Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’« Incastellamento » en Italie centrale

 | 
Étienne Hubert

Troisième partie. Épilogue

Chapitre 10. La formation du peuplement rural moderne (xive-xve siècle)

Texte intégral

1La redistribution du peuplement à la fin du Moyen Âge, dont les désertions villageoises sont le caractère le plus manifeste, ne formait pas l’objectif principal de la recherche que nous avons menée dans la moyenne vallée du Turano, centrée au contraire sur la genèse de l’« incastellamento ». Au demeurant, si tel avait été le cas, notre choix se serait porté sans doute sur d’autres sites, mieux pourvus sur le plan documentaire. Pour autant, on ne saurait se dispenser de présenter au lecteur les phases ultimes de la vie des habitats étudiés et les étapes de leur abandon, ne serait-ce parce que, par définition, ce sont les premières que la fouille a rencontrées.

  • 1 Pour les statuts de San Salvatore Maggiore, établis par les statutarii deputati a communi consilio (...)
  • 2 Les documents ont été édités par A. Pellegrini, Le carte di Casperia (già Aspra), 1099-1349 ; cf. I (...)
  • 3 Je me dois de rappeler que Jean Coste avait rassemblé les premiers éléments documentaires sur les q (...)

2L’état de la documention parvenue jusqu’à nous, défavorable depuis le début du xiie siècle, ne s’améliore guère pendant les derniers siècles du Moyen Âge. A notre connaissance, les villages retenus pour notre enquête n’ont conservé aucun registre des notaires qui y ont instrumenté, aucune archive produite par le fonctionnement de leur communauté ni par l’exercice de la juridiction seigneuriale à laquelle ils étaient soumis, aucun statut accordé à l’universitas par ses seigneurs pour garantir ses droits coutumiers, comme celui des villages de San Salvatore Maggiore vers 1470, ou bien imposé par les domini castri pour définir l’étendue de leur domination, comme l’a fait Filippo Mareri pour les villages de sa baronnie à la fin du xive siècle1. Pour n’être pas totalement indigente, la documentation éparse relative aux trois sites encore occupés aux xive et xve siècles – Montagliano, Offiano et la villa de Sant’Agnese – permet de suivre, au moins dans leurs grandes lignes, les étapes principales des transferts de propriété et de possession dont ils firent alors l’objet, mais ne fournit guère d’informations sur les causes et les circonstances de leur désertion dans le courant des xive et xve siècles. Ce n’est pas toujours le cas et, pour rester en Sabine, on connaît le beau dossier sur l’abandon du village de Caprignano qu’ont conservé les archives de Casperia2. En dépit de leur intérêt naturellement primordial, les quelques actes repérés3 fournissent donc un angle de vision extérieur à la vie de nos villages dont on ne peut jamais observer le fonctionnement interne. La remarque vaut, a fortiori, pour les sources dont l’objet est plus général et dans lesquelles nos sites font le cas échéant des apparitions fugitives.

  • 4 A ce sujet, voir notamment J.-M. Pesez, Ricerche e prospettive di lavoro intorno ai villaggi abband (...)

3De son côté, l’enquête archéologique a mis en évidence, dans les secteurs fouillés qui sont restés trop peu nombreux pour livrer davantage qu’un faisceau d’indices, les modalités qu’ont revêtues les abandons – destructions, incendies, désertions brutales ou au contraire progressives – mais éclaire mal le contexte dans lequel ils sont survenus et moins encore leurs raisons : tout au plus peut-on entrevoir la relation qui s’établit entre l’état de l’habitat à la veille du processus qui a conduit à son abandon et la désertion elle-même4. Aussi la part d’hypothèse dans la reconstruction que nous proposons dans les pages qui suivent n’est-elle pas mince.

4Comme ailleurs, le territoire qui nous occupe était le lieu d’exercice de juridictions variées, superposées ou imbriquées entre elles, qui pesaient sur les campagnes et leurs habitants. Au-delà des phénomènes conjoncturels qui ont joué un rôle déterminant sur l’organisation du peuplement, deux traits structuraux définissent l’histoire de la moyenne vallée du Turano à la fin du Moyen Âge, comme l’ensemble des campagnes italiennes à la même époque : l’emprise accrue de la ville sur l’espace environnant et la recomposition seigneuriale.

I – L’ASSIETTE TERRITORIALE À LA FIN DU MOYEN ÂGE

5La moyenne vallée du Turano n’était plus guère soumise à l’influence directe de la ville ni de ses classes dirigeantes depuis le début du xie siècle quand les nombreuses donations de terres effectuées par les familles de l’aristocratie réatine avaient transféré le centre de gravité foncier et le pouvoir de commandement de Rieti à Farfa. La situation allait changer à partir du xiiie et, plus encore, du xive siècle. Si jusque là le poids de la cité se faisait sentir, c’était par l’exercice de la juridiction ecclésiastique de son évêque, pour la partie de la vallée qui était incluse dans le diocèse de Rieti ou dans celui de Tivoli ; quant au reste du territoire, il relevait du diocèse de Sabine, qui n’était pas organisé autour d’une civitas, ou des abbayes de Farfa et de Santa Maria del Piano à Pozzaglia.

A) La géographie ecclésiastique et le réseau du peuplement : cadres territoriaux et structures d’encadrement pastoral

  • 5 Pour la période précédente, voir le chapitre 9, paragraphe II/C. Pour les derniers siècles du Moyen (...)

6L’organisation de l’encadrement religieux dans le Latium des derniers siècles du Moyen Âge a fait l’objet d’études approfondies que l’on doit à Enzo Petrucci. La vallée du Turano ne présente pas de spécificité particulière par rapport au reste de la région5. On ne saurait se dispenser pour autant de dessiner brièvement les cadres de la géographie ecclésiastique dans la mesure où les documents qui s’y rapportent, désormais plus nombreux et surtout plus précis, complètent nos informations sur l’assiette territoriale de la vallée du Turano et, bien souvent, sur le réseau du peuplement pendant les derniers siècles du Moyen Âge.

1) « I quattro vescovi » : éléments de géographie diocésaine (carte 11, p. 336-337)

  • 6 Voir notamment la carte de la Sabine insérée dans l’ouvrage de Francesco Paolo Sperandio, Sabina sa (...)
  • 7 Sur la géographie diocésaine aux xe-xiiie siècles, voir le chapitre 7, paragraphe I/B/1/b, le chapi (...)

7Région frontalière, la moyenne vallée du Turano n’a jamais formé une entité territoriale au plan ecclésiastique pas plus qu’au plan politique. La géographie diocésaine connut encore quelques ajustements à la fin du Moyen Âge. Les quatre diocèses de Sabine, de Rieti, des Marses et de Tivoli se partageaient la vallée, marquant la toponymie au point de leur contact où est attestée par exemple une « fonte dei quattro vescovi »6. Un registre des églises du diocèse de Sabine au xive siècle, les rationes decimarum permettent de suivre avec précision leurs confins par rapport aux habitats contemporains, complétant de la sorte les informations que livre la liste des églises du diocèse de Rieti dressée au milieu du xiiie siècle7.

  • 8 Pozzaglia, Canemorto (Orvinio), Petescia et Montorio in Valle furent détachés du diocèse de Sabine (...)
  • 9 Voir le chapitre 9 au paragraphe II/C/1.
  • 10 L’opération eut lieu entre 1182 et 1218 (ibid.).

8D’une manière générale, la géographie diocésaine dans la vallée est stabilisée à partir du xiiie siècle et ne changea plus guère par la suite, à l’exception de quelques ajustements opérés jusqu’au xixe siècle8. La région qui s’étendait sur la rive gauche du Turano de Roc-ca Salice au nord jusqu’à Vallinfreda au sud, englobant le massif du mont Faito, la plaine de Pozzaglia et le massif du mont Croce, relevait du diocèse de Rieti à la fin du xiie siècle9. Le territoire, qui correspondait à la juridiction du monastère Santa Maria del Piano à Pozzaglia, fut partagé entre les diocèses de Rieti, de Sabine et de Tivoli entre la fin du xiie siècle et les toutes premières années du siècle suivant10. Rieti ne conserva que le versant oriental du mont Faito tandis que la moitié méridionale du mont Croce fut rattachée au diocèse de Tivoli et le reste fut attribué à celui de Sabine.

  • 11 Voir notamment ASC, Archivio Orsini, II A III, n° 58 (24/09/1328) pour la localisation des castra d (...)
  • 12 P. Sella (éd.), Rationes decimarum Italiae. Aprutium-Molisium, p. 21-56.
  • 13 Voir le chapitre 9, paragraphes I et II/C.

9Dès lors le diocèse de Tivoli s’étendit vers le nord-est au delà de Vallinfreda et de Vivaro. Le confin suivait le Turano jusqu’au Fosso Pratarelle et gravissait le mont Croce, à la limite du finage de Petescia (Turania) qui relevait du diocèse de Sabine mais que, curieusement et de manière erronée, quelques actes pontificaux du tournant des xive et xve siècles localisent pourtant dans le diocèse de Tivoli, y incluant même Montagliano situé sur l’autre rive du Turano. La limite du diocèse longeait ensuite, sans le comprendre, le territoire de la villa de Sant’Agnese, rejoignait le rio di Petescia, englobant le castrum de Portica, et, de là, rattrapait la vallée du Licenza à la hauteur de Percile11. Le diocèse de Tivoli jouxtait celui des Marses qui s’étendait jusqu’à Rocca di Botte, Oricola, l’antique civitas Carsioli et son église Santa Maria, laquelle versait les décimes pontificales au xive siècle, le castrum Cellarum (actuelle Carsoli), Poggio Cinolfo, Pietrasecca, Tufo puis le val di Varri12. Le confin entre le diocèse de Tivoli et celui des Marses correspondait à la frontière du royaume qui avait partagé le diocèse de Rieti depuis le milieu du xiie siècle13.

  • 14 Registrum omnium ecclesiarum dioecesis sabinensis, éd. G. Tomassetti et G. Biasiotti, La diocesi di (...)

10Les listes des églises dépendant des évêchés réatin et sabin permettent de préciser leur extension territoriale. Les droits épiscopaux exercés par l’ordinaire sur les églises de Sabine vers le milieu du xive siècle sont connus par le registre des églises qu’inspecta le vicaire général du cardinal-évêque de Sabine, Pietro Gomez de Barros (1341-1348), en 1343, à la suite du synode célébré dans la cathédrale de Forum Novum en 134214. Le diocèse de Sabine, qui avait regagné au début du xiiie siècle une partie du territoire sur la rive gauche du Turano, s’étendait jusqu’à Rocca Salice et Pietra Balda, comprenait le mont Faito jusqu’à l’ermitage de Sant’Angelo de Padetto et Montorio in Valle. Le confin diocésain traversait ensuite le rio di Petescia pour englober la partie septentrionale du mont Croce où se trouvaient Petescia et la villa de Sant’Agnese et devait également comprendre le castrum Sinibaldi, qui n’est pourtant pas cité dans le document pas davantage que la villa. Longeant le diocèse de Tivoli, le confin se dirigeait vers l’ouest, passant entre Percile et Pietra Demone, qui relevait du diocèse de Sabine comme Canemorto (Orvinio), Vallebona et le monastère Santa Maria del Piano.

  • 15 BnF, ms. latin 1556, f. 23r-v. Cf. chapitre 9, paragraphe II/C/1. Voir aussi Archivio Capitolare di (...)

11Définis non sans contrastes au milieu du xiiie siècle, les confins du diocèse de Rieti, enfin, s’étendaient sur la rive droite du Turano jusqu’à Ricetto, Nespolo et Collalto. Le confin suivait le Fosso Sant’Angelo qui le sépare du diocèse des Marses, descendait le Turano jusqu’au rio di Petescia où il traversait la rivière. Sur la rive gauche du Turano, il comprenait Pietraforte, mais pas Montorio, puis englobait le versant oriental du mont Faito sans atteindre toutefois la ligne de crêtes puisque l’ermitage Sant’Angelo de Padetto relevait de la juridiction de l’évêque de Sabine. Avant Bulgaretta compris dans le diocèse, la limite obliquait vers l’ouest à la hauteur du mont Marsicano et longeait enfin Pietra Balda et Rocca Salice sans les inclure15.

2) Encadrement pastoral et géographie du peuplement

  • 16 Voir le chapitre 9, paragraphe II/C.
  • 17 Registrum omnium ecclesiarum dioecesis Sabinensis, éd. G. Tomassetti et G. Biasiotti, La diocesi di (...)
  • 18 BnF, ms. latin 1556, f. 23r : S. Lucia de Colle Alto consuevit facere cum cappellis I procurationem (...)
  • 19 Cf. A. R. Staffa, L’assetto territoriale della valle del Salto, p. 256-257.
  • 20 BnF, ms. latin 1556, f. 23r : Ecclesia S. Iohannis de Paganico cum infrascriptis ecclesiis debet me (...)

12Les sources des xiiie et xive siècles attestent l’adaptation des cadres paroissiaux à l’évolution du réseau de peuplement depuis le xiie siècle16. Dès lors, la nouvelle organisation de l’encadrement religieux des populations apparaît en pleine lumière. Pour autant que les documents dont nous disposons permettent de l’établir, le système n’était ni rigide, ni figé mais en parfaite adéquation avec la géographie du peuplement, complexe et évolutive. Première observation, tous les castra ne disposaient pas d’une église paroissiale établie à l’intérieur ou à l’extérieur de ses murs. Sur la rive gauche du Turano, le registre des églises du diocèse de Sabine visitées par le vicaire général de l’évêque en 1343 distingue en effet les églises expressément désignées comme paroissiales, avec charge d’âmes et desservies par un presbiter rector, telles Santa Maria de Pistoria à Pozzaglia, San Giovanni de Rocca Salice et San Pietro de Vallebuona, de celles qui étaient administrées par un simple presbiter, comme SS. Giovanni e Paolo de Pietra Balda ou Santo Stefano de Montorio, mais pour lesquelles aucune mention expresse n’est faite de l’exercice du ministère paroissial complet par leur desservant17. Au demeurant, les églises dotées de la cura animarum n’étaient pas toutes situées sur le même plan mais, pour certaines d’entre elles du moins, dans un rapport hiérarchique fondé sur l’étendue des fonctions paroissiales qui y étaient exercées. Plusieurs paroisses de village étaient subordonnées de la sorte à une église mère, paroisse d’un village plus important ou plus ancien, qui n’était pas nécessairement une ancienne église plébane. A Collalto, l’église San Gregorio, bâtie dans le village, avait remplacé la « pieve » de Santa Lucia, restée à l’extérieur des murs et désormais desservie par des moniales puis par des frères ; d’elle dépendaient les chapelles Santa Maria de Nespolo, Santa Maria de Collegiove, Santa Maria et l’ancienne « pieve » de Sant’Andrea de Ricetto18. L’église paroissiale San Giovanni de Paganico, située à l’extérieur du village et remontant peut-être au ixe siècle19, étendait sa juridiction sur l’église castrale San Nicola mais aussi sur San Nicola d’Ascrea et San Pietro de Bulgaretta, dont le recteur assurait l’encadrement paroissial du village mais qui dépendait de San Giovanni de Paganico pour la procuratio due à l’évêque20.

  • 21 ASRoma, collezione delle pergamene, cass. 117, n° 11, f. 6v-7v (éd. E. Hubert, Le « locus qui dicit (...)
  • 22 BnF, ms. latin 1556, f. 23r : S. Stephano de Petre Forti cum S. Maria de Ca-sale debet mediam procu (...)
  • 23 Cf. Archivio Capitolare di Rieti, Liber collationum Aecclesiae Reatinae, f. 118r-119r pour la colla (...)

13Autour des églises paroissiales des castra gravitaient encore les églises et chapelles qui desservaient les établissements mineurs, les villae, et qui étaient administrées par un simple chapelain, si l’on en croit l’exemple de Sant’Agnese où officiait en 1364 dom Barnaba de Petescia cappellanus dicte ecclesie Sancte Agnetis21. S’y ajoutaient enfin les églises et oratoires ruraux autour desquels aucun noyau de peuplement n’est attesté mais qui servaient en général de lieu de sépulture pour le village. C’est ainsi par exemple que Santa Maria de Casali, située à l’extérieur de Pietraforte et église cimitériale en dépit de son éloignement du village, dépendait de l’église castrale Santo Stefano22. Selon l’usage enfin, les seigneurs laïcs détenaient le droit de patronage sur les églises de leurs villages qui se limitait, très normalement, à la présentation des clercs nommés ensuite par l’ordinaire23.

  • 24 Cf. J. Guiraud, La Badia di Farfa alla fine del secolo decimoterzo et E. Petrucci, Pievi e parrocch (...)
  • 25 BnF, ms. latin 1556, f. 25v. Le Monteleone cité parmi les dépendances de Farfa, à l’intérieur duque (...)
  • 26 Inscrit dans la liste de 1252, Offiano aurait été ainsi éliminé de la copie faite au xive siècle qu (...)
  • 27 Le document est inscrit au verso d’une charte de Valva de 843 : In nomine Domini amen. Anno Domini (...)
  • 28 ASRoma, collezione delle pergamene, cass. 117, n° 11, f. 6v-7v (éd. E. Hubert, Le « locus qui dicit (...)

14Les listes des églises et chapelles dépendant des évêchés réatin et sabin au xiiie et au xive siècle, qui les énumèrent par centaines, ne mentionnent pas toutes les églises situées dans leurs territoires respectifs. A cet égard et pour la question qui nous occupe, on relèvera en particulier l’absence des églises d’Offiano et de Sant’Agnese dans l’un ou l’autre des deux documents. La liste réatine de 1252, amendée jusqu’à la fin du xive siècle, et le registre sabin de 1343 citent pourtant les églises qui dépendaient de juridictions particulières et étaient soustraites, au moins en partie, à l’ordinaire diocésain. La plus importante était celle qu’exerçait sur ses terres l’abbaye de Farfa, dont l’exemption, menacée par la récupération des droits de l’épiscopat au début du xiiie siècle, fut confirmée de manière générale par Urbain IV en 126224. Selon la liste réatine du milieu du xiiie siècle, la juridiction de Farfa s’étendait sur douze églises situées dans le diocèse de Rieti dont la moitié se trouvait dans la vallée du Turano : San Sebastiano de Nespolo, Sant’Angelo de Cervia, San Donato sise au pied de Petescia (Turania) qui était pourtant située dans le diocèse de Sabine, San Salvatore de Collesanto, San Giovanni in Monte et San Nicola interior Montem Leonem, corruption évidente de Montagliano. La juridiction de Farfa sur ces églises remontait à la cession de Montagliano et de son territoire, dans lequel elles étaient toutes situées, par les comtes des Marses en 1074-1075 ; seule l’église San Martino d’Offiano, qui dépendait pourtant de l’abbaye sabine et était incluse dans le territoire diocésain de Rieti, est absente de la liste25. De la même manière, le registre des églises de Sabine, qui mentionne au fur et à mesure les villages dépendant de la seigneurie abbatiale et spécifie l’étendue des droits respectifs de Farfa et de l’ordinaire sur leurs églises, ne dit rien de Sant’Agnese que le monastère possédait dans la vallée du Turano. L’absence d’Offiano de la liste réatine pourrait s’expliquer le cas échéant par l’abandon du castrum quand le document originel a été retranscrit au xive siècle, encore que l’hypothèse ne soit guère satisfaisante26 ; l’explication ne vaut certainement pas pour la villa de Sant’Agnese, certainement occupée en 1343, mais que le vicaire de l’évêque négligea peut-être pour son isolement. L’abbaye de Farfa n’avait pourtant pas perdu sa juridiction sur les églises d’Offiano et de Sant’Agnese, qu’avait confirmée Urbain IV en 1262. En 1359, l’abbé de Farfa Alardo (1355/56-1363) envoya le moine Sisto, qui était alors son vicaire et qui lui succéda sur le trône abbatial de 1363 jusqu’à sa mort en 1387, dans la région afin de charger plusieurs personnes de collecter au nom de l’abbaye les dîmes de Montagliano, de Nespolo, de Collesanto, du Cervia et d’Offiano, cette fois cité ; à nouveau, seule Sant’Agnese n’est pas mentionnée dans le document27. Farfa ne se désintéressait pourtant pas de sa villa et de son église puisque l’abbé Sisto y séjourna au printemps 1364 : c’est là en effet qu’il concéda en fief Offiano aux seigneurs de Collalto, réservant expressément les droits épiscopaux vel quasi que le monastère exerçait sur le castrum et les dîmes qu’il y collectait28.

  • 29 Voir le chapitre 9, paragraphe II/C.
  • 30 Registrum omnium ecclesiarum dioecesis Sabinensis, éd. G. Tomassetti et G. Biasiotti cit., p. 84-85 (...)
  • 31 Pour les dépendances du monastère au xiiie et au xive siècle, cf. BnF, ms. latin 1556, f. 25v. Au d (...)

15L’exemption dont le monastère Santa Maria del Piano à Pozzaglia avait bénéficié jusqu’au début du xiiie siècle avait été réduite à néant, ou peu s’en fallait, après son rattachement au diocèse de Sabine29. Au milieu du xive siècle, l’évêque avait étendu ses droits épiscopaux au monastère lui-même qui ne percevait plus que les dîmes et les mortuaria sur les loca, castra et ecclesiae in parochia sua dont il reversait une part à l’évêque30. Quant au monastère San Salvatore Maggiore à Concerviano, qui possédait Magnalardo et Mirandella près d’Ascrea au xive siècle, sa juridiction ne s’étendait pas jusqu’à la région retenue de la vallée du Turano mais seulement à partir des xvie-xviie siècles quand Nespolo et d’autres terres de la baronnie de Collalto situées dans la vallée du Salto furent incorporés aux biens du monastère uni à Farfa31.

  • 32 Registrum omnium ecclesiarum dioecesis Sabinensis, éd. G. Tomassetti et G. Biasiotti cit., p. 85. I (...)
  • 33 Registrum omnium ecclesiarum dioecesis Sabinensis, éd. G. Tomassetti et G. Biasiotti cit., p. 85. L (...)
  • 34 Au paragraphe consacré aux moniales, la liste des églises du diocèse de Rieti de 1252, recopiée à l (...)

16D’autres ordres religieux détenaient également des églises dans la vallée du Turano sans disposer pour autant de juridiction particulière en matière de cura animarum. Les Hospitaliers de St-Jean-de-Jérusalem, implantés solidement dans la région puisqu’ils tenaient le castrum de Celle (Carsoli) en feudum nobile, immediate et in capite a regali curia jusqu’en 1361 et que leurs établissements étaient nombreux dans la vallée du Salto, possédaient l’église SS. Agapito e Cataldo dans le territoire de Petescia en 134332. Le registre des églises du diocèse de Sabine mentionne encore un prieur et sept moines qui conduisaient sous l’obédience de l’évêque une vie érémitique dans l’église rupestre Sant’Angelo de Padetto, attestée au ixe siècle et située à mille mètres d’altitude non loin du sommet du mont Faito, où ils vivaient du travail de leurs bras33. A Collalto enfin, des clarisses étaient établies au milieu du xiiie siècle dans l’ancienne église plébane Santa Lucia, restée hors des murs du village et lieu de sépulture de ses habitants ; elles furent ensuite remplacées par des hommes, dès le xive peut-être, au xve siècle certainement34.

17Fruit d’une longue évolution qui a suivi plus qu’elle n’a accompagné l’« incastellamento », la géographie des cadres ecclésiastiques locaux et l’organisation de l’encadrement pastoral que dessinent les registres d’églises dressés par l’ordinaire diocésain au xiiie et au xive siècle sont désormais en symbiose étroite avec le réseau du peuplement que permettent d’entrevoir les sources écrites et archéologiques. Avant de l’étudier, il nous faut encore examiner l’insertion de la vallée du Turano dans les circonscriptions politiques qui atteste en particulier l’expansion romaine dans son arrière-pays.

B) In contrata Carsoli : la vallée du Turano dans le districtus Urbis

1) Géographie politique : l’expansion romaine

  • 35 Quelques exceptions tardives : ASC, Archivio Orsini, II A X n° 31 (1401) pour la localisation de Po (...)
  • 36 Ibid., p. 29.
  • 37 Voir ci-après dans ce paragraphe.

18Instrument exclusif auquel recouraient les notaires de la chancellerie apostolique quand il s’agissait de situer les villes et les villages, non sans erreurs parfois, la géographie diocésaine de la vallée, trop complexe et imbriquée peut-être, était ignorée par leurs confrères lorsqu’ils établissaient des actes privés35. La localisation des terres à l’intérieur de la pertinentia ou du territorium castri, systématique depuis longtemps déjà, ne nous intéresse pas ici mais celle des villages eux-mêmes. Quelle représentation de l’espace utilisaient les notaires dès lors que Rome et ses portes étaient trop éloignées pour fournir utilement leurs repères36 et que les deux villes les plus proches, Rieti et Tivoli, n’avaient pas étendu leur « contado » jusqu’à la moyenne vallée du Turano37 ?

  • 38 Cf. M. T. Caciorgna, Confini e giurisdizioni tra Stato della Chiesa e Regno.
  • 39 Voir par exemple ASC, Archivio Orsini, II A III n° 53 (30/05/1326) : castrum Petresicce et castrum (...)
  • 40 Jean Coste l’avait déjà observé pour la campagne romaine : Description et délimitation de l’espace (...)

19La frontière politique est la première réalité territoriale qui structurait la région. Elle était certainement perçue comme telle en dépit des relations nombreuses et étroites qui unissaient les populations habitant la même région mais séparées par une limite politique artificielle38. Preuve en est que les notaires ne localisaient pas de la même manière les castra selon le côté de la frontière où ils étaient situés. Pour ceux qui se trouvaient dans le royaume, les notaires romains et latiaux mentionnaient la circonscription à laquelle ils appartenaient, en l’occurrence la province d’Aprutium ultra flumen Piscarie, parfois désignée par le mot technique iustitiariatus, que précisait le cas échéant un toponyme39. De l’autre côté de la frontière en revanche, ils n’utilisaient jamais les provinces de l’État pontifical dont la géographie fluctuante eût rendu au demeurant malaisé l’emploi en ce sens dans cette région de confins variés et imbriqués entre eux40.

  • 41 Ed. M. Michaeli, Memorie storiche della città di Rieti, III, doc. n° XIII : lettre adressée au capi (...)
  • 42 Archivio Capitolare di Rieti, arm. IX, fasc. D, n° 2 : ad obligandum generaliter omnia bona dicti d (...)
  • 43 ASC, Archivio Orsini, II A VIII n° 2 (26/02/1382) : pro terris, castris, vaxallis, gentibus... comp (...)
  • 44 Ibid., II A XV n° 29 (23/04/1438) : il s’agit de la donation faite par Giovanni Paolo Mareri à Giov (...)
  • 45 Cf. P. Delogu, Lineamenti della storia, p. 12-13.
  • 46 Voir le chapitre 9, paragraphe I/C et T. Leggio, I conti di Cunio e la Sabina, p. 374.

20Le Réatin était terre d’Empire. De Frédéric Barberousse jusqu’à Conradin, on l’a vu, les Hohenstaufen montrèrent un intérêt très vif pour la région frontalière dans laquelle les vallées du Turano et du Salto occupaient une place déterminante. Les papes reconnaissaient, au moins formellement, la souveraineté impériale sur ce territoire précis puisque, dans une lettre du 10 mars 1268, Clément IV situait explicitement in Imperio les castra de Giovanni Mareri qui se distribuaient d’une vallée à l’autre41. Le 26 octobre 1282, Bartolomeo de Castiglione, qui était implanté également des deux côtés du confin, garantissait pour sa part la vente d’une tour à Rieti sur tous ses biens situés tam in Regno quam in Imperio42. Un siècle plus tard, la même expression est utilisée à plusieurs reprises dans un acte établissant les conditions de la paix conclue le 26 février 1382 entre les conservateurs de la Camera Urbis et Rinaldo Orsini, comte de Tagliacozzo43. Au xive et au xve siècle enfin, plusieurs actes notariés, passés ou confirmés le cas échéant au Capitole devant le sénateur de Rome, localisent expressément dans l’Empire Castelvecchio (Castel di Tora), sis dans la vallée du Turano, Rigatti, dans celle du Salto, et Marcetelli, entre les deux44. Ces attestations, d’origine diverse, tendraient à corroborer quelques documents, parvenus dans des copies du xviie siècle dont l’authenticité reste douteuse : selon ces pièces, Tommaso Mareri aurait reçu de l’empereur Guillaume de Hollande l’investiture de Marcetelli et de Rigatti en 1256 tandis que, deux siècles plus tard, l’empereur Albert II de Habsbourg aurait consenti en 1439 à la vente d’Ascrea par les barons de Collalto à Cola Mareri45. Si ces actes ne manquent pas de susciter la perplexité, comme l’a souligné Paolo Delogu, il n’en reste pas moins que plusieurs documents originaux et de provenance variée confirment l’appartenance du territoire qui s’étendait entre les vallées du Turano et du Salto à l’Empire jusqu’au xve siècle. Peut-être doit-on attribuer à la politique menée par Frédéric Barberousse l’affirmation de la juridiction impériale sur cette région frontalière46.

  • 47 Quelques exemples parmi les plus anciens à notre connaissance : Archivio Capitolare di Rieti, Arm. (...)
  • 48 ASR, coll. perg., cass. 117, n° 11, f. 6v-7v du 7/04/1364 (éd. E. Hubert, Le « locus qui dicitur Op (...)

21A partir des dernières décennies du xiiie siècle, les notaires préféraient se reporter à la contrée de Carsoli, dont le chef-lieu se trouvait pourtant dans le royaume, pour localiser les biens-fonds situés du côté pontifical, impérial et, on va le voir, romain de la frontière47. Ce faisant, les notaires se référaient à une réalité politique et administrative nouvelle dont ils entérinèrent rapidement la création. Le nouveau découpage territorial ne fit pas disparaître pour autant chez les notaires les habitudes anciennes de la géographie locale, indifférente ou réticente aux évolutions institutionnelles, ancrée dans la représentation de l’espace depuis des temps ancestraux, qui avait appelé tout simplement « Montagne » la région48.

  • 49 Voir d’une manière générale E. Duprè Theseider, Roma dal comune di popolo alla signoria pontificia, (...)
  • 50 Cf. L. Scotoni, Definizione geografica della Campagna romana, en part. p. 651-652.
  • 51 Quand Brancaleone soumit Tivoli en 1257, la commune romaine percevait des revenus in iustitiatu Tib (...)
  • 52 Comme pour les autres villes, les statuts de Rome classent la population en fonction du lieu de rés (...)
  • 53 La division provinciale du districtus Urbis remonte peut-être à Brancaleone ou au plus tard à Charl (...)
  • 54 Pour une attestation des différentes provinces orientales du district, voir par exemple Le carte di (...)

22Sous l’égide du sénateur Brancaleone degli Andalò qui obtint en particulier la soumission de Tivoli en 1257, Rome reprit son expansion dans son arrière pays au milieu du xiiie siècle49. Naturellement, le districtus Urbis, qui prétendait s’étendre dans un rayon de cent milles autour de la ville, ne recouvrit jamais le territoire soumis à l’antique juridiction du praefectus Urbis, si ce n’est peut-être le long de la côte tyrrhénienne50. A l’est, l’expansion communale s’arrêta au confin de l’antique Carsioli, située au quarante-deuxième ou quarante-troisième mille de la via Valeria, où passait la frontière du royaume méridional depuis le milieu du xiie siècle51. Qui habitait au-delà de cette limite était considéré comme un étranger, un forain, par la législation statutaire romaine52. Le districtus Urbis fut divisé en provinces dès le milieu du xiiie siècle ou peu après53. La moyenne vallée du Turano fut incorporée alors dans la province de Tivoli et de Carsoli, dont la contrée de Carsoli forma une subdivision54.

  • 55 Cf. A. Natale, La Felice Società dei Balestrieri e dei Pavesati a Roma e il governo dei banderesi d (...)
  • 56 Cf. E. Duprè Theseider, Roma dal comune di popolo alla signoria pontificia, p. 560-567 ; voir aussi (...)
  • 57 Castrum Putealee fuit destructum a populo Romano : Annales Reatini, éd. L. Bethmann, p. 267-268. Su (...)
  • 58 Voir en particulier C. Klapisch-Zuber et J. Day, Villages désertés en Italie. Esquisse, p. 432-433 (...)

23Le gouvernement populaire issu de la réforme institutionnelle de 1358, qui pourvut notamment la commune d’une nouvelle milice, reprit le mouvement d’expansion dans le district et assujettit par les armes les villes et les villages rebelles55. Dans un contexte de lutte contre la prépotence des barons peu enclins à subir le joug d’une commune « antimagnatizia »56, les réformateurs et les « banderesi » engagèrent en particulier une expédition dans la vallée du Turano au printemps 1360 au cours de laquelle l’armée du peuple romain soumit, détruisit peut-être, le castrum de Pozzaglia que possédaient les Colonna57. Un document, bien connu des historiens sous le nom de liste du « sale e focatico » mais qui n’a pourtant jamais fait l’objet d’une étude exhaustive58, montre notamment que l’expédition ne devait pas progresser beaucoup plus avant dans la vallée du Turano.

