documents non cartographiques : gravures de sphères armillaires, tables chronologiques, vues de monument, profils de ville, plans de jardins anglais, etc. Son contenu est représentatif de la production européenne de la fin du XVIe au XVIIIe siècle. Elle fait la part belle aux géographes-éditeurs français : Nicolas et Guillaume Sanson, Pierre Moullart-Sanson, Alexis-Hubert et Bernard Jaillot, Pierre Duval, Nicolas de Fer, Guillaume Delisle, Jean-Baptiste d’Anville, Philippe Buache, Gilles Robert de Vaugondy, Georges-Louis Lerouge, etc. ainsi que Beaurain lui-même. La production cartographique européenne est aussi bien représentée avec les Anglais John Garrett, Henry Popple et John Rocque, les Allemands Johann Baptist Homann et ses héritiers, quelques italiens Ludovico Ughi, Luigi Ferdinando Marsili, Giacomo Cantelli et Vincenzo Maria Coronelli (ces deux derniers dans des rééditions françaises par Jean-Baptiste Nolin), mais surtout les Hollandais avec Joan Blaeu, Johannes Janssonius, Nicolas Visscher, Josua et Reinier Ottens, Peter Schenck et François Halma.

  • 45 Savelette de Buchelay décède en janvier 1764. D’après Pavy 2013, sa bibliothèque est vendue aux en (...)

43Le commanditaire de cet atlas conçu par Beaurain a pu être identifié grâce à ses armes marquées sur les plats de chaque volume : un sphinx doré, symbole héraldique des Savalette ou Savalète, famille parisienne enrichie dans la finance (fig. 9). En dessous du sphinx, une lettre B est la marque personnelle du fermier général Marie Joseph Savalette de Buchelay, l’un des fils de Charles Savalette (1683-1756), fermier général et garde du Trésor royal. Buchelay prit la succession de son père comme fermier général en 1749, l’année même où il acquiert cet atlas auprès de Beaurain. Sa passion pour les sciences naturelles l’avait poussé à collectionner les minéraux et à installer un cabinet de curiosité dans son hôtel particulier de la rue Saint-Honoré. Pour compléter sa collection, il constitua également une bibliothèque d’amateur éclairé. Cet atlas en 16 volumes lui était destiné45.

Fig. 9 – Armes de Marie Joseph Savalette de Buchelay : fer doré au centre du plat supérieur de chaque volume de l’Atlas Beaurain-Savalette, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans, Ge BB-565 (1) (© Bibliothèque nationale de France).

Fig. 9 – Armes de Marie Joseph Savalette de Buchelay : fer doré au centre du plat supérieur de chaque volume de l’Atlas Beaurain-Savalette, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans, Ge BB-565 (1) (© Bibliothèque nationale de France).
  • 46 Du Bus 1940. Notice de la collection conservée à la BnF : https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40 (...)
  • 47 Atlas conservé à la Bibliothèque nationale d’Autriche (Vienne). Voir Groot 2006 et Van der Horst 2 (...)

44Comment une telle production en série d’atlas composés de plusieurs volumes fut-elle possible ? Dans quelle tradition s’inscrit-elle ? L’atlas Beaurain-Savalette fait penser en première analyse à l’atlas de Gaston d’Orléans en 18 volumes légué au roi en 166046 ou au très célèbre atlas Blaeu-Van der Hem composé en 46 volumes dans les années 1660 sur la base de la production de la maison d’édition Blaeu pour un riche collectionneur hollandais Laurens Van der Hem (1621-1678)47. Il faut souligner deux points de convergence entre ces trois atlas : d’une part l’intégration de parties d’atlas pré-existants (ici les deux volumes sur la France de l’Atlas Major de Joan Blaeu et l’Atlas russien) ; d’autre part, aussi importants soient-ils, ces atlas ne constituent qu’un des aspects de la collection de riches amateurs d’arts et de sciences.

  • 48 Furtado 2018, p. 61-62.
  • 49 Pedley 2018, p. 107.

45Mais les atlas de Beaurain s’en distinguent par un point qui nous paraît ici décisif : ils ne sont pas réunis selon un programme défini par le collectionneur lui-même ou ses assistants, mais par un « géographe du roi » qui a déjà obtenu une reconnaissance du public et qui est expressément mandaté pour constituer l’atlas comme semble l’indiquer la mention figurant sur chaque volume : « Suivant la collection du Sr de Beaurain… », le géographe affirmant ici son rôle d’éditeur au sens de concepteur de l’atlas et non de simple vendeur. Ce rôle joué par Beaurain ne constitue pas un cas isolé dans la France des Lumières. Jean-Baptiste d’Anville lui-même est connu pour avoir rassemblé des atlas pour de puissants commanditaires, le roi du Portugal vers 1725 (son nom est mentionné sur la page de titre)48, son propre mécène Louis d’Orléans en 174149, ou encore en 1753 pour Malesherbes, le directeur de la Librairie.

