Version classiqueVersion mobile

Forme du savoir, forme de pouvoir

 | 
Jean-Marc Besse

Deuxième partie - La forme-atlas dans la construction des savoirs

Des atlas du doute ?

Scandales, impostures et prudences cartographiques au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles

Stéphane Van Damme

Résumé

Parler de « cartographie sceptique », de géographie curieuse, n’a rien d’évident et nécessite au préalable un examen des conditions d’une telle enquête. Comment considérer les cultures sceptiques qui entourent les pratiques cartographiques et la fabrication des atlas à l’époque moderne ? Dans quelle mesure l’atlas a-t-il pu être un genre épistémique fécond pour les savants du doute, qu’on les nomme sceptiques, libertins, matérialistes ? On s’est peu intéressé à la culture géographique sceptique, si l’on excepte les travaux de Frank Lestringant, de Catherine Hofmann ou de Nicolas Verdier sur les impostures cartographiques. Difficiles à traiter comme un corpus homogène, ces usages de l’atlas affleurent et s’intensifient à mesure que les ordres de l’information s’établissent avec plus d’efficacité et de contrôle. Il ne s’agira donc pas de réifier une tradition en sur-interprétant les « distorsions » et les détournements de conventions géographiques ni de projeter des pratiques de dissimulation ou de critique, mais d’ouvrir une discussion sur une pratique prudentielle des outils géographiques durant le règne de Louis XIV et au XVIIIe siècle à partir d’une série de controverses et d’épreuves cartographiques. Nous ne partirons pas d’une définition d’un corpus ou d’une pratique cartographique assignable à un groupe (les « libertins ») car ni la carte ni son auteur ne font groupe. Plus généralement, on cherchera à poser la question de l’économie du soupçon qui pèse sur les entreprises cartographiques et orchestre une forme de suspension du jugement géographique promouvant l’indécision et la double vérité comme norme.

Texte intégral

  • 1 Harley 1995, p. 33. Plus largement, voir id. 1987 ; Pelletier 1998 ; Jacob 1992.

L’idée que les cartes peuvent produire une image « scientifiquement » exacte du monde, où les informations factuelles sont représentées sans parti pris, est bien ancrées dans notre mythologie culturelle. Reconnaître que toute cartographie est une fiction complexe, contrôlée, ne nous empêche pas de conserver une distinction entre les présentations du contenu des cartes qui sont délibérément induites par un artifice cartographique et celles où le contenu structurant de l’image n’est pas examiné1.
John Brian Harley

Impostures cartographiques : un déplacement historiographique

  • 2 Sur cette tradition du témoignage dans la pratique humaniste, voir Williams 2006.
  • 3 Hofmann 2017.
  • 4 Harley 2001, en particulier le chapitre 3.
  • 5 C’est tout l’apport des travaux sur la toponymie, voir Monmonier 2006.
  • 6 Pelletier 2001.
  • 7 Besse 2012, p. 143 ; id. 2008.

1L’étude des usages sceptiques de la cartographie ou des impostures cartographiques n’est pas nouvelle et s’inscrit dans une riche tradition historiographique illustrée par les travaux de Frank Lestringant ou de John Brian Harley, qui ont insisté sur le doute sur l’information, sur la modalisation, sur la mise à distance par une rhétorique du soupçon et de la défiance dans ce régime cartographique ancien2. Récemment Catherine Hofmann attirait notre attention sur la carte des frères Zeno des terres arctiques (1558) signalant comment progressivement le doute s’immisce3. Les cartes anciennes sont en effet traversées par des tensions, des jeux, des « distorsions », des « écarts » par rapport à une prétendue norme graphique de la représentation qui serait fondée sur un pacte de lecture liant la carte et le territoire4. Elles s’appuient sur des genres éditoriaux qui déjouent les conventions les plus établies et sur des stratégies de mise en représentation de l’espace qui ne sont pas neutres, qui entraînent engrenages polémiques et controverses, car l’accord sur les conventions cartographiques, l’administration de la preuve n’est pas entièrement trouvé. Elles stabilisent parfois des données provisoires, une information qu’on sait aléatoire ou erronée, s’inscrivent dans des logiques d’inscriptions réversibles où l’effacement, le retour en arrière, la nomination reste un processus ouvert et vif5. Ces positions épistémologiques qui font la richesse de l’histoire de la cartographie aujourd’hui peuvent aussi recouper des pratiques et des univers sociologiques et professionnels différents. Décrivant le travail des cosmographes et des hydrographes français à la Renaissance, Monique Pelletier note les difficultés pour les cartographes de cabinet qui accompagnent la carte de longs textes « traitant des régions représentées, de leurs habitants et de leur végétation ». De même, ils ont soin de poser les limites de leur information, contredisant selon elle, « un certain réalisme que donnent à ces terres fictives les cartes correspondantes ». Ainsi, elle oppose le savoir des marins et hydrographes fondé sur l’expérience et la projection dans de futures expéditions à la cartographie de cabinet sensible aux hypothèses géographiques6. En généralisant la critique sur l’information, les historiens de la cartographie n’ont eu de cesse de miner une dimension purement documentaire ou utilitaire de la carte ou de l’atlas, en proposant d’identifier des stratégies ou pour le dire avec Jean-Marc Besse : « Là aussi s’est progressivement répandue l’idée selon laquelle la carte véhicule un projet vis-à-vis du territoire qu’elle représente, et que ce projet n’est pas seulement de connaissance, comme on peut le voir exemplairement déjà dans les cartes utopiques, ou religieuses, anciennes, par exemple. Nombreux sont ceux qui considèrent la carte moins comme le produit et le support d’une opération cognitive que comme un instrument stratégique dans une situation de communication qui se caractérise par le conflit de représentations et des intérêts7. »

  • 8 Woodward 1987.
  • 9 Pelletier 2001, p. 19-22.
  • 10 Buisseret 1992, p. 2 : When did monarchs and ministers in various countries begin to perceive that (...)
  • 11 Besse 2015.
  • 12 Voir l’approche de Safier 2008.
  • 13 Biggs 2016.

2La tension entre cartographie de terrain et cartographie de cabinet, réalisme ou fiction a permis aussi de rapprocher l’analyse de la cartographie et la culture du livre d’images8. Le réalisme ou la mimésis ont ainsi été mis en porte à faux en soulignant et en démontant les ressources rhétoriques et visuelles pour montrer le jeu entre la carte et le territoire. En soulignant la proximité du marché de l’édition d’images gravées, en rappelant l’importance au XVIe siècle d’une cartographie de peintres, tradition vive dans le genre du « portrait » de ville9, les recherches ont montré que demeurent aux côtés des constructions territoriales (politique ou militaire)10 ou des enjeux scientifiques, une cartographie artistique voire une histoire de l’édition cartographique influencée par la contrefaçon, le plagiat et le détournement de carte11. En tissant un lien entre proche et lointain, la carte est un puissant instrument de réorganisation du monde et doit se lire souvent dans un rapport de coprésence avec le récit, la description ou d’autres artefacts visuels comme les tables, les graphes, les inventaires qui pullulent dans les récits de voyage12. De même, les éléments péricartographiques ont été réintégrés dans l’analyse des historiens de la cartographie aux côtés des symboles, des légendes, etc., comme une comparaison entre différents types d’artefacts (diagramme, tableau, graphe, carte)13. Sur ce point, la carte constitue un objet-frontière entre histoire de la cartographie, histoire du livre et histoire des sciences. Les problématiques de la « bonne » représentation des espaces lointains rejoignent celle de l’image scientifique.

  • 14 Pour l’approche littéraire, je renvoie en particulier à Tinguely 2016. Pour l’histoire de la philo (...)
  • 15 Sur ce cadre théorique et méthodologique, nous renvoyons à notre livre : Van Damme 2008. Voir auss (...)
  • 16 Nous avons commencé à proposer une enquête systématique sur les savoirs géographiques mis en œuvre (...)

3Si l’enquête sur la « géographie » des libertins érudits n’est pas entièrement neuve, elle doit beaucoup aux études sur les relations de voyage en histoire de la littérature comme en histoire de la philosophie14. Parler de « cartographie sceptique », de géographie curieuse, ou d’atlas du doute en revanche n’a rien d’évident, ni pour un spécialiste du libertinage ni pour un historien de la cartographie ancienne. Dans le cadre de ce chapitre, on ne partira pas d’une définition d’un corpus ou d’une pratique cartographique assignable à un groupe (les « libertins »), car ni la carte ni son auteur ne font groupe, ni non plus d’une carte curieuse aisément identifiable ou d’un cartographe publiquement libertin. En s’attachant aux « épreuves » (scandales, polémiques, controverses, procès, affaires), nous avons, à plusieurs reprises, essayé de repenser une histoire des savoirs « libertins » affranchie d’une histoire purement doctrinale ou d’une histoire judiciaire et policière15. La notion d’épreuve permet en effet d’analyser les opérations sceptiques, libertines ou encore critiques dans le vif des disputes ou des controverses que nous avons repérées dans la production cartographique au tournant du XVIIe et du XVIIIe siècle, sans pour autant avoir besoin de réifier ces objets (géographie libertine ou sceptique, atlas curieux, etc.), mais en les replaçant dans des contextes dynamiques. C’est dans le temps de la controverse, de la polémique ou du scandale que les questions de l’autorité politique, de l’expertise géographique, de conventions et de normes graphiques et matérielles, sont redéfinies par les acteurs eux-mêmes et permettent d’identifier des impostures, des forgeries. On cherchera à reconstituer une économie sceptique du soupçon qui pèse sur les entreprises cartographiques16. En refusant le cadre monographique du corpus, souvent perçu comme un cadre d’analyse « inerte », l’étude des épreuves cartographiques nous propose de jouer sur les échelles d’observation pour restituer la part d’incertitude qui encadre le travail de qualification du libertinage dans la dénonciation scientifique. À l’inverse, comme nous l’apprend l’histoire du scepticisme, les usages prudentiels de la carte ou de l’atlas soulignent aussi une pratique cartographique libertine qui s’appuie sur la réserve, le non-dit, la dissimulation voire le détournement.

  • 17 D’autres empires ont produit d’autres cosmographies : Portuando 2009.
  • 18 Bernier 2013, p. 40.