  • 59 Giuseppe Tomassetti a donné l’édition de la copie effectuée en 1449 qui figure au début d’un Liber (...)
  • 60 Voir E. Duprè Theseider, Roma dal comune di popolo alla signoria pontificia, p. 660 et suiv. ; A. N (...)
  • 61 Pour la datation des nouveaux statuts de Rome, voir C. Re, Statuti della città di Roma, p. xxxiii-l (...)
  • 62 Suburbia territorii et districtus alme Urbis intra centesimum lapidem constituta sunt in VII divisa (...)
  • 63 Et in singulis provinciarum huiusmodi civitates, terre et castra supradicta in quibus Romanus popul (...)
  • 64 Aliquas vero civitates, terras atque castra ultra predicta tam ex forma pactorum initorum quam anti (...)
  • 65 Civitates, terre et castra districtus Urbis obligata ad sal et focaticum ac ad iura sequimentorum, (...)
  • 66 Officiales alme Urbis Rome et ipsorum salaria... Expense solite in ludis Testacie et Agonis et alii (...)

24Une liste des communautés soumises à l’autorité juridictionnelle du Capitole, dont l’original est perdu mais qui est connu par la copie qui en a été faite au milieu du xve siècle, fut dressée probablement après la soumission de Pozzaglia au printemps ou durant l’été 136059. En effet, le document est contemporain de la nouvelle rédaction des statuts de Rome à laquelle s’attela le gouvernement issu de la réforme constitutionnelle de 135860, généralement datée de 1363 mais sans doute antérieure au 14 novembre 136061. La liste de 1360, donc, s’ouvre par l’énumération des sept provinces qui constituent le districtus Urbis dont la prétention à s’étendre jusqu’au centesimum lapidem est réaffirmée62, et se compose de trois parties. La première décrit les obligations fiscales qui pèsent sur les villes et les villages assujettis au merum et mixtum imperium et à la plenaria iurisdictio du peuple romain. En signe de soumission, leur syndic ou, en son absence, un procureur mandaté spécialement devait renouveler chaque année au mois de mai le serment du sequimentum qui comportait l’obligation de se conformer aux injonctions des sénateurs et de suivre les Romains, en paix comme en guerre63. Elle se poursuit par la liste d’une vingtaine de terres, villes, villages et seigneuries, astreintes à des obligations supplémentaires régies par l’antiqua consuetudo ou par des pactes spécifiques64. La deuxième partie du document, contemporaine de la précédente, énumère province après province les 366 villes et villages sur lesquels s’exerçait l’autorité de la commune romaine, fixant pour chaque communauté le nombre de « rubbii » de sel qu’elle devait prélever et qui servait de base pour le calcul de l’impôt du sal et focaticum que nous examinerons dans le paragraphe suivant65. La dernière partie, postérieure à 1385, donne enfin la liste des officiers communaux et leurs salaires, les dépenses ordinaires pour les jeux du Carnaval et les festivités principales de la cité et se termine par l’énumération des recettes de la Camera Urbis sur lesquelles s’interrompt la copie du document66.

  • 67 Pour l’extension du district de Rome jusqu’au quarante et unième mille de l’ancienne via Salaria, a (...)
  • 68 Quelques exemples seulement relevés au hasard dans les actes des archives communales de Casperia : (...)
  • 69 Le traité de paix conclu entre Rome et Giovanni di Giacomo et Rinaldo Orsini, comte de Tagliacozzo (...)

25La source livre donc une photographie du district de Rome vers 1360. En dépit de l’affirmation de principe qui ouvre le document, il s’agit moins d’un espace géographique compris à l’intérieur d’une certaine limite qui formerait en quelque sorte la frontière de la région romaine que de la somme des communautés assujetties à l’autorité du Capitole, laquelle se manifestait de manière multiple67 : imposition d’un podestat, exercice par le sénateur de la juridiction criminelle sur les habitants des communautés soumises, lesquelles devaient envoyer des hommes ou des subsides à la milice communale, verser un cens et participer aux manifestations citadines les plus importantes qui scellaient l’unité de la population romaine, en l’occurrence les jeux du Carnaval au Testaccio68. Aux obligations de caractère éminemment politique, que matérialisait l’étendard du peuple romain hissé au sommet de la rocca des villages en signe de soumission69, s’ajoutait évidemment une fiscalité diversifiée qui pesait sur les communautés et dont l’impôt essentiel, à en juger du moins par la place que le document de 1360 lui accorde, était celui du sal et focaticum. Avant d’en étudier quelques éléments, il convient d’examiner en premier lieu la géographie de l’expansion romaine dans la vallée du Turano et dans les vallées parallèles, et de chercher à en comprendre les raisons.

  • 70 Pour les villages de la région soumis à la domination de Rome vers 1360, cf. G. Tomassetti, Del sal (...)
  • 71 Avancée extrême le long de la via Valeria et dans ses alentours immédiats : Arsoli, Riofreddo et Va (...)

26A en juger par la liste de 1360, on observe tout d’abord et de manière générale que l’avancée communale n’atteignit pas la limite du royaume dans toute la portion du territoire qui nous intéresse ici70. Le district de Rome, qui s’étendit effectivement jusqu’au royaume de Naples le long de la via Valeria et au sud de celle-ci, ne dépassa pas Collalto en direction de la frontière et laissa par conséquent hors de sa juridiction les villages qui étaient situés sur les monts de l’interfluve Turano-Salto71. La moyenne vallée du Turano formait donc la limite extrême de l’expansion romaine vers le nord-est. Précisons maintenant les choses.

  • 72 Ainsi que les villages situés entre les deux vallées : Portica, Castrum Sinibaldi, Pozzaglia, Pietr (...)
  • 73 G. Tomassetti, Del sale e focatico, p. 355. Les de Romagnia avaient acquis Belmonte par échange con (...)
  • 74 Bulgaretta et Paganico sont qualifiés de villae dans la liste (G. Tomassetti, Del Sale e focatico, (...)
  • 75 Voir les exemples de Turricella cum villis et de Fara cum villis dans la province voisine de Romagn (...)

27Si tous les villages situés dans la vallée parallèle à celle du Turano et à l’ouest, qui relie la via Valeria, à la hauteur de Vicovaro, à la via Salaria, au niveau de Cerdomare, gravitaient dans l’orbite de Rome vers 136072, tel n’était pas le cas dans la vallée du Turano. A cette date, l’expansion communale s’étendait très avant dans le diocèse de Rieti puisqu’elle dépassait Rocca Sinibalda pour atteindre Belmonte, deux villages que possédaient alors les de Romania73. Pourtant, toutes les communautés villageoises qui s’égrenaient le long de la vallée entre Vallinfreda, au sud, et Belmonte, au nord, n’étaient pas soumises à la juridiction capitoline. Dans le territoire ainsi délimité, l’autorité communale romaine s’exerçait alors sur la quasi totalité des villages situés sur la rive gauche du Turano, à l’exception de Vivaro et de Collepiccolo (Colle di Tora). Sur la rive droite en revanche, elle s’arrêta au castrum Antuni sans inclure Ascrea, Mirandella, Castelvecchio (Castel di Tora), ni enfin Magnalardo, près de Belmonte mais sur l’autre versant de la vallée. Elle ne gravit pas davantage les monts Cervia et Navegna, laissant ainsi hors de son pouvoir les villages qui y étaient situés jusqu’à la frontière du royaume. D’une manière générale, seuls les castra et les villae les plus importantes, au reste souvent qualifiées de castra dans d’autres documents, sont cités dans le document74. Il est probable cependant que les habitats secondaires de la vallée furent soumis en même temps que le castrum dont ils dépendaient de manière plus ou moins étroite, encore que la précision ne figure pas dans la liste qui la signale pour d’autres régions75. La domination de Rome dans la vallée du Turano, située aux confins extrêmes du districtus Urbis, était donc bien réelle vers 1360 mais pas totale puisque plusieurs villages y échappaient.

  • 76 Cf. A. Natale, La Felice Società dei Balestrieri e dei Pavesati, p. 47, 64, 88, 90, 140-148, doc. n (...)
  • 77 G. Coletti, Comunicazioni dell’Archivio storico comunale di Roma, doc. n° X, p. 543-545 : debeatis (...)

28Après 1360, Rome poursuivit son expansion territoriale en Sabine et jusqu’à Rieti où fut imposée la reconnaissance de sa domination et nommé un podestat76. Elle progressa également dans la vallée du Turano. Le 4 janvier 1396, les trois conservateurs de la Camera Urbis et les quatre conseillers de la Felix Societas pavesatorum et balistariorum mandèrent à une cinquantaine de villages de Sabine et du Tiburtin ainsi qu’aux nobles Luca Savelli et Buccio di Cola Braccie l’ordre de faire foi des sommes qu’ils avaient versées au précédent conservateur, Pietro Mattuzzi, au titre de l’imposition levée pour les subsides de l’armée : entré en rébellion contre Boniface IX et ayant rejoint le parti des adversaires du pape, celui-ci avait détourné en effet une partie du produit de la taille. La liste mentionne en particulier pour la région qui nous intéresse les castra de Canemorto, Montorio, Montagliano, Antuni et Posta (Posticciola), cités dans la liste de 1360, mais ignore Collalto et Offiano ; elle ajoute Collepiccolo (Colle di Tora) qui n’était pas soumis à la juridiction capitoline vers 1360 ou du moins qui n’est pas signalé dans la liste des communautés du district à cette date77. La comparaison entre les registres du « sale e focatico » du xve siècle et la liste de 1360 ne montre pas que Rome ait étendu davantage sa domination dans la vallée du Turano.

  • 78 Mirandella et Magnalardo dépendaient de San Salvatore Maggiore (voir notamment Regestum Clementis p (...)

29A l’exception de Pozzaglia, les sources manquent à notre connaissance pour suivre les étapes de l’expansion romaine sur les villages de la vallée et par conséquent pour comprendre les raisons qui ont conduit Rome à ne pas soumettre la totalité des communautés qui y étaient établies. Les facteurs géographiques ne sont naturellement pas en cause ni les conditions d’accès aux sites écartés. Tout au plus peut-on observer que les seuls castra de la vallée qui n’étaient pas assujettis à l’exercice de la juridiction capitoline étaient ceux des Mareri et ceux de San Salvatore Maggiore78 ; tous les autres villages, qui dépendaient des Colonna ou des Orsini, des Brancaleoni, des de Romania ou des Collalto, y furent en revanche soumis.

  • 79 Posta, Roccasinibalda et Belmonte relevaient de la province de Romagna et de l’abbaye de Farfa tand (...)

30La liste de 1360 permet enfin de suivre le tracé des circonscriptions du district. Le confin entre la province de Romagna et de l’abbaye de Farfa et celle de Tivoli et de Carsoli suivit à peu près la ligne de crêtes des monts Lucretili pour passer ensuite entre Poggio Moiano et Rocca Salice ; la limite, qui s’établissait en amont de Posta, sépara la vallée du Turano entre les deux provinces79.

  • 80 La liste des castra censuaria comitatus civitatis Tiburis, auxquels il n’est pas fait mention dans (...)

31Soumise à la domination de Rome, la moyenne vallée du Turano fut assujettie également à celle Tivoli dans des circonstances qui nous échappent. Au xive siècle ou au début du siècle suivant, la commune de Tivoli étendit en effet son emprise territoriale à l’extrémité nord-est du diocèse et légèrement au-delà, imposant le paiement d’un cens annuel de quelques livres à une vingtaine de castra situés le long de la via Valeria et dans la moyenne vallée du Turano : de Roviano au sud à Ascrea au nord, seuls Riofreddo, Montagliano, Pozzaglia et Paganico ont été épargnés par Tivoli pour des raisons que nous ignorons autant que celles qui conduisirent à l’assujettissement des autres villages80.

2) Population et fiscalité : le sel et le fouage

  • 81 Voir G. Tomassetti, Del sale e focatico del comune di Roma nel Medio Evo ; G. Pardi, La popolazione (...)
  • 82 Voir principalement S. Carocci, Tivoli nel basso medioevo, p. 186-190 ; J. Coste, Nota sull’uso del (...)

32Produits dans le cadre de l’administration fiscale du district, plusieurs registres conservés dans le fonds de la Camera Urbis des Archives d’État de Rome et bien connus des historiens, ont servi de base pour des études sur la géographie du peuplement dans le Latium des xive et xve siècles, quand ce n’était pas pour tenter d’évaluer le chiffre de la population81. Cette dernière voie, pour le moins hasardeuse, a fait l’objet de nombreuses critiques et est abandonnée aujourd’hui82. Toutefois, les travaux récents n’ont pas toujours été pris en compte par les historiens du territoire qui continuent parfois d’utiliser cette documentation sans les précautions qu’elle suppose. Aussi convient-il d’y revenir brièvement, en restant dans le cadre de l’aire géographique retenue.

  • 83 Pour la réorganisation des finances romaines entreprise par Cola di Rienzo, cf. Anonimo romano, Cro (...)
  • 84 Le détail des impôts perçus par la commune romaine, leur ratio, la date des imposite perçues par le (...)

33Les communautés des sept provinces du district sur lesquelles Rome exerçait le merum et mixtum imperium et la plenaria iurisdictio étaient astreintes à un certain nombre d’obligations de nature fiscale dont les principales étaient l’impôt sur le sel et le fouage83. Chaque communauté soumise était imposée pour un nombre déterminé de feux fiscaux et pour une quantité de sel, fixée par la commune qui détenait le monopole de la production et de la commercialisation. Le nombre de rubbii de sel qu’elle devait prélever de la salaria installée dans le Tabularium sous le palais du Capitole contre paiement était taxé à raison d’un florin par rubbio et servait de base pour le calcul des autres impôts. Deux fois par an, le 1er mai (prima imposita) et le 1er septembre (secunda imposita), un représentant de chaque ville et village assujettis devait se présenter à Rome devant le camerarius Urbis pour jurer le sequimentum et payer la taxa ou impositio salis et les autres impôts, à l’exception du focaticum qui n’était perçu qu’au terme de septembre84.

  • 85 G. Tomassetti, Del sale e focatico, p. 349 et p. 352 : civitates, terre et castra supradicta in qui (...)
  • 86 C’est notamment le cas pour les villae de Sant’Agnese, du Cervia, de Collegiove, San Lorenzo et de (...)
  • 87 Voir le paragraphe précédent.

34Dans la province de Tivoli et de Carsoli, une ville – Tivoli – et une cinquantaine de villages, dont dix-sept étaient situés dans la moyenne vallée du Turano, étaient assujettis à l’autorité politique et fiscale de la commune de Rome vers 1360. Une première observation s’impose. La nature même de la source exclut de la liste les communautés qui, pour une raison ou une autre, n’étaient pas soumises à l’exercice de la juridiction capitoline85. Ainsi ne saurait-on y voir une énumération complète de tous les villages occupés vers 1360 ni, à l’inverse, conclure à l’abandon avant cette date d’un village qui n’y serait pas mentionné : pour rester dans la moyenne vallée du Turano, et sans compter les établissements mineurs qui n’y figuraient pas86, Vivaro, Ascrea ou Castelvecchio ne sont pas cités dans la liste originelle alors qu’ils étaient certainement occupés à cette époque. On relèvera en revanche la présence du castrum de Pozzaglia qui fut soumis, sinon détruit, par le peuple romain en 1360, au moment-même où la liste fut établie87.

  • 88 Ce rapport est connu un siècle et demi plus tard. En 1516, une bulle de Léon X mentionne en effet l (...)
  • 89 Pour les épidémies de 1348 et 1363, ainsi que pour la famine de 1365, particulièrement meurtrière p (...)
  • 90 Il n’existe pas de relation stricte entre la quantité de rubbii de sel taxés pour chaque communauté (...)

35Passons aux villages qui dépendaient de la juridiction de la commune romaine et énumérés à ce titre dans la liste de 1360 environ. Le document donne le nombre des rubbii de sel imposés par Rome à chaque communauté du district. On ignore toutefois quels critères ont servi à déterminer la quantité de sel assignée, son rapport avec le nombre de feux fiscaux, fixé certainement à la même occasion, et plus encore la relation éventuelle avec la population réelle pour peu qu’elle ait existé88. Aussi ne saurait-on utiliser les données numériques que fournit le document pour dresser un tableau démographique du district une douzaine d’années après la Peste noire et à la veille d’une nouvelle épidémie (1363)89. Mais sans doute est-il permis d’y voir une indication, au moins approximative, sur leur importance économique et démographique relative à cette époque90. Au bas de l’échelle, les villages les moins importants étaient imposés sur la base de trois ou quatre rubbii de sel par imposita (un seul village dans la vallée : Paganico qualifié de villa) ; viennent ensuite ceux qui étaient taxés de cinq ou six rubbii (castrum Antuni, Pietra Balda, Portica et la villa Bulgaretta), dix rubbii (au nombre de onze, ce sont les plus nombreux : castrum Siniballi, Canemorto/Orvinio, Montagliano, Montorio in Valle, Offiano, Petescia/Turania, Pietraforte, Pozzaglia, Rocca Salice, Vallebona et Vallinfredda) et quinze rubbii (un seul village : Collalto). Aucun établissement ne dépassait ce seuil dans la vallée du Turano alors que, dans la province de Tivoli et de Carsoli, Vicovaro était imposé pour vingt rubbii, Saracinesco pour vingt-cinq rubbii, Subiaco pour trente rubbii, Cantalupo pour cinquante rubbii et enfin Tivoli, unique cité de la province, pour cent rubbii.

  • 91 Pour les conditions politiques et économiques de la région pendant les guerres du schisme, voir not (...)
  • 92 Cf. A. Theiner, Codex diplomaticus dominii temporalis Sanctae Sedis, t. III, p.104, n°55 : terre ac (...)
  • 93 G. Presutti, I Colonna di Riofreddo (1912), p. 101-132, doc. n° III, p. 125 126 : dilecti filii uni (...)

36Dès le tournant des xive et xve siècles, le contexte démographique et économique ainsi que les conditions politiques et militaires dramatiques qui prévalaient dans l’État pontifical et en particulier dans la région, dévastée à plusieurs reprises pendant les guerres du schisme, conduisirent les communautés ou leurs seigneurs à solliciter des réductions ou des exemptions de leurs contributions91 : Boniface IX accorda ainsi en 1400 à Giacomo Orsini, comte de Tagliacozzo, une diminution de la moitié des impôts dûs pour le « sale e focatico » par six castra dont Petescia92 ; l’année suivante, Landolfo Colonna obtint à son tour une réduction équivalente pour cinq de ses villages parmi lesquels figuraient Montagliano et Vallinfreda93.

  • 94 Cf. M. L. Lombardo, La Camera Urbis. Le fonds, conservé à l’Archivio di Stato di Roma, a fait l’obj (...)
  • 95 Voir principalement M. L. Lombardo, La Camera Urbis et L. Palermo, Mercati del grano a Roma, I, p. (...)

37Les archives de la Camera Urbis conservent plusieurs volumes produits par l’activité des commissarii et antepositi super exactione salis et focatici entre 1416 et 1499 et, à partir de 1449, par celle du dohanerius generalis salis Camere apostolice qui témoignent de l’évolution de la fiscalité sur le sel au xve siècle94. Les commissaires députés à la perception du « sale e focatico » tenaient naturellement des registres dans lesquels ils consignaient la comparution du syndic de chaque communauté et le paiement des sommes dues. Ces registres étaient pré-établis : province après province, le nom de chaque communauté assujettie et la quantité théorique de sel assignée avaient été portés à l’avance, à la suite de quoi un espace blanc avait été ménagé pour l’inscription du paiement effectif de l’impôt. Jean Coste a montré parfaitement que les percepteurs ont utilisé pour la préparation de leur travail la liste des villes et des villages soumis à l’autorité de la commune romaine et imposés pour une certaine quantité de sel, établie vers 1360 et recopiée, à peu près sans modification, tout au long du xve siècle. La liste de 1360 atteste les exigences de la commune romaine sur les communautés du district à cette date ; recopiée inchangée tout au long du xve siècle, elle témoigne moins de leur application réelle que des revendications théoriques d’une administration capitoline passée sous contrôle pontifical, notamment pour ce qui concerne la gestion financière entièrement dévolue à la Chambre apostolique depuis le début du siècle95.

  • 96 Voir en dernier lieu M.G. Pastura, Linee di tendenza della fiscalità pontificia, p. 147-151 ; cf. a (...)

38Quelques années avant le milieu du xve siècle, une réforme due à Nicolas V (1447-1455) ou à son prédécesseur Eugène IV (1431-1447) institua une nouvelle taxe sur le sel entièrement camérale. Le dohanerius generalis salis géra la salaria de Rome, l’une des cinq de l’État pontifical, et distribua les quantités de sel imparties à de très nombreuses communautés villageoises des provinces de Campagne et Marittime et de Sabine contre le paiement de la taxe du sal ad grossum, à raison de trois ducats d’or par rubbio96. Les volumes de la dohana salis enregistrent ainsi des communautés dont bon nombre étaient soumises au moins formellement à la juridiction de la commune romaine mais dont d’autres n’avaient jamais été assujetties à l’imposition du sal et focaticum. On relèvera par exemple la présence des villages qui dépendaient de San Salvatore Maggiore et de ceux qui étaient situés dans le « contado » de Rieti dans les registres de la dohana salis ad grossum. Aussi bien les deux séries, dont la nature est différente, ne superposent-elles pas exactement leurs informations.

  • 97 ASRoma, Camera Urbis, reg. 168, f. 121r (1443).
  • 98 ASRoma, Camera Urbis, reg. 169, f. 23r-26v et f. 57r-59v ; même remarque pour la deuxième impositio (...)
  • 99 Bulgaretta, castrum Antuni, Offiano, Paganico, Petescia, Pietra Balda, Pietraforte, Portica, Rocca (...)

39Les registres du « sale e focatico », qui reportent à côté du montant théorique de l’imposition fixé vers 1360 et recopié inchangé d’un volume à l’autre la perception effective des taxes lorsque celle-ci avait eu lieu, sont loin de livrer les éléments qu’on pourrait en attendre sur l’évolution du peuplement au xve siècle. A en juger par les neuf volumes conservés qui comportent de nombreuses lacunes entre 1416 et 1499, l’impôt du sel et du fouage rentrait particulièrement mal dans les caisses des percepteurs communaux, à tel point que la chambre apostolique avait nommé un magistrat ad examinationem salis et focatici debitorum Camere Urbis dont l’activité est signalée en 144397. Tout au long du siècle en effet, l’espace prédisposé pour l’enregistrement du paiement des impôts a été laissé en blanc pour la majorité des dix-sept villages de la vallée, l’observation valant du reste pour quantité des communautés du district. Certaines années, en 1447 par exemple, les villages de la vallée du Turano ne mandatèrent aucun représentant pour payer l’impôt au moment requis98. De 1416 à 1461, dix villages n’acquittèrent jamais leurs obligations fiscales envers la commune romaine alors que les registres recopient régulièrement les données de 136099. Faut-il conclure à l’abandon des sites ou bien y voir au contraire le refus de l’impôt partagé par de nombreuses communautés villageoises et, partant, une domination romaine mal assurée et rejetée ? La solution pouvait varier.

  • 100 Un exemple parmi d’autres : le représentant de Pozzaglia comparut le 21 mai 1444, jura le sequiment (...)
  • 101 Voir par exemple ASRoma, Camera Urbis, reg. 180 (1456-1457), f. 27v et 28r : Montorio prélève 3,5 r (...)
  • 102 ASRoma, Camera Urbis, reg. 168, f. 108r et 121r.
  • 103 ASRoma, Camera Urbis, reg. 168, f. 23r.
  • 104 ASRoma, Camera Urbis, reg. 173, f. 192v.

40Premier cas, un village avait bénéficié d’une exemption des impôts du sel et du fouage comme ce fut le cas ordinaire de Pozzaglia et de Montorio tout au long du siècle. Exemption n’était pas pour autant synonyme d’abandon : en effet, la communauté, qui avait tout intérêt à le faire, ne manquait pas d’envoyer son représentant à Rome produire les preuves du privilège fiscal qui lui avait été accordé et dont les percepteurs rendaient compte dans leurs registres100. Au reste, Montorio et Pozzaglia acquittaient la taxe camérale du sel avec régularité101. Autre possibilité, un village qui n’avait pas payé ses contributions au moment requis de la prima et de la secunda imposita annuelles et dont le paragraphe correspondant dans le registre de l’année avait été laissé par conséquent en blanc, s’affranchissait parfois avec retard des sommes qu’il devait à la chambre capitoline. Le 2 juin 1443, un certain Giovanni di Antonuccio se présenta au Capitole au nom de Collalto pour jurer le sequimentum et verser les quarante florins dus par le village au titre des impositae des six années précédentes que Collalto n’avait pas payés : la veille, le cardinal-prêtre de San Lorenzo in Damaso, camérier du pape à Rome, avait enjoint au magistrat chargé d’examiner les impayés du sal et focaticum de ne pas engager de poursuites contre le village102. Le 9 mars 1446, Montagliano paya ainsi ses impôts du deuxième terme de 1444 et ceux de 1445103 ; en 1467 encore, le village versa près de 90 florins à la Camera Urbis pour régulariser le paiement du montant cumulé des impôts qu’il n’avait pas acquittés depuis 1458104 : de fait, rien n’avait été inscrit dans les registres conservés des années 1459-1461 sous la taxation théorique de Montagliano depuis 1360.

  • 105 ASRoma, Camera Urbis, reg. 166, f. 122v (1419) ; reg. 167, f. 35r et f. 80r (1422).
  • 106 ASRoma, Camera Urbis, reg. 170, f. 29v (1448) ; reg. 171, f. 22v (1451).
  • 107 Voir notamment C. Klapisch-Zuber et J. Day, Villages désertés en Italie, p. 436-437, qui observent (...)

41Dans d’autres cas, le village était rangé parmi les terrae inhabitatae comme Bulgaretta, Offiano, Paganico et Pietraforte dans le registre de la prima imposita de 1419, mais en 1422 seul Offiano figure dans la liste des terres abandonnées105 ; il arrivait aussi qu’il fût signalé comme destructum, à l’exemple de Portica en 1448 et en 1451106. La précision reste cependant exceptionnelle pour la province de Tivoli et de Carsoli alors qu’elle figure fréquemment dans d’autres régions du district, peut-être plus touchées par la crise107.

  • 108 Pour des abandons éphémères, outre le cas d’Offiano, voir par exemple l’annotation portée pour le c (...)
  • 109 Les erreurs de ce genre étaient pourtant corrigées comme le montre l’exemple de la prima imposita d (...)
  • 110 Voir par exemple ASRoma, Camera Urbis, reg. 191 (sale levato, 1456), f. 61, 124 ; reg. 193 (exitus (...)

42S’il y a lieu d’accorder crédit aux mentions relatives à Portica et à Offiano, on y reviendra, Bulgaretta, Paganico et Pietraforte, qui n’étaient certainement pas abandonnés à cette date, sauf à émettre l’hypothèse d’une désertion éphémère que rien ne confirme108, ont été inscrits peut-être par inadvertance dans la liste des villages désertés en 1419109. Si aucune des trois communautés n’a payé l’impôt du sel et du fouage à la Camera Urbis entre 1416 et la fin des années 1460, c’est sans doute qu’à l’instar d’autres villages, elles s’y refusaient obstinément ; elles n’en prenaient pas moins la quantité de sel qui leur était assignée dans la salaria du Capitole et versaient les taxes afférentes au dohanerius generalis salis de la Chambre apostolique110.

  • 111 ASC, Archivio Orsini, II A VIII, n°2 : item... ipsi domini Raynaldus et Iohannes... de sale et foca (...)

43Comme toute autre source, les registres de la Camera Urbis ne sont guère utilisables pour leurs silences sans quelque précaution liminaire. Il faudrait une bonne dose d’ingénuité pour déduire du non-paiement de l’impôt la disparition physique du contribuable : le refus de l’impôt, l’évasion fiscale apprennent davantage sur les rapports entre les assujettis et le pouvoir que sur les conditions matérielles des contribuables, qu’il s’agisse d’individus ou, ici, de communautés villageoises. En d’autres termes, de nombreux villages soumis à l’exercice de la juridiction communale s’étaient affranchis, de manière momentanée ou durable, de l’autorité que le Capitole continuait de revendiquer au moins formellement. Le traité de paix conclu en 1382 entre la commune de Rome, d’une part, et Rinaldo Orsini, comte de Tagliacozzo, et son frère Giovanni, de l’autre, en fournit un bon exemple. Les castra des deux frères et de leurs zélateurs situés dans le district au voisinage de la frontière du royaume n’avaient pas payé le sal et focaticum pendant la guerre qui opposa les Orsini à Rome. En vertu des conditions du traité, les deux frères s’engagèrent à verser les sommes impayées par leurs villages, à l’exception des castra détruits ou incendiés au cours des combats qui furent exemptés tant qu’ils n’auraient pas été repeuplés111.

44Il arrivait tout de même à certains villages de payer l’impôt communal. Sur les dix-sept villages de la vallée mentionnés dans les listes, sept d’entre eux versent au moins une fois l’imposition entre 1416 et 1469, mais ils ne sont que quatre ou cinq à payer régulièrement : Vallinfreda, Collalto, Castrum Siniballi et Canemorto qui contribuent ensemble, et Montagliano, sans conteste le plus assidu de tous. Dans tous les cas, le montant de l’imposition a été réduit depuis 1360 dans des proportions qui vont de la moitié aux quatre cinquièmes quand des exonérations totales n’ont pas été accordées.

  • 112 ASRoma, Camera Urbis, reg. 166, f. 31v et 32r.
  • 113 Ibid., f. 119r.
  • 114 ASRoma, Camera Urbis, reg. 167, f. 75v pour la prima imposita et f. 30v pour la secunda imposita. V (...)
  • 115 ASRoma, Camera Urbis, reg. 173, f. 192v. Montagliano ne figure plus dans les registres du sel et du (...)
  • 116 ASRoma, Camera Urbis, reg. 179, f. 35r : Montagliano prélève 6 rubbii de sel pro parte taxe le 18 d (...)
  • 117 C. Bauer, Studi per la storia delle finanze papali durante il pontificato di Sisto IV, p. 355-356. (...)

45Montagliano est donc le village de la vallée du Turano qui remplit ses obligations fiscales envers la commune romaine avec la plus grande régularité. Inscrit pour dix rubbii de sel dans le module de 1360 environ, Montagliano était par conséquent taxé sur vingt rubbii par an et était peut-être imposé alors pour quarante feux. Le castrum sur le déclin avait bénéficié une première fois, on l’a vu, d’une réduction de la moitié de sa taxe sur le sel et le fouage en 1401. En 1416, sa contribution a encore diminué d’un quart puisqu’il est taxé de deux rubbii et demi à l’imposita de mai et de cinq rubbii à celle de septembre ; il verse alors le focaticum pour vingt feux tandis que Collalto, taxé de dix rubbii, n’est imposé que pour douze feux, Castrum Siniballi et Canemorto, ensemble, pour quatre feux112. Seul le registre de la prima imposita de 1419 a été conservé, aussi ignore-t-on le montant global de l’impôt et le nombre de feux fiscaux de Montagliano cette année-là113. Trois ans plus tard, le village a obtenu une nouvelle réduction de ses contributions, dont l’établissement du document lui a coûté du reste deux sous, et Montagliano n’est plus taxé désormais que pour le quart de sa contribution de 1360 ; la diminution du focaticum, établi sur vingt feux en 1416, est plus importante encore que celle des impôts qui sont calculés sur la base de la taxe du sel puisque qu’il ne porte plus que sur trois feux et trois quarts en 1422 : Montagliano est alors le village de la région dont le fouage est le plus bas114. Désormais, son imposition restera stable jusqu’en 1469, quand le paiement de l’impôt de Montagliano, d’un montant de 7 florins et 14 sous, sera attesté pour la dernière fois115. Si le village prélève effectivement du sel au milieu du siècle, il n’en retire plus en 1468-1469116. En 1480-1481, le bilan de la Chambre apostolique, qui mentionne en particulier le sel prélevé et les taxes perçues de Vivaro, Canemorto, Pozzaglia, Pietraforte, Petescia, Bulgaretta et Montorio, place Montagliano avec Castelvecchio et Pietra Balda, celui-ci certainement détruit, parmi les « terre che non hanno preso sale »117.

  • 118 Le dépouillement de deux registres de la douane des pâturages montre en particulier la part non nég (...)

46A l’exception de Montagliano dont le déclin est manifeste au début du xve siècle, les registres du « sale e focatico » de la Camera Urbis ne fournissent guère qu’un cadre lacunaire de la géographie des habitats de la vallée au xve siècle et ne servent que de façon marginale à notre propos. Dans tous les cas, leur utilisation doit être accompagnée par les volumes de la dohana salis ad grossum, faute de quoi le risque est grand de conclure hâtivement à la désertion de villages absents des premiers mais qui prélevaient pourtant du sel. Sans doute aurait-il fallu les compléter par le dépouillement d’autres séries de la Camera Urbis et de la Chambre apostolique pour dessiner un cadre plus complet de la fiscalité pesant sur les villages de la vallée et de leur insertion dans le système économique régional : la lourdeur du travail et l’intérêt somme toute limité à ce stade de notre enquête m’ont conduit à ne pas l’entreprendre hormis quelques sondages ponctuels118.

  • 119 Voir principalement ses ouvrages Mercati del grano a Roma ; Il porto di Roma nel xiv e xv secolo. S (...)