  • 50 Pacha et Miran 1996, p. 49-50.

46Beaurain n’agit pas moins en négociant écoulant les cartes d’un fonds de commerce acquis à grand prix. Le terme de « collection » a une acception plus large qu’aujourd’hui : il renvoie non seulement à la notion de « recueils de cartes » constitués à titre de documentation, à l’instar des fameuses collections réunies par Baudrand, Tralage, ou encore d’Anville, mais aussi à celle de stock de cartes rassemblées en vue de la vente. De fait, Beaurain n’est pas le seul géographe au milieu du siècle à faire commerce non seulement de son « fond de géographie » au sens où Lenglet l’entend, mais aussi de cartes provenant de divers auteurs, français ou étrangers. Roch-Joseph Julien50, éditeur et marchand de cartes depuis 1745, occupant parallèlement la fonction de valet de chambre de Charles de Rohan à l’hôtel de Soubise, ouvre vers 1750 à Paris la première boutique où l’on peut s’approvisionner en cartes venant de l’Europe entière grâce à son réseau de correspondants disséminés dans les capitales européennes (Londres, Amsterdam, La Haye, Cologne, Francfort, Vienne, Rome, Gênes, etc.). Julien désigne son stock de cartes, constitué grâce à des dépenses considérables, sous le nom de « collection ». C’est le même terme que Jean de Beaurain utilise au frontispice de chaque volume de ses atlas. Il évoque donc bien par là son stock de cartes à vendre, et non sa collection personnelle de cartes, qu’il nommerait plutôt « recueil » si l’on se fie à la terminologie de Lenglet.

Et si le choix des cartes revenait à l’amateur de géographie ?

  • 51 Pastoureau 1984 bis.
  • 52 Lenglet du Fresnoy 1716.
  • 53 Lenglet du Fresnoy 1736, 1742 et 1768.

47Depuis le dernier tiers du XVIIe siècle, avec les développements de l’édition cartographique et la multiplication des cartes diffusées à la feuille, conséquence indirecte de l’ordonnance de 1668 faisant obligation aux marchands de débiter les cartes à la pièce en fonction des besoins de la clientèle, est apparu en France le phénomène des « atlas de choix ». Ces derniers étaient composés selon l’usage recherché et la dépense consentie par l’acquéreur et, bien sûr, selon l’état du stock du géographe ou du marchand51. Pour éclairer les amateurs s’est constituée parallèlement une littérature destinée à les conseiller. Lenglet du Fresnoy dès 1716, on l’a déjà signalé, s’emploie à guider ses lecteurs et établit par là même un « palmarès » des cartographes français : sur un « atlas de choix » de 75 cartes recommandées, qui doivent être en deux feuilles au plus pour pouvoir être reliées en volume, 57 proviennent alors du fonds des Sanson et sept de celui de Delisle52. Dans les éditions successives (1736, 1742 et 1768)53, de nouveaux noms apparaissent : d’Anville en 1736, Placide, Covens et Mortier, Robert de Vaugondy et Beaurain en 1742. En 1768, cet atlas se compose de 108 cartes.

  • 54 Lenglet du Fresnoy 1716, p. XI-XII.

48Si Lenglet du Fresnoy préconise un nombre de cartes restreint pour composer un « atlas de choix », il publie parallèlement son Catalogue des meilleures cartes disponibles sur le marché, évolutif d’une édition à l’autre : il affirme en effet que chaque amateur doit pouvoir « se former lui-même un atlas, relativement à ses études et ses occupations. C’est pour en faciliter le choix que nous avons donné tant d’étendue au catalogue de ces cartes54 ».

  • 55 Julien 1752.

49Cette liberté de choix est aussi mise en avant par Roch-Joseph Julien, qui publie en 1752 un premier Catalogue de cartes géographiques55, conçu également pour guider l’amateur dans une offre devenue considérable. Dans la nouvelle édition plus complète de son Catalogue en 1763 (fig. 10), il va même plus loin dans l’affirmation de cette liberté :

  • 56 Julien 1763, p. XI-XII.

