Version classiqueVersion mobile

Forme du savoir, forme de pouvoir

 | 
Jean-Marc Besse

Deuxième partie - La forme-atlas dans la construction des savoirs

L’atlas entre culture de l’image et culture en images

Manipulation et stratégie d’assemblage de cartes et plans dans l’œuvre de Claude Masse (1651-1737)

Émilie d' Orgeix

Résumé

Anvers et Rome, les deux grands foyers de développement de la forme-atlas en Europe à la fin du XVIe siècle ont produit des effets de sens bien différents. D’une part, l’espace nordique a développé une « culture en images », faisant usage des principes d’emboîtement et d’enchâssement hérités des retables à panneautins. D’autre part, la péninsule italienne a favorisé une « culture de l’image » théorisante, accordant le primat à des principes unitaires de composition issus de la costruzione legittima. Usant de ces deux notions comme des catégories opératoires, cet article envisage leur héritage et leur transmission en France à la fin du XVIIe siècle à travers l’étude de la collection d’atlas de l’ingénieur Claude Masse (1651-1737), savant bricolage de planches manuscrites et gravées. Si Masse travaille sur l’image grâce à des procédés de compartimentage et de hiérarchisation et avec les images par leur mise en séquence et leur ordonnancement, ses atlas reflètent également les savoirs et pratiques d’un cartographe de terrain formé à la fin du XVIIe siècle aux nouvelles méthodes de triangulation et de relevé technique. Dans le sillage des travaux topographiques menés par Cassini depuis l’Observatoire de Paris, l’œuvre de Masse illustre ainsi comment la tradition de l’atlas, ici manifeste d’une méthode cartographique, modernisée, méthodique et quasi obsessionnelle, se mue ainsi en avatar privé et didactique de sa propre expérience de terrain.

Texte intégral

  • 1 Stoichita 1999.
  • 2 Dekoninck 2017, p. 153-169.

1Dans son essai intitulé L’instauration du tableau, Victor Stoichita oppose la tradition picturale italienne de la Renaissance, productrice d’une « culture de l’image », à celle de la sphère nordique qu’il définit comme une « culture en images » faisant pleinement usage de principes d’emboîtement et d’enchâssement d’« images dans des images1 ». Ces deux cultures visuelles ont produit, selon lui, des effets de sens bien différents : la première théorisante accordant le primat à des principes unitaires de composition issus de la costruzione legittima codifiée en Italie durant la première moitié du XVe siècle ; la seconde métapicturale, se fondant sur une conception de lecture guidée, soutenue par des pratiques de montage et d’encastrement d’images. Si ce dernier principe s’est déployé à grande échelle dans les cabinets d’amateurs, il se retrouve également dans l’assemblage de pièces gravées de petite dimension. Pour Ralph Dekoninck, ces images sont productrices d’un discours visuel narratif étroitement lié à la culture des ateliers de peintres et de graveurs actifs dans les anciens Pays-Bas espagnols2. Usant du principe de l’ars combinatoria, certains d’entre eux, tel le graveur anversois Jérôme Wierix (1553-1619), ont créé de véritables machineries visuelles en combinant vignettes et saynètes sur les estampes votives de la fin du XVIe siècle. Chaque registre figuratif figurant sur une planche, qu’il ait été historique, symbolique ou allégorique, n’y prend sens qu’une fois mis en relation avec les autres (fig. 1).

Fig. 1 – Jérôme Wierix, Pieta entourée de scènes de martyrs crucifiés, (1597-1619), Amsterdam, Rijksprentenkabinet.

Fig. 1 – Jérôme Wierix, Pieta entourée de scènes de martyrs crucifiés, (1597-1619), Amsterdam, Rijksprentenkabinet.
  • 3 Stoichita 1999, p. 26.
  • 4 Sabre 1952.
  • 5 Ortelius 1579.
  • 6 Joris Hoefnagel a réalisé plusieurs séries de plans dans l’atlas de Braun et Hogenberg, Civitates (...)

2Dans le contexte contemporain de l’édition cartographique, cette « nouvelle manière de travailler à/sur l’image », pour reprendre la formule de Stoichita3, est particulièrement pertinente à convoquer. C’est en effet au sein de cette culture visuelle, nourrie par la tradition des retables à panneautins aux volets mobiles de la fin de l’époque médiévale, que l’une des premières formes d’atlas est née. La ville d’Anvers, « métropole de l’Occident4 » représente ainsi, autour des années 1550, le principal foyer de ces nouvelles expérimentations nourries tant par la fertilité que le nombre de ses ateliers d’imprimeurs. Or, c’est précisément dans l’atelier d’Abraham Ortelius (1527-1598), qu’a été imprimé le premier livre géographique rassemblant l’ensemble des cartes et des plans du monde5. Ortelius, contemporain et collaborateur de la dynastie des Wierix, était certainement au fait des stratégies visuelles contemporaines. C’est d’ailleurs dans l’atelier voisin de Plantin que Jan Wierix (1549-1618), frère aîné de Jérôme, imprima quelques décennies plus tard la carte de l’ancienne Gaule d’Ortelius. C’est également à Anvers, avant le sac de 1576, que Joris Hoefnagel (1542-1600) qui signait alors « Antverpianus mercator », dessina la première série de vues de villes qu’il publia plus tard dans le Civitates Orbis Terrarum6. Certaines de ses planches, telles celles consacrées à Cadix en Andalousie, utilisent pleinement ce principe d’« images dans les images » (fig. 2). L’ajout et l’imbrication de vignettes permettent à Hoefnagel de composer et de hiérarchiser différentes temporalités, différents espaces géographiques, différentes histoires et croyances. Pour emprunter à un terme de construction, la lecture des planches, bien que dynamique, est commandée par le « blocage géométrique » que produit l’encastrement des vignettes qui, tels des matériaux, s’équilibrent et se soutiennent réciproquement. La métaphore architecturale qui lie l’image encastrée à une structure autoportante est d’ailleurs pleinement exploitée par certains graveurs tels Albrecht Dürer dans son projet d’arc de triomphe commémoratif pour Maximilien Ier, assemblage monumental de 42 gravures sur bois et 2 gravures sur cuivre (fig. 3).