47Les sources produites aux xive et xve siècles par l’administration fiscale, capitoline et pontificale, mériteraient certainement de faire l’objet de l’analyse globale qui fait encore défaut. Celle-ci, du reste, a été brillamment entreprise par Luciano Palermo, dont les travaux remarquables renouvellent en profondeur notre connaissance du système économique romain à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne119. Les conditions économiques et sociales des communautés du district de Rome et leurs rapports avec la capitale à la fin du Moyen Âge doivent encore susciter des recherches approfondies dont les résultats permettront d’orienter, en particulier, les enquêtes sur le terrain. Pour la région et le sujet limités qui sont ici les nôtres, la documentation fiscale de l’administration capitoline ne livre guère que des informations contingentes pour l’histoire des villages de la vallée du Turano.

II – LA REDISTRIBUTION DU PEUPLEMENT À LA FIN DU MOYEN ÂGE

48Les caractères qui définissent l’évolution du peuplement dans la vallée du Turano pendant les deux derniers siècles du Moyen Âge se mirent en place dès la seconde moitié du xiiie siècle. Les événements politiques, qui auraient pu n’être qu’une péripétie sans lendemain dans l’histoire pluriséculaire de la vallée, eurent pourtant des conséquences, déterminantes à long terme, sur l’organisation de l’habitat. A ce titre, on l’a vu, la défaite du dernier des Hohenstaufen et la répression angevine qui la suivit marquent certainement un tournant pour l’histoire de l’occupation du sol dans la vallée. Essor ou déclin caractérisent alors les villages selon les choix politiques que leurs seigneurs avaient adoptés en 1268 : c’est l’histoire de Collalto et de Montagliano aux xive et xve siècles.

A) Un destin divergent : Montagliano et Collalto au xive et au début du xve siècle

1) Les Colonna, la vallée du Turano et Montagliano

a) Les Colonna dans la vallée

  • 120 Les Registres de Boniface VIII, principalement les n° 2352 et 3911-3915. Sur le conflit entre les C (...)
  • 121 J. Coste, Un memoriale del cardinale Pietro Colonna nel 1305 ; L. Mohler, Die Kardinäle Jakob und P (...)
  • 122 L. Mohler, Die Kardinäle Jakob und Peter Colonna, p. 218 : Item castrum Putealie... postmodum vi ar (...)

49Dans les deux dernières décennies du xiiie siècle, les Colonna avaient élargi considérablement leurs possessions à la suite de l’accession au cardinalat de Giacomo en 1278 et de son neveu Pietro en 1288. Comme on sait, l’expansion de la famille connut un coup d’arrêt à la fin du xiiie siècle. En 1297-1298, le conflit entre Boniface VIII et les Colonna entraîna la confiscation ou la destruction par le pape des castra que la famille possédait en particulier dans les vallées de l’Aniene, du Licenza et du Turano depuis peu : Rovianello, Roviano, Riofreddo, Vivaro, Castel del Lago et Pozzaglia leur furent enlevés et cédés à leurs adversaires au premier rang desquels figuraient les Orsini120. Après la mort du pape en 1303, les Colonna récupérèrent leurs possessions plus ou moins rapidement tandis que Clément V restitua la dignité cardinalice à Giacomo et à Pietro le 2 février 1306. En 1305-1306, le cardinal Pietro Colonna présenta au pape plusieurs mémoires énumérant les revendications que la famille voulait voir satisfaites dans le but d’établir une paix définitive avec les Caetani121. Outre leurs castra, éventuellement repris par les armes tel Pozzaglia, les documents laissent entrevoir également le réseau de la famille dans la région : leurs amis et zélateurs de partibus Carsoli comptaient en particulier les seigneurs de Canemorto (Orvinio), de Montorio, de Celle (Carsoli), les de Montanea et les de Ponte, établis dans la plaine de Carsoli et ses alentours depuis le milieu du xiie siècle pour le moins122. Dans le courant du xive siècle, les Colonna étendirent leur implantation dans la moyenne vallée du Turano.

b) Des Castiglione aux Colonna : passages de propriété et conditions matérielles du castrum de Montagliano

9 – Généalogie simplifiée des Colonna (cf. S. Carocci, Baroni di Roma ; tableau et p. 365-369).

  • 123 J. Guiraud, La Badia di Farfa, p. 281. Montagliano n’est pas mentionné nommément parmi les castra a (...)
  • 124 Archivio Colonna, cass. 17, parchemin 139 : videlicet totam et integram medietatem castri Montalgia (...)
  • 125 ASC, Archivio Orsini, II A IV n° 33 pour la vente de Castiglione en 1339 ; II A IV n° 34 pour la ve (...)

50Implantés à Montagliano dès le milieu du xiiie siècle, les Castiglione en avaient acquis la propriété pleine et entière. Si Montagliano est toujours mentionné dans le privilège du pape Urbain IV confirmant les biens de Farfa en 1262, l’abbaye désormais sur le déclin ne réussit plus jamais à faire valoir ses droits de propriété sur le village mais uniquement sa juridiction ecclésiastique qu’elle exerça jusqu’à l’abandon du castrum123. Le fait apparaît sans ambiguïté au début du xive siècle quand, en 1326, Roberto de Castiglione, noble homme et chevalier, vendit à Romano et Francorso di Gentile Orsini, du rameau de Nola, la moitié du village et de son finage en toute propriété, libre de cens et exempte de charges, pour le prix de cinq mille florins d’or. L’acte spécifiait qu’avec la moitié du castrum étaient vendues la moitié de la rocca et du castellarium ainsi que celle des villae dispersées dans son finage ; la vente comprenait également la juridiction sur la moitié des vassaux qui résidaient dans le castrum et dans ses villae. La cession intervint sans doute pour éteindre une dette contractée précédemment par Roberto di Castiglione puisque la quasi totalité de la somme avait été versée par les Orsini avant la date de la transaction. L’autre moitié de Montagliano restait la propriété des frères de Roberto de Castiglione124. Quelques années plus tard, en 1339, les Castiglione vendirent également à Orso di Giacomo di Napoleone Orsini, de la branche de Tagliacozzo, leur castrum de Castiglione dans le Cicolano et la moitié du castrum voisin de Torre di Taglio ; les Castiglione se trouvèrent du reste dans l’obligation de conclure un compromis avec Pierre et Guillaume de Cadenet, dont la famille avait obtenu Castiglione en fief de Charles Ier d’Anjou125.

  • 126 Archivio Colonna, cass. 17, n° 186 : totum et integrum castrum Montis Aliani ad veram et mundam pro (...)
  • 127 Archivio Colonna, cass. 56, n° 31.

51La transaction de 1326 fut à l’origine d’une période tourmentée pour l’histoire de la propriété du castrum qui ne s’acheva qu’après un demi-siècle de litiges et de procès. Treize ans plus tard en effet, en 1339, Andrea Orsini vendit à son tour à Francesco di Landolfo Colonna la totalité du castrum, avec ses tours, ses palais, ses maisons et sa rocca, pour le prix de quatre mille florins d’or qu’il reconnut avoir reçu, lui aussi, avant le jour de la transaction126. A en croire cet acte, les Orsini avaient donc acquis entre temps des Castiglione la propriété de l’autre moitié du castrum, dont ils vendirent à leur tour la totalité pour un prix inférieur à celui qu’ils avaient déboursé pour acheter la moitié du village. La vente de 1339, en réalité, n’était que la constitution d’un gage foncier pour garantir un prêt consenti précédemment par les Colonna. L’opération conduisit du reste cinq ans plus tard à un procès que les trois frères Giordano, Napoleone et l’archevêque de Naples Giovanni Orsini intentèrent à Francesco Colonna devant le tribunal capitolin et au cours duquel les Orsini furent sans doute déboutés127. Dans tous les cas, on ne les retrouve plus parmi les possesseurs du lieu avant le xve siècle.

  • 128 Archivio Colonna, cass. 62, n° 24 ; voir aussi les pièces n° 20 (1361), 23 (1366), et cass. 59, n° (...)
  • 129 ASC, Rogiti notarili, sez. Ia, vol. 649/11 (notaire Paolo Serromani), f. 43r-44r.

52Les Colonna pensaient sans doute avoir acquis un castrum à bon prix. Ils n’étaient pourtant pas au bout de leur peine. En effet, les Castiglione n’avaient pas perdu entre temps tout droit sur la portion du village et de son finage qui n’avait pas été incluse dans la vente de 1326. De 1361 à 1367 en effet, la fille de Roberto di Bartolomeo de Castiglione, Francesca, puis sa propre fille Caterina après sa mort, revendiquèrent devant le Capitole la reconnaissance de leurs droits sur le tiers du castrum de Montagliano et des villae situées dans son finage. Condamné en 1367, Landolfo di Francesco Colonna fut contraint de restituer dans les trois jours à Caterina le tiers contesté du village ainsi que les fruits et les revenus qu’il avait perçus indûment et dut enfin promettre à Caterina de la laisser jouir en paix de ses droits de propriété ; il fut condamné en outre à une amende de dix mille livres128. Landolfo Colonna ne se tint pas pour vaincu. Quatre ans plus tard en effet, il obtint finalement de Caterina qu’elle lui vendît la part de Montagliano que sa sœur et elle détenaient encore malgré lui129.

  • 130 Sur tout ceci, voir dans ce chapitre le paragraphe I/B/2.

53Landolfo était parvenu à ses fins non sans difficulté. Les Colonna étaient désormais propriétaires de la totalité du castrum de Montagliano et de son territoire. C’était pourtant un village sur le déclin qu’ils avaient acquis avec tant de mal. Autrefois site principal de la vallée, Montagliano fut imposé vers 1360, on l’a vu, de dix rubbii de sel : cette imposition le place encore, comme ses voisins Offiano, Petescia, Pietraforte, Montorio, Pozzaglia ou Canemorto, au niveau moyen des villages de la région tandis que Collalto, désormais plus important, fut taxé pour sa part de quinze rubbii. De fait la diminution de son potentiel démographique n’empêcha pas Montagliano de figurer parmi les communautés qui furent imposées pour la levée de la milice citadine en 1395. Les épidémies et les guerres qui décimaient la région accélérèrent le déclin du village dont la contribution fiscale pour le « sale e focatico » fut réduite à plusieurs reprises : à partir de 1422, Montagliano, pour lequel Landolfo Colonna avait déjà obtenu du pape Boniface IX une diminution de la moitié de son imposition en 1401, ne fut plus taxé que pour le quart du montant établi vers 1360130.

  • 131 Sur le remplacement d’une construction en bois par une maison en pierre dans un secteur périphériqu (...)
  • 132 Voir le chapitre 2 (paragraphe II/C) et, sur la morphologie des maisons du village, F. Latini, Morf (...)

54Les sources écrites et la documentation archéologique fournissent au premier abord des informations discordantes sur les dernières périodes de l’occupation de Montagliano. Alors même que le castrum avait entamé une phase de déclin qui devait conduire à son abandon définitif vers la fin du xve siècle, on observe sur le site un développement immobilier important qui semble contredire la documentation d’archives. C’est alors que se poursuivit, pour s’achever sans doute, le processus de remplacement des constructions en bois par des édifices en pierre selon des modalités promues par les Colonna dans leurs autres castra comme à Genazzano131. C’est au même moment encore que les Colonna, seigneurs du lieu, entreprirent le lotissement de l’espace resté vacant le long de la deuxième enceinte. C’est que, dans le cas présent, les lotissements ne sont pas l’indice d’une expansion, que les sources écrites infirment sans l’ombre d’un doute, mais d’un repli. La maison III qui fut alors bâtie, sinon précaire, faisait piètre figure par rapport à certaines demeures plus anciennes du castrum et davantage encore quand on la compare à d’autres maisons villageoises de la fin du Moyen Âge : elle était composée d’un rez-de-chaussée seul, d’une surface de 25 m2 après réfection, et son toit n’était pas couvert de tuiles, à moins qu’elles n’aient toutes été récupérées après l’abandon du site132. Au xive siècle gravitaient autour du castrum des fermes isolées et dispersées dans son finage ainsi que des hameaux, dont les habitants ont peut-être cherché refuge à l’intérieur d’un rempart vieux de deux siècles quand les guerres du schisme ont ravagé à plusieurs reprises cette région frontalière entre l’État pontifical et le royaume de Naples à la fin du xive et au début du xve siècle. Si les villae de Collegiove, de Nespolo et de San Lorenzo survécurent à ces temps difficiles, tel ne fut pas le cas de la villa de Sant’Agnese ni de celle du Cervia qui furent abandonnées, on y reviendra, vers la même époque. Les murs d’enceinte des xie et xiie siècles, en partie restaurés dans les dernières décennies du xiiie siècle ou au début du xive siècle, ne pouvaient plus guère offrir alors une protection efficace au village : peu après sa construction, la maison III fut en effet incendiée et, après une réoccupation de courte durée, brûlée à nouveau avant d’être définitivement abandonnée dans le courant du xve siècle.

55Mais le contexte avait changé avant les ultimes péripéties qui conduisirent à l’abandon du village. Les Colonna, dont le pontificat de Martin V (Oddone Colonna, 1417-1431) marqua l’apogée, traversèrent ensuite une des périodes les plus difficiles de leur histoire. C’est alors, on le verra, qu’ils durent se défaire de Montagliano.

2) La seigneurie des Collalto dans la vallée du Turano : formation et consistance (xive – début du xve siècle)

  • 133 Sur le développement matériel de Collalto, voir S. Coccia, Gli scavi archeologici nel castello di C (...)
  • 134 Pour la présentation et la critique des pièces du dossier de la baronnie de Collalto (dont certaine (...)

56A partir des xiiie et xive siècles, l’essor de Collalto se traduisit autant par l’articulation croissante des édifices bâtis au sommet désormais fortifié de la colline que par la constitution d’une seigneurie érigée de part et d’autre de la frontière entre le royaume de Naples et l’État pontifical133. Quelques documents du xive siècle permettent de suivre les étapes principales de l’expansion familiale dans la vallée du Turano avant qu’un petit registre notarié ne fournisse vers le milieu du xve siècle un cadre à peu près complet de la baronnie des Collalto, attestée comme telle depuis 1355 et sorte d’îlot juridictionnel assujetti à la souveraineté éminente de l’empereur134.

57Dans le dernier tiers du xiiie siècle, on l’a vu, les Collalto tenaient de Charles Ier d’Anjou Macchiatimone, Monte Falcone, Roccadisotto, Pietrasecca et Poggio Cinolfo dans un territoire qui s’étend du Salto jusqu’au Turano et possédaient Collalto situé dans les États de l’Église. Dès la fin du xiiie siècle et tout au long du siècle suivant, la famille étendit sa domination autour de son village éponyme, mettant la main sur les villae dispersées dans le territoire à l’entour et s’implantant également dans plusieurs castra voisins. Le processus qui s’effectua au détriment de Montagliano conduisit à l’étouffement du village et provoqua à terme son abandon.

a) L’appropriation des habitats secondaires : les villae de Collegiove, de Nespolo et de San Lorenzo

  • 135 Sur l’importance de l’habitat ouvert et le nombre des villae dans la seigneurie voisine des Mareri, (...)
  • 136 La liste des églises du diocèse de Rieti mentionne les chapelles Santa Maria et San Sebastiano à Ne (...)
  • 137 Au xive siècle, le territoire de Montagliano, autrefois beaucoup plus étendu, confinait désormais a (...)
  • 138 Voir notamment Archivio Colonna, cass. 17, n° 139 (1326) pour la vente de la moitié du castrum de M (...)
  • 139 Voir dans ce chapitre le paragraphe I/A/2. La liste omet Sant’Agnese et San Giovanni in Monte, qui (...)
  • 140 BnF, ms. latin 1556, f. 23r et 25v. Voir dans ce chapitre le paragraphe I/ A/2.
  • 141 Voir le paragraphe précédent.
  • 142 Archivio di Farfa, parchemin AI 12 : le vente est faite par Angelictus Capitonus de Montaliano habi (...)
  • 143 Voir notamment la vente d’une terre sise dans le territoire de Collegiove en 1412 à laquelle consen (...)

58Au xive siècle, les sources écrites attestent l’existence de cinq villae situées dans la micro-région que nous étudions : la villa de Sant’Agnese sur la rive gauche du Turano et, sur la rive droite, celles du Cervia, de San Lorenzo, de Collegiove et de Nespolo135. Les deux premières sont connues, on l’a vu à maintes reprises, depuis la fin du xiie siècle pour l’une, dès la seconde moitié du xie siècle pour l’autre ; Collegiove et Nespolo se sont formées avant le milieu du xiiie siècle quand elles apparaissent pour la première fois dans la documentation tandis que San Lorenzo est attestée peu après le milieu du xive siècle136. Ces établissements mineurs étaient tous localisés à l’intérieur des confins de l’ancien territoire de Montagliano que l’apparition des villages de Petescia à la fin du xie siècle, de Poggio Cinolfo avant le milieu du XIIe et de Collalto, qui prend une physionomie castrale dans le courant du xiiie siècle, avait réduit et morcelé progressivement137. Au xive siècle, les titres de propriété de Montagliano mentionnent de manière régulière, mais sans jamais les nommer explicitement, les villae qui dépendaient de lui et dont les habitants étaient soumis à la juridiction du castrum138. La liste des lieux et des églises in Montanis sur lesquels l’abbaye de Farfa percevait des dîmes au temps de l’abbé Alardo (1355/56-1363) constitue un autre indice de l’ancienneté du lien qui unissait Montagliano, premier site mentionné dans le document, aux habitats de son ancien territoire139. Pourtant le lien était distendu sinon déjà rompu. Selon la liste des églises du diocèse de Rieti qui suit les statuts synodaux promulgués au xive siècle, l’abbaye de Farfa exerçait encore sa juridiction sur San Sebastiano de Nespolo, Sant’Angelo de Cervia, San Donato, San Salvatore de Collesanto et San Giovanni in Monte tandis que les chapelles Santa Maria de Nespolo et Santa Maria de Collegiove dépendaient de l’église castrale de Collalto depuis le milieu du xiiie siècle pour le moins140. Dans le courant du xive siècle, les Collalto imposèrent peu à peu leur domination sur les villae qui gravitaient précédemment dans l’orbite de Montagliano, utilisant peut-être à leur profit les difficultés judiciaires que traversait alors le village141. En 1372, Giovanni di Collalto, dominus ville Sancti Laurentii, consentit à ce titre à une transaction sur des biens-fonds qui y étaient localisés142. Les villae de Collegiove et de Nespolo partageaient une situation identique143. Soustraites à la juridiction d’un Montagliano affaibli et entrées sous la domination de Collalto, les trois villae de Collegiove, de Nespolo et de San Lorenzo gagnèrent au change : peut-être est-ce pour cette raison qu’elles existent encore de nos jours. En revanche, les villae de Sant’Agnese et du Cervia, qui sont aussi les plus anciennes, devaient suivre un destin différent.

10 – Généalogie des Collato
(cf. P. Delogu, Lineamenti della Storia, p. 15 et 26-27).

b) La mainmise sur les castra : Offiano, 1364 ; notes sur la féodalité latiale au xive siècle

  • 144 La possession d’Ascrea par les Collalto n’est pas assurée, les actes relatifs à la vente du castrum (...)
  • 145 Cf. P. Delogu, Lineamenti della storia, p. 27. Rappelons que San Pietro de Bulgaretta et San Nicola (...)

59Les Collalto ne se contentèrent pas de soumettre les habitats ouverts, d’importance secondaire, mais étendirent également leur domination sur les villages à l’entour, dont certains étaient qualifiés tantôt de castrum et tantôt de villa. Bulgaretta, sur la rive gauche du Turano, Ascrea, Paganico et Ricetto, sur la rive droite, passèrent ainsi sous la juridiction plus ou moins étendue de la famille au xive siècle144. Indice, entre autres, de leur extension, les seigneurs de Collalto détenaient ainsi le droit de patronage sur les églises San Giovanni de Paganico et San Pietro de Bulgaretta et à ce titre présentèrent à l’évêque et au chapitre cathédral de Rieti leurs candidats à la collation des bénéfices vacants145. La documentation conservée ne permet pourtant pas d’analyser les modalités selon lesquelles ces villages passèrent sous la dépendance des Collalto. Un dossier, heureusement, est plus étoffé, celui du castrum d’Offiano.

  • 146 Rappelons également qu’à la différence de la plupart des villages de la région désertés aux xive et (...)

60Incendié et démantelé, en partie du moins, vers le milieu ou dans la seconde moitié du xiiie siècle, Offiano resta abandonné pendant près d’un siècle. Une nouvelle phase de son histoire mouvementée s’ouvrit dans les décennies centrales du xive siècle quand le castrum fut réoccupé. L’enquête archéologique, on l’a vu, a mis en évidence la nature des travaux réalisés alors dans la rocca : une nouvelle entrée permit d’accéder à la cour où fut édifié un modeste logis seigneurial tandis que la tour restait pourtant en ruines. La construction de murets, faits de pierres liées à la terre, délimita désormais un périmètre castral à peu près continu, sans qu’on puisse parler cependant d’enceinte véritable. En outre, la fouille a mis au jour quelques vestiges de l’occupation villageoise contemporaine, caractérisés dans le sondage VIII par une citerne et par les traces d’une construction en bois qui avait été édifiée contre la citerne et le mur d’enceinte, s’appuyant également contre la paroi rocheuse. A en croire cette trouvaille, datée seulement par ses rapports avec la citerne et le mur d’enceinte en l’absence de mobilier céramique, le village d’Offiano aurait été bâti, en partie du moins, par des constructions en bois lors de sa dernière phase d’occupation, confirmant par là même la précarité de l’établissement146.

  • 147 Cf. G. Tomassetti, Del sale e del focatico, p. 356 et dans ce chapitre le paragraphe I/B/2.
  • 148 Voir dans ce chapitre le paragraphe I/A/2.

61Les résultats de l’enquête archéologique trouvent leur correspondant dans la documentation écrite qui, après un silence séculaire, fournit de nouvelles informations sur le castrum à partir du milieu du xive siècle. Offiano, semble-t-il, était alors un village d’une importance moyenne. Vers 1360, la liste qui servit de base aux impositions de la commune de Rome ne le place pas dans la tranche inférieure, où se rangent par exemple Paganico, Bulgaretta ou Portica, mais au niveau de ses voisins Pietraforte, Montorio, Pozzaglia, Petescia ou Montagliano taxés comme lui de dix rubbii de sel par semestre147. Autre témoignage contemporain de l’activité retrouvée par le village, le vicaire de l’abbé de Farfa Alardo chargea un certain Alessandro de collecter les dîmes d’Offiano en 1359148.

  • 149 ASRoma, coll. perg., cass. 117, n° 11 : Liber locationum du notaire Amico Callisto da Bocchignano, (...)

62Le castrum, sur lequel l’abbaye de Farfa exerçait toujours ses droits éminents de propriété, était entré désormais dans la dépendance des seigneurs de Collalto qui consolidaient leur implantation dans la vallée du Turano. En 1364, l’abbé Sisto de Farfa (1363-1387) renouvela ainsi la concession en fief d’Offiano à ses vassaux Nicola et Giacomo di Oddone di Collalto. Il s’agit alors d’un site articulé dont l’acte décrit le noyau fortifié comprenant un castellarium, une tour et une rocca, et le village habité par les vassaux et feudataires, avec ses places, ses maisons et ses églises ; son finage, dont la description reste stéréotypée, était délimité par ceux de Pietraforte, de Montorio, de Petescia et de Montagliano et par les territoires des villae de Sant’Agnese et du Cervia149.

  • 150 Dominus Systus Dei gratia abbas monasterii Farfensis... locationis et renovationis titulo sine iuri (...)
  • 151 Ils sont mentionnés à deux reprises, à propos du ius patronatus sur les églises d’Offiano (si prede (...)
  • 152 Hanc locationem et predicta omnia et singula fecit dictus dominus abbas eisdem Nicolao et Iacobo ut (...)
  • 153 Sur le gouvernement de ces abbés, voir I. Schuster, L’imperiale abbazia di Farfa, p. 334-343. Pour (...)
  • 154 Voir le chapitre 9 (paragraphe II/B/2).
  • 155 C’était en effet la règle. Un seul exemple en ce sens : le 23 septembre 1364, l’abbé Sisto loua et (...)
  • 156 Voir les différents libri locationum du notaire Amico di Callisto : ASRieti, Archivio notarile sopp (...)

63Ce document pose plusieurs problèmes. Comme la très grande majorité des actes que contiennent par centaines les quelques registres des notaires abbatiaux conservés à partir de la seconde moitié du xive siècle, il s’agit du renouvellement de la concession du castrum pour une durée de trois générations. Pourtant, Nicola et Giacomo de Collalto n’étaient pas en possession du castrum le 7 avril quand le contrat fut établi en l’église Sant’Agnese150. Le document mentionne aussi, mais sans les nommer, les concessionnaires précédents du castrum et prédécesseurs de Nicola et de Giacomo151. Selon toute vraisemblance, ceux-ci étaient apparentés en ligne ascendante à Nicola et à Giacomo, puisque l’acte fait allusion à la continuité des services rendus dans le passé par les bénéficiaires de la concession de 1364 et par leurs prédécesseurs, dont l’abbé de Far-fa escompte qu’ils se poursuivraient à l’avenir152. Les archives de l’abbaye, d’une pauvreté extrême entre le début du xiie siècle et le milieu du xive siècle, ne contiennent aucune des concessions originelles dont le renouvellement a été accordé par les abbés Alardo (1355/1356-1363) et Sisto (1363-1387), occupés avant tout par la restauration du patrimoine de l’abbaye153. Aussi ignore-t-on tout de la gestion du temporel de Farfa entre le début du xiie siècle et le milieu du xive siècle et des clauses stipulées dans les concessions qui furent alors délivrées, en particulier celles relatives à leur durée. En tout état de cause, la concession précédente d’Offiano, à laquelle le renouvellement donné pour trois générations en 1364 se réfère de manière allusive, n’a pas pu être adressée pour une durée équivalente, autrement dit au bisaïeul ou au trisaïeul de Nicola et Giacomo di Oddone di Collalto dans la seconde moitié du xiiie siècle ou au début du siècle suivant. Si l’on en croit les résultats de l’enquête archéologique et de l’étude du mobilier, le castrum d’Offiano était abandonné durant cette période séculaire au cours de laquelle le castrum aurait été concédé aux seigneurs de Collalto, dans l’hypothèse où le bail aurait été établi pour une durée équivalente à celle de son renouvellement. Mais il est également possible que, d’une manière exceptionnelle pour cette époque, l’abbaye de Farfa ait cédé à court terme Offiano vers le milieu du xive siècle à charge pour les concessionnaires de rebâtir le castrum : une clause semblable figurait déjà dans le pacte conclu avec les Camponeschi vers le milieu du xiie siècle154. Dans cette seconde hypothèse, plus satisfaisante, le bail originel aurait été accordé à titre viager au père de Nicola et de Giacomo. Sa mort, survenue avant le 7 avril 1364, aurait entraîné le retour du castrum dans les biens du monastère, dont l’acte de 1364 témoigne qu’il fut effectif, et exigeait par conséquent le renouvellement de la concession155. Nicola et Giacomo, qui s’étaient sans doute associés à leur père pour reconstruire le castrum, d’où peut-être l’allusion dans le document aux services rendus par la famille à l’abbaye, en furent les bénéficiaires naturels. Le contrat fut conclu alors pour une durée de trois générations comme la quasi totalité des concessions délivrées par Farfa dans la seconde moitié du xive siècle156. Dans cette hypothèse, il conviendrait d’attribuer la restauration de la rocca et le repeuplement d’Offiano aux seigneurs de Collalto. Les travaux, dont l’enquête de terrain a montré l’existence et la nature, sont restés somme toute rudimentaires puisque la tour n’a pas été rebâtie, que le périmètre castral ne fut pas maçonné ni même parfaitement délimité et que les maisons villageoises, édifiées à la hâte, furent peut-être construites en bois pour la plupart. Le chantier a certainement précédé le renouvellement de la concession du castrum en 1364 de plusieurs années, une ou deux décennies peut être mais guère davantage si on en juge par la nature de la céramique trouvée lors de la fouille. Dans tous le cas, ce fut un castrum reconstruit, habité, taxé d’impôts et versant les dîmes que l’abbé de Farfa concéda en 1364 à Nicola et à Giacomo de Collalto, renouvelant une concession accordée sans doute à leur père.

  • 157 Que omnia et singula ipsi Nicolaus et Iacobus esse locatitia dicti monasterii et ad ipsius monaster (...)
  • 158 Dominus Systus abbas... ad servitium, fidelitatem et vassallagium dicti monasterii... concedit in f (...)
  • 159 Concedens... dictum castrum Offiani... cum suis vassallis seu feudatariis... cum iure patronatus ec (...)
  • 160 Voir dans ce chapitre le paragraphe I/A/2.

64A la différence de Montagliano perdu selon des circonstances qui nous échappent, Farfa avait donc conservé la propriété éminente d’Offiano dont l’abbaye, soucieuse de garantir ses droits, exigea la reconnaissance expresse par Nicola et Giacomo157. Le castrum fut concédé in feudum, ad servitium, fidelitatem et vassallagium aux deux Collalto, vassaux jurés de l’abbé et du monastère, en rémunération des nombreux services qu’ils avaient rendus au monastère dans le passé et continueraient de rendre, espère-t-on, à l’avenir158. A la possession du village et de son finage, à la juridiction sur ses habitants, désignés explicitement comme vassaux et feudataires du castrum, cédées aux Collalto, s’ajoute également le ius patronatus de ses églises sur lesquelles l’abbaye se réserva toutefois l’exercice de ses droits épiscopaux, vel quasi, et la perception des dîmes afférentes, qui ne furent donc pas inféodées159. Cinq ans avant la concession du castrum, Sisto, alors vicaire de l’abbé Alardo, chargea du reste un habitant du village de collecter les dîmes dont le produit devait être partagé entre le monastère et les clercs de ses églises160.

  • 161 Nicolao et Iacobo... presentibus et recipientibus et legitime stipulantibus pro se ipsis et eorum e (...)
  • 162 Et, si masculos non habuerint et filias feminas habuerint, una filia cuiusvis ipsorum videlicet mai (...)
  • 163 Pour un cas similaire, cf. ASRoma, coll. perg., cass. 117, n° 11 (registre du notaire abbatial Amic (...)
  • 164 Ad habendum, tenendum, possidendum, utendum, fructandum et usufructandum, vendendum et alienandum e (...)
  • 165 ASRoma, coll. perg., cass. 117, n° 11, f. 16v-17r : le 22 mai 1364, l’abbé Sisto loua et renouvela (...)

65Selon l’usage, le contrat de 1364 fixe les règles de la succession et de l’aliénabilité du fief. La concession d’Offiano est accordée pour une durée de trois générations à Nicola et à Giacomo, à leurs fils et à leurs petits-fils légitimes sans que soit exigée la reconnaissance du caractère féodal de leur possession selon une périodicité quelconque ni au changement de génération. L’hypothèse de la transmission à un fils naturel légitimé ou à un fils adoptif en l’absence d’héritiers mâles directs et légitimes n’est pas considérée par le document161. Selon l’habitude, les femmes étaient exclues de la succession du fief, sauf en cas d’extinction de la lignée masculine directe ; dans cette dernière hypothèse, le castrum passerait à l’aînée des filles, à la condition toutefois qu’elle eût été déjà mariée à un vassal du monastère ou bien qu’elle en épousât un162. La précision a naturellement son importance. Dans la pratique, il semble en effet que l’héritière féminine, en théorie titulaire du fief en l’absence de descendants mâles selon les termes mêmes du contrat, n’entrait pas elle-même en possession du bien mais que son mari en était investi personnellement au nom de l’héritière légitime : dès lors, il était déterminant qu’il fût lui-même vassal de l’abbaye163. Aux Collalto était enfin concédée la faculté la plus large d’aliéner Offiano selon le mode qui leur plairait, sans recourir au consentement du monastère, lequel ne se réservait pas un droit de préemption, à la condition expresse toutefois, le document y revient à deux reprises, que le nouveau titulaire fût un vassal de Farfa sub eius dominio habitans164. Dans le cas contraire, les Collalto perdraient leurs droits et le castrum ferait retour au monastère. Une telle restriction ne se limitait pas aux concessions féodales d’un certain relief comme celles qui mettaient en jeu un village fortifié, mais s’étendait à la totalité des biens concédés alors par le monastère. Ajoutons encore qu’elle n’était pas cantonnée au formulaire mais qu’elle était effectivement appliquée dans la pratique : c’est ainsi qu’au moment même où le castrum d’Offiano était concédé selon les termes examinés, Farfa reprit possession de la moitié d’une maison et d’un four situés dans le faubourg de Castelnuovo di Farfa, parce que leur acquéreur n’était pas vassal de l’abbaye165.

  • 166 Hoc etiam expresso et declarato quod totiens quotiens fuerit oportunum, ipsi Nicolaus et Iacobus et (...)

66L’acte ne dit rien de la nature des services, désignés de manière générale, que les bénéficiaires devaient rendre à l’abbaye, et ne mentionne nullement le service armé dû le cas échéant par Nicola et Giacomo. Une clause de réserve permet peut-être de supposer son existence. Sous peine d’annulation du pacte, les Collalto devraient en effet consentir, autant que de besoin, à ce que Farfa et ses recteurs guerroient et signent la paix depuis le castrum166. Il est permis de penser qu’une participation armée des seigneurs de Collalto aux côtés de la milice du monastère était requise de manière implicite dans cette clause.