4Dans quelle mesure les débats, les controverses voire les scandales déstabilisent, décrédibilisent, voire reformulent (peut-être) le genre épistémique de la carte ou du recueil de cartes comme l’atlas ou plus exactement la dimension documentaire, mimétique, référentielle de l’atlas moderne ? On fait l’hypothèse au seuil de cette enquête que la seconde partie du règne de Louis XIV se caractérise par une intensification des polémiques autour des cartes des espaces lointains et inconnus17. Rappelons ainsi la mise en garde du voyageur François Bernier dans l’Empire moghol à propos de la lecture de la carte qu’il a dressée et qui accompagne son récit de voyage : « joignant à cela une carte du pays pour mieux faire entendre ce que je dis, sans prétendre néanmoins de la faire passer pour exacte, mais seulement pour la moins mauvaise de toutes celles que j’ai vues18 ». L’approximation, la connaissance approchée qui fondent l’épistémologie des « libertins » érudits ont leurs vertus, car elles ne prennent pas la carte pour le territoire, mais essaient constamment de compliquer le rapport du lecteur avec les savoirs du lointain, la représentation comme la documentation.

Portrait d’un anti-atlas : l’impossible corpus cartographique sceptique

  • 19 Nous reprenons la belle expression de Verdier 2015, p. 66.

5Le passage de la carte à l’atlas, au recueil de cartes, au « livre à cartes19 » offre-t-il plus de prises pour comprendre cette géographie curieuse ? Même s’il semble présomptueux de parler d’atlas sceptique comme un genre établi, on souhaiterait proposer une autre piste en nous demandant dans quelle mesure l’atlas sceptique est défini par sa situation polémique, comme un anti-atlas ? Comme on le verra, la difficulté à faire corpus, à renvoyer à une unité éditoriale assignable, pose problème et mine peut-être la forme atlas en la renvoyant systématiquement à l’unité de la carte.

  • 20 Lestringant 1993, p. 23.
  • 21 Rankin 2016. Comme l’indique Rankin, p. 3-4 : This change in the logic of mapping – this shift in (...)
  • 22 Turchi 2004.
  • 23 La Mothe Le Vayer 2009, livre de géographie, p. 61.
  • 24 Référence directe à Besse 2003, chapitre 9.
  • 25 Cavaillé 1991.

6D’abord, l’affirmation de l’atlas dans le contexte français se fait sur fond de crise et de redéfinition du cadre cosmographique. Comme l’écrit Franck Lestringant, en cette fin du XVIIe siècle : « En même temps que triomphe le principe des collections de voyages et de documents, la cosmographie est peu à peu frappée d’obsolescence20. » À la manière des historiens des sciences contemporains qui se sont interrogés sur la fin de la carte comme matrice de représentation lorsque le territoire n’est plus forcément lié à la souveraineté, la fin du XVIIe siècle n’expérimente-t-elle pas la fin de la cosmographie et commande le renouvellement de l’atlas dans sa forme comme dans ses usages21 ? Faut-il voir dans ce contexte polémique ces pratiques comme l’expression d’une mélancolie du cartographe et du fabricant d’atlas regrettant la place croissante des mathématiques ou le vertige devant les exigences des critères de précision ? Alors que la production d’atlas va devenir exponentielle, la défense de cette cartographie curieuse vise à exprimer un doute, un effacement d’une pratique plus auctoriale et plus artisanale de la cartographie. L’usage satirique ou polémique des cartes comme la multiplication de fausses cartes ou de cartes fictionnelles22 rendrait ainsi volontairement compliquées les assignations identitaires ou l’idée de l’atlas comme ressource documentaire. Les opérations de subversion qui questionnent des usages établis de la carte mettent en évidence une fragilité de la carte, une réversibilité de la certitude cartographique. L’atlas du doute comme recollection du monde apparaît comme triplement problématique : d’abord la représentation cartographique n’offre pas de sûreté concernant l’information localisée. L’atlas est encyclopédique, mais n’offre pas toujours un savoir critique, un point de vue auctorial, et de facto, on ne trouve pas ou peu d’atlas dans les catalogues des bibliothèques libertines, peu d’atlas recommandés chez Naudé ou La Mothe Le Vayer. En dehors du Theatrum Orbis Terrarum d’Ortelius, aucun livre de géographie ne s’impose23. Que signifie cette présence ? La référence à une méditation géographique qui illustre la folie du monde et la satire morale du XVIe siècle sous la forme d’un théâtre24, métaphore baroque chère aux libertins érudits25 ou simple révérence faite à un ouvrage déjà considéré comme classique ?

  • 26 Christin – Serdeczny 2008, en particulier p. 28-29.
  • 27 Hodgkiss – Tatham 1986, p. 9.
  • 28 Ibid., p. 9.
  • 29 Didi-Huberman 2011.
  • 30 Dew 2006.
  • 31 Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, GE D-11715 (5) : « Carte de la Cali (...)
  • 32 Cette idée de la table, du diagramme, a été suggérée par l’analyse de Jean-Marc Besse sur Apian, v (...)

7Qu’en est-il justement des atlas ? Matériellement, les atlas sont aussi très hétérogènes, présents dans des livres imprimés de prestige in-folio ou in-quarto, ou au contraire publiés dans des formats portatifs, présentés sous forme manuscrite ou comme fac-similé. Le travail encyclopédique produit par les cosmographies de la Renaissance qui discutent aussi bien de géographie, d’astronomie, d’histoire et de sciences naturelles était accompagné d’illustrations diverses comme des portraits, des vues et des cartes. La prolifération en Allemagne puis en Italie et dans les Pays-Bas d’une production cartographique dense permet aussi à des libraires-imprimeurs de réutiliser des gravures sur bois à la convenance de l’acheteur. L’émergence de la forme atlas remonterait aux années 1570 et engloberait aussi bien les recueils de cartes urbaines que les livres des îles. Plus qu’un genre éditorial, il reste longtemps une forme d’organisation de l’information à la fois ouverte aux révisions et fondée sur une démarche systématique26. On sait ainsi qu’Antoine Lafréri composait à la demande de ses acheteurs des atlas qui étaient des recueils de collections de cartes en fonction de ce qu’il avait en stock27. Alors que les formats variaient chez Lafréri, Ortelius insiste sur l’unité et l’homogénéité de ses atlas28. Il conforte avec Mercator une première forme de l’atlas. Les supports de l’atlas sont aussi très variés. Loin d’être autonomisées, les cartes curieuses sont souvent situées aux marges de livres d’histoire, de catalogues, de recueil. Le choix des échelles comme l’absence de textes accompagnant les images sont autant de spécificités qu’il faut prendre en compte. Enfin, c’est souvent l’agrégation de cartes qui désigne un volume comme atlas. Ce constat interroge la définition moderne de l’atlas, pour donner toute sa force à la notion d’assemblage. C’est souvent l’addition de cartes dans un volume ou de cartes dans la carte qui crée cette impression d’atlas curieux, renvoyant à l’importance du cadrage, du montage, du collage cher à l’atlas Mnemosyne d’Aby Warburg29. Dans l’atlas ancien, le passage de la curiosité cartographiée comme collection à la curiosité comme instrument critique se donne à voir plus clairement, car le recueil de cartes est constitué de cartes comme les recueils de récits de voyage offrent des collections de récits30. Un exemple frappant de la carte dans la carte peut se trouver dans la Carte de la Californie publiée en 1772, qui propose sur la même planche côte à côte : les cartes de Matteo Pecci, du jésuite Eusebio Francesco Kino, de Robert de Vaugondy, de Nicolas Sanson et de Guillaume Delisle31. Cette dimension de « table » ou de « planche contact » pour utiliser un terme anachronique autorise les comparaisons en même temps qu’elle met en série ces cartes de 1604 à 1767 (fig. 1)32.

Fig. 1 – « Carte de la Californie suivant I. la Carte manuscrite de l’Amérique de Mathieu Néron Peccioù len dresses à Florence en 1604 II. Sanson 1656 III. De l’Isle Amérique Sept. 1700 IV. le Pere Kino Jésuite en 1705 V. la Société des Jésuites en 1767 », Paris, Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, GE D-11715 (5) (© Bibliothèque nationale de France).

Fig. 1 – « Carte de la Californie suivant I. la Carte manuscrite de l’Amérique de Mathieu Néron Peccioù len dresses à Florence en 1604 II. Sanson 1656 III. De l’Isle Amérique Sept. 1700 IV. le Pere Kino Jésuite en 1705 V. la Société des Jésuites en 1767 », Paris, Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, GE D-11715 (5) (© Bibliothèque nationale de France).
  • 33 Baynton-Williams 2015, p. 40, 44.
  • 34 Je reprends ici les catégories utilisées par ibid., p. 6.
  • 35 Ibid., p. 34.

8Il est évidemment difficile de faire parler les silences de l’archive, mais le contraste entre l’absence relative des atlas dans les bibliothèques « libertines » et l’omniprésence des Relations de voyage est frappante. On peut bien sûr l’imputer au coût de ces livres illustrés, mais on peut aussi y voir la marque d’une défiance pour un outil épistémologique ambigu. L’atlas n’offre pas la possibilité d’une synthèse critique : lorsque les libertins érudits voudront réaliser un livre de géographie, ils lui préféreront une géographie, c’est-à-dire un genre textuel et littéraire où la description, la narration prend le pas sur la représentation graphique. On lui préfère les genres éditoriaux de collections de voyage, ou celui du traité de géographie. On se méfie de la carte dans le contexte d’une conjoncture éditoriale associée à une conjoncture religieuse d’expansion et de conquête du monde depuis le XVIe siècle. En systématisant ou en généralisant cette critique, les acteurs qui nous occupent mettent à mal à la fois les stratégies des ordres religieux et une culture des « curiosités cartographiques » qui se banalise, qu’il s’agisse des cartes pour jouer comme celui du jeu de l’oie de Pierre Duval en 1645 ou du damier du même Pierre Duval en 165233, des cartes en forme d’animaux, des cartes en forme humaine ou des supports (cartes sur des objets) ou cartes allégoriques34. Ces différents genres cartographiques accompagnent aussi la cartographie fictionnelle des utopies comme la carte satyrique du monde réalisée en 1605 par Joseph Hall à Londres, évêque d’Exeter, qui décrit le voyage en Terra Australis sur le bateau Fantasia et dénonce les mœurs londoniennes35.

  • 36 Les travaux de Nicholas Dew sur la collection de voyages de Thévenot vont dans le même sens. Dew 2 (...)

