Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construire l'institution. L’École française de Rome, 1873-1895

 | 
Michel Gras
, 
Olivier Poncet

Les débuts des études étrusques à l’École française de Rome. Auguste Geffroy et Vulci

Laurent Haumesser

Texte intégral

  • 1 C. Jullian, L’histoire et l’archéologie de l’Italie et de l’Empire romain, dans L’histoire et l’œuv (...)

1Dans son bilan d’un demi-siècle de recherches à l’École française de Rome sur « L'histoire et l’archéologie de l’Italie et de l’Empire romain », écrit à l’occasion du cinquantenaire de l’institution, Camille Jullian accorde une place de choix au monde étrusque. Après avoir analysé les travaux sur « l’Italie préhistorique », et en particulier le livre d’Albert Grenier sur Bologne villanovienne et étrusque, voici comment il présente l’histoire de l’étruscologie à l’École1 :

Le monde étrusque tient une très large place dans le livre de M. Grenier. Et de fait, il fut de tout temps l’une des passions de l’École de Rome. Dès l’origine, avant qu’Athènes ne l’attirât et ne l’absorbât, M. Jules Martha voulut connaître à fond les mystères de l’Étrurie, et l’on sait qu’il s’y est adonné tout entier au cours de sa longue vie d’érudit. Bien plus tard, Dominique Anziani, lui aussi héritier d’une famille d’universitaires, s’installa peu à peu dans l’Étrurie, ville par ville, route par route ; et je ne doute pas, s’il ne fût mort par devoir militaire envers la patrie, qu’il n’eût accompli envers elle le devoir civil en usant sa force de travailleur aux énigmes étrusques. Comme ce mot d’Étrurie me révèle de vieux souvenirs ! J’entends encore Michel Bréal, que tant de membres de l’École ont regardé comme un guide, nous poussant vers l’Étrurie, sans se laisser inquiéter par le désarroi où nous avait plongés l’échec retentissant de Corssen ! Et je vis encore les journées où Auguste Geffroy, lui aussi ardent rêveur de l’Étrurie, nous fit partir, M. Lacour-Gayet et moi, en la compagnie d’Héron de Villefosse, pour voir les fameux sarcophages de Vulci, et voir s’il n’y avait pas quelques fouilles à faire sur les domaines des Torlonia. Nous fûmes d’ailleurs accueillis partout comme des princes ; on fit, même à cheval, des randonnées à travers les nécropoles ; mais je ne crois pas que De Villefosse réussit l’achat des sarcophages pour le Louvre, et on ne fit point de fouilles (1881).
Le rêve de Geffroy fut réalisé huit ans plus tard, grâce à la bienveillance et à l’appui généreux du prince Giulio Torlonia : celui-là aimait bien la France, à laquelle il appartenait par ses ascendants les plus rapprochés, qui étaient des La Rochefoucauld, et il continuait bien la tradition de cette noble et intelligente lignée, chez laquelle, jusqu’à cette heure même où j’écris, ne cessa de briller le goût de l’histoire et de l’archéologie. Torlonia se chargea des frais des fouilles et de ceux de la publication. Et l’École de Rome eut l’extrême bonne chance, en ce temps-là, de posséder M. Stéphane Gsell, qui fut investi de la tâche.
Pendant quatre mois, M. Gsell resta sur le chantier de Vulci (11 février-1er juin 1889). Je ne dis pas que les nécropoles où il travailla aient rendu des monuments exceptionnels. Mais le mobilier en fut riche et varié, et il provoqua, de la part de M. Gsell, une étude systématique qui est demeurée l’œuvre la plus pleine et la mieux ajustée sur un gisement des temps étrusques. Et puis, et surtout, quel exemple pour tous les fouilleurs ! Journal tenu jour par jour, presque heure par heure, cartes et plans d’ensemble et de taille, chaque tombe relevée à sa place et de même chaque objet dans sa tombe, mesures multipliées et toujours l’indication de la nature des matériaux découverts, tout cela constitue une sorte de panorama archéologique plein de vie à cause de sa sécheresse même. Le volume de M. Gsell est le seul que l’archéologie italienne donna à la collection in-4° de la Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome. Mais il suffit à nous montrer ce que nos champions du passé romain pouvaient mettre de parfait en cette collection documentaire, le jour où on les laissait pénétrer sur un terrain de fouilles.
Grâce à M. Gsell, l’École de Rome ajoute donc à son patrimoine un beau champ de fouilles (le seul un peu important qu’elle ait pu explorer en Italie), et l’archéologie étrusque de nouvelles richesses – Mais la langue étrusque, en dépit de tout, s’est refusée à l’École et à toutes les Écoles du monde.

  • 2 Le texte de Jullian, rédigé en 1927, précède d’un an l’arrivée au Palais Farnèse de Jacques Heurgon (...)

2Comme pour les autres périodes, Jullian dresse un tableau des recherches entreprises et des membres qui s’y sont consacrés, mais avec ici une disproportion de traitement frappante. Les quelques lignes rapides par lesquelles commence le bilan constituent une histoire de rendez-vous manqués : Jules Martha a été détourné vers l’École d’Athènes, et ses études sur l’Étrurie ne se sont concrétisées qu’après son passage à Rome ; la carrière de Dominique Anziani, mort au front, est restée à l’état de promesse2. Font exception les travaux d’Albert Grenier à Bologne en 1906, qui demeurent toutefois à cheval entre « l’Italie préhistorique » et le monde étrusque. Après ce court rappel initial, la présentation de Jullian est surtout consacrée aux premières visées du directeur Auguste Geffroy sur le site de Vulci (dont Jullian est le témoin direct) et à leur aboutissement dans la mémorable campagne de fouilles de Stéphane Gsell.

  • 3 F. Delpino, Gli scavi di Stéphane Gsell a Vulci (1889). La politica culturale dell’amministrazione (...)

3Quelques décennies plus tard, ce bilan mériterait évidemment d’être nuancé, et l’originalité des travaux des autres étruscologues d’être réévaluée. Mais on ne saurait remettre en cause l’importance du site de Vulci et de la mission de Gsell dans l’histoire de l’étruscologie et plus largement de l’archéologie à l’École française de Rome. Filippo Delpino a montré par ailleurs combien les activités de l’École à Vulci étaient révélatrices du contexte scientifique de l’époque et de la politique archéologique de l’Italie à la fin du XIXe siècle3. Des documents inédits, à commencer par les lettres de Gsell, invitent à reprendre cette question, et à préciser le rôle joué par Auguste Geffroy ainsi que les enjeux de cet épisode vulcien pour la recherche française.

Auguste Geffroy, « ardent rêveur de l’Étrurie »

  • 4 Cf. J. Carcopino, Martha (Jules), né à Strasbourg le 8 janvier 1853, mort à Paris le 7 avril 1932. (...)

4Dès la fondation de l’École son premier directeur, Albert Dumont, avait montré son souci de ne pas négliger le terrain étrusque, et avait indiqué à Jules Martha les possibilités que réservait ce champ d’études4. Mais comme le souligne Camille Jullian, la situation institutionnelle encore incertaine de l’École française de Rome, sœur puînée de l’École d’Athènes, avait entraîné Martha en Grèce, et ce n’est que plus tard qu’il put revenir sur ces questions. Aussi est-ce vraiment le double directorat d’Auguste Geffroy (1875-1882 et 1888-1895) qui marque le début des études étrusques au Palais Farnèse : l’investissement personnel de Geffroy et sa volonté très forte de développer les travaux de l’École dans ce domaine constituent un facteur déterminant.

  • 5 Sur ces premiers projets et certains des documents cités, cf. déjà O. Motte, Camille Jullian. Les a (...)
  • 6 A. Geffroy, La nouvelle École française de Rome. Ses origines, son objet, ses premiers travaux, dan (...)

5Dès son arrivée à Rome, Geffroy marque son souci d’occuper ce terrain, où l’École naissante pourrait trouver l’occasion de s’affirmer, d’abord dans le domaine institutionnel français, en marquant sa spécificité par rapport à l’École d’Athènes, et surtout sur le terrain italien, en montrant sa valeur par rapport à l’Institut archéologique allemand, qui occupe si fortement à l’époque le champ des études romaines5. L’approche est double, linguistique et archéologique, comme le montre le programme tracé avec prudence par Geffroy dans un article de présentation de l’École6 :

J’oserai à peine conseiller à notre école naissante de s’attaquer déjà aux mystères que nous ont légués les Étrusques. C’est toutefois un Français, M. Noël Desvergers, qui a découvert une des plus célèbres de leurs tombes peintes, avec Alessandro François, qui a tenté d’entamer le vaste tumulus de la Cucumella ; en ce moment encore, nos savants n’abandonnent pas à M. le comte Conestabile, de Pérouse, et à M. Fabretti, de Turin, tout le soin de la langue étrusque. Il y a donc là pour nous, quand nous aurons grandi, et que des maîtres habiles nous auront préparé de jeunes antiquaires pour ces recherches spéciales, toute une grande et belle carrière, pour laquelle les voies et moyens ne nous manqueront pas.

  • 7 Ce rôle de conseiller que joue Bréal est bien visible dans les lettres adressées à Geffroy (Bibl. n (...)
  • 8 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12916, fol. 1132-1133v, Michel Bréal à Auguste Geffroy, Paris, 15 fé (...)

6L’ambition mesurée de ce projet d’étude de la langue étrusque fait écho à des préoccupations plus clairement exprimées dans la correspondance de Geffroy avec Michel Bréal. Ce dernier, qui occupe la chaire de grammaire comparée au Collège de France, est l’un de ces « maîtres habiles » évoqués par Geffroy, mais fait aussi plus largement figure de conseiller de la politique scientifique de l’École naissante7. C’est lui qui a indiqué à Geffroy cette voie de recherche, où l’archéologie vient seconder l’épigraphie et la linguistique8 :

Je viens d’écrire à Madame la Comtesse Lovatelli-Caetani. Vous m’en avez fait un portrait si séduisant qu’il m’a semblé la voir, et je me suis laissé entraîner à lui envoyer une lettre de six pages. Je lui ai exposé un projet qui, avec son concours et le vôtre, aurait je crois toute chance de s’accomplir, et pourrait avoir des résultats importants. Ce serait de continuer les fouilles dans les lieux où l’on trouve des inscriptions étrusques.
Vous me demandez des sujets de travaux pour vos élèves. En voilà un superbe : étudier l’étrusque. Les lectures préalables ne seront pas longues à faire, puisqu’on ne sait rien. Il suffira de lire les deux brochures de Deecke (Corssen u. die Sprache der Etrusker – Etruskische Forschungen – Stuttgart. Heitz.) et de se procurer les recueils de Fabretti et de Conestabile. Avec cela du flair philologique et une bonne mémoire. Un fauteuil à l’Institut se trouve au bout.

  • 9 L’étrusque n’est pas seul en cause, et dans une autre lettre Bréal répond au souhait de Geffroy de (...)
  • 10 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12916, fol. 1134-1135, Michel Bréal à Auguste Geffroy, Paris, 12 jui (...)
  • 11 Sur les hésitations de Jullian au début de son séjour romain, cf. O. Motte, Camille Jullian..., cit (...)
  • 12 Cf. C. Jullian, L'histoire et l'archéologie..., cit., p. 153, note 1 : « Je me suis toujours demand (...)
  • 13 C. Jullian, L'histoire et l'archéologie..., cit., p. 154. La première période des études étrusques (...)

7Geffroy est séduit par ce projet et presse Bréal de lui fournir un membre apte à entreprendre ces études, comme nous l’apprennent les lettres de ce dernier9. Malheureusement, en dépit des exhortations aux jeunes membres que rappelle Jullian dans son texte, le recrutement se révèle plus difficile que prévu, et d’autres lettres de Bréal font état de cet échec10. Plusieurs membres pressentis se récusent, à commencer par Camille Jullian, que Geffroy poussait dans cette voie11 ; Charles Salomon, qui fut membre en même temps que Jullian et poursuivait des études philologiques, aurait été susceptible de s’engager dans cette recherche, mais il fut renvoyé de Rome à la fin de sa première année12. Aussi le projet de Geffroy sur la langue étrusque resta-t-il longtemps lettre morte, et Jullian encore, à la fin des années 1920, concluait son texte sur l’échec des tentatives dans ce domaine13.

8Il restait cependant à explorer l’autre voie suggérée dans l’article programmatique de Geffroy, celle de l’exploration archéologique. Au cœur de cette entreprise se trouvait le site étrusque de Vulci, autour duquel devait se concentrer pendant plusieurs années l’activité de l’École française.

  • 14 Cf. supra.
  • 15 F. Delpino, Gli scavi di Stéphane Gsell..., cit., p. 433-434, avec en particulier l’interprétation (...)
  • 16 Bréal cite d’ailleurs les travaux de Charles-Ernest Beulé sur l’Acropole en 1852-1853 comme un modè (...)
  • 17 F. Buranelli, Gli scavi di Vulci, 1828-1854, di Luciano ed Alexandrine Bonaparte principi di Canino(...)
  • 18 A. Noël des Vergers, L’Étrurie et les étrusques ou dix ans de fouilles dans les Maremmes toscanes, (...)
  • 19 Cf. supra.

9L’intérêt de Geffroy pour Vulci tient d’abord à l’importance du site, le plus fécond d’Étrurie : en dépit des fouilles menées tout au long du siècle, c’est là qu’il est possible de faire une nouvelle moisson d’objets prestigieux. Cette attente, qui sera d’ailleurs largement déçue, comme le note Jullian14, se double probablement d’une motivation plus institutionnelle et politique : Vulci, qui a approvisionné en vases grecs les principales collections d’Europe, est un site capable de rivaliser par son prestige et sa richesse avec les autres grands chantiers archéologiques de l’époque, en Italie et en Grèce. Sans doute s’agit-il pour Geffroy de montrer ce dont l’École française de Rome est capable, par rapport aux Italiens, et surtout aux Allemands15 ; il est probable aussi que Geffroy entend affirmer l’originalité et la valeur de l’École de Rome par rapport à sa consœur d’Athènes16. Par ailleurs, Vulci est aussi un site qui a une longue tradition d’études françaises, qu’il s’agisse des fouilles de Lucien Bonaparte17, ou de celles de Noël des Vergers, qui a publié quelques années plus tôt son grand ouvrage sur l’Étrurie18 et est cité en exemple par Geffroy19. Enfin et surtout, le terrain appartient à la maison Torlonia, qui a racheté les propriétés de Bonaparte et qui a donc la haute main sur la nécropole ; les relations établies avec Alessandro Torlonia permettent d’espérer obtenir plus facilement l’autorisation de fouiller que s’il s’agissait de traiter directement avec les autorités italiennes.

10Geffroy, avant même la mission de Stéphane Gsell, a bien conscience en effet que l’archéologie n’est pas une entreprise évidente en Italie. Certes, l’École française de Rome a vocation, dans l’esprit de ses fondateurs et surtout de son directeur, à conduire des fouilles, au même titre que l’École d’Athènes s’emploie à le faire en Grèce. Mais ce qui est envisageable sur l’autre rive de l’Adriatique est loin de l’être dans le nouvel État italien, jaloux de son patrimoine et de ses prérogatives dans l’étude des sites. Geffroy pense trouver le moyen de contourner les obstacles posés par l’administration italienne en mettant à profit les liens étroits qu’il a su tisser avec la casa Torlonia.

  • 20 Archives nationales, F17 13600, cité dans F. Delpino, Gli scavi di Stéphane Gsell..., cit., p. 434 (...)
  • 21 A. Geffroy, L'archéologie du lac Fucin...
  • 22 Donat, membre de l’École entre 1878 et 1879, devait mourir peu de temps après son retour en France  (...)
  • 23 Cf. supra. Un récit complet du voyage en Étrurie se retrouve dans la correspondance, mais sans allu (...)

11Geffroy se montre explicite sur cette stratégie dans une lettre adressé au ministère en 1888, au moment où il va reprendre la direction de l’École : « De nombreuses relations personnelles sont absolument indispensables à notre École, si elle veut obtenir quoi que ce soit de spécial en Italie »20. Et de citer les résultats obtenus lors du premier mandat grâce à cette politique : les relations établies avec le prince Torlonia avaient donné à Geffroy accès à la nécropole de Vulci et lui avaient également donné la possibilité de séjourner dans les Abruzzes, au moment de l’assèchement du lac Fucin, sur lequel il a d’ailleurs rédigé un rapport21 ; le prince Del Drago avait lui-même sollicité l’École pour des fouilles sur les bords du lac de Bracciano. Geffroy se plaît à souligner que chacune de ces opérations avait été l’occasion d’engager les membres de l’École dans des projets de recherche, même si tous n’avaient pas abouti. C’est le cas en particulier de Vulci, où Geffroy était accompagné de Charles-Joseph Donat, membre de l’École qui pensait étudier la nécropole22. C’est là la première mention dont on dispose d’une visite et d’un projet de fouilles de la nécropole de Vulci. Après cet épisode, qui remonte à la fin des années 1870, il faut attendre la visite de mars 1881 évoquée par Jullian pour trouver trace d’un autre projet de fouilles, qui n’aura pas davantage de succès23. Geffroy revient sur ces différents échecs dans un texte sur l’École française qu’il publie au terme de son premier mandat :

  • 24 A. Geffroy, L’École française de Rome. Ses premiers travaux. Antiquité classique-Moyen âge, Paris, (...)