Le nombre prodigieux de cartes dont l’Europe est inondée met les amateurs et même les premiers géographes dans l’impossibilité de connoître celles qui méritent la préférence […]. On ne trouvera pas dans le Catalogue que je publie des modèles d’atlas… Un bon atlas doit être composé selon l’usage qu’on veut en faire, la dépense qu’on veut y mettre &c. Le meilleur moyen est de se servir de mon Catalogue, pour choisir soi-même les cartes, & me consulter ensuite sur le choix des auteurs : le mien doit être d’autant moins suspect que les planches des cartes ne m’appartenant pas, il m’est indifférent de fournir l’une ou l’autre56.

Fig. 10 – Page de titre du Nouveau catalogue de cartes géographiques et topographiques, Paris, R.-J. Julien, 1763, 2 tomes en 1 vol. in-12, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans, Ge FF 7402 (© Bibliothèque nationale de France).

Fig. 10 – Page de titre du Nouveau catalogue de cartes géographiques et topographiques, Paris, R.-J. Julien, 1763, 2 tomes en 1 vol. in-12, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans, Ge FF 7402 (© Bibliothèque nationale de France).

50Riche de 4 000 pièces, le catalogue de 1763 est un véritable instrument bibliographique, qui outre la description des cartes classées géographiquement, offre de multiples tables (auteurs, éditeurs, pays d’origine, langue des cartes, etc.).

51La conception et les formes contrastées d’atlas portés par d’Anville et Beaurain, la défense de l’« atlas de choix » par Lenglet du Fresnoy et Julien, laissent à penser qu’au milieu du XVIIIe siècle, le modèle de l’Atlas universel défendu par les Robert de Vaugondy n’a pas encore conquis tous les publics. Les coûts de production, les carcans corporatifs et réglementaires ont certes pu entraver l’émergence et le développement de cette forme d’atlas très éditorialisé, mais la persistance des autres modèles montre la fidélité à une pratique qui place l’amateur de géographie dans une position centrale, lui conférant en quelque sorte le rôle d’éditeur de son propre atlas.

  • 57 Atlas de choix 1828, comprenant des cartes de d’Anville, Delamarche, Brué, Andriveau, Goujon, Lapi (...)

52Les collections des bibliothèques regorgent, en effet, de ces atlas sans page de titre imprimé, constitués d’un nombre variable de cartes montées sur onglet, se distinguant par des formats, des échelles et des noms d’auteurs divers. Véritable casse-tête pour le bibliographe, ils y sont qualifiés au mieux d’« atlas composites », voire péjorativement d’« atlas factices ». Ces volumes attestent de l’importance de cette pratique de l’atlas que l’on pourrait qualifier d’hétérodoxe si elle n’était pas aussi répandue au XVIIIe siècle, voire même au XIXe siècle comme en témoignent les grands atlas in-folio au contenu fluctuant diffusés par la maison d’édition J. Andriveau-Goujon sous le nom d’Atlas de choix ou Recueil de cartes de géographie ancienne et moderne dressés par nos meilleurs auteurs57. Nul doute que l’identification et l’analyse en série de ces atlas composites nous permettraient de lever, au moins partiellement, l’anonymat de leurs anciens possesseurs, grâce aux ex-libris, armoiries et autres marques de provenance et, ce faisant, de cerner davantage à quels besoins, usages ou contraintes répondaient ces recueils de cartes « auto-édités » par leurs propres acquéreurs.

Bibliographie

Archives

Arrêt du Conseil 1668 = Arrêt du Conseil du roi daté du 7 avril 1668, Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, Collection Delamare, Français 21 558 pièce 145 et Français 21 733 f. 57-58.

Arrêt du Conseil 1704 = Arrêt du Conseil du roi du 16 décembre 1704, Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, Français 22 119, f°165-169.

Anville 1740 = Mémoire sur un projet de géographie, vers 1740, manuscrit (8 p.) ; Alençon, Archives départementales de l’Orne, Fonds de la Société historique et archéologique de l’Orne, Manuscrits Danville, 252J224/85.

Ouvrages à caractère de source

Atlas d’Anville – Barrère 1769 = Atlas. Géographie ancienne et moderne, Par le Sieur Danville, de l’Académie Royale des Inscriptions & Belles Lettres, De l’Academie Impériale de Pétersbours [sic], Sécrétaire de S.A.S. Mgr le Duc d’Orléans, &c. À Angers, 1769. Chez Louis-Charles Barrière, Imprimeur du Collège, in-folio (57 x 42 cm) comprenant 92 planches (table manuscrite) d’après un exemplaire conservé à la Bibliothèque de l’Assemblée nationale (E A 78 folio).

Atlas Delisle – Buache 1789 = Atlas Géographique et Universel par Guillaume Delisle et Philippe Buache Premiers Géographes du Roi, De l’Académie Royale des Sciences et par Dezauche Ingénieur Géographe du Roi, Et Successeur des Srs Delisle et Buache. À Paris chez Dezauche Rue des Noyers. Avec Privilège du Roi. 1789, en 86 planches, format 56 x 41 cm. Exemplaire à la BnF, Cartes et plans, Ge DD 1794.