Fig. 2 – Joris Hoefnagel, « Cadix », Civitates Orbis Terrarum, Anvers, 1572, collection privée.

Fig. 2 – Joris Hoefnagel, « Cadix », Civitates Orbis Terrarum, Anvers, 1572, collection privée.

Fig. 3 – Albrecht Dürer, Arc de triomphe de Maximilien Ier, 1515. Londres, National Gallery.

Fig. 3 – Albrecht Dürer, Arc de triomphe de Maximilien Ier, 1515. Londres, National Gallery.
  • 7 Besse 2009.
  • 8 Lafréri [1643-1675].
  • 9 Deswarte-Rosa 1989, p. 56.
  • 10 Parshall 2006, p. 3-28.
  • 11 De Groot 2006.

3Les recherches formelles et matérielles menées par les ateliers de graveurs flamands ne sont toutefois pas les seules à avoir accompagné le développement de l’atlas géographique. En effet, l’une des singularités de l’atlas réside en son déploiement quasi simultané au nord et au sud de l’Europe7. À Rome, dans la décennie 1560-1570, l’effervescent atelier d’Antoine Lafréri (1512-1577), éditeur et marchand d’estampes franc-comtois actif en Italie dès le début des années 1540, produit également un atlas de cartes, plans et vues d’architecture antique et moderne de Rome intitulé le Speculum Romanae magnificentiae8. Les suites d’estampes, certaines héritées du fonds de son associé Antonio Salamanca (v. 1500-1562), d’autres réalisées par les graveurs français et italiens pour la plupart actifs dans son atelier, sont rassemblées et vendues, à la feuille ou en séries plus ou moins complètes selon les moyens ou le goût de leurs acquéreurs, avant d’être reliées en atlas. Différemment des exemplaires anversois, les planches du Speculum s’illustrent par les principes de composition tirés de la costruzione legittima codifiée dans le Traité de peinture d’Alberti en 1435. Les graveurs au service de Lafréri y font « œuvre de peintres9 » développant des compositions unitaires, centrées et régies par les principes de la perspective artificielle (fig. 4). Leur construction mathématique, favorisant une libre circulation de l’œil, diffère à bien des égards des compositions compartimentées élaborées par les écoles flamandes et hollandaises. La focalisation sur un sujet unique, souvent monumental et centré, limite cependant inévitablement leur potentiel dialogique. Lafréri avait d’ailleurs certainement compris que le choix de ce type de représentation imposait, dans le cas de l’atlas, le recours au multiple. C’est ainsi lui qui, le premier, propose à ses clients de sélectionner tant les sujets que le nombre de planches de leur futur atlas. C’est également lui qui fait graver vers 1574, le premier frontispice d’atlas10 leur permettant ainsi de réunir sous un même titre leurs choix de planches (fig. 5). Enfin, c’est encore lui qui publie en 1573 le premier catalogue des estampes disponibles dans sa boutique. La mise en place de ces différents dispositifs, qui permettent une composition personnalisée et à géométrie variable des recueils, est fondamentale dans l’histoire des atlas. Par opposition aux grandes productions flamandes où le nombre et l’ordre des planches d’atlas étaient fixés à l’avance pour chaque édition, Lafréri promeut un procédé d’assemblage cumulatif, soutenant une composition libre par inclusion ou suppression de planches. Si cet artifice, avant tout commercial, permettait à tout client de moduler son atlas en fonction de ses intérêts et de ses moyens (et donc d’élargir son panel de clients), il introduit également une autre manière de composer. Diversement de l’assemblage « par blocage », assimilable à un procédé de verrouillage, les atlas composites de Lafréri deviennent des objets dialogiques et médiateurs entre les éditeurs et leurs acquéreurs. Ce principe « d’atlas porte-manteau » connaît d’ailleurs une grande fortune au XVIIe siècle. Il est notamment repris entre 1662 et 1665 par Johan Blaeu dans l’Atlas Maior, dont le plus célèbre exemplaire est celui de l’avocat amstellodamois Laurent van der Hem (1621-1678)11.

Fig. 4 – Antonio Lafréri, Arc de Titus Vespasien, 1546, Speculum Romanae magnificentia, [1643-1675], Paris, Inha, Bibliothèque Jacques Doucet, Fol Est 175, pl. 13.

Fig. 4 – Antonio Lafréri, Arc de Titus Vespasien, 1546, Speculum Romanae magnificentia, [1643-1675], Paris, Inha, Bibliothèque Jacques Doucet, Fol Est 175, pl. 13.

Fig. 5 – Antonio Lafréri, « frontispice », Speculum Romanae magnificentia, [1643-1675]. Paris, Inha, Bibliothèque Jacques Doucet, Fol Est 175, [n.p].

Fig. 5 – Antonio Lafréri, « frontispice », Speculum Romanae magnificentia, [1643-1675]. Paris, Inha, Bibliothèque Jacques Doucet, Fol Est 175, [n.p].
  • 12 Didi-Huberman 2009.