9Depuis la Renaissance, dans les atlas ou les cosmographies, de nombreux exemples d’une curiosité sceptique procèdent à une cartographie des curiosités, mais aussi à une mise à distance de l’identification de la carte au territoire ou encore instaurent un jeu avec les références antiques et bibliques. Les historiens de la cartographie ont ainsi essayé de mesurer le poids dans les titres de l’expression même de « carte curieuse » ou « d’atlas curieux ». Force est de constater que la recherche par titre s’est avérée décevante et qu’elle n’a pas pu repérer ce potentiel critique. Les indications de carte curieuse ou d’atlas curieux sont d’abord rares si l’on examine les catalogues des collections des grandes bibliothèques publiques. Celui de la BnF par exemple ne livre que quelques exemples de cartes épars aux XVIIe et XVIIIe siècles. Sur les neuf titres se rapportant à l’expression d’« atlas curieux », il s’agit toujours du même atlas, et de ses différentes éditions successives, conçu par Nicolas de Fer d’abord à l’usage du Dauphin, entre 1700 et 1716 dans un format in-folio en deux volumes. Le plus connu est l’Atlas curieux ou le Monde représenté dans les cartes générales et particulières publié en 1700, qui va connaître de nombreuses rééditions jusqu’en 1717. Majoritairement, la notion est employée positivement pour désigner une carte ou un atlas, nouveaux plutôt que singuliers. Si la catégorisation par le titre est peu concluante, la définition de la forme atlas par sa plasticité peut renvoyer aux recueils factices qui permettent de comparer les différents cartographes et styles cartographiques. Dans la seconde moitié du XVIIe siècle, ces atlas sont à rapprocher des collections de récits de voyage qui deviennent l’outil critique par excellence en facilitant la comparaison et la relativisation des informations36. Dans l’atlas composite Atlas ou recueil de cartes publié en 1700 qui juxtapose des cartes de différents auteurs et de différentes provenances, il est possible de comparer un ensemble de pratiques cartographiques, mais aussi de voir les inégalités dans le traitement de l’information.

  • 37 Lestringant 1993, p. 154 ; Woodward 2007.
  • 38 Jacob 1996, p. 110.
  • 39 Ibid., p. 113.

10La différence entre Delisle et Hubert Jaillot, géographe du roi, fin XVIIe siècle, qui ne fait aucune référence aux sources, apparaît comme évidente. La visibilité de l’information semble ainsi très hétérogène d’une carte à l’autre, d’un auteur à un autre. Certains cartographes n’hésitent pas à indiquer très clairement la source des informations recueillies, voire même à s’appuyer sur toute une série d’autorités : les mémoires de voyageurs, les relevés astronomiques ou géodésiques, les travaux des académiciens. Ces atlas mettent en évidence l’importance d’un art du montage que confirme Frank Lestringant : « pour tenir son atlas à jour, le cosmographe est amené à intégrer des fragments de relevés sans échelle, balisés par les lignes de rhumb, au canevas de la sphère armillaire ou à la grille de projection géométrique de la sphère sur le plan. La seconde nécessité est l’articulation des parties, de provenance hétérogène, sur le tout préconstruit de la mappemonde37 ». Nicolas de Fer est un spécialiste de ces éditions multiples de la même carte avec des formats et des échelles différentes qui peuvent « être assemblées les unes aux autres pour ne former qu’une seule carte38 ». La carte miniaturisée, la carte géante, la carte en feuilles imposent une reconstitution d’un tout qu’il soit régional ou national à partir du local39. La réflexion cartographique libertine fait ainsi saillir la tension entre la carte isolée et le recueil comme la collection de récits de voyage le faisait par la mise en série et en comparaison. Le catalogue des imprimés de la Bibliothèque nationale de France indique ensuite des exemples plus tardifs comme la carte de Brion de la Tour, ingénieur-cartographe qui publie en 1775 une Carte curieuse des nouvelles limites de la Pologne et de l’Empire ottoman (la seconde est publiée au début du XIXe siècle et concerne une carte fictive représentant les accidents physiques du globe). De toute évidence, il n’y a pas une généralisation massive de l’expression aux XVIIe et XVIIIe siècles dans la titrologie cartographique, mais la titulature de la carte ou de l’atlas curieux ne renvoie pas à un genre stable et identifiable.

  • 40 Zagorin 1990. Voir surtout les travaux de Cavaillé 2002 ; id. 2011 ; id. 2012 ; id. 2013 ; Moreau (...)
  • 41 Baynton-Williams 2015, p. 68-69 ; Curto, Cattaneo et Almeida 2003.
  • 42 Châtelain 1708-1720.
  • 43 Buisseret 1997, p. 113-162.
  • 44 Schmidt 2015.

11La difficulté à identifier par les critères formels (qu’ils soient iconographiques ou rhétoriques) et éditoriaux la cartographie sceptique doit dès lors nous inviter à changer de méthode, à partir de contextes principalement polémiques où cette réflexion cartographique, ou l’usage de la carte et de l’atlas prend tout son sens. Fondée sur l’assemblage et sur la sérialité, la pratique de mise en recueil donne aux lecteurs toute sa place et encourage une pratique active, une mobilité dans la lecture. Dans cette perspective pragmatique où le lecteur est actif dans la construction de la signification, c’est la mise en contexte polémique qui dénature ou déplace les effets de la carte. Or l’on sait que les « libertins érudits » sont passés maîtres dans la valorisation d’un art de lire40. Dans le cadre de la satire politique, les cartographes hollandais ou huguenots du début du XVIIIe siècle sont très actifs. À l’occasion de l’effondrement de la Compagnie de la Louisiane, Henri Abraham Châtelain réalise tout un volume de cartes41. En 1719, on lui attribue aussi une « Carte très curieuse de la mer du Sud contenant des remarques nouvelles et très utiles non seulement sur les ports et isles de cette mer » coloriée à la main qu’il fait figurer dans son Atlas historique, ou nouvelle instruction à l’histoire, à la chronologie et à la géographie ancienne et moderne, publié entre 1708 et 1720, en 7 volumes, mais l’exemple n’est pas forcément plus probant42. Cette carte présente des médaillons avec les découvreurs de l’Amérique (Colomb, Vespucci, Magellan, Drake et Dampier) dont on peut suivre sur la carte les itinéraires de voyage. Les vignettes en marge illustrent des scènes narratives décrivant les économies coloniales fondées sur le castor, le poisson, le sucre, mais aussi de véritables zooms sur les paysages les plus typiques (le delta du Mississippi, les chutes du Niagara, le cap de Bonne Espérance ainsi que les villes principales). L’atlas se présente ainsi comme un travail encyclopédique consacré à l’histoire et à la généalogie des continents, discutant de la géographie, de la cosmographie, de la topographie, de l’héraldique et de l’ethnographie. Le volume VI qui inclut cette carte est quant à lui entièrement dédié à la découverte du Nouveau Monde. La même année, Châtelain réalise la carte de l’île de Madagascar ou île Dauphine « contenant sa description et diverses particularitez curieuses de ses habitants tant blancs que negres ». La richesse de la documentation et de l’information laisse place cependant à une mise en abyme : la Californie qui est décrite comme une île est accompagnée d’une indication signalant que certains Européens la rattachaient à la côte. Cette notation est une des premières à mettre en doute la représentation proposée par les Hollandais et les cartes anglaises depuis 1630. On sait combien cette question sera débattue au début du XVIIIe siècle, à partir de la réception de la cartographie jésuite d’Eusebio Kino de la Californie publiée en 170543. Entre la cartographie hollandaise et celles des jésuites, c’est bien une représentation du monde qui est discutée44.

  • 45 Romano 2016.
  • 46 Baynton-Williams 2015, p. 16.
  • 47 Christin et Flückiger 2008, p. 33-44 ; Christin, Flückiger et Ghermani 2015.
  • 48 Balzamo, Christin et Flückiger 2015, p. 38.
  • 49 Ibid., p. 9.
  • 50 Ibid., p. 9.
  • 51 Ibid., p. 14-15.
  • 52 Ibid., p. 16.

12Les missionnaires ne sont pas en effet simplement des observateurs patients et des informateurs neutres, ils sont aussi cartographes, producteurs de savoirs géographiques et acteurs de la constitution des territoires45. Déjà au moment de la Réforme, les cartographes se font polémiques et représentent de manière allégorique le monde catholique comme dans la Mappemonde nouvelle papistique attribuée à Pierre Eskrich à Genève en 1566 qui dénonce la corruption de l’Église médiévale46. Du côté catholique, la carte d’Heinrich Bünting publiée en 1581 à Magdebourg représente l’Europe sous l’apparence d’une reine. La carte est chez les missionnaires indéfectiblement description et matrice de l’action apostolique. De l’Amérique du Sud à la Chine, en passant par les Indes et l’Afrique, il est peu d’espaces où ne s’exercent conjointement le travail apostolique et le travail cartographique. L’atlas lui-même devient même un des instruments de visibilité de l’action apostolique de conversion et de mise en ordre du monde catholique. Face aux atlas confessionnels comme l’Atlas Marianus de Wilhelm Gumppenberg47, et aux cartes missionnaires qui se multiplient dans le sillage de la politique apostolique de la Contre-Réforme, et qui s’appuient sur une unité doctrinale, les pratiques sceptiques consistent au contraire à mettre en exergue le caractère factice, composite de ces architectures. L’Atlas Marianus se présente moins comme un recueil de cartes que comme un corpus iconographique des images de la Vierge Marie. Le prospectus lancé en 1652 mobilise tout le réseau jésuite pour identifier les sanctuaires48. Selon Nicolas Balzamo et Olivier Christin, « l’ouvrage ne se laisse en effet classer dans aucune des grandes catégories de la littérature de controverse ou de dévotion : l’Atlas Marianus n’est ni un traité dogmatique sur le culte de la Vierge ou de ses images, ni un recueil de miracles, ni un guide de pèlerinage, et ce n’est pas non plus, comme son titre le pourrait le laisser entendre, un recueil de cartes49 ». Il s’apparente aux topographies sacrées. C’est dans ce genre que l’on retrouve par exemple la Gallo-Flandria sacra et profana du jésuite Jean Buzelin50. L’atlas y est géographique, car il procède à une cartographie des sanctuaires. Dans sa dimension universelle, l’atlas donne à voir la puissance du réseau de collecte d’informations de la Compagnie de Jésus. 600 réponses, 274 correspondants permettent l’établissement des notices51. Mais l’ouvrage n’est pas qu’une somme érudite et la topographie se plaît à « souligner le rôle déterminant des Habsbourg dans la propagation et la diffusion du culte de Marie partout dans le monde catholique52 ». Les prétentions universalistes restent conformes à la fois aux stratégies impériales et aux visées missionnaires de la Compagnie. Comme l’écrit Gumppenberg dans l’avis au lecteur :

  • 53 Ibid., p. 4749.