Atlas de choix 1828 = Atlas de choix ou Recueil de cartes de géographie ancienne et moderne dressés par nos meilleurs auteurs, Paris, J. Goujon & J. Andriveau, 1828, in-fol., 42 planches. Exemplaire à la BnF, Cartes et plans, Ge CC 1498.

Beaurain 1736 = Atlas contenant l’Europe et la France augmentées de deux tables méthodiques dressées pour l’usage de Monseigneur le Dauphin. Par J. de Beaurain géographe ordinaire du roy, le 28e 8bre 1736, manuscrit et gravé. Exemplaire conservé à la BnF, Cartes et plans, Ge DD 2652.

Beaurain 1755 = Jean de Beaurain, Histoire militaire de Flandre, depuis l’année 1690 jusqu’en 1694 [...] [Mal de Luxembourg], Paris, le Chevalier de Beaurain, Ch. Nic. Poirion, Ch. Ant. Jombert, 1755, 5 vol. in-fol., 148 planches (dont 118 cartes et 16 plans).

Beaurain fils 1774 = Jean-Baptiste Jacques de Beaurain, Histoire de la campagne de M. le Prince de Condé en Flandre en 1674, Paris, l’auteur, Ch. Ant. Jombert Père, Delaguette, Monory, 1774, 1 vol. in-fol., 40 pl. cartographiques.

Beaurain fils 1782 = Jean-Baptiste Jacques de Beaurain, Histoire des quatre dernières campagnes du maréchal de Turenne en 1672, 1673, 1674 et 1675, Paris, Beaurain, 1782, 1 vol. in-fol., 24 pl. cartographiques.

Julien 1752 = Catalogue général des meilleures cartes géographiques & topographiques ; plans de villes, siéges & batailles ; cartes astronomiques ; cartes marines, & autres piéces, publiées jusqu’ici en Europe, Paris, chez David le pere, libraire. Ces cartes se vendent chez R. J. Julien, géographe du roi, à l’hôtel de Soubise. Et à sa boutique, quai des Augustins, à côté de Monsieur David. […], 1752 (1 vol. in-12).

Julien 1763 = Nouveau catalogue de cartes géographiques et topographiques, Paris, R.-J. Julien, 1763 (2 t. en 1 vol. in-12).

Lenglet du Fresnoy 1716 = N. Lenglet du Fresnoy, Méthode pour étudier la géographie ; dans laquelle on donne une description exacte de l’Univers, tirée des meilleurs auteurs, & formée sur les observations de messieurs de l’Académie royale des sciences. Avec un discours préliminaire sur l’étude de cette science, & un catalogue des cartes géographiques, des relations, voyages, & descriptions les plus nécessaires pour la géographie, Paris, Hochereau, 1716 (4 vol. in-12). Rédigé d’après la Nouvelle Géographie de D. Martineau Du Plessis (1700).

Lenglet du Fresnoy 1736 = N. Lenglet du Fresnoy, Méthode pour étudier la géographie [...] avec un discours préliminaire sur l’étude de cette science et un catalogue des cartes et descriptions les plus nécessaires, Paris, Rollin fils, 1736 (5 vol. in-12) (2e éd.).

Lenglet du Fresnoy 1742 = N. Lenglet du Fresnoy, Méthode pour étudier la géographie [...] avec un discours préliminaire sur l’étude de cette science et un catalogue des cartes et descriptions les plus nécessaires, Paris, Rollin fils, 1741-1742. 3e éd. (8 vol. in-12).

Lenglet du Fresnoy 1768 = N. Lenglet du Fresnoy, Méthode pour étudier la géographie […] avec un discours préliminaire sur l’étude de cette science, & un catalogue des cartes, relations, voyages & descriptions nécessaires pour la géographie. 4e éd. rev. et augm, par J.-L. Barbeau de La Bruyère et E.-E. Drouet, Paris, N. M. Tilliard, 1768 (10 vol. in-12).

Michaud 1843 = Article Beaurain, dans L.-G. Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne, vol. 3, 1843, p. 421 (2e éd.).

Michault 1761 = J.-B. Michault, Mémoires pour servir à l’histoire de la vie & des ouvrages de Monsieur l’abbé Lenglet du Fresnoy, Londres-Paris, chez Duchesne, 1761.