4Bien que les dynamiques d’échanges et de compétition entre ateliers nordiques et ultramontains aient été nombreuses, ces deux conceptions de l’atlas n’en sont pas moins représentatives de cultures visuelle et matérielle bien différentes. L’atlas, pourtant longtemps considéré comme une production autonome qui se serait rapidement dégagée tant du modèle du livre, qu’il ait été manuscrit ou imprimé, que de la carte en feuille, reste un objet géographiquement « situé » et conditionné par l’ensemble des dispositifs formels et visuels qui ont soutenu sa fabrication. Or, c’est ici que les notions de « culture en images » et de « culture de l’image » énoncées par Victor Stoichita se révèlent opératoires. Toutes deux sont en effet porteuses de stratégies d’assemblage qui répondent étroitement à celles mises en œuvre par les éditeurs et auteurs d’atlas œuvrant simultanément à Anvers et à Rome durant le dernier quart du XVIe siècle. La première travaille sur l’image grâce à des procédés de compartimentage et de hiérarchisation des figures sur une même planche ; la seconde compose avec les images par leur mise en séquence et leur ordonnancement. Dans les deux cas, les images « prennent position » pour reprendre le titre d’un ouvrage de Georges Didi-Huberman12 et, ce faisant, éclairent la diversité des stratégies matérielles et visuelles à l’œuvre pour soutenir les discours portés par leurs concepteurs. Le développement et l’appropriation de la forme atlas en Europe à partir du début du XVIIe siècle s’inscrivent étroitement dans cette double généalogie. La manière dont les auteurs s’en sont diversement emparés, en fonction de leurs propres formations et expériences, éclaire ainsi les mécanismes d’une négociation, toujours personnelle et inédite, entre deux manières de concevoir les images et leur place dans les recueils.

  • 13 Pastoureau 1984.
  • 14 Pelletier 2003, p. 19-23.
  • 15 Orgeix et Warmoes 2017.
  • 16 Cité dans Kenny 2000, p. 289.
  • 17 Furetière 1690, vedette « composition ».

5La production française du XVIIe au début du XVIIIe siècle offre un cadre d’étude particulièrement propice pour analyser ces mécanismes d’appropriation. Le marché florissant des atlas enrichit les stocks des éditeurs imprimeurs parisiens d’un grand nombre de gravures inédites13. Cette production est complétée par les documents manuscrits réalisés par des professionnels aux statuts très divers : peintres municipaux encore souvent actifs dans les villes de province14, chroniqueurs et graveurs des campagnes militaires, ingénieurs militaires dont les missions cartographiques se multiplient à partir du règne d’Henri IV15 ainsi que « visiteurs » de travaux et de chantiers qui sillonnent le royaume. Ces ramas de cartes, plans et vues, souvent piqués et copiés, parfois réduits et gravés, qui circulent au gré des colportages et des campagnes militaires et alimentent bibliothèques et portefeuilles de cabinets et chefferies, fournissent une abondante matière première aux concepteurs d’atlas. La période est d’ailleurs favorable à tout type de manipulation. Le goût des premières décennies du XVIIe siècle pour la « bigarrure16 », faite d’ouvrages ramassés, rapportés et rassemblés, tout autant que pour l’assortiment de choses « qui conviennent ensemble », voisine longtemps avec une pratique de l’assemblage toujours propice à la transformation, à la métamorphose même. Furetière l’exprime parfaitement en 1690 lorsqu’il définit la composition comme « l’assemblage de plusieurs corps pour en produire un autre17 ». Le terme générique d’atlas composite sous lequel sont englobés l’ensemble de ces recueils « fabriqués » d’éléments divers rend peu compte, à ce titre, de l’ingéniosité et de la diversité des manipulations matérielles auxquelles donne lieu la création d’atlas.

6Parmi les centaines de recueils composites de la période moderne conservés dans les fonds français et étrangers, une œuvre en particulier éclaire les négociations de certains auteurs d’atlas pour concilier d’une part, la double culture iconographique des atlas européens et, d’autre part, leurs propres formation et pratique cartographique. C’est celle de l’ingénieur militaire et cartographe, Claude Masse (1651-1737) dont l’assemblage et la construction des œuvres illustrent une relation inédite entre planche composée et composition de planches.

Les atlas de Masse : l’œuvre d’une double vie

  • 18 Meschinet de Richemond 1882.
  • 19 Bousquet-Bressolier, 2003, p. 57-70 ; Bousquet-Bressolier 2008, p. 101-120. Voir également les tra (...)

7La carrière de Claude Masse, ingénieur du roi actif de 1664 à sa mort en 1737, a tôt suscité l’intérêt des historiens de La Rochelle, ville où il vécut et travailla durant 45 ans, après avoir été affecté en 1679 au service de François Ferry (1649-1701), directeur des fortifications d’Aunis, Saintonge et Guyenne18. Repéré par Colbert à Toul en 1777 pour ses talents de dessinateur, Claude Masse fut l’un des ingénieurs les plus prolifiques du règne de Louis XIV et, dans une moindre mesure, des premières décennies de règne de Louis XV. Si son activité d’ingénieur-bâtisseur a été très largement éclipsée par sa renommée de cartographe, la qualité de ses relevés archéologiques et architecturaux atteste son intérêt pour l’histoire et la matérialité des sites qu’il visitait. Excellent cartographe, Masse fut chargé en 1688 de lever les côtes du littoral atlantique, première opération cartographique à grande échelle levée au demi-cercle qui l’occupa sans relâche, avec une petite équipe « de jeunes » et d’assistants, jusqu’à l’âge de 73 ans19 (fig. 6). En 1724, il rejoignit ensuite à Lille ses deux fils ingénieurs, François (1706-1757) et Claude Félix (1712-1786), où il les seconda dans leur travail de cartographie de la frontière entre la Meuse et la mer du Nord. Masse travailla inlassablement jusqu’aux dernières années de sa vie, dessinant encore des cartes en 1734 à Mézières où il s’était retiré chez ses fils.