C’est pourquoi en 1650, je fis part de mon projet à de nombreux pères de la Société qui, en route vers Rome pour l’élection du général, passaient par Trente, où je résidais moi-même à ce moment. Je leur demandai de communiquer l’idée au futur révérend père général, afin que fût nommé quelqu’un qui serait digne de la tâche et qui, avec l’aide des supérieurs, recenserait les images miraculeuses de Marie dans tous les pays. [...] Je rédigeai donc en toute hâte un sommaire de l’Atlas Marianus sur quelques feuillets de papier et l’envoyai à Rome pour censure. Après que les savants pères réviseurs l’eurent jugé conforme et sur injonction du révérend père général, je le fis imprimer en latin à Trente en l’an 1655 sous le titre Idea Atlantis Mariani, et j’en envoyai plus de six cents exemplaires dans toutes les provinces53.

  • 54 Christin, Flückiger – Ghermani 2015, citation p. 16.
  • 55 Fabre 1992.
  • 56 Christin, Flückiger – Ghermani 2015, p. 23.

13Même si la préface ne dit rien de la forme atlas, on voit percer une organisation cohérente et structurée à l’échelle de la Compagnie et fondée sur toutes les autorités légitimes au sein de l’Ordre. Il se rapproche de la forme atlas par sa dimension ouverte qui se prêtait facilement aux révisions éditoriales et aux ajouts, mais aussi par sa dimension encyclopédique : « À leur façon, les topographies sacrées, les cartes thématiques de la présence céleste dans le monde et les atlas mariologiques tels que l’Atlas de Gumppenberg procèdent de même : ils invitent leurs lecteurs à saisir d’un coup ce qui se donne généralement que de manière éclatée, subjective, éphémère, locale54. » L’atlas se réclame ainsi de la tradition ignacienne de la composition de lieu très forte dans les pratiques spirituelles de la Compagnie de Jésus55. L’atlas enfin garantirait à la fois la dimension locale et nationale et la catholicité universelle, « l’universalité, l’unité et l’infinitude56 ».

  • 57 Lestringant 1993, p. 17.
  • 58 Certeau 1990, p. 179, voir le commentaire d’Isabelle Laboulais 2008, p. 5-7.

14La crédibilité du récit ou, au contraire, la connivence fictionnelle avec le lecteur est ainsi parfois difficile à établir lorsque la relation de voyage s’accompagne d’un dialogue fictionnel ou d’une carte donnée pour authentique. L’atlas pourrait devenir ainsi un genre épistémique sceptique s’il est composé d’éléments hétérogènes (narratifs comme les lettres ; figurés comme les gravures ; cartographiques). Il me semble que dans la composition, l’assemblage d’éléments hétérogènes peut constituer l’idéal d’un atlas sceptique. Il me semble aussi que la cosmographie comme l’histoire universelle sont attaquées de concert. Même si l’on sait que « l’entreprise cosmographique sert décidément mal les desseins de la théologie naturelle57 » comme l’indiquent les critiques des cosmographes protestants tels Sébastien Münster et Richard Hakluyt. Un siècle après Ortelius, que se joue-t-il dans l’usage de la cartographie pour les penseurs libertins ? Plutôt que de chercher à identifier des corpus, à cerner une macro-catégorie, il nous faut repérer des opérations plus modestes et plus fines de subversion cartographique. Comme l’écrivait Michel de Certeau, « la carte, scène totalisante où des éléments d’origine disparate sont rassemblés pour former le tableau d’un “état” du savoir géographique, rejette dans son avant ou son après, comme dans les coulisses, les opérations dont elle est l’effet ou la possibilité58 ».

La mappemonde plausible59 : la prudence des Delisle

  • 59 Westphal 2011.
  • 60 Nous empruntons cet exemple à Verdier 2015, p. 118-130.
  • 61 Voir le mémoire récemment publié, Boulanger 2006, II.
  • 62 Dawson 2000, p. 253-254.
  • 63 Voir la liste des cartes dans ibid., p. 254.

15Si le titre de l’atlas ou de la carte dans le catalogue n’offre pas de garanties quant à la nature de la carte, l’attention au détail, à l’information comme procédure est systématisée chez certains cartographes. On sait que l’activité de localisation par triangulation est souvent considérée par les historiens comme le signe sinon l’emblème d’un régime de scientificité de la cartographie. Les observations astronomiques, le calcul des longitudes et des latitudes, la triangulation auraient définitivement introduit la carte dans l’ère de la précision. L’enjeu de la précision est d’autant plus pressant que la nécessité de corriger la mappemonde se fait plus impérieuse sous le règne de Louis XIV. Pourtant, cette transformation n’a pas été immédiate, elle a pris du temps et ouvert un espace d’indétermination, d’épreuves, et débouché sur une économie du soupçon parmi les cartographes. Comme l’écrit Nicolas Verdier, « si l’on tentait de cartographier, à la façon de Edward Quin, non les lieux dans lesquels des Européens étaient allés, mais ceux dont la cartographie était certaine aux yeux des contemporains, la carte des deux premiers tiers du XVIIIe siècle laisserait dans l’ombre de vastes zones dont celle couvrant une grande partie de l’océan Pacifique, depuis la Floride, jusqu’à l’intérieur du Japon, en passant par la mer de l’Ouest, le détroit entre l’Asie et l’Amérique et le Kamtchatka60 ». Selon lui, un principe d’incertitude cartographique devient pourtant intolérable au début du XVIIIe siècle en raison d’une part de la montée en puissance des critères géométriques, qui imposent de plus en plus la précision et l’exactitude comme norme de la bonne représentation, et d’autre part de l’affirmation d’un contrat moral entre le cartographe et le lecteur. Au milieu du XVIIIe siècle, l’ingénieur des Ponts et Chaussées, Nicolas-Antoine Boulanger auteur d’un Christianisme dévoilé en 1756 produira encore une mappemonde61. La demande sociale de cartes sur ces espaces peu connus engendre une tension dans le pacte de production et de lecture des cartes, source de multiples controverses qui opposent cartographes du roi, aventuriers et missionnaires, où la représentation de connaissances partielles ou erronées délimite le seuil de l’intolérable. En même temps, la bibliographie des cartes conservées pour cette période souligne l’investissement de Delisle dans la cartographie des Amériques. En 1703, il publie la carte de la Nouvelle-Espagne, de la Floride et la « Carte du Canada ou de la nouvelle France et des découvertes qui y ont été faites. Dressée sur plusieurs Observations et sur un grand nombre de relations imprimées ou manuscrites ». Toutes ces cartes indiquent la source de l’information62. Sur les huit cartes conservées pour 1703, six portent sur l’Amérique qu’il s’agisse de la carte du Mexique, du Pérou, du Brésil, du Paraguay ou du Chili63.

16Dans l’éloge de l’académicien Guillaume Delisle, Fontenelle pouvait rappeler l’état d’indécision ou d’indétermination qui entourait les savoirs cartographiques à la fin du XVIIe siècle :

  • 64 Fontenelle 1740, II, p. 279.

Communément on n’a guère d’idée de ce que c’est qu’une Carte Géographique, et de la manière dont elle se fait. Pour peu qu’on lise, on voit assés la différence d’une Histoire à une autre du même sujet, et on juge les Historiens, mais on ne regarde pas de si près à des Cartes de Geographie, on ne les compare point, on croit assés qu’elles sont toutes à peu près la même chose, que les modernes ne sont qu’une répétition des anciennes, et si dans l’usage on en préfère quelques-unes, c’est sur la foi d’une réputation dont on n’a pas examiné les fondements. Les besoins ordinaires ne demandent pas dans les Cartes une grande exactitude. Il est vrai que pour celles qui appartiennent à la Navigation, il en faut une qui ne peut être trop parfaite, mais il n’y a que les Navigateurs qui sentent cette necessité, il y va de leur vie64.

  • 65 Ibid., p. 282-283.
  • 66 Ibid., p. 283.
  • 67 Ibid., p. 283.
  • 68 Delisle 1753, p. 6.

17Plus loin Fontenelle révoquera même l’idée de précision cartographique en montrant la quasi-absence de points déterminés par les observations astronomiques, la dépendance des cartographes vis-à-vis d’une « multitude » d’informations et d’opinions souvent contradictoires, enfin la négligence parfois des cartographes eux-mêmes peu désireux de corriger leurs premières cartes65. Avec Delisle, la « Géographie allait changer de face66 ». C’est, selon Fontenelle, le zèle combiné des religieux, l’amour des richesses et les progrès de l’astronomie qui permirent « d’augmenter tous les jours le nombre des découvertes dans les Climats lointains67 ». La production d’une nouvelle mappemonde est toutefois l’enjeu de controverses. Alors qu’en 1699, Guillaume Delisle âgé de 25 ans, publie sous l’autorité de Cassini une mappemonde, quatre cartes des quatre parties de la Terre, et deux globes, l’un céleste, l’autre terrestre, tous deux dédiés au Duc d’Orléans, un géographe voulut publier une mappemonde en quatre feuilles fortement inspirées des travaux de Delisle. Ce dernier dénonça un plagiat et défendit son privilège. On demanda à deux experts de l’Académie des sciences de trancher en justice l’affaire qui dura néanmoins six ans68.

  • 69 Fontenelle 1740, p. 285.
  • 70 Ibid., p. 287.
  • 71 Ibid., p. 286.
  • 72 Ibid., p. 286.
  • 73 Ibid., p. 287.
  • 74 Voir l’introduction lumineuse de Besse 2003, p. 14.
  • 75 Nicolas Verdier a indiqué qu’en 1721, à l’occasion de la traduction du livre de John Green, il y a (...)
  • 76 Gouverneur 2005.
  • 77 Soll 2011, p. 46.
  • 78 Cavaillé 2013, p. 199.
  • 79 Houllemare 2014 ; Regourd 2008.
  • 80 La bibliothèque de Colbert contient de nombreux livres anti-jésuites : par exemple BnF, Fonds Balu (...)
  • 81 Depping 1855, IV, p. 707-709.
  • 82 Friedrich 2008, p. 539-563.