Robert de Vaugondy – prospectus de souscription 1752 = D. et G. Robert de Vaugondy, Atlas universel Complet en Cent Cartes Géographiques, dressées sur les Relations & les Observations les plus exactes & les plus récentes. Par M. Robert, & M. De Vaugondy, son fils, Géographes du Roi. Grand in-folio, Proposé par Souscription, A Paris, Chez Antoine Boudet, Libraire-Imprimeur du Roi, rue S. Jacques. 1752 ». Exemplaire à la BnF, G 1538.

Robert de Vaugondy 1757 = D. et G. Robert de Vaugondy, Atlas Universel, 1re édition, Paris, Antoine Boudet, 1757, in-folio, 103 ou 108 cartes.

Études secondaires

Akerman 1995 = J. R. Akerman, From Books with Maps to Books as Maps: the Editor in the Creation of the Atlas Idea, dans J. Winearls (dir.), Editing Early and Historical Atlases (Papers given at the Twenty-ninth Annual Conference on Editorial Problems University of Toronto, 5-6 November 1993), Toronto-Buffalo-London, 1995, p. 3-47.

Du Bus 1940 = C. Du Bus, Gaston d’Orléans et ses collections topographiques, dans Bulletin de la Section de géographie du Comité des travaux historiques et scientifiques 55, 1940, p. 1-35.

Furtado 2018 = J. Furtado, Élargir ses réseaux, diversifier ses commandes : les travaux de d’Anville pour la couronne portugaise, dans L. Haguet, C. Hofmann (dir.), Une carrière de géographe au siècle des Lumières : Jean-Baptiste d’Anville, Oxford-Paris, 2018, p. 53-84.

Grivel 1986 = M. Grivel, Le commerce de l’estampe à Paris au XVIIe siècle, Genève, 1986, p. 83-122.

Groot 2006 = E. de Groot, The world of a seventeenth-century collector: the Atlas Blaeu-Van der Hem, ‘t Goy-Houten, 2006.

Haguet – Hofmann 2018 = L. Haguet, C. Hofmann (dir.), Une carrière de géographe au siècle des Lumières : Jean-Baptiste d’Anville, Oxford-Paris, 2018.

Haguet 2011 = L. Haguet, J.-B. d’Anville as Armchair Mapmaker: The Impact of Production Contexts on His Work, dans Imago Mundi, 63-1, 2011, p. 88-105.

Haguet 2011 bis = L. Haguet, Appendix. An eighteenth century price list for J. B. d’Anville’s maps, dans Imago Mundi, 63-1, 2011, p. 100-105.

Haguet 2018 = L. Haguet, La bibliothèque cartographique, outil de travail du géographe de cabinet, dans L. Haguet, C. Hofmann (dir.), Une carrière de géographe au siècle des Lumières : Jean-Baptiste d’Anville, Oxford, Paris, 2018, p. 117-154.

Hofmann 2007 = C. Hofmann, Publishing and the Map trade in France 1470-1670, dans D. Woodward (ed.), The history of cartography, 3, Cartography in the European Renaissance, part 2, Chicago, 2007, p. 1569-1588.

Pacha – Miran 1996 = B. Pacha, L. Miran, Cartes et plans imprimés de 1564 à 1815 : Collections des bibliothèques municipales de la région, Paris, 1996.

Pastoureau 1984a = M. Pastoureau, Les Atlas français, XVIe-XVIIe siècles. Répertoire bibliographique et étude, Paris, 1984.

Pastoureau 1984b = M. Pastoureau, Collection et collectionneurs de cartes en France, sous l’Ancien Régime, dans Revue de la Bibliothèque nationale, 12, 1984, p. 6-15.

Pastoureau 1988 = M. Pastoureau, Contrefaçon et plagiat des cartes de géographie et des atlas français de la fin du XVIe au début du XVIIIe siècle, dans F. Moureau (dir.), La Contrefaçon du livre XVIe-XIXe siècle, Paris, 1988, p. 275-302.

Pavy 2013 = E. Pavy, L’atlas aux sphinx d’or, billet publié dans Le Blog Gallica, 4 mars 2013, consulté le 21/05/2020, https://gallica.bnf.fr/blog/04032013/latlas-aux-sphinx-dor?mode=desktop.

Pedley 1979 = M. Sponberg Pedley, The Subscription List of the 1757 Atlas Universel: A Study in Cartographic Dissemination, dans Imago Mundi, 31, 1979, p. 66-77.

Pedley 1981 = M. Sponberg Pedley, The Map trade in Paris, 1650-1825, dans Imago Mundi, 33, 1981, p. 33-45.

Pedley 1984 = M. Sponberg Pedley, New Light on an Old Atlas: Documents concerning the Publication of the « Atlas Universel » (1757), dans Imago Mundi, 36, 1984, p. 48-63.