Fig. 6 – Claude Masse, Partie des Landes de La Canau, [1700-1724]. BnF, Département des Cartes et plans, CPL GE DD-2987 (1493 B).

Fig. 6 – Claude Masse, Partie des Landes de La Canau, [1700-1724]. BnF, Département des Cartes et plans, CPL GE DD-2987 (1493 B).
  • 20 Claude Masse, Mémoire de partie des côtes du Bas-Poitou, Aunis et Saintonge où est aussi partie du (...)
  • 21 Claude Masse, [Livre de fortifications], SHD, Paris, bibl. Génie, ms. in Folo 131 d2, fol. 35.
  • 22 Claude Masse, Recüeil des plans de Saintonge, [1684-1724]. SHD, bibl. Génie, SHD, Bib. Génie, Atla (...)
  • 23 L’ensemble des volumes est recensé dans Faille et Lacrocq 2001.

8Bien qu’usé par de longs mois passés sur le terrain et d’interminables journées à mettre ses mémoires et minutes au net, Masse ne consacra cependant pas toute son énergie au service du roi. Travaillant « par lambeaux et a ses heures de loisir qu’il a dérobé a ses occupations, nestant nullement payé du Roy20 », il dessina et compila aussi au fil des décennies une immense documentation cartographique et architecturale, manuscrite et gravée, à usage privé consacrée à la façade atlantique, de la Charente aux Landes, à de nombreuses régions d’Europe, œuvre qu’il compléta par trois livres d’art militaire. En 1724, il transporta à Lille sa collection « serrée » dans « 12 portefeuilles en carton où sont tous les plans d’une partie de l’Europe et mémoires de ses provinces » et, quatre ans plus tard, la fit relier en dix atlas oblongs composés d’environ 1 000 plans, cartes mémoires, vues et dessins d’architecture. C’est probablement durant ces années, de 1724 à 1728, que Masse réorganisa et restructura ses planches en des volumes reliés dont la qualité du dessin, du montage et du système de référencement ainsi que de la construction historique sont époustouflantes. À l’instar de la plupart de ses contemporains, Claude Masse considérait l’étude et le croisement de sources imprimées et manuscrites comme une opération préalable nécessaire à l’exercice du métier, qu’il ait été cartographique ou architectural. Il mentionne ainsi dans son livre d’architecture militaire : « Les ingénieurs qui content [sic] sur leur simple idée et qui n’ont pas la curiosité de faire un amas de plans, coupes et profils et mémoires se trouvent très souvent pris dans l’occasion et font des fautes irréparables […]21. » La manipulation et l’intégration sur ses planches de la documentation gravée à sa disposition sont néanmoins bien plus ingénieuses et abouties que chez la majorité des ingénieurs de sa génération. D’une part, il réemploie, découpe, encadre, lave et redessine gravures et estampes de sa collection pour intégrer son œuvre dans une généalogie historique longue allant de la fin du XVIe siècle à son temps (fig. 7). D’autre part, il intègre de nombreuses cartes imprimées par ses prédécesseurs et parfois même de ses contemporains qu’il annote, colore et complète de longues légendes souvent critiques légitimant par là même ses propres apports à la cartographie régionale. Enfin, il y intercale de nombreux projets « de son idée », identifiables par leur lavis jaune, prenant ainsi pleinement place dans la grande histoire du royaume et de la reconquête des places protestantes le long de la côte (fig. 8)22. Enfin, Masse profite également de ces quatre premières années lilloises pour réactualiser inlassablement, au crayon directement sur les plans et dans les marges, l’ensemble de ses mémoires et légendes qu’il rédige toujours à la troisième personne et qui pour certains dataient de plus de trente ans23.

Fig. 7 – Claude Masse, « Triomphe de Louis XIII », Atlas de La Rochelle, [1684-1724]. SHD, Bib. Génie, Atlas 131g, feuille 20.

Fig. 7 – Claude Masse, « Triomphe de Louis XIII », Atlas de La Rochelle, [1684-1724]. SHD, Bib. Génie, Atlas 131g, feuille 20.

Fig. 8 – Claude Masse, « Projet pour fortifier la petite ville de Tallemont » [1706], Recüeil des plans de Saintonge, [1684-1724]. SHD, bibl. Génie, SHD, Bib. Génie, Atlas 131f, feuille 64.

Fig. 8 – Claude Masse, « Projet pour fortifier la petite ville de Tallemont » [1706], Recüeil des plans de Saintonge, [1684-1724]. SHD, bibl. Génie, SHD, Bib. Génie, Atlas 131f, feuille 64.
  • 24 Lenglet du Fresnoy 1716, t. 1, [III].
  • 25 Faille 1971, p. 5-7.