18Plusieurs éléments selon Fontenelle dessinent les pratiques et les usages de ces cartes. D’abord, si Delisle parvient à corriger une « infinité » d’erreurs, le géographe préfère souvent confirmer les préjugés établis, car « tant le faux s’attire d’égards par cette ancienne possession où il se trouve toujours69 ». Ensuite, l’affaire lui fait perdre du temps, mais lui fait gagner aussi de la crédibilité scientifique : « on s’étoit accoutumé peu à peu à prendre en lui une confiance qui eut pu le dispenser de ce grand appareil de preuves70 ». S’il fait casser les planches relatives à la géographie, il laisse à son rival « des Ornemens assés agréables, des Cartouches recherchés, qui pourraient faire ailleurs l’effet de prévenir et d’amuser les yeux de la plupart du monde71 ». Ainsi, Fontenelle fait la distinction entre travail cartographique et travail esthétique, voire artistique, d’ornementation. Mais il interroge aussi les observations astronomiques. La Carte nouvelle de la Méditerranée par exemple se fonde avant tout sur des mesures de détail, sur les portulans et les journaux des pilotes : « elle s’accordoit à donner à la Méditerranée la même étendue, que les observations astronomiques, dont on vouloit se défier72 ». Fontenelle ironise, car il voit bien pointer le possible scepticisme derrière ces remarques : « Peut-être penseroit-on que l’extrême difficulté des discussions Géographiques, et le peu d’apparence que des Critiques s’y embarquent, donnent à un Geographe une liberté assés ample de regler bien des choses à son gré. Mais sur les matieres les moins maniées par le gros des savans, il y a toujours, du moins si on prend toute l’Europe, un petit nombre de gens à craindre, et qui n’attendent qu’un sujet de censure, même léger73. » Le doute s’immisce entre deux traditions cartographiques opposées, celle de la mesure, dans la filiation de Ptolémée, attachée à la localisation, à la détermination des positions des lieux terrestres et celle de la description et à la collection dans la filiation de Strabon74. En cette fin du XVIIe siècle, les tenants de ces deux traditions s’affrontent75. Mais on peut aussi relire cette tension en termes de philosophie politique. Le discours de Fontenelle insiste à plusieurs reprises sur le contexte politique de la production cartographique de Delisle qui nous pousse à interpréter cette indétermination dans le cadre d’une culture de la prudence libertine. Sophie Gouverneur dans son livre sur Samuel Sorbière et La Mothe Le Vayer76, Francis Goyet dans son livre sur Les audaces de la prudence ou encore Jacob Soll, dans son livre Publishing the Prince, insistent sur cette tradition prudentielle dans la culture de l’État absolutiste : « Gabriel Naudé [...] considered prudence a state secret. Individuals (particuliers), he asserted, should not use prudence like kings, for their affairs are not important enough to warrante immorality. At the same time, he suggested that with the growth of the state’s diplomatic bureaucracy, royal agents would need to use prudence in the name of the crown77. » Jean-Pierre Cavaillé a prolongé cette idée dans son analyse de Gabriel Naudé en rappelant son concept de prudence « mêlée », c’est-à-dire « participant un peu des fraudes et des stratagèmes qui s’exercent ordinairement dans les cours des princes, et au maniement des plus importantes affaires du gouvernement » précise Naudé dans ses Considérations politiques pour un coup d’État. Contrairement à la prudence aristotélicienne ou stoïcienne autour de Tacite, la prudence chez Naudé s’affranchit de la morale et s’accommode de la fraude : « La prudence politique, de ce point de vue, commande elle-même le recours à la fraude78 », selon Cavaillé. Dans quelle mesure l’atelier des Delisle peut-il constituer dès lors un centre d’accumulation et d’aide à la décision politique ? Au lieu de considérer le cabinet des cartes et plus tard le dépôt des cartes79 comme un « centre de calcul » neutre du pouvoir royal qui s’inscrirait dans un réseau de la métrologie royale, on peut se demander si le cabinet des cartes, l’Observatoire royal, la Bibliothèque du roi ou la bibliothèque de Colbert80, ne travaillaient pas aussi à diversifier les sources, comparant les ordres rivaux de l’information (les Anglais en Nouvelle-France et aux Antilles, les Espagnols en Nouvelle-Espagne et en Amérique du Sud, les Hollandais en Guyane81, etc.) en discriminant les savoirs produits par les marchands et par les ordres religieux82. L’atelier cartographique permet de mettre à distance ces sources d’information, de maîtriser les flux d’information. Cette question est d’autant plus cruciale que l’abondance des cartes manuscrites dans les collections par rapport aux cartes imprimées souligne cette dimension transitoire et éphémère de la cartographie d’Ancien Régime, à tout moment révisable. Le catalogue manuscrit de la Bibliothèque de Colbert par exemple nous renseigne à la fois sur ce ratio entre cartes manuscrites et cartes imprimées, mais aussi sur la distribution géographique de ces cartes. Le catalogue des cartes précise en tête :

  • 83 BnF, Fonds Baluze Ms. 102, Bibliothèque de Colbert, fol. 64, le catalogue des cartes se situe fol. (...)

Des cartes de Monseigneur tant imprimées que faittes à la main, qui ne sont pas reliées, mais qui sont en des feuilles séparées. Celles qui sont faites a la main sont marquées ms. c’est à dire manuscrites. Et celles qui sont imprimées sont cottées Im. Parmy ces cartes il y en a qui doivent estre collées sur de la toille et roullées autour des Bastons, parce qu’estant trop grandes, elles ne peuvent estre reliées commodement. Et de celles là. Il y en a de fort grandes, comme de cinq, six, et davantage de pieds, au costé desquelle jay mis GB, c’est a dire Grandes Cartes roullées sur des Bastons. Et aux autres qui sont plus petites, mais qui doivent aussy estre collées sur de la toille et roulées sur des Bastons, jay mis a coté P.B. c’est a dire Petites cartes roullées sur des Bastons. A l’égard de celles qui peuvent estre reliées, je n’ay rien mis au costé83.

  • 84 BnF, Fonds Baluze, Ms. 102, Bibliothèque de Colbert, fol. 71r-72v.

19Concernant les espaces non européens, le catalogue mentionne huit cartes d’Afrique couvrant les « Costes de la Guinée », Alger, le Maroc, et l’île de Madagascar, dont trois cartes manuscrites et quatre plans ; dix cartes de l’Asie dont sept cartes manuscrites couvrant les Indes orientales, l’Empire mogol, la « Carte de la Chine en Chinois » (imprimée), trois autres cartes en latin de la Chine, une carte manuscrite du Japon, une carte de Bornéo, Java, Malaga et une autre de Sumatra. Enfin, les cartes de l’Amérique consistent en treize cartes pour l’Amérique septentrionale (toutes manuscrites) et treize cartes pour l’Amérique méridionale (avec seulement une carte imprimée). Ici, il s’agit majoritairement des possessions françaises, à l’exception d’une « vieille carte du Mexique, en Espagnol, Manuscrite ». Les cartes de la Nouvelle-France sont toutes manuscrites84. L’indication de cartes latines montre sans doute la dépendance de la Bibliothèque de Colbert à l’égard des missionnaires en particulier pour la Chine.

  • 85 Dawson 2000, p. 101.
  • 86 Ibid., p. 102-103.

20On aimerait faire ici une autre lecture de la critique de l’information cartographique en se fondant sur cette lecture prudentielle. Grâce aux travaux récents de Nelson Dawson sur Guillaume Delisle fondés sur les dossiers conservés à la BnF et à la Bibliothèque de l’Institut, on peut pénétrer dans l’atelier du cartographe. La correspondance de Delisle souligne la difficulté aussi de mettre au jour l’atlas ou la carte. Ce qui prime c’est d’avoir accès à une information de première main, d’où la quête inlassable de mémoires et de cartes. Guillaume Delisle cherchait à s’assurer un accès direct aux voyageurs qui fréquentaient la cour, ainsi qu’aux agents royaux. Dans ses cahiers de notes, Dawson relève les expressions telles que « M. l’abbé m’a dit que les Portugais85 ». À côté de ces enquêtes orales, la relation épistolaire complétait le dépouillement des sources imprimées (récits de voyage, etc.). La quête de témoins est insatiable : Petr Postnikov pour la Russie, les frères Le Moyne d’Iberville pour le Mexique en 1698. Cependant ces témoins étaient souvent réticents à parler : Claude Delisle parvient difficilement à obtenir les informations sur les bouches du Mississippi de l’abbé Jean Cavelier, le frère du découvreur (René-Robert Cavelier de La Salle)86.

  • 87 Ibid., p. 67.
  • 88 Ibid., p. 67.
  • 89 Ibid., p. 67
  • 90 Ibid., p. 52-53.
  • 91 Ibid., p. 59.

21Cette tâche de contrôle de l’information est particulièrement sensible lorsqu’il s’agit de secrets d’État. Dawson étudie avec précision la réalisation de la carte de la Russie par Delisle à la suite de la visite de l’empereur à Paris en 1717. Il indique à l’empereur les sources que lui et son père ont utilisées, il souligne aussi la difficulté à obtenir l’information : « Pendant qu’il était au service de l’Académie, il s’y était rendu trop suspect pour qu’on lui confiât les informations et observations géographiques qu’on recevait des provinces de cet empire87. » Il se présente d’ailleurs lui-même parfois sous les traits d’un espion copiant des cartes confidentielles comme celle de l’Empire chinois : « J’ai usé d’une telle diligence que j’ai fait cette copie sans que l’on s’en soit aperçu ici88. » Ainsi concernant la Russie, Joseph-Nicolas Delisle entre 1731 et 1746 envoya trois caisses de cartes et plusieurs dizaines de caisses de minéraux, plantes, livres divers et manuscrits89. C’est un premier élément qu’il faut noter, la participation à une économie des savoirs qui est proche des savoirs d’État et de l’espionnage alors que les penseurs sceptiques et libertins érudits sont depuis les années 1660 très bien implantés dans l’appareil d’État et dans les clientèles des ministres90. On sait que l’atelier Delisle fut mis à contribution entre 1708 et 1715 sous le contrôleur général Nicolas Desmarets. Il s’agit d’une cartographie de la France, mais aussi de territoires extra-européens stratégiques. Ainsi en 1712, on commande une carte de l’Amérique septentrionale91.

  • 92 Ibid., p. 104.
  • 93 Ibid., p. 108.
  • 94 Ibid., p. 118.

