Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construire l'institution. L’École française de Rome, 1873-1895

 | 
Michel Gras
, 
Olivier Poncet

Avant-propos

Catherine Virlouvet

Texte intégral

1Ce livre est le dernier né d’une série de monographies publiées depuis 2007 dans la Collection de l’École française de Rome, qui éclairent l’histoire de l’institution dans ses premières années d’existence. Il fait suite à trois biographies historiques et intellectuelles d’anciens membres de l’École française de Rome (Georges Goyau, Émile Bertaux et Jean Bérard), et à l’édition de la correspondance de Monseigneur Duchesne, alors directeur de l’École, avec une de ses proches, Madame Bulteau, entre 1902 et 1922. Il est surtout un prolongement du seul ouvrage à ce jour consacré spécifiquement à l’histoire de l’École, « À l’École de toute l’Italie » : pour une histoire de l’École française de Rome, recueil de textes écrits entre 1873 et 1993 réunis par Michel Gras, alors directeur, en 2010. Ainsi s’accomplit peu à peu, à travers les directeurs successifs de l’institution, André Vauchez, M. Gras, le souhait exprimé par Claude Nicolet il y a vingt ans, de replacer l’histoire de l’École française de Rome dans celle des idées au XIXe siècle dont il était lui-même un grand connaisseur, d’en faire une histoire qui ne soit pas commémorative ou nostalgique, mais bien d’appréhender le projet intellectuel qui en faisait l’originalité et la force.

2Si « À l’école de toute l’Italie » voulait « mettre en place les conditions pour l’écriture d’une telle histoire [de l’École] » comme l’écrivait M. Gras dans sa préface, dans le présent ouvrage, Construire l'institution. L’École française de Rome, 1873-1895, M. Gras et Olivier Poncet ont voulu entrer de plain-pied dans le récit des vingt premières années de l’École, à travers la personnalité et les actions de ses premiers directeurs et de certains de ses membres.

3Pour l’actuelle directrice de cette institution, comme pour tous ceux (boursiers, membres, hôtes scientifiques, chercheurs-résidents, etc.) qui en ont partagé les destinées, même pour de courtes durées, la lecture de ces pages a des accents plus ou moins marqués d’une histoire de famille. Mais, au-delà, elle est un enrichissement dans la réflexion permanente à mener sur le devenir d’une institution vieille de cent-quarante ans, qui possède un passé prestigieux qui l’honore et qui doit évoluer avec son siècle. À n’en pas douter, il y a des leçons à tirer du passé : au moment où les Écoles françaises à l'étranger s’emploient à diversifier les profils des chercheurs qui passent dans leurs murs, l’originalité des parcours des premières générations de membres, le large éventail de carrières qu’ils suivirent par la suite – même si dès l’origine les directeurs souhaitent faire de l’École française de Rome une pépinière de professeurs d’université – donne à réfléchir. Il est vrai que l’époque était à la valorisation, dans les formations universitaires, des humanités qui menaient souvent aux postes de responsabilité politique. La place des littéraires et des linguistes, la présence de Mabilleau, un des pionniers des sciences de l’éducation et auteur d’un cours complet d’enseignement primaire appliquant le programme proposé par Jules Ferry en 1882, étonneront ceux qui connaissent aujourd’hui la prédominance des historiens dans l’établissement. Qui se souvient que l’agrégation d’italien a été introduite en France par un ancien membre de l’École française de Rome ? L’étroitesse des relations originelles avec l’École française d’Athènes, dont l’École de Rome est au départ une émanation, ouvre aussi un vaste champ à la réflexion, au moment même où les Écoles françaises à l’étranger travaillent au développement des synergies et à la mutualisation de leurs missions.

4Dans le même temps, l’analyse des premières années permet d’expliquer les spécificités de l’institution dans le paysage actuel de la recherche française en sciences humaines dans l’aire méditerranéenne. La place centrale des études historiques à l’École française de Rome, qui se vérifie encore aujourd’hui, a des raisons conjoncturelles : les terrains de fouilles ne sont pas ouverts aux recherches étrangères en ces premières années de l’unité italienne, car l’archéologie est un moteur puissant dans la construction du sentiment national de la jeune Italie. Mais elle a aussi une raison fondamentale : Rome, comme capitale de l’Italie et siège de l’État du Vatican, et au-delà l’Italie toute entière, présentent une richesse archivistique inégalée. Dès lors, l’École joua un rôle important pour la construction de la discipline historique dans l’enseignement français à tous les niveaux. Auguste Geffroy, le premier directeur d’une École indépendante, à l’origine historien de la période contemporaine, fut aussi pendant dix ans président du jury de l’agrégation d’histoire. Cela ne signifie pas pour autant que l’École ait renoncé à sa vocation première qui était de former à l’archéologie les jeunes gens qui partaient pour l’École française d’Athènes. Le terrain italien étant fermé, c’est vers l’Afrique du Nord que se tournèrent les membres, entamant ainsi une relation scientifique avec les pays du Maghreb actuel qui a survécu aux épisodes douloureux de la colonisation et de la décolonisation. Faire l’histoire des premiers temps de l’École française de Rome, c’est aussi faire l’histoire des premières recherches archéologiques sur l’Afrique antique, l’institution ayant joué un rôle de premier plan dans ce domaine aux côtés de l’armée française. Ainsi le présent ouvrage permet de mesurer la modernité du projet dont l’École de Rome était issue, modernité dont il convient de garder l’esprit en ce début du XXIe siècle, dans un paysage scientifique nouveau au sein duquel l’histoire, l’archéologie et les sciences sociales ont toute leur place pour comprendre cet espace méditerranéen qui est de tout temps l’objet d’étude privilégié de l’École française de Rome et de ses « consœurs » athénienne, cairote et madrilène.

5La jeunesse de l’École française de Rome n’est pas qu’une petite histoire pour initiés. Elle touche plus largement à l’histoire des idées, des disciplines scientifiques, de l’enseignement supérieur, en cette fin du XIXsiècle. Fondée au lendemain de la défaite de 1870 contre l’Allemagne pour affirmer le rayonnement de la science française face à la science germanique, elle illustre la manière dont les établissements français à l’étranger, nés de la volonté politique, s’en sont rapidement détachés pour trouver leur place dans un dialogue scientifique international qui ne subit pas – ou peu – les vicissitudes des relations diplomatiques. On espère que le présent livre aura des répercussions au-delà du cercle des habitués des Écoles françaises à l'étranger, qu’il pourra servir aux historiens spécialistes de ces périodes et de ces thématiques, pour que l’histoire des établissements français de recherche à l’étranger ne soit pas seulement une histoire de « l’entre soi », mais bien une part de la grande histoire culturelle de l’époque contemporaine.

Auteur

Directrice de l'École française de Rome - direction@efrome.it

© Publications de l’École française de Rome, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540