9Geste inédit dans l’histoire des atlas, cette immense collection personnelle ne ressemble à aucune autre. Il ne s’agit ainsi pas d’une collection de travail à l’attention d’un ministre ou d’un monarque, à l’instar de celles réunies pour Mazarin, Richelieu ou Louis XIII, formées du « ramas » de plans reliés ensemble. Il ne s’agit pas non plus d’une collection de prestige, telle que celles réalisées pour Louis XIV, composées de luxueuses copies mises à l’échelle et unifiées par des encadrements et des cartouches de même facture. Les atlas de Masse constituent l’unique grande série de livres illustrés, traitant d’histoire, d’art et d’architecture, composée pour l’instruction des « jeunes gens » qui se destinaient au métier d’ingénieur et, plus précisément, pour ses deux fils. Les vues, cartes, plans, coupes, élévations et profils d’architecture que Masse souhaite transmettre à ses enfants ne constituent pas, à proprement parler, une « documentation savante » propre à l’étude de l’Histoire selon la définition contemporaine de Nicolas Lenglet du Fresnoy24. Il s’agit avant tout de leur enseigner leur métier à l’aune de l’histoire de leur père habilement fondue dans un grand portrait globalisateur du royaume. Masse n’a d’ailleurs de cesse de le rappeler dans ses différents avant-propos et introductions. Ses « barbouillages » comme il les nomme, s’ils ont été parfois consultés par « quelques amis » en visite à La Rochelle, doivent être rendus à ses enfants auxquels il destine aussi sa bibliothèque d’ingénieur. Il le répète encore dans un premier testament rédigé en 1713 alors qu’il vient de perdre son épouse, morte peu après la naissance de leur fils cadet, et qu’atteint de paludisme il pense vivre ses derniers jours : « Je veux et entends que tous mes livres soient vendus, à la rézerve de ceux qui regardent les fortifications et architecture que je veux qu’ils soient conservés pour François Masse, mon fils aîné […]25. »

L’atlas, manifeste d’une méthode cartographique

  • 26 Claude Masse, « Carte de partie du Bas Poictou, du pays d’Aunis et Partie de Saintonge et Médoc », (...)

10Si les atlas cartographiques et urbains de Masse ne comportent pas de frontispices, leurs titres étant simplement indiqués à l’encre noire en lettres capitales, il y adopte le principe de réduction progressive des échelles déjà présent dans les grandes entreprises flamandes et hollandaises de la fin du XVIe siècle. Il connaît d’ailleurs les planches publiées par Braun et Hogenberg qui sont parfois incluses dans ses séries. Tous ces atlas sont introduits par des cartes qui présentent une vue d’ensemble de la région, ville ou thème traité avant que chaque lieu ne soit détaillé dans des cartes à 1 pouce pour 50 ou 100 toises ou des plans, élévations, coupes et profils de bâtiments particuliers. Masse assemble cependant tous ces « morceaux coupés » d’une manière bien différente de celle de ses contemporains. Ses recueils ne restituent pas l’habituel parcours des « visites de pays » effectuées en empruntant les chemins et les voies d’eau. Son atlas est structuré en fonction des « carrés » tracés à l’encre rouge sur ses cartes introductives. Masse, reconfigurant ainsi l’atlas à l’aune de sa propre expérience du métier, réemploie le carroyage réalisé pour le transfert de ses données de terrain en un tableau d’assemblage qui ordonne l’espace en une grille rationnelle et géométrique. L’ensemble de ses atlas, hormis son recueil de « plans dépareillés », reprend ce principe. La carte du Bas Poitou, d’Aunis, de Saintonge et du Médoc, placée en introduction du « Recüeil des plans de Saintonge26 » illustre la sophistication de ce procédé d’assemblage (fig. 9). Tous les « carrés » situés en Saintonge font l’objet d’une ou de plusieurs planches de son atlas mais leur statut et leur valeur diffèrent. Une longue légende rajoutée par Masse après 1724 dans la marge inférieure de la carte précise ainsi la lecture des codes de couleurs, lettres ou chiffres inscrits au centre des carrés. Ceux colorés au lavis correspondent aux territoires qu’il a lui-même levés. En revanche, « La partie de cette carte qui n’est point colorée et les villes et les bourgs marqués à l’encre sont des parties prises sur des cartes imprimées que Masse n’avait pas encore visitées en 1702 et qui ne sont placées sur cette carte que pour donner une idée générale du pays ». Masse prend également soin d’indiquer que les carrés marqués d’un chiffre correspondent aux cartes particulières envoyées au marquis d’Asfeld et au conseil de la Marine en 1712. Cette annotation, qui lui permet de préciser les dates, statuts et destinations de ses travaux, est redoublée sur chacune de ses cartes particulières d’un autre système de référencement par chiffres, lettres majuscules et minuscules et couleurs (encre rouge ou noire) qui renvoie à son tour aux mémoires historiques qui les introduisent et aux vignettes de sites, monuments et lieux jugés dignes d’attention. Dans la marge inférieure de la feuille 77 consacrée « aux environs de Mornac et de Saint-Just », Masse indique ainsi que « Le nord est commun aux cartes des figures 5. 9. & aux plans fig. 1. 2. 3. 4 & 10 ». Grâce à ce système, chaque carte et plan de l’atlas synthétisant l’ensemble des données sur une ville se mue en tableau d’assemblage qui, à son tour, commande d’autres textes et images.

Fig. 9 – Claude Masse, « Carte de partie du Bas Poictou, du pays d’Aunis et Partie de Saintonge et Médoc », Recüeil des plans de Saintonge, [1684-1724]. SHD, bibl. Génie, SHD, Bib. Génie, Atlas 131f, feuille 2.

Fig. 9 – Claude Masse, « Carte de partie du Bas Poictou, du pays d’Aunis et Partie de Saintonge et Médoc », Recüeil des plans de Saintonge, [1684-1724]. SHD, bibl. Génie, SHD, Bib. Génie, Atlas 131f, feuille 2.

Les imbrications savantes d’un cartographe de terrain

  • 27 Furetière 1690, t. I, [n.p], vedette : compartir.
  • 28 Delafosse et Faille, 1979.