  • 167 Pro multis et gratis servitiis a dictis Nicolao et Iacobo et predecessoribus eorum receptis et que (...)

67Pour leurs services, indéterminés mais nombreux et gratuits, Nicola et Giacomo de Collalto obtiennent Offiano contre un droit d’entrée très modique de vingt-cinq florins d’or que l’abbé avait reçus avant la conclusion du contrat : le montant ridiculement bas du pretium et merces, établi sans doute en rapport aux services rendus par les bénéficiaires au monastère, ne fait certainement pas de la concession d’Offiano la constitution d’un gage garantissant un prêt consenti au préalable par les deux Collalto à l’abbaye et moins encore une vente camouflée sous couvert d’une investiture féodale fictive. Le cens de trois sous de deniers provinois du Sénat, payables chaque année au jour de l’Assomption de la Vierge ou dans les huit jours qui suivent, reste parfaitement récognitif des droits éminents de Farfa et ne fait, pas plus que le montant du droit d’entrée, de la concession d’Offiano une opération financière167.

  • 168 Promictens dictus dominus abbas hac locatione durante dictum castrum seu aliquid predictorum nulli (...)
  • 169 Donec ipsi conductores possexionem intraverunt et receperunt corporalem.
  • 170 Sur le rituel, voir pour la période précédente P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 11 (...)
  • 171 Actum in ecclesia Sancte Agnetis de ville Sancte Agnetis presentibus hiis testibus, scilicet religi (...)
  • 172 Celle-ci aurait été mentionnée dans l’acte de la concession par la constitution de procuratores ad (...)
  • 173 Un seul exemple, choisi au hasard, relatif à l’investiture d’une maison romaine cédée par le monast (...)
  • 174 Quelques exemples voisins : le 10 novembre 1383, la veuve et les deux fils d’Amadeo d’Agosta, petit (...)
  • 175 Le 9 avril, il renouvelait la concession féodale de nombreux biens-fonds dans le castrum de Scandri (...)

68Le caractère féodal du contrat de 1364 ne fait donc pas de doute. Le pacte lie mutuellement et personnellement les deux seigneurs de Collalto, qui reçoivent le castrum en rémunération de leurs services, de leur fidélité et de leur vasselage, et l’abbé de Farfa, lequel garantit à ses vassaux la possession paisible du castrum le temps de la concession et s’engage à la défendre à ses frais et dépens contre quiconque tenterait d’y porter atteinte168. L’acte, qui fait allusion la prise de possession corporelle du castrum par les Collalto169, reste muet sur le rituel d’investiture du fief : les mots fidelitas et vassallagium, l’expression possexionem intrare et recipere corporalem devaient cependant recouvrir l’ensemble du cérémonial, depuis le serment de fidélité juré par Nicola et Giacomo de Collalto, vassalli iurati abbatis et monasterii, et peut-être l’immixtio manuum qui, comme le versement des vingt-cinq florins, ont précédé l’établissement du contrat notarié de la concessio in feudum jusqu’à la remise éventuelle d’un bâton symbolisant le fief170. Seul l’acte notarié subsiste comme trace écrite de la cérémonie. Celle-ci se déroula pendant la journée du 7 avril 1364 en l’église de la villa de Sant’Agnese où s’était rendu l’abbé Sisto, escorté de son notaire Amico di Callisto de Bocchignano et de deux vassaux de l’abbaye, venus l’un de Fara et l’autre de Toffia – lequel mourut du reste dans les jours qui suivirent –, en présence du chapelain de l’église Sant’Agnese et du prieur du petit ermitage voisin Sant’Angelo de Padecto, descendu de la solitude du mont Faito pour l’occasion ; les deux bénéficiaires, quant à eux, étaient accompagnés par un de leurs parents, Giovanni di Giacomo di Collalto, sans doute leur cousin171. Si elle n’a pas eu lieu de façon symbolique en l’église Sant’Agnese à l’issue de la rédaction de l’acte, la remise du castrum des mains mêmes de l’abbé, qui n’avait pas donné sa procuration à un tiers pour ce faire172, a pu intervenir à Offiano au cours d’une reconnaissance des lieux matérialisant la prise de possession corporelle du castrum par Nicola et Giacomo de Collalto : amplement documentée à cette époque, une telle pratique était courante même pour l’investiture des simples maisons villageoises ou urbaines173. On ne peut exclure qu’à cette occasion les habitants, vassalli et feudatarii castri, aient prêté à leur tour serment aux nouveaux seigneurs du village174. Le contrat renouvelé avec les fils du refondateur du castrum, l’abbé Sisto ne s’attarda pas après la cérémonie et, dès le lendemain, quitta les lieux avec son escorte pour reprendre le chemin de son abbaye175.

  • 176 Voir dans ce chapitre le paragraphe I/B/1.

69A la domination politique et fiscale de Rome, à la propriété éminente et à la juridiction ecclésiastique de Farfa, à la seigneurie des Collalto, s’ajoutait encore pour Offiano, enchâssé dans un réseau de dépendances multiples, la soumission, peut-être plus symbolique que réelle et dans tous les cas mal connue, à la commune de Tivoli qui recevait un cens de six livres du village, avec Pietraforte, Ascrea et Bulgaretta176.

  • 177 Ibid.
  • 178 ASRoma, Camera Urbis, reg. 166, f. 79r (prima imposita de 1416), f. 31r (secunda imposita de 1416), (...)

70Une nouvelle fois, la refondation d’Offiano fut sans lendemain. A la lecture des sources écrites, l’occupation du village semblait pourtant solide dans les années 1360. Pour limitée qu’ait été l’enquête de terrain, les sources archéologiques ne confirment pourtant pas cette impression et tendraient plutôt à montrer, on l’a vu, le caractère rudimentaire du nouvel établissement qui ne réussit pas à décoller, moins encore à cette époque qu’auparavant. On ne saurait rien conclure de l’absence d’Offiano dans la liste des villages qui contribuèrent aux subsides levés pour la milice romaine en 1395177 : le document ne mentionne ni Collalto ni aucun des villages dépendant de la seigneurie familiale, laissant à penser qu’ils furent exemptés de la collecte. Toujours occupé au début du xve siècle mais pour peu de temps encore à en croire les vestiges archéologiques, Offiano ne paie pas les impôts du « sale e focatico » en 1416, figure parmi les terrae inhabitatae à partir de 1419 et ne prélève jamais de sel au xve siècle178. Selon l’enquête de terrain, Offiano, qui n’est pas signalé du reste comme destructum dans ces registres, n’a pas fait l’objet d’une destruction violente mais d’une désertion progressive par ses habitants dans la première moitié du xve siècle. La colline, où fondations et abandons s’étaient succédé tour à tour depuis le xie siècle, est restée déserte depuis lors et jusqu’à nos jours.

  • 179 L’analyse des désertions castrales des xe-xiie siècles et de leurs causes proposée par Pierre Toube (...)
  • 180 Voir notamment C. Klapisch-Zuber, Villaggi abbandonati ed emigrazione interne, p. 341-342 ; C. Klap (...)

71L’intérêt manifeste, peut-être stratégique dans leur politique territoriale, que les Collalto accordèrent au site qui commandait la voie du fond de vallée, au point d’en assurer la reconstruction et le repeuplement, et d’obtenir de Farfa sa possession séculaire, ne porta donc pas les fruits escomptés. Toujours fragile depuis son premier « incastellamento » au xie siècle, le village ne disposait pas d’un finage suffisant pour assurer les bases de sa subsistance et moins encore celles de sa croissance. Petescia (Turania), Pietraforte et Montorio, à l’ouest, Montagliano, sur l’autre rive du Turano, limitaient son espace vital179. En outre, la conjoncture n’était guère favorable à de telles entreprises. On n’insistera pas sur les difficultés générales du siècle180. Un autre élément concourt peut-être à expliquer l’échec de la refondation d’Offiano et, sans doute, les difficultés que rencontrèrent les Collalto à étendre leur contrôle sur la vallée du Turano dans la seconde moitié du xive siècle. Depuis le deuxième tiers du siècle, les Colonna di Riofreddo avaient étendu leur implantation dans la région où ils possédaient déjà de nombreux villages. La concurrence territoriale qui opposa les deux lignées, à l’histoire par ailleurs incomparable, dans la moyenne vallée du Turano ne fut peut-être pas sans incidence sur le sort d’Offiano, entouré de toutes parts par des villages tenus par les Colonna. Comme les dernières héritières des Castiglione qui abandonnèrent à Landolfo Colonna ce qui restait de leurs droits sur Montagliano en 1371, mais quelques décennies plus tard, les Collalto durent se défaire d’Offiano dont ils n’avaient pu consolider la nouvelle fondation. Dès lors, le village déserté fut incorporé au territoire de Pietraforte dont il suivit la destinée.

3) Déclin et abandon des villae de Sant’Agnese et du Cervia

  • 181 Voir dans ce chapitre le paragraphe I/A/2.
  • 182 Cf. E. De Minicis et E. Hubert (dir.), Enquête archéologique en Sabine. III : La villa de Sant’Agne (...)
  • 183 Voir N. Lécuyer, Régime alimentaire et pratique culinaire : innovations techniques du xive siècle, (...)

72Le 7 avril 1364, ce fut donc dans l’église Sant’Agnese de la villa Sancte Agnetis que l’abbé Sisto de Farfa renouvela à ses vassaux Nicola et Giacomo di Oddone, seigneurs de Collalto, la concession en fief d’Offiano. Son finage était délimité, notamment, par le tenimentum de la villa de Sant’Agnese, au sud-ouest, et par celui de la villa du Cervia, à l’est et sur l’autre rive du Turano. Parmi les témoins de l’acte, rappelons-le, figurait le chapelain de l’église Sant’Agnese, dom Barnaba de Petescia. A cette date par conséquent, l’église était desservie et la villa encore occupée, bien qu’elles ne fussent pas mentionnées parmi les loca et ecclesiae in Montanis où le vicaire de l’abbé de Farfa Alardo chargea plusieurs habitants de collecter les dîmes au nom de l’abbaye181. Farfa n’en manifesta pas moins son intérêt pour sa villa dont témoignent les travaux de restauration et de remaniement qu’elle entreprit autour de l’église et dans un château en partie démoli. Dans le secteur de l’église en effet, la période est caractérisée en particulier par l’aménagement des alentours de l’édifice ecclésiastique. C’est alors qu’il convient en effet de dater la construction du mur M2, parallèle au mur M3 de l’église et situé à 4 m environ au sud de celui-ci et non, comme nous l’avions pensé précédemment182, de la première moitié du xiiie siècle. La présence de tessons de céramique appartenant à des formes ouvertes non glaçurées dans les niveaux remplissant la tranchée de fondation du mur M2 (U.S. 1018) permet en effet de dater les travaux de la seconde moitié du xive siècle183. Dans l’espace intermédiaire délimité par les deux murs M2 et M3, le pilier de soutènement d’un auvent aménagé au début du xiiie siècle fut enlevé, sa base enterrée et le nouveau sol empierré par un dallage sommaire. L’espace en partie à ciel ouvert compris entre les deux murs parallèles M2 et M3 est devenu alors un espace intérieur.

73Dans le château abandonné et en partie détruit, les murs les plus endommagés furent restaurés (M21). La présence d’un étage est attestée par un escalier extérieur, construit contre la façade principale du petit château. L’entrée fut réaménagée et un couloir, fermé par deux portes successives, conduisit au rez-de-chaussée, dont le sol fut recouvert par un lit de mortier et qui servit de remise ou d’entrepôt. Une autre pièce dont la fonction est restée inconnue, fut également ajoutée au nord.

  • 184 Voir la visite du diocèse de Sabine effectuée par le cardinal-évêque Giustiniani en 1615 qui note e (...)

74En dépit des travaux réalisés, la restauration de l’église Sant’Agnese et celle du château n’ont pu enrayer le déclin de la villa amorcé dès le siècle précédent. L’enquête archéologique et l’étude du mobilier recueilli durant la fouille ont montré, on l’a vu, qu’un incendie avait provoqué la destruction puis l’abandon définitif du hameau dès la seconde moitié du xive siècle tandis que le château fut démantelé à la fin du siècle ou au début du siècle suivant. L’église, pour sa part, fut encore fréquentée de manière sporadique au xvie siècle si l’on en juge par le mobilier recueilli mais tomba en ruines dès le tournant du xvie et du xviie siècle184.

  • 185 Sur le lotissement réalisé à Montagliano, voir le chapitre 2 et, dans ce chapitre, le paragraphe II (...)

75La documentation écrite, totalement lacunaire avant le xvie siècle quand la villa est désormais abandonnée, ne fournit aucun élément permettant d’apprécier les circonstances de la désertion du hameau. Celle-ci ne s’est pas déroulée sans le recours à la violence dont témoignent autant l’incendie de l’habitat que la destruction du château. Si les crises générales de l’automne du Moyen Âge ne sont pas totalement responsables de l’abandon de la villa, il n’est pas exclu qu’il faille le mettre au compte des villages fortifiés des environs. Pour assurer leur maintien, les castra à l’entour ont pu contraindre la population encore dispersée ou vivant dans les petits hameaux disséminés dans le territoire avoisinant à se regrouper à l’intérieur de leurs murs. Les habitants de Montagliano peuvent fort bien avoir renouvelé dans la seconde moitié du xive siècle une expédition à Sant’Agnese au nom de leurs droits, légitimes ou prétendus, sur le territoire de la villa que la fondation de Petescia avait isolé de leur finage depuis la fin du xie siècle. Le lotissement des terrains restés vacants contre le mur de la seconde enceinte de Montagliano, réalisé sous l’égide des Colonna dans la seconde moitié du xive siècle et peut-être dans cette perspective, aurait eu ainsi pour but de loger les habitants de la villa, transférés de force plutôt que de bon gré dans le castrum185. Dans cette hypothèse, les Colonna, qui consolidaient leur implantation dans la vallée du Turano, n’auraient pas été étrangers à l’opération. Le déclin et l’abandon de la villa peuvent être liés tout autant à la présence voisine du castrum Sinibaldi voire à la renaissance de celui d’Offiano au milieu du xive siècle, encore que la bonne entente qui régnait entre les Collalto et Farfa rende peu vraisemblable la dernière hypothèse.

  • 186 Voir dans ce chapitre le paragraphe I/A/2.
  • 187 Voir notamment ASV, Archivio Borghese, b. 796, charte non cotée du 17/ 06/1453 (vente de terres sis (...)
  • 188 ASV, Archivio Borghese, b. 796, n° 1, f. 74r, interrogatoire de plusieurs témoins au sujet des conf (...)

76Pour sa part, la villa du Cervia était toujours occupée dans la seconde moitié du xive siècle quand Farfa collectait encore les dîmes de son église Sant’Angelo186. La villa, où des habitants de Montagliano et de Paganico possédaient des terres jusqu’à la fin du xve siècle187, fut abandonnée peu de temps après dans des circonstances et selon des modalités qui nous échappent en l’absence de documentation écrite appropriée et de fouille. Dans tous les cas, les vestiges en disparurent totalement, à tel point que dans les années 1660 un paysan du village voisin de Pietraforte, né avec le siècle, ignorait son emplacement précis et l’étendue de son territoire188.

  • 189 Ibid., f. 45v : « detta Baronia consiste in sei luoghi che più presto si possono chiamare ville che (...)
  • 190 Sur Collalto et sa baronnie à l’époque moderne, voir P. Delogu, Lineamenti della storia, p. 14-22.

77L’abandon des villae de Sant’Agnese et du Cervia se situe dans un contexte général de crise dont les établissements les plus petits – « luoghi piccoli et alcuni senza muri » selon la déclaration de Giacomo Antonio Pontignani qui fut gouverneur de la baronnie de Collalto en 1643-1644189 – et les plus mal situés ont peut-être souffert davantage. Sans doute ne faut-il pas surestimer une interprétation de ce genre pour la commodité qu’elle présente. Moins anciennes que les villae de Sant’Agnese et du Cervia, les trois villae de Collegiove, Nespolo et San Lorenzo, qui gravitaient désormais dans l’orbite de Collalto, ont traversé la période sans dommages excessifs, semble-til, puisqu’elles étaient toujours occupées passés les moments les plus difficiles, et le sont encore de nos jours. Ce n’est sans doute pas un hasard si les hameaux qui se sont maintenus sont aussi ceux qui sont entrés dans la dépendance de Collalto dès les xiiie et xive siècles. Peut-être doivent-ils leur survie à cette situation qui leur fut bénéfique au bout du compte : elle leur a permis de partager le destin du village, sorti affaibli sans doute des difficultés des temps, mais auxquelles il a résisté victorieusement190. En revanche, le territoire de Sant’Agnese, dont les liens avec le castrum duquel il dépendait à l’origine s’étaient distendus depuis la fin du xie siècle en dépit des tentatives de Montagliano de les resserrer, était resté isolé sur le versant du mont Croce. De ce fait peut-être, la villa n’était guère en mesure de se défendre contre les agressions diverses, générales dans la dûreté de l’époque et singulières mais mal connues, qui finirent par avoir raison d’elle. La villa du Cervia, enfin, était restée ancrée à Montagliano dont elle partagea le sort malheureux.

B) Le Turano, frontière naturelle, frontière seigneuriale : réorganisation territoriale et remembrement seigneurial au xve siècle

78Commencée au xiiie siècle et poursuivie depuis lors, la formation de seigneuries nouvelles conduisit au réaménagement territorial de la moyenne vallée du Turano selon deux ensembles cohérents, mettant un terme à l’émiettement qui avait prévalu jusqu’alors. Le phénomène supposait la réduction des enclaves qui avaient subsisté ou bien qui avaient été constituées volontairement. D’un côté comme de l’autre, le moyen utilisé pour en venir à bout a consisté, on n’ose pas dire tout simplement, à provoquer l’étouffement progressif des villages qui y étaient situés pour amener leur désertion. Ce n’est pas sans difficultés ni contestations durables, qui empoisonnèrent les xvie-xviiie siècles, que le phénomène arriva à son terme ultime au xixe siècle quand le cadastre de l’État pontifical fixa les confins entre les communautés villagoises rescapées de manière à peu près définitive. Nous y reviendrons pour conclure.

  • 191 Les Colonna mirent trente-deux années à s’approprier Montagliano, de 1339 à 1371. Pour s’implanter (...)

79A la fin du xive siècle, deux lignées, les Colonna de Riofreddo et les seigneurs de Collalto, se partageaient la quasi totalité de la moyenne vallée du Turano, flanquée au nord par la baronnie des Mareri. Leurs possessions, à peu près cohérentes sur le plan territorial, étaient divisées par le Turano qui séparait les terres des Colonna, situées sur la rive gauche, de celles des Collalto, localisées sur la rive droite de la rivière. Deux îlots dérangeaient cette belle ordonnance qui n’avait rien de théorique : Offiano, repeuplé et tenu en fief par les Collalto sur la rive gauche, et Montagliano, dont les Colonna s’étaient rendus maîtres de l’autre côté de la rivière, à deux pas du village concurrent de Collalto. Si elle n’est pas le fruit du hasard, la concomitance de la mainmise des uns sur Montagliano et des autres sur Offiano, selon des modes d’appropriation différents mais conduits avec opiniâtreté191, permet peut-être d’y voir la manifestation de la volonté réciproque de contenir l’expansion des voisins pour ne pas leur abandonner le contrôle sans partage d’un versant de la vallée et de la route qui sinuait au fond. Car l’enjeu véritable était là.

80A partir du dernier tiers du xive siècle, les deux familles allaient s’efforcer, semble-t-il, de réduire le coin enfoncé dans leur territoire tout en cherchant à consolider leur propre établissement au beau milieu des possessions du voisin. L’anéantissement de leurs positions symétriques fut le résultat de cette politique territoriale paradoxale. Rappelons au lecteur, nous l’avons dit en ouvrant ce chapitre mais peut-être est-il bon de le répéter à ce stade, que l’état de la documentation laisse la part belle à l’hypothèse. A notre connaissance, les sources contemporaines n’infirment pas plus qu’elles ne corroborent la proposition dont les effets, dans tous les cas, sont manifestes sur le terrain. Nous ne sommes pourtant pas totalement démunis. La documentation postérieure à l’abandon de nos sites fournit quelques indices en ce sens. Les litiges qui ont opposé les propriétaires successifs pour la délimitation des confins de leur domination respective à partir du xvie siècle reposent sur une logique territoriale dont l’origine remonte sans doute à la situation créée vers le milieu du xive siècle.

  • 192 ASRieti, Archivio notarile distrettuale di Rieti, NXA1 (1433-1440), notaio Nicola, coté précédemmen (...)
  • 193 ASV, Archivio Borghese, b. 796, charte non cotée du 21/10/1476 pour la vente d’une pièce de terre s (...)

81Dans un premier temps, les Colonna eurent l’avantage. On a vu en effet que le castrum d’Offiano fut déserté de manière définitive par ses habitants dès la première ou la deuxième décennie du xve siècle. Les Collalto se défirent alors du village déserté qui n’est pas mentionné dans le registre où le notaire Nicola, vicaire du baron Ludovico di Collalto dans les années 1433-1440, consigna les revenus tirés des différents villages sur lesquels s’exerçait la juridiction baronniale192. Le castrum dirutum d’Offiano fut peut-être incorporé aux terres des Colonna qui détenaient les villages attenants, à l’exception de Petescia (Turania) possédé par Giacomo Orsini. En dépit de l’abandon du castrum, son finage est encore mentionné de manière autonome en 1476193. La voie était alors ouverte aux chicanes qui opposèrent dès le début du xvie siècle les communautés de Montorio in Valle, de Pietraforte et de Petescia pour l’attribution d’un territoire désormais privé de centre et qui ne furent tranchées de manière définitive qu’au début du xixe siècle.

  • 194 ASRieti, Archivio notarile distrettuale di Rieti, NXA1 (1433-1440) : registre du notaire Nicola cit (...)

82Vers 1435, la juridiction du baron Ludovico di Collalto s’étendait sur les villages et sur les hameaux de Paganico, Collegiove, San Lorenzo, Ricetto, Nespolo et Poggio Cinolfo, tous situés sur le versant oriental de la vallée du Turano, le reste de la baronnie s’étendant jusqu’à la vallée du Salto194. Seul Montagliano, que possédaient encore les Colonna dont la seigneurie s’étendait désormais à peu près sans partage sur l’autre rive, échappait par conséquent à son autorité dans cette portion du territoire.

  • 195 Cf. F. Savio, Rinaldo Orsini di Tagliacozzo ; E.-R. Labande, Rinaldo Orsini, conte di Tagliacozzo ( (...)
  • 196 « Il risultato fu che, in quegli anni, nelle sue mani si raccolse, sommando beni feudali, beni allo (...)
  • 197 Ibid., p. 340-341.
  • 198 On a vu que les Orsini vendirent Montagliano à Francesco di Landolfo Colonna en 1339. Ils cédèrent (...)
  • 199 ASC, Archivio Orsini, II A V, n° 58. Le castrum était alors occupé par Andrea de Montanea et, de ce (...)
  • 200 C. De Cupis, Regesto degli Orsini, p. 343 (1396) et A. Theiner, Codex diplomaticus dominii temporal (...)
  • 201 ASC, Archivio Orsini, II A X, n° 31 ; cf. F. Allegrezza, Organizzazione del potere e dinamiche fami (...)
  • 202 Sur les conséquences du pontificat de Martin V sur le patrimoine de la famille, cf. R. Lanciani, Il (...)
  • 203 F. Gregorovius, Storia di Roma nel medioevo, liv. XIII, chap. 1, vol. 5, p. 21-41. Voir aussi E. Du (...)
  • 204 ASC, Archivio Orsini, II A XVII, n° 28 ; voir aussi O. Amore, Per una storia della valle del Licenz (...)
  • 205 ASC, Archivio Orsini, II A XV, n° 29. Pour la présence de la plupart des villages de la région (Val (...)

83La position des Colonna dans la vallée du Turano était donc assise solidement dans le premier tiers du xve siècle. En apparence du moins et pour peu de temps encore. En réalité, elle était menacée par leurs rivaux dans la région, les Orsini de Tagliacozzo, dont la puissance s’était accrue considérablement dans la seconde moitié du xive siècle. La profonde restructuration patrimoniale que réalisèrent à leur profit Orso di Giacomo et surtout son fils le fameux condottiere Rinaldo Orsini, lequel avait reçu en 1380 de la reine Jeanne Ière le comté de Tagliacozzo créé pour l’occasion, avait porté à l’unification des terres familiales situées dans les Marses et dans les vallées de l’Aniene et du Licenza195. Selon Franca Allegrezza, qui est l’historienne la plus récente de la famille, l’œuvre de Rinaldo Orsini de Tagliacozzo avait abouti à la « plus vaste concentration de pouvoirs entre Latium, Ombrie et Abruzzes jamais réunie dans les mains d’un seul seigneur »196. L’assassinat de Rinaldo à L’Aquila en 1390 ne détruisit pas l’édifice qu’il avait bâti. Son neveu et héritier Giacomo, fils de Giovanni Orsini de Licenza, puis, après sa mort survenue en 1434, ses deux fils Rinaldo et Giovanni Antonio poursuivirent la politique territoriale ambitieuse de leur oncle et grand’oncle197. La présence des Colonna en limitait pourtant la portée. En effet, les terres sur lesquelles les Colonna de Riofreddo avaient établi leur domination le long des vallées du Licenza, de l’Aniene et du Turano dans le courant du xive siècle étaient situées au beau milieu des possessions des comtes de Tagliacozzo ou dans leur voisinage immédiat. Dès la seconde moitié du xive siècle, les Orsini entreprirent de pénétrer dans l’aire soumise aux Colonna et élargirent leur expansion dans la vallée après l’échec des tentatives de la première moitié du siècle198. En 1361, Isabella Savelli, veuve d’Orso di Giacomo Orsini, mère et tutrice de Rinaldo, acquit le castrum de Celle (Carsoli) des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem199. Dès avant la fin du xive siècle, son petit-fils Giacomo di Giovanni possédait Petescia, auquel le pape Boniface IX accorda plusieurs réductions de l’impôt du « sale e focatico » ; sa sœur Maria y était propriétaire d’un moulin sur le rio di Petescia, qu’elle vendit du reste au comte Nicola Mareri en 1413200. En 1401, Giacomo obtint par échange Pozzaglia de Nicola Colonna201. L’expansion territoriale des comtes de Tagliacozzo menaçait à terme la présence des Colonna dans la région. L’accession au pontificat d’Oddone Colonna (Martin V, 1417-1431), dont la famille connut alors son apogée, eut certainement, entre autres conséquences, celle de retarder l’entreprise si bien commencée par les Orsini202. La mort de Martin V en 1431 marqua une rupture radicale, dramatique, pour les Colonna, dont les répercussions ne se firent pas attendre dans la région examinée ici. Un lustre suffit à réduire à néant la politique territoriale conduite avec ténacité dans la vallée du Turano. Dès son élection, le vénitien Eugène IV (1431-1447) ouvrit les hostilités contre la famille de son prédécesseur pour asseoir son autorité sur Rome et sur la région. Le coup décisif fut porté en 1436 contre les Colonna, excommuniés à plusieurs reprises, combattus de toutes parts. Cette année-là, le patriarche Giovanni Vitelleschi, archevêque de Florence, bras armé du pape pour restaurer la paix à Rome et dans le Latium, décida d’en finir avec la famille : le 2 juin il mit le siège devant Palestrina, obtint sa capitulation le 18 août et ordonna son démantèlement au mois de mars de l’année suivante. A ce désastre sans précédent depuis le pontificat de Boniface VIII, que même le tribun Cola di Rienzo n’avait pu obtenir, s’ajoutèrent les luttes fratricides qui opposèrent plusieurs membres de la famille et dont témoigne en particulier l’assassinat de Ludovico par son cousin Giovanni Andrea, du rameau de Riofreddo, le 12 octobre 1436203. Six mois plus tard, les Colonna affaiblis abandonnèrent à Rinaldo et à Giovanni Antonio Orsini, comtes de Tagliacozzo, la totalité de leurs biens situés dans les vallées de l’Aniene, du Licenza et du Turano. Le 19 avril 1437, Giacomo Rainolfo et Giovanni Andrea Colonna renoncèrent aux droits qu’ils détenaient encore sur Pozzaglia et Montorio in Valle et, le lendemain, leur louèrent pour vingt-cinq ans Rovianello, Roviano, Riofreddo, Castel del Lago, Portica, Vallinfreda et Montagliano204. Les Orsini ne s’arrêtèrent pas en si bon chemin. L’année suivante, Giovanni Antonio obtenait de Giovanni Paolo Mareri la moitié de Castelvecchio, Rigatti et Pietrabalda205. Désormais propriétaires de la plupart des villages de la vallée hormis ceux qui dépendaient de la baronnie de Collalto, les Orsini avaient porté à son terme la politique territoriale entreprise par la famille dans la région depuis le milieu du xive siècle.

  • 206 En 1444, Giovanni Antonio Orsini donne ainsi son consentement à la vente d’une terre située dans le (...)
  • 207 ASV, Archivio Borghese, b. 796, parchemin non coté du 17/06/1453 : vente de terres sises dans les p (...)
  • 208 ASRieti, Archivio storico del comune di Rieti, Introitus et exitus, reg. 324, f. 6v et 15 v pour Fr (...)
  • 209 Archivio di Farfa, AI, n° 12 (1372) pour la donation en 1372 par Angelictus Capitonus de Montaliano (...)
  • 210 Voir dans ce chapitre le paragraphe I/B/2.
  • 211 Voir par exemple Archivio di Farfa, AI, perg. n° 96 pour la vente en 1566 d’une terre sise in terri (...)

84Il est temps de revenir à Montagliano, le seul de nos quatre sites qui soit encore occupé au début du deuxième tiers du xve siècle. Privé d’une bonne partie de son territoire incorporée par Collalto, le village sur le déclin n’était pas abandonné pour autant. Dans les années qui suivirent la cession de Montagliano, les Orsini exercèrent effectivement leurs prérogatives seigneuriales sur le castrum, dont on connaît alors plusieurs habitants, quelques maisons voire une boutique206 ; un notaire y instrumente au milieu du siècle207 ; quelques marchands opèrent encore à Rieti et jusqu’à Rome mais le déclin de l’activité économique de Montagliano est manifeste quand on la compare à celle des villages voisins plus actifs sur les marchés réatin et romain208 ; l’universitas du village acquitte encore ses impôts du sel et du fouage, on l’a vu, dans les années 1440 et de 1458 à 1469. La désertion de Montagliano fut un phénomène progressif qui dura près d’un siècle avant d’arriver à son terme final. Dès la fin du xive siècle et tout au long du siècle suivant, les villageois vendirent tour à tour leurs terres sises dans le finage du castrum à des habitants de Collalto ou à ceux des villae voisines de Collegiove et de San Lorenzo qui gravitaient dans son sillage et où ils se transférèrent lentement209. En 1480-1481, Montagliano figure désormais parmi les terres des Orsini qui n’ont pas pris de sel210. Les sources archéologiques et documentaires s’accordent pour dater la désertion définitive du castrum vers la fin du xve siècle. Le processus arriva à son terme ultime dans le courant du xvie siècle quand le finage du castrum dirutum de Montagliano fut incorporé dans la baronnie de Collalto211. Après plus de deux siècles de concurrence entre les deux villages, Collalto avait réduit Montagliano à l’abandon et était arrivé à ses fins.

***

Conclusion : La mémoire des lieux : Les villages désertés de la fin du Moyen Âge et la question des confins entre les communautés villageoises à l’époque moderne

  • 212 Voir à ce sujet R. Lorenzetti, Il territorio di carta. La Sabina, p. 85-90 ; Id., Le raffigurazioni (...)

85Il n’est pas question d’ouvrir ici les dossiers des procès innombrables qui opposèrent les communautés villageoises pour la délimitation de leurs confins respectifs du xvie jusqu’au xixe siècle. La question révèle toutefois l’acuité du problème posé par les désertions de la fin du Moyen Âge et la compétition à laquelle se livrèrent les villages qui avaient survécu pour s’approprier les finages des castra abandonnés. Le sujet n’est pas sans intérêt pour l’archéologue et l’historien du territoire : les pièces innombrables rassemblées dans des dossiers volumineux ont permis souvent d’identifier les sites disparus et de les localiser avec précision sur le terrain. Les litiges immémoriaux entre communautés villageoises, que l’établissement et l’entrée en vigueur du cadastre de l’État pontifical au début du xixe siècle ravivèrent en dépit de la volonté d’instaurer une organisation territoriale rigide212, ont en outre laissé des traces très vives dans la mémoire collective des hommes qui défendent avec ardeur leurs droits, légitimes ou prétendus, sur telle portion du territoire. A ces dossiers modernes, qui contiennent parfois des copies de documents médiévaux disparus, s’ajoutent les actes des visites pastorales riches d’enseignement sur l’histoire des communautés visitées par l’évêque.

  • 213 Voir notamment ASV, Archivio Borghese, b. 796, pièce non cotée du 10/01/ 1516 pour la vente d’unum (...)
  • 214 Une carte du xviie siècle qui mentionne « San Giovanni de Montigliano, vuol dire de Castiglione », (...)