22Le second ordre de l’information relève des savoirs missionnaires. Il est aussi sensible lorsque l’on a affaire à une source d’information orientée. Dans le contexte américain et dans la description ou l’histoire des Nouveaux Mondes, les savants missionnaires jésuites sont des acteurs de premier plan. Si on prend le corpus des cartes produites par les jésuites en Amérique du Sud, on est confronté à une cartographie très cohérente, très transparente. On peut se demander si ces penseurs n’essaient pas d’échapper à l’emprise de la cartographie missionnaire qui est devenue de plus en plus prégnante. Delisle est désireux de corriger le tracé du Mississippi et d’éclairer ses connaissances : il obtient et commande des cartes manuscrites, il donne ses instructions à des explorateurs pour dresser son cours du fleuve. Les missionnaires comme Bouteville viennent le voir, en 1704. L’information semble douteuse et il doit la vérifier auprès de deux Canadiens vivant à Paris92. Les jésuites l’aident : il reçoit des relations des missions du Nouveau-Mexique. Vers 1701, le Père Charlevoix lui envoie la relation de l’aventurier Mathieu Sagean. Il s’appuie surtout sur le réseau des Lazaristes, en particulier autour du Père Bobé, sur la Louisiane, mais aussi sur les Recollets93. Concernant l’existence de la mer de l’Ouest, Delisle met à distance à la fois les relations des voyageurs espagnols et celles des jésuites : « S’il est vrai de dire qu’il y ait une mer en cet endroit si voisine de la Nouvelle France, d’où vient que les Français qui sont établis dans ce pais la n’en ont point u de connaissance94 ? » Delisle se laisse d’abord berner par la mention de cette mer dans les Relations des jésuites.

  • 95 Ibid., p. 118.

Ce qui a esté remarqué dans quelques-unes des Relations precedentes, touchant cette matiere, s’est confirmé de plus en plus, par le rapport de Sauvages, et par les instructions que nous en avons tirées [...]. D’ailleurs, nous sommes aussi assurez par le rapport de quantité d’autres Sauvages, dont les depositions s’accordent tres-bien, qu’à deux cens lieues de la Mission du saint Esprit, aux Outaouaks, vers le Couchant, se trouve la Mer de l’ouest, en laquelle on décend par une autre grande Rivière, qu’on trouve à huict journée de la dite Mission, laquelle Riviere va et vient bien avant dans les terres ; c’est ainsi que les Sauvages expliquent le flux et le reflux de la Mer et un d’eux assure y avoir vû quatre vaisseaux à la voile […] Cette mere du Couchant ne pouvant estre que celle du Japon95.

23Lorsqu’en 1696, il réalise une carte manuscrite de la nouvelle France, il mentionne les conjectures, les hypothèses, les sources et les points de vue. Les frères Delisle publièrent toute une série de mémoires sur la mer de l’Ouest, mais comme l’analyse Dawson, leur travail est remarquable parce qu’il résiste à la publication d’informations erronées.

  • 96 Ibid., p. 165.
  • 97 Ibid., p. 178.
  • 98 Ibid., p. 171.

24Dans l’étude de cas qu’il donne de la carte du Canada de 1703, Dawson montre le cartographe au travail. La carte mentionne une liste des livres, mémoires, cartes imprimées ou manuscrites utilisés96. Elle repose sur une quarantaine de relations des jésuites publiées annuellement entre 1632 et 1672. Un premier travail a consisté à localiser et reporter l’information à partir de croquis. Un second travail de vérification a porté sur les peuples indigènes : sur les 26 croquis produits à partir des Relations des Jésuites, on obtient 50 nations répertoriées. Or, les Delisle n’en retiennent que 15. Après recoupement des informations, les Delisle préfèrent ne pas confirmer l’existence ou la présence d’un groupe (la mobilité et la temporalité jouaient ici), et gomment la mention de certaines tribus, préférant laisser des espaces blancs sur la carte97. La rétention d’informations, l’administration de la preuve par les mémoires, l’exercice de vérification des mémoires, la transcription des informations des mémoires, les croquis réalisés pour traduire cette information en données cartographiables, le maintien d’espaces blancs sur la carte, procèdent d’un art du discernement et de la discrétion98. Deux éléments ainsi peuvent compliquer la position de Delisle par rapport à la cartographie jésuite. Dawson mentionne à de nombreuses reprises la position sceptique des Delisle sans véritablement franchir le pas. Le second élément qu’il faut relever reste le contexte politique de la production cartographique de Delisle. Pour Fontenelle, la carrière de Delisle est tout entière dépendante de sa situation de géographe du Roi :

  • 99 Fontenelle 1740, II, p. 292.

Il passa ensuite au grade d’associé, mais le plus glorieux evenement de sa vie a été d’être appelé pour montrer la Géographie au Roi. Alors il commença à faire des Cartes uniquement par rapport à l’étude que ce jeune Prince feroit de l’Histoire. Il en dressa une générale du Monde en 1720, où les Cartes generales par où il avoit débuté en 1700 étoient déjà rectifiées, tant parce qu’il avoit acquis de nouvelles lumières, que parce qu’il avoit acquis aussi plus de hardiesse à ne point ménager les préjugés ordinaires, et en même temps plus d’autorité. Les Auteurs, ainsi que ceux qui gouvernent, doivent un peu se regler sur l’opinion qu’ils sentent que l’on a d’eux99.

  • 100 Ibid., p. 287.
  • 101 Nous étendons à la cartographie un des principes centraux de la philosophie politique libertine, v (...)

25Le maintien de certains préjugés, la suspicion à l’égard des récits de voyageurs comme des lettres édifiantes soulignent d’abord l’importance d’un contexte de réception curial : Delisle longtemps est le précepteur de géographie du roi. Il est lui aussi, comme La Mothe Le Vayer avant lui pour le jeune Louis XIV, un géographe du Prince. Mais là où La Mothe Le Vayer publiera une Géographie du prince, Delisle renoncera à publier une Introduction à la Géographie100. La « conscience » invoquée par Fontenelle, « qui ne lui permet pas d’imposer » ses vues comme la « candeur » que Fontenelle lui attribue, renforce l’idée d’une prudence cartographique101. On peut alors se demander si la marque sceptique ou libertine ne se trouve pas aussi du côté de cette suspension du jugement cartographique, de la décision de cartographier plutôt que du côté seulement du scandale et de la controverse. Si l’atelier Delisle reste un puissant centre de calcul cartographique, c’est parce qu’il en maintient ouvertes les controverses en enregistrant les progrès et en corrigeant les erreurs. Le cas de Joseph-Nicolas Delisle montre ainsi combien la cartographie de la mer de l’Ouest à susciter la création d’un véritable « dossier », d’une archive ou d’une collection dont il hérite à la mort de son frère :

  • 102 Delisle 1753, p. 4-6.

La connoissance de la Mer de L’ouest, qui est une Mer particulière située à l’ouest du Canada, au nord du nouveau Mexique et au Midy des Terres découvertes par l’Amiral de Fonte, est bien d’une trop grande conséquence, dans la recherche du passage à la mer du Sud, pour ne m’être pas trouvé engagé à publier tout ce que j’en appris ; j’en ferai un article à part. J’y rapporterai tout ce que feu mon Frère le Géographe avoit recueilli de témoignages et d’autorités pour en prouver l’existence dont il n’a jamais douté, quoiqu’il ne l’ait point marquée sur ses Cartes imprimées. J’ai trouvé, parmi les Manuscrits qu’il a laissés à sa mort, plusieurs Cartes sur lesquelles cette Mer étoit représentée de différentes manières, à mesure que mon Frère en avoit acquis par ses lectures plus en plus de connoissance ; J’en ai trouvé une entre’autres de toute l’Amérique Septentrionale en une feuille, dattée de l’année 1695, et sur laquelle la Mer de l’ouest est représentée suivant l’opinion qu’il en avoit alors. [...] J’ai trouvé, parmi les papiers de mon Frère, plusieurs copies de son Mémoire pour prouver l’existence de cette Mer ; elles étoient plus ou moins étendues suivant le dessein qu’il a toujours eu d’en faire usage. Et effectivement il l’a présenté aux Ministres et autres Personnes de considération, afin d’exciter à la recherche de cette Mer par de nouveaux voyages faits exprès dans l’intérieur du Canada, ou aux autres endroits qui auroient pu y conduire. Mon Frère étant mort, avant d’avoir publié son mémoire, et sans avoir eu la satisfaction d’apprendre que l’on l’eût confirmé et perfectionné, j’ai jugé à propos de le faire imprimer sur un Exemplaire fort au net qu’il avoit présenté au Ministre qui avoit la Marine dans son Département102.

  • 103 Ibid., p. 9.
  • 104 Statman 2016, p. 1-25, en particulier p. 16.

26En 1747, il reçoit les mémoires et les cartes manuscrites de son frère103. Plus qu’un simple atelier, les frères Delisle comprenant Guillaume Delisle et Joseph-Nicolas Delisle, puis leurs élèves Jean-Baptiste Bourguingon d’Anville et Philippe Buache, vont constituer une véritable archive cartographique et perpétuer un héritage cohérent de pratiques et vont maintenir ouverte la question de la cartographie de la mer de l’Ouest jusque dans les années 1760. Or, Philippe Buache est comme Guillaume Delisle, Premier Géographe du Roi et précepteur du roi. Contre le jésuite Antoine Gaubil, Buache défendra la découverte par les Chinois de l’Amérique104.

27Ce chapitre n’a pas révélé un continent caché d’atlas curieux, mais plus modestement en tournant autour des usages sceptiques de l’atlas et de la carte, il a essayé d’indiquer des chemins possibles pour saisir cette incertitude de la communication graphique, pour rendre compte d’un impossible corpus. La curiosité géographique sceptique n’a pu s’épanouir qu’à l’ombre des entreprises des atlas jésuites. En partant d’un protocole de lecture, certains voyageurs ont cherché à subvertir des opérations ou des genres cartographiques établis pour dénoncer des stratégies, des manipulations. Ils ont par là même reformulé la question de l’auctorialité (celle de l’explorateur, du cartographe de cabinet ou de l’intermédiaire local) et encouragé l’usager de la carte à en faire un véritable objet herméneutique plutôt que l’emblème de la certitude. Les pratiques sceptiques oscillent entre un usage fort de la carte par l’État royal dans le processus de territorialisation en France (qui domine l’histoire de la cartographie de la France d’Ancien Régime) et d’un usage plus faible dans le cadre des projets coloniaux lointains. Entre pratique pédagogique et réflexion sur l’universel, la carte curieuse comme l’atlas factice ou composite offrent en effet une leçon politique. Lorsqu’ils sont pris dans des controverses qui déstabilisent un système d’information que l’on pourrait croire stable, ils donnent à voir les stratégies, les manipulations de l’information graphique, pour mettre à mal un ordre de l’information basé sur une série de sources, d’autorités et de constructions du monde à la française.

Bibliographie

Balzamo, Christin – Flückiger 2015 = N. Balzamo, O. Christin, F. Flückiger (dir.), L’Atlas Marianus de Wilhelm Gumppenberg, édition et traduction, Neuchâtel, 2015.