11Ce complexe système de référencement croisé sert à l’entendement de la multitude « d’images dans les images » que Masse positionne dans chacune de ses séries. Hiérarchisant différentes temporalités, différentes échelles, différents projets, il fait sien le principe d’imbrication et d’encastrement de vignettes et saynètes en usage dans les estampes nordiques. La pratique du « compartir » ou art de compartimenter est d’ailleurs toujours prisée à la fin du XVIIe siècle27. Cartographe formé aux normes du dessin technique entre 1660 et 1680, Masse n’use cependant pas d’un principe circulatoire rayonnant autour d’une image centrale. Suivant les codes en usage pour les cartes géographiques, il compose par quadrillage, agençant des cadres de diverses dimensions à partir des marges de ses feuilles. Ces carroyages irréguliers de vignettes géométriques, dont il module les dimensions et formes en fonction de ses sujets, emplissent progressivement ses planches jusqu’à ne laisser parfois qu’une fine bande centrale (fig. 10). Si le principe est structurellement simple, ses planches sont toujours le fruit d’un choix de composition mûrement réfléchi. Ainsi, pour les ouvrages sériels, Masse utilise un principe de composition taxonomique lui permettant de présenter des ouvrages comparables et réduits à même échelle. C’est le cas, par exemple de la planche du « Recüeil des plans de La Rochelle » qui figure les « mécaniques flottantes » inventées par l’ingénieur Italien, Pompeo Targone (1575-v. 1630) lors du siège de 1627-1628 (fig. 11)28. Masse y opte pour une composition en deux registres : la partie inférieure se compose d’un plan de situation général dans le port numéroté 16, celle supérieure comporte une série de vignettes en bandeau, numérotées de 1 à 15, qui figure les différentes inventions et leur armement par des soldats. La planche s’observe donc de gauche à droite et de haut en bas. Masse, comme toujours, prend soin d’indiquer les lieux, les hommes et les gestes qui doivent être observés pour toute action. Plutôt que de réutiliser les gravures des machines qui circulaient sur le marché, il use d’un principe de « dessin augmenté », par l’accroissement des informations contenues dans les gravures originales. Il y précise ainsi les matériaux utilisés, bois, galets, pierres ou cordages, par différentes couleurs de lavis, introduit des transparences d’eau qui permettent de mesurer le degré d’immersion des structures en fonction des marées et indique ultérieurement au crayon, sur chacune d’entre elles, les noms des ouvrages ou certaines ambiguïtés techniques tels que « profil incertain » sur la figure 3 et « incertitude sur les fondations » sur la figure 6. Sur d’autres planches, Masse module et hiérarchise ses figures de manière plus complexe. Ainsi, sur la feuille consacrée aux coupes et profils de la maison de ville de La Rochelle, il quadrille sa page en trois bandeaux verticaux formant 6 cases (fig. 12). La feuille peut se lire de plusieurs manières. La première suivant le mouvement naturel de lecture, de gauche à droite et de haut en bas, est une lecture historique par laquelle Masse souligne la reconquête par les rois de France de la ville protestante de La Rochelle. Il y introduit tout d’abord la statue en pied d’Henri IV « le Grand habillé de ses habits royaux de son temps », poursuivant avec les armes de France qui sont complétées dans le registre inférieur, par une petite vignette figurant le blason de la ville « qui n’était en ce temps qu’un bateau avec deux voiles ». En revanche, si le lecteur parcourt en premier la légende située à droite, Masse, débutant par des descriptions des figures 2 et 3 avant de détailler les vignettes 1, 4, 5 et 6, suggère une lecture architecturale et programmatique de l’hôtel de ville. L’Histoire ainsi rejetée dans les marges, parmi les éléments du décor, y devient secondaire.

Fig. 10 – Claude Masse, [détail de la] Carte particulière du cours de la rivière de Meuse depuis au-dessus de Mézières jusqu’au [dessous] de Namur, 1734. BnF, Département des Cartes et plans, GE AA-2053 (RES).

Fig. 10 – Claude Masse, [détail de la] Carte particulière du cours de la rivière de Meuse depuis au-dessus de Mézières jusqu’au [dessous] de Namur, 1734. BnF, Département des Cartes et plans, GE AA-2053 (RES).

Fig. 11 – Claude Masse, « Plan particulier de la digue de La Rochelle », Recüeil des plans de La Rochelle, [1684-1724]. SHD, bibl. Génie, SHD, bibl. Génie, Atlas 131g, feuille 17.

Fig. 11 – Claude Masse, « Plan particulier de la digue de La Rochelle », Recüeil des plans de La Rochelle, [1684-1724]. SHD, bibl. Génie, SHD, bibl. Génie, Atlas 131g, feuille 17.

Fig. 12 – Claude Masse, « Coupes et profils de la maison de ville de La Rochelle », Recüeil des plans de La Rochelle, [1684-1724]. SHD, bibl. Génie, SHD, Bib. Génie, Atlas 131g, feuille 58.

Fig. 12 – Claude Masse, « Coupes et profils de la maison de ville de La Rochelle », Recüeil des plans de La Rochelle, [1684-1724]. SHD, bibl. Génie, SHD, Bib. Génie, Atlas 131g, feuille 58.