Quant aux fouilles, il faut tenir compte de certaines difficultés locales. Il n’est point aisé d’organiser en Italie une fouille importante (…). Ce ne sont pas, au sujet des fouilles, les suggestions et les tentations qui nous ont manqué pendant ces dernières années, et le difficile n’eût pas été de désigner des lieux où l’on aurait pu espérer quelque succès. Nous n’aurions pas dédaigné de fouiller à quelques heures de Rome un théâtre d’où les premières recherches ont, au siècle dernier, tiré quelques statues, ni de nous associer aux efforts d’un prince romain qui songeait à entreprendre sur ses domaines, à quelque distance de Rome, avec notre collaboration, toute une campagne de fouilles régulières. Mais alors qu’il fallait, sans un espoir fondé, acheter et faire disparaître des maisons ou un village, ou lorsqu’on voulait que notre École s’engageât, sans assurance formelle de succès, à une dépense régulière d’une vingtaine de mille francs par an, lorsqu’enfin l’administration italienne, tout à fait dans son droit, déclarait réservées telles entreprises auxquelles on aurait pensé, il n’y avait qu’à se soumettre, en se repliant à de modestes desseins jusqu’à des occasions plus favorables.24

  • 25 Geffroy cite deux fouilles conduites par l’École à la même époque sur d’autres sites (ibid., p. 28- (...)
  • 26 Nous connaissons uniquement les lettres de Marcelliani : Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12925, fol. (...)
  • 27 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12925, fol. 3766-3767v, Francesco Marcelliani à Auguste Geffroy, Tos (...)
  • 28 Sur ces fouilles des années 1879-1883, qui constituent l’épisode le plus important avant Gsell, cf. (...)
  • 29 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12925, fol. 3766-3767v, Francesco Marcelliani à Auguste Geffroy, Tos (...)
  • 30 Ibid., fol. 3770-3771, Francesco Marcelliani à Auguste Geffroy, Musignano, 21 mai 1880 ; les résult (...)

12Si ces tentatives avortées marquent un échec provisoire de la politique archéologique de Geffroy en Étrurie25, elles montrent aussi combien ce dernier suit de près le dossier de Vulci tout au long de ces années. Un autre témoignage en est donné par la correspondance entretenue avec Francesco Marcelliani, qui fouille à Vulci pour le compte du prince Torlonia, et dont Geffroy a probablement fait la connaissance lors de sa visite du site26. Marcelliani, qui se présente comme le direttore du site et des fouilles de la nécropole de Vulci27, écrit régulièrement à Geffroy à partir de l’été 1879, pour le tenir au courant de ses projets de fouilles et le prier d’intercéder auprès du prince Torlonia pour que celui-ci donne les autorisations nécessaires. A cette époque, Marcelliani souhaite poursuivre des fouilles déjà entreprises dans la nécropole de Vulci, « cioè quei scavi interrotti ed alla S.V. Illma ben cogniti nel mandrione di Cavalupo » et sollicite à cet effet l’intercession de Geffroy ; une fois ces travaux engagés, Marcelliani lui enverra d’ailleurs des rapports sur les découvertes, ou l’engagera à aller examiner chez le prince Torlonia le matériel découvert28. Marcelliani lui soumet en outre un autre projet, celui de retrouver « il famoso tempio di Voltumnia », qu’il localise « in un possesso di S.E. il Sig.re Principe Torlonia, denominato il Voltone non molto lungi da Vulcia, sull’agro di Farnese nel centro dell’etruria antica »29 ; ce projet, cher à Marcelliani, fit comme nous le verrons sa réapparition quelques années plus tard à l’École française. En 1880, un autre projet voit le jour, qui cette fois aboutit partiellement, celui de reprendre les fouilles de la Cuccumella, monument emblématique de la nécropole (et à ce titre cité par Geffroy dans son article de 1876)30. Là encore, Marcelliani a sans doute pu compter sur le soutien de Geffroy, qui a dû suivre avec un intérêt particulier ces travaux, dans l’espoir que l’École pourrait s’y faire une place. C’est en tout cas à cette époque, au mois de mars 1881, que prend place la mission infructueuse de Jullian.

13Le premier lot des lettres conservées de Marcelliani s’interrompt en 1882, mais l’importance de ce personnage dans l’histoire des vicissitudes vulciennes de l’École française de Rome ne s’arrête pas aux campagnes de fouilles menées à cette époque. On le retrouve en effet quelques années plus tard sur le terrain avec Stéphane Gsell, qui eut l’occasion de commenter son efficacité. Surtout, Marcelliani a eu, dans ces mêmes années 1879-1882, un rôle significatif dans un autre domaine révélateur des intérêts vulciens de Geffroy, celui du commerce d’antiquités étrusques.

Les affaires de Monsieur Geffroy

  • 31 A. Geffroy, L’École française de Rome. Ses premiers travaux..., cit., p. 26-27. Cet intérêt pour le (...)
  • 32 Geffroy eut soin d’offrir en août et octobre 1891 au Louvre, au nom de l’École, une partie du mobil (...)
  • 33 Comme nous l’apprend le compte rendu de la séance du Conservatoire du Louvre du 23 mai 1878 (Paris, (...)
  • 34 Les livres d’entrée du musée du Louvre conservent la mention d’un autre don de l’École française, e (...)

14Geffroy liait explicitement la politique archéologique qu’il entendait développer à l’École française aux intérêts des collections nationales : « Il est clair qu’un des plus éclatants services qu’une telle École pourrait rendre à la science de l’antiquité serait d’apporter des éléments nouveaux par des fouilles habiles et heureuses, et de contribuer en même temps à l’accroissement de nos musées »31. Contrairement à ce que laisse supposer ce texte, il ne s’agissait pas tant d’assurer aux musées français leur part des produits des fouilles françaises en Italie, bien rares à l’époque comme nous l’avons vu32, que de mettre en relation les fouilleurs et les collectionneurs italiens avec les responsables du Louvre. L’activité déployée en ce sens par Geffroy montre l’attachement qu’il portait à cette facette inédite de la fonction de directeur de l’École française. Ainsi, en 1878, Geffroy obtient-il pour le Louvre le don de terres cuites provenant de Capoue33 ; il ne s’agit là que d’une des opérations menées par Geffroy, mais apparemment une des seules qui aient été couronnées de succès34.

  • 35 Nous nous permettons de renvoyer à notre étude à paraître, « Fresques à vendre. La fortune des pein (...)

15La réussite en effet ne fut pas toujours au rendez-vous, en particulier pour les tentatives liées aux antiquités de Vulci. La plus importante d’entre elles, qui occupera Geffroy pendant plusieurs années, concerne les fresques de la tombe François, œuvre maîtresse de la collection d’Alessandro Torlonia. Sans revenir ici sur les détails de cette histoire complexe35, il faut rappeler que des propositions de vente des peintures ont été transmises par Torlonia aux autorités françaises par l’intermédiaire de Geffroy, signe des liens que celui-ci avait déjà su nouer avec le prince. L’attention portée par Geffroy à cette négociation s’explique sans doute d’abord par la perspective d’enrichir les collections françaises de pièces dont il mesurait bien la valeur exceptionnelle. Mais il pouvait escompter un autre avantage de cette vente importante, celui de s’assurer les bonnes grâces du Prince, et de faciliter les démarches nécessaires pour une grande campagne de fouilles à Vulci. La tentative devait toutefois s’avérer vaine, et le Louvre n’acheta pas les fresques.

  • 36 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12925, fol. 3766-3767v, Francesco Marcelliani à Auguste Geffroy, Tos (...)

16L’échec de l’opération ne découragea cependant pas Geffroy : peu de temps après, ce dernier proposait à Léon Heuzey, conservateur au Louvre, l’achat de sarcophages provenant eux aussi de Vulci. C’est cette fois Francesco Marcelliani qui avait sollicité Geffroy. La première proposition date de l’été 1879, après le passage de Geffroy à Vulci : « Ella rammenterà i sarcofagi veduti insieme a Canino, potrebbe vedersi se fosse possibile farne la vendità in Francia o altrove ? »36.

  • 37 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12925, fol. 3770-3771, Francesco Marcelliani à Auguste Geffroy, Musi (...)
  • 38 Bibliothèque de l’Institut, ms 5772, fol. 254-255, Auguste Geffroy à Léon Heuzey, Rome, 10 janvier (...)

17Dans ses lettres suivantes, Marcelliani revient à plusieurs reprises sur ces sarcophages, priant Geffroy de les faire acheter, que ce soit par le prince Torlonia ou par le gouvernement italien37. La réponse ne viendra apparemment que vers la fin de l’année 1880, c’est-à-dire au moment où le projet d’achat des fresques a été abandonné ; c’est peu après que Geffroy évoque cette nouvelle possibilité d’acquisition dans ses lettres à Heuzey38.

18D’après les lettres de Marcelliani, Geffroy s’inquiète de l’identité du propriétaire des sarcophages, ne voulant évidemment pas entrer en conflit avec le prince Torlonia ; cela conduit Marcelliani à préciser les choses :

  • 39 « Riguardo ai sarcofagi, non appartengono a S. E. il Sigre Principe Torlonia, ma agli eredi Bonapar (...)

En ce qui concerne les sarcophages, ils n'appartiennent pas à S.E. le prince Torlonia, mais bien aux héritiers Bonaparte, c'est-à-dire au prince de Canino, Lucien Bonaparte. Aussi n'est-ce pas le sarcophage du sieur Torlonia dont vous avez donné une description illustrée, mais les sarcophages que vous avez vu à Canino avec deux figures sur le couvercle. L'une de ces caisses est en pierre transparente comme l'albâtre et comporte des représentations figurées sur les quatre faces ; l'autre est en nenfro [tuf gris] avec des représentations figurées sur les côtés et sur le devant. Je vous répète qu'ils ont été estimés à 16 000 scudi romains et qu'ils ont été vu et appréciés par les tout premiers archéologues de Rome et qu'ils auraient été achetés si n'étaient intervenues les circonstances de [illisible]. On a fouillé dans la nécropole de Vulci là où a fouillé Bonaparte et j'ai fouillé dans cette localité et j'espère continuer à faire des découvertes. Pour le prix, je ferai mon possible pour le faire baisser, mais Votre Honneur, vous qui les avez vus, peut en juger. Les propriétaires ne sont pas de Canino et lorsqu'ils viendront, je leur transmettrai votre lettre et vous donnerai les réponses qui conviennent afin que cette vente puisse avoir lieu.39

  • 40 Le sarcophage est aujourd’hui conservé à la Ny Carlsberg Glyptotek de Copenhague : R. Herbig éd., D (...)
  • 41 R. Herbig éd., Die jüngeretruskischen..., cit., p. 13-15, nos 5-6, pl. 37-38 et 40.
  • 42 Comme Jullian la définit dans une lettre à ses parents : C. Jullian, Lettres de jeunesse..., cit., (...)
  • 43 S. Nardi Combescure, « Mon cher monsieur Bucci ». Alexandrine Bonaparte, Donato Bucci et les deux s (...)
  • 44 A. Geffroy, L'École française de Rome. Ses premiers travaux..., cit., p. 27.

19Trois sarcophages sont évoqués : le premier a été découvert par Marcelliani lui-même en 1880 et appartient au prince Torlonia40. Les deux autres, comme le montre la description, sont les sarcophages bisomes de plus ancienne découverte41. C’est sur eux que porte la négociation, qui trouve rapidement une traduction concrète en mars 1881. Jullian rappelle dans son texte que le premier objet de sa mission à Vulci était d’accompagner Héron de Villefosse pour examiner des sarcophages que le Louvre envisageait d’acheter. Nous ne connaissons malheureusement pas dans le détail les suites de cette « tournée d’emplettes »42, et nous ne savons pas si, comme pour les fresques, le prix, les droits à acquitter et les difficultés du transport ont dissuadé les responsables du Louvre. Quoi qu’il en soit, le voyage de Héron de Villefosse ne donna pas les résultats escomptés et le Louvre se priva de deux autres monuments importants de la Vulci du IVe siècle, ce qui profita aux musées de Boston, où les deux sarcophages aboutirent peu de temps après43. C’est sans nul doute à ce double échec des sarcophages et (surtout) des fresques que fait allusion Geffroy dans le texte de 1884 où il évoquait son souci d’aider à l’enrichissement des collections nationales : « L’École française de Rome a fait des efforts en ce sens. Il n’a pas tenu à elle que le musée du Louvre n’acquît une série de monuments antiques très graves en même temps pour l’histoire de l’art et pour l’histoire générale. »44

  • 45 Une lettre de Charles Diehl à Geffroy montre que, même lorsque ce n’était pas leur spécialité, les (...)

20Les années du premier directorat de Geffroy sont donc marquées avant tout, du point de vue des études étrusques, par les occasions perdues45 : qu’il s’agisse des perspectives d’étude de la langue étrusque, des projets de fouilles à Vulci ou des intercessions dans les ventes des fresques Torlonia et des sarcophages, les résultats immédiats ne sont pas à la hauteur de l’engagement de l’Ecole française. Toutefois, ces différentes manœuvres auront ouvert la voie à une entreprise majeure du second mandat de Geffroy, celle des fouilles de Stéphane Gsell dans les nécropoles vulciennes.

Stéphane Gsell à Vulci

  • 46 Il est intéressant de noter que Gsell évoque en revanche Civita Castellana, même si c’est pour reje (...)

21Dès son retour à la fin de l’année 1888 au poste de directeur de l’École française, après le mandat d’Edmond Le Blant, Geffroy réussit à faire enfin aboutir les projets de fouille à Vulci. Il est probable que Geffroy a maintenu ses relations avec les Torlonia et que les changements à la tête de la famille (à la mort d’Alessandro, en 1886, lui succède son gendre Giulio Torlonia) ont constitué un facteur important. Même si nous ne connaissons pas les détails des tractations qui l’ont précédée, la décision a dû être relativement rapide : dans une lettre adressée en novembre 1888 à Geffroy, Stéphane Gsell, jeune membre de l’École (1886-1890), envisage différents projets de recherche et ne cite pas Vulci46 ; or il s’y trouve début février, pour une campagne qui va durer quatre mois.

  • 47 Annexe n° 3.
  • 48 Il ne sera plus question du savant allemand par la suite ; c’est en vain que Gsell attendra sa visi (...)

22L’accord sur la fouille a été formellement établi à la mi-janvier 1889, par une lettre de Giulio Torlonia à Auguste Geffroy, où le prince reprend et confirme les conditions énoncées par Geffroy47 : Torlonia prendra en charge tous les frais de la fouille et recevra l’intégralité des mobiliers retrouvés ; il sera représenté sur le site par Francesco Marcelliani qui gérera les aspects matériels, du recrutement des ouvriers à la conservation des objets. Quant à l’École française, par l’intermédiaire du (ou des) membre présent, elle assurera la direction scientifique de la fouille et sa publication. Wolfgang Helbig, bon connaisseur des nécropoles vulciennes, fera office de garant scientifique48.

  • 49 F. Delpino, Gli scavi di Stéphane Gsell..., cit., p. 434. Cela peut se déduire du compte rendu rédi (...)
  • 50 Ibid., p. 439. Sur Cozza, cf. P. Tamburini, C. Benocci et L. Cozza Luzi, Adolfo Cozza, Orvieto, 200 (...)

23Rien n’est dit du permis de fouiller. C’est sur ce point que surgirent les difficultés avec les autorités italiennes, comme l’a montré Filippo Delpino : il semble que Torlonia a laissé à Geffroy le soin de solliciter les autorisations nécessaires, une fois obtenu l’accord informel de Giuseppe Fiorelli49. Après que Geffroy est allé à la Direction des antiquités avertir Felice Barnabei, le 30 janvier, soit l’avant-veille du jour prévu avec Torlonia pour le début des fouilles, la situation change : la réaction indignée de Barnabei, qui ne connaît apparemment pas le projet et qui refuse absolument de laisser fouiller un institut étranger, obligea Torlonia à déposer lui-même une demande officielle de fouille le 1er février. Le permis lui fut accordé, mais avec l’obligation de travailler sous la direction d’Adolfo Cozza50.

  • 51 F. Delpino, Gli scavi di Stéphane Gsell..., cit., p. 439.
  • 52 Les premières réserves apparaissaient peut-être dès la deuxième lettre, perdue, où Gsell faisait à (...)

24C’est dans ces conditions que les fouilles débutent. Cozza et Gsell arrivent en même temps sur le terrain le 7 ou le 8 février et entament une collaboration incertaine. Les lettres de Cozza à Barnabei montrent bien les enjeux et les difficultés de la situation. Cozza entend affirmer sa primauté dans la direction des fouilles et la publication des comptes rendus ; à cet égard, la « deferenza infinita » qu’il observe chez Gsell et les affirmations de ce dernier sur son manque d’expérience dans le domaine de l’archéologie le rassurent pleinement51. Au point de vue de l’Italien il est possible de confronter celui du Français, tel qu’il s’exprime dans les lettres régulièrement adressées à Geffroy. Gsell se félicite du caractère « fort aimable » de Cozza, et de sa « grande expérience des fouilles » ; il se montre également optimiste sur la répartition des tâches : certes, il n’a officiellement qu’un rôle subalterne d’étude, « mais dans la pratique je crois que tout s’arrangera ». À cet optimisme initial succèdent cependant les incertitudes inhérentes à la situation52 : Gsell doit composer entre la démarche méthodique de fouilles de Cozza et la stratégie de Marcelliani, qui vise davantage à la découverte d’objets. Sa position mal définie l’empêche de trancher entre les deux approches, et l’incite à demander à Geffroy de lui faire parvenir copie des accords pris avec Torlonia sur la direction des opérations.

  • 53 F. Delpino, Gli scavi di Stéphane Gsell..., cit., p.  442.
  • 54 Annexe n° 4. Le ton accommodant de la lettre contraste fortement avec les récriminations initiales (...)
  • 55 F. Delpino, Gli scavi di Stéphane Gsell..., cit., p. 442. L’autre explication du départ de Cozza et (...)