Pedley 1992 = M. Sponberg Pedley, Bel et utile: the work of the Robert de Vaugondy family of mapmakers, Tring, 1992, p. 51-68.

Pedley 1995 = M. Sponberg Pedley, Commode, complet, uniforme, et suivi : Problems in atlas editing in Enlightenment France, dans J. Winearls (dir.), Editing Early and Historical Atlases (Papers given at the Twenty-ninth Annual Conference on Editorial Problems University of Toronto, 5-6 November 1993), Toronto-Buffalo-London, 1995, p. 83-108.

Pedley 2005 = M. Sponberg Pedley, The commerce of cartography: making and marketing maps in eighteenth-century France and England, Chicago, 2005.

Pedley 2018 = M. Sponberg Pedley, Convaincre ses mécènes : un plan d’affaire prévisionnel pour faire commerce de cartes, dans L. Haguet, C. Hofmann (dir.), Une carrière de géographe au siècle des Lumières : Jean-Baptiste d’Anville, Oxford-Paris, 2018, p. 85-109.

Van der Horst 2011 = R. van der Horst (dir.), The Atlas Blaeu-Van der Hem of the Austrian national Library: history of the Atlas and the making of the facsimile, GH Houten, 2011.

Notes

1 Sur l’édition cartographique parisienne aux XVIIe et XVIIIe siècles, voir les travaux de Mireille Pastoureau et de Mary Pedley, notamment Pedley 1995.

2 Pedley 1981.

3 Hofmann 2007.

4 Art de l’agrément et non de la nécessité, trouvant sa source dans l’imagination et le génie, la gravure est ouverte à quiconque en possède les compétences, fût-il un artiste étranger. Sur l’évolution du cadre législatif de la gravure, voir Grivel 1986, p. 83-122.

5 Arrêt du Conseil du roi du 16 décembre 1704 (Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, Ms. fr. 22 119, f°165-169). Voir à ce sujet : Pastoureau 1988.

6 Grivel 1986, p. 101-102 et 200 (Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, Collection Delamare, Ms fr. 21 558 pièce 145 et Ms fr. 21 733 f. 57-58).

7 Pedley 2005, p. 35-70.

8 Sur ce polygraphe averti qui défraya la chronique de son temps, voir Michault 1761.

9 Méthode rédigée sur la base de la Nouvelle Géographie de D. Martineau Du Plessis (1700) ; quatre éditions en 1716, 1736, 1742 et 1768 ; publiée à titre posthume, la dernière a été mise à jour par J.-L. Barbeau de La Bruyère et E.-E. Drouet.

10 Les Robert de Vaugondy sont sans doute les géographes du roi les mieux connus du XVIIIe siècle grâce à la thèse de doctorat et aux articles que M. Sponberg Pedley leur a consacrés : Pedley 1992, notamment le chapitre 3 : « Bel et Utile : The Atlas Universel », p. 51-68 ; Pedley 1979 et Pedley 1984.

11 Lenglet du Fresnoy 1742, 1, p. 218. C’est moi qui souligne certains passages par l’italique.

12 Observations critiques sur les nouvelles Découvertes de l’Amiral de la Fuente, 1753 ; Carte systématique des Pays Septentrionaux de l’Asie et de l’Amérique, 1768 ; Essai d’une Carte Polaire Arctique, 1773.

13 Robert de Vaugondy – prospectus de souscription 1752.

14 « Préface historique dans laquelle on traite de l’origine, des progrès et de l’état actuel de la Géographie », dans Robert de Vaugondy 1757, p.1-33.

15 L’exemplaire BnF, Cartes et plans, Ge DD 282 est un fort volume relié de veau marbré faisant 57 x 42 cm (hauteur x largeur), avec des cartes en une feuille imprimées sur grand papier (55 x 75 cm).

16 Lenglet du Fresnoy 1716, Discours sur l’étude de la géographie, p. cxxxxiv : « Nos cartes, soit générales, soit particulières, sont toutes sur des échelles ou des mesures différentes. Ce qui cause une espèce de confusion & d’embarras dans l’esprit […]. »

17 Akerman 1995.

18 Pedley 1979.

19 Haguet – Hofmann 2018.

20 Lenglet du Fresnoy 1742, t. 1, p. 213.

21 Pedley 2018.

22 Haguet 2018.

23 Par l’éditeur Laporte dès 1782 et plus tard, en 1818-1819, par Ambroise Tardieu pour accompagner la réédition des œuvres de Rollin et Crevier

24 Atlas d’Anville – Barrère 1769.

25 Anville 1740. Ce « projet de géographie » inédit recoupe pour l’essentiel le « nouveau corps de cartes géographiques » décrit dans la préface de l’Analyse géographique de l’Italie de d’Anville paru en 1744 et dédié au duc d’Orléans (18 cartes).