12Cette mise en tension incessante entre texte et image, qui impose une circulation de l’œil contrainte et artificielle, est commune à l’ensemble de ses recueils. S’ils semblent, à première vue, s’inscrire dans la double généalogie de l’atlas, tant par leur mise en séquence que leurs procédés métapicturaux, ils reflètent également les savoirs et pratiques d’un ingénieur cartographe de la fin du XVIIe siècle, formé aux nouvelles méthodes de triangulation et de codification du dessin technique. Dans le sillage des travaux topographiques menés par Cassini depuis l’Observatoire de Paris, Masse illustre l’extension du domaine de la cartographie à celui de l’atlas. Les procédés heuristiques et les outils qu’il emploie sont avant tout ceux du cartographe de terrain. La structuration de ses atlas répond étroitement aux partitions géographiques de ses relevés. Leurs « carrés », unités spatiales géométriques abstraites, y acquièrent le statut de « zones géographiques » à part entière qui président sur la « culture de l’image ». Comme sur le terrain, Masse reproduit dans ses atlas des triangulations qui imposent des cheminements à rebours et des allers-retours permanents. Ses cartes générales, positionnées au fil des pages, font ainsi office de « bases » qui renvoient à des vignettes, imbriquées et encastrées, qui procèdent directement des préconisations contemporaines sur la composition des cartes et plans. Renouvelant les codes de la « culture en image », Masse crée des vignettes-balises, dont l’ordre et le sens de lecture ne sont jamais continus ou linéaires. Le complexe système de renvois qu’il met en place (chiffres, lettres et codes de couleurs) soutient ce maillage de planches et de vignettes qui, comme pour les minutes de terrain, ne fonctionne qu’en miroir des mémoires manuscrits qui les accompagnent. Chez Masse, l’atlas, manifeste d’une méthode cartographique, méthodique, modernisée et quasi obsessionnelle, se mue ainsi en avatar privé et didactique de sa propre expérience de terrain.

Bibliographie

Ouvrages à caractère de source

Braun – Hogenberg 1572 = G. Braun, F. Hogenberg, Civitates Orbis Terrarum, Anvers, 1572.

Furetière 1690 = A. Furetière, Dictionnaire universel, La Haye et Rotterdam, 1690.

Lafréri 1643-1675 = A. Lafréri, Speculum Romanae magnificentia, [1643-1675], Paris, Inha, Bibliothèque Jacques Doucet, FOL EST 175.

Lenglet du Fresnoy 1716 = N. Lenglet du Fresnoy, Méthode pour étudier la géographie, Paris, 1716.

Masse Claude, [Livre de fortifications], [1684-1724], SHD, Paris, bibl. Génie, ms. in Folo 131d2.

Masse Claude, Atlas de La Rochelle, [1684-1724]. SHD, bibl. Génie, Atlas 131g.

Masse Claude, Mémoire de partie des côtes du Bas-Poitou, Aunis et Saintonge où est aussi partie du pays intérieur [1684-1724], SHD, Paris, bibl. Génie, ms. in-4° 135.

Masse Claude, Recüeil des plans de Saintonge, SHD, Paris, bibl. Génie, in Fol° 131f.

Ortelius 1579 = A. Ortelius, Theatrum orbis terrarum, Anvers, 1579.

Études secondaires

Besse 2009 = J.-M. Besse, The Birth of the Modern Atlas – Rome, Lafreri, Ortelius, dans Conflicting Duties: Science, Medicine and Religion in Rome 1550-1750 (dir. M. P. Donato et J. Kraye), Londres, 2009, p. 35-57.

Bousquet-Bressolier 2003 = C. Bousquet-Bressolier, Claude Masse et la cartographie des côtes du Ponant (1688 à 1724), dans Cahiers nantais, 2003, n° 59, p. 57-70.

Bousquet-Bressolier 2008 = C. Bousquet-Bressolier, Claude Masse (1651-1737) sur les côtes de l’océan. Trente-cinq ans d’une expérience transmise, dans I. Laboulais (dir.), Les Usages des Cartes (XVIIe-XIXe siècle). Pour une approche pragmatique des productions cartographiques, Strasbourg, 2008, p. 101-120.

De Groot 2006 = E. De Groot, The Atlas Blaeu-Van der Hem of the Austrian National Library: The World of a Seventeenth-Century Collector, ‘t Goy-Houten, 2006.

Dekoninck 2017 = R. Dekoninck, Le montage des images comme outil méditatif dans la gravure anversoise des XVIe et XVIIe siècles, dans Archivio Italiano per la Storia della Pietà, 2017, vol. 19, n° 1, p. 153-169.

Delafosse – Faille 1979 = M. Delafosse et R. Faille, Recueil des plans de La Rochelle par l’ingénieur géographe Claude Masse, La Rochelle, 1979.

Deswarte-Rosa 1989 = S. Deswarte-Rosa, Les gravures de monuments antiques d’Antonio Salamanca, à l’origine du Speculum Romanae Magnificentiae, dans Annali di Architettura, 1, Vicence, 1989, p. 47-62.

Didi-Huberman 2009 = G. Didi-Huberman, Quand les images prennent position, L’œil de l’histoire, I, Paris, 2009.

Faille – Lacrocq 1979 = R. Faille et N. Lacrocq, Les ingénieurs géographes Claude, François et Claude-Félix Masse, La Rochelle, 1979 (réed. Paris, 2001).

Faille 1971 = R. Faille, Recherches généalogiques sur l’ingénieur géographe Claude Masse et ses descendants, dans Bulletin de la Société de géographie, 2e série, II, no 8, 1971, p. 5-7.

Kenny 2000 = N. Kenny, La France si curieuse des nouveautez. Le concept composite de curiosité aux débuts de la presse périodique (1631-1633), D’une fantastique bigarrure. Le texte composite à la Renaissance, dans Études offertes à A. Tournon, Paris, 2000, p. 289-302.

Meschinet de Richemond 1882 = L.-M. Meschinet de Richemond, Une famille d’ingénieurs géographes. Claude Masse (1650-1737) sa vie et ses œuvres, extrait du Bulletin de la Société de géographie de Rochefort, III, année 1882, Rochefort, 1882.

Orgeix – Warmoes 2017 = É. d’Orgeix et I. Warmoes, Atlas militaires manuscrits (XVIIe-XVIIIe siècle). Villes et territoires des ingénieurs du roi, Paris, 2017.