25La demande d’éclaircissement, faite le 26 février, arrive en réalité à un moment où le problème est résolu, puisque Cozza a quitté Vulci. Ce départ est définitif, ce que Gsell semble mettre un moment à réaliser, qui précise dans plusieurs lettres que « le comte n’est pas encore revenu ». Tout indique que l’affaire a été réglée à Rome et que Geffroy et Torlonia sont intervenus auprès de Fiorelli et du ministre Boselli pour récupérer l’entière maîtrise des fouilles53. La lettre de Boselli à Geffroy, où le ministre assure le Français n’avoir « plus rien à observer à l’égard des fouilles » et vouloir agir suivant « les devoirs de la plus large hospitalité scientifique », peut en effet être comprise comme un désaveu des mesures prises par Barnabei et un retour aux conditions initiales établies entre Geffroy et Torlonia54. La concomitance entre cette lettre et le départ de Vulci de Cozza, relevée par F. Delpino55, confirmerait cette interprétation.

  • 56 S. Gsell, Fouilles dans la nécropole de Vulci exécutées et publiées aux frais de S. E. le Prince To (...)
  • 57 F. Delpino, Gli scavi di Stéphane Gsell..., cit., p. 442, note 63.

26Quoi qu’il en soit des détails de ces arrangements officiels, Gsell se retrouve à partir de la fin du mois de février à diriger seul les fouilles. C’est sur cette seule période que repose la publication de 189156. Par la suite, Gsell envoya régulièrement des rapports à Geffroy, qui les transmit à Barnabei : la perte de ces documents précieux57 peut être en partie compensée par les différentes indications contenues dans la correspondance de Gsell, qui se prolonge jusqu’à la fin de la campagne, au début du mois de juin 1889.

  • 58 Annexe n° 5.7. L’épisode est déjà signalé par A. Hus, Vulci étrusque et étrusco-romaine, Paris, 197 (...)
  • 59 Gsell aménagera à Musignano « un petit musée » avec les pièces laissées sur place, sans se faire d’ (...)
  • 60 Annexes nos 5.17 et 5.18. Les deux bijoux provenaient de la tombe X : S. Gsell, Fouilles dans la né (...)

27Les lettres donnent d’abord à voir les conditions matérielles de la fouille. Gsell est installé dans la propriété de Musignano, et rejoint la fouille « à âne ou à pied » ; le projet de s’installer au pont della Badia, voisin des fouilles, est rapidement abandonné, Gsell remédiant à l’éloignement par l’achat d’un cheval58. Parmi le matériel mis à disposition de l’archéologue par l’École française, il faut signaler un appareil photographique, que le mauvais temps fréquent empêchera toutefois d’utiliser, ce qui nous prive de clichés des fouilles. Geffroy fait également parvenir suivant les demandes de Gsell les publications ou les calques de planches nécessaires au catalogage et à l’étude du matériel et des inscriptions. Comme il était stipulé dans les accords souscrits par Giulio Torlonia, les objets découverts sont conservés dans un magasin de Musignano, en attendant d’être triés et, pour les plus intéressants d’entre eux, restaurés et expédiés au Palais Torlonia à Rome59. Ce dépôt n’est pas entièrement sûr, comme le montre l’épisode du vol de bijoux en or, évoqué dans les lettres60.

  • 61 Annexes nos 5.11 et 5.12.
  • 62 S. Gsell, Fouilles dans la nécropole de Vulci..., cit., p. 7-8. Marcelliani est cité en revanche da (...)

28Gsell est assisté dans son travail par Francesco Marcelliani qui apporte son expérience archéologique et sa connaissance approfondie des nécropoles vulciennes. Les premières semaines, Gsell vante le « flair » de l’Italien, sa « bonne volonté », voire son « zèle ». Mais les relations se détériorent dans les premières semaines d’avril : Marcelliani a vendu des objets provenant de fouilles antérieures et il est apparemment soupçonné par l’agent de Torlonia de détournement d’objets ; en outre, il fouille suivant son idée durant une absence de Gsell, ce qui donne lieu à une sévère mise au point au retour de ce dernier61. La prise de distance a dû être plus radicale que ne le laissent supposer les lettres, si l’on en juge par l’absence de toute mention de Marcelliani dans la préface de la publication, alors même que Gsell cite nommément Cozza et les deux gardes officiels qui l’ont assisté62.

  • 63 Archives de l'École française de Rome, non coté, Francesco Marcelliani à Auguste Geffroy, Rome, 6 a (...)
  • 64 Le récit de Marcelliani peut être complété par celui du comte Tyszkiewicz. Dans une des livraisons (...)

29Un curieux document permet d’éclaircir quelque peu ces démêlés. Cinq ans plus tard, en 1894, Marcelliani adresse un long mémoire à Geffroy où il revient sur les fouilles et sur l’attitude de Gsell, « causa di tutti i mali per aver rovinato me e la mia famiglia »63. Il y dénonce la conduite erratique du Français sur le terrain, due à son inexpérience et à son ignorance du site : Gsell fouillait sans suite, en se concentrant sur les tombes les moins susceptibles de livrer du matériel intéressant, et ne suivait qu’épisodiquement les conseils de Marcelliani. Celui-ci nous donne aussi sa version de l’épisode rapporté par Gsell : durant l’absence de ce dernier, Marcelliani mit à profit l’ordre qui lui avait été donné de fouiller où il lui plairait ; d’autant plus incompréhensible pour lui fut la colère de Gsell à son retour, qui obligea à reboucher une tombe prometteuse, qui avait déjà livré « un bellissimo vaso istoriato ». Marcelliani garda pour lui ce vase orphelin, qu’il finit par vendre, à titre de compensation, écrit-il, pour un autre vase qu’il avait cédé gracieusement quelque temps auparavant à Torlonia. Gsell, ayant appris cette indélicatesse après la fin des fouilles, extorqua semble-t-il des aveux à Marcelliani, qui lui valurent la disgrâce de Torlonia et provoquèrent sa ruine64. Le mémoire vise donc à justifier l’inconduite de l’Italien, et à persuader Geffroy de plaider sa cause auprès de Torlonia.

  • 65 Annexe n° 5.1.

30Au-delà de leurs aspects pittoresques ou dramatiques, ces épisodes mettent en lumière les différences de stratégies dans la conduite des fouilles. Celles-ci ne sauraient se réduire à une simple opposition entre Marcelliani et Gsell : ce dernier exprime lui-même clairement dans ses lettres à Geffroy ses doutes sur la méthode à suivre. La raison première de ces difficultés est bien entendu l’état du site, largement exploré tout au long du siècle. Gsell déplore que « tous les bons endroits ont déjà été fouillés ou pour mieux dire dévastés par Lucien Bonaparte »65. Dès lors, l’alternative est claire : explorer systématiquement différents secteurs de la nécropole, quitte à ne tomber que sur des tombes déjà dépouillées de leur mobilier, et à devoir se contenter d’une étude typologique des tombes elles-mêmes ; ou creuser de manière aléatoire, à la recherche de tombes épargnées et de mobiliers intacts. Cette opposition des « deux systèmes de fouilles », incarnés dès le début par Cozza et Marcelliani, est vivement ressentie par Gsell lui-même, tiraillé entre les deux approches tout au long de la campagne. Un second facteur décisif vient renforcer ces hésitations : Gsell doit tenir compte des motivations de Torlonia qui finance les recherches et entend bien en retirer un profit matériel ; les représentants de la casa sont d’ailleurs là pour rappeler au Français les intérêts de leur maître. En ce sens aussi, la fouille de Vulci est marquée par l’héritage des pratiques du XIXe siècle : entre le souci d’accroître les collections du Prince et les exigences nouvelles d’un travail scientifique, l’équilibre est difficile à maintenir. On comprend les critiques de Marcelliani, qui pour sa part est entièrement dans la recherche de l’objet de valeur et ne comprend pas l’intérêt persistant de Gsell pour les tombes modestes :

  • 66 (…) invaghito di trovare i pozzetti (tombe vetuste ma di poca importanza e di nessun lucro, che sta (...)

(…) désireux de trouver les pozzetti (tombes anciennes, mais de peu d'importance et sans aucun profit, qui sont à fleur de sol, presque à la surface du terrain et en nombre infini), il voulut se consacrer à cette fouille. Et pourtant je lui avais fait observer qu'il suffisait d'un échantillon de ces pozzetti mais qu'il importait de trouver quelque bonne tombe pour en tirer des objets d'art et de profit pour le prince qui dépense de l'argent et que ce n'était pas ainsi que l'on fouillait. Il se rangea à nouveau à mes vues en me disant être convaincu et nous abandonnâmes cette fouille pour aller vers de meilleurs endroits. (…) Entre les tombes à fosse, il y avait celles à chambre véritablement bonnes, celle précisément que je désirais alors que lui n'en voulait parce qu'elle étaient plus profondes et qu'il fallait en conséquence plus de temps pour extraire la terre ; mais c'est là que se trouvaient les objets les plus précieux d'art grec, de beaux bronzes et autres. Aussi, impatient et désireux de faire des découvertes chaque jour dans les petites tombes, il m'ordonna de cesser la fouille d'une tombe déjà entamée dont j'espérais beaucoup : mes arguments furent vains. Revenu comme d'habitude aux pozzetti, on n'y trouvait rien d'autre que les habituels vases funéraires (…).66

  • 67 Annexe n° 5.6.
  • 68 Annexe n° 5.8.
  • 69 La préface de la publication rend bien compte de cette démarche aléatoire (S. Gsell, Fouilles dans (...)

31Gsell se résout en fait à une fouille relativement désordonnée, qui passe d’une zone à l’autre, voire disperse les ouvriers sur différents secteurs : « Au point de vue scientifique cette méthode est absurde et je perdrai à peu près mon temps ici, mais on trouvera peut-être quelques belles choses pour le prince. »67 Il n’en oublie pas pour autant de concentrer son attention sur « quelques tombes à fossa intéressantes pour moi (nullement pour le prince) »68 et d’explorer aussi systématiquement que possible les secteurs les plus préservés69.

32On ne sait pas si Giulio Torlonia a été déçu du résultat de ces fouilles. Geffroy lui-même, dans le rapport préliminaire qu’il présente à l’Académie, s’emploie en tout cas à relativiser la modestie des résultats matériels en mettant l’accent sur l’importance des acquis scientifiques :

  • 70 A. Geffroy, Notes sur les fouilles de Vulci..., cit., p. 267-268.

La nécropole de Vulci a été bien souvent exploitée et dépouillée (…) Il n’est donc pas étonnant que les dernières recherches n’aient pas obtenu en très grand nombre les morceaux de premier ordre. Mais une science attentive et éclairée sait maintenant attacher un grand prix à certains traits qu’on dédaignait trop naguère. Tels sont, à Vulci, les divers systèmes de construction des sépultures et les divers degrés de fabrication des fragments conservés dans ces sépultures (…). Si l’œuvre s’achève, les fouilles de Vulci auront donné à S. E. le prince Torlonia une série considérable d’objets étrusques scientifiquement disposés et commentés.70

33La disposition et le commentaire scientifiques évoqués par Geffroy font probablement allusion aux deux modes de présentation du matériel, qui ont connu des sorts contrastés : le musée Torlonia et la publication de Gsell.

  • 71 S. Gsell, Fouilles dans la nécropole de Vulci..., cit., p. 266, 292, 297, 299 et 488. Si Gsell a eu (...)
  • 72 Annexe n° 5.21.
  • 73 Ibid.
  • 74 S. Gsell, Fouilles dans la nécropole de Vulci..., cit., p. 6.

34Le palais de la Lungara abrite déjà à cette époque une importante collection vulcienne, provenant notamment des fouilles d’Alessandro François (dont les célèbres fresques) et des campagnes plus récentes menées par Marcelliani. Gsell a eu accès à ce matériel, qui lui a servi à préparer la publication ; d’après les notices qui leur y sont consacrées, les objets sont conservés sans ordre et sans mémoire de leur origine précise71. En ce sens, le soin apporté lors de la fouille de 1889 au catalogage et au maintien des contextes assure aux mobiliers qui entrent dans la collection une valeur muséologique nouvelle, qui tranche avec l’esprit de collection qui y régnait auparavant. Ce travail de mise en ordre n’est pas dénué d’arrière-pensées de la part de Gsell et de Geffroy. Il semble en effet, à en juger par les allusions d’une lettre de Gsell, que l’École se soit intéressée de près à cette collection72 ; il s’agissait apparemment d’en faire une véritable musée étrusque, que les Français auraient enrichi de leurs fouilles73. La perspective est en tout cas de valoriser cette collection, comme l’écrit Geffroy dans la dédicace du livre de Gsell74 :

Grâce à la disposition vraiment scientifique que M. Gsell y a introduite, le petit musée étrusque que forme désormais dans le palais Torlonia de la Lungara la collection des objets par lui trouvés à Vulci peut servir de noyau à un futur musée, que des fouilles ultérieures, bien conduites, augmenteraient utilement et rendraient précieux pour l’étude.

  • 75 Sur l’état du matériel conservé au Museo Torlonia, cf. L. Ricciardi, La necropoli settentrionale di (...)

35Le projet n’eut pas de suite. Les fouilles destinées à enrichir la collection n’eurent pas lieu, comme nous allons le voir, et les mobiliers de la fouille de Vulci, à l’image des autres parties des antiques Torlonia, restèrent largement inaccessibles aux chercheurs ou furent dispersés75.

  • 76 Sur la réception du volume, cf. A. Cherici, Gli scavi vulcenti di Stéphane Gsell, dans Aspects de l (...)
  • 77 Comme le confirme Colino Kambo, l’agent de la casa Torlonia, à Geffroy (archives de l'École françai (...)
  • 78 A. Geffroy, « Du progrès de la science archéologique et de l’exégèse à Rome », dans La Revue des de (...)
  • 79 Cf. F. Delpino, Gli scavi di Stéphane Gsell..., cit., p. 445 et p. 453-455 (document n° 12).
  • 80 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12935, fol. 619-620, Stéphane Gsell à Auguste Geffroy, Alger, 13 mai (...)
  • 81 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12935, fol. 619-620, Stéphane Gsell à Auguste Geffroy, Alger, 13 mai (...)
  • 82 Sur cette localisation du sanctuaire étrusque, cf. W. Helbig, dans Bullettino dell'Instituto di cor (...)
  • 83 Annexes nos 5.20 et 5.21.
  • 84 F. Delpino, Gli scavi di Stéphane Gsell..., cit., p. 445 ; sur les fouilles de Graillot à Satricum (...)

36L’autre entreprise de présentation du matériel eut plus de succès : la publication des fouilles a recueilli le succès que méritait le travail de Gsell, comme le montrent les différents comptes rendus qui paraissent à l’époque76. Là encore, ce résultat a été rendu possible grâce au soutien de Torlonia qui a décidé, contrairement à ce qui était convenu initialement, de financer lui-même le volume77.
Ce volume marque le couronnement de longues années d’efforts de la part de Geffroy, qui a finalement réussi à montrer la valeur de l’École française de Rome sur le terrain archéologique et en particulier dans le domaine étrusque. Il ne se prive pas de le faire savoir, en consacrant notamment une large place à ces fouilles dans un article sur l’actualité archéologique en Italie78. Poursuivant la politique de liens personnels qui lui a si bien réussi, il obtient pour Giulio Torlonia la Légion d’honneur dès 189179. Quant à Gsell, qui a quitté l’École pour un poste en Algérie, il est question en 1894 de le proposer pour l’ordre de la couronne d’Italie80.
Geffroy, comme on l’aura compris, exploite ce premier succès pour en préparer d’autres. De fait, en 1894, comme nous l’apprend une lettre de Gsell à Geffroy, un retour sur le terrain étrusque est envisagé. Il s’agirait cette fois de chercher le célèbre sanctuaire de Voltumna81. Geffroy exploite sans doute la piste que lui indiquait quelques années plus tôt Marcelliani, qui situait le temple sur les terres des Torlonia dans la localité Il Voltone, près de Farnese82. Les déplacements de Gsell dans ce secteur à la fin de la campagne de 1889 correspondent sûrement déjà à des prospections en ce sens ; celles-ci ont dû lui apparaître suffisamment prometteuses (« C’est vraiment une affaire sérieuse ») pour qu’il envisage des fouilles83. Il s’agirait donc de rééditer l’opération de 1889, toujours en association avec Torlonia, les contraintes posées par les autorités archéologiques italiennes n’ayant pas changé.
Mais l’histoire ne se répète pas : en 1895, Geffroy quitte la direction de l’École française de Rome sans avoir pu ouvrir ce nouveau chantier et Gsell reste à Alger, où il poursuit sa carrière scientifique. La nouvelle période qui s’ouvre à l’École française de Rome, sous la direction de Louis Duchesne, montre rapidement les difficultés persistantes (voire croissantes) pour les instituts étrangers à avoir accès aux sites. L’affaire des fouilles de Satricum en particulier, où l’École à travers Henri Graillot se trouve impliquée dès 1896 et qui apparaît à bien des égards comme une réplique en négatif de la campagne de Gsell, illustre bien les limites de la collaboration archéologique en Italie à cette époque84. Il faut attendre 1906 et d’autres circonstances spéciales – et qui d’ailleurs ne se répéteront pas de sitôt – pour que l’École française, en la personne d’Albert Grenier, retourne sur le terrain étrusque.

Annexes

1. Extrait de lettre de Michel Bréal à Auguste Geffroy – 1879, 22 décembre – Paris

Orig. autogr. Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12916, fol. 1140-1143v.