86Les quatre sites qui ont retenu notre attention ont donc tous été abandonnés, l’un au xiie siècle, les trois autres au xve siècle. Castiglione, qui n’avait jamais formé un village au temps de son occupation, dépendait de Montagliano. La situation perdura après l’abandon du château, du moins tant que Montagliano était encore en vie : le lieu-dit « Castiglioni » était inclus dans son territoire au début du xvie siècle encore213. Après l’abandon de Montagliano dont les habitants se transférèrent en particulier dans les villae de Collegiove et de Nespolo, quelques maisons furent bâties au pied de la colline de Castiglione, dont la mémoire du toponyme s’est conservée jusqu’à nos jours, ainsi qu’une église, San Nicola, qui reprit la dédicace d’une église de Montagliano : le nom de « casali di Montagliano », encore mentionné sur la carte de l’Istituto Geografico Militare, fut alors donné à ce nouvel habitat ouvert, qui porta indifféremment les deux toponymes214.

  • 215 P. Delogu, Lineamenti della storia, p. 17.
  • 216 Nombreux dossiers : ASV, Archivio Borghese, b. 282 (Collalto), b. 793-797 (Petescia), b. 798 (Pietr (...)

87L’annexion du territoire de Montagliano par Collalto ne se déroula pas sans problèmes. Tout au long des xvie et xviie siècles, les villages voisins de Petescia et de Pietraforte revendiquèrent avec ténacité des terrains situés sur la rive droite du Turano au pied du castrum déserté tandis que le prince Marc’Antonio Borghese, qui possédait Petescia, tentait pour sa part d’acquérir la baronnie de Collalto en 1641. Mais ce fut le cardinal Francesco Barberini, neveu du pape Urbain VIII, qui l’emporta215. Des litiges incessants, au cours desquels de nombreux témoins furent interrogés et plusieurs cartes levées par des arpenteurs, opposèrent les deux versants de la vallée pendant plus de deux siècles (pl. I-II). Au bout du compte, la définition des confins de la baronnie de Collalto, qui jouxtait le territoire de Petescia et de Pietraforte depuis la désertion de Montagliano, reconnut, en partie du moins, les revendications des deux villages dont le territoire s’étendit de l’autre côté de la rivière jusqu’à la voie qui serpentait au fond de la vallée216.

  • 217 ASV, Archivio Borghese, b. 797, n° 1 pour la sentence de 1544 et ibid., b. 793, n° 3, b. 796 et b. (...)
  • 218 ASRoma, Congregazione del Buon Governo, II, b. 3470.

88De manière identique, l’abandon d’Offiano et celui de la villa de Sant’Agnese furent la cause des difficultés qui surgirent entre les villages de Montorio, Pietraforte, Petescia et Vivaro pour la délimitation de leurs confins respectifs. La désertion d’Offiano opposa la communauté de Pietraforte à celle de Petescia pour l’appropriation du territoire d’un village désormais vidé de ses habitants : en 1544, une sentence du juge Giannantonio Orsini y mit terme, provisoirement tout du moins, qui attribua à chaque communauté une part du finage privé de son centre. Les ruines d’Offiano relevèrent de Pietraforte dont elles suivirent dès lors les destinées. La querelle resurgit en 1665 : à cette occasion fut dressée une carte des confins entre Pietraforte et Petescia qui indique notamment l’emplacement d’Offiano castel diruto217. Une autre carte, levée par le géomètre Alessandro Ricci en 1814-1815 pour mettre fin aux litiges pluriséculaires qui divisaient les communautés de Montorio in Valle, de Petescia et de Vivaro, localise Offiano diruto, avec ses édifices en ruines, sur la colline qui regarde Petescia, sur l’autre rive du rio homonyme218 (pl. XVII).

  • 219 Ibid. : Totum et integrum tenimentum, terras, res et bona ac iurisditionem villarum Sancte Agnetis (...)
  • 220 ASRoma, Benedettini di S. Maria di Farfa, b. 1, n° 3, f° 121r : Communitas Montorii in Sabinis tene (...)
  • 221 Voir la visite pastorale du diocèse de Sabine du cardinal Andrea Corsini, évêque de Sabine, en 1781 (...)
  • 222 Cf. ASRoma, Congregazione del Buon Governo, II, b. 2868 (Montorio in Valle) et b. 3470 (Petescia).

89Après une lacune dans la documentation écrite de deux siècles, on retrouve mention de la villa de Sant’Agnese le 22 mai 1578 quand, renouvelant une concession de 1505, le cardinal Alexandre Farnèse, abbé commendataire de Farfa, céda en emphytéose à la communauté de Montorio la totalité du territoire de la villa, désormais abandonnée, contre le versement d’un cens annuel de deux livres de cire219. Un terrier des biens de l’abbaye confirma la concession en 1645220. Abandonnée, l’église était en ruines au début du xviie siècle et le bénéfice fut transféré dans une chapelle de l’église paroissiale de Montorio in Valle221. L’annexion de la villa désertée par Montorio, situé sur l’autre rive du rio di Petescia, entraîna la formation d’une enclave sur le mont Croce, coin enfoncé dans les finages des villages de Petescia et de Vivaro. Il s’ensuivit naturellement une série de procès entre les trois communautés, qui s’ouvrit dès le début du xvie siècle pour s’éteindre trois siècles plus tard seulement lorsque, à l’occasion des travaux préparatoires à l’établissement du cadastre de l’état pontifical ordonné par le pape Pie VII et terminé sous Grégoire XVI, la question fut tranchée définitivement en faveur du village de Montorio dont le bon droit fut à nouveau reconnu222. Cette situation subsiste aujourd’hui encore dans la géographie administrative : le territoire de la villa de Sant’Agnese relève de la commune de Pozzaglia à laquelle ont été agrégés Montorio in Valle et son finage. Ajoutons pour finir que les trois siècles de litiges ont marqué à tel point la mémoire collective que les villageois de Montorio défendent avec véhémence, aujourd’hui encore, l’appartenance de Sant’Agnese à leur territoire.

Notes

1 Pour les statuts de San Salvatore Maggiore, établis par les statutarii deputati a communi consilio hominum et massariorum abatie et accordés par l’abbé commendataire Battista Orsini, parvenus dans une copie incomplète, voir ASC, Archivio Orsini, II A XVIII, 54.
Alfio Cortonesi prépare actuellement l’édition critique des statuts de la baronnie des Mareri qui ont fait l’objet d’une édition partielle par P. Sella, Gli statuti feudali del Cicolano (sec. xiii), t, 1, p. 179-200 et Id., Statuti del Cicolano (sec. xiii-xiv), t. 2, p. 863-899. Il leur a consacré également une longue étude, dans laquelle il corrige notamment leur datation, l’attribuant aux années 1394-1400, cf. A. Cortonesi, Ai confini del regno. La signoria dei Mareri sul Cicolano fra xiv e xv secolo, passim et en particulier p. 217-224 pour la description et la datation du corpus.
Sur les statuts latiaux, voir principalement S. Carocci, Baroni di Roma, p. 190-202 ; A. Cortonesi, « Dominatus castri », ordinamento fondiario e prestazioni d’opera nel Lazio dei secoli xiii-xiv, p. 176-182 ; M. Vendittelli, « Domini » e « universitas castri » a Sermoneta nei secoli xiii e xiv, p. 30-41 où on trouvera toutes les indications utiles sur les statuts conservés et la bibliographie à ce sujet ; voir aussi Statuti e ricerca storica, Atti del convegno (Ferentino, 1988).
Pour la situation documentaire de quelques villages de la vallée du Turano voisins de ceux que nous avons retenus, dont les archives sont conservées à l’Archivio di Stato de Rieti, voir en premier lieu Guida generale degli Archivi di Stato italiani, t. III, p. 999-1020. Dix-sept volumes du notaire Domenico Galarsi, qui instrumenta à Castelvecchio (Castel di Tora) de 1438 à 1477 sont ainsi conservés dans le fonds de l’Archivio notarile distrettuale di Rieti qui a été inventorié en 1998 ; le fonds contient également un registre du notaire Nicola qui instrumenta en particulier en tant que vicaire du baron Ludovico de Collalto entre 1433 et 1440 (cf. P. Delogu, Lineamenti della storia, p. 11-12 et ci-dessous le paragraphe II/ B). Aux Archives d’État de Rieti, l’Archivio notarile comunale soppresso di Rocca Sinibalda détient en particulier quatre registres du xve siècle (1427-1503). À notre connaissance, cette documentation n’a pas été encore étudiée en détail, pas uniquement pour la portion de la vallée examinée ici. Sur les sources pour l’histoire locale, voir en particulier C. Carbonetti Vendittelli et S. Carocci, Le fonti per la storia locale : il caso di Tivoli.

2 Les documents ont été édités par A. Pellegrini, Le carte di Casperia (già Aspra), 1099-1349 ; cf. Id., Riccardo di Pietro Iaquinti podestà in Aspra et Id., Il « castrum Capriniani » (1279-1312) ; voir aussi F. Bougard, E. Hubert et G. Noyé, Du village perché au castrum, p. 453-463.

3 Je me dois de rappeler que Jean Coste avait rassemblé les premiers éléments documentaires sur les quatre sites examinés ici en prévision de l’enquête dont il fut l’inspirateur et le co-promoteur mais dont il n’a pu voir le résultat final. Mes amis Sandro Carocci et Tersilio Leggio, que je remercie à nouveau pour leur obligeance et l’intérêt accordé à notre recherche, m’ont indiqué plusieurs documents des derniers siècles du Moyen Âge.

4 A ce sujet, voir notamment J.-M. Pesez, Ricerche e prospettive di lavoro intorno ai villaggi abbandonati (repris en français dans Id., Archéologie du village et de la maison rurale, p. 317-324) ainsi que ses remarques dans J.-M. Pesez (dir.), Brucato, p. 8-10 ; cf. aussi F. Bougard, E. Hubert et G. Noyé, Du village perché au castrum, p. 453-462.

5 Pour la période précédente, voir le chapitre 9, paragraphe II/C. Pour les derniers siècles du Moyen Âge, voir E. Petrucci, Pievi e parrocchie del Lazio nel basso medioevo et Id., Vescovi e cura d’anime nel Lazio. D’une manière générale, voir principalement les contributions de Cinzio Violante, Sistemi organizzativi della cura d’anime tra Medioevo e Rinascimento ; Id., L’organizzazione ecclesiastica per la cura d’anime nell’Italia settentrionale e centrale ; Id., L’organizzazione dello spazio nelle campagne medioevali e le strutture ecclesiastiche di cura d’anime.

6 Voir notamment la carte de la Sabine insérée dans l’ouvrage de Francesco Paolo Sperandio, Sabina sagra e profana, antica e moderna, au point 174. La source correspond à l’actuelle « Fonte Vecchia » située dans un méandre du Turano au pied de Poggio Cinolfo (voir IGM, F° 145 de la Carte d’Italie, III N.O. Collalto Sabino, 1 : 25.000).

7 Sur la géographie diocésaine aux xe-xiiie siècles, voir le chapitre 7, paragraphe I/B/1/b, le chapitre 8, paragraphe I/C et le chapitre 9, paragraphe II/C/1.

8 Pozzaglia, Canemorto (Orvinio), Petescia et Montorio in Valle furent détachés du diocèse de Sabine auquel ils appartenaient depuis le début du xiiie siècle pour être incorporés au diocèse de Tivoli en 1841, cf. F. Bulgarini, Notizie... sulla città di Tivoli, p. 35.

9 Voir le chapitre 9 au paragraphe II/C/1.

10 L’opération eut lieu entre 1182 et 1218 (ibid.).

11 Voir notamment ASC, Archivio Orsini, II A III, n° 58 (24/09/1328) pour la localisation des castra de Portica et de Vallinfreda dans le diocèse de Tivoli ; A. Theiner, Codex diplomaticus dominii Sanctae Sedis, t. III, p. 104, n° 55 (1400) : Petescia est localisé dans le diocèse de Tivoli, avec Vicovaro, S. Polo, Burdella, Scarpa et Percile ; G. Presutti, I Colonna di Riofreddo, 1912 p. 125-126, doc. n° III (1401) : Rioffredo, Montagliano, Vallinfreda et Roviano sont situés dans le diocèse de Tivoli.
Pour les confins occidentaux du diocèse, voir J. Coste, I confini occidentali della diocesi di Tivoli. Voir aussi G. Battelli (éd.), Rationes decimarum Italiae nei secoli xiii e xiv. Latium, p. 33-37.

12 P. Sella (éd.), Rationes decimarum Italiae. Aprutium-Molisium, p. 21-56.

13 Voir le chapitre 9, paragraphes I et II/C.

14 Registrum omnium ecclesiarum dioecesis sabinensis, éd. G. Tomassetti et G. Biasiotti, La diocesi di Sabina, Rome, 1909, p. 63-95. Sur ce registre, voir E. Petrucci, Pievi e parrocchie del Lazio, passim ; voir aussi T. Leggio, Strutture religiose e insediamenti fortificati della Sabina medioevale, p. 77-78 et Id., Tarano nel Medioevo, p. 87-90. Nous n’avons pu consulter la thèse de doctorat de M. L. Mancinelli, Contributo del « Registrum omnium ecclesiarum dioecesis Sabinensis » (1343) alla conoscenza della topografia ecclesiastica della Sabina altomedievale, Université de Rome « La Sapienza », 1993. Aucune information pour nous à ce sujet dans G. Battelli (éd.), Rationes decimarum Italiae nei secoli xiii e xiv. Latium, p. 27-29.

15 BnF, ms. latin 1556, f. 23r-v. Cf. chapitre 9, paragraphe II/C/1. Voir aussi Archivio Capitolare di Rieti, Liber collationum Aecclesiae Reatinae (1340-1344), sans cote, en particulier f. 118v-119r pour la collation en 1342 par le chapitre cathédral de Rieti de l’église San Pietro de Bulgaretta à dom Giacomo di Macchiatimone.

16 Voir le chapitre 9, paragraphe II/C.

17 Registrum omnium ecclesiarum dioecesis Sabinensis, éd. G. Tomassetti et G. Biasiotti, La diocesi di Sabina, p. 85 : Castrum Putealie in quo sunt quatuor ecclesie, scilicet ecclesia sancte Marie de Pistoria que est parrochialis et habet curam animarum, quam tenet unus presbiter rector ; item eclesiam sancti Martini, ecclesiam sancti Nicolay, ecclesiam sancte Crucis que est ruralis, in qua nullus est. In castro Pretevalle sunt due ecclesie, scilicet ecclesia sanctorum Iohannis et Pauli quam tenet unus presbiter. In castro Roche de Salice sunt due ecclesie, scilicet ecclesia sancti Iohannis parrochialis et ecclesia sancti Iacobi. In castro Montorii sunt due ecclesie, scilicet ecclesia sancti Stephani quam tenet unus presbiter... In castro Petesie sunt due ecclesie, scilicet ecclesia sancti Salvatoris et ecclesia sancti Andree... Item accessit et visitavit ecclesiam sancti Petri de castro Vallis Bone que est parrochialis. Voir d’une manière générale E. Petrucci, Pievi e parrocchie del Lazio, p. 920-945.

18 BnF, ms. latin 1556, f. 23r : S. Lucia de Colle Alto consuevit facere cum cappellis I procurationem, sed modo non respondit quia sunt ibi moniales. S. Gregorius de Colle Alto cum cappellis debet mediam procurationem et III corbas grani et III spelte : S. Maria de Nespulo XII prov., S. Andrea de Licepto, S. Maria loci eiusdem, S. Maria de Colle Iovis IX prov. Le registre de 1398 ne mentionne plus la part des dîmes et les sommes dues à l’évêque par S. Gregorio ni par les églises qui dépendaient d’elle : V. Di Flavio, Il registro delle chiese della diocesi di Rieti, p. 82.
Sur la céréaliculture dans la vallée à la fin du Moyen Âge, où dominaient l’épeautre et l’orge, voir A. Cortonesi, Ai confini del Regno, p. 248-251, 254, 296-303. La corba, grand panier d’osier et de rameaux de châtaignier, servait de mesure de capacité pour les céréales, cf. P. Sella, Glossario latino italiano, p. 177 ; S. Battaglia, Grande dizionario della lingua italiana, s.v.

19 Cf. A. R. Staffa, L’assetto territoriale della valle del Salto, p. 256-257.

20 BnF, ms. latin 1556, f. 23r : Ecclesia S. Iohannis de Paganico cum infrascriptis ecclesiis debet mediam procurationem : S. Nicolae debet II corbas grani et II spelte, S. Petro de Vulgarecta debet ut dicitur sol. II annuatim domino episcopo, ecclesia S. Nicolai de Screya debet II corbas grani et tantum spelte (ajout d’une main différente : Ecclesia S. Maria de Paganico est ecclesia per se). En 1398, les choses ont légèrement changé : S. Pietro de Bulgaretta doit trois corbae de froment et trois d’épeautre ; S. Martino de Bulgaretta, qui fait alors son apparition, deux sous ; S. Nicola d’Ascrea ne doit plus qu’une corba de grain et autant d’épeautre : V. Di Flavio, Il registro delle chiese della diocesi di Rieti, p. 83. Voir aussi Archivio Capitolare di Rieti, Liber collationum Aeclesiae Reatinae (1340-1334), f. 118v-119r pour la nomination du recteur de San Pietro de Bulgaretta.

21 ASRoma, collezione delle pergamene, cass. 117, n° 11, f. 6v-7v (éd. E. Hubert, Le « locus qui dicitur Ophiano » et le « castellum de Ophiano » : notes pour l’histoire du site, p. 230).

22 BnF, ms. latin 1556, f. 23r : S. Stephano de Petre Forti cum S. Maria de Ca-sale debet mediam procurationem : ecclesia S. Stephani debet I corbam grani et I spelte ; S. Maria de Casale debet I corbam grani et I spelte. Plus aucune mention de leurs redevances dans le registre de 1398. Sur Santa Maria dei Casali, voir Archivio Vescovile di Rieti, X, 4 (visite Camaiano, 1573), f. 167v : in territorio dicti cas-tri Petre fortis simplex beneficium S. Marie de Casalibus... in qua olim sepeliebantur defunctorum cadavera predicti castri cuius templi fabrica satis antiqua sed indecora. Pour les villages de la vallée du Turano situés dans le territoire du diocèse de Sabine, voir le Registrum omnium ecclesiarum dioecesis Sabinensis, éd. G. Tomassetti et G. Biasiotti cit., p. 84-85.
Sur toutes ces églises et leur état à l’époque moderne, voir aussi Archivio Vescovile di Rieti, X, 2 (Visite Osio, 1560-1561), f. 52 et suiv. ; ibid., X, 3 (Visite Amulio, 1563-1570), f. 109 et suiv. ; ibid., X 4 (Visite Camaiano, 1573-1574), f. 164 et suiv. ; ibid., XII 43 (Visite Marini, 1780-1781), f. 81 et suiv. ; ibid., XII, 45 (Visite Marini, 1784) ; ibid., XII 46 (Visite Marini, 1780-1782), f. 77 et suiv. Pour le diocèse de Sabine, voir les actes des visites du cardinal Andrea Corsini (1766-1786) qui reportent également de nombreux passages des visites de l’évêque Giustiniani (1615), Biblioteca dell’Accademia Nazionale dei Lincei, en particulier les volumes 37 D 9 (Petescia), 37 D 18 (Pozzaglia), 37 E 21 (Montorio), 37 F 3 (Canemorto).

23 Cf. Archivio Capitolare di Rieti, Liber collationum Aecclesiae Reatinae, f. 118r-119r pour la collation le 19 mars 1342 par le chapitre cathédral de l’église paroissiale et du bénéfice de San Pietro de Bulgaretta à dom Giacomo di Macchiatimone, présenté par Giacomo et Oduccio di Collalto (voir aussi P. Delogu, Lineamenti della storia, p. 27). Concédant Offiano en 1364 à Nicola et Giacomo, fils d’Odone di Collalto, l’abbé de Farfa leur cèda également le ius patronatus ecclesiarum dicti castri et pertinentiarum eius si predecessores ipsorum conductorum habuerint dictum ius patronatus in dicto castro et eius pertinentia vel non, AS-Roma, collezione delle pergamene, cass. 117, n° 11, f. 6v-7v (éd. E. Hubert, Le « locus qui dicitur Ophiano » et le « castellum de Ophiano » : notes pour l’histoire du site, p. 228-229).
Dans les églises de sa paroisse, l’abbé de Santa Maria del Piano de Pozzaglia instituait les clercs que lui présentaient les patrons laïcs, les présentait à son tour à l’évêque, lequel les confirmait s’il les jugeait dignes et recevait ensuite leur fidélité : Registrum omnium ecclesiarum dioecesis Sabinensis, éd. G. Tomassetti et G. Biasiotti cit., p. 84-85. Quant à l’abbé de Farfa, il ne disposait pas toujours de l’institution des clercs mais parfois seulement de leur présentation, à Roccabaldesca par exemple : ibid., p. 79-80.
Voir aussi la définition du ius patronatus que donnent les statuts de Petrella Salto à la fin du xive siècle : Item omnes ecclesie et capelle que sunt in dicto castro et territorio eius sunt ipsius domini et ipse dominus est verus patronus et dominus ipsarum ecclesiarum vel cappellarum et potest representare in eis presbiteros, clericos et rectores si et quotiens ecclesie opse vacant, éd. P. Sella, Statuti del Cicolano (sec. xiii-xiv), p. 867-868. Pour le contrôle des structures ecclésiastiques et la détention du ius patronatus par les seigneurs, voir S. Carocci, Baroni di Roma, p. 273.

24 Cf. J. Guiraud, La Badia di Farfa alla fine del secolo decimoterzo et E. Petrucci, Pievi e parrocchie del Lazio, p. 961-974.

25 BnF, ms. latin 1556, f. 25v. Le Monteleone cité parmi les dépendances de Farfa, à l’intérieur duquel se trouvait l’église San Nicola, ne correspond pas à Monteleone Sabino, fondé non loin de l’importante église Santa Vittoria (cf. A. Ferri, Monteleone. La chiesa di Santa Vittoria, p. 76-89 ; E. Parlato et S. Romano, Roma e il Lazio, p. 372-376 et bibliographie p. 508-509), laquelle est mentionnée sous la forme Sancta Victoria de Monteleone avec ses chapelles dépendantes au f. 23v du manuscrit, mais bien à Montagliano (castrum Montis Aliani, Montaliani). Le village avait au moins deux églises, San Silvestro, située sans doute hors les murs et peut-être antérieure à l’« incastellamento », et San Nicola, édifiée à l’intérieur du castrum comme l’atteste le document (cf. J. Coste, Un villaggio abandonato della valle del Turano, p. 13-15). Voir aussi Archivio Vescovile di Rieti, XII, 43 (visite Saverio Marini, 1780-1781), f. 85v ; XII, 46 (visite e memorie, Saverio Marini, 1780-1782), f. 79 sq. en particulier pour l’union de San Giovanni et des églises annexes au diocèse de Rieti sous Benoît XIV.
Aux xviie et xviiie siècles, l’église San Donato, désormais en ruines, est mentionnée dans les actes des visites pastorales des évêques de Sabine : voir Biblioteca dell’Accademia nazionale dei Lincei, ms. 37 D 9 (ex Corsini 2341), p. 12 sq.
L’église détruite de San Martino d’Offiano est mentionnée dans les actes des visites pastorales du diocèse de Rieti à partir du xvie siècle : voir par exemple Archivio Vescovile di Rieti, X, 4 (visite Camaiano, 1573), f. 167v : Simplex beneficium Sancti Martini in dicto territorio (Petre fortis) dirutum et solo fere aequatum.
Sur le territoire de Montagliano au xie siècle, voir le chapitre 8 au paragraphe I.

26 Inscrit dans la liste de 1252, Offiano aurait été ainsi éliminé de la copie faite au xive siècle qui amenda le document originel en d’autres occasions. On observera toutefois que l’abandon du castrum d’Offiano entre la deuxième moitié du xiiie siècle et les décennies centrales du siècle suivant mis en évidence par l’enquête archéologique n’a pas nécessairement entraîné celui de son église San Martino (que la fouille n’a pas retrouvée) et, surtout, la disparition du bénéfice. Un seul exemple pris dans le diocèse voisin : le Registrum omnium ecclesiarum dioecesis Sabinensis de 1343 ne cite pas nommément Caprignano, abandonné depuis le début du siècle, mais mentionne encore la chapelle Sant’Egidio, ancienne église du village, parmi les chapelles dépendant de Santa Maria de Legarano de Aspra, éd. G. Tomassetti et G. Biasiotti cit., p. 67.

27 Le document est inscrit au verso d’une charte de Valva de 843 : In nomine Domini amen. Anno Domini M° CCC° LIX mense iunii die X, frater Sistus prepositus et sacrista ac vicarius per venerabilem patrem dominum Alardum abbatem monasterii Farfensis accedens in Montanis de mandato domini Alardi fecit decimarolos infrascriptos in locis et ecclesiis infrascriptis : in primis fecit decimarolum ad colligendam totam decimam omnium bonorum castri Montis Aliani Martinum de Tobia ; item fecit decimarolum ad colligendam decimam totam de Nesspulo Nicolaum Iohannis Thomei ; item fecit decimarolum in colle de Sancto Mathimium ; item fecit decimarolum in Cervia dompnum Paulum ; item fecit decimarolum in Ofiano Alexandrum ; item fecit decimarolum in Sancto Laurentio Angelicum Capetoni. Quibus precepit et mandavit sup pena excomunicationis et XXVI librarum ut in dictis ecclesiis omnium messium anni presentis una cum misso monasterii suprascripti dividant ipsam decimam monasterio et clericis secundum quod consuetum est aliter non ; et predicta omnia facta sunt de mandato domini abbatis predicti ac etiam omnium clericorum predictorum locorum presentibus ipsis clericis et ho-minibus dictorum locorum et terrarum, en Archivio paleografico italiano, I, pl. 73 et, pour la transcription avec quelques erreurs de lecture, Bullettino dell’Archivio paleografico italiano, 2, 1910, p. 218 ; cf. aussi G. Zanon, Una carta di Valva dell’843, p. 279-283. Pour les dates des abbatiats d’Alardo et de Sisto, cf. I. Schuster, L’imperiale abbazia di Farfa, p. 422.

28 ASRoma, collezione delle pergamene, cass. 117, n° 11, f. 6v-7v (éd. E. Hubert, Le « locus qui dicitur Ophiano » et le « castellum de Ophiano » : notes pour l’histoire du site, p. 229) : reservatis etiam eidem monasterio in dicto castro et eius pertinentiis et districtu iuribus episcopalibus vel quasi et decimis quas exinde idem monasterium habere debet seu actenus habere consuevit. Sur la concession d’Offiano, voir dans ce chapitre le paragraphe II/A/2/b.
L’église Sant’Agnese, désormais abandonnée et en ruines, est décrite dans les visites pastorales des évêques de Sabine aux xviie et xviiie siècles : Biblioteca dell’Accademia nazionale dei Lincei, ms. 37 E 21 (ex Corsini 2375), p. 15 sq.

29 Voir le chapitre 9, paragraphe II/C.

30 Registrum omnium ecclesiarum dioecesis Sabinensis, éd. G. Tomassetti et G. Biasiotti cit., p. 84-85 : monasterium beate Marie de Putealia, quod habet infrascripta loca, castra et ecclesias in parochia sua, de quibus percipit decimationem et mortuariam abbas dicti monasterii, et Episcopus habet et exercet omnia iura episcopalia in dicti monasterio pro decimis, mortuariis et synodaticis omnium ecclesiarum et capellarum istorum castrorum et locorum dat et dare debet Sabinensi Episcopo annuatim soll. XX provisinorum et in blado octo tinas frumenti et octo tinas speltis. Institutionem habet Episcopus sabinensis in ipso monasterio, abbatis ellectionem, conventus visitationem, correctionem et confirmationem et alia iura episcopalia. In ecclesiis vero locorum et castrorum predictorum abbas dicti monasterii ad representationem patronorum instituit clericos et representat ipsos domino Episcopo. Et si ipsos dignos invenerit, confirmet eos et fidelitatem recipiat ab eisdem. Cf. E. Petrucci, Pievi e parrocchie del Lazio, p. 980.

31 Pour les dépendances du monastère au xiiie et au xive siècle, cf. BnF, ms. latin 1556, f. 25v. Au début du xive siècle, l’abbaye avait récupéré sa juridiction sur les castra et les villae qui s’étaient soustraits à San Salvatore en 1282 pour entrer dans l’orbite de Rieti (voir en dernier lieu M. T. Caciorgna, Confini e giurisdizioni tra Stato della Chiesa e Regno, p. 321-322). Après enquête sur les possessions du monastère, leur spoliation et leur occupation par la commune de Rieti, Clément V ordonna leur restitution et rétablit dans ses droits San Salvatore Maggiore dont il confirma l’exemption : Regestum Clementis papae V, ann. V, n° 54495450, p. 124-126 (15/06/1310).
Pour les rapports entre l’évêque de Sabine et San Salvatore Maggiore aux xiiie et xive siècles, voir E. Petrucci, Pievi e parrocchie del Lazio, p. 980-984. Pour la juridiction de San Salvatore Maggiore sur ses terres à la fin du xve siècle, voir les statuts de 1473 environ : ASC, Archivio Orsini, II A XVIII, 54 (en particulier f. 16r pour les dîmes, f. 19v pour les mariages, f. 21v pour les sépultures).
G. Tomassetti et G. Biasiotti, La diocesi di Sabina, p. 58, donnent la liste des terres soumises à la juridiction des abbayes unies de Farfa et de San Salvatore Maggiore en 1685 qui comprend en particulier Casalivieri, Ospanesco, Colle, Col-li et Nespolo in baronia Collis Alti. Cf. aussi I. Schuster, Il monastero imperiale del Salvatore, en particulier p. 432-433 et p. 446-447.

32 Registrum omnium ecclesiarum dioecesis Sabinensis, éd. G. Tomassetti et G. Biasiotti cit., p. 85. Ils versaient le quart des dîmes à l’évêque de Sabine qui exerçait la totalité des droits épiscopaux sur l’église. L’église était en ruines au xvie siècle : Biblioteca dell’Accademia nazionale dei Lincei, ms. 37 D 9 (ex Corsini 2341), p. 16.
Pour le castrum de Celle qu’ils cédèrent à Isabella Savelli, veuve d’Orso Orsini et mère de Rinaldo, en 1361 : ASC, Archivio Orsini, II A V, 58. Les Hospitaliers possédaient un certain nombre d’établissements dans le diocèse de Rieti, en particulier dans la vallée du Salto, cf. BnF, ms. latin 1556, f. 25r ; BAV, cod. Vat. Lat., 10372 (1333), f. 21v-24r (édition critique et commentaire par Dominique Moullot dans sa thèse, Les ordres militaires en Italie à la fin du Moyen Âge) ; V. Di Flavio, Il registro delle chiese della diocesi di Rieti del 1398, ad indicem s.v. « ospedale ».

33 Registrum omnium ecclesiarum dioecesis Sabinensis, éd. G. Tomassetti et G. Biasiotti cit., p. 85. Le prieur de l’église, Fra Giacomo di Giordano, assista en tant que témoin à la concession d’Offiano en 1364 : ASRoma, collezione delle pergamene, cass. 117, n° 11, f. 6v-7v (éd. E. Hubert, Le « locus qui dicitur Ophiano » et le « castellum de Ophiano » : notes pour l’histoire du site, p. 230) ; voir ci-après dans ce chapitre au paragraphe II/A/2. Sur l’église, qui remonte pour le moins au ixe siècle, cf. A. R. Staffa, L’assetto territoriale nella valle del Turano, p. 262-264.

34 Au paragraphe consacré aux moniales, la liste des églises du diocèse de Rieti de 1252, recopiée à la fin du xive siècle, mentionne Collalto à la suite du couvent de San Pietro de Molito, donné en 1228 par Tommaso et Gentile Mareri à leur sœur santa Filippa Mareri (cf. Santa Filippa Mareri e il monastero di Borgo San Pietro ; A. Benvenuti Papi, Donne religiose e francescanesimo nella valle Reatina ; T. Leggio, Profilo biografico di un funzionario di Federico II, p. 129-132) : BnF, ms. latin 1556, f. 23r : S. Lucia de Colle Alto consuevit facere cum cappellis I procurationem sed modo non respondit quia sunt ibi moniales et f. 25r : Moniales habent locum... apud Colle Altum, ibi sunt fratres. Cette dernière précision peut attester la présence permanente aux côtés des clarisses de religieux, susceptibles d’assurer la gestion spirituelle du couvent (cf. G. Barone, Gli ordini mendicanti, p. 358-360 ; T. Leggio, Profilo biografico di un funzionario di Federico II, p. 131). Cependant on ne peut exclure que la précision ait été ajoutée à la mention figurant dans l’original de 1252 par le copiste du xive siècle, qui ne s’est pas privé d’intervenir à d’autres endroits de la liste ; elle attesterait le remplacement des clarisses par des frères dès avant la fin du xive siècle. A la fin du xve siècle, Santa Lucia de Collalto était gouvernée par un abbé, qui provenait au reste de Montagliano : ASV, Archivio Borghese, b. 796, parchemin non coté du 16/09/1493 pour une vente effectuée par venerabilis vir dominus Sebastianus olim de Montagliano et nunc habitator in palatio ecclesie Sancte Lucie de Colle Alto et abbas eiusdem ecclesie.
Sur l’église Santa Lucia de Collalto, voir Archivio Vescovile di Rieti, X, 4 (visite Camaiani, 1573-1574), f. 169r : S. Lucia extra et prope moenia dicti castri Collis Alti in qua sepeliuntur defunctorum cadavera dicti loci ; cf. P. Delogu, Lineamenti della storia, p. 9 et A. R. Staffa, L’assetto territoriale della valle del Salto, p. 260.