Parshall 2006 = P. Parshall, Antonio Lafreri’s « Speculum Romanae Magnificentiae », dans Print Quarterly, vol. 23, n° 1, 2006, p. 3-28.

Pastoureau 1984 = M. Pastoureau, Les Atlas français XVIe-XVIIe siècles. Répertoire bibliographique et étude, Paris, 1984.

Pelletier 2003 = M. Pelletier, Le rôle des peintres, dans Cartographie de la France et du Monde de la Renaissance aux Lumières, Paris, 2003, p. 19-23.

Sabre 1952 = E. Sabre, Anvers, métropole de l’Occident (1492-1566), Bruxelles, 1952.

Stoichita 1999 = V. I. Stoichita, L’Instauration du tableau, Genève, 1999.

Notes

1 Stoichita 1999.

2 Dekoninck 2017, p. 153-169.

3 Stoichita 1999, p. 26.

4 Sabre 1952.

5 Ortelius 1579.

6 Joris Hoefnagel a réalisé plusieurs séries de plans dans l’atlas de Braun et Hogenberg, Civitates Orbis Terrarum, Anvers, 1572.

7 Besse 2009.

8 Lafréri [1643-1675].

9 Deswarte-Rosa 1989, p. 56.

10 Parshall 2006, p. 3-28.

11 De Groot 2006.

12 Didi-Huberman 2009.

13 Pastoureau 1984.

14 Pelletier 2003, p. 19-23.

15 Orgeix et Warmoes 2017.

16 Cité dans Kenny 2000, p. 289.

17 Furetière 1690, vedette « composition ».

18 Meschinet de Richemond 1882.

19 Bousquet-Bressolier, 2003, p. 57-70 ; Bousquet-Bressolier 2008, p. 101-120. Voir également les travaux de Suire 2011.

20 Claude Masse, Mémoire de partie des côtes du Bas-Poitou, Aunis et Saintonge où est aussi partie du pays intérieur [1684-1724], SHD, Paris, bibl. Génie, ms. in-4° 135, p. 7.

21 Claude Masse, [Livre de fortifications], SHD, Paris, bibl. Génie, ms. in Folo 131 d2, fol. 35.

22 Claude Masse, Recüeil des plans de Saintonge, [1684-1724]. SHD, bibl. Génie, SHD, Bib. Génie, Atlas 131f, feuille 64.

23 L’ensemble des volumes est recensé dans Faille et Lacrocq 2001.

24 Lenglet du Fresnoy 1716, t. 1, [III].

25 Faille 1971, p. 5-7.

26 Claude Masse, « Carte de partie du Bas Poictou, du pays d’Aunis et Partie de Saintonge et Médoc », Recüeil des plans de Saintonge, SHD, Paris, bib. Génie, in Fol° 131f, feuille 2.

27 Furetière 1690, t. I, [n.p], vedette : compartir.

28 Delafosse et Faille, 1979.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Jérôme Wierix, Pieta entourée de scènes de martyrs crucifiés, (1597-1619), Amsterdam, Rijksprentenkabinet.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/26619/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Fig. 2 – Joris Hoefnagel, « Cadix », Civitates Orbis Terrarum, Anvers, 1572, collection privée.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/26619/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 878k
Titre Fig. 3 – Albrecht Dürer, Arc de triomphe de Maximilien Ier, 1515. Londres, National Gallery.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/26619/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 714k
Titre Fig. 4 – Antonio Lafréri, Arc de Titus Vespasien, 1546, Speculum Romanae magnificentia, [1643-1675], Paris, Inha, Bibliothèque Jacques Doucet, Fol Est 175, pl. 13.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/26619/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 625k
Titre Fig. 5 – Antonio Lafréri, « frontispice », Speculum Romanae magnificentia, [1643-1675]. Paris, Inha, Bibliothèque Jacques Doucet, Fol Est 175, [n.p].
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/26619/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Fig. 6 – Claude Masse, Partie des Landes de La Canau, [1700-1724]. BnF, Département des Cartes et plans, CPL GE DD-2987 (1493 B).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/26619/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 896k
Titre Fig. 7 – Claude Masse, « Triomphe de Louis XIII », Atlas de La Rochelle, [1684-1724]. SHD, Bib. Génie, Atlas 131g, feuille 20.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/26619/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 996k
Titre Fig. 8 – Claude Masse, « Projet pour fortifier la petite ville de Tallemont » [1706], Recüeil des plans de Saintonge, [1684-1724]. SHD, bibl. Génie, SHD, Bib. Génie, Atlas 131f, feuille 64.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/26619/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Titre Fig. 9 – Claude Masse, « Carte de partie du Bas Poictou, du pays d’Aunis et Partie de Saintonge et Médoc », Recüeil des plans de Saintonge, [1684-1724]. SHD, bibl. Génie, SHD, Bib. Génie, Atlas 131f, feuille 2.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/26619/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 10 – Claude Masse, [détail de la] Carte particulière du cours de la rivière de Meuse depuis au-dessus de Mézières jusqu’au [dessous] de Namur, 1734. BnF, Département des Cartes et plans, GE AA-2053 (RES).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/26619/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 921k
Titre Fig. 11 – Claude Masse, « Plan particulier de la digue de La Rochelle », Recüeil des plans de La Rochelle, [1684-1724]. SHD, bibl. Génie, SHD, bibl. Génie, Atlas 131g, feuille 17.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/26619/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 878k
Titre Fig. 12 – Claude Masse, « Coupes et profils de la maison de ville de La Rochelle », Recüeil des plans de La Rochelle, [1684-1724]. SHD, bibl. Génie, SHD, Bib. Génie, Atlas 131g, feuille 58.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/26619/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 805k

Auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search