26 L’Atlas Nouveau des Jaillot mesure en moyenne H 64 x L 50 cm, soit 8 cm de plus en hauteur et en largeur que l’Atlas Universel des Robert de Vaugondy (avec des cartes imprimées sur grand papier).

27 Cf. introduction à l’Atlas Universel (1757) au chapitre VI : « On connait les talens de M. d’Anville, & il n’est personne qui ne lui rende justice ; mais on préféreroit surement une carte générale d’une feuille de son Asie ; & des cartes particulières des grandes parties de cette région, à la division qu’il en publie en six feuilles, desquelles on ne peut former un tout, quoiqu’elles soient de même échelle. »

28 Ce bénéfice attendu est surestimé d’après M. Pedley parce que toutes les planches n’obtiendront pas la même diffusion : seules les cartes les plus générales peuvent espérer être vendues à 4 000 exemplaires.

29 Haguet 2011 et L’Archive du mardi 27# d’autres listes de prix en Angleterre publiée sur le blog « Jean-Baptiste d’Anville, un cabinet savant » le 29 mai 2012 : https://danville.hypotheses.org/1422 [dernière consultation le 17/06/2020].

30 Voir notamment deux listes figurant dans des recueils de cartes de d’Anville : 1. un atlas conservé à la BnF (Cartes et plans, GE BB-1835) que l’on peut dater de 1772-1775 (il inclut une carte de Guinée éditée en 1775), formé de 33 cartes en 38 planches, les cartes y sont reliées dans l’ordre du prospectus des « Cartes géographiques de M. d’Anville », lequel est collé au contre-plat supérieur du volume ; il s’agit du plus ancien prospectus connu pour l’œuvre de J.-B. d’Anville ; 2. un atlas conservé à la Middle Temple Library (A 34910) provenant de Sir John Thorelet comprenant 44 cartes de d’Anville, avec un « avis » qui fait état de la mort de d’Anville, d’où sa datation « après 1782 ». Deux listes isolées sont aussi conservées à la BnF au département des Cartes et plans, cotées Ge D 10710 [année 1777] et Ge F pièce 2349 [1779]. Après la mort de d’Anville, en 1782, un avis est diffusé par de Manne dans la presse « concernant les cartes géographiques & autres ouvrages de feu M. d’Anville », comprenant les mêmes divisions, mais sans indication de prix.

31 Les deux plus anciennes listes, à savoir celle de l’atlas GE BB-1835 (datée de 1772-1775) et celle isolée cotée Ge D 10710 (datée de 1777) ne comprennent pas encore la carte de la France moderne.

32 BnF, Cartes et plans, Ge FF pièce 7195.

33 Voir note supra sur les listes de cartes de D’Anville.

34 Le département des Cartes et Plans de la BnF comprend un atlas qui réunit l’ensemble de cette collection sous la cote Ge DD 4796 (68).

35 Phénomène très frappant dans le volume Ge BB 1835 dont le format (H 74,5 x L 46 cm) est pourtant plus important en hauteur que celui d’un Atlas nouveau de Jaillot (64 x 50 cm).

36 Voir Pacha – Miran 1996, p. 46-48.

37 Par exemple : Atlas Delisle – Buache 1789.

38 Lenglet du Fresnoy 1742, 1, p. 219.

39 Éléments provenant d’un dossier réuni au département des Cartes et plans de la BnF dans le cadre des recherches effectuées sur les atlas publiés en France au XVIIIe siècle.

40 Beaurain 1736.

41 Beaurain 1755.

42 Beaurain fils 1774 et Beaurain fils 1782

43 Atlas en 3 volumes in-folio constitué en 1748 et comprenant 299 cartes sur le monde entier en vente chez Christie’s en 2006 ; atlas en 5 volumes in-folio de 299 cartes constitué en 1751 et conservé au National Maritime Muséum (n° 207) ; atlas en 3 volumes in-folio composé en 1768 et conservé à la Bibliothèque universitaire de Bâle.

44 Les 16 volumes sont entièrement accessibles dans la bibliothèque numérique Gallica à partir de la notice du catalogue de la BnF : https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb405939294 [Dernière consultation le 17/06/2020]. Voir Pavy 2013.