35 Quelques exceptions tardives : ASC, Archivio Orsini, II A X n° 31 (1401) pour la localisation de Pozzaglia dans le diocèse de Sabine ; II A XXI n° 67 (1476) pour celle de Collepiccolo (Colle di Tora) et Bulgaretta dans le diocèse de Rieti et pour celle de Rocca Salice et Pietra Balda, détruits, dans le diocèse de Sabine. Ce n’était pas toujours ni partout le cas, même lorsque les actes notariés n’avaient rien à voir avec la juridiction ecclésiastique, par exemple aux confins de la Sabine et du Tiburtin : cf. J. Coste, Description et délimitation de l’espace rural (rééd. en ital. dans Id., Scritti di topografia medievale, p. 31).

36 Ibid., p. 29.

37 Voir ci-après dans ce paragraphe.

38 Cf. M. T. Caciorgna, Confini e giurisdizioni tra Stato della Chiesa e Regno.

39 Voir par exemple ASC, Archivio Orsini, II A III n° 53 (30/05/1326) : castrum Petresicce et castrum Pogii Siginulfi de Aprutina provincia ultra flumen Piscarie ; ibid., II A IV n° 33 (3/09/1339) : castrum Castellionis situm in iustitiarato Aprutii ultra flumen Piscarie in loco qui dicitur Ciculi, localisation que précède parfois la mention in regno Sicilie : ibid., II A IV n° 34 (19/11/1339). Pour la division en 1273 des Abruzzes en deux provinces : citra et ultra flumen Piscarie, voir par exemple G. Vitolo, Il Regno angioino, p. 56.

40 Jean Coste l’avait déjà observé pour la campagne romaine : Description et délimitation de l’espace rural, p. 189-190 (rééd. en italien dans Id., Scritti di topografia medievale, p. 29).
Ce n’est naturellement pas le lieu d’aborder la question complexe de la géographie de l’État pontifical, en particulier dans les régions de confins. La vallée du Turano, à la limite des diocèses de Sabine, de Tivoli, de Rieti, dont une partie était située dans le royaume depuis le milieu du xiie siècle, et des Marses, intégré entièrement au royaume, était en conséquence située aux confins des provinces de Campagna et Marittima, du Duché de Spolète et de la province du comté de Sabine. Le Patrimonium beati Petri in Tuscia, qui apparaît dans les Gesta Innocentii III papae, PL, t. CCXIV, col. XVII-CCXXVIII, chap. XIV, col. XXVIII (a. 1198), fut constitué de manière à peu près définitive à la fin du xiiie siècle et inclut généralement, mais pas toujours et par commission spéciale, la province du comté de Sabine ainsi que Rieti et son district (à la suite de la reconnaissance de la souveraineté pontificale en 1188, voir le chapitre 9, paragraphe I/C) : voir notamment le registre de Rinaldo Malavolti, évêque de Sienne, recteur et capitaine général du Patrimoine de saint Pierre en Tuscie, civitatis quoque Reatine eiusque districtus, composé vers 1298 (BnF, ms. latin 4189, f. 1r-24v ; sur ce registre, cf. P. Fabre, Un registre caméral du cardinal Albornoz en 1364, p. 131 et 176-195 ; Id., Registrum curiae Patrimonii beati Petri in Tuscia, p. 300).
Un exemple de cette géographie mouvante : en 1303, l’évêque d’Anagni, collecteur des décimes pontificales, fut député dans les diocèses de Campagna et Marittima ainsi que dans les diocèses de Tivoli, de Rieti et de Narni et dans les terres de Farfa, Subiaco et San Salvatore Maggiore (G. Battelli, Rationes decimarum Italiae nei secoli xiii e xiv. Latium, doc. n° 5, p. 431-434) ; en 1321 en revanche, le trésorier général du Patrimonium beati Petri in Tuscia opéra également dans le diocèse de Rieti (ibid., doc. n° 7, p. 436-438). Les changements politiques conjoncturels compliquaient encore la situation, voir par exemple la relation que le vicaire du Patrimoine adressa au pape Jean XXII en 1319-1320, quand les guelfes ont été expulsés momentanément de Rieti, M. Antonelli, Una relazione del vicario del Patrimonio a Giovanni XXII, p. 456 : Civitas Reatina. Civitas ista est ultima in Patrimonio versus Regnum, et contendit de Patrimonio esse, et quod non debet Ecclesie nisi in censu annuo XXX librarum antique monete...
Au milieu du xive siècle, les Constitutions d’Albornoz stabilisent la géographie de l’État pontifical et consolident en particulier le rattachement de Rieti à la province du Patrimoine de saint Pierre en Tuscie : cf. P. Sella (éd.), Costituzioni egidiane dell’anno MCCCLVII, par exemple L. IV, r. 17, p. 158 : provincie Patrimonii beati Petri in Tuscia cum civitatibus Reatina, Narnensi, Interampne et communitatibus Sabinensis provincie ; cf. P. Colliva, Il cardinale Albornoz, lo Stato della Chiesa e le « Constitutiones Aegidianae ».
Pour Rieti, voir M. T. Caciorgna, Confini e giurisdizioni tra Stato della Chiesa e Regno. D’une manière générale, voir P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 938-960 ; D. Waley, The Papal State in the Thirteenth Century ; Id., Lo stato papale dal periodo feudale a Martino V, p. 231-320 ; A. Vasina, Il papato avignonese e il governo dello Stato della Chiesa ; J. Guiraud, L’État pontifical après le Grand Schisme ; P. Partner, The Papal State under Martin V, p. 95 et suiv ; M. Ca-ravale, Lo stato pontificio da Martino V a Gregorio XIII, p. 3-138. Présentation claire de la question par A. Sennis, Un territorio da ricomporre, p. 52-57 et par G. Pizzorusso, Una regione virtuale : il Lazio da Martino V a Pio VI, p. 65-70.

41 Ed. M. Michaeli, Memorie storiche della città di Rieti, III, doc. n° XIII : lettre adressée au capitaine du royaume de Sicile citra Farum l’informant de la teneur des missives envoyées à l’abbé de San Salvatore Maggiore et ajoutant : Sane de castris Johannis de Marerio scire te volumus, quia licet sint in Imperio, sub nostrae tamen defensionis praesidio, favore, vel gratia non consistunt, dum regis inimicis adhaerent ; voir aussi chapitre 9, paragraphe III/B et P. Delogu, Lineamenti della storia, p. 13. Sur les Mareri et leurs castra pendant le gouvernement de Charles d’Anjou, voir A. Di Nicola, Il governo dei Mareri a Petrella e nel Cicolano, p. 49-55.

42 Archivio Capitolare di Rieti, arm. IX, fasc. D, n° 2 : ad obligandum generaliter omnia bona dicti domini Bartholomei tam in Regno quam in Imperio posita.

43 ASC, Archivio Orsini, II A VIII n° 2 (26/02/1382) : pro terris, castris, vaxallis, gentibus... complicibus domini Raynaldi et Iohannis de Ursinis tam in Regno quam in Imperio ;... terras sive in Imperio quam in Regno situatas. Sur les conditions de la paix, voir plus loin dans ce paragraphe.

44 Ibid., II A XV n° 29 (23/04/1438) : il s’agit de la donation faite par Giovanni Paolo Mareri à Giovanni Antonio Orsini, comte de Tagliacozzo, et son frère Rinaldo de la moitié de Castelvecchio in districtu Urbis vel in Imperio, du castrum Rigacti positum similiter in Imperio, du castrum Petreballis et de tous les droits afférents in predictis castris et locis ac etiam in aliis castris aut villis Imperii vel alibi ubicumque. Voir aussi l’acte de 1380 qui localise Castelvecchio in Romano Imperio et districto in Valle Torensi, Rigatti et Marcetelli in dominiis Imperii et districto romano et celui de 1394 qui précise pour Rigatti et Marcetelli in territorio Imperii de feudo autem regni quod tenent Lippus germanus eius (de l’évêque de Soana Tommaso di Tuccio Mareri), cités par A. Di Nicola, Il governo dei Mareri a Petrella e nel Cicolano, note 87, p. 61-62.

45 Cf. P. Delogu, Lineamenti della storia, p. 12-13.

46 Voir le chapitre 9, paragraphe I/C et T. Leggio, I conti di Cunio e la Sabina, p. 374.

47 Quelques exemples parmi les plus anciens à notre connaissance : Archivio Capitolare di Rieti, Arm. IX, fasc. D, n° 2 (31/03/1283) : Montalganum quod positum est in contrata Carçoli iuxta castrum Petescie, castrum Collis Alti et alios suos fines ; Archivio Colonna, cass. 17, perg. 139 (28/07/1326) : castrum Montis Aliani positum est in Carsolo ; ibid., perg. 122 (10/11/1338) : castrum Lacus positum est in contrata Carsoli iuxta tenimenta castrorum Cantalupi, Scarpe, Rivifrigidi, Vallisfrigide, Portice et Porcilium (déserté, situé à 3,5 km à l’est de Licenza au lieu « Rovine Morella » : O. Amore et P. Delogu, Insediamenti medievali alle falde dei Lucretili, p. 384-385) ; ASC, Archivio Orsini, II A IV n° 5 (25/02/1331) : castrum Vallis frigide dictum alias Vallafreda positum in Carçolio.
Pour la localisation de Celle (Carsoli) dans le royaume, cf. ASC, Archivio Orsini, II A V n° 58 (29/04/1361) : castrum Cellarum situm in iustitiariatu Aprutii ultra flumen Piscarie, que les Hospitaliers tenaient in feudum nobile immediate et in capite a regali curia avant de le céder à la mère de Rinaldo Orsini.

48 ASR, coll. perg., cass. 117, n° 11, f. 6v-7v du 7/04/1364 (éd. E. Hubert, Le « locus qui dicitur Ophiano » et le « castellum de Ophiano », p. 228) : castrum Offiani positum in Montanis ; ASC, Archivio Orsini, II A XI, n° 49 (8/07/1413) : in parti-bus Montanee... in tenimento Petescie. L’expression était déjà en usage au début du xiie siècle, cf. RF V, p. 319 (= CF II, p. 306) : Erat autem tunc in montanis locis noster primo electus domnus Rainaldus... (voir le chapitre 8 au paragraphe III). En 1359, l’abbé Alardo de Farfa envoya son vicaire Sisto in Montanis pour y organiser la collecte des dîmes dans la vallée du Turano : Archivio paleografico italiano, I, pl. 73 (sur ce document, voir le paragraphe précédent). Les « Montagnes » s’étendaient au moins jusqu’à la vallée du Salto (voir par exemple Archivio di Stato di Rieti, Archivio notarile comunale soppresso di Rocca Sinibalda, 1 (registre du notaire Lippo di Giovanni da Petrella, 1427-1428), f. 2r : Antonutius Macthei de Montanis de castro Marerii).
C’est également le terme qu’utilise à la même époque l’Anonimo Romano lorsqu’il décrit les composantes de l’armée conduite par Cola di Rienzo contre Palestrina et les Colonna en 1354, qui comprenait notamment le « masnate delle communanze intorno e della badia di Farfa, e de Campagna e della Montagna » : Anonimo Romano, Cronica, cap. XXVII, l. 450-452, p. 251. Sur l’événement, qui n’aboutit point, voir E. Duprè Theseider, Roma dal comune di popolo alla signoria pontificia, p. 646-647. Pour une proposition d’identification de l’auteur anonyme de la chronique, voir G. Billanovich, Come nacque un capolavoro : la « Cronica » del non più anonimo romano. La proposition de Giuseppe Billanovich, qui identifie l’anonyme à Bartolomeo di Iacovo da Valmontone, clerc et docteur en médecine à Bologne, familier de l’évêque Ildebrando Conti, qui fut notamment un ami de Pétrarque, ne fait pas l’unanimité, voir R. Delle Donne, Storiografia ed « esperienze storica » nel medioevo : l’Anonimo romano, p. 99-101.

49 Voir d’une manière générale E. Duprè Theseider, Roma dal comune di popolo alla signoria pontificia, p. 21-25 et 43-46 ; voir aussi S. Carocci, Tivoli nel basso medioevo. Società cittadina ed economia agraria, p. 31-32.

50 Cf. L. Scotoni, Definizione geografica della Campagna romana, en part. p. 651-652.

51 Quand Brancaleone soumit Tivoli en 1257, la commune romaine percevait des revenus in iustitiatu Tiburis et Carsoli, in Tiburis et iustitiariatu Carsoli, in Carsolio sive in iustitiaratu Carsoli à la frontière du royaume de Sicile et de l’État pontifical, mentionnés dans les accords de paix entre Rome et Tivoli de 1257 : cf. F. Bartoloni, Codice diplomatico del Senato romano dal MCXLIV al MCCCXLVII, doc. n° 136, p. 218, 219 et 223.
Pour une mention en 1265 de l’extension du territorium Urbis jusqu’à l’actuelle Carsoli au confin du royaume de Sicile, cf. B. Capasso, Historia diplomatica regni Siciliae inde ab anno 1250 ad annum 1266, p. 288, n° 473 : en juillet 1265, Manfred établit le campement de son armée apud Cellas avant de se retirer in confinio territorii Urbis apud Tallacotium.
Sur la frontière du royaume, voir le chapitre précédent (paragraphe I) et pour la localisation de Carsioli sur la via Valeria : S. Gatti et M. T. Onorati, Per una definizione dell’assetto urbano di Carsioli, p. 41 et note 10.

52 Comme pour les autres villes, les statuts de Rome classent la population en fonction du lieu de résidence, selon trois cercles concentriques autour de la l’Urbs (partagée elle-même entre l’espace urbanisé et l’espace extra locum habitatum in Urbe : C. Re, Statuti della città di Roma, L. I, r. 84, p. 54) : les habitantes in Urbe vel extra Urbem infra tria miliaria, les habitantes extra Urbem et in districtu Urbis ultra tria miliaria ab Urbe et les forenses et quicumque alii habitantes extra Urbem et eius districtum (L. II, r. 3, p. 84-85). Seuls les premiers jouissent du privilège de citoyenneté, à la condition toutefois de posséder une maison in Urbe ou une vigne prope Romam per tria miliaria et d’habiter à Rome de manière continue depuis trois ans avec leur famille (L. III, r. 142, p. 274). Les statuts ne fixent pas la limite extérieure du district, qui correspond sans doute aux quarante ou aux soixante milles (les statuts hésitent sur ce point) à l’extérieur desquels devait obligatoirement provenir le sénateur à l’issue de la réforme institutionnelle de 1358 (Lib II, r. 208, p. 195 : nec possit aliquis esse senator Urbis de aliqua terra que sit Urbi propinqua per quadraginta miliaria ; L. III, r. 8, p. 204 : premictitur eligendi senatorem ab Urbe distantem pro LX miliaria) : cf. A. Natale, La Felice Società dei Balestrieri e dei Pavesati a Roma e il governo dei Banderesi dal 1358 al 1408, p. 23. Le premier sénateur « forestiero », le siennois Raimondo dei Tolomei, fut nommé le 31 octobre 1358 : cf. A. Duprè Theseider, Roma dal comune di popolo alla signoria pontificia, p. 661. Sur la limite du district, voir aussi J. Coste, La topografia storica, p. 10-12 ; L. Scotoni, Definizione geografica della Campagna romana, p. 653-654.

53 La division provinciale du districtus Urbis remonte peut-être à Brancaleone ou au plus tard à Charles d’Anjou : cf. A. de Boüard, Le régime politique et les institutions de Rome au Moyen Âge, p. 199-224 : p. 221 et E. Duprè Theseider, Roma dal comune di popolo alla signoria pontificia, p. 241-246 ; G. Tomassetti, La Campagna romana antica, medioevale e moderna, t. I : La Campagna romana in genere, p. 93-95 et 116-131. Synthèse récente de la question par A. Sennis, Un territorio da ricomporre : il Lazio tra i secoli iv e xiv, p. 59-61.

54 Pour une attestation des différentes provinces orientales du district, voir par exemple Le carte di Casperia (già Aspra), éd. par A. Pellegrini, doc. n° 165, p. 372-373 (31/01/1321) pour un mandement adressé par les sénateurs Riccardo Annibaldi et Riccardo di Fortebracchio Orsini universis et singulis communitatibus et scindicis civitatum et castrorum districtus Urbis in Romania abbatia Farfensi, Tiburtino et Carsolio, Sabinia et Collinia. Pour l’intégration de la moyenne vallée du Turano dans la contrée de Carsoli, voir les références citées plus haut aux notes 47 et 51.

55 Cf. A. Natale, La Felice Società dei Balestrieri e dei Pavesati a Roma e il governo dei banderesi dal 1358 al 1408, p. 7-47 ; E. Duprè Theseider, Roma dal comune di popolo alla signoria pontificia, p. 660-665. Sur la milice romaine, cf. P. Egidi, Intorno all’esercito del comune di Roma ; P. Savignoni, A proposito di un documento relativo all’exercitus populi romanae Urbis. Pour les armées communales, voir d’une manière générale A. A. Settia, Comuni in guerra. Armi ed eserciti nell’Italia delle città.

56 Cf. E. Duprè Theseider, Roma dal comune di popolo alla signoria pontificia, p. 560-567 ; voir aussi S. Carocci, Baroni in città. Considerazioni sull’insediamento e i diritti urbani della grande nobiltà ; E. Hubert, Gestion immobilière, propriété dissociée et seigneuries foncières à Rome aux xiiie et xive siècles, p. 197-204. Voir de manière générale G. Fasoli, Ricerche sulla legislazione antimagnatizia in Italia.

57 Castrum Putealee fuit destructum a populo Romano : Annales Reatini, éd. L. Bethmann, p. 267-268. Sur la reprise des opérations dans le district au printemps 1360, voir A. Natale, La Felice Società dei Balestrieri e dei Pavesati, p. 42-43.
Le castrum de Pozzaglia, que les Colonna avaient acquis sans doute après 1278, avait été pris par Boniface VIII en 1297 (Les Registres de Boniface VIII, t. 1, n° 2352 : 14 septembre 1297, déposition des cardinaux Colonna, confiscation et destruction des biens des frères du cardinal Pietro Colonna parmi lesquels sont cités Vivaro et Pozzaglia) et peut-être assigné aux Orsini. Dès 1305-1306, les Colonna l’avaient récupéré : voir la liste présentée par le cardinal Pietro Colonna au pape Clément V pour obtenir réparation des dommages subis, éd. par L. Mohler, Die Kardinäle Jakob und Peter Colonna, p. 218, § 15 : Item castrum Putealie, quod fuit et est ipsius domini Iacobi, fuit per ipsum Bonifacium concessum et donatum inimicis Columpnensium. Et licet postmodum vi armorum recuperatum fuit, ta-men toto tempore persecutoris et etiam ipsius domini Benedicti idem dominus Iacobus de castro ipso fructus aliquos non percepit nec de aliis supradictis castris destructis ; J. Coste, Un memoriale del cardinale Pietro Colonna nel 1305, p. 188 pour la présence de Matteo de Putealia et les siens dans la liste des personnes dont les droits doivent être sauvegardés pour la conclusion de la paix entre les Colonna et les Caetani.
Voir également E. Duprè Theseider, Roma dal comune di popolo alla signoria pontificia, p. 326 ; F. Allegrezza, Organizzazione del potere e dinamiche familiari, p. 57 ; S. Carocci, Baroni di Roma, p. 252 note 19, p. 360, note 35 et p. 361. Sur l’implantation des Colonna dans les vallées du Licenza et du Turano, voir également ci-dessous le paragraphe II/A/1.

58 Voir en particulier C. Klapisch-Zuber et J. Day, Villages désertés en Italie. Esquisse, p. 432-433 et les travaux mentionnés aux notes suivantes. Jean Coste n’a pu mener à bien l’étude globale du district romain qu’il avait entreprise et dans laquelle ce document occupait une place centrale.

59 Giuseppe Tomassetti a donné l’édition de la copie effectuée en 1449 qui figure au début d’un Liber taxarum Camerae Apostolicae conservé à la Biblioteca Comunale de Sienne et dont il date l’original du milieu du xive siècle quand Cola di Rienzo réorganisa en particulier les finances romaines en 1347 : Del sale e focatico del Comune di Roma ne Medio Evo. Sur la réforme financière de Cola di Rienzo, cf. E. Duprè Theseider, Roma dal comune di popolo alla signoria pontificia, p. 553-555.
Jean Coste propose de dater la compilation de la liste au moment de la rédaction des statuts de Rome : Nota sull’uso delle liste del sale e focatico. La présence de Pozzaglia dans la liste (G. Tomassetti, Del sale e focatico, p. 355) laisserait à penser qu’elle fut dressée après le printemps 1360.

60 Voir E. Duprè Theseider, Roma dal comune di popolo alla signoria pontificia, p. 660 et suiv. ; A. Natale, La Felice Società dei Balestrieri e dei Pavesati, p. 1-40.

61 Pour la datation des nouveaux statuts de Rome, voir C. Re, Statuti della città di Roma, p. xxxiii-lx et pour le terminus post quem non au 14 novembre 1360, voir C. Carbonetti Vendittelli, La curia dei « magistri aedificiorum Urbis » nei secoli xiii e xiv e la sua documentazione, p. 15-16.

62 Suburbia territorii et districtus alme Urbis intra centesimum lapidem constituta sunt in VII divisa provinciis, videlicet Tusciam, Colineam, Sabineam, Romagnam et Abbatiam Farfensem, Tyburis et Carseoli, Campaniam et Marittimam : éd. G. Tomassetti, Del sale e focatico del Comune di Roma, p. 349.

63 Et in singulis provinciarum huiusmodi civitates, terre et castra supradicta in quibus Romanus populus habet merum et mixtum imperium ac plenariam iurisdictionem atque camerario dicte Urbis ad infrascripta teneri videlicet annis singulis, hoc est de mense maii, ad Cameram mittere unum sindicum et procuratorem cum sufficienti mandato ad iurandum sequimenta Romano populo prestare in forma consueta..., ibid., p. 349-350. Sur le sequimentum, voir en particulier la définition qu’en donne A. de Boüard, Le régime politique et les institutions de Rome, p. 214, note 2.

64 Aliquas vero civitates, terras atque castra ultra predicta tam ex forma pactorum initorum quam antiqua consuetudine tenentur alia facere. Et primo castrum Montisalti..., ibid., p. 350-352.

65 Civitates, terre et castra districtus Urbis obligata ad sal et focaticum ac ad iura sequimentorum, grasciarie, mensurarum, balistariorum et apodixarum Camere alme Urbis. Et primo in Provincia Tuscie Monsaltus rubra salis L..., ibid., p. 352-357.

66 Officiales alme Urbis Rome et ipsorum salaria... Expense solite in ludis Testacie et Agonis et aliis ut infra patebit... In quibus consistit introitus Camere Urbis. Gabelle... Porte Urbis... Pontes extra Urbem sur lesquels s’arrête la copie inachevée ibid., p. 357-361. Sur l’organisation de la Camera Urbis au début du xve siècle, voir M. L. Lombardo, La Camera Urbis.

67 Pour l’extension du district de Rome jusqu’au quarante et unième mille de l’ancienne via Salaria, au ponte Sambuco, in quo ponte sunt adfines districtus Urbis au moins depuis le milieu du xive siècle, cf. T. Leggio, Momenti della riforma cistercense nella Sabina e nel Reatino, p. 57 ; Id., I conti di Cunio e la Sabina, p. 376 et, sur les modifications du tracé de la via Salaria, Id., Le principali vie di communicazioni della Sabina tiberina.
La bibliographie sur la formation du « contado » et sur les modes de domination de la ville sur son plat-pays est considérable en quantité comme en qualité. On ne citera ici que le beau livre d’Odile Redon, L’espace d’une cité. Sienne et le pays siennois, où on trouvera en outre une bibliographie régionale et générale très nourrie.

68 Quelques exemples seulement relevés au hasard dans les actes des archives communales de Casperia : Le carte di Casperia, doc. n° 58, p. 97-98 (27/05/ 1290) : sentence des sénateurs condamnant à la confiscation de leurs biens plusieurs habitants du castrum de Caprignano coupables d’homicide ; doc. n° 178, p. 400-402 (13/02/1327) : Poncello di Orso Orsini in toto Urbis districtu militie capitaneus generalis absout la commune d’Aspra (actuelle Casperia), réadmise in pacem Urbis, de toutes les sentences prononcées par les magistrats romains contre elle, dans la mesure où elle avait réglé à Filippo Capodiferro, trésorier de la milice romaine, les 12 florins qu’elle devait ainsi que la taille imposée au castrum ; n° 202, p. 454-456 (2/12/1347) : Cola di Rienzo informe les communautés de Tarano, Torri, Aspra, Collevecchio, Stimigliano, Santo Polo et Selci de sa décision de rappeler à Rome nobilem virum Iannoctum Herrici, nostrum potestatem et rectorem in terris vestris.
Pour l’importance et la signification politique de la participation au « Palio » du Carnaval, auquel sont consacrées plusieurs rubriques des statuts de Rome (éd. C. Re, Statuti della città di Roma, L. II, r. 48, p. 109 et L. III, r. 75-85, p. 239-243), voir notamment le traité de paix conclu le 26 février 1382 entre Rome et Giovanni di Giacomo et Rinaldo Orsini, comte de Tagliacozzo, qui stipule en particulier : item quod ipsi dominus Raynaldus et Iohannes in compensationem iniurarum per eos iniuste illatarum contra Romanum populum tribus annis proxime futuris a die publicationis pacis... in festo nativitatis Domini nostri Ihesu Christi teneantur et debeant facere unum palium anno quolibet in termino predicto valore XXV florenorum auri, quod portari debeat per unum eorum procuratorem generalem et venire debeat eques cum dicto palio extenso in una lancea a domibus dictorum domini Raynaldi et Iohannis sitis in Urbe in regione Arenule, cum biffaris ante pulçantibus vel cum aliis instrumentis, et ipsum palium assignare camerarius Camere Urbis qui per tempora erit in scalis Capitolii. Quod palium prima dies mensis ianuarii durante dictis tribus annis portari debeat ad campum Testacie ibique pro honore Romani populi per equos curri debeat prout fit tempore ludi Testacie de aliis paliis, ASC, Archivio Orsini, II A VIII n° 2.
D’une manière générale, voir E. Duprè Theseider, Roma dal comune di popolo alla signoria pontificia, p. 241-246 ; A. Natale, La Felice Società dei Balestrieri e dei Pavesati, p. 34-40, et, en particulier sur les jeux du carnaval, A. Rizzi, Il gioco fra norma laica e proibizione religiosa : l’azione dei predicatori fra Tre e Quattrocento, p. 151-152 ; Ead., Ludus/ludere. Giocare in Italia alla fine del medio evo, p. 47 et 139-140 ; A. Teja, Les fêtes du carnaval romain dans le Moyen Âge et la Renaissance, p. 63-72 et en dernier lieu M. Boiteux, Le feste : cultura del riso e della derisione, p. 296-299.

69 Le traité de paix conclu entre Rome et Giovanni di Giacomo et Rinaldo Orsini, comte de Tagliacozzo le 26 février 1382 imposait en particulier la restitution au monastère St-Paul-hors-les murs du castrum de San Polo après quoi ponantur in dicta roccha bandiere Romani populi, Sancti Pauli et Societatis balistariorum et pavesatorum Urbis : ASC, Archivio Orsini, II A VIII n° 2.

70 Pour les villages de la région soumis à la domination de Rome vers 1360, cf. G. Tomassetti, Del sale e focatico, p. 355-356.

71 Avancée extrême le long de la via Valeria et dans ses alentours immédiats : Arsoli, Riofreddo et Vallinfreda. Au sud de la voie, les villages de la vallée de l’Aniene sont soumis à l’autorité communale qui s’étendait en direction du confin jusqu’à Cervara. Au nord de la voie et le long de la frontière, on ignore si Nespolo et Ricetto dépendaient du district, la liste ne mentionnant pas, ou très rarement, les habitats secondaires : voir ci-après.

72 Ainsi que les villages situés entre les deux vallées : Portica, Castrum Sinibaldi, Pozzaglia, Pietra Balda et Rocca Salice.

73 G. Tomassetti, Del sale e focatico, p. 355. Les de Romagnia avaient acquis Belmonte par échange contre Portica et Vallinfreda en 1328 (ASC, Archivio Orsini, II A III n° 58), et possédaient Rocca Sinibalda que les Mareri obtinrent dans la deuxième moitié du xive siècle, cf. A. Cortonesi, Ai confini del Regno, p. 224 ; T. Leggio, Strutture religiose e insediamenti fortificati della Sabina medioevale, p. 83. Sur les de Romania, voir Id., I conti di Cunio, p. 376 et S. Carocci, Baroni di Roma (voir à l’index).

74 Bulgaretta et Paganico sont qualifiés de villae dans la liste (G. Tomassetti, Del Sale e focatico, p. 355-356) alors que tous les documents contemporains leur donnent l’appellation de castrum.

75 Voir les exemples de Turricella cum villis et de Fara cum villis dans la province voisine de Romagnia et Abbatia Farfensis : ibid., p. 354-355.

76 Cf. A. Natale, La Felice Società dei Balestrieri e dei Pavesati, p. 47, 64, 88, 90, 140-148, doc. n° XXVIII-XXXVIII ; voir aussi E. Duprè Theseider, Roma dal comune di popolo alla signoria pontificia, p. 666 ; M. Michaeli, Memorie storiche della città di Rieti, vol. III, p. 95, 99-100. Rieti et les villages de son « contado » ne furent pas soumis pour autant au versement des impôts du sal et focaticum à la commune de Rome.

77 G. Coletti, Comunicazioni dell’Archivio storico comunale di Roma, doc. n° X, p. 543-545 : debeatis facere plenam fidem... de quibuscunque quantitatibus pecuniarum et florenorum per vos... solutis et pacatis dicto Petro Macthutii olim Conservatori prefato vel alteri de eius voluntate et mandato vigore inposite vobis facte per Romanum populum pro subsidio gentium armorum dicti Romani populi. Voir aussi A. Natale, La felice società dei balestrieri e dei pavesati, p. 107-108. Collepiccolo est alors qualifié de castrum, comme dans les actes de la pratique, voir par exemple ASC, Archivio Orsini, II A XV n° 29 (1440).

78 Mirandella et Magnalardo dépendaient de San Salvatore Maggiore (voir notamment Regestum Clementis papae V, 5ème année, n° 5450, p. 125-126, 1310) ; Castelvecchio des Mareri, on l’a vu. Quant à Ascrea, il appartint peut-être aux Collalto jusqu’en 1439-1440, mais ce n’est pas certain (cf. P. Delogu, Lineamenti della storia, p. 12-13) ; les Mareri le possédaient dans la deuxième moitié du xve siècle : C. De Cupis, Regesto degli Orsini, p. 666-667.

79 Posta, Roccasinibalda et Belmonte relevaient de la province de Romagna et de l’abbaye de Farfa tandis que la vallée dépendait en amont de la province de Tivoli et de Carsoli : G. Tomassetti, Del sale e focatico, p. 354-356.

80 La liste des castra censuaria comitatus civitatis Tiburis, auxquels il n’est pas fait mention dans les statuts de Tivoli de 1305, se trouve à la fin du premier livre des statuts de 1386 (qui inclut également des ajouts successifs) : elle comprend Scarpa et castrum Laci pour 5 l., Roviano et Rovianello pour 5 l., Arsoli pour 9 l. et 10 s., Vallinfreda et Portica pour 5 l., Vivaro, Petescia et Montorio pour 5 l., Canemorto et Castrum Siniballi pour 5 l., Collalto pour 8 l., Bulgaretta, Pietraforte, Offiano et Ascrea pour 6 l., Pietra Balda et Rocca Salce pour 6 l. : cf. V. Pacifici (éd.), Il Codice diplomatico di Tivoli di Antonio di Simone Petrarca, p. 123-124 ; voir aussi Id., Estensione e limiti della provincia di Tivoli et surtout S. Carocci, Tivoli nel basso Medioevo, p. 32-33.
Selon Giovanni Maria Zappi, qui écrivait dans la seconde moitié du xvie siècle, des raisons d’ordre économique ne furent pas étrangères à l’expansion de Tivoli dans la région, qui aurait imposé aux villages l’obligation de s’approvisionner au marché citadin hebdomadaire : Annali e memorie di Tivoli, éd. V. Pacifici, p. 9, cité par O. Amore, Per una storia della valle del Licenza nel Medio Evo, p. 233-234 et note 60.

81 Voir G. Tomassetti, Del sale e focatico del comune di Roma nel Medio Evo ; G. Pardi, La popolazione del Distretto di Roma sui primordi del Quattrocento (le seul qui ait tenté de chiffrer la population à partir de ces sources) ; K. J. Beloch, Storia della popolazione d’Italia, p. 205-220 ; C. Klapisch-Zuber et J. Day, Villages désertés en Italie. Esquisse, p. 432-457.