Mon Cher Confrère,

Vous m’avez prévenu. À travers le terrible arriéré que j’ai trouvé ici, je cherchais un moment pour vous remercier, pour remercier Madame Geffroy, du cordial accueil que vous nous avez fait. J’espère que vous excuserez mon retard : ce n’est pas faute d’avoir pensé à vous, ni d’avoir parlé de vous avec Madame Bréal et avec vos amis d’ici.
Nous n’avons pas vu Corneto ; mais nous avons été à Chiusi où j’ai pu visiter le musée étrusque et voir une inscription bilingue. Ce voyage, qui a été une série de plaisirs, est rempli de desiderata. Mais, comme vous le dites très bien, nous nous sommes préparés un excellent second voyage. Avant de quitter l’étrusque, laissez-moi vous signaler une brochure qui me paraît intéressante : Etruskische Studien par C. Pauli. 1° cahier. Göttingue. Van den Hoeck.)
(…) Enfin je suis revenu à Paris, où j’ai trouvé femme et enfants en excellente santé, mais des lettres et des paquets en quantité !, sans compter l’obligation de reprendre mon cours le plus tôt possible. J’ai fait aujourd’hui ma seconde leçon. À la première j’ai expliqué l’inscription falisque que nous avons vue ensemble au Musée Kircher.
Les nouvelles que vous me donnez de l’École de Rome me font grand plaisir. Ces conférences ne peuvent manquer de donner l’élan à toute l’école. Dites à ces Messieurs, dont quelques-uns m’ont paru préoccupés un peu plus que de raison de ce que pensent les Italiens, de ce que font ou ne font pas leurs confrères allemands, que le meilleur moyen d’être respecté, c’est de se rendre fort : cela est vrai pour les écoles comme pour les nations. On ne demande pas mieux à Paris que de reconnaître la difficulté de la situation : de bons travaux, des découvertes seront le meilleur moyen de la rendre bonne et facile. Rappelez-vous quelle force a donné à l’école d’Athènes la découverte de Beulé.
En causant avec M. Dumont, j’ai vu aussi qu’il est plutôt pour l’Antiquité que pour le Moyen Âge (ceci entre nous) et je ne peux lui donner tort. J’ai pourtant réussi, je crois, à modifier un peu son jugement. Le Moyen Âge, selon moi, sera une des originalités de l’école de Rome : si les Allemands n’en font pas, ce n’est pas qu’ils n’en aient point envie, mais ils n’y réussissent pas comme nos élèves de l’École des chartes.
Quant à l’Antiquité, je crois qu’il faudrait établir régulièrement une sorte d’enseignement mutuel des nouveaux par les anciens. Vous l’avez déjà commencé par les conférences : mais à côté de ces leçons extraordinaires et préparées de longue main, il y aurait place pour des cours faits à l’école par les élèves de 2° et de 3° année aux élèves de 1°. Cela les préparera pour leurs futures leçons de Faculté. Quand même ces leçons ne seraient pas beaucoup plus qu’une explication détaillée des grandes inscriptions du Corpus, cela serait précieux pour les élèves et les maîtres.
Ces jeunes gens, dont quelques-uns sont fraîchement sortis de l’internat de l’École normale ou de la préparation à l’agrégation, ont besoin de se sentir encore encadrés et tenus par un programme d’études. Ils se plairont d’autant mieux à Rome qu’ils auront leurs heures de liberté à côté de leurs heures obligées de travail.
Je vous demande pardon de converser avec vous de cette façon. Ce n’est pas que vous ayez besoin de mes conseils, car j’ai admiré comment vous êtes à la fois aimé et respecté de vos élèves, et quel excellent esprit règne parmi ces jeunes gens. Je vous donne mes idées (les miennes, non celles de M. Dumont), en vous priant de les considérer seulement comme une preuve de sympathie pour votre École.

(…) Faites mes amitiés, je vous prie, à ces Messieurs, et croyez-moi votre bien dévoué confrère et ami.

Michel Bréal.

2. Lettres de Francesco Marcelliani à Auguste Geffroy

2.1. 1881, 6 novembre – Canino

Orig. autogr. Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12925, fol. 3782-3783.

Chiarissimo Signore,

Sarebbe per me un gran contento, se la S. V. On. a suo comodo, profittando delle belle giornate, dopo di una visita a Sua Eccellenza il Sig.re Principe Torlonia, venisse a vedere il bel monumento della Coccumella, il quale merita veramente di essere veduto, non solo per la sua bella e caratteristica costruzione, ora scoperta e denudata, ma ancora per uno studio e per farne una descrizione, stante ancora le tombe che coronano il tumulo. Sia pur certo che il suo viaggio verrà compensato da quello studio archeologico di cui sarà pascolo quel monumento.
Ormai è una cosa decisa, vale a dire che non vi è più dubbio sull’esistenza di una o più grandi tombe, scrupulosamente nascoste, e di epoca assai vetusta. Quell’artificiale collina sì nobilmente e superbamente costrutta, non è che un luogo destinato dai Vulcenti per le tombe dei loro re, o Larti o Locumoni che siano. E per non allungare e perdere il tempo in uno scavo regolare quale richiederebbe l’arte scavatoria per rintracciare il difficile ingresso del sepolcro, e più per secondare le brame non solo, ma gli ordini di S. E. padrono, onde sbrigare il prima possibile questo gigantesco lavoro, mi sono diretto al centro del tumulo aprendo un grande taglio, ed affondandolo fino al secondo strato solido di tufo, ove certamente è costrutto l’interno del mausoleo. La scoperta di questa tomba, son persuaso, che farà epoca e darà luogo a parlarne e molto più a scrivere di essa.
Spero dunque che la S. V. On. mi onorerà di una visita allorchè lo credera opportuno, ed in tale fiducia, me Le raccomando presso il Principe affinchè abbia pazienza che si faccia il forte lavoro di sterro e si eseguisca ciò che occorre per raggiungere la meta.
Passo al bene di riverirla con i sig.ri Georges, Jullian e de Villefosse e mi creda con distinta stima di S.V. On., devotissimo servitore,

Francesco Marcelliani

P.S. La pregherei di qualche risposta riguardo ai sarcofagi.

2.2. 1881, 24 décembre – Canino

Orig. autogr. Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12925, fol. 3784-3785.

Onorevole Signore,

Non mi è dato poterLe esprimere i sentimenti del moi cuore nel ricevere la Sua pregiatissima lettera in questo stesso giorno, e credo che io dubitavo che Ella fosse in Roma. Grazie dunque e buone feste e buon’anno novello, che prego di partecipare ancora alla Sua rispettabile signora e quei signori tutti che io, mercè Sua, ho conosciuti.
La ringrazio delle Sue premure per me verso il mio principe, ed allorchè lo rivedrà, lo persuada che il lavoro è lungo, cioè faticoso e gigantesco, perché si tratta non di tombe comuni, ma di tombe reali ben nascoste e profonde, che altri principi non poterono ottenerne di penetrarvi, e tanti altri restarono avvisiti prima di dar principio, cioè si spaventarono del lavoro da eseguire, e più d’ogni altra cosa erano dubbii del felice evento. Ma noi nulla temiamo perché siamo sicuri e certi di raggiungere la meta profissa, perché siamo certi di grandi tombe reali e non ci mancano i mezzi per il lavoro : però conviene ancora pazientare almeno fino al marzo o all’aprile essendo lavoro colossale e difficoltoso ; che se ciò non fosse stato, non sarebbe stata carne per i nostri denti, perché altri prima di noi e con poca spesa l’avrebbero trovato, e perciò non sarebbe stata concessa questa sorte a Sua Eccellenza, ed a me questa consolazione.
Il rinvenimento della Coccumella sarà una scoperta Europea, vale a dire che richiamerà a se tutto il mondo scienziato e noi scioglieremo il grande problema agitato fino dal 1828.
Oh, quanto mi sarà gradita una Sua visita nella bella stagione, e vedrà allora che io non ebbi mai torto sulla Coccumella.
La prego di non far conoscere al Principe che io Le ho scritto. La fortuna volesse che la S.V. conoscesse il sig.re Alessandro Castellani e lo vedesse, La prego riverirmeLo ed augurarGli da parte mia un felice anno novello.

Aggradisca i miei rispetti e mi creda col salutarle e con distinta stima ed attacamento di Vostra S. Onma devotissimo servitore,

Francesco Marcelliani.

3. Lettre de Giulio Torlonia à Auguste Geffroy – 1889, 14 janvier – Rome

Orig. signé autogr. Archives de l'École française de Rome, non coté.

Monsieur,

J’ai reçu votre lettre de la teneur suivante :

Rome 12 janvier 1889.

Prince,
Votre Excellence, désirant servir la science et favoriser les efforts de ceux qui la servent, veut bien inviter l’École française de Rome à entreprendre sur votre domaine de Vulci des fouilles archéologiques, aux conditions suivantes.
Un ou deux membres de l’École française de Rome seront chargés de diriger scientifiquement les fouilles et d’en publier avec représentations figurées au besoin, aux frais de l’École, les résultats. Monsieur le professeur Helbig, de l’Institut de France, voudra bien nous assister de son expérience.
Le sieur Marcelliani, au nom de Votre Excellence suivra les fouilles. Il enrôlera d’un commun accord avec les membres de l’École désignée, il surveillera et paiera les ouvriers.
Votre Excellence veut bien prendre à sa charge l’entretien du sieur Marcelliani et les dépenses relatives aux fouilles.
Tous les objets trouvés appartiendront, sans aucune exception, à Votre Excellence. Ils seront immédiatement transportés avec le plus grand soin à Musignano pour y être déposés sous la garde du sieur Marcelliani.
Si le subside destiné au sieur Marcelliani est fixé à 130 lires par mois, il est probable d’autre part qu’une quinzaine d’ouvriers suffiront, au moins pour le commencement, et sauf à augmenter ce nombre selon le succès des fouilles.
Chaque ouvrier étant payé de 1 lire et demie à 2 lires par jour, et les fouilles pouvant durer quatre mois environ à partir du 1er février, la somme totale des dépenses ne dépasserait pas cinq à six mille lires.
Votre Excellence veut bien donner les ordres nécessaires pour que deux ou trois chambres avec lit soient mises à Musignano à la disposition des membres de l’École française chargés des fouilles, avec les obligeantes recommandations de Votre Excellence ils prendront les arrangements convenables pour trouver là même leur nourriture de chaque jour, à leur propre charge.
Je prie Votre Excellence d’agréer avec nos remerciements à l’avance, l’expression de mes sentiments très respectueux.
A. Geffroy

directeur de l’École française de Rome
Palazzo Farnese.

En réponse à cette lettre, j’ai le plaisir de vous dire que j’accepte les propositions ci-dessous (sic) énoncées, et que je vais donner les ordres afin que vous puissiez commencer les fouilles le premier du mois prochain.

Veuillez agréer, Monsieur, mes sentiments bien distingués.

Bien dévoué,

Giulio Torlonia.

4. Lettre de Paolo Boselli, ministre de l’Instruction publique, à Auguste Geffroy – 1889, 18 février – Rome.

Orig. signé autogr. Archives de l'École française de Rome, non coté.

Monsieur le professeur,

À la courtoisie d’un homme de science aussi distingué que vous, je m’empresse de répondre par mes remerciements bien sincères.
Ayant connu les accords que vous avez pris avec M. le Sénateur Fiorelli, et confiant dans les renseignements que vous avez bien voulu me donner par votre lettre, je n’ai plus rien à observer à l’égard des fouilles auxquelles vous participez.
Les fouilles que le gouvernement italien a entrepris depuis plusieurs années dans différentes régions, ont partout un but bien établi et une entente commune qui répond à un coup d’œil d’ensemble et à un système bien arrêté. Et je suis bien aise de voir que tous ceux qui s’adonnent aux recherches archéologiques trouvent avec le concours du gouvernement les moyens de les poursuivre au plus grand profit d’une science qui est le patrimoine de tous les peuples.
Au reste, je connais bien les mérites que votre école a déjà acquis dans le champ des découvertes historiques et je sais combien on doit s’attendre de votre direction si active, si pratique et illuminée.
Aussi je serai heureux de pouvoir exercer à votre égard les devoirs de la plus large hospitalité scientifique et de vous témoigner ainsi les sentiments d’estime et de sympathie avec lesquels j’ai l’honneur d’être votre [illisible].

Boselli.

5. Lettres de Stéphane Gsell à Auguste Geffroy

Orig. autogr. Archives de l'École française de Rome, non coté. Certaines lettres sont numérotées.

5.1. 1889, 10 février – Musignano

Monsieur le Directeur,

Je suis à Musignano depuis trois jours, en parfaite santé. Le comte Cozza est venu en même temps que moi. C’est un homme fort aimable, que je suis très heureux d’avoir pour compagnon. Nous avons visité ensemble hier et avant-hier toute la nécropole, et les fouilles commenceront demain avec dix ouvriers. Le comte Cozza n’a pas une bonne idée de la nécropole de Vulci : tous les bons endroits ont déjà été fouillés ou pour mieux dire dévastés par Lucien Bonaparte.
Le gouvernement italien a donné au comte Cozza l’ordre de diriger les fouilles : quant à moi je ne serais ici que per studiare, mais dans la pratique je crois que tout s’arrangera. Il est certain que la présence du comte Cozza à Vulci m’est extrêmement utile car il a une grande expérience des fouilles. Si vous avez à m’écrire, je vous prierais de mettre ainsi l’adresse « Montalto di Castro, per Canino », car Musignano n’est pas une localité connue de la poste.
Peut-être quitterons-nous bientôt Musignano qui est véritablement trop loin des fouilles et irons-nous au pont della Badia. C’est une question que nous réglerons quand viendra Petti.

Je vous prie, Monsieur le Directeur, de croire à mes sentiments respectueux et de présenter mes hommages à Madame Geffroy.

S. Gsell.

5.2. 1889, 26 février, « mardi soir » – Musignano

Monsieur le Directeur,

  • 85 Annotation de Geffroy entre les lignes : « non ».

Je reçois à l’instant votre lettre de dimanche ; vous avez dû recevoir celle que je vous ai écrite vendredi85 : comme vous voyez, la poste est fort lente. Je suis encore à Musignano et le comte Cozza est à Rome : il a dû aller vous voir.
Il y a un train qui part de Rome à 7 h 20 du matin et arrive à Montalto vers midi : la voiture de la poste correspond avec lui. Quant au télégramme, il fonctionne d’une manière fort irrégulière. Je me porte à merveille et j’ai l’intention d’aller vous faire une visite à Rome dans quelques jours.
Sans aucune exagération, les fouilles vont mal : ces deux journées lundi et mardi n’ont rien donné. Nous nous sommes abattus sur un poggio où nous n’avons trouvé que des tombes déjà fouillées par Bonaparte ou entièrement pillées par les anciens. Il y a deux systèmes de fouilles. Le premier consiste à prendre un espace restreint de la nécropole et à le fouiller entièrement, pendant une ou deux semaines : c’est le seul vraiment scientifique. On se rend ainsi compte de la manière dont les tombes étaient construites à une certaine époque. Mais il a des inconvénients très graves à Vulci qui a été partout dévasté par nos prédécesseurs : nous risquons de tomber sur des tombes fouillées, ou sur des tombes fort pauvres ou entièrement dépouillées dès l’Antiquité.
L’autre système consiste à aller deçà delà cherchant une tombe, deux tombes qui ont échappé à Bonaparte, ce n’est nullement scientifique, mais c’est le meilleur moyen de trouver des objets qui puissent intéresser le prince ; et pour trouver ces tombes, Marcelliani a beaucoup de flair.
Naturellement le premier système est celui du comte, le second est celui de Marcelliani. Je ne sais trop que dire : il est certain que jusqu’à présent le premier système a donné des résultats médiocres et même mauvais, si l’on se place au point de vue du prince. D’ailleurs ma position n’est pas assez définie ici : je vous prierais de m’envoyer copie et traduction de la lettre que vous avez échangée avec le prince. En somme, vous voyez que ma situation est assez difficile : je ne veux pas avoir l’air de soutenir Marcelliani contre le comte avec lequel je suis en excellents termes, et qui du reste a raison à certains égards ; d’autre part, je désirerais que le prince ne dépensât pas son argent uniquement dans l’intérêt de nos études. Ma situation est d’autant plus embarrassante que la casa Torlonia est fort ennuyée de ces fouilles et ne veut évidemment plus s’en occuper et que d’autre part le gouvernement peut interdire les fouilles, si la méthode lui semble mauvaise. Enfin je ferai de mon mieux. Je vous prie de croire, Monsieur le Directeur, à mes sentiments respectueux et de présenter mes hommages à Madame Geffroy.

S. Gsell.

5.3. 1899, 2 mars, « samedi soir » – Musignano

Monsieur le Directeur,

Je suis très contrarié que ma deuxième lettre ne vous soit pas parvenue : je vous y disais certaines choses qui devaient rester entre nous. Je vous donnais aussi quelques détails sur les fouilles en vous priant de les transmettre à la casa Torlonia qui a dû s’étonner de mon silence. L’agent de la maison, Mr Petti, est venu hier, il a visité les fouilles et le magasin : il nous a exprimé, de la façon la plus polie d’ailleurs, le désir que ces fouilles ne fussent pas exclusivement scientifiques et servissent un peu à orner le Musée Torlonia. C’est aussi mon avis. Le comte Cozza n’est pas encore revenu de Rome. Les derniers jours ont été un peu meilleurs, nous avons trouvé pas mal de choses, intéressantes pour l’archéologie. Nous allons fouiller peut-être un vaste tombeau que nous avons découvert : une sorte de Cucumella. Mais maintenant je pense qu’il faut absolument trouver quelque chose pour le prince : c’est ce que nous allons surtout chercher. Marcelliani montre beaucoup de bonne volonté. Je dois retarder un peu mon départ, car j’ai à finir le catalogue des objets trouvés, des dessins à faire, etc., et lundi et mardi nous ouvrirons des tombes qu’on a préparées aujourd’hui. Je ne viendrai donc pas à Rome avant huit jours. Je vous prierais d’avoir la bonté de m’envoyer un mandat de 50 francs (ou une lettre chargée) sur mon traitement de février. Je toucherai le reste à Rome.
Dans la lettre perdue, je vous disais que le comte Cozza et moi nous avions rédigé ensemble le premier rapport sur les fouilles. Peut-être sera-t-il imprimé dans les Notizie degli Scavi, mais au moins le nom de l’École et le mien y seront. Le 2ème rapport que je prépare maintenant sera de moi seul et je vous le porterai à Rome ; je le fais en français : le premier était en italien. Vous pourrez peut-être le transmettre au ministère et à cette occasion régler la question de la publication.