Baynton-Williams 2015 = A. Baynton-Williams, The Curious Map Book, Chicago, 2015.

Bernier 2008 = Un libertin dans l’Inde moghole : les voyages de François Bernier, 1656-1669, éd. F. Tinguely, A. Paschoud, C.-A. Chamay, Paris, 2008.

Besse 2003 = J.-M. Besse, Les grandeurs de la Terre. Aspects du savoir géographique à la Renaissance, Lyon, 2003.

Besse 2008 = J.-M. Besse, Cartographie et pensée visuelle. Réflexion sur la schématisation graphique, dans I. Laboulais (dir.), Les usages des cartes (XVIIe-XIXe siècle). Pour une approche pragmatique des productions cartographiques, Strasbourg, 2008, p. 19-32.

Besse 2012 = J.-M. Besse, Le Goût du monde. Exercices de paysage, Arles, 2012.

Besse 2015 = J.-M. Besse, Cartographie et grandeurs de la Terre. Aspects de la géographie européenne, dans S. Van Damme (dir.), Histoire des sciences et des savoirs. Tome 1, Paris, 2015, p. 157-176.

Biggs 2016 = C. Biggs, Diagrams, dans B. Lightman (ed.), A Companion to the history of science, Londres, 2016, p. 557-571.

Boulanger 2006 = N.-A. Boulanger, Œuvres complètes. Anecdotes physiques de l’histoire de la nature avec la Nouvelle Mappemonde et le Mémoire sur une nouvelle mappemonde, éd. P. Boutin, II, Paris, 2006.

Buisseret 1992 = D. Buisseret (ed.), Monarchs, ministers and maps. The emergence of Cartography as a Tool of Government in Early Modern Europe, Chicago, 1992.

Buisseret 1997 = D. Buisseret, Jesuit Cartography in Central and South America, dans J. Galgliano, C. E. Ronan (eds), Jesuit Encounters in the New World: Jesuit chroniclers, geographers, educators and missionaries in the Americas, 1549-1767, Rome, 1997, p. 113-162.

Cavaillé 1991 = J.-P. Cavaillé, Descartes. La Fable du monde, Paris, 1991.

Cavaillé 2002 = J.-P. Cavaillé, Dis/simulations. Jules-César Vanini, François La Mothe Le Vayer, Gabriel Naudé, Louis Machon et Torquetto Accetto. Religion, morale et politique au XVIIe siècle, Paris, 2002.

Cavaillé 2011 = J.-P. Cavaillé, Postures libertines : la culture des esprits forts, Toulouse, 2011,

Cavaillé 2012 = J.-P. Cavaillé, Pour un usage critique des catégories en histoire, dans P. Haag, C. Lemieux (dir.), Faire des sciences sociales. Critiquer, Paris, 2012, p. 121-147.

Cavaillé 2013 = J.-P. Cavaillé, Les déniaisés : irréligion et libertinage au début de l’époque moderne, Paris, 2013.

Certeau 1990 = M. de Certeau, L’invention du quotidien. 1. Arts de faire, Paris, 1990.

Chatelain 1708-1720 = H. A. Chatelain, Atlas historique, ou nouvelle instruction à l’histoire, à la chronologie et à la géographie ancienne et moderne, Amsterdam, 1708-1720.

Christin – Flückiger – Ghermani 2015 = O. Christin, F. Flückiger et N. Ghermani (dir.), Marie Mondialisée. L’Atlas Marianus de Wilhelm Gumppenberg et les topographies sacrées de l’époque moderne, Neuchâtel, 2015.

Christin – Flückiger 2008 = O. Christin, F. Flückiger, Rendre visibles les frontières confessionnelles : l’atlas marianus de Wilhelm Gumppenberg, dans O. Christin, V. Chastagnet, N. Ghermani (dir.), Les affrontements religieux en Europe, du début du XVIe au milieu du XVIIe siècle, Lille, 2008, p. 33-44.

Christin – Serdeczny 2014 = O. Christin et A. Serdeczny, Des Dieux et des cieux ou comment Marie peut prendre la place d’Atlas, dans O. Christin, F. Flückiger, N. Ghermani (dir.), Marie Mondialisée. L’Atlas Marianus de Wilhelm Gumppenberg et les topographies sacrées de l’époque moderne, Neuchâtel, 2014, p. 27-46.

Curto – Cattaneo – Almeida 2003 = D. Ramada Curto, A. Cattaneo et A. Ferrand Almeida (dir.), La cartografia europea tra primo Rinascimento e fine dell’Illuminismo, Florence, 2003.

Dawson 2000 = N.-M. Dawson, L’Atelier Delisle. L’Amérique du Nord sur la table à dessin, Québec, 2000.

Delisle 1753 = J.-N. Delisle, Nouvelles cartes des découvertes de l’Amiral de La Fonte, Paris, 1753.

Depping 1855 = Lettre des jésuites des missions d’Amérique à Jean-Baptiste Colbert (secrétaire d’Etat de la Marine et de la Maison du roi) datée du mois de juin 1672, dans Correspondance administrative sous le règne de Louis XIV, recueillie et mise en ordre par B. Depping, tome IV, Paris, 1855, p. 707-709.

Dew 2006 = N. Dew, Reading Travels in the culture of curiosity: Thévenot’s collection of voyages, in Journal of Early Modern History, 10, 2006, 1-2, p. 39-59.

Didi-Huberman 2011 = G. Didi-Huberman, Atlas ou le gai savoir inquiet. L’œil de l’histoire. 3, Paris, 2011.

Fabre 1992 = P.-A. Fabre, Ignace de Loyola. Le problème de la composition de lieu dans les pratiques spirituelles et artistiques jésuites de la seconde moitié du XVIe siècle, Paris, 1992.

Fontenelle 1740 = Fontenelle, Éloge de M. Delisle, dans Éloges des académiciens avec l’histoire de l’Académie royale des sciences en M. DC. XCIX, La Haye, Chez Isaac van der Kloot, 1740, vol. II, p. 279-292.

Friedrich 2008 = M. Friedrich, Government and Information-Management in Early Modern Europe. The Case of the Society of Jesus (1540-1773), in Journal of Early Modern History, 12 (2008), p. 539-563.

Gabriel 2009 = F. Gabriel, Pieregis and scepticism: Isaac La Peyre geographer, dans J. R. M. Neto, G. Paganini, J. C. Laursen (eds), Skepticism in the Modern Age. Building on the Work of Richard Popkin, Leiden, 2009, p. 159-170.

Gouverneur 2005 = S. Gouverneur, Prudence et subversion libertines : la critique de la raison d’État chez François de La Mothe Le Vayer, Gabriel Naudé et Samuel Sorbière, Paris, 2005.

Harley 1987 = J. B. Harley, D. Woodward (eds), The History of Cartography, Chicago, 1987.

Harley 1995 = J. B. Harley, Le pouvoir des cartes. Brian Harley et la cartographie, textes édités par P. Gould et A. Bailly, Paris, 1995.

Harley 2001 = J. B. Harley, The Nature of Maps. Essays in the History of Cartography, Baltimore, 2001.

Hodgkiss – Tatham 1986 = A. G. Hodgkiss, A. F. Tatham, Keyguide to information sources in Cartography, Londres, 1986.

Hofmann 2012 = C. Hofmann (dir.), Artistes de la carte de la Renaissance au XXIe siècle. L’explorateur, le stratège, le géographe, Paris, 2012

Hofmann 2017 = C. Hofmann, La carte des frères Zeno (1558), une imposture cartographique ? dans J.-M. Besse et G. A. Tiberghien (dir.), Opérations cartographiques, Arles, 2017, p. 304-307.

Houllemare 2014 = M. Houllemare, La fabrique des archives coloniale et la naissance d’une conscience impériale (France, XVIIIe siècle), dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 61-2, 2014, p. 7-31.

Jacob 1992 = C. Jacob, L’empire des cartes. Approche théorique de la cartographie à travers l’histoire, Paris, 1992.

La Mothe Le Vayer 2009 = F. La Mothe Le Vayer, Lettres sur les moyens de dresser une bibliothèque d’une centaine de livres seulement, dans Description raisonnée d’une jolie collection de livres, Paris, 2009.

Laboulais 2008 = I. Laboulais, Les « coulisses » des cartes à l’époque moderne, dans I. Laboulais (dir.), Les usages des cartes (XVIIe-XIXe siècle). Pour une approche pragmatique des productions cartographiques, Strasbourg, 2008, p. 5-7.

Lestringant 1993 = F. Lestringant, L’Atelier du cosmographe, Caen, 1993.

Monmonier 2006 = M. Monmonier, From Squaw tit to whorehouse meadow. How Maps Name, Claim, and Infame, Chicago, 2006.

Moreau 2007 = I. Moreau, Guérir du sot. Les stratégies d’écriture des Libertins au XVIIe siècle, Paris, 2007.

Pavone 2000 = S. Pavone, Le astuzie dei Gesuiti: Le false Istruzioni Segrete della Compagnia di Gesù e la polemica antigesuita nei secoli XVII e XVIII, Rome, 2000.

Pelletier 1998 = M. Pelletier (dir.), Couleurs de la Terre : des mappemondes médiévales aux images satellitaires, Paris, 1998.

Pelletier 2001= M. Pelletier, Cartographie de la France et du monde de la Renaissance au siècle des Lumières, Paris, 2001.

Portuando 2009 = M. Portuando, Secret Science: Spanish Cosmography and the New World, Chicago, 2009.

Rankin 2016 = W. Rankin, After the Map. Cartography, navigation, and the transformation of territory in the Twentieth Century, Chicago, 2016.

Regourd 2008 = F. Regourd, Capitale savante, capitale coloniale : sciences et savoirs coloniaux à Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles, dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2008/2 (n° 55-2), p. 121-151.

Romano 2016 = A. Romano, Impressions de Chine : l’Europe et l’englobement du monde, XVIe-XVIIe siècle, Paris, 2016.

Safier 2008 = N. Safier, Measuring the New World. Enlightenment Science and South America, Chicago, 2008.

Schmidt 2015 = B. Schmidt, Inventing exoticism, Geography, Globalism, and Europe’s Early Modern World, Philadelphie, 2015.

Soll 2005 = J. Soll, Publishing the Prince: history, reading, & the birth of political criticism, Ann Arbor, 2005.

Statman 2016 = A. Statman, Fusang: The Enlightenment Story of the Chinese Discovery of America, in Isis, vol. 107, n° 1, 2016, p. 1-25.