82 Voir principalement S. Carocci, Tivoli nel basso medioevo, p. 186-190 ; J. Coste, Nota sull’uso delle liste del sale e focatico ; L. Palermo, Mercati del grano a Roma tra Medioevo e Rinascimento, vol. I : Il mercato distrettuale del grano in età comunale, en particulier p. 63-70 et 82-92 ; M. Vendittelli, La famiglia Curtabraca. Contributo alla storia della nobiltà romana del Duecento, p. 252-253.

83 Pour la réorganisation des finances romaines entreprise par Cola di Rienzo, cf. Anonimo romano, Cronica, éd. par G. Porta, chap. XVIII, p. 152, 155 et 169 ; voir E. Dupré Theseider, Roma dal comune di popolo alla signoria pontificia, p. 553-555.

84 Le détail des impôts perçus par la commune romaine, leur ratio, la date des imposite perçues par les commissarii et antepositi super exactione salis et focatici figurent en prologue de la transcription effectuée en 1449 de la liste de base de 1360, éditée par G. Tomassetti, Del sale e focatico, p. 349-350.

85 G. Tomassetti, Del sale e focatico, p. 349 et p. 352 : civitates, terre et castra supradicta in quibus Romanus populus habet merum et mixtum imperium ac plenariam iurisdictionem... civitates, terre et castra districtus Urbis obligata ad sal et focaticum et ad iura sequimentorum, grasciarie, mensurarum, balistariorum et apodixarum Camere alme Urbis.
L’absence d’un village ne fournit donc pas un indice probant sur son abandon avant 1360 ni même simplement probable en ce sens, comme le pensait Jean Coste, Nota sull’uso delle liste del sale e del focatico, p. 135. Encore faut-il établir, dans la mesure du possible, la réalité des liens qu’il entretenait avec Rome. On verra notamment par comparaison la liste, contemporaine du document communal, des communautés soumises à l’autorité du recteur du Patrimoine de saint Pierre en Tuscie dressée sur ordre du cardinal Albornoz en 1364, cf. P. Fabre, Un registre caméral.

86 C’est notamment le cas pour les villae de Sant’Agnese, du Cervia, de Collegiove, San Lorenzo et de Nespolo qui devaient cependant être imposées avec le castrum duquel elles dépendaient, en l’occurrence Montagliano et Collalto. D’autres villages sont en effet taxés cum villis, par exemple Turricella ou Fara : cf. G. Tomassetti, Del sale e focatico, p. 354-355.

87 Voir le paragraphe précédent.

88 Ce rapport est connu un siècle et demi plus tard. En 1516, une bulle de Léon X mentionne en effet la relation entre la quantité de sel assignée à chaque feu et le nombre de personnes qui le constitue, s’établissant à 25 personnes de plus de 5 ans par rubbio de sel : ut pro qualibet persona maiore 5 annis libre 20 vel pro singulis 5 focularibus rubrum salis I ponderis librarum 500 assignari debeat, citée par K. J. Beloch, Storia della popolazione d’Italia, p. 207. Les indications que donnent les registres conservés du « sale e focatico » pour le xve siècle (voir plus loin) ne permettent pas d’appliquer ce rapport pour la période précédente.
Sur le rubbio romain, d’une capacité de 294,46 l. au début du xixe siècle, voir les remarques d’A. Cortonesi, Le spese in victualibus della domus helemosine Sancti Petri di Roma p. 198 ; Id., Terre e signori nel Lazio medioevale. Un’economia rurale nei secoli xiii-xiv, p. 25-26 ; L. Palermo, Mercati del grano a Roma, p. 157 et suiv. ; M. Vendittelli (éd.), Statuta civitatis Ferentini, p. 19-21.
Pour le problème du feu, on se contentera de renvoyer à M. A. Arnould, Les relevés de feux et Id., Les relevés de feux. Mise à jour.

89 Pour les épidémies de 1348 et 1363, ainsi que pour la famine de 1365, particulièrement meurtrière pour les enfants (fuit mortalitas maxima inter adolescentulos) et provoquée notamment par l’invasion de sauterelles et de grillons qui anéantit toutes les récoltes cette année-là (fuerunt grilli et salippuli qui defractaverunt omnes fructus), voir les notes des Annales Reatini, éd. L. Bethmann, p. 267-268 ; voir aussi T. Leggio, Le fortificazioni di Rieti, p. 18-21 qui utilise la série des listes des morts conservée aux archives capitulaires de la cathédrale de Rieti à partir de 1358 pour analyser l’évolution de la mortalité jusqu’au début du xve siècle.

90 Il n’existe pas de relation stricte entre la quantité de rubbii de sel taxés pour chaque communauté et le nombre des foculares, qui renvoient à des feux fiscaux n’ayant qu’un rapport lointain avec la population réelle. A raison de 4 sous et 4 deniers par feu, le focaticum était payé à la deuxième imposition de l’année (G. Tomassetti, Del sale e focatico, p. 349-350). Les registres des secundae impositae des années 1416 et 1422 (ASRoma, Camera Urbis, reg. 166 et 167) fournissent quelques informations sur les rapports entre les deux éléments qui ne sont pas établis sur une base rigide (le nombre de feux pouvant varier du simple au double pour une même quantité de sel) ; ils ne permettent pas d’évaluer la relation qui a sans doute existé entre les deux unités quand la grille d’imposition a été fixée vers 1360, car les réductions consenties au cas par cas ne s’appliquent pas nécessairement selon des proportions identiques à la taxe du sel et au fouage (voir l’exemple de Montagliano examiné plus loin). Ils n’en donnent pas moins des indications approximatives sur les capacités contributives de chaque communauté comme le montrent les tableaux suivants :
Image 1.jpg
A l’inverse, si l’on opère le classement par rubbii de sel, on obtient le tableau suivant :
Image 2.jpg

91 Pour les conditions politiques et économiques de la région pendant les guerres du schisme, voir notamment D. Waley, Lo stato papale dal periodo feudale a Martino V, p. 305-313 ; A. Esch, Bonifaz IX. und der Kirchenstaat ; P. Partner, The Papal State under Martin V, p. 16-94 ; voir aussi C. Klapisch-Zuber et J. Day, Villages désertés en Italie. Esquisse, p. 432-457 et R. Lanciani, Il patrimonio della famiglia Colonna al tempo di Martino V.

92 Cf. A. Theiner, Codex diplomaticus dominii temporalis Sanctae Sedis, t. III, p.104, n°55 : terre ac castra Vicovarii, Sancti Pauli, Bordelle, Scarpe, Porcilis ac Petescie, Tiburtine diocesis, quas regis et gubernas, que olim consueverint esse focularibus ac gentibus populosa, adeo propter guerrarum turbines ac pestilencias mortiferas sunt foculariorum et habitancium numero diminuta, et incole ac habita-tores in eis ad tam exilem deducti sunt pauperiem, quod ad solucionem oneris seu gabelle salis et focatici eis impositi et taxati, que camere alme Urbis solvere tenebantur annuatim, eorum non sufficiunt facultates quoquomodo. Voir aussi C. De Cupis, Regesto degli Orsini, p. 343 pour une réduction de la taxa salis et focatici déjà accordée en 1396 à Giacomo Orsini pour Vicovaro, San Polo, Burdella, Scarpa et Petescia.

93 G. Presutti, I Colonna di Riofreddo (1912), p. 101-132, doc. n° III, p. 125 126 : dilecti filii universitates Rivifrigidi, Montis Agliani, Vallisfrigidi alias Vallisanfreda, Laci, Rubiani, Tiburtine diocesis, castrorum ad te pleno iure spectantium, adeo propter mortalitatem et guerras que in illis partibus hactenus viguerunt et alias malas dispositiones partium earundem facultatibus destituti et ad paupertatem reducti sunt, quod amplius census quos pro sale et focatico et aliis iuribus camere Urbis annuatim solvere consueverunt nullatenus absque magno eorum incommodo et gravamine solvere sufficiant, pro parte tua nobis fuit humiliter supplicatum, ut tam tibi quam eisdem universitatibus super hoc de alicuius subventionis remedio providere de benegnitate apostolica dignaremur.

94 Cf. M. L. Lombardo, La Camera Urbis. Le fonds, conservé à l’Archivio di Stato di Roma, a fait l’objet d’un inventaire détaillé.

95 Voir principalement M. L. Lombardo, La Camera Urbis et L. Palermo, Mercati del grano a Roma, I, p. 63-70 et 82-92.

96 Voir en dernier lieu M.G. Pastura, Linee di tendenza della fiscalità pontificia, p. 147-151 ; cf. aussi P. Partner, The Papal State under Martin V, p. 143-147 et 168-169 et, sur la salaria de Corneto pour la province du Patrimoine, A. Anzilotti, Cenni sulle finanze del patrimonio di San Pietro in Tuscia nel secolo xv, p. 355-356 et p. 375 et suiv.

97 ASRoma, Camera Urbis, reg. 168, f. 121r (1443).

98 ASRoma, Camera Urbis, reg. 169, f. 23r-26v et f. 57r-59v ; même remarque pour la deuxième imposition de 1449 (ibid., reg. 169, f. 128r-129v), pour les années 1459 (ibid., reg. 172, f. 22r-26r et f. 63r), 1460 (ibid., f. 95r et suiv., f. 129r et suiv.) et 1461 (ibid, reg. 171, f. 59r et suiv. et f. 96r et suiv.).

99 Bulgaretta, castrum Antuni, Offiano, Paganico, Petescia, Pietra Balda, Pietraforte, Portica, Rocca Salice, Vallebona. Les années sont les suivantes : 1416, 1419, 1422, 1443, 1447, 1448, 1449, 1451, 1459, 1460 et 1461.

100 Un exemple parmi d’autres : le représentant de Pozzaglia comparut le 21 mai 1444, jura le sequimentum habituel dû au peuple romain et versa quatre sous pour la production du privilège d’exemption relatif aux deux impositions de 1443 : ASRoma, Camera Urbis, reg. 168, f. 107v. Au reste, l’exemption n’était pas nécessairement étendue à toutes les contributions. Tel castrum, exonéré de la taxe du sel, ne l’était pas forcément pour le focaticum : c’est le cas de Burdella en 1416, exempté des cinq rubbii de sel mais imposé pour quatre feux : ASRoma, Camera Urbis, reg. 166, f. 34v.

101 Voir par exemple ASRoma, Camera Urbis, reg. 180 (1456-1457), f. 27v et 28r : Montorio prélève 3,5 rubbii de sel et Pozzaglia 7 le 1er et le 3 décembre 1456.

102 ASRoma, Camera Urbis, reg. 168, f. 108r et 121r.

103 ASRoma, Camera Urbis, reg. 168, f. 23r.

104 ASRoma, Camera Urbis, reg. 173, f. 192v.

105 ASRoma, Camera Urbis, reg. 166, f. 122v (1419) ; reg. 167, f. 35r et f. 80r (1422).

106 ASRoma, Camera Urbis, reg. 170, f. 29v (1448) ; reg. 171, f. 22v (1451).

107 Voir notamment C. Klapisch-Zuber et J. Day, Villages désertés en Italie, p. 436-437, qui observent la répartition très variable des abandons dans le district : la Tuscia et la Marittima, les plus touchées par la désertion, perdent respectivement 55 % et 45 % de leurs villages attestés dans la liste de base ; suivent la Campagna et la Romagna-Farfa avec des pertes de 30 %, la Collina avec 19 % et enfin la Sabine et la province de Tivoli et de Carsoli avec des pertes de 4 % seulement.

108 Pour des abandons éphémères, outre le cas d’Offiano, voir par exemple l’annotation portée pour le castrum de Palazzolo en Tuscie romaine en 1364 : quod quidem castrum fuit destructum et remansit inhabitatum, et a paucis annis citra incepit habitari per paucos homines..., P. Fabre, Un registre caméral, p. 160. Ce n’est pas le cas des trois villages de Bulgaretta, Paganico et Pietraforte à cette époque.

109 Les erreurs de ce genre étaient pourtant corrigées comme le montre l’exemple de la prima imposita de 1448 où le castrum de Vallinfreda, qui ne paya pas l’impôt cette année-là, a été inscrit comme destructum ; l’indication, qui se rapportait au castrum suivant de Portica, a été cancellée.

110 Voir par exemple ASRoma, Camera Urbis, reg. 191 (sale levato, 1456), f. 61, 124 ; reg. 193 (exitus salis ad grossum, 1468-1469), f. 125, 132.

111 ASC, Archivio Orsini, II A VIII, n°2 : item... ipsi domini Raynaldus et Iohannes... de sale et focatico et servitiis debitis per terras ipsorum non solutis tempore supradicto solvere et emendare promiserunt... Item quod omnia loca et castra dictorum dominorum consueta solvere Camere Urbis sal et focaticum debeant... exceptis illis castris que dirruta vel combusta fuerunt tempore dicte guerre ; que castra non tenantur ad solutionem predictam quousque reponita et rehabitata fuerint, tunc solvere cum teneantur ut prius. Le document distingue les terras sive in Imperio quam in Regno situatas et celles per territoria Urbis et terrarum Romano Populo subiectarum.

112 ASRoma, Camera Urbis, reg. 166, f. 31v et 32r.

113 Ibid., f. 119r.

114 ASRoma, Camera Urbis, reg. 167, f. 75v pour la prima imposita et f. 30v pour la secunda imposita. Vallinfreda paie pour six feux un quart et le couple castrum Siniballi-Canemorto pour quatre feux.

115 ASRoma, Camera Urbis, reg. 173, f. 192v. Montagliano ne figure plus dans les registres du sel et du fouage des années 1496-1499 : ibid., reg, 174.

116 ASRoma, Camera Urbis, reg. 179, f. 35r : Montagliano prélève 6 rubbii de sel pro parte taxe le 18 décembre 1455 ; même quantité en 1456 (reg, 180, f. 33v) ; reg. 193 (exitus salis ad grossum, 1468-1469), f. 128 : Montagliano de levare per ciascun anno sale rugia *** ; le prélèvement effectif n’est pas mentionné en regard.

117 C. Bauer, Studi per la storia delle finanze papali durante il pontificato di Sisto IV, p. 355-356. En 1476, le testament de Pietro di Angelo Orsini mentionne le castrum dirutum Prete Balle ainsi que le castrum dirutum Roche Salcis : ASC, Archivio Orsini, II A XXI, n° 67.

118 Le dépouillement de deux registres de la douane des pâturages montre en particulier la part non négligeable prise vers le milieu du xve siècle par Montorio, Pozzaglia et Vallebona dans l’importation de bétail à Rome avec des troupeaux d’ovins de plusieurs milliers de têtes (3400 en 1452, 2800 en 1464 mais il faudrait quantifier davantage) : ASRoma, Camera Urbis, reg. 152 et reg. 154. Rien pour nous, sinon un peu de laine de qualité médiocre en provenance de Canemorto, dans M. L. Lombardo, Camera Urbis. Dohana minuta Urbis. Liber introitus 1422, p. 37, n° 28. La moyenne vallée du Turano n’apparaît que de façon occasionnelle dans les 7 registres d’introitus et exitus de l’archivio storico del comune di Rieti conservés à l’ASRieti, n° 321 à 327 (années 1433 à 1455 avec de nombreuses lacunes) : à côté de la laine, on relèvera toutefois le développement de la culture du safran, exporté vers le marché réatin.

119 Voir principalement ses ouvrages Mercati del grano a Roma ; Il porto di Roma nel xiv e xv secolo. Strutture socio-economiche e statuti et Sviluppo economico e società preindustriali, p. 283-416, avec tous les renvois utiles à la bibliographie antérieure ; voir aussi J.-Cl. Maire Vigueur, Les pâturages de l’Église et la douane du bétail dans la province du Patrimonio (xive-xve siècles).

120 Les Registres de Boniface VIII, principalement les n° 2352 et 3911-3915. Sur le conflit entre les Colonna et Boniface VIII, cf. E. Duprè Theseider, Roma dal comune di popolo alla signoria pontificia, p. 307-337 et en dernier lieu J. Coste, Boniface VIII en procès, p. 3-69. Sur les Colonna et leurs possessions dans la région et dans le Cicolano voisin, voir S. Carocci, Baroni di Roma, p. 353-369 (avec l’arbre généalogique de la famille) ; J. Coste, I primi Colonna di Genazzano ; G. Presutti, Le origini del castello di Riofreddo ed i Colonna ; Id., I Colonna di Riofreddo ainsi que les « voci » sur les cardinaux et les membres de la famille, dues pour la période à Agostino Paravicini Bagliani, Peter Partner et Daniel Waley, dans le Dizionario biografico degli Italiani, XXVII.

121 J. Coste, Un memoriale del cardinale Pietro Colonna nel 1305 ; L. Mohler, Die Kardinäle Jakob und Peter Colonna, en particulier p. 215-218. Sur les mémoires du cardinal Pietro Colonna développant les accusations contre Boniface VIII en 1306, voir J. Coste, Boniface VIII en procès, p. 244-357.

122 L. Mohler, Die Kardinäle Jakob und Peter Colonna, p. 218 : Item castrum Putealie... postmodum vi armorum recuperatum fuit ; J. Coste, Un memoriale del cardinale Pietro Colonna, p. 188. Sur les de Montanea et les de Ponte feudataires in capite du roi de Sicile, voir le chapitre 9, paragraphe, I/B.

123 J. Guiraud, La Badia di Farfa, p. 281. Montagliano n’est pas mentionné nommément parmi les castra appartenant de plein droit à l’abbaye et occupés par nonnullis potentibus et aliis personis que Benoît XII ordonne à l’administrateur du temporel de l’abbaye Arnaud d’Aubiac de récupérer et de faire garder au nom du pape : Benoît XII (1334-1349), Lettres communes, éd. par J.-M. Vidal, Paris, 1906, t. 2, p. 215, n° 7487 (12/10/1339). Sur l’exercice de la juridiction ecclésiastique de Farfa, voir le paragraphe précédent.

124 Archivio Colonna, cass. 17, parchemin 139 : videlicet totam et integram medietatem castri Montalgiani intus et deforis, cum medietate rocce dicti castri, castellarii, vassallorum et iurisdictionis vassallorum et totius sui tenimenti cum medietate etiam villarum *** et vassallorum in dictis villis existentibus ; que medietas iuncta est pro indiviso cum alia medietate dictorum nobilium fratrum domini Roberti nati domini Tholomei de Castilione prepositi ecclesie Sancti Iohannis de dicto castro et Mei filii quondam dicti domini Tholomei. La vente est faite ad veram et mundam proprietatem perpetuamque hereditatem et ab omni honere census et servitutis seu cuiuslibet alterius honeris exemptam. Le prix de 5 000 florins d’or est versé de la manière suivante : presentialiter et manualiter recepit sexaginta florenos auri et residuum a dictis emptoribus se recepisse et habuisse confessus est. Voir aussi S. Carocci, Baroni di Roma, p. 389, note 13 et p. 397, note 61.
Sur le mot castellarium qui désignait tantôt le noyau central et le plus défendu du castrum, réservé aux domini castri, tantôt un castrum détruit et abandonné, voir M. Vendittelli, La famiglia Curtabraca. Contributo alla storia della nobiltà romana del Duecento, p. 251 et note 213.

125 ASC, Archivio Orsini, II A IV n° 33 pour la vente de Castiglione en 1339 ; II A IV n° 34 pour la vente de la moitié de Torre di Taglio en 1339 ; II A XXXVI, p. 144 pour le compromis conclu entre les Cadenet et les Castiglione en 1340. Voir aussi F. Allegrezza, Potere politico e dinamiche familiari, p. 65 et 67.

126 Archivio Colonna, cass. 17, n° 186 : totum et integrum castrum Montis Aliani ad veram et mundam proprietatem et dominium plenum, turres, palatia, do-mos et roccham eiusdem castri et iurisdictionem et iura vassallorum eiusque castri territorium cum vineis, silvis, olivetis, pratis, pratarinis, stirpariis, montibus, collibus, planis, aquis, aquarum decursibus ad dictum castrum spectantibus. Voir aussi S. Carocci, Baroni di Roma, p. 364.

127 Archivio Colonna, cass. 56, n° 31.

128 Archivio Colonna, cass. 62, n° 24 ; voir aussi les pièces n° 20 (1361), 23 (1366), et cass. 59, n° 20 (1366).

129 ASC, Rogiti notarili, sez. Ia, vol. 649/11 (notaire Paolo Serromani), f. 43r-44r.

130 Sur tout ceci, voir dans ce chapitre le paragraphe I/B/2.

131 Sur le remplacement d’une construction en bois par une maison en pierre dans un secteur périphérique du castrum (S. XI), que l’étude du mobilier céramique permet de dater au milieu du xive siècle environ, voir le chapitre 2 (paragraphe II/C). Sur Genazzano, voir J. Coste, I primi Colonna di Genazzano e i loro castelli, p. 66-67 ; sur le remplacement des constructions en bois par des maisons en pierre dont font état les statuts du castrum, cf. E. Hubert, Considérations sur la propriété immobilière dans les villages du Latium, p. 139-140 et sur les fours à chaux, F. Bougard et E. Hubert, « Nivibus concolor, spongiis levior », p. 58 et 61 ; voir aussi A. Cortonesi, Fornaci e calcare a Roma e nel Lazio nel basso Medioevo, en particulier p. 281.

132 Voir le chapitre 2 (paragraphe II/C) et, sur la morphologie des maisons du village, F. Latini, Morfologia delle case e strutture dell’abitato. Sur la mobilité de la population et les conditions offertes aux nouveaux habitants à la fin du Moyen Âge, cf. E. Hubert, Considérations sur la propriété immobilière dans les villages du Latium, p. 134-138.

133 Sur le développement matériel de Collalto, voir S. Coccia, Gli scavi archeologici nel castello di Collalto Sabino, p. 216-219 et S. Coccia, H. Patterson et A. Vigil-Escalera Guirado, L’indagine archeologica, p. 38-39.

134 Pour la présentation et la critique des pièces du dossier de la baronnie de Collalto (dont certaines ne sont pas exemptes de doutes sur leur authenticité) et de sa situation juridictionnelle spécifique, voir l’analyse de P. Delogu, Lineamenti della storia, p. 11-14. La juridiction impériale éminente s’étendait également sur les castra de Castelvecchio, Rigatti et Marcetelli, localisés in dominiis Imperii et districto Romano dans un acte de 1380, cf. A. Cortonesi, Ai confini del Regno, p. 233-234.

135 Sur l’importance de l’habitat ouvert et le nombre des villae dans la seigneurie voisine des Mareri, établie également entre les vallées du Salto et du Turano, voir A. Cortonesi, Ai confini del Regno, p. 224-232.

136 La liste des églises du diocèse de Rieti mentionne les chapelles Santa Maria et San Sebastiano à Nespolo et Santa Maria à Collegiove : BnF, ms. latin 1556, f. 23v et 25v. Quant à San Lorenzo, elle est connue à partir de l’abbatiat d’Alardo (1355/56-1363) quand Farfa y collectait les dîmes, cf. Archivio Paleografico Italiano, I, pl. 73 cité dans ce chapitre au paragraphe I/A. En l’absence d’enquête archéologique, on ne dispose pas d’élément pour dater la formation des villae correspondantes, naturellement antérieure aux dates de leur première attestation.

137 Au xive siècle, le territoire de Montagliano, autrefois beaucoup plus étendu, confinait désormais avec ceux de Collalto, de Petescia, de Vivaro, de Poggio Cinolfo et du castrum Cellarum : voir notamment Archivio Colonna, cass. 17, n° 186 (1339).

138 Voir notamment Archivio Colonna, cass. 17, n° 139 (1326) pour la vente de la moitié du castrum de Montagliano cum medietate... vassallorum et iurisdictionis vassallorum et totius sui tenimenti cum medietate etiam villarum *** et vassallorum in dictis villis existentibus ou encore cass. 62, perg. 23 (31/08/1366) : castrum Montis Aliani cum rocca et villis eius tenimenti.

139 Voir dans ce chapitre le paragraphe I/A/2. La liste omet Sant’Agnese et San Giovanni in Monte, qui ne devaient pas verser la dîme, ne mentionne pas Collegiove qui dépendait désormais de Collalto mais le toponyme voisin de Collesanto, où l’abbaye détenait l’église San Salvatore, située sur le versant oriental du mont Cervia et bénéfice rural de la villa de San Lorenzo au xvie siècle (Archivio Vescovile di Rieti, X, 3 : Visite Amulio, 1564, f. 109v-113v pour les églises de la région) et cite Offiano sans lui donner le qualificatif de castrum.

140 BnF, ms. latin 1556, f. 23r et 25v. Voir dans ce chapitre le paragraphe I/ A/2.

141 Voir le paragraphe précédent.

142 Archivio di Farfa, parchemin AI 12 : le vente est faite par Angelictus Capitonus de Montaliano habitator ville Sancti Laurentii, lequel avait été chargé par le vicaire de l’abbé Alardo de collecter les dîmes de San Lorenzo ; l’acquéreur, Petrutius Iohannis Andree de villa Sancti Laurentii, verse deux florins pour droit d’entrée en possession des biens en question à magnificus vir Iohannes de Collalto do-minus ville Sancti Laurentii.

143 Voir notamment la vente d’une terre sise dans le territoire de Collegiove en 1412 à laquelle consentit Ludovico di Collalto en 1415 : Archivio di Farfa, parchemin aujourd’hui perdu indiqué dans le régeste des parchemins de Farfa de 1921 (ms. 126, n° 18), également signalé par P. Delogu, Lineamenti della storia, p. 27. L’abbaye de Farfa conserva cependant sa juridiction sur Nespolo, appelé tantôt castrum et tantôt villa au xvie siècle : Archivio Vescovile di Rieti, X, 4 (visite Camaiano, 1573), f. 171r et 172v : parochialis ecclesia sancti Sebastiani in castro Nespule, membrum abbazie Farfensis ; ecclesia sancti Sebastiani ville Nespule. En 1685, la liste des lieux soumis à la juridiction des abbayes unies de Farfa et de San Salvatore Maggiore annexée au synode de Farfa mentionne également Nespolum in baronia Collis Alti : G. Tomassetti et G. Biasiotti, La diocesi di Sabina, p. 58 ; Nespolo dépendait alors de San Salvatore Maggiore : I. Schuster, Il monastero imperiale del Salvatore, p. 447.

144 La possession d’Ascrea par les Collalto n’est pas assurée, les actes relatifs à la vente du castrum par Antonuccio et Vannozza di Oddone Collalto à Cola Mareri en 1440, connus par des copies du xviie siècle, posant des doutes sur leur authenticité : P. Delogu, Lineamenti della storia, p. 12-13 et A. Cortonesi, Ai confini del Regno, p. 234, note 136. Bulgaretta, où les Collalto détenaient le patronage de l’église au xive siècle, n’était plus soumise à leur juridiction dans les années 1435-1440 et appartenait aux Orsini dans la seconde moitié du xve siècle (cf. infra). En revanche, Paganico et Ricetto dépendaient de la baronnie des Collalto avant le milieu du xve siècle.
Bulgaretta et Paganico sont appelés villa dans les registres du « sale e focatico » de la Camera Urbis (voir dans ce chapitre le paragraphe I/B), mais plutôt castrum dans les actes notariés (par exemple ASV, Archivio Borghese, b. 796, actes non cotés du 8/12/1381, 17/06/1453, 21/10/1476, 27/10/1477).

145 Cf. P. Delogu, Lineamenti della storia, p. 27. Rappelons que San Pietro de Bulgaretta et San Nicola d’Ascrea dépendaient de San Giovanni de Paganico tandis que les églises de Ricetto, Sant’Andrea et Santa Maria, dépendaient de San Gregorio de Collalto : BnF, ms. latin 1556, f. 23r et dans ce chapitre le paragraphe I/A/2.

146 Rappelons également qu’à la différence de la plupart des villages de la région désertés aux xive et xve siècles, le site ne présente aucun vestige apparent de bâtiments en pierre à l’exception du noyau fortifié interne, ni de concentration au sol de matériaux provenant de l’éboulis de constructions maçonnées (moellons, tuiles) comme on peut en observer par exemple dans un habitat aussi petit que le hameau de Sant’Agnese. Sans doute faut-il conclure à une large diffusion du bois pour la construction des maisons d’Offiano au xive siècle encore.

147 Cf. G. Tomassetti, Del sale e del focatico, p. 356 et dans ce chapitre le paragraphe I/B/2.

148 Voir dans ce chapitre le paragraphe I/A/2.

149 ASRoma, coll. perg., cass. 117, n° 11 : Liber locationum du notaire Amico Callisto da Bocchignano, 1364-1370, f. 6v-7v (éd. E. Hubert, Le « locus qui dicitur Ophiano » et le « castellum de Ophiano », p. 228-230) : videlicet totum et integrum castrum Offiani cum suo tenimento positum in Montanis iuxta tenimentum Petre Fortis et tenimenta castrorum Montorii, Petescie, Montis Aliani et villarum Sancte Agnetis et Cervie... ; concedens... dictum castrum Offiani cum suis castellario, turri, roccha, edificiis, vassallis seu feudatariis, iuribus et actionibus, usibus et utilitatibus, domibus, plateis, accessibus et egressibus, tenimento, pertinentiis, terris cultis et incultis, silvis, pratis, pascuis, nemoribus, molendinis, aquis aquarumque decursibus, formis, montibus, planitietibus.
Les indices manquent encore pour placer les bénéficiaires de la concession de 1364 dans l’arbre généalogique très incomplet de la famille. Leur père, Oddone, pourrait être identifié à Oduccio qui intervint en 1342 avec son frère Giacomo auprès du chapitre de Rieti pour la nomination du recteur de l’église San Pietro de Bulgaretta. L’écart chronologique interdit de reconnaître en lui Odone di Collalto à qui Charles II d’Anjou ordonna en 1297 de restituer à la Cour les castra et les terres du Cicolano qu’il avait occupés avec Roberto di Collalto, sans doute son frère, Pietro Colonna et les Mareri : cf. P. Delogu, Lineamenti della storia, p. 27.

150 Dominus Systus Dei gratia abbas monasterii Farfensis... locationis et renovationis titulo sine iuris iniuria et preiudicio alieni iuris... locavit, renovavit, dedit et concessit... nobilibus viris Nicolao et Iacobo fratribus et filiis quondam nobilis viri Oddonis de Colle Alto...
Costituens se prefatus dominus abbas nomine precario ipsorum Nicolai et Iacobi dictum castrum et omnia et singula supradicta retinere donec ipsorum ipsi conductores possexionem intraverunt et receperunt corporalem
. Quam accipiendi, intrandi et retinendi eorum propria autoritate liberam potestatem concessit eisdem ad habendum, tenendum, possidendum...

151 Ils sont mentionnés à deux reprises, à propos du ius patronatus sur les églises d’Offiano (si predecessores ipsorum conductorum habuerint dictum ius patronatus) et au sujet des services rendus à l’abbaye par les concessionnaires (pro multis et gratis servitiis a dictis Nicolao et Iacobo et predecessoribus eorum receptis) ; sur ces deux questions, voir également plus loin dans ce paragraphe.

152 Hanc locationem et predicta omnia et singula fecit dictus dominus abbas eisdem Nicolao et Iacobo ut supra recipientibus pro multis et gratis servitiis a dictis Nicolao et Iacobo et predecessoribus eorum receptis et que recipere sperat in futurum.

153 Sur le gouvernement de ces abbés, voir I. Schuster, L’imperiale abbazia di Farfa, p. 334-343. Pour les registres du notaire Amico di Callisto da Bocchignano, cf. ASRieti, Archivio notarile soppresso di Montopoli, prot. 1 (années 1345-1350) ; Archivio di Farfa, ms. AG 311 (années 1359-1362) et AG 317 (1360) ; ASRoma, collezione delle pergamene, cass. 117, n° 11 (années 1364-1370). Sur les archives de Farfa et leur reconstitution, voir T. Leggio, Fonti per la storia bassomedievale di Farfa.

154 Voir le chapitre 9 (paragraphe II/B/2).

155 C’était en effet la règle. Un seul exemple en ce sens : le 23 septembre 1364, l’abbé Sisto loua et renouvela pour trois générations à Angela uxor quondam Gregorii Gentilis de castro Petre vassalli dicti monasterii la concession d’une maison et d’une pièce de terre sis dans le castrum Petre et dans son territoire, bona ad monasterium revoluta morte dicti Gregorii quondam mariti dicte Angeli : ASRoma, coll. perg., cass. 117, n° 11 : Liber locationum du notaire Amico di Callisto da Bocchignano, f. 26r.

156 Voir les différents libri locationum du notaire Amico di Callisto : ASRieti, Archivio notarile soppresso di Montopoli, 1 (1345-1350) ; Archivio di Farfa, ms. AG 311 (Regesto di Alardo, 1359-1362) ; ASRoma, coll. perg., cass. 117, n° 11 (1364-1370) et de son fils Pietro : ASRieti, Archivio notarile soppresso di Montopoli, 2 (1389-1390).

157 Que omnia et singula ipsi Nicolaus et Iacobus esse locatitia dicti monasterii et ad ipsius monasterii ius et proprietatem spectare et pertinere recognoverunt et confexi fuerunt. De ce fait et en raison des autres clauses de garantie qui figurent au contrat, en particulier celles qui concernent la transmission, on ne saurait assimiler cette concession à très long terme à une aliénation pure et simple. Sur cette question, voir C. M. Cipolla. Une crise ignorée. Comment s’est perdue la propriété ecclésastique dans l’Italie du Nord et G. Chittolini, Un problema aperto : la crisi della proprietà ecclesiastica fra Quattro e Cinquecento.