Je vous prie de croire, Monsieur le Directeur, à mes sentiments respectueux et de vouloir bien présenter mes hommages à Madame Geffroy.

S. Gsell.

Je reçois à l’instant votre lettre.

5.4. 1889, 4 mars, « lundi soir » – Musignano

5e lettre.

Monsieur le Directeur,

Je vous envoie un mot à la hâte pour vous dire que les fouilles vont beaucoup mieux. Nous avons ouvert aujourd’hui trois tombes : la première a donné beaucoup d’objets mais de peu de valeur ; la seconde, quelques oenochoes et plats de bronze ; 2 grands vases à figures noires : le premier représentant la lutte d’Hercule contre Cycnos, le second une rangée de figures féminines à 4 ailes recoquillées ; une grande coupe grecque à décoration très fine avec 2 figures peintes avec engobe rouge vineux et blanc entre les anses, une oenochoé et une olpé de bronze ; la 3e avait aussi des vases de bronze intéressants et une longue épingle à cheveux, en bronze, ornée d’une figure dans la partie supérieure. Naturellement je fais le catalogue complet que je vous porterai à Rome dans 6 ou 7 jours. Je vous prierais d’avoir la bonté de transmettre ces nouvelles à la casa Torlonia, en faisant observer que dans ma seconde lettre perdue (ou plutôt égarée) je faisais un court rapport sur les premiers résultats des fouilles. Jusqu’à présent les fouilles ont rapporté à peu près le triple de la somme qu’elles ont coûtée. Je me recommande à vous pour le mandat de 50 francs que je vous ai prié de m’envoyer. Je suis content de Marcelliani. Le comte n’est pas encore revenu.

Veuillez excuser la précipitation avec laquelle j’ai écrit cette lettre et croire à mes sentiments respectueux.

S. Gsell.

5.5. 1889, [7 mars], « jeudi matin » – Musignano

6e lettre.

Monsieur le Directeur,

Je vous envoie pour le ministère de l’Instruction publique les calques des plans, coupes et élévations des tombes dont vous avez le catalogue. J’ai tous les croquis vous pouvez donc abandonner tous ces calques au Ministère. Je vous prierais de faire remarquer que je ne puis encore donner la carte de cette partie de la nécropole de Vulci, partie dont nous n’avons pas terminé l’exploration. Les fouilles recommencent à prendre une mauvaise tournure, mais nous espérons y remédier promptement. Je vous écrirai samedi soir pour vous donner les résultats de la semaine.
Pourriez-vous me faire calquer à la bibliothèque les premières planches de Lenormant et de Witte, [mot illisible] des monuments céramiques [ = Élite des monuments céramographiques] et de Furtwängler, Beschreibung der Vasensammlung in Berlin, celles où sont figurées les formes des vases, avec des numéros d’ordre. Cela abrégerait mon travail. Au lieu de décrire un vase, je dirais simplement : Forme : Furtwängler n° etc.. Je vous serais reconnaissant de m’envoyer promptement ces calques.

Je vous prie de croire, Monsieur le Directeur à mes sentiments respectueux et de présenter mes hommages à Madame Geffroy.

S. Gsell

Le comte n’est pas encore revenu

5.6. 1889, 17 mars – Musignano

7e lettre.

Monsieur le Directeur,

Les fouilles de cette semaine ont été très mauvaises. Les « vestibules » de notre nouvelle Cucumella ont disparu au bout de quelques mètres de parcours et en en faisant tout le tour nous n’avons pu en trouver l’entrée. Il faut y renoncer. Les tombes ouvertes étaient à peu près vides ou déjà fouillées. Lundi nous mettrons nos ouvriers sur d’autres points de la nécropole, allant deçà delà au milieu des tombes fouillées pour en trouver une ou deux intactes. Au point de vue scientifique cette méthode est absurde et je perdrai à peu près mon temps ici, mais on trouvera peut-être quelques belles choses pour le prince. Je ne renonce pas du reste à la Polledrara qui nous a tant trompés, et nous y aurons toujours quatre ou cinq ouvriers. C’est le seul endroit où l’on puisse fouiller avec quelque méthode.
Je ne me décourage pas, ce qui ne servirait à rien, et j’essaie de tirer le meilleur parti possible de cette mauvaise affaire.

Je vous prie de croire, Monsieur le Directeur, à mes sentiments respectueux et de présenter mes hommages à Madame Geffroy.

S. Gsell.

Veuillez attendre un peu pour communiquer ces tristes nouvelles à la casa Torlonia.

Vous avez dû recevoir les calques que je vous ai envoyés pour le Ministère.

5.7. 1889, 18 mars, « lundi soir » [reçu mardi à 18 h 30] – Musignano

8e lettre.

Monsieur le Directeur,

Aujourd’hui je change un peu de ton. Avant de dire adieu à la Polledrara, nous avons voulu voir encore un poggio et notre vertu a été récompensée. Nous sommes, je l’espère, sur une bonne voie. Naturellement nous n’avons pu que commencer mais l’aspect des tombes est excellent. Nous en avons ouvert une, dont les vase étaient bien conservés : nous y avons trouvé un vase grec archaïque (amphore) : deux hommes nus luttant de chaque côté, auprès deux agonothètes. J’espère que ce poggio nous donnera de bons résultats.
Je vous prie de vouloir bien écrire à la casa Torlonia que la semaine dernière n’a pas été bonne (d’ailleurs le temps était très mauvais), mais qu’aujourd’hui lundi nous avons trouvé ce vase et que nous sommes sur une bonne voie. Quant à la nouvelle Cucumella, nous suspendons provisoirement les travaux. Je vous prierais de m’autoriser à dépenser 150 à 200 francs pour m’acheter un cheval, que je revendrai à la fin des fouilles ou que nous pourrons donner à Marcelliani en récompense de son zèle : je suis content de lui. Si vous trouvez la somme trop forte (le cheval se revendrait au moins 100 francs), donnez-moi seulement 100 francs, je paierai le reste. Les chevaux du prince sont beaucoup trop fougueux et ne peuvent s’atteler, et on ne trouve pas de chevaux à louer à Canino : d’ailleurs je serai ainsi beaucoup plus libre d’aller où je voudrai. Veuillez, je vous prie, me répondre de suite pour cette affaire. Jusqu’à présent je suis allé à âne ou à pied, mais je perds trop de temps et quand viendront les chaleurs, qui ne se feront pas attendre, ce sera impossible, il faudra une voiture que je me charge de louer à Canino. N’ennuyons pas la casa Torlonia avec cette affaire.

Je vous prie de croire, Monsieur le Directeur, à mes sentiments respectueux.

S. Gsell.

Le comte n’est pas revenu

5.8. 1889, 24 mars, « dimanche soir » – Musignano

9e lettre.

Monsieur le Directeur,

Je vous remercie des calques et je regrette que vous ayez pris la peine de les faire vous-même : ils me seront très utiles. Pour le cheval je suis en pourparlers, je l’aurai pour 125 francs environ : ce n’est pas un pur-sang, mais il me rendra de grands services. Je n’ai pas besoin d’argent pour le moment, mais je vous prierais de m’envoyer dans quelques jours mon traitement de mars.
La semaine a été bonne. Lundi nous avons trouvé ce vase archaïque dont je vous ai parlé ; mardi pas de fouille, c’était la Saint-Joseph, mercredi, jeudi, vendredi nous avons ouvert quelques tombes à fossa intéressantes pour moi (nullement pour le prince) malheureusement très ruinées ; enfin hier nous sommes entrés dans une tombe à cassone très maltraitée elle aussi ; mais elle nous a donné un beau vase archaïque à figures noires : deux coqs et deux lions, et une jolie petite coupe avec un cerf (figure noire) avec la signature de Cléson, fils de Néarque. Autant que je me rappelle on a déjà trouvé à Vulci deux vases signés de cet artiste. Voir Klein, Die Griechischen Vasen mit Meistersignaturen. Je ne sais si nous l’avons : il faudrait l’acheter. Il serait aussi fort utile de tenir au courant : Dumont et Chaplain continuation par Pottier, Les céramiques de la Grèce propre. Nous n’avons que les premières livraisons, autant qu’il me semble. Le Furtwängler a pour titre Vasensammlung in Antiquarium (à Berlin) Je ne me souviens pas si je l’ai consulté à la bibliothèque : c’est aussi un livre nécessaire. De même De Witte, Étude sur les vases peints ; Gerhard, Apulische Vasenbilder ; Stephani, Vasen Sammlung der K. Ermitage. Mettre au courant : le compte rendu et les monuments de la commission archaïque de St Pétersbourg. Se faire donner par le Ministère, qui l’a peut-être encore, la collection des Monuments publics par l’Association des études grecques.

Je vous prie d’excuser le décousu de ma lettre, écrite à la hâte.
Veuillez croire, Monsieur le Directeur, à mes sentiments respectueux et présenter les hommages à Madame Geffroy.

S. Gsell.

Je vous enverrai dans deux jours environ la relation pour le ministère.

5.9. 1889, 31 mars, « dimanche matin » – Musignano

10e lettre .

Monsieur le Directeur,

Je vous envoie bien vite des nouvelles des fouilles de la semaine. Lundi pas de travail : c’était l’Annunciata. Les autres jours on a travaillé malgré le temps affreux qui dure depuis un mois, et les résultats ont été excellents, au point de vue archéologique et bons au point de vue du prince. Nous sommes au 6e siècle : passage de tombes à fossa aux tombes à cassone, vases corinthiens et chalcidiens avec ornements ou zones d’animaux, malheureusement endommagés par le temps, petit lécythe archaïque : un personnage à cheval prêt à partir entre deux vieillards, c’est un très joli petit vase. Beaucoup d’autres objets d’une importance moindre. Les cassoni et les tombes sont immenses, elles ont jusqu’à six chambres : c’est véritablement une belle étude. Malheureusement à cause de leurs richesses elles ont été pillées dans l’antiquité d’une manière fort brutale. Dans une tombe à fossa, un petit anneau (τέττιξ pour les cheveux) en argent avec deux têtes de serpent dorées. Nous avons très bon espoir dans ce poggio qui nous a déjà donné beaucoup. Veuillez, je vous prie, communiquer ces résultats à la casa Torlonia et aussi prier M. Fiorelli de patienter un peu pour la relation des fouilles : je n’ai pas eu le temps encore de la terminer et je ne vous l’enverrai que dans quatre jours.
Je vous prierais d’avoir la bonté de m’envoyer mon manuscrit pour l’article des Mélanges : je ne puis corriger les épreuves sans ce manuscrit.
Je suis content de Marcelliani.
Veuillez, je vous prie, m’envoyer par lettre chargée (la poste d’ici n’a pas d’argent en quantité suffisante pour payer les mandats) 150 francs de mon traitement.

Je vous prie de croire, Monsieur le Directeur, à mes sentiments respectueux et à présenter mes hommages à Madame Geffroy.

S. Gsell.

5.10. 1889, [5 avril], « vendredi matin » – Musignano

Onzième lettre.

Monsieur le Directeur,

J’ai bien mis ma dernière lettre à la poste le dimanche matin : si elle vous est arrivée le dimanche soir, c’est qu’une fois par hasard le service a été fait comme il doit l’être. Je vous remercie du mandat : je ne sais quand le bureau de poste pourra me le payer, avant-hier il avait tout juste 3 francs en caisse. C’est très désagréable surtout à cause des dérangements que cela me cause ; je n’ai pas de temps à perdre. Nous avons laissée [sic] ouverte une des tombes, au moins en partie ; il est difficile de faire plus : les tombes sont non sur une pente mais sur un petit plateau, si bien que les ouvertures peuvent présenter des dangers pour les bestiaux ; de plus, la nature du terrain est détestable : au-dessous de la couche de tuf qui forme le plafond des salles, se trouvent une couche de sable fin et une couche de galets ; les éboulements sont incessants. Naturellement nous agissons avec la plus grande prudence et nous prenons par le dessus les tombes périlleuses, ce qui les détruit.
Le temps est toujours affreux et nous gêne beaucoup. Aussi cette semaine aura-t-elle probablement de très maigres résultats. Je vous en écrirai dimanche.

Je vous prie de croire, Monsieur le Directeur, à mes sentiments respectueux et de présenter mes hommages à Madame Geffroy.

S. Gsell.

J’ai reçu mon manuscrit : je vous en remercie ; je vous renverrai bientôt les épreuves.
Il me semble que mon rapport au Ministère sur les fouilles doit être extrêmement bref, puisque ce n’est plus qu’une simple formalité et que les Mélanges publieront tout. Je puis par exemple me dispenser de la carte, et des plans, et me contenter de deux ou trois pages

5.11. 1889, 8 avril, « lundi soir » – Musignano

Douzième lettre.

Monsieur le Directeur,

J’ai voulu attendre jusqu’à ce soir pour vous donner quelques nouvelles des fouilles, mais le temps nous a empêchés de travailler : orage, grêle, pluie continuelle, de l’eau dans toutes les tombes. Vraiment nous n’avons pas de chance cette année. Demain le temps s’annonce comme devant être aussi mauvais. Je compte pouvoir aller à Rome vers la fin de la semaine et nous parlerons des « libéralités » qu’il y aurait lieu de faire et autres choses.
La semaine dernière, nous n’avons rien trouvé de bien marquant, quelques oenochoés, holkrons, et tasses de bucchero avec figures estampées ; beaucoup de bucchero sans ornements, quelques fosse fort ruinées.
Je ne sais si j’ai bien compris ce à quoi vous faites allusion ; nous en parlerons à la fin de la semaine. M[arcelliani] a vendu à Rome, il y a douze jours, sur la recommandation du comte Cozza, des objets que nous avons vus dans son magasin à notre arrivée – ces objets appartenaient à des tombes à pozzo (ou à buco). Le marchand demeure via principe Amedeo n° 2.
Je vous rapporterai votre appareil photographique ; avec le temps que nous avons eu jusqu’à présent, il m’a été impossible de m’en servir.

Je vous prie de croire, Monsieur le Directeur, à mes sentiments respectueux et de présenter mes hommages à Madame Geffroy.

S. Gsell.

J’ai touché le montant du mandat

5.12. 1889, 14 avril, « dimanche matin » – Musignano

Monsieur le Directeur,

Je n’ai pas de résultats à vous donner pour cette semaine : elle a été employée à fermer les tombes que nous avions ouvertes et à en chercher d’autres. Nous avons quitté la Polledrara et nous faisons une tentative au-delà du Pont della Badia. L’agent de la casa à Canino a aussi des soupçons et il m’en a parlé. J’ai été du reste mécontent de la conduite de M[arcelliani] pendant mes deux jours d’absence : il n’a pas exécuté mes ordres. Après les reproches que je lui ai faits, je pense qu’il marchera un peu plus droit. Si M[arcelliani] reçoit quelque argent pour le moment, il le dépensera tout de suite selon son habitude et cela ne fera qu’augmenter les soupçons de la casa. J’ai l’intention de le mener désormais à la baguette, tout en lui faisant voir les avantages qu’il peut avoir à nous contenter.
Je n’ai besoin que de 25 tirages à part de mon petit article. Je vous prierais de remarquer que j’ai dû laisser en blanc quelques chiffres se rapportant à des pages ou à des notes de l’article.
Je suis entré hier dans deux vastes tombes déjà fouillées, mais, je crois, non étudiées. Il y a plusieurs inscriptions, et des sculptures. Voici une de ces inscriptions qui est bilingue.

Tarnal · Ramθas

lettres incisées
au-dessous lettres au pinceau :

M · TARNA · MF ·

Je les copierai avec soin si elles sont inédites. Pourriez-vous avoir la bonté de voir à ce sujet C.I.L., tome I et supplément Eph. epigr – Fabretti. Il y a peut-être quelque indication bibliographique, qui pourrait me servir pour l’étude de ces tombes.

Veuillez croire, Monsieur le Directeur, à mes sentiments respectueux et présenter mes hommages à Madame Geffroy.

S. Gsell.

5.13. 1889, 29 avril, « reçu mardi 30 avril 89 2 ¾ » – Musignano

Monsieur le Directeur,

Les fouilles ne vont pas mieux. Beaucoup d’objets et rien de saillant la semaine dernière. Marcelliani est devenu extrêmement obséquieux, mais cela jusqu’à présent ne nous a pas beaucoup servi. Nous quittons la région du pont de la Badia qui nous a donné peu de résultats (quelques aryballes et cotylisques à figures d’animaux bien conservés, deux petites spirales en or, ornées de petites têtes au repoussé, beaucoup de bucchero) ; et nous essayons quelque chose du côté de Cavalupo. On y trouve des bronzes bien conservés et assez jolis, paraît-il. Malheureusement on a semé le grain aux meilleurs endroits.

Veuillez croire, Monsieur le Directeur, à mes sentiments respectueux et présenter mes hommages à Madame Geffroy.

S. Gsell.

5.14. 1889, 2 mai, « jeudi soir » – Musignano

Monsieur le Directeur,

Je reçois en même temps trois lettres de vous, la première du quatorze, la troisième du 16. Je vous remercie des recherches que vous avez bien voulu faire pour les inscriptions, que j’ai toutes raisons de croire inédites. Le rapport est en effet pour M. Fiorelli : il est bien court, mais je pense que cela suffira. Je ferai tout mon possible pour venir à Rome le jour de Pâques, mais j’ai beaucoup à faire ici : il ne faut pas perdre de vue les fouilles un seul instant, et les ouvriers travailleront le lundi de Pâques et les jours suivants. Ils n’auront de vacances que pour le jour de Pâques.