Tinguely 2016 = F. Tinguely, La lecture complice. Culture libertine et geste critique, Genève, 2016.

Turchi 2004 = P. Turchi, Maps of the Imagination: The writer as cartographer, San Antonio, 2004.

Van Damme 2008 = S. Van Damme, L’Épreuve libertine. Morale, soupçon et pouvoirs dans la France baroque, Paris, 2008.

Van Damme 2008 = S. Van Damme, Violences fondatrices ? Les épreuves aux origines de l’identité libertine sous l’Ancien Régime, dans V. Azoulay et P. Boucheron (dir.), Le mot qui tue. Une histoire des violences intellectuelles de l’Antiquité à nos jours, Seyssel, 2009, p. 171-190.

Van Damme 2013 = S. Van Damme, L’éternel retour du scandale ? dans Hypothèses, 2012, Revue de l’école doctorale d’histoire de Paris I, 2013, n° 1, p. 227-233.

Van Damme 2013 = S. Van Damme, Libertine Paris, dans A.-L. Milne (ed.), Cambridge Companion to the Literature of Paris, Cambridge, 2013, p. 33-49.

Van Damme 2014 = S. Van Damme, Curiosité subversive : « orientalisation » du libertinage et géographie morale, dans Études Épistémè, 26, 2014.

Van Damme 2015 = S. Van Damme, Subversive Freedom: Libertine Anthropology and the Geography of Knowledge in Seventeenth-Century France, in Early Modern French Studies, 2015, 37:2, p. 108-125.

Van Damme 2017 = S. Van Damme, La mappemonde sceptique : une géographie des libertins érudits, dans Littérature classique, 2017-1, n° 92, p. 77-112.

Verdier 2015 = N. Verdier, La carte avant les cartographes. L’avènement du régime cartographique en France au XVIIIe siècle, Paris, 2015.

Westphal 2011 = B. Westphal, Le monde plausible. Espace, lieu, carte, Paris, 2011.

Williams 2006 = W. Williams, “Out of the frying pan...”: Curiosity, danger and the poetics of witness in the Renaissance traveller’s tale, dans R. J. W. Evans and A. Marr, Curiosity and Wonder from the Renaissance to the Enlightenment, Londres, 2006, p. 21-42.

Woodward 1987 = D. Woodward (ed.), Art and Cartography, Chicago, 1987.

Woodward 2007 = D. Woodward (ed.), The History of cartography: Cartography in the European Renaissance, Chicago, 2007.

Zagorin 1990 = P. Zagorin, Ways of Lying: Dissimulation, Persecution and Conformity in Early Modern Europe, Cambridge Mass., 1990.

Notes

1 Harley 1995, p. 33. Plus largement, voir id. 1987 ; Pelletier 1998 ; Jacob 1992.

2 Sur cette tradition du témoignage dans la pratique humaniste, voir Williams 2006.

3 Hofmann 2017.

4 Harley 2001, en particulier le chapitre 3.

5 C’est tout l’apport des travaux sur la toponymie, voir Monmonier 2006.

6 Pelletier 2001.

7 Besse 2012, p. 143 ; id. 2008.

8 Woodward 1987.

9 Pelletier 2001, p. 19-22.

10 Buisseret 1992, p. 2 : When did monarchs and ministers in various countries begin to perceive that maps could be useful in government? Le livre cherche aussi à comprendre les effets de la bureaucratie sur le processus de fabrication des cartes.

11 Besse 2015.

12 Voir l’approche de Safier 2008.

13 Biggs 2016.

14 Pour l’approche littéraire, je renvoie en particulier à Tinguely 2016. Pour l’histoire de la philosophie dans le sillage de Richard Popkin sur le scepticisme et de René Pintard, voir Gabriel 2009.

15 Sur ce cadre théorique et méthodologique, nous renvoyons à notre livre : Van Damme 2008. Voir aussi id. 2009 et id. 2013.

16 Nous avons commencé à proposer une enquête systématique sur les savoirs géographiques mis en œuvre par les « libertins érudits », id. 2014 ; id. 2013 ; id. 2015 ; id. 2017.

17 D’autres empires ont produit d’autres cosmographies : Portuando 2009.

18 Bernier 2013, p. 40.

19 Nous reprenons la belle expression de Verdier 2015, p. 66.

20 Lestringant 1993, p. 23.

21 Rankin 2016. Comme l’indique Rankin, p. 3-4 : This change in the logic of mapping – this shift in geo-epistemology – should be understood quite broadly as a shift in the nature of territory. In the early twentieth century, there was a very tight link between representational maps and a certain ideal of the territorial state. Maps gave real-world traction to abstract concepts like juridiction and sovereignty, and they reinforced a strong split between a space of domestic affairs and a space of foreign relations. [...] But with the full-scale, pointillist logic of coordinates, there is no longer this tight relationship between geographic legibility and political authority.

22 Turchi 2004.

23 La Mothe Le Vayer 2009, livre de géographie, p. 61.

24 Référence directe à Besse 2003, chapitre 9.

25 Cavaillé 1991.

26 Christin – Serdeczny 2008, en particulier p. 28-29.

27 Hodgkiss – Tatham 1986, p. 9.

28 Ibid., p. 9.

29 Didi-Huberman 2011.

30 Dew 2006.

31 Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, GE D-11715 (5) : « Carte de la Californie suivant I. la Carte manuscrite de l’Amérique de Mathieu Néron Pecci où len dresses à Florence en 1604 II. Sanson 1656 III. De l’Isle Amérique Sept. 1700 IV. le Pere Kino Jésuite en 1705 V. la Société des Jésuites en 1767 ».

32 Cette idée de la table, du diagramme, a été suggérée par l’analyse de Jean-Marc Besse sur Apian, voir Besse 2015, p. 166.

33 Baynton-Williams 2015, p. 40, 44.

34 Je reprends ici les catégories utilisées par ibid., p. 6.

35 Ibid., p. 34.

36 Les travaux de Nicholas Dew sur la collection de voyages de Thévenot vont dans le même sens. Dew 2006.

37 Lestringant 1993, p. 154 ; Woodward 2007.

38 Jacob 1996, p. 110.

39 Ibid., p. 113.

40 Zagorin 1990. Voir surtout les travaux de Cavaillé 2002 ; id. 2011 ; id. 2012 ; id. 2013 ; Moreau 2007.

41 Baynton-Williams 2015, p. 68-69 ; Curto, Cattaneo et Almeida 2003.

42 Châtelain 1708-1720.

43 Buisseret 1997, p. 113-162.

44 Schmidt 2015.

45 Romano 2016.

46 Baynton-Williams 2015, p. 16.

47 Christin et Flückiger 2008, p. 33-44 ; Christin, Flückiger et Ghermani 2015.

48 Balzamo, Christin et Flückiger 2015, p. 38.

49 Ibid., p. 9.

50 Ibid., p. 9.

51 Ibid., p. 14-15.

52 Ibid., p. 16.

53 Ibid., p. 4749.

54 Christin, Flückiger – Ghermani 2015, citation p. 16.

55 Fabre 1992.

56 Christin, Flückiger – Ghermani 2015, p. 23.

57 Lestringant 1993, p. 17.

58 Certeau 1990, p. 179, voir le commentaire d’Isabelle Laboulais 2008, p. 5-7.

59 Westphal 2011.

60 Nous empruntons cet exemple à Verdier 2015, p. 118-130.

61 Voir le mémoire récemment publié, Boulanger 2006, II.

62 Dawson 2000, p. 253-254.

63 Voir la liste des cartes dans ibid., p. 254.

64 Fontenelle 1740, II, p. 279.

65 Ibid., p. 282-283.

66 Ibid., p. 283.

67 Ibid., p. 283.

68 Delisle 1753, p. 6.

69 Fontenelle 1740, p. 285.

70 Ibid., p. 287.

71 Ibid., p. 286.

72 Ibid., p. 286.

73 Ibid., p. 287.

74 Voir l’introduction lumineuse de Besse 2003, p. 14.

75 Nicolas Verdier a indiqué qu’en 1721, à l’occasion de la traduction du livre de John Green, il y a discussion d’une norme cartographique qui fait des cartes de Delisle une rupture dans l’histoire de la cartographie, Verdier 2015 p. 113.

76 Gouverneur 2005.

77 Soll 2011, p. 46.

78 Cavaillé 2013, p. 199.

79 Houllemare 2014 ; Regourd 2008.

80 La bibliothèque de Colbert contient de nombreux livres anti-jésuites : par exemple BnF, Fonds Baluze, MS. 98, III, pages 1581-2649, fol. 542 (p. 2645), Catalogue du catalogue de la Bibliothèque de Colbert, « Le Monde des Jesuites par Nicolas Perault, 1669, 3 vol. ; La Morale pratique des Jésuites, Cologne, 1669 ». Sur cette littérature anti-jésuite, voir Pavone, 2000.

81 Depping 1855, IV, p. 707-709.

82 Friedrich 2008, p. 539-563.

83 BnF, Fonds Baluze Ms. 102, Bibliothèque de Colbert, fol. 64, le catalogue des cartes se situe fol. 64-72. Il est suivi par une « Table géneralle de plusieurs cartes et plans » rédigée en novembre 1666.

84 BnF, Fonds Baluze, Ms. 102, Bibliothèque de Colbert, fol. 71r-72v.

85 Dawson 2000, p. 101.

86 Ibid., p. 102-103.

87 Ibid., p. 67.

88 Ibid., p. 67.

89 Ibid., p. 67

90 Ibid., p. 52-53.

91 Ibid., p. 59.

92 Ibid., p. 104.

93 Ibid., p. 108.

94 Ibid., p. 118.

95 Ibid., p. 118.

96 Ibid., p. 165.

97 Ibid., p. 178.

98 Ibid., p. 171.

99 Fontenelle 1740, II, p. 292.

100 Ibid., p. 287.

101 Nous étendons à la cartographie un des principes centraux de la philosophie politique libertine, voir Gouverneur, 2005.

102 Delisle 1753, p. 4-6.

103 Ibid., p. 9.

104 Statman 2016, p. 1-25, en particulier p. 16.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – « Carte de la Californie suivant I. la Carte manuscrite de l’Amérique de Mathieu Néron Peccioù len dresses à Florence en 1604 II. Sanson 1656 III. De l’Isle Amérique Sept. 1700 IV. le Pere Kino Jésuite en 1705 V. la Société des Jésuites en 1767 », Paris, Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, GE D-11715 (5) (© Bibliothèque nationale de France).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/26629/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 829k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search