45 Savelette de Buchelay décède en janvier 1764. D’après Pavy 2013, sa bibliothèque est vendue aux enchères dans son hôtel parisien et à cette occasion deux catalogues de vente sont publiés. L’atlas aux sphinx d’or, vendu en juillet 1764, réapparaît en septembre 1766 dans un avis du Journal des sçavans (p. 628) qui signale sa présence chez le libraire Joseph Merlin, établi à Paris rue de la Harpe. Il passe entre les mains de Jean-Claude Dezauche (1745 ?-1824), géographe et marchand de cartes à Paris, qui en actualise le contenu en ajoutant 21 nouvelles cartes datées entre 1750 et 1811, toutes issues de sa production sauf une. Le petit-fils et héritier de Dezauche vend l’atlas à la Bibliothèque royale, le 23 juin 1838.

46 Du Bus 1940. Notice de la collection conservée à la BnF : https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40593924d [Dernière consultation le 20/06/2020].

47 Atlas conservé à la Bibliothèque nationale d’Autriche (Vienne). Voir Groot 2006 et Van der Horst 2011.

48 Furtado 2018, p. 61-62.

49 Pedley 2018, p. 107.

50 Pacha et Miran 1996, p. 49-50.

51 Pastoureau 1984 bis.

52 Lenglet du Fresnoy 1716.

53 Lenglet du Fresnoy 1736, 1742 et 1768.

54 Lenglet du Fresnoy 1716, p. XI-XII.

55 Julien 1752.

56 Julien 1763, p. XI-XII.

57 Atlas de choix 1828, comprenant des cartes de d’Anville, Delamarche, Brué, Andriveau, Goujon, Lapie, Frémin, Hérisson, Picquet, Griwtonn, publiées de 1762 à 1828. Ces atlas sont édités avec des mises à jour et sous le même titre jusqu’aux années 1860.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Frontispice, dans Nicolas Lenglet du Fresnoy, Méthode pour enseigner la géographie, 3e édition, Paris, 1741-1742, Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve des Livres rares, G 10534 (© Bibliothèque nationale de France).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/26967/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 514k
Titre Fig. 2 – Almanach Les nouvelistes du quay des Augustins, Paris, Habert, [1681], détail : au fond à droite, la boutique « Aux deux globes » d’Alexis Hubert Jaillot. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes, Réserve QB-201 (171, 9)-FT 5 (© Bibliothèque nationale de France).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/26967/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 505k
Titre Fig. 3 – Frontispice, dans Gilles et Didier Robert de Vaugondy, Atlas Universel, 1re édition, Paris, Antoine Boudet, 1757, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans, Ge DD 282 (© Bibliothèque nationale de France).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/26967/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Fig. 4 – L’Empire de Chine, dans Gilles et Didier Robert de Vaugondy, Atlas Universel, 1re édition, Paris, Antoine Boudet, 1757, 48 x 53 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans, Ge DD 282, pl. 81 (© Bibliothèque nationale de France).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/26967/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1005k
Titre Fig. 5 – Liste des cartes constituant le « nouveau corps de géographie » projeté par Jean-Baptiste d’Anville, dans Mémoire sur un projet de géographie, vers 1740, p. 3, Alençon, Archives départementales de l’Orne, Fonds de la Société historique et archéologique de l’Orne, Manuscrits Danville, 252J224/85 (© Alençon, Archives départementales de l’Orne).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/26967/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 482k
Titre Fig. 6 – Cartes géographiques de Mr. d’Anville premier géographe du roi, [Paris], [1777], Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans, Ge D-10710 (© Bibliothèque nationale de France). Liste gravée sur une ½ feuille d’atlas, 42 x 17 cm.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/26967/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Titre Fig. 7 – Jean-Baptiste d’Anville, Première partie de la carte d’Europe comportant la France, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne et les Isles Britanniques, publiée sous les auspices de monseigneur Louis Philippe d’Orléans, Paris, 1754, 2 feuilles assemblées, 82,5 x 100 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans, collection d’Anville, Ge DD-2987 (167 B) (© Bibliothèque nationale de France).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/26967/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 859k
Titre Fig. 8 – Frontispice du 1er volume de l’atlas en 16 volumes composé par Jean de Beaurain pour Marie Joseph Savalette de Buchelay en 1749, in-folio (57 x 45 cm), Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans, Ge BB-565 (1) (© Bibliothèque nationale de France).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/26967/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 517k
Titre Fig. 9 – Armes de Marie Joseph Savalette de Buchelay : fer doré au centre du plat supérieur de chaque volume de l’Atlas Beaurain-Savalette, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans, Ge BB-565 (1) (© Bibliothèque nationale de France).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/26967/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 10 – Page de titre du Nouveau catalogue de cartes géographiques et topographiques, Paris, R.-J. Julien, 1763, 2 tomes en 1 vol. in-12, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans, Ge FF 7402 (© Bibliothèque nationale de France).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/26967/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 428k

Auteur

Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search