Je vous prie de croire, Monsieur le Directeur à mes sentiments respectueux

S. Gsell.

Je rapporterai l’appareil photographique

5.15. 1889, 5 mai, « dimanche soir » – Musignano

Monsieur le Directeur,

Rien de neuf à vous annoncer pour cette semaine : nous sommes tombés sur une partie très archaïque de la nécropole (tombes à pozzo) que nous fouillons en partie. Mais notre principal effort se porte sur les rives de la Fiora, un peu au-dessus de la Grotte François (Grotta-bella) où nous cherchons quelque belle tombe. C’est un long travail : nous risquons le tout pour le tout. Il me semble impossible d’acheter le grain à Cavalupo : nous sommes trop proches de la fin des fouilles ; d’ailleurs ce grain n’appartient pas au fermier, mais à de petits métayers qui feraient de grandes difficultés pour le vendre à un prix raisonnable.

Veuillez croire, Monsieur le Directeur, à mes sentiments respectueux.

S. Gsell.

5.16. 1889, 6 mai, « lundi soir », « reçu le 8 à 6 h après-midi » – Musignano

Monsieur le Directeur,

Aujourd’hui par curiosité je suis entré, Dieu sait comment, dans une tombe déjà fouillée par nos prédécesseurs et j’en suis sorti poussant devant moi :
une amphore panathénaïque (très grande), de beau style, un peu endommagée et brisée ; mais les morceaux en sont bons ;
une grande coupe à figures rouges (seize figures et de nombreuses inscriptions), belle aussi : elle est tellement couverte de nitre que je ne puis en faire en ce moment la description ;
des fragments d’une grande amphore à figures noires : Bachus et des bacchantes. Peut-être retrouverons-nous le reste. Nous allons fouiller en cet endroit. J’espère que nous y trouverons de quoi nous consoler.

Veuillez croire, Monsieur le Directeur à mes sentiments respectueux.
S. Gsell.

Je rouvre ma lettre pour vous prier de vouloir bien m’envoyer une partie de mon traitement d’avril (150 ou 200 francs) : je n’ai plus beaucoup d’argent ici.

5.17. 1889, 12 mai, « dimanche matin », « reçu le 12 mai à 6 h ½ » – Musignano

Monsieur le directeur,

Dans la tombe dont je vous ai déjà parlé nous avons encore trouvé trois coupes, et deux petites amphores, à figures noires. La grande coupe trouvée l’autre jour est vraiment belle. Le reste de la grande amphore représentant Bacchus, des Satyres et des Bacchantes a été trouvé, mais la restauration n’en sera pas facile. Tout autour de cette tombe, autres tombes fouillées, mais malheureusement pour nous beaucoup mieux que celle-là. Cependant il suffirait d’en trouver deux semblables pour faire une belle fouille. Par malheur, la mauvaise chance ne me quitte pas. Je viens d’avoir une affaire extrêmement désagréable. On a volé dans le magasin les quelques objets en or que nous avons trouvés. Il y en a pour 70 francs tout au plus, mais vous pouvez vous figurer mon ennui. Ces objets, je les avais toujours gardés dans ma commode ; il y a quatre jours je les ai portés au magasin bien enveloppés dans du papier pour pouvoir les étudier ; je les ai malheureusement laissés, en ayant cependant soin de prendre les clefs, que je cache toujours. Avant-hier les objets n’étaient plus à leur place. Je les ai cherchés partout, pensant les avoir déplacés par distraction, mais je n’ai pu les retrouver. On les a volés : j’ai du reste retrouvé à l’endroit où je les avais laissés les fil de fer qui en retenait l’enveloppe. Je n’ai pas perdu tout espoir de les retrouver car ils ne seront pas vendus bien loin d’ici (à moins qu’on ne les fonde), et j’ai des soupçons sur certaines personnes de la ferme. Si ces objets m’appartenaient ce ne serait qu’une très petite contrariété pour moi, car ils ont très de peu de valeur, mais la casa Torlonia pourra m’accuser de négligence. Voici la description des deux choses principales, les seules qui aient quelque prix :
(le 18 avril) 2 spirales (τέττιγες) d’or à quatre volutes, divisées en trois bandes longitudinales, celle du milieu en lisse, les deux autres sont ornées de stries obliques imitant une corde. Sur ces volutes, dix petits chatons plats, de forme ovoïde. À l’intérieur de chacun de ces chatons, une tête imberbe au repoussé (un des spirales n’a que 9 chatons, le dixième s’est détaché). Diam : 0 m 023.
Peut-être prendront-elles le chemin de Rome, où on pourra les retrouver chez quelque marchand. Aujourd’hui, il y a foire à Canino : il y viendra deux orfèvres que je ferai surveiller. Je ne puis vous dire combien je suis ennuyé de ce vol. 

Veuillez, Monsieur le directeur, présenter mes hommages à Madame Geffroy, et croire à mes sentiments respectueux.

S. Gsell.

Je vous renvoie le Collignon.

J’ai reçu le mandat dont je vous remercie

5.18. 1889, 14 mai, « mardi soir » – Musignano

Monsieur le Directeur,

Quant j’ai la eu la certitude que ces objets m’avaient été volés, j’ai informé le représentant de la casa Torlonia à Canino. C’était, je crois, le meilleur parti à prendre : on ne pourra me reprocher de n’avoir rien fait pour les retrouver. D’ailleurs il ne faut pas trop prendre les choses au tragique : les objets ont été volés dans le magasin où ils auraient dû être en lieu sûr, de plus, ils n’ont qu’une petite valeur. Je pense que la casa Torlonia n’ira pas faire une grosse affaire pour 70 francs. Qu’on recherche le voleur, c’est bien ; mais maintenant cela regarde au moins autant le représentant de la casa que moi-même. L’affaire est surtout désagréable pour moi, qui m’en suis préoccupé pendant plusieurs jours. Je pense donc que vous pouvez avertir le comm. Kambo, en lui disant que le représentant de la casa a été prévenu. Je ne puis soupçonner ni les gardes, ni ma servante, ni Marcelliani. Je soupçonne trois autres personnes. Peut-être ces objets se retrouveront-ils. J’ai l’intention de les racheter au besoin.
Hier nous avons trouvé dans un pozzo 2 scarabées phéniciens, et divers objets de bronze.
Je voudrais fouiller jusqu’à la fin de mai, peut-être jusqu’à la Pentecôte.

Je vous prie de croire, Monsieur le Directeur, à mes sentiments respectueux.

S. Gsell.

5.19.  1889, 19 mai, « dimanche soir » – Musignano

Monsieur le Directeur,

La semaine dernière a été la semaine des pozzi. Ces pozzi sont d’un type plus récent que ceux de Corneto ; on y trouve beaucoup plus de bronze : nous avons recueilli un certain nombre de rasoirs, couteaux, fibules, fragments de colliers et une douzaine d’urnes cinéraires bien conservées ; deux scarabées que je vous ai signalés ; une tasse de bronze de grande dimension très bien conservée. Certains de ces pozzi ont une forme que je crois nouvelle, une sorte de cuve de tuf, posée au fond du pozzo, la cuve a un couvercle de tuf en forme de coupole : l’ensemble présente l’aspect d’un champignon au fond du puits. Nous avons ouvert aussi quelques cassoni l’un d’eux nous a donné un plat (pinax) décoré d’animaux par dessus et par dessous (type corinthien) ce plat est très bien conservé. En somme la semaine n’a pas été mauvaise.
Je vous demande pardon du retard que j’ai mis à vous envoyer le Collignon ; je l’avais oublié. Je l’ai expédié hier à Canino pour qu’on le mette à la poste.
Veuillez, Monsieur le Directeur, présenter mes hommages à Madame Geffroy et croire à mes sentiments respectueux.

S. Gsell.

Il serait bon de s’entendre avec la casa pour la fin des fouilles.
J’espère toujours votre visite et celle de M. Helbig. J’ai formé ici un petit musée avec nos découvertes, je voudrais vous le montrer avant qu’on ait tout brouillé, ce qui aura certainement lieu dès que j’aurai quitté Musignano.
Jusqu’à présent j’ai donné en tout 175 francs à M[arcelliani] ; mais il est vrai que je me sers d’un cheval qu’il a acheté, et que je ne lui donne rien pour cela.

5.20. 1889, 30 mai, « jeudi soir » – Musignano

Monsieur le Directeur,

Je viens de causer avec M. Luccattini l’agent de la casa Torlonia à Canino. Il a reçu de l’avocat Kambo une lettre le priant de se mettre d’accord avec moi pour la fin des fouilles. Il n’est pas possible de continuer : la chaleur rend la terre trop dure, et nous ne trouvons plus d’ouvriers à cause des travaux des champs. Nous terminons les travaux que nous avons en main, et tout sera fini samedi, au plus tard mardi. Il faudrait en informer le plus tôt possible le gouvernement, afin qu’il puisse envoyer aux gardes l’ordre de revenir à Rome. Je n’ai pas reçu de nouvelles d’Audollent, mais par suite de cette décision, je pense qu’il ne désirera plus venir à Musignano, où il n’y a plus rien à faire. Je désire rester ici encore une huitaine de jours, puis je ferai un petit tour dans les environs (surtout à Farnese). Je serai de retour à Rome dans quinze jours.

Je vous prie de croire, Monsieur le Directeur, à mes sentiments respectueux.

S. Gsell.

5.21. 1889, 2 juin, « dimanche soir » – Musignano

Monsieur le Directeur,

Je pensais, quand je suis allé à Rome, que les fouilles ne prendraient fin que le samedi 8 juin. Mais presque tous nos ouvriers nous ont déclaré qu’ils ne travailleraient pas avec nous la semaine prochaine et qu’ils iraient aux foins, travail qui leur rapportera le double avec beaucoup moins de fatigue. Les chaleurs sont devenues très fortes et l’on ne peut plus travailler la terre. L’agent de la casa Torlonia à Canino est venu deux fois à Musignano cette semaine, mercredi et jeudi, pour me demander si je ne jugeais pas opportun de terminer. C’était la seule chose raisonnable à faire, d’autant plus que jeudi dernier je n’avais encore reçu aucune lettre m’annonçant une visite prochaine et que je pouvais croire par conséquent qu’on avait renoncé à venir me voir.
Voici ce qu’on peut faire pour les objets. Je m’occupe en ce moment d’écarter ceux qui ne méritent pas de venir à Rome ; je dispose les autres de manière à ce qu’ils puissent être expédiés facilement. Marcelliani auquel on payera très probablement le mois de juin qui est commencé, se chargera du nettoyage, de quelques restaurations faciles (il y est assez habile) et expédiera les objets semaine par semaine (par la poste tout simplement), à raison de quatre ou cinq caisses chaque fois, en mettant les objets de chaque tombe ensemble. Ainsi les confusions seront impossibles (du reste chaque objet a son étiquette), et si les premières expéditions ne se font pas d’une manière régulière, si les restaurations de Marcelliani ne me plaisent pas, je pourrai l’avertir à temps, avant que le mal soit irréparable. Je vous suis bien reconnaissant de l’offre que vous me faites d’écrire cette lettre au prince. Je crois que ce projet du musée de la Lungara s’exécutera très facilement. Il suffit, je pense, de demander pour le moment l’autorisation de mettre en ordre dans le musée les objets trouvés dans ces dernières fouilles, ce qui est trop naturel ; ce sera du reste un service que nous rendrons à la casa. Une fois que nous serons installés dans le Musée, nous pourrons y faire à peu près ce que nous voudrons. Il ne serait peut-être pas prudent d’afficher tout de suite de trop grands projets. Je pense à Farnese où je vais demain ou après-demain. C’est vraiment une affaire sérieuse, mais il vaut mieux ne pas en parler pour le moment. Je serai de retour à Rome vers le 11. Je rédigerai alors un petit rapport que nous pourrons peut-être envoyer à l’Institut.

Je vous prie de croire, Monsieur le directeur à mes sentiments respectueux.

S. Gsell.

Notes

1 C. Jullian, L’histoire et l’archéologie de l’Italie et de l’Empire romain, dans L’histoire et l’œuvre de l’École française de Rome, Paris, 1931, p. 149-191, aux p. 152-154. Nous citons le texte sans les notes.

2 Le texte de Jullian, rédigé en 1927, précède d’un an l’arrivée au Palais Farnèse de Jacques Heurgon, à qui il reviendrait d’établir durablement l’étruscologie à l’École française de Rome. Sur les travaux français en Étrurie à l’époque, cf. également È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne 1798-1945, Paris, 1998, p. 248-249 et 319-323.

3 F. Delpino, Gli scavi di Stéphane Gsell a Vulci (1889). La politica culturale dell’amministrazione per le antichità tra aperture internazionalistiche e autarchismo archeologico, dans Bulletino di paletnologia italiana, 86, 1995, p. 429-468.

4 Cf. J. Carcopino, Martha (Jules), né à Strasbourg le 8 janvier 1853, mort à Paris le 7 avril 1932. – Promotion de 1872, dans Association amicale de secours des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1933, p. 32-39, à la p. 36 : « Il [Jules Martha] se rappelait certaine conversation qu’il avait entendue à la villa Mérode, de la bouche de M. Dumont, et où celui-ci, avec le feu de la conviction et les arguments du savoir, lui avait, deux heures d’affilée, montré l’intérêt passionnant des études étrusques. Après Noël des Vergers, elles n’avaient été que trop délaissées en France. Et pourtant elles pouvaient remplir une vie. En 1875, Martha s’était senti écrasé par le poids d’un tel fardeau, et, dans une lettre envoyée de Rome à son père, il en avait décliné, non par paresse, mais par modestie, le redoutable honneur. »

5 Sur ces premiers projets et certains des documents cités, cf. déjà O. Motte, Camille Jullian. Les années de formation, Rome, 1990 (Coll. EFR, 124), p. 157-159. L’« échec de Corssen », évoqué par Jullian comme une source de désarroi et un repoussoir par rapport aux études étrusques (cf. supra), pouvait à cet égard stimuler encore le désir de Geffroy de marquer des points par rapport à la science allemande.

6 A. Geffroy, La nouvelle École française de Rome. Ses origines, son objet, ses premiers travaux, dans La Revue des deux mondes, juillet-août 1876, p. 800-827, aux p. 815-816.

7 Ce rôle de conseiller que joue Bréal est bien visible dans les lettres adressées à Geffroy (Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12916, fol. 1129 à 1161), en particulier dans celle que nous reproduisons en annexe (n° 1). La correspondance fait surtout une large place aux questions épigraphiques et linguistiques, entre autres aux travaux que Bréal publie à cette époque dans les Mélanges créés par Geffroy : L’inscription de Duenos, dans Mélanges d’archéologie et d’histoire, 2, 1882, p. 147-167, et Inscriptions du vase Chigi, ibid., p. 203-206.

8 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12916, fol. 1132-1133v, Michel Bréal à Auguste Geffroy, Paris, 15 février 1876. Cf. M. Gras, L’École française, l’Italie et les Étrusques, dans Les dossiers d’archéologie, 322, juillet-août 2007, p. 6-8, à la p. 7.

9 L’étrusque n’est pas seul en cause, et dans une autre lettre Bréal répond au souhait de Geffroy de trouver un spécialiste des langues italiques : « Il serait bien souhaitable en effet que vous eussiez un élève préparé pour les langues italiques et je ne demanderais pas mieux que de vous en mettre un à point » (Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12916, fol. 1138-1139v, Michel Bréal à Auguste Geffroy, Paris, 16 décembre 1877). Il répond également aux questions bibliographiques de Geffroy dans ce domaine : « Sur l’épigraphie marse je n’ai pas d’ouvrages nouveaux à vous indiquer, sinon un utile résumé par Enderis où il a réuni ce qu’on a dit avant lui. (Zurich. Hoerh. 1821. Enderis, Formenlehre der Oskischen Sprache mit den Inschriften u. Glossar.) » (ibid.). La requête de Geffroy obéit sans doute à un désir d’enrichir la bibliothèque de l’École, mais aussi de manière plus immédiate de fournir les lectures nécessaires à un membre de l’École, Emmanuel Fernique, qui entreprend à cette époque une mission dans le pays des Marses, dont Geffroy espère des enseignements épigraphiques (A. Geffroy, L’archéologie du lac Fucin, dans Revue archéologique, 36, 1878, p. 1-11, à la p. 11) ; cf. l’étude de Stéphane Bourdin sur Fernique dans ce même volume.

10 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12916, fol. 1134-1135, Michel Bréal à Auguste Geffroy, Paris, 12 juin 1876 : « Je n’ai pas encore trouvé le jeune étruscologue que vous me demandez. Mais dès que la providence m’amènera une tête organisée pour les logogryphes et une bouche capable de prononcer les eplc des tombeaux étrusques, j’entreprendrai son éducation. » Ibid., fol. 1136, le même au même, [Paris ?], 16 juin 1877 : « Je n’ai pas oublié votre commande et je désire vous envoyer un jour un jeune étruscologue. Mais il me faut la matière première. »

11 Sur les hésitations de Jullian au début de son séjour romain, cf. O. Motte, Camille Jullian..., cit., p. 155-174.

12 Cf. C. Jullian, L'histoire et l'archéologie..., cit., p. 153, note 1 : « Je me suis toujours demandé s’il n’avait pas songé à entraîner vers l’étrusque Charles Salomon, qui, à Rome, ne songeait qu’aux problèmes linguistiques ». Sur le renvoi, dû à un voyage injustifié, cf. O. Motte, Camille Jullian..., cit., p. 146.