158 Dominus Systus abbas... ad servitium, fidelitatem et vassallagium dicti monasterii... concedit in feudum,,, nobilibus viris Nicolao et Iacobo fratribus et filiis quondam nobilis viri Oddonis de Colle Alto vassallis iuratis suis et dicti monasterii.
Sur les caractères de la féodalité latiale, voir P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 1089-1189 et S. Carocci, Baroni di Roma, en particulier p. 89104 et p. 271-293, ainsi que les observations de D. Waley, La féodalité dans la région romaine dans la 2e moitié du xiiie siècle et au début du xive siècle. Sur la doctrine juridique du contrat féodal, voir d’une manière générale R. Del Gratta, Feudum a fidelitate.
Si on a pu observer l’absence de toute allusion au serment de fidélité du bénéficiaire dans les concessions féodales délivrées par les établissements ecclésiastiques de Rome et du Latium au xiiie et au début du xive siècle (S. Carocci, Baroni di Roma, p. 101), la situation a évolué dans le courant du siècle : la fidelitas et le vassallagium sont désormais mentionnés régulièrement dans les concessions délivrées par Farfa à ses vassaux jurés à partir du milieu du xive siècle. L’évolution, comme on le verra, n’est pas de pure forme.
Dans une autre région, c’est un siècle plus tôt que se produit son apparition à Santa Giulia de Brescia, où le serment de fidélité, rare avant la fin du xiie siècle, devient au contraire la norme au xiiie siècle : cf. F. Menant, Le monastère de S. Giulia et le monde féodal, p. 123.
Sur le mouvement de « reféodalisation » qui se développe au xive et au xve siècle, cf. J.-Cl. Maire Vigueur, Comuni e signorie in Umbria, Marche e Lazio, p. 522-524 et surtout p. 547-582. D’une manière générale, voir G. Chittolini, Signoria rurali e feudi alla fine del Medioevo ; et, parmi ses nombreux travaux sur le sujet, Infeudazione e politica feudale nel ducato visconteo-sforzesco.

159 Concedens... dictum castrum Offiani... cum suis vassallis seu feudatariis... cum iure patronatus ecclesiarum dicti castri seu pertinentiarum eius... ; reservatis etiam eidem monasterio in dicto castro et eius pertinentiis et districtu iuribus episcopalibus vel quasi et decimis quas exinde idem monasterium habere debet seu ac-tenus habere consuevit. Le seigneur détenait généralement le ius patronatus des églises castrales, dont on a vu plus haut l’exercice effectif par les Collalto pour la présentation des recteurs des églises de Bulgaretta et de Paganico ; voir aussi S. Carocci, Baroni di Roma, p. 273 et note. Il arrivait pourtant aux établissements ecclésiastiques de conserver ce droit, comme à Galeria cédé par le monastère SS. Andrea e Saba aux Orsini en 1276 (ibid., p. 98). Sur l’exemption de Farfa, cf. dans ce chapitre, le paragraphe I/B.
Le document ne livre aucun élément sur l’exercice de la juridiction seigneuriale par les Collalto sur les habitants d’Offiano. Nous ignorons également si ces derniers s’étaient dotés d’une organisation communautaire : jamais l’universitas ni son syndic ne sont attestés, à la différence de Montagliano par exemple. Précisons toutefois qu’à notre connaissance en l’état actuel de la recherche, la concession féodale de 1364 est l’unique document conservé des xiiie-xve siècles qui se rapporte directement à Offiano avant son abandon, les autres apparitions du castrum dans les sources contemporaines n’ayant aucune raison de préciser la nature et l’étendue de la juridiction seigneuriale sur le village ni de mentionner son universitas : on ne saurait donc rien en conclure sur ces points majeurs.
Sur le régime seigneurial dans le Latium des derniers siècles médiévaux, voir d’une manière générale S. Carocci, Baroni di Roma, p. 187-293 ; Id., Ricerche e fonti sui poteri signorili nel Lazio meridionale nella prima metà del xiii secolo ; Id., La signoria rurale nel Lazio (secoli xii e xiii) ; A. Cortonesi, Terre e signori nel Lazio medioevale, p. 175-253 ; Id., Ai confini del Regno, p. 217-279 pour l’analyse de la seigneurie des Mareri dans les vallées du Salto et du Turano ; M. Vendittelli, Dal castrum Castiglionis al casale di Torrimpietra. I domini dei Normanni-Alberteschi ; Id., « Domini » e « universitas castri » a Sermoneta nei secoli xiii e xiv ; Id., La famiglia Curtabraca, p. 242-268.

160 Voir dans ce chapitre le paragraphe I/A/2.

161 Nicolao et Iacobo... presentibus et recipientibus et legitime stipulantibus pro se ipsis et eorum et cuiuslibet eorum filiis et nepotibus legitimis masculis ex eis et quolibet ipsorum per directam lineam descendentibus usque in ipsorum Nicolai et Iacobi et cuiuslibet ipsorum tertiam generationem legitimam masculinam finitam et bene completam si filios masculos habuerint ipsi et quilibet ipsorum.
A ce sujet la doctrine qui excluait rigoureusement les fils illégitimes de la succession a évolué à partir de la fin du
xiiie siècle quand on a commencé à envisager la possibilité de transmettre le fief au fils naturel légitimé voire au fils adoptif, cf. C. Re (éd.), Statuti della città di Roma, L. I, r. 97, p. 62-63 ; voir R. Del Gratta, Feudum a fidelitate, p. 49-50 et p. 236-244.

162 Et, si masculos non habuerint et filias feminas habuerint, una filia cuiusvis ipsorum videlicet maior maritata vel maritanda vassallo dicti monasterii in subscripto castro locato succedat et ad eam dictum castrum perveniat donec dicta tertia generatio finiatur.
Les statuts de Rome admettent l’éventualité d’une succession féminine pour les fiefs quae non ratione alicuius officii seu professionis conceduntur : C. Re (éd.), Statuti della città di Roma, L. I, r. 88, p. 56. Cf. R. Del Gratta, Feudum a fidelitate, p. 209-216 pour le rapport entre la succession féminine et l’absence de services militaires personnels. Sur le régime successoral, voir P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 1172-1178 ; S. Carocci, Baroni di Roma, p. 165-175. D’une façon générale, voir P. Cammarosano, Les structures familiales dans les villes de l’Italie communale (également paru en italien, Aspetti delle strutture familiari nelle città dell’Italia comunale) et D. Owen Hughes, Struttura familiare e sistemi di successione ereditaria nei testamenti dell’Europa medievale.

163 Pour un cas similaire, cf. ASRoma, coll. perg., cass. 117, n° 11 (registre du notaire abbatial Amico di Callisto da Bocchignano), f. 28v-29r : le 6 mars 1365, l’abbé Sisto de Farfa loua et renouvela ainsi, ad servitium, fidelitatem et vassallagium, plusieurs biens-fonds sis à Castelnuovo di Farfa et dans son territoire à Cicchus Cangii de Castro Novo vassallo dicti monasterii pro Vanna filia quondam Cole Angelelli et uxore dicti Cicchi ; biens que tenait précédemment quondam dictus Cola pater dicte Vanne.

164 Ad habendum, tenendum, possidendum, utendum, fructandum et usufructandum, vendendum et alienandum et quicquid eisdem conductoribus hac locatione durante placuerit faciendum hiis semper exceptis romano civi, persona potenti, pio vel religioso loco et personis non vassallis dicti monasterii et sub eius dominio non habitantibus et universitate cuiuscumque civitatis seu loci ; quibus ipsi Nicolaus et Iacobus dictum castrum seu eius tenimentum in totum vel in parte non vendere, donare, trasferire seu quovis titulo alienare seu contractum vel quasi contractum facere promiserunt set tantum vassallis dicti monasterii sub eius dominio habitantibus et nulli alii et si contra fecerint cadant a iuribus eorum et dictum castrum cum omni sua pertinentia ad dictum monasterium libere revolvatur.

165 ASRoma, coll. perg., cass. 117, n° 11, f. 16v-17r : le 22 mai 1364, l’abbé Sisto loua et renouvela ad servitium, fidelitatem et vassallagium à Paulictus Silvestri de Podio Sancti Laurentii vassallo dicti monasterii la moitié d’une maison et d’un four sis dans le burgus du village : que bona dicuntur ad monasterium revoluta pro eo quod dicuntur contra pacta in locationibus apponi consueta fuisse vendita et alienata non vassallo dicti monasterii. Sur cette question et, de manière plus générale, sur l’équivalence entre les expressions habitator castri et vassallus (domini) castri, induisant la proposition contraire relative à l’extraneus, scilicet non vassal-lus domini castri, cf. E. Hubert, Considérations sur la propriété immobilière dans les villages du Latium, p. 134-141.

166 Hoc etiam expresso et declarato quod totiens quotiens fuerit oportunum, ipsi Nicolaus et Iacobus et successores eorum consentient et promictent atque volent quod dictum monasterium et eius rectores qui per tempora fuerint ex dicto castro guerram et pacem faciant ; quod si per ipsos seu aliquem ipsorum extiterit contra-factum ipso facto dictum castrum cum omnibus et singulis supradictis ad dictum monasterium libere revertatur. Sur le service armé, cf. S. Carocci, Baroni di Roma, p. 91-92 et 247-255.

167 Pro multis et gratis servitiis a dictis Nicolao et Iacobo et predecessoribus eorum receptis et que recipere sperat in futurum et pro pretio et mercede XXV florenorum boni et puri auri quos ab eis confexus fuit habuisse et recepisse... et pro eo quod promiserunt dicti Nicolaus et Iacobus dare et solvere, eidem domino abbati et successoribus suis singulis annis dicte locationis durante in festo sancte Marie de mense augusti vel in eius octavam pro censu et pensione dicti castri tres sollidos provisinorum senatus. Le versement du droit d’entrée au moment de la conclusion du contrat aurait été consigné de la manière suivante pro pretio XXV florenorum quos ab eis presentialiter, manualiter et numeraliter recepit. L’abbé peut dès lors renoncer à l’exception non habitorum et non receptorum et non recipiendorum servitiorum et non receptorum florenorum et pretii et mercedis et omni alii iuris auxilio.
Sur le fief-gage et, en général, sur les aménagements du contrat féodal en fonction des besoins financiers des concédants, voir en dernier lieu F. Menant, Campagnes lombardes au Moyen Âge, en particulier p. 777-780.

168 Promictens dictus dominus abbas hac locatione durante dictum castrum seu aliquid predictorum nulli alii locare, vendere seu quovis titulo concedere set dictum castrum cum sua pertinentia et cum supradictis omnibus ab omni homine, persona, loco et universitate de iure defendere omnibus ipsius monasterii sumptibus et expensis, la sûreté finale reposant normalement sur l’obligation des biens des deux parties.
Sur le fief sans fidélité et sans service, qui aurait connu un grand développement dans la région de Padoue à partir du deuxième tiers du xiie et au xiiie siècle, voir G. Rippe, Feudum sine fidelitate. Formes féodales et structures sociales dans la région de Padoue à l’époque de la première commune (1131-1236). A ce sujet, voir cependant les réserves émises sur l’existence même du fief sine fidelitate par R. Del Gratta, Feudum a fidelitate, p. 105-108, selon qui il y aurait une certaine confusion entre feudum sine iuramento fidelitatis et feudum sine fidelitate.

169 Donec ipsi conductores possexionem intraverunt et receperunt corporalem.

170 Sur le rituel, voir pour la période précédente P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 1138-1142 et, pour une autre région, F. Menant, Campagnes lombardes du Moyen Âge, p. 678-683.

171 Actum in ecclesia Sancte Agnetis de ville Sancte Agnetis presentibus hiis testibus, scilicet religioso viro fratre Iacobo Iordani priore Sancte Angeli de Pachecto, Oddarello Angeli de Fara, Futio Georgii de Toffia, dompno Barnaba de castro Petice cappellano dicte ecclesie Sancte Agnetis et Iohanne domini Iacobi de Colle Alto. Ego Amicus Calixti de Bucciniano abbatie Farfensis publicus imperialis auctoritate notarius et nunc scriba supradictorum abbatis et conventus predictus interfui, rogatus scripsi et publicavi.
Le cousinage entre Nicola et Giacomo, fils de nobilis vir Oddone de Collalto, et Giovanni, fils de dominus Giacomo de Collalto, est plus que probable, Giacomo di Oddone portant ainsi le nom de son oncle : en 1342, les deux frères Giacomo et Odduccio de Collalto (appelé Oddone par la suite) interviennent ensemble auprès du chapitre cathédral de Rieti pour la nomination du recteur de l’église San Pietro de Bulgaretta, cf. P. Delogu, Lineamenti della storia, tableau généalogique et appendice relatif, p. 15 et 27.
Sur les deux témoins venus de Toffia et de Fara et vassaux de Farfa, cf. AS-Roma, coll. perg., cass. 117, n° 11 (registre du notaire Amico di Callisto), f. 10v-11v : le 5 mai 1364, l’abbé Sisto renouvela aux trois fils quondam Nutii Georgii de castro Toffie vassalli dicti monasterii divers biens à Fara ; ibid., f. 59v-60r : le 7 février 1367, il renouvela à Oddarellus Angeli Oddonis de castro Fare vassallus dicti monasterii plusieurs biens sis dans le castrum.

172 Celle-ci aurait été mentionnée dans l’acte de la concession par la constitution de procuratores ad investiendum in corporalem et vacuam possessionem.

173 Un seul exemple, choisi au hasard, relatif à l’investiture d’une maison romaine cédée par le monastère Sant’Andrea delle Fratte en 1379 : le 30 juin, le procureur nommé par l’abbesse investit l’acquéreur et in corporalem et vacuam possessionem ipsius domus posuit, misit et duxit aperiendo et intrando dictam domum, stando et claudendo cameras, dando sibi de terris dicte domus in suum ipsius dominium in signum vere possessionis... Actum in dicta domo, éd. R. Mosti, I protocolli di Iohannes Nicolai Pauli. Un notaio romano del ’300 (1348-1379), Rome, 1982 (Collection de l’École française de Rome, 63), doc. n° 607, p. 270-271.

174 Quelques exemples voisins : le 10 novembre 1383, la veuve et les deux fils d’Amadeo d’Agosta, petit castrum de la vallée de l’Aniene, investit l’abbé de Subiaco in corporalem et realem possessionem d’une maison sise dans le castrum de Roiate, situé quelques kilomètres au sud de Subiaco, faciendo congregari in ipsa domo omnes infrascriptos vaxallos ipsorum domine Marie, Cicci et Cole videlicet [suivent 24 noms], vaxallagium prestari faciendo ipsi domino abbati : Archivio di Subiaco, cass. 30, perg. 9 (éd. dans Cronaca Sublacense del padre dom Cherubino Mirzio da Treviri, p. 447-449). A la fin du xive siècle, tous les habitants de Castelvecchio, par exemple, sont tenus de prêter serment de fidélité à Lippo Mareri toutes les fois que celui-ci le leur demanderait : P. Sella (éd.), Statuti del Cicolano, p. 875. En 1401, la cession de Pozzaglia par Nicola et Giovanni Colonna à Giacomo Orsini stipule le iuramentum vassallagii par les vassaux et les hommes du castrum au nouveau propriétaire : ASC, Archivio Orsini, II A X, n° 31. A ce sujet, voir S. Carocci, Baroni di Roma, p. 205-207.

175 Le 9 avril, il renouvelait la concession féodale de nombreux biens-fonds dans le castrum de Scandriglia : ASRoma, coll. perg., cass. 117, n° 11, f. 8.

176 Voir dans ce chapitre le paragraphe I/B/1.

177 Ibid.

178 ASRoma, Camera Urbis, reg. 166, f. 79r (prima imposita de 1416), f. 31r (secunda imposita de 1416), f. 122v (prima imposita de 1419) ; reg. 167, f. 80r (prima imposita de 1422), f. 35r (secunda imposita de 1422). Voir dans ce chapitre le paragraphe I/B/2.

179 L’analyse des désertions castrales des xe-xiie siècles et de leurs causes proposée par Pierre Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 354-365, vaut également pour les derniers siècles médiévaux. Aux caractères structurels liés à l’incapacité de construire un rapport équilibré entre le centre de peuplement et l’espace cultivé, responsables de la faiblesse de la fondation et, à terme, de son échec, il faut encore y associer les événements politiques du xiiie siècle qui n’ont pas été sans retombées sur la distribution du peuplement dans la vallée (voir le chapitre 9, III) ainsi que, bien évidemment, la récession et les crises des xive et xve siècles. D’autres facteurs, on va le voir, contribuèrent également à accélérer les désertions.

180 Voir notamment C. Klapisch-Zuber, Villaggi abbandonati ed emigrazione interne, p. 341-342 ; C. Klapisch-Zuber et J. Day, Villages désertés en Italie.

181 Voir dans ce chapitre le paragraphe I/A/2.

182 Cf. E. De Minicis et E. Hubert (dir.), Enquête archéologique en Sabine. III : La villa de Sant’Agnese, p. 116, 142-143 et 161-163.

183 Voir N. Lécuyer, Régime alimentaire et pratique culinaire : innovations techniques du xive siècle, p. 86-88.

184 Voir la visite du diocèse de Sabine effectuée par le cardinal-évêque Giustiniani en 1615 qui note en particulier : Item in eodem territorio [castri Montorii in Valle] adest alia ruralis et funditus fere diruta ecclesia Sanctae Agnetis ad liberam ordinarii collationem, extrait recopié dans les Acta Sacrae Visitationis Montorii in Valle a. 1781 des visites du diocèse de Sabine par le cardinal Andrea Corsini (1776-1786) : Bibliothèque de l’Accademia Nazionale dei Lincei, (ancien Corsini 2975) ms. 37 E 21, p. 38. En 1781, il n’en restait à peu près rien : aedem sanctae Agnetis, cujus vix ulla supersunt vestigia, ibid. p. 15.

185 Sur le lotissement réalisé à Montagliano, voir le chapitre 2 et, dans ce chapitre, le paragraphe II/A/1. Pour les rapports conflictuels entre Montagliano et la villa au xiiie siècle, voir le chapitre 9, paragraphe III/A/1.

186 Voir dans ce chapitre le paragraphe I/A/2.

187 Voir notamment ASV, Archivio Borghese, b. 796, charte non cotée du 17/ 06/1453 (vente de terres sises in pertinentiis Ville Cervie in loco qui dicitur Li Sabiuni entre des habitants de Paganico) ; charte non cotée du 16/09/1493 (vente de terres in tenimento Cervie ubi dicitur Campo Daschi par ven. vir dompnus Sebastianus olim de Montagliano et nunc habitator in palatio ecclesie Sancte Lucie de Colle Alto et abbas eiusdem ecclesie à Celestus Iacobi Petrutii de castro Paganici).

188 ASV, Archivio Borghese, b. 796, n° 1, f. 74r, interrogatoire de plusieurs témoins au sujet des confins de la baronnie de Collalto vers 1667 ; déposition de Tranquillo del fu Silvestro di Pietraforte, 60 anni in circa : « Io sono informato che in detta Baronia di Collalto vi è un luogo che si chiama Cervia, e detto luogo di Cervia non è villa nè meno castello ma è una montagna cerquata e selvosa, et io non sò fin dove si stendi il detto luogo di Cervia né quali siano i confini ».

189 Ibid., f. 45v : « detta Baronia consiste in sei luoghi che più presto si possono chiamare ville che castelli per esser luoghi piccoli et alcuni senza muri ma però Collalto è murato ».

190 Sur Collalto et sa baronnie à l’époque moderne, voir P. Delogu, Lineamenti della storia, p. 14-22.

191 Les Colonna mirent trente-deux années à s’approprier Montagliano, de 1339 à 1371. Pour s’implanter sur la rive gauche du Turano, les Collalto durent re-fonder Offiano dans les décennies centrales du xive siècle ; en 1364, ils en obtinrent la concession pour une durée séculaire.

192 ASRieti, Archivio notarile distrettuale di Rieti, NXA1 (1433-1440), notaio Nicola, coté précédemment protocollo notarile n° 12 ; cf. P. Delogu, Lineamento della storia, p. 11-14.

193 ASV, Archivio Borghese, b. 796, charte non cotée du 21/10/1476 pour la vente d’une pièce de terre sise in tenimento Ofiany in loco ubi dicitur le Perecta et bordée par le Turano.

194 ASRieti, Archivio notarile distrettuale di Rieti, NXA1 (1433-1440) : registre du notaire Nicola cit., f. 33r et suiv. ; cf. P. Delogu, Lineamento della storia, p. 11-14.

195 Cf. F. Savio, Rinaldo Orsini di Tagliacozzo ; E.-R. Labande, Rinaldo Orsini, conte di Tagliacozzo († 1390) ; F. Allegrezza, Organizzazione del potere e dinamiche familiari. Gli Orsini dal Duecento agli inizi del Quattrocento, p. 114-121 ; Ead., Un dominio di frontiera : la costituzione del patrimonio degli Orsini, p. 338-341.

196 « Il risultato fu che, in quegli anni, nelle sue mani si raccolse, sommando beni feudali, beni allodiali e città fedeli nel Patrimonio di San Pietro, la più ampia concentrazione di potere tra Lazio, Umbria e Abruzzo, aderente ad un solo signore » : Un dominio di frontiera, p. 340.

197 Ibid., p. 340-341.

198 On a vu que les Orsini vendirent Montagliano à Francesco di Landolfo Colonna en 1339. Ils cédèrent également Vallinfreda, dont Giovanni di Poncello Orsini avait acquis plusieurs parts en 1336 (ASC, Archivio Orsini, II A IV, n° 24), mais que possédait Landolfo Colonna en 1401 (G. Presutti, I Colonna di Riofreddo (1912), doc. n° 3, p. 125-126).

199 ASC, Archivio Orsini, II A V, n° 58. Le castrum était alors occupé par Andrea de Montanea et, de ce fait, inutile et onéreux pour les Hospitaliers qui le tenaient en fief in capite de la cour. Isabella s’engage à récupérer le castrum des mains de son occupant illicite.

200 C. De Cupis, Regesto degli Orsini, p. 343 (1396) et A. Theiner, Codex diplomaticus dominii temporalis S. Sedis, t. III, n° 55, p. 104 (1400).
Pour la vente du moulin : ASC, Archivio Orsini, II A XI, 49 (1413). La description en est précise : idest unum molendinum positum in quadam domo coperta lignaminibus et scindolis et monita lapidibus cum lapidibus macingnis que appellantur le macine et cum omnibus et singulis suppellectilibus necessariis ad molendinum, que domus cum molendino comuniter appellatur et dicitur la mola de Monthorio ; positum in partibus Montanee in quodam ryvo sito in tenimento Petescie, cui molendino et ryvo in quo dictum molendinum positum est, undique est tenimentum castri Petescie.

201 ASC, Archivio Orsini, II A X, n° 31 ; cf. F. Allegrezza, Organizzazione del potere e dinamiche familiari, p. 132.

202 Sur les conséquences du pontificat de Martin V sur le patrimoine de la famille, cf. R. Lanciani, Il patrimonio della famiglia Colonna al tempo di Martino V ; A. Rehberg, « Etsi prudens paterfamilias... pro pace suorum sapienter providet ». Le ripercussioni del nepotismo di Martino V a Roma e nel Lazio, p. 225-282.
Le pontificat de Martin V ne fut pas négatif pour tous les rameaux des Orsini. La branche issue de Poncello di Matteo Rosso de Monte fut favorisée par la présence de Giordano di Giovanni Orsini dans le collège cardinalice, où il fut promu en même temps qu’Oddone Colonna en 1405. Le cardinal Giordano Orsini maintint de bons rapports avec Martin V ; ses frères et lui-même purent accroître leur patrimoine sous son pontificat, naturellement pas au détriment des Colonna, cf. F. Allegrezza, Organizzazione del potere e dinamiche familiari, p. 130-132.

203 F. Gregorovius, Storia di Roma nel medioevo, liv. XIII, chap. 1, vol. 5, p. 21-41. Voir aussi E. Duprè Theseider, Roma dal comune di popolo alla signoria pontificia, p. 307-337 (Boniface VIII et les Colonna), p. 605-608 et 646-649 (Cola di Rienzo et les Colonna).

204 ASC, Archivio Orsini, II A XVII, n° 28 ; voir aussi O. Amore, Per una storia della valle del Licenza nel Medio Evo, p. 232 note 54.

205 ASC, Archivio Orsini, II A XV, n° 29. Pour la présence de la plupart des villages de la région (Vallinfreda, Vivaro, Petescia, Montagliano, Pietraforte, Montorio, Pozzaglia, Canemorto, Rocca Salice, Pietra Balda, Bulgaretta, Collepiccolo, etc.) dans le patrimoine des Orsini de Tagliacozzo au xve siècle, voir en particulier ibid., II A XXI, n° 67 (testament de Pietro di Angelo Orsini, 1476) ; cf. aussi C. De Cupis, Regesto degli Orsini, p. 661-662 ; V. Celletti, Gli Orsini di Bracciano, p. 28 et C. Bauer, Studi per la storia delle finanze papali, p. 355-356.

206 En 1444, Giovanni Antonio Orsini donne ainsi son consentement à la vente d’une terre située dans le finage du castrum conclue en 1439 : ASRoma, coll. perg., cass. 117, n° 16. Voir aussi ASRieti, Archivio notarile distrettuale di Rieti, NXA1 (1433-1440) : f. 1r pour la présence de Giovanni di dom Giacomo de Montagliano parmi les témoins d’un acte ; f. 2v pour la vente de biens-fonds par Angelutius Petrutii Iacobi de Montagliano ; f. 3r pour la vente par Iannis Cole Butii de Montagliano d’une terre sise dans le finage du village conclue in castro Montisagliani ante apotecam Alonis Bartomutii de Montagliani ; f. 3v pour la vente de biens-fonds sis dans le tenimentum de Montagliano passée in dicto castro in domo dicti venditoris (Iannes Lallis de Montagliano) ; f. 9v, tous de 1435.

207 ASV, Archivio Borghese, b. 796, parchemin non coté du 17/06/1453 : vente de terres sises dans les pertinentiae de la villa du Cervia, l’acte, établi par le notaire Sebastianus Antonutii de Monte Aliani, étant passé in Monte Aliani in domo Pasqualis Angelutii en présence de trois habitatores in dicto castro.

208 ASRieti, Archivio storico del comune di Rieti, Introitus et exitus, reg. 324, f. 6v et 15 v pour Francesco de Montagliano qui verse la gabelle pour exporter de Rieti 500 livres de fer en 1447 (pour la présence des villages de la vallée dans le commerce réatin, voir les volumes 321 à 327, de 1433 à 1455 avec de nombreuses lacunes). Deux marchands de Montagliano sont mentionnés dans des registres de la douane du bétail en 1464 : cf. G. Tomassetti, La campagna romana, t. 1, p. 119 121. Les sondages effectués dans quelques registres de la Camera Urbis n’ont pas donné de résultats sur l’activité économique de Montagliano au milieu du xve siècle quand des marchands de Montorio ou de Pozzaglia, par exemple, arrivent à Rome avec des troupeaux de moutons de plusieurs centaines ou milliers de têtes : ASRoma, Camera Urbis, reg. 152 (1452), 154 (1464)

209 Archivio di Farfa, AI, n° 12 (1372) pour la donation en 1372 par Angelictus Capitonus de Montaliano, habitator ville Sancti Laurentii, de tous ses biens sis tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du territoire de la villa ; n° 46 (1472) : Iohannes barbitonsor de castro Montisaliani nunc habitator castry Collis Alty vend des terres à Sanctus Paoly Ciacty habitator ville Sancty Laurentiy en 1472 ; voir ASRieti, Archivio notarile distrettuale di Rieti, NXA1 (1433-1440), notaire Nicola, f. 1-10 ; AS-Roma, coll. perg., cass. 117, n° 16 (1439) pour la vente par Petrutius Iohannis Lalli de castro Montaleani à Cola Petri de villa Collis Iovis de terres sises in territorio dicti castri Montaleani in loco qui dicitur lo rivo della Roccha ; ASV, Archivio Borghese, b. 796, parchemin non coté du 16/09/1493 pour la vente par ven. vir d. Sebastianus olim de Montagliano et nunc habitator in palatio ecclesie Sancte Lucie de Colle Alto et abbas eiusdem ecclesie de terres in tenimento Cervie.
Sur le transfert des habitants de Montagliano dans les villae voisines, voir également les actes des visites pastorales qu’effectua l’évêque de Rieti Saverio Marini (1779-1813) à la fin du xviiie siècle : Archivio Vescovile di Rieti, XII, 46, f. 79 : Montagliano : castello diruto di dove anticamente desertarono gli abitanti e si ritirarono parte a Collegiove e parte a S. Lorenzo. Voir aussi J. Coste, Un villaggio abbandonato, p. 8-15 et A. R. Staffa, L’incastellamento nella valle del Turano, p. 184-185.

210 Voir dans ce chapitre le paragraphe I/B/2.

211 Voir par exemple Archivio di Farfa, AI, perg. n° 96 pour la vente en 1566 d’une terre sise in territorio Montis Agliani castri diruti baronie Collis Alti. Sur la baronnie de Collalto et les passages de propriété aux xvie et xviie siècles, cf. P. Delogu, Lineamenti della storia, p. 15-17.

212 Voir à ce sujet R. Lorenzetti, Il territorio di carta. La Sabina, p. 85-90 ; Id., Le raffigurazioni storico-iconografiche come strumento di conoscenza del territorio, p. 43-44.

213 Voir notamment ASV, Archivio Borghese, b. 796, pièce non cotée du 10/01/ 1516 pour la vente d’unum petium terre situm in territorio Monte Agliani in vocabolo quod vulgo dicitur Castiglioni.

214 Une carte du xviie siècle qui mentionne « San Giovanni de Montigliano, vuol dire de Castiglione », atteste la double appellation du site, ce qui est encore le cas aujourd’hui : ASV, Archivio Borghese, b. 795.

215 P. Delogu, Lineamenti della storia, p. 17.

216 Nombreux dossiers : ASV, Archivio Borghese, b. 282 (Collalto), b. 793-797 (Petescia), b. 798 (Pietraforte) ; voir aussi la série des « catasti » pour Petescia : 2857 (1692), 2930 (1746), 2957 (1839), 2967 (1814) ; et celle des « disegni e piante » pour des planimétries de secteurs près de Petescia et de Pietraforte (xviie siècle) : 8612, n° 14-16. Voir aussi ASRoma, Catasto gregoriano, Rieti, 128 (Collalto), 141 (Petescia) et 146 (Pietraforte) et la feuille au 1 : 25 000 de la carte de l’IGM : F° 145 III N.O. Collalto Sabino.

217 ASV, Archivio Borghese, b. 797, n° 1 pour la sentence de 1544 et ibid., b. 793, n° 3, b. 796 et b. 8612, n° 15-16 pour la carte de 1665.

218 ASRoma, Congregazione del Buon Governo, II, b. 3470.

219 Ibid. : Totum et integrum tenimentum, terras, res et bona ac iurisditionem villarum Sancte Agnetis in Putealia, Sabinensis diocesis, ubi dicitur Malamorte iuxta ab uno latere tenimentum Montis Orei, ab alio tenimentum Puzzaglia, ab alio res ecclesie Sancte Marie in Putealia, a capite tenimentum et pertinentias castri Vivarii et serras ipsius castri Vivarii, ab alio latere tenimentum Portice, ab alio latere tenimentum Petesie, a pede rivum Sancti Martini et castrum dirutum Sinibaldi.

220 ASRoma, Benedettini di S. Maria di Farfa, b. 1, n° 3, f° 121r : Communitas Montorii in Sabinis tenet in locationem ad centum annos territorium ville Sancte Agnetis et omnia bona in eo existentia pro annuo canone librarum duarum cere ut ex instromento rogato sub die 22 maii 1578.

221 Voir la visite pastorale du diocèse de Sabine du cardinal Andrea Corsini, évêque de Sabine, en 1781, Biblioteca dell’Accademia Naz. dei Lincei, ms. 37 E 21 (ex Corsini 2975), Acta Sacrae Visitationis Montorii in Valle anno 1781 : De beneficio Sancte Agnetis : in territorio huius regione quadam, vocabulo la Villetta aedem quamdam fuisse volunt S. Agnetis virginis et martyris sacrae, cujus vix ulla supersunt vestigia, ibique simplex fuisse erectum ejusdem tituli beneficium quod postmodum ad aram Sancte Agnetis in Parochiali templo erectam translatum fuisse fertur (p. 15). Le texte donne également un passage de la visite de l’évêque Giustiniani du 28 octobre 1615 : Item in eodem territorio adest alia ruralis et funditus fere diruta ecclesia Sanctae Agnetis ad liberam ordinarii collationem (p. 38).

222 Cf. ASRoma, Congregazione del Buon Governo, II, b. 2868 (Montorio in Valle) et b. 3470 (Petescia).

Table des illustrations

Légende 9 – Généalogie simplifiée des Colonna (cf. S. Carocci, Baroni di Roma ; tableau et p. 365-369).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/266/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende 10 – Généalogie des Collato(cf. P. Delogu, Lineamenti della Storia, p. 15 et 26-27).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/266/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k

© Publications de l’École française de Rome, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540