13 C. Jullian, L'histoire et l'archéologie..., cit., p. 154. La première période des études étrusques à l’École française, qui s’achève sur le plan archéologique par la mort d’Anziani en 1914 (cf. supra), se clôt du point de vue linguistique un an plus tôt par l’échec du livre de Martha (La langue étrusque. Affinités ougro-finnoises. Précis Grammatical Textes traduits et commentés. Dictionnaire étymologique, Paris, 1913) : cf. J. Carcopino, Martha (Jules)..., cit., p. 37-38.

14 Cf. supra.

15 F. Delpino, Gli scavi di Stéphane Gsell..., cit., p. 433-434, avec en particulier l’interprétation en ce sens de Barnabei.

16 Bréal cite d’ailleurs les travaux de Charles-Ernest Beulé sur l’Acropole en 1852-1853 comme un modèle à suivre (Annexe n° 1). À cette époque, les fouilles de l’École française d’Athènes ont déjà commencé à Délos et à Delphes, même si la grande campagne à Delphes devait commencer plus tard, en 1892.

17 F. Buranelli, Gli scavi di Vulci, 1828-1854, di Luciano ed Alexandrine Bonaparte principi di Canino, dans Luciano Bonaparte : le sue collezioni d’arte, le sue residenze a Roma, nel Lazio, in Italia (1804-1840), éd. M. Natoli, Rome, 1995, p. 81-218 ; G. M. Della Fina (éd.), Citazioni archeologiche. Luciano Bonaparte archeologo (catalogue de l’exposition d’Orvieto, Museo Claudio Faina, 10 settembre 2004-9 gennaio 2005), Rome, 2004.

18 A. Noël des Vergers, L’Étrurie et les étrusques ou dix ans de fouilles dans les Maremmes toscanes, 3 vol., Paris 1862-1864. Cf. R. Copioli (éd.), Adolphe Noël des Vergers (1804-1867). Un classicista eclettico e la sua dimora a Rimini, Rimini, 1996.

19 Cf. supra.

20 Archives nationales, F17 13600, cité dans F. Delpino, Gli scavi di Stéphane Gsell..., cit., p. 434 et p. 447.

21 A. Geffroy, L'archéologie du lac Fucin...

22 Donat, membre de l’École entre 1878 et 1879, devait mourir peu de temps après son retour en France ; cf. F. Delpino, Gli scavi di Stéphane Gsell..., cit., p. 434, note 15.

23 Cf. supra. Un récit complet du voyage en Étrurie se retrouve dans la correspondance, mais sans allusion aux fouilles projetées : C. Jullian, Lettres de jeunesse. Italie-Allemagne 1880-1883, Bordeaux, 1936, p. 104-108, largement cité dans O. Motte, Camille Jullian..., cit., p. 79-80.

24 A. Geffroy, L’École française de Rome. Ses premiers travaux. Antiquité classique-Moyen âge, Paris, 1884 (initialement paru dans La Revue des Deux mondes, mai-juin 1883, p. 645-678 et juillet-août 1883, p. 112-141), p. 27-28.

25 Geffroy cite deux fouilles conduites par l’École à la même époque sur d’autres sites (ibid., p. 28-30), mais pour en souligner le caractère limité : celles qu’un membre de l’École, Emmanuel Fernique, conduit à Préneste sur un terrain d’Alfonso Bernardini en février 1878 (cf. l’étude déjà citée de Stéphane Bourdin) et celles entreprises par Salomon Reinach, membre de l’École française d’Athènes, lors de son passage à Rome en 1880 (CRAI 1880, p. 16-17 ; H. Duchêne, Un Athénien : Salomon Reinach, dans Bulletin de correspondance hellénique, 120-1, 1996, p. 273-284, aux p. 275-276).

26 Nous connaissons uniquement les lettres de Marcelliani : Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12925, fol. 3766-3785. D’après la première lettre, datée du 30 août 1879 (ibid., fol. 3766-3767v), Geffroy a visité le site en compagnie de Donat, à qui Marcelliani charge Geffroy de transmettre ses salutations. Quelques années plus tard, dans une lettre à Gamurrini où il revient sur le bilan de ses fouilles, Marcelliani rappelle les visites de Geffroy, exagérant sans nul doute leur fréquence (Museo archeologico di Arezzo, Archivio Gamurrini, vol. 169, fasc. 832, Francesco Marcelliani à Gian Francesco Gamurrini, Canino, 16 juillet 1884) : « Il Sig. Commre Helbig ed il Sig. Geffroy furono tre e quattro volte all’anno testimoni oculari di quanto ho detto, senza nominare un numero esteso di altre persone italiane ». Sur les fouilles de Marcelliani à Vulci entre 1879 et 1883, cf. A. M. Sgubini Moretti, Vulci e il suo territorio, Rome, 1993 (Guide territoriali dell'Etruria meridionale), p. 18-20.

27 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12925, fol. 3766-3767v, Francesco Marcelliani à Auguste Geffroy, Toscanella, 30 août 1879. Les dernières lettres sont pourvues de l’en-tête suivant : « Scavi Vulcenti / F. Marcelliani / Direttore di Scavi etruschi ».

28 Sur ces fouilles des années 1879-1883, qui constituent l’épisode le plus important avant Gsell, cf. Marcelliani, dans Bullettino del'Instituto di correspondenza archeologica, 1879, p. 137-141 et les différents rapports de W. Helbig, ibid., 1880, p. 142-150 et p. 209-216 ; 1881, p. 241-248 ; 1883, p. 39-51 et p. 161-170 ; 1884, p. 161-175.

29 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12925, fol. 3766-3767v, Francesco Marcelliani à Auguste Geffroy, Toscanella, 30 août 1879.

30 Ibid., fol. 3770-3771, Francesco Marcelliani à Auguste Geffroy, Musignano, 21 mai 1880 ; les résultats sont exposés en partie dans une lettre du 6 novembre 1881 (ibid., fol. 3782-3783, Francesco Marcelliani à Auguste Geffroy, Canino). Cf. W. Helbig, dans Bullettino dell'Instituto di corrispondenza acheologica, 1881, p. 241-248.

31 A. Geffroy, L’École française de Rome. Ses premiers travaux..., cit., p. 26-27. Cet intérêt pour le marché des antiquités s’accompagne d’une attention portée à la politique patrimoniale : comme le montrent différents documents (archives de l'École française de Rome), Geffroy suit attentivement l’évolution de la législation italienne en la matière, et il lui arrive aussi bien d’être consulté par les autorités italiennes sur les normes en vigueur en France que d’informer les autorités françaises sur les nouvelles dispositions italiennes.

32 Geffroy eut soin d’offrir en août et octobre 1891 au Louvre, au nom de l’École, une partie du mobilier trouvé lors de la fouille menée à l’époque par Jules Toutain, membre de l’École, sur le site tunisien de Djebel Bou Kornein (Paris, Archives des Musées nationaux, *1 BB 29, séance du Comité consultatif du 17 décembre 1891). Il s’agit pour l’essentiel de stèles à Saturne (MNC 1497-1557) : cf. J. Toutain, Le sanctuaire de Saturnus Balcaranensis au Djebel Bou-Kourneïn (Tunisie), dans Mélanges d’archéologie et d’histoire, 12, 1892, p. 3-124, à la p. 4 (le don est attribué ici à l’inspecteur en chef du Service des antiquités de Tunis).

33 Comme nous l’apprend le compte rendu de la séance du Conservatoire du Louvre du 23 mai 1878 (Paris, Archives des Musées nationaux, *1 BB 23), le don consiste en « deux figurines et douze têtes ». Léon Heuzey informe à cette même occasion les membres du comité que Geffroy sollicitait pour l’École une ou deux de ces têtes ; il fut impossible de les lui fournir. C’est ce que confirme une lettre de Heuzey à Geffroy, où il lui adresse les remerciements du Louvre et ses regrets de ne pas pouvoir confier à l’École une partie des objets (Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12935, fol. 664-665v, Léon Heuzey à Auguste Geffroy, Paris, 5 juin 1878). Nous n’avons pas retrouvé trace de ces objets dans les livres d’entrée du musée.

34 Les livres d’entrée du musée du Louvre conservent la mention d’un autre don de l’École française, en juillet 1880 : une terre cuite de Canosa (MNB 2018) achetée à Naples par Lafaye, alors membre de l’École, auprès du marchand Barone. Comme le note Léon Heuzey dans la fiche de l’œuvre, lui-même avait eu l’occasion de voir la pièce à Naples chez le marchand en mai 1880 ; l’achat correspond ainsi sans doute à un service rendu par l’École à Heuzey, qui aura parlé de l’objet à Geffroy.

35 Nous nous permettons de renvoyer à notre étude à paraître, « Fresques à vendre. La fortune des peintures de la tombe François (1857-1897) ».

36 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12925, fol. 3766-3767v, Francesco Marcelliani à Auguste Geffroy, Toscanella, 30 août 1879.

37 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12925, fol. 3770-3771, Francesco Marcelliani à Auguste Geffroy, Musignano, 21 mai 1880 : « Fra poi, torno di nuovo a farle preghiera affinché si occupi presso il sullodato Sig.re Principe e lo induca a fare l’acquisto dei due sarcofagi a Lei cogniti, di cui Le ho rilasciato le fotografie, che prego non si marrischino. Io mi raccomando alla S. V. affinché si possano vendere o al sudetto Principe, o per di Lei mezzo al governo Italiano, parlandone col Senatore Fiorelli o altri. » Ibid., fol. 3772-3773, le même au même, Canino, 24 novembre 1880 : « Scrissi alla S.V. On. in Francia al di Lei indirizzo, ma non ebbi alcuna risposta. Lo pregavo a rammentarsi dei sarcofagi, di cui non seppi altro, affinché per di lei mezzo se ne potesse fare la vendità. Anzi torno di nuovo ad incomodarla perché si possa vedere di venderli e creda che Gliè ne sarò eternamente grato. » À la même époque, Marcelliani sollicite également Gianfrancesco Gamurrini (Museo archeologico di Arezzo, Archivio Gamurrini, vol. 169, fasc. 832, Marcelliani à Gamurrini, Canino, 6 juin 1880) : « Pregherei la S. V. On. se fosse possibile di fare acquistare ai Musei due superbi sarcofagi di cui ne farei descrizione e fotografia. ».

38 Bibliothèque de l’Institut, ms 5772, fol. 254-255, Auguste Geffroy à Léon Heuzey, Rome, 10 janvier 1881 : « Quant aux deux sarcophages Marcelliani, l’homme intermédiaire, à qui j’avais écrit que s’il ne faisait pas proposer un prezzo discreto, ce n’était plus la peine d’en parler, me répond les mêmes riens. A la date du 7 janvier, il m’écrit : furono fissati per il prezzo di 16 000 scudi romani… ce qui représente 80 000 francs ; il est évident que, si l’on a la moindre idée d’une telle acquisition, il faut compter pour rien ces paroles et offrir un prix ferme, aussi bas qu’on voudra. Ils sont capables d’accepter. Mais comment faire pour les droits, le transport ? Ce sera bien autre chose que pour les peintures. » Geffroy revient quelques semaines plus tard sur ces difficultés (ibid., fol. 256-257v, le même au même, Rome, 23 février 1881) : « J’ai une réponse à faire à Marcelliani. Il me presse de lui proposer pour les sarcophages un prix ferme ; mais quel serait ce prix ? Comment s’arrangerait-on pour le transport etc. etc. ? ».

39 « Riguardo ai sarcofagi, non appartengono a S. E. il Sigre Principe Torlonia, ma agli eredi Bonaparte, ossia al Principe di Canino, don Luciano Bonaparte. Perciò non è il sarcofago del Sigre Torlonia quello di cui Lei ha fatto una descrizione illustrata, ma si tratta di quei sarcofagi che lei vide a Canino con due raffigurazione sulla loro copertura. Uno dei sarcofagi è in pietra trasparente come alabastro e presenta raffigurazione sui quattro lati ; l’altro è di nenfro con raffigurazione nei fianchi e nel lato frontale. Le confermo che furono stimati per il prezzo di 16,000 scudi romani e che furono veduti ed apprezzati dai primi archeologi di Roma, e che sarebbero stati acquistati se non fossero avvenute le circostanze del [illisible]. Furono scavate nella necropoli di Vulci, dove scavò il Bonaparte, ed in quella località ho scavato anche io e spero di proseguire il lavoro e fare nuove scoperte. Per il prezzo farò il possibile per abbassarlo, ma la S. V. On. che li ha veduti, può giudicare da sè. I proprietari, non sono di Canino, e quando verranno, mostrerò loro la Sua lettera, e Le darò una risposta, affinché questa vendita possa andare in porto. » (Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12925, fol. 3776-3777, Francesco Marcelliani à Auguste Geffroy, Canino, 7 janvier 1881). Une lettre précédente (ibid., fol. 3774-3775, le même au même, Toscanella, 13 décembre 1880) donnait encore d’autres informations : « Il motivo per cui ho tardato a risponderle, è stato per darle un prezzo dei sarcofagi di cui Le parlai e che Ella ben conosce. Allorché fu rinvenuto il sarcofago trasparente vale a dire di alabastro orientale, o di altra materia opaca, la Commissione delle belle arti di Roma, mandò il celebre Passeggi a vederlo per comprarlo per il governo di Roma, vale a dire per il Museo. Il Chiarissimo Professore Passeggi lo apprezzò scudi sedici mila, vale a dire 80 000 lire, non compreso però il sarcofago di nenfro. Così pattaîto col proprietario, avvene la crisi di Roma, vale a dire il cambiamento di governo, e tutto finì. Ora i proprietarii eredi si adattano ai tempi e rilasciano ambedue i sarcofagi per la metà del prezzo valutato quello soltanto di alabastro. Nel Museo di S. E. il Sigre Principe Torlonia, vi starebbero assai bene, sì perché credo che difetti di sarcofagi, si perchè furono scavati nella stessa necropoli che poi acquistò dal Bonaparte, come per essere due monumenti pregevoli e di doppia figura. Si potrà peraltro procurare il risparmio possibile quante le volte la S.V. On. potrà farli acquistare a S. E. il Sigre Principe Torlonia, o altri. »

40 Le sarcophage est aujourd’hui conservé à la Ny Carlsberg Glyptotek de Copenhague : R. Herbig éd., Die jüngeretruskischen Steinsarkophage, Berlin, 1952, p. 31-32, n° 49, pl. 41-42 ; M. Moltesen, M. Nielsen, Catalogue Etruria and Central Italy 450-30 B.C., Copenhague, 1996, p. 43-47 (p. 44 sur l’achat en 1887). Pour la première mention du monument, cf. W. Helbig, dans Bullettino dell'Instituto di corrispondenza archeologica, 1880, p. 144-145. Marcelliani évoquait déjà le sarcophage dans une lettre antérieure (Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12925, fol. 3770-3771, Marcelliani à Geffroy, Musignano, 21 mai 1880) : « Sento che S.E. il Sig.re Principe voglia far trasportare a Roma il sarcofago da Lei illustrato. Questo sarebbe assai benfatto perchè più resta in Musignano, e più va a deperire. Anzì se la S.V. on. lo crede opportuno, sarebbe cosa assai benfatta se inducesse il Sig.re Principe a fra trasportare il sacello ancora essendo, a mio credere, un monumento non comune ». Comme le laisse entendre Marcelliani, Geffroy avait fait connaître en France les fouilles de Vulci et en particulier le sarcophage : cf. L’année artistique, 2, 1879, p. 384-386, qui rend compte des informations transmises par Geffroy.

41 R. Herbig éd., Die jüngeretruskischen..., cit., p. 13-15, nos 5-6, pl. 37-38 et 40.

42 Comme Jullian la définit dans une lettre à ses parents : C. Jullian, Lettres de jeunesse..., cit., p. 104. Marcelliani rend ainsi compte à Geffroy de cette visite (Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12925, fol. 3774-3775, Francesco Marcelliani à Auguste Geffroy, Musignano, 18 mars 1881) : « Martedi ho ricevuto la di Lei pregma ove mi preveniva che mercoledì (probabilmente) sarebbero giunti alcuni signori per vedere i scavi etc. Giunsero infatti e la loro visita mi fu oltre modo gradita, quantunque troppo in fretta e con cattivo tempo, oltre che io stavo un poco costipato. Nonostante un si breve tempo, si è fatto ciò che si è potuto, ed il resto si farà in altra circostanza. Ho trovato in questi signori una squisita gentilezza e civiltà assai rimarchevole, ed il Sig.re de Villefosse, assai esperto in archeologia, ancora un uomo di bellezza e gentilezza non comune. Ringrazio dunque la S.V. On. di questo regalo, e La prego [illisible] di cuore. Ora poi attendo la Sua venuta allorchè avremmo scoperto la Coccumella, se la fortuna vorrà arrivermi, o almeno avrò sciolto il problema. »

43 S. Nardi Combescure, « Mon cher monsieur Bucci ». Alexandrine Bonaparte, Donato Bucci et les deux sarcophages étrusques du Museum of Fine Arts de Boston (1855-1887), dans MEFRA, 118-1, 2006, p. 63-69.

44 A. Geffroy, L'École française de Rome. Ses premiers travaux..., cit., p. 27.

45 Une lettre de Charles Diehl à Geffroy montre que, même lorsque ce n’était pas leur spécialité, les membres de l’Ecole se souciaient des travaux possibles dans ce domaine (Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12918, fol. 1910-1911v, Charles Diehl à Auguste Geffroy, Arezzo, 11 juillet 1882) – mais là aussi les regrets l’emportent sur les projets : « Monsieur le Directeur, J’aurais voulu plus tôt déjà vous donner de mes nouvelles : mes continuels déplacements ne m’en ont pas laissé le temps. Comme je vous l’annonçais en partant, j’ai visité Terni, Spolète, Assise, Pérouse et Arezzo (…). Quel dommage que personne à l’École n’ait songé jusqu’ici à faire le catalogue du musée étrusque de Pérouse, où tout simplement de la collection Guardabassi, que son propriétaire a légué l’an dernier à la ville. Pour vous donner quelque idée de l’intérêt et de la valeur des objets qu’elle renferme, je relève au hasard sur mon carnet de voyage les indications suivantes : un miroir étrusque à couvercle dont la gaine représente en relief une bacchante montée sur une panthère – une amulette en or, gravée, et d’une grande valeur artistique – une riche [mot illisible] de bijoux en corail, en ivoire, en ambre, en argent, un lampadaire en terre-cuite, à 12 becs, suspendu au centre d’une chambre sépulcrale. Dans le musée même il y a des choses admirables. Enfin il y a même quelques objets du moyen âge, dans une salle spéciale : j’ai relevé, entre autres, une miniature de Clovis et une intéressante médaille d’un Paléologue. Il y avait à faire ici un catalogue des plus intéressants pour un étrusquisant. Malheureusement il est trop tard, on le prépare à Pérouse en ce moment même, et il paraîtra en septembre. J’ai prié qu’on me l’adressât, nous verrons s’il laisse quelque chose à faire (…).

46 Il est intéressant de noter que Gsell évoque en revanche Civita Castellana, même si c’est pour rejeter cette hypothèse de travail ; le pays falisque est à cette époque au centre de préoccupations multiples, comme le souligne d’ailleurs Gsell, citant les fouilles italiennes (Archives de l'École française de Rome, non coté, Stéphane Gsell à Auguste Geffroy, Rome, 11 novembre 1888) : « Monsieur le Directeur, Je me suis mis à l’étude de la Sicile. Il me semble dès maintenant qu’il y aurait beaucoup à faire dans le Sud-Est. Je serais très heureux de pouvoir y entreprendre des fouilles : ce ne serait certainement pas très facile, car il faudra toujours s’attendre à la mauvaise volonté du gouvernement italien. Mais je pourrais en tout cas faire des études topographiques et des catalogues des musées. Peut-être l’École pourrait-elle faire peu à peu en Sicile et dans l’Italie du Sud ce que Dutschke a fait pour les statues des musées de l’Italie du Nord : un inventaire des œuvres d’art antiques : statues, vases ; quant aux terres cuites, les Allemands (Kekulé, von Rohden, etc..) préparent un ouvrage d’ensemble. Il y a peu de catalogues faits en Sicile. Pour le musée Biscari dont vous me parlez, il en existe un de la fin du dix-huitième siècle, de Sestini. Peut-être y aurait-il quelque chose à faire du côté de Civita Castellana. L’abbé Lelouet, dont vous vous souvenez peut-être, y connaît tout le monde. Je vous avoue du reste que je n’ai pas très grande confiance en lui ; en outre, le gouvernement italien vient de faire des fouilles à cet endroit. Il y aurait aussi la Dalmatie, où des Français seraient certainement bien reçus (…).

47 Annexe n° 3.

48 Il ne sera plus question du savant allemand par la suite ; c’est en vain que Gsell attendra sa visite (et celle de Geffroy) sur la fouille : cf. Annexe n° 5.19.

49 F. Delpino, Gli scavi di Stéphane Gsell..., cit., p. 434. Cela peut se déduire du compte rendu rédigé par Felice Barnabei (ibid., document n° 2, p. 448) : Torlonia « non avrebbe voluto occuparsi delle pratiche da compiere presso il governo ».

50 Ibid., p. 439. Sur Cozza, cf. P. Tamburini, C. Benocci et L. Cozza Luzi, Adolfo Cozza, Orvieto, 2002 ; C. Benocci, F. Delpino, Adolfo Cozza e il Museo di Villa Giulia, Orvieto, 2004.

51 F. Delpino, Gli scavi di Stéphane Gsell..., cit., p. 439.

52 Les premières réserves apparaissaient peut-être dès la deuxième lettre, perdue, où Gsell faisait à Geffroy des observations confidentielles : cf. Annexe n° 5.3.

53 F. Delpino, Gli scavi di Stéphane Gsell..., cit., p.  442.

54 Annexe n° 4. Le ton accommodant de la lettre contraste fortement avec les récriminations initiales de Barnabei : il est difficile de savoir s’il relève de la diplomatie du ministre, sans doute soumis à la pression directe de Torlonia, ou d’une attitude plus ouverte à la collaboration internationale et au « profit d’une science qui est le patrimoine de tous les peuples ». Sur les différentes positions des autorités italiennes, et en particulier de Barnabei et Fiorelli, cf. F. Delpino, Gli scavi di Stéphane Gsell..., notamment p. 436-437.

55 F. Delpino, Gli scavi di Stéphane Gsell..., cit., p. 442. L’autre explication du départ de Cozza et de l’absence de réaction de Barnabei résiderait dans la nécessité de se concentrer sur le musée de Villa Giulia : ibid., p. 442-443.

56 S. Gsell, Fouilles dans la nécropole de Vulci exécutées et publiées aux frais de S. E. le Prince Torlonia, Paris, 1891, p. 7 ; cf. F. Delpino, Gli scavi di Stéphane Gsell..., cit., p. 431. Comme le mentionne une lettre de Gsell (Annexe n° 5.3), un premier compte rendu des deux premières semaines de fouilles a été rédigé en collaboration avec Cozza, qui devait être publié et mentionner l’École française. En réalité, la seule mention de ces fouilles dans les Notizie degli scavi est plus que laconique et ne mentionne nullement les Français : Notizie degli scavi, 1889, p. 29 : cf. F. Delpino, Gli scavi di Stéphane Gsell..., cit., p. 442 et p. 457, document n° 22. Des indications sur le travail mené durant ces quelques jours étaient contenues dans la lettre de Gsell qui s’est perdue.

57 F. Delpino, Gli scavi di Stéphane Gsell..., cit., p. 442, note 63.

58 Annexe n° 5.7. L’épisode est déjà signalé par A. Hus, Vulci étrusque et étrusco-romaine, Paris, 1971, p. 179, note 1.

59 Gsell aménagera à Musignano « un petit musée » avec les pièces laissées sur place, sans se faire d’illusion sur le soin qui lui sera accordé après son départ (Annexe n° 5.19). D’autres reliquats des fouilles de Vulci, parfois hérités de Bonaparte, étaient conservés sur place, sans souci de conservation : c’est le cas en particulier des monuments en nenfro (comme le montre notamment la lettre de Marcelliani sur le sarcophage et le sacello – cf. note 39).

60 Annexes nos 5.17 et 5.18. Les deux bijoux provenaient de la tombe X : S. Gsell, Fouilles dans la nécropole de Vulci..., cit., p. 43, nos 23-24.

61 Annexes nos 5.11 et 5.12.

62 S. Gsell, Fouilles dans la nécropole de Vulci..., cit., p. 7-8. Marcelliani est cité en revanche dans le rapport que Geffroy fait des fouilles à l’Académie : « M. Gsell a été secondé pendant toute la campagne par le sieur Marcelliani, le même scavatore fort expérimenté que feu le prince dom Alessandro Torlonia avait employé dans toutes ses dernières fouilles » (A. Geffroy, Note sur les fouilles de Vulci, dans CRAI, 1889, p. 265-269, à la p. 267).

63 Archives de l'École française de Rome, non coté, Francesco Marcelliani à Auguste Geffroy, Rome, 6 avril 1894. Dans une lettre à Luigi Adriano Milani, Marcelliani exprime la même amertume : cf. S. Bruni, Rilievi vulcenti dell’orientalizzante recente, dans MEFRA, 100-1, 1998, p. 245-282, à la p. 277, note 9.

64 Le récit de Marcelliani peut être complété par celui du comte Tyszkiewicz. Dans une des livraisons de ses « Notes et souvenirs d’un vieux collectionneur » (Revue archéologique, 1897-1, p. 129-131), ce dernier évoque l’achat d’un vase provenant de Canino et l’intervention de Gsell, qui obtint de récupérer l’objet, volé sur la fouille. Il est probable que le « surveillant infidèle » accusé par Gsell n’est autre que Marcelliani.

65 Annexe n° 5.1.

66 (…) invaghito di trovare i pozzetti (tombe vetuste ma di poca importanza e di nessun lucro, che stanno a fior di terra, quasi alla superficie del terreno, di cui infinito numero) volle dedicarsi a quello scavo. E sebbene io gli facessi osservare che di questi pozzetti, bastavano un pochi di campione, ma che conveniva trovare delle buone tombe da cavarne oggetti d’arte e di lucro al Principe che spendeva e che quello non era il modo di scavare. – Si sottomise di nuovo dicendomi esser convinto, e cosi lasciammo quello scavo per andare in posti migliori (…). Fra le tombe a fossa, vi erano di quelle a cassone con camere e veramente buone, ed io desideravo appunto queste, ed egli non voleva perchè erano più profonde per cui ci voleva più tempo per cavar fuori la terra, ma ivi stavano gli oggetti più pregevoli di arte greca, di belli bronzi ed altro. Percui impaziente e desideroso di trovare ogni giorno nelle piccole tombe, mi ordinò di smettere lo scavo di una tomba già avviata dalla quale io speravo assai bene, e furono vane le mie persuasive. Tornito al solito ai pozzetti, non si trovava altro che i soliti vasi cinerari (…). » (Archives de l'École française de Rome, non coté, Francesco Marcelliani à Auguste Geffroy, Rome, 6 avril 1894).

67 Annexe n° 5.6.

68 Annexe n° 5.8.

69 La préface de la publication rend bien compte de cette démarche aléatoire (S. Gsell, Fouilles dans la nécropole de Vulci..., cit., p. 7) : « Depuis 1828, la nécropole de Vulci a été presque entièrement explorée. Aussi n’y a-t-il pas eu lieu d’adopter la méthode qui consiste à fouiller complètement un espace déterminé ; il a fallu se transporter d’un endroit à un autre, cherchant entre les tombes déjà visitées celles qui étaient restées intactes. Ce n’est qu’au lieu indiqué sur la carte par la lettre I qu’il a été possible d’ouvrir un nombre assez considérable de sépultures voisines les unes des autres. »

70 A. Geffroy, Notes sur les fouilles de Vulci..., cit., p. 267-268.

71 S. Gsell, Fouilles dans la nécropole de Vulci..., cit., p. 266, 292, 297, 299 et 488. Si Gsell a eu accès au musée privé de Torlonia, il a eu en revanche les plus grandes difficultés à obtenir l’autorisation d’étudier le matériel falisque du nouveau musée de la Villa Giulia : cf. F. Delpino, Gli scavi di Stéphane Gsell..., cit., p. 444.

72 Annexe n° 5.21.

73 Ibid.

74 S. Gsell, Fouilles dans la nécropole de Vulci..., cit., p. 6.

75 Sur l’état du matériel conservé au Museo Torlonia, cf. L. Ricciardi, La necropoli settentrionale di Vulci. Resoconto di un’indagine bibliografica e d’archivio, dans Bollettino d'arte, 58, 1989, p. 27-52, à la p. 32, note 28. Quatre mobiliers de tombes ont été donnés par Torlonia dès 1890 au Musée Pigorini, comme le rappelait déjà Geffroy dans la dédicace (S. Gsell, Fouilles dans la nécropole de Vulci..., cit., p. 6 ; E. Mangani, Corredi vulcenti degli scavi Gsell al Museo Pigorini, dans Bulletino di paletnologia italiana, 86, 1995, p. 373-428). À la même époque, Milani tente d’obtenir un don comparable pour le Musée de Florence (cf. S. Bruni, Rilievi Vulcenti..., cit., p. 276, note 3), en se réclamant d’ailleurs de Gsell (Archivio della Soprintendenza archeologica per la Toscana, 1889-1892, pos. F/16, Luigi Adriano Milani à Giulio Torlonia, Florence, 8 avril 1892) : « Se fosse ancora in Italia il mio illustre amico Stefano Gsell, io avrei fatto appello alla sua autorevole intercessione, tanto più che egli, prima di partire, mi aveva fatto sperare che, non difficilmente, l’E.V. avrebbe aderito alla mia preghiera. Venuto ora a mancarmi il valido aiuto del mio amico, voglio pur credere che all’E.V. non sia per dispiacere se direttamente, sebbene non conosciuto di persona, vengo a porgere alla sua munificenza la mia preghiera » ; sa demande fut repoussée par Torlonia (ibid., Giulio Torlonia à Luigi Adriano Milani, Rome, 13 avril 1892) : « Non mi è possibile di assotigliare ancora la mia piccola collezione ». D’autres éléments des mobiliers Gsell sont passés toutefois dans les années suivantes dans plusieurs collections (M.T. Falconi Amorelli, Vulci. Scavi Bendinelli (1919-1923), Rome, 1983, p. 14).  Citons ainsi le Musée Grégorien étrusque (à la suite du dépôt en 1983 de la collection du Pontificio Istituto Biblico, qui avait bénéficié en 1911 d’un don du prince Torlonia : F. Buranelli, F. Roncalli, Reparto Antichità etrusco-italiche (1975-1983), dans Bollettino. Momunenti, musei e gallerie pontificie, 5, 1984, p. 227-278, aux p. 233-235, fig. 7-10) et le musée de l’université de Göttingen (M. Bentz, C. Dehl-von Kaenel, Korintische und etruskische Keramik, Munich, 2001 (Corpus vasorum antiquorum. Deutschland, 73, Göttingen, Archäologisches Institut der Universität, Band 2), p. 49 et p. 64 : un des vases de la collection, découvert intact par Gsell mais vendu en deux fragments à deux moments différents et qui a abouti dans deux collections différentes (ibid., p. 64), suscite des questions sur l’état de la collection). D’autres objets sont attestés à Boston (achats en 1898-1899 de E. P. Warren : mobilier des tombes XLIX et LXXIX). Une étude d’ensemble sur cette dispersion des mobiliers Gsell et des autres éléments de la collection étrusque des Torlonia reste à mener.

76 Sur la réception du volume, cf. A. Cherici, Gli scavi vulcenti di Stéphane Gsell, dans Aspects de l’archéologie française au XIXe siècle. Actes du colloque international, La Diana à Montbrison, 14-15 octobre 1995, éd. P. Jacquet, R. Périchon, Montbrison, 2000, p. 283-289.

77 Comme le confirme Colino Kambo, l’agent de la casa Torlonia, à Geffroy (archives de l'École française de Rome, non coté, Colino Kambo à Auguste Geffroy, Rome, 28 avril 1890) ; après la publication, Kambo prévoit la répartition entre Torlonia et l’École française des exemplaires en hommage, précisant : « Je pense aussi qu’il faudra en envoyer un exemplaire à Mr Cozza. L’avez-vous mis en note ? » (ibid. le même au même, Rome, 24 avril 1891).

78 A. Geffroy, « Du progrès de la science archéologique et de l’exégèse à Rome », dans La Revue des deux mondes, mars-avril 1892, p. 586-611, aux p. 605-611.

79 Cf. F. Delpino, Gli scavi di Stéphane Gsell..., cit., p. 445 et p. 453-455 (document n° 12).

80 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12935, fol. 619-620, Stéphane Gsell à Auguste Geffroy, Alger, 13 mai 1894 : « Mon Cher Directeur, Quoique parfaitement indigne, je serais bien sot de refuser cette nomination dans l’ordre de la couronne d’Italie, dans le cas où elle se ferait. J’y verrais avant tout un nouveau motif de reconnaissance envers vous, auquel je dois déjà tant ; en outre, cela pourrait être un bon argument à faire valoir plus tard au gouvernement italien s’il voulait faire des difficultés pour de nouvelles fouilles, et enfin je crois que cette nomination fera grand plaisir à mes parents. Mais je vous supplie, si elle arrive, de ne pas lui donner trop de publicité, de ne pas écrire par exemple à l’Institut : n’aimant pas du tout les charlatans et les faiseurs, je serais très désolé qu’on pût croire, à tort, que je cherche à faire de la réclame autour de mon nom et qu’on me confondît avec eux. Je me permets d’insister très vivement auprès de vous pour ce point et j’espère bien avoir cette fois gain de cause […]. » Nous n’avons pu vérifier si la décoration avait effectivement été décernée. Gsell avait déjà reçu pour son travail à Vulci la médaille de la Société centrale des architectes de France (décernée chaque année à un membre de l’École d’Athènes ou de celle de Rome pour récompenser des travaux archéologiques) : CRAI, 1889, p. 173 et p. 176.

81 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12935, fol. 619-620, Stéphane Gsell à Auguste Geffroy, Alger, 13 mai 1894 : « Pour le projet de Voltumnia, ne vous semble-t-il pas qu’avant votre départ de Rome, il serait bon d’en toucher deux mots à la Casa, sans du reste conclure absolument la chose ? ».

82 Sur cette localisation du sanctuaire étrusque, cf. W. Helbig, dans Bullettino dell'Instituto di corrispondenza archeologica, p. 242-247, qui cite le témoignage de Marcelliani. Ce dernier, à la même époque, propose la fouille au ministère, sous la forme d’un « Rapporto sul Tempio e Fano di Voltumna, indirizzato a Sua Eccellenza Il Sig. Ministro della istruzione pubblica », Rome, 2 février 1895 ; le ministère transmet le rapport à Milani : cf. Archivio della Soprintendenza archeologica per la Toscana, 1895, pos. F/10.

83 Annexes nos 5.20 et 5.21.

84 F. Delpino, Gli scavi di Stéphane Gsell..., cit., p. 445 ; sur les fouilles de Graillot à Satricum et les polémiques qui ont suivi, cf. D. J. Waarsenburg, Satricum. Cronaca di uno scavo. Ricerche archeologiche alla fine dell’Ottocento, Rome, 1998, notamment p. 51-59.

85 Annotation de Geffroy entre les lignes : « non ».

Auteur

Conservateur du patrimoine au Musée du Louvre - Laurent.Haumesser@louvre.fr

© Publications de l’École française de Rome, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540